You are on page 1of 17

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
P. 4
« Les valeurs de Novembre
un guide pour la jeunesse »
LE MINISTRE DES MOUDJAHIDINE
À TÉBESSA :
P.7
M. Belaïz : « La ressource
humaine au cœur du projet
de modernisation »
RELANCE DU SYSTÈME
DE FORMATION DES CADRES
ET PERSONNELS DES
COLLECTIVITÉS LOCALES
P.6
« La formation
professionnelle, base
de développement »
M. NOUREDINE BEDOUI :
P.4
LES EFFORTS DE L'ALGÉRIE LIÉS
À LA PAIX ET À LA SÉCURITÉ
AU CENTRE DES ENTRETIENS
« L’autorité de
régulation de la presse
écrite sera installée
d’ici 6 à 8 mois »
COOPÉRATION
M. Sellal reçoit le président
du groupe parlementaire
d'amitié « France-Algérie »
M. HAMID GRINE
À CONSTANTINE :
P.3
« Un conseil interministériel
sur l'eau prochainement »
Laksaci dévoile
les grands axes de la
réforme prudentielle
M. ABDELWAHAB NOURI :
SYSTÈME BANCAIRE
P.8
P.9
l Crédits bancaires à l'économie :
hausse au 1
er
semestre 2014
«
L’AMBASSADEUR DE L’ÉTAT DE PALESTINE
À ALGER INVITÉ HIER DU FORUM
D’EL MOUDJAHID :
« La communauté internationale
et l’ONU doivent assumer leurs
responsabilités »
P.5
INTENSE ACTIVITÉ DE M. LAMAMRA À WASHINGTON
ET À NEW YORK
Les questions liées à la paix et la sécurité, notamment en Libye et au Mali, ont dominé les
entretiens du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à la faveur de sa visite
entamée vendredi dernier à Washington, faisant part des priorités, en matière de sécurité,
de l'action diplomatique de l'Algérie.
P
h

:

N
a
c
é
r
a
P
h

:

Y
.

C
h
e
u
r
f
i
P.3
P.3
l 69
e
assemblée
des Nations
unies : agenda
chargé pour
M. Lamamra
l Médiation pour
la paix en Libye
et au Mali : l'ONU
appuie le rôle de
l'Algérie
RÉUNION DE HAUT NIVEAU SUR LA LUTTE CONTRE
LES NOUVELLES MENACES POUR LA PAIX
M. Messahel : « Le tarissement des
ressources financières, un moyen
efficace contre le terrorisme »
28 Dhou-el-q’ida 1435 - Mardi 23 Septembre 2014 - N°15240 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
CE MATIN À 8H30 À L’ÉCOLE
D’APPLICATION DE LA SÛRETÉ
NATIONALE DE SOUMAÂ
Colloque sur la violence
dans les stades
Le Directeur général de la Sûreté nationale, le
général major Abdelghani Hamel présidera, au-
jourd’hui, un colloque régional sur le thème «La
violence dans les stades», à l’École d’application de la Sûreté nationale de
Soumaâ. La rencontre sera l’occasion, pour le DGSN, de présenter l’expé-
rience de son département à l’égard de ce phénomène.
DEMAIN À 18H AU TNA
Avant-première d’une production
de théâtre
L’ avant-première de la dernière production
du Théâtre national algérien, intitulée Had
Elila fiha Echek, texte d’Arezki Metref et mise
en scène par Ahmed Khoudi, aura lieu demain
à partir de 18h au Théâtre national algérien
Mahieddine-Bachtarzi.
SAMEDI 27 SEPTEMBRE
À 14H30 À LA LIBRAIRIE
DU TIERS-MONDE
Vente-dédicace
de Messaoud Djennas
La librairie du
Tiers-Monde abritera,
samedi 27 septembre à
partir de 14h30, une
vente-dédicace de l’au-
teur Messaoud Djen-
nas pour la signature
de son dernier ouvrage
intitulé Si Belcourt
m’était conté.
2 EL MOUDJAHID
Au Nord, le temps sera partiellement nua-
geux avec quelques pluies vers les régions de
l'Est en cours de journée.
Les vents seront en général modérés.
La mer sera peu agitée à localement agi-
tée.
Sur les régions Sud, le temps sera passa-
gèrement nuageux du Sud-Ouest vers le
Nord-Sahara, avec localement activité plu-
vio-orageuse en cours de journée/soirée.
Ailleurs, temps ensoleillé.
Les vents seront modérés (20/30 km/h)
avec localement chasse de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (29° - 19°), Annaba (28°- 21°), Bé-
char (28° - 21°), Biskra (36° - 26°),
Constantine (30° - 17°), Djelfa (27°- 15°),
Ghardaïa (34° - 25°), Oran (29° - 18°), Sétif
(28° - 15°), Tamanrasset (33°- 20°), Tlem-
cen (28° - 17°).
MÉTÉO
NUAGEUX
CET APRÈS-MIDI
À 17H
À L’OFFICE
RIADH EL-FETH
7
e
édition du FIBDA
Le ministre de la Cul-
ture, M
me
Nadia Labidi,
présidera, cet après-midi à
17h, à l’Office Riadh El-
Feth, l’ouverture de la 7
e
édition du Festival international de la bande dessinée
(FIBDA).
M. Necib
à Khenchela
Le ministre des Res-
sources en eau, M. Ho-
cine Necib, effectuera,
jeudi 25 septembre, une
visite de travail et d’ins-
pection dans la wilaya de
Khenchela.
AGENDA CULTUREL
DEMAIN À 10H
La présidente du Croissant-Rouge
algérien invitée du Forum
Le Forum d’El Moudjahid recevra, demain
à 10 heures, M
me
Saïda Benhabylès, présidente
du Croissant-Rouge algérien.
À 14H
M. Mahfoud Kerbadj
invité du Forum Sport
Le Forum Sport d’El Moudjahid recevra, à
14 heures, M. Mahfoud Kerbadj, président de
la Ligue professionnelle de football.
Mardi 23 Septembre 2014
ACTIVITÉS DES PARTIS
CE MATIN À 10H
AU MUSÉE DU MOUDJAHID DE TIZI OUZOU
Hommage au moudjahid Tayeb Seddiki
Le Forum de la mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec
l’association Machaâl Echahid, organise, ce matin à 10 heures au musée
du Moudjahid de Tizi Ouzou, un hommage au défunt moudjahid Tayeb
Seddiki, à l’occasion du 15
e
anniversaire de sa disparition.
CE MATIN À 10H
FD : Forum sur la
transformation
démocratique
Le Front du changement or-
ganise, ce matin à 10h, la 9
e
édition de son forum qui aura
pour thème «La transformation
démocratique à la lumière de la
multiplicité des initiatives».
DEMAIN À 10H30
Parti El-Karama :
rencontre des cadres
Une rencontre des cadres
du parti El-Karama sur le
thème «La nouvelle Constitu-
tion et le défi de la stabilité et
de la sécurité» se tiendra, de-
main à 10h30, au siège natio-
nal du parti.
DU 25 AU 27
SEPTEMBRE
À L’HÔTEL BEAU
FAYET
ANR : université d’été
L’université d’été de l’Al-
liance nationale républicaine
(ANR) se tiendra du 25 au 27
septembre à l’hôtel Beau
Fayet, rue Bouchaoui, APC d’Ould Fayet.
L’ouverture des travaux aura lieu jeudi 25 septembre
à 14h30.
DU 25 AU 27
SEPTEMBRE
TAJ : université d’été
L’université d’été de ras-
semblement d’espoir algérien
TAJ se tiendra du 25 au 27 sep-
tembre au complexe touris-
tique Adim de la ville de
Zemouri, wilaya de Boumer-
dès, sous le slogan «Compati-
bilité nationale pour l'Algérie forte», sous la présidence
du président du parti, Amar Ghoul.
L’ouverture de l’université est prévue le 25 septem-
bre à 10h.
JEUDI 25 SEPTEMBRE
À 10H30
À L’UNIVERSITÉ ALGER III
Conférence sur la diplomatie
japonaise
L’ambassade du Japon organisera, jeudi 25
septembre à 10h30 à l’université Alger III, une
conférence sur «La diplomatie japonaise».
CE MATIN À 9H
Première rencontre sur le Plan opérationnel
« Aquapêche 2020 »
Dans le cadre de la mise en œuvre du processus d’implémentation du
Plan opérationnel «Aquapêche 2020», la première rencontre de concerta-
tion aura lieu, ce matin à 9 heures, au siège de la direction de la pêche et
des ressources halieutiques de la wilaya d’Alger.
LE 28 SEPTEMBRE À 14H
À L’INSTITUT NATIONAL
DES ÉTUDES STRATÉGIQUES
GLOBALES
« Défis et perspectives de la
politique euro-méditerranéenne »
L’Institut national des études stratégiques
globales organise, dimanche 28 septembre à
14h, une conférence intitulée : «Défis et pers-
pectives de la politique euro-méditerranéenne»,
animée par le président du comité exécutif de
l’Institut européen de la Méditerranée, Senan Florensa.
DEMAIN À 11H
AU PALAIS DES EXPOSITIONS
PINS-MARITIMES
8
e
Salon international du
véhicule industriel et utilitaire
La 8
e
édition du Salon international du
véhicule industriel et utilitaire se tiendra du
24 au 29 septembre au palais des Exposi-
tions, Pins-Maritimes. L’inauguration aura
lieu demain à 11h.
SAMEDI 27 SEPTEMBRE À 9H
Portes ouvertes sur le tourisme
Dans le cadre de la célébration de la Journée in-
ternationale du tourisme, coïncidant avec le 27 sep-
tembre de chaque année, la direction du tourisme et
de l’artisanat de la wilaya d’Alger organise des
portes ouvertes sur le secteur du Tourisme, samedi
27 septembre à 9h, à la médiathèque, en face de la
gare Agha.
DU 23 AU 25 SEPTEMBRE À DJELFA
Compagne de sensibilisation sur la propreté
des quartiers
L’Agence nationale des déchets, sous tutelle du ministère de l’Aména-
gement du territoire et de l’Environnement, en collaboration avec les auto-
rités locales de la wilaya de Djelfa, organise, du 23 au 25 septembre, une
campagne de sensibilisation, d’information et de communication relative
au projet «Quartier propre tri sélectif, destinée aux habitants du quartier
Mahatta», afin de les initier au tri sélectif.
AUJOURD’HUI ET DEMAIN
À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE
Les politiques documentaires des bibliothèques
principales
Sous le patronage de la ministre de la Culture, le Centre national du livre
organise, aujourd’hui et demain à la Bibliothèque nationale, deux journées
d’étude sur les politiques documentaires des bibliothèques principales de
lecture publique.
Nation
Mardi 23 Septembre 2014
Conviction
l
L’Algérie se refuse de rester «les bras croisés»
lorsque ses voisins ou les pays frères sont en
difficulté. Plus qu’un devoir de solidarité, agissante
au demeurant, à l’égard de ceux d’entre les pays qui sont
confrontés à des situations difficiles, cette «attitude» relève,
en vérité, d’une conviction sur la base de laquelle est
fondée son action diplomatique. On peut citer d’autres
exemples. Il en est ainsi, à titre d’exemple, de son refus de
l’ingérence dans les affaires internes des pays, et de son
attachement, réitéré de manière récurrente, à des solutions
consensuelles à travers un processus politique inclusif. Le
Mali et la Libye sont la parfaite illustration de cette
approche dogmatique. Des principes desquels la diplomatie
algérienne ne dévie pas, quoi qu’il lui en coûte. À charge
également pour ses diplomates, en mission ou en poste
dans les pays étrangers, d’expliquer, à l’occasion de la
tenue de sommets et autres conférences internationales où
sont discutées les questions diplomatiques et de sécurité
internationale ou simplement de rencontres protocolaires,
ces positions. Un exercice dans lequel ils excellent, car
convaincus du bien-fondé de cette ligne directrice. Au point
que plus aucun pays ne peut douter de cette intime
conviction. Bien au contraire, aujourd’hui, l’Algérie est
consultée sur toutes les questions internationales et sa
vision des choses est prise en compte au moment de la prise
de décision au niveau de l’ONU et autres organisations
régionales ou internationales. Sur un autre plan, force est
de rappeler que la communauté internationale voit en
l’Algérie, un facteur de stabilité dans la région, un État
capable de paix et de sécurité, ainsi qu’un bastion de la
lutte antiterroriste et contre les crimes transfrontaliers. Ce
statut est loin d’être usurpé. Il a été construit par la somme
d’efforts et de sacrifices consentis. En effet, c’est parce que
la diplomatie algérienne est très active, ses services de
sécurité sont des plus efficaces, que l’Algérie est reconnue
comme une importance géostratégique qui fait
qu’aujourd’hui, d’aucuns parmi les pays proches ou
lointains ne manquent pas de la lui envier.
Nadia Kerraz
Le ministre délégué chargé des Affaires ma-
ghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, a
affirmé lundi à New York que le tarissement des
ressources financières des groupes terroristes
constituait un moyen efficace pour lutter contre ce
fléau transnational.
M. Messahel a souligné, lors d'une réunion de
haut niveau sur la lutte contre les nouvelles me-
naces pour la paix et la sécurité en Afrique, la né-
cessité d'intensifier les efforts pour un tarissement
des ressources financières des groupes terroristes.
Il a, dans ce contexte, expliqué que le crime
transnational, le financement provenant de
sources occultes et le payement de rançons aux
preneurs d'otages, alimentaient les capacités opé-
rationnelles des groupes terroristes en leur four-
nissant les ressources nécessaires au recrutement
de nouveaux éléments et à l'acquisition de maté-
riels et d'équipements.
Lors de cette rencontre organisée par des
hommes d'affaires d'Afrique et à laquelle ont pris
part plusieurs ministres africains, M. Messahel, a
fait part de la tenue prochainement à Alger d'une
réunion de haut niveau de l'Union africaine (UA)
sur le tarissement des sources de financement du
terrorisme.
Il a rappelé, à cet effet, que cette initiative a
été entérinée par le Conseil de paix et de sécurité
de l'UA lors de sa conférence au sommet consa-
crée au terrorisme et à l'extrémisme violent, qui
s'est tenue le 3 septembre à Nairobi (Kenya).
M. Messahel a, en outre, mis en garde contre
les menaces que fait peser le terrorisme et ses
connexions sur la paix et la sécurité en Afrique.
M. Messahel participera demain mardi à la
5ème réunion ministérielle du Forum global de
lutte contre le terrorisme dans le cadre de ses ef-
forts permanents pour l'éradication de ce fléau
transfrontalier.
MÉDIATION POUR
LA PAIX EN LIBYE
ET AU MALI
L'ONU appuie le rôle
de l'Algérie
Les Nations unies appuient le rôle de
médiation que joue l'Algérie pour la stabi-
lisation de la situation en Libye, au Mali et
dans le Sahel, a affirmé dimanche à New
York le secrétaire général des Nations
Unies, M. Ban ki-moon. qui a indiqué lors
d'un entretien avec le ministre des Affaires
étrangères, M. Ramtane Lamamra, que son
organisation "appuyait l'Algérie dans son
rôle de médiation pour la stabilisation et la
paix dans la région notamment en Libye,
au Mali et au Sahel".
L'entretien de MM. Lamamra et Ban
Ki-moon, auquel ont pris part de hauts res-
ponsables des Nations unies, a porté sur
des questions diverses à l'instar de la situa-
tion en Afrique et dans le monde arabe,
ainsi que sur les principaux sommets de-
vant avoir lieu pendant la 69
e
session de
l'Assemblée générale des Nations unies
comme ceux sur le climat et sur la popula-
tion et le développement. La situation en
Libye, au Mali et au Sahara occidental, ont
également été au centre de l'entretien.
Le ministre des Affaires étrangères
s'est par la suite entretenu avec le secrétaire
général adjoint des Nations unies chargé
des Affaires politiques, M. Jeffrey Felt-
man. A cette occasion, les deux responsa-
bles ont abordé, notamment la sécurité et
la stabilité dans la région du Maghreb et au
Sahel.
RÉUNION DE HAUT NIVEAU SUR LA LUTTE CONTRE
LES NOUVELLES MENACES POUR LA PAIX
Messahel : « Le tarissement
des ressources financières, un moyen
efficace contre le terrorisme »
Les questions liées à la paix et la sé-
curité, notamment en Libye et au Mali
ont dominé les entretiens du ministre des
Affaires étrangères, Ramtane Lamamra,
à la faveur de sa visite entamée vendredi
dernier à Washington, faisant part des
priorités, en matière de sécurité, de l'ac-
tion diplomatique de l'Algérie.
Le séjour de M. Lamamra aux Etats-
Unis coïncide avec la tenue, dimanche,
d'une réunion à Alger, sous la présidence
du Président de la République, Abdela-
ziz Bouteflika, sur la situation sécuritaire
aux frontières méridionales et orientales
de l'Algérie et ses efforts pour la paix et
la stabilité au Mali et en Libye. Mettant
à profit les entretiens qu'il a eus aux
Etats-Unis, M. Lamamra a, notamment
précisé, lors d'un échange avec le secré-
taire d'Etat américain, John Kerry, que
"La Libye et le Mali, pays voisins immé-
diats à l'Algérie, où comme vous le
savez, le terrorisme et l'instabilité rè-
gnent, sont au centre de notre action di-
plomatique immédiate, et nous
apportons bien sûr notre contribution à
la solution d'autres questions au-delà de
nos frontières."
Après avoir rappelé "la sécurité et la
tranquillité" acquises par l'Algérie au
bout d'une lutte continue contre le terro-
risme, le chef de la diplomatie algé-
rienne a notamment indiqué que "nous
avons payé le prix fort pour cela, mais
nous jouissons aujourd'hui, d'un niveau
très raisonnable de sécurité et de tran-
quillité dans notre pays. Nous sommes
un pays exportateur de sécurité et de sta-
bilité". A la même occasion, M. Kerry a
exprimé la reconnaissance des Etats-
Unis pour les efforts de l'Algérie dans la
lutte antiterroriste en particulier, réaffir-
mant la disponibilité de son pays à conti-
nuer à travailler en collaboration avec le
partenaire algérien dans ce domaine.
M. Kerry qui a remercié le gouverne-
ment algérien pour son soutien à la lutte
antiterroriste, a rappelé que la Libye fait
actuellement face à des défis et que l'Al-
gérie de par sa situation de proche voisin
de ce pays "est concernée par cette situa-
tion ainsi que l'Egypte". M. Lamamra
s'est également entretenu avec
M
me
Susan Rice, la conseillère à la sécu-
rité nationale du président américain,
avec laquelle il a évoqué la situation pré-
valant dans les régions du Maghreb et du
Sahel. Les efforts qu'entreprend l'Algérie
pour le règlement pacifique et consen-
suel des crises qui secouent ces deux ré-
gions, notamment, au Mali et en Libye,
ont été à l'ordre du jour de cette rencon-
tre. En outre, le ministre des Affaires
étrangères a développé lors d'une confé-
rence-débat à Washington, le rôle de
l'Algérie en matière de sécurité au Ma-
ghreb et au Sahel, ainsi que les relations
algéro-américaines. Pour ce qui est de la
sous-région du Sahel, M. Lamamra, qui
a été l'hôte du centre d'études straté-
giques et internationales (CEIS), a indi-
qué que l'Algérie a depuis toujours,
apporté son "appui et son soutien", ma-
nifestant sa "solidarité" aux pays de cet
espace géographique, en particulier,
dans la lutte contre la sécheresse, la fa-
mine, l'insécurité, le terrorisme et le
crime organisé. Il a ajouté que l'action de
l'Algérie est guidée par "le principe de
non-ingérence" dans les affaires inté-
rieures des Etats voisins sans pour autant
se départir de son devoir d'assistance à
ces pays en cas de péril ou de défis sé-
curitaires majeurs. Le chef de la diplo-
matie algérienne a également rencontré
le président directeur général du Groupe
international sur les crises (International
crisis group, ICG), Jean-Marie Gué-
henno. A cette occasion, M. Guéhenno
s'est félicité de la diplomatie régionale
"très active" de l'Algérie, et a exprimé
son intérêt à comprendre la démarche et
la perspective des efforts consentis par
l'Algérie pour la résolution de la crise au
Mali et en Libye. Les activités de M. La-
mamra ont été, par ailleurs, marquées
par un entretien avec le secrétaire géné-
ral-adjoint de l'ONU, chef du départe-
ment des opérations de maintien de la
paix, Hervé Ladsous.
L'entretien a porté essentiellement
sur le rôle de plus en plus accru des Na-
tions unies en matière d'intervention
pour le maintien de la paix et de la sécu-
rité dans les zones de crise. A cette oc-
casion, M. Lamamra a réaffirmé l'appui
de l'Algérie aux efforts déployés par les
dirigeants de la Minusma et son person-
nel civil et militaire, réitérant la condam-
nation ferme par l'Algérie du terrorisme.
Les efforts de l'Algérie en matière de
paix et de sécurité ont été mis en exergue
est salués par le secrétaire général de
l'ONU, Ban ki-moon, qui a souligné,
lors d'un entretien avec M. Lamamra,
l'appui au rôle de médiation que joue
l'Algérie pour la stabilisation de la situa-
tion en Libye, au Mali et dans le Sahel.
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane La-
mamra, mène une activité intense depuis son arrivée sa-
medi dernier à New York pour prendre part à la 69
e
session ordinaire de l'Assemblée générale des Nations
Unies, placée sous le thème : "Un programme transfor-
mateur de développement pour l'après 2015". Depuis son
arrivée à New York après avoir séjourné à Washington
où il avait rencontré le secrétaire d'Etat, John Kerry, M.
Lamamra, à la tête d'une forte délégation algérienne, a
eu des entretiens avec plusieurs de ses homologues de
différents pays et de hauts représentants onusiens.
M. Lamamra a inauguré sa série d'entretiens par une
rencontre dimanche avec le secrétaire général des Na-
tions unies, M. Ban Ki-moon, et ses plus proches colla-
borateurs. Il s'est également entretenu avec le secrétaire
général adjoint des Nations unies chargé des Affaires po-
litiques, M. Jeffrey Feltman, la secrétaire d'Etat améri-
caine adjoint aux Affaires politiques, M
me
Wendy Sher-
man et le ministre égyptien des Affaires étrangères,
Sameh Hacen Choukri. Durant son séjour à New York
qui s'étalera jusqu'au 28 septembre courant, le chef de la
diplomatie algérienne aura pas moins d'une cinquantaine
d'entretiens bilatéraux, comme il prendra part à de nom-
breuses activités en marge de sa participation aux travaux
de la session, a-t-on appris auprès de la délégation algé-
rienne. M. Lamamra et les membres de sa délégation
prendront part à l'ensemble des réunions inscrites dans
le cadre de la 69
e
session ordinaire et aux activités orga-
nisées en marge de cet important événement planétaire.
Le ministre a intervenu hier après-midi à la session ex-
traordinaire de l'Assemblée générale sur le suivi du pro-
gramme d'action de la Conférence internationale sur la
population et le développement au-delà de 2014 (Caire
+ 20), et prendra part aujourd’hui au Sommet sur le cli-
mat et à la réunion des ministres arabes des Affaires
étrangères consacré à ce sujet. Il participera vendredi
prochain à une réunion ministérielle de l'Organisation de
coopération islamique (OCI) et à une réunion ministé-
rielle du G77+ Chine. Le samedi (27 septembre) le mi-
nistre des Affaires étrangères prononcera une allocution
dans le cadre du débat général de la 69
e
session ordinaire
de l'Assemblée générale des Nations Unies. Le ministre
délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines,
Abdelkader Messahel, participe également à la 69
e
ses-
sion où il représente le Président de la République à la
5
e
réunion ministérielle du Forum global de lutte contre
le terrorisme et à une réunion ministérielle du Conseil de
paix et de sécurité de l'Union africaine.
69
e
ASSEMBLÉE DES NATIONS UNIES
Agenda chargé pour M. Lamamra
COOPÉRATION
M. Sellal reçoit le président
du groupe parlementaire
d'amitié « France-Algérie »
L
e Premier ministre, Abdelamalek Sellal, a reçu,
hier à Alger, le président du groupe parlemen-
taire d'amitié "France-Algérie", Patrick Men-
nucci, en visite de travail en Algérie à l'invitation de son
homologue algérien, a indiqué un commuiqué des Ser-
vices du Premier ministre. "L'audience a permis d'abor-
der les relations de coopération entre les deux pays ainsi
que les moyens à même de les renforcer davantage, par-
ticulièrement dans le domaine économique, et ce à la
veille de la tenue de la réunion de la commission mixte
bilatérale de haut niveau, prévue à Paris le 4 décembre
2014", a précisé le communiqué. Les deux parties ont
ensuite procédé à "un large échange de vues sur les
questions régionales d'intérêt commun", a conclu la
même source.
INTENSE ACTIVITÉ DE M. LAMAMRA À WASHINGTON ET À NEW YORK
Les efforts de l'Algérie liés à la paix et à la sécurité au centre des entretiens
Nation
Mardi 23 Septembre 2014
«Il existe un engouement certain de
la part des jeunes pour la formation
professionnelle, car ils ont pris
conscience que le métier est devenu la
base dans la construction et la concré-
tisation des programmes de développe-
ment national et la voie qui facilite aux
jeunes l’emploi juste après leur forma-
tion.» C’est ce qu’a déclaré, hier Alger,
le ministre de la Formation et de l'En-
seignement professionnels, Noured-
dine Bedoui, lors d’un point de presse
organisé en marge d’une visite d'ins-
pection des établissements du secteur
dans la wilaya d’Alger en prévision de
la rentrée professionnelle, le 28 sep-
tembre. M. Bedoui a expliqué qu’«il y
a une conscience de la part de la société
et de la jeunesse sur l’importance de la
formation professionnelle dans le
monde du travail, notamment les ré-
gions de l’intérieur du pays». En visi-
tant l'institut de Birkhadem, le ministre
s’est félicité du nombre important de
bacheliers qui optent pour le secteur de
la Formation professionnelle. «Vous
voyez bien qu'on ne ment pas quand on
vous dit que le secteur de la Formation
et de l'Enseignement professionnels at-
tire de plus en plus de bacheliers et
d'étudiants», a-t-il lancé à l'adresse des
journalistes. Le ministre, qui a visité
l’Institut national spécialisé de la for-
mation professionnelle de Kouba, a in-
cité les responsables à ajouter de
nouvelles formations dans le cursus.
Cette institut a pour mission d’as-
surer la formation initiale et continue
de techniciens et techniciens supé-
rieurs, et d’organiser et d’assurer en
fonction de l’évolution du marché de
l’emploi, dans les mêmes niveaux cités
ci-dessus, les stages de reconversion
des professionnels exerçant dans divers
secteurs d’activité de la branche BTP.
Il s’agira également d’apporter aux éta-
blissements, organismes et entreprises,
à leur demande, toutes les formes d’as-
sistance technique et pédagogique vi-
sant à l’élévation du niveau de
qualification du personnel en activité,
de contribuer aux travaux d’études et
de recherche en collaboration avec les
organismes demandeurs, et d’assurer
toutes formes de prestation en relation
avec la branche BTP. Le ministre a,
d’autre part, annoncé que dans les an-
nées à venir, tous les anciens établisse-
ments de formation professionnelle
seront réhabilités.
M. Bedoui avait indiqué qu’«envi-
ron 160.000 stagiaires se sont inscrits
aux cycles de formation profession-
nelle pour l'année 2014-2015». Le sec-
teur peut accueillir jusqu'à 600.000
stagiaires et apprentis annuellement
dans plus de 420 spécialités au niveau
de 1.200 établissements à travers le
territoire national.
Wassila Benhamed
NOUREDDINE BEDOUI :
« La formation professionnelle base de développement »
Le ministre de l’Industrie et des
Mines, Abdesselam Bouchouareb, était
l’invité, hier, du Forum de la radio na-
tionale Chaîne I. Lors de son interven-
tion, il a particulièrement insisté sur
l’état du secteur des mines et l’état
d’avancement des principaux projets,
dont la réouverture de toutes les mines
fermées, l’ENAMARBRE, le phos-
phate, la demande en minerai de fer et
les négociations pour le projet de Ghar
Djbilet. «J’ai déclaré que le secteur mi-
nier doublera d’ici deux années son
chiffre d’affaires, pour le porter, de 20
milliards DA actuellement, à 40 mil-
liards DA. Je dirai que même 40 mil-
liards de DA restent en deçà des
potentialités du secteur», dit-il.
Potentiel exceptionnel, vision
étroite
«Aujourd’hui, prenons le cas de
l’ENAMARBRE, puis je reviendrai au
phosphate. L’ENAMARBRE repose
sur des potentialités naturelles
énormes, mais une vision très étroite.
Pourquoi ? Parce qu’elle n’était pas
préparée à ce que le niveau de la de-
mande de l’Algérien allait s’élever
avec l’élargissement de la classe
moyenne. Par exemple, le programme
de construction de logements a été, par
moment, ralenti à cause de la dépen-
dance de l’importation de marbre. Au-
jourd’hui, un partenariat est en cours de
concrétisation avec un opérateur étran-
ger pour accroître les capacités de pro-
duction et répondre à la demande. Ce
sont des projets qui vont être concréti-
sés à Oran et à Béjaïa, pour l’instant.
Revenons au phosphate. Est-il conce-
vable qu’un pays comme l’Algérie at-
teigne difficilement une production
annuelle de 1,5 million de tonnes alors
que notre voisin tunisien en fait 8 mil-
lions de tonnes ? Le phosphate est
l’une des priorités du gouvernement où
nous allons renforcer les investisse-
ments dans les capacités de production.
Nous travaillons sur un partenariat
avec des Qataris pour la production de
phosphate et de l’aliment pour bétail au
niveau de la wilaya de Souk-Ahras»,
ajoute-t-il.
Ghar Djbilet : négociation avec
un partenaire de renom
«Le gisement de minerai de fer de
Ghar Djbilet à Tindouf est à la tête des
priorités qui m’ont été confiées à l’ins-
tallation du gouvernement. Nous
sommes en discussions qui aboutiront
bientôt avec un partenaire étranger
parmi les leaders mondiaux dans le do-
maine. Pourquoi je parle de Ghar Djbi-
let ? Parce que la sidérurgie et
l’industrie mécanique ont été identi-
fiées comme porteurs de gisements de
croissance dans le cadre de la nouvelle
stratégie industrielle du pays. Nous
avons le complexe de Bellara à Jijel qui
atteindra, au bout de deux années, une
production de 4 millions de tonnes. Il
y a le complexe turc à Oran de Tosyali
qui atteindra les 3 millions de tonnes.
La règle 51/49% dans le domaine mi-
nier ne dérange pas le partenaire étran-
ger parce qu’il a en face un marché
solvable dont la demande devra attein-
dre, d’ici quelques années, 20 millions
de tonnes. Le projet du gisement de
Ghar Djbilet est un projet structurant
en termes de création d’emplois, de
communication, de sécurisation des ap-
provisionnements internes et des pos-
sibilités d’exportation. C’est un projet
phare pour l’Algérie.
Bref, tout le secteur des mines et le
groupe Manal avec ses filiales sont mo-
bilisés et ont démarré dans des pro-
grammes de relance et de partenariats
tous azimuts. L’ensemble des mines
fermées à l’échelle du pays seront rou-
vertes», a conclu le ministre.
LE MINISTRE DE L’INDUSTRIE ET DES MINES, ABDESSELAM BOUCHOUAREB, INVITÉ
DU FORUM DE LA CHAÎNE UNE
Réouverture de toutes les mines
HAMID GRINE À CONSTANTINE :
« L’autorité de régulation de la presse écrite
sera installée d’ici 6 à 8 mois »
Au cours d’une conférence de presse tenue au siège de la Société d’impression de l’Est (SIE), le ministre de la Communication, Hamid Grine, a annoncé que
l'autorité de régulation de la presse écrite sera installée d’ici la fin du mois de mai prochain. 
« Le choix de M. Miloud Chorfi est celui
de l’expérience »
Le ministre de la Communication est revenu, lors de
la conférence de presse animée à Constantine, sur la no-
mination de Miloud Chorfi à la tête de l’autorité de régu-
lation de l’audiovisuel (ARAV)  : «Concernant les
critiques touchant le nouveau président de l’ARAV, je
vous le dis franchement, je n’ai pas vu une sommité de
l’audiovisuel que l’on aurait oubliée. Le choix de Chorfi
est celui de l’expérience, car il a l’avantage d’avoir été
parlementaire, il connaît les lois, ainsi que les hommes du
secteur. C’est la personne qu’il faut pour cette période,
parce que c’est quelqu’un de sage, de mature, qui écoute
tout le monde et qui ne décide pas dans l’impulsivité et
la passion.  Ailleurs, les choses se passent de la même ma-
nière, il n’y que les critères de compétence et de probité
qui sont retenus».
Imprimeries publiques : « 40 milliards
de créances récupérées »
Le ministre de la Communication a annoncé que les
imprimeries publiques ont récupéré, sur la période allant
du 31 mai au 31 août, plus de 10% de leurs créances : «Le
total des créances était de 400 milliards de centimes. Nous
avons pu en récupérer plus de 40 milliards. J’ai d’ailleurs
donné des instructions aux imprimeries publiques pour
prendre exemple sur une imprimerie privée qui a recouvré
toutes ses créances. J’insiste pour dire, concernant la sus-
pension de certains titres, que le problème n’est pas poli-
tique. Dès lors qu’un échéancier de paiement est fixé, le
journal reparaît.»
TNT : « Le taux de couverture
a atteint 85% »
Le ministre de la Communication a déclaré que le taux
de couverture de la télévision numérique terrestre (TNT)
a atteint 85%, et que le projet sera achevé d’ici la fin de
l’année 2016 : «J’ai particulièrement insisté auprès du DG
de la TDA pour que ces délais soient respectés. Cela dit,
l’avancement des travaux reste également tributaire des
procédures administratives.»
I. B.
A
u cours d’une conférence
de presse tenue au siège de
la Société d’impression de
l’Est (SIE), le ministre de la Com-
munication, Hamid Grine, a an-
noncé que l'autorité de régulation
de la presse écrite sera installée
d’ici la fin du mois de mai pro-
chain. «La commission provisoire
chargée de la délivrance de la
carte de journaliste professionnel
a reçu près de 200 dossiers.
Lorsque les journalistes profes-
sionnels seront identifiés et leur
nombre connu, nous irons vers
une seconde phase qui est l’instal-
lation de l’autorité de régulation
de la presse écrite. Celle-ci sera
composée de 14 membres, dont 7
seront élus par leurs pairs. Nous
comptons procéder à cette instal-
lation d’ici 6 à 8 mois au plus
tard», a-t-il déclaré, en précisant
que son département était en train
d’étudier d’autres avantages, outre
l’accès aux sources de l’informa-
tion, qu’accordera la carte de jour-
naliste professionnel à son
détenteur. Pour le ministre, la pro-
fessionnalisation de la presse,
chantier auquel il s’est attelé dès
son arrivée à la tête du départe-
ment de la Communication, ne se
résume pas seulement à disposer
d’une carte. «Une presse profes-
sionnelle ne devrait pas user de
sensationnalisme, de mensonge et
d’invective. Le journaliste se doit
d’ être éthique et surtout d’aimer
son pays», affirme M. Grine, tout
en montrant son attachement à la
liberté d’expression  : «À mon
sens, du moment qu’une informa-
tion est vérifiée et qu’elle ne
touche pas aux intérêts du pays,
elle doit être publiée.» Concernant
le volet de la formation, le minis-
tre annonce la tenue de deux sémi-
naires aux mois d’octobre et de
novembre prochains, respective-
ment à Oran et à Constantine. Le
premier sera animé par un journa-
liste et formateur tunisien, tandis
qu’un journaliste français, «une
sommité en la matière», chapeau-
tera le second. M. Grine, qui se dit
le «ministre de toute la presse», se
montrera rassurant quant à la prise
en charge des doléances des jour-
nalistes  : «Par mon passé
d’homme de presse, je possède
une vision précise des problèmes
auxquels sont confrontés les jour-
nalistes. J’ai beaucoup de compas-
sion pour eux parce que, d’un
côté, je vois des directeurs de jour-
naux devenir milliardaires, et, de
l’autre, leurs salariés qui se paupé-
risent, ce qui représente une ina-
déquation entre les détenteurs des
moyens de production et les pro-
ducteurs. Notre projet de profes-
sionnalisation de la presse ne
pourra peut-être pas diminuer ces
écarts, mais une chose est sûre :
les journalistes seront mieux
payés et plus respectés. J’ai d’ail-
leurs un plan pour que quelques ti-
tres qui engrangent beaucoup de
bénéfices aient également une
fonction sociale laquelle devra
profiter en premier lieu à leurs
journalistes.» Auparavant, Hamid
Grine, qu’accompagnaient les di-
recteurs généraux de la radio, de
la télévision et de la Télédiffusion
algérienne (TDA), s’était rendu au
centre émetteur de Kef Lakehal
sur les hauteurs de Djebel El-
Ouahch. Sur place, le ministre se
verra exposer le programme d’ins-
tallation des nouveaux équipe-
ments de diffusion devant
grandement améliorer la couver-
ture, ainsi que la qualité de la ré-
ception des différentes chaînes de
radio et de la chaîne publique ter-
restre. L’après-midi, il se rendra
au siège de la radio locale, à la sta-
tion régionale de télévision, ainsi
qu’à la direction régionale Est de
l’Agence Presse Service.
Issam Boulksibat
P
h

:

N
a
c
é
r
a
Télévision : « La station régionale de Constantine
sera réhabilitée d'ici 2015 »
La station régionale de Constantine de l’Établissement public de télévision (EPTV) sera réhabilitée et
mise à niveau en prévision de la manifestation "Constantine, capitale 2015 de la culture arabe", a annoncé,
hier à Constantine, le ministre de la Communication, Hamid Grine. Un "important" programme de mise à
niveau des locaux de cette station sera lancé dans le cadre de la manifestation culturelle que Constantine
s’apprête à abriter en 2015, a précisé le ministre au cours d’une visite de travail à Constantine. M. Grine
qui était accompagné, au cours de cette visite, des directeurs généraux de l’EPTV, Toufik Khelladi, de TDA,
Abdelmalek Houyou, de la Radio nationale, Chaâbane Lounakel, et de l’APS, Hamid Kacha, a ajouté, en
substance, que la télévision reflète l’image de l’Algérie, et doit, à ce titre, se montrer sous son plus beau
jour lorsque les invités de l’Algérie visiteront ses installations à Constantine.
Mardi 23 Septembre 2014
5 EL MOUDJAHID
Nation
«Je suis venu porteur d’un rameau d’oli-
vier et d’un fusil de révolutionnaire, ne lais-
sez pas tomber le rameau de ma main.»
Les propos du défunt Yasser Arafat,
tenus le 13 novembre 1974, résonnent en-
core dans les couloirs des Nations unies.
Quarante ans après, c’est Mahmoud Abbas,
président de l’Autorité palestinienne, qui va
s’adresser dans la même enceinte, à la com-
munauté internationale, pour dire que son
peuple vit encore sous l’occupation, qu’il
subit toujours les affres de la machine de
guerre israélienne, qu’il est dépossédé de ses
terres... et qu’il est temps que l’Etat de Pa-
lestine, que veut rayer l’Etat hébreux de la
carte géographique, soit placé sous la protec-
tion internationale. Mahmoud Abbea, pren-
dra le chemin de New York, pour dire au
monde entier «Ça suffit» et que les Palesti-
niens ne sont pas un peuple sans terre, et que
la Palestine n’est pas une terre sans peuple.
Vendredi prochain, Abou Mazen, dans
une énième offensive diplomatique, deman-
dera la reconnaissance internationale pour la
fondation d’un Etat palestinien établi sur les
frontières antérieures à 1967.
Ce docteur en histoire veut en finir avec
la logique d'Oslo et des négociations bilaté-
rales avec Israël, qui ne produisent pas de ré-
sultat.
La voie choisie par Mahmoud Abbas à
l'occasion de la 69
e
Assemblée générale des
Nations unies, émane d’une volonté popu-
laire. L’homme qui a débuté sa carrière po-
litique dans les années 50, et militant de la
cause palestinienne après une rencontre avec
Yasser Arafat part, lui aussi, à New York
avec un rameau d’olivier.
Mais aujourd’hui, pour les Palestiniens,
pour se faire entendre, ils doivent s’entendre
entre eux et dépasser tous les malentendus.
L’ambassadeur de Palestine à Alger, in-
vité, hier, au Forum d’El Moudjahid, ne s’en
cache pas. L’initiative de Mahmoud Abbas,
risque de se confronter au veto américain,
mais ce ne sera pas une surprise. Mais, dit-
il, ce n’est pas pour autant que nous allons
abandonner notre projet. «Celui de la libéra-
tion de la Palestine». Pour le moment, Mah-
moud Abbas, part, fort de l’appui de la Ligue
arabe et la promesse d’un soutien du prési-
dent français. Et une petite phrase du chef de
la diplomatie française, «Il faudra bien, à un
moment, reconnaître l'Etat palestinien» Ce-
pendant, Il reste à savoir si la communauté
internationale sera attentive à l’appel du pré-
sident de l’Autorité palestinienne, lui qui a
déjà , réussi à arracher le statut de membre
observateur au sein de l’ONU.
Nora Chergui
Le rameau d’olivier
D’
ailleurs, au-delà de tous
les prétextes invoqués
par Israël, l’objectif ina-
voué de l’agression, la énième
agression, est de replonger les Pa-
lestiniens dans des luttes intestines
et de jeter aux calendes grecques
l’avènement d’un vrai Etat palesti-
nien viable et indépendant. Pour
tout observateur averti, ce qui in-
quiète Israël ce ne sont certaine-
ment pas les roquettes lancées par
le Hamas mais bien l’unité des Pa-
lestiniens. Car une fois les Palesti-
niens unis, leur cause devient plus
visible et plus crédible. Une cause
que l’occupant israélien tente à
chaque fois de brouiller par la ré-
pression, la division ou la diversion
au mépris de la légalité internatio-
nale. Et c’est dans le but de mettre
la communauté internationale de-
vant ses responsabilités que le pré-
sident de l’Autorité palestinienne,
Mahmoud Abbas, va s’adresser ce
vendredi le 26 septembre à l’As-
semblée générale des Nations unies.
Invité hier du forum de notre
quotidien, l’ambassadeur palesti-
nien à Alger, a tenu à rappeler, les
principales doléances du peuple pa-
lestinien : “oui nous n’avons d’autre
objectif que de libérer la Palestine,
oui nous voulons la paix, oui nous
voulons que la communauté inter-
nationale applique ses propres réso-
lutions, oui nous voulons des
négociations”.
Il précise  : “Oui des négocia-
tions mais avec un calendrier pré-
cis : 3 mois pour qu’Israël délimite
ses frontières (faut-il rappeler qu’Is-
raël est le seul Etat au monde dont
les frontières ne sont pas délimi-
tées) et 3 ans pour aboutir à un ac-
cord final qui prévoit
l’indépendance de l’Etat palestinien
sur la base des frontières de 1967
avec El Qods comme capitale.
Ce sont des revendications légi-
times qui ont fait l’objet de résolu-
tions onusiennes mais dont
l’application se heurte à l’agressi-
vité de l’occupant israélien qui ne
se gêne même plus de commettre
toutes sortes de crimes (de guerre
ou contre l’humanité) sans avoir à
rendre de compte à la communauté
internationale.
Et c’est cette communauté inter-
nationale qui n’hésite pas à utiliser
la force et à lever des coalitions
dans bien des cas, pour appliquer
ses résolutions, mais qui dans le cas
palestinien fait preuve d’une bien
consternante impuissance qui sera
interpellée par Mahmoud Abbas.
Le droit, l’éthique, la justice, le bon
sens indiquent qu’il faudrait trouver
une solution immédiate, juste et du-
rable à la question palestinienne.
Lui tourner le dos signifie un re-
noncement à la défense de la léga-
lité internationale. Et ne pas laisser
beaucoup de choix pour les Palesti-
niens qui souffrent depuis plus de
60 ans d’une occupation coloniale
israélienne qui se traduit quotidien-
nement par des menaces, des bruta-
lités, des expulsions des terres, des
emprisonnements, des déportations
et des assassinats.
Au cas où la communauté inter-
nationale ne prendrait pas ses res-
ponsabilités en imposant un agenda
daté et précis pour mettre en appli-
cation ses propres résolutions
concernant la question palesti-
nienne, les Palestiniens sont en droit
«d’utiliser tous les moyens» indis-
pensables à la libération de leur pa-
trie et de leur peuple. C’est ce que
l’ambassadeur palestinien à Alger a
clairement déclaré.
Pour l’Algérie, la question pa-
lestinienne demeure cruciale et cen-
trale même si ce qu’on a trop vite
appelé «le Printemps arabe», en dé-
clenchant une violence multiforme
dont la maitrise devient de plus en
plus difficile, l’a reléguée au second
plan.
Sa position est d’ailleurs celle
de la communauté internationale
qu’elle soutient et dont elle ne cesse
de revendiquer l’application sur le
terrain, convaincue depuis si long-
temps qu’elle constitue la clé de
voûte de tout processus de paix du-
rable dans cette région sensible et
géostratégique du monde. Tout
comme les Palestiniens, elle sou-
haite et espère que l’appel de la paix
des Palestiniens soit entendu et
compris afin qu’une injustice histo-
rique soit enfin réparée.
Cherif Jalil
Clair, incisif, le nouvel ambassadeur de
l’Etat de Palestine à Alger aura fait l’una-
nimité autour de lui, médiatiquement par-
lant, lors de la conférence-débat qu’il a
animée hier, au centre de presse d’El Moud-
jahid. En effet, M. Louaï Aïssa s’est mon-
tré à la hauteur de la mission d’information
et de sensibilisation de l’assistance du jour
en plaidant longuement en faveur d’une
meilleure connaissance du problème pales-
tinien dans sa globalité, en tenant compte
également de la situation qui prévaut ac-
tuellement dans la région et dans le monde.
Dans ce contexte, il a précisé que la Pa-
lestine ce n’est pas la bande de Ghaza, uni-
quement, en soulignant ensuite que le
problème palestinien reste entier, et que ce
sont les Israéliens qui veulent focaliser l’at-
tention sur ce qui se passe à Ghaza, seule-
ment, afin de détourner l’opinion publique
internationale sur le génocide du peuple pa-
lestinien, sur leurs innombrables crimes
dans les Territoires occupés, particulière-
ment à El Qods Charif, qui fait face ces der-
nières années à une vaste entreprise de
judaïsation, et ce, dans l’indifférence géné-
rale.
Certes, a reconnu M. Louaï, le problème
de la reconstruction de Ghaza est extrême-
ment urgent, eu égard aux très lourds dégâts
matériels laissés par la lâche agression sio-
niste, et aussi, considérant les milliers de fa-
milles victimes des bombardements
israéliens, qui doivent faire face à des be-
soins de tous genres, mais il ne doit pas oc-
culter les autres aspects de la question pa-
lestinienne. Voilà pourquoi, a-t-il ajouté, les
négociations sont nécessaires voire indis-
pensables pour avancer, progresser dans le
règlement des nombreuses questions en
suspens. Quand bien même est-elle décriée
par certains, qui lui préfèrent, notamment
le recours à la lutte armée, cette démarche
reste la plus appropriée à notre avis pour
tenter de régler les problèmes qui se posent,
tout en continuant à opposer une résistance
farouche à toute tentative de l’ennemi israé-
lien pour nous détourner des objectifs de la
cause palestinienne. Dans ce contexte, a-t-
il poursuivi, il est nécessaire, voire indis-
pensable, pour nous Palestiniens, de
s’avancer en rangs serrés dans les négocia-
tions en vue d’arracher nos droits légitimes,
s’inspirant en cela de la lutte de libération
algérienne, et des résultats éclatants aux-
quels elle a abouti. Il en a profité pour sa-
luer longuement le soutien inconditionnel
du peuple et de l’Etat algériens à la cause
palestinienne, depuis 1965 à nos jours, ainsi
que l’élan de solidarité extraordinaire ex-
primé par les Algériens vis-à-vis des popu-
lations palestiniennes de Ghaza, avant de
lancer un appel solennel à la communauté
internationale, l’invitant à soutenir l’initia-
tive du président Mahmoud Abbas en vue
du recouvrement des droits palestiniens à la
liberté et à l’indépendance.
Mourad A.
L’AMBASSADEUR DE L’ÉTAT DE PALESTINE À ALGER INVITÉ HIER
DU FORUM D’EL MOUDJAHID :
« La communauté internationale et l’ONU
doivent assumer leurs responsabilités »
Tout porte à croire que la cause palestinienne est aujourd’hui à la croisée des chemins. Après la victoire diplomatique réalisée il y a deux ans, le
29 novembre 2012, en se faisant admettre à l’ONU comme État observateur, ainsi que la forte volonté des Palestiniens de surmonter leurs rivalités
internes et d’arriver à mettre en place un gouvernement d’union nationale pour mieux se défendre sur la scène internationale comme sur le
terrain, la récente guerre menée contre Ghaza vient réduire de façon considérable leur marge de manœuvre.
La Palestine, ce n’est pas seulement Ghaza
P
h
.

:

Y
.
 
C
h
e
u
r
f
i
6
EL MOUDJAHID
Nation
Mardi 23 Septembre 2014
Un cycle de formation est organisé
depuis hier au profit de secrétaires géné-
raux des communes pour l’enracinement
de la culture du service public et le per-
fectionnement de l’encadrement de l’ad-
ministration communale en vue d’un
meilleur accueil des administrés et une
parfaite prise en charge de leurs préoccu-
pations.
Une volonté politique réelle est affi-
chée pour la réhabilitation et la valorisa-
tion de la notion de ressources humaines
au demeurant davantage importantes
dans la réalisation des objectifs assignés.
Quels que soient effectivement le vo-
lume et la consistance d’un programme
de commune, l’efficacité dans son appli-
cation réside au niveau du suivi et de
l’implication des élus et des représentants
de l’administration communale qui reste
l’élément d’exécution de l’approche de
l’assemblée populaire. Un suivi et une
implication qui exigent une compétence,
un savoir-faire et un esprit d’initiative
d’où la portée et l’opportunité de ces cy-
cles de formation. Force est de reconnaî-
tre que les carences en la matière sont
criantes, notamment au niveau des zones
rurales et de l’intérieur du pays en général
pour favoriser l’ingérence du commun
des élus dont les attributions se limitent à
des propositions de projets et leur suivi
après leur adoption. Un simple aperçu sur
l’organigramme d’une commune est suf-
fisant pour relever le sous-encadrement
et le manque de qualification du person-
nel. Auparavant, une commune d’une ag-
glomération moyenne disposait de ses
juristes, de ses financiers, de ses experts
et parfois de son bureau d’études pluri-
disciplinaire faisant face à toutes les
charges et assurant avec professionna-
lisme le service public.
Il n’empêche qu’une détermination
est manifestée par le premier magistrat du
pays pour réhabiliter les prérogatives et
attributions de cette cellule de base du dé-
veloppement et attribuer une résonance à
la notion de service public.
Une première phase a été consacrée à
la construction de nouveaux sièges de
communes, à la modernisation de l’outil
de travail et à l’aménagement des struc-
tures d’accueil après la réactualisation de
la réglementation et la transmission d’une
série de directives et instructions allant
dans le sens du rétablissement d’une
confiance et d’un rapprochement du ci-
toyen.
L’urgence décrétée aujourd’hui
concerne le renforcement des assises de
l’administration communale et la dyna-
misation de la formation et du perfection-
nement de l’élément humain plus que
jamais déterminant dans la lutte contre la
bureaucratie et la réhabilitation de la no-
tion de service public...
A. Bellaha
Une administration moderne et
modernisée, ouverte sur les grandes
mutations que connaît notre pays et
un service public de qualité à la me-
sure des aspirations du citoyen : ce
sont là quelques objectifs importants
du séminaire régional de formation
des secrétaires généraux des com-
munes qui a été ouvert hier à Sétif
par M. Merabti Abdelhalim, direc-
teur général des ressources hu-
maines et de la formation au niveau
du ministère de l’Intérieur et des
Collectivités locales.
Cette première session de forma-
tion, qui a été ouverte hier en pré-
sence du wali de Sétif, Mohamed
Bouderbali, du directeur de l’anima-
tion locale et de cadres centraux re-
levant de ce ministère, regroupe en
effet 160 secrétaires généraux éma-
nants des wilayas de Sétif, Constan-
tine, Jijel, Bejaia, Bordj
Bou-Arréridj, M’sila et Mila en re-
groupement donc du 22 au 30 de ce
mois.
Le wali de Sétif intervenant à
l’ouverture de cette session de for-
mation ne manquera pas de souli-
gner que le dossier de la formation
constitue l’une des grandes préoccu-
pations du ministère de l’Intérieur et
des Collectivités locales, faisant état
de l’importance que revêt une telle
action et l’impact qualitatif qu’elle
est appelée à produire sur la gestion
des communes.
Comme il ne manquera pas de
souligner que la commune constitue
l’interface directe avec le citoyen et
que la réhabilitation à ce niveau des
bonnes pratiques par le ministre de
l’Intérieur et des Collectivités lo-
cales relève indéniablement d’un ac-
quis qu’il faudra préserver et
consolider, exhortant les participants
à mettre à profit cette rencontre . Le
directeur général des ressources hu-
maines et de la formation, qui pro-
cédera au nom du ministre à
l’ouverture de cette première session
de formation, soulignera que cette
opération s’inscrit dans le cadre de
la stratégie mise en œuvre par le mi-
nistère en matière de formation et
vient en application des instructions
du ministre d’Etat, ministre de l’In-
térieur et des Collectivités locales,
suite à sa déclaration du 3 septembre
dernier à Oran, relevant de ce fait la
nécessité de former dans différents
domaines, les personnels des collec-
tivités territoriales et de l’adminis-
tration centrale. L’intervenant, qui
dira les grands objectifs de cette
vaste opération de formation desti-
née notamment à consolider le ni-
veau de ces personnels dans une op-
tique constante d’amélioration du
service public et partant, celles des
ressources humaines à l’effet d’aller
sans cesse dans le sens de l’amélio-
ration de la prestation de service,
d’une bonne gestion et de transpa-
rence à tous les niveaux pour répon-
dre au mieux aux aspirations
multiples du citoyen, relèvera par
ailleurs que cette formation est ap-
pelée à toucher l’ensemble des per-
sonnels du ministère de l’Intérieur y
compris les élus locaux.
De ce fait, pas moins de 5 centres
à Sétif, Alger, Oran, Ouargla et
Batna accueillent cette première
opération de formation qui regrou-
pera 653 secrétaires généraux de
communes, le reste des effectifs
étant appelés à subir également leur
formation lors des deux prochaines
sessions de formation qui s’étalera
jusqu’à la fin du mois d’octobre. Un
cycle de formation à l’issue duquel
il sera traité 4 thèmes essentiels se
rapportant aux marchés publics, aux
finances locales, aux contentieux et
à la gestion des ressources hu-
maines.
F. Zoghbi
SIDI BEL-ABBÈS
Consolidation de l’administration
communale
SÉTIF
Les secrétaires généraux des communes
de 7 wilayas en formation
L’École nationale d’administration (ENA) a
abrité, hier matin, une cérémonie de lancement
d’une formation dispensée au profit de 653 secré-
taires généraux de communes. Cette session porte,
notamment, sur la gestion des ressources hu-
maines, finances locales, transactions publiques
et contentieux. La première étape de cette forma-
tion, qui s'étalera jusqu'à jeudi, concerne en fait
pas moins de 653 secrétaires généraux de com-
munes lesquels sont répartis sur cinq centres :
Alger, Oran, Batna, Sétif et Ouargla.
La cérémonie de lancement de cette session de
formation a été présidée, au nom du ministre de
l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Tayeb
Belaïz, par le directeur général des libertés pu-
bliques et des affaires juridiques au ministère, M.
Mohamed Talbi. Dans une allocution présentée,
en cette occasion, le directeur général des libertés
publiques et des affaires juridiques au ministère a
souligné que « cette première session est organi-
sée dans le souci d'accompagner les développe-
ments dans tous les domaines liés à la gestion des
communes et à l'administration, en général.  »
Poursuivant ses propos, M. Mohamed Talbi a an-
noncé que trois autres sessions de formation se-
ront programmées à l'avenir. Toutes ces sessions
«  permettront de doter les cadres locaux de
connaissances, à même d'améliorer leur gestion
des affaires publiques et de répondre efficacement
aux aspirations des citoyens ». M. Talbi a, par ail-
leurs, relevé le fait que le lancement de cette ses-
sion intervient alors que « le gouvernement œuvre
à relever le défi de développer l'administration et
le service public.» Le directeur général des liber-
tés publiques et des affaires juridiques au minis-
tère de l’Intérieur et des Collectivités locales a
déclaré que « la mise en œuvre de la stratégie de
l'Etat et du secteur de l'intérieur et des collectivités
locales, liée au système de formation repose es-
sentiellement sur la volonté de promouvoir les
ressources humaines en tant qu'élément fonda-
mental de la modernisation de l'administration. »
S’exprimant, ensuite, à propos des programmes
de formation arrêtés à l'intérieur du pays et à
l'étranger et qui toucheront tous les domaines d'in-
tervention et de gestion des collectivités locales,
M. Talbi a mis en exergue le fait que « ces der-
niers concerneront les cadres centraux du minis-
tère, les cadres locaux, les élus APC et APW, outre
le système de formation juridique devenu obliga-
toire». Il y a lieu de signaler que le ministère de
l'Intérieur et des Collectivités locales, conscient
de la place qu'occupe la formation dans le déve-
loppement des ressources humaines, a mis en
place une stratégie ayant pour objet l'amélioration
de son potentiel humain afin de garantir un meil-
leur rendement et actualiser les connaissances de
ses agents. Dans ce cadre, un certain nombre d'ob-
jectifs ont été tracés, à savoir : introduire la dé-
marche de la gestion par la compétence dans le
fonctionnement de l’administration locale et évo-
luer vers une gestion qualitative et performante de
l’administration locale. Il s’agit également de
s’inscrire dans une vision globale où tous les ac-
teurs de la vie locale auront à acquérir des com-
pétences et améliorer leur capacité de gestion et
d’action. Pour ce qui est de l’organisation de for-
mations au profit des fonctionnaires de l'adminis-
tration locale, deux sessions de formation ont déjà
été organisées en 2005 et 2009 au profit de 400
secrétaires généraux de communes en manage-
ment public, de même qu’une session de forma-
tion au métier de l’inspection a été organisée en
2006 au profit de 41 inspecteurs généraux et 73
inspecteurs de wilaya. Des formations préalables
à la promotion et des formations préparatoires du-
rant la période de stage sont organisées au profit
des fonctionnaires de l’administration centrale
conformément à la règlementation en vigueur, no-
tamment à travers l’instruction n°45 du 1
er
décem-
bre 2008 fixant les modalités d’organisation et les
programmes de la formation préalable à la pro-
motion dans certains grades de corps communs
aux institutions et administrations publiques. Une
deuxième session de formation au profit des ca-
dres nouvellement nommés dans les fonctions
d’inspecteur général et inspecteur de wilaya (15
inspecteurs généraux et 25 inspecteurs de wilaya)
est prévue pour l’année 2014. Une autre forma-
tion, en marchés publics des chargés de la tutelle
communale au niveau des daïras et des chargés de
la gestion des marchés publics au niveau des com-
munes se déroulera au courant de l’année 2014
(elle sera domiciliée au niveau des centres natio-
naux de formation, de perfectionnement et de re-
cyclage des personnels des collectivités locales
d'Oran, de Béchar et d’Ouargla).
Soraya Guemmouri
SESSION DE FORMATION POUR 653 SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE COMMUNES
Améliorer la gestion des affaires locales
RELANCE DU SYSTÈME DE FORMATION DES CADRES ET PERSONNELS
DES COLLECTIVITÉS LOCALES
Belaïz : « La ressource humaine au cœur
du projet de modernisation »
Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a annoncé, hier à Oran, l'élaboration d'une stratégie
globale de relance du système de formation des personnels et des cadres de son secteur, ouverte sur les expériences étrangères.
D
ans une lettre lue par le directeur géné-
ral des collectivités locales au minis-
tère, Azzeddine Belkacem Nacer, à
l’ouverture de la première session de formation
des secrétaires généraux des communes, M.
Belaïz souligne que cette nouvelle stratégie de
l’Etat place la prospérité des ressources hu-
maines au cœur du projet de modernisation de
l’administration. Les programmes de formation
toucheront tous les cadres centraux, locaux et
les élus des assemblées populaires de wilaya
(APW) et communales (APC) dans les do-
maines d’intervention et de gestion, en plus de
la formation juridique de base qui s'avère in-
dispensable, a-t-il indiqué.
Cette première session de formation à Oran
concerne les cadres qui incarnent la pérennité
de l’Etat et de ses institutions, pour les adapter
à l'évolution dans tous les domaines, a-t-on
souligné dans cette lettre.
Les thèmes proposés dans cette session
contribuent à fournir aux cadres locaux des in-
formations et des connaissances qui renforcent
le professionnalisme des secrétaires généraux
pour une gestion plus efficace des affaires pu-
bliques obéissant aux exigences de transpa-
rence, de participation, de communication et
rigueur et répondant aux aspirations des ci-
toyens, a-t-on ajouté.
La formation prônée comporte trois ses-
sions, la première cible 653 secrétaires géné-
raux répartis sur cinq centres à Alger, Oran,
Batna, Sétif et Ouargla, selon le directeur gé-
néral des collectivités locales au ministère de
l’Intérieur et des Collectivités locales.
Au programme de cette session, quatre su-
jets principaux abordent la finance locale, les
contentieux, les marchés publics et les res-
sources humaines et sont complémentaires, a
encore souligné M. Azzedine Belkacem Nacer.
Cette première session, abritée par le Centre
de formation des personnels des collectivités
locales d’Oran, enregistre la participation de
135 secrétaires généraux d’APC de 10 wilayas
du pays. La formation est encadrée par des ca-
dres centraux et locaux compétents et spécia-
listes dans les thèmes proposés, a souligné le
secrétaire général de la wilaya d’Oran.
Des secrétaires généraux interrogés par
l’APS ont été unanimes à dire que cette session
constitue une occasion pour acquérir de nou-
velles connaissances au service de la commune
et du citoyen et un espace de débat et
d’échange d’idées sur les questions de gestion.
En marge de l’ouverture de cette session,
qui se poursuivra jusqu’au 25 septembre cou-
rant, le directeur général des collectivités lo-
cales au ministère de l’Intérieur et des
Collectivités locales a visité les structures du
Centre de formation des personnels des collec-
tivités locales d’Oran.
7
Mardi 23 Septembre 2014
EL MOUDJAHID
Nation
S’exprimant hier lors d’une conférence de
presse tenue à l’hémicycle Zighoud-Youcef, M. Fi-
lali, président du groupe parlementaire de l’AAV,
a souligné que l’intégration demandée est «légitime
et relève du respect du règlement intérieur de
l’APN et de la loi fondamentale». Il rappelle que
les représentants de ladite alliance ont été convo-
qués, le 30 août dernier, pour assister à une réunion
consultative. «Nous avons répondu présents à cette
rencontre. Mais, par la suite, on n’a pas reçu de pré-
cisions», fait-il savoir. Dans le même contexte,
l’orateur a souligné que «l’opposition doit être
considérée comme étant une pratique ordinaire».
Par ailleurs, il convient de rappeler qu’il y a
quelques jours, l’AAV a appelé, dans un commu-
niqué rendu public, à donner suite à sa demande re-
lative à l'accès aux structures de l'APN avant
l'expiration du délai accordé aux groupes parle-
mentaires. Le groupe parlementaire de l'AAV a in-
sisté sur la nécessité «de respecter le règlement
intérieur de l'APN et des procédures juridiques re-
latives au renouvellement de ses structures». Après
deux ans de boycott, les députés de l'Alliance de
l'Algérie verte veulent occuper leur place au sein
des instances de l'APN. Voulant justifier ce revire-
ment pour le moins inattendu, la coalition islamiste
justifie sa position par la volonté de «récupérer un
espace politique et parlementaire qui lui revient de
droit».
Fouad Irnatene
ALLIANCE DE L’ALGÉRIE VERTE
L’AAV demande sa réintégration aux nouvelles structures de l’APN
«L'
effort de développe-
ment de notre pays et sa
quête de progrès requiè-
rent une union sacrée de tous les Al-
gériens», a indiqué le ministre dans
son intervention à l'ouverture d'une
rencontre organisée à l'université de
Tébessa, à l'occasion du 59
e
anniver-
saire de la grande bataille d'El-Djorf
(22 septembre 1955). En présence
des autorités locales, de moudjahi-
dine, d’ayants droit et de nombreux
étudiants, M. Zitouni a également
souligné la nécessité de vivre dans la
fierté et la dignité comme l'ont voulu
les glorieux martyrs, et de «fonder
les efforts sur la science, la techno-
logie et le savoir».
Le ministre des Moudjahidine a
indiqué que la commémoration, dans
la wilaya de Tébessa, du 59
e
anniver-
saire de la bataille d'El-Djorf est
aussi une reconnaissance au combat
mené par cette région du pays, aux
côtés de toutes les autres contrées du
pays, pour le recouvrement de notre
souveraineté au prix d'immenses sa-
crifices.
La bataille d'El-Djorf, a poursuivi
M. Zitouni, est l'un des plus grands
engagements des combattants algé-
riens luttant pour l'Indépendance de
leur pays. «Malgré la perte de valeu-
reux djounoud, cette bataille a per-
mis de renforcer la détermination des
moudjahidine à poursuivre la lutte
jusqu’à la victoire», a-t-il souligné.
Déclenchée le 22 septembre 1955 au
mont El-Djorf, situé quelque 100
km au sud de Tébessa, la bataille
d'El-Djorf a été menée par 400
moudjahidine placés sous le com-
mandement du chahid Bachir Chi-
hani et de ses lieutenants, Abbès
Laghrour, Adjel Adjoul et Lazhar
Cheriet. Cette bataille qui a duré plus
d'une semaine sans interruption avait
causé d'importantes pertes humaines
et matérielles à l'armée coloniale qui
disposait de plus de 25.000 soldats
équipés de blindés, d'armes lourdes
et appuyés d'avions de chasse et de
bombardiers.
«La bataille d'El-Djorf, a indiqué
un témoin en marge de la rencontre,
a surpris les forces coloniales et fait
comprendre à la France que le 1
er
Novembre 1954 était une Révolution
déclenchée par un peuple opprimé et
non des troubles fomentés par des re-
belles.»
RAJA
Approfondir le débat
sur la révision
constitutionnelle
Le Rassemblement de la jeunesse algé-
rienne pour la solidarité et le développement
(RAJA) a appelé, hier, à approfondir le débat
sur la révision constitutionnelle en impliquant
toutes les composantes de la société afin
d'aboutir à une constitution constitutionnelle.
Dans un communiqué sanctionnant son univer-
sité d'été, tenue du 18 au 20 septembre, le ras-
semblement RAJA a appelé à approfondir le
débat sur la révision constitutionnelle à travers
l'organisation d'une rencontre nationale, avec
la participation de toutes les composantes de
la société algérienne afin d'aboutir à une
constitution consensuelle.
Le Rassemblement a insisté sur la nécessité
d'investir dans la jeunesse «en tant qu'acteur
dans la protection du pays» en lui permettant
de jouer son rôle dans la prise de décisions po-
litiques, et à ne pas «confiner les revendica-
tions de cette catégorie aux questions
sociales». Le Rassemblement a, en outre, ap-
pelé le peuple algérien, en général, et les
jeunes, en particulier, à «préserver les acquis
de sécurité, de développement et de réconci-
liation nationale», tout en s'accordant sur les
lignes rouges à ne pas dépasser pour préserver
l'unité du peuple et la souveraineté nationale.
Par ailleurs, l'organisation a salué l'approbation
par le Parlement de la réduction de la durée du
service national à un an et les efforts de l'Ar-
mée nationale populaire et des différents corps
de sécurité dans la lutte contre le crime. Elle a
également salué les efforts diplomatiques de
l'Algérie dans le règlement des différentes
questions régionales, notamment la libération
des otages algériens et la médiation entre les
parties maliennes.
En outre, l'organisation s'est félicitée de la
tenue d'une rencontre nationale libyenne à
Alger, soulignant son rejet aux appels à l'inter-
vention étrangère dans ce pays.
Le rassemblement a réitéré son soutien aux
causes justes dans le monde, notamment les
questions palestinienne et sahraouie.
Le président du parti AHD 54, Ali Faouzi Re-
baïne, a souligné, hier à Alger, la nécessité de sou-
tenir les secteurs de l'industrie et des services pour
leur permettre de contribuer à la création de ri-
chesses et la résorption du chômage. «Il est néces-
saire de soutenir le secteur de l'industrie en tant que
valeur ajoutée en encourageant les petites et
moyennes entreprises et celles activant dans l'agro-
alimentaire», a soutenu M. Rebaïne dans une
conférence de presse. Dans cette optique, il a mis
en avant la nécessaire prise en charge du problème
du foncier industriel, préconisant la transparence
dans l'octroi de crédits aux promoteurs. Il a égale-
ment estimé que le secteur des services pouvait
contribuer à faire reculer le chômage. Sur le volet
social, le responsable politique a critiqué la der-
nière réunion tripartite, estimant que l'annulation
de l'article 87-bis n'aura aucun impact sur le pou-
voir d'achat face à la poursuite de la hausse des
prix. À une question sur le rôle de l'opposition, il a
répondu que la véritable opposition était celle issue
de la société civile et du peuple. La question ma-
jeure qui doit se poser est celle de l'alternance au
pouvoir, a-t-il soutenu. Concernant la polémique
autour de l'adhésion de l'Algérie à l'OMC, le prési-
dent d’AHD 54 s'est dit en faveur de cette dé-
marche, pour peu que, a-t-il dit, des compétences
défendent les intérêts de l'Algérie au sein de cette
organisation. Il a enfin appelé à prendre en charge
les réfugiés africains, notamment ceux en prove-
nance du Niger et du Mali.
AHD 54
Soutien aux secteurs de l'industrie et des services
pour résorber le chômage
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a insisté,
hier à Tébessa, sur la nécessité de faire de l’administration
de son département, un «modèle» de service public. Le mi-
nistre, qui a présidé les travaux d’une conférence organisée
à l’occasion du 59
e
anniversaire de la bataille d’El-Djorf, a
souligné que l’enjeu est de «rendre aux moudjahidine, aux
enfants de chouhada et aux ayants droit, la dignité à laquelle
ils ont droit, en veillant à l’octroi des avantages qui leur re-
viennent». M. Zitouni a également annoncé que son dépar-
tement s’attelle à prendre des mesures pour simplifier les
procédures au profit des ayants droit, notamment en élimi-
nant la bureaucratie en matière de remise des documents
aux membres de l’ALN et de l’OCFLN, et concernant les
séjours dans les centres de repos. Soulignant que la régle-
mentation en matière de prise en charge sanitaire et sociale
fait l’objet d’ateliers chargés de sa révision, le ministre a
indiqué que la «priorité est aujourd’hui à la transmission de
la mémoire du combat libérateur aux générations mon-
tantes, ce qui implique l’écriture de l’histoire par des cher-
cheurs nationaux et l’ouverture aux chercheurs et étudiants
des musées et établissements rattachés au ministère».
Le ministre avait insisté, dimanche après-midi à son ar-
rivée dans la wilaya de Tébessa, sur la réhabilitation du ci-
metière des chouhada situé dans la région d’Aïn-Zerrouk,
ainsi que du centre des prothèses des grands invalides de
guerre et des victimes du terrorisme situé dans la commune
de Hammamet. M. Zitouni avait également posé la première
pierre du nouveau siège de la direction des moudjahidine
qui a nécessité une enveloppe de 100 millions de dinars. Il
devait ensuite rendre visite à la famille d’un chahid et à celle
d’un moudjahid, résidant à Tébessa.
LE MINISTRE DES MOUDJAHIDINE À TÉBESSA :
« Les valeurs de Novembre, un guide pour la jeunesse »
P
h

:

B
i
l
l
a
l
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a appelé, hier à Tébessa, les jeunes générations à se nourrir
des valeurs de Novembre et à redoubler d'efforts pour développer davantage le pays, assurer sa prospérité
et pérenniser sa stabilité.
COLLOQUE INTERNATIO-
NAL SUR MASSINISSA
D’autres fouilles
sur le mausolée
sont nécessaires
Les participants au colloque international
sur le thème : «Massinissa au cœur de la
consécration du premier État numide» ont re-
commandé, hier, de procéder à d’autres
fouilles archéologiques aux alentours du
mausolée de Massinissa, à El-Khroub
(Constantine). «Il est nécessaire de procéder
à d’autres fouilles archéologiques aux alen-
tours du mausolée et de finaliser l’étude du
mobilier déjà découvert à l’intérieur de cette
sépulture», ont estimé les séminaristes algé-
riens et étrangers au terme des travaux de
cette rencontre de trois jours, ouverte samedi
au centre culturel M’Hamed-Yazid, à l’initia-
tive du Haut-Commissariat à l’amazighité
(HCA). Ils ont souligné, à ce propos, l’impor-
tance de saisir l’opportunité de l’année 2015
qui verra Constantine élevée au rang de capi-
tale de la culture arabe, pour lancer ces chan-
tiers. Ils ont également recommandé de
restaurer à nouveau le mausolée d’El-Khroub
en utilisant les techniques offertes par les
nouvelles technologies dans ce domaine. Les
séminaristes ont également suggéré que les
actes du colloque, qui seront édités incessam-
ment par le HCA, soient remis à la Commis-
sion nationale des programmes (CNP)
relevant du ministère de l’Éducation natio-
nale, pour une exploitation pédagogique et
l’élaboration de cours d’histoire pour les trois
paliers de l’enseignement.
Les participants au colloque ont, en outre,
recommandé de consacrer le thème de la
«Connaissance de l’histoire» en tant qu’axe
prioritaire du dispositif «consulting» du
HCA, sous forme d’appel à projets destiné
aux universitaires nationaux. L’encourage-
ment de l’inscription des thèmes de thèses et
de mémoires sur la période et l’histoire des
rois numides au sein des universités algé-
riennes, la récupération de la mémoire consti-
tuée d’archives et d’objets archéologiques se
trouvant à l’étranger, l’organisation par le
HCA d’une rencontre sur l’unification des
concepts utilisés dans les manuels scolaires
se rapportant à l’histoire amazighe de l’Al-
gérie et l’institution d’une biennale scienti-
fique et culturelle à El-Khroub, consacrée à
«Massinissa, aguellid de Numidya», ont éga-
lement été proposés par les séminaristes.
Tayeb Zitoutni : « Le ministère des Moudjahidine doit être
un modèle de service public »
Les membres de l’Assemblée po-
pulaire nationale ont adopté, hier, lors
d’une séance plénière présidée par M.
Larbi Ould Khelifa, président de l’ins-
tance, la liste des vice-présidents,
conformément aux dispositions de
l’article 13 du règlement intérieur de
l’Assemblée. La séance a été marquée
par le rejet par l’Alliance de l’Algérie
verte de la liste des neuf vice-prési-
dents, qui comprenait neuf députés
dont cinq appartenant au Front de li-
bération national (FLN), trois au Ras-
semblement national démocratique
(RND) et un député issu du groupe
des députés indépendants. Les députés
de l’AAV ont insisté pour prendre la
parole au sein de l’hémicycle de la
chambre basse du Parlement, suite à
la protestation des députés de l’AAV,
au moment où le président de l’APN
poursuivait la présentation de la liste
à l’adoption.
Ensuite il a été question de présen-
ter les noms des neuf vice-présidents.
Il s’agit pour les vice- présidents du
FLN, de Djamel Bouras, Ali Hamel,
Amel Deroua, Bouchareb Maad et
Boutaleb Azeddine. Ceux du RND
sont M
me
Belatoui Zahaïra, Chenini
Abdelkrim et Djilali Gouniber, alors
que le vice-président indépendant était
le député Saci Mohamed. M. Ould
Khelifa a assuré que le quorum étant
atteint (234 et 36 procurations sur les
462 députés). Les députés de l’AAV
se sont retirés de l’hémicycle pour
poursuivre leur protestation dans le
hall. Les députés de l’Alliance de
l’Algérie verte avaient exprimé aupa-
ravant leur volonté de faire partie des
structures de l’APN, dans une corres-
pondance au président de l'Assemblée
populaire nationale, datée du 31 août
dernier pour la tenue d’une réunion
consultative sur le renouvellement des
structures du Conseil «sans recevoir
de réponse», ont-ils affirmé.
Il convient de préciser qu’après
l’adoption de la liste, les députés ont
procédé directement à l’installation
des 12 commissions permanentes et
de leurs bureaux. Il faut rappeler que
le renouvellement de ces structures
s’est déroulé le mardi 16 septembre
2014 au siège de l’APN à travers des
élections au sein des groupes parle-
mentaires. Le renouvellement
concerne «les postes des vice-prési-
dents (au nombre de 9) et les bureaux
des douze commissions permanentes
à travers des élections au sein des
groupes parlementaires et la réparti-
tion des postes sur la base de la repré-
sentation proportionnelle.» Le
renouvellement de ces structures est
prévu dans le règlement intérieur de
l'Assemblée populaire nationale, no-
tamment ses articles 13 et 32.
Salima Ettouahria
RENOUVELLEMENT DES STRUCTURES DE L’APN
Les députés adoptent la liste des vice-présidents
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
Nation
Mardi 23 Septembre 2014
L’Association des retraités de
la Sûreté nationale a enregistré ces
dernières semaines des regroupe-
ments initiés par un certain nom-
bre de retraités de la Sûreté
nationale qui se sont rassemblés
devant les sièges des sûreté de wi-
laya, pour exprimer des revendica-
tions liées à la précarité de leur
situation sociale.
Consciente de ses responsabi-
lités et des engagements qu’elle a
pris en tant qu’organisation repré-
sentative de tous les retraités de la
police, l’association des retraités
de la sûreté nationale a réuni ce
jeudi dernier à Alger, ses instances
élues tant au niveau national qu’à
travers les 48 bureaux exécutifs de
wilaya afin d’envisager les initia-
tives à prendre à ce sujet. Les dé-
bats engagés à cette occasion entre
les participants ont fait ressortir
que les préoccupations exprimées
au cours de ces rassemblements
qui n’ont pas été organisés à l’ini-
tiative des instances officielles de
l’Association des retraités de la sû-
reté nationale sont dans leur en-
semble des revendications
légitimes et récurrentes au sujet
desquelles l’ARSN n’a cessé d’in-
terpeller légalement mais vaine-
ment les pouvoirs publics depuis
des années. A l’issue des travaux,
l’instance dirigeante de l’associa-
tion des retraités de la sûreté natio-
nale a indiqué que le corps a
consenti de lourds sacrifices pour
préserver la stabilité et la sécurité
du pays. L’ARSN saisit cette op-
portunité pour lancer un appel so-
lennel à tous les retraités de la
Sûreté nationale non structurés
jusqu’à présent, pour qu’ils se rap-
prochent des bureaux de wilaya
afin d’apporter leur contribution
aux efforts incessants que dé-
ploient leur association dans sa
noble mission de défense des inté-
rêts moraux et matériels des retrai-
tés de police.
ASSOCIATION DES RETRAITÉS DE LA SÛRETÉ NATIONALE
Réunion des 48 bureaux exécutifs de wilaya
La 11
e
édition du Salon international
des technologies de l'information (Med-
IT) a été inaugurée hier à Alger avec la
participation de quelque 150 exposants
nationaux et étrangers. Le Salon qui se
tient au palais de la Culture à Kouba du
22 au 24 septembre, a été marqué au pre-
mier jour de son inauguration par la pré-
sentation de plusieurs services et
applications lancés par les opérateurs de
téléphonie mobile et les entreprises spé-
cialisées dans les nouvelles technologies
de l'information et de la communication
(TIC). Le Salon qui regroupe les profes-
sionnels du domaine, se veut aussi
comme plate-forme de réflexion sur l'ac-
tualité et l'évolution des TIC. A l'occa-
sion de cette manifestation, plus de 50
conférences et ateliers seront organisés
sur trois jours avec au programme des
thèmes d'actualité comme le haut débit
fixe et mobile, le Cloud computing, l'ar-
chivage et le stockage et la sécurité in-
formatique.
Par ailleurs, un concours national in-
titulé "Trophées du Salon Med-IT 2014"
sera organisé et récompensera les meil-
leures applications mobiles algériennes.
«Environ 30.000 postes d’emploi
permanents dans l’administration ont
été pourvus dans le cadre de la per-
manisation des jeunes recrutés dans
le cadre du DAIP sur 48.000 postes
recensés», a indiqué, hier à Aïn Té-
mouchent, le ministre du Travail, de
l’Emploi et de la Sécurité sociale
Mohamed El Ghazi. L’opération, qui
est toujours en cours pour les 11.000
postes restants, se poursuivra pour
pallier aux départs en retraite, a-t-il
signalé, lors d’un point de presse, en
précisant que cette permanisation
sera axée vers les secteurs écono-
miques qui offrent davantage de pos-
sibilités de création de postes
d’emplois permanents. S’agissant de
l’avant-projet de la loi sur le travail,
le ministre a indiqué que le document
a été transmis aux partenaires sociaux
pour apporter leurs points de vue, en
attendant une rencontre entre les deux
parties qui déterminera les autres pro-
cédures réglementaires. "Aucune re-
mise en cause des acquis sociaux
fondamentaux du pays ne sera appor-
tée par cet avant-projet", a-t-il ras-
suré. Tout en soulignant que la loi de
finance 2015 apportera les nouveaux
modes de calcul du SNMG, à la suite
de l’abrogation de l’article 87 bis,
M. El Ghazi a précisé que cette opé-
ration concernera, à son début, les bas
salaires. La nouvelle école supérieure
de sécurité sociale d’Alger, qui ou-
vrira ses portes
cette année à
l’école de forma-
tion paramédicale
d’Hussein Dey
pour s’implanter
ensuite au niveau
de son nouveau
siège à Ben Ak-
noun, formera en
deux années des
diplômés en mas-
ter, a-t-il annoncé.
Le taux de chô-
mage est évalué
a c t ue l l e me nt ,
selon M. Mohamed El Ghazi, à 9,8%
pour passer à 7 % en 2019, à la fin du
nouveau programme quinquennal.
Cette visite d’inspection et de travail
a été marquée par l’inauguration des
nouveaux sièges de la CNAS et des
archives régionales de la Caisse na-
tionale de retraite (CNR) qui couvre
14 agences de l’Ouest avec une capa-
cité de traitement de 20 millions de
documents.
Ces nouveaux sièges offrent des
conditions de travail adéquates pour
les personnels et d’accueil pour les
administrés, a-t-on affirmé. A l'en-
tame de sa visite dans la wilaya, le
ministre a passé en revue, à la direc-
tion locale de l’emploi, la situation de
ce secteur, notamment en matière de
recrutements et de placements et les
activités de l’inspection du travail.
La dernière étape de cette tournée a
permis à M. El Ghazi de prendre
connaissance de projets ayant réussi
dans le cadre de l’emploi de jeunes.
Un Salon de la micro-entreprise met
en relief, dans ce sens, une trentaine
de projets dans divers secteurs d’ac-
tivités, à l’instar de l’artisanat, de la
pêche, de l'agriculture et des travaux
publics.
Par la même occasion, le minis-
tre a procédé à la distribution de vé-
hicules ateliers, tracteurs agricoles,
barques de pêche à de jeunes promo-
teurs, outre des aides aux bénéfi-
ciaires d’achat de logement dans le
cadre du programme du FNPOS.
Un conseil in-
t e r mi n i s t é r i e l
consacré à l'eau se
tiendra prochaine-
ment afin d'"étu-
dier les moyens de
gérer cette ques-
tion dans les an-
nées à venir", a
fait savoir, hier à
Alger, le ministre
de l'Agriculture et
du Développement
rural, M. Abdel-
wahab Nouri, lors
du Forum de la Radio nationale.
La question de disponibilité de l'eau
pose annuellement des problèmes au
secteur agricole, "causant des pertur-
bations quant aux niveaux de produc-
tion", a précisé le ministre en citant
l'exemple de la diminution des rende-
ments des céréales en 2014 compara-
tivement à ceux de l'année
précédente. M. Nouri a aussi évoqué
la volonté du gouvernement de dou-
bler la superficie irriguée pour la por-
ter à 2 millions d'hectares.
Par ailleurs, le ministre a avancé
qu'il y aurait une disponibilité suffi-
sante de moutons pour le sacrifice de
l'Aïd El Adha, et ce, à différents prix
selon les capacités financières de la
clientèle.
Abordant le développement rural
durant son intervention, le ministre a
indiqué que 12.000 projets avaient
été inscrits dans ce domaine et dont
90.000 sont déjà réalisés. Le ministre
a également fait savoir que 300 mil-
liards de DA seraient destinés à l'agri-
culture chaque année durant le
quinquennat prochain contre 200 mil-
liards annuellement durant le quin-
quennat précédent.
En outre, il a souligné que
219.000 actes de concession avaient
été accordés aux agriculteurs depuis
2012.
A la question relative au prix de
la pomme de terre qui a atteint les 65
DA actuellement, le ministre a indi-
qué que son prix de revient est de 35
DA tout en ajoutant que la production
de 2014 a enregistré une baisse par
rapport à celle de 2013 lorsqu'elle
était de 50 millions de tonnes.
D
ans une déclaration à la
presse, en marge de sa visite
d’inspection dans la wilaya,
le ministre a souligné que Mostaga-
nem a bénéficié dans le cadre du pro-
gramme du Président de la
République, M. Abdelaziz Boute-
flika, de grands projets qui nécessi-
tent davantage d’encadrement et
d’achèvement de leurs études.
M. Amar Ghoul a également mis
l’accent sur la nécessité d’adopter
une vision futuriste dans les projets
dont ceux du troisième bassin du
port, de l’aéroport, de la voie ferrée,
du tramway et du transport urbain
collectif. Concernant le projet d’ex-
tension du port de Mostaganem par
l’ajout d’un troisième bassin, le mi-
nistre a souligné que ce bassin doit
être réservé exclusivement aux
containers pour augmenter la capa-
cité d’accueil.
Il a aussi recommandé le transfert
des pêcheurs du port commercial vers
celui de la pêche et de plaisance de
Salamandre, après sa dotation de
toutes les commodités nécessaires,
déclarant qu’une gare maritime au
deuxième bassin s’avère plus qu’une
nécessité.
D’autre part, le ministre a insisté
sur le raccordement du port de Mos-
taganem à la voie ferrée pour faciliter
l’opération de transport des marchan-
dises et celui des deux ports précités
avec l’élaboration d’une étude de
protection du littoral. S’agissant du
projet du tramway de Mostaganem, il
a instruit l’actualisation des études
d’extension surtout celle de la pre-
mière ligne longue de 12,2 kilomètres
devant desservir plusieurs directions
à travers la ville. Le projet du tram-
way de Mostaganem prévoit deux
lignes d’une longueur globale de 14,2
km et 24 stations.
La première reliera la localité de
Salamandre au pôle universitaire de
Kharouba passant par plusieurs quar-
tiers dont le centre-ville.
La deuxième ligne devra relier
l’ancienne gare ferroviaire à la nou-
velle gare routière de transport de
voyageurs située dans la cité 5-Juil-
let. Ce projet devra générer 1.000
postes d’emploi en phase de réalisa-
tion et 500 emplois permanents en
phase d’exploitation.
Ce moyen moderne de transport
qui disposera de 25 wagons pourra
transporter 5.000 voyageurs à
l’heure, selon les explications four-
nies. A la gare routière de Mostaga-
nem, le ministre a insisté sur la main-
tenance, le bon fonctionnement des
structures et l’amélioration des pres-
tations, tout en soulignant que le
contrat avec la société de gestion de
cette gare peut être résilié si elle ne
respectait pas ces conditions. M.
Amar Ghoul a inspecté le projet de
piste aéroportuaire de Mostaganem
et a recommandé de procéder d’ores
et déjà aux études dans le cadre d’une
vision concevant une utilisation illi-
mitée, adaptée à un aéroport répon-
dant à toutes les normes.
En visitant l’entreprise de trans-
port urbain et suburbain de Mostaga-
nem, il a mis l’accent sur une bonne
gestion commerciale et économique
afin d’éviter la faillite. Par la même
occasion, le ministre a exhorté les
responsables des chantiers du secteur
des transports à coordonner les ac-
tions avec les pouvoirs locaux pour
lever les obstacles entravant la bonne
marche des projets, faisant allusion
au projet de raccordement ferroviaire
de Mostaganem à la wilaya de Reli-
zane dont les études sont en cours.
Un délai a été accordé au bureau
d’études pour le choix du tronçon et
la modernisation de la ligne Mosta-
ganem-Mohammadia pour devenir à
l’avenir un dédoublement de la ligne
électrifiée. Le ministre a insisté sur la
nécessité d’une grande complémen-
tarité entre les wilayas de Mostaga-
nem et Oran pour ce qui est de la
nouvelle ligne ferroviaire Mostaga-
nem-Hassi Mefsoukh vers Oran puis
Ain Témouchent, évoquant la possi-
bilité de création de zones indus-
trielles, de stations logistiques devant
insuffler une dynamique économique
pour les wilayas précitées. En outre,
le ministre des Transports s’est en-
quis de la situation d’autres projets
relevant de son secteur à l’instar de
l’école technique de formation et
d’entraînement marin, de conforte-
ment du quai « Maghreb » au port de
Mostaganem et du port de plaisance
de Salamandre.
LE MINISTRE DU TRAVAIL À AÏN TÉMOUCHENT :
« 30.000 emplois permanents recensés
au niveau de l’Administration »
INAUGURATION DE LA 11
e
ÉDITION
DU SALON INTERNATIONAL DES
TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION
150 exposants au rendez-vous
LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE :
« Un conseil interministériel
sur l'eau prochainement »
LE MINISTRE DES TRANSPORTS À MOSTAGANEM
M. Ghoul insiste sur la complémentarité intermodale
entre les différents modes de transport
Le ministre des Transports, Amar Ghoul, a insisté, hier à Mostaganem, sur la nécessité de trouver une complémentarité et une coordination
entre les différents modes de transport (aérien, maritime, ferroviaire et terrestre).
9
Mardi 23 Septembre 2014
EL MOUDJAHID
Economie
RENCONTRE D’AFFAIRES ALGÉRO-TUNISIENNE
La CACI déplore les taxes imposées par la Tunisie sur les produits algériens
Publicité
U
ne rencontre d’affaires algéro-tunisienne a
été organisée, hier, au siège de la Chambre
algérienne de commerce et d’industrie
(CACI), en marge d’une visite effectuée, en Al-
gérie, du 20 au 22 septembre courant, par une dé-
légation économique tunisienne conduite par la
Confédération des entreprises citoyennes de Tu-
nisie (CONECT). Une opportunité qui s’inscrit
dans le cadre des efforts déployés pour « favoriser
le développement économique, diversifier les re-
lations partenariales, et renforcer les liens et les
échanges commerciaux entre les deux pays, un
flux qui n’a pas encore dépassé les 2 milliards de
dollars, a affirmé la directrice des relations inter-
nationales au niveau de la CACI.
Des objectifs exprimés à travers les rencon-
tres B to B entre les entreprises des deux pays ac-
tivant, notamment dans les secteurs de
l’électronique et automatisme, conseil et forma-
tion, matériaux de construction, bâtiment et tra-
vaux publics, hôtellerie et restauration,
agroalimentaire, mobilier et ameublement, ser-
vices informatiques, haute Technologie, industrie
du textile et habillement. La 19
e
session de la
Haute commission mixte algéro-tunisienne, tenue,
en février dernier, a souligné l’intérêt, pour les
deux pays d’aller vers un partenariat diversifié.
Aussi, l’entrée en vigueur de l'accord commercial
préférentiel entre les deux pays, le 1
er
mars 2014,
devrait impulser une nouvelle dynamique aux
échanges commerciaux, et renforcer les relations
économiques.
Les deux pays ont convenu, dans ce contexte,
de faciliter la circulation des personnes et des
marchandises à travers le redéploiement des
postes douaniers et la poursuite de la coopération
pour combattre la contrebande, et l'échange d'in-
formations sur le détournement de fonds. Néan-
moins, après six mois de mise en œuvre de cet
accord, le constat fait ressortir une faiblesse des
échanges commerciaux enregistrés, sous ce cha-
pitre, soit un volume qui n’a pas excédé 7 millions
de dollars, note M
me
Wahiba Behloul, directrice
des relations internationales à la CACI. « Lors de
ces six mois, les entreprises algériennes ont ren-
contré d’énormes difficultés pour exporter vers la
Tunisie », a-t-elle fait savoir. Ces dernières, en
fait, se sont vues imposer une taxe interne à la
consommation (TIC) de 25%) sur le produit, en
sus des «  lourdeurs dans les pratiques quoti-
diennes au niveau des postes frontaliers en ma-
tière de prélèvement des échantillons », a-t-elle
ajouté. Des préoccupations qui seront prises en
charge dans le cadre de la commission mixte al-
géro-tunisienne, a-t-elle affirmé. La coordinatrice
générale à la confédération des entreprises ci-
toyennes de Tunisie a, pour sa part, déclaré que le
contexte de crise en Europe impose aux pays ma-
ghrébins de consolider leurs échanges. Aussi,
l’Algérie et la Tunisie doivent œuvrer à « faciliter
les formalités » dans ce sens. M
me
Faten Zardi, qui
a également mis en avant les difficultés rencon-
trées par les entreprises de son pays pour s’instal-
ler en Algérie, s’est engagée à transmettre les
doléances des opérateurs algériens à qui de droit.
Engagement formulée également par la responsa-
ble des relations internationales, M
me
Wahiba
Behloul. La représentante de l’ANDI a expliqué,
pour sa part, les avantages et mesures régissant
l’investissement en Algérie. D’emblée, elle indi-
quera que 27 projets d’investissements tunisiens
sont déclarés au niveau de l’ANDI dont 15 en par-
tenariat. Ces projets sont répartis comme suit : 2
dans le BTPH, 19 dans l’industrie, 1 dans la santé
et 5 dans les services, a-t-elle précisé. L’ANDI, a-
t-elle ajouté, a signé 48 conventions d’encourage-
ment et de protection de l’investissement et 31
autres conventions de non-double imposition. Il y
a lieu de rappeler qu'en 2013, les exportations de
l'Algérie vers la Tunisie, essentiellement des hy-
drocarbures, produits sidérurgiques, matériaux
de  construction et produits agroalimentaires et
agricoles, ont atteint près de 1,6 milliard de dol-
lars, alors que les importations algériennes de Tu-
nisie, composées de ciment et certains produits
industriels, ont totalisé près de 500 millions de
dollars. 
D. Akila
AU CENTRE D’UNE CONFÉRENCE
NATIONALE DÉBUT NOVEMBRE
Les moyens de
concrétisation du plan
d’action du gouvernement
Une confé-
rence écono-
mique et sociale
est prévue début
novembre pro-
chain et qui se
penchera sur les
moyens de par-
venir à la réalisa-
tion du plan
d’action du gou-
vernement, a in-
diqué, hier à
Alger, le ministre
de l’Industrie et
des Mines, Ab-
desselam Bouchouareb. « La conférence économique
et sociale aura lieu les 4, 5 et 6 au novembre prochain
afin d’analyser les moyens de parvenir à l’application
du plan d’action du gouvernement », a indiqué le mi-
nistre lors du forum de la Radio nationale animé
conjointement avec celui de l’Agriculture et du Dé-
veloppement rural, Abdelwahab Nouri. « Des ex-
perts algériens et étrangers prendront part à cette
rencontre qui sera une occasion pour présenter à
l’étude la loi sur l’investissement et la loi d’orienta-
tion de la PME », a encore assuré le ministre. M.
Bouchouareb qui est longuement revenu sur la re-
structuration du secteur industriel public, a insisté sur
les facilitations et incitations introduites dans le cadre
du projet de loi de finances pour 2015 (PLF2015). Il
a affirmé à ce propos que le PLF 2015 vient renforcer
les exonérations fiscales et la bonification des taux
de crédit qui seront quasi nuls, en rappelant que 320
milliards de dinars ont été affectés à l’assainissement
du secteur public économique et 634 milliards pour
le développement des entreprises. Interrogé sur l’en-
trée en production de l’usine Renault d’Oran en no-
vembre prochain, M. Bouchouareb a fait savoir que
21 entreprises locales ont signé des contrats de sous-
traitance pour fabriquer, entre autres, des batteries,
des radiateurs et des sièges. Selon lui, le prix de la
voiture qui sera fabriquée sera moindre que celui
d’un véhicule d’importation sans donner davantage
de détails, mais a annoncé que « deux autres
constructeurs automobiles étrangers sont aussi inté-
ressés par l’investissement dans le secteur en Algé-
rie ». M. Bouchouareb a aussi fait état d’un
partenariat étranger dans le secteur des mines à Be-
jaia et à Oran en affirmant que toutes les mines qui
sont à l’arrêt vont reprendre du service. « Des Qataris
sont intéressés par l’investissement dans le secteur
du phosphate » alors que sept autres sociétés vont en-
trer dans des partenariats avec des étrangers, a encore
souligné le ministre. En ce qui concerne l’industrie
textile, le ministre a indiqué que les études vont dé-
marrer l’année prochaine à propos des contrats signés
avec des Turcs pour redynamiser cette filière à Bejaia
et à Relizane en souligna que 60% de la production
de ces usines seront destinés à l’exportation.
C
es réformes, qui seront mises en œuvre
dès octobre 2014, devraient renforcer la
stabilité financière du système bancaire
qui revêt une importance particulière en Algérie
dans un contexte de crise financière internatio-
nale, a expliqué M. Laksaci au cours d'une ren-
contre organisée par l'Association
professionnelle des banques et des établisse-
ment financiers (ABEF) sur le nouveau dispo-
sitif prudentiel.
En vertu des nouvelles mesures, les banques
se doivent d'être d'une grande solidité financière
pour pouvoir faire face à leurs engagements à
tout moment, a-t-il encore indiqué. A ce titre, le
ratio de solvabilité des banques, calculé sur la
base du taux des fonds propres par rapport aux
risques encourus au titre des crédits opération-
nels et de marché, sera porté à un minimum de
9,5% contre 8% actuellement.
Le nouveau dispositif va imposer aux
banques de constituer un coussin dit de sécurité
qui sera alimenté par les fonds propres de base
et couvrant 2,5% des risques pondérés, a fait sa-
voir le gouverneur de la Banque d’Algérie lors
de cette journée d'étude organisée par l'ABEF.
En 2013, le ratio de solvabilité des banques de
la place est resté appréciable en s'établissant à
15%, a relevé pour sa part le délégué général de
l'ABEF, Abderrezak Trabelsi, présent à cette
rencontre. La nouvelle réglementation introduit
également des éléments de surveillance pru-
dentielle pour les banques et les établissements
financiers. Il est ainsi requis que le système de
surveillance d'une banque soit documenté et
revu régulièrement, permettant un compte
rendu périodique à l'organe délibérant et à l'or-
gane exécutif, a révélé le gouverneur. Il est
aussi demandé aux banques d'effectuer des si-
mulations de crise pour évaluer la vulnérabilité
de leur portefeuille de crédits en cas de retour-
nement de conjoncture.
Le gouverneur a également indiqué qu'un
des trois règlements qui seront promulgués in-
cessamment dans le cadre de cette réforme
concernait les grands risques et participations.
Ce règlement définit "le grand risque" à l'instar
des risques encourus sur un même bénéficiaire,
qui ne doivent pas excéder, selon la nouvelle ré-
glementation, 10% des fonds propres réglemen-
taires de la banque ou de l'établissement
financier, a-t-il précisé.
Il établit également les normes de participa-
tion des banques et établissements financiers
dans des sociétés émettrices. Cette participation
doit être fixée à un maximum de 15% des fonds
propres réglementaires individuellement et de
60% pour l'ensemble des participations. Dans
son intervention, M. Laksaci a souligné que la
loi bancaire de 2010 a mis en avant le rôle de la
Banque d'Algérie dans le domaine de la stabilité
du secteur bancaire puisqu'elle doit s'assurer de
sa sécurité et de sa solidité.
Dans ce sens, la Banque d'Algérie est dotée,
depuis 2010, de prérogatives plus larges pour
effectuer toute investigation au niveau des
banques et établissements financiers, permet-
tant une plus grande capacité de détection pré-
coce des vulnérabilités, a-t-il rappelé.
Cela a amené la Banque d’Algérie à inten-
sifier les contrôles micro-prudentiels dans le
cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent
et le financement du terrorisme au niveau des
banques de la place, a-t-il enchaîné.
En outre, la Banque d’Algérie évalue pério-
diquement la solidité du secteur bancaire au
moyen de "stress tests" qui ont été développés
à partir de 2007 puis renforcés en 2013-2014.
Les résultats de ces tests permettent d'anticiper
les risques éventuels de fragilisation du secteur,
a encore expliqué le gouverneur.
SYSTEME BANCAIRE
Laksaci dévoile les grands axes
de la réforme prudentielle
Le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci, a dévoilé, hier à Alger, les grands axes
du nouveau dispositif prudentiel qui prévoit, notamment le relèvement du ratio de solvabilité des
banques et la création d'un "coussin de sécurité" pour les risques pondérés.
Les crédits bancaires à l'économie ont poursuivi leur tendance haus-
sière au premier semestre 2014 en s'établissant à 5.760,6 milliards de
dinars contre 5.156,3 mds de dinars à fin décembre 2013, a indiqué,
hier, le gouverneur de la Banque d'Algérie, M. Mohamed Laksaci.
"Cette tendance haussière confirme le dynamisme des crédits à l'éco-
nomie et, en particulier, la facilitation de l'accès des entreprises privées
au crédit bancaire", a déclaré M. Laksaci lors d'une rencontre sur le nou-
veau dispositif prudentiel des banques.
Le secteur privé a capté plus de la moitié des ces crédits à fin juin
2014, soit 51,4%, selon les chiffres fournis par le gouverneur.
Durant le 1
er
semestre 2014, les crédits octroyés aux entreprises pri-
vées ont atteint 2.591 mds de DA contre 2.373,9 mds de DA à fin 2013
et progressent de 19,33% par rapport à leur niveau de fin 2013.
Les crédits à moyen et à long termes représentent 73,7% des crédits
totaux à fin juin, dont 22,6% à moyen terme et 51% à long terme.
Aussi, la dynamique des crédits à moyen et à long terme accordés
aux entreprises privées, qui s'explique par la progression de leur accès
aux crédits bancaires, traduit l'effet de l'amélioration de la structure et
des conditions de financement comme le rallongement de la maturité
et la diminution du coût, a tenu à relever M. Laksaci.
Le gouverneur a souligné que les mesures de facilitation prises début
2013 ont rendu plus effectif le dispositif de soutien de l'Etat au PME,
destiné à stimuler la croissance hors-hydrocarbures.
Porté par ces mesures de facilitation et de soutien, le dynamisme des
crédits bancaires à l'économie est plus significatif en termes réels au
premier semestre 2014 comparativement à l'année 2013, a-t-il indiqué.
L'expansion du cycle de crédits "interpelle les banques de la place
à rester vigilantes sur les risques encourus au titre de ces financements
accordés au secteur économique et aux ménages", a dit en substance le
gouverneur.
Afin de renforcer la stabilité du secteur bancaire, la BA vient de ré-
former le cadre prudentiel régissant les banques avec un dispositif qui
prévoit notamment le relèvement du ratio de solvabilité des banques et
la création d'un "coussin de sécurité" pour les risques pondérés.
CRÉDITS BANCAIRES A L’ÉCONOMIE
Hausse au 1
er
semestre 2014
Monde
EL MOUDJAHID 10
Mardi 23 Septembre 2014
Le Président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, a
appelé le secrétaire général des Nations unies, Ban
Ki-moon, à intervenir en urgence et à faire pression
sur le Maroc pour cesser ses pratiques répressives
contre les civils sahraouis dans les régions occu-
pées du Sahara occidental, a indiqué hier, l'Agence
de presse sahraouie (SPS). Selon la même source,
le président sahraoui a demandé, dans un message
adressé au secrétaire général de l'ONU, d’"interve-
nir en urgence et d'imposer les sanctions néces-
saires" à l'Etat marocain pour cesser ses pratiques
répressives contre les civils sahraouis.
Il a appelé la communauté internationale à oeu-
vrer en faveur de "la levée du blocus" imposé à la
région, la libération des détenus politiques sah-
raouis, la fin du pillage des richesses naturelles
sahraouies, la démolition du mur érigé par l'occu-
pant marocain et la mise en place d'un mécanisme
onusien de contrôle des droits de l'homme au Sa-
hara occidental, ajoute la même source. Le prési-
dent sahraoui a rappelé la répression des dernières
manifestations dans les ville occupées de
Laâyoune, Boujedour et Dakhla et les mauvais trai-
tements subis par les détenus sahraouis dans les
prisons marocaines en particulier la prison "carcel
negra" (prison noire) de Laâyoune occupée. Il a
souligné, dans le même contexte, le refoulement
d'observateurs internationaux et défenseurs des
droits de l'homme précisant que les revendications
des Sahraouis lors de leurs manifestations paci-
fiques sont conformes à celles garanties par la
charte et les résolutions de l'ONU, notamment le
droit à un référendum d'autodétermination libre,
juste et intègre.
POUR FAIRE CESSER LA RÉPRESSION DES CIVILS SAHRAOUIS
Le Président Abdelaziz appelle Ban Ki-moon
à faire pression sur le Maroc
«
L’
ONU proposera sous peu une
première réunion de dialogue
lundi 29 septembre, entre des
délégations qui représentent les différentes
parties du conflit libyen", a indiqué l'UNS-
MIL dans un communiqué. La réunion de-
vrait se tenir en Libye, a précisé une
source de l'UNSMIL sans en révéler le lieu
exact. Dans ce pays en proie au chaos,
deux gouvernements et deux Parlements
concurrents se disputent actuellement la
légitimité politique.
Le dialogue proposé par l'UNSMIL
sera fondé sur la "légitimité des institu-
tions élues", en l'occurrence la Chambre
des représentants issue des élections du 25
juin, sur le rejet du terrorisme et sur le res-
pect des droits de l'homme et de la décla-
ration constitutionnelle, sorte de
mini-constitution qui régit le pays depuis
la chute du régime de Mâammar El Gued-
dafi en 2011. Selon l'UNSMIL, la réunion
doit aboutir à un accord sur le règlement
intérieur de la Chambre des représentants
et sur "d'autres questions liées à la gouver-
nance" du pays. Un accord devrait égale-
ment être trouvé sur un lieu et une date
pour la passation du pouvoir entre le
Congrès général national (CGN, le Parle-
ment sortant) et la Chambre des représen-
tants, un des points de discorde entre les
islamistes et leurs rivaux.
La Chambre des représentants et le gou-
vernement d'Abdallah al-Theni sont re-
connus par la communauté internationale
mais sont contestés par une coalition de
groupes armés, notamment islamistes et de
la ville de Misrata (à l'est de Tripoli), qui
ont pris le contrôle de Tripoli après avoir
conquis l'aéroport aux dépens des milices
pro-gouvernementales de la ville de Zen-
ten (au sud-ouest de la capitale). Ces mi-
lices de la coalition "Fajr Libya" (Aube de
la Libye) ont formé un gouvernement pa-
rallèle à Tripoli, dirigé par Omar al-Hassi.
Elles avaient auparavant convoqué le
CGN, dont le mandat a expiré théorique-
ment avec l'élection le 25 juin de la Cham-
bre des représentants, et celui-ci a repris
ses travaux, compliquant d'avantage la si-
tuation.
Plusieurs élus, des islamistes et de la
ville de Misrata essentiellement, boycot-
tent par ailleurs les travaux de la Chambre
des représentants, dominée par les anti-is-
lamistes.
LIBYE
L'ONU propose une réunion
pour fin septembre
SYRIE
L'exode des Kurdes syriens vers la Turquie continue, le PKK appelle à combattre l'EI
La mission de l'ONU en Libye (UNSMIL) a proposé, hier, la tenue, fin septembre, d'une réunion
de dialogue pour mettre fin à l'anarchie institutionnelle dans ce pays profondément divisé.
Le mouvement kurde turc PKK
a exhorté, hier, les Kurdes de Tur-
quie à traverser la frontière pour
combattre les éléments de l'Etat Is-
lamique (EI) en Syrie alors que la
Turquie continue à accueillir en ur-
gence des dizaines de milliers de
réfugiés kurdes sur son territoire
fuyant les violences et les exac-
tions du groupe extrémiste. "Le
jour de gloire et d'honneur est ar-
rivé. Il n'existe plus aucune limite
dans la résistance", écrit le mouve-
ment armé kurde de Turquie dans
un communiqué qui parle de "mo-
bilisation". Le document renou-
velle un appel lancé aux jeunes
Kurdes de Turquie pour aller com-
battre l'EI et contrecarrer son of-
fensive contre la ville d'Aïn al-
Arab, (Kobané en kurde),
troisième agglomération kurde de
Syrie située à la frontière turque.
"Nous appelons notre peuple tout
entier ainsi que nos amis à aug-
menter leur résistance au Kurdistan
et à Kobané", encerclée par les élé-
ments de l'EI, souligne le PKK.
Dans des déclarations similaires
faites aux médias, un dirigeant du
PKK, Dursun Kalkan, a appelé
"tous les Kurdes à réunir leur
forces" pour combattre les extré-
mistes du groupe Etat Islamique.
La Turquie, qui partage une longue
frontière de 900 km avec la Syrie,
a déjà accueilli 1,5 million de per-
sonnes fuyant le conflit en Syrie
depuis 2011, a ouvert vendredi sa
frontière aux Syriens qui ont com-
mencé à quitter jeudi dernier le
secteur de la localité d'Aïn al-Arab.
CONFLIT
SUD-SOUDANAIS
Reprise des
négociations de
paix en Ethiopie
Les négociations de paix entre le
gouvernement de Juba et les re-
belles sud-soudanais ont débuté
hier en Ethiopie, a indiqué une
source de la médiation est-afri-
caine du conflit. Il s'agit des pre-
miers pourparlers depuis la
signature, fin août, par le président
sud-soudanais Salva Kiir et son
rival Riek Machar, du quatrième
accord de cessez-le-feu depuis le
début du conflit. Tous les cessez-
le-feu ont été violés. Samedi en-
core, le médiateur est-africain
(l'organisation régionale Igad) a
dénoncé une reprise des combats
dans l'Etat du Haut-Nil (nord-est).
Les négociations qui ont repris
entre les belligérants se tiennent
dans la localité éthiopienne de
Bahir Dar, dans le nord-ouest du
pays. A l'agenda des discussions
cette semaine figure la formation
d'un gouvernement de "transition
et d'union nationale", que l'Igad a
demandé aux belligérants de met-
tre en place d'ici au 9 août. Parmi
les principaux enjeux : l'attribution
du poste de Premier ministre, et les
pouvoirs qui lui seront attribués, a
expliqué Taban Deng, chef de la
délégation rebelle. Le Soudan du
Sud est déchiré depuis la mi-dé-
cembre par un conflit entre les
troupes fidèles au président Salva
Kiir et celles de son ancien vice-
président et rival, Riek Machar.
Dans ce conflit, des milliers de
personnes ont été tuées et plus de
1,8 million chassées de chez elles.
Après plusieurs jours de combats meurtriers
à Sanaa entre rebelles houthis et factions sun-
nites, fidèles au gouvernement, un accord de pa-
cification a été signé dimanche soir au Yémen
sous les auspices de l'ONU. Le texte a été para-
phé en présence du président Abd Rabbo Man-
sour Hadi et des représentants des factions
politiques dont la rebellion d'Ansarullah, dits les
houthis, selon l'agence officielle Saba. L'accord
prévoit une cessation "immédiate" des hostilités,
la nomination sous trois jours d'un nouveau Pre-
mier ministre et la formation dans un mois d'un
nouveau gouvernement, a indiqué l''émissaire de
l'ONU sur place, Jamal Benomar, lors de la cé-
rémonie de signature.
Deux négociateurs de la rébellion d'Ansarual-
lah, Mehdi Machchat et Hussein al-Ezzi, étaient
présents dimanche soir à la présidence de la Ré-
publique où l'accord de sortie de crise a été signé.
Depuis jeudi, des combats entre les miliciens
chiites et des combattants affiliés au parti sun-
nite Al-Islah ont fait des dizaines de morts à
Sanaa. Juste après la signature de l'accord de
paix, la police militaire a pris des mesures pour
"reprendre tous les bâtiments gouvernementaux
dont les rebelles d'Ansaruallah avaient pris le
contrôle", et cela "à la demande d'Ansaruallah",
toujours selon Saba.
Les services de sécurité ont été pour leur part
appelés à "ne pas affronter" les houthis, dans une
déclaration attribuée au ministre de l'Intérieur.
Cet accord a été annoncé au terme d'une journée
marquée par des avancées spectaculaires des re-
belles armés dans la capitale où ils ont pris pos-
session de sites militaires et stratégiques.
YÉMEN
Accord de paix après plusieurs jours de violences à Sanaa
Amnesty International a appelé récemment
à la nécessité de protéger les prisonniers sah-
raouis détenus dans la prison Carcel Negra
pporte hier l'Agence de presse sahraouie
(SPS). Amnesty International a affirmé sur son
site Internet que sept détenus sahraouis dans
"la prison noire" de Laâyoune occupée "vio-
lemment battus le 17 septembre dernier, ont
entamé une grève de la faim pour protester
contre les conditions de leur détention". Ils ont
été "violemment battus et fait l'objet d'injures"
après avoir été ligotés devant les autres déte-
nus, a ajouté Amnesty International.
AMNESTY INTERNATIONAL
Appel à protéger les détenus sahraouis
de la prison Carcel Negra
Le dialogue,
seule alternative
l
Les Libyens saisiront-ils la proposition
faite hier par l’UNSMIL (la mission de
l'ONU en Libye) de se réunir avant la fin de ce
mois de septembre pour amorcer le dialogue et
mettre ainsi fin à l'anarchie institutionnelle
dans ce pays profondément divisé ? Osons
l’espérer pour le bien des Libyens avant tout. Et
pour cause, en proie au chaos, la Libye mérite
un meilleur sort que celui que les démons de la
politique semblent lui réserver. La présence de
deux gouvernements et de deux parlements
concurrents ne peut que conduire le pays à une
partition qui ne manquera pas d’avoir de graves
conséquences sur le plan interne et impactera
négativement le voisinage et l’ensemble de la
région. Plus encore, amorcer le dialogue inter-
libyen confortera dans leurs positions les pays
qui rejettent l’option d’une intervention
militaire dans ce pays. En effet, certaines
capitales, dont Alger, défendent l’idée d’une
solution consensuelle à travers un processus
politique inclusif. Et peu importe que ce
processus soit entamé en Libye ou dans un autre
pays, l’essentiel c’est de l’enclencher au plus
vite, car la situation actuelle ne peut plus durer.
Pour les Libyens il y a urgence de se réunir
autour d’une même table. Ce n’est qu’à cette
condition que la Libye pourra envisager un
nouveau départ. Les parties rejetant la violence
et le terrorisme sont tenues de mettre de côté
leurs divergences et de s’atteler à reconstruire le
pays. Beaucoup de chemin a été fait, vers
l’édification d’une nouvelle Libye. Des
institutions ont été élues pour la première fois de
son histoire. Un capital qu’il y a lieu d’enrichir.
Car dans le cas, contraire, c’est la voie à
l’intervention étrangère qui sera ouverte avec
tout ce que cela induira dont la perte de la
souveraineté. Un danger que les Libyens ne
peuvent ignorer, eux qui ont payé un lourd
tribut pour mettre leur pays sur le chemin de la
démocratie. C’est dire combien le jeu en vaut la
chandelle.
Nadia Kerraz
Société EL MOUDJAHID 12
Mardi 23 Septembre 2014
D
es inquiétudes justifiées,
selon le président de l’As-
sociation de protection des
consommateurs (Apoce), Musta-
pha Zebdi, par l’incompréhension
des citoyens de cette maladie qui
touche le bétail , et leur ignorance
de ses conséquences. Se voulant
rassurant, M. Zebdi affirme, après
s’être réuni avec le Syndicat des
vétérinaires, dimanche dernier,
qu’«aucun cas de fièvre aphteuse
sur les moutons n’a été enregistré
jusqu’au jour d’aujourd’hui, et que
même si c’était le cas, il n’y a
aucun risque de contamination à
l’homme».
Quand une telle affirmation
vient de celui qui n’hésite pas à dé-
noncer toute déviation et toute
tromperie qui visent le consomma-
teur, il y a de quoi être rassuré. «Je
dirai à mes concitoyens que le sa-
crifice du mouton pour l’Aïd-El-
Adha est avant tout un geste
spirituel et n’a rien à voir avec la
consommation. Notre association
compte mener un travail de sensi-
bilisation sur le côté religieux et
sacré de cette fête religieuse», af-
firme M. Zebdi.
Ceci dit, les Algériens sacrifient
un mouton pour être en accord
avec la religion et ses préceptes, et
perpétuer la tradition, mais aussi
pour le consommer. «Les clients
qui viennent tâter le marché sont
très vigilants et ne laissent passer
aucun détail, même s’ils ne
connaissent rien aux symptômes de
la maladie», nous dit un vendeur de
mouton qui a pris place à la péri-
phérie de Chéraga. «Certains ache-
teurs me demandent même un
certificat de bonne santé de la bête,
délivré par un vétérinaire ; c’est
dire la grande inquiétude des Algé-
riens», ajoute notre interlocuteur.
Un autre vendeur révèle qu’il passe
plus de temps à répondre aux ques-
tions des acheteurs qu’à vendre
réellement, «car après avoir posé
des tas de questions, le client repart
sans acheter», souligne-t-il.
Ils étaient en effet beaucoup à
hésiter quant à l’achat du mouton,
vu son prix élevé et les bourses ré-
trécies par les rentrées scolaire et
sociale, et la fièvre aphteuse est
venue confirmer leurs doutes. «Je
n’achète pas, par précaution, mais
aussi parce que je n’ai pas envie de
débourser une somme exorbitante
pour ensuite constater que le mou-
ton est malade», nous confie
Rabah.
Ami Ahmed, quant à lui, pré-
fère ne pas sacrifier. Même ces as-
surances concernant la bonne santé
et l’absence de danger sur la viande
de mouton ne me convainquent
pas», dit-il.
Pourtant, on ne cesse d’affirmer
et de confirmer, du côté du minis-
tère de l’Agriculture et du Déve-
loppement rural, que «des
vétérinaires seront présents au ni-
veau des abattoirs et des lieux de
sacrifice, scindés en brigades mo-
biles, pour se déplacer, le jour J, en
milieu rural, afin de répondre aux
sollicitations des citoyens ; et que
ces vétérinaires sont déjà installés
au niveau des marchés de bétail et
de différents points de vente pour
contrôler les bêtes en circulation
afin de veiller à la santé du cheptel
destiné à la consommation».
Et ce n’est pas tout, les vétéri-
naires doivent contrôler les mar-
chés parallèles de vente de
moutons pour éviter toute propaga-
tion de la maladie. Ces opérations
de contrôle s’inscrivent dans un
programme de prévention tracé par
le syndicat, en collaboration avec
le ministère de l’Agriculture et du
Développement rural. Un pro-
gramme qui s’étendra jusqu’à la
deuxième journée de l’Aïd, et qui
vise à renforcer les mesures d’hy-
giène et de sécurité.
Pour ce qui est des prix des
ovins pratiqués, cette année, le pré-
sident de l’Apoce affirme qu’«il est
encore tôt pour situer une four-
chette précise, car les conditions
d’hésitation, de maladie et de re-
tard dans l’ouverture du marché
des ovins font que les véritables
prix ne se sont pas encore arrêtés».
M. Zebdi estime, par ailleurs, que
«les années précédentes nous ont
confirmé que les prix des moutons
à des occasions pareilles se font et
se défont en 24h».
Farida Larbi
SACRIFICE DU MOUTON DE L’AÏD-EL-ADHA
L’Association de protection
des consommateurs rassure
Faut-il acheter ou pas le mouton pour cet Aïd-El-Adha ? Quels sont les risques liés à la fièvre aphteuse ? Des questions, des hésitations
et des craintes vivement ressenties et exprimées par les Algériens à moins de deux semaines de la fête du sacrifice.
BORDJ BOU-ARRÉRIDJ
Inauguration de 2 brigades de gendarmerie
Le général Amar Bahlouli, commandant
du 5
e
commandement régional de gendarme-
rie, qui a installé le lieutenant-colonel Abdel-
hamid Belhouchet en tant que commandant
du 4
e
groupement d’intervention rapide de
Bordj Bou-Arréridj, en remplacement du
lieutenant-colonel Mahmoud Bouralia, ap-
pelé à d’autres fonctions, a inauguré égale-
ment une brigade de sécurité routière à
Aïn-Taghrout et une brigade de gendarmerie
à El-Kolla.
La première structure, qui renforce le dis-
positif de sécurité routière avec l’escadron
de Si Mebarek, la BSR de Mansourah et les
deux pelotons de sécurité de l’autoroute Est-
Ouest, est chargée de sécuriser les routes na-
tionales situées sur le territoire de la wilaya
compris entre Aïn-Taghrout, Ras El-Oued et
les limites de la wilaya de Sétif. Son objectif
est de limiter les accidents de la circulation
sur ces tronçons.
Le général Amar Bahlouli a indiqué que
cette inauguration a été rendue nécessaire par
le développement du flux de voitures à l’est
de la wilaya. Il n’a pas écarté la possibilité
d’ouvrir des structures du même genre dans
d’autres régions de la wilaya à chaque fois
que le besoin se fera sentir.
La brigade de gendarmerie d’El-Kolla, qui
est située au nord de la wilaya de Bordj Bou-
Arréridj, est la 30
e
du genre dans la wilaya.
Elle permet d’améliorer la couverture sécu-
ritaire de cette dernière qui passe de 85 à 88
pour cent.
La commune d’El-Kolla, qui dépendait de
la brigade de Djaâfra, nécessitait une pré-
sence en permanence des éléments de la gen-
darmerie, puisqu’elle compte 7.300
habitants. Son territoire est également impor-
tant, avec 49 kilomètres carrés.
Le général Bahlouli a insisté sur la coor-
dination avec les élus et le mouvement asso-
ciatif pour lutter contre les fléaux sociaux qui
se sont propagés, même dans les villages.
Le commandant régional de la gendarme-
rie, qui a rappelé que les 4 communes qui
n’ont pas été ouvertes sont inscrites pour
abriter des brigades, a mis en valeur le travail
de proximité de la gendarmerie. «Sans la
coopération avec la population, nous ne pou-
vons atteindre aucun résultat», a-t-il dit.
Le général Bahlouli, qui a rencontré les of-
ficiers et les sous-officiers du 4
e
groupement
d’intervention qui est, selon lui, connu de-
puis longtemps pour son sérieux et la qualité
de ses effectifs, doit maintenir une disponi-
bilité permanente de ses éléments et du ma-
tériel utilisé.
Le commandant régional de gendarmerie,
qui a rappelé le pari du commandement sur
les cadres jeunes, a expliqué que la société
connaît des mutations rapides. «Les contes-
tations sociales se transforment rapidement,
a-t-il expliqué, en actes de violence contre
les biens et les personnes. Ce qui oblige la
force publique à gérer ces cas de troubles à
l’ordre public.»
F. D.
SÉTIF
Démantèlement
d’une bande spécialisée
dans le vol de véhicules
Une bande de malfaiteurs spé-
cialisée dans le vol de véhicules
vient d’être démantelée par les
éléments de la police judiciaire
de Sétif, a-t-on appris, hier, au-
près des services de la sûreté de
wilaya.
L’opération, qui a donné lieu
à l’arrestation d’une personne
âgée d’une quarantaine d’années,
a été menée à la suite d’une
plainte déposée par le proprié-
taire d’une agence de location de
véhicules, après qu’un de ses vé-
hicules n’a pas été rendu, a pré-
cisé la même source. Les
premières investigations effec-
tuées par les services de sécurité
ont donné lieu à la découverte,
sur cet individu, d’une fausse
carte d’identité, a-t-on indiqué,
ajoutant que la perquisition du
domicile de cette personne, opé-
rée sur ordre du procureur de la
République, a également permis
de mettre la main sur plusieurs
documents administratifs falsi-
fiés, dont deux cartes d’identité
et un permis de conduire. Cet in-
dividu a avoué le vol de neuf vé-
hicules de tourisme (aujourd’hui
récupérés par la police) avant de
divulguer l’identité de deux com-
plices en fuite, a également fait
savoir la même source.
La personne arrêtée a été pré-
sentée devant le tribunal pour
constitution de bande de malfai-
teurs, faux et usage de faux,
avant d’être écrouée.
Les deux complices sont acti-
vement recherchés.
À MSILA...
3 morts et 50 blessés en une semaine
Trois personnes sont mortes et cinquante autres blessées dans des accidents de la route survenus dans la wilaya de
Msila durant la semaine dernière, ont indiqué, dimanche dernier, les services de la Protection civile.
La même source a précisé que les trente accidents enregistrés la semaine dernière ont nécessité l’usage de cin-
quante-sept véhicules de secours et l’intervention de plus de cent éléments de la Protection civile, notamment pour
évacuer les blessés vers les établissements de santé les plus proches.
L’accident le plus grave est survenu sur la route nationale RN46, au lieu-dit Debaba, dans la commune d’Ouled
Slimane, causant la mort d’un homme de 45 ans, à la suite d’une collision entre trois voitures immatriculées dans la
wilaya de Biskra, selon la même source.
... ET À TIZI OUZOU
2 morts et 4 blessés
Deux personnes ont trouvé la mort dans deux accidents de la route survenus samedi et vendredi dans les lo-
calités d’Aït-Yahia Moussa et de Tirmitine, wilaya de Tizi Ouzou, a-t-on appris auprès de la Protection civile.
Le premier accident, qui s'est produit vendredi après-midi sur la RN25 à hauteur de la commune d’Aït-Yahia
Moussa, à 25 km au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, a concerné un véhicule léger qui s’est
renversé, causant le décès de son conducteur, B. Idir, 39 ans, et des blessures à deux de ses accompagnateurs.
Le deuxième accident est survenu samedi dernier, près de la commune de Tirmitine où il a causé la mort d’un
conducteur de véhicule léger qui est entré en collision avec un camion. En plus de la mort de ce conducteur âgé
de 33 ans, cet accident a causé des blessures à deux autres personnes se trouvant à bord du même véhicule léger.
Les blessés ainsi que les décédés ont été évacués par les services de la Protection civile vers les hôpitaux les
plus proches, des lieux des accidents.
B. A.
ACCIDENTS DE LA ROUTE
13 EL MOUDJAHID
Culture
Mardi 23 Septembre 2014
A
u cours de cette soirée dédiée
à l’Afrique et aux femmes,
Sia Tolno, sur scène dès 22
heures, interprète de sa voix puis-
sante «Africain women», «Waka
Waka», «Mouka Mouka» et autres
chansons de son dernier album. Elle
aborde, dans sa langue natale et en
anglais, des thèmes engagés comme
l’unité des africains, la pauvreté et
les conditions de la femme africaine.
Sa grâce, son intensité et sa forte
présence sur scène permettent à Sia
de communiquer son enthousiasme
et de créer des moments forts de
communion musicale avec le pu-
blic.
Un public conquis qui a chaleu-
reusement applaudi la chanteuse et
dansé sur les rythme ethniques et
l'esprit rock, aux couleurs de
l'Afrique de l'Ouest. En coulisses,
Sia évoque son engagement pour
son continent et plaide pour le rôle
essentiel des africains dans le déve-
loppement de leur continent. Avec
une sorte de rage, nourrie par une
enfance difficile et l'expérience de
la guerre qu’elle a vécue dans son
pays natal, l’artiste dit militer pour
«le droit des femmes et des enfants,
pour une Afrique nouvelle». La pre-
mière partie de la soirée avait per-
mis au public de découvrir le
saxophoniste français Sylvain Beuf
et son Electric quartet. Accompagné
par Manu Codjia à la guitare, Julien
Charlet à la batterie et Christophe
Vallan à la basse, il a gratifié l’as-
sistance avec «River song», «Mon
ange» et autres qui furent des
grands moments de virtuosité, de vi-
talité, de passion et d'émotions, dans
un mélange pétillant de jazz et de
fusion.
Par moments des duos saxo-
basse et batterie-basse, entrecoupés
d’improvisations ont particulière-
ment impressionné le public, en-
flammant du coup la salle. Après
son spectacle, Sylvain a déclaré
qu’il était «agréablement surpris
par l’accueil du public» avant
d’avouer que l’accueil chaleureux
l’a motivé pour se donner à fond.
Les soirées de cette 12
e
édition de
Dimajazz se poursuivront jusqu’au
26 du mois en cours avec au pro-
gramme un menu métissé et coloré,
dédié à l’Afrique, berceau du
rythme.
Le festival accueillera les Belges
Ananke et le duo chinois Mr. &
Miss, et également Seun Kuti, le
leader du groupe Egypt 80, et San-
dra N’kake. Des rythmes africains
toujours, le public se délectera éga-
lement de la virtuosité du guitariste
aux multiples facettes Hervé Samb
et son groupe. Il appréciera aussi le
batteur Sonny Troupé et son groupe,
ainsi que la formation de jazz The
Syndicate. La soirée de clôture de
cette édition, qui promet beaucoup,
sera confiée à Yuri Buenaventura,
Juan Carmona et P’tit Moh.
DIMAJAZZ 2014
Sia Tolno et les rythmes exaltants de l'Afrobeat
La chanteuse guinéenne Sia Tolno a offert, dimanche soir, au public présent à la 2
e
soirée du Festival international
de jazz de Constantine, un spectacle coloré, aux rythmes exaltants de l'Afrobeat ; une musique imprégnée de funk,
de jazz, de groove et de highlife.
« THE HEILONGJIANG SYMPHONY ORCHESTRA »
DE CHINE À SIDI BEL-ABBÈS
Le public subjugué
Les membres de "The Heilong-
jiang Symphony Orchestra" de
Chine ont été séduits par le public
algérien et par l’Algérie, a indiqué
le chef d’orchestre de cette forma-
tion.
Dans une déclaration lors d’un
concert donné par cet orchestre di-
manche soir au théâtre régional de
Sidi Bel-Abbès, M. Cheng Hao a
qualifié de "merveilleux" le public
algérien tout en exprimant son ad-
miration pour l'Algérie.
L'orchestre chinois, composé
d'une trentaine de musiciens, a em-
porté le public bel-abbésien dans
un voyage en Chine à travers des
partitions typiquement chinoises,
reproduisant également des mor-
ceaux de musique universelle.
Le duo formé du ténor Wang
Wen et de la soprane Zhang Qi a re-
produit, avec brio, la "Traviata" de
Guiseppe Verdi, au grand plaisir de
l'assistance, avant que Zhang Qi
interprète en solo une chanson fol-
klorique chinoise célèbre nommée
"Jasmin" et une autre russe "Rossi-
gnol" faite de mélodies russes célè-
bres chantant la patrie, la vie et la
ville natale.
Le ténor Wang Wen a, quant à
lui, interprété en solo "Dans l’en-
droit à distance" du folklore chi-
noise, avant de reproduire une
prestation du célèbre italien Gia-
como Puccini de l’opéra "Turan-
dot". Le public présent subjugué a
fortement applaudi à la fin de
chaque prestation.
Ce concert donné par l’orchestre
symphonique The Heilongjiang
s'inscrit dans le cadre du sixième
festival international de la musique
symphonique, tenu à Alger du 12
au 19 septembre.
SKIKDA
Le Théâtre régional bientôt restauré
Le théâtre régional de Skikda fera l’objet "avant la
fin de l’année en cours" d’une importante opération de
restauration pour laquelle un montant de 65 millions de
dinars a été mobilisé, a-t-on appris, dimanche, auprès
de la Direction de la culture. Les travaux de réhabilita-
tion de cette structure qui s’étend sur une superficie de
1.000 m
2
permettront d’augmenter les dimensions de la
scène, de renouveler les équipements d’éclairage et de
rénover les vestiaires, a précisé la même source. Le hall
d’exposition adjacent sera également rénové dans le
cadre de cette action qui sera suivie, dans une étape ul-
térieure, de l’installation de nouveaux sièges dans la
salle, a-t-on fait savoir. Une fois réhabilité, ce théâtre
constituera un important centre de rayonnement culturel,
en mesure de booster la vie culturelle dans cette wilaya,
ont souligné les responsables locaux du secteur de la cul-
ture. Le théâtre de Skikda est l'œuvre de l'architecte fran-
çais Charles Montaland. Il fut officiellement inauguré
le 19 janvier 1932 après une interruption des travaux du-
rant la Première guerre mondiale. Il constitue sans
conteste l'un des plus beaux théâtres du pays. Sa façade
principale, la beauté des éléments décoratifs intérieurs
et la prédominance du style baroque ne sont pas sans
rappeler la célèbre Scala de Milan.
William Shakespeare lui-même
aurait été impressionné quand le ri-
deau s'est levé ce week-end au théâ-
tre élisabéthain de Gdansk, à
l'endroit même où ses pièces étaient
jouées il y a 400 ans par des acteurs
anglais. À l'affiche, bien évidem-
ment, Hamlet, donné samedi soir
par la célèbre troupe du théâtre lon-
donien du Globe. C'est l'universi-
taire polonais Jerzy Limon, qui est
à l'origine du projet. Il y a 25 ans, ce
professeur de littérature anglaise
s'est mis en tête de reconstruire un
théâtre élisabéthain, et depuis 1993
il organise un festival shakespearien
qui attire chaque été des acteurs du
monde entier.
Le bâtiment du théâtre "est une
combinaison de la magnifique ar-
chitecture ancienne d'il y a 400 ans
et de l'architecture moderne, plus
précisément postmoderniste" pour-
vue d'installations techniques der-
nier cri, a-t-il expliqué à l'AFP lors
de la cérémonie d'inauguration.
L'architecte italien Renato Rizzi a
conçu ce bâtiment comme une
"boîte à trésor" avec une toiture
amovible qui s'ouvre sur une
construction en bois rappelant un
théâtre du XVII
e
siècle. Avec ses
trois étages de balcons, le théâtre
peut accueillir jusqu'à 600 specta-
teurs, selon l'agencement de la
scène elle-même dotée de 56 élé-
ments amovibles. Ainsi, il offre
trois types de scènes, une en éperon
pour les spectacles shakespeariens
où le public regarde la pièce des
trois côtés, une à l'italienne où le pu-
blic est face à la scène et une arène,
entourée par les spectateurs de tous
les côtés. Grâce à un toit ouvrant,
il est possible de jouer des specta-
cles à la lumière du jour, comme à
l'époque de la Renaissance. Le pro-
jet, dont la réalisation matérielle a
duré 3 ans et demi et a coûté 22 mil-
lions d'euros dont près de la moitié
est venue de fonds européens, était
promu par le prince Charles et le ci-
néaste polonais Andrzej Wajda.
L'héritier de la couronne britannique
a souligné dans une vidéo qu'il s'ins-
crivait parfaitement dans le 450
e
an-
niversaire de la naissance du plus
célèbre des dramaturges britan-
niques.
Comme Amsterdam et d'autres
villes de la Ligue hanséatique,
Gdansk, une des plus riches villes
commerçantes de la Baltique, atti-
rait des commerçants de différents
pays, anglais et écossais en particu-
lier. Ceux-ci étaient avides de bons
spectacles pour passer leurs soirées.
Ainsi, des acteurs anglais affluaient
à Gdansk dans leur sillage pour
jouer dès 1611 des pièces de Sha-
kespeare (1564-1616), à l'époque
dans un bâtiment abritant une école
d'escrime, démoli au XIX
e
siècle.
Selon Limon, la popularité de ces
acteurs était si grande que des
"vierges les suivaient d'une ville à
l'autre comme des fans des stars de
pop aujourd'hui". L'impact du théâ-
tre d'Angleterre en cette période est
comparable au rôle de la musique
pop britannique aux XX
e
et XXI
e
siècles", a-t-il ajouté. Quand la mo-
narchie a été restaurée en Angleterre
en 1660, les acteurs ont petit à petit
délaissé Gdansk pour chercher for-
tune dans leur patrie. La cérémonie
d'inauguration, vendredi, a attiré la
crème de la crème du monde poli-
tique et artistique polonais, notam-
ment le Premier ministre sortant,
Donald Tusk, nommé président du
Conseil européen ou le cinéaste An-
drzej Wajda.
"C'est fantastique de voir là où
autrefois des acteurs anglais avaient
joué, qu'après tant d'années et après
de si grands changements poli-
tiques, de nouveau, nous avons ici
un théâtre shakespearien, en plus
bien plus grand et bien meilleur",
a déclaré le cinéaste, récompensé
par un Oscar pour l'intégralité de
son œuvre.
"Je ne serais pas surpris si un soir
un fantôme apparaissait ici comme
dans Hamlet", a ajouté le cinéaste,
connu aussi pour sa mise en scène
de cette pièce au Théâtre Stary de
Cracovie (Sud).
4
e
ÉDITION DU FESTIVAL
« LIRE EN FÊTE » À TISSEMSILT
Un riche programme
La quatrième édition du festival "Lire en fête" a été lancée di-
manche soir à Tissemsilt, à l’initiative de la Direction de la culture
de wilaya. Le programme de cette manifestation de 15 jours comporte
plusieurs activités culturelles et récréatives dont des expositions de
livres pour enfants et d'auteurs locaux, des ateliers de dessin, de tra-
vaux pédagogiques, de conte et de récitation du Coran, d'audiovisuel,
d'écriture de presse, de lecture et des activités pour non-voyants et
sourds muets.
Les enfants seront au rendez-vous avec des spectacles de théâtre
qui seront présentés par des troupes de Khenchla, Tiaret, Sétif, Aïn
Témouchent, Sidi Bel-Abbès, Oran, Alger et de Tizi Ouzou.
Des concours de dessin, de calligraphie arabe, de sculpture, de
poésie et de récit sont également programmés, de même qu’un grand
concours qui sera encadré par l’association culturelle "Lou'elou'a"
(Perle) de Khémisti.
La bibliothèque mobile sillonnera, à cette occasion, toutes les
communes de la wilaya prévoyant des spectacles de magie et de ma-
rionnettes, selon le directeur de la culture, Mohamed Dahel. Une jour-
née d’étude sur la gestion des bibliothèques scolaires est prévue avec
la participation d’universitaires et de cadres de la Bibliothèque prin-
cipale de lecture publique de Tissemsilt, outre des rencontres sur "la
littérature pour l’enfant". Des visites de solidarité aux enfants hos-
pitalisés et handicapés sont également programmées promettant des
spectacles de magie et la remise de cadeaux et de jouets, a indiqué
M. Dahel, ajoutant que cette édition sera rehaussée par la participa-
tion des vainqueurs des festivals nationaux de marionnettes d'Aïn Té-
mouchent et du Théâtre pour enfants de Khenchela.
UN THÉÂTRE SHAKESPEARIEN ROUVRE SES PORTES
À GDANSK APRÈS 400 ANS
Hamlet à l’affiche
15 EL MOUDJAHID
Mardi 23 Septembre 2014
Fragments de Mémoire Plurielle
Page animée
par Kamel Bouslama
MASSINISSA, UNE FIGURE HISTORIQUE HORS DU COMMUN
Le roi par lequel le premier
État nord-africain de l’histoire fut créé
La ville du Khroub accueille, depuis samedi 20 jusqu’à lundi 22 septembre, un colloque international placé
sous le thème «Massinissa : au cœur de la consécration d’un premier État numide», et organisé par
le Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA) avec les soutiens respectifs des ministères de la Culture,
des Affaires étrangères et de la wilaya de Constantine.
D
urant trois jours, pas
moins de vingt-deux
communicants natio-
naux et étrangers (France, Ita-
lie, États-Unis… ) devaient
ainsi défiler au Centre culturel
M’Hamed-Yazid pour évoquer
la figure de Massinissa, fils de
Gaïa, dont «l’œuvre politique
et sociale fut aussi grande que
son œuvre militaire», comme le
souligne l’argumentaire pré-
senté par le secrétaire général
du HCA, M. Si El-Hachemi
Assad, lors de la conférence de
presse qu’il a animée mercredi
dernier en compagnie du
P/APC de la ville hôte, le P
r
Abdelhamid Aberkane.
M. Assad a, entre autres in-
formations, annoncé, à l’ouver-
ture de ce colloque qualifié
d’«événement historique et
culturel», la présence de plu-
sieurs personnalités nationales,
notamment des ministres, ainsi
que le représentant du minis-
tère des Affaires étrangères.
Pour le conférencier, il est tout
à fait normal que le HCA s’in-
téresse à un homme qui a gran-
dement contribué au
rayonnement de la civilisation
berbère : «Il s’agit d’une figure
emblématique de l’Algérie et
de l’Afrique du Nord, et il est
de notre devoir de l’honorer
comme il se doit. Nous souhai-
tons capter l’attention des
jeunes générations lesquelles
ne connaissent pas réellement
leur histoire, et cela malgré les
efforts fournis par l’État dans
ce domaine, notamment en ce
qui concerne l’introduction des
figures historiques algériennes
dans les programmes scolaires
d’éducation nationale.»
Ici quelques modestes contri-
butions écrites et illustrées pour
une meilleure connaissance
d’une figure historique hors du
commun.
K. B.
Les agrandissements territoriaux sous le
règne de Massinissa avaient eu, entre autres
conséquences, de faire du royaume massyle,
une puissance maritime héritant partiellement
de l'ancien empire carthaginois.
Depuis la Mulucha — l’oued Mellègue, au-
jourd’hui faisant frontière avec la Tunisie —
jusqu’à la région de Tabarka, les anciennes
échelles puniques étaient devenues autant de
ports numides ; la possession des Emporias
(comptoirs de commerce), dans la petite Syrte
et en Tripolitaine, assurait le contrôle complet
dans les exportations numides en direction du
monde grec.
Possédant de nombreux ports où s’étaient
maintenues de vieilles traditions maritimes,
Massinissa eut une marine de guerre qui proté-
geait son commerce et, à l’occasion, se livrait à
quelques rapines.
Cicéron(*) rapporte en effet que, la flotte de
Massinissa ayant fait relâche à Malte, le préfet
qui la commandait s’empara de défenses d’élé-
phant d’une taille gigantesque qui ornaient le
temple de la déesse Junon (Astarté). Revenu en
Afrique, il en fit don à Massinissa.
Mais le roi, en ayant appris la provenance,
fit armer immédiatement une quinquérème qui
ramena les défenses à Malte.
Une inscription en caractères puniques qui
rappelait les faits, fut, sans doute par ses soins,
apposée dans le temple. Cette anecdote apporte
la preuve que le roi possédait suffisamment de
navires pour distraire une quinquérème de ses
activités normales et l’envoyer à Malte ; elle
montre aussi que les bâtiments de guerre de
Massinissa ne surveillaient pas seulement les
cotes africaines mais pénétraient en Méditerra-
née orientale.
(*) Cicéron, Verrines ; cité par Gabriel
Camps in Massinissa ou les débuts
de l’histoire, revue Libyca 1960)
Le commerce du temps de la Numidie
restait le principal motif des relations de
Massinissa avec le monde grec. Le fait que
ce soit la Grèce propre ou les îles qui aient
conservé plus particulièrement son souvenir
permet de penser que ce commerce consis-
tait surtout en exportation de blé, denrée qui
faisait toujours défaut en Grèce.
Le royaume Massyle était devenu en effet
exportateur de blé. Les louanges de l’histo-
rien grec Polybe (sur l’œuvre agricole de
Massinissa) permettent de mesurer l’impor-
tance des cultures. Des renseignements plus
précis sont donnés par un autre historien,
Tite-Live en l’occurrence : avec un zèle
qu’aucune difficulté intérieure ne viendra
tempérer, Massinissa fournira aux Romains
des quantités croissantes de céréales pendant
les campagnes d’Orient.
En l’an 200 avant notre ère, Il envoie, à
l’armée qui combat en Macédoine, 200.000
boisseaux de blé (17.508 hl) et 200.000 bois-
seaux d’orge (17.508 hl). En 198, à l’armée
de Grèce 200.000 boisseaux de blé (17;508
hl). En 191, à Rome, 300;000 boisseaux de
blé (26.885 hl) et 250.000 boisseaux d’orge
(21.885 hl); en Grèce, 500.000 boisseaux de
blé (43.770 hl) et 300.000 d’orge (26.262
hl). En 171, il envoie encore du blé à l’armée
de Macédoine. En 170, il offre à l’armée de
Macédoine, 1 million de boisseaux de blé
(87.540 hl). En supposant un poids spéci-
fique de 80 kg l’hl pour les blés et de 60 kg
l’hl pour les orges (*), on estime que les
quantités ci-dessus indiquées furent livrées
par Massinissa aux Romains. D’après les
chiffres donnés par Pline l’ancien, on peut
estimer à 81 kg le poids de l’hl de blé. Au
1er siècle de notre ère, les chiffres ne de-
vaient guère être supérieurs à ceux du temps
de Massinissa. Le poids spécifique des orges
oscille actuellement (2014) entre 55 et 65 kg
l’hl en Algérie.
Il parait utile de préciser que ces quantités
ne représentent qu’une contribution fournie
par Massinissa sans que ses ressources pro-
pres soient épuisées.
La quantité importante qu’il offre aux
Romains en 170 ne semble représenter
qu’une très faible partie de ses récoltes
puisqu’il s’offusque de ce que Rome ait tenu
à lui payer ce blé. En 179 il avait fait don aux
Déliens de quelques 11600 quintaux. Le
royaume des Massyles produisait donc des
quantités non négligeables. Le fait même
que Massinissa en disposait à sa guise mon-
tre que ces fournitures échappaient au com-
merce privé et sortaient directement des
greniers royaux.
Ce blé provenait soit des domaines
royaux soit des impositions ; des deux à la
fois, sans doute. Ces chiffres ne permettent
aucunement de déterminer la production to-
tale du royaume, mais tout prouve qu’ils
n’en représentent qu’une partie infime.
Une autre remarque s’impose : en 170
avant notre ère, Massinissa n’avait encore
mis la main ni sur les Emporia (comptoirs de
commerce) ni surtout sur les Grandes Plaines
qui possédaient de riches terres à céréales. Il
s’agit donc d’une production essentiellement
Massyle. La production d’orge était au
moins aussi importante que celle du blé et
l’emportait, comme aujourd’hui, dans les
terres légères des montagnes ou des pla-
teaux.
On peut donc penser que l’exportation du
blé était la principale source de revenus du
royaume numide et que la Grèce était, avec
Rome, le premier client de Massinissa. Des
relations plus anciennes existaient avec les
Grecs de Sicile ou d’Italie méridionale ; déjà
des poteries de facture campanienne étaient
achetées par les Africains. Certaines d’entre
elles ont d’ailleurs été découvertes, vers la
fin des années 1950, par P.Cadenat, dans
une région aussi éloignée de la mer que celle
de Tiaret.
(D’après Gabriel Camps, in Massinissa
et les débuts de l’histoire,
revue Libyca, 1960)
Quand la Numidie était exportatrice de blé
«Le grand Aguellid.»
(Expression consacrée)
«L’Afrique aux Africains.»
(Expression consacrée)
-----
«Voici ce qu’il fit de plus grand
et de plus merveilleux ; avant
lui, toute la Numidie était inutile
et considérée comme incapable
par sa nature de donner des pro-
duits cultivés. C’est lui le pre-
mier, lui seul qui montra qu’elle
peut les donner tout autant que
n’importe quelle autre contrée,
car il mit en valeur de très grands
espaces.»
(Polybe, cité
par Abderrahmane Khelifa,
D
r
en histoire et archéologie)
-----
«Il fut, en un frappant raccourci,
le plus grand entre les plus
grands souverains de la Berbérie
: l’Almoravide Youcef Ibn Tach-
fin, l’Almohade Abd El Mou-
men Ibn Ali, le chérif Moulay
Ismail qui à bien des égards lui
ressemblèrent. Il étendit ses états
de la Maurétanie à la Cyré-
naïque, il amena de très grosses
sommes d’argent, il entretint des
troupes nombreuses et aguerries.
Il propagea l’agriculture et déve-
loppa la vie urbaine. Grecs et
Romains reconnurent en lui un
vrai monarque... »
(Stéphane Gsell, cité
par Abderrahmane Khélifa)
-----
«Le peuple romain l’en récom-
pensa après la défaite des Car-
thaginois et la capture de
Syphax, souverain d’un vaste et
puissant empire africain, en lui
faisant don de toutes les villes et
de toutes les terres qu’il avait
conquises. Aussi Massinissa
nous garda-t-il toujours une ami-
tié fidèle et indéfectible.»
(Salluste, La guerre
de Jugurtha, V)
QUELQUES
BELLES CITATIONS
D’HISTORIENS
El Moudjahid/Pub ANEP 203693 du 23/09/2014
Publicité
SOUS LE RÈGNE DE MASSINISSA
Le royaume massyle une puissance maritime
Mardi 23 Septembre 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h40
- Asr.............................16h07
- Maghreb....................18h47
- Icha…………………20h05
Mercredi 29 Dou El Qi’dah 1435
correspondant au 24 septembre
2014 :
- Fedjr........................05h11
- Chourouq.................06h37
Horaires des prières de la journée du mardi 28 Dou El Qi’dah 1435
correspondant au 23 septembre 2014 :
21 EL MOUDJAHID
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1
er
Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPAChe-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNALiberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
Vie pratique
Cela fait maintenant 17 ans, le 23 septembre
1997, que tu nous as quittés à jamais notre cher
et regretté fils
DRISS Rafik
laissant derrière toi un immense vide et une
peine incommensurable.
En ce douloureux souvenir, ton père, ta
mère, ton frère et tes sœurs prient tous ceux qui
l’ont connu d’avoir une pieuse pensée à ta
mémoire.
Repose en paix cher fils.
Puisse Dieu le Tout-Puissant t’accorder Sa
Sainte Miséricorde et t’accueillir en Son Vaste
Paradis.
El Moudjahid/Pub du 23/09/2014
Pensée
Naissance
Bienvenue à
la petite
ARWA.
Nous
sommes
heureux que
ce petit
rayon de soleil fasse
maintenant partie des deux
familles DERIES et ADDAD et
contribue déjà à remplir leurs
cœurs d’amour et de joie.
Félicitations à son papa Adel
et à sa maman Zineb, sans
oublier sa mimi Malika.
Ayman + Arwa = Le choix du
Roi.
El Moudjahid/Pub du 23/09/2014
Naissance
Après avoir réfléchi
pendant 9 mois, je me
suis donc décidé à vous
enchanter de ma
présence le 20
septembre 2014 à 20h.
Je m'appelle :
Zighem Hocine
Je suis fier de porter
le prénom de mon
grand-père paternel à
qui je souhaite une
longue vie. Actuellement,
je suis bien entouré. Mes
deux grands-mères Henia et Mina se sont déplacées
à Paris rien que pour me voir arriver tout neuf à ce
beau monde.
Mes nièces ; Sarah, Sofi, Hadjer, Meriem,
Khadidja Maria, Lina et Neïla ainsi que mes neveux
Ahmed et Mohamed Racim d'Alger et mes deux
autres neveux de Paris Madyan et Nael sont très
contents de me voir au sein de l'équipe.
Mes tantes et mes oncles des deux côtés ne
cessent de parler de moi. C'est super sympa.
Enfin mon papa Rabie est très content de son
petit bout d'homme qui ne peut être que moi. Quant à
ma maman, la belle Amel, elle souffre un peu, mais
dès que je lui souris elle oublie tout. Merci maman, à
toi aussi papa.
El Moudjahid/Pub du 23/09/2014
Le Président-Directeur général ainsi que l’ensemble du personnel de
l’EPTP Béchar, très affectés par le décès de la mère de l’ex-wali de la
wilaya de Tiaret, Monsieur BOUSMAHA Mohamed, lui présentent ainsi
qu’à sa famille leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde
sympathie.
Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte
Miséricorde.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 883 du 23/09/2014
Société de Gestion des Participations de l’Etat
Travaux Publics «SINTRA»
CONDOLÉANCES
SPA au Capital Social de 702.000.000.00 DA
La Présidente du Conseil d'Etat, le Commissaire d'Etat, le
Secrétaire général ainsi que l'ensemble des magistrats, cadres
et personnels du Conseil d'Etat, très attristés par le décès de la
mère de Monsieur BACHIR BOUAIDJRA Tayeb, ex-
Secrétaire Général du Conseil d'Etat, lui présentent ainsi qu'à
toute sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en
cette pénible circonstance de leur profonde sympathie.
Qu'Allah le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte
Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub ANEP 147115 du 23/09/2014
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CONSEIL D’ETAT
CONDOLÉANCES
El Moudjahid/Pub du 23/09/2014
J.H., TS en froid industriel et
climatisation, 03 ans d’exp. comme
opérateur, cherche emploi dans une
entreprise étatique ou privée.
Tél. : 0559 61.97.63
——0o0——
J. FILLE, licence en marketing,
maîtrise l’outil informatique, cherche
emploi.
E-mail :
maroua_Sondra@outlook.fr
Tél. : 0799 36 77 87
——0o0——
J.H., résidant à Alger, 2 ans
d’expérience comme agent
polyvalent montage climatiseur +
plomberie + électricité + montage de
faux plafonds.
Tél.: 0770 24.42.59
Demandes d’emploi
El Moudjahid/Pub ANEP 146810 du 23/09/2014 El Moudjahid/Pub du 23/09/2014
Sports EL MOUDJAHID 22
Mardi 23 Septembre 2014
I
l manquait à l’appel Si-Tahar
Cherif El Ouazzani (MCO) et
El Hadi Khezzar (JSS) pour
des raisons qui n’ont pas été com-
muniquées. On sait néanmoins
que les deux techniciens ont
averti de leur absence et ont tenu
à s’en excuser auprès de Christian
Gourcuff.
Le sélectionneur national a
tenu, lors de cette première ren-
contre du genre, à présenter son
projet et à expliquer à ses pairs sa
méthode de travail. Le technicien
breton a expliqué au cours de son
allocution qu’il souhaiterait tra-
vailler en étroite collaboration
avec les entraîneurs de la Ligue 1.
« J’aimerais qu’on fasse connais-
sance et qu’on discute de tout ce
qui a trait au football algérien. Je
suis à votre écoute. Je voudrais
qu’on travaille en étroite collabo-
ration de manière à permettre aux
équipes nationales d’aller de
l’avant », a dit de prime abord
Christian Gourcuff.
Le sélectionneur national a
fait savoir aux entraîneurs qu’ils
pouvaient assister aux séances
d’entraînement des équipes natio-
nales A et A’ s’ils le souhaitaient.
« Ma méthode de travail est sim-
ple. Je n’ai rien à cacher. Ceux
qui voudraient assister à mes
séances d’entraînement seront les
bienvenus», a-t-il dit. Ce premier
échange du genre a été fructueux.
« Ce fut une rencontre intéres-
sante. Il y a eu un échange
constructif. M. Gourcuff est
quelqu’un de sympa qui a envie
de bien faire. Ça se voit dans son
discours », a déclaré Azzedine Aït
Djoudi qui a assisté à ladite ren-
contre.
Les entraîneurs de la Ligue 1
Mobilis ont eu droit à une visite
guidée du Centre technique natio-
nal après la réunion. Une occa-
sion pour eux de découvrir les
infrastructures du camp de base
de Sidi-Moussa. Des rencontres
comme celle-là avec Christian
Gourcuff, il doit y en avoir à
l’avenir. D’autant que le sélec-
tionneur national a demandé à ses
collègues de lui proposer des
joueurs. «N’hésitez pas à me pro-
poser des joueurs », leur a-t-il dit.
Un esprit de collaboration est
instauré. On espère qu’il sera en-
tretenu.
A. Benrabah
RÉUNION SÉLECTIONNEUR NATIONAL-ENTRAÎNEURS
DES CLUBS DE LIGUE 1-MOBILIS
Une très bonne initiative
CROATIE
Cinq buts en quatre
jours pour Soudani
L'attaquant international al-
gérien, Hilal Soudani, s'est de
nouveau illustré en signant un
doublé lors de la victoire rame-
née par son club le Dinamo Za-
greb du terrain de son principal
concurrent en championnat de
Croatie de football, Rijeka (2-1).
Il s'agit de la cinquième réalisa-
tion de l'ancien buteur de l'ASO
Chlef (Ligue 1, Algérie), en
quatre jours, après s'être illustré
par un triplé lors de la victoire à
domicile de son équipe face aux
Roumains d'Astra (5-1), pour le
compte de la première journée
de la phase des poules de l'Eu-
ropa League. Le joueur de 26
ans avait déjà inscrit 5 buts en
championnat local, et contribué
également à la victoire de la sé-
lection algérienne sur le terrain
de l'Ethiopie (2-1) le 6 septem-
bre, en inscrivant le premier but
des Verts. Cette réalisation lui a
d'ailleurs permis de prendre seul
les commandes du classement
du meilleur buteur actuel de
l'équipe d'Algérie avec 13 buts.
Avant ce match, il les partageait
avec Islam Slimani, l'attaquant
de Sporting Lisbonne (Div 1,
Portugal). En multipliant les
buts, Soudani confirme sa bonne
forme en ce début de saison,
après avoir réalisé un Mondial
moyen sur le plan personnel, en
restant muet au Brésil en juin
dernier. Le natif de Chlef gagne
ainsi de nouveaux points dans la
course à une place de titulaire en
sélection algérienne où la
concurrence est devenue très
rude, notamment au niveau du
secteur offensif. Malgré son but
face à l'Ethiopie, Soudani a été
relégué au statut de remplaçant
lors du match suivant face au
Mali (victoire 1-0) le 10 septem-
bre. Le nouveau sélectionneur
national, le Français Christian
Gourcuff, lui a préféré Riyad
Mahrez (Leicester-City/Angle-
terre).
PORTUGAL
Deuxième but de la saison pour Slimani
L'attaquant international algérien Islam Slimani a
inscrit son deuxième but cette saison en championnat
du Portugal de football, lors de la large victoire de son
équipe le Sporting Lisbonne sur le terrain de Gil Vi-
cente (4-0), alors que son coéquipier en équipe natio-
nale, Yacine Brahimi, s'est contenté d'un nul à domicile
avec son équipe, le FC Porto face à Boavista (0-0), dans
le cadre de la 5
e
journée de l'épreuve. Muet depuis la
deuxième journée, Slimani, auteur de 8 buts en cham-
pionnat lusitanien la saison dernière, a été aligné d'en-
trée face à Gil Vicente.
Il va s'illustrer dès la 9
e
minute en offrant une passe
décisive à Adrien Silva qui ouvrira la marque. Ensuite,
c'est Nani qui double la mise à la 11
e
minute. Au retour
des vestiaires, Slimani inscrit le troisième but en rece-
vant une passe de Joao Mario à la limite du hors-jeu
avant de battre le gardien Adriano (69
e
). Carillo entre
en cours de jeu et ajoutera le quatrième but (83
e
). L'at-
taquant algérien est toutefois sorti à la 74
e
minute, rem-
placé par Montero. Grâce à cette victoire, Sporting
grimpe à la 6
e
place. Pour sa part, Brahimi, étincelant
avec le FC Porto mercredi dernier en Ligue des cham-
pions d'Europe avec, à la clé, un triplé historique, a été
à nouveau titulaire lors de la réception de Boavista. Le
meneur de jeu algérien, qui a disputé l'intégralité de la
rencontre, n'a pas été chanceux cette fois dans un match
qui a failli jamais se jouer en raison de chutes de pluie
importante. Il a finalement débuté avec 46 minutes de
retard pour accoucher d'un bon 0-0. Ce nul freine les
Dragons dans leur élan. Ils occupent désormais la 3
e
place au classement.
Comme prévu, Christian Gourcuff a reçu, dimanche, les entraîneurs de la Ligue 1-Mobilis
au Centre technique national de Sidi-Moussa. Quatorze entraîneurs sur seize ont répondu présent
à cette première rencontre avec le sélectionneur.
Le gardien de but international algérien de l'Union
Philadelphie, Rais M'bolhi, a été titularisé pour la
deuxième fois de la saison, lors de la réception de Hous-
ton Dynamo (0-0), à l'occasion de la 28
e
journée du
championnat nord-américain de football (MLS) confé-
rence Est. M’bolhi s'est illustré lors de ce match, en réus-
sissant des arrêts décisifs qui ont permis à son équipe
d'éviter la défaite. Il s'agit de la seconde apparition du
portier des Verts, après une première titularisation face à
la formation de San José Earthquakes (4-2), le 24 août
dernier. Grâce à ce match nul, l'Union Philadelphie
pointe à la 6
e
place avec 37 points, à dix longueurs du
leader, DC United. M’bolhi (28 ans) s'est engagé à l'issue
du Mondial 2014 pour un contrat de trois ans avec
l'équipe américaine, en provenance du CSKA Sofia (di-
vision 1 bulgare). M’bolhi avait pris part aux deux pre-
miers matches de l'Algérie, dans les qualifications à la
Coupe d'Afrique des nations CAN-2015, face respecti-
vement à l'Ethiopie à Addis-Abeba (2-1) et au Mali à
Blida (1-0).
CHAMPIONNAT NORD-AMÉRICAIN DE FOOTBALL
Seconde titularisation de M’bolhi avec Philadelphie
CAN-2017
DE FOOTBALL
Le pays hôte
de la compétition
connu en 2015
Le pays qui suppléera la Libye pour
l’organisation de la Coupe d'Afrique des
nations CAN 2017 de football sera
connu en 2015, selon une décision prise
samedi par la Confédération africaine
de football (CAF) à Addis-Abeba lors
de son congrès. Cinq pays ont déposé
leur candidature pour abriter cette édi-
tion de la CAN. La Zambie, le Kenya,
la Tanzanie tablent sur le système de
turn-over, arguant du fait que l’Afrique
de l’Est n’a pas organisé de CAN depuis
38 ans (1976 en Ethiopie), alors que le
Ghana se pose en recours pour avoir très
bien organisé l’édition de 2008.
Le Zimbabwe est également candi-
dat. Les pays qui veulent être candidats
ont jusqu’au 30 septembre 2014 pour
déposer leur dossier.
La CAF a désigné samedi les pays
hôtes des éditions 2019, 2021 et 2023
qui sont revenues respectivement au Ca-
meroun, à la Côte d'Ivoire et à la Gui-
née. La prochaine Coupe d'Afrique des
nations aura lieu au Maroc du 17 janvier
au 8 février 2015.
Trente-deux joueuses de tennis,
dont neuf Algériennes, animeront la
2
e
étape du circuit ITF-Pro Women,
du 22 au 27 septembre courant, au
Tennis Club Les-Palmiers de Ben
Aknoun (Alger), a annoncé dimanche
la Fédération algérienne de tennis
(FAT). Ce tournoi, réunissant des
concurrentes de 13 nationalités, se
déroulera sous la direction de Hamza
Khelassi (Algérie) et du juge-arbitre
tunisien Kamel Belhadj-Ayala qui di-
rigera les deux tableaux (simple/dou-
ble). Trois candidates ont intégré son
tableau final de ce tournoi, doté de
15.000 dollars, grâce à la Wild Card
pour atteindre le nombre escompté de
32 concurrentes. La première étape
du circuit, disputée à Mansourah
(Tlemcen) du 15 au 21 septembre, a
été remportée par la Russe Margarita
Lazareva, après sa victoire (en sim-
ple) devant la Française Harmony
Tan 7-6 (3), 6-2. En double, le titre
est revenu au tandem Margarita La-
zareva (RUS) et Barbara Bonic (Ser-
bie) après leur succès face à Tamara
Curovic (Serbie) et Naomi Totka
(Hongrie) 6-2, 6-2. Les neuf Algé-
riennes devant participer à ce tournoi
sont : Assia Halo, Fatima-Zohra
Boukezzi, Sihem Sahli, Amira Be-
naïssa, Sofia Benhalima, Saâdia Bel-
hadj, Sabrina Bouheddi, Doria
Khetib et Samara Amour. Il y aura
également la Tunisienne Yasmine Be-
nabdallah et les Françaises Sherazad
Reix, Harmony Tan, Amandine Ca-
zeaux et Josephine Boualem, ainsi
que la Suisse Conny Perrin et l'Aus-
tralienne Chantelle Rigozzi. La Ser-
bie sera bien représentée également
avec les trois candidates que sont
Barbara Bonic, Natalija Kostic et Ta-
mara Curovic, tandis que l'Autriche
sera représentée par Pia Konig, Na-
tasha Bredl, Kerstin Peckel et Maria
Heil. Il y aura également la Chinoise
Xi-Yao Wang, l'Indienne Riya Bha-
tia, l'Américaine Alexandra Riley,
ainsi que la Roumaine Cristina
Moroi, et bien sûr, celle qui a rem-
porté la précédente étape à Tlemcen,
la Russe Margarita Lazareva. Le
coup d'envoi des épreuves, suivant le
programme communiqué par la FAT,
sera donné à 9h00.
TENNIS/CIRCUIT ITF-PRO WOMEN (2
e
ÉTAPE)
32 joueuses dont 9 Algériennes dans le tableau final
Le vote aura lieu au premier trimestre 2015
Le vote pour la désignation du pays qui organisera la Coupe d'Afrique
des nations CAN-2017 aura lieu au premier trimestre 2015, a
annoncé lundi la Confédération africaine de football sur Twitter.
L'instance africaine a fixé au 30 septembre le dernier
délai pour le dépôt des candidatures.
Plusieurs pays dont le Kenya, le Ghana et l'Ethiopie ont annoncé
leur candidature pour suppléer la Libye qui s’est désistée
août dernier de l'organisation de la CAN-2017.
EL MOUDJAHID
Sports
23
Mardi 23 Septembre 2014
Cours d’arbitrage FIFA pour les arbitres de l’élite
La Fédération Algérienne de Football (FAF) organise du 21 au 25 septembre 2014 un sémi-
naire en direction des arbitres de l’élite sous l’égide de la Fédération Internationale de Football
Association (FIFA).
Trente arbitres et arbitres assistants prennent part à ce cours d’arbitrage de la FIFA qui se
déroule au siège de la FAF sous la conduite des experts FIFA, Kee Chong Lim et Hannachi
Boubaker.
Au lendemain de la rencontre de champion-
nat de Ligue 1 professionnelle, le P/APC d’El-
Harrach a décidé de fermer le stade du 1
er
-No-
vembre, demandant une autre expertise du
CTC. Dans cet entretien, le président de
l’USMH, Mohamed Laïb, réagit à cette déci-
sion.
Peut-on savoir où en est cette histoire
d’homologation du stade du 1
er
-Novembre ?
La balle est dans le camp du président de
l’APC d’El-Harrach. Pour nous, le stade est
parfaitement opérationnel. Il n’y a pas lieu de
remettre en question l’homologation du stade et
encore moins la fermeture de la tribune princi-
pale.
Le P/APC, Kamel Kheloui, a déclaré dans
les médias qu’une autre expertise du CTC
aura lieu au courant de cette semaine. Qu’en
est-il au juste ?
Franchement, je ne vois pas la nécessité
d’une autre expertise. Les services du CTC sont
déjà passés et ont donné leurs conclusions.
Dans ce rapport il n’est nullement mentionné
qu’il fallait fermer le stade ou ladite tribune.
Dans son rapport le CTC a seulement soulevé
l’absence de travaux d’entretien, comme les
fuites d’eau, qui a terme peuvent grandement
détériorer les gradins.
Le président d’APC parle de réserves
dans le rapport des experts du CTC ?
À aucun moment les experts du CTC n’ont
mentionné que la tribune principale était fragile
ou devait être fermée. Comme je viens de vous
le dire, il est question d’entretien du stade de
façon globale. Ainsi, ils ont juste demandé à ce
que des travaux d’entretien soient réalisés de
manière régulière. Il n’y aura, donc, pas d’au-
tres expertises du CTC, à mon sens.
Même si le P/APC exige une expertise,
pour vous, le stade est opérationnel, donc ?
Oui, dans la mesure où le CTC n’a pas spé-
cifié qu’il fallait fermer le stade. Le président
de l’APC veut que le CTC lui fournisse un do-
cument lui signifiant l’ouverture du stade. Pour
sa part, le centre de contrôle technique refuse
de fournir une telle pièce, estimant qu’il n’y a
pas lieu de demander l’ouverture d’une enceinte
déjà opérationnelle. Pour le CTC, il est inop-
portun de demander l’ouverture d’un stade déjà
ouvert. C’est donc, le statu quo.
Quel est votre position à l’égard de cette
histoire ?
Que voulez-vous que je vous dise ! Le stade
est la propriété de l’APC, elle a décidé de sa fer-
meture. Que pouvons-nous faire face à cela ?
Le club est malheureusement contraint de subir.
Le P/APC en a fait tout une histoire. Que cha-
cun assume ses responsabilités.
Rédha Maouche
ENTRETIEN AVEC MOHAMED LAÏB
PRÉSIDENT DE L’USM EL-HARRACH :
« Une seconde expertise du CTC
n’est pas nécessaire »
ENTRETIEN AVEC MUSTAPHA DJALLIT
ATTAQUANT DU MCA : 
« Je connais ma valeur
et je ne suis nullement inquiet »
Un mot sur le parcours de votre équipe
jusque-là ?
J’estime que notre équipe a réussi un par-
cours honorable jusque-là, avec deux victoires,
un match nul et une défaite. Comme vous le
savez, les débuts de saison sont toujours diffi-
ciles pour toutes les équipes, puisque c’est juste
après la préparation d’intersaison. Je pense que
le Mouloudia n’a pas encore montré son vrai vi-
sage.
Sur le plan personnel, vous n’avez pas été
titularisé lors des deux derniers matches dis-
putés par votre équipe. Votre sentiment ?
Nous joueurs formons un groupe. Il y a un
entraîneur qui choisi l’équipe rentrante. Le der-
nier mot lui revient, comme on dit. Nous
n’avons pas à contester ses choix. Personnelle-
ment, j’ai à présent acquis de l’expérience et je
sais gérer ce genre de situation.
Cela ne vous a-t-il pas vexé ?
Non pas du tout. Personne n’a signé une li-
cence de titulaire. Lorsque l’entraîneur me
laisse sur le banc, la seule chose qui m’importe,
c’est de rester bien concentré sur mon travail et
de redoubler d’efforts à l’entraînement.
Vous parlez de concentration alors que
lorsque le coach vous a incorporé en fin de
match face à la JSS, vous avez donné l’air
d’être quelque peu perdu sur le terrain…
Vous savez, c’est par la compétition et l’en-
chaînement des matches qu’un joueur retrouve
toutes ses marques et ses sensations sur le ter-
rain. Il n’est pas toujours évident d’être au top,
lorsqu’on joue les dix dernières minutes d’une
rencontre, parce qu’on n’a pas vraiment le
temps de trouver ses repères, même si parfois
ça marche. Je connais ma valeur et je ne suis
nullement inquiet que Charef m’ait préféré
Sylla lors de nos deux précédentes sorties. Je
suis déterminé à prouvé que je mérite moi aussi
de jouer. Pour cela, je me dois d’être à la hau-
teur à chaque fois que l’entraîneur fait appel à
mes services. Si j’ai quelque chose à prouver,
je le ferai sur le terrain et non pas via des arti-
cles de journaux.
Êtes-vous confiant sur le plan personnel ?
Pour ce qui me concerne, je dis que la saison
est encore longue et parsemée d’embûches. Je
saurai répondre aux attentes du coach lorsque
l’occasion se présentera à moi.
D’après-vous le Mouloudia a-t-il les
moyens de réussir une grande saison ?
Pour ce qui concerne le Mouloudia, d’après
ce que je vois, je dis que notre équipe dispose
d’un potentiel certain et qu’elle a des atouts cer-
tains qui présagent d’un avenir radieux. A mon
avis, le MCA est capable de réaliser une grande
saison.
Il y a des prémices à cela. Les dirigeants ont
mis les moyens nécessaires au service du club,
l’équipe dispose d’un staff technique et d’un ef-
fectif de qualité et nos travaillons d’arrache-
pied à l’entraînement. Il y a une bonne
ambiance au sein du groupe. Tout cela prête à
l’optimisme.
Vos supporters ont donc le droit d’y
croire ?
Tout-à-fait ! C’est leur droit le plus absolu
d’espérer voir leur équipe favorite jouer les pre-
miers rôles et aspirer décrocher au moins un
titre cette saison. On fera le maximum pour leur
donner de la joie et du bonheur. Je profite de
l’occasion pour leur dire d’encourager l’équipe
dans les moments difficiles au lieu d’insulter les
joueurs lorsqu’ils sont en difficulté sur le ter-
rain.
Le public du Mouloudia est formidable. Il
doit l’être à tout moment. Parfois, trop d’in-
sultes déstabilisent les joueurs, lors des mo-
ments difficiles où ils doivent plutôt être
rassurés par leurs fans.
Mohamed-Amine Azzouz
LIGUE 1-MOBILIS
L’Arbaâ roi des derbys
Après le déroulement de la 4
e
journée de Ligue 1-Mobilis, le RC Arbaâ a réussi à conjurer le mauvais sort en freinant sèchement une spirale
de mauvais résultats. En effet, après deux défaites consécutives contre le CSC (1-0), à domicile, et le MCO (2-0), à Zabana, les gars
de l’Arbaâ se devaient de se reprendre pour mettre fin à cette mauvaise passe.
N
éanmoins, leur adversaire, l’USMA, in-
vaincu depuis 25 matches, n’était pas fa-
cile à surprendre. De plus, il s’agissait
d’un derby que les protégés de Mekhazni se de-
vaient de remporter, surtout après la réunion qui
avait eu lieu entre staff et direction pour trouver
une solution à la mauvaise passe de l’équipe.
On se rappelle que lors de la première journée
du championnat national de Ligue1-Mobilis, à
Réghaïa, du fait que le stade d’El Mohammadia
était fermé car la tribune extensible de 650
places n’était pas encore prête. Là, les gars de
l’Arbaâ grâce à un but de Derfalou avaient rem-
porté leur premier derby de la saison. Comme
ce succès a été obtenu hors de leurs bases, on
avait tous pensé que les camarades de Mokdad
allaient tout dévaster sur leur passage. Il n’en
fut rien.
Ils sont retombés dans leurs travers en se fai-
sant, contre toute attente, surprendre par une
équipe du CSC qui réussit, cependant, un très
bon début de saison. Les gars de l’Arbaâ n’ont
pas réussi, à la grande déception de leurs sup-
porters, à rééditer leur exploit de la saison écou-
lée où ils avaient pu à battre le CSC (1-0) alors
qu’il restait sur 26 matches sans défaite. Cette
fois, il fallait réagir devant cette coriace forma-
tion de l’USMA qui affectionne «  l’arme du
contre ». De plus, l’USMA, le dauphin du CSC
avec 7 pts n’a plus connu l’amertume de la dé-
faite depuis déjà 25 matches. Ce qui n’était pas
facile à remettre en cause. Dans leur fief, il fal-
lait se rebiffer, même si l’opposant s’appelait
USM Alger. Les joueurs d’Ezzerga n’ont pas
mis longtemps pour ouvrir la marque sur un pe-
nalty transformé par Mokdad, auteur d’une
prestation de haute facture. Il avait, en effet, dis-
tillé de très bonnes balles à ses camarades.
Il fallait surtout résister au retour des pou-
lains d’Hubert Velud qui était très apparent au
fil du déroulement de la rencontre. Néanmoins,
les poulains de Mekhazni, surtout avec un Fel-
lah des grands jours, ont su comment rejoindre
les vestiaires sans «  casse  ». En seconde mi-
temps, ils jouèrent crânement leurs chances en
parvenant avec brio à empêcher les Usmistes de
nuire. Notons que la sortie de Nadji, dès la 15
e
minute sur une fracture du nez a eu raison du
jeu offensif des gars de Soustara. En fin de par-
tie, toutefois, les Rouge et Noir eurent plusieurs
occasions nettes de scorer, mais l’excès de pré-
cipitation en avait décidé autrement. Alors que
tout le monde s’attendait à l’égalisation us-
miste, ce sont les gars de l’Arbaâ, dans le temps
additionnel, qui ont ajouté un deuxième but par
le biais de Derfalou. A 2 à 0, la cause était en-
tendue.
Mekhazni et son groupe ont réussi avec pa-
nache à se ressaisir contre le champion d’Algé-
rie en titre, l’USMA. Après donc 4 journées, le
RCA vient d’empocher son deuxième succès
dans les derbys algérois. C’est de bon augure
en attendant les venues du MCA et du NAHD.
Cette jeune équipe du président Djamel Amani
est en train de montrer à tous qu’elle possède
un groupe capable de se transcender et bien fi-
gurer parmi les meilleurs, comme ce fut le cas
la saison écoulée. On peut déjà avancer que le
RCA aime les derbys qu’il vient de remporter
en faisant un « sans faute ». Les supporters du
RCA qui suivent de près leur équipe-fanion sont
aux anges. « Pourvu que ça dure », ont-ils lancé
en chœur.
Hamid Gharbi
Un supporter du RC Arbâa est décédé, sa-
medi, suite à un arrêt cardiaque, peu avant la
fin du match ayant opposé son équipe à l’USM
Alger dans le cadre de la quatrième journée du
championnat de Ligue1-Mobilis de football, a-
t-on appris, dimanche, de la Protection civile.
La victime âgée de 47 ans, a quitté les tribunes
du stade Smail-Makhlouf (L’Arbâa) à l’est de
Blida, lorsqu’il a senti des douleurs intenses au
niveau de la poitrine et une difficulté de respi-
ration, a indiqué à l’APS, le chargé de commu-
nication à la direction de la Protection civile,
Adel Zerraimi. L’intervention des médecins et
les tentatives de la réanimer ont été vaines,
puisque le concerné a rendu l’âme quelques
minutes après son admission à l’hôpital de la
ville, a-t-il précisé. Le RCA a battu l’USMA,
sur le score de 2-0, mettant un terme à une
série de 25 matchs sans défaite de l’équipe al-
géroise en championnat.
Décès d’un supporter du RC Arbaâ suite à un malaise cardiaque
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 98.12
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.283$
Le Président
de la Répu-
blique, Abdela-
ziz Bouteflika, a
adressé un mes-
sage de félicita-
tions à son
homologue ma-
lien Ibrahim
Boubacar Keita,
à l'occasion de la
fête nationale de
son pays dans le-
quel il a exprimé
sa conviction
que le partena-
riat et la concer-
t a t i o n
algéro-maliens favoriseront le suc-
cès du dialogue inter-malien qui se
déroule à Alger. "Au moment où la
République du Mali célèbre sa fête
nationale, il m'est particulièrement
agréable d'adresser à votre Excel-
lence, au nom du peuple et du gou-
vernement algériens et en mon
personnel, nos chaleureuses et vives
félicitations accompagnées de mes
vœux les meilleurs de santé et de
bonheur pour vous-même, de pros-
périté et de bien-être pour le peuple
malien frère", a
écrit le Chef de
l'Etat dans son
message. "En
cette heureuse
occasion, je
tiens à me féli-
citer de la qua-
lité des liens
d'amitié, de soli-
darité et de coo-
pération qui
existent entre
nos deux pays
et vous assurer
de ma ferme vo-
lonté d'œuvrer
avec vous pour
les développer davantage en faveur
de nos deux peuples frères", a ajouté
le Président de la République. "Je
demeure profondément convaincu
que notre partenariat stratégique et
la concertation qui a toujours animé
nos deux pays favoriseront le succès
du dialogue inclusif inter-malien ac-
tuellement en cours à Alger qui per-
mettra la consolidation durable de
la paix au Mali et dans la région", a
en outre souligné le Président Bou-
teflika.
Le sinistre «émir» terroriste, Ahcene
Mahmoudi, alias le «Manchot», a été
abattu lors d’une embuscade tendue par
une unité de l’Armée nationale popu-
laire (ANP) dans la soirée de dimanche
à hier sur le chemin de wilaya N°4 re-
liant les communes de Frikat et Draâ El-
Mizan, selon un communiqué du
ministère de la Défense nationale
(MDN). Un fusil automatique de type
kalachnikov, quantité de munitions, des
téléphones portables et divers objets ont
été récupérés sur le corps de ce terro-
riste ayant à son compte plusieurs atten-
tats terroristes particulièrement dans les
localités du sud de la wilaya où il sévis-
sait avec ses acolytes. Selon le commu-
niqué du MDN, cette élimination est
intervenu suite à l’exploitation efficace
d’informations sur les mouvements de
ce dangereux chef terroriste responsable
de plusieurs crimes et enlèvements per-
pétrés, ces dernières années. La dé-
pouille de l’«émir» de la phalange de
Boghni d’AQMI a été transférée vers la
morgue du CHU de la ville des Genêts.
Originaire de la région de Boghni, le
terroriste «le Manchot» était l’un des
anciens chefs terroristes qui conti-
nuaient de sévir dans les maquis de la
wilaya de Tizi Ouzou. Il était derrière
plusieurs activités criminelles qu’a
connues la région du sud de la wilaya
de Tizi Ouzou durant ces dernières an-
nées. Des condamnations à perpétuité
ont été prononcées plusieurs fois à son
encontre par le tribunal criminel près la
cour de Tizi Ouzou. B. A.
Le ministre de l'Energie,Youcef
Yousfi, et le secrétaire américain à
l'Energie, Ernest Moniz, ont abordé,
lundi à Vienne, l'ensemble des ques-
tions relatives à la coopération bila-
térale entre l'Algérie et les Etats-Unis
dans le domaine de l'énergie ainsi que
les perspectives de leur renforcement.
Les deux ministres se sont ren-
contrés en marge de la 58ème session
ordinaire de la Conférence générale
de l'Agence internationale de l'éner-
gie atomique (AIEA) qui se tient de-
puis lundi à Vienne.
Outre les questions relatives à
l'exploitation et à la commercialisa-
tion du gaz et du pétrole, "les deux
ministres ont particulièrement ex-
ploré les voies et moyens d'appro-
fondir la coopération dans le domaine
de l'énergie nucléaire notamment
dans la formation et le renforcement
des ressources humaines nationales",
a indiqué le ministère de l'Energie
dans un communiqué.
Par ailleurs, M. Yousfi a égale-
ment rencontré le commissaire fran-
çais à l'Energie atomique, Bernard
Bigot. Durant cette rencontre, les
deux parties ont abordé plusieurs
questions relatives à la coopération
entre l'Algérie et la France dans le
domaine nucléaire, et ce, notam-
ment pour les questions relatives à la
formation. A l'occasion de cette
rencontre, il a été procédé aux pa-
raphes d'un accord de coopération
scientifique et technique dans le do-
maine des utilisations pacifiques de
l'énergie nucléaire.
COMMISSION DE
PRÉPARATION DE
LA CONFÉRENCE
SUR LA SÉCURITÉ
ARABE
Une délégation du
Conseil de la
nation à Beyrouth
Le Conseil de la nation parti-
cipera à la réunion de la commis-
sion chargée de la préparation de
la conférence sur la sécurité
arabe qui se tiendra à Beyrouth
les 24 et 25 septembre, a indiqué
un communiqué de la chambre
haute du Parlement.
Le député Abdelkrim Korichi
représentera le Conseil de la na-
tion à cette réunion en sa qualité
de membre de la commission des
affaires politiques et extérieures
et de la sécurité au parlement
arabe.
LUTTE ANTITERRORISTE
L’« émir » terroriste le « Manchot » éliminé
par l’ANP
U
ne commission d'ex-
perts des conseils
des ministres arabes
de la Justice et de l'Intérieur
s'est réunie hier au siège de
la Ligue arabe en vue
d'examiner la mise œuvre
de la décision du conseil
des ministres arabes de la
Justice adoptée lors de sa
dernière session et relative
au projet de convention
arabe de lutte contre la
traite d'êtres humains.
La commission exami-
nera les propositions des
parties concernées dans les
pays arabes concernant le
projet de convention et pré-
sentera ses résultats au bu-
reau exécutif lors de sa
réunion en Arabie saoudite
prévue le mois prochain. Le
président de la réunion
(Egypte) a déclaré que ce
projet représente un point
important dans la lutte
contre la traite d'êtres hu-
mains dans le cadre de la
Ligue arabe, soulignant que
cette rencontre n'est pas la
première du genre, mais
que cette action a été précé-
dée de la convention arabe
de lutte contre le crime or-
ganisé et de la loi arabe
d'orientation pour la lutte
contre la traite d'êtres hu-
mains.
Il a ajouté que le projet
de cette convention est
complémentaire à la
convention arabe de lutte
contre le crime organisé,
précisant qu'il y a une dif-
férence entre la convention
de lutte contre la traite
d'êtres humains et la loi
arabe d'orientation. Ce der-
nier, a-t-il expliqué, n'en-
gage pas les pays et sa
fonction est d'orienter alors
que le protocole engage les
pays arabes qui en sont
membres.
Il a ajouté que bien que
la traite d'êtres humains
n'est pas un phénomène ré-
pandu dans les pays arabes,
il existe une coopération
étroite entre ces derniers
dans la lutte contre ce type
de crimes.
Il a indiqué que de nom-
breux pays arabes ont des
lois pour la lutte contre la
traite d'êtres humains à l'ex-
ception de la Libye et de la
Tunisie qui sont en voie de
légiférer.
CONSEILS MINISTÉRIELS DE LA JUSTICE ET DE L'INTÉRIEUR
Examen de la convention arabe de lutte
contre la traite d'êtres humains
Le Secrétaire général de l'ONU
Ban Ki-moon et la présidente de la
Commission de l'Union africaine,
Nkosazana Dlamini-Zuma se sont en-
gagés dimanche passé à renforcer la
coopération en matière de paix et de
sécurité.
Au cours de leur rencontre, les
deux dirigeants ont discuté du "parte-
nariat stratégique entre les Nations
unies et l'Union africaine et les
moyens de continuer à renforcer cette
coopération dans le domaine de la paix
et de la sécurité", a déclaré le porte-pa-
role de M. Ban aux journalistes. Ils ont
également abordé les défis pour la paix
et la sécurité en Afrique, y compris la
situation en Libye, au Mali / Sahel, en
Somalie, au Soudan du Sud et dans la
région des Grands Lacs, a déclaré le
porte-parole. "Le Secrétaire général a
réaffirmé l'engagement pour un parte-
nariat renforcé avec l'Union africaine
et ses communautés économiques ré-
gionales", a déclaré le porte-parole.
En outre, le Secrétaire général a in-
formé la présidente de l'UA sur les ef-
forts de l'ONU pour lutter contre
l'épidémie d'Ebola en Afrique de
l'Ouest. Le virus Ebola a tué au moins
2.500 personnes en Afrique de l'Ouest
et près du double de personnes ont été
infectées, selon l'Organisation mon-
diale de la Santé (OMS). Le nombre
de cas double toutes les trois semaines.
ONU-UA
Ban Ki-moon et Dlamini-Zuma s'engagent à renforcer
la coopération dans le domaine de la paix et de la sécurité
ALGÉRIE - AIEA
M. Yousfi et son homologue américain
évoquent la coopération dans l'énergie
Un ressortissant français a été en-
levé dimanche soir dans la wilaya de
Tizi-Ouzou, a indiqué, hier, le minis-
tère de l’Intérieur et des Collectivités
locales dans un communiqué, qui sou-
ligne que les recherches sont « tou-
jours en cours ». « Des individus ont
intercepté, hier, le 21 septembre 2014
à 21 heures à hauteur du village d’Ait
Ouabane commune d’Akbil, (wilaya
de Tizi-Ouzou), un véhicule ayant à
son bord un groupe d’Algériens ac-
compagnés du ressortissant français
Gourdel Hervé Pierre », précise la
même source. Le ressortissant fran-
çais, âgé de 55 ans et guide alpiniste,
« est invité et hébergé depuis son arri-
vée à l’aéroport international d’Alger,
le 20 septembre 2014, dans un chalet
proche du complexe de Tikjda
(Bouira) », ajoute le communiqué du
ministère. « Les assaillants, après
avoir libéré ses compagnons algériens
et abandonné le véhicule sur les lieux,
ont gardé le ressortissant français et
pris la fuite vers une direction incon-
nue », poursuit la même source qui af-
firme que les recherches aussitôt
engagées par les services de sécurité
« sont toujours en cours à l’heure ac-
tuelle ».
TIZI-OUZOU
Un ressortissant français enlevé
Le Groupe de travail algéro-egyptien au niveau des
hauts responsables a convenu, lundi au Caire au terme de
ses travaux, d'une série de projets de recommandations re-
latifs à la promotion de la coopération bilatérale dans les
domaines économique, commercial, culturel, médiatique,
d'investissement et de développement humain, en prévision
de la 7ème session de la Haute commission mixte qui sera
tenue ultérieurement sous la présidence de M. Abdelmalek
Sellal et son homologue égyptien Ibrahim Mahlab. Le pro-
cès verbal de la réunion, signé par les chefs de délégation
des deux pays, comprend plusieurs propositions portant
création de commissions sectorielles, des projets d'accords,
des mémorandums d'entente, la tenue de réunions et
l'échange de visites entre responsables pour le parachève-
ment de l'examen des propositions présentées en prévision
de la 7ème session de la commission mixte. Dans le domaine
énergétique, notamment l'importation par l'Egypte du GNL
produit par la compagnie Sonatrach, les deux parties ont
convenu de poursuivre les pourpalers commerciaux entre
le Holding égyptien du gaz naturel (EGAS) et la compagnie
Sonatrach, à travers l'échange de visites, en prévision de la
conclusion d'un accord dans ce domaine.Les deux parties
ont souligné la nécessité de poursuivre les pourparlers et les
contacts en cours autour du traitement du Sahara Brent au
niveau des raffineries égyptiennes (Médor) en vue de définir
les opportunités de coopération et de partenariat.
FÊTE NATIONALE DU MALI
Le Président Bouteflika :
« Le partenariat et la concertation
algéro-maliens favoriseront le succès
du dialogue intermalien »
RÉUNION DE TRAVAIL ALGÉRO-EGYPTIENNE
Plusieurs projets d'accords et mémorandums d'entente
sectoriels discutés
Sept habitations précaires ont été
endommagées par les fortes chutes de
pluies enregistrées samedi et di-
manche derniers à Tindouf, sans heu-
reusement faire de victimes, ont
indiqué, hier, les services de la protec-
tion civile. Hormis deux jeunes se-
courus de noyade, l’évacuation de 5
familles et le transfert de 10 per-
sonnes à l’hôpital pour des cas d’éva-
nouissement, la protection civile a
enregistré dimanche l’effondrement
de 7 habitations précaires construites
en Toub (pisé) ainsi qu’une soixan-
taine de cas d’infiltration d’eau à des
habitations, a affirmé à l’APS le di-
recteur de la PC de la wilaya. Le bilan
des dégâts laisse apparaître aussi la
chute de 21 pylônes électriques, la
chute de deux toitures au niveau du
parc de la wilaya, et l’obstruction des
avaloirs dans certains quartiers, a
ajouté M. Mohamed Chehb El-Ain.
TINDOUF
Sept habitations précaires endommagées par les fortes chutes
de pluie
Les vice-présidents de l'Assemblée
populaire nationale (APN) ont procédé à
l'installation des présidents des 12 com-
missions permanentes et de leurs bureaux,
a indiqué, hier, un communiqué de l'APN.
MM. Djilali Ammar et Boualem Bous-
maha du parti du Front de Libération na-
tionale (FLN) ont été respectivement
installés à la tête de la commission des Af-
faires juridiques, administratives et des li-
bertés et la commission des affaires
étrangères, de la coopération et de la com-
munauté. Le député Belkacem Bensalem
du Rassemblement national démocratique
(RND) présidera la commission de la dé-
fense nationale tandis que le représentant
du parti du FLN, Berrabah Zebbar assu-
rera la présidence de la commission des fi-
nances et du budget. La commission des
Affaires économiques, du développement,
de l'industrie, du commerce et de la plani-
fication sera présidée par le député Ahmed
Saadani du FLN, celle de l'éducation na-
tionale, de l'enseignement supérieur et de
la recherche scientifique et des affaires re-
ligieuses a été confiée à M. Mahdjoub
Bedda de la même formation politique
alors que la commission de l'agriculture,
de la pêche et de la protection de l'envi-
ronnement sera présidée par M. Mohamed
Boukhelkhal. La député Fatima Zohra
Atrous du RND a été installée à la tête de
la commission de la culture, de la commu-
nication et du tourisme, tandis que le dé-
puté Lazhar Hamadou du parti du FLN
assurera la présidence de la commission
de la santé, des affaires sociales, du travail
et de la formation professionnelle. M
me
Soumia Bella, représentante du groupe
des indépendants présidera la commission
de l'habitat, de l'équipement, de l'hydrau-
lique et de l'aménagement du territoire, le
député Menouar Djaadi du FLN présidera
la commission des transports et des télé-
communications et le représentant du
RND Abdelkrim Djenati assurera la pré-
sidence de la commission de la jeunesse,
des sports et de l'activité associative.
APN
Installation des présidents des 12 commissions
permanentes