Clayton McKee

Le 7 mai 2014
Français 202U, Prof. McCoy
Dissertation finale
Le racisme culturel
Chimamanda Ngozi Adichie donne un TED Talk sur le sujet de l’histoire seule.
Elle la définit ainsi: « les livres que nous lisons, pendant notre enfance, peignent un
portrait mais le portait n’explique plus qu’un côté » (Adichie). Elle ne veut pas dire que
les livres sont les détriments du monde mais l’histoire seule est un grand problème de
notre société. Les histoires seules créent les stéréotypes et causent le rejet des autres
cultures. Le grand problème que Adichie a décrit avec l’histoire seule, est le rejet des
cultures ; sans l’acceptation culturelle, le racisme et les stéréotypes existent.
Le racisme change durant l’histoire. Le racisme de 1950 a été un racisme avec
une fondation scientifique, différent que le racisme d’aujourd’hui. J. M. Blaut a écrit,
« Aujourd’hui, le racisme est le racisme culturel. » Maintenant, les races identifient avec
une culture. La race blanche signifie la culture européenne et avec la culture européenne,
le christianisme. Cette culture est l’aspect le plus important et pas la race (Blaut). Il y a
deux problèmes. Premièrement, une culture ne limite jamais à une race. La culture aux
États-Unis, par exemple, inclut les blanches, les noires, les maures, les asiatiques, et plus.
La culture des Caraïbes est la même que les Etats-Unis : un mélange (africain, européen
et indigène). Deuxièmement, le grand problème existe quand un groupe pense que les
autres cultures sont inférieures.
Le racisme culturel existe partout. Les français disent que le racisme n’existe pas :
la seule race est la race humaine. Au même temps, les enfants d’Angers ont hurlé « La
guenon, Va manger tes bananes ! » à la ministre noire, Christiane Taubira. Les parents
des enfants seulement étaient contents. La France est un pays divers mais le racisme est
toujours là (Poirier). France homogénéise les culture pour être comme la majorité de
France : blanche et catholique. Il y a une grande population maghrébine (musulmane) en
France mais les filles musulmanes ne peuvent pas porter les voiles en publique et les juifs
ne peuvent pas porter les kippas. La langue française utilise les phrases racistes aussi :
« tête de nègre » une nuance du couleur, « faire son juif » quand on est radin, etc
(Pfeiffer).
Aux Etats-Unis, le racisme existe contre beaucoup des groupes. Avant le
commence de la colonisation, Millions des amérindien ont habité aux Etats-Unis. Les
européens ont cru que les amérindiens étaient les sauvages. Un peu plus tard, le racisme a
changé aux noirs (les esclaves). Ce racisme existe toujours bien qu’ils aient les mêmes
droits. Chaque fois qu’il y a une menace potentielle pour la majorité des citoyens, les
Etats-Unis crée un stéréotype et avec le stéréotype, le racisme culturel. Pendant la
Deuxième Guerre mondiale, les japonais américains ont envoyé aux camps d’internement
parce que tous les japonais ont été les ennemis des Etats-Unis. Les hispaniques
immigrent sans papier et ils volent les travails des américains. Maintenant tous les
hispaniques sont les immigrés clandestins, ils travaillent pour un penny par jour et ils
aiment les siestes. Maintenant le stéréotype le plus courant est contre les musulmans.
Après le 11 septembre 2001, une personne qui porte un port du voile, un turban ou adore
Allah appartient à Al Quaida. Hollywood décrit les Arabes comme les vilains et les
terroristes et au aéroport, la sécurité interroge les Arabes sans une raison (Background).
À Happy Valley, on trouve le racisme bien qu’il soit l’endroit le plus content du
monde. 79.8% des étudiants qui assistent à Penn State sont blanches et les autres races
composent le reste (20.2%) mais les autres races composent moins que 10% pour chaque
catégorie. 7.8% des étudiants habitent dans un pays différent. Penn State a beaucoup de
diversité: les étudiants des autres pays viennent de 98 pays différents, il y a 7 minorités
(je pense que c’est tous les minorités) et 100% des étudiants ont leur propre histoires. En
dépit du fait que la diversité des cultures, des religions et des personnes existe partout sur
campus, pas tout le monde n’accepte les autres (Penn State). L’association d’étudiantes
Chi Omega a pris une photo pendant l’Halloween. Toutes les étudiantes portent des
sombreros, des moustaches mexicains et des ponchos mexicains. Elles ont eu deux
panneaux que lisent « Je tonds pour les bières et l’herbe » et « Je ne tonds pas l’herbe, je
la fume. » La connaissance des filles est terrible. C’est clair qu’elles seulement
connaissent les aspects banals de la culture mexicaine (Porter).
On peut combattre le racisme culturel par une connaissance de ce monde et les
cultures du monde. D’abord, questionner aide l’apprentissage beaucoup. « Les questions
efficaces fournit un chemin pour comprendre les situations, les problèmes où les objets de
litige» (Asking Questions). Avec une question efficace, on obtient l’information honnête
en place des stéréotypes. Après avoir posé des questions, les dons d’écoute sont aussi
importants. Donc on questionne, on écoute et on apprend. Ensuite, les livres se
développent l’esprit. Lire aide avec la santé mentale, dormir ainsi que la vision du
monde. On peut voyager aux pays différents et voyager dans le temps. On ressent la vie
des autres personnes et la culture des autres personnes par des livres. Par-dessus le
marché, les livres aident avec la compréhension des religions et cultures sans partir de la
maison (Levin). Aussi, les communautés font les fêtes célébrer les cultures. State
College, par exemple, fait le fête d’art, « Touche de l’Afrique » et plus. On est exposé au
monde quand on assiste un événement comme ceux-ci et on trouve des personnes pour
poser des questions et possiblement un nouvel ami. Finalement, les voyages enseignent
beaucoup au sujet des cultures. Pendant les études à l’université est le meilleure temps
pour voyager et gagner des notes. En 2010-2011, 43.6% des étudiants qui étudient à Penn
State, étudient à l’étranger pour apprendre plus d’une culture, une langue et un mode de
vie. Le coût n’est pas une excuse parce que il y a beaucoup des bourses. 232 étudiants ont
reçu l’aide financière (près de $1000). À l’université, les voyages sont abordables et les
voyages aident les études et la connaissance du monde (Education Abroad). Les voyages
aussi enseignent un voyageur beaucoup, comme : les religions, la nourriture, la pauvreté
et le bien et le mal de son propre pays. Aussi, comme les livres, les voyages sont une
manière pour apprendre et étendre sa vue du monde (Phang).
On ne doit jamais répondre aux sentiments anti-culturels à moins qu’on va être
professionnel. Si on répond à quelqu’un, qui a les suppositions d’une culture, avec les
remarques impolies, ils sont le même. Quand une étudiant de Penn State a écrit « L’HUB
n’est pas une aire de jeu » sur Twitter, elle a blessé le population des Afro-Américaines.
C’est triste qu’une étudiante ait dit ces sentiments mais la réponse du « tweet » était pire.
« Hier, j’ai vu un groupe des caucasiennes jouer le « hacky sack » à l’extérieur de l’HUB
mais #L’HUB n’est pas une aire de jeu. » Donc, c’est le même commentaire de la
première étudiant mais cette étudiante, avec le deuxièmement commentaire, n’a pas causé
une problème. À mon avis, elle est pire parce qu’elle était en colère avec le premier
commentaire qui a blessé beaucoup des personnes mais maintenant, elle a blessé un autre
groupe des personnes (Fogarty).
« L’histoire seule crée des stéréotypes et le problème avec les stéréotypes est
qu’ils ne sont pas faux mais ils sont incomplets. » Chimamanda Adichie décrit le
problème avec les stéréotypes comme un inachèvement pour trouver la vérité. Poser des
questions, lire les livres différents, assister les célébrations culturelles et voyager à
l’étranger complètent l’histoire et ils effacent les stéréotypes. Les stéréotypes peuvent
casser la dignité des personnes avec la création des stéréotypes mais une éducation
mondiale répare la dignité cassée. « Quand nous nous rendons compte qu’il n’a jamais
une histoire seule à propos d’un endroit, nous retrouvons un type du paradis. » -
Chimamanda Adichie

La bibliographie
Adichie, Chimamanda. "Annotated Captions of Chimamanda Adichie: The Danger of a
Single Story in English." The Leading Way to Caption and
Translate Videos Online. Dot Sub, n.d. Web. 15 Apr. 2014.
"Asking Questions." Cultural Connections for Learning. N.p., n.d. Web. 06 May 2014.
"Background on Racial Discrimination." Do Something. N.p., n.d. Web. 03 May 2014.
Blaut, J. M. (1992), THE THEORY OF CULTURAL RACISM. Antipode, 24: 289
299. doi: 10.1111/j.1467-8330.1992.tb00448.x
"Education Abroad Statistics." Education Abroad Statistics. Penn State University, 2011.
Web. 06 May 2014.
Fogarty, Ali. "#thehubisnotaplayground Hits Penn State After Offensive Tweet."
#thehubisnotaplayground Hits Penn State After Offensive Tweet. Onward State,
n.d. Web. 06 May 2014.
Levin, Heather. "How to Read More Books – Benefits of Reading." Money Crashers.
N.p., n.d. Web. 06 May 2014.
"Penn State University Park Students - CollegeData College Profile." COLLEGEdata.
College Board, n.d. Web. 06 May 2014.
Pfeiffer, Alice. "Explaining the Racist Response to the New Miss France." Elle. N.p., 10
Dec. 2013. Web. 06 May 2014.
Phang, Yii-Huei. "The Importance of Traveling." The Huffington Post. TheHuffingtonPost.com, 25 July
2013. Web. 06 May 2014.
Poirier, Agnes, and The Opinions Expressed in This Commentary Are Solely Those of
Agnes Poirier. "Is France Racist? Abuse Shocks Nation." CNN. Cable News
Network, 29 Nov. 2013. Web. 06 May 2014.
Porter, Evan. "Penn State Sorority Chi Omega Under Investigation
Due To Racially Insensitive Image." Onward State. Onward
State, Oct. 2012. Web. 15 Apr. 2014.