Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
21
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE
CONTRE GHAZA
GIsraël bombarde le plus grand hôpital de l’enclave
palestinienne et la centrale électrique
GBan Ki-moon lance un nouvel appel au cessez-le-feu
GObama appelle Israël à un cessez-le-feu
« immédiat et sans condition »
AMAR GHOUL DEPUIS LE MALI :
« L’Algérie ne lésinera sur aucun moyen
pour contribuer efficacement à l’enquête »
CRASH DE L’AVION AFFRÉTÉ PAR AIR ALGÉRIE
ABDELMALEK SELLAL REÇOIT LES FAMILLES DES VICTIMES :
« L’enquête se déroule en coordination
et collaboration entre l’Algérie, le Mali et la France »
Q M. Sellal présente
ses condoléances
aux familles des
victimes au nom
du Président
Bouteflika
Q Le gouvernement
décide de mesures
d'accompagnement
des familles
De notre envoyé spécial à Gao, Makhlouf Aït Ziane
Le Premier ministre,
Abdelmalek Sellal, a
affirmé lundi que
l'enquête pour
déterminer les causes
du crash de l'avion de
la compagnie
espagnole "Swift Air",
affrété par Air Algérie
pour assurer
le vol Ouagadougou-
Alger, "se déroule en
coordination et en
étroite collaboration
entre l'Algérie, le Mali
et la France".
P. 3
P. 3
ÉQUIPE NATIONALE
Gourcuff débutera sa
tournée le 9 août à Tchaker
UE
Sanctions économiques contre la Russie
P. 31
P. 13
CÉLÉBRATION DE AÏD EL-FITR
MM. Bensalah, Ould Khelifa et
Sellal accomplissent la prière de
l’Aïd à la Grande-Mosquée d’Alger
Ambiance de joie et de piété à Alger
SOLIDARITÉ NATIONALE
De petits quotas de logements
sociaux prévus au profit de l’enfance
assistée en âge de mariage
PP. 6-7
PP. 4-5
P
h
.

T
.
 
R
o
u
a
b
a
h
1.092
PALESTINIENS
TUÉS
3 Choual 1436 - Mercredi 30 Juillet 2014 - N°15193 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
DEMAIN A 10H
La ministre de la Solidarité nationale
invitée du forum
La ministre de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la Condi-
tion de la femme, M
me
Mounia Meslem Si Amer, sera demain l’invitée
du forum.
La conférence portera sur divers sujets d’actualité et sur la célébra-
tion la journée de la femme africaine qui coïncide avec la date du 31
juillet.
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
CHAUD ET ENSOLEILLÉ
DEMAIN A 8 H
A DJENANE EL MITHAK
Réunion d’évaluation
des 48 directeurs de l’habitat
Le ministre de
l'Habitat, de l'Ur-
banisme et de la
Ville, Abdelmad-
jid Tebboune
présidera demain
à 8 h à Djenane
El Mithak, une
réunion d’éva-
luation de 1
er
se-
mestre qui
regroupe les di-
recteurs du loge-
ment, de
l’urbanisme et de
la ville des 48
wilayas.
Tahmi
à Bouira
Le ministre
des sports, M.
M o h a m m e d
Tahmi, effec-
tuera demain une
visite de travail
dans la wilaya de
Bouira au cours
de laquelle il
inaugurera di-
verses infrastruc-
tures sportives.
DU 4 AU 18 AOUT
A EL-AOUANA (JIJEL)
Les meilleurs élèves
d’amazigh à l’honneur
Sous le haut
patronage du mi-
nistre de la Jeu-
nesse, le HCA
réunira, du 4 au
18 août, une cen-
taine d’écoliers et
de collégiens. Le
CEM Djennas-
Mohamed d’El
Aouana abritera
cette mini-uni-
versité d’été en-
cadrée par des
professi onnel s
etdes éducateurs
expérimentés.
SAMEDI 16 AOUT A 11H
A LA BIBLIOTHEQUE
NATIONALE D’EL-HAMMA
M
me
Nadia Labidi :
rencontre sur le patrimoine
La ministre
de la Culture,
M
me
Nadia
Labidi, continue
ses rencontres
avec les acteurs
du monde des
arts et de la
culture.
Le débat
avec les
représentants du
patrimoine
musical aura
lieu le 16 août à
11 h.
Mercredi 30 Juillet 2014
Au Nord, le temps sera partiellement nua-
geux avec localement formation de cellules
orageuses vers les régions de l'intérieur en
cours d'après-midi/soirée.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés.
La mer sera belle à peu agitée.
Sur les régions sud, le temps sera généra-
lement chaud et ensoleillé avec localement
tendance orageuse en cours d'après-midi/soi-
rée vers les massifs du Hoggar/Tassili.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés (20/40 Km/H) avec localement chasse
de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (32°-22°), Annaba (31°-23°), Bé-
char (44°-32°), Biskra (40°-29°), Constantine
(37°-24°), Djelfa (38°-23°), Ghardaïa (42°-
31°), Oran (32°-22°), Sétif (35°-23°), Taman-
rasset (37°-25°), Tlemcen (33°-21°).
JUSQU’AU 7 AOUT A 9 H
A L’USTHB DE BAB EZZOUAR
Portes ouvertes sur les inscriptions universitaires
L’USTHB organise des portes ouvertes sur l’université à l’intention
des nouveaux bacheliers à partir de 9 h.
Inscriptions définitives : du 2 au 7 août.
DU 3 AU 21 AOUT A BOUMERDÈS
Université d’été
Le Comité national
algérien de solidarité
avec le peuple sah-
raoui (CNASPS) et
l’ambassade de la Ré-
publique arabe sah-
raouie démocratique
organisent, du 3 au 21
août à Boumerdès,
l’université d’été des
cadres du Front Poli-
sario et de la RASD.
La cérémonie d’ou-
verture aura lieu di-
manche 3 août à 10h à
l’université M’ha-
med-Bouguerra.
DU 2 AU 31 AOUT A PARTIR
DE 22 H AU THEATRE DE
PLEIN AIR DE SIDI-FREDJ
Soirées du Casif
L’Office national de la culture et de
l’information, en collaboration avec
l’ENTV, l’ENRS et la Société de gestion
touristique des hôtels de Sidi Fredj, orga-
nise des soirées avec la participation des
plus grandes stars de la chanson interna-
tionale, arabe et algérienne, du 2 au 31
août à partir de 22 h.
Ooredoo et le CRA
fêtent l’Aïd avec les enfants
dans les hôpitaux
Ooredoo, entreprise citoyenne, réaffirme son engagement au sein de
la société algérienne en perpétuant ses louables initiatives de bienfai-
sance en faveur des familles nécessiteuses et des enfants, en partenariat
avec le Croissant-Rouge algérien (CRA)
Pour la dixième année, les employés de Ooredoo ont rendu visite, le
deuxième jour de l’Aïd El Fitr, aux enfants dans les hôpitaux dans dif-
férentes wilayas du pays.
Des cadeaux ont été offerts aux enfants qui passent cette fête loin de
leurs familles, dessinant un sourire sur leur visage et partageant avec
eux la joie de Aïd El Fitr.
Aussi, à cette, occasion Ooredoo s’est mobilisé pour les familles né-
cessiteuses en octroyant une aide financière en leur faveur par le biais
du CRA.
Par ces activités citoyennes et de solidarité initiées chaque année à
l’occasion du mois sacré, Ooredoo en tant que partenaire officiel du
CRA, exprime sa volonté de contribuer à l’élan national de solidarité
au sein de la société algérienne.
3 EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 30 Juillet 2014
CRASH DE L’AVION AFFRÉTÉ PAR AIR ALGÉRIE
Le Gouvernement
décide de mesures
d'accompagnement
des familles
Une série de mesures a été prise par le Gou-
vernement pour l'accompagnement des familles
victimes du crash, jeudi dans le nord du Mali, de
l'avion de la compagnie espagnole Swiftair affrété
par Air Algérie, pour assurer le vol Ouagadougou-
Alger, afin de leur "permettre de surmonter cette
épreuve", a appris l'APS lundi, auprès de la cel-
lule de communication du Premier ministre.
Outre les instructions données aux responsa-
bles de la compagnie nationale Air Algérie de
prendre en charge les indemnisations des ayants
droits, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a
instruit les autorités locales d'accompagner les fa-
milles touchées par ce drame, a précisé la même
source.
Dans ce sens, la ministre de la Solidarité na-
tionale, de la famille et de la condition de la
femme, Mounia Meslem, a donné instruction aux
différentes structures d'assurer "un accompagne-
ment psychologique aux familles endeuillées".
En outre, pour permettre aux proches des vic-
times de faire leur deuil, il a été décidé également
par les autorités religieuses en accord avec ces fa-
milles d'"effectuer la prière de l'absent", et ce, "à
travers toutes les mosquées du pays vendredi pro-
chain", a-t-on ajouté de même source.
Concernant les dépouilles des victimes, il est
mentionné que le "rapatriement se fera dès que
l'opération d'indentification sera achevée", et pour
laquelle "une équipe de la police scientifique al-
gérienne est à pied d'œuvre sur les lieux du crash
et travaille en collaboration avec les experts et
spécialistes français ainsi que les autorités ma-
liennes compétentes".
Par ailleurs, la même source a indiqué que la
partie malienne, de laquelle relève l'enquête, tra-
vaille en "étroite collaboration avec les Algériens
et les Français", soulignant dans ce sens, que
"l'aviation civile algérienne a procédé à la remise
des boites noires au Bureau d'études et d'analyse
français (BEA), spécialisé en matière d'acci-
dents".
"Il y a lieu de signaler que ce bureau a toujours
été sollicité par l'Algérie pour ce genre de situa-
tions", est-il précisé.
Ces mesures s'inscrivent, rappelle-t-on, dans
le prolongement des dispositions prises dès l'an-
nonce de l'accident, et "conformément à la tradi-
tion musulmane notre communication a été
empreinte de compassion et de respect du aux vic-
times. C'est dans ce sens que le président de la
République a décrété un deuil national de trois
jours dès que le crash a été connu", a-t-on relevé.
ABDELMALEK SELLAL REÇOIT LES FAMILLES DES VICTIMES
“L'enquête se déroule en coordination
et collaboration entre l'Algérie, le Mali
et la France”
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé, lundi, que l'enquête pour déterminer les causes
du crash de l'avion de la compagnie espagnole "Swift Air" affrété par Air Algérie pour assurer
le vol Ouagadougou-Alger, "se déroule en coordination et en étroite collaboration entre
l'Algérie, le Mali et la France".
«
L’
Etat algérien a accompli son de-
voir et une enquête est menée
pour déterminer les causes de ce
tragique accident en coordination et en
étroite collaboration entre l'Algérie, le Mali
et la France", a indiqué M. Sellal qui pré-
sentait ses condoléances aux familles des
victimes au nom du Président de la Répu-
blique, Abdelaziz Bouteflika.
Il a précisé également que "l'Etat algé-
rien suit l'affaire du crash depuis la première
information parvenue à ce jour", rappelant
le déplacement du ministre des Transports,
Amar Ghoul, au Bukina Faso et au Mali.
M. Ghoul "a remis les deux boîtes noires
de l'avion au Bureau français d'enquêtes et
d'analyses (BEA)", a-t-il encore dit.
"Nous ignorons les causes de ce tragique
accident et l'enquête nécessite du temps", a
souligné le Premier ministre.
S'exprimant sur l'enquête d'identifica-
tion des corps des victimes et de leurs na-
tionalités, il a précisé qu'"une délégation
d'experts et de la police scientifique algé-
rienne compétente qui a accompagné M.
Ghoul travaille en coordination avec le Mali
et la France à cet effet".
D'autre part, le Premier ministre a relevé
que "la remise des corps des victimes aux
familles se fera après les résultats de l'en-
quête menée par les experts et la police
scientifique", demandant aux familles de
"faire preuve de patience".
L'avion de la compagnie espagnole
"Swift Air" affrété par Air Algérie pour as-
surer la liaison Ouagadougou-Alger s'est
écrasé jeudi dernier, au nord du Mali.
Les débris de l'avion ont été retrouvés ven-
dredi dernier.
Aucun des 116 passagers de différentes
nationalités dont 6 Algériens n’ont survécu
M. Sellal présente ses condoléances aux
familles des victimes au nom
du Président Bouteflika
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal,
a présenté lundi, au nom du Président de la
République, Abdelaziz Bouteflika, ses
condoléances aux familles des victimes al-
gériens du crash de l'avion de la compagnie
espagnole "Swift Air" affrété par Air Algé-
rie.
Etaient présents à la cérémonie de pré-
sentation de condoléances organisée au
salon d'honneur de l'aéroport international
d'Alger Houari-Boumediene, le ministre des
Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, le
ministre des Transports, Amar Ghoul, le mi-
nistre des Affaires religieuses et des Wakf,
Mohamed Aissa, la ministre de la Solidarité
nationale, de la Famille et de la Condition
de la femme, Mounia Meslem, le ministre
de la Communication, Hamid Grine, et le
président-directeur général d'Air Algérie,
Mohamed Saleh Boultif.
"Je suis ici au nom du Président de la Ré-
publique et au nom du gouvernement algé-
rien pour présenter mes condoléances aux
familles des victimes", a dit M. Sellal après
s'être recueilli à la mémoire des victimes,
appelant les familles à s'"armer de patience
face à la volonté de Dieu".
Il a indiqué que "l'Etat algérien a accom-
pli son devoir et suit de près l'affaire dès la
première information sur le crash à ce jour",
rappelant qu'"il a assumé et assume ses res-
ponsabilités". "Des instructions ont été don-
nées au PDG de la compagnie algérienne
même si l'avion a été affrété", a-t-il précisé.
M. Sellal a ajouté enfin, que "les familles
des victimes seront indemnisées bientôt".
AMAR GHOUL À PARTIR DU MALI
« L’Algérie ne lésinera sur aucun moyen pour contribuer efficacement à l’enquête »
«
V
u que l'avion a été
retrouvé au Mali,
c'est le Mali qui va
diriger les enquêtes et le
deuxième pays  concerné c’est
l’Algérie », souligne le minis-
tre malien Mamadou Hachim
Koumaré.   
Les deux boites noires de l'avion
de la compagnie espagnole Swiftair
affrété par Air Algérie qui s'est
écrasé jeudi au nord du Mali ont été
récupérées dimanche par les minis-
tres des Transports, Amar Ghoul et
des l'Equipements, des Transports et
du Désenclavement malien, Mama-
dou Hachim Koumaré lors de la vi-
site de lieu du crash à
Mossi.   S’exprimant lors d’une
conférence de presse organisée à
l’aéroport de Bamako, le ministre
des transports M. Amar Ghoul  a
souligné qu’«aujourd’hui nous ve-
nons d’accomplir une grande mis-
sion en ramenant à Bamako les deux
boîtes noires qui seront effective-
ment  acheminées vers un bureau
d’expertise en concertation et  en
coordination avec tous les pays
concernées par ce dossier ».
Il a réaffirmé dans ce contexte
que «seul  le pays frère le Mali est
le pilote et responsable de cette en-
quête». Tous ceux qui sont actuelle-
ment sur le lieu du crash pour iden-
tifier ses causes, a-t-il dit «sont en-
train de faire un travail formidable
et cela malgré la difficulté du ter-
rain», avant d’annoncer à cet occa-
sion qu’«une équipe algérienne
composée de la police scientifique
sur les lieux pour participer en col-
laboration avec d’autres parte-
naires à l’identification des causes
de l’accident de cet appareil».
L’Algérie a ensuite affirmé Amar
Ghoul, est «solidaire et partenaire
avec le Mali et avec tous les parte-
naires du dossier pour faire avancer
rapidement ce dossier».
Il a  fait savoir que notre pays
prendra en charge certains aspects,
notamment au niveau de l’enquête
et au niveau des opérations de re-
cherche et d’analyse», elle ne rési-
nera a-t-il ensuite rassuré «sur aucun
moyen ou effort pour contribuer ef-
ficacement au dossier».
De son côté, M. Mamadou Ha-
chim Koumaré a souligné que «les
investigations sur l’identification de
l’accident se poursuivent, même si
nous avons ramené les deux boîtes
noires».
Ces deux dernières seront, a-t-il
précisé «examinés par un bureau
d’enquête en collaboration avec tout
les partenaires». «Vu que l'avion a
été retrouvé au Mali, c'est le Mali
qui va diriger les enquêtes et le
deuxième pays  concerné c’est l’Al-
gérie et le troisième est le pays
d’immatriculation de l’avion.», a-t-
il souligné, avant d’ajouter dans ce
contexte, «nous demandons l’assis-
tance et l’appui d’autres pays».
Toutes les dispositions légales et
techniques pour procéder à l’identi-
fication des cadavres et de détermi-
ner les causes de cet  accident a-t-il
relevé «ont été prises par les maliens
et leurs homologues algériens et
français». Et de poursuivre «le gou-
vernement de la République du Mali
a exprimé sa profonde compassion
aux familles concernées et a pré-
senté ses condoléances les plus at-
tristés».
Auparavant, M. Ghoul s'était
rendu sur le lieu du crash à Gossi ac-
compagné d'une délégation multi-
sectorielle algérienne composée no-
tamment de cadres du ministère des
Affaires étrangères, des représen-
tants du ministère de la Défense
nationale (MDN), du PDG d'Air Al-
gérie, Mohamed Salah Boultif, des
membres de la protection civile, des
médecins et des représentants de la
Direction générale des Douanes.
De nombreuses hypothèses
Dans une déclaration à El Moud-
jahid, Simon Pierre de la Noix, ex-
pert de la navigation aérienne que
nous avons rencontré lors de cette
visite nous a indiqué qu’ «il y a ac-
tuellement beaucoup d’hypothèses
sur les causes de ce crash. Seule
l’enquête les déterminar», mais mal-
gré l’état de l’épave «on peut quand
même savoir si certaines pièces ont
été en fonction ou non au moment
de l’impact». «Nous sommes en
train de  déployer tous
nos  efforts,  sur les investigations
pour aboutir aux premiers résultats.
Tout cela évidemment est consi-
gné étroitement dans nos procédures
et dans notre enquête  », avant de
préciser que «chaque acte que nous
réalisons sur place est
consigné  comme un procès-verbal
de la procédure et d’une  façon à
pouvoir ensuite, dans le cadre de
l’instruction de l’information,
le  transmettre au juge d’instruc-
tion».
Nos camarades de la cellule
d’identification font d’immenses
efforts pour évaluer toute la
scène  d’une façon à collecter tous
les éléments humains sur place pour
pouvoir, ensuite les identifier. L’ex-
pert a fait savoir que «cela sera ex-
têmement difficile». Il  est à noter
que les services de navigation aé-
rienne ont perdu le contact avec
l'avion, un appareil de type MD-83,
50 minutes après son décollage. Les
débris de l'avion ont été retrouvés
vendredi, et il n'y avait aucun survi-
vant parmi les 116 passagers, issus
de plusieurs nationalités, dont 6 Al-
gériens.
M. A. Z.
De notre envoyé spécial à Gao,
Makhlouf Ait Ziane 
4
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 30 Juillet 2014
La célébration du premier jour de l’Aïd el-
Fitr dans les hôpitaux de la wilaya d’Alger a été
marquée par une ambiance festive, empreinte
de solidarité, de chaleur humaine et de charité
grâce aux efforts louables de diverses associa-
tions caritatives de bienfaisance et d’âmes cha-
ritables qui ont afflué vers les hôpitaux, chargés
de cadeaux et de confiseries pour les enfants.
Les cadeaux apportés par des citoyens qui ont
préféré garder l’anonymat ont fait le bonheur
des enfants qui ont exprimé leur joie, chacun à
sa manière. Une tournée dans les différents ser-
vices des hôpitaux Mustapha-Bacha et Lamine-
Debaghine (Bab El-Oued) a permis de constater
le nombre important d’associations caritatives
et de bienfaiteurs venus partager l’Aïd en com-
pagnie des malades hospitalisés en leur appor-
tant joie et gaieté.  Said, rencontré devant le
service pédiatrie de l’hôpital Mustapha-Pacha
alors qu’il s’apprêtait à distribuer un lot de ca-
deaux et de jouets aux enfants malades, a af-
firmé entreprendre pareille initiative « à chaque
fête de l’Aïd pour être aux côtés des enfants ma-
lades qui n’ont pu quitter l’hôpital, afin de leur
rendre le sourire et de leur faire oublier leur ma-
ladie ». Pour Amel «il n’est pas aisé de faire la
joie de ces enfants en pareille circonstance,
mais nous tentons de leur apporter un air de fête
en ce jour particulier ». De leur côté, les parents
des enfants malades ont exprimé leur satisfac-
tion à l’égard de ces initiatives devenues désor-
mais une tradition louable et répandues au sein
de la société algérienne. Ils n’ont pas manqué
d’afficher « leur satisfaction » quant à la contri-
bution du mouvement associatif et des bienfai-
teurs dans le réconfort des malades en pareilles
circonstances. Sur le même lieu, un staff mé-
dical et paramédical a été mobilisé pour dispen-
ser aide et soins aux malades. Un médecin qui
assure la permanence en ce jour de fête à dé-
claré que « tous les services fonctionnent nor-
malement pour assurer une prise en charge des
malades, en particulier au niveau des ur-
gences ». Un peu plus loin à l’hôpital Lamine-
Debaghine de Bab El-Oued, des jouets, des
effets vestimentaires et des gâteaux tradition-
nels ont été distribués aux enfants pensionnaires
du service pédiatrie où l’accès est resté libre à
tout visiteur. « Notre action vise à permettre aux
malades de passer cette fête religieuse dans une
ambiance de joie et de gaieté, leur faisant ou-
blier, un tant soit peu, leurs problèmes de santé
et leur éloignement de leurs familles », confie
un bienfaiteur. De leur côté, des enfants sou-
riants sautent de joie, malgré leur maladie. Ils
se sont montrés très contents de ce geste, ô com-
bien noble et humain. « Je suis très comblé de
joie. Les cadeaux que j’ai reçus sont magni-
fiques, je remercie ces gens que je ne connais
pas et qui s’intéressent à moi », a confié un en-
fant tout joyeux à l’hôpital de Bab El-Oued.
Pour les associations caritatives et initiatrices,
les préparatifs de cette fête ont commencé de-
puis la dernière semaine du Ramadan où des
membres actifs  étaient passés dans les services
de pédiatrie pour recenser les malades», a ex-
pliqué un bienfaiteur qui aurait aimé faire plus
et être aussi aux côtés des enfants de Ghaza en
cette circonstance.
Par ailleurs, des groupes de clowns béné-
voles ont animé des sketchs fort instructifs à
l’adresse des enfants malades des hôpitaux de
la capitale. Il faut noter que le corps médical et
paramédical, à l’instar des autres corps tels que
les services de sécurité, de la protection civile
et des services des postes et télécommunica-
tions, a sacrifié sa journée de fête en assurant
de façon ininterrompue soins et secours aux ma-
lades et ce, dans le cadre de l’accomplissement
de leur noble tâche.
Sarah Sofi
La célébration de l’Aïd El Fitr est syno-
nyme de solidarité, de fraternité, de joie et de
bienfaisance. Des valeurs profondes qui carac-
térisent le citoyen algérien qui « accourt » à
chaque occasion qui se présente pour aider son
prochain et le soulager, un tant soit peu, de ses
peines. Faire des heureux, c’est très facile, il
suffit juste de se déplacer au niveau des hôpi-
taux et faire un petit geste de rien du tout pour
rendre le sourire à n’importe quelle personne
hospitalisée, notamment les enfants atteints de
maladies chroniques dans les services pédia-
triques. Et c’est ce que font les services de la
sûreté de wilaya d’Alger (SWA) qui redoublent
d’efforts en ce genre d’occasions pour apporter
un peu de gaîté et de joie aux petits bambins
hospitalisés, et qui, durant cette journée parti-
culière dans le monde musulman, ne peuvent
profiter au sens propre du terme de ces mo-
ments importants dans la vie d’un enfant.
Aussi, à l’instar des années précédentes, durant
le premier jour de l’Aïd El Fitr, les services de
l’action sociale de la Sûreté de wilaya d’Alger
a offert des cadeaux symboliques et des jouets
à des dizaines d’enfants du Centre des cancé-
reux Pierre et Marie-Curie (CPMC) de CHU
Mustapha-Bacha d’Alger, à ces bambins qui
n’ont pas eu la chance de vivre ces moments
avec leurs familles. Cette initiative, selon la
représentante de la SWA, n’est pas la première
du genre puisque, à chaque occasion qui se
présente, les services de police se manifestent
pour être au service du citoyen en essayant de
lui rendre le sourire. « Ces actions de solidarité
émanant de nos services, particulièrement de
l’action sociale de la SWA, sont devenues une
tradition durant les fêtes religieuses », dira-t-
elle.
Outre les services du commissariat central
d’Alger, les enfants en question ont également
reçu la visite conviviale de plusieurs associa-
tions à caractère caritatif voulant contribuer à
leur façon dans cet élan de solidarité. Le Crois-
sant Rouge algérien (CRA), comme à l’accou-
tumée, a tenu à être présent avec les enfants
des hôpitaux qui n’ont pu avoir la visite de
leurs familles et de passer les fêtes de l’Aïd
avec leurs parents.
A cette occasion, lors de la distribution des
cadeaux, le CRA a préféré que les jouets soient
distribués par d’autres enfants pour leur incul-
quer l’esprit de solidarité et d’entraide. Une
initiative qui a été saluée par le personnel de
l’hôpital, mais aussi par les parents des ma-
lades, notamment ceux venus des autres wi-
layas.
Mohamed Mendaci
L
es présidents du Conseil de la nation et
de l'Assemblée populaire nationale
(APN), respectivement M. Abdelkader
Bensalah et M. Mohamed Larbi Ould Khelifa
et le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ont
accompli lundi matin à la Grande-Mosquée
d'Alger la prière de l’Aïd El-Fitr avec les fi-
dèles, dans un climat de piété et de sérénité.
De hauts responsables de l'Etat, des mem-
bres du gouvernement, des représentants de
partis politiques et de la société civile ainsi que
des membres du corps diplomatique de pays
arabes et musulmans accrédités à Alger ont éga-
lement accompli ladite prière à la Grande-Mos-
quée d'Alger. A cette occasion, MM. Bensalah,
Ould Khelifa et Sellal ont reçu les vœux de
nombreux citoyens ayant accompli la prière de
l'Aïd à la Grande-Mosquée d'Alger. Dans son
prêche, l'imam de la mosquée a souligné que
l’Aid El-Fitr "est une occasion pour la récon-
ciliation et la solidarité entre les fidèles, loin de
toute haine et de rancœur pour faire prévaloir
les préceptes et les enseignements de l'Islam".
L'imam a rappelé que Aid El-Fitr "est aussi
une occasion pour la
purification de l'âme, l'entraide et la concilia-
tion, loin de la division et des conflits régiona-
listes". Evoquant la population de Ghaza qui
fait face à une agression israélienne, l'imam a
salué la position de l'Algérie et ses efforts pour
mettre fin à cette tragédie que vit le peuple pa-
lestinien meurtri. Rappelant la solidarité du
peuple algérien avec la population de Ghaza qui
fait face à un génocide, l'imam de la Grande-
Mosquée d'Alger a appelé la Nation musul-
mane à resserrer les rangs et à unifier sa
position.
Malgré la chaleur caniculaire de
ce mois d'août, les Algérois ont fêté
lundi l'Aïd El-Fitr dans la joie et la
piété en accomplissant tôt le matin la
prière de l'Aïd, pour ensuite aller ren-
dre visite aux familles et aux proches,
sans oublier les malades pour soula-
ger leur douleur.
Les habitants de la capitale se sont
également réveillés tôt en vue de se
rendre aux cimetières pour se recueil-
lir, en cette circonstance, à la mé-
moire des êtres chers qu'ils ont
perdus. La prière de l'Aïd a eu lieu à
travers toutes les mosquées d'Alger,
et les imams n'ont pas manqué de
rappeler dans leurs prêches les va-
leurs et les enseignements de l'Islam
qui incitent au pardon, à la solidarité
et l'entraide pour continuer dans le
sens de la foi, la dévotion, la solida-
rité et l'attachement aux valeurs ob-
servées durant le mois béni de
Ramadhan. Cette fête religieuse a été,
par ailleurs, mise à profit par les fi-
dèles qui font preuve de générosité
envers les nécessiteux, en s’acquitant
de la zakat el Fitr avant la prière de
l'Aïd.
Echanges de visites familiales
Comme à chaque Aïd, les familles
échangent les visites, en apportant
des gâteaux préparés à l'occasion, et
souvent, accompagnées par les en-
fants tout vêtus d'habits neufs, et dont
la plupart avaient les mains ornées de
henné, une tradition qui n'est pas près
de disparaître.Les quartiers et les rues
d'Alger grouillent d'enfants sortis
s'amuser, jouer et répandre leur cha-
hut qui a apporté à cette journée une
touche d'innocence angélique.
De leur côté, des familles ayant
un proche hospitalisé ont saisi l'occa-
sion de cette journée exceptionnelle
pour lui rendre visite, les visites étant
autorisées durant toute la journée des
premier et deuxième jour de l'Aïd. Et
pour que l'ambiance soit à la mesure
de cet événement, des mets et des
plats spéciaux sont préparés par les
familles dans l'attente de recevoir des
invités et de se regrouper dans une
ambiance conviviale. Ainsi, à titre
d'exemple, le couscous, plat très prisé
en cette circonstance, trône sur les ta-
bles, prenant la place de la chorba,
présente durant les 30 jours de jeûne.
Dans les foyers, les nostalgiques
écoutent encore la chanson qui les a
bercés lors de tous les Aïds de leur
enfance, la chanson fétiche "Saha
Aidkoum" du regretté Abdelkrim
Dali, que les chaînes de télévision
n'omettent jamais d’émettre.
L'Aïd est aussi l'occasion propice
pour les familles de se rappeler les
proches défunts et se recueillir devant
leurs tombes aux cimetières où, à
l'entrée, des vendeurs de fleurs leur
proposent différentes espèces, une
tradition ne faisant pas, jadis, partie
des coutumes de la société. Hormis
les bureaux de tabac, les cafés,
quelques taxiphones et vendeurs de
jouets pour enfants, les magasins de
la capitale étaient tous fermés les
deux jours de l’Aïd.
Les commerçants ont certaine-
ment privilégié le fait de passer l'Aïd
au sein de leurs familles, plutôt que
d’ouvrir leurs rideaux. Une habitude
d'autant plus fâcheuse que cette
année, beaucoup de citoyens qui ne
s’attendaient pas à ce que le croissant
lunaire soit visible le dimanche
n’avaient pas fait de provisions.
Salima Ettouahria
PERMANENCE
15.000 commerçants
ont répondu à l’appel
Ils sont exactement 15.675 commerçants au ni-
veau national à avoir été réquisitionnés par le mi-
nistère du Commerce dans le cadre du programme
des permanences pour l’Aïd El-Fitr, soit une aug-
mentation de 14% en comparaison à l’année der-
nière. Et bien que cette permanence ait été plus ou
moins bien respectée à travers les régions du pays,
Blida est la wilaya qui a mobilisé le plus grand
nombre de commerçants (2.205), suivie par Alger
avec 2.015 commerçants (+10%) et Oran avec
1.918. Le nombre de boulangers concernés a éga-
lement augmenté, passant de 3.286 en 2013 à
3.373 en 2014. A Sétif, ils étaient 665 qui devaient
ouvrir lors des deux jours de cette fête, 454 bou-
langers à Alger, soit 30% de plus qu’en 2013. Le
communiqué du ministère fait aussi savoir que
8.239 commerçants de fruits et légumes ont éga-
lement été réquisitionnés pour assurer la perma-
nence, ce qui représente une augmentation de 16%
par rapport à l’année précédente. A Béchar, ils ont
été près de 1.283 commerçants, soit en hausse de
411 % par rapport à 2013, tandis que la wilaya
d'Oran a vu la mobilisation de 1.163 commer-
çants. S’agissant des autres activités, le départe-
ment du Commerce a réquisitionné 4.285
commerçants à l'échelle nationale contre 2.965 en
2013. En outre, 274 unités de production ont été
en activité lors de l’Aïd, soit plus de 7 % par rap-
port à 2013. Par ailleurs, il y a lieu de rappeler
qu’à chaque fête de l'Aïd, nombre de wilayas à tra-
vers le territoire, les grandes villes en particulier,
connaissent des perturbations dans l'approvision-
nement en produits alimentaires de large consom-
mation, notamment le pain, le lait en sachet et les
fruits et légumes, en raison de la fermeture des
commerces, tenus pourtant de respecter le pro-
gramme de permanence.
S’exprimant jeudi dernier, le ministre du Com-
merce, Amara Benyounès, avait tenu à rassurer
quant à la disponibilité des marchandises et des
services de base durant l’Aïd grâce au pro-
gramme de permanences. De son côté, l’Union gé-
nérale des commerçants et artisans algériens
(UGCAA) avait insisté sur le respect du pro-
gramme de permanences conformément à la liste
établie à cet effet et a désigné à cet effet environ
3.000 délégués au niveau national dont 120 dans
la capitale pour le suivi de l’application du pro-
gramme de permanences du ministère. Les com-
merçants contrevenants s’exposent à une amende
de 30.000 à 200.000 DA avec possibilité de fer-
meture administrative de 3 mois en cas de réci-
dive.
Fouad. I.
CELEBRATION DE L'AID EL-FITR
Ambiance de joie et de piété à Alger
L’AÏD DANS LES HÔPITAUX D’ALGER
Redonner le sourire
LA SÛRETÉ DE WILAYA D’ALGER AU CHEVET DES ENFANTS HOSPITALISÉS
AU CHU MUSTAPHA-PACHA
Des cadeaux et des jouets
MM. Bensalah, Ould Khelifa et Sellal accomplissent la prière
de l’Aïd à la Grande-Mosquée d'Alger
P
h

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
L’Aïd el-Fitr a
été marqué cette
année par la peine
que partage le
peuple algérien
avec son frère pa-
lestinien. Une fête
au goût amer. Nos
frères palestiniens
sont sauvagement
agressés depuis
trois semaines par
l’armée israé-
lienne. Une
grande pensée aux
frères ghazaouis
qui ont célébré cette fête sous les bombarde-
ments.
En effet, les Algériens étaient unanimes
dans leurs messages de vœux à travers les
chaînes de télévision nationales et sur les ré-
seaux sociaux à dénoncer les crimes commis
à Ghaza. Même les imams ont appelé la na-
tion musulmane à resserrer les rangs et à uni-
fier sa position dans leurs prêches, tout en
saluant la solidarité du peuple algérien avec
la population de Ghaza qui fait face à un des
génocides les plus sanglants de son histoire.
Avec un bilan qui n’arrête de s’accroître,
les enfants de Ghaza ont tragiquement vécu
ce jour, qui devait être un jour de gaîté et de
joie. Un groupe sur Facebook exprime sa
profonde sympathie aux Ghazaouis: « Com-
ment voulez-
vous qu’on parle
de fête?!», s’ex-
c l a me n t - i l s .
« Nos frères sont
sous le choc. On
ne peut pas dire
que cette année
l’Aïd puisse être
une fête pour
nous  ». Ils ajou-
tent : « Nos pen-
sées se dirigent
vers Ghaza qui
est privée de
fête… Que Dieu
vous protège nos frères. » Dans la bande de
Ghaza, l’atmosphère était à son comble. De
nombreuses familles ont quitté leurs loge-
ments pour trouver refuge notamment dans
des bâtiments gérés par l’ONU. Certains
sont allés dans les cimetières pour rendre
hommage à leurs proches décédés, alors que
d’autres se sont déplacés à l’hôpital, pour vi-
siter leurs proches blessés.
De toutes parts, des appels ont été lancés
pour qu’une trêve soit respectée pour l’Aïd.
Une trêve bien fragile sur le terrain. Une
chose est sûre, la toile a pris fait et cause pour
les Palestiniens, y compris dans des pays al-
liés avec Israël. Tous nos cœurs sont avec
eux !
Sihem Oubraham
5
Mercredi 30 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
D
ans une déclaration à la
presse en marge d'une vi-
site à certains centres
spécialisés relevant du secteur,
Mme Meslem a précisé que "le
ministère a adressé des corres-
pondances aux walis concernant
l'affectation prévue de petits
quotas de logements sociaux au
profit de l'enfance assistée en
âge de mariage" et ce, dans le
cadre de la politique de solida-
rité nationale visant notamment
l'insertion sociale de cette caté-
gorie. Plusieurs autres mesures
sont également prévues dans le
cadre de cette politique, notam-
ment celles relatives à l'insertion
professionnelle, en aidant l'en-
fance assistée et en difficulté à accé-
der aux programmes de la formation
professionnelle et à l'emploi. Dans
le même cadre, Mme Meslem a in-
diqué que "des instructions ont été
données récemment pour faire béné-
ficier l'enfance assistée dans les
centres spécialisés relevant du sec-
teur de la prise en charge même
après 18 ans, en particulier les
filles", sachant que l'âge de 18 ans
est selon la loi l'âge maximum pour
bénéficier d'une prise en charge
dans ces centres. La ministre a en
outre souligné que la politique de
solidarité nationale vise la réinser-
tion des personnes âgées prises
en charge dans les centres spé-
cialisés dans leur milieu fami-
lial en assurant des mécanismes
d'accompagnement aux familles
des personnes âgées démunies.
Elle a en outre indiqué que
la politique de solidarité natio-
nale repose sur l'aide aux caté-
gories démunies et vulnérables
de la société en accordant l'im-
portance aux mécanismes d'ac-
compagnement et de réinsertion
sociale de ces catégories, en
plus des moyens matériels et
humains mobilisés pour la prise
en charge psychologique et so-
ciale. Concernant les pensions
accordées par l'Etat aux catégo-
ries démunies, elle a précisé qu'il ne
s'agit pas d'un "salaire" mais d'une
"aide", en plus des mesures de prise
en charge, notamment la gratuité des
transports et la couverture sociale
dont la pension forfaitaire de solida-
rité et la pension pour handicapés.
CELEBRATION DE L’AID EL-FITR
SOLIDARITÉ NATIONALE
De petits quotas de logements
sociaux au profit de l'enfance
assistée en âge de mariage
La fête de l’Aïd à la nouvelle
cité des 3.216 logements de
Chaïbia a été marquée par une
pieuse pensée des habitants aux
martyrs de Ghaza et de leur lutte
héroïque pour résister à la sauva-
gerie et à l’aveuglement sioniste.
C’est néanmoins dans une am-
biance de joie et de fête que les
habitants de la nouvelle cité des
3.216 logements de Chaïbia, qui
y ont emménagé moins d’un
mois auparavant, ont célébré leur
première fête de l’Aïd El fitr.
En effet, tôt dans la matinée,
les hommes se sont déjà dirigés
vers les mosquées de la ville de
Birtouta afin d’accomplir Salat
El Aïd et les enfants de leur côté
ont porté leurs plus beaux vête-
ments, créant une ambiance
mêlée de cris de joie et d’émo-
tion. Après salat El Aïd, les
mères de familles ont profité de
l’absence des hommes afin de
s’échanger les vœux et gâteaux.
La nouvelle cité des 3.216 lo-
gements de Chaïbia a reçu dans
une ambiance de fête et d’ex-
trême allégresse des familles qui
ont pu ainsi bénéficier d’un toit
décent après avoir patienté non
sans perdre espoir.
La fête de l’Aïd à la nouvelle
cité des 3.216 logements de
Chaïbia a été marquée également
par une pieuse pensée des habi-
tants aux martyrs de Ghaza et de
leur lutte héroïque pour résister à
la sauvagerie et à l’aveuglement
sioniste.
Il y a lieu de noter que la nou-
velle cité se distingue par la dis-
ponibilité de ses commodités de
vie et de séjour des plus confor-
tables dans des F3 aussi accueil-
lants que possible. Les
bénéficiaires, qui ont part de leur
immense satisfaction, n’ont pas
tari de remerciements à l’égard
du président de la République,
M. Abdelaziz Bouteflika, lui sou-
haitant longue vie, « pour qu’il
puisse finir d’accomplir tout ce
qu’il nous a promis », comme le
dira cette dame de trois enfants
qui habitait dans un bidonville
d’Alger, désormais citoyenne de
la commune de Birtouta.
Wassila Benhamed
Solidarité avec le peuple palestinien
La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition
de la femme, Mounia Meslem, a annoncé lundi à Alger que de "petits quotas de
logements sociaux" seront affectés au profit de l'enfance assistée en âge de mariage.
NOUVELLE CITÉ DES 3.216 LOGEMENTS DE CHAÏBIA
Les habitants célèbrent leur première
fête de l’Aïd
Si comme chaque année, comme partout
en Algérie, les Sétifiens ont célébré l’Aïd El
Fitr dans la ferveur et la joie des retrouvailles
familiales, les cœurs étaient à Ghaza où des
enfants innocents tombent par centaines de-
puis plusieurs semaines sous les bombes is-
raéliennes. Le matin, au sortir de toutes les
mosquées, à la fin de la prière de l’Aïd, il
n’était question que du martyre subi par les
Palestiniens et de leur lutte héroïque pour ré-
sister à la sauvagerie et à l’aveuglement sio-
niste.
L’on se congratulait, certes, échangeait les
bons vœux, mais les discussions finissaient
invariablement par aborder l’agression israé-
lienne sur la bande de Ghaza. Mahmoud Bel-
hamdi, 40 ans, avoue avoir "presque honte"
de fêter l’Aïd "à un moment où toutes les té-
lévisions du monde diffusent en boucle ces
images atroces, insoutenables, de petits en-
fants ensanglantés, sans vie dans les bras de
leurs mamans brisées, terrassées par la dou-
leur". Rencontré non loin de son domicile,
cité Bouaroua, Mahmoud poursuit: "J’ai 5
enfants, j’ai pu me débrouiller pour les vêtir
de neuf, vous les voyez là en train de jouer,
insouciants, croyez-moi ou pas, mais ce spec-
tacle qui m’aurait rempli de joie en d’autres
circonstances me fait un peu mal au cœur" au
regard de ce qui se passe à Ghaza, dit-il, avant
d’écraser une larme. A l’hôpital Mère et En-
fant de Sétif, où de nombreux citoyens se sont
rendus spontanément, les bras chargés de ca-
deaux pour apporter un peu de joie et dessiner
un sourire sur les visages d’enfants malades,
Nassira Boufedji, employée au CHU de la
ville, tient à peu près le même langage : "Cette
modeste visite, je la rends aux enfants qui sont
là, mais aussi, quelque part, aux enfants de
Ghaza qui ne reçoivent comme cadeaux que
des bombes et du sang", dit-elle en ne pouvant
s’empêcher de sangloter. Il faut dire que dans
les hôpitaux de Sétif, un nombre important de
citoyens a tenu à rendre visite aux patients ali-
tés. "Beaucoup d’associations de bienfai-
sance, d’organisations comme le
Croissant-Rouge Algérien et d’entreprises, à
l’image de la Radio algérienne, sont venus re-
mettre des cadeaux aux enfants, mais cette
année, les Sétifiens qui viennent de leur pro-
pre initiative, spontanément, parfois accom-
pagnés de leur progéniture, sont très
nombreux", souligne Mehdi, infirmier. Pour-
tant, force est de constater que les enfants sé-
tifiens ont fini, dès la fin de la prière de
l’Aïd, par investir les trottoirs, jouant et piail-
lant à tout-va. Les parents, eux, ont pu
trouver facilement du pain et des produits ali-
mentaires, tous les commerçants désignés
pour assurer une permanence ayant accompli
"fait rarissime" cette obligation. Les rues de
Sétif se sont ensuite vidées, peu à peu, dès le
début de l’après-midi. Le soleil s’est soudain
mis à taper très dur et les visites tradition-
nelles à la famille ont pris le dessus. C’est en-
suite le départ vers les cimetières pour une
pieuse pensée aux proches disparus. Une pen-
sée sera aussi, sans doute, dédiée aux cen-
taines de martyrs palestiniens qui continuent
de tomber en martyrs à Ghaza.
SÉTIF
La tête à l’Aïd, le cœur à Ghaza
L’ambiance était au beau fixe en ce jour
de fête béni. Même si la joie était plus ou
moins gâchée par les événements douloureux
que vivent les Palestiniens à Ghaza. Nos
compatriotes ne pouvaient dissimuler leur in-
finie tristesse devant les crimes de l’armée
sioniste. Rarement communion de pensée,
d’esprit et de cœur ne fut aussi intense. Les
citoyens que nous avons pu rencontrer ne
cessaient pas de fustiger et de dénoncer les
agressions armées de l’entité sioniste. com-
ment vivre la fête quand les Ghazaouis se
font massacrer à ciel ouvert avec force bom-
bardements aériens, déploiement hargneux et
vindicatif de chars de combat contre une po-
pulation soumise à un feu continuel et cruel
pendant quasiment tout le Ramadhan. Nos
compatriotes ne peuvent tolérer une telle in-
justice. Dire que l’Aïd El Fitr a été fêté dans
une atmosphère de solidarité et  de compas-
sion avec la population palestinienne n’a rien
d’étonnant.  Et pendant tout ce mois de juillet
de toutes les tragédies, les Algériens d’Est en
Ouest, du Nord au Sud, suivaient avec
constance et en permanence ce qui se dérou-
lait en cette terre palestinienne qui leur est si
chère. Cette parenthèse étant faite, les rues
d’Alger, pour ne parler que de la capitale, ont
vibré à l’unisson à l’occasion de cette fête re-
ligieuse. Après la prière, les citoyens se sont
congratulés selon les préceptes nobles de
notre sainte religion.
Les gens s’adressaient des mots pleins de
déférence, de fraternité et se souhaitaient un
Aïd joyeux avec le sentiment de pouvoir le
fêter chaque année dans la tranquillité et la
quiétude. Comme à leur habitude, les enfants
parés de leurs beaux habits ont défilé dans
les rues, arborant une mine ravie. Il ne faut
pas omettre la traditionnelle visite dans les
cimetières ou les familles se rendent en
masse pour se recueillir à la mémoire de
leurs proches défunts. On rencontrait ce sen-
timent sincère de recueillement et de souve-
nance pieuse à l’égard de leurs parents, amis
ou compagnons qui ont quitté ce bas-
monde.   Beaucoup de nos concitoyens ont
également accompli les incontournables vi-
sites aux hôpitaux et autres hospices pour
vieillards. Leur sens de la solidarité, d’en-
traide et de réconfort des personnes en état
d’incapacité physique ou de traitement mé-
dical s’est encore manifesté avec une ex-
trême sollicitude. A ce titre, la  célébration de
l'Aïd el-Fitr dans les différents hôpitaux d'Al-
ger est toujours un grand moment de frater-
nité et de compassion louable envers les
malades, les gens âgés, les personnes vivant
seules et sans assise ou liens familiaux. S’y
ajoutent les visites chez les proches parents
et les amis. C’est l’occasion propice de se re-
voir, de discuter et de s’enquérir mutuelle-
ment, non sans faire l’impasse sur les
inévitables gâteaux de l’Aïd qui sentent si
bon l’atmosphère des jours de fête.
Kafia Aït Allouache
ORAN
Le CRA rend le sourire
aux enfants de 40 familles
nécessiteuses
Quelque 120 enfants issus de 40 familles
nécessiteuses d’Oran ont bénéficié, à l’occa-
sion de l’aïd el fitr, de tenues vestimentaires et
autres cadeaux offerts par le Croissant rouge al-
gérien d’Oran, dans le cadre de son élan de so-
lidarité, a-t-on appris, lundi, du chef du bureau
du CRA. Cette initiative, devenue une tradition
bien ancrée, vise, selon Larbi Benmoussa, à in-
culquer la culture de solidarité entre les mem-
bres de la société pour apporter joie et bonheur
auxcouches démunies. Pour mener à bien cette
action, les éléments du CRA ont recensé des
enfants de familles pauvres qui prenaient le
repas du f’tour au restaurant le Hilal, avant de
contacter des donateurs pour contribuer au fi-
nancement des cadeaux et garantir la réussite
de l’opération. L’action caritative se poursuit,
ce premier jour de fête, par la distribution de
cadeaux et jouets aux enfants des détenus des
établissements sociaux de la wilaya. Lors de la
nuit du Destin, le CRA a procédé, en collabo-
ration avec l’EHP de pédiatrie Abelkader-Khe-
roufa de Canastel, à la circoncision de 20
enfants issus de familles nécessiteuses. Des te-
nues traditionnelles et des cadeaux ont été of-
ferts aux enfants, alors que l’hôpital de
Canastel a pris en charge le volet médical de
l’opération.
Dans le recueillement, la joie des retrouvailles et
la chaleureuse ambiance familiale, l’Aïd El-Fitr a été
célébré hier en Algérie.
Un recueillement doublé d’une satisfaction et
d’une joie pour les jeûneurs et surtout pour les enfants
s’agissant de l’accomplissement du rite religieux pour
les adultes et de la fête avec ses habits neufs et ses
jouets pour les enfants. Une fête qui cependant n’en
n’était pas une. Quel adulte accompagnant ses enfants
ne pouvait avoir une pensée, le cœur brisé même, pour
les enfants de Ghaza la Martyre.
Le summum de la barbarie aura été atteint par
l’entité sioniste, teintant du sang innocent des enfants
de Ghaza la voie vers l’autel de la gloriole, au nom
d’un droit autoprescrit de légitime défense qui a ce-
pendant volé en éclats, dénoncé par les peuples du
monde entier mais malheureusement encore reconnu
ou toléré par des dirigeants, les mains liées quand
elles ne sont pas libérées au bout du fil qui les agitent
par le lobby de ce même sionisme ou l’écheveau de
leur intérêts économiques et géopolitiques. Que re-
présente comme danger un enfant pour une puissance
nucléaire? Quel poids pèse-t-il dans la balance contre
un char ou une escadrille de chasseurs-bombardiers?
Il est vrai cependant qu’il représente l’avenir, un
avenir qui ne pourra jamais être comme ce présent
cauchemardesque de drames et de larmes, mais un
avenir fossoyeur des illusions de l’idéologie sio-
niste…
A.M.A.
AIN DEFLA
Dans le recueillement
Une fervente pensée pour
Ghaza la martyre
Monde
EL MOUDJAHID
6
Mercredi 30 Juillet 2014
1.092 Palestiniens tués
21
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
«
S
ept personnes, dont cinq femmes et
un enfant, ont été tuées dans un bom-
bardement qui a détruit un immeuble
de trois étages à Rafah", a indiqué Achraf al-
Qoudra, porte-parole des secours à Ghaza,
portant à 1.092 le nombre de Palestiniens tués.
Les bombardements se sont intensifiés lundi
soir et hier matin sur l’enclave palestinienne,
l'armée israélienne menant plusieurs frappes
sur le quartier de l'université islamique, ont
constaté des journalistes de l'AFP. Vers 19H15
(16H15 GMT), Israël avait demandé à la po-
pulation civile des zones proches de la ville de
Ghaza d'évacuer "immédiatement", laissant
présager ces frappes. En outre, les secours ont
recensé plus de 6.200 Palestiniens blessés de-
puis le début, le 8 juillet, de l'offensive aé-
rienne israélienne, étendue neuf jours plus tard
à une opération terrestre à Ghaza pour tenter
d'anéantir la puissance militaire du Hamas et
de ses alliés. Le Bureau de coordination des
Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) a pu-
blié dimanche des chiffres faisant état de 999
tués. Au moins 760 d'entre eux étaient des ci-
vils, dont 226 enfants. L'Ocha a également fait
état de 6.233 blessés, dont 1.949 enfants.
Quelque 215.000 Palestiniens ont été déplacés
par ce conflit, dont plus de 170.000 ont trouvé
refuge dans l'un des 82 centres gérés par
l'ONU.
Une délégation palestinienne bientôt
au Caire pour discuter d'une trêve
Le président palestinien Mahmoud Abbas
prépare une délégation intégrant des responsa-
bles du Hamas et du Jihad islamique pour aller
discuter au Caire d'un cessez-le-feu dans la
bande de Ghaza, a annoncé lundi un haut res-
ponsable palestinien à Ramallah. Selon cette
source, M. "Abbas va former une délégation
palestinienne incluant des représentants du
Hamas et du Jihad islamique, qui va se rendre
en Egypte pour rencontrer les dirigeants égyp-
tiens et discuter de l'arrêt de l'agression israé-
lienne contre Ghaza". "Le but est d'examiner
avec les dirigeants égyptiens la manière de sa-
tisfaire les exigences palestiniennes, de mettre
un terme à l'agression et de protéger les Pales-
tiniens", selon ce responsable qui n'a pas pré-
cisé la date du déplacement. Ahmed al-Azzam,
un haut responsable du Fatah, chargé des rela-
tions avec les mouvements islamistes, "est en
contact depuis un jour avec le Hamas et le
Jihad islamique", a-t-il ajouté.
Le Conseil de sécurité appelle à un cessez-
le-feu immédiat
Le Conseil de sécurité de l'Onu a appelé à
un "cessez-le-feu humanitaire immédiat et
sans conditions" à Ghaza, dans une déclaration
adoptée à l’unanimité dans la nuit de dimanche
à lundi. Les 15 pays, réunis d'urgence à New
York, exhortent Israël et le Hamas à faire "ap-
pliquer pleinement" ce cessez-le-feu pendant
toute la durée de la fête de l'Aïd el-Fitr "et au-
delà". Ils les appellent aussi à "respecter plei-
nement le droit humanitaire international et
notamment celui concernant la protection des
civils", ainsi qu'à s'efforcer "de mettre en place
un cessez-le-feu durable et pleinement res-
pecté, basé sur l'initiative égyptienne" de mé-
diation. Ils "soulignent la nécessité de fournir
immédiatement une assistance humanitaire à
la population palestinienne dans la bande de
Ghaza", notamment en augmentant les contri-
butions à l'UNRWA (Office de l'ONU pour les
réfugiés Palestiniens). Enfin, la "déclaration
présidentielle" du Conseil, lue en séance pu-
blique par son président pour le mois de juillet,
l'ambassadeur rwandais Eugène-Richard Ga-
sana, "exhorte les parties et la communauté in-
ternationale à parvenir à une paix globale" au
Proche-Orient fondée sur la solution des deux
Etats (Israël et Palestine) coexistant pacifique-
ment.
1.092 Palestiniens ont été tués depuis le début de l'agression israélienne contre Ghaza, dont sept
aux premières heures de la journée d’hier, selon les services de secours palestiniens.
Israël bombarde le plus grand hôpital de l'enclave
palestinienne et la centrale électrique
Un missile israélien est tombé lundi dans l'enceinte de l'hôpital Chifa dans la ville de
Ghaza, le plus grand de l'enclave palestinienne, sans faire de victime, selon des sources hos-
pitalières. La frappe aérienne israélienne a visé un bâtiment proche de l'entrée de l'établisse-
ment, à l'intérieur de l'enceinte, ont précisé des sources hospitalières. L'unique centrale
électrique de la bande de Ghaza a cessé de fonctionner après un bombardement de l'armée is-
raélienne dans la nuit, a annoncé hier le directeur-adjoint de l'autorité de l'Energie de l'enclave
palestinienne. "L'unique centrale électrique de Ghaza a cessé de fonctionner après un bom-
bardement israélien la nuit dernière, qui a endommagé le générateur de vapeur avant de tou-
cher les réservoirs de carburant qui ont pris feu", a déclaré Fathi al-Sheikh Khalil, cité par
l'AFP.
Obama appelle Israël à un cessez-le-feu "immédiat
et sans condition"
Le président américain Barack Obama a
exhorté dimanche Israël à un cesser-le-feu
"immédiat et sans condition" dans la bande
de Ghaza. M. Obama a téléphoné dimanche
soir au Premier ministre israélien, Benja-
min Netanyahu, pour appeler à "un cessez-
le-feu humanitaire immédiat et sans condi-
tion", estimant qu'il s'agissait d'un "impéra-
tif stratégique".
La présidente Rousseff : «C’est un massacre»
Manifestation à El Qods occupée
Des dizaines de milliers de Palestiniens
ont manifesté lundi sur l'esplanade des
Mosquées, à El Qods-Est occupé, pour sou-
tenir la bande de Ghaza et dénoncer les
agressions israéliennes contre ce territoire.
"Nous donnerons notre sang pour Ghaza!",
ont notamment scandé les manifestants,
rassemblés pour la fin du mois sacré de ra-
madhan sur l'esplanade des Mosquées, dans
la ville sainte. Parmi les manifestants, beau-
coup portaient des T-shirt noirs frappés
d'inscriptions soutenant le territoire pales-
tinien notamment: "Ghaza, nous vous sou-
tenons pour cet Aïd", ou encore "Nous
sommes tous des Ghazaouis".
La présidente du Brésil Dilma Rousseff a qualifié
lundi de "massacre" et d'action "disproportionnée"
l'offensive d'Israël à Ghaza. "Ce qui se passe à Ghaza
est quelque chose de dangereux. C'est un massacre
(...) Il s'agit d'une action disproportionnée", a affirmé
la présidente lors d'un débat organisé par le quotidien
Folha de Sao Paulo. La diplomatie brésilienne avait
déjà condamné la semaine dernière "l'utilisation dis-
proportionnée" des forces d'Israël et avait rappelé son
ambassadeur à Tel Aviv pour consultations.
La résistance
palestinienne
accepte une trêve
de 24 heures
La résistance palestinienne avec ses prin-
cipaux mouvements sont «prêts à une
trêve humanitaire de 24 heures» dans la
bande de Ghaza, a déclaré hier le secré-
taire général de l’Organisation de libéra-
tion de la Palestine (OLP) aux
journalistes en Cisjordanie. «L’Autorité
palestinienne, le Hamas et le Jihad sont
«prêts à une trêve humanitaire de 24
heures» et examinent «dans un esprit po-
sitif» une proposition de l’ONU pour un
cessez-le feu de trois jours dans le conflit
avec Israël», a annoncé Yasser Abed
Rabbo, au cours d’une conférence de
presse à Ramallah (Cisjordanie).
Selon lui, «l’ONU a suggéré d’allonger
cette trêve à 72 heures. Nous examinons
dans un esprit positif cette suggestion», a-
t-il poursuivi.
Le secrétaire général de l’OLP, Yasser
Abed Rabbo, a également annoncé des
démarches pour poursuivre Israël «pour
meurtres» devant la justice internationale.
«Nous avons entamé les démarches pour
les poursuivre pour meurtres devant la
justice internationale», a réaffirmé le res-
ponsable, sans plus de détail, sur les pro-
cédures envisagées. «Nous tenons le
gouvernement israélien pleinement pour
responsable pour les crimes de guerre
qu’il continue de commettre maintenant,
et à chaque heure, contre notre peuple à
Ghaza», a également dit Yasser Abed
Rabbo.
Ces derniers jours, plusieurs annonces de
trêve dans les combats, faites par le mou-
vement islamiste palestinien Hamas
comme par Israël, n’avaient pas permis
de mettre un terme au conflit sanglant qui
est entré hier dans sa quatrième semaine.
Par ailleurs, Yasser Abed Rabbo a
confirmé qu’une délégation conjointe pa-
lestinienne, comprenant des responsables
de l’Autorité palestinienne dirigée par le
président Mahmoud Abbas, du Hamas et
du Jihad islamique, allait se rendre au
Caire pour y rencontrer des responsables
égyptiens.
L’Egypte a par le passé servi à plusieurs
reprises d’intermédiaire entre Palestiniens
et Israéliens.
Des dirigeants
occidentaux veulent
"augmenter" la pres-
sion" pour parvenir
à un cessez-le-feu
Les dirigeants français, américain, alle-
mand, anglais et italien ont affirmé lundi
au cours d'un entretien téléphonique la vo-
lonté "d'augmenter" la "pression" pour
parvenir à un cessez-le-feu à Ghaza, vic-
time d'une agression israélienne, selon un
communiqué de Paris.
"La pression doit augmenter pour parve-
nir" à un cessez-le feu, sont convenus Ba-
rack Obama, président américain, Angela
Merkel, chancelière allemande, David Ca-
meron, Premier ministre britannique, Mat-
teo Renzi, président du Conseil italien et
François Hollande, président français.
Les dirigeants "sont convenus de redou-
bler leurs efforts pour obtenir un cessez-
le-feu. La dégradation de la situation ne
fait le jeu que des extrémistes", ont-ils es-
timé.
A New York, les 15 pays membres du
Conseil de sécurité de l'ONU, réunis en
urgence, ont exprimé dans une déclaration
unanime leur "fort soutien à un cessez-le-
feu humanitaire immédiat et sans condi-
tions".
Le secrétaire général
de l'ONU Ban Ki-moon a
appelé lundi à la fin des
violences dans la bande de
Ghaza, victime d'une
agression israélienne
ayant fait plus d'un millier
de morts, insistant sur la
nécessité d'"honorer" les
appels internationaux pour
un cessez-le-feu. "Au
nom de l'Humanité, la vio-
lence doit s'arrêter", a dé-
claré Ban Ki-moon à la
presse. Les dirigeants pa-
lestiniens et israéliens
"doivent faire preuve
d'Humanité en tant que di-
rigeants" et mettre un
terme à la violence pour
effectuer un premier pas
vers des négociations de
paix, a-t-il estimé. Il a pré-
cisé avoir eu de "longues
discussions" lundi avec le
Premier ministre israélien
Benjamin Netanyahu, le
pressant "d'arrêter la vio-
lence et de respecter l'ef-
fort conjoint de la
communauté internatio-
nale et l'appel unanime
pour un cessez-le-feu hu-
manitaire". Le bilan de
cette agression pose "de
graves problèmes en terme
de proportion", a relevé
Ban Ki-moon.
Ban Ki-moon lance un nouvel appel au cessez-le-feu
Lundi 28 Juillet 2014
7 EL MOUDJAHID
Nation
21
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
C
es agressions se poursui-
vent et s’accentuent de
jour en jour. Le bilan des
pertes humaines s’alourdit
chaque heure puisque le gou-
vernement sioniste s’est dit prêt
à « élargir » son offensive ter-
restre. Ghaza est devenue de-
puis plusieurs semaines le
théâtre de violents combats.
Ces agressions n’ont pas touché
seulement les Palestiniens,
mais aussi des familles algé-
riennes vivant à Ghaza.  C’est
ainsi que par mesure de sécu-
rité, les autorités algériennes
ont préféré mettre à l’abri leurs
ressortissants algériens des at-
taques de l’armée israélienne.
Jusqu'à l’heure actuelle,  les
autorités algériennes ont pu ra-
patrier 108 personnes, selon le
directeur chargé de la commu-
nauté nationale à l’étranger au
ministère des Affaires étran-
gères, Abdelkrim Touahri, qui a
souligné   que «  trois groupes
ont déjà regagné le territoire na-
tional. Le premier est composé
de 61 personnes, le second de
22 personnes, tandis que le troi-
sième est constitué de 25 per-
sonnes». Il a fait savoir que
« ce rapatriement se fait à la de-
mande de nos  compatriotes »
et que l’ambassade d’Algérie
au Caire a  fait part de sa dispo-
nibilité à travers le ministère
des Affaires étrangères à rapa-
trier tous les citoyens algériens
désirant regagner le pays pour
fuir les bombardements israé-
liens. «  C’est une action qui
entre dans le cadre de la protec-
tion consulaire, notamment de
l’intérêt qu’accordent  les pou-
voirs publics à la sécurité de
leurs ressortissants » note t-il.
Dans ce contexte, l’opéra-
tion de rapatriement se déroule
dans «  d’excellentes condi-
tions », dira M. Touahri, en pré-
cisant que l’ambassade
d’Algérie a été instruite à l’effet
de faciliter toutes les étapes,
aussi bien le passage des per-
sonnes habitant à Ghaza par le
transit de Rafah, que leur prise
en charge au Caire.
M. Touahri a fait savoir que
5 blessés, dont un «  sérieuse-
ment touché », ont été enregis-
trés parmi les Algériens
rapatriés   dans le deuxième
groupe.
Par contre, il a confirmé
qu’aucun décès ou blessé n’a
été enregistré dans le premier et
le troisième groupes. «  Les
blessés ont été pris en charge
par les services de santé algé-
riens ainsi que les services de la
solidarité nationale ».
Pour ce qui est des Algériens
décédés à Ghaza, le représen-
tant du ministère des Affaires
étrangères a souligné qu’il a été
enregistré un enfant algérien de
trois ans qui a été tué à Rafah
(sud de Ghaza), il s’agit
du  jeune Youcef Abdeldjebbar
Derradji qui a perdu la vie lors
d’un raid israélien.
« L’ambassade d’Algérie au
Caire avait proposé à la famille
de la victime son évacuation
vers l’Algérie avec le premier
groupe de familles algériennes
mais elle avait refusé, préférant
rester avec les Palestiniens de
Ghaza », a-t-il expliqué.
Des images choquantes
Des centaines d’enfants de
Palestiniens blessés et d’autres
sont morts au cours des   at-
taques aériennes israéliennes
sur la bande de Ghaza. Des en-
fants innocents payent l’achar-
nement agressif des raids
aériens israéliens.  
Les Algériens qui vivent à
Ghaza et qui ont été rapatriés
nous ont rendu compte de cette
agressivité vécue et vue chez
des voisins. Ils précisent que
quoi qu’il en soit, les images
provenant de cette zone de
combat sont choquantes. On y
voit des civils terrorisés fuyant
dans les rues, mais sans savoir
où aller, des corps inanimés
sous un soleil de plomb, et des
voitures roulant à tombeau ou-
vert en klaxonnant.
« Les gens qui ne se sont pas
enfuis errent dans les rues. Ils
sont hébétés, les enfants sont
muets de peur, les vieillards
avancent péniblement en trem-
blant », raconte une Algérienne
vivant à Ghaza et   rapatriée
vendredi soir à Alger, en ajou-
tant que  « le quartier où je vis,
jadis si vivant, offre des scènes
de désolation, des murs effon-
drés, des voitures broyées. Per-
sonnellement avant, je voyais
ces crimes à la télévision et
j’étais toujours touchée par
cette situation, mais là, d’être
au cœur de l’événement et voir
toutes ces scènes horribles, ef-
frayantes, c’est une autre chose
et une autre sensation. Ce que
je n’ai pas pu supporter le plus,
c’est que ma petite-fille, à
chaque fois qu’elle entendait
des bombardements, se bou-
chait les oreilles et elle dit
« maman  j’ai envie de partir ».
Les enfants  ont appris à recon-
naître les armes. C’est la dé-
solation totale » a-t-elle évoqué,
avec une grande note de tris-
tesse dans la voix.
Une autre Algérienne,
épouse d’un docteur palesti-
nien, n’a pas pu tenir ses larmes
en disant que «  l’ennemi sio-
niste ne cesse pas de perpétrer
ses crimes monstrueux. C’est
un   crime de guerre contre le
peuple palestinien, contre les
simples citoyens. Ils choisissent
toujours la période du mois
sacré de Ramadhan pour atta-
quer. C’est vraiment impardon-
nable. Les Palestiniens vivent
une vraie   terreur, pas d’eau,
pas de gaz, pas d’électricité. Ils
ont seulement des bougies.
Ils s’enferment  et ils atten-
dent leur sort.  Il faut être là-bas
pour voir ce qu’endurent
les  Palestiniens. Ce sont vrai-
ment des scènes insupportables
». Pour sa part, son époux s’ex-
prime sur la situation à Ghaza
en précisant que «  La situa-
tion  est critique, pas de travail,
pas d’alimentation, pas de
nourriture… On remarque que
le but des Israéliens est
précis, ils ne veulent pas l’auto-
rité, ni les richesses, ils veulent
seulement éliminer le
peuple palestinien pour le rem-
placer par les juifs », a-t-il
conclu en regardant désespéré-
ment ses enfants, ne sachant
plus quoi faire pour les aider à
oublier le cauchemar des jours
passés.  Il est à noter que d'au-
tres  familles algériennes
vont arriver dans les prochains
jours à l’aéroport du Caire, ve-
nant de Ghaza via le passage de
Rafah en attendant d’être rapa-
triées en Algérie. A les voir
dans tout cet état de détresse,
une seule idée vous vient à l’es-
prit, « est-ce qu’un jour les Pa-
lestiniens pourront vivre libres
et indépendants comme les au-
tres peuples de la planète ? »
Kafia Aït Allouache
TROIS GROUPES D’ALGÉRIENS RAPATRIÉS
Ils ont fui l’enfer
Depuis le déclenchement, le 8 juillet dernier, de l'agression israélienne contre Ghaza, plus d’un millier de
Palestiniens ont été tués, en majorité des civils.
P
h

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
Le visage de
l’assassin
G
Même si la guerre est une abomina-
tion, ce monde imparfait et cruel
qu’est le nôtre peut comprendre la
mort brutale de ceux qui ont choisi le lan-
gage des armes et la violence comme mode
d’expression, mais que dire de la mort des
civils, des femmes et des enfants, de la des-
truction des maisons, des édifices publics,
des écoles et des hôpitaux? Que dire de
cette mort à grande échelle? De l’extermi-
nation de toute une population? Jour de
l’Aïd el Fitr. Dans le monde entier, un jour
de fête est un jour de joie pour les enfants.
Partout, sauf à Ghaza. Des enfants palesti-
niens ont été tués, encore une fois, par une
frappe israélienne sur un camp de réfugiés
de la ville, des enfants qui jouaient dans le
camp de réfugiés de Chatti.
Est-il nécessaire de rappeler que lundi,
pour le tiers de la population mondiale, est
un jour de pardon, de recueillement, de
paix, de joie et de retrouvailles… deux mil-
liards de musulmans. Est-il nécessaire de
dire que l’ensemble des religions révélées
et même les autres croyances respectent les
jours de fêtes religieuses et appellent à la
paix entre les humains ou du moins à ob-
server, pendant cette période, une trêve en
cas de conflit ? A El Qods, berceau des
trois religions monothéistes, Israël renie sa
judaïté, bafoue les commandements de la
Chrétienté et persiste à commettre, en
toute impunité, des crimes à large échelle
contre une population dont le seul tort est
de représenter la religion dominante dans
cette partie du monde. A Ghaza, une popu-
lation a vécu l’enfer durant ce mois de ra-
madhan, et ce lundi, jour de l’Aïd el Fitr,
les survivants, femmes et enfants, ont en-
core payé le lourd tribut de cette intolé-
rance qui puise ses atrocités dans un
système colonial de prédation des terres et
d’un racisme à l’encontre d’une commu-
nauté.
Des Ghazaouis sont encore tombés, tués
par des frappes israéliennes. Imaginons le
tollé international, les réactions plané-
taires, les sanctions et autres actions déri-
vées de la loi du Talion si la violence venait
à endeuiller des familles juives le temps
d’un Shalosh Regalim. Partout dans le
monde, le jour de fête est un jour de joie et
de visite aux proches et aux amis. Partout.
Sauf à Ghaza, où ce premier jour s’est
passé dans un lourd silence avec des visites
dans une grande tristesse aux proches en-
terrés dans les cimetières ou souffrant de
multiples blessures dans les hôpitaux. A
Ghaza, un lundi silencieux et triste ? Pas
tout à fait, puisque pour Israël l’Aïd el-Fitr
n’existe pas! Cette entité l’a aussi marqué
avec le fracas meurtrier des bombes. Ces
enfants qu’on assassine à Ghaza, c’est
notre humanité qu’on perd lentement et
sûrement. Dans le camp de réfugiés de
Chatti, dans l'enceinte de l'hôpital Chifa, à
Ghaza, dans les écoles, les maisons, chaque
enfant, chaque femme, chaque être assas-
siné est un mort de trop, une mort intolé-
rable, un assassinat qui ne doit pas laisser
indifférent.
Il ne servira à rien de dire que dans telle
ou telle maison, un « terroriste » a élu do-
micile ou qu’on aurait aperçu un militant
de Hamas dans les couloirs de tel ou tel hô-
pital pour justifier l’injustifiable et que le
droit international a qualifié. Dans cette
comptabilité macabre à Ghaza, les martyrs
sont des enfants et des femmes…Plus des
trois-quarts sont des civils, selon l'Onu.
Qui va arrêter Israël ? L’Onu soupçonne
Israël de "possibles crimes de guerre"? En
attendant l’enquête, tous les témoignages
filmés, photographiés ou consignés mon-
trent qu’il y a une violation à Ghaza des
principes humanitaires de la convention de
Genève par l'usage disproportionné de la
force et l'absence de distinction entre les
civils et les militaires.
M. Koursi
Eclairage
Le Mouvement de la société pour la paix
(MSP) organisera prochainement «une
campagne de solidarité» pour contribuer à
la reconstruction de la bande de Ghaza,
cible d’une agression perpétrée par les
forces d’occupation israéliennes, a annoncé
dimanche à Alger le président du mouve-
ment, Abderezzak Mokri.
«Le MSP organisera prochainement une
campagne de solidarité pour contribuer à la
reconstruction de la bande de Ghaza», a dé-
claré M. Mokri lors d’une conférence de
presse consacrée à «la situation à Ghaza».
Il a, à cet effet, appelé le peuple algérien à
apporter aide et assistance pour assurer la
réussite de cette initiative. «Cette cam-
pagne s’inscrit dans le cadre des démarches
du mouvement pour l’appui à la question
palestinienne qui figure parmi les principes
fondateurs du MSP et de l’Etat algérien», a
souligné M. Mokri, indiquant qu’ «une im-
portante somme d’argent a été envoyée à la
population de Ghaza».
Le MSP a pris part à 29 caravanes organi-
sées visant à «briser le blocus imposé à la
bande de Ghaza», a-t-il indiqué, soulignant
«la détermination» de son mouvement à
participer à la caravane prévue prochaine-
ment. M. Mokri, qui a critiqué «avec vi-
gueur» le silence international face aux
massacres qui ciblent la population de
Ghaza, a appelé les chefs d’Etat à «respec-
ter la volonté de leurs peuples qui soutien-
nent la cause palestinienne».
MSP
Une campagne de solidarité pour la reconstruction
de la bande de Ghaza
8 EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 30 Juillet 2014
INTERNET
Un impact négatif
sur les enfants
La brigade de protection de l'enfance et de lutte contre la délin-
quance juvénile de la sûreté de wilaya d'Alger a mis en garde contre
l'impact négatif d'internet sur les enfants qui vont sur des sites inci-
tant à la violence et à la haine, ainsi que des sites licencieux. L'im-
pact négatif d'internet sur les enfants se manifeste, notamment par
un penchant pour l'isolement, un abandon des études et du jeu, et
un usage excessif de certains réseaux sociaux, a indiqué la brigade
de protection de l'enfance et de lutte contre la délinquance juvénile
de la sûreté de la wilaya d'Alger. Ainsi, il est recommandé aux pa-
rents de ne pas installer internet dans les chambres d'enfants, mais
plutôt dans un espace ouvert comme les salles de séjour, tout en li-
mitant les heures de surf sur internet (deux heures). Il est du devoir
des parents également d'enseigner aux enfants, certaines règles de
sécurité, lors de l'utilisation d'internet, comme l'interdiction de don-
ner des informations personnelles à des étrangers ou de divulguer
le mot de passe pour accéder à internet et le refus des rencontres en
ligne. D'autre part, la brigade spécialisée a relevé l'existence de plu-
sieurs logiciels aidant à masquer les sites licencieux et d'autres per-
mettant de prendre connaissance des sites consultés par les enfants.
La relation parents/enfants doit être solide, à travers un dialogue
ouvert et continu pour s'informer des activités de l'enfant et même
de celles de ses frères ou sœurs, poursuit la même source.
ANNABA
Escale du navire-école Soummam
Le navire-école Soummam des forces navales a mouillé au port
d’Annaba, avec à son bord 91 élèves officiers, dans le cadre d’une
campagne d’entraînement sous le commandement du général Kor-
reich Mohamed. Il s’agit du cinquième accostage effectué par le na-
vire-école Soummam depuis son départ, le 11 juin dernier, du
d’Alger, où il a mis le cap sur la ville de Kiel en Allemagne, puis à
Brest, à Oran et enfin à Barcelone, où les élèves officiers ont parti-
cipé à diverses manifestations protocolaires et culturelles.
Lors de ce voyage de formation, les élèves officiers se sont fa-
miliarisés avec la vie en mer et en collectivité, et ont mis en pratique
leurs connaissances théoriques. «Des exercices ont été effectués à
bord du navire», a indiqué le capitaine Omar Dariassa, chargé de
la communication auprès du narive-école Soummam, mettant l’ac-
cent sur la portée de cette croisière dans le cursus de formation sui-
vie à l’école moudjahid Bouteghane-Mohamed. Il a relevé, par
ailleurs, que 30% des effectifs des élevés officiers à bord du navire-
école Soummam sont des filles. Durant leur séjour de quatre jours
au port d’Annaba, les élèves officiers du navire Soummam partici-
peront à des activités culturelles, sportives et touristiques. Ils visi-
teront également des unités économiques, tels le complexe
sidérurgique ArcelorMittal, ainsi que des lieux de culte. Le navire-
ecole Soummam reprendra son voyage mercredi pour mettre le cap
sur le port de Gênes (Italie), puis sur celui de Toulon, avant de re-
tourner à Alger, le 18 août prochain.
B. Guetmi
Naissance d’Aya Kaouther à bord d’un avion de Tassili Airlines
Les essais techniques pour la
mise en service, prévue fin août ou
début septembre prochain, du télé-
phérique reliant les communes algé-
roises d’Oued Koreiche et de
Bouzaréah sur 3 km et à une altitude
de 500 m se poursuivaient hier, a-t-
on constaté.
Les essais techniques du téléphé-
rique, entamés à la mi-juillet pour
une durée d'un mois, sont entrés dans
la phase de la marche à blanc : à Bab
El- Oued, Oued Koreiche et à Bou-
zaréah, la gens se plaisent ainsi à
scruter le va-et-vient des télécabines,
de couleur bleue, avec un décor to-
talement nouveau à leurs yeux.
En forme ovale et habillée aux
couleurs de l'Entreprise du métro
d'Alger (EMA), le bleu et le blanc,
les cabines du téléphérique Oued
Koreiche-Bouzaréah ressemblent à
des soucoupes volantes dont les ca-
pacités d'accueil sont moindres par
rapport à celles de la ligne câblée El
Hamma-Riadh El-Fath.
Ce téléphérique, doté de 58 ca-
bines, peut transporter jusqu'à 2.400
voyageurs par heure, et la durée
moyenne du trajet est de moins de 13
minutes, selon la fiche technique du
projet.
Sa mise en service aura lieu "fin
août ou début septembre prochain",
avec un retard de plusieurs mois sur
le calendrier prévu, avait indiqué, la
semaine dernière, une source proche
de la direction de l'EMA, réalisatrice
du projet.
"Les essais techniques ont com-
mencé la semaine dernière. La for-
mation du personnel sur le matériel
est en cours, et un exercice de sau-
vetage sera simulé début août, avec
la collaboration de la Protection ci-
vile. Le téléphérique sera donc mis
en service fin août, au plus tard
début septembre prochain", avait
précisé la même une source.
En prévision de cet exercice de
simulation, 20 sapeurs-pompiers ont
achevé, le 22 juillet, une formation
accélérée pour un plan d'évacuation
d'urgence de passagers en cas de
panne d'un téléphérique, selon la di-
rection de la protection civile de la
wilaya d'Alger.
Cette formation, dispensée aux
sapeurs-pompiers (19-22 juillet) par
un spécialiste suisse en équipements
de sauvetage sur remontées méca-
niques, devrait leur permettre d'in-
tervenir en cas d'urgence pour
l'évacuation de passagers d'un télé-
phérique, en particulier celui reliant
Bab El-Oued à Djebel Koukou,
avait indiqué le lieutenant Sofiane
Bakhti, chargé de la communication.
Initialement, la livraison du projet de
ce téléphérique était programmée
pour le mois de janvier, puis fin juin
derniers.
Conçu pour apporter une solution
de transport adéquate et conforme à
la topographie accidentée des quar-
tiers de Montplaisant, Beau-Fraisier,
Scaffino, et Cité Mollines, Djebel
Koukou et La Fantom, ce téléphé-
rique est en effet attendu avec impa-
tience par les habitants de ces
quartiers difficiles d'accès par route.
TÉLÉPHÉRIQUE OUED KOREICHE - BOUZARÉAH
Les essais techniques se poursuivent
L
a DJSL a offert une omra et
un chèque de soixante mille
dinars (60.000 DA) à chacun
des 58 cadres et travailleurs retraités,
à l'occasion de cette cérémonie
conviviale organisée à la piscine de
Birtouta, au sud d'Alger, en présence
du ministre de la Jeunesse, Abdelka-
der Khomri. Des micro-portables et
des tablettes ont été également dis-
tribués à une quarantaine d'élèves
qui ont obtenu les meilleurs
moyennes au bac, au BEM et en 5
e
,
session juin 2014, et dont des parents
travaillent dans les différentes struc-
tures de la DJSL. S'agissant du bac,
la bachelière Ichrak Mokhtari, avec
une moyenne de 17,52, a reçu un
micro-portable des mains de M.
Khomri. Quatre autres bacheliers
ont eu droit à la même récompense :
Amina Toumi (17,47), Manel Mama
(17,42), Hamouda Hamoud (15,33)
et Sid-Ali Yahiaoui (15,00). Des lap-
tops ont été remis à 16 lauréats du
BEM, alors que 20 élèves du pri-
maire qui ont brillam-
ment décroché l'exa-
men de passage au
cycle moyen, se sont
vus remettre des ta-
blettes. Les cadeaux
remis aux retraités du
secteur et aux lauréats
des différents exa-
mens de fin d'année
scolaire ont été finan-
cés par la commission
des œuvres sociales
de la DJSL, ont assuré
les organisateurs de la
cérémonie qui ont annulé un concert
pour respecter le deuil national de
trois jours décrété à partir de ven-
dredi à la suite du crash jeudi matin
au Mali d'un avion affrété par Air Al-
gérie, qui a fait 118 morts.
Dans une allocution, le ministre
de la Jeunesse a salué l'initiative de
la DJSL d'Alger, une première dans
le secteur, selon lui, souhaitant sa gé-
néralisation à travers le territoire na-
tional, avec comme objectif de "ré-
compenser l'effort et de réhabiliter la
valeur du travail dans la société, no-
tamment parmi les jeunes qui consti-
tuent la force vive du pays".
"Toute initiative de nature à tisser
des liens et à créer des canaux de
communication entre les institutions,
à tous les niveaux de l'État, et la jeu-
nesse, est la bienvenue", a dit, en
substance, M. Khomri.
JEUNESSE ET SPORTS
Khomri rend hommage
aux cadres retraités
La direction de la jeunesse, des sports et des loisirs (DJSL) de la wilaya d'Alger a rendu
hommage à ses cadres et travailleurs admis à la retraite, et a récompensé les meilleurs
bacheliers dont des parents sont issus du secteur, lors d'une cérémonie dans la nuit de di-
manche à lundi.
MOSTAGANEM
Un observatoire astronomique
près du méridien de Greenwich
Un observatoire astronomique sera construit au niveau de Sti-
dia, une localité de la wilaya de Mostagamen traversée par le mé-
ridien de Greenwich, a-t-on appris auprès de la directrice de la
culture par intérim. Ce projet a été inscrit dans le cadre du pro-
gramme complémentaire de l’exercice 2014. Un terrain d’une
surface de 2 hectares a été dégagé, à cet effet, à proximité de la
station balnéaire de Stidia, a déclaré M
me
Fatima Bekkara.
Le futur observatoire disposera d’un télescope, des espaces
pédagogiques et de vulgarisation de l’astronomie et des phéno-
mènes planétaires, un aquarium géant contenant les différentes
variétés de poissons de la Méditerranée, ainsi que d’autres es-
paces et équipements. Il est prévu le lancement de ce projet, au
début de l’année 2015, sachant que l’étude de faisabilité a été
confiée à la Direction du logement et des équipements publics
(DLEP). D’autre part, le secteur de la culture a vu, également,
l’inscription d’un projet de réalisation d’une salle de spectacles
de 3.000 places. Le choix d’une assiette de 3 hectares a été fait
dernièrement au niveau de Haï Plateau du chef-lieu de wilaya.
Ce futur édifice culturel sera un "plus" pour la ville de Mos-
taganem, disposant de potentialités artistiques immenses qui ne
demandent que des cadres pour s’exprimer, a souligné la même
responsable, ajoutant que le projet a été également confié à la
DLEP.
«C’est un bien heureux événement qu’a vécu Tas-
sili Airlines avec la naissance d’un bébé à bord de l’un
de ses vols reliant Oran à Grenoble», vient d’annoncer
la compagnie aérienne.
Aya Kaouther est née à bord d’un Boeing 737-800,
en bonne santé. «Le personnel de cabine a aidé M
me
Boudjellaoui Amina à accoucher avec succès à 10h32,
ce samedi 26 juillet», selon la même source, qui pré-
cise que cela s’est passé en survolant l’espace aérien
espagnol au-dessus de Palma de Mallorca au niveau
de vol «FL 380». À l’annonce de l’accouchement qui
venait de se produire en cabine, «le commandant de
bord M. Hichem Djoulah a décidé de dérouter l’aéro-
nef vers la capitale Alger, où les services au sol de Tas-
sili Airlines, ainsi que les services de la Protection ci-
vile ont pris en charge la petite Aya et sa maman, pour
les conduire à l’hôpital de Belfort El-Harrach, où elles
se portent bien», a-t-on expliqué. Suite à cet heureux
événement, M. Fayçal Khelil, PDG de TAL, a décidé
d’octroyer à la petite Aya Kaouther, des billets gratuits
jusqu’à l’âge de12 ans, ainsi qu’une réduction de 50%
du prix du billet à la maman. Quant au papa, il a reçu
des cadeaux destinés à la petite Aya, qui lui ont été
remis hier soir à l’aéroport d’Alger Houari-Boume-
diene.
S. O.
9
Mercredi 30 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
SÉCURITÉ SUR LES ROUTES
Plusieurs personnes arrêtées pour agression d’automobilistes
Les criminels de la route n’ont pas chômé durant le mois de Ramadhan. Plusieurs citoyens et usagers de la route ont été victimes d’agressions de bandes de jeunes
ou d’association de malfaiteurs, dont le seul but est de les déposséder de leur voiture.
S
elon la cellule de communica-
tion du commandement de la
Gendarmerie nationale, un
transporteur clandestin âgé de 36 ans
a été sollicité par un inconnu pour le
conduire à bord de son véhicule du
centre de Mersa-El-Hadjadj vers
Hassi-Mefsoukh.
Arrivés à l'entrée de la ville de
Hassi-Mefsoukh, le chauffeur a été
agressé par son client avec la compli-
cité de quatre acolytes, qui l'atten-
daient sur les lieux à bord d'un
véhicule, pour ensuite le déposséder
sous la menace de couteaux de son
véhicule avec ses documents, et pren-
dre la fuite.
Le même jour, à 13 heures, après
diffusion de recherches, le véhicule
signalé a été immobilisé au centre de
la localité où il s’est avéré que le vé-
hicule utilisé dans l’agression est la
propriété d’une agence de location de
voitures à Gdyel.
Le conducteur âgé de 25 ans a été
interpellé, alors que ses acolytes
identifiés ont réussi à prendre la fuite.
Poursuivant les investigations, les
gendarmes enquêteurs, renforcés par
ceux de la Section de sécurité et d'in-
tervention du groupement, ont récu-
péré le véhicule volé à Gdyel. Une
enquête est ouverte par la brigade de
Gendarmerie nationale de Hassi-
Mefsoukh.
Dans la même ville, Un citoyen
âgé de 26 ans, s'est présenté à la bri-
gade de Gendarmerie nationale de
Dar El-Beida (Oran), pour déclarer
qu’à 18 heures, il a été agressé à hau-
teur du mont Santa Cruz par deux in-
dividus qui l'ont aspergé au moyen
d'un aérosol de lacrymogène, pour
ensuite le déposséder de son scooter
et prendre la fuite.
À 20 heures, les recherches entre-
prises par les gendarmes de la dite
brigade ont abouti à l'interpellation
des mis en cause et la récupération de
la motocyclette, à la cité El-Kemil,
dans la commune d'Oran.
Une autre affaire similaire impli-
quant un couple a également été ré-
solue.
C’est l’histoire de deux citoyens
se dirigeant à bord d'un véhicule de
location de Touggourt vers Ouargla,
qui ont pris en autostop un jeune et sa
compagne, sur la RN 03, entre les
villes de Touggourt et Hassi Mes-
saoud.
En cours de route, les deux pas-
sagers ont profité d'un moment où le
conducteur a observé une halte pour
faire ses besoins, pour l’agresser en
l'aspergeant au moyen d'un aérosol
lacrymogène, avant de le déposséder
de la somme de 100.000 DA et pren-
dre la fuite à bord dudit moyen de lo-
comotion. Sitôt alertés, les
gendarmes de la Section de sécurité
et d'intervention d'Ouargla ont réussi
à procéder à l'interpellation, au centre
de Hassi-Ben-Abdellah, des deux au-
teurs présumés de l'agression et la ré-
cupération du véhicule volé, ainsi
qu'une partie de la somme d'argent
volée.
Les mis en cause ont été remis
aux gendarmes de la brigade de Sidi
Khouiled (Ouargla), pour enquête.
Par ailleurs, les gendarmes de la
brigade de Marhoum (Sidi Bel-
Abbès) ont présenté devant le Procu-
reur de la République près le tribunal
de Telagh, neuf personnes, pour asso-
ciation de malfaiteurs et enlèvement,
dont a été victime le dénommé D. H.,
âgé de 21 ans, résidant dans la ville
d'El-Kheiter (El-Bayadh).
Elles ont été placées sous mandat
de dépôt. Rappelons que les gen-
darmes de la dite brigade ont été in-
formés par un citoyen que des
individus porteurs d'armes blanches
ont enlevé son frère (la victime), près
de son lieu de résidence à El-Kheiter,
pour ensuite le conduire à bord d'un
véhicule à la ville de Marhoum, d'où
ils l'ont contacté par téléphone pour
lui exiger de leur remettre la carcasse
d'une motocyclette que son frère leur
a volée, en contrepartie de sa libéra-
tion. Alertés, les gendarmes se sont
aussitôt déplacés sur le lieu de la ren-
contre près du stade communal de
Marhoum, où ils ont libéré la victime
et interpellé ses ravisseurs.
Mohamed Mendaci
RELIZANE
19 blessés dans le dérapage d'un bus
19 passagers ont été blessés suite au dérapage et au
renversement d'un bus survenu hier à Relizane, a-t-on ap-
pris des services de la Protection civile. L'accident s'est
produit au lieu-dit "Zenainiya", près de la localité de
Djdiouia, sur l'autoroute Est-Ouest. Le bus assurant la liai-
son Chlef-Bechar a dérapé avant de se renverser sur le bas-
côté. Parmi les victimes figure une fillette de six ans qui a
été blessée grièvement à la tête. Les éléments de la Pro-
tection civile et certains usagers de l'autoroute ont évacué
les blessés vers l'établissement public hospitalier Ahmed
Francis de Oued Rhiou.
44 QUINTAUX DE CANNABIS SAISIS EN QUELQUES JOURS
Du kif avec les pastèques
Durant Ramadhan et l’Aïd, les narcotrafi-
quants redoublent d’activités en tentant de
faire diversion pour tromper la vigilance des
services de sécurité. En l’espace de quelques
jours seulement, les services de sécurité ont ré-
cupéré pas moins de 44 quintaux de résine de
cannabis, ce qui renseigne on ne peut mieux
sur l’ampleur de ce trafic. Il y a eu d’abord
cette importante prise réalisée dans la wilaya
d’Aïn Témouchent où plus de 30 quintaux de
cannabis ont été saisis après un important tra-
vail de renseignements mené par les éléments
de la sûreté de daïra d’Aïn El-Maleh. Ces der-
niers ont intercepté un camion immatriculé
dans la wilaya d’Alger qui était chargé de pas-
tèques. Mais le conducteur du véhicule a refusé
d’obtempérer et essayé de prendre la fuite par
les artères de la ville d’Aïn El-Maleh. Déses-
péré, il tente un coup de poker pour faire dis-
paraître toutes les preuves en mettant le feu
dans le camion pour réduire la drogue en cen-
dre et échapper à la prison. Mais l’intervention
rapide des sapeurs-pompiers a permis de maî-
triser l’incendie, et aux policiers de saisir la
quantité de cannabis, évaluée à 3.026 kg.
S. A. M.
TRAFIC DE DROGUE
D’importantes quantités saisies par les gendarmes durant le Ramadhan
Le mois de Ramadhan est, de l’avis des ex-
perts de la lutte contre le trafic de drogue, une
période très active durant laquelle les narcotra-
fiquants multiplient les tentatives d’introduc-
tion de la drogue à partir de la frontière
marocaine et même des pays du Sahel. La
consommation personnelle enregistre égale-
ment une courbe ascendante. Ainsi, la consom-
mation de kif augmente, et de grosses quantités
sont récupérées au quotidien. Outre le canna-
bis, la consommation de la drogue et des psy-
chotropes connaît également une
augmentation. Depuis le début de Ramadhan,
des tonnes de kif traité ont été récupérées par
les garde-frontières et des unités de la Gendar-
merie nationale. Pas moins de 35 quintaux de
kif destinés à inonder le marché ont fait l’objet
de saisie. En matière d’affaires récentes de ce
même type de criminalité organisée, les
mêmes services ont annoncé la récupération de
67 kilogrammes de kif traité dans plusieurs ré-
gions du pays, précise la cellule de communi-
cation du Commandement de la Gendarmerie
nationale. La première affaire est celle traitée
par les garde-frontières d’El-Oued qui ont ap-
préhendé, lors d'une patrouille sur la commune
de Taleb Larbi, deux narcotrafiquants tunisiens
sur une motocyclette, en possession de 40 ki-
logrammes de kif traité. Une enquête est ou-
verte par les gendarmes de la section de
recherches d'El-Oued. À Msila, agissant sur
renseignements, les gendarmes de la brigade
d’El- Hamel, assistés par ceux de la Section
de sécurité et d’intervention ont interpellé,
dans la commune d’El-Hamel, une personne
à bord d’un véhicule, en possession de qua-
tre kilogrammes de kif traité. Au niveau de
la ville côtière de Tipasa, agissant sur rensei-
gnements, les gendarmes de la brigade terri-
toriale de cette wilaya ont récupéré un sac
renfermant plus de 20 kilos de kif traité, re-
jeté par les vagues à la plage El-Beldj. Dans
la même ville, les gendarmes ont récupéré
un sac en plastique renfermant 16 kilos de
kif traité, rejeté par les vagues à la plage El-
Kouali. À Oran, sur la base d’informations, les
gendarmes de la section de recherches d'Oran
ont interpellé, à la cité El-Hassi, deux per-
sonnes à bord d'un véhicule de tourisme, en
possession de 30 plaques de kif traité d'un
poids de trois kilos.
Mohamed Mendaci
MASCARA
8 morts et un blessé
grave dans deux
accidents de la route
Huit personnes ont trouvé la mort, dans
deux accidents de la circulation distincts, sur-
venus les deux jours de l’Aïd-el-Fitr, à Mas-
cara, a-t-on appris, hier, auprès des services de
la Protection civile. Le premier accident s’est
produit, lundi, aux environs de 18 heures, sur
la RN17, reliant les wilayas de Mostaganem et
Mascara, près du village "Mactaâ Menouar", à
proximité de Mohamadia. La collision entre
deux véhicules de tourisme a fait 7 morts, un
adulte, deux femmes, un jeune homme et trois
enfants. Le conducteur du second véhicule a
été grièvement blessé. Les dépouilles mortelles
des victimes ont été inhumées, hier, dans les
cimetières de Sidi Lakhdar (Mostaganem) et
de Sig (Mascara), leur lieu de résidence. Le
second accident a eu lieu, hier matin, sur la RN
7 reliant Mascara à Relizane, au niveau du vil-
lage "El-Manar". Un jeune homme, âgé de 23
ans, est mort suite au dérapage de son véhicule,
suivi d’une chute dans un dénivellement. Sa
dépouille a été déposée à la morgue de l’hôpital
de Tighenif.
GHARDAÏA
Échauffourées à Berriane
entre groupes de jeunes
Une trentaine de personnes ont été blessées
dans la nuit de lundi à mardi à Berriane (45 km
au nord de Ghardaïa), dans des échauffourées
déclenchées suite à l’agression d’une passante
par jets de pierres, a-t-on appris hier de source
médicale locale. Une citoyenne, qui se dirigeait
vers la polyclinique de Berriane, a reçu un
galet projeté par un groupe de jeunes, entraî-
nant l’intervention d’un de ses proches, puis un
attroupement sur les lieux, suivi d’échauffou-
rées qui "se poursuivent toujours". Ces échauf-
fourées ont fait de nombreux blessés, dont des
agents des forces de l’ordre arrivés en renfort
pour s’interposer entre les parties en conflit, a
indiqué à l'APS, un élu local joint par télé-
phone. Les antagonistes ont dressé des barri-
cades à l’aide de pierres et autres objets
hétéroclites, et brûlé des pneus pour bloquer la
route nationale àla circulation et empêcher
l’accès des forces de l’ordre, a-t-il ajouté.
Important incendie de forêt
au nord-ouest de la wilaya
Les éléments de la Protection civile de Sétif luttaient encore, lundi après-
midi, contre un incendie qui s’est déclaré dimanche vers midi dans une
forêt située sur les hauteurs de Guenzet, au nord-ouest de la wilaya de Sétif.
Près de cent éléments de la Protection civile dotés de moyens importants,
dont huit camions anti-incendie, et appuyés par de nombreux forestiers,
tentent de circonscrire ce sinistre qui a ravagé, jusqu’à présent, quelque 80
hectares de couvert végétal, notamment des chênes, selon la même source.
"Le feu, pour l’heure, continue de se propager, la tâche des pompiers étant
très difficile en raison de la température très élevée et d’un vent léger qui
attise les flammes, sans compter que l’endroit est extrêmement difficile
d’accès", précise le lieutenant Abdelaziz Bouima, chef de l’unité principale
de la Protection civile de Sétif.
Saisie de 80.000 pétards et jeux
pyrotechniques à Hammam Sokhna
Les éléments de la police judiciaire de la sûreté de daïra de
Hammam Sokhna (Sétif) viennent de saisir, au cours de trois
opérations distinctes, plus de 80.000 pétards et autres jeux pyro-
techniques, a-t-on appris dimanche auprès de la sûreté de wilaya.
Selon cette source, les opérations policières ont été déclenchées
à la suite d’informations faisant état de déplacements de per-
sonnes originaires d’une wilaya voisine, transitant par Hammam
Sokhna, pour transporter les produits prohibés à bord de voitures
particulières ou par bus, dans le but de ne pas éveiller les soup-
çons. La mise en place de barrages aux entrées est et ouest de la
ville de Hammam Sokhna, ainsi que sur plusieurs pistes non as-
phaltées, a permis d’arrêter plusieurs véhicules transportant les
pétards et d’interpeller, au total, cinq individus, a-t-on indiqué.
SÉTIF
L
e nombre de voitures impor-
tées par une quarantaine de
concessionnaires, a égale-
ment, connu la même tendance bais-
sière, mais plus prononcée, soit 25%,
passant ainsi de 322.058 à 240.931
véhicules, durant la même période de
comparaison, précise le Centre natio-
nal de l'informatique et des statis-
tiques (Cnis) des Douanes. Après une
année 2012 exceptionnelle où les im-
portations de véhicules avaient dé-
passé les 600.000 unités, les
professionnels ont prévu la poursuite
de la baisse des importations des vé-
hicules pour 2014 et qui a été entamée
en 2013. Le montant des importa-
tions des véhicules avait atteint 7,33
mds dollars en 2013, en baisse de
3,54%, alors que le nombre a totalisé
554.269 unités en baisse également
de 8,43%. Cette situation s'explique,
selon les professionnels, par une
chute de la demande qui s'ajoute à un
niveau "important" des stocks exis-
tant et à l'orientation des dépenses des
ménages vers d'autres priorités tels
que le logement, notamment avec le
retour de la formule de la location-
vente de l'Agence d'amélioration et
de développement de logements
(AADL), ainsi qu'aux mesures prisent
pour assainir le marché. Les mesures
prisent par le gouvernement pour as-
sainir le marché de l'automobile et ra-
tionaliser les importations afin de
mettre fin à l'anarchie et aux incohé-
rences qui le caractérisent depuis
2007, commencent à donner leurs ré-
sultats. En effet, un projet de loi mo-
difiant et complétant le décret exécu-
tif n°07-390 du 12 décembre 2007
fixant les conditions et les modalités
d'exercice de l'activité de commercia-
lisation de véhicules automobiles
neufs est en cours de préparation. Un
groupe de travail composé d'un repré-
sentant du ministère du Commerce,
des Finances, de l'Industrie, de l'Ener-
gie, a été installé suite à une instruc-
tion du Premier ministre prend en
charge la révision du décret de 2007.
Afin de rationaliser les importations
de véhicules neufs, la loi de finances
2014 avait introduit plusieurs mesures
portant, notamment sur la limitation
de l'importation des véhicules aux
concessionnaires automobiles, l'inter-
diction à ces derniers d'importer pour
le compte d'autres concessionnaires
en dehors de leurs réseaux de distri-
bution et l'obligation d'installer une
activité industrielle ou de service dans
un délai de trois ans. De nouvelles
mesures sont également prévues par
cette loi à l'effet d'encourager l'inves-
tissement productif, promouvoir la
production nationale et favoriser la
création d'emplois.
Les professionnels de la filière
avicole souhaitent que le gouverne-
ment reconduise, pour une année de
plus, l’exonération des droits de
douanes des matières premières en-
trant dans la production de l’aliment
avicole afin d’encourager les éleveurs
à maintenir leur activité. ''Les profes-
sionnels sont inquiets et appréhendent
ce que va décider le gouvernement
concernant la reconduction de l’exo-
nération de la filière avicole de la taxe
sur la valeur ajoutée "TVA" sur les
matières premières'', a déclaré à l'APS
le président du Comité de la filière, El
Moumène Kali.
Le gouvernement avait décidé en
2012 d’annuler les droits de douanes
et la TVA sur les matières premières
entrant dans la fabrication de l’ali-
ment avicole notamment le maïs et le
soja, suite au renchérissement de
leurs prix sur le marché international.
Cette mesure a été reconduite en 2013
et les professionnels souhaitent en-
core la prolonger d’une année arguant
qu’ils n'arrivent pas à engranger de
bénéfices en dépit de l’annulation des
droits de douanes. "Si la mesure ne
sera pas renouvelée ça sera une catas-
trophe pour nous", a dit M. Kali sou-
lignant qu’outre ces taxes l’éleveur
est pénalisé par d’autres charges
comme la cherté des médicaments vé-
térinaires. En outre, la reconduction
de cette mesure va encourager les éle-
veurs à poursuivre leurs activités et
inciter ceux travaillant dans l’infor-
mel à intégrer le circuit formel, selon
le même responsable.
L’interprofession devrait rencon-
trer les responsables du ministère de
l'Agriculture et du développement
rural au cours de la première semaine
du mois d'août pour discuter de la né-
cessité de reconduire l’exonération
des droits de douanes sur les matières
premières et d’autres difficultés aux-
quelles fait face la filière avicole dont
le système de la triangulaire.
Ce système de régulation consiste
à approvisionner l’éleveur en aliment
et en poussin dans l’objectif de récu-
pérer son produit en contrepartie. La
décision du gouvernement d’annuler
les droits de douanes sur les matières
premières prendra fin le premier août
prochain.
Outre la stabilité du prix du poulet
et l’approvisionnement du marché
d'un produit de qualité, cette mesure
a permis d’augmenter la production et
de créer de nouvelles activités que ce
soit dans l’élevage ou dans la trans-
formation. Certains jeunes investis-
seurs ont opté pour des bâtiments
d’élevage à étage et d’autres font
l’élevage dans des serres. La produc-
tion nationale de viandes blanches
lors de la campagne 2012-2013
s'était élevée à 4,2 millions de quin-
taux, contre 3,6 millions de quintaux
durant la campagne précédente, selon
le ministère de l’Agriculture.
11 EL MOUDJAHID
Economie
Mercredi 30 Juillet 2014
IMPORTATIONS DES VÉHICULES DURANT LE 1
er
SEMESTRE 2014
Chute de plus de 19%
La valeur des importations des principaux concessionnaires automobiles activant sur le
marché algérien durant le 1
er
semestre 2014 a atteint 256,47 milliards (mds) de DA (3,21
mds de dollars) contre près de 312,17 mds de DA (3,97 mds de dollars) à la même
période en 2013, en baisse 19%, a-t-on appris auprès des Douanes algériennes.
El Moudjahid/Pub
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme
Office de Promotion et de Gestion Immobilières d'Oran
Réf : 14/OPGI/Déprt/DRHMG/SCE MOY GNRK
AVIS D'ANNULATION
d'un avis appel d'offres national
restreint
N°038/DG/01/2014
NIF n°099231019076514
Conformément aux dispositions du décret présidentiel 10-236 du
07/10/2010 portant réglementation des marchés publics, modifié et
complété, l'Office de Promotion et de Gestion Immobilières d'Oran informe
les soumissionnaires concernés par l'appel d'offres national restreint
n°34/2014 relatif à «la fourniture et installation des climatiseurs pour le
compte de l'OPGI d'Oran», paru dans la presse écrite en date du
21/07/2014, que l'appel d'offres est annulé.
ANEP 136721 du 30/07/2014
Publicité
El Moudjahid/Pub
DIRECTION DE LA DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD
DIVISION ADMINISTRATION DES MARCHÉS
Entreprise HAMIDI ABDELKADER
LOT N°01 GPE SNTP DAR EL-BEIDA ALGER
Objet : Mise en demeure
Affaires : Travaux alimentation électriquedes affaires suivantes: SARL FERDILI
BEN-AKNOUN/ODS n°184/2014.
COOP IMMOB EL ISLAH SAID-HAMDINE BMR/ODS n°295/2014.
Conformément àlaréglementation en vigueur, nous vous informons quevous êtes mis en
demeurepour installer les chantiers des affaires citées en objet dans les 48 heures dès réception
delaprésente.
Decefait, nous vous demandons deprendrevos dispositions afin d'êtreau rendez-vous
dans laréalisation des travaux qui vous ont étéattribués, fautedequoi, nous nous verrons
dans l'obligation d'appliquer les mesures qui s’imposent àl’encontredevotreentreprise.
LA DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD
ANEP 137025 du 30/07/2014
Société de Distribution de l’Electricité du Gaz d'Alger
L’objectif de substitution pro-
gressive des énergies fossiles en
Algérie passe par l’installation de
centrales photovoltaïques dont
vingt d’entre elles seront opéra-
tionnelles d’ici la fin de l’année, a
indiqué Noureddine Yassaa, direc-
teur du Centre de développement
des énergies renouvelables.
"Une vingtaine de centrales pi-
lotes photovoltaïques (PV) seront
installées, d’ici la fin de l’année,
dans les Hauts Plateaux et dans les
régions du Sud", a-t-il sur le site du
CDER. "Cette année a été égale-
ment marquée par la mise en ser-
vice d’une ferme éolienne de 10
mégawatts à Adrar et d’une cen-
trale pilote photovoltaïque multi-
technologie de 1,1 mégawatt à
Ghardaïa", a-t-il rappelé.
Toujours pour l’année 2014, le
professeur estime qu’elle constitue
"une année charnière pour les éner-
gies renouvelables en Algérie avec
la promulgation des textes de lois
fixant les tarifs d’achat garantis
pour l’électricité produite à partir
des installations utilisant l’énergie
solaire photovoltaïque et l’énergie
éolienne". "Ces incitations, tant at-
tendues, vont donner un nouvel
élan à la filière des énergies renou-
velables dans notre pays", a-t-il dit.
Pour le responsable du CDER, cet
établissement doit s’associer da-
vantage à cette dynamique et im-
pliquer son personnel technique et
de recherche dans la mise en œuvre
des politiques énergétiques natio-
nales et contribuer, ainsi, à relever
les différents enjeux qui s’impo-
sent dans ce domaine. Selon le pro-
fesseur, les différents rapports tech-
niques établis cette année montrent
que, grâce à la croissance du sec-
teur des énergies renouvelables
dans les pays en développement,
de nouveaux records de la capacité
mondiale en EnR ont été atteints en
2013 et au début de l’année 2014.
La capacité en énergie électrique
produite à partir de ressources re-
nouvelables a connu une augmen-
tation de plus de 8% en 2013 et elle
représente plus de 56% des nou-
velles capacités de production élec-
trique. Evoquant les énergies
renouvelables (EnR) dans le
monde, M. Yassaa a noté que la ca-
pacité de production mondiale dé-
passe 1.560 gigawatts (GW) et les
EnR contribuent à hauteur de
22,1% de la production électrique
mondiale. L’hydroélectricité vient
en première position (16,4%), l’éo-
lien (2,9%), la bioénergie et les
biocarburants (1,8%), l’énergie so-
laire photovoltaïque (0,7%), la
géothermie, l’énergie solaire à
concentration (CSP) et l’énergie de
l’océan (0,4%). Le directeur du
CDER souligne que "ce progrès
considérable est drainé par les po-
litiques d’appui aux EnR adoptées
par les pays en voie de développe-
ment, qui ont contribué à contre-
carrer le recul observé dans
certains pays européens et aux
Etats Unis". Dans le monde, 6,5
millions de personnes dont 2,6 mil-
lions en Chine et près d’un million
au Brésil ont, directement ou indi-
rectement, travaillé dans le secteur
des énergies renouvelables au
cours de l’année 2013.
DEUXIÈME FORUM INTERNATIONAL
DES ONG EN PARTENARIAT OFFICIEL
AVEC L’UNESCO
L’accès à l’eau pour tous en Afrique
Le deuxième Forum international des ONG en partenariat officiel
avec l’UNESCO se tiendra à Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) les 30 et 31
juillet 2014 sur le thème «L’accès à l’eau pour tous en Afrique». Le
deuxième Forum international des ONG en partenariat officiel avec
l’UNESCO se tiendra à Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) les 30 et 31 juillet
2014 sur le thème «L’accès à l’eau pour tous en Afrique». Le thème de
ce forum — «L’accès à l’eau pour tous en Afrique – un droit humain fon-
damental» — s’inscrit dans le droit fil de la Stratégie opérationnelle de
l’UNESCO pour la mise en œuvre de la Priorité Afrique 2014-2021 et
fait suite à l’Année internationale de la coopération dans le domaine de
l’eau dont l’UNESCO était chef de file en 2013.
Spécialistes, représentants d’ONG internationales, acteurs de terrain,
hommes et femmes d’horizons différents se réuniront pour débattre,
échanger et partager leur expérience sur différents aspects de la problé-
matique abordée : les avancées et les obstacles, le problème de la pollu-
tion, le rôle de l’éducation et des traditions, les décisions internationales
et leur application, les conflits, etc. Organisé par le Comité de liaison
ONG-UNESCO en étroite coopération avec le Secrétariat de l’UNESCO
et avec le soutien du Gouvernement de la Côte d’Ivoire, ce Forum réunira
notamment les ONG partenaires officiels de l’Organisation, mais il est
ouvert à la participation de toute autre partenaire concerné par le thème,
ainsi qu’aux représentants d’Etats membres, sous réserve d’inscription
préalable sur le site du Comité de liaison ONG-UNESCO www.ong-
unesco.org).
ENERGIE
Une vingtaine de centrales
photovoltaïques installées
d’ici la fin de l’année
SUPPRESSION DE TVA SUR LES MATIÈRES PREMIÈRES
Les aviculteurs pour une reconduction
12
Mercredi 30 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Régions
U
n silence abyssal qu'entrecoupent de
rares incursions de véhicules ou le
braiment de baudets enveloppe cette
cité. Un pays redouté et redoutable des cara-
vaniers qui y transitaient depuis la nuit des
temps. Dissimulée derrière une vaste palme-
raie comme toutes les cités et ksour du grand
Sud, Tamentit n'a pas trop de choses à offrir à
ses enfants.
Un océan de dunes de sable à perte de vue,
un horizon insaisissable et du soleil en perma-
nence. Les bambins se lancent dans d'intermi-
nables parties de foot au milieu de la poussière
des dédales du vieux ksar, presque en ruine.
Une seule route ceinture le ksar à proximité
du saint marabout de la région. Le centre d'ar-
tisanat recèle des éléments de vestige et des
pièces artisanales atypiques qui témoignent du
génie des habitants de cette partie de l'Algérie
profonde.
Des pièces de vaisselle en céramique, di-
vers objets d'orfèvrerie et enfin des éléments
de poterie ornent la grande salle du centre. Les
poteries sont teintées en noir avec la mine de
crayon d'écolier. Tamentit était jadis un en-
droit de rencontres de caravanes qui venaient
de Tunis et de Béjaïa, pour aller vers l'Afrique
noire, en passant par le redoutable et terrifiant
désert du Tanezrouft. Elle fut également un
lieu de savoir et ksar de l'orfèvrerie, de l'arti-
sanat et de la poterie.
Le grand cheikh de la zaouia Sidi Moha-
med Belekbir, décédé il y a quelques années,
y avait fait ses études. Les arisans, avec des
mains expertes et agiles, et un flegme dont
seule la région connaît le secret, façonnent di-
vers objets hétéroclites. Tagherbit, grande as-
siette pour les dattes, Zlafffa pour le couscous,
Tassefsif, bocal ou broc pour l'eau. L'arisanat
constitue l'une des activités majeures de la ré-
gion. À la question de savoir d'où ils tenaient
ces métiers, la réponse est sans appel : «de nos
aieux», précisent les habitants.
Les foggara sont omniprésentes. Ce sont
d'anciennes conduites d'eau souterraine desti-
nées à irriguer la palmeraie. Ce sont les seules
orientées dans le sens sud-nord, contrairement
aux autres qui essaiment les régions du Touat
(Adrar et les environs), Gourara (région de Ti-
mimoune) et Tidikelt. (partie entre Reggane,
Aoulef et Aïn Saleh). La plus célèbre d'entres
elles reste la foggara de Hennou, laquelle est
alimentée par une source en passant sous le
ksar de Tamentit à 800 mètres de profondeur.
La foggara est un ouvrage hydraulique qui ré-
duit au maximum l'évaporation. Une «saguia»
distribue cette eau par le biais de «Kasria»
(sorte de peine) vers d'autres rigoles plus pe-
tites par leur diamètre. Une trouvaille extraor-
dinaire qui continue d'émerveiller à ce jour et
dont la réalisation est attribuée par les histo-
riens tantôt aux Irakiens, tantôt à des tribus
ayant peuplé la région depuis plusieurs siècles
déjà, et parfois à des Chinois. Tamentit jouit
d'un passé glorieux et dispose en effet d'un
riche patrimoine : un véritable trésor en
somme. Ses composantes ethniques ont incon-
testablement contribué à la formation d'une
grande diversité culturelle qui s'exprime à tra-
vers le chant, la danse ou l'architecture.
On répertorie aujourd'hui près d'une quin-
zaine d'expressions musicales, poétiques et
chorégraphiques. Le «tbal», appelé également
«echellali», du nom d'un grand poète ayant
vécu dans la région, le baroud, la hadra, la rak-
bia, la barzana le karkabou, la touiza... Les bi-
bliothèques traditionnelles, témoins d'un passé
prestigieux, doivent être sauvegardées et ré-
habilitées : un impératif, une nécessité.
Il faudrait encourager l'activité touristique
par des investissements privés, et le balisage
du circuit pour découvrir la féerie de ce mer-
veilleux site, dont la beauté vous fait douter
de la réalité, est recommandé, car l'aspect cul-
turel demeure l'une des plus grandes curiosités
de cette région.
L’espoir dans le programme spécial
Sud
Le programme spécial Sud pourrait indu-
bitablement, dans ce contexte, donner un coup
de fouet autant au tourisme qu'à la réhabilita-
tion des patrimoines culturel et artistique.
L'agriculture se réduit à des champs exploités
individuellement et dont la production saison-
nière suffit difficilement aux besoins de son
exploitant. Elle demeure tributaire des ca-
mions du nord du pays.
Même la tomate connaît le revers de la mé-
daille, à l'image de ksour qui tombent en
ruine.
Tamentit continue à vivre au rythme des
journées qui s'égrennent inlassablement en at-
tendant mieux, car l'espoir est une belle chose,
et les belles choses sont éternelles.
El-Hachimi Safi
UN RICHE PATRIMOINE ET UN CHARME ENVOÛTANT À TAMENTIT (ADRAR)
Des atouts pour attirer les investisseurs
dans le tourisme
Tamentit, qui signifie en berbère «couvert des yeux» ou encore «l'œil et le sourcil», bien qu'une version soutienne que ce soit «l'eau de la source»,
selon le dialecte local, est située à environ 12 km au sud du chef-lieu Adrar et à 1.700 km d'Alger.
Les communes d’Aïn Bessam et de
Khabouzia (ouest de Bouira) ont été raccor-
dées, dimanche, au réseau des grands trans-
ferts des eaux du barrage de Koudiet
Acerdoune, lors d’une cérémonie présidée
par le wali, Nacer Maâskri, en présence des
responsables locaux du secteur. D'après les
statistiques fournies sur place, ce projet est
venu à point nommé mettre fin au calvaire
des 47.000 habitants que comptent ces
deux communes et qui vivent une crise
aiguë en matière d’alimentation en eau po-
table. "Cette mise en eau va profiter aux
47.000 habitants de ces deux communes",
a expliqué Mohamed Ouslimane, respon-
sable à la direction locale de l’hydraulique.
La mise en service de ce réseau d’eau po-
table a eu lieu au niveau d’un réservoir
d’une capacité de 5.000 m
3
, situé entre
Khabouzia et Aïn Bessam, lequel va ali-
menter plusieurs villages et localités limi-
trophes. En janvier dernier, le premier
responsable de la wilaya avait annoncé que
les 45 communes de la wilaya de Bouira
seront toutes raccordées au réseau de dis-
tribution d’eau potable d’ici 2015. "Nous
avons la chance de disposer de deux gigan-
tesques barrages (Koudiet Acerdoune et Ti-
lesdit), et nous sommes en train de tout
mettre en œuvre afin que nos citoyens puis-
sent profiter de cette richesse", avait souli-
gné M. Maâskri. Le chef de l’exécutif avait
rappelé que les régions sud et sud-est ont
été alimentées, dernièrement, en eau pota-
ble à partir du barrage de Koudiet Acer-
doune, un bassin d’eau d’une capacité de
stockage de 640 millions de mètres cubes.
Quelque 2.650 nouvelles
places pédagogiques sont pré-
vues par le secteur de la forma-
tion professionnelle, pour la
rentrée de septembre prochain,
dans la wilaya d’El-Bayadh, a-
t-on appris de la direction lo-
cale du secteur. Le plus grand
nombre des ces postes ira à la
formation résidentielle avec
1.100 places, suivie par l’ap-
prentissage avec 620 places, a
révélé le directeur du secteur
Mohamed Tadj-Eddine.
Le secteur offre aussi 390
places pour les pensionnaires
des établissements péniten-
tiaires, 255 autres pour la for-
mation de la femme au foyer et
285 postes en cours du soir, a-
t-il ajouté. La carte de forma-
tion (session de septembre)
compte 21 spécialités propo-
sées dans 8 filières, dont deux
nouvelles spécialités de tech-
nicien supérieur en mainte-
nance et montage
d’équipements de froid, et de
technicien en suivi et réalisa-
tion de construction, selon la
même source. Le secteur pro-
pose également, à la prochaine
rentrée, aux jeunes des wilayas
du Sud, la possibilité de s’ins-
crire dans les spécialités de
technicien supérieur au niveau
d’instituts relevant du secteur
au niveau des wilayas du nord
du pays, conformément aux
instructions du ministère de tu-
telle. Ces instituts prendront en
charge le volet de la formation
mais aussi le volet social en
leur offrant l’hébergement et la
restauration à ces stagiaires,
selon les explications des res-
ponsables du secteur dans la
wilaya d’El-Bayadh.
FORMATION PROFESSIONNELLE
Plus de 2.600 places
de formation pour à la rentrée
REPORTAGE
BOUIRA
EL-BAYADH
SÉTIF
Au cours de cette session qui s’est
tenue en présence du wali Mohamed
Bouderbali, des autorités civiles et mi-
litaires de la wilaya, ainsi que des
membres des deux instances élues et
exécutive, le président de l’APW,
Fateh Kerouani, interviendra d’abord
pour dénoncer vigoureusement les
massacres perpétrés par Israël contre
nos frères de Ghaza.
Le président de l’APW ne manquera
pas de rappeler ensuite l’importance
que revêt une telle session qui s’inscrit
de plain-pied dans la consolidation de
la dynamique du développement local
et atteste de la contribution de la wi-
laya dans l’impulsion de certains sec-
teurs sensibles et, partant, trouver les
solutions qui s’imposent aux préoccu-
pations manifestées par les citoyens
des zones urbaines et rurales. Une ren-
contre à l’issue de laquelle, l’interve-
nant ne manquera également pas de
souligner les avancées enregistrées
dans de nombreux domaines.
Dans ce contexte, l’examen du budget
supplémentaire, s’il se veut relever
d’une tradition réglementaire, n’est
pas sans s’inscrire dans une optique de
continuité fondée sur une utilisation la
meilleure qui soit des crédits disponi-
bles, dit-il, faisant état de son soutien
à la démarche mise en œuvre par le
wali dans l’utilisation rationnelle des
deniers de l’État et leur orientation
vers le développement local. Le prési-
dent de l’APW souligne, à cet effet,
avec satisfaction, le taux de prélève-
ment satisfaisant de 68% qui est relevé
pour ce budget supplémentaire et qui
consacre, ainsi, une part privilégiée à
l’équipement et l’investissement.
Aussi est-il utile de relever que le bud-
get supplémentaire de la wilaya qui
fait ainsi ressortir la part de rigueur im-
portante imposée dans la gestion des
deniers publics et place le volet équi-
pement avec 869.413.320,00 dinars,
bien avant celui des dépenses de ges-
tion qui ne dépassent pas les
356.667.430,61 dinars, tout cela lais-
sant place à un taux de prélèvement ré-
vélateur et des moyens orientés vers
les infrastructures de base, notamment
les chemins communaux et ceux de la
wilaya, les projets hydrauliques et le
renforcement en eau des communes du
sud et du nord de la wilaya, ainsi que
le financement des projets en gaz na-
turel et l’électrification au titre de pro-
gramme de rattrapage.
Le wali, intervenant dans ce contexte,
mettra à profit cette rencontre pour
faire état de la nécessité de redoubler
d’ardeur, notamment en cette période
estivale, pour faire avancer davantage
tous les projets en voie de réalisation
et destinés essentiellement à améliorer
le cadre de vie des citoyens. Il consa-
crera par ailleurs sa juste importance à
l’exécution du programme de gaz na-
turel, sachant qu’au moment où la wi-
laya vient de dépasser largement un
taux de couverture de 87%, la
deuxième tranche du programme na-
tional destinée au raccordement de
29.000 foyers nouveaux vient d’être
entièrement lancée, cela indépendam-
ment du programme de rattrapage fi-
nancé sur le budget de wilaya à raison
de 35 milliards de centimes pour le gaz
et 6 milliards 500 millions de centimes
pour l’électricité. Un budget qui n’est
également sans comporter des subven-
tions allouées à la jeunesse, aux af-
faires religieuses de l’ordre de 130
millions de dinars et 50 millions de di-
nars destinés à l’amélioration de la ra-
tion alimentaire au niveau des cantines
scolaires.
Ce même intérêt sera consacré au dos-
sier des ressources en eau, l’élevage
aquifère et le volet inhérent à l’irriga-
tion des terres agricoles, sachant que
la gestion des eaux sous tous ses as-
pects constitue une des priorités de la
wilaya, d’une part, dans la recherche
de ressources et le renforcement du po-
tentiel actuel destiné aux commune, et,
d’autres part, la résorption de pertes
importantes relevées dans plusieurs
cas. Autant dire que la situation en
2013 est meilleure que celle de l’année
précédente.
Il reste cependant des débats qui ont
marqué cette session que l’espoir est
fondé sur ce que l’on qualifie ici de
« projet du siecle» inhérent aux grands
transferts hydrauliques à partir des bar-
rages d’Ighil Emda, dans la wilaya de
Béjaïa, et Erraguene, dans celle de
Jijel, qui constitueront la solution dé-
finitive à toutes ces préoccupations. Ce
mégaprojet qui constitue un des plus
gros investissements de l’État permet-
tra en effet, dès sa mise en service,
d’irriguer près de 40.000 hectares de
terres agricoles et renforcer le potentiel
d’eau potable pour 1.400.000 habi-
tants, cela indépendamment des ap-
ports pour la zone nord de la wilaya à
partir du barrage de Tychi Haf et pour
la zone sud, des apports supplémen-
taires à partir de Kherzet Youcef et
Chaâba El-Hamra. F. Zoghbi
L’APW tient sa session de juin 2014
AEP
Les communes d’Aïn Bessam et de
Khabouzia raccordées au barrage de
Koudiet Acerdoune
13 EL MOUDJAHID
Monde
Mercredi 30 Juillet 2014
COMBATS À TRIPOLI ET À BENGHAZI (LIBYE)
97 morts et 400 blessés
Au moins 97 personnes ont été tuées et plus de 400 autres blessées en deux semaines de combat, entre milices rivales à Tripoli, selon un
nouveau bilan du ministère de la Santé, diffusé dimanche.
A
Benghazi, dans l'est du pays,
au moins 38 personnes, des
soldats pour la plupart, ont été
tuées en 24 heures, dans des combats
entre armée et groupes islamistes.
Dans la capitale, des combats fai-
saient toujours rage dimanche entre
milices rivales autour de l'aéroport et
dans plusieurs autres quartiers dans le
sud de la capitale, où se concentrent
les affrontements depuis le 13 juillet.
Par ailleurs, le porte-parole du minis-
tère égyptien des Affaires étrangères,
Badr Abdelatti, a indiqué dimanche,
cité par l'AFP, que 23 personnes, dont
des Egyptiens, ont été tuées dans la
chute d'une roquette sur leur maison.
Lundi, le gouvernement libyen a an-
noncé que la situation devenait "très
dangereuse", après le déclenchement
d'un incendie sur un deuxième réser-
voir de carburant. "La situation de-
vient très dangereuse, après le
déclenchement d'un incendie sur un
deuxième réservoir de dérivés de pé-
trole", a indiqué le gouvernement
dans un communiqué, mettant en
garde contre "une catastrophe hu-
maine et environnementale aux
conséquences difficiles à prévoir".
Dimanche soir, un premier incendie
a été déclenché par l'explosion d'une
roquette sur un réservoir contenant
plus de 6 millions de litres de carbu-
rant. Les pompiers tentaient d'étein-
dre le feu, mais les combats à
proximité les ont contraint à quitter
les lieux à plusieurs reprises. De son
coté, le porte-parole de la Compagnie
nationale libyenne de pétrole, cité par
l'AFP, a indiqué que l'incendie qui ra-
vageait deux immenses réservoirs de
carburant à Tripoli était désormais
"hors de contrôle", en raison des
combats à proximité, appelant la
communauté internationale à l'aide.
"Les pompiers ont quitté le site défi-
nitivement. La situation est désor-
mais hors de contrôle", a déclaré
Mohamed al-Hrari, appelant à une
aide internationale. Le gouvernement
a appelé de son côté "les citoyens, ha-
bitant dans un rayon de 3 kilomètres
du lieu de l'incendie, à quitter leurs
maisons immédiatement". Les réser-
voirs contiennent au total plus de 90
millions de litres de carburant, en
plus d'un réservoir de gaz ménager,
selon la Compagnie nationale de pé-
trole.
Plusieurs pays européens
appellent leurs ressortissants
à quitter le pays
Plusieurs pays européens dont le
Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-
Bas, la France et l'Italie, ont enjoint
leurs ressortissants de quitter la
Libye, où un convoi de l'ambassade
britannique a été attaqué dimanche,
dans un contexte de recrudescence
des violences. «La situation est extrê-
mement imprévisible et incertaine» a
souligné dimanche le ministère alle-
mand des Affaires étrangères. «Les
ressortissants allemands encourent un
danger accru d'enlèvements et d'at-
tentats». La France a également de-
mandé à ses ressortissants, moins
d'une centaine, de quitter le pays. Un
communiqué du ministère des Af-
faires étrangères italien a annoncé
que l'Italie avait facilité la sortie de
Libye, d'une centaine de ses ressor-
tissants ainsi que de ressortissants
d'autres pays, qui n'ont pas été préci-
sés. Londres a aussi appelé les ressor-
tissants britanniques en Libye à
"partir immédiatement" par leurs pro-
pres moyens, déconseillant tout
voyage dans ce pays Un convoi de
cette ambassade a été attaqué di-
manche matin près de Tripoli, dans
une tentative de vol de voiture, qui
n'a pas fait de blessé. Les Pays-Bas
ont aussi appelé dimanche les
quelque 70 Néerlandais vivant en
Libye à "partir de façon urgente du
pays par leurs propres moyens". La
Belgique avait recommandé, dès le
16 juillet, à ses ressortissants, de quit-
ter la Libye. La Turquie, l'Espagne et
Malte émettent la même consigne.
Les Etats-Unis ont, quant à eux, éva-
cué samedi, sous escorte aérienne
tout le personnel diplomatique de
leur ambassade en Libye.
CRISE EN UKRAINE
13 civils tués dans des combats à Gorlivka
Treize civils, dont deux enfants,
ont été tués dimanche dans des com-
bats à Gorlivka, à 45 km au nord de
Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, a
annoncé l'administration régionale
dans un communiqué. «Selon les
premières informations, 13 per-
sonnes sont mortes dont deux en-
fants, âgés d'un an et cinq ans»
rapporte le communiqué. Un porte-
parole militaire a fait état de tirs de
lance-roquettes Grad sur les quar-
tiers résidentiels de Gorlivla en les
attribuant aux séparatistes. Des mé-
dias avaient rapporté plus tôt que des
combats faisaient rage à proximité
du site du crash de l'avion malaisien
dans l'est de l'Ukraine forçant des
policiers néerlandais et australiens à
annuler leur déplacement dans cette
zone, contrôlée par les séparatistes.
L’Onu a dénoncé l'utilisation d'armes
lourdes dans les zones d'habitation
par les séparatistes prorusses ainsi
que l'armée ukrainienne, dans un
rapport publié lundi faisant état de
plus de 1.100 tués, dans des combats
dans l'Est depuis la mi-avril. «Les in-
formations sur l'intensification de
combats, dans les régions de Do-
netsk et de Lougansk, sont extrême-
ment alarmantes alors que les deux
parties utilisent, dans des zones d'ha-
bitation, des armes lourdes comme
l'artillerie, les chars, les roquettes et
les missiles"souligne le commissaire
aux droits de l'homme Navi Pillay.
L'UE adopte des sanctions économiques contre la Russie
L'Union européenne (UE) a adopté, hier, une
série de sanctions économiques contre la Russie
dans la foulée de la crise en Ukraine. "Un accord
politique a été trouvé sur le paquet de sanctions
économiques", a annoncé la porte-parole du ser-
vice diplomatique de l'UE, à l'issue d'une réunion
des ambassadeurs des 28 à Bruxelles. L'accord
bloque l'accès aux marchés financiers de l'UE,
interdit les ventes d'armes, de technologies sen-
sibles dans le domaine de l'énergie et de biens à
double usage militaire et civil. Il doit être publié
au Journal officiel de l'UE pour entrer en vi-
gueur. "Les Européens veulent également sanc-
tionner l'anexion de la Crimée en empêchant les
investissements dans certains secteurs en Crimée
et à Sébastopol, notamment la construction, les
transports, les télécommunications et l'énergie",
a précisé une source européenne proche des né-
gociations, citée par l'AFP. "C'est la première
fois que l'Union européenne s'attaque aux mi-
lieux d'affaires proches du pouvoir en Russie, et
c'est un signal très clair de sa détermination à
réagir pour sanctionner les opérations de désta-
bilisation en Ukraine", a-t-on souligné. L'UE a
également décidé, hier, de bloquer les avoirs de
quatre hommes d'affaires russes proches du pré-
sident Vladimir Poutine accusés de "bénéficier"
de l'annexion de la Crimée ou de "soutenir acti-
vement la déstabilisation" de l'est de l'Ukraine.
Les identités des personnes et des entités sanc-
tionnées seront publiées aujourd’hui au Journal
officiel de l'UE. La liste noire de l'UE comprend
déjà 87 personnes et 20 entités interdites de
visas, et dont les avoirs dans l'UE sont gelés.
L'objectif de ces sanctions avaient été confirmé
lundi par les dirigeants occidentaux : faire pres-
sion sur le président russe pour qu'il fasse fermer
la frontière russo-ukrainienne, "afin d'empêcher
les fournitures d'armements aux séparatistes en
Ukraine" et les amener à "négocier" avec le pou-
voir à Kiev. L'UE a durci sa position depuis la
chute, le 17 juillet, d'un avion malaisien dans
l'est de l'Ukraine, attribuée à un tir de missile par
les séparatistes prorusses.
ONU
« Le crash de l'avion malaisien pourrait
être un crime de guerre »
Le crash de l'avion de ligne malaisien, vraisemblablement abattu dans l'est
de l'Ukraine, pourrait être «un crime de guerre» indique un rapport de l'Onu.
«Tout sera mis en œuvre pour que les responsables soient poursuivis en jus-
tice» a affirmé la Haut-commissaire aux droits de l'Homme, Navi Pillay. Dans
un communiqué, Mme Pillay a insisté sur l'impératif de mener «une enquête
rapide, minutieuse, efficace et indépendante» sur le drame. Les experts inter-
nationaux n'ont eu qu'un accès limité au site de l'accident, toujours contrôlé
par les rebelles pro-russes, sous pression de la communauté internationale de-
puis le crash de l'avion malaisien.
SYRIE
15 morts dont six enfants
dans des frappes à Alep
Au moins 15 civils, dont six enfants, ont péri dans
des bombardements nocturnes aériens de l'armée sy-
rienne et des tirs d'obus des rebelles à Alep, a rapporté
une ONG lundi. «Au moins neuf civils, dont trois en-
fants, ont été tués dans la nuit, par deux barils d'ex-
plosifs sur le quartier (rebelle) de Chaar dans l'est
d'Alep", selon l'Observatoire syrien des droits de
l'Homme (OSDH), qui évoque un bilan provisoire en
raison du «grand nombre de blessés graves». Selon
cette ONG qui se base sur un large réseau de sources
civiles, médicales et militaires à travers la Syrie, six
autres civils, dont trois enfants et une femme ont été
tués lorsque des obus de mortier, tirés par des rebelles,
se sont abattus sur le quartier de Jabiriyé, sous
contrôle du régime. Dans le nord-est du pays, des ter-
roristes de l'Etat islamique (EI) ont occupé dimanche
une position de l'armée syrienne, un jour après s'être
emparé d'une importante base militaire dans le cadre
de leur récente offensive contre les positions de l'ar-
mée régulière, selon une ONG syrienne. Les terro-
ristes de l'Etat islamique, EI, «ont pris le contrôle du
Régiment 121 de l'armée», au sud de Hassaka (600
km au nord-est de Damas) après trois jours de combat,
a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme
(OSDH), cité par l'AFP.
SOMMET ETATS- UNIS- AFRIQUE
Obama : « Le monde a besoin d'une Afrique forte et autonome »
Le président américain Barack Obama a
affirmé lundi que le monde avait besoin
d'une Afrique "forte et autonome", à une se-
maine d'un sommet sans précédent rassem-
blant à Washington près de 50 dirigeants
africains. "La sécurité, la prospérité et la
justice" dans le monde "ne sont pas possi-
bles sans une Afrique forte, prospère et au-
tonome", a déclaré M. Obama, évoquant un
sommet "véritablement historique". "Ce
sera le plus grand rassemblement de chefs
d'Etat et de gouvernement africain jamais
organisé par un président américain", a sou-
ligné M. Obama . "Si nous sommes
conscients des réelles difficultés que ren-
contrent tant d'Africains chaque jour, nous
avons le devoir de saisir le potentiel extra-
ordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui, qui est
le continent le plus jeune et qui connaît la
croissance la plus forte", a-t-il poursuivi. M.
Obama a tenu ses propos alors qu'il s'expri-
mait devant 500 étudiants africains partici-
pant à un programme d'échange
("Washington Fellowship for Young African
Leaders") visant à contribuer au développe-
ment économique et au renforcement des
institutions démocratiques sur le continent.
Des millions de personnes ont été déplacées à travers le monde en
2013, en raison des conflits religieux, a indiqué lundi, le département
d'Etat américain dans son rapport annuel sur les libertés religieuses
dans le monde. «Quasiment aux quatre coins du monde, des millions
de chrétiens, musulmans, hindous et fidèles d'autres religions ont été
forcés de quitter leurs lieux de résidence, en raison de leurs croyances
religieuses», a déploré le département d'Etat. Le rapport cite notam-
ment les conflits en Syrie, en République centrafricaine (RCA) et les
troubles religieux en Birmanie, où des dizaines de musulmans avaient
été tués et 12.000 autres contraints à quitter la région, au début de l'an-
née dernière. En RCA, les violences confessionnelles ont provoqué
la mort d'au moins 700 personnes, en décembre dernier, à Bangui et
le déplacement de plus d'un million de personnes à travers le pays en
2013. «Partout dans le monde des individus sont victimes de discri-
minations, violences et agressions (...) pour simplement exercer leur
foi», s'est alarmé le département d'Etat.
RAPPORT ANNUEL US SUR LES LIBERTÉS RELIGIEUSES DANS LE MONDE
«Les conflits religieux ont fait des millions de déplacés en 2013 »
15 EL MOUDJAHID
Sciences & Technologies
Mercredi 30 Juillet 2014
U
n organisme de «démous-
tication du littoral médi-
terranéen» a planché sur le
mécanisme de détection des
moustiques. Les résultats de son
étude restent édifiants.
Selon un chercheur qui a dévoilé
ses résultats récemment dans une
interview accordée à la revue
Sciences, «la plupart des mous-
tiques disposent d'un double mé-
canisme de détection de leur
proie». Un longue portée et l'autre
pour le «combat rapproché». Ce
qui attire le moustique en priorité,
c’est le CO2 (gaz carbonique). Le
moustique est capable de détecter
les molécules de CO2 à des dis-
tances très importantes ; en sa-
chant que le moustique parcours
rarement plus de 200 m au cours
de sa vie.
Mais, une fois qu'il est arrivé à
portée de la source de CO2, le
moustique va se fixer sur un autre
déterminant qui le décidera à pi-
quer, ou pas. Ça peut être la forme
de la proie ou la chaleur qu'elle
dégage ou, plus fréquemment, les
odeurs. » En effet, son odorat très
puissant reste le moyen principal
utilisé pour identifier sa proie. Pas
question pour lui de détecter le
taux de sucre dans le sang comme
on peut parfois l'entendre.
D’une façon générale, les mous-
tiques sont extrêmement sensibles
aux odeurs, ils peuvent en détec-
ter près de 150 différentes issues
du corps humain. Mais il ne s'agit
pas d'odeurs perceptibles par
l'homme. Ça peut être des odeurs
émises par l’hôte, mais également
des odeurs dues aux bactéries qui
vivent sur la peau.
Il y a un biais assez important à
prendre en compte lorsqu'on
aborde cette question, à savoir
que cela dépend beaucoup du res-
senti individuel de chacun. Cer-
taines personnes peu sensibles
aux piqûres ou chez qui la piqûre
n’occasionne que très peu de réac-
tion au niveau de l’épiderme peu-
vent avoir l’impression d’être
assez peu piquées. Au contraire,
pour d’autres, chaque piqûre oc-
casionne une gêne et des déman-
geaisons importantes qui les
poussent à croire qu'elles sont des
proies privilégiées. Maintenant,
certaines odeurs attirent peut-être
plus que d'autres. Mais sur cette
question, on est un peu dans le
flou. Chaque individu émet son
propre cocktail d'odeurs et il est
très difficile de savoir quelles
combinaisons sont les plus attrac-
tives ou les plus répulsives.
Ce qu'on sait, c'est qu'une per-
sonne qui transpire beaucoup dé-
gagera plus d'odeurs détectables
par le moustique et sera donc plus
susceptible de se faire piquer.
Beaucoup de recherches sont
faites sur ce sujet complexe. Par
exemple des chercheurs ont déjà
constaté qu’une personne buvant
de l’alcool avait plus de chances
de se faire piquer qu’une personne
buvant de l’eau. On ne peut pas en
déduire pour autant que ce soit
l’alcool qui attire le moustique. Il
est plus probable que la consom-
mation d’alcool implique d’autres
réactions dans l’organisme
comme la vasodilatation par
exemple qui pourrait être à l’ori-
gine de la préférence du mous-
tique.
Quant aux mécanismes de détec-
tion, là aussi le sujet est com-
plexe. Mais on a des exemples
localisés où les moustiques se
sont adaptés aux comportements
de leurs proies potentielles.
En Afrique, lors d’études sur la
dengue (la fièvre tropicale trans-
mise par les moustiques), on s’est
rendu compte qu’une espèce Ano-
phèle anthropophile (qui pique les
humains) qui avait l'habitude de
piquer au coucher du soleil a mo-
difié son comportement pour
s'adapter à sa population cible. En
effet, lorsque ces populations se
sont mises à utiliser des mousti-
quaires imprégnées - redoutables
pour les moustiques, on a constaté
que les insectes se sont mis à
venir piquer plus tôt, avant le cou-
cher du soleil, au moment où les
gens ne dorment pas encore et ne
sont donc pas abrités sous les
moustiquaires.
Pareillement, on a vu qu’entre une
personne saine et une personne
infectée par la dengue, le mous-
tique lui-même infecté allait se
tourner plus volontiers vers la per-
sonne saine. On peut soupçonner
que ce choix est guidé par le virus
qui va chercher un hôte sain à
contaminer. À l’inverse, le mous-
tique sain préfère piquer la per-
sonne infectée.
«Sur le moustique tigre, il y a une
hypothèse qui n’a pas encore eu
l’occasion d’être vérifiée et qui
est donc à prendre avec prudence.
Mais on a constaté que, contraire-
ment à la plupart des espèces, le
moustique tigre est très peu sensi-
ble au CO2. Le fait est que c’est
un moustique qui a dû s’adapter à
des environnements urbanisés où
les sources de CO2 sont extrême-
ment nombreuses. Il n'est pas im-
possible que le moustique tigre ait
ainsi été peu à peu désensibilisé
au CO2 pour se focaliser sur les
odeurs qui lui plaisent.»
Alors, pommade ou pot de basilic,
les vacanciers ne sont pas prêts de
se défaire de ce désagrément de
taille…
Un « doigt lecteur » pour les
malvoyants
Après trois ans de recherche, des chercheurs de
l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT)
aux États-Unis ont mis au point un outil révolution-
naire pour les malvoyants : une bague capable de
détecter les lettres et les mots. Reliée à un récepteur
audio, elle transforme en sons tout ce que le doigt
lit ! Les aveugles ont ainsi accès facilement à tous
les textes écrits et peuvent être davantage aidés
dans leur vie quotidienne.
Le "Finger Reader" ou "Doigt lecteur" peut lire tout
type de documents, livres, brochures, plans, jour-
naux et devrait considérablement faciliter la vie
quotidienne des personnes non voyantes.
Concrètement, il suffit de poser son doigt avec la
bague sur le texte et un logiciel se met en marche
et suit les mouvements du doigt pour identifier
chaque mot. "Un signal sonore s'active si le doigt
n'est plus sur la bonne ligne et une vibration s'active
si le doigt n'est plus du tout sur le texte", explique
le développeur du dispositif au MIT. "À présent,
nous allons travailler pour que ce doigt révolution-
naire puisse également se connecter aux téléphones
portables."
Téléspectateurs assidus en
danger !
Une étude espagnole montre que le fait de regarder
la télévision plus de 3 heures par jour doublerait le
risque de mortalité prématurée. Pour parvenir à ces
conclusions, une équipe de l'Université de Navarre
à Pampelune (Espagne) a interrogé par question-
naire 13 330 adultes (âge moyen 37,5 ans). Ces der-
niers ont ensuite été suivis pendant plus de 8 ans.
Au cours de cette étude, 97 participants sont décé-
dés : 19 d'une maladie cardiovasculaire, 46 d'un
cancer et 32 «d'autres causes», précisent les au-
teurs. Selon cette étude, le risque de mortalité pré-
maturée a été deux fois plus élevé chez ceux qui
ont déclaré regarder la télévision au moins 3 heures
par jour.
En revanche, les scientifiques n'ont pas découvert
le même type d'association avec les deux autres
facteurs de risque étudiés : à savoir le temps passé
devant l'ordinateur et celui au volant.
Les sportifs champions à l’école
Trois études récentes viennent de montrer que la
pratique régulière et précoce d'une activité phy-
sique améliorait sensiblement les performances
scolaires.
La première étude a été réalisée par des chercheurs
de l'Université de Dundee (Écosse) qui ont suivi
5.000 jeunes Britanniques depuis leur naissance au
début des années 1990. Ces scientifiques ont com-
paré leurs performances physiques et scolaires à 11
ans, 13 ans et 16 ans et ont observé que les résultats
scolaires des enfants en anglais, mathématiques et
sciences, progressaient de manière proportionnelle
au temps d'activité physique effectuée par ces
élèves.
L'étude montre également que les bénéfices du
sport étaient d'autant plus importants que l'activité
physique avait commencé tôt.
Une autre étude américaine dirigée par l'Université
de l'Illinois, vient par ailleurs de montrer que les
enfants possédant la meilleure capacité pulmonaire
se souvenaient avec précision de plus de 40% des
noms de lieux, contre 25% pour les autres enfants.
Enfin, une étude portant sur plus de 12.000 écoliers
du Nebraska vient également de montrer le lien
entre forme physique et bons résultats scolaires
chez les jeunes. Ce travail montre notamment que
les élèves en surpoids mais qui pratiquent réguliè-
rement un sport ont globalement de meilleurs ré-
sultats scolaires que leurs camarades plus minces
mais pratiquant moins d'activité physique.
L'alimentation conditionne le
risque de rupture d'anévrisme
La vaste étude suédoise réalisée par une équipe de
l'Institut Karolinska de Stockholm et de l'Université
d'Uppsala a analysé, pendant treize ans, sur plus de
80.000 personnes âgées de 46 à 84 ans, l'effet de la
consommation de fruits et légumes sur la survenue
des anévrismes de l'aorte abdominale, une patho-
logie mortelle dans les deux tiers des cas et dont le
risque augmente avec l'âge.
Cette étude a pu montrer que les plus gros consom-
mateurs de fruits (ceux qui mangeaient l'équivalent
de plus de deux fruits de taille moyenne par jour)
avaient un risque d'anévrisme réduit de 25% par
rapport à ceux qui prenaient moins de 5 fruits par
semaine.
En outre, le risque de rompre un anévrisme dimi-
nue proportionnellement à la quantité de fruits
consommés et régresse de 44% avec trois fruits
consommés par jour. Dernier enseignement de cette
étude : cet effet protecteur s'exerce quel que soit le
type de fruit consommé.
Page animée
par Kamel Morsli
BIOLOGIE ANIMALE
Le moustique, cette bestiole qui pique au « radar »
En cette période de vacances, nombreux sont les habitants de l’hémisphère Nord qui partent en
villégiature au bord de la mer, en forêt ou en montagne. Tous, ou presque, subiront les désagréables
piqures d’insectes, et notamment celles de cette bestiole tenace : le moustique. Mille et une recettes sont
utilisées pour éviter ces désagréments, crèmes, sprays, pastilles, serpentins… Souvent, le moustique
déjoue ces effluves chimiques pour réussir à vous gâcher vos vacances.
Le Wall Street Journal a an-
noncé, dans la nuit de mardi
dernier, avoir été victime d'une
cyber-attaque revendiquée sur
Twitter par un hacker, qui pro-
posait de vendre des codes
d'accès au serveur du journal
économique américain.
Dans son édition en ligne, le
quotidien des affaires, qui fait
partie du même groupe que
l'agence de presse financière
Dow Jones Newswire, indique
que son service infographie a
été "piraté par des tierces par-
ties", tout en affirmant qu'au-
cun "dommage" n'a pour
l'heure été constaté. "À ce
stade, nous ne voyons aucune
preuve d'un quelconque im-
pact sur les clients de Dow
Jones ou sur les informations
personnelles des clients", a as-
suré une porte-parole du jour-
nal, citée dans l'article.
Aucune altération sur des in-
fographies (chartes, ta-
bleaux...) n'a par ailleurs été
relevée, mais le système est
encore "en cours d'examen",
assure le journal, précisant que
plusieurs ordinateurs ont été
mis hors ligne afin d'"isoler"
les attaques.
Le Wall Street Journal (WSJ)
dit avoir révélé cette intrusion
informatique après sa "reven-
dication" sur Twitter par un
hacker qui offrait, moyennant
finances, des informations de
clients mais également des
données permettant d'accéder
au serveur du journal. Selon
l'expert en cybersécurité qui a
alerté le quotidien, un tel accès
permettrait de "modifier des
articles, d''ajouter des nou-
veaux contenus [...] et de sup-
primer des comptes
d'utilisateurs".
Selon le WSJ, le patron de la
firme californienne IntelCraw-
ler est sur les traces de ce pi-
rate informatique qui s'est
successivement fait connaître
sous le pseudonyme de
Rev0lver et de Worm et qui a
fondé un marché noir des
"failles informatiques" baptisé
Worm.in.
Les États-Unis ont à plusieurs
reprises alerté sur les dangers
de la cybercriminalité et son
impact économique. Mi-juil-
let, le secrétaire au Trésor
américain Jacob Lew avait
ainsi affirmé qu'une cyber-at-
taque "réussie" pourrait mena-
cer la stabilité financière du
pays.
CYBERCRIMINALITÉ
Le Wall Street Journal
victime d'une cyber-attaque
Souvent, pris par l’en-
gouement d’une jour-
née en mer (plage,
pêche…), on oublie
de consulter la météo
ou, pire encore, on se
fie à une météo vague
et globale. La décep-
tion est grande quand
on se retrouver nez à
nez avec des lames de
taille et un vent dés-
agréable. Une applica-
tion hyper fiable est
proposée gratuitement
pour vos smartphones
ou tablettes numé-
riques : Météo Ma-
rine. Ce logiciel
fournit des prévisions
élaborées et contrô-
lées par des météoro-
logues expérimentés.
Tenez vous bien,
«Météo Marine» peut
être préalablement
programmé sur un
spot et donne des pré-
visions avec force et
direction du vent,
temps et température,
pression, visibilité,
hauteur et direction de la houle, heures et coefficient de marées.
Par ailleurs, on y consulte des cartes de l’ensemble des côtes de la mer Médi-
terranée avec choix des paramètres affichés : Vents moyens, vents max, houle,
températures…
Baigneurs, pêcheur ou véliplanchiste trouveront en cette application un effi-
cace outil pour programmer ses sorties sans surprises… ou presque.
SMARTPHONES/TABLETTES
Météo Marine
17 EL MOUDJAHID 16EL MOUDJAHID
E
n dépit des prix élevés pratiqués par
ces commerces, l’engouement pour
les gâteaux prêts est telle qu’il ne
touche plus les travailleuses, mais égale-
ment les femmes au foyer. Ces dernières
préfèrent les acheter plutôt que de les pré-
parer elles-mêmes, avec toutes les incom-
modités qui en découlent, notamment en
cette période de grandes chaleurs. Une
virée nocturne à travers les quartiers
d’Oran a montré "l’étendue" de cette ten-
dance qui prend l’allure d’un véritable phé-
nomène. Rencontrée dans un magasin qui
a pignon sur rue, au centre-ville d’Oran,
Khadidja, fonctionnaire, reconnaît qu’elle
ne prépare plus ses gâteaux, chez elle, de-
puis cinq années. "Mes contraintes profes-
sionnelles m’empêchent de perpétuer les
traditions qui ont fait partie de mon en-
fance et de ma jeunesse. Entre la prépara-
tion des repas du ramadhan, l’éducation
des enfants, je n’ai guère le temps à consa-
crer à la préparation des gâteaux", ex-
plique-t-elle, tout en regrettant l’ambiance
qui règne traditionnellement dans chaque
foyer, à la veille de la célébration de l’Aïd.
Farida, qui vient juste de convoler en justes
noces, avoue ne pas connaitre aucune re-
cette de gâteaux, "même les plus basiques
et les plus simples", dit-elle en souriant.
Pour elle, recourir à ces commerces lui per-
met de garnir sa tabler, accueillir digne-
ment ses invités, notamment sa belle-fa-
mille, avec des "baklawa", "tcharak" et au-
tres "makrout" sans perdre la face. Cette
jeune mariée reconnaît que les prix sont
parfois exagérés. "Avons-nous le choix ?
" s’interroge-t-elle avec résignation. Pour
sa part, Amina, femme au foyer et mère de
trois enfants, dit qu’elle n’était guère por-
tée sur les préparations faites en dehors de
la maison. Avant la naissance de ses ju-
meaux, elle s’adonnait avec plaisir à la pré-
paration des gâteaux avec ses deux sœurs.
"C’était une ambiance particulière, convi-
viale et festive. Après la naissance des ju-
meaux depuis trois ans, ma vie n’est plus
la même. Je ne dispose pas suffisamment
de temps, alors je préfère acheter les gâ-
teaux", précise-t-elle. Une autre
femme, Souad, a expliqué cette ruée pour
les gâteaux proposés dans les commerces
par les coûts. "Les frais sont pratiquement
les mêmes, qu’on prépare ces gâteaux chez
soi ou qu’on les achète ailleurs", ajoute-t-
elle, estimant qu’acheter ce dont elle a be-
soin est une solution qui lui facilité la vie
et lui évite une fatigue supplémentaire, no-
tamment en cette période de fin du rama-
dhan, généralement très éprouvante. Les
commerçants versés dans ce créneau se
frottent les mains. Cette affluence particu-
lière signifie une relance de leur activité et
une augmentation de leurs chiffres d’af-
faires. Mahdjouba, une gérante d’un maga-
sin situé à Hai "Akid Lotfi " avoue qu’elle
consacre les dix derniers jours du rama-
dhan, à préparer et à satisfaire les com-
mandes, en recourant aux services de trois
autres femmes pour l’aider à répondre à
toutes les demandes.
Côté prix, la clientèle pense qu’ils sont
néanmoins élevés. A titre d’exemple le
kilo de "Baklawa" à base d’amande est
cédé à 1.600 DA, alors que le prix du kilo
de "Mkhabbaz" et "Makrout Ellouz" est
fixé à 1.500 DA. Les gâteaux fabriqués à
base de cacahuètes sont cédés à 1.000 DA
le kilo. Ces dépenses sont à ajouter à une
longue liste des frais incontournables du
ramadhan, qui rongent sévèrement le bud-
get familial.
O
ser s’aventurer durant la journée
dans la région d’Adrar, cette par-
tie de l’Algérie profonde où l’on
recense les plus fortes températures du-
rant la saison estivale, relève de l’ex-
ploit. On a l’impression que le soleil qui
tape fort est juste au-dessus de nos têtes.
Se protéger de ses rayons qui vous trans-
percent ne sert à rien puisque la chaleur
torride, lourde, écrasante vous serre à la
gorge et dessèche votre bouche. Ceci
n’empêche nullement les d’Adrar de jeu-
ner comme tout le monde dans ces
conditions difficiles et insupportables et
de vaquer à leurs occupations quoti-
diennes.
Les traditions ancestrales se perpé-
tuent et se répètent au fil des siècles et
pour l’adolescent, jeuner pour la pre-
mière fois, fait l’objet d’un rite particu-
lier. Une véritable cérémonie est
organisée.
La veille du carême, notre jeune est
conduit sur une terrasse, muni d’une
glace afin d’observer le croissant. Sitôt
cet acte accompli, ses proches se hâtent,
se dropent de le changer et lui faire por-
ter des habits neufs .Ce soin est généra-
lement laissé à la grand-mère. Une
gandoura et un ‘chèche’ d’un blanc im-
maculé sont choisis pour la circonstance.
Puis, autour d’une table garnie de viande
grillée et de fruits, l’adolescent se rem-
plit la panse jusqu’à se gaver en prévi-
sion d’une longue et rude journée où il
faut tenir et résister.
À la rupture du jeûne, il est félicité
par sa famille, ses amis qui l’honorent de
quelques billets bien mérités. Du lait,
des dattes et une délicieuse soupe
connue sous le nom de ‘lahssa’ font par-
tie du menu. Les mains du jeune sont
enduites de henné et ses yeux passés au
‘khol’. On lui enfile aussi un anneau en
argent. Et voilà notre jeune homme de-
venu adulte. Le rituel du thé est incon-
tournable, un thé aux trois lettres ‘J’. La
première lettre ‘J’ (jmer ou braise) la se-
conde ‘J’ (pour la jmaa ou le groupe) et
enfin le troisième ‘J’ (pour le jerr ou le
chant ou la conversation).
Aux environs de 22 heures, direction
la mosquée pour les prières suréroga-
toires (tarawih) qui durent environ une
heure. Retour à la maison pour faire ri-
paille et sortir soit afin de rejoindre le
centre-ville pour les grandes cités, soit
s’affaler sur le sable doux et fin dans les
ksour. Là, on parle, on papote de tout et
de rien, les téléphones s’invitent majes-
tueusement à la soirée. L’un des présents
se dérobe discrètement pour aller cher-
cher ce thé, breuvage qui vous assure
énergie et force. Les femmes, une fois
les tâches domestiques accomplies se re-
trouvent entre elles, évoquant les re-
cettes du jour, les dernières séquences du
feuilleton que personne ne rate.
L’heure du shor est retardée aux alen-
tours de trois heures trente voire un peu
plus. Si certains continuent à se gaver lit-
téralement de couscous arrosé de soupe
ou de lait caillé ,d’autres par contre se
contentent de quelques poignées de
‘sfouf ’dattes concassées et gardées dans
une ‘tadara’ en osier et de gorgées d’eau
ou de lait .Un verre de thé pour clôturer
le tout et le tour est joué, le ventre bien
rempli afin d’entamer la journée.
El-Hachimi Safi
Les magasins de vente de gâteaux traditionnels enregistrent, à Oran, à la veille de l'Aïd-el-Fitr, une affluence notable de la part des clients qui
viennent jusqu’à une heure avancée de la nuit acquérir toutes sortes de gâteaux pour garnir leur table.
Le vent en poupe
ADRAR
Rites et coutumes
Les boutiques de plantes médicinales et aroma-
tiques installées dans plusieurs quartiers d’El-Oued
font ces deniers temps bonne recette, vu le rush des
clients venus se procurer des plantes aromatiques en-
trant dans la préparation de la boisson locale dénom-
mée El-Ouazouaza. Appelée Ouazouaza dans la
région d’El-Oued, El-Deffi dans celle voisine d’Ouar-
gla et d’autres régions du Sud, ou Gataâ El-Berd à La-
ghouat, ce breuvage, à l’origine très ancienne, est
pratiquement préparé pour le mois sacré de Rama-
dhan, coïncidant cette année avec la période des fortes
chaleurs, pour étancher la rude soif et revigorer le
corps humain. Nombreux sont les hommes et femmes,
notamment ceux détenant de riches connaissances et
recettes en matière de phytothérapie, qui se rabattent
ces jours-ci sur les boutiques et étals de marchés, à la
recherche de plantes constituant les ingrédients de
préparation de cette boisson, se prescrivant, eux-
mêmes, le dosage des plantes médicinales et aroma-
tiques.
El-Ouazouaza, dont le nomrenvoie à son goût âpre
s’impose en période des fortes chaleurs à El-Oued,
narguant les grandes marques locales et mondiales de
boissons juteuses et gazeuses, car riche, selon les
connaisseurs, en substances nutritives extraites, à par-
tir d’infusion ou d’ébullition, de la camomille et du
thym, outre une quarantaine d’autres plantes, compo-
sant la recette ‘‘made-in’’ locale de la boisson.
Une boisson aux diverses plantés revigorantes
S’agissant de la préparation de la boisson, Cheikh
Abdallah, un herboriste au marché d’El-Oued, a mis
l’accent sur la nécessaire connaissance des herboristes
en matière de composition, d’adaptation, de posologie
et des effets secondaires des ‘‘overdoses’’ de plantes,
endémiques du Sahara algérien, pour ne pas exposer
la santé du consommateur au danger. Cheikh Abdallah
a jugé préférable l’infusion d’une quarantaine d’es-
pèces végétales, médicinales et aromatiques, dont la
camomille, l’herbe de grâce ou péganion, le gingem-
bre, les clous de girofle, le poivre noir, les graines de
coriandre, le réglisse, ainsi que d’autres substances.
Mme Fedjra, une octogénaire jouissant de plus de 40
ans d’expérience dans l’élaboration d’El-Ouazouaza,
a, de son côté, exigé des poignées allant de 25 à 50
grammes de chaque plante, lavée au préalable, à mé-
langer puis envelopper dans une bourse en étoffe de
linge blanc propre appelée Sorra ou Hezma, avant de
l’imbiber dans un récipient de 10 litres d’eau couvert
pour une durée de 12 heures. L’opération, explique
Mme Fedjra, est répétée trois fois jusqu’à épuration
des plantes de toute impureté, avant de les replacer
dans une quantité similaire d’eau douce en y ajoutant,
pour sucrer l’extrait, d’un kilogramme de datte diluées
dans de l’eau pour obtenir un jus de datte connu sous
le nomde Merissa, et ensuite fermer le récipient pen-
dant 24 heures, période nécessaire à l’interaction des
plantes et à l’extraction d’une boisson succulente.
Des vertus thérapeutiques avérées
Mme Yamina, une octogénaire explique la diffé-
rence des saveurs que donne cette boisson, d’une pré-
paration à une autre, par le dosage des ingrédients, soit
en rajoutant de la plante dite Harmel pour obtenir le
goût âpre, soit des dattes pour la saveur sucrée, soit
du gingembre pour le côté piquant. Une thèse étayée
par Mme. Dziria, sexagénaire, qui estime que le goût
dépend énormément de la composition des plantes uti-
lisées. Abdenacer El Bahi, herboriste et phytothéra-
peute, a, après avoir reconnu les bienfaits de ce
breuvage, a soutenu que cette boisson possède de
nombreuses vertus thérapeutiques contre de nom-
breuses pathologies, notamment au plan gastrique et
immunitaire. Toutes ces raisons font que la vente
de cette boisson prospère en été dans les marchés de
la wilaya d’El-Oued où elle attire de nombreux
adeptes, avant, pendant et après la période de Rama-
dhan.
Mercredi 30 Juillet 2014
Société
EL-OUED
Préparation d’El-Ouazouaza
COMMERCE DES GÂTEAUX TRADITIONNELS À ORAN
TIMECHRET, UNE TRADITION REMISE AU GOÛT DU JOUR À TIZI OUZOU
Solidarité et partage
Après avoir disparu de plusieurs vil-
lages de Kabylie, durant la décennie noire,
Timechret, une fête villageoise organisée à
l’occasion de grands évènements agraires,
religieux notamment, revient au goût du
jour ces dernières années.
Conscients de la portée sociétale de
cette tradition séculaire, plusieurs comités
de villages et des associations culturelles
de la wilaya de Tizi Ouzou, ont décidé de
la sortir de l’oubli et de la faire revivre à la
faveur du recul du terrorisme, et à la
grande joie des villageois notamment des
vieux qui estiment que "cette fête qui ren-
force les liens de la communauté, ne doit
pas être délaissée, car elle rappelle et en-
seigne les valeurs de la solidarité, du par-
tage et du pardon". Parmi les villages qui
ont décidé de faire renaître cette tradition,
Sidi Ouareth dans le douar de Sidi Ali Bou-
nab (commune de Tadmait), a décidé de re-
lancer Timechret, abandonné durant les
années 90, pour "reprendre cette vieille
tradition qui assurait le maintien de l'orga-
nisation, de la cordialité et de la cohésion
entre tous les villageois", selon les organi-
sateurs. Mohamed, un septuagénaire se
rappelle, avec nostalgie, le jour de Tawzaat
dans son village, à Sidi Ali Bounab. Orga-
nisée le jour de l’Aïd El Fitr, cette fête était
beaucoup plus un jour de retrouvailles.
"Les familles qui composent le village et
qui résident ailleurs, viennent de partout,
des autres wilayas et même de l’étranger
pour y prendre part.
C’était alors l’occasion de revoir des
proches et des amis qu’on n’a pas vu de-
puis longtemps", ajoute-t-il.
Dans la wilaya de Tizi Ouzou, la fête de
l’Aïd-el-Fitr est une occasion pour plu-
sieurs villages d’organiser une Timechret
ou Tawzaat (le partage), un évènement, or-
ganisé par le comité de village et qui consa-
cre la solidarité et le partage entre les
villageois.
Pour l’occasion, une quête est organisée
parmi les villageois pour l’acquisition d’un
ou plusieurs animaux (b£ufs, veaux, ou
moutons) à sacrifier. Selon les régions, la
contribution peut se faire selon les moyens
de chaque famille, ou concerner unique-
ment les familles riches. Dans certains cas,
la bête sacrifiée est offerte par un riche du
hameau. Le jour de l’Aïd, très tôt le matin,
les hommes se réunissent dans la place du
village et se chargent d’égorger les bêtes
qui sont ensuite dépecées, une tâche épui-
sante mais qui se déroule dans une am-
biance conviviale, festive et surtout de
retrouvailles puisque Timechret est aussi
l’occasion pour les enfants qui ont quitté
le hameau de retrouver la terre natale.
De leur côté, les femmes participent à
cet évènement en préparant des beignets et
un repas collectif, le traditionnel couscous
aux légumes secs qui sera offert à midi aux
hommes et aux enfants. Après le repas, la
viande est répartie en plusieurs tas, en fonc-
tion du nombre des familles du village.
Dans certains villages, à l’exemple de la ré-
gion de Sidi Ali Bounab, la cérémonie du
partage se pratique de manière tradition-
nelle. Chaque chef de famille découpe un
petit bout de branche qu’il taille et décore
de façon à le reconnaître ensuite. Ces
branches appelées "Tisseqarin" sont ensuite
mêlées et remises au sage du village qui les
dépose sur le tas de viandes.
Ce geste a pour souci de consacrer le
partage équitable et d’éviter le sentiment
d’être lésé, en choisissant de laisser le ha-
sard indiquer la part de tout un chacun,
même si on avait pris le soin de faire des
parts presque identiques en qualité et en
quantité. Le soir, le fumet de la viande qui
cuit dans une sauce embaume le village. Au
dîner, chaque famille (pauvre ou riche) se
retrouve autour d’un repas, un délicieux
couscous à la viande et aux légumes de sai-
sons.
Pour clôturer ses activités ramadhanesques et concré-
tiser ainsi un certain nombre de ses projets qu’elle s’est
fixés pour cette période, l’association «Djazaïr El-Kheir»
de Béchar a organisé une soirée artistique, à laquelle ont
été conviés des familles, ainsi que des bienfaiteurs qui ac-
compagnent cette association dans toutes ses entreprises.
Au menu de cette manifestation et en marge des repré-
sentations mélodieuses programmées pour la circons-
tance, ont été honorés les quatre lauréats (juniors et cadets)
du concours «Bilal» du meilleur muezzin, ainsi que bien
d’autres personnes ayant participé de près ou de loin à
toutes les activités de cette jeune association qui, rappe-
lons-le, et à l’instar des autres associations locales de
«Djazaïr El-Kheir» qui évoluent à travers le pays, a, du-
rant tout ce mois béni, procédé à la distribution de 200
couffins de Ramadhan, à Béchar et Béni-Ounif, au profit
des nécessiteux. 250 repas du jeûneur, ainsi qu’une cin-
quantaine d’autres à emporter ont été quotidiennement
servis en ce mois de Ramadhan, alors qu’à l’occasion de
la fête de l’Aïd-el-Fitr, l’association «Djazaïr El-Kheir»
de Béchar a distribué des colis (vêtements) au profit de 65
orphelins et de 150 (adultes et enfants) nécessiteux. Une
initiative et un grand élan de solidarité à l’égard de tous
ceux qui en ont le plus besoin, notamment en pareilles cir-
constances. Enfin, il est à noter que l’Association «Djazaïr
El-Kheir» compte incessamment mettre à exécution son
projet environnemental et entreprendre une vaste opéra-
tion de nettoyage de la ville de Béchar, en étroite collabo-
ration avec les services concernés et la participation des
associations de quartiers et de certains entrepreneurs.
Ramdane Bezza
Publicité
E
l M
o
u
d
ja
h
id
/P
u
b
d
u
3
0
/0
7
/2
0
1
4
BÉCHAR
Djazaïr El-Kheir
solidarité tous azimuts
Mercredi 30 Juillet 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h54
- Asr.............................16h43
- Maghreb....................19h59
- Icha……...……....... 21h31
Jeudi 3 Chawal 1435 correspondant
au 31 juillet 2014 :
- Fedjr........................04h11
- Chourouq.................05h53
Horaires des prières de la journée du Mercredi 2 Chawal 1435
correspondant au 30 juillet 2014 :
29 EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
delapublication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
El Moudjahid/Pub ANEP136637 du 30/07/2014
REPUBLIQUE ALGERIENNE
DEMOCRATIQUE ET
POPULAIRE
OFFICE NATIONAL
DE COMMERCIALISATION
DES PRODUITS
VITI-VINICOLES (ONCV)
112, QUAI SUD - ALGER
AVIS
D'INFRUCTUOSITÉ
Il est porté à la connaissance
des soumissionnaires ayant
participé à l'appel d'offres
national et international restreint
n°250/BOG/2014 relatif à
l'acquisition de 1.486.000
tablettes d'alcool solidifié, paru
dans les quotidiens nationaux
Echaâb et El Moudjahid du
26/06/2014, Le Soir d'Algérie
du 01/07/2014 et dans le
BOMOP, que l'avis d'appel
d'offres est déclaré infructueux,
pour motif : Réception d'un seul
pli.
El Moudjahid/Pub ANEP 136762 du 30/07/2014
République Algérienne
Démocratique et Populaire
Ministère de la Santé,
de la Populationet de la
Réforme Hospitalière
Institut Pasteur
d' Algérie
AVIS
D'INFRUCTUOSITÉ
N°000016001381120
Conformément aux dispositions de
l'article 49 du décret présidentiel
N°10-236 du 07 Octobre 2010, por-
tant réglementation des marchés pu-
blics, modifié et complété, l'Institut
Pasteur d'Algérie, sis à 01, route du
Petit Staouali, Dely Ibrahim, Alger,
informe l'ensemble des fournisseurs
ayant soumissionné à l'appel d'offres
international restreint N°05 /2014 re-
latif à l'acquisition de vaccins et pro-
duit thérapeutique, que les lots
suivants sont infructueux au motif :
un seul pli déposé.
- Lot N°02 : Vaccin DT
Pédiatrique
- Lot N°03 : BCG pour
immunothérapie.
El Moudjahid/Pub
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA PECHE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES
Numéro d'Identification Fiscale : 408027000000092
Prorogation de délai
Il est porté à la connaissance des
soumissionnaires intéressés par l'avis
d'appel d'offres national ouvert
n°10/2014 relatif à la : «Mise à niveau
du parc informatique du Ministère de
la Pêche et des Ressources
Halieutiques», que le délai de dépôt des
offices est prorogé de 16 jours.
A cet effet, le dépôt des offres est prévu
le dernier jour de la durée de préparation
des offres à 12h00, et l'ouverture des plis
sera le même jour à 13h00 mn, au siège
du Ministère.
ANEP 136774 du 30/07/2014
Le président, le membre du directoire, les ca-
dres dirigeants et l’ensemble du personnel de la
SGP Travaux Publics SINTRA, très affectés par
le décès de la mère de M. BENHABICHE Az-
zedine, président-directeur général de l’EGT
Oran, lui présentent ainsi qu’à sa famille leurs
sincères condoléances les plus attristées et les as-
surent en cette pénible circonstance de leur pro-
fonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant,
accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et
l’accueille en Son Vaste Paradis.
«À Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 30/07/2014
FAV
FEDERATION ALGERIENNE DE VOILE
AVIS D'INFRUCTUOSITÉ
de l'avis d'appel d'offres
N°01/FAV/2014
Il est porté à la connaissance de l'ensemble des personnes
morales et des personnes physiques ayant participé à l’avis
d'appel d'offres n° 01/FAV/2014, relatif à l’achat des planches à
voiles et semi-rigides avec moteurs paru dans les quotidiens
El Moudjahid, Echâab, a été infructueux lors de la séance
d'ouverture des plis le 23 avril 2014.
CONDOLÉANCES
ANEP 136904 du 30/07/2014 El Moudjahid/Pub
La famille Missoum a l’immense douleur
de faire part du décès de son cher époux, père
et grand-père Abdelhakem Missoum, survenu
hier à l’âge de 81 ans.
L’inhumation aura lieu aujourd’hui à Ouled
Mimoun (Tlemcen).
Que Dieu Tout Puissant accueille le défunt
en Son Vaste Paradis et lui accorde Sa Sainte
Miséricorde.
DECES
30 EL MOUDJAHID
Sports
Mercredi 30 Juillet 2014
MCA
Yahiaoui à l'essai au FC
Martigues
Le milieu de terrain algérien, Ahmed Yahiaoui, qui
était sur le point de signer au MC Alger (Ligue 1,
Algérie) effectue actuellement des essais avec le
FC Martigues, le club de sa région natale pension-
naire du championnat français amateur de football,
indique la presse locale. Yahiaoui, s'était récem-
ment déplacé à Alger où il a trouvé un terrain d'en-
tente avec le MCA en vue de porter ses couleurs,
mais il a changé d'avis à la dernière minute et a dé-
cidé de rentrer chez lui en France.
Annoncé comme une future "star" du football fran-
çais au début des années 2000, lorsqu'il faisait par-
tie des équipes de jeunes de l'Olympique de
Marseille en compagnie de Samir Nasri, Yahiaoui
n'a jamais confirmé son potentiel et n'a pas réussi à
faire carrière dans le monde professionnel.
Passé ces dernières années par la Suisse, l'AS
Cannes, le CS Sedan-Ardennes, le milieu de terrain
de 27 ans, qui s'était également engagé avec le MC
Oran (Ligue 1, Algérie) la saison dernière avant de
résilier son contrat au bout de quelques semaines,
devrait finalement atterrir à Martigues.
ASO CHLEF
Nabil Ejenavi, septième
recrue
Le milieu de terrain Nabil Ejenavi, formé à l'AS
Saint-Etienne (Ligue 1, France), est devenu la sep-
tième recrue estivale de l'ASO Chlef après avoir
signé un contrat de trois saisons. Ejenavi (19 ans),
ex-joueur également d'Istres (CFA), a passé avec
succès les tests auxquels il a été soumis depuis
quelques jours. Il a signé un contrat espoir, ajoute la
même source. Né à Marseille, le joueur nourrit, à
travers sa nouvelle expérience, de grandes ambi-
tions pour s'illustrer et rejoindre dans un premier
temps la sélection d'Algérie olympique. L'ASO, au-
teur d'un parcours mi-figue, mi-raisin la saison der-
nière, s'envolera jeudi prochain en Turquie pour
poursuivre sa préparation en vue du championnat
2014-2015.
USM BEL-ABBÈS
Bouguèche annoncé
L'attaquant Hadj Bouguèche, dont le contrat avec
le MC Alger n'a pas été renouvelé, devrait s'engager
dans les prochains jours avec l'USM Bel Abbès, an-
nonce le nouveau promu en Ligue 1 algérienne de
football. Bouguèche a retrouvé le MCA en janvier
2013 après une expérience de deux années et demie
dans le championnat saoudien où il a porté les cou-
leurs d'Al-Kadissia, Ennasr et Al-Taâwoun. Malgré
sa contribution dans le trophée de la coupe d'Algé-
rie remporté par le ''Doyen'', le joueur de 30 ans n'a
pas été retenu dans l'effectif des Vert et Rouge de la
capitale en vue de la saison prochaine.
Annoncé de retour en Arabie Saoudite, le natif
d'Arzew (Ouest d'Algérie) devrait finalement opter
pour l'USMBA qui retrouve l'élite une année seule-
ment après sa relégation en Ligue 2. L'ex-interna-
tional algérien deviendrait la 20
e
recrue du club de
la Mekerra, dont le nouvel entraîneur français,
Jean-Guy Wallemme, a décidé de se passer des ser-
vices de deux nouveaux joueurs, Mehsas et Benah-
med, apprend-on de même source. L'ancien coach
de l'AJ Auxerre (Ligue 2, France) n'a pas été
convaincu par les prestations des deux joueurs lors
du précédent stage effectué en Tunisie.
CR BELOUIZDAD
Un second stage à partir
du 3 août à Sétif
Le CR Belouizdad, qui a bouclé vendredi son pre-
mier stage d'intersaison à Ifrane (Maroc), entamera
un second le 3 août prochain. Il aura lieu au centre
de formation ''El baz'' à Sétif (Est d'Algérie), a-t-on
appris auprès de la direction du club de Ligue 1 al-
gérienne de football. Avant d'aborder leur regroupe-
ment sétifien, les Rouge et Blanc de la capitale
rallieront la veille la ville de Béjaia où ils donneront
la réplique au MO Béjaïa (Ligue 1, Algérie), dans
une sixième rencontre amicale depuis la reprise des
entraînements. Après une saison des plus difficiles,
au terme de laquelle leur équipe a attendu les der-
nières journées du championnat pour s'extirper de la
relégation, les dirigeants belouizdadis ont procédé à
un grand remue-ménage au sein de leur effectif.
Dix huit (18) nouveaux joueurs ont rejoint les gars
de Laâquiba à l'occasion de l'actuel mercato d'été.
Un nouvel entraîneur a été également engagé, en la
personne du Français, Victor Zvunka. Ce dernier
multiplie les matchs tests pour justement travailler
l'harmonie de son équipe. Avec un effectif renou-
velé à presque 90%, le manque de cohésion risque
de jouer un mauvais tour aux coéquipiers de Boube-
keur Rebih, notamment pendant les premières jour-
nées du championnat, dont le coup d'envoi est
prévu pour le 16 août prochain.
ENTRETIEN AVEC ALI FERGANI
(ENTRAINEUR DE LA JSM BÉJAIA)
«Je suis là pour faire remonter
l’équipe en ligue 1»
Comment cela s’est passé pour votre
venue à la JSMB ?
Pour la JSMB, cela fait longtemps que ce
club avait des touches avec moi, depuis
l’époque de Boualem Tiab. C’est quelqu’un
que je connais très bien, que je respecte et que
je salue au passage. Mais, cela ne s’est pas
fait pour des raisons que j’ignore. Quand, il
m’arrivait de passer à Béjaïà, les gens vou-
laient toujours savoir pourquoi je ne voulais
pas prendre en mains la JSMB. Mais c’est
faux. Je n’ai jamais refusé de driver la JSMB.
Au contraire, ce club a de tout temps était
bien organisé et il m’intéressait de le coacher,
comme cela était le cas de plusieurs autres
entraîneurs. Il faisait partie des clubs les plus
structurés et les mieux organisés de la Ligue
1. C’est pourquoi, je ne le cache pas, j’ai sou-
haitais l’entraîner bien avant. Il faut rappeler
que ce club jouait souvent le haut du tableau.
Hélas, ces dernières années, la JSMB a péri-
clité et rétrogradé. Bon, on ne va pas revenir
sur les raisons de cela. A présent, c’est l’ave-
nir qui compte.
C’est Hakim Medane qui vous a
convaincu de prendre en mains cette
équipe ?
Oui, c’est Hakim Medane, manager géné-
ral du club, qui a pris attache avec moi. On a
rapidement trouvé un accord. Le challenge
qu’il m’a proposé de relever me convient par-
faitement. Vous savez, Hakim Medane, qui
lui aussi revient au club, avait laissé avec
Menad qui, il y a quelques années de cela, la
JSMB parmi les meilleurs formations de la
ligue 1. Medane-Menad, c’était un ancien
duo de la JSK, à présent, je vais constituer
avec lui un nouveau ancien duo de la JSK. Je
souhaite qu’on fasse ensemble de bonnes
choses avec la JSMB.
Le départ de Boualem Tiab ne vous a-t-
il pas fait craindre de vous lancer dans
l’inconnu avec les nouveaux dirigeants du
club ?
Le discours de Hakim Medane m’a
convaincu. Ensuite, il faut savoir que je me
suis renseigné sur le nouveau président Ber-
kati, qui est quelqu’un de respectable et qui a
une bonne réputation. Il y a eu un passage de
relai entre lui et Tiab, soit entre deux enfants
de la région, qui s’est fait dans de bonnes
conditions. J’estime que la JSMB est entre de
bonnes mains. On travaillera dans un climat
de confiance mutuelle pour pouvoir accom-
plir convenablement notre mission.
Comment avez-vous trouvé la situation
au sein de l’équipe ?
La situation est un peu difficile. La nou-
velle direction hérite de sérieux problèmes,
je le dis en connaissance de cause. Il y a des
joueurs qui sont partis, d’autre dont le club
veut s’en séparer mais qui sont encore sous-
contrat et avec lesquels il faut traiter, en plus
du recrutement qui s’est fait dans des condi-
tions difficiles. C’est un peu délicat, comme
on dit. Ceci dit, le discours de Medane et du
président m’a intéressé.
Qu’en est-il sur le plan de l’effectif et
des moyens humains et matériels mis à
votre disposition ?
Sur le plan des infrastructures, on a tout
ce qu’il faut et le nécessaire. Entre le MOB
et la JSMB, chacun a ses installations au ni-
veau du stade de l’Unité Maghrébine. Les
moyens existent au sein du club. Maintenant,
il faudra mettre de l’ordre à tous les niveaux
et bien organiser les choses en tout point de
vue. Le club était pris à la gorge, les diri-
geants ont dû recruter rapidement. Je dispose
d’un groupe que je n’ai pas forcément choisi.
C’est un peu un handicap, mais on va y re-
médier. On a commencé tard la reprise des
entrainements et de la préparation, même si
Hammouche, qui reste dans mon staff, avait
entamé une partie du travail avant mon arri-
vée. Il y a Bérarma, comme entraîneur des
gardiens de but, et un préparateur physique
Adlène Boukhedena, l’ancien joueur constan-
tinois, qui sont avec nous dans le staff. Je
m’atèle à bien connaitre les qualités de cha-
cun de mes joueurs en ce moment. Tout se
passe bien.
Quel est l’objectif qui vous a été assi-
gné par la direction du club ?
Tout d’abord, on doit reconstruire une
bonne et solide équipe dans un club qui doit-
être bien organisé à tous les niveaux. On fera
le maximum pour faire accéder la JSMB. Il y
a trois places pour la montée, on fera de notre
mieux pour en accrocher une. La Ligue 2 est
difficile et il y a de nombreux autres clubs qui
viseront l’accession, mais il faudra y croire.
Un contrat de deux ans me lie à la JSMB avec
l’objectif de tout mettre en œuvre pour faire
accéder le club à nouveau en Ligue 1. L’ef-
fectif que j’ai sous la main n’est pas mauvais.
Il y a possibilité de faire de bonnes choses
avec à mon avis.
Quel a été votre discours avec les
joueurs ?
C’est un discours de confiance. On leur a
dit ce qu’on attend d’eux. Ils sont dans un
grand club, qui doit retrouver l’élite dans un
championnat extrêmement difficile, avec
beaucoup de concurrents. Tout d’abord, on
insiste sur la discipline, le sérieux, la dispo-
nibilité et la rigueur. Tout le monde est appelé
à se mobiliser et à être attentif à nos conseils
et directives. Les joueurs sont tenus de four-
nir les efforts nécessaires tout au long de la
saison, qui s’annonce longue et très difficile.
Tout le monde doit tirer la couverture dans le
même sens pour aspirer à la réussite finale.
On espère mener la JSMB à bon port. A pré-
sent, place au travail.
Entretien réalisé par
Mohamed-Amine Azzouz
CSC
2
e
stage à Gammarth du 1
er
au 10 août
L
e CS Constantine entamera un second
stage de préparation à l’étranger. Il aura
lieu après les fêtes de l’Aïd, dans la
ville tunisienne de Gammarth du 1 au 10
août. Le président du club, Omar Bentobal
rencontré à la fin du match amical qui a op-
posé son équipe au Celta Vigo, vendredi der-
nier en soirée, a fait savoir que tout est mis
en œuvre pour que l’équipe se prépare au
mieux et ne manque de rien. «On fait le né-
cessaire pour mettre nos joueurs dans les
meilleures conditions de préparation. Nous
disposons d’un bon effectif composé de
joueurs de qualité. Notre équipe est appelée
à jouer les premiers rôles cette saison. C’est
à quoi nous aspirons pour répondre aux at-
tentes de notre merveilleux public», nous a-
t-il affirmé. Trois rencontres amicales sont au
programme des Sanafir durant le second
stage à l’étranger de l’équipe constantinoise,
avant le coup d’envoi du championnat. Le
CSC a montré de bonnes dispositions lors de
la joute amicale face à l’équipe espagnole de
la Liga, le Celta Vigo, avec une belle victoire
(1-0), qui en dit long sur la qualité et les am-
bitions de cette équipe dans l’effectif a été à
80% remanié. Hamza Boulemdais, le buteur
attitré du CSC, dira à ce propos : «Nous cra-
vachons très dur à l’entraînement en cette pé-
riode de préparation d’intersaison. Les
joueurs sont conscients que jouer au CSC
exige des efforts soutenus et des sacrifices
afin d’obtenir de bons résultats pour faire
honneur à nos supporters qui attendent beau-
coup de nous. Face au Celta Vigo, j’estime
que notre équipe a montré de bonnes choses
qui nous laissent entrevoir l’avenir sous de
bons auspices. Il nous reste beaucoup de tra-
vail à faire et des aspects à améliorer, mais
une chose est sûre, il faudra compter avec
nous cette saison.» Pour son équipier Ben-
cherifa : «Le CSC est fait pour jouer les pre-
miers rôles. On est motivés et solidaires entre
nous. Une bonne ambiance règne au sein du
groupe. Avoir tenu tête au Celta Vigo, qu’on
a battu, nous fait gagner en confiance.» Les
propos de Boulemdais et Bencherifa démon-
trent bien l’état d’esprit qui anime l’équipe
phare de l’Antique Cirta. L’entraîneur Gar-
zitto se dit, pour sa part, serein en son équipe
et confie néanmoins que rien ne sera facile,
et que pour réussir, il faudra que tout le
monde œuvre à travailler dans une totale har-
monie, loin des faux problèmes. Le CSC veut
faire partie des meilleurs et ne compte pas
faire de la figuration lors de l’exercice 2014-
1015. C’est ce que tout le monde au sein du
club nous a affirmé après le match face au
Celta Vigo.
M.-A. A.
Sports
31
EL MOUDJAHID
Mercerdi 30 Juillet 2014
EQUIPE NATIONALE
Gourcuff débutera sa tournée
le 9 août à Tchaker
Christian Gourcuff est attendu à Alger la semaine prochaine. Après l’annonce officielle de son installation à
la tête des Verts, en lieu et place de Vahid Halilhodzic, le technicien breton viendra s’entretenir avec Moha-
med Raouraoua et certains membres du bureau fédéral, faire quelques visites, animer une conférence de
presse et signer, pour la forme, son contrat, au cours d’une petite cérémonie plutôt de prestige, lorsqu’on
sait que l’ancien entraîneur du FC Lorient a signé déjà son contrat à Paris il y a déjà plusieurs semaines.
L
e nouveau sélectionneur qui a en-
tamé ses fonctions de manière of-
ficielle il y a plusieurs jours en
supervisant les adversaires de l’Algérie
aux éliminatoires de la CAN 2015 – il a
assisté à Benin-Malawi et Malawi-
Bénin, il y a quelques jours — entamera
une tournée d’un mois au cours de la-
quelle il supervisera des joueurs suscep-
tibles de faire partie de son groupe pour
les mois à venir. Une série d’entretiens
pourrait être envisagée, si besoin est.
Pour le prochain Ethiopie-Algérie,
prévu le 6 septembre prochain, Christian
Gourcuff se contentera, selon toute vrai-
semblance, du même groupe qui a dis-
puté le Mondial 2014 sous les ordres de
Vahid Halilhodzic. Il a déjà chargé le
manger général Yazid Mansouri de pren-
dre attache avec les joueurs, les sonder
sur leurs situations et leur a transmis des
consignes du coach. 23 joueurs ont parlé
ces derniers jours avec l’ancien capitaine
des Verts. Preuve que Gourcuff va pren-
dre les mêmes joueurs dans un premier
temps, avant d’asseoir petit à petit sa
touche.
Le successeur de Vahid Halilhodzic
débutera sa tournée le 9 août prochain à
Tchaker avec USMA-MCA comptant
pour la super coupe d’Algérie. Il était
prévu dans un premier temps qu’il soit
absent, car préférait-il être Garland pour
le premier match de l’OL pour superviser
Benzia et Fekkir, mais comme ce match
a été reporté de vingt-quatre heures, cela
permet au nouveau sélectionneur de re-
garder les deux matches.
Par la suite, il se pourrait qu’il se dé-
place en Angleterre pour voir jouer Ben-
taleb (Tottenham, Premier League) et
Riyad Mahrez (Leicester, Premier
League). L’Algérie pourrait être la sta-
tion d’après du sélectionneur qui se fera
un poing d’honneur de superviser des
joueurs algériens susceptibles d’être in-
tégrés dans son groupe. Ceci dit, il faudra
attendre au moins le deuxième match
pour voir arriver une ou deux nouvelles
têtes.
A. B.
OLYMPIQUE LYONNAIS
Nabil Fékir n'a pas encore tranché sur son
avenir international
Le jeune meneur de jeune franco-al-
gérien de l'Olympique Lyonnais (Ligue 1
française de football), Nabil Fékir, consi-
déré comme une des principales révéla-
tions de la saison sportive en cours, n'a
pas encore tranché concernant son "ave-
nir international", entre l'équipe de
France ou celle d'Algérie. "Je n'ai pris au-
cune décision pour le moment. C'est un
cas auquel j'évite de trop penser, car la
priorité pour moi est d'abord de m'impo-
ser à Lyon" a-t-il répondu à un journaliste
du "Progrès" qui cherchait à savoir si ce
jeune prodige de 21 ans allait participer
à la CAN-2015 (au Maroc) avec l'Algé-
rie.
Hubert Fournier, l'entraîneur en chef
de l'OL, dans une récente déclaration à la
presse locale, avait affiché, lui aussi, une
certaine crainte que Nabil Fékir, ainsi que
d'autres jeunes lyonnais qui, comme lui,
possèdent la double nationalité, choisis-
sent de prendre part à la prochaine Coupe
d'Afrique des Nations.
"A ce qui se dit, le nouveau sélection-
neur de l'Equipe d'Algérie, Christian
Gourcuff, aurait à l’oeil certains joueurs
lyonnais dans la perspective d'une éven-
tuelle convocation", avait déclaré Hubert
Fournier.
L'Olympique Lyonnais est probable-
ment le club étranger qui compte le plus
grand nombre de joueurs algériens parmi
ses rangs, avec pas moins de six élé-
ments, rien que parmi le groupe profes-
sionnel.
Il s'agit de Yassine Benzia, Mehdi
Zeffane, Farès Bahlouli, Rachid Ghezzal,
le frère de l'ancien international, Abdel-
kader, et bien sûr Nabil Fekir.
TRABZONSPOR
Belkalem tout près de signer
Le défenseur international al-
gérien de Watford (Div. 2 an-
glaise de football), Essaid
Belkalem, devrait rejoindre, à
titre de prêt, la formation turque
de Trabzonspor, dirigée par l'an-
cien coach des Verts, Vahid Ha-
lilhodzic, rapporte la presse
locale.
Selon la même source, un ac-
cord aurait été trouvé entre les
deux clubs pour le transfert du
joueur algérien, pour une saison,
sur recommandation de Vahid
Halilhodzic, intéressé par le pro-
fil de l'ancien défenseur de la JS
Kabylie (Ligue 1/Algérie).
Essaid Belkalem (25 ans),
très tenté par une expérience en
Turquie, devrait officialiser son
transfert prochainement, lui qui
n'a pas réussi à s'imposer en An-
gleterre. Ayant signé un contrat
de quatre saisons avec le FC Gre-
nade (Liga espagnole) l'été der-
nier, Belkalem a été prêté dans la
foulée pour une saison à Watford
avec option d'achat.
CABBA
Mohamed Mihoubi, entraineur
«C’est faux, on n’a pas eu peur de
jouer face à l’USMA ». Beaucoup de
choses ont été dites au sujet du non dé-
roulement du match amical de prépara-
tion USMA-CABBA, initialement fixé au
mercredi 23 juillet passé, au stade Omar
Hamadi. Il a été rapporté dans les médias,
que s’est l’entraîneur du Ahly Bordj-Bou-
Arreridj, Mohamed Mihoubi, qui a fina-
lement décidé de ne pas faire participer
son équipe à ce match, parce qu’a-t-on
dit, il aurait craint que son équipe prenne
une raclée et que cela atteigne ses joueurs
moralement. Lors d’une discussion que
nous avons eue avec lui, le coach bordjien
a tenu à expliquer les réelles raisons de
son refus que son team prenne par à la
joute amicale contre le champion d’Algé-
rie en titre. A ce propos, il apporte les pré-
cisions suivantes : «On n’a pas refusé de jouer le match amical face à l’USMA,
parce qu’on craignait de prendre un score lourd comme affirmé par certains.
Cela est archi-faux. Un problème s’est posé pour nous. Je m’explique. Nous
avons convenu d’une rencontre amicale face à l’USMA pour le mercredi 23
juillet dernier. La veille du match, les dirigeants de l’USMA nous ont appelés
pour décaler la date de la rencontre au samedi 26 juillet. Ce que j’ai person-
nellement en tant qu’entraîneur refusé, pour la simple raison que nous avions
nous aussi un programme de travail bien établi et que nous devions respecter.
On ne pouvait pas jour le 26 juillet face à l’USMA alors que nous avions
convenu d’un match amical le 25 juillet contre le PAC. Notre équipe se trouvait
en stage de préparation d’une semaine à Alger. On ne voulait surtout pas cham-
bouler notre programme de travail. Voilà, la vraie explication. Donc c’est faux,
on n’a jamais eu peur d’affronter l’USMA. Cet argument n’a aucun sens».
Aussi, Mihoubi a tenu à dire sa désolation de voir son équipe entamer une
séance d’entraînement au stade Bologhine, durant son stage à Alger, avec l’ac-
cord des dirigeants usmistes, comme convenu entre les deux parties, sans pou-
voir l’accomplir jusqu’au bout, puisqu’elle a été priée de quitter les lieux par
le directeur du stade : «Franchement, cela n’est pas sérieux. Le CABBA a été
chassé du terrain par le directeur du stade en pleine séance d’entraînement,
que nous avions entamée sans pouvoir la terminer». Par ailleurs, le staff tech-
nique du CABBA a accordé trois jours de repos aux joueurs, qui reprennent
aujourd’hui le chemin de l’entraînement à Bordj. L’équipe prendra la direction
de Ain Draham en Tunisie pour y effectuer un second stage de préparation
fixé du 31 juillet au 12 août. Mihoubi a concocté un programme de travail mi-
nutieux, pour permettre à son équipe, qui accuse un retard en termes de pré-
paration, de rattraper le temps perdu afin qu’elle soit fin prête d’ici le coup
d’envoi du championnat de ligue 2 professionnelle Mobilis. Elle y livrera au
moins trois matches amicaux qui permettront au coach de peaufiner l’aspect
technico-tactique et de juger de la forme physique de chacun de ses poulains.
Mihoubi se dit confiant en son équipe et affirme être satisfait du comportement
de ses joueurs qui sont mobilisés et à l’écoute des conseils et directives du
staff technique. Il loue aussi leur sens de la discipline, ce qui est fait pour lui
faciliter la tâche. «Je crois en ce groupe et ensemble, on fera de notre mieux
pour que nos supporters soient fiers et satisfaits de leur équipe. On fera en
sorte que l’équipe pratique du beau football et soit capable d’obtenir de bons
résultats. Rien ne sera facile, mais avec la détermination et la solidarité de
tous, tout est possible. Quand je vois l’attachement que vouent les supporters
du CABBA à leur équipe, je ne peux que tout donner en tant qu’entraîneur
pour qu’on puisse leur donner de la joie», confie-t-il. Le CABBA aspire à se
reconstruire et à retrouver pourquoi pas la ligue 1 dès la fin du prochain exer-
cice. C’est le souhait de tous les amoureux du club, qui souhaitent que leur
équipe de toujours leur fasse vivre une saison passionnante.
Mohamed-Amine Azzouz
MO BEJAIA
Le Malien Salif Ballo s'engage
pour deux ans
L'attaquant malien, Salif Ballo, s'est engagé pour deux ans avec le MO Bé-
jaia après avoir passé avec succès les tests techniques qu'il a subis au cours du
stage de préparation des Béjaouis à Tunis, a annoncé le club de Ligue 1 algé-
rienne de football. Ballo est devenu la douzième recrue des Crabes depuis l'ou-
verture du mercato estival. Il devra également être le dernier arrivé chez les
Vert et Noir, d'autant que la période des transferts sera clôturée le 31 courant
à minuit. Par ailleurs, le MOB a terminé sur une bonne note son regroupement
de d'une dizaine de jours à Tunis, après avoir réussi à damer le pion en amical
à la formation saoudienne d'Al-Taawoun (2-1). Il s'agissait de la quatrième
joute amicale des protégés de l'entraîneur Abdelkader Amrani au cours de ce
stage. Ils s'étaient inclinés lors de leur première sortie face aux Congolais de
TP Mazembe (2-0), avant de faire deux matchs nuls contre l'ES Tunis et le
CA Bizerte de Tunisie sur le même score (1-1). Les Béjaouis préparent leur
deuxième exercice parmi l'élite après avoir terminé à la 12
e
place le cham-
pionnat de la saison dernière 2013-2014. Le coup d'envoi de la prochaine édi-
tion est prévu pour le 12 août prochain.
FC PORTO
Nabil Ghilas prêté
au Sporting Braga
L'attaquant international
algérien du FC Porto (Div.
1/Portugal), Nabil Ghilas,
évoluera la saison prochaine
dans une autre formation
portugaise, le Sporting Braga
à titre de prêt, rapporte
France football. Selon la
même source, les deux clubs
ont officiellement conclu la
transaction, deux jours seu-
lement après le début des dis-
cussions autour de ce dossier.
Braga n'était pas la seule
équipe intéressée par le profil
de l’attaquant algérien, puisque la piste des Saoudiens
d'Al-Nasr a été également évoquée. Arrivé chez
les Dragons la saison dernière, le joueur des Verts n'a ja-
mais réussi à s'imposer au sein de sa nouvelle formation.
Il était très souvent remplaçant, notamment lors de la
première partie de l'exercice
El Moudjahid/Pub ANEP 136131 du 30/07/2014
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
PREMIERE REGION MILITAIRE
AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL RESTREINT
N° 125/2014/A1
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national
restreint en vue de :
Travaux de réfection de l’étanchéité des blocs à BORDJ EL BAHRI.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter
au siège de la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sise à Route de Cheffa - Blida
pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de
CINQ MILLE DINARS ALGERIENS (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit algérien
au compte Nº 51/730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de la trésorerie publique -
Wilaya de Blida.
-Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir de :
-Une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;
-Une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;
-Une copie légalisée du registre du commerce de la société; code d’activité N°109203
-Une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
-Une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles
(catégorie 01 et plus) entreprise spécialisée en étanchéité;
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges
devront être scindées en deux (02) parties :
1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ;
2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier
des charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
-Direction Régionale des Finances / Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº 64 A / Terre 01 / Blida
-L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la
mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’Appel d’Offres National Restreint
Nº125/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus
avant la date limite de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date
de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180
jours égale à celle de la préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
Publicité
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 108.16
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.343 $
FETES NATIONALES DE CUBA, DES
MALDIVES, DU LIBERIA ET DU PÉROU
Le Président Bouteflika félicite
le Président Raul Castro Ruz…
Le Président de la Répu-
blique, Abdelaziz Boute-
flika, a adressé un message
de félicitations au président
du Conseil d'Etat et du
Conseil des ministres de la
République de Cuba, Raul
Castro Ruz, à l'occasion de
la fête nationale de son
pays. "Il m'est particulière-
ment agréable, à l'occasion
de la commémoration par le
peuple cubain du 61
e
anni-
versaire de la journée de la
Rébellion nationale, de
vous adresser, au nom du
peuple et du gouvernement algériens ainsi qu'en mon nom personnel,
mes chaleureuses félicitations et mes vœux de santé et de bonheur
pour vous-même, et davantage de progrès et de prospérité pour le
peuple cubain ami", a écrit le chef de d'Etat. "La journée que vous
commémorez a été déterminante dans l'histoire de votre pays. Elle a
marqué le point de départ de la glorieuse Révolution cubaine. C'est
pour moi une opportunité pour vous exprimer mon entière disponi-
bilité et ma pleine volonté de continuer à œuvrer avec vous au ren-
forcement et au raffermissement des excellentes relations d'amitié,
de solidarité et de coopération qui lient nos deux pays et nos deux
peuples", a ajouté le Président Bouteflika.
le Président Abdeulla Yameen
Abdul Gavoom …
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé
un message de félicitations au Président des Maldives, Abdulla Ya-
meen Abdul Gayoom, à l'occasion du 49
e
anniversaire de l'indépen-
dance de son pays. "Il me plaît à l'occasion de la célébration du 49
e
anniversaire de l'indépendance de la République des Maldives de
vous présenter, au nom du peuple et du gouvernement algériens et
en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations ainsi que mes
vœux de santé et de bien-être pour vous-même, et de progrès et de
prospérité au peuple maldive frère", écrit le Président de la Répu-
blique dans son message. "Je saisis cette occasion pour vous expri-
mer ma satisfaction des liens d'amitié et de solidarité unissant nos
deux pays et ma détermination à œuvrer, de concert avec vous, au
raffermissement et au développement des relations de coopération
bilatérale dans différents domaines au mieux des intérêts de nos deux
peuples frères", ajoute le Président Bouteflika.
… la Présidente
Elen Johnson-Sirleaf...
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé
un message de félicitations à la présidente de la République du Li-
beria, Elen Johnson-Sirleaf, à l'occasion de la fête nationale de son
pays.
"A l'occasion de la fête nationale de votre pays, j'ai le plaisir de
vous présenter, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi
qu'en mon nom personnel, nos vives et chaleureuses félicitations
ainsi que mes meilleurs vœux de progrès et de prospérité pour le peu-
ple frère du Liberia", a écrit le Président Bouteflika dans son mes-
sage.
"C'est aussi l'occasion pour moi de vous réitérer mon attachement
personnel ainsi que l'engagement du gouvernement algérien à la
poursuite et à l'approfondissement des relations d'amitié et de coo-
pération entre nos deux pays, dans l'intérêt mutuel de nos deux peu-
ples", a souligné le chef de l'Etat.
"Permettez-moi, également, de vous renouveler l'intérêt particu-
lier que j'attache à la consolidation de la concertation entre l'Algérie
et le Liberia sur les questions régionales et internationales d'intérêt
commun, notamment la promotion de la paix, de la stabilité et de la
sécurité en Afrique", a indiqué le président de la République.
... et le Président
OllantaHumala Tasso
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé
un message de félicitations au président de la République du Pérou,
M. Ollanta Humala Tasso, à l'occasion de la célébration de la fête
nationale de son pays. "Au moment où votre pays célèbre sa fête na-
tionale, il me plaît de vous adresser au nom du peuple et du gouver-
nement algériens ainsi qu'en mon nom personnel, nos vives et
chaleureuses félicitations accompagnées de mes meilleurs vœux de
santé et de bonheur pour vous-même, et davantage de progrès et de
prospérité pour le peuple péruvien ami", écrit le Président Bouteflika
dans son message. "Je saisis cette heureuse opportunité pour vous
réitérer ma volonté d'œuvrer avec vous au renforcement des liens
d'amitié et de solidarité qui unissent nos deux pays ainsi qu'au déve-
loppement de la coopération bilatérale, au bénéfice de nos deux
pays", ajoute le Chef de l'Etat.
ENERGIE
M. Sahnoun PDG par intérim de Sonatrach
M. Said Sahnoun a été installé dimanche à Alger, par le ministre de l'Energie,
Youcef Yousfi, en qualité de président-directeur général par intérim du groupe
Sonatrach, en remplacement de M. Abdelhamid Zerguine, indique un communi-
qué du ministère. M. Sahnoun succède à M. Zerguine qui avait été désigné à la
tête de Sonatrach en novembre 2011. Avant sa nomination à ce poste, M. Sahnoun
occupait la fonction de vice-président de l'activité amont au sein du groupe Son-
trach.
LUTTE DE LIBÉRATION NATIONALE
Projection en avant-première à Bechar
du documentaire-fiction Zone 8
de la Wilaya V historique
Le documentaire-fiction Zone huit de la Wilaya V historique, réalisé par Larbi Lakehal,
a été projeté en avant-première, samedi soir à Bechar, en présence d’universitaires, de
personnalités culturelles et de représentants de la presse.
L'
assistance a eu, en
70 minutes de pro-
jection à la cinéma-
thèque de Bechar, un aperçu
exhaustif sur les différentes
phases de la création et la
mise en place des différentes
structures politiques et mili-
taires de cette zone, de même
qu’un aperçu sur les militants
politiques et chefs militaires
ayant pris part à la lutte poli-
tique et militaire contre le co-
lonialisme français. Ce
documentaire-fiction, dont plu-
sieurs séquences ont été réalisées
avec l’apport de l’infographie, re-
trace fidèlement plusieurs événe-
ments politiques et batailles livrées
par les éléments de la glorieuse
Armée nationale populaire (ALN)
contre l’occupant dans le sud-ouest
du pays durant la guerre de libéra-
tion nationale. La réalisation de ce
documentaire-fiction, dont le scé-
nario a été écrit par Lakehal, a né-
cessité la mise en place de 10
décors extérieurs et 7 autres inté-
rieurs, et le tournage de 89 plans et
séquences mettant en relief diffé-
rentes étapes de la mise en place
des structures politico-militaires de
la zone huit, et les différentes ba-
tailles livrées par l'ALN contre l'ar-
mée coloniale française, à
l'exemple de celles du "Grand Erg
occidental" (15 octobre 1957) et de
"Djebel Bechar" (27 mars 1960) où
sont tombés en martyrs le colonel
Lotfi et quatre de ses compagnons,
a précisé le réalisateur. Cette œuvre
cinématographique, réalisée en
2013, durant 7 semaines à travers
plusieurs wilayas dans le sud-ouest
du pays, et coproduite par le minis-
tère de la Culture, dans le cadre du
cinquantenaire de l'indépendance
du pays, a nécessité aussi 150 figu-
rants et plusieurs artisans locaux
pour la confection des accessoires
et autres objets de la vie quoti-
dienne des populations, de
l'ALN et de l'armée coloniale,
a-t-il ajouté. Les contributions
de la wilaya de Bechar et de
l’Armée nationale populaire
(ANP) ont été pour beaucoup
dans la réussite du tournage de
ce documentaire, qui s’inscrit
dans le cadre des apports du
cinéma national à la connais-
sance d’un pan très important
des luttes du peuple algérien
pour le recouvrement de son
indépendance, a-t-il expliqué. La
zone huit de la Wilaya V historique,
créée à l'issue du Congrès de la
Soummam (20 Août 1956), a joué
un rôle prépondérant dans l'organi-
sation de la lutte politique et armée
dans le Sud-ouest du pays, ainsi que
dans le renforcement des unités de
l'ALN au niveau des frontières sud
pour la libération du pays, a souli-
gné M. Lakehal qui a déjà réalisé et
produit plusieurs œuvres de même
type. Parmi celles-ci, "l'Epopée du
sud-ouest" et "L'histoire des mines
algériennes" qui retrace une grande
partie des luttes des mineurs de Ke-
nadsa (18 km au sud de Béchar) du-
rant la période coloniale.
SÉTIF :
Troubles à Ain Azal à la suite de la mort d'une personne
par balle
Près de 100 personnes ont semé le trouble lors
d'un sit-in organisé devant l'hôpital de la ville et le
siège de sûreté de daïra, dans la commune de Ain Azal
(sud de Sétif), à la suite de la mort d'une personne par
balle tirée par un agent de police, a-t-on constaté sur
place. Les protestataires ont lancé des pierres sur l'hô-
pital, faisant voler en éclat les vitres du bâtiment pour
exprimer leur colère à la suite de la mort d'une per-
sonne par balle par un agent de police, a précisé une
source sécuritaire à l'APS. L'incident s'est produit
lundi, lorsque le policier s'apprêtait à tirer des coups
de feu de "mise en garde" à l'adresse de la victime et
quelques uns de ses compagnons, ce qui a causé sa
mort, a-t-on indiqué. Selon la même source, des élé-
ments de la sûreté de daïra étaient en train de surveil-
ler la victime et un autre individu, des repris de justice,
soupçonnés d'être impliqués dans une affaire de
drogue. Des échauffourées ont alors éclaté entre la
victime, son compagnon et les agents de police, obli-
geant l'un des policiers à tirer des coups de feux de
"mise en garde" pour disperser les protestataires. Une
balle est venue se loger dans la poitrine de la victime
qui a succombé à ses blessures, ajoute-t-on de même
source. Une enquête a été ouverte pour déterminer les
circonstances de ce drame.
La DGSN ordonne une enquête
Le Directeur général de la Sû-
reté nationale, le général-major
Abdelghani Hamel, a ordonné,
lundi, l'ouverture d'une enquête
pour déterminer les circonstances
de la mort, le même jour, d'une
personne âgée de 27 ans d'une
balle tirée par une arme d'un agent
de police à "Mechta Sekrine" (Ain
Azal-Sétif), a indiqué hier un com-
muniqué de la Direction générale
de la Sûreté nationale (DGSN).
L'accident s'est produit lorsque les
services de police relevant de la
Daïra de Ain Azal ont reçu des in-
formations selon lesquelles des in-
dividus se trouvant à bord d'un
véhicule touristique, s'adonne-
raient à une "activité suspecte liée
au trafic de drogue", selon la
même source. Sur la base de ces
informations, ces services ont pro-
cédé à la surveillance des individus
"suspects", lesquels ont vite remar-
qué la présence de deux policiers
et arrêté leur véhicule pour barrer
la route à celui des policiers.
Ils ont, ensuite, tenté de les
agresser à l'arme blanche, d'où la
réaction d'un des policiers qui avait
lancé des tirs de sommation. L'ac-
cident s'est produit lorsqu' "un in-
dividu dudit groupe, un repris de
justice, s'est jeté sur un des deux
policiers pour lui prendre son
arme, c'est alors qu'une balle per-
due l'atteint à la poitrine", précise
le communiqué. "Un rapport préli-
minaire a été remis au Procureur
de la République qui a décidé de
placer le policier en question à la
disposition des juridictions compé-
tentes pour le parachèvement de
l'enquête".
"Suite à cet accident, la victime
a été transportée d'urgence à l'hô-
pital où elle succomba à ses bles-
sures", indique le communiqué qui
souligne que le groupe d'enquê-
teurs a transmis les condoléances
du général-major Hamel à la fa-
mille du défunt.
ALGÉRIE-TCHÉQUIE
Agrément à la nomination
de l'ambassadeur tchèque
Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination
de M. Martin Vavra, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et pléni-
potentiaire de la République tchèque auprès de la République algé-
rienne démocratique et populaire, a indiqué dimanche, le ministère
des Affaires étrangères dans un communiqué.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful