Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
CONSOLIDATION DE LA DYNAMIQUE D’APAISEMENT AU MALI
L’Algérie se félicite de la signature
de la « Déclaration d’Alger »
HOMMAGE À MAURICE AUDIN AU FORUM
DE LA MÉMOIRE D’EL MOUDJAHID
MONDIAL 2014
AGRICULTURE
Nouri :
« La maladie
de Newcastle
a été maîtrisée »
P. 7
P. 8
FORUM MONDIAL SUR LA SOCIÉTÉ
DE L’INFORMATION (SMSI+10)
À GENÈVE
Derdouri :
« L’Algérie
concrétise de
plus en plus ses
engagements »
P. 7
TRANSPORT DE LA COMMUNAUTÉ
ALGÉRIENNE À L’ÉTRANGER
DURANT LA SAISON ESTIVALE
Ghoul : « Un
programme
spécial
et des tarifs
raisonnables »
P. 7
ACCORD D’ASSOCIATION
ALGERIE - UE
L'Algérie doit retrouver
sa place dans
les échanges Nord-Sud
P. 13
P. 10
P. 8
SYMPOSIUM SUR LE
DÉVELOPPEMENT HUMAIN
P. 3
Ph. T. Rouabah
P
h
.

N
a
c
é
r
a

I
.
M. ABDELGHANI HAMEL :
HIER À L’AÉROPORT
HOUARI-BOUMEDIÈNE
G « Nous nous employons à construire un Etat de droit et nous
poursuivrons nos efforts dans ce sens »
G « L’action du gouvernement est fondée sur le dialogue permanent »
G « Poursuite et renforcement des mesures en faveur
de la communauté algérienne établie à l’étranger »
G « Toute intervention de l’ANP dans des pays voisins est exclue »
Q Le Conseil de la nation
vote une motion
de soutien
M. SELLAL RÉPOND AUX PRÉOCCUPATIONS
DES MEMBRES DU CONSEIL DE LA NATION :
L’Algérie mandatée
pour présenter
les résultats
Appel aux
autorités
françaises pour
dévoiler le lieu
d’inhumation
Tasfaout : « Nous devons
réussir nos débuts
en compétition »
« Suppression de la fouille
manuelle et annulation de la
procédure d’identification
de bagages »
LE COMMANDANT
DE LA GENDARMERIE NATIONALE
À ANNABA
Le général-major
Bousteila : « Renforcer
le dispositif sécuritaire
aux frontières »
P. 32
« L’Algérie consolidera
les acquis sociaux »
P. 32
PP. 4-5
P
h
.

N
e
s
r
i
n
e

T
.
P
h
.

W
a
f
a
13 Chaâbane 1436 - Mercredi 11 Juin 2014 - N°15153 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
VOILÉ
DEMAIN A LA PLACETTE 
DE LA COMMUNE
DE RAIS HAMIDOU
Portes ouvertes
sur le Ramadhan et le diabète
L’association des diabétiques de la wilaya
d’Alger organise demain en coordination avec
la commune de Raïs Hamidou des journées
portes ouvertes sur le diabète sous le slogan
« Ramadhan et Diabète »
Au Nord, le temps sera généralement bru-
meux la matinée puis dégagé à partiellement
voilé avec tendances orageuses vers l’inté-
rieur et les hauts plateaux.
Les températures maximales varieront de
25°c/30°c en général avec des pics de 32°c
vers l’intérieur.
Les vents seront faibles.
Sur les régions sud, le temps sera chaud et
partiellement voilé avec évolution orageuse
vers l’extrême Sud et le Hoggar Tassili.
Les températures maximales varieront de
35°c/40°c avec des pics de 45°c vers l’ex-
trême Sud et le Sahara central.
Les vents seront faibles à modérés avec
quelques soulèvements de sable local.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (27° - 19°), Annaba (28°- 20°), Bé-
char (35° - 23°), Biskra (36° - 23°),
Constantine (30° - 17°), Djelfa (31° - 17°),
Ghardaïa (34° - 21°), Oran (28° - 18°),
Sétif (27 - 16°), Tamanrasset (36°- 24°),
Tlemcen (29° - 18°).
CET APRES-MIDI A 16H A LA STATION
DE METRO GRANDE-POSTE
Septième édition du FELIV
L’inauguration du septième Festi-
val international de la littérature et du
livre de jeunesse (FELIV) aura lieu
cet après-midi à la station de métro
Grande-Poste à 16h avec le vernis-
sage de l’exposition « Écrivains du
monde, mondes d’écrivains », en
présence du photographe italien
Francesco Gattoni.
*********************************
VENDREDI 13 JUIN A 16H
AUX EDITIONS DAR EL OTHMANIA
Vente-dédicace de Khaled Naïli
A l’occasion du 7
e
Feliv qui se tiendra du 11 au 20 juin à l’esplanade
de Riad El Feth, l’auteur Khaled Naïli sera présent le vendredi 13 juin
à partir de 16h au stand des éditions Dar El Othmania pour la signature
de son livre La mer nous emportera.
*********************************
SAMEDI 14 JUIN A 9H30 A BELOUIZDAD
Inauguration de la plaque commémorative
de Miguel de Cervantès
En marge de sa visite officielle à Alger, le pré-
sident du Sénat espagnol, M. Pio Gracia Escudero,
en présence de la présidente de l’Assemblée po-
pulaire communale de Belouizdad, M
me
Dehina
Naïma, procédera à l’inauguration de la plaque
commémorative du séjour de l’auteur Miguel de
Cervantès Saavedra à Alger (1575-1580) au site
historique connu sous le nom de « Grotte de Cer-
vantès » à la commune de Belouizdad, et ce samedi 14 juin à 9h30 au
boulevard Cervantès.
*********************************
SAMEDI 14 JUIN A 10H30
AU CONSEIL CONSULTATIF DE L’UMA
Hommage au poète cheikh Mohamed Chebouki,
auteur de Djazaïrouna
A l’initiative de l’association culturelle Machaâl Echahid, le siège du
conseil consultatif de l’UMA, 54, bd Franklin Roosevelt, Alger, accueil-
lera samedi 14 juin à 10h30, une conférence-débat sur le défunt poète
de la Révolution, cheikh Mohamed Chebouki, auteur du célèbre poème
Djazaïrouna.
AGENDA CULTUREL
CE MATIN A 8H30 AU CENTRE
NATIONAL DE FORMATION DES
PERSONNELS SPECIALISES
Rencontre nationale
des cadres de l’administration
centrale
La ministre de la Solidarité nationale, de la Fa-
mille et de la Condition de la femme, M
me
Mounia
Meslem, préside ce matin à 8h30, au Centre National
de Formation des Personnels Spécialisés, la séance
d’ouverture des travaux de la rencontre nationale des
cadres de l’administration centrale de
son département ministériel des 48
wilayas
Mounia Meslem à Chlef
La ministre de la Solidarité natio-
nale, de la Famille et de la Condition
de la femme, M
me
Mounia Meslem, effectue au-
jourd’hui à 12h, une visite de travail et d’inspection
dans la wilaya de Chlef où elle présidera, accompa-
gnée de M. Thomas Davin, représentant de l’UNI-
CEF en Algérie, la cérémonie de clôture de la
deuxième session de formation des encadreurs des
centres spécialisés pour enfance assistée.
*********************************
CE MATIN A 9H30
A DJENANE EL-MITHAK
Conférence de presse
de Khomri
Le ministre de la Jeunesse, Abdel-
kader Khomri, anime ce matin à
9h30 à Djenane El-Mithak, une
conférence presse qui portera sur la
présentation de la saison estivale 2014.
*********************************
AUJOURD’HUI A BATNA
ET OUM EL BOUAGHI
3
e
jour du BEM :
Nouria Benghebrit donne
le coup d’envoi
La ministre de l’Education natio-
nale, M
me
Nouria Benghebrit, don-
nera aujourd’hui le coup d’envoi des
épreuves au 3
e
jour du BEM, la mati-
née, à partir de la wilaya de Batna et
l’après-midi dans la wilaya d’Oum El
Bouaghi.
*********************************
Tebboune et Labidi
à Constantine
Le ministre de
l’Habitat, de l’Urba-
nisme et de la Ville,
Abdelmadjid Teb-
boune, accompagné
de la ministre de la
Culture, M
me
Nadia
Labidi, effectue aujourd’hui et demain une visite de
travail et d’inspection dans la wilaya de Constantine.
*********************************
Ghoul
à Sidi Bel-Abbès
Le ministre des Transports, M.
Amar Ghoul, effectue aujourd’hui
une visite de travail et d’inspection
des projets du secteur dans la wilaya
de Sidi Bel-Abbès.
*********************************
Kadi
à Bejaia
Dans le cadre du suivi des projets
du secteur, le ministre des Travaux
publics, M. Abdelkader Kadi, effec-
tuera demain une visite de travail et
d’inspection dans la wilaya de Bejaia.
*********************************
DEMAIN A 8H30
AU MINISTERE DU TRAVAIL
Journée mondiale
contre le travail
des enfants
Le ministre du Travail, de l’Emploi
et de la Sécurité sociale, M. Moha-
med El Ghazi, présidera la cérémonie
officielle de célébration de la journée mondiale
contre le travail des enfants, consacrée le 12 juin de
chaque année.
DEMAIN A 9H A L’HOTEL
MOUFLON D’OR
Journée mondiale et nationale
de l’Huissier de justice
A l’occasion de la journée mondiale et na-
tionale de l’Huissier de justice qui coïncide
avec le 12 juin, la Chambre nationale de
l’huissier de justice organise demain à partir
de 9h une cérémonie à cette occasion à l’hôtel
Mouflon d’Or.
CE MATIN A 10 HEURES
Le professeur Abdelkrim Soukehal invité
du Forum d’El Moudjahid
Le professeur Abdelkrim Souke-
hal, épidémiologiste, spécialiste en
médecine préventive, santé pu-
blique et hygiène, sera ce matin à
10 heures l’invité du Forum d’El
Moudjahid. La conférence-débat
portera sur toutes les mesures de
prévention et les bonnes pratiques
d’hygiène telles que préconisées
par la 5
e
réunion du comité d’ur-
gence du RSI composé d’experts
de l’OMS, lors de sa réunion du 14 mai 2014 consacrée à l’épidémie en
cours du MERS-CoV.
AUJOURD’HUI A 18H
A L’HOTEL EL-AURASSI
Remise des trophées Export
pour l’exercice 2013
Le World Trade Center Algeria organise une
cérémonie de remise des trophées Export pour
l’exercice 2013 aujourd’hui à partir de 18h30 à
l’hôtel El-Aurassi
DEMAIN A 8H30 A L’HOTEL
RIADH – SIDI FREDJ
RND : session ordinaire
du conseil national
Le SG du RND, M.
Abdelkader Bensalah,
présidera l’ouverture des
travaux de la session or-
dinaire du conseil natio-
nal qui se tiendra demain
à l’hôtel Riadh – Sidi
Fredj à partir de 8h30.
Activités des partis
CE MATIN A 10H
CCI : conférence sur le piratage électronique
Le Centre culturel islamique organise une conférence scientifique
sur le thème «  le piratage électronique : son origine et les moyen de
protection » ce matin à 10h en son siège, 12, rue Ali Boumendjel.
Zoukh inaugure
plusieurs projets
Le wali d’Alger procédera aujourd’hui à l’inau-
guration de plusieurs projets achevés à Oued
Koraïche et Bab El Oued.
DEMAIN A ORAN
Quatrième Forum national de la femme
chef d’entreprise
L’Agence nationale de développement de l’investissement organise
demain à l’hôtel Sheraton, sous le parrainage du ministre de l’Industrie
et des Mines, la quatrième édition du Forum national de la femme chef
d’entreprise, sur le thème : « La promotion de l’investissement féminin
au service du développement durable ».
Mercredi 11 Juin 2014
Mercredi 11 Juin 2014
3 EL MOUDJAHID
Nation
ALGÉRIE - ESPAGNE
Le président du Sénat
espagnol à Alger
Le président du Sénat espagnol, Pio Garcia-
Escudero Marques, effectuera, à partir
d’aujourd’hui, une visite en Algérie, à l’in-
vitation du Président du Conseil de la na-
tion, Abdelkader Bensalah. Le président du
Sénat aura, durant sa visite de quatre jours,
«plusieurs rencontres et entretiens avec des
responsables d’instances et d’institutions de
l’État algérien», a indiqué, hier, un commu-
niqué du Conseil de la nation. La visite a
pour objectif de renforcer les relations par-
lementaires algéro-espagnoles qualifiées de
«distinguées et empreintes de continuité et
de concertation durable entre les deux
pays», a précisé la même source. Ces rela-
tions se sont consolidées à travers la signa-
ture, en 2000, d’une déclaration politique
sur la consécration d’un dialogue politique
de haut niveau entre l’Algérie et l’Espagne.
L’Espagne est un partenaire économique et
commercial «important pour l’Algérie dans
le bassin méditerranéen et l’espace euro-
péen», a conclu le communiqué.
L’Algérie sur tous les fronts pour dénouer
la crise malienne
L’Algérie s’est attelée, depuis
l’éclatement du conflit au Mali, à
déployer tous les efforts pour réu-
nir les conditions nécessaires à un
dialogue inclusif entre les diffé-
rents mouvements du Nord et le
gouvernement central à Bamako,
en vue de rétablir la paix et la sé-
curité dans ce pays. Le président
malien, Ibrahim Boubacar Keita,
avait demandé, lors de sa visite à
Alger, en janvier dernier, au Pré-
sident de la République, Abdela-
ziz Bouteflika, l’aide de l’Algérie
pour un dénouement heureux de
la crise malienne.
Il avait affirmé, en mai der-
nier, en recevant le ministre algé-
rien des Affaires étrangères,
Ramtane Lamamra, alors en tour-
née dans la région, que les liens
unissant l’Algérie et le Mali «sont
tellement profonds qu’aucune
conjoncture ne pourrait les remet-
tre en cause», soulignant que
l’Algérie avait «le souci perma-
nent de refonder le tissu d’un
Mali déchiré et lardé». Aussi, au
terme de la tenue du la 2
e
session
du comité bilatéral stratégique al-
géro-malien en avril dernier à
Alger, le Mali avait exprimé son
«attachement» au rôle de l’Algé-
rie dans le lancement et la réus-
site d’un dialogue intermalien
inclusif dans les «meilleures
conditions». L’Algérie a «tou-
jours répondu favorablement» à
l’appel du Mali durant ses pé-
riodes de crise, avait souligné le
ministre malien des Affaires
étrangères, Abdoulaye Diop. De
son côté, le ministre des Affaires
étrangères, Ramtane Lamamra,
avait, maintes fois, souligné la
nécessité de privilégier la voie du
dialogue intermalien pour un rè-
glement définitif de ce conflit, et
permettre à ce pays de renouer
avec la dynamique de reconstruc-
tion et de consolidation du pro-
cessus démocratique. Conscient
des enjeux de cette crise et de ses
répercussions sur toute la région
du Sahel, M. Lamamra avait sou-
tenu qu’il fallait ouvrir de «nou-
veaux horizons» et de «nouvelles
perspectives» pour des lende-
mains «quantitativement meil-
leurs» dans toutes les sphères
maliennes, soulignant la qualité
«excellente» des relations bilaté-
rales entre l’Algérie et le Mali. Il
avait indiqué également que le
Mali était dans une période «par-
ticulièrement importante» de son
histoire, soulignant qu’avec le
concours des pays voisins et des
pays africains, ce pays parviendra
«inexorablement à transcender
une conjoncture extrêmement
difficile». «Nous devons travail-
ler main dans la main, avec per-
sévérance, afin de réunir les
conditions d’un dialogue inter-
malien inclusif le plus tôt possi-
ble», avait soutenu le chef de la
diplomatie algérienne.
Les efforts de l’Algérie dans
la résolution de la crise malienne
ont été hautement salués par le
ministre français des Affaires
étrangères, Laurent Fabius, qui
n’a pas manqué de rendre hom-
mage à l’Algérie pour son «rôle
pacificateur» dans la région. La
crise malienne avait éclaté en
2012 lorsque des groupes armés
ont occupé le nord du pays et res-
tent très actifs, en dépit de l’inter-
vention militaire lancée en
janvier 2013 sous l’égide de la
France. Ces groupes sont exclus
des négociations de paix qui
concernent essentiellement les
mouvements touareg.
Les consultations menées en Algérie ont
été orientées vers la conception des étapes al-
lant dans le sens des préparations des négo-
ciations avec le gouvernement malien, a
indiqué, lundi à Alger, le secrétaire général du
Mouvement national de libération de l’Aza-
wad (MNLA), Bilal Agh Cherif. «Les consul-
tations que nous avons menées en Algérie ont
été orientées vers la conception des étapes al-
lant dans le sens des préparations des négo-
ciations avec le gouvernement malien», a
indiqué M. Agh Cherif, dans une déclaration
à la presse, au terme de la signature de la
«Déclaration d’Alger» par trois mouvements
maliens.
Le MNLA, le Haut conseil pour l’unité de
l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de
l’Azawad (MAA) ont signé, lundi à Alger, «la
Déclaration d’Alger», à travers laquelle ils
ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer à la
«consolidation de la dynamique d’apaisement
en cours», et de s’engager dans le dialogue
intermalien «inclusif». Il a exprimé son espoir
que le contenu de la «Déclaration d’Alger»
soit une plate-forme «très solide» permettant
de mettre fin, notamment, aux «souffrances»
et aux «peines» de la population du Nord-
Mali. Il a ajouté qu’il plaçait «beaucoup»
d’espoir dans les futures rencontres qui se dé-
rouleront en Algérie, car pouvant constituer
un déclic servant à résoudre la crise au Nord-
Mali, soulignant que la résolution de la crise
dans cette région aboutirait à l’installation de
la paix et de la stabilité au Sahel. «La résolu-
tion de la crise au Nord-Mali est une des
étapes pour le règlement de la question de
l’instabilité et des questions sécuritaires dans
la région du Sahel», a-t-il soutenu.
«Notre but est de faciliter l’opération de
la paix au Nord-Mali et au Mali en général,
pour que la population malienne puisse vivre
dans un climat de paix, garantissant les liber-
tés et la stabilité, et favorisant le développe-
ment», a-t-il souligné. M. Agh Cherif a salué,
par ailleurs, le rôle de l’Algérie, notamment
les efforts du Président de la République, Ab-
delaziz Bouteflika, dans la résolution de la
crise malienne.
CONSOLIDATION DE LA DYNAMIQUE D’APAISEMENT AU MALI
L’Algérie se félicite de la signature
de la « Déclaration d’Alger »
L’Algérie s’est félicitée, lundi, de la signature à Alger de la «Déclaration d’Alger» par les représentants de trois mouvements du Nord-
Mali, signataires de l’accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014, à travers laquelle ils ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer à la
«consolidation de la dynamique d’apaisement en cours» et de s’engager dans le dialogue intermalien «inclusif».
L
e Mouvement national de li-
bération de l’Azawad
(MNLA), le Haut conseil
pour l’unité de l’Azawad (HCUA),
et le Mouvement arabe de l’Aza-
wad (MAA) ont signé «la Déclara-
tion d’Alger», à travers laquelle ils
ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer
à la «consolidation de la dyna-
mique d’apaisement en cours», et
de s’engager dans le dialogue inter-
malien «inclusif». Par cette Décla-
ration, les trois mouvements (le
MNLA, le HCUA et le MAA) réaf-
firment leur volonté d’œuvrer, «de
bonne foi», à la «consolidation de
la dynamique d’apaisement en
cours» et de s’engager dans le dia-
logue intermalien «inclusif tant ré-
clamé par les Maliens eux-mêmes
que par la communauté internatio-
nale», selon un communiqué du
ministère des Affaires étrangères.
L’adoption de la «Déclaration
d’Alger» s’inscrit dans «l’esprit»
des consultations exploratoires en-
gagées par l’Algérie pour réunir les
conditions de «succès» du dialogue
intermalien «inclusif». L’Algérie,
«encouragée par cette dynamique»,
entend poursuivre, dans le cadre
des mécanismes «appropriés» et de
rencontre régulières, son accompa-
gnement aux mouvements du Nord
en vue de «parachever», avant le
lancement du dialogue intermalien
«inclusif, le processus de rappro-
chement et d’harmonisation de
leurs positions communes de négo-
ciations».
Alors qu’elle s’apprête à ac-
cueillir, dans la même foulée, la 4
e
session du Comité bilatéral straté-
gique algéro-malien sur le nord
Mali et la 3
e
réunion de concerta-
tion de haut niveau sur le processus
de dialogue intermalien, l’Algérie
tient à réitérer son engagement
«sincère» et «résolu» de demeurer
aux côtés du Mali «frère», pour
l’aider à trouver une issue «défini-
tive» à la crise qui affecte le nord
du pays, conclut le communiqué.
MNLA : « Les consultations menées en Algérie
conçues pour la préparation des négociations
avec le gouvernement malien »
La paix au Mali passe par Alger
l
La Déclaration d’Alger, signée en
présence du ministre algérien des Af-
faires étrangères, Ramtane La-
mamra, par le Mouvement national de
libération de l'Azawad (MNLA), le Haut
conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), et
le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), est
le fruit d’un long processus dans lequel s’est
totalement investie l’Algérie, pour donner à
la voie diplomatique et au dialogue interma-
lien le primat sur la voie des armes. À Alger,
ces groupes qui ont pris les armes contre
l’autorité centrale ont donc accepté le prin-
cipe d’une négociation inclusive pour œuvrer
à la "consolidation de la dynamique d'apai-
sement en cours" avec le gouvernement de
Bamako.
Ce document est d’une double impor-
tance, parce qu’il ouvre la porte à un dia-
logue "inclusif" avec l’État central, et ferme,
du coup, la voie à la parcellisation territo-
riale qui ferait les affaires des groupes terro-
ristes. In fine, la Déclaration d’Alger traduit,
en premier, le vœu des Maliens eux-mêmes
puisqu’elle ouvre de réelles perspectives à la
paix dans ce pays en proie aux affres du
sous-développement (guerres entre groupes
rivaux, trafic en tout genre, insécurité, dé-
placement de populations, affaiblissement de
l’autorité centrale, implication de groupes
terroristes), et, en second, elle traduit une at-
tente de la communauté internationale, dont
une bonne partie est convaincue que l’inter-
vention armée n’est pas une garantie au re-
tour à la paix civile.
"Le fait qu'il y a autour de la même
table, cinq pays, l'Algérie, le Burkina Faso,
le Niger, le Mali et le Tchad, est un gage qu'il
n'y a pas de contradiction dans cette dé-
marche par rapport à ce qui a été engagé par
la communauté internationale", a justement
remarqué le ministre malien de la Réconci-
liation nationale, Ould Sidi Mohamed Za-
habi. L’accord signé à Ouagadougou, il y a
exactement une année, pour la tenue de
"l’élection présidentielle" et de "pourparlers
inclusifs de paix au Mali" a été presque en-
terré dans les sables mouvants de Kidal.
Presque... puisque, depuis avant-hier à Alger,
l’espoir est de nouveau permis. On ne peut,
donc, que se féliciter de cet accord — qui
s’inscrit dans le processus d’Ouagadougou
— entre ces trois groupes armés de donner
une chance au dialogue et à la paix pour ré-
soudre des problèmes qui plongent dans
l’histoire locale, des groupes sociaux crispés
dans des rapports souvent médiatisés par la
rancœur vis-à-vis de Bamako, et instrumen-
talisés par les mouvements extrémistes. La
Déclaration d’Alger, paraphée par les trois
groupes armés, intervient quelques jours
après que l'Union africaine eut réussi à faire
accepter le principe du cessez-le-feu. Une
avancée majeure qui raisonne comme une
réponse à la réunion des 10 pays méditerra-
néens dans le cadre du dialogue des 5+5, à la
capitale portugaise, au cours de laquelle ces
pays ont abordé des dossiers brûlants, tels la
question sécuritaire, les groupes armés et les
flux migratoires, le brasier du Sahel, autant
de situations qui ont des répercussions sur
toute la région, l’Europe comprise.
La dynamique de paix au Mali, rendue
possible à Alger, va mettre en exergue, des
mécanismes "appropriés" et des rencontres
régulières pour consolider ce processus.
L’objectif ultime est d’arriver à une solution
définitive à la crise que connaissent les ré-
gions nord du pays, à travers «la prise en
charge des revendications légitimes de la po-
pulation locale dans le plein respect de l'inté-
grité territoriale et de l'unité nationale du
Mali».
M. Koursi
4 EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 11 Juin 2014
Poursuivre le processus de réformes
M. SELLAL RÉPOND AUX PRÉOCCUPATIONS DES MEMBRES DU CONSEIL DE LA NATION
L’Algérie ne reculera pas sur les acquis sociaux
Le Premier ministre s’est engagé hier, devant les membres du Conseil de la nation à «poursuivre les efforts et aller de l’avant pour l’édification d’une Algérie,
économiquement et socialement forte et ouverte sur la modernité». «Tel est l'objectif suprême que le gouvernement entend atteindre» a-t-il annoncé. De même qu’il
s’est engagé à «veiller à la mise en œuvre sur le terrain du plan d’action et l’application rigoureuse des lois de la République». Pour M. Sellal le bilan général des
années précédentes est «positif» puisque beaucoup de réalisations ont été enregistrées sur le terrain. Toutefois, il a déclaré que le gouvernement rattrapera les
«lacunes». M. Sellal s’est également engagé à édifier une «démocratie sans abus ni dépassements».
P
our le Premier ministre il
«est temps d'aboutir à un
consensus sur les principes
fondamentaux, nos mains sont ten-
dues, notre cœur est ouvert, notre
volonté est sincère et nous n'avons
pas le moindre complexe». A ceux
qui revendiquent une phase transi-
toire, il répondra qu’il faut plus tôt
aller de l’avant et construire un
Etat civilisé car indiquera le Pre-
mier ministre les objectifs sont
clairs. Il s’agit d’édifier un Etat,
une économie et une société qui
soient au profit de la jeunesse et de
la deuxième génération.
C’est pourquoi a-t-il affirmé
l’Algérie envisage aujourd’hui
l’exploitation du gaz de schiste.
Rappelant qu’une loi a été adoptée
à cet effet, et que le gouvernement
est tenu de l’appliquer, il annon-
cera néanmoins que « si un flou »
persiste encore autour de cette
question, «on ira vers la société».
Dans cette optique, il a annoncé
l’organisation de journées d’études
par Sonatrach sur la politique éner-
gétique de l’Algérie et un colloque
international sur le gaz de schiste.
Selon lui c’est une question vitale
pour l’économie algérienne et la
nécessité de garder la place de
l’Algérie comme acteur influent
sur le marché international. Il a
ainsi donc rappelé dans ce sillage
que le groupe Sonatrach avait déjà
effectué "avec succès" une pre-
mière opération d'exploration du
gaz du schiste visant la formation
du personnel dans la région d'In
Salah précisant qu'une deuxième
opération est prévue prochaine-
ment. Pour ce qui de la main d’œu-
vre appelée à exploiter ce gaz, il
demandera à faire confiance à
l’élite algérienne. D’autre part, il
annoncera l’ouverture à la jeunesse
de postes supérieurs de responsabi-
lité
Poursuite de la
réhabilitation du service
public
Pour ce qui de l’amélioration du
service public, le Premier ministre
annoncera la poursuite des efforts
engagés dans ce sens et que la sup-
pression du ministère chargé de la
réforme administrative n’aura au-
cune incidence sur la détermina-
tion du gouvernement à prendre
toutes les mesures pour réhabiliter
le service public en Algérie et ac-
corder plus de facilitations aux ci-
toyens . il précisera à cet effet la
création "d'un observatoire" du ser-
vice public qui sera chargé d'amé-
liorer le service public et qui figure
dans le plan d'action du gouverne-
ment.
Pour ce qui de la démocratie
participative que le gouvernement
veut promouvoir, il affirmera que
si un tel objectif nécessite la révi-
sion du code communal, le gouver-
nement le fera car il est animé
d’une volonté sincère de construire
un Etat moderne qui réponde aux
aspirations des citoyens. Toutefois,
il regrettera que les assemblées
élues n’assument pas leurs respon-
sabilités. Il citera pour étayer ses
propose la distribution du loge-
ment social ou rural. Selon M. Sel-
lal il faut trouver la meilleure
formule pour que les élus locaux
puissent assumer leurs rôles. Au
volet économique, il rappellera aux
membres du Conseil de la nation
que l’objectif assigné est clair,
ajoutant que le gouvernement est
«pragmatique».
Renforcement de
l’investissement public et
privé
Pour lui il faut sortir de la dé-
pendance des hydrocarbures qui
constituent 93% des recettes fis-
cales du pays. Ainsi il indiquera
que «la politique suivie est de ren-
forcer l’investissement national pu-
blic et privé. Il y a de son point de
vue, un entreprenariat qui peut se
développer en partenariat avec les
étrangers. Il affirmera dans ce sens,
la volonté du gouvernement à
«renforcer davantage les crédits
économiques pour l’investissement
pour créer un tissu industriel au ni-
veau du pays et éradiquer la ges-
tion administrative». Selon lui le
rôle de l’administration est un rôle
de facilitateur. Toutefois il recon-
naîtra que pareille entreprise néces-
site du temps. «C’est une question
de mentalité et de culture comme
pour la corruption» a-t-il indiqué.
S’agissant du secteur agricole il
affirmera que l’approche privilé-
giée est celle qui consiste à faire un
rapprochement avec la filière in-
dustrielle car a t-il soutenu «un
pays qui importe ses céréales et son
lait ne peut pas aller loin».
La crise du logement réglée
à l’horizon 2020
La crise du logement sera défi-
nitivement résorbée à l'horizon
2019-2020 compte tenu des efforts
consentis par les pouvoirs publics.
Le Premier ministre qui exclut
toute remise en cause de la règle
51/49% sur l'investissement étran-
ger et l'exercice du droit de préem-
ption. Il n’y aura aucun recul. «On
peut juste assouplir » a-t-il précisé,
avant d’ajouter que pas moins de
262.000 logements sociaux sont
prêts à être distribués à la veille du
mois de Ramadhan en déplorant
qu'en raison des lourdeurs adminis-
tratives, une partie infime de ces
logements (15%) ont été affectés à
leurs bénéficiaires. M. Sellal a tenu
à souligner que «la politique du
Président de la République n’est
pas pour le libéralisme sauvage». Il
faut selon lui aller vers une écono-
mie créatrice de richesses. Le pre-
mier ministre annoncera également
la volonté du gouvernement à
poursuivre l’investissement public
dans les secteurs sociaux. Il n’y
aura aucun recul sur les acquis
comme dans la santé ou le loge-
ment que le gouvernement espère
régler à l’horizon 2019-2020.
Pas de politique d’exclusion
Pour ce qui est du volet poli-
tique du plan d’action, le Premier
ministre insistera pour dire «qu’il
n’y a pas de politique d’exclusion.
La politique de la haine et de l’in-
conscience ne produira rien de bon
selon lui qui poursuivra que dans
le cadre des consultations lancées
pour la Révision de la Constitution
toutes les tendances ont été
conviées à y prendre part. il indi-
quera dans ce sens que les
constantes sont connues
Une solution définitive au
problème de Ghardaïa sera
trouvée
Pour ce qui de la situation qui
prévaut à Ghardaïa, il annoncera
une visite prochaine dans cette wi-
laya pour trouver une solution dé-
finitive à ce problème. Cela se fera
dans la sérénité a-t-il précisé. Mais
a-t-il ajouté «les lois de la répu-
blique et la justice seront appli-
quées».
«Nous trouverons dans les pro-
chains jours, par le dialogue et de
la meilleure manière, une solution
définitive à la situation qui prévaut
à Ghardaïa, en application à l'ins-
truction du président de la Répu-
blique, Abdelaziz Bouteflika", a
affirmé M. Sellal tout en rappelant
que "l'unité nationale est une ligne
rouge à ne pas franchir" et qui
"n'admet aucune polémique, ni
débat".
En réponse aux préoccupations
relatives à la communauté natio-
nale à l’étranger, le Premier minis-
tre a promis de poursuivre et de
renforcer les mesures en sa faveur
notamment en ce qui concerne le
transport aérien et le transfert des
dépouilles. Il demandera aux mem-
bres de la communauté résidant à
l’étranger à participer au transfert
du savoir et de l’expérience en Al-
gérie en enseignant aux étudiants
Toute intervention de l'ANP
dans des pays voisins
est exclue
En réponse à ceux qui craignent
une intervention de l’ANP dans les
pays de la région, notamment dans
les pays voisins du Sahel en raison
de la situation sécuritaire qui y pré-
vaut, le Premier ministre se voudra
rassurant en excluant cette éven-
tualité, tant dira- t-il que le Prési-
dent Abdelaziz Bouteflika est à la
tête de l'Etat algérien. M. Sellal
rappellera que cette position émane
de la conviction ancrée dans la
Constitution qui prévoit que «nous
ne nous immisçons pas dans les af-
faires de nos voisins mais en
contrepartie nous ne renonçons ja-
mais aux intérêts du peuple et de
l'Etat algériens car, dans le passé
nous avons payé le prix fort et nous
connaissons parfaitement le sens
de la liberté». Pour M. Sellal «nous
n'intervenons point militairement
en dehors des frontières algé-
riennes car cela est contraire aux
principes et traditions de l'Etat al-
gérien". Il s'agit a-t-il indiqué de
«positions immuables et les choses
sont claires pour l'ANP qui reste
dans le territoire national pour as-
surer notre défense». Mais cela ne
signifie pour autant que l’Algérie
refuse d’apporte «son aide aux
pays voisins et amis autant que
possible» a affirmé le Premier mi-
nistre.
Nadia Kerraz
n
Les membres du Conseil de la Nation ont ac-
cordé un quitus au plan d'action du gouver-
nement présenté par le Premier ministre,
Abdelmalek Sellal, manifestant de ce fait et à l’instar de
leurs pairs de la Chambre basse du Parlement, leur ap-
probation tout en faisant acte d’une preuve de
confiance en la personne du président Abdelaziz Boute-
flika, en son programme de développement, appelé à
être mis en œuvre dans son intégralité et à être concre-
tisé sur le terrain. L’une des constations majeures à re-
tenir, est que ce plan d’action s’inscrit dans la
continuité et dans l’esprit des différents plans de déve-
loppement qui l’ont précédé et qui auront fortement
marqué l’action du Chef de l’Etat au cours des man-
dats qu’il a eus à exercer depuis son accession à la ma-
gistrature suprême du pays. Les débats et les multiples
observations, recommandations et enrichissements
émis par les membres de la représentation nationale au
niveau du Parlement, et qui ont prévalu au sein des
deux hémicycles, se sont distingués par un sens critique
et par une approche qui exclut toute complaisance. Ce
n’est pas le seul constat. L’option irréversible à édifier
un Etat de droit fondé sur une application rigoureuse
des lois de la République, fondée sur la prééminence
d’un dialogue inclusif, constant, avec l’ensemble de
toutes les bonnes volontés, sur une concertation sincère,
loin des pratiques répressives et de l'abus de pouvoir,
est un des points saillants qui renseignent sur une vo-
lonté d’en finir définitivement avec certains reflexes
surannés du passé. De surcroît, le plébiscite consenti
sans réserve ni restriction par le peuple au Président de
la République, sur la base d’engagements fermes pris
par le Président Bouteflika au cours de sa campagne
électorale, trouve de toute évidence, l’opportunité de se
voir conforté et matérialisé par l’action du gouverne-
ment pour un prochain quinquennat dédié à asseoir
l'édification d'une Algérie, économiquement et sociale-
ment, forte et ouverte sur la modernité, répondant aux
aspirations de nos concitoyens. L’engagement est d’au-
tant plus remarqué qu’il coïncide avec la célébration du
60
e
anniversaire du déclenchement de la glorieuse lutte
de Libération nationale le 1
er
novembre prochain.
La mise en œuvre scrupuleuse du plan d'action ne
saurait se concevoir sans l’implication de notre dias-
pora, qui, avec son potentiel d’expérience et de savoir-
faire, son sens du devoir, ne manquera pas d’apporter
sa contribution dans le cadre d’une synergie d’efforts
au service de la nation. Il n’en demeure pas moins si-
gnificatif de rappeler que l’engagement pris par le pre-
mier ministre pour soutenir les acquis sociaux réalisés
par l’Etat, traduit une volonté quasi pérenne, d’édifier
une économie en phase avec les impératifs de bonne
gouvernance, mais qui soit, selon l’expression consacrée
«à visage humain». Tant il est vrai que la quête effrénée
derrière le profit exclusif, une rentabilité échevelée, au
détriment de la personne, sont souvent le prétexte idéal
pour mettre en danger la cohésion sociale. La prise en
charge par les pouvoirs publics d’une vaste panoplie de
mesures fortes, concrétisées sur le terrain, allant dans
le sens d’une amélioration drastique des conditions de
vie de nos concitoyens, entre dans Cette préoccupation
a été maintes fois réitérée et c’est un des mérites de
l’Etat d’avoir à persévérer dans une ambition qui tire
sa substance du tréfonds de notre histoire et dans les
valeurs inextinguibles de notre culture nationale.
M. Bouraib
P
h
o
t
o
s

:

N
a
c
e
r
a
5
Mercredi 11 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
POINT DE PRESSE DE M. SELLAL :
« La dissolution du Parlement
n’est pas dans l’agenda »
A une question sur la dissolution du Parlement, le Premier ministre a affirmé, hier, lors d’un point de presse animé à l’issue
du vote par les membres du Conseil de la nation d’une motion de soutien au plan d’action du gouvernement que cette ques-
tion n’a pas été évoquée dans le cadre du projet de révision de la Constitution.
S
elon le Premier ministre la
nouvelle mouture renforce ses
prérogatives. Il ajoutera que «
cette question relève des préroga-
tives du Président de la République
et qu’elle n’est pas dans l’agenda
du gouvernement ».
La question du retour
du FIS dissous
est définitivement tranchée
Au sujet du retour sur la scène
politique du Fis dissout et l’exis-
tence d’une volonté politique de
le réhabiliter, M. Sellal répondra
sans ambages que cette question
a été tranchée et que la loi sur les
partis est claire et a été appliquée
à la lettre. Concernant l’invitation
adressée à certains dirigeants de
ce parti dissous à prendre part aux
consultations sur la révision de la
Constitution, elle relève du souci
du Président de la République de
n’exclure aucun Algérien. M. Sel-
lal affirmera que « le FIS en tant
que parti ne figure pas sur notre
agenda ». Pour ce qui est de la
conférence de transition de orga-
nisée par l’opposition, le Premier
ministre estimera que ses organi-
sateurs sont libres de donner leur
point de vue, mais qu’il ne faut
pas oublier que le peuple algérien
a donné sa confiance au Président
Bouteflika et qu’il a eu la recon-
naissance de la communauté in-
ternationale. Il ajoutera que « les
portes du dialogue sont toujours
ouvertes ». L’idée de la transition
est réfutée, car affirme le Premier
ministre « l’Algérie est
un pays qui a un socle constitu-
tionnel solide ». Il en voudra pour
preuve le fait que « le pays a
continué à fonctionner même
pendant la maladie du Président
». il est plus judicieux selon lui de
participer à l’amélioration de la
gouvernance, des prestations du
service public que de parler d’une
transition.
« On n’a jamais parlé
d’amnistie générale »
A une question relative à l’oc-
troi d’une amnistie générale dans
le cadre de la réconciliation natio-
nale, le Premier ministre a ré-
pondu que l’« on n’a jamais parlé
d’amnistie générale. » « Il y a une
loi qui définit les devoirs et les
obligations », a-t-il ajouté. Il af-
firmera « la poursuite de la dé-
marche de réconciliation
nationale » pour régler tous les la-
cunes relevées.
Selon l’orateur « on n’a pas
encore atteint du point de vue ci-
vilisationnel les objectifs de la ré-
conciliation nationale d’où la
proposition de la constitutionna-
liser. »
Il annoncera également que
tout ce qui a été appliqué dans le
cadre de la réconciliation le sera
pour les victimes de toutes les tra-
gédies nationales.
Pour ce qui est du découpage
administratif, il rappellera que ce
projet est un engagement du Pré-
sident de la République qui tou-
chera le Sud et les hauts plateaux.
Interrogé sur l’existence d’une
volonté du gouvernement de ré-
duire la liberté de la presse, le
Premier ministre indiquera que le
gouvernement n’a pas l’intention
de remettre en cause la liberté de
la presse.
On veut aider, mais, a-t-il pré-
cisé, il faut faire preuve de bonne
volonté avec la mise en œuvre
d’échéancier », en référence aux
dettes de certains éditeurs privés.
N. K.
Le président du Conseil de la nation,
Abdelkader Bensalah, a appelé, hier,
toutes les parties à participer à la concré-
tisation du plan d'action du gouvernement.
Dans une allocution à l'issue du débat gé-
néral autour du plan d'action du gouverne-
ment au Conseil de la nation, M. Bensalah
a indiqué que la mise en œuvre de ce pro-
gramme nécessite "la conjugaison des ef-
forts" au regard des défis qui se posent à
l'Algérie. "Ces défis ne permettent aucune
négligence. Le sérieux et la vigilance res-
tent de rigueur afin de concrétiser le
contenu du programme pour l'intérêt du
citoyen", a précisé M. Bensalah Après
avoir rappelé que le Parlement "s'est ac-
quitté de sa mission", le président du
Conseil de la nation a souligné que la res-
ponsabilité de mise en œuvre du programme qui
répond aux conditions, incombe au Premier mi-
nistre et aux membres de son gouvernement".
Evoquant le déroulement du débat général du
plan d'action du gouvernement au Conseil de la
nation, M. Bensalah a fait savoir que les discus-
sions se sont caractérisées par une "grande li-
berté d'expression" et que les intervenants ont
"exprimé leurs positions et préoccupations en
faisant preuve d'un sens élevé de responsabi-
lité". "Les positions étaient franches, claires et
audacieuses dans la plupart des cas. Les recom-
mandations politiques ont exprimé une appro-
bation y compris de la part de l'opposition dont
la représentation était modeste", a ajouté
M. Bensalah. "Quelle que soit la nature des
préoccupations des membres du Conseil de
la nation et les problèmes soulevés lors de
ce débat, ce dernier a reflété le souci des
intervenants quant à la bonne application
du contenu du programme présidentiel".
S'agissant du contenu du plan d'action du
gouvernement, M. Bensalah a fait savoir
que ce plan se caractérisait par la cohé-
rence, et qu'il était en parfaite synergie avec
ses objectifs et mécanismes de mise en
œuvre". "C'est un programme réaliste qui
répond aux aspirations de différentes caté-
gories de la société", a-t-il ajouté. Par ail-
leurs, le président du Conseil de la nation
a exprimé sa conviction que la "démocratie
et la gouvernance avancent à pas sûres en
Algérie". S'agissant de la motion adoptée par le
Conseil de la nation à l'issue du débat général,
M. Bensalah a indiqué qu'elle "porte sur la po-
sition du conseil concernant le plan d'action du
gouvernement ainsi que les recommandations
et observations que le gouvernement doit pren-
dre en considération".
Le Conseil de la nation vote une motion de soutien au plan
d’action du gouvernement
Les membres du Conseil de la
nation ont voté, hier, à l’issue de
l’intervention du Premier minis-
tre, qui a répondu aux préoccupa-
tions et questions soulevées
durant les débats, une motion de
soutien au plan d'action du gou-
vernement présenté dimanche
dernier par le Premier ministre,
Abdelmalek Sellal. Cette motion
lue par le sénateur M. Oussahla,
les membres de la chambre haute
du Parlement ont tenu à saluer les
efforts du gouvernement pour la
préservation des acquis ainsi que
le réalisme de son plan d’action
qui répond selon eux aux aspira-
tions des Algériens.
Cependant, les membres du
Conseil de la nation n’ont pas
omis de souligner la nécessité de
parachever les programmes arrê-
tés et l'octroi des crédits néces-
saires.
N. K.
RÉUNION
DE L'AP-UPM
LES 12 ET 13 JUIN
PROCHAINS
Une
délégation
du Conseil
de la nation
à Barcelone
Le Conseil de la nation
participera les 12 et 13 juin
à Barcelone (Espagne), à la
réunion de la commission de
l'énergie, de l'environne-
ment et des ressources en
eau de l'Union pour la Mé-
diterranée (UPM), a indiqué,
hier, un communiqué du
Conseil. Selon la même
source, la réunion portera
notamment sur les thèmes
"Le plan solaire méditerra-
néen : informations sur les
projets en cours", "Les
changements climatiques",
"La sécurité alimentaire"
ainsi que le rapport sur les
villes écologiques.
Le Conseil de la nation
sera représenté, lors de cette
rencontre, par Amar Makh-
loufi, vice-président de la
commission de l'énergie, de
l'environnement et des res-
sources en eau de l'assem-
blée parlementaire de
l'UPM.
M. Bensalah préconise la conjugaison des efforts pour la mise en œuvre du plan
P
h
o
t
o
s

:

N
a
c
e
r
a
6
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 11 Juin 2014
Publicité
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
5° RÉGION MILITAIRE
AVIS DE PROLONGATION DE DÉLAI
Il est porté à la connaissance des soumissionnaires intéressés par l’Appel d’Offres
National Ouvert N°117/2014/U8/DFM/5°RM, relatif à la réhabilitation du nouveau
siège Aïn Smara, Constantine, lot 00+01 intitulé :
désamiantage + démolition, paru sur les quotidiens nationaux le : 17/05/2014,
que le délai de dépôt des offres a été prolongé au 18 juin 2014.
El Moudjahid/Pub ANEP 128679 du 11/06/2014
FEDERATION DE FRANCE DU FLN
Plaidoyer pour un régime semi-présidentiel
Le président de l’Association des mili-
tants de la Fédération de France du Front de
libération nationale (FLN), Mohand Akli Be-
nyounès, a plaidé, hier à Alger, pour un ré-
gime semi-présidentiel garantissant le
fonctionnement des institutions et la stabilité
du pays lors de la prochaine révision de la
Constitution.
S’exprimant à l’issue de sa rencontre avec
le ministre d’Etat, directeur de cabinet à la
présidence de la République, Ahmed Ouya-
hia, dans le cadre des consultations sur le pro-
jet de la révision de la Constitution, M.
Benyounès a plaidé pour un régime semi-pré-
sidentiel garantissant le fonctionnement des
institutions et la stabilité du pays, soulignant
le caractère républicain et démocratique de l’Etat algé-
rien. M. Benyounès a ajouté, par ailleurs, avoir remis
un document à M. Ouyahia, contenant d’autres propo-
sitions au sujet de la révision de la Constitution.
RPA
Abdelkader Merbah : « Pour la création
du poste de vice-président élu »
S’
exprimant à l’issue de sa
rencontre avec le ministre
d’Etat, directeur de cabinet
à la présidence de la République,
Ahmed Ouyahia, dans le cadre des
consultations sur le projet de la révi-
sion de la Constitution, M. Belhadi
a plaidé en faveur de la constitution-
nalisation du CNES dans la nouvelle
Constitution, lui permettant l’élar-
gissement de ses prérogatives au
suivi et l’évaluation périodique des
politiques publiques.
S’agissant du volet politique, M.
Belhadi a proposé le partage de cer-
taines prérogatives du Président de
la République par le chef du gouver-
nement dans l’exercice du pouvoir,
plaidant, dans ce cadre, pour un
mandat présidentiel de cinq, renou-
velable une seule fois, pour garantir
le principe de l’alternance au pou-
voir.
M. Belhadi a proposé la four-
chette d’âge de 40 ans à 65 pour
pouvoir prétendre à la responsabilité
exécutive pour "plus d’efficacité"
dans l’exécution des différentes
tâches.
Evoquant le projet de la révision
constitutionnelle dans son volet
consacré au Conseil constitutionnel,
M. Belhadi a indiqué avoir proposé
de diminuer le nombre des cas de
saisine de 70 au tiers ou au quart. Le
15 mai dernier, la présidence de la
République a adressé des invitations
à 150 partenaires constitués notam-
ment de partis politiques, organisa-
tions et associations nationales
représentants de diverses corpora-
tions, en vertu de la décision du Pré-
sident Bouteflika, prise le 7 mai
dernier, en Conseil des ministres.
Les invitations ont été acceptées
par 30 personnalités sur 36 destina-
taires, 52 partis politiques sur 64 in-
vités, toutes les organisations et
associations nationales destinataires
d’une invitation et les 12 professeurs
d’universités sollicités.
Le président
du Rassemble-
ment patriotique
algérien (RPA),
A b d e l k a d e r
Merbah, a
plaidé, hier à
Alger, pour la
création du poste
de vice-prési-
dent élu dans la
nouvelle Consti-
tution, et qui
échoit au candi-
dat ayant décro-
ché la deuxième
place à l’issue
des élections. S’exprimant à l’issue de
sa rencontre avec le ministre d’Etat, di-
recteur de cabinet à la présidence de la
République, Ahmed Ouyahia, dans le
cadre des consultations sur le projet de
la révision de la Constitution, M. Mer-
bah a plaidé pour la création du poste
de vice-président dans la nouvelle
Constitution qui sera élu, précisant que
ce poste devrait échoir au candidat ar-
rivé deuxième à l’issue de l’élection
présidentielle.
Il a ajouté avoir également proposé
que l’âge du président de la Répu-
blique, devait se situer entre 40 et 75
ans, de niveau universitaire, et de don-
ner la possibilité à des non musulmans
de postuler à la magistrature suprême.
M. Merbah a en outre axé ses proposi-
tions sur la création d'un haut Conseil
des partis et organisations civiles et
professionnelles et d'un haut Conseil
des élections qui aura notamment la
charge d’organiser les scrutins électo-
raux, ajoutant par ailleurs que le poste
de ministre de la Défense nationale de-
vrait revenir à un civil. Il a proposé
d’élargir le nombre des membres du
Conseil constitutionnel à 15, choisis
par voie électorale pour un mandat de
10 ans, dont la moitié sera renouvelée
tous les 5 ans. Evoquant les partis po-
litiques, il a appelé à l’interdiction de
la création de partis sur la base de la lé-
gitimité "historique" et "les constantes
nationales", appelant à la "mise au
musée" du parti du Front de libération
nationale (FLN).
M. Merbah a appelé à la création de
neuf pôles régionaux créateurs de plus-
value économique pour le pays, repo-
sant sur la décentralisation pour arriver
au développement économique du
pays. Il a également proposé que le
Haut conseil islamique soit composé
de 25 membres élus pour un mandat de
5 ans, renouvelable une seule fois, qui
auront le rôle de mufti.
Le président du PRA a appelé éga-
lement à la neutralité des lieux de culte
(la mosquée) et à consacrer notamment
la liberté de la presse, d’édition et de
création de radios et de chaînes de té-
lévision, proposant dans ce cadre la
création d’un haut Conseil de la presse
et de l’audiovisuel.
REVISION DE LA CONSTITUTION
FRONT DE LA BONNE GOUVERNANCE
Aïssa Belhadi : « Constitutionnaliser le CNES »
Le président du Front de la bonne gouvernance (FBG), Aïssa Belhadi, a plaidé, hier à Alger, pour la constitutionnalisation du Conseil national économique et social (CNES),
lui permettant l’élargissement de ses prérogatives au suivi et l’évaluation périodique des politiques publiques.
Le président du Parti des jeunes (PJ), Hamana
Boucharma, a plaidé, hier, pour la tenue d’une
conférence d’entente nationale, regroupant
toutes les sensibilités politiques pour « s’en-
tendre » sur un projet de Constitution consen-
suel. S’exprimant à l’issue de sa rencontre
avec le ministre d’Etat, directeur de cabinet à
la présidence de la République, Ahmed Ouya-
hia, Boucharma a plaidé pour la tenue d’une
conférence d’entente nationale, la troisième du
genre, après celle de 1994 et 1996, regroupant
tous les sensibilités politiques, sans aucune
exclusion. S’agissant de la nature du régime
politique, il a exprimé sa préférence en faveur
du régime semi-parlementaire car, a-t-il expli-
qué, « garantissant l’instauration d’un Etat de
droit et des institutions ».
M. Boucharma a également mis l’accent sur l’impor-
tance de l’indépendance de la justice, préconisant la sou-
veraineté des magistrats dans leurs décisions et
l’indépendance du Conseil supérieur de la magistrature
qui ne doit pas avoir comme président le chef de l’Etat
ni en tant que membre le ministre de la Justice. Il a in-
diqué que l’instance exécutive présidé par le Président
de la République ne devrait pas interférer dans les déci-
sions des juges et de légiférer par ordonnance entre deux
sessions du Parlement, « sauf dans des cas exceptionnels
». Il a également appelé à l’officialisation de la langue
amazigh ainsi que la mise en place d’un Haut conseil is-
lamique indépendant qui aura la charge d’émettre des
fatwas.
PARTI DES JEUNES
Appel à la tenue d’une conférence d’entente nationale
7
Mercredi 11 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
Le ministre des Transports,
Amar Ghoul, a affirmé, hier à
Alger, qu’un programme spécial de
transport aérien et maritime a été
arrêté pour faciliter le transport de
la communauté nationale établie à
l’étranger du 22 juin au 22 septem-
bre. Une rencontre interministé-
rielle a regroupé récemment les
secteurs et les sociétés de transport
concernées, ainsi que les services
de sécurité et de douanes pour éta-
blir un programme spécial été, vu
la forte affluence de la commu-
nauté algérienne vers le pays en
cette saison, et ce afin de lui réser-
ver un bon accueil à des prix rai-
sonnables, a souligné M. Ghoul, en
marge de la séance consacrée aux
réponses du Premier ministre aux
questions des membres du Conseil
de la nation. Le ministre a ajouté
que plusieurs mesures ont été
prises pour alléger les procédures
administratives, et des facilités et
de nouveaux avantages ont été of-
ferts à cette catégorie, citant, à titre
d’exemple, l’annulation de la fiche
de renseignements au niveau des
aéroports et des ports. Concernant
le transport aérien, il a été décidé
de renforcer la flotte d’Air Algérie
en cette période par de nouveaux
avions, en prévision de l’ouverture
de nouvelles lignes vers des villes
françaises à forte concentration
d’Algériens, en sollicitant l’aide de
Tassili Airlines à travers des des-
sertes internationales irrégulières
(charters).
Les deux sociétés appliqueront
des réductions allant de 30 à 50%
pour tous les billets vendus à partir
de la fin juin à la fin septembre,
entre autres avantages familiaux.
Le transport maritime, qui sera
renforcé également par de nou-
velles lignes desservant des pays
européens, est concerné par des ré-
ductions des prix des billets et la
facilitation des procédures admi-
nistratives et douanières, qui auront
lieu désormais à l’intérieur même
des car-ferries.
Le Premier ministre avait af-
firmé devant les membres du
Conseil de la nation que les me-
sures nécessaires pour assurer le
transport des membres de la com-
munauté nationale établie à l’étran-
ger ont été prises, et les réductions
seront applicables à partir du 20
juin.
Le ministre des Transports a af-
firmé que les différents moyens de
transport urbain par rails (trains,
métro et tramway) assureront le
transport des citoyens jusqu’à une
heure tardive de la nuit durant le
mois de Ramadhan et durant l’été.
Le ministre de l’Agriculture et
du Développement rural, Abdelwa-
hab Nouri, a affirmé, hier à Alger,
que la maladie de Newcastle (pseu-
dopeste aviaire) a été maîtrisée
après avoir été détectée la mi-mai
dernier dans plusieurs wilayas de
l’est du pays. En marge des ré-
ponses du Premier ministre, Abdel-
malek Sellal, données aux
interrogations des membres du
Conseil de la nation sur le plan
d’action du gouvernement, M.
Nouri a indiqué que la maladie de
Newcastle, découverte dans les wi-
layas de Sétif, de Bordj Bou-Arré-
ridj, Batna et Tébessa, a été
maîtrisée, soulignant que «la situa-
tion actuelle est satisfaisante».
Les services de la santé vétéri-
naire ont affirmé auparavant avoir
pris une série de mesures pour em-
pêcher la prolifération de la mala-
die qui a causé la perte de milliers
de volailles. Due à un virus qui af-
fecte les oiseaux, notamment les
volailles domestiques, la maladie
de Newcastle est très contagieuse
et cause des pertes économiques
importantes générées par la mort
des volailles pouvant engendrer
une hausse des prix dans les mar-
chés à l’approche du mois de Ra-
madhan.
D’autre part, M. Nouri a indi-
qué que les différents produits agri-
coles seront disponibles pendant le
mois de Ramadhan, rappelant les
quantités de viande rouge impor-
tées pour couvrir la demande des
citoyens durant ce mois à des prix
raisonnables.
Cette viande rouge importée de
deux provinces musulmanes en
Inde correspond aux préceptes de
la religion, a-t-il fait remarquer, fai-
sant allusion aux craintes suscitées
récemment autour de la consom-
mation de cette viande et la menace
de boycottage par certains gros-
sistes.
Le secrétaire général de l’Union
nationale des paysans algériens
(UNPA), Mohamed Alioui, a mis
en garde, hier à Alger, contre le
phénomène de détournement des
terres agricoles de leur vocation
qui touche pas moins de 6 hectares
par jour, appelant à intégrer la pro-
tection de ces terres dans la pro-
chaine révision constitutionnelle.
Dans une conférence de presse ani-
mée le lendemain de sa rencontre
avec le ministre d’État, le directeur
de cabinet, Ahmed Ouyahia,
chargé de mener les consultations
politiques sur le projet de la révi-
sion de la Constitution, M. Alioui
a mis en garde contre le phéno-
mène de détournement des terres
agricoles de leur vocation, «suite
aux permis de construire délivrés
par les communes qui ont ouvert la
porte devant l’invasion du béton».
Pour mettre fin à ces «crimes»,
l’UNPA a demandé, par la voix son
secrétaire général, l’intégration de
la protection des terres agricoles,
qui sont «le garant de la sécurité
alimentaire», dans le projet de ré-
vision de la Constitution, et suivre
l’exemple de nombreux pays à cet
égard».
Dans ce contexte, M.Alioui a
évoqué «le retard» enregistré dans
la délivrance des contrats de
concession aux agriculteurs dont
les délai sont fixés au 30 juin 2014
pour le parachèvement de substitu-
tion de contrats de concession aux
contrats de jouissance permanente.
Le taux de délivrance de ces actes
ne dépasse pas actuellement les
60%, selon M. Alioui.
Par ailleurs, M. Alioui a réitéré
sa demande d’accélérer la promul-
gation des décrets exécutifs
concernant la création d’un haut
conseil de l’agriculture, stipulée
dans la loi de 2010 sur l’orientation
du secteur, qui «accuse un retard de
près de quatre années».
À l’occasion de l’approche du
mois béni de Ramadhan, le premier
responsable de l’UNPA a préconisé
que l’importation des viandes soit
interdite en dehors de ce mois afin
de soutenir la production du paysan
algérien, affirmant que «la non-
protection du produit agricole na-
tional affaiblissait, sans aucun
doute, la cadence du développe-
ment».
TRANSPORT DE LA COMMUNAUTÉ ALGÉRIENNE
À L’ÉTRANGER DURANT LA SAISON ESTIVALE
Amar Ghoul : « Un programme
spécial et des tarifs raisonnables »
Air Algérie et Tassili Airlines appliqueront des réductions allant de 30 à 50%
pour tous les billets vendus à partir de la fin juin à la fin septembre, entre au-
tres avantages familiaux.
Participant aux travaux du Forum
mondial sur la société de l’information
( SMSI+10) qui se tient à Genève du
10 au 13 juin, la ministre de la Poste
et des Technologies de l’information
et de la communication, Zohra Der-
douri, s’est saisie de l’occasion pour
présenter une synthèse des progrès ac-
complis en matière d’implantation des
lignes d’actions du SMSI et des ac-
tions stratégiques menées.
L’Algérie, souligne-t-elle, a œuvré
à la concrétisation des engagements
pris à l’occasion du SMSI de Tunis, en
adoptant une stratégie d’édification de
la société de l’information et de l’éco-
nomie fondée sur la connaissance, et
misant sur un développement structu-
rant, durable au profit de l’ensemble
des acteurs socio-économiques et des
citoyens de manière équitable à tra-
vers tout le territoire national.
Cette stratégie nationale mise en
œuvre a eu un effet catalyseur impré-
gnant une dynamique de croissance
perceptible à travers l’évolution des
grands agrégats socio-économiques.
La ministre a, en outre, indiqué que
l’Algérie a inscrit comme priorité stra-
tégique, la démocratisation de l’accès
aux TIC à travers la formation de
masse, afin de lutter contre la fracture
numérique.
Il convient aussi de signaler la
mise en œuvre de la «stratégie natio-
nale pour le haut et le très haut débit
en Algérie». À ce titre, pas moins de
78.000 km de fibres optiques ont été
réalisés à ce jour sur le territoire na-
tional, renseigne-t-elle.
En matière de connectivité des es-
paces communautaires, M
me
Derdouri
indique que l’Algérie a déployé des
efforts considérables. En effet, l’en-
semble des établissements de jeunes,
des maisons de la Culture, des biblio-
thèques, des salles de lecture pu-
bliques, des cités et campus
universitaires, des centres de re-
cherche, des maisons d’associations,
des écoles et des centres de formation
sont connectés à l’internet haut débit,
ainsi que toutes les localités de plus de
1.000 habitants. Par ailleurs, au titre
du NEPAD, il convient de signaler
que la partie algérienne de la liaison
en fibre optique, reliant Alger à
Abudja (Nigeria), en passant par Zin-
der au Niger, est opérationnelle.
En matière de développement des
infrastructures de télécommunications
satellitaires, l’Algérie a entrepris une
action d’envergure nationale et régio-
nale portant sur la réalisation d’un sa-
tellite de télécommunications
Alcomsat 1, dont la mise en exploita-
tion est prévue avant l’échéance de
2015.
L’innovation et le développement
de l’entrepreneuriat sont l’un des pi-
liers de la stratégie nationale, à travers
les parcs technologiques qui en de-
meurent le vecteur par excellence.
Trois Cyberparcs sont actuellement
opérationnels, et des parcs technolo-
giques régionaux sont prévus à
l’échéance 2015.
Le citoyen est au centre de notre
programme national,et ce, notamment,
par le développement des services en
ligne, un lancement du portail gou-
vernemental Elmouwatin et des por-
tails sectoriels et thématiques, la carte
de sécurité sociale (CHIFFA), et la
mise en œuvre, ainsi que le parachè-
vement du réseau national de télémé-
decine, initié dans sa première phase,
avec 18 établissements hospitaliers.
Aussi, l’opération de désenclavement
technologique Cyberif portant sur
l’aménagement de bus en cyberespace
se déplaçant de village en village,
pour initier les populations enclavées
aux TIC, sera, en 2015, généralisée
dans toutes les régions rurales du
pays.
M. Bouraib
CORONAVIRUS
Décès de l’un des deux cas
confirmés
selon le ministère de la Santé
Le patient qui était hospitalisé au CHU de Tlemcen pour infection liée au
coronavirus est décédé dans la nuit de lundi à hier, des suites d’une détériora-
tion de ses fonctions vitales, a annoncé, hier, le ministère de la Santé, de la
Population et de la Réforme hospitalière dans un communiqué. «Dans le cadre
du suivi de l’état de santé des deux patients hospitalisés pour infection liée au
nouveau sous type de coronavirus, le ministère de la Santé, de la Population
et de la Réforme hospitalière a le regret d’informer que le patient qui était hos-
pitalisé au niveau du service des maladies infectieuses du CHU Tlemcen est
décédé dans la nuit du 9 au 10 juin 2014 des suites d’une détérioration de ses
fonctions vitales», souligne la même source. «Le patient avait été admis au
CHU à son retour de la omra en Arabie saoudite, où il avait, durant son séjour,
présenté les premiers signes respiratoires et digestifs», a-t-on précisé. «Le se-
cond cas confirmé, hospitalisé à l’hôpital de Koléa, présente une évolution fa-
vorable de son tableau hémodynamique. Aucune autre atteinte au nouveau
sous type de coronavirus n’a, depuis, été confirmée par le laboratoire de réfé-
rence de l’Institut Pasteur d’Algérie», relève le communiqué. Au stade actuel
des données épidémiologiques factuelles, le ministère note, en se référant à
l’Organisation mondiale de la santé (OMS), que «la transmission interhumaine
reste faible». Néanmoins, il recommande aux voyageurs à destination des pays
du Moyen-Orient, et notamment vers l’Arabie saoudite, de «respecter les rè-
gles d’hygiène par le lavage fréquent et soigneux des mains au savon liquide
ou par friction, avec une solution hydro-alcoolique, ainsi que les règles d’hy-
giène respiratoire par l’utilisation de mouchoirs en papiers à usage unique en
cas de toux et d’éternuement». Il est également recommandé de «consulter ra-
pidement un médecin devant toute fièvre avec signes respiratoires (toux, gêne
respiratoire), en veillant à lui signaler le séjour dans un des pays du Moyen-
Orient». Le ministère de la Santé assure qu’il «continue de suivre de près
l’évolution de la situation épidémiologique, et prendra, le cas échéant, toutes
les mesures qui s’imposent et qui seront portées à la connaissance de l’opi-
nion».
AGRICULTURE
M. Nouri : « La maladie de Newcastle
a été maîtrisée »
MOHAMED ALIOUI, SG DE L’UNPA :
« Pas moins de 6 hectares de terres agricoles
sont détournés quotidiennement de leur vocation »
FORUM MONDIAL SUR LA SOCIÉTÉ DE
L’INFORMATION (SMSI+10) À GENÈVE
M
me
Derdouri : « L’Algérie
concrétise de plus en plus ses
engagements »
8
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 11 Juin 2014
A
l’ordre du jour de cette réu-
nion de haut niveau, le
«renforcement du dispositif
dédié à la sécurité sur tout le tracé
frontalier et les régions frontalières
avec les pays suscités». Le patron
de la gendarmerie nationale a ap-
pelé ses commandants de groupe-
ment territorialement compétents à
« redoubler de vigilance et de veil-
ler au grain pour faire échouer
toute tentative hors la loi », a-t-il
lancé. Il faut souligner que depuis
plusieurs semaines, l’Algérie a
élevé le niveau d’alerte à ses fron-
tières et suit de près l’évolution de
la situation sécuritaire chez ses
deux voisins. Pour rappel les forces
de sécurité ont déjà fait avorter la
tentative d’approvisionner les
groupes armés terroristes avec une
tonne de phosphate destinée à la fa-
brication de bombes artisanales.
Les instructions du premier res-
ponsable de ce corps constitué vi-
sent de prime abord à contrecarrer
d’éventuelles menaces terroristes
au niveau de nos frontières et d’in-
troductions d’armes. Il a également
instruit les participants à la réunion
de doubler le nombre des Sections
d’intervention et de sécurité (SSI)
dans les villes de l’Est du pays «il
est également important de renfor-
cer la surveillance aérienne au ni-
veau des frontières sans oublier les
axes routiers, les reliefs monta-
gneux et les forêts pour une sécu-
risation maximale» a-t-il affirmé.
Aussi, il instruira également ses
éléments, d’adapter le plan d’ac-
tion à la conjoncture actuelle et
d’assurer la sécurité des citoyens et
de leurs biens durant la saison es-
tivale et le mois sacré du rama-
dhan. Il est également utile de
noter qu’à la fin du mois de mai
dernier, Le général de corps d'Ar-
mée, Ahmed Gaïd Salah, vice-mi-
nistre de la Défense nationale, chef
d'état-major de l'Armée nationale
populaire (ANP) a supervisé des
exercices tactiques visant notam-
ment l'amélioration des capacités
de combat et faisant face à toute
menace aux frontières.
« A l’écoute des citoyens »
A l’occasion de sa présence à
Annaba, le général-major Ahmed
Bousteila, a donné hier le coup
d’envoi de journées portes ou-
vertes sur ce corps constitué qui se
tiennent pour durant trois jours, au
stade Colonel Chabou de la ville
d’Annaba. Le commandant de la
gendarmerie a ensuite participer à
la visite d’inspection de plusieurs
infrastructures de son institution
avant de procéder à la pose de la
première pierre du projet de réali-
sation dans la commune d’El
Bouni du nouveau siège du grou-
pement territorial d’Annaba et
d’une cité résidentielle de 260 lo-
gements de fonction . Devenue tra-
ditionnelle comme à chaque début
de saison estivale, cette manifesta-
tion vise essentiellement à se rap-
procher davantage des citoyens et
aussi à «renforcer les relations
étroites déjà instaurées». Il est sur-
tout question de créer une culture
de confiance entre les services de
sécurité et la société d’autant plus
qu’au sein de la gendarmerie natio-
nal l’objectif de faire du citoyen un
allié incontestable dans la stratégie
sécuritaire n’est pas un vain mot.
Partant de ce principe, la gendar-
merie nationale insiste, précise-t-
on lors de cette manifestation, sur
le fait d’inclure dans sa vision glo-
bale les préoccupations des ci-
toyens. «Notre institution tient à
être à l’écoute des citoyens et de
ses attentes pour assurer sa sécurité
dans le cadre du respect des lois de
la République», a tenu à préciser le
lieutenant colonel, Abdelhamid
Keroud, responsable de la commu-
nication et de l’information du
Commandement de la gendarmerie
nationale à cette occasion. Ces
journées permettront donc aux ci-
toyens de mieux connaître les mis-
sions et les domaines
d'intervention de ce corps relevant
du ministère de la Défense natio-
nale. Il est également question d'in-
former les citoyens des missions de
la gendarmerie nationale en ma-
tière de protection des personnes et
des biens, de préservation du patri-
moine, de sécurité routière et de
politique judiciaire. Ces journées
seront également l’occasion pour
le grand public s'enquérir des tech-
nologies modernes utilisées et des
progrès réalisés par ce corps mili-
taire de sécurité. Dans une allocu-
tion prononcée à l’occasion, le
commandant du 5
e
commandement
régional a indiqué que l’organisa-
tion des portes ouvertes est deve-
nue une coutume pour la
gendarmerie nationale visant es-
sentiellement à rapprocher le ci-
toyen de ses services de sécurité,
de lui faire connaitre leurs diffé-
rentes missions et surtout appro-
fondir la relation de confiance et
attirer les jeunes diplômés vers une
carrière dans la gendarmerie. Des
exhibitions de motocyclistes, des
brigades cynophiles et des unités
de sécurité et d’intervention (SSI)
ainsi que des exercices des unités
spécialisées dans la neutralisation
de criminels ont marqué la matinée
d’hier avant de clôturer avec une
intervention d’hélicoptères qui a
impressionné les présents et fait le
bonheur des enfants. Les visiteurs,
particulièrement les jeunes, auront
également l’opportunité de décou-
vrir les différents stands et ateliers
qui leur permettront non seulement
de s’enquérir des technologies mo-
dernes utilisées et de progrès réali-
sés par ce corps mais aussi de
prendre connaissance des condi-
tions de recrutement à la Gendar-
merie nationale. Un stand a
d’ailleurs été consacré à cet impor-
tant volet. Les citoyens pourront
également prendre connaissance à
travers les différents tableaux affi-
chés à cette occasion des statis-
tiques qui attestent de la
dynamique de ce corps de sécurité
sur le terrain en termes de lutte an-
ticriminelle on y trouve également
les bilans effarants des accidents de
la route qui ne cessent d’augmenter
ces dernières années au point de
devenir une véritable hécatombe.
M. M.
M. ABDELGHANI HAMEL : HIER
À L’AÉROPORT HOUARI BOUMEDIENE
« Suppression de la fouille manuelle
et annulation de la procédure
d’identification de bagages »
Après la fiche de renseignements
pour les voyageurs, supprimée à travers
le territoire le 6 juin dernier, le directeur
général de la sureté nationale, a fait l’an-
nonce de deux mesures de facilitation de
formalités inédites à partir de l’aéroport
Houari Boumediene.
En effet, à partir d’aujourd’hui, re-
lève le général-major Abdelghani
Hamel, la DGSN a «décidé de suppri-
mer la fouille manuelle au niveau du
couloir télescopique et d’annuler la pro-
cédure d’identification de bagages sur la
piste .» Les deux mesures seront rem-
placées par des dispositifs techniques.
Dans une déclaration à la presse, M.
Hamel a souligné que ces mesures s’ins-
crivent dans le cadre de «la prise en
charge continue des préoccupations des
citoyens et en application des instruc-
tions du Président de la République, Ab-
delaziz Bouteflika, visant l'amélioration
du service public et le rapprochement de
l'administration publique du citoyen».
Les différentes dispositions d’assouplis-
sement des formalités de voyage per-
mettront un gain de temps aux
voyageurs mais également de faciliter la
tâche pour les agents de la police. Ces
derniers auront, désormais, à assurer
leur mission de surveillance par des mé-
thodes plus efficaces.
Pour sa part, le responsable de la sé-
curité a l'aéroport Houari-Boumediène,
le commissaire principal Boukhari Nou-
reddine a précisé à la presse que la
fouille manuelle sera remplacée par le
recours aux moyens modernes comme
le scanner et les détecteurs de métaux
afin de garantir la fluidité du mouve-
ment. Pour ce qui est de l’opération de
reconnaissance des bagages celle-ci se
fera également à travers un réseau au-
tomatique au niveau de la piste aéropor-
tuaire, a également signalé l’officier.
Dans ce contexte, il y a lieu de rele-
ver que ces deux nouveautés feront le
grand bonheur des dizaines de milliers
de voyageurs, notamment à quelques se-
maines du mois de Ramadhan durant le-
quel les différentes infrastructures
aéroportuaires connaissent des af-
fluences record. Puis suivra le flux in-
verse, après ce mois sacré qui sera
marqué par une vague de départs vers
différentes destinations pour les va-
cances estivales.
Il y a lieu de rappeler que rien que
pour l’année 2013, l'aéroport d'Alger a
connu, selon les chiffres de la Société de
gestion des services et infrastructures
aéroportuaires d'Alger (SGSIA), une
progression «appréciable», de près de 6
millions de passagers en 2013, soit une
hausse de 9,5% par rapport à 2012.
L'aéroport d'Alger a enregistré un
total de 5,93 millions de passagers (dé-
part-arrivée) en 2013 contre 5,42 mil-
lions en 2012, soit une hausse de 9,5%.
Ainsi, 4,22 millions de passagers ont été
transportés en 2013 sur le réseau inter-
national contre 3,82 millions en 2012
soit une évolution de 10,55%.
Rencontrés lors de notre visite à
l’aéroport Houari-Boumediene, certains
voyageurs n’ont pas caché leur conten-
tement.
Ingénieur de formation, Madjid, qui
s’apprête se rendre en France, se réjouit
de ces nouveautés, lesquelles permet-
tront d’éviter les quotidiennes files d’at-
tente qu’enregistrent, notamment les
grands aéroports comme celui d’Alger.
Fouad I.
ECOLE SUPÉRIEURE DE LA MARINE
DE TAMENTFOUST
Sortie de la 29
e
promotion
Une cérémonie de sortie de la 29
e
promotion 2013-2014, composée de la 22
e
promotion d'officiers-session commandement et Etat major — de la 21
e
promotion
d'officiers-session Maîtrise — et de la 4
e
promotion Licence dans les spécialités
Sciences de la navigation marine et Mécanique marine, a été organisée hier à
l'Ecole supérieure de la Marine (ESM) à Tamentfoust. La cérémonie de sortie de
cette promotion baptisée du nom du chahid Ali-Igoune dit "Tarza" a été présidée
par le commandant des forces marines le général-major Malek Necib. Les pro-
motions regroupent des stagiaires de Tunisie, de la Mauritanie et de la République
du Congo. Dans une allocution prononcée à cette occasion, le directeur de l'ESM,
le général Mohamed Koriche a souligné les efforts consentis pour assurer un ni-
veau de formation adapté aux exigences de modernité et professionnalisme, ap-
pelant les diplômés à faire preuve de dévouement et de loyauté dans
l'accomplissement de leur mission par fidélité aux valeurs de la glorieuse révolu-
tion de novembre. En marge de la cérémonie, le général-major Malek Necib a
procédé à l'appellation de l'ESM du nom du martyr du devoir national le général
major Boutighane victime d'un attentat terroriste le 27 novembre 1995. Le défunt
avait occupé plusieurs postes de responsabilité dans les forces marines. Les fa-
milles du général major Boutighane et du martyr Igoune ont été honorées par le
général-major Malek Necib. Né le 24 mars 1924 à Bouira, le chahid Ali-Igoune a
rejoint l'armée de Libération nationale et avait participé à la bataille de Hizer.
Connu pour sa maîtrise des affaires militaires, il a été promu à différents grades.
Après avoir été blessé à Ouled Bellil, il est arrêté par les autorités françaises et
placé dans plusieurs casernes où il subit toutes les formes de torture. Il succombera
à la barbarie coloniale le 14 février 1961.
LE COMMANDANT DE LA GENDARMERIE
NATIONALE À ANNABA
Le général-major Bousteila :
« Renforcer le dispositif
sécuritaire aux frontières »
Au vu de la conjoncture actuelle sur le plan sécuritaire au niveau des frontières
Est du pays avec la Tunisie et la Libye, notamment les tentatives d’incursion de
groupes terroristes sur le sol algérien, le général-major Ahmed Bousteila,
commandant de la Gendarmerie nationale, a réuni, hier, au groupement de
la gendarmerie nationale d’Annaba ses hauts cadres relevant du 5
e
Commandement régional de gendarmerie nationale de Constantine.
De notre envoyé spécial Mohamed Mendaci
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
Les entreprises algériennes ac-
cordent-elles autant d’intérêt à la
formation de leur personnel ? Pas
sûr, si l’on se fie à la situation de
beaucoup d’entre elles qui souli-
gnaient pourtant à longueur d’an-
née, la nécessité de donner la
chance aux ressources humaines de
s’épanouir. Malheureusement, il
n’en fut rien sur le terrain. Raison
pour laquelle, un Salon national de
la formation continue se tient de-
puis hier à l’esplanade Riadh El
Feth (Alger) et dont l’objectif est de
créer un carrefour où se rencontrent
les acteurs dans le domaine de la
formation continue, pour paraphra-
ser Ali Belkhiri, organisateur de
cette manifestation qui prendra fin
aujourd’hui. « Ce sera une excel-
lente opportunité qui permettra aux
entreprises la concrétisation de leur
plan de formation et d’être accom-
pagnées dans leur processus de for-
mation par des institutions
qualifiées et agréées par l’Etat », a-
t-il expliqué à l’issue d’une visite
dans les 45 stands.
Aussi, l’occasion sera propice
aux écoles et aux instituts de pro-
poser des offres de formation at-
tractives avec des remises impor-
tantes attendues dans ce sens. « Les
participants auront à constituer un
véritable portefeuille de clients en
vue d’éventuelles demandes des
entreprises », a-t-il encore souligné,
imité par Akila Chergou, directrice
de la formation continue et des re-
lations intersectorielles au minis-
tère de la Formation et de
l'Enseignement professionnels qui
a représenté le ministre, Noured-
dine Bedoui. « Aujourd’hui, le mar-
ché de la formation explose et de-
vient vaste. Le besoin d’élévation
du niveau de la compétence est très
élevé et il existe à cet effet plu-
sieurs catégories et plusieurs for-
mules pour améliorer les
compétences des travailleurs algé-
riens », a-t-elle indiqué en assurant
que « son ministère encourage et
accompagne tous les investisse-
ments qui concernent le développe-
ment des ressources humaines »,
a-t-elle ajouté. D’ailleurs, elle rap-
pelle la taxe de 1% de la masse sa-
lariale imposée aux entreprises
économiques qui sera versée dans
le volet de la formation. « Si elles
ne respectent pas cette disposition,
l’argent ira directement au Fonds
national de développement de l’ap-
prentissage et de la formation
continue », a signalé Akila Cher-
gou. De son côté, Ouzna Boukhe-
mis a évoqué le côté juridique mis
en place par l’Etat ainsi que les mé-
canismes qui incitent les entre-
prises à faire bénéficier son
personnel de la formation continue.
« Cette dernière est une bouée de
sauvetage pour notre économie,
d’où la nécessité d’investir davan-
tage sur les ressources humaines
car la valeur ajoutée viendra des
cerveaux, non des machines », a-t-
elle simplement résumé.
S. A. M.
9
Mercredi 11 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
I
ntervenant sur les ondes de la Chaîne I
de la Radio nationale, Si El Hachemi a
indiqué que « depuis au moins dix ans,
à la faveur de la constitutionnalisation de ta-
mazight langue nationale, un effort indénia-
ble est fourni par les journalistes,
notamment à la radio qui, en plus de la
deuxième chaîne de dimension nationale
(radio Chaîne 2), ce média lourd continue à
peser de son poids dans la promotion de la
tamazight, dans toutes ses composantes
(chaouie, targuie, kabyle ou mozabite), à tra-
vers la majorité de ses chaînes régionales ».
En effet, comme il le rappellera, « elles
sont plus de 24 stations régionales, sur les
48, à intégrer dans leurs programmes des
émissions en langue locale ».
Aussi, la présence de tamazight dans les
divers supports médiatiques, notamment à
la radio, est une réalité indéniable, de l’avis
de l’invité de la radio Chaîne 1, qui a tenu à
rendre hommage aux journalistes qui ont été
derrière cette avancée.
Le SG du HCA qui défend l’idée de « la
cohabitation pacifique dans la diversité » et
de la reconnaissance d’une revendication
sociale, refuse que l’institution qu’il cha-
peaute serve de tribune politique. « Nous
avons opté pour un débat sage et sérieux »,
notamment dans le cadre dudit colloque qui
a regroupé des universitaires de plusieurs
pays tels que la Tunisie, le Maroc et bien
d’autres de la rive nord de la Méditerranée.
Répondant à une question liée à l’officia-
lisation de la langue, revendiquée par des
personnalités invitées par la présidence de
la République dans le cadre des consulta-
tions pour la révision de la Constitution,
l’invité de la radio précise que « la parole
est aux académiciens et que la vraie question
désormais est de savoir quels sont les méca-
nismes et les moyens pratiques de concréti-
ser cette option». « Notre stratégie est de
travailler avec les universitaires car l’ur-
gence pour la promotion de la langue est sa
préparation, et la priorité reste la multiplica-
tion des efforts pour ériger une académie, ce
qui est une grande faiblesse pour le moment
», a-t-il précisé. M. Si El Hachemi a appelé
à l'enseignement obligatoire de la langue
amazigh, soulignant que « le fait qu’elle de-
meure facultative pour les étudiants ne l’a
pas servie ». Idem pour l’officialisation de
l'enseignement de cette langue au niveau des
universités algériennes. Un enseignement
qui reste limité, aux universités de Tizi
Ouzou, Bejaia, Bouira et Batna.
Il a souligné également « la nécessité de
mettre plus de moyens pour promouvoir
cette langue, qui a connu une injustice his-
torique depuis des siècles. Toutefois, sa
constitutionnalisation comme langue natio-
nale par le Président de la République, M.
Abdelaziz Bouteflika, a beaucoup contribué
à la reconsidération de cette langue », a-t-il
tenu à préciser. D'autre part, le responsable
est longuement revenu sur les préparatifs
pour la création de l'académie de langue
amazigh précisant qu’un travail sérieux est
mené à ce propos, appelant en même temps
tous les partenaires, à accorder plus d’intérêt
à cette question, notamment le ministère de
l'Education, qui devrait contribuer à la créa-
tion d'emplois pour plus de 400 détenteurs
de licence en langue tamazight.
Salima Ettouahria
HAUT CONSEIL DE L’AMAZIGHITE
Le rôle majeur des médias dans
la promotion de tamazight
Le secrétaire général du Haut conseil pour l’amazighité (HCA), Assad Si El Hachemi, a souligné, hier,
le rôle des médias dans la promotion de la langue amazigh.
1
er
SALON NATIONAL DE LA FORMATION CONTINUE
Un carrefour de réflexion pour développer la ressource humaine
Financé par le ministère de la Santé, de
la Population et de la Réforme hospitalière
et l’Union européenne, le programme d’ap-
pui au secteur de la santé a organisé un
cycle de formations d’une durée de 18 mois
durant lesquelles 1.217 personnes ont été
formées. Le directeur du programme, le
docteur Grim Nasser, a déclaré hier à Alger
que « l’objectif de ses formations est de
renforcer les compétences et valoriser les
ressources humaines du secteur afin d’ap-
puyer et de pérenniser les réformes pour-
suivies dans le cadre du Programme à
travers l’ensemble du secteur de la santé en
Algérie.»
Il s'agit d'assurer la formation des per-
sonnels des établissements, définir les ob-
jectifs et le contenu d’un programme de
formations et de voyages d’études. Durant
la phase d’analyse, les besoins en forma-
tions nécessaires à la mise à niveau du per-
sonnel de santé et à la mise en œuvre des
activités proposées et les thématiques prio-
ritaires ont été identifiés d’une manière glo-
bale.
Cette activité permettra de préparer le
marché pour la formation du personnel de
santé dans quelques domaines spécifiques.
La mise en œuvre du programme de forma-
tion sera assurée par le prestataire
contracté. Le prestataire contracté dévelop-
pera et mettra en œuvre le programme de
formation.
C’est aussi dans le but d’appuyer l’Ins-
titut national pédagogique de formation pa-
ramédicale (INPFP) dans la mise en œuvre
des projets d’établissement pour les écoles
de formation paramédicale.
La formation dans les professions para-
médicales est en plein développement.
D’une part, la construction de vingt-quatre
écoles est prévue dans le plan quinquennal
du MSPRH.
Appuyer le développement de certains
programmes d’enseignement pour les nou-
veaux métiers surtout dans le domaine de
la réadaptation.
L’objectif global du programme est
d’appuyer la politique algérienne de santé
et donc d’améliorer les résultats de santé à
travers une offre de services préventifs et
curatifs équitables et de qualité et par la
réalisation de la stratégie de modernisation
du secteur dans les domaines du renforce-
ment de la coordination et de l’organisation
sectorielle, et la réforme du financement de
la santé pour assurer un accès équitable aux
soins et un financement durable du fonc-
tionnement des établissements de santé.
Wassila Benhamed
A l’initiative de l’associa-
tion nationale Femmes en
Communication, le Réseau
Wassila d’aide aux femmes et
enfants victimes de violences,
avec le concours de l’Institut
pour la Diversité Médiatique
(MDI) une conférence-débat
sur le thème : « Les violences
sexuelles faites aux femmes»
a été organisée, hier, à l’hôtel
Hilton d’Alger.
Cette manifestation qui a
regroupé des militantes de la
cause féminine, des experts
juridiques, des responsables
de médias ainsi que des repré-
sentants de la société civile
et des organisations interna-
tionales, a été une occasion
pour faire un état des lieux
suivi d’une présentation des
modalités de prise en charge
du problème de la violence à
l’égard des femmes.
Dans son intervention
inaugurale, M
me
Nafissa Lah-
rèche, présidente de l'Asso-
ciation Femmes en
Communication, a fait savoir
qu’ « il est temps d’aborder la
question de la violence vis-à-
vis des femmes publique-
ment, pour réfléchir en com-
mun sur les voies et moyens
à même de mettre un terme à
ces pratiques d’un autre âge.»
Et d’ajouter : « C’est dans ce
sens que s’inscrit cette ren-
contre qui est un espace de ré-
flexion et d’action commune
en vue de contribuer aux ef-
forts de lutte contre les diffé-
rentes formes de violence
pratiquées sur les femmes qui
ne cesse de prendre de l’am-
pleur dans notre société et de
par le monde. »
En effet, durant les neufs
premiers mois de l'année
2013, plus de 7.000 femmes
ont été victimes de violence à
l'échelle nationale, selon des
données fournies par les ser-
vices de la police judiciaire
de la Direction générale de la
sûreté nationale (DGSN).
Parmi le nombre global de
ces femmes, la police judi-
ciaire a recensé près de 1.673
victimes de mauvais traite-
ments, 27 autres victimes
d'homicide volontaire, 260
cas de viols et 1.800 cas
d’harcèlements sexuels.
Les intervenants ont mis
l’accent sur « la nécessité de
mettre en place un cadre juri-
dique adapté encourageant,
ainsi, les femmes victimes de
violences sexuelles à porter
plainte contre leurs agres-
seurs. » Dans ce contexte,
l'avocate Fatma-Zohra Ben-
braham a suggéré d’apporter
de plus amples précisions à
propos de la définition même
de la notion de viol dans le
code pénal.
Pour aider les femmes à
porter plainte contre ce genre
de violences, la présidente du
réseau Wassila, M
me
Dalila
Lamarène, a insisté sur l'im-
portance de l'accueil et de
l'écoute des victimes par les
différents services des corps
de sécurité (gendarmerie, po-
lice...) ainsi qu'au niveau des
centres hospitaliers.
Pour sa part, le Dr Fatima
Miloudi, spécialiste en méde-
cine légale, a rappelé le rôle
crucial que doit jouer le mé-
decin légiste, en précisant
que "la matérialité des faits
devrait être établie par un
spécialiste du domaine".
Kamélia H.
FORMATIONS PEDAGOGIQUES DU PROGRAMME
D’APPUI AU SECTEUR DE LA SANTE
1.217 personnes formées
en 18 mois
LA SOCIÉTÉ CIVILE S’IMPLIQUE
Halte à la violence contre les femmes !
P
h

:

W
a
f
a
10
Mercredi 11 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Nation
S’
exprimant, en premier, le
chercheur en histoire, Moha-
med Rebah, a tenu à rappeler
que ce brillant mathématicien, mort
pour l’Algérie, a été assassiné par les
parachutistes, il y a 57 ans de cela : le
21 juin 1957. L’orateur avant d’enta-
mer son allocution, soulignera que
comme des milliers de disparus de la
Bataille d’Alger, le corps de Maurice
Audin, n’a jamais été retrouvé.
Evoquant, ensuite, sa rencontre
avec Maurice Audin, Mohamed
Rebah, a précisé à l’assistance qu’il
était lui-même élève de ce brillant ma-
thématicien. «C’est un immense hon-
neur pour moi d’évoquer, aujourd’hui,
devant vous, le souvenir de ce frère et
ami, de ce camarade dont j’eus le pri-
vilège d’être l’élève», a-t-il affirmé.
M. Rebah qui a participé à cette
rencontre-hommage avec un témoi-
gnage poignant, a tenu à rappeler le
fait que lorsqu’il se rendait chez Mau-
rice Audin, au 22 rue de Nîmes, au
centre d’Alger, pour les cours de ma-
thématiques qu’Audin donnait «gra-
cieusement», il ne savait pas qu’il
allait à la rencontre d’un savant, telle-
ment sa modestie était grande. Mau-
rice Audin, qui préparait alors sa thèse
de mathématiques, consacrait géné-
reusement ses samedis après-midi à
son élève Mohamed Rebah.
Revenant sur les circonstances de
la première rencontre, M. Rebah
confie aux présents qu’il avait, en fait,
connu Maurice Audin par l’intermé-
diaire de son frère aîné, Nour Eddine,
étudiant comme lui, à l’université
d’Alger. «Ils (Nour Eddine et Maurice
Audin, NDLR) partageaient les
mêmes convictions politiques. Nour
Eddine est tombé au champ d’honneur
moins de trois mois après lui, soit le
13 septembre 1957, à Bouhandès, au
sud-ouest de Chréa, au flanc sud du
Djebel Béni Salah», a-t-il précisé.
Le conférencier s’attardera, plus
tard, sur la vie et le parcours militant
de Maurice Audin. Né le 14 février
1932, dans la ville de Béja, en Tunisie,
le défunt dont le père était né en
France, et la mère en Algérie. A Alger,
où sa famille revint dans les années
40, il suivit particulièrement toute sa
scolarité. Il entra à la faculté des
sciences d’Alger en 1949, à l’âge de
17 ans.
Brillant étudiant, Maurice Audin
fut appelé le 1
er
février 1953 comme
assistant par le professeur Possel qui
le prit aussitôt en thèse et le mit en
contact avec son patron de Paris, le
grand mathématicien Laurent
Schwartz. En plus de ses activités de
chercheurs, Maurice Audin, membre
du parti communiste algérien depuis
1951, était omniprésent dans les luttes
syndicales et politiques, notera l’ora-
teur.et d’ajouter que «le 20 janvier
1956, il était aux côtés de ses cama-
rades étudiants musulmans de l’uni-
versité d’Alger lors de la
manifestation organisée par la section
d’Alger de l’UGEMA, suite à l’assas-
sinat de l’étudiant Belkacem Zeddour
et du docteur Benaouda Benzerdjeb ;
cette manifestation qui fut d’ailleurs le
prélude à la grève générale illimitée
déclenchée le 19 mai 1956». Avant
d’évoquer les circonstances de la dis-
parition de la mort de Maurice Audin,
en s’appuyant sur le témoignage de
son épouse ainsi que sur les écrits
d’Henri Alleg et du docteur Georges
Hadjadj, M. Rebah mettra en relief
que le défunt engagea toute sa vie
dans une voie pleine de courage : Dé-
truire l’ordre colonial sanglant, insul-
tant raciste, pour construire, avec le
peuple libéré, une société juste, soli-
daire, fraternelle. Il rappelle qu’afin de
perpétuer le souvenir du brillant ma-
thématicien, symbole de l’intellectuel
engagé, mort pour que vive l’Algérie,
son pays, la République algérienne re-
connaissante donna, le jour de la célé-
bration de l’an I de l’indépendance, le
nom de Maurice Audin à la place cen-
trale d’Alger, en contrebas de l’uni-
versité où il mena de brillantes
recherches. Le 19 mai 2012, à l’occa-
sion de la célébration de la journée na-
tionale de l’étudiant, le ministre de
l’Enseignement supérieur et de la Re-
cherche scientifique inaugura la
plaque commémorative scellée au mur
de l’université d’Alger, près de la li-
brairie qui porte le nom du mathéma-
ticien martyr.
Le prix Maurice Audin sera décerné
le 18 juin à l’institut Henri
Poincaré 
Intervenant, pour sa part, M. Ha-
cène Belbachir, professeur de mathé-
matiques à l’université des sciences et
des technologies Houari-Boumediène
(USTHB) évoquera le prix Maurice
Audin  ; un prix qui est décerné
conjointement par une partie française
et une partie algérienne, relève l’ora-
teur. Et d’ajouter : «Concernant la par-
tie algérienne, c’est la direction
générale de la recherche scientifique
et du développement technologique,
dirigée par le professeur Hafidh Aou-
reg qui accepté, depuis 2009, de don-
ner ce prix conjointement avec la
partie française.
La partie française était prise en
charge depuis 2004 jusqu’à cette
année par l’association Maurice
Audin. Depuis cette date, l’association
Maurice-Audin le fait en partenariat
avec l’IHP (l’institut Henri Point
Caré) dirigé par un médaille-Fields —
l’équivalent du prix Nobel en mathé-
matiques — qui s’appelle Cédric Vil-
lany ». C’est lui, en fait, explique M.
Belbachir qui va décerner le prix, le
18 juin 2014, à l’institut Henri Point
Caré.
Il convient de rappeler, enfin, que
le prix Maurice-Audin, créé en 1957 à
Paris est décerné, chaque année depuis
2004, par l’association éponyme, éta-
blie en France, pour honorer, une fois
par an, deux mathématiciens des deux
rives de la Méditerranée. 
Désormais, ce prix sera décerné
«tous les deux ans et sera pris en
charge par une institution française of-
ficielle», note M. Hacène Belbachir.
Soraya Guemmouri
HOMMAGE À MAURICE AUDIN AU FORUM DE LA MÉMOIRE D’EL MOUDJAHID
Appel aux autorités françaises
pour dévoiler le lieu d’inhumation
Le forum de la mémoire d’El Moudjahid a organisé, hier, de concert avec la dynamique association Machaâl Echahid, une rencontre-hommage consacrée à la vie et
l’œuvre du militant anticolonialiste, Maurice Audin. Cette rencontre a été animée par M. Mohamed Rebah, chercheur en histoire et auteur des ouvrages Des Chemins
et des Hommes et Taleb Abderrahmane guillotiné le 24 avril 1958» et par M. Hacène Belbachir, professeur de mathématiques à l’université des sciences et des
technologies Houari-Boumediène (USTHB), directeur de la programmation, de la recherche, de l’évaluation et de la prospective à la direction générale de la
recherche scientifique et du développement technologique.
Monsieur le Président de la République
Voilà près de 60 ans que mon mari, Maurice Audin,
a été arrêté, torturé et exécuté par les parachutistes de
l’armée française pendant la Guerre d’Algérie.
Après votre élection à la Présidence de la Répu-
blique, je vous ai écrit une première fois pour vous de-
mander la condamnation des méthodes préconisées par
les gouvernements français et utilisées par l’armée fran-
çaise pendant la Guerre d’Algérie, et l’ouverture des ar-
chives concernant mon mari.
Pour les archives et à votre demande, le ministre de
la Défense m’a communiqué ce qui se trouvait dans son
périmètre. Mais, comme il en a lui-même convenu, il
n’y a rien de très intéressant dans ces documents, qui
reprennent la thèse officielle de l’évasion préconisée à
l’époque.
Mais si ces archives ne révèlent rien sur les tortures
subies par Maurice Audin et sur la façon dont il a été
assassiné, elles révèlent la responsabilité de l’Etat de
l’époque et sa volonté d’empêcher la justice de dire la
vérité :
– le ministre des Armées a dicté aux militaires ce
qu’ils devaient dire au juge
– le général de Gaulle, en accord avec son premier
ministre et ses ministres de la Justice et des Armées, a
décidé de taire la vérité et d’empêcher l’instruction
d’aboutir.
Depuis la fin de la Guerre d’Algérie, l’Etat est silen-
cieux. Et c’est la thèse de l’époque, la thèse de l’évasion
qui continue de prévaloir.
Après vous être incliné à Alger, place Audin, devant
la plaque honorant Maurice Audin, après m’avoir donné
accès aux archives, Monsieur le Président de la Répu-
blique, vous ne pouvez pas laisser perdurer la toujours
officielle version de l’évasion.
Le ministre de la Défense a dit récemment à l’As-
semblée nationale que ce serait l’honneur du Gouver-
nement que vous avez nommé que d’avoir contribué à
établir la vérité. Sur les faits révélés par les archives,
j’ai compris que nous n’irions pas plus loin. La question
qui reste, la seule qui importe, celle que je veux vous
poser, c’est celle de la reconnaissance — ou non — par
l’Etat de la responsabilité de l’Etat de l’époque dans la
disparition, c’est-à-dire dans l’arrestation, la torture et
l’exécution de Maurice Audin.
Mais c’est aussi celle de la condamnation de la tor-
ture et des exécutions sommaires commandées par les
gouvernements successifs de la France pendant la
Guerre d’Algérie.
J’espère, Monsieur le Président, que la sensibilité
que vous avez manifestée à Alger en décembre 2012
saura mettre un terme au mensonge d’Etat concernant
mon mari, et je vous prie de croire à l’expression de mes
sentiments respectueux.
El Moudjahid/Pub ANEP 127963 du 11/06/2014
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue
de :
DOTATION DU SERVICE REGIONAL DES SPORTS MILITAIRES EN MATERIELS
SPORTIFS CONSOMMABLES
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège
de la :
5
°
REGION MILITAIRE
sise à Plateau du Mansourah - Constantine
pour retirer le cahier des charges, contre paiement de la somme de 5.000,00 DA, au compte
nº 008-25001-525 0000288/93 ouvert auprès de la Trésorerie Publique - wilaya de Constantine.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;
- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société (importateur, distributeur,
vente en gros) ;
- d’une copie du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ;
2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCES DE LA 5
°
RÉGION MILITAIRE
BUREAU D’ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES
B.P 73 PLATEAU DU MANSOURAH - CONSTANTINE
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
«Soumission à ne pas ouvrir»
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº 125/2014/D1/T/5
°
RM
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant
la date limite du dépôt des offres fixée à 21 jours, à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une période de 90 jours
égale à celle de préparation des offres.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
5
e
REGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT Nº 125/2014/D1/T/5
e
RM
Publicité
La lettre envoyée par Josette Audin au Président de la République
française le 24 février 2014, pour connaître la vérité sur
les circonstances de l’assassinat de son mari :
P
h

:

T
a
h
a
r
.
R
.
12
Mercredi 11 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Economie
L
es entreprises concernées par cette
visite sont spécialisées dans le sec-
teur des machines et équipements
pour l’extraction, l’exploitation et la trans-
formation du marbre, granit, et autres pro-
duits dans la même catégorie notamment
pour les besoins de décoration.
L’évènement s’inscrit dans la conti-
nuité d’une démarche entamée en mai der-
nier, à travers l’organisation d’une
formation de techniciens algériens dans la
transformation et le travail du marbre à
Carrare, ainsi que la visite d’un groupe
d’opérateurs algériens au Salon Carrara
Marmotec, l’un des plus importants au
monde. Les organisateurs visent à rester à
l’écoute des besoins des opérateurs algé-
riens en matière de technologies nouvelles
dans ce domaine bien spécifique.
Il s’agira aussi d’explorer des opportu-
nités de partenariats sur le marché algérien
sachant que l’Italie est leader mondial
dans le secteur des machines, aussi bien
pour l’exploitation des carrières de marbre
que de sa transformation. L’Italie est éga-
lement « une plaque tournante dans la
commercialisation des marbres, granits et
pierres naturelles originaires de tous les
pays du monde ».
Le séminaire qui sera organisé, au-
jourd’hui, à l’hôtel Hilton (salle Rosa) en
présence de l’ambassadeur d’Italie à
Alger, M. Michele Giacomelli, dans le
cadre de cette mission, mettra en avant les
innovations technologiques dans l’indus-
trie du marbre. Une présentation de ma-
chines et d’équipements est prévue à
l’endroit des opérateurs algériens intéres-
sés par d’éventuels partenariats. A ce titre,
des visites d’entreprises sont program-
mées au profit des sociétés italiennes qui
pourront ainsi s’enquérir des besoins du
marché. Une autre mission d’opérateurs
italiens opérant dans différents secteurs est
également prévue pour le 17 juin courant,
a-t-on appris. L’Italie qui reste un parte-
naire privilégié de notre pays est toujours
présentes aux grands rendez-vous écono-
miques organisés en Algérie, notamment
les Salons spécialisés comme Djazagro,
Batimatec, Pollutec et Moustechfa.
L’essentiel des exportations algé-
riennes vers l’Italie sont constituées d'hy-
drocarbures, notamment le gaz naturel
alors que nous importons de ce pays des
machines et des produits semi-finis essen-
tiellement. Les données du Cnis, pour le
1
er
trimestre 2014, indiquent que l’Italie
est demeurée troisième fournisseur de
l’Algérie avec un total de 1,26 milliards
de dollars, derrière la France et la Chine.
Les entreprises italiennes présentes sur le
marché algérien opèrent principalement
dans les secteurs de l'énergie et du bâti-
ment, ainsi que l’industrie. Il y a lieu de
rappeler qu’un sommet de coopération al-
géro-italien devra se tenir au cours du
deuxième semestre 2014 dans le cadre du
traité d’amitié signé en 2012 entre les
deux pays.
D. Akila
UNE MISSION D’OPERATEURS ITALIENS DU SECTEUR
DU MARBRE A ALGER
Un besoin de transfert
de savoir-faire
L’agence italienne pour le commerce extérieur - ICE -, bureau pour la promotion des échanges
de l’ambassade d’Italie, en collaboration avec Internazionale Marmo e Macchine de Carrara,
et la province de Livourne, organise du 11 au 13 juin, une mission d’opérateurs italiens à Alger.
Publicité
ANEP 128284 du 11/06/2014
El Moudjahid/Pub
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert
en vue de :
Travaux de réfection en TCE + VRD à LARABAA / BLIDA
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au
siège de la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sis à : Route de Cheffa - Blida
pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille
dinars algériens (5 000,00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte
Nº51/730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de
BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société,
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification
professionnelles (Catégorie 01 et plus) entreprise en tous corps d’état;
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges
devront être scindées en deux (02) parties :
1 - une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier
des charges.
Les offres (technique et financière) contenues dans (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la
mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert
N°85/2014/ C2
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus,
avant la date limite de dépôt des offres fixée à 40 jours à compter de la première date
de publication. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180
jours égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
PREMIERE REGION MILITAIRE
AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT N° 85/2014/C2
RAMADHAN 2014
Le ministère du Commerce
met au point un programme
de contrôle spécial
En prévision du mois
de ramadhan qui coïncide
cette année avec la saison
estivale, le ministère du
Commerce a mis au point
un programme de contrôle
intense qui s'appuie essen-
tiellement sur le renforce-
ment des outils de contrôle
en termes de qualité, de
prix et d'approvisionne-
ment régulier des marchés.
Au cours d'une réunion
d'évaluation tenue, lundi
passé, au siège du minis-
tère du Commerce en pré-
sence de M. Amara
Benyounès et de cadres du
ministère, le directeur gé-
néral du contrôle économique et de la répression de la fraude, a
souligné que les dispositions prises exigent la mise en place de
conditions spéciales pour préserver la qualité des produits, indi-
quant que les agents de contrôle multiplieront les opérations de
contrôle. En prévision du mois sacré de ramadhan, le ministère a
entamé dès le mois d'avril dernier la préparation d'un programme
exclusif de contrôle des opérations de production et d'importation
dans le but d'imposer le respect strict des critères d'hygiène, sécu-
rité et conformité, notamment pour ce qui est des produits de
l'agroalimentaire.
Le ministère envisage également de durcir le contrôle des ap-
pareils de réfrigération et de prévenir ainsi les intoxications pen-
dant les grandes chaleurs. Concernant les pratiques commerciales,
les efforts de contrôler cibleront les prix réglementés des produits
tels le pain, lait, semoule, sucre, huile, et le consommateur sera in-
formé en temps réel des actions entreprises au sujet de ces mesures
et également des opérations de stockage génératrices de spécula-
tion. Pour sa part, le directeur général de la régulation et de la ré-
glementation des activités, M. Abdelaziz Ait Abderrahmane, a
indiqué que le ministère lancera du 20 au 29 juin une campagne
de prévention contre les intoxications alimentaires et de sensibili-
sation quant il s'agit de denrées alimentaires qui font l'objet de
fortes demandes d'où la tendance à une augmentation de leurs prix
durant les premiers jours du mois sacré. Il a révélé que la Société
de gestion des participations ''productions animales'' (SGP-Proda)
ouvrira 500 points de vente de viandes durant le mois sacré. Selon
le même responsable, un réseau d'alerte rapide sera lancé à titre
expérimental permettant au consommateur de dénoncer toute ac-
tivité frauduleuse ou non conforme aux normes. Par ailleurs, les
participants à cet atelier ont présenté les bilans de contrôle des cinq
derniers mois où une hausse d'infractions de 31,1% à été enregis-
trée par rapport à la même période de l'année précédente (86.072
infractions) avec la fermeture de 5.350 locaux (une hausse de
24,6%). Plus de 480.000 interventions ont été effectuées par les
services de contrôle ayant permis notamment d'interdire l'écoule-
ment du marché local par de produits divers d'un montant de 22,06
millions de dinars.
Lutte contre l'informel : réalisation de 700 marchés depuis
2010, M. Aït Abderrahmane a par ailleurs rappelé qu'environ 700
marchés de proximité ont été créés depuis 2010 ajoutant que le mi-
nistère a pris des mesures pour accélérer la réalisation de ses struc-
tures. Il s'agit notamment de doter les communes accusant un
déficit (avec la participation de l'Etat et de la commune). Un pro-
gramme qui s'inscrit dans le cadre du renforcement du réseau na-
tional des marchés et le programme de lutte contre le commerce
informel. Pour le ministère du Commerce, ce programme devra ré-
pondre aux besoins en matière d'infrastructures commerciales
(1.500 marchés). Le même responsable a rappelé que 846 marchés
informels sur 1.368 ont été éliminés depuis le début de l'opération
en août 2012 précisant que l'opération se poursuit. Il a indiqué que
l'objectif d'éliminer tous les marchés informels ne pourrait être at-
teint qu'avec la réalisation de toutes les infrastructures inscrites à
ce programme.
De son côté, le ministère de l'Intérieur a alloué en 2011 une en-
veloppe de 12 milliards de dinars à la réalisation de 802 marchés
alors que le ministère du Commerce a consacré 10 milliards de di-
nars à la réalisation de marchés couverts. Ce programme a permis
par ailleurs la réhabilitation de 32 marchés de gros et 241 marchés
de détail, une opération à laquelle le ministère a consacré 5,9 mil-
liards de dinars.
La troisième édition du Salon international de l’agroalimen-
taire (SIAGRO 2014) s’est ouverte, hier à Bouira, avec la parti-
cipation de plus de cinquante exposants venus de plusieurs
wilayas du pays. Au total, 52 exposants, dont une entreprise tu-
nisienne, prennent part à ce Salon qui se déroule à la salle omni-
sports du complexe sportif Rabah-Bitat de la ville de Bouira, a
précisé le commissaire de cet évènement, Akli Moussouni. Dédié
à toutes les marques de produits alimentaires, aux produits du
terroir, ainsi qu’aux plats traditionnels, ce Salon a déjà drainé du-
rant les premières heures de son ouverture un public nombreux.
Le Salon qui enregistre, en outre, la participation de plusieurs or-
ganismes de soutien à l’emploi à l’image de l’Angem, la CNAC
ainsi que l’Ansej, se veut un espace d’échange d’idées et de ré-
flexions entres les experts et opérateurs sur les moyens de déve-
lopper la filière agroalimentaire en Algérie, a souligné M.
Moussouni. Lors d’une cours d’une conférence, animée en marge
de cette manifestation, le wali de Bouira, Nacer Maskri, a incité
les investisseurs privés et publics à "s’engager sérieusement"
dans ce domaine, d’autant plus que la wilaya offre d’importantes
potentialités en la matière. Il a rappelé à cette occasion les diffé-
rentes mesures de facilitations prises pour encourager les inves-
tisseurs économiques à travailler davantage en vue de développer
ce créneau. De son côté, l’expert M’barek Malek Serrai, a, dans
son intervention, souligné la nécessité de former des spécialistes
de rechercher des partenaires étrangers avant de sélectionner les
produits de haute valeur marchande ou les périmètres et vergers
agricoles. Il a, également, insisté sur l’importante de "vulgariser
et d’appliquer la pré-normalisation au niveau des spéculations
agricoles et produits-bio", plaidant pour la création de stations
de conditionnement et de contrôle.
Une collecte de près de 9 millions de
litres de lait cru de vache a été réalisée, à
Boumerdès, depuis le début de l’année
2014, volume en "léger recul" par rapport
à celui collecté à la même période de l’an-
née écoulée estimé à un "peu plus de 9
millions de litres", a-t-on appris, hier, du
directeur des services agricoles de la wi-
laya (DSA).
La collecte de ce produit enregistrée
jusqu'à présent pourrait toutefois dépasser
d'ici à la fin de l'année les prévisions du
contrat de performance fixées pour la fi-
lière, en atteignant "plus de 22 millions de
litres", a indiqué à l'APS M. Mohamed
Kherroubi. Par ailleurs, le DSA prévoit
une "amélioration" dans la collecte de lait
d'ici à la fin du mois courant par rapport à
la même période des années précédentes
en enregistrant un volume de plus de 24
millions de litres.
Le secteur compte 59 collecteurs de
lait intégrés dans les différents pro-
grammes étatiques de soutien à cette fi-
lière, contre une quarantaine de
collecteurs recensés avant 2013. Ce vo-
lume de production est commercialisé par
13 unités de transformation, dont cinq, im-
plantées à Boumerdès, prennent en charge
près de 30% du lait collecté, tandis que le
reste est réparti entre les wilayas de Tizi-
Ouzou (destinataire de 60% de la col-
lecte), Alger et Bejaia. Cette "amélioration
légère" dans la collecte de lait de vache est
due notamment aux mesures incitatives
engagées par l’Etat en faveur des concer-
nés, en plus de l’allègement des dé-
marches administratives au profit des
éleveurs, dont le nombre a été porté de
2.500 avant 2013, à 3.500 actuellement.
L’amélioration des conditions d’élevage
des vaches et la disponibilité de l’aliment
du bétail ont aussi contribué à l’augmen-
tation du nombre de vaches laitières. Le
cheptel a connu une hausse de 4.400 têtes
en 2008 à 32.000 têtes actuellement, dont
plus de 17.700 vaches laitières à très haut
rendement.
BOUMERDES
9 millions de litres de lait crucollectés
depuis le début de l’année
BOUIRA
3
e
Salon international de l’agroalimentaire
13
Mercredi 11 Juin 2014
EL MOUDJAHID
Economie
M.
Henri Molosse a exprimé
hier sa satisfaction quant
au développement et le
changement profond opérés en Algé-
rie ces dernières années. Des change-
ments qui se sont favorablement
répercutés sur le niveau de vie des Al-
gériens, a-t-il estimé lors d’une confé-
rence de presse organisée, hier, au
siège de l’Union européenne à Alger.
Il a précisé : « La seule chose qui
m’a beaucoup marqué durant mon sé-
jour ici en Algérie c’est le dynamisme
du secteur privé qui est en train de se
réveiller. »
Pour appuyer ses dires, il a cité à
titre d’exemple, sa rencontre avec un
jeune qui a lancé son site d’appui sco-
laire en langue arabe, et qui a exprimé
selon lui « son enthousiasme très po-
sitif ». Ce jeune a-t-il dit « a confirmé
et a montré que la société algérienne
est en pleine activité et que c’est une
société qui bouge et qui se développe
d’une manière positive, notamment
aux niveaux économique et social.
« Le seul souci exprimé par les dif-
férents acteurs que j’ai rencontrés »,
a-t-il fait savoir, « c’est comment trou-
ver des partenaires dans le reste du
monde pour avoir davantage
d’échanges et recevoir des technolo-
gies et le transfert de savoir-faire ainsi
qu’une formation plus adaptée. »
Le conférencier trouve que « les
efforts déployés par l’Etat algérien
dans le secteur de l’éducation natio-
nale sont très importants du fait que ce
secteur est fondamental pour le déve-
loppement de tout pays. »
Cette dynamique a-t-il ensuite in-
diqué « a permis à l’Algérie de trouver
une place prépondérante dans les
échanges internationaux entre le Nord
et le Sud ». « Si l’Europe se tourne
vers l’Afrique, l’Algérie sera un par-
tenaire privilégie de l’Europe, notam-
ment de par les liens historiques qui
relient les deux entités », a-t-il ajouté.
Autre constat fait par l’hôte de
l’Algérie, est que « la jeunesse vit à un
rythme qui est beaucoup plus rapide
que celui des générations passées, ce
qui nécessite » a-t-il dit « d’encoura-
ger d’une manière pacifique cette évo-
lution de la jeunesse qui permettra de
transformer l’Algérie en un pays très
moderne. »
Mettant à profit cette occasion, M.
Henri Molosse a souligné qu’ « il y a
une proposition pour introduire les
jeunes entrepreneurs algériens dans le
cadre du programme « Erasmus ». Ce
dernier permettra à ces jeunes de faire
des stages pratiques dans des entre-
prises en Europe ou en Algérie. »
Evoquant à cette occasion sa pro-
chaine rencontre avec le Premier mi-
nistre, M. Abdelmalek Sellal, le
responsable européen dira que « la te-
neur des discussions va certainement
se concentrer sur les progrès réalisés
par l’Algérie et surtout sur cet im-
mense potentiel dont elle dispose, à
savoir, la jeunesse. Il faut s’ouvrir da-
vantage vers cette frange de la société,
qui est la plus apte à mener le pays
vers la modernisation. Je vais lui dire
également que nous, la société civile
européenne avec l’appui de ses insti-
tutions gouvernementales, nous sou-
haitons de consolider notre
coopération avec l’Algérie. »
De son côté, M. Dirk Buda, chef de
section politique presse, information
et culture de la délégation de l’EU en
Algérie, a indiqué que « la coopéra-
tion entre l’Algérie et l’Union euro-
péenne, a connu une amélioration
constante », avant de préciser qu’ « il
y a un accord d’association entre l’Al-
gérie et l’Union européenne et non pas
une zone de libre-échange. »
Allant plus loin, il expliquera qu’il
y a actuellement un cadre d’appui
entre l’Algérie et l’UE pour
2014/2017. Dans ce plan d’action il y
a trois grands axes à savoir : les ci-
toyens ; le deuxième concerne la di-
versification de l’économie et le
troisième axe prend en charge l’édu-
cation, la formation et le secteur so-
cial. A ce titre, M. Dirk Buda a relevé
que pour la concrétisation de la mise
en œuvre de l’accord d’association
une rencontre sera organisée les 23 et
24 juin à Alger.
Makhlouf Ait Ziane
La statistique officielle
constitue un instrument "indis-
pensable" pour le développe-
ment et la bonne gouvernance,
a souligné hier à Alger, Bachir
Boulahbel, expert-consultant,
à l’occasion du symposium in-
ternational sur le thème : "Dé-
veloppement humain et société
du bien-être à l’aune de
l’agenda post-2015". Dans une
contribution intitulée "Statis-
tique officielle et développe-
ment", M. Boulahbel a mis
l’accent sur le "rôle indispen-
sable de la statistique dans la
conduite du développement en
général, dans la promotion
d’une gouvernance de qualité
et dans l’amélioration des pro-
cessus démocratiques". "La
conduite des affaires de l’Etat,
de l’économie ou de nom-
breuses activités publiques ou
privées n’est guère envisagea-
ble sans une information statis-
tique sur les activités et la
situation de la population, des
entreprises, et des administra-
tions", a-t-il fait valoir.
Les statistiques restent "in-
dispensables" pour la connais-
sance de la réalité de la
situation nationale ainsi que
pour les échanges entre les
Etats et les peuples du monde,
et constituent un instrument
"nécessaire" pour la planifica-
tion, la prévision, la décision,
la gestion ou encore la re-
cherche, a-t-il soutenu. Il a in-
diqué que la statistique a aussi
pour objectif de fournir les ma-
tériaux pour une "meilleure
compréhension globale" de la
société, de sa structure et ses
évolutions à moyen et long
termes. Il s’agit, a-t-il dit, d’un
instrument qui est "au service
du législateur, du citoyen, des
administrations publiques, de
l’économie et de la science, de
tous".
Pour M. Boulahbel, la sta-
tistique est également un "outil
indispensable à la transmission
et à l’analyse de l’information,
permettant d’accroître la com-
préhension de problèmes com-
muns, d’expliquer les actions
entreprises, de susciter l’intérêt
et l’adhésion du public, et de
favoriser la cohésion sociale".
Il a expliqué, dans le même
cadre, que l’information statis-
tique trouve aussi pleinement
son importance dans le cadre
des changements qui s’opèrent
régulièrement dans tous les do-
maines, et se présente comme
"un réducteur d’incertitude qui
permet d’être proactif, d’anti-
ciper ces changements et de
prendre les mesures qui s’im-
posent".
ACCORD D’ASSOCIATION ALGERIE - UE
« L'Algérie doit retrouver sa place
dans les échanges Nord-Sud »
REFORMES BANCAIRES
M. Djellab : « Un programme
ambitieux est prévu par
les pouvoirs publics »
Un programme "ambitieux" concernant la réforme et la
modernisation des services bancaires et financiers visant no-
tamment à rapprocher ces services des citoyens et des inves-
tisseurs est prévu par les pouvoirs publics, a affirmé hier à
Alger le ministre des Finances, Mohamed Djellab qui s'expri-
mait en marge des réponses du Premier ministre, Abdelmalek
Sellal aux membres du Conseil de la nation. Il a indiqué qu'"il
y a un programme ambitieux pour la modernisation des deux
secteurs (bancaire et financier)". Ce programme de réforme
vise, selon le ministre, à "rapprocher les administrations des
impôts, de la trésorerie et tout ce qui est service financier des
citoyens d'un côté et de moderniser et renforcer ces services
pour faire profiter les investisseurs", a-t-il encore ajouté. Il est
également inscrit dans ce programme de réforme, poursuit le
ministre, la modernisation des mécanismes et outils commer-
ciaux et financiers concernant les instruments de paiement.
M. Djellab a insisté sur le fait que la modernisation des outils
de paiement figure "parmi les priorités de l'Etat" dans son nou-
veau plan d'action.
L'Union européenne s'emploie à développer des relations de plus en plus importantes avec
les pays de la rive sud de la Méditerranée, et notamment l'Algérie.
D’ailleurs, le président du Comité économique et social européen l’a souligné au lendemain
de sa rencontre avec les différents acteurs politiques, économiques et de la société civile.
SYMPOSIUM INTERNATIONAL :
« DEVELOPPEMENT HUMAIN ET
SOCIETE DU BIEN-ETRE A L’AUNE DE
L’AGENDA POST-2015 »
La statistique, instrument
indispensable pour le
développement et la
bonne gouvernance
1
er
SALON REGIONAL DE LA PECHE
80 exposants demain à Annaba
Le 1
er
Salon régional de la pêche et de l’aquaculture ac-
cueillera, demain à Annaba, 80 exposants entre profession-
nels du secteur, gérants de petites et moyennes entreprises
(PME) spécialisées dans l’exploitation des ressources ha-
lieutiques, établissements de formation et dispositifs de
soutien à l’emploi.
Cette manifestation, de deux jours, vise à rapprocher les
opérateurs du secteur et les jeunes désireux de s’informer
sur les opportunités d’investissement et les soutiens oc-
troyés par les organismes publics spécialisés, a-t-on indi-
qué à la direction locale du secteur. Le Salon ambitionne
également de mettre en place "une plate-forme de relance
des activités de la pêche et de l’aquaculture, intégrée au
processus de développement local", a ajouté la même
source. Le Salon qui permettra également d’informer le pu-
blic sur les mécanismes de soutien aux jeunes investisseurs
et l’accompagnement que leur propose l’Etat, donnera lieu
à des conférences-débats, parallèlement à un concours de
la meilleure poissonnerie de la wilaya. Le Salon régional
de la pêche et de l’aquaculture est organisé par la chambre
éponyme d’Annaba, avec la collaboration des chambres
d’El-Tarf, de Jijel et de Skikda.
La 7
e
édition du Salon du
logement et de l'immobilier
(Logimmo 2014) sera ou-
verte aujourd’hui pour quatre
journées d'activités au Palais
des expositions du Centre
des conventions "Mohamed
Benahmed" (CCO), à Oran.
Ce rendez-vous économique
a pour objectif de faire dé-
couvrir aux visiteurs "des of-
fres immobilières et des
solutions concrètes de loge-
ment répondant à leurs be-
soins et selon leurs bourses",
ont indiqué les organisateurs.
Le Salon réunit, selon la
même source, trente-sept ex-
posants dont des promoteurs
immobiliers, des bureaux d'études et
d'architecture, des organismes ban-
caires, des institutions financières et
autres partenaires du secteur de l'ha-
bitat. L'événement, qui se veut un es-
pace de rencontres,
d'échanges et d'oppor-
tunités permettant aux
exposants de promou-
voir leurs produits au-
près du grand public,
sera aussi l'occasion de
"propulser les investis-
sements financiers
dans les multiples pro-
jets inscrits, notam-
ment dans la wilaya
d'Oran", a-t-on souli-
gné. "Logimmo 2014"
est organisé par
l'agence de communi-
cation événementielle
"Proximity Pr." basée
à Alger, en partenariat
avec le Centre des conventions
d'Oran.
7
e
SALON DU LOGEMENT ET DE L'IMMOBILIER
37 professionnels exposent à Oran
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
Monde
EL MOUDJAHID
15
Mercredi 11 Juin 2014
Le déploiement d'une mission d'observa-
tion électorale de l'UA (AUEOM) en Mauri-
tanie, pour le scrutin présidentiel prévu dans
ce pays le 21 juin 2014 a été approuvé par la
présidente de la Commission de l'Union afri-
caine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma.
Dans un communiqué publié lundi, l'UA
a déclaré que l'AUEOM serait déployée du
13 au 28 juin, et dirigée par l'ex-Premier mi-
nistre tunisien Beju Caid Essebi.
Cette mission comprendra 40 observa-
teurs de l'UA formés et provenant de diffé-
rentes institutions africaines, dont des
membres du Parlement panafricain, d'organi-
sations de défense des droits de l'Homme et
de la société civile d'Afrique, selon ce com-
muniqué.
Plus de 630 personnes ont péri en 40
jours de combats dans l'est de la Syrie entre
l'État islamique de l'Irak et du Levant (EIIL,
un groupe rebelle extrémiste) et le Front
d'El-Nosra (branche officielle d'El-Qaïda en
Syrie), a indiqué hier une ONG syrienne.
Depuis le 30 avril, ces affrontements dans
la province de Deir Ezzor ont également
chassé hors de chez eux plus de 130.000 ci-
vils. Ces dernières semaines, l'EIIL, qui s'est
emparé mardi de la province irakienne de
Ninive, selon un officier de haut rang, a pro-
gressé dans la province syrienne de Deir
Ezzor, prenant plusieurs villages. "Au moins
634 personnes ont péri dans ces combats de-
puis le 30 avril.
Parmi eux figurent 39 civils dont cinq en-
fants", selon l'Observatoire syrien des droits
de l'homme (OSDH), qui se base sur un large
réseau de sources civiles, médicales et mili-
taires à travers la Syrie. Dans le nord et l'est
de la Syrie, plus de 6.000 personnes ont été
tuées dans ces affrontements depuis janvier,
selon l'OSDH.
CONFLIT SYRIEN
630 morts en 40 jours
de combats entre l'EIIL et le Front
d'El-Nosra dans l'Est
COMBATS AU SOUDAN
110 rebelles tués au Kordofan-Sud
Cent dix rebelles ont été
tués lundi par l'armée lors
des combats dans la région
de l'État du Kordofan-Sud, a
annoncé un porte-parole mi-
litaire.
Quatre soldats ont été
tués dans la bataille, a ajouté
le porte-parole dans un com-
muniqué de l'armée, au Kor-
dofan-Sud, dans le sud du
Soudan.
L'assaut rebelle a visé la
région d'El-Atmur, où une
base militaire avait été re-
prise par les troupes gouver-
nementales le 6 juin.
Les rebelles se servaient
de cette base pour lancer des
attaques avec des obus de
mortier sur Kadougli, la ca-
pitale du Kordofan-Sud, à
quelque 45 km de là selon
l'armée.
"Les forces armées ont
repoussé un assaut des re-
belles qui voulaient pénétrer
dans la région d'Al-Atmur li-
bérée par l'armée", a indiqué
le porte-parole militaire, Sa-
warmi Khaled Saad, dans un
communiqué cité par
l'agence officielle Suna.
"Au bout de trois heures
de combats les soldats ont
réussi à les refouler, en tuant
110 parmi eux et en blessant
un grand nombre", a-t-il
ajouté.
PRÉSIDENTIELLE EN MAURITANIE
L'UA approuve le déploiement
d'une mission d'observation
NIGERIA
20 jeunes femmes
enlevées
dans le nord-est
Au moins vingt jeunes femmes ont été enle-
vées par des membres présumés du groupe armé
Boko Haram près de Chibok, dans l'Etat de
Borno, dans le nord-est du Nigeria, où plus de 200
lycéennes ont également été capturées, ont indi-
qué hier des sources locales. Ce nouvel enlève-
ment s'est produit samedi dans une communauté
peule, une ethnie majoritairement musulmane,
dans le village de Garkin et ses alentours, à 8 km
de Chibok, dans l'Etat de Borno où les lycéennes
avaient été enlevées à la mi-avril. "Selon les in-
formations disponibles, des hommes armées sont
arrivés un peu avant midi (11H00 GMT), et se
sont emparés de 20 femmes et trois jeunes
hommes qui surveillaient le village", a indiqué Al-
haji Tar, membre d'une milice d'auto-défense lo-
cale, cité par l'AFP.
VIOLENCES EN IRAK
20 morts dans
un attentat à Baâqouba
Au moins 20 personnes ont été tuées et 28 au-
tres blessées hier dans un attentat à la bombe per-
pétré à Baâqouba, dans la province de Diyala, au
nord de la capitale irakienne Baghdad, a indiqué
la police. L'attaque a été perpétrée lors de funé-
railles d'un enseignant tué la veille. L'Irak est dé-
vasté par les violences qui ont tué plus de 4.600
personnes depuis début 2014, selon un bilan établi
par des médias sur la base de sources médicales
et sécuritaires, sur fond de paralysie politique.
Plus tôt dans la journée, des insurgés ont pris le
contrôle de l'ensemble de la province irakienne de
Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu, et se diri-
gent vers la province limitrophe de Salaheddine
pour "l'envahir". Lundi, l'explosion d'une bombe
suivie d'un attentat suicide au camion piégé a fait
28 morts et 148 blessés lundi à Touz Khourmatou
(Nord).
Le Représentant spécial du secrétaire géné-
ral de l'ONU pour la Libye, Tarek Mitri, a indi-
qué, lundi devant le Conseil de sécurité, qu'il
allait convoquer prochainement une réunion
avec la partie libyenne, destinée à fixer des rè-
gles de conduite pour les acteurs politiques li-
byens, et ce en raison de la persistance des
tensions politiques et sécuritaires dans ce pays
maghrébin. La crise dans laquelle est plongée
la scène politique libyenne ''fait peser une réelle
menace'' sur le processus de transition en Libye,
a mis en garde M. Mitri qui a précisé au
Conseil de sécurité que la tenue prochaine de
cette réunion avec toutes les parties prenantes
visait à parvenir à un accord sur les principes
fondamentaux de l’interaction politique, sur les
priorités nationales au cours de la période de
transition et sur les moyens de répondre aux
préoccupations sécuritaires.
La Libye face à des enjeux élevés
''Les enjeux sont élevés, et nous n'épargne-
rons aucun effort pour aider à empêcher la
Libye de sombrer dans davantage d'instabilité
et de violence'', a-t-il insisté. L'intervention de
M. Mitri, qui est également le Chef de la Mis-
sion d’appui des Nations unies en Libye
(MANUL), a coïncidé avec la décision de la
Cour suprême libyenne qui a jugé inconstitu-
tionnelle, l'élection du nouveau Premier minis-
tre en Libye, Ahmed Miitig, tandis que le
Premier ministre sortant Abdallah El-Thani
reste en place. Par ailleurs, le représentant onu-
sien a indiqué au Conseil de sécurité que les se-
maines passées ont été marquées par plusieurs
incidents, en particulier celui qui a vu le général
en retraite, Khalifa Haftar, mobiliser un certain
nombre d’unités des Forces armées libyennes,
ainsi que des éléments armés affiliés à des tri-
bus, contre des groupes terroristes et qu’il tient
pour responsables de la plupart des violences et
des assassinats ciblés perpétrés à Benghazi et
dans d’autres régions de l’est du pays. M. Mitri
a relevé que si le vide sécuritaire en Libye, à
cause duquel des centaines de Libyens ont été
assassinés ou victimes d’agressions, était une
source de préoccupation continue, ''toute stra-
tégie de long terme visant à éradiquer le terro-
risme en Libye ne peut être mise en œuvre
unilatéralement ou par des éléments externes,
ni se limiter à la seule dimension militaire''.
CRISE MULTIDIMENSIONNELLE EN LIBYE
Le représentant de l'ONU prévoit une réunion avec la partie libyenne
RUSSIE - UKRAINE
Blocage des négociations sur le prix du gaz
Le commissaire européen à l'Énergie, Gunther Oettinger, a annoncé que la Russie et l'Ukraine n'avaient trouvé
aucun accord sur le prix du gaz acheté par Kiev et le remboursement de la dette gazière, mais les discussions se
poursuivaient hier soir et ce matin à Bruxelles.
«T
ous les points ont
été discutés", "des
solutions ont été
proposées" et "les discussions
vont reprendre mardi soir ou
mercredi matin" à Bruxelles, a
déclaré M. Oettinger après sept
heures de difficiles négocia-
tions commencées lundi en
début de soirée avec les repré-
sentants des deux parties.
Les négociations engagées
entre Gazprom et Naftogaz vi-
sent à parvenir à un accord sur
un plan d'apurement de la dette
gazière et sur le prix du gaz.
Gazprom chiffre cette dette à
2,2 milliards de dollars. Il s'agit
de régler les factures dues par
Naftogaz pour les mois de novembre et dé-
cembre 2013, et les factures pour les mois
d'avril et mai 2014, a-t-il expliqué. Pour sa
part, Washington espère que les tensions en
Ukraine vont s'apaiser cette semaine et des
"progrès significatifs" pourront être réalisés
pour mettre un terme aux com-
bats dans l'Est . Washington a été
"rassuré" par les discussions
entre le président russe Vladimir
Poutine et son homologue ré-
cemment élu à la tête de
l'Ukraine, Petro Porochenko, la
semaine dernière, en marge des
cérémonies de commémoration
du 70
e
anniversaire du Débarque-
ment en Normandie, a déclaré
lundi la porte-parole adjointe du
département d'État Marie Harf.
Celle-ci a également bien ac-
cueilli la participation de l'am-
bassadeur russe à la cérémonie
d'investiture de M. Porochenko à
Kiev, de même que la volonté de
Vladimir Poutine de renforcer les
contrôles à la frontière entre la Russie et
l'Ukraine pour empêcher la traversée de
convois armés.
ANEP 128531 du 11/06/2014
Publicité
16 EL MOUDJAHID
Sciences & Technologies
Mercredi 11 Juin 2014
ENTRETIEN AVEC LE PROFESSEUR NIDHAL GUESSOUM,
ASTROPHYSICIEN ET VICE-DOYEN À L’UNIVERSITÉ AMÉRICAINE
DE SHARJAH (EMIRATS ARABES UNIS)
« L’irrationalité continue de prévaloir »
Homme de science et de savoir, l’Algérien Nidhal Guessoum essaime les conférences et les réseaux sociaux, en plus de ses
nombreuses publications, pour distiller le savoir et déflorer les questions sensibles telles « la science et la religion » ou en-
core « l’évolution et la création ». Primé et respecté dans les milieux scientifiques et religieux, M. Guessoum nous livre ici
quelques éclaircissements sur des questions qui font débat.
Lors de l’une de vos interven-
tions, vous pointez du doigt les
nouveaux médias pour avoir en-
gendré une « toxicomanie et une
baisse d’attention » chez les
jeunes.
La baisse d’attention a été favori-
sée et peut-être accélérée par les
nouveaux médias, mais n’a pas été
engendrée par eux. Ceux d’entre
nous qui enseignons depuis plus de
vingt ans avons constaté cette
baisse d’attention graduelle durant
toute cette période. Elle est due à
plusieurs facteurs, dont les médias
(traditionnels avant les nouveaux),
les ordinateurs et les smartphones,
qui favorisent tous la communica-
tion courte, rapide et instantanée.
De même cette «  toxicomanie  »
s’est d’abord manifestée avec la té-
lévision, puis avec l’internet et au-
jourd’hui avec les nouveaux
médias, qui permettent d’intégrer
tout cela et donc d’accélérer et
d’accentuer aussi bien cette toxico-
manie que la baisse d’attention
chez les jeunes.
Il y a quelques années, lorsque
Twitter est apparu, moi-même j’ai
ridiculisé le concept  : comment,
pensais-je en effet, pourrait-on
échanger tout contenu non trivial
en 140 signes maximum  ? Au-
jourd’hui, non seulement je vois
que c’est possible, je le fais moi-
même plusieurs fois par jour, et je
constate que c’est l’outil de com-
munication le plus essentiel.
D’autre part, des conférences s’or-
ganisent aujourd’hui où les inter-
ventions sont limitées parfois à une
minute. Il y a un an, j’ai commencé
avec un étudiant à enregistrer des
vidéos d’astronomie en arabe pour
le grand public ; les premiers épi-
sodes allaient de 10 à 20 minutes,
et on n’obtenait que quelques cen-
taines de vues, malgré l’effort pu-
blicitaire sur les réseaux sociaux,
mais dès que nous avons réduit à 3
à 5 minutes, le nombre de vues
s’est élevé à plusieurs milliers,
souvent avoisinant 10 mille par
épisode.
Le monde a changé et il faut d’un
côté s’y faire et d’un autre côté uti-
liser la «  nouvelle donne  » au
mieux, tout en essayant d’orienter
ces outils autant que possible.
Qu’en est-il de l’utilisation de
ces nouveaux outils dans la vie
des musulmans ? Et quels sont
les revers ?
Juste pour vous donner une idée,
l’Arabie saoudite est le pays ayant
le plus grand pourcentage d’utili-
sateurs de Twitter par habitant. De
plus, les twitternautes qui ont le
plus grand nombre de « suiveurs »
(followers) dans le monde arabe
sont des prédicateurs religieux.
Enfin, la présence féminine arabe
dans les réseaux sociaux est très
élevée, une première dans l’his-
toire de la communication sociale
dans nos sociétés.
Les revers sont le fait que ces
mêmes outils sont plus amplement
utilisés par ceux qui ont les moyens
(techniques et financiers), c’est-à-
dire ceux qui détiennent le pouvoir.
Ces outils peuvent donc permettre
aux forces politiques et religieuses
en place de diffuser encore plus
leur message, tout en ayant les
moyens de supprimer les voix qui
s’opposent ou qui véhiculent un
discours trop différent.
Quelles pourraient être les inci-
dences sur le discours religieux
dans la culture islamique et dans
le dialogue interreligieux ?
L’internet et les réseaux sociaux
ont permis l’ouverture du champ
d’exploration des idées religieuses,
mille fois plus que dans tout le
passé. Des idées qui étaient
jusqu’ici cachées et inconnues sont
aujourd’hui accessibles. Les mu-
sulmans, surtout les jeunes, décou-
vrent la grande richesse et diversité
d’idées qui existe dans leur religion
et leur culture et peuvent formuler
des points de vue plus nuancés que
ce qu’on leur présente souvent
dans les mosquées, les écoles ou à
la télévision.
De plus, les réseaux sociaux per-
mettent de communiquer au-delà
des frontières. En fait, avec les ou-
tils de traduction instantanée (qui
sont maintenant intégrés dans Fa-
cebook, par exemple), la commu-
nication peut surmonter les
barrières de langues de cultures
(hommes et femmes peuvent com-
muniquer quasi librement, par
exemple). Pour les musulmans,
cela permet à la fois de concrétiser
le concept d’Oumma (Commu-
nauté avec un grand C) des musul-
mans de par le monde, mais aussi
de dialoguer avec « l’autre », de le
comprendre et de mieux se com-
prendre soi-même.
Votre parcours fait de vous un ci-
toyen du monde, donc au fait de
différentes cultures.
Comment conciliez-vous votre
érudition en tant que scientifique
entre le monde occidental où
vous évoluez souvent et le monde
musulman avec leurs côtés obs-
curs et leur scepticisme ?
Mon éducation multiple (maîtrise
parfaite de trois langues, dans les
lesquelles j’ai écrit des livres,
donné des conférences et des inter-
views, ainsi que ma connaissance
de la science aussi bien que des
cultures musulmane et occidentale,
me permet en effet de « jouer » sur
plusieurs terrains.
Dans le monde musulman, j’essaie
de diffuser la science, la curiosité
et l’ouverture envers le monde et
l’esprit critique. Dans le reste du
monde, j’essaie de corriger l’igno-
rance qui prévaut concernant tout
ce qui se rapporte au monde de
l’Islam et de combattre l’islamo-
phobie et le sentiment (souvent in-
conscient) que tout ce qui n’est pas
occidental est arriéré et inférieur.
Il y a beaucoup à faire sur tous ces
registres, en commençant par les
problèmes qui existent à l’intérieur
de notre propre maison. Oui, l’irra-
tionalité continue de prévaloir ; la
vision très étroite du monde (y
compris de notre religion) continue
à nous brouiller le champ de tra-
vail socio-éducatif ; le retard dans
le monde de l’éducation (qui de-
meure le problème primordial de
notre société arabo-musulmane)
n’est pas facile à combler. Mais il
y a du progrès, certainement  ; le
nombre et le pourcentage de gens
qui « comprennent » le problème
est en augmentation continue ; les
systèmes socio-politiques s’amé-
liorent avec le temps (bien que trop
lentement) ; la mondialisation nous
force à nous améliorer ; etc.
Comme je dis souvent, je suis un
pessimiste sur le court terme et un
optimiste sur le long terme…
Propos recueillis
par Kamel Morsli
CORONAVIRUS
Le lait de chamelle
au banc
des accusés
Dans une précédente livraison,
nous mettions en exergue
l’inquiétude des autorités
sanitaires devant la virulence du
MERS, le virus qui place la
saison du hadj 2014 sous le signe
du risque épidémiologique. Chose
qui n’a pas empêché l’inscription
de millions de hadjis en partance
vers les lieux saints de l’Islam.
Pendant ce temps-là, un groupe de
chercheurs qataris a finalement pu
identifier la source très probable
du coronavirus : le lait de
chamelle cru. Les chercheurs ont
également découvert que près
d'une personne sur 10 en contact
avec des chameaux développe des
anticorps contre le MERS.
Près de deux ans après
l’émergence du MERS, il est
encore difficile de savoir combien
de patients en sont infectés. Les
500 nouveaux cas de MERS que
l'Arabie saoudite a signalés durant
les trois derniers mois semblent
avoir eu lieu dans les hôpitaux en
raison de l'insuffisance des
mesures de contrôle des
infections. Mais il n'y a pas
encore de preuve de transmission
généralisée d'humain à humain en
dehors des hôpitaux. Et les
chercheurs ont découvert de plus
en plus de preuves que le contact
avec les dromadaires peut être un
facteur de risque pour contracter
le virus. Dans neuf pays du
Moyen-Orient et d’Afrique, des
camélidés ont présenté des signes
d’infection, mais les chercheurs
butent encore sur la certitude des
moyens de transmission entre
l’animal et l’homme. A ce stade
de la recherche, les autorités
sanitaires sont à la mise en garde
contre la consommation de lait de
chamelle cru, une tradition très
répandue. Mais dans une autre
étude récente, des chercheurs de
l'Institut national des allergies et
des maladies infectieuses des
États-Unis ont montré que le virus
ajouté au lait de chamelle
pasteurisé pourrait survivre
pendant trois jours.
L'Organisation mondiale de la
santé (OMS) publiera
prochainement des directives
strictes contre la consommation
de ce lait cru et la nécessité d’une
hygiène rigoureuse lors de la
traite. La viande de chameau
pourrait être une autre voie de
transmission ; les scientifiques ont
constaté que 13% des échantillons
de ganglions lymphatiques
prélevés dans un abattoir
contenaient le virus. Mais ils ne
peuvent pas dire si cela signifie
que la viande est effectivement
contaminée et quels seraient les
risques effectifs sur les
consommateurs.
On a également découvert que
8,7% des travailleurs des fermes
d’élevage de camelins avaient
développé des anticorps contre le
virus. Le fait qu'aucun d'entre eux
n’ait contacté la maladie suggère
que le MERS peut être plus
répandu qu’on ne le croit et qu’il
pouvait provoquer une affection
bénigne ou n’avoir aucun effet sur
l’organisme humain.
L’heure est donc à la vigilance.
Pour les éleveurs, une batterie de
dispositions de protection a été
mise en place afin d’éviter le
contact direct avec les foyers à
risque ; quant aux pèlerins une
série de recommandations strictes
les suivra tout au long de leur
périple en Arabie saoudite.
K. M.
SMARTPHONES/TABLETTES
« Radios Algérie »
Pour les détenteurs de smartphones et tablettes numériques, cette
semaine nous vous proposons de « trimbaler » partout avec vous
pas moins de 40 stations de radios algériennes.
Hertziennes ou web, nationales ou locales, les stations radios pro-
posées sont totalement gratuites. Les options d’écoute sont nom-
breuses, entre autres, l’écoute en multitâche (écoute pendant
l’exécution d’un autre programme) et l’affichage des informations
en cours d’écoute (nom du chanteur et de la chanson).
Parmi les stations proposées : Chaîne 1, 2 et 3, Radio El Bahdja,
Jil FM, Radio Dzair, Radio Chaabi, Sétif FM, Radio Andalousse,
Radio Malouf, Radio Naama, Mitidja FM, Constantine FM, Oran
FM, Soummam FM…
BIO-EXPRESS :
Astrophysicien, docteur de l’uni-
versité de Californie à San
Diego, Nidhal Guessoum a passé
deux années en tant que cher-
cheur au NASA Goddard Space
Flight Center. Actuellement pro-
fesseur et vice-doyen à l’univer-
sité américaine de Sharjah
(Emirats arabes unis), chroni-
queur régulier dans Gulf News,
conférencier invité dans de
grandes universités telles que
Cambridge, Oxford et Cornell, il
est auteur de nombreux articles et
livres parus dans différents pays.
Il a également été interviewé
dans un grand nombre de médias
internationaux comme Al-Ja-
zeera, BBC, NPR, France 2, Le
Monde, The Huffington Post…
La villa Abdellatif accueillera, du 11 au 18 juin 2014, une inté-
ressante manifestation culturelle entièrement centrée sur les tech-
niques d’apprentissage de l’écriture scénaristique. Une belle aubaine
pour les personnes désireuses de parfaire leurs connaissances dans
les techniques bien connues ailleurs de l’écriture de scénarii. Les
écrivains en herbe, dont beaucoup sont des cinéphiles avertis qui
sont désireux de faire des films élaborés suivant certaines écoles
d’écriture les plus en vue en Europe et qui pourraient attirer les pays
de la rive sud, pourront, grâce à ces ateliers, acquérir tout un savoir-
faire, ainsi que les méthodes les plus contemporaines pour réaliser,
selon une sélection approuvée, les projets qui leur tiennent le plus à
cœur. On apprend que ces ateliers d’aide à la réécriture pour les au-
teurs de premier ou de deuxième long métrage de fiction, originaires
d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et du Moyen-Orient, se dé-
rouleront sur une semaine et seront animés par un scénariste de re-
nommée mondiale, Jacques Fieschi. Les ateliers de «Sud Écriture»
offriront, aux cinq candidats sélectionnés à cet effet et porteurs de
projet, l’opport unité de pouvoir travailler en profondeur sur leur
script avec la participation active de tous les intervenants. Ces der-
niers, composés d’observateurs algériens, pourront se pencher sur
l’analyse détaillée des projets scène après scène, avec des composi-
tions personnalisées tournant autour des personnages, des structures
et des dialogues. À rappeler que ces ateliers ont été créés en 1997
avec le soutien du Centre national du cinéma en France et l’Organi-
sation internationale de la francophonie. Cette édition 2014 est sou-
tenue par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel, en
étroite collaboration avec le ministère de la Culture.
L. Graba
EL MOUDJAHID
Culture
Mercredi 11 Juin 2014
17
TIZI OUZOU
Hommage aux artistes
disparus Boubekeur
Mekhoukh et Salima Labidi
Un vibrant hom-
mage a été rendu, di-
manche dernier, à la
défunte actrice Sa-
lima Labidi qui s’est
illustrée dans le feuil-
leton kabyle Akham
N’da Meziane, avec
le personnage de
«Monica», femme
d’un des enfants de
Da Meziane, et au
défunt talentueux
homme de théâtre,
Boubekeur Me-
khoukh, au Théâtre
régional Kateb-Ya-
cine de la ville de
Tizi Ouzou, et ce à
l’occasion de la Jour-
née nationale de l’ar-
tiste. Cet hommage
appuyé et largement
mérité par ces deux artistes exceptionnels a été marqué par
la projection de deux documentaires relatant le parcours des
deux comédiens disparus, ainsi que des témoignages de ceux
parmi les artistes et comédiens les ayant connus.
Les familles de deux artistes présentes à cette journée
d’évocation ont été gratifiées de prix et de cadeaux, en signe
de reconnaissance pour ce qu’ils ont donné pour le cinéma
et le théâtre algériens. Slimane Boubekeur, auteur du scé-
nario du feuilleton Akham N’da Meziane, dans lequel il a
joué le rôle de l’épicier et fils de Da Meziane, Nacima Ben-
mihoub et Amina Beldjoudi, respectivement femme et fille
de Da Meziane, dans le même feuilleton diffusé par la télé-
vision algérienne durant les deux ramadhans derniers, ainsi
que de Omar Fetmouche, directeur du Théâtre régional de
Béjaïa (TRB), en sus de plusieurs autres comédiens et ar-
tistes ont pris part à cet hommage rendu par la direction de
la culture de Tizi Ouzou, en collaboration avec des struc-
tures rattachées à cette direction, à ces deux artistes connus
pour leur professionnalisme et simplicité, selon des témoi-
gnages de ceux qui ont travaillé avec eux. La clôture de cet
hommage a été marquée par l’interprétation de la pièce théâ-
trale, la Terre et le sang, adaptation du livre éponyme écrit
par le célèbre romancier Mouloud Feraoun, par Mohand Aït
Ighil, et mise en scène par le dramaturge Omar Fetmouche.
Salima Labidi, comédienne et actrice algérienne née le 9
septembre 1949 à Miliana, a débuté sa carrière de comé-
dienne en 1966, au théâtre radiophonique à la Chaîne II de
la radio algérienne, enchaînant les rôles dans différentes
pièces tragi-comiques traitant des problèmes de société. Ses
performances de comédienne lui vaudront d’être sollicitée
pour interpréter des rôles dans des téléfilms. Entre autres,
les films qui ont propulsé la carrière de la défunte, Ahlil,
ahlil et Yak ennighak (je te l’ai pourtant dit), réalisés par Ra-
chid Harhar, El-Michoir (le parcours), de Messaoud El-
Ayeb. Elle a fait la joie de ses fans pendant les soirées
ramadhanèsques où elle s'est imposée, sur les écrans, avec
la famille de D’da Meziane, dans le feuilleton de Slimane
Boubekeur, Akham N’da Meziane (la maison de Da Me-
ziane), réalisé par Mahfoud Okkacha. Elle a joué le rôle
d’une bru, qui s’appelait Monica, d'origine française, qui est
venue s’installer chez sa belle-famille en Kabylie. Elle s'est
vite intégrée au sein de la famille de "Papa Mezian" et de
"Mama Farrou". Elle a, parfaitement, interprété son rôle, ce
qui a fait la joie des téléspectateurs pendant les trois pre-
mières saisons de la comédie. Salima Labidi est décédée le
4 avril 2013 à l’âge de 64 ans des suites d’une longue ma-
ladie, et enterrée au cimetière d’El-Madania, sur les hauteurs
d’Alger. Boubekeur Makhoukh est né le 6 mars 1954 à Ti-
filkout, un village kabyle perché sur les hauteurs du Djurd-
jura. Il a longtemps vécu à Annaba et à Bejaïa. Les maisons
des jeunes et les théâtres régionaux (TRA) et (TRB), res-
pectivement d’Annaba et de Béjaïa, furent les lieux de cul-
ture que Boubekeur Makhoukh a animés et illuminés par sa
joie de vivre et son amour du théâtre et des enfants. Plusieurs
spectacles et pièces leur ont été destinés, dont Ali Baba
(1993) et Magic Show (un spectacle de marionnettes, de
danse, de clowns et de magie). Makhoukh a utilisé plusieurs
langues incluant berbère, arabe, anglais, français et italien.
Il a traduit et interprété diverses œuvres, dont les Merce-
naires, de Lhadi Flici, qui fut sa première traduction en
1978, suivie de Clando Bazar, de Hamid Goudarzi (de
l'arabe vers le français) en 1992, et du roman français le Roi
des Bons, de Henriette Bichonnier, en 1995. L'une des der-
nières pièces traduites (du berbère vers l'arabe) fut celle de
Mohya, Sin-nni, en 1996. Boubekeur Makhoukh est surtout
connu pour ses adaptations libres de Ghabou Lafkar, Zerdeb
et Hafila Tassir, dont on disait qu'elle avait ouvert les yeux
du théâtre algérien sur la possibilités d'adaptation des nou-
velles littéraires, mais a permis aussi au défunt Azzadine
Medjoubi, alors marginalisé, de faire exploser son formida-
ble talent en interprétant, pour la première fois, un rôle prin-
cipal. La pièce Hafila Tassir a été projetée souvent par la
télévision algérienne. Atteint gravement aux reins et par le
diabète, Boubekeur Makhoukh décède le 31 mai 1998 à l'hô-
pital de Nantes, en France. Il est enterré au cimetière Sidi
Hars (Djebanet El-Ghorba) à Annaba, le 8 juin 1998, qui
coïncide avec la Journée nationale de l'artiste, selon une note
biographique établie en cette occasion.
Bel. Adrar
VERNISSAGE DE L’EXPOSITION « EL HAÏK, IDENTITÉ ALGÉRIENNE
AU FÉMININ » AU MUSÉE DU BARDO
Une richesse historique et mémorielle
De nos jours, les index pointent celles qui portent le haïk, alors que cette tenue séculaire faisait jadis la
beauté de la femme algérienne. Une démarche sociologique s’impose pour le réhabiliter, lui redonner vie
et sauvegarder cette richesse historique et mémorielle afin de le faire connaître et de le faire apprécier par
la jeune génération. C’est pour cette raison que le ministère de la Culture et le Musée national du Bardo
ont organisé une exposition qui se veut un hommage à la femme algérienne, aux chahidate, aux
moudjahidate et au symbole du haïk, notre identité nationale.
P
uisqu’il s’agit d’une exposition mu-
séale, le premier volet de l’exposition
est consacré aux photos accompa-
gnées de textes scientifiques et ethnogra-
phiques, inspirés des témoignages vivants
des vieilles femmes, et d’écrivains et d’his-
toriens qui ont vécu à cette période, ainsi
que des témoignages des colonisateurs qui
ont laissé des traces dans leur écrits. «Le
premier volet, on l’a réservé aux photos,
comment la femme portait le haïk, durant
la période ottomane, et la période coloniale,
jusqu'à la période actuelle. Ce n’est pas
pour montrer l’évolution du haïk, mais pour
montrer qu’il a été supplanté par un voile
extérieur venu d’Orient comme le djilbab
et le hidjab», a expliqué Haka Farida, com-
missaire du festival et conservatrice au
musée du Bardo.
Le deuxième volet explique les techniques
de fabrication du haïk, avec des éclaircis-
sements portant sur les deux matériaux qui
constituent le haïk traditionnel, laine (haïk
mensedj) et la soie (haik m’rema) accom-
pagné de tous les outils. Un autre volet est
consacré à la manière de porter le haïk,
avec deux manières principales : avec la
voilette (le aâjar), ou sans voilette (qu’on
appelle le haïk Bouâouina), avec des expli-
cations placardées sur les murs des diffé-
rentes sortes de voilette. «Comme notre
territoire est grand, nous l’avons divisé sur
quatre régions pour démontrer les diffé-
rentes sortes de haïk que les femmes por-
tent : Alger la capitale, L’oasis saharien où
la femme porte le haïk Bouâouina qu’on
appelle à Ghardaïa, ahouli, l’Est algérien
avec le fameux voile noire appelé la
m’laya, et enfin l’extrême Sud, porté par les
femmes touaregs et qui porte le nom du
tseghnest», a noté Haka Farida.
On se souvient tous de la fameuse séquence
du film la Bataille d’Alger, lorsque Yacef
Saâdi s’est déguisé, avec d’autres combat-
tants, en femmes en portant le haïk pour ca-
cher son identité.
Cette dimension a été explorée par un volet
de l’exposition, dédié à l’apport du haïk à
la Révolution algérienne. «Nous n’écartons
pas le rôle du haïk durant la Révolution al-
gérienne, lorsqu’il cachait des femmes et
des hommes qui portaient des documents et
des bombes dans le but d’acquérir l’indé-
pendance de l’Algérie», a rappelé la com-
missaire.
Et comme la tenue vestimentaire est une
forme d’art, un volet dédié aux artistes a été
consacré aux peintres et stylistes : «Certains
peintres ont utilisé l’huile, l’eau, le couteau,
le crayon, les bijoux, des pairs de colliers,
des bouts de tissu, et ils ont collé ces outils
sur des photos inspirées d’internet.»
L’interlocutrice a appelé les femmes à por-
ter le haïk plus souvent dans les cérémonies
nuptiales, qui maintiennent sa place dans
nos coutumes. «Même si l’on ne peut pas
le porter dans la vie quotidienne, heureuse-
ment que le haïk reste toujours présent dans
nos mariages, la nouvelle mariée sort tou-
jours de la maison parentale en portant le
«haïk laroussa» vers sa demeure conjugale
; c’est un haïk soyeux orné par des chutes
qu’on appelle des lisières dorés ou argen-
tés», a-t-elle encore expliqué, avant de re-
venir sur l’objectif de cette exposition. «On
essaye de réhabiliter le haïk parce qu’il
n’est pas évident de le porter quotidienne-
ment, mais pour essayer d’inciter quand
même les femmes pour le porter en allant
aux mariages, au lieu de porter la M’laya
saoudienne, ou un châle européen ; elle
peut porter le haïk, il donne beaucoup
d’élégance et un grand charme à la
femme», a-t-elle conclu.
Kader Bentounès
ATELIERS « SUD ÉCRITURE » D’ALGER
Pour la promotion du cinéma des pays maghrébins
MOIS DU PATRIMOINE
Regard sur les « trésors »
de la Bibliothèque nationale
Intitulée «Les trésors de la Bibliothèque
nationale», une intéressante exposition
s’est ouverte hier après-midi, au
Hamma (Belouizdad), sous la prési-
dence de Dahmane Madjid, DG de
l’institution, en présence de personnali-
tés culturelles et de représentants du
corps diplomatique accrédité en Algé-
rie. Organisée du 9 au 18 juin, dans le
cadre du Mois de patrimoine, cette ma-
nifestation permet au public de «pren-
dre connaissance des biens culturels
matériels et immatériels dont dispose l’institution et, partant, apprécier leur haute
valeur culturelle», nous a déclaré D
r
Dahmane Madjid à cet égard. Il a ensuite ajouté
que depuis la mise en place d’un dispositif juridique et financier approprié, l’insti-
tution dispose maintenant de moyens nécessaires pour assurer son développement,
en mettant l’accent sur les laboratoires photo et de chimie, les équipements pour ren-
forcer le service de conservation et de reliure. À ce propos, il a affirmé que la BN
est désormais en mesure de préserver les vieux manuscrits acquis auprès des parti-
culiers. Abordant l’exposition, le premier responsable de l’institution a fait part de
l’existence d’ouvrages rares à la BN, comme celui traitant du droit en médecine
d’Ibn Sina, édité en 1593, avant de citer quelques périodiques datant de l’époque
coloniale, tels que l’Estafette d’Alger et El Chihab. Des tableaux de peinture repré-
sentant la Casbah d’Alger, le Mechouar de Tlemcen et une vue d’Annaba, des albums
photos et cartes postales de nombreuses villes, de disques des noms illustres de la
chanson algérienne y sont présentés également. Mourad A.
PUBLICATION
Archives du football
algérien
La bibliothèque sportive algérienne vient de
s'enrichir d'un nouvel ouvrage intitulé Archives
du football algérien, édité à l'occasion de la
qualification de l'Algérie en Coupe du monde
pour la quatrième fois de son histoire. Riche de
320 pages et agrémenté par 400 illustrations en
couleurs et en noir et blanc, l'ouvrage est, in-
contestablement, un voyage à travers le temps
de gloire du sport roi en Algérie. Confectionné
par Saïd Selhani, ancien responsable du service
des sports à l'agence APS, et un des doyens de
la presse sportive algérienne, ce livre offre aux
amoureux du football, une œuvre dont la
grande valeur documentaire viendra s'ajouter à
la mémoire du football algérien. Archives du
football algérien nous apprend, par exemple,
que l'ancien sélectionneur des Verts, Rabah
Saâdane, cumule le plus grand nombre de
matchs à la tête des Verts (72 rencontres), que
Lakhdar Belloumi détient le plus grand nombre
de sélections contre des pays (99) et que l'actuel
entraîneur adjoint des Verts, Abdelhafid Tas-
faout, est toujours le meilleur buteur de la sé-
lection algérienne avec 34 buts. Cette
publication, dont la réalisation a été soutenue
par ATM Mobilis, sortira cette semaine.
P
h
.

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
Mercredi 11 Juin 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h48
- Asr.............................16h39
- Maghreb....................20h10
- Icha……...……....... 21h50
Jeudi 14 Chaâbane 1435
correspondant au 14 juin 2014 :
- Fedjr........................03h37
- Chourouq.................05h29
Horaires des prières de la journée du mercredi 13 Chaâbane
1435 correspondant au 11 juin 2014 :
29 EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
dela publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet de
Publicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux ou
commandes dephotos, s’adresser auservicecommercial :
20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration
adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent
faire l’objet d’une réclamation..
El Moudjahid/Pub
Avis d’infructuosité
L'Etablissement de Gestion de Services Aéroportuaires d'Alger EGSA/ALGER
informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national
et international restreint n°04/EGSA/DIE/2014 portant sur l'acquisition des
systèmes neufs de détection de produits dangereux et interdits pour les aéroports
relevant de l'EGSA-Alger, en lots séparés :
- Lot n°01: Systèmes de détection par rayons X «scanner» à double vue non
automatiques.
- Lot n°02 : Systèmes de détection de traces d'explosifs et de stupéfiants,
publié dans les quotidiens nationaux El Moudjahid et Echaâb en date du
06/04/2014 ainsi que le BOMOP, qu'il a été déclaré infructueux par la Commission
permanente d'évaluation des offres.
ANEP 202225 du 11/06/2014
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DES TRANSPORTS
ETABLISSEMENT DE GESTION DE SERVICES
AEROPORTUAIRES D’ALGER
EGSA/ALGER
NIF : 000016001441818
En réponse à la mise en demeure de
l'OPGI d'Oran, relative à la réalisation des
40 logements à Gdyel, parue dans le
quotidien national El Moudjahid, dans son
édition n°15141 du 28 mai 2014, non
parvenue à notre société, le gérant de la
SARL tient à vous faire part de ce qui suit :
1. REMARQUES : Se rapportant aux
mentions portées dans la mise en demeure.
• La référence de la date du 15/07/2010
n'est pas celle du marché (23/02/2011), mais
celle de notre soumission.
• ODS n°19/2011, du 23/02/2011 n’est
pas de démarrage, mais de notification du
marché.
• L’adresse n'est pas Cité Nord-Est -
Chlef, mais Cité Nord-Est-Boukadir-Chlef.
2. PRECISIONS ET REFERENCES :
• Soumission du 15/07/2010.
• Marché n°01/2011 du 23/02/2011.
• ODS portant notification du marché
n°19/2011 du 23/02/2011.
• Aucun ODS prescrivant le démarrage
du chantier, comme il est stipulé dans la
disposition contractuelle 2.2, n’a été notifié
à notre société.
Notre société est dans son droit de
réclamer l'application des dispositions :
• Contractuelles n°l.08 et 2.12
• Des articles 53 et 54 du décret-
présidentiel n°02-250 du 24/07/2002,
modifié et complété, portant la
réglementation des marchés publics.
NONOBSTANT : La survenance
d'autres aléas cités dans plus de 10 de nos
envois.
Compte tenu de ce qui précède, la mise
en demeure est considérée comme nulle et
non avenue.
N. B: Notre société privilégie
l’achèvement normal des relations
contractuelles.
Le Gérant
El Moudjahid/Pub ANEP 0526 du 11/06/2014
El Moudjahid/Pub ANEP 202221 du 11/06/2014
Avis d’attribution provisoire
La Laiterie Fromagerie de Boudouaou «LFB» informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé
à l'avis d'appel d'offres national n°12/2014 pour le choix d'un bureau d'études en vue d'un accompagnement
pour l'étude, la confection d'un cahier des charges et le suivi de la réalisation des travaux, paru sur les
quotidiens nationaux : El Moudjahid, Echaâb du 24/04/2014 et le BOMOP du 27/04/2014, qu'à l'issue de
l'analyse des offres techniques et financières, conformément aux critères prévus dans le cahier des charges,
le marché est attribué provisoirement à l'entreprise ci-dessous :
Conformément aux dispositions des articles 114 et 125 du décret présidentiel n°10-236 du 07/10/2010
modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, tout soumissionnaire contestant le choix
opéré peut introduire un recours dans les dix (10) jours qui suivent la date de la publication de l'avis
d'attribution provisoire aux quotidiens nationaux sus-cités.
Les soumissionnaires qui souhaitent prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation de leurs
offres techniques et financières peuvent se rapprocher du bureau des marchés de la LFB, au plus tard dans
un délai de trois (03) jours à compter de la première publication du présent avis.
Groupe Industriel des Productions Laitières
GIPLAIT
Laiterie Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA
Société par actions au capital de 550.740.000 DA
Siège Social : Cité Benadjel 35.400 Boudouaou - Boumerdès
Entreprise
SAOUDI MILOUD
Montant de l'offre TTC
Partie fixe :
Montant de l'étude du projet: 737 100.00 DA
Duré de l'étude : 45 jours
Partie variable :
Montant du suivi des réalisations : 99 450.00 DA/mois
Observation
Moins-disant
El Moudjahid/Pub ANEP 202222 du 11/06/2014
Avis d’attribution provisoire
La Laiterie Fromagerie de Boudouaou «LFB» informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé
à l'avis d'appel d'offres national n°13/2014 pour l'acquisition de matériels informatiques.
Lot n°01 : Sept (07) micro-ordinateurs portables.
Lot n°02 : Douze (12) micro-ordinateurs de bureau.
Lot n°03 : Treize (13) imprimantes.
Lot n°04 : Cinq (05) photocopieurs.
Paru sur les quotidiens nationaux : El Moudjahid, Echaâb du 24/04/2014 et le BOMOP du 27/04/2014.
Qu'à l'issue de l'analyse des offres techniques et financières, conformément aux critères prévus dans
le cahier des charges, le marché est attribué provisoirement à l'entreprise ci-dessous:
Conformément aux dispositions des articles 114 et 125 du décret présidentiel n°10-236 du 07/10/2010
modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, tout soumissionnaire contestant le choix
opéré peut introduire un recours dans les dix (10) jours qui suivent la date de la publication de l'avis
d'attribution provisoire aux quotidiens nationaux sus-cités.
Les soumissionnaires qui souhaitent prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation de leurs
offres techniques et financières peuvent se rapprocher du bureau des marchés de la LFB, au plus tard dans
un délai de trois (03) jours à compter de la première publication du présent avis.
Groupe Industriel des Productions Laitières
GIPLAIT
Laiterie Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA
Société par actions au capital de 550.740.000 DA
Siège Social : Cité Benadjel 35.400 Boudouaou - Boumerdès
Entreprise
SNC RAM-
ELECTRO
Désignation
Lot n°01 : Sept (07) micro-ordinateurs portables.
Lot n°02 : Douze (12) micro-ordinateurs de bureau.
Lot n°03 : Treize (13) imprimantes.
Lot n°04 : Cinq (05) photocopieurs.
Note globale attribuée…/100
73.34
76.61
80.85
/
Montant de l’offre en HT
834 120,00 DA
1 625 232,00 DA
250 825,66 DA
/
Observation
Mieux-disant
Annulé
SARL SADIA AHMED
03, rue Frères Tahar-Djebar,
Cité Nord-Est - Doukadir - Chlef
L'entreprise OUADAH
ABBES, sise à rue
ABDELKADER, MERS EL
HADJAJ, ORAN, titulaire du
marché n°16/2012 notifié le
24/04/2012 pour la réalisation
des travaux de Bâtiment du
projet des 36/150 logts «RHP»
à Arraba, daïra de BETHIOUA-
Oran, est mise en demeure
sous 48 heures de renforcer le
chantier en moyens humains,
matériels et matériaux afin de
rattraper le retard enregistré et
améliorer la qualité des
travaux.
Passé ce délai, l'Office se
réservera le droit de procéder à
la résiliation du marché aux
torts exclusifs de l'entreprise.
El Moudjahid/Pub ANEP 128509 du 11/06/2014
République Algérienne
Démocratique et Populaire
Ministère l'Habitat, de
l'Urbanisme et de la Ville
MISE
EN DEMEURE
Office de Promotion et de Gestion
immobilières d'Oran
El Moudjahid/Pub ANEP 128563 du 11/06/2014
Avis d’attribution provisoire de marché
Conformément aux dispositions de l'article 32 de la procédure interne de passation de commandes,
contrats et marchés, (PR-INF/PCCM 001 version 00 du 20 février 2013), l'entreprise INFRAFER informe
l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'avis d'appel d'offres national restreint
n°01/DARH/2014, ayant pour objet : Placement en Assurance des Risques de l’EPE INFRAFER 2014,
paru dans les quotidiens nationaux EL MOUDJAHID et ECHOUROUK, que suite à la décision de la
commission d'évaluation des offres, le marché est attribué provisoirement à :
INFRAFER (PR-INF/PCCM 001 version 00 du 20 février 2013), tout soumissionnaire qui conteste
ce choix peut introduire un recours auprès de la Commission Interne des Marchés de l'entreprise dans
un délai de dix (10) jours à compter de la première parution du présent avis dans les quotidiens
nationaux.
Conformément aux dispositions de l'article 33 de la procédure interne de passation de commandes,
contrats et marchés, tous les soumissionnaires intéressés de prendre connaissance des résultats
détaillés de l'évaluation de leurs offres techniques et financières sont invités à se rapprocher du Bureau
des marchés au plus tard trois (03) jours à compter de la première parution de cet avis.
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
Entreprise Publique Économique de Réalisation d'Infrastructures Ferroviaires
EPE - INFRAFER - SPA
NIF : 09999116000770512
Désignation
Placement en
Assurance des Risques
de l’EPE INFRAFER-
2014
Soumissionnaire
Société Nationale
d’Assurance «SAA»
(Pli n°02)
Note technique sur
100 pts
19
Note financière
sur 100 pts
66.357
Note totale
85.357
OBS
Offre la
mieux-disante
REPONSE A MISE EN DEMEURE
Douloureux fut et restera
pour toujours le 07/06/2014
quand nous a quittés à jamais, à
l’âge de 76 ans, notre cher
CHEKIROU YOUCEF Moudja-
hid et avocat
laissant un grand vide que le
temps n’a pas comblé.
En ce triste et douloureux
souvenir, sa famille demande à
tous ceux qui l’ont connu d’avoir une pieuse pensée
en sa mémoire.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous re-
tournons.»
El Moudjahid/Pub du 11/06/2014
PENSÉE
Les familles ARROUDJ et ACHOUR de
Tizi-Ouzou ont la douleur de faire part du décès de
leur cher père et oncle
ARROUDJ KACI
survenu le 10/06/2014 à l’âge de 78 ans suite à
une longue maladie.
En cette douloureuse et triste circonstance, nous
demandons à tous ceux qui l’ont connu d’avoir une
pieuse pensée en sa mémoire.
“Qu’Allah le Tout-Puissant l’accueille dans Son
vaste paradis”.
El Moudjahid/Pub du 11/06/2014
PENSÉE
Sports
30 EL MOUDJAHID
Mercredi 11 Juin 2014
COUPE DU MONDE 2014
Avalanche de blessures
C’est l’hécatombe pour un bon nombre de sélections mondialistes. En effet, nombre
d’entre elles ont connu le forfait de leurs meilleurs éléments à quelques semaines
seulement du grand rendez-vous brésilien.
A
lors que certains joueurs ont
vécu la malédiction des bles-
sures au cours de la saison régu-
lière éprouvante, à l’image de Falcao
(Colombie), Mananda (France) ou en-
core Suarez (Uruguay) et Valdes, Alcan-
tara et Costa, (Espagne), la phase
précompétitives de la préparation est
venu allonger la liste des blessés. En
effet, pas moins de 15 joueurs ont
contracté des blessures durant cette
phase de préparation où les matchs qui
se sont déroulés dans les mêmes condi-
tions de compétition et la même inten-
sité. Le tibia-péroné pour le Portugais
Silvio, le mollet pour Rafael van der
Vaart (Pays-Bas), la cheville pour Jesus
Navas, la cuisse pour Niko Kranjcar
(Croatie) et Lars Bender (Pays-Bas), le
tendon d’Achille pour Christian Ben-
teke (Belgique), le bras gauche pour son
compatriote Silvio Proto, le tibia pour
Riccardo Montolivo (Italie), la cheville
droite pour le Sud-Coréen, Kim Jin-
Soo, et la cheville gauche de Romelu
Lukaku (Belgique). Du côté des Bleus,
Clément Grenier (adducteur droit) et
Franck Ribéry (dos) ont jeté l’éponge,
alors que les Russes ont signalé l’ab-
sence de Roman Shirokov (tendon
d’Achille). La Mannschaft qui avait
déjà signalé la blessure de son portier
Neuer, vient d’enregistrer le forfait
d’Ilka Gündoğan et de son prodige
Marco Reus.
A la veille du Mondial, le souci des
différents staffs techniques est d’avoir
une équipe compétitive avec des joueurs
dans une forme optimale. Préparateurs
physique, médecins, diététiciens et phy-
siologistes suivent de très près les
joueurs dont la tension artérielle, les
taux d’hémoglobine et d’acide lactique
dans le muscle sont régulièrement
contrôlés. Toutefois, si la science per-
met aujourd’hui de maîtriser, plus ou
moins, l’aspect forme physique, le
risque de blessure demeure énorme. No-
tamment après une saison éprouvante
où les joueurs, toutes compétitions
confondues, ont une moyenne de 50
matches dans les jambes. Sachant que
sur le plan méthodologique, il est qua-
siment impossible de réaliser une pré-
paration proprement dite, avec tous ses
principes, faute de temps, deux écoles
se distinguent.
La première préconise une prépara-
tion spéciale avec un travail physique
intense. Au cours de cette forme de pré-
paration, on procède à des séances indi-
vidualisées pointues. Chaque joueur, en
fonction de son volume horaire durant
la saison, sera soumis à une charge et un
travail spécifique. Le but recherché est
de mettre l’ensemble des éléments au
même niveau de condition physique.
Cela dit, il est possible, à travers cer-
tains exercices, de faire de la régénéra-
tion tout en effectuant un travail phy-
sique. Les adeptes du second collège,
quant à eux, favorisent la récupération,
surtout. Le principe est de prolonger la
compétition (la saison), en program-
mant des séances allégées afin de re-
trouver de la fraîcheur physique. Les
joueurs sont maintenus en forme plus
longtemps avec les moyens de récupé-
ration nécessaires. Pour ce qui est des
exercices physiques, on procède à un
travail de renforcement et d’excitation
musculaire, de proprioception, de gai-
nage et de coordination. On organise,
aussi, des microcycles avec des matches
d’applications. Cependant, quelle que
soit la forme de préparation choisie, les
blessures demeurent inévitables. Toute-
fois, le degré de gravité de la blessure
des joueurs dépend de leurs métabo-
lismes et leurs capacités de récupéra-
tion.
Rédha Maouche
El Moudjahid/Pub
RÉSILIATION
Suite aux deux mises en demeure publiées dans la presse
nationale en date du 18/05/2014 et du 27/05/2014 et qui restaient
infructueuses, la Société des Ciments de Aïn-Touta déclare la
résiliation du contrat n°08/2014 aux torts exclusifs de l'Entreprise
SNC SAADI & fils pour le transport de marchandises, sise cité du
08-Mai-1945 à Taghzourt, Wilaya d'El-Oued, relatif à la prestation
de transport de 30.000 tonnes de ciment depuis la Cimenterie de
Aïn-Touta au dépôt de vente Ouargla.
ANEP 128251 du 11/06/2014
GROUPE INDUSTRIEL DES CIMENTS D'ALGERIE
SOCIETE DES CIMENTS DE AIN TOUTA
«S.CIM.A.T.»
S.P.A au capital social de 2.250.000.000.00 DA
N°Identification Fiscale : 099805022210668 • N°Article d'Imposition : 05010212840
N°Registre du Commerce : 0222106/B/98
Publicité
MAZOUZI (GARDIEN DE BUT) :
« Au RCA, j’aurai
l’opportunité de jouer
plus souvent »
Rafik Mazouzi s’est engagé
pour deux saisons au profit du
RC Arbaa. L’ancien keeper de
l’Equipe nationale espoir dit
dans l’entretien qui suit avoir
envie de recouvrer un statut de
titulaire qu’il ne peut plus re-
vendiquer à l’USMA, car barré
par Mohamed-Lamine Zemma-
mouche et le nouveau débar-
qué, Mourad Berrefane.
Rafik Mazouzi, vous avez
décidé de quitter l’USMA
pour le RCA, l’ambition
d’avoir plus de temps de jeu a
dû motiver votre choix ?
« Incontestablement. Je ne
m’imaginais pas rester encore
une saison sur le banc. J’ai
envie de jouer. Le statut qu’on me propose à l’USMA ne me
convient pas. En toute sportivité, je suis allé voir le coach et je lui
ai dit que je voulais aller dans un club où je serai titulaire. Il m’a
donné sa bénédiction. »
Vous aviez le choix, mais vous avez opté pour le RCA, pour-
quoi ce club spécialement ?
« Dans ce club, on me voulait vraiment. Cela fait quand même
un bon bout de temps qu’on est en contact. Le président a beau-
coup insisté pour m’avoir. On m’a présenté un projet intéressant.
Ça m’a vraiment motivé. »
L’arrivée de Mohamed Mekhazni à la tête de la barre tech-
nique a dû aussi motiver ce choix ?
« Naturellement. Mekhazni est un entraîneur qui me connaît
bien. C’est un formateur dans l’âme. Je sais qu’ensemble, on fera
de belles choses au RCA. Il y a un petit groupe de bons joueurs
qui est en train de se mettre en place. Le club est vraiment très am-
bitieux. »
Quels sont les objectifs à atteindre ?
« Réaliser le meilleur parcours possible. Il n’y a pas de limites.
Le club a fait de très belles choses pour sa première saison parmi
l’élite. On se montre donc naturellement plus ambitieux. On veut
sans doute faire mieux, mais avec beaucoup de réserve. Disons
qu’on va aller mollo. On se fixera des objectifs au cours de route.»
Votre retour à l’USMA a été un échec, avez-vous le sentiment
aujourd’hui que vous n’avez plus votre place dans ce club ?
« Pas du tout. J’aurais pu rester et attendre ma chance. Il y a
un super gardien en poste. Zemma a de l’expérience et c’est nor-
mal que le coach lui fasse confiance. J’aurais pu rester, mais
j’avais envie d’aller tenter ma chance ailleurs. Je ne peux pas me
contenter du statut de doublure. »
Entretien réalisé par
Amar Benrabah
ESS
Akil Frahtia signe
pour deux saisons
Le milieu de terrain algérien de Le Mée-sur-Seine (cham-
pionnat d'honneur de France), Akil Frahtia, s'est engagé pour
deux saisons à l’Entente de Sétif (ligue 1 professionnelle de
football) ), a-t-on appris auprès de la direction du club. Agé de
21 ans, ce jeune footballeur jouait sous les couleurs de l’équipe
amateurs de Le Mée-sur-Seine, évoluant en championnat d’hon-
neur, ligue 2 de Paris.
Il s’agit de la deuxième recrue estivale de l’ESS après la si-
gnature, il y a quelques jours, de l’ancien sociétaire du MC
Oran, Lyes Boukria.
JOUEURS RUSSES :
"L'Algérie est une équipe à respecter"
Le défenseur russe Andrey Esh-
chenko (Anji Makhatchkala) et le laté-
ral gauche, Yuri Zhirkov (Dynamo
Moscou), n'ont pas caché lundi dernier
leur respect envers l'équipe algérienne
de football, estimant que le match qui
les opposera aux Verts, le 26 juin à Cu-
ritiba dans le cadre de la 3
e
journée du
premier tour de la Coupe du monde au
Brésil sera "difficile".
"L'Algérie est une excellente équipe,
composée de bons joueurs. Nous res-
pectons beaucoup cette équipe. Ce sera
vraiment un match difficile pour nous",
a affirmé Eshchenko lors d'un point de
presse tenu à l'issue de la première
séance d'entraînement des Russes au
stade Novelli Junior à Itu (60 km de So-
rocaba). La Russie du sélectionneur ita-
lien, Fabio Capello, est arrivée
dimanche matin au Brésil, où elle a éta-
bli son camp de base à Itu. Outre l'Algé-
rie, la Russie rencontrera également
dans le groupe H, la Belgique et la
Corée du Sud.
De son côté, le latéral gauche, Zhir-
kov, abonde dans le même sens, en af-
firmant que l'Algérie est une sélection à
prendre très au sérieux.
"Le fait que l'Algérie a réussi à se
qualifier pour la Coupe du monde mon-
tre clairement qu'elle est une très bonne
équipe. Je connais certains de ses
joueurs qui évoluent dans de grands
clubs en Europe. J'espère qu'on va pou-
voir se qualifier avant le dernier match
face à l'Algérie", a-t-il souligné. Evo-
quant le premier match de la Russie face
à la Corée du Sud, le 17 juin à Cuiabà,
les deux joueurs relèvent la nécessité de
bien réussir leurs débuts dans la compé-
tition. "Nous devons absolument gagner
ce premier match et éviter d'être empor-
tés par le doute dès le début. La Corée
du Sud est une équipe qui développe un
jeu rapide et reste imprévisible, d'où
notre méfiance", a affirmé Eshchenko,
alors que son coéquipier a enchaîné :
"C'est très important de gagner notre
premier match face aux Sud-Coréens,
sinon ce sera très difficile pour nous par
la suite". Eshchenko a affiché l'ambition
de la Russie lors de ce Mondial, à com-
mencer par "l'objectif de gagner les trois
matchs du premier tour, tout en essayant
d'aller le plus loin possible dans
l'épreuve".
La Russie débutera sa campagne bré-
silienne contre la Corée du Sud, le 17
juin à Cuiabà, avant d’affronter la Bel-
gique le 22 juin au Maracana de Rio de
Janeiro et l’Algérie le 26 du même mois
à Curitiba.
1
er
AVIS DE PROROGATION DE DELAI DE L’APPEL
D’OFFRES NATIONAL RESTREINT N°01/SDT/DR/2014
L’entreprise INFRAFER informe les soumissionnaires intéressés par l’avis
d’Appel d’Offres National Restreint N°01/SDT/DR/2014 ayant pour objet l’étude
d’exécution des travaux de renouvellement de voie, ballast, appareils de voie
et travaux connexes sur la ligne Souk Ahras /Kouif
(72 km du PK 56+000 au PK 124+113)
Que la date limite de dépôt des offres prévue initialement pour le dimanche
08/06/2014 est prorogée pour une durée de Sept (07) jours soit le dimanche
15 juin 2014.
L’ouverture publique des offres se fera le même jour de la limite des offres à
14h00 en présence des soumissionnaires intéressés ou de leurs représentants
dûment mandatés et qui aura lieu au siège de l’entreprise INFRAFER.
Les représentants des soumissionnaires doivent impérativement présenter
le jour de l’ouverture une attestation de représentation dûment signée par le
responsable habilité.
ANEP 202241 du 11/06/2014 El Moudjahid/Pub
ENTREPRISE PUBLIQUE ECONOMIQUE
DE RÉALISATION D’INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES
SPA AU CAPITAL DE 3 000 000 000 DA
LEADER DES TRAVAUX FERROVIAIRES
EPE. INFRAFER
15, rue colonel Amirouche BP 208 - Rouiba, Alger
certifié ISO 9001/Version2008
EL MOUDJAHID 31
Mercredi 11 Juin 2014
Sports
MONDIAL 2014
Halilhodzic s’est-il libéré ?
Il est évident qu’il ne reste pas beaucoup de temps pour les Verts pour aborder leur premier match officiel ce 17 juin contre la
Belgique. Les Algériens, qui sont depuis quelques jours à Sorocaba pour bien aborder cette sortie inaugurale, donnent
des signaux positifs sur la forme d’ensemble de l’équipe avant le démarrage de ce mondial avec le fameux match entre le pays
organisateur, le Brésil, et la Croatie, ce jeudi en soirée.
D
onc, il n’y a pas de place aux tergi-
versations et autres supputations qui
ne riment à rien. Les camarades de
Bougherra, qui sont animés d’une farouche
détermination pour ne pas passer à côté de
la plaque, ont déjà pu effectuer une séance
d’entraînement au stade de Sorocaba. Ce qui
attire les spécialistes demeure le fait que les
Fennecs sont pratiquement libérés du carcan
qui pesait sur eux depuis la fin de leur pré-
paration à Sidi Moussa. En jouant les deux
matches amicaux, tout le monde avait pensé
que les nôtres avaient réussi à dépasser leurs
propres blocages, inhibitions. A vrai dire, ils
sont presque soulagés d’avoir bien négocié
sur leurs sorties.
Ce qui a renforcé leur mental, c’est un
peu cette grande solidarité retrouvée entre la
sélection et le staff technique. Il est clair que
cette sérénité retrouvée durant le début de ce
mois de juin ne doit pas les endormir face à
l’adversité qui les menace dans ce groupe H
qui paraît, à première vue, très équilibré. Ce
n’est qu’une illusion du fait que les observa-
teurs, notamment européens, placent la Bel-
gique, qui n’a pas eu la chance de figurer
dans les deux derniers mondiaux, comme un
sérieux prétendant au sacre final. C’est vrai
que c’est un peu exagéré, mais la force des
Belges, des Russes, mais aussi des Coréens
(il ne faut surtout pas les sous-estimer) est
réelle. Aucun groupe n’est facile et que tout
se déroule sur le terrain. Tout le monde est
conscient de cette évidence qui s’impose à
tous. Dans ce substrat global qui intéresse
tout un peuple et même tout le monde arabe,
Halilhodzic, le sélectionneur national,
l’homme qui a la solution entre les mains,
donne une bonne impression auprès de ceux
qui suivent de plus près cette équipe d’Algé-
rie qu’on veut tous voir réaliser une perfor-
mance qui dépasse de loin ses devancières.
Halilhodzic, jusque-là réservé, ne cache pas
les ambitions de son équipe dans ce mondial.
La qualification pour le deuxième tour
n’est plus considérée comme une vue de
l’esprit par lui et tout son entourage. Au-
jourd’hui, il s’exprime même avec le sourire.
Ce qui montre le changement du Bosnien.
Ce changement peut être pris comme une
très bonne chose pour les Verts avant leur
première sortie devant la Belgique. Halil-
hodzic qui connait mieux que quiconque son
groupe est en train de dire à ses différents ad-
versaires que cette équipe d’Algérie possède
incontestablement un ensemble solide sur le-
quel il faudra compter dans ce groupe H qui
est formé d’équipes qui n’ont jamais rem-
porté un mondial.
Par conséquent, avec cette équipe algé-
rienne tout reste possible.
Hamid Gharbi
Première séance d'entraînement
à Sorocaba
La sélection algé-
rienne de football avait
effectué lundi en fin de
journée, au stade Walter
Ribeiro à Sorocaba, sa
première et véritable
séance d'entraînement de-
puis son arrivée di-
manche au Brésil, pour
prendre part à la coupe du
monde 2014 (12 juin-13
juillet). La veille, la sé-
lection nationale s'était
contentée d'une légère
séance de décrassage au
niveau de son camp de
base à Sorocaba, qui a été
suivie lundi matin par
une galop d'entraînement
et un travail en salle de
musculation, au même
lieu.
Devant 2.300 specta-
teurs, et surtout les en-
couragements d'un
comité de soutien pour
l'équipe nationale tenant
l'emblème de l'Algérie en
mains, les Verts ont dé-
buté leur séance à 17h00
locale (21h00 algé-
riennes), par des tours de
pistes devant le regard at-
tentif du sélectionneur
national Vahid Halilhod-
zic. Les joueurs ont été
réunis au centre du ter-
rain pendant plus de 5
minutes pour un briefing
avant de se répartir sur
une partie de la pelouse
en petits groupes pour
des exercices d'échauffe-
ment avec ballon à une
touche de balle.
Les Verts ont été en-
suite scindés pour des tra-
vaux d'ateliers techniques
sous les recommanda-
tions du staff technique,
notamment du coach na-
tional, qui ne cessait de
donner de la voix pour
rectifier et corriger les
exercices auxquels
étaient soumis les
joueurs.
Les coéquipiers de
Bougherra ont été ensuite
répartis en quatre groupes
de cinq pour un exercice
d'accélération avec bal-
lon, au moment où les
trois gardiens de but
s'adonnaient à un entraî-
nement spécifique sous la
houlette des deux entraî-
neurs des gardiens, Has-
san Belhadji et le
Français Michael Boli.
Cette séance, qui a duré
une heure demie, s'est dé-
roulée dans une excel-
lente ambiance, où les
joueurs n'ont pas manqué
par chambrer le sélec-
tionneur adjoint, Nou-
reddine Kourichi, devant
le regard amusé des pré-
sents qui ont été autorisés
à assister à l'intégralité de
la séance.
Pour la journée de
mardi, il y aura un entraî-
nement avec un groupe
réduit selon la forme des
joueurs, alors que durant
l'après midi, une séance
sera au menu, à huis
clos, avec l'ensemble des
23 éléments. Cette séance
a vu la présence du prési-
dent de la fédération al-
gérienne de football
(FAF), Mohamed Raou-
raoua, qui a suivi l'inté-
gralité de cet
entraînement. "J'espère
qu'on va pouvoir procu-
rer de la joie au peuple al-
gérien à l'occasion de ce
mondial", s'est contenté
d'affirmer brièvement le
président de la FAF. Les
Verts sont arrivés di-
manche matin au Brésil,
à bord d'un avion spécial,
après un voyage qui a
duré 11 heures et demi.
Au mondial 2014, les
Verts ont été versés dans
le groupe H avec la Bel-
gique, la Russie et la
Corée du Sud.
L'Algérie entamera la
compétition le 17 juin
face à la Belgique à Belo
Horizonte, avant de don-
ner la réplique à la Corée
du Sud, le 22 juin à Porto
Alegre, puis la Russie, le
26 juin à Curitiba.
Depuis leur arrivée au camp de base de Soro-
caba qui leur a été réservé, les Verts ont com-
mencé à retrouver leurs esprits et surtout leur
forme, du fait que le décalage horaire perturbe le
sommeil.
Le fait d’avoir ouvert la séance de lundi au
public est une très bonne chose et prouve la
bonne ambiance qui y règne actuellement au sein
de la sélection nationale. Selon des échos en pro-
venance de Sorocaba, le public local est très cool
avec les Verts, puisque les jeunes, des deux
sexes, ont complètement adopté notre équipe na-
tionale qui sera un peu leur porte-drapeau du fait
qu’elle a accepté de se préparer dans ce camp de
base qui répond à toutes les conditions.
Même les journalistes qui ont choisi d’être
logés tout près de cet endroit sont en train d’ac-
complir leur travail d’une manière convenable
surtout avec une séance d’entraînement des Verts
à huis clos. Certes, ils n’ont pas été conviés, mais
les organisateurs, notamment ceux de la cellule
de la communication de la FAF, ont prévu un
point de presse avec deux joueurs (Taïder et Ghi-
las, mais aussi Tasfaout). Une façon de leur per-
mettre de rester sans matière à mettre sous la
dent.
Aujourd’hui, mercredi, par contre, il y aura la
présence du public du fait qu’il s’agit d’une
séance ouverte qui débutera à partir de 15h.
Jeudi, le staff technique, à sa tête Halilhodzic, a
prévu une séance à huis alors que vendredi, ce
sera une séance ouverte. En fin du compte, il a
adopté la politique alternée qui va éviter à l’EN
de vivoter dans un vase clos. Il y a lieu de louer
cette façon de voir les choses, puisque le lien om-
bilical entre le public et son équipe nationale
reste très fort. On espère que ce bon esprit sera
préservé par tous jusqu’au bout.
Hamid G.
Les Verts se préparent dans la gaieté et la joie
Le président de la Fédération internationale
de football (FIFA), Joseph Blatter, a assuré lundi
à Sao Paulo (Brésil) que son instance «résisterait
à ses destructeurs», en s'adressant devant les
membres de la Confédération asiatique (AFC),
dont fait partie le Qatar, au centre de toutes les
polémiques au sujet de l'organisation du Mon-
dial-2022. "Montrer l'unité au sein de la FIFA et
confirmer cette unité, c'est la meilleure façon de
répondre à tous les destructeurs qui veulent dé-
truire l'institution (la Fifa). Et notre institution
est si forte que nous sommes sûrs qu'ils ne la dé-
truiront pas", a déclaré Blatter.
Le Qatar a été désigné hôte du Mondial-2022
le 2 décembre 2010. Depuis, c'est un flot inces-
sant de polémiques et accusations de corruption
qui déferle sur cette candidature. Après Adidas,
Sony et Visa dimanche, Hyundai, un autre parte-
naire poids lourd de la FIFA, a exprimé lundi
l'espoir qu'une "enquête approfondie" serait
conduite sur les allégations de corruption entou-
rant l'attribution du Mondial-2022 au Qatar.
Une enquête interne de la FIFA devait être
bouclée ce lundi par Michael J. Garcia, ancien
procureur fédéral de New York, qui se donne en-
core 60 jours pour transmettre son rapport à la
chambre de jugement du comité d'éthique de la
FIFA. Cette dernière chambre aura ensuite tout
le temps qu'elle souhaite pour rendre ses conclu-
sions et prendre éventuellement des sanctions.
Le Ghana domine la Corée du Sud 4 à 0
La sélection ghanéenne de football s'est imposée face à son homologue sud-coréenne sur le score
sans appel de 4 à 0 en match amical de préparation au Mondial lundi à Miami. Les buts du Ghana
ont été inscrits par Jordan Ayew (11, 52, 89) et Asamoah Gyan (44).
JOSEPH BLATTER (PRÉSIDENT DE LA FIFA)
La FIFA résistera à ses «destructeurs»
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 109.67
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.354 $
M. Sellal reçoit le président du Comité
économique et social européen
Le Premier
ministre, Abdel-
malek Sellal, a
reçu, hier, le pré-
sident du Comité
économique et so-
cial européen,
Henri Malosse, en
visite à Alger, in-
dique un commu-
niqué des services
du Premier minis-
tre. M. Henri Malosse est en Algérie, « suite à l’invitation de son ho-
mologue algérien dans le cadre de la tenue d’un Symposium
international de haut niveau consacré au développement humain »,
ajoute le communiqué. L’audience s’est déroulée en présence du pré-
sident du Conseil national économique et social (CNES), Mohamed-
Seghir Babès. La rencontre a permis un échange de vues sur les
questions relatives au développement socio-économique, « dans
toutes ses dimensions et notamment humaine » est-il précisé. Le Pre-
mier ministre et son hôte ont exprimé, selon la même source, leur
conviction commune quant à l’impérieuse nécessité de soutenir toute
politique visant à assurer le développement humain d’une manière
générale et de renforcer, par ailleurs, l’action des sociétés civiles en
quête de stabilité et de bien-être.
SYMPOSIUM SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN
L’Algérie mandatée pour présenter
les résultats
L’Algérie a été mandatée pour présenter les résultats du Symposium international sur le
développement humain, tenu lundi et hier à Alger, lors de la réunion du Comité de coordination
conjoint au niveau ministériel entre les pays non-alignés et le Groupe des 77, prévue en
septembre 2015 à New York.
L
es participants au « Sympo-
sium international sur le dé-
veloppement humain et
société de bien-être à l’aune de
l’agenda post-2015 » ont chargé
l’Algérie, en sa qualité de prési-
dente du Comité de coordination
conjoint au niveau ministériel
entre les pays non-alignés et le
Groupe des 77, d’exposer les
conclusions et les recommanda-
tions du symposium aux ministres
des Affaires étrangères des Etats
membres du comité qui se tiendra
à l’occasion de la tenue de l’As-
semblée générale des Nations
unies sur les Objectifs de dévelop-
pement post-2015. Ils se sont, par
ailleurs, félicités du consensus pris
à l’occasion de la 17
e
Conférence
ministérielle du Mouvement des
pays non-alignés, organisée les 28
et 29 mai dernier à Alger, en fa-
veur d’une position coordonnée
des pays du Sud sur l’agenda du
développement post-2015. Les
participants au symposium d’Al-
ger ont insisté sur l’impératif de
placer l’éradication de la pauvreté
dans les pays en voie de dévelop-
pement comme « une priorité et un
objectif central dans l’agenda in-
ternational de développement
post-2015 à travers la mise en
œuvre équilibrée de tous les piliers
du développement durable tel
qu’affirmer par le sommet mon-
dial Rio+20. »
OFFICE NATIONAL DE L’ASSAINISSEMENT
Mise en œuvre d’un dispositif de
protection des plages
Dans la perspective de la pro-
tection des plages autorisées à la
baignade contre la pollution des
eaux usées, l’Office National de
l’Assainissement (ONA), met en
œuvre son dispositif habituel
d’intervention et d’alerte, a an-
noncé, hier, la direction de la
communication de cet organisme
via un communiqué. Déployé à la
veille de l’ouverture de la saison
estivale  2014, indique la même
source, « ce dispositif est mis en
place afin d’assurer un fonction-
nement normal des systèmes d’as-
sainissement au niveau des
communes côtières gérées par
l’ONA  ». Dans le même ordre
d’idée, l’Office précise que ce
dispositif permet, en outre, «  le
maintien du bon fonctionnement
des ouvrages de l’assainissement
et particulièrement la surveillance
et le curage des points noirs  ».
« Ce dispositif permet également
la prise en charge des dysfonc-
tionnements pouvant survenir au
niveau de ces ouvrages et la sécu-
risation des stations de relevage et
des stations d’épuration », a-t-on
ajouté.  L’ONA sensibilise ainsi
les habitants des zones côtières
sur l’importance de l’éradication
des rejets sauvages en mer et de
« veiller à respecter l’obligation
d’être branché au réseau public
d’assainissement afin de préser-
ver les zones de baignades », a-t-
on rappelé. Par ailleurs, l’Office
national de l’assainissement in-
forme les citoyen que la loi n°05-
12 stipule dans le chapitre « des
dispositions spécifiques à l’assai-
nissement », respectivement à
l’article 118 et 121 « en zone ag-
glomérée est obligatoire le bran-
chement au réseau public
d’assainissement de toute habita-
tion ou établissement » et « dans
les zones à habitat dispersé ou
dans les centres ne disposant pas
d’un système d’assainissement
collectif, l’évacuation des eaux
usées doit se faire au moyen
d’installations autonomes agréées
et contrôlées par l’administration
chargée des ressources en eau ».
Il y a lieu de souligner qu’il y a au
moins une station d’épuration des
eaux usées dans chacune des 14
wilayas côtières, gérées directe-
ment par l’Office d’assainisse-
ment dans 10 wilayas, le reste
étant pris en charge à travers la
gestion déléguée. L’Algérie s’est
fixé comme objectif l’élimination
de tous les rejets en mer et a défini
comme priorité les projets de réa-
lisation des stations d’épuration
des villes côtières. Aussi, un
énorme financement a été
consenti dans ce cadre. Celui-ci
va s’étaler sur une période de cinq
années, avec la perspective que, à
l’horizon 2018, aucune goutte
d’eau usée ne sera déversée en
mer Méditerranée à partir de la
capitale, c’est d’ailleurs, l’enga-
gement de la direction des Res-
sources en eau de la wilaya
d’Alger.
Sihem Oubraham
ACCIDENTS DE LA ROUTE
31 morts et 1.378 blessés en une semaine
Trente et une personnes sont décédées et 1.378 au-
tres ont été blessées, suite à 1.187 accidents de la cir-
culation survenus en une semaine, a indiqué, hier, un
communiqué de la protection civile. Le bilan le plus
lourd a été enregistré, au niveau de la wilaya de M’sila
avec 3 personnes décédées et 47 blessées pris en
charge par les secours puis évacuées vers les struc-
tures hospitalières, suite à 28 accidents de la route.
Durant la période du 1
er
au 7 juin 2014, les unités de
la protection civile ont enregistré, selon le communi-
qué, 19.674 interventions pour répondre aux appels
de détresses lancés par les citoyens, suite à des acci-
dents de la circulation, accidents domestiques, éva-
cuation sanitaire, extinctions d’incendies, dispositif
de sécurité, etc. Concernant le secours à personnes,
les unités de la protection civile ont enregistré 7.919
évacuations sanitaires alors que 9.324 interventions
ont été effectuées avec la prise en charge de 1.144
blessés traités par les secours médicalisés de la pro-
tection civile. En outre, le communiqué de la protec-
tion civile fait état de 2.019 interventions pour
l’extinction de 1.537 incendies urbains, industriels et
incendies divers. Par ailleurs, 6.150 interventions ont
été effectuées durant la même période pour la couver-
ture de 5.554 opérations diverses et l’assistance aux
personnes en danger, selon la même source.
MONDIAL-2014
Tasfaout : « Nous devons réussir nos
débuts en compétition »
L’entraîneur adjoint
de l’équipe algérienne
de football, Abdelhafid
Tasfaout, a relevé, hier,
la nécessité de bien en-
tamer la Coupe du
monde 2014 au Brésil
(12 juin-13 juillet), où
les Verts rencontreront
la Belgique le 17 juin à
Belo Horizonte, l’occa-
sion du match inaugu-
ral du groupe H.
« Cette première rencontre revêt
un cachet particulier pour nous.
C’est impératif de bien entamer le
tournoi et éviter la défaite dès le
début. Nous allons tout faire pour
essayer de réaliser un bon résultat
face à la Belgique, ce qui va nous
permettre d’aborder les deux
matchs restants dans la sérénité »,
a affirmé Tasfaout au cours d’un
point de presse tenu au camp de
base des Verts à Sorocaba.
P
h

:

W
a
f
a
COORDINATION POUR LES LIBERTES ET LA TRANSITION
DEMOCRATIQUE
Réunion hier à Alger
La Coordination pour les liber-
tés et la transition démocratique
(CLTD) s’est réunie, hier à Alger,
dans la perspective d’engager un
débat national autour d’une transi-
tion démocratique « à même de ga-
rantir les libertés et la stabilité » de
l’Algérie. La rencontre a regroupé
125 invités, dont des partis (une di-
zaine) et des personnalités poli-
tiques, dont Ahmed Benbitour, Ali
Benflis, Mouloud Hamrouche, Ab-
delaziz Rahabi, Saïd Sadi, Mo-
krane Aït Larbi, Ali Yahia
Abdennour, ainsi des membres du
parti dissous (FIS). « Les partis po-
litiques et les personnalités natio-
nales présents considèrent que la
transition démocratique est une
exigence nationale à même de ga-
rantir les libertés et la stabilité et
de conduire le pays vers la voie du
développement et du progrès éco-
nomique », indique un projet de
plateforme lu à l’ouverture de la
conférence. Après avoir dressé un
tableau sur la situation du pays
marquée, précise la plateforme, par
« une crise grave et complexe qui
menace l’unité de l’Algérie et ce
qui reste de la cohésion de ses ins-
titutions », les participants ont dé-
cidé « d’engager un débat libre et
responsable entre tous les Algé-
riens qui aspirent à un ordre poli-
tique légitime et démocratique et
rejettent la violence et l’exclu-
sion ». Au cours des interventions,
l’ancien chef du gouvernement,
Ahmed Benbitour (décembre 1999
- août 2000), a expliqué que « la
porte (de la coordination) est ou-
verte » à toute personnalité ou parti
politique et à tous ceux qui prônent
le principe d’un changement paci-
fique, « loin de toute violence ».
Le doyen des avocats (94 ans), mi-
litant des droits de l’homme, Ali
Yahia Abdennour, a plaidé, quant à
lui, pour la « souveraineté du peu-
ple » quant au choix de ses diri-
geants, soutenant que « c’est la
paix qui ramène l’amnistie et non
le contraire ». Il a également es-
timé que l’amazighité est « fonda-
trice de la nation algérienne » et
qu’elle a sa place en Algérie et «
intéressait tous les Algériens ».
Pour sa part, l’ancien chef du gou-
vernement, Mouloud Hamrouche
(septembre 1989 - juin 1991), a ap-
pelé les participants à la confé-
rence à s’intéresser « davantage »
à l’avenir de l’Algérie. Il a égale-
ment affirmé, dans son interven-
tion, que tout changement ne
pourrait se faire sans la participa-
tion de l’Armée nationale popu-
laire (ANP). « L’ANP doit rester
stable et forte et demeurer le pilier
de l’Etat », a-t-il insisté. Il a relevé
que « tous les partis politiques, de
l’opposition et ceux qui soutien-
nent le pouvoir, même réunis, ne
peuvent former un gouvernement
et mettre en œuvre un programme,
car n’ayant aucune réelle influence
sur la situation ». Considérant qu’il
n’y a jamais eu de multipartisme,
Mouloud Hamrouche a espéré
qu’il « pourrait naître » à partir de
la conférence de mardi « si les par-
tis décident de mettre de côté leurs
querelles et se mettent au travail
sur la base de programmes ». De
son côté, le président du Rassem-
blement pour la culture et la démo-
cratique (RCD), Mohcine Belabès,
a appelé les participants à œuvrer
pour « sauver l’Algérie », invitant
les partis politiques de l’opposition
à « éviter toute tentative d’imposer
leurs idées partisanes et ce, dans
l’intérêt du pays ». Ahmed Beta-
tache, le premier secrétaire du
Front des forces socialistes (FFS),
a soutenu le principe d’un dialogue
entre le pouvoir et l’opposition
dans « toute initiative de change-
ment ». L’avocat Mokrane Aït
Larbi a préconisé, quant à lui d’im-
pliquer l’ANP dans un « change-
ment pacifique vers la démocratie
». « Chaque époque a ses hommes
et il est de notre devoir d’instaurer
une transition pacifique vers la dé-
mocratie, les libertés et les droits
afin d’éviter une dérive de la jeu-
nesse vers la rue », a-t-il dit. Outre
le RCD et le FFS, la rencontre a re-
groupé notamment les partis isla-
mistes (MSP, Nahda et PJD de
Djaballah), ainsi que d’autres par-
tis comme Jil Jadid de Soufiane
Djilali, le PLJ de Mohamed
Saïd.Une plateforme devait être
adoptée en soirée à la fin de la
conférence.
APS

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful