Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
VIRUS EBOLA
Le ministère de la Santé
table sur la vigilance
P. 5
P. 9
DEUXIÈME JOUR DE TRÊVE À GHAZA
Cheb Mami
annonce la couleur
C’est une fois encore sous le signe de la solidarité de l’Algérie
avec les peuples arabes agressés par l’ennemi israélien sur
leur terre, dans leur chair et leur dignité, comme c’est le cas
actuellement en Palestine, à Ghaza l’héroïque, où succombent
des milliers d’innocents dont le seul tort est de revendiquer le
droit à la vie et à la souveraineté, que s’ouvrira demain la
dixième édition du festival arabe de Djemila.
LA DIXIÈME ÉDITION DU FESTIVAL ARABE DE DJEMILA S’OUVRE DEMAIN
Bouraâda s’offre l’or
et un nouveau record
au décathlon
CHAMPIONNAT D’AFRIQUE  D’ATHLÉTISME
L’incertitude
plane toujours
G Le PT poursuit sa mobilisation
en faveur du peuple palestinien
PRÉPARATION DE LA RENTRÉE
SCOLAIRE 2014-2015
Rencontre prochaine
entre la ministre de
l’Éducation et les
syndicats du secteur
AGROALIMENTAIRE
Les chefs d’entreprise
prévoient de bonnes
perspectives
Q RÉNOVATION URBAINE
Une urgence pour sauver le vieux bâti algérois
Q ASSURANCE CONTRE LES CATASTROPHES NATURELLES
Obligatoire après le séisme de Boumerdès en 2003
P. 8
FIÈVRE APHTEUSE
« La contribution
de tous est
nécessaire pour
éradiquer la
maladie »
PP. 6-7
APRÈS LE SÉISME DU 1
er
AOÛT
1.100 familles
relogées
Près de 1.100 familles, occupant des immeubles menaçant ruine dans des communes
du centre-ville d'Alger, ont été relogées dans le cadre de la prise en charge des conséquences
du séisme qui a frappé le vendredi 1
er
août au large de Bologhine.
P. 30
P. 8
P. 11
P. 17
P. 4
FORÊTS, MAQUIS, BROUSSAILLE
ET VÉGÉTATION AGRICOLE
Plus de 10.000 hectares
parcourus par le feu
lMédaille de bronze pour l’Algérien
Taoufik Makhloufi
17 Choual 1436 - Mercredi 13 Août 2014 - N°15205 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
CHAUD ET ENSOLEILLÉ
MARDI 19 AOUT A 19H AU PALAIS
DE LA CULTURE DE SKIKDA
Concert en commémoration des
évènements du 20 Août 1955
Sous le patronage de la ministre de la Culture et du
ministre des Moudjahidine et sous le parrainage du
wali de Skikda, en commémoration des évènements
du 20 Août 1955, l’Orchestre symphonique national
donne un concert le 19 août à 19 heures au palais de
la culture de Skikda.
LE 1
er
SEPTEMBRE A 14H
A LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE
D’EL-HAMMA
Rencontre sur
le patrimoine
La ministre de la Cul-
ture, M
me
Nadia Labidi,
continue son cycle de
rencontres avec les ac-
teurs du monde des arts
et de la culture.
Le débat avec les re-
présentants du patri-
moine musical aura lieu
le 1
er
septembre à 14 h.
Au Nord, le temps sera généralement enso-
leillé et relativement chaud notamment vers
les régions de l'intérieur avec localement ten-
dance orageuse en soirée.
Les températures maximales varieront de
28°c/32°c vers les régions du littoral et de
34°c/38°c vers les régions de l'intérieur.
Les vents seront en général faibles.
Sur les régions sud, le temps sera généra-
lement chaud et ensoleillé avec localement
formations orageuses vers les massifs du Hog-
gar/Tassili en cours d'après-midi/soirée.
Les températures maximales varieront en
général de 36°c/40°c vers le nord Sahara et de
40°c/44°c vers le Sahara central.
Les vents seront en général faibles.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (33- 22°), Annaba (31°- 23°), Bé-
char (42° - 28°), Biskra (44° - 31°), Constan-
tine (37° - 19°), Djelfa (36°- 18°), Ghardaïa
(44° - 29°), Oran (33° - 21°), Sétif (36° -
17°), Tamanrasset (36°- 24°), Tlemcen (33°
- 19°).
JUSQU’AU 31 AOUT A PARTIR
DE 22H AU THEATRE DE
PLEIN AIR DE SIDI-FREDJ
Soirées du Casif
L’Office national de la culture et de l’in-
formation, en collaboration avec l’ENTV,
l’ENRS et la Société de gestion touristique
des hôtels de Sidi-Fredj, organise des soirées
avec la participation des plus grandes stars de
la chanson internationale, arabe et algérienne.
CE MATIN A 9H30
RND : conférence sur l’agression
israélienne
Le RND organise ce matin à 9h30 au siège du parti à Ben-Aknoun une
conférence sur l'agression israélienne contre Ghaza : responsabilité
juridique et politique.
CE MATIN A 9H A OUED EL-ALLEUG
« Réalité économique
des handicaps »
L’association Etta-
hadi de la wilaya
de Blida et le
forum algérien des
personnes handica-
pées organisent, ce
matin à 9 heures, à
la salle des fêtes
d’Oued El-Alleug
(Blida), un col-
loque national sur
le thème : « Réa-
lité économique
des handicaps à la
lumière des défis
actuels ».
JUSQU’AU 18 AOUT
A EL-AOUANA (JIJEL)
Camp pédagogique
pour les meilleurs
élèves d’amazigh
Cette rencontre nationale,
première du genre, est organisée
par le Haut-Commissariat à
l’amazighité au CEM Djennas-
Mohamed d’El-Aouana (Jijel)
jusqu’au 18 août, et placée
sous le patronage du ministre
de la Jeunesse.
JUSQU’AU 15 AOUT A BEJAIA ET MOSTAGANEM
Caravane d’information sur le secteur du travail
La caravane d’informa-
tion sur les activités du sec-
teur du Travail, de l’Emploi
et de la Sécurité sociale se
trouvera jusqu’au 15 août,
au niveau des wilayas de
Bejaia et Mostaganem.
Bejaia :
• Aujourd’hui : Placette
du stade de l’Union ma-
ghrébine de 10 à 22 h.
Mostaganem :
• Aujourd’hui : Plage
des Sablettes, de 10 à 21 h.
• Demain : Oureah
plage, de 10 à 21 h.
• 15 août  : Hadjadj
plage, de 10 à 21 h.
JUSQU’AU 14 AOUT AU THEATRE DE VERDURE
7
e
festival culturel
international
de la Musique
diwane
La 7
e
édition du festival
culturel international de la
Musique diwane aura lieu
jusqu’au 14 août au théâtre
de Verdure Saïd-Mekbel,
Bois des Arcades,
Office Riad El-Feth.
Mercredi 13 Août 2014
DEMAIN
A 10H A L’INSTITUT
SUPERIEUR NATIONAL
DE MUSIQUE
Conférence de presse
sur le 2
e
festival national
de la poésie melhoun
Dans le cadre de la deuxième édi-
tion du festival national de la Poésie
melhoun dédiée à Sidi Lakhdar Ben-
khelouf qui aura lieu du 20 au 26
août à Mostaganem, une conférence
de presse sera organisée le jeudi 14
août à 10 heures à l’Institut supé-
rieur national de musique.
CE MATIN A 10H30
UGCAA : « Le commerce
des occasions »
L’Union générale des commerçants et artisans
algériens organise ce matin à 10h30 au siège de
l’UGCAA sis 18, rue Mohamed-Bouldoum, une
conférence sur le thème : « Le commerce des occa-
sions ».
3
Mercredi 13 Août 2014
EL MOUDJAHID
Nation
D
es dossiers importants en
termes de partenariat ont
été discutés et des proposi-
tions ont été émises. L’adhésion de
l’Algérie à l’OMC et le soutien à
son accession ont été des sujets qui
ont connu des avancées, alors que
les possibilités d’investissements et
de partenariat avec des groupes in-
dustriels dans les domaines de l’
énergie, de l’électricité ou de la
santé ont été au centre des entre-
tiens.
D’autres propositions ont été
avancées par l’Algérie dans le
cadre de l’investissement et du
commerce, devant permettre à
l’Afrique de parvenir à la résorp-
tion de son déficit en infrastruc-
tures, la diversification de son
économie ou l’accélération de son
intégration. L’Algérie a d’autre
part plaidé en faveur de la recon-
duction de la loi sur la croissance
et les opportunités économiques en
Afrique et du renforcement des
mesures incitatives en matière de
garantie des prêts et d’appui au fi-
nancement d’entreprises améri-
caines investissant à l’extérieur.
C’est dans cet esprit que l’Algé-
rie a insisté sur le projet structurel
régional du gazoduc transsaharien
devant couvrir les besoins énergé-
tiques d’une partie du Sahel, un
thème qui a retenu l’attention des
participants, tout comme celui en
rapport avec un éventuel partena-
riat pour le développement des
énergies nouvelles et pour la re-
cherche et l’exploration de nou-
veaux gisements d’hydrocarbures.
Le secteur de l’agriculture et le
renforcement du soutien américain
dans les domaines de la formation,
de l’expertise, du transfert de tech-
nologie et d’accès aux semences et
aux intrants, ont été des axes privi-
légiés lors des entretiens du Pre-
mier ministre avec la partie
américaine.
Troisième continent par sa su-
perficie, l’Afrique, qui est certaine-
ment le continent le plus ravagé par
les conflits, présente une dette qui
grève une part essentielle du bud-
get de l’économie de la majeure
partie des pays africains. Une par-
tie essentielle de cette dette exté-
rieure est constituée de la dette dite
multilatérale, c’est-à-dire envers
les institutions financières interna-
tionales.
Les Etats de l’Afrique veulent
croire aux promesses en essayant
de se relever, s’appuyant sur des
solutions que les Africains eux-
mêmes tentent de trouver aux
conflits sociaux et aux crises aux
enjeux politiques qui secouent le
continent, débouchant sur la pau-
vreté et davantage de fragilité.
Parmi les 54 Etats de cette Afrique
qui soulèvent de multiples rêves
tant les possibilités de renouveau et
de renaissance sont multiples, cer-
tains sont à l’avant-garde en étant
les leaderships du continent face à
tous les prédateurs, en quête de
puissance économique et de domi-
nation politique. Après tant de
sommets sur l’Afrique tenus pour
apaiser les tensions, en dépit de
tant d’objectifs nobles pour trouver
des mécanismes de traitement aux
conflits, le continent n’arrive tou-
jours pas à voir le bout du tunnel et
à s’arrimer à la modernité au sens
académique, avec des institutions
fortes, des structures et un fonc-
tionnement logique propres aux
autres Etats de par le monde afin de
sortir de la malédiction des drames
et des épidémies.
Avec une croissance
économique de 5%
l’Afrique dispose des atouts
d’un renouveau
Le dernier sommet Afrique-
USA, intervenant après le sommet
tenu à Paris, précédé par le sommet
en Chine, peuvent orienter le débat
et prévoir les futures initiatives
avec l’espoir qu’un jour un nou-
veau sommet rassemblant les
Africains autour de leur destin avec
plus de volonté et de détermination
et d’attachement à leur spécificité
dans le cadre des orientations de
l’Union africaine. L’Afrique, qui
compte plus d’un milliard d’indi-
vidus veut croire à son renouveau
et à l’indépendance de ses pays.
Mais ce rêve peut-il être possible
dans un monde déterminé en pre-
mière instance par la puissance
économique.
L’Afrique que suggère le som-
met Afrique-USA dispose d’une
clef pour débloquer sa croissance
comme le soutiendra le président
américain, qui se trouve entre les
mains de ses enfants, et ce, même
si les Etats-Unis d’Amérique se
disent disposés à apporter leur con-
cours avec plus d’engagement,
plus d’investissements.
En clair, cette philosophie des
Etats-Unis est énoncée par Barack
Obama, soulignant que les entre-
prises américaines profiteront au-
tant que les Africains de ces
investissements. C’est là l’objectif,
mais les Africains ordinaires en
doutent.
L’observateur ordinaire retien-
dra de l’engagement du président
américain, la fragilité des pro-
messes et le contexte de leur an-
nonce, même si de grands projets
sont en cours dans des domaines
vitaux pour l’autre interface. Il
s’agit des hydrocarbures et des
pays qui les possèdent. Le reste
n’est que commerce et échanges de
services.
Les chefs d’Etat et de gouverne-
ment africains présents au sommet
sont conscients de ces enjeux aux-
quels ils font face, des défis qui ne
favorisent nullement le climat des
investissements en examinant l’an-
nonce des 33 milliards de dollars
d’engagements américains en
Afrique et ce que cela représente
en termes de croissance écono-
mique, d’amélioration du niveau
de vie, de création d’emploi tant
dans le secteur privé que public.
Ces 33 milliards de dollars de
promesses d’investissement pour
le continent, dans le cadre d’un
partenariat d’égal à égal et sur le
long terme sur des dossiers précis,
ne sont pas sans intérêt et sans
contrepartie si l’Afrique veut se
construire et avoir la liberté de sa
décision.
Les opérateurs américains qui
vont éventuellement investir 14
milliards de dollars en Afrique, no-
tamment dans la construction, les
énergies propres, la banque et les
technologies de l’information,
c’est là une nouvelle percée
économique car la première puis-
sance mondiale a mis du temps à
s’apercevoir du potentiel de ce
continent.
Houria Akram
ALGÉRIE – USA
Energie, électricité, formation :
partenariat stratégique
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui a représenté le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika au sommet
Afrique-USA, a eu d’intenses activités, a rencontré plusieurs hauts responsables américains et eu des entretiens
avec des dirigeants de groupes industriels américains.
FLN
L’université "partisane" se tiendra durant
les prochaines vacances de printemps
Le parti du Front de libération nationale
(FLN) tiendra son université "partisane" du-
rant les prochaines vacances de printemps,
a révélé hier le chargé de la communication
au sein du parti, Saïd Bouhadja. Dans une
déclaration à l'APS, M. Bouhadja a indiqué
qu'il a été décidé de remplacer l'appellation
"université d'été" du parti FLN par "univer-
sité partisane".
"Nous ne sommes pas obligés de tenir cet
événement en été. Pour cette année il se
tiendra durant les vacances de printemps",
a-t-il précisé. Actuellement, a-t-il ajouté, le
parti se penche sur certains aspects orga-
niques dont notamment "le renforcement de
certaines mouhafadhate" en les dotant de
nouveaux cadres ou en remplaçant certains
d'entre eux.
Cette démarche s'inscrit dans le cadre
d'un programme arrêté depuis plusieurs
mois et entré en vigueur récemment.
A partir de septembre prochain, "le parti
entamera des actions concrètes", la com-
mission nationale de préparation du 10e
congrès du parti prévu en 2015, qui compte
tous les membres du comité central, se réu-
nira pour présenter des projets de résolution
relatifs au congrès, a ajouté M. Bouhadja.
Le congrès sera une occasion pour traiter
certaines questions qui ont surgi après le
dernier congrès du parti et de "mettre un
terme aux différends qui auraient pu influer
sur le parcours du parti", a-t-il encore souli-
gné.
"Nous le voulons un congrès responsable
et rassembleur en vue de préserver le leader-
ship du parti sur la scène politique", a tenu
à souligner M. Bouhadja.
S'agissant de la révision constitution-
nelle, Il a indiqué que le FLN attendait la
publication de l'avant-projet de révision
constitutionnelle pour définir la manière de
sa participation, soit par la mobilisation po-
pulaire en cas où il sera décidé de le sou-
mettre à referendum, ou par la contribution
au niveau du Parlement s'il sera décidé de le
soumettre à cette instance législative.
4
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 13 Août 2014
L'
opération de réhabilitation du
vieux bâti du centre histo-
rique d'Alger entamée au
début de l'année, est une urgence
pour sauver le ''vieux bâti'' d'Alger
après le dernier séisme du 1er août,
ont estimé des experts, hier.
Lancée en février dernier, cette
opération de rénovation urbaine du
vieux bâti d'Alger a permis de réhabi-
liter plusieurs immeubles d'Alger-
Centre, dont ceux de la rue Larbi
Ben-M'hidi. Cette opération, à la-
quelle cinq milliards de dinars ont été
consacrés, se poursuit et devrait
connaître une accélération de la ca-
dence des travaux pour rénover rapi-
dement les immeubles les plus
touchés par ''le temps'', selon des ur-
banistes.
Le projet de réhabilitation du
vieux bâti du centre historique de la
capitale doit, à termes, concerner des
centaines d'immeubles de plusieurs
rues et avenues, mais l'opération se
concentre pour le moment sur ceux de
la rue Larbi Ben-M'hidi qui relie la
Grande-Poste au square Port-Saïd, en
passant par la place de l'émir Abdel-
kader. Les échafaudages métalliques,
qui gênent les piètons, sont en perma-
nence sur le chantier, notamment dans
la partie des immeubles se trouvant
entre la Grande-Poste et la place émir
Abdelkader. Le chantier consiste, en
fonction de l'état de chaque immeu-
ble, à ravaler les façades, à réfection-
ner l'étanchéité et la toiture, à
consolider les cages d'escaliers et les
balcons et à restaurer le plancher. Les
travaux à la rue Larbi Ben-M'hidi font
partie d'un programme global devant
rénover des immeubles de 55.302 lo-
gements, qui ont été identifiés par une
étude de diagnostic technique et
socio-économique réalisée en 2006
sur un parc de 13.690 immeubles
(78.445 logements) répartis sur les 14
communes du centre-ville d'Alger.
Dans une première phase, il est retenu
la rénovation d'immeubles de 7.200
logements se trouvant sur les grands
boulevards à Alger-Centre, sur le
budget du ministère de l'Habitat, de
l'Urbanisme et de la Ville qui a dé-
gagé à la demande de la wilaya cinq
milliards de dinars. Comme ce pro-
gramme bénéficie uniquement aux
habitants d'immeubles vétustes des
grandes artères d'Alger dont celles de
Ben-M'hidi, Didouche-Mourad ou
l'avenue ''colonel Amirouche'', l'APC
d'Alger-Centre a proposé de faire ré-
habiliter les bâtisses des quartiers sur
son propre budget.
L'APC a dressé une liste de 557
immeubles, propriété de l'OPGI ou de
copropriétaires, qui nécessitent des
travaux d'entretien et de rénovation
dans les principaux quartiers de la
commune à l'instar de Debbih-Cherif
(Soustara), AhmedChaïb (ex-rue Tan-
ger), Abane-Ramdane, Krim-Belka-
cem, les Frères Bellili ou du Docteur
Saâdane (ex-Trollard). Ce programme
de participation de l'APC à la réhabi-
litation du vieux bâti dans la wilaya
d'Alger est financé sur le budget com-
munal à hauteur de 3,617 milliards de
dinars, dont 1 milliard a été déjà dé-
gagé au profit de la wilaya, à travers
la Direction de l'aménagement et de
la restructuration des quartiers
(DARQ), chargée de sa mise en
œuvre.
A la demande des élus locaux, le
wali a instruit la DARQ d'associer les
communes qui le souhaitent à l'opéra-
tion de réhabilitation du vieux bâti se
trouvant sur leur territoire. Plusieurs
communes ont répondu favorable-
ment à l'appel de la DARQ, comme
Alger-Centre, Oued Smar, Bir Mou-
rad Raïs, Hydra, Dar El Beïda, Bab
Ezzouar, Rouïba, Hussein-Dey,
Kouba et Chéraga.
Immeubles ''musées''
à préserver
Le séisme du 1
er
août a donné à ce
programme de réhabilitation du vieux
bâti d'Alger une urgence particulière,
d'autant que certains immeubles du
centre historique sont ''des œuvres ar-
chitecturales uniques'', estime un so-
ciologue-urbaniste.
''Certains de ces immeubles,
construits avec ascenseurs dès les an-
nées 1940 pour les privilégiés euro-
péens, sont aujourd'hui des musées,
un patrimoine historique à préserver'',
explique-t-il. E puis certains de ces
immeubles, comme ceux de la place
du 1
er
-Mai, ont été construits entre
1890 et 1910, et ont sur le front de la
porte d'entrée ces trois lettres, mor-
ceaux d'histoire du développement
industriel de l'époque : HBM (habitat
à loyer modéré), a constaté un journa-
liste de l'APS. Sur le ''champ de ma-
nœuvres'' de l'époque, ces cités
''HBM'' ont été construites pour la
classe ouvrière algérienne et euro-
péenne qui travaillait dans les ateliers
de Renault, Berliet (Hussein-Dey), ou
Caterpillar à El Harrach (ex-Maison
carrée), alors qu'à Mohamed-Belouiz-
dad (ex-Belcourt), il y avait des ate-
liers et des manufactures de plusieurs
filières i dustrielles.
De l'autre côté, à Bab El Oued,
tout près de la Méditerranée, c'était
également le même style urbanis-
tique, avec des immeubles ''HBM'',
puis des ''HLM'', pour loger notam-
ment les travailleurs des trois usines
de cigarettes (Melia, Job, Bastos) de
ce quartier populaire, en contrebas de
la vieille Médina, la Casbah d'Alger.
Au début du siècle dernier, la po-
litique urbaine en Algérie de la colo-
nisation, avec ses travers sécuritaires,
n'a pas dérogé à ce qui se faisait en
France, ''elle était pratiquement la
même : à Alger, Oran, Constantine,
Annaba, on a construit d'abord pour
la classe ouvrière des usines algé-
roises les immeubles ''HBM'', puis à
partir des années 40-50 avec le style
Penthouse du Corbusier, les HLM
(habitat à loyer modéré)'', explique ce
sociologue. 'C'est ce patrimoine ar-
chitectural et urbanistique qu'il faut
sauver de la déperdition et de l'oubli'',
résume-t-il.
RÉNOVATION URBAINE
Une urgence pour sauver le vieux bâti algérois
Le contrat d'assurance de dommages contre
les catastrophes naturelles (ou assurance CAT-
NAT) a été rendu obligatoire au lendemain du
séisme de Boumerdès de mai 2003, en vertu de
l'ordonnance d'août 2003 relative à l'obligation
d'assurance des catastrophes naturelles et l'in-
demnisation des victimes.
Promulgué suite au séisme qui a ébranlé la
ville de Boumerdès faisant près de 3000 morts
et causé d'importants dégâts matériels, ce texte
a pour but de prémunir les souscripteurs des
risques que peuvent occasionner les phéno-
mènes climatiques et tremblements de terre.
Au sens de l'ordonnance, sont définis les effets
des catastrophes naturelles comme étant les
dommages directs causés aux biens suite à un
événement naturel, d'une intensité anormale, tel
que tremblement de terre, inondation, tempête
ou tout autre cataclysme.
Elle stipule que " tout propriétaire, personne
physique ou morale, autre que l'état, d'un bien
immobilier construit, situé en Algérie est tenu
de souscrire un contrat d'assurance de dom-
mages garantissant ce bien contre les effets des
catastrophes naturelles".
Ainsi, "toute personne physique ou morale
exerçant une activité industrielle et commer-
ciale est tenue de souscrire un contrat d'assu-
rance de dommages garantissant les
installations industrielles et commerciales et
leurs contenus contre les effets des catastrophes
naturelles". "La couverture assurance est accor-
dée moyennant une prime ou une cotisation
fixée en fonction du degré d'exposition au
risque et des capitaux assurés", précise encore
le texte. "Les indemnités d'assurance dues à la
garantie contre les effets de catastrophes natu-
relles, doivent être payées dans un délai n'excé-
dant pas les trois mois, à compter de la
détermination, par voie d'expertise du montant
des dommages subis". Selon le texte, un docu-
ment justifiant la satisfaction de l'obligation
d'assurance est exigé pour toute opération de
cession ou location d'un bien immobilier, objet
de cette décision. Par ailleurs, l'ordonnance in-
dique que toute personne physique ou morale
assujettie aux obligations contenues dans cette
loi et n'ayant pas satisfait aux obligations conte-
nues dans le texte "ne peut prétendre à une quel-
conque indemnisation des dommages subis par
ses biens, consécutivement à une catastrophe
naturelle". Elle souligne en outre que "tout
manquement à l'obligation d'assurance de dom-
mages contre les catastrophes naturelles, ayant
été constaté est puni d'une amende égale au
montant de la prime ou cotisation due, augmen-
tée d'une majoration de 20%".
Toutefois, il est précisé que "l'Etat, dispensé
de l'obligation de cette assurance, est tenu pour
les biens dont il est propriétaire ou dont il
garde, des obligations d'un assureur".
ASSURANCE CONTRE LES CATASTROPHES NATURELLES
Obligatoire après le séisme de Boumerdès en 2003
S
ur instructions du ministre de
l'Intérieur et des Collectivités
locales, Tayeb Belaiz, qui a vi-
sité un quartier de Bologhine touché
par ce séisme, "les services de la wi-
laya ont assuré de façon effective, du-
rant la période allant du 1
er
au 10
août, le relogement de 1.092 familles
et l'expertise de 1.411 bâtiments" vé-
tustes, précise la wilaya d'Alger dans
son communiqué. Cette opération a
vu la mobilisation de 2.885 agents
manutentionnaires (1.285 au départ
depuis les zones sinistrées et 1.600 à
la réception) pour l'assistance gra-
cieuse de l'ensemble des familles
concernées par le relogement, 1.285
camions ayant servi à leur transport,
selon la même source. La wilaya in-
dique que 38 IMR ont été identifiés
et démolis, notant que "les terrains ré-
cupérés seront destinés à la réalisa-
tion, en priorité, d'immeubles à usage
d'habitation ou des équipements d'uti-
lité publique". Elle souligne par ail-
leurs que ses services ont enregistré
974 recours pour le relogement des
citoyens "supposés sinistrés", dont
901, "considérés comme défavora-
bles ou non prioritaires, sont rejetés
alors que 37 recours ont été acceptés
et le restant (36) en cours d'examen.
Un séisme d'une magnitude de 5,6
sur l'échelle ouverte de Richter, sur-
venu tôt le matin le 1
er
août et dont
l'épicentre a été localisé à 19 km au
nord-est de Bologhine (en mer), a
causé six décès et des blessures à 420
personnes, dont 21 ont été hospitali-
sées, rappelle le communiqué. Les
1.092 familles recasées durant les dix
premiers jours d'août sont issues des
communes les plus touchées par ce
séisme, à savoir Raïs Hamidou, Bo-
loghine, Bab El Oued, la Casbah,
Alger-Centre et Sidi M'hamed. Elles
sont transférées vers trois sites d'ac-
ceuil : la cité des 3.216 logements de
Chaïbia (Ouled Chebel), la cité des
1.032 logements d'Ouled Mendil
(Douéra) et la cité 5-Juillet 1962 de
Larbaâ (Blida), dans le cadre d'un
"programme de recasement d'ur-
gence" arrêté dans la foulée de la dis-
tribution progressive de 25.000
logements sociaux locatifs aux fa-
milles issues des sites précaires. La
distribution de ces 25.000 logements,
entamée le 21 juin dernier, s'est arrê-
tée pour reprendre début septembre,
avait déclaré vendredi à l'APS le di-
recteur du logement de la wilaya,
Smail Loumi. La wilaya d’Alger dis-
pose d’un programme global de
84.000 logements destinés à la lutte
contre l’habitat précaire, dont 25.000
unités sont en cours de distribution et
11.000 seront réceptionnés avant la
fin 2014.
APRÈS LE SÉISME DU 1
er
AOUT
1.100 familles relogées à Alger
Une campagne de communication sera lan-
cée en septembre prochain pour sensibiliser les
particuliers et les entreprises sur les effets des
catastrophes naturelles, et sur l’importance
d’assurer ses biens contre ces risques, a indi-
qué le président de l’Union des assurances et
des réassurances (UAR), Lamara Latrous.
"L’UAR prépare une campagne de commu-
nication sur le risque des catastrophes natu-
relles en direction des ménages, mais aussi des
PMI-PME et des professionnels", a déclaré à
l’APS M. Latrous. Cette campagne nationale,
qui débutera en septembre prochain et se pour-
suivra jusqu’en octobre, se déroulera à travers
plusieurs supports dont la presse écrite et la
radio, dit-il. Pour ce responsable, même si le
montant du chiffre d’affaires réalisé par la
branche des assurances contre les catastrophes
naturelles (CAT-NAT) « n’est pas important »
comparativement au chiffre d’affaires global
du secteur des assurances, cette a branche obli-
gatoire progresse annuellement dans des pro-
portions encourageantes ».
En 2013, les "CAT NAT" ont représenté
6% du chiffre d’affaires des assurances incen-
die, accident et risques divers (IARD) qui était
de 35 mds DA. Selon des données de l’UAR,
le chiffre d’affaires de la branche CAT-NAT
s’était établi à 1,750 milliard DA en 2013 avec
une évolution de 13% par rapport à 2012
lorsqu’il était de 1,555 md DA. En 2012, le
chiffre d'affaires de cette branche a évolué seu-
lement de 2,4%.
Le président de l’UAR a fait savoir que les
compagnies d’assurance ont réalisé un chiffre
d’affaires global de 114 milliards DA en 2013
dans toutes les branches dont 1,5 milliard DA
dans les assurances couvrant les effets des ca-
tastrophes naturelles (tremblement de terre,
coulée de boue, vents violents, inondations,
glissement de terrain).
Lancement en septembre d’une campagne de communication
sur les risques liés aux catastrophes naturelles
Près de 1.100 familles, occupant des immeubles menaçant ruine (IMR) dans des communes du centre-ville d'Alger, ont été relogées dans le cadre de la
prise en charge des conséquences du séisme qui a frappé le vendredi 1
er
août au large de Bologhine, a indiqué, hier, la wilaya dans un communiqué.
5
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 13 Août 2014
SELON L’ENQUÊTE DU SITE DE RECRUTEMENT EMPLOITIC.COM
Un taux de renouvellement du personnel important constaté dans les entreprises
n 52% des répondants sont en recherche active après plus de 3 ans dans une entreprise alors que 29% après 1 et 2 années et 19% après moins d’une année.
Le leader du recrutement sur internet en Algérie a mené une
enquête qui a été axée sur les aspirations des candidats à l’em-
ploi en Algérie. Elle a pour but de « comprendre le comporte-
ment des postulants à l’emploi en Algérie », explique Emploitic
dans un communiqué, et de «définir leurs aspirations, mais
aussi de connaître les aspects les plus importants dans leur re-
cherche d’emploi ainsi que leur perception des entreprises qui
recrutent», ajoute-t-on. 
Selon la même source, «l’enquête a été menée sous forme
de questionnaire publié sur internet pendant 2 semaines, avec
un échantillon de 3182 Algériens demandeurs d’emploi».
Aussi, ce sont «50% des participants qui sont en poste et en
quête active, et seulement 17% en quête passive», stipulent les
résultats.
«Nous notons que les candidats sont constamment à l’écoute
de nouvelles et/ou meilleures opportunités quelle que soit leur
situation», affirme-t-on.
En outre, 52% des répondants sont en recherche active après
plus de 3 ans dans une entreprise alors que 29% après 1 et 2
années et 19% après moins d’une année ». 
Le communiqué du site de recrutement a expliqué que « ces
résultats expliquent le taux de renouvellement du personnel
(Turnover) important est constaté dans les entreprises ».
L’enquête a prouvé que « la demande d’emploi est dominée
par les hommes qui représentent 70,2%, suivis par les femmes
à 29,8% ».
Par ailleurs, et en ce qui concerne la tranche d’âge des pos-
tulants à l’enquête, le communiqué a noté qu’« ils sont majo-
ritairement jeunes puisque 70% sont âgés de 18 à 35 ans »,
dit-on, «suivis par la tranche des 36 à 45 ans avec 21% et des
personnes de plus de 45 ans avec 9%», précise-t-on. 
Dans cette optique, les enquêteurs ont constaté que « ces
taux correspondent à la pyramide des âges en Algérie et n’est
pas spécifique au média Internet».
S’agissant des aspirations des demandeurs d’emploi, il a été
constaté que «le secteur de l’énergie et des mines reste le sec-
teur de prédilection des demandeurs d’emploi quel que soit leur
niveau».
«Situation en contradiction avec les opportunités qu’offre le
marché, où les autres secteurs recrutent bien plus que celui de
l’énergie. On retrouve ensuite tous les autres secteurs représen-
tés avec des taux variables», dit-on.
En ce qui concerne la préférence de type d’entreprise, l’en-
quête montre que «57% des participants à l’enquête souhaitent
évoluer dans des multinationales, 18% dans de grandes entre-
prises privées, 18% dans des organismes publics et seulement
8% dans les PME». 
Une tendance justifiée par les avantages qu’offrent les mul-
tinationales et les grandes entreprises. Il y a lieu de rappeler
que le site Emploitic.com est un organisme de placement des
travailleurs agrée par l’Etat et l’ANEM. Il a été crée en avril
2006, à travers le dispositif ANSEJ. Membre d’une alliance In-
ternationale «The Network» regroupant les plus importants
sites emploi dans 133 pays, Emploitic.com se positionne au-
jourd’hui comme le leader du recrutement sur Internet en Al-
gérie.
Sihem Oubraham
FOURNITURES SCOLAIRES
Les premiers achats
Si certains sont encore dans l’air
des vacances, retardées, sans doute,
par le mois du ramadhan, d’autres
ont carrément fait leur adieu à
l’évasion et le farniente, pensant
d’ores et déjà à la rentrée scolaire et
son incidence financière sur leur
budget. En effet, les yeux sont rivés,
ces jours-ci, sur cartables, blouses,
cahiers et autres fournitures sco-
laires, annonçant la fin de l’oisiveté
à la fois pour les parents et leurs ché-
rubins.
L’école est à nos portes et les pré-
paratifs pour cet événement crucial
et décisif vont bon train. Les fa-
milles tout comme les commerçants
vivent au rythme de la rentrée sco-
laire qui pointe son nez et se lancent
dans une course contre la montre
pour être au rendez-vous. Les maga-
sins et les marchés, au niveau des
différents quartiers, sont garnis de
toute «l’artillerie» scolaire, néces-
saire pour que l’année scolaire dé-
marre sur des chapeaux de roue. Les
espaces commerciaux, en fait, ne dé-
rogent pas à leur habitude, hissés
même au rang de règle générale
quand il s’agit de préparer la rentrée.
Au niveau des marchés populaires
de Bab El Oued, ou encore la place
des Martyrs et la rue commerçante
de Bab Azzoun, les étals se «spécia-
lisent» dans ce créneau, faisant le
bonheur des pères et des mères de
familles, accompagnés de leurs en-
fants ou en solo qui viennent d’Alger
et ses environs mais également de
toutes les wilayas du pays. La diver-
sité des produits proposés à la vente,
ajoutée aux prix imbattables de ces
derniers tentent même les familles
venues, de l’intérieur du pays pour
passer des vacances à Alger. Des
piles de cahiers de différents vo-
lumes, des trousses, des cartables,
sacs à dos et blouses, ainsi que des
habits sont dressés ici et là. Il faut
dire que certains jeunes chômeurs,
des jeunes et moins jeunes se lan-
cent dans se commerce lucratif qui
revient chaque année.
Les vendeurs n’hésitent pas à soi-
gner leurs devantures mais égale-
ment vanter leurs marchandises pour
convaincre le client. Mohamed, 25
ans, affirme s’adonner à ce com-
merce tous les ans et céder les arti-
cles scolaires à des prixqui sont à
portée de main, optant pour le prin-
cipe de vente basée sur la quantité
pour récupérer la différence entre de
coût des articles. Les prix proposés
en fait, au niveau de ces étals, sont
cédés à Bab El Oued, entre 25 et 30
DA, pour les cahiers de 96 pages, à
titre illustratif. Pour les cartables, il
y a lieu de préciser qu’il existe une
panoplie aux couleurs et aux formes
diverses pour 300 et 1.500 DA, en
fonction du volume, de la qualité et
du pays d’origine. Les cartables fa-
briqués localement, dont le prix
avoisine les 900 DA, sont les plus
prisés. Quant aux tabliers que ce soit
pour les filles ou les garçons leur
prix varie entre 400 et 1500 DA. Les
fournitures scolaires pèsent lourd sur
les familles, déjà écorchées par le ra-
madhan et la fête de l’Aïd El Fitr.
Une épreuve difficilement surmon-
table, notamment pour les familles
démunies à charge de plusieurs en-
fants scolarisés. Néanmoins, comme
chaque année, tout le monde arrive
à s’en sortir, la solidarité familiale ai-
dant.
Samia D.
PRÉPARATION DE LA RENTRÉE SCOLAIRE 2014-2015
Rencontre prochaine entre la ministre de l’Education
et les syndicats du secteur
I
ls seront encadrés par un peu
plus de 320.000 enseignants qui
rejoindront leurs postes le 2 sep-
tembre prochain.
Par contre l’ouverture des établis-
sements scolaires aura lieu le 31
août prochain avec la reprise du
personnel administratif qui s’occu-
pera des inscriptions scolaires et de
la préparation des emplois du temps.
Avant d’entamer toutes ces
échéances, une rencontre entre les
responsables du secteur et les parte-
naires sociaux est prévue à partir de
la semaine prochaine afin d’aborder
un certain nombre de dossiers pour
s’assurer d’une rentrée scolaire sans
grandes difficultés. Ce deuxième
round de consultations entre la pre-
mière responsable du secteur et les
représentants des travailleurs, va
s’étaler sur plusieurs jours et s’ins-
crit dans le cadre de la préparation
de la prochaine rentrée scolaire qui
passe, par la satisfaction de la plate-
forme des revendications de la cor-
poration.
Les syndicats exigent une ré-
ponse «officielle» aux revendica-
tions des travailleurs avant la rentrée
des classes. .
Il y a lieu de rappeler qu’au cours
de la rencontre de juillet dernier
entre les deux parties, les syndicats
du secteur, ont soumis leurs princi-
pales revendications à la première
responsable du secteur qui leur a de-
mandé de lui laisser du temps, pour
étudier ces dossiers, tout en leur pro-
mettant des solutions aux problèmes
exposés entre le 25 et le 30 août
courant.
Pour les syndicalistes, ces ren-
contres ont permis de présenter un
point de situation des revendications
des travailleurs du secteur et l’état
de la plateforme depuis les engage-
ments pris par la tutelle, ce à quoi la
ministre a répondu vouloir que le
secteur connaisse  «une rentrée
calme» et une année scolaire qui se
déroule dans «la stabilité». Partant
de là, les syndicats ont rétorqué que
la responsabilité était partagée et
que « les clés de la stabilité du sec-
teur sont actuellement entre les
mains des responsables du secteur».
Parmi les revendications des travail-
leurs du secteur, le traitement des
dysfonctionnements contenus dans
les statuts et l’intégration des ensei-
gnants de l’enseignement moyen et
primaire dans les nouveaux grades,
à l’instar des enseignants du secon-
daire. Les syndicats insistent par ail-
leurs, sur l’amélioration de la qualité
de la formation au sein de l’école al-
gérienne qui repose sur l’améliora-
tion des conditions de travail du
personnel de l’éducation et la réso-
lution des problèmes de la corpora-
tion liés à leur situation
socioprofessionnelle, ainsi que l’ac-
célération des travaux de construc-
tion de nouvelles infrastructures afin
d’endiguer le phénomène de la sur-
charge des classes et l’amélioration
du contenu du livre scolaire qui ne
répond toujours pas aux aspirations
des enseignants.
473 nouveaux établissements
et allégement des programmes
scolaires.
De son côté, la ministre estime
que la prochaine rentrée se dérou-
lera dans de meilleures conditions et
qu’elle travaillera davantage pour
convaincre ses partenaires sociaux à
adhérer à son projet de «rénovation
de l’école algérienne». Il y a lieu de
rappeler que sur le plan infrastruc-
turel, le secteur le secteur devrait ré-
ceptionner  249 nouveaux
établissements primaires, 99 établis-
sements moyens et 125 lycées.
Pour les responsables du secteur,
la rentrée scolaire s’inscrit dans le
cadre «du parachèvement de la mise
en œuvre du plan de développement
2010-2014 et de la poursuite du pro-
cessus de réforme du système édu-
catif». Toutes les démarches
entreprises dans ce sens visent à
«améliorer la qualité de l’enseigne-
ment et le rendement scolaire», pré-
cisent les responsables du secteur.
Ainsi la rentrée de septembre
prochaine sera marquée par l’intro-
duction de nouvelles mesures dont
le renforcement des capacités du
secteur en termes de structures d’ac-
cueil, d’encadrement pédagogique
et administratif. Les mesures pré-
voient également le renforcement
des capacités nationales pour la for-
mation des formateurs et l’amélio-
ration du service public.
Il s’agit, notamment du suivi de
l’application des dispositions rela-
tives à l’allègement du cartable sco-
laire au cycle primaire et de
l’opération  d’introduction des tra-
vaux dirigés dans les matières es-
sentielles (Langue arabe,
mathématiques, langues étrangères)
au cycle moyen outre l’adoption des
livres  scolaires de la première et de
la deuxième années primaires au
titre de l’édition 2014.
Le département Benghebrit
compte également pour la prochaine
rentrée scolaire alléger le pro-
gramme scolaire du cycle primaire,
principalement les deux premières
années, ce qui permettra à l’élève
une plus grande assimilation des
cours. Une action importante qui
s’inscrit dans le cadre des dé-
marches du ministère visant à déve-
lopper et à moderniser l’Ecole
algérienne.
Sarah Sofi
Dans moins d’un mois les élèves tous cycles confondus reprendront le chemin de l’école. Plus de 8.600.000 inscrits sont concernés cette année, soit une croissance
de 188.000 élèves qui représente un taux de plus de 2,2% par rapport à l’année précédente.
6
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 13 Août 2014
DEUXIÈME JOUR DE TRÊVE À GHAZA
À
Abou Nada Tawar, près du
point de passage d’Erez
vers Israël, les occupants
d’immeubles gravement endomma-
gés fouillaient les décombres et en
sortaient les vestiges d’un missile.
D’autres faisaient chauffer du café
avec le papier et le bois extraits des
ruines. Certains prenaient le petit-
déjeuner qu’ils avaient apporté
avec eux, au milieu de leurs meu-
bles démantelés. Dans ce spectacle
de dévastation, l’armée israélienne
et le Hamas observaient rigoureu-
sement le cessez-le-feu. Aucun tir
de roquette ou de mortier sur Israël
n’a été signalé de la bande de
Ghaza depuis son entrée en vi-
gueur. En contrepartie, l’armée is-
raélienne n’a procédé à aucune
frappe de représailles. Une fillette
d’un mois et demi, blessée par un
bombardement antérieur au cessez-
le-feu, a succombé. C’était, lundi,
la seule victime rapportée au 35
e
jour d’une guerre au cours de la-
quelle les morts se sont comptés par
dizaines quotidiennement. Au nord
de la Cisjordanie, un jeune Palesti-
nien a été tué lundi par l’explosion
d’une mine de l’armée israélienne
à Naplouse, a indiqué une source
sécuritaire palestinienne. Âgé de
17, «Mohammad Basharat a été tué
par une mine laissée par l’armée is-
raélienne sur un terrain près de Ta-
moun», a indiqué cette source, citée
par l’AFP. Les hostilités ont tué
1.940 Palestiniens depuis leur
début le 8 juillet, selon les secours
locaux. Dans la ville de Ghaza, les
habitants épuisés espéraient non
seulement que le cessez-le-feu du-
rerait, mais qu’il serait l’occasion
d’en finir enfin avec le cycle inces-
sant des guerres. «Ce n’est pas une
trêve durable que nous voulons,
c’est la paix», disait Bassma Abou
Obeid, sur le marché aux légumes
du camp de Chati.
« Des discussions
compliquées au Caire »
Une paix qui doit se décider au
Caire qui abrite des négociations
indirectes entre Palestiniens et Is-
raéliens. Après s’être entendus à
distance par l’intermédiaire des
Égyptiens sur un cessez-le-feu pro-
visoire, ils ont engagé lundi des
discussions, toujours indirectes et
toujours secrètes, pour une trêve
permanente. On ignore précisé-
ment quelles lignes rouges se tra-
cent Israël et le Hamas dans les
nouvelles discussions. À Ghaza,
Moussa Abou Marzouq, numéro
deux du bureau politique du
Hamas, a parlé de «négociations
difficiles et de fond». Israéliens et
Palestiniens ont eu, lundi, environ
dix heures de discussions «sé-
rieuses», ont dit au Caire et à
Ghaza, des responsables palesti-
niens à l’AFP. «On ne peut pas par-
ler de progrès, mais les discussions
sont sérieuses, et les Égyptiens ont
bien compris les exigences et les
droits de notre peuple qui ne cèdera
sur aucun d’eux, à commencer par
la levée du blocus», a dit l’un
d’eux. C’est là une exigence pri-
mordiale des Palestiniens : que soit
levé le blocus qu’Israël impose de-
puis 2007. La journée d’hier «de-
vait être la plus importante», a dit
un des responsables palestiniens.
«Dans les prochaines 24 heures, les
choses seront sûrement plus
claires», a abondé Youssef El-Hus-
seina, porte-parole du Jihad isla-
mique à Ghaza. «Nous avons fait
plus de la moitié du chemin, et il y
a, jusqu’à présent, des signes posi-
tifs qui laissent espérer un accord»,
a-t-il dit. Israël, pour sa part, ré-
clame la démilitarisation de la
bande de Ghaza. La délégation pa-
lestinienne oppose une fin de non-
recevoir à cette exigence, et l’a
encore fait au Caire, a indiqué une
source palestinienne sans que l’on
sache dans quelle mesure un tel
refus hypothèque le succès des dis-
cussions. Le Premier ministre is-
raélien Benjamin Netanyahu a
martelé que le rétablissement de la
sécurité d’Israël primait toute autre
considération. Fort du soutien
ultra-majoritaire de son opinion à
la guerre et avec les pressions des
faucons de son gouvernement qui
réclament d’en finir militairement
avec le Hamas, il a fait assaut d’in-
transigeance. Mais il s’est dit prêt
à voir l’Autorité palestinienne
jouer un «rôle» à l’avenir à Ghaza.
Le ministre israélien des Finances,
Yaïr Lapid, a déclaré, lundi, que
l’opération «Bordure protectrice»
ne pouvait s’achever sans l’ouver-
ture d’un «front diplomatique».
«J’ai discuté avec le Premier mi-
nistre de la tenue d’une conférence
internationale en Égypte, avec la
participation des Palestiniens, d’Is-
raël, des États-Unis, de l’Union eu-
ropéenne et de pays arabes
modérés», a indiqué le ministre à
l’AFP. Le gouvernement d’unité
nationale formé après la réconcilia-
tion Fatah-Hamas et l’Autorité pa-
lestinienne «assumeront
l’exécution de tout ce dont il aura
été convenu» en Égypte, a dit
Azzam El-Ahmed, chef de la délé-
gation palestinienne au Caire. Pour
le Hamas, les discussions sont
compliquées. Les Palestiniens ré-
clament la réouverture du point de
passage de Rafah vers l’Égypte, le
seul qu’Israël ne contrôle pas et
que Le Caire maintient fermé
presque en permanence. Les rela-
tions de l’Égypte avec le Hamas se
sont fortement dégradées depuis la
destitution de Mohamed Morsi. Pa-
rallèlement, les ministres de l’Or-
ganisation de la Coopération
islamique se réunissent hier à Jed-
dah, en Arabie saoudite, pour dis-
cuter de la situation à Ghaza.
R. I.
La bande de Ghaza connaissait hier une deuxième journée de trêve. Les Ghazaouis ont continué à retourner chez eux pour se réinstaller dans les
maisons que les bombes ou les ordres israéliens les avaient forcés à quitter, ou pour récupérer ce qui pouvait l’être dans les ruines.
L’incertitude plane toujours
Israël a violemment dénoncé hier la compo-
sition d’une commission d’enquête de l’ONU
sur les violations des lois humanitaires interna-
tionales, lors de la guerre dans la bande de
Ghaza et dans les semaines qui ont précédé. Le
Conseil des droits de l’homme a annoncé, lundi,
la création d’une commission internationale
chargée d’enquêter sur toutes les violations des
lois humanitaires internationales et des droits de
l’homme dans les Territoires palestiniens, parti-
culièrement dans la bande de Ghaza, mais aussi
à El Qods-Est depuis le 13 juin et le déclenche-
ment d’opérations israéliennes consécutives à
l’assassinat de trois jeunes Israéliens en Cisjor-
danie. Ce cycle a culminé avec la guerre à
Ghaza, débutée le 8 juillet. La commission sera
présidée par William Schabas, un universitaire
enseignant le droit international à Londres. Dans
un communiqué, le mouvement Hamas a salué,
de son côté, «la décision de former une commis-
sion d’enquête internationale sur les crimes de
guerre à Ghaza», l’appelant «à entamer au plus
vite ses travaux». Israël avait boycotté une pré-
cédente commission d’enquête nommée par le
Conseil des droits de l’homme présidée par le
juge sud-africain Richard Goldstone après l’opé-
ration «Plomb durci» de l’armée israélienne
dans la bande de Ghaza durant l’hiver 2008-
2009. Le rapport remis en septembre 2009 ac-
cusait Israël de «crimes de guerre», voire de
«crimes contre l’humanité», lors de cette offen-
sive qui avait coûté la vie à 1.440 Palestiniens.
Les dirigeants palestiniens et la Ligue arabe ont
accusé Israël de «crime de guerre».
L’Égypte propose
une conférence
des donateurs
pour Ghaza
L’Égypte a proposé d’accueil-
lir une conférence de donateurs
pour la reconstruction de la
bande de Ghaza, a indiqué hier
un responsable palestinien. «Les
Égyptiens ont proposé, il y a
quelques jours, d’accueillir une
conférence de donateurs» dans
leur station balnéaire de la mer
Rouge Charm El-Cheikh, a pré-
cisé ce responsable qui s’expri-
mait sous le couvert de
l’anonymat. «La partie palesti-
nienne n’a pas encore donné de
réponse en raison des négocia-
tions qui ont lieu actuellement au
Caire», a-t-il ajouté. Cette guerre
a causé entre 4 et 6 milliards de
dollars de dégâts au minimum
dans l’enclave surpeuplée, selon
le ministère palestinien de l’Éco-
nomie. Ce dernier avait précé-
demment évoqué une réunion
des donateurs en Norvège en
septembre. Une réunion ordi-
naire des donateurs de l’Autorité
palestinienne est prévue de
longue date le 22 septembre à
New York.
BLOCUS DE GHAZA
Une ONG turque veut lancer une nouvelle flottille
Une ONG islamique turque a annoncé,
lundi, son intention d’affréter une nouvelle flot-
tille pour tenter de briser le blocus imposé par
Israël à la bande de Ghaza, quatre ans après une
première tentative qui s’était soldée par la mort
de dix activistes turcs.
Les organisateurs de l’expédition de 2010 se
sont réunis, le week-end dernier à Istanbul, et
devaient annoncer, hier, à la presse, leur déci-
sion de renouveler l’opération, «à la lumière de
la dernière agression israélienne sur Ghaza», a
indiqué la Fondation pour l’aide humanitaire
(IHH) dans un communiqué. «La coalition de
la flottille de la liberté va à nouveau voguer vers
Ghaza pour défier le blocus israélien», a précisé
IHH, en estimant que «la complicité de la plu-
part des pays» avec l’État hébreu «impose ce
devoir à la société civile». IHH devait tenir hier
une conférence de presse à Istanbul.
VIOLATIONS DE LOIS HUMANITAIRES PAR ISRAËL
Composition d’une commission d’enquête de l’ONU
7
Mercredi 13 Août 2014
EL MOUDJAHID
Nation
Le PT poursuit sa mobilisation en faveur
du peuple et de la cause palestiniens
E
ntamée pendant l'université
d'été du parti qui s'était
tenue à Zéralda (Alger) du
18 au 21 juillet, la mobilisation ac-
tive du PT pour la cause palesti-
nienne se poursuivra par des
actions concrètes qui concerneront
"un maximum" de wilayas, a pré-
cisé à l'APS, le porte-parole du
parti. Il s'agit de l'organisation de
meetings et autres rassemblements
"en solidarité" avec la lutte du peu-
ple "frère" palestinien qui fait face
depuis plus d'un mois à une agres-
sion israélienne ayant fait près de
2.000 morts et des milliers de bles-
sés.
La capitale de l'Ouest, Oran,
devra ainsi accueillir incessam-
ment un rassemblement similaire,
réunissant les militants locaux du
PT, des membres de la section
syndicale de wilaya (UGTA) ainsi
que les sympathisants et autres dé-
fenseurs du droit du peuple pales-
tinien à la souveraineté.
"La manifestation est en train
d'être préparée par le PT et l'UGTA
et elle sera suivie d'autres dans plu-
sieurs wilayas", a ajouté M. Djoudi
qui a fait observé que les activités
du parti sont concentrées depuis le
mois dernier sur le soutien des Pa-
lestiniens et la dénonciation de
"l'injustice" face à laquelle ils sont
sauvagement confrontés depuis le
8 juillet dernier dans la bande de
Ghaza. La solidarité du PT au peu-
ple palestinien et à celui de Ghaza
en particulier, se manifestera, par
ailleurs, à travers la participation
de sa première responsable au fes-
tival de Djemila (Sétif), prévu du
15 au 20 août prochains.
A l'image de celui de Timgad
(Batna) qui vient de s'achever, la
prochaine manifestation culturelle
sera placée sous le sceau de la so-
lidarité au combat du peuple pales-
tinien, d'où également la présence
de M
me
Louisa Hanoune, a précisé
M. Djoudi. Initialement prévue
pour aborder, notamment l'actua-
lité politique interne du pays, l'uni-
versité d'été du PT avait été
réorientée sur l'évolution de la si-
tuation dans la bande de Ghaza,
conséquemment à l'agression israé-
lienne dont elle continue de faire
l'objet depuis le 8 juillet dernier.
Une déclaration sanctionnant la
rencontre avait été conjointement
adoptée avec l'UGTA, l'Organisa-
tion de l'union des syndicats afri-
cains (OUSA) et le Parti malien de
la Solidarité africaine pour la dé-
mocratie et l'indépendance
(SADI), à travers laquelle ont été
fortement exprimés le soutien aux
Palestiniens ainsi que la dénoncia-
tion des massacres perpétrés contre
les Ghazaouis. L'action a été sui-
vie, le 23 juillet, d'un rassemble-
ment initié par le PT et l'UGTA au
siège de la Centrale syndicale
ayant drainé une forte mobilisation
ouvrière en faveur de la Palestine,
puis plus récemment, d'une mani-
festation similaire dans la ville de
Annaba.
Le Parti des travailleurs (PT) poursuit sa mobilisation en faveur du peuple et de la cause palestiniens et ce, en coordination avec l'Union générale
des travailleurs algériens (UGTA), a indiqué hier à Alger, son porte-parole, Djelloul Djoudi.
Les spécialistes le confirment et
l’attestent en dépit des dénéga-
tions et des thèses erronées d’un
état israélien d’essence colonial.
Malgrè des tentatives insupportables
d’une inversion des rôles qui ne trom-
pent plus personne. Les massacres que
perpètre l’armée israélienne dans la
bande de Ghaza depuis le début du mois
de juillet, au cours d’un été de tous les
crimes, sont la preuve irréfutable qu’en-
core une fois les agresseurs sionistes ap-
pliquent une stratégie méthodique dont
les visées s’assimilent à un permis de tuer
et de dévaster cycliquement renouvelé.
Peut-on trouver un machiavélisme plus
cynique et macabre ?
Une agression meurtrière se déroule
devant le monde entier, tous les jours et
chaque nuit. La tragédie ou «La Nakba»
des Palestiniens qui ne trouve plus de
cesse alimentée de surcroît par l’arsenal
médiatique et de propagande aux ordres
pour désinformer, tromper légitimer ou
laver Israël de ses massacres et de ses
carnages. Etrange logique avec laquelle
l’entité sioniste se «drape» derrière du
voile de la victime qui subit ou se défend,
invoquant un droit à la sécurité, pour
couvrir sa fureur meurtrière. Jusqu’où ?
Jusqu’à quand ? Rien ne peut occulter le
fait qu’Israël est un état colonial, fonciè-
rement et historiquement expansionniste
et hégémonique, le peuple palestinien ex-
pulsé, déporté depuis 1948 grâce à la po-
litique du fait accompli, au travers aussi
d’une doctrine militaire et d’une Praxis
qui consiste à les spolier, les cantonner et
les ghettoïser pour cause de résistance
acharnée.
Les 1,8 million d’habitants de Ghaza
vivent dans d’atroces conditions. Le
bilan provisoire est de plus de 2.000
morts sans compter les milliers de bles-
sés, est passible de la CPI. Les familles
pleurent leurs morts. Les soldats israé-
liens ont rayé de la carte des quartiers
entiers et détruit des infrastructures es-
sentielles à la population civile (hôpitaux,
écoles, centrale électrique, dispensaires,
mosquées…
Depuis 2007, Ghaza vit sous un blocus
israélien. Avec une superficie de 360 km²
et une population de 1,8 million d’habi-
tants, Gaza dispose de la plus forte den-
sité au monde avec plus de 4.700
habitants/km².
A partir du 8 juillet 2014, Israël a
lancé l’opération «Bordure protectrice»
et bombarde les populations civiles de
Ghaza en violation flagrante et réitérée
du droit international.
L’opération «Bordure protectrice»,
avec une évidence manifeste, se situe
dans la prolongation d’une longue
d’agressions armées contre une popula-
tion sans défense. Personne n’est dupe.
Cette expédition militaire, cache en fait,
un plan de sabordage qui est destinée à
briser l’union entre le Fatah et le Hamas
qui ont formé un gouvernement d’union
nationale le 2 juin 2014, initiative saluée
par la communauté internationale, mais
rejetée forcément par Israël afin d’em-
pêcher toute naissance d’un véritable
Etat palestinien et de poursuivre ainsi la
politique de colonisation. La seule solu-
tion au conflit est d’ordre politique. Il
passe par le respect du droit internatio-
nal, c’est-à-dire l’application de la réso-
lution du Conseil de sécurité des Nations
unies n°242 du 22 novembre 1967. Seuls
le dialogue et la négociation entre les
deux parties permettront l’établissement
d’une solution pacifique qu’exigent la
raison et le bon sens. On est loin de la po-
litique de la canonnière.
M. Bouraib
La politique de la canonnière
DEUXIÈME JOUR DE TRÊVE À GHAZA
L’OCI dénonce les «crimes
de guerre» d’Israël
dans la bande de Ghaza
L’Organisation de la Coopération islamique
(OCI) a dénoncé mardi les «crimes de guerre»
d’Israël dans la bande de Ghaza et appelé à une
réunion des donateurs pour financer la recons-
truction de l’enclave palestinienne. A l’issue
d’une réunion en Arabie saoudite, la deuxième
au niveau ministériel de l’OCI sur Ghaza depuis
le 10 juillet, l’organisation a dénoncé «dans les
termes les plus vifs Israël, la force d’occupation,
pour les crimes de guerre qu’il ne cesse de com-
mettre» en Palestine. «Israël doit cesser immé-
diatement son agression contre le peuple
palestinien et endosser la responsabilité légale et
politique des crimes de guerre qui sont impres-
criptibles», a ajouté l’OCI dans un communiqué.
Dans son adresse à la réunion, le ministre saou-
dien des affaires étrangères, le prince Saoud al-
Fayçal, a vivement critiqué Israël, affirmant que
l’Etat hébreu devait «réaliser que la paix est
l’unique option pour sa survie». L’organisation
a appelé par ailleurs à la tenue d’une réunion de
donateurs pour la reconstruction de la bande de
Ghaza, où l’agression a causé entre 4 et 6 mil-
liards de dollars de dégâts, selon le ministère pa-
lestinien de l’Economie. Plus tôt, l’Egypte a
proposé d’accueillir une conférence de donateurs
pour la reconstruction de la bande de Ghaza, vic-
time d’une agression israélienne ayant fait plus
de 1.900 morts, dont des femmes et des enfants,
selon un responsable palestinien.
Israël cherche, à travers son agression
barbare, lancée il y a plus d’un mois sur la
bande de Ghaza, à «affaiblir» le mouve-
ment de résistance Hamas sur les plans mi-
litaire, économique et humain, a estimé
hier l’analyste Cherif Driss. «Israël, qui
mène depuis le 8 juillet une vaste offensive
à Ghaza faisant près de 2.000 morts pales-
tiniens, «ne veut pas éradiquer complète-
ment le Hamas, mais cherche à l’affaiblir
sur les plans militaire, économique et hu-
main», a indiqué à l’APS, M. Driss, ensei-
gnant à l’Institut des sciences politiques de
l’université d’Alger. Pour l’analyste, le
plan d’Israël «ne vise pas à anéantir le
Hamas» car, a-t-il expliqué, une telle opé-
ration prendrait beaucoup de temps alors
que l’armée d’occupation «ne peut pas
s’engager dans une opération durable».
À propos de l’exigence d’Israël de «dé-
militariser» la bande de Ghaza, le polito-
logue a estimé que l’occupant est
«intimement convaincu» que cette condi-
tion ne sera jamais acceptée par le Hamas
pour qui l’action armée «est le seul moyen»
pour peser sur les négociations indirectes
entre les parties au conflit qui se tiennent
au Caire sous l’égide de l’Égypte.
D’ailleurs, la délégation palestinienne a
déjà opposé une fin de non-recevoir à cette
exigence et l’a encore fait au Caire. La dé-
militarisation de Ghaza «laisse la porte ou-
verte à toutes les agressions», et profite à
Israël qui «peut trouver n’importe quel pré-
texte et attaquer le Hamas à tout moment»,
a encore dit M. Driss. Donc, le Hamas n’est
pas «prêt à faire cette concession» et conti-
nue d’exiger de son côté la levée du blocus
imposé à Ghaza depuis sept ans, ce qu’Is-
raël refuse, a-t-il affirmé.
Il s’agit d’une «équation complexe»,
selon l’analyste, que les médiateurs égyp-
tiens devraient prendre en compte pour
faire aboutir les négociations du Caire pour
un cessez-le-feu durable à Ghaza.
CHERIF DRISS, ENSEIGNANT À L’INSTITUT DES SCIENCES
POLITIQUES DE L’UNIVERSITÉ D’ALGER :
« Israël veut affaiblir le Hamas sur tous les plans »
L
e ministre a, entre autres, lancé
un appel aux vétérinaires afin
d’engager des campagnes d’in-
formation et de sensibilisation au sein
de la population, pour la rassurer
quant à la «bonne qualité des produits
proposés à la vente sur le marché» et
qu’ils n’ont «rien à craindre» en rai-
son que la viande et tous les autres
produits passent en premier lieu sous
contrôle avant d’être proposés à la
vente, parallèlement à la sensibilisa-
tion des éleveurs sur les «grands
risques générés par cette maladie dan-
gereuse». Ils peuvent manger la
viande sans avoir à se préoccuper pour
leur santé. Les viandes et le lait sont
stockés dans les chambres froides
pour une période de 48h à 72h avant
d’être mis sur le marché. Ce qui tue le
virus.
«La maladie est extrêmement
contagieuse et se caractérise par l’ap-
parition d’aphtes et d’érosions sur les
muqueuses buccales, nasales, ainsi
que sur les onglons», explique le pre-
mier responsable du secteur qui a sou-
ligné qu’«il s’agit d’une maladie
virale strictement animale ; très dan-
gereuse pour les ruminants, elle peut
occasionner des pertes importantes sur
le cheptel. Cependant, elle ne se trans-
met pas à l’homme». Dont acte.
Il y a lieu de signaler, dans ce
contexte, que la carcasse du bovin at-
teint par cette fièvre, à qui l’on extirpe
la tête et les pattes, et sa viande peu-
vent être consommées sans aucun
risque pour la santé du consommateur.
Pour la question de la hausse des
prix qui revient à chaque fois, le mi-
nistre a tenu une autre fois à rassurer
le consommateur qu’il n’y aura aucun
impact sur le prix de la viande, tant
que l’offre et la demande ne change-
ront pas.
Les seules pertes qui peuvent avoir
lieu concernent, de ce fait, le cheptel
dans le cas où la maladie n’est pas
confinée. «Si le virus se répand de
façon plus importante, il sera difficile
de reconstituer le cheptel abattu, et le
préjudice économique sera énorme»,
dit-il.
«Pour l’heure, on n’en est pas là,
a-t-il tempéré, en ajoutant que «plus
on active à l’éradication de cette ma-
ladie, mieux ça sera, mais, dans le cas
contraire, le phénomène prendra en-
core plus d’ampleur et la situation
s’aggravera de plus en plus et sera à
ce moment non maîtrisable», précise-
t-il encore.
«La gravité de la situation causera,
à ce moment, des pertes à l’économie
nationale. Donc, il faut déployer des
efforts dans le sens d’une collabora-
tion étroite et efficace de tous pour
cerner et mettre fin à ce danger qui
nous guette», note le ministre, en lan-
çant un appel à tous les concernés
pour assurer la maîtrise de la situa-
tion. 
«Nous sommes tous concernés, et
il faut qu’on soit tous mobilisés,
hommes, femmes toute fonctions
confondues, notamment tous les ca-
dres de tous les secteurs pour éliminer
cette maladie et en sortir avec moins
de dégâts.»
Compte tenu de la gravité de cette
maladie et dans le cadre des mesures
préventives, M. Nouri a encore rap-
pelé qu’il est demandé à l’ensemble
des éleveurs et des agriculteurs d’in-
former les autorités concernées, no-
tamment les services vétérinaires les
plus proches, de toute apparition de
cas suspect, à l’effet de prendre les
mesures qui s’imposent.
Les éleveurs ayant subi des pertes
suite à la maladie de la fièvre aphteuse
seront indemnisés, même s’ils n’ont
pas contacté de police d’assurance.
Entre autres, un dispositif technique et
financier sera mis en place pour leur
permettre de relancer leurs activités.
Pour ce qui est du vaccin, le pre-
mier responsable du secteur a précisé
que les campagnes de vaccination «se
poursuivront», et ce malgré «l’insuf-
fisance» du vaccin qui va être acquis,
dit-il, dans les prochains jours à venir
avec une quantité de plus d’un million
de doses qui vont être livrées par
quota.
Kafia Ait Allouache 
8
EL MOUDJAHID
Nation
Mercredi 13 Août 2014
La commission de wilaya de lutte contre la
fièvre aphteuse de Tiaret a préconisé des
poursuites judiciaires à l’encontre des per-
sonnes impliquées dans l’abattage et le
transport non autorisés du cheptel, a-t-on
appris hier de l’inspecteur vétérinaire de la
wilaya. Les poursuites judiciaires touche-
ront ceux qui sont reconnus coupables de
transport non autorisé du cuir et du lait et
l’abandon des cadavres de bestiaux dans la
nature. La mesure concernera également les
éleveurs qui ne signaleraient pas les cas
d’atteinte de la fièvre aphteuse et seront pri-
vés d’indemnisations, a précisé le même
responsable. Pour rappel, la wilaya de Tia-
ret a pris une série de mesures préventives
pour endiguer les risques d’apparition de
cas de fièvre aphteuse. Jeudi dernier, une
opération de vaccination du cheptel contre
cette zoonose a été lancée, touchant des ex-
ploitations situées à la frontière de la wi-
laya, ainsi que des exploitations n’ayant pas
été touchées par la campagne écoulée de
vaccination.
COMITÉ D’ÉTHIQUE DE L’OMS
L’emploi de traitements non homologués approuvé
Le comité d'experts réuni lundi par l'OMS a
approuvé l'emploi de traitements non homolo-
gués dans la lutte contre la fièvre hémorragique
Ebola, a indiqué, hier, un communiqué de l'Or-
ganisation mondiale de la santé.
"Devant les circonstances de l'épidémie et
sous réserve que certaines conditions soient
remplies, le comité a abouti au consensus esti-
mant qu'il est éthique d'offrir des traitements
non homologués dont l'efficacité n'est pas en-
core connue, ainsi que les effets secondaires,
comme traitement potentiel ou à titre préventif",
explique l'OMS. Le comité a défini comme
conditions d'emploi de ces traitements, "une
transparence absolue quant aux soins, un
consentement informé, la liberté de choix, la
confidentialité, le respect des personnes, la pré-
servation de la dignité et l'implication des com-
munautés".
Les experts se réfèrent à "l'obligation morale
de collecter et de partager les données sur la sé-
curité et l'efficacité de ces interventions" qui
doivent faire l'objet d'une évaluation constante
en vue de leur utilisation future.
1.013 morts en Afrique de l’Ouest
La fièvre hémorragique Ebola, qui sévit en
Afrique de l'Ouest, a franchi la barre des 1.000
morts, avec 1.013 décès et 1.848 cas dénombrés
(confirmés, suspects et probables), selon le der-
nier bilan de l'OMS, lundi soir. Avant même
l'annonce de l'approbation de l'OMS, les États-
Unis avaient promis l'envoi au Liberia, l'un des
pays les plus touchés par l'épidémie, d'un
sérum expérimental, disponible en très faibles
quantités, pour traiter les médecins libériens ac-
tuellement infectés.
Ce sérum a été utilisé avec des premiers ré-
sultats positifs sur deux soignants de nationalité
américaine rapatriés aux États-Unis. Le Liberia
en avait fait la demande, et sa présidente, Ellen
Johnson Sirleaf, en a annoncé, lundi, l'envoi
dans le courant de la semaine.
«L
e contrôle sanitaire au ni-
veau des frontières de-
meure l'une des mesures
préventives nécessaires pour faire face
au virus Ebola», indiquent les respon-
sables du ministère de la Santé, de la
Population et de la Réforme hospita-
lière. Aussi, même si l'Algérie n'est pas
susceptible d'être atteinte par ce virus,
la commission d'experts du ministère
en virologie et maladies infectieuses
installée depuis avril dernier travaille
en permanence pour l’évaluation quo-
tidienne de l’épidémie et l’analyse de
la situation. Son rôle consiste égale-
ment à l’évaluation du risque de pro-
pagation de ce virus en Algérie, qui
reste «très minime», selon les respon-
sables concernés.
Des mesures de prévention contre
cette épidémie ont été prises également
par les services sanitaires de la wilaya
de Tamanrasset, notamment au niveau
des régions frontalières. S’inscrivant
dans le cadre de la mise en œuvre du
dispositif de dépistage et de diagnostic
précoce élaboré par le ministère de la
Santé, «ce dispositif de prévention a
été réanimé immédiatement après sa
propagation dans certains pays afri-
cains, par la mobilisation des staffs
médicaux au niveau des régions fron-
talières», a précisé le directeur par in-
térim du secteur, Mohamed Bika.
«Ces équipes médicales sont com-
posées de quatre médecins exerçant à
Tin-Zaouatine, et trois autres à In-
Guezzam, pour assurer la couverture
sanitaire dans ces localités frontalières,
outre la mise en place d’un poste de
contrôle sanitaire à l’aéroport de Ta-
manrasset», a-t-il ajouté.
«L'opération de prévention
consiste également en la sensibilisa-
tion des habitants issus des localités
frontalières et des voyageurs vers des
pays africains sur les risques de cette
maladie contagieuse», a encore fait sa-
voir, ce responsable, tout en assurant
qu’«aucun cas de fièvre Ebola n’a été
enregistré à ce jour au niveau des fron-
tières et à travers la wilaya de Taman-
rasset».
Sur un autre plan, la Direction de
la santé et de la population (DSP) a
mis en place, un dispositif de préven-
tion à destination des habitants de la
wilaya d’Oran. Une ville qui continue
de recevoir un nombre important de
ressortissants subsahariens.
Toute personne sollicitant un mé-
decin et présentant des symptômes de
fièvre, douleurs musculaires intenses,
diarrhées, éruptions cutanées, hémor-
ragies… doit être immédiatement si-
gnalée et envoyée vers un «service de
référence», précisent les responsables
du secteur. Ces derniers indiquent
qu’une équipe est déployée au niveau
de l’aéroport Ahmed Ben-Bella, et que
les mêmes précautions sont prises au
niveau du port d’Oran où un service de
contrôle sanitaire a été mis en place,
pour éviter toute mauvaise surprise.
Toujours selon ces responsables,
«l'Algérie suit quotidiennement les
orientations et alertes de l'Organisation
mondiale de la santé (OMS)» qui a
lancé, vendredi dernier, une alerte
mondiale en décrétant un état d’ur-
gence sanitaire planétaire contre le
virus tueur. Cette organisation a an-
noncé que depuis le début de l’année,
l’épidémie a fait près de 1.000 décès et
continue de progresser avec désormais
quatre foyers en Afrique de l’Ouest. Il
s’agit de la Guinée, du Liberia, de la
Sierra Leone et du Nigeria.
Cette organisation a indiqué qu'elle
«aide les autorités des pays touchés par
l’épidémie à riposter contre une flam-
bée de maladie à virus Ebola (appelée
auparavant fièvre hémorragique à
virus Ebola, ndlr)», qui risque de de-
venir une pandémie et dont le seul re-
mède qui existe à ce jour à travers le
monde demeure la prévention en évi-
tant à tous prix le contact avec le por-
teur du virus de la maladie. Cela, dit
mieux vaut prévenir que guérir.
Sarah Sofi
Le cheptel ovin et caprin est,
jusqu’à présent, épargné par le virus
de la fièvre aphteuse dans la wilaya
de Bouira, où 340 têtes bovines at-
teintes de cette maladie ont été abat-
tues, ces derniers jours, a indiqué,
hier, le directeur des services agri-
coles (DSA), Rachid Morsli. "Nous
n’avons découvert aucun cas de
cette épidémie chez le cheptel ovin
et caprin à Bouira, donc il est épar-
gné jusqu’à présent par le virus", a
assuré à l’APS, M. Morsli, expli-
quant que "cela est dû notamment
aux mesures de prévention prises
par les éleveurs des régions agropas-
torales". Selon les explications four-
nies par le responsable, les éleveurs
de ces régions protègent leur cheptel
ovin et caprin qu’ils nourrissent
dans des bergeries bien désinfectées
pour éviter toute contamination du
virus. Depuis l’apparition de cette
dangereuse épidémie à Bouira, 340
têtes bovines, atteintes du virus, ont
été abattues à travers les différentes
communes touchées par le virus,
selon les dernières statistiques four-
nies par le responsable. "Nous avons
enregistré 16 foyers de la fièvre aph-
teuse dans toute la wilaya", a-t-il
précisé. Auparavant, M. Morsli a
fait savoir que "plus de 30.000 têtes
bovines avaient été vaccinées contre
la fièvre aphteuse depuis le lance-
ment, en mars dernier, d’une vaste
campagne de prévention contre le
virus". "Cette campagne se poursuit
toujours pour empêcher la propaga-
tion de la maladie dans toute la wi-
laya", a-t-il ajouté.
TIARET
Poursuites judiciaires contre les personnes coupables
d’abattage et de transport non autorisés du cheptel
Un vaccin préventif contre le
virus Ebola mis au point par le labo-
ratoire britannique GSK pourrait
faire l’objet d’essais cliniques dès le
mois de septembre prochain, et si
ceux-ci sont concluants, il pourra
être disponible courant 2015, a indi-
qué, samedi dernier, Jean-Marie
Okwo Bélé, directeur du départe-
ment des vaccins et immunisation de
l’OMS. «On cible le mois de sep-
tembre pour commencer les essais
cliniques, d’abord aux États-Unis et
certainement dans un pays africain»,
a précisé Jean-Marie Okwo Bélé.
Pour l’instant, il n’existe aucun
traitement spécifique sur le marché
permettant de traiter ou de prévenir
la fièvre hémorragique Ebola. Selon
des sources médicales, plusieurs
vaccins en sont au stade des essais,
tandis qu’un traitement prometteur,
le ZMapp, vient pour la première
fois d’être testé sur des Américains
infectés en Afrique.
S. S.
Un vaccin pour 2015 ?
VIRUS EBOLA
Le ministère de la Santé table sur la vigilance
BOUIRA
Le cheptel ovin et caprin épargné par le virus
FIÈVRE APHTEUSE
« La contribution de tous est nécessaire
pour éradiquer la maladie »
«La consommation de viande et de lait de vache ne présente aucun risque sur la santé des citoyens», a confirmé, récemment, le ministre de l’Agriculture et du
développement rural, Abdelouahab Nouri, pour rassurer les consommateurs préoccupés par la propagation de la fièvre aphteuse chez les bovins dans de nombreuses
wilayas, dont le nombre s’est élevé à 19 après l’arrivée de cette épizootie dimanche dans la wilaya de Mila.
S
elon Benabdallah Rachid,
chef de bureau et de lutte
contre les feux de forêt, au
niveau de la Direction générale des
forêts (DGF), 4.496 ha de forêts
sont partis en fumée, contre 2.383
ha de maquis.
En outre, on compte 3.098 ha de
broussaille et 905 ha végétation
agricole qui ont été détruites. Il faut
savoir que pour la seule journée
d’hier, pas moins de 58 incendies
ont été déclarés dans 14 wilayas. Il
s’agit des wilayas d’Aïn Témou-
chent (avec 1 foyer d’incendie),
Batna (2), Béjaïa (6), Blida (3),
Bouira (3), El-Tarf (4), Jijel (5),
Oran (2), Sidi Bel-Abbès (6),
Skikda (3), Souk Ahras (16), Ti-
pasa (2), Tissemsilt (2) et Tizi
Ouzou (3).
À l’heure où nous mettons sous
presse, les sapeurs-pompiers s’af-
fairaient à lutter contre les flammes
causées par 21 incendies survenus
au niveau de 10 wilayas, indique le
lieutenant Nassim Bernaoui de la
cellule de la communication de la
DG de la Protection civile.
Il faut dire que la canicule et les
vents soutenus sont des facteurs fa-
vorables au déclenchement d’in-
cendies. Pour éteindre le feu, la
Protection civile a mis en place,
outre les moyens quotidiens au ni-
veau de ses unités, des colonnes
mobiles. En fait, 22 colonnes mo-
biles ont été dépêchées, le 1
er
juillet
dernier, au niveau de 22 wilayas du
pays. Chaque colonne mobile est
composée de 60 éléments (entre
agents et officiers) et dotée de ma-
tériel spécifique dans la lutte contre
les feux de forêts.
Par ailleurs, le dispositif d’inter-
vention mis en place par la DGF
regroupe 472 comités de daïra,
1.312 comités communaux et
2.043 comités de riverains. Les bri-
gades mobiles de la DGF sont au
nombre de 508 avec un effectif de
2.491 personnes. Ces brigades mo-
biles effectuent les premières inter-
ventions. Sont également en alerte,
les éléments au niveau des postes
de vigie et pas moins de 1.800
chantiers d’intervention des forêts
avec un effectif global de 38.000
travailleurs. La DGF dispose de
2.588 points d’eau et de 18 ca-
mions ravitailleurs d’eau.
En communiquant les chiffres
afférents aux feux de forêts à El
Moudjahid, M. Benabdallah Ra-
chid a insisté sur le fait que dans
nombre de cas, on enregistre 50 à
60% de reprise de végétation, l’an-
née qui suit l’incendie. Cependant,
relève cette même source, «un in-
cendie qui se produit 3 fois de suite
en un même endroit dans une forêt
va la faire disparaitre totalement !»
Certes, la température est un
facteur essentiel favorisant la pro-
pagation du feu — le nombre d’in-
cendies de forêts était beaucoup
moins important, avant l’arrivée de
la canicule en fin juillet, explique
le lieutenant Bernaoui — mais si
l’on revenait aux causes qui sont à
l’origine de ces incendies, le fac-
teur humain y est pour beaucoup,
s’accordent à dire les connaisseurs
du terrain. En effet, l’insouciance
et le manque de civisme de certains
sont à l’origine de nombreux in-
cendies de forêt. Or, la forêt appar-
tient à tout le monde. Ensemble,
protégeons-là !
Soraya Guemmouri
Le Commandement de la Gen-
darmerie nationale mobilise, durant
cette période estivale, une vingtaine
d’hélicoptères pour survoler des
massifs forestiers afin de contrôler
ce patrimoine et de prévenir les in-
cendies, a-t-on appris, hier à Aïn
Témouchent, auprès du chef de ser-
vice communication du Comman-
dement de ce corps de sécurité. Ins-
crite dans la cadre d’une
convention, signée le 12 mai dernier
entre le Commandement de la GN
et la Direction générale des forêts,
cette opération vise a contrôler le
patrimoine forestier national, no-
tamment dans le Nord et les Hauts
plateaux, a indiqué, à l’APS, le lieu-
tenant-colonel Abdelhamid Ker-
roud, en marge d’une visite guidée
au profit des journalistes. L’utilisa-
tion de cette flotte aéronautique de
la GN a pour but de ratisser les dif-
férentes zones forestières pour pré-
venir les départs de feux et d’éviter
toute propagation des flammes en
cas d’incendie, a-t-il souligné. Cette
convention comprend, entre autres,
l’échange d’informations, la forma-
tion commune et la coordination
opérationnelle entre les unités des
deux parties, pour protéger le patri-
moine forestier national, a encore
ajouté le lieutenant-colonel Ker-
roud. L’opération a été intégrée
dans le cadre du «Plan Delphine»,
d’autant plus que cette même flotte
est mobilisée pour les missions de
contrôle des axes routiers et de la
fluidité de la circulation.
D
es estivants continuaient de se
rendre en grand nombre hier
aux docks de la Pêcherie d'Al-
ger pour une virée en mer à bord du
Captain Morgan, un ferry italien af-
frété par l'ENTMV pour le transport
maritime de voyageurs dans la wilaya
d'Alger.
Depuis son inauguration officielle
le 4 août, cette ligne-pilote de trans-
port maritime urbain a enregistré une
affluence de voyageurs qui dépasse
largement les capacités du Capitaine
Morgan, qui ne peut déplacer plus de
300 personnes à la fois de la Pêcherie
à El-Djamila (Aïn Benian), à l'ouest
d'Alger. ''Même si le prix subven-
tionné du ticket (50 DA par personne,
ndlr) y est pour quelque chose, il n'en
demeure pas moins que la principale
motivation des voyageurs est de mon-
ter sur un bateau et d'effectuer une
traversée, pour la première fois de
leur vie, ce qui constitue pour eux une
inoubliable expérience'', estime un
vieux près du quai. À la Pêcherie
d'Alger, le décor était, mardi, le
même depuis une semaine : sous une
grande tente, les voyageurs, des fa-
milles dans leur majorité, attendaient
patiemment le départ (du ferry) de
14h, au moment où des dizaines de
personnes faisaient la queue devant le
guichet (fermé) de vente de billets.
Pour afficher leur déception de ne pas
pouvoir monter tout de suite à bord
du Capitaine Morgan, plusieurs per-
sonnes ont dit ne pas comprendre
pourquoi utiliser un seul bateau, af-
frété chez un armateur italien. Les
agents de sécurité de la gare, qui re-
çoivent habituellement ces critiques,
leur conseillent de choisir le départ du
lendemain à 8h. "C'est le meilleurs
moment de voyager tranquillement et
d'échapper aux bousculades et aux
longues attentes", assurent-ils.
La grande affluence des voya-
geurs vers cette ligne-pilote de trans-
port maritime a amené l'ENTMV, qui
l'exploite, à revoir la programmation
des navettes, réduites à quatre quoti-
diennement au lieu de cinq au départ.
"À son inauguration, la ligne devait
fonctionner avec cinq navettes quoti-
diennes, excepté le dimanche (jour de
repos de l'équipage italien). Le bateau
affrété devait faire des escales de 30
minutes et des traversées de 40 mi-
nutes. Mais l'affluence des gens et les
débordements ont fait que les escales
prennent plus de temps que prévu", a
indiqué, hier à l'APS, le directeur
commercial par intérim de l'ENTMV,
Mahdab Mohamed Fethy. Au lieu de
trente minutes, l'embarquement et le
débarquement des passagers, à la Pê-
cherie et à El-Djemila, durent parfois
jusqu'à une heure à chaque traversée,
et l'opération se complique davantage
avec le refus de plusieurs voyageurs
de débarquer, cherchant à s'offrir gra-
tuitement une autre traversée, a-t-on
constaté.
L'équipage du Capitaine Morgan
n'a pas tardé à se plaindre : "dans le
contrat d'affrètement du bateau, ils
sont censés travailler huit heures par
jour, mais les 5 et les 7 août, ils sont
rentrés à leur hôtel à minuit", selon
M. Mahdab. Depuis vendredi 8 août
et jusqu'au 7 septembre, quatre tra-
versées sont donc quotidiennement
organisées avec un premier départ à
8h0 de la Pêcherie et à 9h15 d'El-Dja-
mila, tandis que le dernier voyage
commence à 17h15 au port d'Alger
et à 18h30 à Aïn Benian, précise-t-il.
Pour autant, l'ENTMV ne s'attend pas
à une baisse de la pression avant la
rentrée scolaire prévue le 7 septem-
bre, qui coïncide avec la clôture du
programme estival de l'exploitation
du Capitaine Morgan, affrété pour
trois mois (août-octobre), avec possi-
bilité de prorogation de deux mois
supplémentaires.
"La plupart des voyageurs utili-
sent actuellement cette ligne de trans-
port à titre de loisirs. On suppose que
la fréquentation baissera avec la ren-
trée scolaire et que la clientèle chan-
gera probablement de nature", a
expliqué M. Mahdab.
Du 8 septembre au 25 octobre,
avec possibilité de prorogation
jusqu'en décembre, l'exploitant va,
selon lui, lancer un autre programme
de navettes destiné en priorité aux
gens qui résident à Aïn Benian et qui
travaillent à Alger-Centre et ses en-
virons. "L'idée du programme est de
permettre à cette catégorie de voya-
geurs d'arriver à temps à leur lieu de
travail. Les premiers départs se feront
à Aïn Benian. Nous sommes donc en
train d'étudier les nouveaux horaires",
a-t-il dit. Le Capitaine Morgan conti-
nuera ses navettes entre Aïn Benian
et le port d'Alger, en longeant les
communes de Hammamet, Raïs Ha-
midou, Bologhine, Bab El-Oued et
La Casbah, en attendant l'acquisition
par l'ENTMV de "4 à 5" bateaux,
avait annoncé le ministre des Trans-
ports Amar Ghoul, lors de l'inaugura-
tion de cette ligne, qui sera étendue
à Tamentfoust, à l'est d'Alger, puis à
Tipasa et à Boumerdès, avant sa gé-
néralisation à tout le littoral algérien.
9
EL MOUDJAHID
Nation
FORÊTS, MAQUIS, BROUSSAILLE ET VÉGÉTATION AGRICOLE
Plus de 10.000 hectares parcourus par le feu
Les températures caniculaires aidant, les feux de forêt reprennent de plus belle, ces derniers jours, à travers plusieurs wilayas du pays.
Pas moins de 10.882 hectares ont été, en effet, parcourus par le feu, dans les forêts, maquis, broussaille et végétation agricole,
durant la période allant du 1
er
juin au 6 août.
Mercredi 13 Août 2014
TISSEMSILT
Un véhicule
se renverse :
deux morts
et un blessé
Deux personnes
sont mortes et une
autre a été grièvement
blessée dans un acci-
dent de la circulation
survenu hier matin
dans la wilaya de Tis-
semsilt, a-t-on appris
auprès de la Protec-
tion civile.
Selon cette source,
l’accident s’est pro-
duit sur le chemin de
wilaya n°17 reliant
Tissemsilt à Boukara
(Tiaret) lorsqu’un vé-
hicule touristique s’est
renversé. Les passa-
gers s’y trouvant sont
membres d’une même
famille. Deux d’entre
eux, âgés respective-
ment de 28 et 50 ans,
ont trouvé la mort sur
place.
Le troisième, griè-
vement blessé, a été
pris en charge au ni-
veau des UMC de
l’EPH de Tissemsilt.
Les services de la
Gendarmerie natio-
nale ont ouvert une
enquête sur les cir-
constances de cet ac-
cident.
RUÉE DES ESTIVANTS SUR LE FERRY ALGER-EL-DJEMILA
Le littoral sans les embouteillages
EL-TARF
60 foyers enregistrés depuis le début de juin
Une superficie forestière de 77 hectares a été détruite par 60 foyers d’in-
cendie enregistrés depuis le début du mois de juin dernier dans la wilaya
d’El-Tarf, a indiqué, hier, la conservation locale des services des forêts.
Selon Mohamed Teyar, conservateur des forêts d’El-Tarf, 12 communes
ont été touchées par ces sinistres qui ont ravagé 35 hectares de forêts de
chêne-liège et d’eucalyptus, et 42 hectares de maquis et broussailles. Il
s’agit des communes de Hammam Beni Salah, El-Ayoune, Aïn El-Assel,
El-Tarf, El-Kala, Boutheldja, Aïn Kerma, Zitouna, Asfour, Bougous, Bou-
hadjar et Berrihane.
GUELMA
373 incendies
durant le mois de juillet
Les 373 incendies enregistrés
durant le mois de juillet dernier
dans la wilaya de Guelma ont
provoqué la destruction de 123
ha de céréales et de 719 arbres
fruitiers, a-t-on appris hier au-
près de la Protection civile.
Pas moins de 205 incendies re-
censés durant cette période ont
ravagé 123 ha de récoltes céréa-
lières, dont 98 ha de blé dur, 20
ha d’orge, 5 ha de blé tendre, en
plus de 16 sacs de blé dur, a pré-
cisé la cellule de l’information
et de la communication au sein
de ce corps constitué.
Des hélicoptères de la gendarmerie pour surveiller les massifs forestiers
11
Mercredi 13 Août 2014
EL MOUDJAHID
Economie
El Moudjahid/Pub
ANEP 139061 du 13/08/2014
Publicité
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
N°133/2014/A1
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de :
Travaux de réfection en TCE pour divers blocs à HAMMAM RIGHA /AIN DEFLA.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sis à : Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars algériens (5
000.00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte Nº51/730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de
la Trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société,
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles
(catégorie 01 et plus) entreprise en Tout Corps d’Etat,
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être scindées
en deux (02) parties :
1 - Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - Une offre financière-commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges.
Les offres (technique et financière) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli
cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances / Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº133/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant la date limite
de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours égale à celle
de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
Une prévision de croissance de 4%
pour l’année 2015 « Une reprise mondiale
lente mais régulière » est confirmée par le
FMI qui souligne, toutefois, la nécessité
d’ « un soutien vigoureux des pouvoirs pu-
blics » pour consolider le développement
économique.
La récente analyse du contexte interna-
tional, le FMI a prévu une croissance éco-
nomique mondiale de 3,4 % pour 2014,
soit un recul de 0,3 point par rapport à ses
projections d’avril, mais maintient le seuil
de ses prévisions de croissance à 4% pour
l’année 2015. Cette révision à la baisse est
imputable « à des facteurs ponctuels, mais
aussi au ralentissement de la demande dans
les pays émergents  ». Cependant, «  les
risques immédiats » qui interfèrent dans les
économies mondiales sont inhérents « aux
tensions géopolitiques et au regain de vo-
latilité des marchés financiers », estiment
les experts du FMI. Dans sa dernière mise
à jour des perspectives de l’économie mon-
diale, le FMI précise « que la reprise éco-
nomique a continué, mais à un rythme
irrégulier et que des aléas négatifs subsis-
tent  ». Selon lui, le ralentissement du
rythme de la croissance mondiale  « a été
plus marqué que prévu au premier trimes-
tre de 2014 », et que son niveau devrait re-
prendre «  à mesure que les contraintes
temporaires s’atténueront et que les me-
sures prises récemment pour soutenir la
croissance commenceront à produire leurs
effets ». Les nouvelles projections, la crois-
sance mondiale passera de 3,2 en 2013 à
3,4% en 2014 pour se fixer à 4,0% en
2015. Des prévisions sont en retrait de 0,3
point pour 2014 par rapport à celles d’avril
sachant que pour 2015, les prévisions res-
tent les mêmes par rapport à avril. Les chif-
fres du FMI révèlent « une accélération de
la croissance dans les pays avancés, qui
passerait de 1,3% en 2013 à 1,8% en 2014
puis à 2,4% en 2015 ».
« Dans les pays émergents et les pays
en développement, la croissance écono-
mique devrait fléchir pour s’établir à 4,6%
en 2014, contre 4,7% en 2013, avant de
s’accélérer et d’atteindre 5,2% en 2015
grâce à la vigueur des exportations », indi-
quent l’analyse. Selon les experts, «  les
aléas négatifs persistent  » alors que les
risques liés aux tensions géopolitiques se
sont accentués ». Des facteurs qui influe-
ront sur le cours de la croissance écono-
mique mondiale, à moyen terme. Dans ce
contexte, le FMI fait état de la « volatilité
des marchés financiers pourrait s’aggraver
sous l’effet de l’inversion des flux de capi-
taux et de l’augmentation des primes de
risque provoquées par le désintérêt crois-
sant des investisseurs ou une hausse plus
forte que prévu des taux à long terme aux
États-Unis ». Au même registre, il est re-
levé « une période prolongée de croissance
inférieure à la normale » du fait « de l’in-
suffisance de la demande dans les pays
avancés », ou encore « des effets sur les
pays émergents des conditions défavora-
bles sur les marchés financiers ». Le FMI
prévoit, dans le même ordre d’idées, que
« certains pays pourraient aussi souffrir de
la faiblesse persistance de l’investisse-
ment ».
D. Akila
PERSPECTIVES DE L’ÉCONOMIE MONDIALE
« Les aléas négatifs persistent », selon les prévisions du FMI
AUSTRALIE
Des usagers
poursuivent
leurs banques
pour pénalités
excessives
Des usagers australiens ont
saisi la justice, hier, contre plu-
sieurs banques en contestant les
pénalités « exorbitantes » qui
leurs ont été infligées pour rem-
boursement tardif de paiements
réalisés avec leurs cartes de cré-
dit. En leur nom, des avocats ont
saisi la Cour suprême de l’Etat
de Nouvelle-Galles du Sud
contre Westpac, Citibank, St.
George, BankSA et ANZ.
La procédure pourrait être élar-
gie et impliquer American Ex-
press, Commonwealth Bank,
National Australia Bank et
BankWest, a précisé l’avocat
Andrew Watson en évoquant
une « action en justice collective
énorme ».
En février, la Cour fédérale
d’Australie, saisie par 43.500
usagers, leur a partiellement
donné raison en estimant que les
frais prélevés pour retard de
paiement étaient excessifs.
Elle fixait à 35 cents australiens
(0,24 euro) par dossier le coût
moyen de ces retards pour une
banque alors que les pénalités
peuvent atteindre 20 dollars
AUD (14 euros) en fonction des
établissements. Le tribunal a or-
donné le remboursement aux
clients de ces pénalités, mais la
banque a interjeté l’appel.
L
es industriels de la filière, tou-
chés par cette enquête d'opi-
nion, prévoient de "bonnes
perspectives pour les IAA" pour les
mois prochains. Ils s’attendent à une
hausse de l'activité, de la demande
avec une stabilité des prix de vente
et des effectifs, ainsi qu'à une bonne
perspective de leur trésorerie.
Plus de 60% des enquêtés ont utilisé
leurs capacités de production à plus
de 75% durant les trois premiers
mois de 2014, selon les résultats de
l'enquête.
La majorité des chefs d'entreprise
ont relevé que le degré de satisfac-
tion des commandes de matières
premières a été égal aux besoins ex-
primés, alors que près de 30% des
patrons ont déclaré avoir enregistré
des ruptures de stocks engendrant
des arrêts de travail, mais inférieurs
à 10 jours. Par ailleurs, l'enquête re-
lève que plus de 60% des entreprises
de la filière des IAA ont enregistré
des arrêts de travail à cause de
pannes d'électricité, mais inférieurs
à 12 jours pour l'ensemble des
concernés et plus de 30% ont déclaré
être insuffisamment approvisionnés
en eau. Avec la stabilité des prix, la
demande en produits fabriqués a
augmenté selon l'ensemble des en-
quêtés, la majorité ayant déclaré
avoir satisfait toutes les commandes
reçues et ils leur subsistent des
stocks de produits fabriqués.
La trésorerie des entreprises de
cette filiale a été jugée "bonne" pour
plus de la moitié des concernés par
l'enquête et reste "normale" selon
plus de 40% d’entre eux.
Par ailleurs, la même enquête re-
lève que plus de 35% des chefs d'en-
treprises ont recouru à des crédits
bancaires, et seulement 2% des
concernés ont eu des difficultés à les
contracter. De janvier à mars dernier,
l'effectif de la filière est resté stable,
selon l'enquête qui a précise que près
de 60% des enquêtés ont déclaré que
le niveau de qualification du person-
nel est insuffisant et plus de la moi-
tié ont trouvé des difficultés à
recruter notamment le personnel
d'exécution.
En raison, essentiellement de la
vétusté et des problèmes de mainte-
nance, plus de 60% des industriels
ont déclaré avoir enregistré des
pannes d'équipement durant les trois
premiers mois de 2014, menant à
des arrêts de travail inférieurs à 13
jours. Plus de 90% ont déclaré pou-
voir produire davantage avec un re-
nouvellement des équipements et
sans embauche supplémentaire de
personnel.
AGROALIMENTAIRE
Les chefs d’entreprise prévoient
de « bonnes perspectives »
L'activité dans les industries agroalimentaires (IAA) a poursuivi sa hausse au 1
er
trimestre 2014 et devrait se poursuivre durant les prochains mois de l'année,
selon les chefs d'entreprises du secteur qui prévoient de "bonnes perspectives pour la filière", relève une enquête de l'Office national des statistiques.
2.290 femmes au foyer de la wilaya
de Tissemsilt ont bénéficié, à la fin du
premier semestre de l’année en cours, de
micro-crédits de la part de l’Agence na-
tionale de gestion du micro-crédit
(Angem), a indiqué, hier, le directeur de
son antenne. Ces crédits, d’un montant
de 40.000 à 100.000 dinars, permettent
d’acquérir de la matière première néces-
saire aux activités artisanales et agri-
coles comme la couture, broderie,
tissage, fabrication de gâteaux tradition-
nels et d’élevage. Les bénéficiaires de
ces crédits résident, pour la plus part,
dans des communes rurales telles Ouled
Bessam, Tamlahat, Lardjam, Bordj Emir
Abdelkader, Maasim et Sidi Lantri.
S’agissant de la formule de financement
triangulaire qui concerne l’achat d’équipements
dont le crédit atteint 1 million de dinars, 283
projets ont été financés durant la même période
permettant de créer 566 postes d’emploi dans
les domaines de l’industrie, agriculture, travaux
publics, services, artisanat et commerce.
Le responsable local de l’Angem a indiqué
que le financement de projets dans le cadre des
formules d’acquisition de matières premières et
achat de matériel a connu une hausse durant le
premier semestre de l’année en cours, soit 6.552
projets financés contre 470 projets durant la
même période de l’année dernière.
L’antenne de wilaya de l’Angem a contri-
bué, durant le premier semestre de cette année,
à la formation de 427 bénéficiaires de crédits sur
le mode de bonne gestion de l’entreprise.
TISSEMSILT
2.290 femmes au foyer bénéficient de micro-crédits
Monde
EL MOUDJAHID
13
Mercredi 13 Août 2014
DÉPART D’UN CONVOI HUMANITAIRE RUSSE VERS L’UKRAINE
Kiev s’y oppose
L’Ukraine ne laissera pas passer sur son territoire le «convoi humanitaire» russe en route vers
la frontière, a déclaré hier le chef adjoint de la présidence ukrainienne Valeri Tchaly.
«Nous ne jugeons pas possible le déplacement de colonnes russes sur le territoire de l’Ukraine.
C
ette cargaison «pourrait
traverser un poste-fron-
tière ukrainien et être re-
chargée dans des véhicules du
Comité international de la
Croix-Rouge. Nous n’accepte-
rons pas que (l’aide humani-
taire) soit accompagnée par le
ministère russe des Situations
d’urgence ou par des militaires
russes», a déclaré M. Tchaly au
cours d’un point de presse. Mal-
gré ce refus, un convoi humani-
taire russe de 280 camions
faisait route hier vers l’Ukraine
pour apporter une aide aux po-
pulations victimes des combats
dans l’est du pays, selon les mé-
dias russes, en dépit des mises
en garde occidentales contre
toute intervention unilatérale
russe chez son voisin.
Formant une colonne s’éta-
lant sur plus de trois kilomètres,
les camions blancs sont partis
très tôt hier matin depuis la base
militaire d’Alabino, dans la
grande banlieue sud-ouest de
Moscou, précise l’agence Ria
Novosti dans la légende d’une
de ses photos.
Les véhicules, bénis à leur
départ par un pape orthodoxe,
sont attendus aujourd’hui à la
frontière avec l’Ukraine, in-
dique l’agence Ria Novosti ci-
tant une source proche de
l’opération.
Le président russe Vladimir
Poutine avait justifié lundi l’en-
voi de cette aide par les consé-
quences «catastrophiques»
,selon lui, de l’offensive d’en-
vergure menée par l’armée
ukrainienne contre Donetsk et
Lougansk, les deux derniers
bastions des insurgés sépara-
tistes prorusses dans l’est de
l’Ukraine.
Mais le gouvernement ukrai-
nien a prévenu qu’une telle aide
n’était pas la bienvenue. L’Oc-
cident et les Etats-Unis en tête
ont mis en garde contre «l’illé-
galité» de toute opération unila-
térale russe sur le territoire
ukrainien.
Aucun véhicule militaire
n’était visible au sein ou à
proximité du long convoi de ca-
mions, dépourvus de plaque
d’immatriculation, et dont cer-
tains arborent des drapeaux de
la Croix-Rouge. Le porte-parole
de M. Poutine, Dmitri Peskov,
avait assuré la veille à l’AFP
que le convoi serait «sans es-
corte militaire». «La question
du lieu d’arrivée et de distribu-
tion de l’aide humanitaire aux
habitants de l’Ukraine sera dé-
cidée conjointement avec les re-
présentants de la Croix-Rouge
et de la partie ukrainienne», a
indiqué à l’agence Itar-Tass le
porte-parole du ministère russe
pour les Situations d’urgence
(MTchS), Alexandre Droby-
chevski.
SYRIE
Dix morts dans
des raids aériens
de l’armée à Alep
Au moins dix personnes ont été tuées lundi
dans des raids aériens de l’armée syrienne sur
un quartier rebelle d’Alep (nord), a rapporté
l’Observatoire syrien des droits de l’Homme
(OSDH). «Dix civils, dont un homme, sa
femme et leurs deux enfants, ainsi que trois
autres enfants et une femme ont péri lorsque
cinq barils d’explosifs sont tombés sur le
quartier de Bab al-Naïrab», a indiqué l’OSDH.
Le quartier de Bab al-Naïrab est situé dans le
Vieux Alep, divisé comme la ville entre le
régime et les rebelles depuis l’été 2012.
Samedi, au moins 16 civils ont été tués dans des
bombardements à Alep, où les forces du régime
ont utilisé des barils d’explosifs. Ces raids des
forces du régime se poursuivent malgré une
résolution du Conseil de sécurité de l’ONU le
22 février appelant en particulier à ce que les
armes ne soient plus utilisées sans
discernement dans les zones civiles. La guerre
en Syrie a fait plus de 170.000 morts et forcé
près de la moitié des habitants à quitter leurs
maisons.
IMMIGRATION CLANDESTINE
Plus de 200 migrants
secourus dans le
détroit de Gibraltar
Plus de 200 migrants d’Afrique subsaharienne
à bord de bateaux pneumatiques ont été
secourus dans le détroit de Gibraltar hier, ont
rapporté les services de secours maritimes
espagnols portant à près de 600 le nombre total
d’immigrants en quatre jours. «Jusqu’à
maintenant, 232 personnes ont été secourues
aujourd’hui dans 23 bateaux pneumatiques.
Parmi elles, 193 hommes, 31 femmes et huit
mineurs», a indiqué un porte-parole des
services de secours maritimes. «Il semble qu’il
y en ait plus» qui vont arriver, a-t-il ajouté,
précisant que la mer calme favorisait les
tentatives de passage. Comme la veille où 299
personnes ont été secourues dont quatre
enfants, tous les migrants ont été accueillis par
la Croix-Rouge à Tarifa, à la pointe sud de
l’Espagne, qui leur a fourni des couvertures
rouges.
SOUDAN DU SUD
Visite des
ambassadeurs
des pays membres
du Conseil de sécurité
Les ambassadeurs des 15 pays membres du
Conseil de sécurité de l’ONUont entamé hier
une visite de deux jours au Soudan du Sud,
ensanglanté par huit mois de guerre civile et
désormais au bord de la famine.
Des milliers, voire des dizaines de milliers de
personnes, ont été tuées et plus de 1,5 million
chassées de chez elles par le conflit, né d’une
rivalité à la tête du régime entre le président
Salva Kiir et son ancien vice-président Riek
Machar, qui a creusé les antagonismes politico-
ethniques au sein de l’armée. Des pourparlers
entamés en janvier à Addis-Abeba n’ont pour
l’heure connu que peu d’avancées et les
combats, accompagnés de massacres à
caractère ethnique, se poursuivent.
PAIX AU MOZAMBIQUE
Gouvernement et
opposition d’accord
sur les conditions
Le gouvernement mozambicain et la Renamo,
principal parti d’opposition armé, se sont
entendus sur les termes d’un accord de paix qui
mettrait fin à presque deux ans d’accrochages
réguliers, a-t-on annoncé lundi soir de sources
concordantes à Maputo.
Cet accord devrait permettre d’assainir le
climat à l’approche de l’élection présidentielle
d’octobre, à laquelle le chef de la Renamo a
l’intention de participer. L’accord a été annoncé
par la députée d’opposition Yvone Soares, qui
affirme que les deux parties sont prêtes «à
cesser les combats».
Brèves
CRASH DU VOL MH17
John Kerry «exige
justice pour ce crime
impensable»
Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, en visite à
Sydney, a exigé hier que «justice soit rendue» pour le crash
en Ukraine du vol MH17 probablement abattu en juillet par
des séparatistes prorusses. «Nous affirmons à l’Australie
et au monde que nous exigeons de manière absolue la jus-
tice pour ce crime impensable», a martelé M. Kerry lors
d’une conférence de presse à Sydney. «C’est inconcevable
(...) Nous ne voulons pas que ce genre de choses se répète»,
a-t-il dit réclamant une «enquête complète pour légitimer
les actions qui seront menées» par la suite.
IRAK
Nomination d’un nouveau
chef de gouvernement
La nomination d’un nouveau Premier
ministre en Irak a été saluée par la commu-
nauté internationale soucieuse de voir Bagh-
dad agir rapidement face à l’avancée des
jihadistes qui contrôlent une grande partie
du pays. Après avoir été poussé vers la sor-
tie par les Etats-Unis, Nouri al-Maliki a
aussi perdu le soutien de son voisin chiite,
l’Iran, considéré comme son principal allié
dans la région. Le chef de la diplomatie
américaine John Kerry a exhorté le Premier
ministre désigné, Haïdar al-Abadi, à «for-
mer un nouveau gouvernement dès que pos-
sible» pour faire face à la profonde crise que
traverse l’Irak. Les Etats-Unis ont indiqué
par ailleurs qu’ils transféraient des armes,
via le gouvernement irakien, aux Kurdes
pour les aider dans leur bataille contre les
jihadistes de l’Etat islamique (EI), qui se
sont emparés depuis le début de leur offen-
sive le 9 janvier de pans entiers du territoire
au nord de Baghdad. M. Abadi, nommé
lundi par le président irakien Fouad Mas-
soum, après avoir été choisi par le bloc par-
lementaire chiite, a 30 jours pour former son
gouvernement appelé à inclure toutes les
forces politiques du pays, déchiré par de
profondes tensions confessionnelles. Selon
le président Barack Obama, ce cabinet doit
pouvoir «représente(r) les intérêts légitimes
de tous les Irakiens et (...) et unir le pays
dans la lutte contre l’Etat islamique».
Dans une allusion transparente à M. Ma-
liki, qui s’agrippe à son poste après huit ans
au pouvoir, M. Obama a appelé «tous les di-
rigeants politiques irakiens à travailler pa-
cifiquement dans les jours à venir». Entouré
de 30 fidèles de son bloc chiite, M. Maliki,
64 ans, a dénoncé lundi soir la nomination
de M. Abadi comme «une violation de la
Constitution» menée avec le soutien des
Etats-Unis.
S’il avait les faveurs de Washington ces
dernières années, des responsables améri-
cains n’ont cessé de le critiquer depuis le
début de l’offensive des jihadistes, qu’il est
accusé d’avoir alimentée en marginalisant
les sunnites. M. Maliki, qui pourrait tenter
de perturber la transition politique, semble
néanmoins plus isolé que jamais, ayant été
lâché par ses alliés et des membres de sa
propre coalition, qui l’accusent d’avoir
conduit le pays au bord du gouffre avec sa
politique confessionnelle et son autorita-
risme. Mardi, l’Iran a aussi soutenu la no-
mination de M. Abadi, par la voix du
représentant du guide suprême au Conseil
suprême de la sécurité nationale. Dans un
contexte tendu, les forces spéciales, la po-
lice et l’armée étaient déployées en force
dans la capitale Baghdad, aux abords de po-
sitions stratégiques. Alors que M. Maliki a
le soutien d’un certain nombre d’officiers au
sein des forces armées, le représentant spé-
cial de l’Onu à Baghdad, Nickolay Mlade-
nov, a appelé ces forces à ne pas s’ingérer
dans le processus de transition.
Société
15 EL MOUDJAHID
Mercredi 13 Août 2014
El Moudjahid/Pub
ANEP 139059 du 13/08/2014
Publicité
ROUIBA
Saisie
de 31 billets
de banque
de 500 DA
falsifiés
31 billets de banque de 500 DA
falsifiés ont été saisis par la police
judiciaire de la circonscription ad-
ministrative de Rouiba (Alger) qui
a également présenté les suspects,
au nombre de cinq, devant le pro-
cureur de la République près le tri-
bunal de Rouiba qui a ordonné leur
mise en détention préventive, a in-
diqué lundi un communiqué de la
sûreté de la wilaya d’Alger.
Grâce à l’action de proximité et
au civisme, les éléments de la po-
lice judiciaire de la circonscription
administrative de Rouiba ont reçu
hier dernier une information selon
laquelle un individu faisait circuler
des billets de banque falsifiés dans
la commune de Réghaïa. Après in-
vestigations, deux individus en
possession de 20 billets de banque
de 500 DA avec le même numéro
ont été arrêtés, précise la même
source. «L’enquête a permis éga-
lement de remonter aux autres
membres de la bande et au regard
du nombre important de billets, la
police a procédé à la perquisition
des domiciles des suspects où elle
a saisi 31 billets de banque de 500
DA falsifiés, trois ordinateurs, qua-
tre stylos spéciaux de falsification,
un coupe-papier et une imprimante
laser», ajoute la même source.
«Jeudi dernier, les cinq sus-
pects ont été présentés devant le
procureur de la République près le
tribunal de Rouiba qui a ordonné
leur mise en détention préven-
tive», conclut le communiqué.
TLEMCEN
8.000 litres
de carburants
saisis
Prés de 8.000 litres de carbu-
rants ont été saisis par différentes
brigades de la douane au cours
de la semaine écoulée, a-t-on ap-
pris lundi auprès de la direction
régionale des douanes algé-
riennes de Tlemcen qui a expli-
qué que le carburant était réparti
sur 272 jerricans transportés à dos
de baudets et à bord de deux ca-
mions et deux véhicules légers.
Ces quantités de carburants ont
été saisies suite à des souricières
tendues et des patrouilles de sur-
veillance de la bande frontalière
au niveau des localités d’El-Assa,
El-Bayada, Sintass, Zrika à Gha-
zaouet et enfin à Chbikia, localité
relevant de Maghnia.
CRIMINALITÉ
L’été, période propice aux cambriolages
T
rès prisée en été pour ses plages et ses cor-
niches, Oran reste néanmoins exposée à un
fort taux de criminalité et de banditisme qui
inquiète les estivants, en dépit des efforts dé-
ployés au quotidien par les services de la Gendar-
merie et de la Sûreté nationales.
Il ne se passe désormais pas un jour sans que l’on
nous signale des arrestations et démantèlent des
bandes de malfaiteurs, notamment en cette pé-
riode estivale qui voit les malfaiteurs redoubler de
férocité.
Selon la cellule de communication du com-
mandement de la Gendarmerie nationale, un
groupe de bandits composé de cinq personnes a
été mis hors d’état de nuire par les gendarmes de
la brigade d’Es-Senia. Les mis en cause ont été
arrêtés suite à un dépôt de plainte émanant d’un
ressortissant français faisant état d’un vol dont a
fait objet sa demeure pendant son absence. Selon
lui, des inconnus ont frauduleusement pénétré à
son domicile et se sont emparés d’un lot de bijoux
d’une grande valeur, d’une somme d’argent éva-
luée à 300.000 dinars, d’un micro-ordinateur avec
ses périphériques, d’un démodulateur numérique,
d’un téléphone portable, de divers effets vesti-
mentaires et d’une motocyclette.
Aussitôt enclenchées, les recherches entre-
prises par les gendarmes ont abouti à l’interpella-
tion de trois des auteurs présumés du vol et à la
récupération des bijoux avec la somme globale de
l’argent volée, dans le domicile d’un quatrième
complice à la même commune, c’est-à-dire Es-
Senia, tandis que le reste du matériel (informa-
tique et électronique) volé, il a été récupéré dans
un buisson au cimetière de la même localité.
Poursuivant l’enquête, les gendarmes ont in-
terpellé le cinquième complice qui avait acheté la
motocyclette, retrouvée en sa possession. Déférés
devant la justice, trois parmi les 5 individus ont
été écroués pour association de malfaiteurs, vio-
lation de domicile, vol qualifié et recel, commis
au préjudice du ressortissant français. Quant aux
deux autres, ils ont été cités à comparaître ulté-
rieurement.
Dans la wilaya de Mostaganem, on a assisté à
un assassinat atroce commis par quatre individus
sur leur cousin. Ce dernier, âgé de 46 ans, et de-
meurant à la commune de Sour, a été découvert
égorgé et présentant plusieurs blessures au cou-
teau, dans un oued situé à 12 km à l’est du chef-
lieu de la commune.
Les investigations entreprises par les gen-
darmes de la brigade de Sour ont abouti à l’inter-
pellation d’un homme de 61 ans, son fils et ses
cousins, âgés de 39 ans et de 30 ans. Poursuivant
l’enquête et en vertu d’un mandat de perquisition,
les gendarmes ont saisi, dans le domicile, un cou-
teau et des vêtements maculés de sang. Après in-
terrogatoire, les mis en cause ont reconnu les faits
et avoué avoir commis ce meurtre suite à un dif-
férend d’ordre familial. À Relizane,  le groupe-
ment territorial de gendarmerie a été contacté
téléphoniquement sur le numéro vert 10 55, par
un agent d’une station d’essence, sise dans la
commune de Belaassel-Bouzegza, pour aviser
qu’un ressortissant syrien voyageant à bord d’un
taxi de marque Peugeot Boxer à destination
d’Oran, a été victime du vol de sa serviette ren-
fermant la somme de 6.300 dollars et 3.200 euros,
commis par un des passagers du véhicule qui a
profité d’un moment d’inattention de l’étranger
au moment où il est descendu pour se rendre aux
toilettes au niveau de ladite station.
Alertés, les gendarmes de la brigade de Be-
laâssel se sont déplacés sur les lieux où ils ont in-
terpellé l’auteur du vol, le dénommé F. D., âgé de
30 ans, et résidant à Hussein Dey (Alger).
Pas loin de Relizane, à Mascara plus précisé-
ment, un citoyen a contacté les services de la GN
sur le numéro vert 10 55 pour signaler l’agression
par arme blanche dont a fait l’objet un homme de
60 ans en plein jour. Ce dernier est resté en effet
impuissant devant le vol de son véhicule de
marque Great Wall, survenu de la commune de
Chorfa. Les gendarmes de la brigade de Chorfa
qui se sont déplacés sur les lieux ont trouvé la vic-
time grièvement blessée au dos et au cou. Et les
recherches ont abouti à l’interpellation, dans un
endroit distant d’environ 10 km du lieu du méfait,
des deux mis en cause et la récupération du véhi-
cule volé.
Demeurant tous deux à Oran, les mis en cause
ont été écroués pour association de malfaiteurs et
agression par arme blanche suivie de vol d’un vé-
hicule.
S. A. M.
MÉTIERS DURS ET CANICULE
Courage et détermination au rendez-vous
Le soleil darde ses rayons sur toute la ville. La chaleur est suffocante et l’air est presque irrespirable en ces premiers jours
de mois d’août. La  température a atteint son paroxysme dans certaines régions du pays, mais, peu importe, pour des
centaines de travailleurs du secteur du bâtiment, des travaux publics, des agents de nettoiement qui relèvent le défi, chaque
jour que Dieu fait, pour assurer convenablement leur tâche.  
L
es journées sont longues et
pénibles,  néanmoins l’heure
n’est point au répit ou à la
paresse. Chaque minute, ils tentent
de «dompter» la canicule, la fa-
tigue et les dures conditions de tra-
vail. Ils s’accrochent coûte  que
coûte, pour terminer leur journée.
Ils sont maçons, carreleurs,
éboueurs,  agents d’entretien d’es-
paces verts, pour ne citer que
ceux-là, se livrent sans cesse à
une  bataille pour contourner le
stress et surtout  doper leur endu-
rance et leur moral qui ne tiennent
qu’à un fil,  en cette période de
grandes chaleurs qui a coïncidé
aussi cette année, avec le mois
béni de Ramadhan.
C’est devenu une habitude
pour  ces  «supermen»  qu’on voit
tous les jours sur les chantiers ou
qu’on croise sur  notre chemin, en
train d’édifier des bâtiments, sur
nos autoroutes, construire ou  re-
faire des balises ou encore ces
agents de propreté qui se faufilent
entre les passants, avec leur petite
charrette,  pour donner un peu de
fraîcheur et d’éclats à nos rues qui
ont pris, faute de civisme, un sacré
coup. Dures, dures les journées de
ces ouvriers déterminés à mener
leur mission comme il se doit, en
plein mois de Ramadhan. Loin des
climatiseurs qui adoucissent l’air,
ils se déploient sur le terrain, pour
faire leur boulot de tous les jours.
C’est devenu un rituel auquel ils
s’adonnent depuis des années, un
cumul qui n’a fait que donner plus
de tonus et de courage à des corps
qui ne reculent devant rien.
Si, pour  beaucoup, les mois
d’été sont propices aux congés an-
nuels, ce n’est point le cas pour ces
hommes, au vrai sens du terme,
qui  se font remarquer par leur sé-
rieux et leur abnégation, maniant
leurs outils de travail, avec art et
doigté, sans se soucier des pics de
température, de la fatigue qui se lit
sur des visages qui dégoulinent de
sueurs, en disant long sur leurs
souffrances et sacrifices. 
Ces travailleurs méritent toute
notre considération et notre estime
pour les grands services qu’ils ren-
dent, tous  les jours, à  nous tous et
à toute la ville.
Samia D.
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
N°134/2014/A1
Le Ministère de la Défense Nationale, lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de :
Travaux de mise à niveau du réseau intérieur de gaz de ville à BOUGHEZOUL.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sise à : Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars algériens (5
000,00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte Nº51/730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de
trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- d’une copie légalisée du registre de commerce de la société,
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles (catégorie 01 et
plus) entreprise en tout corps d’état;
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être scindées
en deux (02) parties :
1 - Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges.
Les offres (technique et financière) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli
cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national Ouvert
Nº134/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant la date
limite de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours égale à celle
de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
16
EL MOUDJAHID
Sciences & Technologies
Mercredi 13 Août 2014
Page animée
par Kamel Morsli
PERSONNAL COMPUTER
Enfin un réparateur
chez vous !
Windows a
lancé son
centre de
dépannage
en ligne,
Fix It Cen-
ter détecte
et corrige
automati-
quement les problèmes survenant
sur un ordinateur équipé de Windows.
Il contribue également à éviter les nou-
veaux problèmes en effectuant une re-
cherche pro-active des pannes et en
installant des mises à jour et correctifs
régulièrement. Des assistants vous
guident pas-à-pas durant chaque étape
d’analyse. Une fois les problèmes
détectés, Fix It Center permet
de les localiser et de les corriger
ou de générer un rapport.
http://support.microsoft.com/fixit/fr
CLIMATOLOGIE
Juin 2014, le mois le plus chaud
depuis 1880
Depuis le début des relevés des températures en 1880, le mois de juin 2014 a été le plus chaud dans le monde.
Ce nouveau record de température à l’échelle mondiale confirme la tendance à long terme du réchauffement
climatique en cours.
L
e dernier bulletin global de l’Office na-
tional de météorologie algérie (ONM) a
signalé deux pics caniculaires, la pre-
mière est survenu au début du mois «suite au
creusement d’une dépression sur la région de
l’ouest et qui a favorisé  des vents soufflant des
régions sahariennes vers les régions de l’Est et
du bassin méditerranéen entraînant durant les
journées du 2 et 3 des pics de températures de
46°C sur Annaba et Guelma et 44°C sur
Constantine. La deuxième situation, s’est déve-
loppée à la fin de la deuxième décade et avait
touché particulièrement les régions de l’Ouest
et du Centre ou l’on avait enregistré durant les
journées du 17 et 18, des pics de 45°C à Chlef,
44°C à Relizane et Tizi Ouzou, alors qu’à Alger
la température est passée de 27°C à 7h à 41.6°C
à 12h00 ».
Le mois de juin 2014 a été en effet le plus
chaud dans le monde depuis le début des rele-
vés des températures en 1880 selon l’Agence
américaine océanique et atmosphérique.
En juin 2014, la température moyenne com-
binée à la surface des sols et des océans a atteint
16,22 degrés Celsius, soit 0,72 °C au-dessus de
la moyenne (15,5 °C) du XX
e
siècle pour ce
mois-là, dépassant ainsi le dernier record de
chaleur pour juin, qui remontait à 2010, précise
l’Agence. Ce record a été particulièrement mar-
qué dans l’hémisphère Nord avec une anomalie
positive moyenne de 0,81 °C, contre + 0,63 °C
pour l’hémisphère sud.  Au niveau des terres
émergées, la température moyenne fut de
0,95°C au-dessus de la moyenne du XX
e
siècle
(située à 13,3 °C), il s’agit du 7
e
mois de juin le
plus chaud sur terre. C’est au niveau des océans
que l’augmentation des températures a été la
plus notable : + 0,64°C par rapport à la
moyenne du 20e siècle (située à 16,4°C) : c’est
le mois de juin le plus chaud depuis 1880 pour
les océans. «Comme en mai, des zones éparpil-
lées à travers tous les principaux bassins océa-
niques ont également connu des records de
chaleur», précisent les chercheurs. En outre,
juin 2014 est le 38
e
mois de juin consécutif
ayant une température moyenne supérieure à la
moyenne du 20e siècle pour ce même mois. La
dernière fois que la température d’un mois de
juin a été inférieure à cette moyenne remonte à
juin 1976. Autre indicateur qui ne trompe pas
sur le réchauffement climatique en cours : il
faut remonter près de 30 ans en arrière pour
trouver un mois dont la température est en-des-
sous de sa température moyenne au XX
e
siècle,
c’était en février 1985… La première moitié de
2014 a été bien chaude sur le premier semestre
2014, la température moyenne combinée terres-
océans est de 0,67 °C au-dessus de la moyenne
du 20e siècle (13,5 °C) : à égalité avec 2002
pour la troisième période la plus chaude jamais
enregistrée. De plus, à l’exception du mois de
février 2014, chaque mois respectif du premier
semestre 2014 est classé dans les 4 premières
places des mois les plus chauds depuis1880.
Déjà le mois de mai 2014 avait été le plus
chaud dans le monde depuis le début des rele-
vés de températures en 1880, dépassant le pré-
cédent record de mai 2010. «La majorité de la
planète a fait face à des températures men-
suelles supérieures à la moyenne, avec des re-
cords de chaleur dans des régions du sud-est du
Groenland, du nord de l’Amérique du Sud, ou
encore des zones de l’est et du centre de
l’Afrique, ainsi que des parties du sud et du
sud-est de l’Asie», indique l’Agence. En Eu-
rope du Sud, le mois de juin 2014 a été le 5
e
mois le plus chaud de tous les mois de juin en
115 ans, avec une anomalie positive de tempé-
rature de 1,3°C par rapport à la normale (1981-
2010). Notons la forte activité
orageuse pendant le premier semestre 2014 : le
réseau de détection de la foudre de «Météo-
rage»  a enregistré environ 170.000 éclairs
nuage-sol au cours des six premiers mois de
l’année, soit un niveau de foudroiement qui dé-
passe d’un peu moins de 10% la moyenne des
20 dernières années. Cette très forte activité
orageuse s’est notamment illustrée pendant le
mois de juin 2014, 4e mois le plus actif des
mois de juin durant ces 20 dernières années.
Avec 120 000 éclairs nuage-sol, juin 2014 re-
présente plus de 70% de l’activité de ces 6 pre-
miers mois. Toutefois,  Météorage a
enregistré  pour la seule journée du 20 juillet
2014, presque 80.000 éclairs.
En Algérie, ce début du mois a connu le dé-
part d’une centaine d’incendies où pas moins
de 334 ha de pin d’Alep et 201 ha de maquis
ont été détruit selon les services de la Protection
civile.  Par ailleurs, l’incendie le plus important
a été enregistré à Sidi Benyebka (Arzew) ou
1.100 ha de forêts sont partis en fumée.
Le processus du réchauffement climatique,
cycle naturel incontournable ou effet direct de
l’activité humaine sur la terre, la planète bleue
vogue vers sa «destinée initiale».
En 2012, une puissante tempête solaire a
manqué la Terre de peu et aurait pu perturber
tous les circuits électriques et «renvoyer la ci-
vilisation contemporaine au XVIIIe siècle», a
révélé la  Nasa dans un article repris par le
Point. La tempête, qui s’est produite le 23 juil-
let 2012, la plus puissante depuis 150 ans, a
manqué la planète de peu, selon un communi-
qué de l’agence spatiale américaine publié sur
son site internet mercredi. «Si l’éruption avait
eu lieu une semaine plus tôt, la Terre aurait été
en première ligne», souligne un chercheur de
l’université du Colorado. Le satellite STE-
REO-A, qui surveille les tempêtes solaires, a,
lui, pu observer de manière très précise le dé-
roulement, permettant aux scientifiques de
conclure que la tempête de 2012 n’a eu d’égale
que celle de 1859. Les chercheurs ont estimé
que l’impact d’une tempête de l’ampleur de
celle de 1859, si elle venait à frapper la Terre,
coûterait à l’économie mondiale 2.000 mil-
liards de dollars et causerait des dégâts d’une
ampleur inédite. Car les tempêtes solaires peu-
vent aisément perturber les réseaux électriques
et interrompre les télécommunications, Inter-
net, les transports aériens ou tout autre système
reposant sur l’électricité. Les tempêtes solaires
naissent à la surface du Soleil. Ces explosions
ou éjections de masse coronale projettent du
plasma ionisé dans l’espace à de grandes vi-
tesses. Les vents solaires chargés de puissantes
radiations résultant de ces éjections de masse
coronale provoquent des orages géomagné-
tiques en interagissant avec le champ magné-
tique terrestre. Il y a 12 % de risques qu’une
tempête solaire puissante touche la Terre dans
les 10 prochaines années, selon un article pu-
blié sur le sujet dans la publication Space Wea-
ther au début de l’année.
ESPACE
La sonde Rosetta a
rencontré la comète
C’est une aventure scientifique unique.
La sonde européenne Rosetta a rejoint la co-
mète Tchourioumov-Guérassimenko après
un voyage de 10 ans dans l’espace. Elle est
le premier engin spatial à réussir cet extra-
ordinaire rendez-vous. Sa mission ? Récol-
ter des indices inédits sur l’origine du
système solaire. Les comètes sont en effet
considérées comme des témoins de la ma-
tière primitive à partir de laquelle s’est
formé le système solaire, il y a 4,6 milliards
d’années. Elles pourraient même pour cer-
tains scientifiques détenir la clé de l’origine
de la vie sur Terre.
Emportée par une fusée Ariane 5, Ro-
setta a quitté la Terre voici dix ans, en mars
2004, et après avoir croisé les astéroïdes
Steins, en 2008, et Lutetia, en 2010, a pro-
gressivement ajusté son orbite sur celle de
la comète, avant de la suivre, désormais, à
une distance de l’ordre de 100 kilomètres
aujourd’hui. Dans les semaines qui vien-
nent, les instruments scientifiques embar-
qués à bord de Rosetta scanneront
systématiquement la surface de la comète,
d’abord pour la cartographier complète-
ment, ensuite pour trouver ses «  spots  »
d’activité, laquelle va augmenter dans les
mois qui viennent, au fur et à mesure de son
approche du Soleil…
La sonde approchera plus près de la co-
mète, jusqu’à une cinquantaine de kilomè-
tres, puis, si l’activité de
Churyumov-Gerasimenko ne met pas la
sonde en danger, jusqu’à une trentaine de ki-
lomètres, distance à laquelle la masse de la
comète sera probablement suffisante pour
permettre la mise en orbite de la sonde… A
une telle distance, la caméra Osiris de Ro-
setta permettra de photographier des détails
de 50 centimètres à la surface de la comète!
Aujourd’hui, les astronomes et planéto-
logues de l’Agence spatiale étudient déjà
des centaines d’images et une masse de don-
nées considérable (mesures de température,
spectres…) obtenus par leur sonde.
L’Agence européenne, après quelques ratés
de communication au moment de l’ap-
proche finale de sa sonde, distille désormais
quelques images chaque semaine à destina-
tion du grand public.
L’interrogation qui fait suer les scienti-
fiques aujourd’hui est de trouver un terrain
d’atterrissage pour le module Philaé, qui
doit se poser sur la comète ? Celle-ci, on le
sait, a déjoué les prédictions des chercheurs,
qui avaient développé un modèle numérique
de Churyumov-Gerasimenko très sage et sy-
métrique.
La comète est en réalité double et sa sur-
face est extrêmement accidentée. L’ombre
projetée des «montagnes» qui la couvrent
pourrait dégrader l’alimentation en énergie
solaire du module, et ces mêmes reliefs
pourraient couper les communications entre
la sonde et son module ! Trouver un terrain
d’atterrissage tout à la fois vaste et relative-
ment plat est donc désormais le défi que
doivent relever les scientifiques de l’Agence
spatiale européenne.
Une fois cette région de la comète choi-
sie, Rosetta descendra jusqu’à quelques ki-
lomètres de la surface – la caméra Osiris
pourra alors montrer des détails de l’ordre
de 10 centimètres du paysage de la comète
! – et larguera Philaé…
La sonde pourra t-elle s’approcher suffi-
samment près de la comète si celle-ci
connait une activité bien plus forte que pré-
vue, comme on peut le craindre après le sur-
saut qu’elle a connu voici quelques
semaines ? Philaé pourra t-il se poser et
s’accrocher à la surface d’un astre dans un
champ de gravitation quasi nul ?
Réponse dans quelques mois, au fil
d’une mission – probablement l’une des
plus spectaculaires de l’histoire de l’explo-
ration du système solaire – qui nous fait dé-
couvrir progressivement un véritable monde
de science-fiction.
Comme souvent dans
cette rubrique,
nous vous pro-
posons des appli-
cations pour
smartphones et
tablettes qui faci-
litent la vie. En
cette période de
farniente, faire la
popote reste un
hobby de plus en
plus prisé. Et, pour
sortir des sentiers
battus, souvent la passion de la
cuisine va chercher dans le nou-
veau, l’exotique ou simplement les
mixtures aux saveurs d’été. Com-
ment décliner la sardine en plusieurs recettes
ou comment surprendre vos convives avec des
tartares d’aubergines à la plancha, ou de la
seiche à l’Algérienne…
Les passionnés de cuisine, férus ou novices,
trouveront dans Marmiton mille effluves, de
quoi garnir tables de cabanons ou sandwiches
sous le parasol. L’application Marmiton, pro-
pose en effet plus de 60.000 recettes
agrémentées de commentaires pré-
cieux.
Le clou de ce pro-
gramme «  portable  »
est son moteur de re-
cherche. Il permet au
cuistot de trouver des
idées de recettes par
titres ou par ingré-
dients à acheter ou
simplement à récu-
pérer au fond du
frigo. Des grandes
et incontournables
recettes classiques
aux déclinaisons fantai-
sistes proposées par les internautes sont expli-
quées dans le fort détaille avec photos et même
vidéos à l’appui.
Simples ou élaborés, des entrées, des plats et
des desserts du monde entiers sont maintenant
à votre portée. A vos tabliers de cuisine, votre
famille et vos amis se rappelleront de votre pas-
sage en cuisine. Bon appétit et bonnes va-
cances !
La tempête solaire qui a failli plonger la Terre dans le noir
SMARTPHONES/ TABLETTES
Marmiton : 60.000 recettes de cuisine
à portée de spatule
Culture
17 EL MOUDJAHID
Mercredi 13 Août 2014
LA DIXIÈME ÉDITION DU FESTIVAL ARABE DE DJEMILA S’OUVRE DEMAIN
Cheb Mami annonce la couleur
U
n festival qui sera une fois
encore marqué par l’atta-
chement du peuple algérien
aux causes justes et partant, faire
état de son indignation et consacrer
un vaste espace de ces retrouvailles
à l’expression de sa solidarité agis-
sante à l’endroit du peuple palesti-
nien et à tous les martyrs de Ghaza
l’héroïque.
Autant de traditions que ce fes-
tival arabe avait déjà adoptées, il y
a quelques années, par une adhé-
sion profonde manifestée par le
peuple algérien à la ville de Baâl-
beck qui croulait alors sous les
bombes du même ennemi, et qui
était alors venu installer ses
planches dans la wilaya de Sétif ,
au cœur de  cette terre de la résis-
tance, à Cuicul dans sa dimension
historique profonde, consolidée par
la présence d’hommes et de
femmes venus de nombreux pays
arabes et dont les voix et les
plumes auront déchiré plusieurs
nuits durant le ciel obscur de ces
tristes agressions d’Israël.
Une fois encore, toutes ces voix
seront présentes à Djemila pour
s’élever contre le mal, soutenir
haut et fort la position du Président
Abdelaziz Bouteflika sous le haut
patronage duquel est placée cette
dixième édition du festival arabe
de Djemila. Des hommes et des
femmes qui viendront ainsi faire
état de leurs marques de solidarité
arabe qui s’élèvera depuis Djemila
l’Algérienne et portera le message
d’un peuple agressé dans sa chair,
luttant et sacrifiant les meilleurs de
ses enfants pour le recouvrement
d’une terre spoliée par l’occupant.
« Djemila 10 est alors appelé à
se hisser à la hauteur du défi qui
s’impose » dira en substance le di-
recteur général de l’ONCI, M.
Lakhdar Benturki, à la veille de ces
retrouvailles, qui sont d’autant plus
symboliques qu’elles portent la
marque d’un festival arabe, se dé-
roulant de surcroit dans la wilaya
de Sétif, terre de résistance et du
sacrifice profond pour la liberté. »
«  Comme lors du festival de
Timgad donc, cette dixième édition
du festival de Djemila, qui ne sera
plus seulement algérienne mais
portera la voix du Monde arabe, est
alors appelée  à relever ce même
défi qu’elle avait porté en accueil-
lant Baâlbek et tout à la fois porter
la griffe de toutes ces femmes, ces
hommes de culture, artistes, repré-
sentants de médias arabes et autres
invités de marque qui seront là
pour appuyer cet élan de solidarité
que nous devons retrouver à tous
les niveaux, dans une complémen-
tarité qui doit impliquer toutes les
parties sans exception, de la base
au sommet, et traduire une fois en-
core les grandes vertus de l’Algé-
rie. »
C’est pour cela qu’un pro-
gramme d’envergure à été mis en
place pour conférer à cette dixième
édition la juste place qu’elle mérite
dans cette dimension de solidarité
concrète avec le peuple palestinien,
sachant que toutes les recettes de
ce festival seront versées à la ville
de Ghaza et donc, plus qu’une
voix, chaque dinar récolté contri-
buera sans nul doute à soulager
toutes ces familles, ces enfants, ces
orphelins sans gîte de toutes les
souffrances qu’ils endurent .
« Toutes les stars de la chanson
arabe seront à Djemila ! L’ONCI à
mis tous ses moyens et ses poten-
tialités pour contribuer à relever le
défi qui s’impose à tous les ni-
veaux de ce festival et nous
sommes dores et déjà convaincus
que le répondant des responsables
locaux et celui du large public qui
a toujours porté ce festival sera
d’autant plus fort pour confirmer
des traditions établies mais aussi et
au-delà de toute autre considéra-
tion mettre en exergue l’image de
marque de l’Algérie. »
A ce titre, la cérémonie d’ou-
verture de ce festival qui débutera
jeudi et s’étalera jusqu’au 23 de ce
mois sera marquée par une somp-
tueuse prestation de l’Orchestre
symphonique algérien qui, au-delà
de la mosaïque qu’il mettra en
œuvre à travers sa chorale, accom-
pagnera de jeunes étoiles de
« Alhan oua Chabab » et un grand
artiste palestinien et Cheb Mami.
Parmi les grandes stars qui se-
ront au festival arabe de Djemila,
Lakhdar Benturki cite, entre autres,
Kadhem Essaher, Assi El Halani,
Nedjoua Karam et Saber Eribai,
qui seront tous là pour chanter
Ghaza et porteront à la face du
monde le cri d’un peuple qui
croule sous les bombes de l’agres-
seur israélien.
F. Zoghbi
FESTIVAL DE LA
CHANSON ET DE LA
MUSIQUE KABYLES
DE BEJAIA
Rabah Asma
enflamme
le public
C’est une fois encore sous le signe de la solidarité de l’Algérie avec les peuples arabes agressés par l’ennemi
israélien sur leur terre, dans leur chair et leur dignité, comme c’est le cas actuellement en Palestine, plus
précisément à Ghaza, l’héroïque, où succombent chaque jour depuis plus de deux mois déjà, des milliers
d’innocents dont le seul tort est de revendiquer le droit à la vie et à la souveraineté, que s’ouvrira demain la
dixième édition du festival arabe de Djemila.
Les nombreuses familles de la
wilaya de Bejaïa et particulière-
ment   les estivants qui se trou-
vent   dans la région continuent
d’affluer chaque soir sur l’espla-
nade de la maison de la culture
pour dénicher une place afin de
suivre les différents galas organisés
à l’ occasion de la septième édition
du festival culturel de la musique
et de la chanson kabyles. Le gala
animé avant-hier par la star de la
chanson kabyle Rabah Asma a été
une véritable fête, une soirée pleine
de succès, où la placette de la mai-
son de la culture s’est transformée
en une véritable scène de danse.
Le chanteur Asma enflamma le pu-
blic avec sa chanson « Ardjuyi »,
l’assistance, n’ayant pas pu se re-
tenir, s’est prêtée à accompagner le
chanteur par des refrains et des
danses où les jeunes, les femmes et
même les veilles dames se sont dé-
foulés à outrance. Toujours égal à
lui-même, Rabah Asma, en inter-
prétant ses diverses chansons,  a ré-
pondu favorablement à la demande
de l’assistance qui l’acclamait   à
chaque passage. Il va sans dire que
cette pléiade de chanteurs ont re-
donné une ambiance  toute particu-
lière à la ville de Bejaïa en cette
période de vacances où un afflux
considérable de touristes a été en-
registré ces premiers jours du mois
d’août. Une ambiance similaire
avec beaucoup d’autres chanteurs
locaux et groupes artistiques des
wilayas participantes, à savoir,
Bordj Bou-Arréridj, Bouira, Tizi
Ouzou, Boumerdès, Bejaïa et
Alger,  est enregistrée chaque après
midi a 18h au Théâtre régional de
Bejaïa «  Malek-Bouguermouh  »
ainsi que dans les salles de Tichy,
Tazmalt, la place publique d’El
Kseur et au stade de Oued Ghir.
Par ailleurs, et dans le but de don-
ner une dimension plus importante
à ce festival, les wilayas de Bouira
et de Boumerdès ont accueilli des
chanteurs, à l’exemple de Boudje-
maâ Agraw, Wissam, Kaci Bous-
saâd, Azifas et Boualem Ber qui
ont épaté  le public en tant qu’am-
bassadeurs de ce festival. De son
côté, le parrain de ce festival,
Kamel Hamadi, poursuit sa série
de tables-rondes  intitulées «  La
chanson kabyle, Histoire et mé-
moires  » qui regroupent
chaque  jour des anciens artistes de
la chanson kabyle. Hier, le pro-
gramme a retenu le gala qui devait
être animé par Amour Abdenour,
alors que le jury du festival a exa-
miné le passage des troupes de Tizi
Ouzou et de Bouira qui ont inter-
prété des répertoires du terroir de
la chanson kabyle.
M. Laouer  
ORAN
«Un théâtre de poche» opérationnel
en novembre prochain
Un petit théâtre destiné aux jeunes drama-
turges sera créé au siège de l’association cul-
turelle «Amel» basé à l’auberge de jeunes
Mebarek-El-Mili, au centre-ville d’Oran, a-t-
on appris de son président. Cet espace dé-
nommé «Théâtre de poche» ouvrira ses portes
en novembre prochain, à l’occasion du 37ème
anniversaire de la création de l’association, a
indiqué son président, le dramaturge Moha-
med Mihoubi. Ce petit théâtre aura une capa-
cité d’accueil de 70 places. Il permettra de
présenter des spectacles produits et interprétés
par des jeunes, de programmer des confé-
rences sur différents arts et d’initier également
des débats. Un premier spectacle est d’ores et
déjà programmé. Il s’agit de la pièce intitulée
«C’est mon théâtre» écrite et mise en scène
par Mohamed Mihoubi. Par ailleurs, cette as-
sociation s’attelle à préparer une session de
formation sur le théâtre au profit des jeunes,
dès la prochaine rentrée sociale. Elle apporte
également les dernières retouches à deux
spectacles de théâtre intitulés «Raki Ya
Chaab» et «Hachmi Ya m’ra», en plus de la
programmation d’une tournée nationale avec
la dernière création de Mihoubi «Ana Nakra
Manakrach», favorablement accueillie par le
public oranais et algérois. L’association cul-
turelle «Amel» a produit plus de cent specta-
cles destinés aux enfants et aux adultes. Ses
membres ont fait de nombreuses tournées à
travers le pays et à l’étranger.
MASCARA
Succès public des journées
de l’art gnawi
La première soirée de la manifestation «Journées
de l’art gnawi», qu’a abritée depuis dimanche soir
la maison de la culture de Mascara, a drainé un pu-
blic nombreux. Des dizaines de fans de ce genre mu-
sical aux origines africaines ont suivi la première
soirée animée par la troupe Rachidia Rijal Gnawa de
Mascara. Les membres du groupe ont interprété des
morceaux puisés du terroir, avant d’enflammer lit-
téralement la salle, entraînant dans leur sillage une
assistance «enivrée» par les rythmes et les danses
qui n’ont laissé aucune personne indifférente. La
troupe de Sidi Ali M’hammed a animé, quant à elle,
la soirée du lundi, les troupes de Sidi Blal et Ain Sol-
tane animent les soirées d’hier et d’aujourd’hui. La
première édition de ces journées est organisée dans
la wilaya de Mascara à l’initiative de sa maison de
la culture.
4
e
FESTIVAL CULTUREL INTERNATIONAL «ETÉ EN MUSIQUE À ALGER»
Des soirées thématiques
Des soirées thématiques dans différents
styles de musique, animées par de jeunes ar-
tistes algériens et étrangers qui font l’actualité
seront au programme du 4
e
Festival culturel in-
ternational «Eté en musique à Alger», prévu du
16 au 30 août à Alger. Ouverts au public à titre
gracieux, les concerts programmés à la salle Ibn
Zeydoun et à la grande esplanade (Riadh El
Feth) verront défiler des artistes confirmés et
d’autres en début de carrière. Classique anda-
lou, chaâbi algérois, musiques du Grand Sud,
variétés algériennes, new wave, hip hop, rap,
raï, pop et jazz, autant de styles que feront vivre,
15 soirées durant, les artistes attendus.
Abbas Righi, Leïla Borsali, Mourad Djaâfri
Nassima Chabane et Naïma Dziria ainsi que la
tunisienne Siryne Ben Moussa, figurant parmi
les interprètes invités à festival. Cheba Zehoua-
nia ainsi que les chebs Anouar, Kader Japonais,
Toufik et Yazid seront parmi les artistes convoi-
tés lors de cet évènement, de même pour Free-
kline, El Dey, Tarbaât, Gusto Prod, Sido la Dose
et Imzad. Abdelkader Khaldi, Nasreddine Blidi
et Mohamed Oujdi seront présents pour la va-
riété algérienne, alors que Kahalas et Salim
marqueront leur présence dans les genres séti-
fien et chaoui. Par ailleurs, Djamel Laroussi,
établi en Allemagne, sera une des attractions de
ce festival, aux côtés de La Fouine, Mister You,
Didier Awadi du Sénégal, ainsi que Assayile de
Palestine et le spectacle de Flamenco dirigé par
la danseuse algérienne Samara.
Mercredi 13 Août 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h53
- Asr.............................16h39
- Maghreb....................19h45
- Icha……...……....... 21h12
MJeudi 17 Chawal 1435
correspondant au 14 août 2014 :
- Fedjr........................04h28
- Chourouq.................06h04
Horaires des prières de la journée du mercredi 16 Chawal 1435
correspondant au 13 août 2014 :
29 EL MOUDJAHID
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
delapublication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
CONDOLEANCES
CONDOLEANCES
Monsieur Mebarki
Mohamed, Ministre de
l'Enseignement supérieur et
de la Recherche scientifique,
les cadres et le personnel du
Ministère sont très attristés
par le décès de la mère de
Monsieur Daoudi Amir
Kacem, Directeur des
Ressources humaines au
Ministère.
En cette douloureuse
circonstance, ils lui
présentent, ainsi qu’à sa
famille leurs sincères
condoléances et prient Dieu
le Tout-Puissant d'accorder à
la défunte Sa Sainte
Miséricorde et de l'accueillir
en Son Vaste Paradis.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
El Moudjahid/Pub
Vie pratique
APPARTEMENT
Vend à cité Rabia-Tahar un bel F3, super-
ficie 75 m
2
, très propre, toutes commodités,
quartier calme et sécurisé.
Contacter le : 0771 77.69.87
El Moudjahid/Pub du 13/08/2014
CONDOLÉANCES
CONDOLÉANCES
Le Président, les membres du Conseil, le Directeur
Général et l'ensemble du personnel de l'ARPT présentent
leurs sincères condoléances à leur collègue M. AHMED
NACER Mohamed, à la suite du décès de son beau-père M.
TAGUINE Mohamed El Hocine, et l'assurent en cette pénible
circonstance de leur profonde compassion.
Puisse Dieu le Tout-Puissant accueillir le défunt en Son
Vaste Paradis.
“A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”
El Moudjahid/Pub ANEP 139384 du 13/08/2014
El Moudjahid/Pub ANEP 203139 du 13/08/2014
ANEP 139465 du 13/08/2014
L'ensemble du personnel de la Direction de Distribution
de Boumerdès, très affecté par le décès de M. BOUCHNAK
AISSA, cousin de M. BOUCHNAK KHELADI DJELLOUL,
Directeur de la Direction de Distribution de Boumerdès, lui
présente ainsi qu'à sa famille ses sincères condoléances et
les assure en cette pénible circonstance de sa profonde
compassion en priant Dieu le Tout-Puissant d'accorder au
défunt Sa sainte miséricorde et de l'accueillir en Son vaste
paradis.
« A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 139389 du 13/08/2014
Société Nationale d’Assurance
Agence Nationale des Barrages
et Transferts
AVIS
D'INFRUCTUOSITÉ
Conformément aux dispositions
de l'article 44 du décret
présidentiel n°10/236 du 07
octobre 2010 modifié et complété
portant réglementation des
marchés publics, l’Agence
Nationale des Barrages et
Transferts informe l'ensemble des
entreprises et groupements
d'entreprises ayant participé à
l'appel d'offres national ouvert
n°13/2014 relatif aux «Travaux de
confortement du barrage K'sob
situé dans la wilaya de' M'sila»
publié dans les quotidiens
nationaux : El Moudjahid -
Horizons - Ech-Chaâb - El Massa
et le BOMOP, lancé par l'Agence
Nationale des Barrages et
Transferts, est déclaré
infructueux.
El Moudjahid/Pub ANEP139468 du 13/08/2014
Anniversaire
Bon ANNIVERSAIRE
Mohamed
A notre cher et adorable
bébé BENDALI Mohamed
au visage angélique qui
souffle sa première bougie
le 13 août 2014. Ton père
Karim, ta mère Férial, tes
sœurs Nada et Racha, ton
grand-père, tes grand-
mères surtout Oumi ainsi
que tes cousins et tes cou-
sines te souhaitent une longue vie pleine de joie,
de bonheur et de santé. Bon anniversaire, la-
kouba lemyat sana inchallah
El Moudjahid/Pub du 13/08/2014
REPUBLIQUE ALGÉRIENNE
DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DES
RESSOURCES EN EAU
Monsieur SAIS Nacer, Président-
Directeur Général, ainsi que l'ensemble
des travailleurs de la SAA, très
affectés par le décès de la mère de
Monsieur CHABANE Azzedine,
Président du Comité de Participation,
présentent à sa famille leurs sincères
condoléances et l'assurent en cette
pénible circonstance de leur profonde
sympathie.
Qu'Allah le Tout-Puissant accorde à
la défunte Sa Sainte Miséricorde et
l'accueille en Son Vaste Paradis.
« A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons. »
30
Mercredi 13 Août 2014
EL MOUDJAHID
Sports
Publicité
El Moudjahid/Pub
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
N°136/2014/A1
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de
: Travaux de réfection et aménagement de trois (03) blocs à BORDJ EL-BAHRI.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de
la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sis à : Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars
algériens (5.000,00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte
Nº51/730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- Une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- Une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- Une copie légalisée du registre de commerce de la société,
- Une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles
(Catégorie 01 et plus) entreprise en Tout Corps d’Etat
- Une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1 - Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financières) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale Des Finances / Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº136/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant
la date limite de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours
égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
ANEP 139058 du 13/08/2014
CHAMPIONNAT D’AFRIQUE  D’ATHLÉTISME
Bouraâda s’offre l’or et un nouveau record
au décathlon
Il l’avait promis, il l’a fait. Larbi Bouraâda, sur une discipline aussi délicate que le décathlon, s’est offert lundi soir à Marrakech la médaille d’or des championnats
d’Afrique de sa spécialité, ponctuée par une amélioration de son propre record national avec un total de 8.311 points, contre 8.302 réalisé le 7 juillet 2011.
C’
est la sixième meilleure perfor-
mance mondiale de la saison.
Dans un concours qu’il dominait
depuis les premières épreuves, Bouraâda n’a
pas eu de sérieux concurrents, notamment
après l’abandon du recordman continental
avec 8.343 points, le Sud-Africain Willem
Coertzen. Ce dernier souffrait d’une blessure
qui s’est vraisemblablement réveillée lors de
l’épreuve du saut en hauteur. Si l’abandon de
Coertzen a arrangé les affaires de Bouraâda
pour gagner tranquillement la médaille d’or,
il l’a tout de même pénalisé sur l’aspect
concurrence et acharnement qui auraient pu
pousser notre champion à plus de hargne
pour réussir le record d’Afrique. Cette per-
formance était, après les trois premières
épreuves, l’objectif de l’enfant de Ouled
Haddadj (Boumerdès) sous la coupe de
Ahmed Mahour Bacha, lui-même ancien re-
cordman africain de cette discipline. « Je
suis très content de cette médaille et de ma
performance arrachées après une absence de
deux ans. Je suis aussi content pour cette mé-
daille pour mon pays. J’aurais aimé battre le
record d’Afrique, mais plusieurs paramètres
m’en ont empêché. Je reviendrai très pro-
chainement en compétition, au cours d’un
meeting à Paris où je tenterai de réussir mon
coup  » avait déclaré Bouraâda à l’envoyé
spécial de la chaîne III de la Radio nationale.
Il y a lieu de relever aussi que la victoire n’a
pas été facile, et la performance réalisée té-
moigne de l’engagement de l’athlète dont le
mérité est extraordinaire puisqu’il a, en dépit
de son manque de compétition, réussi à riva-
liser avec le haut niveau. Bouraâda a d’ail-
leurs mis du temps pour entrer dans la
compétition, selon Abdelkrim Sadou, le
chargé des équipes nationales. « Bouraâda,
qui a mal entamé son concours avec des per-
formances tout juste moyennes dans les trois
premières épreuves, s’est repris par la suite
pour réaliser un bon résultat sur la hauteur et
pas mal sur le lancer de disque », nous avait-
il expliqué, au téléphone, assurant que
« l’athlète est un battant et revient en puis-
sance ».
Qualification pour la finale
de Makhloufi
Par ailleurs, il y a lieu de signaler la qua-
lification du champion olympique du 1.500
m Taoufik Makhloufi pour la finale du 800
m de ces championnats, en occupant la se-
conde place de sa série avec un chrono de
1:48.90 contre 1 :48.64 pour le vainqueur le
Kenyan Evans Kipkorir. «  Le champion
s’est totalement relâché à quelques mètres de
l’arrivée et a préféré se réserver pour la fi-
nale qui devait avoir lieu hier soir à 19h20 »,
nous a indiqué au téléphone M. Abdelkrim
Sadou qui a ajouté que « Makhloufi a surtout
géré l’épreuve en contrôlant le rythme de
tête. »   Il y a lieu de rappeler que c’était la
première compétition officielle de notre
champion depuis les jeux Olympiques de
Londres. Il avait néanmoins au mois de juin
dernier marqué son retour lors des meetings
de Doha, Shangai, Eugène et Rome. Depuis,
il a opté pour une préparation sérieuse en
prévision notamment des championnats du
monde de 2015 et des jeux Olympiques de
2016. Outre la finale du 800 m prévue à
19h20, la journée d’hier a été marquée aussi
par l’entrée en lice de l’heptathlonienne Yas-
mina Omrani, une autre véritable chance de
médaille d’or, et qui s’est distinguée sur le
100 m haies en réalisant 14’17 soit 954
points contre 1.018 points pour la Burkinabé
Koala Mathé pour ses 13’72.
Il y avait aussi les sauteurs Issam Nima
et Louahab Kafia sur le triple saut, Romaïssa
Belabiod sur la longueur et Athmane Hadja
Laazib et Lyes Mokddel sur le 110 m haies.
Par ailleurs, le hurdler Saber Boukemouche
a réussi à se qualifier pour la finale du 400
m haies en se classant à la 3ème place de sa
série avec un chrono de 50’64 contre 50’32
pour le vainqueur le Nigérian Ukaoma Miles
devant le Tunisien Mohamed Sghaïr en
50’62. Son coéquipier Abdelkrim Lahoulou,
donné comme favori pour passer en finale, a
été éliminé d’entrée.
Il n’a enregistré que 51’67, soit le 4ème
rang de sa série gagnée en 49’33 par le Ke-
nyan Bett Nocholas. Enfin, il faut souligner
la qualification de l’équipe nationale du re-
lais 4x100 m composée du junior Mahmoud
Hammoudi, Ali Benguesba, Skander Djamil
Athmani et Sofiane Bouhadda pour la finale
en remportant avec un temps de 40’43 sa
série devant le Kenyan qui a réalisé 40’58.
M. Ghyles
TOURNOI OPEN BEACH-VOLLEY /GRANDE POSTE (ALGER-CENTRE)
Du 13 au 19 août  entre 18h et 23h  
Après   la   fin de l’étape de la plage  de
l’hôtel les Sables d’or de Zéralda les 4 au
7 août 2014 la placette de la Grande Poste
(Alger-centre) sera du 13 au 19 août  entre
18h00 et 23h00  le théâtre de la 6ème  édi-
tion du traditionnel tournoi Open Beach-
volley garçons (2x2). Cette manifestation
est organisée par la ligue d’Alger de vol-
ley-ball et l’APC d’Alger-centre en parte-
nariat avec  la direction de la jeunesse, des
sports et des loisirs de la wilaya d’Alger.
Elle  rentre, comme l’étape  précédente  de
Zeralda (4-7 août), dans le cadre du plan d’ac-
tion de la ligue pour la saison 2014. elle est
ouverte à tous les joueurs licenciés, structurés
ou non afin de préparer la 3ème édition du
Grand tournoi international masculin 2x2, les
20 et 21 août (9h30-23h30)sur la  mythique
placette de la grande poste     dans  la  com-
mune  d Alger-centre  avec douze (12) paires.
Dans  ce contexte, on annonce la participation
des doublettes marocaine, française  et  proba-
blement égyptienne et tunisienne.
N. M.
ELIMINATOIRES CAN-2015 (PRÉPARATION)
L’Ethiopie s’incline face au Clube do Remo (Brésil) 1 à 0
L’équipe éthiopienne de football, pre-
mier adversaire de l’Algérie aux élimina-
toires de la Coupe d’Afrique des nations
CAN 2015, s’est inclinée face au club bré-
silien du Clube do Remo (1-0), en match
amical préparatoire disputé à Belém au
Brésil, rapporte hier la presse éthiopienne.
Cette rencontre, disputée au stade Evandro
Almeida à Belém dans l’Etat de Parà, entre
dans le cadre du stage qu’effectuent les
«Walia Ibex» au Brésil, en prévision du
début des éliminatoires, qui verra l’Ethio-
pie affronter l’Algérie, le 6 septembre à
Addis Abeba. La sélection éthiopienne a
abordé ce match avec 12 joueurs seulement
en raison de l’impossibilité des autres élé-
ments à rejoindre le Brésil pour cause de
problèmes de vol, précise la même source.
Les joueurs du sélectionneur portugais Ma-
riano Baretto disputeront quatre autres tests
amicaux, dont le prochain se jouera ce sa-
medi. L’Ethiopie a opté lors de ce stage
pour l’un des centres de formation utilisés
par la sélection brésilienne, à l’occasion de
sa préparation pour le Mondial-2014. Avant
de se rendre au Brésil, l’Ethiopie a disputé
et perdu un match amical face à l’Angola
(0-1) à Luanda. En qualifications de la
CAN-2015, l’Ethiopie évoluera dans le
groupe B avec l’Algérie, le Mali et le Ma-
lawi. Les deux premiers se qualifient pour
la phase finale prévue au Maroc.
ASSOCIATION LA RADIEUSE
Hommage à deux
personnalités
Le premier responsable de la wilaya, Abdel-
ghani Zaâlane, a été honoré en reconnaissance
à sa préoccupation constante des problèmes des
citoyens et son soutien à la jeunesse en général
et au sport en particulier, notamment par la mul-
tiplication de stades avec des terrains en tartan
dans la plupart des localités, afin de pousser les
jeunes à pratiquer le sport et de les éloigner des
méfaits sociaux. L’association a également ho-
noré le chef de la sûreté de wilaya, Nouasri
Salah, pour le travail efficient et efficace qu’ac-
complit ce corps de sécurité dans la lutte contre
la criminalité.
EL MOUDJAHID 31
Mercredi 13 Août 2014
Sports
Publicité
ANEP 139060 du 13/08/2014 El Moudjahid/Pub
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de
: travaux de réféction du réseau électrique intérieur et réfection en TCE à AIN DEFLA.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de
la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sis à : Route de Cheffa - Blida
pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars
algériens (5 000.00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte Nº51/730 0000 109 001
09 008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir de :
- Une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;
- Une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission;
- Une copie légalisée du registre de commerce de la société;
- Une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles
(Catégorie 01 et plus), entreprise en tous corps d’état;
- Une copie originale du bon versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (20) parties :
1 - une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financière) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances /Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / terre 01/BLIDA
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº137/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant
la date limite de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours
égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
N°137/2014/A1
KOCEÏLA BERCHICHE, DÉFENSEUR DU MCA :
« On a un formidable public et on fera tout
pour le satisfaire »
Votre sentiment après la consé-
cration du MCA en Supercoupe
d’Algérie ?
C’est franchement une très
bonne chose pour le Mouloudia que
de débuter la saison par une victoire,
dans un match aussi attendu que le
derby face à l’USMA. On est vrai-
ment heureux de cette nouvelle
coupe qui vient enrichir le palmarès
d’un aussi grand club que le MCA.
On est très contents et cela nous per-
met de gagner en confiance et de
croire en nos capacités. On l’est
d’autant plus que cela donne de la
joie et du bonheur à nos milliers de
supporters à Alger et à travers les
différentes régions du pays, surtout
qu’il s’agissait d’un grand derby al-
gérois avec toute la passion que cela
génère chez les fans des deux
équipes. Toutefois, il faut garder les
pieds sur terre.
Pourtant, nombreux sont ceux
qui donnaient l’USMA favorite…
Cela est un peu compréhensif du
fait que l’USMA est un club bien
nanti, stable à tous les niveaux de-
puis trois ans et champion d’Algérie
en titre de surcroit. Mais, nous aussi,
on est le Mouloudia. Même si le
club a connu de nombreux change-
ments, à tous les niveaux, on a
prouvé que grâce à une excellente
préparation dirigée par Boualem
Charef et son staff technique, aux
moyens mis à la disposition de
l’équipe par les dirigeants et au re-
crutement judicieux effectué par le
Mouloudia, on est capable du meil-
leur. Il faut savoir qu’on a abordé le
match face à l’USMA en toute séré-
nité, sans trop nous mettre une pres-
sion néfaste.
C’était néanmoins un match
très difficile qui s’était joué sur
des détails et sous une forte cha-
leur, n’est-ce-pas ?
Exact ! On s’attendait à une ren-
contre serrée entre les deux équipes
et on savait que ça allait être diffi-
cile, d’autant plus que c’était notre
première sortie cette saison, de sur-
croit juste après une préparation in-
tense. En plus, le match s’est joué à
17h30 sous une forte chaleur. On a
vraiment souffert, mais on a suivi du
mieux qu’on pouvait les consignes
du coach et cela a fini par payer à
notre grande satisfaction et à celle
de nos supporters.
Certains médias n’ont pas
cessé d’évoquer avant le match
que les soucis de Charef en ce mo-
ment concernaient la fébrilité de
la charnière centrale Berchiche-
Azzi. Pourtant, ce duo a été im-
peccable lors de la rencontre face
à l’USMA…
Vous savez, certains de vos
confrères que je respecte d’ailleurs,
se pressent à faire des analyses hâ-
tives, alors qu’ils oublient que les
matches de préparation servent à
mettre en place l’organisation de jeu
préconisée par l’entraîneur. Le ré-
sultat importe peu et puis, en tant
que défenseur, on essaye certes de
minimiser les erreurs défensives,
mais on ne peut malgré cela être
parfait. Tout joueur commet un jour
ou l’autre des erreurs. Personnelle-
ment, les critiques objectives et
constructives, je les accepte sans
problèmes. Pour le reste, je préfère
ne pas trop lui prêter attention. On
travaille d’arrache-pied à l’entraîne-
ment, en prenant soin de bien assi-
miler les consignes, directives et
orientations du coach. L’essentiel,
s’est d’être prêt sur tous les plans
afin d’aborder la nouvelle saison
dans les meilleures conditions. On a
beaucoup dit sur la charnière cen-
trale du Mouloudia, en se deman-
dant comment elle allait pouvoir
barrer la route à des joueurs comme
Ferhat, Nadji et autre Feham. Eh
bien, on a donné notre réponse sur
le terrain…
Comment vous-êtes vous senti
dans l’axe de la défense de votre
nouvelle équipe, aux côtés de Azzi
dont c’était votre premier match
ensemble ?
Ecoutez, à présent que j’ai 28
ans, j’ai beaucoup gagné en expé-
rience. Cela me sert à bien gérer les
choses. Avec Azzi, on s’est très bien
entendus dans le jeu dès le départ.
Avec en plus Aksas et Bachiri, le
Mouloudia peut compter sur de
bons défenseurs axiaux, tous capa-
bles de tenir leur place. C’est une
excellente chose, parce que le Mou-
loudia aura besoin de l’ensemble de
ses joueurs durant la saison à venir,
d’autant plus qu’il est aussi
concerné par une compétition conti-
nentale, en sus de la Coupe d’Algé-
rie.
Et en ce qui vous concerne ?
J’ai joué dans des clubs qui
m’ont permis de m’épanouir. Je
connais mes capacités et je sais
gérer la pression. J’ai été découvert
par la JSK alors que j’évoluais sous
les couleurs de WA Rouiba. Chez
les Canaris, j’ai appris énormément
de choses, qui m’ont permis d’évo-
luer dans ma carrière. Ensuite,
n’ayant pas eu par la suite la
confiance du staff de l’époque après
mon retour de blessure, j’ai fait le
choix du MC El-Eulma. Ce club
m’a permis de rebondir et d’être là
où je suis aujourd’hui. Je tiens à re-
mercier tous ceux qui m’ont aidé et
soutenu, que ce soit à Rouiba, à la
JSK ou au MCEE. Je ne garde que
de bons souvenirs de ces clubs.
Le MCEE ne voulait pas vous
libérer, pourtant...
C’est normal. Il me restait une
saison de contrat avec eux et les di-
rigeants du club tenaient à moi. Je
les en remercie vivement, parce
qu’ils ont toujours été très corrects
avec moi. Il a fallu que j’insiste pour
qu’on accepte de me libérer au
MCA, à un prix raisonnable, après
avoir exigé au départ une somme
impossible. Je garderai du MCEE et
de la ville d’El-Eulma un très bon
souvenir parce qu’on m’a toujours
bien considéré et respecté.
Prêt donc pour une grande sai-
son avec le Mouloudia, qui a de
grandes ambitions cette année…
Tout à fait ! Lorsqu’on porte les
couleurs d’un club aussi prestigieux
que le Mouloudia, on sait bien à
quoi s’en tenir. Il faut être capable
d’assumer.
On ne manque de rien au MCA,
qui est un club très bien organisé.
On a un entraîneur et un staff tech-
nique de qualité qui nous permettent
d’avancer et de bien progresser. Le
groupe est homogène et on s’est
promis de travailler dans un bon état
d’esprit et d’être solidaires entre
nous. Il faut accepter les choix du
coach et redoubler d’efforts à l’en-
traînement. On a un formidable pu-
blic et on fera tout pour le satisfaire.
Entretien réalisé par
Mohamed-Amine Azzouz
ENTRETIEN
FC GRENADE
Yebda entre West Bromwich Albion
et Swansea
L’international algérien Has-
san Yebda, en fin de contrat avec
le club espagnol de football de
Grenade, pourrait atterrir en An-
gleterre, où deux clubs locaux se-
raient fortement intéressés par ses
services, annonçait lundi soir le
journal L’Equipe. Il s’agit de West
Bromwich Albion et Swansea,
deux pensionnaires de la Premier
League qui auraient privilégié la
piste du milieu de terrain algérien pour ses
qualités techniques et son expérience, mais
également pour le fait qu’il soit actuellement
libre de tout engagement. Une situation qui
leur évitera des dépenses supplémentaires
pour racheter sa lettre de libération. Yebda a
été prêté l’an dernier par Grenade
à Udine (Série A italienne) et c’est
au sein de cette équipe que son
contrat avec le club espagnol de
Grenade a expiré. Depuis, le
joueur a été annoncé dans plusieurs
clubs, y compris dans les pays du
Golfe, où la formation d’Al-Fujaï-
rah aurait sérieusement songé à
l’engager, au même titre que son
coéquipier en équipe nationale,
Madjid Bougherra. Mais il semble que même
à 30 ans, Yebda continue de séduire d’impor-
tantes écuries européennes, particulièrement
en Angleterre, et c’est peut-être au sein d’une
d’entre elles qu’il pourrait se relancer pro-
chainement.
SPORTING LISBONNE
Une revalorisation salariale
pour Islam Slimani
La direction du Sporting Lis-
bonne (division 1 portugaise de
football) songerait à revoir les condi-
tions contractuelles de l’attaquant
international algérien, Islam Slimani,
en optant pour une revalorisation sa-
lariale, rapporte hier le site du quo-
tidien local A Bola. Cette
augmentation de salaire intervient au
moment où les médias locaux ont
évoqué un éventuel départ de Sli-
mani cet été, notamment après ses excellentes
prestations avec l’équipe algérienne au Mon-
dial 2014 au Brésil. L’ancien goleador du CR
Belouizdad (Ligue 1 algérienne) avait réussi un
bon parcours avec les Verts lors de la dernière
Coupe du Monde au Brésil, avec à la clé deux
buts (ndlr, face à la Corée du Sud et
la Russie), suscitant par la même oc-
casion l’intérêt de plusieurs clubs eu-
ropéens, à l’image de Trabzonspor
(Turquie), dirigé par l’ancien coach
national, Vahid Halilhodzic, et West
Ham (Angleterre). Ces deux forma-
tions ont proposé 7 millions d’euros
chacun pour racheter le contrat de
l’international algérien. Mais la
transaction n’a pu être conclue du
moment que le président du Sporting, Bruno
De Carvalho, en a exigé 12 millions. Ayant re-
joint le club de la capitale portugaise la saison
dernière pour un contrat qui court jusqu’en
2017, la direction du Sporting a fixé la clause
libératoire de Slimani à 30 millions d’euros.
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 104.68
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.341 $
SAHARA OCCIDENTAL-
MAROC
La militante française
Michelle Decaster
enlevée à Tanger
La présidente
de l'Association
française d'amitié
et de solidarité
avec les peuples
a f r i c a i n s
(AFASPA), Mi-
chelle Decaster, a
été enlevée lundi
à Tanger
(Maroc), a rap-
porté hier
l'agence de presse
sahraouie (SPS),
citant une source
proche de la mili-
tante. Selon la même source, Michelle De-
caster se trouve à Tanger dans le cadre
d'une campagne de "soutien à la militante
marocaine des droits de l'Homme, Wafa
Cherafi, opposée à la justice de son pays
après avoir accusé la police marocaine de
l'avoir torturée". La présidente de
l'AFASPA avait été interpellée à l'aéroport
d'El-Ayoun occupée par les forces d'occu-
pation marocaines qui l'ont empêchée de se
rendre dans les territoires occupés du Sa-
hara occidental. Dans une lettre envoyée
par e-mail, elle a dénoncé, son arrestation
"par la force", ajoutant avoir porté plainte
devant le consulat de France à Casablanca.
AIR ALGÉRIE
Incident sans gravité
d’un avion à l’aéroport
de Lille
La compagnie nationale Air Algérie a dû
recourir à un avion de substitution pour
transporter des passagers, hier à Lille, après
qu’un de ses appareils eut fait une sortie de
piste avant son décollage de l’aéroport de
cette ville française à destination d’Alger, a-
t-on appris auprès de la compagnie.
“Lors de son dernier jour d’exploitation,
le contrat d’affrètement arrivant à terme le
12 août 2014, l’avion Airbus A330, assurant
la liaison Lille-Alger a subi un incident tech-
nique mineur au sol, ce qui a provoqué un
retard du vol”, précise un communiqué de la
compagnie.
Le vol, qui était prévu à 14 heures, a été
retardé de deux heures à cause de cet inci-
dent sans conséquence, précise-t-on encore.
Selon les précisions de la même source,
après avoir roulé pendant cinq minutes,
l’avion a quitté la piste et s’est enlisé sur le
bas-côté avant de s’immobiliser et d’évacuer
les passagers.
“La compagnie a pris toutes les disposi-
tions nécessaires pour l’acheminement des
passagers sur un autre avion dépêché à cet
effet”, ajoute le communiqué.
CONDOLEANCES
Le ministre des Affaires
étrangères, le ministre délégué
chargé des Affaires maghrébines, le
secrétaire général et le directeur
général de la communication, de
l’information et de la documentation,
porte-parole du ministère des
Affaires étrangères, très affectés par
le décès tragique de Nadir
Bensebaa, présentent aux membres
de sa famille leurs sincères
condoléances et les assurent, en cette
pénible circonstance, de leur
profonde compassion. Ils prient
Allah Le Tout-Puissant d’accorder
au défunt Sa Sainte Miséricorde.
ANEP N° 139722 du 13-8-2014
Ayant appris avec une profonde tristesse le
décès du journaliste Khaled Djender, le prési-
dent du parti TAJ, M. Amar Ghoul, exprime en
son nom et au nom des cadres et militants du parti
à sa famille, ses amis et ses proches, ses sincères
condoléances les plus attristées, priant le Tout-
Puissant d’accorder au défunt sa Sainte Miséri-
corde.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retour-
nons.
CONDOLEANCES
ALGÉRIE-SALVADOR
Agrément à la nomination
du nouvel ambassadeur
d'Algérie
Le gouvernement de la République du Salvador a
donné son agrément à la nomination de M. Rabah
Hadid, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et
plénipotentiaire de la République algérienne
démocratique et populaire auprès de la République du
Salvador, avec résidence à Mexico, a indiqué hier le
ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.
LIBYE
Assassinat du chef de la police de Tripoli
"Le colonel al-Souissi a été assas-
siné par un groupe d'inconnus cagoulés
qui ont ouvert le feu sur son véhicule.
Deux hommes qui l'accompagnaient
ont été enlevés dans l'attaque" survenue
dans la banlieue-est de Tripoli, a indi-
qué une source des services de sécurité.
L'agence libyenne Lana a confirmé cet
assassinat en précisant que le colonel
al-Souissi avait succombé peu après
son transfert dans une clinique proche.
L'assassinat du chef de la police de Tri-
poli, intervient sur fond d'affronte-
ments meurtriers entre milices rivales
pour le contrôle de l'aéroport de la ca-
pitale libyenne.
GUERRE DE LIBÉRATION
Le camp de la mort d’Agouni N’Tizi ou le témoin
des atrocités du colonialisme
Chaque année, entre le 3 et le 17 août, les habitants des villages de la commune d’Illoula Oumalou à l’instar d’Ait Aziz, Mzeguene et
Lemsella, commémorent les massacres commis par l’armée coloniale à Agouni n’Tizi, un lieu-dit situé au col de Chellata, à 1.160 m
d’altitude dans le Djurdjura, et à plus de 70 km à l’extrême sud-est de la wilaya de Tizi-Ouzou.
D
es habitants du village
Mzguene, rencontrés sur
ce site ou l’Anza (la voix
de morts) rappelle aux vivants, la
mort cruelle réservée par les colo-
nisateurs à ceux qui les ont défiés.
Ils n’ont pas oublié les exactions
commises sur ce lieu et racontent
encore le sort abominable réservé
à 480 habitants de la région, qui
ont eu pour seul tort d’avoir refusé
de se soumettre au joug du colo-
nisateur. Le 3 août 1958, se rap-
pellent les vieux du village,
l’armée d’occupation a conduit
480 civils, des hommes, des
femmes, des enfants et des vieux
faits prisonniers dans le village de
Mzeguene et les hameaux voisins,
vers un camp improvisé au lieudit
Agouni n’Tizi, relevant du village
Ath Laaziz, et situé au niveau du
col de Chellata. Les 480 prison-
niers ont été détenus pendant 15
jours sous le soleil brûlant du
mois d’août, sans nourriture ni la
moindre goutte d’eau. "Un impor-
tant renfort a été installé pour sur-
veiller le camp et empêcher les
prisonniers de fuir et les habitants
des villages voisins de tenter une
quelconque action pour libérer
leur concitoyens. Les villageois
ont assisté impuissants, la mort
dans l'âme, à la lente et longue
agonie de leurs frères", témoigne
un ancien moudjahid, Arezki Mes-
bouaa, dit Arezki nAth Mesbah.
"Au bout de quelques jours de ce
supplice infernal, les premiers
morts sont enregistrés parmi les
moins résistants, notamment les
enfants.
Les plus tenaces étaient atta-
chés à des camions militaires qui
les tractaient jusqu'à la mort",
ajoute M. Mesbouaa, le regard
brouillé par les larmes qu’il ten-
tait vainement de cacher. Le cal-
vaire des détenus d’Agouni n’Tizi,
n’a cessé qu’au bout de 15 jours,
le 17 août 1958. "La gorge séchée
par la soif, des prisonniers parmi
ceux qui ont été libérés se sont
empressés de boire de l’eau et cer-
tains en sont morts sur le coup, té-
moigne-t-on. "Pas moins de 400
citoyens sont morts des suites des
tortures qui leur ont été infligées
par l’armée coloniale. Les 80 sur-
vivants, des miraculés aux allures
cadavériques, ont mis beaucoup
de temps pour récupérer et se re-
mettre d’une telle atrocité, qui ont
continué à agiter leur sommeil et
à les empêcher de dormir la nuit",
se rappelle Fatma, une octogé-
naire. Par ces atrocités, l’armée
coloniale a voulu faire payer aux
habitants de la région la défaite
infligée par leurs grands-parents
aux français en 1857.En effet, le
27 juin de cette même année, les
combattants de six archs de la ré-
gion ont réussi à repousser les
troupes françaises arrivées d’Ak-
bou (Bejaia) via le col de Chel-
lata. "Lors de cette la bataille, qui
s’est déroulée à Achedhadh
N’Tzibert (col de Chellata), une
cuisante et humiliante défaite a été
infligée à l’armée coloniale", té-
moignent Arzeki Mesbouaa et M
e
Amghar Allaoua, avocat et fils de
chahid, natif de la région. Au-
jourd’hui, un monument a été
érigé à la mémoire de ceux qui ont
donné leur vie pour que l’Algérie
vive indépendante et libre. Sur ce
monument, s’égrènent des noms
des victimes de ce génocide, une
liste incomplète car les corps de
beaucoup de morts n’ont pas été
retrouvés. Sur une plaque en mar-
bre, il est écrit : "Ici, à Agouni
N’Tizi, une nouvelle page d’his-
toire de l’Algérie contemporaine
a été écrite par des gens du peuple
dans leur lutte pour la liberté et la
dignité". Sur le même site, une
plaque rongée par la rouille et
plantée avant la réalisation du mo-
nument, à quelques dizaines de
mètres de celui-ci, une invitation
est lancée aux visiteurs de cet en-
droit pour respecter ce lieu histo-
rique où des centaines de martyrs
sont tombés pour que vive l’Algé-
rie : "Les visiteurs sont tenus de
respecter le lieu et de veiller à sa
propreté". Arzeki Mesbouaa et M
e
Amghar Allaoua, espèrent qu’un
jour une stèle commémorative
vienne rappeler cette glorieuse ba-
taille et rappeler à la jeune géné-
ration l’union et la solidarité de
toute une région pour défendre sa
dignité et sa liberté.
DROGUE, CRIME ORGANISÉ ET TERRORISME AU SAHEL
Une relation évidente
Le monde est aujourd’hui parfaitement
conscient de l’évidence de la relation entre le
trafic de drogues, le crime organisé et les
groupes terroristes dans la région du Sahel
(africain), a soutenu hier à Boumerdès, le po-
litologue et consultant international, M’hand
Berkouk. "Le Maroc, qui est producteur et ex-
portateur de drogues, est devenu un foyer d’in-
stabilité et d’insécurité pour les Etats du
Maghreb arabe", a estimé le D
r
Berkouk, éga-
lement professeur- conférencier dans plusieurs
universités internationales, dans une commu-
nication sur "l’environnement sécuritaire ma-
ghrébin, étude géostratégique", animée dans le
cadre de l’université d’été du Front Polisario
et de la RASD, abritée par Boumerdes. Pour
preuve de cette "stratégie destructrice", il a
souligné que "72% des drogues saisies, à tra-
vers le monde, proviennent du Maroc, alors
que 95 tonnes de cannabis, en provenance du
même Etat, ont été saisis en Algérie durant le
premier semestre 2014, soit l’équivalent de
100 millions de cigarettes de kif, représentant
une moyenne de trois cigarettes pour chaque
citoyen algérien". Tous ces in-
dices plaident pour l’impératif
de classement du Maroc, par
les organismes internationaux,
comme étant un "pays produc-
teur et exportateur de
drogues", dans l’objectif de lui
faire "assumer ses responsabi-
lités" vis-à-vis de la commu-
nauté internationale, aux fins
de "mettre un terme" à ce trafic
dangereux, a encore estimé le D
r
Berkouk. "Ci-
bler l’Algérie pour ses positions tranchées à
l’égard de la question sahraouie" est l’autre vi-
sage de la politique d’instabilité pratiquée par
le régime marocain, qui veut convaincre les
Marocains de "l’existence d’un ennemi exté-
rieur menaçant son unité territoriale", a-t-il en-
core souligné. Il a, en outre, estimé que les
"services stratégiques" accordés par le Maroc
au profit de pays étrangers, à l’instar de l’au-
torisation de la présence de forces militaires
étrangères sur son territoire, ou encore la par-
ticipation des forces marocaines dans des in-
terventions militaires étran-
gères, réalisées dans des pays
arabes et africains "sont une
menace grave pour la sécurité
et la stabilité de toute la ré-
gion". Il a, aussi, cité la pour-
suite de l’occupation du
Sahara Occidental, de même
que la "conception expansion-
niste" caractérisant la culture
politique marocaine, qui "ne
croit pas en la stabilité de la région", à travers,
notamment sa non reconnaissance, à ce jour,
de la "souveraineté de la Mauritanie sur ses
terres", et sa "revendication d’une partie des
terres algériennes", comme des preuves évi-
dentes que cet Etat est "un foyer de tension et
d’instabilité pour la région". La construction
d’une approche sécuritaire commune, via l’axe
Algérie-Tunisie û Mauritanie, est désormais un
"impératif vital" pour ces pays, afin de "faire
face aux menaces, dont ils font l’objet, parti-
culièrement le terrorisme et l’intervention
étrangère", a-t-il assuré, d’autre part.
CHAMPIONNATS D’AFRIQUE
D’ATHLÉTISME (800 M)
Médaille de bronze pour l’Algérien
Taoufik Makhloufi
L’athlète algérien, Taoufik Makhloufi, a remporté la médaille de bronze au 800m
des 19
es
championnats d’Afrique d’athlétisme (10-14 août), disputés hier soir à Mar-
rakech (Maroc). Le champion olympique du 1500 m a réalisé un temps de 1:49.08,
derrière le Botswanais Nigel Amos (1:48.54) et l’Ethiopien Mohamed-Aman Geleto
(1:48.74). Grâce à cette médaille de bronze, l’Algérie obtient une deuxième médaille
dans la compétition, après l’or décroché par Larbi Bouraâda au décathlon. De son
côté, Saber Boukmouche a terminé à la dernière place de la finale du 400 m haies
signant un temps de 50.67, alors que la médaille d’or est revenue au Sud-Africain
Cornel Fredericks (48.78).