Université Lumière Lyon 2 Ecole doctorale : Science des sociétés et du droit De l'exotique au politique : la réception de l'acupuncture extrême-orientale

dans le système de santé ran!ais "#$%%e & ##e siècles' par (onald )U%LL*U# +,èse de doctorat en Science politique sous la direction de -acques .%/0EL soutenue le 12 novem3re 2445 devant un 6ury composé de : 7ran!ois D8)*)9E+: ;ro esseur émérite "Université ;aris %-Sor3onne' ;atric< 08SSE9+EU7EL: ;ro esseur "Université de $ersailles Saint-=uentin en >velines' )illes ;*LLE+: ;ro esseur "%nstitut d'Etudes ;olitiques de Lyon' -acques .%/0EL: ;ro esseur ? l'%nstitut d'Etudes ;olitiques de Lyon A ma glottetrotteuse… Alea jacta est

Remerciements
/ette rec,erc,e de Doctorat qui s@est développée sur cinq ans a représenté pour moi un parcours initiatique ? la (ec,erc,e et ? l@EnseiAnementB Le désir de répondre ? un questionnement clinique m@a permis de m@enric,ir sur les plans pro essionnel et personnelB +out ceci n@aurait été possi3le sans une certaine persévérance: mais aussi sans le travail: la contri3ution: le soutien de mon entouraAe pro essionnel et personnelB -e remercie tout d@a3ord: mon Directeur de (ec,erc,e: .onsieur Le ;ro esseur Cernard DUED pour son suivi constant: attentionné et avisé dans l@avancée de ma rec,erc,e et ma démarc,e ,euristique: ainsi que pour ses éc,anAes tou6ours ,onnêtes qui ont constitués un apport considéra3le dans la construction de ce travailB -e pense aux patients sans lesquels cette rec,erc,e n@aurait pas vue le 6ourB -@exprime ma plus Arande reconnaissance aux équipes institutionnelles des oyers éducati s et du service pédo-psyc,iatrique dans lesquelles 6@ai été accueillieB -e remercie les directeurs d@institution pour leur écoute dans l@avancée de ma rec,erc,e E et plus particulièrement les équipes de psyc,odrame: avec lesquelles 6@ai noué des liens précieux et sincèresB

8vant-propos
La t,èse que nous avons l@,onneur de présenter a été suscitée par des interroAations: successives ou concomitantes: liées aux di érents contextes pro essionnels dans lesquels nous avons pu travailler: au il des années et au ,asard des circonstancesB L@expérience de l@enseiAnement au collèAe et au lycée a ainsi ortement motivé notre questionnement initial E des responsa3ilités en matière de coordination pédaAoAique de classes de terminale: nécessitant l@animation d@une équipe d@une trentaine de pro esseurs: l@ont ren orcéB L@implication dans la ormation des maFtres du secondaire nous a permis de mieux appré,ender certains aspects de leur travail personnel et des modalités de sa mise en oeuvreB Le travail en milieu universitaire et l@apprentissaAe de la rec,erc,e au sein d@un la3oratoire: dans la con rontation aux exiAences du travail individuel et en équipe: ont donné ? notre interroAation un éclairaAe mét,odique nécessaireB La ormulation de réponses: tou6ours provisoires: mais qui 3alisent utilement un c,emin que nous sou,aitons continuer ? explorer: a ainsi été rendue possi3leB

Liste des a3réviations
AFA : 8ssociation 7ran!aise d'8cupuncture AFERA : 8ssociation 7ran!aise pour l'Etude des (é lexot,érapies et de l'8cupuncture ASFA : Archives de la Société Française d'Acupuncture ASFORMED : 8Ssociation nationale pour la 7*(mation .EDicale continueB 1

ASMAF : Association Scientifique des Médecins Acupuncteurs de France AUEC : 8ttestation Universitaire d'Etudes /omplémentairesB BSA : Bulletin de la Société d'Acupuncture EFA : Ecole 7ran!aise d'8cupuncture FAFORMEC : 7édération des 8cupuncteurs pour la 7*(mation .Gdicale /ontinue RIA : Revue nternationale d'Acupuncture SA : Société d'8cupuncture SAA : Société 8quitaine d'8cupuncture SFA : Société 7ran!aise d'8cupuncture SIA : Société %nternationale d'8cupuncture SMA : Société .éditerranéenne d'8cupuncture SMAF : Syndicat .édical des 8cupuncteurs de 7rance SML : Syndicat des .édecins Li3éraux SNMAF : Syndicat 9ational des .édecins 8cupuncteurs de 7rance USMF : Union Syndicale des .édecins de 7rance WFAS : Horld 7ederation o 8cupuncture Societies WFNAS : Horld 7ederation o 9ational 8cupuncture WUASS : Horld Union o 8cupuncture scientists and Societies

%ntroductionB Le contexte : médecine moderne et médecines parallèles
En 7rance: la dé inition des médecines dites parallèles ne pose apparemment aucun pro3lème : sont désiAnées comme médecines parallèles les t,érapeutiques non reconnues par la médecine o icielleB /ar si ces t,érapeutiques prétendent aussi Auérir: elles n'ont pas ait la preuve de leur scienti icité: comme le soutient le /onseil de l'*rdre1 : $oil? deux positions 3ien distinctes : celle des o iciels pour qui la médecine n'a de valeur que si elle passe avec succès les tests expérimentaux E celle des parallèles qui dénoncent le matérialisme réductionniste de la médecine o icielle d'oI découle son impuissance: pour rappeler la médecine ? ses valeurs ,umainesB Donc d'un cJté une conception de la médecine qui se veut Kscienti iqueK et de l'autre une conception prétendument Kp,ilosop,iqueKB L'opposition est connueB D'une part: une médecine o icielle qui ait l'éloAe de sa puissance : ses connaissances anatomo-p,ysioloAiques: sans cesse précisées par un arsenal tec,noloAique ,ypersop,istiqué: lui donnant cette capacité d'aAir 6usqu'au désordre moléculaireB D'autre part: les médecines parallèles qui dénoncent le 3ioloAisme de la médecine moderne : réduction du soin ? la médication: néAliAence des e ets iatroAènes: réduction du malade ? la maladie E la relation t,érapeutique2 rompue: le médecin Aénéraliste devient alors un simple prescripteur de médicaments: et le spécialiste: le tec,nicien d'un département orAaniqueB .ais alors: la dé inition du parallélisme médical se compliqueB /ar si au départ: on a cru comprendre qu'il s'aAissait d'un parallélisme institutionnel né d'un manque de scienti icité: on voit ? présent que les partisans des médecines parallèles prJnent de leur cJté une sorte de parallélisme philosophique selon lequel la médecine doit revoir sa conception étroite de l',omme: du corps et de la maladieB De ait: le parallélisme médical n'est plus cette seule condamnation scienti ique prononcée par la médecine o icielle: mais aussi une revendication p,ilosop,ique des médecines parallèles elles-mêmesB Donc loin d'être ondé sur un critère unique: le parallélisme médical lotte entre deux dimensions irréducti3lesB De plus: ? reAarder de près ces deux ensem3les & la médecine o icielle et les médecines parallèles & des ,étéroAénéités se découvrent sous leur apparente co,érenceB !étérogénéité des pratiques d'a3ord: car: comme le souliAne la p,ilosop,e et médecin /,ristiane SindinA: la médecine o icielle n'est pas réducti3le ? la science 3ioloAique : Kloin d'être un 3loc monolit,ique: LelleM va des spécialités ,ospitalières aux sciences de la santé en passant par la
1

Dr )runNald DB: K7ace aux pratiques médicales 'non éprouvées' K: Bulletin de l'"rdre des médecins : 1OO2: décem3re: nP 11: pB 14B 2 / B ;B /ornillot: KLa relation t,érapeutique et les médecines parallèles K: in #$homme et la santé: ;aris: Seuil: 1OO2: ppB 21Q-221B

2

médecine de ville: de dispensaire: du travail ou l'administrationK1B =uant aux médecines dites parallèles: la classi ication de Laplantine et (a3eyron2 montre qu'il existe des tec,niques diaAnostiques et t,érapeutiques comme l'acupuncture: l',oméopat,ie ou le maAnétisme: tandis que certaines sont essentiellement diaAnostiques comme la 3ioélectroniqueQ: l'iridoloAie: la Arap,oloAie: alors que d'autres en in sont davantaAe orientées vers la t,érapeutique comme la p,ytot,érapie: les médecines populaires ou les tec,niques de prières et de méditationB *r audel? de cette classi ication onctionnelle & dont les auteurs d@ailleurs reconnaissent les limites & il va de soi que rien ne permet de classer toutes ces tec,niques dans un même AenreB 8 cette ,étéroAénéité des pratiques: s'a6oute une hétérogénéité des termes: car dès que l'on tente de désiAner ces ensem3les par un quali icati adéquat: on se trouve pris dans une né3uleuse terminoloAiqueB ;our la médecine o icielle: on parle indistinctement de médecine occidentale: académique: ou de médecine classique: traditionnelle: ou encore de médecine moderne: scienti ique: et de 3iomédecineB ;our les médecines parallèles: on parle con usément de médecines douces: plus ,umaines: plus su3tiles: ou encore de médecines naturelles: empiriques: populaires: alternatives: di érentes: autres: complémentairesR etcB .ais loin s'en aut pour que tous ces termes désiAnent ,armonieusement deux ensem3les distincts : La .édecine o icielle ace aux .édecines parallèlesB *n le sait: la question des médecines parallèles n'est pas récenteB Leur succès dans les années 1O24 a suscité l'intérêt des c,erc,eurs au milieu des années 1OS4B Des médecins: des socioloAues et des ant,ropoloAues s'y sont penc,és: de leur propre initiativeT ou au service du politique qui c,erc,ait ? mieux saisir le pro3lème par des expertises individuellesU ou collectives5B .ais si ces analyses considéraient dé6? l'acupuncture et l',oméopat,ie comme des cas exceptionnels de médecines parallèles: elles se maintenaient ? un niveau de Aénéralité qui entretenait inalement l'opposition entre les deux ensem3lesB 8insi: en 1OSU: le Aroupe de travail K.édecines di érentesK2: réunis ? l'initiative de .me )eorAina Du oix ".inistre des 8 aires Sociales': écartait les termes de Kmédecine douceK & incompati3les selon lui avec les manipulations verté3rales & ou de Kmédecine parallèleK & inadéquats pour désiAner certaines tec,niques ayant dé6? Ktrouvé leur place en contexte ,ospitalo universitaire ou dans la prescription médicale ,a3ituelleKB .ais en c,oisissant de les nommer Kmédecines di érentesK: il se retrouvait o3liAé: Kau niveau socioloAique: de les prendre en un même 3locRKB /oncernant l'acupuncture et l',oméopat,ie en particulier: il aut toute ois préciser qu'?
1

SindinA /,B: 8rticle KCioloAie et .édecine "0istoire'K: in Lecourt DB "dirB': %ictionnaire de la pensée médicale: ;aris: ;U7: /ollB =uadriAe: 244T: pB 15TB 2 Laplantine 7B: (a3eyron ;-L: #es médecines parall&les: ;aris: ;U7: /ollB =ue sais-6e V: 1OS2: ppB 1Q-12B Q KLa 3ioélectronique peut-être dé inie comme la science des micro-courants: qui ? partir de Q acteurs : permet de mesurer o36ectivement les courants électro-maAnétiques de la vie "ces courants disparaissent ? la mort'B /es Q mesures sont o3tenues ? l'aide d'un 3ioélectronimètre "mis au point par LB/B $%9/E9+'B ;our l',omme ces Q mesures sont réalisées sur Q liquides orAaniques : le sanA veineux: l'urine et la saliveB /es O paramètres sont reportés sur un diaAramme appelé 3ioélectroniAramme: permettant d'apporter des indications sur l'état du terrain du patientKB / B ,ttp:WWNNNB3ioelectroniqueBcomWpAsW3ioXindexB,tm T ;ar exemple : Couc,ayer 7B: K8u corps du su6et : un scénario contemporain inéditK: in Couc,ayer 7B "dirB': K8utres médecines: autres mYursB L'explosion des nouvelles tec,niques de santéK: ;aris: Autrement: nP SU: 1OS5: décem3re: éditorialB Laplantine 7B: (a3eyron ;-L: #es médecines parall&les: ;aris: ;U7: 1OS2B +,évenet 7B: Répertoire des médecines parall&les en France: Dervy: 1OS2B /ornillot ;B: KLa relation t,érapeutique et les médecines parallèlesK: op' citB U ;ar exemple : 9i3oyet -B EB 0B: Rapport sur certaines techniques de soins ne faisant pas l'o(jet d'un enseignement organisé au niveau national ) acupuncture* homéopathie* médecine manuelle: Sainte-(u ine: .aisonneuve: 1OSTB .arcovic, 8B: #es représentations du corps et de la maladie che+ les médecins acupuncteurs et che+ leurs patients: (apport /9(S-%9SE(.-.i(e: 1OS2B 5 ;ar exemple : ,valuer les médecines différentes* un défi -: (apport au .inistre des a aires sociales et de la solidarité nationale et au Secrétaire d'Gtat c,arAé de la santé: )roupe de ré lexion K.édecines di érentesK: nP ,ors-série de la Revue française des affaires sociales: ;aris: La Documentation ran!aise: 1OS5B #es Médecines parall&les* quelques lignes de force : .ission interministérielle (ec,erc,e-expérimentation: ;aris: La Documentation ran!aise: 1OSSB 2 ,valuer les médecines différentes* un défi -: op' citB: pB 1OB

3

l'époque de ces premières rec,erc,es: leurs statuts étaient moins 3ien dé inis qu'ils ne le sont au6ourd',ui : rem3oursées par la Sécurité Sociale: considérées comme des KorientationsK médicales par le /onseil de l'*rdre depuis 1O2T: ces deux t,érapeutiques n'étaient encore: dans le milieu des années 1OS4: qu'aux portes de la 7aculté de .édecineB Le recul était: ? coup sZr: insu isantB

;remière partieB Du texte ? l'aiAuille : le procès de l'acupuncture " in #$%%e& dé3ut #%#e siècles'
La plupart des études ,istoriques situent la découverte de l'acupuncture en Europe au #$%%e siècle: en insistant notamment sur le rJle des missionnaires 6ésuitesB +oute ois: elles s@accordent pour désiAner )eorAe Soulié de .orant "1S2S-1OUU' comme le père de la vérita3le acupuncture en 7rance1B D@ailleurs: ce dernier le renvendique: en allant même plus loin Lnous soulignonsM2 : Selon Soulié de .orant: il audrait distinAuer deux périodes de l'acupuncture en 7rance dont il constituerait lui-même le point de ruptureB 8vant lui: une première introduction en Europe par les descriptions des 6ésuites: mais sans intéArationB 8vec lui: vers la in des années 1O24: l'introduction de la Kvraie acuponcture c,inoiseK dont l'intéAration est en coursB /omment expliquer l'éc,ec de la première introduction: et le succès de la seconde V Soulié de .orant accuse le doAmatisme de l'esprit ,umain d'empêc,er toute modi ication des positions mentales et matériellesB

/,apitre %B *3server: décrire: 6uAer " in #$%%e& #$%%%e siècles'
La lecture attentive des textes nous montre par quelles voies les premières o3servations sur la médecine c,inoise & et l'acupuncture en particulier & vont AaAner l'Europe "I. Deux voies de découverte'B .ais l'analyse de ces o3servations révèlera qu'il y a 3ien loin de la c,ose au mot "II. Le discours sur la médeci e c!i oise'B

%B Deux voies de découverte
Les deux voies par lesquelles l'Europe découvre l'acupuncture sont celles par lesquelles les pays d'Europe & dans les con lits qui les opposaient & ont c,erc,é ? étendre leur puissance ,ors du continentB /es deux voies politiques: tracées par le courant des Arandes découvertes maritimes depuis le #$e siècle: sont l'évanAélisation et le commerceB

1B La politique de l'EvanAile : les missionnaires de la /ompaAnie de -ésus
/ontrairement ? ce qui se répète ,a3ituellement depuis Soulié de .orant: nous verrons que l'acupuncture est ? peine mentionnée par les missionnaires 6ésuitesB +oute ois: leurs descriptions présentent un intérêt ma6eur : celui du premier reAard posé par l'*ccident sur le savoir médical c,inoisB
1

/ B: - Captiste (B: #$acupuncture et son histoire ) avantages et inconvénients d$une thérapeutique millénaire : ;aris: .aloine: 1O52: pB 1S4B - Ceau )B: #a médecine chinoise: ;aris: Seuil: 1O5U: pB 1QB - Cossy -B: K0istoire de l'acupuncture en *ccident : exotisme: ésoterisme et opposition au rationalisme cartésien: complementarité au système médical occidentalK: .éridiens: 1OS4: nos TO-U4: ppB TQ-TTB - Lu )B-DB: 9eed,am -B: .elestial lancets* a histor/ and rationale of acupuncture and mo0a : London: (outledAe cur[on: 2442: pB 11B - -arricot 0B: HonA .B: K/onnaissance et évolution de l'acupuncture c,inoise en 7ranceK: #/on méditerranée médical: 24 6uin 1O22: tB $%%%: nP 12: pB 1USQB - Sc,at[ -B: Larre /lB: (oc,at de la $allée EB: Aperçus de médecine chinoise traditionnelle : ;aris: Desclée de CrouNer: pB 22B - +riadou ;B: 8rticle K/,inoise "médecine'K: in Lecourt DB "dirB': %ictionnaire de la pensée médicale: ;aris: ;U7: /ollB =uadriAe: 244T: pB 2Q1B 2 Soulié de .orant )B: 1récis de la vraie acuponcture chinoise' %octrine 2 %iagnostic 2 3hérapeutique:: ;aris: .ercure de 7rance: 1OT2: pB 1B

4

8B La .ission ran!aise de la /ompaAnie de -ésus
La /ompaAnie de -ésus Zt ondée ? ;aris en 1UT4 par le reliAieux espaAnol %Anace de Loyola "1TO1-1UU5': avec sept compaAnons1B Une des vocations des 6ésuites était de se rendre Kaux rontières de la c,rétienté: et ils sont e ectivement allés aux con ins maritimes du monde: suivant de peu les naviAateursK2B /'est surtout ? l'initiative du ;B (icci "1UU2-1514': mat,ématicien et astronome: que l'implantation des missionnaires européens avait pu se aireB K8u cours de son lonA sé6our: il avait ixé pour les siècles ? venir les orientations ondamentales de la .ission : une politique aristocratique: un ,aut niveau scienti ique: une adaptation aux mYurs localesKQB -usqu'? la in du #$%%e siècle: seule la .ission portuAaise: d'ailleurs asse[ cosmopolite: était installée ? ;é<inB La .ission ran!aise ne vit le 6our qu'en 15ST: ? l'initiative de /ol3ert: et par le inancement personnel de Louis #%$ E elle se développera de a!on ulAurante durant la première moitié du #$%%%e siècleB Si l'enseiAnement et la rec,erc,e scienti iques "mat,ématiques: astronomie: AéoArap,ie' constituaient la raison o icielle de la .ission: ils ne recouvraient pas les mêmes intentionsB Dans l'arrière-pensée du pouvoir: le déclin portuAais permettait ? la ois de Kdévelopper les relations commerciales de la 7rance avec l'Extrême*rientKT: et de satis aire ses am3itions colonialesUB =uant aux savants 6ésuites: ils avaient un rJle de Kmédiation culturelleK5: di usant autant les sciences et tec,niques européennes ? la /our de ;é<in qu'ils rapportaient leurs o3servations des sciences et tec,niques c,inoises ? ;arisB .ais la science européenne était surtout le moyen de rendre Aloire ? Dieu2: c'est-?-dire d'évanAéliser la /,ineB /e qui: en contrepartie: exiAeait une connaissance appro ondie du pays : ainsi: %Anace de Loyola KexiAeait de ses missionnaires des rapports précis: détaillés: sur les réAions qu'ils allaient évanAéliserB ;our prendre ses décisions en connaissance de cause: il tenait ? être renseiAné non seulement sur la AéoArap,ie: mais sur les mYurs et les coutumes localesKSB %l était donc inévita3le que les 6ésuites se soient intéressés ? la médecine du paysB

CB 8per!u des écrits sur la médecine des /,inois
Les premières o3servations pu3liées au #$%%e siècle par les ;ères espaAnol Don 7rancisco de 0errera .aldonado: ran!ais 8lexandre De (,odes "1UO1-1554' et allemand 8t,anasius \irc,er "1542-15S4' ont partie: comme le montrent leurs titres: de Arandes resques sur la /,ine : 4ouvelle histoire de la .hineO: %ivers vo/ages et missions du 1' Ale0andre %e Rhodes en la .hine* et autres Ro/aumes de l'"rient* avec son retour en 5urope par la 1erse et l'Arménie14: #a .hine illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes et de quantité de recherches de la nature et de l'art11B $iennent ensuite: ? la in du siècle: les monoArap,ies sur la médecine: dont les principales sont : un texte anonyme intitulé #es

1 2

La /ompaAnie sera supprimée par le ;ape /lément #%$ en 122QB Duteil -B-;B: #e mandat du ciel' #e r6le des jésuites en .hine "1OOT': ;aris: 8rAuments: 244T: pB 2B Q #ettres édifiantes et curieuses des jésuites de .hine )789:;788< : c,oisies et présentées par %B et -B-LB$issière: ;aris: Des6onquères: 2442: pB 2B 8 partir d'ici : #ettresB T dem: pB 14B U Duteil -B-;B: op' cit': ppB US-51B 5 $issière %B et -B-LB: op' citB: pB 1OB 2 Duteil -B-;B: op' cit': pB 5B S $issière %B et -B-LB: op' cit': pB 1UB O 0errera .aldonado 7B de: 4ouvelle histoire de la .hine "1521': tradB de l'espaAnol par -B -B Celle leur: ;aris: 1522B 14 De (,odes 8B: =o/ages et missions du 1' Ale0andre %e Rhodes en la .hine* et autres Ro/aumes de l'"rient* avec son retour en 5urope par la 1erse et l'Arménie : 9ouvelle édition: con orme ? la première de 15UQ: annotée par le ;ère )ourdin: de la même /ompaAnie: et ornée d'une carte de tous les voyaAes de l'auteur: Lille: Société de Saint-8uAustin Desclée de CrouNer et /ie: 1SSTB 11 \irc,er 8B: #a .hine illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes et de quantité de recherches de la nature et de l'art "1552': tradB du latin par 7B SB Dalquié: 8msterdam: c,e[ -B -anson ? Haes3erAe: 1524B

5

secrets de la médecine des .hinois7 ")reno3le: 1521' E le Specimen2 d'8ndrea /leyer "151U15O4' E et la .lavis medica ad chinarum doctrinam de pulsi(usQ "9urem3erA: 15S5' du ;ère polonais .ic,el Coym "1512-15UO'B 8u #$%%%e siècle: les descriptions des missionnaires prennent une nouvelle orme : celle des #ettres édifiantes et curieusesT pu3liées entre 1242 et 1225B Le titre parle de lui-même : d'une part: il s'aAit de rendre ,ommaAe ? l'entreprise d'évanAélisation des missionnaires dont l'a aire de la querelle des ritesU ne leur acilitait pas la t]c,e E d'autre part: de satis aire la demande de dépaysement et d'exotisme du pu3lic : Kles lecteurs: soup!onneux ? l'éAard de la littérature romanesque: réclamaient des ouvraAes sérieux: des documents 3ruts: des témoiAnaAes aut,entiquesB Les missionnaires correspondaient avec leurs supérieurs: leurs parents et amis: avec les Arands seiAneurs qui su3ventionnaient les éAlises lointaines: avec les savants qui les ,arcelaient de questionsB /es lettres o icielles et privées: au terme de plusieurs mois de naviAation: apportaient en Europe des imaAes et des par ums inéditsKB ;uis: de 1225 ? 12O1: ces #ettres prendront le titre de Mémoires5 sur la /,ineB Entre les deux: viendra s'intercaler la %escription2 sur la /,ine: Arande synt,èse réalisée par le ;B Du 0aldeB

/B =ue ournissent ces écrits V
1

8nonyme: #es secrets de la médecine des chinois consistant en la parfaite connaissance du pouls* envo/é de la .hine par un Français* homme de grand mérite: "? partir d'ici : Secrets' )reno3le: /,arvy: 1521B Le texte est disponi3le sur le site de la C%U. : ,ttp:WW1OTB2UTBO5WlivancWVcote^Q4U2S_do^c,apitreB %l a éAalement été reproduit par )B Du3ois aux éditions Dervy en 1OOQ: enric,i d'un 3re commentaire du texte ";ré ace' et de deux études ,istoriques sur la médecine c,inoise en Europe "KLa découverte de la médecine c,inoise en Europe: du #$%e siècle au dé3ut du #%# e siècleK et l'%ntroduction' E mais privé de son K8vis au lecteurK : cet avis dit explicitement que l'auteur est un missionnaire 6ésuite qui: 3anni de la /our de ;é<in: a composé l'ouvraAe pendant son emprisonnement ? /antonB )rme< suppose qu'il s'aAit du père /ouplet "152T-15O2' qui o3tint du père Coym Kle manuscrit de la traduction latine des Yuvres classiques de la sp,yAmoloAie c,inoiseB *n peut 3ien s'imaAiner cette traduction: encore inédite: comme le point de départ: comme l'incitation ? écrire un traité plus simple sur le même su6etKB / )rme< .B DB: KLes re lets de la sp,yAmoloAie c,inoise dans la médecine occidentaleK: Biologie médicale: évrier 1O52: nP 0ors-Série: volB L%: ppB L#-L#%%B 8 partir d'ici : #es refletsB 2 /leyer 8B: Specimen medicinae sinicae sive opuscula medica ad mentem sinensium "Specimen de médecine c,inoise ou opuscule de médecine selon l'esprit c,inois': 7ranc ort: -B-;B Du3rodt: 15S2B L'ouvraAe est une compilation ,étéroAène de plusieurs manuscrits 6ésuites "dont une partie de ceux du ;B Coym' réalisés ? partir d'ouvraAes médicaux : deux classiques "le 4ei >ing et le 4an >ing' E une version tardive du Mai jue "Secrets des pouls' de )ao >anAs,enA "#e siècle': et non du Mai jing "/lassique des pouls' de HanA S,u,e "214-2S5' comme le croyait son traducteur "c B Lu )B-DB: 9eed,am -B: .elestial lancets* a histor/ and rationale of acupuncture and mo0a "1OS4': London: (outledAe cur[on: 2442: pB 222'B La pu3lication de l'ensem3le a pu être réalisée par l'intermédiaire d'8ndrea /leyer: un médecin-c,e de la /ompaAnie 0ollandaise des %ndes *rientalesB /e Aeste & de même que la pu3lication de la .lavis de Coym: c B note suivante & lui coZtera une réputation de plaAiaire: que l'enquête de )rme< ré utera sans contesteB "/ )rme< .BDB: op' citB: pB L##'B Donc si l'ouvraAe est ré érencé au nom de /leyer: les travaux qu'il contient sont de sources 6ésuites : voil? pourquoi nous le classons iciB Q Coym .B: .lavis medica ad chinarum doctrinam de pulsi(us "/lé médicale selon la doctrine c,inoise du pouls': 9urem3erA: 15S5B Selon )rme<: le sous-titre complique la compré,ension des péripéties du manuscrit: au lieu de l'expliquerB .ais une c,ose est certaine : c'est Ar]ce au médecin-c,e 8B /leyer: de la /ompaAnie 0ollandaise des %ndes *rientales: que l'ouvraAe a pu être pu3liéB / )rme<: op' citB: pB L##%$B T #ettres édifiantes et curieuses écrites des Missions étrang&res par quelques missionnaires de la .ompagnie de >ésus ?789:;788<@: op' cit' U Les 6ésuites de /,ine étaient accusés de tolérer les pratiques pa`ennes c,e[ leurs néop,ytes "notamment le culte des ancêtres'B .ais loin de se limiter aux KdiverAences doctrinales des t,éoloAiensK: le con lit est attisé par une Kcon6uAaison d'intérêts temporels: de rivalités d'in luence LRMB 8 (ome: on constate avec amertume que les vicaires apostoliques envoyés en /,ine n'arrivent pas ? imposer leur autorité aux 6ésuitesB En 7rance: c'est l'époque des a rontements entre 6ésuites et 6ansénistesB ;our écarter les 6ésuites de la /our oI ils 6ouent un rJle de premier plan: tous les arAuments sont 3ons: y compris le rappel des pratiques suspectes qu'ils sont censés tolérer en Extrême-*rientKB / B idem: pB 1QB 5 Mémoires concernant l'histoire* les sciences* les arts* les mAurs* les usages* etc' des chinois par les missionnaires de 1éBin "? partir d'ici : Mémoires': rédiAés par les ;;B 8miot: ;arennin: d'%ncarville: /i3ot: et pu3liés en 1U tomes ? ;aris: c,e[ 9yon: par les colla3orateurs scienti iques: l'833é Catteaux et Louis *udard de CréquiAny "1251-12OU' ? l'initiative d'0enri Certin "1224-12O2': contrJleur Aénéral des inances et secrétaire d'EtatB 9ous nous servons du tome $%%% pu3lié en 12S2B 2 Du 0alde -B-CB: %escription géographique* historique* chronologique* politique et ph/sique de l'5mpire de la .hine et de la 3artarie chinoise "? partir d'ici : %escription': enric,ie de la /arte )énérale et des /artes particulières du +,i3et: et de la /orée: et ornée d'un Arand nom3re de 7iAures et de $iAnettes Aravées en +ailleDouce: ;aris: /,e[ ;B )B Le .ercier: 12QU: T tomesB L'auteur de ce travail volumineux n'est lui-même 6amais allé en /,ine : il s'est servi des lettres de ses pairs: en prenant des li3ertés que $irAile ;inot a soiAneusement souliAnées dans #a .hine et la formation de l'esprit philosophique en France ?7<C9;78C9@ : ;aris: Li3rairie orientaliste ;aul )eut,ner: 1OQ2: ;artie %: /,apB Q KLes écrits des 6ésuites sur la /,ineK: ppB 1T1-1SUB

6

aB Un aper!u de l'enseiAnement médical
Selon le ;B de (,odes: Kil n'y a point d'Université oI l'on apprenne la .édecine: mais c'est une science qui s'enseiAne de père en ils: ils ont des livres particuliers: qui ne sortent 6amais de amilles oI sont les secrets de l'art: qu'ils ne communiquent ? personneK1B Dans le même sens: pour l'auteur anonyme des Secrets: Kaucun /,inois ne peut nier : qu'il n'y a eu ni docteur: ni maFtre: ni école de médecine dans la /,ine 6usqu'? présent E que de tous les livres de leur médecine il n'y en eut aucun qui ait été écrit par un maFtre ou docteur en médecine qui donne précepte ou rèAle de 3ien opérerK2B En réalité: il existe 3ien un enseiAnement o iciel au K/ollèAe médical de la cour "dit aussi /ollèAe impérial ou 8cadémie %mpériale de médecine'KQ: c,arAé d'orAaniser la ormation et la pratique des trente médecins de la /our: selon le principe du mandarinat et du commentaire des /lassiquesB .ais depuis la dynastie des .inA "1Q55-15TT': ce système est en déclin par rapport aux dynasties précédentes des +anA "51S-O42': SonA "O54-122O': et >uan "122O-1Q5S'B D'oI la remarque du ;B Du 0alde: aite au dé3ut de la dynastie des =inA "15TT-1O11' : K%l y avait autre ois des Ecoles %mpériales de .édecineB Les médecins qui sont maintenant les plus estimés: sont ceux qui ont re!u de père en ils les connaissances qu'ils ontKTB

3B Une critique du savoir médical c,inois
;arallèlement ? l'a3sence d'un enseiAnement universitaire: les 6ésuites critiquent la fai(lesse du savoir médicalB L'auteur anonyme note deux lacunes ondamentales : d'une part le ait qu'aucun ouvraAe n'étant K ondé en principe de p,ysique ou discours naturelsKU: ils ne peuvent exposer que des KdiresK contradictoires E d'autre part leur Kméconnaissance de l'anatomieK5B *n retrouve cette o3servation soixante-six ans plus tard: de manière encore plus explicite dans la %escription du ;B Du 0alde2 : Mais comme ils avaient peu de connaissance de la Physique ; que nullement versés dans l'Anatomie, ils ne connaissaient guère l'usage des parties du Corps humain, ni par conséquent les causes des maladies, et que leur science ne roulait que sur un système peu sûr de la structure du Corps humain 8 La critique s'accompaAne d'un exposé de la doctrine médicale c,inoiseB 8 l'intérieur du corps ,umain: il existe Kdeux principes naturels de la vieK : le DnO et le Dang: respectivement traduits par humide radical et chaleur vitale: qui se trouvent dans les parties principales du corpsB /e corps connaFt trois divisions : latérale "Aauc,eWdroite': verticale ",aut: moyen: 3as'14: et orAaniqueB Les orAanes: qui entretiennent Kcertains rapports mutuelsK se répartissent en six mem3res oI réside le Dn "le cYur: le oie: les deux reins: les poumons: la rate' et six entrailles
1 2

De (,odes 8B: op' citB /ité par )rme< .B-DB: op' citB: c,apB $%: pB L$%%B 8nonyme: Secrets: op' citB: ppB 1S2-1SQB Q 0uard ;B: HonA .B: #a médecine des .hinois: ;aris: 0ac,ette: 1O52: pB 54B T Du 0alde -B-CB: op' citB: pB Q2OB U En *ccident: la classi ication de la médecine comme 3ranc,e de la p,ysique remonte ? la seconde moitié du #%%e : 6usque l?: dans l'*ccident latin: la médecine oscillait Kentre le statut peu no3le d'art mécanique et celui: éminent mais lou: d'une discipline enAlo3ant toutes les autresKB L'école italienne de Salerne: puisant aux sources Arecques et ara3es & notamment dans l' Dsagoge "%#e siècle' de 0unayn i3n %s,aq ou -o,annitius "S4O-S22' & trouva une solution en su3divisant la p,ilosop,ie en trois 3ranc,es : l'ét,ique: la loAique et la t,éorétique: qui comprenait la métap,ysique: la mat,ématique et la p,ysique ou science de la natureB /elle-ci rassem3lait la médecine: la science des météores et la p,ysique au sens restreintB K8 son tour: la médecine se su3divisait en t,éorie et pratique: c,acune étant considérée comme une science: c'est-?-dire comme une discipline ondée sur la ré lexion et le raisonnementB Selon Cat,élémy de Salerne: la t,éorie est la science des causes: la pratique la science des siAnes E il ne peut y avoir de pratique sans t,éorie préala3leB Une ormule apparaissant c,e[ l'un des premiers commentateurs: 8rc,imatt,aeus: ut reprise par .aurus : ceux qui ne possèdent pas la t,éorie: comme certains apot,icaires: ne peuvent être appelés practicos: ils sont de simple opérateurs " simples operatores'B 8 Salerne: se ixe donc le modèle du praticien savant: dont l'action t,érapeutique se onde sur la rec,erc,e des causes: selon les principes de la médecine AaléniqueKB / -acquart DB: KLa scolastique médicaleK in )rme< .BDB "dirB': !istoire de la pensée médicale en "ccident* ;aris: Seuil: tB 1 : Antiquité et Mo/en Ege: ppB 1S2-1SQB 5 Secrets: op' citB: pB 1S2B 2 Du 0alde -BCB: %escription: op' citB: tB %%%: 12QU: pB Q2OB S 4ous soulignonsB O En pinyin : /inB 14 8u6ourd',ui appelé triple réc,au eur ou trois cuiseursB

7

oI réside le Dang "les petits intestins ou le péricarde: la 3ourse du iel: les uretères: les Arands intestins: l'estomac et la troisième partie du corps'B Les sanglots longs Des violons De l'automne Blessent mon coeur D'une langueur Monotone Tout suffocant Et blême, quand Sonne l' eure !e me souviens Des "ours anciens Et "e #leure $ Les /,inois connaissent aussi les ner s: les muscles: les veines: et les artèresB .ais la circulation du Dn et du Dang se ait par les dou[e voies ou canaux "Bing1' qui traversent le corpsB K8près cette connaissance de la construction du corps de l',omme: laquelle est selon l'8ncienne anatomie des /,inois: et qui: comme l'on voit: n'est pas trop exacte E ils veulent que l'on passe ? la connaissance des corps extérieurs: qui peuvent altérer le corps de l',ommeK en même temps qu'ils le composentB /e sont les cinq éléments : la +erre: les .étaux: l'Eau: l'8ir2 et le 7euB Deu% autres ouvrages e%#osent cette doctrine& Le Specimen #ubli' #ar (le)er donne un a#er*u illustr' des voies, de certains #oints et de la circulation du 'i+& De son c,t', -le te%te de Clavis medica .du /& Bo)m0 est divis' en 12 c a#itres dans lesquels on e%#ose d'une fa*on asse3 claire et s)st'matique la t 'orie des #rinci#es #olaires 4yang et yin5, les fondements de la #at ologie c inoise, la doctrine des centres vitau% et des vaisseau% du cor#s umain, la tec nique de l'e%amen du #ouls, les bases t 'oriques de la s# )gmologie c inoise et les cons'quences #our le diagnostic et le #ronostic-6 *n comprend donc pourquoi dans une de ses lettres: le ;B d'Entrecolles écrit que le KlanAaAe a ecté et mystérieux n'est pas aisé ? entendre au commun des /,inoisKU si 3ien qu'on ne sait Kpar quelle sorte de c,imie ils ont acquis une Arande partie de ces connaissancesKB 8insi du ;B ;arrenin5 qui: entendant Kparler les médecins c,inois sur les principes des maladies* LRM ne trouve pas 3eaucoup de 6ustesse ni de solidité dans leurs raisonnementsKB La bibliogra# ie ci7dessous offre deu% t)#es de rec erc es 8 9une Recherche thématique qui donne acc:s ; 8
1

En pinyin : jingB L',umide radical circule ? travers les canaux : cYur-mains " chao chun /n Bing': oie-pieds "so Biue /n Bing': reins-cJté Aauc,e: poumons-mains "cheu tai /n Bing': rate-pieds "so tai /n Bing': porte de la viemains "cheu Biue /n Bing'B La c,aleur vitale circule ? travers les canaux : intestins-mains " cheu tai /ang Bing': 3ourse du iel-pieds "so chiao /ang Bing': uretères-cJté Aauc,e: Arands intestins-mains "cheng /ang ming Bing': estomac-pieds "so /ang ming Bing': troisième partie du corps-pieds " cheu choa /ang Bing'B 9otons l'inexactitude de traduction ou de transcription : la main est traduite par chao: cheu: ou cheng et le pieds est appelé cheu pour le dernier canalB 2 %l s'aAirait plutJt du Cois : l'8ir étant est un des quatre éléments "8ir: +erre: Eau: 7eu' de la doctrine ,ippocratique: dont la préAnance est mani este dans l'esprit du traducteurB Q / B -arricot 0B: HonA .B: K/onnaissance et évolution de l@acupuncture c,inoise en 7ranceK * #/on Méditerranée Médical: 24 6uin 1O22: tB $%%%: nP 12: pB 1U54B T : )rme< .B-DB: op' citB: ppB L##%$-L##$%B U KLettre du ;B d'Entrecolles: missionnaire de la /ompaAnie de -ésus: au (B ;B Du 0alde: de la même /ompaAnie: aite ? ;é<in: le 11 mai 1225K: citée par $issière %B et -B-LB: #ettres: pB 12OB 5 KLettre du ;B ;arennin: missionnaire de la /ompaAnie de -ésus: ? Dortous de .airan: directeur de l'8cadémie des sciences: aite ? ;é<in: le 11 aoZt 12Q4K: idem: ppB 1S4-1SSB

8

7la Classi!ication alpha"étique #ar auteurs regrou#ant toutes les r'f'rences bibliogra# iques consult'es ou cit'es& 7la liste des Classiques de médecine chinoise cit's& 7la liste des #e$tes %uridiques cit's ou consult's& 7la liste des Sites internet consult's& 9une Recherche chronologique 4<=>>e 7<=>>>e, <><e, <<e si:cle5 qui donne acc:s8 7au% Sources consult'es 8 ouvrages, revues, dictionnaires 7au% outils d'?nal)se utilis's 8 ouvrage, revues, dictionnaires, articles dis#onibles sur internet

cB Une description de certaines pratiques
La ai3lesse des institutions et du savoir n'empêc,e pourtant pas nos missionnaires de ournir des descriptions minutieuses d'un grand nom(re de pratiques médicales : l'usaAe des simples: comme le AinAsenA1: l'inoculation de la petite vérole2: les postures et tec,niques respiratoires issues du /onA-7ou des 3on[es +ao-seeQB Une place particulière est réservée ? la prise des pouls qui suscite: de loin: le plus d'intérêtB *n le voit dès les premières o3servations des missionnairesT : /,erc,ant ? répondre ? toutes ces questions: nous allons partir d@une ,ypot,èse : le roman de 3errasse F Rome de ;ascal =uiAnard n@est pas un seul livre: mais c@est plutJt l@assem3laAe de quatre textes di érentsB 9ous allons imaAiner qu@il reAroupe : L@autobiogra# ie de Meaume le graveur& L@ istoire de Meaume, racont'e #ar un narrateur 't'rodi'g'tique& Les livres des biogra# es et des t'moins 8 Le livre d@un essa)iste qui #oss:de tous les documents #r'c'dents et qui veut 'crire un essai sur l@ istoire de la gravure ; la mani:re de l@eau forte au <=>>e si:cle&

dB 8 l'attention de l'Europe
*n peut donc dire que toutes les descriptions précédentes proviennent d'un intérGt pratique suscité par le constat d'une efficacité: elle-même sanctionnée par la croyance de l'importance d'une tradition antiqueB %ntérêt d'ailleurs con irmé par leur expérience personnelle: puisque les 6ésuites: pendant leur lonA sé6our: ont 3ien eu l'occasion de tom3er malade et de recourir ? la médecine du paysB Le ;B de (,odes it non seulement soiAner un de ses compaAnons: mais raconte comment lui-même ut Auéri d'une orte ièvreU : +a3leau 1 : Etude du siAni iant de l@identité du stand du /ameroun au S.+ 2445B
(eAistre Hraphisme %ndices 7orme anAulaire du stand $s orme arrondie de la case o3us E orme d@écriture antaisisteB Dominance oranAe $s contraste marron /ontinuité des imaAes vidéo $s inco,érence des imaAes vidéo: décalaAe des imaAes a ic,éesB /atéAorie 7ormes anAulaires $s ormes arrondies /ouleurs c,audes $s /ouleurs som3res /ontinuité $s (uptures +,ème .odernité $s Exotisme

.hromatisme %isposition

/ulture $s 9ature 0armonies $s Diversité

Source : 8uteur Le ta3leau d@analyse ci-dessus est indicati des di érentes valeurs qui ondent la proposition d@identité sémiotique du /ameroun au reAard de la participation de cette nation au Salon mondial du tourisme en 2445 ? ;arisB /es valeurs peuvent ensuite être rec,erc,ées et véri iées
1

KLettre Du ;B -artoux: missionnaire de la /ompaAnie des -ésus: au ;B ;rocureur Aénéral des .issions des %ndes et de la /,ine: aite ? pé<in: le 12 avril 1211K: idem: ppB O2-OQB 2 KLettre du ;B d'Entrecolles: missionnaire de la /ompaAnie de -ésus: au (B ;B Du 0alde: de la même /ompaAnie: aite ? ;é<in: le 11 mai 1225K: idem: ppB 15S-12OB Q Hong Fu des moines tao`stesB T 0errera .aldonado 7B de: op' citB: ppB 15O-124: cité par HrmeB: #es reflets: op' citB: ppB L$%-L$%%B U De (,odes 8B: op' citB: ppB 121-122B

9

? travers une étude des siAni iés de l@identité du stand du /ameroun au Salon mondial du tourisme 2445B +a3leau 2 : Etude du siAni ié de l@identité du stand du /ameroun au S.+ 2445B "!#mes I dices Modernité Décor du stand ,ormis la case o3us: qualité matérielle et plastique des tracts et prospectus distri3ués au stand: imaAes ur3aines du /ameroun di usées et a ic,ées au standB Exotisme /ase o3us: o36ets d@arts: orme des écritures Culture %maAes de personnaAes aux costumes traditionnels divers: d@instruments de musiques et d@autres o36ets caractéristiques de la culture camerounaiseB Nature %maAes de plaAes: d@animaux et de sites sauvaAes di usées et a ic,ées au standB Harmonie b /ameroun : toute l@8 rique dans un pays c Diversité Diversité d@imaAes et de t,èmes: de ormes et de iAures présentés par le standB Source : 8uteur Dès le départ: +en (,i6ne souliAne l'iAnorance des /,inois et des -aponais en anatomie E il a6oute qu'Kils ont néanmoins consacré peut;Gtre plus d'effort durant de nom(reu0 si&cles F connaItre et F enseigner avec (eaucoup d'attention la circulation du sang* que ne l'ont fait les médecins européens: individuellement ou collectivementB %ls ondent toute leur médecine sur les rèAles de cette circulation: comme si elles étaient des oracles d'8pollon de Delp,esBK1 /ette mét,ode consacrée par leur lonAue expérience consiste d'a3ord ? prendre le pouls des artères: puis ? piquer ou 3rZler la réAion douloureuseB K*I que la douleur soit installée: 3rZle[ E cependant: 3rZle[ aux endroits oI les artères 3attent plus ortementB /ar l? se loAe le sièAe de la douleur: oI des vents noci s mettent le sanA en mouvement de a!on in,a3ituelleK2B /ette mét,ode: c,acun peut aussi l'appliquer sans la t,éorie c,inoise: par sa propre expérienceB %l su it d'entrer dans le détail anatomique des vaisseaux sanAuins : Kla structure est réticulée E les vaisseaux sanAuins: composés d'une seule su3stance: s'entrelacentB ;ar conséquent: lorsque la localisation des vaisseaux sanAuins est déterminée sous la lame: souvent: d'autres minuscules ontaines de sanA se trouvent cac,ées: qui sont aussi des sièAes de douleur causée par l'attaque des vents impurs: cependant: peut-être d'une manière di érente de celle ? laquelle s'attendrait l'expert en anatomieKB

;lanc,es anatomiques : points et vaisseaux d'acupuncture "fig' 7* :* J' imaAe445B6pA Source: Civins (B EB: Acupuncture* e0pertise and cross;cultural medicine: CasinAsto<e: ;alArave: 2444: ppB UU-U2B
/,irurAien ? l',Jpital Saint-Louis: -ules /loquet rédiAe un court article sur l'acupuncture en 1S21 dans le 4ouveau dictionnaire de médecine : il s'aAit simplement d'une description de la mét,ode c,e[ les K/,inois: les -aponais et les peuples des %ndesKQ: ,éritée des descriptions précédentes: et dénuée de tout 6uAement de valeurB /ette attitude de seule o3servation trouve sa pleine expression en 1S2T: lorsque /loquet donne aux quelques essais relatés 6usqu'ici la orme de l'o3servation en série: dont la description critique est con iée ? deux de ses élèves : .orand: qui soutient sa %issertation sur l'acupuncture et ses effets thérapeutiques ? la 7aculté de .édecine de ;aris le 1O évrier 1S2U E Dantu: qui pu3lie son 3raité de l'acupuncture en 1S25B D'ailleurs: /loquet a entrepris ses expériences: sans doute après avoir été
1 2

dem: pB Q2UB dem: pB Q22B Q /loquet -B: 8rticle K8cupunctureK: 4ouveau dictionnaire de médecine* chirurgie* pharmacie* ph/sique* chimie* histoire naturelle* etc' oK l'on trouve l'ét/mologie de tous les termes usités dans ces Sciences* et l'histoire concise de chacune des mati&res qui / ont rapport: ;aris: /,e[ )a3on: /roc,ard: .aquiAnon-.arvis: 1S21: ppB TU-T5B

10

personnellement mis au courant des expériences de son ami CretonneauT E .orand a irmant lui-même avoir été entretenu des expériences de 0aime et Cretonneau par K.B $elpeau: ancien élève de .B CretonneauK2B

-ules /loquet "F H' <' imaAe412B6pA
;,oto communiquée par le Dr -B-.B Stép,anB

(onclusion L''volution de l'acu#uncture fran*aise de 1AAB ; CBBD
/omme l'a 3ien souliAné le Dr 8ndrèsQ: la création du D%U d'8cupuncture aura des conséquences néAatives sur l'orAanisation structurelle de l'acupuncture médicale ran!aiseB En e et: 6usque-l?: la onction d'enseiAnement était assurée par les associations d'acupuncture qui: en tant qu'écoles privées: vivaient des ad,ésions des élèvesB ;our ne pas disparaFtre: ces associations devront passer d'une structure ? dominante pédaAoAique "rapports enseiAnantenseiAné' vers une structure ? dominante associative "rapports de colla3oration et d'éc,anAe' E de la onction pédaAoAique: seule l'activité de per ectionnement et de rec,erc,e sera conservéeTB 8insi: parmi les Arandes associations: l'878: l'87E(8 et l'8S.87 survivront: tandis que l'*ED8 disparaFtraB Le Dr La ont compare cette période ouverte par le D%U ? un ,iver pendant lequel Kc,aque association s'est repliée un peu sur elle-mêmeKUB En 2445: soit presque dix ans après la création du D%U: l'acupuncture médicale ran!aise est donc composée de quatre structures : le S9.87: le D%U: la 787*(.E/ et le /785B .ais alors que des années 1O24 ? 1OO4: il s'aAissait de réaliser une structuration et une intéAration ? l'éc,elle nationale: depuis 1OO4: l'en6eu est clairement devenu international2B L'existence de sociétés internationales comme la H78SS "médecins et non-médecins' et l'%/.8(+O "médecins uniquement5 en témoiAnent: et l'acupuncture ran!aise doit s'intéArer dans une telle con iAurationB En in: du point de vue identitaire: la di iculté tient ? la persistance de l'opposition des styles de pensée traditionaliste et scientiste14B ;récisons toute ois que cette opposition s'est
1 2

)eo roy DB: op' citB: pB 11QB .orand -B: %issertation sur l'acupuncture et ses effets thérapeutiques : ;aris: +,èse de médecine: 1S2U: pB 1UB Q / B Dr 8ndrès )B: Anne0es: 5ntretiens: pB Error: (e erence source not oundB T K-usqu'en 1OS5: la plupart des associations d@acupuncture avaient surtout une activité d'enseiAnement: et pour certaines de rec,erc,e et de per ectionnementB =uand l'enseiAnement de l@acupuncture est passé ? l'Université: 3eaucoup d'associations ont disparuB 8 la /on édération "l'orAanisme qui rassem3lait toutes ces associations': il y avait ? peu près une trentaine d@associations en 7ranceB En 1OS5: 3eaucoup ont disparuB /elles qui aisaient du per ectionnement ont survécu: et ce sont celles-l? qui ont ait la 787*(.E/KB / B Dr La ont -B-LB: Anne0es: 5ntretiens: pB Error: (e erence source not oundB U dem: pB Error: (e erence source not oundB 5 / B Dr 8u3é ;B ";résident du S9.87': Anne0es: 5ntretiens: pB Error: (e erence source not oundB 2 $oici l'analyse du Dr +riadou l?-dessus : KUne discussion nationale s'est installée: avec des courants de pensée qui restent présents mais deviennent un peu o3solètes dans la mesure oI le dé3at devient européen: sinon mondial : une association comme %/.8(+ a une tendance ? vouloir édérer au niveau mondialB Donc il est clair qu'en 7rance: le c,anAement au niveau national ne viendra pas d'un dé3at strictement nationalKB / B Dr +riadou ;B: Anne0es: 5ntretiens: pB Error: (e erence source not oundB Le Dr -B 9Auyen va dans le même sens : KL'avenir est intimement lié au développement de l'acupuncture au niveau mondialB L'émerAence rapide de la /,ine comme puissance scienti ique ma6eure aura un impact inélucta3lement positi sur la situation de l'acupuncture en 7ranceKB / B Dr -B 9Auyen: Anne0es: 5ntretiens: pB Error: (e erence source not oundB S Horld 7ederation o 8cupuncture SocietiesB O %nternational /ouncil o .edical 8cupuncture and (elated +ec,niquesB 14 Cien sZr: nous ne aisons que livrer nos impressions qui viennent d'une part de nos entretiens avec deux médecins acupuncteurs traditionalistes "les Drs 8B 9Auyen et )B 8ndrès': d'autre part de la lecture de la revue Acupuncture et Mo0i(ustion dans laquelle on voit réAulièrement le Dr -B 9Auyen appeler ses con rères traditionalistes ? dépasser les idéoloAies pour créer un lieu d'éc,anAeB / B Dr 9Auyen -B: K*ui ? une évaluation équita3le de l'acupunctureK: Acupuncture et Mo0i(ustion: 244T: 6uillet-septem3re: volB Q: nP Q: ppB 24T-24U E K7raAmentons la médecine Alo3aleK: Acupuncture et Mo0i(ustion: 244U: avril-6uin: volB T: nP 2: pB O4 E K8cupuncture traditionnelle et acupuncture scienti ique : mettons in au dé3at rituel dK: Acupuncture et Mo0i(ustion: 244U: octo3re-décem3re: volB T: nP T: pB 2U5 E KLa (oute de la SoieK: Acupuncture et Mo0i(ustion: 2445: avril-6uin: volB U: nP 2: pB OSB

11

sensi3lement trans ormée par rapport aux années 1O24-1OS4 : elle paraFt ren orcée du cJté des traditionalistes pour qui le principe d'une médecine traditionnelle: qualitative et Alo3ale est plus que 6amais ? préserver E au contraire: le scientisme excluant d'o ice certaines données traditionnelles "les cinq éléments notamment' sem3le avoir laissé place ? une attitude ouverte: scienti ique: considérant la médecine traditionnelle c,inoise comme un ensem3le d',ypot,èses ? véri ier1B 8u inal: l'ouverture ne se ait donc que d'un cJté: la rontière restant ermée par les traditionalistesB La conséquence V Une identité pro essionnelle tou6ours diviséeB Les uns ont de la culture c,inoise toute leur pro ession: tandis que les autres en ont leur particularité pro essionnelleB D'un cJté: l'identité culturelle détermine l'identité pro essionnelle: créant une distinction radicale entre nous Kmédecins acupuncteurs traditionnelsK et eux Kmédecins occidentauxK E tandis que de l'autre: l'identité pro essionnelle se nourrit spéci iquement: mais non exclusivement: de la tradition c,inoise: de sorte qu'il n'y a pas ostracisme: mais particularisme au sein d'une pro ession médicale unique : nous: médecins acupuncteurs: appartenons ? une seule pro ession médicale: comme l'acupuncture appartient ? une seule médecineB

Synt,èse des conditions de réception de l'acupuncture dans la médecine ran!aise
Si l'on parcourt ? présent ces trois o3stacles "institutionnel: économique: identitaire' d'un reAard: on voit qu'ils ren erment tous un même pré6uAé sous des ormes plus ou moins varia3les et visi3les : l'orientalisme: cette idéoloAie selon laquelle *ccident et Extrême-*rient sont culturellement incompati3lesB 8 l'extérieur: elle est sous-6acente dans les deux o3stacles économique et institutionnel précédentsB .ais tout au lonA de notre analyse: elle s'est mani estée réAulièrement ? travers des arAuments économique "l'acupuncture c,arlatane': scientiste "l'acupuncture empirique' et t,érapeutique "l'acupuncture place3o'B 8 l'intérieur: cette idéoloAie n'est pas moins présente: au contraire : on voit avec quelle orce l'identité des médecins acupuncteurs traditionalistes entretient tou6ours la division de la pro essionB

Ci3lioArap,ie (ec,erc,e t,ématique /lassi ication alp,a3étique
Ac$er$ ec!t EB 0B: #a médecine hospitali&re F 1aris ?78LC;7MCM@ "1O52': tradB de l'anAlais par 7B Clateau: ;aris: ;ayot: 1OS5B Alcaud DB: %ouvet LB: "dirB': %ictionnaire de sciences politiques et sociales: ;aris: Sirey: 244TB Amiot: &are i : d'I carville: Ci(ot: Mémoires concernant l'histoire* les sciences* les arts* les mAurs* les usages* etc' des chinois par les missionnaires de 1éBin: ;aris: c,e[ 9yon: 1225-12O1: 1U tomes: tB $%%% "12S2'B A dr#s )B: KU4 ans d'enseiAnement et d'évolution des idéesK: RFA: 1OO2: avril-6uin: nP O4B A o )me: #es secrets de la médecine des chinois consistant en la parfaite connaissance du pouls* envo/é de la .hine par un Français* homme de grand mérite: )reno3le: /,arvy: 1521B Disponi3le sur le site de la C%U. : ,ttp:WW1OTB2UTBO5WlivancWVcote^Q4U2S_do^c,apitre Artaud 8B: "euvres compl&tes' Supplément au 3ome ' #ettres 2 Appendice: ;aris: )allimard: 1O24B Article *Acu+u cture*: %ictionnaire des dictionnaires de médecine français et étrangers* ou 3raité complet de médecine et de chirurgie pratiques* contenant l'anal/se des meilleurs
1

KL'acupuncture en 7rance a pris l',a3itude d'une opposition rituelle entre une acupuncture traditionnelle et une acupuncture scienti ique: c,acune prétendant être dans un rapport priviléAié avec la réalitéB /ela conduit les acupuncteurs ? caricaturer eux-mêmes l'acupuncture en se renvoyant les imaAes dé ormées et en miroir du scientisme et de l'arc,a`smeB +radition et science sont les deux aces insépara3les et constitutives de l'acupuncture: comme le recto et le verso d'une euilleB +oute proAression ? partir d'une ace conduit inexora3lement ? l'autreB +out proArès dans la compré,ension et l'interprétation des textes traditionnels amène ? re ormuler l',ypot,èse du scienti iqueB +out proArès dans la validation scienti ique amène un nouvel éclairaAe ? l'interprétation des textes traditionnelsB 8 l'a rontement rituel: il convient de su3stituer une coopération con iante 3ien plus écondeKB / B Dr 9Auyen -B: K8cupuncture traditionnelle et acupuncture scienti ique : mettons in au dé3at rituel dK: op' citB

12

articles qui ont paru jusqu'F ce jour dans les différents %ictionnaires et les 3raités spéciau0 les plus importants N ouvrage destiné F remplacer tous les autres %ictionnaires et 3raités de médecine et de chirurgie: ;aris: )ermer Caillière: 1SU4B

/lassiques de médecine c,inoise
Huang di nei jing "/lassique de l'interne de l'Empereur 6aune': %%%e siècle avB -B-/B - %%e siècleB Mai jue "Secrets des pouls': )ao >anAs,enA: #e siècleB Mai jing "/lassique des pouls': HanA S,u,e: %%%e siècleB Nan jing "/lassique des di icultés': Cian =ue: %%e siècleB Yixue rumen ";orte d'accès aux études médicales': Li +inA: 1U2UB !enjiu da"!eng "/ompendium d'acupuncture et moxi3ustion': >anA -i[,ou: 1541B !enjiu jia #i jing "/lassique ordonné de l'acupuncture': 0uanA u .i: %%%e siècleB !enjiu #ixue "Etude médicale d'acupuncture et moxi3ustion': 12OSB !enjiu #i$!i "/onnaissance médicale d'acupuncture et moxi3ustion': 1O1OB

+extes 6uridiques
Arr%té du &' dé"em(re ')*+: K8ctes médicaux pouvant être exécutés par un auxiliaire médical quali iéK: >' "': O 6anvier 1OTSB Arr%té du * se,tem(re ')+-: K8ppro3ation du rèAlement relati ? la quali ication des médecins éta3li par le /onseil 9ational de l'*rdreK: >' "B: Q octo3re 1O24B Arr%té du . juin ')/-: K8ppro3ation de la convention conclue entre: d'une part: la /aisse 9ationale de l'8ssurance .aladie des +ravailleurs Salariés et con6ointement la /aisse /entrale de Secours .utuels 8Aricoles et la /aisse 9ationale d'8ssurance .aladie et .aternité des +ravailleurs 9on Salariés des ;ro essions 9on 8Aricoles: d'autre part: la 7édération des .édecins de 7ranceK: >' "': 5 6uin 1OS4B Arr%té du '- dé"em(re ')/0: K9omenclature Aénérale des actes pro essionnels des médecins: des c,irurAiens-dentistes: des saAes- emmes et des auxiliaires médicauxK: >' "': 2O décem3re 1OS2B

Sites internet
,ttp:WWNNNBacupuncture-medicaleBorAWportailB,tml "Site pro essionnel des médecins acupuncteurs
ran!ais'

,ttp:WWassem3lee-nationaleB rWAouvXparlWindexBasp ,ttp:WWNNNB3ioelectroniqueBcomWpAsW3ioXindexB,tm ,ttp:WWNNNBconseil-nationalBmedecinB rW ,ttp:WWNNNBinstitutevannA,iBnetWpaAesWnvndataWNor<sB,tml "%nstitut 9Auyen $an 9A,i' ,ttp:WWNNNBleAi ranceBAouvB rW ,ttp:WWNNNBonline-dictionaryB3i[WenAlis,Wvoca3ularyWre erenceWLippitudeBaspB ,ttp:WWmedecinesBparallelesB reeB rW ,ttp:WWNNNBsanteBAouvB rW

(ec,erc,e c,ronoloAique #$%%e -#$%%%e siècles Sources *uvraAes
Amiot: &are i : d'I carville: Ci(ot: Mémoires concernant l'histoire* les sciences* les arts* les mAurs* les usages* etc' des chinois par les missionnaires de 1éBin: ;aris: c,e[ 9yon: 1225-12O1: 1U tomes: tB $%%% "12S2'B A o )me: #es secrets de la médecine des chinois consistant en la parfaite connaissance du pouls* envo/é de la .hine par un Français* homme de grand mérite: )reno3le: /,arvy: 1521B Disponi3le sur le site de la C%U. : ,ttp:WW1OTB2UTBO5WlivancWVcote^Q4U2S_do^c,apitre %a)le ;B: 4ouvelles de la répu(lique des lettres: 8msterdam: Editions 0enry Des3ordes: 15S5: septem3reB %o dt ,de- -B: !istoria naturalis et medica indiae orientalis li(ri se0: 8msterdam: 15USB 13

Dictionnaires
%ictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieu0 que modernes* et les termes de toutes les sciences et des artsR"15O4': 7uretière 8B: ;aris: Les Dictionnaires (o3ert: 1OST: Q tomes: tB 1 et 2 : K/,aleur innéeK: K0umide radicalKB 1o"a(ulario da lingoa de Ia,am "$oca3ulaire de la lanAue 6aponaise': collèAe 6ésuite de 9aAasa<i: 154Q : K8cupuncturaKB

8nalyses *uvraAes
%ivi s (B EB: Acupuncture* e0pertise and cross;cultural medicine: CasinAsto<e: 2444: ;alAraveB %o.ers -B DB: Oestern medical pioneers in feudal >apan: Caltimore: +,e -o,ns 0op<ins ;ress: 1O24B C!e / 8B: !istoire de la pensée chinoise: ;aris: Seuil: 1OO2B Do/ ) .B: !istoire de l'!6pital Saint;#ouis depuis sa fondation jusqu'au P Pe si&cle: ;aris: +,èse de médecine: 1O11B Dulieu LB: KLes systèmes médicauxK: in +aton (B "dirB': #a science moderne de 7CQ9 F 7M99: ;aris: ;U7: /ollB =uadriAe: 1OOUB

(evues
Biologie médi"ale : )rme< .B DB: KLes re lets de la sp,yAmoloAie c,inoise dans la médecine occidentaleK: évrier 1O52: nP 0ors-Série: volB L%B Revue du ,alais de la dé"ouverte : 0uard ;B: K=uelques emprunts de la médecine ran!aise ? la médecine c,inoiseB #$%%e et #$%%%e siècleK: 1O2T: nP 12B

Dictionnaires
Com,anion en"#"lo,edia o2 t!e !istor# o2 medi"ine: Cynum HB 7B: ;orter (B: Londres: (outledAe: 1OOQ: volB 1 : KSurAery "traditional'K En"#"lo,édie ,!iloso,!i3ue universelle4 1olume II 5 6es notions ,!iloso,!i3ues: ;aris: ;U7: 1OSO-1OO2 : K=iKB 6a s"ien"e moderne de '*.- 7 '/-- : Dulieu LB: KLes systèmes médicauxK: +aton (B "dirB': ;aris: ;U7: /ollB =uadriAe: 1OOUB

8nnexes 8nnexe 1B CioArap,ies
;our mieux comprendre les p,otoArap,ies et les contextes dans lesquels elles urent réalisées: il nous est apparu nécessaire de connaFtre un tant soit peu leurs auteursB /' est l? la raison d' être de cette annexe: qui présente les 3ioArap,ies de la plupart des missionnaires: auteurs ou acteurs des p,otoArap,ies que nous avons reproduitesB /es 3ioArap,ies ont pu être réalisées Ar]ce aux in ormations trouvées dans les recueils de Bi(liothéca Missionum: volumes 1Q et 1TB ;our les missionnaires de .BEB;B: nous avons 3éné icié: Ar]ce au dévouement de .B .oussay: arc,iviste de la Société: des précieux compléments que sont les nécroloAies des .omptes;rendus annuels des .BEB;B B Lorsque ces dernières étaient trop succinctes: nous avons consulté les ic,es siAnalétiques des missionnairesB Sur le ond: ces notes n'ont pas été remaniéesB %l audra donc tenir compte: en les parcourant: du caractère ,aAioArap,ique qu'elles peuvent revêtir: même si nous avons c,erc,é ? le réduire au maximumB 8vant de vous livrer ces 3ioArap,ies: nous voudrions souliAner certains points sur lesquels il nous a sem3lé nécessaire d' attirer votre attentionB Les ,ommes qui partent pour la /,ine sont 6eunes: voire très 6eunesB Lors de leur départ: ils ont en moyenne 2S ans1 B %ls ont entre 21 ans pour le plus 6eune: et T5 ans pour le plus vieux:
1

Sur l@ensem3le des missionnaires dont nous présentons la 3ioArap,ie " 1Q1 ': nous connaissons l' ]Ae de départ de 12O d' entre euxE la durée du sé6our pour 11U: et l' ]Ae de décès de 141B /' est ? partir de ces données que nous avons réalisé les quelques évaluations statistiques que nous présentons iciB

14

les continAents les plus nom3reux se trouvant avoir entre 2U et 2S ansB %l est ? siAnaler que: si 3on nom3re de missionnaires des .BEB;B partent aux alentours de 2U ans: les -ésuites eux: ont souvent plus de Q4 ans et constituent la communauté oI l' ]Ae au départ est le plus élevéB Lorsque nous disposons de cette donnée: et ? l' exception des -ésuites: il s'avère que le délai entre l'ordination sacerdotale et le départ est extrêmement réduit: c'est-?-dire entre 2 et 5 moisB Donc: ? de rares exceptions: ce sont des ,ommes sans expérience de la vie apostolique: voire de la $ie tout court: qui arrivent sur les terres de missionB Leurs seuls 3aAaAes sont leurs années de séminaire: auxquelles s'a6oute une courte période d'acclimatation: consacrée ? l'apprentissaAe de la lanAue et de la culture locale: qui dure en moyenne S ? O moisB

8nnexe 2B +a3leau récapitulati des arc,ives des *B;B.B
Code O.&.M. C % C %% C %%% C %$ C $ C $% C $%' C $%% - 1 C $%% - 2 C $%%% - 1 C $%%% - 2 C %# C #-1 C #-2 C #% - 1 Localisatio /,ine /,ine 8moy 8n<inA 8n<No /anton /anton /,anAs,a /,anAte, /,ao,sien /,aotunA /,e oo /,enAc,oN /,enAtinA u /,enAtu N(. &!oto. 12S 5 T 1T 2 22Q SeQ 3andes 1T U 2 4 S4 2 2S T &rovi ce /,ine /,ine 7u<ien 8n,Nei 0ope, \NanAtunA \NanAtunA 0unan 0unan 0ope, >unnan S,antunA 0onan 0ope, S[ec,Nan *B;B des UBSB8B SB-B d'EspaAne La[aristes .BEB;B .BEB;B *B7B.B 8uAustins espaAnols /lerAé séculier indiAène /lerAé séculier indiAène *B7B.B .issions EtranAères de ;arme La[aristes .BEB;B Ordre Missio aire

15