You are on page 1of 1

LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE DE DUPLESSIS

Source : Conrad Black, Maurice Duplessis, Montréal, Éditions de l'Homme, 1999 (1977), 547 p.,
traduction de Render unto Caesar par Jacques Vaillancourt.
Fleurissement du syndicalisme
 1937 : Le gouvernement reconnaît législativement pour la première fois au Québec le droit
d’association des travailleurs et facilite leur organisation en unités de négociation collective
(p. 456).
 Passe des lois interdisant d’empêcher ou de dissuader un travailleur de joindre un syndicat
(p. 456).
 1945 : Baisse de 60 à 50+1 % la majorité requise pour constituer une unité d’accréditation
syndicale (p. 456).
 Entre 1944 et 1959 : Le nombre de syndicats québécois passe de 673 à 1600 et le nombre de
syndiqués passe de 176 000 à 520 000 (p. 456).
Amélioration des conditions de travail
 1936 : Restauration du droit des travailleurs accidentés de choisir leur propre médecin (p.
458).
 De 1944 à 1948 : Le salaire minimum augmente de 110 % et est étendu à 1.1 million de
travailleurs. L’Ontario n’adopte un salaire minimum pour les hommes qu’en 1959. Depuis
1951, le salaire minimum au Québec est le plus élevé au Canada. À part le Saskatchewan, le
Québec était alors la seule province à faire appliquer le salaire minimum aux femmes (p.
457).
 De 1944 à 1948 : Augmentation de 600 % les prestations versées aux victimes d’accidents
de travail ; les prestations deviennent perpétuelles (p. 458).
 1945 : Création d’un centre de réadaptation incluant un service de placement à Montréal (p.
458).
 De 1944 à 1959 : La proportion de travailleurs protégés par une assurance-hospitalisation et
un régime collectif d’assurance-santé passe de 20 % à 90 %, et la proportion couverte par
une assurance-salaire et un régime de retraite passe de 20 % à 90 % (p. 459).
Étatisation de l’aide aux démunis
 Selon l’entente conclue par M. Duplessis, l’État québécois assumait 28 % des coûts caritatifs,
les municipalités 39 %, et l’Église 33 % (p. 458).
Amélioration des conditions sanitaires
 Entre 1935 et 1959 : le taux de mortalité lié à la tuberculose est réduit de 300 % (p. 459).
 Fondation de l’Office provincial de l’hygiène industrielle qui garantissait à des centaines de
milliers de travailleurs, notamment, des examens médicaux gratuits (dont la radiographie
pulmonaire) et œuvrait à l’épuration des environnements de travail (p. 459).