You are on page 1of 8

Conférence de Berlin

Dessin montrant les participants à la conférence de Berlinen 1885.
Généralités
Type
Pays
Empire allemand
Localisation Berlin
Date Du 15 novembre 1884 au 26 février 1885
Participant(s)
Otto von Bismarc! "aul von #at$feldt (en)! %lemens
Busc& (en) et #einric& von 'ussero( (de)
Emeric& )$éc&én*i de )+rv+ri ,els-./idé
0abriel 1u2uste van der )traten."ont&o$ (de) et 1u2uste 3ambermont
Emil von /ind
,rancisco de Benomar
4o&n 1. 'asson (en) et #enr* )&elton )anford
1lp&onse %&odron de %ourcel
Ed(ard 5alet (en)
Eduardo de 3auna*
"&ilipp van der #oeven
1nt6nio 4osé da )erra 0omes (pt) et 1nt7nio de )erpa "imentel
"ierre 'apnist (ru)
0illis Bildt (en)
5e&med )aid "a8a (en)
modifier
La conférence de Berlin, qui s'est tenue de novembre 1884 à février 1885, fut organisée par le
chancelier Bismarc a!n d'établir les r"gles qui devaient présider à la colonisation de l'#frique$
Britanniques, %ran&ais, #llemands, Belges, 'ortugais, (taliens se lanc"rent dans l'intérieur de
l'#frique, qui fut partagé par les )uropéens en moins de quin*e ans, au pri+ de guerres contre
les ro,aumes africains qui !nirent par -tre vaincus$$$ La balanisation de l'#frique se !t au
mépris des peuples, des cultures et des langues par un découpage anarchique des puissances
coloniales$$$La colonisation s'imposa par la force. /ne nouvelle religion fut imposée, une
nouvelle langue fut imposée, une nouvelle culture fut imposée$$$ L'identité du peuple #fricain se
dissout petit à petit au point qu'il ne n', rendit pas compte et s'en accommoda$
#vant la balanisation de l0#frique 12a3a4 en 1885, les populations de ce continent vivaient en
harmonie 1ce qui ne veu+ pas dire qu'il n' avait pas de guerre mais que les choses étaient
régies par un 5676)4 dans des ro,aumes dont les fronti"res naturelles étaient dé!nies par les
groupes ethniques qui composaient ces ro,aumes$ Les états africains actuels au+ fronti"res
arti!cielles tracées et voulues par le colonisateur sont totalement arbitraires et non8
signi!catives et ne peuvent garantir l'intégrité des populations et la stabilité des régions$
9ar, la plupart des communautés ethniques se retrouvent divisées, vivant en frustration sous
des r"gles souvent en contradiction avec l0épanouissement de leurs cultures$ Le résultat est le
nombre croissant de con:its et instabilités sociales qui se produisent de plus en plus,
compromettant ainsi le développement de l0#frique, ce continent qui regorge pourtant des plus
grandes richesses de la plan"te$
;5;, les africains ne sont pas maudits< (ls sont désintégrés, morcelés comme l'est leur
continent$ =ans le savoir, ils ont perdu leur identité, la quintessence de leur -tre$ 9ar, l'histoire
de l'indépendance de l'#frique ressemble à l'allégorie de l'esclave a>ranchi qui vo,ant ses
cha?nes enlevées se croit libre alors qu'il est tou@ours emprisonné dans une cage intangible.
celle du conditionnement$
'our se libérer, l'#fricain doit reconquérir et se réapproprier son Aistoire, Aistoire oubliée et
falsi!ée oB l'Aomme ;oir 1le 2amite4 était à la fois respectée, craint et adulé 1comme un 7ieu4
car il détenait le spectre des =ciences et du =avoir et de la =piritualité$ Le véritable blocage de
l'#frique n'est pas ph,sique 1balanisation en 1884818854 mais ps,chologique 1inconscient4 car
L'Aomme en con:it avec lui8m-me ne peut espérer une libération totale de son -tre$
L'Afrique coloniale en 1913 : la partition d'un continent.
• Allemagne
• Belgique
• Espagne
• France
• Grande-Bretagne
• talie
• !ortugal
• "tats ind#pendants $Empire d'"t%iopie& Li'eria(
La conférence de Berlin marqua l)organisation et la colla'oration europ#enne pour le partage et la di*ision de
l)Afrique. +ette conf#rence commen,a le 1- no*em're 1../ 0 Berlin et finit le 12 f#*rier 1..-. 3 l'initiati*e
du !ortugal et organis#e par Bismarc4& l)Allemagne& l)Autric%e-5ongrie& laBelgique& le 6anemar4& l'empire
ottoman& l)Espagne& la France& la Grande-Bretagne& l)talie& les!a7s-Bas& le !ortugal& la 8ussie& la 9u:de-
;or*:ge ainsi que les "tats-<nis 7 particip:rent. <ne conf#rence ant#rieure
1
fit d#'uter le d#'at sur la conqu=te
des +ongos
1
et amor,a ainsi le d#'ut des luttes coloniales. La conf#rence de Berlin a'outit donc 0 #dicter les
r:gles officielles de colonisation. L)impact direct sur les colonies fut une *ague europ#enne de signature de trait#s.
+onte>te
!endant de longues ann#es& l'int#rieur du continent africain& sou*ent difficile d'acc:s& n'a pas int#ress# les
puissances europ#ennes qui se contentaient d'7 #ta'lir des escales ou des comptoirs de commerce. 6ans la
seconde moiti# du ??
e
si:cle& l'app#tit des puissances Europ#ennes est stimul# par la d#cou*erte de ric%esses
insoup,onn#es& 0 l'image des mines de diamants du@rans*aal d#cou*ertes en 1.2A. 6urant les ann#es 1..B& les
*is#es colonisatrices europ#ennes en Afrique s'intensifient Cusqu'0 cr#er des tensions entre les diff#rentes
puissances. En 1..1& la France occupe la @unisie
3
& froissant au passage la suscepti'ilit# de l'talie& pose ses
premiers Calons dans les territoires constituant l'actuelle 8#pu'lique du +ongo et s'empare de la Guin#e en 1../.
En 1..1& le 8o7aume-<ni s'empare de l'"g7pte& une pro*ince de l'Empire ottoman a*ant de se tourner *ers
le9oudan et l'actuelle r#gion du 9omaliland $que les colonisateurs d#nommeront en 1../ 9omalie 'ritannique(.
En 1..-& l'talie prend possession d'une partie de l'"r7t%r#e& alors que l'Allemagned#clare en 1../ a*oir pris
possession du @ogo& du +ameroun& du 9ud-Duest africain $l'actuelle;ami'ie( et de l'Afrique orientale
allemande en 1..-.
La concurrence engendr#e par l'e>ploration du 'assin du +ongo $1.A/-1.AA( par 5enr7 Eorton 9tanle7& qui efface
l'une des derni:res terra incognita de la carte du continent
/
& conduit 0 l'organisation de la conf#rence de Berlin.
En 1.A2& la conf#rence de g#ograp%ie de Bru>elles $11-19 septem're 1.A2( a*ait #t# con*oqu#e par le roi des
Belges L#opold afin d'en*o7er des e>p#ditions au +ongo pour les motifs pr#sum#s d'7 a'olir la traite des
;oirs maintenue par les ara'es et& selon ses propres termes& de F ci*iliser G le continent africain. Elle a'outit 0 la
cr#ation de l'Association internationale africaine. 6:s 1.A.& le roi L#opold saisit l'occasion de la tra*ers#e du
continent par 5.E 9tanle7 pour l'in*iter 0 se Coindre au> tra*au> de la nou*elle association.
En 1.A.& la Belgique cr## aussi l'Association internationale du +ongo qui pr#sente des o'Cectifs plus e>plicitement
#conomiques H elle reste toutefois en relation a*ec l'Association internationale africaine qui lui offre un para*ent
p%ilant%ropique. 9tanle7 est c%arg# de retourner au +ongo a*ec la mission secr:te d'#ta'lir un "tat& le futur "tat
ind#pendant du +ongo& dont il serait le c%ef au nom de l'Association internationale africaine.
6ans le m=me temps& la France affirme son int#r=t pour la r#gion : l'officier !ierre 9a*orgnan de BraIIa remonte
le 'assin du +ongo pour fonder BraIIa*ille en 1..1. Le !ortugal& qui s'appuie sur des trait#s ant#rieurs sign#s
a*ec l'Empire Jongo& re*endique une sou*erainet# sur ces m=mes territoires. l passe le 12 f#*rier 1../ un
accord a*ec le 8o7aume-<ni pour 'loquer l'acc:s de l'oc#an Atlantique 0 l'Association internationale du +ongo. Le
!ortugal con,oit alors l)id#e d)une conf#rence internationale pour le partage de cette r#gion. L)id#e fut
imm#diatement reprise par l)Allemagne a*ec le c%ancelier Bismarc4 qui con*oqua la +onf#rence de Berlin le 1/
no*em're 1../.
La conf#rence
Bismarc4 se pose en m#diateur de la crise& profitant de l'occasion pour affirmer un peu plus le rKle central de
l'Allemagne dans le concert des nations. LuatorIe puissances participent au> d#'ats : Allemagne& Autric%e-
5ongrie& Belgique& 6anemar4& Empire ottoman& Espagne& "tats-<nis& France& Grande-Bretagne& talie& !a7s-
Bas& !ortugal& 8ussie& 9u:de. Les peuples et les rois africains sont tenus 0 l'#cart de toutes les discussions. La
conf#rence pr#sente un ordre du Cour plus important que la simple question congolaise. Dn 7 parle principalement
de la li'ert# de na*igation et de commerce ainsi que des modalit#s d'installation sur les cKtes.
6eu> conceptions s'opposent. 6'un cKt#& Bismarc4 entend garantir la li'ert# de na*igation et de commerce dans
toute la Ione. 6e l'autre& le !ortugal& soutenu par le pr#sident du conseil fran,ais Mules Ferr7& con,oit
lescolonies comme un monopole commercial d#tenu par la m#tropole. Au final& la conf#rence #ta'lit une li'ert# de
commerce #tendue dans les 'assins du+ongo et du ;iger& mis 0 part dans le domaine du transport d'armes.
Les fronti:res du nou*el "tat sont fi>#es : au total& L#opold de Belgique re,oit& 0 titre personnel& deu> millions et
demi de 4ilom:tres carr#s qui de*iendront plus tard l'"tat ind#pendant du +ongo
-
. Au nord-ouest de l'"tat ainsi
form#& -BB BBB 4m
1
re*iennent 0 la France $'ientKt 'aptis# +ongo-BraIIa*ille(. La France se *oit aussi attri'uer la
partie int#rieure du ;iger dont le 8o7aume-<ni contrKle le delta. 6u cKt# allemand& on esp:re que les concessions
territoriales faites 0 la France att#nueront le ressentiment n# de la perte de l'Alsace-Lorraine 0 la suite de la guerre
franco-prussienne de 1.AB. Le !ortugal a'andonne ses pr#tentions au nord de l'estuaire du +ongo& sauf en ce qui
concerne l'encla*e de +a'inda.
Acte général
9on F acte G& le 13 f#*rier 1..-& #ta'lit les points sui*ants :
• @oute puissance europ#enne install#e sur la cKte peut #tendre sa domination *ers l'int#rieur Cusqu'0
rencontrer une F sp%:re d'influence G *oisine. Eais le trait# e>clut le principe de l'hinterland qui
permet l'anne>ion automatique de l'arri:re-pa7s par un "tat maNtrisant son littoral.
Or#f. n#cessaireP
• l ne peut 7 a*oir anne>ion que par l'occupation effecti*e du terrain et les trait#s conclus a*ec les
populations indig:nes doi*ent =tre notifi#s au> autres nations colonisatrices.
• Li'ert# de na*igation sur les fleu*es ;iger et +ongo et li'ert# de commerce dans le 'assin du
+ongo.
• nterdiction de l'escla*age.
• La +onf#rence a& enfin& pris acte de l'e>istence de l'"tat ind#pendant du +ongo en tant que
puissance sou*eraine
2
& territoire appartenant en propre au roi L#opold de Belgique $et qui
de*iendra une colonie 'elge en 19B.(. La France o'tient la reconnaissance de son autorit# sur la ri*e
droite du +ongo et de l)Du'angui.
La +onf#rence de Berlin rappelle l)interdiction de la traite et in*ite les signataires 0 contri'uer 0 son e>tinction.
La notion de F sp%:re d'influence G apparaNt pour la premi:re fois dans un trait# international 0 cette occasion
Découpages bilatéraux
• Portugal - Royaume-Uni : le gou*ernement portugais pr#sente un proCet connu sous le nom de
F +arte rose G dans lequel les colonies de l'Angola et du EoIam'ique #taient r#unies sur un a>e est-
ouest. @ous les pa7s r#unis& 0 l'e>ception du 8o7aume-<ni& sont pr=ts 0 ent#riner ce proCet. En 1.9B&
le gou*ernement 'ritannique& en *iolation du trait# de Qindsor et du trait# de Berlin lui-m=me& lance
un ultimatum demandant que les !ortugais se retirent de la Ione situ#e entre les deu> colonies. +et
espace sera une diIaine d'ann#es plus tard occup# par la 8%od#sie de la B9+A 'ritannique.
• France - Royaume-Uni : une ligne courant depuis 9a7 au ;iger Cusqu'0 Baroua& sur la cKte nord-est
du lac @c%ad& d#termine la Ione d#*olue 0 c%acun des deu> pa7s. La France se *oit doter du
territoire situ# au nord de cette ligne et le 8o7aume-<ni la Ione au sud de la limite. Le 'assin
du ;il reste la propri#t# des Britanniques. 6e plus& entre le onIi:me et le quinIi:me degr#
de longitude& la fronti:re passera entre le ro7aume du DuaddaR& qui sera fran,ais& et
le 6arfour au 9oudan& qui sera 'ritannique. En r#alit#& une Ione tampon de 1BB 4ilom:tres est mise
en place entre le *ingt-et-uni:me et le *ingt-troisi:me parall:le. Le contentieu> sera le*# en 1.9. 0
l'issue de la crise de Fac%oda.
• France - Allemagne La Ione situ#e au nord de la ligne form#e par l'intersection du quatorIi:me
parall:le et Eiltou est consid#r#e comme fran,aise& celle situ#e au sud-est allemande.
• Royaume-Uni - Allemagne La ligne de d#marcation entre les colonies des deu> pa7s est form#e par
une ligne passant par Sola& sur la ri*i:reB#nou#& 6i4oa& en remontant Cusqu'au lac @c%ad.
• France - Italie L'talie se *oit attri'uer la Ione comprise dans le quadrilat:re form# par le @ropique du
+ancer& le quinIi:me parall:le et les di>-septi:me et *ingt-et-uni:me m#ridiens.
+ons#quencesOmodifierP
La conf#rence de Berlin n'a pas partag# l'Afrique entre les puissances coloniales& elle ne fait qu'#ta'lir les r:gles
de ce partage. Eais elle n'a pas pu emp=c%er les conflits entre colonisateurs& comme le montrent la crise de
Fac%oda en 1.9. et les crises marocaines de 19B- et 1911.
Bi'liograp%ie
• Adam 5oc%sc%ild& Les fantômes du roi Léopold - La terreur coloniale dans l’État du Congo, 1884-
1908& @allandier& 1BBA
• Luigi ;uIIo& Colonial La& European 5istor7 Dnline& Ea7ence: nstitute of European 5istor7& 1B1B&
consult# le 1. f#*rier 1B13.
• 5enri Qesseling& Le partage de l’!fri"ue - 1880-1914& Folio 5istoire Gallimard& 1BB1
Filmograp%ie
• MoTl +almettes& #erlin 188$, la ruée sur l%!fri"ue& 1B1B $E6'(
;otes et r#f#rences
U La +onf#rence g#ograp%ique de Bru>elles $1.A2(.
1$ U Le pa7s du +ongo fut di*is# en trois parties& pr#cis#ment : le +ongo L#opold*ille pris par les Belges& le
+ongo BraIIa*ille pris par la France et l)Angola qui appartenait %istoriquement au !ortugal. @outes ces
r#gions formaient l)e>-ro7aume du +ongo.
C$ U Le 11 mai& le trait# du Bardo fait de la @unisie un protectorat fran,ais.
D$ U Le 8Vanda ne sera d#cou*ert par les Europ#ens qu'en 1.9/.
4$ U @outes c%arges et toutes responsa'ilit#s sont d#clin#es par la Belgique& comme le confirmera l'article 21
de la +onstitution *ot#e& les 1. et 3B a*ril 1..-& par la +%am're des repr#sentants 'elge. L#opold l:guera
toutefois ce territoire 0 la Belgique en 19B..
5$ U La reconnaissance de l'A+ est le produit d'une s#rie de trait#s 'ilat#rau> sign#s entre le 11 a*ril 1../ et
le 12 f#*rier 1..- entre celle-ci les diff#rentes puissances coloniales. !our la question de la
WreconnaissanceW de l'A+ en tant que puissance sou*eraine& *oir M. 9@E;GE89& Congo, &'thes et réalités&
Bru>elles& 8acine& 1BB-& pp.93-92
Lien e>terne
• Acte g#n#ral de la +onf#rence de Berlin
+e mod:le comprend treiIe des quatorIe puissances pr#sentes& l'Empire d'Autric%e-5ongrie& disparu
depuis de l'#c%iquier& #tant d#pour*u de colonies d'outre-mer.
Diplomatie des grandes puissances (18711!1")
Les Européens passent tout leur temps sur la planète pour développer de
plus en plus dangereuses armes pour faire la guerre, alors que les Africains
étudiaient l'univers, le changement des saisons, a inventé la littérature, les
arts, l'architecture, les mathématiques, l'écriture, le calendrier, la médecine,
priaient leurs dieux, momifé leurs morts, se préparaient à la vie après la
mort, inventé, même la perruque que tant de femmes noires encore se parer
En !ref, ils ont construit ce que nous considérons au"ourd'hui comme la
civilisation
Lorsque les Européens ont vu les splendeurs de l'Afrique, ils se sont sentis
humiliés, inférieur, incompétent parce qu'ils n'avaient rien construit similaire
en Europe, à l'exception des armes de guerre
En conséquence, deviennent envieux, ils ont commencé à conspirer pour
conquérir l'Afrique et l'esclavage des Africains Et c'est exactement ce qu'ils
ont fait #onc ce qui a été promu en tant que civilisation occidentale depuis
les $%% dernières années, n'est rien d'autre que la civilisation africaine que
tout simplement ils ont confsqué et proclamé que la leur &eace and Love
Amon 'e ( Amen 'a Amour, la )agesse et la &uissance A*henaton