You are on page 1of 45

ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph.

M 1
Voie balise en GSM,
canaux de contrôle en diffusion
Philippe Godlewski, Li Ming & Philippe Martins
ENST, dep. InfRes
2005, v.p.
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 2
?.
La fonction
de “voie balise”
permet au mobile
d’un usager en "errance"
– de découvrir un service
– de se repérer dans un
système
« Le petit Poucet grimpa au
haut d'un arbre, pour voir s'il ne
découvrirait rien ; ayant tourné
la tête de tous côtés, il vit une
petite lueur comme d'une
chandelle, mais qui était bien
loin, par delà la forêt.»
Charles Perrault
Oú, Ie pefif Poucef, en
rooming (iI o perdu son
chemin, he hos Iosf his
pofh), decouvre une
boIise qui vo Ie guider
Pefife Iueur , sons doufe Ie signoI
subif-iI une perfe de porcours
(pofhIoss) sevère
'The maximum path loss categorv
(Categorv A) is hillv terrain with
moderate-to-heavv tree densities.`
|IEEE 802.16.3c-01/29r4|
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 3
Voie balise
La fonction de “voie balise”
est indispensable
– dans un système cellulaire pour gérer le
roaming (« l’errance », l’itinérance),
– dans un WLAN, pour montrer la présence du
réseau (~ « resource discovery »).
– Elle facilite les handovers (transferts inter
cellulaires).
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 4
Questions que se pose un nomade
• En “errance” (roaming, “itinérance”) :
– Où zone-je ? (cf. zone de localisation, LA)
– En quel état j’erre ? (roaming international)
Plus sérieusement
• Puis-je téléphoner (de quels services je peux
disposer) ? …
– De mon réseau “nominal” (home) ?
– D’un réseau visité (visited)? … Par quel opérateur
vais-je me faire dévorer ?
– Dois-je me réinscrire?
(le mobile le fait automatiquement)
Io voie boIise
0SM fociIife
Ies reponses
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 5
Concept de “voie balise”
La station de base comme “phare” ou “balise” :
• balise analogique / balise logique
• fréquence BCCH (= fréquence balise)
• …
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 6
Canaux de contrôle en diffusion
• Dans un système radio mobile cellulaire, les
canaux de contrôle en diffusion
permettent à chaque mobile
– de détecter la présence d’un réseau (services GSM)
– d’accéder au système local en acquérant les paramètres
analogiques et logiques nécessaires
• Autres terminologies ~ beacon, voie balise
• Analogie avec un phare
– … pour les bateaux (lighthouse)
• Remarque : Contrôle ≠ Info. utilisateur
– BCCH ≠ CBCH (Cell Broadcast CHannel)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 7
BS (relais GSM), phare
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 8
Notion de « balise »
• Un système radio mobile a besoin
d’un “signal” de référence
– Ce “signal” permet au mobile
• de détecter la présence du système ;
• de choisir la meilleure BS (en français : station de base ou
relais) ; on parle de la meilleure serveuse (best server) ;
• de se synchroniser (en temps, en fréquence) ;
• de connaitre le paramétrage local du système.
– Ce “signal” est diffusé (broadcast) et sert au contrôle
du système
• il ne véhicule pas, a priori, d’information utilisateur
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 9
Fonction de « voie balise »
• Une fonction “voie balise” présente
– des aspects “analogique”
• par exemple, détection de signaux témoignant
d’un certain type d’activité
« il vit une petite lueur comme d'une chandelle »
(activité ~humaine ?)
• sélection d’un signal “proche” (puissant)
• synchronisation sur des impulsions
• positionnement (cf. LBS)
– des aspects plus “logiques”
• acquisition d’horloge, de paramètre,
• d’adresse ou identités, ….
Phore
ou boIise
Acquisifion
d'un
confexfe
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 10
Fonction « voie balise » en GSM
• La fonction de “balise” présente plusieurs
aspects dans GSM
– Phare, détection de ressources, synchronisation,
– Diffusion de paramètres « système »
• Elle est réalisée dans GSM via
– Une porteuse (par cellule),
qui réalise la fonction « phare »
• « fréquence-balise » = « BCCH frequency »
– Un canal physique (sur un slot n°0) de cette porteuse
qui supporte différents canaux logiques dont le BCCH
• éventuellement d’autres canaux phy peuvent être utilisés
pour réaliser la vois balise en supplément du slot « 0 »)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 11
• La fonction de phare
“analogique”
sur la porteuse (I 1, sur la fig.)
supportant la balise
– Puissance constante (maximum)
• Une première détection des balises
peut être fait suivant un critère de puissance
– Activité constante (dummy burst)
• Des bursts sont émis même quand il n’y a pas d’information
• Ceci renforce la robustesse de la détection
• Des cellules voisines ont des fréquences-balise
différentes
Broadcast Channels en GSM
I 2 I 3
I 7
I 6
f 1
I 5
I 4
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 12
Fréquences, canaux physiques,
trames, multitrames
Rappels sur les ressources radio :
• porteuse = fréquence, la porteuse est “slottée”
• trame TDMA = 8 slots ; slot ~ canal physique
• multitrame à 51
• organisation de la voie balise (1er survol)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 13
Porteuses et canaux physiques
200 kHz
1 carrier
f
1 TDMA frame
÷ (12/13) 5 ms
time slot
f
1
• Pour réaliser la voie balise sur une cellule,
on distingue une porteuse (carrier) spécifique (ici f
1
)
et le canal physique qu’elle supporte sur le slot 0.
0 1 2 3 4 5 6 7 0 1 2 3 4 5 6 7 0 1 2 3 4 5 6 7 0 1 2 3 4 5 6 7 t
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 14
0 1 7
Multi trame, trame et burst
trame TDMA TDMA frame
Slot, IT
Time Slot
1 0 10 20 30 40
3 bits 144 bits 3 bits
slot: 156,25 bits (577 µs)
8,25 bits (30,46 µs)
Multi trame Multi frame (÷ 51 TDMA frames ≈ 235.38 ms ~ / s )
Burst
51
burst
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 15
Que supporte la fréquence balise ?
B T T T T T T T
F S B F S F S F S F S
B D T D T T T T
51-Multi frame (duration. 51 TDMA frames)
0 1 2 3 4 5 6 7
0 1 2 3 4 5 6 7
Average cell case
• 1 PhyCh ÷ 1 BCH ¹ CCCH
• 2 PhyCh ÷ 2×(8 SDCCH)
• 5 PhyCh ÷ 8×(TCH)
Small cell case
• 1 PhyCh ÷ 1 BCH ¹ CCCH ¹
¹ 4 SDCCH
• 5 PhyCh ÷ 8×(TCH)
BCCH
frequencv f
1
f
1 or
La fréquence « balise » (ou BCCH)
supporte des canaux logiques en diffusion (F, S, B)…
mais aussi d’autres types d’information
L
o

s
o
I
u
f
i
o
n
Sur le
slot 0,
Ir. BCCH
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 16
On rentre dans les détails
FCCH, noté F
SCH, noté S
BCCH, noté B
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 17
Type de canaux en diffusion
• Canaux en diffusion
(GSM Broadcast Channels)
3 types de canaux (~logiques)
– FCCH, Frequency Correction
– SCH, Synchronization
– BCCH, Broadcast Control
• Remarques
– CH = channel, CCH = control CH
– Stricto sensu, le FCCH n’est pas un canal logique,
mais une « balise » physique … cependant, il est
souvent assimilé à un canal logique.
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 18
FCCH
• Frequency Correction Channel : permet un
calage sur la fréquence de la BS
• consiste en un burst particulier émis environ
toutes les ~50 ms
• burst composé de 148 bits à « 0 »
• émis sur la porteuse f
0
: il produit un signal
sinusoïdal de fréquence f
0
+1625/24 kHz
• présent seulement sur le slot 0 de la voie balise
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 19
FCCH
Le burst FCCH
• émis dans les trames 0, 10, 20, 30 et 40 d’une
multitrame à 51 trames
• émis 5 fois en 235,8 ms, soit environ 20 fois par seconde
• la détection de ce burst (comme celle d’un burst SCH)
signifie que le mobile écoute (effectivement) une voie
balise
1 0 10 20 30 40
F F F F F
Figure 1. FCCH dans la multitrame à 51 trames
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 20
SCH
• Synchronisation Channel: fournit aux mobiles
tous les éléments nécessaires à une
synchronisation complète
• Dispose de la séquence d’apprentissage
(longue) de 64 bits
• Deux niveaux de synchronisation
– analogique, fine : top d’horloge (pip)
pour mesurer le TA (Timing Avance, avance en
temps)
– logique : heure « logique » locale du réseau
FN (Frame Number)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 21
SCH
• Structure du burst
– composé de 78 bits de données de contrôle encodés (protégés)
– et d’une séquence d’apprentissage
• Position dans la multi-trame
– toujours après le burst FCCH
Figure 2. Structure du burst du synchronisation (source [GSM 05.02])
Bits de donnees
encodes
Bits de donnees
encodes
Sequence etendue
d`apprentissage
3 bits 39 bits 64 bits 39 bits 3 bits
slot: 156,25 bits (577 µs)
8,25 bits (30,46 µs)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 22
Implantation du SCH
…dans une multitrame à 51
– sur les cases (trames) 1, 11, 21, 31, 41
(~toutes les 10 trames TDMA : FN
0
+1+ k × 10 )
1 0 10 20 30 40 50
F F F F F S S S S S
Figure 3. Position de SCH dans une multitrame trame
(source: d’après [GSM 05.01])
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 23
SCH, synchro “fine”
• Synchronisation fine
– Le SCH permet un calage précis en temps
exécuté par le mobile.
– En corrélant le burst reçu, via un filtre adapté
(à la séquence d’apprentissage étendue de 64 bits)
on obtient un « top » (d’horloge).
• Remarque : cette séquence de 64 bits est unique dans tous
les réseaux GSM …
– Avant l’observation du burst SCH,
la synchronisation est de l’ordre de la dizaine de µs
– Après l’analyse du burst SCH, la synchronisation est
l’ordre de la µs
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 24
Détection d’un burst SCH
Autocorrelation
(MFilter output,
no noise)
Matched Filter output
with noisy channel
(~CNR < 0 dB)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 25
SCH : séquence d’apprentissage
• La séquence d’apprentissage longue (64 bits)
pour le SCH (“extended training sequence”)
[1011100101100010000…
0010000001111001011…
0101000101011101100…
0011011]
• Séquences d’apprentissage normales (26 bits)
pour le BCCH, TCH, … , SDCCH, SACH, AGCH
Tsc(0)=[00100101110000100010010111]
Tsc(1)=[00101101110111100010110111]
Tsc(2)=[01000011101110100100001110]
Tsc(3)= …
Tsc(8)=[11101111000100101110111100]
… adressée par le BCC (3 bit) du BSCI
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 26
SCH : paramètres transportés
• FN codé en RFN (Reduced Frame Number) :
– le RFN, 19 bits, permet de déterminer le FN
• BSIC (Base Station Identity Code) :
– 6 bits, permettant de discriminer 2 base stations
utilisant la même fréquence balise (ou freq. BCCH)
• Mode de transport : codage de canal
– codage convolutionnel de taux 1/2
– paramètres [RFN, BSIC] (19 + 6 bits) encodés sur
2×39 bits, soit 78 bits
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 27
SCH : RFN et synchro logique
• Le RFN (Reduced FN) et le FN (Frame Number)
– RFN est une écriture « compacte » du FN
– 0 ≤ FN < Modulo = 51*26*2
11
… Log2(Modulo) = 22 bits
– Il comprend 19 bits (au lieu de 22 : on gagne 3 bits (!))
découpés en 3 champs
• N°de la supertrame courante dans l’hypertrame, 11 bits
• N°de multitrame à 51 par rapport à la supertrame, 5 bits
• 3 bits (et non log
2
(51)= 6) donnant la place du SCH parmi
les 5 places possibles dans la multitrame à 51
(c’est ici qu’on économise les 3 bits… )
Remarque : Modulo = 2715648 -> 3h 28 min 53.76 s
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 28
SCH : BSIC
• BSIC (Base Station Identity Code)
– Identité « locale » de la station de base
~ « code de couleur » (color code)
le couple (f
0
, BSIC) permet de déterminer
(localement) une cellule
– Comprend 6 bits, BSIC = [BCC, NCC]
• 3 bits (8 valeurs) de BCC (BTS Color Code),
un code représentant une station de base
• 3 bits de NCC (Network Color Code), un code
représentant un PLMN … ~ « coloriage de carte »
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 29
SCH : rôle du BSIC (partie BCC - 1)
• Dans l’exemple, les 2 cellules grisées ont leur voie balise
sur la même porteuse f
1
.
• Pour les différencier, on leur attribue 2 BSIC différents
quant au BCC (BCC= 0 0 et BCC= 2 2 sur la fig.).
• A ces 2 valeurs de BSIC, correspondent 2 séquences
d’apprentissage différentes (de 26 bits) pour les bursts
dits « normaux ».
I2
BSIC÷0
I3
BSIC÷0
I7
BSIC÷0
I6
BSIC÷0
I1
BSIC÷0 0
I5
BSIC÷0
I4
BSIC÷0
I7
BSIC÷0
I1
BSIC÷2 2
I6
BSIC÷2
I2
BSIC÷1
I3
BSIC÷1
I2
BSIC÷2
Figure 4. Utilisation du BSIC
(Base Station Identity Code)
sur la même fréquence BCCH
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 30
SCH : rôle du BSIC (partie BCC - 2)
• Sans le BSIC (en fait la partie BCC du BSIC) le mobile
ne connait pas la séquence d’apprentissage TSC (sur 26
bits) de la cellule.
=> Il ne peut pas démoduler correctement les autres
slots (supportant les autres canaux BC-, P-, T-CH).
• Le mobile accroché à une BS (avec un certain BCC) ne
peut pas s’accrocher insidieusement à une autre BS
proche (même si elle utilise les mêmes fréq.)
I2
BSIC÷0
I3
BSIC÷0
I7
BSIC÷0
I6
BSIC÷0
I1
BSIC÷0 0
I5
BSIC÷0
I4
BSIC÷0
I7
BSIC÷0
I1
BSIC÷2 2
I6
BSIC÷2
I2
BSIC÷1
I3
BSIC÷1
I2
BSIC÷2
Figure 4. Utilisation du BSIC
(Base Station Identity Code)
sur la même fréquence BCCH
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 31
SCH : rôle du BSIC (partie NCC)
• La partie NCC du BSIC permet de distinguer
« logiquement » 2 opérateurs GSM de deux
pays limitrophes utilisant les mêmes fréquences
– même si il y a une double "collision" : (1) de fr. BCCH
et (2) de la partie BCC du BSIC.
I1
BSIC÷0, 2
I1
BSIC÷0, 3
Figure 5. Utilisation du BSIC
sur deux PLMN limitrophes
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 32
BCCH
• BCCH (Broadcast Control Channel) :
diffuse les autres paramètres logiques
(ou information système)
caractéristiques de la cellule
• débit de 782 bps (config. de base)
• Mode de transport
– Informations "système" groupées en mots de 23
octets (184 bits utiles)
– Les 184 bits sont codés en 456 bits
et divisés en 8 demi-blocs de 57 bits
– Les 8 demi-blocs sont entrelacés sur 4 bursts
normaux (schéma classique)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 33
BCH : les info “système”
• les paramètres de sélection de la cellule
(niveau minimal de signal exigé, niveau maximal de puissance
autorisée)
• numéro (identifiant) de zone de localisation LAI
– permettant de prendre la décision de handovers
• les paramètres RACH donnant les règles d’accès aléatoire
• la description de l’organisation des canaux de contrôle commun
• la description de l’organisation du canal CBCH (Cell Broadcast CH.)
• les fréquences des voies balises des cellules voisines
(~la "description" des cellules voisines)
• la liste des porteuses allouées à la BS (si nécessaire)
• CI (Cell Identity) … (~~BSIC)
• d’autres paramètres nécessaires ( par ex: utilisation du DTX,
du contrôle de puissance, etc.)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 34
BCCH
BCCH
• Place du BCCH dans la trame
– se trouve sur le slot 0 en général,
– possibilité (d’utiliser aussi, en supplément)
les slot 2, 4, 6.
• Place dans la multitrame
1 0 10 20 30 40 50
F F F F F S S S S S
Figure 6. Position de BCCH dans une multi trame à 51.
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 35
Petite synthèse
235,8
Periodicite
du
bloc(ms)
sur slot 0, 2,
4, 6
sur slot 1, 11,
21, 31, 41
sur slot 0, 10,
20, 30, 40
Place dans la
trame
TDMA
14 782 4 456 184 BCCH
0 1 78 25 SCH
0 0 FCCH
Delai dû a
l`entrelace-
ment(ms)
Debit
d`entree(bps)
Nombre de
bursts (entre-
lacement)
Taille du
bloc
code
Taille du
bloc en bits
utiles
Type
782 ??
Solution :
= 184 bit /durée_mutitrame_à_51
= 184 /(51*5*(10^-3)12/13) = 781,7
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 36
Fréquence balise, canal physique 0
F S B A F S A A F S A A F S P P F S P P
F S B A F S D0 D1 F S D2 D3 F S A0/A2 A1/A3 F S P P
Broadcast Control Common Control Dedicated Control
Tvpical
cell case
Smal cell
case
La fréquence balise (BCCH frequency) supporte aussi des
canaux communs, CCCH, et parfois dédiés (DCCH)
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 37
Scénario d’une première
connexion
On scrute,
on se synchronise,
on décode.
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 38
Scénario d’une première connexion
Le mobile est allumé
• Il scrute les bande GSM possibles
– 900, 1800 (DCS), 1900 (PCS), 850 (AMPS), …
dans un ordre adéquat (qui peut être indiqué dans la
carte SIM)
• Il classe les bandes suivant la puissance reçue
• Sur une bande ou le signal est puissant
… il recherche
– un signal « slotté » (TDMA, 4.6154)
– FCCH (détection dune fréquence pure après
démodulation).
B timing
analysis
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 39
Scénario d’une 1ere connexion (suite)
• Si il détecte un FCH, il se cale en fréquence
(synchronisation en f)
• Il recherche un burst SCH
Lorsqu’il en détecte un :
– il se synchronise (au "temps de propagation aller" près)
– il acquiert l’heure réseau (FN)
– Il décode le BSIC (et connait ainsi la séquence
d’apprentissage de 26 bits utilisée dans la cellule)
• Il décode le BCCH …
obtient des « info système »
… et connaitre l’opérateur (« home » ou « visited »)
• …
FCCH
analysis
SCH
analysis
BCCH
analysis
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 40
Détection de Cellule et & BCh
La détection initiale d’une
cellule GSM fait intervenir
differents états de sync.
– Not Sync
– No FCB (qq 10 µs)
– FCB detected
• Frequency sync.
– SCH decoded (qq 1 µs)
• RF, BSIC (avec BCC)
– BCCH decoded
• Paramètres de la cellule
• Connaissance du voisinage
LAI
Not Sync
Slot Sync
(Slot Sync)
No FCB
FCB
detected
(FCB Sync)
No SCH
SCH
decoded
(SCH detec)
No BCCH
BCCH
decoded
MS may
camp on
the cell
FCCH
analysis
SCH
analysis
BCCH
analysis
B timing
analysis
BCCH
decoded
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 41
Scrutation en communication
Où le mobile continue à scruter,
ce qui se passe ailleurs …,
(sans décoder !),
pour assister le système.
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 42
Scrutation de voie balise
Wei Tcheng, sous la dynastie des
Tang, comprenait lui aussi l'erreur
d'un examen unilateral lorsqu'il
disait: «Qui ecoute les deux côtes
aura l'esprit eclaire, qui n'ecoute
qu'un côte restera dans les
tenebres.»
|Le petit livre du president Mao|
• Préparation d’un handover (MAHO, Mobile Assisted HO)
– Un mobile qui “trafique” (i.e. en "com") scrute pendant la phase
“monitoring” d’une trame TDMA, la voie balise d’une cellule
voisine (fréquence indiquée dans le BCCH de la serveuse). Il
mesure sa puissance.
– A chaque trame, il fait une mesure de puissance sur une des
différentes voisines. Il rapatrie les mesures (après moyennage) à
la serveuse via un canal (SACCH) associé au canal de trafic.
BS
serveuse
BS
voisine
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 43
Conclusions
• La voie balise
– Elle est essentielle dans la gestion du roaming (et des HO)
– Elle est spécifique d’une cellule (phare).
– Elle utilise une porteuse “BCCH frequency”.
qui n’est pas contrôlée en puissance
(puissance max sur tous les slots : signal constant en puissance)
– Elle supporte des canaux logiques qui permettent au mobile de
se synchroniser en freq. (FCCH), en temps (SCH) et d’acquérir
des info systèmes de paramétrage local (BCCH).
– Elle est économique.
• Elle occupe relativement peu de bande :
(FCCH+SCH+BCCH) ~1/4 canal physique.
Dans une cellule typique à 4 TRx (i.e. 4 porteuses), cela correspond
à (1/4)(1/ 8 slots)(1/ 4 porteuses) = 1/128
< 1% des ressources radio (temps-fréquence).
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 44
Références
• Norme GSM
– 05.02 (TS 45.002) ; 05.01 (TS 45.001)
• Le LIVRE ROUGE :
Xavier Lagrange,
Philippe Godlewski,
Sami Tabbane,
Réseaux GSM,
5
e
édition revue et augmentée,
Editeur: Hermès Sciences,
et en chinois, chez PHEI (Publishing
House Of Electronics Industry).
Réseaux GSM
Xavier Lagrange
Philippe Godlewski
Sami Tabbane
HERMES
ENST - 2005 Ph.G. LI M, Ph. M 45
Wei Tcheng, sous la dynastie
des Tang, comprenait lui aussi
l'erreur d'un examen unilateral
lorsqu'il disait: «Qui ecoute les
deux côtes aura l'esprit eclaire,
qui n'ecoute qu'un côte restera
dans les tenebres.»
Chapitre XXII, Methodes de pensee et de travail.
http://classiques.chez.tiscali.Ir/mao/PLR5.html
• Le petit LIVRE ROUGE
MAO ZEDONG (ou MAO TSE TOUNG)