You are on page 1of 2

Chers Enfants!

Je veux vous décrire d'un peu plus près de quelle manière Je communique avec vous.

En chaque être humain gît la faculté de devenir un médium pour Moi, ce qui veut dire qu'il est
possible à chacun de laisser son âme se retirer et de n'écouter que son esprit. Ce qui devrait
d'ailleurs se produire au cours de toute vraie prière, et ce pourquoi aussi les personnes pieuses,
souvent, lorsqu'elles veulent vraiment Me parler, se soustraient à toute influence extérieure, en
entrant dans une chambre tranquille, ou en fermant les yeux, afin que l'âme ne soit pas sollicitée par
quelque perception du monde extérieur.

Cette tranquillité de l'âme est nécessaire pour un médium ou un instrument au service de Ma
Parole au moment où il s'aperçoit de l'arrivée de pensées bien précises, une arrivée qui ressemble à
un chuchotement à l'oreille du cœur, et ces pensées peuvent alors être prononcées ou mises par
écrit, car alors c'est l'esprit, en union avec Moi (le Père Même), qui gouverne le corps, l'âme étant
pendant ce temps (plus ou moins) en retrait.

Mais ce retrait de l'âme peut être interrompu soudainement, souvent par une toute légère
excitation (ou perturbation) extérieure, par exemple un son retentissant, la vue de quelque chose qui
perturbe, même le vol ou le bourdonnement d'une mouche, et aussi par la présence insistante
d'autres esprits, qui veulent se faire valoir. De là vient que beaucoup de médiums sont souvent, au
début, victimes d'illusions, et c'est particulièrement le cas chez les médiums que Je choisis pour
Moi-Même; car d'autres esprits se pressent alors auprès de ces médiums, et même mon Adversaire a
le droit d'utiliser cette faculté.

C'est pourquoi un médium qui veut recevoir de Moi une parole doit d'abord s'adresser à Moi dans
la prière, et c'est aussi ce que doivent faire ceux qui l'entourent et qui sont liés (spirituellement) à
lui.

Et lorsqu'un médium ressent pour Mes paroles de la joie et de l'amour, alors, avec l'amour qui
augmente, augmentent aussi la clarté et la persistance des paroles dictées, et leur influx est plus pur
qu'avant, lorsque se mêlaient encore à elles des influences de l'âme(*). Et c'est souvent sans être
attendu que Je frappe à sa porte, d'une façon que lui seul peut comprendre ou ressentir; c'est une
palpitation, ou une anxiété, ou bien il saisira involontairement la plume sans avoir pensé d'abord à
écrire pour Moi. Mais si une certaine anxiété apparaît pendant la dictée, par peur de n'avoir pas bien
saisi ce qui est dicté, la main s'arrêtera automatiquement, jusqu'à ce que le flot des paroles puisse à
nouveau être reçu.

Ces phénomènes étant spirituels, il n'y a pas grand-chose à observer sur le plan physique; mais
ceux qui assistent (ou participent) à de telles communications d'en-haut sont aussi influencés
spirituellement (selon leur recueillement), et l'esprit leur donnera la vraie lumière sur les mots mis
sur le papier. Les esprits de l'au-delà peuvent aussi prendre possession des organes du médium
lorsqu'ils s'unissent avec son esprit, et s'exprimer alors; là aussi, un vide des pensées (ou passivité)
du médium est nécessaire, ou bien un retrait de son âme; de telles communications sont souvent
courtes, et très astreignantes, et même nuisibles lorsque l'esprit qui s'exprime n'est pas encore
suffisamment mûr dans son âme et son esprit; dans ce cas, c'est souvent l'âme de l'esprit qui revient
de façon passionnelle au premier plan, et l'esprit s'exprimera selon cet état, car les esprits aussi sont
encore soumis plus ou moins au changement.

(
*) Und der Einfluss derselben bleibt reiner denn zuvor, wo öfter wohl noch Seelisches sich einmengte. Einfluss=
influence, mais aussi influx. (N.d.T.)
Des médiums, il y en a eu de tout temps et, en particulier maintenant, partout. Mais très peu
seulement ont conscience du but sacré et sont entièrement de Mon coté. Il faut donc que Je sois très
parcimonieux en les éduquant et en les choisissant. Car malheur à un médium que Satan a réussi à
capturer pour lui (une manœuvre où ne manquent ni les belles paroles ni les beaux projets); son
esprit devient malade, et sa maladie contamine beaucoup d'autres personnes, et peut produire de
grands malheurs. Car Satan dépasse les bornes, et ravit aux âmes leur libre-arbitre; il les oblige à
toutes sortes d'exagérations, d'outrages et de débordements, sans aucun égard pour les
commandements divins, et en endormant la conscience avec le principe que « la fin justifie les
moyens » (Gen. 3, 5); ce qui a souvent pour résultat d'absorber tout le fluide vital(**) dans la
production de manifestations extérieures, ce qui à Mes yeux est une abomination(***) .

Mais heureux sont les hommes dont Je puis dire: « Mes brebis entendent Ma voix et Me suivent,
Je les connais et Je leur donne la vie éternelle! » Et heureux soyez-vous aussi, qui ne voulez
écouter(****) que Ma voix, Mon Esprit vous conduira en toute vérité afin que vous puissiez
reconnaître la source qui vous abreuvera sans cesse de l'eau rafraîchissante de la vie!

Votre Père.

Communication à Johanne Ladner, à Bietigheim, le 28 août 1882. Les parenthèses dans le texte ne sont pas des notes de
l'éditeur, mais se trouvent telles quelles dans le texte original.

(
**) 'vital' n'est pas dans le texte, mais est sous-entendu. (N.d.T.)
(
***) Des paroles qui suffiront à souligner le danger d'entrer en communication avec les esprits. (N.d.E)
(
****) Le texte n'emploie pas le verbe écouter mais le verbe folgen =suivre. (N.d.T.)