You are on page 1of 90

ETUDE D’UN PARKING SOUTERRAIN – PLACE DES ALLIÉS À DIFFERDANGE Mémoire de Projet de Fin d’Études - Spécialité Génie Civil

-

Auteur : MUHOVIC Emil
Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg, Spécialité Génie Civil, Option CONSTRUCTION

Tuteur Entreprise : M. HERMANN Jacques
Ingénieur chef de projet du département bâtiment, InCA Ingénieurs Conseils Associés

Tuteur INSA : M. HOTTIER Jean-Michel
Professeur Agrégé de Génie Civil

Juin 2011

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange

Avant-texte

<< Le soussigné certifie par la présente que le rapport est un travail personnel et a été rédigé sans l'aide illicite d'autrui >>

MUHOVIC Emil

i

GC5 INSA Strasbourg

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange

Remerciements
Si ce travail résulte d’un stage de 20 semaines, il n’est néanmoins pas le fruit d’un travail solitaire. C’est pourquoi je tiens, tout d’abord, à adresser mes remerciements les plus sincères à M. Paul MOECHER, associé de la société InCA, qui m’a offert la possibilité d’effectuer ce stage au sein du bureau d’ingénieurs dans le domaine du bâtiment. Ensuite, je souhaite remercier mon tuteur de stage, M. Jacques HERMANN, futur associé et ingénieur, pour son encadrement, ses conseils, ses explications et pour son soutien. Un grand merci est également adressé à mon tuteur de l’INSA de Strasbourg, M. Jean-Michel HOTTIER pour le suivi pédagogique et pour ses conseils ayant permis la concrétisation de ce projet. Finalement, je désire remercier l’ensemble de mes collègues de bureau, en particulier M. Steffen MEIER, ingénieur, avec lequel j’ai collaboré tout au long de mon projet de fin d’études et qui m’a soutenu pendant ces 20 semaines de stage.

MUHOVIC Emil

ii

GC5 INSA Strasbourg

professeur agrégé de génie civil à l’INSA de Strasbourg. Bei der Vorentwurfsplanung. Dans ce contexte. le sujet traité concerne le prédimensionnement d’une structure rigide constituée d’une dalle à solives croisées. Des exemples de ferraillage d’une poutre continue ainsi que d’un poteau avec leurs plans de ferraillage respectifs sont traités. ingénieur chef de projet InCA. Während der Optimierung der Tragstruktur bei der Ausführungsplanung. Schlüsselwörter : Grenzzustand der Tragfähigkeit-Grenzzustand der Gebrauchstauglickeit-Vorbemessung-Balken-Stütze MUHOVIC Emil iii GC5 INSA Strasbourg . Mots clés : Etats Limites Ultime-Etats Limites de Service-Prédimensionnement-Poutre-Poteau Zusammenfassung Im Rahmen der Neugestaltung der "Place des Alliés" in Differdingen (Luxemburg). Une part importante du projet est consacrée au niveau -1 du parking étant donné que la structure portante du niveau -2 lui est similaire.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Résumé La construction d’un parking souterrain à deux niveaux est envisagée dans le cadre de réaménagement de la « Place des Alliés ». Le parking possède une capacité d’environ 183 places réparties sur les deux niveaux (80 au premier et 103 au second) et le budget prévisionnel de l’ensemble du projet (avec l’aménagement de la place) se chiffre à 8. Tatsächlich ist die Lastfallbestimmung für die Tragstruktur des zweiten Untergeschosses weniger aufwändig wegen der Abwesenheit der Eigenlasten des Belags und des in der Stärke variablen Unterbaus des Platzes sowie der Nutzlasten vom Schnee und den nicht ruhenden Einwirkungen wie der des Lieferverkehrs. einem öffentlichen Platz von etwa 5200 m2 Grundfläche. Die gesamte Tragkonstruktion des Parkhauses ist in Stahlbeton vorgesehen.000 Euro. Januar bis zum 10. Le présent projet de fin d’études.000 euro. au revêtement et au soubassement à hauteur variable de la place ainsi qu’aux charges mobiles accrues dues au véhicule de livraison. En Avant-Projet Sommaire. Die Diplomarbeit findet innerhalb der Abteilung "Hochbau " unter der Aufsicht von Herrn HERMANN. Projektleiter bei InCA. Das Parkhaus hat eine Kapazität von etwa 183 Stellplätzen (80 im ersten Untergeschoss und 103 im zweiten Untergeschoss). La structure portante du parking est entièrement prévue en béton armé.500. L’optimisation de la structure portante en Avant-Projet Détaillé a révélé une variante améliorée réduisant le nombre de sous-poutres. Le PFE est également suivi par M. C’est au sein du service « Bâtiment » que le PFE a lieu sous la tutelle de M. En effet. zielt darauf ab. le dimensionnement des éléments porteurs. verschiedene Konzeptionsvarianten der Tiefgarage zu studieren. Juni 2011 im Ingenieurbüro InCA mit Sitz in Niederanven (Luxemburg) stattfand. un lieu public d’environ 5200 m2 de superficie situé à Differdange (Luxembourg). HOTTIER. conformément aux Eurocodes. est réalisé avec divers logiciels tels que ROBOT MILLENIUM ou encore FRILO. la descente des charges est moins laborieuse pour le niveau inférieur du fait de l’absence des surcharges dues à la neige. die auf die zwei Geschosse verteilt sind. wird eine verbesserte Alternative mit einer reduzierten Anzahl an Unterzügen in Betracht gezogen. a pour but l’étude de différentes variantes de conception de la structure portante du parking. Die vorliegende Diplomarbeit. wird die Tragstruktur als massive Stahlbetondecke mit kreuzweise gespannten Unterzügen vorbemessen. Außerdem wird sie auch von Herrn HOTTIER. HERMANN. Der Kostenvoranschlag des gesamten Bauvorhabens einschliesslich der Neugestaltung des Platzes liegt bei 8. die vom 21. In diesem Zusammenhang werden die Trägerelemente mit verschiedenen Softwareprogrammen wie ROBOT MILLENIUM oder FRILO gemäß den Euronormen berechnet und dimensioniert. qui s’est déroulé du 21 janvier au 10 juin 2011 au bureau d’ingénieurs InCA établi à Niederanven (Luxembourg). statt. Im Laufe der Diplomarbeit wird die Bewehrung eines Durchlaufträgers und einer Stütze mit ihren jeweiligen Bewehrungsplänen als Beispiele erläutert.500. Professor für Bauingenieurwesen von der Fachhochschule INSA Straßburg betreut. ist ebenfalls der Bau einer Tiefgarage mit zwei Untergeschossen geplant. Wegen der Ähnlichkeit der Tragstruktur der beiden Untergeschosse behandelt die Diplomarbeit vorrangig diejenige des ersten Untergeschosses.

..................................................................... ..........1.................................30 Conclusion du chapitre 4.............................41 - Descente de charges ..................... ............19 Description des lieux .....1 4............... ....................................................... ..........................3. ...........................15 Les missions du bureau InCA et les objectifs ..............3 3......................2 6.............................41 Choix des matériaux .......................................................... ......................... .2......................3 3............................5........................3.............................................32 Estimation des charges à l’avant-projet définitif ..............................................................................32 - MUHOVIC Emil iv GC5 INSA Strasbourg .....29 Logiciels utilisés pour la conception ........................... ................................................................................................ .............................................................................................................................................2 3...............................................................................................4 3....................................................................................................1....................25 Contraintes de construction .................2 3 3........................................................................................................2 6 6...........2 3........................1 2.............1.. ..........................................................................16 Réglementation luxembourgeoise ..........4 3......28 Emplacements de parkings ...............................................................1 3................................................7 Description du projet global sur la « Place des Alliés » ...........................................................................................................................................................................................................3...............................................24 Trame du parking.. ..................................................................40 Types de situations ...............................4................................. ................5...........5................................38 Dalle ............................. ............. .............................................................................................................3 4...38 Poutres.6 3.1 6.......................................4 Ses services ............1 4.................... ..............................36 Hypothèses a l’aps .................................................. ........................23 Résumé des chiffres-clés .......................... .........................1 5....................................2...... ................................................................ ........ ..................................................22 Pollution du site.........................................................4 3..........................Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Sommaire 1 2 2......... ..............................................................................................................................................1 3........3 4.........................................................................2 3............1 2.............39 Etats limites de service .....3................................................................4 4.......................................................................1 6................... .....3 3........5 3........................................... ................ .........................2 3............................................. .............2................................................................3 3........................................14 Chronologie du projet................................. .........................................................4..............................................................................................3......2 6...................................................................................................................................3 Introduction .1 Présentation générale de l’entreprise ...........................................1 6.25 Normes et prescriptions ............21 Description de l’environnement humain et naturel du site .........................9 Planning du projet .21 Style de construction ...................................................... ......... ..................................................................... ....5 - Présentation de l’affaire ................19 Cadre de l’étude : Parking souterrain de la Ville de Differdange .....................1 3................... .........................................................................................2 Quelques réalisations récentes ......................2 3.........3..............................2 2.......22 Situation géologique ..................7 4 4................................................................................................................... ..2 3......................................................... .......................................................................................................................................22 Situation hydrogéologique .................................................................................... ..22 Gestion de l’eau....8 Les enjeux ....................39 Flèches ................... ....................................................................................2 4.....39 Généralités .....................................2.................................7 Histoire de la commune de Differdange ...............3...1........................................................................... ..................................................................4...........20 Compartimentage ....................................................................................... .....................................................14 Acteurs et conventions ............................................................................................................................................2 Présentation de la société .................................................................2...................... . ....... .....................3...............................................4 5 5.....................3 2..............................................................................................................31 Estimation des charges à l’avant-projet sommaire .......38 Méthodologie et bases de vérification ..... ..........2 6....................26 Comparaison des solutions ...14 Début du PFE ...............1 3................................................................................ .....................................3...............................................................................................................................................................3 3........ ........15 Les intervenants .................................7 Description du projet................ ........................25 Conception de la structure portante du parking N-1...........................................1 3..............................................................................1 3..........................4 Le département Bâtiment ..........26 Description du plan de la structure portante N-1 ...................... ......19 Rampe d’accès extérieure ........................................................................................................ ................................................... .............................................. .. ......................................3 6.................................4................2 4.....................4 Les différents services ....................................... ...................................................................................................................................23 Coûts ............... .................................... ...........................................................5............................................... ..................................1..

.................3 9..........................53 Méthodologie ................................................................................................6 9.................................1 9...........................................................................................2 7.......................3 9..................... ...............................................1 7...............54 Les Etats limites ultimes E.....................................................................................................................52 Charges trapézoïdales ....51 Généralités ...........................48 Poutres en B.............7..................................................1 9................................................................................................................................................. ...................... ......................... ............... .............................................................. ...................................................................................................8...........4..................................42 Prédimensionnement du plancher N-1 a l’aps............................. .7........................................................5 6...................................................4 9..1 7.......... ..............................................8 10 Dimensionnement sous Robot à l’AP D .........................................................................Poutre 5 du niveau N-1 – Variante optimisée ...........6 7 7.47 Dalle en B........................................................................................................................................................................... .................... ...............61 - 8.47 Prédimensionnement ..................................................................................................................................................A............................5 8...................... .............62 Charges ...................................... ...................................................................................... .................................5.............62 Modélisationde la poutre................... ........................48 Dalle en B.................................................... ........63 Sollicitations aux ELU .........L.........7 8.................................................3 7....... .........................................73 10...................................... ...........................2 8..................................2 10.......................................... ........................51 Difficulté de modélisation ................6 8....................................................4....................................................68 Proposition de ferraillage ..................Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 6........72 - Dimensionnement sous ROBOT à l’APD – Poteau n°4 du niveau N-2 – Variante optimisée ......................................................................10..............................4 9................................................7 9..... ..........1 7...2 7.................. ................................................................4 Description ........................................................................62 Combinaisons........................73 Géométrie retenue ................ .....57 Intersection entre deux poutres monolithiques .................................................................5 7...................A........6 8 8........................................67 Vérifications ..................................... ....1 10........................................ ............ ....................42 Hypothèses pour les calculs .............59 Illustration du problème avec un exemple ..................................63 Flèches aux ELS .............................................. .................. ..........................................................5.....................................................7.............. ......U.............3 9 9.....................................................................................................................S.............43 Modélisation du plancher N-1...............................................................2 9........................................................74 Détermination du ferraillage .............. ...........................................54 Les Etats limites de service E.........................50 - Etude des deux variantes a l’APD.................................10 Appuis de la structure ............2 8..............................................................54 Les Etats Limites ................................A....................51 Description de la première variante – Variante rigide................................ . . ...............................................................5.............................................7..............4 8..........................................................................................................3.................46 Résultats................................................................47 Poutres en B...................................... ..............................................................62 Matériaux ..............................................................................................46 Charges et flèches .......................................... sur appuis linéaires rigides........................10...........................................................................................................................................................................................................8 8............43 Problématique de la charge roulante .52 Largeur participante d’une poutre en T ........................................................63 Moments de flexion ..........................................................1 9.................... ................................................................. ....... ....................................................75 - MUHOVIC Emil v GC5 INSA Strasbourg ..........................................2 9.................4 6.......................2 7......................1 8................................... ............ ...........................46 Combinaisons : ................9 8.... ....................................................................2 9........................ ....... ..................... .................................................4 7..... ................1 7................................................................................1 8.... ...... ............................................... ...........................1 8.........59 Description de la solution proposée...................64 Détermination du ferraillage .......65 Vérification des dispositions constructives ..........2 7.........42 Avantage des poutres continues ..................................................................................................................3 10.................3.49 Conclusion du chapitre 7............. ...................................A....................................................................8................46 Définition des charges : ......................................................... .. ........................... ..............60 Résultats ........................................................................73 Détermination de l’effort de compression .... ......................................................... .......5 9..................... sur appuis linéaires rigides....... ....................L.......................................................................................................................... ......3 8.....................................64 Armatures transversales verticales .............................................................................10.................... .....63 Efforts tranchants .....64 Armatures longitudinales ............. .................... ..............................51 Description de la seconde variante – Variante optimisée .............................................................2 8....................56 Problématique de la charge roulante ...........................................................5..............

....................1 Ferraillage longitudinal .................................................................80 - Bibliographie .................................................78 11.....Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 10...............1...........................................................................1 Poutres .............................................................4...........................4............. ........................ ........ ......................................79 - 11.............................. ......................................................................................................2 12 Conclusion ......... ...............................................1................75 10.................................................................................................. ..........78 Variante rigide............................................6 10................................................................................76 10........... .....................................................................................................................77 - Comparaison des résultats ........................................................................81 - MUHOVIC Emil vi GC5 INSA Strasbourg ........... .........................................5 Prédimensionnement de la semelle ponctuelle ....................................76 Proposition de ferraillage ......................7 11 Remarques .................................................1 11....................................... ......................................................78 Variante optimisée....... ................................2 Ferraillage transversal ............ ..................................................................76 10.........................................................................................................................................

.....2......1...........3....3.1....... ..........................1................................2 Plan de la structure portante du niveau -1-Variante optimisée à l’APD ...................................................1 Méthode de prédimensionnement des poutres à l'APS .1 Les missions des différents intervenants ..1...........................................2..............................1........................ ................... ...............1 Missions de la maîtrise d'œuvre ..49 Figure 8...28 (4)Figure 4................52 Figure 8.....4 Accès de la place et maisons unifamiliales ...................................2.............. ....................5 Limitation de flèche .............. ..............................3 Localisation de la flèche maximale – Panneau n°36 ........................2.........................................................73 Figure 10...44 Figure 7.................................................2............................5...............................13 Figure 3.............................4...3..... ....3......................5..1 Surface d'influence .............2 Poutre continue I ..... ....74 - MUHOVIC Emil vii GC5 INSA Strasbourg . .......1 Définition d'une section en T ..............1 Vue sur la Place des Alliés ........... ..... .......................................2....................................................... .......................53 Figure 8.......2.................................................................................................1 Section de la poutre en T ................2..................................... .................................................................................38 Figure 6............................................62 Figure 9..............2 Largeur d’appuis prévue .............................. .....15 Figure 3...2 Modélisation de la structure et localisation de la case la plus défavorable .. ................... ...................................................................3................................................................................................40 Figure 6...........................10....................................................39 Figure 6............................................2...........2...................46 Figure 7.................. .................1... ....................................4) Philharmonie ........ ..4............................................................20 Figure 3........................................... ...............................1..............................................5 Figure 2...........7 Figure 3.......................................2.......................... .......................59 Figure 8.........5...3 Rehazenter à Kirchberg (2) ................3..........................3 Figure 2..............................9..........................................................1.1...2 Vue du parking et de l’école ............................................1 Poutre continue D............................................................................................... .......2.........41 Figure 7........2....................2 Séparation de la partie « dalle » de la partie « rampe » .............................20 Figure 3...............................1 Localisation du quartier Fuusbann (1) ..............................................1..............1 Plan de la future place des Alliés et les environs (3) : en mètres ..4.............................................................8.................. ........2..2.......................................................1......... ....................................4 Figure 2........6 Figure 3.......................... ............................................................2 Limitation des contraintes de traction limites dans les armatures tendues ................2 Raccord routier avec construction d'un nouveau tunnel sous le remblai ferroviaire à Howald (2) .........3 Cloison avec ouverture :............................................................... .....................1 Localisation du poteau n°4 de la poutre 8 au niveau -2 ...........8 Figure 3...................1 Localisation de la ville de Differdange (3) ....1..1.1 Historique de la société InCA ........................................Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Liste des figures Figure 2. ......................4..........................................1...............53 Figure 8... ..........18 Figure 3......................1 Vue aérienne de la place en 1961...... ......................1.................................................. ....... ..56 Figure 8....1...........................................1....................................................1 Modélisation du plancher N-1 sur ROBOT........1............................... ........2 Section en T ............................. ..................... .................2 Situation actuelle de la Place des Alliés (1) ...3 Place des Alliés et centre commercial Delhaize ................Salle de Concerts à Kirchberg (2) ...................................................4 Figure 2..................1 Localisation de l'intersection ..............................21 Figure 3............................................... ................3..............4.......... .................1.1 Méthode de prédimensionnement de la dalle à l’APS ....8 Figure 3..................................1 Rampe d’accès extérieur ........60 Figure 8............................................26 Figure 4..............................................3........................................1 Modélisation de la poutre 5 .....................................2.....23 Figure 4..2 Schéma heuristique traduisant mes missions au sein de la société InCA .........53 Figure 8................................................10......................61 Figure 9........................1...................... .............1..............46 Figure 7...............................................1 Proposition de ferraillage de la première travée ...............................................3........2 Paramètres déterminant la largeur participante .........34 Figure 5...............................9.....................................................................................2....1 Contrainte de compression limite .. ............2.....5.... Le centre commercial (à gauche) est encore un champ ....1................2....1........... .........................................................................................60 Figure 8....2..........1 Orthogonalité des trajectoires en gris et retrait .......20 Figure 3.40 Figure 6................1 Définition de la charge roulante de manière successive ............................................................................2....29 Figure 5......1......2.........1 Schéma traduisant les hiérarchies ............................1............10 Figure 3.43 Figure 7................. .2.................. ...............1......................................... ................................................ .........1......1 Flèche de la deuxième travée de la poutre 2 .......................................1 Coupe transversale du parking à partir de la rampe .......................2...56 Figure 8...................................3 SLW 30 Brückenklasse 30/30 .........................40 Figure 6.....1 Distance l0 entre les points de moments de nuls ......................................33 Figure 5..........2 Ancien site minier à Differdange (3) ....4 Figure 2.......................................6. .............................................2 On fait circuler la charge sur toute la poutre continue.......... .................................................. ..................................... ....... ..........................................35 Figure 6..................8........ ...........20 Figure 3..................3........................................ ......12 Figure 3......2 Figure 2.......8.................16 Figure 3.............................1Largeur d’appuis disponible ......................2........1 Définition d'une charge roulante sur ROBOT ......1 Construction du Passage Inférieur entre la ligne Luxembourg-Pétange (2) ............................2...............2 Cases de parking à 60° ........................................................................4 Cloison sans ouverture : ........45 Figure 7........................................................3 Situation projetée (2) : en mètres ............... ......2.......... ................ .......2..............................................27 Figure 4...........2 Déformée au niveau de l'appui de rive de la dernière travée .....................................10...............................................................2...................................................... . ......1.. ................1 Plan de la structure portante du niveau -1 ..........................3..............2.....................................4............58 Figure 8......2 Localisation de Niederanven (1) .......................................................3............40 Figure 6.. ................2..72 Figure 10............4 Figure 2..................3.................................................................................1..62 Figure 9.................2.........1 Répartition des 99 employés au sein des différents départements ....... ................

......................... ...2..................... ........7............................ .........1.........................75 Tableau 10.....2......66 Tableau 9.........2 Ratios de la variante rigide avec du béton C30/37 ..................... .............7..Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Liste des tableaux Tableau 3............7.......6 Vérification de la résistance des bielles de béton .....................................................1 Coût des différentes variantes au stade de l’APS ....3 Ratios de la variante rigide avec du béton C35/45 .......3............................................................1 Sections d'acier théoriques et réelles ..................7.................71 Tableau 10..........................................1.............. ...............................2..... ...................................................................4 Vérification des fissures ....7.......4...........8............................1 Coefficients d'élasticité des différentes intersections ...................................54 Tableau 8...63 Tableau 9.............64 Tableau 9.......8..... ................4................................................................... ............................... ............ .........63 Tableau 9..........................................37 Tableau 5.......2.........................................................5..................................................... ...............8............................ ..........3 Résistance du béton en situation durable/transitoire ............ .............66 Tableau 9..........................2 Choix d'armatures transversales .......7.................. ........................... ............... ..............................63 Tableau 9.............3....4...............7...................2 Choix des armatures longitudinales supérieures ........77 Tableau 11...........2 Caractéristiques du projet ...................78 Tableau 11......................................1........................1 Flèches à longue durée .......................................3......3 Vérification des flèches ...........1 Réactions d'appuis de la poutre 8 du niveau -1 ...3....2.........................1 Actions agissantes ... ...............1 Caractéristiques des poutres I et D .................1.........1 Flèches maximales dans la dalle ...1 Efforts tranchants de calcul ......2.................7............................................ ..........16 Tableau 3....76 Tableau 10..........................4..........24 Tableau 5....3 Actions caractéristiques sur le poteau n°4 ..............................69 Tableau 9.....1 Vérification du moment ultime ..............................1.....................1 de l‘EN 1991 ..................... ..................3......1 Chiffres-clés du parking .........1 Ratios de la variante rigide avec du béton C35/45 ..................1.........2..35 Tableau 5.............3................2.........7........74 Tableau 10..........1 Forces statiques accidentelles équivalentes agissant sur les poteaux d’après le tableau 4.....................68 Tableau 9........79 Tableau 11.1................................ ................................................................... .....10...............................................................................................................................69 Tableau 9................2 Prolongation des armatures longitudinales au niveau des appuis ........1 Caractéristiques du parking souterrain .2 Coût estimatif de la seconde variante ..................................24 Tableau 3.6.................................5.........5...........2 Réactions d'appuis de la poutre 8 du niveau -2 ..........................4............5 Contraintes dans la bielle comprimée ............................. ........................ ..5. ..... ...................... ..4 Ratios de la variante rigide avec du béton C30/37 ..............23 Tableau 3...............1 Coefficients de combinaisons d’actions .. .........................69 Tableau 9.....7.............3..........2 Compression du béton et traction des armatures ................................. ..............6...........................47 Tableau 7......56 Tableau 3 8..............................9 Tableau 3.70 Tableau 9.................................2 Tableau récapitulant les actions sur le plancher à l’APD ...... ..........49 Tableau 8.................4................................................................8.3.......... ............... .............37 Tableau 7... . ........2 Coefficients partiels relatifs aux matériaux ................................7...1 L'équipe désignée pour ce projet ...............................1 Proposition de ferraillage du poteau 8 du niveau -2 .....55 Tableau 8.....67 Tableau 9......4..1.4 Résistance du béton en situation accidentelle .1 Choix des armatures longitudinales inférieures ... ........................7.........1 Moments de calculs sur appuis de rive ..........................................................................................................................................17 Tableau 3............ ....................1 Tableau récapitulant les actions sur le plancher à l’APS ...............64 Tableau 9....1................................................7.........................1..............3.......................61 Tableau 9.1.....78 Tableau 11.................1......... .............................................................................................7....2.............. ....75 Tableau 10..65 Tableau 9.............................79 - MUHOVIC Emil viii GC5 INSA Strasbourg ............................................................................... ........1..6..........55 Tableau 8.1..................1 Largeur des semelles ponctuelles ...........................................70 Tableau 9...... .........................................1 Moments de flexion de calcul................. .....

Un des objectifs est également de confronter les résultats obtenus à l’aide de « ROBOT (version étudiante) » avec les logiciels allemands utilisés couramment par les ingénieurs du bureau tels que « FRILO » et « DIE ». Il traite l’étude d’un parking souterrain en béton armé à deux niveaux qui doit être construit à Differdange sur la « Place des Alliés ».Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 1 INTRODUCTION Mon Projet de Fin d’Etudes. En APD. Ce parking offre une capacité totale de 183 places environ (80 places pour le premier niveau et 103 places pour le deuxième). Après la présentation de la société et du parking. Variante 2 : Structure rigide avec dimensionnement des poutres du niveau N-1 et du poteau le plus sollicité de ce même niveau avec ROBOT. d’une durée de 20 semaines. Les normes allemandes (DIN) pourront également être utilisées pour vérifier les éléments de structure. Il s’étend sur une surface totale brute de 5610 m2 et son budget prévisionnel se chiffre à 8. Les missions que l’on m’a confiées se résument au dimensionnement des éléments porteurs en AvantProjet Sommaire et en Avant-Projet Détaillé. Pour conclure. Ce projet a été proposé dans le but de dimensionner les éléments porteurs en béton armé du premier niveau et de vérifier leur comportement aux Etats Limites Ultimes et de Service. Dans un premier temps.500.    Variante 1 : Prédimensionnement du plancher N-1 à l’aide du logiciel de calcul aux éléments finis allemand DIE . le plancher du premier niveau sera prédimensionné à l’aide du logiciel DIE. En d’autres termes. L’étude sera menée avec les Eurocodes 0. cela signifie que trois variantes seront étudiées. Des explications concernant le plancher du niveau -2 viendront compléter le projet en question.000 euro. Le plancher niveau en-dessous est similaire voir moins difficile à étudier. Tous les logiciels sont actuels et sont conformes aux Eurocodes par conséquent. Il s’agira ensuite de faire la descente des charges et d’émettre certaines hypothèses de calcul. On verra comment a été résolue la problématique causée par la charge mobile en utilisant dans un premier temps un logiciel se basant sur la méthode des éléments finis et ensuite un logiciel de dimensionnement du type ROBOT MILLENIUM (ou FRILO pour l’autocontrôle). Des modifications apportées par l’architecte au stade de l’APD ainsi que l’optimisation de la structure portante constitueront le cœur de ce projet. Variante 3 : Structure optimisée avec dimensionnement des poutres du niveau N-1 et du poteau le plus sollicité avec ROBOT. . le dimensionnement des poteaux sera également traité. s’est déroulé au sei n de la section bâtiment du bureau d’ingénieurs « Ingénieurs Conseil Associés (InCA) » au Luxembourg. une proposition de type de fondation est donnée en fonction de la nature du sol d’assise. 1 et 2. le mémoire traite l’aspect réglementaire régissant au Luxembourg. MUHOVIC Emil -1- GC5 INSA Strasbourg .

r. Par la suite.à. InCA Ingénieurs Conseils Associés S. En novembre 2005. née en vertu d’un acte notarié passé devant le Maître Frank BADEN. Son siège social se situe à Niederanven. une localité distante approximativement de 16 km à l’est de la capitale luxembourgeoise et abritant 5507 habitants. JACOBY et de l’autre part la société BEST.1. dont le montant se chiffre à 250. les deux branches qui la composent se séparent pour former d’une part la société GEHL JACOBY& Associés sous la régie de M. le contrôle. Les 5 associés sont : M. Figure 2. EWEN MUHOVIC Emil -2- GC5 INSA Strasbourg . l’activité de GEHL JACOBY& Associés est en constante progression.à. GEHL et de M. toutes prestations consultatives. fabricants de matériaux de construction ou autres.00 €. les deux bureaux vont se diversifier et c’est surtout la société GEHL JACOBY & Associés qui va connaître une expansion importante au sein du Luxembourg.1 Historique de la société InCA Le bureau d’études InCA a pour objet l’étude complète de tous les projets de construction et de génie civil. Le capital social de la société indépendante..l. Depuis qu’elle est devenue indépendante en 1991. Lorsque les groupes d’associés de la société SECOTECHNIQUE décident de se séparer en 1991. est une société à responsabilité limitée suivant sa forme juridique.000.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 2 PRESENTATION GENERALE DE L’ENTREPRISE 2. anciennement nommée GEHL JACOBY& Associés S. Elle n’a aucun lien avec d’autres branches de la construction telles qu’entreprises de construction.l.r. DE TOFFOL M. est entièrement aux mains de ses cinq associés qui eux sont activement engagés dans le fonctionnement du bureau. ainsi que toutes activités se rattachant directement ou indirectement. la direction et la coordination des travaux. en tout ou en partie.1 Présentation de la société InCA Ingénieurs Conseils Associées. à son objet social ou pouvant en faciliter le développement ou la réalisation. d’assistance. de contrôle et d’expertises dans le domaine de l’ingénierie. DE CILLIA M.

A. JACOBY M. InCA Ingénieurs Conseils Associés est membre : de l’Ordre Légal des Architectes et Ingénieurs Conseils du Grand-duché de Luxembourg (O.) de l’association des coordinateurs de sécurité et de santé du Luxembourg (ACSSL) de l’European Federation for Engineering Consultancy Associations (EFCA) de la Fédération Internationale des Ingénieurs-Conseils (FIDIC) Les départements techniques Bâtiment et Génie Civil sont en contact permanent avec leurs clients qui sont : L’Etat luxembourgeois Les Communes La Société Nationale des Chemins de Fer Luxembourgeois Les banques L’industrie Les promoteurs Les particuliers MUHOVIC Emil -3- GC5 INSA Strasbourg . MOECHER Figure 2.I.2 Localisation de Niederanven (1) Par ailleurs.1.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange M.

Figure 2.2.2 Quelques réalisations récentes Ci-dessous.1 Les différents services Cette société compte 99 employés.1 Construction du Passage Inférieur entre la ligne LuxembourgPétange (2) Figure 2.2. dont 55 ingénieurs.4 Philharmonie .Salle de Concerts à Kirchberg (2) 2.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 2.2. vous retrouverez quatre ouvrages conçus récemment par InCA.3 Ses services 2.2.3 Rehazenter à Kirchberg (2) Figure 2.3.2 Raccord routier avec construction d'un nouveau tunnel sous le remblai ferroviaire à Howald (2) Figure 2. répartis dans les départements suivants : Bâtiment Ouvrages d’art Infrastructure routière et ferroviaire Adduction et assainissement des eaux Hydrologie et études hydrauliques Environnement Coordination sécurité et santé Coordination et pilotage de projets MUHOVIC Emil -4- GC5 INSA Strasbourg .

la conception ou le contrôle sur chantier. A noter également qu’aucun des départements ne se subdivise en différents services. il s’occupe à lui seul du département « Ouvrage d’art ». l’équipe désignée pour la réalisation du projet à Differdange se compose des membres suivants : M. Toutefois.3. ingénieur chef de projet. M.1 Répartition des 99 employés au sein des différents départements Dans la suite. M. HERMANN. responsable de la mission infrastructure. Les ingénieurs interviennent dans toutes les phases du projet (étude et exécution) que ce soit le calcul. DE CILLIA). MUHOVIC Emil -5- GC5 INSA Strasbourg . EDLINGER. Le département bâtiment compte parmi ses 4 associés 23 ingénieurs dont 9 sont chefs de projet.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 1 Basant son activité sur une ingénierie pluridisciplinaire.1. MEIER. MOECHER. 15 dessinateurs leur sont mis à disposition pour la constitution des plans. associé-responsable M. le souhait de la direction étant de ne pas communiquer son chiffre d’affaires.3. mon tuteur de stage et chef de projet. ingénieur chef de projet. InCA répartit ses collaborateurs sur 5 départements : Bâtiment (40%) OA et Génie ferroviaire (15 %) Infrastructure routière (10%) Assainissement des eaux et hydrologie (7%) Coordination et pilotage (21%) Coordination sécurité et santé (7%) Figure 2. responsable de la mission génie civil. La définition de ma position et de mon rôle au sein de ce département sera également traitée. 2. Quant au dernier associé (M. nous verrons l’organisation du département bâtiment.2 Le département Bâtiment Mon PFE se déroule au sein du département « Bâtiment » dirigé par quatre des cinq associés. Les responsabilités de chaque intervenant peuvent se hiérarchiser de la manière suivante : 1 La répartition des employés n’est pas significative quant à l’activité de l’entreprise.

MUHOVIC Emil -6- GC5 INSA Strasbourg . HERMANN. Il participe à toutes les phases du projet. Deux dessinateurs nous sont mis à disposition. L’associé-responsable. nommé ci-dessus. HERMANN.1 Schéma traduisant les hiérarchies On peut observer sur la figure 2-3-2-1 le fonctionnement-type d’un projet au sein de la société InCA. En général. M.MEIER.3. se trouve au sommet de la hiérarchie. les membres de l’équipe sont tous originaires de l’Allemagne ce qui m’a permis d’améliorer d’avantage mon langage technique en allemand. Les informations lui sont transmises par le chef de projet. M.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 2.2. un ingénieur-projet s’occupe essentiellement de la partie calcul et vérification. Le chef de projet veille au respect des délais imposés et participe aux réunions entre les différents acteurs du projet. Ma place parmi cette équipe est d’intervenir dans les missions de calcul et de conception de la partie « structure » aux côtés de M. MEIER joue également un rôle de chef de projet. Le rôle de ce dernier se traduit par la direction et la gestion du projet. Pour ma part. MOECHER. MEIER sous la tutelle de M. Dans ce cas précis. A l’exception de Mr. HERMANN. dans ce cas-ci M. je me retrouve avant tout en étroite collaboration avec M.

Grâce à l’achat du brevet Grey et du laminage de la poutrelle portant le même nom. Niedercorn. MUHOVIC Emil -7- GC5 INSA Strasbourg . 1911 marque l’année du premier laminage de poutre de hauteur dépassant les 100 centimètres. ancien site minier. C’est sur le site de Differdange également que le procédé de laminage Grey a été pour la première fois au monde mis en œuvre de façon industrielle. économique et administratif.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 3 PRESENTATION DE L’AFFAIRE 3. la commune de Differdange compte les localités suivantes : Differdange.1. Differdange se classe troisième ville luxembourgeoise. Étendue sur une surface de 2. La commune de Differdange se trouve au sud-ouest du Luxembourg à 25 km de Luxembourg-ville.1.1 Localisation de la ville de Differdange (3) Differdange est avant tout connue pour son industrie du fer qui naît au 17e siècle avec la construction de la forge de Lasauvage et qui se termine seulement quelque 350 ans plus tard avec la fermeture de la dernière exploitation de minerai de fer du Luxembourg. ancien site minier Fond-de-gras.215 hectares.1 Description du projet 3. En effet. Lasauvage.1 Histoire de la commune de Differdange Ce mémoire traite le projet de construction d’un parking souterrain se situant surle territoire de la Ville de Differdange. Avec 22. avec le quartier Fuusbann dont la « Place des Alliés » occupe un rôle central.156 habitants (28 février 2011). Obercorn. Figure 3. Differdange a gagné une renommée mondiale. qui constitue le centre géographique.1. sous la « Place des Alliés ».

1. aussi appelées «Jumbo». Cette poutrelle HISTAR grade 65. avait été lamie le 24 juillet 2006 à l’usine d’ArcelorMittal à Differdange.1 Localisation du quartier Fuusbann (1) MUHOVIC Emil -8- GC5 INSA Strasbourg . d’une commande initiale de 803 tonnes. le chantier du Freedom Tower.1.2 Description du projet global sur la « Place des Alliés » Le projet global mené par le bureau d’ingénieurs InCA inclut l’aménagement paysager de la « Place des Alliés » du quartier résidentiel Fuusbann qui sera fait à neuf à l’occasion de la construction du parking sous-terrain.3 km du centre-ville de Differdange. avait été ouvert sur la place des anciennes tours jumelles(WTC) par la mise en place d’une première poutrelle. sont utilisées dans le BTP partout dans le monde.2 Ancien site minier à Differdange (3) Aujourd’hui les activités de Differdange ont connu des mutations fondamentales. Depuis la fermeture de la dernière usine d’exploitation de minier de fer.1. Les poutrelles de Differdange.2. Le quartier résidentiel Fuusbann se situe entre Differdange et Obercorn à 1. Differdange s’est spécialisée dans l’élaboration de l’acier en filière électrique. En 2006.1. Figure 3.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 3. New York. 3.

Cet ouvrage communiquera avec les deux niveaux de parking à construire sous l’ancien magasin Monopol (125 places) dont l’entrée sera commune. sera construit sur 2 niveaux sous la « Place des Alliés » à Differdange.1 Caractéristiques du parking souterrain L’étude de mon Projet de Fins d’Etude portera donc sur le dimensionnement d’une structure en béton armé. on retrouve les caractéristiques principales du parking : Description Surface brute des sous-sols sauf partie cave « Miwwelchen » 1er sous-sol sans les caves et locaux 2e sous-sol sans les caves et locaux Niveau fini du 1er sous-sol: Niveau fini du 2e sous-sol Hauteur libre minimum de passage Surface actuelle de la Place des Alliés Surface extérieure (Nouvelle Place des Alliés) Nombre d’emplacements du 1er sous-sol Nombre d’emplacements du 2e sous-sol Nombre d’emplacements au Rez-de-Chaussée 5610 m2 2740 m2 2870 m2 environ + 297. 65 Valeur Tableau 3. un concept global a été réalisé par la commune.20 m 6500 m2 8000 m2 80 places de parking 103 places de parking.2. L’ensemble formera donc un seul parking ouvert au public avec une partie privée (2e sous-sol du parking Monopol/Breevast). ouvert au public. 3. Le parking de 183 places.3 Les enjeux Avant de passer à la description du parking. La « Place MUHOVIC Emil -9- GC5 INSA Strasbourg . font de la « Place des Alliés » un lieu central. La ville de Differdange connaît aujourd’hui un fort réaménagement depuis le déclin des sites miniers. le présent mémoire décrit uniquement le projet de parking public souterrain. L’extension de « l’école Fuusbann » et la reconstruction d’un nouveau supermarché. ainsi que le réaménagement en lotissement du lieu « Wuelemswiss ». Le but est de rendre cette place plus dynamique en proposant une zone de rencontre de manière à l’adapter aux nouvelles exigences économiques et écologiques. Pour que les nombreux aménagements et les différentes constructions interagissent en harmonie. La surface extérieure de la nouvelle « Place des Alliés » occupera une surface approximative de 8000 m2. Les caractéristiques propres au parking sont indiquées au tableau3-1-2-1.50 à définir environ + 294.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Un nouveau bâtiment (« Miwwelchen ») à 3 étages sera construit au-dessus du parking souterrain dans la partie est de la place.1. Toutefois. C’est la raison pour laquelle un plan d’aménagement de la « Place des Alliés » est envisagé par l’administration communale. elle ne donne pas envie de s’y rendre. la «Places des Alliés » ne constitue pas un centre digne de ce nom pour le quartier du Fuusbann. nous nous intéresserons tout d’abord aux enjeux qu’un tel projet peut générer. qui correspond à la partie du projet dont j’ai une part de responsabilités. La phase APD a notamment permis de délimiter la surface du parking et de fixer son volume. Actuellement. Cidessous.1. Occupée par des voitures en stationnement et recouverte uniquement d’asphalte.60 à définir ≥ 2.

MUHOVIC Emil . Elle offrirait aux habitants la possibilité de se réunir et servirait aussi aux manifestations populaires car le rôle de cet espace. des constructions déjà présentes aux alentours. Une allée verte le long de l’école relie la « Place des Alliés » au « Parc des Alliés ». La « Place des Alliés ». qui est aujourd’hui un parking goudronné sans âme sera de devenir un cœur de quartier. Une limitation de vitesse à 20 km/h pour les automobilistes assurera avant tout la sécurité des piétons entre la place et l’école en face. Ainsi pour éviter l’encombrement de voitures sur cette place centrale. on obtient un coût de 25 000 € par emplacement dans le cas d’un parking à un niveau. En effet.3. qui représente un lieu de détente avec des aires de jeu. En effet. Le nombre de places publiques offertes aux habitants et aux clients du supermarché croîtra alors de 210%. L'objectif est d’intégrer cet immeuble (qui abritera logements et commerces au rez-de-chaussée) dans le paysage urbain des maisons déjà existantes. qui sera transformée en premier. voire en-deçà. deviendrait une zone de rencontre et une zone où se développent les commerces. Avec les 65 places prévues en surface. L’enjeu commercial constitue un autre facteur décisif pour la construction de ce parking. Selon les variantes. 50 70 86 100 82 120 Figure 3. Les tarifs de parking devront être établis en fonction du coût d’une place de parking. Afin de rendre l’investissement rentable dans un proche futur. un vrai lieu de rencontre. abritera un bâtiment qui ne devrait désormais faire plus que trois étages.1 Plan de la future place des Alliés et les environs (3) : en mètres On a vu que l’enjeu majeur de ce projet se tourne avant tout sur la consolidation de l’identité de ce quartier.10 - GC5 INSA Strasbourg . un parking souterrain sera aménagé. Une des premières mesures prévues pour ce projet est la réalisation d’une place « car-free » c'est-àdire d’un lieu privée de voitures.1. La rentabilité d’une place de parking augmente lorsqu’on passe à un parking avec deux niveaux. En effet. la commune de Differdange tranche actuellement entre 3 gestionnaires. La « Place des Alliés » avec un parc intégré deviendrait un pôle supplémentaire de la commune en occupant la place centrale du quartier résidentiel Fuusbann. Sa taille restera au niveau. Cependant dans le but de ce projet. nous ne nous intéresserons pas d’avantage à ce bâtiment à l’exception de l’estimation des charges transmises. l'arrivée de ce nouvel aménagement permettra de faire gagner aux habitants 168 emplacements pour se garer. la commune prévoit de rendre les places de parking payantes.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange des Alliés » prenant une position centrale dans ce concept. un parking souterrain de 183 places et de deux niveaux sera aménagé sous la place.

on verra que la construction d’un deuxième niveau souterrain s’impose en raison de la faible capacité portante de la première couche de sol et des difficultés techniques qui en résultent. Dans la suite.) pour les structures courantes. Ayant éclairci la situation du projet global sur la « Place des Alliés ». MUHOVIC Emil . la suite du mémoire traitera uniquement la conception du parking à deux niveaux souterrains en tenant compte des nombreuses contraintes qui l’accompagnent.11 - GC5 INSA Strasbourg . la construction de ce parking souterrain s’inscrit dans une démarche durable étant donné que sa durée de vie devra atteindre au minimum 50 ans comme prévu par l’Eurocode 1990 (Section 2.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange le coût de cette deuxième variante se chiffre à 20 000 € par place.3 tableau 2.1. De plus.

3.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Ancien Monopol Jardin Extension de l‘école Figure 3.12 - GC5 INSA Strasbourg .2 Situation actuelle de la Place des Alliés (1) MUHOVIC Emil .1.

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 50 34.8 24.1.3.5 65 Figure 3.3 Situation projetée (2) : en mètres MUHOVIC Emil .6 16.13 - GC5 INSA Strasbourg .3 31 80 31 16.

je me suis lancé dans le projet lors de la phase de l’avant-projet sommaire le 24 janvier 2011. la partie « Conception » sera traitée plus tard dans la partie 4 « Conception ». le bureau InCA propose une seconde variante qui consiste en la construction d’un parking public avec un second niveau souterr ain avec 183 places. A partir de mi-février 2011 : Etude APS de la seconde variante. MUHOVIC Emil . Le montant prévisionnel se chiffrerait alors autour de 8.2 Début du PFE Dans le cadre de l’étude de ce Projet de Fin d’Etudes.Cependant. 3. la commune souhaitant attendre les coûts établis par les bureaux.000 d’euro. 3. Depuis la phase de conception en avant-projet sommaire (A.1 Chronologie du projet Fin décembre 2010 (avant mon début de stage) : La commune de Differdange exprime le besoin de la construction d’un parking public avec un seul niveau souterrain comportant 96 emplacements sous la « Place des Alliés ». Cette somme semble importante en raison des travaux de fondation onéreux en perspective pour atteindre le sol porteur.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 3. Une série de plans d’architectes et de plans de positionnement m’ont permis de me lancer dans le prédimensionnement de la dalle et des sous-poutres du niveau souterrain -1.2.5 m : voir annexe 8) et au besoin en emplacements ainsi qu’au coût élevé par place de la solution 1. Cependant. Il s’avéra néanmoins que le coût estimatif de cette seconde variante dépasse le coût de la première variante de 31%. une attention particulière a été prêtée au positionnement des emplacements et à la rampe d’accès du parking. le projet est actuellement en avant-projet détaillé (A.P. En effet. l’enveloppe budgétaire n’est pas fixée rigoureusement.000 d’euro. Le conseil échevinal donne son accord pour la réalisation d’une étude. Suite à la mauvaise qualité du sol (auto-portance à partir de 4.500. Mi-janvier 2011 (avant mon début de stage) : Le montant de la variante avec un seul niveau souterrain se chiffre à 6. Début mars 2011 : La variante avec un second niveau souterrain est approuvée par les échevins de la commune.).14 - GC5 INSA Strasbourg . Prédimensionnement plus détaillé et optimisation de la structure. Début de phase APD.D.2 Planning du projet Après avoir été approuvé par le conseil échevinal.S).500. le projet a connu des modifications considérables.2.P. Deux semaines m’ont été accordées entre autre pour collecter toutes les informations nécessaires au bon déroulement du projet et pour m’adapter au nouvel environnement.

1 2Les intervenants L’interaction entre le parking de la commune de Differdange et le parking du Monopol nécessite une définition précise des rôles de tous les intervenants pour le bon déroulement du projet. représenté par les Messieurs P. pilote simultanément le projet de reconstruction de l’ancien « Monopol 7».A. MOECHER et W.3 Acteurs et conventions 3. De ce fait. DE TOFFOL.1 Les missions des différents intervenants 2 Une liste exhaustive des intervenants se trouve sous l’annexe 1. L’AMO est chargé de faire l'interface entre le maître d'œuvre.conseils spécialisé dans la gestion et la direction de projets de construction. Force est de constater que l’interaction résultant entre la conception du parking de l’ancien « Monopol 7» et celui de la « Place des Alliés » nécessite une collaboration étroite entre les différents acteurs ce qui justifie l’intervention du bureau PROject qui sert d’intermédiaire. et le maître d'ouvrage afin d'aider le maître d'ouvrage (Commune de Differdange). est en relation contractuelle avec le groupe « PROject S. assistant du maître d’ouvrage. du groupe PROgroup est un bureau d’ingénieurs .A. MUHOVIC Emil .A. les principaux acteurs du projet sont les suivants : Maître d’ouvrage du parking public : Commune de Differdange Assistance maître d’ouvrage (AMO) : Bureau d’ingénieurs « PROject » Architecte et PAP : Dewey Muller Bureau d’étude géotechnique : Eurasol Bureau d’études structure : InCA Géomètre : Geocad Bureau d’études réseaux souterrains : Schroeder & Associés Maître d’ouvrage Monopol 7 : Breevast Gestion du projet Monopol : PROject Le bureau PROject S.3.15 - GC5 INSA Strasbourg .1. ». Figure 3.3.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 3. Le bureau InCA. Ce dernier est responsable de la direction générale. La commune fait donc appel à une assistance de maîtrise d'ouvrage chargée de piloter le projet. PROject S. de la coordination des travaux et des études de génie civil pour la construction du parking public et pour l'aménagement de la place des Alliés à Differdange. constituée entre autre par le bureau InCA.

Par conséquent. La mission du bureau InCA est donc de traiter les missions de « structure des bâtiments » ainsi que « l’aménagement paysager de la place des Alliés ». MUHOVIC Emil . dont le siège social se trouve à Amsterdam.3.3. le bureau Project S.1 Missions de la maîtrise d'œuvre On observe donc que les missions de base du décret 1268 en France s’a ppliquent également au Luxembourg.A. 3.3. est spécialisé dans la promotion d’immobiliers de bureaux. l’estimation de la descente des charges provenant de cet immeuble agira sur la conception et le dimensionnement de la structure portante du parking. MUHOVIC Mission : Infrastructures P. le bureau InCA intervient dans : la conception du parking public (hors accès commun) en tenant compte de l’implantation future de l’immeuble Miwwelchen. Les prestations à réaliser sont les suivantes : Mes missions ESQ APS APD AP PRO ACT EXE DET AOR Mission d’étude Missions d’exécution Figure 3. Dans le cadre de mon projet s’appuyant uniquement sur le contrat avec PROject. HERMANN S. le bureau InCA est également chargé des études en génie civil pour la reconstruction du « Monopol 7 ». HERMANN M. i l n’existe pas de contact direct avec le groupe Breevast.16 - GC5 INSA Strasbourg . L’équipe désignée pour l’accomplissement de ces missions est la suivante : Mission : Génie civil Associé responsable : Chef de projet : Ingénieur responsable : Stagiaire P. MOECHER J. L’annexe 1 traduit plus explicitement les liens existant entre les différents int ervenants et leurs situations contractuelles.2 Les missions du bureau InCA et les objectifs Avec l'accord du maître de l'ouvrage (Commune de Differdange).l.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Le groupe Breevast. EDLINGER / Tableau 3. Par contre.2. et la déviation des réseaux existants. MEIER E. sous-traite au bureau InCA S.1 L'équipe désignée pour ce projet Les études de stabilité de l’immeuble « Miwwelchen » au-dessus du parking ne sont pas comprises dans la mission du bureau InCA. la partie génie civil. Par contre.àr. MOECHER J. Il est propriétaire des anciens bâtiments de MONOPOL situés au Luxembourg.2. l’aménagement de la place.

2. Afin d’atteindre ces objectifs. L’objectif consiste à effectuer l’étude d’une structure en béton armé de manière à converger vers une solution optimale unique. Voici les principales caractéristiques de la structure : Description Montant prévisionnel du projet Nombre d’étages souterrains Superficie totale du parking Structure portante Nombre d’emplacements souterrains Hauteur libre minimale Valeur 8. la conception d’un parking souterrain de 183 places réservé au public.20 m Tableau 3.500.17 - GC5 INSA Strasbourg . Le tableau 3-3-2-2 résume en détail les missions que l’on ma conférées tout au long du stage. il convient de réaliser un travail de recherche bibliographique important. La section 3. puis de mettre en relations tous les renseignements recueillis afin de proposer une conception de la structure la plus optimale possible. MUHOVIC Emil .3. j’interviens successivement dans les missions d’avant-projet sommaire et définitif.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange A l’issu du projet de fin d’études. décrit notamment la construction d’un parking souterrain à deux niveaux sous la « Place des Alliés ».2 Caractéristiques du projet Le sujet traité est donc un sujet de béton armé. Il m’est demandé de réaliser l’étude de différentes conceptions et de les dimensionner.1. Il s’agit d’ étudier sous la « Place des Alliés ».000 € 2 5610 m2 Béton armé 183 places 2. Le projet auquel je me suis intéressé s’inscrit donc dans le cadre de dimensionnement des différents éléments porteurs.

2 Schéma heuristique traduisant mes missions au sein de la société InCA MUHOVIC Emil .3.18 - GC5 INSA Strasbourg .2.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange temps Figure 3.

localisée à une altitude approximative de plus ou moins 300 m. en particulier les marchés publics pour Commune sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur.3 Réglementation luxembourgeoise Dans la section 3. En partie bas.1 Description des lieux Ce mémoire traite donc la construction neuve d’un garage souterrain pour parking public. qui constitue le cadre de la loi sur les marchés publics. Une autre rampe à deux voies. Elle amène au premier sous-sol du garage public. La circulation au 1er sous-sol se passe librement entre la partie de la résidence « Monopol 7 » et la partie publique en 2 points. A noter que l’ensemble des prestations du bureau InCA se basent sur la législation luxembourgeoise des marchés publics du 25 juin 2009. à l’Est par des jardins potagers ainsi que des résidences et au Nord par des maisons d’habitations unifamiliales. exercés par cette personne directement ou par une entreprise liée au sens de l'article 4 de la présente loi. La courbe intérieure permet d’accéder directement vers le parking privé du second sous-sol du bâtiment « Monopol 7 » par une autre rampe à une voie. Le parking exploite environ 80 places de stationnement pour voitures au premier sous-sol et environ 103 places au second sous-sol. est bordée à l’Ouest par une grande surface (Monopol – Delhaize).4.3. La visite des lieux montre une place totalement recouverte d’asphalte. La rampe est située au Nord de la place en jonction avec la « Rue de la Chapelle ». présente une légère pente qui implique l’écoulement des eaux de surface en direction du nord -ouest. au Sud par un complexe administratif en cours de réfection. la rampe d’accès se divise en deux courbes. dispose que : « Le maître de l'ouvrage peut recourir à l'intervention d'un conducteur d'opération pour une assistance générale à caractère administratif. l'article 6 de la loi n°85-704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d'ouvrage publique en relation avec le code des marchés publics. de réalisation de travaux ou de contrôle technique portant sur les ou les mêmes ouvrages. une voie pour descendre et l’autre pour monter. portant exécution de la loi du 25 juin 2009 sur les marchés publics. D’un point de vue topographique.(1) La mission de conduite d'opération exercée par une personne publique ou privée est incompatible avec toute mission de maîtrise d'œuvre. on peut observer que les missions de maîtrise d‘œuvre luxembourgeoise correspondent aux missions de base françaises pour les ouvrages de bâtiment selon le décret n°931268 du 29 novembre 1993.. Le règlement grand-ducal modifiée du 3 août 2009.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 3. . La « Place des Alliés ».2.(1) Les textes applicables en matière de marché publics au Luxembourg sont les suivants : La loi modifiée du 25 juin 2009. lie le premier sous-sol avec le deuxième sous-sol du parking public en forme d’un demi-cercle. d’une superficie de plus ou moins 6.3.4 Cadre de l’étude : Parking souterrain de la Ville de Differdange 3. restreintes ou négociées) et les modes de passation des marchés publics. Le règlement grand-ducal du 8 juillet 2003 portant institution de cahiers spéciaux des charges standardisés en matière de marchés publics 3. la place. En droit français.19 GC5 INSA Strasbourg MUHOVIC Emil .500 m2. L’accès au parking pour voitures se fait par une rampe à double sens pour l’entrée et la sortie. Elle définit entre autre les procédures (3 modes : ouvertes. Une inspection visuelle des revêtements ne laisse pas apercevoir des travaux de réfection ni de qualité différente des asphaltes de celle initialement mise en œuvre. financier et technique ».

3 Place des Alliés et centre commercial Delhaize Figure 3. 3. trois pentes la déterminent de manière à garantir le confort de l’usager. Une première pente de 5 % s’étend sur 4 m avant de virer à 15 % sur une distance de 12.4.5% sur les deux derniers mètres pour se joindre au plancher du premier niveau souterrain.1 Vue sur la Place des Alliés Figure 3. MUHOVIC Emil .4.2 Vue du parking et de l’école Figure 3. la rampe s’incline de 7. Remarque : Le concept sécurité a été établi de manière à intégrer les zones parking (parking Monopol et parking Ville de Differdange) en considérant l’ensemble comme un seul parking (entrée et sortie communes).4.67 m.1. Finalement.1.1. ainsi qu’à la modélisation du parking souterrain.4.2 Rampe d’accès extérieure Pour ce qui est de l’inclinaison de la rampe d’accès et de sortie menant au niveau -1.4 Accès de la place et maisons unifamiliales Le projet de fin d’études s’intéresse plus particulièrement à la conception et au dimensionnement.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 3.4.1.20 - GC5 INSA Strasbourg .

5 mètres). piliers et murs en béton armé.1 « Dispositions spécifiques pour parkings couverts à plus de 20 véhicules ». Par conséquent.000 m².Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 7m 18. L’accès du parking vers les autres unités d’exploitations sera réalisé via un sas (2 portes EI -30S distantes entre-elles de minimum 2. Celui-ci distingue selon l’usage les coefficients se référant au béton coulé sur place des coefficients se référant aux éléments préfabriqués. MUHOVIC Emil . La dalle intermédiaire et la dalle de couverture du parking sont supportées par un système de poutres.21 - GC5 INSA Strasbourg .4. Les escaliers fermés et les ascenseurs seront isolés du volume du parking par des sas qui sont ventilés par légère surpression permanente.4. ces deux zones seront séparées par une cloison d’un degré coupe-feu et coupe fumée de 30 minutes (REI 30) en se basant sur les prescriptions de sécurité incendie ITM-SST 1502.4 Style de construction La structure portante du parking est projetée sous forme d’une structure classique en béton a rmé coulé sur place. l’objectif d’une préfabrication partielle maximale des structures. on verra qu’il est primordial de connaître le type de structure avant de passer à son dimensionnement. Les zones de circulations seront recoupées par des portes coulissantes EI-30S équipées de portillons. pour des raisons économiques et de délais.2. Les pentes nécessaires à l’évacuation des eaux sur les surfaces de circulation sont intégrées dans le béton des dalles. dans la mesure du possible. 3.4.1 « Dispositions générales pour bâtiments moyens » et ITM-SST 1506. Les portes situées dans les parois devront également avoir un degré coupe-feu et coupe fumée de 30 minutes (EI-30S). mais prend en compte également. Le parking sera donc divisé en deux zones correspondant aux deux exploitants / établissements (Ville de Differdange / Breevast).1 Rampe d’accès extérieur 3. En effet.3 Compartimentage La surface totale du parking (Ville de Differdange et parking Monopol/Breevast) dépasse les 5.67m Figure 3.

Les eaux de précipitations s'écoulent à travers les remblais et circulent préférentiellement à l'interface remblai – terrain naturel en suivant la ligne de plus grande pente orientée au nord-ouest. et d’évacuer ces matériaux en centre de traitement pour matériaux pollués de HAP.2 Situation hydrogéologique D’un point de vue hydrogéologique. MUHOVIC Emil . sur la formation des Couches à Harpoceras bifrons.(3) Il en ressort de l’ensemble de ces informations que la qualité des revêtements asphaltés ainsi que la couche de soubassement sont les uniques sources de pollutions reconnues sur le site. Des travaux de sondage carottés effectués par la société EURASOL. grises. 3. Le remblai rencontré peut être considéré comme perméable pour l’eau d’infiltration. le site d’étude est localisé sur une couverture imperméable d’aquifères généralement captifs. Les détails de coupe sont consultables sous l’annexe 8. constituée successivement d’un revêtement asphaltique puis de scories.0 m avant les travaux proprement dits.5. Il s’agit d’argilites marneuses. il s’impose d’enlever séparément le revêtement existant en enrobés hydrocarbonés sur la « Place des Alliés » ainsi que le soubassement en scories sur une hauteur d’environ 1.22 - GC5 INSA Strasbourg . d’après la carte géologique du Luxembourg. sous une couche de remblai d’une épaisseur de +/.5 Description de l’environnement humain et naturel du site 3. Les recherches historiques effectuées auprès de la Ville de Differdange ainsi que par la consultation de photographies aériennes d’époque montrent que : la place est construite à la fin des années 1950. feuilletées.5. la place a toujours été utilisée pour le stationnement des véhicules . on peut en tirer qu’aucune eau d’infiltration n’a été observée à l’interface remblai – terrain naturel.(3) Les travaux de sondage exécutés le 4 janvier 2011 confirment cette situation et montrent. Avant cette date le site est un champ utilisé comme surface agraire . En conformité à l’étude de dépollution réalisée au mois de Décembre. Le terrain naturel par contre est considéré comme imperméable. 3. jusqu’en 2009.« le site se trouve. avec présence de concrétions calcaires ». « les informations issues du cadastre des sites potentiellement pollués renseignent sur la présence d’activités polluantes aux alentours de la Place des Alliés mais pas au droit de cette dernière. la présence d’une formation silteuse de couleur brun-grise et compacte qui correspond à la zone d’altération des Couches à Harpoceras bifrons.3 Pollution du site D’après le rapport de SolEtude.5.50 cm.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 3.1 Situation géologique D’après l’étude des sols menée par SolEtude pour la caractérisation de la nature du revêtement asphalté. Esch/Alzette. le centre de la place est occupé par un ilot de verdure ».

Le centre commercial (à gauche) est encore un champ 3.1.23 - GC5 INSA Strasbourg ..5 millions d’euros tandis que l’estimation du parking avec deux niveaux souterrains aboutit à un coût prévisionnel de 8. les parties : Préparation Gros-œuvre Déviation des réseaux enterrés Paysagiste Technique Architecte Variante 1 APS Coût (en millions d’euro hors TVA) 6.6. De plus.. Même s’il ne pleut pas directement dans le parking.6. Sont inclus dans le prix.2.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 3. un budget prévisionnel de 5 millions d’euros était mis à disposition par la commune de Differdange dans un premier temps. il ne faut pas oublier de tenir compte de la présence de la neige entrainée par les voitures.6 Coûts Dans le stade de l’APS.1 Coût des différentes variantes au stade de l’APS Comme on l’a vu dans le sous-chapitre 3.5. Dans la zone de rencontre.4 Gestion de l’eau La gestion des eaux pluviales est intégrée dans le design.5.3. Le coût estimatif de la première variante avec un seul niveau souterrain avoisinait les 6.5 Variante 2 APS 8.5 Tableau 3. MUHOVIC Emil .1. quelques surfaces de plantation sont légèrement plus basses que le niveau de la rue et recueillent ainsi les eaux pluviales. les montants des deux variantes ont abouti à des chiffres consultables sur le tableau 3. la pente de la rampe peut être favorable à l’écoulement des eaux pluviales vers le parking.Ces prix tiennent uniquement compte de la partie parking sans l’immeuble Miwwelchen.1 Vue aérienne de la place en 1961.5 millions d’euros. 3.

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange

Le tableau 3-6-2 indique le coût estimatif (A.P.S.) de la seconde variante provenant des différents acteurs: Tâches Préparation (déviation et dépollution) Gros-œuvre (InCA) : Aménagement extérieur (InCA) Paysagiste (AREAL) Technique (BOYDENS) Architecte (DEWEY Müller) Total pour les 2 niveaux
3

Prix 1.000.000 € 3.600.000 € 1.900.000 € 200.000 € 1.000.000 € 800.000 € 8.500.000 €

Tableau 3.6.2 Coût estimatif de la seconde variante

3.7 Résumé des chiffres-clés
Le tableau 3.7.1 résume les principales caractéristiques du parking nécessaires à sa conception.

Superficie extérieure de la Place des Alliés Superficie brute du parking Nombre d’emplacements Nombre de niveaux souterrains Largeur des places de parking Angle de parking Hauteur d’étage minimale de parking Longueur de la rampe d’accès public
4

8000 m2 5610 m2 183 2 2.50 m 90 ° 2.20 m Env. 19 m

Tableau 3.7.1 Chiffres-clés du parking

3 4

Prix travaux hors TVA Prix travaux hors TVA

MUHOVIC Emil

- 24 -

GC5 INSA Strasbourg

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange

4 TRAME DU PARKING
A mon arrivée, le projet se situait dans la phase de l’APS. Le premier objectif fixé consistait à participer à la conception du parking tout en tenant compte des contraintes qui nous ont été imposées. En collaboration avec mon équipe, une trame du parking a été fixée après de nombreuses modifications. Le choix de la conception doit répondre aux besoins du maître d’ouvrage. Sur le plan financier, il doit être économique et réalisable. De plus, la conception doit garantir la stabilité de l’ensemble de ses éléments porteurs. Etant donné que nous nous situons en avant-projet, la trame en APS sera légèrement différente de celles en APD, le but étant de converger vers une solution optimale.

4.1 Contraintes de construction
La conception de la structure doit tenir compte des contraintes imposées ci-dessous :  Aucun obstacle (poutre, canalisation, gaine, etc.) ne doit se trouver à moins de 2,20 m du sol dans toutes les parties du parking susceptibles d'être parcourues par les usagers (circulations…). On rajoutera 5 cm à la hauteur libre dans le cas d’une éventuelle flèche excessive.  Toutes les parties portantes fermées devront être stables au feu d’un degré R90, les planchers devront être résistants au feu REI 90.  Concernant la dalle de sol sur la Place des Alliés : la structure et le revêtement du chemin ou des surfaces de manœuvre (de même que la rampe d’accès extérieure à l’établissement Monopol) s ont calculés pour permettre la circulation des camions pompiers ou de véhicules de livraison.  L’Eurocode 1991 sera appliqué pour la détermination des charges d’exploitation ainsi que des coefficients de combinaison.  La pente des rampes ne doit pas dépasser 15 % à l'intérieur du parking et 12 % à l'air libre. Toutefois, la pente des rampes à l'air libre ayant un sol chauffant peut atteindre 15 %. La Ville prévoit cependant que la partie de la rampe couverte mais en contact avec l’extérieur (pente de 15 %) sera équipée d’un système de chauffage/dégivrage.  Vu l’aménagement des places de parking, il n’y aura pas de cul de sac dans les différents zones : accès à 2 cages d’escaliers (via des sas protégés) depuis chaque compartiment. Le nombre de cages d’escalier de secours et les distances d’évacuation (< 40 m pour accès à la première cage d’escalier) seront adaptés et conformes. L’évacuation par des cages d’escaliers privées est possible uniquement si celles-ci sont toujours accessibles et équipées de barres anti-paniques.

4.2 Normes et prescriptions
Les structures des ouvrages seront conçues et calculées conformément aux versions actuelles en vigueur des normes et prescriptions suivantes : les normes européennes et, le cas échéant, leurs documents d’application luxembourgeois, les cahiers des charges types du CRTI-B et des PONTS & CHAUSSÉES, les normes DIN, les directives du DAfStb et les recommandations du DBV, pour autant qu’elles ne soient pas en contradiction avec les normes précitées, les prescriptions de sécurité incendie ITM-SST 1502.1 « Dispositions générales pour bâtiments moyens » et ITM-SST 1506.1 « Dispositions spécifiques pour parkings couverts à plus de 20 véhicules ». Par ailleurs, la conception des ouvrages structurels concernés sera conforme aux recommandations émises par le rapport de l’étude géotechnique. A l’époque, la démarche luxembourgeoise consistait quelque peu à utiliser les normes des pays voisins (France, Allemagne, Belgique). Dans le cadre de ce projet, les Eurocodes 0,1 et 2 seront utilisés ainsi que la » Bautabelle (Schneider 18. Auflage) » basée sur les Eurocodes.

MUHOVIC Emil

- 25 -

GC5 INSA Strasbourg

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange

4.3 Conception de la structure portante du parking N-1
4.3.1 Description du plan de la structure portante N-1 Le prédimensionnement du parking a lieu à partir de la figure 4.3.1.1..Des poteaux rectangulaires en béton armé sont disposés en moyenne tous les 7.5 m de manière à éviter des portées trop grandes. a) Variante rigide

Figure 4.3.1.1 Plan de la structure portante du niveau -1

L’objectif principal consiste à mettre en place une structure avec des éléments porteurs horizontaux orthogonaux selon le sens de la circulation. Les poutres seront considérées comme des poutres continues. Le but est de réduire le moment de flexion maximal sur travée en rendant le moment de flexion sur appuis plus défavorable. Par conséquent, on diminue la section d’acier nécessaire aux armatures longitudinales en augmentant celle des armatures supérieures au-dessus des appuis. Comme il ne s’agit pas d’une structure parfaitement rectangulaire, on s’est contenté de fixer la trame selon la direction des voiles périphériques.

MUHOVIC Emil

- 26 -

GC5 INSA Strasbourg

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange

Dans un premier temps, on ne va pas se soucier de l’intersection entre les poutres étant donné que les détails de conception seront élaborés en phase PROJET. On dénombre ainsi : 43 poteaux 9 poutres continues selon l’axe x 10 poutres continues selon l’axe y Les poutres ne sont pas disposées entre elles selon un espacement régulier. Cependant, on pourra considérer un espacement moyen valant 7.5 mètres. Du point de vue des sollicitations, les poutres travaillent en flexion simple. Aucune force horizontale ne pouvant être identifiée, les poutres peuvent se déplacer librement selon les axes x et y. Les poutres orthogonales forment 53 panneaux servant à définir les charges d’exploitation pour le plancher comme l’illustre la figure 7-1-1 (page 43). b) Variante optimisée

Figure 4.3.1.2 Plan de la structure portante du niveau -1-Variante optimisée à l’APD MUHOVIC Emil

- 27 -

GC5 INSA Strasbourg

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange

On dénombre ainsi : 43 poteaux 3 poutres continues selon l’axe x 8 poutres continues selon l’axe y La disposition des poteaux n’a pas connue des modifications importantes. 4.3.2 Comparaison des solutions La disposition des poteaux est fortement dépendante du système de circulation ainsi que de l’obliquité des cases par rapport aux voies. Ainsi deux configurations des cases se présentent suivant les textes. a) Solution 1-Perpendicularité des cases Avantages : Dans notre cas, l’ensemble des cases (82) sont disposées perpendiculairement aux voies de circulation. L’avantage que l’on peut en tirer est que cet arrangement facilite grandement les manœuvres d’accès et de sortie des cases. Dans ce cas, il est en outre préférable de placer les poteaux légèrement en retrait par rapport à la ligne séparant les rangées de cases des allées de circulation. Lorsque ceci n’est pas possible, des surlargeurs d’environ 0.30 m de part et d’autre des poteaux sont envisageables.

Figure 4.3.2.1 Orthogonalité des trajectoires en gris et retrait des poteaux en rouge

MUHOVIC Emil

- 28 -

GC5 INSA Strasbourg

il serait nécessaire soit d’augmenter la section des poteaux.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Inconvénients : L’inconvénient qui en découle immédiatement est que la surface proposée n’est pas utilisée de manière optimale. A cet effet.2 Cases de parking à 60° 4.3.00 m de longueur suivant les textes réglementaires. en tenant compte des dimensions précitées et de la limite de l’emprise.29 - GC5 INSA Strasbourg . b) Solution 2-Obliquité des cases Avantages : La deuxième solution consiste à placer les cases de parking selon un angle de 60 ° afin de maximiser le nombre de stationnements pour la surface donnée.2.50 m est préconisée par les textes. Afin de faciliter la manœuvrabilité des véhicules. Dans notre cas. Inconvénients : Afin d’exploiter un maximum de la surface de stationnement gagné. il s’avère que l’orientation des emplacements définie par l’architecte et l’ingénieur remplit au mieux la surface disponible et les conditions de manœuvrabilité. Par conséquent. soit de recourir à du béton à haute résistance pour palier le nombre de stationnements perdus. Par conséquent. il s’avère que cette deuxième solution s’avère plus coûteuse et plus encombrante du point de vue de la manœuvrabilité. MUHOVIC Emil . (4)Figure 4.3 Emplacements de parkings La figure 4-3-1-1 (page 26) illustre la disposition des places de parking. Les places de parking sont orientées perpendiculairement à la rampe d’accès extérieure et aux voies de circulation. la solution 1 a été retenue de manière à simplifier la disposition des éléments porteurs. La dimension d’une place de parking comporte 2. moins de poteaux sont utilisés par rapport à la solution retenue. une largeur minimale des voies de 5. L’organisation des cases de parking ainsi que la définition du sens de circulation ont déjà été définies avant mon arrivée.50 m de largeur et 5.3.

». les responsables de la société InCA ont estimé qu’il serait intéressant de confronter les résultats obtenus par les deux logiciels. on peut utiliser l’opérateur « double point » demandant au logiciel de tenir compte des charges allant de « x » à « y ». il suffit de définir successivement un par un les charges d’exploitation sur les 53 « panneaux » formées par les poutres de notre structure. SIA 262. les éléments porteurs seront prédimensionnés avec ROBOT. b) FRILO vs ROBOT En APD. Dans ROBOT. les résultats seront vérifiés avec le logiciel allemand FRILO (Friedrich Lochner) qui est un logiciel de prédimensionnement comparable à « ROBOT Millenium Dimensionnement des Eléments en B. EC2. EC5. Le logiciel fournit ainsi le min/max de la combinaison la plus défavorable. DIN 1053.3. Le type et la taille des éléments finis pouvant être définis manuellement. le travail est plus fastidieux même si l’on souhaite réaliser les combinaisons manuellement. EC3. DIN 18800. Si l’on souhaite obtenir les extremums des sollicitations.30 - GC5 INSA Strasbourg . Ne se servant pas spécifiquement du logiciel ROBOT. Prenons l’exemple de notre structure : Pour obtenir le cas de charge le plus défavorable. Contrairement à ROBOT. il est possible de définir 53 cas de charges d’exploitation différents sans que le logiciel mette du temps à effectuer les innombrables calculs. il s’avérait intéressant d’utiliser le logiciel allemand « DIE XPLA» pour la modélisation et le prédimensionnement du plancher. ÖNorm B4700. il suffit uniquement de se servir des icônes « Schnittgrössen » (moments de flexion) et « Durchbiegung » (flèche).Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 4.A. Le logiciel DIE avec la section XPLA sert au dimensionnement des dalles en se référant à la méthode des éléments finis et aux normes européennes :           DIN 1045-01. Contrairement au logiciel « ROBOT » disposant des combinaisons automatiques et manuelles. MUHOVIC Emil . l’utilisateur peut également indiquer le nombre de mailles souhaitées pour la génération automatique du réseau. DIN 1052.4 Logiciels utilisés pour la conception a) DIE vs ROBOT Lors de la phase de l’APS où les charges ne sont pas définies de manière claire et concise. le logiciel tient compte de la surcharge permanente (L1) en la combinant aux charges d’exploitation pouvant aller de L2 à L53. En insérant la formule L1 + (L2 : L53) à l’état limite de service dans le menu « Kombinationen » (traduction : combinaisons). Dans le cas où plusieurs charges d’exploitation apparaissent dans un système. La charge permanente est toujours prise en considération tandis que les charges d’exploitation q1 à qx entrent dans les combinaisons uniquement dans les cas les plus défavorables (suivant l’étude que l’on souhaite réaliser). SIA 164. Par la suite. le logiciel DIE permet d’obtenir immédiatement le cas de charge le plus défavorable sans devoir passer par d’innombrables combinaisons.

en dehors des connaissances logistiques. j’ai pu découvrir une nouvelle application sous ROBOT 2011 qui est la conception des armatures d’éléments en BA. En effet. il n’en est pas de même pour ROBOT. les différents termes rencontrés ne me paraissaient pas évidents.4 Conclusion du chapitre 4 Une des premières tâches a donc été d’effectuer de prédimensionner les éléments structuraux à l’aide du logiciel DIE en APS. MUHOVIC Emil .31 - GC5 INSA Strasbourg . L’avantage de ROBOT néanmoins est qu’il permet de passer de l’étude d’un élément à son dimensionnement. La difficulté majeure résidait dans l’apprentissage des termes techniques allemands non communs au français. La multitude des applications existantes peut facilement mener à l’erreur au début. Par conséquent. le temps d’adaptation aux logiciels allemands m’a apporté. le prédimensionnement est effectué avec ROBOT Millenium et FRILO. non exploité par moi-même jusqu’à présent. de nouvelles connaissances linguistiques en allemand. Si le logiciel DIE regroupe quelques icônes. Il s’agit d’un logiciel complet qui offre des possibilités comme la définition des charges roulantes. Ce dernier possède d’innombrables propriétés qui demandent à l’utilisateur des connaissances spécifiques de ROBOT. On peut constater en comparant les logiciels allemands avec ROBOT que leur utilisation est moins fastidieuse. malgré mon niveau poussé en allemand. En APD.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 4. De plus.

La surcharge permanente de la structure se compose de la manière suivante : « Partie rampe » : 60 cm de remblai « Partie dalle » : 80 cm de remblai Le poids volumique de la terre sera pris à 20 kN/m3.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 5 DESCENTE DE CHARGES Suivant l’évolution du projet et l’importance des résultats. Pour ce projet.00 MUHOVIC Emil . Les charges permanentes se laissent déterminer à partir des différents niveaux de la structure. a) Charges permanentes On peut affirmer à ce stade du projet que les charges dans la phase de l’APS n’ont pas été à jour ce qui nous a obligés de réaliser certaines estimations et d’établir quelques hypothèses sur les charges permanentes.50 299. Une distinction entre les deux phases sera donc considérée. La coupe transversale du parking nous donne : Niveau sol du N-1 : Hauteur minimale de l’étage à respecter : 2. les charges en APS diffèrent légèrement de celles en APD.45 300.1 Estimation des charges à l’avant-projet sommaire Dans le cadre de ce projet.  Poids propre de la structure (considéré par le logiciel)  Le calcul des structures prend en compte les surcharges permanentes sur la dalle de couverture résultant des soubassements et revêtements de la place des Alliés.00 302. on considérera uniquement les charges statiques. telle que planifiée sur les plans actuels de l’architecte paysagiste AREALL. Il existe un seul type de distribution de charges dans ce projet : Plancher Poutres Poteaux –>Fondations Les réactions d’appuis des poutres permettront de dimensionner les poteaux.75 300. 5.65 301. les charges verticales (généralement surfaciques) sont reprises par les planchers soutenus par des poutres orthogonales (cas des plancher-dalles).32 - GC5 INSA Strasbourg .25 m -> Hauteur des poutres en Té sur la partie « rampe » : 70 cm -> Saut de 20 cm entre la partie « rampe » et la partie « dalle » Hauteur des poutres en Té sur la partie « dalle » : 90 cm -> Niveau final du terrain à respecter sur la partie « rampe » : Niveau final du terrain à respecter sur la partie « dalle » : 297. Les charges sismiques seront négligées.

2 m*20kN/m3= 4 kN/m2) .Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Poutre 3 Figure 5.80 m *20 kN/m3 = 16 kN/m2 MUHOVIC Emil .Etant donné que le niveau du terrain finale passe de 301.00 (du côté de l’école). il est préférable d’éviter une surcharge de remblai trop importante sur la partie « dalle » qui surdimensionnerait notre structure (charge additionnelle : 0. des pavées et du remblai».1.1 Coupe transversale du parking à partir de la rampe Un saut de 20 cm est envisagé dans la frontière entre la partie « rampe » et la partie « dalle » pour deux raisons : . L’optimisation des poutres permettra d’atteindre les hauteurs souhaitées par la suite.Pour des raisons économiques. Par conséquent. Ainsi.60 m *20 kN/m3 = 12 kN/m2 Partie « dalle » Concassé 0/50 : 0. il nous reste 55 cm de couverture pour la partie « rampe » et 1. il est préférable d’ajouter une couche de remblai moins importante.00 (niveau rampe) à environ 302.33 - GC5 INSA Strasbourg . une couverture minimale du plancher de 60 cm (respectivement 80 cm) est exigée pour la mise en place adéquate de l’isolation. On supposera donc qu’un remblai de 60 cm respectivement 80 cm recouvrera le plancher N-1 dans un premier temps. Cependant.35 m pour la partie « dalle ». on obtient : Partie « rampe » : Concassé 0/50 : 0.

Par contre.57 pour des véhicules de livraison traversant des planchers souterrains. La Bautabelle renvoi au tableau 1 de la section 3. la DIN 1072 considère une catégorie supplémentaire (« sonstige Lasten » : traduction française « autres charges ») qui tient donc compte des véhicules de poids plus importants tel que les véhicules de pompier ou de livraison.  Par ailleurs. elles devront être considérées au stade de l’APD.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Partie rampe Partie dalle Figure 5.7 kN/m2 et p1= 5 kN/m2 p2 = 3kN/m2 (surface restante) Contrairement aux Eurocodes qui se limitent à des véhicules de poids ne dépassant pas les 160 kN (catégorie G).34 - GC5 INSA Strasbourg .2 Séparation de la partie « dalle » de la partie « rampe » b) Charges d’exploitation La dalle N-1 est à considérer comme une surface exempte de la circulation des véhicules favorisant la réunion de personnes d’après la catégorie C3 de la norme EN 1990 (Annexe A1 tableau A1.1.  Les charges de neige sont négligeables à ce stade. Il s’agit de la catégorie SLW 30 classe 30/30 d’après la DIN 1072. Auflage ». p = 16. La charge d’exploitation correspondante vaut : q = 5 kN/m2. la surcharge d’exploitation correspondant à un véhicule de livraison de poids total de 300 kN selon la DIN 1072 (Schwerlastwagen) doit être considérée. MUHOVIC Emil .1) comme l’indique la « Bautabelle 18.

c) Tableau récapitulatif des actions Les différentes charges se répartissent de la manière suivante : Dalle N-1 « rampe » Surcharge permanente g (kN/m2) Charge d’exploitation q1 (kN/m2) Charge roulante p (kN/m2) Voie secondaire p2 (kN/m2) Charges de neige sk (kN/m2) 12 5 16.1. Les autres cases se voient conférer une charge d’exploitation de 5 kN/m2. Une charge de 3 kN/m2 est adoptée sur la surface restante de la case.7 3 Négligé Tableau 5. Un coefficient dynamique φ doit être appliqué sur les voies principales selon la Bautabelle (Section 3.7* lmax pour une poutre continue Ce qui nous donne : Cependant en APS ainsi qu’en APD. on obtiendrait : Avec : hü la hauteur du remblai et exprimée en mètres Lφ la portée réduite valant 0.7 3 Négligé Dalle N-1 « dalle » 16 5 16. Dans le cas de structures remblayées.1. on peut affirmer que dans notre cas.7 kN sur 6*3 m2. ce coefficient majorant sera négligé.57). le véhicule est placé au centre d’une case avec une charge de 16.3 SLW 30 Brückenklasse 30/30 Avec HS = Hauptspur (voie principale) NS = Nebenspur (voie secondaire) D’une manière simplifiée.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 5.1 Tableau récapitulant les actions sur le plancher à l’APS MUHOVIC Emil .35 - GC5 INSA Strasbourg .

5b de la Bautabelle repris par la DIN 1055-100.1) q1 = 5 kN/m2 Charges mobiles : Catégorie SLW 30 classe 30/30 d’après la DIN 1072 p = 16.5 respectivement 0 pour les régions d’altitude H inférieure à +1000 mètres a. …) ne sont pas considérer.2 Estimation des charges à l’avant-projet définitif a) Charges permanentes D’après la coupe transversale précédente.12 m *28 kN/m3 = 3. La valeur caractéristique sk de la charge de neige dépend de la zone de neige et de l’altitude par rapport au niveau de la mer.2. Differdange se trouve dans la zone 2 ce qui donne : Avec A l’altitude par rapport au niveau de la mer (en mètres).36 kN/m2 Concassé 0/50 : 0. les cas artificiels (répartition de neige. on obtient : Partie « rampe » : Pavés : 0. 5.36 kN/m2 Concassé 0/50 : 0. A. les charges de neige seront disposées uniformément sur toutes les travées des poutres. on décide de remplacer 12 cm de l’épaisseur de remblai établie précédemment par une couche de pavés de poids propre valant 28 kN/m3.68 m *20 kN/m3 = 13.7 kN/m2 et p1= 5 kN/m2 p2 = 3kN/m2 (surface restante) Charge de neige (selon le tableau 3. Tab. b) Charges d’exploitation : Charges d’exploitation sur le plancher N-1 : Catégorie C3 de l’EN 1990 (Annexe A1 tableau A1.) MUHOVIC Emil . la charge de neige est une charge accompagnante (secondaire.48 m *20 kN/m3 = 9.n. il faudra indiquer à ROBOT Millenium et à FRILO de tenir compte du poids propre des éléments structuraux.6 kN/m2 Total surcharge g1: 12.96 kN/m2 De plus.96 kN/m2 Partie « dalle » Pavés : 0. Ainsi. les coefficients de combinaison Ψ0ainsi que Ψ2 prennent la valeur de 0. La répartition des charges de neige est naturelle . Dans notre cas.36 - GC5 INSA Strasbourg .6 kN/m2 Total surcharge g2: 16. Les charges de neige sont à prendre en compte comme des charges statiques d’exploitation.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange À ces charges s’ajoute le poids propre de la structure considéré automatiquement par les logiciels. (tableau 3.12 m *28 kN/m3 = 3.43 de la Bautabelle ) : La DIN 1055-5 ne tient pas compte des conditions de chutes exceptionnelles ou d’accumulations exceptionnelles contrairement à l’EN 1991. Dans notre cas en la présence de poutres rectilignes.m.

1 de ‘EN 1991 Dans le cas des chocs causés par des véhicules légers.96 5 16. De plus.les voitures x = dans la direction de la circulation y = perpendiculairement à la direction de la circulation Tableau 5.2. d’exploitation ainsi qu’en charges mobiles et de neige.37 - GC5 INSA Strasbourg .7 0. on considérera les actions accidentelles de chocs s’exerçant sur un poteau et qui sont définies par l’EN 1991 (section 4 tableau 4. 5 Concernant la variante optimisée (retenue). L’annexe 13 fournit les charges utilisées pour le prédimensionnement des poteaux.1 Forces statiques accidentelles équivalentes agissant sur les poteaux d’après le tableau 4.2.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange c) Charges de compression centrée sur les poteaux : Les charges utilisées pour le prédimensionnement des poteaux se décomposent en charges permanentes.96 kN/m 3 sera retenue ! MUHOVIC Emil . seule la surcharge permanente de 12.50 mètres au-dessus du niveau de la voie de circulation.1). les forces accidentelles seront appliquées à 0. de la manière suivante : Catégorie de trafic Force Fdx (kN) Force Fdy (kN) 25 Cours d’immeubles et garages parkings avec accès pour : 50 .9 Fdx= 50 kN Fdy = 25 kN Tableau 5. d) Tableau récapitulatif des actions Les différentes charges se répartissent de la manière suivante : Dalle N-1 « rampe » Surcharge permanente g (kN/m2) Charge d’exploitation q1 (kN/m2) Charge roulante p (kN/m2) Charges de neige sk(kN/m2) Charges accidentelles 5 Dalle N-1 « dalle » 16.7 0.9 Fdx= 50 kN Fdy = 25 kN 12. On les détermine à partir des réactions d’appuis des poutres.2 Tableau récapitulant les actions sur le plancher à l’AP D À ces charges s’ajoute le poids propre de la structure considéré automatiquement par les logiciels.96 5 16.

1 Méthodologie et bases de vérification Ce chapitre traite uniquement le prédimensionnement du plancher N-1. 6.2. la vérification de la flèche totale peut être réalisée en limitant la flèche admissible à Li/d. Sa réalisation s’effectue en plusieurs étapes : Détermination du matériau d’après l’EN 206-1 (respectivement la DIN 1045-2) Recherche du cas le plus défavorable Prédimensionnement des sections de béton à l’aide du logiciel DIE Généralisation pour toutes les poutres Toujours selon la DIN 1045.1.1.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 6 HYPOTHESES A L’APS 6.1 Méthode de prédimensionnement de la dalle à l’APS MUHOVIC Emil .38 - GC5 INSA Strasbourg . 11.1 Dalle Figure 6. La méthodologie est la suivante.1.3.

on se limitera aux combinaisons quasi-permanentes. 6. L’état limite de service concerne en général : L’Etat limite de compression du béton L’Etat limite de déformation : flèche (EN 1992-1-1 Article 7.2 Poutres Figure 6. En d’autres termes.1.2.1 Méthode de prédimensionnement des poutres à l'APS On ne s’intéressera pas d’avantage sur les sections d’acier dans cette partie du rapport.39 - GC5 INSA Strasbourg .2.5. Dans ce chapitre sera abordé le prédimensionnment des éléments porteurs uniquement pour l’état limite de service de déformation pour des combinaisons quasi-permanentes.4.1.3. conformément à l’EN 1990 Article 6. 3 types de combinaisons.1 Généralités Sachant qu’à ce stade du projet les données sont limitées. En général. différentes hypothèses ont dû être énumérées. les charges de neige seront négligées.2 Etats limites de service 6.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 6.sont à prendre en compte : Combinaisons rares Combinaisons fréquentes Combinaisons quasi-permanentes Dans cette partie de l’étude.1) L’Etat limite de durabilité L’Etat limite d’étanchéité La justification d’une structure consiste à s’assurer que de tels états ne peuvent pas être atteints ou dépassés avec une probabilité dont le niveau dépend de nombreux facteurs. MUHOVIC Emil .

2.2.2. MUHOVIC Emil . on peut supposer que l’état limite de service d’une structure n’est pas atteint lorsque la flèche d’un élément porteur ne dépasse pas la valeur L/250 sous l’in fluence des combinaisons quasi-permanentes. Dans notre cas. D’après la DIN 1045-1.2.2.1. les carrelages.1 Largeur d’appuis disponible b) Fissurations en cas de cloisons Fissures Fissures Cloison Flèche de la dalle Figure 6. Il en résulte un . Dommages possibles a) Plancher avec une rotation trop importante sur l’appui de rive σmax>>σadm Figure 6.3 Cloison avec ouverture : A partir du coin de l’ouverture. de voûte.2 Flèches Des valeurs limites admissibles des flèches sont fixées.1 (1) et (3)). il se forme une fissuration.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 6.3. en tenant compte des prescriptions de l’Eurocode 1992 (article 7. Le restant du voile suit la déformation de la dalle.2. les bardages.4. La déformation d’un élément ou d’une structure ne doit pas être préjudiciable à son fonctionnement ou son aspect. la vérification par rapport à la flèche admissible nous permettra d’obtenir un premier ordre de grandeur de l’épaisseur de la dalle et de la section des poutres en se plaçant dans une situation de projet durable.4 Cloison sans ouverture : Le voile ne peut pas suivre la déformation de la dalle du à sa rigidité. effet Figure 6. La flèche totale résultante peut être équilibrée en recourant à une contre-flèche.2.2.2. 11. les vitrages. La flèche sera donc prise comme critère de prédimensionnement.2 Largeur d’appuis prévue Figure 6.40 - GC5 INSA Strasbourg . Il convient de limiter les déformations aux valeurs compatibles avec les déformations des autres éléments liés à la structure tels que par exemple les cloisons.

le drainage rigoureux des eaux sulfatiques s’infiltrant dans le remblai au-dessus du plancher n’est pas pris en considération. E = 210 000 MPa. » Conclusion : d’après la « Bautabelle Stahlbeton 5. Pour la vérification en général.7. la classe d’exposition du béton soumis à des attaques sulfuriques est la suivante : Classe XA2C35/45.2) : En cours de construction En cours d’exploitation Situations accidentelles L’étude a été réalisée pour une situation de projet durable. u ≤ L/250 Figure 6.41 - GC5 INSA Strasbourg . MUHOVIC Emil .Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange De plus. D’après le rapport EURASOl « la présence de gypse constatée dans les carottes implique l’utilisation d’une qualité de béton capable de résister à l’attaque sulfatique pour les constructions des parties enterrées au contact avec les marnes gypsifères ou avec les eaux qu’elles drainent qui sont chargées de sulfates. » ou « l’EN 206-1 ». un béton peut être soumis à plusieurs classes d’exposition différentes. A ce stade du projet.3 Choix des matériaux D’après l’EN 206-1.3 Types de situations Trois types de situations existent (conformément à l’EN 1990 Article 3.2. De même. la présence d’éléments structuraux avoisinant l’élément considéré limite la flèche totale à la valeur L/500.2. Il est conseillé d’utiliser un béton respectant l’exigence la plus restrictive.5 Limitation de flèche 6. Dans le cas de l’acier. on prendra de : L’Acier S500 fy = 500 MPa. Lors de l’optimisation de la structure portante.2. 6. on utilisera : w ≤ L/250 wtot ≤ L/500 : en présence de cloisons . un diffèrent type de béton pourra être utilisé et nous en verrons les raisons. on ne tient pas compte d’une protection du béton contre les attaques sulfatiques ce qui nous impose d’utiliser un béton du type C35/45.

Le ferraillage résultant permet de tenir compte de cette continuité. La flèche indiquée n’est pas la flèche réelle étant donné qu’en réalité. Le fonctionnement des poutres continues permet une économie des quantités d’acier à mettre en œuvre par rapport aux poutres isostatiques.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 6. Dans les structures de bâtiments.On considère que toutes les liaisons existant dans la structure sont des appuis simples.1 (2)) : on considère les hypothèses Hypothèse de Bernoulli : au cours de la déformation. la structure sera modélisée comme une plaque reposant sur des appuis linéaires rigides. les sections droites restent planes selon Navier-Bernoulli (pas de gauchissement) . Par la suite. En comparaison avec ces dernières. • Les arrêts de barres sur appuis et en travées Ces courbes enveloppes sont déterminées en envisageant les différents cas de chargement en fonction des diverses combinaisons d'actions.6 Hypothèses pour les calculs Pour mener les calculs de résistance des matériaux. il est fréquent de rencontrer de telles poutres c'est-à-dire des poutres reposant sur plus de deux appuis. Dans un premier temps. suivantes conformément à l’EN 1992 1-1 (Article 6. des appuis linéaires rigides modélisant les poutres sont utilisés. Ces poutres se raccordent continûment de manière monolithique aux poteaux. 6. Les poteaux sont modélisés comme des appuis nodaux simples. les sections droites restent perpendiculaires à la courbe moyenne .A. à d'autres poutres ou à des murs.42 - GC5 INSA Strasbourg . On considère également qu'il existe une continuité entre les travées successives de poutres ou de dalles. Le bilan final cependant est plus économique. Le dimensionnement des sections passe par la recherche des courbes enveloppes des moments qui permettent de déterminer: • Les moments maximaux sur appuis et en travées. permettant d’obtenir la flèche totale du système. des moments de flexion sont créés au niveau des appuis intermédiaires. les poutres travaillent également en flexion.5 Avantage des poutres continues La majeure partie des poutres soumises à notre étude sont des poutres continues en flexion simple.4 Appuis de la structure Pour le calcul des sollicitations dans la dalle. 6. les appuis linéaires seront remplacés par des poutres en B. La résistance en traction du béton est négligée. MUHOVIC Emil .

on peut en déduire que la charge roulante provoquant la déformation maximale de la dalle N-1 se situera exactement au centre du panneau 36.7 kN/m2) sur une surface de 6*3 m2. La première difficulté a été de déterminer la position de la charge roulante p.1 Problématique de la charge roulante A ce stade du projet.7 kN/m2successivement dans chacune des surfaces proposées par les cases. L’application « : » est similaire à l’opérateur « ou » sur ROBOT (prendre en compte la combinaison défavorable résultant des charges allant de … à …) tandis que la fonction « | »est comparable à l’opérateur « ou excl.05 mètres.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 7 PREDIMENSIONNEMENT DU PLANCHER N-1 A L’APS 7. Etant donné qu’à ce stade du projet les charges ne sont pas définies de manière précises.1. L’avantage de cette opération consiste à simplifier la modélisation de manière à gagner du temps. Une charge surfacique de 3 kN/m2 accompagne cette charge sur la voie n°2. Ainsi. on pourra attribuer les mêmes largeurs d’influence à toutes les poutres c’est-à-dire : b = 1. nous constatons que le logiciel « DIE » fournit la flèche maximale engendrée par la combinaison défavorable des 53 charges d’exploitation en un bref temps de calcul.1 Définition de la charge roulante de manière successive La cartographie du plancher indique les flèches maximales sur chaque case résultant de toutes les combinaisons possibles définies précédemment. En comparaison avec ROBOT. on distinguera la partie « rampe » de la partie « dalle » lors du prédimensionnement. On constate que le maximum des flèches maximales se situe dans le panneau 36. » sur ROBOT (exclut les cas de charges ne pouvant exister en même temps). Il ne s’agit donc pas d’un cas de chargement spécifique mais d’une superposition de toutes les flèches maximales. Étant donné que la flèche maximale se trouve sur la position n°36 et que le logiciel « DIE » ne donne pas la combinaison la plus défavorable sous forme de tableau. Or comme il s’agit uniquement de trouver le cas de chargement le plus défavorable. Le tableau 1 de la DIN 1072 impose de placer la charge due au véhicule de livraison (16. Il suffit simplement d’insérer l’opérateur « : »entre les charges d’exploitation et l’opérateur d’exclusion « | »pour la charge roulante lorsque l’on définit les combinaisons. on pourra utiliser le cas de chargement le plus défavorable de la structure et le généraliser à tous les autres éléments. on pourra placer la charge roulante de 16. Cas mobile 1 Cas mobile 2 Cas mobile … Figure 7.43 - GC5 INSA Strasbourg . MUHOVIC Emil . Etant donné qu’il est impossible de définir une charge roulante avec le logiciel DIE. l’astuce consiste à définir la charge roulante au centre de chacun des 53 panneaux.

MUHOVIC Emil . la flèche y est maximale.2.44 - GC5 INSA Strasbourg .1. Remarque : Le cas traité ci-dessous ne donne manifestement pas la flèche réelle du système. Cependant.1. Il permet cependant de fixer la charge roulante comme une charge statique lors du prédimensionnement.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Moments et flèches Case 37 Figure 7.. La valeur de la flèche résultante n’a pas de signification particulière par conséquence.2 Modélisation de la structure et localisation de la case la plus défavorable Tous les paramètres nécessaires au prédimensionnement du plancher N-1 sont donc fixés. Ainsi. pour la combinaison LF1+ (LF2 :LF54) + (LF55|LF108) on obtient le schéma qui suit de la figure 7. la surface de contact du véhicule ne respectant pas le 18m2imposés par la DIN 1072. La case 36 ayant la plus grande portée en x et en y. LF2 : LF53 = combinaison défavorable des charges d’exploitation entre les cases 1 et 53 LF54|LF108 = exclure la présence simultanée des charges mobiles On aurait également pu deviner la localisation de la flèche maximale étant donné que celle-ci dépend de la portée et de la taille des cases qui entourent la case étudiée.

45 - GC5 INSA Strasbourg .3 Localisation de la flèche maximale – Panneau n°36 MUHOVIC Emil .1.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 7.

1. on s’intéresse uniquement à la section de béton nécessaire dans le but de limiter la flèche du système. Pour la modélisation du système.2 Modélisation du plancher N-1 Dans ce sous-chapitre.3. est utilisé pour la dalle et les poutres. les sections des deux poutres les plus sollicitées du système seront mises à l’étude.7 kN/met p2 =3 kN/m2 7. Ensuite.1 Poutre continue D Poutre I : Figure 7. se référer à la figure 7.1 (page 26) : Poutre D : Figure 7.1 Définition des charges : On applique successivement les charges définies en 5. sur chacun des panneaux du système :     qL2 = … = qL52 = 5 kN/m2 gL1 = 16 kN/m2 gL1’ = 12 kN/m2 p = 16.3. Celle -ci est fixée à 25 cm et le même type de béton.3. Il s’agit des poutres D et I définies ci-dessous et dont la localisation est consultable à la figure 4.2.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 7. situation d’exploitation : L1 + (L2 : L53) L 1 = charge permanente L2 … L53 = charge d’exploitation L37 = charge mobile transformée en charge statique et appliquée au panneau n°36 MUHOVIC Emil . 52 cases sont sujettes à être étudiés.46 - GC5 INSA Strasbourg .2 Combinaisons : A l’ELS.1. on va s’intéresser uniquement à l’épaisseur de la dalle.1. Les sections d’acier seront définies au stade de l’APD simultanément avec l’optimisation des sections des poutres. à savoir du béton C35/45.3 (page 44).3 Charges et flèches 7.2. Dans un premier temps.2 Poutre continue I 7.

75 Tableau 7. En remplaçant les appuis linéaires par les poutres correspondantes.81 1.05 3.41 3.01 0.70 mm.81 0.A.59 1.97 2.54 0.83 2.72 2.11 2.71 0.48 3.4.15 5.47 - GC5 INSA Strasbourg .33 0.43 3. Le logiciel DIE donne la flèche de courte durée (sans fluage ni retrait) due à la combinaison quasipermanente.68 2. la flèche de 5. 7.50 0.1 Flèches maximales dans la dalle Ces résultats traduisent la déformation maximale subie par chacun des panneaux lorsque la charge mobile peut être assimilée à une charge statique agissant sur la case 36 ! Etant donné que le panneau n° 36 est dimensionnant (la plus sollicitée).17 0. on obtient environ une flèche moyenne de 3.70 mm ce qui donne en la superposant avec la flèche obtenue en a) environ 8.49 0.64 2.7 Panneau n° 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 Flèche maximale (mm) 0. sur appuis linéaires rigides Panneau n° 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 Flèche maximale (mm) 0.99 2.15 3.37 3.82 1.49 0.98 1.4 Résultats 7.93 0.A. La déformation maximale de la poutre D (travée 3) vaut : 3.81 2.91 1.99 mm ! La déformation maximale de la poutre I (travée 5) vaut : 4.61 mm La déformation totale de la dalle peut être vérifiée à partir de la flèche moyenne des 4 poutres orthogonales formant la case.62 2.51 0.05 3.49 0.74 2. La DIN parle notamment du « Zustand 1 » (traduction française : état 1).61 0.26 0.79 0.81 mm.57 2.09 0.43 0.13 0.15 2.1. MUHOVIC Emil .1 Dalle en B. la déformation maximale du plancher vaut : 8. Ainsi.2 Poutres en B.62 2.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 7.99 mm ne sera jamais dépassée.86 1.74 3.83 4.68 0.11 0.4.74 0.07 0.4.

7 pour une travée intermédiaire dans le cas d’un plancher à deux sens.5. il n’est néanmoins pas nécessaire de poursuivre des vérifications supplémentaires. En rajoutant 3 cm d’enrobage et en envisageant 2*1. Ly) est déterminante.1 (4) : La flèche maximale donnée par le logiciel vaut : fmax = 5. nous les exigences minimales fournies par l’EN 1992 ont servies comme conditions.) et (7. la plus petite portée de la case formée est préjudiciable au prédimensionnement.2. MUHOVIC Emil .). Pour des raisons de vérification.100 » ou encore l’EN 1992 (1-1 Article 7. la portée la plus grande parmi les min (Lx. ≤ 30. On a : Ly = 7.) comme l’impose la « Bautabelle 5. A ce stade du projet.A. ».5 Prédimensionnement 7.2. On aurait également pu prendre une flèche admissible de L/500 pour se placer en sécurité mais étant donné qu’aucune indication du maître d’ouvrage n’a été fourni e.5. on utilise la formule (7.5.00 mm La condition des flèches est donc vérifiée.5. Pour la vérification de la flèche. on fixe l’épaisseur de la dalle à: h = 25 cm Simple vérification : Les conditions (7.4 cm d’armatures.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 7.3.5. il est préconisé de choisir généreusement une épaisseur de dalle avec la formule (7.99 mm. sur appuis linéaires rigides Prédimensionnement : D’après la « Bautabelle 4.116.48 - GC5 INSA Strasbourg . Dans le cas d’une dalle à épaisseur constante constituée de poutres orthogonales.) surestiment l’épaisseur de la dalle.1.1 Dalle en B.5 m Li = α*Ly avec α= 0.4.

on distinguera les poutres appartenant à la surface « rampe » de celles de la partie « dalle ». Le tableau suivant résume les flèches maximales à court terme (trad.). on a pu constater que les flèches maximales de la dalle étaient moins importantes autour des travées de rive.5. On pourra par conséquent diminuer la section des poutres appartenant à la surface « rampe ».4.2 Poutres en B. Prédimensionnement : La « Bautabelle 4. all. les portées étant moins importantes.2. » préconise d’adapter la section suivante pour une poutre continue : Figure 7.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 7.5.5. De ce fait.119.5.61 Tableau 7. L’étude consiste à observer la flèche maximale et à réaliser ensuite un prédimensionnement général à l’ELS de déformation que l’on va affecter à toutes les poutres de la partie « dalle » et « rampe ». on se situe dans les deux extrémités de la condition (7. la partie « rampe » subit une déformation moins importante que celle de la partie « dalle ».5 m Après le lancement des calculs en 7. les flèches indiquées sont plus cohérentes avec la réalité que précédemment étant donné que la déformation de la dalle suite à la flexion des poutres est prise en compte.2. : Zustand 1).1 Définition d'une section en T On a : Lmoy = 7.66 3.1 Caractéristiques des poutres I et D MUHOVIC Emil .81 Poutre rampe » D D 25 33*45 2.b).4. A ce stade. On fixe : ho = 25 cm (dalle) + 65 cm (section rectangulaire) = 90 cm pour la partie « dalle » Et : ho = 25 cm (dalle) + 45 cm (section rectangulaire) = 70 cm pour la partie « rampe » Ainsi.49 - GC5 INSA Strasbourg . Dans cette partie.A. Position (axe) Epaisseur dalle (cm) Section rectangulaire poutre (cm*cm) Inertie poutre (*10-3) m4 Flèche maximale (mm) Poutre « dalle » I I 25 35*65 8 4.

La phase APD traitera en détail l’avantage que proposent les poutres continues par rapport aux poutres isostatiques. on peut s’interroger s’il n’est pas plus préférable d’introduire plus de poteaux et de supprimer quelques poutres selon l’axe x. notre choix de prendre les 2 poutres les plus sollicitées pour le prédimensionnement est justifié. la première approche a été d’adopter un système assez rigide constitué de poutres orthogonales. la flèche maximale respecte les conditions établies précédemment : Poutre I : fmax = 4. La portée moyenne de toutes les poutres est estimée à 7. 7.3. De plus.50 - GC5 INSA Strasbourg . En effet. Cette formule. Poutre I :f Poutre D : Dans tous les cas. On a vu qu’à ce stade du projet. D’autres variantes s’imposeront par conséquent. Ce point est très important pour la suite de la conception étant donné que l’on souhaite diminuer la hauteur des poutres dans la région autour du coin « Accès parking public Monopol ». De cette manière. On peut se demander à ce stade du projet s’il n’est pas plus économique d’augmenter l’épaisseur de la dalle dans la partie « rampe » et de supprimer les travées de rive de courte portée ainsi que certaines poutres en y. la phase APD devra traiter la nécessité de disposer des poutres orthogonales sous la dalle.81 mm ≤ 30 mm Poutre D : fmax = 3. 60 cm de remblai au minimum étant demandé pour le recouvrement du parking.5 m. le plancher se situait 5 cm trop haut par rapport à la situation idéale .Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Simple vérification : Pour la vérification des flèches.) comme l’impose la « Bautabelle 5. on utilise la formule (7. applicable aux poutres isostatiques.6 Conclusion du chapitre 7 Le premier point qui s’impose à ce stade est que les flèches sur les travées de rive sont très f aibles par rapport à leurs flèches admissibles ce qui est notamment du à leurs petites portées. La question sur la pertinence d’utiliser du béton C35/45 se pose également étant donné qu’il est possible protéger les poutres des sulfates provenant de l’eau en adaptant un drainage rigoureux. Comme la flèche dépend de la portée.100 ». ces deux cas vérifient automatiquement les autres cas.61 mm ≤ 34 mm La condition des flèches est donc largement vérifiée pour ces deux poutres.5. Finalement. surestime les déformations d’une poutre continue. MUHOVIC Emil .

on peut constater que la structure portante a été considérablement modifiée. Les poutres forment un ensemble monolithique avec les poteaux respectivement avec elles-mêmes (poutres orthogonales). A ce stade du projet. Dans ce cas-ci.  Le dimensionnement est réalisé avec le logiciel ROBOT STRUCTURE respectivement MILLENIUM version étudiant. les poutres sont modélisées sous ROBOT STRUCTURE.3 Description de la seconde variante – Variante optimisée D’après la figure 4-3-1-2 (page 27). Vous trouverez en 4. on distingue plusieurs parties du plancher : Partie rampe supérieure : épaisseur de la dalle = 28 cm Partie poutres selon x : poutres en T de dimensions 40*65 cm2 (épaisseur dalle 28 cm) Partie poutres selon y : poutres en T de dimensions 40*80 cm2 (épaisseur dalle 32 cm) MUHOVIC Emil . Cependant. l’avantage de cette application est qu’elle permet de modifier certains paramètres de la poutre telle que la géométrie de manière à obtenir une section optimisée. Dans le cadre de ce projet. il m’a été demandé de vérifier les résultats à l’aide du logiciel allemand FRILO utilisé couramment par le bureau InCA. Cette fois-ci le prédimensionnement se fait à l’aide du module ROBOT STRUCTURE/Millenium. Du point de vue de la stabilité des éléments porteurs. Deux variantes sont mises à l’étude. Dans un premier temps.2 Description de la première variante – Variante rigide La variante de départ ressemble à celle vue au stade de l’APS. Les planchers sont constitués de poutres orthogonales de section en T.3. on pourra comparer les résultats obtenus.  Dans un premier temps. Le plancher présente une pente de 1% et suit ainsi le tracé du terrain final comme l’illustre l’annexe 6.51 - GC5 INSA Strasbourg .3. Les trames respectives ainsi que les charges agissantes sont définies de manière plus précise. Etant donné que le bureau n’a pas l’habitude de travailler avec ROBOT. Il s’agit d’une application qui tient immédiatement compte des charges définies précédemment. certaines données fournies par l’AMA sont modifiées. on distinguera dans cette partie une variante plus rigide du parking. 8.  On se place exclusivement dans le cas de la flexion simple pour les poutres ainsi qu’en compression simple pour les poteaux. 8.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 8 ETUDE DES DEUX VARIANTES A L’APD 8. certaines poutres continues du premier niveau seront analysées ainsi que le poteau le plus sollicité du niveau -2.  Le bureau a été chargé de dimensionner toute la structure portante. on passe à l’application « dimensionnement poutre BA ». les appuis élastiques peuvent être modélisés comme des appuis simples afin de simplifier la modélisation. Ensuite. Les types de béton utilisés sont : C30/37 et C35/45.1 Généralités  A ce stade du projet. Il s’agit d’une structure rigide constituée de poutres orthogonales.1 page 26 (respectivement 4. La détermination des charges linéaires est réalisée à l’aide du plan de l’annexe 11. Les trames des niveaux inférieurs se trouvent dans les annexes 7 et 8.2 page 27) les nouvelles trames de la structure. une variante optimisée de la première variante (retenue) sera mise é l’étude. Après la définition des cas de charges et des différentes combinaisons.

1) la largeur participante beff d’une poutre continue en T peut être prise égale à : MUHOVIC Emil . . d’un voile ou d’une poutre.3.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Cette variante ne présente pas de saut au niveau de l’intersection entre la partie « dalle » et la partie « rampe » contrairement à la variante précédente. une première approche pour aborder le problème consistait à modéliser la structure sur ROBOT STRUCTURE en ayant recours à l’application ETUDE D’UNE PLAQUE/COQUE.2. tient immédiatement compte de la surface d’influence de chaque élément qu’il s’agisse d’un poteau. Cela revient à définir au moins 50 cas de charges d’exploitation (selon le plan) différents ce qui ralentit considérablement le temps de calcul du processeur lors de la génération des combinaisons automatiques et de la présentation des résultats. Néanmoins. 8.4. 8. Ceci permet par conséquent de conserver une surcharge de remblai constante tout au long du parking.1 Modélisation du plancher N-1 sur ROBOT De ce fait.5 Largeur participante d’une poutre en T La détermination de la largeur participante des poutres en T est nécessaire afin de répartir les charges de manière linéaire sur les poutres. La méthode des éléments finis. En effet. par contre. D’après l’EN 1992 1-1 (Article 5. Figure 8. la détermination de la largeur d’influence peut s’avérer encombrante dans différents cas ( pour des structures portantes non perpendiculaires et non symétriques).52 - GC5 INSA Strasbourg . il s’avérait que ce type de structure nécessitait la définition successive d’une charge d’exploitation sur chacun des panneaux formés par les poutres. nous avons préféré nous tourner vers l’application DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE EN BA. L’inconvénient de cette seconde méthode résulte de la définition manuelle des charges linéaires pour des structures présentant des discontinuités.4 Difficulté de modélisation Dans le but de confronter les résultats obtenus en APS du logiciel DIE basé sur la méthode des éléments finis.

. MUHOVIC Emil . nous avons décidé de nous placer en sécurité en définissant des charges trapézoïdales avec un seul sommet de manière à éviter un travail fastidieux. La distance entre le sommet de la surface créée et la poutre est multipliée par deux. Les charges agissant sur les barres peuvent être modélisées comme des charges trapézoïdales.5.1 Surface d'influence 6 Le nombre de poutres étant important. Dans notre cas où les planchers sont constitués de dalles qui reposent sur un système de poutres orthogonales.1 Distance l0 entre les points de moments de nuls Figure 8..6 6Charges trapézoïdales Très souvent. Dans le cas des poutres orthogonales. il est important de connaître quelle partie de la charge uniformément répartie est reprise par chaque poutre.2 Paramètres déterminant la largeur participante La détermination des largeurs participantes des différentes poutres se trouve en annexe 14. Il s’agit de considérer un seul côté de la poutre et de tracer les deux droites à 45°.53 - GC5 INSA Strasbourg . Les charges surfaciques sont affectées en fonction des surfaces de planchers attribuées à chaque élément porteur (poutre. les charges sur les planchers sont uniformément distribuées. appelées surfaces d'influence. poteau.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Avec Et Figure 8.5. 8. Les surfaces d’influence sont obtenues en traçant des droites de 45°à partir des extrémités des travées.).6. la charge est transférée à partir de la surface de la plaque entourée de quatre poutres : α = 45° β = 45° Figure 8..

les calculs suivants concernant les poutres sont à effectuer : Calcul du ferraillage théorique en fonction de l’ELU.5 Ψ1 0.U.S. D’après l’Eurocode 1992 1-1 (section 6).L.U.6 0 Tableau 8.F : non flambement b) Combinaisons d’actions Les coefficients partiels des différentes catégories de charges à tenir en compte se trouvent ci-dessous: Actions Catégorie autres charges : Charge mobile p Catégorie C : Charges d’exploitation q1 Catégorie neige < 1000 m : Charges de neige Ψ0 0. : non rupture du béton ni de l’acier : en flexion simple Vérification du poinçonnement (négligé dans ce mémoire) Poteaux : Etat limite ultime de résistance E.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Ainsi. 8.L.8 Les Etats Limites 8.7 0.54 - GC5 INSA Strasbourg . Dans ROBOT et FRILO. : non rupture du béton ni de l’acier L’Etat limite Ultime de Stabilité de forme E.L.7 0.U.L. Conversion du ferraillage théorique en ferraillage réel . Pour plus de détails. suivants sont à respecter : a) Vérification Poutres : Etat limite ultime de résistance E. Vérification des ELS .1 Les Etats limites ultimes E.2 Ψ2 0.1.R.R.7 Méthodologie Selon l’Eurocode 2.5 0. se référer à l’annexe 14. 8.1 Coefficients de combinaisons d’actions MUHOVIC Emil .8.U. la charge agissante sur une poutre peut être modélisée par une charge linéaire de forme trapézoïdale.7 0.L. Calcul de l’espacement théorique des cadres en fonction de l’effort tranchant résistant . les E. Calcul de l’espacement théorique des cadres en espacement modulé du nombre voulu des zones égales.3 0.8. il est possible de vérifier et de dimensionner les poutres en lui insérant les paramètres nécessaires.

2 γs (acier de béton armé) 1.8 Variante optimisée: 19. Dans ce cas-ci.84 17 434. la valeur de calcul de la résistance d’un matériau s’exprime par : Les coefficients partiels relatifs aux matériaux sont les suivants : Situations de projet Durable/transitoire Accidentelle γc (béton) 1.1.5. on obtient les résistances de calcul suivantes : Situation durable/transitoire : Matériau C35/45 C30/35 S500 Variante rigide : 19..Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange L’Eurocode 1991 ne permet pas de classifier le véhicule de livraison dont le poids se situe près de 300 kN.1.1.2 valant 0.55 - GC5 INSA Strasbourg .2 Coefficients partiels relatifs aux matériaux En utilisant l’expression 8.5 pour les zones d’altitude ≤ 1000 NN.0 Tableau 8. c) Résistance de calcul Selon l’Eurocode 0 section 6.8.3 Résistance du béton en situation durable/transitoire MUHOVIC Emil . nous utilisons la Bautabelle basée sur la DIN 1055  Situation de projet : Les charges de neige sont minorées par un coefficient de combinaison Ψ0.84 17 434.8.8 Tableau 8.3.15 1.5 1.  Situation accidentelle : Les charges de neige n’interviennent donc pas dans la situation accidentelle.

D’après l’Eurocode 1992 1-1 (section 7).4 Résistance du béton en situation accidentelle 8.L. σbc.79 21.5 Figure 8.8.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Situation accidentelle : Matériau C35/45 C30/35 S500 Variante rigide (MPa) 24.56 - GC5 INSA Strasbourg .25 500 Variante optimisée (MPa) 24.2.8.2 Limitation des contraintes de traction limites dans les armatures tendues  L’Etat limite de déformation : flèche f ≤ flèche admissible fad MUHOVIC Emil .lim (MPa) C30/37 18 13.1.lim (MPa) C35/45 Combinaisons rares Combinaisons quasipermanentes 21 15. les E. suivants sont à respecter : a) Vérification Aux ELS.8.25 500 Tableau 8.8*fyk Déformation imposée : 1*fyk Contrainte de traction limite des armatures tendues dans le cas d’une : Déformation inacceptable Déformation imposée des S500 (MPa) 400 500 Figure 8.S.79 21.2 Les Etats limites de service E. si fluage et retraits importants. on distinguera dans cette partie :  L’Etat limite de durabilité :  Compression du béton : non apparition de micro-fissuration du béton Combinaisons rares : Combinaisons quasi-permanentes : σbc.2.1 Contrainte de compression limite  Ouverture des fissures de l’acier (corrosion) : Déformation inacceptable : 0.75 .8.S.L.

c) Résistance de calcul Selon l’Eurocode 0 section 6. MUHOVIC Emil . il convient de prendre égaux à 1 les coefficients partiels relatifs aux matériaux.1.1.95 limite la valeur de wmax à 0. de l’EN 1992 1-1.3. la valeur recommandée 7wmaxdans le cas d’un parking en béton armé appartenant à la classe d’exposition XD1 vaut 0. (Page 54).Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange  L’Etat limite d’étanchéité : limitation de l’ouverture w des fissures Selon L’EN 1992 1-1 (Article 7. la Bautabelle 5. il est nécessaire de limiter l’ouverture w d’une fissure à une valeur limite dépendant du type de structure concernée et de son fonctionnement de manière à préserver son aspect esthétique ainsi que sa durabilité.2 mm pour les classes allant de XA à XD ce qui est donc plus restrictif. b) Combinaisons d’actions Combinaisons rares : Combinaisons fréquentes : Combinaisons quasi-permanentes : Les coefficients de combinaisons d’actions applicables aux différentes natures de charges se trouvent dans le tableau 8. 8. il s’agit de trouver une solution afin de définir une charge roulante agissant sur le plancher du premier niveau souterrain. Le problème qui se pose est le suivant : la définition d’un véhicule de livraison de dimensions 6*3 m2 lequel peut agir simultanément avec les charges d’exploitation de manière à obtenir le cas le plus défavorable.9 Problématique de la charge roulante Comme en APS. 7 A titre de comparaison.1).1.3 mm sous la combinaison quasi-permanente des charges.57 - GC5 INSA Strasbourg . Selon le tableau 7.

Ceci a comme conséquence que les actions sont surestimées ! De ce fait.1 Définition d'une charge roulante sur ROBOT On est donc capable de modéliser les trois forces provenant des trois essieux en considérant leur espacement et les dimensions du véhicule. il a été décidé de retrancher au poids propre du véhicule l’influence de la charge d’exploitation q1 afin de ne pas surestimer les résultats.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange ROBOT. En effet. Il permet ainsi de définir des forces nodales ou linéaires pour les structures à barres. La trajectoire est définie entre les deux appuis extrêmes.9. contrairement aux logiciels allemands. Poids propre Charge d‘exploitation Dimensions du véhicule Figure 8. Cependant.58 - GC5 INSA Strasbourg .5 mètres ce qui nous donne trois forces verticales de valeur 100 kN. contient la fonctionnalité « Charges roulantes » disponible dans le menu « autres chargements ». ROBOT tient compte de la présence simultanée des forces nodales et des actions linéaires sur une même travée. MUHOVIC Emil . le poids propre du véhicule (300 kN) se répartit sur trois essieux espacés de 1.

Ainsi pour éliminer la présence simultanée de plusieurs forces nodales.59 - GC5 INSA Strasbourg . L’astuce consiste à définir trois forces nodales sur chaque travée. il est possible d’obtenir la réaction d’appui maximale sur chaque appui nécessaire au dimensionnement des poteaux. les 210 kN ne peuvent jamais agir totalement sur la travée contrairement à FRILO ! ROBOT agit par groupe de force tandis que FRILO agit par force nodale totale. 8. on considère la problématique résultant de l’intersection entre deux poutres. Donc pour une travée strictement inférieure à 6 mètres (dimensions du véhiculé).10. on a recours à la fonction « Alternative Gruppen ». De cette manière.2 On fait circuler la charge sur toute la poutre continue On peut affirmer qu’on ne commet pas une grosse erreur en procédant à cette astuce puisque ROBOT sommera ainsi les 5 kN/m2 avec les 3*70 kN ce qui revient à dire qu’un véhicule de livraison de 300 kN agit sur 6 mètres en tenant compte de la présence éventuelle de personnes tout autour. On peut se douter que cette méthode est moins précise que celle sur ROBO étant donné que ROBOT répartit les forces sur chaque essieu. Prenons l’intersection entre les poutres 2 et E de la variante optimisée afin d’illustrer le problème. MUHOVIC Emil . une autre au milieu de travée et finalement la troisième sur l’autre appui. La valeur à considérer dans ce cas (210 kN) résulte du poids propre du véhicule de livraison moins l’influence de la charge d’exploitation. Remarque : Sur FRILO.1 Illustration du problème avec un exemple Dans ce paragraphe.9.. Une force est définie sur le premier appui. Ceci nous mène à trouver une autre solution. il est impossible de définir une charge roulante qui l’on fait circuler sur toute la travée.10 Intersection entre deux poutres monolithiques 8.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 8.

Par conséquent.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Poutre 2 Poutre E Figure 8. Du rapport entre la force et la flèche.2.1 Localisation de l'intersection - Portée de la travée 2 : 9. En effet. on obtient les résultats suivants : Figure 8. une poutre continue avec des moments négatifs sur appuis peut être modélisée comme une poutre encastrée lorsque l’on s’intéresse à une travée donnée.1 Flèche de la deuxième travée de la poutre 2 MUHOVIC Emil .2 Description de la solution proposée Dans le cas où deux poutres se croisent ou bien dans le cas où une poutre repose sur l’autre. Une force quelle conque (aléatoirement 100 kN. De ce fait.1.99 mètres Largeur efficace de la poutre 2 : 283 cm Béton C30/37 Section en T 40*90 8. une certaine flèche apparaîtra au niveau de l’appui concernée ce qui est impossible pour des appuis strictement rigides.10. il en résulte une certaine flèche selon la largeur efficace de la poutre. l’astuce suivante est à appliquer. On s’intéresse au coefficient d’élasticité de la poutre servant comme appui.10.60 - GC5 INSA Strasbourg .10. Pour cela. Sur ROBOT. la travée de la poutre concernée est modélisée en tant que poutre encastrée des deux côtés. on en déduit le coefficient d’élasticité de l’appui élastique de la poutre reposant sur la poutre étudiée. le poids propre de la structure est à éliminer) est appliquée au point d’intersection des deux poutres.

2 Déformée au niveau de l'appui de rive de la dernière travée 8. l’influence du poteau prédomine cette portion de travée. MUHOVIC Emil .10. En effet.10.10.10.1 Coefficients d'élasticité des différentes intersections On constate que l’appui élastique peut souvent être modélisé comme appui rigide lorsque la poutre repose à quelques centimètres du poteau de la poutre orthogonale.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Coefficient de rigidité : (8. Les principaux résultats sont les suivants pour du béton C30/37: Intersection Poutre 1-E Poutre 2-E Poutre 5-J Poutre 6-J Poutre 1-J Poutre 2-J Coefficient d’élasticité K [kN/m] 6 666 666 781 250 10 000 000 10 000 000 806 451 469 484 Tableau 8.61 - GC5 INSA Strasbourg .2.1) Un appui élastique a comme conséquence l’apparition plus ou moins importante d’une flèche au niveau de ce point comme le témoigne la figure suivante au nœud n°10 : Figure 8.3 Résultats Différents coefficients d’élasticité ont été déterminés de cette manière lors de l’optimisation de la structure.1.3.

57 100.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 9 DIMENSIONNEMENT SOUS ROBOT A L’APD .57 100.98 3.25 Charge permanente (kN/m) 100.POUTRE 5 DU NIVEAU N-1 – VARIANTE OPTIMISEE La structure du parking est composée de plusieurs poutres continues.8 38.76 7.98 6.8 MPa 9. Le dernier appui est un appui élastique. De plus.75 21.8 38.00 MPa Acier FeE500  fyd = 434.3 Charges Travée N° 1 1' 2 3 4 5 Longueur trapèze (m) 7.75 7.2. située au premier niveau souterrain.2 Section en T 9. Le béton utilisé est du béton C30/37.62 - GC5 INSA Strasbourg .76 7. 9.08 Charge d'exploitation (kN/m) 38.76 7.2 Modélisation de la poutre Pour la localisation de la poutre.98 6. Figure 9. dont le dernier est élastique.44 55. La poutre est sollicitée en flexion simple.98 6.98 6. se référer à la figure 4-3-1-2 (page 27).44 100.2.75 4.83 Poutre 5 MUHOVIC Emil . La poutre présente 5 travées. de l’acier S500 est choisi.57 100.1 Modélisation de la poutre 5 Section de la poutre en T : Figure 9.75 38.8 38.25 neige (kN/m) 6.1 Matériaux Béton C30/37 fcd = 17. nous donnons en tant qu’exemple le dimensionnement d’une poutre continue en T de section 40*80cm2 sur 6 appuis.

35 Tableau 9.79 1346.36 q1(kN/m2) 5 17.62 -1398.5 Sollicitations aux ELU Le dimensionnement des poutres passe par la recherche des courbes enveloppes des moments qui permettent de déterminer les moments maximaux sur appuis et en travées.1.1 Moments de flexion de calcul La courbe enveloppe des moments des différents cas de chargement.1 Efforts tranchants de calcul Les sollicitations connues.5.21 824.8*h.84 -914.45 0 Tableau 9. 9.00 -956.5 sk (kN/m2) 0.4 Combinaisons Voir annexe 20 9.2. On décale horizontalement la courbe de 0. 9.94 Md appuis gauche [kNm] 0 -1345.27 812.5 g (kN/m2) 12. doit aussi être modifiée pour les calculs de Béton Armé pour l’épure d’arrêt des barres.1 Actions agissantes 9.63 - GC5 INSA Strasbourg .9 3.55 433.5. obtenue par analyse élastique.5.15 Tableau 9.2 Efforts tranchants Travée 1 2 3 4 5 Vd appuis gauche [kN] 514.96 45. MUHOVIC Emil . Les moments extrêmes restent cependant les mêmes alors que tout au long de la poutre les valeurs sont augmentées.00 -956.39 1187.37 Vd appuis droite [kN] -1100.1 Moments de flexion Travée 1 2 3 4 5 Md travée [kNm] 1062.45 Md appuis droite [kNm] -1345.04 -625.77 533.84 -330.62 -1398.90 -963.59 269.5. il ne reste plus qu’à déterminer le ferraillage longitudinal et transversal.84 -330.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 5' 3.90 1043.3.15 -622.

En d’autres termes. Initialement.1 Armatures longitudinales Armatures inférieures longitudinales de travée Ferraillage théorique inférieur travée (cm2) 38.332 4 0 5 17.07 10.45 16. Robot permet également de faire le passage entre le ferraillage théorique et le ferraillage réel tout en vérifiant les Etats limites définies par l’Eurocode 1992. Cependant. 9.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 9.1.79 Ferraillage réel supérieur appuis (cm2) 6HA16 6HA25+6HA25 6HA20+6HA20 6HA20 Ecartement des barres du lit supérieur 5 cm 5 cm 5 cm 5 cm Ecartement des barres du lit inférieur 5 cm+15cm+5cm 5 cm - Appuis 1 2 3 4 Section réelle (cm2) 12.32 15.41 14.6 Flèches aux ELS En ce qui concerne la vérification de la flèche de la poutre. on peut obtenir le ferraillage théorique des travées et des appuis. on tiendra compte de la flèche totale à long terme : Travée Flèche totale (mm)] 1 11.81 28.9 37.64 - GC5 INSA Strasbourg .08 58.32 2 8.281 3 2.13 Ferraillage réel inférieur travée (cm2) 6HA25 + 6HA25 6HA25 6HA16+2HA16 6HA16+2HA16 6HA16+6HA16 Ecartement) des armatures du lit inférieur 5 cm 5 cm 5 cm 5 cm 5 cm Ecartement (cm) des armatures du lit supérieur 11 cm+5cm+11cm 27 cm 27 cm 5 cm Travée 1 2 3 4 5 Section réelle (cm2) 58.76 34.08 16.7 Détermination du ferraillage A l’aide de Robot. ROBOT propose de choisir 6HA25 et 2HA25 pour le lit inférieur de la travée 1. des modifications ont dues être faites au niveau du ferraillage des appuis de rive afin de vérifier les dispositions constructives énoncées ci-dessous.90 29.7. la section minimale d’acier nous est fournie pour chaque travée et pour chaque appui.85 8 8 La contrainte dans la bielle d’about exige d’augmenter As.7. MUHOVIC Emil .1 Choix des armatures longitudinales inférieures Le ferraillage des travées de rive a été choisi manuellement sur ROBOT de manière à vérifier les Etats Limites.90 Tableau 9.06 58.36 51.6.841 Tableau 9.7 18.1 Flèches à longue durée 9. Armatures supérieures longitudinales sur appuis Ferraillage théorique supérieur appuis (cm2) 0 47.

) avec : Il faut augmenter la résistance du béton de manière à obtenir : Espacement maximal des armatures transversales : MUHOVIC Emil .2. 7 barres HA25 peuvent être choisies dans le cas d’une poutre de largeur 40 cm. on décide à chaque fois de mettre au maximum 6 armatures par lit écartées au plus de 5 cm.08 5 cm 5 cm 5 cm 27 cm Tableau 9.9 16.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 5 6 51. Dans notre cas.7. Les barres sont disposées en files verticales afin de permettre un coulage adéquat du béton.3.7. 9.7. des armatures transversales sont à prévoir dans le cas où l’effort tranchant de calcul est supérieur à l’effort tranchant résistant de la section (en l’absence d‘armatures transversales).2. Espacement des barres longitudinales : D’après les tableaux de construction de la Bautabelle.2 Choix des armatures longitudinales supérieures Des précisions seront données ci-dessous dans la partie « 9.1.dispositions constructives » sur le choix d’armatures au niveau des appuis de rive. des armatures transversales sont nécessaires même si l’effort trancha nt de calcul est inférieur à la résistance à l’effort tranchant de la section.7. Compression des bielles comprimées L’effort tranchant résistant correspond à la plus petite des valeurs suivantes : (9. Dans le cas des poutres.25 0 6HA25+6HA25 6HA16+2HA16 58.2 Armatures transversales verticales Selon l’EN 1992.65 - GC5 INSA Strasbourg .

16 7.70 12.7.20 + 1*0.15 + 28*0.20 + 1*0.10 + 21*0.2.04 + 1*0.05 + 2*0.42 9. on doit indiquer à ROBOT les espacements que l’on souhaite conférer aux armatures transversales.15 1*0. 15 et 20 cm ce qui nous semble aisé à mettre en œuvre sur chantier.10 1*0.1 Sections d'acier théoriques et réelles Espacement minimal des armatures transversales L’espacement minimal des armatures se déduit de la formule (9.10 + 18*0.07 Section d’acier réelle (cm2/m) 17. Dans ce cas -ci.35 + 6*0. nous choisissons de subdiviser chaque travée en 4 parties.10 + 21*0.10 + 18*0.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Détermination des armatures transversales La section d’armature transversale minimale est déterminée à l’aide de la formule : Travée 1 2 3 4 5 Section d’acier théorique nécessaire (cm2/m) 11.03 + 15*0.10 + 31*0.10 1*0.10 + 31*0. chaque partie contenant un espacement régulier d’armatures transversales.35 + 6*0.20 + 15*0.66 - GC5 INSA Strasbourg .05 + 2*0.70 Tableau 9.22 7.2. on a opté pour les espacements 10.20 + 1*0.7.05 + 1*0. De plus.15 1*0.7.11 12.10 1*0.16 10.10 1*0.20 + 1*0.49 + 12*0. Ancrage de la première armature transversale : MUHOVIC Emil .08 8.2 Choix d'armatures transversales Comme il s’agit de longues travées.15 1*0.70 7.20 + 15*0.39 + 13*0.10 1*0.03 + 15*0.15 Tableau 9.4) et du diagramme d’effort tranchant: Travée 1 2 3 4 5 Nombre de brins 88 104 26 6 26 64 45 8 47 Diamètre Φ12 Φ12 Φ12 Φ12 Φ12 Ecartement (cm) 1*0.20 + 14*0.2.

3. on peut faire les réglages suivants imposés par l’EN 1992 1-1 Section 8 et 9 : Enrobage minimal des armatures : Enrobage minimal : Tolérance d’exécution : Enrobage : c = 35+10 =45 mm Bien que le moment sur appui de rive soit théoriquement nul.travée sur les appuis de rive dans le cas d’une construction monolithique ce qui conduit la plupart du temps à munir les armatures de montage de crochets à cet endroit.7. Sur ROBOT MILLENIUM.3 Vérification des dispositions constructives Différentes conditions sont à respecter lors du ferraillage de la poutre.04 Tableau 9.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 9. cette condition est immédiatement vérifiée.7.15*Md.1 Moments de calculs sur appuis de rive Section minimale des barres longitudinales inférieures au niveau des appuis : 0.25*As max. On prend en compte forfaitairement un moment de 0. Travée 1 5 Mdappuis de rive [kNm] 159. des tractions peuvent se développer à la partie supérieure. En imposant un recouvrement des barres longitudinales inférieures aux niveaux des appuis.67 - GC5 INSA Strasbourg . l’appui n’étant pas une rotule parfaite. Condition de non-fragilité du béton ↔ Section minimale des armatures tendues : Ou : Section d’acier longitudinale maximale : MUHOVIC Emil .34 202.

Lorsqu’un Etat limite est dépassé. on trouve : As.76 *10-4 = 1. le logiciel envoie un message d’erreur. Vérification du pourcentage minimale d’acier transversal nécessaire : > 8. donc 25 cm.45 cm2 Au niveau des appuis intermédiaires.89 cm2 Prolongation des armatures longitudinales au niveau des appuis de rive de : Appuis 1 6 Section d’acier longitudinale à prolonger (cm2) 11. valeur qui est largement au–dessus de nos choix d’acier.max= 128 cm2. MUHOVIC Emil .Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange En prenant uniquement la nervure de la poutre.7.38 Tableau 9.7. les barres se recouvrent pour résister aux moments positifs possibles. 9. il est du rôle de l’ingénieur de vérifier les résultats par des calculs simples. Longueur d’ancrage minimale: On peut supposer que la longueur d’ancrage vaut au moins dix fois le diamètre d’une barre HA25. on décide d’utiliser des barres longitudinales avec des crochets à 90°. Cependant.2 Prolongation des armatures longitudinales au niveau des appuis Robot prolonge toutes les armatures du lit inférieur et du lit supérieur ce qui nous donne pour l’appui de rive de la première travée : 29.3.68 - GC5 INSA Strasbourg . Etant donné que la largeur des appuis vaut 25 cm.4 Vérifications La vérification des différentes conditions qui suivent relatif aux Etats limites est immédiatement effectuée par le logiciel ROBOT.84 14.

3 Vérification des flèches fs_r fs_qp fl_qp f f_adm .148 3.515 fl_qp (mm) 9.69 - GC5 INSA Strasbourg .7.flèche de longue durée due à la combinaison quasi-permanente .flèche de courte durée due à la combinaison de charges rare .5 2000 0 0 Moment fléchissant ELU: -0.416 8.611 2.000 30.000 20.000 18.flèche admissible MUHOVIC Emil .4.4.7.248 8.416 8.4.5 [0.416 8.805 fs_qp (mm) 9.1000 Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 600 400 200 800 [kN] a) Flexion 0 -200 -400 simple  Aux ELUR : [m] 5 V_r 10 Vr_r 15 V_qp 20 Vr_qp 25 30 0 -2000 [kN*m] -1500 -800 -1000 -500 0 500 1000 -600 Effort transversal ELS: 1.7.2 Compression du béton et traction des armatures   Travée n° 1 2 3 4 5 Ouverture des fissures de l’acier (corrosion) : voir note de calcul (annexe 17) Aux ELS de déformation : fs_r (mm) 5.611 2.flèche de courte durée due à la combinaison quasi-permanente .515 f (mm) 9.515 f_adm (mm) 30.1 Vérification du moment ultime 1500 -1 [kN] : en flexion simple 5 10 At Ac B 15 20 25 30 Déformations: [m] -1.419 0.5 M Mr Mt Mc Tableau 9.913 0.649 0.000 33.000 18.419 0.419 0.640 Tableau 9.611 2.000 18.000 20.1%] 1 [m] 5 10 15 20 25 30 1500 0.5 1000 0 500 0  Aux ELS de durabilité : 250 [MPa] 150 -500 200 -1000 100 -1500 50 0 0 5 -50 transversal ELU: Effort -100 -150 -200 -250 0 Contraintes: 5 [m] 10 V Vr 15 Vc(cadres) 20 Vc(total) 25 30 [m] 10 Ats Acs Bs 15 20 25 30 Tableau 9.flèche totale .

195 0.96 11.95 limite la valeur de wmax à 0.70 - GC5 INSA Strasbourg .97 7.7.1.56 τ (Mpa) 0.56 10.56 10. il est nécessaire de limiter l’ouverture w d’une fissure à une valeur limite dépendant du type de structure concernée et de son fonctionnement de manière à préserver son aspect esthétique ainsi que sa durabilité.9 1043.37 Vd appuis droite (kN) -1100. la Bautabelle 5.27 7.56 10.3. de l’EN 1992 1-1.97 9.26 0.528 v1fcd (Mpa) 10.21 0.5 Contraintes dans la bielle comprimée Remarque : 1) Vérification de la résistance des bielles de béton Travée 1 2 3 4 5 Travée 1 9 Vd appuis gauche (kN) 514.39 1187.9 v1 0.29 0.528 v1 0.90 Tableau 9.188 0.528 0.528 0.4.434 τ (Mpa) 0.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange  L’Etat limite d’étanchéité : limitation de l’ouverture w des fissures Travée n° 1 2 3 4 5 wk (mm) 0.1). la valeur recommandée 9wmax dans le cas d’un parking en béton armé appartenant à la classe d’exposition XD1 vaut 0.381 0.2 mm pour les classes allant de XA à XD ce qui est donc plus restrictif.96 σbc (MPa)Appui droite 14.58 14.56 v1fcd (Mpa) 10.3 mm sous la combinaison quasi-permanente des charges.56 10.21 824.7.77 533.74 14.96 13. MUHOVIC Emil .04 13.4 Vérification des fissures Selon L’EN 1992 1-1 (Article 7.25 Tableau 9.301 0.25 0.402 A titre de comparaison.4. b) Effort tranchant  Vérification de la contrainte dans la bielle comprimée : Travée 1 2 3 4 5 σbc (MPa)Appui gauche 12. Selon le tableau 7.528 0.528 0.

6 Vérification de la résistance des bielles de béton Avec 2) L’écartement des barres est réalisé dans une logique de mise en place sur chantier ce qui rend la tâche moins laborieuse pour un ouvrier.35 0.528 10.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 2 3 4 5 -963.528 0. MUHOVIC Emil .528 0.56 10.528 0. 3) Des suspentes sont à prévoir lorsque deux poutres se croisent.352 0.04 -625.84 -914.56 0.71 - GC5 INSA Strasbourg .56 10.4.7.334 0.228 0.15 -622.229 Tableau 9.56 10.

8.8 Proposition de ferraillage Figure 9.72 - GC5 INSA Strasbourg .Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 9.1 Proposition de ferraillage de la première travée MUHOVIC Emil .

Il supporte une poutre en milieu de travée. En se conformant aux différents résultats de prédimensionnement des poutres.1. On ne tiendra pas compte de la situation accidentelle à ce stade du projet.1 Description Ce chapitre sera consacré au dimensionnement du 4e poteau de la poutre 8 du niveau -2. Les forces agissantes découlent de la sommation des réactions d’appuis de la poutre 8 du niveau supérieur ainsi que des réactions d’appuis de la poutre 8 du niveau -2. Le type de béton utilisé est du béton C30/37. Le poteau ci-dessous doit reprendre la descente de charges du niveau -1 ainsi que du niveau -2. le calcul des poteaux s’effectue à l’aide de l’EN 1992. Ce qui nous permet de fixer les de ux côtés « a » et « b » de la section des poteaux en fonction de la largeur des poutres.1 Localisation du poteau n°4 de la poutre 8 au niveau -2 10.73 - GC5 INSA Strasbourg . Poteau n° 4 de la poutre 8 Figure 10. nous constatons que la plupart des poteaux sont situés à l’intersection des poutres. Le dimensionnement des poteaux se fait en compression excentrée. Il s’agit du poteau le plus sollicité de la structure. MUHOVIC Emil .Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 10 DIMENSIONNEMENT SOUS ROBOT A L’APD – POTEAU N°4 DU NIVEAU N-2 – VARIANTE OPTIMISEE 10. Dans le cas courant des poteaux de parking.2 Géométrie retenue Les poteaux sont généralement soumis à des charges verticales qu’ils transmettent aux semelles.

la largeur sera augmentée de 10 cm pour aboutir à : 25*47.3 Détermination de l’effort de compression Dans la partie précédente. La hauteur utile imposée par l’architecte vaut 2.94 1027.25 m 10.35 203. Surcharge permanente : 2 kN/m2 On obtient les réactions d’appuis suivantes : MUHOVIC Emil .82 2166.33 850. De plus.09 199.1 Section de la poutre en T Dans les parkings.3 332.44 1893.39 Qk [kN] 72.15 336. L’effort de compression étant plus important au niveau inférieur. L’appui 5 de la poutre étant un appui élastique. il est courant que la largeur des poteaux soit inférieure à celle des poutres.92 SLW30 [kN] 108.9 202. de l’EN 1991.5 cm2.74 - GC5 INSA Strasbourg .42 347.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Figure 10.70 2090. Le poteau n°5 reçoit donc les forces verticales suivantes : Charges piliers Actions caractéristiques N-1 N° poteau 1 2 3 4 Gk [kN] 206.5 kN/m2 (catégorie F) selon le tableau A1. De ce fait.33 49. la géométrie des poteaux est la même pour tous les poteaux afin de respecter une certaine monotonie du parking. on ne s’intéresse pas d’avantage à cet appui. les poteaux auront une longueur de 2. Ainsi.47 58.3.96 Neige [kN] 10.95 Poutre 8 Tableau 10.63 986.19 56.58 Actions de calcul N-1 Vd [kN] 525.2. les charges agissantes sur le plancher du niveau -2 sont les suivantes : Poids propre du plancher Charge d’exploitation de 2.5 cm2. la section rectangulaire des poteaux du niveau vaut : 25*37. nous avons déterminé les réactions d’appuis de la poutre 8 du premier niveau souterrain.25 m.1.1 Réactions d'appuis de la poutre 8 du niveau -1 Grossièrement.

38 cm2 en considérant également la situation accidentelle MUHOVIC Emil .1 Ferraillage longitudinal Lorsque λ > λlim.18 On procède ainsi à l’analyse des effets du second ordre dues notamment à l’excentrement du au montage.26 kNm 10.91 253.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange Charges piliers Actions caractéristiques N-2 N° poteau 1 Poutre 8 2 3 4 Gk [kN] 62. Dans notre cas.27 cm2 .13 Tableau 10.2 Réactions d'appuis de la poutre 8 du niveau -2 En sommant les différentes charges.58 Tableau 10. on obtient pour la flexion composée la section d’acier suivante : As. on trouve que : λy = 15. réel = 37. Choix d’armatures longitudinales : 4HA25 + 4HA25 = 39.64 521.43 241. Un moment de flexion dû aux effets de second ordre apparait également : Med = 57. Ainsi que : λz = 31.3.4 Détermination du ferraillage 10.21 166. ROBOT tient compte des effets du second ordre nécessaires à la détermination de la section d’acier théorique.3.96 58.41 et λlim = 15.5 522.71. on obtient : Gk [kN] Qk [kN] SLW30 [kN] Neige [kN] 1280.39 578. FRILO donne une section d’acier minimale de 42. Section d’acier minimale : Ainsi.21 174.min=8 mm.75 - GC5 INSA Strasbourg .85 203.93 Actions de calcul N-2 Vd [kN] 138.89 604.07 168..14 Qk [kN] 36.27 cm2 Remarque : A titre de comparaison.72 201. Le diamètre minimal imposé vaut : Φl.4.83 kN est retenue au niveau –2 pour déterminer son ferraillage.3 Actions caractéristiques sur le poteau n°4 Après une vérification de la descente de charges du bureau d’études sur le poteau. une charge centrée de 2862.

il faudra veiller à considérer les armatures d’attente qui viendront s’ancrer dans le poteau supérieur. le taux de travail des fondations isolées doit être supérieur à 3 bars pour résister à la pression de gonflement du sol. l’espacement est réduit de 0.6 Remarques 1) On rajoutera un cadre supplémentaire de diamètre 8 mm au niveau de la section de poteau destiné à retenir les armatures longitudinales intermédiaires. 2) Dans un stade plus lointain du projet. min (b .00 2.71 2771. D’après le rapport EURASOL 12210 RS.49 2.4.1 Largeur des semelles ponctuelles Ved provient du calcul de la descente de charges sur les différents poteaux soutenant la poutre 8. 400 mm}= 25 cm.90 3.08 B (m) 1.98 2. La possibilité d’une semelle filante a été étudiée à ce stade.6*st ce qui nous donne : st. Φl/4} Φt= 8 mm Espacement maximal = min {20* Φl .07 2415. h).56 kg/m3. En effet.réduit ≈ 13 cm 10.50 3.h }.76 - GC5 INSA Strasbourg .84 3.5 Prédimensionnement de la semelle ponctuelle L’étude de fondations était en cours lors de mon départ.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 10. MUHOVIC Emil . il m’a été impossib le de définit les cadres souhaités sur ROBOT sans modifier les paramètres définies ci-dessus. On peut donc rajouter que la largeur minimale des semelles ponctuelles sous les poteaux de la poutre continue n°8 du deuxième niveau vaut : Largeur semelle avec q ELU 300 kPa Ved [kN] 664.09 2669.2 Ferraillage transversal Transversalement : Φt= max {6mm . Près des appuis pour une distance valant max{ b . Les calculs sont faits d’après la DIN 1045 : On a : Section rectangulaire : 10.04 B retenue (m) 1. 3) La densité de ferraillage suivant cette proposition vaut environ 276.5.10 Tableau 10.

Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 10.7 Proposition de ferraillage Tableau 10.1 Proposition de ferraillage du poteau 8 du niveau -2 MUHOVIC Emil .7.77 - GC5 INSA Strasbourg .

15 Volume de béton m3 41.54 3353.1 Ratios de la variante rigide avec du béton C35/45 Tableau des ratios variante rigide : C30/37 Poutre 3 7 8 11’ 12 E H Longueur de la poutre (m) 46.1.22 98.51 Tableau 11.52 3355.44 3497.83 92.28 6.08 3726.14 130.39 102. différentes variantes ont donc été mises à l’étude.44 Ratio (kg/m3) 105.28 6.24 32.37 Poids acier (kg) 3675.07 781.22 38.13 7 7 38 42.45 3431.03 780.37 Poids acier (kg) 4338.7 38 42.70 36.14 6.1 Poutres Dans le cadre de ce PFE.1.70 127.37 815.44 96. 11.2 Ratios de la variante rigide avec du béton C30/37 MUHOVIC Emil .22 38.66 35.78 - .27 43.13 7 7 42.06 816.26 4060. Les tableau x de ratio qui suivent résument en partie la quantité de ferraillage à considérer pour deux types de béton différents.1 Variante rigide Tableau des ratios variante rigide : C35/45 Poutre 3 7 8 11’ 12 D E H Longueur de la poutre (m) 46.49 38.53 3349.24 35.39 127.82 36.49 38.70 36.70 3042.80 85.25 88.82 36.03 130.14 6.59 3590.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 11 COMPARAISON DES RESULTATS 11. on considère en général un ratio d’acier se situant entre 130 et 180 kilogramme par mètre cube. Dans le cas des poutres.17 86.44 Ratio (kg/m3) 89.27 43.89 124.01 Tableau 11.01 Volume de béton m3 41.1.31 93.

73 34.30 Tableau 11.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 11.62 3984.3 Ratios de la variante rigide avec du béton C35/45 Tableau des ratios variante améliorée : C30/37 Poutre 3 5 8 D E Longueur de la poutre (m) 34.70 42.13 Poids acier (kg) 3412.69 3739.95 35.30 46.95 33.63 42.2 Variante optimisée Tableau des ratios variante améliorée : C35/45 Poutre 3 5 8 D E Longueur de la poutre (m) 34.69 Tableau 11.19 76.85 100.1.27 76.75 37.63 42.42 30.17 3700.95 35.63 3602.73 34.70 42.96 3554.40 104.58 Ratio (kg/m3) 85.1.30 46.95 33.58 Ratio (kg/m3) 89.42 30.13 Poids acier (kg) 3576.60 3572.54 113.4 Ratios de la variante rigide avec du béton C30/37 MUHOVIC Emil .75 37.04 3884.79 - GC5 INSA Strasbourg .65 116.98 104.09 Volume de béton m3 39.37 Volume de béton m3 39.34 3778.1.81 103.

je voudrais de nouveau saisir l’opportunité de remercier M.80 - GC5 INSA Strasbourg . et a répondu à tout ce que j’en attendais. MUHOVIC Emil . En plus. J’ai ainsi pu développer non seulement mes connaissances théoriques mais également améliorer ma façon de travailler et mon esprit d’organisation. Un troisième logiciel (FRILO). m’a permis d’effectuer des dimensionnements et des calculs de différents éléments de la structure porteuse. Il a été très enrichissant de découvrir le règlement européen pour les structures en béton armé puisque les cours de béton armé suivis à l’INSA de Strasbourg se basaient sur les règles du B. La vérification et le ferraillage des poutres et des poteaux ont été effectués à partir des sollicitations extraites du logiciel ROBOT conformément aux Eurocodes 1990. Arrivé à ce stade. Les missions m’ont offert une nouvelle vue plus globale de la vie d’un projet dès la phase de l’Avant -Projet Sommaire. Le projet de fin d’étude s’inscrit en premier lieu dans une démarche de conception à partir des plans d’architecte. par contre. outils devenus indispensable s pour l’étude des ouvrages en béton armé. a également été manipulé. Cette immersion dans le monde professionnel nous a démontré l’importance de l’aspect relationnel. J’ai pu m’apercevoir que l’emploi des différents logiciels impose à l’ingénieur de formuler un certain nombre d’hypothèses pour rendre les résultats exploitables. D’un point de vue personnel.L 91 modifiées 99. J’ai rencontré quelques difficultés lors de la modélisation du plancher sur ROBOT dues au nombre important de charges d’exploitation définies. des qualités tant importantes pour un ingénieur. Le projet que j’ai mené m’a permis d’utiliser des logiciels de calcul. MEYER pour leur soutien et leurs nombreux conseils. c’est l’importance de l’implication totale dans une démarche et de ne pas se décourager suite à une mauvaise manipulation d’un logiciel. On a pu observer que la structure portante initiale d’un tel projet peut être modifiée considérablement au fil du temps dans le but d’offrir la solution la plus satisfaisante.A. ROBOT.Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange 12 CONCLUSION La construction du parking souterrain à deux niveaux sur la « Place des Alliés » à Differdange permettra d’augmenter le nombre de stationnements offerts aux utilisateurs souhaitant se réunir à des festivités.E. ROBOT ne permet pas toujours d’obtenir le plan de ferraillage souhaité par l’utilisateur même si des applications existent pour modifier le ferraillage manuellement. basé sur la méthode des éléments finis. ce stage m’a apporté que des satisfactions tant au niveau relationnel que professionnel. HERMANN et M. faire des achats ou bien passer un moment agréable dans un espace de détente. Grâce au logiciel de calcul allemand FRILO . dont le but était de réaliser un autocontrôle des principaux éléments de calcul. notamment dans les échanges avec les ingénieurs et les techniciens côtoyés durant le projet de fin d’étude. j’ai pu prédimensionner la structure portante du premier niveau. 1991 et 1992. Ce que je souhaite souligner de cette expérience professionnelle.

9.public. [En ligne] 3.Caractérisation chimique des asphaltes place des alliés.Ville de Differdange . AREAL. Beispiele zur Bemessung nach DIN 1045 17. Garage place des alliés .81 - GC5 INSA Strasbourg .Mémoire PFE – Etude d’un parking souterrain Place des Alliés à Differdange BIBLIOGRAPHIE 1.lu 11.do?cidTexte=LEGITEXT000006068913&dateTexte=201 10301. 4.differdange.lu/. http://st-ds.gouv.net/beton/info/hypotheses-et-donnees-pour-le-calcul-en-ba. RICHARD GOLDAU. 5.legifrance. PIERRE CHARON.marches. Wiesbaden.Fousbann. Bewehrung der Stahlbeton-Konstruktionen.scribd.geoportail.http://www.com/guembel/-genie%20civil/Ba-effort%20tranchant-EC2. Bautabellen für Ingenieure. [En ligne] 8. Auflage 14.Rapport 1012-2-76 .html 16. http://www. http://www. Dewey Müller Architectes et Urbanistes. http://map.lu/.pdf 10. [En ligne] 6. [En ligne] 7..com/doc/28731029/Robot-Manuel-Ba-v15 15. 1991 et 1992 MUHOVIC Emil .lu/. 18. Eurocodes 1990. http://www. [En ligne] 2. http://www. Miwwelchen Differdange . Le Calcul et la Vérification des ouvrages en Béton Armé. SCHNEIDER.legilux.Plan général 1101_PDS. SolEtude.fr/affichTexte. Eyrolles 12. DEUTSCHER BETON-VEREIN E. dritte Auflage 13. N° du plan : APS 009.inca-ing.freewebs. Bauverlag GmbH.V. http://www.lu/.public. http://www.