Marc Bibeau est l’un des administrateurs de l’entreprise familiale Schokbéton. Il n’est ni actionnaire majoritaire, ni président, et n’est impliqué d’aucune façon dans les opérations quotidiennes de l’entreprise. Marc Bibeau était solliciteur de dons bénévole et autorisé pour le PLQ. Il n’a jamais occupé d’autre poste ou fonction au sein du PLQ, et la majorité de ses années de sollicitation se sont déroulées alors que le PLQ était dans l’opposition. Marc Bibeau sollicitait des dons auprès d’individus dans son réseau d’affaires de la grande région de Montréal. Il n’a jamais sollicité de dons auprès d’entreprises, par l’entremise de prête-noms ou autrement, et a toujours respecté rigoureusement la loi électorale du Québec. La nature même des efforts de sollicitation de Marc Bibeau a amené ce dernier à développer une relation amicale et quasi quotidienne avec Violette Trépanier, alors responsable du financement à la permanence du PLQ. Au fil des ans, cette dynamique s’est traduite par de nombreux échanges et communications, incluant la remise de chèques obtenus par les multiples sollicitations de dons. L’organisation et la logistique de plus de 200 activités annuelles de financement relevaient de la permanence du PLQ. Seule la permanence du PLQ était responsable de la comptabilité et de la tenue de livres des différentes activités de financement. Marc Bibeau n’avait aucune responsabilité à cet égard et en ignorait les tenants et aboutissants. Marc Bibeau n’a jamais été responsable d’une activité de financement politique qui aurait totalisé une somme de 428 150$ pour le compte du PLQ. o Sans avoir eu accès, à ce jour, aux documents et aux analyses partielles sur lesquels se fondent l’UPAC, Marc Bibeau souligne que la somme alléguée de 428 150$ ne peut être le résultat d’une seule activité. Cette somme représente fort probablement le cumul d’un ensemble de dons personnels remis au PLQ au cours d’une période de plusieurs mois, lesquels auraient dû être comptabilisés individuellement dans ses livres, selon la loi.

o

Marc Bibeau n’a jamais été responsable de ce que l’on nomme communément le financement sectoriel, structure qui ne désigne par ailleurs rien d’autre que tout effort et toute activité de financement à l’échelle de la province, et qui revient au parti et non à un comté en particulier. o Exemples : congrès du parti, cocktails et évènements régionaux, mailing Marc Bibeau a déjà accepté de rencontrer Lino Zambito à son bureau, en présence de Violette Trépanier, au sujet d’une activité de financement que ce dernier souhaitait organiser à Laval pour le bénéfice du PLQ. Il n’a jamais été question, lors de cette rencontre, des raisons qui motivaient Lino Zambito à vouloir organiser cette activité de financement. En particulier, jamais n’a-t-il été question du dossier de l’usine d’épuration des eaux de Boisbriand. Marc Bibeau n’a d’ailleurs jamais été impliqué, de près ou de loin, dans le dossier de l’usine d’épuration des eaux de Boisbriand. Après que Lino Zambito lui ait exprimé son intention d’amasser 100 000$ en invitant une vingtaine de personnes, Marc Bibeau lui a rappelé les exigences de la loi électorale relativement aux limites de contribution personnelle, tel que Lino Zambito en a lui-même témoigné sous serment devant la Commission Charbonneau. Suite à cette rencontre, la seule implication de Marc Bibeau s’est limitée à confirmer avec Violette Trépanier qu’elle allait assurer un suivi de la démarche de Lino Zambito, selon un procédé tout à fait usuel.

Enfin, Marc Bibeau ignore totalement ce que représente l’item 70.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful