You are on page 1of 18

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
HOMMAGE À NELSON MANDELA AU FORUM
DE LA MÉMOIRE D’EL MOUDJAHID
8
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
18
e
JOUR DE RAMADHAN
IFTAR
ALGER 20.09
ORAN 20.21
CONSTANTINE 19.54
ANNABA 19.51
IMSAK
ALGER 3.45
ORAN 4.05
CONSTANTINE 3.34
ANNABA 3.26
P
h
.
 
L
o
u
i
s
a

M
.
P
h
.
W
a
f
a
CRISE MALIENNE
Lancement aujourd’hui
à Alger de la phase initiale
du dialogue intermalien
P. 9
L’ Algérie était
sa deuxième
patrie
ACTIVITÉS DES MINISTRES
P. 3
PP. 5-6
ALGÉRIE-MAURITANIE
Le Président Bouteflika reçoit l’envoyé
spécial du Président mauritanien
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a
reçu, hier à Alger, le ministre mauritanien des Affaires
étrangères et de la Coopération, Ahmed Ould Teguedi, en-
voyé spécial du Président Mohamed Ould Abdel Aziz. M.
Teguedi a indiqué, à l’issue de l’audience, avoir remis au
Président Bouteflika, un message de son homologue
mauritanien, M. Ould Abdel Aziz. L’entretien a porté sur
plusieurs sujets concernant le monde arabe et la région
du Sahel, a-t-il précisé, à l’issue de l’audience, qualifiant
d’«excellentes», les relations qu’entretiennent l’Algérie et
la Mauritanie. «Nous œuvrons à hisser le niveau de ces
relations à même de répondre aux aspirations des peu-
ples des deux pays», a ajouté le ministre mauritanien des
Affaires étrangères.
L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Af-
faires étrangères, Ramtane Lamamra.
Les regards seront tournés vers Alger où s’ouvrent aujourd’hui les travaux de la réunion concernant la phase initiale du dialogue
intermalien, en présence du gouvernement malien et des mouvements armés du Nord-Mali. Une rencontre sur laquelle on fonde
beaucoup d’espoirs s’agissant d’aboutir au règlement de la crise malienne qui permettra de restaurer la paix et la sécurité, et,
partant, de réunir les conditions favorables au lancement de projets de développement au profit des populations de la région.
Q Réunion extraordinaire de la Ligue arabe
au Caire : M. Lamamra appelle la
communauté internationale à agir en
urgence pour faire cesser les agressions
israéliennes contre Ghaza
194 morts
et 1.400 blessés
PP. 13 et 32
LE MINISTRE DE L’INDUSTRIE ET
DES MINES INSTALLE LA COMMISSION
DE RECOURS SUR
LES INVESTISSEMENTS
Assouplissement
du climat des affaires
LA MINISTRE DU TOURISME
ET DE L’ARTISANAT :
« La formation des
gestionnaires, une des
conditions de la relance »
RENCONTRE MINISTRE
DE LA CULTURE - PROFESSIONNELS
DES ARTS VISUELS
« Les artistes ont leur mot
à dire dans l’élaboration
d’une politique culturelle »
LOUH HONORE LES DÉTENUS
LAURÉATS DES EXAMENS
58,45% de réussite
au BEM et 36,55% au bac
MOHAMMED TAHMI :
« La préparation
des équipes nationales
doit être continue »
POSTE ET TECHNOLOGIES
DE L’INFORMATION
M
me
Zohra Derdouri insiste
sur l’amélioration
des prestations du secteur
Q M. Lamamra : « Les mesures de confiance prises
sont en train de porter leurs fruits sur le terrain »
Q Le MAE malien réaffirme l’engagement de son pays
à aller « de bonne foi » dans les discussions avec les
groupes armés
Q L’urgence d’un accord de paix global et définitif
soulignée
18 Ramadhane 1436 - Mercredi 16 Juillet 2014 - N°15183 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
ENSOLEILLÉ
Sur les régions nord, maintien d’un temps
assez chaud et ensoleillé, notamment vers les
régions de l’intérieur avec localement déve-
loppement de cellules orageuses en cours
d’après-midi/soirée.
Les températures maximales varieront de
30°c/36°c vers les régions du littoral et
de 36°c/40°c vers les régions de l’intérieur.
Les vents seront en général faibles.
Au sud, temps chaud et ensoleillé avec
cependant possibilité d’évolution orageuse
en cours d’après-midi/soirée vers la zone
frontalière sahélo-saharienne (B.B. Mokhtar-
Timaouine).
Les températures maximales varieront en
général de 38°c/44°c vers le nord Sahara
et de 44°c/48°c vers le Sahara central.
Les vents seront en général faibles.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (29 - 22°), Annaba (26°- 19°), Bé-
char (42° - 28°), Biskra (39° - 27°), Constan-
tine (32° - 16°), Djelfa (37° - 21°), Ghardaïa
(40° - 28°), Oran (34° - 22°), Sétif (31° -
17°), Tamanrasset (38°- 26°), Tlemcen (36°
- 20°).
DEMAIN, 19, 21, 24 ET 26 JUILLET
A LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE
DU HAMMA
Rencontre avec les acteurs des arts
et de la culture
Des rencon-
tres de la ministre
de la Culture
Mme Nadia La-
bidi avec les ac-
teurs du monde
des arts et de la
culture se dérou-
leront durant le
mois béni. Sa
rencontre avec les
représentants du
cinéma aura lieu
demain à 13h.
Mercredi 16 Juillet 2014
AUJOURD’HUI, LES 17 ET 22
JUILLET A 22H A L’OREF
Les «After Ftours» de l’ONDA
La salle Ibn Zeydoun de l’OREF abritera
aujourd’hui, les 17 et 22 juillet à partir de
22h, « les After ftours » qui consistent en
des spectacles animés par la jeune scène
musicale algérienne soutenue par l’ONDA.
JUSQU’AU 27 JUILLET
AU TNA
Programme culturel
Dans le cadre du mois de Ramadhan, le
Théâtre national algérien Mahieddine-Bach-
tarzi abrite un riche programme culturel :
Ce soir à 22h30, monologue «Kaine ou
kaine» de Lamri Kaouane, produite par la
coopérative culturelle Anis de Sétif.
Demain à 22h30, une pièce théâtrale «Si
Merti» de Abdelwahab Tamahacht de la
coopérative culturelle Afkar wa Founoun
d’El Eulma
Vendredi 18 juillet : monologue « Rihla
Madjnouna » de Bouri Mustapha, produite
par l’association El forsane de Saïda.
MERCREDI 23 JUILLET À 22H
À LA SALLE IBN ZEYDOUN
Spectacle de flamenco
Dans le cadre des soirées de Ramadhan,
l’AARC organise un spectacle de flamenco
avec le groupe Joaquin Ruiz-Cavana, à la
salle Ibn Zeydoun à Riadh El-Feth.
LES 18 ET 25 JUILLET À 22H
Layali Ramadhan
à Dar Abdellatif
Dans le cadre de la célébration du mois
béni de Ramadhan, l’Agence algérienne
pour le rayonnement culturel organise des
soirées musicales dans les jardins de Dar
Abdellatif.
Vendredi 18 juillet à 22 h : Sid Ali Dris.
Vendredi 25 juillet à 22 h : l’Association
«La Cordoba d’Alger».
DEMAIN ET 19 JUILLET
À SKIKDA, ANNABA, ORAN,
CHLEF ET AIN DEFLA
Programme du Ballet national
A l’occasion du mois de Ramadhan, le
Ballet national se produira :
Demain à 22 h, à la maison de la Culture
de Chlef.
Le 19 juillet à 22 h, à la maison de la
Culture d’Aïn Defla
JUSQU’AU 24 JUILLET, À 23H
À LA SALLE IBN KHALDOUN
Arts et Culture : soirées
artistiques
L’établissement Arts et Culture de la wi-
laya d’Alger propose jusqu’au 24 juillet :
Ce soir : Rabah Asma.
Vendredi 18 juillet : Hocine Lasnami
Samedi 19 juillet : Salima Fergani
JUSQU’AU 25 JUILLET
A PARTIR DE 22H30 DANS
LES SALLES DE L’ONCI
Soirées chaâbi et variétés
Sous l’égide de la ministre de la Culture,
M
me
Nadia Labidi Cherabi, l’Office national
de la culture et de l’information, en collabo-
ration avec l’ENTV et L’ENRS, a tracé un
programme spécial-ramadhan en organisant
des soirées chaâbi et de variétés à travers les
salles de l’ONCI et ce, jusqu’au 25 juillet, à
partir de 22h30.
Salle El Mouggar : soirées Tarab, An-
dalous et Chaâbi :
Ce soir : Siryne Ben Moussa – Tunisie
Hassiba Abderraouf
Demain : Troupe El Azifetes- Tunisie
Rym Hakiki
Vendredi 18 juillet : Troupe Naya - Jor-
danie Troupe Radia Manelle
Salle Atlas : Layali El Tourath wa El
Mouachah :
Ce soir : Troupe El Afak d’el inchad et
el Madih – Annaba ( El Monchid Imad
Rami – Syrie)
Demain : troupe El Rayhan - Sétif (el
Monchid Ahmed Mansouri - Emirats
arabes)
Vendredi 18 juillet : troupe el Aksa -
Alger (el Monchid Kheiri Hatem -Palestine)
Complexe culturel Abdelouaheb Salim
- Chenoua - Tipasa :
Ce soir : Ali Meziane (Kabyle), Hous-
sine Nadjma (alhane wa chabab), Baba
Aissa (Annaba)
Demain : Abdelkader Khaldi, Hosnia, Ib-
tissam (alhane wa chabab)
Vendredi 18 juillet : troupe el Kousoua-
Tipasa, Troupe El Djazair El Baydaa li in-
chad el dini - Alger, El monchid
Abdelouahab Belil, Alger.
Théâtre de verdure – Casif - Sidi-
Fredj, (soirées artistiques variées) :
Ce soir : Toufik Nadroumi, Linda
Zaki(variété), Hakim Halaka (chaoui),
Hasna Becharia (France)
Demain : Ghana Meghnaoui (rai) Cheikh
Soltane (staifi), Rabah Asma (kabyle)
Vendredi 18 juillet : Groupe Forsan
Maghnia, Mohamed Hassine, Abdelkader
Adda (oranais) Noureddine Dziri.
Palais des expositions - Pins maritimes :
soirées artistiques variées :
Ce soir : Mourad Djaâfri, Abdelkarim
Harig, Chaba Djamila (staifi)
Demain : Cheb Zinou (staifi), allilou (ka-
byle) Teriana d’Alger.
AGENDA CULTUREL
MERCREDI 16 JUILLET A 11 H
AU CENTRE CULTUREL ISLAMIQUE
L’interprétation
des versets
coraniques
sur le jeûne
L’imam enseignant et spé-
cialiste des lectures cora-
niques, Moussa Zerrouk,
animera ce matin à 11 heures
une conférence-débat sur
l’interprétation des versets co-
raniques sur le jeûne.
CE MATIN A 9H30
A L’HÔTEL AURASSI
Réunion de dialogue
inter-malien
Une réunion du dialogue inclusif inter-malien se
tiendra ce matin à 9h30 à l’hôtel Aurassi.
LES 16 ET 17 JUILLET
1
er
concours du « grand prix
El Hachemi Guerouabi »
L’association culturelle El Ha-
chemi Guerouabi lance, avec le
concours du ministère de la Culture,
le palais de la Culture Moufdi-Zaka-
ria, la Télévision algérienne, la
Radio algérienne et l’APC de Kouba,
le grand prix El Hachemi Guerouabi,
dédié à la mémoire du maître du
chaâbi, de l’aroubi et de l’andalou.
La première édition de ce
concours pour jeunes chanteurs ama-
teurs de la chanson chaâbie aura lieu
les 16 et 17 juillet, deux jours de sé-
lection et un spectacle final le 17 juil-
let coïncidant avec la 8e année de sa disparition.
CE MATIN
A 10H
AU CHU
BAB EL-OUED
Inauguration
des urgences
pédiatriques
Une cérémonie à
l’occasion de l’inau-
guration du service
des urgences médico-
chirurgicales pédiatriques au CHU Bab El-Oued se tiendra ce matin à
10h.
DEMAIN À 22H
À LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE
D’EL HAMMA
« Les enjeux de l’Histoire
face à la mémoire »
La Biblio-
thèque nationale
d’Algérie orga-
nise demain à 22
h à la salle Lakh-
der-Essaïhi, une
conférence-débat
sous le thème :
«Les enjeux de
l’Histoire face à
la mémoire» ani-
mée par M.
Dahou Djerbal.
EL MOUDJAHID
Nation
3
Mercredi 16 Juillet 2014
CRISE MALIENNE
Lancement aujourd’hui à Alger de la phase
initiale du dialogue intermalien
La phase initiale du dialogue intermalien sera lancée officiellement mercredi à Alger, regroupant une forte délégation
du gouvernement malien et des représentants de six mouvements armés concernés par la crise du Nord-Mali,
a-t-on indiqué mardi de source diplomatique.
L
a cérémonie d'ouverture de ce dialogue se
déroulera en présence de représentants de
l'ONU, de l'Union africaine (UA), de la
CEDEAO et de l'Union européenne (UE), a-t-on
précisé de même source. Les six mouvements
concernés sont le Mouvement arabe de l'Azawad
(MAA), la Coordination pour le peuple de l'Aza-
wad (CPA), la Coordination des Mouvements et
Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le
Mouvement national de libération de l'Azawad
(MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad
(HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad
(dissident).
Les trois premiers mouvements avaient signé
en juin dernier à Alger une plate-forme prélimi-
naire d'entente visant à trouver une solution défi-
nitive à la crise malienne et à travers laquelle ils
ont réaffirmé le plein respect de l'intégrité terri-
toriale et de l'unité nationale du Mali, rappelle-t-
on.
Les trois autres mouvements avaient signé de
leur côté la "Déclaration d'Alger" en juin dernier
à travers laquelle ils avaient affirmé leur volonté
d'œuvrer à la consolidation de la dynamique
d'apaisement en cours et de s'engager dans le dia-
logue intermalien inclusif et réitéré leur accepta-
tion de la nécessité de préserver l'intégrité
territoriale du Mali.
Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita,
avait à plusieurs reprises signifié qu'il y avait des
lignes rouges à ne pas franchir, à savoir l'intégrité
territoriale du Mali, l'unité du peuple malien, la
souveraineté du Mali et le caractère républicain
de l'Etat malien.
Toutefois, le chef d'Etat malien s'était égale-
ment dit "ouvert" à toutes négociations et prêt à
examiner les aspirations et revendications de tous
les mouvements de façon à permettre une meil-
leure prise en charge de leurs doléances.
Le processus de facilitation du dialogue inter-
malien engagé par l'Algérie a abouti à des avan-
cées sur le fond du dossier à travers
l'harmonisation des points de vue des mouve-
ments à même d'assurer une plus grande cohé-
rence dans leur négociation avec le
gouvernement malien, relève-t-on à Alger.
Ainsi des questions comme une meilleure re-
présentation des populations, une nouvelle archi-
tecture institutionnelle des organes de gestion de
la région, la prise en charge des questions de sé-
curité, le déploiement de l'administration et de
l'armée peuvent faire l'objet de négociations entre
les deux parties, souligne la même source, qui es-
time que le rôle de l'Algérie était de faire rappro-
cher les points de vue.
Récemment, le ministre malien des Affaires
étrangères, Abdoulaye Diop, avait déclaré que la
phase initiale du dialogue intermalien qui se tien-
dra à Alger était la "seule voie existant au-
jourd’hui pour avancer", soulignant qu'elle
constituait une "fenêtre d'opportunité" pour la ré-
solution de la crise malienne. Il avait relevé l'exis-
tence d'un "large consensus" auprès des
partenaires du Mali, notamment la CEDEAO,
l'ONU et l'Union africaine autour de la nécessité
de conforter les avancées enregistrées en Algérie.
De son côté, le ministre des Affaires étran-
gères, Ramtane Lamamra, avait souligné que
l'Algérie avait conduit des efforts "soutenus, per-
sévérants et méritoires" en vue du lancement du
dialogue intermalien inclusif. "Il n'y a dans l'esprit
de tout un chacun ici aucune contradiction entre
les efforts déployés par la CEDEAO, à travers son
médiateur le président burkinabé, Blaise Com-
paoré, et les efforts du président malien Ibrahim
Boubacar Keita qui a demandé personnellement
au président Abdelaziz Bouteflika, le soutien de
l’Algérie le 18 juin dernier", avait-il ajouté.
Ouverture des travaux de la 5
e
session du Comité bilatéral stratégique algéro-malien sur le Nord-Mali
Les travaux de la 5
e
session du Comité bilatéral stratégique algéro-ma-
lien sur le Nord-Mali ont débuté mardi à Alger, sous la présidence du mi-
nistre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra, et du ministre
malien des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopé-
ration internationale, Abdoulaye Diop.
Le Comité bilatéral stratégique algéro-malien est un cadre de concerta-
tion entre les deux pays, destiné notamment à trouver une solution à la
crise que traverse le Mali. M. Lamamra avait indiqué mercredi dernier que
la phase initiale du dialogue inter-malien allait débuter le 16 juillet à Alger,
en présence du gouvernement malien et des mouvements armées du Nord-
Mali. M. Lamamra s'était rendu du 8 au 11 juillet dans trois pays africains,
notamment au Ghana où il avait assisté au sommet des chefs d’Etat et de
gouvernement de la communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CE-
DEAO), à l'issue duquel la vision algérienne, quant au règlement politique
et pacifique du conflit, avait été largement partagée et appuyée par l’in-
fluente organisation régionale.
5
ème
RÉUNION DU COMITÉ STRATÉGIQUE BILATÉRAL ALGÉRO-MALIEN SUR LE NORD DU MALI
L’urgence d’un accord de paix global et définitif soulignée
L
a 5ème réunion du comité stratégique bi-
latéral algéro-malien sur le Nord du Mali
s’est tenue hier à Alger sous la présidence
du ministre algérien des Affaires étrangères,
Ramtane Lamamra, et son homologue malien
Abdoulaye Diop. Une réunion d’autant plus im-
portante qu’elle s’est tenue la vieille du lance-
ment du dialogue inter-malien inclusif. Pour M.
Lamamra, cette réunion du comité stratégique
bilatéral, initiée à la faveur de la visite du pré-
sident malien Ibrahim Boubacar Keita en jan-
vier dernier à Alger, permettra d’évaluer le
travail accompli depuis cette date et les avan-
cées significatives enregistrées. Il citera dans
ce sens les mesures de confiance prises et qui
sont en train de donner leurs fruits sur le terrain.
Elle a également constitué, pour le chef de la
diplomatie algérienne, une opportunité pour
rappeler les efforts persévérants déployés par
l’Algérie depuis la création du Comité en vue
d’amener le gouvernement malien et les mou-
vements politico-militaires à entamer le dia-
logue inclusif. C’est pourquoi, de l’avis du
MAE algérien, cette réunion « s’annonce diffé-
rente » des quatre premières. Elle constitue a-t-
il indiqué «  un aboutissement et un point de dé-
part ». Et de poursuivre en déclarant : « Nous
sommes aujourd’hui en mesure de voir une
lueur au bout du tunnel. Une lueur qu’il nous
appartient d’amplifier afin qu’elle éclaire notre
parcours et plus important encore l’avenir du
Mali  », a-t-il précisé. C’est l’ouverture d’un
nouveau chapitre de l’histoire du Mali, de la
région, de l’Afrique et de la communauté inter-
nationale dans son ensemble qui se dessine à
Alger. Le MAE algérien rappellera que
«  contrairement aux crises cycliques qui ont
ponctué l’histoire contemporaine du Mali, cette
fois-ci les choses ont pris une proportion parce
qu’il ne s’agit pas simplement d’une crise en-
dogène mais d’une situation difficile à laquelle
s’est greffé le phénomène terroriste, le crime
transnational organisé et également un change-
ment institutionnel à Bamako qui a créé une
part de confusion et qui a rendu cette crise en-
core plus complexe ». Pour M. Lamamra, il ne
fait pas l’ombre d’un doute que « beaucoup de
choses ont été réglées » ces derniers mois, mais
il demeure important de poursuivre cette dyna-
mique. De son côté, le ministre malien des
Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, venu à la
tête d’une importante délégation qui compte
plusieurs ministres du gouvernement et des per-
sonnalités ayant travaillé sur le dossier, a tenu
à exprimer la profonde gratitude de son pays au
gouvernement algérien pour son accompagne-
ment depuis le déclenchement de la crise poli-
tico-sécuritaire et multiforme que le Mali a
traversée et dont il s’en sort progressivement a-
t-il affirmé. Il a réitéré à cette occasion, la
confiance du président malien placée en l’Al-
gérie pour mener les négociations avec les mou-
vements du Nord du Mali. Il soulignera par
ailleurs que cette 5
ème
réunion se tient à un mo-
ment où « le Nord du Mali continue d’être mar-
qué par des actes d’insécurité et d’instabilité ».
Cela constitue, a-t-il affirmé « une source de
grande inquiétude pour nous » et ces actes sont
« inadmissibles car ils constituent une « viola-
tion de la résolution de l’ONU et de l’accord de
Ouagadougou et de l’accord de cessez-le feu
signé en mai dernier ». Des actes a-t-il pour-
suivi qui interviennent à l’ouverture du dialogue
formel et au moment où le gouvernement ma-
lien s’engage à prendre des mesures de
confiance pour créer le confort nécessaire à la
démarche de lancement du dialogue. En dépit
de cette situation, le MAE malien tiendra à sou-
ligner les avancées enregistrées, dont la signa-
ture par les mouvements de la déclaration
d’Alger et de la plate-forme du dialogue inclusif
d’Alger dans lesquelles un certain nombre d’en-
gagements ont été pris. Il rendra un vibrant
hommage à l’Algérie et à la communauté inter-
nationale qui accompagne le Mali depuis deux
ans. Pour M. Diop, ces négociations devraient
aboutir à un accord de paix global et définitif ,
pour le confort des Maliens. Pour lui, il est d’au-
tant plus urgent d’aller vite que « la situation
est volatile et complexe  ». De même que le
Mali souhaite, a déclaré son chef de la diploma-
tie, devenir un «  pôle de stabilité, de sécurité et
de prospérité pour l’ensemble de la région ».
Pour lui, la réunion d’aujourd’hui permettra de
«  valider ou adopter une feuille de route qui
nous permettra de dessiner les jalons néces-
saires pour pouvoir avancer dans le cadre d’une
vision commune et partagée pour lancer les dis-
cussions ».
Nadia Kerraz
Le MAE malien réaffirme l'engagement de son pays à aller "de bonne foi"
dans les discussions avec les groupes armés
L
e ministre malien des Affaires étran-
gères, Abdoulaye Diop, a réaffirmé
mardi à Alger l'engagement de son gou-
vernement à aller dans des pourparlers avec
les groupes du Nord-Mali "de bonne foi", dans
"un esprit ouvert" et "confiant" en vue du rè-
glement de la crise malienne. "Nous réaf-
firmons l'engagement du gouvernement à aller
dans ces pourparlers de bonne foi, dans un es-
prit ouvert et confiant pour aboutir à un accord
de paix global et définitif avec nos frères qui
opèrent dans le Nord-Mali pour proposer à
nos compatriotes un vivre-ensemble et un pro-
jet commun", a indiqué M. Diop à l'ouverture
des travaux de la 5e session du Comité bilaté-
ral stratégique algéro-malien sur le Nord-
Mali. Le chef de la diplomatie malienne a dit
espérer que les discussions permettront de va-
lider une feuille de route permettant de "des-
siner les jalons nécessaires" pour avancer
dans le cadre d'une "vision commune" pour
arriver "rapidement" à un accord.
Il a souligné le rôle "capital" et "construc-
tif" que joue l'Algérie, réitérant sa confiance
en elle pour le règlement de la crise.
"C'est le lieu de rendre hommage à l'Algé-
rie, mais aussi au leadership personnel de M.
Lamamra qui a permis de retrouver la
confiance et conduit au lancement des pour-
parlers", a-t-il dit. "La situation sur le terrain
est relativement volatile, d'où l'urgence d'aller
vite", a-t-il souligné.
M. Diop a noté "l'avancée enregistrée", no-
tamment à travers la signature de la "Décla-
ration d'Alger" et la plate-forme préliminaire
d'entente, relevant cependant la concentration
et l'avancée d'éléments armés dans le Nord du
Mali, installant l'instabilité et l'insécurité.
M. Lamamra avait indiqué que la phase
initiale du dialogue inter-malien allait débuter
le 16 juillet à Alger, en présence du gouverne-
ment malien et des mouvements armées du
Nord-Mali.
Le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA),
la Coordination pour le peuple de l'Azawad
(CPA) et la Coordination des Mouvements et
Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR)
avaient signé, en juin dernier, une plate-forme
préliminaire d’entente visant à trouver une so-
lution définitive à la crise malienne et à tra-
vers laquelle ils ont réaffirmé le "plein
respect" de l'intégrité territoriale et de l'unité
nationale du Mali.
Le Mouvement national de libération de
l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour
l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement
arabe de l'Azawad (MAA) avaient, de leur
côté, signé la "Déclaration d'Alger" à travers
laquelle ils ont affirmé leur volonté d'œuvrer
à la "consolidation de la dynamique d'apaise-
ment en cours et de s'engager dans le dialogue
inter-malien inclusif". Les travaux de la 5e
session du Comité bilatéral stratégique algéro-
malien sur le Nord-Mali se déroulent sous la
présidence du ministre des Affaires étrangères
algérien, Ramtane Lamamra, et du ministre
malien des Affaires étrangères, de l’Intégra-
tion africaine et de la Coopération internatio-
nale, Abdoulaye Diop.
Etaient présents également côté malien, le
ministre malien de l'Intérieur et de la Sécurité,
Sada Samaké, de la Décentralisation et de la
Ville, Ousmane Sy, de la Réconciliation na-
tionale, Zahabi Ould Sidi Mohamed, et celui
du Travail, des Affaires sociales et humani-
taires, Amadou Konaté.
C’
est ainsi que le ministre
de la Formation et de
l’Enseignement profes-
sionnels, Nouredine Bedoui, a pré-
senté hier un exposé détaillé sur le
texte de loi amendant et complé-
tant la loi no 81-07 relative à l’ap-
prentissage devant la commission
de l’éducation, de la formation, de
l’enseignement supérieur et de la
recherche scientifique, et des af-
faires religieuses.
Les travaux de la réunion se
sont déroulés, présidés par Sli-
mane Kerroumi, président de la
commission, en présence du mi-
nistre des Relations avec le Parle-
ment, Khelil Mahi.
La veille, c’était au ministre
d’État, ministre de l’Intérieur et
des Collectivités locales, Tayeb
Belaïz, de présenter son projet de
loi relative à l’état civil.
Nouvelles mesures
pour l’état civil
La commission des affaires ju-
ridiques et administratives du
Conseil de la nation a reçu, lundi
dernier, le ministre d’État, ministre
de l’Intérieur et des Collectivités
locales, Tayeb Belaïz, dans le
cadre de l’examen des dispositions
du projet de loi relative à l’état
civil, qui sera soumis au débat gé-
néral, dimanche prochain en
séance plénière devant les parle-
mentaires.
La ministre d’État, ministre de
l’Intérieur et des Collectivités lo-
cales a expliqué, lundi au Conseil
de la nation, les nouvelles mesures
contenues dans le texte de loi rela-
tive à l’état civil, en procédant à la
présentation d’un exposé de la loi
votée dernièrement à l’Assemblée
populaire nationale, et ce devant la
commission des affaires juridiques
et administratives.
Le ministre a insisté sur les
nouvelles mesures en évoquant la
prolongation de la validité des ex-
traits d’acte de naissance à dix ans,
la possibilité de les délivrer au ni-
veau de n’importe quelle com-
mune, grâce à la création d’un
registre national informatisé de
l’état civil.
Tayeb Belaïz a indiqué, à ce
titre, la suppression du délai de va-
lidité de l’acte de décès et de la
prolongation des délais d’inscrip-
tion des extraits d’actes de nais-
sance et de décès dans les registres
d’état civil dans les wilayas du
Sud.
Le nouveau texte de facilitation
du quotidien des citoyens stipule
que le président de l’APC est au-
torisé à attribuer la qualité d’offi-
cier d’état civil à ses adjoints et
aux délégués communaux chargés
de la gestion des annexes adminis-
tratives de la commune, conformé-
ment au nouveau texte de loi qui
prévoit le relèvement à 19 ans de
la majorité, pour sa mise en
conformité avec le code civil.
Le ministre de l’Intérieur, qui a
entendu les avis et doléances, a ap-
porté les éléments de réponse aux
préoccupations et observations des
membres de la commission au
sujet des dispositions contenues
dans le texte de loi. À signaler que
la réunion s’inscrit dans le cadre
de l’élaboration par la commission
du rapport préliminaire sur ce texte
de loi en vue de sa présentation à
l’examen en séance plénière, di-
manche 20 juillet. Intervenant
dans le cadre des nouvelles dispo-
sitions pour alléger les procédures
et promouvoir le service public, le
texte de loi, qui poursuit les efforts
de l’État en termes de réformes po-
litiques, vise à adapter la législa-
tion relative à l’état civil aux
divers changements introduits
dans des lois ayant un lien avec
son objet.
Il vient en outre consacrer l’uti-
lisation des procédés numériques
dans son champ d’application, en
ce sens où il propose des allége-
ments de procédures et des inno-
vations au bénéfice des
administrés, notamment l’institu-
tion d’un registre national d’état
civil informatisé et relié à toutes
les communes et à tous les consu-
lats d’Algérie.
Cette nouvelle procédure du
projet de loi permettra bien évi-
demment au citoyen de se faire dé-
livrer ses documents d’état civil,
au niveau de sa circonscription de
résidence en Algérie ou à l’étran-
ger, de même que le texte de loi
préconise l’extension de la qualité
d’officier d’état civil aux délégués
communaux et au secrétaire géné-
ral de la commune, pour diligenter
le service de l’état civil au profit
des citoyens et l’extension à dix
années de la durée de validité de
l’extrait d’acte de naissance, sauf
changement dans l’état civil de la
personne concernée. Pour mettre
la législation sur l’état civil en
concordance avec le code civil, le
document prévoit aussi le relève-
ment à 19 ans de l’âge de la majo-
rité.
Le Conseil des ministres de mai
dernier, qui a endossé les derniers
projets de loi, exprime la volonté
du gouvernement du parachève-
ment des réformes, en lui permet-
tant d’accélérer les procédures
d’adaptation et d’allègement de
modernisation et d’informatisation
des procédures et traitements des
dossiers, ainsi que la réduction du
nombre de pièces administratives
exigées des citoyens.
Intervenant dans la suite lo-
gique des autres dispositions
contenues dans les lois déjà votées
et approuvées par le Parlement, à
l’instar de la loi relative aux titres
et documents de voyages, qui vise,
à travers les nouvelles disposi-
tions, d’alléger les procédures de
délivrance du passeport, dont la
durée de validité passe en vertu de
ce nouveau texte, à 10 ans pour les
citoyens âgés de plus de 19 ans.
Il répond également aux divers
changements introduits dans des
lois ayant un lien avec son objet,
tout en allégeant les procédures au
bénéfice des administrés.
Houria Akram
Mercredi 16 Juillet 2014
4 EL MOUDJAHID
Nation
C
haque jour apporte son lot de bilans
aussi tragiques que meurtriers. Les
bombardements de l'aviation et de la
marine israéliennes ont fait, au 7
e
jour de
cette agression, 172 morts et au moins 1.130
blessés. En Algérie, le soutien aux Palesti-
niens face à ce massacre à huis clos qu’ils
subissent est unanime. Chacun à sa manière,
des partis politiques, des associations,  des
hauts responsables… et même le simple ci-
toyen ont réagi au génocide de Ghaza.
L’association Machaâl Echahid, comme
de coutume, a toujours été aux premiers
rangs pour dénoncer toutes formes d’agres-
sion. Son président, Mohamed Abbad, dans
une déclaration à El Moudjahid, a affirmé
que «ce sont tous les Algériens qui sont der-
rière leurs frères palestiniens». Le peuple al-
gérien, qui a longtemps vécu sous le joug
colonial, précise-t-il, «soutient toutes les
causes justes», déplorant l’attitude des
grandes puissances qui n’ont pas réagi de-
vant ces attaques qu’il qualifie de «bouche-
rie».  Dans le même ordre d’idées, M. Abbad
lance un appel à la communauté internatio-
nale et les instances internationales, à
l’image du CCR et de l’Unicef, afin d’«as-
sumer leur responsabilité historique». Pour
le président de l’association Machaâl Echa-
hid, il est temps de constituer une «commis-
sion d’amitié et de solidarité
algéro-palestinienne qui chapeautera les dif-
férentes actions qui s’inscrivent dans cette
démarche de porter assistance aux peuples
opprimés». Un autre appel est lancé aux res-
ponsables de l’ambassade de Palestine à
Alger pour bien identifier les besoins des Pa-
lestiniens. «On veut participer avec l’acte et
non uniquement avec la parole», souligne M.
Abbad.  
Dans cette optique, on signale que des di-
zaines d’actions de protestation se sont spon-
tanément formées. En effet, plusieurs
wilayas ont vu la tenue de sit-in pour dénon-
cer cette attaque meurtrière contre Ghaza.
L'enceinte de l'ambassade de l'État de Pales-
tine en Algérie a même été le théâtre d’un
rassemblement. Une centaine de personnes,
dont des Palestiniens et des représentants des
partis politiques et de la société civile, se
sont rassemblées pour dénoncer «la pire
forme de sauvagerie israélienne».
Les foules scandant à haute voix : «On
meurt, et que vive la Palestine» ou encore
«Rien n’arrête notre détermination».
Même les femmes palestiniennes et des
jeunes avec le keffieh sur les épaules, des en-
fants brandissant le drapeau de leur pays ont
adressé leurs condoléances aux martyrs de la
cause palestinienne. Ils ont, également, ex-
primé leur indignation face au silence et
contre la position «déshonorante» des Na-
tions unies, des pays occidentaux et de cer-
tains pays arabes.
Pour la classe politique, le parti d’Amar
Ghoul, TAJ, a condamné cette agression, dé-
nonçant la passivité des institutions interna-
tionales et de la communauté internationale
à l'égard du peuple palestinien.
Il a appelé tout un chacun, en particulier
la Ligue arabe, à agir rapidement pour mettre
fin à ces hostilités. De son côté, Mohamed
Gharbi, du parti En-Nahda, a, dans sa plai-
doirie, mis en relief la complicité de certains
pays arabes : «On ne demande pas votre sou-
tien au peuple palestinien, on vous demande
seulement de lever vos mains sur la Pales-
tine.» Quant à Nourredine Benbrahem, com-
missaire général des Scouts musulmans
algériens, il relève que «la Palestine n'est pas
une affaire orpheline». Et appelle à une ac-
tion «commune» afin de dénoncer et d’exer-
cer de pressions sur Israël.
Dans son intervention, il demande d’uti-
liser les mosquées, les réseaux sociaux, ainsi
que de tenir des rassemblements partout dans
le monde, au même moment.
Pour sa part, fort ému de toutes les
marques de soutien qu’il a reçues, l'ambas-
sadeur de l'État de Palestine en Algérie,
Louai Aïssa, a salué la position de l'Algérie
vis-à-vis de l'occupation israélienne, et a ap-
pelé son peuple à plus d'union et d'organisa-
tion pour faire face aux attaques et
agressions sionistes.
Fouad Irnatene
La commission de l'agriculture et du développe-
ment rural du Conseil de la nation s'attelle actuel-
lement à l'élaboration du rapport préliminaire sur la
loi relative aux ressources biologiques devant être
soumis prochainement au Conseil.
"La commission a entendu, lors d'une réunion
mardi présidée par Abderrahmane Ayad Ziad, un
exposé présenté par la ministre de l'Aménagement
du territoire et de l'Environnement, Dalila Boudje-
maâ, dans lequel elle a évoqué les dispositions de
ce texte et son importance dans la préservation des
ressources biologiques contre l'exploitation illégale
et le pillage", indique un communiqué du Conseil
de la nation. M
me
Boudjemaâ a indiqué, lors de cette
rencontre qui s'est déroulée en présence du ministre
des Relations avec le Parlement, Khelil Mahi,
qu'"une instance nationale des ressources biolo-
giques a été créée à cet effet pour la préservation,
la gestion et la valorisation des ressources biolo-
giques", précise la même source.
Selon la même source, l'exposé a été suivi par
un débat sur les dispositions et mécanismes prévus
par le texte, au cours duquel M
me
Boudjemaâ a ré-
pondu aux questions des membres de la commis-
sion. La loi relative aux ressources biologiques a
été adoptée récemment à la majorité par les mem-
bres de l'Assemblée populaire nationale.
PARTIS POLITIQUES, MOUVEMENT ASSOCIATIF
Vaste mouvement de soutien au peuple palestinien
Le rapport préliminaire sur la loi relative aux
ressources biologiques en cours d'élaboration
POURSUITE DES ACTIVITÉS DES COMMISSIONS AU CONSEIL DE LA NATION
Nouredine Bedoui présente le texte
de loi relative à l’apprentissage
Les commissions permanentes du Conseil de la nation poursuivent leur activité d’examen des quatre projets de loi qui seront
soumis à l’examen la semaine prochaine avant la clôture de la session de printemps.
Nation
EL MOUDJAHID 5
Mercredi 16 Juillet 2014
L’art plastique en Algérie n’oc-
cupe pas encore la place qu’il mé-
rite. Un art qui ne perçoit pas un
grand appui des pouvoirs publics et
pour trouver des solutions afin de
promouvoir ce style artistique dans
les quatre coins du pays et même sur
le plan international, le ministère de
la Culture a organisé, lundi soir, une
rencontre avec les professionnels
des arts visuels, à la Bibliothèque
nationale d’El Hamma.
S’exprimant à l’ouverture de
cette rencontre inédite, M
me
Nadia
Labidi, ministre de la Culture a af-
firmé devant un grand parterre com-
posé essentiellement de plasticiens,
de bédéistes, de designers, d’ensei-
gnants des beaux-arts et de plasti-
ciens qu’il est primordial de prendre
en compte toutes les propositions
émises par les professionnels plasti-
ciens pour «élaborer une politique
culturelle». «Le dialogue doit être
instauré entre les deux parties pour
le bien de l’art et sa promotion», a
renchéri la ministre. Voulant intégrer
davantage les artistes dans le lance-
ment d’une politique culturelle révo-
lutionnaire, le membre du
gouvernement a déclaré que désor-
mais l’artiste algérien doit impérati-
vement «s’impliquer fortement dans
la conception de la politique cultu-
relle» qui devra être laissée aux ar-
tistes et moins aux «instructions» du
ministère de tutelle. Très proche des
artistes, étant elle-même artiste à
l’origine, la ministre veut à travers
son action enlever toutes les bar-
rières entre les artistes et son dépar-
tement «Le ministère de la Culture
est seulement là pour accompagner
les artistes en mettant en place des
mécanismes favorisant la création et
l’expression artistique», a souligné
M
me
Labidi qui s’est engagée à faci-
liter l’accès des artistes aux services
de son département pour exprimer
leurs différentes doléances. Elle a
également regretté que la voix des
artistes trouvait des difficultés à ar-
river à son département «il est inac-
ceptable de laisser à l’avenir un
courrier sans réponse ou d’empêcher
la visite d’un un artiste qui se pré-
sente au ministère et de lui proposer
de revenir en argumentant que ce
n’est pas un jour de réception», a dé-
ploré la ministre visiblement décidée
à instaurer une politique basée sur
les proposition concrètes des ar-
tistes. Caractérisé par une atmo-
sphère sereine le débat qui a été
empreint d’une grande toute liberté
de ton, a fait dire aux participants
que des problématiques «impor-
tantes» ont été réglées. A savoir la
révision des formations dispensées
dans les écoles d’arts à travers la
réactualisation les programmes
d’enseignement à l’Ecole supérieure
des Beaux-arts, avec la perspective
de la création d’équivalences
comme le « baccalauréat artistique »
pour les diplômés des écoles régio-
nales afin qu’ils soient formés dans
cet établissement supérieur. Parmi
les autres suggestions des partici-
pants on notera également la mise en
place de mécanismes favorisant l’ac-
quisition des œuvres artistiques par
des institutions publiques (musées,
collectivité locales et entreprises éta-
tiques) et des entreprises privées.
Il a également été souhaité la
création d’un marché d’art. Le débat
a, notamment tourné autour de la
formation des critiques d’arts et des
journalistes spécialisés qui font
énormément défaut à l’art plastique
algérien, deux métiers qui «aident à
rehausser la qualité de cet art et per-
mettra aux artistes de redoubler d’ef-
forts».
D’autres artistes ont déploré le
manque de lieux dédiées à la créa-
tion et l’exposition à Alger et dans
les autres régions.
Par ailleurs, cette rencontre qui
ne sera point la dernière du genre
sera suivie par une série de consul-
tations avec les professionnels du
secteur. Etalées sur une période
d’une semaine, elle prendra fin le 21
juillet prochain, ces rencontres pré-
parent en réalité les conférences na-
tionales sur la Culture, prévues
«après le mois de septembre», selon
la ministre.
La soirée du lundi a également
été l’occasion de mettre en place une
commission composée des partici-
pants et de cadres du ministère de la
Culture qui aura pour mission la pré-
paration de la conférence nationale
sur les arts visuels. La prochaine
rencontre sur le cinéma, se tiendra
jeudi prochain, au Palais de la cul-
ture Moufdi-Zakaria, avant la pro-
grammation des rencontres sur la
musique, le théâtre, l’édition et le
patrimoine culturel. Certains partici-
pants ont proposé la mise en place
de mesures d’encouragements en di-
rection des opérateurs privés qui
souhaiteraient ouvrir des galeries
d’art.
Mohamed Mendaci
RENCONTRE MINISTRE DE LA CULTURE - PROFESSIONNELS DES ARTS VISUELS
« Les artistes ont leur mot à dire dans l’élaboration d’une politique culturelle »
«C
e projet est nécessaire. Il fallait
faire l’évaluation, réorienter ce
dispositif pour qu’il  puisse appor-
ter des réponses réelles à la situation nouvelle
que connait notre pays» a déclaré le ministre
à  l’issue de l’installation de la commission de
recours en matière d’investissement, tenue
hier, au sein du ministère de l’Industrie à
Alger, tout en confirmant qu’un certain nom-
bre de dispositifs ont été pris qui
faciliteront réellement la vie à l’investisseur et
permettront d’accélérer les investissements en
attendant la mise en place de cet avant-projet
de révision de l’ordonnance des investisse-
ments où beaucoup de choses ont été égale-
ment identifiées.     
Il a également souligné, également que la
«réorganisation» du secteur public marchand a
été finalisée. «Ce système qui est aujourd’hui
dans sa forme actuelle «n’est plus adapté» et
«ne répond plus aux exigences» de l’œuvre, et
que les enjeux et les défis qui nous attendent
sont majeurs pour aller vers la mise en place
de groupes industriels au moment voulu»
lance M. Bouchouareb en ajoutant que  ces
deux dossiers seront abordés avec les parte-
naires sociaux.
En outre et pour améliorer le climat des in-
vestissements, le ministère procèdera à l’iden-
tification des contraintes et nœuds  afin de
faciliter encore plus les choses pour les inves-
tisseurs. Dans ce cadre, la première des me-
sures qui a été prise est la mise en place de la
commission de recours en matière d’investis-
sements, objet de la rencontre, qui est contenue
dans la loi, mais «malheureusement,  n’a ja-
mais été mise en œuvre» regrette le ministre.
Assouplir le climat des affaires
«Jusqu'à aujourd’hui, un investisseur était
livré à certaines situations, il faut avoir le cou-
rage de le reconnaitre, les contraintes bureau-
cratiques de la part de l’administration sans
avoir aucun recours pour défendre ses posi-
tions, ce n’est pas évident» argumente t-il en
relevant que cette commission installée répon-
dra à cette demande puisque c’est une com-
mission «souveraine» dont les décisions sont
«opposables» aux administrations qui sont à
l’origine du blocage et qui est à la fois «exé-
cutoire». «C’est une commission que je suis
personnellement, va donner plus de confiance
à nos investisseurs, et permettre de détendre le
climat, surtout la relation entre les différentes
administrations en charge de l’acte d’investir»
explique le ministre, en faisant savoir que
d’autres problèmes ont été identifiés, levés  et
que certains, notamment ceux relatifs à l’exi-
gence du registre de commerce au moment où
l’investisseur vient pour déclarer «son inten-
tion» d’investir.
«Dés que l’investisseur déclare cette vo-
lonté  d’investir on lui réclame un registre de
commerce, chose qui n’est pas logique. On
exigera ce document au moment de la consom-
mation des avantages, au niveau de l’inspec-
tion des impôts, car cet investisseur peut dans
l’intervalle, changer d’avis, se réorienter, donc
on ne peut pas exiger ce document qui est en-
gageant et dont le processus d’obtention obéit
à beaucoup de choses» affirme t-il. Il a par ail-
leurs, annoncé, la suppression  de l’obligation
faite pour l’investissement de moins de 1,5
milliard de dinars comportant une participa-
tion étrangère, et leur commission aux règles
édictées par l’arrêt du 18 mars 2009, fixant la
composition du dossier et la procédure d’in-
troduction de la déclaration d’investissement
et que la loi de finances 2014, a amendé le
texte pour faire en sorte que ce traitement se
fasse au niveau des guichets uniques. S'agis-
sant de la révision du code de l'investissement
annoncée en juin dernier, M. Bouchouareb a
fait savoir que «beaucoup d'articles ont été tou-
chés» pour assouplir le climat des affaires et
mieux accompagner les investisseurs en vue
de les préparer au démantèlement tarifaire
prévu pour l'année 2020, dans le cadre de l'ac-
cord d'association avec l'Union européenne
(UE).
Quant à la règle des 51/49 % régissant l'in-
vestissement étranger en Algérie, Bouchoua-
reb a réaffirmé que cette disposition établie
dans un contexte conjoncturel spécifique ca-
ractérisé par la crise financière de 2009 «n'était
pas éternelle» et qu'elle disparaîtrait en 2020,
avec le démantèlement tarifaire en 2020, dans
le cadre de l'accord d'association avec l'UE.
Les objectifs de la commission
de recours
La commission de recours compétente en
matière d’investissement a, pour mission de
traiter et de statuer les recours formulés par les
investisseurs s’estimant lésés par une adminis-
tration ou un organisme chargé de la mise en
œuvre des dispositions de l’ordonnance rela-
tive au développement des investissements au
titre du bénéfice des avantages prévus par cette
ordonnance. Elle est présidée par le représen-
tant du ministère de l’Industrie et des Mines.
Elle compte au total cinq membres dont deux
du ministère des Finances, un du ministère de
l’Intérieur et des Collectivités locales et un du
ministère de la Justice. Outre, les membres
permanents, la commission de recours en ma-
tière d’investissement est autorisée à solliciter
une assistance externe en fixant appel à des ex-
perts ou toute autre personne dont la compé-
tence particulière est susceptible d’éclairer les
membres de la commission. Dans les faits la
commission destinataire des recours adresse
une copie du dossier de recours à l’administra-
tion ou à l’organisme concerné qui doit fournir
ses observations dans un délai de 15 jours à
compter de la date de réception du
dossier.  Elle se réunit chaque fois  avec obli-
gation de statuer dans les trente jours qui sui-
vent l’introduction d’un recours. Dans le cas
où la délibération de la commission fait droit
au recours exercé par l’investisseur, sa déci-
sion est opposable à l’administration ou à l’or-
ganisme à l’encontre duquel le recours à été
introduit.  
«Aujourd’hui, j’ai tenu à faire associer tous
nos partenaires à l’installation de cette com-
mission parce qu’à  mon sens,  c’est un mes-
sage très fort que l’Etat veut donner, et
qu’aujourd’hui l’Etat est là pour soutenir, ac-
compagner  et lever toutes les entraves qui se
posent à l’acte d’investir car c’est l’unique
voie qui nous reste pour atteindre ces objec-
tifs  de repeuplement industriel de notre pays»
réaffirme le premier responsable du secteur. Il
est à noter que la semaine prochaine il y aura
la validation de deux rapports, dont le premier
porte sur l’acceptation  du pré rapport d’étape
du pacte économique et social de croissance
qui a été finalisé, tandis que le second porte
sur la validation du rapport d’étape sur le cli-
mat des affaires finalisé également. «La dé-
marche que j’ai promise aux premiers jours de
mon installation sera maintenue et on avancera
ensemble sur tous les sujets parce que j’ai ap-
pris que le plus dur n’est pas de sortir un texte
mais de parvenir à  un consensus avec ceux qui
vont l’appliquer, c’est ainsi qu’aucune initia-
tive ne sera prise sans l’accompagnement des
partenaires» a conclu le ministre.
Kafia Ait Allouache
LE MINISTRE DE L’INDUSTRIE ET DES MINES INSTALLE LA COMMISSION
DE RECOURS SUR LES INVESTISSEMENTS
Assouplissement du climat des affaires
Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, a annoncé, que le projet de la révision de l’ordonnance portant sur le code
d’investissement est «achevé» et va être envoyé aujourd’hui ou demain au gouvernement.
P
h

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
6
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 16 Juillet 2014
L
a préparation des sélections natio-
nales des différentes disciplines
sportives doit être "continue", a
insisté, hier à Bouira, le ministre des
Sports, Mohammed Tahmi, en inspec-
tant un stage bloqué des équipes natio-
nales de plusieurs spécialités au niveau
du Centre nationale des sports et de loi-
sirs de Tikjda (CNSLT).
La préparation de ces équipes aux
différentes compétitions mondiales et
régionales doit être inscrite dans le
temps, et elle doit "s’effectuer annuelle-
ment et de façon continue pour arriver
à un niveau supérieur devant permettre
à ces athlètes de judo, de taekwondo, de
natation, de boxe, de lutte et d’haltéro-
philie de réaliser de bon résultats", a
souligné M. Tahmi qui a saisi cette oc-
casion pour encourager les 168 athlètes
(115 garçons et 53 filles), présents à
l’entraînement.
M. Tahmi a assuré, à cet égard, que l’État
a mis tous les moyens nécessaires pour réus-
sir ces stages de préparation. "Nous avons
quatre stages au niveau national qui regrou-
pent au total 382 athlètes", a indiqué le mi-
nistre, observant que le CNSLT de Tikjda
sera renforcé, d’ici la fin de l’année en cours,
d’une piscine, d’une salle omnisports, d’une
salle spécialisée et d’une unité de muscula-
tion et de médecine du sport. Le ministre a
rappelé qu’une opération est en cours pour la
réhabilitation du stade d’athlétisme
d’Aswel, qui sera rattaché au CNSLT de
Tikjda. S’agissant des remontées méca-
niques de Tikjda, M. Tahmi a fait savoir
que le dossier est au niveau de la com-
mission des marchés, et qu’un montant
de 780 millions de DA est alloué pour
la réalisation de nouveaux télésièges.
Sur un autre volet relatif à une éven-
tuelle organisation par l’Algérie de la
Coupe d’Afrique (CAN) en 2019 ou en
2021, le ministre a précisé que quatre
stades de football sont en cours de réa-
lisation, dont un à Oran qui a atteint un
taux d'avancement des travaux de plus
de 60%, et qui devra être réceptionné
avant la fin de 2015. Un second stade
est également en cours de réalisation à
Baraki (Alger) et deux autres à Douira
et à Tizi Ouzou, a-t-il rappelé, ajoutant
que le stade d’Annaba bénéficiera d’une
opération de réhabilitation à partir du début
de l’année prochaine. M. Tahmi a rappelé en
outre que la première partie des travaux de
réhabilitation du stade du 5-Juillet d’Alger
avait déjà démarré.
«D
es résultats satisfai-
sants et en
constante augmen-
tation», selon les responsables du
secteur qui les comparent aux ses-
sions précédentes. C’est dans le
but de récompenser l’effort des
détenus qui ont durement travaillé
pour réussir dans ces examens,
qu’une cérémonie en l’honneur
des détenus lauréats du bacca-
lauréat et du BEM session 2014 a
été organisée, hier, à l’établisse-
ment pénitentiaire d’El-Harrach,
et ce en présence du ministre de la
Justice, garde des Sceaux, Tayeb
Louh, de la ministre de l’Éduca-
tion nationale, Nouria Benghebrit,
de la ministre de la Solidarité na-
tionale, de la Famille et de la
Condition de la femme, Mounia Meslem Si-
Amer, et du président de la Commission na-
tionale consultative de promotion et de
protection des droits de l’homme
(CNCPPDH), Farouk Ksentini.
Parmi les invités à cette cérémonie, il y
avait également des membres du gouverne-
ment, ainsi que ceux du comité interminis-
tériel de coordination des activités de
rééducation des détenus et leur réinsertion
sociale. Étaient également présents les re-
présentants de la cour d’Alger, des cadres
de l’administration centrale, ainsi que des
représentants de la société civile et les fa-
milles des détenus. Le taux de réussite des
détenus aux examens du BEM et du bacca-
lauréat est «très important», a estimé minis-
tre de la Justice, garde des Sceaux, et ce
«grâce à la politique
pénitentiaire de l’État qui s’appuie
sur la réforme, la formation et la
réinsertion», a-t-il rappelé. Dans
une déclaration à la presse en
marge de la cérémonie, M. Louh a
affirmé que «cette réussite est due
à la politique de réforme des  éta-
blissements pénitentiaires dans son
volet de l’enseignement et de la
formation».
Une réussite «qui se traduit par
des résultats concrets, à savoir le
succès aux examens qui  a enregis-
tré, cette année, une augmentation
sensible», a-t-précisé. Dix détenus,
dont une femme de l’établissement
pénitentiaire d’El-Harrach, ont été
récompensés, lors de cette cérémo-
nie par le ministre de la Justice,
garde des Sceaux.
Enfin, M. Louh a félicité les cadres de
l’établissement qui ont concouru, grâce à
leurs efforts, à la réussite de ces candidats,
chose qui facilitera, selon le ministre, «leur
réinsertion dans la société, à travers l’édu-
cation et la formation professionnelle».
Sihem Oubraham
POSTE ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION
M
me
Zohra Derdouri insiste sur l’amélioration
des prestations du secteur
MOHAMMED TAHMI :
« La préparation des équipes nationales doit être continue »
LES DÉTENUS LAURÉATS DU BACCALAURÉAT ET DU BEM
SESSION 2014 HONORÉS
58,45% de réussite au BEM
et 36,55% au bac
Pas moins de 2.774 détenus, dont 40 femmes, sur 4.746 inscrits ont obtenu avec succès l’épreuve du brevet d’ensei-
gnement moyen, et 822 nouveaux bacheliers, dont 34 femmes, sur 2.249 inscrits à l’épreuve du bac, et ce à travers
38 établissements pénitentiaires. Ce qui représente un taux de réussite de 58,45% au BEM et de 36,55% au bac.
LA MINISTRE DU TOURISME
ET DE L’ARTISANAT :
« La formation
des gestionnaires,
une des conditions
de la relance »
L
a ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M
me
Nou-
ria Yamina Zerhouni, a mis en exergue, hier à Tizi
Ouzou, l’importance de la formation des gestion-
naires des établissements touristiques dans la relance du
secteur du tourisme. «L’Algérie compte actuellement 11
centres de formation en hôtellerie et une école nationale
qui forme des techniciens supérieurs en hôtellerie. Il est
également prévu l’ouverture, en septembre prochain à
Alger, d’une école supérieure en hôtellerie qui sera gérée
par des étrangers, pour former de futurs cadres gestion-
naires, aux normes internationales.
À moyen terme, il y aura 17 établissements spécialisés
en hôtellerie, qui dispenseront une formation, selon les
normes internationales», a souligné la ministre, lors d’une
visite de travail dans la wilaya. M
me
Zerhouni a égale-
ment rappelé que «l’État a mis en place un plan pour pro-
mouvoir la destination Algérie et l’organisation, dans ce
cadre, en avril prochain, d’un Salon international du tou-
risme, avec la participation de plusieurs pays et de nom-
breux professionnels du secteur du tourisme». «À cela
s’ajoute, la participation de l’Algérie à des Salons à
l’étranger, pour faire connaître les sites et les potentialités
touristiques de l’Algérie», a t-elle ajouté. À propos des
prix élevés pratiqués au niveau des établissements touris-
tiques, M
me
Zerhouni a expliqué que cette situation est in-
duite par le nombre insuffisant de ce type d’infrastructure.
«L’État a mis en place, des mesures de facilitation et
d’encouragement de l’investissement dans ce secteur,
pour augmenter le nombre de lits», a-t-elle précisé, en fai-
sant savoir que le nombre de lits qui existent actuellement
au niveau national est de seulement 99.000.
«Toutefois, la concrétisation des projets inscrits à l’in-
dicatif du secteur du Tourisme permettra d’injecter, à
moyen terme, un total de 100.000 nouveaux lits, ce qui
aura pour effet, la réduction de la tarification et l’amélio-
ration de la qualité de service», a-t-elle ajouté. En matière
de diversification de l’offre touristique, beaucoup plus
axée sur le balnéaire et le Sud algérien, M
me
Zerhouni a
indiqué que son département a lancé une opération de re-
censement des sources thermales existantes au niveau na-
tional pour étudier la possibilité de les inclure dans de
futur sites de stations thermales. L’encouragement et la
promotion du tourisme de montagne, des Hauts Plateaux
et culturel figurent aussi sur la feuille de route du minis-
tère du Tourisme, a rappelé M
me
Zerhouni.
La sécurité est garantie
au niveau des sites
touristiques du sud du pays
La sécurité est garantie au niveau des sites touristiques
du sud du pays, a déclaré, hier, la ministre du Tourisme
et de l’Artisanat, M
me
Nouria Yamina Zerhouni, en
marge d’une visiste de travail dans la wilaya de Tizi
Ouzou. Répondant à une question d’un journaliste sur
la baisse du nombre des touristes qui ont visité le sud
du pays, M
me
Zerhouni a indiqué que cet état de fait a
été induit par la situation sécuritaire dans les pays du
Sahel. «Les touristes étrangers craignent de se rendre
en Algérie, en raison de ce qui se passe dans la région
du Sahel», a-t-elle précisé.
«Le Sud algérien est sécurisé, et la sécurité est garantie
au niveau des sites touristiques de cette région du pays
qui demeure une destination très prisée par les étran-
gers, en raison de la beauté des paysages qu’elle recèle
et de l’hospitalité des gens du Sud», a précisé la minis-
tre. «L’amélioration de la situation au niveau des pays
du Sahel encouragera les touristes étrangers, qui hési-
tent à visiter notre Sud, à revenir en Algérie», a-t-elle
ajouté.
L
a ministre de la Poste et des Tech-
nologies de l’information et de la
communication (PTIC), Zohra Der-
douri, a présidé, hier à Annaba, la cérémo-
nie de signature d’une convention de
partenariat entre l’Agence nationale de
promotion et de développement des parcs
technologiques (ANPDPT), et l’université
Badji- Mokhtar d’Annaba. Cette conven-
tion va permettre aux jeunes diplômés uni-
versitaires de réaliser leur propre projet
d’investissement dans le cadre du Techno-
parc de Chaïba, dans la commune de Sidi
Amar. M
me
Derdouri , qui s’est félicitée
de ce partenariat, a insisté sur l’impor-
tance du Technoparc de Chaïba, située au
milieu des zones industrielles d’El-Hadjar,
d’El-Bouni et de Sidi Amar, et lequel est
en mesure de donner un nouvel élan au dé-
veloppement local.
Le Technoparc de Chaïba a nécessité une enveloppe globale de
l’ordre de deux milliards de dinars pour sa réalisation dans les volets
réhabilitation du siège et l’équipement . Dès son arrivée à Annaba où
elle a été accueillie par les autorités de wilaya, la ministre de la Poste
et des Technologies de l’information et de la Communication a visité
la station de câbles sous-marins implantée dans la localité de Sidi
Salem (El-Bouni). Un exposé consacré au fonctionnement de cette
station lui a été présenté, avant de prendre connaissance des perspec-
tives de développement des activités de celle-ci à travers la mise en
place de nouveaux équipements pour
atteindre le haut débit et sécuriser le
réseau. Lors de la visite de travail et
d’inspection de son secteur, la minis-
tre a inauguré les bureaux de poste de
Lallelick (El-Bouni), de Seraïdi et
d’Oued Forcha (Annaba), ainsi que
deux agences de l’opérateur Mobilis
au chef-lieu de wilaya. S’adressant
aux responsables du secteur de la
Poste, elle a mis l’accent sur la néces-
sité de fournir des prestations de qua-
lité aux clients, et de créer d’autres
bureaux de poste de proximité dans
les zones enclavées, dans le but de
d’allégera la pression sur la ville.
Elle s’est engagée, par ailleurs, à
régler la situation professionnelle des
jeunes recrutés dans la cadre du pré-
emploi. Le système de triple play (in-
ternet, téléphone et télévision) est en bonne voie dans la wilaya
d’Annaba , même s’il est fait état d’un déficit du foncier pour installer
les équipements nécessaires. «La wilaya d’Annaba, dans le domaine
de la 3G, a atteint 87 pour cent pour Mobilis», a estimé la ministre
de la Poste et des Technologies de l’information et de la communi-
cation (PTIC ), annonçant, dans ce cadre, l’entrée de l’opérateur Oo-
redoo en lice, en décembre 2014, et celle de Djezzy en décembre
2015.
B. Guetmi
7
Mercredi 16 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
L
ors d’une conférence de presse sur
la gestion des ressources humaines
au ministère de la Santé, le direc-
teur de la communication au ministère,
Salim Belkacem, a déclaré que «c’est la
première fois que le ministère de la Santé
met en place un tel système, sachant que
jusqu’à aujourd’hui, celui-ci n’existait
qu’au niveau local».
Et d’ajouter : «Aujourd’hui, grâce à la
mise en place de ce nouveau système au
ministère de la Santé, nous pouvons avoir
à n’importe quel moment une vraie infor-
mation sur l’état des effectifs tous grades
confondus du personnel de la santé, d’une
part. D’autre part, ce système va permettre
aussi, la gestion du personnel, notamment
la gestion de leur plan de carrière. Il per-
met la planification des besoins en res-
source humaine dans la mesure où nous
pouvons planifier à l’avance la demande
d’ouverture de postes budgétaires afin de
recruter le nombre nécessaire du personnel
après le départ des retraités. Nous pouvons
lancer la formation du personnel dans les
filières nécessaires.»
M. Belkacem a également expliqué
que «ce système donne une idée de l’utili-
sation des différents profils à travers le
système national de santé et peut guider et
aider dans le choix et arbitrage en matière
de formation spécialisée avec le secteur de
l’enseignement supérieur afin de corriger
et d’orienter les flux et les filières de for-
mation». 
Selon lui, l’accès à ce système est ré-
servé à un nombre restreint de personnes
en charge de la gestion des affaires du sec-
teur. «Nous sommes en train de dévelop-
per un certains nombre d’informations
issues de ce système qui seront accessibles
et en temps réel à l’ensemble du public»,
a conclu, M. Belkacem.
De son côté, le directeur des ressources
humaines au ministère de la Santé, de la
Population et de la Réforme hospitalière,
Benchrik El-Hadj a indiqué que «23.546
médecins généralistes, 3.776 specialistes
hospitaliers, 5.065 chirurgiens-dentistes,
1.207 pharmaciens, 111.480 paramédi-
caux et 11.513 praticiens spécialistes ont
été recensés à l’échelle nationale».
Il y a lieu de noter que le programme
d’appui au secteur de la santé (PASS), ap-
puyé par l’Union européenne dans le cadre
de l’Instrument Européen de voisinage et
de partenariat (IEVP), sur la conception
d’un Système d'information sanitaire dé-
cisionnel (SIS/SID) à introduire dans le
secteur de la santé en Algérie. Il s’agit, en
effet, d’un système qui sera essentielle-
ment composé de trois éléments clés. Un
Dossier électronique médical (DEM), per-
mettant un documentation standardisée
(suivant les normes internationales), ainsi
qu’un suivi et une évaluation continus des
actes diagnostiques et thérapeutiques réa-
lisés au niveau des établissements de soins
en termes de quantité et, autant que possi-
ble, en termes de qualité.
Un entrepôt de données au niveau cen-
tral du ministère de la Santé, de la Popu-
lation et de la Réforme hospitalière
(MSPRH), le principal bénéficiaire du
PASS, lui permettant de procéder à une
exploitation régulière et coordonnée des
données provenant des différentes sources
du système pour pouvoir suivre et analyser
l’évolution de la situation épidémiolo-
gique dans le pays et de l’état de santé de
la population, le système de «veille sani-
taire».
Wassila Benhamed
GESTION DES RESSOURCES HUMAINES PAR LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ
Mise en place d’un système national
d’information sanitaire
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière s’est doté d’un système
national d’information sanitaire relatif à la gestion de la ressource humaine dans le secteur
de la santé à l’échelle nationale.
HÔPITAL MOHAMED-BOUDIAF
À EL-BAYADH
Une équipe cubaine
pour renforcer le staff médical
U
ne équipe médicale cubaine, spécialisée dans la santé ma-
ternelle et infantile, renforcera, à partir du mois d’août
prochain, le staff de l’établissement public hospitalier
Mohamed-Boudiaf à El-Bayadh, a-t-on appris du directeur de la
santé et de la population (DSP) de la wilaya. L’opération, qui
entre dans le cadre de la convention-cadre de partenariat entre le
ministère de la Santé et la représentation diplomatique de la Ré-
publique cubaine en Algérie, consiste à dépêcher 26 médecins
cubains à l’établissement Mohamed Boudiaf à El-Bayadh, a ré-
vélé M. Smaïn Benbrahim. La mission médicale cubaine a ef-
fectué, durant ce mois de juillet, une visite des différentes
structures de l’hôpital d’El-Bayadh pour s’enquérir des condi-
tions de travail, et a exprimé sa satisfaction sur le cadre qui est
offert, selon la même source. L’équipe médicale cubaine compte
plusieurs spécialistes dans les maladies liées à la santé de la mère
et de l’enfant, à l’instar de la génécologie, de la pédiatrie, de
l’obstétrique moderne la radiologie, les analyses et l’anesthésie-
réanimation, a souligné le directeur de la santé de la wilaya. Les
autorités locales ont pris toutes les mesures afin de mettre la dé-
légation cubaine dans les meilleures conditions, en mettant à leur
disposition des logements de fonction équipés et des véhicules
de service, a affirmé M. Benbrahim. La venue de cette équipe
médicale va mettre fin au manque enregistré en spécialistes de
la santé maternelle et infantile au niveau de l’hôpital d’El-
Bayadh, où l’on a eu recours, durant plusieurs années, aux
conventions temporaires avec des spécialistes privés dans le do-
maine, a-t-on indiqué. Le secteur de la santé dans la wilaya d’El-
Bayadh a bénéficié, cette année, de l’affectation de 45 médecins
spécialistes par le ministère de tutelle pour exercer dans diffé-
rents établissements hospitaliers de la wilaya, dont huit (8) ont
déjà rejoint leur lieu de travail, en attendant l’arrivée des autres,
a ajouté le directeur du secteur.
U
ne convention-cadre a
été signée, hier à Alger,
par la Direction géné-
rale de la Sûreté nationale
(DGSN), et le ministère de la
Santé, de la Population et de la
Réforme hospitalière, dans le
domaine de la formation conti-
nue et du recyclage du corps
médical et paramédical, et des
agents techniques de la police.
Cette convention vise la
prise en charge par le ministère
de la Santé, de la formation
continue et du recyclage du
corps médical et paramédical
et des agents techniques de la
police, en vue d'actualiser leurs
connaissances et de suivre les
développements sur le terrain,
a indiqué le chef du service
central de la santé, de l'action
sociale et des sports à la
DGSN, Ahmed Boubekeur.
Les corps médical et paramé-
dical relevant de la DGSN est
estimé à 130 médecins spécia-
listes et à plus de 1.000 agents
paramédicaux, exerçant au ni-
veau de 51 centres sociaux et
un hôpital au niveau d'Alger,
outre les projets sanitaires re-
levant de la DGSN, qui sont en
cours de réalisation dans diffé-
rentes régions du pays. Cette
catégorie bénéficiera d'une for-
mation continue au niveau du
ministère de la Santé, dispen-
sée par des professeurs univer-
sitaires en vue d'améliorer les
prestations prodiguées pour
plus de 200.000 fonctionnaires
de police et un million d'ayants
droit. Le ministère de la Santé
avait formé, ces dernières an-
nées, quatre promotions dans
la gestion sanitaire au niveau
de l'école de Bordj El-Bahri et
prendra en charge la formation
continue des corps sus-cités,
selon le programme de forma-
tion tracé par la DGSN. Le di-
recteur général de la DGSN, le
général major Abdelghani
Hamel, présent à la cérémonie
de signature en compagnie du
ministre de la Santé, de la Po-
pulation et de la Réforme hos-
pitalière, Abdelamalek
Boudiaf, a affirmé que cette
opération s'inscrivait dans le
cadre de la promotion des res-
sources humaines, de l'inves-
tissement intellectuel et de
l'amélioration des prestations
de la Sûreté nationale. Le mi-
nistre de la Santé a précisé que
l'accompagnement de la
DGSN dans cette formation
vise à améliorer les soins pro-
digués aux citoyens, annon-
çant la participation de ce
corps à l'université d'été du mi-
nistère, prévue en septembre
prochain.
ANEP 134491 du 16/07/2014 El Moudjahid/Pub
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de la Défense Nationale
Etat-Major de l’ANP
4
e
Région Militaire
Avis d’appel d’offres national ouvert
N°61/2014/470
Le Ministère de la Défense nationale, 4
e
Région Militaire, lance un avis d'appel
d'offres national ouvert en vue de :
REMISE EN ÉTAT DU POSTE DE TRANSFORMATEUR 250 KVA Y/C LOCAL + REMISE EN
ÉTAT DE 03 BLOCS Y/C ÉTANCHÉITÉ (R+1) + RÉFECTION ET RÉAMÉNAGEMENT
CHAMBRES FROIDES + RÉFECTION Y/C ÉTANCHÉITÉ POUR MESS VIP + REMISE EN
ÉTAT SALLE OMNI SPORT + REMISE EN ÉTAT ÉCLAIRAGE DE LA ZONE OPS ET LA
ZONE VIE + RÉFECTION DE LA STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES + RÉFECTION
ET RÉAMÉNAGEMENT BLOC SERVICE INFRASTRUCTURE ET MAGASINS AU NIVEAU
DE LAGHOUAT.
Les soumissionnaires intéressés par le présent avis peuvent se présenter au siège
de :
La 4
eme
Région Militaire B.P N°499 Ouargla
pour retirer le cahier des charges, contre versement de la somme de DE CINQ
MILLE DINARS ALGERIENS (5.000.00 DA), pour les sociétés de droit algérien et et
l'équivalent en devises, pour les sociétés étrangères, au compte n° 1300000676 clé
09 ouvert auprès du trésor public de la wilaya de Ouargla.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir:
d'une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;
- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission;
- d’une copie légalisée du registre de commerce de la société;
- d’une copie légalisée du certificat de qualification ;
- de la copie originale du bon de versement de la somme due, et du bordereau de change des
devises, pour les entreprises étrangères.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être
scindées en deux (02) parties :
1 - une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges;
2 - une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº499 OUARGLA / ALGERIE
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
«Soumission» à ne pas ouvrir»
Avis d’appel d’offres national ouvert N°61/2014/470
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant 30
JOURS à compter de la première date de publication du présent avis aux quotidiens nationaux.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pour une durée de 120 jours à partir de
la date d’ouverture des plis.
FORMATION DES PERSONNELS MÉDICAUX DE LA POLICE
Signature d'une convention-cadre entre
la DGSN et le ministère de la Santé
L
e service de pneumolo-
gie de l’EHU 1
er
-No-
vembre 1954 d’Oran
adoptera, prochainement et
pour la première fois à
l’échelle nationale, une nou-
velle technique, pour le diag-
nostic précoce des cancers
bronchiques, a-t-on appris,
hier, de la chargée de la com-
munication de cet établisse-
ment de santé. Cette technique,
l’écho endoscopie bronchique,
permet de biopsier les gan-
glions sans avoir recours à la
chirurgie thoracique. Il s’agit
d’une exploration qui combine
une endoscopie et une écho-
graphie. Schématiquement, à
l’extrémité d’un endoscope
bronchique, une sonde d’écho-
graphie est placée qui permet
de repérer des formations anor-
males situées en dehors de l’ar-
bre bronchique, mais au
contact de ce dernier. Une
ponction transe-murale est
alors effectuée pour analyse
cyto-histologique, explique-t-
on. Actuellement, les praticiens
du même service de pneumo-
logie, toujours en ce qui
concerne le diagnostic précoce
des cancers bronchiques, re-
courent à l’endoscopie bron-
chique en auto-fluorescence
pour diagnostiquer les carci-
nomes "in situ" non visibles à
l’imagerie médicale. Cet exa-
men consiste à illuminer par
une lumière bleue une bronche
à travers la fibre optique du fi-
broscope. Les cancers bron-
chiques précoces apparaissent
spontanément fluorescents.
Cette exploration est utilisée en
particulier chez des sujets à
risque de cancers bronchiques
comme les fumeurs invétérés.
L’EHU d’Oran a acquis récem-
ment le matériel nécessaire
pour ce genre d’exploration.
Une trentaine de malades ont
été examinés grâce à cette nou-
velle technique. La même
source a rappelé que le tabac
est la première cause du cancer
des poumons. L’EHU d’Oran
assure, depuis quelques mois,
des consultations antitabac et
des aides au sevrage tabagique
au profit des fumeurs désirant
se débarrasser de cette habi-
tude nuisible à la santé.
Dans ce sens, des journées
"portes ouvertes" seront orga-
nisées prochainement au profit
du grand public, a-t-on appris
de même source.
CHU D’ORAN
Nouvelle technique pour
le diagnostic précoce
des cancers bronchiques
Publicité
S’
exprimant lors d’une
conférence animée au
siège de l’Organisation,
sous le thème «La vente des
denrées alimentaires dans le
marché parallèle», M. Boule-
nouar a fait savoir que durant le
ramadhan la demande en fruits
et légumes a sensiblement aug-
menté par rapport aux autres pé-
riodes de l’année.
Cette rencontre a, également,
été mise à profit pour attirer l’at-
tention des médias sur les impli-
cations de la consommation des
produits issus de l’informel qui
échappe totalement au contrôle
et qui peuvent nuire à la santé du
citoyen.
Le porte-parole de l’UG-
CAA, a tenu à préciser que les
mauvaises conditions de
stockage et de conservation de
certains produits représentent de
sérieuses menaces pour la santé
des consommateurs.
Dans ce contexte, il a appelé
les pouvoirs publics à intervenir
dans les plus brefs délais pour
mettre un terme à ce phénomène
qui s’amplifie durant le mois du
ramadhan.
Pour lui, cette pratique com-
merciale illégale nuit à la santé
publique, d’autant plus que la
plupart des produits commercia-
lisés sur ce marché noir sont
contrefaits et périmés.
Rappelant les efforts de
l’Etat dans la lutte contre l’éco-
nomie parallèle, M. Boulenouar
a énuméré quelques 1.500 points
de ventes informels qui conti-
nuent de proposer des produits
susceptibles de mettre la vie du
consommateur en péril.
Ceci sans compter le fait
qu’il est recensé quelque 200
nouveaux marchés qui viennent
de s’implanter à travers plu-
sieurs localités du pays à l’occa-
sion du mois sacré.
«De prime abord, ce secteur
illicite nuit à la santé publique,
d’autant plus qu’environ 80%
des produits commercialisés sur
ce marché noir sont contrefaits
et périmés», estime Hadj Tahar
Boulenouar, qui expliquera que
l’informel constitue ainsi un
obstacle au développement du
marché national et engendre
également une concurrence dé-
loyale dans l’activité commer-
ciale.
Pour le porte-parole de l’UG-
CAA, les présidents d’APC
n’ont pas été à la hauteur de la
mission que le gouvernement
leur a confiée, à savoir l’éradi-
cation du secteur informel.
«Pourtant, dans chaque APC, il
existe un service d’hygiène et de
préservation de la santé pu-
blique. Que font ces structures
créées dans les 1.541 communes
que compte le pays  face à la
commercialisation de produits
non conformes au sein du mar-
ché parallèle ?» a-t-il constaté.
L’UGCAA estime que l’Al-
gérie a besoin d’au moins 1.000
marchés de proximité à même
d’éliminer une grande partie de
ces lieux commerciaux illégaux.
Pour sa part, M
lle
Nadjah
Achour, chargée de la commu-
nication de l’association de pro-
tection du consommateur a
fourni des explications sur les
dangers dus au non-respect des
règles d’hygiène, de production
et des conditions de conserva-
tion des produits alimentaires.
Elle a mis l’accent sur la néces-
sité de faire face à ce phéno-
mène qui menace la santé des
citoyens censés être vigilant
dans  leurs achats.
Par ailleurs, notre interlocu-
teur nous informera que l’UG-
CAA prépare un dossier sur le
secteur informel qu’elle trans-
mettra, juste après le mois de
Ramadhan, à la fois au Premier
ministre et aux ministres du
Commerce et de l’Intérieur.  
M. Omar Ameur, secrétaire
général de la commission natio-
nale des boulangers, a, quant à
lui, appelé les pouvoirs publics
pour l’application de la loi inter-
disant la vente du pain sur les
voies publiques.
Le porte-parole de l’UGCAA
a, enfin plaidé pour la dynami-
sation du rôle des APC et des
collectivités locales en vue de
lutter efficacement contre la
vente parallèle des produits ali-
mentaires  et la prolifération des
marchés informels.
Kamélia H.
8 EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 16 Juillet 2014
CONSOMMATION DES ALGÉRIENS DURANT LE RAMADHAN
5 millions de quintaux de fruits
et légumes en 15 jours
RÉNOVATION DU VIEUX BÂTI À ALGER
L'opération se poursuit au centre de la capitale
Q SIDI BEL ABBÈS
260 usagers de la route
rompent le jeûne
avec la police
Quelques 260 usagers de la route ont bénéficié
durant les deux vendredis passés d’un F’tour
offert par la sûreté de wilaya de Sidi Bel Abbès,
a-t-on appris auprès de la cellule de communi-
cation de ce corps de sécurité.
Deux tentes ont été dressées sur la RN 13 re-
liant Sidi Bel Abbès et Oran et sur la RN 07
reliant Sidi Bel Abbès et Tlemcen pour accueil-
lir les usagers de la route ne pouvant rompre le
jeûne chez eux.
Cette opération est organisée chaque vendredi
durant le mois de Ramdhan, à l’initiative de la
DGSN. Les automobilistes ont droit à un repas
complet et chaud : lait, dattes, salade, chorba,
plat principal, jus et de la pâtisserie orientale.
Durant le f’tour, les cadres de la sûreté de wi-
laya ont distribué des dépliants aux automobi-
listes et donné des consignes de prévention
routière pour éviter les accidents de circulation
et respecter le code de la route.
Ainsi, les statistiques données par la DGSN,
pour les exercices 2012 et 2013, font état de
2.546 accidents de circulation enregistrés du-
rant le mois de Ramadhan, occasionnant 128
décès et 3.047 blessés, survenus avant le f’tour.
Q SKIKDA
Un mort et 15 blessés
dans un accident
de la circulation
Un motocycliste a trouvé la mort et quinze
personnes ont été blessées dans un accident de
la route survenu lundi soir sur le chemin de
wilaya n° 6, au lieu-dit Bouhalbes, dans la
commune d’Emdjez Ed chiche, a indiqué,
mardi, la Protection civile. Le motocycliste,
âgé de 22 ans, est décédé sur le coup après que
son engin eut été percuté par un autobus assu-
rant la ligne Skikda-Collo, et dont 15 occupants
ont été blessés à la suite du choc qui a provo-
qué le dérapage du véhicule de transport en
commun, a précisé la même source. Les passa-
gers blessés ont été évacués vers l’hôpital de la
ville d’El Harrouch, tandis qu’une enquête a
été diligentée par les services compétents pour
déterminer les circonstances exactes de cet ac-
cident.
Q DJELFA
Un mort et huit blessés
dans un carambolage
Une personne a trouvé la mort et huit autres ont
été blessées hier dans un accident de la circula-
tion survenu à Djelfa, a-t-on appris des services
de la Protection civile. Il s'agit d'un carambo-
lage entre deux véhicules touristiques, une ca-
mionnette et une motocyclette, survenu sur le
tronçon de la route nationale RN 1, à la sortie
sud de la ville de Ain Oussera (100 km au nord
de Djelfa), a-t-on ajouté. Le conducteur de la
motocyclette âgé de 35 ans est décédé sur place
et son corps a été transférée à la morgue de
l'hôpital de Ain Oussera.Les huit blessés, dont
un bébé âgé à peine de 6 mois, ont également
été transférés vers le même hôpital, a précisé la
Protection civile. Depuis le début du mois de
ramadhan, un total de 55 accidents de circula-
tion a été enregistré au niveau de la wilaya de
Djelfa, faisant 12 morts et 91 blessés.
MOSTAGANEM
Saisie de 4 quintaux
de cacahuètes
impropres à la
consommation
Les agents de contrôle de la qualité et la ré-
pression de fraudes de Mostaganem ont saisi,
au chef-lieu de wilaya, quatre quintaux de ca-
cahuètes impropres à la consommation dans
un local de vente de gâteaux orientaux, a-t-on
appris auprès de la direction du commerce.
C’est au cours d’une opération de contrôle du
local que cette quantité a été découverte. Des
ouvrières ont été surprises au moment où
elles préparaient les gâteaux à l’aide de ce
produit devant être commercialisé ensuite.
Les agents de contrôle ont découvert dans ce
local, 16 sacs de cacahuètes de 25 kg chacun
périmés depuis janvier dernier selon la date
de péremption. La quantité saisie a été dé-
truite et un procès-verbal a été dressé contre
le propriétaire du local. Il sera traduit en jus-
tice pour tromperie.
Lancée en février, l'opération
de réhabilitation des immeubles
vétustes à usage d'habitation du
centre-ville de la wilaya d'Alger
se poursuit toujours notamment
au niveau de la rue Larbi Ben
M'hidi.
Le projet de réhabilitation du
vieux bâti du centre historique de
la capitale doit à terme concerner
des centaines d'immeubles de
plusieurs rues et avenues, mais
l'opération se concentre pour le
moment sur ceux de la rue Larbi
Ben M'hidi, selon les explica-
tions des élus de la commune.
Les échafaudages métal-
liques, qui gênent quelque peu la
circulation piétonne, sont pré-
sents en permanence sur les
chantiers, notamment sur les fa-
çades des immeubles situés
entre la Grande poste et la place
Emir Abdelkader.
Le chantier consiste, en fonc-
tion de l'état de chaque immeu-
ble, à ravaler les façades, à
réfectionner l'étanchéité et la toi-
ture, à consolider les cages d'es-
caliers et les balcons et à
restaurer le plancher.
Toutefois, l'opération avance
petitement sachant que plusieurs
immeubles n'offrent pas les
mêmes conditions de travail aux
entreprises de réalisation à cause
de la présence de familles habi-
tant dans des caves et dans les
extensions sur les terrasses, a-t-
on constaté.
Leur relogement permettra
d'accélérer la cadence de réalisa-
tion sachant que ces entreprises
s'étaient engagées sur des délais
contractuels de 30 mois lors du
lancement en février du chantier
à la rue Larbi Ben M'hidi, le wali
d'Alger, ayant demandé de rac-
courcir ce délai au maximum.
Dans le cadre de la distribu-
tion progressive de 25.000 loge-
ments sociaux locatifs aux
familles issues des sites précaires
d'Alger, la wilaya compte après
le mois de ramadhan en faire bé-
néficier justement celles qui oc-
cupent des caves et des terrasses
des immeubles faisant l'objet de
réfection.
Les quelques immeubles en
cours de travaux à la rue Larbi
Ben M'hidi font partie d'un pro-
gramme global relatif à la remise
en état d'immeubles de 55.302
logements, qui ont été identifiés
par une étude technique et socio-
économique réalisée en 2006 sur
un parc de 13.690 immeubles
(78.445 logements) répartis sur
les 14 communes du centre-ville
d'Alger. Dans une première
phase, il est retenu la rénovation
d'immeubles de 7.200 logements
se trouvant sur les grands boule-
vards à Alger-Centre, sur le bud-
get du ministère de l'Habitat, de
l'Urbanisme et de la Ville qui a
dégagé à la demande de la wilaya
une première enveloppe de cinq
milliards de dinars.
Comme ce programme béné-
ficie uniquement aux habitants
de quelques immeubles vétustes
des grandes artères comme celle
de Larbi Ben Mhidi, Didouche
Mourad ou l'avenue colonel
Amirouche, l'APC d'Alger-Cen-
tre a proposé de faire réhabiliter
les bâtisses des quartiers sur son
propre budget.
Lifting urbain attendu
à Soustara
Cette APC a ainsi dressé une
liste de 557 immeubles, propriété
de l'OPGI ou de privés, qui né-
cessitent des travaux d'entretien
et de rénovation dans les princi-
paux quartiers de la commune à
l'instar de Debbih Cherif (Sou-
stara), Ahmed Chaïb (ex-rue
Tanger), Abane Ramdane, Krim
Belkacem, les Frères Bellili ou
Docteur Sadane.
Ce programme de participa-
tion de l'APC à la réhabilitation
du vieux bâti sera financé sur le
budget communal à hauteur de
3,617 milliards de dinars, dont 1
milliard de dinars a été déjà dé-
gagé au profit de la wilaya, à tra-
vers la Direction de
l'aménagement et de la restructu-
ration des quartiers (DARQ),
chargée de sa mise en œuvre.
A la demande des élus locaux,
le wali avait instruit la DARQ
d'associer les communes qui le
souhaitent à l'opération de réha-
bilitation du vieux bâti se trou-
vant sur leur territoire. Plusieurs
communes ont répondu favora-
blement à l'appel de la DARQ,
comme Alger-Centre, Oued
Smar, Bir Mourad Raïs, Hydra,
Dar El Beida, Bab Ezzouar,
Rouïba, Hussein Dey, Kouba et
Chéraga.
"La nature des travaux de ré-
habilitation et les sites sont au
choix des communes qui les fi-
nancent. L'exécution des travaux
est à la charge de la DARQ",
avait expliqué le wali d'Alger.
Plus de 5 millions de quintaux de fruits et légumes et plus de 400 millions de baguettes de pain ont été
consommés durant la première quinzaine du mois sacré du Ramadhan, c’est ce qu’a indiqué hier, M. Hadj
Tahar Boulenouar, porte-parole de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).
EL MOUDJAHID
Nation
9
Mercredi 16 Juillet 2014
SMAIL DEBBECH À EL MOUDJAHID :
« L’Algérie a joué le rôle majeur dans la libération de l’Afrique
du Sud de l’apartheid »
« La relation qui lie «Madiba» au
pays du Million et demi de Martyrs
est intime, presque fusionnelle  », a
estimé hier, le Docteur Smaïl Deb-
bech, professeur à l’université Alger
3, également auteur d’un livre sur la
relation entre Mandela et l’Algérie.
Dans son livre intitulé «  Le soutien
de l’Algérie à la lutte contre l’apar-
theid  », le Dr. Debbech a mis en
exergue le rôle de l’Algérie dans la
transition du pays de Nelson Mandela
de l’apartheid vers la «nation Arc-en-
ciel». Dans une déclaration à El
Moudjahid, en marge d’une rencon-
tre-hommage, au symbole de la lutte
anti apartheid, Nelson Mandela, au
forum d’El Moudjahid, le Dr. Deb-
bech a précisé que son ouvrage
évoque dans les détails la présence de
Mandela en Algérie, ses entraîne-
ments militaires en Algérie, et ses re-
lations avec le Front de libération na-
tionale et l’Armée de libération
nationale. L’auteur a également évo-
qué la reconnaissance de ce grand
homme quant au soutien de l’Algérie
à la lutte contre l’apartheid. « L’Al-
gérie a joué le rôle majeur dans la li-
bération de l’Afrique du Sud du
système de l’apartheid et le recouvre-
ment du processus démocratique du
pays, et c’est Madiba, qui a témoigné
d’une gra-titude éternelle en direction
du pays qui l’a accueilli et lui a per-
mis de s’entraîner militairement entre
1961 et 1962  », a-t-il indiqué. Le
deuxième aspect traité par l’auteur
dans son livre concerne les simili-
tudes et les différences entre les deux
révolutions algérienne et sud-afri-
caine.
«  Il s’agit d’une comparaison
entre l’histoire des deux pays avec le
colonialisme qui a choisi l’Algérie au
nord et l’Afrique du Sud au sud. La
lutte des deux peuples était com-
mune. Ils n’ont jamais été soumis, ils
ont lutté avec tous les moyens possi-
bles jusqu’au recours à la lutte
armée », a-t-il indiqué.
S. Ettouahria
L’Algérie et l’Afrique du Sud œu-
vrent conjointement, avec d’autres
pays africains, pour l’instauration de
la paix, de la stabilité et de la sécurité
sur le continent africain, a souligné
mardi l’ambassadeur de l’Afrique du
Sud à Alger, Joseph Kotane. L’Algérie
et l’Afrique du Sud œuvrent à «la créa-
tion de la Capacité africaine de Ré-
ponse Immédiate aux crises afin de
résoudre les conflits en Afrique». Les
deux pays, a-t-il ajouté, coopèrent
aussi dans «les projets de l’Union afri-
caine, notamment pour ce qui
concerne les infrastructures (satellite
africain, rails Est-Ouest et Nord-Sud,
et projets routiers)». Il a rappelé les
visites effectuées par Nelson Mandela
en Algérie et la formation militaire de
base qu’il y a reçue. «Nous, en
Afrique du Sud, nous resterons éter-
nellement reconnaissants et redeva-
bles au peuple algérien pour sa
solidarité immuable et son précieux
soutien durant notre lutte de libéra-
tion», a-t-il dit.
NOUREDDINE DJOUDI, ANCIEN AMBASSADEUR
D’ALGÉRIE EN AFRIQUE DU SUD
« L’Algérie n’a jamais demandé
de contrepartie à son soutien »
L’ancien ambassadeur d’Algé-
rie en Afrique du Sud, Noured-
dine Djoudi, a souligné pour sa
part que « l’amitié entre l’Algérie
et l’Afrique du Sud s’est matéria-
lisée par une lutte commune
contre ce qu’il y a de pire chez
l’humanité, l’apartheid ». Il a mis
en relief « la similitude entre le
régime d’apartheid colonial et le
régime d’apartheid en Afrique du
Sud, pour renforcer davantage et
projeter dans l’avenir les liens d’amitié, de solidarité et de coopération
entre les deux pays ». « Il y a beaucoup de gens qui ont voulu nous faire
douter, en disant : l’Algérie a tellement donné, pourquoi elle n’en profite
pas maintenant, en laissant les autres se débrouiller seuls comme vous
l’avez fait...
Là, il faut dire que lorsque nous avons décidé d’aider les mouvements
de libération, nous l’avons fait par principe, et que nous n’avons jamais
demandé quelque chose en retour », a-t-il déclaré à El Moudjahid en
marge de la rencontre-hommage au symbole de la lutte contre l’apartheid,
Nelson Mandela.
Salima E.
HOMMAGE À NELSON MANDELA AU FORUM DE LA MÉMOIRE D’EL MOUDJAHID
L’ Algérie , sa deuxième patrie
Dans ses mémoires intitulés “Le long chemin vers la liberté”, Mandela écrivait que la guerre de libération algérienne était “le modèle le plus proche du nôtre,
parce que (les moudjahidine algériens) affrontaient une importante communauté de colons blancs qui régnait sur la majorité indigène”.
L
e Forum de la Mémoire d’El Moudja-
hid, est revenu, hier, sur cette relation,
très peu connue, entre le père de la Na-
tion Arc-en-ciel et l’Algérie, qu’il considérait
comme sa deuxième patrie. Pour marquer la
Journée Internationale Nelson Mandela, la
journée du 18 juillet, décrétée au mois de no-
vembre 2009 par l’Assemblée générale des
Nations unies en l’honneur de la contribution
apportée par l’ex-Président sud-africain à la
culture de la paix et de la liberté, le Forum de
la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordi-
nation avec l’Association Machaâl Echahid, a
ouvert une page historique qui reste tout de
même méconnue. Il s’agit de cette relation par-
ticulière entre le symbole de la lutte contre
l’apartheid et des cadres de l’ALN qui l’ont
initié à la lutte armée. Pour évoquer cet épisode
de la vie de Mandela, qui mieux que Noured-
dine Djoudi, officier de l’ALN et ancien am-
bassadeur, pour évoquer le souvenir de cet
homme d'exception qu'il a connu de près. Le
diplomate, qui n’a pas la prétention d’être his-
torien, a préféré laisser son cœur parler. Sa pre-
mière rencontre avec Nelson Mandela remonte
à plus de 52 ans. L’Algérie est en pleine guerre
de Libération, et l’aura de sa révolution a dé-
passé toutes les frontières, et son écho est par-
venu jusqu’au pôle extrême de l’Afrique. Et
s’il a eu la chance, comme il le dit, de côtoyer
de près cet Africain parti parcourir le continent,
afin de se roder aux techniques de guérilla et
de solliciter des appuis pour l'ANC, c’est parce
qu’il maîtrisait la langue de Shakespeare. Il
avait donc pour mission de lui servir d’inter-
prète. En Algérie, durant son séjour de deux
jours, Nelson Mandela est alors initié à la for-
mation des premiers combattants, au stockage
des armes et munitions, au déploiement de
l’ennemi. Mais il prend conscience aussi de
l'intérêt d'intensifier les opérations diploma-
tiques afin de sensibiliser le monde entier à la
cause du peuple d’Afrique du Sud et gagner
ainsi leur soutien. Quand l'Algérie arrache son
indépendance en 1962, le pays affiche rapide-
ment son soutien à l'ANC. Cette année-là, le
président de l'époque, Ahmed Ben Bella, invita
Nelson Mandela à une parade militaire et en
profita pour apporter un soutien financier au
parti anti-apartheid. Des camps d’entraînement
destinés aux responsables de l'ANC sont ins-
tallés en Algérie. Noureddine Djoudi a expli-
qué que Mandela avait surpris les cadres de
l’ALN, car il connaisait beaucoup de choses
sur l’Algérie, il pouvait parler de l’Emir Ab-
delkader, de Cheikh Ben Badis, de Ferhat
Abbes, il voyait des similitudes entre la co-
lonisation de l'Algérie et celle en Afrique du
Sud : puissante, membre de l'OTAN et alliée
objectif du régime d'apartheid". Pour cet an-
cien diplomate, qui a officié comme ambas-
sadeur en Afrique du Sud , il est important que
les relations fraternelles et amicales entre
Alger et Pretoria restent toujours fortes et bien
consolidées. En parlant de similitudes entre la
lutte des peuples algérien et sud-africain contre
l’injustice, le chercheur, le docteur Smaïl Deb-
bech, a mis en exergue le combat pacifique et
la lutte armée des deux peuples. Aussi, il dira
que le cheminement est presque identique. Il
est allé jusqu’à trouver des points communs,
comme les massacres du 8 mai 1945 et le mas-
sacre de Sharpeville. Deux événements qui
ont poussé les pacifistes à comprendre que
seule la lutte armée peut mener à la libération
du joug colonial. Le professeur a également
souligné que "l'Algérie était pour lui un mo-
dèle. Tout comme l’Afrique du Sud a toujours
été un pivot de la politique étrangère algé-
rienne, comme en témoigne l’exclusion de
l’Afrique du Sud par l’Assemblée générale de
l’ONU proposée et obtenue par Abdelaziz
Bouteflika, alors ministre des Affaires étran-
gères, en 1974. Cette action diplomatique dé-
montre l’engagement de l’Algérie en faveur de
Mandela et de son action anti-apartheid." Pour
rappel, à l'annonce du décès de Nelson Man-
dela, le 5 décembre 2013, le président algé-
rien Abdelaziz Bouteflika a adressé ses
condoléances au président Jacob Zuma. "Le
peuple algérien, qui s’enorgueillit d’avoir tou-
jours été aux côtés de Madiba et du peuple
sud-africain, s’associe à votre deuil et n’ou-
bliera jamais que pour Mandela, l’Algérie est
sa "seconde patrie" comme il aimait à le répé-
ter".
Nora Chergui
Message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon
L’an dernier, le monde a perdu l’un
de ses plus grands dirigeants avec la
disparition de Nelson Mandela.  Le
jour de son anniversaire, le 18 juillet,
est l’occasion de nous remémorer ce
qu’il nous a légué. Nelson Mandela et
l’Organisation des Nations Unies ont
eu un long passé en commun.  Peu
après sa sortie de prison, il était venu
au Siège.  Ce fut un grand moment. La
présence de Nelson Mandela dans la
salle de l’Assemblée générale avait
prouvé que les résolutions, les sanc-
tions et la solidarité des Nations Unies
pouvaient l’emporter face à la violence
et à l’injustice.  La compassion extra-
ordinaire dont il avait fait preuve, après
27 années d’emprisonnement, avait
montré que les droits de l’homme et
l’égalité étaient plus forts que la discri-
mination et la haine.  Ce jour-là, en
1990, il avait déclaré que l’humanité
aurait toujours à assumer le fait qu’il
ait « fallu tant de temps avant que nous
disions tous “trop c’est trop” ».  Dans
la salle, une salve d’applaudissements
avait retenti. L’apartheid n’existe plus
grâce à Nelson Mandela, à un nombre
incalculable d’autres individus et à
l’intervention de l’ONU – dont nous
sommes fiers.  Cependant, notre pla-
nète et ses habitants doivent toujours
faire face à de terribles menaces : pau-
vreté, discrimination, changement cli-
matique, conflits, et plus encore.  La
Journée internationale Nelson Mandela
est un appel à l’action.  Chacun de nous
peut la célébrer en s’attelant à combat-
tre les véritables problèmes au sein de
sa communauté.  Ensemble, donnons
un sens profond à cette Journée et ou-
vrons la voie à un avenir meilleur.
Historique de la Journée
En novembre 2009, l’Assemblée générale des Nations Unies
déclarait le 18 juillet « Journée internationale Nelson Mandela »
en l’honneur de la contribution apportée par l’ex-Président sud-
africain à la culture de la paix et de la liberté. La résolution de
l’Assemblée générale reconnaît les valeurs défendues par Nelson
Mandela et son dévouement au service de l’humanité, qu’il a ma-
nifesté par son action humanitaire dans les domaines du règle-
ment des conflits, des relations entre les races, de la promotion
et de la protection des droits de l’homme, de la réconciliation, de
l’égalité entre les sexes, des droits des enfants et autres groupes
vulnérables, et du progrès des communautés démunies et sous-
développées. Elle reconnaît la contribution qu’il a apportée à la
lutte pour la démocratie à l’échelle internationale et à la promo-
tion d’une culture de paix dans le monde entier.
P
h
o
t
o
s

:

L
o
u
i
z
a

M
.
Une «volonté délibérée» des médias occidentaux
d’occulter» les liens entre Mandela et l’Algérie
Il existe une «volonté délibérée» des médias occidentaux d’occul-
ter» les liens entre Nelson Mandela et l’Algérie, a affirmé hier à Alger,
l’ancien diplomate Nouredine Djoudi, conviant la jeunesse algérienne
à «consolider l’amitié» entre l’Afrique du Sud et l’Algérie. «Il existe
une volonté délibérée d’occulter les liens entre Nelson Mandela et
l’Algérie de la part des médias occidentaux, notamment français, dé-
formant ainsi l’histoire. Aussi, je souhaiterais que notre jeunesse
œuvre à consolider l’amitié et ce qui a été construit entre l’Afrique
du Sud et l’Algérie», a soutenu l’ancien ambassadeur.
JOSEPH KOTANE, L’AMBASSADEUR SUD-AFRICAIN À ALGER
«L’Algérie et l’Afrique du Sud œuvrent pour instaurer
la paix et la sécurité en Afrique»
«
L
e nombre de touristes algé-
riens, entrés en Tunisie, de
janvier à juillet 2014, a en-
registré un taux de croissance de 23%
par rapport à l’année 2010, année de
référence dans les statistiques du sec-
teur du Tourisme en Tunisie», a indi-
qué lundi soir à Alger, la directrice
du l’Office national du Tourisme tu-
nisien (ONTT) M
me
Wahida Jaiet, qui
s’exprimait lors d’une conférence de
presse, soulignant que «cette crois-
sance de 23 % constitue un signal très
fort et la Tunisie reste toujours la des-
tination privilégiée des Algériens».
Elle a ajouté dans ce sens que son
pays ambitionne de dépasser les un
million de touristes algériens pour
l’année 2014. Ce qui nous ramènerait
globalement a précisé l’hôte d’Algé-
rie à une augmentation d’environ 15
à 17 % sur l’année». Mais la question
qui se pose est de savoir si cet ob-
jectif peut être atteint devant la
grande concurrence du Maroc ? Il y a
lieu de rappeler que pas moins de
955.000 touristes algériens se sont
rendus en Tunisie durant l’année
2013. M
me
Wahida Jaiet a souligné à
cet effet qu’«il y a des potentialités
énormes en Algérie et on peut les dé-
velopper ensemble dans un cadre de
dialogue et de concertation et de rap-
prochement entre les professionnels
et le publique». Et de poursuivre «au-
jourd’hui, on aborde le marché algé-
rien comme un marché hautement
prioritaire et d’une manière durable
et toutes les mesures nécessaires ont
été prises pour accueillir les touristes
algériens dans de bonnes conditions».
Mettant l’accent sur la qualité de ser-
vice, la directrice de l’ONTT a indi-
qué qu’«on ne peut pas faire le
tourisme, sans la qualité des services,
et un produit de qualité. Elle ajoutera
ensuite que «seule la formation aidera
à mettre en place un service de qua-
lité et un produit bien fini». La direc-
trice de l’ONTT a annoncé que «son
organisme compte lancer une com-
pagne de publicité institutionnelle,
destinée uniquement au marché algé-
rien qui tiendra compte des profes-
sionnels algériens». Avant d’ajouter
que «le dialogue et la concertation
qui nous permettra d’avancer et de re-
lever les défis».
Du fait que les Algériens, ont un
savoir-faire en la matière et la Tunisie
a également une expérience dans cer-
tains domaines touristiques a-t-elle
dit, cela «nécessite de renforcer le
partenariat». La directrice de l’ONTT
a émis le souhait de voir ces relations
se développer et se renforcer dans
l’intérêt des deux peuples frères.
Concernant l’objectif de sa visite elle
a souligné que «celle-ci a pour objec-
tif d’écouter aux doléances et les dif-
ficultés rencontrées par les
operateurs algériens et pour pouvoir
répondre avec plus d’efficacité plus
rapidement». A une question sur le
manque des places dans les hôtels
pour les touristes algériens, M
me
Wa-
hida Jaiet a indiqué que «cette année
la demande est concentrée sur le mois
d’août, période au cours de laquelle
une affluence importante des tou-
ristes est attendue», précisant que «la
plupart des familles algériennes, pré-
fèrent louer des villas et des apparte-
ments, pour passer leurs vacances en
Tunisie, par contre le nombre de ceux
qui se rendent aux hôtels n’est pas
important». A une question relative
au projet portant sur l’exigence des
taxes de séjours sur les touristes, elle
a fait savoir que plusieurs pays qui
exigent ce genre de taxes, mais
même si ce projet sera adopté nous
allons intervenir pour éviter son ap-
plication sur les touristes algériens.
S’agissant du volet sécuritaire, la di-
rectrice a souligné que le secteur du
tourisme était élastique. C’est-à-dire
a une faculté de rebondissement in-
croyable. Une crise oui on la gère,
mais il n’y a pas un risque zéro.
Le risque existe partout. Par
contre, il y a une amélioration remar-
quable en matière de dispositif de sé-
curité. Aujourd’hui nous sommes
dans une configuration général et
d’une atmosphère plus apaisante.
Pour appuyer ses dires, l’hôte de
l’Algérie a cité à titre d’exemple le
renforcement des postes de contrôles
au niveau des frontières. Il y a lieu de
souligner qu’une rencontre a été or-
ganisée avec les operateurs algériens,
où plusieurs points ont été abordés,
notamment le problème de la publi-
cité.
Makhlouf Ait Ziane
11 EL MOUDJAHID
Economie
Mercredi 16 Juillet 2014
M
me
WAHIDA JAIET DIRECTRICE GÉNÉRALE DE DU L’OFFICE NATIONAL DU TOURISME TUNISIEN :
«L’Algérie est un marché hautement prioritaire»
Le nombre de touristes algériens entrés en Tunisie a enregistré un taux de croissance de 23%
Les projets d’investissement de
dix jeunes promoteurs sont pris
en charge par la pépinière d’entre-
prises de Hamla-3, à Batna, a in-
diqué hier, son directeur,
Abdelaziz Rebaaï. Il s’agit de la
toute première promotion de por-
teurs de projets hébergée par la
pépinière d’entreprises de Batna,
a précisé le même responsable,
ajoutant que l’accompagnement
«varie de six mois à deux ans
selon la taille et l’importance du
projet». Selon M. Rebaaï, les
jeunes porteurs de projets dispo-
sent, dans cette pépinière, de dix
bureaux meublés et équipés, rac-
cordés à l’Internet. Depuis l’ou-
verture de la pépinière, en janvier
dernier, 110 porteurs de projets
ont été reçus, parmi lesquels une
cinquantaine a été orientée vers
les différents dispositifs de sou-
tien à l’emploi.
Cinq autres ont bénéficié d’un
accompagnement pour le mon-
tage financier de leurs projets
avant d’être orientés vers le Co-
mité d’assistance à la localisation
et à la promotion des investisse-
ments et de la régulation du Fon-
cier (CALPIREF) pour bénéficier
d’assiettes de terrains industriels.
La pépinière d’entreprises de
Batna, une des 12 ouvertes dans le
pays, reçoit, héberge et accom-
pagne les porteurs de projets de
PME. Elle a passé plusieurs
conventions de partenariat, no-
tamment avec l’université de
Batna, la direction de la formation
professionnelle, la Chambre de
commerce et d’industrie Aurès et
la confédération du patronat.
Une journée économique sur l’Algé-
rie sera organisée le 15 Septembre pro-
chain, à Hambourg (Allemagne), visant
l’impulsion du partenariat et de la coo-
pération économique bilatérale, a indi-
qué l’Agence nationale de
développement de l’investissement
(Andi).
Cette rencontre dédiée aux opportu-
nités d’investissement et d’affaires dans
les secteurs de l’industrie, des infrastruc-
tures et de l’énergie, verra la participa-
tion de près de 80 entreprises
allemandes, et sera une occasion pour
les entreprises des deux pays d’établir
des partenariats à travers les entretiens
bilatéraux (B to B) prévus dans ce cadre.
A cet égard, l’Andi, en tant que parte-
naire de la rencontre, invite les entre-
prises algériennes à prendre part à cet
évènement, précisant que la participa-
tion est gratuite.
Par contre les frais de déplacement et
de séjour sont à la charge des partici-
pants. Cette rencontre est organisée par
l’Association Arabo-euro-méditerra-
néenne pour la Coopération Econo-
mique (EMA) en partenariat avec
l’ambassade d’Algérie à Berlin, selon
l’Andi.
PÉPINIÈRE D’ENTREPRISES DE BATNA
Dix jeunes porteurs de projets hébergés
EN SEPTEMBRE A HAMBOURG
Journée économique sur l’Algérie
Le groupe Sonatrach compte réaliser ses
premiers forages offshore dans les wilayas
d’Oran et de Bejaia, délimitées comme zones
d’exploration offshore après les études sis-
miques menées sur leurs eaux territoriales,
confie à l’APS une source au sein du groupe pé-
trolier.
L’interprétation des données sismiques 2D
des 1.200 km, constituant les côtes algériennes,
ont permis d’orienter la prospection vers ces
deux wilayas, a-t- on précisé de même source.
Le traitement et l’interprétation de ces données
sismiques 2D, acquises par Sonatrach auprès
d’entreprises internationales spécialisées dans
la sismique marine, ont révélé une probable
existence d’un potentiel d’hydrocarbures.
La même source a ajouté qu’au stade actuel
de la prospection, Sonatrach n’est pas en me-
sure de confirmer l’existence de ce potentiel
tant que l’évaluation des données sismiques 3D
menée par le groupe pétrolier en collaboration
avec le français CGG (la Compagnie générale
de géophysique) n’a pas été achevée. Sonatrach
avait signé fin 2013 un contrat de quatre mois
avec CGG pour mener un programme de sis-
mique 3D sur les côtes algériennes.
Le contrat comprend l’acquisition et le trai-
tement des data sismiques. Les deux groupes
ont terminé l’acquisition des data sismiques et
sont presque sur le point d’achever l’interpré-
tation et le traitement de cette sismique 3D.
Selon la même source, les eaux territoriales
d’Oran et de Bejaia «sont des périmètres favo-
rables du point de vue sismique», mais «il faut
attendre les résultats du traitement des data sis-
miques pour pouvoir se prononcer avec exacti-
tude» sur leur potentiel en hydrocarbures. Après
la phase de prospection géophysique, Sonatrach
entamera celle de la géologie, avec un premier
forage d’exploration offshore prévu en 2015,
affirme-t-on de même source. Sonatrach
compte réaliser ce premier forage seul ou en
partenariat mais la décision sur l’option à rete-
nir relève des choix stratégiques du ministère
de l’Energie, a-t-on précisé.
En Algérie, les zones offshore susceptibles
de contenir des hydrocarbures sont situées entre
2.000 et 2.500 mètres de profondeur, selon les
résultats des premières études sismiques réali-
sés sur l’offshore algérien. Quant au coût d’un
seul forage en mer, il avoisine les 100 millions
de dollars, selon la même source.
PÉTROLE
Bejaia et Oran délimitées comme zones d’exploration offshore
Publicité
ANEP 134486 du 16/07/2014 El Moudjahid/Pub
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de la Défense Nationale
Etat-Major de l’ANP
4
e
Région Militaire
Avis d’appel d’offres national ouvert
N°58/2014/401
Le Ministère de la Défense nationale, 4
e
Région Militaire, lance un avis d'appel
d'offres national ouvert en vue de :
L’approvisionnement des structures et Directions Régionales de la
quatrième Région Militaire en fournitures de bureaux
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au
siège de :
La 4
eme
Région Militaire B.P N°499 Ouargla
pour retirer le cahier des charges, contre versement de la somme de
DE CINQ MILLE DINARS ALGERIENS (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit
algérien et l’équivalent en devises, pour les sociétés étrangères, au compte
nº1300000676 clé 09 ouvert auprès du Trésor public de la wilaya de Ouargla.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d'une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;
- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission;
- d’une copie légalisée du registre de commerce de la société (spécialité dans ce
domaine)
- de la copie originale du bon de versement de la somme due, et du bordereau de change des
devises, pour les entreprises étrangères.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être
scindées en deux (02) parties :
1 - une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges;
2 - une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº499 OUARGLA / ALGERIE
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
« Soumission » à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert N°58/2014/401
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant (21)
JOURS à compter de la première date de publication du présent avis aux quotidiens nationaux.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant 120 jours à compter de la date
d’ouverture des plis
P
h
.

B
i
l
l
a
l
EL MOUDJAHID 13
Mercredi 16 Juillet 2014
Monde
8
ème
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE SUR GHAZA
194 morts et 1.400 blessés
I
gnorant les appels incessants de
la communauté internationale
pour arrêter ses bombardements,
l'occupation israélienne a mené dans
la matinée de nouveaux raids aériens
sur la ville de Khan Younès, dans le
sud de l'enclave palestinienne, tuant
trois Palestiniens, selon le service
des urgences de Ghaza. Dans la
même ville, deux blessés, qui avaient
été touchés lors de bombardements
précédents, sont décédés hier matin,
tandis qu'à Rafah, également dans le
sud de Ghaza, à la frontière avec
l'Egypte, une femme a été tuée hier
par un bombardement israélien. Ces
nouvelles victimes portent à 194 le
nombre de Palestiniens tués dans les
agressions sionistes à Ghaza qui ont
également fait au moins 1.400 bles-
sés, selon un dernier bilan des ser-
vices de secours palestiniens.
L'offre de trêve égyptienne
rejetée par le Hamas
Afin de stopper l'effusion de sang
à Ghaza, l'Egypte qui a servi plu-
sieurs fois de médiateur entre Israël
et le mouvement Hamas, a proposé
lundi soir une initiative demandant
aux Israéliens et aux Palestiniens de
cesser les hostilités à compter de ce
mardi à 06H00 GMT. Cette proposi-
tion a été faite peu avant l'ouverture
d'une réunion des ministres des Af-
faires étrangères de la Ligue arabe,
convoquée en urgence au Caire pour
évoquer l'offensive israélienne san-
glante, la plus meurtrière depuis des
années dans la bande de Ghaza.
L'initiative égyptienne prévoit un
"arrêt total des hostilités aériennes,
maritimes ou terrestres" des deux
parties à compter de mardi à 06H00
GMT et l'ouverture dans la foulée de
négociations sur l'entrée de biens
dans l'enclave palestinienne sous
blocus.
L'Egypte propose d'accueillir
sous 48 heures après l'entrée en vi-
gueur de la trêve deux délégations
palestinienne et israélienne de haut
niveau pour ouvrir ces discussions
sur son territoire. En revanche, la
branche armée du mouvement de ré-
sistance palestinien Hamas, les Bri-
gades Ezzedine al-Qassam, a rejeté
en bloc la proposition égyptienne de
cessez-le-feu. "Si le contenu de cette
proposition (de cessez-le-feu) est
exact, il s'agit d'une reddition et nous
la rejetons sans appel", ont indiqué
les Brigades dans un communiqué.
Lundi, le Hamas avait déjà affirmé
qu'il rejetait tout cessez-le-feu qui
n'inclurait pas un accord complet sur
le conflit l'opposant à Israël. Le
mouvement de résistance, qui
contrôle la bande de Ghaza depuis
juin 2007, exige l'arrêt des bombar-
dements, la fin du blocus en place
depuis 2006, l'ouverture du poste-
frontière de Rafah avec l'Egypte et la
libération des prisonniers arrêtés de
nouveau après avoir été relâchés
dans le cadre d'un accord d'échange
contre un soldat israélien en 2011.
L'offre de trêve égyptienne a, par ail-
leurs, été saluée par le président
Mahmoud Abbas qui a exhorté les
deux parties à "respecter la nouvelle
initiative pour arrêter l'effusion de
sang palestinienne, dans l'espoir que
la nouvelle proposition ouvrirait la
voie à un processus politique visant
à mettre fin à l'occupation de la Pa-
lestine et à aboutir à la création d'un
Etat indépendant", selon l'agence de
presse Wafa. Israël a aussi accepté la
proposition égyptienne, a annoncé
hier un porte-parole du Premier mi-
nistre Benjamin Netanyahu.
Poursuite des condamnations
internationales
A l'étranger, les Etats-Unis ont
salué la proposition égyptienne de
trêve dans la bande de Ghaza, espé-
rant qu'elle "permettrait un retour au
calme le plus vite possible".
Les agressions israéliennes sur
Ghaza continuent, par ailleurs, de
susciter de vives réactions internatio-
nales. Le Premier ministre turc
Recep Tayyip Erdogan a accusé hier
Israël de "terrorisme d'Etat" en bom-
bardant la bande de Ghaza et de per-
pétrer un "massacre" parmi ses
habitants palestiniens. En Amérique
Latine, de nombreux pays ont
condamné la poursuite de l'offensive
israélienne dans la bande de Ghaza
dont le Mexique, qui a, par le biais
du ministère des Affaires étrangères,
fait part de sa "grave préoccupation
face à l'escalade de la violence" et
demandé que l'on "protège la popu-
lation civile touchée par les bombar-
dements israéliens sur la bande de
Ghaza". Au Venezuela, une centaine
de personnes, dont plusieurs députés
membres du parti socialiste au pou-
voir, ont défilé jusqu'à la représenta-
tion de l'Autorité palestinienne à
Caracas.
"Le génocide que le gouverne-
ment israélien commet en perma-
nence contre le peuple palestinien est
une attitude inhumaine", a déclaré à
la presse le député Dario Vivas, qui
menait la marche. A Cuba, les auto-
rités ont demandé à "la communauté
internationale d'exiger qu'Israël
mette fin à l'escalade de la violence".
Six Palestiniens ont été tués hier au huitième jour de l'offensive israélienne dans la bande de Ghaza, portant à 194
le bilan total des martyrs tombés depuis le début des agressions sionistes, alors que l'Egypte a proposé une trêve
rejetée en bloc par le mouvement Hamas.
Syrie
Cérémonie d’Investiture
aujourd’hui du président
Assad
Le président syrien Bachar al-Assad
veut avec son investiture
d’aujourd’hui asseoir son image de
vainqueur face aux rebelles et
regagner les faveurs de ceux lassés
par trois ans de guerre ou effrayés par
la poussée jihadiste. Réélu le 3 juin
pour un troisième mandat, M. Assad
ne manquera pas non plus, selon des
analystes, de se présenter aux yeux
de l'Occident comme un rempart
contre les extrémistes de l'Etat
islamique (EI), qui sèment la terreur
en Syrie comme en Irak. Le président
Assad prêtera serment devant un
grand nombre de personnalités puis
prononcera un discours d'investiture
où il tracera les grandes lignes de son
nouveau septennat, a affirmé une
source proche du pouvoir.
Irak
Salim al-Joubouri
élu président
du Parlement
Les députés irakiens ont finalement
élu hier Salim al-Joubouri président
du Parlement, après une première
séance désastreuse et deux reports
liés aux profondes divisions au sein
de la classe politique, selon la
télévision d'Etat qui diffusait en
direct le décompte des voix. Cette
élection doit enclencher le processus
de formation du gouvernement, alors
que le pays connaît sa plus grave
crise depuis des années, des insurgés
sunnites s'étant emparés de pans
entiers du territoire.
Nigeria
38 morts dans une attaque
du groupe Boko Haram
contre un village
Au moins 38 personnes ont été tuées
lors d'une attaque de membres
présumés du groupe Boko Haram
contre un village dans le nord-est du
Nigeria, suivie d'un bombardement
contre des villageois en fuite pris par
l'armée pour des insurgés, ont
indiqué lundi des habitants sur place.
L'attaque survenue à Dille, dans le
district d'Askira Uba, à 200 km de la
capitale régionale de Maiduguri,
dans la nuit de dimanche à lundi, a
provoqué l'incendie de tout le village,
dont trois églises, ont précisé les
témoins.
Grande-Bretagne
Le ministre de la Défense
Philip Hammond nommé
ministre des Affaires
étrangères
Le Premier ministre britannique
David Cameron a annoncé hier avoir
nommé l'actuel ministre de la
Défense Philip Hammond au poste
de ministre des Affaires étrangères,
en remplacement de William Hague.
"Philip Hammond est le nouveau
ministre des Affaires étrangères", a
déclaré M. Cameron sur son site
internet officiel. Il s'agit de la
première nomination effectuée par le
chef du gouvernement britannique
après l'annonce lundi soir d'une série
de démissions dans le cadre d'un
remaniement ministériel à dix mois
des élections générales de mai 2015.
Afghanistan
30 morts dans un attentat
à la voiture piégée
Au moins 30 personnes ont été tuées
et une centaine d'autres blessées dans
un attentat à la voiture piégée contre
un marché de Paktika, une province
de l'est de l'Afghanistan, ont indiqué
des responsables locaux. L'assaillant
a fait exploser son véhicule piégé au
milieu d'un marché bondé du district
local d'Urgun. "Selon les premières
informations, 30 personnes, des
civils pour la plupart, ont été tuées et
environ 100 ont été blessées", a dit un
responsable du district, cité par des
médias.
Brèves…
Réunion extraordinaire
du PA aujourd’hui
La commission des affaires étrangères et politiques et de la sécurité na-
tionale du Parlement arabe (PA) tient aujourd’hui au siège de la Ligue
arabe (Caire) une réunion extraordinaire pour examiner la détérioration
de la situation dans la bande de Ghaza et les territoires occupés et l'esca-
lade militaire sioniste qui a fait des dizaines de morts parmi les civils et
des centaines de blessés. La réunion qui se déroulera en présence du pré-
sident du Parlement arabe, Ahmed Ben Mohamed al Jarouane, se penchera
également sur la situation humanitaire dans la bande de Ghaza et les
moyens de faire cesser l'agression sioniste contre le peuple palestinien et
de mettre fin au génocide à Ghaza et en Cisjordanie.
UKRAINE
Washington accuse
Moscou de fournir des
chars aux séparatistes
Les Etats-Unis ont une nouvelle fois accusé Mos-
cou de "poursuivre ses efforts de déstabilisation
de l'Est ukrainien", l'accusant de fournir aux sé-
paratistes pro-russes des armes tels que des chars
et des lance-roquettes. "La Russie dit qu'elle re-
cherche la paix mais ses actes ne correspondent
pas à ses paroles", a affirmé le département d'Etat
dans un communiqué. "Nous n'avons aucune
preuve que le soutien de la Russie aux séparatistes
ukrainiens ait cessé. En réalité, nous pensons que
la Russie continue à leur fournir des armes
lourdes, de l'équipement militaire, de l'argent et
qu'elle autorise toujours des militants séparatistes
à entrer librement en Ukraine". Comme l'Otan
l'avait affirmé plus tôt dans la journée, le départe-
ment d'Etat américain a une nouvelle fois accusé
la Russie de "masser ses soldats à la frontière
ukrainienne", fournissant une liste détaillée de
preuves matérielles confirmant ces accusations.
Les Etats-Unis accusent notamment Moscou
"d'accumuler un nombre important d'équipement
au sud-ouest de la Russie", et d'avoir quasiment
doublé le nombre de chars, de véhicules blindés
et de lance-roquettes.
VIOLENCES À TRIPOLI
Le gouvernement envisage un recours
à des forces internationales
Le gouvernement libyen a annoncé dans la
nuit de lundi à mardi qu'il examinait la pos-
sibilité de faire appel à des forces internatio-
nales pour rétablir la sécurité, en particulier
dans la capitale, théâtre depuis dimanche
d'affrontements entre groupes armés. "Le
gouvernement examine la possibilité de faire
appel à des forces internationales sur le ter-
rain pour rétablir la sécurité et aider le gou-
vernement à imposer son autorité", a déclaré
le porte-parole du gouvernement, Ahmed
Lamine, dans un communiqué. Selon le
communiqué, ces forces auraient aussi pour
mission de "protéger les civils et les ri-
chesses de l'Etat et (de) prévenir l'anarchie
et l'instabilité, et (de) donner l'occasion à
l'Etat de construire ses institutions, en parti-
culier l'armée et la police". Le gouvernement
réagissait à des affrontements entre groupes
armés ayant provoqué la fermeture de l'aé-
roport de Tripoli et engendré des dégâts im-
portants à ses installations et aux avions
stationnés sur le tarmac. Selon le communi-
qué, 90% des appareils ont été touchés, ainsi
que la tour du contrôle. Un centre de main-
tenance d'avions ainsi qu'un bâtiment de la
douane ont été "complètement détruits", a-t-
on ajouté de même source. Lundi soir, l'aé-
roport a été de nouveau la cible de "dizaines
de roquettes", a déclaré un responsable de la
sécurité de l'aéroport, Al-Jilani al-Dahech,
qui a fait état d'un mort et six blessés parmi
ses hommes.
Mercredi 16 Juillet 2014
15
ANIMÉE PAR ABDELKADER CHERCHAM ET DAHMANE DERRICHE
Soirée chaâbi au TNA
À la moitié du mois béni de Ramadhan, la pleine lune a auréolé Alger, mais la musique chaâbi qui résonne aux
âmes de ses habitants a nimbé, lors d’une soirée artistique organisée lundi soir, au Théâtre national algérien
(TNA) Mahieddine-Bachtarzi. Abdelkader Chercham et Dahmane Derriche ont gratifié l’assistance, venue
nombreuse, d’une panoplie de chansons «nabaouies», qui rime à merveille avec la spiritualité de ce mois.
À
quelque mètres d’une autre soirée
chaâbi animée par Sid-Ali Lekam
sous la belle étoile au square Port-
Saïd à Alger, le TNA a abrité le concert de
deux chanteurs charismatiques du chaâbi. À
commencer par Dahmane Derriche qui a
gagné l’attention du public, grâce à ses chan-
sons modernes, dont les textes explicites fu-
rent écrits avec beaucoup de finesse. Il a
interprété du madih, puisque nous sommes
au mois de Ramadhan, dont Ya sahib el-gha-
mama, des louanges au Prophète Moham-
med (QSSSL), et a enfin chuté par des
chansonnettes connues telles Azaz alia, qui
évoque les parents, Hada hal el-meskin, une
histoire où amour et regret poussent à médi-
ter. Rencontré dans les coulisses en train
d’écrire un texte, Dahmane Derriche a indi-
qué que la saveur chaâbi de Ramadhan de-
meure originale : «Le nabaoui n’est pas joué
obligatoirement au mois béni, nous jouons
également du bon chaâbi avec de belles pa-
roles familiales ; même lorsque nous chan-
tons la romance, nous l’interprétons d’une
manière à ce que chaque Algérien puisse
l’écouter avec sa famille», a-t-il précisé, tout
en nous informant que son sixième album,
qui est déjà enregistré et prêt, sera mis en
vente après le mois de Ramadhan.
Quant à la rédaction des textes, notre in-
terlocuteur déclare : «Il m’est arrivé de com-
mencer des textes sans pouvoir les finir, je
travaille en collaboration avec Yacine Bou-
zama depuis cinq ans, et nous avons fait un
excellent travail.» Il tient à rendre hommage
au grand poète et compositeur Mahboub Bati
qui a écrit pour des chanteurs qui sont deve-
nus des références du chaâbi.
De son côté, Abdelkader Chercham a as-
suré la deuxième partie du spectacle en in-
terprétant, avec son orchestre, du nabaoui.
«Dans ce genre, on y trouve l’imploration de
la Providence, la prière, l’évocation, tout ce
qui est relatif au mois béni ; on y trouve tous
les aspects spirituels ayant une relation avec
l’aspect social de la personne», a-t-il expli-
qué. Ce grand ténor que le mandole a accom-
pagné tout au long de 52 ans de carrière a été
le disciple d’El-Hadj El-Anka, et a assuré,
durant 40 ans, les fonctions de professeur at-
tiré au Conservatoire d’Alger.
Il a lancé un message aux amateurs du
chaâbi : «La nouvelle génération doit faire
des efforts pour y parvenir. Il faut travailler
et apprendre et se consacrer à l’art. Quand tu
travailles pour l’art, il travaillera pour toi à
son tour, il faut aimer cette musique et avoir
la passion pour elle. L’argent a imposé son
mot, presque toutes les réussites musicales
sont devenues à but lucratif. Celui qui donne
toute l’importance à l’aspect financier délais-
sera ipso facto l’art. Jadis, il y avait l’échelle
des valeurs, je ne me comparais pas à El-
Hadj El-Anka et à Hcene Saïd, mais c’est
grâce à eux que j’ai appris et que je me suis
forgé.»
Abdelkader Checham estime qu’une
bonne relève devrait avoir comme repère, la
qualité des œuvres et non la quantité des ar-
tistes, d’autant plus que les associations et
les écoles sont ouvertes pour enseigner le
chaâbi.
Kader Bentounès
Parution de trois ouvrages sur le soufisme
Trois ouvrages sur le soufisme viennent
d’être édités, a-t-on appris hier de leur au-
teur, le D
r
Mohammed Benbrika, en marge
de la 9
e
édition des "Dourouss Mohamma-
dia", organisés par la zaouïa "Belkaïdia He-
bria" d’Oran.
Ces trois titres, édités en Algérie, font
partie d’une série de travaux publiés par l’au-
teur sous le titre générique "Recueil d’œu-
vres soufies", une collection prévue en 21
tomes, a indiqué ce penseur algérien, mem-
bre de l’Académie mondiale de soufisme et
du Centre international de dialogue interre-
ligions. Dans un de ces nouveaux titres, le D
r
Benbrika évoque la personnalité et l’œuvre
de l’imam irakien Yahia Benyoucef Sarsari,
ayant vécu au 6
e
siècle de l’hégire. Cette
personnalité s’est distinguée par ses louanges
au Prophète Mohammed (QSSSL) contenus
dans quarante ouvrages. "L’œuvre et la vie
de cet imam ne sont pas cités dans les livres
d’histoire, en dépit de ses écrits consacrés au
madih", a souligné le même auteur.
Le D
r
Benbrika a, à son actif, une tren-
taine d’ouvrages, dont un dictionnaire en
cinq volumes sur le soufisme et une encyclo-
pédie sur la "tariqa soufie".
Aïcha, poétesse de Béjaïa au VII
e
siècle de l'Hégire
Nous sommes au VII
e
siècle de l’Hégire,
et l’instruction est si peu répandue parmi les
femmes musulmanes du Maghreb et du
monde arabe, que la société de l’époque s’es-
time en droit de regarder comme des phéno-
mènes, celles qui, à l’image d’Aïcha la
poétesse de Béjaïa, se sont distinguées par des
compositions littéraires ou des essais poé-
tiques.
Qu’on en juge plutôt à travers la relation
faite par A. Cherbonneau dans la Revue Afri-
caine (vol. 4, 1860). Celui-ci observe que les
auteurs qu’il a lus «citent un bien petit nom-
bre» de ces femmes et «la mention qu’ils leur
accordent ne va pas au-delà de quelques mots
insignifiants» (…).
Toutefois, A. Cherbonneau se fait fort de
citer un certain El-Ghobrini qui, dans son livre
intitulé les Spécimens de la science ou Notice
sur les docteurs de Bougie au VII
e
siècle,
laisse échapper, à propos d'une femme lettrée
de cette époque, quelques détails dont la sin-
gularité ne peut être dédaignée, insiste l’auteur
français, par les lecteurs de la Revue Africaine.
Et d’ajouter en substance : «Je les transcrirai
ici mot pour mot, de peur d’ôter au récit sa
physionomie naïve. Ce n’est point une biogra-
phie ; l’auteur (El-Ghobrini, ndlr) raconte seu-
lement des faits décousus et s’abstient même
de toute réflexion (...).»
Omara-ben-Yahya-El-Hoceini, dit El-Gho-
brini au commencement de son ouvrage, était
un jurisconsulte de mérite qui composa un
traité — en vers — des devoirs religieux. Il
eut une fille dénommée Aïcha, dont l’élo-
quence égalait les connaissances en littérature.
Elle avait copié de sa main, l’Explication
du Coran, de Thaâlibi, l’Andalous, divisée en
dix-huit chapitres, et ce chef d’œuvre de cal-
ligraphie fut trouvé si admirable qu’on le
plaça dans la bibliothèque des sultans de Bou-
gie.
Aïcha défia Ibn El-Fekkoun, poète de
Constantine, en lui proposant l’énigme que
voici : «En me privant de la douceur des der-
niers adieux, / Il a voulu m’épargner l’amer-
tume de la séparation ; / Parce que l’une ne
peut compenser l’autre ; / Et j’ai trouvé conve-
nable le sacrifice du tout.» Après s’être mis
l’esprit à la torture, le poète de Constantine fut
obligé de garder le silence.
On raconte encore qu’ayant été demandée
en mariage par un homme chauve et peu ave-
nant, Aïcha improvisa devant ses compagnes
l’anagramme suivant : «Suis-je coupable de
dédaigner un amoureux chauve, / aussi laid
physiquement que moralement ? / Il prétend
au mariage pour s’unir à ma personne. / Mais
ne demandât-il qu’un soufflet, / Je refuserais
de l’appliquer. / Sur une tète bonne à cautéri-
ser / Et sur une figure faite pour être cachée.»
Toujours selon A. Cherbonneau qui cite El-
Ghobrini, Aïcha a laissé quelques essais litté-
raires et des morceaux de poésie. Quant à sa
copie du Tefsir, de Taâlebi, dont il est parlé
plus haut, El-Ghobrini l’aurait vue dans la bi-
bliothèque d’Ibn Ghazi, imam de La Casbah,
à Constantine.
K. B.
L
U
C
A
R
N
E
SÉTIF
Un radiothon
au profit
des enfants
nécessiteux
U
n habit neuf pour des milliers
d’enfants nécessiteux, à l’occa-
sion de l’Aïd-el-Fitr à travers
l’ensemble des 60 communes de la wi-
laya, jusque même dans ses coins les
plus reculés pour permettre à tous ces
enfants de passer cette fête dans la joie
et les conditions les plus agréables pos-
sibles : c’est l’objectif du radiothon qui
a été organisé hier à Sétif et qui se pro-
posait en fait de toucher quelque
80.000 enfants. Placée sous le haut pa-
tronage du wali de Sétif et du directeur
général de la radio algérienne, cette
belle œuvre de solidarité, qui est à met-
tre à l’actif de Radio-Sétif, en partena-
riat avec différents autres secteurs non
moins importants, à l’instar de la direc-
tion de la DAS, les Scouts musulmans
algériens, l’APC de Sétif, la section de
wilaya de l’UGCAA, la direction du
commerce, le Croissant-Rouge, les ser-
vices de la sûreté et ceux des Douanes,
ainsi qu’Algérie Télécom, relève en fait
d’une première du genre à Sétif, et tra-
duit, si besoin est, les vertus de la soli-
darité qui sont une des spécificités de
notre peuple. C’est ainsi que Radio-
Sétif qui s’est toujours voulu être un
maillon fort dans la réalisation de ce
genre d’actions de proximité, pour ne
citer que celles-ci, devait implanter une
partie de ses studios au niveau de la
grande salle des fêtes située au parc
d’attractions et mettre en œuvre donc,
durant toute cette journée de 8 heures à
minuit, son potentiel de journalistes,
animateurs et techniciens pour appeler,
sensibiliser et mobiliser de nombreux
bienfaiteurs en ces journées du Rama-
dhan marquées déjà par des actions
d’envergure déployée par la DAS, à
l’endroit de toutes ces familles qui sont
dans le besoin.
Hier donc, au moment où les cellules
de la DAS et les Scouts musulmans al-
gériens étaient sur le terrain pour aller
au contact des personnes nanties et
veiller à la réalisation des objectifs
fixés pour ce radiothon, tous les autres
partenaires abondaient dans le même
sens, au moment où Radio-Sétif ne
consacrait ses programmes que pour cet
évènement qui suscitait, dès les pre-
mière heures de la matinée, une réelle
adhésion des citoyens qui contribuaient
à cette œuvre sous l’œil avisé d’un
huissier de justice qui veillait à la régu-
larité de l’opération.
De son côté, Ahmed Hamache, le direc-
teur de Radio-Sétif, souligne : «La
radio vit au cœur de la société, elle est
présente dans chaque foyer et rayonne
donc sans cesse dans cette dimension
de proximité pour créer la joie partout
où ses ondes sont porteuses d’espoir,
d’amour pour l’autre et de fraternité.
C’est à ce titre que nous avons voulu,
avec l’ensemble de partenaires qui bé-
néficient d’une grande expérience dans
le domaine, organiser ce radiothon, vé-
ritable espace de solidarité et de frater-
nité. Cette action s’inscrit en droite
ligne avec les grandes orientations du
directeur général de la radio algérienne,
relatives notamment à la proximité et à
l’impact qu’elle peut produire dans ce
genre d’action.»
Elle a été marquée par la mise en place
de plateaux spéciaux sur lesquels se
succédaient au micro de Radio-Sétif,
une série d’invités, des notables et au-
tres célébrités du sport, de la culture,
venus booster cette heureuse initiative
et lui conférer la dimension qu’elle mé-
rite. En début d’après-midi, le wali
s’est rendu sur les lieux de l’opération
pour s’enquérir du déroulement de ce
radiothon et y apporter sa contribution.
F. Zoghbi
P
h
.
 
T
.

R
o
u
a
b
a
h
Abraha fait construire une magni-
fique église à San’â’. Il marche sur La
Mecque en vue de détruire la Ka’ba.
Mais une malédiction s’abat sur lui.
L’éléphant géant refuse d’avancer.
Une nuée d’oiseaux vient décimer les
rangs de son armée. Abraha ordonne
la retraite.
A
braha observa que nombre de
gens se préparaient à partir en
pèlerinage. Il demanda à son en-
tourage : - Où vont ces gens ?
Ils lui dirent :
- ALa Mecque.
- Pour quoi faire ?
- Ils vont en pèlerinage à la Ka‘ba.
- Qu’est-ce que la Ka‘ba ?
- C’est une des Demeures de Dieu,
où les Arabes vont en pèlerinage à la pé-
riode de l’année qui suit la foire de
‘Ukâz.
- Mais comment la Ka’ba peut-elle
être la Demeure de Dieu, alors que les
Mecquois sont des adorateurs d’idoles
? En quoi est- elle construite ?
- En pierre.
- Racontez-moi son histoire.
Ils lui racontèrent l’histoire de la
Ka’ba. Puis ils lui dirent que Tubba’
avait voulu la détruire, qu’il en avait
été dissuadé par deux rabbis juifs, qu’il
avait cependant poursuivi sa route
jusqu’a La Mecque et qu’à son arrivée,
au lieu de porter atteinte à la Ka’ba, il
avait tenu à la protéger en la recou-
vrant. Abraha demanda :
- En la recouvrant de quoi ?
- De morceaux d’étoffe.
- Par le Christ, je vous construirai
un sanctuaire encore plus beau !
Il écrivit au Négus pour l’informer
qu’il comptait édifier à San’â’ une
église qui frapperait les esprits et res-
terait longtemps dans les mémoires. Il
écrivit aussi à César pour lui expliquer
qu’en construisant cette église, il en-
tendait détourner les pèlerins de La
Mecque vers San’â’ et finalement im-
poser sa domination aux Mecquois. Le
Négus et César lui promirent leur aide.
Abraha édifia une église qui éblouit
les gens par ses dimensions, sa magni-
ficence et le raffinement de sa décora-
tion extérieure et intérieure. On dit
qu’il la fit construire en utilisant les
pierres du palais de Balqis, dont il or-
donna que l’on détruisît les murs et
que l’on transportât les pierres de
Ma’rib jusqu’a San’â’. Il fit travailler
ses ouvriers et ses esclaves de jour
comme de nuit, en châtiant cruelle-
ment ceux d’entre eux qui se rendaient
coupables de paresse ou de négligence,
allant dans certains cas jusqu’à leur
couper la main.
Ils bâtirent un sanctuaire immense
et somptueux, en pierres superposées,
ordonnées par rangées de couleurs dif-
férentes. Ses murs, d’une épaisseur de
six coudées, étaient décorés de frises
de marbre et de bois sculpté, le marbre
étant surmonté de pierres brillantes,
noires et blanches. La porte en cuivre,
longue de dix coudées et large de qua-
tre, donnait sur une allée couverte de
quatre-vingts coudées de long et qua-
rante de large, bordée de colonnes
sculptées et incrustées de clous d’or et
d’argent. Cette allée donnait accès à
une salle de quarante coudées de côté,
aux voûtes recouvertes de mosaïques
multicolores, dont les motifs arbores-
cents étaient semés d’étoiles d’or.
De là on passait dans un édifice de
trente coudées de côté, surmonté d’une
immense coupole recouverte de mo-
saïques représentant des croix incrus-
tées d’or et d’argent. En son milieu
était posée une dalle de marbre de dix
coudées de côté, qui attirait tous les re-
gards car elle captait la lumière du so-
leil et de la lune pour la refléter sur la
coupole. Sous la coupole se dressait
une chaire, faite de bois précieux et
d’ivoire, dont les marches, en bois de
platane plaqué d’or et d’argent, étaient
retenues par des chaînes d’argent.
Abraha avait fait bon usage des
marbres que lui avait fournis César,
marbres blanc, rouge, jaune et noir,
qu’il avait décorés d’or, d’argent et de
pierres précieuses, dont la plus belle
était un magnifique rubis. L’église était
gardée par des portiers et des servi-
teurs choisis parmi les chrétiens de
Saba. On y brûlait des bois odoriférants
et on parfumait ses murs en les endui-
sant de musc.
Et les gens se pressèrent dans
l’église pour y prier, faire leurs dévo-
tions et glorifier Dieu.
Abraha ordonna aux Arabes du
Yémen et aux autres de venir en pèle-
rinage dans cette église et de nom-
breuses tribus lui obéirent, certaines
par conviction, les autres par crainte de
représailles.
Alors Abraha écrivit au Négus :
«J’ai construit pour toi à San’ â’ un
sanctuaire comme n’en ont jamais bâti
les Arabes ni les Perses et auquel
aucun roi n’a pu prétendre avant toi.»
Lorsque les Arabes du Nord virent
cela, ils éprouvèrent une grande in-
quiétude, car ils comprirent qu’Abraha
avait décidé de ruiner leur pèlerinage
en même temps que leur commerce.
Un des leurs se rendit à San’â’, entra
dans l’église et, à ce qu’on dit, la
souilla de ses excréments.
Apprenant cela, Abraha demanda :
- Qui a fait cela ?
On lui répondit :
- Un homme attaché au sanctuaire
où les Arabes vont en pèlerinage. Il a
appris que tu voulais détourner ce pè-
lerinage de leur mosquée vers notre
église. En venant souiller notre église,
l’homme a voulu t’indiquer qu’elle
n’était pas digne de cet honneur.
Ce fut alors qu’Abraha forma le
dessein de marcher sur La Mecque et
de détruire la Ka’ba.
Une délégation d’Arabes étant
venue le voir pour lui demander une
faveur, il couronna son chef roi de
Mudar et le chargea de rentrer chez lui
et d’appeler les gens à abandonner le
pèlerinage de La Mecque pour adopter
celui de San’â’. Le nouveau roi repartit
vers le nord et s’arrêta en pays de Ti-
hâma, où il prôna le change ment de
pèlerinage. Alors les gens de la région
chargèrent un homme de le suivre et de
guetter l’occasion propice pour l’as-
sassiner. Ce qui fut fait.
Son frère revint précipitamment au
Yémen, alla voir Abraha et lui apprit
la mort du roi. La colère d’Abraha re-
doubla contre les Arabes, ainsi que sa
détermination à détruire leur sanc-
tuaire de La Mecque.
Il s’en ouvrit au Négus et à César,
qui l’approuvèrent aussitôt, espérant
qu’il pourrait relier le Yémen à la Syrie
et par là, sécuri ser les routes commer-
ciales entre les Indes et l’Orient et
entre le pays de Shâm et l’Abyssinie.
Abraha fit ses préparatifs et de-
manda au Négus de lui fournir un élé-
phant, qu’il comptait emmener à La
Mecque afin d’effrayer les Arabes. Le
Négus lui envoya un énorme éléphant,
dont la taille et la puissance dépas-
saient tout ce que l’on avait vu jusque-
là. Abraha donna à son armée l’ordre
de départ et l’éléphant ouvrit la
marche.
Les Arabes de diverses régions
considérèrent alors qu’il était de leur
devoir de combattre Abraha. Le pre-
mier d’entre eux à appeler les siens à
la guerre fut un seigneur arabe du
Yémen, nommé Dhû Nafar. De nom-
breux seigneurs se joignirent à lui, ve-
nant du Yémen et d’ailleurs, et ils
partirent à l’assaut des troupes
d’Abraha. Mais ce dernier disposant
de forces supérieu res, ils furent vain-
cus et Dhû Nafar capturé.
Abraha s’apprêtait à le tuer, comme
il était de coutume en ce temps,
lorsque Dhû Nafar lui dit :
- Grand roi, pourquoi me tuer ? Ma
présence à tes côtés pourrait t’être plus
utile que ma mort.
En homme aussi rusé que magna-
nime, Abraha l’épargna. Il ordonna de
le ligoter et le fit transporter dans ces
conditions, alors que l’armée poursui-
vait sa route vers La Mecque.
Plus loin, Abraha vit s’opposer à lui
une autre armée, levée par différentes
tribus arabes. L’affrontement tourna
encore une fois à l’avantage d’Abraha,
qui s’apprêtait à tuer leur chef, lorsque
ce dernier lui dit :
- Grand roi, pourquoi me tuer ? Je
te serai bien plus utile vivant. Je pour-
rai être ton guide en terre arabe et tu
pourras compter sur ma tribu, qui
m’est tout obéissance.
(Source  : Mahmoud Hussein - Al Sira. Le
Prophète de l’Islamraconté par ses compagnons,
éd. Pluriel, 2013).
17
Mercredi 16 Juillet 2014
16EL MOUDJAHID EL MOUDJAHID
S
i jeûner supposequebien d’actes
sont interdits, il n’endemeurepas
moins, qu’encettepérioded’absti-
nence, biend’autressont autoriséset to-
lérés, contrairement à ce que l’on
pourrait croire. Ainsi, plusieurs actes,
souvent involontaires, ne«cassent» pas
lejeûne. L’islamdemeureunereligionde
tolérance et voici, donc, l’exemple
d’actesautorisésdurantcemoissacréde
ramadhan.
1.Se frotter les dents avec l’Arak
(bâton) sec, serafraîchir avec del’eau
froidequandil fait trèschaud(soit ense
baignantouens’aspergeant), serincer la
boucheàcausedufroidoudelachaleur
(àconditiondenepas l’avaler) nerom-
pent enrienlejeûne.
2.L’Istinchak (par le nez), lors des
ablutions, resteune«sunna», mêmepen-
dant leramadhan, sanstoutefoisenexa-
gérer. LeProphète(paixet salut sur Lui)
dit (concernant l’ablution: «Aspiretrès
fort l’eaupar lenez sauf quandtues en
état dejeûne.» (rapportépar Ahmad et
Attirmidhi).
D’autresactessontégalementtolérés,
en ce mois sacré de jeûne, sans qu’ils
n’en«cassent», pour autant lavalidité.
Vomir involontairement (àcondition
qu’il n’enretournerienàl’estomac), ava-
ler involontairement quelque chose
d’inévitable(mouche, insecte…), subir la
poussière de la rue, des usines, de la
fuméedescombustibleset detoutesau-
tres vapeurs inévitables nerompent pas
lejeûne, aumêmetitrequ’avaler sasa-
live, dégouliner du nez, delagorgeou
despoumons.
Le fait de rester en état d’impureté
majeure (survenu la nuit ou durant le
sommeil) n’invalidepaslejeûne, excepté
qu’il nefaut pas demeurer dans cet état
d’impureté. Il faut bienentenduselaver
pour pouvoir effectuer chaqueprièreen
sontemps.
L’ImamAsh-hab dit à ce propos :
«Lessavantssontunanimesquelejeûne
du J unub (état d’impureté) est valide,
c’est commecelui qui jeûnesans faire
d’ablution, mêmes’il restetoutelajour-
néeenétat d’impuretémajeure(sans se
laver), son jeûne n’est pas rompu.»
(Ad-durAth-thamînpage376).
Si cet état defait n’adonc pas d’im-
pact sur lejeûne, il enatoutefoissur les
mérites. A l’exempledelamédisanceet
de la calomnie qui n’invalident pas le
jeûne, mais en diminuent largement le
mérite. D’autresactesn’invalident point
lejeûne, commelaHijâma(saignéepar
laventouse) queleProphète(paixetsalut
sur Lui) ad’ailleurspratiquéealorsqu’il
jeûnait. Onladésapprouvequelquepeu
par craintequecet acten’affaiblissele
jeûneur. Enfin, si biendes actes restent
autorisésoutolérés, encemoissacrédu
ramadhan, il est toutefois recommandé
de s’abstenir du bavardage (abondant)
inutile(Al Hadar) pendant lajournéedu
Ramadhan, en vue d’éviter de dire un
pêchéet/ou des mensonges, alors qu’il
est également préconiséd’éviter lemau-
vais comportement (nepas semettreen
colère). Il conviendrait, pour cela, d’oc-
cuper salanguepar leDikr et lalecture
duNobleCoran.
Ramdane Bezza
LE J EÛNE
Entre interdits et tolérances
LES ANCÊTRES DU PROPHÈTE MOHAMMED (QSSSL)
- Femme enceinte et
nourrice :
Quandlafemmeenceinte
craint pour sasantéoupour
sonfœtus, elleestautoriséeà
romprelejeûneetàl'accom-
plir ultérieurement quand
elle n'aura plus d'empêche-
ment. Danscecas, si elleest
aisée, elle accompagne son
jeûned'uneaumôned'un1/2
litredeblé, cequi consolide
mieuxsonjeûneetaugmente
sarécompense.
Lamêmerègles'applique
àcellequi allaitesonenfant
et qui craint pour sasantéou
celle de son bébé. Ceci est
danslecasoùellenetrouve
pas denourrice, ou, latrou-
vant, son enfant n'accepte
d'autreseinquelesien. Cela
estdéduitduversetsus-men-
tionnéqui dit :
«A ceux qui ne peuvent
jeûner qu'avec difficulté in-
combe en expiation la nour-
riture d'un pauvre.» (Coran, 2- LaVache- 184).
* Deux remarques :
1- Qui, sans excusevalable, retardederéparer sonjeûnemanqué
jusqu'auRamadansuivant, doit enexpiation, nourrir unpauvrepour
chaquejour retardé.
2- Quandunmusulmanmeurt, ayantàsachargeunnombredejours
à jeûner, son tuteur doit acquitter cette dette à sa place.
(RecueilsdeBoukhari et Mouslim)
Mamèreestmorte, ditunhommeauProphète(sur lui laprièreetla
paix). Elleaunmoisdejeûnenonaccompli. Dois-jelefairepour elle?
Oui, ditleProphète(sur lui labénédictionetlapaix). Ladetteenvers
Dieuestplusdigned'êtreacquittée. (RecueilsdeBoukhari etMouslim)
Les règles fondamentales du jeûne
1 - L'intention :
C'estlafermerésolutiond'accomplir lejeûneensignedesoumission
àDieuet avecledesseindedemander
SaGrâce, car «tout actedépenddel'intentionqui l'inspire».
Quandlejeûneauncaractèreobligatoire— tel queRamadan—
l'intentiondoit êtreformuléelanuit avant l'aube.
LeProphète(QSSSL) adit :
«Le jeûne de celui qui n'a pas manifesté l'intention de jeûner dès la
veille est nul.» (Recueil deTirmidy)
Maiss'il estsurérogatoire, l'intentionestacceptéemêmeaprèsl'aube,
mêmeaprès lelever dusoleil, àconditionden'avoir rienmangé, rien
bu.
«LA VOIE DU MUSULMAN»
L’intention de jeûner,
première règle
Par Aboubaker Djaber El-Djazaïri,
enseignant à l'Université islamique de Médine
NDLR :
Cette rubrique
renferme des versets
coraniques. Prière
de préserver ces pages
de toute souillure.
(VII)
(VI)
Hadith Qodsi
D'après Adiy ibn Hatim (que Dieu l'agrée) : J'étais avec le
Messager de Dieu (QSSSL) lorsque deux hommes vinrent à
lui : un d'eux se plaignait de sa pauvreté, tandis que l'autre
du brigandage (vol).
Le Messager de Dieu (QSSSL) a dit : Pour ce qui est du bri-
gandage, il ne sera pas long avant qu'une caravane [puisse]
sortir de La Mecque sans aucun garde. Pour ce qui est de la
pauvreté, l'Heure (le Jour du Jugement) n'arrivera pas avant
que l'un de vous prenne son aumône avec lui et ne trouve per-
sonne qui veuille l'accepter [qui en ait besoin]. Alors
(1)
un de
vous sera sûrement devant Dieu, sans voile, sans interprète
pour lui traduire. Alors Il lui dira : Est-ce que je ne t'ai pas
apporté la richesse ? Et il dira : Si. Alors il dira : Est-ce que je
ne t'ai pas envoyé de messager? Et il dira : Si. Et il regardera
à droite et il ne verra rien d'autre que l'Enfer, et alors, il re-
gardera à gauche et il ne verra rien d'autre que l'Enfer, alors
que chacun de vous se protège contre l'Enfer, ne serait-ce
qu’avec la moitié d'une datte - et s'il n'en trouve pas, alors
avec de douces paroles.
(1)
au moment de l'Heure.
Rapporté par El-Boukhari.
E
narrivant àlaMecque, avec l'in-
tentiondecommencer sonpèleri-
nage, le pèlerin salue Dieu en
effectuant unecircumambulationautour
delaMaisonsacrée, aunombredesept.
Cettecircumambulation(Tawâj) est ap-
peléeleTawâf EI-Qoudoum(l'arrivéeet
lasalutation). Lepèlerindoitcommencer
satournéeàpartir del'angieoùestsituée
lapierrenoire. Concernantcettedernière,
il s'agit d'unepierrenaturellecommeon
entrouvebeaucoupàlaMecque.
Elleaétéplacéelàoùellesetrouve,
par Abraham(sur lui le salut) afin
d'orienter lespèlerinset deleur éviter
uneconfusionentreledébut et lafinde
leur tournée. Cettepierren'adevénéra-
tionquecequ'elleasuscitécommefer-
veur etconsidérationclanslescœursdes
pieux anciens. C'est à son sujet que
'Omar IbnEl-Khettâbadit : «J esaisque
tun'esqu'unepierreincapabledefairedu
tort oud'êtreutile, et si jen'avaispasvu
leMessager deDieu t'embrasser, jene
t'auraisjamaisembrassée». Or, denom-
breusescroyancesentourent cettepierre
dans l'esprit decertains musulmans, ce
qui lesamèneàsebousculer, parfoistra-
giquement— cequi estréprouvépar l'is-
lam.
Le rite du va-et-vient entre la station
de Safa et celle de Marwa
Unefoislacircumambulationditede
"l'arrivée" terminée, lepèlerinsedirige
verslastationdeSafapuiscommenceun
va-et-vient entrecelle-ci et lastationde
Marwa, aunombredesept, et qui seter-
mine à cette dernière. Ce va-et-vient
entreles deux stations est unedémons-
trationextraordinairedeferveur et d'in-
vocationsadresséesauSeigneur aprèsla
visitedeSaMaisonpar les pèlerins qui
lui demandent SonPardon.
C'est aussi uneoccasiondeseremé-
morer lesouvenir del'étatdanslequel se
trouvait Hajar alors qu'ellecourait d'un
lieuàunautreàlarecherched'eaupour
elleetpour sonfilsIsmaël. Elletrouvala
Source d'eau et pu étancher sa soif et
celledesonfils.
Peuaprès, cetteSourceattiradesgens
qui vinrent s'établir dans les environs et
y créèrent lavilledelaMecqueen lui
donnantuneheureuseprospérité. Entout
étatdecause, cequi importeleplusdans
ce rite, c'est que les croyants dirigent
leurs prières et leurs invocations vers le
Seigneur dont ils reconnaissent qu'Il est
leseul digned'adoration.
Le fait de quitter son état
de sacralisation
Il est préférablepour lepèlerinqui n'a
passuffisammentdetempsdevantlui de
rester enétatdesacralisationjusqu'àl'ar-
rivéeàArafat. Par contre, celui qui adu
temps, il lui est permisdequitter cet état
enserasant latêteouensecoupant les
cheveux. Quant aux rites qu'il avait ac-
compli précédemment (EI-Ihrâm, lacir-
cumambulationet leva-et-vient entrela
stationdeSafaetcelledeMarwa), ilslui
seront comptéscommeune'Omra(petit
pèlerinage) dont il auralarécompense.
Cependant, dans uncas commecelui-ci
le pèlerin est tenu de sacrifier son of-
frandedès qu'il quittesonétat desacra-
lisationsansattendrelejour dugrandsa-
crificequi alieuàMinen. Cettequestion
est lesujet dedivergencesentrelespar-
tisans des différentes écoles de fiqh et
entrelespèlerinseux-mêmes. Il vadesoi
quesi ceux-ci quittaient l'état desacrali-
sation et pouvaient sacrifier leurs of-
frandesenétanttoujoursàlaMecque, on
pourraitéviter l'accumulationdeviandes
àMinendont beaucoupdegensseplai-
gnentetenlaquelleonttrouvéuneocca-
siondechanger lalégislationdeDieuen
échangeant les offrandes contredel'ar-
gent.
Le tawâf (la circumambulation de la salutation)
IX - l’année de l’Eléphant
19
Mercredi 16 Juillet 2014
V
oila bien longtemps que j’attendais ce
type d’ouvrage. Décliné en deux tomes
sur la biographie et la lutte des compa-
gnons et amis de notre lutte de libération natio-
nale par Rachid Khettab est vraiment un
livre-clé pour une meilleure connaissance du
combat de notre peuple pour son indépendance.
Le premier titre intitulé «Frères et compa-
gnons/dictionnaire biographique d’algériens
d’origine européenne et juive et la guerre de li-
bération » se consacre à mieux nous faire
connaitre celles et ceux qui vivant en Algérie
ont décidé après le déclenchement du 1er No-
vembre 1954 que leur destin allait prendre un
tournant autre .Et cela car ils ont jugé en leur
âme et conscience de se ranger du côté des vic-
times et non de celui des bourreaux. Ce diction-
naire est dédié à Pierre Chaulet, inlassable
combattant de la cause algérienne jusqu’à son
dernier souffle, avec sa femme Claudine (voir
leur merveilleux livre-mémoire « le choix de
l’Algérie, deux voix, une mémoire »paru aux
éditions Barzakh.
En son introduction l’auteur nous met en
garde, et ce à très juste titre, sur le fait que beau-
coup de nos compatriotes confondent, à tort,
l’engagement des réseaux internationaux (nous
y reviendrons quand nous parlerons du Tome
deux) avec celui d’une frange de la population
non-musulmane née et vivant en Algérie.
Le premier est mu pour l’essentiel par une
idée hautement humaniste et tout particulière-
ment anticolonialiste, idée qui avait hissé haut
son drapeau à la fin de la seconde guerre mon-
diale.
L’autre type d’engagement tout en englobant
cette idée, la transcende. En effet, si il y a re-
mise en cause de l’inique système colonial, il
ya aussi le désir de construire une société plus
juste post-indépendance.La différence est de
taille car cela suppose implication pleine et en-
tière dans la nouvelle Algérie, celle de demain.
L’émotion est là, présente à chaque biogra-
phie et Dieu sait si un dictionnaire biogra-
phique, quel qu’il soit, est loin d’être un roman
à l’eau de roses. C’est bien en cela toute la fi-
nesse et l’intelligence de Rachid Khettab. Don-
ner âme et noblesse de cœur à des noms
.Surtout à celles ou ceux que l’histoire ou la mé-
moire n’ont que peu retenu pour ne pas dire to-
talement oblitéré.
Qui se souvient de Georges Acampora, fils de
pêcheur et qui fit partie du groupe armée qui at-
taqua le commissariat d’El Mouradia en 1956,
arrêté et condamné à mort, puis gracié. A l’in-
dépendance il optera pour la nationalité algé-
rienne, deviendra sapeur-pompier .Il s’éteindra
à Alger en Février 2012.
Que dire de Moïse Daniel Timsit, médecin et
ami de Kateb Yacine et Maurice Audin. En 56
il fait partie de la ZAA et fabrique des bombes
pour le groupe de Yacef Saâdi. Il nous quittera
le 2 Août 2002.
Et tant d’autres. Femmes, hommes de toutes
confessions et de toutes origines sociales : prê-
tres, médecins, avocats, ouvriers, enseignants
ou simple mères de famille. Catholiques, juifs,
agnostiques, protestants ou tout simplement hu-
mains. Incomparable travail inlassable de
fourmi de l’auteur. Collectage, archivage, re-
cherches continuelles.
Le livre se clôt par des annexes concernant
l’une des textes historiques, l’autre par des let-
tres poignantes et vibrantes de patriotisme telles
celles de Jean Sénac, Frantz Fanon ou encore
Henri Maillot. L’ensemble du tome est para-
chevé par une bonne bibliographie quoiqu’un
peu lapidaire et des photos de ces frères et com-
pagnons. Le second Tome a pour titre : « Les
amis des Frères/Dictionnaire biographique de
soutiens internationaux à la lutte de libération
nationale algérienne »
Il débute par un incipit : la déclaration de
Hadad Hammada lors du procès dit du « réseau
Jeanson » en 1960 à Paris. Il y déclare notam-
ment « S’il est exact que nous sommes les en-
nemis de l’envahisseur colonial, nous n’avons
pas de haine pour le peuple français ». Cela m’a
rappelé cette extraordinaire phrase-défi lancée
par le résistant communiste français Jean-Pierre
Tim-
baud juste avant d’être fusillé par les nazis : «
Vive le Parti communiste allemand ».
L’auteur nous dit que ce dictionnaire est le
fruit d’une trentaine d’années de recherches.
Prodige d’abnégation et de travail constant. En
effet il n’omet quasiment personne ou en tout
cas dit modestement qu’il s’y est attaché dans
la mesure des sources disponibles.
Bien sûr certains noms nous sont connus : tels
les signataires de l’appel des 121(J-P Sartre, Ar-
thur Adamov, Pierre Boulez, Françoise Sagan,
Marguerite Duras, André Breton, François Mas-
pero etc.…) .Mais les autres, les « obscurs ».On
sait si peu de choses sur leur dévouement à la
cause algérienne. C’est en cela, encore une fois
que le travail de Rachid Khettab est remarqua-
ble en tout point. Au fil de la consultation de
son dictionnaire non seulement des noms ou-
bliés apparaissent mais aussi des associations,
des journaux ou revues, des comités de soutien
sans qui peut-être la Révolution algérienne
n’aurait eu ce retentissement et ce soutien uni-
versels. Des noms : Brouch, militant trotskyste
hollandais qui a rejoint en 59 l’usine de fabri-
cation d’armes du FLN au Maroc.
Sylvain Laboureur, membre du réseau Jean-
son, qui transporta armes et bulletins clandes-
tins pour la cause. Félix Moumié, leader
camerounais qui sera empoisonné par la « Main
rouge » pour son engagement en faveur de l’in-
dépendance de notre pays.
Les deux sœurs du Pont d’Oullins à Lyon, qui
ont aidé, hébergé de nombreux militants de la
Fédération de France et dont on ne connait ni le
nom ni le pourquoi de leur engagement.
Le philosophe Etienne Bolo qui subira en
1980 une campagne si haineuse si vile de la part
des revanchards OAS qu’il mettra fin à ses
jours.
Des comités de soutien, il y en eu en Italie,
en Autriche, Allemagne, Danemark, Pays-Bas,
Suisse, Suède et même au Japon.
Des revues ou bulletins par centaines, dans
des dizaines de pays à travers le monde.
D’aucuns se seront tellement impliqués dans
cette guerre qu’à l’indépendance, alors qu’ils
n’avaient qu’une vague idée de l’Algérie et de
son peuple, ils viendront s’y installer et travail-
ler pour édifier cette nouvelle Algérie.
C’est le cas d’Ulrich Ferdinand Knop de-
venu Ait-Ali-Oudia, du peintre Claude-Robert
Bardinet, du comédien cinéaste Jacques
Charby ou encore de notre « faussaire national
»Adolfo Kaminsky.
Des noms prestigieux ont exprimé leur sou-
tien à la cause algérienne. Citons en
quelques-uns afin que nul n’oublie : Pablo Pi-
casso, Louis Aragon, Frederico Fellini,
l’Abbé Pierre, Georges Bataille, Aimé Cé-
saire, Françoise Giroud, Georges Labica,
Bertrand Russel, Alberto Moravia, Roberto
Matta (dont l’une de ses peintures orne l’Ecole
supérieure des Beaux-arts d’Alger).
Bien évidemment, ce dictionnaire est loin
d’être exhaustif. L’auteur l’avoue humblement
et modestement dans son introduction .Beau-
coup, beaucoup reste à faire. Le terrain à défri-
cher est très loin d’avoir été sarclé. C’est le lot
et le fardeau du vrai chercheur en vérités histo-
riques. On ne pourra jamais mettre le mot fin à
une recherche quelque en soit le domaine.
Ce second Tome s’achève par une annexe :
une lettre signée par Jean-Paul Sartre et une
série de photographies de nos Amis. La biblio-
graphie y est plus fouillée que dans le premier.
Dans quelques mois nous célébrerons le
60ème Anniversaire du déclenchement de notre
lutte de libération nationale. Ces deux ouvrages
parus en 2012 apportent bien des réponses sur
notre guerre d’indépendance et son impact sur
le monde.
Ces deux tomes sur les compagnons et amis
de la lutte de libération nationale sont d’une lec-
ture essentielle pour qui veut en savoir toujours
plus sur notre pays et son peuple.
Depuis maintenant une quinzaine d’années
moult ouvrages (biographies, mémoires, hagio-
graphies, études académiques, essais, diction-
naires, anthologies) ont été édités. J’en suis le
premier heureux et comblé. Comblé ? Pas tout
à fait en réalité car beaucoup reste à faire tant
du côté des chercheurs, des éditeurs, des pou-
voirs publics mais surtout, surtout du côté des
lecteurs car si ces ouvrages ne sont point lus, ne
circulent pas, alors comme disait Rachid Boud-
jedra : « A quoi servent mes poèmes, si ma mère
ne sait me lire ? »
Y. S.
AU PIED DE LA LETTRE
DE L’ÉCRIT
À L’ÉCRAN
Œuvres écrites sur la guerre
d’Algérie et adaptées au
cinéma
« La trahison » roman de
Claude Sales. Réalisé par
Philippe Faucon. 2007
« Barrage contre le Pacifique »
roman de Marguerite Duras
.Réalisé par René Clément.
1958
« Mon Colonel » roman de
Francis Zamponi. Réalisé par
Laurent Herbiet .2006
« Le silence des armes »
roman de Bernard Clavel.
Réalisé pour la télévision par
Jean Prat .1976
« Meurtres pour mémoires »
roman de Didier Daeninckx.
Réalisé pour la télévision par
Laurent Heynemann.1985
Marc-Aurèle (empereur et
philosophe romain du IIe
siècle)
« Pousser en commun, mais
non pas penser en commun »
Marie Von Ebner-
Eschenbach (romancière
autrichienne XIXe-XXe)
« Les êtres auxquels nous
servons de soutien sont pour
nous un appui dans la vie »
Khalil Gibran (poète,
romancier et philosophe
libanais XXe)
« Vous êtes le chemin et ceux
qui cheminent.
Et lorsque l’un d’entre vous
tombe, il tombe pour ceux qui
sont derrière lui, les prévenant
de la pierre d’achoppement »
Adam Michnik (journaliste,
essayiste polonais XXe)
« Je souhaite savoir être du
côté des victimes et non du
côté des bourreaux »
Simone de Beauvoir
(philosophe et écrivaine
française XXe)
« Pour désirer laisser des traces
dans le monde, il faut en être
solidaire »
ILS ONT DIT…
« LA SOLIDARITÉ
AGISSANTE »
QUOI DE NEUF
LIBRAIRE ?
Des parutions d’essais, romans,
poésies intelligibles, crédibles, dif-
fusibles et « trouvibles » en Librai-
rie.
Sarah Kaminski : « Adolfo Ka-
minsky, une vie de faussaire ». Ed
Casbah 2013
Nathalie Funès : « Le camp de
Lodi ». Ed Tafat 2012
Marie-Pierre Ulloa : « Un intel-
lectuel en dissidence, Francis
Jeanson ». Casbah 2009
Collectif : « La conquête de la ci-
toyenneté, hommage à Claudine
Chaulet ». Barzakh/NAQD 2012
Rosa Moussaoui/Alain Ruscio
« L’Humanité censuré » Ed
Cherche Midi 2012
PAR YOUSSEF SAIAH
« FRÈRES ET COMPAGNONS » ET« LES AMIS DES FRÈRES »
DE RACHID KHETTAB. EDITIONS DAR KHETTAB.2012
AFIN QUE NUL N’OUBLIE
Société Nationale
des Transports
Ferroviaires
Région Ferroviaire
d'Alger
25-27, rue Hassiba
BEN- BOUALI - ALGER
Téléphone : (021) 71-15-10.
NIF: 099916001047433
Avis
rectificatif
La SNTF/RF-Alger informe les
soumissionnaires ayant retiré le
cahier des charges relatif à l'avis
d'appel d'offres national restreint
SNTF/RFA n°07/14 - Portant :
Travaux de renouvellement de la
voie ferrée traversant l'avenue de
l'ALN vers le port d'Alger, paru
dans les quotidiens nationaux El
Moudjahid et Echaâb du
03/07/2014 et BOMOP du 06/07/
2014, que la date de dépôt des of-
fres est fixée le 22 juillet 2014
avant 12h00, soit vingt (20) jours
à compter de la 1
er
parution,
conformément au cahier des
charges.
El Moudjahid/Pub ANEP 202714 du 16/07//2014
Mercredi 16 Juillet 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h54
- Asr.............................16h45
- Maghreb....................20h09
- Icha……...……....... 21h46
7 Jeudi 19 Ramadhan 1435
correspondant au 17 juillet 2014 :
- Fedjr........................03h55
- Chourouq.................05h42
Horaires des prières de la journée du mercredi 18 Ramadhan 1435
correspondant au 16 juillet 2014 :
29 EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1
er
Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPAChe-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNALiberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
FELICITATIONS
Les familles Khelifati
et Chenniti félicitent leur
fille et petite-fille
Lynda
pour sa réussite au BAC et
lui souhaitent un joyeux an-
niversaire.
Que Dieu te garde et te
protège. Longue vie à toi.
El Moudjahid/Pub du 16/07/2014
El Moudjahid/Pub ANEP 134527 du 16/07/2014
Conformément aux dispositions du décret présidentiel n°10-236 du 07 oc-
tobre 2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics,
l'Organisme National de Contrôle Technique des Travaux Publics «CTTP»
informe l'ensemble des soumissionnaires que l'avis de consultation
n°07/DCR/CTTP/2013 relatif à «L'APPROVISIONNEMENT EN MA-
TIERE DE MATERIEL INFORMATIQUE» paru le 03 Mai 2014 dans les
quotidiens El Moudjahid, El Djazair et le BOMOP n°1391, est déclaré
infructueux (pas de soumissionnaires).
El Moudjahid/Pub
Conformément à la procédure des marchés
en vigueur, l'entreprise ENAD Shymeca informe
l'ensemble des soumissionnaires concernés que
l'avis d'appel d'offres national restreint
n°11/Shy/DC/2014 relatif à l'acquisition de
jerricacns plastiques 5 et 2 litres a été déclaré
infructueux.
Pour Motif : Réception d'une seule offre
préqualifiée techniquement.
ANEP 202702 du 16/07/2014
El Moudjahid/Pub du 16/07/2014
A notre cher père
ALI MOUSSA MOHAMED
Ta disparition le
06/06/2014 était
douloureuse pour ceux
qui t’ont connu. Tu as laissé un grand vide et
un chagrin immense. Personne ne pourra être
le père exemplaire que tu étais.
Ses enfants Abderrahmane, Hamid, Omar,
Malika, Akila, Mourad, Yazid et Djaffar
demandent à toux ceux qui l’ont connu d’avoir
une pieuse pensée à sa mémoire.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons.»
PENSÉE
El Moudjahid/Pub du 16/07/2014
La famille Mokrab, parents et alliés de Thaourirth Moussa
ont la douleur de faire part du décès de leur cher et regretté
MOKRAB Chérif
rappelé à Dieu à l’âge de 66. L’enterrement a eu lieu hier au
cimetière d’El-Alia.
«À Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons.»
DÉCÈS
Groupe ENAD
Société d’Hygiène Ménagère &
Corporelle de l’Algérois
EPE - SHYMECA - Spa
146, rue Hassiba Ben-Bouali - Belouizdad - Alger
Tél. : 021 66 36 04/ 021 66 55 65
Fax : 021 66 24 10
Enadshymeca-com@hotmail.fr
NIF : 0998 16000 3152 78
AVIS D’INFRUCTUOSITÉ
Appel d’offres national
restreint n°11/SHY/DC/2014
Organisme National de Contrôle Technique des Travaux Publics
Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial (EPIC)
Avis d’infructuosité
Consultation
N°07/DCR/CTTP/2013
El Moudjahid/Pub ANEP 202717 du 16/07/2014
Avis de prorogation de délai
de l'appel d'offres national et international
N°04/DG BENTAL/2014
La société BENTAL spa, filiale du groupe ENOF, informe l'ensemble des
soumissionnaires intéressés par l'appel d'offres national et international
n°04/DG BENTAL/2014, ayant pour objet :
• Le choix d'un bureau accompagnateur pour la construction d'une nouvelle
usine de bentonite et des terres décolorantes à Maghnia - Wilaya de Tlemcen,
que la date limite de dépôt des offres, prévue initialement le 15/07/2014, est
prorogée au 11/09/2014 à 12 heures. L'ouverture des plis se fera le même jour
à 13 heures en séance publique.
BENTAL Spa
Filiale du groupe ENOF
31, rue Mohamed-Hattab - Hacène-Baddie - El Harrach - Alger - Algérie
Tél.: n°213 21 52 52 36 - Fax n° 213 21 52 15 27
Email : contact@BENTAL.dz
El Moudjahid/Pub ANEP 202701 du 16/07/2014
Avis d’attribution provisoire de marché
Conformément à la procédures des marchés en vigueur à l'entreprise, la commission centrale
d'évaluation des offres de l'entreprise SHYMECA informe l'ensemble des soumissionnaires ayant
répondu à l'appel d'offres national et international n°10/SHY/DC/2014 relatif à la fourniture du
MONO ETHYLENE GLYCOL INHIBÉ, qu'à l'issue de l'analyse et de l'évaluation des offres,
le marché est attribué provisoirement à :
Les soumissionnaires non retenus sont invités à se rapprocher de nos services au plus tard
trois (03) jours à compter du premier jour de la publication de l'attribution provisoire du marché
pour prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation de leurs offres. Ils disposent éga-
lement d'un délai de dix (10) jours, et ce à compter de la première parution du présent avis dans
l'un des quotidiens nationaux pour introduire un éventuel recours auprès de la commission des
marchés.
Groupe ENAD
Société d’Hygiène Ménagère & Corporelle de l’Algérois
EPE - SHYMECA - Spa
146, rue Hassiba Ben-Bouali - Belouizdad - Alger
Tél. 021 66 36 04/ 021 66 55 65 - Fax 021 66 24 10
Enadshymeca-com@hotmail.fr
NIF : 0998 16000 3152 78
Quantité
2007,40 T
Entreprise
Transmare
Antwerpen
Belgique
Montant marché
2 468 659,20 €
CFR
Port d'Alger
Note totale
attribuée
94,5/100
Délai de livraison
2 semaines à date
commande
Observation
Plus
avantageuse
El Moudjahid/Pub ANEP 0348 du 16/07/2014
Avis d’attribution provisoire
L'ERGR AURES, Direction de la filière bois KHENCHELA EPE/SPA, informe l'ensemble
des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres n°01/ERGR-AURES.DFB/2014 du
28/05/2014, relatif à la «réalisation de 255 plates-formes de 26.01m
2
à la wilaya de Mila», qu'à
l'issue de 1'évaluation des offres, l'ETP ZEGROUR Mekki (Mila) a été retenu après jugement.
Les soumissionnaires intéressés peuvent se rapprocher de l'ERGR Aurès, Direction de la filière
bois Khenchela, afin de prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation technique et
financière de leurs offres, au plus tard trois (03) jours à compter de la 1
ère
publication de l’attri-
bution provisoire de la convention.
Tout soumissionnaire qui contesterait ce choix pourra introduire un recours dans les dix (10)
jours à compter de la 1
ère
publication de l'attribution provisoire de la convention, auprès de l'ERGR
Aurès, Direction de la filière bois Khenchela. Si le 10
e
jour coïncide avec un jour férié ou un jour
de repos légal, la date sera prorogée au jour ouvrable suivant.
ENTREPRISE NATIONALE DE GENIE RURAL (EAGR)
ENTREPRISE REGIONALE DE GENIE  RURAL AURES (ERGR Aurès)
DIRECTION GENERALE AVENUE DE LA GARE - BATNA
DIRECTION FILIERE BOIS ROUTE DE BAGHAI-KHENCHELA
NIF : 099805010246728
Désignation
lot
Lots n°01, 02, 03, 04 et 05
L’attributaire/
NIF
ETP ZEGROUR Mekki
1955180901108/35
Observation
Moins-disant
30 EL MOUDJAHID
Sports
Mercredi 16 Juillet 2014
ALORS QUE M’BOLHI EST ANNONCÉ
À TRABZONSPOR
Le staff des Verts reconstitué
U
ne destination qui n’a étonné
personne lorsqu’on sait que
l’ancien sélectionneur d’Al-
gérie était annoncé dans le club turc
avant même le début du Mondial. Du
coup, ses quelques tentatives de
semer le doute n’ont pas vraiment fait
mouche, surtout que la presse
grecque n’a pas cessé d’annoncer sa
venue par la mi-juillet. L’ancien sé-
lectionneur d’Algérie a donc débar-
qué en début de semaine à Istanbul
pour signer un contrat de deux ans et
officialiser au passage son installa-
tion à la tête du club turc qu’il sou-
haite imprégner du même état
d’esprit que l’Equipe d’Algérie.
Vahid Halilhodzic ne débarque pas
au Trabzonspor seul. Ila ramené dans
ses valises deux de ses ancien assis-
tants chez les Verts. D’abord son fi-
dèle préparateur physique, Cyril
Moine et Sandy Guichard. Les deux
techniciens ont signé un contrat de
deux saisons au même titre que l’en-
traîneur en chef. Ils entameront leur
travail dans quelques jours, après
avoir pris un petit congé sabbatique
pour récupérer des émotions de la
Coupe du monde. Vahid Halilhodzic
a remis entre temps une liste de
joueurs à recruter à ses nouveaux di-
rigeants, dans laquelle figure
quelques joueurs algériens. Le Bos-
nien voudrait avoir sous sa coupe au
moins trois fennecs.
A savoir Raïs Mbolhi, Abdelmou-
men Djabou et Nabil Ghilas. Pour
l’heure, seul le gardien de but des
Verts, auteur d’un bon Mondial, est
susceptible d’évoluer sous la coupe
de l’ancien sélectionneur au Trabzon-
spor. Djabou ayant reçu des offres
plus intéressantes, cela s’entend de
France entre autre et se donne encore
le temps de décider, alors que Ghilas
est déclaré intransférable par le FC
Porto. Les choses pourraient néan-
moins changer du tout au tout
puisqu’il reste encore plus d’un mois
au mercato en Europe.
A. B.
MONDIAL-2014
L'Allemagne a imprimé avant la finale
un timbre célébrant sa victoire
L'Allemagne va émettre cette se-
maine un timbre célébrant la vic-
toire allemande de la Coupe du
Monde de football, 5 millions
d'exemplaires ayant été imprimés
avant la tenue de la finale, a indiqué
lundi le gouvernement allemand.
"Cette année, j'ai osé espérer très tôt
que notre équipe puisse gagner le
titre", a déclaré le ministre des Fi-
nances, Wolfgang Schäuble. "C'est
merveilleux que l'équipe nationale ait
transformé ce rêve en réalité. J'es-
père que ce timbre va rappeler à
beaucoup de citoyens l'immense
joie que les joueurs nous ont procu-
rée", a-t-il dit. Ce timbre de 60 cents,
"L'Allemagne, championne du
monde de Football 2014", sera mis
en vente jeudi après la présentation
de copies à l'entraîneur, aux joueurs
et membres de l'équipe allemande.
L'image illustrant le timbre montre
des joueurs de football en train de
courir, mais pas leurs visages, afin
d'honorer l'équipe dans son ensemble
et pas un joueur en particulier, a dé-
claré le responsable graphiste Lutz
Menze, à l'agence allemande dpa.
M. Menze a indiqué qu'habituelle-
ment, produire un timbre dure 6
mois, mais qu'il avait été seulement
contacté par le gouvernement alle-
mand après le début du tournoi.
Questionnée par un journaliste, lors
d'une conférence de presse à Berlin,
sur ce qui serait arrivé si l'Allemagne
avait perdu, la porte-parole du mi-
nistère allemand des Finances a laco-
niquement déclaré "nous avons
toujours cru que l'équipe allemande
allait gagner". Elle a refusé de dévoi-
ler les coûts d'impression du timbre.
RETOUR DE LA MANNSCHAFT
EN ALLEMAGNE
" Nous sommes tous champions
du monde " lance Löw
FIFA
Blatter trouve la sanction
contre Suarez très sévère
Le président de la Fédération internationale de football (Fifa), Joseph
Blatter, a jugé lundi, "en tant que footballeur", que la suspension infligée à
l'attaquant uruguayen Luis Suarez est "très sévère", tout en insistant sur
l'indépendance de la commission de discipline. Suarez a été suspendu pour
neuf matches en sélection et a écopé de quatre mois d'interdiction de toute
activité liée au football pour avoir mordu le défenseur italien Giorgio Chiel-
lini au 1er tour du Mondial-2014. "Je ne veux pas parler de l'affaire Suarez,
on a une commission de discipline indépendante, élue démocratiquement.
En tant que footballeur, je pense que cette sanction est très sévère. Mais en
tant que président de la Fifa, il faut que j'accepte ce que cette commission
a décidé", a déclaré Blatter. "J'espère que Suarez va revenir dans le football,
parce qu'il a montré sur le terrain, avant sa suspension, sa capacité tech-
nique et tactique. J'espère qu'on le reverra. Il vient de signer pour l'un des
plus grands clubs du monde et je suis sûr qu'il va revenir au firmament du
football", a-t-il ajouté.
Joachim Löw, le sélectionneur de
l'équipe d'Allemagne vainqueur de la
Coupe du monde de football, a par-
tagé le trophée avec le public alle-
mand rassemblé hier, à Berlin en
lançant : "nous sommes tous cham-
pions du monde". "Je dois remercier
tous les fans en Allemagne. Sans
vous, nous ne serions pas là. Nous
sommes tous champions du monde",
a déclaré Löw, arrivé sur un podium
à la Porte de Brandebourg, devant
des centaines de milliers de suppor-
ters en délire. Vêtus de pantalon ou
short de sport et d'un tee-shirt noir ar-
borant un grand numéro 1, les
joueurs de la "Nationalmannschaft"
se sont ensuite présentés en petits
groupes sur une grande estrade d'une
trentaine de mètres de long.
Schweinsteiger est apparu enveloppé
dans un drapeau allemand. Le capi-
taine de l'équipe d'Allemagne de
football Philipp Lahm a brandi le
trophée de la Coupe du monde de-
vant la foule qui l'acclamait. "Depuis
que je suis enfant, j'en ai rêvé", a dé-
claré Lahm, en remerciant le public
pour son soutien. Les joueurs ont
rendu un hommage appuyé à Miros-
lav Klose, meilleur buteur de l'his-
toire de la Coupe du monde (16 buts)
en chantant avec le public "Miro
Klose, Miro Klose". "C'est génial. Ca
a été un moment super", a dit l'atta-
quant Lukas Podolski. "Nous
sommes méga-fiers de ce que nous
avons réalisé. Nous l'avons enfin
gagné (la Coupe du monde). Nous
sommes fiers des fans", a dit le dé-
fenseur Peer Metersacker. "C'est un
rêve", a dit le buteur de la finale
contre l'Argentine (1-0), Mario
Götze. "Bonjour Berlin, je suis fier
d'être Berlinois", s'est exclamé Jé-
rôme Boateng, qui a grandi dans la
capitale.
Vahid Halilhodzic a fini par entériner une décision prise, il y a déjà quelques semaines
de cela, en allant signer au Trabzonspor.
L'international algérien, Saphir
Taider, veut avoir une discussion avec
son entraîneur à l'Inter Milan (Serie A
italienne de football), Walter Mazzarri,
pour être fixé sur son avenir avec les
"Nerazzurri", a indiqué hier, la presse
locale. L'arrivée de Gary Medel et
Yann M'Vila au club milanais au cours
de l'actuel mercato d'été rend la
concurrence très rude au milieu de ter-
rain, et pousse Taider à vouloir
connaître les intentions de son entraî-
neur envers lui, selon le journal Tutto-
sport. Déjà, le joueur de 22 ans, qui
avait rejoint l'Inter lors de l'été dernier,
avait été très rarement utilisé par Maz-
zarri pendant la deuxième partie de
l'exercice 2013-2014. Un scénario que
Taider ne souhaite pas revivre la saison
prochaine, surtout que son manque de
compétition s'est relativement fait sen-
tir sur son rendement avec la sélection
algérienne au cours de la précédente
coupe du Monde au Brésil. Selon la
presse italienne, l'ancien joueur de Bo-
logne pourrait atterrir à la Lazio de
Rome s'il venait à quitter l'Inter.
INTER DE MILAN
Taider veut discuter avec Mazzarri de son avenir
EQUIPE NATIONALE
Brahimi
se rapproche
du FC Porto
Le FC Porto (Div 1, Portu-
gal) serait en pôle position pour
s'offrir les services du milieu de
terrain de la sélection algé-
rienne, Yacine Brahimi, très convoité en cette inter-
saison, rapporte, hier, France Football. Auteur d'une
belle dernière saison avec Grenade, pensionnaire de la
Liga espagnole, (35 matches et 3 buts), le joueur de
24 ans pourrait franchir un palier en rejoignant cet été
le club portugais, ajoute la même source, indiquant
que les Dragons seraient aujourd'hui les mieux placés
pour accueillir le milieu de terrain offensif algérien.
Brahimi, désigné meilleur dribleur de la Liga la sai-
son passée, a vu sa cote grimper davantage lors du
Mondial brésilien clôturé dimanche, en contribuant
grandement dans la qualification historique des Verts
aux huitièmes de finale.
NOTTINGHAM FOREST
Djamel Abdoun
au Qatar
L'ex-international algérien, Dja-
mel Abdoun, est attendu à Doha dans
les deux prochains jours pour s'enga-
ger avec un club qatari après la rési-
liation de son contrat avec
Nottingham Forest (Championship
anglaise), a indiqué hier, la presse lo-
cale. Les contacts avec Abdoun ont commencé depuis
quelques temps déjà, rapporte le site de la chaîne de télévi-
sion El-Kass, sans pour autant dévoiler le nom du club qui
devrait accueillir le milieu offensif algérien. Abdoun (27
ans), avait porté les couleurs de Nottingham Forest la sai-
son dernière après une expérience réussie sous les couleurs
de l'Olympiakos, avec lequel il avait remporté le cham-
pionnat de Grèce et disputé la Ligue des champions d'Eu-
rope. Mais il n'a pas eu la même réussite avec sa formation
anglaise qui a échoué à retrouver l'élite en fin d'exercice
dernier, conduisant sa direction à se passer des services de
certains de ses joueurs, à l’image d’Abdoun et son compa-
triote, Rafik Djebbour.
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
N°106/2014/A1
El Moudjahid/Pub ,ANEP 133887 du 16/07/2014
Publicité
Le Ministère de la Défense nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de :
Travaux de réaménagement de quatre (04) abris à SIDI LAADJEL /DJELFA.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la
:
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sis à : Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars
algériens (5.000.00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte Nº51/730 0000 109 001 09
008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société,
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles,
(catégorie 01 et plus) entreprise en Tout Corps d’Etat ;
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être
scindées en deux (02) parties :
1 - Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - Une offre financière-commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges.
Les offres (techniques et financières) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº106/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant la
date limite de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours égale
à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
31 EL MOUDJAHID
Sports
Mercredi 16 Juillet 2014
ENTRETIEN AVEC ALBERT EBOSSÉ (JSK):
« C’est dur de s’entraîner seul »
Comment gérez-vous cette période loin de
votre équipe ?
C’est un peu dur, je l’avoue. Ce n’est pas
évident de rester seul à Tizi-Ouzou pour
s’entraîner en solo, alors que tout le groupe
est en pleine préparation à Evian. J’aurais
naturellement souhaité être avec mes co-
équipiers. L’ambiance du groupe me
manque.
Qu’est-ce qui vous retient ?
Mon visa ! J’attends toujours qu’on me fasse
délivrer un visa d’entrée sur le territoire
français. L’affaire devait initialement pren-
dre à peine une semaine, mais finalement,
j’en suis à ma deuxième semaine ici à Tizi-
Ouzou. J’ai hâte de rejoindre le groupe.
Quand ?
En principe très prochainement. La direc-
tion est en train de faire le nécessaire pour
m’obtenir le visa dans les meilleurs délais.
Il se pourrait que je rejoigne le groupe d’ici
la fin de la semaine. Enfin, je l’espère.
Vous risquez d’accuser du retard dans la
préparation, sachant que cela fait quand
même bientôt trois semaines que le
groupe a repris les entraînements…
C’est vrai que c’est un embêtant, mais bon
je n’ai pas trop le choix. Pour le moment,
j’essaie de travailler un peu en solo pour
compenser un peu le retard. Il est vrai que
ça n’a rien à voir avec la charge de travail à
laquelle est soumis le reste du groupe, mais
j’applique quand même à la lettre le pro-
gramme que le staff m’a remis. Je m’en-
traîne tous les jours à 18h pendant une heure
et demie.
Quelles sont vos ambitions pour la nou-
velle saison ?
Continuer sur la lancée. Si l’on considère ma
première saison à Tizi-Ouzou comme celle
de l’adaptation, je vais faire en sorte de pas-
ser un cap. J’ai envie de faire bien plus que
ce que j’ai fait jusqu’ici. Je ne veux pas me
laisser griser par le titre de meilleur buteur
du championnat.
Vous étiez annoncé sur le départ vers la
Ligue 1 française cet été, qu’en est-il au
juste ?
La vérité c’est qu’il y avait eu effectivement
des touches, mais je ne me suis pas focalisé
dessus dès lors que la position de la direction
était claire à ce sujet. Le président Hannachi
m’a dit qu’il comptait sur moi pour la pro-
chaine saison. A partir de là, je me suis
concentré sur la JSK.
Entretien réalisé par
Amar Benrabah
La JSMB attend Belkaïd
Ayant quitté l’USMBA, en raison de son désaccord
avec Serar, Farouk Belkaïd, qu’on ne présente plus
est sollicité par la JSMB à travers son manager gé-
néral Hakim Medane. Ce dernier a pris attache avec
Belkaïd et serait sur le point de le convaincre d’opter
pour l’équipe des Hammadites.
M.-A.A.
RCA
Au sujet de Kabla et Aouina :
Mekhazni dit oui… Amani
dit non !
Ayant entamé la préparation avec les Bleus du RC
Arba, sur sollicitation du nouvel entraîneur Moha-
med Mekhazni, Kabla et Aouina qui ont affichés
d’excellentes prédispositions technico-tactiques lors
des matches amicaux livrés jusque-là, par l’équipe
de la Mitidja, ont conforté le coach dans ses choix.
Hélas, contre tout attente, le président du club Dja-
mel Amani a refusé de les faire signer au RCA, sous
prétexte que le club dispose d’éléments évoluant à
leurs postes. Le président est donc allé contre l’avis
du premier responsable technique de l’équipe. Pour-
tant les deux joueurs n’allaient pas demander la lune
sur le plan financier. Bizarre !
M.-A.A.
Echos…
«Bloqué» à Tizi-Ouzou faute de visa, Albert Ebossé s’entraîne seul au 1
er
-Novembre en attendant de pouvoir
rejoindre le reste du groupe, en stage d’intersaison à Evian. L’attaquant camerounais, sacré meilleur buteur de
la saison dernière n’a pas caché son impatience d’aller à Thonon les Bains pour commencer la préparation.»
Mohamed Mihoubi : « Je crois aux vertus du travail »
Le nouvel entraîneur du CA Bordj Bou-Ar-
reridj, Mohamed Mihoubi, qui a paraphé son
contrat d’une année dimanche dernier, croit fer-
mement que seul le travail est un gage de réus-
site, même si sa mission ne sera pas de tout
repos. Il dira dans ce sens : «je suis à Bordj pour
travailler et construire une bonne équipe qui
croit aux vertus du travail, de la discipline et de
la solidarité. Les dirigeants du CABBA m’ont
sollicité pour coacher l’équipe qui vient de
vivre une saison difficile, avec une rétrograda-
tion douloureuse. Comme j’aime les challenges
et les défis, je n’ai pas hésité à répondre à leur
appel, parce que le discours qu’ils m’ont tenu
a été correct et répond surtout à ma vision des
choses». Pour l’ex-entraîneur du MCA aux
côtés d’Alain Geiger, il a du pain sur la planche
et un gros travail l’attend : «Je suis conscient
de la difficulté de ma mission. La ligue 2 n’a
jamais été facile. En plus, le CABBA a prati-
quement vu partir la quasi
majorité de son effectif de la
saison passée. Les cadres de
l’équipe et les enfants du
club ont quitté le navire. On
doit donc tout refaire à
zéro». Pour le nouveau dri-
ver bordji, il faut s’armer de
courage et être animé de
conviction pour pouvoir
mener à bien sa mission. Il
confie à ce propos : « Je n’ai
jamais eu peur des missions
difficiles, bien au contraire.
Cela m’a toujours stimulé. Je
connais parfaitement mon
boulot et j’ai les idées claires
sur la façon de diriger mon groupe pour réussir
de bonnes choses cette saison. On a retenu 9
joueurs de l’équipe espoirs au sein de l’effectif
2014-2015. C’est-à-dire que
d’une part, nous ferons
confiance aux joueurs du
cru et aux jeunes, et d’autre
part, les responsables du
club, ont voulu être raison-
nables, en suivant la poli-
tique des moyens dont
dispose le CABBA. Il y a
des jeunes de qualité qui
n’attendent que l’occasion
de s’affirmer et de démon-
trer ce dont-ils sont capa-
bles. On leur donnera la
chance de prouver leur va-
leur. On veut des jeunes qui
ont faim et qui sont prêts à
se donner à fond pour honorer le maillot qu’ils
portent». Encadrés par quelques éléments d’ex-
périence, l’amalgame devra prendre inchallah,
comme nous le souhaitons». Concernant la pré-
paration et le retard accusé par le CABBA, Mo-
hamed Mihoubi dira : «Tout vient avec le
travail. Les conditions sont réunies sur le plan
humain et matériel, pour pouvoir accomplir un
bon boulot. De ce côté-là, je n’ai pas à me
plaindre. Avec mon adjoint Slimani un ancien
joueur, le préparateur physique et l’entraineur
des gardiens de but, on fera de notre mieux
pour mettre en place une belle équipe. Certes,
on est en retard, en termes de préparation, mais
on fera le maximum pour y remédier. Notre
stage débute aujourd’hui à Alger. L’équipe sera
hébergée à l’hôtel Mahdi. Il s’étalera jusqu’à la
veille de l’Aïd. On appliquera un programme
strict et bien ficelé. Je crois en mon équipe et
on fera en sorte de réaliser une grande saison,
pourquoi pas ? On verra bien comment les
choses vont évoluer».
Publicité
El Moudjahid/Pub ANEP 134438 du 16/07/2014
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE E
MINISTERE DE LA PECHE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES
Numéro d'Identification Fiscale: 408027000000092
AVIS D'ANNULATION DE L'AVIS
D'ATTRIBUTION PROVISOIRE
Le Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques déclare l’annulation
de l'attribution provisoire à l'entreprise ALLOUACHE Fatih, parue dans les
quotidiens nationaux, relative au marché de réalisation en tous corps d'état de
la halle à marée d'El Kala, Wilaya d'El Tarf.
A un mois du coup d'envoi de la cinquième
édition du championnat professionnel de foot-
ball en Algérie, pratiquement tous les clubs de
l'élite ont choisi de tout effacer ou presque et
recommencer, en se montrant très actifs sur le
marché des transferts. La "fièvre'' n'a pas épar-
gné les clubs auteurs pourtant de parcours de
premier ordre lors de l'exercice dernier, à
l'image de la JS Kabylie et de l'ES Sétif,
deuxième et troisième en championnat, ainsi
que du MC Alger, détenteur de la coupe d'Al-
gérie. Les trois clubs en question, censés prôner
une certaine stabilité et respecter le dicton qui
dit "On ne change pas une équipe qui gagne",
ont préféré plutôt chambouler, et d'une manière
sensible, leurs effectifs respectifs. En effet, les
Kabyles ont engagé 13 nouvelles recrues, les
Sétifiens 12 et les Algérois 16. Le changement
a touché également la barre technique de deux
des trois formations en question, à savoir la JSK
et le MCA, qui ont recruté respectivement le
Belge Hugo Broos et l'Algérien Boualem Cha-
ref. Remue-ménage même au sein des équipes
qui gagnent, le champion d'Algérie en titre,
l'USM Alger, réputé pour sa stabilité depuis
quelques années, a ''craqué'' cette fois-ci devant
la tentation du changement.
Sept nouvelles recrues sont venues renforcer
les rangs des Rouge et Noir de la capitale, ap-
pelés à renouer avec la scène africaine dès la
saison à venir. La filiale des "émigrés" a été pri-
vilégiée par les dirigeants usmistes avec l'arri-
vée de trois joueurs franco-algériens (Akim
Orinel, Salim Laâssami et Noui Laïfa). En re-
vanche, le club s'est permis le luxe de se séparer
de certains de ses cadres, à l'image d'Abdelma-
lek Ziaya, Ahmed Gasmi et Miloud Djediat.
Les nouveaux promus en Ligue 1 ont fait éga-
lement sensation dans le marché des transferts.
La palme d'or revient d'ailleurs à l'USM Bel-
Abbès, qui a pratiquement changé tout son ef-
fectif. Le nouveau président de la formation de
la ''Mekerra'', Abdelhakim Serrar, s'est montré
''fasciné'' à son tour par la piste des émigrés et
en a engagé plusieurs.
Il a eu également à exploiter les trois li-
cences étrangères auxquelles a droit son équipe
en ramenant des joueurs africains. Le RC Arbaâ
bat tous les records Le NA Hussein-Dey et
l'ASM Oran, les deux autres promus, ont re-
cruté chacun plus d'une dizaine de joueurs, dans
l'espoir d'éviter un retour rapide au purgatoire,
commece fut le cas après chacune de leurs ac-
cessions pendant les dernières années.
Le RC Arbaâ, auteur d'un parcours très ho-
norable pour sa première saison en Ligue 1, a
surpris lui aussi plus d'un, en procédant à une
véritable ''révolution'' au sein de son effectif.
Son président, l'ancien international Djamel
Amani, a même battu le record en la matière,
en recrutant une vingtaine de joueurs.
Le CS Constantine et le MC Oran ont eux
aussi tenu à "dire leur mot'' dans ce registre, en
faisant signer chacun plus de douze joueurs,
alors que l'USM El Harrach, l'ASO Chlef et à
un degré moindre, le MO Béjaia, sont les clubs
qui se sont montrés les plus ''timides'' jusque-là
sur le marché des transferts. Le mercato d'été
sera clôturé le 31 juillet, tandis que le coup de
starter du championnat de Ligue 1 sera donné
le 16 août.
LIGUE 1 PROFESSIONNELLE
Les effectifs des clubs de l'élite à l'heure de la ''révolution''
CABBA
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 106.45
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.360 $
CONFÉRENCE INTERNATIONALE DES
DONATEURS POUR LA SERBIE
ET LA BOSNIE-HERZÉGOVINE
L'Algérie représentée par le SG du MAE
L'Algérie sera représentée par le secrétaire général du ministère des
Affaires étrangères, Abdelhamid Senouci Bereksi, à la Conférence in-
ternationale des donateurs pour la Serbie et la Bosnie-Herzégovine, pré-
vue aujourd’hui à Bruxelles, a indiqué, hier, un communiqué du
ministère. "L'Algérie, à travers sa participation, témoigne sa solidarité
avec les deux pays, et réitère son engagement dans la coopération inter-
nationale en matière de lutte contre les catastrophes naturelles", ajoute
la même source. La Serbie et la Bosnie-Herzégovine ont été affectées
par des inondations "dévastatrices", le mois de mai 2014, rappelle-t-on,
et avaient causé des dommages estimés à plus de 3 milliards d'euros.
Cette conférence interministérielles, co-organisée par la Commission eu-
ropéenne, la France et la Slovénie, se penchera sur la question de la re-
prise économique et sociale suite aux dégâts matériels colossaux subis
par les deux pays, en appelant à la mobilisation internationale pour un
soutien financier visant à réhabiliter les infrastructures de base sérieuse-
ment endommagées, précise le communiqué du ministère.
AFFAIRES RELIGIEUSES
Le ministère appelle les fidèles
à s'acquitter de la Zakat El-Fitr
Le ministère des Affaires reli-
gieuses et des Wakfs a appelé,
hier, les fidèles à s'acquitter de la
Zakat El-Fitr durant le Ramadhan,
fixée, cette année 2014, à 100 DA
par personne. Dans un communi-
qué, le ministère des Affaires reli-
gieuses et des Wakfs a appelé les
fidèles à s'acquitter de la Zakat El-
Fitr durant le Ramadhan, rappe-
lant que sa valeur est fixée cette
année à 100 DA par personne, soit
un "Sa'a" (une mesure) de nourri-
ture des Algériens équivalant à 2
kg. Le ministère a précisé avoir
chargé les imams des mosquées
de procéder, en collaboration avec
les comités religieux des mos-
quées à travers l'ensemble du ter-
ritoire, à la collecte de Zakat
El-Fitr à compter du 15
e
jour du
mois de Ramadhan en vue de la
distribuer aux nécessiteux, recen-
sés par les commissions du Fonds
de la Zakat, un ou deux jours
avant l'Aïd-el-Fitr. Zakat El-Fitr
est obligatoire pour tous les mu-
sulmans, aussi bien les nantis que
les pauvres disposant d'un surplus
de subsistance journalière et qui
doivent faire don de la Zakat pour
eux-mêmes et pour les personnes
à leur charge, a rappelé le minis-
tère.
ALGÉRIE - CHINE
La coopération bilatérale
en constante évolution
"L
a Chine est
p r é s e n t e
dans plu-
sieurs chantiers de déve-
loppement en Algérie, ce
qui prouve que la coopé-
ration entre les deux pays
est en constante évolution
depuis que les Présidents
des deux pays ont décidé
de la hisser au niveau d'un
partenariat stratégique
global", a indiqué Ould
Khelifa, lors de l'audience
qu'il a accordée à l'ambas-
sadeur de la République
populaire de Chine, Yang
Guang Yu.
À cette occasion, le
président de l'APN a in-
vité les sociétés chinoises
à investir en Algérie, à la
faveur de la mise en
œuvre du programme
quinquennal 2014-2019,
a précisé la même source.
L'ambassadeur de Chine
à Alger a, pour sa part, af-
firmé qu'"il y a de
grandes potentialités à ex-
ploiter en vue d'approfon-
dir et de diversifier un
partenariat prometteur
entre les deux pays".
Cette rencontre a per-
mis d'évoquer "la coopé-
ration parlementaire et les
résultats réalisés, ces der-
nières années".
Les deux parties sont
convenues de la nécessité
d'accorder "un intérêt par-
ticulier au renforcement
des relations bilatérales et
à davantage de rappro-
chement entre les deux
institutions parlemen-
taires", a souligné le
communiqué.
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould
Khelifa, a affirmé, hier à Alger, que "la Chine est présente dans plusieurs chantiers
de développement en Algérie, ce qui prouve que la coopération bilatérale est en
constante évolution", a indiqué, hier, un communiqué de l'APN.
RÉUNION EXTRAORDINAIRE DE LA LIGUE ARABE AU CAIRE
M. Lamamra appelle la communauté internationale à agir en urgence pour faire cesser
les agressions israéliennes contre Ghaza
Le ministre des Affaires étrangères, Ram-
tane Lamamra, a appelé, lundi soir au Caire, la
communauté internationale à agir en urgence
pour amener Israël à cesser immédiatement ses
attaques contre la Palestine et à respecter les
termes de la trêve conclue en novembre 2012.
"Tout en condamnant avec la plus grande vi-
gueur les attaques barbares contre le peuple pa-
lestinien sans défense, nous considérons que ces
agressions ont été encouragées par le silence
complaisant de la communauté internationale
face aux politiques expansionnistes israéliennes
et leur impact négatif sur la paix et la sécurité
dans la région", a affirmé M. Lamamra, lors de
la réunion extraordinaire des ministres arabes
des Affaires étrangères, tenue au siège de la
Ligue arabe sur l'agression israélienne contre la
bande de Ghaza. Insistant sur la responsabilité
de la communauté internationale quant à l'arrêt
de cette agression, le chef de la diplomatie algé-
rienne a affirmé qu'"il est temps que les ins-
tances internationales de défense des droits de
l'homme et du droit humanitaire international
assument leur responsabilité et leur devoir pour
protéger le peuple palestinien frère, et faire ces-
ser les comportements méprisants d'Israël en
amenant ce dernier à respecter les règles et prin-
cipes du droit humanitaire international, notam-
ment la quatrième convention de Genève". M.
Lamamra a souligné la nécessité d'une action ur-
gente au sein de l'Organisation des Nations
unies et sur tous les plans, pour parvenir à une
formule devant mener Israël à cesser ses agres-
sions contre Ghaza. Cette agression intervient
en réaction à l'accord palestinien sur la forma-
tion d'un gouvernement d'union nationale pour
contrer toute position palestinienne unifiée à
l'égard du processus de paix, arguer de l'absence
d'un négociateur palestinien et pouvoir se déro-
ber à ses engagements en maintenant le statu
quo, a expliqué M. Lamamra. Il a par ailleurs
rappelé que tout règlement du conflit arabo-is-
raélien passait obligatoirement par l'arrêt de l'oc-
cupation des territoires palestiniens, de la colo-
nisation et la libération des prisonniers. Les
États-Unis et le Quartette sont appelés à œuvrer
pour amener Israël à respecter ses engagements
précédents et assurer un climat favorable à la re-
prise d'un processus de négociations "sérieux"
devant mettre fin à l'occupation conformément
à un agenda et aux accords conclus, a encore
soutenu M. Lamamra. L'occupation israélienne
tire profit de la situation qui prévaut dans plu-
sieurs pays arabes et qui a induit un recul d'in-
térêt vis-à-vis de la cause palestinienne pour
entraver tout processus de règlement de cette
question, a estimé le ministre, pour qui un tel
état de fait risquait de compromettre la paix et
la stabilité de la région, voire dans le monde en-
tier. M. Lamamra a enfin réaffirmé la position
ferme de l'Algérie à l'égard de la cause palesti-
nienne, et réitéré sa solidarité avec la population
de Ghaza, ainsi que son soutien indéfectible au
peuple palestinien jusqu'au recouvrement de ses
droits inaliénables, à leur tête l'instauration de
son État indépendant, avec pour capitale, El-
Qods.
Large solidarité arabe avec le peuple palestinien à Ghaza
La réunion ministérielle arabe sur
la situation à Ghaza, suite à l'agression
israélienne, tenue lundi soir au siège de
la Ligue arabe, a révélé une large soli-
darité arabe avec le peuple palestinien
pour faire face aux retombées des at-
taques et appuyer les décisions du pré-
sident palestinien, Mahmoud Abbas,
visant à affirmer le droit du peuple pa-
lestinien à l'établissement d'un État in-
dépendant aux frontières de juin 1967.
L'Algérie a réitéré son soutien indéfec-
tible au peuple palestinien dans la
bande de Ghaza par la voix de son mi-
nistre des Affaires étrangères, Ramtane
Lamamra, qui a salué la résistance hé-
roïque de ce peuple face à l'agression
israélienne abjecte, appelant "la com-
munauté internationale à agir de toute
urgence" pour mettre fin à cette vio-
lence et amener Israël à observer un
cessez-le-feu et à respecter les termes
de la trêve. "L'Algérie, peuple et gou-
vernement, demeure aux côtés des
frères dans la bande de Ghaza, car étant
consciente des desseins israéliens et de
l'étape critique que traverse la cause pa-
lestinienne et, partant, de ses positions
immuables à l'égard de la question pa-
lestinienne, réitère sa pleine solidarité
avec le peuple palestinien et son enga-
gement à le soutenir pour lui permettre
de faire face aux violations israéliennes
et à appuyer ses droits inaliénables,
dont l'établissement d'un État indépen-
dant avec El-Qods pour capitale", a-t-il
indiqué dans son allocution prononcée
lors de la réunion ministérielle. De son
côté, le ministre égyptien des Affaires
étrangères, Sameh Chokri, a présenté
une "initiative" pour un cessez-le-feu
durant les prochaines heures. Le secré-
taire général de la Ligue arabe, Nabil
El-Arabi, a appelé, quant à lui, les pays
arabes à entreprendre une action pour
appuyer les décisions du Président pa-
lestinien, Mahmoud Abbas, pour accé-
der aux fora internationaux et défendre
le droit du peuple palestinien à établir
un État indépendant sur ses terres. Il a
rappelé également que l'agression israé-
lienne ciblait l'ensemble des Palesti-
niens et leur unité nationale, ainsi que
les principes de l'ordre mondial et la lé-
galité internationale, appelant à œuvrer
à la consécration de l'unité du peuple
palestinien malgré la conjoncture. Tou-
jours dans le cadre de la solidarité avec
le peuple palestinien et la population de
Ghaza, les pays arabes ont appelé à
prendre des mesures urgentes face à
l'agression israélienne afin de soutenir
la cause palestinienne dans les fora in-
ternationaux et aider la population de
Ghaza à contrecarrer les agressions is-
raéliennes. Ce sont d'ailleurs les reven-
dications contenues dans l'allocution du
chef de la diplomatie palestinienne,
Riyadh El-Maliki, et adoptées dans le
communiqué final. Lors de cette réu-
nion ministérielle, certains pays arabes
ont annoncé la consécration d'une aide
financière et humanitaire urgente à la
population de Ghaza. À ce propos, le
royaume d'Arabie saoudite a annoncé
l'octroi d'une aide urgente estimée à 200
millions de riyals saoudiens au Crois-
sant-Rouge palestinien (CRP), a af-
firmé le ministre saoudien des Affaires
étrangères, le prince Abdelaziz Ben
Abdallah, lors de la rencontre. D'autre
part, l'émir Sabbah Khaled al Hamad
Essabah, premier vice-Premier minis-
tre, ministre des Affaires étrangères du
Koweit, a souligné le don de 10 mil-
lions de dollars au titre d'une aide au
secteur de la santé. Le chef de la diplo-
matie émiratie, Abdallah Ben Moha-
med Ghabbache, a rappelé que son
pays a alloué 192 millions de dirhams
émiratis dans le cadre de l'aide huma-
nitaire urgente à la population de
Ghaza, outre l'installation d'un hôpital
de campagne. L'État du Qatar, selon
son ministre des Affaires étrangères,
Khaled Ben Mohamed al Attia, a pro-
posé la création d'un port commercial à
Ghaza pour alléger les souffrances des
populations de la région. Enfin, les
chefs de délégations de plusieurs pays
arabes ont fait part de leur intention
d'octroyer une aide médicale et huma-
nitaire urgente, et les équipements in-
dispensables pour aider la population
ghazaouie.
P
h

:

W
a
f
a
RND
Solidarité avec le peuple palestinien
Le Rassemblement national
démocratique (RND) a réaffirmé
sa solidarité avec le peuple pa-
lestinien qui continue à subir les
affres des agressions israé-
liennes contre la bande de
Ghaza.
Les raids barbares contre le
peuple palestinien s'intensifient
à l'ombre d'"un mutisme com-
plice et effrayant des grandes
puissances qui tardent à
condamner la violation flagrante
des lois internationales et des
droits de l'homme consacrés
dans les chartes internationales",
a indiqué un communiqué du
RND rendu public hier, à l'issue de la réunion de son secrétariat gé-
néral présidée par Abdelkader Bensalah, président du parti.
"La position de l'Algérie reflète celle du peuple algérien", a es-
timé le parti, souhaitant que la réunion de la Ligue arabe soit sanc-
tionnée par des décisions et mesures concrètes à même d'amener
israël à cesser ses agressions.
Par ailleurs, concernant les consultations sur la révision consti-
tutionnelle, le RND espère atteindre l'objectif escompté à travers
l'adoption d'une constitution consensuelle, exprimant le souci de
continuer à apporter ses contributions en vue de doter le pays d'une
référence constitutionnelle qui consolide la stabilité de ses institu-
tions, instaure un État de droit et consacre une pratique démocratique
pluraliste.
Au volet organique, il a été procédé à la définition des modalités
de formation des commissions de wilaya chargées du suivi de l'opé-
ration d'adhésion au RND.