You are on page 1of 8

Explorateurs

et grands
voyageurs
Musée national de la Marine/A. Fux

L
es grandes
explorations
se développent
aux réflexions morales et philosophiques.
Du fait de l’arsenal et de l’école
de médecine navale, Rochefort joue
à partir du XVIIIe un rôle important dans la formation
siècle grâce des voyageurs naturalistes et dans la
aux progrès diffusion des connaissances au XIXe siècle.
techniques Chef de l’île Borabora. Mai et Téffaora. Voyage autour du monde sur la corvette La Coquille, 1826.

et scientifiques, et
au soutien financier
Compas renversé, et logistique des Etats.
Chesse Jean-Charles, 1768.
Des expéditions
maritimes autour du

Marc Deneyer. Médiathèque municipale, Rochefort


monde sont missionnées
par la France et la Grande-Bretagne.
A bord sont embarqués des naturalistes,
des dessinateurs, des astronomes,
des cartographes qui ont pour mission
d’inventorier des terres inconnues.
Les savants décrivent les espèces des
AVENTURES SCIENTIFIQUES
trois règnes (animal, végétal, minéral) ET HUMAINES
et dessinent la carte au fur et à Ces expéditions n’ont pas seulement
mesure qu’ils longent de nouvelles contribué à faire progresser les sciences
côtes ou qu’ils pénètrent dans naturelles et à enrichir les collections
de nouveaux territoires. des muséums. Elles ont aussi servi
Ainsi des milliers de plantes exotiques les intérêts économiques et politiques
sont collectées, conservées et envoyées des puissances occidentales engagées
en Europe afin que des jardiniers dans la colonisation. Néanmoins, que
tentent de les acclimater. l’exploration soit collective ou solitaire
Ces découvertes donnent lieu à une (comme René Caillié), c’est toujours
abondante littérature scientifique, une aventure humaine qui pousse vers
à des débats sur la nature et sur les l’inconnu ; qu’il s’agisse
populations rencontrées, ainsi qu’à du monde
une profusion de récits de voyages physique,
où le pittoresque se mêle souvent de soi-même
aux remarques ethnographiques, ou de l’autre.

Dessin coupe longitudinale de l'Hermione, Jean-Benoît Héron. Tête de l’île de Pâques


conservée à l'école
de médecine navale
de Rochefort.
Musée national de la Marine / P. Dantec
Archives de la Marine, Archives Nationales, Paris.
LOUIS

Olivier Neuillé Médiathèque François Mitterrand, Poitiers


ANDRÉ THEVET AUDOUIN-DUBREUIL

RENÉ CAILLIÉ

LOUIS RENÉ-PRIMEVÈRE
AUDOUIN-DUBREUIL LESSON

AIMÉ BONPLAND

ALCIDE D’ORBIGNY
ANDRÉ THEVET
PIERRE-ALDOLPHE
LESSON

EXPLORATEURS ET SAVANTS DU POITOU-CHARENTES


RÉDACTEURS : EXPLORATEURS ET GRANDS VOYAGEURS : Jean-Luc Terradillos, rédacteur en chef de l’Actualité Poitou-Charentes • ANDRE THEVET : Sophie Apert, écrivain, exploratrice • AIME BONPLAND : Colette Aunis-Lavenue, responsable
de l'espace sciences et techniques, Médiathèque Michel-Crépeau de La Rochelle • Valérie Denier, responsable de l’espace patrimoine, Médiathèque Michel-Crépeau de La Rochelle • Aline Treuil, responsable de l’espace pensée, société, civilisation, Médiathèque
Michel-Crépeau de La Rochelle • LES FRERES LESSON : Yvonne Bouvier Graux, conservatrice, Médiathèque de Rochefort • Denis Roland, attaché de conservation du patrimoine, Musée national de la Marine, Rochefort • Claude Stéfani, conservateur Hotel
Hèbre de Saint-Clément, Musée d’art et d’histoire de Rochefort • RENE CAILLIE : Laurent Biard, documentaliste, collège de Thénezay • ALCIDE d’ORBIGNY : Christine Guitton, responsable information scientifique, Espace Mendès France • Michèle Dunand,
conservatrice, Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle • Michael Rabiller, animateur, Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle • LOUIS AUDOUIN- DUBREUIL : Gabrielle Souchon et Brigitte Derbord, Bibliothèque municipale de Saint-Jean d’Angély.

Exposition produite par l'Espace Mendès France, le centre de culture scientifique technique et industrielle en Poitou-Charentes, dans le cadre de "La Science se livre", opération initiée par le
Conseil général des Hauts-de-Seine, avec les soutiens financiers du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et du Conseil régional de Poitou-Charentes.

Remerciements : Médiathèque de Rochefort, Hotel Hèbre de Saint-Clément - Musée d'art et d'histoire de Rochefort, Musée national de la Marine de Rochefort, Médiathèque Michel-Crépeau de La
Rochelle, Muséum d'histoire naturelle de La Rochelle, Bibliothèque municipale de Saint-Jean d'Angely, Médiathèque François Mitterand de Poitiers, Médiathèque de Niort, Société de Géographie
de Paris, Musée national de la Marine de Paris, Centre international de la mer de Rochefort.

Cette exposition est disponible gratuitement à l’itinérance en Poitou-Charentes.

CONTACT : Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, BP 80964 - 86038 Poitiers cedex 05 49 50 33 00 www.maison-des-sciences.org • CONCEPTION GRAPHIQUE : Fred Briand • IMPRESSION : TDI
André
Thevet
> Angoulême, 1516 ? - Paris, 1592
André Thevet
Fils cadet d’une famille

UNE VILLE,
de chirurgiens-barbiers.

Olivier Neuillé Médiathèque François Mitterrand, Poitiers


Orgueilleux, il se mettra
toujours en valeur dans

UNE DYNASTIE ses ouvrages, par le


texte ou l’image.

André Thevet entre, contre son gré,


au couvent des Cordeliers d’Angoulême.
Sa vie est presque concomitante
au règne des Valois-Angoulême.
D’Henri II à Henri III, il sert quatre rois
ALLER VERS LE MONDE
en traversant la période troublée Le XVIe siècle est l’époque des grands
des guerres de Religion. Il est également voyages où l’on découvre un monde
aumônier ordinaire de Catherine de immense, souvent différent de celui
Médicis. Après une période de voyages décrit par les Anciens et les Ecritures.
lointains, Thevet reste à Paris, plus L’Eglise et la cosmographie ne font
au service de la dynastie d’Angoulême pas bon ménage. Curieux du monde,
que de la ville. convaincu de la supériorité de l’expérience
sur les livres, Thevet va voyager.
En 1549, il part pour l’Italie
et prolonge son voyage vers le Levant,
Cathédrale
Saint-Pierre d’Angoulême peut-être pour des raisons diplomatiques.
Thevet en sera un chanoine
toujours absent. Puis en 1555, il embarque pour le Brésil.
L’expédition, initiée par Gaspard de
Coligny et commandée par le chevalier
de Villegagnon, a pour but d’installer
en « France Antarctique », une colonie
composée de catholiques et de réformés.
L’expérience est un échec et préfigure
les conflits religieux du royaume
Sophie Apert

de France. Parti comme aumônier,


Chapelle du couvent Thevet n’a séjourné que quatre mois
des Cordeliers d’Angoulême.
sur place, mais le Brésil reste
le voyage dominant de sa vie
sur lequel il établit son autorité
L’amiral Gaspard de Coligny
initiateur de la France
de cosmographe.
Antarctique.
Sophie Apert

L’ananas. Les descriptions botaniques


de Thevet sont nombreuses dans ses ouvrages.
Apert

Le Nouveau Monde en 1575. Au XVIe siècle, la cartographie


Sophie

se précise et s’affranchit de sa finalité religieuse.


Poitiers.
Mitterrand,
ue François
- Médiathèq
Olivier Neuillé
Olivier Neuillé Médiathèque François Mitterrand, Poitiers
Aimé
Bonpland
> Aimé Goujaud dit Bonpland
La Rochelle, 1773 - Santa Ana, Argentine, 1858.

Frédéric Henri Alexandre baron de

UN MÉDECIN-BOTANISTE Humboldt, gravé par Ambroise Tardieu

Première expédition
Les deux jeunes gens rêvent
d’une aventure scientifique : Nicolas
Comme son père, Bonpland entame Baudin comme Bougainville leur
proposent d’intégrer leurs expédi-
en 1791 des études de chirurgie et tions respectives, la campagne
d’Egypte est également
d’anatomie à Paris auprès de Corvisart une perspective passionnante.

Pauquet.
Mais Bonpland et Humboldt met-
avant d’intégrer l’école de médecine tent finalement sur pied leur

: CLaude
propre expédition,
navale de Rochefort. De nouveau à Paris

e. Photo
financée sur les fonds
personnels de Humboldt.

, La Rochell
en 1798, il devient l’élève de Lamarck
RETOUR

Crépeau
et de Jussieu au Muséum. Il y rencontre

èque Michel-
Alexander von Humboldt : leur amitié
AU RIO DE LA PLATA

Médiath
qui les liera plus d’un demi-siècle
commence par un voyage d’exploration En 1816, il s’embarque pour Buenos Aires
de cinq années en Amérique espagnole. où il a pour projet de monter une véritable
En 1808, Bonpland devient l'intendant école naturaliste qui devra notamment
de la Malmaison, domaine améliorer l’exploitation des richesses
de l’impératrice Joséphine, agricoles locales. Mais en 1821, vers le
et le reste jusqu’à la Restauration. Pérou, il raconte :

« … travaillant pour la France,


j’ai été enlevé, de vive force,
par le dictateur Francia, de la province
de Corrientes, contre tout droit
Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle. MS 617.

des gens ; (…) pendant les neuf années


que j’ai été prisonnier dans le Paraguay
et depuis que j’en suis sorti je n’ai cessé
de travailler et d’envoyer de mes
Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle.

collections au Muséum… »
Bonpland à Benjamin Delessert le 17 mai 1840.

DES NATIONS
Aimé Bonpland
EN CONSTRUCTION
par Weger
Imprégnés des idées égalitaires
De Goujaud à Bonpland
Selon la légende, de la Révolution française, Bonpland
apprenant la naissance
du jeune Aimé, et Humboldt vivent leur soif de
son grand-père
se serait exclamé découvertes en Amérique du Sud,
« voilà un bon plant »,
attribuant ainsi en partageant les aspirations politiques
à son petit-fils
un surnom qui n’allait qui agitent les peuples à la recherche de
Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle. Photo : CLaude Pauquet.

plus le quitter.
leur indépendance face à la domination
espagnole. Pendant sa période
de captivité, assigné sur le territoire
des missions jésuites, Bonpland
s'émeut du sort des Indiens.
Il partage sa vie avec une
indienne Guarani qui lui donne
deux enfants. Il participe aux
soulèvements qui ensanglantent
les provinces.
NAISSANCE
D’UNE VOCATION
René Caillié naît à Mauzé-sur-le-
Mignon (Deux-Sèvres) le 28 brumaire an
VIII (19 novembre 1799) au moment du

BNF mss, 2621, f.73


procès de son père. Celui-ci, ouvrier-
boulanger, est accusé du vol de
Mosquée de Djingareiber
quelques écus ; il mourra au bagne de
Rochefort. René Caillié est élevé par sa
mère, puis à la mort de celle-ci, par sa
L’EXPLOIT
grand-mère. Il fréquente l’école de En 1825, René Caillié apprend l’existence
Mauzé, avant d’entrer en apprentissage d’un prix offert par la Société de
chez un cordonnier. Mais l’adolescent Géographie de Paris « au premier
veut prendre une revanche sur la vie. voyageur qui aura pénétré dans
Lecteur de Robinson Crusoë, il n’a qu’un Tombouctou ». Cité mythique, point de
désir : « parcourir des terres rencontre des richesses de l’Afrique,
inconnues ». Or l’Afrique semble un Tombouctou fascine l’Europe.
continent mystérieux et impénétrable. N’espérant plus obtenir de mission
Le 27 avril 1816, René Caillié part pour officielle, René Caillié décide de partir
Rochefort, d’où il embarque pour le seul. Il se joindra aux caravanes de
Sénégal. De 1816 à 1828, il effectue trois marchands qui sillonnent l’Afrique sous
séjours en Afrique, participe à une l’apparence d’un musulman.
expédition et séjourne dans une tribu Parti de Kakondy (Guinée) le 19 avril 1827,
maure, où il apprend l’arabe et s’initie à René Caillié traverse le massif du Foutah
l’Islam. Djallon avant d’atteindre le Niger. Malade,
il reste immobilisé six mois, puis se dirige

René
par la voie fluviale vers Tombouctou, qu’il
atteint le 20 avril 1828. Son périple se
poursuit à travers le Sahara ; il arrive au
Maroc dans un grand état d’épuisement,
avant d’être placé sous la protection de la

Caillié
France et rapatrié le 28 septembre 1828.
A son retour en France, René Caillié reçoit
les honneurs nationaux. Il s’installe en
Saintonge avec sa famille, mais tombe
bientôt dans l’oubli. Très affaibli, il meurt
> Mauzé, 1799 - Champagne, 1838 le 17 mai 1838, à l’âge de 38 ans.
Portrait de René Caillié, 1830. Huile sur toile attribuée
à Amélie Grand-de-Saint-Aubin.

Femme de Tombouctou.
Société de Géographie, Rochefort

Médiathèque Niort
Les frères
Lesson
> René-Primevère
Rochefort, 1794 - Rochefort, 1849
> Pierre-Adolphe
Rochefort, 1805 - Rochefort, 1888

Marc Deneyer. Musée d'art et d'histoire, Rochefort


UNE FORMATION
DE SAVANT ET DE MARIN
René-Primevère et Pierre-Adolphe
Lesson naissent à Rochefort, un des
trois grands arsenaux de la marine
nationale. Leur père est commis de
marine et les deux frères grandissent Hei tiki, pendentif, Nouvelle-Zélande,
collecté par P.-A. Lesson près du cap Otu le 9 mars 1827.
dans un milieu modeste. Les moyens
familiaux ne leur permettent pas de
poursuivre de longues études et tous
deux intègrent l’école de médecine VOYAGER POUR LA SCIENCE,
navale, où la scolarité est gratuite. VOYAGER POUR L’ÉTAT
Munis de ces savoirs, ils parcourent
et décrivent la planète, tous deux dans
un cadre officiel, mais chacun à leur
manière. La vie de René-Primevère est
marquée par le voyage d’exploration de
La Coquille dans le Pacifique commandée
par Duperrey, entre 1822 et 1825, auquel
il participe comme zoologiste. Ce voyage
d’Etat est son seul embarquement.
Pierre-Adolphe enchaîne au contraire
Vue actuelle de la bibliothèque de l’Ancienne école de médecine navale de Rochefort. Les frères
Lesson ont acquis en ce lieu un savoir, un état d’esprit et une foi profonde dans la science. les campagnes, en particulier avec
Dumont-d’Urville sur l’Astrolabe de 1826
à 1829, puis sur la Pylade de 1839 à 1842,
là aussi dans le Pacifique. Il travaille
comme médecin aux Marquises
et à Tahiti, de 1843 à 1849.
Marc Deneyer. Médiathèque municipale, Rochefort

L’Astrolabe dans la tempête. Le navire de Dumont-d’Urville, avec Pierre-Adolphe Lesson à bord,


est pris dans des récifs en Nouvelle-Zélande en 1827.

René-Primevère en sort pharmacien


en 1816, Pierre-Adolphe chirurgien
en 1824. La formation qu’ils reçoivent
est celle des officiers de santé
Musée national de la Marine, Ecole de médecine navale, Rochefort.

du début du XIXe siècle : le savoir


scientifique forme alors une unité
où les disciplines se répondent, loin
de la spécialisation que nous
connaissons au XXIe siècle. Les frères
Lesson reçoivent ainsi un solide
bagage, non seulement en médecine
et en chirurgie, mais également
en botanique, zoologie, géologie,
hydrographie, chimie ou physique.

Portrait anonyme de René-Primevère Lesson, vers 1840. René-Primevère doit son étonnant
prénom au fait d’être né le jour consacré à la primevère dans le calendrier révolutionnaire.
Alcide
d’Orbigny
> Couëron, 1802 - Pierrefitte-sur-Seine, 1857

Médiathèque Michel - Crépeau, La Rochelle


GÉOLOGUE
& PALÉONTOLOGUE
Alcide d'Orbigny grandit dans une
ambiance studieuse. Son père, médecin,
est féru de sciences. La famille vient
s'installer à Esnandes (1816) puis
à La Rochelle (1821). La proximité d'un
grand port permet à Alcide d'Orbigny
de reprendre les travaux de son père sur
de microscopiques coquillages fossiles
contenus dans les sables que les marins
lui font parvenir des quatre coins
UN CHERCHEUR
du monde. Il les dessine, les classe TOUJOURS D’ACTUALITÉ
et les nomme Foraminifères. Aujourd’hui, la stratigraphie
A 23 ans, il présente à l’Académie des et la micropaléontologie sont toujours
sciences les résultats de ses travaux : utilisées notamment dans la prospection
un nouvel ordre animal fossile, les pétrolière. Les Foraminifères ont
Foraminifères, est créé. Il est considéré également permis des avancées dans
comme le père de la micropaléontologie. l’étude des changements du climat.
En se basant sur la répartition Les étages géologiques qu’Alcide
de 27 ensembles foraminifères éteints, d’Orbigny a créés tels le Toarcien,
il propose une division des terrains le Turonien, … sont toujours dans l’échelle
sédimentaires en 27 étages et établit chronostratigraphique de référence.
ainsi la première échelle des temps
géologiques.
Partisan du catastrophisme comme Vue de la rive de La Rochelle, lithographie de Léon-Auguste Asselineau.

Cuvier, il ne croit pas en « l’évolution


des espèces ».
En 1843, il devient président
de la Société Géologique de France.
En 1853, il est nommé professeur
au Muséum national d’histoire naturelle
lorsque Napoléon III crée la chaire
de paléontologie à son intention.
Musée d'Orbigny-Bernon, La Rochelle.

DERNIER VOYAGEUR
Alcide d’Orbigny
NATURALISTE
Lith. d’après nature
par Emile Lassalle. Le Muséum national d’histoire naturelle
Paris : Coulon, 1839.
de Paris remarque la qualité de ses
travaux et lui confie une mission
d’exploration complète du continent
sud américain.
A l’âge de 24 ans, le 30 juin 1826,
il s’embarque à Brest pour
une expédition qui durera 7 ans.
A partir de Buenos-Aires, il explore
le Brésil, l’Argentine, le Paraguay,
le Chili, le Pérou, la Bolivie pour rentrer
à Bordeaux le 24 janvier 1834.
N é à Saint-Jean d'Angély dans une
ancienne famille de négociants
LA PREMIÈRE TRAVERSÉE
en eaux-de-vie (cognac), son destin DU SAHARA EN AUTO
semble tout tracé. Mais la pratique Quand le constructeur André Citroën,
du négoce le passionne moins que les qui a mis au point une voiture à
aventures des grands explorateurs. chenille, charge son directeur, Georges-
Mobilisé en 1914, il est envoyé, en 1917, Marie Haardt, de lancer un raid
dans le sud tunisien, où il crée le camp automobile à travers le Sahara, le nom
d'aviation de Zarzis et prend la tête d'Audouin-Dubreuil s'impose donc
d'une section de tracteurs mitrailleurs immédiatement. Le 7 janvier 1923, vingt
tout terrain. Fasciné par les grands et un jours après avoir quitté Touggourt,
espaces, il acquiert sa réputation l'expédition menée par les deux hommes
de spécialiste du désert et apparaît entre à Tombouctou.
comme l'un de ceux qui sauront, grâce
aux engins modernes, ouvrir des voies
de communication entre l'Afrique
du Nord et l'Afrique équatoriale.

Citroën Communication, Coll. Audouin-Dubreuil.


Musée des Cordeliers, Saint-Jean d'Angély

La caravane d'autochenilles en route vers Fort-Lamy.


reuil

Ed. Glénat, Coll. Audouin-Dubreuil.


ion. Coll Audouin-Dub

LA CROISIÈRE NOIRE
Citroën communicat

En 1924, une nouvelle expédition, bientôt


désignée sous le nom de Croisière noire,
quitte Colomb-Béchar pour rallier
Une affiche du film de Léon
Poirier, qui ramène en France Madagascar. Par-delà l'opération
27 000 m de pellicule.
publicitaire et l'exploit technique
et sportif, il s'agit d'une mission

Louis
économique, scientifique, humanitaire
et culturelle, chargée par le gouvernement
de faire le point sur le développement
des contrées qu'elle traverse.

Audouin-
Dubreuil > Saint-Jean d'Angély, 1887 - Zarzis, Tunisie, 1960

« Tout enfant, chaque année,


à l'époque des vacances, j'ai lu
ce nom Tombouctou, sur la tombe
de René Caillié, dans un calme
petit cimetière de Saintonge.
Et ce nom, pour moi, dès ma
jeunesse était un nom magique. »
Au Tanganyika.
Ed. Glénat, Coll. Audouin-Dubreuil.
Citroën Communication, Coll. Audouin-Dubreuil.

Related Interests