Question de synthèse première n°3 2007-2008 – Le marché I.

Dossier documentaire
Document 1 : Cette division du travail, de laquelle découlent tant d'avantages, ne doit pas être regardée dans son origine comme l'effet d'une sagesse humaine qui ait prévu et qui ait eu pour but cette opulence générale qui en est le résultat : elle est la conséquence nécessaire, quoique lente et graduelle, d'un certain penchant naturel à tous les hommes qui ne se proposent pas des vues aussi étendues : c'est le penchant qui les porte à trafiquer, à faire des trocs et échange d'une chose pour une autre [...]. L'homme a presque continuellement besoin du secours de ses semblables, et c'est en vain qu'il l’attendrait de leur seule bienveillance. Il sera bien plus sûr de réussir, s'il s'adresse à leur intérêt personnel et s'il leur persuade que leur propre avantage leur commande de faire ce qu'il souhaite d'eux. C'est ce que fait celui qui propose à un autre un marché quelconque; le sens de la proposition est ceci : Donnez-moi ce dont j’ai besoin, et vous aurez de moi ce dont vous avez besoin nous même ; et la plus grande partie de ces bons offices qui nous sont si nécessaires, s'obtient de cette façon. Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière ou du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu'ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme ; ce n'est jamais de leur besoin que nous leur parlons, c'est toujours de leur avantage. [...] Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler. Je n'ai jamais vu que ceux qui aspiraient, dans leur entreprise de commerce, à travailler pour le bien général, aient fait beaucoup de bonnes choses». Source : Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776 - Gallimard, p. 256) Document 2 : eBay, le premier site de commerce électronique mondial, est la plus fulgurante success story de l'histoire des entreprises américaines. Depuis sa création, il y a tout juste dix ans, son chiffre d'affaires croît, en moyenne, de 150 % par an. Un record qu'aucune société n'avait atteint, même dans le secteur de la haute technologie. Le site gagne de l'argent depuis le premier jour et dégage aujourd'hui une marge d'exploitation de 35 %. Actuellement, près de 150 millions de personnes dans le monde vont sur ce site pour vendre ou acheter toutes sortes d'objets, automobiles d'occasion, vêtements, ordinateurs... En 2004, plus de 750 millions de produits ont été proposés à la vente et le total des transactions effectuées via le site devrait atteindre 42 milliards de dollars en 2005 (35,18 milliards d'euros). Un volume d'affaires qui classerait eBay parmi les dix premiers distributeurs mondiaux. Depuis l'arrivée de Meg Whitman, 48 ans, qui a pris les rênes d'eBay en 1998, le site est devenu une place de marché virtuelle planétaire, avec 50 millions d'objets en permanence en rayons, visitée par 3,5 millions d'internautes par jour. Rêve de capitaliste, eBay permet à un nombre potentiellement illimité d'acheteurs et de vendeurs de se confronter autour d'un choix quasi infini de marchandises, via un système d'enchères qui assure un prix d'équilibre entre l'offre et la demande. Rêve d'utopiste, le système d'eBay repose sur la confiance : ce sont les "eBayistes" qui s'arrangent entre eux, sans se connaître, l'un pour emballer et envoyer le produit, l'autre pour le payer. La société se contente de prélever environ 7 % du montant des transactions. ( … ) "Par son mode de fonctionnement, eBay est un facilitateur de création d'entreprises, explique Carrie Johnson, analyste du cabinet d'études Forrester. Pour démarrer, pas besoin de se constituer en société, de payer un local, de faire de la publicité... Sur le site, le propriétaire du petit bazar d'électronique du coin de la rue a autant de chances de vendre ses marchandises qu'IBM et Motorola." Aujourd'hui, près de 95 % des ventes réalisées sur le site proviennent de professionnels. Depuis dix ans, le premier rôle d'eBay est de faciliter les affaires entre vendeurs et acheteurs. Pour renforcer la confiance, le site a ainsi créé un système d'évaluation : chacun doit noter, une fois la transaction effectuée, la fiabilité de son partenaire d'affaires. Source : Gaëlle Macke, Le Monde du 5 juillet 2005 Document 3 : A: L’émission de certains gaz liés à l’activité humaine, notamment industrielle, provoque des bouleversements climatiques (...) des décisions collectives, et donc politiques, sont absolument nécessaires, qu’il s’agisse de déterminer le montant total des efforts à entreprendre ou leur répartition entre les pays. (...) Ces décisions politiques peuvent s’appuyer avec profit sur des mécanismes faisant appel au marché : la mise en place de permis d’émission négociables peut améliorer l’efficacité des dispositifs. Si un tel marché (dit aussi « de droits à polluer ») fonctionne correctement, il devrait permettre de diminuer le coût total des mesures à prendre pour réduire les émissions polluantes. Le principe en est simple. Tout d’abord, l’Etat octroie à chaque entreprise le droit d’émettre une certaine quantité de gaz. Il répartit ainsi entre les différentes industries le montant total des émissions autorisées (...) l’introduction d’un marché des droits à polluer permet aux entreprises d’échanger ces quotas.(...) ils permettent de s’assurer que les réductions d’émissions seront entreprises là où elles sont le moins coûteuses. Ces gains d’efficacité dégagent des ressources utilisables pour d’autres usages ou... pour réduire davantage la pollution. Naturellement, ce beau raisonnement suppose que le marché en question fonctionne correctement (transparence, absence de position dominante...) En outre, des mécanismes de contrôle doivent être mis en place pour s’assurer que les entreprises honorent bien leur engagement (...) Restent deux problèmes de taille : tout d’abord, comment répartir les quotas, entre les différentes entreprises mais aussi entre les différents pays ? (...) Deuxième problème épineux : quelle quantité totale d’émission de gaz doit être autorisée ? Ici encore, la question est politique. Source :Pierre-Yves Geoffard (chercheur au CNRS) ,« Négocier la pollution »,Libération, 10/05/2004

B:

| C: Les scientifiques les plus optimistes affirment que les réserves ne dépassent pas une dizaine d'années", affirme le WWF. Malgré les recommandations des experts, les quotas de pêche, négociés au niveau international, sont fixés à des niveaux trop élevés, sous l'effet de la forte demande japonaise, qui achète 85 % de la production mondiale pour la fabrication des sushis. De plus, les quotas sont systématiquement dépassés par les pêcheurs. Selon les écologistes, seule une "prise de conscience" des distributeurs et consommateurs dans tous les pays concernés peut inverser la tendance. Source :Gaëlle Dupont, Boycotter le thon rouge pour le sauver , Le monde 30.01.08. Document 4 : Depuis la semaine dernière, tout le monde est au courant, la discrète maison de trois étages du Dr Amit Kumar était la plaque tournante de l'un des plus gigantesques trafics d'organes du pays. Plus de 500 transplantations de reins y auraient été pratiquées en neuf ans.La demeure abritait des salles d'opération où le chirurgien retirait de temps à autre un rein à quelque pauvre type racolé par ses hommes de main, de préférence dans les campagnes éloignées. Là où les candidats au travail en ville ne manquent pas. ( … ) Car le Dr Kumar était un homme organisé… et un bon médecin. Il choisissait ses «donneurs» en fonction de ses riches clients, dont nombre d'étrangers venus spécialement en Inde pour y recevoir un rein tout neuf. Il ne prélevait l'organe vital sur les pauvres bougres qu'il gardait dans son «vivier» que pour le réimplanter immédiatement, augmentant ainsi les chances de réussite de la greffe. Les malheureux n'étaient relâchés qu'après avoir rempli leur office. Allégés d'un rein, ayant à peine eu le temps de récupérer, ils repartaient avec, en poche, quelques milliers de roupies. Le Dr Kumar n'était pas un philanthrope. Financièrement, il s'y retrouvait largement, pratiquant une équation simple : 50 000 roupies (910 euros environ) pour un pauvre, en Inde, c'est une fortune ; 2 millions de roupies (36 000 euros environ) pour des étrangers ou de riches Indiens prêts à tout pour rester en vie, ce n'est presque rien. ( … ) Dans «l'Inde qui brille», des milliers de volontaires sont prêts à vendre l'un de leurs reins, tout simplement pour ne pas crever de faim. Ils se recrutent sans problème aux alentours des gares ferroviaires et autoroutières, dans les grandes métropoles comme Delhi, Bombay, Madras. «Ils se font opérer sans histoire et empochent avec reconnaissance les 40 000 ou 50 000 roupies qu'on leur jette en pâture», reconnaît un commissaire de police à Delhi. Source : M.F.Calle ,Un vaste trafic de reins démantelé près de Delhi , Le figaro , 29/01/2008

I. Travail préparatoire (20 points) : toutes les questions valent 3 points , sauf la 5 : 2 points
1) Expliquez le passage souligné ( document 1) 2) Ebay est-il un marché de concurrence pure et parfaite ? Expliquez ( document 2 ) 3) Quels arguments avancent les auteurs libéraux pour démontrer la supériorité du marché de concurrence pure et parfaite( documents 1 et 2 ) 4) Pourquoi , a priori, le marché ne peut –il lutter contre la pollution ( doc 3 A ) ? Quelles sont alors les solutions proposées par les libéraux ? ( doc 3 A ) ? 5) Quelles sont les limites de ces solutions ? ( doc 3 A et B ) ? 6) En quoi l’exemple du thon rouge est une bonne illustration de la « tragédie du bien public » ? ( doc 3 C ) 7) Le marché peut-il être généralisé à toutes les activités ? Expliquez ( doc 4 )

II. Question de synthèse
Dans une première partie , vous montrerez que pour les néo-classiques le marché de concurrence pure et parfaite est d’ordre naturel et est la meilleure forme d’organisation économique et sociale . Dans une seconde partie vous relativiserez en prouvant que le marché de concurrence pure et parfaite a des limites économiques et sociales.