EFFORT TRANCHANT

V
M
V
1
Dans la section Σ ΣΣ Σ, V (Σ ΣΣ Σ ) = Somme des
composantes, perpendiculaires à la ligne
moyenne et contenues dans le plan moyen, des
forces appliquées à gauche de (Σ ΣΣ Σ ).
Définition : EFFORT TRANCHANT

g
R
Gauche (g) Droite (D)
x
Définition de l’effort tranchant dans une section d’une poutre à plan moyen
2
Effet des contraintes tangentes
Béton comprimé
g dx
g dx
g dx
Armatures
1
dx
A B
D C
d
b
1
Coupe : 1-1
B
σ
t
D
A σ
c
C
b
0
3
En plus des contraintes tangentes τ, l’effort tranchant provoque sur
des plans inclinés à 45° par rapport à la ligne moyenne des contraintes
de traction σ
t
et de compression σ
c
toutes deux d’intensité égale à τ
.
- Risque de fissuration à 45° notamment au voisinage des appuis
=> nécessité de ‘’coudre’’ les fissures obliques (potentielles) par
des armatures dites ‘’armatures d’âme’’.
Effet des contraintes tangentes
‘’Bielle’’
- Risque d’écrasement du béton suivant des ‘’bielles ‘’découpées
par les fissures => nécessité de limiter la contrainte tangente pour
ne pas avoir une contrainte excessive de compression dans les
bielles.
Fissures à 45°
4
• Armatures de cisaillement = armatures transversales
• Positionnées en localisant les zones où il existe un
effort tranchant non nul
• Il faut analyser les états de contrainte des
différentes sections
Armatures de cisaillement
différentes sections
• La détermination des zones cisaillées est donnée
par l’intensité de V(x)
5
Exemple : poutre sur deux appuis uniformément chargée
6
Exemple de la poutre sur deux appuis en console
7
• Schéma de calcul: Modèle de treillis
• les bielles de béton comprimées forment un angle θ avec la
ligne moyenne de la poutre (θ =45°: Treillis de Morsch)
• les armatures d’âme forment un angle α avec la ligne
• Tous les calculs sont menés à l’ELU
Dimensionnement
• les armatures d’âme forment un angle α avec la ligne
moyenne de la poutre.
Membrure comprimée : béton comprimé
Membrure tendue :Armatures longitudinales
Diagonale comprimée : Bielle de béton
Montant
tendu :
armature
d’âme
droite
(θ =45°, α=90°)
θ
α
8
L’état limite ultime sous sollicitations tangentes
peut alors être atteint soit :
• par compression excessive du béton des
bielles comprimées bielles comprimées
• par dépassement de la résistance de calcul
des armatures d’âme.
9
Dimensionnement
• Contrainte tangente conventionnelle:
d b
V
0
u
=
u
τ
b
0
: largeur de l’âme
L’effort tranchant de calcul:
Cas les plus courants:
i
Q
i
i Q Q G G u
V V V V V

>
+ + + =
1
0 1
min max
3 , 1 35 , 1
1
ψ γ
Q G u
V V V 5 . 1 35 , 1 + =
G
V
Q
V
: Effort tranchant dû aux charges permanentes
: Effort tranchant dû aux charges variables.
b
0
: largeur de l’âme
d: hauteur utile (d ≅ 0.9h)
10
ELU du Béton de l’âme
) 5 ;
2 . 0
( MPa
f
Min
b
cj
u
γ
τ ≤
) 4 ;
15 . 0
( MPa
f
Min
b
cj
u
γ
τ ≤
1- Armatures d’âme droites (perpendiculaires à la fibre moyenne) :
• En Fissuration peu préjudiciable:
• En Fissuration préjudiciable et très préjudiciable:
b
γ
2- Armatures inclinées à 45° :
) 7 ;
27 . 0
( MPa
f
Min
b
cj
u
γ
τ ≤
3- 45°<α<90°=> Interpolation linéaire entre 1 et 2 pour fixer τ
u
11
ELU des armatures d’âme
) sin (cos 9 . 0
) 3 . 0 (
0
α α
τ γ
+


e
tj u s
t
t
f
k f
s b
A
f
tj
: résistance à la traction à j jours (f
tj
≤3.3MPa)
A
t
: la section d’armatures d’âme
s
t
: espacement d’armatures d’âme
k est un coefficient qui vaut:
- k=0 si fissuration préjudiciable ou très préjudiciable ou s’il y a reprise de - k=0 si fissuration préjudiciable ou très préjudiciable ou s’il y a reprise de
bétonnage non traité
- k≤1 si la reprise de bétonnage est munie d’indentations dont la saillie atteint au
moins 5mm
12 cj
tm
f
k
σ 10
1− = −
cj
cm
f
k
σ 3
1+ = −
En flexion composée avec compression (σ
cm
contrainte moyenne de
compression de la section totale du béton sous l’effort normal de calcul)
En flexion composée avec traction (σ
tm
contrainte moyenne de traction de la
section totale du béton sous l’effort normal de calcul)
- k= 1 en flexion simple et fissuration peu préjuduciable
ELU des armatures d’âme
En flexion simple, on utilise souvent:
(Armatures droites, participation du béton en traction négligée)
e
u s
t
t
f s b
A
9 . 0
0
τ γ

Epaisseur de l’âme
Effort
tranchant
Cours d’armature de section
S
t
S
t
S
t
S
t
α
b
0
13
Dispositions constructives
Diamètre des armatures d’âme:
)
10
,
35
(
0
;
b h
Min
l t
Φ ≤ Φ
En général, on commence par fixer le diamètre φ
t
des armatures d’âme, puis on
détermine leur espacement s
t
φ
MPa
s b
f A
cm d Min s
t
e t
t
4 . 0
) 40 ; 9 . 0 (
0


Pourcentage minimal d’armatures d’âme:
φ
l
: diamètre des armatures longitudinales tendues
14
• Appui simple d’about (appui de rive):
Justification des sections d’appuis
- Les bielles de béton comprimé convergent vers l’appui en formant un angle voisin de
45° avec l’axe de la poutre.
- Les charges sont transmises à l’appui par l’intermédiaire d’une bielle unique, dite ‘’bielle
d’about’’ inclinée à 45° sur l’axe de la poutre.
- Compte tenu de ce modèle de transmission d’efforts, l’équilibre est réalisé par une
bielle unique. Cet équilibre se traduit par les justifications suivantes :
Z
B
A
Z
Fissure
Bilan des forces au voisinage de l’appui
V
u
F
0
45°
15
Armatures inférieures longitudinales à prolonger au délà du bord de l’appui:
- une section d’armatures longitudinales inférieures doit être prolongée au delà du
bord de l’appui (côté travée) et doit être suffisante pour équilibrer l’effort tranchant
selon le bilan de forces.
- les armatures longitudinales inférieures sont soumises (au voisinage de l’appui) à
un effort de traction . Pour obtenir cet effort, on écrit l’équilibre des moments par
rapport à B.
Appui simple d’about (appui de rive)
e
u s
ancrée
st
f
V
A
0
γ
= • Section minimale à ancrer:
Équilibre des moments % B V
u
Z – F
0
Z= 0 donc F
0
=V
u
Ainsi la section d’aciers, traversant la section du nu d’appui et ‘’équilibrant’’ F
0
16
Z
B
A
Z
Fissure
Bilan des forces au voisinage de l’appui
V
u
F
0
45°
• Longueur d’ancrage droit nécessaire:
su s
u
s
n
V
l
τ πΦ
=
0
28
2
6 . 0
t s su
f Ψ = τ
5 . 1 = Ψ
s
Pour les barres HA:
n
s
: nombre des barres ancrées
Bielle
d’about
Appui simple d’about (appui de rive)
• Si l
s
≤ a => ancrage droit
• Si l
s
> a => ancrage courbe
a: largeur de la bielle d’about
d’about
17
Justification de la bielle d’about: condition de non écrasement
Appui simple d’about (appui de rive)
0
b
2
u
V
o
45
2
a
a
Nu d’appui
Equilibre de la bielle d’about
b
cj
u
bc
f
ab
V
γ
σ 8 , 0
2
0
0
≤ =
Equilibre de la bielle d’about
18
• Appui intermédiaire
;
)
.
(
u
u s
d 9 0
M
V
A
+ γ
=
Armatures inférieures longitudinales à prolonger au délà du bord de l’appui:
• Section minimale à ancrer
(M en valeur algébrique)
Justification des sections d’appuis
• Il faut vérifier que la section d’armatures longitudinales inférieures A
st ancrée
traversant la section du nu d’appui peut équilibrer l’effort de traction F
0
;
.
e
ancrée
st
f
d 9 0
A =
• Section minimale à ancrer
de chaque coté de l’appui:
(M
u
en valeur algébrique)
Armatures inférieures
Armatures supérieures
M
u
19
• Appui intermédiaire
Justification des sections d’appuis
Justification de la bielle d’about: condition de non écrasement
b
cj ug
f
ab
V
γ
8 , 0
2
0

b
cj
ud
b
f
ab
V
γ
8 , 0
2
0
0

20
Liaison table-nervure pour une section en T
• Risque de séparation entre la table de compression et l’âme (plan MNN’M’)
sous l’action des contraintes de cisaillement => armatures de couture droites
21
Hypothèse : calculs menés en supposant que les matériaux travaillent dans le domaine
élastique (hypothèse des calculs aux ELS), puis transposés aux ELU sans modifications.
Isolons un demi-hourdis en équilibre sous :
- des contraintes normales sur ses faces MNPQ et M’N’P’Q’
- des contraintes de cisaillement sur sa face MNM’N’
Liaison table-nervure pour une section en T
y
1
dx
-
dx
Liaison table-nervure pour une section en T
Contrainte tangente moyenne
0 u
) b b ( V −
= τ τ ≤ τ
Si => OK
e
s u
c
c
f b
b b
d
V
s
A
* * 2
) (
9 , 0
0
γ −

• l’espacement s
c
des aciers de couture est généralement identique à celui des cadres de l’âme s
t
Section d’acier de couture:
Contrainte tangente moyenne
dan le plan (MNN’M’) :
1
0 u
u
bh 2
) b b (
d 9 , 0
V −
= τ
OR
lim u u
τ ≤ τ
Si => OK
s c 1
e c
u
s h
f A
γ
= τ
Liaison talon-âme pour une section à talon
•Risque de séparation entre l’âme et le talon
au niveau des plans (MM’ et NN’) sous
l’action des contraintes de cisaillement =>
armatures de couture droites
l
l u
u
A
A
d
V
g
1
9 , 0
=
Effort de glissement dans
le plan (MM’) :
e l
s l u
c
c
f A
A
d
V
s
A
γ
1
9 , 0

A
l1
: Section des aciers longitudinaux dans un demi-talon
A
l
: Section des acies longitudinaux dans le talon entier
s
c
: Espacement des cadres du talon
A
l1
A
l
M
M’
A
c
N
N’
Section d’acier de couture:
25
Exemple 1
35 cm
6
0

c
m
1
1 1-1
5
4

c
m
8 m
26
Exemple 1
• Poutre uniformément chargée
– Charges permanentes y compris poids propre: p=12,5
kN/ml
– Charges d’exploitation: q = 17,2 kN/ml
– Durée d’application des charges > 24h
• Béton: f
c28
= 25 MPa
• Acier: FeE 400 HA
• Fissuration préjudiciable
• Armatures d’âme droites
• Reprise de bétonnage non traitée
Calculer la section d’acier à l’ELU au niveau de la section
médiane de la poutre
27
3 HA10
3 HA16
3 HA20
3 HA16
=> A = 21,4cm
2
28
Exemple 2
1,2m
0,8m
0,4m
0,21m
Coupe 1-1
0,5m
4,8m
1,65m
1
1 A
• Charges permanentes y compris poids propre: g=3T/ml
• Charges d’exploitation: q = 0,8T/ml
• Charge concentrée : G= 79T ; Q=23T
• Béton: f
c28
= 25 MPa
• Acier: FeE 400 HA
• Fissuration préjudiciable
• Armatures d’âme droites
• Reprise de bétonnage non traitée
29
Exemple 2
Schéma de ferraillage longitudinal proposé:
5 HA10
10 HA20
5 HA16 + 5 HA14
=> A=48,9cm
2
30
1
1
2,7m
2 m
2 m 2m
2,5 cm
3,8 cm
3 HA20
3 HA20
3 HA14
10cm
80cm
20cm
70cm
Exemple 3
Coupe 1-1
Charges permanentes uniformément reparties (y compris poids propre de la poutre) : 5 KN/m
Charges d’exploitation uniformément reparties : 1,2 KN/m ;
Charges permanentes concentrées : 150 KN
Charges d’exploitation concentrées : 50 KN
Béton : f
c28
= 25MPa
Acier : FeE400 HA
Fissuration préjudiciable
Armatures d’âme droites
1/ Calculer l’effort tranchant maximal dans la poutre, calculé à l’ELU
2/ Vérifier les contraintes normales à l’ELS au niveau de la section médiane sous l’action de M
ser
3/ En vérifiant l’état limite des armatures d’âme, proposer un ferraillage transversal de la poutre.