Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
ALGÉRIE-MAURITANIE
P
h
.

B
i
l
l
a
l
LOGEMENT PROMOTIONNEL
PUBLIC
Les conditions
et modalités
d’acquisition
publiées au
Journal officiel
COMITÉ DE LA DÉCENNIE
DES FEMMES AFRICAINES
La condition
de la femme
un problème
africain
majeur
CONCOURS DE RECRUTEMENT
DES ENSEIGNANTS
24.000
postes
cette
année
P. 32
P. 30
P. 7
P. 6
P. 32
P. 32
P. 6
P. 6
M. Bensalah transmet
un message du
Président Bouteflika
au Président
mauritanien
APRÈS LE SÉISME DE VENDREDI
58 familles de Bologhine
relogées
SOMMET USA-AFRIQUE
M. Sellal représentera
le Président Abdelaziz Bouteflika
Situation des droits de l’Homme en Algérie :
INDICATEURS POSITIFS
MAIS INSUFFISANTS
RAPPORT ANNUEL 2013 DE LA CNCPPDH
26
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
L’Algérie prend l’initiative
de convoquer une session
urgente de l'AG de l’ONU
Q 1.650 Palestiniens tués, des milliers de maisons détruites et une économie en ruine
Q Israël refuse de participer aux négociations sur un cessez-le-feu prévues au Caire
ALGÉRIENS DÉSIRANT
RENTRER DE LIBYE
L’ambassade
et les consulats
d’Algérie en
Tunisie instruits
de les assister
MOHAMED RAOURAOUA, PRÉSIDENT DE LA FAF, INVITÉ DU FORUM DE
L’ORGANISATION NATIONALE DES JOURNALISTES SPORTIFS ALGÉRIENS :
« Merci à Bouteflika, à Sellal, au ministre
des Sports, à nos sponsors
et à tous ceux qui œuvrent à l’essor
de l’EN et du football national »
PP. 4-5
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a chargé le
Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de le représenter au sommet USA-
Afrique qui se tiendra à Washington du 4 au 7 août 2014, a indiqué, hier,
un communiqué, des services du Premier ministre. Ce sommet, qui
accueillera une cinquantaine de Chefs d’État et de gouvernement
africains, abordera plusieurs thèmes, notamment les questions liées à la
gouvernance, au développement et à la sécurité, a-t-on précisé de même
source. Il sera précédé d'un forum économique qui regroupera plusieurs
opérateurs économiques importants, a-t-on ajouté. M. Sellal sera
accompagné du ministre de l’Énergie, Youcef Yousfi, du ministre de
l'Industrie et des Mines, Abdesalem Bouchouareb, et du ministre délégué
chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel,
selon le communiqué.
Appel à l'ouverture
d'un dialogue sur le processus
démocratique national
P. 3
7 Choual 1436 - Dimanche 3 Août 2014 - N°15196 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
CHAUD ET ENSOLEILLÉ
SAMEDI 16 AOUT A 11H
A LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE
D’EL-HAMMA
Rencontre
sur le
patrimoine
musical
La ministre de la
Culture, Mme Nadia
Labidi, continue son
cycle de rencontres
avec les acteurs du
monde des arts et de
la culture.
Le débat avec les
représentants du pa-
trimoine musical aura lieu le 16 août à 11h.
Nouri à Constantine et Sétif
Le ministre de
l'Agriculture et du
Dé v e l o p p e me n t
rural, M. Abdelwa-
hab Nouri, effectue
aujourd’hui une vi-
site de travail et
d’inspection dans les
wilayas de Constan-
tine et de Sétif, au
cours de laquelle il
inspectera le dispo-
sitif mis en œuvre
dans le cadre de la
lutte contre la fièvre
aphteuse.
DEMAIN
A 9H30
A LA GRANDE
POSTE
Caravane
d’information sur
la protection
sociale
Le ministère du
Travail, de l'Emploi
et de la Sécurité so-
ciale organise la pre-
mière caravane d’information sur les activités du
secteur.
Dimanche 3 Août 2014
Au Nord, maintien d'un temps générale-
ment ensoleillé et relativement chaud avec lo-
calement activité pluvio-orageuse en cours
d'après-midi/soirée, notamment vers les ré-
gions de l'intérieur Centre et Est.
Les températures maximales varieront de
30°c/34°c vers les régions du littoral et de
34°c/40°c vers les régions de l'intérieur avec
localement des pics de 42°c la journée du lundi
vers les régions de l'Est (Tizi-Ouzou, Bouira,
Mila, Guelma...).
Les vents seront en général faibles.
Sur les régions sud, le temps sera générale-
ment chaud et ensoleillé avec localement ten-
dance orageuse vers les massifs du
Hoggar/Tassili.
Les températures maximales varieront en
général de 38°c/44°c vers le nord Sahara et de
44°c/48°c vers le Sahara central.
Les vents seront en général faibles.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (32-23°), Annaba (29°-22°), Béchar
(43°-31°), Biskra (46°-31°), Constantine
(36°-19°), Djelfa (37°-21°), Ghardaïa (44°-
33°), Oran (30°-20°), Sétif (36°-21°), Taman-
rasset (38°- 24°), Tlemcen (33°-19°).
JUSQU’AU 31 AOÛT A PARTIR DE 22 H AU THEATRE DE PLEIN AIR
DE SIDI-FREDJ
Soirées du Casif
L’Office national de
la culture et de
l’information, en
collaboration avec
l’ENTV, l’ENRS et la
Société de gestion
touristique des hôtels
de Sidi Fredj, organise
des soirées avec la
participation des plus
grandes stars de la
chanson internationale,
arabe et algérienne.
DEMAIN A BOUMERDES
Université d’été du Front Polisario
Le Comité national algé-
rien de solidarité avec le peu-
ple sahraoui (CNASPS) et
l’ambassade de la République
arabe sahraouie démocratique
organisent, du 3 au 21 août à
Boumerdès, l’université d’été
des cadres du Front Polisario
et de la RASD.
La cérémonie d’ouverture
aura lieu demain à 10 h à
l’université M’hamed-Bou-
guerra.
DU 5 AU 18 AOUT
A EL-AOUANA (JIJEL)
Camp pédagogique
pour les meilleurs élèves
d’amazigh
Le secrétaire général du Haut commis-
sariat à l’amazighité procédera, en com-
pagnie de M. Ali Bedrici, wali de Jijel, et
des représentants du ministère de la Jeu-
nesse mardi 5 août, à l’inauguration offi-
cielle du premier camp pédagogique et
ludique pour les meilleurs élèves de tama-
zight. Cette rencontre nationale, première
du genre, est organisée par le Haut com-
missariat à l’amazighité au CEM Djennas-
Mohamed d’El Aouana (Jijel) jusqu’au 18
août et placée sous le patronage du minis-
tre de la Jeunesse.
DU 3 AU 7 AOUT
APW d’Alger : Visite d’inspection des plages
La commission pour l’irrigation, l'agriculture, des forêts, pêche mari-
time et de tourisme de l'APW d’Alger effectue du 3 au 7 août une visite
d’inspection sur les plages de la wilaya d’Alger (Est, Ouest et Centre).
Le point de départ aura lieu le 3 août à partir de l’APC de Ben Aknoun
à 9 h, vers les plages suivantes : plage familiale, Azur, Palm Beach, Grand
Rocher, El Bahdja, Tir aux pigeons.
DU 8 AU 14 AOUT AU THEATRE DE VERDURE
7
e
Festival
culturel
international
de la musique
Diwan
La 7
ème
édition du
Festival culturel Inter-
national de la Mu-
sique Diwan aura lieu
du 8 au 14 août au
théâtre de verdure
“Saïd-Mekbel”, Bois
des Arcades, Office
Riad El Feth (OREF).
DU 2 AU 9 AOUT AU NOUVEAU
THEATRE DE TIMGAD
36
e
Festival international
Le 36ème
Festival interna-
tional de Timgad,
en solidarité avec
le peuple palesti-
nien et Ghaza,
s’ouvre au-
jourd’hui avec la
participation des
plus brillantes
chansons du
monde et se tien-
dra jusqu’au 9
aôut à partir de
22h au nouveau
théâtre de la ville
archéol ogi que
Timgad - Batna.
DEMAIN A 10H A L’OFFICE
DU COMPLEXE OLYMPIQUE
MOHAMED-BOUDIAF
Conférence de presse du COA
Le Comité Olympique et Sportif Algérien organise de-
main à 10h à l’Office du complexe olympique Mohamed-
Boudiaf une conférence de presse sur la participation de
l’Algérie aux jeux olympiques de la jeunesse qui auront
lieu à Nanjing, en Chine, du 16 au 28 août.
JUSQU’AU 7 AOUT A 9 H A L’USTHB
DE BAB-EZZOUAR
Portes ouvertes
sur les inscriptions
universitaires
L’USTHB organise des portes ouvertes sur l’univer-
sité à l’intention des nouveaux bacheliers à partir de 9 h.
Inscriptions définitives : du 2 au 7 août.
Dimanche 3 Août 2014
3
EL MOUDJAHID
Nation
Situation des droits de l'homme en Algérie :
indicateurs positifs mais insuffisants
Les indicateurs "positifs" enregistrés en matière des droits de l'homme en Algérie à plusieurs niveaux restent "insuffisants"
et en appellent à davantage d'efforts, souligne le rapport annuel de la Commission nationale consultative de promotion et de protection
des droits de l'homme (CNCPPDH).
RAPPORT ANNUEL 2013 DE LA COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE
DE PROMOTION ET DE PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME
L
e rapport annuel (2013) de la
CNCPPDH comporte trois
chapitres : le premier
concerne le bilan des activités de la
commission durant l'année écoulée,
le deuxième est dédié à l'évaluation
des droits de l'homme en Algérie
alors que le troisième se penche sur
l'état d'avancement du processus dé-
mocratique et du principe d'Etat de
droit en Algérie.
L'élaboration de ce rapport coïn-
cide avec le 20
e
anniversaire de la
Déclaration de Vienne qui constitue
"la pierre angulaire de la consécra-
tion des droits de l'homme".
La CNPPDH a relevé dans ce
document avoir reçu 1.983 requêtes
adressées par des citoyens ou des as-
sociations et liées notamment aux
questions de l'emploi, du logement
et de la bureaucratie. Pour le traite-
ment de ces requêtes, les adminis-
trations centrales et locales
compétentes ont été saisaies à tra-
vers 544 documents écrits dont 38
seulement ont trouvé écho. La
CNCPPDH a déploré "le désintéres-
sement des entreprises publiques
aux activités de médiation, l'une des
principales missions de cette com-
mission".
Le premier chapitre consacré
aux activités de la commission pour
l'année 2013, a émis des observa-
tions sur certains domaines à l'image
de l'emploi qui reste marqué par "les
disparités régionales". "Rien ne peut
justifier qu'une catégorie soit favo-
risée au détriment d'une autre qui n'a
pas le privilège de vivre à proximité
de la capitale", a estimé Farouk
Ksentini, président de la
CNCPPDH.
M. Ksentini a condamné "les
tentatives de certaines parties de
manipuler les jeunes des régions du
sud du pays en les incitant à être
hostiles à l'Etat". Un volet a été
consacré à la corruption dans ce
chapitre où "la poursuite de la lutte
sans relâche contre ce fléau à été lar-
gement soulignée" pour ne pas "en-
traver toute démarche de l'Etat en
faveur des réformes sociales et éco-
nomiques". Le rapport a évoqué par
ailleurs le dossier de la réconcilia-
tion nationale dont l'objectif a été
"atteint à 95% à la faveur de la
Charte pour la paix et la réconcilia-
tion nationale".
Concernant la torture, M. Ksen-
tini a affirmé que la CNCPPDH "n'a
reçu aucune plainte sur les cas de
torture" ajoutant que "l'Algérie n'a
rien à cacher".
Pour le deuxième chapitre consa-
cré à la situation des droits de
l'homme en Algérie, la CNCPPDH
a relevé "qu'en dépit de l'améliora-
tion des indices sociaux qui restent
insuffisants, l'Algérie fait face en-
core à plusieurs défis comme le chô-
mage, la hausse des prix, le
logement, les transports et la gestion
des tensions sociales".
Le rapport a rappelé dans ce sens
que les mouvements de protestation
qui, en dépit d'un recul, se sont
poursuivis en 2013 à travers des ras-
semblements fréquents.
Par ailleurs, la commission a re-
levé que le taux de chômage a baissé
à 9,8% en 2013. Même si ce taux est
contesté par certains, "la baisse sen-
sible du taux de chômage durant la
dernière décennie est une vérité qui
s'impose", a soutenu le rapport.
Concernant le dossier du loge-
ment, la commission qui a estimé
"qu'il n'y a pas d'amélioration re-
marquable dans ce domaine en dépit
des efforts déployés par les pouvoirs
publics", s'est interrogée sur les
causes du déficit s'il est du au
manque de l'offre par rapport à la
demande ou bien au dysfonctionne-
ment dans la distribution".
Pour pallier cette défaillance, la
CNCPPDH a appelé les pouvoirs
publics à mettre fin à "l'anarchie qui
règne dans la distribution des loge-
ments" en offrant "un cadre devant
permettre de trouver un véritable
marché structuré et organisé de l'im-
mobilier et à "encourager les
banques et les institutions finan-
cières à investir davantage dans la
promotion immobilière pour contrer
la spéculation".
Concernant le pouvoir d'achat, la
commission a souligné qu'au "mo-
ment où l'Algérie dispose de 190
milliards de dollars de réserves de
change, la majorité des Algériens
dont le salaire de 70% d'entre eux ne
dépassent pas les 30.000 DA, restent
confrontés à la flambée des prix et à
la détérioration du pouvoir d'achat".
A cet effet, la CNCPPDH a appelé à
un dialogue national politique, éco-
nomique et social pour la rationali-
sation des politiques en tenant
compte des intérêts suprêmes du
pays".
Evoquant les droits de l'enfant en
Algérie, le rapport a déploré l'ab-
sence d'une instance nationale de
protection de l'enfance ou un méca-
nisme d'alerte face au phénomène
d'enlèvement des enfants dont plu-
sieurs cas graves ont été enregistrés
ces dernières années.
Pour ce qui est de la promotion
de la femme, le rapport a souligné
que "l'ensemble des lois adoptées
dans ce sens sont en conformité
avec la Constitution qui consacre
l'égalité des sexes".
Concernant ce volet, le rapport a
rappelé les droits politiques et éco-
nomiques de la femme et ses condi-
tions de travail notamment en milieu
rural".
Relevant que "la femme algé-
rienne a réalisé des avancées consi-
dérables en matière des droits
politiques, qui lui ont valu une re-
connaissance des grandes nations",
la CNCPPDH a estimé que "l'expé-
rience algérienne en matière de pro-
motion du rôle de la femme rurale
reste récente et ne peut pas être éva-
luée à présent mais reste néanmoins
une démarche innovatrice avec la
participation de plusieurs secteurs".
Concernant l'emploi de la
femme, le rapport a souligné qu'"il
s'agit d'un enjeu pour l'économie et
pour les pouvoirs publics" dont l'in-
térêt se traduit dans la consécration
durant la période 2009-2014 de 10
milliards de dinars pour l'insertion
professionnelle de la femme rurale".
Pour ce qui est du traitement des
droits de l'homme par les corps de
sécurité, la CNCPPDH s'est félicité
de l'intérêt qu'accorde le comman-
dement de la gendarmerie nationale
à ce sujet ainsi que la volonté de ce
corps de sécurité d'assurer sa mis-
sion avec professionnalisme et dans
le respect total des droits individuels
et collectifs". Concernant la Direc-
tion nationale de la sûreté nationale
(DGSN), la CNCPPDH s'est dit
"satisfaite" de l'introduction des
thèmes ayant trait aux droits de
l'homme dans tous les processus de
formation appelant à poursuivre "le
contrôle des centres de détention
provisoire et à mettre fin aux com-
portements inappropriés de certains
éléments de police".
Le troisième chapitre consacré à
la démocratie et l'Etat de droit a
souligné que les réformes politiques
engagées par l'Algérie depuis 2011,
"ont eu des échos favorables aux
plans national et international".
La Commission nationale consultative de
promotion et de protection des droits de
l'homme (CNCPPDH) a mis l'accent sur la né-
cessité de préserver la cohésion et la stabilité
sociales dans un climat démocratique prospère
et stable, appelant à ouvrir un dialogue sur la
nature du processus démocratique national.
Le principal enjeu "à ne pas négliger est de
préserver la cohésion et la stabilité sociales
dans un climat démocratique prospère et sta-
ble", a souligné un rapport de la commission
pour l'année 2013 sur la situation des droits de
l'homme en Algérie dans son volet lié à la dé-
mocratie et à l'Etat de droit.
Il a également souligné "la nécessité d'ou-
vrir un dialogue sur la définition du processus
démocratique national avec les options adé-
quates".
Les réformes politiques engagées en Algé-
rie depuis 2011 "ont eu un écho positif tant à
l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Cela a été
mis en exergue en 2012 par le Secrétariat
d'Etat américain aux Affaires étrangères, à la
faveur des progrès notables enregistrés en Al-
gérie en matière de démocratisation et de li-
berté de la presse", a indiqué le rapport.
Les partis politiques, ajoute le rapport, peu-
vent exercer leurs activités habituelles et trans-
mettre leurs informations via Internet, rendre
publics leurs communiqués en toute liberté et
exprimer leurs vues via la presse indépen-
dante.
La CNCPPDH a souligné "la liberté" à tra-
vers laquelle l'opposition exerce ses droits po-
litiques en Algérie, indiquant qu'"aucun cas de
violence ou intervention du gouvernement
n'ont été enregistrés contre l'opposition lors de
sa participation aux élections de 2012".
La commission a, cependant, relevé "des
défaillances" dans l'activité des partis et l'exer-
cice des droits politiques, estimant que
""même si la démocratie cherche des supports
stables du point de vue des concepts et de la
pratique, elle demeure toutefois exposée à un
ralentissement de la pratique et du développe-
ment".
Pour la commission, la démocratie "ne doit
pas constituer un projet stéréotypé, mais plutôt
une action développée et adaptée et un moyen
pour garantir et sécuriser l'intérêt public et en-
courager le peuple à relever les défis".
S'agissant de la presse en Algérie, la
CNCPPDH est en faveur de l'élaboration
d'une législation à même de garantir davantage
de principes élémentaires pour renforcer la li-
berté de la presse en vue de "permettre à cette
presse d'informer le citoyen sans censure".
Les amendements nécessaires dans ce
cadre doivent contenir un code d'éthique de la
profession de journaliste qui stipule les règles
auxquelles doit se soumettre le journaliste,
ajoute la rapport.
Le rapport de la CNCPPDH estime que les
échos parvenus à la commission concernant la
situation de la liberté de la presse en Algérie
"sont très favorables et une nette amélioration
a été enregistrée au niveau de certains indica-
teurs durant l'année 2013".
Concernant l'évaluation des volets liés au
régime politique, à la réforme de la justice et à
la corruption, le rapport souligne qu'"au 21
e
siècle et à l'ère de la mondialisation, les droits
de l'homme ne sont pas encore totalement res-
pectés en Algérie".
"Le régime politique en vigueur est la prin-
cipale source des entraves qui se dressent face
au progrès et à la promotion réelle des droits
de l'homme", souligne la commission dans son
rapport préconisant d'"opérer des réformes
réelles et profondes à ce système sur la voie
tracée par les pouvoirs publics dans le cadre
de la gestion des affaires courantes".
L'édification de l'Etat de droit suppose,
entre autres exigences, que "les gouvernants
œuvrent, de manière effective, au respects des
lois du pays et la protection des droits fonda-
mentaux de l'homme".
Il s'agit, selon le rapport, de "soumettre à
contrôle les pouvoirs publics grâce à une série
de mécanismes juridiques tendant à opérer la
séparation des trois pouvoirs, assurer l'indé-
pendance de la justice et protéger les droits in-
dividuels et collectifs".
Renforcer la confiance entre l’Etat et le citoyen
« une nécessité impérieuse »
CNCPPDH
Appel à l'ouverture d'un dialogue sur le processus démocratique national
La Commission nationale
consultative de promotion et de
protection des droits de l’homme
(CNCPPDH) a souligné la « né-
cessité impérieuse » de renforcer
la confiance entre l’Etat et le ci-
toyen à travers la promotion
d’une relation « nouvelle » entre
l’Etat et l’individu. « Cette dé-
marche suppose la stimulation de
l’esprit citoyen dans le sens du
renforcement de la confiance
entre les citoyens et l’administra-
tion, d’où le recours par la com-
mission aux moyens idoines de
traitement des doléances des ci-
toyens à travers notamment l’ap-
plication effective des lois et le
suivi des requêtes en toute trans-
parence », indique la CNCPPDH
dans son rapport annuel de l’an-
née 2013 relatif à l’évaluation des
activités de médiation (règlement
des litiges entre citoyens et admi-
nistration).
Le rapport relève par ailleurs
que « la médiation qui tend à re-
donner à l’administration sa vo-
cation première en tant que ser-
vice public garant des droits des
citoyens, est souvent confrontée à
la mollesse des administrations
sollicitées, lesquelles ne donnent
aucune suite aux requêtes qui leur
sont adressées ».
La CNCPPDH déplore, dans
ce sens, le taux « très faible » des
suites données aux requêtes desti-
nées aux différentes entreprises
publiques nationales, ce qui influe
« sensiblement » sur leur crédibi-
lité.
Ces doléances, précise le rap-
port, portent essentiellement sur
des questions liées au logement
social, à la justice, à l’éducation,
au service public et à la santé.
Dans ce contexte, la
CNCPPDH appelle les hautes au-
torités du pays à donner des ins-
tructions aux administrations et
instances avec lesquelles elle tra-
vaille dans le cadre de la média-
tion, pour assurer une meilleure
prise en charge des doléances qui
leur sont adressées.
4
Dimanche 3 Août 2014
EL MOUDJAHID
Nation
D
epuis l’échec du cessez-le-
feu vendredi, au moins 107
Palestiniens ont été tués
près de Rafah sous les bombes is-
raéliennes dans l’un des territoires
les plus densément peuplés au
monde, ravagé et asphyxié, selon
les secours locaux. Trente-cinq Pa-
lestiniens sont morts depuis minuit.
Quinze des victimes, dont cinq
enfants de 3 à 12 ans, appartenaient
à la même famille, a précisé le chef
des secours, Achraf El-Qodra. En
26 jours, les agressions sionistes ont
coûté la vie à environ 1.650 Pales-
tiniens, très majoritairement des ci-
vils, et blessé plus de 8.000 autres,
selon un dernier bilan officiel. Plus
de 245 enfants figurent parmi les
martyrs, d’après l’Unicef. Par ail-
leurs, la situation explosive à Ghaza
continue de susciter la préoccupa-
tion de la communauté internatio-
nale. En Amérique latine, plusieurs
pays ont condamné l’agression is-
raélienne contre les Ghazaouis et
ont affirmé leur soutien absolu aux
Palestiniens. «Je ne me souviens
pas d’une situation similaire où tous
(les pays de la région, ndlr) aient
réagi pratiquement comme un
bloc», souligne Reginaldo Nasser,
du département de Politique de
l’Université pontificale de Sao
Paulo, au Brésil. «Tous les pays de
cette région ont offert un soutien
inédit et quasiment unanime aux
Palestiniens», Israël a été déclaré
«État terroriste», et tous les gouver-
nements ont rappelé leur ambassa-
deur, d’après la même source qui a
ajouté que ces mêmes États ont de-
mandé «un cessez-le-feu» et la re-
prise des négociations entre les
parties en conflit. Selon des témoi-
gnages, l’armée israélienne a auto-
risé hier des habitants de Beit
Lahiya, dans le nord de la bande de
Ghaza, à rentrer chez eux, a-t-elle
annoncé. Cette autorisation est «une
possible indication que l’armée
considère y avoir terminé sa mis-
sion», alors que des témoins ont dit
à un journaliste de l’AFP avoir
constaté un retrait israélien de vil-
lages proches de Khan Younes,
dans le sud de l’enclave palesti-
nienne.
La branche militaire du Hamas
ne dispose d’aucune information
sur le soldat israélien disparu
Concernant le soldat israélien
disparu, la branche militaire du
Hamas a affirmé, dans la nuit de
vendredi à samedi, ne pas disposer
d’information à son sujet. «Les bri-
gades Ezzedine El-Qassam ne dis-
posent pas d’information sur ce
soldat. Nous avons perdu contact
avec un de nos groupes de combat-
tants, qui se battaient dans le secteur
où a disparu le soldat, et il est peut-
être possible que nos combattants
ainsi que ce soldat ont été tués», in-
dique-t-elle dans un communiqué.
Ce communiqué est la première
réaction officielle de la branche
armée du Hamas depuis la dispari-
tion, vendredi matin, du sous-lieu-
tenant Hadar Goldin (23 ans) dans
le secteur de Rafah. Les Brigades
Ezzedine El-Qassam ont également
indiqué que les affrontements dans
le secteur de Rafah ont eu lieu à 7h
(04H00 GMT), soit une heure avant
l’entrée en vigueur d’un cessez-le-
feu humanitaire. Selon l’armée is-
raélienne, des soldats engagés dans
la destruction d’un tunnel du Hamas
près de Rafah ont été attaqués. Un
kamikaze s’est fait sauter, a rap-
porté le porte-parole de l’armée,
Peter Lerner. Les premiers éléments
«indiquent qu’un soldat a été en-
levé» dans l’affrontement, a-t-il
ajouté.
Discussions au Caire en vue
d’une trêve
Le Caire devait accueillir hier
une délégation palestinienne, in-
cluant le mouvement Hamas, pour
des discussions avec des responsa-
bles égyptiens sur un cessez-le feu
dans la bande de Ghaza. L’Égypte a
invité l’Autorité palestinienne et
l’occupant israélien à envoyer des
délégations au Caire pour des négo-
ciations après l’acceptation par les
deux parties d’une trêve humani-
taire de 72 heures dans la bande de
Ghaza. Mais, au dernier moment,
Israël a décliné l’invitation.
Le Caire a assuré avoir maintenu
son invitation aux délégations pa-
lestinienne et israélienne pour des
négociations en vue d’un cessez-le-
feu dans l’enclave palestinienne
soumise à un strict blocus israélien
depuis 2006. Le président palesti-
nien Mahmoud Abbas a assuré,
vendredi, qu’une délégation com-
posée de membres de son mouve-
ment, le Fatah, mais aussi du
Hamas et du Jihad islamique se ren-
drait, «quelles que soient les cir-
constances», en Égypte, pour
discuter «des prochaines étapes»
pour tenter de mettre fin aux agres-
sions israéliennes. Ezzat El-Rishq,
membre de la direction politique du
Hamas siégeant à Doha, a affirmé
que des négociations approfondies
étaient nécessaires en ce qui
concerne le blocus de la bande de
Ghaza par Israël.
26
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
1.650 Palestiniens tués et plus
de 8.000 blessés
Hier matin, l’aviation israélienne bombardait la ville de Ghaza et ses alentours, tandis qu’une mosquée a été détruite à Jabalia (Nord),
et des maisons réduites en ruine en bordure de la plage de Ghaza, selon des médias.
Le Congrès américain a
adopté, tard vendredi soir,
le principe d’une aide de
225 millions de dollars pour
le système de défense anti-
missile Iron Dome, utilisé
actuellement par Israël pour
intercepter les roquettes ti-
rées à partir de la bande de
Ghaza. La Chambre des re-
présentants a adopté la me-
sure à une écrasante
majorité, 395 votes pour et
8 contre, alors que le Sénat
avait auparavant voté le
texte à l’unanimité, juste
avant de partir en vacances.
Il ne manque plus à présent
que la signature de Barack
Obama pour valider cette
aide. Les États-Unis ont dé-
pensé au total, depuis 2011,
date de sa mise en service,
700 millions de dollars pour
soutenir le développement
du «Dôme de fer», destiné
à contrer les projectiles de
courte et moyenne portée
(roquettes, obus d’artillerie)
visant des zones habitées.
Au total, les États-Unis ont
prévu de consacrer 30 mil-
liards de dollars à l’aide mi-
litaire à Israël entre 2009 et
2018. En 2014, Israël a reçu
3,1 milliards de dollars
d’aide militaire.
Reporter Sans fron-
tières Espagne a condamné
hier «les incessantes pres-
sions des services diplo-
matiques israéliens en
Espagne» sur la presse es-
pagnole couvrant le conflit
dans la bande de Ghaza.
RSF Espagne vise notam-
ment la porte-parole de
l’ambassade d’Israël en
Espagne, Hamutal Rogel
Fuchs, qui a qualifié, sur sa
page Facebook, «d’acti-
viste» au service du
Hamas, la correspondante
de la télévision nationale
espagnole (TVE) à El-
Qods, et envoyée spéciale
à Ghaza.
RSF Espagne dénonce
«les incessantes pressions
des services diplomatiques
israéliens en Espagne sur
les journalistes et les mé-
dias espagnols».
«En plus d’être fausses,
les accusations que lance
l’ambassade contre la cor-
respondante de TVE sont
particulièrement graves
parce qu’elle la mette en
danger», souligne Macu de
la Cruz, vice-présidente de
RSF Espagne, citée dans le
communiqué. RSF Es-
pagne rappelle que le co-
mité de rédaction de TVE
a souligné le travail «extra-
ordinaire» de la journaliste
et demandé son retour dans
la bande de Ghaza qu’elle
a dû quitter sur ordre de sa
direction.
L’organisation de dé-
fense de la liberté de la
presse affirme que «selon
les témoignages d’autres
journalistes et médias,
l’ambassade d’Israël en
Espagne maintient une at-
titude permanente d’inti-
midation des journalistes
espagnols».
Le Congrès US approuve
de nouveaux financements
pour le système Iron Dome en Israël
« PRESSIONS INCESSANTES » D’ISRAËL
SUR DES JOURNALISTES
RSF Espagne dénonce
Al Sissi : « Le plan égyptien, une réelle chance
pour mettre fin au bain de sang à Ghaza »
Peu avant le début des discussions au
Caire, le président égyptien Abdel
Fattah Al Sissi a estimé que le plan
égyptien représentait une «réelle
chance» pour mettre fin au bain de
sang à Ghaza. M. Sissi, qui s’expri-
mait lors d’une conférence de presse
avec le Premier ministre italien Mat-
teo Renzi, a souligné que «le temps
pressait». L’Égypte avait présenté,
quelques jours après le début de l’of-
fensive israélienne, une initiative qui
prévoyait un cessez-le-feu, puis des
négociations indirectes. Elle a été ac-
ceptée par Israël, mais rejetée par le
Hamas qui exigeait, au préalable, la
levée du blocus en place depuis 2006,
l’ouverture de la frontière avec
l’Égypte et la libération par l’occu-
pant israélien de prisonniers.
Le ministre chinois des Affaires
étrangères, Wang Yi, se rendra pro-
chainement au Caire pour discuter,
avec des responsables égyptiens et
de la Ligue arabe, d'une trêve dans
la bande de Ghaza, théâtre, depuis
26 jours, d'agressions israéliennes
barbares, a annoncé le porte-parole
du ministère, Qin Gang. M. Qin a
salué, vendredi, le cessez-le-feu de
72 heures conclu vendredi entre Is-
raël et le mouvement Hamas qui
contrôle la bande de Ghaza, appe-
lant les deux parties à "transformer
au plus vite, ce cessez-le-feu hu-
manitaire temporaire en trêve à
long terme". Mais le cessez-le-feu
n'a pas tenu, et Israël a repris ses
bombardements quelques heures
plus tard.
"Le peuple chinois compatit
avec le peuple de Gbaza", a déclaré
le porte-parole, précisant que la
Chine avait déjà offert son aide à la
Palestine, notamment à Ghaza, et
"continuerait de le faire dans les li-
mites de ses capacités". "La Chine
œuvre avec la communauté inter-
nationale pour promouvoir la
conclusion rapide d'une trêve à
long terme et sauvegarder la paix
dans la région", a ajouté M. Qin,
cité hier par l'agence de presse
Chine nouvelle.
Le ministre chinois des AE se rendra au Caire
pour discuter d'une trêve
Près de 300
enfants et
adolescents tués
depuis le début
de l’agression
Au moins 296 enfants et ado-
lescents palestiniens ont été tués
depuis le début de l’agression is-
raélienne contre la bande de
Ghaza, le 8 juillet, a annoncé
l’Unicef. «Les enfants comptent
pour 30% des victimes civiles», a
estimé l’Unicef, dont le bilan, éta-
bli sur la base des décès que
l’Agence onusienne a pu jusqu’à
présent vérifier, risque de croître.
«Le nombre des victimes parmi
les enfants tués ces dernières 48
heures pourrait augmenter après
un certains nombre de vérifica-
tions en cours», a déclaré l’Uni-
cef qui précise que ces chiffres
sont provisoires et recoupés
«dans la mesure de ce qui est
possible dans la situation ac-
tuelle».
Mais, d’ores et déjà, «entre le
8 juillet et le 2 août, le décès d’au
moins 296 enfants palestiniens a
été signalé» à la suite de bombar-
dements et de tirs israéliens.
Parmi ces enfants, 187 garçons et
109 filles, et au moins 203 ayant
moins de 12 ans.
5
EL MOUDJAHID
Nation
Dimanche 3 Août 2014
BILAN TRAGIQUE
Des attaques ciblées, des milliers de maisons détruites
et une économie en ruine
Hier, des dizaines de personnes ont
à nouveau été tuées dans des bombar-
dements de l’armée israélienne, 24
heures après qu’un cessez-le-feu illu-
soire a été décrété puis violé par Israël.
Depuis 0H00 locales, 57 personnes ont
été tuées sous les bombes rien que dans
les environs de Rafah, selon les secours
locaux. Au moins 114 personnes ont
péri dans le secteur, a indiqué le porte-
parole des services de secours, Ashraf
el-Qodra. Quinze des victimes, dont
cinq enfants de 3 à 12 ans, apparte-
naient à la même famille. Des cen-
taines de maisons ont été détruites.
Tôt le matin, l’aviation israélienne
bombardait la ville de Ghaza et ses
alentours, selon des journalistes de
l’AFP. Une mosquée a été détruite à Ja-
balia (nord), et des maisons réduites en
ruines en bordure de la plage de Ghaza.
Au total, 1.654 morts palestiniens
ont été dénombrés et 8.900 blessés en
26 jours d’agression, dont une immense
majorité de civils (926, 83%), selon les
secours locaux et l’ONU. L’Unicef a
comptabilisé au moins 296 mineurs.
L’ONU comptabilise également 191 ré-
sistants palestiniens dont des combat-
tants du Hamas et du Jihad islamique
parmi les victimes dont elle a pu véri-
fier l’identité. L’occupant isaélien a es-
suyé son pluslourd bilan depuis son
agression de Ghaza en 2006, avec 63
soldats tués lors d’opérations des
groupes de résistance palestiniens.
Ampleur des dommages
et des besoins
Depuis le début des attaques ciblées
israéliennes à Ghaza, 280.000 per-
sonnes selon l’ONU sont hébergées
dans ses centres et ceux des autorités lo-
cales, soit 15% de la population.
Avec ceux qui ont trouvé refuge
chez des proches, l’Organisation mon-
diale de la santé (OMS) estime à
400.000 le nombre de déplacés. Des
soins psychologiques sont nécessaires
pour 326.000 mineurs, selon l’Unicef.
Les logements de 9.815 familles
(environ 58.900 personnes) ont été
complètement détruits (ONU). Onze
hôpitaux sont endommagés et 32 autres
fermés, selon l’OMS, dans l’enclave
palestinienne sous blocus israélien de-
puis sept ans. Le Bureau de coordina-
tion des Affaires humanitaires de
l’ONU (Ocha) évalue ses besoins à
plus de 390 millions de dollars, dont
43% sont jusqu’à présent couverts par
les donateurs, selon un bilan établi le 28
juillet. L’OMS estime que les fonds
dont elle dispose représentent 6% de
ses besoins. Par ailleurs, l’ONG israé-
lienne «Gisha» estimait juste avant
l’agression israélienne qu’il manquait
259 écoles à Ghaza, notamment en rai-
son de la pénurie de matériaux de
construction imputable au blocus israé-
lien. Avec les attaques israéliennes, la
situation va empirer : 137 écoles ont été
endommagées, selon l’ONU. L’en-
clave ne dispose pas des infrastructures
cohérentes avec les 1,8 million d’habi-
tants qui s’entassent sur 362 km
2
, no-
tamment en terme de distribution
d’électricité et d’eau, l’unique centrale
électrique du territoire étant stoppée
après des bombardements. En outre,
103 installations de l’ONU à Ghaza ont
été la cible d’attaques israéliennes,
avait souligné la responsable des opé-
rations humanitaires de l’ONU Valerie
Amos. Toujours selon l’ONU, des mil-
liers d’engins non explosés jonchent la
bande de Ghaza.
Une économie en ruine
Le taux de chômage dépasse les
40%, selon le FMI. Il était d’un peu
moins de 20% en 2000 et de 30% en
2011. En temps normal, plus de 70% de
la population dépend de l’aide humani-
taire, selon Gisha. Selon le bureau pa-
lestinien des statistiques, 43,4% des
quelque 1,8 million de Ghazaouis ont
moins de 14 ans. Le taux de croissance
annuel de la population est de 3,7% et
l’âge médian 18 ans.
SOLIDARITÉ AVEC GHAZA
Manifestation à Paris
U
ne manifestation de solidarité
avec la population de Ghaza,
rassemblant plusieurs milliers de
personnes, s’est lancée hier dans le sud
de Paris puis dans le centre de la capitale
à la quatrième semaine de l’agression is-
raélienne dans l’enclave palestinienne,
rapportent des correspondants de
l’AFP.« On est là pour dire notre soutien
total à la résistance palestinienne et dé-
noncer ce gouvernement de la honte,
aligné sur la position d’Israël », a no-
tamment déclaré face à la foule Omar
Alsoumi, l’un des responsables du « Pa-
lestinian Youth movement ».
Les manifestants, dont certains
exhibant un keffieh ou un masque aux
couleurs de la Palestine, rassemblent des
membres des Verts, du Parti commu-
niste français, du Nouveau parti antica-
pitaliste et de nombreuses organisations
de soutien aux Palestiniens. La préfec-
ture de police a autorisé cette manifes-
tation qui se déroule entre la place
Denfert-Rochereau, dans le sud de
Paris, et les Invalides, au cœur de la ca-
pitale, où elle devait s’achever à 17H00
GMT. Le 23 juillet, près de 15.000 per-
sonnes selon la police avaient défilé
dans le calme sur le même parcours,
déjà à l’appel du collectif national pour
une paix juste et durable entre Palesti-
niens et Israéliens, qui réunit une cin-
quantaine d’associations, partis et
syndicats. A Paris, samedi dernier, une
autre manifestation pro-palestinienne
qui devait partir de la place de la Répu-
blique avait été interdite.
L'
Algérie a pris l'initiative
de convoquer une session
urgente de l'Assemblée
générale de l'ONU pour examiner
la "grave" situation dans les terri-
toires palestiniens occupés et en
particulier à Ghaza, en raison de la
"violente agression" israélienne, a
indiqué hier l'ambassadeur, repré-
sentant permanent de l'Algérie au-
près de l'ONU, Sabri Boukadoum.
"L'initiative de l'Algérie est relayée
par l'ensemble de l'appareil diplo-
matique algérien à travers le
monde", a précisé M. Boukadoum,
dans une déclaration à l'APS.
Il a ajouté que l'initiative de
l'Algérie avait été endossée par le
groupe arabe et elle va être endos-
sée par d'autres groupes régionaux
ainsi que de très nombreux Etats.
L'initiative algérienne de plus
en plus soutenue par la commu-
nauté internationale, a pour princi-
paux objectifs "la cessation
immédiate de l'agression israé-
lienne et l'envoi d'une aide huma-
nitaire urgente aux populations af-
fectées", a affirmé M.
Boukadoum.
Elle vise également à "recréer
les conditions pour la reprise des
initiatives de paix qui doivent
aboutir à la fin de l'occupation et à
l'établissement d'un Etat palesti-
nien sur sa terre et ayant pour ca-
pitale El Qods Echarif", a-t-il
ajouté.
L'Algérie prend l'initiative de convoquer
une session urgente de l'AG de l'ONU
26
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
Israël refuse de participer aux négociations sur un cessez-le-feu prévues au Caire
Israël ne participera pas aux négo-
ciations sur un cessez-le-feu dans la
bande de Ghaza, prévues au Caire,
selon les médias israéliens. Israël re-
fuse "de promouvoir un accord avec
le Hamas", a indiqué un membre du
"cabinet de sécurité" israélien cité par
le quotidien Haaretz. "Nous n'allons
plus parler d'un accord", a-t-il dit.
Plus tôt hier, une importante déléga-
tion palestinienne s'est rendue en
Egypte pour tenter de mettre fin aux
agressions israéliennes qui ont tué
plus de 1.650 Palestiniens depuis leur
déclenchement le 8 juillet dernier.
Azzam el-Ahmad, un haut responsa-
ble du Fatah, le parti du président pa-
lestinien Mahmoud Abbas, qui est à
la tête de la délégation, a confirmé
que celle-ci comprenait également
des représentants du Hamas et du
Jihad islamique. Des discussions
étaient prévues dans la capitale égyp-
tienne après l'annonce dans la nuit de
jeudi à vendredi d'un cessez-le-feu il-
lusoire par Israël, qui a vite volé en
éclats. Les deux parties palestinienne
et israélienne devaient mener séparé-
ment avec les Egyptiens des discus-
sions associant les Américains, pour
parvenir à une cessation durable des
attaques israéliennes et du blocus im-
posé aux populations de Ghaza de-
puis 2006.
Soutien constant de l'Algérie aux Palestiniens
L'
Algérie vient de réaffirmer son
soutien indéfectible à la cause
palestinienne en prenant l'initia-
tive de convoquer une session urgente
de l'Assemblée générale de l'ONU pour
examiner la "grave" situation dans les
territoires palestiniens et en particulier
à Ghaza, alors que la communauté in-
ternationale se contente et se confond
dans des déclarations d'intention.
Depuis le début de l'agression israé-
lienne contre les Palestiniens, l'Algérie
n'a ménagé aucun effort et n'a pas lésiné
sur les moyens pour apporter son aide
et son soutien indéfectible à la cause pa-
lestinienne, restant fidèle à sa position,
admirablement résumée par le défunt
président Houari Boumediène dans sa
célèbre formule : "L'Algérie soutient la
Palestine qu'elle ait tort ou raison."
L'initiative de l 'Algérie qui est relayée
par l'ensemble de l'appareil diploma-
tique algérien à travers le monde avait
été endossée par le groupe arabe et va
être endossée par d'autres groupes régio-
naux ainsi que de très nombreux Etats.
Elle a ainsi reçu le "soutien total" de
l'Egypte par la voix de son ministre des
Affaires étrangères, Sameh Choukri qui
a réitéré dans un entretien téléphonique
avec son homologue algérien, Ramtane
Lamamra, la disponibilité de son pays
à poursuivre la coordination avec l'Al-
gérie en vue de mettre fin à l'agression
israélienne contre Ghaza.
L'initiative algérienne, de plus en
plus soutenue par la communauté inter-
nationale, a pour principaux objectifs "la
cessation immédiate de l'agression is-
raélienne et l'envoi d'une aide humani-
taire urgente aux populations affectées".
Elle vise également à "recréer les condi-
tions pour la reprise des initiatives de
paix qui doivent aboutir à la fin de l'oc-
cupation et à l'établissement d'un Etat
palestinien sur sa terre et ayant pour ca-
pitale El Qods Echarif". Dans le même
sillage, le Président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, s'est entretenu,
mercredi, successivement avec son ho-
mologue égyptien, Abdelfetah Sissi,
ainsi qu'avec l'Emir de l'Etat de Qatar,
Temim Ben Hamed Al Thani, sur la si-
tuation à Ghaza. Les trois dirigeants ont
partagé leur "profonde préoccupation et
celle de leurs peuples et gouvernements
respectifs devant l'agression israélienne
contre la population civile palestinienne
à Ghaza". Le président Abdelaziz Bou-
teflika avait décidé, dans ce cadre, de
l'octroi d'une aide financière "urgente"
de 25 millions de dollars au profit de la
Palestine et notamment de Ghaza. Le
Premier ministre, Abdelmalek Sellal,
avait réitéré, quant à lui, samedi dernier,
à partir de Constantine, le "soutien in-
défectible" de l'Algérie à la cause pa-
lestinienne, mettant en exergue les ef-
forts de la diplomatie algérienne pour
mettre fin à l'agression contre Ghaza.
Il a précisé que l'Algérie, par la voix du
président Bouteflika, et son ministre
des Affaires étrangères, ne ménage
aucun effort pour arrêter l'agression sio-
niste contre Ghaza, soulignant que l'Al-
gérie "considère qu'il est de son devoir
d'aider la Palestine".
De son côté, M. Lamamra avait in-
diqué que la position de l'Algérie et son
soutien indéfectible à la cause palesti-
nienne participaient d'une "profonde
conviction", soulignant que "l'Algérie a
toujours agi, avec efficacité, dans le
sens du recouvrement des droits pales-
tiniens aliénés". Lui emboîtant le pas, le
ministre de la Santé, de la Population et
de la Réforme hospitalière, Abdelmalek
Boudiaf, avait exprimé la disponibilité
de l'Algérie à accueillir dans ses hôpi-
taux les blessés palestiniens, victimes
de l'agression israélienne contre la
bande de Ghaza. Pour sa part, la minis-
tre de la Solidarité nationale, de la fa-
mille et de la condition de la femme,
Mounia Meslem, avait souligné que
"l'Algérie enverra des médecins et des
aides humanitaires dans la bande de
Ghaza dès l'ouverture du terminal de
Rafah". Plusieurs actions de solidarité
avaient été déjà menées par les autorités
du pays et la société civile en faveur de
la population de Ghaza, et ce, depuis le
début de l'agression sioniste contre cette
partie du territoire palestinien. Dès le
début de l'agression, le Croissant rouge
algérien (CRA) a réservé un important
lot de médicaments et de matériel mé-
dical pour les acheminer vers Ghaza, en
signe de solidarité avec la population
palestinienne.
SELON
DES TÉMOINS
Signes d'un
retrait israélien
partiel de Ghaza
L'armée d'occupation israé-
lienne a donné hier de premiers
signes d'une fin de ses bombarde-
ments dans des villages proches de
Beit Lahiya (nord) et de Khan You-
nès (sud) de la bande de Ghaza,
tout en poursuivant ailleurs un pi-
lonnage qui a encore fait des di-
zaines de morts, rapportent des
témoins. Pour la première fois de-
puis le début, le 8 juillet, de son
agression militaire contre Ghaza,
et surtout de sa phase terrestre le 17
juillet, l'armée israélienne "autorise
ses troupes à se retirer des secteurs
limités" de l'enclave palestinienne.
Des témoins ont déclaré aux corres-
pondants de l'AFP avoir vu les sol-
dats israéliens "se retirer de
villages proches de Beit Lahiya
(nord) et de Khan Younès (sud)".
6
EL MOUDJAHID
Nation
Dimanche 3 Août 2014
L’
article N°8 du décret exé-
cutif 14-203 du 17 Rama-
dhan 1435 correspondant
au 15 juillet 2014 fixant les condi-
tions et les modalités d’acquisition
du logement promotionnel public
stipule que l'accès au logement
promotionnel public est consenti à
tout postulant ne possédant pas ou
n'ayant pas possédé en toute pro-
priété, ni lui ni son conjoint, un
bien à usage d'habitation ou un lot
de terrain à bâtir ; n'ayant pas bé-
néficié, ni lui ni son conjoint, d'une
aide financière de l'État pour la
construction ou l'acquisition d'un
logement et ayant un niveau de re-
venus supérieur six (6) fois et infé-
rieur ou égal douze (12) fois le
salaire national minimum garanti.
Les bénéficiaires du logement
promotionnel public sont soumis
aux règles de la copropriété, telles
que définies par la législation et la
réglementation en vigueur, précise,
ensuite, l’article 9 de ce décret.
Par ailleurs, et en ce qui
concerne les «modalités de
vente», l’article 10 souligne que la
demande d'acquisition d'un loge-
ment promotionnel public est for-
mulée sur un imprimé-type auprès
du promoteur désigné. Il sera déli-
vré aux postulants éligibles rete-
nus, une décision d'affectation.
Il faut savoir, dans ce contexte,
que les demandes d'acquisition
d'un logement promotionnel public
sont traitées selon des conditions et
des modalités qui sont définies par
arrêté du ministre chargé de l'Ha-
bitat. Pour ce qui relève de l'acte de
vente, celui-ci sera établi, à la date
d'achèvement de la construction et
au paiement par le bénéficiaire des
sommes dues, conformément à la
législation en vigueur.
Enfin, l’article 13 du chapitre 3
consacré aux modalités de vente du
logement LPP met en exergue que
le logement, objet de la vente, est
soumis aux règles d'incessibilité
édictées par la législation et la ré-
glementation. Le transfert de pro-
priété du logement attribué dans le
cadre du logement promotionnel
public est subordonné au règle-
ment de la totalité du prix du loge-
ment, comme le stipule l’article 14
du chapitre 4 afférant aux disposi-
tions générales. Il est utile de sa-
voir qu’en cas de décès du bénéfi-
ciaire, le droit au transfert des ac-
tifs et passifs se rapportant au
logement attribué est exercé
conformément à la législation en
vigueur. À retenir, enfin, que le bé-
néficiaire d'un logement promo-
tionnel public ne peut, sous peine
de nullité, céder son logement
avant d'avoir satisfait toutes les
obligations et les conditions re-
quises liées au transfert légal de la
propriété à son profit.
Pour rappel, le logement pro-
motionnel public est un projet im-
mobilier d'intérêt public et
bénéficiant de l'aide de l'État, des-
tiné aux personnes dont le revenu
est fixé par l’article 8 de ce décret
exécutif. L'État garantit sa réalisa-
tion et assure l'accession à cette
formule de logement à tout postu-
lant éligible. "Les logements pro-
motionnels publics seront livrés
dès 2016", avait affirmé, en février
dernier, le directeur général de
l’Entreprise nationale de promo-
tion immobilière (ENPI), Amar
Guelati. Selon lui, "les souscrip-
teurs au programme de logement
promotionnel public (LPP) rece-
vront les ordres de versement de
500.000 DA, pour s'acquitter de la
deuxième tranche du prix des loge-
ments, à partir d'avril 2015, soit
après la remise des décisions de la
pré-affectation" qui préciseront
l'adresse du logement et sa typolo-
gie. "La commission en charge des
affectations sera installée en dé-
cembre prochain", a affirmé ce res-
ponsable qui a souligné que les
critères selon lesquels les décisions
seront attribuées sont en cours de
finalisation.
S'agissant du nombre des sous-
cripteurs ayant reçu les ordres de
versement de la première tranche
du logement, il a atteint 27.020 à
fin juillet, selon le même responsa-
ble qui relève un retard de récep-
tion des ordres de versement pour
de nombreux souscripteurs.
L'ENPI a accepté 37.869 dos-
siers sur un total de 49.125 de-
mandes au niveau national, en plus
de 5.300 dossiers des souscripteurs
AADL reconvertis à la formule
(LPP) suite à l'augmentation de
leurs revenus mensuels.
D'autre part, des projets de réa-
lisation de 24.220 unités, répartis
sur 39 wilayas, ont été lancés
jusqu'ici, tandis que 9.364 unités
sont en cours de lancement.
À Alger, des projets de réalisa-
tion de 7.911 unités ont été lancés
en travaux,, alors que d'autres sont
en cours de lancement pour la
construction de 3.729 unités.
"L'état d'avancement des projets
s'élève actuellement à 15%",
d’après Amar Guellati, qui a rap-
pelé que les délais de réalisation
sont fixés entre 24 et 34 mois,
selon la disponibilité des assiettes
foncières et leur régularisation.
Soraya Guemmouri
Les conditions et les modalités d’acquisition d’un logement promotionnel public (LPP) ont été publiées dans le dernier
numéro du Journal officiel.
LOGEMENT PROMOTIONNEL PUBLIC
Les conditions et modalités d’acquisition
publiées au Journal officiel
LES 426 OCCUPANTS RELOGÉS
Le bidonville d’El-Hamiz n’existe plus
Au cours de l’opération de relo-
gement, le wali d’Alger a indiqué
que ses services ont réussi à déjouer
des tentatives de construction de 500
nouveaux bidonvilles.
C’est parti pour la 5
e
opération du
plus grand programme de reloge-
ment qu’a jamais connu la wilaya
d’Alger. Plus de 25.000 logements
sociaux sur un programme global de
84.000 unités destinées à la lutte
contre l’habitat précaire seront en
effet progressivement distribués. Une
opération dont le coup d’envoi a été
donné, rappelons-le, au mois de juin
dernier, avant que les responsables
de l’exécutif n’annoncent la reprise
de l’opération pour après le mois de
Ramadhan. C’est désormais chose
faite, avec le relogement hier de 426
familles qui habitaient le bidonville
«El-Malaâb» de la localité d’El-
Hamiz, commune de Dar El-Beida,
après que les premières arrivées eu-
rent lieu la veille, dans la soirée. Les
heureux bénéficiaires ont pris place
dans de logements neufs et décents,
sis à la cité 2.960-Logts de Larbaâ
(Blida).
Il faut dire que les services de la
wilaya d'Alger ont mis de gros
moyens pour réussir cette opération
de relogement, à travers la réquisi-
tion d’importants moyens humains et
matériels en vue d’aider et d’assister
les bénéficiaires de ces logements.
Ainsi, 2.000 agents, 1.000 camions
et 30 bus ont été mobilisés pour faci-
liter le transport des familles et de
leurs effets. À la fin de l’opération,
le bidonville en question a été dé-
moli. Jouxtant un lycée nouvelle-
ment réalisé et devant être
réceptionné lors de la prochaine ren-
trée scolaire, ce site entravait toute
possibilité d’inauguration de l’éta-
blissement scolaire, ce qui a rendu
nécessaire sa destruction et le reloge-
ment de ses locataires qui ont été
longtemps exposés également aux
dangers d’éventuelles crues de
l’oued. Loin de s’arrêter là, le relo-
gement se poursuivra par des opéra-
tions régulières qui viendront
s’ajouter à ces cinq opérations qui
ont porté sur la distribution de 4.700
logements à Chaïbia, dans la com-
mune d’Ouled Chebel, à Heuraoua et
à Larbaâ. Et déjà, on annonce la ré-
ception de 11.000 autres logements
avant la fin de cette année.
Selon le wali d’Alger, Abdelkader
Zoukh, et les autorités locales qui pi-
lotaient de près cette opération,
quelque 2.000 habitations précaires
ont été recensées et seront concer-
nées par le relogement dans les pro-
chaines opérations. Il a confié en
outre que ses services ont réussi à dé-
jouer des tentatives de construction
de 500 bidonvilles.
S. A. M.
M
me
LASNAMI, PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION ERRAHMA :
« La Casbah est devenue un centre de transit pour acquérir
un logement social »
La présidente de l’association Errahma de
La Casbah, Mina Lasnami, a lancé un appel
pour la protection de La Casbah, «devenue
un centre de transit pour acquérir un loge-
ment social», a-t-elle estimé.
Selon elle, la vénérable et historique cité
de La Casbah, qui est inscrite sur la liste
du patrimoine mondial, est devenue un «cen-
tre de transit pour toutes personnes désirant
acquérir un logement». Elle a affirmé que
«les personnes qui habitent actuellement La
Casbah ne sont pas les vrais habitants», car
«l’État n’arrête pas d’effectuer des opéra-
tions de relogement depuis 2005», a-t-elle
rappelé.
M
me
Lasnami déplore la situation actuelle
de La Casbah en déclarant : «J’étais cho-
quée, ce matin, lorsque j’ai vu les familles
réclamer le droit au logement alors que cela
ne fait que quelques années qu’elles sont ve-
nues y habiter.» Elle a tenu à souligner que
«certaines familles ont carrément squatté les
douirate inhabitées, et ce malgré leur dange-
rosité». «Déjà, avec les deux secousses de
vendredi dernier, il y a eu quelques effondre-
ments partiels au niveau de quelques habita-
tions», a-t-elle ajouté.
Il y a lieu de noter que la plus grande par-
tie de ces maisonnettes ont déjà été classées
dangereuses, et leurs premiers occupants ont
été relogés dans des cités, ces dernières an-
nées. Par ailleurs, l’état détérioré des bâtisses
devrait inciter leurs indus occupants à les
quitter, selon M
me
Lasnami qui a tenu à pré-
ciser que suite au séisme qui a secoué Alger
vendredi, et ses villes limitrophes, des dégâts
ont été enregistrés dans plusieurs maisons de
La Casbah, où des citoyens ont été blessés.
En effet, à l’instar des habitants des autres
quartiers, ceux de La Casbah ont été bruta-
lement réveillés par le séisme de 5,6 sur
l'échelle ouverte de Richter enregistrée ven-
dredi à 5h11.
Sihem Oubraham
SOUK AHRAS
La crise de logement résolue
à 80% à l’horizon 2015
La wilaya de Souk Ahras sera à l’abri de la crise de logement,
dont le déficit sera comblé à hauteur de 80% à l’horizon 2015, a
indiqué le wali. Cet objectif sera «une réalité effective, grâce au
grand nombre de projets de ce secteur en cours de réalisation» par
des entreprises nationales et étrangères qualifiées, a précisé à
l’APS, Saâd Agoudjil, en marge de l’affichage de la liste prélimi-
naire des bénéficiaires de 2.063 logements publics locatifs (LPL).
La wilaya de Souk Ahras réceptionnera prochainement, dans les
communes de Souk Ahras, de Sedrata et de M’daourouch, 5.100
logements tous segments confondus, des plans quinquennaux, ac-
tuel et prochain (34.000 unités), et d’un autre programme de 2.900
logements, a ajouté le même responsable.
Pas moins de 975 préaffectations de logements de cette liste,
affichée sur le site officiel de la wilaya et par le quotidien Annasr,
seront attribuées, en attendant la réception de 1.088 logements, a-
t-on souligné de même source, précisant que 98 logements sont
destinés aux victimes du terrorisme, tandis que 65 autres sont ré-
servés aux occupants de 25 anciennes bâtisses du vieux Souk
Ahras. Un total de 1.516 recours parmi les 2.483 enregistrés suite
à l’attribution du quota de logements publics locatifs de l’année
2011, soit 61% du taux global, a reçu l’aval des responsables
concernés, a-t-on indiqué.
7
EL MOUDJAHID
Nation
Dimanche 3 Août 2014
CONCOURS DE RECRUTEMENT DES ENSEIGNANTS
24.000 postes d’emploi
cette année
C
e report est dû, selon le
communiqué,  à l’engoue-
ment constaté par le nom-
bre important de candidatures.
« En raison de la surcharge occa-
sionnée par le nombre de dossiers
soumis à l’étude, le ministère a été
obligé de réviser la date de publi-
cation des résultats », souligne le
communiqué. Il a été précisé dans
ce même communiqué que la date
de publication des résultats du
concours se fera avant le 06 août
courant et que «  toute la latitude
d’annoncer les résultats est laissée
à chaque Direction de l’éducation
de wilaya en fonction de la finali-
sation de l’opération ». 
Concernant le déroulement de
l’opération de recrutement, le mi-
nistère de tutelle précise à travers
ce même communiqué que le sec-
teur a bénéficié cette année de
23.931 postes répartis sur les trois
cycles d’enseignement. Le cycle
primaire se taille la part du lion
avec l’ouverture de 14.694 postes
budgétaires, dont 12.748 seront
destinés pour le recrutement d’en-
seignants en langue arabe, 1.896
pour ceux de la langue française et
37 pour ceux de la langue ama-
zighe.
Pour ce qui est des deux autres
cycles (moyen et secondaire), le
secteur a dégagé 6.256 postes ou-
verts pour le premier et 2.981 pour
le second. Ce recrutement national
se fera, notamment, pour combler
le manque dans plusieurs matières
telles que les mathématiques,
sciences naturelles, physique-chi-
mie, histoire-géographie, langues,
et enfin le dessin et la musique.
Selon le communiqué, l’ouverture
des postes, au niveau des wilayas
s’est effectué « en fonction des be-
soins exprimés ».
Afin de ne pas renouer avec les
pratiques antérieures, le communi-
qué précise que la gestion de l’opé-
ration de recrutement a été menée
selon «  une vision prospective  ».
Toujours dans ce même ordre
d’idées, le ministère indique avoir
étudié toutes les situations liées au
recrutement, en mettant à concours
les postes des enseignants concer-
nés par la retraite.
Pour ce qui est de l’étude des
dossiers, le ministère a, selon le
communiqué, appliqué la règle de
transparence en faisant obéir cette
opération à « des critères, préala-
blement établis de concert avec les
services de la Fonction publique ».
Il a été indiqué, à ce propos, que
« le maximum d’information a été
donné à l’ensemble des services
des Directions de l’éducation, à la
presse écrite et au niveau des sites
du ministère et de la Fonction pu-
blique et ce, pour assurer une
grande transparence dans l’infor-
mation ». « La titularisation n’in-
terviendra qu’après la validation de
la Fonction publique »
Il faut rappeler dans ce contexte
que chaque Direction de l’éduca-
tion a été chargée du recueil des
dossiers, de la remise d’une copie
du bordereau portant l’ensemble
des documents déposés.  Certaines
directions, souligne le communi-
qué, ont même, au regard des tech-
nologies dont ils disposent,
organisé le dépôt des dossiers via
le site internet.
« Dans l’optique d’assurer une
bonne gouvernance, le ministère
compte dans l’avenir généraliser ce
mode d’inscription sur l’ensemble
des directions de l’éducation de wi-
laya et ce, afin d’éviter les longues
files d’attente  », indique le com-
muniqué.
Toujours selon le communiqué,
chaque Direction de l’éducation de
wilaya a mis en place des commis-
sions qui ont travaillé sans discon-
tinuer, et même durant le week-end
pour le bon déroulement de l’opé-
ration.
A titre d’exemple, la wilaya de
Sétif a reçu 20.000 dossiers pour
2.000 postes, celle de Sidi Bel-
Abbès a comptabilisé 10.000 dos-
siers pour 1.000 postes. Tous ces
dossiers seront étudiés dans une
transparence absolue, car le
concours est sur dossier et com-
porte six (6) critères avec une no-
tation sur trente (30) points. A
l’entretien, il est attribué trois (3)
points sur trente (30).
Une fois les résultats affichés,
il sera procédé selon le communi-
qué, à l’organisation d’un premier
séminaire de formation pédago-
gique prévu durant la dernière
quinzaine du mois courant au
niveau des centres retenus pour la
formation. «  Il demeure entendu,
que le suivi du programme dudit
séminaire est préalable à la prise de
fonction  », indique le communi-
qué, qui fait remarquer qu’ « au  re-
gard de la réglementation en
vigueur instituant le contrôle a pos-
teriori, les candidats retenus seront
affectés provisoirement par les di-
rections de l’éducation afin de ne
pas porter préjudice à la prise en
charge scolaire des élèves qui né-
cessite dès septembre prochain les
premiers enseignements  ». Le
communiqué indique, enfin, que
«  la titularisation n’interviendra
qu’après la validation de la fonc-
tion publique et la confirmation de
l’inspection de la discipline ».     
Il y a lieu de rappeler que le
concours a eu lieu les 22 et 23 juil-
let dernier dans l’ensemble des wi-
layas du pays.
À travers ces concours destinés
à examiner un nombre important
de postulants, l’objectif recherché
par la DGFP est le renforcement du
corps des enseignants de l’éduca-
tion nationale et, par là même, re-
lever le niveau général du système
éducatif, particulièrement dans la
corporation des éducateurs, tous
paliers confondus.
Selon les responsables du sec-
teur, l’organisation du concours
s’est déroulée dans une transpa-
rence totale et absolue. Elle  vise
notamment le recrutement d’ensei-
gnants dans les nouveaux établis-
sements qui seront réceptionnés à
la prochaine rentrée scolaire 2014-
2015 et aussi à remplacer les ensei-
gnants retraités qui ont honoré leur
noble mission après 32 ans et plus
en se consacrant à la formation des
générations montantes.
Sarah Sofi
Trois immeubles menacent de s'effondrer
Des familles
de Bologhine
relogées
Des familles de Bologhine, commune cô-
tière ébranlée par le séisme de vendredi, ont été
relogées le jour même, a indiqué, hier, le direc-
teur du logement de la wilaya d'Alger, Smaïl
Loumi.
Ces familles ont été relogées ''suivant les ins-
tructions du ministre d'État, ministre de l’Inté-
rieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz'',
a précisé la même source à l'APS, en marge
d'une visite du wali d'Alger à El-Hamiz.
58 familles de Bologhine, dont les habita-
tions ont été endommagées à la suite de ce
séisme, ont été ainsi relogées le jour même à la
nouvelle cité des 3.216-Logements de Chaïbia,
dans la commune d’Ouled Chebel, a précisé M.
Loumi. Toujours dans le cadre de la prise en
charge des conséquences de ce séisme, trois
équipes du Contrôle technique des construc-
tions (CTC) ont été chargées d’expertiser près
de 2.000 logements ''menaçant ruine'' à Bab El-
Oued, La Casbah, Belouizdad et Bordj El-Kif-
fan. ''Ces familles seront toutes relogées par la
wilaya en fonction des priorités, qui seront éta-
blies par les experts du CTC à la suite d’un
contrôle qui est en cours de réalisation'', a ex-
pliqué M. Zoukh.
Trois immeubles menaçant de s'effondrer
ont été enregistrés par les services tech-
niques spécialisés qui ont mené une exper-
tise sur 12 immeubles touchés par le séisme
qui a frappé Alger et ses environs, vendredi
matin. Selon un communiqué de la cellule
de crise installée au niveau du ministère de
l'Intérieur et des Collectivités locales, les
services techniques spécialisés dans le
contrôle des bâtiments ont enregistré "trois
immeubles qui menacent de s'effondrer abri-
tant 61 familles". Des moyens matériels et
financiers ont été mobilisés pour le reloge-
ment des familles sinistrées, a indiqué la
même source. Cette démarche intervient en
application des instructions du ministre
d'État, ministre de l'Intérieur et des Collec-
tivités locales, Tayeb Belaïz, concernant le
"relogement immédiat des familles touchées
par le séisme". Une cellule de crise a été ins-
tallée au siège du ministère l'Intérieur et des
Collectivités locales, immédiatement après
la forte secousse tellurique qui a secoué,
vendredi matin, la wilaya d'Alger, rappelle-
t-on.
Le ministre avait effectué une visite
d'inspection dans les quartiers touchés par le
tremblement de terre, accompagné par le se-
crétaire général du ministère, le directeur gé-
néral de la Protection civile et le wali
d'Alger. Le séisme d'une magnitude de 5,6
sur l'échelle ouverte de Richter a fait 6 morts
et 291 blessés au niveau d'Alger. 33 centres
hospitaliers ont accueilli 911 citoyens, dont
270 blessés qui ont reçu les soins nécessaires
et ont quitté ces centres, à l'exception de 3
cas qui se trouvent actuellement à l'hôpital
de Ben Aknoun et 2 autres à l'hôpital de Bab
El-Oued où ils sont pris en charge. Dans la
wilaya de Boumerdès, les services hospita-
liers ont pris en charge, 167 citoyens, dont
16 blessés, alors que dans la wilaya de
Bouira, 4 personnes blessées ont été trans-
férées à l'hôpital où ils ont reçu les soins né-
cessaires.
Dans la wilaya de Blida, une personne
blessée a quitté l'hôpital après avoir reçu les
soins nécessaires. Les services de la Protec-
tion civile et les différents services hospita-
liers ont mobilisé tous les moyens
nécessaires pour prendre en charge les ci-
toyens qui se sont déplacés pour des soins.
APRÈS LE SÉISME DE VENDREDI À ALGER
G L’annonce officielle des résultats prévue au cours de la semaine
Annoncée pour le 30 juillet dernier, la publication des résultats du concours de recrutement d’enseignants dans le secteur
de l’éducation nationale est reportée d’une semaine, annonce le ministère de l’Education nationale
dans un communiqué rendu public hier.
8
Dimanche 3Août 2014
EL MOUDJAHID
Nation
COMITÉ DE LA DÉCENNIE DES FEMMES AFRICAINES
La condition de la femme, un problème africain majeur
La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Mounia Meslem, a présidé la cérémonie de suivi du travail du comité na-
tional de coordination des activités de la décennie de la femme africaine, lors d’une rencontre à l’occasion de la Journée de la femme africaine, coïncidant avec le
31 juillet de chaque année.
C
ette cérémonie, chapeautée  par son dépar-
tement, regroupe des représentants de plu-
sieurs secteurs, outre le représentant du
ministère de la Solidarité nationale qui en assure
la présidence, des départements ministériels
concernés par les domaines prioritaires fixés
comme objectifs de la  décennie. Il s’agit des mi-
nistères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de
la Justice, des Finances, de l’Aménagement du
territoire et de l’Environnement, de l’Éducation,
de l’Agriculture, de la Santé et celui de la Jeu-
nesse. En cette occasion, la ministre a
souligné  que « l’Algérie a toujours été au cœur
de l’Afrique, a toujours milité pour les droits de
l’Afrique, et pour la présence de l’Afrique dans le
concert des Nations ». Elle a argumenté son dis-
cours par les efforts déployés par les grands
hommes qui ont fait honneur au continent et
œuvré à faire entendre sa voix, à l’instar de Abdel
Nasser, Mandela, Boumediene, sans oublier le
président Bouteflika. La condition de la femme
étant l’un des problèmes majeurs en Afrique, elle
a retracé les efforts déployés par l’Algérie pour
les droits de la femme, et ce, en dépit de toutes les
entraves rencontrées. Les ministres africains du
genre et de la femme, réunis en session extraordi-
naire à Maseru (Lesotho) en décembre 2008, ont
demandé à l'Union africaine (UA) de déclarer la
période 2010-2020 décennie de la femme afri-
caine. La proposition a été adoptée par la confé-
rence des chefs d'Etat et de gouvernement en jan-
vier 2009 à Addis-Abeba et le lancement officiel
de la décennie a eu lieu en octobre 2010, tandis
que son installation officielle a été faite le 31 juil-
let de l’année dernière.
Promouvoir les objectifs
de développement
« L'objectif principal de la décennie consiste
à promouvoir les politiques de développement
afin de réduire l'écart créé dans les sociétés tradi-
tionnelles entre les hommes et les femmes et ren-
forcer les capacités des femmes africaines pour
faciliter leur autonomie  économique et encoura-
ger l'entrepreneuriat féminin »,  a précisé la pré-
sidente, Mme Malika Moussaoui, lors de sa
présentation du comité, en relevant que le pro-
gramme de la décennie propose également de fa-
ciliter l'accès des femmes à la ressource financière
à partir du fonds pour les femmes africaines, ins-
trument mobilisateur et d'appui aux initiatives vi-
sant à consolider les politiques de développement.
Les actions du comité national de coordination
consistent à contrôler et à évaluer la mise en
œuvre des engagements conclus au plan interna-
tional sur la parité, le protocole de l'UA sur les
droits des femmes, la déclaration solennelle sur
l'égalité entre les hommes et les femmes en
Afrique ainsi que les objectifs du millénaire pour
le développement. Le comité a pour missions
principales le suivi de la mise en œuvre des acti-
vités de la décennie, l’exécution des projets finan-
cés par le fonds pour les femmes africaines et
l’application des engagements internationaux pris
par notre pays, notamment dans le cadre de
l’Union africaine.
Il est notamment chargé de veiller  à la mise
en œuvre des activités de la décennie de la femme
africaine à tous les niveaux, promouvoir la parti-
cipation, la collaboration et la coordination entre
les parties prenantes à tous les niveaux, dans le
cadre de la mise en œuvre du plan d’action arrêté.
Il sera également question de mettre en œuvre
tous les projets nationaux et communautaires, no-
tamment ceux financés par le fonds pour les
femmes africaines et en assurer le contrôle.
Entre autres, il veillera à la mise en œuvre des
engagements conclus sur la parité, la déclaration
solennelle  sur l’égalité entre les hommes et les
femmes en Afrique et les objectifs du millénaire
pour le développement à tous les niveaux et leur
évaluation.
Des  actions encourageantes
Depuis sa création, le comité a procédé à
l’adoption de son  règlement intérieur, l’élabora-
tion du projet d’arrêté interministériel portant
création de ce comité, l’élaboration de son pro-
gramme d’action allant de 2013 à 2014, ainsi que
la proposition de projets présentés par neuf asso-
ciations au titre de 2013 qui ont été transmis au
ministère des Affaires étrangères. En outre, et
pour ce qui est du cadre associatif proposé au titre
de l’année 2013, les trois projets retenus au titre
du thème « agriculture, sécurité alimentaire et en-
vironnement » ont été présentés  par l’association
nationale « Femme et développement rural (AN-
FEDR)  », l’association de la promotion de la
femme rurale de la wilaya de Skikda et l’associa-
tion écologique de Boumerdès.   
Kafia Ait Allouache   
SYNTHÈSE ET EXPLOITATION DU PROJET DE RÉVISION CONSTITUTIONNELLE
Un mois d’août chargé
Intervenant en conclusion des grandes réformes
globales, le projet de révision constitutionnelle qui
a connu différentes étapes lors de son examen se
précise davantage à la faveur de l’annonce par le
cabinet de la présidence dans son dernier commu-
niqué à l’issue de la fin des consultations natio-
nales, en soutenant que les contributions des
discussions nationales qui ont été reçues par le ca-
binet de la présidence de la République feront
l’objet d’une synthèse et d’une exploitation fidèle
qui s’étalera jusqu’à la fin du mois d’août pro-
chain. Par la suite, le dossier sera soumis au Prési-
dent de la République qui décidera des étapes à
venir du processus de révision de la Constitution.
Evidemment, le processus du projet de révision
constitutionnelle qui a focalisé l’opinion publique,
la classe politique et les personnalités nationales
de divers horizons fait l’objet d’un large travail de
synthèse et d’exploitation par une équipe de travail
et de réflexion, sous la direction du directeur du
cabinet de la présidence de la République.
L’avant-projet de loi, pour lequel une commission
technique d’experts a été installée et des rencontres
de coordination et de consultations nationales ont
été organisées, suit un processus d’examen très im-
portant tant il est question de l’aboutissement à un
projet consensuel et autour duquel tous les parti-
cipants à son enrichissement auront pu exprimer
leur doléances, leurs positions en se prononçant
sur son contenu. C’est ce qui a été proposé dès le
départ par l’initiateur du projet de révision, déjà
en 2011 lorsqu’il a décidé d’un ensemble de pro-
jets de lois devant intervenir en parachèvement du
processus d’un long parcours de mise à niveau et
d’adaptation de la législation nationale aux exi-
gences des mutations et évolutions que connaît le
pays. Aussi, les réformes politiques annoncées en
2011 et en exécution depuis 2012, à la faveur des
élections législatives, de l’examen et du vote par
le Parlement dans ses deux chambres d’un impor-
tant arsenal législatif et réglementaire sont des réa-
lités palpables sur le plan de l’application. Il va de
soi que le chef de l’Etat qui a jugé nécessaire l’en-
gagement de ce train de réformes politiques consi-
dère que l’Algérie repose sur un socle solide et que
sa bataille pour le développement continue, s’ap-
puyant sur le peuple algérien qui a su instaurer son
propre système politique pluraliste et qu’il a sau-
vegardé en dépit de tout. En évoquant le discours
à la nation du 15 avril 2011 et les décisions annon-
cées au sujet des lois qui devaient intervenir, il est
important de relever, dans un premier temps, la vo-
lonté du chef de l’Etat et le besoin d’aboutir à un
consensus des différents partenaires politiques et
acteurs nationaux. Des consultations ont été lan-
cées, des assises des différents partenaires de la so-
ciété civile ont été proposées pour conjuguer les
efforts et arriver à une vision globale sur un mini-
mum requis. Les uns ont répondu positivement, les
autres ont refusé, et parmi ceux-ci et ceux-là, entre
les pour et les contre, il y a des initiateurs et des
démarches, au moment où le train est en marche
pour le changement par l’approfondissement pro-
gressif des réformes politiques, au rythme du pays.
C’est dans ce contexte que va évoluer dès le
mois d’août le projet de révision constitutionnelle
dont les travaux de synthèse et d’exploitation des
données des rencontres de concertations qui ont
été présidées par Ahmed Ouyahia, directeur du ca-
binet de la présidence de la République, et qui
avaient pour rappel débuté le mois de juin passé,
devraient aboutir à un projet de loi consensuel sur
ce projet de loi fondamentale. Ainsi donc, les ren-
contres de consultations nationales qui se sont dé-
roulées au siège de la présidence de la République
ont permis aux partenaires nationaux participants
de soumettre leurs propositions au titre des prin-
cipaux amendements proposés pour la révision de
la Constitution, portant notamment sur la limita-
tion à deux du nombre de mandats présidentiels,
le renforcement de l'indépendance de la justice, de
la liberté d'expression, la promotion des droits de
l'homme, la lutte contre la corruption et l'interdic-
tion de la transhumance politique pour les parle-
mentaires. Elles ont également permis aux
citoyens et opinions publiques de se faire une idée
sur la dynamique lancée par la présidence de la
République en termes d’adhésion à la démarche,
au processus des réformes et du dialogue national
dans le but de se doter d’une constitution qui ga-
rantit, entre autres principes, les droits et les liber-
tés, protège la règle du choix du peuple et confère
la légitimité à l’exercice des pouvoirs. En effet, la
révision constitutionnelle, décidée à l’initiative du
Président de la République, en vertu des pouvoirs
que lui confère la Constitution, qui s’inscrit dans
le cadre de la poursuite du processus des réformes
politiques, vise à adapter la loi fondamentale aux
exigences constitutionnelles suscitées par l’évolu-
tion rapide de notre société et les mutations pro-
fondes actuellement en cours à travers le monde.
Cette révision est notamment destinée au renfor-
cement de la séparation des pouvoirs, à conforter
l’indépendance de la justice et le rôle du Parle-
ment, à l’affirmation de la place et des droits de
l’opposition et à garantir les droits et libertés des
citoyens s’articulant autour de quatre axes fonda-
mentaux de la loi fondamentale. Il s’agit, en l’oc-
currence, du préambule, des principes généraux
régissant la société algérienne, notamment les
droits et libertés des citoyens et leurs devoirs, de
l’organisation des pouvoirs et du contrôle consti-
tutionnel.  Le premier des principes généraux du
préambule, à savoir l’article 74 de la Constitution,
porte sur la constitutionnalisation de l’alternance
démocratique, dans le préambule et sa traduction
dans le corps de la Constitution par une limitation
du nombre de mandats présidentiels. En outre, ce
principe, qui est une exigence de la démocratie et
constitue un de ses fondements essentiels, est de
nature à consolider les fondements de la démocra-
tie, à redynamiser la vie politique et à favoriser, à
terme, l’émergence d’une culture de l’alternance
dans notre pays. Les idées et les visions sur le pro-
jet de loi fondamentale mûrissent en attendant la
rentrée sociale en septembre et les articulations fi-
nancières de la première année du nouveau pro-
gramme quinquennal de croissance 2015-2019 qui
table sur des objectifs définis en relation avec la
diversification des activités de l’économie natio-
nale.
Houria Akram
LANCEMENT DE L'ÉDITION 2014 DU PRIX NATIONAL DES MÉDIAS
Faire valoir les droits de l’enfant
Afin de vulgariser avec un maximum
d’efficacité  les sujets liés au monde de
l’enfance,  la Radio algérienne et le bu-
reau de l'UNICEF à Alger lancent l'édi-
tion 2014 du Prix national des médias
qui récompense les meilleurs produits,
publiés entre le 20 juillet et le 15 octo-
bre 2014, qui traitent de la situation des
enfants en Algérie et les défis auxquels
ils font face. Selon le site de la Radio
algérienne, la présente édition 2014 est
marquée par l'intégration d'une nou-
velle catégorie, à savoir l'affiche, à qui
il sera décerné une  récompense, celle
de la meilleure affiche en lien avec la
thématique et qui sera imprimée et lar-
gement diffusée au niveau national. Le
thème retenu pour le Prix national des
médias dans son édition 2014 est le
25ème anniversaire de la Convention
relative aux droits de l'enfant : réalisa-
tions et défis, qui coïncide avec la date
du 20 novembre. Cette date constitue
une opportunité pour mettre en évi-
dence les réalisations en matière de
droits de l'enfant, et ce qui reste à faire,
a souligné la même source. Les sou-
missions sous la forme d'un reportage,
essai,  éditorial,  documentaire, des té-
moignages ou une série de reportages
sur un seul sujet, doivent être adressées
au bureau de l'UNICEF Algérie avant
le 15 octobre, a précisé le communi-
qué. Les médias disposent de moyens
efficaces pour contribuer à faire
connaître les droits des enfants, en leur
donnant la parole, car les enfants ne
connaissent pas tous leurs droits. C’est
aussi une occasion pour montrer le rôle
primordial des médias dans l'informa-
tion et la perception des droits de l'en-
fant, en se référant à l'article 42 de la
Convention des droits de l'enfant, rati-
fiée par l'Etat algérien en 1992 et qui
stipule que  « Les Etats parties s'enga-
gent à faire largement connaître les
principes et les dispositions de la
Convention, par des moyens actifs et
appropriés, aux adultes comme aux en-
fants ».
Par ailleurs, et pour ce qui est des
prix, qui ne sont pas d’ordre « finan-
cier », ils seront attribués pour six ca-
tégories différentes : TV, radio, presse
écrite et en ligne (basée sur web), pho-
tographie, caricature et affiche. La per-
tinence et l'importance du sujet choisi,
la qualité et l'originalité de la démarche
journalistique ainsi que la profondeur
et la précision de l'enquête sont parmi
les critères fondamentaux de sélection
que les jurys vont considérer. Entre au-
tres, d'autres critères tels que les efforts
impliqués dans l'histoire, son impact
positif, l'objectivité et l'impartialité se-
ront aussi pris en considération par le
jury composé de professionnels des
médias, d'un représentant de l'UNICEF
et les ambassadeurs de l'UNICEF en
Algérie. Les postulants au Prix des mé-
dias devront en outre respecter les
normes les plus élevées de journalisme,
dont la clarté d'expression, la précision,
l'équité et le strict respect des lignes di-
rectrices d'éthique dans les rapports sur
les questions relatives aux enfants et
dans le respect de la Convention rela-
tive aux droits de l'enfant.
Kafia Ait Allouache
EMPLOI
Lancement de la première caravane médiatique du ministère du Travail
Le ministère du Travail, de l'Em-
ploi et de la Sécurité sociale lancera,
demain, sa première caravane média-
tique sur les activités du secteur qui
sillonnera les wilayas côtières du pays
du 4 au 27 août, avec, pour slogan,
"L'emploi et la protection sociale : ga-
rants d'un travail décent". La caravane
prendra le départ, lundi 4 août, à partir
de la Grande Poste (Alger), a indiqué
un communiqué du ministère.
L'objectif de cette caravane est
"d'informer le grand public des mis-
sions et programmes du secteur, et de
faire connaître les différents dispositifs
destinés à promouvoir l'emploi, créer
de petites entreprises et sensibiliser les
citoyens quant au système national de
sécurité sociale". Cette manifestation
vise également à "rapprocher les ser-
vices administratifs des citoyens et pro-
fiter du congé d'été et de l'affluence des
citoyens des différentes régions du
pays vers les wilayas côtières pour as-
surer une plus grande efficacité des ac-
tivités menées par les services du
secteur". Cette caravane verra la parti-
cipation de cadres et d'animateurs d'or-
ganismes relevant du secteur,
notamment l'Agence nationale de l'em-
ploi (ANEM), l'Agence nationale de
soutien à l'emploi de jeunes (ANSEJ),
la Caisse nationale d'assurance chô-
mage (CNAC), la Caisse nationale des
assurances sociales (CNAS) et la
Caisse nationale de sécurité sociale des
non-salariés (CASNOS), la Caisse na-
tionale des retraites (CNR), l'Orga-
nisme de prévention des risques
professionnels dans le bâtiment et tra-
vaux publics (OPREBATP), et l'inspec-
tion générale du Travail, et ce sous la
supervision et la coordination des di-
rections de wilayas pour l'emploi. En
septembre prochain, une deuxième ca-
ravane prendra le départ pour couvrir
les wilayas de l'intérieur au niveau des
Hauts Plateaux, et sera suivie d'une
troisième caravane en octobre prochain
qui sera destinée aux wilayas du sud du
pays.
Dimanche 3 Août 2014
9 EL MOUDJAHID
Nation
Les agents de la protection civile
ont repêché les corps des deux victimes
(31 et 41 ans) au niveau de deux zones
interdites à la baignade entre les plages
de Hadjadj 1 et 2 et une zone rocheuse
de la commune de Stidia, a indiqué le
lieutenant Ourari Mohamed. Les corps
des deux victimes ont été transférés à
la morgue des hôpitaux de Sidi Lakh-
dar et Che Guevara de Mostaganem.
Les mêmes services ont enregistré trois
disparus qui sont probablement morts
par noyade, selon les déclarations de
leurs amis, dans des zones interdites à
la baignade à Sidi Medjdoub (Mosta-
ganem) et deux zones rocheuses à Sti-
dia et Dadeche, dans la commune de
Sidi Lakhdar.
Les recherches sont en cours dans
les plages précitées, a ajouté la même
source. D'autre part, les agents de la
protection civile ont porté secours,
vendredi passé, à 88 estivants sauvés
d’une noyade lors de 119 interventions.
Huit ont reçu les premiers soins sur
place et 21 autres ont été transférés aux
centres de santé. La protection civile a
enregistré vendredi une affluence de
223.000 estivants sur les plages de la
wilaya de Mostaganem.
Des enfants sahraouis
en vacances en Espagne
Le président du Parlement de Valence, Juan Cotino, a or-
ganisé récemment une réception en l'honneur d'un groupe
d'enfants sahraouis en vacances en Espagne, dans le cadre du
programme "vacances en paix", rapporte l'agence de presse
sahraouie (SPS). Lors de cette rencontre, qui a eu lieu au
siège du Parlement de Valence, en présence du représentant
adjoint du Front Polisario dans cette région espagnole, des
membres de l'association d'amitié avec le peuple sahraoui,
des enfants sahraouis et les familles d'accueil, le responsable
espagnol a exprimé à cette occasion sa "solidarité et sa sym-
pathie" avec la cause sahraouie, indique la même source.
Cette région d'Espagne accueille dans le cadre de la saison
estivale des dizaines d'enfants sahraouis.
CONSTANTINE
Sept incendies
en une journée
Sept incendies ont ravagé du-
rant les dernières 24 heures 30
hectares de superficies fores-
tières et des champs moissonnés
dans plusieurs communes de la
wilaya, ont indiqué hier les ser-
vices de la protection civile. Il
s’agit de 15 ha de superficies fo-
restières et de 15 autres ha de
champs moissonnés dans les lo-
calités de Hamma Bouziane, Di-
douche Mourad, Zighoud
Youcef, Constantine et Mes-
saoud Boudjeriou, a précisé le
commandant Nourredine Zer-
rouk de la protection civile.
Les sinistres enregistrés du-
rant cette période ont causé éga-
lement la destruction de 21,5 ha
de broussailles et de 620 bottes
de paille, a ajouté cet officier,
faisant savoir que la célérité de
l’intervention a évité l’extension
des flammes à 130 autres hec-
tares de champs moissonnés et
un millier de bottes de paille.
D’importants lots de matériels et
des équipements neufs dont des
camions citernes anti-feux ont
été mobilisés pour lutter contre
les feux de forêt, selon la même
source. Les campagnes de sen-
sibilisation et d’information se
poursuivent dans la wilaya avec
la collaboration de la Conserva-
tion des forêts, ciblant en parti-
culier les riverains des zones
forestières, depuis début juin,
afin de prévenir les incendies
particulièrement dans les
grandes régions forestières, les
forêts de Chettaba (Ain Smara),
d’El Djebess et de Kef Lakhal
(Constantine), maintenues,
comme chaque année, sous
haute surveillance, a-t-il souli-
gné.
MOSTAGANEM
Deux morts et trois disparus
dans des zones interdites à la baignade
Des dizaines de citoyens et commerçants
de la ville de Koléa (Tipasa) ont pris part,
hier, à une marche pacifique pour revendi-
quer plus de sécurité devant la « proliféra-
tion du crime urbain, du commerce informel
et des parkings anarchiques » au niveau de
leur cité. La marche, ayant regroupé près de
300 personnes encadrées par les services de
la police, s’est ébranlée à partir du cimetière
de la ville vers la place publique du centre-
ville où les protestataires ont marqué une
halte pour dénoncer « la prolifération du
crime urbain, particulièrement les agressions
physiques avec l’usage d’armes blanches. »
Les marcheurs, ayant répondu à des appels
de responsables de comités de quartier et de
représentants de commerçants, ont insisté
dans leurs slogans sur la nécessité de mettre
un terme au « commerce parallèle » ainsi
qu’aux « parkings informels », avant de se
séparer dans le calme. Des représentants des
protestataires ont été accueillis à l’issue de
la marche par le chef de la sûreté de daïra de
Koléa, le commissaire principal Moham-
medi Ahmed. Les parties réunies, représen-
tées par le corps de la police, des membres
de la société civile, de comités de quartier et
de représentants de commerçants, se sont ac-
cordées sur la nécessité de « coordonner
leurs efforts et de travailler ensemble en vue
de lutter contre toutes les formes de crimi-
nalité dans la ville de Koléa ». Dans un
point de presse animé à l’issue de cette ren-
contre, le commissaire principal Moham-
medi a signalé l’arrestation durant les trois
jours écoulés, de 22 personnes impliquées
dans une « attaque » contre l’hôpital de
Koléa, suite à des échauffourées entre deux
groupes criminels de la ville de Fouka, dans
la soirée de mercredi dernier, soulignant que
« la marche d’aujourd’hui a été motivée par
cette affaire. » Il a, néanmoins, affirmé que
les « indices de criminalité à Koléa ne sont
pas si préoccupants », car il s’agit de
« groupes de jeunes délinquants issus de
l’extérieur de la région, qui ont jeté leur dé-
volu sur cette ville, à cause de l’activité
commerciale intense qu’elle enregistre,
conjuguée au fait qu’elle est considérée
comme un point de transit entre trois wilayas
(Blida, Tipasa et Alger). » « Nous n’avons
pas enregistré de grandes affaires criminelles
grâce au plan de sécurité mis en place durant
le mois de Ramadhan, et qui se poursuivra
tout au long de la saison estivale », a assuré
le commissaire principal Mohammedi, sou-
lignant la mobilisation, pour ce faire, de huit
brigades de la police à travers les zones sen-
sibles de la région de Koléa, en plus d’agents
en civil.
KOLEA
Marche pacifique pour revendiquer plus de sécurité
A
peine le mois sacré du ramadhan ayant
pris fin, les contrebandiers spécialisés
dans le trafic d’alcool ont repris de plus
belle leur activité en essayant d’inonder le mar-
ché avec des produits de contrebande de prove-
nance douteuse. En effet, le deuxième jour de
l’Aïd El Fitr les unités territoriales de la gendar-
merie nationale ont saisi dans trois wilayas pas
moins de 4.286 cannettes de bière, 400 boîtes
de vin et 720 bouteilles de vin, d’une valeur glo-
bale de 1.225.200 dinars.
Agissant sur renseignements, les gendarmes
de la brigade de Teghalimet de Sidi Bel-Abbès
ont interpellé sur la RN.13, reliant Telagh à Sidi
Bel-Abbès, une personne qui transportait à bord
d’un véhicule de marque Dacia Logan, 1.296
cannettes de bière destinées à la vente clandes-
tine. Une enquête est ouverte, a indiqué la cel-
lule de communication et d’information du
commandement de la gendarmerie nationale.
Lors d’un service de police de la route sur
la RN.48, reliant Biskra à El-Oued, les gen-
darmes de la brigade de Hamraia ont interpellé
une personne qui transportait à bord d’un ca-
mion de marque Foton, 8.352 cannettes de bière
et 720 bouteilles de vin, sans registre de com-
merce ni facture. Informé, le procureur de la Ré-
publique près le tribunal de Reguiba a prescrit
l’ouverture d’une enquête, la présentation du
mis en cause à l’issue et la remise de la mar-
chandise aux services des domaines de Reguiba.
Une enquête est ouverte.
Agissant sur renseignements, les gendarmes
de la brigade d’El-Outaya ont récupéré un ca-
mion abandonné par son conducteur qui a pris
la fuite à la vue des éléments du dispositif à hau-
teur du village Menba-El-Ghozlane commune
d’El-Outaya, laissant à son bord 1.920 cannettes
de bière et 340 boîtes de vin, destinées à la vente
clandestine.
Par ailleurs, en vertu d'un mandat de perqui-
sition, les gendarmes de la brigade de Sebdou
ont interpellé trois personnes dont deux frères
et saisi dans un champ agricole à la même loca-
lité, un kilo et 182 grammes de kif traité et une
paire de jumelles, dissimulés sous un groupe
électrogène.
Les gendarmes de la section de sécurité et
d’intervention du groupement territorial de
Médéa ont arrêté une personne interpellée le
même jour lors d'une patrouille sur la RN.60A,
reliant Médéa à M'Sila, à bord d’une Polo,
transportant 1.590 cartouches de différentes ci-
garettes de différentes marques, sans facture.
M. M.
Deux personnes ont trouvé la mort dans un
accident de la route survenu dans la nuit de
vendredi à hier à 8 km d’El-Bayadh, a-t-on appris
auprès de la protection civile. L’accident s’est
produit suite au dérapage d’un véhicule touristique
sur le tronçon de la RN-6A reliant les communes de
Kef Lahmar et El-Bayadh, causant la mort sur le
coup de deux de ses occupants
âgés de 27 et 38 ans, a-t-on précisé.
Les corps des deux victimes ont été déposés à la
morgue de l’établissement public hospitalier
Mohamed-Boudiaf à El-Bayadh.
Une enquête a été ouverte par les services de
wilaya de la gendarmerie nationale pour déterminer
les circonstances de cet accident.
EL BAYADH
Deux morts dans une collision
CONTREBANDE D’ALCOOL
4.286 bouteilles saisies
par la gendarmerie
10
Dimanche 3 Août 2014
EL MOUDJAHID
Economie
L'économie espagnole a repris "plus
rapidement que prévu", a affirmé, ven-
dredi, le chef du gouvernement Mariano
Rajoy, soulignant, toutefois, que les dif-
ficultés restent "nombreuses".
"Nous allons dans la bonne direction,
mais nous sommes conscients qu'il nous
reste beaucoup à faire et que les difficul-
tés à surmonter restent nombreuses", a
déclaré M. Rajoy, à l'issue d'un Conseil
des ministres.
Le gouvernement s'apprête à revoir à
la hausse, à la rentrée, ses prévisions de
chômage et de croissance, a-t-il indiqué.
Le ministre de l'Économie, Luis de
Guindos, a fait savoir, cette semaine, que
l'exécutif s'attendait à présent à une
croissance proche de 1,5%, cette année,
et de 2% en 2015, alors qu'il visait
jusqu'alors un plus de 1,2%, puis de
1,8%. L'évolution du Produit intérieur
brut (PIB) espagnol a encore gagné en
force au deuxième trimestre à 0,6%
comparé au trimestre précédent.
L'Espagne "est une des économies d'Eu-
rope qui croît le plus", a insisté Mariano
Rajoy.
"Le moment est venu d'appuyer sur
l'accélérateur de la croissance, d'avoir
une activité économique plus forte et de
créer plus d'emplois", a-t-il ajouté. Si le
chômage a reflué au deuxième trimestre
au dessous de 25%, à 24,47%, il reste
l'un des plus hauts du monde industria-
lisé et bien loin des niveaux d'avant-
crise. L'accélération de la croissance, la
baisse du nombre de demandeurs d'em-
ploi ou encore le redressement de la
Bourse de Madrid sont des chiffres "qui
montrent la magnitude du changement",
a souligné le chef du gouvernement es-
pagnol.
ASSURANCE AGRICOLE
Hausse de 22% du chiffre d’affaires de la CNMA en 2013
L
es quantités du blé (tendre et
dur) importées ont atteint 3,655
millions de tonnes, contre 3,173
millions de tonnes durant la même pé-
riode de comparaison, en hausse égale-
ment de 15,16%, indique le Centre
national de l'informatique et des statis-
tiques (Cnis) des Douanes.
Les importations du blé dur ont at-
teint 386,88 millions usd durant le 1
er
semestre 2014, contre 308,03 millions
usd à la même période de l'année der-
nière, en hausse de 25,6%, précise le
Cnis.
La quantité des importations du blé
dur, quant à elle, a totalisé 981.952
tonnes durant le 1
er
semestre de cette
année, contre 755.581 tonnes, en
hausse également de 29,96%.
La facture des importations du blé
tendre, quant à elle, a été estimée à
809,58 millions usd durant le 1
er
semes-
tre 2014, contre 868,21 millions usd, à
la même période de 2013, en baisse de
6,75%, alors que les quantités impor-
tées ont augmenté de 10,87% pour at-
teindre 2,673 millions de tonnes.
La production céréalière de la cam-
pagne 2013/2014 a chuté considérable-
ment à environ 30 millions de quintaux
(qx), affectée par la sécheresse qui a
persisté durant cette année, notamment
au printemps.
"Cette année, la production céréa-
lière devrait s'établir à plus de 30 mil-
lions de quintaux", a indiqué
dernièrement le ministre de l'Agricul-
ture et du Développement rural, Abde-
louahab Nouri, à l'APS, en marge de la
clôture de la session de printemps du
Sénat. La production de la campagne en
cours serait ainsi inférieure de 35% à
celle de la saison précédente qui s'était
établie à 49,1 millions de quintaux.
"On aurait souhaité réaliser 50 mil-
lions de quintaux, une moyenne enre-
gistrée durant les quatre dernières
années, mais le stress hydrique qu'a
connu le pays durant le mois d'avril et
de mai a pesé beaucoup sur la faiblesse
des rendements", a précisé M. Nouri.
La production céréalière avait at-
teint 49,1 millions de q, lors de la cam-
pagne 2012/2013, contre 51,3 millions
de q la saison d'avant, 51,2 millions de
qx (2011/2012), 42,45 millions de q
(2010/2011), 45 millions (2009/2010)
après une année record où la production
s'était élevée à 61,2 millions de q
(2008/2009). Par ailleurs, le Cnis relève
que les importations de maïs ont tota-
lisé 453,65 millions usd pour une quan-
tité de plus de 1,782 million de tonnes,
en hausse de 15,67% en valeur et de
37,72% en quantité. En 2013, les im-
portations des céréales ont totalisé 3,16
milliards de dollars, contre 3,18 mil-
liards de dollars à la même période en
2012, enregistrant un léger recul
(0,62%). Les besoins nationaux en cé-
réales sont estimés à environ 8 millions
de tonnes/an, ce qui classe l'Algérie
comme l'un des plus importants pays
importateurs de céréale.
Le défi est de hisser le rendement
à l'hectare à au moins 30 quintaux/ha
durant les cinq prochaines années,
contre 18 q/ha en moyenne actuelle-
ment.
Quant à la superficie céréalière, elle
est toujours la même (3,4 millions ha),
et tout doit se jouer sur le rendement,
estiment les professionnels.
La Caisse nationale de mutualité agricole
(CNMA) a réalisé une progression consé-
quente du chiffre d'affaires de ses banches
assurances avec une hausse de 22% en 2013
par rapport à 2012, apprend-on auprès de
cette compagnie.
Au titre de l'exercice 2013, la CNMA "a
enregistré une évolution positive, avec une
tendance haussière de l'ordre de 22% par
rapport à 2012", qui a connu une croissance
de 17% comparativement à l'année précé-
dente, selon le bilan de la CNMA dont l'APS
a obtenu une copie. "Grâce au maintien de
sa position de leader dans les branches agri-
coles, la CNMA détient désormais une part
de 81% dans le secteur avec une évolution
de 15%, ce qui lui a permis de se positionner
à la première place", a-t-on souligné. L'an-
née 2013 s'est également soldée par une évo-
lution remarquable du résultat de cette
Caisse en atteignant 121,75 millions de di-
nars, contre 13,738 millions de DA en 2012,
soit un bond de 786% correspondant à une
progression de 108,011 millions de DA. En
parallèle, le total du bilan de la CNMA a at-
teint 13,43 milliards de DA en 2013, contre
11,29 milliards, l'année précédente.
"La hausse du chiffre d'affaires conjuguée
au développement de nos offres et initiatives
commerciales adaptées à notre sociétariat,
ainsi qu'à une politique de souscription maî-
trisée et une maîtrise de la gestion du risque
agricole a permis à la Caisse de maintenir la
bonne qualité de son portefeuille et d'amé-
liorer ses résultats", a encore indiqué la
CNMA. D'autre part, la CNMA a déployé
d'importants efforts qui lui ont permis, en
2013, d'atteindre un taux de règlement de
l'ordre de 70%.
Ceci "reflète une performance et une
bonne maîtrise de la sinistralité, malgré la
conjoncture liée aux aléas climatiques dont
principalement la grêle qui a sévi sur un bon
nombre de wilayas durant cette année 2013",
a noté la même source.
La CNMA dispose actuellement d'un ré-
seau de 66 Caisses régionales (CRMA) et de
367 bureaux locaux répartis sur le territoire
national.
CÉRÉALES
Légère hausse des importations
de blé au 1
er
semestre
Les importations de blé sont estimées à près de 1,20 milliard de dollars (usd) durant le premier
semestre de l'année en cours, contre près de 1,18 milliard usd à la même période de 2013,
enregistrant une légère hausse de 1,46%, a-t-on appris auprès des Douanes algériennes.
ÉTATS-UNIS
Obama annonce des mesures pour soutenir
l’économie américaine
AÏD-EL-FITR
15.348 commerçants
ont assuré la permanence
Dans la perspective de faciliter l'approvisionnement des
citoyens en produits alimentaires de première nécessité, du-
rant la fête de l’Aïd-el-Fitr, les responsables du ministère
du Commerce ont pris une série de mesures pour amener
les commerçants concernés par la permanence à assurer
leur activité. En fait, les fermetures simultanées des com-
merces durant les congés annuels et les fêtes religieuses et
nationales pénalisent grandement les consommateurs. De-
puis l’amendement, en 2013, du texte de loi 04-08 du 14
août 2004, qui a fixé les conditions d'exercice des activités
commerciales, en obligeant les commerçants à observer une
permanence pendant les fêtes officielles et congés pour as-
surer un approvisionnement régulier des citoyens en pro-
duits de large consommation, le phénomène a connu une
réduction. La preuve, cette année, le ministère du Com-
merce a constaté que la permanence des commerçants, or-
ganisée durant les deux jours de l'Aïd-el-Fitr, concernant
exclusivement le commerce des produits alimentaires de
première nécessité, a été respectée sur l'ensemble du terri-
toire national. Dans un communiqué rendu public, il a fait
savoir que «sur les 15.675 commerçants réquisitionnés,
15.348 ont assuré convenablement la permanence», soit un
taux «de 98,64% pour les deux jours». «Seulement 270
commerçants n'ont pas respecté cette obligation durant le
1
er
jour de l'Aïd, soit 1,70% commerçants réquisitionnés et
seulement 57 commerçants durant le 2
e
jour, soit 0,36%,
n'ont pas observé cette permanence», a ajouté la même
source. Comparativement à la permanence de l’Aïd-el-Fitr
de l’année 2013, souligne le communiqué, «les résultats en-
registrés durant cette année ont connu une évolution posi-
tive dans la mesure où le nombre de commerçants n’ayant
pas assuré la permanence est passé de 1.143 en 2013 à 327
pour cette année, soit un taux de 7,7%». Concernant les
commerçants qui n’ont pas respecté la permanence, il
convient de noter que dans le cadre de la loi, des sanctions
seront prises à l'encontre des contrevenants conformément
à la réglementation en vigueur et qui consistent en une
amende. L'article 41-bis introduit par le ministère du Com-
merce dans la loi de 2004 institue une obligation de la per-
manence, dont le non-respect est sanctionné par une
amende de 50.000 à 300.000 DA. Les nouvelles disposi-
tions exposent, toutefois, le contrevenant à une amende de
transaction d'un montant de 100.000 DA. En cas de réci-
dive, le contrevenant ne bénéficie pas de l'amende transac-
tionnelle, et est sanctionné par l'amende prévue à cet effet.
En outre, le wali procède par arrêté à la fermeture adminis-
trative du local commercial pour une durée de 30 jours.
Makhlouf Ait Ziane
ESPAGNE
Reprise de la croissance
économique
Obama a estimé, vendredi, que
l'économie américaine était "plus
forte", mais que beaucoup restait en-
core à faire, lors d'une conférence de
presse à la Maison- Blanche. "La
bonne nouvelle est que l'économie est
clairement plus forte. Les choses
s'améliorent", a-t-il souligné. "Mais il
y a une série de mesures que nous
pourrions prendre pour maintenir
cette lancée, et peut-être l'accélérer",
a-t-il ajouté. "Il y a des mesures que
nous pourrions prendre qui résulteraient en une
augmentation du nombre d'emplois, de plus
hauts salaires, de plus hauts revenus, davantage
d'aide pour les familles de la classe moyenne",
a précisé le Président américain. "Mais, jusqu'à
présent, du moins au Congrès, nous n'avons pas
vu (les élus) être désireux ou capables d'adopter
ces mesures", a dénoncé M. Obama, dont les ad-
versaires républicains contrôlent la
Chambre des représentants. "J'ai
poussé pour des idées de bon sens
comme reconstruire nos infrastruc-
tures (...), soutenir des millions
d'emplois de valeur et aider les en-
treprises à être compétitives. J'ai
appelé à relever le salaire mini-
mum", a cité en exemples le Prési-
dent, regrettant que "toutes ces
mesures aient été jusqu'à présent
bloquées ou ignorées par les répu-
blicains du Congrès". L'économie américaine a
rebondi beaucoup plus vigoureusement que
prévu au deuxième trimestre, grâce à un mé-
lange d'investissements, de consommation des
ménages et d'exportations. Le Produit intérieur
brut a ainsi grimpé de 4% en rythme annualisé
sur la période d'avril à juin, selon les chiffres of-
ficiels.
11
Dimanche 3 Août 2014
EL MOUDJAHID
Régions
ADRAR
KHENCHELA
BEJAIA
ANNABA
BORDJ BOU-ARRERIDJ 
CONSTANTINE
L’animation culturelle reprendra ses droits
dans la commune d’El Khroub prochaine-
ment. Un programme de soirées destiné
aux familles et aux enfants notamment, est
prévu durant le mois d’août. Le programme
prévoit également des activités de loisirs et
de détente du 10 août au 10 septembre pro-
chains, à Soumâa, sur les hauteurs nord du
chef-lieu de daïra et de commune d’El
Khroub qui abrite le mausolée du roi nu-
mide Massinissa.
- La Direction de l’action sociale (DAS) de
Constantine s’apprête à quitter son siège
actuel pour occuper, à titre temporaire, les
anciens locaux de l’OPGI, attenants à
l’immeuble qui abrite les bureaux de la daïra,
situé au centre-ville. La DAS devra ensuite
libérer ces locaux dès l’achèvement définitif
de son nouveau siège en cours de
construction à la nouvelle ville Ali-Mendjeli.
- L’assemblée populaire communale d’El
Khroub s’apprête à lancer incessamment son
Plan bleu d’excursions sur les plages de la
côte est au profit d’enfants issus de familles
défavorisées de la commune.
Des bus confortables ont été réquisitionnés
pour ces randonnées, à raison de deux fois
par semaine, les plages de Skikda où ils
profiteront des joies de la mer pendant toute
la journée.
- Les déjà nombreux automobilistes qui
empruntent pour la première fois le pont
Salah-Bey, inauguré samedi dernier par le
Premier ministre, ne manquent pas de
prendre en photos le panorama grandiose qui
donne sur la vieille médina enferrée dans la
courbe du vieux pont Sidi-Rached (inauguré
en 1912), le mausolée du saint éponyme, en
amont des gorges du Rhumel. Ces tout
premiers usagers du viaduc géant de 1.200
mètres tiennent sans doute à garder un
souvenir de la réalisation de cet ouvrage
d’art qui fera date dans l’histoire plusieurs
fois millénaires de la ville de Ponts.
SIDI BEL-ABBES
Quelque 6.000 enfants et jeunes ont béné-
ficié de l’opération Plan bleu, depuis son
lancement, en juin dernier, a-t-on appris du
chef de service activités des jeunes de la
DJS.
Megherbi Miloud a souligné que 11.980
enfants et jeunes de différentes daïras de la
wilaya bénéficieront de ce Plan bleu qui
mobilise une dizaine d’associations.
Les sorties programmées par la DJS auront
pour destination les plages de la wilaya
d’Aïn Témouchent. Elles seront encadrés
par 30 animateurs de proximité.
BRÈVES DES WILAYAS
Un millier d’hectares
réservé à la maïsiculture
La campagne d’ensemencement du maïs, sur
une superficie de 1.000 hectares, a été lancée
dans la wilaya d’Adrar par des exploitants
agricoles, a-t-on appris, hier, du directeur de
l’antenne locale, la Coopérative des céréales
et des légumes secs (CCLS). Une trentaine
d’agriculteurs ont pris part à cette opération,
suite aux facilitations préconisées par le mi-
nistère de tutelle en vue d’encourager la cul-
ture et la production du maïs en tant que
culture stratégique soutenue par l’Etat, a indi-
qué M. Mokhtar Hamdani. Au moins 170 q de
grains de maïs ont été réservés à cette opéra-
tion qui se poursuit dans la wilaya d’Adrar à
travers plusieurs périmètres agricoles répartis
dans les zones de Zaouiet Kounta, Fenoughil,
Tsabit et Aougrout, selon le même responsa-
ble. La CCLS a mobilisé les moyens matériels
nécessaires pour la réussite de l’opération.
De même, 6.500 q d’engrais de différents
types ont été réservés pour l’opération de fer-
tilisation des sols, dont 2.500 q d’engrais po-
tassiques, 2.800 q d’engrais azotiques et
1.200 q d’engrais phosphoriques.
Les travaux de réalisation de deux trémies
dans la ville de Bordj Bou-Arréridj seront lan-
cés au cours du mois d’août prochain, a indi-
qué la direction des travaux publics. Des
travaux de déviation des divers réseaux d’eau,
assainissement, électricité, gaz et télécommu-
nications sont actuellement menés en prévi-
sion de l’ouverture des chantiers prévue sur
l’avenue Houari-Boumediene, a indiqué l’in-
génieur en chef de cette direction, Abdelkader
Mansouri.
Le premier de ces projets retenus dans le
cadre du plan d’organisation de la circulation
au chef-lieu de wilaya sera réalisé en face du
lycée Saïd-Zarouki. D’un coût de 600 millions
de dinars, cette infrastructure, à remettre en 8
mois, sera de 260 m de long dont 56 couverts,
a indiqué le même cadre. Le second ouvrage,
prévu en 10 mois, sera une trémie double d’un
coût estimé à 700 millions de dinars. De 260
m de long, il sera implanté à la cité 500 loge-
ments, à l’entrée est de la ville entre la RN-5
et le chemin de wilaya n°42. Ces projets vi-
sent à améliorer la fluidité du trafic dans le
centre-ville de Bordj Bou-Arréridj. Cette wi-
laya compte un réseau routier de 2.590 km li-
néaires dont 92 km d’autoroute, 304 km de
routes nationales dont 55 km en double voie,
298 km de routes de wilaya dont 16 km en
double voie et 1.896 km de chemins commu-
naux, ainsi que 94 ouvrages d’art.
Une nouvelle gare routière de type D, en
cours d’achèvement à la sortie nord de la
commune de Kais (30 km au nord de Khen-
chela), sera réceptionnée prochainement, a-
t-on indiqué hier à la direction des
transports de la wilaya.
Inscrite au titre de l’exercice 2009, cette
infrastructure qui a enregistré un retard dans
sa réalisation, est érigée sur une superficie
de plus d’un hectare, a précisé la même
source. Une fois entrée en service, cette gare
routière permettra de désengorger la ville de
Kais et d’améliorer les services de transport
des voyageurs dans la wilaya, selon les res-
ponsables de ce secteur qui vient de se doter
de deux infrastructures similaires de types
D et A, réalisées dans les localités de Che-
char et de Khenchela.
Ces nouvelles structures de transport dis-
posent de toutes les commodités nécessaires
dont des kiosques commerciaux, des cafété-
rias et des restaurants, a-t-on indiqué à la di-
rection des transports qui envisage la réha-
bilitation des stations de bus et de taxi des
principaux centres urbains de la wilaya.
Les travaux de réalisation de ces trois
gares routières ont nécessité 400 millions de
dinars, a ajouté la même source. Les études
de réalisation de trois autres projets confiées
à un organisme spécialisé ont nécessité un
montant de 20 millions de dinars, a-t-on sou-
ligné de même source.
Une gare routière à Kais
Les services vétérinaires de
la wilaya de Bejaia ont enregistré
11 foyers touchés par le virus de
la fièvre aphteuse chez 21 ex-
ploitations (éleveurs).
Ce virus a été déclaré le 23
juillet dernier quand des éleveurs
d’El Eulma (Sétif), sachant que
leurs bêtes sont contaminées,
ont vendu leur bétail au marché
de Sidi Aïch à 45 km du chef-
lieu de la wilaya de Bejaia. Les
éleveurs de Bejaia qui ont acquis
ces bêtes n’étaient pas informés
de la maladie.
Ce n’est qu’une fois le virus
détecté dans les trois premiers
foyers enregistrés dans les zones
rurales de Bejaia, Boukhelifa et
Darguinah, que la panique a
gagné tous les éleveurs qui ont
acquis ces bêtes. Une fois que la
maladie s’est déclarée les bovins
malades commençaient à conta-
miner les autres bêtes. Il incom-
bait donc au service vétérinaire
de prendre les mesures urgentes
avant la propagation de la mala-
die.
Les bêtes touchées sont mises
en quarantaine pour éviter la pro-
pagation du virus. Ainsi le chep-
tel atteint est rapidement abattu
dans les abattoirs les plus
proches à travers les 11 com-
munes touchées. Selon l’inspec-
teur vétérinaire de la wilaya
Idress Aimed «  jusqu’à au-
jourd’hui, jeudi, 69 bovins, 1
ovin et 6 caprins sur lesquels
nous avons détecté le virus ont
été abattus. Nous procédons en-
suite à l’incinération de la tête,
des pieds et des abats notamment
les poumons de la bête ensuite
la viande est consignée 48 heures
dans des chambres frigorifiques
au niveau de l’abattoir.
Je souligne qu’il n’ y a aucun
risque sur la consommation de la
viande car le virus ne se trans-
mets pas de l’animal à l’homme.
Je signale que le virus peut durer
six mois dans des conditions fa-
vorables ». Pour éradiquer cette
maladie, les services vétérinaires
de la wilaya ont pris des mesures
urgentes à savoir la fermeture de
tous les marchés à bestiaux de la
wilaya et autres points de vente,
l’interdiction de déplacement de
tout le cheptel dans la wilaya ou
hors de celle-ci  sauf vers les
abattoirs accompagnés des ser-
vices vétérinaires. Comme il a
été décidé de procéder à un
contrôle rigoureux au niveau des
frontières inter wilayas entre
Sétif et Bouira pour interdire
toute sortie et entrée du
cheptel  dans le territoire de la
wilaya de Bejaia ».
Des mesures préventives
sont également mises en place
comme le souligne M. Idress : «
Nous avons acquis 1.000 doses
de vaccins affectés par le minis-
tère de l’Agriculture, l’opération
de vaccination a commencé
jeudi passé pour stopper la pro-
pagation de la maladie et l’élimi-
nation du virus. Nos équipes
vétérinaires sillonnent toutes les
communes affectées ».
M. Laouer
FIÈVRE APHTEUSE
Onze foyers signalés
U
ne superficie de 2.162
hectares est concernée
par la campagne de cueil-
lette de la tomate, soit 90% de
l’objectif tracé de l’ordre de 2.420
hectares, a indiqué le chef de ser-
vice des statistiques de la DSA, M
Djamel Hellala.
Ce qui signifie une légère aug-
mentation par rapport à la surface
consacrée à cette spéculation
agricole l’année écoulée. Depuis
le début de la campagne, la pro-
duction a atteint 241.300 q avec
un rendement moyen de 400 q à
l’hectare, a précisé la même
source. Ces chiffres qu’on peut
considérer comme une perfor-
mance susceptible d’être améliorée compte
tenu des potentialités agricoles dont dis-
pose la wilaya d’Annaba, qui est réputée
pour les cultures industrielles, tels le coton
et la betterave sucrière. Une bonne conduite
de l’itinéraire technique des cultures devra
être suivie par l’utilisation de fertilisants et
l’irrigation sont à mettre à l’actif des agri-
culteurs, d’autant plus que les prix de la to-
mate destinés aux conserveries sont
attractifs, atteignant 14 et 15 DA le kg cette
année. Parmi les contraintes que rencon-
trent les agriculteurs et qui menacent la ré-
colte, l’insuffisance de la main-
d’œuvre. Avec l’introduction de la
mécanisation, cette année, la filière
tomate industrielle va connaître une
nouvelle dynamique qui, conjugée
à la fertilisation et l’irrigation des
surfaces cultivées, pourrait donner
des résultats encourageants en ma-
tière de rendement au double plan
de la qualité et de la quantité. La wi-
laya d’Annaba dispose de trois ré-
colteuses qui seront utilisées à bon
escient dans les superficies qui en-
registrent des pics de production de
tomate, oscillant entre 400 et 600 q
à l’hectare. Quatre wilayas, à savoir
Annaba, El Tarf, Skikda et Guelma
produisent annuellement, en
moyenne, 40.000 tonnes de tomate sur une
superficie agricole oscillant entre 10.000 et
11.000 hectares, soit 84% de la superficie
nationale.
B. Guetmi
TOMATE INDUSTRIELLE
Une production de 727.500 q
attendue
Une production de 727.500 q de tomate est prévue à Annaba à la fin de la campagne, qui a débuté le 3 juillet
dernier, selon les statistiques de la direction des services agricoles de la wilaya (DSA).
Lancement des travaux
de deux trémies
13
Dimanche 3 Août 2014
EL MOUDJAHID
Monde
U
ne première équipe d'experts
internationaux a finalement ac-
cédé vendredi à la zone sur la-
quelle sont tombés le 17 juillet les
débris du Boeing malaisien et y a ras-
semblé de nouvelles dépouilles en
dépit d'affrontements meurtriers à
proximité. Au moins dix parachutistes
ukrainiens ont été tués dans une "em-
buscade" tendue par des rebelles pro-
russes à Chakhtarsk, à environ 25
kilomètres du lieu de la catastrophe
aérienne, selon l'armée. Onze sont
portés disparus plus de deux semaines
après que l'avion qui assurait le vol
MH17 de Malaysia Airlines Amster-
dam-Kuala Lumpur a été abattu par
un missile avec 298 personnes à son
bord. Les recherches "très difficiles"
faites par les experts internationaux
sur le site contrôlé par les insurgés
prendront au moins plusieurs se-
maines, a déclaré vendredi à Kiev le
chef de la mission néerlandaise, Pie-
ter-Jaap Aalbersberg. Le Premier mi-
nistre australien Tony Abbott a salué
hier l'arrivée sur place d'enquêteurs
"qui ont pu commencer une recherche
minutieuse, professionnelle". Après
avoir été bloqué plusieurs jours par les
combats, un petit groupe d'enquêteurs
avait réussi à y accéder jeudi pour une
mission de reconnaissance. Hier, 80
experts répartis en quatre équipes de
20 devaient se rendre sur place, puis à
partir d’aujourd’hui ils seront 100,
dont des Malaisiens.
Tirs et colonnes de fumée
Pour les enquêteurs sur le terrain,
la tâche s'annonce difficile car les
combats se poursuivent dans l'Est, où
l'armée tente d'isoler les séparatistes
des zones frontalières et est parvenue
ces dernières semaines à les repousser
autour de leurs principaux bastions :
Donetsk, Lougansk ou encore Gor-
livka. Les forces ukrainiennes ont re-
vendiqué vendredi la prise de Novyi
Svit, ville de 8.000 habitants à environ
25 kilomètres au sud de Donetsk.
Elles ont affirmé avoir constaté des
violations de l'espace aérien ukrainien
par l'aviation russe et avoir abattu un
drone russe.
A Lougansk, les combats ont fait
en 24 heures cinq morts parmi les ci-
vils, selon les autorités municipales.
La ville n'est en outre plus alimentée
en eau et électricité. Barack Obama a
une nouvelle fois déploré vendredi,
lors d'une conversation téléphonique
avec son homologue russe Vladimir
Poutine, le "soutien accru" de Moscou
aux séparatistes en Ukraine, réaffir-
mant son engagement en faveur d'une
solution diplomatique. Dans leur pre-
mier entretien téléphonique depuis
l'introduction de sanctions écono-
miques occidentales sans précédent
contre la Russie accusée d'armer la ré-
bellion, le président américain et Vla-
dimir Poutine ont convenu que la
situation en Ukraine ne correspondait
"pas aux intérêts" de la Russie et des
Etats-Unis.
M. Poutine a souligné que les sanc-
tions contre son pays étaient "contre-
productives" et portaient atteinte à la
stabilité internationale. Dans une lettre
adressée hier au secrétaire général de
l'Otan Anders Fogh Rasmussen et aux
dirigeants des 27 autres pays mem-
bres, le Premier ministre britannique
David Cameron a estimé que l'Otan
devait repenser sa relation à long
terme avec la Russie et renforcer sa
capacité à réagir rapidement à toute
menace.
R. I.
CRASH DU MH17 EN UKRAINE
Poursuite des recherches
sur fond de violents combats
Les enquêteurs internationaux devaient tenter hier de poursuivre leurs recherches
de corps et indices sur le site du crash du MH17 dans l'est de l'Ukraine, contrôlé
par les séparatistes prorusses qui bénéficient, selon Barack Obama,
d'un «soutien accru» de Moscou.
SAHARA OCCIDENTAL
La présidente du Parlement italien
réaffirme le soutien de son pays au droit
du peuple sahraoui à l'autodétermination
La présidente du Parlement italien, Laura Boldrini, a réaf-
firmé le soutien de son pays au droit du peuple sahraoui à l'indé-
pendance et à l'autodétermination, a rapporté vendredi l'Agence
de presse sahraouie (SPS). M
me
Boldrini, qui a reçu jeudi un
groupe d'enfants sahraouis au siège du Parlement italien, a indi-
qué qu'elle "était au fait du dossier des réfugiés sahraouis depuis
qu'elle était membre du Haut Commissariat aux réfugiés", a
ajouté la même source. Accompagnée du conseiller aux affaires
politiques au Parlement italien, Carlo Lioni, M
me
Boldrini a émis
"le vœu de voir l'Onu honorer ses engagements envers ces en-
fants pour qu'ils puissent grandir dans un climat de paix et de sé-
curité", a précisé l'agence SPS. Le Parlement italien avait connu
"dernièrement une crise diplomatique entre les partisans de la
question sahraouie et ceux qui soutiennent la thèse marocaine.
"La crise a connu son dénouement à la faveur d'une proposition
soumise au Parlement italien pour la reconnaissance officielle de
l'Etat sahraoui, ce qui a suscité une tempête politique dans les
milieux diplomatiques marocains", a ajouté la même source.
TECHNIQUES D'INTERROGATOIRE
DE LA CIA
Obama : «Après le 11 septembre,
nous avons torturé des gens »
Le président des Etats-Unis Barack Obama a reconnu ven-
dredi que des Américains avaient "torturé des gens" après les at-
tentats du 11 septembre 2001, tout en appelant à ne pas les juger
trop durement. "Nous avons fait beaucoup de choses justes, mais
nous avons torturé des gens", a-t-il déclaré, évoquant la pro-
chaine déclassification d'un rapport parlementaire sur les tech-
niques d'interrogatoire employées par la CIA entre 2002 et 2006,
durant le mandat de George W. Bush. "Lorsque nous avons uti-
lisé certaines techniques d'interrogatoire poussé, des techniques
que je considère et que toute personne honnête devrait considé-
rer comme de la torture, nous avons franchi une ligne", a-t-il
poursuivi, au cours d'un point de presse à la Maison Blanche.
"Nous devons, en tant que pays, assumer nos responsabilités
face à ce qui s'est passé afin que, je l'espère, cela ne se repro-
duise plus à l'avenir", a-t-il déclaré.
VIOLENCES EN IRAK
14 membres des forces kurdes tués
Les forces kurdes ont repoussé une attaque d'insurgés contre
une installation pétrolière et un barrage près de Mossoul, dans le
nord de l'Irak, à l'issue de violents combats qui ont fait 14 morts
dans leurs rangs, ont indiqué samedi des sources kurdes. Le
groupe d'insurgés de l'Etat islamique (EI), qui contrôle depuis le
10 juin la ville de Mossoul, a attaqué vendredi "un poste des
Peshmergas (forces kurdes) à Zoumar et des combats féroces ont
éclaté", a déclaré à l'AFP un responsable de l'Union patriotique
du Kurdistan (UPK). Il a fait état de 14 Peshmergas tués, un
bilan confirmé par un haut officier. Le responsable de l'UPK a
assuré que les forces kurdes avaient tué une centaine de mem-
bres de l'EI et en avaient fait 38 prisonniers, au cours des affron-
tements qui ont duré plusieurs heures. Zoumar est un avant-poste
majoritairement kurde au nord-ouest de Mossoul, qui était sous
l'autorité du gouvernement fédéral avant que les Peshmergas en
prennent le contrôle en juin.
EBOLA
Guinée, Sierra Leone et Liberia vont
imposer un cordon sanitaire autour
de l'épicentre
Les trois pays ouest-africains en proie au virus Ebola ont dé-
cidé d'imposer un cordon sanitaire autour de l'épicentre de l'épi-
démie, une zone située à leur frontière commune, a annoncé
vendredi un haut responsable à l'issue d'un sommet régional à
Conakry. Les présidents guinéen Alpha Condé, sierra-léonais Er-
nest Bai Koroma et libérienne Ellen Johnson Sirleaf ont décidé
de "se concentrer sur les régions frontalières qui comptent pour
plus de 70% de l'épidémie" qui a fait plus de 700 morts depuis le
début de l'année, a déclaré Hadja Saran Daraba, secrétaire exé-
cutive de l'Union du fleuve Mano regroupant ces pays ainsi que
la Côte d'Ivoire.
TUNISIE
Réouverture du principal point
de passage avec la Libye
La Tunisie a rouvert hier le principal point de passage avec la
Libye, après avoir été partiellement fermé la veille ne laissant
passer que les cas urgents et les missions diplomatiques, a indi-
qué une source sécuritaire citée par l'agence de presse TAP. Dès
la reprise de ses activités, le poste de Ras Jdir a connu une très
grande affluence de Libyens restés sur place depuis la veille,
alors que des ressortissants égyptiens attendaient de finaliser les
procédures douanières pour accéder au sol tunisien, selon la
même source. La décision de suspendre partiellement les activi-
tés du poste frontalier de Ras Jdir, vendredi, était une mesure sé-
curitaire préventive face au chaos et aux tensions extrêmes
causées par le flux massif de réfugiés voulant franchir le point
de passage par la force. Les services de sécurité libyens ont dû
procéder à des tirs de sommation, blessant le chef du district de
la sûreté nationale de Ben Guerdane à la jambe, d'après l'agence.
A
u moins 50 jihadistes ont été
tués dans des combats avec les
troupes syriennes et les com-
battants du mouvement libanais le
Hezbollah à Qalamoun près de la
frontière libanaise, a indiqué hier
l'Observatoire syrien des droits de
l'Homme (OSDH). "Au moins 50
combattants du (groupe ultra radical)
l'Etat islamique (EI) et du Front al-
Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda)
ont été tués dans un guet-apens tendu
par les forces du régime syrien et le
Hezbollah à Jebbé dans le Qala-
moun", au nord de Damas, a précisé
le directeur de l'OSDH Rami Abdel
Rahmane, ajoutant que sept combat-
tants du régime et du Hezbollah ont
péri dans ces combats qui avaient
éclaté vendredi et duré jusqu'à hier
matin.
Par ailleurs, le chef d'Al-Nosra, à
Idleb dans le nord-ouest de la Syrie,
a été tué dans un attentat, a rapporté
hier l'Observatoire syrien des droits
de l'Homme (OSDH). "Yaâqoub al-
Omar a été tué dans la nuit de ven-
dredi à samedi lorsqu'une bombe a
explosé dans sa voiture stationnée
près de sa maison dans la localité de
Khan al-Soubol", a indiqué l'OSDH,
ajoutant que deux de ses fils avaient
été blessés. Agé d'une quarantaine
d'années, Yaâqoub al-Omar avait suc-
cédé à Abou Mohammed al-Ansari,
tué en avril par des combattants de
l'Etat islamique (EI), un groupe rival
du Front al-Nosra.
R. I.
SYRIE
50 jihadistes tués par les troupes régulières
Q
uatre soldats azer-
baïdjanais et un sol-
dat arménien ont été
tués dans de nouveaux ac-
crochages dans la zone
frontalière de la région sé-
paratiste du Nagorny-Kara-
bakh que se disputent
l'Arménie et l'Azerbaïdjan
depuis des décennies, ont
annoncé hier les deux pays.
Le ministère de la Défense
azerbaïdjanais a accusé des
"groupes de sabotage armé-
niens" d'avoir attaqué dans
la nuit de vendredi à samedi
des positions azerbaïdja-
naises, faisant quatre morts
parmi ses soldats.
De leur côté, les autorités
du Nagorny-Karabakh, ré-
gion séparatiste à majorité
arménienne, ont annoncé
qu'un soldat de 25 ans avait
été tué lors d'une "opération
de sabotage" des forces azé-
ries.
Ces nouveaux accrochages
interviennent après que
Bakou eut annoncé ven-
dredi que huit de ses soldats
avaient été tués cette se-
maine dans des affronte-
ments avec les forces armé-
niennes.
Les accrochages se sont
multipliés ces derniers mois
autour du Nagorny-Kara-
bakh, les deux camps s'ac-
cusant de lancer des
attaques qui ont provoqué
la mort de plus de 14 sol-
dats cette année avant ces
derniers affrontements. Rat-
taché à l'Azerbaïdjan à
l'époque soviétique, le Na-
gorny- arabakh - une région
séparatiste à majorité armé-
nienne - a été l'enjeu d'une
guerre qui a fait 30.000
morts et des centaines de
milliers de réfugiés entre
1988 et 1994.
Un cessez-le-feu a été signé
en 1994, mais Bakou et
Erevan n'arrivent pas à se
mettre d'accord sur le statut
de la région, qui reste une
source de tension dans le
Caucase du sud, une zone
stratégique située entre
l'Iran, la Russie et la Tur-
quie.
AZERBAÏDJAN-ARMÉNIE
Cinq soldats tués dans de nouveaux accrochages
dans la zone frontalière de Nagorny-Karabakh
Brèves…
Culture
EL MOUDJAHID 15
Dimanche 3 Août 2014
L
e chorégraphe, metteur en
scène et producteur guinéo-
ivoirien Souleymane Koly,
une figure de la culture en Afrique,
célèbre notamment pour ses créa-
tions mêlant théâtre, musique et
danse, est décédé vendredi à Cona-
kry, à l’âge de 69, a-t-on indiqué
auprès de ses proches.
«Il a eu une soudaine attaque
cardiaque après avoir fini de pren-
dre son petit déjeuner» vendredi
matin à son domicile, dans le quar-
tier de Lambadji (banlieue), a af-
firmé son neveu, Fidel Momou,
selon qui il est décédé «quelques
minutes» après son malaise. Son
corps a été «transféré à l’hôpital
sino-guinéen de Kipé qui ne dés-
emplit pas depuis vendredi matin»,
a affirmé Fidel Momou. Jusqu’à
vendredi soir, aucune indication
n’était disponible sur la date de
son inhumation. Son décès est sur-
venu à un peu plus de deux se-
maines de son 70
e
anniversaire.
Né le 18 août 1944 à N’Zéré-
koré (sud de la Guinée), Souley-
mane Koly Kourouma - son nom
complet - a consacré une grande
partie de sa vie à la culture dans
son pays de naissance, mais égale-
ment en France, où il a étudié, et
en Côte d’Ivoire, où il était régu-
lièrement établi jusqu’à ces der-
nières années. Depuis 2011, il
vivait à cheval entre Conakry et
Abidjan, d’après son entourage.
Après un bac scientifique en Gui-
née, Souleymane Koly s’était
rendu en France pour y poursuivre
des études en sociologie et
sciences sociales appliquées dans
les années 1960. Il s’est installé en
1971 à Abidjan, ville à partir de la-
quelle il s’est bâti une solide répu-
tation d’homme de culture, étant à
la fois danseur, chorégraphe, co-
médien, metteur en scène, musi-
cien, producteur, auteur.
Il fut un responsable à l’Institut
national des Arts de Côte d’Ivoire,
expert pour le gouvernement ivoi-
rien, mais aussi depuis le milieu
des années 1980, consultant au-
près de diverses organisations in-
ternationales dont l’Unesco et
l’Union européenne, mais aussi de
quelques gouvernements, notam-
ment africains. Aspirant à un théâ-
tre plus accessible aux populations,
il crée en 1974 «L’ensemble Ko-
tèba d’Abidjan», le «kotèba» étant
un genre théâtral traditionnel origi-
naire du Mali qui tient de la satire
socio-politique et recourt au chant
et à la danse. Il a reçu plusieurs
prix et distinctions honorifiques en
Côte d’Ivoire, en France et ailleurs
dans le monde.
SEMAINE «EXPLOSIVE» POUR LE CINÉMA FRANÇAIS À L’ÉTRANGER
Lucy de Luc Besson cartonne aux Etats-Unis
Lucy de Luc Besson et ses 58 millions de
dollars de recettes en six jours aux Etats-Unis,
Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? qui dé-
marre fort en Allemagne : la semaine a été «ex-
plosive» pour le cinéma français à l’étranger,
selon UniFrance, l’organisme chargé de sa
promotion. «L’été 2014 va ragaillardir le ci-
néma français à l’étranger», pronostique ven-
dredi UniFrance sur son site.
Sorti le 25 juillet aux Etats-Unis, le dernier
Besson, «tourné en anglais mais 100% fran-
çais», a pris d’emblée la tête du box-office
américain le premier week-end avec 44 mil-
lions de dollars (soit environ 5,5 millions de
spectateurs) sur 3.200 salles, indique l’orga-
nisme.
«Sur six jours, le chiffre passe à 58 millions
de dollars. Il s’agit du meilleur démarrage pour
un film de Luc Besson, et du 2
e
meilleur démar-
rage pour Europacorp (le studio de cinéma
fondé par le cinéaste) derrière Taken2», autre
production maison en anglais. Qu’est-ce qu’on
a fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron,
rebaptisé Monsieur Claude et ses filles en Al-
lemagne, a réalisé «un excellent premier
week-end avec 155.000 spectateurs (...) pour
atteindre les 300.000 après une semaine com-
plète», relève UniFrance. Intouchables, le plus
grand succès français recensé par UniFrance
dans les salles allemandes, avait attiré 330.000
spectateurs pour sa première semaine et atteint
les 9 millions d’entrées en fin de carrière, rap-
pelle l’organisme. En France, Qu’est-ce qu’on
a fait au Bon Dieu ? qui se moque des préjugés
sur les communautés, avoisine les 11,2 millions
de spectateurs.
Vendu dans plus d’une trentaine de pays, de
l’Argentine à la Chine en passant par Israël, le
film de Philippe de Chauveron avec Christian
Clavier et Chantal Lauby, «totalise 860.000 en-
trées sur 11 territoires et rejoindra la semaine
prochaine le classement des films français mil-
lionnaires de l’année 2014», écrit Unifrance.
A l’instar de La Belle et la Bête de Chris-
tophe Gans avec Vincent Cassel et Léa Sey-
doux qui dépassait les deux millions d’entrées
à fin mai.
En 2013, les spectateurs étrangers avaient
vu beaucoup moins de films français, avec un
total de 50 millions d’entrées, en baisse de 65%
par rapport à 2012, année de tous les records
grâce à Intouchables et The Artist, selon Uni-
France.
« LES VOIES DE L’ERRANCE» D’ABDELWAHAB BENMANSOUR
Un fascinant voyage mystique
Note de lecture
Ecrit dans sa facture originale en langue arabe par un romancier de la génération de l’après-indépendance, vivant
actuellement dans l’Ouest algérien, ce roman est très atypique aussi bien dans sa forme esthétique que dans son
contenu relevant beaucoup plus du discours métaphysique et philosophique, remarquablement imprégné par l’Islam,
et laisse de grandes marges à l’histoire des mouvements et autres confréries religieuses ayant traversé le Maghreb.
I
l est des romans qui sont si sin-
guliers qu’il est difficile de les
classer dans un registre connu.
Leur particularité réside, pour un
lecteur bien implanté dans le
contexte socioculturel auquel il
appartient, dans une thématique
qui épouse parfaitement son ossa-
ture linguistique lui donnant les
contours d’une civilisation et de
l’esprit d’une religion. Ecrit dans
sa facture originale en langue
arabe par un romancier de la géné-
ration de l’après-indépendance vi-
vant actuellement dans l’Ouest
algérien, ce roman est très aty-
pique aussi bien dans sa forme es-
thétique que dans son contenu
relevant beaucoup plus du dis-
cours métaphysique et philoso-
phique, remarquablement
imprégné par l’Islam, et laisse de
grandes marges à l’histoire des
mouvements et autres confréries
religieuses ayant traversé le Ma-
ghreb.
Le livre, dont la photographie
de couverture sur fond vert foncé
illustre une image de Tlemcen da-
tant de 1946, faisant partie de la
collection personnelle de Colette
Dib, a été édité par Barzakh en
2012. Nous l’avons parcouru d’un
bout à l’autre en appréciant la tra-
duction en langue française de
Lotfi Nia qui rend la profondeur et
le rythme du texte initial encore
plus intéressants avec en sus à
chaque chapitre qui compose les
moments forts de l’histoire relatée
d’admirables citations de poètes
arabes comme Ibn Arabi dans Les
Perles de la sagesse, Jalal Edine
Arumi dans Le Mesnevi , Farid
Edine Attar dans La Conférence
des oiseaux , le philosophe Henri
Bergson dans Le Mouvement et la
Pensée et enfin un extrait d’une
sourate du Coran qui clôture le
texte.
Ce qui est surprenant lorsqu’on
lit ce livre, c’est d’abord la struc-
ture romanesque sur laquelle il re-
pose ; une structure basée sur les
errances que va suivre le principal
personnage qui poursuit sa quête
initiatique et dans le même temps
mystique. La narration qui appa-
raît au détour de chaque page
comme un voile cachant la signi-
fication première est en fait une
belle parabole qui évoque, derrière
un tissu énigmatique de mots
clefs, les instants les plus impor-
tants que va vivre le personnage
avec une intensité qui ressemble
beaucoup plus à une fervente
prière et une incantation sur le
sens de l’existence où l’auteur
mêle plusieurs référents entre
l’histoire de la lutte intestine entre
les Almoravides et les Almohades
à l’intérieur d’un espace qui se
situe à Nedroma, la pratique mys-
tique des saints gnawa, qui étaient
à l’origine des esclaves noirs
mêlés à la population et qui ont
surtout apporté avec eux des ri-
tuels et chants d’évocation sur le
Prophète ; chants que décrit l’au-
teur avec exactitude reproduisant
les danses et moments de transe.
Mais, en apparence, l’histoire qui
se déplie sous nos yeux est celle
du cheikh Haqani qu’un mysté-
rieux vœu condamne à la damna-
tion, on ne sait d’ailleurs pas trop
si ce dernier est mort ou seulement
porté disparu.
En tout cas, son fils qui ne l’a
jamais connu, et dont la mère est
morte en couches, part à sa re-
cherche et tente obstinément de
percer le secret et de se confondre
totalement à travers les propos si-
byllins de sa grand-mère et les
conseils du sage de Djebala avec
la trajectoire du père. Commence
alors pour le fils, qui semble être
né de l’énigme, une longue er-
rance à travers les sept portes de la
ville et de ses saints avec ses mau-
solées dévoilant au passant d’an-
ciennes histoires de guerres et de
conquêtes, de princes avec leurs
cohortes de sujets interrogeant lors
des conflits les devins pour en sa-
voir plus sur leurs rivaux et enne-
mis.
Des souvenirs, des rencontres
et des visions aideront le narrateur
dans sa quête. Ce dernier va
connaître plusieurs errances pour
arriver au terme du secret qui
cache sa propre existence et les
expériences mystiques qu’il fait
derrière chacune des portes de la
ville le rapprocheront un peu plus
de la révélation, comme lorsque ce
discours explique dans le dialogue
les raisons de cette ultime er-
rance : «  Celui qui s’égare rejoint
le mystère, et celui qui est parvenu
au mystère atteint le Séjour su-
prême, le sanctuaire des sanc-
tuaires. Il s’est tu. Il s’est muni
d’un long chapelet. L’a égrené en
silence. Il m’a fait un signe de la
tête. Je n’ai pas compris l’allusion.
Je suis resté à ma place ahuri,
je le regardais. Il a souri de nou-
veau et il a dit : - Tu dois t’égarer.
Je me suis tourné, je m’apprêtais
à partir quand j’ai été surpris par
sa voix calme : - Le feu garde le
secret. J’ai fait volte-face dans sa
direction pour lui demander où je
devais aller, il n’était plus là. Il
avait disparu. J’ai embrassé le
mausolée et je me suis perdu. »
Un beau et magnifique roman
que celui écrit par Abdelwahab
Benmansour, auteur d’un receuil
de nouvelles Fi Diyafate Iblis et
d’un roman Koudate el charaf
paru en 2001.
Ce dernier livre nous entraîne
à travers les dédales d’un voyage
spirituel et poétique dans une ma-
gnifique quête du sens de l’exis-
tence et de la vie, tout en nous
faisant dériver lentement jusqu’à
un égarement extatique qui n’a
d’égale que sa parfaite musique
des mots et sa poésie intérieure.
Lynda Graba
IL EST DÉCÉDÉ
VENDREDI
À CONAKRY
À L’ÂGE DE 69 ANS
Souleymane Koly,
grand nom de la
culture en Afrique
Société
16 EL MOUDJAHID
Dimanche 3 Août 2014
MARSAT BEN M’HIDI
(TLEMCEN)
Des projets pour
améliorer les
services touristiques
La plage Marsat Ben M’hidi, située à
125 km du chef-lieu de la wilaya de Tlem-
cen, dans la zone frontalière algéro-maro-
caine, se transforme à chaque saison
estivale en une destination touristique
drainant de millions d’estivants. Dès le
début de juillet, des familles algériennes
venant de différentes wilayas et de l’étran-
ger affluent à Marsat Ben M’hidi pour
profiter de ses plages au sable d’or notam-
ment «Moscarda 1» et «Moscarda 2». Dé-
nicher une chambre d’hôtel ou une maison
à louer, une tente aux centres de camping
sans une réservation préalable de plusieurs
mois relève de l’impossible, estiment des
estivants. Les statistiques de la Protection
civile, qui veille à la sécurité et la surveil-
lance des plages, indiquent que la
moyenne d’affluence des estivants sur les
plages de Marsat Ben M’hdi varie entre 5
et 6 millions par an. Cette ruée a des ré-
percussions sur la disponibilité des sites
d’hébergement, entraînant une flambée
des prix de location.
L’habitant saisit cette aubaine pour
louer sa maison ou son logement à des
prix astronomiques, donnant le tournis.
Pour améliorer l’hébergement des esti-
vants et veiller à leur bien-être, la com-
mune de Marsat Ben M’hidi a déployé des
efforts notamment pour renforcer le réseau
d’AEP avec la réalisation d’un forage à
Boukanoune et raccorder la ville au réseau
du gaz naturel épargnant aux estivants et
habitants les peines des bonbonnes de gaz
butane. Une foire économique et commer-
ciale se tient tout au long de la saison es-
tivale, pour mettre à la disposition des
estivants toutes les denrées alimentaires et
autres produits nécessaires à leur séjour.
Des espaces de vente de produits d’artisa-
nat, notamment des poteries de la région
de Bider, accueillent des touristes désirant
garder un souvenir de leur passage dans
cette région d’une beauté incomparable.
Par ailleurs, la plage de Marsat Ben
M’hidi a été retenue, en 2008, comme
plage-pilote parmi 14 autres sites du litto-
ral national dans le cadre de la concrétisa-
tion du schéma d’orientation de
développement touristique de l’horizon
2025. La direction du tourisme a pro-
grammé plusieurs projets pour renforcer
les capacités du parc hôtelier dont un vil-
lage d’excellence touristique à Moscarda
d’une capacité de 800 lits. Ce parc com-
prend un hôtel haut standing cinq étoiles,
des bungalows haut de gamme, des villas,
en plus des sites récréatifs, des espaces de
repos, des restaurants en plus de la mise
en valeur des sites naturels pittoresques de
la région. Par ailleurs, la plage de Port Say
a bénéficié d’un nouvel abri de pêche
d’une capacité d’accueil de 194 bateaux
dont 65 petits métiers, deux sardiniers et
3 palangriers et 124 plaisanciers. Cette in-
frastructure, réalisée dans une région dis-
posant d’un patrimoine halieutique
important, permettra de booster l’activité
économique locale. En plus de ces pro-
grammes touristiques prometteurs, de
nouveaux projets routiers sont en cours de
réalisation dans cette zone frontalière dans
le but d’améliorer le trafic surtout en été
où la densité de la fluidité est en hausse
engendrant des accidents. Parmi ces pro-
jets, figure la voie côtière reliant dans son
premier tronçon les villes de Marsat Ben
M’hdi à Ghazaouet, sur une distance de 58
km selon le responsable de la direction des
travaux publics. Le projet, lancé en février
2013, a été subdivisé en quatre tranches
afin d’accélérer la durée de réalisation
fixée à 24 mois. Le deuxième projet
concerne le dédoublement de la RN 7
entre Maghnia et Marsat Ben M’hidi, sur
une distance de 60 km et d’un coût de 10
milliards de dinars. Ce projet devra contri-
buer à une meilleure fluidité de la circula-
tion et de lutter contre des points noirs et
réaliser une pénétrante à l’autoroute Est-
Ouest, a-t-on ajouté de même source.
AIN TEMOUCHENT
Terga, une plage
paradisiaque à protéger
Terga-plage, située à 15 km de la ville chef-lieu de wilaya d’Ain Temouchent, est considérée
comme le site balnéaire le plus fréquenté durant la saison estivale. Les dernières statistiques
de la Protection civile appuient ce statut, puisque pas moins de 263.940 estivants ont profité
des bienfaits de cette plage, durant le mois de juin écoulé. Elle est suivie de la plage de
Rachegoune 2 avec 212.380 estivants, puis Rachegoune 1 (195.990) et la plage du Puits
(190.750). Plusieurs fois déclarée «plage pilote» par le ministère du Tourisme,
Terga est un chef-lieu de commune rattachée à la daïra d’El Malah.
L
a plage est située à 7 km
du village et à 16 km d’El
Malah. Elle peut être
considérée, elle-même, comme
un petit village, compte tenu des
villas, bungalows et centres de
vacances qu’elle abrite et per-
mettant aux estivants et enfants
de différentes wilayas de passer
d’agréables séjours.
Terga-plage, considérée
comme l’une des plus belles
côtes du littoral algérien, offre à
ses visiteurs de magnifiques sites
à découvrir : Une large baie de
sable fin s’étend d’un côté à un
autre de deux falaises moyennes
où sont édifiés quelques caba-
nons. Oued El Malah traverse la
baie et se jette dans la mer en ce
point. Un petit pont en bois per-
met de se rendre d’un côté à l’au-
tre. Un énorme rocher en forme
de globe, appelé «boule», permet
aux baigneurs de plonger dans
une eau bleue et limpide. Une
deuxième plage, plus petite et
plus difficile d’accès, est située
en amont de la falaise-est de
Terga-plage.
Cette dernière a été endom-
magée par les inondations ex-
ceptionnelles d’octobre 2000 qui
ont causé d’énormes dégâts à
cette station balnéaire. La puis-
sance de la crue a fait retrouver
à Oued El Malah son ancien lit,
celui d’il y a plusieurs décennies
lorsque ne sévissait pas la séche-
resse. Plus d’une quarantaine de
cabanons, deux centres de colo-
nies de vacances, un poste de la
Protection civile et un autre de la
gendarmerie, ainsi qu’une ca-
serne ont étés complètement dé-
vastés. La crue a creusé un sillon
de trois mètres de profondeur et
de cent mètres de large à l’en-
droit le plus étroit, alors que l’an-
cien lit ne faisait qu’a peine trois
mètres de large.
Un espace fragile
et convoité
Les services communaux,
ayant estimé les dégâts à 40 mil-
lions de dinars, ont engagé d’im-
portants travaux d’aménagement
portant notamment sur la démo-
lition des cabanons, le nettoie-
ment de la partie touchée par la
crue, la reconstruction des édi-
fices publics touchés, dont le bu-
reau de poste et le poste de la
Protection civile. Le réaménage-
ment de la plage a permis égale-
ment la construction d’une
nouvelle esplanade, de fontaines
publiques, de deux parkings et la
rénovation de l’éclairage public.
Ces travaux ont permis à la
plage de Terga de retrouver toute
sa splendeur et ses atouts néces-
saires pour assurer aux estivants
un séjour agréable. Même pen-
dant le mois de ramadhan, Terga
a drainé une foule en quête de
repos et de quiétude. Plusieurs
citoyens y viennent pour passer
le temps dans l’attente du F’tour.
Le site disposant d’immenses
potentialités écologiques et tou-
ristiques charmant ces popula-
tions. Ces visiteurs venant,
parfois en famille, y passent des
moments dans la quiétude, en at-
tendant, la fin du ramadhan et le
rush attendu des estivants à partir
de la fin juillet et tout le long du
mois d’août.
A noter que la zone côtière de
Terga constitue un espace
convoité et fragile. L’extraction
non contrôlée de grandes quanti-
tés de sable pour répondre à une
demande croissante sur ce maté-
riau indispensable pour la
construction a engendré plu-
sieurs impacts sur l’environne-
ment, dont la perturbation de la
dynamique fluviale d’Oued
Malah.
L’élargissement du lit initial
de ce oued a fortement participé
à l’inondation de grandes parties
de la plage urbanisée de Terga,
suite à des pluies torrentielles du
13 au 14 octobre 2000, selon une
étude qui signale que malgré les
risques liés au débordement de
Oued Malah, la plage de Terga,
en particulier sa partie nord, est
devenue un espace très sollicité
pour l’investissement touris-
tique. Entre la volonté des res-
ponsables locaux et régionaux de
réaliser des établissements d’hé-
bergement et de loisirs et la lutte
des anciens propriétaires de ca-
banons pour la récupération de
leur anciennes parcelles de
plage, la concurrence sur la réap-
propriation de cet espace à risque
a pris la forme d’un sérieux
conflit que les outils d’aménage-
ment et de gestion mis en œuvre
n’arrivent pas à résoudre de ma-
nière définitive.
Les outils de protection de
l’environnement et de gestion
spatiale intégrée tels que les
POS, la loi sur le littoral, la loi
minière pour le cas de Terga,
sont parfois négligés. Les enjeux
liés à l’exploitation maximale
des potentialités offertes par les
espaces littoraux, ainsi que la fai-
ble conscience de la fragilité de
ces interfaces, menacent dange-
reusement l’équilibre environne-
mental de cette zone côtière
fragilisée par l’action anthro-
pique, concluent les concepteurs
de l’étude.
COLOMBIE
Allaitement collectif pour promouvoir
le lait maternel
Une centaine de femmes ont allaité leur
enfant en public hier vendredi en Colombie
afin de promouvoir le lait maternel, répon-
dant à une initiative internationale. Les
mères ont donné le sein à leur bébé, assises
sur des chaises en plastique, lors de cette
cérémonie organisée par l’hôpital universi-
taire San Vicente de Medellin (nord-ouest),
la seconde ville colombienne. La plupart
d’entre elles portaient le maillot jaune de la
sélection nationale de football, adulée dans
le pays après son parcours historique
jusqu’en quart de finale du Mondial au Bré-
sil. Cette opération s’inscrivait dans le
cadre d’une initiative internationale bapti-
sée «Big Latch On», née en 2005 en Nou-
velle-Zélande, a précisé l’hôpital dans un
communiqué.
D’autres villes dans le monde étaient
appelées à organiser des allaitements col-
lectifs avec pour objectif de battre un re-
cord mondial, soit «plus 14.533 bébés» en
train de recevoir le sein maternel simulta-
nément, a-t-on précisé de même source.
L’hôpital colombien a souligné sa volonté
de «soutenir le lait maternel» et «sensibili-
ser sur son importance», affirmant qu’il
augmentait les défenses des nouveau-nés
durant les six premiers mois de l’existence.
En Colombie, la durée d’allaitement mater-
nel a baissé de 2,2 à 1,8 mois en moyenne
entre 2005 et 2010, selon des chiffres offi-
ciels.
Société
17 EL MOUDJAHID
Dimanche 3 Août 2014
AQUARIUM
DE BÉNI SAF
Trésors
marins de
Méditerranée
A priori, tout laisse penser
qu’il s’agit d’un phare.
L’aquarium de Béni Saf, qui a
ouvert ses portes en 1958, est,
semble-t-il, copié sur le modèle
du célèbre vivier à poissons de la
principauté de Monaco.
Enseigne discrète, hall d’en-
trée légèrement plongé dans la
pénombre : l’aquarium de Béni
Saf, sans doute le seul à l’échelle
du territoire national, a fait, il y a
quelques années, l’objet de tra-
vaux de réparation et de mainte-
nance. La digue de protection n’a
pas été en reste puisqu’elle a été
renforcée depuis peu.
Lors de la visite de cette belle
infrastructure «pieds dans l’eau»
entre deux rochers baptisés  le
«crapaud» et la «grenouille», son
responsable n’avait d’ailleurs pas
manqué de nous faire remarquer
qu’elle pourrait fort bien, compte
tenu de sa configuration, abriter
un delphinarium. Ce qui consti-
tuerait, à tous les coups, une at-
traction supplémentaire pour les
visiteurs dans la mesure où les
dauphins, déjà habitués des lieux,
y éliraient volontiers domicile.
Les pièces distribuées sur un
étage et au rez-de-chaussée sont
de dimensions agréables, pas
trop vastes.  Une porte dérobée,
un passage assez exigu condui-
sent à la bibliothèque où l’on est
reçu.
Le lieu est tout de calme, de
sérénité, relativement bien orné :
nombreux bocaux contenant des
espèces rares de poisson et un
bébé phoque moine mort-né re-
cueilli en… 1925 et conservé de-
puis cette date dans du formol ;
squelettes de baleines et de ca-
chalots, tête de mérou géant — il
pesait 59 kg quand il a été chassé,
araignées de mer géantes, etc.
Dans un coin, comme prêt à
traverser la pièce à larges «pin-
cées», un homard de dimension
impressionnante. Qui a dit que le
homard n’existait plus au large
des côtes algériennes ?
Car l’aquarium de Béni Saf se
double d’un «musée marin» qui,
au fil des ans, a réuni des trésors,
grâce auxquels il est possible de
compléter, ici et là, des exposi-
tions ou de procéder à des
échanges avec des aquariums et
des musées marins du monde en-
tier. Il mérite, à ce titre, qu’on lui
porte davantage de soins et sur-
tout un peu moins d’indifférence
de la part des pouvoirs publics. Il
mérite, pour tout dire, une restau-
ration qui lui vaudra sa réhabili-
tation en tant que station de
recherche scientifique.
FRAGMENTS DE MÉMOIRE PLURIELLE
Si la mer m’était contée… autrement
D
e l’aspect balnéaire du litto-
ral algérien — lequel, selon
le nouveau cadastre, totalise
1.622 km de côtes —, on retiendra
qu’il est en majorité jalonné de
criques, de petites anses, de baies
profondes et abritées. Nonobstant le
feston de plages de sable fin dont il
est admirablement paré, ce littoral
fait assurément le bonheur des bai-
gneurs, des randonneurs, des ama-
teurs de pêche, de sports nautiques...
Ici donc, pas de bords de mer bé-
tonnés à outrance, comme en possè-
dent tant de plages sur les deux rives
— nord et sud — de la Méditerra-
née  : hôtels, stations balnéaires et
centres côtiers, quand ils existent,
s’intègrent au mieux dans le pay-
sage, d’un charme particulièrement
prenant. Autre atout majeur pour les
passionnés de randonnées pédes-
tres  : l’extraordinaire richesse ar-
chéologique, historique et culturelle
de ce littoral.
Quand, par exemple, on ira à la
découverte de cette nature géné-
reuse, baignée de mer cristalline, de
soleil complice, et jalonnée d’in-
nombrables vestiges archéologiques,
on remontera le temps. On le remon-
tera sans contredit jusqu’au berceau
des plus anciennes civilisations de
ce monde !
Certes, les ruines antiques, pour
ne citer que ce prestigieux pan de
notre patrimoine, n’y sont guère
plus, aujourd’hui, que les débris té-
moins d’une très belle chose, une
strophe harmonieuse d’un poème
que nous avons perdu.
Mais l’imagination de chacun
suppléera cette perte. Ou peut-être
trouvera-t-elle son compte, car le
champ libre s’offrira aux réminis-
cences de chaque promeneur ou à
son idéal pour compléter cette confi-
guration, à la mesure de l’humaine
destinée. Alors, on comprendra
pourquoi il fallait quelque part une
terre, une dimension pour réunir, en
un espace si vaste et en même temps
si étroit, tant de monuments, tant de
documents, tant de témoignages sur
la longue marche de l’humanité.
C’est que, destins géographique
et culturel obligent, le littoral de
l’Algérie est loin d’être banal. C’est
un véritable «livre» d’histoire où rè-
gnent sans partage le soleil et la mer.
C’est, somme toute, un immense
musée à ciel ouvert, unique au
monde. À visiter bien sûr, à préser-
ver surtout.
K. B.
ÎLOT DE « HADJERET-ENNOUS », LA PIERRE DU MILIEU 
À équidistance entre les caps de Gouraya et de Cherchell
C’est un rocher nu qui s’élève de
quelques mètres au-dessus de l’eau ;
à ses alentours, on peut remarquer
encore les restes d’anciennes
constructions romaines, très
probablement une vigie.
De chaque côté des caps de Gou-
raya et de Cherchell, on retrouve cet
îlot juste au milieu, jouant ainsi le
rôle d’un repère d’équidistance ma-
ritime. Il n’avait pas échappé, d’ail-
leurs, aux Turcs de lui attribuer le
nom de «Hadjeret-ennous» (la pierre
du milieu), un nom marquant la mé-
diation entre le passé et l’avenir du
village.
Avec la configuration de la côte
qui forme, en cet endroit, la grande
baie, il est généralement admis que le
site fut autrefois celui d’une ancienne
escale phénicienne, lorsque le com-
merce était considérable sur toute la
côte. Depuis longtemps d’ailleurs, les
spécialistes comme P. Cintias,
Edouard Cat, Stéphane Gsell et
André Berbugger avaient remarqué
que la plupart des comptoirs com-
merciaux carthaginois étaient dis-
tants entre eux d’environ une journée
de navigation. Et qu’en plus des
comptoirs principaux, des escales
moins importantes existaient aussi.
Autrefois, l’îlot, qui joignait le ri-
vage, fut un lieu de campement pour
les bergers qui avaient coutume de
s’y établir avec leurs troupeaux du-
rant la belle saison. Des figuiers de
barbarie luxuriants, élevés sur un sol
encore généreux, lui donnaient un as-
pect assez singulier au milieu de
ruines anciennes. La principale est
une koubba de marabout, aujourd’hui
disparue de vue, avec son toit arrondi
blanchi à la chaux, connue des an-
ciens marins qui ne voyaient qu’en
elle le salut de la mer.
Aujourd’hui, l’îlot paraît triste et
aride ; comme si tout ce qui avoisine
la mer semble frappé de stérilité,
alors qu’il était dans l’état le plus
prospère d’une escale phénicienne,
puis, par la suite, romaine et après,
turque. On peut dire qu’il est celui
d’un rocher médian dont les ruines
nous laissent quelques souvenirs de
ces civilisations.
À CHETAÏBI, ENTRE LE DAUPHIN ET L’HOMME
Une amitié établie de longue date
L’ÎLE DE LA FOURMI
Ballet marin au large de Damous
Au premier plan, du sable, du vert-forêt. En arrière-plan, du bleu-montagne.
Il faut dire que des ingrédients pareils, ce n’est pas ce qui manque sur le littoral
algérien. Mais il faut reconnaître aussi que cette partie de la côte ouest (d’Al-
ger), vue de près comme de loin, est tout simplement magnifique. Elle est,
comme dirait le commun des mortels, d’une beauté sauvage.
Léger zoom à tribord... tiens, tiens, un
îlot ! Là, si nos souvenirs et coor-
données sont exacts, ça ne peut
être que «l’ôle de la
fourmi», cette parcelle de
terre ferme qui émerge
au large de Damous,
entre Ténès et Gou-
raya (près de Cher-
chell). Bon. Mais
quoi de particulier
sur cet îlot ? On sait
déjà que, dans les
parages — et ce
n’est point surpre-
nant — il y a des mé-
rous, des mulets et
toutes sortes de poissons
ayant élu domicile.
Il y a des phoques, pardi
! Oui, des phoques moines.
Une espèce bien de chez nous,
mais rarissime, qui a trouvé refuge en ces
lieux si paisibles, loin des regards indiscrets, prédateurs.
Et que font ces singuliers locataires marins durant la période estivale ? Cer-
tainement pas bronzette, puisqu’ils sont déjà bruns. Ils profitent de la période
des vendanges pour aller... chaparder quelques grappes de ce raisin qui murit
non loin de la plage — du raisin sur lequel veillent farouchement les vignerons
du coin — et piquer aussitôt dans l’eau.
Imaginez la suite : repus, joyeux, piailleurs comme des volatiles, nos fieffés
phoques moines vont s’adonner bruyamment, des heures durant, à un véritable
ballet marin. N’hésitant pas, quand l’occasion se présente, à narguer quelque
marin pécheur qui, par inadvertance, se serait aventuré par là, dans leur terri-
toire.
Sur le littoral algérien, il y a des sites marins dont l’histoire, quelquefois
à travers son caractère anecdotique, laisse plutôt rêveur.
C’est le cas de la baie de Chettaïbi (Annaba) où non seulement le site
est l’un des plus enchanteurs au monde, mais bien mieux : aussi loin qu’on
remonte le temps, des dauphins y ont toujours vécu et y vivent toujours,
non loin de la côte. Très souvent, en l’occurrence durant la saison estivale
— comme l’a rapporté le quotidien El Watan dans l’une de ses éditions es-
tivales de l’année 2012 —, ces dauphins se rapprochent de la plage pour,
tenez-vous bien, s’amuser avec les enfants qui viennent faire trempette au
bord de mer. Toujours pratiquement au même endroit, c’est-à-dire à
quelques encablures à peine de Chettaïbi, mais en remontant quelques siè-
cles plus tôt, les mêmes scènes d’amitié entre les cétacés et l’homme ont
été observées et rapportées dans des relations de voyages, par des visiteurs
et simples voyageurs.
Ainsi, à la plage la plage Fellah Rachid (ex-Saint Cloud-Annaba), c’est
le fameux «dauphin d’Hippone» qui, selon l’historien latin, Pline le jeune,
a sauvé un garçon de la noyade, il y a… 2000 ans ! On retiendra que l’en-
fant de la ville et le dauphin devinrent par la suite amis, et le tout Hippone
se pressait sur le rivage pour voir ces deux compagnons l’un sur le dos de
l’autre, jouant, plongeant et sautant.
Étrange similitude donc, entre cette histoire d’il y a 2000 ans et celle
rapportée par le quotidien El Watan. Des enfants et des dauphins qui se prê-
tent volontiers à des jeux qui ne peuvent se concevoir qu’entre amis. Sauf
que, aujourd’hui et dans bien d’autres cas, «le jet-ski a remplacé le dau-
phin», et là, le caractère naïf et sain a totalement disparu.
Page animée
par Kamel Bouslama
EL MOUDJAHID
Détente -TV
21
A
T
R
E
P
O
I
N
T
E
A
S
T
U
C
I
E
U
X
N
R
F
G
E
G
R
E
N
O
U
I
L
L
E
U
P
T
Z
S
O
A
I
A
N
D
I
N
A
N
D
E
R
I
E
R
E
O
I
U
P
N
G
R
C
J
O
U
I
S
S
A
N
C
E
B
N
U
N
B
E
C
N
A
H
P
R
E
M
O
L
A
I
R
E
A
S
R
Z
O
R
I
O
N
A
I
F
R
E
T
T
E
E
E
D
N
E
M
O
D
A
D
L
T
S
E
I
U
L
N
H
C
T
U
E
I
B
E
L
O
T
I
A
I
S
N
T
E
L
A
G
N
E
G
T
S
E
N
I
R
I
T
G
R
E
I
A
T
E
V
I
A
I
B
T
E
T
T
N
E
O
E
E
E
R
L
C
A
N
A
R
I
R
I
E
R
E
E
E
R
N
C
A
R
B
E
I
R
E
R
Y
F
O
L
U
R
P
E
N
O
B
A
G
B
A
N
D
U
V
P
P
N
T
I
O
A
L
X
M
X
R
R
G
L
R
G
N
P
A
E
O
O
O
N
H
S
A
E
U
Y
U
O
L
O
R
A
I
E
R
D
C
C
N
U
C
S
S
C
R
D
C
T
O
N
A
N
O
R
A
T
O
I
R
E
I
U
T
U
E
A
E
T
M
D
C
D
E
G
I
N
G
A
N
D
E
R
I
T
M
T
L
A
E
E
U
D
I
L
R
T
T
A
N
T
E
A
Q
I
E
I
L
G
R
U
D
S
A
C
C
H
A
R
O
S
E
N
U
O
N
O
E
E
E
R
A
C
O
S
M
E
T
I
Q
U
E
T
E
N
T
N
S
M
B
O
U
M
E
R
D
E
S
F
U
N
A
M
B
U
L
E
E
PEAU-ROUGE
3. Trépointe
6. Boumerdes
11. Grenouille
12 . Dinanderie
13. Jouissance
14. Prémolaire
16. Dégingandé
17. Dilettante
18. Saccharose
19. Cosmétique
21. Oratoire
26. Astucieux
28. Funambule
31. Chouette
32. Urbaniser
33. Rassurant
34. Pense-bête
35. Plastique
36. Tourmente
37. Exécution
38. Zinzolin
39. Mûrement
40. Subodorer
41. Oxydation
42. Opération
43. Brucelles
7. Garantir
8. Blondeur
9. Enchâsser
10. Barracuda
15. Agneline
20. Indicatif
22. Épurateur
23. Ravenelle
24. Dépravant
25. Copyright
27. Confiance
29. Notoriété
30. Unilingue
1. Rancidité
2. Carottage
4. Fignolage
5. Agglomère
Mot CACHÉ
SOLUTION PRÉCÉDENTE : AEROGLISSEUR
Mots CROISÉS
DI EU PHARAON
————————————
REBELLE
————————————
EXI STES
Mots FLÉCHÉS
Nº 3738
Nº 3738
Nº 3738
Grille
Page animée par Mourad Bouchemla
Définitions
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
HORIZONTALEMENT
I- Solution - Moine. II- Corsée- Recueil demots. III- Un
peu deréel - Épuisants. IV- Ensembleet en musique. V- Italien
- Pronompersonnel. VI- Pour uneexclamation- Occuper. VII- Pour
l’élève- Visebien. VIII- Raclais. IX- Delamer - Née. X- Avec la
matière- Mélancolie.
VERTICALEMENT
1-Aïe mon cœur. 2- Endroit - Accomplit un exploit. 3- Les
femmes - Explication abrégée. 4- Tambourines avec les doigts. 5-
Adoucissent. 6- Reste- Fortetête. 7- Nettoie. 8-Tellement - Polit.
9- Êtrecommeunâne- Article. 10- Tranquilisés.
PERSONNEL
——————————
CONSOLI DA
PETI T NOM DE PÉRON
—————————————
DI VI NI TÉS
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
C L E F R A T E R
A A I L L E E A N
R E L U S A N T S
D U E T T I S T E S
S A R D E T E
A
I
H P E U P L E R
L E C O N T I R E
G R A T T A I S N
I O D E I S S U E
E S S P L E E N S
C A R M E L I
E
T E S
A M U I R N V E
F E E A
I
C R A
T R A
A
N
O
C
T D
E T A L N
F
I E
R I M A T O L E
N A A N R A S
A V A
D
N T C O R P S
Z E N
A
C L A P E
I E E M U E S E
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Télévision
Sélection
NOTE
————————————
A UNE BAGUETTE MAGI QUE
———————————————
VI EUX BATEAUX
CONSCI ENCE
————————————
SE PRÉCI PI TERAI
————————————
RANGÉE DE BANCS
LETTRE GRECQUE
————————————
PROVI ENT DE LA LAI NE
—————————————
ECORCHANT
CONTESTA
———————————
PRI SON
————————————
ACCUMULATEUR
TROI SI ÊMENT
————————————
LE PREMI ER
————————————
PRODUI T UN BRUI T
AVEC LA LANGUE
MOUCHARDE
————————————
FI T DE VERS
————————————
NATI ONAL SOCI ALI STE
PÉRI ODE
————————————
DANS LA MI E
————————————
TOUCHÉ
REFUS ENFANTI N
————————————
ANARCHI STE
————————————
CONVOQUE
PARTI E D’ UN BÂTI MENT
—————————————
LANGUE I RANI ENNE
—————————————
FERME UNE PORTE
RELI GI EUSES
————————————
NE PLUS ÊTRE PRONONCE
——————————————
AMAS DE NEI GE
Dimanche 3 Août 2014
09h00 : Bonjour d'Algérie week-end (direct)
11h00 : Senteurs d'Algérie ''rediff''
12h00 : Journal en Français+météo
12h30 : Djenane (19)
13h40 : Awalim oua assfar
14h35 : Edhikra el akhira (17)
15h00 : Emigria fi douarna
16h30 : Abtal el kora (37)
17h00 : Kapita (48)
17h30 : Oulama'e El Djazair
18h00 : Journal en Amazigh
18h30 : Essaha (05)
19h00 : Journal en Français+météo
19h30 : Khalti lalahoum (03)
20h00 : Journal en Arabe
20h45 : Escale dz
22h00 : Festival de la musique actuelle
23h00 : Global food
DIMANCHE
23h00
GLOBAL FOOD
La pizza, la glace, le sandwich, le sushi, la frite et les pâtes : six
histoires, six aventures, six destins originaux, inattendus, jalonnés de
surprises, d’anecdotes, de découvertes, portées par des personnages
truculents et des situations étonnantes.
Ces simples plats locaux ont tous atteint une dimension universelle
et sont aujourd’hui consommés dans le monde entier
Réalisé
par Emma Tassy,
Gérard Lafont,
Pierre Bourgeois,
Pierre-Olivier
François, Stefano
Tealdi
EMIGRIA FI DOUARNA
Feuilleton
réalisé par :
Mustapha
El AibAvec :
Azzedine
Bouraghda,
Nawel Zaatar,
Zounaida
Bouyahyaoui,
Malika
Belbey, Yasmine.
L’histoire raconte l’arrivée d’une famille d’émigrés
dans un village algérien pour passer des vacances d’été
et le remue-ménage que cela provoque au sein des
jeunes.
Ces derniers découvrent la fille de Si Dahmane et
pour la séduire, ils se ruinent dans l’achat de vêtements
et des parfums et certains s’improvisent même poètes
et écrivains.
15h00
Dimanche 3 Août 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h54
- Asr.............................16h42
- Maghreb....................19h56
- Icha……...……....... 21h26
Lundi 7 Chawal 1435
correspondant au 4 août 2014 :
- Fedjr........................04h16
- Chourouq.................05h56
Horaires des prières de la journée du dimanche 6 Chawal 1435
correspondant au 3 août 2014 :
29 EL MOUDJAHID
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
delapublication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
CONDOLÉANCES
Monsieur ARAB Saïd, Président du Directoire,
et l'ensemble des travailleurs de la SGP
"GENEST-SPA", profondément attristés par le
décès du cousin de Monsieur GHEBOUBA,
cadre dirigeant de la SGP GENEST, Chargé
de la Division portefeuille, présentent à sa
famille et à ses proches leurs sincères
condoléances et implorent Dieu Tout-Puissant
de l'accueillir en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons».
El Moudjahid/Pub
LOCATION
Loue appartement F4 meublé 3
e
étage, toutes commodités, libre de
suite à Aïn-Allah Dely Ibrahim.
Tél.: 0560 92 66 61
El Moudjahid/Pub du 03/08/2014
El Moudjahid/Pub
République Algérienne
Démocratique et Populaire
Ministère de l'Habitat,
de l'Urbanisme et de la Ville
Office de Promotion et de
Gestion Immobilières de
Hussein-Dey
Siège social : Cité AMIROUCHE,
Bâtiment «D» Hussein-Dey
Numéro d'Identification Fiscale
(NIF) : 099916000876756
Site WEB : www.opgi.dz
Avis
d’infructuosité
Conformément aux dispositions
des articles 44, 114 du décret
présidentiel n°10/236 du
07/10/2010 portant réglementation
des marchés publics modifié et
complété, l'Office de Promotion et
de Gestion Immobilières de
Hussein-Dey déclare que l'avis
d'appel d'offres national restreint
n°34/2014 paru dans les
quotidiens nationaux EL
MOUDAJHID et ECH-CHAÂB en
date du 28/06/2014, relatif à la
réalisation des travaux de
réalisation en tous corps d'état
(VRD non compris) du projet des
20 logements publics sociaux
locatifs sis à Draria, commune de
Draria, Wilaya d'Alger, EST
INFRUCTUEUX pour le motif
suivant : une seule offre a été
réceptionnée.
ANEP 137398 du 03/08/2014
ANEP 137705 du 03/08/2014
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville
Office de Promotion et de Gestion Immobilières de Hussein-Dey
Siège social : Cité AMIROUCHE, Bâtiment «D» Hussein-Dey
Numéro d'Identification Fiscale (NIF) : 099916000876756
Site WEB : www.opgi.dz
Avis d’infructuosité
Conformément aux dispositions des articles 44, 114 du décret présidentiel
n°10/236 du 07/10/2010 portant réglementation des marchés publics modifié et
complété, l'Office de Promotion et de Gestion Immobilières de Hussein-Dey
déclare que l'avis d'appel d'offres national ouvert n°30/2014 paru dans les
quotidiens nationaux EL MOUSTAKBIL EL ARABI et EL MOUDJAHID,
respectivement en date du 07/06/2014 et 09/06/2014, relatif à la mission de
suivi et de contrôle des travaux de réalisation du projet des 1.780 logements
publics locatifs en tous corps d'état avec VRD, sis à Roukhi, commune de
Souidania, Wilaya d'Alger, EST INFRUCTUEUX pour le motif suivant : une
seule offre a été réceptionnée.
El Moudjahid/Pub ANEP 137399 du 03/08/2014
E.P.E MAGROS SPA
Sous tutelle du Ministère du Commerce
Capital social : 250 000 000 DA
Direction Générale : Rue Ahmed-Aït-
Mohamed - BP : n°312 - El-Harrach - Alger
Standard : 021 82 77 95/021 82 77 97
Fax : 021 82 77 90
AVIS D’INFRUCTUOSITÉ
de l’appel d’offres
national restreint
N°08/DER/2014
L’EPE MAGROS SPA informe l’ensemble
des soumissionnaires ayant retiré le cahier
des  charges  rel at i f   à  l ’ appel   d’ off res
national  restreint n°08/DER/ 2014, portant
sur la réalisation de trois (03) lots de travaux
au marché de gros des fruits et légumes
dans la wilaya de Guelma.
Lot n° 01 : Travaux de terrassement sur
150 000 M
2
.
Lot n° 02 : Réalisation d’un mur de
clôture de 1 660 ML.
Lot n°03 : Réalisation de deux (02)
bâtiments annexes et un poste de garde.
paru sur les quotidiens nationaux :
-El Moudjahid le : 04/06/2014
-Echourouk le : 04/06/2014
que ce dernier est déclaré infructueux
El Moudjahid/Pub ANEP 202949 du 03/08/2014
CONDOLÉANCES
C'est avec une vive émotion et une
grande tristesse que Monsieur Youcef
YOUSFI, Ministre de l'Energie, ainsi que
l'ensemble du personnel du Ministère de
l'Energie ont appris le décès du regretté
TAHRAT Abderrahmane, Président-
Directeur Général de l'ENOF.
En cette pénible et douloureuse
circonstance, ils présentent leurs
sincères condoléances à toute la famille
du défunt et l’assurent de leur profonde
compassion.
Priant Allah le Tout-Puissant d'accorder
au défunt Sa Sainte Miséricorde et de
l'accueillir en Son Vaste Paradis.
« A Allah nous appartenons et à Lui
nous retournons».
El Moudjahid/Pub ANEP 137509 du 03/08/2014
Vie pratique
Cela fait 40 jours, le 2 août 2014, que
nous a quittés à jamais notre chère mère
Aïcha Bouhala de Aïn Touta (wilaya de
Batna). Son fils Bouhala Idriss, dit
Douma, de la wilaya de Tipasa, demande
d’avoir une pieuse à sa mémoire. Repose
en paix maman, que Dieu Tout-Puissant
t’accueille en Son Vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons.
40
e
JOUR
EL MOUDJAHID 30
Dimanche 3 Août 2014
Sports
MOHAMED RAOURAOUA, PRÉSIDENT DE LA FAF, INVITÉ DU FORUM
DE L’ORGANISATION NATIONALE DES JOURNALISTES SPORTIFS ALGÉRIENS :
« Notre compassion pour
les victimes de Ghaza et du
tremblement de terre d’Alger »
Le patron du football national a tout
d’abord tenu à s’incliner à la mémoire des
victimes palestiniennes de la bande de Ghaza
qui fait l’objet de l’agression sioniste, et a
présenté ses condoléances aux familles des
victimes du tremblement de terre qui a se-
coué la capitale, vendredi très tôt le matin
(5h14), et à notre confrère d’Echourouk, Ya-
cine Maloumi, qui vient de perdre son père.
Raouraoua a tenu à remercier l’ONSJA pour
l’organisation de ce forum, en
affirmant : «C’est une excellente chose que
d’organiser ce genre de rendez-vous avec les
médias. Vous savez, avec la multiplication
des médias qui sont à présent fort nombreux,
on ne peut par exemple en tant que fédération
répondre à chacun des journalistes qui nous
sollicitent et qui dépassent les 150 à présent.
Il faut ce type de rencontre pour nous permet-
tre de faire part de nos activités et préoccu-
pations, et de répondre à vos questions.»
« Un travail colossal
s’effectue sur le terrain
dans toutes les régions
du pays »
Le boss de la fédération a tenu à dire son
souhait que les différents médias s’intéressent
davantage aux aspects importants de notre
football national et de tout ce qui se fait pour
développer la discipline, qu’il s’agisse du
football professionnel ou amateur. «Un tra-
vail colossal s’effectue sur le terrain, qu’il
s’agisse de la formation des entraîneurs et des
arbitres où de la prospection au niveau des
jeunes catégories. Nous gérons plus de 500
championnats, toutes divisions confondues.
L’Algérie est un grand pays, composé de plu-
sieurs régions. Il y a des gens qui veillent à
ce que tout fonctionne comme souhaité par
tous. Il faut aller voir ce qui se fait, chez les
jeunes et dans les divisions inférieures. Par
exemple, au niveau de la DTN, 2.745 entraî-
neurs ont été formés au cours de la saison
dernière, entre entraîneurs, préparateurs phy-
siques et coaches des gardiens de but. On doit
parler de tout cela, afin d’améliorer ce qui ne
va pas et d’encourager ce qui se fait de
mieux, au lieu de s’accrocher à des sujets qui
n’ont aucune importance et qui ne nous font
en rien avancer. Pour nous, au niveau de la
FAF, le bilan de la saison passée est positif,
en sus de la belle participation de l’EN au
Mondial brésilien. Je tiens en la circonstance
à remercier tous ceux qui ont œuvré et n’ont
ménagé aucun effort pour que cela soit ainsi.
Voir les gens heureux constitue notre grande
satisfaction, comme cela fût le cas lors de la
Coupe du monde, où tout le monde était fier
de la sélection, qui est l’expression de notre
identité nationale», a-t-il dit.
« On remercie tous ceux qui
nous ont aidés » 
Raouraoua n’a pas omis de remercier le
Président de la République, Abdelaziz Bou-
teflika, le Premier ministre, Abdelmalek Sel-
lal, le ministre des Sports, et les sponsors de
l’EN, qui ont mis à la disposition de l’EN,
tous les moyens nécessaires à son épanouis-
sement. «C’est la conjugaison des efforts de
tous qui a permis d’obtenir des résultats po-
sitifs», a-t-il ajouté.
« Il faut à présent se tourner
vers l’avenir »
Par ailleurs, le patron de la FAF a tout de
go fait savoir qu’il ne voulait pas revenir sur
la Coupe du monde, indiquant que c’est à
présent du passé et qu’il faudra se tourner
vers l’avenir : «On a eu à parler du Mondial
et de la participation de l’EN, avec le match
référence Algérie-Allemagne, qui a beaucoup
fait parler de lui. J’espère qu’on fera encore
mieux à l’avenir.
L’EN a fait honneur à l’Algérie, à
l’Afrique et au monde arabe. À présent, on
aborde une nouvelle phase avec les élimina-
toires de la CAN-2015 dès septembre pro-
chain. Tout est fin prêt.»
« Gourcuff est l’entraîneur
qu’il faut pour l’EN »
Pour ce qui est des raisons ayant mené la
FAF à porter son choix sur l’entraîneur Chris-
tian Gourcuff, Raouraoua a expliqué que ce
choix a été mûrement réfléchi et que le profil
de Gourcuff sied parfaitement à la politique
de la fédération envers l’EN et ses prochains
objectifs. Il dit, à ce propos : « On disposait
d’une short-list d’entraîneurs intéressés de
prendre en main l’EN.
On a choisi Gourcuff après avoir décorti-
qué toute sa carrière. Il y a plusieurs paramè-
tres qui ont plaidé pour lui. Tout d’abord,
c’est un excellent technicien qui a fait ses
preuves dans le football professionnel.
Nous avons une jeune équipe qui a besoin
de s’aguerrir auprès d’un technicien réputé
pour être un très bon formateur. Il a l’avan-
tage de bien connaître la mentalité du joueur
algérien pour en avoir eu déjà plusieurs sous
sa coupe à Lorient.» Raouraoua confirme en
outre que l’ex-capitaine des Verts, Yazid
Mansouri, sera aux côtés de Gourcuff en tant
que manager général des Verts, et informe
qu’un technicien algérien fera partie aussi du
staff technique de l’EN.
Une liste sera présentée à Gourcuff qui
aura le loisir de choisir celui qui sera son ad-
joint. Hassan Benhadji conserve par ailleurs
son poste d’entraîneur des gardiens de but de
la sélection. Le président de la fédération fera
savoir que Gourcuff s’occupera aussi de l’EN
A', composée de joueurs locaux.
« Objectifs : qualification et
demi-finale à la CAN-2015, puis
qualification au Mondial-2018 »
Pour ce qui est des objectifs assignés à
Gourcuff, Raouraoua a fait savoir que la
CAN-2015 au Maroc constituera le principal
objectif à atteindre et faire parvenir l’EN aux
demi-finales du tournoi continental en cas de
qualification. Si ces objectifs sont atteints, un
prolongement de contrat lui sera proposé
avec comme nouvel objectif, la qualification
au Mondial-2018 en Russie.
« Pierre-André Schürmann
futur entraîneur de l’EN
olympique »
Raouraoua a aussi indiqué que le futur en-
traîneur de l’EN olympique, qui doit se pré-
parer aux éliminatoires des JO-2016 de Rio,
sera le Suisse Pierre-André Schürmann, qui
aura comme mission de qualifier l’Algérie
aux prochains jeux Olympiques (JO-2016) à
Rio de Janeiro. « C'est un coach de haut ni-
veau qui a réalisé, huit ans durant, un excel-
lent travail de fond au sein de la fédération
de son pays, en formant plusieurs joueurs de
talents qui sont la force de l'équipe de Suisse
actuelle», souligne le patron de la FAF. «Le
futur staff de cette sélection comprendra éga-
lement des techniciens algériens», ajoute-t-
il.
L'Algérie débutera les éliminatoires des
JO-2016 en juin 2015, en donnant la réplique
en aller et retour à un adversaire qui reste à
désigner, avant de pouvoir éventuellement
disputer le tournoi qualificatif final prévu à
Kinshasa, en RD Congo. Une double
confrontation en aller-retour suffira à l’EN
Olympique pour espérer se qualifier au tour-
noi final, cela grâce au classement FIFA de
l’Algérie. Par ailleurs, il relève l’excellent
travail réalisé au niveau de la DTN dirigée
par Toufik Korichi qui en assure l’intérim de-
puis le départ de Boualem Laroum. Cela sur
tous les plans : stages et formation des entraî-
neurs, recyclages, prospection au niveau des
jeunes, etc.
« Tous les moyens accordés à l’EN
féminine pour la CAN-2014
en Namibie »
Raouraoua a aussi tenu à relever l’excel-
lent travail accompli au niveau de la sélection
nationale féminine, qui s’est brillamment
qualifiée à la phase finale de la CAN-2014
qui aura lieu au mois d’octobre en Namibie.
«Tous les moyens seront mis à la disposition
de cette équipe, avec un stage prévu à Johan-
nesburg avant l’entame du tournoi.
«Saâdane sera à la tête d’une
nouvelle structure des jeunes
catégories au niveau de la DTN »
Raouraoua fera part de la mise sur pied
d’une nouvelle commission technique au ni-
veau de la DTN, qui s’occupera de la forma-
tion et des jeunes catégories, dont
l’ex-sélectionneur national Rabah Saâdane
sera désigné prochainement à la tête, comme
souhaité par ce dernier. Il ne sera donc pas le
nouveau DTN.
« L'Algérie prête à organiser
la CAN-2017 en cas de retrait
de la Libye »
En raison des tragiques évènements qui
secouent le pays voisin la Libye, appelée à
organiser la CAN-2017, et du fait qu’il y a de
fortes raisons qu’elle ne s’y déroule pas au
vu de la situation difficile dans ce pays, la
question a été posée à Raouraoua pour savoir
si l’Algérie pouvait être candidate pour abri-
ter le tournoi continental. Réponse de Raou-
raoua : «L'Algérie est prête à organiser la
CAN-2017 en cas de retrait de la Libye, si on
nous le demande, bien sûr.»
« Je soutiendrai toujours
Hayatou et Blatter, et je ne suis
pas candidat à la présidence
de l’UAFA »
Pour ce qui est des informations rappor-
tées par certains médias, au sujet de sa can-
didature à la présidence de la CAF,
Raouraoua rétorque avec fermeté  :  «Ce ne
sont que des rumeurs infondées dont les au-
teurs ne mesurent pas les conséquences.
C’est faux. Je le dis et répète, tant que
Hayatou sera à la tête de la CAF, la prési-
dence de cette instance ne m’intéresse pas.
C’est un grand ami et un frère pour moi, qui
a beaucoup apporté au football africain.
Il aura toujours mon soutien et il l’aura
encore lorsqu’il briguera un autre mandat.»
Il a aussi fait savoir qu’il soutiendra aussi la
candidature prochaine de Sepp Blatter, pré-
sident de la FIFA, qui brigue un nouveau
mandat.
Il a fait par ailleurs part qu’il ne se portera
pas candidat à la présidence de l’UAFA, dont
il assure en ce moment l’intérim, par son sta-
tut de vice-président.
Enfin, Raouraoua a évoqué certains in-
vestissements importants que s’apprêtent à
effectuer la FAF, tels ceux qui concernet le
centre médical de très haut niveau, ainsi que
l’hôtel quatre étoiles, qui seront construits à
Sidi Moussa.
Mohamed-Amine Azzouz
Invité du forum de l’ONJSA, hier à 11h, qui a eu lieu à la salle de conférence du complexe Mohamed-Boudiaf, le président de la FAF, Mohamed
Raouraoua, a brossé un tableau exhaustif sur le football national et le travail accompli par la fédération jusque-là. Devant un parterre de journalistes
venus nombreux en la circonstance, tous médias confondus, il a comme d’habitude fait montre d’une maîtrise parfaite de son sujet. À ses côtés, il y avait
le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, et le membre du bureau exécutif de la FAF, Djahid Zefzef.
P
h
.

:

B
i
l
l
e
l
« Merci à Bouteflika, à Sellal, au ministre des
Sports, à nos sponsors et à tous ceux qui œuvrent
à l’essor de l’EN et du football national »
31
Dimanche 3 Août 2014
EL MOUDJAHID
Sports
Publicité
ANEP 137263 du 03/08/2014 El Moudjahid/Pub
ALBACETE
Cadamuro ciblé
L
e défenseur international algérien de
football, Liassine Bentiba Cada-
muro, figurerait sur les tablettes d’Al-
bacete (2
e
Div. espagnole) annonçait
vendredi le site Mundodeportivo Cada-
muro, sous contrat avec la Real Sociedad
jusqu’en 2016, intéresserait également le
Reacreativo Huelva et Saragosse, deux au-
tres pensionnaires de la 2
e
division espa-
gnole, selon le magazine France football.
Présentant un certain manque de compéti-
tion pendant la première partie de la saison
écoulée, Cadamuro a rejoint Real Majorque
(2
e
Div. espagnole) à l’ouverture du mer-
cato hivernal, avec l’espoir d’accroître son
temps de jeu et prétendre par la même oc-
casion à une éventuelle participation au
Mondial brésilien. Cependant, bien que fi-
gurant dans la liste des 23 Algériens retenus
pour le Brésil, le joueur de 26 ans s’est fi-
nalement contenté de chauffer le banc, car
le sélectionneur bosnien, Vahid Halilhod-
zic, ne l’a associé à aucune des quatre ren-
contres disputées par les Fennecs dans ce
tournoi. Il était d’ailleurs le seul joueur de
champ de la sélection algérienne à n’avoir
fait aucune apparition en match officiel
pendant cette Coupe du monde. Des dé-
boires qui auraient poussé le joueur à vou-
loir opter pour un autre club, au sein duquel
il aura la chance de jouer régulièrement
comme titulaire.
Une opportunité que pourraient lui pro-
curer Saragosse, le Reacreativo Huelva, ou
encore Albacete, le dernier club en date à
s’être intéressé à ses services.
USMH
Bakayako signe en attendant d’être qualifié
L’USMH a fait signer une dernière recrue à
quelques heures de la fin du mercato. Alors
qu’il ne restait que quelques heures au mercato,
le club banlieusard a négocié et tombé d’accord
avec Bagayoko, le défenseur de la JS Saoura,
qu’on savait déjà en instance de départ. Seule-
ment, le transfert de ce joueur qu’Alain Michel
n’a pourtant pas admis dans ses plans pour la
nouvelle saison, a pris du temps à se dessiner.
Et ce, en raison d’un désaccord sur le montant
de sa lettre de libération. L’USMH pensait pro-
poser 300 millions, une somme plus ou moins
raisonnable compte tenu du statut du défenseur
à la JSS, mais Mohamed Zerouati l’a rejetée
dans la foulée.
Celui-ci demandait le double. Soit 600 mil-
lions ! Jusqu’à 20h, vendredi, l’affaire était en-
core en négociations. Ayant voulu coûte que
coûte recruter Bakayoko, l’USMH a consenti
l’effort de monter jusqu’à 500 millions. Il était
21h passée, lorsque les deux parties sont tom-
bées d’accord. Dans la foulée, le joueur a pris
la route pour Oran, puis de là pour Alger pour
signer son contrat. Reste après à le qualifier à
la Ligue. Comme le délai est dépassé de
quelques vingt-quatre heures, il se pourrait que
la LFP émette des réserves. Pour l’heure, l’af-
faire est toujours en suspens.
A. B.
RC LENS
Medjani approché, la piste Djebbour écartée
S
ans club depuis la fin de la se-
maine dernière, après la rési-
liation de son contrat par son
club recruteur, l’AS Monaco, Carl
Medjani intéresserait sérieusement
une autre formation de la Ligue Une
Française, à savoir le RC Lens.
Prêté à l’Olympiakos (Grèce) puis
a Valencienne, la saison dernière, le
défenseur algérien, auteur d’une
belle Coupe du monde avec les
Verts, suscite l’intérêt des dirigeants
nordistes, à l’affut d’un recrutement
peu onéreux, suite aux réserves de
la DNCG et de la FFF à l’issue de
l’accession du RCL en Ligue Une.
Libre de tout engagement, le défen-
seur algérien pourrait bel et bien
constituer une bonne affaire pour
les Lensois qui sont rentrés en
contact vendredi avec l’agent de
Medjani pour entamer les négocia-
tions. Cela dit, l’international algé-
rien, en dépit de ses exigences
financières, reste à la recherche de
la stabilité et d’un projet sportif sur
deux ou trois saisons. Par ailleurs,
le club lensois a indiqué avoir aban-
donné la piste Djebbour, proposée
la semaine dernière par un recruteur.
L’attaquant algérien, qui évoluait à
Nottingham Forest la saison passée
avant de résilier son contrat, aurait,
cependant, trouvé un accord avec le
club chypriote de l’Apoël Nicosie.
R. M.
INTER DE MILAN
Taider prêté à Southampton
L’
international algérien Saphir Taider a
été officiellement cédé par l’internatio-
nal de Milan au club de première ligue
anglaise Southampton pour un million d’euros.
Les dirigeants des deux formations ont trouvé
un terrain d’entente, vendredi soir. Taider rejoin-
dra la première ligue sous forme de prêt d’une
saison avec option d’achat moyennant sept mil-
lions d’euros au terme du prochain exercice. De
son côté, l’attaquant international italien, natif
de Buenos Aires (Argentine), Pablo Daniel Os-
valdo, fera, le chemin inverse pour évoluer au
club lombarde. Jeudi, le coach de Southampton,
Ronald Koeman, a fait part de l’intérêt porté sur
le milieu de terrain algérien : « Nous cherchons
le meilleur pour Osvaldo, et le meilleur pour le
club, Taider a les qualités dont nous avons be-
soin. Nous avons besoin de concurrence dans
l’équipe, ce serait une bonne chose », a expliqué
le coach batave au site de la BBC. De son côté,
Sky Italia a évoqué une arrivée certaine (au-
jourd’hui ou demain) d’Osvaldo à Milan. Arri-
vée à l’Inter en 2013, en provenance de
Bologne, le milieu de terrain algérien n’a jamais
réussi à s’imposer. Souvent sur le banc de
touche, le joueur de 22 ans, qui a explosé aux
côtés de Feghouli au Grenoble Foot 38, voulait
changer d’air pour avoir du temps de jeu. En
tournée aux Etats-Unis avec l’Inter de Milan,
Taider devra rejoindre rapidement son nouveau
club qui ambitionne d’améliorer sa huitième po-
sition au classement et arracher une place euro-
péenne cette saison.
Rédha M.
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 105.00
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.342 $
ALGÉRIE-MALI
Les parlementaires maliens pour un processus de coopération
"élaboré" avec leurs homologues algériens
U
ne cinquantaine de chefs d'Etat et de
gouvernement africains seront présents
à ce sommet qui abordera plusieurs
thèmes liés à la gouvernance, au développe-
ment et à la sécurité, a précisé la même source,
avant d’ajouter qu’il sera précédé d’un forum
économique regroupant plusieurs opérateurs
économiques importants.
Selon le porte-parole de la présidence amé-
ricaine, Jay Carney, le sommet de Washington
a pour objectif de "renforcer les liens avec
l'une des régions les plus dynamiques" du
monde. Il précisera ensuite qu’il s’agit de faire
"progresser les objectifs de l’administration
américaine en matière de commerce et d'inves-
tissement en Afrique et mettre en évidence
l'engagement des États-Unis sur les questions
de paix et de sécurité en Afrique, le dévelop-
pement de la démocratie et de ses habitants."
Selon les observateurs, les leaders africains
s’attendent à ce que Barack Obama donne une
nouvelle impulsion aux relations entre l’Amé-
rique et l’Afrique afin que la rencontre de
Washington puisse déboucher sur plus de com-
merce et d’investissements, plus de présence
du secteur privé américain, considérant que
les investissements US actuels en Afrique re-
présentent à peine 0,7 % du total des capitaux
américains investis dans le monde. Le Forum
d’affaires, qui sera organisé à cette occasion
par le département du Commerce, sera certai-
nement l’événement le plus important de ce
sommet. Ce forum réunira les chefs d’Etat afri-
cains, leurs délégations et des cadres d’entre-
prises américaines spécialisées dans des do-
maines aussi divers que la finance et les inves-
tissements, l’infrastructure, l’énergie,
l’agriculture, les biens de consommation, les
technologies de l’information, etc.
Partenariat algéro-américain :
des perspectives prometteuses
En avril dernier, le secrétaire d’Etat améri-
cain, John Kerry, avait effectué une visite of-
ficielle de deux jours dans notre pays.  A
l’occasion, les deux pays avaient réitéré leur
engagement d’élargir et d’approfondir leur dia-
logue politique et leur coopération dans les do-
maines économique, sécuritaire et commercial,
au terme de  la 2e session du dialogue straté-
gique algéro-américain. Les deux pays ont
convenu de partager leur expérience et leur sa-
voir-faire dans les domaines de l’éducation, de
l’enseignement supérieur, de la science et de
la technologie. Les deux pays ont décidé éga-
lement de procéder en septembre 2015 à l’ou-
verture d’une école américaine internationale
à Alger. Mourad A.
L
a présidente de la commis-
sion des Affaires étrangères,
des Maliens de l'extérieur et
de l'intégration africaine à l'Assem-
blée nationale de la République du
Mali, Dialo Aissata Touré, a ex-
primé, hier à Alger, le vœu de
l'existence d'un "processus" de
coopération plus "élaboré et
continu" entre les parlements des
deux pays, à l'instar de celui exis-
tant entre les deux Exécutifs.
"Nous souhaitons qu'il y ait un pro-
cessus (de coopération) plus éla-
boré et continu entre les
Parlements malien et algérien, car
jusqu'a présent ce sont les deux
Exécutifs qui collaboraient", a sou-
ligné Mme Dialo Aissata Touré, à
l'issue de son entretien avec le pré-
sident de la commission des Af-
faires étrangères, de la coopération
et de l'émigration de l'Assemblée
populaire nationale (APN), Boua-
lem Bousmaha. Outre des mem-
bres de l'Assemblée nationale
malienne, ont assisté à l'entretien
des députés de la commission des
Affaires étrangères de l'APN et le
président de la commission des Af-
faires étrangères, de coopération
internationale et de la commu-
nauté algérienne à l'étranger du
Conseil de la nation, Brahim Bou-
lahia. M
me
Touré qui a fait savoir
que l'entretien a porté "essentielle-
ment sur les pourparlers interma-
liens dans lesquels l'Algérie joue
un très grand rôle" a considéré que
cette visite constitue un "début" de
ce processus pour lequel elle a
souhaité une "continuation". A
cette occasion, la présidente de la
commission des Affaires étran-
gères au sein de l'Assemblée ma-
lienne a relevé la "constance" des
efforts de l'Algérie en direction du
Mali. "Nous exprimons notre gra-
titude et notre reconnaissance au
peuple algérien pour tous les ef-
forts consentis mais surtout pour la
constance que l'Algérie manifeste,
car elle a toujours été présente aux
côtés du Mali", a-t-elle noté, "sa-
luant" la signature, "grâce à l'Algé-
rie", d'une feuille de route entre le
gouvernement du Mali et six mou-
vements armés du nord, le mois de
juillet dernier à Alger. Pour sa part
M. Bousmaha a mis en évidence,
lors de l'entretien, le souci de l'Al-
gérie de réunir les rangs des Ma-
liens, "consentant des efforts
depuis le début de la crise pour
réunir toutes les conditions néces-
saires pour un dialogue global afin
de restaurer la paix et la sécurité
dans ce pays frère". Il a réitéré,
dans ce sens, la position de l'Algé-
rie appelant à "une solution poli-
tique de dialogue dans un cadre de
projet national consensuel" entre
toutes les parties. M. Bousmaha a
estimé que la visite de la déléga-
tion parlementaire malienne revêt
une grande importance afin d'ins-
taurer "un dialogue et une concer-
tation" qui s'inscrivent "dans le
long terme" et à même d'ouvrir de
nouvelles perspectives pour la
consolidation des relations de coo-
pération parlementaires entre les
deux institutions législatives algé-
rienne et malienne. Il a, en outre,
mis l'accent sur la position
constante de l'Algérie appelant à
prendre des "mesures interdisant le
payement des rançons aux groupes
terroristes" et son "refus catégo-
rique" à toute intervention étran-
gère dans les affaires internes des
pays".
Quand l’Europe finance Al-Qaida
D
ans une enquête fouillée, publiée par The
New York Times, sous la plume de  Ruk-
mini Callimachy  July  (lauréate du  Prix
Pulitzer pour son enquête sur  l'exploitation des
enfants pauvres d'Afrique occidentale et cen-
trale), l’Europe est épinglée  comme le principal
financier d’Al-Qaida grâce aux paiements de
rançons pour libérer ses ressortissants. Il ne
s’agit pas d’un scoop puisque, régulièrement,
les pays européens  —à l’exception semble t-il
de l’Angleterre—  sont accusés de verser, à
chaque fois, de grosses sommes d’argent aux ra-
visseurs.  Paris aurait, ainsi,  versé  une soixan-
taine de  millions de dollars depuis 2008 pour
libérer ses ressortissants retenus par Al-Qaida
au Maghreb islamique ; en seconde position des
plus grands payeurs la Suisse avec 12,4 millions
de dollars et, en troisième,  l'Espagne avec 10,1
millions de dollars. Régulièrement, ces Etats dé-
mentent ces informations mais les sources, les
institutions et le profil des personnes qui affir-
ment le contraire sont diverses, biens informées,
et de différentes nationalités.  Le mérite du  quo-
tidien  new-yorkais, dont les articles ont une ré-
percussion mondiale, c’est qu’il donne des
montants, cite des cas et , in fine, apporte  la
preuve  sur ces pratiques interdites. L'article du
Times cite d'anciens otages, des négociateurs,
des diplomates et des représentants de gouver-
nement de 10 pays en Europe, en Afrique et au
Moyen-Orient, et révèle que les paiements sont
bel et bien versés. Pour justifier ces transferts,
les sommes sont présentées comme  aide au dé-
veloppement.  Le New York Times évalue  les
sommes  ainsi récoltées à au moins 125 millions
de dollars depuis 2008, en grande partie payées
par les Européens pour la libération d'otages oc-
cidentaux selon cette  enquête. Un autre  dé-
compte, du département américain du Trésor,
cité par cette enquête mentionne la somme
de  165 millions de dollars depuis 2008. « Ces
paiements ont été faits presque exclusivement
par des gouvernements européens, qui ont ache-
miné l'argent via un réseau d'intermédiaires, le
faisant parfois passer pour des aides humani-
taires ». Ainsi les quatre otages français enlevés
en septembre 2010 par Al-Qaida au Maghreb is-
lamique (Aqmi) au Niger, les informations im-
pliquant une rançon ont immédiatement fuité
dès leur libération.
L'Agence France Presse (AFP)  a  confirmé,
d’ailleurs,   des informations publiées par le
journal Le Monde selon lesquelles une rançon
de 20 millions d'euros aurait été versée aux pre-
neurs d'otages. " Le New York Times révèle que
30 millions d’euros ont été versés  pour la libé-
ration des  quatre otages d’Arlit, libérés en oc-
tobre 2013 après trois ans de captivité ; 12,5
millions d’euros pour Françoise Larribe, un To-
golais et un Malgache en 2011 ; 9,5 millions
d’euros pour trois Français enlevés par Al
Qaeda dans la péninsule arabique (Aqpa) au
Yémen en 2011. C’est, selon le quotidien amé-
ricain,  le géant du nucléaire Areva qui a versé
l’argent pour les deux premiers cas.
Le New York Times précise que si en 2003
les ravisseurs recevaient environ 200.000 dol-
lars par otage, aujourd’hui, le tarif est passé
à  10 millions. Des sommes considérables qui
montrent le déplacement des sources de finan-
cements d’Al-Qaida, auparavant, financé par
des « mécènes » et aujourd’hui par « l’industrie
du kidnapping ». Les  « enlèvements contre ran-
çon sont devenus aujourd'hui la plus importante
source de financement du terrorisme », avait
souligné   David S. Cohen, sous-secrétaire au
Trésor américain pour le terrorisme et le rensei-
gnement financier.
« L'enlèvement d'otages est un butin facile », a
déclaré Nasser al-Wuhayshi, le chef d'Al-Qaïda
dans la péninsule arabique. L'argent de la ran-
çon — soit environ 10 millions de dollars par
otage dans des affaires récentes — représente
jusqu'à la moitié de son budget de fonctionne-
ment, lit-on dans cette publication du Times.
L’enquête du Times cite de nombreux cas de
paiement où  plus de 90 millions de dollars ont
été versés à Al-Qaïda au Maghreb islamique de-
puis 2008 par la Suisse, l'Espagne, l'Autriche et
par une société contrôlée par l'État français. Les
Shebab en Somalie ont reçu 5,1 millions de dol-
lars de l'Espagne, tandis qu’Al-Qaïda dans la
péninsule arabique a reçu près de 30 millions de
dollars en, seulement,  deux versements. Selon
la journaliste du Times, le commandement cen-
tral d'Al-Qaida au Pakistan, était dès l’origine
le négociateur en chef  pour les rançons d'otages
capturés. Les trois principaux groupes affiliés à
l'organisation terroriste — Al-Qaida au Ma-
ghreb islamique, Al-Qaida dans la péninsule
arabique et les Shébabs en Somalie – auraient,
ainsi, mis en place toute une mécanique com-
mune pour les enlèvements et le processus de
négociation. Ils vont jusqu'à sous-traiter les
prises d'otages à des groupes criminels qui tou-
cheront une commission de 10% sur la rançon
écrit le New York Times.
M. Koursi
ALGÉRIE-MAURITANIE
M. Bensalah transmet
un message du président
Bouteflika au président
mauritanien
Le président du
Conseil de la nation Ab-
delkader Bensalah a été
reçu hier à Nouakchott
par le président de la
République islamique
de Mauritanie, Moha-
med Ould Abdelaziz, à
qui il a transmis un mes-
sage écrit du Président de la République, Abde-
laziz Bouteflika. M. Bensalah est arrivé dans la
matinée à Nouakchott pour représenter le pré-
sident Bouteflika à la cérémonie d'investiture du
président Ould Abdelaziz. Au cours de cette au-
dience, MM. Bensalah et Ould Abdelaziz ont
procédé à un examen des relations bilatérales
dont le niveau est jugé excellent.
APRES LE SÉISME A ALGER
Compassion et sympathie
de l’Egypte avec l’Algérie
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane
Lamamra a reçu, hier, un appel téléphonique de son
homologue égyptien, Sameh Chokri qui lui a exprimé
les sentiments de compassion et de sympathie du
gouvernement et du peuple égyptiens avec le
gouvernement et le peuple algériens suite au séisme qui
a frappé Alger et les wilayas avoisinantes ainsi que ses
sincères condoléances aux familles des victimes,
souhaitant un prompt rétablissement aux blessés.
L’occasion était pour les deux ministres de
condamner «avec vigueur» ces crimes perpétrés contre
le peuple palestinien et réaffirmer leur détermination à
«agir avec force dans le cadre de l’initiative algérienne
pour amener la communauté internationale à imposer
un arrêt immédiat de l’agression israélienne barbare
contre la bande de Ghaza, conformément à ce qui a été
décidé par le président de la République, Abdelaziz
Bouteflika dans son entretien téléphonique avec son
homologue égyptien, Abdelfatah Al Sissi».
Dans ce contexte, le ministre égyptien des Affaires
étrangères a réaffirmé le soutien «plein» de l’Egypte à
l’initiative de l’Algérie auprès de l’ONU et sa dispo-
nibilité à «aller de l’avant dans le sens d’une coordi-
nation bilatérale algéro-egyptienne pour une action
commune et efficace dans le cadre de l’initiative algé-
rienne visant à mettre fin immédiatement à l’agression
israélienne». Les discussions ont, par ailleurs, porté sur
les derniers développements survenus sur la scène li-
byenne suite à la détérioration de la situation sécuri-
taire dans ce pays frère et ses répercussions sur la
sécurité et la stabilité de la Libye et des pays voisins.
L’accent a été mis sur l’importance de la tenue
d’une réunion de la commission sécuritaire le 5 août
prochain à Alger et d’une seconde réunion de la com-
mission politique le 6 août au Caire, les deux commis-
sions étant issues de la réunion des ministres des
Affaires étrangères des pays voisins de la Libye tenue
en mai à Alger, en prévision de la tenue, au Caire, la
dernière semaine du mois en cours, d’une réunion des
ministres des Affaires étrangères des pays du voisi-
nage.
ALGÉRIENS DÉSIRANT
RENTRER DE LIBYE
L’ambassade
et les consulats d’Algérie
en Tunisie instruits
de les assister
L’ambassade et tous les consulats d’Algé-
rie en Tunisie ont été instruits d’assister les
Algériens désirant rentrer de Libye, a indiqué
hier à Alger le porte-parole du ministère des
Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.
« L’ambassade d’Algérie, le consulat général
d’Algérie à Tunis ainsi que les consulats
d’Algérie à Gafsa et au Kef ont été instruits à
l’effet de mobiliser tous les moyens pour as-
sister les ressortissants algériens résidant en
Libye désirant rentrer au pays et ce, compte
tenu de la dégradation de la situation sécuri-
taire dans ce pays », a précisé M. Benali Che-
rif dans une déclaration à l’APS.
Le ministère des Affaires étrangères a mis
à disposition, pour tout renseignement, les nu-
méros de téléphone suivants : - Ambassade
d’Algérie à Tunis : 0021671783166 - Consu-
lat général d’Algérie à Tunis : 0021671908618
- Consulat d’Algérie à Gafsa :
0021676221316 - Consulat d’Algérie au Kef:
0021678200169 L’Algérie avait dès 2012
mobilisé d’importants moyens terrestres, aé-
riens et maritimes qui ont permis à pas moins
de 5.000 ressortissants de quitter la Libye.
SOMMET USA-AFRIQUE
M. Sellal représentera le Président Abdelaziz Bouteflika
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, représentera le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au premier Sommet USA-
Afrique qui se tiendra à Washington (Etats-Unis) du 4 au 7 août 2014, a indiqué hier un communiqué des services du Premier ministre.
M. Sellal sera accompagné du ministre de l'Energie, Youcef Yousfi, du ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb,
et du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful