Le conseil municipal vient d'être installé.

Il s'agit d'un rituel républicain important toujours solennel et empreint d'émotion même pour ceux qui l'ont déjà vécu. Ce 1er conseil a une importance particulière car il marque la fin d'une époque. Une page de l'histoire de Saint-Maur se tourne, aujourd'hui. Une page qui fut difficile pour beaucoup d'entre nous, pour vous, monsieur le maire, pour certains des conseillers qui sont à vos côtés. Le respect qui est une valeur que l'on doit à tous, y compris à ceux qui sont ses adversaires politiques, n'a pas été, c'est le moins que l'on puisse dire, la valeur la plus couramment pratiquée ces dernières années. Comme beaucoup de Saint-Mauriens, j'étais présent dimanche soir dans cette même salle pour la proclamation des résultats. Comme beaucoup, j'ai ressenti un moment de joie lorsque j'ai eu confirmation de la défaite de l'équipe sortante. Je voulais monsieur le Maire vous féliciter pour votre élection. De manière tout à fait sincère. Vous avez fait campagne, vous avez présenté votre projet aux saint mauriens, vous l'avez expliqué, débattu en réunion. Ce projet, même s'il ne me convient pas, a été validé par une majorité de personnes. Vous avez donc la légitimité nécessaire pour le mettre en œuvre. Mais monsieur le Maire, vous ne devez cependant pas oublier que l'abstention fut forte et que certaines des voix qui se sont portées sur vous ne sont pas loin s'en faut des voix d'adhésion. Vous allez avoir à gérer une ville qui souffre de nombreux déséquilibres. Finances locales en piteux état, pénurie de logements sociaux, déficit en matière d'accueil de la petite enfance, gestion archaïque de services publics (collecte des déchets), clientélisme important et déficit démocratique important. Les Saint-Mauriens ont soif de changement. Ils nous l'ont dit pendant la campagne, ils vous l'ont dit aussi. Parce que les attentes sont fortes, les réponses que vous apporterez devront être à la hauteur de ces attentes. Vous avez en face de vous une gauche moderne, une gauche qui a envie de travailler. C'est une chance pour vous, monsieur le maire, si vous savez la saisir. Mais gauche moderne ne veut pas dire gauche de perpétuels compromis. Vous savez quelles sont nos priorités, le logement, l'éducation, la modernisation durable des services publics, la mise en œuvre de nouvelles solidarités. Sur tous ces points qui sont essentiels à nos yeux, nous ne transigerons pas. Il vous appartient maintenant de mettre en place une nouvelle gouvernance de la ville. Le conseil va devoir se réunir prochainement pour des délibérations d'importance : vote du budget, définition du nombre de commissions municipales et de leur périmètre, désignation des représentants des groupes au sein de ces commissions et au sein des organismes auxquels la ville participe. Pour ce qui nous concerne, vous le savez, nous souhaitons prendre toute notre place dans ce processus. Nous attendons donc des signes forts de changement sur tous ces points.