You are on page 1of 9

Dossier ressource

TD Agrafeuse
CI.1

Sciences de l’ingénieur
Architecture fonctionnelle
AF3

CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 1/9

Objectif :
Acquérir les notions nécessaires à la description de l’architecture d’un système sous
forme de schémas blocs
Identifier les éléments constituant la chaîne d’information et la chaîne d’énergie
Support utilisé :
Machine à graver « PORTIX »
1. Organisation de l’ensemble des fonctions dans un
système (Méthode SADT)

C’est une démarche
d’analyse fonctionnelle
de systèmes complexes.
Cette analyse est
constituée d’une suite
cohérente de
diagrammes.
Le diagramme supérieur
(niveau A-0) représente
la finalité du système
technique.
Chaque diagramme
inférieur définit les sous-
fonctions du système
ainsi que leurs relations.

Niveau A-0
Niveau A0
Niveau A2
A-0
A0
A01
A02
A03
A21
A22
A2

2. Définitions
2.1. Fonction d’un système
Une fonction d’un système est caractérisée par une action sur des matières d’œuvre entrantes
ou entrées.
La fonction définie au niveau A-0 (A moins Zéro) s’appelle fonction globale.



CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 2/9

2.2. Données d’entrée ou matières d’œuvre entrantes
Elles peuvent être de trois types:
Produit (matière)
Energie
Information
2.3. Données de sortie
Ce sont principalement les matières d’œuvre entrantes munies de leur valeur ajoutée
(modifications apportées aux matières d’œuvre entrantes). S’ajoutent à ces matières d’œuvre sortantes:
Des comptes-rendus (d’ordre informationnel)
Des pertes énergétiques et des rebuts
2.4. Contraintes de pilotage ou de commande (données de
contrôle)
Ce sont les paramètres qui déclenchent ou modifient la réalisation d’une fonction.
Il en existe quatre catégories:
C: paramètres de configuration (modes de marche (Automatique/manuel) d’un système
automatisé).
R: paramètres de réglage (sensibilité d’un capteur, position fin de course d’un vérin ...).
E: données d’exploitation ou de consignes de fonctionnement (conditions de marche d’un
système automatisé).
W: mise en énergie et/ou présence de la matière d’œuvre.
Remarque :
Suivant les systèmes étudiés, toutes les contraintes de pilotage ne seront pas présentes
FONCTION DU
SYSTEME
Nom du système (processeur)

Exemple d’actigramme de niveau A-0

CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 3/9

3. Application à une machine de gravure
3.1. Présentation du support de l’étude

Le « PORTIX » est un système permettant la gravure de plaques, et l’usinage de pièces de
petites dimensions.
3.2. Présentation de la partie opérative
L’ensemble est constitué des éléments suivants :
• Un bâti de type portique en stratifié de polyester, jouant le rôle de coffret électrique assurant
une très bonne rigidité de forme pour l’ensemble de la partie opérative, réalisant une
intégration des sous-ensembles (alimentation et commande logique), et induisant une
présentation moderne et conviviale.
• Une table à mouvement croisés suivant deux axes orthogonaux (axe X et Y) dans le plan
horizontal.
• Une broche sur laquelle sont fixés les outils par l’intermédiaire d’un mandrin, animé d’un
mouvement de rotation et de translation verticale (axe Z).
Tous ces éléments sont mis en mouvement par des moteurs pas à pas alimentés en basse
tension (5 V) et de résolution 1.8° entraînant un système vis écrou à billes (pas de la vis 3mm).

CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 4/9

3.3. Représentations fonctionnelles du système
3.3.1. Actigramme de niveau A-0





CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 5/9

3.3.2. Actigramme de niveau A0



CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 6/9

3.3.3. Actigramme de niveau A4



CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 7/9

4. Notion de chaîne d’information
Afin d’aborder l’analyse, l’exploitation et la conception de systèmes de traitement de l’information d’une
grande diversité, la démarche proposée s’appuie sur la notion générique de chaîne d’information,
éventuellement associée à une chaîne d'énergie pour constituer une chaîne d'action.
La chaîne d’information permet :
d’acquérir des informations :
o sur l’état d’un produit ou de l’un de ses éléments (en particulier de la chaîne d’énergie),
o issues d’interfaces homme/machine ou élaborées par d’autres chaînes d’information,
o sur un processus géré par d’autres systèmes (consultation de bases de données,
partage de ressources),
de traiter ces informations
de communiquer les informations générées par le système de traitement pour réaliser
l’assignation des ordres destinés à la chaîne d’énergie ou (et) pour élaborer des messages
destinés aux interfaces homme/machine.


Dans l’exemple précédent, les bloc fonctionnels constituant la chaîne d’information sont les blocs A1,
A2, A3 et A5





CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 8/9

5. Notion de chaîne d’énergie
La chaîne d’énergie, associée à sa commande, assure la réalisation d’une fonction de service dont les
caractéristiques sont spécifiées dans le cahier des charges.
Repérable sur la plupart des produits et systèmes de notre environnement et des milieux industriels,
elle est constituée des fonctions génériques :
Alimenter
Distribuer
Convertir
Transmettre
Ces fonctions contribuent à la réalisation d’une action.
L’action à réaliser impose un flux d’énergie que le système doit transmettre et gérer par sa commande.
Les performances dépendent des caractéristiques des divers constituants.



Dans l’exemple précédent, les bloc fonctionnels constituant la chaîne d’énergie est le bloc A4, puis à un
autre niveau, les blocs A41, A42, A43 et A44.

CI.1- Fonctionnalité, architecture, structure
Architecture fonctionnelle S.S.I. 9/9

6. Architecture fonctionnelle globale