c Christophe Bertault - MPSI Déterminants

Exercice 1
1) On pose σ =

1 2 3 4 5 6 7
2 4 7 1 3 5 6

et θ =

1 2 3 4 5 6 7
1 4 2 7 6 5 3

. Ecrire
les permutations σθ et σ
−1
sous forme de produits de cycles disjoints.
2) Ecrire la permutation (1 2)(2 4 6 5)(1 3 7)(2 5 4)(3 5 6 1)(2 5)(1 4 6) sous forme
d’un produit de cycles disjoints.
3) Calculer la signature des permutations

1 2 3 4 5 6 7
5 7 2 1 6 4 3

et
(1 3 4)(2 4 3 1)(2 3).
Exercice 2
1) Montrer que toute permutation de 1, n peut être décomposée comme un produit
de transpositions (1 i), i décrivant 2, n.
2) En déduire que toute permutation de 1, n peut être décomposée comme un
produit de transpositions (i i + 1), i décrivant 0, n −1.
3) En déduire enfin que toute permutation de 1, n est un produit des permutations
(1 2) et (1 2 . . . n).
Exercice 3
Soit m ∈ R. On note M la matrice


m 1 2
−1 m + 1 3
2m 2 1 −m


.
1) Calculer det(M) en utilisant la règle de Sarrus, puis au moyen d’opérations élé-
mentaires.
2) A quelle condition sur m la matrice M est-elle inversible ? Pourquoi cet exercice ?
Exercice 4
Soient a, b, c, d ∈ C. Exprimer les déterminants suivants sous la forme la plus factorisée
possible :
1)

a −b −c 2a 2a
2b b −c −a 2b
2c 2c c −a −b

. 2)

1 1 1
a b c
b + c c + a a + b

.
3)

(b + c)
2
b
2
c
2
a
2
(c + a)
2
c
2
a
2
b
2
(a + b)
2

. 4)

1 1 1
sin a sin b sin c
cos a cos b cos c

.
5)

1 a a
2
a
4
1 b b
2
b
4
1 c c
2
c
4
1 d d
2
d
4

. 6)

a c c b
c a b c
c b a c
b c c a

. 7)

b + c c + a a + b
b
2
+ c
2
c
2
+ a
2
a
2
+ b
2
b
3
+ c
3
c
3
+ a
3
a
3
+ b
3

.
Exercice 5
Soient A, B ∈ Mn(C). Montrer l’égalité :

A B
B A

= det(A + B) det(A −B).
Exercice 6
Retrouver l’expression des déterminants de Vandermonde vue en cours en utilisant seule-
ment des opérations élémentaires.
Exercice 7
Soient a1, a2, . . . , an, x ∈ C. Calculer les déterminants suivants :
1)

1 + x 1 · · · 1
1 1 + x · · · 1
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
1 1 · · · 1 + x

. 2)

0 1 1 · · · 1
−1 0 1 · · · 1
−1 −1 0 · · · 1
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
−1 −1 −1 · · · 0

.
3)

1 1 1 · · · 1
1 1 0 · · · 0
1 0 1 · · · 0
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
1 0 0 · · · 1

. 4)

1 + a1 1 · · · 1
1 1 + a2 · · · 1
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
1 1 · · · 1 + an

.
Exercice 8
Pour tout n ∈ N

, on pose : ∆n =

1 + x
2
x 0 · · · 0
x 1 + x
2
x · · · 0
0 x 1 + x
2
· · · 0
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
0 0 0 · · · 1 + x
2

[n]
.
Montrer que la suite (∆n)
n∈N
∗ est récurrente linéaire d’ordre 2, puis déterminer une
expression explicite de ∆n en fonction de n pour tout n ∈ N.
Exercice 9
1) Soient a, b, c ∈ C. On pose M =


a b c
c a b
b c a


et J =


1 1 1
1 j j
2
1 j
2
j


.
a) Montrer que det(J) = 0.
b) Calculer MJ et en déduire det(M).
2) Généralisation : Soient a1, a2, . . . , an ∈ C. On pose ω = e
2iπ
n
ainsi que :
M =





a1 a2 · · · an
an a1 · · · an−1
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
a2 a3 · · · a1





et J =

ω
(i−1)(j−1)

1i,jn
.
Calculer det(M) — un tel déterminant est appelé un déterminant circulant.
Exercice 10
Soient x, y, z, t ∈ R. On pose A =




x y z t
−y x −t z
−z t x −y
−t −z y x




.
1) Calculer
t
AA puis en déduire

det(A)

.
2) On suppose (y, z, t) = (0, 0, 0).
a) Montrer que la fonction x −→ det(A) est polynomiale unitaire de degré 4.
1
c Christophe Bertault - MPSI Déterminants
b) Montrer que cette fonction est de signe constant sur R.
c) En déduire det(A). Le résultat est-il conservé pour (y, z, t) = (0, 0, 0) ?
3) En déduire une condition nécéssaire et suffisante d’inversibilité de A. Ce résultat
est-il conservé si x, y, z, t ∈ C?
Exercice 11
1) Soit E un R-espace vectoriel de dimension impaire. Montrer qu’il n’existe aucun
endomorphisme f de E tel que f
2
= −IdE.
2) Et si dimE est paire ?
Exercice 12
1) On note f l’endomorphisme de R
3
dont la matrice dans la base canonique est


−10 −6 12
4 7 −8
−7 −2 7


.
a) On appelle valeur propre de f tout scalaire λ pour lequel f −λId
R
3 n’est pas
injective. Déterminer toutes les valeurs propres de f en calculant un détermi-
nant.
b) Si λ est une valeur propre de f, on appelle sous-espace propre de f associé à
λ le noyau de f −λId
R
3 . Déterminer les sous-espaces propres de f.
c) Déterminer une base de R
3
dans laquelle la matrice de f a une tête sympa-
thique.
2) Mêmes questions avec la matrice


−5 −4 8
−24 −15 32
−18 −12 25


.
Remarque : Dans cet exercice, les matrices ont été astucieusement choisies. N’allez pas
croire que les résultats obtenus se généralisent à toutes les matrices. Vous en saurez plus
sur le sujet l’an prochain dans un chapitre appelé « Réduction des endomorphismes ».
Exercice 13
1) Soit r ∈ 1, n. On note Jr la matrice dont tous les coefficients sont nuls à l’excep-
tion des r premiers sur la diagonale, égaux à 1. Trouver une matrice X ∈ Mn(R)
pour laquelle det(Jr + X) = det(Jr) + det(X).
2) Déterminer l’ensemble des matrices M ∈ Mn(R) telles que pour toute matrice
X ∈ Mn(R) : det(M + X) = det(M) + det(X).
3) Soient A, B ∈ Mn(R). On suppose que det(A + X) = det(B + X) pour toute
matrice X ∈ Mn(R). Montrer qu’alors A = B.
2

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful