Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
CLÔTURE DES CONSULTATIONS
SUR LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION
Les portes de la concertation
demeurent ouvertes
LE MOUDJAHID MOHAMED MECHATI INHUMÉ HIER
P. 3
P. 4
P. 6
P. 5
P. 4
P. 3
11
e
JOUR DE RAMADHAN
IFTAR
ALGER 20.12
ORAN 20.00
CONSTANTINE 19.57
ANNABA 19.54
IMSAK
ALGER 3.38
ORAN 3.18
CONSTANTINE 3.27
ANNABA 3.19
ALGÉRIE - ETATS-UNIS
Le Président Obama salue
le “rôle de premier plan”
de l’Algérie dans la région
PRÉINSCRIPTIONS
UNIVERSITAIRES
GRAVE ESCALADE
DE LA VIOLENCE ISRAELIENNE
EN PALESTINE
L’Algérie appelle
la communauté
internationale
à agir d’urgence
P. 31
JOURNÉE PARLEMENTAIRE SUR
LES ACCORDS COMMERCIAUX
INTERNATIONAUX ET RÉGIONAUX
Réouverture
des deux aéroports
Ould Khelifa
appelle à
« conjuguer les
efforts dans une
stratégie
nationale »
Plus de 20%
des nouveaux
bacheliers
déjà inscrits
P
h
.

N
e
s
r
i
n
e

T
.
MONDIAL-2014 (DEMI-FINALES)
AUJOURD’HUI À 21 H,
À SAO PAULO
Les Argentins
face à un dur
morceau
ARGENTINE-HOLLANDE
Un pôle d’excellence
en matière
de formation
JOURNÉES PORTES OUVERTES
SUR L'AMIA DE CHERCHELL
Une vie dédiée à la cause nationale
P. 32
P
h
.

W
a
f
a
Les consultations autour du projet de révision de la Constitu-
tion, débutées le 1
er
juin dernier, pour constituer une plate-
forme sur laquelle se basera l’Etat pour la confection de la
nouvelle mouture de la loi fondamentale du pays, ont pris fin
hier, et les pouvoirs publics ont laissé les portes ouvertes aux
parties n’ayant pas pris part à ces consultations, menées par le
ministre d’Etat, directeur de cabinet de la présidence de la Ré-
publique, Ahmed Ouyahia, de présenter leurs propositions et
d’exprimer leurs positions.
P. 13
GHOUL ET KADI À TIMIMOUN
ET JIJEL
Plusieurs
sujets
consensuels
P
h
.

T
.
 
R
o
u
a
b
a
h
11 Ramadhane 1436 - Mercredi 9 Juillet 2014 - N°15177 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
ENSOLEILLÉ
Au Nord, le temps sera généralement en-
soleillé devenant pré-orageux vers les régions
de l’intérieur, où l’on notera localement le
développement de foyers orageux (El-
Bayadh-Djelfa-Batna).
Les températures maximales varieront de
28°c/32°c, avec localement des pics de 34°c
vers les régions de l’intérieur ouest ( Mascara,
Relizane ).
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés.
Sur les régions Sud, le temps sera chaud et
partiellement voilé vers la Saoura et le Nord-
Sahara, avec localement tendance orageuse en
cours de soirée.
Les températures maximales varieront en
général de 38°c/44°c vers le nord Sahara et de
44°c/48°c vers le Sahara central.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés avec localement des vents de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (26° - 20°), Annaba (25°- 21°), Bé-
char (43° - 28°), Biskra (41° - 27°),
Constantine (32° - 16°), Djelfa (36° - 18°),
Ghardaïa (45° - 31°), Oran (32° - 19°), Sétif
(32° - 16°), Tamanrasset (37°- 26°), Tlem-
cen (33° - 18°).
JUSQU’AU 10 JUILLET À 8H
Portes ouvertes sur l’Académie
militaire de Cherchell
Des portes ouvertes sur l’Académie militaire de
Cherchell auront lieu jusqu’au 10 juillet à 8h, à l’Aca-
démie militaire interarmes de Cherchell.
Mercredi 9 Juillet 2014
DEMAIN À 22H AU PALAIS
DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA
Cérémonie culturelle
Une cérémonie culturelle sera organisée par l’Office na-
tional des droits d’auteur et droits voisins, demain à 22h, au
salon d’honneur du palais de la Culture Moufdi-Zakaria, au
cours de laquelle, la ministre de la Culture procédera à la
distribution, au profit de nombreuses maisons de la Culture
du sud du pays, de matériel de sonorisation et de lots d’ins-
truments de musique.
**************************************
DEMAIN À 22H30 AU MUSÉE
DU BARDO
Exposition : « IQRA, chemin vers
la lumière »
Le musée public national du Bardo inaugurera, demain
à 22h30, une exposition intitulée : «IQRA, chemin vers la
lumière», de l’artiste peintre Zaphira Yacef.
**************************************
DEMAIN 10 JUILLET À 22H
À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE
D’EL-HAMMA
« L’importance du livre dans la culture
islamique »
Dans le cadre des manifestations culturelles et intellec-
tuelles qu’organise la Bibliothèque nationale d’Algérie du-
rant le mois de Ramadhan, une conférence-débat sera orga-
nisée demain à 22h à la salle Lakhdar-Essaïhi d’El-Hamma
sur «L’importance du livre dans la culture islamique», ani-
mée par Abderrezak Guessoum.
DEMAIN À 22H30 AU CENTRE
CULTUREL HISTORIAL
« L’écriture problématique de l’histoire en
Algérie »
L’espace culturel Mille et Une news organise, pour ce
mois de Ramadhan, en partenariat avec l’Office de promo-
tion culturelle et artistique de la wilaya d’Alger, demain à
22h30 au centre culturel Historial ,18, rue Larbi-Ben-
M’hidi, une conférence animée par l’historien Abdelmadjid
Merdaci sur le thème : «L’écriture problématique de l’his-
toire en Algérie».
**************************************
LES 15, 17 ET 19 JUILLET À SKIKDA,
ANNABA, ORAN, CHLEF ET AÏN DEFLA
Programme du Ballet national
À l’occasion du mois de Ramadhan, le Ballet national se
produira :
Le 15 juillet à 22h, au Théâtre régional Abdelkader-Al-
loula d’Oran.
Le 17 juillet à 22h, à la maison de la Culture de Chlef.
Le 19 juillet à 22h, à la maison de la Culture d’Aïn Defla.
JUSQU’AU 24 JUILLET À 23H À LA
SALLE IBN KHALDOUN
Arts et Culture : soirées de Ramadhan
L’établissement
Arts et Culture de la
wilaya d’Alger pro-
pose jusqu’au 24
juillet :
Ce soir : spectacle
Andalou El-Inchi-
rah, Hasna Heni.
Demain : Salamet
Sadikova.
Le 12 juillet : Orchestre arabe de Barcelone.
Dimanche 13 juillet : Hamidou.
**************************************
JUSQU’AU 27 JUILLET AU TNA
Programme culturel du mois de Ramadhan
Dans le cadre du mois béni de Ramadhan, le Théâtre na-
tional algérien Mahieddine-Bachtarzi abritera le programme
culturel du mois de juillet qui se répartit comme suit :
Ce soir à 22h30 : pièce théâtrale, Houa oua Hiya, d’Ab-
bas Mohamed Islam, produite par la coopérative Espace
culturel.
Demain à 22h30  : pièce théâtrale, Yachari Dala, de
Guermi Djamel, produite par la coopérative culturelle théâ-
tre et vidéo.
Vendredi 11 juillet à 11h : pour enfant, clowns – marion-
nettes, produite par l’association Kalila et Dimna, et à
22h30  : Monologue, le Dernier candidat, avec Kamel
Bouakaz, d’Ahmed El-Agoune, produite par la coopérative
Kalem oua Kinaa.
**************************************
MERCREDI 23 JUILLET A 22H À LA
SALLE IBN ZEYDOUN
Spectacle de flamenco
Dans le cadre des soirées de Ramadhan, l’AARC orga-
nise un spectacle de flamenco avec le groupe à la salle Ibn
Zeydoun-Riadh El-Feth.
AGENDA CULTUREL
CE MATIN À 11H
Conférence sur la
sécurité et la
prévention
routières
L’association El-Baraka
et l’association Tarik Essa-
lama organisent, ce matin à
11 heures, une conférence
au Centre de Presse d’El
Moudjahid portant sur la sé-
curité et la prévention rou-
tières.
**************************************
SAMEDI 12 JUILLET
À 11 HEURES
Annonce du Prix El-Hachemi
Guerouabi
Le Centre de Presse d’El Moudjahid
abritera, samedi 12 juillet à 11 heures,
une conférence de presse de la prési-
dente de l’association culturelle El-Ha-
chemi Guerouabi, M
me
Chahra
Guerouabi, qui portera sur l’annonce
de la création du Prix El-Hachemi
Guerouabi.
CE MATIN À 11 HEURES AU CCI
Conférence sur l’interprétation du Coran
Moussa Zerrouk, imam
enseignant et spécialiste
des lectures coraniques,
animera, ce matin à 11
heures, une conférence sur
«Les soirées ramadha-
nesques d’interprétation du
Coran».
SAMEDI 12 JUILLET À 22H AU CFPA DES OUACIFS
Première soirée littéraire amazigh
Le Haut-Commissariat à l’amazighité organise, au centre de formation
professionnelle des Ouacif (Tizi Ouzou), une première soirée littéraire ama-
zigh dédiée au poète parolier Benmohamed, samedi 12 juillet à partir de
22h.
JUSQU’AU 7 AOÛT À 9H À L’USTHB
DE BAB EZZOUAR
Portes ouvertes sur les inscriptions
universitaires
L’ USTHB
organise des
portes ouvertes
sur l’université
à l’intention
des nouveaux
bacheliers au
village univer-
sitaire, à partir
de 9h, selon le
calendrier sui-
vant : période
des préinscrip-
tions jusqu’au
10 juillet, période de confirmation des préinscriptions
du 11 au 12 juillet, période des affectations et des re-
cours en ligne du 20 au 26 juillet, période des inscrip-
tions définitives du 2 au 7 août.
CE MATIN À 10H30 AU SIÈGE
DE L’UGTA
Conférence de presse
La Fédération nationale des banques et assurances
UGTA organise, ce matin à 10h30, au siège de la cen-
trale UGTA, une conférence de presse relative à la
grève générale des travailleurs de la CNL.
L’
ani ma-
teur de
l ’asso-
ciation Jeunesse
Plus, Mohamed
Amine Seghier,
a été reçu, hier à
Alger, par le mi-
nistre d’Etat, di-
recteur de
Cabinet à la pré-
sidence de la Ré-
p u b l i q u e ,
Ahmed Ouya-
hia, dans le
cadre des
consul t at i ons
sur la révision de
la Constitution. Au terme de son
entrevue avec M. Ouyahia, l’ani-
mateur de l’association Jeunesse
Plus n'a fait aucune déclaration à
la presse, au titre du dernier jour
des consultations entamées le 1er
juin dernier. Le 15 mai dernier, la
présidence de la République avait
adressé des invitations à 150 par-
tenaires constitués, notamment
des partis politiques, organisa-
tions et associations nationales
représentants de diverses corpo-
rations, en vertu de la décision du
président Bouteflika, prise le 7
mai dernier, en Conseil des mi-
nistres.
Les invitations ont été accep-
tées par 30 personnalités sur 36
destinataires, 52 partis politiques
sur 64 invités, toutes les organi-
sations et associations nationales
destinataires d’une invitation et
les 12 professeurs d’universités
sollicités.
3
Mercredi 9 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
L
e président du parti El Wassit
Essiyassi (Médiateur poli-
tique), Larouci Rouibat, a in-
sisté hier à Alger sur la nécessité de
préserver dans la future Constitution
le parcours historique de l’Algérie
et son identité nationale dans toutes
ses dimensions, notamment la reli-
gion musulmane.
"Nous avons recommandé d’ac-
corder la considération suffisante et
de préserver le parcours historique
de l’Algérie et l’identité nationale
dans toutes ses dimensions notam-
ment la religion musulmane", a-t-il
indiqué à la presse au terme de son
entrevue avec le ministre d’Etat, di-
recteur du Cabinet à la présidence
de la République, Ahmed Ouyahia,
au titre du dernier jour des consul-
tations sur la révision de la Consti-
tution, entamées le 1
er
juin dernier.
M. Larouci a, dans ce contexte, ex-
pliqué que son parti est favorable
au fait d’accorder plus de préroga-
tives au Haut conseil islamique et à
un élargissement de son champ
d’action, ajoutant que les proposi-
tions de son parti concernant la ré-
vision de la Constitution sont scin-
dées en quatre axes.
Le président du parti El Wassit
Essiyassi s’est déclaré, toutefois,
contre l’article consacré dans le pro-
jet de la révision de la Constitution,
au quota des femmes, précisant que
"cela est anticonstitutionnel" et que
sa formation politique est pour
l’égalité des genres. "Nous sommes
d’accord avec 24 articles sur les 47
articles contenus dans le projet de
révision de la Constitution proposé
par la présidence de la République.
Par contre, nous avons proposé
l'amendement de 23 articles et 5
nouveaux articles dans le but de
l’enrichir", a-t-il précisé.
REVISION DE LA CONSTITUTION
PARTI EL WASSIT ESSIYASSI
La future Constitution doit préserver
l’histoire et l’identité nationales
L’animateur de l’association
Jeunesse Plus reçu
par M. Ahmed Ouyahia
L
a limitation des mandats
présidentiels, la nature du
régime politique et la sépa-
ration des pouvoirs ont constitué
les principales propositions
consensuelles des parties pré-
sentes aux consultations sur le
projet de révision de la Constitu-
tion ouvertes le premier juin der-
nier et achevées hier.
Le 15 mai dernier, la prési-
dence de la République avait
adressé des invitations à 150 par-
tenaires constitués notamment de
partis politiques, organisations et
associations nationales et repré-
sentants de diverses corporations,
en vertu de la décision du Prési-
dent Bouteflika, prise une se-
maine auparavant, en Conseil des
ministres. Ces invitations ont été
acceptées par 30 personnalités sur
36 destinataires, 52 partis poli-
tiques sur 64 invités, les 37 orga-
nisations et associations natio-
nales et les 12 professeurs
d'université sollicités. La quasi-
majorité des parties prenantes aux
rencontres avec le directeur de
cabinet de la présidence de la Ré-
publique, Ahmed Ouyahia, ont
mis sur la table la question de li-
mitation des mandats présiden-
tiels. Dans la mouture proposée à
l'enrichissement des parties, il est
suggéré la limitation à deux, le
nombre de mandat du président de
la République. Cette suggestion a
été largement appuyée par les par-
ticipants aux concertations. D'au-
tres parties ont proposé que le
mandat du chef de l'Etat soit li-
mité à un seul, pendant qu'une mi-
norité optait pour le mandat
illimité. L'âge et la santé du Pré-
sident de la République ont par
ailleurs, fait l'objet de propositions
diverses pour prémunir la fonc-
tion de toutes contingences à
même de perturber sa bonne
conduite. Autre proposition
consensuelle, la définition de la
nature du régime politique. Une
bonne partie des suggestions met-
taient en avant le régime semi-
présidentiel assorti de l'octroi d'un
surcroit de prérogatives au Pre-
mier ministre issu pour beaucoup
de partenaires du parti majoritaire
au Parlement. En revanche, le ré-
gime parlementaire proposé par
une minorité de partis, n'a pas fait
consensus lors de ces rencontres.
Par ailleurs, beaucoup de parte-
naires aux discussions ont mis sur
la table la nécessité de doter le
parlement de larges prérogatives
et notamment, de jouer réellement
son rôle de contrôle des activités
de l'Exécutif. C'est dans ce cadre
que la question de la séparation
des trois pouvoirs (exécutif, légis-
latif et judiciaire) a figuré parmi
les préoccupations des parties in-
vitées à ces rencontres. Le renfor-
cement de l'indépendance de la
Justice a été au centre des préoc-
cupations des partenaires, tout
comme l'élargissement des pou-
voirs du Conseil constitutionnel,
sa composante et le mode de dé-
signation de ses membres. Par ail-
leurs, la notion de réconciliation
nationale a été proposée pour être
incluse dans le préambule de la loi
fondamentale pour prémunir le
pays contre d'éventuelles crises
politiques. En outre, de nombreux
partenaires ont réitéré la constitu-
tionnalisation de la langue ama-
zighe avec ses différentes
variantes, en tant que langue offi-
cielle au côté de l'arabe. La pro-
motion de la femme et la parité
entre elle et l'homme ont été lar-
gement, réaffirmées par les parte-
naires présents aux concertations,
tout comme le renforcement des
libertés individuelles et collec-
tives, la promotion des droits de
l'homme et de l'Etat de droit. Par
ailleurs, plusieurs invités et en
particulier, les représentants d'Or-
ganisations nationales et du mou-
vement associatif national ont
proposé la création de Hauts
conseils dédiés à différentes
franges sociales et corporatives et
leur constitutionnalisation dans le
souci de leur pérennité. Il en est
de même de la création d'une ins-
titution nationale indépendante
élue qui sera chargée de l'organi-
sation et de la supervision des
élections.
Plusieurs sujets consensuels
Fin des consultations, les portes restent ouvertes
L
es consultations autour du projet de
révision de la Constitution débutées
le 1
er
juin dernier, pour constituer une
plateforme sur laquelle se basera l'Etat pour
la constitution de la nouvelle mouture de la
loi fondamentale du pays ont pris fin hier
et les pouvoirs publics ont laissé les portes
ouvertes aux parties n'ayant pas pris part à
ce rendez-vous. Les portes resteront, toute-
fois, ouvertes pour permettre à toutes les
parties n'ayant pas pris part à ces consulta-
tions, menées par le ministre d'Etat, direc-
teur de cabinet de la présidence de la
République, Ahmed Ouyahia, de présenter
leurs propositions et d'exprimer leurs posi-
tions.
Le 15 mai dernier, la présidence de la
République avait adressé des invitations à
150 partenaires constitués notamment des
partis politiques, organisations et associa-
tions nationales représentants de diverses
corporations, en vertu de la décision du pré-
sident Bouteflika, prise le 7 mai dernier, en
Conseil des ministres.
Les invitations ont été acceptées par 30
personnalités sur 36 destinataires, 52 partis
politiques sur 64 invités, toutes les organi-
sations et associations nationales destina-
taires d'une invitation et les 12 professeurs
d'universités sollicités.
L'association Jeunesse Plus a été la der-
nière à être reçu par Ahmed Ouyahia alors
que le premier avoir été reçu est le prési-
dent du Conseil national économique
(CNES), Mohamed Seghir Babès. Selon la
lettre adressée aux invités à la concertation
sur la révision constitutionnelle, il est indi-
qué que cette action décidée à l'initiative du
Président de la République, Abdelaziz Bou-
teflika, s'inscrit dans le cadre de "la pour-
suite du processus des réformes politiques".
Elle vise à adapter la loi Fondamentale,
précise-t-on, "aux exigences constitution-
nelles suscitées par l'évolution rapide de
notre société et les mutations profonde ac-
tuellement en cours, à travers le monde".
Les amendements proposés dans ce cadre,
portent sur quatre axes fondamentaux. Il
s'agit du préambule, des principes généraux
régissant la société algérienne notamment
les droits et libertés des citoyens et leurs de-
voirs, de l'organisation des pouvoir et du
contrôle constitutionnel.
L'objectif est de renforcer, entre autres,
la séparation des pouvoirs, de conforter l'in-
dépendance de la justice et le rôle du Par-
lement, d'affirmer la place et les droits de
l'opposition et de garantir les droits et liber-
tés des citoyens. Pour leur part, les diffé-
rents invités conviés à ces consultations ont
axé, notamment, leurs interventions sur la
nature du régime, la limitation des mandats
présidentiels, la consolidation de l'état de
droit, la séparation des pouvoirs, l'indépen-
dance de la Justice et celle de la Cour des
comptes, les libertés individuelles, la pro-
motion de la femme et la parité entre elle et
l'homme, ainsi que la constitutionnalisation
de la langue amazighe comme langue offi-
cielle.
La notion de réconciliation nationale a
été proposée pour être incluse également
dans le préambule de la loi fondamentale
pour prémunir le pays contre d'éventuelles
crises politiques. Dans une conférence de
presse qu'il avait animé le 21 juin dernier,
Ahmed Ouyahia avait déclaré qu'un
"consensus" autour de la révision de la
Constitution était possible vu que "l'oppo-
sition réclame le changement et que le pré-
sident Bouteflika, avait annoncé ce même
objectif dans son discours après sa presta-
tion de serment". Ouyahia avait dans ce
cadre, précisé que l'opposition "appelle au
renforcement de la pratique démocratique
à l'instar de la séparation des pouvoirs, du
rôle de contrôle et de la place du Parlement
et de l'indépendance de la justice".
Des objectifs, avait-il déclaré, que le
chef de l'Etat s'est engagé à réaliser. Rap-
pelant en outre, que "la sécurité dont jouit
l'Algérie et son indépendance financière ac-
tuelle", M. Ouyahia avait souligné que la
situation actuelle "encourage autorité, op-
position, citoyens et partisans du boycott à
œuvrer ensemble pour construire l'Algérie".
D'ailleurs, ces Consultations, faut-il le pré-
ciser, ont été marquées par la présence du
Front des forces socialistes (FFS) et des
membres du parti dissous le Front isla-
mique du salut (FIS), Madani Mezrag et
Hachemi Sahnouni.
A ceux qui ont appelé à la période de
transition, le même responsable, avait es-
timé que celle-ci "est l'une des plus dange-
reuse forme d'opposition à l'appel de la
présidence de la République à la participa-
tion au dialogue sur la révision constitu-
tionnelle".
Cependant, il n'avait pas manqué de
souligner que l'Etat "est favorable à toute
rencontre initiée par l'Opposition, pour peu
que soient respectées les lois de la Répu-
blique et les constantes de la Nation".
Il avait déclaré que "toutes les rencon-
tres organisées par les opposants et parti-
sans du boycott des consultations sont les
bienvenues, pour peu qu'elles se tiennent
dans le respect des lois de la République et
des constantes de la Nation".
4
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 9 Juillet 2014
L
a manifestation organisée à
l’initiative du Groupe parle-
mentaire du parti des travail-
leurs à l’Assemblée en collaboration
avec la Centrale syndicale des tra-
vailleurs algériens a été une occa-
sion pour le président de l’APN de
saluer le choix judicieux du thème
en débat et son importance, notam-
ment dans le contexte actuel consi-
dérant le moment opportun pour
conjuguer les efforts et agir avec
plus de solidarité dans le souci de
préserver les intérêts nationaux de
l’Algérie et de son économie.
En évoquant ce choix du sujet, le
président de l’Assemblée a en effet
rappelé l’importance de tirer les le-
çons et de s’atteler ensemble à la
conjugaison des efforts pour une
stratégie nationale devant préserver
les intérêts nationaux dans un monde
qui connaît tous ces changements de
rapports, dans un monde dominé par
l’interférence de l’économie sur le
politique et vice versa.
Ould Khelifa n’a pas manqué de
rappeler l’importance pour le pays
d’œuvrer à assurer la sécurité des
besoins alimentaires en mettant l’ac-
cent sur la sauvegarde de la sécurité
alimentaire, la diversification des re-
cettes financières hors hydrocar-
bures pour créer les conditions
d’équilibre aux échanges régionaux
et internationaux. Avant de
conclure, le président de l’Assem-
blée est revenu à la politique et aux
rapports entre l’Afrique du nord et
l’Union européenne, dont l’Algérie
était son grenier agricole et en
conséquence, il est question d’ef-
forts à fournir par tous en vue de se
développer, de progresser et d’at-
teindre cette prospérité partagée, un
souhait évoqué ici et là au service
des peuples pour rattraper les retards
et agir autrement avec plus de parti-
cipation collective, de précaution et
de prévision des risques. La céré-
monie d’ouverture qui s’est déroulée
en présence du président de l’APN,
Mohamed Larbi Ould Khelifa, du
secrétaire général de l’UGTA, Ab-
delmadjid Sidi Saïd, de la secrétaire
générale et députée du parti des Tra-
vailleurs, Louisa Hanoune, a été
marquée par une allocution du pré-
sident de l’Assemblée, dans laquelle
il a abordé le sujet sous ses diffé-
rents aspects mettant l’accent sur la
nécessité de mettre en place la stra-
tégie à même de protéger nos inté-
rêts nationaux et de bien mesurer les
avantages et les inconvénients avant
d’aller vers des politiques écono-
miques ou commerciales en respect
de nos intérêts. La rencontre dont les
travaux se sont focalisés sur les
avantages et les dangers des
échanges déséquilibrés entre des
économies inégales a permis aux
participants de mieux appréhender
les rapports et les règles par lesquels
agissent les institutions financières
et commerciales mondiales à l’instar
de l’OMC, cette Organisation inter-
nationale qui s'occupe des règles ré-
gissant le commerce entre les pays.
En effet, au cœur de l’organisation
se trouvent les Accords de l'OMC,
négociés et signés par la majeure
partie des puissances commerciales
du monde et ratifiés par leurs Parle-
ments.
Le but est d’aider les produc-
teurs de marchandises et de services,
les exportateurs et les importateurs à
mener leurs activités oui mais dans
des économies développées et des
échanges équilibrés, transparents.
Les travaux ont été marqués par
des communications importantes
ayant mis l’accent sur la politique
économique et commerciale de
l’Etat, les accords et conventions
commerciales accordent des préfé-
rences tarifaires dans le but de pro-
mouvoir les échanges commerciaux
avec un pays ou un groupe de pays
et d’encourager le développement de
l’investissement national et étranger.
Il était en outre question de l’accord
d’association entre l’Algérie et
l’union européenne.
Les travaux se sont poursuivis en
table ronde ouvrant les débats aux
questions entre les participants
parmi eux de nombreux jeunes.
Houria A.
JOURNÉES PORTES OUVERTES SUR L'ACADEMIE MILITAIRE INTERARMES DE CHERCHELL
Un pôle d’excellence en matière de formation
D
es journées portes ouvertes sur l'Académie militaire
inter-armes de Cherchell ont été organisées, hier au
niveau de l’institution, en présence d'une foule im-
portante de jeunes venus de différentes régions d’Algérie
pour découvrir de près cette école et se renseigner sur les
conditions et les modalités de s'y inscrire.
Ces journées d'information qui dureront jusqu'au 10 juil-
let, s'inscrivent dans le cadre de l'exécution du plan de com-
munication de 2014 mis en place par le commandement des
forces terrestres de l'Armée nationale populaire (ANP).
S’exprimant en marge de l’inauguration de ces journées
le commandant Abdennour Bouhila, chef de la cellule de
communication, d'information et d'orientation a souligné
que cette manifestation vise essentiellement à faire connaître
aux étudiants et au public, les différentes spécialités ensei-
gnées dans cette institution.
Allant dans les détails, il expliquera que l'Académie mi-
litaire inter-armes de Cherchell est une institution de forma-
tion fondamentale et supérieure à caractère militaire,
scientifique culturel et sportif.
Celle-ci a-t-il dit «repose sur une plate-forme pédago-
gique solide pour atteindre ses objectifs de formation et l’en-
traînement tracé par le commandement suprême de l’ANP et
les moyens matériels et pédagogiques dont dispose l’école
ainsi que les conditions d'admission». A cette occasion une
visite guidée a été organisée au profit des jeunes à l'intérieur
de l'Académie, où ils ont pu visiter, entre autres, le musée de
l’école qui retrace l'histoire de l'Algérie depuis l'antiquité,
avant de se rendre au niveau des différentes salles d'études
ainsi que la bibliothèque et enfin, le champ de tir.
Pour sensibiliser les jeunes sur toutes les opportunités
qu’offre l’établissement, un exposé audiovisuel a été pré-
senté à l'occasion sur l'histoire de l'Académie de Cherchell
et les moyens matériels dont elle dispose pour assurer une
formation militaire de qualité aux nouveaux étudiants.
Il y a lieu de souligner que les nouveaux bacheliers solli-
cités, se sont accordés à dire, que ces journée portes ouvertes
sont très intéressantes dans la mesure où elles offrent l’op-
portunité de constater de visu les importants moyens péda-
gogiques et techniques mis à la disposition des
élèves-officiers.
Notons par ailleurs que le recrutement, selon le guide qui
nous a été remis, est ouvert aux candidats titulaire du bacca-
lauréat de l’année en cours avec mention assez bien 12/20
au minimum, dans différentes spécialités, notamment les
sciences expérimentales et les techniques mathématiques.
A l’instar de l’accès aux universités, les inscriptions pour
les candidats officiers répondant aux conditions exigées, se
font exclusivement par le biais d’Internet.
Makhlouf Ait Ziane
A
P
N
JOURNÉE PARLEMENTAIRE SUR LES ACCORDS COMMERCIAUX
INTERNATIONAUX ET RÉGIONAUX
Ould Khelifa appelle à « conjuguer
les efforts dans une stratégie nationale »
La salle des conférences de l’Assemblée populaire nationale, a abrité hier matin, une journée parlementaire consacrée à la réflexion et
au débat général sur la thématique  déclinant « les accords commerciaux internationaux et régionaux ». En d’autres termes, il est
question pour le panel d’experts et de spécialistes d’approfondir la réflexion sur les différents aspects du libre échange dans ses
dimensions régionales, comme l’échange en zone arabe, en zone européenne, et internationale, autrement dit, l’OMC et les autres
structures commerciales à caractère universel.
L'accession de l'Algérie à l'Organisation
mondiale du commerce (OMC) et son intégra-
tion aux accords de libres échanges régionaux
(UE et Gzale) est subordonnée au développe-
ment d'une économie nationale forte capable de
faire face à la concurrence internationale, ont re-
levé hier à Alger, des experts.
Des participants à la journée parlementaire
sur les accords de libre-échange régionaux ont
estimé qu'une adhésion de l'Algérie aux autres
espaces de libre-échange nécessitait une longue
préparation des entreprises nationales.
Lors de cette journée initiée par le parti des-
Travailleurs (PT) et l’Union générale des travail-
leurs algériens (UGTA), des experts ont souligné
la vulnérabilité de l’économie nationale, appelant
à son redressement avant de s'engager dans d'au-
tres accords.
L’Algérie dispose de grandes capacités finan-
cières mais n’a pas d’économie forte lui permet-
tant de faire face à la concurrence des pays
développés, a relevé Abdelmalek Mebarek Serai,
dénonçant la facture "trop grosse" des importa-
tions.
Il a proposé, à ce titre, de mettre des barrières
pour freiner la hausse des importations algé-
riennes d’un côté et de booster les exportations
hors hydrocarbures d’un autre côté et ce, en dé-
veloppant les entreprises nationales.
Selon ce consultant international, l’Algérie
n’est pas encore prête à accéder à l’OMC, affir-
mant que "plus de 90 % des entreprises natio-
nales sont faibles et ne peuvent pas faire face à
la concurrence étrangère (à) et 45 % fermeront
en cas d’ouverture de notre marché".
De son côté, le secrétaire général de l’Union
générale des travailleurs algériens (UGTA), Ab-
delmadjid Sidi Said a estimé que l’OMC avait
été "crée par les Occidentaux pour protéger leurs
économies".
La hausse importante de la facture des impor-
tations de l'Algérie, a-t-il poursuivi, contribue à
la création et à la sauvegarde de 4,5 millions
d’emplois annuellement à travers le monde, a fait
savoir Sidi Said qui s'est référé aux données de
la Banque mondiale.
Le premier responsable de la centrale syndi-
cale a plaidé pour la promulgation d'un texte de
loi visant à mettre des barrières et freiner les im-
portations en vue d'encourager la consommation
du produit national.
Le directeur général du Centre national de
l’informatique et des statistiques (Cnis) relevant
des Douanes, Nourredine Allag a indiqué que
l’Algérie a importé en 2013 pour 55 milliards
de dollars dont près de 10 milliards de dollars de
biens de consommation.
Pour sa part, la secrétaire générale du PT,
Louiza Hanoune a indiqué que l’organisation de
cette journée avait pour objectif d’exprimer
"notre rejet catégorique à cette accession (à
l’OMC )" dans la mesure où elle (l'adhésion)
"détruira l’économie nationale", citant pour
exemple le cas de la Russie et de l'Egypte.
Le président de l’Assemblée populaire na-
tionale (APN), M. Larbi Oueld Khelifa a appelé,
de son côté, à l'élaboration d'une stratégie per-
mettant de préserver les intérêts de l’économie
nationale, mais sans pour autant rester en marge
des organisations internationales et des zones de
libre échange.
SELON DES EXPERTS
L’accession de l’Algérie à l’OMC est subordonnée au développement
d'une économie nationale forte
P
h

:

W
a
f
a
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
Vote aujourd’hui de quatre
projets de loi
L'Assemblée populaire nationale (APN) reprend ce mercredi ses tra-
vaux en séance plénière consacrée au vote de quatre projets de lois, a in-
diqué mardi un communiqué de l'APN. Il s'agit du projet de loi relatif aux
ressources biologiques, du projet de loi amendant et complétant la loi n°
81-07 relative à l'apprentissage, du projet de loi amendant et complétant
l'ordonnance n° 70-20 relative à l'état civil et enfin le projet de loi relatif
au service national.
Mercredi 9 Juillet 2014
5
EL MOUDJAHID
Nation
LES MINISTRES DES TRANSPORTS ET DES TRAVAUX PUBLICS A TIMIMOUN ET JIJEL
Réouverture des deux aéroports
La nécessité de réunir toutes les conditions de confort des passagers à l’aéroport de Timimoune (Adrar) et à y dégager des espaces suffisants pour
ses différentes structures, a été soulignée mardi par le ministre des Transports, Amar Ghoul.
A
près avoir supervisé, en compagnie du mi-
nistre des Travaux publics, Abdelkader
Kadi, l’homologation de la piste d’atterris-
sage de l’aéroport de Timimoune, M. Amar Ghoul
a salué la qualité de réalisation de cet ouvrage,
avant de faire état de travaux complémentaires
liés à des aménagements extérieurs en dehors de
l’aérodrome et de la finalisation prochaine de
l’installation des équipements de l’aérogare.
Le ministre a indiqué que des instructions ont
été données à la compagnie nationale Air Algérie
afin de projeter au plus tôt des dessertes vers l’aé-
roport de Timimoune à partir d’Alger ou Oran,
maintenant que la commission technique a donné
son aval pour la reprise des vols de et vers cette
infrastructure. ‘‘Il appartient d’agrandir les aéro-
ports d’Adrar et de Timimoune et d’y renforcer
les dessertes, afin de répondre à la demande crois-
sante dans la région sur les prestations de trans-
port aérien’’, a estimé le ministre des Transports.
Dans ce cadre, M. Ghoul a fait part de l’élabora-
tion d’un programme national, en coordination
avec le ministère des Travaux publics, pour un
meilleur déploiement des appareils des compa-
gnies aériennes Air Algérie et Tassili Airlines,
pour la prise en charge de la demande sur l’en-
semble des aéroports du pays, soulignant, au pas-
sage, que celui de Timimoune est appelé à contri-
buer à la promotion de la destination touristique
du Gourara et permettra, ainsi, de programmer des
vols charters promotionnels. Cette visite en com-
pagnie du ministre des Travaux publics à l’aéro-
port de Timimoune, prélude à l’ouverture d’une
série d’autres infrastructures aéroportuaires à
Jijel, Tindouf, Tébessa et Sétif, a soutenu M.
Ghoul en mettant l’accent sur la coordination
entre les deux ministères pour améliorer la prise
en charge des voyageurs. Pour sa part, le ministre
des Travaux publics, Abdelkader Kadi, a fait état
de la réalisation de la piste d’atterrissage de l’aé-
roport de Timimoune selon les standards natio-
naux et internationaux, permettant de recevoir des
appareils des vols domestiques et internationaux,
avant d’annoncer la reprise des vols à cet aéroport
dans le courant de ce mois de Ramadhan, une fois
finalisés les travaux de certaines structures d’ac-
cueil des voyageurs.
L’aéroport de Timimoune a bénéficié d’une
opération de renforcement de sa piste d’atterris-
sage, d’une longueur de 3.000 m et d’une largeur
de 45 m, en plus de certaines servitudes, pour un
investissement de 1,2 milliard de DA, a-t-on fait
savoir. Fermé en 2013, l’aéroport a aussi bénéficié
d’une opération d’extension de son aérogare par
la réalisation d’une autre salle des arrivées de 985
m
2
, en plus des aménagements extérieurs et de la
réalisation d’un parking autos, et ce, pour une en-
veloppe de 624 millions de DA puisés du pro-
gramme spécial de développement des régions du
Sud. Le projet tient compte dans sa conception du
cachet architectural propre à la région touristique
du Gourara.
MOHAMMED AISSA, MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES
« Le rite malékite… Une voie au service de la société »
«  L’intérêt accordé à toutes les écoles du
Fiqh est une preuve que l’Algérie ne considère
pas le rite malékite comme sectaire ou identi-
taire mais comme une voie vers le droit chemin
convergeant avec les quatre imams réputés et le
courant ibadite, au service de la société et le
rapprochement à Dieu ». C’est ce qu’a déclaré
hier, le ministre des Affaires religieuses et des
Wakfs, Mohamed Aïssa.
Le ministre, qui s’exprimait en marge de
l’ouverture de la neuvième édition des Dou-
rouss Mohammadia à la zaouïa "Belkaidia He-
bria" située dans la localité de Sidi Maârouf à
l'est d’Oran, a estimé que ces écoles dénotent la
diversité de l’Ijtihad, appelant à la nécessité
d’intensifier les recherches pour connaître plus
le patrimoine des imams de ces écoles de l’is-
lam.
M. Mohamed Aïssa a salué la qualité du
choix des axes et des thèmes proposés aux Dou-
rouss Mohammadia organisés par la zaouïa pré-
citée, à l’instar de cette édition traitant du rôle
et des contributions de ces écoles du fiqh au
renforcement de l'unité de la nation musulmane.
Evoquant par ailleurs le rôle des Zaouïas au
sein de la société algérienne, le ministre a es-
timé que ces centres de rayonnement spirituel
sont authentiques et enracinés avec un rôle de
défense du pays, insistant sur leur accompagne-
ment pour que leurs diplômés soient acceptés
aux instituts de formation d’imams, d'orateurs
et de muezzins en plus d’autres fonctions de
mosquée. Il a rappelé que la zaouïa est une ins-
titution fondée par l’argent de la société et que
l’Etat l’officialise et participe à sa promotion.
De son côté, le ministre d’Etat, conseiller
spécial du président de la République, M. Ab-
delaziz Belkhadem a souligné à la même occa-
sion, la nécessité de puiser le savoir de ses
sources afin de se prémunir de la fitna. « Le sa-
voir doit être inspiré de ses vraies sources en
vue d’éviter toute fitna, notamment en pareille
conjoncture », a-t-il déclaré.
Il convient de préciser par ailleurs que la cé-
rémonie d’ouverture de cette rencontre a été
marquée par une conférence intitulée "nos qua-
tre grands imams, étoiles brillantes", animée par
le Dr Mohamed Benbrika d’Alger, membre de
l’académie mondiale de soufisme et du centre
mondial de dialogue inter-religions et auteur de
plusieurs ouvrages dont une encyclopédie sur
les méthodes soufies.
Salima Ettouahria
Islam religion d’Etat ne signifie
aucunement négation et rejet de
l’autre, Mohamed Aïssa, ministre
des Affaires religieuses et des
Wakfs a depuis Oran remis les pen-
dules à l’heure, mettant en exergue
ces qualités et ces valeurs qui ont
forgé l’identité du peuple algérien,
qualités et valeurs elles-mêmes ins-
pirées des préceptes de notre reli-
gion et des recommandations de
notre Maître, Mohamed QLSSSL.
Protégé, l’étranger l’est en terre
d’Islam et il peut pratiquer libre-
ment sa religion. Se référant aux
membres de la communauté chré-
tienne, le ministre des Affaires re-
ligieuses a déclaré œuvrer commu-
nément pour  leur permettre de pra-
tiquer leur religion et d’ajouter :
« de même que les juifs » envers
qui un message est même lancé
pour signifier que l’Algérie n’est
pas contre eux.
C’est dire que constitutionnel-
lement le non-musulman est auto-
risé à pratiquer sa religion dans le
cadre des lois de la République. La
loi de 2006 relève à ce propos les
droits mais aussi les devoirs du
non-musulman, comme la pratique
religieuse en dehors des lieux et
des édifices religieux autorisés ou
le prosélytisme qui sont expressé-
ment interdits. Chrétien en son
église, juif en sa synagogue, cha-
cun est libre de pratiquer sa religion
en toute quiétude.
Accepter l’autre, établir un dia-
logue avec lui, c’est prévenir l’in-
tolérance, et l’extrémisme sous
toutes ses formes. En prenant la dé-
fense de milliers de chrétiens qui
allaient être massacrés lors des
émeutes qu’a connues la ville de
Damas en Syrie l’été 1860, l’Emir
Abdelkader a tout simplement fait
prévaloir son humanisme et sa
grande foi. Algérie, terre d’asile et
de tolérance, combien de larmes se
sont séchées, combien de cœurs se
sont apaisés à l’ombre de tes murs,
combien d’esprits tourmentés en
proie à la détresse  l’Algérien  et
son sens légendaire de l’hospitalité
a chaleureusement accueillie, les
bras, le cœur, et les portes grands
ouverts.
L’Algérie de la tolérance, de
l’ouverture et de l’acceptation de
l’autre, du respect et de l’huma-
nisme est réelle, elle est là, elle a
toujours répondu présent quand
elle a été sollicitée, recueillant avec
le sourire les naufragés cherchant
refuge en ses rivages.
A.M.A.
Algérie, terre de tolérance
MOHAMED EL GHAZI À ORAN
Un nouveau programme d’habitat au titre du Fonds national
de péréquation des œuvres sociales
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la
Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, a indiqué
hier à Oran, que son département œuvrait à pro-
poser au gouvernement un nouveau programme
d’habitat au titre du Fonds national de péréquation
des œuvres sociales (PNPOS) pouvant contribuer
à résoudre la crise de logement au niveau national.
Dans une déclaration à la presse, en marge de
sa visite d’inspection dans la wilaya d'Oran, M.
El Ghazi a souligné que son ministère œuvrait à
proposer un nouveau programme d’habitat pour
combler les besoins d'une catégorie des citoyens
qui ne peut pas obtenir de logement dans une
autre formule et qui a le droit d'en bénéficier dans
le cadre du FNPOS. S’agissant du nombre de lo-
gements que comportera le nouveau programme
FNPOS, le ministre a indiqué qu’il sera fixé avec
le gouvernement. M. El Ghazi a annoncé que son
département ministériel pensait aussi aux jeunes
âgés entre 30 et 40 ans dont des cadres et des
fonctionnaires pour leur permettre de bénéficier
de logements au titre du nouveau programme.
Pour ce qui est de l’ancien programme, le mi-
nistre a signalé la réalisation de 30.000 unités
dont 20.000 logements attribués et 10.000 sont en
cours ou en voie d’achèvement des travaux.
Répondant à une question sur l’activité syndicale,
M. El Ghazi a indiqué que 64 syndicats agréés,
représentant différents corps et secteurs, activent
au niveau national en toute liberté, utilisent le
droit à la grève et réalisent des résultats après né-
gociations avec les employeurs et l’administra-
tion. Le ministre a procédé, lors de sa visite à
Oran, à la remise des clefs aux bénéficiaires de
368 logements réalisés à hai El Yasmine à l'est
d’Oran, au titre du FNPOS.
M. El Ghazi a présidé également la signature
de deux conventions de promotion de la forma-
tion l’une regroupant l’antenne de l’Agence na-
tional de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ)
et la direction de la formation et de l’enseigne-
ment professionnels. La deuxième concerne la di-
rection de l’emploi et l’entreprise de construction
"Khenchali" permettant la formation de 400 sta-
giaires âgés entre 16 et 20 ans.
Le ministre a également inspecté 168 loge-
ments à hai El Yasmine et s'est enquis de la qua-
lité des prestations de l’agence CNAS.
La nécessaire complémentarité entre le port de
Djendjen et l’aéroport Ferhat-Abbas de Jijel a été
soulignée, mardi, par le ministre des Transports,
Amar Ghoul, lors d’une visite de travail dans cette
wilaya. Après avoir supervisé, en compagnie du
ministre des Travaux publics, Abdelkader Kadi,
l’homologation de la piste de l’aéroport de Jijel,
M. Ghoul a notamment plaidé en faveur de l’ex-
tension de l’actuelle piste de cette infrastructure
aéroportuaire, en longueur et en épaisseur pour la
portance, afin d’accroître les activités de fret, pa-
rallèlement à celles du transport de voyageurs. La
proximité entre l'aéroport et le port plaide en fa-
veur de l’option de développer le fret par des
avions cargo, a-t-il ajouté, soulignant qu’une
étude va être lancée dans ce sens. "Nous œuvrons
pour que nos aéroports soient aux normes inter-
nationales tant pour les voyageurs que pour le
fret", a souligné M. Ghoul. Le vol pour l’homo-
logation de la piste d’atterrissage (2.400 x 45 m)
a été effectué par un avion de type Boeing 737-
800 à bord duquel ont pris place les deux minis-
tres. Les travaux de renforcement des chaussées
de l’aérodrome, prévus pour un délai d’une
année, ont été finalement achevés en huit (8)
mois. L’entreprise de réalisation chargée de ce
volet a été félicitée par la délégation ministérielle
pour avoir relevé ce défi, a-t-on constaté sur place.
La fermeture de l’aéroport a été imposée par la
vétusté de la piste principale après trois décennies
d’exploitation. Le procès-verbal d’homologation,
présenté par une représentante de la direction de
l’aviation civile et de la météorologie (DACM), a
indiqué que tous les essais et les tests ont été
concluants et que la piste de l’aéroport Ferhat-
Abbas est homologuée. Les vols domestiques
Alger-Jijel aller et retour reprendront officielle-
ment à compter de samedi 11 juillet, a-t-on appris
sur place. S’agissant des vols internationaux, le
président-directeur général de la compagnie na-
tionale Air Algérie, Mohamed Salah Boultif, a in-
diqué à l’APS que Jijel sera reliée à l’aéroport de
Marseille (France) dès le mois de novembre pro-
chain à raison de deux rotations par semaine.
GHOUL :
Assurer une complémentarité entre le port de Djendjen et l’aéroport Ferhat-Abbas
Nation EL MOUDJAHID
6
Mercredi 9 Juillet 2014
M.
Mebarki a expliqué qu’«il y a un
engouement certain pour ces
journées portes ouvertes. Tous
les moyens en été mis en place afin d’aider
les nouveaux étudiants à effectuer l’opéra-
tion des préinscriptions dans les délais fixés,
c'est-à-dire avant le 10 juillet». Et d’ajouter :
«Les nouveaux étudiants doivent respecter
l’emploi du temps, car c’est une étape très
importante et elle va faciliter les autres
étapes qui suivent.»
Le ministre a conseillé les nouveaux ba-
cheliers de bien lire les dix choix afin de ne
pas regretter après.
«Il y a une collaboration étroite avec la
direction afin d’expliquer aux étudiants com-
ment bien organiser leur choix», a indiqué
M. Mebarki.
Il a également annoncé que le secteur re-
cèle, selon lui, plus de 1,4 million de places
pédagogiques et 600.000 lits à même d'ac-
cueillir les étudiants, dont les 225.000 nou-
veaux bacheliers qui vont rejoindre les bancs
des études supérieures, ajoutant que «seule-
ment 2 ou 3 villes connaissent une pression».
Par ailleurs, M. Mebarki a insisté sur
l'impératif d'«unifier les systèmes des
études» en intégrant totalement le système
LMD. Il a appelé à mettre fin à la «duplicité»
des systèmes (classique et LMD), laquelle
ne permet pas "d'approfondir la réforme", re-
levant qu'il y a des mécanismes pour cela.
Le ministre avait indiqué, lors d'une allo-
cution prononcée à l'occasion du lancement
des préinscriptions des nouveaux bacheliers,
que «le mode de préinscriptions et de traite-
ment informatique des fiches de vœux des
étudiants s'est révélé efficace et a permis
d'assurer l'équité sur la base du mérite, de
renforcer la transparence et de rationaliser
leurs choix».
Une fois les préinscriptions terminées, le
traitement des fiches de vœux des nouveaux
bacheliers se fera en fonction des moyennes
obtenues du 12 au 20 juillet, et sera suivi des
recours jusqu'au 26 juillet.
Les inscriptions définitives, selon les
orientations, sont prévues du 2 au 7 août. Le
taux de réussite aux épreuves du baccalau-
réat, session juin 2014, est de 45,01 %, et
les résultats enregistrés dans les filières
scientifiques, technologiques et les mathé-
matiques ont connu une légère amélioration.
Selon l'Office national des examens et
concours, le bac 2014 a vu la participation
de 444.783 candidats, le taux de réussite
chez les garçons est de 32,39% et de 67,61%
chez les filles, le taux des réussites avec
mention est de 33,63% et le meilleur taux de
réussite par filière a été enregistré chez la fi-
lière des mathématiques avec 72,33%, suivie
des sciences expérimentales (49,23%) et de
la gestion et économie (48,06%).
Le taux de réussite de l'année 2014
(45,01%) avoisine celui de l'année 2013
(44,78%) avec un écart positif de 0,23%.
Wassila Benhamed
P
révu pour le 22 juillet pro-
chain, le concours de recrute-
ment des enseignants dans les
différents cycles d’enseignement
(primaire, moyen, secondaire) sera
effectué sur la base de diplôme et
non sur la base d’examen. Après
étude des dossiers des candidats,
ces derniers seront convoqués pour
un entretien oral, apprend-on au
ministère de l’Éducation nationale.
L’annonce des résultats se fera
sans autant passer par la Direction
générale de la Fonction publique et
sans délibérations, et ce dans le but
de gagner du temps et être au ren-
dez-vous au premier jour de la ren-
trée scolaire, prévue pour le 2
septembre prochain, pour les ensei-
gnants, et le 7 du même mois, pour
les élèves.
Lancée le 21 juin dernier, l’opé-
ration de dépôts des dossiers de
candidatures pour les candidats qui
remplissent les conditions et qui
sont intéressés par l’enseignement
a pris fin la semaine dernière.
Selon notre source, toutes les
spécialités scientifiques et litté-
raires sont touchées par ce
concours de recrutement, y com-
pris celles qui ne figuraient pas sur
la liste de recrutement issue du der-
nier concours effectué en 2013, et
ce afin de pallier le manque d’en-
cadrement et de mieux préparer la
prochaine rentrée scolaire.
Sur les 23.931 postes ouverts à
ce concours, le cycle primaire ac-
capare la part du lion avec l’ouver-
ture de 14.694 postes budgétaires,
dont 12748, seront destinés pour le
recrutement d’enseignants en
langue arabe, 1.896 pour ceux de la
langue française et 37 pour ceux de
la langue amazigh.
Pour ce qui est des deux autres
cycles (moyen et secondaire), le
secteur dégage 6.256 postes ou-
verts pour le premier et 2.981 pour
le second. Ce recrutement national
se fera notamment pour combler le
manque dans plusieurs matières
telles que les mathématiques, les
sciences naturelles, la physique et
chimie, l’histoire-géographie, les
langues, le dessein et la musique. 
Il y a lieu de rappeler que le sec-
teur a vu, durant les deux dernières
années, l’ouverture de près de
29.000 postes budgétaires au profit
des enseignants et professeurs des
trois cycles d’enseignement qui ont
bénéficié d’un cycle de formation
afin de compléter leur cursus et
d’atteindre un niveau équivalent à
bac+5.
Sur un autre plan et pour l’an-
née 2011-2012, le gouvernement a
accordé un statut de permanent à
70% d’enseignants  contractuels. 
En données chiffrées, on
compte 31.931 titularisations ap-
prouvées par le ministère de l’Édu-
cation nationale, dont 26.621
contractuels qui ont été intégrés en
mars 2011. 2.655 enseignants
contractuels titulaires de diplômes
cités dans l’instruction ministé-
rielle, mais qui ne répondent pas à
la matière qu’ils exercent, ont été
également régularisés. Il s’agit de
tous les ingénieurs, les diplômés en
économie ou en langues qui y sont
insérés de manière définitive, mais
en respectant les normes et lois
bien définies et applicables à tous
les secteurs en matière de recrute-
ment.
Pour ce qui est des ingénieurs
en électronique, mécanique, chi-
mie, génie civil et génie des procé-
dés, ils ont été recrutés en tant
qu’enseignants de math ou de phy-
sique dans le moyen. Les licenciés
en économie ont été orientés vers
le primaire, alors que les licenciés
en langues ont été affectés chacun
selon sa spécialité.
Il y a lieu de rappeler que l’an-
née 2010 a vu aussi une  très forte
participation aux épreuves du
concours organisé par la fonction
publique. Près de 10.000 candidats
y avaient postulé.
À travers ces concours destinés
à examiner un nombre important
de postulants, l’objectif recherché
par la DGFP est le renforcement du
corps des enseignants de l’Éduca-
tion nationale et, par là même, re-
lever le niveau général du système
éducatif, particulièrement dans la
corporation des éducateurs, tous
paliers confondus. Selon les res-
ponsables du secteur, l’organisa-
tion du prochain concours qui se
déroulera dans une transparence to-
tale et absolue, vise notamment le
recrutement d’enseignants dans les
nouveaux établissements qui seront
réceptionnés à la prochaine rentrée
scolaire 2014- 2015 et aussi à rem-
placer les enseignants retraités qui
ont honoré leur noble mission
après 32 ans et plus de formation
des générations montantes.
Sarah S.
PRÉINSCRIPTIONS UNIVERSITAIRES
Plus de 20% des nouveaux bacheliers déjà inscrits
«Plus de 20% de lauréats ont déjà pu accéder au site fort sollicité, et procédé aux préinscriptions en ligne depuis le début
de l’opération dimanche dernier», a déclaré, hier à Alger, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique,
Mohamed Mebarki, lors d’un point de presse organisé en marge d’une visite à l’université Alger 3.
ÉDUCATION NATIONALE
23.931 nouveaux enseignants
à la prochaine rentrée scolaire
L
e ministre de la Formation et
de l’Enseignement profes-
sionnels, Nouredine Bedoui,
a insisté, hier à Tizi Ouzou, sur
l’importance de la formation par
apprentissage qui constitue un
meilleur mode de formation per-
mettant aux jeunes formés, une
meilleure insertion dans le monde
professionnel. «L’apprentissage est
le meilleur mode de formation
étant donné qu’il offre beaucoup de
possibilités d’insertion dans le
monde professionnel», a indiqué
M. Bedoui, lors de sa visite des ate-
liers de formation par apprentis-
sage au niveau des entreprises
publiques et privées, à savoir l’EN-
IEM, l’ENEL, la laiterie de Draâ
Ben Khedda et Allioua, qui ont pa-
raphé des conventions de forma-
tion avec le secteur.   Pour
encourager ce genre de formation
et motiver les maîtres formateurs
des entreprises accueillant des sta-
giaires du secteur, le ministre de la
Formation et de l’Enseignement
professionnels a annoncé qu’un
projet de loi portant octroi d’in-
demnités au profit des maîtres for-
mateurs sera incessamment sur la
table du gouvernement. «L’enca-
drement efficace de nos apprentis
et stagiaires est une priorité du mi-
nistère», a-t-il souligné, en préci-
sant que son secteur récupère
actuellement plus de 50% des
élèves n’ayant pas pu poursuivre
leur scolarité. Au niveau de l’EN-
IEM, le ministre a été agréable-
ment surpris en apprennant, du
responsable de ce complexe de
l’électroménager, que sur les 271
stagiaires formés dans les ateliers
de cette usine, 221 y ont été recru-
tés. Le représentant du gouverne-
ment a également appelé, lors de
cette visite de travail et d’inspec-
tion durant laquelle il a été accom-
pagné par le wali de Tizi Ouzou,
les chefs d’entreprises privées à
s’impliquer davantage dans la for-
mation par apprentissage des
jeunes pour disposer d’une main-
d’œuvre suffisamment qualifiée et
apte à relever les défis du dévelop-
pement. «Nous disposons de 1.200
établissements, 6 instituts et plus
de 20.000 formateurs dans 420
spécialités qui sont prêts à accom-
pagner les administrations et les
opérateurs économiques publics ou
privés dans leur développement
par la formation, notamment en ap-
prentissage et la formation quali-
fiante. Pour ce faire, les partenaires
du secteur, notamment les privés,
doivent aussi s’impliquer en appro-
fondissant les connaissances et la
formation des apprentis», a-t-il as-
suré, en rappelant qu’il ne peut y
avoir de recrutements sans qualifi-
cation professionnelle, à l’instar de
ce qui se fait dans d’autres pays dé-
veloppés, comme l’Allemagne. Le
ministre de la Formation et de
l’Enseignement professionnels a
par ailleurs visité le chantier de
réalisation du siège de la direction
locale du secteur sis à M’douha, où
il a mis l’accent sur la nécessité de
livrer ce siège dans les délais
contractuels. Le ministre a égale-
ment accordé, sur les lieux, une ral-
longe de pas moins de 60 millions
de dinars pour l’achèvement des
travaux de ce siège étant donné que
l’autorisation du programme ini-
tiale, qui est de l’ordre de près de
80 millions de dinars, s’est avérée
largement insuffisante.
Bel. Adrar
NOUREDINE BEDOUI À TIZI OUZOU
Encourager la formation
par apprentissage pour
une meilleure insertion
EL MOUDJAHID
Nation
7
Mercredi 9 Juillet 2014
Le chef de service des urgences médicales au
CHU Mustapha-Pacha, le professeur Mohamed
Guerinik, a affirmé, hier à Alger, que le déficit
enregistré en matière de personnel paramédical
"entrave la bonne gestion" des urgences médi-
cales. Le P
r
Guerinik a souligné les "difficultés"
de prise en charge du nombre important de ma-
lades affluant des différentes régions du pays aux
urgences médicales du CHU Mustapha-Pacha, en
raison du déficit en agents paramédicaux.
Selon ce spécialiste en anesthésie et réanima-
tion, l'établissement accueille quotidiennement
500 cas urgents, 300 cas légers et 200 graves,
dont 30 très graves. Le nombre des victimes de
violence augmente durant le mois de Ramadhan,
car on enregistre malheureusement 5 cas de bles-
sures par couteau par jour durant ce mois, a-t-il
déploré, tout en se félicitant de la baisse du nom-
bre des cas de suicide durant ce mois béni.
Le P
r
Guerinik a insisté sur la prévention afin
de réduire les accidents de la route qui font quo-
tidiennement des victimes et sont à l'origine de
nombreux handicaps, et préconisé une alimenta-
tion saine pour réduire les risques de maladies
chroniques et leurs complications. Concernant
l'organisation des urgences médicales à travers
750 permanences à travers le pays, le P
r
Guerinik
a insisté sur la nécessité de prendre en charge les
cas légers au niveau des établissements de proxi-
mité, et de transférer les cas graves aux grands
établissement hospitaliers.
LE CHEF DE SERVICE DES URGENCES MÉDICALES DU CHU MUSTAPHA-PACHA :
« Le déficit en personnel paramédical entrave la bonne gestion des urgences »
Trois des principaux ports, abris de pêche et
de plaisance de la wilaya d'Alger, Tamentfoust,
Raïs-Hamidou et El-Djemila, subissent actuelle-
ment un profond toilettage pour leur rendre leur
prestige auprès des marins pêcheurs, des profes-
sionnels des activités subaquatiques et des plai-
sanciers. La direction de la pêche et des
ressources halieutiques de la wilaya d'Alger a
lancé, dès 2013, un vaste programme de réamé-
nagement et de reconstruction de certaines instal-
lations de ces ports de pêche et de plaisance, qui
remontent à l'époque coloniale. Avec le pro-
gramme de développement 2013-2018 mis en
place par l'Entreprise de gestion des ports et abris
de pêche dépendant de l'Entreprise du port d'Alger
(EPAL), ces trois petits ports de proximité seront
entièrement réhabiltés. Il en est ainsi du port de
Tamentfoust où une halle à marée est en cours de
réalisation pour mieux organiser la filière pêche
et organiser le commerce du poisson, et offrir de
bonnes conditions de travail aux mareyeurs et aux
acheteurs.
Le port, qui dessert une large partie de l'est de
la capitale, aura par ailleurs un système d'alimen-
tation en énergie renouvelable avec l'installation
de 21 panneaux photovoltaïques confiée au
CDER (Centre de développement des énergies re-
nouvelables), une opération-pilote pour un port de
pêche en Algérie. En outre, ce port aura une pas-
serelle pour handicapés moteurs qui sera réalisée
en collaboration avec l’association locale des ac-
tivités subaquatiques ''Recif'', et l’EGPP Alger.
Le plan d'investissement prévisionnel du port
de Tamentfoust est globalement évalué à 1,92
milliard de DA, dont 1,5 milliard destiné à l'ac-
quisition de matériel roulant, le reste portant sur
l'installation, les agencements et l'achat de maté-
riel et de mobiliers, indique la revue du Port d'Al-
ger. Une partie de ces investissements est prévue
pour 2014.
Raïs Hamidou, entre mer et soleil
À Raïs-Hamidou (Ex-Point Pescade), entre la
superbe baie La Vigie avec ses deux ilôts et Ham-
mamet (Ex-Bains Romains), le vieil abri de pêche
est actuellement en cours de renaissance.
C'est pratiquement une seconde vie pour ce petit
port de quartier bien desservi dans les années
1970 et 1980 par l'ex-Régie syndicale des trans-
ports algérois (RSTA, aujourd'hui ETUSA),
même si la cimenterie représente une plaie pour
l'envrionnement. Une importante opération de ré-
novation de ce port de proximité, là où des géné-
rations d'Algérois ont appris à se baigner en
surveillant, du fait des vols, leurs effets vestimen-
taires, est en cours. Selon le programme de la di-
rection de la pêche de la wilaya d'Alger, les
travaux de rénovation du port de Raïs-Hamidou
portent, notamment sur son extension de manière
à permettre l'amarrage d'un plus grand nombre
d'embarcations de pêche. Ce port devrait abriter
10 sardiniers, 8 palangriers, 15 petits métiers (em-
barcations de pêche de moins de 10 mètres de
long) et 15 embarcations de plaisance.
PORTS DE TAMENTFOUST, RAÏS-HAMIDOU ET D’EL-DJEMILA
Le grand lifting
L’
opération de baptisation des
rues, des cités et places pu-
bliques et des édifices revêt
une très grande importance eu égard à
ses répercussions sur la vie publique et
son impact direct sur les besoins quo-
tidiens des citoyens. C’est dans cette
optique que le département de Tayeb
Belaïz a décidé de lancer une opération
d’envergure portant sur la baptisation
des rues, des cités et des édifices pu-
blics dans le but de rendre plus effi-
cace, l’utilisation du système de
gestion par satellite (GPS) qui est en
phase de son lancement. 
Pour ce faire, le département de la
gouvernance locale du ministère de
l'Intérieur et des Collectivités locales a
tenu, hier, une rencontre nationale sur
une opération-pilote de baptisation d'un
quartier restructuré dans chaque com-
mune du pays.
Il y a lieu de noter que l'objectif
principal de cette opération est de rat-
traper le temps perdu en matière d'or-
ganisation et de gestion de nos villes en
matière d'identification des lieux et des
édifices publics, selon le wali d’Alger,
Abdelkader Zoukh.
Intervenant à l’ouverture des tra-
vaux du séminaire régional sur «Le
processus de nomination des rues, des
lieux, des bâtiments et des institutions
publiques», organisé sous l’égide
du ministère de l’Intérieur et des Col-
lectivités locales, M. Zoukh a affirmé
qu’«il est temps qu’on en finisse avec
les résidus du colonialisme», ajoutant
que «c'est le moment de mettre de l'or-
dre et de rattraper le temps perdu, car
le citoyen souffre énormément de cette
défaillance». Cette rencontre, qui a re-
groupé des secrétaires généraux et de
communes des wilayas du centre et du
sud du pays, s'est tenue au siège de la
wilaya d’Alger, en présence de repré-
sentants des ministères de l'Intérieur,
de la Défense, des Moudjahidine, de
l'Habitat et de la Poste et des Tic, ainsi
que les Travaux publics.
Les intervenants ont été unanimes
pour souligner que l'identification des
rues et institutions constitue une «prio-
rité» à prendre en compte et en ur-
gence. Par ailleurs, la directrice du
département de la gouvernance locale
au ministère de l'Intérieur et des Col-
lectivités locales, M
me
Hamrit Fatiha, a
affirmé, de son côté, que pas moins de
«80.000 rues et édifices publics ne sont
pas encore baptisés».
L’opération sera généralisée
à travers tout le territoire
Dans cette optique, M
me
Hamrit a
annoncé que «l'opération sera lancée
prochainement dans chaque commune
du pays». Soulignant que «1.541 com-
munes sont concernées par ce projet
national de baptisation de quartiers,
avenues, rues, lieux et édifices pu-
blics», la directrice de la gouvernance
locale au ministère de l'Intérieur et des
Collectivités locales a expliqué que
«cette opération-pilote sera généralisée
à travers les communes pour pouvoir
identifier toutes les zones d'habitation
à l'échelle nationale».
L'objectif de ce plan d'action, ho-
mologué par la tutelle, selon la repré-
sentante du ministère, «est la
constitution d'un fichier national
d'adresses dont les données à base nu-
mérique seront intégrées dans un sys-
tème d'information géographique
(SIG) à travers un logiciel et à l'aide du
Global Positioning System (GPS)», a-
t-elle dit, ajoutant que l'opération qui
sera dotée d'un fichier numérique de
documents cartographiques et d'un
fonds de plans et photos aériennes pour
les communes non couvertes par une
cartographie sera menée par les ser-
vices de l'Institut national de cartogra-
phie et de télédétection (Inct), un
organisme relevant du ministère de la
Défense nationale.
«Cette opération sera couverte tota-
lement en 2015», a-t-elle soutenu,
avant de préciser que «celle-ci doit être
précédée d'un plan de travail prépara-
toire qui consistera à collecter un maxi-
mum de données et d'informations
urbaines et géographiques sur la ville».
M
me
Hamrite a assuré, en outre, que
la primauté sera accordée aux sym-
boles de la Révolution (martyrs et
moudjahids), néanmoins la commis-
sion peut opter pour le nom d'un artiste,
d'un homme de culture, à condition de
présenter un dossier à ce sujet rapide-
ment au secrétaire général de la wilaya,
pour approbation.
Par contre, pour les baptisations qui
portent le nom des moudjahidine ou
des martyrs, le dossier doit être pré-
senté au ministère des Moudjahidine
pour consultation afin d'éviter de porter
atteinte à l'image de la famille révolu-
tionnaire. Enfin, les pouvoirs publics
lancent un appel aux citoyens afin de
faciliter la tâche aux agents enquêteurs
pour pouvoir effectuer leur mission
d'identification. À l'effet de matériali-
ser ce plan d'action, une commission
mixte a été formée. Elle est composée
de représentants des ministères de l'In-
térieur, des Moudjahidine, des Travaux
publics, de la Poste et des Télécommu-
nications et de la Défense nationale.
Au niveau local, des commissions
de wilaya et de communes sont égale-
ment prévues. L'opération se décline en
plusieurs phases pour la mise en œuvre
des tâches de cartographie, de codifi-
cation, d'enquêtes et numérotation des
portes et la pose de panneaux sur les
voies et de plaques de baptisation.
Le représentant de l'Armée natio-
nale populaire a, dans sa communica-
tion, renouvelé «le rôle joué par
l'Armée en apportant sa touche dans
ledit processus en fournissant 500
cartes géographiques avant la fin de
l'année en cours». Les débats qui ont
suivi les recommandations du minis-
tère de l'Intérieur ont porté sur la néces-
sité «d'uniformiser les plaques
identifiant les rues et édifices publics,
tandis que la priorité sera donnée aux
appellations nationales». «Les noms
des martyrs et savants algériens seront
les premiers donnés aux rues», a-t-on
conclu.
Sihem Oubraham
LANCEMENT D’UNE OPÉRATION-PILOTE D'APPELLATION DES RUES
Plus de 80.000 rues et édifices publics concernés
PROGRAMME AADL3
Réactivation des inscriptions
Vous n'avez pas eu la chance d'être inscrit pour AADL 2 ? Pas de souci,  AADL3, c'est pour bientôt ! L’Agence algérienne du développement du logement
(AADL) s’apprête à lancer une nouvelle opération pour les demandeurs de logement qui n’ont  pas été retenus dans le programme AADL2.
L
es citoyens qui n’ont pas eu la
possibilité de s’inscrire lors du
précédent programme auront
une deuxième chance, grâce à cette
nouvelle opération intitulée AADL3,
malgré le fait que  le parachèvement de
la convocation des souscripteurs au
programme AADL2 au nombre de
700.000 environ, en vue du paiement
de la première tranche évaluée à 10%
du coût du logement, fixé à 210.000
DA pour les F3 et à 270.000 DA pour
les F4, entamée en septembre dernier,
soit en cours.  
Le lancement de ce nouveau pro-
gramme de logements publics n’est pas
encore officiellement confirmé, mais
de plus en plus d’informations concor-
dantes et récurrentes, au niveau du staff
dirigeant de l’AADL, font état de sa
préparation.
Dans l’intervalle, l’AADL va dis-
tribuer au moins 230.000 logements de
type location-vente, alors que la de-
mande avoisine officiellement 700.000
unités. Uniquement pour la wilaya
d’Alger, le nombre de logements pro-
posés est de 90.000 pour une demande
qui dépasse les 200.000 unités, d’où la
nécessité d’aller vers de nouveaux pro-
grammes.
Pour le prix, le ministère de l’Habi-
tat l’a évalué à près de 40.000 DA le m²
pour des logements destinés aux fa-
milles dont le revenu se situe entre
24.000 et 108.000 DA. Rappelons la
batterie de mesures prises pour l’amé-
lioration du cadre de vie des citoyens,
ceci nonobstant la décision du Prési-
dent de la République en 2001, portant
interdiction de la réalisation de loge-
ments de type F1. En effet, Abdelaziz
Bouteflika a instruit l’Exécutif dans
l’optique d’une nouvelle orientation
gouvernementale, et donc vers la réali-
sation de logements F3 et F4, dont la
surface ne doit pas être inférieure à 75
m
2
.  Entre autres, et suite aux demandes
émanant de nombreuses familles, le
gouvernement leur a ouvert la possibi-
lité de bénéficier d'autres programmes,
en l’occurrence l’opération de reloge-
ment relevant de programmes sociaux,
dans la wilaya d'Alger, qui s'est amor-
cée à la dernière semaine du mois de
juin passé, en s’arrêtant durant ce mois
béni, pour reprendre  ensuite après le
Ramadhan.
L’Algérie a franchi de grands pas
en matière de logement social, dont la
qualité de réalisation est similaire au
logement promotionnel. La relance du
programme AADL au profit de
250.000 familles, après l'arrêt en 2003,
est un «véritable acquis social». Car «la
crise du logement fait partie des dos-
siers les plus complexes en Algérie».
Cette reprise a pu être concrétisée,
grâce à l’accompagnement de la Caisse
nationale d'épargne et de prévoyance
(Cnep), qui, sans son financement,
l'AADL  n'aurait pas pu voir le bout du
tunnel.
Elle a pris en charge ce programme
ambitieux, en collaboration avec
l'Agence, et ce en s'engageant à finan-
cer la réalisation de 65.000 unités loca-
tion-vente, à l'échelle nationale, à un
moment où le programme allait connaî-
tre une fin irrémédiable. Aujourd'hui,
ce cauchemar est fini, et l'espoir est re-
venu pour les familles algériennes
ayant souscrit aux programmes
AADL1, 2 ou même celles qui misent
sur AADL3 avec impatience pour ac-
céder à un toit décent.
Kafia Ait Allouache
P
h
.

:

L
o
u
i
s
a
8
Mercredi 9 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
L
es personnes impliquées
dans ces catastrophes rou-
tières sont souvent des
jeunes ayant décroché leur permis
de conduire depuis peu et condui-
sant de nouveaux « bolides ».
En une semaine, durant la pé-
riode du 29 juin au 07 juillet der-
nier, les unités de la protection
civile ont enregistré, à travers le
territoire national, 2.552 interven-
tions effectuées suite à 1.393 acci-
dents de la circulation ayant causé
le décès de 72 personnes et 1.677
autres blessées, traitées et évacuées
vers les structures hospitalières.
Le bilan le plus lourd a été en-
registré au niveau de la wilaya de
Tébessa avec 07 personnes décé-
dées et 25 autres blessées prises en
charge par les secours puis éva-
cuées vers les structures hospita-
lières suite à 14 accidents de la
route.
Le dernier accident grave a été
constaté, avant-hier, lundi au ni-
veau de la wilaya de Blida avec
02 personnes décédées et 03 autres
blessées, suite à une collision entre
un véhicule léger et un camion,
survenue sur la RN N° 01, com-
mune de Chiffa, a indiqué la cel-
lule de communication et de
l’information de la Direction géné-
rale de la protection civile
(DGPC).
Au cours de la même période,
les sapeurs pompiers ont effectué
3.038 interventions pour procéder
à l'extinction de 2.424 incendies
urbains, industriels et incendies di-
vers, précisera la même source.
Plusieurs wilayas du pays sont tou-
chées par des incendies qui ont dé-
truit des centaines d’hectares de
forêt. Les feux ont occasionné des
dégâts aux maquis, à la broussaille,
aux arbres fruitiers, aux bottes de
foins et autres formations végé-
tales.
Pas plus loin qu’avant-hier, les
agents de la protection civile sont
intervenus pour maîtriser 09 incen-
dies de forêts et maquis au niveau
des wilayas de Batna, Bouira,
Sétif, Sidi Bel-Abbes, Tissemsilt
et Ain Témouchent, causant 177,5
hectares de forêts et 7,5 hectares
de maquis ravagés par les flammes
et 08 incendies de récoltes au ni-
veau des wilayas de Chlef, Sétif,
Bordj Bou-Arréridj, Tissemsilt et
Souk-Ahras, causant la destruction
de 145 hectares de blé. En tout, les
flammes ont dévoré près de mille
ha.
Par ailleurs, 18 401 interven-
tions ont été menées pour répondre
aux appels de détresse lancés par
les citoyens, suite à des accidents
de la circulation, accidents domes-
tiques, évacuations sanitaires, ex-
tinction d’incendies et dispositif de
sécurité.
Concernant les secours des per-
sonnes, 7.132 interventions ont été
effectuées avec la prise en charge
de 819 blessés traités par les se-
cours médicalisés et 6.189 évacua-
tions sanitaires. Par ailleurs, 3.805
interventions ont été effectuées du-
rant la même période pour la cou-
verture de 3.411 opérations
diverses et l’assistance aux per-
sonnes en danger.
Mohamed Mendaci
ACCIDENTS DE LA ROUTE ET INCENDIES
72 morts et des centaines d’hectares ravagés
Lourd, très lourd est le bilan des accidents de la route qui font quotidiennement de nombreuses victimes entre morts, blessés et invalides.
La route tue de plus en plus. Et les « criminels » de la route ne respectent aucune loi, le code de la route étant superbement ignoré.
AIN TEMOUCHENT
Découverte
de deux
cadavres
Deux cadavres de sexe masculin
ont été découverts, ces dernières 24
heures, à Beni Saf et Bouzedjar, par
les éléments de la protection civile
de la wilaya d’Ain Témouchent, a-
t-on indiqué, auprès de ces services.
Le corps d’un jeune homme, âgé de
19 ans, originaire de Tlemcen, a été
retiré, lundi après-midi, de la zone
rocheuse située à l’Est du port de
Beni Saf où il a chuté après avoir été
agressé par de jeunes délinquants,
précise-t-on. Le cadavre a été trans-
féré à la morgue de l’hôpital de Beni
Saf où il doit faire l’objet d’une au-
topsie. Le deuxième cadavre, en état
de décomposition avancé, a été dé-
couvert hier matin, par le chef de
poste de surveillance de la plage de
S’biaat, coincé entre les rochers du
lieu dit El Badr de Bouzedjar. Le
corps a été évacué vers la morgue.
DU 29 JUIN AU 5 JUILLET
65 morts et 1.658 blessés
sur les routes
Soixante-cinq (65) personnes ont été tuées et 1.658 autres ont été bles-
sées dans 1.386 accidents de la circulation survenus du 29 juin au 5 juillet
courant, à travers le territoire national, indique mardi la Protection civile
dans un communiqué.
Le bilan le plus élevé a été enregistré dans la wilaya de Tébessa, avec
7 personnes tuées et 25 autres blessées qui ont été prises en charge par
les secours de la protection civile avant d'être évacuées vers les structures
hospitalières suite à 14 accidents de la route.
Par ailleurs, la même source précise que ses structures ont effectué
3.038 interventions pour procéder à l'extinction de 2.424 incendies ur-
bains, industriels et incendies divers. Il est précisé en outre, que les unités
de la protection civile ont effectué 16.527 interventions en réponse à des
appels de détresse lancés par les citoyens, suite, entre autres, à des acci-
dents de la circulation, accidents domestiques, évacuations sanitaires et
extinction d'incendies.
Sept personnes ont été tuées,
mardi, dans un grave accident de
circulation, survenu sur la RN 17,
à proximité de la ville de Mohama-
dia, a-t-on appris du directeur de
la Protection civile de la wilaya de
Mascara.
L'accident s'est produit aux en-
virons de 3 heures du matin, suite
au dérapage d'un camion et sa
chute d'un pont d'une hauteur de 25
mètres, a indiqué à l'APS, le colo-
nel Nacer Boucherifi.
Les victimes, des ouvriers, se
trouvaient à bord du camion et de-
vaient rejoindre un chantier de
construction dans la ville de Moha-
madia.
Six d'entre eux, âgés entre 26 et
53 ans, ont trouvé la mort sur
place. La 7ème victime a rendu son
dernier souffle au service des UMC
de l'hôpital Dahou-Dahaoui où
elle a été admise.
Le conducteur du camion, âgé
de 22 ans, se trouve dans un état
comateux.
Les corps des victimes ont été
transférés à la morgue du même
établissement hospitalier.
D'importants moyens humains
et matériels ont été mobilisés par
la Protection civile. Les services de
la gendarmerie nationale ont ou-
vert une enquête pour déterminer
les causes exactes de l'accident.
MASCARA
7 morts suite à la chute
d'un camion d'un pont
LAGHOUAT
Saisie de 464 kg de cannabis
Plus de 460 kg de cannabis
ont été saisis hier à Aflou
(Laghouat) par les services
des Douanes, a-t-on appris au-
près de la direction régionale
des Douanes de Laghouat.
Cette quantité, 464 kg exacte-
ment, a été saisie au niveau
d'un poste de contrôle d'une
brigade des douanes d'Aflou
dressé sur la route 23 reliant
Aflou à Tiaret, après l'inter-
ception d'un véhicule de type
Renault master où la mar-
chandise a été dissimulée. La marchandise et le véhicule ont été saisis en
attendant la présentation de l'accusé devant le procureur de la République.
SETIF
120 hectares de céréales ravagés par le feu
Une superficie de 119 hectares
de champs de blé et d’orge, ainsi
que 2.786 bottes de foin, 1,5 hec-
tare de pins d’Alep et 16 hectares
de broussailles ont été ravagés par
78 incendies enregistrés depuis
début juin dans la wilaya de Sétif
a-t-on appris mardi auprès de la
protection civile. Selon le sous-
lieutenant Ahmed Laâmamra,
chargé de la communication à la
direction de wilaya de ce corps
constitué, l’incendie le plus impor-
tant s’est déclaré près du village
"8-Mai 1945", dans la commune de
Beni-Aziz, où les flammes ont dé-
truit 27 hectares de blé dur et 300
bottes de foin. Les éléments de la
protection civile ont dû lutter pen-
dant plus de deux heures pour cir-
conscrire l’incendie et éviter qu’il
ne se propage vers d’autres ré-
coltes et une station de gaz naturel,
située non loin du lieu du sinistre,
a-t-il indiqué.
Une superficie de 15 hectares
de champs céréaliers et une surface
de 25 hectares de broussailles ont
également été la proie des flammes
au lieu dit Oum Laâlou, dans la
commune de Bougaâ, au nord de la
wilaya de Sétif, a ajouté la même
source.
L’intérieur de deux maisons a été ravagé par un
violent incendie hier à Ben M’Hidi (El Tarf), a-t-on
appris auprès des services de la protection civile. L’in-
cendie, qui s’est déclaré à l’aube dans une armoire
électrique avant de se propager dans les deux de-
meures, a été circonscrit après trois heures d’efforts
ininterrompus, a ajouté la même source, précisant
qu’aucune perte humaine n’est à déplorer, les occu-
pants ayant fui dès l’apparition des premières
flammes. Les deux unités secondaires d’intervention
de Ben M’Hidi et de Besbes ont été mobilisées pour
venir à bout de cet incendie qui "aurait pu se propager
dans cinq autres habitations mitoyennes", a-t-on éga-
lement affirmé. Une enquête a été ouverte par les ser-
vices compétents pour établir les circonstances de ce
sinistre.
EL TARF
Incendie dans deux maisons à Ben M’ Hidi
TIZI-OUZOU
Saisie de 19 tonnes de produits
alimentaires impropres
à la consommation
Une quantité de près de 19 tonnes de produits alimentaires impropres
à la consommation a été saisie dans les différents marchés de la wilaya de
Tizi-Ouzou durant la première décade du mois de Ramadan, a indiqué hier,
le directeur local du commerce. Parmi les produits saisis figurent notam-
ment de la poudre de lait non conforme, du fromage transporté sans respect
de la chaîne de froid, et de la semoule présentant un défaut d’étiquetage.
"Les deux premiers produits ont été détruits tandis que la semoule a été
remise à un centre d’intérêt collectif géré par la direction locale de l’action
sociale et de la solidarité", a observé M. Doguemane Akacha.
9 EL MOUDJAHID
Economie
Mercredi 9 Juillet 2014
El Moudjahid/Pub ANEP 132976 du 09/07/2014
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
N°108/2014/C2
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue
de : Travaux de réfection en TCE + VRD à DAMOUS / TIPASA.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège
de la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sise à Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de Cinq milles dinars
algériens (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit algérien au compte
nº 51 / 730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de Blida.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;
- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles,
(Catégorie 01 et plus) entreprise en Tout Corps d’Etat ;
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus ;
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ;
2- Une offre financière-commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº 64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que
la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’Appel d’Offres National Ouvert
Nº 108/2014/C2
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant
la date limite de dépôt des offres fixée à 40 Jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours égale
à celle de la préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
Publicité
PRODUCTION DE LIÈGE
PAR LA WILAYA D’EL-TARF
12.000 quintaux seront
produits cette année
La wilaya d'El-Tarf
produira, cette année,
au terme de la cam-
pagne de déliégeage
qui se poursuit dans
d'excellentes condi-
tions, 12.000 quintaux
de liège, a indiqué,
hier, le conservateur
des forêts, Mohamed
Teyar. Lancée à la fin
du mois dernier, la
campagne a déjà per-
mis de récolter à ce
jour 4.000 quintaux de
liège à travers une
quinzaine de chantiers ouverts dans différentes subéraies de cette
wilaya, notamment à El-Kala, Hammam Beni-Salah et Bouabad,
une petite localité située entre Ben-M’Hidi, Asfour et Bougous, a
ajouté M. Teyar. Soulignant "la très bonne qualité du liège de la
wilaya d'El-Tarf, le même responsable a affirmé qu'hormis le si-
rocco qui a affecté la région, jeudi dernier, et imposé la suspension
temporaire des travaux, la campagne se poursuit normalement".
"200 emplois saisonniers ont été créés dans le cadre de la cam-
pagne de déliégeage", a également indiqué le conservateur des fo-
rêts, rappelant que la wilaya d'El-Tarf compte plus de 74.000
hectares de subéraie, représentant près de 60 pour cent de la su-
perficie forestière globale estimée à 165.000 hectares.
AÉROPORT INTERNATIONAL D'ALGER
Les travaux de la nouvelle aérogare
débuteront bien en 2014
Les travaux de la nouvelle aérogare
de l'aéroport international Houari-Bou-
mediene d'Alger débuteront bien en
2014, pour être achevés en 2018, a af-
firmé, hier, le PDG de la Société de
gestion des services et infrastructures
aéroportuaires (SGSIA), Tahar Al-
lache.
"Les études détaillées concernant le
projet de la nouvelle aérogare sont
achevées, et les travaux débuteront
bien en 2014, dès la signature du
contrat avec l'entreprise sélectionnée
pour sa réalisation", a indiqué M. Al-
lache, dans un entretien à l'APS.
"C'est une aérogare qui ne sera pas
destinée à la compagnie nationale de
transport aérien uniquement, nous
avons élaboré un schéma directeur et
effectué des statistiques qui ont abouti
à la nécessité de réaliser cette nouvelle
structure pour renforcer le trafic inter-
national", a-t-il ajouté.
Selon les explications fournies par
M. Allache, la première étape de ce
schéma sera lancée du côté ouest de
l'aéroport, soit la nouvelle aérogare,
alors que la seconde étape concerne le
côté est pour la réalisation d'une troi-
sième aérogare d'ici à 2032.
Ainsi, a-t-il poursuivi, l'ancien salon
d'honneur, l'actuelle aérogare pour les
vols domestiques, l'actuelle tour de
contrôle et l'actuelle aérogare destiné
au hadj serviront d'assiette foncière à
ce projet à partir de 2032.
Dès 2018, le trafic domestique sera
transféré vers l'actuelle aérogare inter-
nationale dont une partie sera réservée
aux voyageurs à destination des lieux
saints de l'islam.
Un projet qui nécessitera
un montage financier
La nouvelle aérogare aura une ca-
pacité d’accueil de quelque 10 millions
de passagers par an, combinée à celle
de l’actuelle infrastructure, elle portera
ce nombre à 16 millions de passagers.
S’agissant du coût de réalisation, le
premier responsable de la SGSIA a af-
firmé qu’il est estimé, approximative-
ment, à 70 milliards de DA, soit près
de 700 millions d’euros.
"La réalisation de cette nouvelle aé-
rogare se fera par un montage financier
et non par les fonds du Trésor public,
car il s’agit d’un investissement que
l’entreprise devra supporter à elle
seule", une première, selon M. Allache.
"Une partie des 70 milliards de di-
nars de ce projet d’envergure sera mo-
bilisée par la SGSIA, alors que le reste
consistera en un prêt à taux bonifié ac-
cordé par le Fonds national d’investis-
sement (FNI)", a-t-il précisé, avouant,
toutefois, que "l’entreprise espère bé-
néficier des avantages fiscaux octroyés
par l’État pour ce type d’investisse-
ment".
"Il est prévu, dans ce nouveau pro-
jet, l’emploi d’équipements modernes
en termes de fiabilité, d’économie
d’énergie, d’eau et d’adaptabilité aux
voyageurs à mobilité réduite", a encore
souligné le même responsable, dont
l’entreprise a obtenu une certification
environnement ISO. Par ailleurs, M.
Allache a fait savoir que la SGSIA est
en fin de négociations avec la Société
d’investissement hôtelière (SIH) pour
lancer la construction de deux hôtels à
proximité de l’aérogare. À la question
de savoir si la nouvelle aérogare per-
mettra à l’aéroport international d’Al-
ger de devenir un hub, M. Allache a
assuré que la SGSIA consacrera, au ni-
veau de cette nouvelle aérogare, les
surfaces nécessaires aux compagnies
aériennes pour assurer les correspon-
dances et faciliter le dispatching des
passagers en partance vers d’autres
destinations.
"Il s’agira de réunir les conditions
matérielles et techniques pour accom-
pagner et répondre aux besoins des
compagnies désireuses de mettre en
place un hub au niveau de l’aéroport
d’Alger."
En outre, il a souligné que "l’aéro-
port sera, d’ici à 2020, desservi par
une ligne de métro venant d’El-Har-
rach passant par Bab Ezzouar, mais
également une ligne ferroviaire venant
aussi de Bab Ezzouar, afin de répondre
au manque de transport en grande
masse des travailleurs et des voya-
geurs". Interrogé sur le rôle de l’opéra-
teur aéroportuaire français ADP
(Aéroports de Paris) dans la gestion de
l’aéroport d’Alger, le même responsa-
ble a tenu a préciser que l’unique ges-
tionnaire de cette infrastructure est la
SGSIA qui est une entreprise publique
à 100%.
COMMERCE
6.600 infractions enregistrées
entre le 22 et 29 juin
n 6 600 infractions ont été enregistrées durant la période allant du 22 au 29 juin
dernier, selon le bilan du ministère du Commerce
S
ur les 29.500 interven-
tions effectuées par les
services du contrôle
économique et de répression
des fraudes, dans la semaine
du 22 au 29 juin, 6.600 infra-
ctions ont été enregistrées et
6.300 procès-verbaux (PV)
ont été établis. Ces interven-
tions ont permis la mise à jour
de transactions commerciales
sans factures pour un montant
de 601 millions de DA et la
proposition de fermetures de
543 locaux commerciaux
pour diverses infractions.
Pour ce faire, il a été procédé
aux prélèvements de 397
échantillons à des fins d'ana-
lyses en laboratoires pour vé-
rifier la qualité intrinsèque
des produits mis en vente. Le
bilan d'activités des services
de contrôle durant la semaine
qui a précédé le début du Ra-
madhan fait état d’une saisie
de marchandises d'une valeur
de 15 millions de DA, ne ré-
pondant pas aux normes de
qualité. En outres, plus de
100 tonnes de produits divers,
non conformes ou impropres
à la consommation, d'une va-
leur marchande de 6 millions
de DA ont été, également, sai-
sis, alors que 8,83 millions de
DA du total saisi porte sur des
infractions commerciales
(non-facturation ou non-dé-
tention du registre du com-
merce). En matière de
contrôle de la qualité et de la
répression de la fraude, les
agents de contrôle relevant
des 48 wilayas du pays ont re-
levé 2.700 infractions, établi
2.600 PV et fermé 157 com-
merces. Environ 49% de ces
infractions sont liées au dé-
faut d'hygiène, 14% concerne
la détention et la mise en
vente de produits impropres à
la consommation, 6% pour
absence d'autocontrôle et 6%
pour défaut d’étiquetage.
S'agissant du contrôle des
pratiques commerciales, les
services concernés ont réalisé
14.776 interventions, qui ont
donné lieu à la constatation de
3.922 infractions sanction-
nées par l’élaboration de
3.719 procès-verbaux d'infra-
ctions à l’encontre des contre-
venants et la fermeture de 386
locaux commerciaux. Ces in-
fractions concernent des dé-
fauts d’information sur les
prix et les tarifs (48,57%),
défaut de facturation (7,34%),
défaut de registre du com-
merce (8,41%) et opposition
aux fonctions de contrôle
(1,81%). Rappelons que le
ministère du Commerce avait
mis en place, en prévision du
mois de Ramadhan, un pro-
gramme de contrôle intense
qui s'appuie essentiellement
sur le renforcement des outils
de contrôle en termes de qua-
lité, de prix et d'approvision-
nement régulier des marchés.
Kamélia H.
PRODUCTION INDUSTRIELLE
Hausse de 3,9% au 1
er
trimestre 2014
La production industrielle du secteur public algérien a enre-
gistré, durant le 1
er
trimestre 2014, une hausse de 3,9%, en re-
dressement «notable» par rapport à une baisse de 2,5%
enregistrée à la même période de l’année précédente, a-t-on ap-
pris, hier, auprès de l’Office national des statistiques (ONS). «Le
relèvement de la production industrielle du secteur public algé-
rien, observé dès le 2
e
trimestre 2013, et notamment aux 3
e
et 4
e
,
avec respectivement 4,5% et 1%, se confirme durant les trois
premiers mois de 2014 avec une hausse de 3,9%», indique l’Of-
fice. Plusieurs secteurs ont participé à cette amélioration de la
production industrielle, il s’agit notamment de celui des hydro-
carbures, de l’énergie, des mines et carrières, ainsi que celui des
industries agroalimentaires, relève l’ONS. Les hydrocarbures ont
connu, durant les trois premiers mois de cette année, un taux de
croissance de 13,5% par rapport au même trimestre de 2013 qui
a été marqué par une chute de plus de 10%. Ce rebond a concerné
toutes les branches du secteur, la production de pétrole brut et
de gaz (5,1%), la liquéfaction du gaz naturel (19,9%) et le raffi-
nage de pétrole (61,1%). La production dans le secteur de l’éner-
gie a continué sa hausse en affichant un taux de croissance de
4,9% durant le premier trimestre de l’année en cours par rapport
à la même période de l’année dernière qui a enregistré une hausse
de 2,2%. Les mines et carrières affichent également une crois-
sance de 3,3% par rapport au même trimestre de l’année écoulée
qui a connu une stagnation. Cette croissance a été tirée grâce à
une amélioration de la production de plusieurs branches du sec-
teur. Il s’agit de celle de l’extraction de la pierre, argile et sable
(+4,4%), l’extraction du minerai de fer (+11,5%) et l’extraction
du minerai des matières minérales (+6,5%). Les industries agroa-
limentaires ont connu, durant le 1
er
trimestre 2014, une crois-
sance de 5% par rapport au même trimestre de 2013 qui s’est
caractérisé par une baisse de 4,8% de la production industrielle.
Cette amélioration est due essentiellement à une hausse de la pro-
duction du travail de grains (11%) et celle de l’industrie du lait
(12,9%). Le reste des secteurs de l’industrie s’est caractérisé par
des baisses. Les plus importantes ont touché les branches des bois
liège et papier (-11%), les industries sidérurgiques, métalliques,
mécaniques et électriques (ISMME), avec 8,5%, et celle de la
chimie caoutchouc et plastique (7,7%). La production a baissé
également dans d’autres secteurs industriels comme celui des tex-
tiles (4,9%) et les industries des cuirs (4,7%).
Régions EL MOUDJAHID 11
Mercredi 9 Juillet 2014
ÉCHOS D’ORAN SETIF
Publicité
Dourousse
Mohammadia
La zaouïa de Sidi Mohammed Belkaïd, à Sidi
Marouf, a débuté hier son cycle des “dourousse
el-mohammadia”. Le thème de cette année est
axé sur les quatre imams reconnus comme les
fondateurs des grandes écoles juridiques de l'is-
lam sunnite. L’école des Hanafites, fondée par
Abou Noumane Hanifa, fortement implantée en
Asie. L’école des Malekites fondée par Malik
Ibn Anas, répendue au Maghreb et aux Émirats
arabes unis. L’ecole des Chafeites fondée par
Mohamed Ibn Idriss Ach Chafii implantée au
Proche Orient et, enfin, l’école Hanbalite fondée
par Ahmed Ibn Hanbal, présente en Irak et en
Syrie. Plusieurs conférenciers d’Algérie et de
l’étranger (Jordanie, Arabie saoudite, Égypte…
) vont animer ces soirées jusqu’au 21 juillet. À
noter que la zaouia Belkaidia se trouve dans la
localité de Sidi Marouf. Elle dispense, durant
toute l’année, l’enseignement du Coran, les
sciences religieuses et l’initiation au Tassawuf.
Cette Zaouïa se réclame de la Tarika Chadliya
Jazoulia.
Deux nouvelles écoles
nationales
Une Ecole nationale supérieure des ensei-
gnants et une autre préparatoire en sciences de
la nature et vie viendront renforcer, dès la rentrée
universitaire 2014-2015, le secteur de l’ensei-
gnement supérieur à Oran. L’Ecole nationale su-
périeure des enseignants, la première du genre
dans l’ouest du pays, sera abritée par un des sites
de l’université d’Oran qui a mobilisé l’encadre-
ment administratif, pédagogique et les équipe-
ments nécessaires à cette école, qui ouvrira ses
portes avec six groupes de 50 étudiants chacun
en spécialités de langues arabe, anglaise et fran-
çaise et en sciences appliquées. La durée de for-
mation dans cette école est de cinq, quatre et
trois ans pour les enseignants du secondaire,
moyen et primaire, respectivement. Concernant
l’école préparatoire des sciences de la nature et
vie qui sera abritée par l’université d’Oran, elle
sera la première au niveau national et accueillera
entre 100 et 150 étudiants qui suivront un cursus
de deux ans.
Trois nouvelles
commissions
du tourisme et de l’artisanat
Trois commissions du tourisme et de l’artisa-
nat seront installées à Oran pour le suivi et la
sensibilisation, durant la saison estivale, dans les
communes côtières de la wilaya. Ces commis-
sions d’inspection, deux à la corniche ouest et
une à la corniche est, sont composées du chef de
daïra et du président d’APC de la commune cô-
tière concernée, d’un élu local et autres membres
dont des officiers de la Gendarmerie nationale,
a indiqué le chef de l’exécutif de la wilaya, qui a
laissé le soin aux commissions d’élaborer leur
propre programme de sorties pour traiter cer-
taines situations. Dans un rapport sur la saison
estivale 2014, le directeur du tourisme de la wi-
laya, Yahia Sbih, a évoqué de nombreux projets
d’aménagement non encore lancés en dépit de
"l’existence de moyens financiers conséquents"
et autres liés à la préparation matérielle des
plages, concernant le balisage des plages, leur
nettoiement et autres contrôles des prestations.
Des résultats qui traduisent dans sa véri-
table dimension l’investissement d’enver-
gure consenti ces dernières années par l’Etat
en matière de réalisation de nouvelles infra-
structures , permettant aujourd’hui à chaque
commune de disposer d’au moins un lycée,
mais aussi l’effort consenti à tous les ni-
veaux par la communauté éducative et les
pouvoirs publics locaux dans cette wilaya
qui aura ainsi relevé de réelles avancées.
Jugez-en  ! Avec pas moins de 21.691
candidats à l’examen du BEM ,dont 21.441
présents, la wilaya de Sétif est arrivée à un
taux de 75,16% de réussite qui lui permet de
se classer en 3
e
position au niveau national.
Pas moins de 258 élèves, filles et garçons
ont obtenu des moyennes supérieures à 18
sur 20 au moment où 23 autres ont dépassé
la barre du 19 sur 20.
Dans cette dynamique de réussite et tou-
jours au sujet de l’examen du BEM, il y a
lieu de souligner que 34 CEM ont enregistré
un taux de réussite de plus de 90 % alors que
201 CEM sur les 216 ont décroché le taux
national établi à 55 %. Dans ce contexte, il
est utile de souligner que l’élève Chemakh
Meriem du CEM Chadli-Lakhdar a frôlé un
20 en obtenant une moyenne de 19,54 suivie
de très près par l’élève Helali Wiam du CEM
du 20 août-1955 avec une moyenne de
19,48. Au classement par établissement le
chef-lieu de wilaya avec le CEM du 20
Août-1955 ne passe qu’en troisième position
derrière le CEM Aissa-Boufiza de Beni
Fouda (97,83 %) en première position et le
CEM de la zone montagneuse d’Ighil Ouze-
gaghene qui enregistre d’excellents résultats
et une moyenne de 97,14 %.
L’examen du baccalauréat ne fait pas ex-
ception à cette règle dans cette wilaya où le
taux de 52,59 % enregistré cette année lui
permet de dépasser celui de 51,06 % enre-
gistré l’an dernier alors que le taux national
est établi à 48 %. Aussi est-il aussi utile de
rappeler, là aussi, que 63 lycées ont vu leur
taux de réussite dépasser le taux national, de
même que 31 élèves ont obtenu une
moyenne de plus de 17 sur 20 et deux autres
ont cartonné avec 18 sur 20.
Au classement individuel, l’examen du
baccalauréat donne la palme cette année à
l’élève Meguelati Meriem du lycée de Mao-
klane dans la zone nord de la wilaya, qui a
décroché une moyenne de 18,34 sur 20 au
moment où le lycée de Hamam Sokhna dans
le sud de la wilaya se classe en première po-
sition avec un taux de réussite de 77,07 %.
De même que l’examen de fin de cycle
de l’enseignement primaire s’est traduit par
un taux de réussite de 89,66 % des élèves,
alors que 36 potaches ont plafonné à 10/10.
Le taux au niveau de la wilaya a atteint
79,28 % contre 75,48 % pour la session
2013. Le taux de passage est également en
évolution, passant de 83,30 % l’an dernier,
à 89,66 % cette année. Par ailleurs, 67 écoles
ont assuré des taux de réussite de 100 % .
F. Zoghbi
63 lycées dépassent le taux national au Bac
L
e climat de joie qui préva-
lait en ce 8 juillet, au ni-
veau du bidonville de
Fermatou était à la mesure de
l’événement et les 200 familles
qui devaient rejoindre leurs nou-
veaux logements à El Annasser
dans la daira de Ain Arnat, jubi-
laient à l’idée de vivre décem-
ment pour le reste de leur vie
dans un logement doté de toutes
les commodités nécessaires.
C’est ainsi qu’après les bi-
donvilles de Ain Trig, Bir
Ensa,  El Bez,  Gaoua et 24
Harat (maison collectives datant
de l’ère coloniale et regroupant
plusieurs familles), c’est donc
au tour des 200 familles de  Fer-
matou de rompre avec les condi-
tions pénibles qui étaient les
siennes pour retrouver dans de
nouvelles cités des conditions
autrement plus favorables.
A Fermatou, la joie était à la
mesure de l’événement pour
toutes ces familles qui ne ca-
chaient pas leur profond senti-
ment de quitter ce bidonville et
ne manquaient pas d’exprimer
leur reconnaissance à tous ceux
qui ont œuvré pour leur offrir un
tel bonheur, à leur tête tenaient-
elles à souligner le Président
Abdelaziz Bouteflika, lançant
de vibrants youyous, les yeux en
larmes pour exprimer cet im-
mense bonheur .
Pas moins de 200 familles,
recensées préalablement et qui
ont fait l’objet d’enquêtes pous-
sées suite aux instructions
fermes données par le wali Mo-
hamed Bouderbali , ont été relo-
gées sans qu’aucun incident ne
vienne troubler l’organisation,
sachant de surcroît que les
moyens lourds étaient affectés
préalablement à chacune de ces
familles.
Le chef de la daira de Sétif
Mohamed Taleb qui veillait sur
ces lieux à l’application de
toutes ces instructions et
moyens, mis en place aidé en
cela par un excellent service
d’ordre assuré par les forces de
police et la présence de tous les
services concernés, ne manque
pas de souligner que : « L’ opé-
ration s’est poursuivi dans le
calme et n’a donc pas fait ex-
ception aux conditions qui ont
prévalues jusque là au niveau
des différents sites marquées par
une bonne organisation et une
joie profonde de toutes ces fa-
milles bénéficiaires. »
Ainsi et en attendant l’autre
bidonville de  Chouf  Lekdad
dont l’éradication permettra
sans nul doute à cette ville, chef-
lieu de wilaya de souffler et re-
trouver sa véritable image de
marque, le traitement de tous
ces sites et «Harat» portent à
1.500 familles qui ont été relo-
gées à ce jour dans la seule daira
de Sétif. Une vaste opération
qui repose sur pas moins de
5.675 logements qui sont actuel-
lement en attribution au niveau
de la wilaya au titre de la résorp-
tion de l’habitat précaire et du
logement public locatif, sur les-
quels 3.729 logements sur ces
deux segments ont été attribués.
F . Zoghbi
3.729 familles relogées
dans la wilaya
El Moudjahid/Pub ANEP 0311 du 09/07//2014
Avis d’annulation
L'Entreprise portuaire de Skikda informe tous les
soumissionnaires que l'avis d'appel d'offres national
n°04/2014 du 05.03.2014 relatif à la réalisation des travaux
de bâtiment en deux lots distincts (lot n°01 : travaux de
confortement de l’assiette du bâtiment R+4 et lot n°02
réalisation d’un bâtiment adminisratif R+4) au niveau du
siège de la direction générale de l’Etreprise Portuaire de
Skikda, a été annulé.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DE M OCRATIQUE ET POPULAIRE
MlNISTERE DES TRANSPORTS
SGP «PORTS» SOGEPORTS
ENTREPRISE PORTUAIRE DE SKIKDA
El Moudjahid/Pub ANEP 0312 du 09/07//2014
Avis infructueux
L'Entreprise Portuaire de Skikda informe l’ensemble des
soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres national
ouvert n°07/2014 du 22.04.2014 portant sur l’acquisition par
contrat à commandes des articles de filtration en quatre lots
distincts, qu’à l’issue de l’expiration du délai accordé pour
la préparation et le dépôt des offres, un seul pli a été reçu.
Conformément à la procédure de passation des marchés
de l’Entreprise portuaire de Skikda, l’appel d’offres
n°07/2014 du 22.04.2014 est déclaré infructueux.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MlNISTERE DES TRANSPORTS
SGP «PORTS» SOGEPORTS
ENTREPRISE PORTUAIRE DE SKIKDA
5 bidonvilles et 24 «harat» sur les 50 programmées à Sétif ont été éradiqués au grand bonheur
de ces 1.500 familles qui désormais passent tranquillement ce mois de ramadhan dans leurs
nouveaux logements implantés dans les localités de Ain Romane et El Annasser. Un programme
d’envergure mis en œuvre depuis le 12 juin dernier et continue de se poursuivre en application
des instructions du Président de la République.
Mercredi 9 Juillet 2014
13 EL MOUDJAHID
Monde
DOUZE MORTS DANS DE NOUVEAUX RAIDS ISRAÉLIENS
CONTRE GHAZA
Les Palestiniens exigent la fin des agressions
Douze Palestiniens sont tombés en martyrs, et plus de 70 blessés hier dans de nouveaux raids de l'occupant
israélien visant plusieurs régions de la bande de Ghaza, une escalade dénoncée par les Palestiniens qui ont
exigé la fin des agressions et appelé à une enquête internationale sur les crimes israéliens.
D
ans le sud de Ghaza, sept Pa-
lestiniens ont été tués et 25
autres blessés par une frappe
israélienne en début d'après-midi,
selon des services d'urgences de
l'enclave palestinienne."Le raid is-
raélien a visé la maison de la famille
Al-Kaware", a précisé le porte-pa-
role des services d'urgences, Ashraf
El-Qodra, ajoutant que des enfants
figuraient parmi les blessés, et peut-
être les morts. Quelques heures plus
tôt, dans la ville de Ghaza, quatre
personnes avaient "été tuées dans un
raid aérien sioniste qui a visé une
voiture civile dans un quartier du
centre", selon M. El-Qodra.
Un autre Palestinien est mort
dans une frappe aérienne dans la
matinée à l'ouest du camp de réfu-
giés de Nousseirat, dans le centre de
la bande de Ghaza. Au total, près
d'une trentaine de Palestiniens sont
tombés en martyrs lors de ces raids.
Outre les victimes, cinq maisons ont
été également détruites : trois à
Khan Younes dans le sud de la
bande de Ghaza et deux autres dans
le nord de cette région.
Les Palestiniens exigent la fin
des agressions israéliennes
Cette nouvelle escalade a été dé-
noncée par les Palestiniens qui ont
exigé la fin immédiate des agres-
sions israéliennes contre la bande de
Ghaza. Selon un communiqué, le
Président palestinien, Mahmoud
Abbas, a demandé à la commu-
nauté internationale d'"intervenir
immédiatement pour arrêter la dan-
gereuse escalade qui pourrait pro-
voquer davantage de destruction et
d'instabilité dans la région".
Dimanche, M. Abbas a demandé
aux Nations unies de former un co-
mité d'enquête international pour
faire la lumière sur les violations et
les crimes israéliens en cours contre
la population palestinienne. La de-
mande de M. Abbas a été révélée à
l'issue de sa rencontre en Cisjorda-
nie avec Robert Serry, le coordon-
nateur spécial de l'ONU pour le
processus de paix au Moyen-Orient.
Sa demande a été officiellement re-
mise à M. Serry dans une lettre qui
sera transmise au secrétaire général
des Nations unies Ban Ki-moon.
Cette nouvelle spirale de vio-
lences, la plus grave depuis décem-
bre 2009, intervient après
l'enlèvement, le 12 juin, de trois étu-
diants israéliens en Cisjordanie oc-
cupée, retrouvés morts quelques
jours plus tard.
Cet incident a été suivi de l'as-
sassinat d'un jeune Palestinien,
brûlé vif la semaine dernière.
Le jeune Mohamed Hocine
Abou Hadhir, 16 ans, a été enlevé
mercredi dernier par des colons is-
raéliens alors qu'il faisait du stop
dans le quartier de Chouafat, à El-
Qods occupée.
Son corps, portant des marques
de violences, a été découvert plu-
sieurs heures après, dans la partie
ouest de la ville sainte d'El- Qods
occupée.
Les heurts se poursuivent
à El-Qods
Le meurtre du jeune adolescent
palestinien a provoqué la colère de
ses compatriotes qui sont sortis dans
les rues pour dénoncer ce crime.
Des manifestations ont eu lieu dans
toute la Palestine.
Des heurts ont éclaté entre ma-
nifestants et troupes de l'occupation
israélienne, et se sont poursuivis à
El-Qods-Est occupée, où 31 Pales-
tiniens ont été arrêtés dans la jour-
née par l'armée israélienne, lors
d'une incursion dans les quartiers et
villages de la ville sainte.
VIOLENCES
EN CENTRAFRIQUE
Plusieurs personnes
tuées et des dizaines
blessées
en 48 heures
Plusieurs personnes ont été tuées et des
dizaines blessées, ces dernières 48
heures, dans le centre et le nord de la
Centrafrique dans des attaques de l'ex-
rébellion séléka et de milices
anti-balaka, notamment le jet d'une
grenade dans une mosquée en plein
Ramadhan, ont déclaré lundi la
gendarmerie et la force africaine Misca.
Ces violences surviennent alors que le
ministre français de la Défense, Jean-
Yves Le Drian, était attendu lundi à
Bangui pour sa septième visite en
Centrafrique. Onze soldats français ont
été blessés la semaine dernière à
Bambari (centre) et Bangui au cours
d'opérations de sécurisation, selon
l'armée française.
BAHREÏN
Le secrétaire d’État
adjoint américain
persona non grata
Le ministère bahreïni des Affaires
étrangères a déclaré, lundi, "persona
non grata", le secrétaire d'État adjoint
américain, Tom Malinowski, lui
demandant de quitter "immédiatement"
le pays, secoué par un mouvement de
contestation de la majorité chiite contre
la dynastie sunnite. Les autorités
bahreïnies ont dénoncé le fait que M.
Malinowski se soit "ingéré dans les
affaires intérieures de Bahreïn" en
rencontrant "un parti en particulier au
détriment d'autres interlocuteurs", selon
un communiqué publié par l'agence
BNA. Selon une photo postée par le
principal parti d'opposition chiite Al-
Wefaq sur Twitter, M. Malinowski a
rencontré des leaders de l'opposition,
dont Ali Salman, le chef d'El-Wefaq.
ATTENTAT À LA BOMBE
EN TANZANIE
Huit personnes
blessées
Huit personnes ont été blessées dans un
attentat à la bombe perpétré dans un
restaurant de la ville d'Arusha, dans le
nord de la Tanzanie, a annoncé hier la
police. "Huit personnes ont été blessées,
dont l'une est dans un état grave", a
affirmé un haut responsable de la police
nationale, Issaya Mngulu, cité par l'AFP.
L'explosion a été provoquée par "un
engin explosif improvisé lancé à travers
une fenêtre", a précisé le responsable.
L'attaque a visé un restaurant indien
situé dans un quartier chic d'Arusha, une
ville touristique qui a déjà connu
plusieurs attentats.
Brèves
Publicité
ANEP 132792 du 09/07/2014
El Moudjahid/Pub
Le Numéro d’dentification fiscale : 40.800.200.300.0062
AVIS D’INFRUCTUOSITE
DE L’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL OUVERT N°40/2013
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE L'INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES LOCALES
DIRECTION GENERALE DE LA SURETE NATIONALE
DIRECTION DE L'ADMINISTRATION GENERALE
SOUS-DIRECTION DU BUDGET
BUREAU DES MARCHÉS
La Direction Générale de la Sûreté Nationale, informe de l’infructuosité de l’appel
d’offres national et international ouvert N°40/203 ayant pour objet l’acquisition de 800
destructeurs de documents de bureau.
UKRAINE
Kiev : « Pas de négociations
avec les rebelles
sans le dépôt des armes »
Le gouvernement ukrainien ne négociera pas avec les
rebelles tant qu'ils n'auront pas déposé les armes, a dé-
claré le ministre de la Défense Valeriï Gueleteï. "Il n'y
aura plus de cessez-le-feu unilatéral" (comme celui qui
avait expiré le 30 juin, ndlr) de la part des forces ukrai-
niennes engagées dans "l'opération antiterroriste" dans
l'est du pays, a affirmé M. Gueleteï, cité hier sur le site
web du ministère.
"Le président ukrainien l'a dit clairement : toute né-
gociation, quelle qu'elle soit, sera possible uniquement
après que les combattants auront déposé définitivement
les armes", a-t-il dit, rejetant implicitement les appels eu-
ropéens au retour à un cessez-le-feu sans conditions. En
visite en Mongolie, le ministre allemand des Affaires
étrangères Frank-Walter Steinmeier a appelé, lundi, Kiev
à dialoguer avec les séparatistes pour rechercher un ces-
sez-le-feu, alors qu'une porte-parole du gouvernement al-
lemand déclarait à Berlin qu'"un cessez-le-feu bilatéral
et sans condition intervenant très rapidement reste essen-
tiel".
Les présidents américain Barack Obama et français
François Hollande, qui ont eu un entretien téléphonique
lundi, ont appelé leur homologue russe Vladimir Poutine
à "faire pression sur les séparatistes" prorusses "afin
qu'ils acceptent le dialogue avec les autorités ukrai-
niennes".
Le candidat à la présidentielle afghane
Abdullah Abdullah a rejeté hier les résultats
préliminaires du vote donnant une large
avance à son adversaire Ashraf Ghani, se dé-
clarant vainqueur du scrutin. "Sans aucun
doute nous sommes les gagnants de l'élec-
tion", a déclaré M. Abdullah devant plu-
sieurs milliers de ses partisans rassemblés à
Kaboul. Lundi soir, la commission électorale
indépendante (IEC) avait annoncé qu'Ashraf
Ghani était bien placé pour devenir président
avec une large avance, 56,4% des voix
contre 43,5% à M. Abdullah, selon les résul-
tats provisoires du second tour du 14 juin.
Ces chiffres annoncés ne sont pas "défini-
tifs", avait toutefois averti le président de
l'IEC, Ahmad Yusuf Nuristani. "Cela ne dé-
signe pas le gagnant" de l'élection. Il reste
l'étape de l'examen des plaintes, qui doit être
menée par la Commission des plaintes
(ECC), a-t-il dit. L'équipe d'Abdullah Abdul-
lah, qui ne cesse de dénoncer des fraudes
d'urnes en faveur d'Ashraf Ghani, avait aus-
sitôt dénoncé un "coup d'Etat" contre le peu-
ple fomenté par l'IEC, alors que M. Ghani a
revendiqué une victoire "dans les règles".
PRÉSIDENTIELLE EN AFGHANISTAN
Abdullah rejetant les résultats préliminaires,
se déclare vainqueur du scrutin
ATTAQUE À LA FRONTIÈRE SAOUDO-YÉMÉNITE
Ryadh : « L’opération a été perpétrée
par des Saoudiens »
Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé hier que les six auteurs de la récente attaque
meurtrière à la frontière saoudo-yéménite, revendiquée par Al-Qaïda, étaient des Saoudiens
recherchés par les services de sécurité saoudiens. Cinq des six assaillants ont été tués dans
des accrochages avec les forces de sécurité lors de l'attaque vendredi au poste-frontière de
Wadia, qui s'est soldée par la mort de quatre membres des forces de sécurité saoudiennes et
d'un soldat yéménite. Le porte-parole du ministère saoudien de l'Intérieur, cité par l'agence
officielle SPA, a publié une liste nominative des cinq assaillants tués, précisant que leur iden-
tité avait été établie après des "analyses d'ADN".
Mercredi 9 Juillet 2014
15
AVEC SES TITRES PHARES « MARIA », « ANA DJAZAIRI » ET « YA BNAT EL BAHDJA »
Le groupe El Dey enflamme le public
Le groupe El Dey a animé, lundi soir, au chapiteau de l’hôtel Hilton une soirée chaleureuse bercée par une
musique algérienne fusionnée aux sonorités universelles. La formation algéroise, en vogue depuis deux ans, a
gratifié l’assistance, venue nombreuse, d’un beau concert avec leurs titres phares : « Ana djazaïri », « Maria »,
ou encore « Ya bnat el Bahdja ».
L
es huit musiciens polyva-
lents du groupe ont interprété
un florilège de sonorités al-
gériennes avec des arrangements
universels. Un groupe qui grandit
de plus en plus aux yeux des mélo-
manes algériens de par l’homogé-
néité des membres du groupe,
l’ouverture à la culture universelle,
mais surtout, l’ancrage aux valeurs
de la culture algérienne.
Invité à décliner leur genre mu-
sical, Samy Boukhechba, vocaliste,
guitariste et leader du groupe, a in-
diqué qu’El Dey fait de la musique
algérienne : « Nous aimons bien
l’appeler " la musique algérienne
libre". Nous commençons déjà par
notre musique, ce que nous avons
comme patrimoine et référence
culturelle, et puis nous les fusion-
nons avec d’autres styles musicaux
universels qui nous
permettent de les exporter d’une
façon plus créative », a-t-il fait
savoir. « C’est la deuxième édition
de la Well sound by Mobilis, c’est
un programme spécifique aux
jeunes, car c’est le cœur de notre
cible, nous offrons des invitations
sur des émissions radio et des quiz
sur internet. Nous avons aussi un
programme plus familial à la Salle
Tassili, ainsi que les soirées d’Al
Boustane à Riad El Feth », a dé-
claré à El Moudjahid Mohamed
Salah Daas, conseiller du P-DG,
chargé des relations avec la presse
et des relations publiques à Mobi-
lis. De son côté, Hanane Belhad-
joudja, directrice des relations
publiques de Houaoui, a indiqué
que leur contribution dans l’orga-
nisation de cet événement consiste
dans le sponsoring : «Heureux de
pouvoir contribuer à ce que les
gens puissent sortir, nous recevons
des artistes de renom qui sont pri-
sés un peu partout dans le monde».
Kader Bentounès
SETIF
Un café littéraire
à la maison de la
culture Houari
Boumediene 
« Si ma mémoire ne me trahit pas
la création du café littéraire remonte
à la fin du mois de décembre 2013.
L’idée est toute simple mais porteuse
de bien belles choses pour une frange
du public sétifien qui a d’ailleurs très
vite adhéré. Nous avons été sollicités
par des personnes en rapport avec la
littérature dont Omar Mokhtar Chaa-
lal et Mehdi Ayachi ,à l’effet de mettre
en place ce café littéraire et les res-
ponsables de la maison de la culture
qui ont fait mûrir l’idée ont donné leur
accord pour créer ce café , d’autant
plus qu’il s’agissait là d’une nou-
veauté qui méritait bien d’être mise
en exergue » souligne Djamel Gherib,
le coordonateur de cette œuvre cultu-
relle. Sitôt mis en place le café litté-
raire implanté à la maison de la
culture   Houari Boumediene se mit à
accueillir des figures du monde cultu-
rel. Kali Mohamed, critique théâtral
sera le premier a se produire dans ce
café et parler de son livre intitulé : «
100 ans de théâtre en Algérie », suivi
d’un fructueux débat .
Sur les planches de ce café, le Dr
Laouedj Mabrouk en fera ensuite au-
tant en parlant de « la psychanalyse
coloniale en Algérie », cela avant que
Youssef Sayah ne vienne traiter dans
sa conférence du thème lié au rôle de
la radio et de la télévision dans la pro-
motion de la critique littéraire.
« Nous estimons que nous avons
jusque -la fait un travail acceptable et
je puis d’ores et déjà dire que le ré-
pondant est très bon d’autant plus que
nous traitons dans notre action, du
théâtre, du cinéma, la poésie, et pas
seulement de la littérature. C’est là au-
tant d’ingrédients qui n’ont pas été
sans susciter l’intérêt du public qui
vient régulièrement dans un climat
convivial» poursuit notre interlocu-
teur.
Forte de tous ces acquis matériali-
sés en très peu de temps avec l’aide
constante des responsables de la mai-
son de la culture, l’équipe du café lit-
téraire n’a pas hésité à mettre en place
un programme pour le mois de rama-
dhan qui a débuté avec Randa Elkou
traitant de son thème «  Comme un
Carpe » ,trilogie théâtrale accompa-
gnée de Farid Zerouki au luth et de
l’association «  Angham » de Sétif au
violon.
« Dans ce contexte et pour le pro-
gramme de ramadhan nous avons de-
mandé à nos intervenants d’
agrémenter les interventions de pe-
tites pauses de musique solo ou de
poésie. Aussi nous comptons sur l’ap-
port indéniable du luthiste Farid Ze-
rouki et la collaboration de
l’association «  Angham  Stif « cha-
peautée par Youcef Zahouani.»ajoute
Djamel Gherib. C’est ainsi que le 12
juillet pour parler de « L’histoire de
Ain Fouara »  avec l’association Ang-
ham Stif au piano et Baghdadi Lakh-
dar à la poésie. La soirée du jeudi 17
juillet sera consacrée à Chebih Abdel-
hamid dans une soirée poétique ac-
compagné de «  Hida  » au chant et
Farid Zerouki au luth.
F . Zoghbi
DU 10 AU 17 JUILLET
À ALGER
Festival de la
chanson chaâbi
Le 9e Festival culturel national de la
chanson chaâbi se tiendra du 10 au 17
juillet à Alger et mettra en compétition
des candidats qui ont déjà participé aux
éditions précédentes, selon le pro-
gramme dévoilé lundi par les organisa-
teurs. Organisé en 2013 à la salle
Ibn-Zeydoun (Riad El Feth), le Festival
se tiendra cette année en plein air dans
l'espace "Agora" du même complexe
culturel et verra la participation de vingt-
huit interprètes, dont deux femmes, sé-
lectionnés mais jamais primés lors des
huit éditions passées.
P
H
.

B
i
l
l
e
l
CONSTANTINE
Sami Yusuf et Nassir Chemma en vedettes
Lors d'une conférence de presse organisée
dimanche à la salle de réunion du cabinet de la
wilaya, le directeur local de la culture, M. Dja-
mel-Eddine Foughali, a dévoilé le programme
d'animation des soirées ramadhanesques de
cette année lequel intervient dans une conjonc-
ture exceptionnelle marquée par la fermeture si-
multanée, décidée il y a cinq mois par les
autorités locales, des trois principales infrastruc-
tures culturelles de la ville : le palais de la Cul-
ture Malek-Haddad, la maison de la Culture
Mohamed-Laïd-Al-Khalifa et le siège du Théâ-
tre régional de Constantine, et ce, pour des tra-
vaux de réhabilitation entrant dans le cadre des
préparatifs de la manifestation "Constantine Ca-
pitale de la Culture Arabe 2015".
Ainsi, le défi pour les responsables du sec-
teur était de mettre sur pied une programmation
à la hauteur de celles des précédentes années,
tout en ne disposant pas des principales salles
du centre-ville. A ce titre, M. Foughali annon-
cera que la totalité des établissements culturels
se trouvant sur le territoire de la wilaya seront
concernés par l'accueil des soirées musicales
programmées, et ce, d'une part pour pallier l'in-
disponibilité de celles en chantier, et de l'autre,
pour faire profiter tous les Constantinois du
riche programme concocté pour l'occasion.
Ainsi seront mises à contribution les salles des
maisons de jeunes des différentes communes,
notamment celles d'Ahmed Saâdi sise à la cité
Filali, celle de la nouvelle ville Ali-Mendjeli,
celle de Messaoud Boudjeriou et celle de Di-
douche-Mourad lesquelles accueillent déjà de-
puis le début du mois des spectacles de
Aïssaoua, de Malouf, d'Inchad et de musique
moderne. Au niveau de la localité du Khroub, le
centre culturel M'Hammed-Yazid accueillera,
entre autres, Benderradj Amor, Larbi Ghazel et
Abderrachid Segueni pour des récitals de chaâbi
pour le premier et de malouf pour les deux au-
tres. À partir de mercredi, ce sera au tour des
"Andaloussiates", lesquelles se dérouleront au
Palais Ahmed Bey. Au programme, des poin-
tures de la musique andalouse, à l'image de
Salim Fergani, Rym Hakiki, Dib Layachi,
Hamdi Bennani, Ahmed Aouabdia, ainsi que le
prodige constantinois du malouf Abbas Righi.
De son côté, la direction du Théâtre Régional de
Constantine, en collaboration avec les com-
munes d'Ibn Ziad, Beni Hmidène, Didouche
Mourad, Ouled Rahmoun et Aïn Abid, propo-
sera des représentations théâtrales que donne-
ront des compagnies locales telles Belliri,
Maraya, Tassili et Echemâa. Enfin, et en colla-
boration avec les services de la wilaya, la ville
accueillera trois hôtes exceptionnels : la star de
l'inchad azérie Sami Yusuf, le 8 juillet au stade
Benabdelmalek-Ramdane. Quatre jours plus
tard, ce sera au tour de l'émirati Abou Khatib et
sa troupe de se produire au même endroit, et
enfin, cerise sur la gâteau, le maître luthiste ira-
kien Nassir Chamma donnera un récital dans la
soirée du 22 juillet au Palais du Bey, choix dicté,
selon le directeur de la Culture, par le fait que
l'endroit "se prête à merveille aux envoûtantes
mélopées de l'oud". Par ailleurs, il est à rappeler
que les musées de la ville resteront ouverts du-
rant les veillées ramadhanesques et accueille-
ront diverses expositions, alors la bibliothèque
itinérante continuera à sillonner les différents
quartiers de la ville.
Issam B.
LA ZAOUÏA RAHMANIA D'EL HAMEL
Une réputation qui dépasse nos frontières
Juchée sur une table rocheuse,
une cité repliée sur elle-même
comme une forteresse se fond
dans les teintes brunâtres de la
montagne aride qui la domine.
Voici « El Hamel », à une quin-
zaine de kilomètres dans le sud-
ouest de Bou-Saadâ, sur la route
de Messaàdet Laghouat. El
Hamel, lieu de silence et de médi-
tation...
Au milieu du XIXe siècle, un
saint homme, Cheikh Mohamed
Ben Belkacem, fonda une
« zaouï », un centre d'études isla-
miques à El Hamel qui acquit ra-
pidement une grande réputation et
attira élèves et fidèles de tous les
coins du pays. Le lieu de la célèbre
institution Rahmania, retiré, était
bien choisi, d'autant que les habi-
tants d'El Hamel, chorafas descen-
dants du Prophète, assurent être
restés purs de tout métissage avec
les Ouled Nails voisins.
On pénètre dans le bourg par
un portail débouchant sur une es-
planade et face à un bâtiment écla-
tant de blancheur. L'architecture,
des plus simples, est d'une grâce
extrême. C'est une sorte de grande
koubba surmontée de six coupoles
d'importance inégale terminées
par de petits tétons ou par un
bulbe. L'arête du mur est marquée
par un parement de tuiles vertes
vernissées et par une crénelure fort
harmonieuse. Quelques discrets
motifs de céramique courent sur
une frise et soulignent l'encadre-
ment de la porte, unique ouverture
de l'édifice. L'ensemble est pré-
cédé d'un perron qu'ombragent
quelques orangers. Un portail à
voûte outrepassée y donne accès.
L'intérieur, à la fois mosquée,
mausolée et salle d'étude, ne dif-
fère pas des autres édifices de ce
genre: nattes, tapis, teintures
vertes et rouges, motifs de céra-
mique d'une finesse toute relative,
motifs... païens tels que grappes de
raisin, scarabées, plantes et fleurs,
sculptés à même les colonnes in-
ternes... Mais l'atmosphère de re-
cueillement est saisissante.
Sur la gauche de la place, un
vaste bâtiment sert d'auberge pour
les pèlerins. Le café est tradition-
nellement offert au passant, même
au visiteur non musulman, et ce
serait une impolitesse de refuser ;
la salle réservée à cette coutume
possède un portrait du fondateur
de la zaouïa par Nasr-Eddine
Dinet et, plus intéressantes,
quelques belles armes et corres-
pondances ayant appartenu à
l'émir Abdelkader qui fut un grand
ami de Cheikh Mohamed Ben
Belkacem.
K. B.
LUCARNE
K
âhina bint Sa’d vivait aux
abords de la Syrie. ‘Abd al-
Muttalib enfourcha sa monture,
accompagné par quelques membres de
son clan et suivi de membres de chacun
des autres clans de Quraysh, et ils par-
tirent en direction du pays de Shâm. La
chaleur était intense et la terre aride. Ils
traversèrent de vastes étendues, entre le
Hijâz et la Syrie, où la sécheresse était
telle que’ Abd al-Muttalib et ses com-
pagnons épuisèrent leurs provisions
d’eau. Lorsque la soif les tenailla, ils
demandèrent a boire aux autres clans de
Quraysh, qui refusèrent :
- Si nous vous donnons a boire, il
nous arrivera ce qu’il vous arrive.
‘Abd al-Muttalib, voyant la mort
s’approcher, dit a ses compagnons :
- Que pensez-vous? Ils répondirent :
- C’est a toi de décider. Nous ferons
ce que tu diras.
Je pense que nous devons creuser
nos tombes. Chaque fois que l’un de
nous mourra, les autres l’enterreront,
jusqu’a ce qu’il n’en reste qu’un. Celui-
la ne sera pas enterré. Mais la dé-
chéance d’un seul vaut mieux que la
déchéance de tout notre groupe.
- Nous ferons ce que tu as dit.
Ils s’apprêtèrent a creuser leurs
tombes et ‘Abd al-Muttalib commença
aussitôt a creuser la sienne, sous le re-
gard des autres clans de Quraysh. Et
voila que soudain une eau limpide jail-
lit de terre. ‘Abd al-Muttalib loua Dieu
et ses compagnons firent de même. Ils
burent tous jusqu’a étancher leur soif
puis remplirent leurs outres d’eau.
Alors ‘Abd al-Muttalib s’adressa aux
autres clans de Quraysh et leur dit :
-Venez! Dieu nous a sauvés. Buvez
et remplissez vos outres!
Les hommes de Quraysh dirent :
-Dieu a tranché en ta faveur, ‘Abd
al-Muttalib ! Nous ne te chercherons
plus querelle sur le puits de Zamzam.
Celui qui vient de te donner cette eau
au milieu du désert est bien Celui qui
t’a donné l’eau de Zamzam. Tu peux
revenir a ton puits en toute quiétude.
Ils renoncèrent a consulter Kâhina
bint Sa’d et rebroussèrent chemin pour
rentrer a La Mecque, où ils ne disputè-
rent plus a ‘Abd al-Muttalib la posses-
sion du puits de Zamzam.
Mais l’épreuve avait douloureuse-
ment marqué ‘Abd al Muttalib, qui
s’était senti très seul, avec son unique
Fils, face aux autres clans de Quraysh.
Les Arabes appréciaient par-dessus tout
d’avoir une nombreuse descendance
mâle, parce qu’elle était source d’hon-
neur et de force. Il implora Dieu de lui
donner dix fils, qui grandiraient autour
de lui et le protégeraient et il fit le vœu,
si Dieu l’exauçait, de Lui sacrifier un
de ces fils au pied de la Ka’ba.
Il eut dix fils, qui grandirent autour
de lui et le protégèrent.
Puis il se souvint de son vœu. Alors
il réunit ses fils et leur fit part de l’en-
gagement qu’il avait pris devant les
dieux et de sa détermi nation à le tenir.
Ils acquiescèrent et dirent :
- Comment feras-tu ? Il répondit :
- Que chacun de vous prenne une
flèche, qu’il y inscrive son nom et qu’il
me la donne.
Les Arabes, en ce temps-là, s’en re-
mettaient au tirage des flè ches pour
trancher les questions d’importance.
C’étaient des flèches sans pointe ni
plumes, sur lesquelles on inscrivait les
différentes réponses possibles à une
question. Le plus souvent il s’agissait
d’un oui et d’un non. On allait a la
Ka’ba, au pied de la plus imposante des
idoles vénérées par Quraysh, le dieu
Hubal, dont on implorait l’interven-
tion. Puis le préposé au tirage prenait
les flèches, les plaçait au fond d’un sac
et tirait celle qui était porteuse de la
sentence.
Abd al-Muttalib se rendit a la
Ka’ba, entouré de ses dix fils, alla voir
le préposé au tirage, lui remit les dix
flèches et lui dit :
- Tire pour savoir lequel d’entre les
dix devra donner son sang. Et sous la
statue de Hubal, il s’en remit au décret
de Dieu.
La flèche qui sortit portait le nomde
‘Abd Allâh, le plus jeune des fils de
‘Abd al-Muttalib, celui qui avait entre
tous sa préférence. Il le prit par la main,
sans hésiter, et se dirigea avec lui vers
l’autel des sacrifices. Ce fut alors que
les Qurayshites intervinrent :
- Que vas-tu faire, ‘Abd al-Mutta-
lib? Il répondit :
- L’égorger.
Les gens n’avaient pas coutume
d’offrir leurs enfants en sacrifice à
leurs idoles. Il s’opposèrent a ‘Abd al-
Muttalib, disant :
- Par Dieu, non, tu ne l’égorgeras
pas ! Si tu le faisais, tu crée rais une
obligation qui s’imposerait à nous.
Chaque fois que l’un d’entre nous se
laisserait emporter par un mot de trop,
il se sentirait forcé de venir ici égorger
un de ses fils. Ce serait un grand mal-
heur pour tous.
L’un d’entre eux dit :
- Par Dieu, ne l’égorge pas avant
d’avoir fait un vœu de ran çon. Si son
sang peut être racheté en y mettant
notre fortune, nous y consentirons.
D’autres dirent:
- Va donc au Hijâz, où se trouve une
voyante inspirée par un djinn.
Consulte-là.
‘Abd al-Muttalib et ses fils enfour-
chèrent leurs montures et partirent pour
Yathrib. La on leur dit que la voyante se
trouvait à Khaybar. Ils s’y rendirent
aussitôt et entrèrent chez elle. ‘Abd al -
Muttalib lui fit part de son ancien ser-
ment, de la sentence divine révélée par
le tirage de la flèche portant le nom de
‘Abd Allâh et de l’obligation dans la-
quelle il se trouvait de sacrifier son fils
préféré. La voyante dit :
- Revenez demain, je dois attendre
la venue de mon djinn pour le consul-
ter.
Ils revinrent le lendemain et elle
leur dit : - Quel est le prix du sang chez
vous ?
Ils répondirent :
- Dix chameaux.
- Rentrez chez vous. Menez votre
fils, ainsi que dix chameaux,
au pied de votre dieu et faites tirer
les flèches. Si le sort désigne votre fils,
ajoutez dix chameaux, puis encore dix
chameaux, et conti nuez ainsi, jusqu’à
ce que votre dieu soit satisfait. Sacri-
fiez autant de chameaux qu’il faudra
pour le satisfaire. Alors votre fils sera
sauvé.
Ils rentrèrent à La Mecque et allè-
rent tourner autour de la Ka’ba, puis
‘Abd al-Muttalib mena son fils ‘Abd
Allâh, ainsi que dix chameaux, au pied
du dieu Hubal. Et il s’en remit à la sen-
tence divine. Le préposé tira une pre-
mière fois. La flèche désigna ‘Abd
Allâh. On ajouta dix chameaux et le
préposé tira une deuxième fois. La
flèche désigna’ Abd Allâh. On ajouta
dix chameaux et le préposé retira. Puis
il retira encore, et encore, jusqu’à ce
que le nombre de chameaux atteignît
cent. Alors la flèche désigna les cha-
meaux. Durant tout ce temps, ‘Abd al-
Muttalib priait Dieu au pied de la statue
de Hubal. Les gens vinrent à lui et di-
rent :
- Ton dieu est satisfait. Il te laisse
ton fils. Abd al-Muttalib dit :
- Non, par Dieu, il faut que les cha-
meaux soient tirés trois fois. Le préposé
recommença à tirer. La flèche désigna
les chameaux une deuxième fois, puis
une troisième fois. Alors seulement on
arrêta le tirage. Les cent chameaux fu-
rent égorgés et il y en eut pour tout le
monde et personne n’en fut privé.
C’est depuis lors, dit-on, que le prix
du sang fut fixé à cent chameaux.
Les hommes de La Mecque avaient
coutume de passer à deux leurs mo-
ments de loisir. ‘Abd al-Muttalib le
faisait en compagnie de Harb ibn
Umayya.
Or, ‘Abd al-Muttalib comptait
parmi ses protégés un juif nom mé
Udhayna, qui allait sur les marchés,
faisant de bonnes affaires et portant sur
lui beaucoup d’argent. Cela exaspéra
Harb ibn Umayya, qui monta contre
lui une bande de jeunes Qurayshites :
- Cet étranger circule parmi nous et
vient sur nos marchés avec beaucoup
d’argent. Il n’a pas de parents. Par
Dieu, si vous le tuez et prenez son ar-
gent, vous n’aurez à craindre aucune
conséquence. Nul ne vous imposera le
tribut du sang.
Ainsi encouragés, deux Qurays-
hites surprirent Udhayna seul, l’assail-
lirent, le tuèrent et s’emparèrent de son
argent. Puis ils se placèrent sous la
protection de Harb ibn Umayya.
Dès que ‘Abd al-Muttalib apprit le
meurtre de Udhayna, il se mit à la re-
cherche de son assassin. Il finit par dé-
couvrir le méfait de son ami Harb ibn
Umayya. Il alla le voir, le réprimanda,
lui demanda le nom de l’assassin et
exigea le prix du sang de son protégé.
Harb s’y refusa. La querelle s’enve-
nima entre eux et ils en vinrent aux in-
sultes. Il fallut recourir à un arbitrage.
Ils choisirent d’un commun accord
le Négus d’Abyssinie, mais ce dernier
refusa d’arbitrer entre eux. Ils s’en re-
mirent alors à la sagesse de Nufayl ibn
‘Abd al-‘Uzza, auquel les Arabes fai-
saient souvent appel. Lorsqu’ils allè-
rent ensemble le voir, il s’adressa à
Harb en ces termes :
- Vas-tu affronter un homme plus
grand et plus imposant que toi, qui est
non seulement moins blâmable, mais
de plus noble naissance et de plus fier
lignage? Je sais que ta colère gronde,
que ta voix porte loin chez les Arabes
et que tu es chéri par ton clan. Mais tu
affrontes un homme dont la cause est
plus valable que la tienne.
Ayant dit cela, Nufayl trancha en
faveur de ‘Abd al-Muttalib, ce qui pro-
voqua la fureur de Harb, qui lança:
- C’est un signe de la décadence où
nous sommes, que je doive accepter
ton arbitrage.
Abd al-Muttalib reçut de Harb cent
chameaux, qu’il donna au cousin du
juif Udhayna. Par ailleurs, il récupéra
l’essentiel de la somme qui avait été
volée à ce dernier, dont une petite part
avait été perdue. Il rajouta cette part de
son propre argent et donna la somme
entière au cousin d’Udhayna.
Après quoi, il cessa de passer ses
moments de loisir avec Harb ibn
Umayya.
L’épisode du puits de Zamzam comporte une
charge symbolique exceptionnelle : ce puits, que
jadis l’Ange Gabriel a fait jaillir pour sauver Is-
maël et sa mère, est redécouvert par ‘Abd al-
Muttalib, grand-père de Muhammad. Il établit
ainsi un lien de continuité entre l’ancêtre des
Arabes et le Prophète. Par ailleurs, la violente
dispute qui oppose ‘Abd al-Muttalib aux chefs
des autres clans de Quraysh illustre l’énorme im-
portance d’un puits dans un tel envi ronnement.
L’eau étant la denrée la plus précieuse et les
puits étant rares, ceux qui en possédaient un le
surveillaient de près. Ils revendaient souvent une
partie de l’eau qu’ils en tiraient.
(Source  : Mahmoud Hussein - Al Sira.
Le Prophète de l’Islam raconté par ses compa-
gnons, éd. Pluriel, 2013).
17
Mercredi 9 Juillet 2014
16EL MOUDJAHID EL MOUDJAHID
L
eJ eûneest ledeuxième
actecultuel enislam. Il
consisteàs’abstenir de
manger, deboireetd’avoir des
relations sexuelles durant la
journée— dulever aucoucher
dusoleil — avecl’intentionde
seconformer auxprescriptions
deDieu.
Cetteobligationaétéim-
posée par Dieu à tous les
croyants en mesure de l’ac-
complir durant lemoisdeRa-
madhandechaqueannée.
LeCoranaréuni lesversets
relatifsaujeûnedanslemême
endroit et lemêmecadredela
sourate «El-Baqara» (La Gé-
nisse).
«Olescroyants! Onvousa
prescrit lejeûnecommeonl’a
prescrit à ceux d’avant vous,
ainsi atteindrez-vous la pitié,
pendant unnombredéterminé
de jours. Quiconque d’entre
vousest maladeouenvoyage,
devra jeûner un nombre égal
d’autresjours.
Mais pour ceux qui ne
pourraient le supporter
qu’(avec difficulté), il y aune
compensation: nourrir unpau-
vre. Etsi quelqu’unfaitplusde
sonpropregré, c’est pour lui;
maisil est mieuxpour vousde
jeûner; si voussaviez !
(Cesjourssont) lemoisde
Ramadhanaucours duquel le
Coranaétédescenducomme
guidepour les gens, etpreuves
clairesdelabonnedirectionet
du discernement. Donc, qui-
conque d’entre vous est pré-
sent encemois, qu’il jeûne!
Et quiconque est malade ou
voyage, alors qu’il jeûne un
nombreégal d’autresjours.
- Dieuveutpour vouslafa-
cilité, Il ne veut pas la diffi-
cultépour vous, afinquevous
encomplétiezlenombreetque
vusprovlamiez lagrandeur de
Dieupour vousavoir guidés, et
afinquevoussoyezreconnais-
sants». (Cor., S.2V.183à185).
(À suivre)
LE J EÛNE DANS LE CORAN
Deuxième acte cultuel
en islam
LES ANCÊTRES DU PROPHÈTE MUHAMMAD
2 - Le jeûne du jour
d'Achoura :
LeProphète(QSSSL) adit :
Dieu remet les péchés d'une
annéepasséeàquiconquejeûnele
jour d'Achoura.
(Recueil deMouslim)
LeProphètejeûnacejour-làet
recommandadelejeûner endisant
:
«Si jesuis encorevivant l'an-
néeprochaine, et si Dieuleveut,
jejeûnerai aussi le9
e
deMohar-
ram.»
3 - Le jeûne des six jours du mois de Chawal :
LeProphète(QSSSL) adit :
«Qui jeûneRamadan, puislefaitsuivredesixjoursdumoisdeCha-
wal est commecelui qui ajeûnétoutel'année. (Recueil deMoslim)
Unebonneactionest rétribuéeaudécuple.
4 - Le jeûne de la première quinzaine de Chaâbane :
Aïchaadit : «J en'ai pas vuleprophètejeûner unautremois que
celui deRamadanet jenel'ai pasvujeûner plusdejoursqu'aumoisde
Chaabane.»
5 - Le Jeûne de la première décade de Dhoul-Hidja :
LeProphète(QSSSL) adit :
Il n'yapasdejoursoùlesbonnesœuvressont plusagrééesdeDieu
autant queles10premiersjoursdeDhoul-Hidja.
Mêmelaguerresainte? Lui dit-on.
Mêmelaguerresainte, répondit leProphète(sur lui laprièreet la
paix), sauf dans lecas d'uncombattant qui part avec toutesafortune
pour laguerresainteet qui n'enrevient pas. (Recueil deBoukhari)
6 - Le jeûne du mois de Moharram :
Interrogésur lemeilleur Moisdejeûne, aprèsRamadan, leProphète
(QSSSL) répondit :
C'est Moharram! (Recueil deMouslim)
7 - Le jeûne des jours de pleine lune : C'est-à-dire le 13
e
, 14
e
et
15
e
jour du mois lunaire.
AbouDhar dit :
LeProphètenousarecommandédejeûner lestroisjoursdepleine
lunedechaquemois. Ces trois jours dejeûneéquivalent aujeûnede
l'éternité. (Recueil deNassa'i)
8 - Le jeûne de chaque lundi et jeudi :
Onrapportequeleprophètejeûnait constamment cesdeuxjours.
Interrogéàcesujet, il répondit :
Les«œuvres»sont soumisesàDieutousleslundiset jeudis.
LeSeigneur pardonneàtout Musulman(oucroyant) àl'exception
dedeuxpersonnesendiscorde. Il dit «Ajournez cesdeux-là»(Recueil
d'Ahmed).
9 - Jeûner un jour sur deux :
LeProphète(QSSSL) adit :
LejeûneleplusagréédeDieuest celui deDavid.
LaprièrelaplusagrééedeDieuest celledeDavid.
Il dormait la moitié de la nuit, veillait le 1/3 puis il se
recouchait le1/6.
Il jeûnait unjour et rompait sonjeûnelejour suivant. (Recueilsde
Boukhari et Mouslim).
« LA VOIE DU MUSULMAN »
Les degrés du jeûne
Par Aboubaker Djaber El-Djazaïri, enseignant
à l'Université islamique de Médine
NDLR :
Cette rubrique
renferme des versets
coraniques. Prière
de préserver ces pages
de toute souillure.
(II)
(1)
Hadith Qodsi
D'après Zayd ibn Khalid El Jouhaniyy (que Dieu l'agrée) : Le Mes-
sager de Dieu (QSSSL) dirigea la prière du matin pour nous à El-Hou-
daybiya après des averses durant la nuit. Quand le Prophète (QSSSL)
eut terminé, il fit face aux gens et leur dit : «Savez-vous ce que votre
Seigneur a dit ?» Ils dirent : Dieu et son Prophète le savent mieux. Il
dit : «Ce matin, un de mes serviteurs est devenu croyant en Moi, et un
autre un mécréant. Pour celui qui a dit : Nous avons reçu la pluie par
la vertu de Dieu et Sa miséricorde, celui-là est un croyant en Moi, un
mécréant dans les étoiles (*). Et pour celui qui dit : Nous avons reçu
la pluie par telle et telle étoile, celui-là est un mécréant en Moi, et un
croyant dans les étoiles.»
Les Arabes Préislamiques croyaient que la pluie tombait du fait du
mouvement des étoiles. Ce Hadith attire notre attention sur le fait que
quelque soit la cause directe d'un phénomène naturel comme la pluie,
c'est Dieu Tout-Puissant qui dispose de toutes choses.
Rapporté par El-Boukhari (et aussi par Malik et Ennassa'i).
IV- ‘Abd El-Muttalib
Lepèlerinageest unacte
d'adoration très connu qui
exigedel'homme, lamiseà
contributiondesoncœur, de
soncorps et deses biens, et
ceàl'exceptiondetout autre
actecultuel.
C'est aussi unactefacul-
tatif quedoit accomplir tout
musulman en mesure de le
faireenunepériodeprécise
etendeslieuxprécispour ré-
pondreàl'appel duSeigneur
et rechercher Sasatisfaction.
À la base de cet acte
d'adoration, il y al'intention
sincèred'accomplir lepèleri-
nagepour répondreàl'appel
de Dieu, la mise en état
d'lhrâm(sacralisation) ense
débarrassantdetouslesvête-
ments cousus et en s'abste-
nant de tout geste
d'embellissement oudegas-
pillagepour finir par les cir-
cuits autour de la Maison
sacréedeDieu.
Le pèlerinage avant
l'islam
Lepèlerinage, entantque
visite pieuse à des endroits
précis, danslebut deserap-
procher deladivinité, adorée
est un acte d'adoration très
ancienquedespeuplesetdes
communautés ont adopté
comme moyen symbolique
pour rendreunculteàleurs
divinités et célébrer leurs
louanges.
C'est ainsi que le pèleri-
nagefut pratiquépar les an-
ciens Égyptiens, les Grecs,
les J aponais et denombreux
autres peuples del'Antiquité
sur leurslieuxsaints.
Chaque communauté
donnait àcepèlerinage, une
importanceet uneferveur à
la mesure de la représenta-
tionqu'ellesefaisaitdeladi-
vinité.
Cettesituationrestaainsi
jusqu'àcequeDieuordonna
àAbraham(quelesalut soit
sur lui) de bâtir le temple
sacréàLaMecqueafinque
les croyants puissent y tour-
ner autour en invoquant
Dieu. "Et quandAbrahamet
Ismaël élevaient les assises
delaMaison: "ÔnotreSei-
gneur, acceptececi denotre
Part ! Car c'est Toi l'Omnis-
cient." (Cor., S.2, V.127). Et
encore: "Et quandNous in-
diquâmes pour Abrahamle
lieudelaMaison(laKa'ba)
enlui disant : "Nem’associe
rien ; et purifie Ma Maison
pour ceux qui tournent au-
tour, pour ceux qui s'y tien-
nent debout et pour ceuxqui
s'y inclinent et se proster-
nent." (Cor., S.22, V.26 et
27).
Abrahamrépondit àl'ap-
pel deSonSeigneur et bâtir
saMaisonsacréequ'il purifia
etàlaquelleil appelalesgens
aupèlerinage.
Abrahamyhabitadansle
voisinage avec sa famille,
inaugurant, par là-même, rite
du pèlerinage qui dure
jusqu'ànosjours. Il est qu'au
cours des siècles, lesArabes
qui venaientchaqueannéeen
pèlerinageàlaKa'ba, firent
par déformesensdesritesde
cet actecultuel tel qu'il exis-
tait temps d'Abraham. Ils y
introduisirent unculteidolâ-
treet polythéisteenremplis-
sant l'intérieur delaMaison
sacréed'idolesqu'ilsassociè-
rent àDieudans leur adora-
tionet leurs invocations. Ils
enfirent, aussi, desinterces-
seurs, leur firent des sacri-
fices et y invoquèrent leur
nom.
Danscettemêmeoptique,
ilsfirent introduiredesinno-
vations dans la pratique du
pèlerinage, lesquellesprirent,
au fil des ans, le statut de
rites sacrés, alors que ce
n’étaitqueleproduitdeleurs
fantasmesetdeleur imagina-
tion.
C'est ainsi qu'ils tour-
naient autour de la Ka'ba,
tout nus, qu'ils s'abstenaient
deconsommer des aliments
gras et refusaient de se re-
grouper aveclesautrespèle-
rinsàlastationd'Arafat ; ils
croyaient que leur statut de
gardiensdutempleleur don-
nait une supériorité sur les
autreset lesexemptait, dece
fait, departager aveceuxles
ritesdupèlerinage, tellesfu-
rent, entreautres, lesinnova-
tions que les Arabes
introduisirent dans lepèleri-
nageenledéviantdesavéri-
tablevocation.
Le pèlerinage, un acte d’adoration
19 EL MOUDJAHID
Sciences & Technologies
Mercredi 9 Juillet 2014
T
out au long de l’année, le bas de laine est
alimenté par petites touches en prévision
du Ramadhan, le mois des abstentions
est devenu au fil des siècles synonyme de faste
et de surabondance.
Dans les rues commerçantes et les marchés, des
nuées de jeûneurs ratissent les étals au gré de
leur faim et de leur soif. Tout est bon à acheter.
Produits locaux, importés, en pack ou en vrac,
le chaland, guidé par les couleurs et les odeurs,
bourre son couffin sans autre calcul que celui
d’étaler le maximum de victuaille sur sa table
de rupture du jeûne. Ni budget, ni prévision, les
restes iront alourdir les bennes à poubelles.
Cette considération ne rentre pas en compte,
l’essentiel est dans le faste, souvent partielle-
ment consommé. On parle de 40% des 6 ou 7
plats préparés pour le ftour qui serviront à gon-
fler les tas de détritus. Enorme. Quant on sait
que l’Islam désigne le gaspillage comme une
vraie dérive, on ne peut que se poser la question
sur le degré de foi ou du moins de la compré-
hension du but du jeûne d’une majorité de mu-
sulmans. Les chiffres avancés par des
associations de consommateurs, de commer-
çants (fruits et légumes, boulangers…) sont ef-
farants : Le coût du gaspillage s’élèverait à plus
de 500 milliards de centimes ; sur les 10 mil-
lions de quintaux de légumes consommés pen-
dant le mois sacré, 500.000 quintaux sont jetés;
sur les 4,1 milliards de baguettes de pains ache-
tées, 120 millions finissent dans le vide-ordure;
sur les 150 millions de litres de lait achetés du-
rant le Ramadhan, pas moins de 12 millions
partent à la poubelle… De quoi éradiquer le
fléau de la faim sous d’autres cieux moins clé-
ments. Cet amer constat n’est pas propre à l’Al-
gérie, partout dans le monde, les statisticiens
voient leurs courbes évolutives s’affoler devant
l’ampleur du gâchis. Selon les estimations de la
FAO (Organisation des Nations Unies pour l'ali-
mentation et l'agriculture), « chaque année 1,3
milliard de tonnes d'aliments sont gaspillés.
Cela représente la même quantité de nourriture
produite dans l'en-
semble de l'Afrique
sub-saharienne. Au
même moment, 1
personne sur 7 dans
le monde va au lit en
ayant faim et plus de
20 000 enfants de
moins de 5 ans meu-
rent chaque jour de
faim. » Alors que la
planète a du mal à
fournir suffisamment
de ressources à 7 milliards de personnes (9 mil-
liards en 2050), la FAO estime qu' « qu'un tiers
de la production alimentaire mondiale est per-
due ou gaspillée. Les déchets alimentaires re-
présentent une perte énorme de ressources
naturelles et ont un impact négatif sur l'environ-
nement ».
Que faire devant un tel désastre ? Eduquer,
punir, rabâcher les chiffres ? La prise de
conscience n’a souvent pas été collective de-
vant de tels fléau, il y va de la lucidité de tout
un chacun. Bon Ramadhan !
Page animée
par Kamel Morsli
DZ-WEB
Algerian Food Bank,
le cœur sur le Net
Profondément ancrée dans nos habitudes sé-
culaires, l’entraide pendant le Ramadhan se
décline sous plusieurs formes à travers le
pays. Des « tables du Ramadhan » initiées
par des organismes tel le Croissant rouge al-
gérien, aux plats fûmants offerts par des
bienfaiteurs à la sortie des mosquées, en pas-
sant par de louables actions privées de dis-
tribution de denrées alimentaires, tout geste
en direction des nécessiteux est le bienvenu.
Au gré du Net, nous sommes tombés sur le
site d’Algerian Food Bank qui « vise à col-
lecter, gérer et partager des denrées alimen-
taires et les mettre gratuitement ou
quasi-gratuitement à la disposition des plus
démunis d’une manière effective et durable,
au niveau national par le biais d’associations
partenaires pour répondre aux urgences ali-
mentaires dans les régions les plus isolées.
Les campagnes impliquent différentes caté-
gories de la société dans une action volon-
taire et se basent sur l’énergie et la fraîcheur
de la jeunesse algérienne pour réaliser des
campagnes efficaces et innovantes contre la
faim et la malnutrition. »
Forte de nombreux volontaires, Algerian
Food Bank a pour partenaires quelques
grandes entreprises qui ont daigné mettre
« la main à la poche » pour aider à récolter
denrées et liquidités, destinées à la redistri-
bution. L’action, ouverte à tous, ne se limite
pas au mois sacré qui se déroule entre le 27
juin et le 17 juillet 2014, mais s’étend sur
toute l’année avec des campagnes spécifiques
au profit des plus démunis, à l’exemple des
« Repas du cœur », entre le 15 janvier et le
15 février, au profit des « habitants des vil-
lages isolés et des SDF » consistant à la dis-
tribution de vêtements et de denrées
alimentaires.
La lutte contre le gaspillage s’inscrit aussi
dans la mission de l’AFB, et qui consiste
entre autres à récupérer les surplus de cer-
tains hypermarchés.
ALIMENTATION
Gaspillage : les yeux plus gros que le ventre
Rien n’y fait. Ni campagnes de sensibilisation, ni injonctions d’imams, ni conseils de médecins. Les Algériens continuent à surconsommer
pendant le mois sacré du Ramadhan. Au-delà des questions de santé que nous évoquions dans notre dernière livraison, la sérieuse question de
gaspillage à grande échelle se pose.
P
our garder, transporter ou simplement
éviter le gaspillage (voir article ci-des-
sus), nous avons tendance à emballer
notre nourriture dans différents types d’embal-
lage alimentaire en plastique, en verre ou en
aluminium. Entre avantages et inconvénients,
lequel est le plus sain et le plus respectueux de
l'environnement ?
Prenons l’exemple d’un repas pris à la pause-
déjeûner au bureau ou à l’usine. Il est souvent
transporté dans une gamelle en plastique (boîte
rigide) ou dans du papier aluminium ménager.
Quel serait l’impact environnemental de l’un et
de l’autre ? Selon une analyse publiée récem-
ment et qui met en comparaison ces deux types
d'emballages, le résultat est pour le moins sur-
prenant : « Le scénario de base a mis en balance
l'impact environnemental du papier d'alumi-
nium ménager et tous ses éléments de produc-
tion et d'élimination à celui d'une boîte en
plastique réutilisable. Étant donné que la boîte
en plastique est une solution réutilisable, l'étude
comparative considère que l'impact du proces-
sus de fabrication ne joue qu'un rôle négligea-
ble dans toute la durée de vie de la boîte.
D'autre part, le papier d'aluminium ménager est
un produit jetable, et les processus de fabrica-
tion ainsi que la consommation associée de res-
sources énergétiques doivent être considérés ».
Dans tous les cas et pour la majorité des critères
étudiés, le papier d'aluminium ménager pré-
sente des impacts environnementaux égaux ou
inférieurs à ceux de la boîte en plastique. Ainsi,
le lavage d'une boîte à sandwich en plastique
est au moins autant préjudiciable à l'environne-
ment que l'utilisation d'un nouveau morceau de
papier d'aluminium correctement dimensionné
par rapport au contenu exerçant la même fonc-
tion. Malgré cela, le papier d'aluminium souffre
d'une mauvaise image. Par contre, la boîte ré-
utilisable en plastique rigide est généralement
considérée comme respectueuse de l'environ-
nement.Tandis que le bilan de l'étude prouve le
contraire, même en considérant que l'alumi-
nium une fois utilisé, n'est pas recyclé. Or, le
papier d'aluminium est 100 % recyclable.
« Dans certains pays, le papier d'aluminium
ménager peut être jeté avec les emballages et
suit la voie de récupération correspondante qui
peut être le recyclage des matériaux ou la pro-
duction d'énergie. Dans d'autres pays, il est jeté
avec les ordures ménagères ».
De surcroît, il existe une certaine défiance vis-
à-vis de l'aluminium qui, à forte dose, est pré-
judiciable à la santé. En effet, plusieurs études
laissent à penser que l'aluminium présente une
neurotoxicité pouvant entraîner la maladie
d'Alzheimer ainsi que d'autres maladies neuro-
dégénératives comme la maladie de Parkinson.
A ce titre, il est suspecté de migrer dans les ali-
ments lorsqu'ils sont chauds et/ou acides : « de
la même manière que les ustensiles, l'alumi-
nium présent dans les emballages alimentaires
peut migrer vers les aliments, surtout lorsque
ces derniers sont chauffés et/ou s'il s'agit d'ali-
ments acides. Préférez donc les emballages et
bocaux en verre pour la conservation de vos ali-
ments. Quant aux canettes de soda, vérifier la
DLUO (Date limite d'utilisation optimale) car
plus le liquide reste dans la canette, plus le
risque de contamination est élevé. »
Toutefois, l’analyse n'évoque pas cette poten-
tielle migration mais indique que la population
générale est essentiellement exposée à l'alumi-
nium par les aliments, qui en contiennent natu-
rellement, les produits de santé, et les
cosmétiques. Par contre, la boîte en plastique,
comme le film alimentaire peuvent contenir
différents composés chimiques inquiétants et
de plus en plus interdits comme les phtalates et
le bisphénol A, deux perturbateurs endocri-
niens.
Il existe d'autres types d'emballages : le film éti-
rable, les sacs en papier, le papier sulfurisé et
les boîtes en verre. L'étude n'a pas procédé à
des analyses pour ces emballages mais rappe-
lons que l'aluminium est hygiénique, et offre un
très bon degré de protection contre les effets
néfastes de la lumière, de l'air ou des arômes
étrangers sur la qualité des aliments.
On retrouve une grande partie de ces bénéfices
dans le verre : naturel, imperméable, inerte et
neutre, il permet de conserver les aliments en
toute sécurité. Ce qui n'a pas échappé aux
consommateurs avertis qui considèrent que le
verre est le matériau d'emballage le plus sûr
pour les produits alimentaires, loin devant les
autres types d'emballages alimentaires.
Rappelons que le verre est un matériau-barrière
monocouche, imperméable par définition, op-
posant une protection absolue aux bactéries,
agents atmosphériques et chimique. Au niveau
environnemental, il est majoritairement issu de
verre recyclé, et est recyclable à 100 % et à l'in-
fini. Seul bémol : son poids, qui explique en
grande partie son désintérêt croissant. Pourtant,
l'allègement et l'éco-conception des emballages
en verre est une priorité pour les verriers qui ne
souhaitent toutefois pas rogner sur ses excep-
tionnelles caractéristiques. Au final, la feuille
d'aluminium ne mérite pas tant de désaffection,
surtout lorsqu'on la compare avec la boîte en
plastique, une mauvaise idée pour l'environne-
ment et la santé. Toutefois, lorsque le verre peut
être une solution pour protéger les aliments,
n'hésitez pas à privilégier le matériau certaine-
ment le plus sain et écologique, utilisé depuis
la nuit des temps par l’humanité.
ENVIRONNEMENT
Verre contre aluminium et plastique
Mercredi 9 Juillet 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h53
- Asr.............................16h44
- Maghreb....................20h12
- Icha……...……....... 21h51
Jeudi 12 Ramadhan 1435
correspondant au 10 juillet 2014 :
- Fedjr........................03h48
- Chourouq.................05h37
Horaires des prières de la journée du mercredi 11 Ramadhan 1435
correspondant au 9 juillet 2014 :
29 EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
delapublication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
JF 25 ans diplômée : Comptabilité + TS informatique.
Maîtrise langue française et langue anglaise.
Expérience : 2 ans administration, 2 ans commerce.
Cherche poste de travail sur : Bab Ezzouar, Bordj El-
Kiffan, café Chergui, Dar El-Beida, El-Hamiz et
alentours.
Tél : 0553-57-86-89
——0o0——
J. H., 27 ans, cherche emploi comme
démarcheur, distributeur ayant une expérience de 2
ans.
Tél. : 0551 97-96-32
——0o0——
J. H., 24 ans, habitant Alger, licencié en allemand,
cherche emploi comme agent administratif.
Tél. : 0552 49-01-04
——0o0——
J. H., 27 ans, habitant Alger, licencié en droit +
CAPA avocat + 3 ans d’expérience désire travailler
dans son domaine ou autres.
Tél. : 0552 49-01-04
——0o0——
J.H., 29 ans, réside à Alger, diplômé en électricité
bâtiment, 2 ans d’expérience comme agent polyvalent
(montage de faux-plafonds, parquets, revêtement
mural, montage climatiseurs, plombier).
Mob : 0550 05-06-50
——0o0——
J.H. 27 ans, ingénieur d’application bâtiment avec
expérience, cherche emploi.
Tél. : 0662 10.86.88 - 0554-81-97-31
——o0o——
J.F. 23 ans, cherche emploi comme secrétaire,
agent de saisie, diplômée en informatique
Tél. : 0558-31-73-26
——o0o——
Jeune âgé de 23 ans, habite à Alger, licencié en
sciences de gestion, spécialité finances ; 6 mois
d’expérience à Hydro-Aménagement de Rouiba,
cherche emploi dans le domaine (étatique ou privé).
Tél. : 0550-17-31-71
Demandes d’emploi
ETTERKIB/SPA
Société de Montage Industriel
Direction : DES TRAVAUX
Département : PROJETS POSTES.
Avis d’infructuosité
Conformément aux dispositions
de la réglementation des marchés
applicable aux sociétés du groupe
SONELGAZ, la société de montage
industriel «ETTERKIB», Direction
des travaux, Département : Projets
postes, informe l'ensemble des
soumissionnaires ayant participé à
l'appel d’offres national ouvert
n°10 relatif à la réalisation des
travaux de génie civil des nouveaux
postes blindés de (CEEG) paru au
BAOSEM n°166 du 26/05/2014 est
infructueux.
El Moudjahid/Pub
CONDOLEANCES
Le Président et l'ensemble des membres de
l'Association Nationale M.A.L.G, très affectés par le
décès du regretté le général BENABBÈS GHEZAIL,
officier supérieur de l’ANP, présentent à sa famille
leurs sincères condoléances et l’assures en cette pénible
circonstance de leur profonde sympathie.
Qu’Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa
Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons.»
——0o0——
Le Président et l'ensemble des membres de
l'Association Nationale M.A.L.G, très affectés par le
décès du regretté Mohamed MECHATI, moudjahid,
cadre supérieur de la révolution et membre des 22
historiques de la lutte de Libération nationale,
présentent à sa famille leurs sincères condoléances et
l’assurent en cette pénible circonstance de leur
profonde sympathie.
Qu’Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa
Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons.»
El Moudjahid/Pub du 09/07/2014
El Moudjahid/Pub du 09/07/2014
El Moudjahid/Pub du 09/07/2014
ANEP 202605 du 09/07/2014
El Moudjahid/Pub ANEP 0315 du 09/07//2014
Avis de prorogation de délai
Avis de présélection national et
international
N°05/2014/Présélection/Télé Relève Gaz/AMC/DFL
L'Entreprise Nationale des Appareils de Mesure et de Contrôle «EN
AMC» Division Fluides informe les candidats ayant retiré le cahier
des charges relatif à l'avis de présélection n°05/2014/Présélection/Télé
Relève Gaz/AMC/DFL pour la fourniture d'une solution complète pour
un système de télé relève des compteurs Gaz moyenne et haute
pression, que la date limite de remise des offres, fixée initialement le
10/07/2014, est prorogée au 06/08/2014 à 10h00.
Entreprise Nationale des Appareils de Mesure et de Contrôle
Societe par actions au capital social de 1.462.825.000 DA
SOCIETE DU GROUPE SONELGAZ
NIF : 099819008250311
El Moudjahid/Pub ANEP 202616 du 09/07//2014
Avis de prorogation de délai
Appel d’offres national et international
restreint n°07/ER/2014
L’Agence Nationale d'Intermédiation et de Régulation Foncières
«ANIREF» informe les entreprises intéressées par l'appel d'offres national
et international restreint portant : «Étude d'aménagement et travaux de
viabilisation du parc industriel de Ras El-Oued, wilaya de Bordj Bou-
Arréridj, d'une superficie de 134 ha», que la date limite de dépôt des
offres, fixée initialement au 18 juillet 2014, est reportée au 07 août 2014, et
que la remise des offres doit intervenir le même jour, avant 13h00, heure
locale. Les soumissionnaires sont invités à assister à l'ouverture des plis qui
aura lieu à 14h00 au siège de l'ANIREF, sis au 13, avenue Mustapha-Sayed
El-Ouali (ex-Claude Debussy) Alger.
Ministère de l'Industrie et des Mines
Agence Nationale d'Intermédiation et de Régulation Foncières
NIF : 000816097984689
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
El Moudjahid/Pub ANEP 319 du 09/07/2014
République Algérienne Démocratique et Populaire
SGP INDJAB
Groupe SOGECOR
SOCIETE DE BATIMENT DU SUD ET GRAND SUD
BATISUD
OUARGLA
Avis d’infructuosité
Conformément à l'article 122 du décret présidentiel n°10-236 du
07/10/2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés
publics, la Société «BATISUD» informe que l'appel d'offres national
ouvert
n°002/BATISUD/2014, relatif à 1'acquisition de matériel informatique et
équipement de bureau, paru dans le quotidien ECHAAB en date du
10/04/2014, est déclaré infructueux par la commission d'ouverture des
plis pour insuffisance de soumissionnaires.
FELICITATIONS
La famille DIFALLAH
et la famille ROUABAH
sont très heureuses
d'annoncer la réussite de
leur fils
MAHDI
à l’examen du
baccalauréat. Elles lui
souhaitent d'autres succès
à l'avenir, et remercient
surtout ses professeurs qui l'ont accompagné et
aidé à obtenir ce résultat. Bravo * MAHDI *.
C’est avec une grande joie
que les familles BOUBE-
TRA et KHERROUBI an-
noncent le succès de leur fils
SMAÏL
à l’examen du BEM et lui
souhaitent d’autres réussites.
Grand bravo à toi, continue
à nous rendre heureux.
30 EL MOUDJAHID
Sports
Mercredi 9 Juillet 2014
EQUIPE NATIONALE
La fierté de toute l’Algérie
C
ette fois-ci encore, à l’occasion du
Mondial-2014 au Brésil, le peuple al-
gérien : hommes, femmes et enfants
de tout âge, a affiché son amour et son atta-
chement à ce pays si cher que nous chéris-
sons au plus profond de notre âme.
L’Algérie toute entière avec son peuple,
ses autorités et sa communauté vivant à
l’étranger, s’est mobilisée comme un seul
homme derrière son équipe nationale. Il y a
une telle ferveur que tout le monde a mis de
côté ses problèmes et ses soucis quotidiens,
pour vivre des moments intenses de joie et
de bonheur. De quoi se remonter le moral,
pour mieux affronter les aléas de la vie. Dans
un élan d’union nationale suprême parce
qu’il s’agit de l’Algérie avant tout, les Algé-
riens ont encore une fois démontré que l’Al-
gérien quel que soit les difficultés de son
quotidien, est fier de son pays, de son algé-
rianité et de son appartenance à ce grand
pays, l’Algérie. Les Algériens, ont dansé,
chanté et défilé drapeau national en main
dans toutes les villes du pays et dans celles
qui ont accueillis les matches de l’EN au
Brésil. Notre bel emblème national en vert,
blanc et rouge, était déployé partout. Nos
compatriotes qui se trouvent dans les diffé-
rentes contrées du monde, se sont mobilisés
pour montrer leur attachement à leur patrie,
à l’occasion de la Coupe du monde au pays
de la samba. Ils ont défilé avec drapeaux,
banderoles, maillots, casquettes et autres
produits dérivés aux couleurs nationales,
pour dire que l’amour de l’Algérie n’a pas
de prix, ni de frontières. On a pu le voir à tra-
vers les chaînes publiques nationales et les
différentes chaînes satellitaires algériennes,
ainsi qu’à travers les différents médias étran-
gers. Les personnes approchées par les mé-
dias et les caméras ici au pays ou à l’étran-
ger, ont fait part de leur amour de l’Algérie
et leur fierté de voir l’équipe nationale, réus-
sir son Mondial, en faisant rêver tout le peu-
ple algérien amoureux du ballon rond. Tout
le monde connaît la ferveur des Algériens
pour le football, ce n’est pas une nouveauté.
Les Algériens avides de fortes sensations ont
vibré au rythme des prouesses des Slimani,
Brahimi, Medjani, Djabou et autres, qui ont
suscité l’admiration durant cette coupe du
monde au Brésil. Les Fennecs se sont mon-
trés à la hauteur et ont su réagir après la dé-
faite enregistrée face à la Belgique. La
formidable ambiance créée autour d’eux et
dont seuls les inconditionnels des Verts dé-
tiennent le secret, a été un véritable stimula-
teur pour nos capés. Au Brésil, ils ont été des
milliers à se déplacer au pays de Pelé et de
la Samba pour soutenir l'EN. A chaque ren-
dez-vous important de l’EN ou lorsque la si-
tuation l’exige quand il s’agit de l’Algérie,
les Algériens ne font qu’un et répondent pré-
sent qu’il neige, qu’il pleuve ou qu’il vente.
Ils l’ont encore une fois prouvé. Avec ses
même valeurs de solidarité et sa conscience
nationale, l’Algérie à de quoi se construire
un avenir serein ou le credo du développe-
ment, du civisme, de la citoyenneté et de la
dignité prennent tout leur sens. Le patrio-
tisme qui est en nous doit nous servir à croire
en ce pays, en ses hommes les plus loyaux
et en son peuple capable de relever les défis
qui l’attendent pour s’assurer une existence
digne des sacrifices de nos valeureux mar-
tyrs… qui ont arrosé de leur sang la terre
bénie d’Algérie, qu’ils ont voulu prospère et
tournée vers le progrès et la justice pour
tous.
Mohamed-Amine Azzouz
L’Algérie ce grand pays, l’Algérie des martyrs, l’Algérie du génie, de la culture et de la terre des hommes libres, nous interpelle à chaque fois
qu’il s’agit de l’intérêt national et cela dans tous les domaines de la vie.
El Moudjahid/Pub ANEP 132264 du 09/07/2014
Publicité
Dans l’objectif de former des cadres élites, aspirant à réaliser un parcours
professionnel prometteur, la Direction des Ecoles des Cadets de la Nation organise
un concours à titre d’épreuve pour le recrutement de 560 cadets au titre de l’année
scolaire 2014-2015, dont 300 cadets pour la deuxième et la troisième années
moyennes, au profit de l’Ecole des Cadets de la Nation de Béchar, et 260 cadets
pour la première année secondaire, au profit des deux Ecoles de la Nation de Blida
et d’Oran.
L’accès à l’Ecole est ouvert aux élèves remplissant les conditions suivantes :
Concernant la deuxième (02) et la troisième (03) années moyennes :
• Etre de nationalité algérienne ;
• Avoir une moyenne annuelle de l’année scolaire 2013-2014 égale ou supérieure
à 12/20 ;
• Etre né en 2002 et après, pour les candidats aux concours d’admission en 2
e
année, et en 2001 et après, ainsi pour les candidats aux concours d’admission en
3
e
année ;
• Avoir une bonne condition physique et aptitude médicale ;
• Admission au concours de sélection.
Pour la première année secondaire :
• Etre de nationalité algérienne ;
• Avoir une moyenne au Certificat d’Enseignement Moyen annuelle de l’année
scolaire 2013-2014, égale ou supérieure à 12/20 et être admis à la première année
secondaire dans la filière sciences et technologie ;
• Etre né en 1999 et après ;
• Avoir une bonne condition physique et aptitude médicale ;
• Admission au concours de sélection.
Dossier d’inscription au concours :
Pour les candidats du cycle moyen :
• Demande manuscrite pour la participation au concours, formulée par le tuteur légal,
comportant l’adresse exacte et le numéro de téléphone (nécessaires) ;
• Copies des bulletins du premier et du deuxième trimestres, ainsi que le bulletin
annuel de l’année scolaire 2013-2014.
L’inscription se fera sur le site électronique : http://preinscription.mdn.dz, ou par
envoi à l’adresse ci-dessous :
Ministère de la Défense Nationale
Direction des Ecoles des Cadets de la Nation
Boîte postale 184 Alger-Gare - Alger.
Pour la première année secondaire : Les inscriptions se feront exclusivement
sur le site électronique : http://preinscription.mdn.dz.
Observation : La date limite pour les inscriptions et la réception des dossiers de
candidature, au niveau de la Direction des Cadets de la Nation, est arrêté au 31
juillet 2014.
Pour de plus amples informations, visitez le site électronique :
http://preinscription.mdn.dz.
Publicité
JO D'HIVER-2022
Oslo, Almaty et Pékin retenues
villes candidates à l'organisation
Les villes requérantes d'Oslo (Norvège), Almaty (Kazakhstan) et
Pékin (Chine) ont accédé à la phase de "villes candidates" dans le
cadre de la procédure de candidature à l'organisation des Jeux Olym-
piques d'hiver de 2022, a indiqué le Comité international olympique
(CIO). La décision a été prise, à l'unanimité, par la commission exé-
cutive (CE) du CIO, sur la base d’une "analyse technique des de-
mandes de candidature soumises par les villes requérantes en début
d'année", ajoute l'instance olympique internationale. " L'examen et le
rapport qui a suivi, ont été réalisés par un groupe de travail nommé
par le CIO et composé d'experts des Jeux Olympiques qui ont évalué
la capacité de chaque ville requérante à organiser des Jeux Olympiques
d’hiver réussis en 2022", a souligné le CIO.
Madjid Bougherra sur les tablettes de Derby County
Pas de procédure contre le Colombien Zuniga
Le capitaine de la sélection algérienne de football
Madjid Bougherra en fin de contrat avec Lekhwiya SC
(première division qatarie), serait dans le viseur de la for-
mation anglaise de Derby County, rapporte lundi la
presse locale. Selon le journal Daily Star, le club anglais
de 2
e
division (championship) est en négociations avec le
défenseur des Verts qui pourrait rejoindre l'équipe an-
glaise la saison prochaine. Outre Derby County, l'ancien
joueur de Lekhwiya SC intéresse également deux autres
équipes anglaises : Leicester City FC, le nouveau promu
en Premier League qui compte dans ses rangs l'interna-
tional algérien Riyad Mahrez et Crystal Palace FC ou
évolue le milieu international algérien Adlene Guedioura.
Bougherra, 31 ans, connait bien le football britannique
pour avoir évolué, notamment à Sheffield Wednesday FC
et aux Glasgow Rangers avant d'effectuer une expérience
de trois ans dans le championnat de Qatar. Bougherra a
pris part avec la sélection algérienne de football au Mon-
dial 2014 au Brésil. Il avait disputé deux matches comme
titulaire contre respectivement la Belgique et la Corée du
Sud et une fois comme remplaçant face à l'Allemagne (1-
2 a.p) en 8
es
de finale.
Aucune procédure disciplinaire ne sera ouverte contre
le joueur colombien Juan Zuniga, qui a blessé Neymar, et
le carton jaune, synonyme de suspension pour la demi-fi-
nale du Mondial-2014, sera maintenu pour le Brésilien
Thiago Silva, a annoncé lundi la commission de discipline
de la Fédération internationale de football (FIFA). "Dans
ce cas particulier, aucune action rétrospective ne peut être
prise, l'incident impliquant le Colombien Juan Zuniga
n'ayant pas échappé à l'attention des arbitres", a indiqué la
commission de discipline de la FIFA dans un communiqué,
regrettant "profondément l'incident et les sérieuses consé-
quences sur la santé de Neymar". Concernant le carton
jaune du défenseur de la Seleçao, Thiago Silva, la commis-
sion "ne peut se saisir de ce cas, car il n'y a pas de base lé-
gale pouvant justifier une telle requête". La Confédération
brésilienne de football avait demandé dimanche dernier à
la FIFA d'ouvrir une procédure disciplinaire contre Zuniga,
ainsi que le retrait du carton jaune infligé à Thiago Silva.
Ce deuxième carton jaune dans le tournoi pour le joueur
du Paris SG, entraîne sa suspension automatique pour la
demi-finale face à l'Allemagne mardi. Ce n'est qu'à partir
des demi-finales que les joueurs qui n'ont qu'un carton
jaune voient leur compteur remis à zéro. A l'issue du quart
de finale Brésil-Colombie (2-1), le coach de la Seleçao,
Luiz Felipe Scolari, avait déjà protesté contre les décisions
arbitrales : "Je pose la question : Même pas un carton jaune
(pour le coup donné sur Neymar)? Rien. Thiago (Silva)
passe devant le gardien, carton jaune. C'est incompréhen-
sible. Et, tout le monde sait que Neymar est chassé sur le
terrain". Le coup de genou donné par Zuniga dans le dos
de Neymar a provoqué une fracture d'une vertèbre. Le
joueur vedette du Brésil ne pourra retrouver les terrains que
dans un mois et demi.
Le gardien de but de la sélection
chilienne Claudio Bravo a rejoint of-
ficiellement, lundi, les rangs du FC
Barcelone, pour disputer le poste de
gardien N.1 du club espagnol, rap-
porte la presse locale. Lors de sa pre-
mière conférence de presse, Claudio
Bravo s'est dit confiant en ses condi-
tions et compétences. "Je viens dans
un Club pour lequel de grands gar-
diens ont joué, c'est un défi immense,
a-t-il souligné. Le journal chilien La
Roja Deportes a qualifié Claudio
Bravo, meilleur gardien de but dans
l'histoire du football chilien, compte
tenu de son parcours sportif et grâce
à sa remarquable prestation pendant
la coupe du Monde 2014, au Brésil,
ainsi que lors du précédent Mondial
en Afrique du Sud.
Le gardien de but chilien Claudio Bravo
rejoint officiellement le FC Barcelone
EL MOUDJAHID 31
Mercredi 9 Juillet 2014
Sports
MONDIAL 2014 (DEMI-FINALES)
Aujourd’hui à 21 h, à Sao Paulo
ARGENTINE-HOLLANDE
Les Argentins face à un dur morceau
Cette deuxième demi-finale de ce Mondial brésilien promet énormément entre deux équipes qui se sont déjà rencon-
trées par le passé. Donc, leur face à face et loin d’être inédit. On se rappelle que les deux équipes s’étaient retrou-
vées en 1974, en Allemagne.
E
t là, on a assisté à un match à rebondisse-
ment. Les Hollandais menaient par 2à0
avant de voir les Argentins revenir à la
marque et inscrire coup pour coup deux buts qui
leur ont permis d’égaliser. Lors du Mondial fran-
çais en 1998, au stade Vélodrome de Marseille,
les deux larrons se sont retrouvés face à face pour
un quart de finale pour le moins détonant. Les
Hollandais avec le Davids, Patrick Kluivert, Riez-
zeger, Denis Berkamp…avaient réussi à dominer
les débats grâce à leur très bonne circulation de
balle qui « a endormi le vis-à-vis » en le privant
de ballons. C’est ce qui est arrivé, puisque l’Ar-
gentine de Batistuta, Lopez, Ortega, Ayala… s’est
faite surprendre par une jolie action hollandaise
bien ponctuée par Kluivert. Ce but avait pour effet
de «scier» les jambes à des Argentins pourtant qui
n’ont jamais été aussi talentueux. Ils arriveront fi-
nalement par égaliser en seconde période par Or-
tega. Néanmoins, les Hollandais n’ont pas pour
autant desserrer l’étau, puisqu’ils ajouteront en fin
de partie par ajouter le deuxième but, celui de la
qualification pour les demi-finales. Au prix d’une
action de haute facture, il évite son vis-à-vis avant
de tromper d’une balle bien appuyée le gardien
argentin.
Par conséquent, les Argentins de Messi ont
tous les droits du monde de se méfier de cette
équipe batave qui n’abdique pas facilement.
Certes, l’Albiceleste a réussi jusqu’ici un parcours
parfait en remportant tous se matches. C’est une
façon de montrer qu’il s’agit d’une «véritable ma-
chine» que personne n’arrête. De plus, avec un
Messi au summum de sa forme, on ne peut que
s’attendre à un exploit des Argentins face à ces
Hollandais qui ne leur font pas toujours de ca-
deau. Avec l’absence de Di Maria blessé, la tâche
pourrait par se compliquer pour les protégés de
Sollana. Outre cela, ils auront face à eux une
équipe hollandaise qui n’a jamais été aussi forte
que durant ce Mondial. Elle a fait montre d’une
très grande régularité au point de tout dévaster sur
son passage. Avec Arjen Robben, van Persie et
Sneijder pour ne citer que ceux-là, les Hollandais
auront une belle carte à jouer. Leur quart de finale
face au Costa Rica nous a révélé une grande
équipe hollandaise qui avait dominé les débats de
la tête et des épaules. Sans les ratages de leurs at-
taquants, notamment Sneidjer (un poteau et une
transversale) le score aurait été tout autre.
Toutefois, à la 117
e
minute des prolongations,
les Costariciens ont raté la balle de la qualifica-
tion. Il est certain qu’on va assister à un match très
serré entre deux équipes qui en veulent. Les Ba-
taves voudront se qualifier afin de prétendre rem-
porter leur premier titre mondial, alors que les
Argentins rêvent d’aller en finale et chercher leur
troisième étoile.
Hamid Gharbi
Le Turc Cuneyt Cakir
au sifflet
C’est finalement le Turc Cuneyt Cakir
qui sera au sifflet de la seconde demi-finale
du Mondial 2014. Il officiera, ainsi pour la
troisieme fois dans cette compétition, après
avoir eu l’occasion de diriger Algérie-Rus-
sie et Brésil-Mexique. L’arbitre de 37 ans,
international depuis 2006 déjà, sera assisté
par ses deux compatriotes, Bahattin Duran
et Tarik Ongun. Malgré son jeune âgé, Cu-
neyt Cakir a beaucoup d’expérience.
Il a déjà fait ses preuves lors des
matches Champions League et Europa
League. Il a aussi arbitré la finale de la
coupe du monde des clubs en 2012 entre le
club Brésilien Corinthians et Chelsea (An-
gleterre), ainsi que la demi-finale de l’Euro
2012 opposant l’Espagne au Portugal. C’est
seulement le second arbitre turc a avoir par-
ticipé a une phase finale de Coupe du
monde, après Dogan Babacan lors de l’édi-
tion 1974 en République fédérale d’Alle-
magne.
R. S.
A
N
E
P

1
3
0
0
0
1

d
u

0
9
/
1
1
/
2
0
0
3
Publicité
Le niveau n’a jamais
été aussi bon
n
Il est vrai que les amateurs du «ballon
rond» ont été charmés par les prouesses
effectuées par les « stars » du football depuis
que le Mondial brésilien a débuté le 12 juin
dernier avec le fameux match inaugural entre
le Brésil et la Croatie. Les observateurs ont
aussitôt remarqué que la logique n’avait pas
droit de cité du fait que les outsiders ont joué
presque sur un «terrain conquis». Car, il y’a
lieu de relever les «coups de gueule», le pied de
nez porté à l’ordre des valeurs. En effet,
lorsqu’on voit que la Roja, le champion du
monde en titre faire sa révérence dès le premier
tour, l’Italie, l’Angleterre, le Portugal, on se dit
que, quelque part, beaucoup de choses ont
changé, puisque même des équipes qui
prennent part pour la première fois à un
Mondial ou qui ne figurent pas parmi les
grandes nations du football se frayent un
chemin pour venir «titiller» ceux qu’on nomme
les «intouchables». Certes, le dernier carré d’as
est composé essentiellement de formations qui
avaient l’habitude de faire partie des grands,
même si la Hollande qui est arrivée à plusieurs
reprises en finale n’a jamais remporté jusqu’ici
de Mondial. Les autres sont truffées d’étoiles.
Le Brésil a remporté cinq titres, l’Allemagne
trois et l’Argentine deux. Donc, quelque part,
l’ordre établi est respecté et les autres nations se
contentent que de se qualifier pour le deuxième
tour ou tout au mieux atteindre les quarts de
finale. C’est là où tout le monde descend du
«bus» qui mène à la finale et la consécration.
Ce n’est pas demain que ces équipes vont
prétendre forcer le destin.
Toutefois, il faut reconnaître que cette 20
e
édition du mondial a tenu toutes ses pro-
messes. Les stades que l’on pensait qu’ils ne
seront jamais terminés à temps ont été ainsi
la fierté de tout un peuple, puisqu’on a assisté
à des matches dans de beaux stades avec de
belles pelouses. Ce qui a donné une aura en-
core plus retentissante au spectacle. Le coach
italien de la Russie, Fabio Capello, n’a-t-il
pas affirmé «qu’on a jamais vu un Mondial
avec un niveau aussi élevé». C’est vrai qu’on
a eu peu de matches déséquilibrés, sauf peut-
être durant le premier tour où on avait assisté
à des scores de 5-2, des 4-0. Par ailleurs, tous
les matches ont été animés et surtout serrés,
puisque la décision ne s’est décantée que du-
rant les prolongations ou les tirs au but.
Rien ne fut donc facile même pas pour le pays
organisateur : le Brésil. C’est ce qui donne
plus de crédibilité à la performance de notre
équipe nationale qui est tombé dans un
groupe qui n’était nullement facile. Elle s’en
est très bien débrouillée en parvenant d’une
façon historique à se qualifier pour le 2
e
tour,
chose qui ne nous est pas arrivée après trois
participations avant le rendez-vous brésilien.
Donc, ceux qui disent que ce Mondial a été
«ennuyeux» sont loin de la vérité et montrent
même leur légèreté dans la propension de dis-
tinguer entre le bon grain et l’ivraie. Et ce
n’est pas le décès du légendaire Alfredo Di
Stéfano à la veille du déroulement des demi-
finales de ce Mondial brésilien qui va nous
démentir.
Hamid Gharbi
CHRONIQUE BRÉSILIENNE
Décès du légendaire Alfredo Di Stefano à 88 ans
L'ancienne star du football mondial et du
Real Madrid, Alfredo Di Stefano, est décédé
lundi à Madrid, au surlendemain d'une crise
cardiaque qui l'a plongé dans le coma, a an-
noncé la Fédération espagnole. "Alfredo di
Stefano est mort ce lundi, à l'hôpital Grego-
rio Maranon à l'âge de 88 ans, après avoir été
victime d'un arrêt cardio-respiratoire", a
annoncé la Fédération sur son compte Twit-
ter puis dans un communiqué. Le joueur his-
pano-argentin, président d'honneur du Real
Madrid, avait fêté ses 88 ans vendredi. "Le
président du Real Madrid, Florentino Perez
et la direction du club tiennent à exprimer
leurs plus profondes condoléances et toute
leur affection à ses enfants, à ses proches et
ses amis", a réagi le club merengue dans un
communiqué. Le natif de Buenos Aires avait
effectué ses débuts comme footballeur dans
le club de la capitale argentine River Plate
(1939-1945).
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 112.16
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.368 $
LE MOUDJAHID
MOHAMED MECHATI INHUMÉ HIER
Une vie dédiée à la cause
nationale
I
nhumé hier au paisible et discret cimetière du saint
patron de la ville d’Alger, Sidi Abderrahmane,
conformément à sa dernière volonté, le moudjahid
Mohamed Mechati, un des valeureux combattants pour
la liberté, un des derniers survivants et révolution-
naires du Groupe des 22, à l’origine du déclenchement
de la lutte de Libération nationale, le défunt Mohamed
Mechati, est allé trouver le repos éternel en rejoignant
tous ces glorieux combattants et vaillants martyrs de
la liberté. C’est au cœur de l’antique quartier de La
Casbah, un bastion de la résistance populaire, que ce
patriote voulait être enterré en compagnie de hadj
Ahmed Bey et consorts. Il est difficile de résumer, en
quelques mots, ce que fut le parcours militant de feu
Mohamed Mechati. Notons que ce membre du fameux
Groupe des 22 a vu le jour le 21 mars 1921 dans une
famille modeste à Constantine. Il rejoint le Parti du
peuple algérien (PPA), l'Organisation secrète (OS), le
Mouvement de triomphe des libertés démocratiques
(MTLD), ainsi  que le Comité révolutionnaire pour
l'unité et l'action (CRUA), où il se distingue par son
militantisme actif. Début 1954, il est contraint de quit-
ter le territoire national pour se soigner en France.
Lorsqu'il est rétabli, il rejoint la Fédération de France
du Front de libération nationale (FLN). 
Arrêté par les Français en août 1956, il a été incar-
céré dans plusieurs pénitenciers français avant d'être
libéré en 1961. Avec l’indépendante, il a occupé diffé-
rents postes diplomatiques, dont celui d'ambassadeur
d'Algérie en Allemagne. Il a également exercé la fonc-
tion de vice-président de la Ligue algérienne des droits
de l'homme (LADH). En 2000, Mohamed Mechati ré-
digea un livre-témoignage, Militant de l'Algérie indé-
pendante, Mémoires 1921-2000, édité chez Casbah
Editions.
Le poids de l’âge et les vicissitudes du temps n’eu-
rent aucun effet sur ses capacités physiques et intellec-
tuelles, s’évertuant à ne ménager aucun effort pour
fournir à la jeunesse, de précieuses contributions et
des éclairages historiques à ceux  qui en éprouvaient
la nécessité. Son souci n’ a jamais décliné dès lors qu’il
s’agit de nouer des liens très étroits et fructueux avec
les professionnels des médias, les historiens et les
chercheurs, s’astreignant sans discontinuer, à un im-
périeux devoir de mémoire sur des périodes et des
étapes clés de notre glorieuse Révolution de Novembre
1954, se faisant un point d’honneur de veiller à poser
les jalons d’une meilleure connaissance et d’une bonne
compréhension de faits liés à cette période de l'histoire
du pays. C’est d’autant plus légitime que feu Moha-
med Mechati est un des militants incontournables de
l'épopée révolutionnaire. Il se concevait de son vivant
comme un témoin impartial livrant, sans parcimonie
et avec une liberté de ton non dénuée de sincérité, la
somme de ses connaissances .Il n’avait eu de cesse de
plaider en faveur d’un rôle accru, pour ne pas dire dé-
cisif des historiens, sur l’impératif de consigner sans
relâche les pages glorieuses de notre combat pour l’in-
dépendance.
Ses compagnons et amis retiennent de lui, le sou-
venir d’un militant dévoué à la cause nationale, un es-
prit fort qui s’assume sans ambages, a tenu à relever
une de ses proches.
D’un avis unanime, Mohamed Mechati figurait in-
contestablement parmi les jeunes qui se sont engagés
au sein du PPA et avaient sacrifié leur vie pour l'indé-
pendance du pays. Pour y être admis, il fallait faire
preuve de discipline, de rigueur, d'honnêteté et de mo-
ralité, et il a été un exemple et un homme d'exception
du mouvement national. Comptant parmi les plus in-
times amis du défunt, Ahmed Benyahia a souligné l'ap-
port indéniable de feu Mechati qui est demeuré fidèle
au sens de l'histoire, toujours "jeune" à 93 ans, tant il
était attaché aux valeurs de liberté, de démocratie et
de justice. Décédé jeudi dernier dans un hôpital à Ge-
nève, il était un des cinq survivants du Groupe des 22
à l'origine du déclenchement de la Révolution algé-
rienne en 1954, aux côtés d’Amar Benaouda, Zoubir
Bouadjadj, Abdelkader Lamoudi et Athmane Belouiz-
dad.
M. Bouraib
ALGÉRIE — ÉTATS-UNIS
Le Président Obama salue le « rôle de premier
plan » de l’Algérie dans la région
LE MINISTRE FRANÇAIS DE L’INTÉRIEUR :
« La France sera ferme à l’égard de ceux qui
s’attaquent à la communauté musulmane »
«La France sera ferme à l’égard de ceux
qui s’attaquent à la communauté musul-
mane», a affirmé le ministre français de l’In-
térieur, Bernard Cazeneuve, lors d’une soirée
de rupture du jeûne, lundi à la Grande mos-
quée de Paris. «Le gouvernement (français,
ndlr) fera preuve d’une totale fermeté à
l’égard de ceux qui s’attaquent à votre com-
munauté», a-t-il déclaré, devant un parterre
composé essentiellement de diplomates
arabes et musulmans, de personnalités du
culte musulman et de responsables associa-
tifs. Lors de cette rencontre à laquelle a éga-
lement pris part l’ambassadeur d’Algérie en
France, Amar Bendjama, le ministre chargés
des cultes français a prévenu que quiconque
attaque un Français en raison de sa confes-
sion ou de son origine doit être «impitoya-
blement recherché, arrêté et puni». Il a
auparavant dit comprendre l’inquiétude de la
communauté musulmane en France lorsque
s’expriment des messages de haine contre
l’islam, que d’autres criminels profanent des
mosquées, insultent ou attaquent lâchement
des femmes musulmanes dans la rue parce
qu’elles portent le foulard. «Il s’agit là
d’actes intolérables. Je veux vous dire que le
gouvernement fera preuve d’une totale fer-
meté à l’égard de ceux qui s’attaquent à
votre communauté», a affirmé M. Caze-
neuve, battant en brèche la thèse de ceux qui
veulent faire l’amalgame entre islam et vio-
lence. «Associer l’islam à la violence, ce
n’est pas seulement vouloir dresser les Fran-
çais les uns contre les autres, c’est profondé-
ment méconnaître, ce que sont l’islam et le
fait religieux», a-t-il soutenu, citant le prési-
dent François Hollande qui, lors d’une ré-
cente déclaration, affirmait que la France sait
que l’islam et la démocratie sont compati-
bles. Le recteur de la Grande mosquée de
Paris, Dalil Boubekeur, s’est dit «très sensi-
ble et ému» de l’attention du ministre fran-
çais de l’Intérieur qui a répondu
favorablement à son invitation. «Son souci
de faire de la France, musulmane ou non mu-
sulmane et tous individus rassemblés, un
pays pacifique et de tolérance, m’a vraiment
ravi», a indiqué le président du Conseil fran-
çais du culte musulman, lors d’un point de
presse, à l’issue de la cérémonie, marquée
aussi par la présence de nombreux responsa-
bles locaux, dont des députés-maires. La
France compterait entre 5,5 et 6 millions de
musulmans, a en croire des chiffres récents
du ministère de l’Intérieur et des Cultes.
L
e Président des États-
Unis d’Amérique, Ba-
rack Obama, a salué le
“rôle de premier plan” de
l’Algérie dans la région, et
s’est dit “prêt à poursuivre la
collaboration entre les deux
pays sur les questions d’inté-
rêt commun”, dans un mes-
sage adressé au Président
Bouteflika, à l’occasion de la
célébration du 52
e
anniver-
saire de la fête de l’Indépen-
dance nationale. “C’est au
nom du peuple américain
que j’aimerais vous présenter
nos meilleurs vœux au mo-
ment où l’Algérie célèbre sa
Fête nationale le 5 juillet”, a
écrit Obama dans son mes-
sage au Président de la Répu-
blique, Abdelaziz Bouteflika,
faisant observer qu’“il est de
bon aloi que nos fêtes natio-
nales soient célébrées à des
dates si proches l’une de
l’autre”. “La relation entre
l’Algérie et les États-Unis a
une longue histoire, et je suis
ravi du niveau de coopéra-
tion et de partenariat que
nous partageons avec le peu-
ple de l’Algérie”, a poursuivi
le Président américain, ajou-
tant que “nous sommes enga-
gés à développer ce
partenariat en tissant des
liens économiques et sociaux
plus resserrés, ainsi que de
poursuivre notre coopération
contre le fléau du terro-
risme”.
“J’applaudis l’Algérie
pour le rôle de premier plan
qu’elle joue dans la région, et
suis prêt à poursuivre notre
collaboration sur les ques-
tions d’intérêt commun, dans
les années à venir”, a encore
souligné Barack Obama.
P
h

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
GRAVE ESCALADE DE LA VIOLENCE ISRAELIENNE EN PALESTINE
L’Algérie appelle la communauté internationale à agir d’urgence
L’Algérie a appelé la commu-
nauté internationale à agir d’ur-
gence pour mettre fin à l’escalade
grave de la violence isralienne en
Palestine et condamné avec force
la poursuite des agressions bar-
bares à l’encontre du peuple pa-
lestinien dans la bande de Ghaza,
en Cisjordanie et dans l’ensemble
des territoires occupés.
L’Algérie considère que «ces
attaques féroces n’auraient jamais
atteint une telle ampleur d’intimi-
dation des Palestiniens et de res-
triction des libertés sans le silence
coupable de la communauté internatio-
nale qui encourage l’occupation à pour-
suivre sa politique arbitraire,
expansionniste et criminelle», a indiqué
un communiqué du ministère des Af-
faires étrangères publié hier. L’Algérie
qui voit en ces agressions répétées, une
«autre scène d’un épisode qui ne cesse
de renouer avec l’injustice, l’oppression
et les tueries», appelle avec «insis-
tance» tous les États et organisations in-
ternationales auxquels incombe la
responsabilité de protéger les terres
et le peuple palestinien de l’op-
pression israélienne à «agir afin
d’imposer le respect des règles et
principes du droit international et
humanitaire, en particulier la 4
e
Convention de Genève et tous les
instruments juridiques internatio-
naux y afférents qui garantissent au
peuple palestinien sans défense le
droit de vivre en sécurité». L’Algé-
rie, ajoute la même source, «ne
ménage aucun effort tendant à
consolider la solidarité internatio-
nale avec le peuple palestinien
frère pour faire face aux violations is-
raéliennes, et continuera à poursuivre
l’objectif escompté qui consiste en
l’établissement d’un État palestinien in-
dépendant, avec El-Qods Echarif pour
capitale».
LIGUE ARABE
Appel au Conseil de sécurité à prendre les mesures nécessaires
pour mettre fin à l'agression israélienne
Le secrétaire général de la Ligue
arabe, Nabil El-Arabi, a appelé le
Conseil de sécurité à prendre les me-
sures nécessaires pour mettre fin à
l'agression israélienne contre la Bande
de Ghaza qui a fait plus de 14 morts et
des dizaines de blessés.
Le SG de la Ligue arabe poursuit ses
concertations avec le Président palesti-
nien, Mahmoud Abbas, sur les derniers
développements de la situation dans la
Bande de Ghaza, ainsi qu'avec les mi-
nistres arabes des Affaires étrangères.
El-Arabi a exprimé sa "profonde"
préoccupation à l'égard de cette esca-
lade israélienne dangereuse des opéra-
tions militaires contre la Bande de
Ghaza, mettant en garde contre les re-
tombées sur la situation humanitaire de
la population de Ghaza, vu la persis-
tance des crimes et violations israé-
liennes contre les civils palestiniens en
violation flagrante du droit internatio-
nal, des conventions de Genève et des
décisions internationales y afférentes.
Le secrétaire général de la Ligue arabe
a également présenté ses condoléances
à la famille du jeune Palestinien, brûlé
vif par des colons juifs. Par ailleurs, le
Président palestinien, Mahmoud Abbas,
a appelé hier Israël à l'arrêt immédiat de
l'escalade et du bombardement de la
Bande de Ghaza, appelant la commu-
nauté internationale à une intervention
immédiate et urgente afin de mettre un
terme à cette dangereuse escalade, qui
risque de faire plonger la région dans
la destruction et l'instabilité.
ALGÉRIE-MALAISIE
Khelil Mahi évoque
avec l’ambassadeur
les moyens
de consolider les
relations bilatérales
Le ministre des Relations
avec le Parlement, Khelil
Mahi, a passé en revue, hier à
Alger, avec l’ambassadeur de
Malaisie, Mohd Tarid Bin
Sufian, les voies et moyens de
consolider les relations bilaté-
rales dans divers domaines,
indique un communiqué du
ministère.
Les deux parties ont relevé
«la profondeur des relations
bilatérales entre l’Algérie et la
Malaisie, ainsi que les voies
et moyens de les renforcer
dans tous les domaines d’in-
térêt commun», précise la
même source. «La nécessité
d’impulser la coopération bi-
latérale au plan parlemen-
taire» a été également
soulignée.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful