UNIVERSITE DE DOUALA

ECOLE SUPERIEURE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET COMMERCIALES (ESSEC)

THEME : La performance commerciale du réseau de distribution de la SCTM gaz : évaluation et pilotage. Une application au réseau grossistes CENTRE - SUD

Mémoire en contribution à l’obtention du Diplôme d’Etudes Supérieures en Commerce (DESC) Gestion Marketing Rédigé et Soutenu par KENGNE OUABO Jourdain

Sous la Supervision

Pr. Claude BEKOLO
Agrégé ès Sciences de gestion Chef du département Marketing de l’ESSEC de Douala Directeur de l’ENSET de Douala

Encadrement Académique Dr. HALIDOU MAMOUDOU Chargé de cours à l’ESSEC de Douala Inspecteur des services au MINESUP

Encadrement Professionnel M. DASSIE Jérémie Directeur exploitation SCTM gaz

Année Académique 2005-2006

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

DEDICACE

A mes parents, Feu Monsieur OUABO Innocent qui m’a montré le chemin … Et Mme OUABO née NOBOU Jeanne qui guide mes pas sur ce chemin qu’est la vie !

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

ii

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

REMERCIEMENTS
Ce mémoire est le résultat d’un effort constant. Cet effort n’aurait pu aboutir sans la contribution de nombre de personnes. Ainsi se présente

l’occasion de les remercier : Tout d’abord, Le Professeur Claude BEKOLO, chef du département marketing de l’ESSEC pour la supervision de ce travail ; Le Docteur HALIDOU MAMOUDOU, pour sa disponibilité à encadrer ce travail à travers ses critiques et ses propositions d’améliorations ; Tous les enseignants de l’ESSEC et en particulier, ceux département marketing ; Je tiens à remercier tout particulièrement le Président-Directeur Général de la SCTM gaz, M. SIELIENOU Christophe qui a gracieusement offert le cadre de son entreprise pour notre stage ; Aussi M. Jérémie DASSIE, Directeur d’exploitation du

pour son soutien, ses conseils et les informations mises à notre disposition pour exploitation dans le cadre de ce travail. Enfin, l’ensemble du personnel

administratif de la SCTM gaz à savoir : Mlle FOYET Annie, Me NJINE Magloire et M. FONTCHI Félix pour leur encadrement et le personnel SCTM de Yaoundé. Je pense aussi à : Mes oncles qui n’ont cessé de me soutenir durant toute ma formation à savoir : M. TOGUEM Dieudonné, M. TOGUEM Michel, M. CHOUTEDJEM Gaston, M. FODOUOP Roger, M. TAMGUE Gaston. Mes tantes : Mme CHOUTEDJEM Nicole, Mme TOGUEM Charlotte, Mme TUETE Juliette et Mme TAMNO Lydie. Mon grand frère M. MOMEYA Romuald Hervé qui m’a toujours montré l’exemple. Mes frères, sœurs, cousins et cousines Mes remerciements vont aussi à mes amis pour cette belle ambiance : YOUDOM Émile, FOKO Rollin, SISSAKO Caroline, SAFIA martial, TIOMEGUIM Bonaventure, M’BILE jules, WAMBO Simon, NGUETSOP blondine, MASSOP Léonie, NEMBOT Estelle, NGUEMETA Sophie, MOGUE Molière, KUATE Thierry, YUEGO Gaëlle, EDIMO Dominique, WAFO Julus ainsi que tous mes Camarades de promotion en particulier ceux de l’option marketing.
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

iii

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

AVANT PROPOS
L’École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales (ESSEC) de Douala est un établissement de l’Université de Douala, offrant des formations dans plusieurs filières et options. L’une de ces filières est celle des études supérieures en commerce, qui recrute des bacheliers et en fait des gestionnaires qualifiés au bout de quatre années d’étude. Tout étudiant dans sa quatrième année d’étude doit effectuer un stage de trois mois en entreprise, lequel stage doit donner lieu à la rédaction d’un mémoire de fin d’études et dont le thème doit s’ancrer dans son domaine de spécialisation. C’est au respect de cette tradition que nous avons effectué un stage à la SCTM gaz, entreprise distributrice de gaz domestique et ou nous avons porté

notre intérêt sur la performance commerciale de son réseau de distribution. Il est question pour nous d’évaluer et de proposer éventuellement de

remèdes pour piloter efficacement cette performance. Ne pouvant prétendre à la perfection de ce travail, nous sommes conscients de ses éventuels limites et de la nécessité d’un approfondissement. Nous demeurons ainsi ouvert à toutes les critiques et suggestions constructives.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

iv

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

SOMMAIRE
DEDICACE ....................................................................................................... i REMERCIEMENTS ............................................................................................ iii AVANT PROPOS ..............................................................................................iv SOMMAIRE ..................................................................................................... v LISTE DES TABLEAUX, GRAPHIQUES ET FIGURES............................................ vii LISTE DES ABBREVIATIONS .......................................................................... viii RESUME ......................................................................................................... ix ABSTRACT ...................................................................................................... x INTRODUCTION GENERALE ............................................................................. 1
PREMIERE PARTIE : ........................................................................................ 4 LA PERFORMANCE COMMERCIALE ET LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION DE GAZ AU CAMEROUN ........................................................................................ 4

CHAPITRE I : LA NOTION DE PERFORMANCE COMMERCIALE DANS LA DISTRIBUTION ............................................................................................... 5
Section 1 : Organisation de la distribution.................................................... 5 Section 2 : La nécessité et Les modes d’évaluation de la performance commerciale .............................................................................................. 9 Section 3 : Les déterminants et indicateurs de la performance commerciale 11

CHAPITRE II : LE MARCHE CAMEROUNAIS DE GAZ DE PETROLE LIQUEFIE (G.P.L) ......................................................................................................... 15
Section 1 : Présentation de la filière .......................................................... 15 Section 2 : Évolution de la consommation et de l’offre dans le secteur ....... 20 Section 3 : Analyse concurrentielle ............................................................ 26 DEUXIEME PARTIE : EVALUATION ET PILOTAGE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DE LA SCTM-GAZ ................................................................... 32

CHAPITRE III : EVALUATION DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DU RESEAU DE DISTRIBUTION DE LA SCTM .................................................................... 33
Section 1 : La gestion de la distribution à la sctm gaz................................. 33 Section 2 : Approche méthodologique de l’evaluation de la performance ..... 40

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

v

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

CHAPITRE 4 : PILOTAGE DE LA PERFORMANCE DU RESEAU GROSSISTE DE LA SCTM GAZ .................................................................................................... 45
Section 1 : Présentation des résultats et vérification des hypothèses ........... 45 Section 2 : Conception du tableau de bord pour le pilotage de la performance commerciale. ........................................................................................... 55

CONCLUSION GENERALE ............................................................................... 59 REFERENCES BIBIOGRAPHIQUES................................................................... 60 ANNEXES ...................................................................................................... 61

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

vi

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

LISTE DES TABLEAUX, GRAPHIQUES ET FIGURES
Tableau II.1 : Évolution des ventes en gaz conditionné………………………………………19 Tableau II.2 : Évolution des ventes en gaz vrac…………………………………………………20 Tableau II.3 : Évolution de la consommation en GPL …………………………………………21 Tableau II.4 : Évolution des ventes par marketer……………………………………………….22 Tableau II.5 : Évolution des parts de marché par marketer…………………………………23 Tableau II.6 : Vente par type de conditionnement et par marketer………………………24 Tableau II.7 : Évolution de l’offre de la SONARA………………………………………………..25 Tableau II.8 : Évolution des importations………………………………………………………….25 Tableau II.9 : Évolution de l’offre globale en GPL au Cameroun…………………………..26 Tableau II.10 : Performance des marketers en pourcentage ………………………………32 Tableau III.1 : Contribution moyenne des canaux au volume de vente de l’agence de Yaoundé…………………………………………………………………………………………………………37 Tableau III.2 : Opérationnalisation des variables……………………………………………….42 Tableau IV.1 : Classification de la commercialisation du gaz……………………………….46 Tableau IV.2 : Fréquence grossiste dont l’activité principale est la vente du gaz……47 Tableau IV.3 : Fréquence des ventes moyennes mensuelles en 12,5 kg……………….48 Tableau IV.4 : Fréquence de la répartition des emballages entre grossistes………….48 Tableau IV.5 : Fréquence des ruptures de stock…………………………………………………49 Tableau IV.6 : Score du classement des éléments d’évaluation de la satisfaction….50 Tableau IV.7 : Score des degrés de satisfaction…………………………………………………50 Tableau IV.8 : Appréciation des critères d’organisation du réseau grossiste………….51 Tableau IV.9 : Fréquence de la prise en compte des grossistes par l’entreprise…….51 Tableau IV.10 : Corrélation entre critères d’organisation et l’amélioration des ventes

……………………………………………………………………………………………………………………..52
Tableau IV.11 : Corrélation entre critères d’organisation et l’amélioration de la qualité des services…………………………………………………………………………………………53

Graphique II.1 : Évolution des ventes en GPL par type de conditionnement………….22 Graphique II.2 : Évolution des parts de marché par marketer……………………………..23 Graphique II.3 : Évolution de l’offre en GPL……………………………………………………….26

Figure Figure Figure Figure Figure Figure

I.1 : Schéma du circuit de distribution à un niveau…………………………………….7 I.2 : Schéma du circuit de distribution à deux niveaux……………………………….7 I.3 : Schéma du circuit de distribution à trois niveaux………………………………..7 II.1 : Schéma d’approvisionnement en GPL……………………………………………..17 III.1 : Schéma d’approvisionnement des dépôts SCTM……………………………..35 III.2 : Schéma du circuit de distribution à la SCTM gaz…………………………….37

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

vii

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

LISTE DES ABBREVIATIONS
CA : Chiffre d’affaires CSPH : Caisse de stabilisation des prix d’hydrocarbure DAE : Direction des affaires économiques DESC : Diplôme d’études supérieures en commerce ESSEC : École supérieure des sciences économiques et commerciales GPL : Gaz de pétrole liquéfié INS : Institut national de la statistique MINEE : Ministère de l’énergie et de l’eau PM : Part de marché SCDP : Société camerounaise de dépôt pétrolier SCT : Sous commission technique SCTM : Société camerounaise de transformation métallique SESP : Service des études, statistiques et prévisions SNH : Société nationale des hydrocarbures SONARA : Société nationale de raffinage TM : Tonne métrique

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

viii

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

RESUME
Le secteur de la distribution des gaz domestiques est un secteur en pleine croissance, en témoigne l’évolution de la consommation et l’entrée de nouveaux marketers. La société camerounaise de transformation métallique (SCTM)

distributrice de gaz est la principale entreprise du secteur qui a vu ses parts de marché croître substantiellement ces deux dernières années, dépassant souvent la moyenne du marché. Ceci pousse à penser à une embellie de la performance de l’entreprise. Malheureusement, une analyse détaillée des potentiels nous a permis de constater que de toutes les sociétés en présence dans le secteur, la SCTM est celle qui n’atteint pas son potentiel en termes d’investissements, ceci relativise quelque peu les bons résultats précédents et surtout soulève la problématique de performance commerciale, qui donne sens à notre travail. Notre regard a porté sur le réseau de distribution, en particulier celui des grossistes. Après un recensement des avis de tous les grossistes des provinces du Centre et du Sud, il a été constaté que le respect du circuit de distribution et les

objectifs de vente attribués à chaque revendeur avaient un impact positif sur la
performance en termes de vente et de qualité des services rendus aux clients, aussi en termes d’accessibilité et de disponibilité du produit. Fort de ces constats, nous avons proposé un tableau de bord, qui permettrait d’établir une gestion prévisionnelle des ventes afin de mieux piloter les approvisionnements, source réelle de la non performance commerciale des grossistes à la SCTM gaz.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

ix

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

ABSTRACT
The sector of the distribution of domestic gas is a fast-growing sector. This is justified by the (growing) evolution of consumption and the entry of new marketers. The Cameroonian company of metallic transformation (SCTM), distributor of gas, is the main company of the sector that (and) saw its market shares grow substantially these last two years, often exceeding the average of the market. This pushes to think of an embellished one performance of this firm. Unfortunately, a detailed analysis of potentials allowed us to note that of all societies in presence in the sector, the SCTM is the one who does not attain its potential in terms of investments. This puts into perspective the previous good results a little and raises the problem of commercial performance, which gives sense to our work. Special attention was then given to the distribution network, in particular to the one of the wholesalers. After a census (inventory) of the opinions of all the wholesalers of the provinces of the Center and South, it was noted that the respect

of the distribution network and the sales targets attributed to each retailer had a
positive impact on the performance in terms of sale and quality of the services returned to the customers, so in terms of accessibility and availability of the product.

Strong of these reports, we proposed a dashboard (performance indicators) that would allow establishing a projected management of the sales in order to

better pilot supplies, real source of commercial non-performance of the wholesalers of the SCTM gas.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

x

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

INTRODUCTION GENERALE
Le marché camerounais de GPL connaît une croissance relativement forte au niveau de la consommation, on l’estime à environ 21% sur les cinq dernières années (la consommation est passée de 33 000 TM en 2000 à 40 000 TM en 2005)1. Ceci se peut se justifier par la demande toujours croissante du produit et l’arrivée de nouveaux marketers dans le secteur. Cette croissance induit de fait une accélération du rythme de la compétition. En conséquence, il devient impératif pour chaque entreprise du secteur de développer des stratégies lui permettant de connaître son positionnement par rapport aux concurrents au risque de perdre des parts de marché. De fait, un des leviers stratégiques sur lequel s’appuient les entreprises de ce secteur est la distribution. Disposer d’un réseau de distribution performant pour assurer la disponibilité du produit auprès du consommateur semble alors constituer un enjeu pour chaque entreprise. La forte croissance du marché du gaz domestique évoquée plus haut, s’est accompagnée d’une redistribution du marché entre les différents marketers. Ainsi, certains ont gagné en part de marché alors que d’autres en perdaient. En particulier, la société camerounaise de transformation métallique de gaz (SCTM-gaz) a vu sa part de marché et ses ventes croîtrent (50,01% en 2004 contre 51,82% en 2005)2, une croissance dépassant souvent la croissance de la filière (7,28% en 2005 pour la filière et 13,18% pour la SCTM en 2005). Ces chiffres traduisent d’une part la rudesse de la compétition sur ce marché et d’autre part, la bonne performance de la SCTM-gaz témoignant peut être de l’efficacité de sa stratégie de distribution. Au-delà de ces chiffres positifs pouvant laisser penser à la bonne santé de l’entreprise, nous avons néanmoins remarqué au cours de notre stage à l’agence SCTM-gaz de Yaoundé et durant nos tournées chez les grossistes des provinces du Centre et du Sud un certain nombre de dysfonctionnements tels que :

des ruptures de stock assez fréquentes, l’absence de la marque dans certaines régions, une gestion dilettante du canal grossiste, l’utilisation de plusieurs circuits de

D’après le rapport d’analyse du marché de GPL au Cameroun, gaz conditionne, 4е trimestre 2005 par Jérémie DASSIE, Directeur exploitation SCTM Gaz. 2 Ibidem

1

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

1

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

distribution, bref des insuffisances dans l’organisation du réseau de distribution. Ceci
nous a conduit à demander si l’entreprise ne pourrait pas faire mieux au regard de son potentiel d’autant plus que des investissements conséquents ont été engagés l’année dernière et cette année encore dans l’acquisition des emballages (bouteilles) afin d’atteindre un objectif minimal annuel de 24 000 TM3 (Tonnes Métriques). Ceci dit, on en vient naturellement à la problématique centrale autour de laquelle s’origine notre travail : Une meilleure organisation du réseau de distribution permet-elle de garantir la performance commerciale des revendeurs ? Cette interrogation, fil conducteur de notre étude suscite pour son élucidation bien d’autres. En effet, Quels sont les déterminants d’une performance commerciale ? Quelle est la stratégie de distribution à la SCTM-gaz ? L’organisation du réseau de distribution de la SCTM-gaz peut elle lui garantir l’amélioration des ventes des intermédiaires ? Et plus généralement, l’organisation du réseau de distribution de la SCTM gaz peut elle améliorer la qualité de service de ses intermédiaires de distribution ? Les réponses à ces questions nous conduirons à vérifier si une meilleure organisation du réseau de distribution de la SCTM gaz améliorait les ventes et la qualité des services.

Le présent travail s’articulera autour de deux parties : •

La première partie composée de deux chapitres, mettra d’abord en évidence le concept de performance commerciale dans la distribution, ensuite nous présentera le marché camerounais des gaz de pétrole liquéfiés (GPL).

3

La consommation annuelle de 2004 étant de 20 032,32 TM et celle de 2005 à 22 673,59TM.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

2

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

La deuxième partie quant à elle, est dédiée à

l’enquête de terrain

auprès des distributeurs. Nous y ferons une brève présentation de la distribution à la SCTM et ressortirons la problématique de la distribution sur site. C’est ici que nous étayerons l’hypothèse centrale tout en y apportant des éléments de validation. Au terme de ce travail, sera

construit alors un tableau de bord pour le pilotage de la performance du réseau de distribution à la SCTM gaz.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

3

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

PREMIERE PARTIE : LA PERFORMANCE COMMERCIALE ET LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION DE GAZ AU CAMEROUN
L’évaluation et le pilotage de la performance commerciale du réseau de distribution à partir du site de la SCTM constituent les objectifs de notre travail ; mais avant d’y arriver, il est important et essentiel de présenter au préalable la notion de performance commerciale dans la distribution et le marché camerounais de la distribution de G.P.L. C’est l’objectif de cette partie qui se compose de deux chapitres : Le premier met en évidence le concept de performance commerciale dans la distribution ; Et le deuxième présente dans le détail G.P.L. le marché camerounais de

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

4

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

CHAPITRE

I:

LA

NOTION

DE

PERFORMANCE

COMMERCIALE DANS LA DISTRIBUTION

La performance commerciale occupe une place de choix dans les activités marketing. En effet, son explication constitue une des préoccupations majeures des chercheurs et des praticiens (marketers). La performance commerciale est très souvent utilisée comme moyen de contrôle ou d’animation des réseaux de distribution ainsi, pour SEPARI4 la performance c’est faire mieux que le concurrent sur le moyen terme. Par ailleurs, on peut penser avec LEBAS5 que « la performance en matière de gestion, est la réalisation des objectifs organisationnels ». Ceci dit : La performance dépend d’un référent : l’objectif ; La performance est multidimensionnelle dès lors que les buts sont multiples ; La performance est un sous-ensemble de l’action : c'est-à-dire qu’elle est l’effet et le résultat de l’action. La performance est subjective puisqu’elle est le produit d’une opération par nature subjective qui consiste à rapprocher une réalité d’un souhait, à constater le degré de réussite d’une intention. En résumé, nous pouvons dire que la notion de performance commerciale d’un réseau de distribution recouvre l’idée de la réalisation des objectifs de vente pour les intermédiaires de distribution (grossistes, détaillants). Afin de rendre encore plus concret ce concept, nous ferrons une brève l’organisation de la distribution. présentation de la théorie sur

SECTION1 : ORGANISATION DE LA DISTRIBUTION
Selon KOTLER et DUBOIS6, « la distribution est l’ensemble des activités qui s’exercent depuis le moment où le produit sous sa forme d’utilisation entre dans le magasin commercial du producteur ou du dernier transformateur, jusqu’au moment

4 5

SEPARI S., ALAZARD C., Contrôle de gestion, 4eme édition, Dunod, Paris, 1999, P.66. LEBAS, cité par NGO OMAM C., Evaluation de la performance commerciale dans le secteur brassicole, mémoire ESSEC, DEPA, 6 KOTLER P. et DUBOIS B., Marketing Management, 10e édition, Publi Union, Paris, 2001, 524 Pages

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

5

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

où le consommateur en prend possession. » en d’autres termes la distribution est un processus qui prend fin à l’acte d’achat. Pour leur part, LINDON et LENDREVIE7 pensent que « la distribution consiste à amener les produits au bon endroit, en quantité suffisante avec le choix requis, au bon moment et avec les services nécessaires à leur vente, à leur consommation et le cas échéant à leur entretien.» De cette dernière définition, on retiendra que la distribution ne se limite pas à la mise à disposition du produit auprès du consommateur, elle prend également en compte le suivi de la consommation, de la quantité offerte et la ponctualité de l’offre. De tout ce qui précède, il ressort que la distribution est moins une tache ponctuelle qu’un processus complexe intégrant plus d’une étape. En conséquence, elle nécessite la mobilisation d’énormes moyens logistiques et surtout la mise sur pied d’une organisation/réseau sans lesquelles les objectifs de croissance de parts de marché seront vains. L’organisation de la distribution consiste alors à la structuration des relations entre les intervenants d’un réseau de distribution. Le réseau de distribution correspond quant lui à l’ensemble des personnes physiques ou morales qui concourent à la distribution d’un bien ou d’un service depuis le producteur jusqu’au consommateur final.8

I. Le circuit de distribution
« Le circuit de distribution est constitué par le chemin et les étapes parcourus par les biens, depuis leur lieu de production jusqu’à la mise à disposition du consommateur »9. Ainsi, un circuit de distribution nécessite l’intervention des qui assurent l’approvisionnement des

agents économiques (canal de distribution)

biens. Il est caractérisé par sa longueur, c'est-à-dire le nombre d’intermédiaires qu’il comporte, Cependant le nombre d’intermédiaires qu’il convient d’utiliser pour chaque niveau de distribution est fonction du degré de couverture du marché visé par
7

LENDREVIE J. et LINDON D., Mercator : Théorie et Pratique du Marketing, 6eme édition, Dalloz, Paris, 2000, 788 P. 8 Dr NDEBI Pierre cours Distribution, commerce détail, vente, 4e année marketing ESSEC Douala, 2006. 9 BROSSELIN C., Distribution : Croissance et concentration, paris, Librairie Vuibert, 1981, P.15 128Pages.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

6

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

l’entreprise, la nature du produit, les habitudes de consommations, le degré de disponibilité exigé, etc. On désigne par canal de distribution l’ensemble constitué d’une catégorie d’intermédiaires ayant les mêmes activités et les mêmes caractéristiques générales.10 On peut distinguer suivant leur longueur plusieurs types de circuits :

I.1. Le circuit ultra court Ce circuit ne nécessite l’intervention d’aucun intermédiaire. Le consommateur s’approvisionne directement auprès de l’entreprise. Il permet à l’entreprise de faire l’économie de la marge des détaillants, des grossistes et plus de mieux connaître ses consommateurs. PRODUCTEUR
CONSOMMATEURS

I.2. Le circuit court Ce circuit est utilisé par les détaillants qui viennent directement

s’approvisionner auprès de l’entreprise ou dans une certaine mesure se font livrer à domicile et revendent à leur tour aux consommateurs. Il est avantageux en se sens qu’il permet de faire l’économie de la marge du grossiste, de mieux connaître le marché et désavantageux du fait de la faible capacité de stockage. PRODUCTEUR DETAILLANTS
CONSOMMATEURS

I.3. Le circuit long On note ici la présence des grossistes qui servent d’intermédiaires entre l’entreprise et les détaillants. Ceux-ci achètent des quantités importantes pour revendre aux détaillants qui à leur tour distribuent aux consommateurs finaux. Il est avantageux parce que permettant une couverture géographique plus dense donc la réalisation de chiffres d’affaires importants pour l’entreprise; désavantageux parce que réduit la marge bénéficiaire et constitue à long terme une dépendance. PRODUCTEUR GROSSISTES DETAILLANTS
CONSOMMATEURS

10

KOTLER P. et DUBOIS B., Marketing Management, 10e édition, Publi Union, Paris, 2001, 524 Pages

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

7

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II. Les intermédiaires de distribution
On distingue principalement deux types d’intermédiaires dans la distribution.

II.1 Ceux qui ne prennent pas possession du produit Ils jouent un rôle de négociation car on en charge, la recherche des clients ou consommateurs pour l’achat du produit. Ici c’est le client qui achète le produit. Ces intermédiaires reçoivent en retour de leur négociation une commission. Ce sont

entre autres : les courtiers, les mandataires et commissionnaires.

II.2. Ceux qui prennent possession du produit Ils achètent le produit et les revend à leur propre compte. Ils assurent toutes les fonctions nécessaires à la distribution du produit c'est-à-dire le financement, le stockage, l’acheminement, manutention, assortiment et informations. Ce sont les grossistes, Semi-grossistes et détaillants.

III. Les différentes formes d’organisation de la distribution
On distingue deux types d’organisation de la distribution : l’organisation verticale et l’organisation horizontale de la distribution.

III.1. Organisation verticale de la distribution Encore appelé organisation classique, elle consiste à assurer l’écoulement des produits du fabriquant au consommateur en passant par les circuits et canaux. Sa mise en place nécessite des objectifs de distributions et les contraintes. Ainsi, comme objectif on peut avoir : La couverture du marché Le niveau de chiffre d’affaires La rentabilité des canaux En ce qui concerne les contraintes, elles peuvent être internes ou externes et peuvent porter sur : Le contrôle des intermédiaires Les caractéristiques du marché…
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

8

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

III.2 Organisation horizontale de la distribution C’est l’organisation de la distribution au niveau des intermédiaires de distribution de même catégorie ou de même importance. Il s’agit pour une entreprise d’organiser la distribution au niveau de chaque canal de distribution pour une

meilleure efficacité sur le terrain.

SECTION 2 : NECESSITE ET MODES D’EVALUATION DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

I. Nécessité d’une évaluation
I.1 Rôle de l’évaluation L’évaluation de la performance commerciale présente un double intérêt11 : • • Sur le plan scientifique, il s’agit de vérifier si les objectifs ont été atteints ; Sur le plan opératoire, l’intérêt premier est de fournir des informations nouvelles qui ont entraîné la variation des résultats. En bref, elle permet à l’entreprise d’orienter ses actions et surtout réactiver le processus en cas de problème. L’évaluation de la performance du réseau de distribution permet à l’entreprise de contrôler et de suivre l’évolution de ses ventes. Elle est surtout essentielle dans l’établissement des prévisions de vente. La périodicité de l’évaluation peut varier selon l’importance que l’entreprise lui accorde : elle peut être mensuelle, trimestrielle ou annuelle. L’évaluation permet surtout à l’entreprise de dialoguer avec son

environnement, en recueillant des informations stratégies des concurrents et autres.

sur l’évolution du marché, les

SAVALL Henry, Véronique ZARDET , Maîtriser les coûts et les performances cachées, 3 édition, Economica, P331-343

11

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

9

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I.2 La qualité d’une bonne évaluation Le respect des délais et la pertinence de l’information apportée constituent les points essentiels d’une bonne évaluation. Une évaluation passée délai n’apporte pas les informations nécessaires à l’entreprise et par ailleurs peut constituer un handicap pour le décideur. Une évaluation est importante, en ce sens qu’elle apporte des informations précises sur une situation constatée ou présente.

II. Modes d’évaluation de la performance commerciale
Il existe en général deux méthodes pour évaluer la performance commerciale.

II.1 L’évaluation à partir d’un indicateur Les indicateurs trouvent leur importance dans une évaluation, en ce sens qu’ils apportent des informations précises pour le gestionnaire. Néanmoins, cette technique d’évaluation par des indicateurs présente des limites pour son utilisation ; car certains indicateurs ne donnent pas suffisamment d’informations pour une prise de décision. Il est donc nécessaire pour le responsable de regrouper les indicateurs qui se complètent pour une évaluation, ce qui en fait un tableau de bord.

II.2 L’évaluation à travers le tableau de bord Le tableau de bord est un guide, permettant au responsable de contrôler l’évolution des activités. Pour le responsable des ventes, il permet de déterminer le niveau des ventes en un moment précis et de contrôler les résultats des actions commerciales. C’est l’outil le plus approprié pour une évaluation. Il est structuré d’une grille d’indicateurs, permettant de mesurer le niveau d’efficacité de toutes les activités à une période précise.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

10

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

SECTION

3:

DETERMINANTS

ET

INDICATEURS

DE

LA

PERFORMANCE COMMERCIALE

I. Les déterminants de la performance commerciale
Plusieurs facteurs peuvent concourir à la performance commerciale d’un réseau de distribution, on les regroupe en trois grands postes : Les parties prenantes à savoir, les consommateurs et fournisseurs ; Les ressources : il s’agit des ressources humaines, logistiques et financières ; L’organisation c’est à dire la structure de l’entreprise et sa politique interne. Cependant les composantes ayant une influence directe sur la performance commerciale sont les suivants :

La qualité de service
Le produit ou service constitue le premier élément du mix et par ailleurs sa qualité a un impact direct sur la satisfaction des clients.

La capacité financière des revendeurs
C’est l’ensemble des moyens financiers que dispose les revendeurs pour assurer le bon fonctionnement de ses activités. C’est l’élément indispensable pour l’acquisition de la logistique nécessaire au fonctionnement de la distribution.

La quantité de l’offre
Il s’agit ici de la quantité de produit offerte par l’entreprise pendant une période donnée. Elle a une grande influence sur la performance commerciale d’un réseau de distribution. Les ruptures de stock handicapent la performance commerciale. Dans le cas de la distribution du gaz, c’est l’élément prépondérant.

La diversité de l’offre
La multiplicité des gammes à la disposition du consommateur a une influence sur le volume des ventes.

L’étendue du réseau de distribution
Ce facteur a un impact sur la satisfaction du client et par ailleurs sur la performance commerciale. Plus le réseau est grand plus le consommateur éloigné peut acquérir le produit sans s’éloigner. Le nombre de revendeurs a un impact direct sur les ventes globales du réseau.
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

11

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II. Les indicateurs de la performance commerciale d’un réseau de distribution
On peut les regroupe en deux catégories : les indicateurs quantitatifs et les indicateurs qualitatifs. II.1 Les indicateurs quantitatifs Ils donnent des valeurs chiffrées des réalisations des revendeurs.

Les indicateurs de volume
Ils se présentent sous deux formes : les indicateurs de volume en quantité, cas du volume des ventes et les indicateurs de volume en valeur, cas du chiffre d’affaires. Le volume de vente C’est la quantité de produit écoulé à un prix donné, pendant une période donnée. La performance est évaluée dans ce cas à travers la différence entre les prévisions et les réalisations. Une prévision supérieure aux réalisations traduit la non atteinte des objectifs ; dans le cas contraire, on parlera d’une évolution des ventes et par conséquent d’une bonne performance commerciale. La formule est la suivante : Performance (P) = réalisations – prévisions P ≤ 0, on parle de mauvaise performance P ≥ 0, on parle de bonne performance Le chiffre d’affaires Il se définit comme le montant global des ventes des produits et services effectuées par un agent économique et mesurées par leur prix de cession, au cours d’une période. La performance dans ce cas, se mesure toujours à travers la comparaison du chiffre d’affaires prévisionnel (appréhendé par rapport aux prévisions de vente) et le chiffre d’affaires réalisé (appréhender avec les réalisations). La formule est la suivante :

Chiffre d’affaires = quantité vendue * prix unitaire

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

12

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

La part de marché C’est un indicateur de l’environnement. Elle permet de déterminer la position de l’entreprise par rapport à ses concurrents. Elle indique la part exprimée en nombre de clients, en chiffre d’affaires pendant une période donnée. Formule : Part de Marché = vente de l’unité/ vente totale des unités présente. L’unité pouvant être le produit ou l’entreprise

Les indicateurs de profitabilité
On recense ici, le profit réalisé et le rendement des capitaux investis Le profit C’est la différence entre les recettes totales et les dépenses totales engendrées pour la réalisation des recettes, au cours d’une période donnée. Profit = recette totale – dépense totale Profit≤ 0, on parle de mauvaise performance Profit ≥ 0, on parle de bonne performance Le rendement des capitaux investis La vente d’un bien ou d’un service nécessite au préalable, la réalisation de certains investissements dans le stockage, le transport, la production ou autres. Les capitaux investis pour la réalisation de ce produit ou service doivent rentabiliser, sinon on ne saurait parler de performance.

II.2 Les indicateurs qualitatifs On en distingue deux : l’image de l’entreprise et la satisfaction du client. • L’image de l’entreprise

Les facteurs d’image ont un pouvoir attractif assez important sur le client. Ils facilitent le choix du client et suscitent la confiance chez celui-ci. La promotion de

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

13

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

l’image de l’entreprise contribue à la réalisation des objectifs. Elle est mesurée à l’aide des études sur la perception. • La satisfaction du client

Selon KOTLER et DUBOIS, « la satisfaction est le sentiment d’un client résultant d’un jugement comparant les performances d’un produit à ses attentes » ainsi la satisfaction serait fonction d’une différence.12 Cet indicateur est très important pour le responsable commercial qui doit mesurer le degré de satisfaction de ses clients afin de les fidéliser. • L’adaptation

Il s’agit de la capacité innovatrice des revendeurs pour faire face aux évolutions de l’environnement. En somme, on dira que le caractère non quantifiable de ces indicateurs est considéré comme une limite et par conséquent pour une meilleure appréciation de la performance, tous ces indicateurs par ailleurs complémentaire doivent être utilisés. L’analyse théorique des différents concepts que nous venons de faire permet d’ébaucher quelques angles d’analyse de la performance commerciale de la SCTMgaz.

12

KOTLER P. et DUBOIS B., Marketing Management, 10e édition, Publi Union, Paris, 2001, 524 Pages

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

14

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

CHAPITRE II : LE MARCHE CAMEROUNAIS DE GAZ DE PETROLE LIQUEFIE (G.P.L)

Les gaz de pétrole liquéfiés (GPL) sont constitués d’un mélange de butane et de propane, gaz facilement liquéfiables à la température ambiante et sous une pression moyennement élevée (4-18 atmosphères). Cette particularité permet un stockage et un transport plus simples à l’opposé des gaz non condensables tels que le méthane, l’éthane ou l’éthylène qui exigent des pressions très élevées pour leur liquéfaction à la température ambiante13. En Afrique Centrale en général et au Cameroun en particulier, la proportion de ces deux hydrocarbures dans les GPL est respectivement de 80% pour le butane et de 20 % pour le propane. Contrairement au bois de chauffe gros pourvoyeur de gaz polluant (le CO2-gaz carbonique) et surtout principal responsable de la déforestation, le gaz domestique est désormais entré dans les habitudes de consommation des ménages camerounais notamment en milieu urbain. Ceci a comme conséquence l’importance stratégique désormais avérée du marché des GPL au Cameroun. L’analyse de ce marché fait l’objet du présent chapitre, concrètement nous allons tour à tour : Présenter la filière du GPL au Cameroun ; Décrire l’évolution de l’offre et la consommation dans le secteur ; Analyser les forces concurrentielles en présence dans le marché ;

SECTION 1 : PRESENTATION DE LA FILIERE
Plusieurs acteurs interviennent dans la filière du gaz domestique au cameroun. Ceux-ci assurent entre autres les fonctions d’exploitation, de raffinage, de stockage et de distribution du gaz.

I. Les intervenants de la filière
On peut les regrouper en deux grands groupes : les producteurs et les distributeurs.

13

Rapport de l’Etude marché de GPL / MINEE/ commission suivi mensuel de la consommation de GPL, mars 2005, page47

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

15

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I.1 Les Fournisseurs Nous entendons par fournisseur, toute entreprise à capitaux majoritairement nationaux dont l’activité principale consiste soit à l’exploitation du pétrole brut soit au stockage du G.P.L. Au Cameroun, à côté des grandes majors pétrolières (TOTALFINA-ELF, EXXON, CHEVRON, SHELL) le nombre d’entreprises exerçant dans le secteur de l’exploitation et le stockage des produits pétroliers est faible. L’on en dénombre exactement trois (03).

La Société Nationale des Hydrocarbures (SNH)
Créée en mars 1980, la Société Nationale des Hydrocarbures est une société d’Etat spécialisée dans les projets d’exploration et de production des hydrocarbures au Cameroun. Fournisseur national du pétrole brut, elle a pour missions principales: La promotion, la valorisation et le suivi des activités pétrolières sur l’ensemble du territoire national ; La gestion des intérêts de l’Etat dans le secteur pétrolier ; La commercialisation, sur le marché international, de la part de la production nationale de pétrole brut qui revient à l’Etat ;

La Société Nationale de Raffinage (SONARA)
Créée en décembre 1976 par l’Etat camerounais et les sociétés pétrolières exerçant sur le territoire national, elle a pour mission principale la satisfaction des besoins du marché national en produits finis. Elle se charge principalement de transformer le pétrole brut venu de la SNH ou d’ailleurs en produits finis prêts à la consommation.

La Société Camerounaise de Dépôts Pétroliers (SCDP)
C’est en septembre 1979 qu’elle fut créée avec en charge la gestion totale des installations de stockage d’hydrocarbures. De fait : Elle assure la coordination de l’approvisionnement des différents dépôts et réalise les infrastructures nécessaires à la mise en place des stocks de sécurité. Elle assure également l’emplissage des bouteilles venues des distributeurs. A ce jour, on dénombre 6 dépôts pétroliers et gaziers sur le territoire national : Yaoundé, Douala, Bafoussam, Ngaoundéré, Maroua, Garoua.
Figure II.1 : Schéma d’approvisionnement en GPL Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

16

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

SNH

IMPORTATIONS

EXPORTATIONS

SONARA

SCDP

MARKETERS

I.2. Les distributeurs Communément appelé marketers, on en dénombre sept (07) à ce jour dans le marché de la distribution de G.P.L au Cameroun.

Société Camerounaise de Transformation Métallique (SCTM)
Société anonyme spécialisée dans la fabrication des bouteilles de gaz et équipements métalliques au départ, elle entre dans la distribution du gaz en 1990 et se dote à cet effet d’un capital social de 1 000 000 000 F. CFA. Implantée dans la zone industrielle n°2 de Douala Bonabéri, elle compte à ce jour 6 agences qui assurent l’approvisionnement dans les villes de Douala, Yaoundé, Bafoussam, Bertoua, Limbé et Garoua notamment grâce à son réseau de distribution constitué de grossistes, détaillants et chauffeur - vendeurs. Elle détient à ce jour environ 55,3% du marché camerounais14.

Camgaz
C’est en janvier 1973 qu’elle fut créée à la suite de la fusion des sociétés Shell-gaz et Transcogaz BP. Localisée dans la zone industrielle n°1 de Douala-

D’après le rapport d’analyse du marché de GPL au Cameroun, gaz conditionne, 4е trimestre 2005 par Jérémie DASSIE, Directeur exploitation SCTM Gaz.

14

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

17

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Bonabéri, elle a pour activité principale la distribution du gaz, et détient environ 15,49% du marché15. Elle ne compte que 02 agences : Douala et Yaoundé.

Totalfina-Elf
Groupe pétrolier et gazier de dimension mondiale. Ses activités et ses métiers couvrent l’ensemble de la chaîne pétrolière : exploration et production de pétrole, de gaz sans oublier la distribution et le transport. Implanté au Cameroun depuis 1948, elle distribue le gaz depuis l’exploitation de cette industrie (gaz) en 1963. Elle occupe aujourd’hui le deuxième rang en terme de part de marché dans la distribution de gaz, avec environ 20,72% du marché16. Elle s’appuie principalement sur son réseau constitué des stations-service et autres.

Mobil (Exxon mobil)
A l’instar de TOTALFINA-ELF, EXXON-MOBIL fait partie des grandes majors mondiales du secteur pétrolier. Ses activités et ses métiers couvrent l’ensemble de la chaîne pétrolière : exploration, production et distribution de pétrole, de gaz. Implanté au Cameroun depuis 1952, elle assure la distribution du gaz grâce à son réseau constitué essentiellement des stations services. En fin 2005, elle avait 4,81% du marché17 pour le quatrième rang.

TEXACO
Chevron Texaco est l’un des leaders mondiaux dans la prospection, la production et la distribution des produits pétroliers. Elle occupe le cinquième rang dans la distribution au Cameroun avec un marché estimé à 3,19%18 en fin 2005. Elle s’appuie essentiellement sur son réseau de distribution constitué des stationsservice.

Aza afrigaz
C’est un nouveau venu dans le marché de la distribution de gaz au Cameroun (entré en 2005). A la fin de l’année 2005, il détenait environ 0,49% du marché19. Son réseau de distribution est constitué de quelques revendeurs dans les villes de Douala et Yaoundé.

15 D’après le rapport d’analyse du marché de GPL au Cameroun, gaz conditionne, 4е trimestre 2005 par Jérémie DASSIE, Directeur exploitation SCTM Gaz. 16 Ibidem, Page 3 17 Ibidem, Page 3 18 Ibidem, Page 3 19 Ibidem, Page 3

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

18

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Glocal gaz
C’est le dernier entrant dans le marché (2006). Nous ne pouvons rien dire à ce jour sur sa performance.

II. Les types de conditionnement du produit
On recense deux conditionnements du produit dans le marché du gaz : Le gaz conditionné c'est-à-dire ménagère ; Le gaz en vrac pour des utilisations collectives et industrielles. celui livré en bouteille pour une utilisation

II.1 Le gaz conditionné On entend par gaz conditionné, le gaz mis en bouteille et destiné à une consommation ménagère. Sa consommation a connu une croissance assez soutenue sur les 4 dernières années comme l’illustre le tableau suivant.
Tableau II.1 : Evolution des ventes gaz conditionné Année 2002 2003 2004 2005 Vente en tonne métrique (TM) 31000 32 409 38 219.33 41 000.633 Evolution (TM) -1409 5810,33 2781,35 Pourcentage (%) -4,54 18 7,28

Source : CSPH/DAE/SESP

Le tableau ci-dessus nous présente l’évolution du marché du gaz conditionné au cours des quatre dernières années. On peut en déduire que les ménages consomment de plus en plus du gaz malgré leur faible pouvoir d’achat. Cette situation consolide la politique du gouvernement en ce qui concerne la lutte contre la déforestation. En effet, Jusqu’en 2002 le bois de chauffe et ses dérivés constituaient la première source d’énergie des ménages camerounais avec 69,4%20.

20

Rapport de l’Etude marché de GPL / MINEE/ commission suivi mensuel de la consommation de GPL, mars 2005, page47.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

19

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II.2 Le gaz en vrac Le gaz en vrac est destiné à des utilisations collectives et industrielles. Sa livraison nécessite au préalable de disposer des citernes de stockage. L’évolution de la consommation sur les quatre dernières années est illustrée par le tableau suivant.
Tableau II.2 : Evolution des ventes gaz vrac Année 2002 2003 2004 2005 Vente en tonne métrique (TM) 4402 3601 2723,67 2881,367 Evolution (TM) --801 -877,33 157,697 Pourcentage (%) -18,19 24,36 5,79

Source : CSPH/DAE/SESP

Il ressort du tableau précédent que la consommation du gaz vrac connaît une baisse graduelle à l’exception de l’augmentation constatée à l’année 2005. La consommation du gaz vrac étant le fait des entreprises industrielles, on peut conclure que cette baisse est une conséquence directe de la baisse des activités de celles-ci.

SECTION 2 : EVOLUTION DE LA CONSOMMATION ET DE L’OFFRE DANS LE SECTEUR
Le marché camerounais du G.P.L est très solvable avec une demande sans cesse croissante en face d’une offre quasiment statique voire décroissante. La production de la SONARA ne peut plus satisfaire la demande locale et la Caisse de Stabilisation des Prix des Hydrocarbures (CSPH) déclare ne plus disposer de moyens financiers conséquents pour assurer les importations en vue d’assurer l’approvisionnement le marché21.

Rapport de la situation du marché de GPL par M. DASSIE Jérémie, Directeur exploitation à la SCTM Gaz.

21

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

20

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I. Evolution de la consommation
La consommation de G.P.L peut être définie comme la quantité d’énergie chimique utilisée au cours d’une période donnée. La consommation du G.P.L est passée de 23 688 TM en 1997 à 43 882 TM en 2005, enregistrant ainsi un taux moyen de croissance de 8% par an. Le plus fort taux de croissance est enregistré en 1999 avec 23,93%. Le tableau suivant illustre cette évolution.
Tableau II.3 : Evolution de la consommation du GPL (en Tonne Métrique) Année
Consommation Evolution Pourcentage (%)

1997
23 688

1998
25 019 +1331 05,62

1999
31 006 +5987 23,93

2000
33 056 +2050 06,6

2001
33 739 +683 02,1

2002
35 411 +1672 05

2003
36 010 +599 01,7

2004
40 943 +4933 13,7

2005
43 882 +2939 07,2

---

Source: MINEE/SCT/G.P.L

Se referant aux tableaux précédents, on peut dire sans risque de se tromper que l’évolution de la consommation globale en GPL est essentiellement tirée par la consommation des ménages à travers le gaz conditionné. Le graphique suivant illustre parfaitement cette conclusion.
Graphique II.1 : Evolution des ventes en GPL par type de conditionnement

quantité conso m ( en TM m ée )

Evolution de la consommation de gaz par type
50000 40000 30000 20000 10000 0 2002 2003 2004 2005

co nd iti on né

vr ac

en

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

ga z

TO TA L

ga z

G PL

21

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I.1. Evolution des ventes par marketer Le tableau ci-dessous donne une illustration des ventes par marketer.
Tableau II.4 : Evolution des ventes par marketer (en Tonne Métrique) Année 2002 SCTM TOTAL CAMGAZ MOBIL TEXACO AZA AFRIGAZ Cumul 15009 15472 -2244 2588 -35313 2003 16049 10622 5864 2075 1401 -36010 2004 20028 9414 7955 2091 1455 -40943 2005 22454 9878 7897 1886 1375 300 43882

Source : CSPH/DAE/SESP

Les chiffres ci-dessus montrent que le volume des ventes de certains marketers est à la hausse tandis que pour d’autres connaît des baisses, traduisant ainsi le niveau de leur performance par rapport à un marché qui ne cesse de croître. Un marché qui a atteint une croissance d’environ 13,7% en 2004 avant de baisser à 7,18% en 2005.

Tableau II.5 : Evolution des parts de marché par marketer Année SCTM 2002 2003 2004 2005 42,5% 44,57% 48,92% 51,17% TOTAL 43,81% 29,5% 23% 22,51% CAMGAZ -16,28% 19,43% 18,2% MOBIL 06,36% 05,76% 05,1% 04,3% TEXACO 07,33% 03,89% 03,55% 03,13% AZA AFRI ---00,7% CUMUL 100% 100% 100% 100%

Source : CSPH/DAE/SESP

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

22

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Graphique II.2 : Evolution des parts marché par marketer
60,00% 50,00% 40,00% 30,00% 20,00% 10,00% 0,00% SCT M T OT AL CAMGAZ MOBIL T EXACO AZA 2002 2003 2004 2005

Le tableau de répartition des parts de marché montre que malgré une évolution constatée dans le volume de vente de certains marketers, leur chiffre d’affaires ne suit pas cette même tendance : il décroît plutôt. Cette situation traduit la faible performance du marketer par rapport au marché. Seule la SCTM a une croissance continue au cours de ces quatre dernières années et souvent supérieure à celle du marché, signe d’une bonne performance de l’entreprise.

I.2. Evolution des ventes par type de produit/marketer A côté de l’évolution globale des ventes de GPL il serait intéressant de

regarder au fil des années, la situation de chaque marketer pour se faire une idée de la concurrence évidente du secteur. Le tableau ci-dessous présente la situation générale.
Tableau II.6 : Vente par type de produit / marketer (en Tonne Métrique)
Gaz vrac 2002 SCTM TOTAL CAMGAZ MOBIL TEXACO AZAAFRI TOTAL -4135 -122 145 -4402 2003 -1390 2023 91 97 -3601 2004 -1053 1532 68 74 -2725 2005 -1380,7 1636 -66 100,5 3183,2 2002 15 009 11337 -2122 2443 -30911 Gaz conditionné 2003 16 049 8732 4596 2006 1296 -32679 2004 20032,29 8360,61 6422,6 2022,2 1381,5 -38219,2 2005 22673,6 8497,35 6351 1970 1308,9 199,56 41000,41

Source : CSPH/DAE/SESP Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

23

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

La faible évolution du volume de vente constatée dans le gaz en vrac traduit peut être le manque d’intérêt que certains marketers accordent à ce produit. CAMGAZ à ce jour détient le monopole de ce produit avec environ 51% de part de marché suivi par TOTAL avec 43,3%.

II. Evolution de l’offre du GPL au Cameroun
L’approvisionnement en G.P.L au Cameroun se fait par la raffinerie nationale et les importations gérées par la CSPH.

II.1. La production de la SONARA La SONARA a été pendant de longues années, la seule entreprise qui offrait du GPL au marché camerounais. Pour illustrer l’évolution de sa production, nous sommes partis de l’année 1998 à l’année 2003 parce que ce sont les seules informations que nous avons eu à notre disposition.
Tableau II.7 : Evolution de l’offre en GPL de la SONARA (en Tonne métrique)
1998 Production Evolution 24 584 -1999 27 515 +2931 2000 27 915 +400 2001 25 985 -1930 2002 18 607 -7378 2003 24 950 +6343

Source : MINEE/SCT/GPL

Le tableau ci-dessus nous montre que la production de la SONARA tend à se stabiliser autour de 25000 TM par an. Cette production de la SONARA n’est plus à mesure de satisfaire la demande nationale évaluer à environ 50 000 TM par an. Cette situation a conduit l’Etat à travers la CSPH à effectuer les importations pour résorber le déficit de l’offre.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

24

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II.2. Les importations de la CSPH Le tableau que nous présentons illustre l’évolution des importations depuis 1998 à 2003.
Tableau II.8 : Evolution des importations en GPL au Cameroun
1998 Importations Evolution 1 850 -1999 2 750 +900 2000 5 450 +2700 2001 9 129 +3679 2002 16 718 +7589 2003 12 503 -4215

Source : MINEE/SCT/GPL

Les importations en G.P.L au Cameroun sont en croissance continue, elles ont connu une évolution de 47% en 2002 (par rapport à 2001) due principalement aux problèmes techniques rencontrés par la SONARA, avant de tomber à 33% en 2003. Ces chiffres traduisent dans une certaine mesure, les efforts consentis par l’Etat pour satisfaire la demande sans cesse croissante.
Tableau II.9 : Evolution de l’offre globale en GPL au Cameroun (tonne métrique)
Provenance 1998 1999 2000 2001 2002 2003

Raffinerie Importations Total % imports

24 584 1 850 26 434 7,0%

27 515 2 750 30 265 9,1%

27 915 5 450 33 364 16,3%

25 985 9 129 35 114 26,0%

18 607 16 718 35 325 47,3%

24 950 12 503 37 453 33,4%

Source: MINEE/SCT/GPL

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

25

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Graphique II.3 : Evolution de l’offre en GPL

EVOLUTION DE L' OFFRE EN GPL 40 000 35 000 30 000 25 000 Quantité en 20 000 TM 15 000 10 000 5 000 0 Raffinerie Importations Provenance Total

1998 1999 2000 2001 2002 2003

Le tableau, accompagné du graphique nous montre que l’offre globale en GPL suit une tendance croissante. Celle ci est induite par l’évolution continue des

importations et la stabilisation de la production SONARA. La contribution des importations dans cette offre globale ne cesse de croître au fil du temps et tendra dans les années à venir à dépasser celle de la SONARA.

SECTION 3 : ANALYSE CONCURRENTIELLE
Cette analyse permet de savoir au-delà des parts de marché, quelle est

l’entreprise la plus compétitive dans le secteur et quels sont les moyens ou plans d’actions mises en œuvre à cet effet. Elle s’appuiera essentiellement sur une analyse des forces et faiblesses de chaque concurrent, suivi d’une analyse détaillée des stratégies.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

26

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I. Analyse des forces et faiblesses des concurrents dans le secteur
I.1. Les forces

Marketers SCTM
- Dispose d’un centre d’enfûtage ; - Détient plus de 62% du parc des bouteilles ; - Présent dans les 10 provinces - Détient plus de 70% des points de vente de FORCES GPL - Volume des ventes en croissance - Jouit d’une forte notoriété - Détient plus de 50% du marché - Quasi monopole dans certaines régions - Capacité de transport important

TOTAL
- Présent dans le marché du vrac et du conditionné - Appartient à un groupe international - Ancien dans le marché - Jouit d’une forte notoriété chez les intermédiaires - Présent dans les 10 provinces - Détient 17%des points de vente de GPL - Détient environ 20% du marché - Détient 15,2% du parc des bouteilles de GPL

CAMGAZ
- Présent dans le marché du vrac et du conditionné - Jouit d’une forte notoriété - Détient 20,1% du parc des bouteilles de GPL - Possède environ 16% du marché - Ancien dans le marché

MOBIL
- Présent dans le marché du vrac et du conditionné - Appartient à un groupe international - S’appuie sur son réseau de station service ; - Ancien dans le marché

TEXACO
- Présent dans le marché du vrac et du conditionné - Appartient à un groupe international - S’appuie sur son réseau de service - Ancien dans le marché station

AZA AFRIGAZ
- Présent dans le marché du vrac et du conditionné - Dynamisme de la force de vente

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

27

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I.2. Les faiblesses

MARKETERS

SCTM
− Réseau de distribution mal organisé. − Logistique vieillissante. − Fonctionnement peu optimal du réseau de

TOTAL
− Dépendance totale à la SCDP − Baisse du volume des ventes. − Absence d’une véritable stratégie de redéploiement.

CAMGAZ
− Absence dans certaines régions du territoire. − Dépendance de la SCDP − Réseau de distribution peu étendu. − Absence d’une stratégie de redéploiement. − Absence d’une véritable logistique.

MOBIL
− Absence dans certaines régions du territoire. − Dépendance de la SCDP. − Réseau de distribution peu étendu. − Délaissement du marché. − Concentration de la distribution aux stations service.

TEXACO
− -Absence dans certaines régions du territoire. − Dépendance de la SCDP. − Réseau de distribution peu étendu.

AZA AFRIGAZ
− Dépendance de la SCDP. − Absence dans certaines régions. − Non couverture de tous les segments de conditionnement. − Absence d’une véritable logistique.

FAIBLESSES

distribution. − Absent dans le marché du gaz vrac. − Mauvaise image auprès des intermédiaires.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

28

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II. Analyse détaillée de la concurrence et comparaison des performances des sociétés
II.1. Analyse détaillée de la concurrence
Marketers Présentation générale -activité principale - Distribution du gaz - Distribution des produits pétroliers -activités secondaires - Production bouteilles et autres équipements - Distribution du gaz - Distribution des produits pétroliers - Distribution des produits pétroliers - Distribution du gaz SCTM TOTAL CAMGAZ MOBIL TEXACO AZA AFRIGAZ

-volume des ventes en 2005

22454 TM

9878 TM

7987 TM

1886 TM

1375 TM

300 TM

- chiffre d’affaires en 2005 en FCFA 9 879 760 000 4 346 320 000 3 514 280 000 829 840 000 605 000 000 132 000 000

Image auprès des - consommateurs - intermédiaires - bonne - pas bonne - bonne - très bonne - Pas bonne Plus ou moins - bonne plus ou moins - bonne - assez bonne - ne sais pas - plus ou moins bonne

bonne

bonne

Politique de distribution - les canaux -grossiste, détaillant -grossiste, détaillant -grossiste, détaillant - détaillant - détaillant - détaillant

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

29

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO
-circuit distribution -long et court -long et court -long et court -court -court court

-stratégie distribution

-intensive

-intensive

-intensive

-sélective

-intensive

-intensive

- nombre points vente en 2002

780

188

48

13

91

- parc bouteille 12,5 kg en 2002 (représente 80% des ventes)

570 830

110 139

161 492

8 045

9 390

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

30

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II.2. Comparaison des performances des sociétés Cette comparaison permet d’évaluer le potentiel de chaque entreprise avec la réalisation de ses ventes : quelle est l’entreprise la plus optimale ?
Tableau II.10 : performances des marketers en pourcentage
Marketers SCTM TOTAL CAMGAZ MOBIL TEXACO AZA AFRIGAZ Cumul Parc bouteilles 62% 15% 20% 1% 2% 100% Capacité de transport 58% 21% 15% 0% 7% 100% Points de vente GPL 70% 17% 4% 1% 8% 100% Part marché GPL 51,1% 22,51% 18,2% 04,3% 03,13% 00,7% 100%

Source : MINEE/SCT/GPL

On remarque à la lecture des tableaux précédents qu’il n y a en général pas de relation directe entre le niveau des investissements et les parts de marché de chaque marketer. La SCTM est la société qui réalise le plus d’investissement dans le secteur, mais cet investissement22 n’est pas directement proportionnel à ses parts de marché. Il y a inadéquation entre les investissements réalisés et les parts de marché qu’elle détient : pour 62% du marché en terme des bouteilles, 70% en terme de point de vente et 58% en moyen de transport, elle ne détient que 51% du marché des ventes soit en moyenne 11% en dessous de son potentiel. Les compagnies TOTAL, MOBIL et TEXACO pour des pourcentages respectifs de 15% ; 1% et 2% en termes de bouteilles, détiennent respectivement 22,5% ; 4% et 3% au niveau des ventes, soit beaucoup plus que leur potentiel. Ce parallèle relativise quelque peu le leadership de la SCTM sur le marché du GPL. Plus encore, il nous pousse à questionner de façon approfondie la performance commerciale de cette société à travers celui de son réseau de distribution. C’est l’objet de la partie suivante.
22

Compris ici comme investissement consenti dans la distribution.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

31

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

DEUXIEME PARTIE : EVALUATION ET PILOTAGE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DE LA SCTM-GAZ
Au regard des constats précédents, nous allons dans le cadre de cette partie essayer d’évaluer la performance commerciale du réseau de distribution de la SCTM, avec en arrière plan, l’élucidation de l’hypothèse centrale de notre travail à savoir qu’une réorganisation du réseau de distribution contribuerait à améliorer la performance commerciale . Au terme de cette vérification, possible de proposer un modèle crédible pour améliorer la performance commerciale du réseau de distribution. Cette deuxième partie est composée de deux chapitres : • • Le premier chapitre présente l’évaluation de la performance

commerciale du réseau de distribution. Le deuxième chapitre décline un modèle de pilotage efficace de la performance commerciale.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

32

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

CHAPITRE

III :

EVALUATION COMMERCIALE

DE

LA DU

PERFORMANCE RESEAU DE

DISTRIBUTION DE LA SCTM
D’après KAPLAN et NORTON23 « ce qui ne se mesure pas ne peut pas se gérer, mesurer est donc essentiel » ainsi pourrait se justifier la nécessité pour les entreprises qui veulent se démarquer des concurrents de mesurer leur niveau de performance dans la poursuite de leurs objectifs stratégiques. L’objectif du présent chapitre est d’évaluer la performance commerciale du réseau de distribution de la SCTM gaz et vérifier si une meilleure organisation du réseau de distribution améliora ladite performance. Mais avant d’élaborer les bases méthodologiques qui serviront à cette évaluation et vérification, nous présenterons d’abord la gestion de la distribution dans le site de la SCTM gaz.

SECTION 1 : LA GESTION DE LA DISTRIBUTION A LA SCTM GAZ
Maîtriser le fonctionnement de son réseau de distribution afin d’en améliorer la performance est devenu aujourd’hui un enjeu important pour les entreprises qui se veulent compétitives dans un contexte concurrentiel. La présente section donne un aperçu général de la SCTM gaz tout en insistant sur l’analyse de son réseau de distribution et fini par la description des problèmes que rencontrent le réseau de distribution de la SCTM gaz.

I. Présentation de la SCTM GAZ
I.1. Fonctionnement de la société

Historique
La société camerounaise de transformation métallique (SCTM) a été créée en 1986 par des nationaux camerounais. C’est une société anonyme de droit

camerounais au capital de 1 000 000 000 (un milliard) francs CFA.

23

KAPLAN et NORTON Le Tableau de bord prospectif ; pilotage stratégique : les quatre axes du succès, éditions organisation, paris 1998, P 63

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

33

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Elle a pour activités, la fabrication bouteilles de gaz, tout emboutissage, équipement métallique et la distribution de gaz. Elle emploie à ce jour environ 1600 personnes réparties dans ses différentes branches d’activités (administration, transport, enfûtage, manutention). La

distribution du gaz constitue l’activité principale de la société, celle ci est déployée à travers (six) 6 agences réparties sur tout le territoire national (Douala, Yaoundé, Bafoussam, Bertoua, Garoua et Limbé).

Les produits
La SCTM commercialise essentiellement du gaz conditionné sous 4 types d’emballage : 12,5kg ; 6kg ; 35kg ; 6kg à valve. Elle s’approvisionne en GPL auprès de la SONARA et de la SCDP. Le gaz venu de la SONARA est acheminé à son centre d’enfûtage de Douala pour la mise en bouteille et par la suite vers les dépôts de Yaoundé, de Douala, Bafoussam, Bertoua et Limbé.

SONARA

Centre Enfûtage

DEPOT

Le gaz venu de la SCDP est dirigé vers les dépôts (chaque dépôt SCTM s’approvisionne auprès du dépôt SCDP de la région). SCDP DEPOT

Les approvisionnements auprès de la SCDP contribue à environ 22 % de la production totale de la société, tandis que ceux du centre d’emplisseur contribue à hauteur de 78%.

Les départements
La société comprend trois départements avec une direction générale qui a en charge la coordination de l’ensemble des activités. Le département d’exploitation Il a en charge : La gestion des approvisionnements en GPL ; La gestion des enfûtages ; La gestion de la distribution du produit.
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

34

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Le département des ressources humaines et du contentieux Ce département est chargé entre autres de : Gérer la paie ; Recruter le personnel et gérer la formation ; Gérer les affaires juridiques qui engagent la société avec un tiers.

Le département finance et comptable Il gère les documents comptables de l’entreprise Contrôle les dépenses et les recettes Effectue les déclarations fiscales.

I.2. Organisation de la distribution de la SCTM GAZ

Organisation structurelle
La distribution du gaz à la SCTM est effectuée principalement à partir du centre d’emplisseur de Douala. Les agences réparties dans différentes villes représentent la société dans celles-ci. De façon précise, la SCTM gaz dispose de 6 agences ayant pour mission principale le ravitaillement des provinces précises : L’agence de Douala, qui ravitaille la province du Littoral ; L’agence de Limbé, qui ravitaille la province du Sud-ouest ; L’agence de Yaoundé, qui ravitaille les provinces du Centre et du Sud ; L’agence de Bertoua, qui ravitaille la province de l’Est ; L’agence de Bafoussam, qui ravitaille les provinces de l’Ouest et du Nord - Ouest ; L’agence de Garoua, qui ravitaille les provinces du Nord, Adamaoua et Extrême - Nord. Ces agences sont assistées par des intermédiaires de distribution (Grossiste et Détaillant) et chauffeurs vendeurs qui assurent l’approvisionnement des ménages en produit dans chaque province. Notre étude se limitant à l’agence de Yaoundé, nous présenterons dans le tableau suivant la contribution moyenne de chaque intermédiaire à la réalisation des ventes globales de cette agence.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

35

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Tableau III.1: contribution moyenne des canaux de distribution au volume des ventes de l’agence Yaoundé Acteurs Chauffeurs vendeurs Grossistes Détaillants et autres Totaux Pourcentage (%) 32-35 62-65 03 100
Source : agence de Yaoundé

Du tableau ci-dessus, il ressort que les grossistes constituent la principale force de vente du réseau de distribution Centre – Sud avec une contribution moyenne d’environ 62% du volume des ventes, alors que les détaillants s’approvisionnant au dépôt ne contribuent qu’à hauteur d’environ 3%,

le reste des ventes étant effectué par les chauffeurs-vendeur de l’entreprise directement. Une justification de cet état de choses est à chercher du côté de l’effectif des grossistes constituant le réseau. Il traduit par ailleurs l’importance du canal grossiste dans le réseau de distribution.

Organisation du réseau de distribution
Afin d’assurer la disponibilité du produit auprès des consommateurs, la SCTM a organisé son réseau de distribution autour de trois circuits de distribution : le circuit ultra-court, le circuit court et le circuit long.

Schéma du circuit de distribution à la SCTM GAZ

DEPOT (1) (3) (1) GROSSISTES (2)

(1): circuit long (2): circuit court (3): circuit ultra court

DETAILLANTS

CONSOMMATEUR

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

36

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Comme l’illustre ce schéma, la distribution du gaz à la SCTM suit donc trois circuits : le circuit court : les produits vont du dépôt aux détaillants qui à leur tour les mettent à la disposition des consommateurs ; le circuit long : ici, les produits vont du dépôt passe par les grossistes, ensuite les détaillants avant d’atteindre le consommateur final. Le circuit ultra court : dans ce cas, les consommateurs s’approvisionnent directement au dépôt ; il y’a pas d’intermédiaires.

II. Les problèmes de la distribution à la SCTM GAZ
On recense dans la gestion de la distribution à la SCTM deux types de problèmes : les problèmes liés à l’organisation et ceux liés au fonctionnement. II.1. Les problèmes liés à l’organisation L’utilisation des différents circuits ne va pas sans problème : d’un coté, ce sont les grossistes qui se plaignent et de l’autre coté, ce sont les détaillants. Il naît alors des conflits dans le circuit de distribution qui, généralement sont de deux ordres : les conflits horizontaux et les conflits verticaux.

Les conflits horizontaux
Ce sont les conflits qui opposent les distributeurs entre eux (grossiste et détaillant). Les détaillants voudraient s’approvisionner au dépôt et au même titre que les grossistes, car disent ils, les grossistes vendent également aux consommateurs à des prix bas ou souvent stockent les produits pour stimuler une inflation. Cette situation les empêche de vendre. Certains clament vendre les quantités équivalentes à celles des grossistes. Et "On ne sait plus sur quel critère on se base pour faire d’un client

un grossiste24".

24

Entretien avec un détaillant de la ville de Mbalmayo.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

37

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Quant aux grossistes, ils voudraient que toutes les sorties du dépôt passent par eux avant d’arriver chez les détaillants car leur capacité financière leur permet d’acheter des quantité importantes et suffisantes pour approvisionner les détaillants.

Les conflits verticaux
Ces conflits opposent l’entreprise avec ses intermédiaires de distribution. Le gaz étant un produit de grande consommation, et par ailleurs la stratégie de distribution intensive, ces conflits sont plus fréquents du fait que l’entreprise doit distribuer aussi bien aux grossistes qu’aux détaillants. Ici, ce sont les grossistes (resp. détaillants) qui se plaignent de l’entreprise à propos la vente directe aux détaillants (resp. consommateurs). Les détaillants se plaignent également de l’entreprise de ne pas les livrer malgré le canal grossiste car ceux-ci ne leur assurent pas toujours

l’approvisionnement à temps. Toutes ces situations nécessitent de la part de l’entreprise d’évaluer profondément son réseau de distribution afin d’aplanir les tensions et griefs et assurer ainsi un pilotage efficient de son réseau. Mais, à côté de ces conflits que présente le circuit de distribution l’entreprise fait face également à d’autres types de problèmes qui affectent directement le bon déroulement de la distribution du produit.

II.2. Les problèmes liés au fonctionnement Dans leur définition de la distribution, LINDON et LENDREVIE font percevoir le rôle central de la quantité de l’offre et du moment de leur présence. Ceci nous amène à regarder de près la situation de la SCTM sous les angles de la logistique et la gestion du stock (problème de rupture).

Les problèmes de logistique
On entend par logistique, toute l’organisation matérielle nécessaire au bon déroulement d’une activité. Elle intervient au stockage, transport, livraison et manutention des produits. Dans le cas d’espèce, on relève le caractère vieillissant et insuffisant de la logistique à la SCTM, ceci constitue un handicap certain pour le bon déroulement des activités d’approvisionnement.
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

38

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

A la SCTM, les véhicules de distribution urbaine ont plus de 20 ans d’existence25, la performance n’y est plus. Ils présentent même un danger pour les chauffeurs-vendeur. Les véhicules sont en panne régulièrement ralentissant ainsi le rythme d’évolution du travail.

Les problèmes de rupture de stock
C’est le problème réel et fréquent dans le secteur. Le gaz étant un produit de grande consommation, la demande est sans cesse croissante face à une offre presque statique. Cette situation crée des ruptures incessantes de stock, qui à son tour handicape la distribution et partant inhibe la performance commerciale. La SCTM est le plus atteint par cette situation car détenant plus de 50% du marché du gaz . La résolution de ce problème est du ressort de l’Etat à travers la CSPH qui a pour mission la gestion des pénuries de gaz au cameroun. Toutes ces difficultés rencontrées dans le réseau de distribution de la SCTM-gaz constituent un handicap réel pour le bon déroulement des activités de la distribution et partant sur la performance commerciale de celle-ci.

L’analyse qui précède nous a permis de recenser les principales difficultés que rencontre le réseau de distribution malgré la bonne santé relative de l’entreprise SCTM. Ces constats nous conduisent à penser que la SCTM a un potentiel assez important qui reste sous-exploité. Il serait alors impératif pour l’entreprise de mettre en place des politiques lui permettant d’optimiser ce potentiel. Ces politiques pourraient porter par exemple sur une réorganisation du réseau de distribution. Mais là n’est qu’une hypothèse théorique. Afin de renforcer notre conviction, une recherche de l’impact que peut avoir la réorganisation du réseau de distribution sur la performance commerciale s’avère nécessaire, notamment dans le cas précis de la SCTM-gaz. La section suivante s’attache à cet objectif.

25

Entretien avec un chauffeur vendeur de l’entreprise.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

39

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

SECTION 2 : APPROCHE METHODOLOGIQUE DE L’EVALUATION DE LA PERFORMANCE
Dans cette section nous rappelons notre démarche analytique en mettant un accent sur l’opérationnalisation du problème, le mécanisme de collecte de données et leur analyse.

I. opérationnalisation du problème
I.1. Rappel du problème Dans les sections précédentes, nous avons vu que la SCTM-gaz est leader sur le marché du GPL avec plus de 50% de parts de marché, par ailleurs elle connaît depuis environ quatre ans une croissante continue de ses ventes. Mais durant notre stage à son agence de Yaoundé (agence responsable de l’approvisionnement des provinces du Centre et du Sud), nous avons remarqué plusieurs déficiences au niveau de son réseau de distribution entre autres : absence du produit dans certaines régions, rupture de stock, faible capacité de stockage du dépôt, absence de suivi réel des intermédiaires. Tout ceci nous amène à penser que le rendement de la société n’est pas optimal notamment en ce qui concerne l’exploitation de son potentiel d’autant plus qu’elle y investit beaucoup26.

I.2 Hypothèses de la recherche Dans le cadre de notre travail, nous avons émis les hypothèses suivantes :

Une meilleure organisation du réseau de distribution améliore les ventes des grossistes. La réorganisation du réseau de distribution améliore la qualité des services des revendeurs.
I.3. Opérationnalisation du problème Elle permet de présenter les différentes variables qui seront nécessaires à la vérification des hypothèses.

C’est elle qui a fait le plus d’investissement dans le secteur (plus de 60% de l’ensemble des investissements)

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

40

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Tableau III.2 : Opérationnalisation des variables de mesure
Concepts Dimensions Variables - Segmentation du marché et répartition entre revendeurs Meilleure organisation du Réseau de distribution réseau de distribution Grossistes - Contrôle des performances - Motivation des intermédiaires - Limitation du nombre des grossistes par région - Identification et respect du circuit de distribution - Accessibilité Volume des ventes Performance commerciale Qualité des services - Disponibilité - Fréquence des commandes - Quantité achetée par commande

Source : par nos soins

Nous avons choisi ces deux indicateurs de performance commerciale dans notre étude parce qu’elles sont facilement mesurables et compréhensibles au regard de notre cible et aussi parce ce sont les plus usités dans le secteur. Pour ce qui est de la réorganisation du réseau de distribution, elle concerne particulièrement les grossistes car ils sont facilement contrôlables par l’entreprise et sont les plus affectés par les problèmes cités plus haut.

II. Méthode de collecte de données
Elle dépend essentiellement des objectifs de l’analyse. Pour notre cas, nous avons procédé à un recensement par questionnaire.

II.1. La recherche exploratoire Elle a facilité la circonscription du sujet, la définition du problème à résoudre et le recueil du besoin en information. Concrètement, nous avons fait :

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

41

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I) Une recherche documentaire
Elle a été menée essentiellement auprès de la bibliothèque de l’ESSEC de Douala, de l’institut National de la statistique (INS), des archives de la Caisse de stabilisation des prix d’hydrocarbures (CSPH), du service documentation du ministère des mines et de l’énergie (MINEE) sans oublier les archives de l’entreprise SCTM . Nous y avons consulté des ouvrages, rapports et mémoires se rapportant au domaine d’étude. Cette recherche documentaire a au final permis de faire une synthèse des informations disponibles sur le domaine : La production de la SONARA Les importations Les parts de marché de chaque marketer Les problèmes du secteur Elle a été nécessaire pour la réalisation des deux premiers chapitres et la théorie de la notion de performance commerciale.

II) Une recherche qualitative
Elle a été basée sur des entrevues personnelles et a eu pour but l’exploration des différentes composantes du secteur, de mettre à jour les informations obtenues à l’issue de la recherche documentaire, puis de contribuer à l’élaboration des instruments de mesure nécessaires au recensement et à la confection du questionnaire. Dans le cas d’espèce, nous avons eu des entretiens semi-directifs avec : • • • • Des enseignants ; Chef département exploitation SCTM ; Chargé des études au MINEE et CSPH ; Des distributeurs ;

Ces entretiens nous ont été particulièrement bénéfiques pour déceler la problématique de l’étude présente, sa structure et l’appréciation du questionnaire nécessaire pour le recueil des informations.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

42

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II.2. La recherche descriptive Elle constitue la partie originale de notre travail. Cette recherche a consisté en un recensement que nous avons effectué auprès des principaux distributeurs de la société, c'est-à-dire les grossistes. Ce recensement s’est appuyé sur un

questionnaire dont la finalité était de vérifier les hypothèses émises précédemment.

Présentation du questionnaire
Le questionnaire utilisé pour notre recherche descriptive se présentait sous quatre thèmes :

a) Informations générales : il est question dans ce thème de recueillir les
informations sur les offres commercialisées par les grossistes. Nous avons voulu déterminer les gammes les plus commercialisées et le potentiel de chaque distributeur afin de pouvoir évaluer par la suite l’optimisation des potentiels.

b)

Evaluation

des

performances :

la

performance

commerciale

des

distributeurs est évaluée à partir du volume des ventes et de la qualité des services (sur l’angle d’accessibilité et de disponibilité).

c) Appréciation des critères de la réorganisation du réseau : ici il est question
d’avoir le jugement de chaque grossiste par rapport aux différents critères sélectionnés afin de mesurer leur impact sur l’amélioration des ventes et de la qualité des services.

d) Identification des répondants : elle nous permet de savoir si l’appréciation
des répondants varie en fonction des régions et surtout déterminer la place qu’occupe la distribution du gaz dans leurs activités.

Administration du questionnaire
Après le pré-test, lequel nous a permis de vérifier la pertinence et la non ambiguïté du questionnaire, nous avons administré celui-ci à tous les grossistes gérés par l’agence de Yaoundé. Ayant un fichier de ceux ci, nous avons veillé à ce que tous répondent, soit 20 grossistes répartis entre deux provinces. Le recensement a été effectué par nous même.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

43

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

III. Traitement et Analyse des données
L’analyse des données s’est faite à base du logiciel SPSS (version.10) (Statistical Package for Social Sciences). Deux méthodes d’analyse ont été explorées :

L’analyse univariée qui consiste à un calcul des fréquences sur les variables
nominales et un calcul des scores sur les variables ordinales.

L’analyse bivariée a consisté à des tris croisés que nous avons effectués pour
mesurer les corrélations, avec pour coefficient de corrélation Rhô de Spearman pour le croisement et la mesure d’association entre variables.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

44

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

CHAPITRE 4 : PILOTAGE DE LA PERFORMANCE DU RESEAU GROSSISTE DE LA SCTM GAZ

L’objectif de ce chapitre est de dire avec plus de conviction et de crédibilité si une organisation optimale du réseau grossiste a un impact sur la performance commerciale de ceux-ci à moyen/long terme et par suite de proposer un modèle adéquat pour une telle restructuration. Il comprend deux sections : Dans la première, nous présentons les résultats de l’enquête-terrain et dans la seconde nous proposons un modèle de tableau de bord devant permettre le pilotage de la performance commerciale dans le site de la SCTM gaz.

SECTION

1:

PRESENTATION

DES

RESULTATS

ET

VERIFICATION DES HYPOTHESES
Ceux ci ont été obtenus à partir des analyses effectuées grâce au logiciel SPSS.

I. Présentation des résultats
a)Informations générales Au terme de ce recensement, nous constatons que certains grossistes ne commercialisent pas toutes les gammes de produits offertes par la société. Le tableau suivant présente la distribution de gammes entre grossistes.
Tableau IV.1 : Classification de la commercialisation des gammes de produit
Gammes 12,5 kg 6 kg 6 kg à valve 35 kg Fréquences en % 100 80 40 20 Rang 1ere 2eme 3eme 4eme Calculs par nos soins

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

45

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

De ce tableau, il en ressort que la gamme de 12,5 kg est commercialisée par tous les grossistes, vient ensuite la "6 kg" commercialisée par 80% des grossistes, la "6 kg à valve" par 40% des grossistes et la "35 kg" par seulement 20%. A lumière de ces résultats on pourrait déjà imaginer une variation de performance entre divers grossistes. Dans l’espoir de trouver une justification à cette non-commercialisation de toutes les gammes, nous avons analysé l’activité de ceux-ci dans le tableau IV.2 suivant.
Tableau IV.2 : Activité principale la commercialisation du gaz

Fréquence Oui Non 11 09

Pourcentage (%) 55 45 Calculs par nos soins

L’analyse des activités principales et secondaires de ces grossistes montre que 55% d’entre eux sont spécialisés dans la distribution du gaz tandis que pour 45%, la commercialisation n’est qu’une activité accessoire ou secondaire, raison pour laquelle il n’y a pas une grande nécessité de s’y investir totalement.

b) Evaluation des performances L’évaluation de la performance commerciale des grossistes dans le cadre de cette recherche s’est appuyée sur deux principaux indicateurs : le volume des ventes et la qualité des services. Le volume des ventes Pour évaluer le volume des ventes de grossistes, nous les avons interroger sur le nombre de commandes mensuelles, les quantités par commande et les ventes moyennes mensuelles de chaque gamme de produit. Nous présenterons

principalement ici les ventes moyennes réalisées pour la gamme de 12,5 kg car celleci représente plus de 80% des ventes globales. Le tableau IV.3 suivant illustre les variations des ventes entre grossistes.
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

46

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Tableau IV.3 : Ventes moyennes mensuelles des 12,5 kg

Fréquences ]200-400] ]400-800] ]800-1600] ]1600-3200] ]3200-6400] ]6400-12800] Plus de 12800
Totaux

Pourcentage (%) 15 20 30 15 10 5 5
100 Calculs par nos soins

3 4 6 3 2 1 1
20

A la lecture de ce tableau, il ressort que 65% des grossistes réalisent des ventes inférieures à 1600 bouteilles( de 12,5 kg) par mois, les 35% restants ayant des ventes situées au delà de 1600 voire atteignant ou dépassant les 10000

bouteilles par mois. Pour cette dernière catégorie, ceci paraît évident d’autant plus qu’ils ont pour seule activité la commercialisation du gaz. Pour mieux comprendre la situation, nous allons analyser le potentiel de ces grossistes en terme d’emballages.
Tableau IV.4 : répartition des emballages entre grossistes

Nombre d’emballages ]200-400] ]400-800] Plus de 800 Total

Fréquences 5 11 4 20

Pourcentage (%) 25 55 20 100 Calculs par nos soins

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

47

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Ce tableau montre que 25% des grossistes ont un potentiel en dessous de 400 bouteilles; 55% compris entre 400 et 800 et 20% ayant un potentiel à plus de 800 emballages. Déjà cet écart entre le potentiel d’emballage pourrait dans une certaine mesure justifier la performance des ventes de ces grossistes. Cependant, une analyse de la régularité des approvisionnements s’avère nécessaire.

Tableau IV.5 : Evaluation des ruptures de stock

Situation Oui Non Total

Fréquences 16 4 20

Pourcentage (%) 80 20 100 Calculs par nos soins

Le tableau ci-dessus apporte une information additive pour expliquer l’écart constaté entre les grossistes. En effet, 80% d’entre eux sont couramment en rupture de stock contre seulement 20% qui affirment ne jamais l’être. Il faut noter que ces 20% sont aussi la proportion des grossistes réalisant de meilleures performances. Alors, on il se poserait une problématique pertinente si les 20% des grossistes réalisant les meilleures performances faisaient également partie (tout au moins certains d’entre eux) du groupe de ceux qui affirment être en rupture incessante de stock. La satisfaction Trois critères ont été retenus pour évaluer la satisfaction chez les grossistes : la quantité de l’offre, la facturation et la gestions des fuites. Dans le tableau ci-dessous, nous avons classé ces trois critères par ordre d’importance pour les grossistes.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

48

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Tableau IV.6 : classement des critères d’évaluation de la satisfaction

critères Gestion des fuites Quantité de l’offre Facturation

Moyenne 1,80 1,85 2,56

Classement 1er 2e 3e Calculs par nos soins

On y retient que la gestion des fuites et la quantité de l’offre est très importante aux yeux des grossistes. Après la mesure de cette importance, nous avons apprécié leur degré de satisfaction dans le tableau qui va suivre.
Tableau IV.7 : classement des critères en fonction du degré d’appréciation

critères Gestion des fuites Facturation Quantité de l’offre

Moyenne 2,60 2,80 3

Classement 1er 2e 3e Calculs par nos soins

Nous avons là une illustration du degré de satisfaction des grossistes par rapport à la facturation, la gestion des fuites et la quantité de l’offre. On peut y voir que les grossistes semblent assez insatisfaits de la gestion des fuites et la facturation, le sont encore plus pour ce qui concerne la quantité de l’offre. Ce qui constitue l’handicap principal à l’atteinte de leurs objectifs commerciaux.

c) Appréciation des critères d’organisation du réseau de distribution Au cours des entretiens que nous avons eu avec les grossistes et les responsables de l’entreprise, plusieurs critères ont été évoqués en vue de l’objectif d’une meilleure organisation du réseau de distribution. Il s’agit pour nous ici d’en
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

49

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

faire une hiérarchie à partir des scores recueillis par chacun d’eux, ce faisant nous objectivons les différents avis issus du terrain.
Tableau IV.8 : Appréciation des critères d’organisation du réseau grossiste par ordre décroissant

Critères Motivation Limitation du nombre grossistes Contrôle des grossistes en amont par les objectifs de vente Respect du circuit de distribution Répartition des secteurs entre grossistes

Moyenne 1,55 2,10 2,25 2,30 2,6

Rang 1er 2e 3e 4e 5e

Calculs par nos soins

Ce tableau montre que les grossistes semblent s’accorder sur l’impact positif que pourrait avoir la mise en place d’une véritable politique de motivation et le sont globalement moins pour les quatre (4) autres critères. De façon plus précise, les grossistes émettent l’ardent souhait de voir leurs avis compter à travers une concertation régulière avec l’entreprise. Le tableau ciaprès illustre bien cette tendance.
Tableau IV.9 : Fréquence de prise en compte des grossistes par la société.

AVIS

fréquence 3 3 10 1 3

Pourcentage (%) 15 15 50 5 15 Calculs par nos soins

Complètement Beaucoup Un peu Pas beaucoup Pas du tout

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

50

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Ce tableau montre qu’environ 70% des grossistes n’apprécient pas assez la politique de suivi des clients de l’entreprise. Parmi les moins sceptiques quant à l’existence d’une telle politique, 55% estiment ne pas être satisfaits de la qualité des services globalement.

II. vérification des hypothèses
Le fondement de notre recherche est la validation d’une hypothèse, concrètement il est question de la mettre à l’épreuve des informations recueillies sur le terrain. A titre de rappel, nous affirmions :

Hypothèse 1: une meilleure organisation du réseau de grossistes améliore le volume des ventes. Hypothèse 2: La réorganisation du réseau de grossistes améliore la qualité des services des revendeurs.
Pour vérifier cette prémisse, nous allons tester l’existence d’une corrélation entre l’appréciation des différents critères d’organisation du réseau de distribution et l’amélioration globale des ventes et la qualité des services en nous servant du le coefficient de corrélation de Spearman (indicateur statistique qui mesure le lien entre des variables qualitatives).

II.1. Effet sur l’amélioration du volume des ventes

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

51

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Tableau IV.10 : Corrélation entre éléments d’organisation du réseau grossistes et l’amélioration des ventes
Amélioration niveau ventes - 0,017 0,944 20 0,763** 0,000 20 -0,240 0,308 20 0,112 0,639 20 0,495* 0,026 20

Rhô (R) de Spearman Coef corrélation Répartition des secteurs entre les grossistes Valeur p N Contrôle en amont des grossistes par les objectifs de vente Coef corrélation Sig (bilatéral) N Coef corrélation Politique de motivation des grossistes Sig (bilatéral) N Limitation du nombre de grossistes par région Coef corrélation Sig (bilatéral) N Coef corrélation Respect du circuit de distribution Sig (bilatéral) N

*. La corrélation est significative au niveau 5% (bilatéral) **. La corrélation est significative au niveau 1% (bilatéral)

La lecture de ce tableau nous renseigne globalement sur la réalité des corrélations (et leur sens) la variable d’intérêt amélioration des ventes. Ainsi, il existe une corrélation positive significative entre

l’amélioration des ventes et les éléments d’organisation du réseau
de distribution suivants : le contrôle amont des grossistes par les

objectifs de ventes et le respect du circuit de distribution.
Ceci traduit la forte relation existante entre le degré d’accord que les grossistes ont quant à l’impact positif sur le volume des ventes des différents éléments structurants de l’organisation décrits par les critères précédents. En

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

52

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

d’autres mots, l’amélioration des ventes peut être induite par le respect du circuit de distribution et les objectifs de ventes fixés aux grossistes. II.2. Effet sur l’amélioration de la qualité des services offerts

Tableau IV.11 : Corrélation entre éléments d’organisation du réseau grossistes et l’amélioration de la qualité du service

Rhô (R) de Spearman Répartition des secteurs entre les grossistes Contrôle en amont des grossistes par les objectifs de vente Politique de motivation des grossistes Limitation du nombre de grossistes par région Respect du circuit de distribution Coef corrélation Valeur p N Coef corrélation Sig (bilatéral) N Coef corrélation Sig (bilatéral) N Coef corrélation Sig (bilatéral) N Coef corrélation Sig (bilatéral) N

Amélioration de la qualité service -0,057 0,810 20 0,476* 0,034 20 -0,458* 0,042 20 0,076 0,750 20 0,349 0,132 20

*. La corrélation est significative au niveau 5% (bilatéral)

Aussi, on peut noter la corrélation positive significative entre

l’amélioration de la qualité des services (vue sur l’angle de
l’accessibilité et de la disponibilité) et le contrôle amont des

grossistes ; à l’opposé, il faut relever la corrélation négative
significative entre l’amélioration de la qualité des services et la politique de motivation qui s’explique par le fait que pour les grossistes
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

53

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

l’amélioration de la qualité des services est du ressort exclusif de l’entreprise. Au regard des ces résultats, on pourrait conclure que l’amélioration des ventes et de la qualité des services peuvent être garanties par un contrôle amont des grossistes et le respect du circuit de distribution principalement, les politiques de motivation ne servant que d’adjuvant qui pourraient être mise en place par l’entreprise pour piloter efficacement la performance commerciale de son réseau grossistes. C’est dans cette continuité que nous allons proposer un modèle de tableau de bord commercial à l’entreprise.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

54

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

SECTION 2 : CONCEPTION DU TABLEAU DE BORD POUR LE PILOTAGE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE.
La conception d’un tableau de bord nécessite la définition au préalable des paramètres-clés pour la bonne gestion de celui ci.

I. définition des paramètres de conception
Pour la définition des paramètres de conception, nous nous référons à un modèle qui tire ses fondements des travaux de Michel Gervais et Jean Richard SULZER, lesquels préconisent l’apport des réponses à cinq principales questions pour l’élaboration d’un tableau de bord de gestion. Mais compte tenu du caractère restreint de notre champ qui porte uniquement sur la direction commerciale, nous avons orienté nos réponses à cette fonction de l’entreprise.

I.1. les objectifs du tableau de bord Ces objectifs peuvent être résumés en trois principaux allant de la direction générale aux agences. Donner à la Direction générale et aux responsables de façon permanente une vision du fonctionnement de la distribution ou de l’activité commerciale ; Contrôler l’évolution de l’activité des intermédiaires de distribution ; Piloter la performance des agences par une gestion prévisionnelle des ventes en amont augmenté d’un pilotage des approvisionnements en aval.

I.2 Les utilisateurs Ce seront entre autres : Le directeur général ; Le directeur d’exploitation ; Le service commercial ; Les agences.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

55

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I.3 Les périodicités de l’élaboration du tableau de bord commercial Trimestre Direction générale Direction d’exploitation Service commercial Agence Feed-back X X X X X Mensuelle Bi- hebdomadaire hebdomadaire

I.4 Les indicateurs du tableau de bord commercial

a) Chiffre d’affaires par gamme Il nous permet de déterminer la contribution de chaque intermédiaire à la réalisation du chiffre d’affaires global de chaque gamme de produit :

Pmp = quantité vendue pour une gamme /quantité totale vendue pour cette gamme

Une comparaison de ce rapport entre intermédiaire pourrait être faite pour déterminer les écarts et en fonction des ces écarts, on pourrait procéder à une sorte de benchmarking pour les améliorer.

b) Taux de rotation des emballages Il permet de contrôler s’il y’a optimisation au niveau de l’exploitation des ressources disponibles (emballages).

Tr=

nombre d’emballages nécessaires pour la commercialisation à une période donnée/nombre d’emballages disponibles.

Si Tr< 1, on dira qu’il sous-exploitation du potentiel Par contre si Tr> 1, on dira qu’il y’a une optimisation du potentiel.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

56

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

c) Stock de sécurité Le stock de sécurité est le niveau de stock qui permet de limiter les ruptures de stock dues aux aléas (prévisions non conformes à la demande, délai d'approvisionnement plus long que prévu, etc.). Il est fonction de trois éléments : l’importance des coûts d’opportunité et de stockage, le niveau des aléas et le niveau de service souhaité.

Stock sécurité= écart type de la demande x coefficient de sécurité x racine carré du délai de réapprovisionnement .
d) Indice de satisfaction Il s’agit ici de mesurer la satisfaction par rapport à deux éléments principaux : la quantité de l’offre et la gestion des fuites. Délai moyen de livraison C’est le temps mis pour assurer la livraison. Régularité des livraisons

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

57

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

II. Modèle de tableau de bord adapté

INDICATEURS

Réalisations Montant % V.T

Prévisions Montant Ecart

Précé dant

Cumul Montan t

% V. T

Taux réalisation en %

Eléments de mesure quantitative de l’activité

Chiffre d’affaires

Semaines

Semaines

Taux rotation

Semaines
emballages

6 kg 12,5 kg 6 kg à valve 35 kg 6 kg 12,5 kg 6 kg à valve 35 kg 6 kg 12,5 kg 6 kg à valve 35 kg

Eléments de mesure qualitative de l’activité

Indice de satisfaction

Délai moyen de livraison

Régularité des livraisons

Ce tableau de bord que nous proposons aux agences de la SCTM est un outil qui devra leur servir pour mesurer la performance commerciale des grossistes, ce dans le but principal d’assurer une gestion optimale des stocks. Il est composé de six indicateurs qui permettent d’apprécier tant sur le plan quantitatif que qualitatif l’activité de ceux ci. Comme nous l’avions signalé plus avant, le pilotage de la performance (commerciale) est un processus qui part des prévisions fixées à la base, passe par la vérification des réalisations in situ pour déceler les écarts, objets des réajustements ultérieurs. Ainsi, l’analyse permettra de mettre en œuvre des plans d’actions qui adressent très opportunément les éventuels écarts mis en exergue par le tableau de bord.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

Stock de sécurité

58

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

CONCLUSION GENERALE
La Société Camerounaise de Transformation Métallique (SCTM), distributrice des produits GPL est une entreprise bien implantée sur le marché de la distribution du gaz au Cameroun avec une part de marché estimée à plus de 50%. Malgré cette part a priori assez importante, il s’est avéré au cours de nos recherches exploratoires que le potentiel dont dispose la société n’était pas utilisé à son optimum et plus, il existait des incohérences dans l’organisation du réseau de distribution. Les ventes de la société étant effectuées à plus de 60% par le réseau grossiste, nous nous sommes interrogés dès lors sur la performance de ces derniers. L’objectif de notre travail était de vérifier si une meilleure organisation du réseau grossiste améliorait la performance commerciale. Pour ce faire, nous avons effectué une collecte des informations auprès de tous les grossistes gérés par l’agence de Yaoundé. Au terme de cette étude, il ressort que tous les grossistes ne commercialisent pas la toute la gamme des produits offerts par la société et plus encore, la commercialisation du gaz n’est qu’une activité accessoire ou secondaire chez certains. De façon fondamentale, il ressort que l’handicap principal qui inhibe la performance commerciale des grossistes demeure les ruptures de stock répétées. Ceci est en partie lié à une organisation dilettante et lâche du réseau de distribution car il est apparu au cours de nos analyses que le contrôle des grossistes en amont par les objectifs de ventes pouvait améliorer sensiblement les ventes et la qualité de service. Ces objectifs de vente fixés aux grossistes pourraient permettre à l’entreprise d’établir des prévisions de ventes et en conséquence gérer de façon plus souple et professionnelle les approvisionnements à la base de ceux-ci. Par ailleurs, le respect du circuit de distribution permettrait à l’entreprise de mieux contrôler les flux de distribution. Toutes ces remarques ont donné matière au tableau de bord que nous proposons comme outil quotidien de gestion privilégié et dont la pertinence demeure dans sa mise à jour régulière.

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

59

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

REFERENCES BIBIOGRAPHIQUES
I- OUVRAGES BROSSELIN C. dans Distribution : croissance et concentration, Paris : Librairie Vuibert, 1981, 128 p. LEBOULLEUX P.P dans Le choix des objectifs : pour accroître et contrôler les performances à court terme ; Édition Hommes et Techniques, 1971, 71p. KAPLAN et NORTON dans Tableau de bord prospectif, pilotage stratégique : les quatre axes de succès, Édition organisation, Paris, 1998, 478p. KOTLER P. & DUBOIS B. dans Marketing management, 10eme édition, Paris, Publi union, 2000, 788p. LENDREVIE J. & LINDON D. dans Mercator : théorie et pratique du marketing, 6eme édition, Paris, Dalloz, 2000, 788p. JAMBU Michel dans Méthodes de base de l’analyse des données, Paris, Eyrolles, 412p. PERRIEN J. & CHEURON E. ZINS M. dans Recherche en marketing : méthodes et décisions, Éditions Gaéton Morin, Québec, 1986, 629p. II. ARTICLES & RAPPORTS Olivier de villarmois « le concept de performance et sa mesure : un état de l’art » les cahiers de recherche ; CLAREE, avril 2001. Ministère de l’énergie et de l’eau, Etude du marché de GPL au Cameroun : situation actuelle et perspective, SCT, mars 2005. DASSIE Jérémie, Rapport d’analyse du marché de GPL au Cameroun, 4eme trimestre 2005. III. MEMOIRES NGO OMAM Clotilde, « Evaluation de la performance commerciale dans le secteur brassicole », Mémoire DEPA, décembre 2003, ESSEC de Douala. PAGAL Patrice Roger, « Analyse des éléments du développement du canal grossiste de la SABC », Mémoire DESC, 1997, ESSEC de Douala. MONGO Pierre Joseph, « Contribution à l’amélioration de la performance commerciale d’une entreprise industrielle, une application à la SOCATRAL », Mémoire DEPA, 2005, ESSEC de Douala.
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

60

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

ANNEXES
QUESTIONNAIRE Bonjour, Madame, Mademoiselle, Monsieur, je suis un étudiant en fin de formation, filière DESC (Diplôme d’Etudes Supérieures de Commerce) de l’ESSEC de Douala. Nous réalisons actuellement une étude auprès des intermédiaires de distribution de la SCTM GAZ, dont vous faites partie. Celle-ci vise à évaluer et

piloter votre performance commerciale en vue d’une amélioration.
Pourriez vous s’il vous plait nous accordez quelques minutes pour répondre à ces questions ? Nous vous garantissons la confidentialité de vos opinions. Merci d’avance.

Q.1 Vendez vous du gaz SCTM ? Si oui allez à Q.2

Oui

Non

si non arrêtez

Q.2 Quelles sont les gammes que vous commercialisez ? Bouteille 6kg Bouteille 12,5kg Bouteille 35kg Bouteille 6kg à valve

Q.3 Quel est votre stock en emballages ?

bouteilles Moins de 25 ] 25-50] ] 50-100] ] 100-200] ] 200-400] ] 400-800] Plus de 800

6 kg

12,5 kg

6 kg à valve

35 kg

Q.4 Etes vous régulièrement livré ? Oui
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

Non 61

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Q.5 Etes vous livré à temps ? Oui Non

Q.6 vous arrive t-il d’être en rupture de stock ? Oui Si oui à quelle période ? Janvier - Mars Avril - Juin Juillet - Août Septembre - Décembre Non

Evaluation des performances
Q.7 Combien de commandes effectuées vous en moyenne par mois ?

6 kg 1 commande 2 commandes 3 commandes 4 commandes 5 commandes 6 commandes 7 commandes 14 commandes 21 commandes 28 commandes Plus de 28

12,5 kg

6 kg à valve

35 kg

Q.8 Combien de bouteilles achetées vous par commande ?

6 kg Moins de 25 ] 25-50] ] 50-100] ] 100-200]

12,5 kg

6 kg à valve

35 kg

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

62

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO
] 200-400] ] 400-800] Plus de 800

Q.9 quelle est en moyenne votre volume de vente mensuel ?

6 kg Moins de 50 ] 50-100] ] 100-200] ] 200-400] ] 400-800] ] 800-1600] ] 1600-3200] ] 3200-6400] ] 6400-12800] Plus de 12800

12,5 kg

6 kg à valve

35 kg

Appréciation des critères d’organisation du réseau
Q.10 Quelle est votre appréciation par rapport à chacun des critères suivants ?
Critères Tout à fait d’accord Respect du circuit distribution Limitation nombre grossistes Contrôle grossistes par les objectifs de vente Politique de motivation Répartition secteurs entre grossistes D’accord Plus ou moins Pas d’accord Pas du tout d’accord

Q.11 quel est votre dégré d’accord quant à une amélioration du niveau des ventes avec ces critères ?
Critères Tout à fait d’accord Respect du circuit distribution Limitation nombre grossistes D’accord Plus ou moins Pas d’accord Pas du tout d’accord

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

63

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO
Contrôle grossistes par les objectifs de vente Politique de motivation Répartition secteurs entre grossistes

Q.12 Pensez vous réellement qu’une organisation respectant ces critères améliore vos ventes ? Tout à fait d’accord D’accord Pas du tout d’accord Plus ou Moins Pas d’accord

Q.13 Comment qualifiez vous l’organisation actuelle ? Excellente Médiocre Bonne Mauvaise

Q.14 Quelle importance accordez vous à chacun des éléments suivants ?

Très important Quantité de l’offre Facturation Gestion des fuites

Important

Plus ou Moins

Peu Important

Pas important

Q.15 Quel est votre degré de satisfaction par rapport à ces critères ?

Très satisfait Quantité de l’offre Facturation Gestion des fuites

satisfait

Plus ou Moins

Peu satisfait

Pas satisfait

Q.16 Globalement etes vous satisfait des services ? Très satisfait Satisfait Pas satisfait Plus ou Moins Peu satisfait

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

64

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Q.17 Quel est votre degré d’accord par rapport à une amélioration de l’accessibilité des grossistes grâces aux critères suivants ?

Critères

Tout à fait d’accord

D’accord

Plus ou moins

Pas d’accord

Pas du tout d’accord

Respect du circuit distribution Limitation nombre grossistes Contrôle grossistes par les objectifs de vente Politique de motivation Répartition secteurs entre grossistes

Q.18 Quel est votre degré d’accord par rapport à une amélioration de la disponibilité des grossistes grâces aux critères suivants ?

Critères

Tout à fait d’accord

D’accord

Plus ou moins

Pas d’accord

Pas du tout d’accord

Respect du circuit distribution Limitation nombre grossistes Contrôle grossistes par les objectifs de vente Politique de motivation Répartition secteurs entre grossistes

Q.19 Globalement pensez vous que ces critères puissent améliorer la qualité de service ? Tout à fait d’accord D’accord Pas du tout d’accord Plus ou Moins Pas d’accord

Q.20 En tant que client à quel point vous sentez vous prie en considération par l’entreprise ? Complètement Beaucoup Pas du tout
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

Un peu Pas beaucoup

65

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

Q.21 La commercialisation du gaz constitue t’elle votre activité principale ? Oui Non

Q.24 Quelles sont les régions dans lesquelles vous assurez la distribution ?

Ambam Ebolowa Obala Sangmélima

Kyo ssi Akonolinga Bafia Nanga Eboko

Mbalmayo Monatélé Yaoundé Boumnyébe

Bankomo Soa

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

66

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

GUIDE ENTRETIEN

Pour la SCTM
THEMES ♦ La politique de distribution de la société ♦ Evaluation des performances commerciales ♦ Le système d’approvisionnement en GPL ♦ Relations entreprise – grossistes

Pour les grossistes
THEMES ♦ Relations grossistes – entreprise ♦ Politique de distribution de la SCTM ♦ Problèmes rencontrés dans la distribution ♦ Avantages, forces et faiblesses de la SCTM

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

67

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

TABLE DES MATIERES
DEDICACE........................................................................................................ i REMERCIEMENTS ........................................................................................... iii AVANT PROPOS.............................................................................................. iv SOMMAIRE...................................................................................................... v LISTE DES TABLEAUX, GRAPHIQUES ET FIGURES ............................................vii LISTE DES ABBREVIATIONS ........................................................................... viii RESUME ......................................................................................................... ix ABSTRACT ...................................................................................................... x INTRODUCTION GENERALE ............................................................................. 1 PREMIERE PARTIE : ........................................................................................ 4 LA PERFORMANCE COMMERCIALE ET LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION DE GAZ AU CAMEROUN ........................................................................................ 4 CHAPITRE I : LA NOTION DE PERFORMANCE COMMERCIALE DANS LA DISTRIBUTION .......................................................................................... 5
Section1 : Organisation de la distribution .......................................................................... 5 I. Le circuit de distribution ............................................................................................. 6 I.1. Le circuit ultra court............................................................................................. 7 I.2. Le circuit court ..................................................................................................... 7 I.3. Le circuit long ...................................................................................................... 7 II. Les intermédiaires de distribution ............................................................................. 8 II.1. Ceux qui ne prennent pas possession du produit ................................................ 8 II.2. Ceux qui prennent possession du produit ........................................................... 8 III. Les différentes formes d’organisation de la distribution .......................................... 8 III.1. Organisation verticale de la distribution ........................................................... 8 III.2. Organisation horizontale de la distribution ....................................................... 9 Section 2 : nécessité et modes d’évaluation de la performance commerciale ................... 9 I.1 Rôle de l’évaluation .............................................................................................. 9 I.2 La qualité d’une bonne évaluation ...................................................................... 10 II.1 L’évaluation à partir d’un indicateur ................................................................. 10 II.2 L’évaluation à travers le tableau de bord........................................................... 10 Section 3 : déterminants et indicateurs de la performance commerciale ......................... 11 I. Les déterminants de la performance commerciale.................................................... 11 II. Les indicateurs de la performance commerciale d’un réseau de distribution.......... 12 II.1 Les indicateurs quantitatifs ................................................................................ 12 II.2 Les indicateurs qualitatifs .................................................................................. 13

CHAPITRE II : LE MARCHE CAMEROUNAIS DE GAZ DE PETROLE LIQUEFIE (G.P.L)..................................................................................................... 15
Section 1 : Présentation de la filière ................................................................................. 15
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

68

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

I. Les intervenants de la filière ..................................................................................... 15 I.1 Les Fournisseurs ................................................................................................. 16 I.2. Les distributeurs ................................................................................................. 17 II. Les types de conditionnement du produit ................................................................ 19 II.1 Le gaz conditionné............................................................................................. 19 II.2 Le gaz en vrac .................................................................................................... 20 Section 2 : Evolution de la consommation ET de l’offre dans le secteur ....................... 20 I. Evolution de la consommation.................................................................................. 21 I.1. Evolution des ventes par marketer .................................................................... 22 I.2. Evolution des ventes par type de produit/marketer............................................ 23 II. Evolution de l’offre du GPL au Cameroun ............................................................ 24 II.1. La production de la SONARA.......................................................................... 24 II.2. Les importations de la CSPH............................................................................ 25 Section 3 : Analyse concurrentielle .................................................................................. 26 I. Analyse des forces et faiblesses des concurrents dans le secteur ............................. 27 I.1. Les forces ........................................................................................................... 27 I.2. Les faiblesses ..................................................................................................... 28 II. Analyse détaillée de la concurrence et comparaison des performances des sociétés ...................................................................................................................................... 29 II.1. Analyse détaillée de la concurrence ................................................................. 29 II.2. Comparaison des performances des sociétés .................................................... 31

DEUXIEME PARTIE : ...................................................................................... 32 EVALUATION ET PILOTAGE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DE LA SCTMGAZ .............................................................................................................. 32 CHAPITRE III : EVALUATION DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DU RESEAU DE DISTRIBUTION DE LA SCTM ................................................... 33
Section 1 : Gestion de la distribution à la sctm gaz ......................................................... 33 I. Présentation de la SCTM GAZ ................................................................................. 33 I.1. Fonctionnement de la société ............................................................................. 33 I.2. Organisation de la distribution de la SCTM GAZ ............................................ 35 II. Les problèmes de la distribution à la SCTM GAZ .................................................. 37 II.1. Les problèmes liés à l’organisation .................................................................. 37 II.2. Les problèmes liés au fonctionnement ............................................................. 38 Section 2 : Approche methodologique de l’evaluation de la performance ...................... 40 I. opérationnalisation du problème ............................................................................... 40 I.1. Rappel du problème ........................................................................................... 40 I.2 Hypothèses de la recherche ................................................................................. 40 I.3. Opérationnalisation du problème ....................................................................... 40 II. Méthode de collecte de données .............................................................................. 41 II.1. La recherche exploratoire ................................................................................. 41 II.2. La recherche descriptive ................................................................................... 43 III. Traitement et Analyse des données ........................................................................ 44

CHAPITRE 4 : PILOTAGE DE LA PERFORMANCE DU RESEAU GROSSISTE DE LA SCTM GAZ ........................................................................................... 45
Section 1 : Présentation des résultats et Vérification des hypothèses .............................. 45 I. Présentation des résultats ..................................................................................... 45
Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

69

Prrésentté parr Jourrdaiin KENGNE OUABO P ésen é pa Jou da n KENGNE OUABO

a)Informations générales .......................................................................................... 45 b) Evaluation des performances ............................................................................... 46 c) Appréciation des critères d’organisation du réseau de distribution ..................... 49 II. Vérification des hypothèses ..................................................................................... 51 II.1. Effet sur l’amélioration du volume des ventes ................................................. 51 II.2. Effet sur l’amélioration de la qualité des services offerts ................................ 53 Section 2 : Conception du tableau de bord pour le pilotage de la performance commerciale. .................................................................................................................... 55 I. définition des paramètres de conception ................................................................... 55 I.1. Les objectifs du tableau de bord ........................................................................ 55 I.2 Les utilisateurs ................................................................................................... 55 I.3 Les périodicités de l’élaboration du tableau de bord commercial ..................... 56 I.4 Les indicateurs du tableau de bord commercial .................................................. 56 a) Chiffre d’affaires par gamme .............................................................................. 56 b) Taux de rotation des emballages .......................................................................... 56 c) Stock de sécurité .................................................................................................. 57 d) Indice de satisfaction............................................................................................ 57 II. Modèle de tableau de bord adapté ........................................................................... 58

CONCLUSION GENERALE ............................................................................... 59 REFERENCES BIBIOGRAPHIQUES ................................................................... 60 ANNEXES ...................................................................................................... 61

Mémoiirre de ffiin d’’éttudes—DESC//ESSEC de DOUALA Mémo e de n d é udes—DESC ESSEC de DOUALA

70

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful