L'HORLOGERIE AU VAL-DE-TRAVERS

BOVET FR~RES & Co. S. A., A FLEURI ER.
Parler de la Maison Bovet Frères & Co. S. A., c'est, de par ses
origines, remonter à une époque bien révolue pour l'horlogerie
fleurisane. Elle est, en effet, l'une des plus anciennes fabriques de
notre cité puisque sa fondation remonte à l'année 1887.
A son origine première, on retrouve cette personnalité si ca-
ractéristique disparue en 1936,M. Alexis Landry. Né en 1856,il était
le fils de Henri-Ulysse Landry, des Verrières, horloger de talent,
principal collaborateur de J ean Tixier et artisan des premières
ébauches du « Calibre Tixier» qui eut une certaine renommée à
l'époque. Rappelons, en passant, que c'est à J ean Tixier que l'on
doit la construction de la belle maison de Belle-Ile.
Alexis Landry avait fait son apprentissage d'horloger chez Fritz
Bovet, l'oncle de M. George Bovet, l'actuel Chancelier de la Confé-
dération. Fritz Bovet, qui s'était ~'abord initié aux chronographes-
compteurs, se vouait alors à la fabrication des montres anglaises
soignées.
Après avoir été, pendant un certain nombre d'années, le colla-
borateur de Fritz Bovet, Alexis Landry s'associait à son frère, Alcide
Landry (1858-1918),mécanicien de valeur et inventeur, et les deux
frères créaient la Maison Landry frères, fabrication d'horlogerie. La
dite firme faisait construire, en 1887, l'immeuble dans lequel elle
installait ses ateliers et bureaux, à la rue Daniel-J eanrichard. Ce fut
là la première fabrique construite dans cette rue qui devait, par la
suite, devenir le véritable « quartier des fabriques» de Fleurier. Ce
village comptait alors une trentaine de maisons d'horlogerie fabri-
quant pour une quantité de pays: Chine, Egypte, Turquie, Etats-
Unis, Angleterre, Espagne, France, pour ne citer que les principaux
débouchés. {(C'était une belle époque pour Fleurier et il semblait
qu'à la prospérité industrielle correspondait un véritable épanouis-
sement Intellectuel sous l'Influence d'une élite d'hommes possédant
de solides qualités du coeur et de l'esprit».
LaMaison Landry Frèresétait spécialisée dans la fabrication de
la montre chinoise et elle fut à un moment donné la principale ex-
portatrice de ces montres. Elle avait aussi un département pour la
fabrication des tours à pivoter, que dirigeait spécialement Alcide
Landry. Ce dernier étant décédé, la maison fut dissoute et ses af-
faires furent reprises par MM. Landry & Cie., société en commandite
formée par MM. Alexis Landry et Albert Bovet. En1918, M. Alexis
Landry se retira et M. Albert Bovet reprit la suite des affaires. La
245
LE VAL-DE-TRAVERS INDUSTRIEL
raison sociale devint, alors, Bovet Frères, successeursde Landry &
Cie, les trois associés étant MM. Albert Bovet, J ean Bovet et WIl-
liamJ aques. Puisce fut la constitution d'une Société Anonyme avec,
comme but, la fabrication d'horlogerie en général. Lamaisonfabri-
quait ses ébauches et ses boîtes et terminait complètement la
montre; elle était donc une manufacture. Elle s'était spécialisée
dans les genres pour la Chine, ce pays absorbant - en 1920-1922
surtout - le 95O f o de saproduction.
L'année 1924devait être funeste à l'entreprise. L'Insurrection
des Rouges à Canton, paralysa complètement tout commerce avec
ce pays où, on l'a vu, s'écoulait la presque totalité de la produc-
tion de la S. A. Bovet Frères& Co. On se trouva, dès lors, dans une
situation difficile et l'on dut changer complètement la fabrication,
depuis l'ébauche, créer de nouveaux calibres appropriés aux prin-
cipaux marchésmondiaux. Cette dure lutte dura jusqu'en 1929,date
à laquelle on renonça à la fabrication des ébauches et des boîtes
pour se spécialiser dans l'établissage seulement. Enquoi on fut, du
reste, bien inspiré.
Mais la crise dans l'horlogerie allait, une fois encore, obliger
à composer avec l'adversité. Il fallut, derechef, changer les genres
de fabrication et c'est alors que l'on se spécialisa particulièrement
dans le chronographe, genre dans lequel on entrevoit d'intéressan-
tes perspectives pour l'avenir. Aucun ouvrier de la maison n'ayant
jamais fait le chronographe, il fallut donc réadapter entièrement le
personnel et ce fut là un effort considérable à fournir. Mais, s'étant
rendu compte que le salut était là, on l'entreprit avec courage et
foi.
Ainsi, bien qu'elle produise tous genres de montres de poche
et bracelets à mouvement ancre, la Fabrique Bovet Frères & Co.
S. A. se voue surtout à la fabrication de spécialités brevetées. Elle
est détentrice de cinq brevets dont trois nous paraissent particuliè-
rement intéressants: celui d'une montre de poche dite chevalet,
celui d'un nouveau chronographe rattrapante à une seule aiguille,
et celui d'un chronographe dit à4 temps avec arrêt supplémentaire
et remiseen marche facultative. Partant du point de vue que l'ave-
nir est dans cette fabrication, la maisonse spécialise dans les nou-
veautés du chronographe et de la montre de sport.
Il est intéressant de voir d'un peu plus près en quoi consistent
les particularités du nouveau chronographe «Bovet» à 4 temps et
à rattrapante. Il comporte deux poussoirs, dont l'un, dit à 4 temps,
246
L'HORLOGERIE AU VAL-DE-TRAVERS
est muni d'un dispositif spécial permettant d'obtenir une fonction
supplémentaire, c'est-à-dire la remise en marche facultative, après
arrêt, sans retour à zéro. Le chronographe mis à l'arrêt peut donc
être remis en marche ou à zéro, à volonté, et ceci avec le même
poussoir. Laremise en marche facultative permet toutes opérations
chronométriques temporaires et intermittentes, arrêt dans un match
de football ou dans untournoi, accident de machine aucours d'ob-
servations, etc., etc.
Le deuxième poussoir actionne un mécanisme d'arrêt supplé-
mentaire dit à rattrapante. Une légère pression sur ce deuxième
poussoir produit l'arrêt momentané de l'aiguille de chronographe,
facilitant la lecture précise et rapide, sanspour cela arrêter la mar-
che du mécanisme, étant donné que, dès qu'on libère le poussoir,
l'aiguille de chronographe rattrape, par un saut, le temps d'arrêt,
Ce système de rattrapante a une utilité toute particulière pour
l'enregistrement précis du temps dans les concours et spécialement
à l'arrivée des coureurs. Par exemple: au moment du passage au
but du premier coureur, une pression sur le poussoir bloque l'ai-
guille. L'enregistrement effectué, on lâche le poussoir et l'aiguille
rattrape le temps nécessité pour l'enregistrement. Arrive undeuxiè-
me coureur, nouvel arrêt de l'aiguille et ainsi de suite. Unseul chro-
nographe permet donc l'enregistrement exact du temps pour cha-
que coureur. Ceux qui ont l'habitude d'organiser des courses se
rendront compte par ce qui précède de l'amélioration très sensible
apportée ainsi dans l'enregistrement des temps.
Dans la fabrication du chronographe, la maison Bovet Frères &
Co. S. A. est donc arrivée, déjà, à de fort intéressants résultats. Elle
poursuit ·soneffort dans cette fabrication et elle vient de sortir
une pièce chronographe dans le calibre... 101/2 ", ce qui pa-
raissait une gageure puisqu'il s'agit là du calibre d'une montre bra-
celet déjà relativement petite. Mais les pièces d'essais ont donné
des résultats absolument concluants et leur fabrication en série ne
saurait tarder. Ce qui constitue, on l'avouera, un beau succès.
Ajoutons que le principal débouché de la maisonest l'Italie (où
elle livre particulièrement pour l'aviation des chronographes pour le
contrôle d'appareils volant à 850km. à l'heure !) Mais elle travaille
également dans tous autres pays, y compris la Chine et le J apon.
SI cette ancienne maison fleurisane a connu, de par la force
des circonstances, des années difficiles, il semble bien qu'elle aille
désormais au-devant d'un nouvel essor, juste récompense d'efforts
persévérants.
247