You are on page 1of 6

1er avril 2009

SAVOIR ÉCRIRE UN ARTICLE DE PRESSE
Règles d’écriture d’un article d’enquête /de reportage
Écrire un article est un exercice particulier. Il est indispensable de suivre quelques règles journalistiques
afin d’écrire un bon article. Animés par le désir d’accrocher les lecteurs, les journalistes trouvent les
images, affinent les formules, inventent les rthmes qui disent la vigueur de la langue d’aujourd’hui.
1. Le sujet de l’article. Il faut sélectionner une bonne information ! avoir des témoignages, des
chiffres fiables. Il faut pouvoir répondre aux cinq questions de référence ! "ui, quand, comment,
o#, quoi, pourquoi$ %’article doit apporter au lecteur des informations précises, des détails
concrets qu’il tient de sources fiables. Il faut éviter les généralités que tout le monde conna&t. 'es
informations concrètes, ce sont des descriptions précises de quelque chose qu’on a vue et qui
existe vraiment. (e sont aussi des citations )entre guillemets. *ar exemple! +onsieur Alain est
boulanger et aime son métier! ,-e fais du pain depuis ./ ans et toujours avec le m0me bonheur...12
de personnes qu’on a rencontrées et interrogées. (e sont enfin des I3456+A7I538 précises. Il
ne faut pas écrire! ,+onsieur Alain a expliqué comment il fait son pain tous les jours1 mais il faut
écrire ce qu’il a dit! ,7ous les matins, il allume son four )92 tout en chantant pour se réveiller et
commencer la journée dans la bonne humeur ).2. *uis il mélange sa farine avec de l’eau ):2...1 Il
a l; trois informations concrètes qui permettent au lecteur de bien savoir ce que fait monsieur Alain
alors que si le journaliste écrit seulement! ,+onsieur Alain a expliqué comment il fait son pain tous
les jours1, le lecteur ne sait pas comment cela se passe.
2. Le traitement de l’information. *our écrire un article intéressant, l’information brute ne suffit pas.
Il faut analser le contenu et le mettre en valeur par une écriture claire, précise et soignée. %e titre
doit 0tre soigneusement choisi et parlant. %a première phrase doit donner envie de continuer et
l’information doit se trouver au début de l’article. <tiliser les expressions, les images, les anecdotes
les plus = parlantes =. 3e pas hésiter ; rajouter une image )photo, caricature, schéma$2 pour
illustrer son propos. *rivilégier une mise en page aérée.
3. Le style de l’article. 8elon le sujet et la fa>on dont l’auteur veut l’aborder, on peut choisir un ton !
ton clinique, distant, sensible, grave, léger, humoristique, pédagogique, solennel ou complice.
'onner du rthme ; votre article ! utiliser des phrases courtes et incisives )sujet, verbe,
compléments2, choisir des mots simples et concrets. %es points et les virgules doivent apparaitre
clairement et utiliser les mots de liaison )en effet, car, mais, pourtant, aussi, donc$2. *rivilégier les
verbes actifs et le temps présent. %’article doit 0tre clair, facile ; comprendre$ et c’est souvent
difficile ? de faire simple @
4. Le plan. %e plan doit 0tre simple et logique. %e premier paragraphe est l’accroche ! il donne en
général l’information la plus importante )cela peut 0tre une citation, une description de lieu, une
anecdote2. %es autres paragraphes doivent suivre cette règle simple ! une idée importante par
paragraphe et une succession logique entre tous les paragraphes. Il est donc important de sauter
une ligne ; chaque fin de partie, pour visualiser l’articulation de votre argumentaire.
5. L’accroche. Il faut donner envie au lecteur de lire l’article. (’est pour cette raison que l’accroche
doit 0tre particulièrement soignée ! on peut donner des chiffres précis, raconter une anecdote pour
attiser la curiosité du lecteur. ? Il faut toujours commencer et conclure avec une bonne formule @
d’après 4ranAB5livier Ciesbert du Figaro. %’idéal est d’avoir un angle d’attaque proche du lecteur.
(ette proximité peut 0tre géographique, chronologique, thématique etDou affective.
6. La relecture. 6elire attentivement, partir ; la chasse aux mots inutiles$ et aux fautes
d’orthographeE %ire et réécrire le projet d’article ; la recherche des mots qui n’apportent rien ! = ;
CDDP e l!Ave"r#$ 1
1er avril 2009
SAVOIR ÉCRIRE UN ARTICLE DE PRESSE
noter que, il faut souligner que$ =, éviter les adverbes ou adjectifs inutiles. 4aire relire par un ami
exigeant.
Glossaire
Accroche
<ne ou deux phrases en t0te d’article, destinée)s2 ; retenir, =accrocher= l’attention du lecteur. 8’emploie aussi en
publicité, avec le m0me objectif. A la fin de l’article, on parle de =chute=.
Billet
(ourt article de commentaire donnant une vision personnelle, piquante ou humoristique, d’un fait d’actualité.
Brèe
*ar opposition au dossier ou ; l’enqu0te, la brève est un texte court, une =nouvelle brève= )dix lignes maximum2. Flle
donne en trois ou quatre phrases une information très concise, sans titre, qui répond obligatoirement aux questions!
qui, quoi, quand, o#, et parfois comment et pourquoi.
<ne brève est rarement seule, elle est présentée dans une colonne de brèves. %orsqu’elle a un titre, on l’appelle =filet=.
'ans un cadre, elle devient =encadré=.
!hap"/chapeau
7exte d’introduction qui =coiffe= un article, généralement présenté en plus gros, et en caractères gras. G miBchemin du
résumé et de l’accroche, il concentre en quelques lignes l’essentiel de l’information. %e chapH fait partie de la titraille.
#nter
Abréviation d’ =intertitre= ! titre intermédiaire )une phrase ou quelques mots2, composé en plus gros, en couleur, en
gras$, qui rthme les colonnes de texte, de fa>on ; en rendre la lecture moins fastidieuse. Fn théorie, il devrait suffire
de lire chapH et inters pour conna&tre les informations essentielles d’un article.
#nterie$
%’intervieI consiste ; interroger quelqu’un de représentatif d’un sujet, ou tout au moins quelqu’un dont les propos sont
censés 0tre significatifs. (e genre est très approprié au souci de vulgariser, car il fait appel au langage parlé et ; la
spontanéité. Il est donc explicatif et donne ; entendre.
Légende
(ourt texte accompagnant une photo ou un dessin et visant ; lui donner un sens. <ne légende peut 0tre descriptive,
interprétative, informative. Fn bonne théorie, aucune photo ne devrait para&tre sans sa légende.
%ieau& de lecture
*lusieurs éléments contribuent ; rendre un article plus lisible et plus attraant!
B le chapeau, ou =chapH= dans le jargon journalistique! court texte précédant un article, donnant l’information
essentielle )comme un résumé2 et accrochant le lecteur. %e chapeau coiffe l’article.
B la titraille! titre, surtitre et sousBtitre )auBdessus et auBdessous du titre2, intertitre )dans la colonne de texte2. *lus
l’article est long, plus chacun de ces éléments est nécessaire.
B la légende de la photo! court texte qui explique au lecteur le sens que le journaliste donne ; la photo. %a légende doit
0tre accompagnée du crédit photo )nom du photographe, de l’agence2.
'hoto
%a photo est l’un des arguments clés du contenu et de la présentation rédactionnels. Flle vise ; accrocher le regard du
lecteur, ; retenir son attention, ; donner plus de force ; une information$ *hotoBinformation ou photoBillustration, elle
participe ; l’équilibre texteBillustrations qui favorise l’entrée dans la page.
(ource 5rigine de l’information )personne ressource, document2.
)itraille
Fnsemble des éléments d’un titre )surtitre, titre principal, sousBtitre2, dont la diversité tpographique est destinée ;
attirer le regard.
CDDP e l!Ave"r#$ 2
1er avril 2009
SAVOIR ÉCRIRE UN ARTICLE DE PRESSE
*uis viendra le chapH. <ne accroche au centre de la page peut compléter cet arsenal de =niveaux de lecture=, censés
faciliter l’entrée dans un texte.
8ource ! http!DDIII.grainesBdeBreporters.comDpage.phpJpKconseils
La composition de l’article de presse
Bibliographie :
%ar&"' (.P. e) C*++#l' R. ,200-. / Guide de la presse écrite' CRDP %ii0P"r1$1e+
Salle+' D. ,2002. / Editer un journal en classe' CRDP e 2re$#3le
Des écrits, des écrans. Pour une éducation à l’image et aux médias ,2009.' DVD' CNDP
Sitographie :
Le Cl14i / http!DDIII.clemi.orgD
http!DDIII.omarlecheri.netDpedagoDindex.htm
http!DDIII.grainesBdeBreporters.comDpage.phpJpKconseils
FICHE TECHNIQUE N°1 : OÙ ET COMMENT TROUVER UN SUJET D’ARTICLE?
CDDP e l!Ave"r#$ 3
1er avril 2009
SAVOIR ÉCRIRE UN ARTICLE DE PRESSE
Même si, à première vue, les idées d'article ne viennent pas facilement, il ne faut pas désespérer car tout
peut être sujet de reportage. Voici quelques “trucs” pour repérer les ons sujets.
SCÈNE DE LA VIE QUOTIDIENNE.
!ès que vous sorte" de la maison, la rue ou la campagne s#offrent à vous. $ première vue, rien de nouveau.
%omme tous les jours, le oulanger fait son pain, le pa&san va au' c(amps cultiver ou récolter les fruits de
la terre, le fonctionnaire rejoint son ureau, le cordonnier découpe le cuir à la mesure des pieds de ses
clients... )ref, tout est toujours pareil et pourtant tout peut être un sujet de reportage. *l suffit d#un peu
d#imagination, d#une onne connaissance des tec(niques du parfait petit journaliste et aussi d#une grande
curiosité. +avoir regarder avec un regard neuf, savoir oserver dans les moindres détails, savoir poser des
questions nomreuses et intéressantes, savoir écouter, telles sont les qualités essentielles du grand reporter.
-n conseil, .e considére" rien comme évident. /ose"0vous toujours la question, “1t si c#était la première
fois que je vo&ais 2a ou que j#entendais 2a, quelle serait ma réaction3”
1n effet le journaliste est là pour raconter ce qui est nouveau ou qui est présenté de manière nouvelle, ce
qui est curieu', intéressant, remarquale impressionnant, inattendu. 4uelques e'emples, les petits métiers
des rues 5il faut décrire mais aussi faire parler les artisans et les marc(ands6, un mariage traditionnel, une
cérémonie ou une fête populaire, la cueillette de fruits dans une région productrice, le netto&age d#un
fleuve ou d#une rivière, la taille des arres dans les rues, l#ouverture d#un nouveau magasin, un marc(é sur
une place...
JOURNAUX, RADIO ET TÉLÉVISION.
7lige"0vous à lire les quotidiens ou les maga"ines, vous & trouvere" plein de sujets de reportages.
!#ailleurs, rassure"0vous, ce ne sont pas toujours les articles les plus longs qui offrent le plus d#idées. *l & a
de tout petits articles que l#on appelle des )89V1+ 5car ils sont très courts, très refs6 et qui sont de vrais
petites mines de sujets. 1'emples tirés de journau' qu#on trouve dans les :iosques ou c(e" les marc(ands,
la dernière compétition sportive dans la ville, les spectacles ou les conférences au programme, les
événements annoncés...
;a radio et la télévision peuvent aussi donner de onnes idées de reportages.
RENCONTRES EXTRAORDINAIRES.
;e journaliste a toujours une oreille 5ou deu'6 qui tra<ne. 1lle est au' aguets de tout ce qui sort de
l#ordinaire. -ne rencontre avec quelqu#un qui a fait un e'ploit, qui a eu une vie pleine d#aventures, qui,
parce qu#il est =gé, a des c(oses à raconter, voilà autant de sujets pour un on article ou un on reportage.
7n peut rencontrer des gens, on peut aussi rencontrer ou découvrir l#(istoire curieuse d#un =timent, d#une
ville ou d#un village. %onnaisse"0vous l#(istoire de votre collège ou de votre l&cée3 !e ce palais ou de cette
usine3 %onnaisse"0vous l#(istoire ou la vie quotidienne dans les =timents près desquels vous (aite" 5un
(>pital, un arrage, un pont, un musée, une église ou une mosquée...63
$??1.?*7., ne passe" pas tout votre temps dans des livres@ -n reportage, c#est du vécu, de la vie, des
témoignages, des citations de gens que l#on a rencontrés et interrogés.
S#*r&e / 5))6/77888.#4arle&5eri.$e)76ea9#7i$e:.5)4
FICHE TECHNIQUE N°2 : QUI? QUOI? QUAND? OÙ? OURQUOI?
?out parfait journaliste conna<t la règle des cinq questions fondamentales. ;es $nglais l#appellent la règle
des cinq “A”, A(o 5qui36, A(at 5quoi36, A(en 5quand36, A(ere 5oB36 et A(& 5pourquoi36.
!ans tous les articles de journau', il faut répondre précisément à ces cinq questions. /arfois on en rajoute
une , “%omment3”.
CDDP e l!Ave"r#$ 4
1er avril 2009
SAVOIR ÉCRIRE UN ARTICLE DE PRESSE
QUI?
!ans un reportage, il faut citer des gens qu#on interroge. *l faut parler de ce que ces gens font. )ref, pour
que le lecteur comprenne de qui on parle, il faut donner quelques informations sur ces personnes. /ar
e'emple, “Mo(amed Cosni, DE ans, étudiant en deu'ième année d#(istoire à l#-niversité du %aire, aime la
musique...” ou ien “$lice ;ejeune, infirmière depuis F ans dans une clinique de )retagne, descend tous les
étés dans le Midi pour la récolte des olives...” $insi, le lecteur conna<t un peu la personne dont on parle
dans l#article.
QUOI?
-n reportage raconte une (istoire vraie, quelque c(ose qui s#est passée ou qui se passe. %#est un “quoi3”. *l
faut donc raconter le mieu' possile son sujet de reportage en citant des personnes intervieGées et en
écrivant des descriptions précises. “*l se passe quoi3”H le lecteur peut répondre correctement après avoir lu
l#article si l#information s#& trouve.
QUAND !" OÙ?
;e temps et le lieu sont deu' informations fondamentales dans un reportage ou un article. %e sont des
repères de toutes les actions des (ommes et de la vie des c(oses. $ ne jamais oulier@
OURQUOI?
%ette dernière question est souvent remplacée par le “%7MM1.?3”. *l faut en effet toujours c(erc(er à
savoir pourquoi les c(oses se passent comme 2a et pas autrement, pourquoi cette femme pense comme ceci,
pourquoi cet (omme agit comme cela. )ref, vous deve" toujours poser la question “pourquoi3” au'
personnes que vous interroge". /arfois, il n#& a pas de réponse ou elle est trop difficile à trouver, ou alors la
réponse est , “%#est ainsi parce que 2a a toujours été ainsi@”. !ans ces cas, il faut alors oulier le
“pourquoi” et passer au “comment” en décrivant avec eaucoup de détails 5*; I$-? ?7-J7-8+
)1$-%7-/ !1 !K?$*;+6. *l faut décrire comment les c(oses se passent, comment agit ce monsieur et
comment pense cette dame. )ref, il faut toujours écrire en gardant à la mémoire que le lecteur veut tout
savoir@
S#*r&e / 5))6/77888.#4arle&5eri.$e)76ea9#7i$e:.5)4
CDDP e l!Ave"r#$ 5
1er avril 2009
SAVOIR ÉCRIRE UN ARTICLE DE PRESSE
FICHE TECHNIQUE N°# : CONSTRUIRE UN LAN DE REORTA$E
U$ 3#$ re6#r)a9e e+) 1&ri) &laire4e$)' a$+ *$e la$9*e 6r1&i+e e) +i46le. %ai+ la &lar)1 #i) +e )r#*ver a*++i a$+ le 6la$ +*ivi. Pl*+ le
6la$ +era +i46le e) l#9i;*e' 6l*+ le le&)e*r e v#)re re6#r)a9e &#46re$ra <a&ile4e$) e) lira ave& 6lai+ir. C!e+) 6#*r;*#i il <a*) <aire e+
6ara9ra65e+ ,*$ 6ara9ra65e 6#*r &5a;*e i1e i46#r)a$)e.. C!e+) a*++i 6#*r;*#i il <a*) +#i9$er 6ar)i&*li=re4e$) le 6re4ier 6ara9ra65e
e) le er$ier.
PRE%IER PARA2RAP>E.
O$ l!a66elle ?l!a&&r#&5e@ 6ar&e ;*!il #i) ?a&&r#&5er@' a))irer l!a))e$)i#$ * le&)e*r. C#44e le )i)re ,<i&5e )e&5$i;*e $A5.' il 6e*)
#$$er l!i$<#r4a)i#$ la 6l*+ i46#r)a$)e #* il 6e*) <aire a66el B la &*ri#+i)1 * le&)e*r. Le 13*) * re6#r)a9e ,l!a&&r#&5e. 6e*) C)re *$e
CITATION i46#r)a$)e e) 1)#$$a$)e !*$e 6er+#$$e ;*e v#*+ aveD i$)err#91e. Par e:e46le/ ?V#i&i 20 a$+ ;*e Ee +*i+ 6#i++#$$ier e)
6#*r)a$) Ee $e 4a$9e Ea4ai+ e 6#i++#$F@. Ri&ar# L*i9i e+) *$ +#lie 9aillar ave& *$ lar9e +#*rire ;*i le <ai) re++e43ler B *$ &5a$)e*r
B la 4#e...@
L!a&&r#&5e 6e*) a*++i C)re *$e DESCRIPTION !*$ lie*' !*$e +i)*a)i#$' !*$e 6er+#$$e. Par e:e46le' *$ re6#r)a9e 6*3li1
a$+ *$ E#*r$al 19"6)ie$ &#44e$Gai) ai$+i/ ?Pla&e e l!a$&ie$ #61ra' i: 5e*re+ * 4a)i$. Le+ 3#*;*i$i+)e+ #*vre$) le*r+ 1)al+...@ e) la
e+&ri6)i#$ e la 6la&e 6e*) +e 6#*r+*ivre 6#*r #$$er *$e a)4#+65=re. Le le&)e*r a l!i46re++i#$ e +e )r#*ver l*i04C4e +*r la 6la&e e)
i4a9i$e 3ie$ &e ;*e l!ar)i&le 4#$)re. U$e a&&r#&5e $He+) Ea4ai+ *$e i$)r#*&)i#$. NH1&riveD 6a+ IN#*+ all#$+ a$+ &e) ar)i&le v#*+
6arler e la 9are * CaireI 4ai+ e44e$er )#*) e +*i)e le le&)e*r a* &e$)re e la 9are.
E$<i$' l!a&&r#&5e 6e*) C)re *$e ANECDOTE' &!e+)0B0ire *$e 6e)i)e 5i+)#ire vraie ;*i #$$e e+ 1)ail+' ;*i e+) )r=+ +i9$i<i&a)ive
,;*i r1+*4e 3ie$ *$e +i)*a)i#$. #* ;*i e+) a4*+a$)e' 1)#$$a$)e e) &*rie*+e.
;1+ $-?81+ /$8$L8$/C1+.
-n petit conseil d#ami, pour plus de clarté, laisse" une ligne lanc(e entre c(aque paragrap(e. !ans
c(acun, vous réunisse" toutes les informations, les citations, les descriptions sur la même idée. -ne idée
importante par paragrap(e et une succession logique entre tous les paragrap(es. -n e'emple pour reprendre
les ouquinistes de la place de l#opéra. $près l#accroc(e, le deu'ième paragrap(e raconte une anecdote
5l#e'emple d#un ouquiniste qui ne sait ni lire ni écrire6, le troisième paragrap(e décrit les livre vendus et
les clients. ;e dernier paragrap(e parle du rêve et des espoirs des ouquinistes 5avoir un s&ndicat, un plus
grand espace et participer à la Ioire internationale du livre...6.
;a succession des paragrap(es est logique, description de la place et de l#installation des ouquinistes
5accroc(e répondant au' questions qui et oB36, portrait d#un ouquiniste original 5deu'ième paragrap(e6,
description de leur activité et des livres vendus 5troisième paragrap(e6, présentation de leurs espoirs
5quatrième paragrap(e6.
/ar e'emple, un article sur les ateau'0us dans une grande ville traversée par un fleuve se terminait
comme ceci, “;es gens s#& rencontrent et font connaissance. “*ls ne font pas que connaissance, ils se
marient même@”, comme aime à le dire un jeune couple de passagers”. Voilà, c#est une touc(e finale qui
tome ien. %#est pour cela qu#on appelle aussi ce dernier paragrap(e la %C-?1. 4uant au mot
“conclusion”, il est plut>t utilisé pour la fin d#un raisonnement, d#une démonstration ou d#une rédaction.
-n reportage, c#est différent.
S#*r&e / 5))6/77888.#4arle&5eri.$e)76ea9#7i$e:.5)4
CDDP e l!Ave"r#$ 6