Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
AFFAIRE KHALIFA
Tayeb Louh : « L’Algérie n’extrade
pas ses citoyens pour qu’ils soient
ensuite jugés à l’étranger »
CONSULTATIONS AUTOUR
DU PROJET DE RÉVISION
DE LA CONSTITUTION
P. 7
P. 10
P. 11
« L’enseignement de la
langue amazigh connaît
de vrais problèmes »
LA MINISTRE DE L’ÉDUCATION
NATIONALE À BOUIRA :
HOMMAGE A MOHAMED KHEMISTI AU
FORUM DE LA MEMOIRE D’EL MOUDJAHID
Le premier ministre
des Affaires étrangères
de l’Algérie indépendante
P
h
.

N
a
c
é
r
a

I
.
P
h
.

N
a
c
é
r
a

I
.
MESSAGE DE CONDOLÉANCES DU PRESIDENT BOUTEFLIKA
« La défunte Noura demeurera l’icône
de la chanson algérienne »
AUJOURD’HUI À 19H30
À GENÈVE
ALGÉRIE-ROUMANIE
ELLE SERA BIENTÔT MISE
EN SERVICE PAR L’ENTMV
Une navette
de 280 places entre Alger
et Tamentfoust
Q SAÏD BOUCHAÏR, ANCIEN PRÉSIDENT
DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL :
« Affirmer l’indépendance
de la Cour des comptes »
Q TAHAR ZBIRI, SÉNATEUR DU TIERS
PRÉSIDENTIEL ET CHEF DE LA WILAYA I
HISTORIQUE :
« Préserver les valeurs
de la Révolution algérienne »
Q BELKACEM SAHLI, SECRÉTAIRE
GÉNÉRAL DE L’ANR :
« Séparation des pouvoirs
et indépendance de la justice »
Q ABDELKRIM DERRIDJ, PRÉSIDENT
DE LA CNEC :
« Pour une limitation des
mandats présidentiels »
P. 8
P. 3
P. 32
ÉQUIPE NATIONALE
Les derniers
réglages
P. 30
DISPARITION D’UN BÉBÉ DANS UN ÉTABLISSEMENT
HOSPITALIER À CONSTANTINE
POURSUITE À L’APN DE L’EXAMEN DU PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT
LOUH :
Les autorités judiciaires de Constantine
instruites d’agir avec fermeté
BOUDIAF :
Six employés du CHU Ibn-Badis
suspendus
GAU TROISIÈME JOUR
DU BACCALAURÉAT
Des épreuves jugées
abordables par les candidats
GYOUCEF YOUSFI :
« Nous allons commencer
l’exploration en off-shore
à fin 2014 »
SIGNATURE DE DEUX CONTRATS
POUR LA RÉALISATION DE LA VILLE
NOUVELLE DE HASSI MESSAOUD
Le ministre de l’Énergie
insiste sur le respect
des cahiers des charges
Renforcement
des institutions
et affirmation des
constantes de la nation
Les facteurs politiques et économiques, des menaces transnationales et leur convergence en Afrique du Nord
ont constitué l’ordre du jour du forum stratégique intitulé «Les menaces transnationales en Afrique du
Nord», dont les travaux se sont tenus, hier, à l’hôtel Sheraton à Alger.
FORUM SUR « LES MENACES TRANSNATIONALES
EN AFRIQUE DU NORD »
Faire face à la montée en puissance
des réseaux terroristes
La croissance économique,
une préoccupation des députés
Transport : des
réductions allant jusqu’à
50% sur les billets
d’avion durant l’été
L’amélioration
des conditions
de vie du citoyen
au cœur du débat
P. 6
P. 4-5
P. 4
P. 4
Les députés plaident pour
une prise en charge des
problèmes de la communauté
algérienne à l’étranger
6 Chaâbane 1436 - Mercredi 4 Juin 2014 - N°15147 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
CE MATIN A 9 H AU PAVILLON DE LA DGSN
Les dispositions prises pour la Coupe du monde
Le Forum de la sûreté nationale
organise une conférence d’informa-
tion sur les dispositions prises en
matière d’accompagnement et d’en-
cadrement de l’équipe nationale et
des supporteurs à l’occasion de la
coupe du monde animée par M.
Aïssa Naïli, contrôleur de police et
directeur de la sécurité publique, ce
matin à 9 h au pavillon de la DGSN
– Pins Maritimes.
DEMAIN A 14 H, A L’HOTEL SAFIR
Association El-Amel :
clôture de l’année
scolaire
L’association El-Amel pour
les handicapés physiques de
Bab El-Oued organise une cé-
rémonie de clôture de l’année
scolaire, demain à 14 h, à l’hô-
tel Safir.
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
BRUMEUX
Mercredi 4 Juin 2014
LES 7 ET 8 JUIN
A L’USTHB
1
er
Salon de l’étudiant
Le premier Salon de l’étu-
diant algérien aura lieu les 7
et 8 juin à l’Université des
sciences et de la technologie
Houari-Boumediène, orga-
nisé par l’agence de commu-
nication The Graduate.
Au Nord, brume et nuages bas en début de
matinée près des côtes et dans les vallées,
puis temps généralement ensoleillé en cours
de journée.
Les vents seront variables faibles (15/25
km/h).
La mer sera peu agitée.
Sur les régions Sud, le temps sera voilé
sur l'Extrême Sud et le Hoggar Tassili avec
tendance orageuse en cours de journée.
Ailleurs, temps ensoleillé.
Les vents seront faibles à modérés (20/40
km) avec soulèvements de sable locaux.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (29°-19°), Annaba (25°-17°), Bé-
char (32°-22°), Biskra (32°-23°), Constan-
tine (27°-14°), Djelfa (29°-14°), Ghardaïa
(31°-22°), Oran (31°-18°), Sétif (26°-13°),
Tamanrasset (37°-24°), Tlemcen (31°-17°).
CET APRES-MIDI
A19 H A LA SALLE
EL-MOUGAR
2
e
Festival d’Alger du
cinéma maghrébin
La cérémonie d’ouverture
du 2
e
Festival d’Alger du ci-
néma maghrébin aura lieu cet
après-midi à partir de 19 h à
la salle El-Mougar, avec le
film Fadhma N’Soumer, de
Belkacem Hadjadj.
*****************************
DEMAIN A 16 H
Exposition rétrospective
d’artistes peintres
A l’occasion de la journée de l’Artiste, le 8 juin,
l’Union nationale des arts et de la culture organise une
exposition rétrospective d’artistes peintres, demain de
16 h à 19 h, un hommage sera rendu au doyen et grand
artiste Yelles Bachir et à Hakkar Lazher, décédés l’an-
née dernière.
*****************************
DEMAIN A 20 H 30
A LA SALLE IBN KHALDOUN
100 % Brésil
Une nouvelle présentation brésilienne sera donnée
par Zalindé et le Carnaval de Rio à la salle Ibn Khal-
doun demain, à partir de 20 h 30.
*****************************
CET APRES-MIDI A 19 H, AU TNA
Pièce de théâtre Takhti Rassi 
A l’occasion de la journée mondiale de l’Environne-
ment, célébrée le 5 juin, la générale d’une pièce de théâ-
tre intitulée Takhti Rassi sera présentée cet après-midi
au théâtre national Mohiédine Bachtarzi.
*****************************
LES 6 ET 8 JUIN A BISKRA ET BATNA
Tournée artistique
Sous le haut patronage de
la ministre de la Culture,
M
me
Nadia Chirabi, une
tournée artistique organisée
par le Ballet national à tra-
vers les wilayas de Biskra et
Batna et ce dans le cadre de
la célébration de la journée
nationale de l’artiste, le 8
juin de chaque année :
• Le 6 juin, à la salle Zaatcha de la wilaya de Biskra,
à 18 h
• Le 8 juin à la Maison de la culture de la wilaya de
Batna, à 20 h.
AGENDA CULTUREL
REUNION DES 5+5
Le colonel Mustapha
Lahbiri à Madrid
Le colonel Mustapha Lahbiri participe du 4 au 7
juin à la réunion du 5+5, à Madrid dans le domaine
de la protection civile
DU 5 AU 7 JUIN
Caravane de sensibilisation sur la préservation
de l’environnement
La Ligue de la jeunesse pour la préservation de l’environnement or-
ganise une caravane de sensibilisation sur la préservation de l’environ-
nement du 5 au 7 juin. La cérémonie de départ de la caravane est prévue
demain à partir de 8 h 30 devant le siège de la wilaya.
DU 5 AU 30 JUIN
AU PALAIS DE LA CULTURE
4
e
Salon de la photographie Insolite
Le ministère de la Culture et le Palais de la Culture organisent le 4
e
Salon de la photographie insolite du 5 au 30 juin à la galerie Baya, palais
de la Culture Moufdi-Zakaria.
DEMAIN A 10 H AU CRASC
Conférence
du P
r
Wendy Wilson-Fall
Le professeur Wendy Wilson-Fall, an-
thropologue, animera une conférence intitu-
lée : «Textes locaux, rumeur et idéologies
ethniques : la communauté amazigh et ses
identités frontalières». Cette conférence est
organisée par le Centre de recherche en an-
thropologie sociale et culturelle, et le Centre
d’études maghrébines en Algérie (CEMA),
demain à 10 h, au siège du CRASC Techno-
pôle USTO.
DEMAIN A 19 H 30 AU MUSÉE
PUBLIC NATIONAL DU BARDO
Défilé de haute couture traditionnelle
Le Musée public national du Bardo, en partenariat
avec la maison de couture Karim Kadid, organise un
défilé de haute couture traditionnelle «Night by
Bardo», demain à 19h30, au Musée public national
du Bardo.
AUJOURD’HUI
À DJELFA ET À MÉDÉA
4
e
jour du bac :
Nouria Benghebrit
donne le coup d’envoi
La ministre de l’Education na-
tionale, M
me
Nouria Benghebrit,
donnera aujourd’hui le coup
d’envoi des épreuves au 4
e
jour du Bac à partir de la
wilaya de Djelfa, à 8 h et dans la wilaya de Médéa, à
10 h 30.
*****************************
Kadi à Annaba, El Tarf,
Skikda, Constantine et
Batna
Le ministre des Travaux pu-
blics, M. Abdelkader Kadi, ef-
fectuera les 6, 7 et 8 juin, une
visite de travail et d’inspection
dans les wilayas de Annaba, El
Tarf, Sdikda, Constantine et
Batna.
*****************************
Ferroukhi à Tlemcen
Le ministre de la Pêche et des
Ressources halieutiques M.
Sid-Ahmed Ferroukhi effec-
tuera, samedi 7 juin, une visite
de travail et d’inspection dans la
wilaya de Tlemcen. Cette visite
s’inscrit dans le cadre du lance-
ment de l’opération du ministère
sur les Ports bleus – Algérie
2014.
LES 4 ET 5 JUIN A BEJAIA
Rencontre université/ entreprises
Salon de l’emploi
L’université Abderrahmane-Mira de Béjaïa organise une «rencon-
tre université/entreprises-Salon de l’emploi sur l’employabilité», les
4 et 5 juin au campus Aboudaou.
LE 6 JUIN A 9 H
A LA MUTUELLE DE ZERALDA
MPR : Deuxièmes assises
Les Deuxièmes assises du Mouvement pour
la République se tiendra le 6 juin à partir de 9
h, à la Mutuelle de Zéralda.
Activités des partis
SAMEDI 7 JUIN A 8 H
Journée d’information sur les
maladies respiratoires
Dans le cadre
de la double cé-
lébration du 8
juin journée na-
tionale de
l’Asthme et du
20
e
anniversaire
de sa création,
l’Association al-
gérienne de Solidarité aux malades respira-
toires (A.ASMRESP) organise une journée
d’information et de sensibilisation au centre
culturel de la commune de Oued Korich, Alger,
le 7 juin à partir de 8h.
SAMEDI 7 JUIN, A 10 H,
A LA FORET DE BAINEM
Inauguration de l’Espace art et mémoire
A l’occasion de la célébration de la journée de l’Artiste, l’association
Machaal Echahid inaugure le samedi 7 juin à 10 h, à la Forêt de Bainem,
en face du Centre Erriadh de la Sûreté nationale, un Espace dédié à l’art
et à la mémoire. La première exposition sera consacrée aux artistes Abdel-
hamid Iskander et Ouameur Zaidi.
SAMEDI 7 JUIN AU CHU
DE TIZI-OUZOU
4
es
journées nationales
de Pédopsychiatrie
Le centre hospitalo-universitaire de Tizi-
Ouzou, organise samedi 7 juin à l’auditorium
du CHU de Tizi-Ouzou, les 4
es
journées na-
tionales de Pédopsychiatrie ayant pour thème
«les difficultés scolaires».
Mercredi 4 Juin 2014
3 EL MOUDJAHID
Nation
CONSULTATIONS AUTOUR DU PROJET DE RÉVISION DE LA CONSTITUTION
Renforcement des institutions et affirmation
des constantes de la nation
Le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, a rencontré, hier, dans le cadre de la troisième journée de
consultations autour du projet de révision de la Constitution, successivement, Saïd Bouchaïr, ancien président du Conseil constitutionnel, Tahar Zbiri,
sénateur du tiers présidentiel et chef de la Wilaya I historique, et le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine, Belkacem Sahli.
L’
ancien président du
Conseil constitutionnel,
Saïd Bouchaïr, a plaidé
pour l’indépendance de la Cour des
comptes, lors de sa rencontre avec
le ministre d’État, directeur de ca-
binet à la présidence de la Répu-
blique, Ahmed Ouyahia. Dans une
déclaration à la presse, à l’issue de
son entretien avec M. Ouyahia dans
le cadre des consultations sur le
projet de révision de la Constitu-
tion, M. Bouchaïr a indiqué avoir
abordé, avec M. Ouyahia, plusieurs
questions concernant tous les cha-
pitres de la Constitution et avoir fait
des propositions, dont l’indépen-
dance de la Cour des comptes. Il a
ajouté avoir proposé, également, de
changer l’appellation du Conseil
constitutionnel, qui devrait être
«Cour constitutionnelle suprême».
M. Bouchaïr a indiqué, en outre,
que les consultations ont porté sur
les questions liées aux droits et li-
bertés, la séparation entre les pou-
voirs, le contrôle des institutions
constitutionnelles et l’indépen-
dance de la justice. Il a estimé pri-
mordial que le juge ne soit soumis
qu’à la loi et d’appliquer le principe
de l’égalité entre les citoyens.
Le chef de la Wilaya I histo-
rique, Tahar Zbiri, a, lui, mis l’ac-
cent sur la préservation des valeurs
de la Révolution algérienne, lors
d’un entretien avec le ministre
d’État, directeur de cabinet à la pré-
sidence de la République, Ahmed
Ouyahia, dans le cadre des consul-
tations sur le projet de révision de
la Constitution. Dans une déclara-
tion à la presse, à l’issue de sa ren-
contre avec M. Ouyahia, Tahar
Zbiri, sénateur du tiers présidentiel,
a précisé avoir mis l’accent, lors de
l’entrevue, sur les valeurs de la Ré-
volution algérienne qui doivent être
«ancrées» dans la Constitution,
ajoutant que sa participation aux
consultations n’est qu’un «devoir
national».
Le secrétaire général de l’Al-
liance nationale républicaine, Bel-
kacem Sahli, a indiqué avoir fait
une série de propositions relatives
au projet de révision de la Consti-
tution portant, notamment, sur la
séparation des pouvoirs, l’indépen-
dance de la justice et les constantes
de la nation. Il s’agit, notamment
de la réécriture du préambule de la
Constitution pour y inscrire, les
défis et les réalisations de l’Algérie
depuis son indépendance, la sépa-
ration entre les pouvoirs, l’indépen-
dance de la justice, les constantes
de la nation, dont la préservation de
l’intégrité territoriale du pays et
l’unité du peuple, a précisé M.
Sahli dans une déclaration à la
presse, à l’issue de sa rencontre
avec Ahmed Ouyahia, chargé de
mener ces consultations.
Les propositions de l’ANR ont
été axées également sur la promo-
tion du rôle du Parlement, notam-
ment le Conseil de la nation, avec
l’élargissement de ses prérogatives,
la constitutionnalisation des ins-
tances de contrôle et de consulta-
tion pour jouer un rôle plus
important, a-t-il ajouté, indiquant,
en outre, que son parti a fait des
propositions concernant la poli-
tique étrangère du pays, la promo-
tion des libertés, la promotion du
rôle de la femme et des jeunes dans
l’exercice politique et celui de la
société civile, ainsi que les ques-
tions liées au travail parlementaire,
en particulier en ce qui concerne le
nomadisme politique et l’immunité
parlementaire.
Il a ajouté que le volet écono-
mique a été également abordé, lors
de ses consultations avec M. Ouya-
hia, appelant à la création d’un cli-
mat favorable offrant aux
entreprises publiques et privées de
contribuer au développement du
pays. Le responsable de l’ANR a
indiqué, par ailleurs, que son parti
a approuvé 30 propositions
d’amendement, donné son accord
de principe sur 15 qui doivent être
enrichies, a-t-il dit, et fait des ré-
serves sur deux. Il a en outre estimé
nécessaire de tirer profit des précé-
dentes consultations politiques et
des réformes qui ont donné des ré-
sultats positifs. Il a appelé, à cet
égard, à l’élargissement du dia-
logue aux citoyens, à travers des
rencontres, et la création d’un mé-
canisme leur permettant d’avoir
accès aux résultats des actuelles
consultations.
Le 15 mai dernier, la présidence
de la République avait adressé des
invitations à 150 partenaires consti-
tués, notamment de partis poli-
tiques, organisations et associations
nationales et représentants de di-
verses corporations, en vertu de la
décision du Président Bouteflika,
prise le 7 mai dernier, en Conseil
des ministres. Les invitations ont
été acceptées par 30 personnalités
sur 36 destinataires, 52 partis poli-
tiques sur 64 invités, toutes les 37
organisations et associations natio-
nales destinataires d’une invitation
et les 12 professeurs d’université
sollicités.
De son côté, le président de la
Coordination nationale des enfants
de chouhada (CNEC), Abdelkrim
Derridj, s’est déclaré favorable à
l’article 74 de la Constitution limi-
tant à deux seulement, les mandats
présidentiels. Intervenant à l’issue
de sa rencontre avec le ministre
d’État, directeur de cabinet à la pré-
sidence de la République, Ahmed
Ouyahia, M. Derridj a indiqué que
la CNEC était favorable à cet arti-
cle qui limite les mandats présiden-
tiels à deux, ce qui consacre, a-t-il
dit, la réelle alternance au pouvoir.
Il a, également, fait part de soutien
à l’amendement de l’article 21 de
la Constitution relatif à la lutte
contre toutes les formes de corrup-
tion et de dilapidation des deniers
publics.
Il a appelé à la réintroduction de
l’alinéa 7 de l’article 73 du projet
de la Constitution portant sur la
non-implication des parents de tout
candidat à la présidentielle né après
juillet 1942 dans des actes hostiles
à la Révolution de Novembre 1954.
Synthèse de M. Bouraib
FRONT EL-MOUSTAKBAL
Pour une Constitution consensuelle et démocratique
Le président du Front El-
Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, a
indiqué, hier, que sa formation po-
litique souhaiterait que « la pro-
chaine Constitution doit être celle
de tous les Algériens pour consa-
crer la notion du consensus et de
la démocratie », ajoutant que son
parti avait fait plusieurs proposi-
tions sur la prochaine révision de
la Constitution.
S’exprimant au cours d'une
conférence de presse qu’il animée
pour expliquer les propositions du
parti après sa rencontre lundi avec
Ahmed Ouyahia, dans le cadre des
consultations sur l'amendement
constitutionnel, M. Belaïd a pré-
cisé, à ce propos, que son parti est
« favorable à l'élaboration d'une
Constitution prospective qui
s'étend sur une longue durée tout
en tenant compte du principe de la
démocratie participative.»
Il a précisé aussi qu'il suggé-
rait « une révision approfondie des
dispositions et articles de la
Constitution pour aboutir à une ré-
forme politique globale et appro-
fondie de l'État.»
« Le régime semi-présidentiel,
la limitation des mandats prési-
dentiels à deux mandats et le ren-
forcement des prérogatives du
Parlement », outre « le soutien à
l'indépendance de la justice », qui
« constitue, a-t-il dit, l'épine dor-
sale des régimes politiques démo-
cratiques. »
Il prône également « le retour
au poste de chef du gouvernement
avec élargissement des préroga-
tives tout en donnant la place qui
sied aux groupes parlementaires et
relançant le domaine législatif par
des lois organiques cohérentes
dans le fond et la forme ».
Il a demandé, à ce propos, la
"formation d'un gouvernement
issu du parti qui remporte la ma-
jorité aux élections législatives,
pour assumer ses responsabilités
devant le peuple ». Parmi les pro-
positions du Front El Moustakbal
relatives au projet de révision de
la prochaine Constitution, figure
également « l'installation d'une
commission nationale indépen-
dante qui se substituera à l'admi-
nistration dans l'organisation des
élections », proposant que «les
membres de cette commission
soient désignés par voie électo-
rale». Il s’agit aussi de la "créa-
tion d'une cour constitutionnelle
et la mise en place de fondements
constitutionnels qui garantissent
l'intégrité et la transparence de
l'opération électorale dans toutes
ses étapes".
S'agissant du renforcement du
pouvoir judiciaire et la séparation
des pouvoirs, il a estimé impor-
tant d' « élire le président et les
membres du Conseil supérieur de
la magistrature par des magistrats"
et de s'éloigner de ce qu'il a ap-
pelé « la démocratie de façade ».
D'autre part, M. Belaïd a souligné
son soutien à l'amendement relatif
au mandat présidentiel limité à un
seul de cinq ans renouvelable une
seule fois, insistant sur l' « impor-
tance de l'alternance pacifique au
pouvoir en tant que moyen et
choix stratégique irréversible ».
A une question sur la position
du parti à l'égard du mode d'adop-
tion de la nouvelle Constitution,
il a affirmé soutenir l' « organisa-
tion d'un référendum populaire
après un dialogue avec tous les Al-
gériens ». Au sujet de sa rencon-
tre avec M. Ouyahia, ministre
d’Etat, directeur de cabinet à la
présidence de la République, lors
d'une séance tenue lundi, M. Be-
laïd a indiqué avoir évoqué plu-
sieurs questions en rapport avec
l’organisation et la gestion des
institutions de l’État.
Salima Ettouahria
4 EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 4 Juin 2014
BOUDIAF L’A ANNONCE :
“ Six employés du CHU Ibn Badis
suspendus ”
Six employés du CHU Ibn Badis de
Constantine, dont des médecins, ont été sus-
pendus à la suite de l'enlèvement d'un bébé au
niveau de la maternité de ce centre hospitalo-
universitaire, a annoncé hier, le ministre de
la Santé, de la Réforme hospitalière et de la
Population, Abdelmalek Boudiaf. Le ministre
a précisé que les fonctionnaires suspendus "ne
sont pas forcément impliqués, mais ont une
responsabilité dans ce qui s'est passé dès lors
qu’ils étaient de permanence au moment des
faits". M. Boudiaf, tout en rappelant qu'une
enquête est menée actuellement par les ser-
vices de sécurité pour déterminer les circons-
tances de cet enlèvement, n’a pas exclu l’existence d’une "complicité" dans cette
affaire. Il a indiqué, à ce propos, que les établissements hospitaliers seront renforcés
par des caméras de surveillance en guise de mesure préventive.
L’amélioration des conditions de
vie du citoyen a été au centre des inter-
ventions, hier, de nombreux députés à
l’Assemblée populaire nationale lors
du débat sur le plan d’action du gou-
vernement. Plaidant pour que soit don-
née la priorité aux investisseurs
nationaux, la représentante du groupe
parlementaire du Front de libération
nationale (FLN), Kheira Bounâadja, a
mis l’accent sur la nécessité d’amélio-
rer la prise en charge sanitaire des ci-
toyens au niveau des établissements
publics et à mettre fin aux «problèmes
récurrents du matériel en panne».
La révision de la politique de l’ha-
bitat rural, ainsi que l’augmentation du
montant d’aide octroyé par l’Etat dans
le cadre du logement social ont été
également soulevées par le député-
FLN Ali Bencheikh. Le même interve-
nant a relevé les «lacunes» dont souffre
le secteur de la santé, en dépit, a-t-il dit,
des «efforts» fournis par les pouvoirs
publics. Il a suggéré, à ce propos, que
soient hissées au rang d’établissements
de santé universitaires, les structures si-
tuées à proximité des pôles universi-
taires, de même qu’il a insisté sur l’im-
portance du facteur humain comme
étant un «élément essentiel» de toute
politique de développement. De son
côté, la députée Abla Boussaha, du
même parti, a plaidé pour l’indépen-
dance de la justice et pour que soit mis
fin à «toutes les formes d’injustice et
de corruption» afin, dit-elle, de «barrer
la route aux mécontentements so-
ciaux». Intervenant sur le même thème,
le député Mohamed-Amine Benâazza
a estimé que le gouvernement fait face
à un «grand défi», celui de «mener une
guerre contre la corruption», à travers
notamment «le contrôle des transac-
tions économiques publiques et la
prise en charge des dossiers sensibles».
Le député du groupe parlementaire du
Front des forces socialistes (FFS),
Noureddine Bourkaine, a dénoncé la
dilapidation du foncier au profit de
«personnes proches de cercles diri-
geants».
En revanche, Mourad Sennani, du
Parti des travailleurs (PT), a mis l’ac-
cent sur la nécessité de «sécuriser nos
frontières», eu égard aux «menaces
existantes». Il a rendu hommage à l’ab-
négation des éléments de l’Armée na-
tionale populaire pour faire face à ces
menaces «à chaque fois que néces-
saire». L’intervenant a salué les projec-
tions du plan d’action du
gouvernement concernant le dévelop-
pement des régions du Sud, considé-
rant les mesures énoncées comme
étant «aussi cruciales que le rôle de
l’ANP à nos frontières». Pour lui, la
politique sécuritaire «ne saurait être ef-
ficace sans une politique de dévelop-
pement des infrastructures de base, à
même de répondre aux aspirations des
habitants de ces régions», appelant à
lutter contre les fléaux liés à la contre-
bande et au terrorisme et à promouvoir
les activités touristiques de sorte à ex-
ploiter le potentiel existant.
L’encouragement de la sédentarisa-
tion des habitants dans cette partie du
pays passe également, selon le même
député, par une révision à la hausse de
l’aide de l’Etat au logement rural,
estimant que le montant de 700.000
DA, octroyé à cet effet reste «insuffi-
sant».
L’amélioration des conditions de vie du citoyen
au cœur du débat
Des sessions
de formation au profit
des journalistes
D’autre part le ministre de la Jus-
tice a annoncé que des sessions de for-
mation en collaboration avec le
ministère de la Communication seront
organisées en faveur des journalistes
pour les outiller et permettre leur spé-
cialisation dans le secteur de la justice.
N. K.
La justice garante des libertés
individuelles
Pour ce qui de la levée de l’interdiction de sortie du territoire pour cer-
taines personnes, le ministre a affirmé que cette mesure annoncée dimanche
par le Premier ministre relève de la volonté de renforcer l’indépendance de
la justice et l’approfondissement de la réforme de la justice et la protection
des libertés individuelles et des droits. L’interdiction de sortie du territoire
ne se fera que sur ordre de la justice a t-il ajouté. Il faut faire de la justice le
garant de toutes les libertés et les droits des citoyens a-t-il poursuivi. Pour
le ministre de la Justice et garde des Sceaux, celui qui protège la loi sera
protégé et celui qui la violera sera sanctionné.
Le ministre de la Justice, garde des
Sceaux, Tayeb Louh, a affirmé hier à
Alger que « l’Algérie n’extrade pas les
citoyens algériens pour qu’ils soient
jugés à l’étranger ». M. Louh, qui ré-
pondait, en marge du débat autour du
plan d’action du gouvernement à
l’APN, à la question d’un journaliste
sur la demande d’extradition d’Abdel-
moumen Rafik Khalifa, principal ac-
cusé dans l’affaire « Khalifa », pour
être jugé en France, a précisé que «
l’Algérie n’extrade pas les citoyens al-
gériens pour qu’ils soient jugés à
l’étranger, conformément à la loi, no-
tamment l’article 698 du Code de pro-
cédure pénale ». Le tribunal criminel
près la Cour de Blida avait jugé cette
affaire en première instance en mars
2007. 94 accusés étaient alors présents
dans le box des accusés. Une dizaine
était en fuite, dont le principal accusé,
Abdelmoumen Khelifa. Les accusés
avaient été jugés, notamment pour les
chefs d’inculpation d’« association de
malfaiteurs, vol qualifié, escroquerie,
abus de confiance et falsification de
documents officiels ». Des peines, al-
lant jusqu’à la perpétuité avaient été
prononcées à l’encontre des principaux
accusés, dont le responsable du Groupe
Khalifa, Abdelmoumen Rafik Khelifa.
La justice avait été saisie pour cette af-
faire après que la Banque d’Algérie eut
constaté en 2003, un trou de 3,2 mil-
liards de dinars dans la caisse princi-
pale de la banque El Khalifa. Le
ministre de la Justice a indiqué que
l’article 698 du Code de procédure pé-
nale « interdit formellement de livrer
des citoyens algériens pour qu’ils
soient jugés à l’étranger », affirmant
que « les accusés sont jugés à l’inté-
rieur du pays par la justice nationale
lorsque les concernés sont de nationa-
lité algérienne ». Il a affirmé égale-
ment que “la justice algérienne est
seule habilitée à juger les affaires qui
ont eu lieu en Algérie, expliquant
qu’ « il y a des procédures à suivre et
dès que celles-ci sont achevées, le pro-
cès est automatiquement engagé ». M.
Louh a par ailleurs affirmé que le pro-
cès des personnes impliquées dans
l’affaire Khalifa sera « public ». Il a
rappelé que les autorités algériennes
avaient formulé une demande d’extra-
dition d’Abdelmoumen Khelifa, prin-
cipal accusé dans l’affaire, aux
autorités britanniques. Celui-ci avait
été extradé en décembre 2013 dans le
cadre d’un accord conclu entre les
deux pays. Selon le ministre, l’accord
prévoyait quelques engagements
concernant cette extradition à savoir
« l’application de l’article 698 du Code
de procédure pénale » qui souligne
«clairement” l’interdiction de livrer des
citoyens algériens pour un procès à
l’étranger. Il a ajouté que les affaires
portées devant la justice algérienne et
qui ont eu lieu en Algérie relèvent de la
compétence de celle-ci, soulignant que
les fondements de la législation algé-
rienne à ce propos sont claires. Le mi-
nistre de la Justice a par ailleurs
souligné que « la non extradition est
l’un des principes de la souveraineté
nationale juridiquement consacrés »
précisant que « toute personne déclarée
coupable sera jugée conformément à la
loi ». « Le procès sera équitable et se
déroulera dans la transparence totale »,
a affirmé M. Louh.
ENLEVEMENT D’UN NOURRISSON
À L’HOPITAL DE CONSTANTINE
Louh instruit les autorités judiciaires
d’agir avec fermeté
AFFAIRE KHALIFA
Tayeb Louh : “ L’Algérie n’extrade pas ses citoyens pour qu’ils soient jugés à l’étranger ”
POURSUITE À L’APN DE L’EXAMEN DU PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT
Un plan Marshall pour les forêts
Hier et pour le troisième jour consécutif, les débats autour du plan d’action du gouvernement se sont poursuivis à l’Assemblée populaire nationale.
L
a santé, l’éducation, l’enseignement supé-
rieur, l’agriculture, l’industrie, le système
bancaire et financier, le découpage territo-
rial, énergie, la justice, la révision de la constitu-
tion, tamazigh, la culture et la communauté
nationale à l étranger ont été, dans le désordre, les
volets sur lesquels les députés du FLN, du RND,
du PT, du FFS et de l’Alliance de l’Algérie verte
(AAV) ont focalisé leurs interventions. Pour les
députés du FLN, dont le soutien au plan d’action
est réitéré systématiquement, il est clair que ce
plan permettra de concrétiser les engagements du
Président de la République .
Un député indépendant a estimé que les me-
sures contenues dans ce plan d’action répondent
aux aspirations des citoyens alors que du côté du
FLN, on n’hésite pas à demander plus de mesures
sociales pour gagner la confiance des Algériens.
Pour ce qui de l’enseignement supérieur une dé-
putée issue du parti FLN a insisté sur la nécessité
d’offrir aux étudiants une formation pratique et à
la carte pour s’adapter aux besoins de l’économie
nationale. La même intervenante a suggéré la ré-
vision de la loi 90-04 sur la protection du patri-
moine national du fait que sa mise en œuvre est
difficile Pour ce qui est de l’agriculture d’autres
députés de cette formation souhaitent à ce que ce
secteur se voit accorder plus de soutien pour être
en mesure d’assurer la sécurité alimentaire. Un
député du même groupe parlementaire demandera
la mise en place d’un plan Marshall pour le sec-
teur des forêts. Le renforcement des investisse-
ments dans ce secteur sera proposé. De même
qu’il sera demandé à ce que le gouvernement ac-
compagne davantage l’économie nationale d’au-
tant sera-t-il souligné que le secteur de l’industrie
n’a pas réussi à se hisser au niveau des investis-
sements consentis par l’Etat. Pour ce qui du nou-
veau découpage territorial, un député du PT de-
mandera au Premier ministre de préciser les mé-
canismes de sa mise en œuvre et les délais dans
lesquels il doit être réalisé. Il posera la question
de savoir si ce découpage concerne uniquement
le Sud et les Hauts Plateaux. Pour ce qui de la
lutte contre la corruption le FLN dira par la voix
d’un de ses députés souscrire aux mesures annon-
cées dans le cadre de ce plan d’action et ce pour
mettre fin aux abus et autres dépassements consta-
tés. Dans le sillage de cette intervention il sera de-
mandé ce qui est advenu des rapports élaborés par
la Cour des comptes. Un député du FFS, qui es-
time que l’exploitation du gaz de schiste constitue
une menace pour l’environnement, s’est demandé
pourquoi l’Algérie veut rester dépendante des hy-
drocarbures, alors que le secteur qui peut lui as-
surer la sécurité alimentaire, en l’occurrence
l’agriculture, est sous-exploité. Quant à un député
issu de l’AAV, il demandera au Premier ministre
d’expliquer les raisons derrière la suppression
dans l’actuel gouvernement de certains départe-
ments ministériels. Pour ce qui de tamazigh un dé-
puté du PT regrettera le fait que le plan d’action
ne mentionne nullement l’officialisation de tama-
zigh ce qui dénote selon lui de l’absence d’une
volonté politique de prendre en charge cette ques-
tion. L’ANP n’aura pas été en reste lors des débats
d’hier, puisque un hommage appuyé lui a été
rendu pour son dévouement et l’accomplissement
de ses missions dont celle de la surveillance des
frontières. Selon un député du PT, la politique sé-
curitaire mise en œuvre au niveau des frontières
sud est efficiente. Il demandera aussi la prise de
mesures complémentaires, notamment aux volets
social et économique au profit des jeunes de ces
régions.
Nadia Kerraz
Le ministre de la Justice, garde des
Sceaux, Tayeb Louh, a indiqué hier
avoir donné des instructions au procu-
reur général près la cour de Constantine
afin d’«agir avec fermeté», en coordina-
tion avec la police judiciaire, en vue de
faire toute la lumière sur les conditions
d’enlèvement, dernièrement, d’un nour-
risson au CHU de Constantine. M. Louh
a affirmé, dans une déclaration à la
presse en marge d’une séance plénière
de l’Assemblée populaire nationale
(APN) consacrée au débat sur le plan
d’action du gouvernement, avoir donné
«ce matin des instructions au procureur
général près la cour de Constantine afin
d’agir avec fermeté, en coordination
avec la police judiciaire, en vue de faire
la lumière sur les conditions d’enlève-
ment d’un nourrisson à l’hôpital de
Constantine». Le ministre a qualifié ce
crime de «grave» car étant survenu dans
un hôpital, suscitant ainsi l’indignation
de l’opinion publique. Il a appelé les au-
torités judiciaires à assumer pleinement
leur rôle en particulier la police judi-
ciaire qui est appelée à rechercher les
criminels et à les traduire devant la jus-
tice, conformément à la loi. Cet enlève-
ment est une affaire de sécurité
publique, a-t-il indiqué, soulignant la
nécessité d’intensifier les investigations
menées par la police judiciaire en vue
de faire la lumière sur cette affaire et re-
chercher le ou les criminels. Par ailleurs,
le ministre de la Justice a affirmé que la
mesure relative à la levée de l’interdic-
tion de sortie du territoire algérien,
«sauf décision contraire de la justice»,
ne concerne pas uniquement les per-
sonnes concernées par la réconciliation
nationale mais tous les Algériens. Cette
mesure s’inscrit dans le cadre de l’ap-
profondissement de la réforme de la jus-
tice, prévue par le plan d’action du
gouvernement notamment en ce qui
concerne le respect des libertés indivi-
duelles et des droits fondamentaux du
citoyen.
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
5
Les députés de l’Assemblée po-
pulaire nationale (APN) ont plaidé
lundi à Alger, au deuxième jour des
débats autour du plan d’action du
Gouvernement présenté dimanche
par le Premier ministre Abdelma-
lek Sellal, pour une prise en charge
des problèmes de la communauté
nationale établie à l’étranger. Le
député FLN Nordine Belmeddah a
proposé à ce propos la création
d’une «commission nationale char-
gée de la communauté nationale
établie à l’étranger» qui devra re-
mettre un rapport annuel «sur son
travail aux autorités concernées. Il
a, en outre, proposé une révision
des tarifs des billets de voyage qui
restent chers. L’intervenant a criti-
qué «la lenteur» affichée par cer-
tains consulats dans la délivrance
des passeports biométriques aux
Algériens établis à l’étranger qui
souffrent aussi de l’éloignement
des représentations diplomatiques
de leurs domiciles ce qui néces-
site, a-t-il souligné, l’ouverture de
nouvelles sections consulaires pour
ceux qui ne résident pas en France.
La députée du parti de l’Union des
Forces démocratiques et sociales
(UFDS) a évoqué de son côté «les
difficultés que rencontrent les émi-
grés pour le rapatriement des dé-
pouilles de leurs proches». Par
ailleurs, la députée FLN Zahra
Abib a appelé dans son interven-
tion à «la création de centres d’ac-
cueil pour les femmes divorcées et
sans abris à travers toutes les wi-
layas du pays», proposant en outre
que les femmes qui travaillent en
pré emploi puissent bénéficier du
congé de maternité».
Elle a appelé à «la promulgation
de lois prévoyant des poursuites ju-
diciaires contre les parents qui
obligent leurs enfants à renoncer
aux études ou à travailler». La dé-
putée du Parti des travailleurs (PT)
Nadia Chouitem a critiqué le plan
d’action du gouvernement qui,
selon elle, manque de cohérence et
de précision».
COMMUNAUTÉ ALGÉRIENNE À L’ÉTRANGER
Les députés plaident pour une prise
en charge des problèmes
CROISSANCE ÉCONOMIQUE
Une préoccupation
des députés
Les députés de l’Assemblée po-
pulaire nationale ont souligné,
hier à Alger, les mesures conte-
nues dans le plan d’action du gou-
vernement, notamment celles
touchant l’industrie, l’agriculture
et des infrastructures de base et vi-
sant à booster la croissance écono-
mique de l’Algérie.
Lors des débats autour du plan
d’action du gouvernement, plu-
sieurs intervenants ont noté que ce
plan prévoit les moyens pour im-
pulser le développement et la
croissance à travers des «pro-
grammes concrets» dont le but et
d’atteindre un taux de croissance
de 7% à l’horizon 2019. Les dépu-
tés ont été également nombreux à
souligner que le plan accorde des
incitations pour améliorer l’envi-
ronnement des affaires et moder-
niser le système bancaire qui sont
tous des moyens d’encourager
l’investissement dans l’industrie
et l’agriculture et les travaux pu-
blics. Mohamed Mediani, indé-
pendant, a indiqué que le
gouvernement doit adopter des
mesures afin d’améliorer le
rythme de réalisation des auto-
routes en faveur de toutes les wi-
layas. Les interventions des
députés au troisième jour des dé-
bats ont porté, par ailleurs, sur la
nécessité de promouvoir des sec-
teurs tels que l’agriculture et l’in-
dustrie, qui sont à même de
constituer une alternative à une
économie basée sur les hydrocar-
bures. Ainsi, Messaouda Dje-
ghoula, du Front de libération
nationale (FLN) a estimé que le
plan d’action est susceptible
d’augmenter les investissements
dans l’agriculture et l’industrie
pour aboutir à la création de ri-
chesse et d’emploi. L’économie
algérienne souffre toujours d’une
grande dépendance aux hydrocar-
bures et il faut encourager d’au-
tres sources de création de
richesses, à savoir l’agriculture et
l’industrie», a indiqué, de son
côté, Lakhdar Nouri, du Rassem-
blement national démocratique
(RND). Noredine Bourkaïn, du
Front des forces socialistes (FFS),
a estimé quant à lui, que «la poli-
tique économique du gouverne-
ment telle que déclinée par le
plan d’action consacre la dépen-
dance aux hydrocarbures alors
que la poursuite de cette tendance
constitue un danger pour les géné-
rations futures». Pourquoi
n’avons-nous pas développé
l’agriculture qui doit être une
priorité pour la sécurité alimen-
taire alors qu’il y a détérioration
des terres agricoles comme la Mi-
tidja ?», s’est-il interrogé.
TRANSPORT
Des réductions allant
jusqu’à 50% sur les billets
d’avion cet été
Le ministre des Transports, Amar Ghoul, a affirmé hier, que des réductions allant
jusqu’à 50% toucheront les billets d’avion sur les lignes assurées par les deux
compagnies aériennes publiques durant la période s’étalant de juin à septembre.
D
ans une déclaration à la
presse en marge du débat
autour du plan d’action du
gouvernement à l’APN, M. Ghoul
a indiqué que «des mesures impor-
tantes ont été prises par son dépar-
tement ministériel consistant en
des réductions dans les coûts de
transport, notamment aérien». Il a
précisé que les réductions du prix
des billets d’avion sur les lignes as-
surées par Air Algérie pourraient
atteindre les 50% de même pour
les billets d’avion de la compagnie
aérienne Tassili Airlines, eu égard,
a-t-il dit, à la densité du trafic aé-
rien de et vers l’Algérie durant la
période allant de juin à septembre.
Selon le ministre, ces réductions
seront appliquées au profit des ci-
toyens nationaux et de la commu-
nauté algérienne résidant à
l’étranger. En prévision de la pé-
riode estivale, des navires vien-
dront en renfort au niveau des
ports, et le coût du billet de trans-
port maritime sera réduit, a encore
annoncé le ministre ajoutant que
des mesures seront également
prises en direction des personnes
âgées, des jeunes et des familles
durant la même période. Le mi-
nistère a arrêté un programme spé-
cial en direction de la communauté
en ce qui concerne les mesures
d’accueil et les réductions du coût
de transport terrestre, maritime et
aérien, a ajouté le ministre. D’au-
tres mesures concernant le trans-
port de nuit durant le ramadhan se-
ront mises en œuvre à Alger et
dans d’autres villes avec le
concours de tous les opérateurs, a-
t-il fait savoir. Pour ce qui est de la
prévention du coronavirus, le mi-
nistre des Transports a indiqué que
des mesures étaient appliquées au
niveau des ports et aéroports ainsi
que dans certains accès terrestres
en coordination avec les secteurs
concernés tels la Santé et l’Inté-
rieur. Il s’agit de mesures préven-
tives outre celles mises en œuvre
pour le suivi et le contrôle au ni-
veau des accès terrestres, des ports
et des aéroports, a expliqué le mi-
nistre qui a saisi l’occasion pour
appeler les supporteurs de l’équipe
nationale et les pèlerins à prendre
toutes les précautions nécessaires.
POURSUITE À L’APN DE L’EXAMEN DU PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT
Appel à la révision
du code des marchés
publics
Des députés de l’APN ont ap-
pelé à la révision du code des mar-
chés publics en lui apportant plus
de souplesse, notamment dans
l’accès à la commande publique
pour les collectivités locales et les
petites entreprises. Le député Zo-
heir Abdelli du FLN a plaidé pour
l’adaptation du code des marchés
publics en fonction du type des
soumissionnaires: petites entre-
prises, collectivités locales, minis-
tères et grandes entreprises
proposant d’établir un code spéci-
fique pour chaque type de soumis-
sionnaires.
Pour cet élu, il faut apporter en-
core des modifications à la régle-
mentation des marchés publics en
l’adaptant à chaque situation et à
chaque type de soumissionnaires
selon leur taille pour permettre à
ces derniers d’entrer en concur-
rence sans aucune contrainte. Par
ailleurs, le député du FLN a insisté
sur le «renforcement des outils de
contrôle des finances publiques»
afin de garantir la transparence
dans la gestion des ressources fi-
nancières de l’Etat.
La députée Djemmia Abed El-
Sadouk du Mouvement populaire
d’Algérie (MPA), a plaidé pour un
rôle plus actif de la Cour des
comptes et la Direction générale
des impôts dans le contrôle, la ré-
gulation et la gestion des finances
publiques, en insistant sur le ren-
forcement des outils de contrôle et
le redéploiement de ces deux or-
ganes. Evoquant d’autre part, la loi
sur le règlement budgétaire (loi
consacrée en Algérie à l’évaluation
de l’exécution du budget de l’Etat
pour l’année N-2 par rapport à
l’année où elle est établie),
M
me
Abed El-Sadouk a estimé que
le principe de cette loi repose sur
l’évaluation de l’activité» budgé-
taire alors qu’elle doit focaliser,
selon elle, sur son efficacité. La dé-
putée suggère à ce propos de ren-
dre le principe de cette loi
l’évaluation de «l’année N-1» et
non «N-2» comme c’est le cas ac-
tuellement.
Les intervenants lors des débats
ont, par ailleurs, unanimement mis
l’accent sur le renforcement de
l’investissement, notamment dans
les secteurs créateurs de richesses
et d’emplois tels que l’agriculture
et tourisme. «Le développement
économique dans notre pays de-
meure l’otage des recettes des hy-
drocarbures qui dépendent, elles,
des marchés internationaux», a dit
le député Charif Chibane du FLN
appelant le gouvernement à
s’orienter vers «une économie pro-
ductive hors hydrocarbures».
L’élu propose dans ce sens,
d’exploiter les réserves de changes
pour développer les secteurs hors
hydrocarbures» ajoutant qu’un be-
soin d’investissement dans notre
pays «est de plus en plus crois-
sant». De son côté, le député du
parti des travailleurs (PT), Ram-
dane Taazibt, s’est félicité de la dé-
claration du ministre de l’Industrie
et des mines qui a exclu toute ré-
vision de cette règle 51/49% régis-
sant l’investissement étranger,
considérant cette décision comme
«une victoire pour l’Algérie».
«Nous attendons également à ce
que le Premier ministre nous ras-
sure sur cette règle», a encore dit
l’intervenant.
6
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
P
h
.
 
A
.
 
H
a
m
m
a
d
i
«Un plan quinquennal portant sur
une coopération stratégique globale
de la période 2014 -2018 sera signé
entre l’Algérie et la République po-
pulaire de Chine, en marge de la
tenue de la 6
e
conférence ministé-
rielle du Forum sur la coopération
sino-arabe qui se tiendra demain à
Beijing», a déclaré, hier à Alger, la
conseillère politique de l’ambassade
de la République populaire de Chine
en Algérie, M
me
An Qing, lors d’une
conférence de presse animée au siège
de l’ambassade.
M
me
Qing a expliqué que «le plan
quinquennal qui sera signé par le mi-
nistre chinois des Affaires étrangères,
Wang Yi, et son homologue Ramtane
Lamamra est le premier du genre
entre la Chine et les pays arabes».
La conseillère politique de l’am-
bassade de la République populaire
de Chine en Algérie a souligné que
«l’objectif de ce forum est de faire le
bilan des dix années de sa création».
Et d’ajouter : «C’est aussi dans le but
de concrétiser le consensus des deux
Chefs d’État. La Chine accorde beau-
coup d’importance aux relations avec
l’Algérie et les relations entre les
deux pays sont excellentes.»
Pour appuyer ses dires, M
me
Qing
a indiqué que «les échanges commer-
ciaux entre l’Algérie et la Chine ont
doublé et sont passés de 4 milliards
de dollars en 2008 à 8 milliards de
dollars en 2013».
En ce qui concerne les échanges
commerciaux entre la Chine et les
pays arabes, elle a déclaré que ceux-
ci, forts de plusieurs accords signés
au cours de la dernière décennie,
«sont passés de 25,5 milliards de dol-
lars à 238,9 milliards de dollars du-
rant les dix dernières années, soit une
croissance de 25% annuelle». Quant
à l’importation chinoise de pétrole
brut des pays arabes, «elle est passée,
selon elle, de 40,148 millions de
yuans à 133 millions de yuans».
Aujourd'hui, la Chine est le
deuxième partenaire commercial du
monde arabe et le premier partenaire
commercial de neuf pays arabes, tan-
dis que le monde arabe est pour la
Chine, le 7
e
partenaire commercial, et
surtout le premier partenaire énergé-
tique, un grand marché de travaux
publics et une destination importante
d'investissements à l'étranger. Ces
dernières années, la coopération sino-
arabe dans les secteurs émergents,
tels que la finance, l'aérospatial et les
nouvelles énergies, a également affi-
ché une bonne dynamique de déve-
loppement.
Cette année, le sujet du Forum est
«L’établissement de la route de la
soie contemporaine et la promotion
du développement commun sino-
arabe».
«Ce Forum constitue une plate-
forme afin de tracer une feuille de
route pour les années à venir. À la fin
de ce Forum, une déclaration sera
adoptée dite «Déclaration de pékin»,
un plan d’action sera adopté de 2014
à 2016, ainsi qu’un plan de dévelop-
pement pour la période 2014 à 2024,
donnant ainsi des orientations ambi-
tieuses pour le développement des re-
lations sino-arabes et l’édification du
Forum dans les dix ans à venir», a-
conclu M
me
Qing.
Il y a lieu de noter qu’en janvier
2004, en vue d’un développement à
long terme des relations sino-arabes
dans le nouveau siècle, la Chine et les
pays arabes ont annoncé, au siège de
la Ligue arabe, au Caire, la création
du Forum sur la coopération sino-
arabe. «C’est une nouvelle initiative
prise par les deux parties, résultant
tout naturellement du développement
constant de leur confiance politique
mutuelle et de la montée en maturité
de leur coopération pragmatique qui
répond à la tendance générale de la
mondialisation et de la coopération
régionale», a enfin indiqué la respon-
sable.
Wassila Benhamed
6
e
CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE DU FORUM SUR LA COOPÉRATION SINO-ARABE
Vers une nouvelle route de la soie
E
n cette occasion, et lors de son allocu-
tion d’ouverture, le ministre des Affaires
étrangères, Ramtane Lamamra, a quali-
fié ce thème traité «d’actualité brûlante», en rai-
son du fait que les menaces terroristes sont
devenues «plus complexes et transnationales,
notamment en Afrique du Nord et dans la ré-
gion du Sahel, avec tous ses enchevêtrements
liés au crime organisé».
En effet, «aujourd’hui, le nouveau front d’in-
stabilité lié à la situation libyenne a eu des ré-
percussions régionales qui étaient prévisibles et
contre lesquelles l’Algérie avait mis en garde»,
précise M. Lamamra, dans une allocution lue
en son nom par le directeur général du départe-
ment «Amériques» au ministère des Affaires
étrangères, Ahcene Boukhelfa, à l’ouverture du
forum stratégique du NESA Center.
Il souligne que «la zone d’insécurité s’est
élargie à l’ensemble de l’Afrique du Nord, du
Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, où prospèrent
des activités criminelles et terroristes». Situa-
tion qui a fait que «les conséquences directes de
la guerre en Libye se sont manifestées, notam-
ment par le flux de tous types d’armes en grand
nombre en Afrique du Nord comme au Sahel»,
a-t-il tenu à préciser.
«Devant l’absence d’alternatives écono-
miques, notamment pour les jeunes, l’Afrique
subsaharienne est devenue des zones de non-
droit où tous les trafics ont droit de cité», a ex-
pliqué le haut fonctionnaire des affaires
étrangères, en ajoutant que «dans un contexte
économique désastreux, les défis sociaux
énormes auxquels font face les États subsaha-
riens ne peuvent être relevés sans le soutien
conséquent de la communauté internationale».
Sur ce fait, M. Lamamra a fait savoir, dans
son message adressé aux participants, qu’«au-
jourd’hui et plus que jamais, la conjugaison des
efforts de tous les partenaires pour faire face à
la montée en puissance des réseaux terroristes
devient une nécessité impérieuse». Des efforts
dont les principales actions devraient se concré-
tiser à travers «la coordination des actions et
l’échange d’informations. Deux paramètres in-
contournables qui devraient caractériser l’action
quotidienne de tous les acteurs nationaux, ré-
gionaux et internationaux», affirme-t-il en pré-
cisant que ce qui est appelé communément «le
printemps arabe» a permis aux groupes terro-
ristes locaux «d’accroître leur influence idéolo-
gique et leur force matérielle, aggravant
l’ampleur des défis à relever».
Coordonner l’action et l’échange
d’informations
Le chef de la diplomatie algérienne a indi-
qué, à ce propos, que «l’Algérie encourage
toutes les parties concernées, qu’il s’agisse du
Mali, de la Libye ou tout autre pays, à favoriser
le dialogue inclusif qui rejette la terreur, notam-
ment  pour s’inscrire dans l’objectif d’une tran-
sition politique sereine devant aboutir à la prise
en charge réelle et efficace des problèmes poli-
tico-sécuritaires et économiques des pays
concernés et des besoins sociaux et éducatifs de
leurs populations les plus défavorisées», a-t-il
noté, en ajoutant que «la relocalisation des ré-
seaux d’El-Qaïda en Afrique et l’extension des
activités de Boko Haram jusqu’en Afrique cen-
trale, nous interpellent à propos de la vulnéra-
bilité des États subsahariens, d’où l’urgence de
l’évaluation réelle de la menace et d’une prise
en charge effective et soutenue des besoins des
États et des populations de la région», souligne
M. Lamamra. Il a, entres autres, fait savoir que
«la guerre contre le terrorisme et ses crimes
connexes  doit être permanente et coordonnée,
car les groupes terroristes disposent de relais
qui leur permettent de s’adapter à toute évolu-
tion de la situation».      
Concernant le forum sur les menaces trans-
nationales dans la région de l’Afrique du Nord,
il a indiqué que ce cadre de concertation per-
mettra aux participants de se pencher durant
trois jours sur une série de questions «très sen-
sibles en relation avec les menaces terro-
ristes».    
Pour sa part, et lors de son intervention d’ou-
verture, le directeur du NESA, David Lamm, a
indiqué que ce forum, qui regroupe des experts
et d’éminents professeurs venant des pays par-
ticipants, est le 4
e
e du genre après ceux de
Bangkok, Amman et  Rome dédiés aux thèmes
spécifiques à chacune des régions concer-
nées.      Ce forum, organisé par le Centre amé-
ricain des études stratégiques pour le
Proche-Orient et la région de l’Asie du Sud
(Near East South Asia Center for Strategic Stu-
dies, NESA), en collaboration avec le ministère
des Affaires  étrangères, regroupe une soixan-
taine d’experts et d’éminents professeurs algé-
riens, américains, tunisiens, marocains, libyens
mauritaniens et égyptiens, est consacré à l’ana-
lyse des menaces sécuritaires dans la région de
l’Afrique du Nord et leurs causes politiques,
économiques et sociales, les causes politiques
et économiques et la familiarisation avec le sec-
teur de la sécurité, l’impact du «printemps
arabe» et de l’intervention militaire en Libye.
Enfin, il y a lieu de signaler que les experts
comptent également se pencher sur les autres
facteurs économiques et politiques, sur la situa-
tion sécuritaire dans la région, le rôle des ré-
seaux illicites et le phénomène de la
radicalisation de certains mouvements dans la
dégradation de la situation en Afrique du Nord
et l’étude des facteurs positifs ou négatifs que
le développement économique et l’inclusivité
politique. Dans ce contexte, les efforts coordon-
nés des pays concernés sont les facteurs qui
pourraient donner de la stabilité de cette région,
notamment également à travers le rôle de la
coopération régionale et  internationale dans la
sécurité des frontières et la lutte contre les ré-
seaux illicites.    
Kafia Ait Allouache
FORUM SUR « LES MENACES TRANSNATIONALES EN AFRIQUE DU NORD »
Faire face à la montée en puissance
des réseaux terroristes
Les facteurs politiques et économiques, des menaces transnationales et leur convergence en Afrique du Nord ont constitué l’ordre du jour du forum
stratégique intitulé «Les menaces transnationales en Afrique du Nord», dont les travaux se sont tenus, à huis clos, hier, à l’hôtel Sheraton à Alger.
Le procès de sept (7) terroristes présumés, impli-
qués dans des assassinats, pose de bombes dans des
lieux publics, rapts et viols depuis 1997 à Alger et
ses environs, aura lieu le 23 juin prochain devant le
tribunal criminel d’Alger, a-t-on appris, hier, de
source judiciaire. Parmi les accusés, figure le dé-
nommé Kobbi Hocine, à l’origine également du dé-
mantèlement d’une cellule du Groupe islamique
armé (GIA) à Alger, selon la même source.
Les accusés doivent répondre des chefs d’accu-
sation de «constitution d’un groupe terroriste armé,
de massacre avec pose de bombes dans des lieux pu-
blics, assassinats, rapts et viols», a ajouté la même
source. L’affaire remonte à 1997 lorsque l’accusé
Hocine Kobbi a été chargé par le GIA à Alger de dé-
poser une bombe artisanale à la gare ferroviaire de
Gué de Constantine. L’engin a explosé entre les
mains de Kobbi, lui causant une cécité presque to-
tale. Malgré son handicap, Kobbi a continué d’être
un élément de soutien et d’appui pour ce groupe ter-
roriste, et il s’est chargé de procurer des renseigne-
ments, ainsi que du transport des terroristes pour
exécuter des attentats dans plusieurs régions de la
capitale. Chargé par l’ex-«émir» du GIA, Rachid
Abou Tourab (tué en 2005), d’exécuter un attentat
suicide à la ceinture explosive, Hocine Kobbi décida
alors d’informer les forces de sécurité sur les activi-
tés de ce groupe terroriste. Il a par ailleurs informé
les forces de sécurité des caches des groupes terro-
ristes, ce qui a permis l’arrestation de plusieurs ter-
roristes et la récupération d’armes et de munitions
de guerre.
APS
P
h
.
 
N
e
s
r
i
n
e

T
.
ASSASSINATS, RAPTS ET VIOLS
Sept terroristes présumés devant la justice
à Alger le 23 juin
OUARGLA
Perpétuité à l’encontre de deux individus pour
falsification de documents officiels
Le tribunal criminel près la cour de Ouargla, siégeant en session criminelle, a condamné
hier, par contumace, à la réclusion à perpétuité, deux individus (B. A. et T. A.) pour «as-
sociation de malfaiteurs, falsification de sceaux officiels, faux et usage de faux et vol».
Dans cette même affaire, des peines de 10 ans de prison ferme, assorties d’une amende
d’un million DA à l’encontre du dénommé K. L., et de 5 ans de prison ferme et une amende
de 200.000 DA à l’encontre de Z. M., ont été prononcées par le tribunal qui a, par ailleurs,
acquitté trois autres personnes, un homme et deux femmes, répondant respectivement aux
initiales B. B., B. G. et D. H., pour absence de preuves. Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire
remonte au 23 septembre 2013, lorsqu’un individu a été pris en flagrant délit, lorsqu’il
présenta un chèque et un permis de conduire falsifiés au bureau de poste du 1
er
-Mai, à
Ouargla, pour retirer une somme de 400.000 DA du compte courant d’un citoyen. Les in-
vestigations, menées par les services compétents, ont révélé l’implication des dénommés
B. M. et T. M., prétendant être propriétaires d’une entreprise qui s’est avérée être fictive,
et Z. M., agent au bureau de poste du quartier Bamendil à Ouargla, chargé de fournir des
données (avoirs et spécimens de signatures) concernant les comptes des titulaires des
comptes CCP ciblés. L’enquête a permis de découvrir, après perquisition du domicile du
dénommé B. M., un sceau falsifié au nom de l’agence foncière de Ouargla.
7 EL MOUDJAHID
Mercredi 4 Juin 2014
Nation
LA MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE A BOUIRA :
« L’enseignement de la langue amazigh connaît
de vrais problèmes »
«
I
l y a aujourd’hui de vrais problèmes
dans l’enseignement de cette langue
nationale. Ces problèmes sont rela-
tifs notamment à sa normalisation et aussi
à la demande sociale », a expliqué M
me
Ben-
ghebrit en réponse à une question de la
presse, en marge de sa visite dans la wilaya,
précisant toutefois que l’aspect « obliga-
toire » de l’enseignement de tamazight dans
les établissements scolaires était « pour le
très long terme ».
La ministre a plaidé, à cet effet, en fa-
veur de l’établissement de dispositifs pou-
vant contribuer à la normalisation de cette
langue, notant qu’en matière de demande
sociale, « le nombre de wilayas dans les-
quelles l’amazigh est enseignée a régressé.
Il y a donc une nécessité d’établir ces
dispositifs », a-t-elle insisté, estimant que
dans ce cas « il faut qu’il ait une sensibili-
sation sur ce point important ». Afin d’as-
surer un bon enseignement de la langue
amazigh, M
me
Benghebrit, a appelé les ex-
perts à se mettre au travail, soulignant dans
ce cadre les efforts de l’Etat pour la promo-
tion de cette langue qui, a-t-elle dit, « a be-
soin de plus de travail ». « Il faut peut-être
installer une académie pour l’amazigh, et il
faut qu’il y ait des réflexions pour la pro-
mouvoir davantage », a ajouté la ministre.
Sur un autre volet ayant trait à la réforme
pédagogique du système éducatif, M
me
Ben-
ghebrit a reconnu qu’il existe « une souf-
france multifactorielle dans ce domaine »,
soulignant ainsi la nécessité d’établir « une
approche intégrée devant aborder les ques-
tions de type pédagogique et les questions
relatives à la formation ainsi qu’au mana-
gement et à la gouvernance du système édu-
catif. Si on ne fonctionne pas avec ces trois
éléments, on continuera à faire dans le bri-
colage », a averti M
me
Benghebrit, qui a pro-
cédé dans la matinée à l’ouverture des plis
des sujets du Bac au lycée Mohamed Sed-
dik Benyahia, de la ville de Bouira, avant
d’écouter au niveau de la direction de l’édu-
cation un rapport sur l’évolution des exa-
mens de fin d’année pour les trois paliers
scolaires.
La ministre n’a pas manqué d’exprimer,
à cette occasion, sa satisfaction sur les «
bonnes » conditions dans lesquelles se dé-
roulent les examens du Bac à Bouira ainsi
qu’au niveau national, louant les efforts
« gigantesques » consentis par l’Etat pour
la réussite de cet examen. A propos de la
« lourdeur » du cartable, M
me
Benghebrit a
fait savoir que son département travaille no-
tamment sur une proposition d’élaboration
d’un seul livre pouvant servir pour plusieurs
matières afin d’alléger ainsi le cartable de
l’élève.
AU TROISIEME JOUR DU BACCALAUREAT
Des épreuves jugées abordables par les candidats
Au troisième jour de l’examen
du baccalauréat, session 2014, la
philosophie était au programme
pour les candidats relevant de la
série lettres, et les sciences natu-
relles au menu pour les classes
scientifiques et de maths.
Hier, au niveau des centres
d’examen de la capitale, certains
candidats continuaient à appréhen-
der les sujets, par contre la plupart
d’entre eux ont trouvé les sujets
abordables. Ils n’ont pas manqué
d’exprimer leur satisfaction quant
au bon déroulement des épreuves.
Aux alentours du centre d’exa-
men Arroudj et Kheireddine Barbe-
rousse (ex-Delacroix) à Alger, les
candidats série « langues » étaient
apparemment contents d’eux, au
sortir de l’épreuve du matin. Ceux
que nous avons rencontrés nous ont
affirmé que le sujet de l’épreuve de
philosophie était abordable, voire «
très facile ».
Aussi, la plupart d’entre eux ont
opté pour le deuxième sujet. « Le
sujet portant sur la responsabilité
était à la portée de tous. D’ailleurs,
nous n’avons consommé que la
moitié du temps réglementaire de
l’examen », ont précisé un groupe
de candidates à proximité du même
centre d’examen.
Khouloud, l’une d’elles, a tenu
à parler au nom de toutes : « J’ai
très bien travaillé dans cette ma-
tière à coefficient élevé. Avec une
bonne note multipliée par six, je
suis à peu près certaine d’avoir
mon Bac. Il faut dire que les sujets
étaient à la portée de tout élève
ayant ‘‘correctement’’ travaillé au
cours de l’année », a-t-elle estimé.
Et à sa copine Linda d’enchaîner :
« Nous avons très bien négocié le
sujet, mais toujours est-il que nous
appréhendons la correction ». Un
peu à l’écart, Mohamed Amine
semble soulagé. « Honnêtement, je
ne m’attendais pas à un sujet aussi
accessible. Il était à la portée de
tous, notamment ceux qui ont eu
une scolarité normale et qui ont
bien révisé le programme », a-t-il
affirmé.
Un peu plus loin à proximité du
centre d’examen Omar Racim les
candidats scientifiques se plai-
gnaient du sujet qui était « trop
long ». Ils sont unanimes à dire que
« quatre heures ne suffisaient pas à
répondre à toutes les questions po-
sées ». Déçu par le sujet des
sciences naturelles, Safa a affirmé
que le sujet était « long et compli-
qué ». Même remarque pour Mé-
lina et Zohir. « Les questions
étaient indirectes et présentaient
des difficultés dans la compréhen-
sion ».
Formant un petit groupe un peu
plus loin, Kenza, Neila et Khadidja
estiment que le sujet était « aborda-
ble », mais le temps était « insuffi-
sant. A vrai dire, nous n’avions pas
eu de choix car les deux sujets
étaient longs », expliquent-elles.
Conscientes de l’importance des
sciences naturelles dans leur filière,
ces scientifiques avouent que, dés-
ormais, elles misent sur les maths
et la physique.
En tout état de cause, les
épreuves se poursuivront jusqu’à
demain et les résultats sont connus
le 6 juillet prochain.
La phase correction aura lieu la
semaine prochaine au niveau des
57 centres de correction répartis à
travers plusieurs wilayas du pays.
Une lourde mission pour les 34.000
correcteurs et autres chefs de cen-
tre, secrétaires, présidents de com-
missions de correction… mobilisés
pendant une quinzaine de jours.
La nouveauté pour le Bac 2014,
dans cette importante opération ré-
side dans le fait que l’Office natio-
nal des examens et concours
(Onec) a désigné dans chaque cen-
tre de correction un « enseignant-
évaluateur » à qui il a été confié la
mission de revoir le barème de no-
tation. Il aura pour tâche de consul-
ter les sujets par rapport au seuil
des cours fixé par la commission
d’évaluation des programmes, et le
barème de notation sur le plan pé-
dagogique.
Si l’enseignant observe une cer-
taine anomalie, il procèdera à la ré-
vision du barème mis en place de
sorte qu’il y ait un équilibre entre
la question et la note qui lui
convient. De par cette nouvelle me-
sure, le ministère de l’Éducation
entend rattraper les erreurs com-
mises auparavant.
S. Sofi
BEJAIA
Les candidats sereins
Au quatrième jour de l’examen du baccalauréat, les candidats déclarent
que les sujets sont abordables dans l’ensemble et les leçons font partie du
programme enseigné. C’est ce que nous avons constaté à travers les
quelques centres d’examen visités dans la wilaya de Bejaia.
Au centre d’examen Bezetout de la cité Adrar, les élèves de classes ter-
minales mathématiques, trouvent que les épreuves du baccalauréat de cette
année sont à leur portée dans la mesure où les candidats auront suivi une
scolarité normale et ayant consacré une révision parfaite de tous les cours
enseignés. Toutes les conditions ont été mises en place pour le bon dérou-
lement de l’examen avec les moyens de restauration et de transport pour
faciliter la tâche aux candidats. Selon les services de l’éducation de la wi-
laya le taux d’absentéisme des candidats a atteint 7,19%, soit un total de
1.333 candidats, dont 1.199 candidats libres et 134 candidats scolarisés ré-
partis entre 825 garçons et 508 filles sur les 18.542 candidats inscrits à cet
examen et aucune tentative de fraude n’a été signalée. Par ailleurs on re-
marquera que le nombre de filles candidates est de 10.699 alors que les
garçons sont au nombre de 7.849 candidats, soit une augmentation de 1.898
candidats par rapport à l’année dernière. Jeudi à 18h30, les candidats achè-
veront les dernières épreuves de cet examen tout en gardant le plein espoir
d’arracher le billet vers l’enseignement universitaire.
M. Laouer
AIN-DEFLA
Un candidat se défenestre mais reprend
son examen grâce au psychologue…
Des absences record
Au troisième jour des épreuves, le nombre des candidats déclarés absents s’est particulièrement
alourdi. Si pour les élèves scolarisés le nombre d’absents s’élève à 114, et ce pour diverses raisons,
allant de l’abandon pur et simple à l’empêchement pour raison de santé. Pour les candidats libres, par
contre, ce sont 1.052 candidats qui ont été portés absents. Rappelons que 14.073 candidats sont inscrits
pour cette session.
A. M. A.
Plus de peur que de mal pour un candidat qui
s’est défenestré de la salle d’examen, hier matin,
au centre d’examen Djillali Bounâama d’El-Attaf,
30 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya d’Ain-
Defla avons-nous appris auprès de la direction de
l’éducation.
C’est à la lecture du sujet de philosophie que le
jeune candidat, particulièrement stressé, a agi in-
consciemment de la sorte, relate-t-on. Une chute
d’un étage heureusement sans gravité pour lui et
surtout une prise en charge psychologique immé-
diate qui lui a permis de retrouver ses esprits, de se
requinquer et de reprendre son examen. La pré-
sence d’un psychologue au centre d’examen aux
côtés de l’équipe médicale et paramédicale et des
agents de la protection civile, s’est avérée ainsi sa-
lutaire pour le jeune candidat.
« L’enseignement de la langue amazigh connaît de vrais problèmes relatifs essentiellement à sa normalisation ainsi qu’à la demande sociale
en la matière puisqu’il a un aspect facultatif », a indiqué, hier à Bouira, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit.
SIGNATURE DE DEUX CONTRATS POUR LA RÉALISATION DE LA VILLE
NOUVELLE DE HASSI MESSAOUD
Le ministre de l’Énergie insiste
sur le respect des cahiers des charges
Le ministre de l’Énergie, Youcef Yousfi, qui a insisté «à ce que les cahiers des charges soient strictement respectés en matière d’efficacité
énergétique», a assuré, hier, que «la nouvelle ville de Hassi Messaoud sera entièrement alimentée par les énergies renouvelables, en particulier
l’énergie solaire et l’énergie éolienne».
U
ne cérémonie de signature
de deux marchés de gré à gré
simples pour la réalisation
d’études d’exécution et de suivi des
travaux de voirie et réseaux divers
de la ville nouvelle de Hassi Mes-
saoud au profit de groupements
d’entreprises publiques et de bu-
reaux d’études publics nationaux a
eu lieu, hier, au siège du ministère
de l’Énergie, en présence du minis-
tre, Youcef Yousfi, du wali d’Ouar-
gla et du président de l’Assemblée
de cette wilaya, ainsi que des PDG
des entreprises Sonatrach et Cosi-
der.
Cette démarche s’inscrit dans le
cadre de la promotion de l’outil na-
tional de production à travers la par-
ticipation effective d’entreprises et
de bureaux d’études publiques dans
le cadre de la réalisation de la ville
nouvelle de Hassi Messaoud. «La
signature de ces contrats constitue
la date de naissance réelle de la ville
nouvelle de Hassi Messaoud», a in-
diqué le ministre de l’Énergie. «Au-
jourd’hui, nous allons lancer les
travaux physiques, et nous allons
prendre toutes les dispositions pour
que la ville constitue un modèle qui
nous permettra de réaliser d’autres
villes au sud du pays», a-t-affirmé.
Dans une déclaration à la presse,
en marge de la cérémonie de signa-
ture des contrats, M. Yousfi a assuré
que «dans 4 ans, les premier habi-
tants occuperont cette ville nou-
velle».
Pour le premier responsable du
ministère, «la nouvelle ville de
Hassi Messaoud est en train de
prendre toutes les opportunités pour
devenir une ville modèle», préci-
sant que la conception de la ville est
originale. «C’est une ville qu’on
créera dans un climat désertique
très difficile. Néanmoins, le style
architectural de la région sera res-
pecté», a-t-il dit. Par ailleurs, il y a
lieu de noter que le premier marché
est attribué au groupement composé
par des entreprises publiques natio-
nales. Il s’agit de Cosider Travaux
publics et Cosider Canalisations (fi-
liale du groupe Cosider à 100%) et
ENGCB (filiale du Groupe Sona-
trach à 100%), ainsi que KAHRIF
(filiale du groupe Sonelgaz à
100%). Le contrat a été signé pour
un montant global de plus de 90,68
milliards de DA, et sera réalisé dans
un délai de 45 mois. Au total, celui-
ci consiste en la réalisation des
études d’exécution et des travaux de
la voirie et des réseaux divers de la
ville nouvelle de Hassi Messaoud et
de la Zone d’activités logistiques
(ZAL). La réalisation des études
d’exécution et des travaux de voirie
et réseaux divers (VRD) portent sur
l’exécution de 15 lots. II s’agit des
terrassements généraux, de la voirie
et stationnement, du drainage et ré-
cupération des eaux pluviales, de
l’assainissement et recyclage des
eaux usées, de l’alimentation en eau
potable, de la lutte anti-incendie, du
système d’irrigation, du réseau Gaz
Naturel, de l’alimentation et distri-
bution électrique, des télécommuni-
cations et ADSL haut débit, de
l’éclairage public, de l’évacuation
et recyclage des déchets solides,
ainsi que de la galerie technique.
Quant au second projet, dont une
enveloppe de pas moins de 1,451
milliard de DA a été allouée, pour
un délai de réalisation de 45 mois,
celui-ci a été attribué à un groupe-
ment composé des bureaux
d’études publics nationaux. Il s’agit
de la Société algérienne d’études
d’infrastructures (SAETI) pour le
suivi et le contrôle des travaux de
terrassement, voirie et de la galerie
technique, et de la société nationale
Eau & Environnement, Spa (NEE),
pour le contrôle des travaux d’ad-
duction en eau potable (AEP), d’as-
sainissement et d’irrigation, ainsi
que le laboratoire des Travaux pu-
blics Sud (LTP Sud) pour le suivi et
contrôle qualité des travaux.
Ainsi, ce second marché porte
sur l’approbation des études d’exé-
cution et suivi, contrôle et coordi-
nation des travaux de la voirie et
des réseaux divers de cette ville
nouvelle et de la zone d’activité lo-
gistique (ZAL). L’approbation des
études d’exécution et suivi, contrôle
et coordination des travaux de la
voirie et des réseaux divers portent
sur 9 lots.
II s’agit, donc, des terrasse-
ments généraux, de la voirie et sta-
tionnement, du drainage et
récupération des eaux pluviales, de
l’assainissement et recyclage des
eaux usées, de l’alimentation en eau
potable, de la lutte anti-incendie, du
système d’irrigation, de l’évacua-
tion et recyclage des déchets solides
et de la galerie.
Sihem Oubraham
8 EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 4 Juin 2014
CONSTANTINE
Installation de conteneurs aériens et enterrés
pour la collecte des déchets
L’installation de conteneurs
aériens et enterrés pour la col-
lecte des déchets a débuté hier à
Constantine en présence du wali,
Hocine Ouadah, qui effectuait
une visite de travail sur les chan-
tiers ouverts en prévision de
l’événement «Constantine capi-
tale 2015 de la culture arabe», a-
t-on constaté.
Ce nouveau système de col-
lecte des déchets ménagers,
lancé à la cité Boudjenana (est de
la ville) pour être opérationnel
«avant la fin de l’année 2014»,
sera d’un impact «considérable»
sur l’amélioration du cadre de
vie des citoyens, a estimé M.
Ouadah, mettant l’accent sur
«l’importance de cette opération
pour la réussite de la manifesta-
tion culturelle attendue en
2015». Confiée à une entreprise
algéro-suédoise, l’installation de
ce mobilier urbain «prend en
considération, les spécificités ur-
baines et environnementales de
chaque quartier de la ville», ont
souligné les responsables de la
direction de l’environnement,
précisant que tous les quartiers
seront dotés, dans le cadre de
cette opération, de deux conte-
neurs (1 bac aérien et 1 autre en-
terré). Fabriqués en acier
galvanisé pour une capacité de
l’ordre de 10 m
3
, ces conteneurs
peuvent contenir les déchets
d’environ 400 ménages, ont in-
diqué les responsables chargés
de l’opération. Au cours de sa vi-
site sur les différents chantiers, le
chef de l’exécutif local s’est dit
«satisfait» de la cadence impri-
mée aux travaux, notamment en
ce qui concerne la réalisation de
la salle de spectacles de type Zé-
nith prévue à la cité Zouaghi et
dont le taux d’avancement des
gros œuvres a dépassé les 50%.
Non loin de ce chantier, le wali a
également inspecté les travaux
de construction du pavillon d’ex-
positions où les travaux de ter-
rassement sont entièrement
achevés. Les projets de réhabili-
tation du palais de la Culture
Malek-Haddad, de la maison de
la Culture Mohamed-Laïd Al
Khalifa, de l’ex-siège de la wi-
laya, de l’ex-Monoprix et de la
Medersa ont également été ins-
pecté par M. Ouadah qui a clô-
turé sa tournée sur le chantier de
réalisation du Viaduc Transrhu-
mel.
«En ce qui concerne l’exploration en off-shore,
nous allons commencer le forage en fin 2014 début
2015», a indiqué le ministre de l’Énergie, Youcef
Yousfi. Dans une déclaration, hier, à El Moudjahid,
en marge de la cérémonie de signature des contrats
pour la réalisation de la ville nouvelle de Hassi Mes-
saoud, le ministre a expliqué que cet effort se fera,
«une fois que les travaux préliminaires géophysiques
seront achevés». Questionné sur la localisation de la
région d’exploitation, M. Yousfi a affirmé que «les
endroits dans lesquels ces opérations de forage sont
prévues ne sont pas encore localisés, cela dépendra
de l’achèvement des études géophysiques que nous
sommes en train de réaliser pour déterminer la pre-
mière localisation de forage en mer», a-t-il expliqué.
S. O.
NOUVEAU BARRAGE À BÉCHAR
Lancement d’un appel d’offres pour une
étude d’avant-projet
Le secteur des Ressources en
eau a lancé un avis d’appel d’offres
national pour l’élaboration d’une
étude d’avant-projet détaillée d’un
nouveau barrage sur l’oued La-
biodh, au nord de Béchar, a-t-on ap-
pris mardi auprès des services de la
wilaya.
Le lancement de cet appel d’of-
fres vient en concrétisation des dé-
cisions prises par le ministre des
Ressources en eau, Hocine Necib,
lors d’une récente visite de travail
dans la wilaya, visant la mobilisa-
tion des potentialités hydriques su-
perficielles et souterraines locales
dans la perspective de renforcer
l’alimentation en eau potable (AEP)
dans la région de Béchar. Une capa-
cité de 2,3 millions m
3
pourra être retenue
grâce aux crues de l’oued Labiodh, situé
dans la région de Béni-Ounif, selon des
études de prospection et d’évaluation effec-
tuées par des experts du secteur des Res-
sources en eau. La concrétisation de ce
projet hydraulique, au titre du programme
quinquennal 2015-2019, s’inscrit dans le
cadre d’un vaste programme de redéfinition
de la stratégie de mobilisation des ressources
en eau dans cette wilaya, avait affirmé M.
Necib, lors de sa visite de travail à Béchar.
Cette stratégie, qui vise la diversification
des sources d’approvisionnement en AEP
des populations des collectivités d’Abadla
et de Kenadza, alimentées à ce jour par les
eaux traitées et épurées du barrage de Djorf
Ettorba, sera soutenue par deux autres sites
à potentiel hydrique important et identifiés.
Il s’agit de Laghneg, dans la daïra d’Igli
(160 km au sud de Bechar), où la réalisation
d’un barrage pourra être un facteur de rete-
nue d’un volume de 30 millions de mètres
cubes des eaux de l’Oued Saoura qui est,
avec l’Oued Guir, les deux plus importants
cours d’eau dans le sud-ouest du pays, a-t-
on précisé à la direction des ressources en
eau de la wilaya. Même cas pour un barrage
sur le lit de l’Oued Kheroua où les experts
du secteur estiment qu’il pourra retenir un
volume de 1,2 million m
3
, contribuant ainsi
à mettre la wilaya dans une posture confor-
table pour répondre aux besoins d’AEP et de
ceux des autres secteurs d’activités, a-t-on
ajouté.
L’inscription d’un projet d’élévation des
évacuateurs d’eaux du barrage de Djorf Et-
torba à 1,40 mètre, qui s’inscrit dans le cadre
de la même stratégie, permettra, au cours des
prochaines années, la retenue d’une quantité
supplémentaire de 140 millions de mètres
cubes au niveau de cet ouvrage hydraulique
réalisé en 1969 avec une capacité de retenue
de 365 millions m
3
des crues de l’Oued Guir.
Youcef Yousfi : « Nous allons commencer l’exploration
en off-shore fin 2014 »
P
h

:

N
a
c
é
r
a
SNTF
Réduction des tarifs des cartes d'abonnement
et des billets des trains régionaux
La Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) a annoncé, hier, plusieurs offres de réduction des
tarifs des cartes d'abonnement mensuel et hebdomadaire, ainsi que des billets de trains régionaux et de
longs trajets. "Les lignes concernées par l'offre d'abonnement sont les trains de la banlieue d'Alger, à
savoir Alger-Thénia et Alger-El Afroun", a précisé la SNTF. Les réductions sur ces axes atteignent "les
40% pour un abonnement mensuel et 30% pour les cartes d'abonnement hebdomadaire". "La grille de
la nouvelle tarification englobe une réduction allant jusqu'à 20% pour les billets des trains régionaux
et de longs trajets aller-retour", a indiqué le communiqué. Concernant le billet enfant, la SNTF a sou-
ligné qu'"une réduction allant jusqu'à 50% sera appliquée aux enfants âgés de moins de 12 ans".
"Tous les jeunes âgés de moins de 28 ans bénéficieront, sans distinction aucune, d'une réduction allant
jusqu'à 20%", a-t-elle annoncé. Pour informer le public de ses nouveaux tarifs, la SNTF organise, du
8 au 12 juin, des portes ouvertes au niveau de la station Agha à Alger.
5
e
FESTIVAL NATIONAL
DE LA CREATION
FEMININE
Valoriser
le savoir-faire
Placée sur le thème « d’Orge et de blé », la 5e
édition du festival national de la création féminine
se tiendra du 5 au 11 juin prochains, au niveau du
Palais des Raïs (Bastion 23) et de l’Institut Natio-
nal Supérieur de Musique (INSM).
Organisée chaque année sous le haut patronage
du Président de la République, le festival culturel
national de la création féminine, en sa 5
e
édition,
vise à promouvoir les créations de la femme al-
gérienne en mettant en valeur son savoir-faire et
l’art de préserver les valeurs anciennes.
Selon M
me
Hamida Agsous, commissaire du
festival, cette manifestation culturelle créée en
2009, revient encore une fois, pour revaloriser les
productions des artistes algériennes qui s’impli-
quent chaque année davantage dans la vie cultu-
relle nationale. Et d’ajouter que l’édition 2014
viendra mettre en lumière « le génie créateur »
des femmes algériennes dans l’art culinaire, avec
en spécificité, le couscous.  
Cette 5
e
édition du festival national de la créa-
tion féminine, dira M
me
Agsous, qui verra la par-
ticipation de 50 femmes, sera une occasion de
présenter les richesses culinaires des Algériens
qui représentent un véritable patrimoine culturel
et gastronomique.
Lors de cet événement qui se tiendra au Palais
des Raïs (Bastion 23) et à l’Institut national supé-
rieur de musique, le public assistera à la prépara-
tion de plusieurs plats traditionnels à base d’orge
et de blé, comme le Couscous, le Berkoukès, la
Chakhchoukha, la T’rida…
La cérémonie d’ouverture sera donnée par la
ministre de la Culture, M
me
Nadia Labidi, avec
l’inauguration de deux expositions. La première
sera portée sur le thème central du festival qui est
l’orge et le blé avec une trentaine de cuisinières
chevronnées, venues de différentes régions du
pays, en vue d’offrir aux visiteurs du festival un
voyage dans le monde du Couscous, en particu-
lier, et des dérivés de l’orge et du blé en général.
Cette exposition sera marquée par la participa-
tion de Marilù Terrasi, restauratrice venue de Si-
cile (Italie), qui présentera le couscous au poisson
de la région de Trapani.
Pour la seconde exposition le public aura l’oc-
casion de découvrir les œuvres originales de plus
d’une vingtaine d’artistes réunies autour des
«  Arts de la table », citons à titre d’exemple des
créations de linge de table, céramique, vaisselle,
poterie, vannerie, mobilier et autres accessoires...
En marge des deux expositions, des ateliers de
démonstration seront organisés à l’attention du
public désireux de découvrir ou d’être initié aux
différentes techniques de préparation des graines
et des pâtes.
Côté animation, les festivaliers seront invités à
prendre part à une Touiza, qui se déroulera sur la
terrasse du palais de Rais. Cette activité est tradi-
tionnellement organisée par les femmes pour faire
découvrir toute la magie liée au rituel de roulage
de la graine.
Au cours de cette édition, d’autres activités
sont également au programme. Il s’agit de confé-
rences liées au thème central du festival, et qui
concernent entre autres, « Les références histo-
riques et archéologiques du couscous » qui sera
animée par M
me
Houria Cherid, conservatrice et
directrice du musée national des Antiquités, « Le
plat du partage », par M
me
Leïla Boukli Hacène
Tani, journaliste et auteure, A la découverte des
couscous d’ailleurs : le couscous sicilien de Tra-
pani par M
me
Marilù Terrasi, restauratrice à San
Vito Lo Capo (Trapani, Italie), ainsi qu’une
conférence intitulée « Du couscous traditionnel,
véritable patrimoine national, à la transformation
industrielle » qui sera donnée par Sid Ali Lahlou,
restaurateur à Alger, fondateur et manager des éta-
blissements Lahlou...
La clôture de la 5
e
édition du festival national
de la création féminine sera marquée par un spec-
tacle musical animé par la diva chaouia, Houria
Aïchi, à travers son dernier album intitulé Ghe-
nayate. Les organisateurs espèrent un public nom-
breux.
Kamélia H.
9
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
C
ette rencontre technique
était également l’occasion
d'officialiser la collabora-
tion de longue date, devenue
structurelle entre les entités algé-
riennes et belges de la société
dans le transfert de savoir-faire et
le développement des compé-
tences. Cette collaboration per-
mettra à Siemens de renforcer sa
position en tant que partenaire fia-
ble de l’Algérie.
Siemens Algérie et Belgique
« travaillent en étroite collabora-
tion depuis de longues dates pour
le développement de leurs activi-
tés », a expliqué Farouk Benab-
doun, CEO de Siemens Algérie.
« Depuis novembre 2013 et l'an-
nonce de la nouvelle structure du
groupe Siemens, cette collabora-
tion s'est accentuée et est devenue
structurelle. Cette nouvelle orga-
nisation offre une belle opportu-
nité de renforcer les compétences
et les services à forte valeur ajou-
tée de Siemens en Algérie », pré-
cisera le responsable de Siemens
Algérie.
Siemens participe aussi active-
ment à la formation de la jeune
génération et son insertion dans le
monde du travail. L'entreprise a
mis en place un master en auto-
mation en partenariat avec le mi-
nistère algérien de l'Enseignement
supérieur et de la Recherche
scientifique et l'USTHB.
Siemens se manifeste sur l’en-
semble du continuum de soins, in-
tégrant la prévention et le
dépistage précoce, le diagnostic,
la thérapie et le suivi médical.
« Les activités de ce secteur ont
été réintégrées dans la structure de
Siemens Algérie. Avec l’aide de la
maison-mère et le support des
spécialistes belges, la nouvelle
équipe est maintenant active et en
plein développement », nous a ap-
pris Farouk Benabdoun. « Un pro-
jet de collaboration scientifique
existe entre Siemens et l'hôpital
de Bab El Oued à Alger », dira le
même responsable.
L’autre exemple de l’implica-
tion de Siemens dans le secteur de
la santé est l’installation du scan-
ner de Simulation, dédié pour la
radiothérapie, avec le partenaire
Varian au Centre Anti-Cancer de
Sétif tout récemment inauguré
Il y a lieu de signaler que Sie-
mens est leader mondial en ima-
gerie médicale et en diagnostic de
laboratoire.
Siemens Algérie première
multinationale à avoir obtenu son
registre du commerce en Algérie
en 1962, nous a-t-on appris, pro-
pose, par le biais de réseaux de
distributeurs, des systèmes d’au-
tomatisation et des prestations
d’intégration et de service après-
vente offrant une réelle plus-
value.
« L’entreprise s’emploie à dé-
velopper des solutions globales et
évolutives destinées aux secteurs
de la pharmacie, des mines, du
papier, de l’agro-alimentaire et du
pétrole. Elle s’est également spé-
cialisée dans les services indus-
triels ainsi que dans la conception
et la construction de tableaux de
commande », a précisé, à son tour,
André Bouffioux, CEO de Sie-
mens Belgique. Et d’ajouter que
Siemens qui a réalisé un chiffre
d’affaires de plus de 80 milliards
d’euros en 2013 a simplifié son
organisation pour se rapprocher
davantage de ses clients.
Dans le domaine de la mobi-
lité en général, Siemens propose
des solutions intégrées conçues
pour optimiser les déplacements
des biens et des personnes. Pour
l’énergie, Siemens propose une
vaste gamme de produits, services
et solutions innovants et respec-
tueux de l’environnement, dédiés
au secteur de l’énergie. Elle cou-
vre l’ensemble des besoins en ma-
tière de production, de transport et
de distribution de l’énergie élec-
trique, de la haute à la basse ten-
sion en passant par la moyenne
tension.
Mohamed Mendaci
Des consultations médicales
sont effectuées au profit des po-
pulations nomades et ceux de
zones enclavées de la wilaya de
Laghouat, à la faveur d’un pro-
gramme national lancé par la di-
rection générale de la Protection
civile, a-t-on appris hier auprès
des responsables de cette institu-
tion.
Lancée lundi pour se poursui-
vre jusqu’au mois de février de
2015, cette caravane, encadrée par
des médecins appuyés par des
agents paramédicaux relevant de
la direction de la santé, ainsi que
des cadres et éléments de la Pro-
tection civile, s’est vu accorder
tous les moyens nécessaires, dont
la mobilisation d’ambulances,
pour mener à bien sa mission, a
relevé la direction de la Protection
civile de la wilaya de Laghouat.
L’opération, qui prévoit deux
tournées médicales pour chaque
région reculée, portera, outre les
prestations médicales, sur la dis-
tribution de médicaments pour les
cas nécessiteux, ont indiqué les
mêmes services.
Menée en application de l’ins-
truction du ministère de l’Inté-
rieur et des Collectivités locales,
l’initiative vise un rapprochement
du citoyen, notamment à travers
les régions enclavées, pour s’en-
quérir de leur situation et leur
fournir des médicaments dans le
cadre de la consécration de la
santé de proximité. Les services
de la Protection civile de La-
ghouat ont, en prévision de la sai-
son estivale et de la campagne de
lutte contre les incendies, organisé
dernièrement, à travers ses unités
dans différentes daïras, une se-
maine de vulgarisation et de sen-
sibilisation contre l’envenimation
scorpionique, les accidents de la
baignade, notamment les
noyades, et ceux de la circulation.
APS
SIEMENS PRESENTE SES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES EN ALGERIE
L’innovation au service
du développement économique
Siemens, l’un des leaders mondiaux de l’innovation technologique et de la présentation de solutions
high tech, les services associés dans les domaines de l’énergie, de l’industrie, des soins de la santé
et de l’infrastructure, a organisé, hier, à l’hôtel Hilton, une conférence de presse sur l’innovation
technologique de la multinationale allemande.
PROTECTION CIVILE
Consultations médicales au profit des populations
nomades de Laghouat
ALGERIE - USA
Signature d’un accord de jumelage entre Mascara et El Kader
Un accord de jumelage entre la com-
mune de Mascara et la ville El Kader
(Etats-Unis d’Amérique) a été signé lundi
dernier par les maires des deux villes. L’ac-
cord, paraphé à l’université de Mascara en
présence de personnalités des deux villes et
des autorités de la wilaya, porte sur la coo-
pération dans les domaines de l’éducation,
de la formation, de la culture et de l’ensei-
gnement supérieur, en plus de l’échange des
délégations scientifiques et estudiantines
entre l’université de Mascara et l’université
de l’Etat de l’Iowa où se situe la ville d’El
Kader. Il est question également d’échange
d’expériences en matière de recherche
scientifique et de développement de la pro-
duction industrielle et agricole. Dans une
allocution devant les étudiants et ensei-
gnants de l’université de Mascara, avant la
signature de cet accord, le maire de la ville
d’El Kader, M. Roger Becholz a souligné
que sa ville est fière de porter, depuis 1846,
le nom de l’Emir Abdelkader, le héros,
l’humaniste et chef de la résistance popu-
laire algérienne, qui a émerveillé les Amé-
ricains et les a inspirés dans leur révolution
contre les Britanniques. Les Américains
manifestèrent plus d’admiration pour la
personnalité de l’Emir, lorsqu’il mena plus
tard une action sauvant les chrétiens en
Syrie, a-t-il ajouté valori-
sant la relation étroite qui
lie Mascara et El Kader
depuis les années 1980
du siècle et rappelant le
premier accord de jume-
lage signé en 1984 et qui
s’est traduit par des visites
réciproques de plusieurs
délégations des deux
villes. M. John Kaiser au-
teur du livre Emir El
Mouminine sur l’Emir
Abdelkader et membre de
la délégation de la ville
d’El Kader a relaté des
conditions d’écriture de
cet ouvrage paru il y a 8
ans soulignant qu’il a découvert, suite à un
travail de recherche sur l’histoire de l’Al-
gérie et de la personnalité de l’Emir, que la
religion musulmane à laquelle croit l’Emir
est « ouverte, tolérante et porteuse de va-
leurs pouvant hisser la vie des hommes vers
le meilleur et changer le regard et la haine
que portent certains non musulmans à cette
religion par ignorance ou par mauvais com-
portement. La délégation américaine, qui
comprend le maire d’El Kader, ses collabo-
rateurs et un groupe d’artistes de la ville de
New York a entamé
lundi une visite de
deux jours dans la wi-
laya de Mascara à l’in-
vitation de l’association
culturelle « Sur les
traces de l’Emir ». Lors
de la première journée,
elle a visité des sites
historiques remontant
à l’époque du fondateur
de l’Etat algérien mo-
derne dont la mosquée
« Sidi Hassan » qui fut
le théâtre de la
deuxième allégeance à
l’Emir Abdelkader, la «
Mahkama » (tribunal)
et la maison du commandement au centre-
ville de Mascara, ainsi que la place « Emir
Abdelkader ». La délégation hôte s’est éga-
lement rendu à la stèle commémorative of-
ferte l’an dernier par la ville d’El Kader et
installée au centre-ville de Mascara. A
l’université de Mascara, elle a pris connais-
sance des travaux d’extension de la faculté
des sciences sociales et des travaux de re-
cherche scientifique effectués par des étu-
diants et des enseignants de cet
établissement d’enseignement supérieur.
P
h

:

W
a
f
a
P
h

:

B
i
l
l
a
l
ENFUMADES DE MAZOUNA
Un sinistre épisode des crimes coloniaux
10
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
L
e Forum de la Mémoire d’El Moudjahid,
dont l’ambition n’est pas de se substituer
au travail des historiens, a pour devise
« afin que nul n’oublie ». C’est dans cet esprit
que s’inscrit l’hommage consacré à Mohamed
Khemisti. Le chef de la diplomatie algérienne
dans le premier gouvernement de l’Algérie indé-
pendante est présenté par ses compagnons dans
la lutte contre le colonialisme, le professeur Dje-
nass, Salah Belkobi, Ali Abdelaoui et Laid
Lachgar, comme un homme modeste et excep-
tionnel. En présence des membres de la famille
du défunt, de moudjahidine, de l’ancien chef du
gouvernement et ancien ministre des Affaires
étrangères, M. Si Ahmed Ghozali, l’historien
Mohamed Abbès, qui s’est spécialisé dans la bio-
graphie des personnalités nationales, et des arti-
sans de la Révolution a fait un bref exposé sur le
parcours de Mohamed Khemisti. Aussi pour
ceux qui ne connaissent pas, ce brave enfant
d’Algérie, il est né le 11 août 1930 à Maghnia.
Issu d’une famille très modeste, il réussit tout de
même à obtenir son certificat d’études primaires
(CEP). Brillant élève, il abandonnera ses études,
en raison de la situation économique critique de
sa famille. Cependant, il ne renoncera pas à sa
quête du savoir. Il poursuivra ses études par cor-
respondance.
Après avoir réussi un concours à Oran, il se
retrouvera plus tard élève au lycée Ardaillon (au-
jourd’hui lycée Ben Badis à Oran) et finit par ob-
tenir le baccalauréat. Il décida alors de partir en
France pour poursuivre ses études supérieures et
s’inscrit à l’université de médecine de Montpel-
lier, dans le Sud, et c’est tout naturellement qu’il
adhéra au syndicat des étudiants. Ainsi, il activa
au sein de l’UGEMA (Union générale des étu-
diants musulmans algériens).
Mohamed Khemisti rejoint les rangs du FLN
dès le déclenchement de la guerre de Libération
nationale. Le 12 novembre 1957, il est arrêté par
la police française. Après quelques jours de dé-
tention, il est transféré à la prison Serkadji, puis
vers une prison française. Il écrira d’ailleurs un
livre sur la prison Serkadji (Barberousse). Après
quelques mois de détention, il est mis en liberté
provisoire, cela lui a permis de retrouver ses an-
ciennes connaissances et d’activer au sein de la
Fédération de France du FLN et, également, de
reprendre ses études de médecine. Il partit, en-
suite, en Suisse, d’où il fut appelé, après le ces-
sez-le-feu, au cabinet de Belaïd Abdeslam, alors
délégué aux affaires économiques de l’exécutif
provisoire de l’Etat algérien, installé à Rocher-
Noir (Boumerdès). Il sera ensuite appelé par le
chef de l’exécutif, Abderrahmane Farès, pour oc-
cuper le poste de directeur de cabinet.
A l’âge de 32 ans, le 28 septembre 1962, il fut
nommé ministre des Affaires étrangères. En no-
vembre 1962, il accompagna le président Ben
Bella à l’ONU, puis à Cuba. Le 11 avril 1963 ,
accompagnant son épouse à l’Assemblée natio-
nale où ils avaient participé à un débat, Moha-
med Khemisti, à sa sortie du siège, a été victime
d’un attentat. Après une quinzaine de jours, le 4
mai 1963, il rendit l’âme à l’hôpital Mustapha
d’Alger. Après des funérailles nationales, sa dé-
pouille a été inhumée à Maghnia, sa ville natale.
Il n’avait que 33 ans.
Nora Chergui
HOMMAGE A MOHAMED KHEMISTI AU FORUM DE LA MEMOIRE D’EL MOUDJAHID
Le premier ministre des Affaires étrangères
de l’Algérie indépendante
« Du Mouvement estudiantin, à la diplomatie », c’est l’intitulé de la conférence historique, organisée, hier, par le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié
en coordination avec l’Association Machaal Echahid, en hommage au premier ministre des Affaires étrangères de l’Algérie indépendante, Mohamed Khemisti.
Enfumades : Mazouna résiste dans la nuit coloniale est l’in-
titulé de l’ouvrage de l’illustre militant pour l’indépendance na-
tionale Benali Boukortt, un récit de faits de guerre, et de
résistance contre l’occupation coloniale, qui se sont déroulés
dans la ville historique de Mazouna et dans la région des monts
du Dahra (triangle Ténès, Cherchell, Miliana) entre 1840 et 1845.
Ce récit inédit, qui vient d’être publié à titre posthume, à Paris,
aux éditions Alpha barre, évoque les destructions, les incendies,
les pillages et l’extermination, à grande échelle, par enfumades
perpétrées dans les grottes Ghar El Frachih, lieu de génocide où
se sont réfugiés hommes, femmes, enfants et troupeaux des
Ouled Riah, livrés à une guerre ravageuse, fondée sur la razzia
et la dévastation systématique des régions résistantes, pour ache-
ver l’occupation totale de l’Algérie.
Dans cet ouvrage de 200 pages, préfacé par l’anthropologue
et éditeur Chekib Abdessalem, l’auteur apporte ainsi une pré-
cieuse contribution à la mémoire du peuple algérien, à travers
une large fresque de la résistance nationale dans cette région qui
s’est distinguée dès l’invasion et le début de l’occupation fran-
çaise, par des évènements tragiques à inscrire dans les pages
noires de l’histoire universelle.
A travers le récit, quelques noms émergent dans la triste rela-
tion de la résistance du Dahra et des odieuses enfumades des
grottes Ghar El Frachih, tels que ceux de Bugeaud, Pélissier, de
Saint Arnaud, ainsi que les fiers et héroïques résistants au sys-
tème colonial et ses pratiques barbares, Sidi Mohamed Ben Ab-
dallah, dit Bou Maaza, et l’Emir Abdelkader Ben Mohieddine.
Benali Boukortt qui revient sur les atrocités de la colonisation
évoque alors la méthode, inédite jusque-là, avec laquelle se sont
illustrés les envahisseurs, consistant à enfumer et incinérer vi-
vantes les familles qui se sont réfugiées dans les grottes où elles
ont cru être en sécurité, après avoir fui leurs habitations détruites
ou incendiées. « Un génocide qui s’inscrit parmi les tristes pages
du martyrologe de l’humanité », commente l’auteur. Enfumades
pour réduire l’ampleur de la résistance. Il relate alors qu’à Or-
léanville (Chlef) le 11 juin 1845, le maréchal Bugeaud conseille
à ses subordonnés pour réduire l’ampleur de la résistance des po-
pulations de la région, n’ayant pas accepté le joug des envahis-
seurs français : « Si ces gredins se retirent dans leurs cavernes,
(...) enfumez-les à outrance comme des renards. » Le colonel
Pélissier, écrit encore l’auteur de l’ouvrage, n’hésita pas à as-
phyxier, après de terribles et interminables souffrances, plus de
1.000 personnes, hommes, femmes et enfants, des Ouled Riah,
« fiers montagnards du Dahra », pourchassés jusque dans ce re-
fuge par une colonne de 2.500 militaires de l’armée d’occupation.
Après son forfait, relate l’auteur, Pélissier répond : « La peau
d’un seul de mes tambours avait plus de prix que la vie de tous
ces misérables », en allusion aux centaines de victimes enfumées,
sans état d’âme, sous ses ordres, les 18 et 19 juin 1845. « L’un
des pires massacres commis par l’armée d’occupation » en Al-
gérie, attestent les historiens. Benali Boukortt souligne aussi qu’
« au lieu d’être flétris et cloués au pilori de l’opprobre et du dés-
honneur national, les criminels de guerre, en la personne de Bu-
geaud, Pélissier, de Cavaignac, de Saint Arnaud, ou de tant
d’autres, ont, au contraire, été les gloires nationales françaises et
grimpé dans leurs promotions en grades et en décorations». Inep-
ties du discours officiel français, il analyse par ailleurs, les inep-
ties du discours officiel français et démonte les thèses que les
chefs militaires présentaient pour justifier ce qu’ils avaient or-
donné d’exécuter, tels que les déclarations de Bugeaud qui qua-
lifie d’ « évènements inévitables » ce qui s’est produit dans le
Dahra, pour blanchir l’armée coloniale de son implication dans
cette sinistre tragédie.
ALI ABDELLAOUI, AMI ET CHEF DE CABINET DE MOHAMED KHEMISTI :
« Un homme profondément humain, modeste et respectueux »
C’est durant notre cursus estudian-
tin que j’ai entendu parler de Khe-
misti. Puis, je l’ai connu et nous avons
milité ensemble. En septembre 1962,
Khemisti a été nommé au poste de mi-
nistre des Affaires étrangères et il sol-
licita ma collaboration fraternelle en
tant que chef de cabinet où je me suis
retrouvé en compagnie de Laid Lach-
gar. J’ai entendu évoquer le nom de
Khemisti pour la première fois, en jan-
vier 1956, à Paris au siège de
l’AEMNA. Par la suite, j’ai rencontré
Khemisti lors du 2
e
congrès de
l’UGEMA tenu à Paris, du 24 au 30
mars 1956, dont il présida les assises.
J’étais alors, membre de la délégation
de Paris. A la satisfaction unanime, le
défunt s’est parfaitement acquitté de
sa mission et il m’apparut un homme
profondément humain, modeste et res-
pectueux, ce qui n’excluait pas cepen-
dant des manifestations de
combativité, de pugnacité.
Au terme du congrès soldé par sa
résolution historique engageant
l’UGEMA ouvertement dans la mou-
vance FLN, nous étions élus tous les
deux membres du comité directeur et
nous eûmes à activer ensemble, cha-
cun dans son secteur, lui comme pré-
sident de la dynamique section de
Montpellier et moi comme secrétaire
général adjoint du comité exécutif, la
présidence étant assurée par Mouloud
Belahouane et le secrétariat général
par Abdelkader Belarbi. Nous allions
surtout engager nos étudiants dans une
nouvelle dynamique de militantisme
qu’allait engendrer l’appel historique
du 19 mai 1956 lancé par notre section
d’Alger et relancé à partir de Paris
pour une longue déclaration du comité
directeur auquel étaient associés dans
sa rédaction des figures historiques du
mouvement étudiant algérien. Cette
déclaration du 26 mai 1956 fut adop-
tée après une analyse approfondie et
un débat responsable. La décision de
l’UGEMA de grève illimitée des cours
et des examens et le boycott des uni-
versités françaises ébranla les milieux
étudiants, enseignants et intellectuels
français, et au-delà partout dans le
monde parmi la multitude d’organisa-
tions estudiantine et de jeunesse qui
nous manifestèrent tout au long de cet
engagement une solidarité revigo-
rante. Il nous appartenait de faire fruc-
tifier ce capital, en faveur de notre
guerre de Libération nationale. Dans
cette mission, Khemisti allait jouer un
rôle remarquable d’autant qu’il a été
appelé à assumer en novembre 1956
les fonctions de SG du comité exécutif
en remplacement de Si Belarbi, qui a
décidé en octobre 1956 de rejoindre
les maquis dans sa région natale.
En août 1957, Khemisti présida une
importante délégation algérienne au
festival de la jeunesse et des étudiants
à Moscou où il présida une importante
délégation algérienne au festival de la
jeunesse et des étudiants. J’avais par-
ticipé, pour ma part, au comité prépa-
ratoire en juillet 1956.
La délégation algérienne a rayonné,
drapeau national largement déployé au
cours du défilé d’ouverture. Notre dé-
légation fit des merveilles avec sa
troupe artistique et son équipe de foot-
ball. Quant à Khemisti, épaulé par cer-
tains membres de la délégation, il
anima de multiples débats, celui avec
la délégation française a été rapporté
en ces termes par Hervé Hamon et Pa-
trick Rotman dans leur livre Généra-
tion : «  Le procureur principal, un
nommé Mohamed Khemisti, déve-
loppe à nouveaux ses griefs. Le ton est
acerbe et il se durcit encore jusqu’à
devenir violent.»
A son retour en France, Khemisti
est arrêté à Montpellier, le 12 novem-
bre 1957, et transféré illico à Alger.
Son arrestation donna lieu à de nom-
breuses manifestations de protesta-
tions dans le monde.
Très vite, lors de son transfert à la
prison d’El Harrach, les détenus poli-
tiques l’ont adopté et l’ont désigné
comme leur responsable. Deux ans
après, Khemisti est transféré à la pri-
son de la Santé. Libéré en novembre
1959, il est astreint à résidence sur-
veillée à Paris où il poursuivra discrè-
tement son militantisme. Après les ra-
fles massives d’octobre 1961, il quitte
la France et va en Suisse. A Lausane,
il s’inscrit à la fac de droit et à l’école
des sciences politiques. Au lendemain
de la signature des Accords d’Evian,
il rejoint Rocher Noir en tant que di-
recteur de cabinet du président de
l’exécutif provisoire, le défunt Abder-
rahmane Farès.
En septembre 1962, élu à l’Assem-
blée constituante, Ben Bella lui confie
le prestigieux poste de ministre des
Affaires étrangères. Il l’accompagne
aux Etats-Unis et à Cuba. A son retour,
il entame une première structuration
de son ministère.
Soraya G.
PROFESSEUR DJENNAS  :
« Une amitié profonde et une considération sans limite nous unissaient »
P
h

:
N
a
c
e
r
a
« Lorsque j’ai vu vivant, pour la der-
nière fois, Mohamed Khemisti, c’était à
Rabat, au lendemain du cessez-le-feu. Une
amitié profonde et une considération sans
limite nous unissait. De Rabat, il me télé-
phona, je l’ai rejoint à Meknès et le lende-
main, nous nous sommes rencontrés. Fin
mars, début avril, 1962, j’étais à mille
lieues de penser qu’un an après, Mohamed
serait victime d’un tragique attentat. J’ai
fais la connaissance du défunt en 1952-53
à Montpellier. Un jour, Mohamed Ferradi,
vivant actuellement à Oran, m’informa de
l’arrivée à Montpellier d’un jeune qu’il lui
paraissait sortir du commun. Tout naturel-
lement, je lui ai demandé de me le présenter pour faire sa
connaissance. J’étais à l’époque un des aînés des étu-
diants à Montpellier. De suite, j’ai été frappé
par le sourire angélique de Khemisti Moha-
med, par sa courtoisie, cette délicatesse ex-
quise qui ne reflétait pas du tout les
difficultés qu’il avait connues quand il était
adolescent et qu’il entreprenait ses études.
C’était un garçon extrêmement agréable,
très détendu et très serein. Mais c’était en
même temps, un homme d’une détermina-
tion extraordinaire. J’ai tout de suite remar-
qué chez lui un profond patriotisme, un
patriotisme sans égal. Il avait une certaine
ambition, mais une ambition au service de
ce peuple. Telles étaient mes premières im-
pressions. Au fil des mois et au fil des an-
nées, ces impressions se sont confirmées et amplement. »
S. G.
11
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Economie
Le président du Directoire de la
Société Générale Algérie, M. Eric
Worsmer, a procédé, hier, à
l’inauguration d’un Centre d’af-
faires à Blida, au cours d’une cé-
rémonie à laquelle ont pris part
des membres de la Direction SG
Algérie, du staff de la Banque,
des autorités locales, des clients
et des hommes d’affaires de la ré-
gion, dont des représentants du
CEIMI, de la Chambre de com-
merce, de la direction PME et
l’Association des notables. L’ou-
verture de cette nouvelle struc-
ture dans la région est dictée par
l’envergure des projets de déve-
loppement mis en œuvre et l’im-
portance de la ville en ce qui
concerne son économie solide de
par son agriculture et ses activités
industrielles diverses. L’ouver-
ture d’un Centre d’affaires vient
tout à fait à son heure pour ren-
forcer la présence de la banque
qui a déjà étendu son réseau à tra-
vers le territoire. Cela contribue,
indique-t-on, à créer des débou-
chés pour les jeunes de Blida et à
accompagner l’essor de l’écono-
mie locale en accompagnant de
nouvelles entreprises et d’établir
des liens avec beaucoup d’opéra-
teurs économiques. Société Gé-
nérale Algérie matérialise ainsi sa
démarche de proximité orientée
clients et consolide sa présence.
Société Générale confirme égale-
ment son engagement pour ac-
compagner le développement
économique du pays, en capitali-
sant sur ses propres moyens hu-
mains, techniques et financiers
ainsi que sur ses performances
soutenues, tout en s’appuyant sur
les potentialités des différentes
régions du pays. Il convient de
noter l’acquisition de ce Centre
d’Affaires marque symbolique-
ment une étape importante dans
l’affirmation de la présence de
Société Générale et ambitionne
de consolider sa position de vrai
pôle de développement en opé-
rant une mutation sous l’impul-
sion des opérateurs privés et des
pouvoirs publics. Depuis 2000,
de grands projets structurants ont
été entrepris pour donner à la ré-
gion les moyens de relever le défi
du développement et de diversi-
fier son économie vers de nou-
veaux secteurs d’activité tels que
l’industrie et le tourisme. La
banque manifeste, via cet événe-
ment important, l’implication ef-
fective de toutes ses équipes dans
l’accompagnement du processus
de développement économique.
Au-delà du réseau d’agences en
extension qui favorise la proxi-
mité physique, Société Générale
Algérie se donne une avancée en
assurant une réelle continuité de
service à la clientèle. Par ailleurs,
l’Assemblée générale de Société
Générale Algérie a approuvé en
date du 19 mai les comptes de la
banque, certifié par ses commis-
saires aux comptes, pour l’exer-
cice 2013. Ils font ressortir un
produit net bancaire de 14,66
milliards DA, un résultat net de
4,02 milliards DA, un total bilan
de 222,6 milliards DA, un total
dépôts 182 milliards DA et un
total engagement de 269 mil-
liards DA ; bilan et hors bilan. La
Banque a obtenu le 3 avril 2014
l’agrément de la Cosob en qualité
d’intermédiaire en Opérations de
Bourse, ce qui lui permettra d’ac-
compagner ses clients le désirant
sur des opérations liées aux va-
leurs mobilières et autres produits
financiers. Du côté de la direction
de la Banque, le Gouverneur de
la Banque d’Algérie a agréé Eric
Worsmer en qualité de Président
du Directoire de la Société Géné-
rale Algérie, en date du 6 avril
2014.
Farid B.
«Dans un premier temps, l’Entreprise na-
tionale de transport maritime de voyageurs
(ENMTV) exploitera un bateau de 280 places
pour assurer la navette entre la Pêcherie du
port d’Alger et le port de Tamenfoust. Cette
opération pilote sera lancée au cours de ce
mois de juin», a précisé M. Ouezzane. Les
préparatifs, l’aménagement des quais, l’ache-
minement du matériel et la mobilisation du
personnel, sont en cours en prévision du lan-
cement de cette opération, a encore souligné
M. Ouezzane, sans en préciser la date exacte.
En gestation depuis 2003, l’étude du projet de
cette ligne de transport urbain maritime a été
réactualisée en février dernier dans le cadre
de la lutte contre la congestion du trafic auto-
mobile urbain dans la wilaya d’Alger, et offrir
à terme des opportunités pour le tourisme
dans la baie d’Alger. Cette ligne pilote reliera,
selon lui, la Pêcherie au port de Tamentfoust
(commune d’El Marsa), par voie express, en
attendant l’achèvement des travaux d’aména-
gement des stations intermédiaires prévues,
notamment à la plage des Sablette, appelée à
devenir un important pôle d’attraction touris-
tique et de loisirs de la ville.
Elle devra desservir à terme tous les quar-
tiers algérois qui ont “les pieds dans l’eau”,
Hussein Dey, Belouizdad, Bordj El Kiffan et
le village côtier de Tamentfoust, qui possède
un port de pêche artisanal et de plaisance, et
qui bénéficiera d’un projet de modernisation,
en cours d’étude.
L’ENTMV, appelée à mobiliser plus de
moyens en fonction de l’ouverture des sta-
tions intermédiaires, a été chargée de l’exploi-
ter à titre expérimental. Les opérateurs privés
seront invités également à investir dans le cré-
neau du transport urbain maritime une fois la
ligne entrée en service, selon les différents
responsables du secteur. Le lancement des
premières opérations de transport maritime
urbain dans la baie d’Alger interviendra «au
courant du mois de juin», avait déclaré di-
manche dernier, le ministre des Transports
Amar Ghoul en marge de la présentation à
l’Assemblée populaire nationale (APN) du
plan d’action du gouvernement. Il a égale-
ment rappelé lors d’une visite d’inspection à
Alger le 21mai dernier que “les prix seront à
la portée des citoyens”, et a assuré que les ta-
rifs de ce type de transport seraient “étudiés
et soutenus par le secteur”. Interrogé à ce
sujet, M. Ouezzane a indiqué que “c’est au
ministère des Transports de fixer et d’annon-
cer les tarifs applicables aux voyageurs sur
cette ligne pilote”. Les tarifs des billets “s’ils
sont soutenus par l’Etat, ne dépasseront pas
ceux pratiqués par l’entreprise de gestion du
métro d’Alger”, avait-il souligné auparavant.
Dans une deuxième phase, cette ligne sera
étendue vers deux autres wilayas, à savoir
Boumerdès et Tipasa, avant que l’opération
ne soit généralisée à toutes les wilayas du lit-
toral, a précisé le ministre des Transports. Sur
un autre registre, les services de sécurité, dont
la sûreté de wilaya d’Alger, devraient mettre
de leur côté une police maritime pour contrô-
ler et sécuriser ce nouveau mode de transport
dans la capitale. En attendant l’entrée en ser-
vice du transport urbain maritime à Alger
comme solution alternative à la circulation
automobile, la capitale algérienne dispose
déjà depuis novembre 2011 d’une ligne de
métro en phase d’extension, et enregistre le
retour du «Tram”, outre plusieurs téléphé-
riques et télécabines reliant les hauteurs de la
ville à son centre historique.
Le volume global des marchandises débar-
qués et embarqués au port de la capitale traité
par l’Entreprise portuaire d’Alger (EPAL) a
atteint 892.362 tonnes en avril 2014 contre
828.006 tonnes le même mois de 2013, soit
une augmentation de 7,77%, a-t-on appris
mardi auprès de l’entreprise.
Les marchandises débarquées enregistrent
une hausse de 11,71% atteignant un volume
de 749.633 tonnes durant le quatrième mois
de 2014 contre 671.066 tonnes pour la même
période de 2013, précise l’EPAL dans un bilan
obtenu par l’APS. Quant aux marchandises
embarquées, elles affichent un recul de 9,06%
s’établissant à 142.730 tonnes en avril 2014
contre 156.941 le même mois de 2013. Par
type de produit, durant la période comparée,
les produits agricoles et denrées alimentaires
ont atteint 197.455 tonnes contre 163.508, soit
une hausse de 20,8%. Une diminution de
4,96% a été observée pour les produits pétro-
liers qui se sont établis à 390.185 tonnes en
avril 2014 contre 410.545 tonnes le même
mois de 2013. En revanche, les produits mé-
tallurgiques sont passés de 3.000 tonnes en
avril 2013 à 18.796 tonnes durant la même
période de l’année 2014, soit une évolution de
527%.
Les minéraux et matériaux de construction
enregistrent également une hausse de 69,98%
passant de 16.016 tonnes en avril 2013 à
27.223 tonnes le même mois de l’année en
cours.
Quant aux engrais et produits chimiques,
ils affichent un recul de 23,24% à 2.005
tonnes en avril 2014 contre 2.612 tonnes le
même mois de 2013. Affichant une augmen-
tation de 10,49%, les marchandises diverses
sont passées de 232.325 tonnes en avril 2013
à 256.697 tonnes le même mois de 2014. Le
volume total des marchandises traitées au port
d’Alger avait enregistré une hausse de
17,84% au 1
er
trimestre 2014 à 2,731 millions
de tonnes (MT) contre 2,317 MT le même tri-
mestre 2013, selon l’EPAL.
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE ALGÉRIE INAUGURE UN CENTRE D’AFFAIRES À BLIDA
En pole position
SOUTIEN DES PROJETS
DE DÉVELOPPEMENT
ÉCONOMIQUE DURABLE
Le cheval de bataille
du ministère
de l’Industrie
Le ministère de l’Industrie et des Mines œuvre à
soutenir les projets de développement économique
durable, a indiqué, hier à Oran, le directeur général
de la petite et moyenne entreprises (PME) au minis-
tère, insistant sur l’importance à accorder au terri-
toire pour en faire «un vecteur et une locomotive»
de développement local. M. Benmerad Mohand Said
a insisté à ce titre, sur l’importance à accorder au ter-
ritoire «pour en faire un vecteur et une locomotive
de développement local» à même de valoriser son
potentiel humain, ses atouts naturels et la compétiti-
vité entre ses entreprises. Dans une déclaration à la
presse, en marge des travaux de la première journée
de la conférence internationale sur le «Développe-
ment économique local durable : attractivité et com-
pétitive du territoire», ce responsable a précisé que
le ministère œuvre à soutenir les projets de dévelop-
pement économique durable, ajoutant que «le pro-
gramme d’Oran, Sétif et Ghardaïa, dans le cadre de
la coopération algéro-allemande, est l’un des projets
que nous soutenons». Au sujet du renforcement de
la politique de développement économique local au
niveau du territoire, le même responsable a souligné
«nous soutenons toutes les pépinières et les centres
de facilitation à travers le pays par l’encadrement hu-
main, l’équipement et la formation pour leur permet-
tre de jouer leur véritable rôle dans le développement
local». M. Benmerad a également estimé que le pro-
jet portant sur le découpage administratif «aura un
impact positif et important» sur le développement
local. Il a ajouté que ce projet tel que présenté dans
le plan du gouvernement ne se limite pas au seul dé-
coupage, mais prévoit une révision du développe-
ment local en tant que nécessité, stratégie
gouvernementale et valeur ajoutée pour le territoire.
Cette conférence de deux jours, à laquelle prennent
part des experts d’Algérie, d’Allemagne, d’Afrique
du Sud et de France, constitue une occasion de pré-
senter l’expérience de l’Algérie dans le domaine du
développement économique local, les potentialités
économiques l’habilitant à devenir un territoire at-
tractif, ainsi que l’expérience du développement éco-
nomique local en Afrique du Sud. Cette rencontre
intervient à l’occasion de l’achèvement du pro-
gramme de développement économique local
d’Oran, Sétif et Ghardaia comme wilayas pilotes,
dans le cadre de la coopération algéro-allemande tra-
duisant un partenariat entre l’organisme allemand
«GIZ» et la direction générale des PME relevant du
ministère de l’Industrie et des Mines, initiatrice de
cette conférence en collaboration avec le Programme
de développement économique local durable.
PLOMBÉ PAR UNE OFFRE
ABONDANTE
Le pétrole se replie
Les prix du pétrole baissaient hier en cours
d’échanges européens, plombés par une offre abon-
dante d’or noir, mais les investisseurs restaient tout
de même attentifs à la situation en Ukraine et en
Libye.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison
en juillet valait 108,39 dollars sur l’Intercontinental
Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 44 cents
par rapport à la clôture de lundi. Le Brent est tombé
à 108,32 dollars, son niveau le plus faible en trois
semaines. Dans les échanges électroniques sur le
New York Mercantile Exchange(Nymex), le baril de
«light sweet crude» (WTI) pour la même échéance
perdait 18 cents, à 102,29 dollars. En Irak notam-
ment, les exportations de pétrole ont progressé en
mai pour le deuxième mois consécutif, en hausse de
8% par rapport à avril à 2,58 millions de barils par
jour en moyenne, alors que l’ouverture d’un nouveau
terminal dans le sud du pays devrait accroître les ca-
pacités d’exportation de 800.000 barils par jours, re-
levaient les analystes de Commerzbank. L’Opep, qui
pompe environ un tiers du brut mondial, doit se réu-
nir la semaine prochaine à Vienne pour sa 165
e
réu-
nion ministérielle. Cependant, la baisse des cours
restait limitée par le conflit dans l’est de l’Ukraine,
les tensions entre les Occidentaux et la Russie et les
pertes de production en Libye. La situation en
Ukraine, voie de passage pour les exportations de
gaz et de pétrole russes vers l’Europe, demeurait
ainsi toujours au centre des préoccupations des opé-
rateurs. Les craintes d’une dégradation de la situa-
tion, déjà grave, voire d’une guerre civile,
soutiennent les cours du brut depuis plusieurs se-
maines.
En outre, la situation en Libye, producteur pétro-
lier et membre de l’Opep, où règne un climat de
vives tensions alimentées par une lutte d’influence
entre politiciens et milices armées, continuait d’in-
quiéter les investisseurs.
ELLE SERA BIENTÔT MISE EN SERVICE PAR L’ENTMV
Une navette de 280 places
entre Alger et Tamentfoust
Un bateau de 280 places sera exploité dans le transport maritime urbain de voyageurs dans la baie d’Alger, dont l’opération
pilote sera lancée au mois de juin, a-t-on appris hier auprès du directeur de wilaya des transports, Rachid Ouezzane.
VOLUME DE FRET AU PORT D’ALGER EN AVRIL 2014
Hausse de plus de 7%
12
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Economie
D
es responsables de la société de gestion
de la bourse des valeurs «SGBV» abor-
deront les préalables à la cotation en
Bourse, ainsi que les avantages, pour les PME
notamment, induites en matière d’accès à d’au-
tres sources de financement alternatives hormis
les banques. Cet avantage permet à l’entreprise
d’augmenter ou d’améliorer ses capacités de
production, et, par la même occasion, réduire ses
dettes. En effet, l’introduction en Bourse donne
à l’entreprise la possibilité de diversifier ses
sources, grâce à la variété de la gamme de pro-
duits proposés à l’épargnant, en sus de l’avan-
tage qui consiste en la protection de
«l’actionnariat d’origine de l’entreprise». Dès
son introduction en Bourse, l’entreprise peut se
procurer, sur le marché, les fonds propres et les
capitaux d’emprunt dont elle a besoin. L’autre
avantage réside dans la pérennisation et la sauve-
garde du contrôle des entreprises, «en particulier
dans le cas des entreprises familiales, car elle
évite tout éclatement ou dissolution suite au dé-
part ou au décès de l’un des actionnaires majo-
ritaires». Aussi, l’introduction en Bourse garantit
«la sauvegarde du contrôle de l’entreprise, grâce
à une diffusion d’une part du capital ou par le re-
cours à des produits financiers adéquats», pré-
cise la réglementation. En toute évidence, une
introduction en Bourse implique, irréversible-
ment, «un minimum de fiabilité, de transparence
des comptes de l’entreprise et, plus largement,
un effort de communication financière dirigée
vers des investisseurs externes actuels ou poten-
tiels».
Un élément qui constitue d’ailleurs un fac-
teur de réticence pour plus d’un. Au titre de l’in-
troduction en Bourse, l’entreprise doit désigner
un IOB (intermédiaire en opérations de Bourse),
chef de file pour l’assister, l’accompagner et la
conseiller tout au long du processus. La petite et
moyenne entreprise (PME) est appelée, pour une
période de cinq ans, de désigner un conseiller ac-
compagnateur dénommé promoteur en Bourse,
pour l’assister lors de l’émission de ses titres,
dans la préparation de l’opération d’admission
et de veiller au respect, par cette dernière, à ses
obligations en matière d’information légales et
réglementaires. Il y a lieu de rappeler la décision
de cotation des titres de PME sur la place finan-
cière a été prise par la tripartite de mai 2011, et
a été soumise à un texte de loi spécifique issu
d’une modification du règlement général de la
Bourse de valeurs mobilières. Est-il utile de sou-
ligner que la loi de finances 2014 a prévu d’au-
tres mesures incitatives au profit des entreprises
en ce sens qu’elle a prévu, dans son article 66,
de faire bénéficier les sociétés dont les actions
ordinaires sont cotées en Bourse, d’une réduc-
tion de l’IBS égale au taux d’ouverture de leur
capital pour une durée de 5 ans à compter du 1
er
janvier 2014. Dans le même sillage, le nouveau
règlement général de la Bourse des valeurs mo-
bilières portant le n°12-01 du 12 janvier 2012
modifiant et complétant le règlement n°97-03 du
16 novembre 1997 a permis une adaptation des
besoins nouveaux de financement des PME et de
l’économie par le biais du marché financier.
Des dispositions destinées à permettre aux
PME de disposer de financements sur le long
terme sur l’épargne nationale et sur l’investisse-
ment institutionnel, grâce aux opérations de ca-
pital investissement aujourd‘hui disponible sur
le marché. Le règlement en question aura permis
l’ouverture d’un compartiment dédié aux PME
au niveau de la Bourse d’Alger et d’un marché
de Bloc aux OAT (obligations assimilables du
Trésor). Il aura également contribué à actualiser
les conditions d’accès au compartiment principal
destiné pour les grandes entreprises et au com-
partiment des titres de créances. Dans un entre-
tien accordé à l’APS sur les raisons du désintérêt
des entreprises privées algérienne pour la Bourse
d’Alger, le président du FCE, Réda Hamiani,
avait précisé que «ces entreprises, dans leur ma-
jorité, sont de petites entreprises dont la taille ne
les prédispose pas à solliciter un financement à
partir du marché boursier». En outre, «la
conjoncture financière actuelle ne plaide pas
pour un rapprochement entre les entrepreneurs
et la Bourse», devait-il expliquer. La raison, «il
n’y a pas, en ce moment, suffisamment de pro-
jets d’investissement», ce qui signifie que «la de-
mande de financement reste contenue», selon
lui. Aussi, l’excédent bancaire explique le rôle
marginal de la Bourse dans le financement des
investissements en Algérie, car «on ne recourt
pas au marché financier quand le marché moné-
taire est aussi actif et aussi présent», avait-il
ajouté. Actuellement, quatre sociétés sont cotées
sur le marché principal, à savoir, le groupe
SAIDAL, El-Aurassi, Alliance Assurances et
NCA-Rouiba. Deux titres sont cotés sur le mar-
ché  obligataire, à savoir le Groupe Sonelgaz,
dont l’échéance du titre est prévue pour le 2014,
et le groupe DAHLI, dont l’échéance du titre est
prévue pour le 2016.
Le marché réservé aux OAT compte actuel-
lement 26 lignes cotées pour plus de 303 mil-
liards de dinar. D’autre part, Mobils, le CPA,
Cosider Carrières, ainsi que le Groupement in-
dustriel des ciments d’Algérie (cimenteries de
Chlef, Tébessa et Aïn Kebira à Sétif) et Hydro
Aménagement sont en phase d’évaluation avant
d’introduire un dossier pour obtenir le visa de la
COSOB pour leur introduction en Bourse.
D. Akila
FCE/ATELIER SUR LES MÉCANISMES D’INTRODUCTION EN BOURSE
Encore du chemin à faire
«Mécanismes et avantages liés à une introduction en Bourse.» C’est l’intitulé d’un atelier
qui sera organisé, aujourd’hui, par le Forum des chefs d’entreprise au niveau de son siège.
EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE
L’AIE souligne le manque
d’investissements
Les investissements dans la production d’éner-
gie et l’efficacité énergétique devraient atteindre
48.000 milliards de dollars d’ici 2035, ce qui se-
rait insuffisant pour contenir le réchauffement cli-
matique à 2°C, a estimé, hier, l’Agence
internationale de l’énergie (AIE). «La trajectoire
d’investissements que nous traçons dans ce rap-
port ne permet pas d’atteindre les objectifs de sta-
bilisation climatique (...). Nous estimons que
53.000 milliards de dollars d’investissements cu-
mulatifs dans l’approvisionnement d’énergie et
l’efficacité énergétique sont requis d’ici à 2035»
pour limiter le réchauffement climatique à 2°C,
précise l’agence. Elle estime ainsi à 6.000 mil-
liards de dollars, le manque à gagner en investis-
sements dans l’efficacité énergétique. En effet,
son principal scénario prévoit 8.000 milliards de
dollars d’investissements pour améliorer l’effica-
cité énergétique d’ici 2035, là où 14.000 milliards
seraient nécessaires pour «diminuer la consom-
mation énergétique de 15% en 2035». L’agence
prévoit que 90% de ces 8.000 milliards seront dé-
pensés dans les secteurs des transports et de la
construction, tandis que les deux tiers de ces in-
vestissements auront lieu dans l’Union euro-
péenne, aux États-Unis et en Chine. «Dans les
autres économies émergentes, le manque de poli-
tiques ciblées et d’accès au financement, ainsi que
la persistance dans certains pays de subventions à
la consommation d’énergies fossiles posent de sé-
rieux obstacles aux investissements dans l’effica-
cité énergétique», juge l’AIE. Ce rapport souligne
le caractère «essentiel» de la participation du sec-
teur privé à ces investissements dans l’énergie et
la nécessité de «réduire les incertitudes politiques
et réglementaires» pour attirer les capitaux privés.
FINANCEMENT DE L'ÉCONOMIE ET RÔLE DES INSTITUTIONNELS
Nécessité de séparer entre société de gestion et fonds de capital
ANEP 126772 du 04/06/2014 El Moudjahid/Pub
PUBLICITÉ
Le Cercle d'Action et de Réflexion
autour de l'Entreprise (CARE) avec le
soutien de la Délégation de l’Union eu-
ropéenne en Algérie, a organisé, hier,
une rencontre sur le thème : «Finance-
ment de l'économie et rôle des institu-
tionnels».
Cette rencontre débat s’est dérou-
lées à l’hôtel Hilton (Alger ), en pré-
sence des cadres et spécialistes des
finances. S’exprimant à cette occasion,
Yazid Taalba, directeur de Maghreb-In-
vest Algerie et partenaire au sein du
groupe Afric-Invest, a souligné que «la
réforme du marché financier algérien a
permis des avancées importantes en
matière de réglementation et d'organi-
sation du marché, mais il est nécessaire,
pour que cette réforme soit définitivement effi-
cace, de drainer suffisamment de capitaux». Il
souligne que «le problème majeur de la régle-
mentation en Algérie est lié à la non-séparation
entre la société de gestion et le fonds de capital
investissement». «Celle-ci, a-t-il dit, est venue
pour apporter une certaine incitation fiscale.»
L’expert trouve qu’il est nécessaire de sépa-
rer entre la société de gestion qui regroupe les
professionnels du métier détenteurs de la com-
pétence, et le fonds de capital investissement qui
est le véhicule financier regroupant les fonds in-
vestis par les bailleurs de fonds». S’agissant de
la transférabilité, il a indiqué qu’«il n’y a pas de
problème fondamental de transfert des revenus»,
mais, a-t-il précisé, «il y a le problème en ma-
tière des procedures et en matière des délais».
«Les investissements réalisés par les fonds ac-
compagnés par Afric-Invest sont des investisse-
ments directs, donc ce sont des prix de
participation directe des entreprises qui se sont
faite par des injections du fond en devises
convertibles en dinars, selon la réglementation
locale», a-t-il indiqué. Dans ce sens, il ajoute
qu’«Afrique-Invest n’est pas un fonds d’inves-
tissement, mais une société de gestion dans un
groupe qui gère les fonds capital d’investisse-
ments». Il fait savoir également qu’«on serait
bien ravi de pouvoir accompagner la constitu-
tion d’un fonds local en Algérie », mais, a-t-il
ensuite dit, «il faut des clarifications concernant
certains aspects de la réglementation algérienne
en la matière. Aujourd’hui, on n’a pas les
moyens de le faire comme société de gestion
ayant cette confusion entre société de véhicule
et le gestionnaire, et aussi il n’y a pas suffisam-
ment d’assurance par rapport au fait qu’un ac-
teur étranger puisse investir dans une société de
capital investissements local».
Il a insisté qu’«aujourd’hui, c’est très inté-
ressant d’ouvrir davantage le dispositif qui régit
le métier qui est évidemment
un dispositif qui s’adresse
aux Algériens et aux inves-
tisseurs résidants». S’agis-
sant du partage de capital, il
a indiqué qu’«il s’agit de dé-
battre sur l’apport et la va-
leur ajoutée qu’auraient le
sponsor et le promoteur ou-
vrant son capital à un inves-
tisseur institutionnel». Si
l’on arrive tous ensemble, a-
t-il indiqué, «à s’accorder sur
le fait que cette ouverture de
capital permettrait à l’ac-
croissement de richesses et
des valeurs plus importantes,
je pense que les promoteurs et
les investisseurs seraient sensibles et seraient in-
téressés d’avoir un partenaire dans le capital de
la société qui permettrait de multiplier la ri-
chesse créée dans l’entreprise». Donc, a-t-il ex-
pliqué, «sa devient un partage effectivement
dans une richesse qui sera créée par l’ensemble
des actionnaires». «La vitalité d'une économie,
a souligné Yazid Taalba, se mesure à la capacité
de croissance de ses entreprises, au dynamisme
de ses entrepreneurs, au développement de son
tissu économique et aux mesures prises par les
pouvoirs publics pour l'amélioration de cet éco-
système.» Il dit, dans ce sens, que «le secteur fi-
nancier joue un rôle clé dans cette équation, et
son appui aux entreprises est vital». Par contre,
la diversification des modes de financement, a-
t-il ensuite ajouté, «permet d'apporter une solu-
tion appropriée à une plus large frange
d'opérateurs».
Makhlouf Ait Ziane
P
h
.

B
i
l
e
l
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Monde
15
PALESTINE
Washington
travaillera
avec le nouveau
gouvernement
d’union nationale
Les Etats-Unis comptent travailler
avec le nouveau gouvernement pa-
lestinien d'union nationale, investi
lundi dernier, et maintiendront leur
aide à l'Autorité palestinienne, a as-
suré la porte-parole du département
d'Etat américain, Jennifer Psaki.
Washington, a expliqué M
me
Psaki,
estime que le président palestinien
Mahmoud Abbas "a formé un gou-
vernement de transition constitué
de technocrates (...) qui ne compte
aucun membre affilié au Hamas".
"A la lumière de ce que nous sa-
vons, nous travaillerons avec ce
gouvernement", a-t-elle déclaré.
Mais, a-t-elle souligné, les Etats-
Unis "suivront de près" la conduite
des affaires de ce gouvernement
d'union nationale. M. Abbas a pro-
mis que le gouvernement, qui a
prêté serment lundi, "rejetterait la
violence, reconnaîtrait Israël et res-
pecterait les engagements interna-
tionaux".
FRANCE
Hollande lance
une réforme
des régions
Le président François Hollande a
lancé hier dans une certaine précipi-
tation une grande réforme territo-
riale de la France prévoyant une
réduction du nombre des régions,
avec l'objectif de faire des écono-
mies et de doper la croissance des
territoires. "Notre organisation terri-
toriale a vieilli et les strates se sont
accumulées (...) Le temps est donc
venu de simplifier et clarifier", a jus-
tifié François Hollande, choisissant
de faire cette annonce par une tri-
bune publiée hier dans des journaux
régionaux. Mesure phare de cette ré-
forme, les régions, qui ont vu leur
autonomie progressivement renfor-
cée depuis leur institution en 1972
passeraient de 22 actuellement à 14
et gagneraient de nouveaux pou-
voirs. Mais les grandes lignes de la
réforme, véritable serpent de mer de
la vie politique depuis des années
dans un pays encore très centralisé,
sont loin de faire consensus y com-
pris à gauche, alors que le président
socialiste connaît déjà une impopu-
larité abyssale. François Hollande a
d'ailleurs revu ses ambitions à la
baisse pour donner des gages aux
élus de sa majorité.
ESPAGNE
Après l'abdication
de Juan Carlos,
l'Espagne se prépare
à la relève
Au lendemain de l'annonce de l'ab-
dication du roi Juan Carlos, l'Es-
pagne se prépare au passage de
témoin au futur souverain, Felipe
VI, qui hérite d'un pays en crise et
sera confronté au défi de rendre sa
légitimité à la monarchie. Symbole
de cette succession à venir, le roi et
le prince héritier, tous deux en uni-
forme de l'armée de terre, ont pré-
sidé hier une cérémonie militaire sur
le parvis du monastère de l'Escorial,
près de Madrid, l'un des lieux em-
blématiques de la monarchie espa-
gnole. Figé, les traits tirés, le roi a
assisté au défilé des troupes de l'or-
dre de San Hermenegildo, aux côtés
de Felipe, le visage grave. Premier
pas d'un processus qui devrait pren-
dre plusieurs semaines, le gouverne-
ment était réuni pendant ce temps
pour adopter une "loi de succes-
sion", une situation inédite depuis la
restauration de la démocratie en Es-
pagne en 1978. Le texte devra être
voté par les deux chambres du Par-
lement avant que le prince des Astu-
ries, âgé de 46 ans, longuement
préparé au métier de roi, ne prête
serment.
VIOLENTS
AFFRONTEMENTS
A BENGHAZI
(LIBYE)
21 morts
Des combats ont opposé
lundi dernier les forces du gé-
néral Khalifa Haftar à des
groupes islamistes à Benghazi,
dans l'est de la Libye, faisant
au moins 21 morts, deux se-
maines après le début de l'opé-
ration "anti-terroriste" lancée
par ce général dissident. Les
affrontements ont fait au
moins 21 morts, dont 11 mili-
taires, et 112 blessés, selon un
nouveau bilan fourni par des
hôpitaux de la ville. Un ambu-
lancier, un étudiant et une
femme figurent parmi les vic-
times civiles. Des inconnus
ont tiré lundi sur le convoi du
chef d'état-major de l'armée ré-
gulière libyenne Abdessalam
Jadallah Al-Abidi, à Tripoli,
sans faire de victimes, a an-
noncé son porte-parole. "Le
convoi d'Al-Abidi a été la
cible de tirs nourris alors qu'il
était sur la route d'Al-Chat à
Tripoli", a déclaré le colonel
Ali Al-Chikhi. Les gardes du
chef d'état-major ont riposté
aux assaillants, contraignant
ces derniers à fuir, a-t-il ajouté,
affirmant ne pas connaître les
mobiles de l'attaque qui n'a pas
fait de victimes, selon lui. Le
chef d'état-major s'est montré
hostile à l'égard d'un ex-géné-
ral à la retraite, Khalifa Haftar,
qui avait déclenché une opéra-
tion contre les "terroristes"
dans l'est de la Libye.
Le ministre syrien des Affaires
étrangères, Walid Mouallem, a déclaré
hier que la solution politique à la crise
en Syrie "commence aujourd'hui", en
votant à Damas pour le scrutin prési-
dentiel. C'est la première apparition pu-
blique du chef de la diplomatie
syrienne depuis l'opération du cœur
qu'il a subi en mars dans un hôpital à
Beyrouth. "Aujourd'hui, la sécurité
commence à être rétablie en Syrie, en
vue de la reconstruction et la réconci-
liation. La solution politique à la crise
syrienne commence aujourd'hui", a-t-il
déclaré à la télévision officielle. "Je
salue le peuple syrien qui prouve que
personne au monde ne peut lui imposer
sa volonté", a-t-il poursuivi, portant
une écharpe aux couleurs du drapeau
syrien autour du cou et manifestement
en bonne santé. M. Mouallem a qualifié
de "démocratique" et de "transparente"
la présidentielle qui permettra la recon-
duction du président Bachar al-Assad
pour un troisième mandat de sept ans,
et dénoncée comme une "parodie de la
démocratie" par l’opposition. Par ail-
leurs, Hassan al-Nouri, un des deux
candidats a déclaré qu'"une étape nou-
velle a commencé, celle de la victoire
sur le terrorisme et la guerre univer-
selle" livrée à la Syrie. Dès le début du
conflit en Syrie en mars 2011 et qui a
fait 162.000 morts en trois ans, le ré-
gime n'a jamais reconnu l'ampleur de la
révolte du peuple syrien et qualifie les
opposants et rebelles de "terroristes".
Chute d'obus à Damas
Des obus tirés par les rebelles sont
tombés hier sur des quartiers de Damas
tandis que le régime a mené des raids
en périphérie de la capitale, selon ONG
et des militants. Des obus de mortier
tirés depuis des positions rebelles sont
tombés sur les quartiers de Douailaa,
Qassaa, Bab Touma, Adaoui, Qoussour,
Malki, Baramké, Mazzé et la place des
Omeyyades, a précisé l'Observatoire
syrien des droits de l'homme (OSDH),
faisant état de deux blessés. La plupart
des quartiers touchés se trouvent dans
le centre de la capitale. Le régime a
mené des raids aériens contre le quar-
tier périphérique de Jobar et à Daraya,
au sud-ouest de Damas, selon l'OSDH.
"Les forces aériennes ont largué sur
Daraya 16 barils d'explosifs au cours de
la nuit et ce matin", a déclaré à l'AFP le
militant Mouhannad Aboulzein via in-
ternet. Des hélicoptères ont mené des
raids dans la province de Deir Ezzor
(est), Deraa (sud), Hama (centre) et
Alep (nord), selon l'OSDH. A Homs,
18 personnes, 15 civils et 3 militaires,
ont été tuées dans l'attentat à la voiture
piégée perpétré lundi dans un village à
majorité alaouite, communauté à la-
quelle appartient le président Bachar al-
Assad, a indiqué l'OSDH revoyant à la
hausse un premier bilan de 8 morts.
SYRIE
Walid Mouallem : « La solution politique
commence avec la présidentielle »
A
Lougansk, où d'intenses com-
bats ont eu lieu lundi dernier,
les gardes frontières ont indi-
qué que la situation restait calme mais
que les insurgés continuaient d'encer-
cler leurs locaux, faisant craindre un
nouvel assaut. "Une phase offense ac-
tive de l'opération antiterroriste est en
cours autour de Slaviansk", a écrit
Arsen Avakov sur sa page Facebook.
"La population pacifique de Sla-
viansk, Kramatorsk, Krasni Liman est
priée d'éviter de prendre tout risque
pour sa vie, de rester chez elle et de
ne pas s'approcher des endroits où se
concentrent les terroristes". Le minis-
tre a précisé que "des échanges de tirs
très intenses" étaient intervenus à Se-
menivka après une attaque de sépara-
tistes au lance-roquette contre des
chars de l'armée ukrainienne. Il a in-
diqué que les forces ukrainiennes
avaient détruit des barrages des insur-
gés.
Slaviansk, bastion de la rébellion
dans l'Est depuis près de deux mois,
est encerclée par les forces ukrai-
niennes, ce qui donne lieu à des com-
bats et échanges de tirs sporadiques.
Dans la région voisine de Lou-
gansk, des centaines de rebelles ont
donné l'assaut lundi contre les gardes
frontières tout au long de la journée,
faisant selon ces derniers huit blessés
parmi les militaires et cinq morts
côtés séparatistes. La situation s'est
calmée dans la soirée et la nuit a été
calme, ont indiqué les gardes fron-
tières dans un communiqué.
Mais les séparatistes restent sta-
tionnés autour de l'unité des gardes
frontières, faisant craindre un nouvel
assaut, a ajouté la même source. Une
explosion a par ailleurs endommagé
lundi le siège de l'administration ré-
gionale de Lougansk, QG des sépara-
tistes qui ont dénombré quatre morts
et ont mis en cause un tir d'un avion
de chasse ukrainien. Kiev a affirmé
que les insurgés avaient causé l'explo-
sion eux-mêmes en manipulant des
explosifs.
Obama appelle Moscou
à "user de son influence" auprès
des séparatistes
Le président américain, Barack
Obama, a appelé hier la Russie à
"user de son influence" auprès des sé-
paratistes prorusses dans l'est de
l'Ukraine pour obtenir l'arrêt de leurs
attaques contre les troupes gouverne-
mentales. M. Obama a également
averti lors d'une conférence de presse
à Varsovie que toute nouvelle "provo-
cation" russe en Ukraine pourrait en-
traîner de nouvelles sanctions
économiques. "Toute nouvelle provo-
cation russe entraînera de nouveaux
coûts pour la Russie, y compris, si né-
cessaire, des sanctions supplémen-
taires", a-t-il dit.
Le président américain qui doit
rencontrer aujourd’hui à Varsovie le
président élu ukrainien, Petro Poro-
chenko, a appelé la Russie à user de
son influence pour "prévenir le flot de
militants et d'armes dans l'Est de
l'Ukraine".
Il a ajouté que le gouvernement du
président Vladimir Poutine devrait
également convaincre les séparatistes
pro-Kremlin à "arrêter d'attaquer les
forces de sécurité ukrainiennes". Le
président américain a également ap-
pelé hier son homologue russe à ren-
contrer le président ukrainien élu,
Petro Porochenko.
UKRAINE
Violents combats entre armée
et séparatistes à Slaviansk
Les forces ukrainiennes ont intensifié, hier, leur offensive contre les séparatistes autour du bastion prorusse de Slaviansk,
dans l'Est, donnant lieu à des échanges de tirs nourris, a annoncé le ministre ukrainien de l'Intérieur.
PLAN DE SECURITE DE L'EUROPE DE L'EST
Obama propose un milliard de dollars
Le président américain, Barack Obama, a proposé, hier à Varsovie, d'affecter jusqu'à un milliard de dollars pour
déployer de nouvelles forces américaines, terrestres, aériennes et navales, en Europe de l'Est, préoccupée par la
crise ukrainienne. Cette "initiative pour rassurer l'Europe" doit encore être approuvée par le Congrès. Elle devrait
aussi servir à développer les capacités de pays non membres de l'Otan, tels que l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie,
pour leur permettre de coopérer avec les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux et renforcer leur propre défense, a
indiqué la Maison-Blanche.
16
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Société
La protection de l’environnement est l’affaire de tous, ont
indiqué, lundi à Saïda, les participants à une journée d’étude
et de sensibilisation sur le sujet, tout en insistant sur le rôle de
la société civile et des citoyens dans sa préservation. Lors de
cette rencontre de sensibilisation sur l’environnement, organi-
sée par la direction des affaires religieuses et des wakfs, en col-
laboration avec la direction de l’environnement, les
intervenants ont insisté sur la participation de tous les secteurs,
les associations et les citoyens aux activités visant la protection
de l’environnement. L’universitaire Mohamed Bouziane a pro-
posé la constitution d’un «conseil des sages pour l’environne-
ment» regroupant les représentants de tous les secteurs autour
d’un programme qui sera mis en œuvre par la direction de l’en-
vironnement, avec la participation des organisations, des asso-
ciations et la société civile. Le directeur de la radio de Saïda,
Aïssa Benhachem, a mis en exergue le rôle des médias dans la
sensibilisation et l’éducation environnementale. Dans une com-
munication intitulée «La presse et le développement de la
conscience environnementale», il a souligné que la protection
de l’environnement n’est pas seulement l’affaire de l’État, et
que la législation et les lois pour préserver le milieu environ-
nemental ne suffisent pas sans l’implication du citoyen, mais
que les médias ont un rôle à jouer dans la sensibilisation des
citoyens. Le sous-directeur de l’apprentissage à l’Institut na-
tional spécialisé en formation professionnelle, Houari Abdellah
Amine, a abordé le rôle de la formation dans le domaine de
l’environnement et de l’éducation environnementale. L’univer-
sitaire Abdeslam Moukil a traité, quant à lui, de la place de
l’environnement dans la législation islamique, soulignant que
l’islam exhorte l’homme à la propreté du corps, de l’endroit,
de l’eau, de l’air et des aliments, s’appuyant sur la Sunna du
prophète (QSSSL).
SAÏDA
Société civile et protection de l’environnement en débat
L
a volonté affichée par les autori-
tés de revaloriser l’approche en-
vironnementale s’est déclinée par
plusieurs mécanismes et instruments ré-
glementaires, soutenus par des textes
d’application qui vont de l’obligation
des industriels de se soumettre aux lois
relatives à la protection de l’environne-
ment, aux sanctions et même des peines
d’emprisonnement, à l’instar de la loi
portant sur la gestion, le contrôle et
l’élimination des déchets, ainsi que la
loi qui a trait à la valorisation du littoral,
en sus de la création de fonds.
Des mécanismes de financement et
d’incitation ont été, dans le cadre de la
même démarche, mis en place, comme
c’est le cas du Fonds national de l’envi-
ronnement et de dépollution, ou encore
le Fonds national de régulation et de dé-
veloppement agricoles qui allie, à la fois,
l’aspect économique et l’approche éco-
logique. Il faut dire que la lutte contre la
désertification n’est pas en reste de la po-
litique environnementale, soutenue par le
Fonds de lutte contre la désertification et
de développement du pastoralisme et de
la steppe. Aujourd’hui, notre pays,
conscient des enjeux environnementaux,
ne cesse de s’investir pleinement dans la
protection du patrimoine naturel, de plus
en plus exposé, en raison du boom démo-
graphique et de l’activité industrielle, à
la dégradation, à même d’accélérer le
phénomène de disparition de certaines
espèces faunistiques et floristiques,
l’avancée du désert et l’amenuisement
des ressources en eau. La protection de
l’environnement est devenue, désor-
mais, une réalité en Algérie qui s’oriente
doucement, mais sûrement, vers l’écono-
mie verte, qui demeure le moyen le
mieux approprié pour réduire les effets
des changements climatiques sur les dif-
férents secteurs qui se font d’ores et déjà
voir. C’est dire toute l’importance que re-
quiert la question environnementale, in-
dissociable des aspects politique et
économique.
Samia D.
JOURNÉE MONDIALE DE L’ENVIRONNEMENT
L’Algérie s’investit dans la préservation
de son patrimoine naturel
L’Algérie s’est engagée, depuis plus de trois décennies, dans la préservation de l’environnement. En effet, la
question environnementale a toujours été au centre des préoccupations des pouvoirs publics qui ont misé sur
le renforcement de l’arsenal juridique et des actions soutenues pour protéger ses ressources naturelles, mais
également améliorer la qualité de l’environnement et la lutte contre les facteurs contribuant à la dégradation
de Dame Nature et des écosystèmes.
Huit jours après sa
disparition, le nouveau-
né Laith Mahfoud
Kaoua, enlevé dans la
nuit de lundi à mardi der-
niers à la maternité du
centre hospitalo-universi-
taire Benbadis de
Constantine, n’a toujours
pas été retrouvé.
De sources judi-
ciaires, nous avons appris
que le procureur de la
République près le tribu-
nal de Ziadia a décidé
d’étendre la compétence
territoriale des officiers
de police judiciaire aux
wilayas environnantes, et
ce dans un souci d’une
plus grande efficacité des
services d’enquête.
Quelques jours après
le drame, la direction du
CHUC, laquelle a péché
par manque de communi-
cation, a procédé à la
mise à pied des six mem-
bres de l’équipe de garde
en fonction durant la nuit
de l’enlèvement.
Cette mesure, quoique
logique, a reçu un accueil
mitigé de la part du per-
sonnel de la maternité le-
quel invoquera les
conditions précaires dans
lesquelles évolue l’en-
semble des personnes y
exerçant, notamment de-
puis que la direction a dé-
cidé d’y effectuer des
travaux de rénovation
sans pour autant fermer
le service. En effet, une
sage-femme nous déclare
: «Nous sommes déçus
par la décision émanant
de la direction, vu que
nous avons été les pre-
miers à réclamer davan-
tage de sécurité ; des
gens nous agressent tous
les jours, et nous avons
aussi besoin d’être proté-
gés. De plus, le service
connaît actuellement des
travaux et des ouvriers
s’y promènent à toute
heure, c’est vous dire
combien il est compliqué
de contrôler les entrées et
les sorties.» Du côté des
proches de la famille du
bébé enlevé, le désarroi
est à son comble, et d’au-
tres actions, à l’image du
sit-in tenu samedi der-
nier, sont envisagées.
Pour rappel, le petit
Laith, âgé d’une semaine
et troisième enfant de la
famille Kaoua, a été
admis au CHUC, lundi
passé, pour passer un
scanner. Selon le témoi-
gnage de sa mère, il y
était encore vers les
coups de 18 heures. Le
lendemain matin, son
mari est informé par télé-
phone de sa disparition.
S’étant rendu sur place,
le personnel de la mater-
nité apprendra aux pa-
rents éplorés que leur
bébé n’avait pas été re-
trouvé au matin dans son
lit.
Certains leur affirmè-
rent même qu’ils avaient
vu à l’aube deux
hommes, dont l’un d’un
certain âge, emporter
avec eux un nouveau-né.
Depuis, la cité Bencher-
gui, dont est issue la fa-
mille, est plongée dans la
tristesse, et tout le
monde, les proches du
bébé en tête, n’a qu’un
seul souhait, celui de re-
voir à nouveau le petit
Laith dans son landau, à
peine étrenné.
Issam B.
NOUVEAU-NÉ ENLEVÉ
À CONSTANTINE
L’enquête se poursuit
G
L’Algérie, à l’instar de la communauté inter-
nationale, commémore la journée mondiale de
l’Environnement, un évènement qui, au-delà
de son aspect festif, se veut une tribune pour plaider en
faveur de la préservation de l’environnement et des res-
sources naturelles, pour leur plupart tarissables. En
effet, le 5 juin de chaque année est une occasion pro-
pice pour faire de la question environnementale, un
acte de citoyenneté qui revient au quotidien. La valo-
risation de la biodiversité, de la qualité de l’air que nous
respirons dépend, en grande partie, du degré de
conscience du citoyen quant à l’importance de veiller
à la protection de l’environnement qui est loin d’être
un luxe, et encore moins l’affaire d’un seul secteur.
L’écocitoyenneté n’est pas un concept idéologique,
mais plutôt un comportement qui obéit à des enjeux
impérieux.
Il est donc temps de tirer un enseignement approprié
sur les causes et les conséquences de la dégradation de
notre environnement, d’où le rôle de la sensibilisation
et l’élévation du niveau de la culture environnementale
chez le citoyen, notamment l’enfant.
L’information est même devenue vitale pour valori-
ser le «vert». Aussi, la démarche des pouvoirs publics
mise aussi sur l’intégration de cet aspect dans les pro-
grammes pédagogiques, pour créer, chez l’enfant, l’at-
tachement à son cadre de vie et l’environnement où il
évolue. L’arbre, l’eau, la pollution de l’atmosphère, la
faune et la flore, et autant de questions qui sont abor-
dées dans les classes, soutenues par une approche par-
ticipative et des sorties sur le terrain qui permettent de
se familiariser avec la nature. Il faut dire aussi que de
nombreux clubs verts ont été installés dans les établis-
sements scolaires d’outils didactiques pour l’éducation
environnementale à 24.000 établissements scolaires, de
la création de 8.000 clubs verts et de la construction de
49 Maisons de l’environnement, même s’il reste encore
beaucoup à faire pour que le citoyen s’intéresse de près
à son environnement. La célébration de la journée mon-
diale de l’Environnement est aujourd’hui une occasion
pour évaluer et même apporter des rectificatifs à toutes
les actions engagées pour protéger notre patrimoine na-
turel.
S. D.
Valoriser le vert
Dix familles nomades ont été prises en
charge, lundi soir à Djelfa, suite à l’endom-
magement de leurs tentes par les pluies tor-
rentielles qui se sont abattues sur la wilaya
durant ces dernières 24 heures.
Les agents de la Protection civile sont in-
tervenus au lieudit Errecha, dans la com-
mune (et daïra) d’El-Birine (135 km au nord
de Djelfa), pour distribuer quatre tentes à
une dizaine de familles bédouines, en rem-
placement de celles qu’elles ont perdues à
cause des fortes précipitations.
Plusieurs interventions ont été effectuées
par la Protection civile suite aux intempé-
ries à travers la wilaya, a signalé, par ail-
leurs, la même source, affirmant, cependant,
qu’aucune perte en vie humaine n’a été en-
registrée. Une première intervention a été
signalée dans la daïra de Hed Shari, à 90 km
au nord de Djelfa, où un véhicule a été cerné
par les eaux de l’Oued Mritime, sur l’axe de
la RN 89 A, reliant Bouirette Lahdeb à Hed
Shari. Toujours dans la même daïra, la Pro-
tection civile est également intervenue pour
secourir un homme dont le véhicule a été
également cerné par les eaux.
Au chef-lieu de la wilaya, les agents de
la Protection civile ont effectué plusieurs in-
terventions pour pomper les eaux, qui ont
inondé la gare routière de la cité Bentibia,
ainsi que le marché de gros de la cité Zehaf,
et les cités «Les Jardins», «Bentibia» et
«Souk Errahma».
ACCIDENTS
DE LA ROUTE
58 morts
et 1.600 blessés
en une semaine
Cinquante-huit (58) personnes
sont mortes et 1.600 autres ont
été blessées dans 2.410 accidents
de la circulation routière survenus
à travers le territoire national du-
rant la période du 25 au 31 mai
dernier, a indiqué, hier, la Protec-
tion civile dans un communiqué.
Le bilan le plus lourd a été en-
registré dans la wilaya de Bouira
avec 8 personnes décédées et 37
autres blessées suite à 30 acci-
dents de la route, précise la même
source.
Le communiqué ajoute que
les unités de cette institution ont
intervenu, durant la même pé-
riode, 8.720 fois pour la prise en
charge de 1.121 blessés traités,
relevant que le nombre d’inter-
ventions global était de 18.331
dans les différents secteurs pour
venir au bout des appels de dé-
tresses donnés par les citoyens.
Par ailleurs, les services de la
Protection civile ont effectué
2.045 interventions pour procé-
der à l’extinction de 1.536 incen-
dies urbains, industriels et
incendies divers.
MSILA
Le corps d’une femme repêché
dans l’oued Sidi-Ameur
DJELFA
10 familles nomades prises en charge
Le corps sans vie d’une femme âgée
d’une quarantaine d’années a été repêché,
lundi soir, dans l’oued Sidi-Ameur, près de
la localité éponyme (140 km au sud-ouest
de M’sila), a-t-on appris, hier, auprès de la
Protection civile.
La victime a été emportée par ce cours
d’eau que les importantes précipitations en-
registrées dans cette région durant les der-
nières 24 heures ont fait déborder et rendu
l’oued impétueux, a-t-on indiqué de même
source.
Le corps que la victime a été déposé à la
morgue de l’hôpital de Boussaâda, tandis
que les services de la Gendarmerie natio-
nale ont ouvert une enquête pour établir les
circonstances de cet accident.
INTEMPÉRIES
EL MOUDJAHID
Culture
Mercredi 4 Juin 2014
17
13
e
ÉDITION DU FESTIVAL MAWAZINE DE RABAT
Cheb Bilal enflamme le public
Environ 50.000 spectateurs, dont
la grande majorité était des jeunes,
ont assisté au méga-concert donné
lundi, tard dans la soirée par le chan-
teur algérien de Raï, Cheb Bilal. Ces
derniers ont chanté et dansé en par-
faite communion avec leur idole, ac-
cueilli en véritable star du 13
e
festival
Mawazine, rythmes du monde, orga-
nisé du 30 mai au 7 juin à Rabat. Dès
l’entame de la première chanson "Ila
Kataât Djibek Gari" sur une scène
installée en plein air dans le quartier
populaire "Hay Annahda", le public
n’a pas cessé de reprendre les paroles
en chœur tout en exécutant des
danses endiablées jusqu’à la fin du
spectacle avec le fameux "Abali
Abala". La vedette algérienne, ac-
compagnée d’un orchestre ayant par-
faitement synchronisé les différents
rythmes de la musique, et aidé d’une
excellente sonorisation et d’un bon
jeu de lumières, a interprété les tubes
les plus connus de son répertoire, tels
que "Habssine Ou Yahdrou Bina",
"Chriki Asta Lavista", "Gaâ Nabghou
Draham", "Sahbi Chawala Hada",
"Derdja Derdja", "Maândi Mendir
Bik", "Khalina Amigo", "C’est la vie
Bessah Chwiya" et "Li fort Fort".
Très content de l’accueil du public,
Bilal a promis, à la fin du spectacle,
de revenir l’année prochain au festi-
val Mawazine même s’il n’était pas
invité, et ce, afin de répondre à l'ap-
pel de ses fans venus très nombreux
assister à ce rendez-vous musical an-
nuel. Dans l’après-midi, Bilal avait
indiqué qu’il se considère comme un
chanteur du "Raï social" qui s’ins-
pire "des problèmes et des fléaux so-
ciaux" pour s’exprimer sur les
différents phénomènes sociaux que
vit la société en général. «Je me
considère comme un chanteur du Raï
social. Un chanteur qui s’intéresse
aux problèmes et aux fléaux que vit
la société afin de m’exprimer et don-
ner mon point de vue sur divers phé-
nomènes constatés dans la vie des
gens», avait déclaré Bilal lors d’une
rencontre avec la presse.
Le coup d’envoi de la 13
e
édition de
Mawazine avait été donné vendredi
soir avec au programme une pléiade
de stars mondiales, arabes et afri- caines dont les chanteurs algériens
Souad Massi et Abdelkader Chaou.
Le maître de la chanson chaabie al-
géroise Abdelkader Chaou s’est pro-
duit samedi soir donnant une
éclatante prestation devant un nom-
breux public venu apprécier les qsi-
dates et les chansons à rythme qu’il
a interprétées avec brio au gré de sa
voix légendaire. Quant à Souad
Massi, dont c’est la deuxième parti-
cipation à ce festival après celle de
2011, elle a rendez-vous avec ses
fans jeudi prochain au théâtre Mo-
hammed-V du centre-ville. Le Festi-
val est suivi, selon les organisateurs,
par plus de 2 millions de spectateurs
et 20 millions de téléspectateurs.
RENCONTRE AVEC ABDERRAHMANE MEKHLEF, AUTEUR DE
UN BRIN DE MENTHE À L’OREILLE. UNE SAGA DE LA CASBAH
Les souvenirs et le parfum d’antan
Cet épais roman qui vient tout juste de paraître aux éditions APIC est l’œuvre d’un homme qui a toujours conservé un
tendre regard pour son quartier, la Casbah, dont il est natif à la fin des années trente. Diplômé de l’Institut d’Etudes
Politiques d’Alger en 1973, il a été journaliste à l’APS et Algérie-Actualité, et cofondateur de l’hebdomadaire Jeunesse-
Action.
D
ans ce second livre, l’auteur a
eu la bonne idée d’insérer dans
ses pages une remarquable in-
troduction de M’Hamed Aït Djafer qui
n’est autre que le frère aîné du poète
qui avait écrit son admirable «La com-
plainte des mendiants de La Casbah».
Ce dernier évoque, après lecture, la né-
cessité pour les auteurs actuels de la ré-
écriture de l’histoire de la lutte de
libération par des acteurs et des té-
moins qui mettraient en exergue une
histoire perçue comme un reflet de la
lutte quotidienne du peuple algérien à
travers ses aspects aussi bien pro-
saïques qu’opiniâtres et sublimes. Une
histoire qui, sous le manteau de l’oubli,
nous montre dans son visage émouvant
et humble des petites gens qui, dans la
simplicité de leur sacrifice, ont réussi
malgré le climat ambiant de terreur à
accomplir des actions d’éclats détermi-
nantes et qui ont abouti à l’indépen-
dance. Le présent livre est un fervent
et vibrant hommage à La Casbah pour
toute la magie qu’elle recèle pour ceux
qui ont longtemps arpenté ses ruelles
en escaliers et raconte d’une manière
romancée les légendes, épopées et des-
tins extraordinaires de la merveilleuse
cité qui exalte encore, pour ceux qui lui
voue une éternelle affection malgré son
état de délabrement avancé, les sen-
teurs épicées et le parfum enivrant du
thé à la menthe.
Le titre de ce roman-fleuve est d’ail-
leurs un clin d’œil à la coquetterie cas-
badjie d’antan qui exprimait tout un art
de vivre et une culture populaire faite
de brassages de civilisations qui vi-
vaient en bonne entente et qui met-
taient en avant ces notions toujours de
mise, de «nif» et de «redjla».
Quant au contenu du livre, comme
l’indique l’éditeur au verso du livre :
«S’étalant sur douze ans, du débarque-
ment des Américains en novembre
1942 au déclenchement de la guerre
d’indépendance en 1954 et traversée
de figures tutélaires de la médina-ca-
ractérisée par des personnages ancrés
dans leur culture populaire et leur ré-
sistance à l’occupation— et les multi-
ples événements politiques, culturels et
sportifs—, qui ont marqué et animé le
quotidien des Casbadjis, cette longue
saga est aussi une quête mémorielle sur
la vie intra-muros des ‘’douérates’’ de
la cité.»
Ici l’entretien express que nous a ac-
cordé l’auteur à la librairie générale
d’El Biar au cours de sa vente-dédi-
cace.
Pouvez-vous vous présenter à nos
lecteurs ?
Je suis un ancien journaliste. J’ai com-
mencé à exercer ce métier en octobre
1962 à l’APS. Je faisais partie de
l’équipe de journalistes qui avait fait
redémarrer l’agence parce qu’il faut
dire qu’elle avait était créée en 1959 à
Tunis et puis à Alger après l’indépen-
dance. J’ai collaboré à divers journaux
dont Algérie-Actualité avant de retour-
ner à l’APS. J’ai, par ailleurs, participé
à la fondation de périodiques dont
«Jeunesse Action», «La vie algéroise»
et «Escales». J’ai été correspondant de
l’APS à Belgrade où j’ai entrepris
l’écriture d’un manuscrit qui va bientôt
paraître.
Qu’en est-il de ce livre au titre si
évocateur ?
je suis né à La Casbah, et c’est un quar-
tier qui me tient beaucoup à cœur parce
que sa symbolique est immense. Je
considère que c’est le plus grand patri-
moine archéologique et culturel du
pays. C’était le siège de la Régence
dont les raïs avaient dominé la Médi-
terranée pendant trois siècles, et main-
tenant je constate avec dépit et tristesse
que cette prestigieuse cité se dégrade
sous le regard indifférent des autorités
; et cela est absolument inacceptable !
Je voudrai pousser un cri d’indignation
qui doit éclater partout, et c’est juste-
ment pour cela que j’ai écrit ce livre.
Ce n’est pas un exercice de mémoire
mais je veux rendre à La Casbah ce
qu’elle mérite, et j’ai voulu à travers
les 12 ans que retrace cet ouvrage par-
ler de tout ce qu’elle représente du
point de vue culturel ; celui de la résis-
tance politique, de la vie de tous les
jours, des femmes aussi dont je parle
beaucoup car elles sont absolument ad-
mirables, que ce soit les mères-courage
ou bien les jeunes qui s’étripaient le
chignon sous les terrasses et qui guet-
taient «el fel» en jouant à la bouqala.
Je rends aussi un hommage aux juifs
da La Casbah qui ont aidé les Algé-
riens pendant la Seconde guerre mon-
diale car c’était une époque de
misère terrible.
Comment pouvez-vous classer ce
dernier ouvrage paru après «Loin de
la source» ? Est-ce un essai docu-
menté sur l’histoire de La Casbah ou
concrètement un roman ?
Non, c’est un roman avec une intrigue
qui est racontée dans un récit qui prend
l’allure d’un roman. On y trouve des
personnages qui se télescopent, se ren-
contrent et se séparent. Il ya bien sûr
une partie imaginée avec des person-
nages fictifs, mais le fond de l’histoire
reste authentique car ce roman inclus
dans sa trame des personnages qui ont
réellement existé. Je me suis inspiré de
mes souvenirs d’enfance, de la lecture
d’Alger-Républicain qui m’a permis de
parler de la vie des pieds-noirs, de
grands événements internationaux, et
notamment de la guerre de Palestine,
un sujet qui me tient à cœur et que
j’aborde dans ce livre par le biais de
l’arrivée d’un agent de Ben Gourien
qui était venu à Alger pour recruter
Raymond Timsilt, un juif berbère de
La Casbah. Ce dernier avait refusé son
offre en démontant un à un les argu-
ments sionistes. S’ensuivit alors un
contrat que l’envoyé sioniste négocie
avec la pègre pied-noir pour tuer ce
dernier. Mais le lecteur peut aussi lire
dans ce roman des historiettes faisant
état d’amourettes, comme lorsque
j’évoque les cérémonies de mariages
ou encore la fête de la Pâque juive dans
La Casbah.
Un dernier mot ?
je voudrai dire à ceux qui liront ce livre
que l’histoire de La Casbah et de sa
culture, notamment sa musique chaâ-
bie, ont une valeur impérissable qui
fait le bonheur comme l’inspiration de
tous ceux qui y sont nés ou l’ont habi-
tée. J’ai écrit cet ouvrage pendant un
an, et j’ai effectué des recherches et
consulté des documents comme
lorsque je relate «la guerre des
truands» à laquelle j’accorde beaucoup
d’attention. Et pour ce faire, j’ai lu pra-
tiquement toutes les éditions d’Alger-
Républicain qui vont de l’année 1942
à 1954.
Entretien réalisé par
Lynda Graba
HIER A PARIS
Des centaines
de personnes
rendent
un dernier
hommage à la
chanteuse Nora
Des centaines de personnes,
pour la plupart issues du monde de
l’Art, ont rendu hier à Paris un der-
nier hommage à la chanteuse popu-
laire algérienne Nora, décédée
dimanche dernier des suites d’une
longue maladie.
Qui en pleurs, qui la grise mine,
des proches, des artistes, des comé-
diens, des chanteurs, des produc-
teurs audiovisuels et autres
anonymes ont défilé devant le cer-
cueil de la défunte, drapé de l’em-
blème national et exposé pour la
circonstance à la chambre mor-
tuaire de l’hôpital Lariboisière,
jouxtant le quartier mythique et po-
pulaire de Barbès.
Plus d’une heure durant, un
monde noir se bousculait, mais
sans débordement, pour jeter un
dernier regard sur le visage angé-
lique de celle qui de sa voix mélo-
dieuse a bercé la jeunesse de
millions d’Algériens et dont la
prestance crevait l’écran.
Outre l’ambassadeur d’Algérie
en France, Amar Bendjama, et
d’autres personnalités diploma-
tiques et consulaires, des artistes de
la génération de Nora ont tenu, par
la présence, à lui rendre un vibrant
hommage et à assister à la levée de
son corps.
De sombre vêtu, le chanteur Idir
avait du mal à cacher son émotion.
« C’était une femme de caractère.
Elle est partie dans cette galère
avec un handicap très lourd :
comme elle était arabophone, il a
fallu qu’elle fasse des efforts,
qu’elle tende la main vers l’autre,
ce qui n’est pas forcément évi-
dent », a-t-il témoigné.
Pour l’interprète de Vava
Inouva, la défunte a eu la
« chance » d’avoir un mari (Kamel
Hamadi, Ndlr), qui l’a « bien enca-
drée » car lui-même rompu à la
musique. « C’est lui qui a fait
d’elle la Madone de la chanson al-
gérienne », a-t-il soutenu, affirmant
garder un « excellent » souvenir
d’elle.
Projections de films et débats animés ont eu
lieu lundi à la Cinémathèque algérienne pour ren-
dre hommage, en présence de sa fille Annick, à la
mémoire de Jean-Louis Hurst, porteur de valises
durant la guerre de libération nationale et militant
des causes justes, inhumé le 21 mai à Alger selon
ses vœux. Déjà projeté en 1994 à la Cinémathèque
d'Alger, le documentaire "Les Frères des frères"
du réalisateur français Richard Copans a replongé
un public essentiellement composé d'anciens
moudjahidine et d'universitaires dans l'épopé du
réseau Jeanson des porteurs de valises, auquel le
défunt a choisi d'appartenir après sa désertion de
l'armée coloniale. Les spectateurs ont revu avec
émotion les images de l'auteur du récit autobiogra-
phique "Le Déserteur", défendant ses idées à
l'écran comme dans la vie avec le franc parler, la
combativité et l'humour qui le caractérisaient. "Il
avait créé un ciné-club à Larbaâ Nath-Irathen où
il était enseignant après l'indépendance" s'est sou-
venu le libraire Bousaâd Ouadi durant le débat qui
a suivi la projection.
M. Boussaâd s'est dit encore émerveillé par le
public populaire que le militant disparu rameutait
des marchés villageois pour les faire assister à la
projection de grands chefs-d’œuvre du cinéma
mondial. Le tempérament impétueux, l'intégrité et
le courage de Hurst ont été évoqués par les inter-
venants ainsi que la passion qu'il voua à l'Algérie
jusqu'à la fin. Le peu d'importance que les livres
d'histoire des deux rives accordent aux porteurs de
valises a été unanimement déplorée au cours du
débat. La proposition de baptiser au moins une
place ou une rue d'Alger en souvenir du réseau
Jeanson a été notamment exprimée. Le public a eu
également le plaisir de découvrir au cours de cet
hommage "Le Chemin des vents", court métrage
d’Annick Hurst, fille du militant disparu et mon-
teuse de profession.
LA CINÉMATHÈQUE ALGÉRIENNE REND HOMMAGE À JEAN-LOUIS HURST
Un militant des causes justes s’en va
P
h
.

N
a
c
e
r
a
18 EL MOUDJAHID
Sciences & Technologies
Mercredi 4 Juin 2014
CYBERCRIMINALITÉ
Les pirates informatiques sont à nos portes 
Des spécialistes dans la traque des cybercriminels s’accordent à confirmer la frilosité de la plupart de nos
entreprises devant une cyber-attaque ou de simples intrusions dans leurs systèmes informatiques.
L
es pirates informatiques,
« hackers », souvent des vir-
tuoses du clavier, nationaux ou
étrangers, sont à l’affût permanent
d’une faille dans les systèmes infor-
matiques. Animés par diverses inten-
tions, ces flibustiers des temps
modernes écument les réseaux avec
l’intention première de déjouer les
systèmes de sécurité censés protéger
les banques de données et autres ser-
veurs. Les uns, par simple «  jeu  »,
veulent affirmer leurs capacités à fis-
surer les murs de protection (fire-
walls) en affichant des messages
d’alerte sur les sites craqués et attirer
l’attention sur la nécessité de renfor-
cer la sécurité de telle ou telle entre-
prise, d’autres, plus sournois, font
dans la confiscation de données
confidentielles, le blocage de sites
sensibles ou, pire encore, le chantage
et les attaques inter-Etats.
La nécessité de se doter d’un système
fiable et surtout récent est vitale pour
les entreprises qui, souvent, se
contentent d’un programme sans
chercher à le mettre à jour ou à com-
bler constamment ses failles. En
termes de failles, la plupart des sys-
tèmes de protection ne résistent pas
longtemps aux coups de boutoir in-
cessants et permanents des pirates.
Mises à part quelques grandes entre-
prises nationales ayant vraiment saisi
l’extrême importance de la vigilance
permanente, la plupart des PME su-
bissent les affres des incursions. Le
vol de données et d’informations sen-
sibles par des concurrents ou des dea-
lers de fichiers confidentiels est
légion. La lutte contre le banditisme
numérique doit faire l’objet d’une
stratégie nationale ; elle n’en est qu’à
ses balbutiements.
L’année dernière a connu une défer-
lante d’attaques. Un sondage récent
de chefs d’entreprise algériens met en
exergue l’ampleur de ces « incidents
de sécurité ». Plus de 50% des sondés
avouent avoir été confrontés à ce
fléau, dont 20% d’intrusion forcée et
30% d’accès non autorisé.
Depuis quelques années déjà, l’Algé-
rie s’est dotée d’un cadre juridique
qui prend en charge le règlement des
délits en matière de cybercriminalité.
Il y a eu aussi de sérieux échanges
des expériences et expertises dans le
domaine de la cybercriminalité et
l’utilisation des preuves électroniques
lors d’enquêtes et procès de menaces
tels que la fraude, le blanchiment
d’argent, l’exploitation d’enfants et le
terrorisme. En effet, des responsables
du Bureau fédéral d’investigations
(FBI) et du United States Secret Ser-
vice (USSS) ont piloté un atelier de
formation de trois jours au profit de
magistrats algériens.
Des solutions existent toutefois. Elles
sont proportionnelles à la taille de
l’entreprise et à la sensibilité de ses
données. Cela va de la banque ou de
la centrale électrique gérée par ordi-
nateur, jusqu’au site web d’un jour-
nal, en passant par les entreprises
d’agroalimentaire ou d’hydrocar-
bures. La question de la fiabilité de
ces solutions se pose quand les pi-
rates arrivent à déflorer les codes
d’accès, donc quand les détenteurs de
ces logiciels se contentent des pre-
mières versions et omettent les mises
à jour proposées continuellement par
les développeurs. La course est effré-
née. Tapis dans l’ombre de la Toile,
les hackers ont une vision quelque
peu différente ; ils planchent conti-
nuellement sur les failles des sys-
tèmes de protection quelles que
soient leur difficultés. Ils agissent
seuls ou en groupes restreints pour
mener leurs attaques. Plusieurs exem-
ples d’Algériens appréhendés ou pas
alimentent les chroniques internatio-
nales de la guerre contre la cybercri-
minalité. Les cas de «Hamza»,
«Saddam» ou «Maure» sont édifiants
quant au pouvoir de nuisance des pi-
rates informatiques. Ils restent diffi-
ciles à débusquer, même pour une
interview via le Web. Ils évitent la
«publicité», mais distillent quand
même quelques bribes d’infos qui
nous éclairent sur leur vision de la sé-
curité informatique dans nos entre-
prises. Les rares pirates qu’on a pu
«approcher» sont unanimes sur la vé-
tusté des systèmes de protection uti-
lisés par nos entreprises ; ils disent
pouvoir se balader allègrement dans
les banques de données de dizaines
de sociétés, même des plus sensibles.
Ils mettent en garde, preuves à l’ap-
pui, contre les incursions étrangères.
Leurs faits d’armes sont visibles lors
de conflits mondiaux ou régionaux,
comme de récentes attaques contre
des pays voisins ou au Proche-Orient.
Mais les plus virulents d’entre eux
lorgnent des fichiers bancaires et des
paiements en ligne. De la petite boîte
e-mail aux sites gouvernementaux,
les pirates ratissent large, à chacun de
chercher une solution fiable, payante
ou gratuite, pour éviter des désagré-
ments qui peuvent avoir de fâcheuses
conséquences.
K. M.
Qui a peur du gaz
de schiste ?
A lire certains
commentaires alarmistes
sur la volonté de l’Algérie
d’exploiter dans le futur
ses réserves conséquentes
en gaz de schiste, le
commun des lecteurs
aurait tendance à penser
que l’Algérie s’achemine
aveuglément vers une
série de catastrophes
écologiques irréversibles.
Pendant que le monde
entier lorgne cette manne
providentielle, l’Algérie
n’a d’autres choix que de
considérer sérieusement la
question, avec toutes les
précautions requises
quant aux questions
écologiques.
En parallèle du
programme de mise en
service de pas moins de 23
centrales photovoltaïques
(énergie solaire) lancées
récemment et la vigilance
avérée des « sentinelles de
l’environnement »,
pourquoi être frileux
devant l’étude et la
recherche de techniques
d’exploitation alternatives
et refuser de se placer
dans le peloton de tête des
nations qui, dans un
proche avenir, se
lanceront dans
l’exploitation.
« Toutes les précautions
seront prises pour la
protection des ressources
hydriques et de
l’environnement.» Toutes
autres considérations non
scientifiques relèveraient
d’une peur et d’un
tintamarre non (encore ?)
justifiés.
K. M.
NUTRITION
La Stévia, « naturel »
dites-vous ?
En Algérie, les utilisateurs d’édulco-
rants en substitution au sucre sont
légion. L’aspartame, pour beaucoup,
permet d’éviter les méfaits du
sucre sur l’organisme et est utilisé
comme sucrette dans les gâteaux,
crèmes glacées et autres douceurs de
l’industrie agroalimentaire. Depuis
quelque temps, on l’accuse d’être
dangereux pour la santé. Sclérose en
plaques, crises d’épilepsie, tumeurs
du cerveau… Le consommateur, mal
informé, ne sait plus où donner de la
tête.
Voilà que la Stevia fait son apparition
et connaît un regain de popularité.
Présenté comme « naturel », il tend à
devenir un substitut à l’aspartame. En
Algérie, une grande partie des diabé-
tiques et utilisateurs d’édulcorants se
sont rabattus sur cette nouvelle molé-
cule dite naturelle qu’ils trouvent par-
tout sur le marché, pharmacie ou
supérette, les étals sont garnis de plu-
sieurs marques de ces sucrettes « mi-
racle ».
Qu’en est-il réllement ?
Autorisée à la consommation dans
l’Union européenne depuis novembre
2011, la Stévia ne présente néan-
moins pas toutes les qualités pour se
substituer à l’aspartame. En particu-
lier, les consommateurs lui repro-
chent un goût anisé que l’industrie
agroalimentaire essaie, par diverses
recettes, de limiter (en mélangeant
avec du sucre, par exemple, mais en
perdant alors l’affichage «light»).
Mais surtout, les allégations de « na-
turel » sont très surprenantes. Cet ad-
ditif est extrait des feuilles d’une
plante, stevia rebaudiana berton, qui
pousse à l’origine en Amérique du
Sud (Paraguay et Brésil).
Les pouvoirs édulcorants de la plante
sont connus depuis très longtemps et
ses feuilles renferment au moins dix
glycosides différents, sur lequel sont
greffées plusieurs molécules de sucre
(glucose ou rhamnose). Les prépara-
tions commerciales sont donc, par
simplification, dénommées «Stévia»
ou «Stévioside» ou encore «Rébau-
dioside» et ont des compositions dif-
férentes.
Avant d’être autorisé, l’édulcorant
issu de la plante a suivi un parcours
de plus de vingt ans d’évaluation par
les agences de santé. Il a d’abord été
considéré comme non admissible du
point de vue toxicologique par le Co-
mité scientifique de l’alimentation
humaine (CSAH) de la Commission
européenne (1987). Parmi les élé-
ments essentiels de cette opinion fi-
guraient l’insuffisance des données
toxicologiques et le manque de pré-
cision quant à la composition des ex-
traits utilisés dans les essais.
L’origine «naturelle» de l’édulcorant,
son utilisation traditionnelle par cer-
taines populations au Japon, au Para-
guay et au Brésil ne l’ont pas
exempté d’une caractérisation du
risque complète, comme pour tout
additif alimentaire et en dépit de l’im-
patience des utilisateurs potentiels.
C’est ainsi qu’il aura fallu presque
vingt-cinq ans pour arriver à l’autori-
sation d’un produit purifié, l’extrait
«naturel» de la plante étant toxique et
perturbateur endocrinien. De nom-
breuses étapes ont été nécessaires
pour isoler le produit consommable
sans risque.
A ce jour, les scientifiques sont tou-
jours confrontés à la difficulté ren-
contrée avec les produits d’origine
naturelle en ce qui concerne la carac-
térisation des produits, de leur com-
position et de leur méthode
d’obtention.
Mais les grands trusts et les géants de
l’industrie pharmaceutique et de
l’agroalimentaire, à coups de cam-
pagnes médiatiques, ont réussi à
commercialiser cette molécule, sans
attendre les conclusions définitives
des chercheurs.
A consommer donc avec beaucoup de
modération, en attendant d’en savoir
plus sur les bienfaits et les inconvé-
nients sur la santé.
Page animée par
Kamel Morsli
PROTECTION INFORMATIQUE
Face à leur écran, vos enfants sont en danger
L
e Web, largement démocratisé en Algérie, constitue
mine de rien un réel danger pour les plus jeunes. Sou-
vent, le nez plongé dans leurs écrans, nos enfants se
perdent dans le dédale de la grande Toile. Qui peut affirmer
qu’il garde un œil vigilant sur les pages consultées ou les su-
jets débattus dans les forums ? Rares sont les parents qui me-
surent le danger qui guettent leurs enfants. Une des solutions
des plus fiables est proposée par Algérie Télécom sous le
nom de « Fi@mane ».
Ce logiciel est accessible à tous et est facile à télécharger et
à installer sur n’importe quel ordinateur. Il suffit d’aller sur
le site Algerietelecom.dz et de suivre les instructions. Il y est
dit que « l’installation de ce logiciel est facile, très bien gui-
dée, protégée par un mot de passe et fonctionne sous diffé-
rentes langues. Tous les navigateurs Web installés sur
l’ordinateur sont filtrés selon les profils définis par les pa-
rents. Il permet aussi de limiter, pour chaque utilisateur, les
horaires et/ou le temps de connexion par jour, d’activer le
fonctionnement des listes personnelles pour autoriser et/ou
interdire certains sites, de bloquer des téléchargements pour
l’utilisateur sélectionné et/ou d’interdire l’exécution d’appli-
cation sur l’ordinateur. A travers cette solution les parents
peuvent visualiser les sites visités par chaque utilisateur ainsi
que le temps passé par session de navigation». Fi@mane
offre trois modes de filtrage — mode enfant, adolescent ou
parent —, ce qui permet un réglage précis des possibilités de
surf. Dans le premier mode, « les enfants naviguent sur une
sélection de plusieurs milliers de sites internet dont les conte-
nus sont analysés et vérifiés. Les chats, forums, ou blogs sont
explicitement exclus» ; le second permet la navigation sur
« la totalité des sites internet à l’exception des sites identifiés
comme inappropriés par le logiciel ». Quant au mode « pa-
rents », il permet d’utiliser Internet sans aucune restriction.
Par ailleurs, ce logiciel permet la gestion des tranches ho-
raires de surf ou encore le blocage de sites par mots-clés et
d’applications spécifiques. Algérie Télécom a également
poussé la protection jusqu’à créer un portail sûr dédié aux
enfants où des sites triés sur le volet sont mis à la disposition
des jeunes surfeurs.
WEB-DZ / BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE
«Fimaktabati», des milliers d’ouvrages à la portée des Algériens
Cette semaine a vu le lance-
ment d’une précieuse biblio-
thèque numérique par Algérie
Télécom. «Fimaktabati» com-
portant des milliers d’ouvrages
«soigneusement sélectionnés»
a été lancée le dimanche der-
nier par Algérie Télécom (AT)
sur son site «www.fimakta-
bati.dz.»
L’ouverteure de cette biblio-
thèque numérique « permet un
accès au monde de la science,
de l’information et du savoir à
travers des milliers d’ouvrages
consultables à volonté moyen-
nant un abonnement payant,
(…) Ce nouveau service est
mis à la disposition de tous les
clients pour leur permettre
d’apprécier les milliers d’ou-
vrages soigneusement sélectionnés,
sans limitation et de n’importe quelle
connexion internet».
Le tarif d’accès illimité à la biblio-
thèque numérique est de 2.400 DA
par an. Pour accéder à cette biblio-
thèque, il suffit d’acheter une carte de
recharge «Fimaktabati» au
niveau du réseau commer-
cial d’Algérie Télécom et de
se connecter au site www.fi-
maktabati.dz.
Il faut alors créer un compte
identifiant composé du nom
d’utilisateur et du mot de
passe se trouvant sur la carte
de recharge et de consulter
un ouvrage, en tapant son
titre directement sur le mo-
teur de recherche ou à l’aide
d’une recherche par thème :
santé, enfance, éducation,
culture et savoir.
Une initiative qui enchantera
les amoureux de livres qui ne
trouvent pas souvent matière
à assouvir leur passion. Le
catalogue présente pas moins
de 459 pages et un espace de re-
cherche par éditeur, auteur, sujet ou
simple mot-clé.
Mercredi 4 Juin 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h46
- Asr.............................16h37
- Maghreb....................20h06
- Icha……...……....... 21h45
Jeudi 7 Chaâbane 1435 correspondant au 6
juin 2014 :
- Fedjr........................03h40
- Chourouq.................05h29
Horaires des prières de la journée du mercredi 6 Chaâbane 1435
correspondant au 4 juin 2014 :
28 EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
dela publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
Le Président du
Directoire, le Membre
du Directoire ainsi
que l'ensemble du
personnel de la SGP
ATC, prof ondément
touchés par le décès
du défunt Monsieur
B e l k a c e m
BELARIBI, père de
leur collègue M
lle
Fouzia BELARIBI, lui
présentent leurs
condoléances les
plus attristées et
l’assurent en cette
pénible circonstance
de toute leur
compassion.
Que Dieu le Tout-
Puissant accorde au
défunt Sa Sainte
Miséricorde et
l'accueille en Son
Vaste Paradis.
«A Dieu nous
appartenons et à
Dieu nous
retournons».
Le Président-
Directeur général du
Groupe COSIDER, les
Présidents-Directeurs
généraux des Filiales
du Groupe, les Cadres
Dirigeants et
l'ensemble du
personnel, très
affectés par le décès
du beau-père de
Monsieur BRACHMI
MEFTAH EL HADJ,
présentent leurs
sincères condoléances
à sa famille et
l'assurent en cette
pénible circonstance
de leur profonde
compassion.
Que Dieu Le Tout-
Puissant accueille le
défunt en Son Vaste
Paradis et lui accorde
Sa Miséricorde.
«A Dieu nous
appartenons et à Lui
nous retournons»
El Moudjahid/Pub
El Moudjahid/Pub
CONDOLEANCES
CONDOLEANCES
ANEP 127521 du 04/06/2014
ANEP 127345 du 04/06/2014
djim
El Moudjahid/Pub
Suite au décès de la mère de Monsieur LEKBIR
Khaled, Trésorier de la Wilaya d'Alger, le Directeur
Régional du Trésor à Alger et l'ensemble du
personnel du Trésor, très affectés par ce décès, lui
présentent leurs sincères condoléances en cette
douloureuse circonstance et le prient de croire en
leur profonde sympathie.
Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa
Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste
Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons»
CONDOLEANCES
ANEP 127491 du 04/06/2014
El Moudjahid/Pub
Monsieur HAMOUDA NOUREDINE, Président-Directeur
Général de l'Entreprise Nationale des Appareils de Mesure et
de Contrôle, et l’ensemble du personnel, profondément
touchés par le décès du père de Monsieur CHOUAL
Abdelkader, Directeur Exécutif de la Stratégie Financière et
de la Consolidation de Sonelgaz, présentent à sa famille leurs
sincères et profondes condoléances.
Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
CONDOLEANCES
ANEP 197 du 04/06/2014
El Moudjahid/Pub du 04/06/2014
(S.P.A. AU CAPITAL SOCIAL DE 1.462.825.000 DA)
Société du GROUPE SONELGAZ
B.P. 02 - Route de Batna - EL-EULMA - Wilaya de Sétif
AMC
Vends appartement type F3
de 129 m², 1
er
étage, d’une
villa de R+2 très bien situé, à
Bouzaréah
Air de France.
Toutes commodités.
Tél. : 0555 75.57.88 
ANEP 127312 du 04/06/2014
ASIE
La Confédération asiatique soutient le Qatar
Le chef de la Confédération asiatique de football (AFC) a apporté
lundi son soutien au Qatar accusé dans la presse d’avoir distribué des
pots-de-vin pour s’offrir le droit d’organiser de la Coupe du monde de
football 2022. «La Confédération asiatique de football se tient aux côtés
de l’État du Qatar quand il défend son droit d’organiser la Coupe du
monde de 2022», a déclaré à la presse cheikh Salmane bin Ibrahim Al-
Khalifa, un Bahreïni qui a remplacé à la tête de l’AFC le Qatari Moha-
med Bin Hammam, dont le nom est cité par la presse dans le scandale
de corruption. «Elle soutient également la FIFA dans son enquête pour
s’assurer de la transparence du processus d’attribution des Coupes du
monde de 2018 et 2022», a-t-il ajouté.
Le responsable du football asiatique s’est élevé d’autre part contre
ce qu’il estime être une campagne de presse contre le Qatar. «L’insistance
de certains médias sur l’attribution de la Coupe du monde de 2022 au
Qatar fait partie d’une campagne» contre l’émirat, critiqué tantôt pour
«les conditions de travail des migrants sur les chantiers du Qatar» tantôt
pour «l’opportunité d’organiser cette compétition en été», a souligné
cheik Salmane. «Cela nous amène à nous interroger sur les véritables
raisons de cette campagne et à se demander si certains ne cherchent pas
à empêcher que la Coupe du monde soit organisée par un pays asiatique»,
a-t-il conclu. Le Sunday Times de Londres est à l’origine des accusations
de corruption contre le Qatar. Le journal affirme être en possession de
milliers de courriers et d’autres documents attestant de présumés verse-
ments d’argent effectués par M. Bin Hammam, alors membre du Comité
exécutif de la Fifa et radié à vie en 2012 pour corruption. Ces documents
tendent à démontrer que Bin Hammam, qui était également président de
la Confédération asiatique, se servait de caisses noires pour verser des
sommes en espèces à des personnalités éminentes du football internatio-
nal afin d’obtenir un soutien massif à la candidature du Qatar.
Le Qatar a démenti lundi avec véhémence ces informations et s’est
dit prêt à collaborer à l’enquête confiée à l’ancien procureur américain
Michael Garcia, qui est à la tête de la chambre d’instruction du nouveau
comité d’éthique, indépendant de la Fifa. Ce dernier avait annoncé en
août 2012 qu’il allait enquêter sur l’attribution des Coupes du monde
2018 et 2022 afin de distinguer «allégations» et «informations».
Mercredi 4 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Sports
29
CHAMPIONNAT NATIONAL MILITAIRE
Quatre formations en compétition
à Constantine
Le coup d’envoi du championnat national militaire de handball,
qui met en lice quatre formations, a été donné samedi au complexe
sportif militaire d’El-Mansourah, sur les hauteurs de Constantine. La
cérémonie officielle d’ouverture de cette joute sportive de deux jours
a été présidée par le chef d’état-major de la 5
e
Région militaire, le gé-
néral Saïd Ziad, qui a exhorté les équipes en présence à «représenter
dignement le sport militaire en général et le handball en particulier».
Le match d’ouverture qui a mis aux prises le «cinq» de la Gendarmerie
nationale qui a difficilement pris le meilleur sur celui de la 3
e
Région
militaire sur le score de 26-25. L’adversaire en finale de l’équipe de
la Gendarmerie nationale sera connu à l’issue de la rencontre devant
opposer les formations de la 1ère et de la 4
e
Régions militaires.
CAF
Hayatou dément les
accusations du Sunday Times
Le président de la Confédération africaine de football (CAF) et vice-président de la FIFA, Issa Hayatou, a publié,
sur le site officiel de la CAF, un démenti, dans lequel il réfute catégoriquement les accusations de corruption,
proférées à son encontre par le journal britannique The Sunday Times dans son édition du 1
er
juin 2014.
M
. Hayatou a, en effet, formellement
nié avoir reçu des cadeaux de va-
leurs de la part de M. Bin Ham-
mam, en échange de son appui pour
l’organisation du Mondial-2022 de football
par le Qatar. Le dirigeant, d’origine came-
rounaise, a affirmé, également, ne s’être ja-
mais rendu à Doha, où à Kuala Lumpur, sur
invitation de M. Ben Hammam et où il au-
rait été «choyé» par ce dernier, comme cela
avait été insinué par le journal britannique.
Le président de la CAF a nié catégori-
quement avoir fait bénéficier la Fédération
Camerounaise de football d’une aide de
400.000 dollars américains, grâce à la com-
mission «Goal» de la FIFA, dont M. Bin
Hammam était le président, à l’époque des
soi-disant faits.
«Le président d’une commission ne
prend jamais de décision unilatérale, mais
de manière collective, avec les autres mem-
bres de la Commission. Le président actuel
de cette commission de Développement à la
FIFA n’est autre que M. Hayatou qui en
connaît donc bien le fonctionnement», pou-
vait-on lire encore sur le communiqué pu-
blié par la CAF. Le Sunday Times avait ac-
cusé également M. Hayatou d’avoir
bénéficié d’un mois de traitement médical
dans une clinique privée aux frais de M. Bin
Hammam, ce qui selon le démenti de la
CAF n’est qu’une autre pure invention du
journal britannique.
«Le seul traitement effectué par M.
Hayatou à Doha concerne une séance de
dialyse, en janvier 2011, lors du Congrès de
l’AFC pour lequel, comme de coutume, il
était invité».
Avant la publication de cet article par le
Sunday Times (le 1
er
juin 2014) M. Issa
Hayatou avait reçu de la part d’un de leur
représentant, Heidi Blake, un e-mail, le 30
mai 2014, à 18h21, sommant le président de
la CAF de répondre avant 16h le lendemain
31 mai 2014.
Hayatou a conclu en affirmant qu’il at-
tend, avec impatience, de voir les preuves
de ce dont on l’accuse, comme cela a été
supposé par le Sunday Times.
Le président de la CAF s’est également
réservé le droit de saisir en justice, les res-
ponsables de cette campagne de dénigre-
ment à son encontre.
HANDISPORT
JUDO
HANDBALL
L’international espagnol David Villa, ex-at-
taquant du FC Barcelone et de l’Atletico Ma-
drid, s’est engagé pour trois saisons avec le
New York City FC, nouveau pensionnaire du
championnat nord-américain de football
(MLS), a annoncé lundi le club.
Le montant du transfert n’a pas été dévoilé,
mais l’attaquant de 32 ans avait indiqué di-
manche que l’offre faite par le club qu’il n’avait
pas nommé, était «irrésistible». «Durant ma
carrière, j’ai toujours essayé de me fixer de
nouveaux buts et celui-ci est un objectif très
important à mes yeux», a expliqué le champion
d’Europe 2008 et champion du monde 2010.
«Je veux essayer d’aider la MLS à grandir en-
core plus avec mon jeu, avec mon travail, avec
mes buts, je veux faire du New York City FC
la meilleure équipe de ce championnat, c’est
un honneur que les responsables de ce club se
soient intéressés à moi», a ajouté Villa, buteur
à 56 reprises avec la «Roja». Le joueur avait
annoncé dimanche qu’il quittait l’Atletico Ma-
drid où il n’a passé qu’une saison après trois
ans au FC Barcelone.
Il a participé à la conquête du premier titre
de champion d’Espagne de l’Atletico en 18 ans
et a échoué à quelques minutes de la victoire en
finale de Ligue des champions, le 24 mai face
au Real Madrid qui s’est finalement imposé (4-
1 après prolongation). Le New York City FC
fera ses débuts en championnat nord-américain
de football durant la saison 2015-2016. Le
NYFC sera la deuxième équipe de MLS à évo-
luer à New York après les New York Red Bulls.
ÉTATS-UNIS
David Villa opte pour le New York City FC
ANEP 202116 du 04/06/2014
publicité
FINALE DE COUPE D’ALGÉRIE
(GOAL-BALL)
Iness Alger (hommes) et Boukadir
(dames) remportent les trophées
Les clubs d’Iness Alger (hommes) et de Nadjm Boukadir (dames)
se sont adjugés les trophées de la coupe d’Algérie de goal-ball, en
remportant, dimanche, les finales disputées à la salle OMS de Bou-
farik, a-t-on appris lundi auprès de la fédération algérienne handi-
sport (FAH). Chez les hommes, Iness Alger n’a pas fait dans la
dentelle face à Nasr Blida, en dominant de bout en bout la rencontre,
terminée avant terme (24 minutes). En effet, le score de (14-4), en-
registré au cours de la seconde mi-temps, a mis fin au match, en ap-
plication de la réglementation internationale (le match s’arrête
automatiquement si l’écart atteint les dix buts).
«C’est un succès attendu pour les coéquipiers du capitaine de
l’équipe nationale, Mohamed Mokrane, plus expérimentés et tous
internationaux. le trio Mokrane-Belhouchet-Boutaleb n’a trouvé au-
cune peine à sceller le match avant sa fin. Le Nasr Blida a, de son
côté, le mérite d’avoir atteint la finale de coupe d’Algérie», a indiqué
le directeur de l’organisation sportive (DOS), Mansour Ait Said. Avec
le trophée de coupe d’Algérie, Iness Alger réalise le doublé, puisque
quelques mois auparavant, l’équipe s’était adjugée le titre du cham-
pion d’Algérie, saison 2013/2014. Pour sa part, Nadjm Boukadir a
peiné devant Nour Mostagnem, en finale des dames, avant de la rem-
porter par la plus petite des marges (7-6). Emmenées par la capitaine
et internationale, Bakhta Benalou, les Boukadiriennes avaient plus
de prétentions pour le sacre final, malgré la résistance active de
l’équipe adversaire qui n’avait pas à rougir de la défaite. « Je suis
heureuse pour moi, mes coéquipières et tout le staff pour ce sacre
qui confirme une certaine logique dans notre parcours. Ce trophée
vient consacrer notre titre de champion d’Algérie. Nos efforts sont
donc récompensés de fort belle manière», a souligné Benalou. La
saison de goal-ball s’achève ainsi avec les finales de coupe d’Algérie,
pour permettre à la sélection nationale de poursuivre sa préparation,
en prévision du championnat du Monde, prévu à Espoo en Finlande
du 26 juin au 7 juillet 2014.
CHAMPIONNATS ARABES DE POLICE
Vingt athlètes représenteront
l’Algérie
Vingt (20) judokas, dont dix filles, représenteront l’Algérie aux
prochains Championnats arabes de police, prévus le 3 et qui durera
jusqu’au 5 juin courant, à la Coupole du Complexe olympique Mo-
hamed-Boudiaf (Alger), a indiqué la Direction générale de la Sûreté
nationale (DGSN). En plus de l’Algérie (pays organisateur), 12 autres
pays vont participer à ces joutes arabes, aussi bien dans l’épreuve «in-
dividuelle» que «par équipe». Il s’agit de la Jordanie, l’Égypte, l’Ara-
bie saoudite, le Maroc, la Tunisie, la Libye, le Koweït, le Qatar, le
Liban, l’Irak, le Yémen et le Soudan.
Ces pays seront représentés, au total, par près de 100 athlètes (gar-
çons et filles), dans cette compétition inscrite dans le programme de
l’Union sportive arabe de Police, que l’Algérie organise pour la 3
e
fois. Les derniers préparatifs, avant le coup d’envoi de l’épreuve, ont
été réglés lundi matin, à l’École supérieure de police Ali-Tounsi de
Châteauneuf (Alger), lors de la tenue de la réunion du bureau exécutif
de l’Union sportive arabe de Police. De nombreuses personnalités de-
vraient assister à la cérémonie d’ouverture, prévue hier mardi (15h)
à la Coupole, à leur tête, le général major Abdelghani Hamel, direc-
teur général de la Sûreté nationale.
EL MOUDJAHID 30
Mercredi 4 Juin 2014
Sports
L
’entraîneur portu-
gais de Chelsea
(Premier League
anglaise), José Mourinho,
a estimé que la Russie et
la Belgique constituent
ses favoris pour passer
aux 8
es
de finale de la
Coupe du monde de foot-
ball 2014 au Brésil (12
juin-13 juillet), dans un
groupe H qui comprend
également l’Algérie et la
Corée du Sud. «La Bel-
gique est un talent. Mais
la Russie finira première
du groupe devant la Bel-
gique», a indiqué Mou-
rinho, cité lundi par le site
de la RTBF. La Belgique,
qui effectue son retour au
Mondial après douze ans
d’absence, entamera la
compétition le 17 juin
face à l’Algérie à Belo
Horizonte, avant d’af-
fronter la Russie, le 22
juin à Rio de Janeiro, puis
la Corée du Sud, le 26
juin à Sao Paulo. Les qua-
tre sélections du groupe
H, dont l’Algérie, pour-
suivent leur préparation
en vue de la Coupe du
monde. L’équipe algé-
rienne a livré samedi à
Sion (Suisse) un match
amical face à l’Arménie
(victoire 3-1), avant son
opposition ce mercredi
face à la Roumanie à Ge-
nève (19h30 heure algé-
rienne). Les Verts
s’envoleront pour le Bré-
sil le samedi 7 juin dans
la soirée à bord d’un vol
spécial. Ils établiront leur
camp de base à Sorocaba
(100 km de Sao Paulo).
Les Belges se parta-
geront une prime de 5,8
millions d’euros
Le staff technique des
Diables rouges, ainsi que
les 23 joueurs retenus
pour le Mondial 2014, au
Brésil, se partageront une
prime estimée à environ
5,8 millions d’euros, ont
révélé lundi des médias
locaux, notamment, Le
Soir et Het Laatste
Nieuws. «La Fédération
belge de football en a
convenu ainsi avec les
joueurs de la sélection,
représentés par leur capi-
taine Vincent Compagny.
Ils sont tombés d’accord
sur une somme globale de
5,8 millions d’euros»,
ont-ils précisé. Un mon-
tant qui, selon les mêmes
sources, sera prélevé sur
la somme qui sera versée
prochainement par la Fifa
à la Fédération belge de
football, et qui représente
près de 60%. La presse
locale a, cependant, pré-
cisé que cet accord ne
porte que sur un parcours
«honorable» des Diables
rouges au prochain Mon-
dial : «Mais s’ils arrivent
à atteindre la finale, la
première dans l’histoire
du pays, l’accord finan-
cier sera probablement re-
négocié à la hausse.» La
Belgique évoluera dans le
Groupe H en compagnie
de l’Algérie, la Corée du
Sud et la Russie. Les Dia-
bles rouges ont confirmé
leur statut de «favoris» de
ce groupe H en rempor-
tant, haut la main, leurs
deux premiers matchs de
préparation, respective-
ment (5-1) contre le
Luxembourg, à Genk,
puis (0-2) contre la
Suède. Leur 3
e
et dernier
match de préparation les
opposera samedi prochain
à la Tunisie.
MOURINHO (ENTRAÎNEUR
DE CHELSEA) :
AUJOURD’HUI À 19H30 À GENÈVE
Algérie-Roumanie 
pour les derniers réglages
Les Verts, qui sont depuis le 29 mai dernier en Suisse, ont poursuivi leur préparation en vue du
Mondial brésilien, mais aussi pour jouer les deux matches amicaux contre l’Arménie et la Rou-
manie aujourd’hui, à partir de 19h30 (heure algérienne).
L
e premier match amical a été négo-
cié comme il se doit, notamment
sur le plan du résultat (3-1). Les
spécialistes, cependant, sont restés
quelque peu sur leur faim, puisque l’EN
avait montré deux visages diamétrale-
ment opposés. En effet, lors du premier
half, les Algériens avaient montré de très
bonnes choses, mais en deuxième mi-
temps, on peut dire que les observateurs
n’ont pas compris ce fléchissement subit
de nos capés. Ils avaient eu la possibilité
de «tuer» le match par un large score qui
aurait pu leur permettre de terminer par
un résultat on ne peut plus ample, surtout
que lors de la première période, ils
avaient pu mener par 3 à 0, montrant la
puissance de nos attaquants. On espère
qu’ils vont faire mieux aujourd’hui de-
vant cette redoutable formation roumaine
qui prépare les éliminatoires de l’Euro
2016 qui aura lieu en France. Là, tout le
monde ne cesse d’affirmer que les choses
sérieuses vont commencer pour l’EN et
son staff technique, à sa tête, Vahid Ha-
lilhodzic. Certains techniciens n’ont pas
manqué de reprocher au sélectionneur
national de ne pas avoir aligné son
équipe type face à l’Arménie, surtout
qu’il ne nous reste pas beaucoup de
temps avant le match officiel contre la
Belgique. Les Diables rouges, notre ad-
versaire lors du match inaugural du
groupe H, fait jouer, à quelques éléments
prés, son équipe type. Cela leur a permis
d’avoir en main un groupe soudé avec
des automatismes bien huilés. Les nôtres
n’ont pas encore évolué avec leurs meil-
leurs éléments. C’est-à-dire ceux qui
vont commencer devant cette redoutable
équipe belge ce 17 juin à Belo Horizonte.
Selon toute logique, cette fois-ci, le
coach national Vahid Halilhodzic sera
contraint d’aligner, à quelques éléments
près, son « onze » de départ. Car les 23
qui vont nous représenter à ce Mondial
sont connus. Le départ de Guedioura dès
la matinée de lundi dernier juste après le
breakfest avait laissé certainement un
sentiment amer auprès des Verts
lorsqu’on sait le grand travail effectué
par celui-ci. Néanmoins, on n’y peut
rien. Il faudra respecter le choix de l’en-
traîneur. Toujours est-il, Yebda, qui avait
raté le premier match amical contre l’Ar-
ménie à cause d’une blessure, ne jouera
pas face à la Roumanie. Une défection
qui risque de jouer un mauvais tour non
seulement au joueur, mais aussi au staff
technique qui pourrait ne pas compter sur
un élément qui n’est pas à 100% de sa
forme. Il est certain que nos adversaires
vont suivre avec une attention particu-
lière l’évolution des Verts, même s’ils
connaissent déjà nos forces et faiblesses.
On espère que la défense se comportera
mieux que contre l’Arménie où elle a fait
montre d’une certaine lourdeur, mais
aussi complémentarité entre les éléments
de l’axe et les latéraux. Ceux qui suivent
les Verts de plus près vont faire en sorte
de constater de visu si les nôtres vont
parvenir à distiller de belles facettes, tout
en assurant un rythme soutenu aussi bien
en première qu’en seconde période. Il est
certain que ce match amical contre la
Roumanie sera le dernier avant le départ
le 7 juin en soirée pour le Brésil afin de
rejoindre le camp de base de Sococaba.
Avant cela, nos capés, comme on le sait,
bénéficieront de deux jours de repos afin
de décompresser et voir les membres de
leurs familles. En dépit des difficultés qui
attendent les Algériens devant cette
équipe roumaine qui ne laisse pas l’ad-
versaire évoluer comme il l’entend, les
camarades de Madjid Bougherra seront
capables de sortir victorieux.
HAMID GHARBI
L
e sélectionneur de l’équipe russe de
football, l’Italien Fabio Capello, a
dévoilé lundi la liste des 23 joueurs
retenus pour la Coupe du monde 2014 au
Brésil (12 juin-13 juillet), où elle figure
dans le groupe H avec notamment l’Algé-
rie. Vingt-deux (22) des 23 joueurs russes
sélectionnés disputeront leur première
Coupe du monde au Brésil, seul l’attaquant
Alexander Kerzhakov, 31 ans, a une expé-
rience à ce niveau en 2002. Capello a écarté
les milieux de terrain Denis Cheryshev (Sé-
ville) et Pavel Mogilevets (Rubin Kazan) et
retenu quelques jeunes prometteurs, comme
Andrei Semenov et Maxim Kanunnikov.
Les 23 sélectionnés jouent tous dans les
clubs du championnat de Russie, dont six
au Dynamo Moscou et cinq au CSKA Mos-
cou, le champion. Outre l’Algérie, la Russie
jouera également face à la Belgique et la
Corée du Sud.
Liste des 23 Russes :
Gardiens : Igor Akinfeev (CSKA
Moscou), Yury Lodygin (Zenit St Peters-
bourg), Sergei Ryzhikov (Rubin Kazan)
Défenseurs : Vasily Berezutsky (CSKA
Moscou), Sergei Ignashevich (CSKA
Moscou), Georgy Shchennikov (CSKA
Moscou), Vladimir Granat (Dynamo
Moscou), Alexei Kozlov (Dynamo
Moscou), Andrei Yeshchenko (Anzhi
Makhachkala), Dmitry Kombarov (Spartak
Moscou), Andrei Semenov (Terek Grozny)
Milieux de terrain : Igor Denisov (Dy-
namo Moscou), Yury Zhirkov (Dynamo
Moscou), Alan Dzagoev (CSKA Moscou),
Roman Shirokov (FC Krasnodar), Denis
Glushakov (Spartak Moscou), Viktor
Faizulin (Zenit St Petersbourg), Oleg Sha-
tov (Zenit St Petersburg)
Attaquants : Alexander Kerzhakov
(Zenit St Petersbourg), Alexei Ionov (Dy-
namo Moscou), Alexander Kokorin (Dy-
namo Moscou), Maxim Kanunnikov
(Amkar Perm), Alexander Samedov (Lo-
komotiv Moscou).
RUSSIE
Fabio Capello dévoile la liste des 23
L
a sélection algérienne de football a effectué lundi en
fin de journée sa première séance d’entraînement au
stade de Genève avec 22 joueurs sur les 23 retenus dans
la matinée par le sélectionneur Vahid Halilhodzic, en prévi-
sion de la Coupe du monde 2014. L’entraînement s’est dé-
roulé en l’absence du milieu de terrain Hassen Yebda,
toujours aux soins et, bien sûr, d’Adlene Guedioura qui a été
écarté ce matin (11h00) de la liste des partants pour le Mon-
dial-2014. Plusieurs ateliers étaient au programme de cette
séance dirigée par le staff technique sous la conduite du Bos-
nien Halilhodzic, alors que l’un de ses adjoints, Abdelhafidh
Tasfaout, participait à des exercices consacrés aux attaquants.
De leur côté, les trois gardiens de but, Mohamed Zemma-
mouche, Rais M’bolhi et Si Mohamed Cedric, ont été pris en
charge par les deux entraîneurs de gardien Belhadj Hassan et
Mickael Bouly. Les trois «keepers» qui étaient soumis à un
travail spécifique se succédaient à la cage durant cette séance
d’entraînement d’une heure et demie loin des yeux de la
presse algérienne après le huis clos imposé par «Coach
Vahid». Les partenaires du capitaine Madjid Bougherra ef-
fectueront leur ultime séance d’entraînement hier mardi au
stade de Genève avant d’affronter aujourd’hui à 19h30 la
Roumanie en match amical de préparation à la Coupe du
monde -2014 au Brésil. L’Algérie, qui a hérité du groupe H
avec la Belgique, la Russie et la Corée du Sud, débutera le
Mondial-2014, le 17 juin à Belo Horizonte, contre les Diables
Rouges belges avant de croiser le fer avec la Corée du Sud
le 22 juin et de conclure le premier tour devant les Russes le
26 juin.
Entraînement des Verts avec 22 joueurs
AFRIQUE DU SUD
Le sélectionneur Gordon
Igesund limogé
L
e sélectionneur de l’Afrique du Sud Gordon
Igesund a été démis de ses fonctions en raison
des mauvais résultats enregistrés depuis deux
ans à la tête des Bafana Bafana, a annoncé lundi la
Fédération sud-africaine de football. Agé de 57 ans,
Gordon n’avait pas réussi à atteindre les demi-finales
de la Coupe d’Afrique des nations 2013, en terre sud-
africaine, ni à qualifier son équipe pour la Coupe du
monde 2014 au Brésil. Ancien joueur, Gordon a en-
traîné plusieurs clubs sud-africains depuis 1995, dont
les Orlando Pirates et l’Ajax Cap Town, et conduit
quatre d’entre eux au titre de champion national. Il
est devenu sélectionneur en 2011 en remplacement de
Pitso Mosimane, incapable de conduire, à domicile,
l’équipe nationale au deuxième tour de «sa» Coupe
du monde, en 2010. Le Portugais Carlos Queiroz, ac-
tuel sélectionneur de l’Iran et qui avait déjà été à la
tête des Bafana Bafana entre 2000 et 2002, ainsi que
le Nigerian Stephen Keshi (Nigeria) auraient été
contactés pour prendre la succession de Gordon Ige-
sund.
«La Russie et la Belgique
vont passer aux
huitièmes de finale»
EQUIPE NATIONALE
Sports
31 EL MOUDJAHID
Mercredi 4 Juin 2014
CS CONSTANTINE
L'entraîneur Garzitto
attendu pour négocier
L'entraîneur franco-ita-
lien, Diego Garzitto, est at-
tendu à Constantine pour
négocier son retour à la
barre technique du CS
Constantine (Ligue 1 algé-
rienne de football), a appris
l'APS lundi dernier auprès
de la direction du club.
"Nous lui avons envoyé son
billet d'avion. Garzitto est
attendu mardi ou mercredi
à Constantine pour négocier avec la direction.
Si nous trouvons un accord, il sera avec nous
la saison prochaine, c'est ce que nous souhai-
tons", a indiqué à l'APS le manager général du
CSC, Tarek Arama.
Garzitto, qui s'était engagé la saison der-
nière pour un contrat de deux ans avec le CSC
paraphé avec l'ancien bureau dirigeant, avait
décidé de quitter son poste en raison d'un dif-
férend avec les ex-responsables du club.
L'ancien coach du TP Mazembe (RD Congo)
a intenté une action en justice contre le CSC,
demandant la régularisation de ses arriérés.
"Garzitto a eu gain de cause
et la direction va lui payer
cinq mensualités, avant de
négocier son retour. C'est un
technicien très apprécié par
les supporters du CSC, j'es-
père qu'il acceptera de diriger
l'équipe de nouveau", a-t-il
ajouté. Par ailleurs, et concer-
nant le volet recrutement,
Arama a souligné que le club
est en "contact avec plusieurs
joueurs", après avoir réussi à engager jusque-
là quatre éléments, dont deux étrangers.
Il s'agit du défenseur axial Alioune Fall (ex-
Djaaraf, Sénégal), de l'attaquant Samba Diallo
(ex-AS Bamako, Mali), du latéral gauche
Samir Belfodil (ex-FC Limoges, France) et du
milieu de terrain Merouane Annan (ex-CR Be-
louizdad). La reprise des entraînements est
fixée au 28 juin, alors que le stage d'intersai-
son se déroulera en Tunisie à partir du 2 juillet.
Le CSC a terminé la saison 2013-2014 à une
décevante 10
e
place au classement de la
Ligue 1 avec 41 points.
L'ancien défenseur international algé-
rien, Antar Yahia, devrait s'engager avec
Angers (Ligue 2 française de football) et
s'apprête à retrouver la France après l'avoir
quittée en 2007, a rapporté lundi dernier le
site du magazine France Football. L'an-
cien capitaine des Verts (53 sélections, 6
buts) a évolué depuis janvier dernier avec
Platanias (division 1 grecque), avant de ré-
silier son contrat.
Durant sa carrière, il a aussi porté les
maillots de Nice (France), Bochum et Kai-
serslautern (Allemagne), Al Nasr (Arabie
Saoudite) et de l'Espérance de Tunis. Antar
Yahia (32 ans) avait annoncé le 1
er
mai
2012 qu'il mettait fin à sa carrière interna-
tionale avec l'équipe nationale.
Angers a terminé la saison 2013-2014
à la 9
e
place au classement avec 55 points,
loin derrière le trio Metz, Lens, Caen qui
a accédé en Ligue 1.
CAN-2014 (DAMES/
2
e
TOUR RETOUR)
Tunisie-Algérie
le 8 juin à Bizerte
Le match retour du dernier tour élimina-
toire de la coupe d'Afrique des nations 2014
(CAN-2014) dames de football, entre la sé-
lection tunisienne et son homologue algé-
rienne, aura lieu dimanche prochain au stade
Bsiri à Bizerte, a indiqué la Fédération tuni-
sienne de football sur son site officiel
Au match aller, disputé le 28 mai au stade
Omar-Hamadi (Bologhine) à Alger, la sélec-
tion algérienne s'était imposée sur le score de
2-1. Les Tunisiennes, entraînées par Samir
Landolsi, rassemblées à partir d’hier après-
midi au stade annexe d'El Menzah, avant de
se rendre aujourd’hui à Bizerte où elles pour-
suivront leur préparation jusqu'au jour du
match. La phase finale de la CAN-2014 fé-
minine est prévue du 11 au 24 octobre en Na-
mibie.
USMH
Le départ de Charef
faussera-t-il les plans de Laïb ?
Ayant réussi une bonne saison comme d’habitude, sous la houlette de l’entraîneur Boualem Charef,
à la tête de l’équipe depuis six saisons à présent, l’USMH risque de vivre une difficile intersaison.
C
ela pour la simple raison
que le désormais ex-
coach harrachi vient de
quitter la barre technique du
club banlieusard, puisqu’il a of-
ficialisé sa venue au MCA en
paraphant un contrat de trois
saisons moyennant un salaire
estimé à environ 170 millions de
centimes, croit-on savoir.
Habitué à tout faire sur le
plan technique, puisque le pré-
sident de l’USMH, Mohamed
Laïb, lui a toujours accordé
carte blanche, notamment sur le
plan du choix des joueurs à re-
cruter et ceux à libérer, mais
aussi pour tout ce qui a trait à la
gestion de l’équipe sur le plan
technique et organisationnel, le
départ de Boualem Charef
risque de déstabiliser le club,
déjà fragilisé par le manque de
ressources financières.
Celle-ci est la principale rai-
son du départ du driver harrachi,
qui pourrait aussi inciter nombre
de joueurs ramenés à l’USMH
par lui-même, d’en faire autant.
D’ailleurs, il est déjà question
de sérieux contacts entre le
Mouloudia et certains joueurs
de l’USMH, que Boualem Cha-
ref voudrait avoir sous sa coupe
au sein de sa nouvelle équipe,
tels les Hendou, Aït-Ouamar et
autres. Il a déjà convaincu Azzi
de signer au MCA et s’est à pré-
sent chose faite. Ainsi, à défaut
de régulariser une fois pour
toute la situation financière des
joueurs, le président de
l’USMH, Mohamed Laïb, aura
de la peine à convaincre ses
joueurs, notamment ceux qui
sont en fin de contrat de rempi-
ler. Déjà que Hicham Belkaroui
a opté pour le Club Africain tu-
nisien, d’autres joueurs cadres
tels les Younès, Hendou, Ai-
Ouamar, Mazari et autres pour-
raient lui emboîter le pas et quit-
ter le navire harrachi, surtout
que se ne sont pas les contacts
qui leur manquent. Certes, ils se
sont montrés très patients
jusque-là, toutefois, Laïb doit
faire très vite pour les rassurer
afin d’éviter une véritable sai-
gnée à l’USMH, qui risque de
porter un sérieux préjudice à
l’équipe.
Il faut relever aussi, que la
direction du club n’a pas encore
désigné d’entraîneur à la place
de Charef, même si des noms
circulent comme ceux de Boua-
ratta, Mehdaoui, Bira et Amrani.
Rien n’a filtré pour le moment
sur celui qui devrait succéder au
coach partant.
Pour ce qui est du volet re-
crutement, le club est au point
mort.
Certes, les dirigeants du
club avec le président à leur tête
s’activent à prendre contact
avec les joueurs ciblés, néan-
moins, il n’y a rien d’officiel
pour le moment.
Attention donc, l’USMH
doit absolument éviter la déper-
dition de ses meilleurs éléments
au risque de voir ce qui a été
construit des années durant,
s’ébranler comme un château de
cartes.
L’USMH qui a connu les af-
fres de la relégation a intérêt à
éviter les erreurs du passé au
risque de le payer cher.
Les inconditionnels harra-
chis retiennent leur souffle et
comptent sur le savoir-faire du
président Mohamed Laïb pour
maintenir son club en bonne
santé. Les hommes passent,
l’USMH continuera à vivre
avec ou sans eux…
Mohamed-Amine Azzouz
EN ATTENDANT REMACHE ET MADI
Asselah finalise avec le CRB
C’est désormais officiel. Le Chabab a
trouvé un terrain d’entente avec l’ex gardien
de buts de la JSK, Malik Asselah.
Les deux parties devaient se retrouver,
hier en fin de journée, pour la signature du
contrat. Ainsi, après avoir passé trois sai-
sons chez les canaris, Asselah s’engage avec
les Belouizdadis pour deux saisons.
Les contacts entre les deux parties datent
du mois Mars dernier. Asselah dont le
contrat avec la JSK devait expirer en juin et
qui avait d’autres contacts avec des clubs de
ligue Une, avait alors demandé de reporter
les négociations pour la fin de saison pour
ce concentrer sur les objectif de son club
employeur. Même si rien n’a été filtré, le
nouveau keeper de du CRB devrait signer
un salaire de 1,5 millions de dinars. Plu-
sieurs rounds de négociations ont réuni
l’agent du joueur, qui n’est autre que son
frère ainé, et les dirigeants du club de Laa-
kiba. Toutefois, Asselah quitte la JSK avec
dépit. Il aurait souhaité rester au club à qui
il avait accordé la priorité. Cependant, après
l’engagement de Doukha, Il a bien compris
qu’on ne voulait plus de lui à la JSK.
Par ailleurs, nous apprenons que le CRB,
qui a déjà engagé les joueurs du RC Arbaa
Bougaroua et Amiri, ainsi que Ledraoui
(IRB Khemis Khechena), Kolli (JSM Che-
raga) et Sellami (CR Beni Thour), est en
passe de conclure avec deux autres joueurs
de la JSK en l’occurrence Madi et Re-
mache.
Cependant, pour ce qui est de la barre
technique, les dirigeants qui ont plusieurs
profiles en vu, temporisent encore.
R. M.
L’ASSOCIATION
OULED EL-HOUMA
Hommage aux
anciens du CRB,
RCK, OMR
et NAHD
Organise un hommage en l’honneur des An-
ciens qui ont représenté dignement leurs
clubs respectifs :
- CRB : Les regrettés AIT TIGRINE Abdel-
hamid — SI OMAR BENSAIDANE – ME-
RAKCHI Mustapha – BOUDERBAL
Rachid, anciens dirigeants du C.R.B et le
Regretté MOHA Hamid ancien joueur du
C.R.B.
- RCK : Les regrettés KAOUAS Mustapha
– BENSIAM Réda – PACHA Ali – TABLI
Ahmed – anciens dirigeants et le regretté
ZERAR Abdelkader ancien entraîneur du
RCK.
- NAHD : Les regrettés BENSIAM Be-
nyoucef – ZIOUI Med Akli – BELLAMINE
Hamid — ALLIOUATE Laïbani anciens di-
rigeants et le regretté KHEDIS Mohamed
ancien joueur du NAHD.
- OMR : Les regrettés ATTIA Abdelwahab
— LAMALI Mohamed – GOUMIRI Ha-
midi anciens dirigeants et le regretté MA-
DANI Mohamed ancien joueur OMR.
- Les arbitres : M. LARBI Saïd ancien ar-
bitre et le regretté NEMS Merzak ancien ar-
bitre international.
La cérémonie aura lieu samedi 7 juin 2014
à partir de 10h au salon d’honneur du com-
plexe olympique Mohamed-Boudiaf
(Alger).
TRANSFERTS
Amri Chadli (MC Oran) proche
du Dynamo Dresde
L'ex-attaquant international algérien,
Amri Chadli, serait en contact avancé avec
Dynamo Dresde, club relégué en troisième
division allemande de football, a indiqué
lundi dernier la presse locale. Chadli (29
ans) serait tenté par un retour en Allemagne
où il avait porté les couleurs de quelques
clubs à l'image de Mayens et FSV Franc-
fort, après une expérience de six mois dans
le championnat algérien avec le MC Oran.
Le joueur est lié pour une autre saison
avec la formation de Ligue 1 algérienne,
mais il ne serait pas disposé à aller jusqu'au
bout de son contrat, surtout après les pro-
blèmes qu'il a vécus avec ce club. En effet,
Chadli accuse les dirigeants oranais de ne
pas honorer leurs engagements financiers
envers lui, ce qui l'avait poussé à boycotter
les derniers matchs du championnat de son
équipe, alors qu'elle jouait son maintien
parmi l'élite.
Le Dynamo Dresde vient de perdre les
services de ses deux joueurs algériens : Idir
Ouali et Mohamed Amine Aoudia.
Antar Yahia en route vers Angers
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 109.81
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.359 $
ALGERIE - PAKISTAN
M. Lamamra reçoit le nouvel
ambassadeur à Alger
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane La-
mamra, a reçu hier à Alger M. Qasim Raza Muttaqi,
qui lui a remis les copies figurées des lettres de
créance, l’accréditant en qualité d’ambassadeur ex-
traordinaire et plénipotentiaire de la République is-
lamique du Pakistan auprès de la République
algérienne démocratique et populaire, a indiqué le
ministère dans Affaires étrangères dans un commu-
niqué.
COOPERATION
M. Lamamra en visite
en Chine
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane La-
mamra, effectuera du 4 au 7 juin une visite en Chine,
a indiqué hier le ministère des Affaires étrangères
dans un communiqué. A l’occasion de cette visite,
M. Lamamra rencontrera son homologue chinois,
Wang Yi et plusieurs hauts responsables de ce pays,
a précisé la même source.
Il sera procédé « à l’examen des voies et moyens
à même de favoriser le développement des relations
bilatérales algéro-chinoises à la lumière de la déci-
sion du 24 février 2014 des deux chefs d’Etat, Ab-
delaziz Bouteflika et Xi Jinping, d’établir un
partenariat stratégique global ». Par ailleurs, M. La-
mamra procédera avec son homologue chinois à
l’échange des instruments portant établissement d’un
partenariat stratégique global entre l’Algérie et la
Chine, adoptés le 25 mai 2014 par les Présidents des
deux pays.
Un document portant plan quinquennal de coopé-
ration stratégique 2014-2018 sera également signé
par les deux ministres. Pendant son séjour, M. La-
mamra conduira la délégation algérienne qui partici-
pera à la 6
e
conférence ministérielle du forum sur la
coopération sino-arabe, prévue à Pékin les 5 et 6 juin
courant.
Cette conférence qui coïncide avec la célébration
du 10
e
anniversaire de la création du forum sino-
arabe « tend vers l’approfondissement des relations
de coopération stratégique entre la Chine et les pays
arabes. De même qu’elle se fixe pour objectif de dé-
velopper les mécanismes de ce forum, l’identifica-
tion des domaines prioritaires de la coopération
conjointe et la mise en place d’un programme exé-
cutif biennal », a relevé la même source.
Elle vise, par ailleurs, à « renforcer les approches
consensuelles sur nombre de questions régionales et
internationales intéressant les deux parties », a-t-on
ajouté.
6
e
CONFERENCE ECONOMIQUE
INTERNATIONALE
DES PAYS DE L’OCI
Une délégation du Conseil
de la nation à Kazan
L’Algérie participera aux travaux de la 6
e
confé-
rence économique internationale des pays de l’Orga-
nisation de la coopération islamique (OCI) et la
Russie prévue les 5 et 6 juin dans la ville de Kazan,
République du Tatarstan (Fédération de Russie), a in-
diqué hier un communiqué du Conseil de la nation.
L’Algérie sera représentée à cette conférence orga-
nisée par le Conseil de la Fédération de l’assemblée
fédérale de la Fédération de Russie, Redouane
Ahmed Saïd, membre du Conseil de la nation, pré-
cise le communiqué. La conférence compte parmi les
manifestations économiques internationales « les
plus importantes en matière de coopération entre la
Russie et les pays de l’OCI », poursuit la même
source.
« La sécurité alimentaire sera au centre de la ren-
contre de Kazan », ajoute le communiqué. La ren-
contre sera également ponctuée par des
ateliers-débats sur plusieurs questions dont « le rôle
des parlementaires dans l’établissement de la paix et
le rôle des Parlements dans la création d’un climat
favorable aux affaires et investissements.»
MESSAGE DE CONDOLEANCES DU PRESIDENT BOUTEFLIKA :
« La défunte Noura demeurera l’icône
de la chanson algérienne »
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de condoléances à la famille de
Fatima Badji, plus connue sous le nom de « Noura », décédée dimanche à l’âge de 72, dans lequel il a rendu
hommage à « l’icône de la chanson algérienne tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».
«
L’
Algérie et le mi-
lieu artistique
viennent de per-
dre une étoile parmi les pion-
niers du chant authentique,
l’artiste Fatima Badji, plus
connue sous le nom de Noura,
qui a honoré durant plus d’un
demi siècle la chanson algé-
rienne », lit-on dans le mes-
sage de condoléances. La
carrière de la défunte « lui a
valu respect et estime eu
égard à son engagement pour
la chanson authentique qu’elle
a magistralement interprétée
avec la voix suave et mélo-
dieuse qui était la sienne », a
souligné le Chef de l’Etat
dans son message. « Les œu-
vres perpétuant la mémoire
des hommes, la défunte de-
meurera certainement l’icône
de la chanson algérienne tant
à l’intérieur qu’à l’extérieur
du pays et son souvenir res-
tera vivace avec celui de ces
hommes et ces femmes qui
ont voué leur vie à la préser-
vation du patrimoine par l’in-
novation et la créativité », a
ajouté le Président Bouteflika.
Le Président de la République
a émis le vœu que les « géné-
rations montantes dans ce do-
maine qui façonne le goût
raffiné s’inspirent du combat
livré par les aînés durant l’ère
coloniale contre l’oubli et les
pratiques abjectes de l’occu-
pant ciblant l’authenticité al-
gérienne ». Pour le Président
Bouteflika, « la disparition de
cette icône est une perte im-
mense pour la scène artistique
nationale. En cette doulou-
reuse épreuve, nous ne pou-
vons qu’exprimer nos
condoléances les plus attris-
tées à sa famille et à toute la
famille artistique et prier Dieu
Tout-puissant de les assister et
d’accueillir la défunte en Son
vaste paradis », a ajouté le
Chef de l’Etat.
COOPERATION DOUANIERE
Le DG des douanes effectue une visite de travail en France
L’évaluation du programme de coopé-
ration entre les douanes algérienne et
française est au centre de la visite de tra-
vail qu’a effectué hier en France le direc-
teur général des douanes, Mohamed
Abdou Bouderbala, à l’invitation de son
homologue française M
me
Hélène Croc-
quevielle, a indiqué un communiqué de
l’institution douanière. M. Bouderbala,
accompagné d’une délégation de l’admi-
nistration douanière, évoquera, lors de sa
visite à la direction générale des douanes
et droits indirects de la France, la question
de la sécurisation de la chaîne logistique
des deux pays, selon le communiqué. La
rencontre représente également une occa-
sion pour dresser un bilan sur le pro-
gramme annuel de coopération entre les
deux institutions en vue de trouver les
voies et moyens de les renforcer. La coo-
pération douanière algéro-française s’est
tout particulièrement développée autour
de plusieurs axes prioritaires comme la
lutte contre la fraude, la formation profes-
sionnelle et la facilitation des échanges
d’informations utiles pour faire face aux
nouveaux besoins de sécurisation et de fa-
cilitation des échanges commerciaux
entre les deux pays.
DROIT DU PEUPLE SAHRAOUI A L’AUTODETERMINATION
Le président cubain réaffirme le soutien indéfectible de son pays
Le président cubain, Raoul Castro, a
réitéré l’appel lancé par son pays en vue
d’accélérer l’accession du peuple sahraoui
à son droit « inaliénable » à l’autodéter-
mination et à l’indépendance, a rapporté
hier l’Agence de presse sahraouie (SPS).
Le président Castro a réaffirmé, lors d’une
audience accordée lundi au président sah-
raoui, secrétaire général du Front Polisa-
rio, Mohamed Abdelaziz, qui effectue un
visite officielle de deux jours à Cuba, la
position « indéfectible » de son pays vis-
à-vis de la question sahraouie, appelant à
accélérer l’accession du peuple sahraoui
à son droit inaliénable à l’autodétermina-
tion et à l’indépendance », ajoute SPS. Le
président sahraoui a pour sa part remercié
le président cubain, et lui a exprimé sa
pleine gratitude pour les positions de prin-
cipes solidaires adoptées par Cuba vis-à-
vis de la question sahraouie juste. Les
discussions entre les deux parties ont
porté sur plusieurs questions dont «
l’échange d’informations et de vues sur
les développements survenus sur la scène
internationale en général et en Afrique et
en Amérique latine en particulier.» Les
deux présidents se sont félicités de la «
qualité » des relations entre Cuba et la Ré-
publique arabe sahraouie démocratique
(RASD), mettant l’accent sur « leur
convergence de vues sur les questions
examinées », selon la même source. Ils
ont également évoqué « les voies à même
de renforcer la coopération entre Cuba et
la RASD dans les domaines politiques, di-
plomatiques et d’autres secteurs vitaux à
l’instar de l’enseignement et de la santé,
soulignant la nécessité de « conjuguer et
coordonner leurs efforts en vue de déve-
lopper l’action commune, au mieux des
intérêts des deux pays frères ». L’ambas-
sadeur sahraoui à La Havane, Maoulanain
Takana, a indiqué, dans une déclaration
à SPS que cette rencontre qui était « très
positive », car ayant traité plusieurs ques-
tions « primordiales », s’est déroulée dans
« une ambiance fraternelle qui reflète
l’amitié et la confiance existant entre les
peuples sahraoui et cubain et offre davan-
tage de perspectives pour leur développe-
ment et leur approfondissement dans le
temps présent comme à l’avenir. »
CEREMONIE D’OUVERTURE, HIER, DU CHAMPIONNAT ARABE DE JUDO DE LA POLICE
Nette domination algérienne
La Coupole du Complexe Mo-
hamed Boudiaf a abrité la cérémo-
nie d’ouverture du championnat
arabe de la Police au cours de la-
quelle le directeur général de la
Sûreté nationale, M. Abdelghani
Hamel, a tenu un discours de bien-
venue aux différentes délégations
qui participent à ce championnat,
avant de donner le coup d’envoi
de la compétition. 13 pays arabes
y prennent part. Il s’agit du Qatar,
de la Jordanie, de la Tunisie, du
Maroc, de l’Arabie saoudite, de
l’Irak, du Soudan, du Koweit, du Liban,
de l’Egypte, du Yémen, de la Libye et de
l’Algérie qui organise ce championnat. 5
pays dont l’Algérie participent dans les
compétitions masculines et féminines.
Une cérémonie qui a connu un franc
succès avec les différentes et belles pa-
rades développées par les éléments de la
police nationale. Tout cela dans une par-
faite organisation et une superbe am-
biance. Etaient aussi présent à cette cé-
rémonie de nombreuses personnalités
sportives et militaires, tels le général
chargé du sport militaire Meguedad
Benziane, le président du COA, Mus-
tapha Berraf et le DJSL d’Alger Saïd
Hoggas. S’ensuivront les combats pro-
prement dits de la première journée
des compétitions qui ont vu nos judo-
kas et judokate faire le plein en domi-
nant leurs adversaires, avec une
première récolte assez fructueuse de 6
médailles d’or et 2 médailles d’argent,
devant une salle comble. La compétition
se poursuivra demain avec d’autres fi-
nales au programme.
Mohamed-Amine Azzouz
P
h

:

T
.
R
o
u
a
b
a
h