Gouvernement et Direction attaquent

le Service Public et notre Statut,



Le 22 mai, Manifestation nationale des cheminots :
Envahissons les rues de Paris !


Le gouvernement et le président Pépy présentent un projet de loi portant sur la
réforme du système ferroviaire. Ce projet de loi s’inscrit dans la continuité de la
libéralisation du rail, en France et en Europe, qui a pourtant montré toute sa nocivité et
toute son inefficacité.


Manque d’investissement, dégradation de la
qualité du service offert aux usagers,
nombreux dysfonctionnements auront été
les traductions d’une telle politique !
Marqué du sceau de l’austérité, le projet de
réforme Cuvillier/Pépy ne remédie pas à ces
anomalies, il ne permet pas davantage de
rénover et de développer un réseau qui
souffre trop souvent de vétusté à cause du
sous-investissement. Au quotidien, les
cheminots s’en rendent comptent et
subissent au même titre que les usagers
ces désagréments.
Les conséquences peuvent être
dramatiques sur la sécurité, et dégradent
forcément les conditions de travail et de vie
des cheminots, et de centaines de milliers
de salariés en proximité.


Contrairement à ce que la presse
d’entreprise tente de nous faire croire, ce
projet de réforme ne règle en rien le poids
actuel de la dette dont nous ne sommes pas
responsables. Par contre, le système
ferroviaire serait financé par une
augmentation de la productivité sur le
dos des cheminots, au travers d’une
dégradation des conditions de travail,
par une remise en cause du RH 0077, par
la suppression de trains ou la fermeture
de lignes, etc…
Une toute autre réforme est nécessaire.
Le système ferroviaire doit être construit au
service de l’intérêt général pour corriger les
erreurs du passé et emprunter une voie
opposée à celle qui est en service
actuellement et en premier lieu, une reprise
de la dette par l'Etat.
CGT – UNSA – SUD RAIL – FO
Unions Régionales et Secteur Fédéral des
Cheminots de Paris Rive Gauche
Les organisations syndicales CGT,
UNSA, SUD RAIL, et FO de Paris Rive
Gauche, réaffirment leur attachement à
une entreprise ferroviaire de service
public intégré, La SNCF, en opposition
avec l’éclatement en 3 entreprises séparant
de fait l’infrastructure de l’exploitant
ferroviaire (le transporteur).
Le maillage ferroviaire territorial du local
au national, comme celui de la
reconquête du fret ferroviaire et le
développement des trafics des
voyageurs sont des impératifs
économiques, comme ils répondent aux
intérêts sociaux et environnementaux.
L’exemple du récent pic de pollution en
zone urbaine en est une démonstration.
Le ferroviaire et la SNCF peuvent
répondre durablement à l’amélioration de
la qualité de l’air en proposant un service
public de qualité, plutôt que de pénaliser
les automobilistes qui se voient contraindre
une circulation alternée en fonction des
jours.
Il est donc urgent d’investir dans le
développement des infrastructures
existantes et nouvelles, ainsi qu’il y a
nécessité d’investir dans du nouveau
matériel pour répondre aux attentes des
usagers.
Le système ferroviaire, les obligations de
service public, l’impératif absolu de
sécurité induisent des obligations
spécifiques pour les cheminots.
Seul un statut social de haut niveau peut
permettre de répondre à ces contraintes et
assurer la sécurité, contrairement à ce que
peut engendrer une politique faite de
dumping social.

Les organisations syndicales CGT, UNSA, SUD RAIL, et FO de PRG réaffirment que :
o La réglementation du travail ne peut être inférieure au RH 0077.
o Le recrutement des personnels au statut Cadre Permanent doit être la règle
générale.
o Il est nécessaire de mutualiser les moyens de production en proximité et permettre
aux cheminots de travailler véritablement, ensemble, en complémentarité dans tous les
métiers.

OUI à une réforme du système ferroviaire
répondant aux besoins de service public utile
à la population, aux usagers, aux cheminots.

NON à celle de Pépy et du gouvernement !

MANIFESTONS LE 22 MAI A PARIS !
Paris le 28 avril 2014