MÉRIGNAC

AGENDA

3

21

Plan d’actions

39

= : ; n t b w s d y

Amél orer notre cadre Î Haute iQualité Environnementale d e
Action

vie

1

Mise en œuvre de la démarche HQE pour tous les bâtiments publics

Effets positifs attendus
Û

Objectif recherché
La qualité environnementale consiste à maîtriser les impacts des bâtiments sur l’environnement extérieur et à créer un environnement intérieur sain et confortable. Des opérations en matière de Haute Qualité Environnementale (HQE) sont déjà mises en œuvre : la Maison des Associations, l’Hôtel de Ville, le bâtiment de la ferme de découverte de Bellevue, la crèche de Luchey. D’autres projets exemplaires émergeront à court terme : la médiathèque et le foyer pour personnes âgées du Jard. Plus largement, tout projet de construction et de réhabilitation de bâtiments publics sera réalisé selon la démarche HQE. L’objectif visé est d’intégrer au moins trois cibles performantes pour tous les futurs bâtiments communaux.

Environnement

• réduction des émissions de gaz à effet de serre • limitation de l’impact des bâtiments sur l’environnement • préservation des paysages et du patrimoine
Û

Économie

• développement de marchés pour les entreprises du BTP et d’ingénierie • réduction des coûts de fonctionnement des bâtiments publics
Û

6 mesures concrètes
Û Élaboration d’un programme de planification des travaux de construction

et de réhabilitation des bâtiments communaux,
Û Présentation de ce programme à l’ADEME et à la Région pour définir les

Social

possibilités d’intervention de celles-ci dans le cadre du Programme Régional Aquitaine pour l’Environnement (PRAE),
Û Pour les opérations, se doter d’une Assistance à Maître d’Ouvrage (AMO)

• confort pour les agents et les usagers
Û

Gouvernance

avec le soutien financier du PRAE,
Û Conduite de chacune des opérations selon le Système de Management

• exemplarité en matière de développement durable

Environnemental (SME),
Û Développement des retours d’expérience sur la HQE en associant les

services de la Ville, l’ADEME, le Conseil Régional, le Conseil Général et la CUB,
Û Valorisation de ces démarches dans le cadre des actions de communication

de la Ville.

Élus référents
X. SVAHN et K. VICTOR

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Service référent
DGST, service Bâtiment

Partenaires
> État > ADEME > Conseil Régional > Conseil Général > Ville de Mérignac > Association HQE > Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB)

Comment mesurer l’efficacité de l’action 1
Û nombre de bâtiments construits selon la démarche HQE et pourcentage par

rapport au nombre total de bâtiments communaux, nature des cibles retenues pour les bâtiments HQE.

Améliorer notre cadre de vie Haute Qualité Environnementale
Action

Î

2

Réalisation des aménagements publics selon des critères de qualité environnementale

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Les interventions liées à la maîtrise de l’énergie, à la réduction des nuisances sonores ou à la qualité de l’air sont d’autant plus efficaces qu’elles interviennent le plus en amont possible, lorsque les opérations fondamentales telles que l’orientation des parcelles, le tracé des infrastructures de transports, l’organisation de la gestion des déchets… peuvent encore être discutées. La Municipalité veut améliorer la qualité des espaces publics en intégrant les critères « développement durable » dans les choix d’aménagement. L’objectif visé est d’intégrer au moins trois cibles performantes pour tous les futurs projets d’aménagement.

• réduction des émissions de gaz à effet de serre • limitation de l’impact des aménagements sur l’environnement • valorisation des paysages
Û

Économie

• meilleure attractivité pour les entreprises
Û

Social

5 mesures concrètes
Û Identification des espaces publics à aménager, Û Planification de ces aménagements sur 5 ans, Û Élaboration d’un Cahier des Clauses Techniques Particulières intégrant les

• confort d’usage • renouvellement urbain
Û

Gouvernance

• développement de partenariats public privé

critères du développement durable (création d’un référentiel) : valorisation du cadre de vie, réduction de l’impact sur l’environnement, limitation des risques et nuisances, etc.,
Û Programmation annuelle des aménagements, Û Réalisation des aménagements.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
C. BAUDRY et X. SVAHN

Services référents
DGST, service Domaine Public et Pôle Développement Durable, service Aménagement Urbain

Comment mesurer l’efficacité de l’action 2
Û superficie du territoire de la commune intégrant le développement durable dans

Partenaires
> État > ADEME > CUB > Aménageurs

son aménagement : m et pourcentage du territoire communal,
2

Û budget municipal consacré aux aménagements « durables » : montant et

pourcentage du budget

Améliorer Î Déplacements
Action

notre cadre de vie

3

Valorisation du transport en commun

Effets positifs attendus
Û

Objectif recherché
Avec l’arrivée du tramway, la Ville de Mérignac souhaite améliorer les connexions entre les différents modes de transports afin d’assurer une répartition équilibrée du trafic. Cette approche caractérise l’intermodalité qui vise à permettre à une personne d’arriver à destination en passant, si nécessaire, d’un moyen de transport à un autre. La municipalité cherche donc à faciliter l’utilisation et l’accessibilité des transports en commun.

Environnement

• diminution de la dépendance aux énergies fossiles • réduction des émissions de gaz à effet de serre
Û

Économie

5 mesures concrètes
Û Diagnostic des fréquentations aux arrêts des différentes lignes de bus et

Û

Social

• diminution du trafic automobile • développement du transport collectif
Û

prise en compte des attentes des usagers (enquêtes et groupes de suivi),
Û Révision de certaines lignes de bus afin de favoriser les connections avec

les arrêts du tramway,
Û Mise en place d’arceaux pour vélo aux arrêts de bus et de tramway définis

Gouvernance

comme prioritaires (consultation de l’association Vélo-Cité),
Û Aménagement de zones de stationnement en périphérie du centre-ville

• participation du public

(terminus de lignes de bus) et le long de la ligne de tramway,
Û Communication autour des actions engagées.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
C. BAUDRY et G. CHAUSSET

Services référents
DGST, service Domaine Public et Pôle Développement Durable, service Aménagement Urbain

Comment mesurer l’efficacité de l’action 3
Û nombre de places de stationnement disponibles à proximité des terminus

Partenaires
> CUB > Connex Bordeaux > Vélo-Cité

des lignes de bus et des arrêts de tramway,
Û nombre d’arceaux pour vélo à proximité des arrêts de bus et de tramway

sur la commune.

Améliorer notre cadre de vie Déplacements
Action

Î

4

Développement des modes de déplacements doux

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La Ville de Mérignac cherche à encourager l’usage des transports en commun et des déplacements à bicyclette ou à pied sur le territoire communal. Le réseau d’itinéraires cyclables et de cheminements piétons sera développé et amélioré afin d’assurer la sécurité des usagers. Les Mérignacais seront informés sur les enjeux liés à la mobilité « douce » et sur les risques liés à la pollution.

• Limitation de la dégradation de la qualité de l’air • réduction des émissions de gaz à effet de serre
Û

Économie

• optimisation des coûts liés aux transports
Û

8 mesures concrètes
Û Poursuite du travail engagé avec la CUB dans le cadre du PDU concernant

Social

l’aménagement de pistes cyclables et de circuits piétons,
Û Établissement d’une convention avec des acteurs privés pour des

• image conviviale des déplacements doux et bienfaits pour la santé
Û

aménagements cyclables et piétons, ainsi que l’installation d’arceaux à vélo, hors du domaine public,
Û Échanges avec les conseils de quartiers et l’association Vélo-Cité afin de

Gouvernance

• participation du public

développer le réseau d’itinéraires cyclables et de repérer les sites pouvant recevoir de nouveaux arceaux à vélo,
Û Réalisation d’une carte des itinéraires cyclables et piétons existants et

planification des futurs aménagements,
Û Mise en place d’un parc de stationnement pour vélo en centre-ville, Û Enquête à engager auprès des maisons de quartiers et des établissements

scolaires sur les alternatives à proposer aux déplacements domicile école effectués en voiture particulière,
Û Participation mensuelle à la journée sans voiture en centre-ville (après

Élus référents
C. BAUDRY, G. CHAUSSET et R. MARCHAND

la fin des travaux liés à l’arrivée du tramway),
Û Communication autour des actions engagées.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
DGST, service Domaine Public et service Environnement, Pôle Développement Durable, service Aménagement Urbain et Direction de la vie scolaire et périscolaire

Comment mesurer l’efficacité de l’action 4
Û nombre de kilomètres d’itinéraires cyclables disponibles sur la commune, Û proportion de scolaires se rendant à pied à l’école.

Partenaires
> ADEME > CUB > Vélo-Cité

Améliorer Î Déplacements
Action

notre cadre de vie

5

Développement des actions de prévention sur la sécurité routière

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Objectif recherché
L’éducation des jeunes dès leur plus jeune âge et leur formation à la sécurité routière sont des axes prioritaires de la politique nationale et de l'action locale. La ville de Mérignac souhaite donc engager des actions de prévention sur la sécurité routière particulièrement auprès des scolaires. L’achat par la municipalité d’une piste spécialement consacrée à la prévention sur la sécurité routière facilite la mise en place de stages pratiques. L’objectif est de sensibiliser 600 enfants chaque année.

Û

• attractivité de la ville au regard des actions de sécurité routière engagées

Û

Social

• responsabilisation des jeunes Mérignacais
Û

6 mesures concrètes
Gouvernance
Û Détermination du planning pour le public cible parmi les scolaires (classes

de CM2),
Û Application du programme de formation prévue par le service Prévention

• information et participation du public

Santé Sécurité tout au long de l’année (en général une demi-journée par classe),
Û Mise en place de partenariats avec les centres de loisirs afin de sensibiliser

un public scolaire plus large,
Û Proposition de stages sur la piste municipale à des maisons de quartier

si elles en font la demande,
Û Diffusion de brochures et d’outils pédagogiques de prévention au sein des

établissements scolaires,
Û Communication (via les publications officielles) autour des actions

réalisées par la mairie concernant la sécurité routière.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
M. CAVAILLE et R. MARCHAND

Services référents
Direction Prévention Santé Sécurité et Direction de la vie scolaire et périscolaire

Comment mesurer l’efficacité de l’action 5
Û nombre de scolaires ayant participé à une action de prévention, Û nombre de stages réalisés sur la piste municipale.

Partenaires
> État > Éducation nationale

Améliorer notre cadre de vie Déplacements
Action

Î

6

Réalisation d’une carte de bruit

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La directive du 25 juin 2002 sur l’évaluation et la gestion du bruit dans l’environnement, traduite dans le plan national d’actions contre le bruit du 6 octobre 2003, impose notamment la publication de cartes de bruit dites « stratégiques » qui visent : > à informer le public sur les niveaux de bruit et leurs effets ; > à fonder l’adoption de plans de prévention et de réduction du bruit. La Ville de Mérignac s’attachera à réaliser la carte du bruit de son territoire en partenariat avec la Communauté Urbaine de Bordeaux et à respecter les niveaux sonores réglementaires.

• inventaire des sources de bruit et appréciation des impacts sonores
Û

Économie

• développement de normes de santé et de sécurité
Û

Social

• implication des acteurs dans la vie locale
Û

Gouvernance

3 mesures concrètes
Û Entretiens avec la CUB, CCI, la DDE et les acteurs des transports pour

• prise en compte du facteur bruit dans la planification territoriale • développement des solidarités intercommunales

définir le cahier des charges,
Û Réalisation de la carte du bruit, Û Diffusion des résultats auprès de la population.

À partir de cette carte de bruit, un plan d’action sera établi en vue de prévenir et réduire, lorsque cela est nécessaire, le bruit dans l’environnement : traitement des zones où les niveaux sonores dépassent ou risquent de dépasser des valeurs limites, protection des zones calmes contre le bruit.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
X. SVAHN

Service référent
Direction Prévention Santé, Sécurité

Partenaires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 6
Û nombre de points de mesure du bruit sur le territoire communal, Û nature des mesures intégrant les résultats de la carte de bruit, Û plan d'exposition au bruit/aéroport.

> ADEME > DDE > CUB > CCI Bordeaux

Am Î Eaué l i o r e r
Action

notre cadre de vie

7

Optimisation de la gestion de l’eau et préservation de sa qualité

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La gestion de l’eau relève de la compétence de la CUB : service d’alimentation en eau potable, gestion des eaux usées, collecte des eaux pluviales. Les perspectives d’évolution démographiques de l’agglomération bordelaise et le contexte réglementaire imposent à la CUB la réalisation d’importants travaux de mise à niveau et de fiabilisation des stations d’épuration. Les sources d’alimentation en eau potable de l’agglomération font l’objet d’un programme de protection pour préserver la qualité de l’eau. La Ville de Mérignac assurera un suivi de ces actions. Pour ce qui concerne les eaux pluviales, une réflexion mérite d’être engagée avec la CUB afin d’en améliorer le suivi et la qualité. La Ville de Mérignac conduit depuis 2003 une politique volontariste d’économie et de gestion de l’eau potable sur ses propres bâtiments et équipements. Elle installe progressivement du matériel économiseur d’eau, et elle a mis en place un système de détection des fuites.

• préservation de la ressource en eau qualitativement et quantitativement
Û

Économie

• réduction des dépenses de fonctionnement de la Municipalité
Û

Social

• Diminution des risques sanitaires
Û

Gouvernance

6 mesures concrètes
Û Suivi des actions conduites par la CUB en matière d’assainissement et de

• transversalité du fonctionnement de la Municipalité • partenariat avec la CUB

protection des captages,
Û Engagement d’une réflexion avec la CUB, le Conseil Général, l’Agence de

l’eau… pour définir un programme d’amélioration de la collecte des eaux pluviales et de suivi de sa qualité,
Û Poursuite des actions d’économies d’eau sur les équipements municipaux

et sur les systèmes d’arrosage,
Û Étude des dépenses en eau dans une école pilote suivie de propositions de

solutions et d’objectifs de diminution à atteindre (outil de sensibilisation pour les enfants).

Élus référents
G. CHAUSSET A. CHARRIER et X. SVAHN

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
DGST, service Domaine Public et service Environnement, Direction des Sports et Direction Prévention Santé, Sécurité

Comment mesurer l’efficacité de l’action 7
Û quantité d’eau consommée sur l’ensemble des équipements communaux, Û proportion de bâtiments équipés d’économiseurs d’eau par rapport à l’ensemble

Partenaires
> > > > Agence de l’eau Adour-Garonne, Conseil Général CUB

des bâtiments communaux,
Û nombre de dispositifs de récupération d’eau sur le patrimoine communal et

investissements correspondants.

Améliorer notre cadre de vie Espaces naturels
Action

Î

8

Élaboration et mise en œuvre d’un plan de gestion différenciée des espaces verts

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La Ville de Mérignac veut mettre en place une gestion différenciée sur l’ensemble des espaces verts de son territoire. Celle-ci fait évoluer le modèle horticole standard en intégrant à la gestion des espaces verts un souci écologique. Elle permet de gérer au mieux le patrimoine vert de la ville en intégrant des objectifs précis et en tenant compte des moyens humains. Elle crée de nouveaux types d’espaces plus libres correspondant à une utilisation contemporaine, aux fonctions plus variées.

• préservation de la biodiversité • amélioration de la trame écologique • gestion rationnelle des ressources
Û

Économie

• création d’activités pour les entreprises privées et d’insertion
Û

7 mesures concrètes
Û Réalisation du diagnostic : surfaces d’espaces verts à gérer, typologie,

Social

contraintes climatiques, édaphiques, socio-économiques, moyens humains et techniques disponibles,
Û Définition des objectifs : accueil du public, préservation de la biodiversité,

• maintien du lien entre l’Homme et la Nature • création de lien social
Û

réduction des intrants chimiques, économie d’eau, implication des habitants dans des politiques de terres en partage, etc.,
Û Définition des opérations à mener : opérations d’aménagement,

Gouvernance

• transversalité des services de la Municipalité • information à destination de la population

opérations, de gestion, opérations administratives et juridiques, etc.,
Û Proposition d’un cahier d’intervention (utilisation de plantes locales,

réduction de produits phytosanitaires…), d’une politique de communication auprès des habitants, d’un plan de formation pour le personnel du Centre Technique de l’Environnement et de la Direction des Sports.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
G. CHAUSSET

Services référents
DGST, service Environnement

Partenaires
> Europe > État > DIREN > Service Régional de la Protection des Végétaux de la DRAF > Région > Conseil Général > CUB > Associations naturalistes

Comment mesurer l’efficacité de l’action 8
Û superficie totale des espaces verts avec le volume d’arrosage d’eau potable et non

potable utilisée, ainsi que le nombre de point de captage,
Û nombre d’agents disponibles pour entretenir les espaces verts, Û nombre d’espèces végétales présentes dans les espaces verts.

Améliorer n Î Espaces naturelso t r e
Action

cadre de vie

9

Élaboration d’une charte paysagère

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La ville de Mérignac a établi en 2004 un plan paysage. La CUB vient de lancer une réflexion afin d’élaborer une charte paysagère pour l’ensemble de son territoire. En fonction des recommandations de ses deux documents et du Plan Local d’Urbanisme, la ville engagera des actions qui favorisent l’aménagement par unités paysagères et la structuration de son espace urbain. L’objectif de cette démarche est d’affirmer les caractères originaux de la ville de Mérignac.

• embellissement de la ville et valorisation des espaces publics
Û

Économie

• plus grande attractivité pour les entreprises
Û

Social

7 mesures concrètes
Û Assurer les continuités paysagères et végétales des ensembles de forêt

• ancrage culturel des Mérignacais dans leur ville
Û

Atlantique, en protégeant et confortant les boisements existants,
Û Maintenir les paysages imbriqués aux reliquats de forêt qui mêlent formes

Gouvernance

• information de la population

urbaines contemporaines (dont l’aéroport) et vestiges de la trame végétale antérieure. L’objectif est de préserver les anciennes traces végétales (alignements, fossés…) ainsi que les anciens modes d’habiter (large retrait de l’habitat, clôture transparente, couvert forestier important),
Û Structurer le paysage périurbain girondin (avec le respect de l’habitat

traditionnel) et renforcer les centralités de quartiers,
Û Intégrer les paysages du périurbain rapporté au contexte mérignacais, Û Rendre plus lisible la composition du territoire mérignacais en affirmant

des entrées de ville et des axes majeurs,
Û Développer des axes de pratiques piétonnes et cyclistes reliant les pôles de

vie.
Û La charte sera diffusée auprès du public, en particulier auprès des

demandeurs de permis de construire, et sera appuyée par des actions de communication sur les terrains publics.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
C. BAUDRY et G. CHAUSSET

Services référents
DGST, service Environnement et Pôle Développement Durable, service Aménagement Urbain

Comment mesurer l’efficacité de l’action 9
Û nombre de documents charte diffusés, Û nombre de parcelles paysagères réhabilitées.

Partenaires
> CUB > A’Urba

Améliorer notre cadre de vie Espaces naturels
Action

Î

10

Aménagement du Parc de Bourran et d’espaces verts de proximité

Effets positifs attendus
Û

Environnement

• protection de la biodiversité

Objectif recherché
Mérignac dispose d’un ensemble de parcs et jardins de 110 hectares de grande qualité, avec les parcs de Mérignac, de Bourran, du Vivier, Saint-Exupéry, et le bois du Burck. Le Parc de Bourran (18 ha), classé monument historique, fait l’objet d’une attention particulière, dans le cadre d’un partenariat étroit avec le Conseil Général de la Gironde qui en est le propriétaire. La Ville poursuivra les aménagements de ce parc. Afin de rapprocher la nature de tous les Mérignacais, la Municipalité, en concertation avec les Conseils de quartier, aménagera des espaces verts de proximité.

• amélioration de la trame écologique
Û

Économie

• création d’activités pour les entreprises privées et d’insertion
Û

Social

• lieux de convivialité pour la vie de quartier • amélioration de la mixité urbaine • encouragement de modes de vie qui réduisent la demande de transport
Û

4 mesures concrètes
Le Parc de Bourran fait l’objet d’une programmation spécifique qui concerne la restauration du pont romantique, de la tour et de l’aménagement des locaux techniques et sanitaires. La programmation relative aux espaces verts de proximité est définie de la manière suivante :
Û recensement des terrains disponibles ou susceptibles de le devenir pour

Gouvernance

• implication des habitants dans la vie de quartier • démocratie participative grâce aux conseils de quartier

être aménagés en espaces verts,
Û en concertation avec les conseils de quartier, choix des espaces les plus

appropriés,
Û intégration de ce programme d’aménagement dans le Plan Local

d’Urbanisme de la CUB,
Û élaboration d’un programme pluriannuel de réalisation d’espaces verts de

proximité avec des aménagements créant du lien social (bancs, boulodromes, table de jeu, table de pique-nique, etc.),

Élus référents
A. ANZIANI et G. CHAUSSET

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
DGST, service Environnement

Partenaires
> État (DRAC) > DIREN > Conseil Général > CUB > Conseils de quartier > Associations environnementales > CAUE

Comment mesurer l’efficacité de l’action 10
Û superficie (m2) d’espaces verts par habitant à l’échelle de la commune, Û superficie (m2) d’espaces verts par habitant à l’échelle de chacun des quartiers, Û nombre de personnes pouvant se rendre à pied en moins de 15 minutes dans un

espace vert de proximité.

Améliorer n Î Espaces naturelso t r e
Action

cadre de vie

11

Réalisation d’une étude sur la coulée verte, avenue François Mitterrand

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La volonté de la Commune à travers la mise en place du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) en novembre 2002 est de préserver les espaces naturels de Mérignac, en limitant la discontinuité entre ses espaces. La zone de la coulée verte, située au sud de la VDO et de la déviation de Beutre, est un territoire complexe où les enjeux sont importants : maîtrise du mitage urbain, lutte contre la déprise agricole, etc. Il convient donc de définir les moyens publics et privés permettant de conserver et de valoriser ce poumon vert de l’agglomération bordelaise.

• préservation de la coulée verte
Û

Économie

• activités liées à l’éco-tourisme et aux loisirs
Û

Social

• meilleure cohésion rural/urbain • espaces de détente pour la population urbaine
Û

5 mesures concrètes
Gouvernance
Û Réalisation d’un diagnostic afin de bien cerner les caractéristiques et les

enjeux du territoire,
Û Définition des orientations d’aménagement à privilégier afin d’assurer la

• participation de la population

préservation du site, en liaison avec le projet d’Écosite du Bourgailh
Û Analyse des points critiques et proposition de solutions, Û Validation des actions à engager, Û Modification éventuelle du PLU.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
C. BAUDRY et G. CHAUSSET

Services référents
Pôle Développement Durable, service Aménagement Urbain

Comment mesurer l’efficacité de l’action 11
Û nombre de parcelles à vocation agricole, naturelles ou de loisirs publiques

Partenaires
> CUB > A’Urba > SAFER > Chambre d’Agriculture

et privées,
Û nombre de parcelles reliées par des axes de circulation douce (piétons

et cyclables).

Améliorer notre cadre de vie Énergie
Action

Î

12

Amélioration de l’efficacité énergétique du patrimoine communal

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Pour être exemplaire, la Ville se doit de conduire des actions visant à réduire ses consommations d’énergie sur ses différents postes de consommation : bâtiments, éclairage public, véhicules. La présente action porte sur les deux premiers postes, les véhicules étant abordés dans le cadre du Plan de Déplacement Collectivité. L’objectif visé est de diminuer de 10 % la consommation énergétique sur 3 ans.

• préservation des ressources en énergie • réduction des émissions de gaz à effet de serre
Û

Économie

• réduction du budget de fonctionnement de la Ville
Û

Social

9 mesures concrètes
Û Nomination de personnes référentes pour l’énergie dans les différents

• amélioration des conditions de travail des agents • amélioration des conditions d’accueil du public
Û

services (sport, culture…),
Û Élaboration, en concertation avec l’ADEME et la Région, d’un programme

d’actions d’économies d’énergie : diagnostic énergétique des bâtiments les plus consommateurs, diagnostic éclairage public,
Û Mise en place d’un système de comptabilisation des consommations et

Gouvernance

dépenses d’énergie de la commune,
Û Analyse des contrats de fourniture d’énergie pour optimiser

• transversalité du fonctionnement de la Municipalité • exemplarité de la Ville

leur tarification,
Û Montage des dossiers de demande de financement pour les diagnostics

dans le cadre du Programme Régional Aquitain pour l’Environnement,
Û Hiérarchisation et planification des travaux d’efficacité énergétique dans

les bâtiments en fonction de leur rapport coût bénéfice,
Û Programmation des opérations techniques d’amélioration thermique et

énergétique des bâtiments communaux,
Û Optimisation de l’éclairage dans les bâtiments communaux, Û Communication interne et externe sur les avancées en matière d’efficacité

Élus référents
X. SVAHN et K. VICTOR

énergétique.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
DGST, service Domaine Public et service Bâtiment, et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 12
Û consommations et dépenses d’énergie par poste et par nature d’énergie, Û montant des investissements réalisés pour améliorer l’efficacité énergétique du

Partenaires
> ADEME > Région > EDF

patrimoine communal,
Û énergie économisée annuellement : kWh et euros.

Améli Î Énergieo r e r
Action

notre cadre de vie

13

Développement de l’information des Mérignacais sur l’énergie en partenariat avec l’Espace Info Énergie

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Un réseau d’Espaces Info Énergie (EIE) a été constitué dans le cadre du Programme National d’Amélioration de l’Efficacité Énergétique. Ce sont des lieux où une information objective est apportée à tous les publics pour favoriser la maîtrise de l’énergie et l’utilisation des sources d’énergie renouvelables. Le département de la Gironde comporte cinq Espaces Info Énergie, dont l’un se situe à Mérignac. Il est géré par la CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie) et se trouve au n° 1 de la rue Joliot Curie. La Ville de Mérignac, qui subventionne la CLCV pour cette action, souhaite développer un partenariat avec cet EIE afin d’amplifier les actions en faveur des Mérignacais. L’objectif visé est d’informer 400 personnes avec l’EIE chaque année.

• préservation des ressources en énergie • réduction des émissions de gaz à effet de serre • promotion de l’utilisation rationnelle de l’énergie et des sources d’énergies renouvelables
Û

Économie

• création d’activités grâce aux travaux d’économies d’énergie
Û

5 mesures concrètes
Û Entretien avec l’Espace Info Énergie de la CLCV et l’ADEME afin de définir

Social

• accès de tous à un logement sain
Û

conjointement les actions qui pourront être conduites à l’attention des Mérignacais,
Û Montage du programme d’actions pouvant comporter : la mise en ligne sur

Gouvernance

le site de la Ville des coordonnées et des objectifs de l’Espace Info Énergie, l’animation de visites de sites utilisant les énergies renouvelables, l’organisation de conférences-débats et d’expositions sur l’énergie et d’autres thèmes relevant du développement durable (air, eau, bruit, déchets),
Û Montage financier pour la mise en œuvre du programme d’actions, Û Réalisation et évaluation des actions, Û Mise en place avec l’Espace Info Énergie d’un relais d’information dans les

• information à destination de la population

locaux du service Aménagement Urbain.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
X. SVAHN

Services référents
Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 13
Û nombre de personnes concernées par les actions de l’Espace Info Énergie, Û nombre d’équipements subventionnés chaque année.

Partenaires
> ADEME > Région > Espace Info Énergie

Améliorer notre cadre de vie Énergie
Action

Î

14

Diffusion de l’énergie solaire thermique sur le territoire communal

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Le gisement solaire de Mérignac mérite largement d’être valorisé. La Municipalité souhaite développer le solaire thermique en établissant un partenariat étroit avec la Région pour les particuliers, et en étudiant systématiquement la possibilité d’utiliser le solaire thermique dans ses propres bâtiments (volet intégré dans l’action HQE). L’État intervient sous la forme d’un crédit d’impôt (50 % du matériel pour la résidence principale). La Région intervient en apportant une prime de 500 aux particuliers, et des aides à la décision et à l’investissement aux entreprises. La Ville de Mérignac peut relayer les actions de communication de la Région et de l’ADEME.

• préservation des ressources en énergie • réduction des émissions de gaz à effet de serre • promotion des sources d’énergies renouvelables
Û

Économie

• création d’activités pour les artisans chauffagistes • développement d’une technologie environnementale
Û

5 mesures concrètes
Û Entretien avec le Conseil Régional et l’ADEME pour définir conjointement la

Social

nature des actions partenariales pouvant être conduites,
Û Estimation du nombre d’installations solaires pouvant être mises en place

• création d’emplois qualifiés • information public et entreprises sur des technologies environnementales
Û

annuellement par les particuliers et par les entreprises,
Û Définition des modalités d’instruction des dossiers de demande de

subvention,
Û Définition de la stratégie de communication sur le solaire thermique, en

Gouvernance
• partenariat avec les acteurs économiques

cohérence avec les actions de l’Espace Info Énergie (EIE), et en partenariat avec les acteurs du développement économique,
Û Mise en œuvre de cette stratégie.

• partenariat avec la Région

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
X. SVAHN

Services référents
Pôle Développement Durable

Partenaires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 14
Û nombre et surface des installations solaires thermiques mises en œuvre par les

particuliers,
Û nombre et surface des installations solaires thermiques mises en œuvre par les

entreprises et sur les bâtiments publics,
Û tonnes de CO2 non émises dans l’atmosphère grâce à ces installations.

> ADEME > Région > Conseil Général > CUB > Espace Info Énergie > Acteurs du développement économique

Améli Î Énergieo r e r
Action

notre cadre de vie

15

Réalisation du Bilan Carbone de la Commune

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La Ville de Mérignac souhaite mettre en place une politique énergétique. Afin de mesurer les progrès réalisés en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, elle veut réaliser un Bilan Carbone. Cet outil permet de quantifier les émissions de gaz à effet de serre de la Ville elle-même et de son territoire. Il s’agit donc à la fois d’un outil de suivi et d’évaluation et d’un outil d’aide à la définition des actions à conduire pour réduire les consommations d’énergie puisqu’il permet de hiérarchiser les postes les plus polluants. L’objectif visé est de diminuer de 8 % les émissions de gaz à effet de serre entre 2008 et 2012. Cette démarche peut constituer un excellent levier pour inciter les entreprises à réaliser également un Bilan Carbone. Cette action vient appuyer le Plan de Protection de l’Atmosphère prévu pour l’agglomération bordelaise.

• Environnement • quantification des émissions de gaz à effet de serre directes et indirectes de la commune
Û

Économie

• élargissement des compétences des organismes d’ingénierie
Û

Social Gouvernance

Û

7 mesures concrètes
Û Prise de contact avec l’ADEME pour prendre connaissance de la méthode et

• transversalité du fonctionnement de la Municipalité

des modalités de sa mise en œuvre,
Û Montage du dossier de demande de financement, Û Choix d’un prestataire pour réaliser le Bilan Carbone, Û Analyse avec le prestataire des postes de consommation énergétique, Û Hiérarchisation et choix des actions à conduire pour réduire les émissions

de gaz à effet de serre,
Û Suivi des actions, Û Amélioration de la communication vis-à-vis de la qualité de l’air sur la

commune en partenariat avec l’AIRAQ et présentation régulière des pratiques à encourager afin de réduire les émissions de polluants.

Élu référent

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

X. SVAHN

Services référents
Direction Prévention Santé, Sécurité et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 15
Û tonnes de carbone émises par les activités de la Ville, Û tonnes de carbone émises sur le territoire de Mérignac.

Partenaires
> ADEME > AIRAQ

Améliorer notre cadre de vie Déchets
Action

Î

16

Développement du bio-compostage sur l’ensemble des quartiers pavillonnaires de Mérignac

Effets positifs attendus
Û

Environnement

• valorisation des déchets

Objectif recherché
Depuis 2002, les déchets verts doivent être valorisés. Les Mérignacais ont la possibilité de les apporter dans tous les centres de recyclage de la CUB, dont c’est la compétence. Ils peuvent également s’en débarrasser grâce à la collecte en porte-à-porte en les mettant dans des poches fournies par la Mairie. Enfin, une expérimentation a été mise en place par la CUB sur deux sites pilotes, dont l’un se situe dans un quartier de Mérignac. La CUB fournit aux habitants des composteurs individuels moyennant une petite participation financière. Devant le succès de cette expérimentation, la Ville de Mérignac souhaite une généralisation de cette pratique sur les quartiers pavillonnaires.

• limitation de l’utilisation d’engrais par les particuliers grâce au bio-compostage
Û

Économie

• développement d’une filière de valorisation des déchets
Û

Social Gouvernance

Û

4 mesures concrètes
Û Étude en partenariat avec la CUB et l’ADEME de la faisabilité technique et

• responsabilisation des citoyens vis-à-vis des déchets

financière de la diffusion de cette expérimentation,
Û Recherche de financements pour cette diffusion, Û Mise en œuvre du programme de bio-compostage à Mérignac, Û Communication sur cette action.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
G. CHAUSSET et B. BELIN

Services référents
DGST, service Environnement et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 16
Û nombre de bio-composteurs fournis aux particuliers et proportion de ménages

équipés,
Û tonnes de déchets verts valorisés (estimation), Û coût de la tonne de déchets verts valorisés par les particuliers.

Partenaires
> ADEME > CUB

Amélior Î Patrimoinee r
Action

notre cadre de vie

17

Réalisation de l’inventaire du patrimoine bâti public et privé remarquable

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Le patrimoine bâti est un marqueur du territoire, porteur d’histoire et d’identité. Préserver la qualité des bâtiments contribue au maintien d’un cadre de vie agréable et au développement de l’attractivité d’un territoire. Le patrimoine bâti public et privé de Mérignac est à ce jour encore insuffisamment connu et valorisé. Il est donc nécessaire de réaliser l’inventaire du patrimoine bâti public et privé remarquable. Cela permettra de décrire les différents éléments de patrimoine, de les mettre en relation, et in fine de faire prendre conscience au plus grand nombre de la nécessité de la sauvegarde.

• connaissance des milieux associés au patrimoine bâti (anciens domaines agricoles et anciens chais) • valorisation du patrimoine bâti
Û

Économie

• base pour le développement de l’activité touristique
Û

7 mesures concrètes
Û Constitution d’un comité de pilotage de l’inventaire, Û Définition des critères à retenir afin de cadrer l’inventaire, en relation

Social

• accès à la connaissance patrimoniale et à la culture • ancrage culturel des Mérignacais dans leur ville
Û

étroite avec les partenaires techniques et financiers,
Û Lancement d’un appel d'offres, Û Choix du prestataire, Û Élaboration d’une base de données sur le patrimoine bâti public et privé

Gouvernance

• information de la population

remarquable,
Û Programmation des actions de restauration, Û Mise en ligne sur le site internet de la Ville de Mérignac de fiches

descriptives du patrimoine. L’inventaire crée une source de données exhaustive qui peut alimenter la réalisation d’éditions et de supports de communication. Il peut permettre de concevoir des circuits de découverte, venant ainsi enrichir l’offre touristique de Mérignac. Intégrées dans un Système d’Information Géographique (SIG), les données peuvent aider les décideurs dans leur choix d’urbanisme et dans les orientations de leur politique de restauration.

Élus référents
C. BAUDRY et M. RAYNAL

Services référents
Direction des Affaires Culturelles et Pôle Développement Durable, service Aménagement Urbain

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Partenaires
> État (DRAC) > Région > Conseil Général > CUB > CAUE > A’Urba > Associations culturelles et historiques > Propriétaires privés

Comment mesurer l’efficacité de l’action 17
Û nombre et nature du patrimoine bâti inventorié, Û nombre et nature du patrimoine bâti à restaurer.

Améliorer notre cadre de vie Patrimoine
Action

Î

18

Mise en place d’une signalétique du patrimoine bâti

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Six sites sont protégés au titre des Monuments Historiques : un site classé et cinq sites inscrits. Ils peuvent bénéficier de la signalétique Monument Historique qui permet de valoriser les monuments et de rappeler au public tout l’intérêt que lui porte la collectivité. D’autres bâtiments sont remarquables à Mérignac et doivent à ce titre bénéficier d’une signalétique appropriée.

• valorisation du patrimoine bâti
Û

Économie

• base pour le développement de l’activité touristique
Û

Social

• accès à la connaissance patrimoniale et à la culture • ancrage culturel des Mérignacais dans leur ville
Û

9 mesures concrètes
Û Installation de la signalisation et de la plaque nominative Monument

Gouvernance

Historique sur les sites concernés de Mérignac,
Û Identification du patrimoine bâti devant faire l’objet d’une signalétique, Û Élaboration d’un plan pluriannuel de signalisation du patrimoine, Û Conception d’une charte graphique pour la signalétique du patrimoine (en

• mise en réseau des acteurs du tourisme et de la culture

cohérence avec celles déjà existantes sur la commune),
Û Mise en œuvre de la signalétique, Û Participation aux journées du Patrimoine, Û Mise en ligne sur le site internet de la Ville de fiches sur le patrimoine, Û Information des écoles afin qu’elles mettent en œuvre des actions

pédagogiques sur le patrimoine bâti,
Û Travail en partenariat avec le schéma départemental du développement

touristique.

Élu référent
M. RAYNAL

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
Direction des Affaires Culturelles et DGST, service Bâtiment

Partenaires
> Région > association Rempart > Comité Départemental du Tourisme de la Gironde > Associations culturelles et historiques

Comment mesurer l’efficacité de l’action 18
Û nombre de bâtiments faisant l’objet de la mise en place d’une signalétique

chaque année,
Û nombre de visiteurs des fiches du patrimoine bâti du site internet.

Améli Î Gestiono r e r n o t r e locale
Action

cadre de vie

19

Application de la réglementation locale vis-à-vis de l’affichage publicitaire

Effets positifs attendus
Û

Environnement

• amélioration des paysages

Objectif recherché
La Ville de Mérignac a élaboré un règlement local de l’affichage publicitaire daté du 18 février 2003, qui vient renforcer la loi sur la publicité de 1979. Ainsi, deux zones ont été définies : une zone de publicité restreinte, ZPR (4 secteurs) et une zone de publicité autorisée, ZPA (3 secteurs). Les afficheurs et les entreprises avaient deux ans, c’est-à-dire jusqu’au 19 avril 2005 pour se mettre en conformité avec le règlement. La Ville est déterminée à faire appliquer la réglementation vis-à-vis de l’affichage publicitaire sur l’ensemble de son territoire.

• limitation de la pollution visuelle
Û

Économie

• équité entre les afficheurs
Û

Social

• désencombrement de l’espace public en faveur des piétons
Û

4 mesures concrètes
Û Poursuite de l’information des entreprises artisanales, commerciales et

Gouvernance

industrielles relative aux caractéristiques de la réglementation,
Û Mise en œuvre des moyens juridiques à la disposition de la Ville pour faire

• amélioration de la sécurité routière

appliquer ce règlement si nécessaire,
Û Réalisation de tournées de vérification par les services de la DDE et la Police

(nationale et municipale) pour faire le point et intervenir si nécessaire sur les dispositifs ne respectant pas la loi sur la publicité de 1979, notamment sur les hauteurs des affichages,
Û Propositions d’évolution de la réglementation.

Mise en œuvre
Élu référent
2005 2006 2007 2008 G. CHAUSSET

Services référents
DGS et DGST, service Environnement

Partenaires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 19
Û nombre de panneaux publicitaires en conformité : valeur absolue et pourcentage

du nombre total de panneaux publicitaires,
Û nombre de panneaux publicitaires mis chaque année en conformité, Û nombre de procès-verbaux dressés chaque année.

> DIREN > DDE > Professionnels de l’affichage > Associations environnementales et Paysages de France

Améliorer notre cadre de vie Gestion locale
Action

Î

20

Signature et application d’une charte des bonnes pratiques sur la téléphonie mobile

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La ville de Mérignac souhaite établir une charte des bonnes pratiques sur la téléphonie mobile, qui doit rassembler les éléments proposés par la charte de l’Association Française des Opérateurs Mobiles et l’Association des Maires de France. Cette démarche doit permettre d’assurer une installation concertée et harmonieuse des antennes-relais sur la commune.

• meilleure intégration paysagère
Û

Économie

• valorisation des relations entre les opérateurs et la ville
Û

Social

5 mesures concrètes
Û Concertation en amont pour chaque création et modification substantielle

• réponse aux préoccupations de la population vis-à-vis des risques sanitaires
Û

Gouvernance

d’antennes-relais (accès à un état des lieux et du champ de déploiement prévisionnel),
Û Dossiers d’information des opérateurs en accès libre à la mairie pour les

• développement de partenariat public privé

habitants (mise en place d’actions d’information et prise en compte des réactions de la population),
Û Mise en place d’un système de mesure (selon les normes de l’Association

Nationale des Fréquences) afin de connaître les niveaux d’exposition,
Û Les opérateurs élaborent des solutions sur-mesure d’intégration paysagère

(respect de la charte Nationale de Recommandations environnementales de 1999, regroupement…),
Û La ville de Mérignac suivra la mise en œuvre de ces engagements.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
X. SVAHN

Comment mesurer l’efficacité de l’action 20
Û nombre d’antennes-relais implantées sur la commune, Û nombre de mesures réalisées sur les antennes-relais, Û nombre de réunions de concertation.

Services référents
Direction Prévention Santé Sécurité

Partenaires
> AFOM

économ e et richess A Entreprisesiet environnemente
Action

solidaire

21

Requalification des zones d’activités

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La mise en place d’une politique économique respectueuse de l’environnement dépend à la fois de la volonté des entreprises et de l’appui que pourront apporter les collectivités. Pour se développer dans de bonnes conditions et pour que le cadre de vie des entreprises soit attractif pour les clients et les salariés, la ville de Mérignac, avec ses partenaires, souhaite intervenir pour améliorer les zones d’activités. Ainsi certaines d’entre elles vieillissent ou ne répondent pas aux attentes de la réglementation locale en matière d’aménagement ou d’affichage publicitaire. Une requalification des zones d’activités les plus dégradées doit donc être menée afin que la ville de Mérignac ne perde pas de son attractivité.

• valorisation du paysage

Û

Économie

• meilleure attractivité des entreprises

Û

Social

• amélioration de l’accessibilité aux zones d’activités

Û

Gouvernance

6 mesures concrètes
Û Mise en application des recommandations du PLU en matière de

• développement de partenariats public privé

stationnement et de traitement des espaces privés en limite du domaine public,
Û Définition de la vocation des zones d’activités (entrepôts, bureaux,

commerces, etc.) et proposition de traductions réglementaires,
Û Requalification paysagère du domaine public dans les zones d’activités, Û Étude de l’existant et amélioration de la signalétique dans les zones

d’activités repérées,
Û Application de la réglementation vis-à-vis de la gestion des enseignes et

des pré-enseignes,
Û Valorisation des actions engagées à travers les outils de communication de

la municipalité.

Élus référents

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

B. GARANDEAU et C. BAUDRY

Services référents
Pôle Développement Durable, Mission de Développement Économique et service Aménagement Urbain, DGS et DGST, service Domaine Public

Comment mesurer l’efficacité de l’action 21
Û nombre d’enseignes et de pré-enseignes mises en conformité

Partenaires
> DDE > CUB > Club des entreprises > Chambres consulaires

en zone d’activités,
Û kilomètres de voirie requalifiée en zones d’activités.

économie et richesse solidaire Entreprises et environnement
Action

A

22

Réalisation d'un parc aéronautique et spatial (Technowest aéroparc) intégrant des critères de qualité environnementale

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
L’aéroparc situé sur le territoire Bordeaux Technowest, accueillant des entreprises du secteur aéronautique-spatial-défense (pôle de compétitivité) et une plate-forme de transferts de technologie, répondra à des exigences environnementales fortes.

• réduction des émissions de gaz à effet de serre • limitation de l’impact des aménagements sur l’environnement

Û

Économie

4 mesures concrètes
Û Réalisation d’une Approche Environnementale de l’Urbanisme (AEU), Û Choix d’un prestataire pour réaliser l’Assistance à Maître d’Ouvrage (AMO), Û Détermination des cibles économiques, environnementales et urbaines

• consolidation de l’activité aéronautique • innovation et transfert de technologies

Û

Social

pouvant répondre opérationnellement aux attentes des acteurs concernés,
Û Intégration de la Qualité Environnementale et du Développement Durable

• confort d’usage • mixité des fonctions urbaines

dans les procédures d’aménagement : études préalables (diagnostics, études d’impact, dossier de création de ZAC…), définition du programme d’aménagement, cahier des charges de consultation, cahier des prescriptions environnementales.

Û

Gouvernance

• développement de partenariats public privé

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
B. GARANDEAU A. ANZIANI et C. BAUDRY

Services référents
Pôle Développement Durable, Mission de Développement Économique et service Aménagement Urbain

Comment mesurer l’efficacité de l’action 22
Û nombre d’entreprises sur le parc répondant aux critères HQE et Développement

Partenaires
> État > ADEME > CUB > Bordeaux Technowest > Aménageurs

Durable : valeur absolue et relative par rapport au nombre total d’entreprises,
Û nombre et nature des critères HQE et Développement Durable pris en compte

pour aménager le parc aéronautique et spatial.

écon A Soutieno m i e e t r i c h e s s e aux entreprises
Action

solidaire

23

Soutien aux commerces de proximité et valorisation des marchés de plein air

Effets positifs attendus
Û

Objectif recherché
Les commerces de proximité permettent de dynamiser les centres de quartier et favorisent la cohésion sociale. La ville de Mérignac s’engage donc à soutenir les petits centres commerciaux répartis dans les quartiers (Burck, Montesquieu, Capeyron-Mermoz…) ainsi que les commerces isolés ou regroupés (Arlac, Beutre, Capeyron…). D’autre part, la Ville de Mérignac dispose de trois marchés de plein air (deux municipaux et un privé) sur son territoire. Ces lieux permettent aux Mérignacais de se retrouver de manière conviviale et d’acheter des produits de qualité. La municipalité souhaite améliorer leur gestion et leur promotion.

Environnement Économie

Û

• dynamisation des commerces de proximité

Û

Social

• renforcement du lien social

Û

Gouvernance

9 mesures concrètes
Û Soutien au tissu commercial sur le corridor tramway : édition d’une lettre

• partenariat public privé • information du public

d’information destinée aux commerçants, réalisation d’actions promotionnelles (comme par exemple le marché de Noël), etc.
Û Soutien aux opérations collectives proposées par les associations de

commerçants du Centre-ville et des autres quartiers,
Û Amélioration de l’attractivité des sites de proximité avec la création d’une

signalétique particulière (logo identifiant les commerces partenaires),
Û Valorisation du parc de stationnement existant (tarification préférentielle

pour les commerçants)
Û Définition et proposition d’un règlement de l’occupation de l’espace public

pendant les marchés, en concertation avec les commerçants et le service Environnement,
Û Mise en place d’actions de sensibilisation concernant la récupération des

déchets et étude des solutions alternatives à l’usage des sacs plastiques,
Û Valorisation des échanges directs producteurs-consommateurs et des

produits biologiques ou issus du commerce équitable,
Û Organisation en juin d’un « marché du monde équitable » en centre-ville, Û Communication autour des actions engagées.

Élu référent
B. GARANDEAU

Services référents
Pôle Développement Durable, Mission de Développement Économique, DGST, service Environnement et DGS

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Comment mesurer l’efficacité de l’action 23
Û nombre d’actions mises en œuvre pour soutenir les commerces de proximité, Û résultats d’enquête de satisfaction après chaque manifestation organisée en

Partenaires
> État > Conseil Général > CCI Bordeaux > Associations de commerçants

centre-ville.

économie et richesse solidaire Soutien aux entreprises
Action

A

24

Soutien aux actions collectives des entreprises en faveur de l’environnement

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La Région, le Département, la CUB et la Ville de Mérignac interviennent pour le développement économique de leurs territoires respectifs. La Ville de Mérignac se doit de renforcer les complémentarités et les synergies entre les interventions de ces Collectivités. Les actions collectives ayant un impact positif sur l’environnement constitueront le support privilégié pour cette mise en synergie. Un Plan de Déplacement des Entreprises est en cours d’élaboration sur le territoire communal et doit servir de moteur pour l’engagement des entreprises en matière de développement durable. La Ville renforcera son intervention pour susciter la mise en place puis la mise en œuvre d’autres actions par les entreprises locales.

• réduction des émissions de gaz à effet de serre • valorisation des déchets • préservation des ressources
Û

Économie

• développement du tissu économique • développement des technologies propres • communication à l’intérieur de la cité et à l’extérieur
Û

5 mesures concrètes
Û Analyse, en partenariat avec la Région, le Département et la CUB, des

Social

• création d’activités nouvelles différents dispositifs afin de bien identifier les interventions de chacune des collectivités sur le développement économique en général, et sur les actions collectives ayant un impact positif sur l’environnement en particulier,
Û Entretien avec les différents acteurs du développement économique

• création d’emplois locaux
Û

Gouvernance

• développement de partenariats public privé • développement des partenariats entre les collectivités

(chambres consulaires, agences de développement, club d’entreprises…) pour faire émerger les actions collectives,
Û Validation et mise en application d’un Plan de Déplacement des Entreprises

avec un prestataire de service,
Û Montage technique et financier d’autres actions collectives exemplaires :

management environnemental des entreprises, création de filières d’élimination spécifiques pour les déchets des activités professionnelles, etc.,
Û Communication des résultats des actions collectives auprès des acteurs du

Élus référents
B. GARANDEAU et G. CHAUSSET

développement économique afin qu’elles soient reproduites avec d’autres entreprises, ou sur d’autres territoires.

Services référents
Pôle Développement Durable, Mission de Développement Économique

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Partenaires
> Europe > ADEME > État > Région > Conseil Général > CUB > Bordeaux Technowest > Chambres consulaires > Entreprises

Comment mesurer l’efficacité de l’action 24
Û nombre d’entreprises impliquées dans le Plan de Déplacement des Entreprises, Û nombre d’entreprises impliquées dans d’autres actions collectives.

écon A Soutieno m i e e t r i c h e s s e aux entreprises
Action

solidaire

25

Soutien à la pépinière et à l’incubateur Bordeaux Technowest

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Objectif recherché
L’incubateur et la pépinière de Bordeaux Technowest ont été créés autour des métiers de la technologie et ses services de l’Aéronautique Spatial Défense (ASD) pour mener à bien les projets des jeunes entrepreneurs locaux. Les porteurs de projets bénéficient du réseau de partenaires et des clients de Bordeaux Technowest, d’un accompagnement dans les recherches de financements, d’un suivi, de conseils, etc. En soutenant les activités de Bordeaux Technowest, la Ville de Mérignac contribue au développement du secteur ASD, et donc au renforcement de son positionnement en tant que capitale régionale de ce secteur.

Û

• diversification du tissu économique • transfert de technologies

Û

Social

• création d’activités nouvelles • création d’emplois locaux • innovation

1 mesure concrète
Û Poursuite du soutien technique et financier de la Ville de Mérignac à

Û

Gouvernance

• développement de partenariats public privé

Bordeaux Technowest.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
B. GARANDEAU

Services référents
Pôle Développement Durable, Mission de Développement Économique

Partenaires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 25
Û nombre d’emplois directs créés par les projets mis en œuvre grâce à l’incubateur, Û montant des aides publiques nécessaires à la création de ces emplois (par emploi).

> Région > Conseil Général > CUB > Bordeaux Technowest > Chambres consulaires > Club des entreprises

économie et richesse solidaire Emploi
Action

A

26

Soutien au développement économique et à l’emploi

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Û

Objectif recherché
La Ville de Mérignac déploie son soutien au développement économique et à l’emploi dans le cadre de larges partenariats, et en soutenant financièrement de nombreuses actions. La Municipalité souhaite poursuivre ses interventions et augmenter le nombre de partenariats avec les acteurs économiques.

• développement du tissu économique
Û

Social

• création d’emplois locaux • augmentation des emplois qualifiés
Û

6 mesures concrètes
La Ville de Mérignac met en œuvre des actions partenariales notamment avec :
Û le Club d’entreprises de Mérignac : lieu de rencontre privilégié des

Gouvernance

• développement de partenariats public privé

entrepreneurs mérignacais,
Û Bordeaux Technowest : outil de développement technologique, Û Technowest Initiatives : intervient au profit de tous les créateurs et

repreneurs d’entreprise,
Û la Mission Locale Technowest : intervient pour l’insertion sociale et

professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans,
Û le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE) : accompagnement des

demandeurs d’emploi pour l’élaboration et la mise en œuvre de leur projet professionnel.
Û En réponse à certaines offres de recrutement des entreprises, la ville

Élus référents
B. GARANDEAU A. ANZIANI et J-M. BERTRAND

favorise l’embauche de demandeurs d’emploi mérignacais.

Services référents

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Pôle Développement Durable, Mission de Développement Économique et service Emploi Insertion

Partenaires
> Europe > État > Région > Conseil Général > CUB > Bordeaux Technowest > Technowest Initiatives > Chambres consulaires > Club des entreprises

Comment mesurer l’efficacité de l’action 26
Û nombre de bénéficiaires des interventions municipales.

écon A Emploio m i e
Action

et richesse solidaire

27

Développement des initiatives en faveur de l’insertion

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Objectif recherché
La Ville de Mérignac s’est engagée à prévenir et combattre l’exclusion sociale et économique. La municipalité souhaite donc poursuivre le développement des initiatives d’insertion visant à favoriser l’emploi des plus démunis, des allocataires du RMI et des jeunes en difficulté. Un des objectifs visés est notamment de généraliser la clause d’insertion dans les marchés publics pour les projets d’aménagement.

Û

• dynamisation du marché de l’emploi à Mérignac

Û

Social

• insertion de personnes en difficulté

6 mesures concrètes
Û Application de la clause d’insertion pour des projets de la ville en matière

Û

Gouvernance

• développement de partenariat public - privé

de marchés publics (secteur de l’environnement et du bâtiment notamment),
Û Mise à disposition de matériels et de formateurs dans les quartiers

prioritaires afin de favoriser l’utilisation et l’accès aux NTIC à des publics en difficulté,
Û Appui au travail mené par COS Formation afin de lutter contre l’illettrisme

et l’analphabétisme sur la commune,
Û Renforcement du partenariat avec Mérignac Association Services (MAS) à

travers une convention d’objectif et développement de nouveaux projets,
Û Renouvellement du forum des entreprises qui embauchent, Û Communication autour des actions engagées.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
B. GARANDEAU A. ANZIANI et J-M. BERTRAND

Services référents
Pôle Développement Durable, service Emploi Insertion

Comment mesurer l’efficacité de l’action 27
Û nombre de projets de marchés publics avec la clause d’insertion, Û nombre de personnes ayant suivi une formation sur les NTIC.

Partenaires
> Europe (FSE) > État > Conseil Général

développement social et humain Solidarité
Action

28

Soutien au logement social

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La Ville de Mérignac souhaite que la cohésion et la mixité sociale soient fortes sur son territoire. Dans cette optique, des logements sociaux (conventionnés et HLM) doivent permettre aux populations aux revenus modestes de vivre à Mérignac. Ces logements doivent être fonctionnels, de qualité et accessibles. Des actions seront donc poursuivies afin de valoriser les logements sociaux dans le parc immobilier de la ville. Un des objectifs visés est d’assurer au moins 25 % de logements sociaux conventionnés, répartis de manière équilibrée, dans le parc immobilier de la commune.

• valorisation du paysage urbain
Û

Économie

• développement de nouveaux partenariats
Û

Social

• accès de la population aux logements sociaux
Û

8 mesures concrètes
Û Maintien de la proportion d’au moins 20 % de HLM dans le parc immobi-

Gouvernance

• information du public

lier de la commune,
Û Répartition homogène des logements sociaux dans tous les quartiers, Û Incitation à la création de logements sociaux conventionnés dans les

nouveaux projets immobiliers privés,
Û Tarification préférentielle des loyers et des coûts de fonctionnement en

accord avec les promoteurs,
Û Diversification de l’offre (logements pour les jeunes, les personnes âgées et

handicapées…),
Û Opérations régulières de renouvellement urbain dans les quartiers

prioritaires de la ville,
Û Intégration de critères de haute qualité environnementale dans les

Élus référents
A. ANZIANI C. BAUDRY et A. CANTET

nouvelles constructions et dans les opérations de rénovation,
Û Communication autour des actions engagées

Services référents

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Pôle Développement Durable, service Aménagement Urbain et Direction des Droits Civiques

Partenaires
> État > ADEME > Région > Conseil Général > CUB > bailleurs sociaux > promoteurs > Associations de locataires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 28
Û proportion de logements sociaux conventionnés dans le parc immobilier de

la commune,
Û proportion de logements HLM dans le parc immobilier de la commune, Û nombre de logements sociaux présentant des critères HQE

développement social et humain Solidarité
Action

29

Affirmation de la place des personnes handicapées dans la Ville

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La Ville de Mérignac s’engage à développer une démarche globale et cohérente afin de favoriser l’accès aux espaces publics pour les personnes handicapées. Il s’agit notamment de permettre aux personnes à mobilité réduite d’accéder à tous les services et de pouvoir se déplacer en toute sécurité. De plus, en partenariat avec les associations, la ville s’attachera à mettre en place une charte « ville-handicap » en 2006.

• meilleure gestion de l’espace urbain

Û

Économie

• développement des métiers d’aide à la personne

Û

Social

5 mesures concrètes
Û Inventaire de l’accessibilité des espaces publics avec le groupe de travail

• intégration des personnes handicapées

Û

Gouvernance

interservice (Direction de l’Action Sociale et Direction Générale des Services Techniques),
Û Élaboration d’un cahier des charges permettant la prise en compte de la

• concertation et information du public

problématique du handicap lors de la réalisation d’aménagements publics ou de bâtiments neufs, ou lors de travaux de réhabilitation des aménagements et bâtiments,
Û Mise en place de 2 démarches pilotes avec suivi de l’application du cahier

des charges : « espace public accueillant » pour le centre-ville (avec l’arrivée du tramway) et « équipement public accueillant » pour la médiathèque,
Û Préparation de la charte « ville-handicap » avec les associations partenaires

Élus référents
C. BAUDRY, M. VIC-BARBE et K. VICTOR

(notamment à travers le Comité Inter-Associatif pour Personnes Handicapées) et réflexions autour de l’accès à l’emploi, de l’aide à domicile, etc.,
Û Communication régulière autour des actions engagées et mise en forme

accessible des informations sur le site Internet de la ville.

Services référents
Direction Action Sociale et DGST, service Domaine Public et service Bâtiment

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Partenaires
> Conseil Général > CUB > Ordre des Architectes > Fédération du bâtiment > Associations d’aide aux personnes handicapées > ANPE > P.L.I.E. > Mission Locale Technowest

Comment mesurer l’efficacité de l’action 29
Û nombre d’opérations publiques ayant intégré le cahier des charges, Û diversité des services rendus aux personnes handicapées.

développement social et humain Solidarité
Action

30

Développement de l’accès à la culture et aux multimédias

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Objectif recherché
La future Médiathèque sera un élément dynamisant dans le paysage culturel de la ville de Mérignac. L’accès de la population, particulièrement des jeunes, à de nouveaux multimédias pourra donc être facilité dans cet établissement. La Maison des associations accueille ainsi provisoirement le Bureau Information Jeunesse et le Point Cyb. Ces structures municipales permettent d’accompagner différents publics dans l’utilisation des outils informatiques. D’autre part, la municipalité continuera de favoriser l’émergence de nouvelles manifestations culturelles en lien avec les associations locales.

Û

• développement de nouvelles compétences
Û

Social

• accès à la culture pour tous
Û

Gouvernance

• information du public

8 mesures concrètes
Û Définition d’un projet de fonctionnement de la médiathèque afin de

l’ouvrir à toutes les catégories sociales et générationnelles,
Û Poursuite des stages d’apprentissage des outils informatiques à des jeunes

de quartiers prioritaires et aux chercheurs d’emploi (promotion de l’attestation nationale « Passeport Internet Multimédia »), au Point Cyb et avec les associations locales,
Û Organisation d’une fête de l’Internet sur la commune, Û Soutien de la municipalité à des manifestations culturelles ponctuelles

(lecture de textes, rencontres à thèmes, etc.),
Û Développement des points de lecture sur la commune et diffusion de

l’information concernant l’actualité des activités culturelles dans les maisons de quartiers.

Élus référents

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

A. ANZIANI M. RAYNAL et R. HOURCQ

Services référents
Direction des Affaires Culturelles et Coordination vie associative – jeunesse – politique de la ville

Partenaires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 30
Û nombre de manifestations culturelles soutenues par la municipalité. Û nombre de jeunes mérignacais ayant suivi un stage d’informatique au Point Cyb

> Europe > État > Région > Conseil Général > Caisse des Dépôts et Consignations, > Associations locales

développement social et humain Intergénération
Action

31

Développement des services à la petite enfance

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Objectif recherché
La Ville de Mérignac souhaite que les services à la petite enfance répondent au mieux au besoin d’accueil des parents dans l’intérêt des enfants. Le prochain Contrat Enfance signé pour 5 ans avec la CAF s’inscrit dans cette démarche. Des actions seront menées afin d’assurer la qualité des services publics rendus et de répondre aux exigences réglementaires en terme de locaux et de fonctionnement des crèches. Des initiatives favorisant l’intergénération et l’accompagnement des publics en difficulté seront encouragées.

Û

• développement des métiers d’aide à la personne

Û

Social

• accès de la population aux services à la petite enfance

Û

Gouvernance

8 mesures concrètes
Û Maintien d’un taux de couverture d’au moins 80 % des besoins en terme

• information du public

de services à la petite enfance,
Û Soutien des services Relais Assistantes Maternelles et mise en place de

réunions thématiques (en partenariat avec le Conseil Général),
Û Reconstruction de la crèche « les couleurs de mon enfance », relogement

de la halte-garderie « la Maison de Pierre », réhabilitation de certains établissements publics et mise aux normes des locaux des crèches municipales et associatives,
Û Amélioration de l’accès aux crèches des enfants handicapés, Û Proposition de places réservées dans certaines crèches pour des publics en

difficulté (en partenariat avec le PLIE et le Conseil Général),
Û Création de lieux d’accueil ouvert permettant l’accompagnement des

parents dans l’éducation et l’éveil de leurs enfants (0-4 ans),
Û Renouvellement de la semaine de la petite enfance (tous les 2 ans) et des

activités favorisant les échanges intergénérationnels (lectures, jardinage, etc.),
Û Communication autour des actions engagées.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
M-C. EWANS

Service référent
Direction de l’Action Sociale, service Petite Enfance

Comment mesurer l’efficacité de l’action 31
Û proportion de places en crèche par rapport à la population totale, Û nombre d’établissements réhabilités, Û sujets abordés en réunions thématiques avec les assistantes maternelles indé-

Partenaires
> CAF > Conseil Général

pendantes au sein des Relais Assistantes Maternelles.

développement social et humain Intergénération
Action

32

Mise en place d’un Projet Éducatif Local

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Û

Objectif recherché
La Ville de Mérignac souhaite proposer une nouvelle politique jeunesse et s’engage à établir un Projet Éducatif Local. Cette démarche doit notamment permettre d’organiser de manière cohérente et équilibrée les actions soutenues par la Ville à destination des jeunes de 6 à 25 ans. Quatre principes ont d’ailleurs été retenus afin de définir le contenu des futures actions : « donner les moyens de l’autonomie et de l’implication citoyenne », « valoriser le vivre ensemble », « assurer les mêmes chances d’accès aux activités pour tous » et « respecter les rythmes de vie de l’enfant et du jeune ». L’ensemble des partenaires de la Ville sera invité à participer à l’élaboration du Plan Éducatif Local.

• structuration du partenariat associatif
Û

Social

• prise en compte des attentes des jeunes publics
Û

Gouvernance

• concertation et information du public

8 mesures concrètes
Û Mise en place d’un comité de pilotage et de différents groupes de travail

avec les associations et les structures partenaires,
Û Définition des axes d’orientations prioritaires du Projet Éducatif Local, Û Proposition d’une grille d’élaboration des actions, Û Réflexions à engager afin de solliciter la parole des jeunes, Û Mise en œuvre de moyens permettant de favoriser l’expression et la

participation des jeunes au sein de la vie locale,
Û Organisation d’un forum de la jeunesse et édition d’un guide du jeune

mérignacais,
Û Création d’outils d’évaluation des actions menées, Û Communication autour des actions engagées.

Élu référent
B. LE ROUX

Service référent

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Coordination vie associative – jeunesse – politique de la ville

Partenaires
> Éducation Nationale > Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports > CAF > Conseil Général > Associations locales (avec le Conseil de la Vie Associative)

Comment mesurer l’efficacité de l’action 32
Û nombre d’associations et de structures éducatives parties prenantes du Projet

Éducatif Local,
Û diversité des actions proposées dans le cadre du Projet Éducatif Local.

développement social et humain Intergénération
Action

33

Amélioration du service favorisant le maintien des personnes âgées à domicile

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Objectif recherché
Le vieillissement de la population accompagné des évolutions économiques et sociales fait émerger de nouveaux besoins de service pour la population âgée. La ville de Mérignac souhaite continuer d’améliorer la qualité des services rendus aux personnes âgées et permettre à celles qui le désirent de rester vivre dans leur domicile. Des actions seront engagées afin de suivre et d’améliorer le service d’aide à domicile en place.

Û

• Développement des emplois dans les services de proximité

Û

Social

• amélioration des conditions de vie des personnes âgées

5 mesures concrètes
Û Diagnostic sur le service d’aide à domicile actuellement mis en place à

Û

Gouvernance

• information du public

Mérignac (services prestataire et mandataire) et poursuite du soutien apportée à l’association Joie de Vivre,
Û Étude de satisfaction auprès des personnes âgées vis-à-vis du service de

portage de repas à domicile et des foyers restaurants,
Û Réalisation d’une enquête auprès d’un large panel de la population

mérignacaise afin de diagnostiquer les futures attentes vis-à-vis du service d’aide à domicile,
Û Propositions d’amélioration des prestations et de nouveaux modes de

gestion afin de mieux répondre aux attentes des personnes âgées en matière de service d’aide à domicile.
Û Présentation des services proposés par la municipalité à travers le CLIC

et le pôle accueil Information Retraite,

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
M. VIC-BARBE

Service référent
Direction Action Sociale, service Retraites

Partenaires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 33
Û nombre de personnes bénéficiant d’un service d’aide à la personne, Û diversité des services proposés.

> Conseil Général > Associations locales

développement social et humain Acteurs locaux
Action

34

Développement des jardins familiaux

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Il s’agit de favoriser le développement des jardins familiaux dans l’ensemble de la ville. Ces derniers contribuent de manière originale et efficace au développement durable : développement de la biodiversité, amélioration du paysage urbain, appropriation de l’espace par les habitants, renforcement du lien social et du cadre de vie des habitants, notamment des jeunes couples et des enfants.

• contribution au maintien de la biodiversité en ville • amélioration du paysage
Û

Économie

• contribution à l’alimentation des familles en difficulté
Û

Social

5 mesures concrètes
Û Audit du fonctionnement des jardins familiaux existants ainsi que des

• renforcement du lien social, éducation des enfants
Û

actions collectives menées et du public concernés,
Û Création d’une charte locale des jardins familiaux, Û Développement des actions collectives, de la formation, de l’accueil des

Gouvernance

• éducation à l’environnement

enfants, etc.,
Û Recensement avec les conseils de quartier des disponibilités foncières dans

l’optique de la création de nouveaux jardins familiaux,
Û Planification des projets à engager.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
A. ANZIANI G. CHAUSSET et B. LE ROUX

Services référents
DGST, service Environnement

Partenaires

Comment mesurer l’efficacité de l’action 34
Û nombre et taille des parcelles de jardins familiaux, Û nombre d’actions collectives menées dans le cadre des jardins familiaux.

> ADEME > DIREN > Organisation nationale et locale des jardins familiaux

développement social et humain Acteurs locaux
Action

35

Soutien aux initiatives de développement durable dans les pratiques sportives

Effets positifs attendus
Û

Environnement

• gestion raisonnée des ressources

Objectif recherché
L’engagement de la ville de Mérignac vis-à-vis du développement durable peut être relayé par les différents partenaires sportifs. Ces derniers seront donc invités à participer aux démarches de sensibilisation et d’éducation à l’environnement. Les initiatives des clubs et des associations en la matière seront à encourager et à valoriser.

Û

Économie Social

Û

• accès de la population à de nouvelles pratiques sportives
Û

5 mesures concrètes
Û Sensibilisation des utilisateurs aux gestes citoyens (lutte contre les

Gouvernance

• information et participation du public

gaspillages, tri des déchets, fair-play, etc.),
Û Diffusion du document « Programme Agenda 21 du Sport Français » auprès

des différents clubs et présentation de la démarche engagée par la ville,
Û Mise en place d’une clause de sensibilisation à l’environnement dans le

cahier des charges lors de l’organisation de manifestations sportives,
Û Promotion des actions engagées par certaines associations et certains

clubs en matière de développement durable : réalisation de parcours sportifs pédagogiques dans les parcs de la ville, insertion par le sport de jeunes en difficulté, accès des personnes handicapées à la pratique sportive, etc.,
Û Développement de la concertation et des partenariats avec les maisons de

quartiers et les centres sociaux afin de mieux répondre aux attentes des publics en difficulté en terme d’équipements de proximité.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
A. CHARRIER

Services référents
Direction des Sports et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 35
Û nombre de manifestations sportives intégrant une action de sensibilisation à

Partenaires
> ADEME > Conseil Général > Associations et Clubs sportifs

l’environnement,
Û nombre d’associations et de clubs engagés dans une démarche de développement

durable.

développement social et humain Acteurs locaux
Action

36

Participation du milieu associatif à la démarche Agenda 21

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Le tissu associatif sur le territoire mérignacais a progressivement été structuré. La rédaction d’une charte associative, la création de la Maison des associations et l’établissement de conventions d’objectif doivent faciliter la mise en cohérence des actions associatives avec celles de la ville. La mise en place d’un conseil local de la vie associative vient appuyer ces différentes initiatives. Ce Conseil constitue une instance représentative des associations et doit favoriser les échanges d’expériences. Il doit favoriser la prise en compte par les associations des enjeux du développement durable (respect de l’environnement, actions d’insertion sociale, accès de tous au sport et à la culture, etc.). L’engagement de la municipalité doit ainsi être relayé par le milieu associatif de manière concertée.

• diffusion de la culture du Développement Durable
Û

Économie

• structuration du partenariat associatif
Û

Social

• pérennisation des activités associatives
Û

Gouvernance

• développement du débat public et de la participation

6 mesures concrètes
Û Audit des associations avec des conventions d’objectif afin de répertorier

les actions menées et les résultats obtenus,
Û Définition de critères de développement durable à prendre compte par le

milieu associatif en concertation avec la municipalité et le Conseil local de la vie associative
Û Intégration de ces critères à travers les conventions établies entre les

associations et la municipalité,
Û Suivi de la mise en œuvre des engagements des associations vis-à-vis du

développement durable,
Û Organisation de séminaires par le Conseil local de la vie associatif afin de

faciliter les échanges d’expériences et la réévaluation des critères,
Û Communication autour des actions engagées, notamment via la lettre

trimestrielle sur les activités associatives.

Élus référents

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

A. ANZIANI et B. LE ROUX

Services référents
Coordination vie associative – jeunesse – politique de la ville et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 36
Û nombre d’associations ayant signé une convention d’objectif avec la municipalité

intégrant des critères de développement durable.

Partenaires
> Associations locales

développement social et humain Éducation
Action

37

Éducation à l’environnement et au développement durable

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La sensibilisation des nouvelles générations au développement durable est une des clés de réussite de l’appropriation de la démarche Agenda 21 par la population. En effet, l’éducation à l’environnement et au développement durable doit concerner principalement les scolaires mais la participation des familles est également à prendre en compte. La ville de Mérignac souhaite donc favoriser la mise en place de projets pédagogiques innovants, que cela soit au sein des établissements scolaires, des centres de loisirs ou à l’extérieur.

• gestion raisonnée des ressources

Û

Économie

• développement de nouveaux emplois (formateurs, éducateurs nature, etc.)

Û

Social

5 mesures concrètes
Û Développement des partenariats ville écoles : visite toute l’année de la

• sensibilisation des jeunes Mérignacais au développement durable

ferme de découverte à Bellevue par des classes de maternelles et de primaires ainsi que des centres de loisirs, renouvellement des journées de l’environnement et développement des activités de jardinage à l’école,
Û Étude des perspectives de fonctionnement de la ferme de découverte dans

Û

Gouvernance

le cadre d’un projet de création d’une classe de découverte (sur plusieurs jours) avec des partenaires extérieurs (AIRAQ, Associations à vocation scientifique, Cap Sciences, etc.) afin de sensibiliser les scolaires à différentes problématiques environnementales (eau, énergie, climat, etc.),
Û Mise en place de partenariats avec des établissements scolaires,

• population active dans la mise en œuvre de la politique de développement durable

notamment dans le cadre d’actions de sensibilisation au tri des déchets, aux économies d’eau et d’énergie,
Û Participation à la journée mondiale de l’eau avec diffusion de brochures

Élus référents
G. CHAUSSET et R. MARCHAND

dans les établissements et visite de la Maison de l’Eau pour certaines classes de primaire,
Û Soutien de la municipalité et mise à disposition de locaux pour

Services référents
Direction de la vie scolaire et périscolaire, DGST, service Environnement et Pôle Développement Durable

des expositions et des animations (notamment au Bureau Information Jeunesse) sur le développement durable pour les jeunes publics et les adultes.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Partenaires
> État > ADEME > CUB > AIRAQ > CREAQ > Les Petits Débrouillards > Centre de Classes Citadines > Cap Sciences > Maison de l’Eau

Comment mesurer l’efficacité de l’action 37
Û nombre de scolaires ayant visité la ferme de découverte, Û nombre de manifestations soutenues par la municipalité.

garantir un développement durable Mobilisation Interne
Action

38

Sensibilisation du personnel municipal et communication interne sur le développement durable

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
L’appropriation du concept de développement durable par les agents municipaux passe par une sensibilisation en interne. Des initiatives vont donc être lancées afin de faire participer l’ensemble des agents à un changement des modes de consommations sur le lieu de travail. Les engagements à poursuivre seront décidés collectivement. De plus pour aider à cette appropriation, la Municipalité va développer sa communication interne sur le développement durable.

• meilleure gestion des consommations
Û

Économie

• diminution des coûts de fonctionnement
Û

Social

• exemplarité de la municipalité
Û

8 mesures concrètes
Û Établissement d’un questionnaire afin de recueillir l’avis des agents sur les

Gouvernance

• valorisation des actions DD • concertation au sein des services de la Municipalité

habitudes à prendre afin d’économiser l’eau, l’énergie et différents consommables,
Û Envoi des questionnaires à l’ensemble du personnel et recueil des réponses, Û Constitution d’un groupe de travail avec des professionnels de la

communication et des agents afin d’étudier les attentes des agents en matière d’outils de communication et d’améliorer les outils existants (intranet et « les ondes du Vivier »),
Û Définition de la stratégie de communication interne : objectifs, cibles,

supports, moyens techniques et financiers, etc.,
Û Applications d’un certain nombre de recommandations en fonction des

propositions recueillies,
Û Mise en place d’une signalétique, utilisation de nouveaux consommables

(recyclés si préconisé) et valorisation du tri sélectif,
Û Évaluation régulière des principaux changements effectués dans la mairie,

enquête de suivi et propositions de nouvelles orientations.
Û La participation active des agents sera recherchée pour alimenter le

contenu des supports de communication.

Élu référent
P. DERAMBURE

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
DRH, Direction de la Communication et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 38
Û nombre d’actions de sensibilisation retenues, Û nombre d’actions de sensibilisation réalisées, Û nombre d’agents participant aux enquêtes de suivi.

Partenaires
> ADEME > Région > Professionnels de la communication

garantir un développement durable Mobilisation Interne
Action

39

Formation du personnel municipal au développement durable

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La pérennisation de l’Agenda 21 passe par l’appropriation par les agents des valeurs du développement durable. Pour aider à cette appropriation, les agents vont bénéficier de formations.

• prise en compte systémique des problèmes

Û

Économie

• développement de formations
Û

Social

5 mesures concrètes
Û Entretiens avec le CNFPT, l’ADEME, la DIREN et la Région pour définir les

• promotion sociale des agents grâce à la formation

conditions de montage et de mise en œuvre technique et financière de sessions de formation au développement durable,
Û Montage de modules de formation en partenariat avec la Direction des

Û

Gouvernance

Ressources Humaines de la ville,
Û Conception du questionnaire d’évaluation de l’intégration des pratiques du

• prise en compte du DD dans le travail quotidien des agents

développement durable dans le quotidien des agents,
Û Programmation des sessions de formation sur plusieurs années, Û Mise en œuvre des sessions de formation pour les agents, Û Six mois après chaque session de formation, soumission d’un

questionnaire aux agents afin d’apprécier l’intégration du développement durable dans leurs pratiques.

Il convient de préciser que cette formation devra être concrète afin que les agents puissent mettre en pratique des actions « durables » dans leur quotidien.

Élu référent

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

P. DERAMBURE

Services référents
DRH et Pôle Développement Durable

Partenaires
> ADEME > CNFPT > DIREN > Région > Organismes de formation (Institut de Formation de l’Environnement, etc.)

Comment mesurer l’efficacité de l’action 39
Û nombre d’agents formés au développement durable : valeur absolue et relative

par rapport au nombre total d’agents.

garantir un développement durable Exemplarité
Action

40

Mise en œuvre du Plan de Déplacement des Entreprises au sein de l’Administration municipale

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Afin de contribuer à la réduction des problèmes de déplacements urbains et de protéger l’environnement, la Ville de Mérignac va mettre en place un plan de déplacement pour ses 1200 agents. Le Plan de déplacement est un moyen de faciliter et de rationaliser les déplacements des employés municipaux (trajets domicile travail et professionnels) en mettant en œuvre des solutions de transports alternatifs à la voiture.

• préservation des ressources (énergie) • limitation des émissions de gaz à effet de serre
Û

Économie

• développement des activités liées aux transports collectifs
Û

9 mesures concrètes
Û Nomination d’un coordonnateur transport pour mettre en œuvre, suivre le

Social

projet et communiquer, afin d’induire des changements de comportements,
Û Information des agents sur la mise en place d’un PDE, Û constitution d’un comité de pilotage et d’un groupe de travail (agents,

• optimisation des moyens de transport affectés aux services
Û

syndicats, Élus),
Û Réalisation d’un diagnostic de l’accès aux sites municipaux avec les

Gouvernance

différents modes de déplacement,
Û Analyse de l’étude conduite sur les habitudes de déplacement des agents

• gestion responsable de la Collectivité • implication du personnel municipal dans la démarche d’agenda 21

afin de connaître leurs attentes,
Û Organisation de la concertation au sein de la Collectivité, Û Détermination des moyens humains, matériels et financiers mobilisables

et à mobiliser,
Û Définition des axes d’actions : convention avec Connex Bordeaux pour

obtenir des réductions tarifaires pour les agents, mise à disposition de vélos pour les déplacements professionnels, acquisition de véhicules propres par la Municipalité pour répondre à l’obligation des collectivités de se doter d’au moins 20 % de véhicules propres (loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996), covoiturage en partenariat avec la CUB, définition des procédures de gestion des véhicules de service,
Û Élaboration et mise en œuvre d’actions de communication en interne et en

externe.

Élu référent
P. DERAMBURE

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
DRH, DGS et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 40
Û nombre d’agents-jours se déplaçant sur les trajets domicile travail autrement

Partenaires
> ADEME > Région > CUB > Connex Bordeaux

qu’en voiture : valeur absolue et proportion par rapport au nombre total d’agentsjours, de transport propres.

Û nombre de km effectués par les agents pour le travail selon des modes

garantir un développement durable Exemplarité
Action

41

Développement de démarches d’achats éco-responsables

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Les achats « éco-responsables » désignent les achats répondant aux enjeux du développement durable. La fabrication des produits intègre le respect de l’environnement et le respect des conventions internationales du code du travail. Ce type d’achat doit également permettre d’assurer une juste rémunération du travail des producteurs du Sud. La ville de Mérignac souhaite donc servir d’exemple vis-à-vis de la population et promouvoir les démarches d’achats éco-responsables.

• utilisation de produits respectueux des ressources naturelles

Û

Économie

• développement de nouveaux partenariats

Û

Social

• exemplarité de la municipalité

6 mesures concrètes
Û Û Diagnostic à mener en interne afin de répertorier les produits couramment

Gouvernance

achetés du point de vue des fournitures de bureaux, du mobilier et des distributeurs automatiques,
Û Établissement d’une liste de produits de substitution répondant aux

• information du public sur les nouveaux modes de consommation

critères d’achat éco-responsable,
Û En fonction de la liste, achat de papier recyclé, d’ampoules à basse

consommation d’énergie et de produits labellisés « commerce équitable »,
Û Participation de la ville à des groupes de réflexion nationaux sur les achats

éco-responsables,
Û Élargissement de la réflexion à d’autres types de produits (peinture,

produits d’entretien, vêtements, etc.),
Û Communication autour des actions engagées afin de sensibiliser

les Mérignacais.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élus référents
A. ANZIANI et D. ESTAY

Services référents
Direction des finances, service Achats et Marchés et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 41
Û part du budget consacré aux achats éco-responsables, Û nombre d’achats éco-responsables réalisés par la municipalité.

Partenaires
> ADEME

garantir un développement durable Implication citoyenne
Action

42

Communication externe sur le développement durable

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Le partage et la transmission de valeurs impliquent l’existence d’une communication permanente entre la Municipalité et les citoyens. Les citoyens y seront d’autant plus sensibles qu’ils auront intégré certains fondamentaux : l’environnement est ce qui permet aux femmes et aux hommes de satisfaire leurs besoins, la solidarité se réfère aux valeurs humaines, le développement économique est un moyen de progresser collectivement.

• connaissance des enjeux du développement durable
Û

Économie Social

Û

• partage de valeurs
Û

6 mesures concrètes
Û Concertation avec la population au sein des conseils de quartier pour

Gouvernance

identifier leurs attentes en matière d’information et d’expression sur le développement durable,
Û Identification des actions développement durable sur lesquelles la Ville

• valorisation des actions DD conduites par l’ensemble des Mérignacais • transversalité dans le fonctionnement de la Municipalité

peut communiquer, en veillant à la transversalité des actions,
Û Entretien avec les autres collectivités pour harmoniser la communication, Û Définition de la stratégie de communication externe : objectifs, cibles,

supports, moyens techniques et financiers, etc.,
Û Mobilisation des agents afin qu’ils contribuent à la mise en œuvre des

actions de communication (création de groupes de travail par exemple pour la rédaction du contenu des outils de communication),
Û Mise en œuvre de la stratégie de communication.

La « clé d’entrée » du développement durable ne se limite pas à l’environnement. C’est pourquoi un effort sera fait pour communiquer sur les actions relatives à l’économie, au social et à la gouvernance. La Municipalité pourra également inciter les porteurs de « projets durables » (notamment entreprises et autres collectivités locales) à valoriser leurs actions, et pourra intégrer ces actions dans sa propre communication. Pour optimiser la lisibilité de sa communication, la Ville pourra privilégier chaque année un ou deux thèmes.

Élus référents
A. ANZIANI, G. CHAUSSET, B. LE ROUX et R. HOURCQ

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Services référents
Pôle Développement Durable et Direction de la Communication

Comment mesurer l’efficacité de l’action 42
Û nombre et nature d’outils de communication diffusés, Û nombre de visites du site internet.

Partenaires
> ADEME > Région > Conseil Général > CUB

garantir un développement durable Exemplarité
Action

43

Développement de l’information municipale sur les gestes citoyens

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
La ville de Mérignac doit inviter ses citoyens à prendre part à la politique de développement durable. À travers des gestes simples, les habitants peuvent aider, à leur échelle, à une meilleure gestion de l’eau, des déchets, de l’énergie, etc.

• gestion raisonnée des ressources

Û

Économie Social

Û

4 mesures concrètes
Û Édition de brochures et de documents de sensibilisation (présentation de

• valorisation des gestes « citoyens »

Û

Gouvernance

chiffres clés pour l’avenir de la planète, d’indices pédagogiques comme l’empreinte écologique) afin de faire prendre conscience aux citoyens de la nécessité d’agir,
Û Mise en réseau de la documentation à travers différents points

• participation active de la population

d’information (associations locales, Espace Info Énergie, centres sociaux, maisons de quartiers, mairies annexes, conseils de quartiers, etc.),
Û Présentation régulière d’une action concrète à travers les publications de la

ville,
Û Des actions d’éducation à l’environnement auprès des écoles de la ville

seront également engagées.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

?
Élus référents
G. CHAUSSET R. MARCHAND et B. LE ROUX

Services référents
Direction de la Communication et Pôle Développement Durable

Comment mesurer l’efficacité de l’action 43
Û nombre d’actions présentées à travers les publications de la municipalité, Û nombre de brochures diffusées auprès des scolaires.

Partenaires
> ADEME > DIREN > Région > Conseil Général > Associations locales

garantir un développement durable Implication citoyenne
Action

44

Renforcement du rôle des conseils de quartiers

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie Social

Objectif recherché
Û

La Ville de Mérignac souhaite favoriser les échanges avec la population et continuer de s’appuyer sur les 10 Conseils de quartiers déjà en place. La structuration de ces conseils doit être poursuivie afin d’assurer une véritable participation du public au processus décisionnel. Certaines actions de l’Agenda 21 mises en œuvre par la municipalité pourront ainsi être suivies et discutées au sein des Conseils de quartiers.

Û

• meilleure cohésion sociale
Û

Gouvernance

• participation du public

6 mesures concrètes
Û Présentation des actions de l’Agenda 21 aux différents Conseils de quartiers, Û Étude sur la possibilité de mise en place d’élus référents par quartier et sur

la tenue de permanences,
Û Concertation avec les Conseils de quartier sur les projets d’aménagement

(arrivée du tramway, ZAC du centre-ville, réorganisation des lignes de bus, pistes cyclables, etc.),
Û Soutien à l’organisation interne des Conseils de quartiers souhaitant

proposer des équipements, aménagements et services de proximité,
Û Mise en place d’un Forum public annuel afin d’évaluer collectivement

l’avancement des actions de l’Agenda 21,
Û Communication autour des actions engagées.

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Élu référent
A. ANZIANI

Services référents
Pôle Développement Durable, Service Démocratie de Proximité

Comment mesurer l’efficacité de l’action 44
Û nombre de personnes présentes aux différents conseils de quartiers, Û nombre de projets ayant été soumis à concertation aux conseils de quartiers.

Partenaires
> Citoyens

garantir un développement durable Coopérations et partenariats
Action

45

Poursuite des coopérations Nord-Sud

Effets positifs attendus
Û

Environnement

Objectif recherché
Comme pour le changement climatique et l’eau, les problèmes mondiaux de pauvreté et de précarité seront résolus s’ils sont pris en compte à la fois globalement et localement. C’est pourquoi la Ville de Mérignac se doit de faire preuve de solidarité non seulement pour les Mérignacais mais aussi pour les citoyens des pays du Sud. C’est ce qu’elle s’engage à faire dans le cadre de son Agenda 21.

• protection de l’environnement et du cadre de vie de pays du sud

Û

Économie

• contribuer au développement économique de pays émergents

5 mesures concrètes
Û Û Poursuite des actions de coopération avec Kaolack (Sénégal), Û Renforcement de projets « jeunes » de coopération avec Kaolack,

Social

notamment dans le cadre du Projet Éducatif Local mis en place par la Ville,
Û Élargissement du champ de la coopération en favorisant les initiatives

• connaissance réciproque entre Mérignacais et citoyens des pays du sud • échange culturel • meilleure compréhension des cultures

locales et en développant le réseau d’échanges entre les deux populations,
Û Communication autour des actions menées par l’association Jumelages et

Partenariats Internationaux,
Û Mise en place d’une collaboration avec MSF (Médecins Sans Frontières). Û

Gouvernance

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

• prise en compte d’une problématique globale à l’échelle locale

Élu référent
M. FERILLOT

Service référent
Association Jumelages et Partenariats Internationaux

Comment mesurer l’efficacité de l’action 45
Û types d’actions de coopérations conduites.

Partenaires
> État > ADEME > Région

garantir un développement durable Coopérations et partenariats
Action

46

Participation à des réseaux d’échanges nationaux et internationaux sur les Agendas 21

Effets positifs attendus
Û

Environnement Économie

Objectif recherché
L’application du concept de développement durable par les collectivités territoriales doit être réalisée collectivement. La ville de Mérignac souhaite prendre part aux échanges d’expériences entre acteurs engagés dans des démarches d’Agendas 21. La municipalité pourra ainsi être tenue informée des bonnes pratiques préconisées dans l’application d’un Agenda 21 et présenter à une large échelle son mode d’action. Des coopérations avec d’autres villes (notamment dans le cadre des jumelages européens) seront encouragées.

Û

• développement de nouveaux partenariats
Û

Social

• échanges avec d’autres contextes locaux
Û

Gouvernance

6 mesures concrètes
Û Participation à des rencontres territoriales à l’échelle de la CUB,

• information du public

du département de la Gironde et de la Région Aquitaine sur le thème du développement durable et des Agendas 21,
Û Participation à des manifestations à l’échelle nationale (notamment dans

le cadre de la semaine du développement durable) et partenariat avec le Comité 21,
Û Adhésion à des réseaux sur les villes durables, que cela soit à l’échelle

européenne (charte d’Aalborg notamment) ou à l’échelle nationale (suivi des actions préconisées par le ministère de l’écologie et du développement durable, l’association Eco Maires, l’association 4D, etc.),
Û Réflexion autour des échanges à valoriser sur le thème du développement

durable avec les villes jumelles de Vilanova i la Geltru (Espagne) et de Matosinhos (Portugal),
Û Recherche de nouveaux partenariats avec des villes européennes

engagées dans des Agendas 21,
Û Communication autour des actions engagées.

Élu référent
A. ANZIANI

Service référent

Mise en œuvre
2005 2006 2007 2008

Pôle Développement Durable

Partenaires
> État > ADEME > DIREN > Région > Conseil Général > Association Jumelages et Partenariats Internationaux > Comité 21 > Association Eco-maires > Association 4D

Comment mesurer l’efficacité de l’action 46
Û nombre de manifestations suivies par le Pôle Développement Durable, Û nombre de partenariats autour des Agendas 21 locaux.

Mini-Glossaire du Développement Durable
(Sources : L’éco cité n°2, automne 2005 et http://fr.wikipedia.org/)

Agenda 21
Adopté par les pays signataires de la Déclaration internationale de Rio de Janeiro en juin 1992, l’Agenda 21 est un programme d’actions pour le 21e siècle orienté vers le développement durable : la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, la production de biens et de services durables, la protection de l’environnement, la coopération entre les pays du Nord et les pays du Sud… L’Agenda 21 local correspond à l’adaptation de l’Agenda 21 par les collectivités territoriales ou différents acteurs.

Energie renouvelable
Une énergie renouvelable est une source d’énergie dont le gisement se reconstitue en permanence à un rythme au moins égal à celui de la consommation. Elle peut être de diverses origines (soleil, vent, marée, organismes vivants, etc.).

Gaz à effet de serre
Gaz, tels le dioxyde de carbone ou le méthane, exerçant un réchauffement de l’atmosphère par leur rétention de l’énergie solaire. Leur accumulation dans l’atmosphère a une influence considérable sur les changements climatiques.

Biodiversité
Le terme « biodiversité » ou « diversité biologique » est construit à partir des mots biologie et diversité. La biodiversité désigne la diversité du monde vivant, au sein de la nature. L’utilisation du terme a coïncidé avec la prise de conscience de l’extinction des espèces au cours des dernières décennies du 20e siècle.

Gouvernance
La gouvernance concerne le droit de regard sur les organismes par ceux qui les ont missionnés. Une bonne gouvernance renvoie à des processus décisionnels caractérisés notamment par la participation, la transparence, la responsabilité et l’efficacité ainsi que par la mise en œuvre d’actions politiques, sociales et économiques fondées sur un large consensus au niveau de la société.

:

Commerce équitable
Dans ce cadre, les produits proposés aux consommateurs permettent de garantir des conditions de travail et de rémunération décentes aux producteurs défavorisés, de favoriser le développement de centres de production autonome et durable, de diminuer le nombre d’intermédiaires et de minimiser les impacts environnementaux.

;

Protocole de Kyoto
Il date de 1997. L’objectif du protocole est de lutter contre les changements climatiques par une action internationale de réduction des émissions de certains gaz à effet de serre responsables du réchauffement planétaire. L’objectif fixe une réduction en moyenne de 5,2 % de 2008 à 2012 avec pour année référence 1990. La réduction européenne doit être de 8 %. Il est entré en application en 2005 avec la ratification par la Russie.

Développement durable
Mis à l’honneur en 1987 dans le rapport « Brundtland » de la commission mondiale sur le développement et l’environnement, le concept a été consacré par le Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992. Le 1er principe de la Déclaration de Rio stipule « que les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature ». Le développement durable est souvent résumé d’une simple phrase « un développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

y d s w b t n

Recyclage
Réintroduction directe d’un déchet dans le cycle de production dont il est issu en remplacement total ou partiel d’une matière première neuve.

Responsabilité sociale des entreprises
Prise en compte par les entreprises des impacts environnementaux, sociaux et territoriaux de leurs activités.

Eco-citoyenneté
L’éco-citoyenneté est un comportement volontaire et responsable des individus en faveur de l’environnement et plus généralement en accord avec les principes du développement durable.

SNDD
Stratégie Nationale de Développement Durable adoptée par le gouvernement français le 3 juin 2003.

86

Quelques sites internet
Informations générales Agenda 21 – Développement Durable
www.mediaterre.org www.agora21.org www.comite21.org www.agenda21france.org www.association4d.org www.ecomaires.com www.cerdd.org www.rare.asso.fr www.projetdeterritoire.com

Institutions
www.ecologie.gouv.fr www.aquitaine.ecologie.gouv.fr www.ademe.fr/aquitaine

Éducation à l’environnement
www.defipourlaterre.org www.milledefis-aquitaine.org www.graine-aquitaine.org www.reseau-orfee.org http://crdp.ac-bordeaux.fr/dd www.ledeveloppementdurable.fr

:

;

Associations
www.fne.asso.fr www.wwwf.fr www.artisansdumonde.org www.equiterre.org www.airaq.asso.fr www.energies-cites.org www.assohqe.org

n t b w s d y

Eau
www.cieau.org www.eau-adour-garonne.fr www.jeconomiseleau.org

Divers
www.commercequitable.org www.ethique-sur-etiquette.org www.reseau-tee.net www.emploi-environnement.com

87

Les élus référents
GARANDEAU Bernard Adjoint Délégué aux Finances et au Développement Économique RDV au 05 56 55 66 00 (poste 64 02) VICTOR Karin Adjointe Déléguée aux Bâtiments – Travaux RDV au 05 56 55 66 90 ANZIANI Alain Adjoint Délégué à la Politique de la Ville – Citoyenneté RDV au 05 56 55 66 66 BAUDRY Claude Adjoint Délégué à l’Aménagement Urbain RDV au 05 56 55 66 48 CAVAILLE Michel Adjoint Délégué à la Sécurité – Élections – Affaires Militaires et Anciens Combattants RDV au 05 56 55 66 88 CHAUSSET Gérard Adjoint Délégué à l’Environnement – Transports RDV au 05 56 55 66 90 CORDOBA Aimé Adjoint Délégué à l’État Civil RDV au 05 56 55 66 75 EWANS Marie-Christine Adjointe Déléguée à l’Action Sociale – Petite Enfance RDV au 05 56 55 66 08 MARCHAND Régine Adjointe Déléguée à la Vie Scolaire – Périscolaire RDV au 05 56 55 66 70 ESTAY Désiré Adjoint Délégué aux Achats et Marchés Publics RDV au 05 56 55 66 25 DERAMBURE Philippe Adjoint Délégué à l’Organisation – Ressources Humaines RDV au 05 56 55 66 80 CHARRIER Alain Adjoint Délégué aux Sports RDV au 05 56 97 74 22 SVAHN Xavier Adjoint Délégué à l’Énergie – Prévention Santé RDV au 05 56 55 66 88 LE ROUX Bernard Adjoint Délégué à la Vie Associative, la communication et à la Coordination Jeunesse RDV au 05 56 55 66 66 CANTET Annie Conseillère municipale déléguée à l’Action sociale – CCAS – Logement social RDV au 05 56 55 66 00 (poste 64 00) FERILLOT Michel Conseiller municipal délégué aux relations internationales RDV au 05 57 00 15 18 BELIN Bernard Conseiller municipal délégué aux Affaires européennes RDV au 05 56 55 66 00 RAYNAL Michel Conseiller municipal délégué à la culture RDV au 05 57 00 01 31 VIC-BARBE Martine Conseillère municipale déléguée à l’Action sociale – Retraités – Handicap RDV au 05 56 55 66 50 / 05 56 55 66 55 HOURCQ Robert Conseiller municipal délégué aux nouvelles technologies de l’information et de la communication RDV au 05 56 55 66 00 BERTRAND Jean-Michel Conseiller municipal délégué à l’Emploi – Insertion RDV au 05 56 18 83 10

y d s w b t n
88

;

: