Rapport de la gestion des entreprises

:
Sous le thème de :

Réalisé par :
Les étudiants de 5ème année zootechnie.

1

SOMMAIRE
1- Aviculture au Maroc :…………………………….1
1-1 Evolution du secteur avicole moderne :………………………………….4 1-2-Situation du secteur avicole en 1997…………………………………….5 1-3 Les projections de la demande et de l'offre des produits avicoles a l'horizon 2020 ……………………………………………………………………6 1-4 Les contraintes du secteur…………………………………………………………7 1-5 Principaux axes de développement……………………………………………8 1-6 Réalisations………………………………………………………………………………………9 1-7 Situation à la veille de l’application de la loi 49/99 :…….10

2-Etude de la zone d’action :………………………..12
2-1 choix de la zone d’action :……………………………………………………….12 2-2 Caractéristiques de la zone choisie :……………………………………12

3- Etude technique du projet ………………………13
3-1 3-2 3-3 3-4 3-5 3-6 3-7 3-8 4-1 4-2 4-3 4-4 4-5 4-6 4-7 4-8 Acquisition du terrain :…………………………………………………………….13 Eau ………………………………………………………………………………………………..13 Source d’énergie…………………………………………………………………………13 Les objectifs ……………………………………………………………………………..13 Bâtiments ………………………………………………………………………………….13 Matériels …………………………………………………………………………………….14 Alimentation ……………………………………………………………………………….14 Autres ………………………………………………………………………………………….14 Investissement brut initial :…………………………………………………….15 Recettes d’exploitation……………………………………………………………….15 2-compte charges produits :…………………………………………………..15 C.F.N. Cash flow net………………………………………………………………..15 Taux de rentabilité …………………………………………………………………..15 Remboursement de la banque ………………………………………………….16 Taux de rentabilité financière ……………………………………………….16 Indice de profitabilité………………………………………………………………..16

4- Etude financière : ……………………………….15

5- Conclusion……………………………………...16
2

000 emplois indirects dans les circuits de distribution et de commercialisation.2 kg en 1997.3 kg en 1970 à 8. 3 . Année Secteur moderne Secteur Total traditionnel 2000 200 000 50 000 250 000 2001 225 000 50 000 275 000 2002 260 000 50 000 310 000 2003 272 000 50 000 322 000 2004 287 000 50 000 337 000 2005 335 000 50 000 385 000 Évolution annuelle de la production de viandes blanches (tonnes) (D.3 %.000 tonnes en 1997 enregistrant un taux de progression moyen annuel de 8%. la production des œufs de consommation s'est accrue de 400 millions à 2 milliards d'unités.0 milliards de DH.000 emplois directs dans les unités de production et plus de 30. Parallèlement.Aviculture au Maroc : L'aviculture nationale a connu au cours des vingt cinq dernières années un essor considérable.1. la production de viandes de volailles est passée de 29. Cette progression s'est faite essentiellement par le développement du secteur "industriel" privé dont la part de sa participation dans l'approvisionnement du pays a évolué au cours de la période 1970-1997 de 23% à 78% pour la viande blanche et 0.3% à 62 % pour les œufs. Ainsi. En effet. En plus. les investissements consentis dans le secteur avicole privé sont évalués à 3 milliards de DH et le chiffre d'affaires réalisé en 1997 est de l'ordre de 6.E 2006) montrent l'importance économique et sociale de cette activité qui joue un rôle primordial dans l'approvisionnement du pays en viandes et en oeufs à des prix accessibles aux couches sociales les moins favorisées compte tenu du rapport des prix entre les viandes rouges et les viandes de volailles en faveur de ces dernières. La consommation de viande de volailles par habitant et par an a évolué de 2.000 tonnes en 1970 à 230. ce secteur a permis la création d'environ 20.E 2006) Aussi. EVOLUTION ANNUELLE DE LA PRODUCTION DE VIANDES BLANCHES (Tonnes) 400 000 350 000 300 000 250 000 200 000 150 000 100 000 50 000 0 1999 Secteur moderne Secteur traditionnel 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 Année Les chiffres du tableau précédent (D. celle des œufs a progressé de 21 à 75 unités durant la même période. soit une augmentation moyenne annuelle de 6. la production de viande blanche contribue-t-elle actuellement à plus de 40 % dans la consommation totale des viandes.

taxe sur le maïs importé. offre de grandes possibilités d’accroissement durant les prochaines années. de l’encadrement et le faible niveau technique des aviculteurs  L’inefficience du système de production dans la régulation du marché  La défaillance des infrastructures d’abattage et de commercialisation  La difficulté d’accès des aviculteurs aux sources de financement.  Infrastructures de production développées : le secteur avicole dispose actuellement de toutes les infrastructures nécessaires pour la production dans des conditions techniques optimales (laboratoires. l’évolution de cette production a connu trois périodes distinctes :  Période d’accroissement rapide entre 1970 et 1980 : la production est voisine de 8500 T à 70 000 T. se prête parfaitement à l’élevage avicole sans grands investissements en matière d’isolation des bâtiments en comparaison avec les pays européens. en comparaison avec celle enregistrée dans des pays à niveaux de développement similaires. La production industrielle de viande blanche a connu un essor important au cours des 30 dernières années. prix élevé des tourteaux). En effet. couvoirs…)  Atouts du secteur : Conditions climatiques favorables :      Contraintes du secteur : Les coûts de production élevés La défaillance de la réglementation sanitaire L’ambiguïté du statut fiscal du secteur L’insuffisance de la recherche. La production a connu une chute d’environ 13% entre 1986 et 1993.  Cycle de production court : les productions avicoles intensives.  Prix compétitifs : les productions avicoles peuvent être mises sur le marché à des prix abordables en relation avec le pouvoir d’achat du consommateur marocain.  Période d’accroissement lent ente 1981 et 1986 : la production a augmenter de 55 000 T à 88 000 T. compte tenu de leur cycle court de production. avec une capacité allant de 1000 à plus de 100 000 poulets par bande. Le nombre des élevages de poulet de chair au Maroc est de plus de 5000 unités .  Période de stagnation / régression entre 1987 et 1990 en raison de la mise en application de certaines mesures fiscales (TVA.Compte tenu de ses capacités de développement rapide et des possibilités de diversification de ses productions. Atouts et contraintes du secteur :  le climat du Maroc. 4 . Cette concentration des élevages pose en fait d’énormes problèmes sanitaires dans ces régions. Un grand nombre de ces unités se localisent dans l’axe El Jadida-Casa-Kénitra en raison du climat tempéré et de la proximité des centres d’approvisionnement (poussins. constituent le recourt le plus approprié pour satisfaire les besoins croissants de la population marocaine et combler le déficit en protéines d’origine animale relevé dans la ration alimentaire moyenne du consommateur. usines d’aliments composés. caractérisé par des températures douces surtout sur le littoral. le secteur avicole demeure le recours le plus compétitif pour la satisfaction des besoins protéiques de la population qui ne cessent d'accroître avec la poussée démographique et l'amélioration du pouvoir d'achat. aliment.…) et des marchés de commercialisation. de l’information.  Faibles niveaux de consommation : la consommation de viande de volailles et des œufs relativement faible au Maroc.

le niveau actuel reste encore faible comparé aux niveaux de consommation des pays développés qui se situe à plus de 20kg de viande blanche/habitant/an. elle est passée à 5kg en 1980.1 kg/hab. De 1.E 2006) 36 unités de fabrication d’aliments composés pour volaille et bétail 46 couvoirs intégrés aux élevages de reproducteurs 6 usines de prémix 22 laboratoires de produits vétérinaires et pharmaceutiques Plus de 50 fournisseurs de matériel et d’intrants      Elevages( D.E 2006)    6 210 élevages de poulets de chair 214 élevages de pondeuses 158 élevages de dindes 5 .15 milliards DH (2006) Emplois directs : 72 000 emplois Emplois indirects : 170 000 emplois  Production des produits avicoles : Viandes de volailles : 29 000 en 1970 ≠  Consommation des produits avicoles : Viandes de volailles : 2. 5./an en 2006     Le secteur avicole fournit : 100% des besoins en viandes volailles et en œufs de consommation 52% de la consommation toutes viandes confondues 38% des apports en protéines d’origine animale  Infrastructures de production : Amont( D. Néanmoins.La consommation de la viande blanche a connu la même évolution que celle de la production industrielle de poulet de chair.8 milliards d’unités en 2006 (taux d’accroissement moyen annuel : 8%)    Importance socio-économique : Investissements cumulés : 6. La part de la viande blanche dans la consommation totale de viande est passée de 12% en1970 à 33% en 1991 avec un maximum de 40% en 1986.8 en 1991. Secteur avicole en chiffres (rapport FAO 2006):      370 000 en 2006 (taux d’accroissement moyen annuel : 7%)  Œufs de consommation : 400 millions d’unités en 1970 ≠ 2.8 milliards DH Chiffre d’affaires : 13. Le secteur avicole emploie un personnel technique salarié composé de 119 cadres. Il y a donc une substitution de plus en plus marquée de viande rouge par la viande blanche.6kg en 1986 puis a chuté à 4./an en 1970 ≠ 12./an en 2006 Œufs de consommation : 21 unités/hab./an en 1970 ≠ 91 unités/hab. 603 techniciens avicoles et 15 251 ouvriers.3 kg/hab.85 kg/habitant/an en 1970 .

etc. la production industrielle des viandes de volailles est passée de 8. la production avicole a été caractérisée par deux périodes contrastées: . après la crise due à la sécheresse de 1981. La production des viandes de volailles s'est accrue de 55. conséquence de l'amélioration de la production des poussins de type chair qui a évolué de 38 à 73 millions durant la même période. abattoirs de volailles.000 tonnes. . Cette situation s'est traduite par une stagnation du tonnage des viandes de volailles à 100.De 1987 à 1990: Cette étape a été marquée par le renchérissement des aliments composés en 1987 et 1988 (libéralisation du prix du son. Cette activité a pris un essor considérable durant la période 1970-1980 se hissant ainsi à un niveau industriel grâce à la mise en place d'unités rationnelles de production à tous les maillons de la filière: usines d'aliments composés.E 2003) Le démarrage de l'aviculture moderne au Maroc est lié incontestablement à la création en 1958 du premier couvoir du pays.A à 14% puis ramenée à 7% sur les aliments composés) entraînant une augmentation significative des prix de revient des produits avicoles n'ayant pas pu être répercutés sur les prix à la consommation. prélèvement sur la maïs importé et instauration de la T.500 tonnes en 1970 à 70. 000 tonnes en 1980. Entre 1980 et 1994.000 tonnes en 1981 à 100.1 millions de poussins en 1986. unités d'engraissement de poulets de chair et de production d'œufs de consommation. élevages de reproducteurs chair et ponte.V. ont fortement diminué après cette date pour s'annuler à partir de 1985.De 1981 à 1986: On a observé une augmentation croissante des productions avicoles. 000 tonnes en 1970 à 285 000 tonnes en 1980. grâce au développement de la filière d'accouvage qui a atteint en 1986 vingt trois unités ayant une capacité totale annuelle de 110 millions de poussins. Il est à noter que les importations des poussins de type chair qui étaient importantes avant 1981. celle des œufs de 1 à 200 millions d'unités pour la même période et enfin les tonnages des aliments composés pour volailles ont évolué de 26.E 2006) 20 abattoirs industriels avicoles 2 unités d’abattage d’autruches 1 unité d’abattage de caille 25 unités de transformation 5 unités de découpe et de production de Viandes Séparées Mécaniquement (VSM) 12 800 tueries informelles 1-1 Evolution du secteur avicole moderne : 1-1-1Evolution des productions avicoles ( D. Cette évolution a été le résultat du démarrage de la production nationale des poulettes futures pondeuses en 1981 et qui a atteint 2. Ainsi. Le tonnage d'aliments de volailles pendant cette même période est passé de 210 à 470. Ainsi. Le secteur de la provende a connu une progression parallèle à celle des productions avicoles.Aval       ( D. couvoirs. entraînant l'arrêt ou le ralentissement de plusieurs ateliers de production. La production des œufs de consommation n'a été affectée que légèrement par la sécheresse de 1981 et elle a progressé de 278 à 650 millions d'unités durant la période 19811986. L'évolution discordante des coûts de production et des prix sur le marché était à l'origine d'une perturbation totale de tous les maillons de la chaîne de production avicole. 6 . le secteur avicole a amorcé une nouvelle phase d'accroissement liée à l'évolution favorable des cours des viandes et des œufs attirant de nombreux investisseurs.000 tonnes.000 en 1986.

le niveau de demande projetée serait de 4. s'élevant au rang d'une véritable industrie capable d'assurer son rôle de fournisseur de protéines d'origine animale les moins onéreuses dans un temps relativement court. En l'espace de 2 décades. une relance rapide du secteur avicole a été enregistrée mais à des niveaux ne pouvant plus satisfaire la demande en poussins d'où le recours aux importations. Cependant ces niveaux demeurent très faibles par rapport à la consommation des produits avicoles de plusieurs pays d'Europe qui se situent à plus de 20 kg de viande de volaille/hab/an et plus de 220 œufs/hab/an.000 tonnes ce qui nécessiterait que la consommation actuelle soit multipliée par 2.3% pour les oeufs de consommation pourrait satisfaire toute demande à condition que celui-ci ne soit pas handicapé par certaines distorsions notamment en matière de coût de production.A partir de 1990. 1-2 Les projections de la demande et de l'offre des produits avicoles à l'horizon 2020 ( D. marquée par une croissance moyenne annuelle d'environ 8.E 2003) La consommation moyenne par habitant et par an des produits avicoles provenant des deux secteurs (secteur traditionnel et industriel) a enregistré une hausse notable entre 1970 en 1997 en passant de 2. La production des œufs de consommation a été également affectée par l'augmentation des coûts de production et la diminution des prix de vente se situant en moyenne à 0.E 2006) La demande totale projetée pour les viandes blanches serait de 630.68 DH/œuf à la ferme.2 kg de viande de volaille et de 21 à 75 œufs. 1-3-2 Les options 7 . projection de la demande et de l'offre des produits avicoles à l'horizon 2020 taux production du d'accroissement Demande (1996) secteur moderne demande 2020 Consommation 2020 du secteur 1996 moderne Viandes blanches 230 5% 180 16 (1000 tonnes) Oeufs (millions unités) 2000 5 1200 98 1-3-1 Projection de l'offre ( D. l'aviculture marocaine a bien progressé.7 milliards d'unités soit un taux de progression moyen annuel de 3. Pour les oeufs de consommation.E 2006) Le secteur avicole.6 %. Sa contribution aurait pu être encore plus significative moyennant une meilleure organisation de la profession et du marché.0% pour la viande blanche et 6.3 à 8. Le secteur de la provende dont l'activité a reposé jusqu'en 1991 à 90% sur la fabrication des aliments composés destinés pour la volaille a suivi la même tendance que celle observée pour le secteur avicole. 1-1-2 Consommation des produits avicoles ( D. de part son caractère industriel et compte tenu de sa dynamique passée. La production de l'œuf de consommation par le secteur industriel est passée de 675 à 1000 millions d'unités entre 1987 et 1994. et suite à la hausse des prix du poulet de chair observée (17% en 1991 par rapport à 1990) liée par ailleurs à l'augmentation des prix de la viande rouge.7 environ soit un taux de progression moyen annuel de 4.3 %.

Coût d'abattage élevé (sous utilisation de la capacité d'abattage. 1-4-3 Infrastructures de commercialisation: Les marchés de gros des produits avicoles ne disposent pas d'infrastructures nécessaires à la commercialisation dans de bonnes conditions.non intégration des abattoirs à la production et aux circuits de distribution.non application de la réglementation en matière d'inspection sanitaire et qualitative des denrées animales et d'origine animales.Précarité des circuits de commercialisation et ce en l'absence de structures de distribution appropriées et opérationnelles (abattoirs. Ainsi.. le canard. Cette nouvelle disposition. peut être renforcée par le développement de l'élevage d'autres espèces aviaires notamment la dinde et dans une moindre mesure la pintade. centres de conditionnement des œufs . Les expériences d'installation des abattoirs avicoles industriels au Maroc n'ont pas connu de succès en raison du: . . la population rurale ne représenterait en l'an 2020 que 38% de la population marocaine. un nouveau système tarifaire est appliqué sur le maïs importé qui représente 85% des besoins du pays. Cette production additionnelle nécessiterait des opérateurs avicoles privés des investissements importants au niveau de tous les maillons de la chaîne des productions avicoles pour assurer un accroissement moyen annuel de 5 %.. les oies.L'accroissement de la demande en produits avicoles d'ici l'an 2020 ne peut être réalisé que par le secteur industriel privé compte tenu de la stagnation prévisible de la production du secteur traditionnel en raison du flux croissant de l'urbanisation. .concurrence des tueries dont les coûts de service sont très bas (absence de cahier de charge sanitaire). 1-4 Les contraintes du secteur Les principales contraintes de secteur avicole industriel privé affectent cette activité à différents niveaux.. 1-4-4 Réglementations et qualité des produits 8 . la baisse des prix à la production ne se répercute pas toujours rapidement sur les prix à la consommation ce qui retarde la réponse de la demande sur ces produits. 1-4-2 Infrastructures de production: Faible taille d'un grand nombre d'élevages de poulet de chair et d'œufs de consommation installés anarchiquement et fonctionnant d'une manière intermittente. le pigeon. La production de viande blanche. doit être encouragé et développé. équipement lourd. . Ceci ne peut être réalisé que par la création d'un cadre de production garantissant un minimum de succès à ces investissements en levant les contraintes majeures au développement du secteur et en couvrant surtout à une certaine régularité et stabilité du marché des produits avicoles. Ces installations sont souvent sources d'épidémies spécifiques aux élevages avicoles.. Cette diversification de la production des viandes blanches contribuera certainement à l'accroissement de la consommation et à l'amélioration du niveau des protéines d'origine animales dans la ration alimentaire du consommateur marocain.. ..). provenant actuellement du poulet. L'élevage du lapin.. ne se justifie plus puisque la totalité de la production nationale de maïs est écoulée dans le cadre de partenariat entre les producteurs et les fabricants d'aliments composés. disposant déjà d'un marché non négligeable..). 1-4-1 Approvisionnement en intrants: Dans le cadre de la loi de finances 1998/99. qui a renchéri le prix de revient du maïs importé de 40% par rapport à la situation antérieure.

Insuffisance de la réglementation sanitaire qui demeure régit par des textes généraux. . . abattages du poulet dans des tueries ne répondant pas aux conditions hygiéniques requises). 1-4-6 Recherche et encadrement: . 1-5 Principaux axes de développement ( D.coordonner la recherche appliquée et définir un programme tenant compte des priorités dictées par les problèmes rencontrés sur le terrain. s'inscrivant dans le cadre de la stratégie globale de l'élevage qui prend en considération les orientations générales de la politique de l'Etat notamment en matière de désengagement et de libéralisation.E 2006) Le programme d'action vise à consolider les acquis dans ce domaine et à permettre un développement harmonieux du secteur afin de faire face aux besoins croissants de la demande en viande de volaille et œufs de consommation. . 1-5-2 Commercialisation: 9 . .centraliser les résultats de recherche et les données techniques et économiques sur le secteur (niveau de production. Or.Insuffisance de la recherche appliquée dans le secteur avicole du fait de l'inexistence d'un programme coordonné avec le concours de la profession pour répondre à des objectifs précis. l'Etat apportera son soutien à ces jeunes organisations dans le cadre de contrat . le secteur est considéré à tort comme une activité agro-industrielle dans sa globalité. la création d'un centre national avicole bénéficiant d'une gestion autonome.. non spécifiques et incomplets du fait de leur non adéquation en fonction de l'évolution rapide du secteur.). Cette institution aura pour principales taches de: . œufs non calibrés et sales. ne bénéficiant pas des avantages accordés dans le cadre de la nouvelle charte de l'investissement. doivent être exonérés normalement d'impôts au même titre que les agriculteurs.l'inexistence d'une entité spécialisée en aviculture pouvant assurer la formation pratique et l'encadrement des éleveurs.. défini dans le temps.) et assurer leur diffusion (organisation de séminaire.réaliser des études sur le secteur. 1-4-5 Imposition du secteur: En dépit des mesures prises pour réduire les niveaux des taxes appliquées à certains intrants. marché. ce qui limité leur consommation (utilisation abusive des médicaments... Ce programme. Association Nationale des Producteurs d'œufs. ...assurer des sessions de formation et de recyclage de courte durée (par modules) sur des thèmes intéressants tous les maillons de la chaîne de production. les éleveurs de poulet de chair et de poules pondeuses. concerne les aspects suivants: 1-5-1 Organisation professionnelle: La dynamisation des associations professionnelles (Association Nationale des Producteurs de Poulet de Chair.programme. Association Nationale des Accouveurs Marocains et Association des Fabricants d'Aliments Composés) et leur fédération (Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole) pour contribuer activement à la levée des principales contraintes et à l'amélioration de la productivité et l'efficience de cette activité.La qualité des produits avicoles mis sur le marché ne répond pas toujours aux attentes du consommateur. En plus. Pour ce faire. Parmi les actions urgentes à mener par ces organisations professionnelles.. il est nécessaire de multiplier à l'avenir ces efforts pour alléger encore davantage la taxation de cette filière pour améliorer sa compétitivité vis à vis du marché international.

Les 5ème journées de l'ANPA du 25-28 Novembre 1997 qui ont porté sur le bilan de l'activité avicole durant les 25 dernières années et le rôle de la recherche scientifique dans la promotion du secteur.La première foire avicole "DAWAJINE 98" du 19-20 Juin 1998 à Casablanca.Améliorer les circuits de commercialisation. _ L'élaboration en collaboration avec les professionnels de textes législatifs et réglementaires relatifs à l'installation des élevages avicoles et au contrôle hygiénique et sanitaire des couvoirs. Ainsi. .Projet de loi édictant des mesures propres à garantir la salubrité et la qualité des productions avicoles. . trois associations professionnelles (ANPO.Projet de décret relatif aux conditions d'implantation.Projet de décret relatif aux conditions et modalités de contrôle officiel hygiénique et sanitaire des couvoirs et des fermes d'élevage avicole de production d'oeufs à couver.La journée avicole du 14 Décembre 1996 à El Jadida sous le thème "Contraintes et perspectives de développement du secteur avicole". 1-6 Réalisations Organisation professionnelle de tous les maillons de la chaîne de production et la création d'une structure interprofessionnelle en mesure de défendre les intérêts du secteur. 1-5-4 Taxation du secteur: Assurer le dynamisme et l'efficience du secteur vis à vis du marché international et des productions concurrentielles par la révision des taxes et des droits de douane sur certaines matières premières et matériel et des impôts appliqués à cette activité. Dans le cadre de ses activités. d'abattage et de distribution du poulet de chair par 1-5-3 Réglementation: Activer en collaboration avec la FISA. d'abattage et de distribution du poulet de chair par la mise en place d'un réseau d'abattoirs industriels de volailles dans les principaux centres de consommations. Ces textes qui sont au Secrétariat Général du Gouvernement depuis le 17 Juin 1997 comportent : . la FISA et le Ministère de l'Agriculture ont organisé trois séminaires. 1-5-5 Imposition du secteur: Reclasser d'aviculture dans le secteur agricole pour bénéficier des exonérations des impôts jusqu'à l'an 2020 au même titre que les autres activités agricoles. d'équipement et de fonctionnement des couvoirs et des fermes d'élevage avicole. 1-5-6 Diversification des productions: Diversifier les productions avicoles par la diffusion de nouvelles espèces aviaire notamment la dinde et la promotion de l'élevage du lapin par le biais de la Station Avicole de Skikima et l'institution d'aides spécifiques à la vulgarisation de ces productions dans le cadre du Code des Investissements Agricoles. . 10 . Il s'agit du premier salon professionnel du secteur à l'occasion duquel la Direction de l'Elevage a présenté le Schéma Directeur National des Abattoirs Avicoles qui sera mis en place après son adoption par les différentes associations professionnelles du secteur. . la mise en place d'un cadre juridique et réglementaire adapté au secteur avicole. ANPC et ANAM) et leur fédération (FISA) ont été crées en 1995 et 1996. .La réalisation de l'étude sur le Schéma Directeur National des Abattoirs Industriels avicoles visant l'amélioration des circuits de commercialisation. il s'agit de: .

de congélation des viandes et la commercialisation desdites viandes et œufs de consommation prend effet à la date de la publication desdits textes (20 avril 2006).00 ( D.La suspension à la perception PFI sur les poussins reproducteurs. de couvaison d’œufs. de conditionnement. .Smara 0. le sorgho. Le reclassement de l'aviculture dans le secteur agricole pour bénéficier des exonérations des impôts jusqu'à l'an 2020 au même titre que les autres activités agricoles. Commentaire [S1]: Ces 2 espèces ont été vulgarisés récemment en 2006 (D.2006) 1-7 Situation à la veille de l’application de la loi 49/99 : Répartition géographique des élevages selon les régions économiques Région % Grand Casablanca 3.88 Rabat. .La réduction des droits de douane et taxes sur certains matériels et matière premières utilisés dans l'aviculture notamment l'orge.03 Taza. les cages.L'amélioration de la technicité des éleveurs par le renforcement du rôle de la station avicole de Skikima dans la formation spécialisée en aviculture et en cuniculture des jeunes promoteurs et des ouvriers qualifiés..99 Marrakech.Boujdour 0.Tétouan 4. les tourteaux. La recherche de sources de financement des organisations professionnelles pour leur permettre de jouer pleinement leurs rôles dans le développement du secteur. 1-6 Actions prioritaires La révision du nouveau système de protection sur le maïs pour sauvegarder l'efficience et la compétitivité du secteur.18 Souss Massa-Draâ 7.66 Gharb Chrarda Beni Hsen 3. de transport et de distribution de volailles vivantes ainsi que pour la création de centres d’emballage ou de transformation d’œufs.Tafilalet 4.La réduction de la TVA de 20 à 10% sur le matériel et biens d'équipement des exploitations avicoles. d’abattoirs avicoles.Haouz 16.51 Oued Eddahab 0.Zaer 10.Abda 14.E.Hoceima. 11 .68 Fès. Tandis que pour les moyens déjà existants.Zemmour.E 2006) Commentaire [S2]: Il est à signaler que l’entrée en vigueur des dispositions des textes d’application de la loi pour la demande d’autorisation pour l’exercice des activités d’élevage avicole. L'assainissement des circuits de commercialisation et de transformation par la mise en œuvre du schéma directeur des abattoirs industriels avicoles.Boulemane 3.Salé.87 Laâyoune.10 Total 100.26 Tadla.La vulgarisation de la dinde et du lapin dans certaines régions traditionnellement connues par l'élevage de ces deux espèces.42 Doukkala.04 Guelmim. . d’établissements de découpe.Azilal 2.11 Tanger. .Tensift.Taounate 2. de transformation. les incinérateurs et les silos.23 Chaouia Ouardigha 17.99 Oriental 7. ils disposent d’une période transitoire d’une année pour se mettre à niveau conformément à l’article 23 de la loi 49/99 le 20 avril 2007.87 Meknès. L'approbation des textes législatifs et réglementaires relatifs à l'installation des élevages avicoles et au contrôle hygiénique et sanitaire des couvoirs.

07 1 153 000 1.69 Tiznit 3 3 800 0.35 5 1 455 000 12.27 2 456 000 4.Répartition géographique des élevages et accouvages de type « chair » ( D.70 Tétouan 4 16 100 1.51 1 166 000 1.81 7 1 764 000 15.44 1 70 000 0.47 Ifrane 7 44 100 5.29 1 192 000 1.23 0 0 0.80 Marrakech 12 51 900 5.31 1 121 000 1.57 1 587 000 5.70 3 326 000 2.96 2 817 000 7.00 12 .23 1 182 000 1.08 Kénitra 7 28 700 3.25 Sefrou 1 5 000 0.21 El Hajeb 6 63 300 7.62 Meknès 1 3 500 0.85 1 77 000 0.83 7 2 010 000 17.84 Skhirat19 55 300 6.34 Tanger 3 11 400 1.36 Agadir 3 16 400 1.00 42 11 265 000 100.92 Témara Taroudant 12 111 800 12.30 1 115 000 1.05 Khémisset 13 49 600 5.66 El Jadida 25 163 900 18.85 1 192 000 1.30 4 991 000 8.70 Salé 4 10 700 1.E 2006) Capacité Province Fermes Superficie % Nombre d’incubation % d’élevage d’élevage de par semaine couvoirs Settat 26 146 300 16.85 1 1 440 000 12.40 0 0 0.88 1 151 000 1.00 Ben 1 2 000 0.00 Slimane Total 175 870 300 100.62 Nador 4 13 100 1.78 Casablanca 16 54 800 6.02 Safi 5 7 400 0.89 Taounate 3 11 200 1.

la D irection de l’Elevage a procédé en 2006 à une enquête exhaustive pour recenser toutes les unités d’élevage de poulets de chair et de pondeuses d’œufs de consommation.07% en nombre et 27 15 en superficie.2 bandes/an.82% des élevages de poulets de chair sont concentrés sur l’axe Kénitra-EL Jadida La capacité totale d’élevage est d’environ 64 000 000 de poulets par bande Les élevages existants permettent d’élever annuellement quelques 333 millions de poussins avec une densité de 10/m² et 5.E 2006) ( D.  29.47% de la capacité totale d’élevage. avec :  75.99% des élevages ayant une taille inférieure à 10 000 poulets sont situés au sud de Marrakech  41.89% des élevages de poulets de chair ont une taille inférieure à 10 000 poulets et représentent 38.E 2006) 1-7-1 Mise en place de la loi 49/99 : Dans le cadre de la mise à niveau du secteur avicole. 13 . Les élevages sous serres représentent 16.( D. Il ressort des résultats de cette enquête que les élevages de poulets de chair sont passés de 5 000 à 6 210 avec une superficie totale d’élevage de 6 383 992 m² dont 4 650 691 m² en dur et 1 733 301 m² sous serres.

les légumineuses.5 % de la superficie agricole utile. le maraîchage. et dominée par les différentes cultures. le vigne. Poulet de chair dont En dur Super.05 1. En dur (m²) 51 231 Nombre total Région Ben Slimane 65 Super. Un portail de 4 mètre est prévu à l’entrée où à ce même lieu une autoluve sera construite 3-10 Eau Afin de réussir toute activité d’élevage il est dispensable de disposer en quantité et en qualité suffisantes d’eau. 2-2 Caractéristiques de la zone choisie : L’agriculture demeure l’activité la plus importante dans l’économie de la Province.91 ( D.2-Etude de la zone du projet: 2-1 choix de la zone d’implantation: La zone choisie pour l’installation du projet est Ben Slimane car elle représente plusieurs avantages qui sont :  Être proche des grandes villes Casablanca & Rabat. 14 . Ss serres (m²) 75 572 % Serres/ total % nbre/ National % super / National 126 803 28 37 59.E 2006) La région de Ben Slimane comporte 14 élevages de poules pondeuses qui occupent 40 362 m². Les opportunités d’investissement offertes actuellement par cette jeune Province sont immenses et augurent d’un avenir meilleur suite à la décision des pouvoirs publics portant sur le déblocage de la zone envers les investissements initiés par le secteur privé. Il s’agit d’éviter des bas fonds. C’est pourquoi pour installer une ferme avicole un certain nombre de conditions doivent être respectées.5 mètres sont prévus.E 2006) 3. et choisir un endroit favorable à la circulation d’air. Poules Pondeuses Superficie en m² Région Ben Slimane Nombre total % du National 23 71 730 9. Totale (m²) Sous serres Super. L’eau est stockée dans un château d’eau de 18 mètre cube.61% de la superficie nationale. respectivement par ordre d’importance la céréaliculture.99 ( D.60 1. L’exhaure d’eau sera assurée par une motopompe. c’est-à-dire 5.Etude technique du projet 3-9 Acquisition du terrain : Le choix du site de la ferme et la conception des bâtiments visera à préserver au maximum l’élevage de toute source de contamination. A cet effet un puits de 30 m et 12 canaux de 2.  Avoir des conditions climatiques favorables pour l’élevage avicole  Présente un nombre réduit des élevages avicoles par rapport aux autres villes. elle représente en bour 97. les fourrages. et 65 élevages de poulets de chair (d’environ 126 803 m²) dont 28 sont en dur (51 231 m²) et 37 sous serres (75 572m²). Pour ce qui est du projet nous avons besoin d’un terrain d’une superficie de 1ha qui va être clôturé avec du grillage de 396 mètres de long supporté par 37 poteaux. l’arboriculture et les cultures industrielles.

 Veiller au nettoyage des abreuvoirs.15kg par sujet (soit 30637. sous radiant et au bord de l’aire de vie. d’autres facteurs doivent également être pris en considération tels que le bien être des animaux. En effet la densité qui définit le nombre de sujets par unité de surface est un paramètre important que l’aviculteur doit contrôler durant les différentes phases d’élevage. le type de produit (type de marché. Il est recommandé de faire le nettoyage de préférence avec une éponge chlorée. une densité bien indiquée pour les bâtiments ouverts. un Sas. souple et constituée d’un matériau volumineux et non poussiéreux car la qualité de la litière est le témoin des conditions d’élevage et de santé des poulets. 2 canaux d’assainissement par bâtiment et un pédiluve à l’entrée de chaque bâtiment. 3-12 Les objectifs Comme dans toute entreprise ces objectifs sont définis pour produire 15000 sujets par bande et ne pas dépasser un taux de mortalité prévisionnel de 5% (soit 750 sujets morts) par bande (soit exactement 14250 sujets qui seront mis en vente). Pour ce faire 40 bottes de paille par bâtiment ont été jugées nécessaires (soit un total de 120 bottes). Notons par ailleurs que l’utilisation adéquate des équipements avicoles nécessite l’application de certaines mesures d’accompagnement à savoir :  Le matériel d’abreuvement et d’alimentation doit être répartie uniformément sur toute la surface du bâtiment. Au niveau de la ferme d’autres locaux prévus sont les suivants : un magasin. les fientes et les sacs vides sont eux aussi concernés par la vente.  Le changement du matériel de démarrage par celui de croissance devra être effectué de façon progressive. En plus de la vente des individus vivants. 3-14 Matériels Pour élever 1500 poulets de chair la ferme doit disposer de 50 abreuvoirs jeune âge par bâtiment (soit un total de 150 abreuvoirs). Cependant. Il faut signaler par ailleurs que des densités excessives entraînent des baisses de performances. propre. L es normes d’équipement. répartir le matériel d’abreuvement et d’alimentation sur toute la nouvelle surface d’élevage et ajuster la hauteur des éleveuses de façon à respecter les températures adaptées à l’âge des poussins.3-11 Source d’énergie Dans le cadre de ce projet. la qualité du bâtiment et les facteurs climatiques sont des critères premiers pour déterminer la densité en élevage. 3-13 Bâtiments Trois bâtiments (50/10 m) de 5000 sujets chacun pour être dans les normes de la densité (10 sujets par mètre carré). Une litière est prévue dans chaque bâtiment. sans ventilation dynamique. poids à l’abattage) et la qualité de l’éleveur. absorbante. nous avons besoin d’un groupe électrogène. 15 . du carburant et du gaz pour assurer la fourniture d’énergie. A cet effet il est recommandé d’installer une litière saine. Il est conseillé que le passage de l’aliment démarrage à l’aliment croissance doit être effectué de façon progressive entre la deuxième et la troisième semaine. de 69 mangeoires par bâtiment (soit un total de 207 mangeoires) et d’un extincteur par bâtiment (soit un total de 3 extincteurs).5 kg par bande). sèche. La litière sert à isoler les poussins du contact avec le sol (micro-organisme et froid) et absorber l’humidité des déjections. Notre objectif est aussi de faire 6 bandes par an. 3-15 Alimentation Dans l’objectif de produire 1500 sujets les provisions alimentaires sont de 16 tonnes aliments démarrage et 44 tonnes d’aliment croissance.  A chaque agrandissement. un poids à l’enlèvement de 2.

la protection sanitaire nécessite la pratique du vide sanitaire. la qualité de la litière. Mais il faut noter que la qualité du vide sanitaire doit être liée non à sa durée. le bâtiment et les équipements doivent être lavés et désinfecter.Etude financière : 4-9 Investissement brut initial : Après avoir sommé les prix d’achats de terrain. mais à l’efficacité de la désinfection. de matériels d’élevage de bouteilles à gaz et les extincteurs et la réalisation de puits. le IBI est de l’ordre de 662665 DH. poteaux et les bâtiments. la charge microbienne et les poussières. l’hygrométrie. le suivi des volailles et d’autres travaux une main d’œuvre est prévue. après chaque bande un vide sanitaire de 10 jours sera observé avant le démarrage de la prochaine bande. Pour ce projet. Ces paramètres sont autant de facteurs qui appréhendent l’environnement bioclimatique des oiseaux et s’ils ne sont pas contrôlés convenablement et gérés de façon rationnelle. la ventilation. Suivant les prévisions il y aura des mortalités c’est pourquoi une fosse septique est retenue dans la liste des ouvrages que la ferme doit disposer. Des prestations vétérinaires sont programmées pour mettre les oiseaux dans des bonnes conditions sanitaires et aboutir à des produits sains et de bonne qualité. Ce qui fait que pour la conduite. château d’eau. Prix 200000 300000 54800 32055 27610 20000 15000 2500 2500 1800 1800 1000 600 3000 662665 Terrain Bâtiments Puits Matériels d’élevage Poteaux Château d’eau Magasin Sas Fosse septique Bouteilles vides Extincteurs Autoluve Pédiluve Petits matériels Total 16 . entre le départ d’une bande et la mise en place d’une bande suivante. les gaz toxiques.3-16 Autres Il est bien admis qu’aujourd’hui le hasard n’existe pas en production avicole et que la réussite d’un élevage dépend beaucoup des capacités de l’éleveur à maintenir à son meilleur niveau le confort physiologique des oiseaux via la maîtrise des conditions d’ambiance en l’occurrence la température ambiante. 4. En effet. ils contribueront à l’inconfort physiologique des volailles et par conséquent agiront négativement sur l’économie de l’aviculteur. A l’intérieur de chaque bâtiment.

5 339612.5 385568.75 385568. 17 . ce qui fait un total de 34365DH. sont en nombre de 2 qui vont travaillé 57 jours à 50 DH par jour.5= 337012.10 DH/kg * 16.75 1ère 2ème 3ème 4ème 5ème 6ème Total annuel ** en DH/kg 4-11 2-compte charges produits annuel: Exemple de calcul :  Pour l’achat de marchandise.  Pour les amortissements :        Terrain : amorti sur 20 ans pour 10000 DH par ha Puits et château d’eau : amorti sur 10 ans pour 7480 DH Bâtiment : amorti sur 10 ans pour 30000 DH Sas : amorti sur 5 ans pour 500 DH Magasin : amorti sur 5 ans pour 3000 DH Motopompe : amorti sur 5 ans pour 6411 DH Fosse septique : amorti sur 5 ans pour 500 DH  Pour les salariés : Pour les ouvriers.5 12.75 12. ce qui fait un total de 5727.95 DH/kg * 44.5= 337012.5DH/ bande.95 DH/kg.5=413606.4-10 Recettes d’exploitation Numéro bande Prix/kg de Poids Vif** 8 11 11 12. équivaut à 34200DH par an.75 fumier 2000 2000 2000 2000 2000 2000 12000 sac 600 600 600 600 600 600 3600 Total/bande 247700 339612.5 x 30637.5 11 x 30637.5 13.103 = 173800DH * 6 bandes  Achat de poussins : 46000 * 6 = 276000 DH  Bottes de paille : 2400 * 6 =14400 DH  Carburants  pour motopompe : 600 * 6 = 3600 DH  suivi : 1000 * 6 = 6000 DH  Energie : 1200 * 6 = 7200 DH  Médicaments et Frais vétérinaires : 9000 * 6 = 54000DH  Désinfectants : 400 * 6 = 2400 DH   = 1436400DH  Pour le stock : On a 29 sacs de 50 kg à un prix de 3. ce qui fait 5700 DH en total par bande.5=245100 11 x 30637.25 2098668.5 x 30637. on a :  Aliment : Démarrage : 4.103 = 65600DH * 6 bandes Croissance : 3.5 Chiffre d’affaires en DH viande 8 x 30637.5 12.75 13.75 416206.5=382968.25 2114268.5 x 30637.5=382968.

75 Bénéfice net: 176925  Produits Fientes : 12.=CFNm / IBI = 314266/ 662665 =47.12 * 300000) = 96000 DH On a pris pour le crédit 2. Ainsi :  Pour la 1ère année : (300000/5) + (0.098.12*60000) = 67200 DH Ce qui fait un total de 408000DH 18 .12 * 300000) = 96000 DH  Pour la 2ème année : (300000/5) + (0. Ainsi : Pour la 1ère année : (300000/5) + (0.4%>> 5% Avec 5% taux d’intérêt fixé (la banque peut payer pour le projet) 4-14 Remboursement de la banque On a pris pour le crédit 1.000 Sacs vides 3600 La viande : 2.75 Total 2114268.12*180000) = 81600 DH  Pour la 4ème année : (300000/5) + (0.12*240000) = 88800 DH  Pour la 3ème année : (300000/5) + (0. 300000DH qu’on doit payer sur 5 ans à 12%.75 DH Total des charges financières : 195399.N Bande 1 247700 – 300000 = -52300 DH Bande 2 339612 – 300000 = 39612DH Bande 3 339612 – 300000 = 39612DH Bande 4 385568 – 300000 = 85568DH Bande 5 385568 – 300000 = 85568DH Bande 6 416206 – 300000 = 116206DH Total 314266dh CFN /bande moyen est de l’ordre de : CFNm= 314266/6= 52378DH 4-13 Taux moyen de rentabilité T.75 Les prix de la viande varient selon la loi de l’offre et de la demande se lon les saisons de l’année.12*120000) = 74400 DH  Pour la 5ème année : (30000/5) + (0.R.N selon les bandes: Bandes C.75 DH Charges Achat de marchandise 1800000 + ou. 4-12 Cash flow net C. Pour les charges financières : On a pris pour le crédit 1.stock -34365 Charges des personnels 34200 Dotations aux amortissements -57891 Charges financières 195399. Pour la 1ère année : (662665/10) + (0. 662665 DH qu’on doit rembourser sur 10 ans avec un taux d’intérêt de 5%.F.05 * 662665) = 99399. 300000DH qu’on doit payer sur 5 ans à 12%.668.75 DH Total : 1937343.F.75 Total 2114268.

58 2001526.12 181369.8 excédents 176925 169249.75 96086. 5.73 2494264.29 > 1 ça veut dire que le projet est accepté.56 2269732.5 72893 69580 844898.Conclusion L'excellence dans la conduite d’élevage est essentielle pour son succès et à sa rentabilité.9 2572904.42 21239011.5 82833 79520 76206.99 218088.35 1520362.29 I.0 23240537.83 224434.87 2207555.P= 1520362/662665=2.98 2091919 2133757.66 151905.75 1991166 2050900.37 VAN= -662665+ 1520362 = 857697 I.22 2350992.29 142107.25DH 4-15 Taux de rentabilité financière ********** R3 = Résultat nette de l’exercice /Capitaux propres = 150102.94 235473.11 2225227.56 154991.38 2091082.96 2337430.92 147817.On a pris pour le crédit 2.5 92773 89460 86146.2 recettes 2114268.75 2160415.51 2264951. Ainsi par le même principe. on calcule : Année 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Montant en DH 99399.22 229312. 19 . 662665 DH qu’on doit rembourser sur 10 ans avec un taux d’intérêt de 5%.6 Excédent actualisé 168500 153513.P= 2.25 Total Donc le total à payer pour la banque est : 1252898.7 2431989.75 / 1000000 = 15 % 4-16 Indice de profitabilité année 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 totaux dépenses 1937343.16 144560.65 160088.85 146287.93 150589.76 2305616.58 177813.12 2315126.11 174326.23 2132903.38 214533.

 Balança G. IAV H II Rabat. « Rapport de mission au MAROC : Mission d’appui à la surveillance épidémiologique de l’influenza aviaire. & Planté C. « Guide pour la création d’une unité de production avicole ».2007. « Bilan annuel 2006 ». dans le cadre de la composante « surveillance des oiseaux migrateurs » du Programme de Coopération Technique de la FAO.2000.M & Nasri H.A. Mémoire de 3ème cycle pour l’obtention de diplôme d’ingénieur d’état en Productions animales. N° 59/60.ma/elevagepc.ma/download/DE/code%20transport.Aviculture au Maroc. Afrique Agriculture.gov. « Cours d’aviculture de 5ème année zootechnie ».  Saddik.  Trévidy J. Mission du 5 au 14 février 2006. Rapport de Synthèse  http://www. http://www. Juin 2006.IAV H II. El Houadfi. Mars 2006. Rabat.pdf. 1994. 1994.  Azeroul E.  Monographie régionale de l'environnement (région économique centre). 20 . Eddabbagh. « ÉLevage de poulet de chair ». 12p  Direction de l’Elevage.103-116p. Ministère de l’Agriculture. Le point sur l’aviculture au Maroc. S. p45-46. Actes Editions.madrpm. Consulté le 26/10/2007.J & Hubbard I. Rabat. Terre et Vie. «La conduite de l’alimentation du poulet de chair ».1-5p. Aït Boulahsen.  Benabdeljelil K. Mai 2003. 2006.Elevage au Maroc: Etat des lieux et principales réalisations (1ère partie).html. ss direction Pr A. Août/Septembre 2002. « La filière de poulet de chair et l’accord de libre échange : questions préliminaires ».  Ministère de l’Agriculture 2002. du Développement Rural et des Pêches Maritimes – Rabat.avicultureaumaroc.