OMA-Rem Koolhaas

Rem Koolhaas
New York Délire 1978 New York Délire, 1978
Laboratoire de théorie et d’histoire 1
Prof. Jacques Lucan
OMA - Rem Koolhaas
Projet pour la ville
nouvelle de Melun-Sénart
1987
"Le bâti, le plein, est désormais incontrôlable, livré tous azimuts à des forces
politiques, financières, culturelles qui le plongent dans une transformation
perpétuelle. On ne peut pas en dire de même du vide; il est peut-être le dernier
sujet où les certitudes sont encore plausibles."
(dans Patrice Goulet (dir.), OMA-Rem Koolhaas. Six projets, Paris-Rome, Institut
français d'architecture / Éditions Carte Segrete, 1990, p.91)
Page extraite de
Content Content
2003
OMA - Rem Koolhaas
Dominique Perrault
James Stirling
"La bibliothèque est interprétée comme un bloc solide d'informations, un
emmagasinage de toutes les formes de mémoire: livres, disques optiques,
microfiches, ordinateurs...
Dans ce bloc, les espaces publics sont définis comme des absences de bâti, vides
creusés dans le massif d'information.
Elles se présentent comme de multiples embryons - flottant dans le magasinage -
chacun doté d'un placenta technologique singulier chacun doté d un placenta technologique singulier...
Puisqu'elles ont été définies comme des creux, la spatialité des bibliothèques
individuelles peut être explorée selon leur logique inhérente, indépendamment l'une
de l'autre, de l'enveloppe externe et des contraintes habituelles de l'architecture,
ê d l i d l i é " même des lois de la gravité."
(dans Patrice Goulet (dir.), OMA-Rem Koolhaas. Six projets, Paris-Rome, Institut
français d'architecture / Éditions Carte Segrete, 1990, p. 295)
"Bigness or the Problem of Large »
Domus Milan n°764 octobre 1994 repris in O M A Rem Koolhaas & Bruce Mau Domus, Milan, n 764, octobre 1994, repris in O.M.A. Rem Koolhaas & Bruce Mau,
S,M,L,XL, Rotterdam-New York, 010 Publishers/Monacelli Press, 1995, pp.495-516.
1
G ( G Au-delà d'une certaine masse critique, un bâtiment devient un GRAND Bâtiment (a BIG
Building). Une telle masse ne peut plus être contrôlée par un seul geste architectural, ou
même par aucune combinaison de gestes architecturaux. Cette impossibilité déclenche
l'autonomie de ses parties ce qui est différent d'une fragmentation : les parties restent l autonomie de ses parties, ce qui est différent d une fragmentation : les parties restent
soumises à l'ensemble.
2
L'ascenseur - avec ses capacités d'établir des relations mécaniques plutôt
qu'architecturales - et les inventions qui lui sont liées rendent nul et non avenu le
répertoire classique de l'architecture. Les problèmes de composition, d'échelle, de
proportion, de détail sont maintenant hypothétiques.
L'"art" de l'architecture est inutile dans BIGNESS.
3
Dans BIGNESS la distance entre le coeur (core) et l'enveloppe (envelope) Dans BIGNESS, la distance entre le coeur (core) et l enveloppe (envelope)
augmente au point que la façade ne peut plus rien révéler de ce qui se passe à
l'intérieur. L'attente "humaniste" d'honnêteté est condamnée; l'architecture intérieure
et l'architecture extérieure deviennent des projets indépendants, l'une est liée à
l'instabilité des demandes programmatiques et iconographiques, l'autre - agent de
désinformation - offre à la ville l'apparente stabilité d'un objet. Là où l'architecture
révèle, BIGNESS rend perplexe; d'une addition de certitudes BIGNESS fait de la
ville une accumulation de mystères ville une accumulation de mystères.
Ce que vous voyez n'est plus ce que vous trouvez.
4
A cause uniquement de leur taille, de tels bâtiments se situent dans un domaine
( ) amoral (amoral), au-delà du bien et du mal.
Leur impact est indépendant de leur qualité.
5
Ensembles, toutes ces ruptures - par rapport à l'échelle, à la composition , p p pp , p
architecturale, par rapport à la tradition, à la transparence, à l'éthique - impliquent la
rupture finale la plus radicale : BIGNESS ne fait plus partie d'aucun tissu (tissue).
Il existe; au plus, il coexiste.
S é é t f k t t Son présupposé est fuck context.
Euralille, Lille, après 1987, OMA-Rem Koolhaaas, urbaniste

Related Interests