You are on page 1of 22

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
ALGÉRIE-LIBYE
P. 32
P. 32
P. 10
PP. 6-7
P. 3
P
h
.

T
.
 
R
o
u
a
b
a
h
P
h
.

N
a
c
é
r
a

I
.
LA DIVA DE LA CHANSON
ALGÉRIENNE, NORA,
EST DÉCÉDÉE
PROJET DE RÉVI SI ON DE LA CONSTI TUTI ON
ALGÉRIE-ÉTATS-UNIS
Le Président Bouteflika reçoit le
secrétaire américain à l’Énergie
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger le secrétaire américain à
l’Energie, Ernest Moniz. L’audience s’est déroulée en présence du ministre de l’Energie, Youcef
Yousfi. Les Etats-Unis sont l’invité d’honneur de la 47
e
édition de la Foire internationale d’Alger.
Le Premier
ministre reçoit
deux ministres
libyens porteurs
d’un message de
M. Al Thinni
DES DÉBUTS PROMETTEURS
PROGRAMME AADL 2
De nouvelles
convocations
adressées aux
souscripteurs
P. 10
P. 31
P. 17
CORONAVIRUS
Un dispositif d’alerte
et de surveillance
installé
P. 32
LE MINISTRE DE LA
COMMUNICATION REÇOIT
LA PRESSE ACCRÉDITEE
AU MONDIAL
«Soyez les
dignes
ambassadeurs
de votre pays»
Q Lalmas honoré par ses pairs
P. 11
Les compagnies
américaines
intéressées par le
marché algérien
GAZ DE SCHISTE
L’inoubliable
interprète
de Ya Rabbi Sidi
ABDERRAHMANE MEHDAOUI
INVITÉ DU FORUM SPORT
D’EL MOUDJAHID :
« Les Verts peuvent
créer l’exploit »
BACCALAURÉAT 2014
Un tournant
majeur pour
les 657.026
candidats
M
me
BENGHEBRIT DONNE LE COUP D'ENVOI DES ÉPREUVES
LE PREMIER MINISTRE DEVANT LES MEMBRES DE L’APN :
« Le gouvernement ne ménagera aucun effort
pour la concrétisation du plan d’action »
Q ABDELMALEK SELLAL :
« Le gouvernement veut
atteindre l’émergence en
2019 et table sur un rebond
de la croissance »
Q ENQUÊTE SUR L’ASSASSINAT
DES MOINES DE TIBHIRINE
Louh : « Aucun différend
entre l’Algérie et la France »
Q DÉVELOPPEMENT DU RÉSEAU
FERROVIAIRE
Ghoul : Une des priorités
du secteur des transports
Q HABITAT
Le programme quinquennal
2010/2014 lancé à 96%
Q INDUSTRIE
Bouchouareb : Vers
l’introduction de nouvelles
incitations pour
l’investissement
PP. 4-5
P
h
.

A
.
 
H
a
m
m
a
d
i
P
h
.

N
e
s
r
i
n
e

T
.
Quatre rencontres se sont tenues séparément hier avec le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, dans le cadre de la
concertation sur le projet de révision de la Constitution, entamée hier et qui se poursuivra tout au long du mois de juin. Le premier jour des rencontres, qui se
déroulent au siège de la présidence de la République, a vu la présence du président du Conseil national économique et social (Cnes), Mohamed -Seghir Babès, le
président du Haut conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, le président du Mouvement pour l’entente nationale (MEN), Ali Boukhezna, et le sénateur du tiers
présidentiel et personnalité de la wilaya d’Illizi, El-Hadj Ghouma Ibrahim Ben Ghouma.
4 Chaâbane 1436 - Lundi 2 Juin 2014 - N°15145 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
DU 11 AU 14 JUIN AU CENTRE
DES CONVENTIONS MOHAMED-
BENAHMED D’ORAN
7
e
édition du Salon LOGIMMO
La septième édition du Salon du logement et de l’im-
mobilier LOGIMMO se tiendra du 11 au 14 juin au
centre des Conventions Mohamed-Benahmed d’Oran.
Cette manifestation prestigieuse réunira, durant quatre
jours, les professionnels de l’immobilier, dont les pro-
moteurs immobiliers, les bureaux d’études et d’archi-
tecture, les organismes bancaires et financiers...
DEMAIN À 10H AU FORUM
DE LA MÉMOIRE
Hommage à Mohamed Khemisti
Le Forum de la Mémoire en coordination
avec l’association Machaâl Echahid, organise,
demain à 10 heures, une conférence historique
autour du parcours de Mohamed Khemisti, du
mouvement étudiant à la diplomatie dans le
premier gouvernement de l’Algérie indépen-
dante. Cette conférence sera animée par des
compagnons du défunt dans le mouvement
étudiant, en présence de personnalités natio-
nales.
LE 5 JUIN À
14H À L’HÔTEL SAFIR
Association El-Amel :
clôture de l’année
scolaire
L’association El- Amel pour les
handicapés physiques de Bab El-
Oued organise une cérémonie de
clôture de l’année scolaire, le 5 juin
à 14h, à l’hôtel Safir.
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
PLUVIEUX
Lundi 2 Juin 2014
LES 7 ET 8 JUIN À
L’USTHB
1
er
Salon de l’étudiant
Le premier Salon de l’étu-
diant algérien aura lieu les 7
et 8 juin à l’Université des
sciences et de la technologie
Houari-Boumediène, orga-
nisé par l’agence de commu-
nication The Graduate.
Au Nord, le temps sera nuageux avec une
activité pluvio-orageuse, notamment vers les
régions Centre et Est la matinée, s’amélio-
rant progressivement vers les régions Ouest
puis Centre en cours d’après-midi.
Les vents seront modérés 20/40 km/h de
secteurs est à nord-est.
La mer sera agitée.
Sur les régions Sud, le temps sera nuageux
avec orages de l’Extrême sud vers le Nord-
Sahara et les Oasis pouvant occasionner
quelques pluies locales.
Les vents seront modérés à assez forts
vers le Nord-Sahara, avec soulèvements de
sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (18° - 13°), Annaba (19°- 15°), Bé-
char (28° - 15°), Biskra (26° - 17°),
Constantine (17° - 9°), Djelfa (14° - 8°),
Ghardaïa (24° - 15°), Oran (23° - 13°),
Sétif (12 - 7°), Tamanrasset (38°- 26°),
Tlemcen (23° - 12°).
CE MATIN À 9H À L’ENSSP
« Écriture politique et écriture poétique »
L’École nationale supérieure des sciences politiques
organise une journée d’étude intitulée :«Écriture poli-
tique et écriture poétique», ce matin à 9h, au siège de
l’école.
*****************************
CE MATIN À 9H30 À LA SALLE DE
CONFÉRENCES FRANTZ-FANON
Conférence de presse sur
la 7
e
édition du FELIV
Dans le cadre de la 7
e
édition du Festival internatio-
nal de la littérature et du livre de jeunesse (FELIV), qui
se tiendra du 11 au 20 juin à l’esplanade de Riadh El-
Feth, le commissariat du FELIV organise une confé-
rence de presse, ce matin à 9h30, à la salle de confé-
rences Frantz-Fanon, à Riadh El-Feth.
*****************************
MERCREDI 4 JUIN
À 19H À LA SALLE
EL-MOUGAR
2
e
Festival d’Alger du
cinéma maghrébin
La cérémonie d’ouverture
du 2
e
Festival d’Alger du ci-
néma maghrébin aura lieu
mercredi 4 juin à partir de
19h à la salle El-Mougar
avec le film Fadhma N’Sou-
mer, de Belkacem Hadjadj.
*****************************
JUSQU’AU 7 JUIN AU MUSÉE DE LA
MINIATURE ET DE LA CALLIGRAPHIE
Festival international
de la calligraphie
arabe d’Alger
Le Festival international de
la calligraphie arabe d’Alger se
tiendra jusqu’au 7 juin au
Musée de la miniature de l’en-
luminure et de la calligraphie,
palais Mustapha-Pacha, avec la
participation de 22 pays.
AGENDA CULTUREL
AUJOURD’HUI À L’HÔTEL
SHERATON
4
e
Atelier africain d’allergologie
La Société algérienne d’asthmologie, aller-
gologie et immunologie clinique, organise au-
jourd’hui jusqu’ au 14 juin, le quatrième atelier
africain de FMC en allergologie et en immu-
nologie clinique en faveur de 20 médecins de
pays frères et amis d’Afrique.
LES 16, 17 ET 18 JUIN
AU PALAIS DES NATIONS
Assises nationales de la santé
Les Assises nationales de la santé se déroule-
ront les 16, 17 et 18 juin au palais des Nations -
Club-des-Pins.
LES 21 ET 22 JUIN AU CERCLE
MILITAIRE DE BENI MESSOUS
Air Algérie :
réunion annuelle
des représentants
à l’étranger
Air Algérie organise, les
21 et 22 juin, une réunion an-
nuelle de ses représentants et
délégués à l’étranger et en Algérie au Cercle militaire
de Beni Messous.
DEMAIN À 8H30 À L’HÔTEL HILTON
« Les Matinales du CARE »
Le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise, avec le sou-
tien de la Délégation de l’Union européenne en Algérie, organise «Les
Matinales du CARE», demain à l’hôtel Hilton, de 8h30 à 11h30, ayant
pour thème : «Financement de l’économie : rôle des institutions».
SAMEDI 14 JUIN A L’INPED
Assemblée générale de l’ordre des géomètres
Le Conseil régional d’Alger de l’ordre des géomètres experts fonciers
tiendra, samedi 14 juin, une assemblée générale à l’Institut national de
productivité et de développement industriel (INPED) à Boumerdès, à
partir de 9h.
DEMAIN À 11H À L’INSTITUT NATIONAL
SUPÉRIEUR DE MUSIQUE
Conférence sur
le 5
e
Festival national
de la création féminine
Le commissariat du Festival
national de la création féminine,
dont le thème de cette année sera
consacré à notre plat national, le
couscous, sous le slogan
«D’orge et de blé», organise une
conférence de presse, demain à
11h, à l’Institut national supé-
rieur de musique.
LES 4 ET 5 JUIN À BÉJAÏA
Rencontre université/
entreprises-Salon de l’emploi
L’université Abderrahmane-Mira de Béjaïa organise
une «rencontre université/entreprises – Salon de l’em-
ploi sur l’employabilité», les 4 et 5 juin au campus
Aboudaou.
Mobilis célèbre la journée
Internationale de l’Enfance
Mobilis à célébré la
Journée internationale
de l’Enfance en famille,
en partageant cet événe-
ment avec ses employés
et leurs enfants, conviés
le samedi 31 mai au cen-
tre d’activités de loisirs
Ben-Khaldoun (Village
Africain) à Sidi Fredj.
DU 10 AU 14 JUIN À L’HÔTEL HILTON
Salon de l’électronique et de l’électricité
Les filières de
l’électronique et de
l’électricité se donnent
rendez-vous, du 10 au
14 juin, au Hilton,
dans le cadre du Salon
ouvert au public et aux
professionnels, que
RH. International
Communication orga-
nise sous le patronage
du ministre de l’Indus-
trie et des Mines. Plusieurs entreprises relevant du portefeuille des SGP
CABELEQ, INDELEC y prendront part pour mettre en valeur la produc-
tion nationale et contribuer à confronter par-là, le produit né sur le sol al-
gérien et le produit qui provoque une concurrence venue d’ailleurs.
L’ANDI s’implique pour la réussite de cette manifestation qui se veut aussi
un moment fort pour l’investissement.
L
es rencontres inscrites dans le
cadre des consultations sur le
projet de révision de la
Constitution, entrant dans le sillage
des réformes politiques annoncées
par le Président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, en 2011, et
relancées cette année après l’élec-
tion présidentielle du 17 avril, avec
les personnalités, partis, organisa-
tions, associations et autres compé-
tences, menées par le ministre
d’État, directeur de cabinet à la pré-
sidence de la République, Ahmed
Ouyahia, ont débuté, hier, au siège
de la présidence de la République.
Des consultations qui s’étaleront
fort probablement tout le long du
mois de juin. Le président du
Conseil national économique et so-
cial, Mohamed-Seghir Babès, a été
le premier invité à rencontrer M.
Ouyahia.
À cet effet, Mohamed-Seghir
Babès a proposé la «constitutionna-
lisation» du CNES, au premier jour
des consultations sur le projet de ré-
vision de la Constitution. M. Babès
à indiqué à la presse, à l’issue de sa
rencontre avec Ahmed Ouyahia,
avoir évoqué, avec celui-ci, plu-
sieurs axes, dont le principal est «la
constitutionnalisation du CNES, à
l’instar des autres pays à travers le
monde», a-t-il souligné. Les entre-
tiens se sont articulés également au-
tour des travaux de la  commission
d’experts sur le projet de révision
de la Constitution, les libertés indi-
viduelles et collectives, ainsi que la
promotion de la société civile et le
renforcement de la démocratie par-
ticipative, a ajouté M. Babès.
Il a qualifié la promotion de la
société civile et la consécration de
la démocratie participative de ques-
tions «extrêmement importantes»
qui doivent trouver les conditions
de leur juste projection dans le nou-
veau texte constitutionnel,  évo-
quant, à cet égard, l’engagement
pris par le Président de la Répu-
blique,  Abdelaziz Bouteflika, lors
de son investiture après sa réélec-
tion pour un quatrième mandat et
lors du premier Conseil des minis-
tres.
Le président du Haut conseil is-
lamique (HCI), Cheikh Bouamrane,
était la deuxième personnalité reçue
par M. Ouyahia. Il a mis l’accent
sur l’unité du peuple et l’enseigne-
ment, et leur importance pour le
bien du pays. Cheikh Bouamrane a
précisé à la presse avoir discuté
avec M. Ouyahia,  de «plusieurs
questions d’actualité qui intéressent
tous les citoyens algériens», en sou-
lignant «l’importance de l’unité du
peuple, ainsi que l’enseignement et
la formation», qu’il a qualifié d’es-
sentiels, pour hisser l’Algérie au ni-
veau des pays les plus développés.
Il a affirmé avoir fait des proposi-
tions dans ce sens, en relevant éga-
lement le rôle de la presse qui
éclaire l’opinion publique et le rôle
de la justice au sein de la société. 
Pour sa part, le président du
Mouvement pour l’entente natio-
nale (MEN), Ali Boukhezna, qui été
également reçu par M. Ouyahia, a
plaidé pour un mandat présidentiel
de sept années renouvelable une
seule fois, afin d’offrir le temps au
nouveau Président de la République
d’évaluer ce qui était fait lors du
précédent mandat et de combler les
lacunes. Il a ajouté avoir remis à M.
Ouyahia, un  document contenant
une série de propositions, tout en
exprimant sa satisfaction quant au
texte du projet.
M. Boukhezna a évoqué, par ail-
leurs, le secteur économique et sa
situation en Algérie, estimant néces-
saire de diversifier les ressources et
ne pas compter seulement sur la
rente pétrolière, en mettant, notam-
ment, l’accent sur la nécessité de
valoriser la ressource humaine. 
Appel à la consolidation
de la réconciliation
et de l’unité nationales
El-Hadj Ghouma Ibrahim Ben
Ghouma, personnalité de la wilaya
d’Illizi et sénateur du tiers présiden-
tiel, a appelé, à Alger, à consolider
la réconciliation et l’unité natio-
nales, lors de sa rencontre avec le
ministre d’État, directeur de cabinet
à la présidence de la République,
Ahmed Ouyahia, dans le cadre des
consultations sur le projet de révi-
sion de la Constitution. Dans un
communiqué distribué à la presse, à
l’issue de sa rencontre avec M.
Ouyahia qui mène les consultations,
M. Ghouma a indiqué avoir fait des
propositions concernant la révision
de la Constitution, et en premier
lieu, la «consolidation de la récon-
ciliation» et la «consolidation de
l’unité nationales». Il a invité, à
cette occasion, les forces politiques,
les représentants de la société civile
et les personnalités nationales à ap-
porter leur contribution dans ces
consultations dont il a exprimé son
espoir qu’elles seront couronnées
de succès et réponderont aux aspi-
rations de tous les Algériens.
Rappelons que le 15 mai dernier,
la présidence de la République avait
adressé des invitations à une large
concertation sur la révision de la
Constitution, jeudi, à 150 parte-
naires constitués, notamment, de
partis politiques, organisations et
associations nationales, et  repré-
sentants de diverses corporations,
en vertu de la décision du Président
Abdelaziz Bouteflika, prise le 7 mai
dernier, en Conseil des ministres.
Les invitations adressées ont été ac-
ceptées par «30 personnalités sur 36
destinataires d’une invitation, 52
partis politiques sur 64 invités,
toutes les 37 organisations et asso-
ciations nationales destinataires
d’une invitation  et les 12 profes-
seurs d’université sollicités», selon
un communiqué rendu public, mer-
credi. Beaucoup, en termes de poids
électoral et politique, ont accueilli
ce projet de concertation favorable-
ment, puisque la présidence de la
République a relevé que les invita-
tions adressées ont été acceptées par
la majorité, excepté le rejet de l’op-
position.
C’est ainsi, et comme il a été dé-
claré par le président de la Répu-
blique, Abdelaziz Bouteflika, lors
de la tenue de son premier Conseil
des ministres de ce nouveau man-
dat, qu’«à la mi-mai, les partis po-
litiques, les personnalités nationales
et les associations seront rendus
destinataires des propositions
d’amendements dégagées par la
Commission d’experts sur la révi-
sion de la Constitution».
Par la suite, ajoute le Président,
ces interlocuteurs seront invités à
des rencontres à la présidence de la
République, qui seront entamées au
début du mois de juin, pour exposer
et débattre leurs vues, commen-
taires et éventuelles contreproposi-
tions au sujet des propositions
qu’ils auront eu le temps d’étudier.
Kafia Ait Allouache
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
3
l
En son préambule, le projet d'amendements
pour la révision "constitutionnelle propose,
comme faisant partie des constantes de la na-
tion, les valeurs de paix et de réconciliation nationale.
«Le peuple algérien fait siens les principes de la poli-
tique de paix et de réconciliation nationale. Il demeure
convaincu que le respect de ces principes contribue à
la défense des valeurs communes et constitue la voie
consensuelle pour la protection des intérêts de la com-
munauté nationale.
Les valeurs de paix et de réconciliation nationale
font partie des constantes de la nation qui doit tout en-
treprendre pour leur défense, dans le respect de la Ré-
publique et de l'État de Droit.»
Des valeurs que le peuple à déjà eu à adopter, rap-
pelons-le, lors du référendum sur le projet de la Charte
pour la réconciliation nationale, le 29 septembre 2005.
Des valeurs sur lesquelles chaque Algérien veille,
comme à la prunelle de ses yeux, pour reprendre cette
expression de notre terroir pour dire combien est pré-
cieuse cette paix retrouvée, combien est sage cette po-
litique de réconciliation nationale prônée alors par le
Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Des
valeurs qui s'exercent depuis au quotidien, à travers
cette cohésion nationale retrouvée, à travers ce voisi-
nage désormais accueillant où il fait bon vivre, à tra-
vers cette stabilité qui a permis un essor remarquable
de développement partout à travers le pays.
Oui, des valeurs qui doivent faire partie de nos
constantes nationales et qu'il faut défendre coûte que
coûte. N'en ressentent la braise que ceux qui ont mar-
ché dessus ; l'Algérie, son peuple ont vécu une décennie
dramatique faite de larmes et de drames, empruntant
quotidiennement le chemin des cimetières pour enter-
rer leurs enfants, le voisin évitant son voisin, et, pire,
l'oncle ses neveux, se barricadant chez lui bien avant
que ne se couche le soleil, chacun priant en silence et
en larmes que cesse le drame, que reviennent les cœurs
et les esprits à la raison. Oui, l'Algérie a vécu un véri-
table drame national, mais elle a ouvert grandement
ses bras pour recueillir en son giron, tous ses enfants,
tous des enfants de cette Algérie n'ayant en finalité pas
de patrie de rechange.
Constitutionnaliser ces valeurs, c'est se prémunir
contre les dangers et les défis à venir, c'est affronter
l'avenir avec sérénité. Plus jamais ça, l'Algérie et son
peuple ont beaucoup souffert durant ce drame, et le ci-
toyen empruntant une route de montagne ou accom-
pagnant son enfant à l'entrée d'une école sait ce que
cela signifie, de simples gestes, mais qui ont une portée
extraordinaire pour ceux qui ont toujours en tête
l'image de ces écoles qui brûlaient, de ces routes inter-
dites, de ces ponts dynamités...
Paix et réconciliation nationale ad vitam æternam
pour l'Algérie et ses enfants.
A. M. A.
Paix et réconciliation nationales, une constitutionnalisation de fait
PROJET DE RÉVISION DE LA CONSTITUTION
Des débuts prometteurs
Quatre rencontres se sont tenues séparément hier avec le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed
Ouyahia, dans le cadre de la concertation sur le projet de révision de la Constitution, entamée hier et qui se poursuivra tout au long du mois
de juin. Le premier jour des rencontres, qui se déroulent au siège de la présidence de la République, a vu la présence du président du Conseil
national économique et social (Cnes), Mohamed-Seghir Babès, le président du Haut conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, le président
du Mouvement pour l’entente nationale (MEN), Ali Boukhezna, et le sénateur du tiers présidentiel et personnalité de la wilaya d’Illizi, El-Hadj
Ghouma Ibrahim Ben Ghouma.
MOHAMED LARBI OULD KHELIFA :
«L’intelligence et la science, nouveaux défis pour l’Algérie»
4
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
D
es engagements, dit le Premier ministre,
devenus «désormais les missions du gou-
vernement». Pour M. Sellal, les objectifs
de ce plan d’action qui court jusqu’en 2019 sont
fixés : le projet sur lequel les députés planchent
depuis hier «doit concourir à l’œuvre de redres-
sement national», et à «la dynamisation de la
sphère économique afin d’opérer la mue de l’éco-
nomie nationale». Et pour ce faire, «il intègre la
consolidation des actions déjà entreprises, tout en
veillant à introduire une amélioration de la gou-
vernance». Parmi les principales missions que le
gouvernement est tenu de concrétiser, figurent
ainsi le parachèvement du processus de réconci-
liation nationale. Plusieurs mesures sont envisa-
gées dans cette optique.
« La levée de l’interdiction de sortie du terri-
toire pour certaines personnes participe
de la réconciliation nationale »
Le Premier ministre annoncera, entre autres,
l’introduction de dispositions nouvelles en ma-
tière de protection et de réinsertion des victimes
de la tragédie nationale, et de ceux ayant contri-
bué au retour de la paix et de la stabilité.
Ainsi, il a affirmé que le Président de la Ré-
publique, Abdelaziz Bouteflika, avait décidé, la
semaine dernière, dans le cadre du parachève-
ment du processus de réconciliation nationale,
«de lever l’interdiction de sortie du territoire na-
tional au profit de certaines personnes». Selon lui,
«la seule partie habilitée à interdire à ces per-
sonnes de sortir du territoire national est le juge
d’instruction». Le gouvernement est également
appelé à poursuivre la politique de la main ten-
due, tout en continuant la lutte menée contre le
terrorisme. Le gouvernement s’engage, par ail-
leurs, à s’atteler à la finalisation des textes d’ap-
plication des lois promulguées dans le cadre des
réformes politiques, à entreprendre la mise en
œuvre graduelle du nouveau découpage territo-
rial, à renforcer la concertation régulière avec la
société civile et les Assemblées élues, à asseoir
la séparation des pouvoirs et à poursuivre la ré-
habilitation du service public afin d’éradiquer
toute forme d’abus ou de dépassement qui nour-
rissent la corruption. Il faut, dit-il, concrétiser «la
démocratie participative». Ainsi, au niveau des
Assemblées élues, il faut prendre en compte
l’avis des citoyens avant de prendre des déci-
sions. Il faut, estime M. Sellal, renforcer le rôle
du Parlement et celui de l’opposition dans le
cadre de la nouvelle Constitution. Une attention
particulière sera accordée au service public de la
justice et au renforcement de son indépendance.
La concrétisation de la liberté de la presse, d’ex-
pression, et le droit à une information objective
et claire compte parmi les axes prioritaires que le
gouvernement s’est fixé pour le quinquennat
2015-2019. Pour ce faire, il sera, annonce-t-on,
procédé à l’installation des autorités de régulation
de la presse écrite et de l’audiovisuel, en plus du
Conseil de l’éthique et de la déontologie. Au plan
économique, dit le Premier ministre, «la vision
est claire». Il faut, au cours des 5 prochaines an-
nées, édifier une économie émergente. Pour
concrétiser cet objectif, le Premier ministre an-
nonce que des facilitations seront accordées.
L’Algérie, dit M. Sellal, a les moyens pour attein-
dre ses objectifs. La baisse des recettes pétro-
lières, enregistrée en 2013, ne devrait pas se
reproduire, grâce à l’exploitation de nouvelles dé-
couvertes de Sonatrach. Une remontée devrait
être enregistrée. Ainsi, et outre la consolidation
des progrès enregistrés, ces dernières années, il
s’agira, pour le gouvernement, d’aller devant
dans tous les domaines.
« Il n’y a pas d’autre solution
que l’exploitation du gaz de schiste »
En effet, les objectifs annoncés du plan quin-
quennal de croissance 2015-2019, qui sera éla-
boré dans la concertation, sont de réduire, à
terme, le taux de chômage à 8,4%, alors qu’il
était, dans les années 1990, à 29,8%, d’améliorer
les conditions de vie des citoyens avec un PIB de
l’ordre de 7.200 dollars en 2019 (il est passé à
5.764 dollars en 2013, alors qu’il était à 1.801
dollars en 2000), de réduire l’inflation qui est au-
jourd’hui estimée à 2,85% (elle était, entre juin
et juillet 2012, de l’ordre de 8,9% en raison des
augmentations salariales), d’augmenter les cré-
dits à l’investissement à 10% et d’atteindre un
taux de croissance globale de 7% avec hydrocar-
bures, et de 9% hors hydrocarbures, à la même
date. Pour ce qui est de la sécurité énergétique, il
sera indiqué que le gouvernement veillera à l’as-
surer à long terme, tout comme il veillera à main-
tenir la position d’acteur actif de l’Algérie sur le
marché international des hydrocarbures. Cepen-
dant, estime le Premier ministre, «il n’y a pas
d’autre solution à long terme que d’exploiter le
gaz de schiste». Et de poursuivre en déclarant
qu’en 2030, la production actuelle de pétrole et
de gaz ne couvrira que les besoins nationaux. Une
perspective qui le pousse à s’interroger sur «com-
ment assurer l’énergie à nos enfants ?» Dans le
sillage de cette interrogation, il annonce que la
création d’une grande école de formation pour le
gaz de schiste est en voie de préparation. En évo-
quant les secteurs de la formation et de l’éduca-
tion, M. Selall estime qu’il est temps de changer
de système de formation. Selon lui, il est incon-
cevable que les matheux ne constituent en Algé-
rie que 3% des effectifs, alors que les
mathématiques sont la clé qui ouvre la porte du
développement. De même qu’il affirme qu’il est
essentiel «d’ouvrir l’université algérienne à l’en-
vironnement international, par, entre autres, la
formule du jumelage». Pour ce qui est du secteur
de l’habitat, il annonce la poursuite de la réalisa-
tion des programmes sous diverses formules.
« Distribution prochaine
de 262.000 logements »
«Une instruction a été donnée aux walis de
procéder à la distribution de 262.000 logements
finis», dit-il. Cette opération devrait avoir lieu
avant le mois de Ramadhan. Le Premier ministre
s’est voulu rassurant en déclarant qu’«il n’y aura
pas de recul sur le logement social», tout en af-
firmant que «le problème du logement sera réglé
à terme». Rien que pour l’année en cours,
300.000 logements seront réceptionnés et
600.000 lancés en travaux.
Dans le cadre de ce plan d’action et en vue de
gérer, préserver et étendre les infrastructures pour
renforcer leur rôle de soutien au programme éco-
nomique et social, il est retenu de mettre en
œuvre, un nouveau cadre législatif réglementaire
et organisationnel pour assurer une meilleure pré-
servation des investissements consentis et une
gestion moderne des infrastructures. Ainsi, il est
prévu l’extension du réseau routier, le dédouble-
ment des voies ferrées, le renforcement des capa-
cités des compagnies nationales d’aviation civile,
l’accroissement des capacités de production de
stockage et de distribution des eaux convention-
nelles et non conventionnelles, la modernisation
des télécommunications et assurer une meilleure
prise en charge sanitaire en veillant à une plus
grande humanisation des hopitaux. Pour ce qui
est de la jeunesse, une nouvelle stratégie de l’État
sera élaborée après une large concertation. «Elle
sera, dit M. Sellal , soumise au Parlement pour
débat.»
La communauté nationale établie à l’étranger
n’a pas été oubliée, puisque des mesures ont été
prises pour ce qui est du problème des billets de
transport.
Nadia kerraz
LE PREMIER MINISTRE DEVANT LES MEMBRES DE L’APN :
« Le gouvernement ne ménagera aucun effort
pour la concrétisation du plan d’action »
Le Premier ministre, Abdelkader Sellal, s’est présenté, hier, devant les députés pour présenter le plan d’action du gouvernement et souligner
les principaux axes atours desquels il s’articule. Mais avant de relever les grandes lignes de son plan, il tiendra à rappeler que le projet soumis
à l’examen de l’APN trouve sa matrice dans «les engagements du programme du Président de la République».
ENQUÊTE SUR L’ASSASSINAT
DES MOINES DE TIBHIRINE
Louh : «Aucun différend
entre l’Algérie
et la France»
Interrogé hier, en marge de la présentation par le Pre-
mier ministre du plan d’action du gouvernement, sur l’an-
nulation de la visite du juge français Marc Trévidic, qui
enquête sur l’assassinat des moines de Tibhirine, le min-
sitre de la Justice, M. Louh, a déclaré à la presse que «le
traitement de cette affaire relève du secret de l’enquête»,
et que «cette affaire fait l’objet d’une enquête devant la
justice algérienne puisqu’un magistrat à la cour d’Alger
est en charge de son instruction et qu’elle est en même
temps prise en charge par la justice française».
Il poursuit en affirmant qu’«il y a une coopération ju-
diciaire entre les deux pays, et que cette coopération se
fait dans le cadre d’une convention entre la justice des
deux pays et que les deux magistrats s’entraident pour ar-
river, à la fin, à la vérité». Pour ce qui est de l’affaire Kha-
lifa, il déclare qu’«il est clair que cette affaire, qui relève
du pénal, aura un procès public».
N. K.
Sitôt le Premier ministre a achevé la pré-
sentation de son projet de plan d’action, le pré-
sident de l’Assemblé populaire nationale, M.
Ould Khelifa, a donné le feu vert pour l’entame
des débats. «Plus de 325 intervenants se sont
inscrits jusqu’à hier, et la liste est encore ou-
verte», nous dit un membre de la cellule de
communication de l’Assemblée. Les premiers
à intervenir sont des députés issus du FLN et
du RND. Ces premiers intervenants ont af-
firmé, au nom de leurs partis respectifs, que
leurs formations apportent leur soutien au plan
d’action présenté par le Premier ministre.
«Mais ce soutien, relève un député du FLN en
direction de M. Sellal, ne vous épargnera pas
de la critique.» Pourtant, la dizaine d’interve-
nants qui se sont succédé avant la levée de la
séance matinale n’ont pas été trop durs. En fait,
leurs interventions ont notamment été axées sur
des généralités et sur des problèmes de déve-
loppement que rencontrent les wilayas dont ils
sont issus. Ainsi, le député RND de Tamanras-
set entamera son intervention en déclarant :
«On espère que le gouvernement sera à la hau-
teur des aspirations des Algériens.» Avant de
poursuivre en se focalisant sur les problèmes
de la population dans cette wilaya, et notam-
ment les jeunes. Il fera des propositions qu’il
jugera à même d’améliorer le quotidien des
cette population. L’emploi, le découpage terri-
torial annoncé, la réhabilitation du service pu-
blic et les entraves bancaires seront évoquées.
Le secteur de l’enseignement supérieur sera de
son côté évoqué dans une autre intervention.
Son auteur, député FLN de Laghouat, fera re-
lever qu’il ne faut pas se contenter d’évaluer ce
secteur du seul point de vue du nombre d’étu-
diants formés, mais de s’arrêter sur la qualité
de l’enseignement dispensé. Un collègue à lui
insistera sur l’indispensable séparation des
pouvoirs et l’indépendance de la justice. Il fera
remarquer qu’il est urgent de lever toutes les
entraves pour encourager l’investissement na-
tional et étranger. Pour ce qui est du secteur de
l’éducation, il estime que le seuil au bac est une
mesure qui porte préjudice à la crédibilité de
cet examen, et estime que cette mesure devrait
être exceptionnelle et non plus reconduite
d’une année scolaire à l’autre. Une députée du
même parti estime qu’il y a lieu de réviser le
prix de cession des biens de l’OPGI, avant
qu’un autre député de la même formation ne
propose, dans son intervention, de revoir la loi
sur la concession des terres agricoles, car, selon
lui, c’est un échec. Un député RND a proposé
d’inclure Yennayer sur la liste des fêtes natio-
nales. Les débats se sont poursuivis dans
l’après-midi et reprendront aujourd’hui.
N. K.
DÉBATS AUTOUR DU PROJET DE PLAN D’ACTION
Les députés souhaitent la poursuite des réformes
P
h

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
Le premier défi de l’Algérie, après la sécurité
et la stabilité, est l’intelligence, la science et l’ex-
périence, a indiqué, hier à Alger, le président de
l’Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed
Larbi Ould Khelifa, à l’occasion de la présentation
du plan d’action du gouvernement par le Premier
ministre, Abdelmalek Sellal.
Évoquant les examens du baccalauréat en cours
à travers le pays, il a précisé que l’État a déployé
tous les moyens nécessaires pour leur déroulement
dans des conditions normales. Il a par ailleurs re-
levé le «nouveau souffle insufflé» par l’Algérie au
Mouvement des Non-Alignés et au groupe des 77,
dont les réunions ministérielles ont eu lieu récem-
ment à Alger.
Il a noté que ces deux réunions «auront des ré-
sultats positifs sur les pays du Sud, notamment
dans la création d’une nouvelle vision des relations
internationales». Revenant sur l’élection pré-
sidentielle du 17 avril dernier, M. Ould Khe-
lifa a considéré que la «réélection
d’Abdelaziz Bouteflika en tant que Président
de la République, avec un taux élevé, a eu
lieu dans la sécurité et la stabilité», afin de
réaliser les engagements pris dans son pro-
gramme.
Ce programme permet de «parachever le
développement dans divers secteurs de l’éco-
nomie nationale et l’élargissement de la base
d’une démocratie consensuelle à laquelle par-
ticiperont tous ceux qui en exprimeront le
vœu parmi les acteurs politiques et la société
civile», a-t-il affirmé. Il permet également
«l’ouverture d’un large débat autour de la
Constitution et les attributions des institutions
de l’État algérien», a-t-il ajouté.
5
EL MOUDJAHID
Nation
Lundi 2 Juin 2014
M. ABDELMALEK SELLAL :
« Le gouvernement veut atteindre l’émergence
en 2019 et table sur un rebond de la croissance »
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué hier à Alger que son gouvernement ambitionne d’atteindre l’émergence en 2019,
en tablant sur un rebond de la croissance durant les cinq prochaines années.
E
n présentant le plan d’action du gouver-
nement devant la chambre basse du Par-
lement, M. Sellal a déclaré « il faut
atteindre l’émergence dans les cinq prochaines
années et nous avons les moyens » pour y par-
venir.
Le Premier ministre a rappelé que « le cap
pour l’émergence d’une économie nationale,
forte, compétitive et créatrice de richesses et
d’emplois a été défini dans le Pacte économique
et social de croissance » signé en février der-
nier.
Il a relevé dans ce sens que le plan quinquen-
nal de croissance 2015-2019 sera élaboré en
concertation et vise, entre autres, à atteindre un
taux de croissance de 7%, contre une moyenne
de croissance de 4% réalisée durant la période
2010-2014.
Ce plan, a souligné M. Sellal, devrait conso-
lider les progrès économiques réalisées ces der-
nières années et concrétiser les engagements du
programme présidentiel, a-t-il dit.
Selon un scénario moyen projeté par le gou-
vernement, la croissance globale devrait se si-
tuer à 7%, alors que la croissance hors hydro-
carbures devrait atteindre 9% dans les cinq
prochaines années.
Un rebond de la croissance qui sera réalisé
dans un contexte de reprise de la production pé-
trolière en 2015, après une baisse enregistrée en
2013 et début 2014, a expliqué le chef de l’exé-
cutif. M. Sellal a affirmé que le gouvernement
est à même d’atteindre ses objectifs tracés sans
contraintes financières, grâce à la remontée des
recettes pétrolières qui ont reculé dans le sillage
de la baisse de la production des hydrocarbures.
« Nous allons récupérer notre niveau d’entrée
en devises l’année prochaine grâce au rebond
de la production de gaz et de pétrole » qui se
fera à la faveur de la mise en exploitation des
nouvelles découvertes de Sonatrach, a prévu
M. Sellal.
Croissance : quatre secteurs prioritaires
Le Premier ministre a indiqué que son gou-
vernement misait pour atteindre l’émergence
sur quatre secteurs prioritaires que son l’éner-
gie, l’agriculture, le tourisme et l’industrie.
Sans distinction entre les secteurs public et
privé, le gouvernement œuvrera à la moderni-
sation du secteur industriel national à travers
notamment la promotion de la production na-
tionale, le soutien aux activités favorisant l’in-
tégration et utilisant les avantages comparatifs
énergétiques et naturels et la consolidation du
processus de partenariat, a détaillé le Premier
ministre en exposant les grands axes du plan
d’action du gouvernement.
Pour ce qui est des activités agricoles, M.
Sellal a indiqué que les objectifs du gouverne-
ment sont d’étendre les superficies irriguées
d’un million d’hectares, de réduire le déficit en
mécanisation, de généraliser le recours aux se-
mences à potentiel productif élevé et de déve-
lopper l’agriculture saharienne.
Le gouvernement veillera par ailleurs, a en-
chaîné M. Sellal, à assurer la sécurité énergé-
tique du pays à long terme et à maintenir sa
position d’acteur actif sur le marché internatio-
nal des hydrocarbures.
Revenant à ce propos sur l’exploitation du
gaz de schiste, M. Sellal a réaffirmé qu’elle in-
terviendrait à long terme pour assurer la sécurité
énergétique du pays.
En parallèle, et dans l’objectif de diversifier
les sources d’énergie du pays, le gouvernement
œuvrera à poursuivre son vaste programme des
énergies renouvelables.
23 centrales photovoltaïques et une ferme
éolienne entreront en production incessamment,
a annoncé le Premier ministre.
Le développement d’une véritable industrie
touristique est une nécessité incontournable. La
priorité dans ce domaine sera accordée, selon
M. Sellal, au suivi des projets en cours, notam-
ment la réalisation d’une capacité d’accueil de
50.000 lits et de 15 établissements thermaux.
Des actions d’aménagement touristique et de
promotion de la destination Algérie seront ren-
forcées et soutenues, a-t-il promis.
HABITAT
Le programme quinquennal 2010/2014 lancé à 96%
Le programme de logement ins-
crit dans le cadre du programme
quinquennal actuel (2010/2014)
est lancé à un taux de 96%, a in-
diqué hier à Alger, le ministre de
l’Habitat, de l’Urbanisme et de la
Ville, Abdelmadjid Tebboune.
« Nous sommes actuellement à
96% du quinquennal qui est lancé
et nous terminerons l’année avec
85% du quinquennal récep-
tionné », a souligné le ministre en
marge des débats autour du plan
d’action du gouvernement pré-
senté auparavant par le Premier
ministre, Abdelmalek Sellal, de-
vant l’Assemblée populaire nationale. Le ministre a ajouté
que les logements inscrits dans le présent quinquennal se-
ront totalement lancés à «100% d’ici au mois de juillet».
« Il y a actuellement 171.000 logements sociaux locatifs
disponibles et terminés et il y a 63.000 logements en pré-
affectation, soit un taux qui dépasse 70 à 75% », a-t-il
ajouté. En ce qui concerne la distribution des logements,
le ministre a indiqué que « le Président de la République
a ordonné que ce soit fait avant le mois de Ramadhan pour
les logements terminés ». En ce
qui concerne le prochain plan
quinquennal, le ministre a indi-
qué que son département s’at-
telle à préparer ce programme,
notamment sur le plan financier,
ajoutant qu’une short-list natio-
nale composée d’entreprises qui
seront appelées à prendre en
charge la réalisation des projets
inscrits sera établie « dans deux
mois ». Evoquant justement l’ou-
til national de réalisation, M. Teb-
boune a affirmé que la capacité
nationale de réalisation est ac-
tuellement de 250.000 logements
par an et « je compte la porter à fin 2015 à 400.000 loge-
ments/an » appelant les entreprises nationales à renforcer
leurs moyens matériels pour gagner en capacités de réali-
sation. La consistance du programme actuel de logements,
toutes formules confondues, est de plus de 2,2 millions
d’unités dont 1,2 sont en cours de réalisation. Pour 2014,
300.000 logements seront réceptionnés et 600.000 lancés
en travaux, selon le plan d’action du gouvernement.
Démocratie, multipartisme, soli-
dité des institutions, reconnaissance
des droits politiques et sociaux, liberté
d’expression : l’Algérie a bel et bien
fait du chemin. La stabilité du pays est
citée en exemple dans le monde en-
tier. Acteur influent dans la région,
l’Algérie est également signataire des
conventions internationales sur la pro-
tection de l’environnement, les droits
de l’homme, le commerce, les droits
d’auteur, le droit du travail, etc. A vrai
dire jamais notre pays n’avait réuni
autant d’atouts ni présenté un poten-
tiel aussi important dans tous les do-
maines. Le pays s’est engagé au cours
de ces dernières années dans un vaste
programme de diversification. Des in-
vestisseurs de notoriété internationale
sont aujourd’hui présents dans les
secteurs stratégiques comme les télé-
communications, l’énergie, le tou-
risme, les transports. Ses réformes
économiques ont conduit dans cer-
tains domaines à la mise sur pied
d’organes de régulation chargés d’as-
surer une concurrence saine entre ac-
teurs économiques. En fait, depuis
2000, l’Algérie s’est résolument
orientée dans une dynamique de mise
à niveau de ses infrastructures struc-
turantes. En relation avec sa forte vo-
lonté de promouvoir les
investissements privés nationaux et
internationaux, le choix a porté, dans
le cadre de cette nouvelle politique,
sur la réalisation des projets d’infra-
structures suivant des schémas de par-
tenariat public-privé. Situé à 2h de
l’Europe, l’Algérie est aussi un pays
d’ouverture. Sa stabilité politique,
conjuguée aux différentes réformes
structurelles entreprises par les auto-
rités publiques, lui ont permis de se
faire une place de choix sur le marché
international.
L’économie de l’Algérie est solide
et a enregistré de bons résultats au
cours des dernières années. Sa perfor-
mance économique a été saluée dans
un contexte d’incertitude au niveau
mondial. En Algérie, l’investissement
est soutenu par une politique incita-
tive et attractive qui s’appuie sur des
dispositifs légaux, fiscaux et doua-
niers régulièrement actualisés.
Dans un contexte où les flux
d’IDE au niveau mondial ont pro-
gressé de 10,9% en 2013, en particu-
lier en Europe (+25,2%) et en
Amérique latine (+17,5%), leur part
destinée aux pays en voie de dévelop-
pement aura atteint un nouveau som-
met de 759 milliards d’USD. Les IDE
vers le continent africain ont aug-
menté de 6,8% en 2013. La politique
algérienne à l’égard des IDE durant
les années passées est très volonta-
riste, ce qui lui valu d’être bénéfi-
ciaire au cours des années 2000 d’un
boom des IDE, mais les effets de la
crise financière ont entraîné une
baisse et l’économie algérienne reste
grandement dépendante des hydrocar-
bures. Mais très vite, les autorités du
pays au plus haut niveau se sont rendu
compte que si les matières premières
représentent une source non néglige-
able de revenus, l’incertitude en-
tourant les marchés et partant, les
cours, doit inciter à plus de prudence
et de vision. S’en tenir à la seule ex-
ploitation des matières premières est
un danger réel. Le pays garde quand
même un potentiel assez important
d’IDE qui pourrait être poussés par de
grands projets en faveur du prochain
plan quinquennal de développement
économique, dont la priorité est ac-
cordée à la diversification soutenue
par une relance irréversible de l’in-
dustrie. La diversification de son éco-
nomie est donc vitale pour l’Algérie.
Même si le pays a plutôt bien résisté
à la crise financière, il continue à ex-
poser sa dépendance à l’égard de ses
exportations des hydrocarbures. Cette
hyper dépendance à l’égard de
quelques produits de base a donc rap-
pelé ainsi la nécessité d’une plus
grande diversification de l’économie.
Une plus grande diversité écono-
mique permettrait de multiplier les
secteurs d’activités dont dépend
l’économie, réduisant ainsi la vulné-
rabilité aux chocs extérieurs. Une plus
vaste coopération internationale per-
mettrait aux partenaires, émergents et
de longue date, de développer les
marchés d’exportation des produits
locaux par le biais d’accords commer-
ciaux favorables et d’investissements
dans l’infrastructure économique.
C’est au regard de cela que l’Algérie
a adopté un plan d’orientation indus-
trielle pour favoriser la croissance de
secteurs d’activité comme l’agro-ali-
mentaire, les matières plastiques, les
produits chimiques et pharmaceu-
tiques, les textiles, la pêche ou encore
le tourisme… C’est ainsi, espère-t-on,
que l’Algérie pourra mieux changer
de cap et asseoir son développement
et sa croissance sur des bases plus di-
versifiées.
Farid B.
PLAN QUINQUENNAL 2014/2019
L’investissement moteur de la diversification
L’attention de l’Etat dans ses ef-
forts pour développer le secteur des
transports sera portée sur le dévelop-
pement du réseau ferroviaire durant
les cinq prochaines années, a indiqué
hier à Alger le ministre des Trans-
ports, Amar Ghoul. « Les priorités
du gouvernement sont la modernisa-
tion du secteur et sa réorientation à
travers le développement des che-
mins de fer », a-t-il déclaré à la
presse en marge de la présentation à
l’Assemblée populaire nationale
(APN) du plan d’action du gouver-
nement par le Premier ministre, Ab-
delmalek Sellal. La feuille de route
du gouvernement pour le prochain
quinquennat (2015-2019) dans le
secteur des transports, a-t-il pour-
suivi, est fondée sur « la continuité »
des efforts consentis et la valorisa-
tion des réalisations achevées mais
surtout l’extension du réseau ferro-
viaire aux autres régions du pays.
« Nous allons continuer la réalisa-
tion de ce qui se fait actuellement au
niveau du nord du pays et nous al-
lons donner un effort supplémentaire
et important pour la modernisation
et la réalisation de nouvelles lignes
modernes et électrifiées dans les ré-
gions des hauts plateaux et le sud du
pays», a-t-il encore précisé.
Selon M. Ghoul, l’objectif de
cette action, est de « créer un mail-
lage et une harmonie avec un trans-
port intermodal : ports, aéroports
vers toutes les régions du pays, no-
tamment où sont implantées les
zones d’activités afin de booster le
développement économique du
pays. » En outre, le gouvernement
prévoit, selon son nouveau plan
d’action, la poursuite du dédouble-
ment des voies ferrées sur l’ensem-
ble de la rocade nord,
l’électrification progressive de l’en-
semble du réseau, la réalisation de
nouvelles gares ainsi que l’engage-
ment de nouvelles opérations d’ex-
tension et de réalisation de nouvelles
lignes de métro, tramway et téléca-
bine. Les autorités entendent égale-
ment poursuivre l’extension du
réseau routier par la réalisation de
l’autoroute des Hauts Plateaux,
l’achèvement des travaux des péné-
trantes autoroutières, le lancement
de sept autres liaisons sur un linéaire
de 663 km et le désenclavement des
territoires par 2.000 km de liaisons
neuves dans le Sud et les Hauts Pla-
teaux », a précis M. Sellal lors de
son intervention.
Dans le domaine maritime, il est
prévu la réception du terminal de
transbordement de Djen-Djen, le
lancement de quatre nouvelles gares
maritimes, la réalisation de ports en
eaux profondes et le renforcement
du pavillon national par l’acquisition
de navires pour transport de per-
sonnes et de marchandises. Concer-
nant l’aviation civile, il est
notamment attendu durant le pro-
chain quinquennat la réception de
seize nouveaux aéronefs.
Par ailleurs, le ministre des
Transports a affirmé que le lance-
ment des premières opérations de
transport maritime urbain sur la baie
d’Alger interviendra « au courant du
mois de juin », précisant que « les
prix seront à la portée des citoyens.»
Dans ce cadre, M. Ghoul a indiqué
qu’une deuxième phase du projet
concernera l’extension de cette ligne
vers deux autres wilayas, à savoir Ti-
pasa et Boumerdès avant que l’opé-
ration ne soit généralisée vers les 14
autres wilayas du littoral. Sur un
autre chapitre, M. Ghoul a fait savoir
que « des réductions et des plans
spéciaux pour les transport aérien et
maritimes sont prévus pour le mois
de ramadhan », soulignant que « de
nouvelles lignes aériennes seront
lancées à partir de plusieurs wilayas
vers des destinations nationales et
internationales ».
DEVELOPPEMENT DU RESEAU
FERROVIAIRE
Une des priorités
du secteur des transports
6 EL MOUDJAHID
Nation
Lundi 2 Juin 2014
TIZI-OUZOU
Un taux d’absence de 0,49%
pour les scolarisés et de 23,60%
pour les libres
Au deuxième jour, seuls 64 candidats scolarisés sur un nombre  de 13.643
de candidats, soit un taux d’absence de 0,49%, ne se sont pas présentés, hier,
premier jour de l’examen du baccalauréat, à Tizi-Ouzou où cet examen impor-
tant s’est déroulée dans de très bonnes conditions, apprend-on du chargé de com-
munication de la direction de l’éducation, M. Mohand Tachaabount.
Concernant le nombre de candidats indépendants qui n’ont pas passé l’exa-
men en ce premier jour, celui-ci s’est élevé à 1.070 candidats sur un nombre
total de 4.525 inscrits, soit un taux de 23,60%, a également indiqué M. Tachaa-
bount, en insistant sur le fait qu’aucune fausse note n’a été signalée durant ce
premier jour à travers les 61 centres d’examen répartis sur le territoire de la wi-
laya.
« Les examens se déroulent dans de bonnes conditions grâce à la mobilisation
de toutes les parties concernées », a-t-il tenu à souligner. S’agissant des épreuves
d’hier, des candidats rencontrés à la sortie des centres d’examen ont indiqué que
celles-ci étaient abordables pour tous les candidats ayant suivi et révisé norma-
lement les cours dispensés durant l’année scolaire. Le coup d’envoi de cet exa-
men que devaient subir 18.167 candidats, dont 13.643 scolarisés et 4.525 libres,
a été donné par le wali de Tizi-Ouzou, M. Abdelkader Bouazghi, au CEM Mou-
loud-Feraoun accompagné du directeur de l’éducation, M. Nourredine Khaldi.
La surveillance et l’encadrement de cet examen qui s’étalera sur cinq jours se-
ront assurés par 6.594 surveillants et 720 encadreurs.
Bel. Adrar
ANNABA
Le stress du premier jour
14.069 candidats des classes de terminale, toutes filières confondues , ont
commencé, dès huit heures, à subir les épreuves du baccalauréat. Le coup d’en-
voi symbolique a été donné à partir du lycée El Moukawama au chef-lieu de
wilaya en présence du wali, M. Mohamed Mounib Sendid et des responsables
du secteur de l’éducation ainsi que ceux de la fédération des parents d’élèves.
Les candidats répartis entre 9.172 scolarisés de deux sexes et 4.897 libres,
dont 192 détenus, ont composé dans 53 centres d’examen encadrés par 3.910
surveillants. La direction de l’éducation a réservé huit autres centres d’examen
en cas de besoin parmi lesquels deux au chef-lieu de wilaya et les deux autres à
El Bouni. L’ambiance qui a prévalu la matinée dans certains centres d’examens,
était partagée entre le stress chez quelque candidats et la sérénité chez d’autres.
Deux centres de correction implantés au lycée Saint-Augustin et au lycée tech-
nique ont été retenus pour recevoir les copies des examens en provenance d’au-
tres wilaya.
B. G.
Le coup d'envoi des épreuves du
baccalauréat, session 2014, a été
donné, hier, à huit heures précises, à
l'établissement pénitentiaire d'El Har-
rach par M. Mokhtar Felioune, direc-
teur général de l'administration
pénitentaire et de réinsertion.
Dans le cadre de la concrétisation
de la politique de réinsertion sociale
des détenus, 2.715 détenus dont
2.653 hommes et 62 femmes ont pris
part, hier, aux épreuves du baccalau-
réat, session 2014
Ces épreuves se déroulent dans 35
établissements pénitentiaires conver-
tis, à l’occasion, en centres d'examen
par l'Office national des examens et
concours. Dans ce contexte, l’on
nous informe que le nombre de déte-
nus qui bénéficient de l'enseignement
général, tous paliers confondus, aug-
mente d'année en année ce qui atteste
du succès de la politique de réforme
des prisons adoptée par le ministère
de la Justice.
Estimant que le déroulement des
examens s’est fait, dans de "bonnes
conditions", M. Felioune a fait savoir
qu’« une série de mesures a été prise,
au profit des 2.715 candidats ». Des
candidats « dont la préparation psy-
chologique a été prise en charge par
des spécialistes », a-t-il dit, ajoutant
que « le ministère de la Justice veille,
depuis plusieurs semaines déjà, à réu-
nir toutes les conditions nécessaires
pour assurer le bon déroulement des
examens dans un climat ordinaire ».
Le DG de l’administration péni-
tentiaire n’a pas caché sa satisfaction
de constater que « pas de moins de
600 candidats de plus, on été enregis-
trés par rapport à l’année précé-
dente », précisant que « cette
augmentation est en partie due à l’ac-
croissement du nombre de détenus
scolarisés ».
M. Felioune a indiqué : « Parmi
les détenus candidats concernés par
les examens du Bac, 19 ont déjà
purgé leur peine, et sont revenus pour
passer les examens ».
Pour que les examens du Bac se
fassent dans les meilleures condi-
tions, Mokhtar Felioune a indiqué
que « le ministre de la Justice a œuvré
pour aider les candidats, par le ren-
forcement des enseignants, relevant
du ministère de l’Education natio-
nale, et autres bénévoles dont des en-
seignants à la retraite, précisément
dans les matières principales », a-t-il
expliqué. Selon M. Felioune « le
taux de réussite au baccalauréat de-
vrait augmenter par rapport aux an-
nées précédentes, compte tenu de
l'amélioration des conditions de pré-
paration à cet examen, ceci d’autant
que cette année, les livres étaient dis-
ponibles en nombre suffisant dans
toutes les spécialités, ce qui a permis
aux candidats de bien se préparer »,
a-t-affirmé. Le responsable a par ail-
leurs signalé que « pas moins de
2.496 candidats passent les examens
dans la filière lettres et philosophie,
150 en sciences expérimentales, 44
en gestion » affirmant que « dans leur
majorité, les candidats optent pour les
filières littéraires qui requièrent un
encadrement moins important que
celui des filières mathématiques et
scientifiques ».
Questionné sur le taux de réussite
des candidats, il a rappelé que « lors
des précédentes sessions ce taux os-
cillait entre 42 et 43% ». Rencontré
sur place, un des candidats, âgé de 39
ans, qui commençait à répondre aux
premières questions de littérature
arabe, a déclaré que son rêve est
d’obtenir le Bac et de faire des études
de droit, « cet examen est la meilleure
chance qui m’est offerte pour que je
me réinsère dans la société ». Un
autre candidat, pour lequel le Bac re-
présente « un défi personnel », a es-
timé que les conditions de l’examen
sont « très bonnes », « l’administra-
tion pénitentiaire nous offre un envi-
ronnement assez agréable pour passer
l’examen ».
L’obtention du baccalauréat pour
ce candidat « est une occasion pour
certaines personnes de tourner la
page et de passer à autre chose et de
réfléchir à un meilleur futur qu’on es-
père pour tout le monde ».
Par ailleurs, M
me
Saliha Adriane,
présidente du centre de l’examen du
baccalauréat a déclaré que « le centre
pénitentiaire d’El Harrach compte
103 candidats ». Elle a assuré que
« le nombre de postulants aux exa-
mens de fin d’année, augmente d’an-
née en année », a-t-elle dit en
précisant : « Je peux vous affirmer
que les détenus, de tous âges, accou-
rent pour faire des études et avoir des
diplômes, cela leur permet de se ré-
intégrer la société ».
Sihem Oubraham
BACCALAUREAT 2014
1
er
JOUR
M
me
Benghebrit a procédé
à l’ouverture des plis
comportant l’épreuve de
langue arabe commune à toutes les
filières, dans l’une des classes du
centre d’examen pour lequel tous
les moyens matériels et humains
ont été mobilisés au profit des 444
candidats inscrits dans les deux fi-
lières mathématiques et économie
et gestion.
Essayant de ne pas trop déran-
ger les candidats, M
me
Nouria Ben-
ghebrit, a affirmé à la presse que
tous les moyens humains et maté-
riels ont été mobilisés pour la réus-
site des examens de fin d’année
scolaire, estimant dans ce
contexte, que d’après les premiers
échos reçus d’un peu partout à tra-
vers le territoire, « les épreuves du
baccalauréat ont débuté dans de
bonnes conditions. Le ministère de
tutelle a assuré tous les moyens
nécessaires pour garantir le bon
déroulement de l’examen à travers
tout le territoire national », a-t-elle
notamment souligné. Tout en sou-
haitant « bonne chance à tous les
candidats », M
me
la ministre a pré-
cisé que le succès couronnera les
efforts des élèves studieux et per-
sévérants durant toute l’année sco-
laire ».
Elle n’a pas omis de relever que
« ceux qui n’auront pas la chance
de réussir à cet examen peuvent
tenter leur chance une seconde fois
l’année prochaine, ou se diriger
vers la formation et l’enseigne-
ment professionnels, car le secteur
de l’éducation nationale forme
pour l’enseignement supérieur,
mais également la formation pro-
fessionnelle ».
Dans la sérénité à Ghardaïa
Questionnée sur le déroulement
de l’examen du Bac à Ghardaïa,
qui a connu plusieurs périodes
mouvementées ces derniers mois,
M
me
Benghebrit a affirmé que « les
épreuves ont bien démarré dans
cette ville  » et qu’elle est «  en
contact permanent avec les autori-
tés locales de la wilaya et le direc-
teur de l’éducation pour s’enquérir
du déroulement de l’examen  ».
Elle a affirmé par ailleurs que
«  toutes les dispositions néces-
saires ont été prises pour que les
candidats de la wilaya de Ghardaïa
puissent passer leur examen dans
la sérénité à l’instar de leurs cama-
rades dans le reste des wilayas du
pays.  » Il y a lieu de noter que
cette première journée des
épreuves s’est caractérisée par une
ambiance studieuse et détendue.
Les candidats des divers centres
visités semblent satisfaits et
contents par les épreuves de la ma-
tinée et de l’après midi, avec tou-
tefois, une crainte pour les
épreuves d’aujourd’hui qui
contiennent les matières essen-
tielles pour les différentes filières
et qui se caractérisent par un coef-
ficient important.
Samira et Mohamed Zaki du
même centre d’examen trouvent
les épreuves de la première jour-
née « abordables ». Tous deux ont
opté pour le deuxième sujet
d’arabe «  c’est un texte facile à
traiter par rapport au deuxième
sujet ».
Pour rappel, il faut souligner
que la wilaya d’Alger avec ses
trois directions de l’éducation,
(Est, Centre et Ouest) regroupe le
plus grand nombre de candidats, et
qui avoisine un peu plus de
480.000 inscrits soit près de 10 %
du chiffre global encadrés par en-
viron 10.000 enseignants et 780
observateurs.
Le fait marquant demeure dans
le taux de participation impres-
sionnant de l’élément féminin qui
dépasse les 60%.
Pour la correction, l’académie
d’Alger-Centre qui compte à elle
seule 150.000 candidats a retenu
un seul centre de regroupement et
3 centres de correction. Les
épreuves se poursuivront jusqu’au
5 juin pour les 657.026 et les ré-
sultats seront annoncés le 6 juillet.
La nouveauté pour le Bac 2014,
c’est que l’Office national des exa-
mens et concours (Onec)  a dési-
gné    dans chaque centre de
correction un « enseignant-évalua-
teur » à qui il a été confié la mis-
sion de revoir le barème de nota-
tion. Il aura pour tâche de
consulter les sujets par rapport au
seuil des cours fixé par la commis-
sion d’évaluation des programmes,
et le barème de notation sur le plan
pédagogique. Si l’enseignant
constate une certaine anomalie, il
procèdera à la révision du barème
mis en place de sorte qu’il y ait un
équilibre entre la question et la
note qui lui convient. De par cette
nouvelle mesure, le ministère de
l’Education entend rattraper les er-
reurs commises auparavant. Pour
rappel, le taux de réussite à
l’échelle nationale pour la session
précédente était de 44,72 %. Ce
pourcentage sera-t-il maintenu, ou
dépassé pour cette année ? La ré-
ponse est dans les copies des can-
didats.
Sarah Sofi
M
me
BENGHEBRIT DONNE LE COUP D'ENVOI DES EPREUVES
Un tournant majeur pour les 657.026 candidats
M
me
Nouria Benghebrit, ministre de l’Education nationale, a donné, hier matin à partir du lycée El Idrissi de la place du 1
er
Mai à Alger,
le coup d’envoi officiel des épreuves du baccalauréat au titre de la session 2014.
LE CHIFFRE AUGMENTE CHAQUE ANNÉE
2.715 candidats de 35 établissements
pénitentiaires
Le baccalauréat 2014 en chiffres
Les épreuves du baccalauréat (session juin 2014) ont débuté, hier, dans
de « bonnes conditions », selon les déclarations de la ministre de l’Educa-
tion nationale, Nouria Benghebrit. Voici les données chiffrées de cette ses-
sion :
- Nombre total de candidats : 657.026 - Candidats scolarisés : 450.374
- Candidats libres : 206.652 - Date d’examen : du 1
er
au 5 juin 2014 - Nom-
bre de garçons : 287.351 *scolarisés : 173.245 *libres : 114.106
- Nombre de candidates : 369.675 *scolarisées : 277.129 *libres : 92.546
- Nombre de candidats des écoles privées : 2.551
- Nombre de candidats aux besoins spécifiques : 280 - Nombre de
candidats étrangers : 833
- Nombre de candidats des centres de rééducation : 2.432 - Nombre de
centres d’examen : 2.181 - Nombre de centres de correction : 57
- Nombre de surveillants : 120.000 - Nombre de correcteurs : 34.000
- Nombre d’observateurs : 16.000
- Nombre de filières objet d’examen : 10 filières.
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
7 EL MOUDJAHID
Lundi 2 Juin 2014
Nation
Ambiance studieuse et sereine
Les épreuves du baccalauréat ont débuté hier dans de bonnes conditions, sur l’ensemble du territoire national, une atmosphère studieuse
a prévalu dans tous les centres d’examen.
D
ans la wilaya d’Oran, ils sont
19.691 candidats, dont 4.584
libres, à se présenter dans la
matinée dans l’un des 64 centres
d’examen ouverts à cet effet. Parmi
ces effectifs figurent 11 handicapés,
92 candidats de l’Ecole des cadets de
la nation et 37 personnes issues des
centres pénitentiaires de la wilaya. La
direction de l’éducation a mobilisé
3.764 enseignants pour assurer la sur-
veillance des candidats et encadrer
ces centres d’examen. A Ain Temou-
chent, au total, ce sont 5.094 candi-
dats, dont 2.888 filles, qui se sont
dirigés vers les 16 centres d’examen
pour subir les épreuves du baccalau-
réat. Ces candidats se répartissent
entre 1.156 candidats libres, 20 issus
de centres de rééducation et deux
handicapés. Les 16 centres d’examen
sont encadrés par 1.365 travailleurs
du secteur de l’éducation et 118 ob-
servateurs, soit sept observateurs par
centre d’examen. Dans la wilaya de
Sidi Bel-Abbès, le nombre d’inscrits
à cet examen est de 8.874, dont 4.935
filles. Parmi ces candidats figurent
108 détenus et 2.512 candidats libres.
Ces effectifs sont répartis au niveau
de 36 centres d’examen. Par ailleurs,
le nombre de candidats dans la wi-
laya de Tissemsilt est de 6.730 répar-
tis sur 12 centres d’examen et
encadrés par 2.859 enseignants et
agents administratifs. La wilaya de
Tlemcen compte, quant à elle,
quelque 15.000 candidats dont 51 dé-
tenus et 5 non-voyants. Ces candidats
subiront les différentes épreuves au
niveau de 48 centres d’examen sous
l’encadrement de 5.182 professeurs
et agents. Dans la wilaya de
Mostaganem, ils sont 9.531 candidats
concernés par cet examen dont ils
subiront les épreuves au niveau de 32
centres. 2.151 agents ont été mobili-
sés pour assurer la bonne marche de
ces épreuves. Pour la wilaya de Mas-
cara, le nombre des candidats est es-
timé à 9.491 lycéens dont 71
ressortissants sahraouis et 44 détenus
des centres pénitentiaires. A Reli-
zane-ville, ils sont 6.569 candidats
dont 2.869 libres à plancher sur les
différentes matières au niveau des 27
centres ouverts à cet effet, alors qu’à
Relizane, les effectifs concernés sont
de l’ordre de 13.389 candidats répar-
tis sur 43 centres ouverts à travers le
territoire de la wilaya. Enfin, dans la
capitale du Sersou, les candidats au
Bac sont au nombre de 16.004 à
s’être dirigés vers l’un des 57 centres
ouverts à cet effet. Parmi ces effec-
tifs, figurent 11 détenus, 8 handicapés
et un ressortissant syrien.
Entre certitude, ardeur
et stress à l’est
Des certitudes, beaucoup d’ar-
deur, mais aussi pas mal de stress se
lisaient, hier matin, sur les visages
des dizaines de milliers de lycéens at-
tendant de rejoindre les centres
d’examen du baccalauréat dans les
wilayas de l’Est du pays. Qu’ils aient
choisi de s’isoler pour mieux se
concentrer ou de rester en groupes
pour évacuer leur angoisse, les can-
didats, à Constantine, Khenchela,
Annaba, El Tarf, Biskra ou Bordj Bou
Arréridj, semblaient tous, juste avant
l’ouverture des portes des centres
d’examen, conscients de l’impor-
tance de cette journée déterminante
pour leur avenir. L’instant fatidique
de l’entrée en salle d’examen est mar-
qué par un côté solennel visible aussi
bien chez ceux qui, quelques instants
auparavant, révisaient pour la der-
nière fois en marmonnant entre leurs
dents, que chez ceux qui riaient aux
éclats en blaguant avec leurs cama-
rades. L’ouverture de l’enveloppe ca-
chetée et la distribution des sujets
sont suivis par un silence « assour-
dissant ».
L’instant d’après, les yeux, chez
les uns, se mettent à briller de joie à
la découverte de la teneur de
l’épreuve, tandis que chez les autres,
des sourcils se mettent à froncer. Et
c’est parti. A Sétif, première wilaya
de l’Est du pays de par le nombre
d’habitants, ils étaient 25.861 candi-
dats, dont 14.882 filles et 6.643 can-
didats libres, à se rendre dans les 84
centres d’examen aux côtés de 75 dé-
tenus dans des maisons de rééduca-
tion, 22 candidats d’une école privée
et 5 jeunes aux besoins spécifiques
dont 4 malvoyants. Une atmosphère
très studieuse régnait au lycée Moha-
med-Bentouati du pôle urbain de
Gaoua où le wali s’est déplacé pour
donner le coup d’envoi officiel de cet
examen décisif. Même ambiance à
Jijel où 15.107 candidats dont 11.235
scolarisés et 3.872 libres se sont ren-
dus, à 8 h précises, dans les 34 cen-
tres d’examen répartis à travers la
wilaya.
Dans cette wilaya littorale comme
dans toute la région Est, toutes les
dispositions ont été prises par la di-
rection de l’Education pour le trans-
port et la restauration des candidats,
ainsi que des surveillants et des per-
sonnels d’encadrement. Toujours sur
la côte-est, ils ne sont pas moins de
19.286 candidats, dont 5.620 libres, à
concourir dans les 61 centres d’exa-
men ouverts dans la wilaya de
Skikda, tandis qu’à Annaba, où le
coup d’envoi officiel a été donné à
partir du lycée El Moukaouama,
10.002 candidats, dont 5.309 filles
planchent sur les sujets proposés pour
cette première journée d’examen. A
Khenchela, 10.100 candidats parmi
lesquels plus de 2.800 candidats li-
bres concourent, au moment où à
Guelma et à Batna, ils sont respecti-
vement 9.532 et 27.857 à subir les
épreuves du baccalauréat 2014.
76.000 candidats composent dans
les wilayas du Sud
Quelque 76.000 candidats pas-
sent, dans les wilayas du Sud, l’exa-
men du baccalauréat (session de juin
2014), dont les épreuves ont débuté
hier matin dans de bonnes conditions.
Ces candidats de diverses filières
(scientifiques, littéraires et tech-
niques), dont plus de 27.000 candi-
dats libres, handicapés et
pensionnaires d’établissements de ré-
éducation, sont répartis sur 346 cen-
tres d’examens désignés à travers les
wilayas de Tindouf, Béchar, El-
Bayadh, Naâma, Laghouat, Ghardaïa,
Adrar, Tamanrasset, Illizi, El-Oued
et Ouargla, selon les directions lo-
cales de l’éducation. Les directions
locales de l’éducation des wilayas du
Sud ont mobilisé plus de 15.840 en-
cadreurs, dont des agents, des surveil-
lants, et des observateurs chargés de
veiller au bon déroulement de cet
examen dont les épreuves se poursui-
vront jusqu’à jeudi.
Dans la wilaya d’Ouargla, à titre
d’illustration, quelque 13.510 candi-
dats dont 4.178 libres étaient attendus
ce matin à cet examen au niveau de
49 centres encadrés par 3.594 per-
sonnes.
Synthèse de M. Bouraib
SIDI BEL-ABBES
8.874 candidats composent
Toutes les conditions sont réunies pour le bon déroulement des épreuves du baccalauréat grâce
à la mobilisation de tous les moyens de la direction de l’éducation et de la wilaya en général en
veillant au moindre détail du dispositif arrêté en la circonstance. Un dispositif où les volets de la
sécurité, de la santé et du transport, entre autres, sont pris en charge, sans compter l’encadrement
pédagogique et de surveillance qui dépasse les 2.500 enseignants et observateurs. Même le climat
était propice avec ces pluies qui se sont abattues porteuses de fraîcheur. Le wali a effectué une
visite d’inspection des centres d’examens et donné le coup d’envoi de la première épreuve qui est
l’arabe, il devait s’entretenir avec quelques candidats pour les mettre dans le bain et les encourager
avant de visiter les espaces d’observation et de collecte des copies. Il est à signaler que cette édition
comptabilise 8.874 candidats dont 6.254 scolarisés et 2.512 libres en plus de ceux du centre de ré-
éducation au nombre de 108. C’est au niveau de la filière des lettres que le nombre reste élevé re-
lativement si l’on se réfère au tableau présenté. Bref, tout se déroule normalement…
A. B.
AIN-DEFLA
Toutes les conditions réunies
CEM Ibn Sina au centre-ville d’Ain-Defla.
Dès 7 heures, sous une pluie fine les premiers
candidats commencent à affluer, seuls ou en
groupe, d’autres accompagnés de leurs parents.
De jeunes membres d’une association caritative
les accueillent avec le sourire et un panier de
bonbons. Belle initiative de solidarité qui déride
les candidats et atténue leur stress. L’heure de
la première épreuve, celle de littérature arabe
pour les 326 inscrits dans la filière de sciences
expérimentales et mathématiques, arrive et avec
elle le wali d’Ain-Defla accompagné du prési-
dent de l’APW et des responsables des corps de
sécurité. Dans une salle d’examen, les sujets
doublement enveloppés sont ouverts par deux
candidats. Comptés, les sujets sont rapidement
acheminés vers les autres salles. Deux observa-
teurs secondés par cinq agents sont sur place
pour superviser le déroulement des épreuves.
Deux agents de police, dont une femme et un
agent de la protection civile, sont également
présents. Un médecin et un agent paramédical
sont également de garde avec une ambulance
pour parer à toute éventualité. Au niveau de la
cantine, le repas se prépare, tous les candidats
scolarisés y ouvrent droit de même que pour les
candidats libres qui le demandent. Le même
dispositif, révèle M. Abdellah Meziane, le di-
recteur de l’éducation, est mis en place au ni-
veau des 45 centres d’examen, dont 19 pour les
candidats libres, prévus pour l’accueil des
14.073 candidats. 2.645 surveillants dont 225
suppléants les encadrent et 225 observateurs,
secondés chacun par cinq agents, ont été dési-
gnés pour superviser cet examen au niveau de
la wilaya d’Ain-Defla.
A. M. A.
12.657 élèves ont passé hier l’examen du
baccalauréat dans la wilaya. Ces élèves, parmi
lesquels il faut compter 3.047 candidats libres
et 5 handicapés ont été répartis à travers 41 cen-
tres d’examen, encadrés par 3.206 agents dont
2.551 surveillants. Toutes les conditions néces-
saires pour un bon déroulement des épreuves
ont été réunies par la commission de prépara-
tion présidée par le wali. Les candidats qui ont
eu la chance de bénéficier d’un climat frais,
hier, n’ont manqué de rien sur le plan pédago-
gique mais aussi pour la restauration, le trans-
port, la sécurité et la prise en charge médicale.
En plus de l’affectation d’un médecin et d’un
psychologue pour chaque centre d’examen des
ambulances ont été mobilisées pour intervenir
en cas de besoin. Aucun incident n’a été signalé
hier. Même sur le plan psychologique l’am-
biance a été bonne, comme le montre la mine
détendue que nous avons remarqué chez les
candidats que nous avons rencontrés. Les sujets
accessibles, selon eux, ne sont pas étrangers à
cette situation. F. D.
SETIF
Des centres d’examen
à Beni Ourtilène, Guenzet et Babors
C’est sous un temps clément empreint de
sérénité chez les nombreux candidats, qu’ont
débuté hier les épreuves écrites dans la wilaya
de Sétif. Bien avant le début de la première
épreuve, le wali Mohamed Bouderbali ac-
compagné du président de l’APW et des au-
torités civiles et militaires, se rendra au lycée
Mohamed Bentouati, un centre d’examen de
360 filles et garçons où il s’entretiendra avec
les candidats et les encouragera.
Il ne manquera pas d’en faire de même
avec les responsables et encadreurs, consa-
crant une partie de son temps à la visite du se-
crétariat d’examen et de l’infirmerie.
Rappelons que pas moins de 25.861 candidats
dont 14.882 filles se présentent à ce examen.
Le wali se rendra ensuite au niveau d’un se-
cond centre d’examen, le lycée Malek Ben-
nabi où il prendra connaissance dans le détail
des conditions d’examen qui prévalent parmi
les 84 centres mis en place. Il s’enquerra du
dispositif mis en place pour l’acheminement
des copies vers les centres d’examen implan-
tés dans toutes les communes de la wilaya,
jusque dans les localités lointaines et monta-
gneuses de Beni Ourtilène et Bouandas,
Guenzet, Salah Bey et Babors soulignera Dja-
mel Belkadi, directeur de l’éducation, qui re-
lèvera, par là même, que 6.686 candidats
libres, dont 3.710 garçons et 2.933 filles,
prennent part cet examen. Par ailleurs, 22
candidats de l’école privée En Nour, 5 candi-
dats handicapés dont 4 malvoyants et 1 han-
dicapé moteur avec 75 candidats issus du
centre de rééducation de Sétif sont présents
dans les différents centre implantés dans cette
wilaya qui a décroché la 11
e
place l’an der-
nier. Visiblement satisfait du travail accompli
par la commission de wilaya installée à cet
effet et qui regroupe tous les partenaires
concernés, y compris les services de sécurité,
le wali a estimé que « rien n’a été laissé au
fait du hasard et que toutes les dispositions
sont mises en œuvre pour assurer le succès de
cet examen  », sachant que les moyens de
transport et de restauration sont prévus pour
les candidats et encadreurs.
F. Zoghbi
BEJAIA
18.562 candidats affrontent les épreuves
Les épreuves ont débuté hier à travers les
60 centres d’examen répartis dans la wilaya.
18.562 candidats dont 10.710 candidates ont
subi les épreuves au premier jour de cet im-
portant examen qui permettra d’assurer le
passage au palier universitaire. Pour la sur-
veillance 4.507 surveillants et 421 observa-
teurs supervisent le déroulement de l’examen.
Le nombre des candidats scolarisés est de
13.109 pour l’enseignement secondaire et
1.410 pour l’enseignement technique, alors
que les candidats libres sont au nombre de
4.032; dont 1947 candidates. Selon le direc-
teur de l’éducation, M. Abidat, «  tous les
moyens humains et matériels sont réunis pour
le bon déroulement de cet examen. Par ail-
leurs, 82 détenus ont subi les épreuves au cen-
tre pénitentiaire d’Oued Ghir. Cette année, il
y a eu l’inscription de 12 candidats ayant
suivi leur scolarité dans des établissements
scolaires privés. Les candidats handicapés
sont pris en charge dans les centres d’examen
où ils bénéficient de l’assistance nécessaire.
La sécurité est assurée dans tous les centres
avec les éléments de la protection civile, de
la santé et les services de sécurité, police et
gendarmerie. Les candidats ont droit au res-
taurant durant les cinq journées de l’examen.
L’acheminement des copies des 14 centres de
distribution vers les centres d’examen est sé-
curisé par les éléments de gendarmerie et de
police. » Hier, le wali de Bejaia, Ahmed Ham-
mou Touhami, accompagné du directeur de
l’éducation, d’un représentant du ministère de
la tutelle et des responsables de la sécurité ont
assisté à l’ouverture du premier sujet de l’exa-
men au lycée Ibn Sina.
M. Laouer
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
BORDJ BOU-ARRERIDJ
12.657 candidats cette année
BACCALAUREAT 2014
Nation EL MOUDJAHID 8
Lundi 2 Juin 2014
L’Algérie a célébré, hier, à l'instar des au-
tres pays du monde, la journée internationale
de l'Enfant. Coïncidant avec le 1
er
juin de
chaque année, cette occasion est une oppor-
tunité pour attirer l’attention sur les besoins
et les droits des enfants. C’est, également,
une halte qui permet aux spécialistes et aux
institutions impliquées dans la protection et
le bien être des enfants, de faire le point sur
la situation de l’enfance en Algérie.
Certes, beaucoup d’actions ont été entre-
prises, depuis plusieurs années, par les pou-
voirs publics en vue d’assurer une vie
meilleure pour les enfants algériens.
En effet, l’Algérie a ratifié plusieurs ins-
truments internationaux et régionaux en lien
avec les droits de l’enfant et de la femme. La
Convention des droits de l’enfant a été si-
gnée depuis plus de vingt ans déjà, soit le 19
décembre 1992 et a été suivie par la ratifica-
tion, le 8 juillet 2003, de la charte africaine
des droits et du bien être de l’enfant. Le pro-
tocole facultatif de la CDE portant sur la
vente d’enfants, la prostitution des enfants et
la pornographie mettant en scène des enfants
a été ratifié lui, le 2 septembre 2006. Depuis
la ratification de la CDE, des progrès ont été
réalisés dans le domaine législatif. On note
par exemple, les amendements apportés en
2005 au code de la nationalité et au code de
la famille pour une meilleure protection des
droits de l’enfant et de la femme. Ces enga-
gements ont été concrétisés sur le terrain et
des avancées considérables ont été enregis-
trées permettant à l’enfant d’évoluer dans un
environnement sain, garantissant ses droits
les plus élémentaires, en matière de santé et
de l’éducation, notamment.
L'Algérie comme tout Etat signataire de
la convention n'a pas manqué d'élaborer un
plan d'action en faveur de l'enfance, ce plan
s'est fixé des priorités et des objectifs qui
s'insèrent dans la stratégie de développement
national, et qui répondent aux mesures pré-
conisées dans la déclaration du sommet
mondial pour l'enfance. Ces objectifs sont
répartis de manière sectorielle et tiennent
compte des contraintes logistiques et finan-
cières.En matière de santé, l'Algérie s'est en-
gagée à diminuer le taux de mortalité
infantile. L'amélioration de la santé mater-
nelle et celle des enfants ont été, toujours, au
centre des préoccupations des hautes autori-
tés du pays, ce qui constitue, en principe l’un
des plus importants droits dont les enfants
bénéficient sans limites. Pour ce qui est de
l’éducation, l’Etat n’a pas économisé ses ef-
forts pour garantir la scolarisation de tous les
enfants algériens en misant sur la gratuité de
l'enseignement pour lutter contre l’analpha-
bétisme et ce, au lendemain de l’indépen-
dance. Dans ce contexte, des actions ont été
engagées pour améliorer le quotidien des en-
fants scolarisés. Les enfants résidant dans
des régions reculées de l’immense territoire
de l’Algérie profonde ne sont plus obligés de
faire des dizaines de kilomètres à pieds pour
apprendre à lire et à écrire, puisque des
moyens de transport conséquents, ont été dé-
ployés et pris en charge par les communes
concernées, ceci sans oublier l’effort de
construction. En effet, la multiplication des
établissements scolaires bien équipés, a lar-
gement contribué dans la lutte contre l’anal-
phabétisme. Il convient de noter que la
législation algérienne accorde tous les droits
aux enfants pour leur assurer un réel épa-
nouissement, à travers l’exercice des activi-
tés, sportives, scientifiques et toutes sortes
d'activités artistiques et culturelles. Bien sûr
beaucoup reste à faire, et c’est justement
dans ce contexte que le nouveau plan du
gouvernement pour le quinquennat 2014-
2019, prévoit encore de nouvelles disposi-
tions pour la prise en charge de cette frange
si sensible de la population, et qui concerne
justement, la génération de demain.
Kamélia H
Des lois protectrices qui ont connu d’importantes avancées
BATNA
Les tout-petits font
scintiller le stade
Drana
Les tout-petits ont créé hier, au stade
Drana de Batna, une ambiance joyeuse
marquée par les cris de joie en cette jour-
née qui leur est spécialement dédiée le 1
er
juin de chaque année. La cérémonie d'ou-
verture des manifestations organisées à
cette occasion a été marquée par une pa-
noplie de spectacles de clowns, au grand
bonheur des petites têtes brunes, promptes
à se faire les complices des artistes. La
tente aménagée dans l'enceinte de ce stade
pour abriter cet événement a connu une
forte affluence de la part des enfants
parmi lesquels les lauréats des concours
lancés il y a quelques jours pour la cir-
constance, qui ont reçu de nombreux ca-
deaux. Les chérubins ont, notamment été
émerveillés par l'étonnant show de chants
et de danses animé par la facétieuse Aya
(12 ans), de l'association Atfal El Gara-
gouz.
D'autres activités ont été organisées à
l'occasion de cette journée par l'associa-
tion caritative "Dounia Bikheïr", au centre
de recherche scientifique de l'université de
Batna, et par les Scouts musulmans alge-
riens (SMA), à la place publique située
face au siège de la sûreté de wilaya, où
sketches et spectacles de clowns ont pro-
curé beaucoup de joie aux enfants.
Le programme de la célébration de
cette journée a également donné lieu à
l'organisation, à l'initiative de l'Office des
établissements de jeunesse (ODEJ), d'une
excursion vers la forêt de Bouilef-Fesdis
qui a bénéficié à 1.500 enfants venus de
l'ensemble des communes de la wilaya.
Les enfants de la wilaya de Batna ont ren-
dez-vous, tout au long du mois de juin, à
de nombreuses activités artistiques, lu-
diques, culturelles et sportives concoctées
par une quinzaine d'associations, dans le
cadre de "l’espace de l'enfance 2014", a-
t-on indiqué à l’APC de Batna.
APS
A l’occasion de la journée
mondiale de l’Enfance, une
sortie en mer a été organisée
au profit des enfants, notam-
ment ceux souffrant de han-
dicaps, à bord du «Moundjid
701», un remorqueur de
haute mer. Ce bateau qui fait
partie de la flotte navale mi-
litaire, a déjà accompli
plusieurs missions dont le
sauvetage des navires en
détresse <en haute mer et
la lutte contre la pollution
marine.
Le temps pluvieux, n’a pas em-
pêché les enfants accompagnés de
leurs parents, de rester sur le bas-
tingage et le pont du bateau, pour
prendre des photos souvenir, no-
tamment avec les marins et le ca-
pitaine tous réunis sur la passerelle.
A cette occasion, les différents
présidents et membres des associa-
tions qui ont pris part à cette sortie,
qualifient cette initiative d’«es-
pace» qui offre à l’enfant la possi-
bilité de découvrir un autre
horizon, appelant dans ce cadre à
prospecter d’autres voies à même
d’aider l’enfant à acquérir une
autre vision du monde
dans lequel il vit. Pour M.
Mohamed Goumari, res-
ponsable au niveau de
l’association des anciens
Scouts musulmans algé-
riens de la commune de
Ain Boucif (Médéa),
«nous avons reçu une invi-
tation du ministère de la
Défense précisément des
Forces navales pour parti-
ciper à cette croisière», in-
diquant que «la joie que
procure cette participation
se lit sur les visages des enfants
présents». Membre de l’association
pour la protection de l’enfance et
les soins maternels, Tawi Aicha, a,
pour sa part, estimé que «ce genre
d’excursions profite énormément à
l’épanouissement de l’enfant.
Hichem Hamza
Sortie en mer pour des dizaines d’enfants
C
es journées qui se pour-
suivront jusqu’au 5 juin se
tiennent avec la collabora-
tion du ministère de l’Education
nationale. Elles se fixent comme
objectif principal de faire connaî-
tre à l’enfant le principe du déve-
loppement durable et les voies
qui y mènent, estime Mme Kaw-
ter Madoui, directrice de l’école,
avant d’ajouter que lors de ces
journées, les hôtes du jardin, au-
ront droit à des informations qui
forgeront leur culture environne-
mentale mais également des dis-
tractions et des loisirs, à l’instar
des jeux, liés au jardinage, com-
postage de déchets et autres acti-
vités ludiques et éducatives et
environnementales, sanctionnées
par des cadeaux.
Il faut rappeler que pour
cette année, il a été choisi
comme slogan  «  L’économie
verte, en faites-vous partie ?» Un
message qui véhicule l’adhésion
de l’Algérie à cette approche. La
première responsable de l’école
qui affirmera que les portes ou-
vertes seront ouvertes aux éco-
liers d’Alger et autres wilayas
limitrophes, durant les cinq jours
de la manifestation, se déclinent
en plusieurs ateliers, comme
c’est le cas de celui, destiné à
l’animation de la lecture de
contes, en sus de spectacles de
magie et de clowns, prévus pour
les après-midis. L’option joindre
l’utile à l’agréable, en fait n’est
pas comme de coutume, en reste
pour permettre aux enfants de se
ressourcer et oublier, un tant soit
peu, l’ambiance des études. Des
activités culturelles et artistiques
qui devraient, selon la directrice
de l’école de l’Environnement du
jardin d’Essai, inculquer à nos
enfants les bonnes valeurs qui se
meurent aujourd’hui. C’est ainsi
que M
me
Madoui, lance un appel
aux artistes de s’adresser au jar-
din, pour le montage d’activités
artistiques en rapport avec la pré-
servation de l’environnement qui
ne cesse de subir des agressions
de tous types.
Samia D.
JOURNEE INTERNATIONALE DE L’ENFANCE
JARDIN D’ESSAI DU HAMMA
Activités ludiques et artistiques
au rendez-vous
P
h

:

W
a
f
a
Plus de 150 enfants aux besoins
spécifiques ont visité hier le Centre
de la Garde républicaine du Lido à
Alger, à l’occasion de la journée
mondiale de l’Enfance. Pour la
deuxième fois consécutive, la Garde
républicaine a accueilli des enfants
aux besoins spécifiques venus des
wilayas de Relizane, Tissemsilt,
Alger, Chlef, Aïn Defla et Tizi-
Ouzou. «Le Commandement de la
Garde républicaine organise des
portes ouvertes, pour renforcer le
lien Armée/Nation, vu l’intérêt
qu’accorde le commandement aux
différentes catégories de la société,
notamment, celles des enfants aux
besoins spécifiques», a indiqué le
chargé de la communication du com-
mandement de la Garde républicaine,
le capitaine Abane Rabah. Il a expli-
qué que cette activité est organisée
par le haut commandement de l’ar-
mée nationale populaire (ANP),
«dans le cadre de son plan de com-
munication». Ces portes ouvertes ont
pour but de «faire connaitre aux en-
fants la Garde républicaine et ses dif-
férentes activités telle que
l’équitation», a-t-il ajouté. Les en-
fants et leurs parents ont assisté à des
exhibitions de cavaliers et autres jeux
équestres.
La chef de service santé de la
Garde républicaine, le colonel Amel
Moumen, a souligné la grande im-
portance du contact avec les chevaux
pour l’équilibre psychologie des en-
fants handicapés. «L’équitation est
utilisée dans plusieurs pays comme
une thérapie pour traiter les enfants
handicapés, cela s’appelle l’équithé-
rapie. L’équitation participe au déve-
loppement psychologique de
l’enfant», a-t-elle expliqué.
APS
150 enfants visitent le Centre
de la Garde républicaine du Lido
L’Ecole de l’environnement du jardin d’Essai du Hamma, organise, depuis hier, et ce dans le cadre de la
commémoration de la journée internationale de l’Enfance, des journées portes ouvertes ayant pour thème
«l’enfant et l’environnement pour un développement durable».
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
9
INSTITUT NATIONAL
DU REIN
Mise en service
prochaine
L’institut national du rein et de greffe
d’organes, réalisé dans la ville de Blida,
sera bientôt mis en service, a indiqué, hier
à l’APS, le directeur de la santé, de la po-
pulation et de la réforme hospitalière de la
wilaya. « Actuellement, des entreprises spé-
cialisées sont à pied d’œuvre pour installer
le matériel et tous les équipements néces-
saires, une opération qui devrait s’achever
au maximum dans deux semaines », a ex-
pliqué Ahmed Zenati, précisant que cet ins-
titut « entamera ses activités dès
l’achèvement de cette étape ». Le directeur
local du secteur a, en outre, tenu à démentir
les informations faisant état du manque de
personnel qualifié et qui serait à l’origine
du retard dans la mise en service de cette in-
frastructure de santé publique. « Il n’y a pas
de problème de spécialistes. Tout le person-
nel nécessaire au bon fonctionnement de cet
institut a été déjà sélectionné et entamera
son travail, aussitôt le matériel installé », a-
t-il souligné. Le projet de cet institut a été
initié, en en 2001, par le Président de la Ré-
publique, Abdelaziz Bouteflika, lors d’une
visite qu’il a effectuée dans la wilaya, rap-
pelle-t-on.
« Un dispositif d’alerte et de surveillance a
été mis en place afin de repositionner le stock de
sécurité en moyens de protection, dont toutes les
structures de santé du pays disposent depuis fin
2012 », c’est ce qu’a déclaré, hier, le professeur
Smaïl Mesbah, directeur de la prévention au mi-
nistère de la Santé, de la Population et de la Ré-
forme hospitalière sur les ondes de la Chaîne 3.
Le Pr. Mesbah, qui était l’hôte de l’émission « in-
vité de la rédaction » a expliqué que « dans
chaque hôpital, le ministère a fait réserver un ser-
vice d’isolement en cas d’apparition du virus.
Toutes nos équipes de santé sont mobilisées pour
détecter ces cas, notamment ceux concernant nos
ressortissants du Moyen-Orient et nos hadjis et
qui présenteraient dans les dix jours de leur retour
de la fièvre et des difficultés respiratoires. Ces
cas seront immédiatement hospitalisés et mis en
isolement. » Le directeur de la prévention a indi-
qué que « les deux cas détectés ont été pris en
charge et mis en isolement. D’ailleurs le premier
cas a été hospitalisé le jour même de son arrivée
en Algérie », a-t-il signalé en précisant qu’ «
aucun cas dans leurs familles n’a été détecté. »
Le Pr. Mesbah a souligné que « c’est une maladie
qui est due à une souche nouvelle de la famille
coronavirus qu’on connaît et qui est apparue en
février 2012, et depuis cette date, 532 cas ont été
enregistrés à travers le monde. » Dans ce
contexte, il rappellera que le ministère de la Santé
a renforcé depuis le 27 avril dernier, « le disposi-
tif de surveillance et d'alerte mis en place le 12
juin 2013 du fait de l'évolution de la situation épi-
démiologique de l'infection due au à ce nouveau
virus au Moyen-Orient », a-t-il dit.
Vaccination obligatoire pour les supporters
allant au Brésil
C'est dans le cadre de cette « alerte renforcée
et soutenue » que ces deux cas d'infection ont été
déclarés et confirmé par le laboratoire national de
référence pour le coronavirus de l'Institut Pasteur
d'Algérie. Le communiqué du ministère de la
Santé précise qu'au stade actuel des données épi-
démiologique factuelles, l'Organisation mondiale
de la santé, OMS, informe que « la transmission
interhumaine reste faible » a fait rappeler le res-
ponsable. Toutefois, l'organisation recommande
aux voyageurs se rendant dans le Moyen-Orient,
notamment en Arabie saoudite, de respecter les
règles d'hygiène par le lavage fréquent et soi-
gneux des mains au savon liquide ou par friction
avec une solution hydro-alcoolique. Il est aussi
recommandé de respecter les règles d'hygiène
respiratoire par l'utilisation de mouchoirs en pa-
piers à usage unique en cas de toux et d'éternue-
ment et de consulter rapidement un médecin
devant toute fièvre avec signes respiratoires
(toux, gène respiratoire) en veillant à lui signaler
le séjour au Moyen-Orient. D’autre part, le Pr.
Mesbah a rassuré sur le fait que « la mission mé-
dicale d’El Hadj sera renforcée par une décision
qui prise par le gouvernement. Tous les pèlerins
d’El Hadj et de la Omra seront sensibilisés indi-
viduellement et auront une affiche expliquant
l’ensemble des mesures à prendre qu’ils devront
respecter.» En ce qui concerne le déplacement
des supporters algériens vers le Brésil pour la
Coupe du monde 2014, il a indiqué que « la seule
mesure obligatoire est la vaccination contre la
fièvre jaune et ce dispositif a été mis par le mi-
nistère de la Santé depuis le 30 avril. Dans ce
sens, 28 centres internationaux ont été ouverts à
l’échelle nationale afin de prendre en charge nos
supporters. Un dépliant sera remis aux suppor-
teurs dans les deux langues afin de leur expliquer
toutes les mesures à prendre afin de passer une
Coupe du monde en toute sécurité. Nous mettons
en garde contre les transmissions des maladies
sexuellement transmissibles ». En termes de cou-
verture vaccinale, il a indiqué que « les résultats
obtenus par l’Algérie sont classés parmi les pre-
miers en région nord africaine. Tous nos vaccins
sont supérieurs à un taux de 90%. Mieux encore,
ces résultats sont pour nous, une mission, on a es-
timé qu’il fallait encore élargir la protection par
la vaccination. Cette année on a introduit 4 nou-
veaux vaccins dans le calendrier vaccinal qui est
une avancée importante dans notre pays. » D’au-
tre part, le Pr. Mesbah a déclaré que « le ministère
a réussi à stabiliser le nombre de foyers de toxi-
infections alimentaires collectives de 3000 à
3500 cas. » Wassila Benhamed
CORONAVIRUS
Un dispositif d’alerte et de surveillance installé
L’Algérie a célébré, hier, à l’instar
des autres pays du monde, la journée
mondiale de l’Enfance. Cette journée
qui coïncide avec le 1
er
juin de
chaque année a également été une oc-
casion pour informer et sensibiliser
au mieux les citoyens sur les nom-
breux dangers auxquels reste exposée
cette catégorie vulnérable de la so-
ciété.
Il faut dire que les chiffres com-
muniqués, hier, au forum de la sûreté
nationale sont effarants. Selon les sta-
tistiques de la Direction générale de
la sûreté nationale (DGSN), pas
moins de 6.321 enfants ont été vic-
times de toutes formes de violence,
en 2013.
La violence physique vient en pôle
position (56%), avec 3.599 enfants
victimes. Vient ensuite la violence
sexuelle subie par 1.818 victimes.
Toutes ces violences ont malheureu-
sement causé la mort de 7 enfants. A
ces cas s’ajoutent encore, les mauvais
traitements avec 627 cas et enfin les
enlèvements avec 256 kidnappings
d’enfants et de mineurs.
« Grâce à l’intervention des élé-
ments de la direction générale de la
sûreté nationale, ces enfants ont tous
été récupérés et remis à leurs parents
sains et saufs », a souligné M
me
Kheira Messaoudène, commissaire
divisionnaire, chef du bureau chargé
de la protection de l’enfance et de la
délinquance juvénile à la DGSN.
S’exprimant, ensuite, à propos des
derniers chiffres y afférents,
M
me
Kheira Messaoudène a indiqué
que de janvier à avril 2014, soit du-
rant les 4 premiers mois de l’année en
cours, pas moins de 2.132 enfants ont
été victimes de toutes formes de vio-
lence, dont 1.210 victimes de vio-
lences physiques et 622 victimes
d’agressions sexuelles.
Si par le passé, ces actes abomina-
bles étaient commis par des adultes,
aujourd’hui, de plus en plus de mi-
neurs se rendent coupables d’agres-
sions sexuelles sur leurs semblables,
nous précise le haut fonctionnaire de
police. La raison ? Plusieurs causes
sont invoquées par le cadre de la
DGSN, notamment la crise morale
qui s’installe au sein de la société,
mais aussi l’invasion technologique
via internet et les chaines satellitaires
qui serait derrière ces comportements
odieux.
Il est à retenir, par ailleurs, que le
taux le plus élevé de violence enre-
gistré à l’encontre des enfants  se
situe au niveau « des grandes villes »,
indique M
me
le commissaire qui
évoque, également, les difficultés
rencontrées dans les auditions d’en-
fants victimes d’agressions sexuelles.
Poursuivant ses propos, elle si-
gnale  : «  On reçoit notamment des
petits enfants qui s’expriment mal et
aussi des personnes handicapées.
L’enfant est protégé dans le service
de police. Il est rassuré ».
Tous les chiffres rendus publiés,
hier, par ce cadre de la sûreté natio-
nale renseignent, si besoin est, de la
proportion alarmante que prennent
ces fléaux aujourd’hui, dans une so-
ciété de plus en plus modernisée et
donc impersonnelle.
Aussi, tout est devenu banal et
normalisé, « pour une cause banale,
pour un portable par exemple, un en-
fant peut tuer un autre enfant », dé-
plore M
me
Messaoudène qui
affirme avoir eu affaire à des cas et
des crimes, « qui dépassent l’enten-
dement par leurs mobiles sordides et
insignifiants ».
M
me
le commissaire met en relief
le fait que tous les efforts déployés
par les services de la sûreté nationale
pour lutter contre la criminalité, et,
partant, préserver les enfants contre
toutes sortes d’agressions dirigées à
leur encontre, ont été multipliés ces
dernières années. Elle s’attardera lon-
guement sur le rôle joué par les bri-
gades de protection de l’enfance
réparties à travers l’ensemble des ré-
gions du territoire national et fera sa-
voir que la capitale bénéficie, à elle
seule, et depuis 2002, de trois bri-
gades de protection de l’enfance.
Enfin, il ya lieu de retenir de cette
rencontre est que « la lutte contre ces
différents fléaux sociaux nécessite
une synergie des efforts, à commen-
cer par la cellule familiale, premier
fondement de la société. Ensemble,
sauvons nos enfants ! » Que dire de
plus ?
Soraya Guemmouri
COMMISSAIRE MESSAOUDENE, CHARGEE DE LA PROTECTION DE L’ENFANCE
ET DE LA DELINQUANCE JUVENILE :
« 6.321 enfants ont été victimes de toutes formes de violence en 2013 »
3
e
PROMOTION DE GENDARMERIE NATIONALE DE MEDIATION SOCIALE
A l’écoute des mineurs
Pour lutter contre la délinquance juvénile, il est nécessaire d'accorder la priorité à l'action préventive par la prise en charge des jeunes
exposés aux risques et dangers favorisant la déviance et ce, par des actions conjuguées de la famille, l'école, la société civile et enfin des
services de sécurité. Ces derniers doivent agir conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur.
P
our une meilleure prise en charge de cette
catégorie et pouvoir exercer ses missions
avec efficacité, le commandement de la
gendarmerie nationale a mis en place 8 brigades
spécialisées constituées d'éléments qui ont suivi
une formation spécifique leur permettant d’ef-
fectuer des enquêtes et des investigations rela-
tives aux affaires dans lesquelles sont impliqués
des mineurs.
Aussi, les activités de cette brigade en tant
que structure de proximité devront être orien-
tées sur les quartiers populaires où le risque de
déviance juvénile est plus important.
Dans ce contexte, 31 éléments de la police
judiciaire de la gendarmerie nationale compo-
sent la 3
e
promotion de gendarmerie nationale
de médiation sociale qui est sortie, hier, de
l’Ecole de police judiciaire de gendarmerie na-
tionale de Zéralda. Une cérémonie de circons-
tance qui s’est déroulée en présence notamment
du colonel Mustapha Lalmas, directeur de la
prévention et de la sécurité publique ainsi que
du directeur de la formation de la police judi-
ciaire. La brigade de protection des mineurs de
la gendarmerie nationale est une unité spéciali-
sée, placée auprès du commandement de grou-
pement territorial de la gendarmerie nationale
et dont la compétence s’exerce sur toute l’éten-
due de la wilaya. Ces brigades spécialisées sont
composées d'éléments spécialement formés
pour s'occuper des jeunes délinquants lors des
investigations en tenant compte des spécificités
de la personnalité des mineurs qui exige un trai-
tement différent de celui réservé aux adultes.
Pour le lieutenant-colonel Abdelhamid Keroud,
responsable de la communication du comman-
dement de la gendarmerie nationale « la sélec-
tion de ces éléments doit se faire parmi les
gendarmes compétents, ayant des prédisposi-
tions et une tendance affective montrant leur so-
ciabilité et leur volonté d'exercer leurs activités
en direction de cette frange sensible de la so-
ciété ». « Avec ces nouveaux éléments le nom-
bre de gendarmes composant les brigades est
90 membres, choisis parmi les gendarmes les
plus qualifiés, ayant également un esprit ouvert
et vif et jouissant d'un caractère sociable.
Ces derniers ont suivi une formation dans le
domaine de la médiation sociale et les méthodes
d'approche correspondant à cette catégorie de
personnes », a expliqué l’officier supérieur lors
d’un discours prononcé à cette occasion.
Il y a lieu de signaler que cette formation a
été programmée conjointement avec des cadres
de la gendarmerie nationale et des cadres for-
mateurs du CNFPS (Centre national des per-
sonnels spécialisés de Birkhadem), et s'est
déroulée sous forme de cours théoriques conso-
lidés par des sorties sur terrain. Les stagiaires
ont suivi des modules spécialisés adaptés au
contexte traditionnel et culturel des mineurs al-
gérien. Les 31 stagiaires qui ont reçu une for-
mation de 70 jours, ont effectué des visites aux
établissements de sauvegarde des mineurs au
niveau d'Alger pour avoir une idée concrète sur
les modalités de travail avec cette catégorie.
Ladite brigade qui est une entité d’écoute et
de proximité est chargée d’assurer une surveil-
lance des milieux fréquentés par les mineurs
afin de prévenir tout danger moral ou physique
auquel ils peuvent être exposés, de sensibiliser
les mineurs sur les risques de déviance et les
conséquences qu’ils encourent du fait de leur
comportement ainsi que sur toute incivilité
commise par autrui a leur égard, de rechercher
et de constater toute infraction aux lois et règle-
ments régissant le domaine de protection des
mineurs et de procéder aux enquêtes dans les-
quelles des mineurs sont impliqués en qualité
d’auteurs ou victimes, en coordination avec les
magistrats spécialisés. Pour la première fois, la
gendarmerie nationale a intégré des modules
ayant trait aux techniques d'audition et la langue
des signes afin d'assurer une meilleure prise en
charge des catégories de mal entendants.
Par ailleurs, selon le colonel Lalmas, les
gendarmes ont constaté durant les quatre pre-
miers mois de l’année 2014, que pas moins de
980 mineurs qui ont été mis en cause dans des
affaires de crimes et délits alors que 870 autres
ont en été victimes.
Mohamed Mendaci
P
h

:

N
a
c
é
r
a
Dix personnes ont trouvé la
mort et 53 autres ont été blessées
dans 25 accidents de la route sur-
venus samedi dernier à travers 16
wilayas du pays, selon un bilan
rendu public hier par les services
de la gendarmerie nationale.
L’accident le plus grave a été en-
registré sur l’autoroute Est-Ouest
dans la circonscription commu-
nale de Lakhdaria (Bouira). Suite
aux travaux de réfection de la
chaussée, le conducteur d’un vé-
hicule se rendant de Bouira vers
Boumerdès, a perdu le contrôle
de son moyen de locomotion qui
a percuté un camion semi-re-
morque venant en sens inverse et
un autre véhicule qui le précé-
dait. Cet accident a occasionné le
décès du conducteur du premier
véhicule et de deux de ses en-
fants âgés de 16 et 7 ans et des blessures
diverses à sa femme et à deux autres mem-
bres de la famille, note la même source.
Les blessés ont été évacués sur l’établis-
sement de santé public de Lakhdaria, où
sont également déposés les corps des dé-
funts. Une enquête est ouverte par les gen-
darmes de la brigade de
Lakhdaria. Par ailleurs,
un autre accident mortel
a été enregistré sur l’au-
toroute Est-Ouest au
lieudit Tellaouakni dans
la circonscription com-
munale de Bouderbala
(Bouira) où suite à l’ex-
cès de vitesse, le
conducteur d’un véhi-
cule a perdu le contrôle
de son moyen de loco-
motion qui a percuté un
autre véhicule le précé-
dant. Cet accident a oc-
casionné le décès du
conducteur du
deuxième véhicule, de
deux de ses enfants âgés
de 5 et 7 ans et une
femme âgée de 70 ans
ainsi que des blessures diverses à un pas-
sager du même moyen de transport.
10
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
A
près le traitement des dos-
siers de quelque 2.500
souscripteurs au pro-
gramme AADL2, cette agence a
entamé la deuxième vague d’envoi
des convocations pour le retrait des
ordres de versement, soit  2.500
nouveaux ordres de versement à
retirer auprès de la direction de
l’AADL, dès ces jours-ci.
Il faut préciser que lors du lan-
cement de la première vague, en
date du 11 mai dernier, M. Lyès
Benidir, directeur général de
l’AADL, avait promis d’accélérer
le rythme de traitement des dos-
siers et de l’opération d’envoi des
convocations.
Concernant les wilayas qui sont
concernées par l’envoi des convo-
cations aucun détail n’a été révélé
à ce propos par notre source.
Il convient de rappeler que
jusqu’ici, 2.450 souscripteurs au
programme AADL2, ont été desti-
nataires des convocations pour le
retrait de l’ordre de versement,
dont 1.000 souscripteurs à Alger et
les autres répartis sur les wilayas
de Sétif, Béchar, Constantine et
Ain Témouchent.
Une fois l’ordre de versement
reçu, les souscripteurs devront se
rendre au Crédit populaire algérien
(CPA) dans un délai n’excédant
pas un mois renouvelable pour
s’acquitter du montant de la pre-
mière tranche fixé à 210.000 DA
pour les appartements F3 et à
270.000 DA pour les appartements
F4. L’ordre chronologique de la ré-
ception des dossiers physiques par
courrier recommandé sera pris en
compte lors de l’opération de
convocation, alors que l’ordre
chronologique de l’inscription
électronique sera le seul critère pris
en considération lors de la distribu-
tion de logements.
L’AADL a, jusqu’à présent, été
destinataire de quelque 450.000
dossiers physiques sur 700.000
dossiers électroniques.
Selon la direction générale de
l’AADL, ce sont 245.000 souscrip-
teurs qui n’ont encore transmis
leurs dossiers, soit 35% des dos-
siers n’ont pas été reçus. Les res-
ponsables de l’AADL ont fait
savoir qu’ils n’ont reçu que
455.000 dossiers physiques sur les
700.000 demandes en ligne enre-
gistrées et acceptées sur le site
AADL inscription.
Il est utile de rappeler que le 20
juin 2014 serait le dernier délai
pour la transmission via courrier
recommandé des dossiers des
souscripteurs au programme
AADL 2.
Le DG de l’AADL avait appelé
les souscripteurs à se conformer à
cette date dans le souci de respecter
l’ordre chronologique d’inscrip-
tion, ainsi que la convocation des
souscripteurs afin de recevoir les
ordres de versement de la première
tranche.
L’AADL avait entamé vers la
fin du mois de mars dernier la réa-
lisation de plus de 105.000 loge-
ments répartis sur 44 sites dans 16
wilayas, confiée à 14 entreprises
algériennes et étrangères (égyp-
tiennes, turques et chinoises).
Au titre du nouveau programme
quinquennal 2015-2019, quelques
400.000 logements de type loca-
tion-vente seront réalisés par
l’AADL.
Pour le ministre de l’Habitat de
l’Urbanisme et de la Ville, M. Ab-
delmadjid Tebboune, l’objectif de
réaliser entre 400.000 et 450.000
logements de type location-vente,
est parfaitement réalisable durant
le prochain quinquennat, afin de
répondre à la demande formulée.
Salima Ettouahria
PROGRAMME AADL2
De nouvelles convocations adressées
aux souscripteurs
L’Agence d’amélioration du développement du logement (AADL) a entamé, dès cette semaine, la deuxième série d’envoi des convocations
pour le retrait des ordres de versement, a-t-on appris de source proche de l’AADL.
FAUNE ANIMALE
Un lama vient au monde
au parc animalier
de Brabtia (El Tarf)
Un bébé lama, mâle, est venu au monde, égayant de-
puis quelques jours le parc animalier de Brabtia, près d’El
Kala (El Tarf), qui compte près de 160 animaux sauvages
et domestiques.
La gestation de ce camélidé domestique d’origine
sud-américaine a duré 11 mois, ont indiqué les responsa-
bles du parc, soulignant que le lamateau se porte “comme
un charme” tout comme sa maman, entièrement remise
après une mise à bas assez éprouvante.
Depuis sa naissance, le bébé lama est au centre d’une
attention particulière de la part des animaliers qui se dé-
ploient du mieux qu’ils peuvent pour donner tout le
“confort” nécessaire à la maman et son petit, ce dernier
étant devenu la principale curiosité des nombreux visi-
teurs du parc. Il s’agit, en une année, de la quatrième nais-
sance dans cet espace animalier d’une quarantaine
d’hectares.
ACCIDENTS DE LA ROUTE
10 morts et 53 blessés durant les dernières 24h
Organisées par la direction de la pêche et
des ressources halieutiques de la wilaya
d’Alger, des portes ouvertes sur la pêche,
l’aquaculture et les activités annexes ont dé-
buté hier au boulodrome de Rais Hamidou
pour une durée d’une semaine.
Outre des stands d’expositions réservés
aux opérateurs activant dans le secteur, no-
tamment les équipementiers, les banques et
les assurances, ainsi que les organismes pu-
blics d’aide à l’investissement ou la création
de micro-entreprises (ANDI, CNAC,
ANGEM, ANSEJ, etc.), une dizaine de
conférences thématiques sont aussi prévues
pour cet événement. Ces journées s’inscri-
vent dans le cadre de l’explication des dis-
positions du système d’accompagnement
dans le secteur de la pêche décidées par
l’Etat, elles visent aussi à initier une cam-
pagne de sensibilisation et d’information au
profit des jeunes pour investir dans le secteur
de la pêche.
Tout au long de ces sept jours, l’accent
sera mis sur les possibilités d’investisse-
ments offertes par le secteur et les mesures
d’aide et d’encouragement par les pouvoirs
publics et les procédures d’accompagnement
des jeunes investisseurs dans l’activité de la
pêche. C’est aussi l’occasion de présenter
aux jeunes les différents types de formations
qui sont assurées dans le secteur telles que
les formations d’officiers opérationnels pont
et machine destinés à la pêche hauturière et
des officiers des navires destinés à la pêche
côtière, la formation également de techni-
ciens supérieurs en aquaculture, des patrons
de pêche, des officiers mécaniciens ainsi que
des formations à la carte.
Il faut savoir qu’en dépit des annonces qui
sont faites sur les projets relevant du secteur
de la pêche, malgré les efforts consentis dans
la formation et le renforcement des aides de
l’Etat pour cette profession, l’offre reste tou-
jours faible par rapport à la demande, ce qui
pousse les prix du poisson sur les marchés
toujours vers la hausse, le rendant produit de
luxe pour la majorité des foyers algériens.
Les responsables du secteur de la pêche
assurent qu’une disposition de la loi de fi-
nances 2014 prévoit la possibilité d’octroi,
par les banques, de crédits d’investissement
à taux d’intérêts bonifiés dans la filière de la
pêche et de l’aquaculture. La contrepartie at-
tendue de ce soutien de l’Etat est telle qu’il
l’a signifié aux professionnels du secteur, de
réaliser des projets qui tiennent compte des
impératifs de la préservation des ressources
halieutiques et de la protection de l’environ-
nement et des écosystèmes marins.
Dans le volet formation et recherche
scientifique, près de 4.000 jeunes marins pê-
cheurs bénéficient, actuellement, d’une for-
mation au titre du programme « classes
spéciales » relevant du secteur, à l’échelle
nationale, en vue de l’obtention de diplômes
qualificatifs.
Il faut aussi relever à ce titre, la mission
du bateau scientifique Grine Belkacem qui,
pour la 3
e
année consécutive, est chargé de
l’évaluation de la ressource halieutique pé-
lagique (poisson bleu) du littoral algérien.
Des évaluations conduite avec succès, dont
les résultats ont été qualifiés d’enrichissants
et positifs, grâce à la contribution active des
différents intervenants, notamment les ex-
perts, scientifiques et océanographes.
Signalons enfin que la wilaya d’Alger est
alimentée en poissons par les autres wilayas
du littoral, et que 1.902 marins-pêcheurs re-
censés exploitent 298 bateaux (un thonier, 55
chalutiers, 76 sardiniers et 166 petits mé-
tiers) pour une production annuelle moyenne
de 3.842 tonnes de poissons, selon un bilan
du secteur de la wilaya d’Alger.
La quasi-totalité de cette production
concerne les poissons bleus, avec un taux de
91,7%, suivis des poissons blancs (3,7%),
des crustacés (3,3%), des grands pélagiques
(0,8%) et des céphalopodes (0,5%), selon ce
bilan.  
Par ailleurs, les importations de poissons
et autres produits de la mer de la wilaya
d’Alger se sont établies à 1.287,6 tonnes,
alors que seulement 93,2 tonnes ont été ex-
portées.
Farida Larbi
PORTES OUVERTE SUR LA PECHE ET L’AQUACULTURE
Sensibiliser sur les aides de l’Etat aux jeunes intéressés par ce métier
C
ontrairement d’ailleurs à
une habitude, c’est au ni-
veau de la place publique
El Wiaam que le coup d’envoi de
cette manifestation a été donné par
la directrice centrale de l’enseigne-
ment et des écoles, représentante
du directeur général de la sûreté
nationale, M
me
Madouri Nacéra, re-
levant l’introduction et la promo-
tion de l’élément féminin dans
l’institution. Toute une symbolique
à travers cet acte évocateur d’éga-
lité et d’émancipation…
Par des exhibitions et des ma-
nœuvres à l’intérieur de l’enceinte
de cette place publique et sous le
regard admiratif des invités, cette
manifestation fut entamée avant de
rejoindre la maison de la culture
Kateb-Yacine et suivre les diffé-
rents exposés sur l’institution de-
puis sa création, ses structures de
fonctionnement et ses laboratoires
d’investigations, ses écoles de for-
mation et ses espaces de spéciali-
sation et de perfectionnement, ses
motivations et ses ambitions en se
focalisation la modernisation et la
professionnalisation.
Toute une panoplie d’exposi-
tion est proposée au public qui
s’est informé ou documenté grâce
à des manuels mis à sa disposition
et retraçant un parcours.
Tel un leitmotiv, une expression
revenait souvent sur les lèvres des
intervenants : mieux s’instruire
pour bien servir… Un autre indica-
teur qui dénote le nouvel état d’es-
prit prévalant au sein de cette
institution encadrée par des spécia-
listes et experts dans tous les do-
maines.
Après cette démonstration, le
chef de sûreté, le wali et la repré-
sentante du directeur général de la
sûreté devaient prendre la parole
pour mettre en évidence les pro-
grès accomplis dans les domaines
de la formation et de l’équipement
et l’élan de modernisation de ce
corps pour mener à bien les mis-
sions de protection des personnes
et des biens de la collectivité.
A. Bellaha
KHENCHELA
ORAN BEJAIA
MASCARA
11
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Régions
SIDI BEL-ABBES
SKIKDA
De nouveaux
projets pour
le secteur de
l’action sociale
La direction de l’Action sociale
et de la solidarité (DASS) de
Skikda a bénéficié, au titre d’un
programme complémentaire 2014,
de trois nouveaux établissements
destinés à la prise en charge des
personnes aux besoins spécifiques,
a indiqué hier le directeur local de
ce secteur, Djamel Hamitouche.
Il s’agit de la réalisation d’un
centre d’accueil pour femmes vic-
times de violences, dans la zone de
Bouzaâroura, à l’est de la ville de
Skikda, d’un centre psychopédago-
gique pour enfants inadaptés men-
taux, dans le même quartier, et
d’une école pour enfants aveugles
et malvoyants dans la commune
d’Azzaba (Est de Skikda), a pré-
cisé à l'APS le même responsable.
Ces futurs établissements permet-
tront une prise en charge "meil-
leure et plus complète" de ces
catégories sociales, a ajouté M. Ha-
mitouche, précisant qu’un staff
composé de psychologues et d’ani-
mateurs spécialisés sera mis en
place pour garantir un "accompa-
gnement de qualité" à ces franges
vulnérables.
Les enfants aveugles ou mal-
voyants résidant dans la wilaya de
Skikda sont actuellement
contraints de se déplacer deux fois
par semaine à la wilaya de
Constantine pour suivre leur scola-
risation dans les paliers primaire et
moyen, a indiqué le même respon-
sable. Une situation "contrai-
gnante", même si les enfants
malvoyants ont récemment bénéfi-
cié d’un bus de transport scolaire
pour leur faciliter les déplacements
à Constantine, a conclu le DASS.
150 millions
de dinars pour
la valorisation
de la zone humide
d’El Mahmel
Un montant de 150 millions de
dinars a été mobilisé dans la wilaya
de Khenchela en vue de l’étude et
de la réalisation d’un projet de va-
lorisation de la zone humide d’El
Mahmel, située à quelque 10 km de
la ville de Khenchela, a-t-on appris
auprès de la direction de l’environ-
nement.
L’étude confiée à un bureau
spécialisé, avec un délai de 11
mois, identifiera tous les paramè-
tres liés à cette zone de 200 hec-
tares, unique dans la wilaya, et qui
accueille annuellement plusieurs
espèces d’oiseaux migrateurs, no-
tamment le flamant rose, a précisé
la même source.
L’étude définira également les
moyens de protection de cette es-
pèce écologique "très sensible"
contre les différentes agressions
polluantes, a-t-on fait savoir à la
direction de l’environnement. Un
espace récréatif et des structures
d’accueil, près de ce plan d’eau qui
pullule de vie, notamment à la suite
d’une bonne pluviosité, seront par
ailleurs réalisés sur ce site naturel,
a ajouté la même source, souli-
gnant qu’une station d’épuration
des eaux usées est prévue en amont
de cette zone humide par la direc-
tion des ressources en eau.
Réaménagement
de 33 espaces verts
33 espaces verts répartis à travers la ville d’Oran
seront réaménagées, a-t-on appris à l'occasion de l’ou-
verture de la 7
e
édition des "Floralies d'Oran" au jardin
public de hai Medina Jdida.
Les opérations de réaménagement entrent dans le
cadre du plan d'action 2014-2017 de la commune
d’Oran, selon le responsable de la communication à la
division protection de l’environnement de la com-
mune. Ce plan porte sur le réaménagement de la forêt
d'El Menzeh (ex-Canastel) et du versant de "Ras El
Ain", la plantation de 2.000 arbustes à travers les ar-
tères d’Oran et la réalisation de 50 aires de jeux d’en-
fants. Le stand de la division protection de
l’environnement de la commune met en exergue des
projets réalisés ces dernières années, dont la première
tranche de l’esplanade de Sidi M’hamed, le long du
Front de mer, les opérations de réhabilitation d’es-
paces verts, en plus de la proposition de prestations
aux pépiniéristes et des plantes de saison et d’orne-
ment. La commune d’Oran dispose de quatre pépi-
nières réparties à travers la localité de Ain El Beida,
les quartiers Ras El Ain et En-Nakhil et le jardin pu-
blic de hai Medina Jdida, produisant chaque année
18.000 arbustes, un nombre similaire de palmiers et
20.000 plantes de saison. Les "Floralies d'Oran", qui
enregistrent la participation de 150 exposants de 17
wilayas du pays, sont initiées par la commune d’Oran
et sa division de protection de l’environnement.
RAMADHAN 2014
44,5OO millions de dinars pour les familles nécessiteuses
Le wali de Mascara a présidé une importante
réunion dans son cabinet consacrée au suivi des
projets et réalisations du secteur de l’habitat en
milieu rural et la préparation du mois sacré de
Ramadhan, et ce en présence de certains direc-
teurs de l’exécutif.
Au cours de la réunion, qui a porté sur deux
points importants, en l’occurrence le suivi de la
situation du logement rural et la préparation du
mois de Ramadhan, le wali a ordonné aux di-
recteurs de l’exécutif d’entamer l’ensemble des
opérations enregistrées dans le nouveau pro-
gramme sectoriel de l’année et le lancement des
avis d’appel d’offres pour commencer les
études et les réalisations et a également insisté
sur la finition des projets dans les délais en met-
tant l’accent sur la qualité des travaux et le res-
pect des délais impartis. Des instructions fermes
ont été données aux responsables pour le suivi
de la consommation des crédits dans les délais
et l’assainissement des situations des projets et
leur clôture, le wali a également instruit le chef
de la daïra d’Ain Farès de collaborer avec le
P/APC et de lancer l’avis d’appel d’offres du
projet de renouvellement du réseau de l’AEP de
la ville. Au cours de cette réunion, le directeur
de l’habitat a donné lecture d’un rapport sur la
situation de l’habitat rural, ce qui a permis au
wali de donner des instructions fermes aux
chefs de daïra afin de concrétiser les avis finan-
ciers pour l’habitat. Le deuxième point inscrit à
l’ordre du jour concerne la préparation du mois
sacré de Ramadhan 2014. Il a instruit les chefs
de daïra d’envoyer les listes des personnes né-
cessiteuses à la Direction des affaires sociales
et à renouveler l’interdiction du couffin de Ra-
madhan. Les personnes nécessiteuses bénéficie-
ront par contre de sommes variant de 3.000 DA
à 5.000 DA. Elles seront remises aux personnes
concernées. Ce seront les nouvelles procédures
sociales qui interviendront au moins une se-
maine avant le mois de Ramadhan, en plus des
denrées alimentaires fournies par les bienfai-
teurs et déposés au niveau du Croissant-Rouge
Algérien. Le wali a confirmé qu’un montant de
44,500 millions de dinars sera alloué à cette
opération qui profitera aux familles nécessi-
teuses de la wilaya. Il sera réparti pour 30 mil-
lions de dinars aux besoins des familles
nécessiteuses, 10 millions de dinars pour les
personnes âgées et les malades chroniques, 2
millions de dinars destinés au C.R.A. et 2,5 mil-
lions de dinars pour les jeunes récitants du
Coran. D’autre part, le wali a demandé au di-
recteur des affaires sociales d’inviter les per-
sonnes et les entreprises bienfaitrices à
accentuer leurs dons pour venir en aide aux ci-
toyens qui sont dans le besoin en ce mois sacré
de Ramadhan qui nécessite des efforts supplé-
mentaires d’entraide et de solidarité agissante
en faveur des couches sociales défavorisées.
A. Ghomchi
L’hommage appuyé du wali, M. Mohamed Hatab
Un vibrant hommage a été rendu par le wali, M. Mohamed Hatab à
l’ensemble des éléments de la sûreté nationale après avoir rappelé les
sacrifices consentis par cette institution aux côtés des autres corps de
sécurité dans la préservation des fondements de la République et la dé-
fense des intérêts de la nation. A. B.
Un pont du projet de l’échangeur du car-
refour des "Quatre chemins" à Bejaia a été
mis en service hier, avec l’objectif de sou-
lager la congestion du trafic automobile qui
caractérise le lieu et faire face à l’accrois-
sement prévisionnel de la circulation du-
rant la période estivale.
Situé à l’entrée sud de la ville, préci-
sément à l’intersection des routes nationale
09 (Bejaia-Sétif) et 12 (Bejaia-Tizi-Ouzou
par El-Kseur), cet ouvrage est le premier
élément d’un ensemble infrastructurel, qui
en compte quatre dont un pont de type
voussoir qui va enjamber le carrefour et
une voie ferrée, pour desservir directement
la RN09 et par extension la RN43, reliant
Bejaia à Jijel.
Le projet, inscrit durant la décennie
2000, mais qui n’a été engagé qu’en mai
2012, est d’une "importance stratégique",
car conditionnant de façon importante, au-
tant le trafic urbain que suburbain, la zone
drainant une moyenne quotidienne de plus
de 30.000 véhicules dont plus de 1.500 ca-
mions et autant de bus et d’autobus.
Le carrefour souffre en permanence de
congestion, particulièrement aux heures de
pointe, durant lesquelles sa traversée prend
des allures de parcours du combattant.
L’inauguration de ce premier ouvrage "ne
va pas y mettre fin mais va réguler un tant
soit peu la circulation et réduire les temps
de transit", selon le directeur des travaux
public, M. Rachid Ourabah, qui mise pour
ce faire, sur le reste du projet et la
nécessaire action des travaux
correspondants. "Des rencontres sont
prévues, à cet effet, dès demain lundi", a
assuré M. Ourabah, qui ne fixe pas pour
autant ni un planning, ni un délai définitif
de réalisation. "C’est une fois la campagne
complémentaire engagée qu’il sera
possible de la faire", a-t-il précisé.
Le projet, qui a connu un important glis-
sement sur ses délais de réalisation, a valu
déjà plus de 2 milliards de dinars. Beau-
coup d’arguments ont été avancés pour ex-
pliquer ce retard, dont l’essentiel s’articule
autour de problèmes techniques et d’un
contentieux survenu avec la Sonatrach, qui
a mis en cause le tracé, supposé dessiné
dans un périmètre proche de la zone de sé-
curité d’un pipe-line, traversant les lieux.
Mise en service d’une partie
de l’échangeur des "Quatre chemins"
PORTES OUVERTES SUR LA POLICE
Proximité et efficacité
Dans leur 54
e
édition, les portes ouvertes sur la police furent une nouvelle fois l’occasion de vulgariser les missions de ces
hommes au service du citoyen et de la collectivité et de faire une rétrospective sur la mutation de ce corps à la faveur des
moyens modernes mobilisés et de la perfection de la formation des agents et cadres de l’institution.
12
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Economie
«D
ans le programme, il est prévu
qu’il y aura des incitations pour
ce secteur » de l’industrie, a dé-
claré le ministre à la presse en marge de la
présentation du plan d’action du gouverne-
ment par le Premier ministre, Abdelmalek
Sellal, à l’Assemblée populaire nationale
(APN). « Il y aura de nouvelles initiatives
prochainement pour aboutir à moins de
contraintes pour l’investissement », a ajouté
le ministre sans donner toutefois davantage
de détails sur ces nouvelles facilitations. «
On ne peut en dire plus car elles (les incita-
tions) ne sont pas encore adoptées », a-t-il
dit. S’agissant de la règle 49/51% qui régit
les investissements étrangers en Algérie, le
ministre a écarté toute révision de cette règle
pour le moment. « Pour l’instant, il n’y a ab-
solument rien sur ce point, mais il peut y
avoir une réflexion pour certains secteurs qui
n’ont pas d’incidence » par rapport aux mo-
tivations qui ont amené à l’instauration de
cette, règle a-t-il précisé. « Tant qu’on n’a
pas d’autres protections pour éviter les tra-
vers dans lesquels nous avons été, cette règle
restera telle quelle », a souligné M. Bou-
chouareb. Le plan d’action du gouverne-
ment stipule qu’il n’y aura pas de distinction
entre secteur privé et public afin de promou-
voir la production nationale et moderniser le
secteur industriel en soutenant les activités
favorisant l’intégration et utilisant les avan-
tages comparatifs énergétiques et naturels
tout en consolidant le processus de partena-
riat. La gouvernance des entreprises sera
également améliorée pour développer les
dispositifs de normalisation et d’accrédita-
tion, parallèlement au renforcement des ca-
pacités de formation des ressources
humaines.
INDUSTRIE
Vers l’introduction de nouvelles
incitations pour l’investissement
Le gouvernement entend introduire de nouvelles mesures pour lever les contraintes qui entravent l’investissement
dans le secteur industriel, a indiqué, hier à Alger, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb.
LES MATINALES
DE CARE
Financement
de l’économie
et rôle des
institutionnels 
Le Cercle d’Action et de Réflexion au-
tour de l’Entreprise - CARE - avec le sou-
tien de la Délégation de l’Union
européenne en Algérie, organise « les Mati-
nales de CARE » sur le thème : « Finance-
ment de l’économie : rôle des
institutionnels ».
Cette importante rencontre-débat se
déroulera demain à l’hôtel Hilton à Alger,
en présence de nombreux cadres et experts.
Il s’agit pour les spécialistes de tenter d’ap-
porter des réponses à plusieurs questions
dont celles de savoir comment fonctionne
le capital-investissement  en Algérie ? Quel
rôle pourrait-il jouer dans un marché
en surliquidité ? Quelles sont les disposi-
tions permettant la croissance de ce mode
de financement ?  L’occasion  sera pour
l’invité du CARE, M. Yazid Taalba, direc-
teur général de Maghrebinvest Algérie et
partenaire conseil du fonds d’investisse-
ment Africinvest, d’aborder cette problé-
matique et de donner des éléments
d’analyses à ce sujet. Il y a lieu de noter que
les PME forment l’essentiel du tissu éco-
nomique des économies modernes et leur
croissance est décisive pour la création
d’emplois et de richesses, que ce soit dans
les pays industrialisés ou dans les pays
émergeants. Selon le CARE, l’accès au fi-
nancement pour ces entreprises représente
le principal obstacle non seulement à leur
développement, mais aussi à leur survie. La
même source a fait savoir que ce problème
est encore plus complexe dans les zones où
les marchés financiers locaux sont soit res-
treints, soit réservés à quelques grandes en-
treprises. C’est précisément pour pallier à
ce problème d’accès au capital que des ins-
titutions publiques et/ou privées dans le
monde ont commencé à investir dans des
fonds  de capital investissement au cours
de ces 20 dernières années. Il est clair que
la promotion de la PME permet de bâtir
une économie productive diversifiée, créa-
trice d’emplois et génératrice de richesses.
Selon les spécialistes pour soutenir les ef-
forts d’investissement et les programmes
de relance économique et encourager la
création des PME, cela nécessite en pre-
mier lieu de procéder à la réforme bancaire
et la diversification des produits financiers
et le développement du paysage financier.
Notons que ce riche débat sera modéré par
le directeur général de CCVF Sarl, membre
de CARE, M. Hicham Doubabi, en l’occur-
rence.
Makhlouf Ait Ziane
La population active en Afrique atteindra 1
milliard de personnes d’ici à 2040, soit plus que
le nombre des personnes en âge de travailler de
la Chine et l’Inde réunies, a indiqué la directrice
générale du FMI, M
me
Christine Lagarde. Inter-
venant à la conférence sur l’Afrique, organisée
par le FMI et le Mozambique les 29 et 30 mai à
Maputo, M
me
Lagarde a avancé que les défis à
plus long terme qui pourraient influer de façon
considérable sur les perspectives de l’Afrique
sont les défis démographiques, technologiques et
environnementaux. Selon la patronne du FMI, les
priorités pour que ces défis de l’Afrique devien-
nent des opportunités reposeraient sur les infra-
structures, les institutions et le peuple. A ce sujet,
elle a considéré que l’énergie, les routes et les ré-
seaux technologiques sont les fondations de tout
édifice solide et durable et qu’il convient de com-
bler le déficit des infrastructures de l’Afrique. Au
cours des trente dernières années, la production
d’électricité par habitant en Afrique subsaha-
rienne a pratiquement stagné, tandis que 16% seu-
lement des routes sont pavées, contre 58% en
Asie du Sud, alors que ces déficits représentent
des coûts énormes pour les entreprises et pour la
population. Quant au défi des institutions, il s’agit
ici de gouvernance, de transparence et de cadres
économiques sains, a-t-elle expliqué. A ce propos,
elle a observé que l’Afrique dispose d’un poten-
tiel extraordinaire qui représente plus de 30% des
réserves minières du monde. ’’Si ces richesses
sont bien gérées, elles offrent des opportunités ex-
ceptionnelles de croissance et de développement
économiques’’, a-t-elle poursuivi en déplorant
que dans de nombreux pays africains, ’’les rentes
des industries extractives profitent à une mino-
rité’’. Selon elle, ’’il serait bon de renforcer les
institutions et la gouvernance dans le secteur des
ressources naturelles’’, ajoutant que la transpa-
rence peut accroître la responsabilisation et faire
en sorte que ces ressources profitent à tous. Quant
aux préoccupations immédiates du continent, elle
a prévenu que les perspectives de la région pour-
raient être assombries par trois grands facteurs. Il
s’agit d’un ralentissement de la croissance dans
les pays avancés et, en particulier, dans les pays
émergents qui sont les principaux partenaires
commerciaux de l’Afrique, d’une baisse des prix
de certains produits de base et d’un resserrement
des conditions financières extérieures et un risque
de volatilité accrue des marchés pendant la nor-
malisation des politiques monétaires.
A L’HORIZON 2040, SELON LE FMI
La population active en Afrique atteindra 1 milliard de personnes
Le climat des affaires et la réglementation
des investissements en Algérie étaient au
centre d’un forum d’affaires algéro-belge or-
ganisé, hier à Alger, avec pour but le rappro-
chement des opérateurs économiques et le
développement du partenariat entre les deux
pays.
« Le but de cette rencontre est d’expliquer
à nos amis belges les opportunités d’inves-
tissement et la réglementation algérienne
concernant les investissements directs étran-
gers ou en partenariat avec des opérateurs
économiques algériens », a déclaré Tahar
Kellil, président de la Chambre algérienne de
commerce et d’industrie (CACI) lors de cette
rencontre économique tenue en présence
d’une vingtaine opérateurs économiques et
d’experts.
Selon lui, ce forum est organisé aussi
pour « booster » la coopération économique
et commerciale entre les deux pays, car en
dépit des échanges existants et qui « n’ont
pas encore atteint le niveau escompté », il est
« souhaitable que les échanges s’intensifient
» à travers ce genre de rencontres.
De son côté, l’ambassadeur de la Bel-
gique à Alger, Frédéric Meurice, a estimé
qu’un « intérêt commun » est affiché pour le
développement du partenariat économique
entre les deux pays tout en plaidant pour un
rapprochement entre les communautés d’af-
faires algérienne et belge. « Il y a un volume
d’échanges significatif entre nos opérateurs,
mais il y a aussi des possibilités de le déve-
lopper et créer d’autres partenariats.
Donc les opérateurs algériens ou belges
sont appelés à étudier d’autres formes et
possibilités d’investissement pour élargir la
coopération », a souligné M. Meurice. Orga-
nisé en marge de la 47
e
édition de la Foire in-
ternationale d’Alger (FIA), à laquelle
plusieurs entreprises belges sont présentes,
ce forum a été organisé sous le thème « le cli-
mat des affaires en Algérie : bonnes perspec-
tives pour la coopération algéro-belge ». Au
premier trimestre 2014, le volume des
échanges commerciaux entre l’Algérie et la
Belgique s’était élevé à 938 millions de dol-
lars, dont 709 millions d’exportations algé-
riennes, contre 229 millions d’importations.
La Belgique a été classée 7
e
fournisseur de
l’Algérie et son 14
e
client.
L’Algérie est considérée comme le se-
cond client de la Belgique en Afrique après
l’Afrique du Sud. Les principaux produits
importés de Belgique sont les machines, en-
gins, produits laitiers, produits parapharma-
ceutiques, matériel électrique et les produits
agroalimentaires, alors que les exportations
algériennes vers ce pays sont composées
principalement des hydrocarbures.
FORUM D’AFFAIRES ALGÉRO-BELGE
Les opportunités d’investissement
El Moudjahid/Pub ANEP 0486 du 02/06/2014
Publicité
13
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Economie
Un accord d’entente entre le groupe Sonatrach et l’entreprise américaine «Va-
rian medical system» a été signé, hier à Alger, pour équiper les deux centres anti-
cancer que compte réaliser ce groupe pétrolier à Alger et à Hassi Messaoud. Cet
accord a été signé par les représentants des deux sociétés en marge de la 47
e
Foire
internationale d’Alger (FIA), en présence du secrétaire d’Etat américain à l’Ener-
gie, Ernest Moniz, et des responsables du ministère du Commerce et de l’Energie.
L’objet principal de cet accord d’entente est l’entame de discussions et des négo-
ciations entre Sonatrach et la société américaine privée pour la fourniture des équi-
pements notamment les machines de radiothérapie, a indiqué Fathi Arabi,
directeur des relations institutionnelles et internationales à la Société nationale
des hydrocarbures (Sonatrach).
Le groupe pétrolier algérien compte réaliser deux centres de lutte anti-cancer
au profit de ses employés l’un à Alger et l’autre à Hassi Messaoud. «Pour Sona-
trach en tant que société citoyenne, il s’agit principalement de contribuer à lÆef-
fort du renforcement des capacités nationales en matière de lutte contre le cancer»,
a souligné M. Arabi. Pour l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger, Henry Ensher,
cet accord illustre la volonté de l’Algérie et les Etats-Unis de diversifier leurs par-
tenariats, notamment entre les entreprises privés algériennes et américaines.
De son côté, le président du Conseil d’affaires algéro-américan, Smail Chi-
khoune, a indiqué que l’accord signé avec cette société, leader mondial dans la
fabrication des machines de radiothérapie, rentrait dans le cadre du programme
du ministère de la Santé pour lutter contre le cancer. «Sonatrach s’est portée vo-
lontaire dans ce projet dans le but d’aider le gouvernement algérien dans ce do-
maine car ses deux centres prendront en charge ses employés et seront accessibles
à tous les patients atteints de cancer», a-t-il fait savoir.
La société américaine Varian, spécialisée dans la fabrication d’équipements
de radiothérapie, avait ouvert récemment un bureau à Alger, dans le but de couvrir
toute la région de l’Afrique du Nord, rappelle-t-on. Début 2014, un autre accord
de partenariat stratégique a été signé entre le ministère de la Santé, de la population
et de la réforme hospitalière et l’entreprise «Varian medical system» dans le do-
maine de la radiothérapie. L’accord, portait sur l’acquisition d’accélérateurs li-
néaires. Par ailleurs, le secrétaire d’Etat américain à l’Energie, Ernest Moniz, a
visité le pavillon de son pays, invité d’honneur de la 47
e
FIA, qui participe avec
près de 80 entreprises.
Le responsable américain s’est entretenu, auparavant, avec le ministre du
Commerce, Amara Benyounes. Les discussions ont porté notamment sur les
moyens de renforcer et de développer les relations de partenariat entre les deux
pays.
INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE
Vers des investissements
américains en Algérie
Le développement du partenariat dans le domaine de l’industrie du médica-
ment et l’investissement en Algérie pour produire des dispositifs médicaux ont
été au centre des entretiens entre le ministre de la Santé, de la Population et de la
Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, et un groupe d’opérateurs américains
activant dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, a indiqué hier, le ministère
dans un communiqué. Lors de cette rencontre organisée samedi soir au siège du
ministère de la Santé, M. Boudiaf a mis en exergue l’«énorme potentiel» que re-
présente le marché algérien qui a «non seulement de fortes capacités d’absorption
mais recèle aussi un gisement de compétences universitaires et de main-d’œuvre
qualifiée en sus de sa situation géographique stratégique proche des marchés eu-
ropéen et africain». Dans ce cadre, les opérateurs américains ont informé le mi-
nistre de la Santé que leur présence en Algérie procède de leur volonté de
s’implanter «durablement» dans un marché porteur du regard de «l’accès univer-
sel aux soins dont jouit la population algérienne».
A ce titre, la délégation américaine a rappelé qu’un grand laboratoire pharma-
ceutique américain spécialisé dans les médicaments génériques s’apprête à enta-
mer la production en Algérie d’une large gamme de son portefeuille. Une autre
grande firme américaine a annoncé quant à elle sa décision d’investir en Algérie
pour fabriquer localement toute sa gamme de dispositifs médicaux dans l’objectif
de couvrir les besoins du marché algérien et ceux des autres marchés de la région.
GAZ DE SCHISTE
Les compagnies américaines intéressées
par le marché algérien
Les compagnies américaines sont intéressées par l’exploitation des hydrocarbures non conventionnelles en Algérie, a affirmé hier à Alger,
le secrétaire d’Etat américain à l’Energie, Ernest Moniz.
«
N
os compagnies sont intéressées par le
marché algérien parce qu’elles ont
une grande expérience en matière
(d’exploitation) de gaz et de pétrole de schiste
qui nous a permis d’assurer un boom écono-
mique et une indépendance énergétique. J’es-
père que l’expertise acquise durant ces
dernières années, sera également utilisée en Al-
gérie», a-t-il déclaré à l’issue de sa rencontre
avec le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi.
Le secrétaire d’Etat américain à l’Energie, qui
a eu une séance de travail au ministère de
l’Energie, a fait part de «nombreuses opportu-
nités» d’investissement que présente l’Algérie
pour les hommes d’affaires américains dans le
secteur de l’énergie. «Il ne faut pas négliger
non plus, le secteur off-shore en eau profonde
(...) beaucoup de sociétés activent dans ce do-
maine notamment dans le Golfe du Mexique et
leur expérience peut servir en Algérie où la pro-
fondeur de l’eau est à peu près similaire», a-t-il
ajouté. M. Moniz qui a visité la FIA s’est dit
«impressionné» par la qualité des expositions,
souhaitant que cette foire serve à «développer
davantage la coopération entre les Etats-Unis et
l’Algérie dans les énergies, hydrocarbures et
autres secteurs où il existe un grand nombre
d’opportunités pour les deux pays. De son côté
M. Yousfi, a tenu à mettre en exergue «l’impor-
tance vitale» de la sécurité énergétique de nos
jours, soulignant que «l’exploitation des hydro-
carbures non conventionnelles a mis les Etats-
Unis sur la bonne voie pour parvenir à cet
objectif».
«Avec la partie américaine, nous avons dis-
cuté des risques générés par l’exploitation des
gaz et pétrole de schiste sur l’eau et des précau-
tions à prendre dans le processus de production
(...). Il s’avère que l’exploitation des hydrocar-
bures non conventionnelles n’est pas plus pol-
luante que les autres ressources», a-t-il avancé.
Le ministre de l’Energie a rappelé que l’Algérie
est actuellement en train d’évaluer le potentiel
en matière de gaz et pétrole de schiste et tente
de déterminer la qualité de la roche afin d’étu-
dier tous les impacts sur l’environnement. Selon
M. Yousfi, les écrits sur les risques de pollution
induits par l’exploitation des gaz de schistes
sont «exagérés» et «il est absolument vital pour
nous, d’exploiter toutes les ressources possibles
afin de parvenir à la sécurité énergétique».
POUR ÉQUIPER SES CENTRES ANTI-CANCER
Sonatrach signe un accord
avec l’américain Varian
EMPLOI
Hausse du taux de placement de plus de 29 %
à l’Ouest du pays
RELATIONS ENTRE LES OPÉRATEURS ÉCONOMIQUES
ALGÉRIENS ET ÉTRANGERS DANS LE CADRE DE LA 47
e
FIA
L’aspect commercial prédomine
Les participants à la 47
e
édition de la Foire internatio-
nale d’Alger (FIA) aspirent à
nouer des relations commer-
ciales avec des opérateurs al-
gériens afin de connaître le
marché algérien de près pour
le lancement de projets de
partenariat et d’investisse-
ment en Algérie.
Rencontrés par l’APS à
cette foire à laquelle prennent
part plus de 1.040 entreprises
dont près de 600 entreprise
étrangères représentants une
quarantaine de pays, plusieurs
participants ont tenu à souli-
gner le dynamisme du marché
algérien. Ils ont estimé que la
conclusion de transactions
commerciales pour tester
l’acceptabilité de leurs produits sur le
marché algérien constituait un premier
pas vers la réalisation de projets d’in-
vestissement en partenariat avec des
opérateurs algériens. Le représentant
d’une société américaine, invité
d’honneur de la 47
e
FIA, spécialisée
dans l’industrie des équipements de
distribution de carburant dont les pro-
duits sont commercialisées sur le mar-
ché algérien, a estimé que son
entreprise œuvrait à développer cette
relation commerciale en investisse-
ments pour le montage de ces équipe-
ments localement. L’interlocuteur a
indiqué dans ce cadre que plusieurs
stations d’essence privées et des socié-
tés de transport ont exprimé leur inté-
rêt pour l’acquisition de ces
équipements de pointe ce qui permet-
tra à cette marque d’être commercia-
lisée en Algérie à travers la mise en
place d’ateliers de montage. Le pro-
priétaire d’une société algéro-chinoise
spécialisée dans l’industrie des équi-
pements de construction a quant à lui
salué le développement des relations
commerciales en un partenariat pro-
ductif précisant dans ce contexte
qu’un un atelier de montage de ces
équipements a été crée en Algérie.
Cette jeune société ambitionne sur le
moyen terme la production de ces
équipements en Algérie et en quantités
suffisantes pour couvrir les besoins
du marché national en garantissant
une meilleure qualité.
Des opérateurs représentant l’hô-
pital spécialisé de Jordanie ont fait
part de leur volonté de lancer des pro-
jets en Algérie qui permettent de dis-
penser des prestations médicales à des
prix raisonnables, tout en souhaitant
obtenir des facilités de la part des au-
torités algériennes conformément à la
législation algérienne en
ce qui concerne notam-
ment le foncier. Bien que
la création de partenariats
économiques soit l’objec-
tif premier de l’organisa-
tion de cette foire
internationale qui en est à
son cinquième jour consé-
cutif, il n’en demeure pas
moins que la plupart des
participants voient en cette
manifestation économique
une opportunité pour
conclure des transactions
purement commerciales.
Certains de ces opérateurs
justifient leur choix de re-
noncer à l’investissement
en Algérie par la difficulté
de cette opération et les
coûts exorbitants qu’elle entraîne no-
tamment pour les moyennes entre-
prises alors que d’autres mettent en
avant le non disponibilité des matières
premières et de la main d’œuvre lo-
cale. Plusieurs entreprises chinoises et
japonaises ont affirmé que leur mé-
connaissance du climat des affaires en
Algérie et des facilités proposées dans
ce domaine les pousse à opter pour
l’exportation au lieu de «s’aventurer»
dans l’investissement. Des partici-
pants algériens en quête de partenaires
potentiels ont exprimé leurs regrets
quant aux tracasseries bureaucratiques
qui entravent le développement de so-
ciétés productives, estimant tout de
même que le Salon offrait des oppor-
tunités commerciales de haut niveau
et aussi l’occasion de rencontrer de
nombreux investisseurs.
Le taux de placement de postulants d’emploi a enre-
gistré une augmentation de plus de 29 % dans les quatre
derniers mois à l’Ouest du pays, par rapport à la même
période de l’année précédente, a indiqué samedi le direc-
teur régional de l’Agence national de l’emploi d’Oran.
M. Benachiba Abdelhamid a déclaré, en marge de la
10
e
édition du Salon de l’emploi ouvert samedi, au Centre
des conventions d’Oran Mohamed-Benahmed, que les
placements de postulants à l’emploi a enregistre une
hausse de plus de 29 % dans les wilayas d’Oran, Sidi Bel-
Abbès, Ain Témouchent, Mostaganem et Tlemcen. Le
responsable a justifié cette hausse par les mesures incita-
tives et facilités fiscales et parafiscales accordées par
l’Etat aux employeurs pour encourager l’emploi et le tra-
vail de proximité, ainsi que l’organisation de journées
d’étude sur les dispositifs d’emploi et de formation et la
modernisation des structures de l’Agence nationale de
l’emploi. Par les chiffres, 10.779 jeunes ont été placés
dans le cadre de contrats déterminés et non déterminés,
3.386 autres dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion
professionnelle (DAIP) et 2.221 au titre de contrats de tra-
vail aidé (CTA), dans les secteurs de l’industrie, du bâti-
ment, des travaux publics, de l’hydraulique, des services
et de l’agriculture.
D’autre part, 86.222 demandeurs d’emploi sont enre-
gistrés pour 15.718 offres d’emploi dans les quatre der-
niers mois au niveau de la direction régionale de
l’ANEM. Le Salon des talents et de l’emploi réserve un
stand à l’ANEM mettant en exergue les différents dispo-
sitifs d’emploi et les meures incitatives pour le soutien et
la promotion de l’emploi mis en place par l’Etat pour ré-
sorber le chômage. Cette manifestation de deux jours en-
registre la participation d’une quarantaine d’entreprises
nationales et étrangères.
Monde
EL MOUDJAHID 14
Lundi 2 Juin 2014
ABKHAZIE
Le Parlement nomme
un président
par intérim
et fixe des élections
anticipées le 24 août
Le Parlement abkhaze, qui a de-
mandé jeudi soir la démission du
président de la petite république sé-
paratiste du Caucase, a nommé un
président par intérim et a fixé les
élections anticipées le 24 août, ont
rapporté samedi passé les agences
de presse russe. Le président du
Parlement abkhaze, Valeri Bganba,
a été nommé président par intérim
de l'Abkhazie, a annoncé l'agence
de presse russe Interfax.
"Cette décision prise par le Par-
lement abkhaze a peu de chance
d'être annulée et une élection prési-
dentielle anticipée se tiendra le 24
août", a indiqué un haut fonction-
naire abkhaze, Nougzar Achouba.
NIGERIA
Attaque de Boko
Haram contre quatre
villages : 15 morts
Au moins quinze personnes ont
été tuées samedi passé lors de plu-
sieurs attaques menées par le
groupe armé Boko Haram contre
quatre villages du nord-est du Nige-
ria, ont rapporté, hier, des médias.
Selon la même source, des
hommes en armes, certains habillés
en soldats, et juchés sur des véhi-
cules 4x4, ont ouvert le feu sur des
villageois et mis le feu à leur mai-
son. Il y aurait eu 15 morts, selon un
témoin. Les villages visés, Nuwari,
Musari et Walori, sont situés dans le
district de Gamboru, dans l'Etat de
Borno. 35 personnes ont été tuées
jeudi dans une attaque similaire
dans le même secteur.
EGYPTE
6 soldats tués
dans le nord-ouest
Six gardes-frontières de l'armée
ont été tués hier dans le nord-ouest
de l'Egypte par des trafiquants
d'armes, a annoncé l'armée dans un
communiqué. "L'armée déplore la
mort d'un officier et de cinq soldats
du corps des gardes-frontières atta-
qués par des trafiquants d'armes
alors qu'ils patrouillaient dans une
zone montagneuse", a indiqué un
communiqué du porte-parole mili-
taire égyptien, qui ne précise pas où
a eu lieu l'attaque. L'attaque s'est
produite peu après minuit et les as-
saillants étaient des Egyptiens,
selon des hauts responsables des
forces de sécurité.
CHUTE D'UN
HELICOPTERE
EN RUSSIE
16 personnes
portées disparues
Au moins seize personnes sont
portées disparues après la chute
d'un hélicoptère dans un lac du
nord-ouest de la Russie, ont an-
noncé hier la police et le ministère
des situations d'urgence. L'hélicop-
tère, un Mi-8, transportait 18 per-
sonnes, dont cinq membres
d'équipage, lorsqu'il s'est abîmé sa-
medi dans le lac Mounozero de
Mourmansk, selon des responsables
régionaux. Deux blessés ont été
hospitalisés, et les autres passagers
sont portés disparus, ont indiqué des
responsables."L'hélicoptère est dans
l'eau", a indiqué la porte-parole du
ministère des situations d'urgence,
Tatiana Zakharova.
BREVES
Un Français au "profil djihadiste" a été arrêté ven-
dredi à Marseille (sud de la France), soupçonné d'être
le tireur qui a abattu quatre personnes au Musée juif
de Bruxelles le 24 mai, suscitant une grande émotion
en Belgique et au-delà, a appris, hier, l'AFP de sources
concordantes. Cet homme de 29 ans originaire de Rou-
baix (nord de la France), "a été arrêté dès qu'il a mis
le pied en France", a fait valoir le président français
François Hollande. "Nous les combattrons", a dit le
chef de l'Etat, en marge d'un déplacement à Trévières
dans le Calvados (nord-ouest), au sujet des jihadistes
qui rentrent en Europe après avoir combattu en Syrie.
Les procureurs français et belge devaient tenir des
conférences de presse séparées simultanées hier à
13H00 GMT, ont annoncé les deux parquets.
L’homme est soupçonné, selon une source proche de
l'enquête, d'avoir été en Syrie en 2013 auprès de
groupes jihadistes. Il était fiché pour ces raisons par
la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI),
a dit cette source.
La récente flambée de "vio-
lences" à Bangui est le fait "d'agi-
tateurs qui essayent de manipuler
les jeunes pour des raisons pure-
ment politiques", a affirmé, hier, la
présidente Catherine Samba Panza,
après avoir rendu visite à des vic-
times de la tuerie de Fatima. Dix-
sept personnes ont été tuées
mercredi passé dans l'attaque de
l'église Notre-Dame de Fatima,
dans la capitale centrafricaine. "Je
ne comprends pas la raison de
toutes ces violences", a déclaré la
présidente de transition, estimant
qu'il y a des "avancées notables"
sur le chemin de la sécurisation du
pays. Selon elle, "ces avancées ne
plaisent pas à tout le monde. Il y a
des ambitions, avérées, cachées. Ce
sont ces agitateurs qui en sous-
main essayent de manipuler, d'ins-
trumentaliser les jeunes pour des
raisons purement politiques", a dé-
claré M
me
Samba Panza à l'occa-
sion d'un déplacement à l'hôpital
général de Bangui où elle a rencon-
tré des victimes de la tuerie de
l'église Notre-Dame de Fatima. La
présidente n'a pas donné de préci-
sions sur ces "agitateurs" qui mani-
puleraient les jeunes. "Des
enquêtes sont en cours. Dès que
nous aurons des faits avérés, je
pourrai en parler de manière plus
précise", a-t-elle dit.
CENTRAFRIQUE
La présidente Samba Panza : « Les violences
à Bangui dues à des manipulations politiques »
TUERIE DE BRUXELLES
Arrestation d'un Français soupçonné d'être le tireur
SAHARA OCCIDENTAL
Le président kenyan
réitère son soutien
au droit
du peuple sahraoui
à l'autodétermination
Le président du Kenya, Uhuru Ke-
nyatta, a réitéré son soutien au peuple
sahraoui et à son droit à l'autodétermi-
nation et à la liberté, a rapporté, samedi
passé, l'Agence de presse sahraouie
(SPS). Le président kenyan a indiqué
que la position de son pays était en
conformité avec les exigences de la lé-
galité internationale et les résolutions de
l'Union africaine, concernant le conflit
sahraoui considéré comme une question
de décolonisation.
Le président Kenyatta a exprimé, en
recevant le nouvel ambassadeur sah-
raoui Abeh Al Mad Abdallal, le soutien
de son pays au peuple sahraoui et à sa
juste cause. L'ambassadeur sahraoui a
exprimé au président kényan la recon-
naissance du peuple sahraoui et de son
gouvernement pour la position coura-
geuse et de principe du Kenya et l'aspi-
ration du gouvernement sahraoui à
l'approfondissement des liens de frater-
nité et d'amitié entre les deux pays frères
qui partagent une histoire de lutte contre
le colonialisme et l'injustice.
Le projet de gazoduc South Stream, reliant la
Russie à l'Italie, n'avancera pas tant que la Russie
ne changera pas de cap sur l'Ukraine, a déclaré
dans un entretien publié, hier, le commissaire eu-
ropéen à l'Energie, Günther Oettinger.
"Nous reprendrons les négociations quand le
partenaire russe se conformera à nouveau aux
usages du droit international et sera prêt à une coo-
pération constructive sur la base de notre droit de
l'énergie", a prévenu M. Oettinger à l'hebdoma-
daire allemand Frankfurter Allgemeine Sonntags-
zeitung (FAS).
"Dans la situation actuelle, avec une situation
de quasi-guerre civile dans l'est de l'Ukraine et
alors que Moscou ne reconnaît pas le gouverne-
ment de Kiev, nous n'allons sûrement aboutir à
rien dans nos négociations", a-t-il poursuivi. Mené
par le gazier russe Gazprom et le groupe énergé-
tique italien ENI, South Stream doit relier la Rus-
sie à la Bulgarie via la mer Noire en contournant
l'Ukraine, avant de poursuivre vers la Grèce et
l'Italie, la Serbie, la Hongrie, la Slovénie et éven-
tuellement l'Autriche. Sur fond de crise en
Ukraine, le Parlement européen a toutefois pris mi-
avril une résolution non contraignante demandant
la suspension du projet, une décision contestée par
plusieurs capitales dont Sofia et Budapest, pour
qui la crise actuelle est au contraire un argument
pour accélérer les efforts. L'antenne bulgare du
projet, South Stream Bulgaria, continue d'ailleurs
à travailler comme si de rien n'était. Elle a annoncé
la semaine dernière avoir attribué le contrat pour
la construction du tronçon bulgare à Stroytransgaz,
une entreprise russe faisant l'objet de sanctions
américaines suite au conflit russo-ukrainien. Les
travaux en Bulgarie doivent débuter cet été.
PROJET SOUTH STREAM
UE : « Pas d'avancées tant que Moscou ne change
pas de cap sur l'Ukraine »
PALESTINE
Le gouvernement de consensus
sera annoncé aujourd’hui
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a affirmé, samedi passé, que le futur gouvernement composé
de personnalités indépendantes serait annoncé aujourd’hui, après un retard de plusieurs
jours sur l'échéance fixée.
«
L
e gouvernement de consen-
sus composé de techno-
crates indépendants sera
présenté aujourd’hui", a déclaré le
président Abbas à Ramallah en Cis-
jordanie à l'occasion d'une visite
d'une délégation de l'Association
pour le jumelage entre les camps de
réfugiés palestiniens et des villes
françaises (AJPF).
"Les ministres ne seront pas
membres du Fatah", le mouvement
dirigé par M. Abbas "ni du Hamas"
au pouvoir dans la bande de Ghaza,
a-t-il précisé. M. Abbas a ajouté que
"la partie israélienne a annoncé
qu'elle boycotterait ce gouverne-
ment", sans donner d'autres détails.
L'OLP, dominée par le Fatah, et le
Hamas ont signé le 23 avril cet ac-
cord pour mettre fin à la division po-
litique depuis 2007 entre la
Cisjordanie, dont l'Autorité palesti-
nienne administre les zones auto-
nomes, et la bande de Ghaza sous
blocus israélien. Ce document pré-
voyait la formation sous cinq se-
maines d'un gouvernement de
consensus provisoire composé de
personnalités indépendantes.
Ce gouvernement sans mandat
politique sera chargé d'organiser des
élections dans un délai de six mois.
Pour sa part, le Premier ministre is-
raélien, Benjamin Netanyahu, a
exhorté, hier, la communauté inter-
nationale à ne pas "se précipiter"
pour reconnaître le prochain gouver-
nement de réconciliation palestinien.
"J'appelle tous les éléments respon-
sables de la communauté internatio-
nale à ne pas se précipiter pour
reconnaître un gouvernement pales-
tinien dont le Hamas est membre à
part entière", a affirmé M. Netanyahu
en Conseil des ministres.
Monde
EL MOUDJAHID 15
Lundi 2 Juin 2014
PRÉSIDENTIELLE EN SYRIE
Dernier jour de campagne
A
lors que le pays est dévasté
par trois ans d'un conflit qui
fait encore des dizaines de
morts chaque jour dans les bombar-
dements et les combats, l'élection se
déroulera dans les régions tenues par
le régime, loin des zones d'affronte-
ments entre armée et rebelles. Avec
ce vote, les insurgés et l'opposition,
profondément divisés, de même que
leurs alliés arabes et occidentaux, as-
sistent incrédules au maintien au pou-
voir de M. Assad, et ce après une
série d'avancée du régime sur le ter-
rain.
La rébellion, qui dénonce une
"élection de sang", alors que le
conflit a fait plus de 162.000 morts,
selon une ONG, a appelé au boycott
du scrutin, organisé selon une loi ex-
cluant de facto toute candidature dis-
sidente. Seuls deux candidats, Maher
El-Hajjar et Hassan El-Nouri, servent
de faire-valoir au chef de l'État.
Même en l'absence de tout suspense,
le parti Baas, qui domine la Syrie de-
puis un demi-siècle, a appelé à réélire
M. Assad, au pouvoir depuis la mort
de son père en 2000.
Le parti a souligné la nécessité de
voter "non seulement pour un prési-
dent de la République, mais pour un
dirigeant (...) qui fait face à la guerre
(...), soit le dirigeant symbole Bachar
El-Assad qui demeure aux côtés de
son peuple aux coins de la patrie". À
Damas, les rues sont couvertes d'af-
fiches à la gloire de M. Assad, qui ap-
paraît en tenue décontractée, en cos-
tume, en treillis ou en uniforme
d'apparat, la poitrine bardée de mé-
dailles. Face à lui, ses deux "adver-
saires" font pâle figure et leurs rares
affiches sont noyées sous celles de
M. Assad.
Le scrutin vise surtout à renforcer
la position de M. Assad dans cette
guerre qu'il veut à tout prix gagner,
face à une opposition et à une rébel-
lion fragmentée et en guerre contre
des jihadistes radicaux.
Mercredi, le régime a déjà réussi
une grande partie de sa démonstra-
tion de force en mobilisant des mil-
liers de Syriens expatriés ou réfugiés,
qui se sont rendus en masse pour par-
ticiper au vote anticipé dans 43 am-
bassades de Syrie dans leur pays
d'accueil, en particulier au Liban voi-
sin. Selon l'agence officielle Sana,
plus de 95% des Syriens enregistrés
dans les ambassades ont voté.
Cependant, les Syriens qui ont fui
le pays en traversant clandestinement
la frontière ne pouvaient pas voter, et
seulement 200.000 des 3 millions de
réfugiés ou d'expatriés étaient inscrits
sur les listes électorales à l'étranger.
La campagne électorale pour la présidentielle du 3 juin s'est achevée hier en Syrie, où l'opposition dénonce une "parodie de
la démocratie".
La Chine a vivement dénoncé
hier les déclarations "provocatrices"
du Premier ministre japonais
Shinzo Abe et du secrétaire améri-
cain à la Défense Chuck Hagel, qui
ont accusé Pékin de mener des "ac-
tions de déstabilisation" en mer de
Chine, une zone où les tensions se
multiplient.
Devant un parterre de responsa-
bles réunis pour un forum sur la sé-
curité à Singapour, le général Wang
Guanzhong, vice-chef d'état-major
de l'Armée de libération du peuple,
a qualifié d'"inacceptables" les dé-
clarations des deux hauts responsa-
bles politiques. Chuck Hagel avait
accusé samedi la Chine d'entrepren-
dre "des actions de déstabilisation"
en mer de Chine méridionale, aver-
tissant que les Etats-Unis ne reste-
raient pas passifs si l'ordre mondial
était menacé. Les Etats-Unis, tout
en ne prenant pas partie dans les
différents conflits territoriaux en
mer de Chine, "s'opposent ferme-
ment à tout recours à l'intimidation,
à la coercition, ou menace de la
force pour affirmer des revendica-
tions", avait poursuivi le secrétaire
à la Défense à l'attention de la
Chine. Lors de ce forum annuel du
Dialogue de Shangri-la qui réunit
responsables de la défense, hauts
gradés, diplomates et experts en sé-
curité, Shinzo Abe avait, lui, appelé
vendredi les pays à respecter la loi,
une demande tacitement adressée à
la Chine. "La délégation chinoise
(...) a le sentiment que les discours
de MM. Abe et Hagel étaient une
action provocatrice contre la
Chine", a rétorqué le général Wang
Guanzhong, le plus haut gradé de
cette délégation.
"C'est tout simplement inimagi-
nable", a déclaré le général en uni-
forme, laissant de côté son discours
préparé. Il a ajouté que les propos
de l'Américain et du Japonais
étaient "inacceptables et pas dans
l'esprit du Dialogue de Shangri-la".
Il a indiqué préférer l'attitude
franche des Etats-Unis, qui citaient
nommément la Chine, aux circon-
volutions du Japon, qui ne nommait
pas Pékin mais y faisait visiblement
référence. Les termes de MM. Abe
et Hagel "m'ont donné l'impression
qu'ils s'étaient coordonnés, qu'ils
s'encourageaient mutuellement, et
ils ont profité du fait de s'exprimer
en premier (...). Ils ont ainsi arrangé
des actions provocatrices et lancé
des défis à la Chine", a ajouté le mi-
litaire. Shinzo Abe a quitté ce forum
samedi et Chuck Hagel dimanche
matin, avant la prise de parole de
Wang.
TENSIONS EN MER DE CHINE
Pékin dénonce les paroles "provocatrices"
de Washington et de Tokyo
Le président François Hollande a rendu hommage hier
aux victimes civiles des bombardements américains à Tré-
vières (nord-ouest de la France), village fortement détruit
en juin 1944, à quelques jours du 70
e
anniversaire du Dé-
barquement. Le président français est arrivé en milieu de
matinée dans le village normand, a pris un bain de foule
autour de l'église et du monument aux morts, avant d'en-
trer dans la mairie pour y visiter une exposition. Située
dans les terres, à moins d'une dizaine de kilomètre
d'Omaha Beach, Trévières "a été détruite à 75%" lors du
Débarquement, marqué localement par "plus de 20 vic-
times civiles", avait indiqué le maire, Jean-Pierre Richard,
samedi à la radio France Bleu Basse Normandie. Avec
près de 3.000 civils tués le Jour J - soit presque autant que
de soldats alliés - et environ 20.000 morts de juin à sep-
tembre 1944, les Normands et leurs villes martyres ont
payé un "lourd tribut" à la libération, selon les historiens.
Les commémorations du Débarquement en Normandie
réuniront vendredi 19 chefs d'Etat et de gouvernement,
parmi lesquels les présidents américain et russe Barack
Obama et Vladimir Poutine, ainsi que la reine Elizabeth
II d'Angleterre et la chancelière allemande Angela Mer-
kel.
70
e
ANNIVERSAIRE DU DÉBARQUEMENT EN NORMANDIE
Hommage aux victimes civiles
ÉCHANGE TALIBANS/SOLDAT AMÉRICAIN
Les Républicains très critiques
D e s
me mb r e s
républicains
du Congrès
ont émis de
fortes ré-
s e r v e s
quant à l'ac-
cord conclu
par Barack
Obama sur
l ' échange
de cinq tali-
bans contre
un soldat
amér i cai n
capturé il y
a environ cinq ans en Afghanistan, certains l'accusant même d'enfreindre
la loi. Plusieurs Républicains se sont réjouis de la libération, samedi, du
sergent Bowe Bergdahl, soulignant néanmoins que cet échange ne ferait
qu'encourager davantage les enlèvements de soldats américains.
Les députés n'ont eu connaissance du transfert de Guantanamo de pri-
sonniers qu'une fois l'échange effectué, a annoncé le Washington Post. Les
États-Unis ont annoncé samedi la libération du soldat américain retenu en
Afghanistan aux mains des talibans depuis cinq ans, à l'issue d'un échange
contre cinq Afghans de Guantanamo transférés vers le Qatar, qui a servi
d'intermédiaire. Mike Rogers, président de la Commission du renseigne-
ment à la Chambre a déclaré qu'il était "content que le sergent Bergdahl
ait été libéré et qu'il retrouve sa famille aux États-Unis". Il s'est dit néan-
moins "très troublé" par le fait que les Etats-Unis aient "traité avec des ter-
roristes" pour conclure cet accord d'échange.
"Ce tournant fondamental dans la politique américaine, est un signe
d'encouragement donné aux terroristes du monde entier, pour qu'ils pren-
nent plus d'Américains en otage" a estimé Rogers.
El-Qaïda au Maghreb islamique
(AQMI) a appelé les Libyens à com-
battre le général dissident Khalifa
Haftar pour avoir lancé une cam-
pagne contre les groupes armés dans
l'est du pays, décriant un "ennemi de
l'islam".
"Nous vous appelons à vous unir
pour extirper le symbole de la traî-
trise et de l'apostasie : Khalifa Haftar
et les partisans de (l'ancien dirigeant
Mouammar, ndlr) Kadhafi qui sont
sous son commandement", a indiqué
Aqmi dans un communiqué publié
hier sur des sites jihadistes.
Khalifa Haftar, un général dissi-
dent ayant obtenu le ralliement de
plusieurs unités de l'armée a lancé le
16 mai une campagne baptisée "la
Dignité" contre les groupes extré-
mistes de l'Est libyen, bombardant
certaines de leurs positions.
Le groupe jihadiste Ansar Asha-
ria a lancé, mardi, une attaque au vi-
triol contre le général Haftar en le
menaçant de finir comme Mouam-
mar Kadhafi, tué après huit mois de
conflit en Libye.
Classée organisation "terroriste"
par les Etats-Unis, Ansar Asharia a
également appelé les Libyens à se
dissocier de la campagne du général
dissident. Ce dernier affirme avoir
eu un "mandat" du peuple libyen
pour combattre le terrorisme, après
des manifestations de soutien à son
opération.
Dans la nuit de vendredi à sa-
medi, il a "remercié" dans un bref
communiqué lu sur une télévision
privée, les milliers de Libyens qui
ont manifesté vendredi pour la
deuxième semaine consécutive.
"Pas de retour en arrière, jusqu'à
la libération du pays, le rétablisse-
ment de la sécurité et la stabilité et
la consécration de la liberté et la dé-
mocratie", a-t-il dit depuis l'est du
pays.
LIBYE
El-Qaïda au Maghreb appelle à combattre
le général Haftar
Sports
16 EL MOUDJAHID
Lundi 2 Juin 2014
Le GS Pétroliers a réussit vendredi à Dar
El Beida à récupérer son titre de champion
d'Algérie de Super-division 2013/2014, en
s’imposant face au CRBDB 64/54 dans un
match à suspens.
Les Pétroliers n’ont finalement pas at-
tendu «la belle» pour remporter le titre de
cette saison, scellant son sort dès le match re-
tour, eux qui avaient déjà pris une réelle op-
tion au match aller, s’imposant mardi dernier
à Hydra par un large écart de 91 points à 73.
Pour la manche retour, les Beidaouis de-
vaient remettre les pendules à l’heure pour
obtenir le droit de jouer la belle le lendemain
chez eux. Un objectif qui était dans leurs
cordes, mais en face se dressait un immense
obstacle, une équipe du GSP plus que jamais
soudée et déterminée à jouer le doublé ;
coupe-championnat. Les dernières sanctions
à leur encontre les ont remobilisés et l’équipe
est devenue plus forte encore.
Trois pressions sur les épaules des joueurs
Beidaouis dans cette manche retour, celle
d’un public exigeant et assez nombreux pour
la circonstance, obtenir coute que coute une
revanche et surtout terminer en beauté une
saison exceptionnelle qui aurait sanctionné
de longues années d’attente.
Une vraie bataille d'hommes
Une salle pleine à craquer pour abriter ce
passionnant duel qui a tenu toutes ses pro-
messes entre les deux meilleures formations
du basket du moment : les Beidaouis, drivés
par le tout jeune coach Yacine Aït Kaci, ont
été les premiers à planter le décor grâce à
l’homme des dernières secondes, Hamza
Kachkach, et son meneur Lyes Chikhi. Le
public accompagne cette bonne entrée en
matière de leur équipe fétiche. Les Pétroliers
patientent jusqu’au 7
e
point adverse pour réa-
gir. Ce premier quart d’observation servira
surtout aux shooteurs des deux camps de
prendre leurs repères. Un premier quart que
le CRBDB remporte 17 points à 14.
Les Pétroliers ne se font pas prier dans le
second half, eux qui retrouvent leur basket,
et comme mardi passé, le coach Whalen pla-
cera les grands de taille pour empêcher l’ad-
versaire de pénétrer. Contraints de shooter de
loin, les camarades de Mimouni ratent pas
mal de balles, et automatiquement le GSP en
profite pour remplir sa tirelire, grâce notam-
ment aux Mestfai, Belkhodja et Hama. La
partie balance en faveur du GSP qui prend
une belle avance à la pause (36 à 29).
Le 3
e
quart sera meilleur en termes de
spectacle et de suspens, et on assiste alors à
une bataille sans relâche des deux camps.
Des muscles à l’œuvre avec cet objectif de
représenter dignement son équipe. La tension
monte d’un cran et aucune des deux équipes
ne lâchera prise. Le score du 3
e
quart 49/48
pour Darelbeida reflète parfaitement la phy-
sionomie du match. Même scénario lors de
l’ultime quart, équilibré jusqu’au deux der-
nières minutes, où les Beidaouis pécheront
par précipitation. Mounir Benzeguala réussit
tous ses lancers francs et les temps morts de-
mandés par Aït Kaci ne donneront rien.
L’écart passe de six, à huit ensuite dix à la fin
du match ( 64/54) pour le GSP qui récupère
son titre pour prouver à tous que les grands
clubs ne meurent jamais. Les joueurs fêteront
avec leur patron, Djaafar Belhocine, venu as-
sister à la finale, un titre ô combien savou-
reux ! Quand le capitaine Djillali brandissait
le trophée, c’est tout le GSP qui est au sep-
tème ciel. En face, les larmes des joueurs bei-
daouis et la consternation de leur public
étaient l’autre face amère de la réalité du
sport.
Mokhtar Habib
FINALE RETOUR DU CHAMPIONNAT DE SUPER DIVISION
CRBDB-GSP : 54/64
Le GSP récupère son titre
Basket-ball
ETATS-UNIS
Makhloufi 11
e
sur le mile
d’Eugène
Taoufik Makhloufi n’a pas pu
faire mieux que la saison dernière
sur le mile du meeting d’Eugène en
se classant, samedi soir, à la 11
e
place avec un temps de 3 : 52.13,
loin derrière le vainqueur le Djibou-
tien Ayanleh Soulleiman médaillé de
bronze sur le 800 m au mondial de
Moscou en 3 : 47.32.
Makhloufi, qui n’est pas à l’aise
dans cette spécialité, a été comme
pris dans un étau dans cette course,
entamée avec un rythme très rapide
imposé par deux lièvres. Les temps
de passage de 53.49 au 400 m et 1
:52.16 au 800 m témoignent de l’al-
lure enflammée donnée à cette
course.
Notre champion olympique qui
n’est qu’à sa 3
e
course, après une ab-
sence de plus de 18 mois, a tenté
tant bien que mal de rester dans le
groupe de tête, jusqu’à la cloche si-
gnalant le dernier tour, où les
hommes les plus en forme ont une
nouvelle fois accéléré la cadence.
Posté entre la 5
e
et la 6
e
position,
Makhloufi a lâché sur la ligne droite
où le sprint final a été favorable à
Souleiman qui a devancé dans les
derniers 50 mètres le Kenyan Silas
Kiplagat (3:47.88) et l’Éthiopien
Aman Wote (3:48.60) qui menaient
le train jusque-là.
Après cette course, l’enfant de
Souk Ahras sera en lice le 5 juin
courant au meeting de Rome pour
le 1500 m. A à l’issue de cette com-
pétition, il compte entamer un stage
bloqué en Suisse en prévision des
autres meetings, notamment celui du
18 juillet à Monaco et le 21 août à
Stockholm.
M. Ghyles
CHAMPIONNAT DIVISION 1 (DAMES)
HBCEB 19 - GSP 20
Le GSP en finale
La dernière journée du championnat de division 1 (Dames) a mis aux
prises le HBC El Biar au GSP dans un match qui aura voulu être une finale.
Battues à l’aller avec cinq buts d’écart, les El Biaroises se devaient de battre
le GSP avec un écart plus grand pour espérer le détrôner. Dans une salle
d’El Biar pleine, les joueuses de Karim Achour auront tout tenter, mais en
face il y avait des Pétrolières bien menées par la toujours jeune Nassima
Dob et qui, dès le départ et grâce à une bonne tactique défensive, mèneront
les débats pour terminer la 1
ere
mi-temps à leur avantage. A la reprise, le
HBCEB, tentera le tout pour le tout pour renverser la vapeur, mais encore
une fois, les filles de Mohamed Seghir Djoudi géreront leur avantage. Dans
un dernier sursaut, les filles d’El Biar reviendront dans le match et diminue-
ront l’écart jusqu’à un but, donnant du suspense à la fin de la rencontre.
Mais le GSP, plus aguerris, réussira à garder ce mince écart jusqu’au coup
de sifflet final qui le consacrera champion d’Algérie comme la saison pré-
cédente. El Biar, avec moins d’expérience, a rivalisé avec son adversaire, et
la finale de la coupe d’Algérie qui opposera ces deux formations promet
d’être passionnante et très indécise.
Noureddine Henni
Handball
EQUIPE NATIONALE (MATCH AMICAL)
Victoire prometteuse, mais...
Les Verts ont gagné leur match amical contre l'Arménie sur le score
de 3 à 1. C'est en soi un bon résultat devant une équipe classée à la
33
e
place au ranking FIFA. Donc, il n’y a pas lieu de porter aux nues
cette prestation des Verts qui s'est jouée à Sion devant un public
enthousiaste et qui leur était entièrement acquis.
I
l faut dire que les fans de
l'équipe nationale n'ont pas
caché leur amour aux couleurs
algériennes. Ils ont rempli comme
il se doit les travées du stade
Tourbillon de Sion (Suisse). On
peut dire que le coach national
avait aligné une équipe qui n'était
pas forcément l'équipe type. Ha-
lilhodzic cherchait encore le
joueur qui allait quitter la sélec-
tion pour ne laisser qu'une liste de
23 à communiquer aux services
de la FIFA hier 1
er
juin. Ceci dit,
les joueurs alignés face à l'Armé-
nie ont fait du mieux qu'ils pou-
vaient pour réussir une très bonne
prestation. On peut dire que lors
du premier half, il y avait de la vi-
vacité dans le jeu algérien avec un
Yacine Brahimi des grands jours.
Il avait fait voir de toutes les cou-
leurs à ses adversaires qui avaient
montré des difficultés pour l'arrê-
ter. Il y eut aussi Ghilas, Mahrez,
Slimani qui ont bien travaillé. Les
Verts ont trouvé la voie des filets
très tôt par Belkalem avant que
Ghilas n'ajoute le 2
e
but. Conti-
nuant leur domination, les nôtres
ajouteront un 3
e
but par Slimani.
Il avait avant cela rater quelques
bonnes occasions. En défense, du
moins en première mi-temps, les
nôtres n'ont pas été inquiétés par
les Arméniens. On peut même
dire que Zemmamouche avait eu
des moments paisibles. Les Verts
ont montré un beau visage durant
les premières 45 minutes, même
si sur le plan de la fraîcheur phy-
sique, on ne peut pas dire que tout
était au point. En dépit de tout,
c'était plus acceptable d'achever le
premier half sur un score de 3-0.
On ne peut mieux rêver d'un tel
scénario. En seconde mi-temps,
curieusement, on avait constaté
une sorte de fléchissement. Cela,
il faut bien le préciser, a coïncidé
avec le réveil des Arméniens qui
ont réussi à presser la défense al-
gérienne qui avait alors montré
des signes de panique. Sur une er-
reur au niveau du milieu de ter-
rain, Sakhimon surprend tout le
monde, notamment Belkalem,
dernier défenseur, pour battre en
toute quiétude Zemmamouche.
Le coach national Halilhodzic
fera alors beaucop de change-
ment. Il y eut les entrées de Ben-
taleb, Feghouli, Djabou, Taider,
Medjani, Soudani. Ils ont apporté
leur touche, mais ils avaient buté
sur la bonne organisation de cette
équipe arménienne qui avait bien
joué au cours de la seconde mi-
temps. Cette seconde période a
été très instructive pour Halilhod-
zic, puisqu'elle lui permettra de
rectifier les erreurs aussi bien de
positionnement ou de fraîcheur
physique. Des joueurs ont fait
montre d'une certaine lourdeur.
Ce qui ne leur avait pas permis de
prendre à défaut la défense ad-
verse au cours de la seconde mi-
temps. On avait aussi constaté
que la cohésion laissait quelque
peu à désirer. Du point de vue de
la possession de balle, on ne peut
dire qu'on a été dominateurs. Bien
au contraire, on perdait facilement
le ballon, chose qui a favorisé le
retour des Arméniens en
deuxième période. Il est clair qu'il
y a encore du travail à faire afin
de rendre le jeu des Algériens
plus fluide et surtout plus effi-
cace. On s'attend, lors du prochain
match contre la Roumanie, à une
équipe fichtrement plus forte que
l'Arménie, on espère que les pou-
lains d'Halilhodzic vont se ressai-
sir et réussir 90 minutes pleines
avec un rythme plus soutenu.
Hamid Gharbi
Athlétisme
17
Lundi 2 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Sports
ABDERRAHMANE MEHDAOUI (ANCIEN SELECTIONNEUR NATIONAL) :
« Surpris par le Onze rentrant »
MONDIAL-2014
L’ allocation de change touristique fixée à 281.650 DA
Une allocation de change touristique de
281.650 DA sera allouée à l’ensemble des Algé-
riens, nationaux résidents, qui se déplaceront au
Brésil pour soutenir la sélection nationale de
football en Coupe du monde-2014 (12 juin-13
juillet), a indiqué hier la Banque d’Algérie.
«La mise en place de ce droit de change spé-
cifique Coupe du monde 2014 entre dans le
cadre des mesures de facilitation et d’accompa-
gnement décidées par les pouvoirs publics à l’ef-
fet de permettre le déplacement et le séjour des
nationaux résidents dans de bonnes conditions»,
souligne la Banque d’Algérie, dans un commu-
niqué. Le montant de cette allocation de change
spécifique, qui sera allouée exclusivement pen-
dant la période du 1
er
au 13 juin, est fixé à la
contre-valeur en devise de 281.650 DA.
Cette allocation de change est délivrée par les
guichets de banques intermédiaires agréés sur
présentation par le demandeur bénéficiaire du
passeport en cours de validité établi ou prorogé
en Algérie, revêtu du visa d’entrée au Brésil, le
titre de transport à destination du Brésil avec une
réservation confirmée délivrée par la compagnie
aérienne Air Algérie et l’original du bulletin de
réservation délivré au demandeur par Touring
Voyages Algérie (TVA).
«Cette allocation de change est délivrée au
bénéficiaire une fois portée sur son passeport la
mention allocation de change spécifique Coupe
du monde 2014», ajoute la Banque d’Algérie.
Par ailleurs, la Banque précise que tout béné-
ficiaire de cette allocation de change et qui, pour
quelque raison, n’aura pu effectuer le déplace-
ment au Brésil, est dans l’obligation de restituer
son allocation spécifique coupe du monde 2014
auprès du guichet de banque qui lui a délivré
cette allocation. La mention d’annulation de l’al-
location de change est portée sur le passeport du
remettant.
Dans cet entretien, l’ancien sélectionneur na-
tional, Abderrahmane Mehdaoui, revient sur le
dernier match de l’équipe nationale face à l’Ar-
ménie.
On revient si vous voulez au dernier match
de la sélection nationale. Face à l’Arménie,
Halilhodzic a été fidèle à ses habitudes, en pro-
posant un Onze rentrant inédit. Cela ne vous a-
t-il pas un peu surpris, aussi ?
En effet, j’ai été, une fois de plus surpris par
le choix du sélectionneur national. Personnelle-
ment, je m’attendais à ce que Halilhodzic aligne
son Onze type pour le mettre dans les conditions
de compétition et mettre en pratique ses diffé-
rentes options tactiques. Ça aurait aussi permis à
ses onze titulaires d’avoir 90 minutes de jeu en-
semble. C’est important pour l’aspect cohésion,
vu le manque de matchs de préparation. Il a choisi
d’aligner une équipe composée de joueurs qui ont
un statut de remplaçants, pour la plupart. Il a cer-
tainement voulu voir l’état de forme de ses élé-
ments qu’il n’a pas revu depuis le match de la
Slovénie. C’est son choix. Il faut le respecter. Je
pense que cette rencontre a surtout servi à une
évaluation individuelle de la sélection.
Sur le plan tactique nous avons vu une sé-
lection nationale évoluer à deux niveaux. En
première période, l’équipe a évolué dans un
schéma à l’Algérienne de 4-3-3, avec Brahimi
en meneur de jeu type. Dans cette configura-
tion l’EN a évolué en bloc avec des lignes assez
rapprochées et une reconversion défense-at-
taque rapide, lui permettant d’être dangereuse
dans le jeu de contre. En seconde mi-temps, on
a senti un fléchissement de l’équipe, qui est re-
venue à son schéma habituel de 4-2-3-1. Com-
ment expliquez-vous ce rendement à deux
visages ?
Je ne veux pas rentrer dans des considérations
tactiques pour expliquer ce rendement à deux ni-
veaux de l’équipe. D’autant plus que le Onze ren-
trant est composé d’éléments remplacement dans
l’ensemble. Cependant, je peux vous dire que le
rendement de l’équipe en première période, où
elle a mené par le score sans appel de 3-0, est dû
à la bonne préparation d’avant match. Les joueurs
incorporés sont rentrés sur le terrain avec pour
mission d’accomplir des consignes strictes. No-
tamment pour ce qui est du bloc, la défense en
zone, la récupération et la relance. Il devait voir
certains joueurs dans un registre bien déterminé.
Ça a marché, dans la mesure où l’équipe est ren-
trée aux vestiaires avec un bon score. En seconde
période, l’incorporation de nouveaux éléments
dans le groupe et un peu l’état de forme des
joueurs ont influé sur le rendement de l’équipe qui
a eu un fléchissement vers la fin du match.
Quel est, justement, votre avis de technicien
concernant les nouveaux éléments ?
Cette rencontre nous a permis de découvrir
Mahrez qui est un bon renfort pour la sélection. Il
y a aussi Brahimi qu’on a vu dans un registre dif-
férent. Cet élément a montré qu’il a une excellente
maîtrise de la balle et une vivacité déroutante.
Mandi, aussi est en train de gagner sa place de ti-
tulaire sur le flanc droit de la défense. Pour le reste
des joueurs, ils ont quand même montré qu’on
pouvait compter sur eux.
Beaucoup de choses ont été dites à propos
de la forme physique de l’équipe. Le fléchisse-
ment en seconde période face à l’Arménie vient
argumenter un petit peu les rumeurs. Pensez-
vous qu’il y a du souci à se faire à ce niveau ?
Il faut savoir que la sélection sort d’un stage
où elle a été soumise à une charge de travail. Elle
ne peut pas être, déjà à cent pour cent de ses
moyens. C’est tant mieux d’ailleurs, parce que le
but recherché c’est d’être en forme pendant le
Mondial. Ainsi cette rencontre face à l’Arménie a
surtout permis à la sélection de rentrer dans l’es-
prit de la compétition et d’être dans les conditions
réelles de match officiel. Personnellement, je ne
m’attendais pas à ce que l’équipe produise un
match intense durant les 90 minutes. Je m’atten-
dais à un relâchement vers la fin et s’est tout à fait
logique, vu le travail de préparation entrepris.
Entretien réalisé par
Rédha Maouche
ABDERRAHMANE MEHDAOUI INVITÉ DU FORUM SPORT EL MOUDJAHID :
« Les Verts peuvent créer l’exploit »
Abderrahmane Mehdaoui invité du forum Sport El Moudjahid, hier, est un grand spécialiste du football. Il a été entraîneur national, mais aussi entraîneur de plusieurs
clubs algériens, notamment le MC Alger. Il est connu aussi pour son titre de champion du monde avec l’EN militaire en 2011. Aujourd’hui, il est libre de tout
engagement. Il est fort possible qu’il atterrisse dans un club civil. Cedi dit, dans le Forum Sport El Moudjahid, on lui a demandé de donner son point de vue, mais aussi
son analyse sur la prestation des Verts suite à leur sortie en amical face à l’Arménie, mais aussi les chances de notre sélection nationale dans ce Mondial brésilien
prévu du 12 juin au 13 juillet.
L
e conférencier avait tout
d’abord voulu parler un peu de
la philosophie d’une équipe na-
tionale et de sa valeur dans la subcons-
cient collectif. Il dira : « J’étais dans
la peau d’un sélectionneur. L’EN est
une grande partie de ma vie. Je me
rappelle encore de cette date du 16
juin 1982 où l’EN a battu l’Alle-
magne. Pour une première coupe du
monde, on peut dire que les nôtres ont
frappé un grand coup. On reste très
sensible après un tel exploit. L’EN
n’est pas seulement un résultat tech-
nique, mais beaucoup de choses qui
nous dépassent tous. Il ne faut pas se
focaliser sur le résultat, mais sur l’état
de l’équipe dans son ensemble. »
C’est vrai que le résultat compte,
mais ce n’est pas tout. Il enchaînera
dans ce sens en disant : « Globale-
ment, il est content par la prestation
des Verts. Il y a de la qualité. J’aurais
aimé voir la composante de l’EN ali-
gnée d’emblée face à cette Arménie,
mais le dernier mot revient au coach
national. C’est vrai que certains
joueurs comme Mahrez, Brahimi ont
apporté leur touche. Ils ont donné le
tournis à l’adversaire. Halilhodzic
avait ses raisons pour ne pas aligner
son équipe type. Il a voulu avoir une
idée sur ceux qui n’avaient pas eu
l’occasion de jouer. Il faut voir
l’équipe sur le plan mental, mais aussi
collectif. En dépit de tout, on a pu sui-
vre certaines orientations du coach na-
tional. On a vu un jeu en bloc, les
joueurs étaient chacun dans sa zone.
On avait aussi vu un jeu basé sur le «
contre » a-t-il dit. S’il fallait donner
une note sur cette sortie en amical des
Verts, Mehdaoui ajoutera : « Globale-
ment, il s’agit d’une prestation plus
qu’acceptable. On peut lui donner une
note de 13 sur 20. Les deux équipes se
sont bien préparées pour cette empoi-
gnade en amical. Ils étaient sérieux
dans leur façon de jouer, mais aussi de
se positionner sur le terrain. Ce qui
nous a surpris plus que tout, c’est que
nous avons l’impression d’être en Al-
gérie et non pas en Suisse. Le public
algérien mérite les honneurs. Il est tout
simplement formidable. Notre équipe
a montré un esprit conquérant et en
soi, il s’agit d’une très bonne très
chose. On a de très bonnes choses
comme le but de Ghilas qui était très
beau.»
Il est certain qu’à quelques jours
du début du Mondial, on peut dire que
rien ne peut se cacher et que les
équipes qualifiées à ce Mondial savent
tout sur leurs adversaires, notamment
ceux appartenant au groupe. A ce
sujet, l’intervenant précisera que «
toutes les équipes engagées possèdent
les données générales sur les équipes
de leur groupe. On ne va pas à une
telle compétition sans avoir recueilli
des informations sur les équipes que
tu vas affronter dans une telle compé-
tition. Cela n’est pas normal.
C’est le moins que l’on puisse
dire.» Il est évident que notre « onze
» national a montré deux visages dif-
férents lors de cette sortie qui a été
ponctuée par une victoire intéressante
du point de vue du résultat. Ce 3 à 1
montre que l’EN n’a pas encore aban-
donné sa quête de succès et de grands
résultats. Un résultat qui pourrait lui
permettre d’améliorer davantage son
Ranking FIFA. On espère que nos
capés continueront sur cette voie.
Mehdaoui apporte son analyse sur le
relâchement constaté au cours du se-
cond half, puisque même Halilhodzic
n’était pas content de la prestation de
nos préférés au cours du second half.
Car c’est là que les Arméniens du
Suisse Bernard Challandes ont com-
mencé vraiment à jouer et à nous in-
quiéter. « On ne comprend pas ce
relâchement durant cette deuxième
mi-temps, une erreur d’inattention
entre Mandi et Belkalem nous a coûté
un but qu’on aurait pu éviter. Au Mon-
dial, pareille faute se paye cash. Il ne
faut pas oublier que nos adversaires
décortiquent notre jeu au moindre dé-
tail. On ne laisse rien passer pour ac-
croître les chances de réaliser la
victoire lors du match officiel. »
Les observateurs ont remarqué des
erreurs de placement de notre défense.
Ce qui a facilité aux Arméniens de
nous surprendre, eux qui n’étaient pas
jusque-là dangereux pour notre dé-
fense. D’ailleurs, ils n’avaient pas bé-
néficié au cours de la première période
d’opportunités pour nous mettre en
péril. « La défense n’a pas manqué
d’assurance du fait que ce comparti-
ment de jeu n’a pas été stabilisé par le
coach national. Il y a eu l’essai de plu-
sieurs variantes. Ce qui n’a pas permis
à notre axe d’avoir une certaine assi-
duité dans le travail ensemble. A
droite aussi, on n’a pas encore un ar-
rière-droit titulaire. On continue d’es-
sayer des joueurs, même si Aissa
Mandi a montré de très bonnes choses.
Même le milieu de terrain n’est pas
sûr d’avoir des titulaires à part entière.
On continue aussi à faire des essais.
Au niveau du côté gauche, par contre,
avec Ghoulam ou Mesbah, on est tran-
quilles. C’est certain. L’attaque, ce-
pendant, est le seul compartiment qui
vraiment rassure. Nos attaquants peu-
vent marquer à tout moment. C’est le
cas de Ghilas, Soudani, Feghouli et
même des gens du milieu comme
Mahrez ou Djabou peuvent s’inviter
efficacement pour apporter leur grinta
dans le réseau offensif. Pour le poste
de gardien, il faut aussi trancher entre
M’bolhi et Zemmamouche.»
Concernant la préparation phy-
sique de Sidi Moussa, qui a eu la part
de lion pour Halilhodzic, Mehdaoui
affirmera : « Je dis qu’à la fin de la sai-
son, le côté physique n’est pas telle-
ment important, puisque le travail
foncier se fera en début de saison.
C’est une question de méthodolo-
gie. Il faut seulement retrouver la
forme. Pour Feghouli qui a eu une sai-
son pleine, il faut bien le comprendre.
Là, il fallait établir un travail adapté à
chaque situation du fait que tous les
joueurs n’étaient pas dans la même
forme physique. Pour effectuer un tra-
vail collectif, il faut un dosage optimal
pour une meilleure évolution du
groupe. Il fallait faire un travail de ré-
cupération du fait qu’on est en fin de
compétition. Néanmoins, à l’occasion
d’un Mondial, les joueurs vont se dé-
foncer pour ne pas passer à côté de la
plaque.»
La pression a joué l’intervenant est
assez évidente, mais les Verts sont
assez concentrés pour réussir un bon
Mondial. Pour le gardien Doukha qui
a été écarté à la dernière minute, Meh-
daoui a affirmé qu’il s’agit « d’une dé-
cision très difficile, mais que le
dernier mot appartient au coach natio-
nal. On doit respecter son choix. » Il
achèvera son intervention par dire que
le « groupe de l’EN est très difficile,
mais les Verts ont des chances de se
transcender. La qualification au 2
e
tour
est jouable, surtout que nous possé-
dons un entraîneur qui est très chan-
ceux. Il peut nous apporter sa baraka,
surtout qu’il a bénéficié d’une très
bonne logistique tout en ayant de très
bonnes relations avec le président de
la FAF. Ce qui est très important pour
faire son travail dans de très bonnes
conditions. Bonne chance aux Verts »,
avait-il conclu.
Hamid Gharbi
ENTRETIEN
'
P
h
o
t
o
s

:

H
a
m
m
a
d
i
Détente -TV
EL MOUDJAHID 21
E
B
R
O
U
I
L
L
E
R
C
R
O
U
P
I
E
R
E
I
P
P
G
A
R
E
L
U
G
N
A
I
R
T
C
S
J
H
R
M
O
E
O
N
E
L
B
A
L
U
G
A
O
C
A
P
U
A
E
O
L
T
D
T
E
R
U
T
L
U
C
I
P
A
N
L
S
B
E
N
Y
R
I
I
E
D
U
T
I
T
C
A
X
E
C
E
T
I
V
G
C
A
L
T
C
I
I
S
E
S
M
C
T
O
R
N
I
L
A
O
O
R
L
R
R
M
M
U
R
E
E
L
A
O
E
I
C
E
L
L
P
Q
O
U
E
P
P
S
R
R
N
A
L
R
L
Q
I
T
U
I
I
U
T
S
M
L
L
P
A
R
O
I
O
E
A
U
E
E
E
E
E
E
C
T
I
I
O
E
T
U
P
R
N
I
T
E
R
E
R
N
C
C
Y
S
S
Q
R
N
I
R
A
I
N
L
O
C
P
D
M
H
H
R
M
P
E
U
A
S
Q
I
U
E
E
L
N
H
L
T
O
E
A
I
Y
L
N
E
N
I
U
E
S
R
U
E
T
A
A
E
T
C
O
N
O
E
T
R
T
F
E
R
E
E
R
S
O
S
I
I
O
A
T
I
L
N
L
R
E
T
I
O
R
I
M
P
L
S
S
N
C
T
I
E
O
D
E
U
Q
I
T
P
I
L
C
E
O
E
A
T
Y
O
Q
R
G
I
E
T
I
L
I
B
U
L
O
S
G
P
N
U
C
M
U
E
I
D
E
C
N
A
R
V
I
L
E
D
I
O
C
R
L
B
E
S
E
E
T
N
A
E
G
N
A
R
R
A
E
T
E
E
E
E
N
F
R
A
T
E
R
N
E
L
C
R
E
D
I
T
E
U
R
E
GLOSSAIRE
3. Brouiller
6. Fraternel
11. Trianguler
12 . Coagulable
13. Apiculture
14. Exactitude
16. Ecliptique
17. Solubilité
18. Délivrance
19. Arangeant
21. Miroiter
26. Croupière
28. Créditeur
31. Oreilles
32. Cancrelat
33 . Ontologie
34. Splénique
35. Chassepot
36. Justicier
37. Plaisance
38. Habileté
39. Teinture
40. Réévaluer
41. Motocycle
42. Mongolien
43. Hécatombe
7. Godillot
8. Myologie
9. Antitrust
10. Splendide
15. Remisent
20. Impliquer
22. Implorant
23. Suspensif
24. Erratique
25. Serrurier
27. Ménopause
29. Clairière
30. Talonneur
1. Polycopie
2. Chaotique
4. Pétrarque
5. Crinières
Mot CACHÉ
SOLUTION PRÉCÉDENTE : EMPOISONNER
Mots CROISÉS Mots FLÉCHÉS
Nº 3718
Nº 3718
Nº 3718
Grille
Page animée par Mourad Bouchemla
Définitions
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
HORIZONTALEMENT
I- Bavarde - En supériorité. II- En rabe- En attente-
Interjection. III- Vieux pain - Organisation mondiale. IV-Vallée
fluviale- Du Grec pied. V- Decequi est beau.VI- Endurant -
Poisson.VII- Mettreàl’aise- UnitédeChine. VIII - Contient de
l’iridiumIX- Bouesédimentaire- CuivreX- Mettreentredeux ou
plusieurspages.
VERTICALEMENT
1- Grand récipient en terre- Provocation. 2- Met àterre-
Unerévolution. 3 - Trop plein. 4-Couléedelaves - Détesté- En
rage. 5- Payer pour un actecriminel. 6- Chien. 7- Dansleseau-
En direct - Plissa. 8- Limon. 9- Ville d’Allemagne - Ruse. 10-
Vient après.
DONNER SON OPI NI ON
—————————————
VENTI LA
—————————————
RELATI F À LA POESI E
PÉRI ODE
————————————
EN DRAME
————————————
PÈRE DES NÉRÉI DES
VI LLE DE FRANCE
——————————
UTI LE
SON
————————————
ENTRE
————————————
SEULES EN MER
PÉRI ODE
————————————
DEUX EN TUTU
————————————
ABI MA
AMPLI FI E TROP
————————————
PARTI E DE COURT
————————————
NOTE
PRÉFI XE
————————————
ENDUI T DE POUDRE ABRASI VE
——————————————————
EN LOI R
EN PULL
————————————
NOUE
————————————
ASPTI SER
TYPE
————————————
ASTRE
————————————
FORME DE ENTER
VI LLE DE DANSE
————————————
MONTERAS
————————————
AMÉRI CAI N PÉJ ORARI F
COURT COURS
————————————
AI RE D’ UNE ORBI TE
————————————
CAPI TAI NE DE RÉCI T
GENRE DE PERDRI X
————————————
EN ROUTE
————————————
PI ÈCE DE NAVI RE
EN RADE
————————————
PARTI CULE
————————————
I NSECTE
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
J A C A S S E U P
O A B A T A L L
R A S S I S O M S
R I A P E D E T
S T H E T I S M E E
S U A N T S A R
D E R I D E R L I
E A I R I D I E
F A N G E D C U
I N T E R C A L E R
J U G E R A
R
E R A
A L E X A N D I N
V L A C
R
I O N
E R I G
E
E
A
T
S O
L U N E N
E
A T
L O R B E A M
I N T E R I L E S
S E T
R
U U E R E
E M E I S E L R
R O E T A M B T O
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Télévision
Sélection
Lundi 2 Juin 2014
12h00 : J ournal en Français+météo
12h25 : Djenane(01) feuilleton doublé
14h20: Qouloub fi sira’e(22
e
ptie)
16h35 : Taqdar tarbah émission dejeux
17h00: 52chrono ''direct'' émissionsportive
18h00 : J ournal en Amazigh
information
18h25 : Lesoleil delavérité(22)
19h00 : J ournal en français+météo
information
19h30 : Boudhou (06) humour
20h00 : J ournal en Arabe
20h45 : Questions d'actu (direct)
information
21h40 : De Gijon à Rio émission
sportive
22h35 : L'Emir Abdelkader El
Djazairi ''3
e
ptie'' portrait
23h25 : festival de la musique
andalouseconcert andalous
LUNDI
Réalisée par : Nazim Kaidi , Scénario : Zoubir Omir ,
Avec la participation de : Mustapha Laaribi, Amar Maarouf, Nawal Zmit,
Razika Ferhane, Abdelkrim Bribar, Arazki Siouani, Nassima Chams,
Hadjla Khaladi, Nadia Talbi, Hamid Ramass, Abdelkader Kerbach, Farida
Karim, Nafaa Eldjoundi, Nadia Tisir, Saliha Karbach…
Émission sportive
Réalisée par: Amal Benbatouche
Présentée par: Mokhtar Hammani
Une émission sportive hebdomadaire qui traite
toute l'actualité sportive de la semaine, à l'exception
du football. Reportages, portraits, ainsi que des
résultats et commentaires sont au menu de 52
Chrono.
52 Chrono (direct) Qouloub fi sira’e
(22
e
partie)
14h20
17h00
Feuilleton dramatique
Algérien
Lundi 2 Juin 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h46
- Asr.............................16h37
- Maghreb....................20h05
- Icha……...……....... 21h44
Mardi 5 Chaâbane 1435 correspondant au 3
juin 2014 :
- Fedjr........................03h41
- Chourouq.................05h30
Horaires des prières de la journée du lundi 4 Chaâbane 1435
correspondant au 2 juin 2014 :
29
EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
dela publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
El Moudjahid/Pub
El Moudjahid/Pub ANEP 126838 du 02/06/2014
ANEP 202085 du 02/06/2014
El Moudjahid/Pub ANEP 126838 du 02/06/2014
ANEP 126859 du 02/06/2014
El Moudjahid/Pub
L'entreprise SARL SAADIA MOHAMED, faisant élection au n°03,
RUE TAHAR- DJABBAR AEK - CITE NORD-EST BOUKADIR,
CHLEF, titulaire du marché n°85/2013 notifié le 25/11/2013, relatif à la
réalisation des travaux RAR/TCE des 80/200 logements R.H.P à
BEGGOUG-AIN EL KERMA, est mise en demeure sous 48 heures de :
-Redémarrer les travaux y afférents, renforcer le chantier en moyens
humains, matériels et matériaux afin de rattraper le retard enregistré.
Passé ce délai, l'Office se réservera le droit de procéder à la résiliation
du marché aux torts exclusifs de l'entreprise.
ANEP 126576 du 02/06/2014
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville
Office de Promotion et de Gestion immobilières d'Oran
MISE EN DEMEURE
DÉCÈS
El Moudjahid/Pub du 02/06/2014
J. H., 27 ans, cherche emploi comme
démarcheur, distributeur ayant une
expérience de 2 ans.
Tél. : 0551 97-96-32
——0o0——
J. H., 24 ans, habitant Alger, licencié en
allemand, cherche emploi comme agent
administratif.
Tél. : 0552 49-01-04
Demandes d’emploi
El Moudjahid/Pub du 02/06/2014
Il est porté à la connaissance des
actionnaires de GNM/SPA que l’AG du
29/06/2014 est reportée pour le 30/06/2014 à
14h30 à l’adresse suivante :
Restaurant Maryouma El-Kheima n° 0l
Bt 90 Logts, Sidi Yahia, Saïd- Hamdine,
Alger.
Ordre du jour :
- Examen des comptes sociaux exercice 2013
- Rapport moral et de gestion 2013 + Rapport
C.A.C
- Divers
NB/
Documents AG sont disponibles au niveau
de la DFC pour consultation.
Copies/
- Affichage général.
- Publication presse.
- Envoi par courrier L/R +A/R
CORRECTIF
Vends appartement Type F3 de
129 m² 1
er
étage d’une villa de R+2
très bien situé, à Bouzaréah
Air-de-France.
Toutes Commodités.
Tél. : 0555755788 
El Moudjahid/Pub du 02/06/2014
La famille DZIRI a l’im-
mense douleur de faire
part du décès de son
cher
DZIRI ALI
survenu à l’âge
de 93 ans.
A Dieu nous apparte-
nons et à Lui nous re-
tournons.
Société
30 EL MOUDJAHID
Lundi 2 Juin 2014
14
E
CONGRÈS ALGÉRIEN
ANTIRHUMATISMAL
Six millions d’Algériens touchés
par l’arthrose
«Six millions de personnes touchées par l’arthrose
en Algérie», a déclaré hier à Alger le professeur
Aïcha Ladjouze Rezig, chef de service de rhumato-
logie à l'EHS de Ben Aknoun et présidente de la
Ligue algérienne anti-rhumatismale, en marge de la
tenue du 14
e
congrès algérien anti-rhumatismal.
Le P
r
Ladjouze Rezig a expliqué qu’« à 35 ans on
peut avoir une arthrose cervicale et celle des genoux
est très fréquente». Et d’ajouter : «Le surpoids est
pour beaucoup dans la maladie. Les varices sont des
facteurs de risque et les sujets de plus de 40 ans sont
plus exposés à l’arthrose.»
Elle a estimé que «le dépistage précoce permet de
mieux prendre en charge toutes les maladies rhuma-
tismales aux complications irréversibles.
Il y a lieu de noter qu’il y a actuellement 350.000
cas de polyarthrite rhumatoïde en Algérie, dont 75%
sont des femmes. Selon les spécialistes, cette maladie
frappe en général les personnes entre 30 et 50 ans.
C’est une pathologie invalidante qui affecte grande-
ment la qualité de vie du malade. Son diagnostic le
plus tôt possible permet de mieux prévenir les com-
plications.
Elle peut commencer par une simple douleur arti-
culaire constante, et finit, en l’absence de traitement,
par avoir un effet dévastateur sur la capacité des per-
sonnes atteintes à se prendre en charge, y compris
pour les tâches les plus élémentaires de la vie quoti-
dienne.
W. B.
COUP DE FILET DES GENDARMES
À L’OUEST
Une tonne et demie de kif traité
saisie
Une nouvelle quantité de drogue douce a été ré-
cupérée par les services de la Gendarmerie nationale
dans la région de Tlemcen, destinée à la revente dans
les quartiers de plusieurs wilayas du pays. Cette
quantité allait être introduite par un réseau transna-
tional spécialisé dans le trafic des narcotiques.
Durant la journée de vendredi dernier, les repré-
sentants de la justice ont réussi, sur la base d’infor-
mations précises, à mettre la main sur une quantité
de 15 quintaux de kif traité (1.450 kilogrammes)
En effet, les gendarmes de la section de re-
cherches de Tlemcen, renforcés par ceux de la section
de sécurité et d’intervention de Maghnia et les garde-
frontières de Sidi Boudjenane, ont récupéré 10 quin-
taux et 33 kilogrammes de kif traité, abandonnés par
un narcotrafiquant marocain qui a rebroussé chemin
vers le Maroc, a indiqué la cellule de communication
du commandement de la Gendarmerie nationale.
La souricière tendue par les gendarmes en bordure
de la RN 07A, reliant Maghnia à Souani, non loin des
lieux, a conduit à l'interpellation d’un commerçant
âgé de 33 ans, demeurant à Maghnia, qui s'est pré-
senté sur les lieux à bord d'un véhicule de marque Re-
nault Kangoo, pour récupérer les stupéfiants, alors
que son compagnon âgé de 29 ans, qui a tenté de
prendre la fuite à bord dudit moyen de locomotion, a
été appréhendé à son tour.
Arrêtés et présentés devant le procureur de la Ré-
publique près le tribunal de Ghazaouet, les deux in-
dividus ont été placés sous mandat de dépôt pour
détention et commercialisation de stupéfiants, selon
notre source.
Dans une autre saisie, lors d'une patrouille sur le
tracé frontalier algéro-marocain, les garde-frontières
du poste avancé Akid-Abbès relevant des garde-fron-
tières de Tlemcen, ont récupéré 17 sacs à dos conte-
nant une quantité de kif traité, abandonnés par des
narcotrafiquants.
La quantité de stupéfiants saisis (03 quintaux et
96 kilogrammes) a été remise aux gendarmes de la
section de recherches de la Gendarmerie nationale de
Tlemcen pour enquête.
Agissant sur renseignements, les gendarmes de la
Brigade de recherches et investigations de Bouira ont
interpellé, à Haizer, deux personnes à bord d’un vé-
hicule de marque Renault 19, en possession de trois
kilos de kif traité et neuf (09) comprimés de psycho-
tropes. L'enquête se poursuit.
Mohamed Mendaci
HYGIÈNE HOSPITALIÈRE
Les gestes simples
sont les plus efficaces
L'EPH de Bologhine Ibn-Ziri a organisé sa 7
e
journée nationale sur l'hygiène hospitalière et la lutte contre
les infections associées aux soins.
U
ne journée qui a re-
groupé de nombreux
professeurs en méde-
cine, des spécialistes en épidé-
miologie et en médecine
préventive, de même que des
responsables du secteur de la
santé. Les communications se
sont focalisées sur le bio-net-
toyage, dont le plus récurrent
demeure le lavage des mains et
l'utilisation de solutions hydro-
alcooliques. On estime que
nombre de chirurgiens ne se
conformeraient pas au proto-
cole d'hygiène des mains. Les
intervenants ont également in-
sisté sur l’utilisation des anti-
septiques et désinfectants, ils
ont aussi mis en avant le nom-
bre important des infections
sur cathéters.
Il faut savoir que de plus
en plus, en milieu hospitalier,
que ce soit à l'hôpital ou en cli-
nique d'ailleurs, l'utilisation
des techniques de surveillance
des patients comme les cathé-
ters urinaires, la mesure de la
pression veineuse centrale,
l'implantation de prothèses, les
perfusions, etc. sont des tech-
niques favorisant l'apparition
d'infections hospitalières.
Il en est de même de cer-
tains traitements utilisés par
voie intraveineuse, surtout
quand ceux-ci sont de longue
durée. Plus de la moitié de ces
infections pourraient être évi-
tées si les soignants se lavaient
correctement les mains à cer-
tains moments essentiels des
soins. Les infections associées
aux soins de santé surviennent
en général après un contact
entre le soignant et les patients,
par transmission des germes
présents sur les mains. Les
plus courantes sont les infec-
tions des voies urinaires et des
sites des interventions chirur-
gicales, les pneumonies et les
septicémies.
Les spécialistes de la santé
appellent à l’application des
mesures d’hygiène hospitalière
onusiennes, prévues dans les
textes ratifiés par l’Algérie,
pour la diminution de la préva-
lence des infections associées
aux soins.
Ils appellent par ailleurs à
l’installation de comités natio-
naux d’hygiène dans chaque
hôpital tel que le prévoit la loi
sanitaire.
Ce comité doit signaler tout
acte contraire à la déontologie
médicale et soumettre des rap-
ports annuels sur l’état des ser-
vices au ministère de la Santé,
mais aussi alerter de la pré-
sence de bactéries résistantes
aux antibiotiques qui pour-
raient entraîner de graves
conséquences médicales. Sur
le plan de la prise en charge,
les spécialistes estiment que
son coût est «très élevé».
L'Algérie consacrerait «le plus
gros budget à l'hygiène sani-
taire dans la région du Ma-
ghreb».
Malgré les actions entre-
prises par les pouvoirs publics
pour lutter contre les infections
contractées en milieu hospita-
lier, leur incidence demeure
importante en Algérie ; ce
constat a été fait par les confé-
renciers lors de cette 7
e
jour-
née. Ils préconisent de réduire
les durées d’hospitalisation des
malades par une plus grande
performance dans l’explora-
tion qui doit se faire dans de
brefs délais. Ils ont, par ail-
leurs, vivement recommandé
le développement des sys-
tèmes de soins à domicile pour
réduire les coûts d’hospitalisa-
tion et le taux des infections
nosocomiales.
Les infections associées
aux soins touchent des cen-
taines de millions de patients
dans le monde, ont indiqué les
experts qui ont estimé que ces
infections sont à l’origine de
pathologie graves, de prolon-
gements de la durée du séjour
en établissement de soins,
d’invalidité à long terme, de
coûts personnels importants
pour les patients et leurs fa-
milles, de charges financières
supplémentaires élevées pour
les systèmes de santé et même
jusqu’à la perte d’une vie. «Le
taux de prévalence national des
infections nosocomiales varie
entre 15 et 20%», estiment les
intervenants qui ont souligné
que «les infections des sites
opératoires arrivent en tête,
suivies respectivement par les
infections pulmonaires et les
infections urinaires».
La formation et le contrôle
médical périodique du person-
nel de l’hôpital sont plus que
nécessaires, concluent les
conférenciers qui ont déploré
à la fin l’inefficacité des
conseils nationaux de lutte
contre les infections nosoco-
miales.
Farida Larbi
L
e syndrome d’apnée du sommeil
(SAS, trouble du sommeil caracté-
risé par un arrêt du flux respiratoire
durant le sommeil) peut entraîner l’hyper-
tension artérielle, le diabète et des compli-
cations cardiovasculaires (infarctus, AVC),
causant ainsi des morts subites, ont indiqué
vendredi à Alger des spécialistes de la mé-
decine du sommeil. Pour le professeur de
la médecine du sommeil à l’hôpital Necker
de Paris, Pierre Escourou, qui intervenait
au 1
er
congrès de la médecine du sommeil,
organisé par la Société algérienne de la
médecine du sommeil, il est «indispensa-
ble» de diagnostiquer cette maladie pour
procéder à un dépistage afin d’éviter que
cette pathologie entraîne des complications
chez le patient, relevant que la fréquence
de cette maladie est de 5% dans le monde.
«Le SAS entraîne à avoir le diabète, l’hy-
pertension artérielle et des complications
cardiovasculaires telles que l’infarctus et
l’AVC, causant des morts subites», a-t-il
souligné, ajoutant que la personne ayant le
SAS pourrait facilement être la cause d’ac-
cidents de la circulation routière, du fait
de sa somnolence. Il a ajouté que trois
signes indiquent qu’une personne a la ma-
ladie du SAS : le ronflement (très fort) la
nuit, la personne est somnolente même si
elle a dormi longtemps, l’arrêt de respirer
durant son sommeil (il peur être constaté
par l’épouse notamment). Mais une fois at-
teint, le patient devrait recourir à l’utilisa-
tion d’une machine (la ventilation en
pression positive continue PPC) qui envoie
l’air sous pression la nuit dans la gorge
pour écarter les parois de la gorge (larynx)
pour qu’il puisse mieux respirer. Le P
r
Es-
courou a recommandé de se conformer à
une hygiène de vie, notamment d’éviter de
grossir, manger léger la nuit et de dormir à
des heures de sommeil fixes. De son côté,
le président de la Société algérienne de la
médecine du sommeil, le Dr Khalil Am-
rani, pneumologue et spécialiste de la mé-
decine du sommeil, a indiqué que les
personnes dont la tranche d’âge est de 40
à 60 ans étaient les plus exposées pour
contracter le SAS, ajoutant que si la patho-
logique n’est pas prise en charge, le patient
peut développer un diabète, une hyperten-
sion artérielle ou même une dépression.
Il a relevé que les patients se devaient
de recourir à la polysomnographie, qui est
un examen médical consistant à enregistrer
au cours du sommeil du patient plusieurs
variables physiologiques (rythme respira-
toire et cardiaque notamment) afin de dé-
terminer les troubles liés au sommeil,
précisant qu’en Algérie, les frais liés à
cette maladie ne sont pas remboursés par
la sécurité sociale. Interrogé sur l’inci-
dence de la maladie du SAS sur les acci-
dents de la route, du fait de la somnolence,
le D
r
Amrani a relevé qu’il existait une cor-
rélation entre les deux éléments, précisant
qu’en France dans 90% des cas, les per-
sonnes somnolentes ont conduit à des ac-
cidents de la circulation. «En Algérie, on
n’a pas encore de statistiques sur le nom-
bre d’accidents de la circulation routière
causés par des personnes somnolentes au
volant», a-t-il indiqué. Pour sa part, le
sous-directeur de la prévention routière à
la Direction générale de la Sûreté nationale
(DGSN), le commissaire principal Ahmed
Aït Hocine a relevé qu’il fallait prendre en
compte le facteur sommeil en raison du
nombre d’accidents qui se produisent en
Algérie. «Nous axons notre travail sur la
sensibilisation du citoyen aux dangers de
la route, notamment pour prendre en consi-
dération le repos et le nombre d’heures de
conduite surtout pour les longs trajets», a-
t-il dit.
SYNDROME DE L’APNÉE DU SOMMEIL
Une fréquence de 5% dans le monde
31 EL MOUDJAHID
Culture
Lundi 2 Juin 2014
Le comédien et metteur en
scène de théâtre Abdallah Ouria-
chi est décédé avant hier à Koléa
des suites d’une longue maladie à
l’âge de 68 ans. Faisant partie de
la première promotion de l’Ecole
des arts dramatiques de Bordj-El-
Kiffan, au début des années 70,
metteur en scène de nombreuses
pièces de théâtre dont Somoud, et
Mir ou Rabi K’bir, il a tenu des
rôles dans de nombreuses pièces
et films. Retraité du TNA depuis
2003, son état de santé s’est pro-
gressivement dégradé. Le metteur
en scène a été enterré hier à Bou-
Ismail (Tipasa).
R. N.
Décès du metteur en scène
Abdallah Ouriachi
D
e son vrai nom Fatma-Zohra
Badji, elle est née à Menacer
(Cherchell) dans une famille
nombreuse et pauvre. La piété de
son père l’avait poussé à donner à
ses enfants des prénoms empruntés
à la famille du Prophète. Elle gran-
dit dans une petite ferme dominant
la mer. Toute jeune elle prend goût
à la contemplation. Elle fait de
bonnes études primaires en français
et en arabe, mais son penchant pour
la solitude fait qu’elle évite de pren-
dre part aux jeux des enfants de son
âge. Son compagnon est un poste de
radio qu’elle doit à l’affection de
son père et c’est auprès de ce poste
qu’elle passe le plus clair de son
temps. Elle écoute avec passion la
musique du pays et chante avec le
poste les succès qu’il diffuse.
De cette époque date sa vocation
de chanteuse, qui ne se révèlera ce-
pendant que plus tard. Or, voici que
ses parents se séparèrent et ce fut
l’amertume du foyer détruit. Elle
resta avec sa mère mais l’absence du
père se fit cruellement sentir. Pour
aider sa mère à élever ses enfants,
elle abandonna ses études et se lança
dans le milieu artistique qui l’avait
toujours attirée. La radio cherchait
de nouveaux talents ; elle fit ses dé-
buts dans l’émission enfantine de
Réda Falaki en tant que comédienne
puis, son talent se confirmant de
jour en jour, elle participera à de
grandes émissions dramatiques,
aidée en cela par sa connaissance de
l’arabe et du kabyle. Les auteurs et
compositeurs de l’époque étaient à
l’affût des nouvelles voix ; ses qua-
lités vocales attirèrent vite l’atten-
tion sur elle et on lui confia de
nouvelles chansons à interpréter.
Elle n’avait pas 16 ans. Saïd Rez-
zoug, le directeur de la chaîne ka-
byle la présente à Maâmar Ammari
comme une dame qu’il fallait aider.
Après l’avoir auditionné avec une
chanson orientale Ana manich
radia, il avait vu qu’elle chantait
juste. Sur la demande encore une
fois du directeur de la chaîne, il se
mit à lui composer des musiques. Le
premier enregistrement se fit en
1957 à Paris, à la Maison Teppaz,
avec Baâd ma chfat ayni, sa pre-
mière chanson sous la direction de
Ammari. Les paroles furent écrites
par Mohamed Réda. Aidée par la
suite par Mohamed Jamoussi et
Mahboub Bati, elle deviendra très
vite une vedette de la chanson algé-
rienne surtout après le succès obtenu
par Ya youmi Goulili (1959). Elle se
mit à apprendre tous les airs anciens
des répertoires kabyles, oranais, au-
ressiens, andalous et sahariens pour
«élargir sa palette». Elle s’adonna
durant des années à ce travail de re-
cherche et de découverte, aidée par
Kamal Hamadi, auteur dramatique
(qu’elle épouse en 1958) très en
vogue dans les émissions kabyles.
Mieux que par les liens du mariage,
ils étaient unis par leur passion com-
mune pour la musique tradition-
nelle. Mais elle voulait compléter sa
culture musicale, elle s’inscrit à
deux cours au conservatoire d’Al-
ger, l’un de musique classique, l’au-
tre d’art dramatique. Elle fut des
plus assidues aux deux cours, ce qui
lui permit d’obtenir un diplôme
d’art dramatique.
Elle voulut alors perfectionner
ses connaissances à Paris et s’inscri-
vit au cours Simon. Tout en poursui-
vant sa carrière de chanteuse sous la
direction de M. Jamoussi, elle apprit
le solfège et l’harmonie et interpréta
pour le disque des œuvres de Mah-
boub Bati qui, le premier, lui avait
fait confiance, d’Amari Maamar,
d’Ahmed Wahby, Mustapha Skan-
drani l’initia à la musique anda-
louse. Enfin, Missoum la prendra en
main en collaboration avec son pa-
rolier M. E. Hachelaf. Ensemble ils
mettront au goût du jour la musique
algérienne dans ce qu’elle a de plus
authentique sur des paroles exposant
les problèmes de leur génération. Le
public ne pouvant que les suivre
dans cette rénovation de la musique
algérienne, d’où le succès de ses
galas et de ses disques.
Elle obtiendra chez Pathé Mar-
coni, en 1970, un des premiers
disques d’or consacrant la qualité
des chanteurs algériens. Grâce à la
variété infinie de son répertoire, elle
plaisait à des publics très divers et
dans toutes les régions d’Algérie où
elle se produisait. Sa voix légère et
romantique interprète avec sensibi-
lité et émotion une gamme de senti-
ments qui va de l’émerveillement de
la jeunesse, de la liberté, de l’amour,
à l’exil et l’incompréhension fami-
liale.
La brillante de Ya rabi sidi... se
retire définitivement de la scène ar-
tistique dès 1980. Au mois de mars
2012, le ministère de la Culture, au
cours d’une belle soirée organisée à
la salle Ibn Zeydoun à Riadh el Feth
(Alger) lui a rendu un hommage
mérité en projetant un documentaire
retraçant son parcours artistique.
Des artistes telles que Wardia Ais-
saoui, Lamia Batouche, Nada Ray-
hane et Chaba Yamina ont fait
renaître, deux heures durant, une
œuvre riche et singulière en inter-
prétant des titres phares. Emue, la
star populaire, malgré son état de
santé, monte sur scène et entame des
extraits de Twahechnak » (Tu nous
manques). Aujourd’hui, elle va vrai-
ment manquer aux siens et à toute la
famille artistique.
Achour Cheurfi.
LA DIVA DE LA CHANSON ALGÉRIENNE, NORA, EST DÉCÉDÉE
L’inoubliable interprète
de Ya Rabbi Sidi
Suite à une longue maladie, la chanteuse Nora est décédée hier, à l’âge de 72 ans, dans un hôpital parisien où elle a été admise il y a quinze jours dans un
état jugé grave. Selon ses vœux, elle sera enterrée, parmi les siens, au cimetière de Sidi Yahia. Epouse de Kamal Hamadi, l’auteur-compositeur qui a
partagé sa vie durant plus d’un demi-siècle et qui l’a accompagnée dans sa carrière artistique, depuis ses débuts dans les années 50, la diva qui vient de
nous quitter est une grande perte pour les siens et pour l’art lyrique algérien tant elle l’a marqué en interprétant des thématiques aussi fortes que l’amour
ou l’exil, s’inspirant des différents registres des folklores régionaux. C’est la première chanteuse maghrébine à obtenir un disque d’or au début des
années 70, époque où elle a atteint la plénitude de son talent. Ici quelques escales dans le long parcours de cette grande star.
FESTIVAL DU THÉÂTRE AMATEUR DE MOSTAGANEM
En Nakous de Laghouat remporte le 1
er
prix
L’
Association EnNakous pour
le théâtre et le cinéma de La-
ghouat a été distinguée sa-
medi, au Centre culturel Ould
Abderrahmane-Kaki du Grand Prix
du 47
e
Festival national du Théâtre
amateur de Mostaganem, avec le
spectacle Aâwil EzZaman el Mah-
zoum. Le 2
e
prix a été obtenu par
l’Association Malaïket el Khachaba
d’Oran, pour le spectacle El Wahl
alors que le 3
e
prix est revenu à la
coopérative Nebras d’Adrar pour la
pièce EsSahd. Le prix de la meilleure
interprétation féminine a été accordé
à Chahra Aâldjia pour son rôle dans
Aâwil EzZaman el Mahzoum. Nadir
Belbrahem et Houari Oubid se sont
partagés celui de la meilleure inter-
prétation masculine pour leurs rôles
dans Tiha ou Nouda de l’Association
Riadh el Ibdae de Fouka (Tipasa) et
"305" de l’Association Mustapha-
Kateb de Stidia (Mostaganem). D’un
autre côté, le jury présidé par Djamel
Bensaber est sorti avec des proposi-
tions et des recommandations afin
d’améliorer les programmes des pro-
chaines éditions. L’augmentation du
nombre de troupes participantes avec
des contenus de pièces variés, la pro-
grammation de conférences scienti-
fiques, l’ouverture du festival sur
l’ensemble des communes de la ville,
sont quelques unes des propositions
formulées par le jury. La préparation
de dépliants contenant les renseigne-
ments nécessaires à chaque spectacle
pour munir le spectateur d’un avant
goût de la prestation figure égale-
ment parmi les propositions avan-
cées.
Par ailleurs, le Jury recommande
l’instauration du prix du meilleur
spectacle qui ouvrira droit à son bé-
néficiaire de prendre part au Festival
national du théâtre professionnel.
Egalement recommandée, la création
d’une banque de données qui
contiendra les informations et les ar-
chives du théâtre, et la nécessité de
travailler avec les troupes pour arri-
ver à avoir de meilleures prestations
sur les plans du contenu et de la
forme. Des personnalités du théâtre
algérien ont été honorées par les au-
torités locales et le staff du festival,
avant de présenter le nouveau livre
d’Aziz Mouats Des louveteaux de
Tigditt aux ombres chinoises, retra-
çant le parcours du Festival depuis sa
création en 1967. Au début de la cé-
rémonie de clôture du festival, la
pièce Dem el Hob d’Ould Abderra-
mane Kaki a été mise en scène par
Mohamed Tekired.
Le 47
e
Festival national du Théâ-
tre amateur de Mostaganem tenu du
24 au 31 mai, s’est achevé, après
avoir connu la participation de sept
troupes issues de Tipasa, Adrar, La-
ghouat, Bejaïa, Mostaganem, Oran et
Relizane.
Le comédien Saïd Hilmi, son par-
tenaire au théâtre radiophonique
d’expression kabyle, a exprimé sa
profonde tristesse suite à la dispari-
tion de «cette grande artiste algé-
rienne qui n’a pu se réaliser qu’après
un laborieux parcours». Youcef Ouz-
nadji, chanteur de chaâbi, a souligné
la place irremplaçable qui fut la
sienne dans le domaine de la chanson
algérienne contemporaine.
Noura, de son vrai nom Fatima
Badji, née en 1942 à Cherchell a dé-
couvert le monde de la chanson sur
les ondes d’un poste de radio offert
par son père.
Elle anime sur ces mêmes ondes,
quelques années plus tard, des émis-
sions enfantines à travers lesquelles
le chanteur Lamari Maâmar, la dé-
couvre et la fait découvrir au public.
Elle devient peu à peu, pour les géné-
rations post-indépendance, l’étoile
montante de la chanson de variété
sous la houlette d’artistes aussi fa-
meux que Mohamed El-jamoussi,
Mahboub Bati et Mustapha Skan-
drani. Son répertoire, composé de
500 titres est notamment constitué
d’interprétations de chants dérivés du
patrimoine de toutes les régions du
pays sous la férule du parolier-com-
positeur-arrangeur Kamel Hamadi.
Ahmed Ouahbi a composé à son in-
tention des chansons en style «ora-
nais».
Noura a également interprété en
1965 des chansons en langue fran-
çaise dont Vie de Michel Berger.
La chanteuse a connu un grand
succès avec son interprétation de Ana
el-ouarka el miskina de Mustapha
Kechkoul sur une musique de Skan-
drani.
Devenue une idole dans les fa-
milles algériennes elle obtient avec
Slimane Azzem en 1971, le disque
d’or Chez Pathé Marconi. Elle a éga-
lement obtenu une haute distinction
du président de la République tuni-
sienne El-Wissam Al-Thakafi en
1974.
En 1975, Noura est consacrée
«Etoile du festival libyen de la chan-
son arabe». Un hommage lui a été
rendu, il y a quelques mois par le mi-
nistère de la Culture à Alger. Pour
tous ceux qui l’ont aimée, Noura res-
tera l’inoubliable interprète de Ya
Rabbi sidi, Ya bent el houma, Ya
tayara, Amirouche et Idhourar
Djurdjura azizen entre autres.
Noura sera inhumée au cimetière
de Sidi Yahia d’Alger.
L’ARTISTE DISPARUE SALUÉE PAR LE MONDE
ARTISTIQUE
Une place irremplaçable dans la chanson contemporaine
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 109.81
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.359 $
FETE NATIONALE DES SAMOA
Le Président Bouteflika félicite
le Chef de l’Etat indépendant
des Samoa
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika,
a adressé un message de félicitations au chef de l’Etat
indépendant des Samoa, Tui Tupuola Efi Tamasese, à
l’occasion de la fête nationale de son pays. «La célébra-
tion de la fête nationale de votre pays m’offre l’agréable
occasion de vous adresser, au nom du peuple et du gou-
vernement algériens et en mon nom personnel, mes cha-
leureuses félicitations ainsi que mes meilleurs vœux de
santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de
prospérité pour votre peuple ami «, a écrit le chef de
l’Etat dans son message. «Je voudrais, en cette heureuse
circonstance, vous réaffirmer mon attachement à la
consolidation des liens d’amitié et de solidarité unissant
nos deux pays», a ajouté le Président Bouteflika.
PARLEMENT
Validation de la qualité
de membre de l'APN
L'Assemblée populaire nationale a adopté hier le
rapport de validation de la qualité de membre du nou-
veau député du parti du Front de libération nationale
(FLN) lors d'une séance plénière présidée par M. Mo-
hamed Larbi Ould Khelifa, son président. L'APN a va-
lidé sur la base du rapport de la commission des affaires
juridiques, administratives et des libertés, la qualité de
membre de M. Djilali Mahmoud, en remplacement du
député Benmakhlouf Mohamed Kamel après vacance
de son siège pour cause de décès. La séance plénière
d’hier matin a été consacrée à la présentation du plan
d'action du gouvernement par le Premier ministre, Ab-
delmalek Sellal, et à son débat. Les travaux se sont
poursuivis dans l'après-midi par le débat du plan d'ac-
tion du gouvernement par les députés.
ALGÉRIE — ETATS-UNIS
Le Président Bouteflika reçoit
le secrétaire américain à l’Energie
L
e président de la Ré-
publique, Abdelaziz
Bouteflika, a reçu
hier à Alger le secrétaire
américain à l’Energie, Er-
nest Moniz. Dans une décla-
ration à la presse à l’issue de
cette audience, M. Moniz a
indiqué avoir abordé avec le
Chef de l’Etat plusieurs su-
jets en plus de celui de
l’énergie.
«Le président Bouteflika
était très intéressé par ce que
nous faisons aux Etats-Unis
et je lui ai parlé en particu-
lier de la production de gaz
de schiste et du pétrole de
schiste et les précautions que
nous prenons en ce qui
concerne la protection de
l’environnement pendant la
phase de production», a-t-il
dit. M. Moniz a indiqué
aussi avoir évoqué avec le
Président de la République
l’avenir de l’énergie nu-
cléaire, des énergies renou-
velables, la question de l’ef-
ficacité énergétique et les
possibilités actuelles qui
pourraient être adaptées à
l’Algérie pour assurer la fia-
bilité du réseau électrique,
notamment en période esti-
vale où la demande est très
forte.
Dans ce contexte, il a
précisé avoir discuté avec le
Chef de l’Etat du renforce-
ment des relations au plan
gouvernemental et entre les
compagnies des deux pays.
«Je suis heureux de consta-
ter qu’environ 80 compa-
gnies américaines
participent à la 47ème FIA.
Il y a aussi la coopération
avec General electric et les
possibilités que cela offre en
matière de renforcement des
capacités techniques de
l’Algérie», a-t-il déclaré.
ABOU BAKR ABDULLAH AL QIRBI, MINISTRE YÉMÉNITE
DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES :
« L’Algérie, un pays référence dans la lutte antiterroriste »
L’hôte de l’Algérie a mis en
relief l’importance de voir les
pays du Mouvement des Non-
Alignés reprendre leur place
d’antan. La stratégie de travail
doit, elle, «être plus efficace et ne
doit en aucun cas se limiter à des
rencontres purement protoco-
laires.»
«Le Yémen compte s’inspirer
de l’expérience algérienne de
lutte contre le terrorisme et de son
approche dans la résolution paci-
fique des conflits», a déclaré hier,
Abou Bakr Abdullah Al Qirbi,
ministre des Affaires étrangères,
lors d’une conférence de presse
tenue, hier, à Alger. L’Algérie est
«un exemple à suivre», que ce
soit dans le renforcement de la sé-
curité interne ou de la réconcilia-
tion nationale. Abordant
l’instabilité qu’a traversé son pays
et une partie de la région ayant vécu le
«printemps arabe», le ministre a pointé
du doigt l’«ingérence» de certaines
forces étrangères. Pour parvenir à gérer
la situation dans une région où les in-
térêts sont devenus les principaux fac-
teurs de déstabilisation, le Yémen, dira
M. Al Qirbi, «est appelé à renforcer le
dialogue interne.»
L’autre menace pour l’ensemble de
ces pays a pour nom «Al Qaida». Re-
levant la situation «difficile» vécue par
son pays, le chef de la diplomatie yé-
ménite a précisé que la crise politique
n’a pas débuté en 2011, «mais après les
élections de 2006 ». Même s’il n’a pas
apporté ses fruits, le dialogue entamé a
pris une «tournure importante», à sa-
voir celui de faire de la résolution de la
crise, la seule préoccupation comme le
stipulait l’initiative des pays du Golf,
a-t-il indiqué, avant de préciser que,
«toutefois, un problème de taille se po-
sait. Il s’agit du nombre des membres
de la Conférence nationale de réconci-
liation, arrêté finalement à 565 dont
50% sont du Sud. La représentativité
de la femme, ajoute le MAE yéménite,
a été à hauteur de 30%. Conscientes du
danger auquel s’est exposé leur pays,
les différentes parties concernées se
sont entendues pour «construire la
confiance.» Pour y parvenir, «on était
allé doucement mais sûrement», en-
chaîne M. Al Qirbi. L’objectif était
double : «sortir de la crise politique et
mettre l’unité nationale en dessus de
toutes les divergences».
Aussi, il infirmera que tous ces ef-
forts ont abouti à la mise en place d’une
commission chargée de rédiger la
Constitution. Dans ce re-
gistre, le ministre yémé-
nite relève que l’espoir
est de faire passer ce
projet par voie référen-
daire et d’organiser, par
la suite, les élections. Un
scrutin qui s’avère capi-
tal, sachant que le
Yémen «a failli vivre
une guerre civile» Au-
jourd’hui, la seule solu-
tion est d’«ordre
politique», diagnostique
M. Al Qirbi.
Dans son interven-
tion, il souligne que «si
pour l’Occident évoque
souvent le nucléaire ira-
nien comme une menace
planétaire, pour nous le
vrai danger consiste en
les conflits sectaires que
vivent les pays musulmans». A ce titre,
le MAE yéménite se réjouit des efforts
consentis par le président de son pays.
Et de poursuivre «Outre la sécurité, le
Yémen doit gagner sa bataille écono-
mique.»
Dans une autre optique, M. Al Qirbi
a mis en relief l’importance de voir les
pays du Mouvement des Non-alignés
reprendre leur place d’antan. La straté-
gie de travail doit, elle, «être plus effi-
cace et ne doit en aucun cas se limiter
à des rencontres purement protoco-
laires». Le chef de la diplomatie yémé-
nite a enfin émis le vœu de voir
l’Algérie «nouer un partenariat écono-
mique plus important avec les pays
arabes dont le Yémen».
Fouad. I.
P
h

:

L
o
u
i
z
a
.
M
ALGÉRIE-LIBYE
Le Premier ministre reçoit deux ministres libyens
porteurs d’un message de M. Al Thinni
Le Premier ministre, Abdelmalek
Sellal, a reçu dimanche MM. Nou-
reddine Doughman et Abdelkader Al
Ayeb, respectivement ministre de la
Santé et ministre des Transports de
l’Etat de Libye, en visite à Alger, por-
teurs d’un message verbal du Premier
ministre libyen par intérim, Abdallah
Al Thinni, indique un communiqué
des services du Premier ministre. Les
deux parties ont procédé, lors de cette
audience, à «un échange de vues sur
les questions d’intérêt commun, no-
tamment celles liées à la situation
sous régionale», précise-t-on de
même source. M. Sellal a tenu à
réaffirmer aux deux responsables li-
byens tout l’intérêt qu’attache l’Al-
gérie à la paix, la stabilité et l’unité
de tous les pays. L’audience s’est
déroulée en présence du ministre
des Affaires étrangères, Ramtane
Lamamra, et du ministre de la
Santé, de la Population et de la Ré-
forme hospitalière, Abdelmalek
Boudiaf.
LE MINISTRE DE LA
COMMUNICATION REÇOIT LA
PRESSE ACCRÉDITEE AU MONDIAL
“Soyez les dignes
ambassadeurs de votre pays”
Hier, à l’hôtel El-Aurassi, le ministre de la Communi-
cation M. Hamid Grine a organisé une sympathique ré-
ception à laquelle ont pris part les journalistes et
photographes accrédités pour couvrir le Mondial brésilien
prévu du 12 juin au 13 juillet. Ce fut un moment pour le
moins très important et aussi à marquer d’une pierre
blanche lorsque la grande figure du football Hacène Lal-
mas, celui qui a fait les beaux jours du football national,
mais aussi de son club de toujours le CRB. Il a été honoré
par ses pairs qui sont de grandes légendes du football al-
gérien comme Lemoui, Saâdane, Mahieddine Khalef, Bel-
loumi. Outre les ministres de la Communication, du Sport,
mais aussi de la Jeunesse, il y avait d’autres personnalités
comme le général Meguedad Bouziane, directeur des
sports militaires. Le ministre de la Communication n’a
pas caché sa joie de recevoir les gens de la presse. Il a réi-
téré le fait qu’ils sont les ambassadeurs de l’Algérie. Ils
doivent montrer la meilleure image de leur pays. Ils auront
la charge de soutenir l’équipe nationale pour lui permettre
de se transcender durant ce Mondial. Soyez des journa-
listes «mounadilines». Il est évident que cette rencontre
conviviale va servir à cimenter les liens entre la presse et
l’équipe nationale. De plus avec la présence de Lalmas,
une figure emblématique du football national, on ne peut
rêver d’une halte aussi grandiose que celle que M. Hamid
Grine vient de rendre possible. Etant donné que le nou-
veau ministre de la Communication est un ancien journa-
liste, il connaît mieux que quiconque les grandes
prouesses de Hacène Lalmas sur tous les terrains d’Algé-
rie. Il va sans dire que le ministère de la Communication
a remis un guide de la Coupe du monde aux journalistes
et photographes où il est mentionné les villes où l’EN
jouera, mais aussi la lettre introductive du ministre de la
Communication, et aussi les personnes qui suivront les
déplacements de nos supporters et journalistes. D’autres
indications utiles sont aussi fournies dans ce guide très
pratique au demeurant. Il s’agit d’une louable initiative.
Hamid Gharbi
P
h

:
N
a
c
e
r
a