You are on page 1of 4

Réseau d'Animation des TICE de la LOIRE

Créer une web TV pour son association

1. LANCER SA WEB TV
Définir sa démarche
Tout d’abord le BA.ba : l’équipe fondatrice doit être extrêmement soudée car c’est elle qui, avant de
pouvoir poster ses vidéos sur le Net, devra faire les premières et essentielles démarches (les plus
ingrates). Une fois l’équipe fondatrice déterminée et consciente du travail qui l’attend, elle devra définir
de façon précise de projet, et établir un premier cahier des charges : en quoi cette télé serait-elle
différente des autres ? Quel sera le fil conducteur ? Sera-t-elle thématique, généraliste, de service ?
Aura-t-elle pour but d’informer, de divertir, ou les deux ? Vous focaliserez-vous sur votre campus, ou
préférerez-vous vous ouvrir à l’environnement extérieur ? Un petit truc pour vous guider dans vos
interrogations métaphysiques : votre public est étudiant et vous l’êtes aussi. Donc, si vous diffusez des
programmes qui vous plaisent, pas de raisons de faire un bide.
Montrer son audience et obtenir des soutiens
Avant de vous lancer dans l’aventure, renseignez-vous Existe-t-il une formation, un service audiovisuel ?
le projet a-t-il déjà été proposé, pourquoi n’a-t-il pas marché ? Cela peut vous éviter bien des tracas et
des démarches inutiles dans l’avenir.
Afin de trouver des fonds et surtout les autorisations nécessaires à la mise en place d’une web TV, il est
crucial de rechercher l’appui de diverses institutions et personnalités. Montrer le poids de votre audience
est évidemment capital : cela peut passer par la sollicitation des jeunes (via des sondages ou pétitions
montrant que votre projet satisfait une demande) ou l’obtention d’autres soutiens
Il vous faudra des autorisations pour tourner, des autorisations de filmer les personnes vous seront
nécessaires.
Le soutien des élus est utile même. N’hésitez pas à aller présenter le projet aux hommes politiques
influents) de la commune, de la région et tutti quanti (rien ne vous arrêtera !). Le système de parrainage
peut être très intéressant
Trouver des sous
A partir du moment où l’association bénéficie de nombreux appuis, le démarchage financier peut être mis
en place. Les collectivités locales (communes, conseils régionaux, conseils généraux) accepteront peut-
etre de financer en partie des projets de cette envergure susceptibles de développer la communication
dans la région. Encore faut-il tomber sur la bonne personne et au bon moment, bref ne pas désespérer
et ne pas lâcher prise.
Idée de partenariat : proposez à des entreprises ou des administrations de concevoir et réaliser les
vidéogrammes institutionnels et promotionnels à l’occasion d’un événement, festival, salon, conférence,
etc., ou tout au long de l’année pour des actions de communication continues, contre rémunération ou
partenariat en nature.


2. PRODUCTION : CRÉÉER DU CONTENU POUR SA WEB TV


Bâtir les programmes
Les programmes et la durée de la diffusion ne dépendent que de vous (surtout du temps dont vous
disposerez). Ferez-vous un journal télévisé ? De la fiction ? Retransmettrez-vous des contenus
pédagogiques ? Bien que leur existence ne dépend pas d’une décision préalable du CSA, les Web TV
éducatives sont des services de télévision dont le contrôle des programmes est de la compétence
exclusive du CSA. Il vous faudra donc être vigilant sur le respect la dignité de la personne humaine et de
l’ordre public le pluralisme et l’honnêteté de l’information, la protection de l’enfance, ou le régime de
diffusion des œuvres cinématographiques et audiovisuelles. Légamédia fait le point sur les obligations
juridiques des web TV, histoire d’être dans les clous.
Trouver du matériel
Si vous n’avez pas un sou en poche, une web cam ou téléphone portable peuvent faire l’affaire : ce qui
compte, c’est le contenu ! Les vidéos les plus populaires sur Youtube ou les plus inventives ne sont pas
forcément celles qui ont demandé le plus de moyens. Avec l’argent récolté, le local et le matériel
nécessaires au démarrage des programmes peut être acquis : des caméras, des micros, un banc de
montage... un disque dur externe pour stocker vos archives vidéo une fois que vous ne produirez en
masse...
Au moment de l’acquisition du matériel, des accords peuvent être envisageables avec des télés locales,
qui peuvent vendre leurs vieux appareils. Un bon tuyau : adressez-vous aux entreprises qui louent du
matériel vidéo. Laissez-leur vos coordonnées en leur disant que vous êtes prêts à racheter les caméras
et autres babioles dont elles voudraient se débarrasser : elle vous proposeront régulièrement du matériel
professionnel de très bonne qualité et à prix très bas.
Ici aussi, tout dépend de vos ambitions. Pour un JT, une caméra et un ordinateur suffiront. Pour un
sitcom, une véritable équipe de tournage sera nécessaire. Si vous voulez enregistrer une émission en
direct (ce qui fait beaucoup moins de travail au montage), il vous faudra un mélangeur. Le mélangeur
vous permet de choisir en live les plans que vous voulez, parmi ceux proposés par les caméras en place.
Comptez 150 euros, voire moins, en tout cas jamais plus.
Pour diffuser en direct par contre, c’est une autre histoire, on vous raconte ça plus bas.
Trouver des animateurs, des cadreurs, des monteurs

Si l’équipe de départ, qui va démarcher pour avoir les soutiens et s’occuper de la mise en place du
projet, peut être réduite (on pourrait presque le conseiller, quand une décision doit être prise, cela va
plus vite), en revanche pour réaliser les émissions il faut plus de monde. Pour recruter les animateurs,
une opération de communication intensive s’impose : affiches, forums et débats dans les universités et
les écoles, salons étudiants, presse locale... tous les moyens de communication sont bons pour faire
connaître le projet. S’il est vrai que beaucoup de jeunes veulent faire de la télé, avoir la charge d’une
émission est quelque chose de lourd et nombreux sont ceux qui laisseront tomber après quelques
semaines. Car bien souvent, il ne s’agit pas seulement de tourner les images, il faut ensuite les monter.
Cela peut aller d’une demi-journée pour un reportage de 5 minutes à plusieurs jours (2 ou 3) pour une
26 minute.
3. DIFFUSION : METTRE SON CONTENU SUR LE NET

Jumpcut, un logiciel de montage vidéo flash en ligne.


Une fois vos créations dans la boîte, il s’agit de les montrer sur le web ! La création d’un site ne coûte
rien (si vous ne savez comment construire un site, les logiciels didactiques sont facilement accessibles).
Après avoir construit le site, qui peut servir de vitrine à l’association, il faut choisir un serveur qui vous
héberge, ce qui court encore les câbles. Une fois le site en place il suffit d’enregistrer et monter les
émissions avec votre matériel classique, et de les mettre sur internet. La compression numérique
(l’encodage) permet une diffusion optimale sur Internet.

Si vous n’avez pas de sous, pas de sous du tout, le plus simple est de poster vos vidéos prises par une
simple web cam voire un téléphone portable sur Youtube ou Daily Motion, et d’y faire un lien depuis
votre site ou votre blog. Vous ne maîtrisez pas l’hébergement et risquez un jour de voir quelques
minutes de pub précéder vos vidéos, mais cette solution a l’avantage d’être simple, rapide, et facile
d’utilisation pour l’internaute (pas de risque qu’il attende trois plombes que la vidéo veuille bien
s’afficher).


Différents formats d’encodage existent : FLV (l’idéal à notre humble avis parce que lisible depuis un PC
ou un Mac sans souci, et pas de logiciel à télécharger pour lire les vidéos), Real vidéo, Window Média,
Quick time... De cette manière le monde entier a accès à votre webTV grâce aux logiciels Real Player,
Quick Time, mp4 ou windows media qui est téléchargeable gratuitement par tous. Cela permet de
commencer en douceur avec quelques émissions et de s’agrandir au fur et à mesure.
Le jour où il y a trop-plein il faut envisager de payer un serveur professionnel. En particulier s’il vous
prend l’idée saugrenue (oui saugrenue) de diffuser en direct (qui diable sera pile poil au bon moment en
face de son ordi pour voir votre émission ?). Vous devrez alors payer un serveur qui vous alloue assez de
bande passante en streaming pour que plus de 10 personnes à la fois puissent voir vos vidéos, et non
vous contenter de les diffuser en dowload progressif, ce qui est à la portée de tout hébergeur.
Mais pour tous ces détails techniques, une adresse une seule : http://www.repaire.net
Vous y trouverez toutes les informations dont vous avez besoin pour le montage ou l’encodage.
Une fois que vos émissions sont disponibles sur le web il ne vous reste plus qu’à faire beaucoup de
publicité autour de votre projet, le faire connaître sur la Toile :
http://conseilsmarketing.files.wordpress.com/2007/04/25-conseils-pour-faire-connaitre-son-site-
internet.pdf