~

.
~

r

~

.
.
.
:
l
.
-
.

~

'
"
"

.
.
"

N
P
~
.

~

e
-
~

3
1

:
:
r
:

!

,
.
.
.
,
.
.
.
.
.

<
)
I
l

~
-
0

U

i

:
:
l

'
.
/
;

<
:
>
(
,
)

-
,

1

.
.
.
.
~

!
-
0

+
'
1

.
.
.
.

~
Ç
J

'
-
'
<

~

C
l

~

!

~

~
i

.
~

~

C
l
z

(
/
)

r
~

0

~

a

C
I
l

~

=
s

~

1

-
.
.
;

;
-
-
(

1

1
C
l

l

~

-
'

,

~

Q
"
,
-
4

~
.
.
r
~
~

1

r
J
~

1

·
1

Aimez-yon" 103 uns lei; autres, h. famille es!' le pre·
miel' degré ùe cli:lrité chrétiellne, c'est sue b Terre Li,
forme anticipéo dll ciel ul'lg6Iiqlle. Le pèl'o vit d'1ll'> se"
CJ;fants, les cutant;; rCilllünt au pèro lem' amOllI'.
fait de la Ll1nille un l'aral]i", Irt I!-:SUll;üll 811 hit ',;11 cufor.
E. Ttè C.
?llrs ('[IEHS E::'H\\XTS,
Cl'ci ma profession l1u Eui; Diun m'est
tlJlJloin qll'cu ceL ade ;W.iOlll'd'hui,
je crüis remplir vis-à-vi::l do \'OllS 1l1'H) ll(woic le
plu::; ; qu'en VÜllS ullseign;llJt, Oll en vons
iwli'jll;lllt h seule voie qlli dall:) IllU11 entière
CUll vicLion, pOlit VOliS JUcller il I:t l'L'licité éter-
je bis bien llûlij' V()lt:i q1le tUllS les
(pIe j'ai pris du VOII.) c1qJl,iJ "l'tre pIn:>
hmdl'e cufallce.
Vous <.1VO;,; vécll jusqn':Llljolld']l\li sous ma
protection patertlelle ; seilh a Slltli
pOUl' votru ; jo llC \'011:5 ai jalllaù; l'en-
dll eOJ1111Lu des motif;'") r[lü mu pOl'taicllt, t..mt(,t à
VOliS foreer cLü vons liner èlllX eHlllùs de l'étude,
tautl'it it \'OIB déf.t\l1llt-l) cel'bine,s" chlJ:;es ; ma
volonté, le l'('''puCt qlle VOliS me étaient
lui, et Lli';;;'lielit .1e J'o1.J,iissance il vos pa-
rents L1 :-,clllL' o)Jlig:\hUJl lJui pi\t être cxigée de
VOI1:; ; m:lis iL lllC;:;!H'L' (p1C' rems avrz avance en
A ., 1'] ,
ct (lue voire 1'.)1.',UI1 ::) l'st
,
,"ouo:;

(l",'U JilIWl',
avc;l, été iL même cl'avpl'I':cicl' les lJlotif:; (les pre·
mières oblig,ttions (l\li Hm:,; avaicllt dl: impo-
sées; e'():,;t :LÎl13i que '"lB, plll":; jC'lllC.3 hl'r2S,
encore·c1n.ns l'enfance, ne compronncnt point
pourquoi on leur défon(1 de an feu, il un
instruillent tranchant, etc" bl1<ll.; que pal'

le développement de vos promit',res facnltés
rationnelles vous pOl1\'C:t: apprécier
les motifs qui gnident y()s parc]] 1,.; ] ul'.':Ct Il 'ils
empêchent les jeunes enfants de lin't:!' Ù L1es
excès lIe gourmn-ndise on d'ilHl'lll[ll'l'alICl', ljui
pou vent compromettl'O IcuI' ";'\111l". :'IIai:,,111l'IIIO
, 1" , ., ' '1 '1 '1 1
a i1gè ou vous etes, 1 l'XI:' 0 llll(' 1"\1 (' le l'l':;­
trictions qui sont IIli:'l'S ;1 \'(J,': !'l,:IC]\llll!::; ]l'IIIl­
rcls et dont 11("0I1C:'\"1': 1'1I:' );1 l'aison
d'être, que1(lne 'lite \'UIIS l't di:-;pos0s
pour le bieu.C'est cl [WillC ::-i \'(111:-; !It)ll\-('% t.'lICc)l'e
camprend 1'0 les 01>ligatlolls (lui j, i m lJ0:-'l'L'S
d'iustl'lwtiou, de il'a\',lil, L1'<mln', d'l'collomiu,
etc., pour votre l)iun·tLlC' matl'I'il'1, ct pour
votre Li011êtl'e '':1,i, itll,:l, Il':; iOl!:; de
(le cu],[);'; d (l'csl-lril, k:-. IJOllllCS lec·
turcs, le rèuu]J(;ClIlclIt Il vos pellchants uutul'cls
qui vou:-; üut1'alucut VCl':, la ::-at i,iFa'::tiull immo­
dérée de vos c1é':-jj 1':-;.
Il est, dOllc hiLlellt IJlle la Cl'aill!(; dl's p<lT"l":lIts
et l'oLéis:'\ance <tn'un lelL!' doit lIe Wllt [la::; une
force suffisante pOUl' lI1êlintcnÏJ' llll homme dans
hL ligne tle conduite <jlli doit faire du lui un
mell1lH'e re3lwetable de la sociét6 ut llll ùi,!..;'uü
enfant de Dieu. Quand s'om-l'L' ln, l'ationaJiLé,
l'enfant dépemlallt de,.;a propre \'o10nt0 ct dl)
son entendüment a ])c:-Ioin <l'UllU allLr0 ['l'g'lo;
cette 1'(;[,('1e ost sa cOIl,;ciollC8, et cdtu COllfOCiull­
co, qu'ollc est "!)oune 011 1llnn";li:;o, fait
de cet f'llfaut un hornme cssünticllcment hon­
nête l t bon, ou 1111 méchant et Ill! misérable. Li:li
con::;cicnco de l'hoE1JJlu ost clonc b L0113s01e
unique (pti puisse Je guider SUl' cette mer ora­
gense qn'on appelle hL vie ILlllUainc. En vain les
lois civiles et morales se multiplieront à l'infini
-3­
ponr com [)J'imer les penchant.s mauvais de l'hu­
m:1llité, ponr la rOllIpre 1\ l'obligation üe ne
fairü à ant,I'ni «Ile cc (pl'On voudrait C]\li YOUS fl'lt
fait; si Lt eOllseinwe Il'e'st point éeJairée, les
civiles et les lJ"l,ii ;1':: ...; morales seront
impliissnIJies; J'homnw [lI 1:-:.":1:' pal' le sentiment,
de sa personnalité (lni l'st l'amollI' de t'oi, ou
l'égoisme, tOllstnll1l11ent ;1 enfl'ein­
llro la :Llli, (lan" Iln'il éclJap/wra II
la pllnition uu ;1 LI 1 u1JJirl1W. la ('un­
llni..:sance ilill'l'ie1ll'Clncnt mise duns sa cons­
cienc(' 111](' l'(' Ilni (':;t bien. Sa féli('ité af'r­
nel1l" ct qlle CC 'lni est Ili,d est C
I
;1I11'Ü
1'6<>1, pCllt le l)()l'lel' 1\ :lgir silivant ee qn'il ('rniL
int,Ïn·(\tnent dans lu Lien (le S011 iille'l'l't. 1,:1
cOJlseience est (lnllc. Je hein de l'JIII­
mnnit{"
enfants, tette cOllseience, la Loi (10 Dien
pent SCille 1,\ don1ler. C'est en comprenant
101nl1, (le LI crônion t1c l'1101n1110, c'est en admi·
rant]a mis('ficorde in{]nie ùc celni qlle notro en·
(111l'cissClllellt ne pent htsser,c'esl eu cOlnprenant,
sa vCJlolltr, l'Il éLulliant, sa. loi d'amour et dtl
en t1,:sinmt tOllformer nos aetions lt Set
loi pOUl' atkil1dl'e le Lllt éterm:l fJ.n'il s'r:,t. pro­
]lnsr, ']I1U nOlis Tl011\'01lS parvenir à Dons donner
ceHll , qlle nOllS pon'ïons compren­
dre ct. :Iimn Dien q Iii est 10 plincipe du bien et
du \Tai, üt (pli: IIOIlS pouvons espérer vivre
dans son srill,
Qu'est-ce Cjlle ])i@ ? Pon,olme de lui-même
no IWlit compl'cll(ln) la. Dirinité ! ! l'ont homme
cependant peut compr«mll'e cn admirant les
merveilles de la nature que cette œuvre im­
-4­
menSA et ac1mirable do 1ft créatioll n'pst pRS le
fruit du Easard, et qu'unl: puissance an-desslls
de la conception 11llnwÎlJO a il cet ordre
inimitable qui régit l'Univers; chacun ressent
au-dedans de soi cette ilJtime llercilption (lue
nons devons ln vie i'l un pl'incipo (llll Ile pont
être la matiùre, car pa.l' enl'-m(-me hl matière est
inerte; cependant la, vie dont chf1que CllOSC ost
animée, deplli:; les dÜl'J)icl'::; (le la création, la
rI' t 1 ' . ,. "1
errre e es plCrres, ,1'1:'(111 CL l 10111me, est
pourtant nno chose ré(·j]e mais impalpable;
quelCJ.ue chosu (1'illdéfillissa!)le ('::it dalle' le prin­
cipe de ]a, yie. 'J'ons lc's peuplcs ont cberché à
pénétrer dans le s:l1lchwil'O ; lllnis de même quc
la Di'linité 11e peut l-tl'e c:ull1lni,e que pal' 12(;c':;­
latùm, la rie égnlclIJcnt lW peUl êtl'e c0111priw
(llÙl11tant (PlO ce qne Dien elt a YOrt!n fairc con­
naître. Cc l)Csoin immense de eODllaÎtrc Dien et
la vie, le mondc entier l'a éprouré et l'0prou\'c
continuellement; h:s penples chez lcsquds ln,
Révébtion n'a pas pénétré, ou biell che? les,
quels la tradition a été perduo, cc
principe immuable do la. création par lu féti­
chisme ; clnHlllü peuple suivant S;1 perception
atlrihl1c à la nivilliLô dos Cjua];t(s diiTérenteR,
et st;Îvant son génie j1nrticulicr, 130 Cl'<!O 11110
f'lrmo pnrtictlliè'l'c de h Divinité; deU la raison
ù'Hrc (10 ces nnl1ti! udi's religions diff{lrolü('s,
mais dOllt le pl"ir:cipo est 11Jl;qn<..', la.
sance d'un être ct incompris qui
présidc :UlX hll!1l11l1I'S. Di 11 dOlIC
dans son essence ne j:<:llt l'tl C COlllj1l'is que par
l'évvlntion, et lllêll18 quo DieU est le principe
de la vie, a ùe on la Cl'éiltÎ('l) Ile pellt tIre com·
prise que par Révéiatioll,par conséqnent, 1[1,
lation est divi'!ü.O'est.cc(lni 1I0US estenseigné par
-5-
les Saintes Ecritures ct ce c10nt VOt]!'; I\llrer, l'pn-
perSll
i
LSion pilT 11110 l,hl':; fLp proron-
die ae la P,lfo'e,
Péll' la appl'(\110IlR : Qin ln yie
mtmc c'st, Dien, ot (j11G Diell ('6L la Pnl'ole, qne
pt,T' elle 10 monl1u été par ollei] (,-;t co··ser'·
Yé, ct Cl '10 ,an:'> olle Dons 1lC' PO'] ,on:"- l' f:lire.
Nons lisons .J("l]] :
Lei l'tait.:ln b. !',uolt'
Nait, :l.\'CC Diull, ct Pd; oll' l,t;liL Dit'I!.
Elit' litait <\n e0Il1li1l:11C3ment a ver: Dil'Il,
'l'('IIi!'.s œ ont {;tl; f":lites P,ll' (,li,,, ct rirll dA
(illi a {.t{. {lit., 11'a l,jl' Llit sClns (,lle,
C'ost un elle qn'{,t.rlii b Yi!', ('t 1;\ \'i(' {'raii la
11lmil'l'Ü dl's lIonJ1llcs,
Pnl' h I?0\{'1alioll, ,1pprenolH l['](' 1\ s-
1lll:t'l1O do lCl Jh\Îllit,p, C:'it, itlfiili ct
qllü [on e,\:is(·'1' (5th sng'cssc' idi11il'.
P;tr la B6\'l'iatioll, Hon:'> apprenons pOllrquOl
1 iell fi; lu mumie, (t ,.lans Cl 11c:l bnt.
Pflr b H0\'{d,ltioll, 110113 appl'CiJOOS qlle Dieu
cl'{'a, lc monde de Hlll ;1J1l0111' infini pfll' S l sagcs,c
ildinie; CjIIC pal' 1111 Effet (le 8011 amo11l'inJini
pOHl' 6p;\11 11 1C :0011 dmlS lm être capable (le
hl CJJnplcl1l1r (' d Je l'aimer librement qu'il créa
l'hollane,
Par la Révélation, nOllS apprenons que le librlf
-6­
arbitré de l'homme ('st la condition essentielle de
son existence; qu'il ne pou vait pas naÎtTfl pariait,
car c'eÎlt été créer des dieux! Que l'imperfection
même des instincts do l'homme constitue sa per­
fectibilité rationnelle d) spirituelle; en effet, nous
"voyons qne tontes les antres créatmoês on ChOH?S
(le ln, créa,tion subissent nn or<lre pa! fait d'ins·
tinct 011 d'existence, t,wàis que l'instinct d('
l'homme est si imparfait que dès sa wt1ssance il
faut qu'on lui crsbigne tout, dopuis Jes va­
gues notiom de la vie matérieJle,mûrno pr<'nc1rc
le sei n,marcher, SC3 I:ounil', se vêtir, etco,lnfli,:; par
sa taculté de cOlll]JleDllre ct d'ilim(;l' ':oJont.aire­
Hlent,l'honnne s'élève au-dessns de la. ol1i­
mal P, comlJl'rlJ d la Di vini té, corn prcndl' Etemi
Ea Imturo s'6]JUl'e de l'instinct animal, il vit spiIi­
tuellemont ot s'élè\'e par degrés V01'S son Cléa­
feur jus1ln'à so conjoifldre à lui mcsnre qno
D'randit son amour et s'éclaire son intol1iŒoncc.
o .­
Sans co libre arbitre c'eLlt été 1111e yériiable
marionnette,
Par co libre arbitre et pnr colte rationalité,
nous voyons donc CJue l'homme est, an-(loss11S de
toutes les c' Ô:',i.llres ; Hlflis cc:" fncll1tès
constit,l1ent-ellcs 8(\n1('8 l'llOmmc ?... Le bllt etll
créateur, lni q11i est inGni,f"erait·jl atteint. d'ayoir
dans l'univcrs 1111 01 rc i111-t"/essns (1\) tons les
autres c::lpnLlc (1 ('ompl'em1rc lns rne]'\'c)Î]]es qui
1'envirùnnont,de joni]' <le tons les DicllS Terres­
tres qni sont ft [;':;1, po]'tée, Hoi de la terro enfin,
ponr gouverner ,m 1ll(!lnelH; le monde qu'il domi­
ne, et (]ispanlÎtro comme tont co q ni
fi. été L,it l'ol1l'son US;lg'O ? ... l\üJl; J'nlnOll
r
Divin
ne tH nrait être snbsfait <..1(' cNte IBUV1'0 in (;.(J) II plè
o
te; Dien a YOlÜU nn él1'O lJlli prit lOlljonrs, on
-7-"
perfectionnant en intelligence et en sagesse,s'éle­
vu' gmduellement dans son sein pOlJdant les siè­
elos dus siècles, (hus sa VivillO, enfin 1 !
Dien cl'éa l'lJOmme immortel, ut le fit il son ima·
gu ct sa l'cs:-;ern1)ianec ; il le cloua, d'une âl:le
IllllnOl'tul1e claus la forme mêwe Divillc,et la rem­
pl it ciU3 Lwu1t0:'3 lJ6cu:->s;1,;l'e;; ponr pouvoir s'élever
CUnsLlIlllllClit H'l'S la pel'fL.C:LioIl Divine,par lasin­
de SOIl ULUOUl' et l'agnmdissGLlwnt de sa
::,;agus::ic.()'est pourêLl'0 ange que Dieu tl'ét11'hom­
nW,ut vic nmtérielk InllIlaine n'est Il \lIJ l'éprou­
ve 116(:08sai1'u pOUl' détermincl' la qll:tl iL6 de l'a­
mO,Il' de l'homll1Ü,ot par cOIlséCjuenL la !Jbce qu'il
duit oc:cnpcr éternellement J.alls le cicl. I/l101111lle
lllêlll(] cst son tune en Ïorlliu Su1hLlutiellu,::;on
corps matériel n'est qne l'instl'lIll1l'IlL qlli lIait lui
survir penda,nt sa vio ll1aturidk T0l'l'ustl'e, pour
do son libre arbitre; FèS O:tlvrus Jans
cc monde, suivant la qunlité de SOil affuctio1l,doi­
vent le renùre ange ou démon, pOllr' l'éLcl'IJité- !
Qn'est.cc qne 10 libre nrbitl'<l de J'llOllllllC1' la
'1 . 1'" 1 t" 1 f
l'UVl: <111011 ]lons cllsmgue ega emell ; e eSt, cl a,­
t:nlté .l'aimer le bien ct le ml1, ou le mal et le
hw.\". Or, Diell est le bi.en m(\me ct le vrai même;
C1
1
se JétUlll'lWllt de lui, (:'u:-ct donc \'\;:1':'; k mal etJ
lu faux que l'un f:le tOllrlle. 01', ]'0,S3CIH':U llll'me
dc l'c11110111',qlli l'fit, Lien, pnistlll'il est tant amonr,
C:'if; d'ai/llcr hors dll soi, d8 vonlo;l' rClldiL' les au·
t1'CS li'.',!]' •.':I\. fiai' soi, c\'st la pCl'fech.'11 de ra­
mOtit' ; SJll illl pet'l:udiul', Olt son cst dune
l'ùlllom' de soi, L'iJOll1111u 1lC pOlnant être pm'fait,
par l'illllJCl'fcctioIJ même dl' son t1,UlOUr, est sus­
eeptiblu de s'aimer soi-même; c'est ainsi que le
soi-même ost le mal ct 10 hw\:, ct qne h facnIté
uaimer Dieu ou soi-même, c'est ètl'O dans l'équi­
libre en tre le bien et le maIl ct entro 10 vmi eth,;
-8 ......
Eaux, ou le libre arbitre c10nt l'essonce ost l'a­
manl' de l'homme, comllle la perfoction est l'
mour Divin.
le libre arbitre est L1ans l'amour de l'homme
ou de Stt volonté, curan ne peut aimer qu'au­
tallL nu'on le veut; la Selo'esse c1'J 8011 alllCJur
'1 "
pencl de hl, (lirectioll qnu (lonne SOIl intelligence il
sa VOlOllté ; C'(\st CplO Dieu est parfait, parce
qu'il est sagesse illhllie on Di\"in ,Tai, ct qno son
amou]' e3t égaliJlli',:mL l'illlperfoction <le
l'intolligent,' clnl'Jlui:llll'J hit ] llllPOl'FcctiOll (Je
S011 alllUlH; d'Utl il 1':::\!IHu ltllU pllh sou int.elli­
gence o;:;t. susceptible tl'appl'OChUl' de b perfec­
tion on de!a s Divin", lllu:> sail ,tmonr se
perfectionno, L'inte;]ig-l:nœ ü"'t dOliC 10 Ham­
1ean de ln volant,::. U e.-.;t ainsi C('1e vous veITez
quo c'est b Fui 'l\1i êchire ht clurité ; or, toute
intelligeuce Hl: peut nons venil' que ùn principo
de la, perfection 1<1 c'est-à­
dire, de Djeu (lui e'lt infinie; c'est Llonc
de l'ensoigllCnlUlltl cle Dien ou de: S,1, loi (lllO nous
vient toute llJtioll llu ut du vrai, qui est
Diou m8me; c'est ainsi que lit clésoh0issance à la
loi Lle D:en e:;:t 18 premier vel';":' le mal et 1/\
faux.
rrelle est l'origine de III chute ue l'lwllllne ut le
commOllcement de l'ill\,(t:>ion (Ill mul; l 'ho1I11lW,
en sec1étournant rl8 Dieu, pOUl' slline son propre
penchant, a désobéi i\ la loi '111i llli Hvait (:té im­
p03ée. C'est ce <1111 est llans l'Ecriture
Sa!Jlte par 1'<u'1re de vie, et l':n'i.ll'e du la scieùce'
du Lieu et du mal; lit tentation cIe h hmmw, Cl ui
l'Op résente la volOllM sécl uite par 1r; sel' pent,c'
lt dire, le sonsuel. Co Iangon.go symholiql1e on
éroglyphiqllc YOU;5 sel'll eXIJlillUé plus tmd par
:"-9­
la révélation elle-même, à mesure que vous avan­
cerez dans votre instruction religiollsc,
Cette cllllt() de l'hollnne, Dien rayait prévue
dès le pal' St toute science, ainsi
qlle la nécessité Je la Hé,lcmptiol1 ; cal' dans sun
amour infini ct 'Jans sa irliillie,il "eut
que le but pour lequel il a créé }'hll111;tnùé. soit.
atteint, c'est-i"l-dire, son bonheur éternel; c'etit
ainsi qu'à travers les siècles passés et les
à VeDll', avec Si:\, bonté infinie il pOllr:'illiL,
jama,is sc las:-5er, œ de son amoul',
les elT8Ul'S, LLyeuglement ct
de notre race perverse.
C'est ainsi qU'i"l chaque llouvellu pb'iodu du
corps humanitaire,i'L mesure CluU le mOllde s';L\"iln­
ce, il a pourvu à ce qu'uue lOlllOLlvul1u dïllf:iLl'lI(;­
tiOll ct de réhahi itatioll soit, donnée Ull !C,
pour le gni<1er vers b illiinie, ;;lIi vêmt
l'état de réccl)tion de ';L S JClété; c'est 'LillSi qne
les diverses lois données ttl1 momIe depl;i:-5 ltL pru'
mière Eglise représentée par Adam, et SllCCC::;si­
vernent celle ùe Noé, Moise, .fltiveet
Olll'étienne, JUSqU'iL nos jours, ont été lJl'évue::; et
unnoncées <lans les Saintes .b;critlll'cs.
.. l'l ,., , 1 l
CJ
'
est amSl qlle lPlll'e a etiJ PI'l'\'110 Oll e Illa ,
par hl pcrvel':.;ion de la natl1re !tllllminl', scrait:si
grand, qne le libre ;:Lrbit,re de l'!tonJ11l0 pOlll'l'ait.
être détl'uit l'al' 1'illfestation du IllHI rÜpréseJlté
pal' Satan, et, qlle l'ctte heure pr2\'\\C par la toute
science Divine, il a été pourvu pal' sa misél'ir'or.
ae Divine à let mcsUl'O fllli soule pouyait pn":-('r­
ver le mondü d'une entière düstt",-lctir)]l, CIl con·
servant la possibilité de la COlljOlllJtiou dt: l'hoUl­

me avec le bien et le vrai par son libre arbitre.
Pour quo VOliS cOHlprclJlcz biell cel. état Ile
l'humanité, il f;'1l'l l'ait entrt?l' dam; de longïll"-; d
sérieuses expLications, qui yons seront
par la COllnalSS<l11cl: de la révôlflholl ; qu'il \'UlIS
suffise lT,[lilltc'lHlllt de s;"'o'r lino cette destruc­
tion c1n l1H)lH1E' par' du mal pRr le
propre de l'110nJ1nc, do lilll'u :orbi­
)
't ' . , . l' 1" .. , '
t re e mt JJlcY1ia )Ie cn;!·, ]llTt :'YCiltlOll H11:'Cl'1­
conliellsl' rio la LliviJJit0: cl'ttc:illLel'vunLiun
<1ni appelée Hédemptio!l.
Pour avoir lllW idée de bUédempi ion, il est,
inrlisrcnsnble que VallS :lYc,·. ml() 110LiOll aH
principe de la vic. .
Dieu est lu, vio TuêllW. 11 cst le }ll'i1icipo d) tuu­
tes choses; Dien seul a J1 vie Cll soi; la n:1tlll'C et
tons les êtres eréés no sont (1110 (k; I,Ladc::; du
la vie; 1<1 matière est, par Cllc-lli('JIlU inerte ;
mellt la vic de Dien infJn:.: de l11i d;ws les êtres
crt'és, vons sera expliqnû s01ll1llniremellt pal' co
qui suit:
Vous pauye;, YOliS cOJlvainerc, (';! jebnl 1":3
yenx autour do '1'0118, (PlE) l'jl'l1!!l' l'èÙ-ikl'
dans le monde mr.tll/'icl (1\ JIOll;:ivi\'OllS, la
chaleur et S31)S la IllTni2']'c <l1l soleil naturel (10
notro globe; la. llH
1
nl'û do ces clcnx élé·
ments de fl'lldinc::Jtion, p(!lil'nit (L1]);:'; b torpeur;
01', Dien est ]0 rn'inc;ipe de choses, et Il
tont am' II l' et toute sagesse; J)iCll clone est
la chaleur m6me et ln. lnmièr..) m(:J11o! La rl'yé·
1ation ll0U
Q
enseigno CJ'le Ron :ll1lOlll' Divin ('st
la chaleur même et. sa s3gesseDivinc la lumirrr.
même. Mais la chaleur et la lumière ÙU :301ci1
-11­
natnrol, si elles n'étaicllt tempérées pal' des at­
brùlel'aiol t ct inepudio­
l' ient la na,tnre, an lien de nons J'échauffer et.
de nous ée1airer,eal' c'est lm pur rl'n ; (lp ml'me ln
clmlclll' ct 13, hlmière DivineR infllll\llt dans le
mollde mat.érinl vi\'ifi('nt l'al' (le,; at 1110,,·
phères S:111S Cillai nOlis ne pounion:",
, C' . . .. j']'
eXlster. osl Co (lUI nons est erlselg-ne par' êJ­
crilnrü Sainte, qni nous dit li Ile il!'
lil'Ii/. IIPP)'(){,!/f'i' Thl'n rd I:Ùï'I', La, IIOI1K
cnseign() {',Q',dl'IlIC'llt, qllü rien (lu cc (Jlli ('xi:'Otl,
(hl):'; la JJatlll'l', n\':-;iste san,:; sa
dans h mond" spirit nel, qll; ('stl
p,r leqnul la vil'int1n8 e1(; lYcll dal1s ll' 111()11<!('
: (IllC le 1lJO!Hle lllall'rid i'dl'el, l,'
rliol)(lü SI;i/illiella causI"rt. nj,'il h iill d k 111'ill­
cille de irll1Tc,':'i C'l';::j CjliL' l" =::uki1
llidore! lili-même (le notre' (Jlli est 1111 Illi]'
l'un, n'exitte ljl1C pOl' l'influx (10 ln (11f111'll!' et
);1 lin soleil spil'ihlCl, ql1i c;;t L:
de la Tliyil1ité, et dm:s LJrJne1\" n"sicle j'cs::;eTicn
(-livilll' ; (jll.) Jo ,soleil naturel 88t 1'edT'2t, et 11\
Eolai] :-:pil'itud let CHn<e, et qll'nins;, tout (l:1ns1e
lIlonclo matériel, est UlJ effdï (lont la. (':lu:;e l';;;j­
(lnls 1(' monde sfiirittlcl, et Dlc'llle lJl'i;lclpe e1 n,
nII d,' tOl1tes clJOscs, al,inw ::\ln intlnx t()lIk
1:1 (',(·;,ti,JII, Td e,.;l, Cll dell\' IllOLS, l'ul',11'l' cli"in
du la 01(.; til')l, l'jen lW ;:;lJbsiste IlJnil'l'icll('llJCnt
d aIlS Jl' llIonde, sam; sa emlse spilitllclle; e't st
ninsi (Jtle k corr:::: même de rllümme ne s(;l'ait
qllC' [lÜlls:-:iè'l'l', sans son ûmc, qui est]o ll'l:Cprac!e
de l'amont' divin et de la eliviue l,al'
inflllx.
ret influx de Dieu, vous l'npprcnclrt,'l, pal' llne
étude pills a.ppronfondio de la, Révélation, a. lien
--12­
par des atmos>phères spirituel1cs qui sont :111
Jlombre de trois, ou cieux, dont l'usage est
de transmettre par elles, l'infiux du soleil spiri­
tuel t au monde matériel. Dans le premier de
ces cieux, vont ît1l5sitflt après lenr mort, tous les
hommes, c'e.st le monde dand loquel ils
subsistent, jns(lu'H CI) quo par le Jllgement de la
Divinité, sui\',1I1t aotions (]al;S le monde
natnl'l'l, ils 80iellt jllgl'S cligne'fi d'entrer dans ln
(lüuxit'me ciel, appelé ciel angélique on spht:rc de
la sage::;se, on le troisième ciol nppelp céleste, .
011 intime 0n .3pllt'l'C de 1':11110111". De même, il y ft
trois sphàü8, appelée's l'nfel's,suivant le degré de
mal et de faux, des ]lOlltU10S qui y ont été
précipités. CllUCUll vit dans ces spllères suivant
r(;tat de son amonr et de sa sagesse, d, clans les
cienx angéliques, 11 félicité éternelle consiste
dans l'fllllour de Dien et l'amour mutuel, on le
bnnhellr de ceux avec qni on ost consocié. Il fan­
(h·ait c1e longues explications ponr convaincre
vot.re esprit qu'ainsi est la vie spirituelle; ceR
explications vans les trollvore;;; clam; l'étude de
la Révélation.
C'est de ces tl'oii'; spllères flllgéliej11Cs ct infer.
n:t]es CJlle vient lI" librn a lbit re l'homme, cal'
les ang'cs soit (le J'lin Oll de 1':lIltrn ciel, infinent,
('ontinuellement de ces sphères dans l'esprit de
l'hol1lIJw, 11\ tinrn1Ct1t. pOlir ainsi :li,'e cn suspens
l'lItre lu 'l'ai et, 11' fHllX, sllivUlIt. j',M,nt de volonté
t " f,'·r,' Il'al·ail pas alors elH'ore IIcc!"is COlllllle plus tn}',1 Il's
., d:JlI:-i la doc,tl,ine du Il y a t:ois C'i(,IL'<: )'i
" ('Î(.! illL:lllP k ('if'l IlloyeJl 011 spiritnel c·t le ("ici nat.ul'I<
" !o'piJ'it11td; ('o:nHle il y a. J'inti illE. ie T1IUYPll et le d(·l'uiel'. s(·Ion
tl ln t1U'.OI ih; l1('ls dpgrps ...,- tl'oisièlne, 10 sfleontl et lo premi('r. Le
" lllO'"ll' Esprits est 1111 liell Oll "trlt nlOYl'.lI "ntre' le ('il'] ('t l'l'Il­
"fer·; il pst (1:<ns (,,,tr,, \" (,j,,1 pt l'c,,,fer ; "'''si là I.jne
., l'h,nume rient d'flLonl la /IIOrt. "
A. D·I C.

de l'homme; (;'t.;st-ll·(lirp, soit de la ùe ]'a­
<le Dien, qni constitue les cieux angéliqlH s,
soit de la spltèl'e de l'llmonr de soi, qui cOJlstitnc
les cieux infernaüx.Ccci ('st. HJ)(' ('ss('n­
tie110 <1e la vie humaine pt de ROll 1ibn' fll'bit fe,d
quelque étrnng-e qne ce'apniRsn \'OnH paraître ail
premier abOT d, cela esL !... VOUH i:Lll1'('" la con­
viction avec nne instrudion pllls :Lrrn'ofondie
de la. Parole de Dieu et do 1:1 Révélation. Xons
ne pouvons pas vivre nntrement.
Vons nevez C'omprcndre comment, 1me foi;:;
Jans la route dn mal, on de l'amol1l' de EOi et
la direction (le Sil propre intelligence, l'J10ll1ll1e
détourné àe Dien ou dn hie11 et,du \Tni,s\\st
1é pal' degrés du sell] moyen CJu'il posf;é(l,lit d.ms
sn vie maUrieJle, par son librc arhitr(" (l'fllTin'l'
à la félicité qni 1'attem1ait füms l'{·tf'l'nilé llolll'
laquelle il ln'nit (>lé eréé. rflr l(-)!' 1lll'pi111(1l'f; hn­
maines, les cieux infernaux qui du
démons, avaient augmenté et gralHli dans HIH'
tene proportion ql:e J'inflllx des ciellx
SIll' l'esprit ùes homnlPs, nllnit anllilliJ{) ]1;11"
l'influx des cieux infel'l1anx, et l't\Cjuilibl'c dH
monde allait être l'ompn,lors<Jllo, ainsi fjll'il :I\'a1t
étè prévll dès le commencement hl Di \ rom'
l'l:·tab!ir l'éqniFbre, sans pourt.ant rien alt,"rer
dans J'ordre divin de la Création qlli e;;;t pm'fait,
conlme tout ce qui BOl't de Dieu,a été ohJigée,l'0lll'
COll RC rv{')" le libre arbitre de l'homme, de Pl'Cllc1l'ü
rh nmanité elle-même,et de se soumettl'c II tontes
les lois de l'humanité, daus son humain, pOlir
vaincre par sa propre puissance dans son lm­
main, 1esprit du mal infiuaut des enfers; en
attirant sur son humain toutes les puissa.nces in­
fernales, en les domptant, en rétablissant l'ordre
-14­
dans lés cieux, et préservant ainsi l'Immunité de
l'infestation croü sante et destl'llcti ve des enfers.
Par toutes les sonffranccsnu'il ft endurées (1:1n1".
son Immain et par la rasE'lon '(le la croix qni a
la dernière des i ol1tiltions, Dic'l1 n glorifié J'hu­
main, qu'il a pris llll sein do la fomme et opéré
aimi la rédemption, on la possibilité
do l'nnion de la Ol'l>atlil'l' <tH;': "on Créatellr.
L'Tncal'lult:on d hL i' C]inn1;tiJie dl' Diell ,"lit'
1a terre est la !,)'Cll',C J!! :11C qlJc Cl'
, 1" , ' 1 1 'A
Jl est qne par alJll
c
g,dlO1I 1. () ,lOHlllnJe ct cru·
nonccment à tontrs le;::; infilll'11CCS l1nmaiIJ('s ql;O
l
'l t ' , . , 1 A
lOmlllO peu· en so regelll'l',mt, (L l' Ji1t:IlJO
'Dieu a dépouillé tont l'lllllllill11 'Ill 'il ai'ait TIl'is
da ns le sein de la femme et :1 g:lori fié cd h Illn;lill,)
, ., Il C ' t
cflpercr son umon t'terne ::.: H\'CC son J'ca ,Ulll', Olt
vivre dnllS le sein de l'amolll' i'Jtilli (lllÏ est 10
principe de toutes choSE-s.
Pourquoi Dien n'a,,>,,ait·il gne CI) moyen de' j'n',­
sel'yation ? c'est ce fJ\1i nons SCl'[1 plcinC11](llit d('\­
1I1ontré par la l1é'l-htion (Il!i rOll;' 1
principale raison est ]';)]'(1]'(- divin (ln ']:1 ('/t":I­
tiOll, ( t (bn8 la dl' IIC i ;IIt{'I'Cl' Je
nl'hitrc (!e' l'lJOHJl1îe, (:,IJ' Dj,.,\] 1:11 [11110111' ]iUl'n
et \ ololltnil'c ri l]()ll C(,lt!T;lilIT ; ("('st ai Il si qu'il n('
rO/l!pl, :i<llllnis l'1Jnl1l1Iit' ni 1(' jp ,'oreT, mais il lu
I,:()i,' et le conduit CJl il!Hnll1t lh1J:'; ;:;on untcndn­
mPTlt, :1 nWSlll'(j qlle la v(J]nntô do l'11OmnlP Sf'
tonrne \'CT" lui.
O'cP>t ainsi, mes enfans, que dans S'on amour in­
fini, pnr sa sagesse infînjp, Dion a le 111on(l('
et da.ns sa miséricorde pOUl' l'Œuvre <1(-,
;""J5
sou a.mour. Il a, pal' ;';:1 hanté infinie, l'hu­
manité d'ulle destruction inévitalJle, et, a établi
tles loispo\ll" S,1 c:onscrvation éternelle, ct {J'le par
eus Jais d'uxi:stonec, Il pomvll la l'éclemptiou
pcrpétuclle llll genre lll1ITuün.
C'est que par suu amonI' infilli, C0111111C
Pr:rB, Ha J'Univers; par sa illfillio
eOlDlne diviti vrai, on .Iil:; '/llâ,/ue l'II:F'luld', Ji/rI'
,'){)J/., lurJn((.i ll , 11 a sanvé l'hUlIHwité, ut a ét'l
ItédelOptelH' ; cL CJue paT ces lois, on SO:1 !1;'!IJ'I!'
Sainl, on ;;,t sandifieatioll, Il est lepel'p{'llil' t' J!1­
::5Cl'vatelll' (1 e son vrc Divine.
C'est niiJsi, let cOllservation de 1 L'ni,,!.,\,::
lllat{:rie1 une perpétul'lle Cl'énti()]l, 11. «()!1C:('I'­
':ntion (lI] cause, ondn monde lllJC
l'erpl:tlll'll: Hédemptioll, ce qui e"t :ICCUlllldÎ P;ll'
1
, [' . C1 '. , t' . l
.. ',:, Pl'i t· ;:)t1l1lt, Cl III 8Et lm c 0 [J,Ha lO]] 1. C l l'
l'mllOl1l' lljyin et dtl ln (liy111('.
C
' t .. l 1)" 'L"'" .
.J cs iD;,::;1, qll\.' J:1 L ll'llll: , rllllte qlll '.'st t'll":.f:l-
g'ltl"O par le:' "',lillll':ô-I':cl'it1Il'l':3, t'st cl:lll" :\(lt.rl'
C'10"tl'111'lk IT'lliYl'I's.
,''<'111 Ht;lh'U1]lll'lll' et sl'l1l":11lL'rifj,::tl'111',
C·l':·d ai1!",i. llll'''; ,'id:l.:;:<, lI 1," dl'ïC/', L;Ol11­
lll'lml!l'c', qlll', :1\'11111 hCr(':1.: ldll, la Di, in0 Trinité
,

't'
p:I,':;,111111";
'1
(lil8
']' 1 'l'
n ('" ,,:-,t':I!U'''; .:..l'llI1-
. .
te', l']'(JatÎu]], Il,(:dl'll1p' j')]l, S,ll:ctitic;i1 il/li, J'l'jll'l'­
Renté:; pal' .Die1l lu Cn\llL'1!i', le li'ib
pnl' S011 1JlllUain L{L'<1Clllptl.'lll', l t P,l!' Djen S"iut.
Esprit., snnetificatel1l', n'ont c\:j··t0 qll(' pal' la
Cl'l"n.tlon, la ll(·la TU'<\I'mpt ion de 1'1111­
llumil{1, ct de pa.l' la :mm tiiica­
tion, ou la l'égonél'ation fpiritl.lello.
-16­
C'est ainsi, mes enfans, que vous devez com­
prendre qu'il n'est pOUl' vous aucun autre salut
que dans Ja croyance de celui qui vous a créés,
sauves e
, t
conserves, e qlle c est on
l' 't'
accOUllJ IS­
sant sa loi que vous pouvez l'épandre à tant do
preuves d\unolll' et de misécorde ! !." Loi d'a.
1I10ur et de C1HLl'itp, contenne dans co seul et
unique pI'écepte, loi donnée a.vec fant de solen­
nité dans tons les siècles passés, et répétée par le
Seigneur .Jésu'-Christ lni-mèrne, en personne,
dans son humain; 'Pu oùne)'(.'; Dien de tontf3 ton
lime et pu j' dessus tonk:) cho8e.,', et tOIi pl'ocha.in
cmnme tGi-1f/;(!'Ine ; et, comme Il l'a lui-même eu­
seigné, c' (lst là, tUIÛf3la loi et lf>s prophètes,
C'est là Je principe unique de tout.e charité et
de toute foi, d'où découle toute vie sociale natu­
l'olle, ou spil'itllelle; c'est la base qui doit remplir
votre conscience, guider vos déterminer
la qualité de vos CBllvrèS, et VOllS mél'iter le ci 'l,si
vans avez conformé votre vie t"il ce monde à CC
pl'écopte, et à la foi en un senl Dieu, un;que
créateur, rédempteur et sanctificateur, qui c:-;t,
Notro Seigneur .Jésus-Christ, qui e:-;t comme Il
l'enseigne lui-même: " Le chemiJl, lu oirité d /(1,
• • .' 11' "
'Vu, et sans 1101[8 ILe pOlll'O III; nenja1i'e.,
Tels sont, mes chers enfans, les essentiels de
la, foi qui doit ée1aircr et gouverner]e monde,
contriuuer lt ôUll bOIl1reur et fUl'luer le ciel. Croire
en un seul Dieu, unique Créate m', qui (st Nûtrc
Sanvellr Dien JéSlls-Uhrist, le pl'in'.:ipe et Ja fin
de toutes ClI0S0S, et notre sanctificaterr éternel;
croire en l'immortalité de l'tl1ne, en l"a lilwrtt>,
en sa faculté commc pouvant comprendre et ai­
mer Dieu c'est-à.-dire, le bien même et le vra.i
-17-
mênH', et susceptihle nvrc la mi;.;écorrle DivillR
<le s'élevcr éternellulllcnt vers infinie,
et, par cetto sag:osso ViVl'(') clans le sl'in (10 1':1-
mOllI' infini; cl.'ôirü que, sniY:l.nt vos œnvres eH
eo monde, tllUltre 011 doit \'oire lihre
arbit]'C', qllo sl1ivant cos Πdont Ll (jlwJit6
est d{>turJl11lilU P,lI' l'("Ld. r.lc \uin; cccnr Olt (10
voLre vulonto, et par l'état d'illiollig'::;nC'c delle
do votre ospl'it ou de votre (·t foni-
\'[lnL qlle YOliS VOliS 1,O:11'n6s kllipn (Ill
yors lo m:tl 11,11' yotrc lilJl'c ,lffec:tion, \'OltS rr'·s-
tereï. uil'rnellUlJJCllL cc qne YOltS '10\1::; {Jes rail;;
Al'
vons mCl1les, ,lJlgcs on (UI1G11S; on ,llilrrl1\('llt
qno VOliS S,']'('Z (h11f'; le c:id (lU (hns 1'f'II['('l' ,
C'est le vrai Chr1s1 if\l1ismc
bc âfoi
Comme vons, dans ma jeunesst', rai vécu avec
cette Însouô,uJce et cette cxulJél'<lllce qlli Ile
permettent guèr(,s qne de se laisser cntnt'incT au
courant (les passions; mais 1Jicnttlt sonne une
heurü, où l'hommü, fatigué de cc t01ll'1)illon des
inflllOl1CeS terrestres, se deman(le ce qne c'est quo
la, vie et pourquoi il existe l 11110 yoit nntOlll' do
lui que misères et .]éccptionR ; il est fatigué de
cette lutte constautü qui s'ongagc entre son inté·
rêt per,:30nne l et l'intérêt de lu société i il est fa·

tigué de ces jouissal1ceR mOllllaines, dont l'ina­
nité sc fa.it sentil' ; il aspire il nn inconnu qui sc
révèle à lui. Ce premier effol't sc fait, c1ans sail
intelligence; c'est rlinsi avoir bu h b
coupe des pl-lisil's selJsllels, il les jonü;.
sauces plus 61evées l'intelligence; e'est Jo
premier pas ver3 S:l l'égén61'at ion sociale ct Dpi­
rituelle, ot tf'l glli, dans sa. prÛmilTü jeunesse, a
JUené une vie, sinoll tli::::solllü, <ln Jl10InS <lis:3ipéo
ct inconséqIl eute,ab,w cloulle tau t·i't.- con p,i\. l'éton­
nûmont de ccux qlli l'elltonrent, le mode d'cxi::;.
tence sensuelle qu'il su; \"ai t, pom' ùevullir hOll IlllC
::;érienx ct m )1'al recherchant SOll plaisir dans dps
CClvrCS au moc,1,lit6 ct (l'inLelligcnce. O'est ce
qu'on voit tons lus jours; c'est cc <1118 j'ai lllOi­
même élJl'onvé, et c'est ml \'on3 l'etl',l(:ant l'hi::;­
taire du cette trausition, el! vans initianb a",1 tl'a
vail qui s'est fait daus mon 0('(;111' dans 11Ion
esprit, quo je crois remplir le <.1evoil' le plus
s;\cré, <lLli me soit imposé envers VOliS, Illes 811­
fants, qui êtes la chail' do um c1Jai[', ct los os de
mes os.
Dans la prcllliùrG période ma "iu
le, mon premier besoin ct étô, dans Jrlllll nffeet" a Il
pour VOllS; de VOliS prouver cet amou!', U11 aIll:.tS­
sant pour vous ce qui o;-;t. cOJJ:::;ü.l6ré, dans cc
monde, devoir COJlstitller 10 honltcul' : l'indépen­
danco par les ricbo3:::;es ! ! Dien n héni mon tra­
v;1il ; ct le bien-être que pent Pl'f'C\Il'(,l' 1:1 f()l'tIIJW,
vous est acqui::; par celle (ILl<.' j'ni pOlll'
VOLlS. Co prumiol' travail accompli, et (lui a dmo
lu tùmps do ma Yil'ilité, j';-Li senti 1)[11' moi-mt:ll1c
qLle ces jouissances (1ü ]8. f(lrtllne {·t.fliCl)t 1.)i('11 Y<.1i.·
nes, car, à,mOSl1rc ([ ue j'a:vall\'ai,':l 011 :'Ige, je sen·
tais mes facultés iJhYl:üque::; diminuer, ût

des jouissanc8ll10ndaiuos s'effacer; cette fortune,
un outre, que je considérais t1evoir {\tro l'010ulollt
ue votre bOl11JenI', ct <)ni Hl'avait sonri ll'aboru,
a failli deux on trois fois troJllper mes espéran­
ces; denx on trois fois, j'fli C'ld-rcY\1 ln possibilité
(l'une ruine complète; ceS richesses doue, ;:;1 faci­
lement périssflblr:; ne pOnyaiellt ,tsSlIl'or yotre
lJonl!rur et. j'ni cl1crc1lé à. Je faire pnr nW) édnc;l­
tion morale s01'iell':::ü et ntile. en yons ensei!:tllant
que, par 10 tral·'lilliü1J1:0te· seul, Y011S \ icz
ncquérir cettc ilJ(lépcllclall cc matéricll c, ;,;i 1Il(TS­
saire dans la société, et vous mettre: }l l'abri lh:s
royers de ln, fortnnc. ELro content do SOlt,
se soumettre allX décrets do hl, Provi(lcl1CC, :i 1'­
frouter avec courage et les lie
la vie, voili't les l'l'ais moyens, il in'a ]lOlll'
ue pas tornher dans Ju (lécOlll'ag0111en L ,-'L le
goCLt do tOlltes lÜ3 déceptions fjlli <lcc:t1Jll!1iL l'ltu­
IJH1.. 11ité. nIais comment oLtenir cc «'lI
lieut vous dorlller cette fOl'CC (l'rime ilHtispl'll:-5ab1L:
pour :::lupporter le::> clonll.'urs de ce bas UlOlH]O
A chaque pas on tréhucÏle, à pa:l on Ee
heurte :.l, un ohsbcle, et la pb110:::opllio la pllls
stOÙJ1.18 ne suHit. pflS ponr VOliS ûonncl' LI fOl'ce de
tenil' tête ù l'orage. l'CO'pPl'ClllCe, b
divine espérance \ it) 1l10i]]cnre ; la cO:J\'ic­
tion qno votre sC'.Ïol1l' sn1' la teno ll\-,"t (l,l'miÜ
('prCllYC pas;::;lg;"n' ct indisjl(,ll'iH 1111' l)()]tr llOlI:-:l
aSSllror 1111e llCll1'el1Se aenjité : \"(;il:\ le seul et
Uni(jlle levie)' r1YCC lül:lle1 nons soulever
cc m01\(1e d'iniquités; l'liFt ]a -;:'\111- :.'llll
contre IH c]l'eOn1'8gemCTlt ; l'eqll'l'<llH'C', loiFt lu
ft tonh)s n('8 c1on
l
('\]l''; pll.\-.:;:j(I11CS et.
mor:l1es! J. .. Cctt,c c"'pérnll(,(" h l'cligiill1
pel1t nous la c1onner, l'eligion scull- élc)','aut
notre pensée au-dessns la vie peut
--22­
nous révéler l'inconllu qui }m:'3î<.1o am:: 11estinées
humaines, nous ensci'l'nel' la vie, le bnt (le la
vie !... La Religion, c;,'c"t le IinmLJoan do l'espô­
rance,commo Jn Foi est. le tiambeau i.Îu la charité.
J
' . l " ']
al (Olle tOUl'lW tonte::> mas pensues vel's ;1
' . l' ' ",. L 1 .,
1'0
]
IglOn, .CllerCllnnt ;\ III etJ;l1n.l', C' el'CJlanL a
mo convamerc, car, pour \ ons ellsel/l1Cl.' UllO re­
ligion, il fallait allpanlYillÜ tire (;üïr?uincu ùi
prêcher d'exemple.
Je S\l Îs n!.' lOi I!.ill' "i, ri 11 ': i l /{di giOll
,. l' .' . ]
C,ai
]
IOIlCjnc (:' i,1" liI:1.JC11lH;ssc, cs
pratiques (['1:1:(; I](\'otioll onj,rée,
oHusquaiüut mon esplil,l'1 c11;gO(,t mou cœur
par km' ; je lW Y(l}:\i'< liu'ml clllte ex­
terne et peu de "h'it0, 111tfJ161'mlCo IplÏ De
pouvait pas 0t1'e nna 0Ulfln;ll,ÎOJl li 'Ill! Dieu d'a·
mour ct de miséricorc1e infillil'; llliC en]ltradic:toll
flagrante et constmtc entru ]'('llseignerncut,0t la
mise en pratiqn8 même ele enfin,
un culte tout extéricll1', ce en qnoi consiste: pres.
qn
'"
entIerement allY11lrU
'1'1
lm
'l'J'
1,g
['

") ,
ü,onrflll1e.­
Lorsque j'expl'imflis l'CS :scntilLlCD:3;1 ,!lIo1qu(;s­
uns de mes Il;,; me ]',"[,ollclaient
• l . . .
qne ces prabcpH:'s rl1!lg1C'11:"S 1W cClllshtl1mullt pas
l'essence de la l'ulir'·inn."( :i' Ir' ;:1 ll;!I'liI'.IC'S:-llIlS ou­
t
',1'a'o'1t et cl"'Jl'"
('/.1

"
'1"
"
'1" ',. 111 1
",
'- 'l""i'l
.-',
e
"",,, ,1("\'ot1'on
_ ,( l ,J.' .• ., ." ,'. ..
]
"", 1" ' -.' t
Cf:; 1)f1nc:tpci-) dc' 1\- l" Ci;l, ('
11
do.l Or! (,'·r; 1.:"! ,raS
llloins l)ollJlU li;il' T, l d",'.' "(J'.l:',' C:ti:­
(licr fiCS (10:21:1C'I' l'umLJ 'e.1i ',,\, !'l>', 'l, "I:ll'liu
l .
'J' )"\''''ll't
.. ( .'

,(1-
1-';,"
,v',
'JI""':
, ........ _
)',',
j
1.'" 1 :"
•••.' ,
,#",,'
1 ........ _
i"';'
"..
1,,,'1';·
J. ( \....,L _ .,iJ. J. \., _
t:
o'ieu<:;c' de 1;1,,]'''11
(,.'
'l":-) ,'",
)
--.. '
\
,;'" ;"'''"i''I';
,: 'l"
')'1"
,), ' . \.' ,"-' ,--' ...,' :). "- . \
je 1118 sHis scntji C,l"id'· 1'1 ,':,"'1'"'' C:i'(';
. '" "., - . ..' ,","
dans llllCt'lillnl k,,·-, c du":::') liL- h ·'.l n!.> 1l'l'
, . ,,' ,.;:) ... ·1· J ••
(Ft Il e.3t e1u31gLl) p.Li:

nes étitit ponr moi monstr1l011:"t, et mon
intelligonce so refnsait ii, rcconnctÎtre un selll
f' ," 1 '
I)
'
1)('j','UiLiU;'; aL.-;!LI/'f:/f;) 1 rder- 1('11 en
aXàllL t1'1)is, (Ic tonte 6tel'Jlité, 1<1
tonte-puissancl', la m0nw tonte-science, la
mêmü tOld:u-présuj}CC', dont 1\1110 sorait créatoHI',
1':w1 l'() d'r1I'l1l pt:'!11' (,t 1:1 tl'oisi>illC ":l 1\ C! if!I::lte'I11',
r'idee lÎ,' .\I:I]·il' i jo1,:ii l'Î-
fjUt" e:lr ell J.ni YllritC\
{Ill(: i[;;:';::i
1
''.lnln'"è'S il ne p:.'lli' lil!3
d .le C]'X" Olt Dicl' rd la il im-
'1 1 ,. . 1·]' , , l .. , A
ll,OSSJ,jH::1 1!v:m l (1 'l( lnN1l'c (In on 1111t
1 .)
'cl "'" ""t·,.-·, 1· C", "P', -" ... ..,,; "r";'
,l Olt L (' ,o,)t, qTl v . .J1·,;.,1 ,11.,.0 C ",e
nno Cr:'::.lll11"l' 11(; Di"n, ci' no pom'ai.t phs
101'3, pintwILJL'l' GU j'irü lLü 1:1 Di\·in0 l>::;onc,-,;
10 dogmo Llo l'immoI't,l1itl' (L) Lillle ébit du
, l' l' l' j'['"
11101110 0 lJcL ( Iln0 Cl'0Y::HiCI' '\.J '01'11110, CHI' k;::;
,
(emOllstratwOf) 1
' '1
{lI
1''''
l1.. g'lbO
.".
ll1COJn-
+ ' r" t . . ". 1 '1 1
Plü
' t
cs Cu 111511 :1::;;\.11 cs• .IVl t (' 8ll01'C.l('1' (
TI' '1'0 l '"
1a. nGvu:"hOTl ln "cn,E? (111 on jJHh'SO ;l'Von'
'" '1 t
CS,
l' f' ]' , ' l'f l 0
(OS l vente::> cc C:-i j',go ISO <L'cnr
Pl'(':;flllO hl de 1;1, bi!)b, ut s'un l';lpporte
l'antorüé, (10 ses coneil's, D<J lit, cotto foule (11)
r8gknwnts qni CSS'):] ti',,]lom:::nt de hl
Loi Divino.·- La ct ln pTlllih(1l1
," l".. 't:, -/ :.: ,, . n ' - . ,t ") l, 0- t 1,.,
,,]l1or., 1,),,1111,0 .. (J.cl E-'\h,.. l.. C,l'./. on" 1".")
P
CI]l' ].,., 0" ( 1]]' n·'t j'l:S"" 1Jn1' le' 'l'o'l' -P
ll
'[···,.-·]]!
I;"i l ":-..;, li i -' , . V (1.- . ,_, t.... ...
dan:;; de l'homme llcl'ient 1111
plllUlt pOlll' nllJtl'L' pr)lTr
C't Dien, lhns sa justice, est cOtl::;Lam11lcoL ['(']ln;·
1
'· . , . j l l '1 "
sen ü comme un dl'tl IlJ1p aca Le:: ( an3 Sa, COlt'\'("
p1ll1is:::allL par dO'3 ch:Himcnts l\il'rne!;; et
yanlab108, la moindre contr8.yontion HW';: orùon-
nances <10 la ;;8\11e Eglise ql1'il in;::;titnô(,.
- L,1 damnation éternelle est J:i JlIoindro des
dlOSCS qni l'cyi01ltJC il celui qui n'est pas lIe
..
· TI' l' d" At •
g1lse lonumc; ct on se pron a c ,re COllvn.mcu
de l'injustice ùe celui qui doit être hL perfection
même, ou conclure Cl lie les dogmes enseignés
par l'Eglise Romn.ine ne SOllt ptt::>, IlO pouvent
't ] ,." , D' '1" l
C l"e a vente; .... apres c. e
l'Eglise ROJnrl.Îno, tont semblo lin cllaos dn,ns
lequel il est impossible ct a,llClll1 110111111e dOllé (10
raison, de ponvoir so ['('coHllHÎtre; depuis la cré­
ation, la, HéclempLion, b ::;,llluWicnti011, opérées
par troi3 pOrS011l1e::i lli:::tinctos, (pli sont tontes
trois un Lion Je tOlite Etorllitô; ln vil! éternell(),
qui devient 1:t) 0:'il1rrcciioll matérielle de ln. clwü'
au jonr <ln jugemont (lei'nicl', qni doit avoü' lion
;1. la fin du monde; le ou Satan, qui (le­
vient le principe ùu mal, étalJli do toute Utell1il0,
en opposition avec Dieu le principe dn Bien;
l'enfer qui devient entre les mains de Dieu 10
senl moyen de répression des méchants, qui
obéis::;ent à Satan, son ennemi, comll1ele bonr­
rean serait le moyen de h, .Jnstice d'lm 'r.yran ;
la, rémission des péchés <plÎ devient 11110 œnvre
humaine au pouvoir do celni qne 1'econv1'e nne
robe ecclésiast:qne, tandis qne Ir:,; Snintcs- Ecri­
tnres nous enseignent <]no Zr>. Chist smtlsonr7(' lps
('(i'nT.'! et les 1'ci118, ((. tOllt l)()/!'1joir ri a St:IÛ les rl::s
dc l'a1JÎme,' enfin, 10 ponvoie temporel tollement
nni an pouvoir spirituel, qno Dieu disparaît son8
la '1 iure Pn.pale, panr ne laisser apparaître quo
le 80\1\ erain Pont.ife, dominant hl, l'erre, et on­
Vl'n.nt il son gré le Ciel et l'Enfer! ! 1
monstrneuse et anti chrétienne, contraire essen­
tiellement ù tout ce quo nous enseigne la névé·
Jation ot l'Evangile! .. , ce n'est point iei le lieu
r,i ]e tems,mes enfans,de vous faire voir tontes los
erreurs do l'Eglise Boma.ino ; je vous dis senle­
mE'nt les principaux lUotifs de lUon éloignement
-25­
ponr la Doctrine Romaine; je los ai soumis il
qnelqncs Pl'ttl'CS,atlx ministrus chargl:,'; (lp
l'épandrcd cl'('1H'Oignfrb 1':11'01u Di\'ili8; il,:; 11(>
ln, compn'nfli(,l,t pm; ('11x·m{mt':",('C'nimCld 1)(1111'­
l'nient·ils l'e]]f;cigneT' ! ! A 10ntes 111(':" d('l'n:11:(lc',-:,
jJR répoudHil;l1t ]l<lI' d UIi!!",: 811),Z\/i110­
d,!- nulr(' SOilJ/""lIu',J'(' l' et er'ttc Eglisp,
POllI' cm:, l'alltorit.,: iliLlil1ib1ü (h Pa[Jn,
comme Cill'isr, on des eOll(;i!c';,; (J'CI1­
mC·niques, ee ljlli l".;1; (CWjlllll'f; l':1llio1,il(' JIllnl:li­
nt) ! ! Ln 13iblc:, cctt n l'rll'oio lli\'illlml"lJt l't', ,'l,l,"n.
C'L pfll' (pli tontes chosl';:; ont. été fai10.'\ C'i I[lli (".;1,
la Lnmii>rc dn 111011<10, l'i-;t. rni3() IHTSljll'l'n( il'I'l'­
mpnt do clité pal' ]' Ill', ]llm:qllf' 1:1
]edurc dl' h Lihk l'St, pn:sCjlll' intc,['dil l', mtll1('
:t SOS ministrcs,d:H1S lX::IU(;()1i]J do ('li
est 1'6sn]t6 que' b <1ocil'itJ(1 (1(' J;(Jlll:llr)(',
hnsée snI' les orcloll11anC'l'S d',In l'al (' inl';lil1illl,',
. 't J' . '] " ,
CÔ (P11 11 cs' que allLOi'lt<; 1I1l1lHllln, l'Fd-, 1:111':;:;(',('1
par tons IN; (l(lctriwlllx
qni en déconlent, SOllt l'HlIX, 1\ llleSlll'(' qlt(' Y(ltiS
avnl1ccrCZ ll"1IS 1'l'!lI<le P)J]'ol'()]1l1 i(1 <1l'8 Eni! 11­
c' . t l 1" /1 •
l'CS Dflll1 -t::3, pal' ;1 \(J'7(,' ,11.1\)]1, yom: POllJ'J'l'Z \,(1).::;
nn convaillcre ; c,'ust ;\1nsi Cj'1C 1<:111' DUCll'ill(' ;';lll'
le mnl'iHg'c, sn!' t.nm; IfS sncl'C'llll'lli's, 1:1
(les 1'uli(j11C',';, 1:1. <:1lflsteté lJlli (luyjl'lIt- )Illll' Cil:\: la
cont.inoll(;(' dc., de. qlle CI ttc llnl'll'illf'
,-, t
n OltTantu (lll C]'l'l'lll'.'! :',111' vous pûllYCZ
'VOllS la l'Cprésl'11t0l' comme lin ]011g prtt,
il. V011S t-tl'l'indl ü pnl' Sf'S 1ol'tnel1SCs l't,
h VOllS ontraîllCl' (l'erreul's en erreurs vers l'abl­
Ill(-) éternel.
Ne trou\'an! pns de Clnoi sntisfairo mon iÎ IlW
dans les iu;:ll'lletiol1s (10 l' J!"g'li;:;c' HOlllnillc, je lUe
suis adressù au J.->l'Otcst-antisme; mair) là, égale­
-26­
... t ] 1 ' A A
ment, J aIre rOll YU ri' mCmefl C'rrenrs, a meme
croyance en UlH' Diyillilé ('n i !lN;';Olll10S élis­
t.inctes de fOllte étemité ; h's mtrncf.; notions in­
eomplites de' l'ilnJllO\ btlité de' ]'i'lJlll:', h viu
futllre, du cie] ct (le fonfel' :--1-11 IJlogl'('S st'Ille­
lllcmt comteltc l'an\l1C0111ent Ile l'JI,lm;.lllité
but du ; Pl"otl';.;lallti:-;mc md, dam;
ell1'z chaq',c imliv lln, 10 lle sa,
foi,. c'est;1 <-li!'l" <iU':lH'C Je Jilll'C l'X;\JIIl'n, ii a,
Sllhsti\ llél',11ltol'it6 P' rsonncJ1e <l LllltOJ'itë lln
Pape; c n'l'st p'li;) ,-;111' 11'nl1 Papo in­
faillilllc ljlW Cll,I(;1111 éLllJJit :-';1 en;};\ r,cO èt J'('glu
SeS action::>, Jll:,j:; :-,lll' 111l­
maine ct. sa l'l'uple dl1 seJI:> ]iltél al
de ln. ]\Ll'oll'o-··Dc El, CC;) ::iec1.l's illllOmllraLlcs,
dont. <111elql1l',:i-nncs Je:-; p]\lS lli7.arres dn monde,
qui ini'l's[:t'llt la société; 1l1ilis llil moills, dalls lcl
pI'otesbntii'IlIl', ,'étlLdu 1111 littéral de la Pn­
]'ole, (}Ile Je:> protestant::; ]i::5l'llt n yéllératiün
et ]'espcct, COl1StÏtu8 un \'éritable pl'Ogf'l:.:;; i;()cinl
en ce que la. Parolo Divine e;c;t lé!_mnùue dans }l'
monel", f!t COHlme dnns fOl! natl1rf::1.-·L' AlL­
torité DivillÜ de la HéyL'LI1.i()]) cl dl' ln. Trall:tioll
lL été ab,wl1oDnée ct ll'l'll!II',--LI 1'1l'W1(:l"O ]JéI6­
sie qlJi a ùt"!oul'l1é tonte;; It::-, cbrd,iellll('S
Je la vrt'ité ét l'J1cl1c, ct ,1 de la pre­
mièl'o Eglisl' ii]'();-itoliq'll
J
:1 é l't "sL 1" c!'Oynllce ,
l'n 1111 St'Ill l)jl'Il ('II t1'I'is de
touie 1 ; Il{'I,,";-;jl; qlli lLiI du ae
N l'le, l'Si. :11'lll'lll' Foi :d 1'1. (lui l'st
COIllIllllll(':\ I()llt.' Jt.;-; chi'l1,i"II]lo:-;, Ce
fOll<1;lltl(':llilll"fl1.t 1':111.\, 101111'S les 11odri­
nls qlli ('11 dl"I' -(IIIJil Ol\t. Il·('t'ssail'nnlf'nt. ét{,
C'L la (,!:J'(,I il'IJll'., :ionr nn
jonl' '.r:,i:-i -li,<n('ipl,e, jllIl':'; 1'1. (l" ln. pro­
mièro Eglïs(' :l rJl:lt'l'llù d'l'rrnlll'd eu
-27-
EiITC1\l'S jllSijlill nos pCllt llird (In'ure
ObSClll'ilé CU Il li 1]L't \ unv(;I<l,'IH"3 humain.
Hill.';i qlle la \.'11 lli1 Dicli en trois
PUl':;OlllICS cii-.j·ill(',ic;; IL.! LOll1u EtCJïli .. (;;\ ('"":011­
dl'Ô 1'111L:UIH;, ,:,1t:, l'Uj<l!!ClJ qlle l!:Cli je: il re,
u
il'ri1ô dt' la :lL''';'J!>:''i:5'-iilll(,(, <Ill ])f'(\!lli l' II(,J:: ! ,n'a
III (1I'c' l1\Jai:,C (lall::' sa (;Uil'il..' cOIILn,' lUIIL"; ICi;
g-6n('I'ill il:lI , ;, n';Jil'. 1IIIii a\ait
;lité ;1 la Li:t1llll:lliul;, dl: son
Ji b, qli!, PUlIi' Je CuUl'l'OllX de pi:l'e,
b' d il) li 11 ",j c1J<I.J'g'6 llr; io ill i f JIl;! L", c' l, P;ll'
scs iJlU1!ï,;s d pal' 'iL illi!ll. cilll' la,
cl'lJi,\, ilïuit :::ati:5fair ;1 lit .i11StiCIJ dl; 1,0!1 ]Il'I"', et
<llIJ:<i le ll1,)llclc :. !(li'j[ faul. Jilil'I' lu J'ère,
C111:5n dll Jlll'l'ite clll :''i1s, de )jOli,'; t;liYUYCl' Je
SuinL·E,-;]Jrit PUllr' lïiJJjl\lî;.tild) dit llll'rite
cl II s;1cl'lIicl: chi Fi r:" --- ,J () Ii U \', 1i::; li U li Il C', ici,
q
l
l'lI11 l'éslllilé Il\) (:(JUu lloctrilll', lhJlL h in':(:
de cl'oil'e sallS ('.l):tljl1'C;1l11î(', et· 11li l', pd' Cc'L!.c fui
sculc, sans le:::' CCT:!'I';; IL cil)) il'::; IllUllliue
pcut, (Jr(' [Jar l'iii11'Ii::ll1(I:l de:.:; Illél'1t'S dll
s;l(:riFi.cc' (l,' 1:l";I.'()ll
i
L, lit; LJ TriJlité.
- ( ct il· l'ni st:'I'ii(· l'Il l't, Jl':5t1'IL,tive
(Ill prim'illl' d\1 j;m, :!J'hii \'1' dl' 1'l\UIlllJlL:; llans
les C]lO:-il'S "'i1il'it1IclJc.,..; dl; Lr E'Ji, :.1 [HIlIl' CUll:sé­
queuce Lt la filiH Jllon::;­
u'ueusG, (llli est k dr; la fuliL', et ik'iruit
tonte lTOYfl]H'V ('Il li Pl\'inr' .T11,;jiC'(, ct en la
Di"il1('
Enlill, r!a::s ks c]Jl'i'c: :lco dilTl l'Cille.'- CulJllI1U­
nions c1Jrétic'Jlnes di! lJ\()lldv ,il.' u',li \'[1.
qne des s('rbil'l's sC' <lispllLmt l,';"; :IIlS Il';':
Sil!' (les points (10 contrOVI'l'SO l"cl'l':; ,1:lI!S leurs
CUl'veuux, ct. iiIYelJté.,; pOUL' <lfSlIJ U[' lu IJUli roi!,
temporel ùiffércuts ; con;:;is.
-- 28 --..;
ter les progrè3 du b c1ün81'a,ntagoni..>.ne
et l'intolér;l,neu ; uxcit::l11t les IJenp1us;t s'untre­
le:::; \111:::; 1(-':::; autrus au Hom du Dieu;
je n';\l \'11 part ceUa dWl'itCJ liivÎIlI:l, qui
nous l'".':ulHlc d',liuilJt' le jJl'ocij:tl: cvJ.l11l1e
nou:,; UlGIlII.::'> ;.il' 11';11 reconnll llll!!u part cet
aràcnt (lé:::;il', fl'!i 110it 110\1'< '1nl111(\l', (l'illliter cct
;\lll 0 lll' inlilli du (Illi YCIit. l'elldj'C le5
lllltrü::i hUlll'cliX p:lf SOL; unli'l, ueUu uUl,i.,s<tllce
à la Loi de la Di vine ;)n';U':,=::;:::;L\ (lui doit fairo Oll
geul e lWluain Wl pUliplc (lu .. ,
ne tüllt cl.:b, il e.::it ré::lu1tü, wus ur:1'ants, que
n'a 1l1iU fui \'l']'iLI1J1u et du
t')llt lWllllill' Itnl \'èlt!: ltrA M'llitil" par lllle
L:oJl\'Ïd.1on pruf()l1(!c cl, ]':li:,;r)llJlPC; - b Ueli­
gioll l'st devul11lü ml dl:lblo J' on
l'L:L:OllUuît Et SCUlClllcllt, COllUl1U P<ll'Lout ailiùlH'S,
Je doigt in \'i;,;iblc dc Dicll,- La Divine l\li::;él'i­
conIe, (pli conserve da1};:; tOII;;; les CŒllrs cc ùor­
lliC'l' reste do cl1<ll'ité ; <:et liltillle, ljlri l'::it la. der­
nière :11lcre Ile salut (L l' Illll:J:llllté ; ce besoin
d'êtrG llcurellx, calbe aspil'tl:iol! 2\ l'inconnu, (l'ui
doit, le l'cLlllenCl' dlwB 1<1 voie (111 bOlllLClll' ; cette
H,:;pirn,tion se fait, sentil' Slt!(Jllt :1 Ull l'hn­
COHllllU 111lU lWI'::iOllllU etJllllllU étOllFléc
dalB l'ub::iclll'ité l'I'üfo[J(j'j (1'11110 atlllosphore
llJép1LitiqllC ruehenlw j'all' et .b, 1111llière PUIll'
édlêlPPUl' n. lino ùüstrnc.:1 iQU L:ul'Llinu.-- (j'est LI.
l'etat IL; 11 s()eiét{; ; tUII::i le,:i \'l'"is prin­
cip,,::; sont iH.llllt{:I'(s ; ou l'E:>prit ùu
,A, 1 1 ] ,
IlW l )'t'guu ü'.1 lllillrt·U a'hu il ; tO:lt:'s .l':)
du Hitlll et. dll Yl,;li sont
l1l111Jaill, (bns fil lilH:'rtl\ c·.,t, P:l1'\,(\llll:\ CI)llfil'<
mOL' eOllllnü vn.l.Îc,:> LouLu::; lu:., les
plus ; c' uu d01ugL: uuiY01'sel <le '

faussetés, dans lequel serait cnglo1:1'iG l'Huma­
nit?, la maiu sec; UI fi 1;]0 cio J)ieu SilJ)S sa
miSl'l'icorl!8 i])6uic', il Iii c;-;t lll,t.! C' ;11'(.'IJO dù salut.
Cet ulat du 1'1111lJJ;\,TJltll ,1 Ulu 11'l:v'l, dil a été
POUl'\"ll à lJiL:llU'alJuJJ'!U1111.' .: IllUlis
l'cDuvro de :"ou :.llllUl1l'; c'est ::i,\, III .-;''l'i,' .ll'de
infiuiG qui lWl1:, ;-i('\llicllt'. (]dlJ:'i u:t él.aL du dé­
faillàllüC ct totale lle Foi ]'édJe.­
Cbn<':1I11 ",(,Ilt illtérienrclIlclJ!, qu'il pas
heuruux, d Gf pcndant il ::;cut le 1Jc:::>cilt do l'être;
on tl'Ollre que c'ct:t l'état socin 1 ([Iii C,:it mal
comlJinl', fIne ce sont l<:s g'OUYl;I'I1l'IlWld,-: lJlli :sout
w,1l cOllf'htués, on sent qnt: ]'on lJt: PL'lIt, (tra
hCl11'1:ux ::ieul, et qllU l'ItOll111H" fun:é (IL; vivre
cn wci('·l(" doit trouvel' :-;011 \,,-,:,1Il'11I' (L-!ns le
lJicu·Gtf'O commun; II.' i))"(;lltit.'l' Ilt',!.2,'l'é de
c.:lwl'ité ou d',11ll0UI' du jll'cll;ha
i
n, c'c:..;t b cllarité
DatunJlc, et c.hac.:t!l1 u!oit tiOl1\'U' le JI10YOJl
d'aS::illree ;';')11 bonhc\11' ell lJ/111Iu,ltl'
Afa/iriel Je b. so(;iC,t'é .Jal}"'; b,[ncllc il \·it. Du l'!,
ues nombreux l'l"ojd.;, prujets,
de ion'oc!;)i!'. jm,"l:''; Sill' ] jnL,jl' t I1I:L­
" .
tériel, fil 1 lil'il Ilu ll'L'ourit';n "';l'n] pl:illcirc qui
pout llu:l."; gllili..'l' t1;llIS 1'(1'\:\:c du LI
Lion :sociale, la r('gl!lI01';dio11 -;piI'11IL'1l(', ft:i 11011S
<.:::it t:llscigu'c [lai' la jl,ll'())(' ! ,1;';[!I(', 1(' lll'ineipe
du tOll[c-; ('11;1';('.-<, Lt 'ni d'O!'l 11('('(I!I'(' lo',te .i1htice
t't. ci\-i!(', loi il :lm011]' d dl' qui
fUtile peut, l'Il 110\1."; I
l
)'(';1:1 1'<1 Il 1 11'.C \t';Ul'CllSe
gL<':l'uiI0, a:-:::iUrèl' llult'e paix l:t lIU!I'C IJOllhelll'
SUI' hl te1'l'è.-C'cst Cl' l!V j,it'1l-0tee foetal
IlHlt.érid (lili nUI)"'; C'OIHïlllt' l''it-\-Pl' 11('S J'C'gal'di'
ver" Cc'hl l[llÏ, ;::(,111, PC·lIt. ;l J'('('on­
n:li'trc qnc tOllS 110-" cl'F()l'i.:; ])()\ll' 1'('C011S1It\1('l'
notre SuciC'lÔ pell' du:: lllil}l'Jl::; IJl;lll':ll(;l:i :iüllt vLlillS,
et qllO u\;;;t enfin pur la ::lpÏl·i.

tuclle soule qne HOUS pourrons y parvrmr.
àVüÜ' clwl'ché inutilemont, pal' dus COlU­
binai;-;ons <Je l10tre propre intelligence, Je rcrne'de
il. t:Lut de 11 1i::;01'C' S, il fcLUt qu'ou tl'OllV(' ru rümède
C,' . ';L:lLl Je qui lIOUS vient lai iil:ièl'e ot
hl Vill !! l')'f;' Jle pollce:: rien 8all8 ïllC'i, (l, dit le
,il: le '-!lI'mili" lll. 'l'pât,; (Jt lI), cie 11 il
't . l"
)ru:II'J!/,e wi/,"',",('
',1
CrI'
'
1
't
IfI!, l ,lu/.(, 11 11 1' 1(1)/1.1'('(/;(,
'Z

' 'l
soit l"I/di",: ,I",,,;u ri ,7'(spl'if, l'\'si-;I-(lire, LJll'il
sc J'égénlTu pa r le, l' rinci pe L1 () vl)]'i lù IJ,d molle
(t spirituelll', pellll' qu'il clltn) clUIS Je royalllne
(lu Diu\1, pOlil' (ill'il vil'c dalls la
<;jlhèru d-' pt d'amollT', (lallS laquel'e
;-; uk l'1101Jll1W peut troll \'e1' le bOllltCI11'.- Cette
loi du rl'gL:t1l1',üioll e..;t tOlite J':11JlOlll' de
Diün d LlIL pro(;llèlir]; bites 11J(:S cummande­
lllellts, a dit IL: Tout l-'llisSèlUt, et lu:; lrj,;u::i de la
tClTU vous sel'ollt pHr ::,urcroît.
L1. reconn,lÏssance cln seul lll'i])(;i uc (lui
. J L '1
pL'ut gniclcl' l'homme ,rel'S le véribliJle IJOllfwur,
l'st C1011C hL de la Loi de Dieu;
c'e.-:L la Foi qni doit guiller ::ion aIllOlir 1)00}' le
1)ien OL! chari té, c'est la foi Cil J ès us-Ch rist,
tiG\ll Créateur, seul Ité(le1lljJtem', senl
teur.
nIais celle Foi, comment l'olJtenlt' uu cam·
ment la l'UCOllyrer, cal' ellu n 1)lII'C, sin­
cèru, et l'cHe Foi a ,Q"lIic1é
lus pas de la G1J<''Lrité chrétiellllc,
Foi a (-té le fluw heaLl 0L:]nt;n1t (lu;) l)]'é'lllierg
chrétiens, de la prelllièn.l Eglise apo:';loliquu;
ce l' lalTl()Cilll s'e:,t ml amas de
superstitiolls gi'ossièl'cS ct de sllhtilijés phi-
10::iQphiques; ou va,in, moi; je l'ui cher­
1
....·81­
chée, mrme chez ceux qui mfi prouvaient yjeta­
riellsenwnt, l'al' dl':-; (1(':-;
tt1l'(' S, Clue on .JÔhoY:l.h était, le Chri;-;t, el
YIW le Christ était vieu; mais lor;-;(i\I'il:;; "jou­
taient immédiatement que c ét<liellt dCIIX"
personncs distinctf s (le toute Etcrnit0, miti" (jlle
la Foi nons commandait de croire quo j.)()ll )'tan1,
Elles n'en faisa,ient qn'11lw, il HW dr'Y('lwit
impossiiJlc d'attribuer lcs 1ll{;It\CS (jll:tlil r"s
illtlllic's, d'un Dien seul et, 11l1iqnc, di \'is('(':'1
eu Deux pel'sonnes distillctes; LI mOllst,J'lln­
l'ité me semblc!it pllls gr·al.de onCOT(" lor:-;'llic î'an
cherchait iL me Cl émontrel' 1Cl llll:lhf' i 11 fi il i co ,; t C'lî\ 1
dans lmu 1rnisi("1116 prr:::onne, {'ga1cJI1ulii (listill('l\'
de toute Eturnité.- Les Sailltes-Enil \11'(';-;
lenr fOllrnissaient plu8 (1'nrgllnwllts : la
Raison se rl'fllse;l celte allinnen jl'
veux maiFl l'ait.PR-Uloi C0l11 [ll'f'I'fl 1 1',
Dieu m'n, donne, la Haison pOUl' le COlll pn'IHIIl'
et l'aimer.
rrel était, nws enfant.s, J'Mat de m(;n :ll1w. (trl
est :ltJsRi l'éVlt. (le la a:.lt de dÜll­
tH et d'incréûlIlité) 101'sqt,<-" pal' lin ('I1'('t. dt' la
Divine Providence. la révélation <lu ;,:rns'l)il'itll(·1
de la parole Oit. pal'vel1ue entre mes lnains..1'ai
111, j'ai l!tndi(' 1t:-s sllb1iHWS (!<lns
SénS nattll0\ (les Saillt,f!S Ecritures, cornuw l'tlrtW
éft <.1:1118 1(' COl'I'B, et clé'will'es par celui !JIll a (',t(·
choi:;i rHll' Il' Seignenr pour nous bire conmlÎtTn
son second :nènement l J'avais autrefois T"'ir'l (.
lwallC'üllp cI(; p8SS:-lges de la comme' rjr'"
fables bonnes tout an plus pOliT' d"R
siècles d'ignorance; j'ai compris depuis pOllT'qwji
les vlH'it()s divines étaient enveloppl'es SOIIS ce
sens nat.urel, resté incompl'l:i pendant Laut de
-:- 32­
E.iècles: c,'est (PW l'éint de la Rociélô hllmaine
n'était pas alors convenablo pOUl' la deR
vérités spiritllcl10s ; elles enssen t profanéPR,
illcompriscs, ct la 1:1 1
DIVIne est M-pllls gï'ûml malnclIl' pOlir 1hllll1all1­
H!. :Mais, il côté de ces histoires li 118.i" no pOil vais
comprendre, j'avais trouvé des siQïlCS col't<1ins dll
doigt de DieL; ; celui.-là même qui' le plus op­
, v.' , 'h
pose aux: o3ll1teS-1!.nItures, ne pent s eru].Jcc el',
malgré ce C]uc son intelligence rt:fuso ;l lICCf'p­
ter, dA sentir une énlütie)11 in vincil)]c, pensant
que ce livre, remontant aux (em3 les plus recuks
de la création, a travl'rsé les sic'c]es, dans l'inté­
grité de son sens Dattlrel, il. tr,wers les ornges de
l'humanité, entouré du respect et de b vén{'l'/l­
tian de toutes Dations, et malgré les différen­
ces de croyances! Par ce symboliqllo
même, par cc texte incoll1prl'hel1sible, eDtromGI6
des plus Hublimcs D0bons Cie moralité, on sent
qu'il doit.Y avoir quelque choso de divin en lui.
On qu'il y a un langage symboliquo
danrj l'Ecriture Sainte, et cb8cuo, t;uivant sa pro­
pre intelligence, en Cl fait une interp,éL.l.tion clif­
férento; mais cett e interpréhttio
n
, ;) pplicablo
certains pass8ges, devient (1l'l'isoire d'au­
tres doctrines, et inhabile ;1 c'Xp]iqllCl' le resto
(lu texte, Celui-Jil donc qui pellt donner la
clé du bng<lgc: de tOlites ICS écritures,
depllis l' II toi 1'(' (1';\ (Llln, j qsq li' il ]' _1\ ]localy p-se,
celui· Et :-oell] a \:1)', mission l Ji \'irw, eL sa révélation
est divine; f'ei\ii-l.t seul qui peut expliquer les
j
111,) stl.-res qlle lions avioos entrevus, mais qllC
nO'lS n'aviom pli p6n6t rer, celui-lit seul est ins­
pirô de Dion et C'RL digoo de bi ; colm-lit seul fJui
pellt nons dOll1wr (ln:;; pn'llV('S il'r-{'cll:-;alJ]'c;s dn:-;lt
misfi\ion di vin(l, ost l' cn \'0.)'6 d11 Ilour ; celui­

là senl qni pont nOllS fairo comprendre 10 nonn"]
aVlmement du Seignenr annoncédans l'Evangil(·,
est digne cl'avoir tontü no.:ro eonfLHlcc, et dn InG-
..
me qno comme "!'Joï3e, David, Elie, el tOIlS
les hophètes eL les EV3ngélistes, nous ÙevollS le
saluH avec respect, et recevûir 8('8 inslrllCliolJS,
ct croire eu lui comme en 1'P,1l\'OVU clll SeÎ.llI
P
III' .
.,'
Cet en voy6, on fan,-, c' est EHill l:lllll 01 \\'('(1 C' 11-
borg-, du Seignellt',lc révélateur l111 S('II'"
spirituel des Saintes-K'J'itill'è'\ cclili qlli l!UilS a
L1.it connaître le second di!
t 1
",
eLa) lssel1îcnt
1l'

l'
cette
}""
n,
' 1
e) <'glJ:oü,
1
IH'UV('II('
Jérnsalem, couronnement de tOlltl' ..'; Jes Egli:",;"
comme il fi élù prlHlït, pft r .J 0f1 11 Ib'l'; 1'..'\ !,Ol'a 1yl'sv,
et qni doit régénércI' !']lllllli-tl:i:{" et, :1l'('Ollll,jil' li
promesse de n·;terne1: la HC·llabi!iialiOII I1f'
l'homme L..
C'est par la Révélat.ion dn spiritllf'1 (ln la
Parole q1l0 j'ai pll cOlllprnn(lrr; 1f'8 ;<flillte".-I'>ri·
tures, lem Divinit6 !
Que j'ai compris pomment il est cl it.: q J' ]('S
générations passeraient, qne 10 jJRI";Wl'ail,
mais que pas même un accent de ln l'fll'olo oc'
Dieu ne passerait!
Qne j'ai compris pourquoi les Saintcs-Ecri-
bues étaient écrites par corresnondances on lan-
gagc Rymbolif'jl1C. U'est qne le monde spiritnf'1
est la concspoudance exacte du monde
et que 10 Divin dll sens spiritnoI de la rarole e:-l.
c&.cllé clans son sons naturel, comme l'âme l'e:st
dans le corps.
-34­
j'ai compris Dieu es! nrnOl11' infini f\t
f'flgesse infinie, qu'il est perfc:ction même,]o
principe et hL fin de toutes le commence­
lllent €t la fin.
Que c'est par nn effort de son nmour infini,
iJ3r sa sngeEse infinie qu'il a créé l'Univers.
Quo la vie mème est SaD amonI' in fini, ot son
exister la SAgesse infinie,
Qne c'est le bcsoiù d'é!);)w]l'Ü son amonr
infini, dans une cl'l),[Lnl'c.: cilpalilo do hi com­
prendre et do l'aimer, qu'il cda un CÜü libre ct
Ete.cneJ.
Que le libre de l'hommo est la. condi·
tian ossentiejJo de son üxisiolJcn, lJOmrnu,
et le principo do sa pe!füc,tïbilit(·.
Que j'ai Pl] comprendre la lJéil ma ]';îme, rot
f:a vie sp:ritnelle d:-l.DR un coq;;:;
Quo j'ai compris la n(;('vsFit0 (l'ilil(j \ie maié>­
rielle dans \111 corn;:;
,
mailJricl n;)'11'
,
l'oxC'rcice dn
libre arbitre dt' l"llOJ1Jlni', l't lninc'r par ce
liure :"I)ll anH)l!l' POUl' Je bien
on po II r 1C Hl (' (j il i c'.' r;:: t i i li t' S ,1' q11 a1té pOUr
l' EtertJi( c..
Que j'ai pu c01llpremlre 10 monde spirituel,
dnns 1cr;ncl yont, L'ur mort, les
l ' '1 . l' ."
urnes des 10Il) Jr!(,3, et. Cj\! Ci -;., ,n, slJln­
t dl'" rnllCl in!,,, si,iritneJ]('s,
comlllo leo coqJS, chns le rJ'lon
r
1o nalli1'21, remplît
des fonctions naturelles.
-':7--
i55
-
Qun j'ai ConJlwis ('ommnnt 10 li!m: 8,rbitro a
'l' ] .... l l 1 l' l' •
Ole a cause (lll "L ( ,'; , "', i "l', Cl III
une ct'('ation de J'hOUli)j\; l.'f: 11Clii Ill.' UiCll.
CO!1l1l101;f'. lP' j'i;. i, rier! 1" lihre
l' l' l ",fi'
Ut' i ., . i'l " il j ::.! )1· 1) 'l'! Il '., !:l J k..;;::i i11,O
dUl1J,d f'i ,!"
C()1);lli\lnt, ln .\ L1, Loi ,}u 1 il,;u CL
étll 10 pal; Vu!"" ir·a] un Lnuoul' t1c soi,
ct Le (',;î1lW du hè chute Je l'homnh',
Co:n:l1l'nt ]'uxercico (1\1 J.h' J :11,11: (;'c, (hn$]e
lllOIll10 naturel, md t'Il !I11111111iG<lt.ioll
(;OnstlTlte a,'BC lu mU11'lIJ F'yii:iLL:
1
, diut l'influx
nons twnt, ponr nin:5i d'in', C,l entre le
bien et le mal.
C'Jmrnent Li, vie cl,: Liicu, U:l i/J[lll:l: de la
chaleur cl::; l'Ulli(IUl' di, l') d, ;;\ Llill lll\J ,le,; Ll
gestlG divino, (hile: b id ):I:;U n:tLlll'd,
l • , '1 " l'
pal'
]
es ,1 t,U]O'[li' f,") .:i)[:";':;;' "1.'.1 :OUI' 1. vS 'lllll.):;
des horumi!s [JIll, 1-.::lJ II viu étel'llC' 1le.
QIW j'ai 1)\1 ":'.'L orlh" l1i'l'ill de la
clé<ttioD, ct ([I!e cd :ii',i'l l";l 111 Œmo.
li 1ll".i , 1.1 !;t
la dl: Di,"', IL:lIS cllOse, tant
bpü'ltuelks (l'lU 1I:1\'ul'ell\·:", Cil' ii ('st Lt vic même
l-)1, tant, depni3 ks :l.llX

Quo j'ai tJu ctJl11prùIllll'u la nécè3sité
du libre al'oiLre d'J l'lll);nItlL', \1';1P,<.':; J'ordre di­
vin de la créatiou, a étû b CJ.U.)ù (;:1; la !:Jel'illissiou

do l'existence du mal et de l'enfer; nn:s que
Dieu, dans sa miséricorde infinie, tempérait
constamment l'influence du mal et de l'enfer,
aut.ant que l'ordre divin de la le per­
mettait, en employant le mal 1l1l;'11l', comme
épreuve et tentation, pour ràll1elll11' l'homme
dans la voie dn bitln et dn vrai.
J'ai compris cette Divine Providence du Sei·
g Mur, dont la fin est la formation d'un ciel an·
plovenant du genre humain: pourquoi,
les lois de eette divine Providonce sont secrètes,
cL presque impénétrables aux hommes P Pour­
qlloi, ses décret:; nons pal'aissent !'i souvent con·
tradictoires? C'est, principalement, parce que
la Réformation. la Hégénéra tion, et, par consé­
quent, la dn genre hllmaio, ne peu­
vI.:lnt êt.re opérées b Rationnalité et la
Liberté, senles facultés, par lesquelles, l'homme
pent coopérer comme de lui-même ;-Dieu, tout
en guuvernant l'Univers dans toutes ses plus
petitrs particularités, conserve, intactes chez
l'homme, ces deux facultés, d'où lui viennent
et la volonté et sans lesquelles,
il ne pourrait avoir, ni l'immortalité, ni la vie
éternelle.
J'ai compris cette béatitude céleste, qui
nous attend dans l'Etcrnité, au sein de l'amour
infini, et que ces inc:ITables sont
dans la pureté dA ['amour de Dieu et du pro­
chain.
J'ai compris ponrql1oi le mal, ne pouvant
exister dans la sphère de l'amour iDfini, l'enfer,
qui le représftnte, est un tourment continuel.
-37­
Qne ue n est pas pal' la ul'ainle seule do
l'ellfor, qnc Diou ramoner lui l'être
qu'il a créé à s)n image et à ;3:L ressemblance,
mais pal' les fdicilu:5 qui atLellJent 11'1 amour
liUl'L: eL vù:ù:1Lairc.
J'ai compri:l cette ilme enfin, im:olllprise
jusqu'à DOS jonr.s, et qui est l'image et lu. res­
sumblanco de Dieu, on padaite forme humaine,
vi \Tau t s piri tuellerner. t dans nn cC'rps sn1Jstan­
tiel, et que le corps matériel naturel n'est que
l'onveloppe et son instrument, pOil!' ainsi dire,
dans 10 monde naturel, ponr l'exercice de son
liure ar1Jitre ; lm.is que ce n'ost poiot ce soufRe,
. LI' , ,
C·C t e 1er, qu on nons l'epresente, Cl II 00 ne pelIt
compreudre et dont le siég:;l, ùans le ma­
téliel de l'holillle, n'a pu êtrt) assigné jusflu'ici.
J ru com;)ri:5 co qu'on tJrIt'mû par cu livre
Je vie, dans leyud sont inscrites toutes nos ac­
tions ot toutes 1103 pemées.
J'aï compris cc qne nous enseigne l'Evan.
gile, ce rl!li Y esL dit, qlle tontes nv':; actions
seront mises an grand jour, quo même nos plus
secrètes peDs6('s .sc:rout dévoilées, que ce que
nous aurons mêmo pensé, dans l'obscurité de la
nuit, seuls, (lans notre lit, som mis nu grand
JOlH.
Celte vurité a été pOlir moi, par la
révéb.tion do la nature mllllO ce l'(ane dont l'e:;­
sence est de r0tenir ('n soi, comme indis­
solublement Clans n\1O m{'l'lo:re int61'ieurc, ct
\:omme Liimnt parLiü d'ello-mOllo, tout ce qui a
fait, dit, t:lt pensu dans la vie naturello
;..... SR--.
," '1'
• 11 'l'· ",'
(l,
rIe e; ces; amSl (l'w 1;,ml) w.'nm:f, ::)IYC'l
paratiou d';LVec 10 r.orp::J, lollu (i,1(\./u' ;,': ;')::;> d-
l
es
'"
1ont· :11tu, ( nrn,;:3 t, .:' ·j·l' ; (lU f" J' '] j" • .. J
la vie nRtnT'ellf', par' c': lilinn :Jin;', j,j 'il cu dll
ma], '''''li 01i. f<t1'1 '0"--""" L':" '.. 1:. I1tLilS lù
monde ";H.ltr,'I, ii • Ji';; ,1 dl :! ,; i,e ['
pensC>es, de nu:;c;:' qlJ(\ ':1l J' 10, ri ;. i; i :' ;1(;­
tians à la '.' L:;1J .;:1.': .. 1'i:, 'l'i'l clans
le monde l';lJ:l'; '0('1;1 ln::'" !"')l'U"llh111t Cu
qu'elle est d:-lll:) S;t ll!1'I)]'() ,;'::.i;() 0:1 UlHll­
vaisp, qll'elle est d'_.. 1·· ... oi,T, lC'H
l'ugarùs spir'itl/(Ji:'l, i")il:(', ;1:"; ;l'll:::, routes les
})l:J11S0es (lili ont. I:()i]I"';;"I'" 1 'l;tilil' qnalilé
olcrnel!c'.--C·w.t ain..,î!'ll. (.1 UOl;\;>i::;) :>.Jillmcnt
les 1110e;!1,lllt:3 (L,j".'r:è:i ;,,'Pili',"; 1Î:..,,;!)OIlS,
. '), .
parce ql1e
1
.elF Yli(' "Iii'
qno pOil!' les llll;; l't. PUll, \'" .1 ;;1
1
\,._, l' même
qu'un obj('t bid"lix ';,; !,Ill (, r I,;":;-;l:,luonde
offl1SClUü des ,.lI) i) :·1 ïi'C tl'acLes
de mbchanecté 011 ;iiJicllrl'.·USU ru­
t il :,t (,.'d(
l
,}w' cn prelUIer
pugoü Il
, J"

• ,
1 •
0' '..
. ,1
A
age.- est dJ CCIUiJlf1':, {"ie, nte uU
Mal est une pOli!" 1.; ]\[(1.1, do lUêllle
que la vnu (ln Hier. ,:i:.:, 1 Il pour le
" 1
I.:iSUlt 'CI'; .. Jd,_ld.,
(ans
"1 l ""]"
:'Up:.ll:."
lVa ;qllulllSl
dos spbèrus c1istindl's, ,W .. ost
séparé du ei(:1.
1 l . ..1
" -
. 1
lte- )jtro ue
l'homme :wl'aic [Hl \ ,J'" ,1;1 ,",IIL ,:ar l'influonce
des cienx infol'llH\lX Rlll.' i'L"'(/l'it Si. Vion
n'n.vait n;Labli l 'o::odro dans ln monde
spü iLncl.
al COlllp!'IS {:(JJ.LItuur't, Jil): L'
' " l' ' , ., 1
a
L
é1 neceaslto (llne l'I;IÜ).illpLI0iJ, Ill1'51lUù
perveraion de l'espèce étai( telle, 'lue
-39­
l'inHnx (les (:j(,l1X nngéliqnf'fl, par la
'Al­
( os l
"

l'
cL! U :11.1"1111.0
'1 ."

l"
ln
f1
nx ( es
1
cieux inf't.:n;,:ilx ;,111' ]\,"[11 it hllJJJain, l'L l'on­
cCllqdcL 1,;( i'1:t',,'JÙI]iÎll H'I'S le lIIal ('t
]0 fan:,:, eL qlll' él:üt immilwnt.(',
TJui::;qn'il n'ex;sl( l':,it Id I:S prillcipe de
biell et de ','l'ili d"l!f
l
1·,: sali:'; l'int.l'ncn­
Lion du b ll'l,-;Cli,;o ,cl" (:1·,'ill('.
J'ni (;!):),;),i-,. : di' 1.,):\ Ù' l'o)'(1re divin (10
la :!\< i'I!(Il'\"-111ioll n'iL pn
At' .' 1 ", " . . ,
l; ,rD 1,"11".]'1.:: j:1 i Jj\ïr;Jfl" p;lr
O
' Ù", 1',; , 11 • " , ' ' " ,'. ' .. '. " , ; 1.. ,' 1'] 1 ' (. , l, JO ë'
,I,e (,1\ .. ,1 ..... ,.L, ,1. d, j'" "JJ,;.',. ,11111,\.1 c.a ..")
. '1' ,.. l
1t} SCln ti tlll\.; \- !! , f:f (al};:.)
'.' 1 t
Je'"

eI','r"("l"o' VI' "l"l;j'
'. 'r'"
,,'
.
"Ill"l'f ':'"l
..
11'''1
._......
l ',f, ','
t
'1"
"': J l',
Porsormù UC ptlll LI J)lviniî:J dans
son eSSL;nCb m('!lli' 1" \i\'l'"l
J'ai COIlU:'Î.- l'iil(;, l'n;!! 11111. \'I,L h,!l:nir::bln my;:­
1l:re du ln l' ,,'''':l' tr ll'ti d ;l, '1 lllic,r.;) ;t:Or\!o l;di.
nil', (le lIil-!lji: !JIll l'nmr'1'Î" 1:1 01 (':;(Lion p;lr
l'amùul' infir,i
" . • 1
f
J
t t 1 i 11 \ : : t
i Il " : il: l',) (11: LI ]( ( d, J 11 li t i () Il,
(il' .!! , T ! l ! ',!: \" j': 1: : 111 : 1111 , li t j s dII
Rein lk 1;; "' •. !'
.1 1 :11' h dt! ('(lI,
l1l1 Hl ai 1J, 1P : J» , '
, ,
r.
..; jl .. ,i,·"
\.
'J"
,
1,\ Il"('l"J}.',·
.
..,tiO'l
' • ..... • 1 • .' J * t'0' \..o. <
cl cl' Il {JI! !JI" ; ,i
lJc-::t :,'l'lbc:tt.ol' que pal'
l'en ti el' n'!l -:! ;'(' )lJi' Il il OH lies infillen,
ces hnlli:,j,:I''',
. l 'fi' t' ,
J
'
;11 ('C !!,lj'\" 1:1 ec Le per, u·
hlf.'JI(' rli'.'in ct
divi[l[),llcll::.i 1('1,:-; cc:)x fIII',;elail'c de'
vérité, et (lui font les C0J1illl.lddüillûms de Cdl1i
-40­
qui, seul, est le chemin, la vérité et la vie!
1 a Divine Trinité m'est apparue ro!"plendis­
sante, dans tou1e sa gloire, par ses trois essen­
tiels de Création, Rédemption, f-ianctification.
•J'ai compris comment Diou, <10 SOIl alTlOtll' in­
fini, commo pèro, est 10 Cl'é:Ùienr de r HIll \'ors ;
comment par sa misériconle infi nie, cam rne [ils
unique ongendré pal' son Illlllln,in, il est
tour et Sauvenr do l'hnll1:Jnité, qllÏ su penlnit
par sa propre faute; COllllllC'llt, pal' lopC:ration
constante de son amOllI' infini ct de:-:a sagesso
infinie, com1118 K-:prit Saint, il est le porpétut:1
Sanctificateur de tous ceux qui croient en lui ct
font ses comll1andements. J-'ai compris la.
tian, la Rédemption, la Sanctification, et j'ai
adoré ce Dieu, Qui est Notre Seigneur Jésus­
Christ, seul Créateur, seul 1-1 ôc1ompteur, seul
Sanctificateur,
J-'ai compris, qu'avant la création, la, rerinité
n'existait pas, mais qu'elle est la conséquenco
de la Création, de la nécessité du h" Rédemption
et de la Sa,nctification, moycil (lG règ-éné­
l'ation de l'humanité.
Que la conservatiOlùle l'Univers 111nlél'iel est
nne continuelle création, de môme qne les Cil'llX
angéliqnes sont. nne perpétuelle rédem ption.
POUl' fll1elle raison, Je mystère du Pourquoi
ChRCJllO chose eu S:l raison d'être, nous est ex­
dans l'Ecnture Sainte, tandis (/llC, le
Comment crh est opèré n'r:;;t pas illllispensablo
d'être expliqué.
-41­
Ain81, P0\ll'qllOi ; mn:5 non com­
ment cdte incarnation s'c:st opérée.
P 0111'(11101 cctte y; 0 llJ l'H ble ct· j 0 l' nw nt éc,
Rllr cette te)'l'C (l'éprellves, e;-;t illrliSjll'IJsable
}lOl!l' l'exercicc' L1e llohe libl'.' n,r/Jitrc', cl. ("l'
millCt" par la lIO:' ŒlI \'1'(''>, qua·
lit.é (l'ange;,; on (h: 11hwllls pC'lll' l'EtC'l'lyitC>.
.J"rti l'D1llln·:.; (lllH la miséricorde infinie no
nOl1s aball(1(HUl(\ j'llImis, nt, lJCJllS sOll/ient COllS­
t:lmlllcn! (1<1119 cctiu (j'{'1 1l'I'11\'C:;, 1)]-(:1(';\
nons YOl'fl'r rOll,;; ses 11'("';0)';:;:, :lnSsij[lt rpw 110ll'i
lIOUS t011I'U(1:1S le 11loill,ll'l'1IWllt. \'('1''''; Dil'lI,
, . l ,. , l
J
'
al COlnpl'lS qne il qmlll!U r C no;.; n'm'I'l'';
pon. t cLrc cel Cl'Jnll]l'(' (1\;<.' pa]' C3pnt ( C
A l' " l" 1
(111i les 11 dil'ig(>('s,
QIIO cdt,,' sngo-:,e nL' POIlV,lit 110ns \'(..';lil' qntl
(le Dieu senl, ou (1(; 5011
(;.t c.st qu'il [.. ut (:1"]'(1
gl'ndré (le nO,IYU,lll pour :\yoil' la l'in ("i.l:l'IICl1C',
qu'il hui Url' engenc1ré d'l'an et. cl'u"prit/est, :1­
dire, pal' Jes \Tais de ]a, [,'oi et. IW l' la \ il', ,:;,·IÙIl
ees "l'ais, POi11' entrer dans le Hoyallillu Llo 1Ji, n.
{Ju e ces Vl'ljs sont en hl Foi en .Hslls·ClH'lst
senl, ( t e tie l'io, suivant ses commandc/11en' s.
Qll'ainqi, c:.'e,::;j, par la. foi jointe aux Œl1vrCS {le
la c!lnril l\ (ple l'ou est introduit (1an,;;; 10 Royan.
me eélestc.
J'ai compris qne tous hommes sout frères
-42­
et enfants d'un même Dieu, et que 10 salut CtLr­
nel n'attendait pas f)iJuloment ceux qui sont
éclairés, mais quo les œu\TeS do la charité, sui·
vant !a conscience, sl1ffisl1:cllt la Il i 'l:ricol'de
Divine, (Plû ceux-n, qui nvail'llt!n ;1 <-ô llans
la monde uaturc], suivant leur (;011SciL:lll;e,ûtaiellt
éclairés SUl' les vrais de Li, Foi, Ù,lllS IL: llloudc
spirituel, et pouvaient être introduits ù,ws les
cieux angéliques par cef) vl'a-is.
Pourql1oi le SCllS spirittlül est l'esté si long­
temps caché aux yunx l1n ltlOuc1e.
Pourquoi la Petrole tlaDs la Huée, c'est-iL-dirü
claus son sons naturül, 110 s est JllOutr:'u que de
nos jours dans l0111 0 Sel g-loire, c'c.:St.;l dire llaUS
son seus spirituel. (MATJ] J IX Xx.r V, - M,\.ue
XIII, - Luc XXI, - ,JlUX A]iIJ(;(ll,)
C'est que l'infestaliond111nalct du faux,dans
l'Univers, était anivél. il son comb e, l t (lue l'é­
ta,t de la s00iété était dans Ra 1DaLmité ]Jour la
révélation des sublimes vérités spÏl'ituelles.
En nu mot, mes enfauts, je Sll'S chrétien par
conv clion profonùe, et cette conviction 1:3'<1 été
donnée par J'étmle lle h Hévélation an Sl:ns sf'i.
l'icnel de la Parole, et de hL l"octriDCo Llu la nou­
velle ,Jérllsal"llJ, lilti ost Je CUllrUlJ!ielIJcrJt, tic
tOllÜ:'S ]"S Eglisl)s; c.1ucLl'Ïlw qui nous cllseigne,
que le seul C!Jl'lIlÏu du ciul l'st L1III OU1- de Diell
et (loi Pr'1cbaill, ct qllo e'est, par les u..'llvr·s de
la charité, joint! s à la foi on ,Tésils-Cltrist notre
senl Créateur, EéJemptcnr et que
nou::) obtiendrons la vie étol'llelle,
-43-
Q
•. . J ' 11 l' 1" l' l'
li nOSI, a mort etcrnu e l'ti l nleI' ..
:JJon l)ut II'e:,;l pa::> clc' YUU::, ,10Ul1Cl' ICI
tOlltes Jes ]ll'i)\l\'us qui Ill'ont (;ol!,illit ;, cett,e
C['oyallcv; JiU;, du Vuus il1lliqUèl' Il ;l)dl,:e Ol!
.,. ., . . 'J
.1 <lI pUlse, en \'Oll::i b,Isalit GI)llllultru ':i '.; U:l-
Liub de la, véJ'lt,lble ,Eu'lise do .r ;
û
eeUe d')(;11'irw Vllre, ua,ns SOlI l'SSellC:C, V011:5 lm-
:-;eigJlCI'H tuns les duvoü':::; (le b "il' spil'ilJuollc,
JllOl'à]e et ei\'ik ; vons ponrreL; VOUti c:ol1\',Lincfe,
on l'étudiant, cOlllLien e8t illfillie la lJüllt6 de
Diou, qui ne vent (lue lloil'c honhl'Ill' ,. clJllJbien
esL iutiui0 sa miséricorde qlli 1iOil :00H10-
lllent snI' les b011S, mais SIIl' llll'chants ;
eOlllbiol1 (·st donee SèL loi, qui tnlllc d'UlIJOlli'
t t d ' charité; ello vons la tolé-
J :.Luce, la lilansuétudo, \,on:::; iusjJ"irE'nt let rési·
gurdion el vous Jonllerala convidioll quo l'ien
de ma.l ne peut venir ae Celni qui est la di\'ino
pCTfection même; [[ue si le ma] existe, c't'st. UliO
lléecssité', p:n' Jl 'T'lTli;:;"ion llil'int', pOlll'
12 l>lIt m{;ITll' (fllL' s'<':O::1. propOi'é Diel!, dan:;; son
n1110111' ilJfilli, lu l)l)llhem' d'lin l'tre libre c;1jlauJe
de s'éJo\'C)l' }Jill' la vers la
perfection illfinio de son itHJO\U divill. - VOU3
pourrel'i \' O\1S LO Uvai ncl'C, (jt Il' :,c{llellLCIl t eu
,wcollqJlis:,ant sa loi, Iple \'CHIS pOlllTCZ assurer
vot,J'() bOllhenr tcrrcsi 1'(' ct "ons pl l'pnl'er pour
hL YÏe cl ]a f licité aIL nom de
votro ai'feetiou ct de votre respect pOUl' !llui,
que je VOliS prie de vous illSt\'<lil'l' de ('cs divilles
sai;.; (t\la clans J(' 111(>11(1(', on (,ol1"i-
dèrp COlllme nn droit, pOil!' hl r<']'(', d't',j0H'l' 130:-
enfants lhn:" sa croYfllIC(" :t l'iige ott VOllS
êtes, :i0 11e VUllX, ou aucune f Ut,: 011, ([SUL' de mon
autol'it6 paternelle ;-de ffitIile <luC Djeu Yout
;,...-.44­
nn cœur lib1',o nn HlllOllr yolontairt', jP- apman.
dl' (Ille ce s01t,hbrrl11l'nL ct ?v(,C' conviction qno
\"0115 embraSSIez la doctrmo (k l'Eglise fl11i
poss\\d? ma 11 Sqll E'S ici, jo
YOtlS 31ülcves dans les pr11lClpos do la loi ma.
J'ale ct t;ivile; je vons.11 ellscig'né les lois (le
l'IlOllnellI', do cet qui,;l l'lWlll'8 ac­
111(·11(', an défaut de la Foi, est le Sè!J1 Pulladinm
(Ir, la, : " Fuis co sne dois (\t]Y;l.'nllC guo
" 't' l'
ponna, a e e ma ( C\'lsn un YO\15 tnlllSJlldlnnt,
taclH', 10 nom quo j',lj 1'C:l:n cle mes 3l1cC:tl'eS,
et 011 n,us ordonnant dl' le Lr:mS1JletÜ'l' de
même, sans tacho, à vos enfant:::, =\lnis ces 1)1'in­
ciprs, je le SCllS, v8l'iül', snivfl.nt
l'ôtat. (lcs civiles, sont SouVlnt p-ntac1l6s
des errelll's do c1('s pellpl os, et ne 8011t
hons qnc ponr maintenir les na! iOllS partiel!­
lil'l'C'S (lnns de certaines limites de droit llatlll'L'l.
La loi du Seigneur sü1
1
1c, est univl'l'cicllL', d:'lns
elle est compris, tout deyoir f'.Jlil'iLl1d, tout dc­
voir social, 11101'81 ft polit:CJ.uc de t 0\\5 les PC\1­
pIes cntr'el1x 1! C'est 1a loi <10 l'Elcl'l:itù ! !
Elle Be r6:-:iumo pour nOns, cn ee lllOllllc, ft
senl et simple précepte: " ::; e L:itcs P[1::; nu­
trui eo que vons ne vOLl<hicz pas qui \"0\15 fi'll
fait II yons mt:mc. "rH flYilJl!i COllstammollt
sous les VC11X ct clal1:> 10 cc!.'\1']', ecUf.' suhlime loi
do 1\tll\·prsc11c, t.ontes leJations
ql1clconqncs :wcc lu 11)'0('11<1i11, yon:" (tl';-> ceI'­
1:1ÏllS de {aire 1a volouté lIll C'est la
se11lo loi que le yen;\. m'imposOI>11 Jnui-1lll:Il1ü, ot
Ri Ina n't'st p:1:) trop gmncle, si je puis
811ilTO ce cllCtJlin, (pli comlnit an cie1,j'irui \'ons
attn\drc l1ans 10 sein de notre célestc;
obéis::;e;(. (lonc à cotte: loi, clJ::;üi,c.;'l1cz-la :1 \"0::\
cendantR, et 'lue nOB générntiolls, s\tngme'lltaut
,4'
t:L '"
MONSEIGNEUR
-;."•..
l'fA URICE.
IKPRlMEll.IE DE L. CHANNELL, RUE
-

offrant à mes amis ma correspondance àveC l'Evêque de
Port-Louifl, dam, l'espoir d'éveiller leur réflexion sur le point le
plus important de la vie humaine, la Religion, j'ai cru devoir
• faire précéder cette publication d'un extrait des œuvres d'lm des
le plus remarquables de ce sièclp, (Ed. Richer), qui aient
écrit sur la doctrine de la NollveI1e J érllsalmn, et qui aient com­
menté les Révébtions de cet homme extraordinaire, Emmanuel
Swedenborg, d:mt tant de parlent, sans avoir cepen­
dant la. plus petite notion, Eoit de !;es ouvrages, soit de sa vie
et de sa mission. A ce coup d'œil jeté sur le rapport de la Re­
ligion avec l'orgallisution sociale, j':j cru devoir ajouter une ex­
pression ch l'aspiration verf. le l\lolldc Immatériel, d'uw' f
, -, , • 1 , 1 7'.' '1 T' • •
penetreu QèS vtnt€s Ge a hOUYd (' iJI."péllsatlOn.
"
EXTRAIT DES ŒUVRES D'EDOUAUD lUCHER, SUR LA
NOUVELLE JÉRUSALEM,
DEUXIÈME PARTIE, TOME
C/lapitre NeUV1·ème.
DE L'ORGANISATION SOCIALE.
Conduisez d'en haut les ouvrages de nos mains.
(Pe. LXXXIX. V. 17.)
La plus vaste, comme la plus nécessaire, de toutes les applications de
la nouvelle doctrine est celle qui a rour objet l'organisation sociale. Si
la. Religion était sans influence sur le sort des hommes, elle ne serait pas
le gouvernement de la Providence, gouverncmcnt général aussi bien que
particulier, et qui embrasse à la fois les détails de la vie de l'individu et
les faits de la société.
Après avoir montré comment la doctrine nouvelle répand à toutes les
exigences de la morale privée, nous devons prouver qu'elle satisfait éga.­
lement à tous les besoins de la morale publique ; avoir fait voir
qu'elle peut offrir le livre où l'enfance puisera ses premières leçons, nous
devons donner la preuve qu'elle peut fournir le code où l'âge mûr trouve
ses enseignemens véritables; enfin, après avoir donné le lait aux faibles,
la nouvelle doctrine, comme la religion, doit présenter le pain des forts,
Dans le nouvel état de choses qui se manifeste clairement aujourd'hui,'"
on sent que l'organisation sociale ne dépellll plus d'une constitution po·
litique plus ou moins hahilement conçue. Toutes ces constitutions. qui
se sont rapideinent succédé en Europe, et surtout en France, depuis qua­
rante ims, n'étaient vraiment que l'expression des besoins du moment,
ou plus souvent encore, des droits aùmis provisoirement, faute de prin­
cipes véritables. Personne n'a compris, jusqu'à présent, que l'espèce
humaine entière était entraînée vers un nouvel ordre plus vaste que les
41 Ceci était publié en 1835.
conceptions étroites de ln politique nationale. Le règne ùes vmies supé­
riorités est venu; et, pOUl' consolider ce règne, il faut, non de.
lois politiques et civiles, mais nussi d'es institutions religieuses en har­
, monie avec les lumières croissantes, avec les sentiments sympathiques
qui unissent tous les peuples dans une même opinion. A l'opinion émi­
nemment libérale de la race humaine, il faut une doctrine religieuse
également libérale. Les changements survenus dans le sort de l'espèce
humaine, exigent une doctrine en rapport avec les nombreux besoins de
la société.
• • , •••••••••••• , ••••••••••• 1 • • •• • ••• •••••••••••• 1 • , •••••••
,.' " fI ••••••••••••• •.•••••• " •••• " •• " •••• •••••••••• , •••• fI'
L'homme ne saurait se passer de religion, et néanmoins les anciennes
doct:ines n'ont plus aujomd'hui d'asile Ùans la conviction. Le senti­
ment religieux commence-t-il il se réveiller dans nos cœurs, nous
chons d'abord, et par un respect indécis, à lui donner pour aliments, la
foi naïve de nos pères, et, apTès de vaines tpntatives, notre entendement
rebuté en revient à ne plus rien croira. NOlis croyons par sentiment;
mais quand la réflexion arrÏ\'e pour régulariser cette foi, nous devenons
aussitôt incrédules. Notre religion n'est le plus souvent qu'une sorte de
poésie vague qui ne peut soutenir l'examen; c'est un souvenir du
qui ne peut s'accommoder a\'cc les réalités du présent. L'espèce hu­
maine a changé en vertu de sa loi ùe liberté, et les anciennes doctrines
sont relltées stationnaires. Les ministres des cultes qui se sont arrêtés,
sont au milieu de la génération instruite qui les écoute SOIlS les compren­
dre, comme des étrangers venus de régions éloignées. Ils croient que
la foule est avec eux, s'ils ont des auditeurs ignorants; mais ceux qui
ne le sont pas leur ont échappé depuis longtems. Le livre qu'ils nous
donnent pour la loi universelle, ct qui pour nons, l'est Téellement, est
pour eux un hiéroglyphe qui, depuis Moïse jusqu'à Jésus-Christ, et de­
puis Jésus-Christ jusqu'à nous, gnrdc à leur égard les secrets qu'on lui Il
confiés.
L'Europe ne l)t\ut rester dans un tel état de c\I050S. Portée \'ers la
tolérance et la charité cl1ré.tiellnes, elle perséYère néanmoins dans l'igno­
rance ou dans le mépris absolu des dogmes. Un chmlgement religieux
est urgent. Ce que notre siècle attend par-dessus tout, c!est un Chris­
tianisme 110n inventé, mais adopté par la raison, qui mette en repos
intelligences inquiètes. Ou veut une Teligion en harmonie avec l'état
de la société, et qui marche avec la raison, loin de l'exclure de son do­
maine; une religion qui réponde à l'érudition incrédule, à. la science
matérialiste, au spiritualisme exclusif, aux prétentions superstitieuses ..
Aucune théorie n'a plus de droit que celle de la Nouvelle
satisfaire à ces justes demandes. Si elle remplit ce but, personne ne
pourra disconvenir qu'elle cicatrise la plaie véritable du corps social, et
qu'elle rend à la société, égarée ou indifférente, le plus grand servicQ
qll'il est au pouvoir de l'homme de rendre jamais à ses semblables.
.A l'Évêque de Port-Low',q, qUI: m'afait parvenir, en réponse d ma profcs­
sian de foi li mes enfants, son Mandement de 185B el le Catéchisme
de Port.Louis, avec cette susc7'iption :­
1: Monseigneur de Port-Louis remercie )10n8ieur EDMOND'
li DE 'CHAZAL d'avoir bien voulu lui cnvoyer son ou,mg'e intitulé Pro.­
1< fcûionde Fm: ; jll'a lu trèS-attenti\'ement.
.....
" Mon8eigneur aussi a rédigé et fait imluimer sa profession de foi
" (illtltulée Cathéchisme de Port-Louis), qui est celle de cents Inil­
. lions dc- chréf'iens, ct il prend la liberté d'olfrir, avec sès respects, un"
" exemplaire de cc petit ouvrage à ,,1. de Chazal, qui ne paraît. pas le
Il connaître. Il y ajf)lltü lm 1\.I.andemcnt qu'il reeommande respectueu­
" sement à l'attention <b M. de Chazal, en le priant de le eroire son très
" humble et dévoué sH\ltenr."
Evêehé de Port-Louüs, QS Décemhre 1857.
RÉPONSE.
St.. Antoiuc, :J Jllnvier 1858.
Monseigneur,
Vous m'imposé'z une ruJe tâcbe, en m'envoyant, en réponse à ma
profession de fOi: ct mes J la vôtre qni, (lites-vous, consiste dans
votre Mandement de 1852 et le do Port-Louis, que
vous avez rédigé et fait imprimer, et est la loi, ajoutez-vous, ùe deux
cents millions do chrétiens. Vous m'engagez à les lire, supposant que je
ne les connais pas; la con séquence naturelle est que si je ne les ap­
prouve pas, je dois VOllS faire part de mes sentimel1s ii. cet égard.
Ne pas vous répondre, ce serail. reconnaître que fai commis un acte
inconsidéré; que la lecture seule des documens que vous m'avez envoyés
a suffi pour me convaincre ùe mon erreur; vous répondre, c'est confesser
ma pensée entièrc. Ma réponse devrait nécessairement être la réfuta­
t.ion consciencieuse, historique, philosophique, morale ct religieuse de
tous les points de doctrine en contradiction u'"ec ce que je considère la
vérité uni(plC; réfutation qui constituerait un ouvrage volumineux, et
dont la conséqucNce serait un développement non moins volumiueux,
dé· toutes les vérnés 'sur'lesquelles est basée ma conviction.
j
.j
..
2
Mais cette conduite serait cn oppositilm direct.e avec le but qUll je
m'ét.ais proposé, en vom faisant pal'\'2nir ma profession de foi. Je Il'ai
·jamais cu le projetinsell!;;é ùe convaincre personne pal' les raisonnemens
émannnt de moi-même, mais d'indiquer la sonrce de la vérité, tlouree à
.laquene j'ai puisé une conviction profonde et raiiionll8e du CLristianisme,
'source divine, provenant de la révélation du sens spirituel de cette Parole
q'ui est la lumière du monde, de l'explicution des prophéties de l'Apoca­
lypse, et de la rl!f\lisation de cetté solennelle de Notre Seigneur,
. dans les écrits des évangélistes, et dans c(;/te manifestation di­
. "ine,par l'Extate d0 St. Jean, qui est le complément de l'Eglise Chré·
tienne. (Ma.thieu XXIV SO-31-Marc XIII 26-Lue XII 40, XXI
principalement le dernier chapitre.)
. «'Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour VOU8 rendre témoignage de
ces choses dans les églises. Je suis le rejeton et la postérité de David,
" l'étoile brillante du matin." (Apoc. XXII 16.)
Le sentiment qui m'a guidé, rn vous envoyant ma profession de foi,
n'est ni une œuvre de vanité mondaine, ni d'intérêt personncl, mais le
même sentiinent de charité qui a fait Je cette profession de foi une œuvre
de conscience mes enfants. Nous ne ;;üml11es entre les mains de
la Providence que les instrnmens de la volon té di \'llle ; la Providence
Divine n'a qu'une fin: c'est la formation d'un ciel angélique provenant
du gElnre humain; ses voies sont et infinies, mais SOIl but
est unique. Souvent les choses les plus inl1mes en apparence sont cnuse
des plus gran(ls évènemens, La vérité est le J1amhen a qui duit guider
l'humanité vers cette régénération, par seule, l'homme, sép:né
par sa chute du unique <.le toutes choses, peut reutrer dans son
état d'intégrité, et rcwmir il cctte fin pour laquelle il n été créé.
La vérité peut, pendant un tems, ètre obscurcie; mais, plus radieuse ello
l'ep<lraît ùans le monde pour dissiper ks téllèblCS qui enveloppent l'cs­
prit humain; ltnôbres qui B'oppo,sent Ù l'nccomplisscmcnt lle let volonté
divilJe, mais qui disparaissent ù l'éclat de la S<lgcsse diviné révélée; car
Dieu, dans sa misélicorcle infinie, n'abandonne jamais l'œuvre de son
amour. ùes siècles passés en fait fui; après l'idolâtrie, qui a
suivi l'établissement de la loi de Moïse, la conversion à. la foi chrétienne.
de St. Paul, qui fut nn ùes persécuteurs les plus acharnés des premiers
chrétiens, est une des preuves manifestes des voies impénétrables de
la Diville Providence. Hien donc ne seHI1t moins ét0l1llant que de voir
l'un des hauts dignitaires de l'Eglise Ilomainc, dont l'intolérance exces­
llive résulte de sa doctrine erronée, reconnaître, après examen, le signe
visible de Dieu ùans la dernière )'éYélation, qui montre ouvert aux yeux
des nations ce line resté fermé depuis tant d.e siècles pour l'intelligence
....
3
humaine; reconnllître que l'Eglise du Seigneur n'est pas dans tel ou
culte particulier, mais dans ce sanctuaire du _qU!_ eS,t la
conscience intime de l'homme, et que la Religioll est l'œuvre de la vie
humaine;' reconnaître que la charité c'est la vie, Iafoi è'est.
l'intelligence éclairée, J,e Christianisme, chancelant par manque de
viction ou de foi réelle, c!'crclIe partout la preuve de la divinité de
origine; on étudie toutes re1:rgions du globe; les missions
pénètrent nn fond des contrées les plus l()iataines, réunissant ces
"es, pal' la concordanec de tautes les croyances "mêmes da;
la révélation, car il n'r:>t plus possible d'en douter, la loi divine fut rêvé •.
lée pour l'univers entier; partout on en retom"e les traces ,r '" : -­
" "
Ces preuves, vous les trOU\TreZ en enl'icr, lumincuses-, incontestll - •
dans la révélation du sens spirituel de3 Saintes Ecritures, pal' Em ,
Swedenborg, l'inspiré, l'envoyé du Seigneur. Par ses (ou Ex.-.
tnses, mode unique et (li vin ùe commullication, depuis la l'hom-,",
me, entre le monde spirituel ct le monde natmel, IJom la révélation des
vérités nécessaires à l'humanité) par ses visions, vous aurez l'explication
de toutes les visions des prop:'ètes qui l'ont précédé, et la clé de ce
langage sacré, symbolique, sous lequel étaient restées cachées, Jusqu'au
jOl1l' où le Seigneur a jugé conv:mablc de les divulguer, ces vérités cé­
r
lestes et éternelles qui font le divin des Saintes Ecritures. Plus de
;.
doute possible! .. l'incrédulité, le naturalisme, l'idolâtrie, l'athéisme,
conséquences des fausses interprétations humaines du sens naturel de la
Parole, disparaissent confondues devant la majesté de la vérité révélée! 1
L'Esprit humain, pénétré do l'éclat de la sagesse divine, ne peut plus
qu'embrasser avec ardeur ct conviction la loi, d'amour et de charité!!
Loin de moi la pensée de vouloir entrer dans une lutte stérile d'opi­
nion religieuse; vous m'avez envoyé avec conviction votre :Manùement
et votre Catéchistne, je suis tenu, dar.s la sincérité de mon cœur, de vous
• En e-fFet, dans toutes les du monde, o·n ret.rou'I'e la reconnaissante d'un
Dieu j la croyance à llne vie spiritllo':1e, la croyance dn principe de la chûte de l'hom­
me ou de la pE1rte de Iii conditi011 primitive de l'hnntanité; on retrouve la croyance ll.
la prümesee d'un ou d'un·, èl"lJ nouvelle de rébabilitation, enfin un retour
l'Agil d'or, état primitif de l'humanité d'ans intégrité.
Ces croyances, résuHnnt de la ré'l'"'élat:on de }' Ancienno Paroll', donnée au moude
la loi de MoÏiie, maid devenues confuses dans la plllpart des religions, ne sont
clau'es et. précislls quo dans la N ouveile P<lrole, 011 loi chrétienne, et définitivement
par la révélation du sens spirituel des Saintes Ecritures.
c'est la révélation du pl'incipe 4e l'ordre divin de création j sorti
du p\incipe Il,nique rIe tou.tes ,choses.. tout,doit y ren.trel:, pour être daps l'ordre; l'or­
dre c est le bIen et le vraI, c est DIeu meme j la negatlon de l'ordre est le mal et le
faux,
Philosophiquement, c'est le principe du social. (Voir les œuvres d'Ed, Ri.
cher IUT la Nouvelle Jénualem,)
.. ..
fh:tre coimaître ma pensée in time. J'éprouve, cepend:ant, à le faire une­
certaine.répllgnaIlce, car je ne puis ouhlicr quc j'ai reçu dE'l'Eglise Ro..
maine le baptênw, c'est-tl-dire, l'initiation à. la i:lociété chrétienne et l'en­
.seignenwnt des premières notions de moralité de la vic chrétienne; l'ex­
pression du blâme est tOlljours péniblè, mais puisqu'il le (,lut, je vous
confesse donc que l'enseignement que contient votre Catéchisme est
contradict.ion flagrante avec presque tous les dogmes fondamentaux du
vrai Christianisme; non seulement dans son interprétation ùu sens )Ht-·
turel de la P<trole, cc qui était inévitable, par permission divine, comme
conséquence de l'cxerciét) du libre arbître de l'humanité; maiseet en-'
seignement est en contradietion en beaucoup d'enùroits avec le texte
même des dn.ns les parties les plus évidentes de la h,ttre ! !
Pour n'en que denx exemples, .... otre Catéchisme enseigne: "Une
Trinité de trois personnes distinctes ùe toute éternité, ne f[lisant pourtant
qu'un seul Dien (ce qui cepenùant fait trois Dieux), tandis qu'il n'est
fait mention nulle part dans les Ecritures de trois personne"!, mais d'uné
seule personne qui est Notre Seigneur Jésns-Christ" en qui habite corpo­
rellement toute la plénitude de la Divinité!" (Pn.ul aux Col. II 9.) En
outre que: "llfan'e est toujours demeurée 'Cierge avant et (/jJ1'ès son enfan­
tement et toute sa vie," tandis que St. :\Iathieu déelarc fOrllll'llement, chap.
l, que Joseph ne la connut pas jusqu'à ce qu'elle eût
mùr né," ct que les évangéli<;!es font en ùivers endroits mention des.
frères et sœurs de Jésus; entr'autrcs (Mathieu XIII 55·56, XII 46,
Jean VII 3 li. 7, :\I<trc III 31 à 35, etc.)
. La virginité de la mère ùe Jésus est une prCllVle manifeste de l'origine
diyine de la conception, et est un' emblème de la pureté de la doctrine
qui doit résulter de la naissance du Sauveur; ll1G.is elle n'est plus néCES­
saire après la naissance pour le mystère ùe l'il1cal'llationj puisque, par la
transfiguration ct la glorification, le Seigneur a dépouillé tout l'humain
qu'il tenait de sa mère et a rendu cet humain Divin! !. .
Ces deux dogmes, pour ai;s( fondamentallx de l'Eglise RomûiiÊÇ
sur la divinité du Seigneur et le mystère de l'incarnation, donnent la
mesure de ce que doivent être les principes doctrinaux qui découlent
d'une erreur aUGsi manifeste; l'erreur enfante l'erreur, et il est fllcile de
s'expliquer, commq1t tant d'erreurs accnmulées dans la doctrine Ro-'
maine, ont puamcùer le doute et l'incréùulité chez presque tous ceux
qui ont voulu chercher, par la laison, la conviction dES dogmes enseignés
par l'autorité humaine qui prétenù, O1:gueilleusement, se substituer à la
Puissance Divine. L'âme inquiète et troublée par cet qua'.
rép!ouve la raison et qui ne satisfait pas le cœur, reste comme anéantie
dàtlS une 'affreuse, attendant cette fin' du monde, imposslUe,
5
puisque ce serait la destruction de l'œuvre Divine, contrairement à la })1'_ •.
llleS5c solennelle du Tout-Puissant, répétée dans tous les âges; atten:
dant cette résurrection, qui devient sous cct enseignement monstrueux,.
,la réunion de l'âme aYec les débri;; de la matière, depuis des siècles rendue
à la poussière dont elle était sortie!! La vie spirituelle, cette immortalité,..
,récompense de l'âme, apr&" l'exercice 'ùu libre arùitrc de l'homme dans
la vie matérielle, pour déterminer sa qualité éternelle, cet te immortalité;
le plus beau privilége de l'être créé à l'image ct. à la ressemblance de
s,on créateur, né devient plus qu'une croyance confuse d'une existence
dont on ne peut plus comprendre ni la nature, ni la fin dernière; cro­
yance qui fait outrage ù la. sagesse divine!!! Il. ne peut en résulter quo
la superstition ou le cloute; la superstition enfante le ..fanatisme: le
doute amène l'incrédulité, l'athéïsme ou l'hypocrisie'!, C'est. l'histoire
du genre humain sous l'influence des doctrines erronées de toutes les
croyance6 actuelles;
Il est impossible à la raison humaine d'admettre cette fiction de trans-,
mission héréditaire du Pouvoir Divin entre les mains de ceux qui pré­
tendent à l'héritage exclusif de St. Pierre, Il est imposslble ùe voir
dans cet héritage, par la fausse iilterprétation de la lettre incomprise,
cette substitution saerilége ct monstrueuse de l'autorité humaine à la
Puissance DiYine, en face de la déclaration solennelle des Saintes E e i ' i ~ '
turcs, que" le Seigneur seul a tout pouvoir Slll' la terre ct dans le ciel,
" que lui seul sonde les cœurs et les l'oins, que lui seul a les defsd0 l'a:
" bime, que lui seul est le chemin, la vérité et la vie!! que sans lui nous
" ne pouvons rien faire; que lui senl est la porte de la bergerie, que qui­
., conque entre par lui sera sauvé, mais que quiconque monte par un
" autre endroit est un voleur et un larron! l! etc., etc."
Je m'arrête; l'épée ùe véIité détruirait l'un après l'autre, dans leur
base, la plupart des articles de foi contenus dans votre Catéchisme, et ne
laisserait debout que cette faible partie du sentiment du bien, iusité dans
l'intime de tout homme, et que Dieu dans sa miséricorde infinie laisse
subsister jusqu'à la dernière heure, et qui ne disparaît définitivement
que dans le monde spirituel, où, selon Ce qU'f)nseigne l'Eoritlll:e: "A
celui qui a, il lui sera donné davantage, mais à celui qui n'a pas, même
le peu qu'il a lui sera ôté"! ••
Deux cents millions de chrétiens, dites-vous, attestent que la doctrine
de l'Eglise Romaine eSt lavérité, et ce .chiffre, semblez vous dire, doit
suffire pour prouver que la nouvelle révélation; qui ne compte encore
qu'un nombre resh'eint de disCiples, ne péut prétendre à être le flambeau
qui doit éclairerl'humanité 1...
' .• . 1.'
Si la vérité s'établissait
..
par de semblables
je Pavonerais, il faudrait désespérer de la voÏr jamais se répan.
w parmi les hommes; il faudrait renoncer à l'espérance du rêgne de
Dieu sur la terre; mais, heureusement qu'il n'en est palS ainsi; l'histoire
sainte nous ensciglle qu'une nouvelle église n'a jamais été instamée
sur la terre, que lorsque les fiLUssetés étaient le plus généralement répan­
dues, et que la loi divine était toujours révélée à un nombre restreint
chargés de la propnger ; c'est ainsi que la première Eglise Clué­
'.' tienne clIc-même, dont Rome prétend seule conserver la trndition, n
compté bien peu d'adeptes lors de sa fondation; propagateurs du Chris-'
tianisme dans sa pureté primitive, les douze apôtres, comme uuracher
que ne peuvènt u'Dnttre les vagues écumantes de l'idolâtrie, sont une
preuve manifeste que la majorité humaine n'est rieu quand il s'agit de
vérité divine !!I
. ,
D'un autre côté, votre mode d'argumentation tendrait au contraire à
prouvcr,par la m.ajorité !/.ltmaùw, que l'idolâtrie tIen'ait être la fin der­
nière tIe l'humanité, même après dix-huit siècles de Christianisme!! car
si ce chiffre de 200 millions de Catholiques Romains est exact, on peut
évaluer, avec raison, le nombre de chrétiens sur notre terre, à 4 ou 500
millions tout an P1.us, en y comprenant ies chrétiens des Eglises grecques
et réformées, ct certes ce chiffre est cl peine le cinquième ou le quart du
nombre total cIe tous les hahitants de notre globe, dont la majorité est
idolâtre! !! triste conséquence d'ulle argumentation plus triste encore! !
VOliS voyez, ajoutez-vous, dans les soufFrances du clIff <le l'Eglise Ro­
maine actuelle, une marque de l'amour de Dieu, ct dans 'les révolutions
qui ont anéanti sa puissance temporelle, la p,etlYe de la pro­
tection de la Divine Providence!! Cet état de même, cependant
est la preuve incontestable, que l'Esprit de Dieu S'Est retiré de Rome,
dont la décadence est évidente. Omnipulente au moyen âge, faisant
trembler ICI;! monarques et les peuples sous sa vergE: de fer, Rome n'est
plus aujourd'hui qu'nn simulacre de puissance, et le Souverain Pontife,
lui-même, ne peut plus être maintenu daus ses Etats que par les baÏcHl­
nettes étrangères, par la force matérielle substituée à la force morale !!
ainsi que sa puissance temporelle, sa puissance spirituelle a décliné plus
cncore; et l'excommunication, cette ultima ratio de l'Eglise Romaine
qui faisait courber toutes les têtes sous un pouvoir monstrueux et sacri·
lège, n'est plus aujourd'hui 'qu'une vaine menace, et le signe de l'agonie
d'une institution humaine qui a fait son tems. C'est que la vérité s'est
fait jour, la lumièl'e divine a éclairé le monde; chacun sent qu'en soi­
même,réside ra récompense ou la punition dans l'éternité,d'une existence
bien ou mal employée; chacun sent que le pouvoir temporel peut refu­
ser le ministère de la Religion, telle qu'elle est comprise, à ceux qu'il lui
',.
,
....
plaît d'excommunier, sant! qu'il en ..J.mlte pour CIIX aucun dommage
rituel; chacun sent qu'] n'est donné à aucun pouvoir humain de romprè
ou de rétablir à son gré, le lien spirituel qui doit exister entre la créature
et son créateur, conditions d'existence éternelle dont la Divinité seule est
l'arbitre souverain.
Enfin l'on peut àira avec justice, que la substitution sacrilège de"
l'autorité humaine à la puissance divine, disparaît devant la vérité di­
vine; que la doctrine romaine s'éteint cl. mesure que s'éclaire l'esprit hu·'
main; que parmi ce nomol'e cousiùérable d'initiés à l'Eglise Romaine".
bien peu sont fervents croyants, car une sincère par"c{)Jlviction'
profollde, ne s'acquiert que par la satisfaction entière de l'intelligence'
et du cœur: La raison humaine, guidée pal' la divine providence ne
peut plus faire consister, dans de vaines cérémonies extérieures, le vrai
culte de Dien; mais d'luS les œuvres d'nne vie guidée pàr une foi inté-'
l'ieure et puissante. Ce Bont les œuvres qni funt l'homme han ou
mauv'ais';' de son libre arbitre seul dépenù sa deSlinél' éternelle, sui­
yant qu'il s'est rapproché ou qu'il s'est. éloigné du Srigneur, source
unique de tout bien ct de toute vel'ité. Le pouvoir humain, qui prétend
s'interposer entre lé'. créature et son créateur, est une fiction monstrueuse
que la raison hnmaino ne peut plus accepter.
Telle est ma conf<Jssion, sineère et complète: j'ai pu peut·être,
Sel' en vous, un ordre d'idées sanctionnées pal' l'erreur commune des siè­
passés; mait mon CXCUS() sera, qu'en [,tce de Dieu et de l'Eternité qui nous
attenù, il ne m'est. pas permis, pour des consiùérat.ion,; sociales, de faire
outlage à la vérité en vous la confessant autrcment que ma conscience
ne la percevait. Puisse la miséricorde infinie, cle celui qui tient entre ses
mains. toutes nos- destinées, ne pas être sourd il la prière qne je lui adresse,
de vous inspirer, ù vous ùont la parole éloquente pourmit uvoir tant de
retentissement, parmi le troupeau confié ùvos soins, le désir et la volon­
té de frapper à cette porte, toujours prête il s'ouvrir, devant celui qu'a­
nime un sincère amour du bien.
J'ai l'honneur d'être, avec le plus profond resp(;ct,
De ,'otre Grandeur,
Le très humble ct obéissant serviteur,
Signé: EDMOND DE CHAZAL.
6 mon Seigneur et mon Dieu, toi dont la toute pui&sance m'environne,
toi dont l'amour infini nous anime, toi dont la sagesse infinie nous éclaire
et dont la miséricorde infinie nous soutient, qne ton nom soit sanctifié
à.. la révélation de ta grandeur et ùe ta bonté infinies, mon âme remplie
d'espérance, entrevoit co règne d'amour et de justice promis aux nations
sorties de ton sein, 'mais ô mon Seigneur, ma faiblesse est si grande que
je n1e sens ébloui de tant de munificience, et dans l'impuissance de notre
nature, j'ai douté par fois que ta volonté puisse être accomplie; soutiens
mon âme défaillante, écarte de mon esprit cette corruption qui retient
mon essor vers toi, ô mon Dieu, et au milieu des iniquités qui m'envi·
ronnent, raffermis ma croyance en l'accomplissement, de ta promesse so­
10mnolle.
Peuples et nations de l'univers matériel, et vous anges du ciel que la
miséricorde infinie a déjà nSllnis, ùepuis les siècles passés, avec tant de
peine, dans cette divine sphère d'amour et de sagesse, d'où l'influx a pu
seul guider notre libre arbitre ici bas, réjouissez-vous et tressaillez
gresse !! malgré les erreurs et les turpitudes humaines la volonté de Dieu
s'accomplit! Nüus conduisant jour par jour, heure par heure, par ta
main puissante, à travers les siècles d'ignorance ct dl:' mée'lar:ceté, tu
nous a fait atteindre, û mon Dieu, cette ère nouvelle promise depuis le
commencement! L'heure est venue 1. .. Salut esprit de vérité, qui doit
lious guider vers ee nouveau ciel et cette nouvelle terre, que ta bonté infi­
nie réservait à J'humanité
Depuis que j'ai entrevu ta sagesse, ô mon Seigneur et mOn Dieu, de­
puis que j'ai compris cette bonté infinie, qui t'a fait descendre jusqu'à
nous, pour nous enseigner b route qui conduis vers toi, depuis que j'ai
compris cette abnégation inimitable, q\li t'a fait te revêtir de notn enve­
loppe humaine pour nl)us apprendre, que c'est par la régénération seule;
que nous pouvons nous élever vers toi, je sens en moi un sentiment in­
définissable de bonheur, de penser que moi misérable atome, je puis
aussi par ma propre volonté, espérer devenir ton image ct ta ressem­
blance; ma pitié et mon dédain, pour tous ces êtres abjects qui comme
dans leur ignoranèe, sacrifiaient une existence qui t'appartenait,
aux vaines jouissances de soi-même, ma et mon dédain se changent
pour eux en un respect l'iacré pour cette œuvre de ton amour; je ne vois
plus en eux des êtres passagers, avec lesquels je dois être toujours en
guerre ouverte et constante, pour de misérables intérêts temporels, mais
des formes qui peuvent réfléter les ra)'ons de ta sagesse et de ton amour,
"
'r •
9
je ne \'lllS pIns en eux que tlcs frères issus d'un même père et que je pni:\
retrouver dans ton sein, après cette épreuve terrible de la vic matériellu.
Qu'il t'a fallu de mansuétude et de miséricorde, ô mon Dieu, pour par-
donner à tant d'erreurs et de turpitudes, conbien est infinie ta Providence
qui a pu faire tourner, an profit de l'humanité, ces faut.es et ces
même de cette humanité rebelle, pour atteindre le but de ton amour! !
ô Seigneur, enseigne moi à pardonner, ear je le seus, la, tolérance et le,
pardon sont le premier pas vers cetfe sagesse pal' seule je puitt
espérer t'imiter.
Je veux te suivre, ô mon Seigneur; détourne moi de moi-même, dé·
tourne m<?i de cet égoïsme qui fait mon tourment et l'enfer de mon exis-
tence, et qui me fait oublier que je ne puis rien que par toi. Inspire moi
cette foi en ta sagesse qui doit m'éclairer, anime mon cœur de cette eha-
rité qui doit remplir ma vie pour pouvoir te ressembler; donne-moi la
force et le courage de glorifier ton nom, de proclamer ta justice et ta mi-
séricorde; guide ma pensée, conduis ma vie, et que dans mon existence
laborieuse sur cette terre, par la fidélité, la justice ct la sincérité dans
tous mes actes envers toi, ô mon Seigneur, et envers mes semblables, je
puisse espérer continuer de vivre étel'llellement dans ton sein, en suivant
ta loi d'amour, après avoir dépouillé mon enveloppe mortelle. Amen!
.'.0.'.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful