Internships in Francophone Europe

Lieu du stage: Laboratoire SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe)
22 mai 2014












La Mise en Œuvre de la Charte Européenne
des Langues Régionales ou Minoritaires
Amanda HAIGHT
Sous la direction de
Birte Wassenberg, tuteur
Elisabeth Lambert Abdelgawad, directrice du stage

















ii
Remerciements
Je voudrais remercier :

 Ma directrice du stage, Mme Elisabeth Lambert Abdelgawad, qui me pousse de explorer un
champ juridique qui est incroyablement gratifiant, lequel je n’ai jamais pensé m’intéresserait
 Ma tutrice du mémoire, Mme Birte Wassenberg, qui m’explique les conventions académiques
européennes et me donne une perspective fascinante franco-allemande
 Mes collègues Fatima, Estelle, Léa, Jean-Yves et Vincent qui m’ont accueilli très
chaleureusement au laboratoire
 Jean-Yves de nouveau pour relire toujours mon mémoire et me corriger quand je ne fais pas de
sens ou quand je parle seulement en anglicismes
 Mme Danielle Barthe, ma mère d’accueil, pour un « deuxième chez moi »
 Mes amis Greg, Jérémy, Gille, Gaëlle, Adina, etc. de l’Artichaut, mon « troisième chez moi »
 Mon colocataire, Rachel, pour tolérer ma parole interminable de mes chiens, d’Austin, et la
neige (ou plutôt le manque de neige)
 Les femmes de la boulangerie qui ne se moquent pas de moi quand je prononce la viennoiserie
avec un accent allemand (apparemment c’est vostock, pas [foʃtɒk])
 Les gens de la ferme auberge dans les Vosges qui m’ont fait réaliser que deux verre du vin
améliore beaucoup mon français
 L’équipe d’IFE qui dirige un programme d’échange sans pareille


Je vous remercie tous !
-- Amanda



iii
Sommaire
Remerciements ..................................................................................................................... ii
1. INTRODUCTION ........................................................................................................... 1
1.1 LA « SPECIATION » DES LANGUES – DANS LE CADRE DES DROITS DE L’HOMME ..............1
1.2 CE MEMOIRE ............................................................................................................................2
1.2.1 Présentation du Stage .........................................................................................................2
1.2.2 Présentation du Plan ...........................................................................................................2
1.3 LA DEFENSE DE LA DIVERSITE LINGUISTIQUE ......................................................................3
1.3.1 Perspective linguistique : Langage et idées, l’Hypothèse de Sapir-Whorf ........................3
1.3.2 Perspective Culturelle : La langue comme objet anthropologique .....................................4
2. LE CAS EUROPEEN – A L’ECHELLE INTERNATIONALE ................................. 6
2.1 L’HISTOIRE DE LA CHARTE .....................................................................................................6
2.1.1 De la convention des droits de l’homme à la naissance de la Charte .................................6
2.1.2 Motifs pour adoption ..........................................................................................................7
2.2 MECANISME DE LA CHARTE ...................................................................................................9
2.2.1 Définitions importantes ......................................................................................................9
2.2.2 Sommaire des exigences de la Charte ..............................................................................10
2.2.3 Application de la Charte...................................................................................................11
2.3 LA SITUATION EUROPEENNE ACTUELLE ..............................................................................12
2.3.1 Chiffres et graphiques ......................................................................................................12
2.3.2 Développements récents selon les rapports du Secrétaire Général ..................................14
2.3.3 Le Problème de ratification ..............................................................................................15
3. LE CAS FRANÇAIS – ENTRE SIGNATURE ET RATIFICATION ...................... 16
3.1 HISTOIRE LINGUISTIQUE EN FRANCE ...................................................................................16
3.1.1 Avant la Révolution française ..........................................................................................16
3.1.2 Après la Révolution française ..........................................................................................16
3.1.3 Entre adoption et ratification ............................................................................................17
3.2 CONTRE LA CHARTE ..............................................................................................................18
3.2.1 Contradiction constitutionnelle ........................................................................................19
3.2.2 Conséquences budgétaires et temporelles ........................................................................19
3.2.3 Redondance et pertinence ................................................................................................20
3.2.4 Egalité et unité .................................................................................................................20

iv
3.3 POUR LA CHARTE ..................................................................................................................21
3.3.1 Hypocrisie ........................................................................................................................21
3.3.2 Patrimoine du pays ...........................................................................................................22
3.3.3 L’esprit de la République : droits et égalité .....................................................................22
3.4 LA SITUATION FRANÇAISE ACTUELLE .................................................................................24
3.4.1 Disparition et réapparition................................................................................................24
3.4.2 Proposition de la loi pour permettre la ratification ..........................................................25
3.4.3 Une vois vers la ratification ?...........................................................................................25
4. CONCLUSION .............................................................................................................. 26
4.1 OBSTACLES .............................................................................................................................26
4.1.1 Problèmes inhérents supranationaux ................................................................................26
4.1.2 Deux notions d’égalité: la question des minorités ...........................................................28
4.1.3 Une langue comme droit de l’homme? ............................................................................29
4.2 L’AVENIR DE LA CHARTE .....................................................................................................30
4.3 COMMENTAIRE FINAL – UNE EUROPE PLURILINGUISTIQUE ..............................................31
4.3.1 Le grand problème : communication dans une société mondiale ....................................31
4.3.2 Aujourd’hui et l’avenir : plurilinguisme ..........................................................................31
BIBLIOGRAPHY ................................................................................................................ I
Annexe A. Graphiques ................................................................................................... VI
Annexe B. Extraits ......................................................................................................... XI



1
1. INTRODUCTION
1.1 LA « SPECIATION » DES LANGUES – DANS LE CADRE DES DROITS DE L’HOMME
En mai 1949, dix états ont créé le Conseil de l’Europe au but « de réaliser une union plus étroite
entre ses membres afin de sauvegarder et de promouvoir les idéaux et les principes qui sont leur
patrimoine commun et de favoriser leur progrès économique et social. »
1
Le Conseil se consacre
principalement à la défense des droits de l’homme (renforcés par la Convention européenne des droits de
l’homme et la Cour européenne des droits de l’homme qui l’renforce) ; une grande partie de ce mandat
consiste à protéger toutes les formes de minorités. Comme le phénomène évolutionnaire de vicariance,
l’isolement de populations humaines anciennes a permis la « spéciation » des langues. Aujourd’hui,
cette histoire évolutionnaire de diversification et de fusion des langues se reflète en particulier dans
l’existence de milliers de langues dans le monde. Mais comme les espèces en voie d’extinction, il y a
aussi des langues menacées. Pendant les années 1980, le Conseil a reconnu cette nouvelle problématique
des langues peu parlées, liée aux minorités et à la diversité.
C’est bien connu qu’il importe de sauver les espèces en voie d’extinction, qu’il existe des éléments
anormaux à cause de société humain qui sont en train de faire disparaître ces espèces ; c’est pour répondre
à des craintes analogues qu’en 1992 le Conseil de l’Europe a adopté la Charte Européenne des Langues
Régionales ou Minoritaires (ci-après dénommée « la Charte »). Cette charte vise à protéger les langues
européennes en voie d’extinction, un but noble reconnu par tous ; ce n’est pas dans l’intention de la
Charte mais plutôt dans son exécution que les militants linguistiques ont trouvé les obstacles les plus
importants. Organe plus grand que l’Union Européenne, le Conseil de l’Europe a moins de moyens
disponibles pour faire appliquer ses décisions et les textes qu’il adopte. Il existe toujours des états
membres qui refusent d’obéir aux exigences du Comité des Ministres. Sur deux niveaux, il s’agit donc de
bien prendre en compte leurs préoccupations légitimes tout en maintenant une position forte en matière
des thèmes influents. Eu égard précisément à la Charte, les Etats membres font face à divers obstacles
(les complexités administratives, le manque des moyens économiques, etc.) qui empêchent sa mise en
œuvre. Dans les pages qui suivent, nous reviendrons sur ces obstacles et les méthodes employées pour
les surmonter.

1
Conseil de l’Europe, STE n˚001 Statut du Conseil de l’Europe (Adopté le 5 mai 1949 à Londres).

2
1.2 CE MEMOIRE
1.2.1 Présentation du Stage
Dirigé par Hélène Michel et Philippe Hamman, le laboratoire SAGE
2
(Sociétés, Acteurs,
Gouvernements en Europe), hébergé par la MISHA (Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme
– Alsace) à l’Université de Strasbourg est un laboratoire qui travaille sur les sciences sociales du politique
et la construction européenne. Plus concrètement il répond à la question : comment collaborer dans un
Europe de plus en plus mondialisé ? Le laboratoire tourne autour de 6 axes ; pour les derniers 3 mois
j’étais stagiaire sous la direction de Madame Elisabeth Lambert Abdelgawad la co-responsable de l’axe 3
- Mutations des formes de revendications collectives en Europe et spécialiste des droits de l’homme.
Avec Mme Lambert Abdelgawad j’ai analysé les actions des acteurs et des organes européens d’une
façon qualitative et quantitative, plus précisément l’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits
de l’homme et son efficacité menacée par l’augmentation exponentielle des arrêts devant la Cour et le
recours réel des victimes.
J’étudie les langues, ou bien spécifiquement, la linguistique, l’étude du langage. Ce vaste domaine
varie entre des champs plus scientifiques tels que la phonétique, les systèmes de son, et la linguistique
cognitive, langage dans le cerveau, des champs plus philosophiques tels que la syntaxe et la sémantique,
les liens entre le glyphe et le sens, et des champs plus sociologique tels que l’anthropologie linguistique et
la sociologie linguistique. J’ai trouvé une concomitance entre le milieu du stage et le milieu de mes
études dans la politique linguistique. Le pouvoir d’une langue est utilisé tout au long d’histoire d’exercer
le pouvoir politique des états. D’un contexte européen actuel, la Charte traduit une politique linguistique
internationale. De la même manière d’analyse utilisée dans mon stage, je traiterai de la mise en œuvre de
la Charte.
1.2.2 Présentation du Plan
Ce mémoire vise à éclairer les difficultés rencontrées dans l’application de la Charte et répondre à
la problématique : quels sont les obstacles qui empêchent la mise en œuvre de la Charte Européenne des
Langues Régionales ou Minoritaire et comment sont-ils surmontés ? Malgré sa portée indiscutablement
locale, la Charte a été introduite sur la scène européenne ; il est donc nécessaire de rappeler les racines
européennes de la Charte. La première partie de ce mémoire est consacrée au contexte européen :
l’histoire de la Charte, son origine, le débat et l’adoption par l’Assemblée parlementaire et le Comité des
ministres du Conseil de l’Europe ; les mécanismes de la Charte et ses obligations pour les états

2
« Présentation » SAGE, UNISTRA.
<http://sage.unistra.fr/presentation/?option=com_jce&task=plugin&plugin=imgmanager&file=imgmanager&metho
d=form&action=upload>. 3 mai 2014

3
signataires ; et enfin l’état actuel de la Charte au Conseil de l’Europe et son avenir possible au niveau
européen.
Après avoir pris une approche européenne, il est logique de s’intéresser aux Etats membres.
Toutefois, compte tenu de la brièveté de ce mémoire, la deuxième partie se concentre sur une étude de cas
d’un état pertinent : la France. Bien qu’elle soit l’un des états fondateurs du Conseil de l’Europe et
qu’elle s’engage sur les thématiques défendues par le Conseil, la France n’a signé la Charte qu’en 1999
après 19 autres états. Pour illustrer ce comportement atypique on traitera ce cas important en examinant
l’histoire linguistique en France et l’influence de la centralisation sur les langues régionales et
minoritaires, en retraçant le débat animé sur la Charte en France et les arguments pour et contre elle, et
finalement en décrivant la situation actuelle de la Charte au niveau français entre la signature et la
ratification.
On arrivera enfin à la partie la plus importante du mémoire : la synthèse et conclusion. Dans cette
partie, on discutera les obstacles les plus profonds à la mise en œuvre de la Charte et les moyens de les
surmonter, imaginera l’avenir de la Charte, et traitera des mérites de la plurilinguisme.
1.3 LA DEFENSE DE LA DIVERSITE LINGUISTIQUE
Il est inévitable, si l’on pense à tous les problèmes du monde, de se demander pourquoi ce
problème est si important ? Pourquoi devrait-on consacrer du temps, de l’argent, et des ressources pour
protéger les langues régionales ou minoritaires ? Ce n’est pas une question à laquelle on peut facilement
répondre, c’est même sans doute en soi le sujet d’un autre mémoire, mais il reste indispensable de s’y
intéresser pour comprendre les débats abordés ensuite. En bref, on défendra dans cette petite partie la
diversité linguistique et son importance dans notre société mondialisée.
1.3.1 Perspective linguistique : Langage et idées, l’Hypothèse de Sapir-Whorf
Depuis la Grèce antique, des philosophes ont étudié les liens entre la langue qu’on parle et le
mécanisme de la pensée. Avant que la linguistique soit devenue une science à part entière, d’important
philosophes comme Plato et Kant, « ont semblé à divers niveaux postuler une équivalence entre la langue
et la pensée, »
3
. Au milieu du XIXe siècle, pendant la naissance de l’étude de la linguistique, des
philosophes tels que Gadamer et Humboldt ont noté que « les personnes qui sont élevées dans une
tradition linguistique et culturelle particulière voient le monde de façon différente de celles qui
appartiennent à d’autres traditions » et que « chaque langue devrait être vue comme une vision du monde

3
EVERETT, Caleb. Linguistic Relativity: Evidence across Languages and Cognitive Domains. Berlin/Boston: De
Gruyter, 2013, p. 9. Texte originel : « appeared to equate thought with language, to varying degrees. »

4
particulière, »
4
. Ils ont notamment avancé que les systèmes grammaticaux des diverses langues
n’expriment parfois pas exactement les mêmes perceptions du temps et de l’espace. A ce moment-là,
cette théorie reste vague et non testée, mais elle mérite de retenir l’attention.
En 1956 Benjamin Whorf a formalisé les intuitions de ses prédécesseurs. Sa théorie est inspirée
par la théorie linguistique du structuralisme, qui dit que « le sens d’un morphème particulier ou mot peut
être seulement compris contextuellement dans le cadre d’une matrice sémantique plus large, »
5
. Il est aisé
de voir que dans ce cadre la langue maternelle influencerait les pensées des locuteurs. Whorf a développé
les travaux de son mentor Edward Sapir et de philosophes précédents en créant le « principe de relativité
linguistique, qui signifie informellement que des utilisateurs des grammaires nettement différentes sont
amenés par ces grammaires vers des types d’observation et d’évaluation différents d’actes d’observation
d’apparence similaires, »
6
. Cette théorie ne veut pas dire que les locuteurs de langues différentes ont des
visions du monde mutuellement non compréhensibles ; des évaluations scientifiques de cette théorie
suggèrent que la langue maternelle a une influence significative sur des aspects tels que les perceptions
spatiales et temporelles, de la quantité, et des couleurs, mais par contre les effets de genre grammatical eu
égard à la perception des noms inanimés sont négligeables.
7

On dit souvent que deux avis valent mieux qu’un. Les meilleurs penseurs, chercheurs, politiciens
travaillent rarement tous seuls ; les meilleures idées sont créées en groupe, car des mécanismes de pensée
différents sont indispensables pour résoudre les problèmes les plus complexes. Plus il y a de langues,
plus il y a de mécanismes de pensée, et plus de problèmes résolus. Dans un monde doté de seulement une
poignée de langues et de systèmes grammaticaux, plus de problèmes resteraient non résolus. On doit
donc sauvegarder la diversité linguistique pour préserver les mécanismes divers de pensée existant dans le
monde, de manière à résoudre au mieux les problèmes à l’avenir.
1.3.2 Perspective Culturelle : La langue comme objet anthropologique
On dit intuitivement que la perte de la diversité linguistique est une perte grave, mais au premier
abord il n’est pas facile d’expliquer ‘pourquoi’. Souvent cette intuition peut être exprimée par le lien

4
WOLDRING, Henk E.S. « Political Integration and Linguistic Plurality. » History of European Ideas, n˚20(1-3)
1995, pp. 109-14. p. 110. Traduit par l’auteur, texte originel: «Those who are brought up in a particular linguistic
and cultural tradition see the world in a different way from those who belong to other traditions» et « Every
language should be seen as a particular view of the world. »
5
WHORF, Benjamin L. 1956. Language, thought, and reality; selected writings (Edited par John B. Carroll).
Cambridge, MA: MIT Press. Cited par EVERETT, 2013 p.10. Texte originel: « ‘Linguistic relativity principle,’
which means, in informal terms, that users of markedly different grammars are pointed by the grammars toward
different types of observations and different evaluations of externally similar acts of observation. »
6
EVERETT, 2013 p.13.
7
Ibid., p.266.

5
entre culture et langage. Les similitudes entre diversité linguistique et de diversité culturelle sont
intuitives, et la perte de la diversité culturelle est déjà reconnue par des activistes très passionnés.
Cette perspective nous mène vers l’étude de l’anthropologie linguistique, qui affirme que la langue
est un aspect à part entière d’une culture. Dans son livre Langage et Culture : Flux global et Complexité
locale, Karen Risager explore ce sujet de la relation entre langage et culture. Elle explique que « la
pratique d’une langue est toujours culturelle, dans le sens que elle est elle-même une manière de pratique
culturelle (significative), et parce que elle est pratiquée toujours dans un contexte culturel (significatif)
plus large ce qu’elle influencera aussi
8
, »
9
. Un article sur la vitalité et revitalisation des langues affirme
que la langue est inextricablement liée à l’identité d’une personne. Il dit qu’une langue est à la fois
personnelle et commune, la connaissance est un attribut du locuteur mais est valorisée lors de son partage
avec un autre, et c’est pour cette raison que « l’identité de chacun est profondément ancrée dans sa
langue, avec laquelle il arrive souvent que le locuteur s’identifie totalement. »
10
Face à la menace d’une
langue dominante, les locuteurs de la langue en danger font face à un choix : « maintenir, voire renforcer
leur propre identité, ou bien s’assimiler au groupe dominant.»
11
Pour les locuteurs des langues en danger,
la perte de leur langue menace aussi leur identité.
L’UNESCO estime que parmi les 6000 langues actuelles recensées dans le monde, une moitié
disparaitra d'ici la fin du siècle si rien n’est fait. Dans un site
12
sur les langues en danger, l’organisme
rappelle les savoirs culturels uniques, les philosophies, les connaissances historiques, et la richesse
culturelle en général que représentent les langues. Quand une langue disparait, la communauté distincte
dans laquelle elle était parlée disparait peu après et s’assimile à la culture dominante. On ne connaît
jamais l’étendue de la perte qui suit la perte d’une langue. Pour défendre la richesse culturelle du monde
contre la menace de disparition, il est impératif de protéger la diversité linguistique.

8
Il faut mentionner que bien que ce livre développe les liens entre langage et culture, il évite la notion qu’une
langue et une culture sont strictement inséparables. Ça veut dire que certains aspects de culture peuvent être
pratiqué dans une langue autre que la langue associée typiquement avec la culture ; en revanche, on ne s’assimile
pas à une culture simplement en parlant la langue. En bref, la langue n’est pas le seul aspect d’une culture, mais
plutôt une partie importante.
9
RISAGER, Karen. Language and Culture: Global Flows and Local Complexity. Clevedon, England: Multilingual
Matters Ltd., 2006, p.3. Texte originel: «Linguistic practice is always cultural, in the sense that it is itself a form of
cultural (meaningful) practice, and because it is imbedded in a larger cultural (meaningful) context on which it
leaves its own mark. »
10
YAMAMOTO, Akira Y., Matthias Brenzinger, and Maria Villalon. "Vitalité Et Revitalisation Des Langues : Une
Place Pour Chacune D’elles." Museum International 60(3) 2008, pp. 64-75. p. 65.
11
Ibid., p.66.
12
"Langues En Danger: Organisation Des Nations Unies Pour L'éducation, La Science Et La Culture." UNESCO.
<http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/endangered-languages/>. 11 Apr. 2014.

6
2. LE CAS EUROPEEN – A L’ECHELLE INTERNATIONALE
2.1 L’HISTOIRE DE LA CHARTE
2.1.1 De la convention des droits de l’homme à la naissance de la Charte
La première mention des langues régionales ou minoritaires (ci-après LRM) au niveau européen se
trouve dans l’article 14 de non-discrimination de la Convention Européenne des droits de l’homme
13
qui
dit que les droits de l’homme exprimés dans la convention appartiennent à tous sans égard pour la langue
qu’ils parlent. A la suite de la deuxième guerre mondiale et la reconnaissance des atrocités des Nazis il y
avait un sentiment européen qui visait à éviter une répétition. Pour réagir à l’assimilation forcée par les
Nazis par la propagande culturelle et la réglementation stricte de la langue, le Conseil de l’Europe a voulu
reconnaitre et protéger la diversité culturelle dans le cadre de la protection des droits de l’homme. Il a
renforcé son engagement envers la diversité culturelle plus profondément avec la Convention culturelle
européenne en 1954 qui déclare précisément que l’état « s'efforcera de développer l'étude de sa langue ou
de ses langues »
14
notamment au pluriel.
Parce que le centre de ce sujet à ce moment-là se trouve dans l’éducation, la prochaine grande
étape dans l’histoire des LRM est venue logiquement en 1981 avec un rapport sur les problèmes
d’éducation et de culture posés par les langues minoritaires et les dialectes en Europe
15
et la
recommandation adoptée
16
à sa suite reconnaissant les aspects scientifiques, humains, culturels, et
politiques des LRM et qui a poussé le Comité des ministres à explorer plus profondément la question dans
un cadre de réglementation européenne. Parallèlement, le parlement européen a lui aussi adopté une
résolution
17
centrée sur les mêmes idées de langue et culture et appelant à la rédaction d’une charte
commune qui protège les langues et cultures régionales. En 1986 l’Assemblée parlementaire a fait
référence au patrimoine de l’Europe dans un rapport sur la protection du patrimoine culturel contre les

13
Voir extrait B.9
14
Voir Extrait B.10
15
CIRICI PELLICER, Alexandre. Commission de la culture, de la science, et de l’éducation. 33
e
session – deuxième
partie, 12 juin 1981, Rapport sur les problèmes d’éducation et de culture posés par les langues minoritaires et les
dialectes en Europe. Conseil de l’Europe, 1981. Doc. 4745.
16
Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Recommandation 928 (1981) relative aux problèmes d’éducation et
de culture posés par les langues minoritaires et les dialectes en Europe (Adopté par l’Assemblée le 7 octobre 1981,
18
e
séance).
17
OJ 1981 C 287 : Resolution on a Community charter of regional languages and cultures and on a charter of rights
of ethnic minorities. Resolution prepared by Mr Gaetano Arfé and adopted by the European Parliament on 16
October 1981. In OJ C 287, 09.11.1981, 106. <http://www.ciemen.org/mercator/UE18-GB.HTM>. 20 avril 2014.

7
catastrophes
18
et émis une recommandation
19
ces deux textes ont affirmé l’importance des LRM pour la
diversité culturelle.
En réaction à ces exigences des organes européens, la Conférence permanente des pouvoirs locaux
et régionaux de l’Europe a relevé le défi en 1984 jusqu’à 1987 de créer un texte européen qui protégerait
les langues et cultures régionales. En 1988 la conférence a adopté une résolution
20
sur les LRM en Europe
qui présente un projet de charte au Conseil de l’Europe qui allait devenir la Charte européenne des
langues régionales ou minoritaires. Pendant les mois suivants l’Assemblée parlementaire a publié un
rapport
21
sur la charte et une opinion
22
élogieuse qui encourage le Comité des Ministres à adopter le projet
présenté par la conférence. Finalement en 1992, après la chute du mur à Berlin et une vague d’unité
européenne, le Comité des Ministres a adopté la Charte et l’a ouvert pour signature le 5 Novembre pour
entrer en vigueur le 1 Mars 1998. Au jour de sa promulgation, la charte a été signée par uniquement 11
des 26 états membres et seulement sept états sont entrés en vigueur en 1998
23
. Malgré le large soutien des
parlementaires pendant sa création, la Charte a affronté des obstacles et la réticence des états depuis sa
naissance.
2.1.2 Motifs pour adoption
Le préambule de la Charte traite trois sujets généraux : l’unité européenne promue par le Conseil de
l’Europe, la diversité culturelle européenne, et la protection des minorités et des droits de l’homme.
L’unité et la coopération au niveau européen est un thème de tous les documents produits par le Conseil
de l’Europe, mais l’on se penche sur l’histoire de la Charte la diversité européenne et les droits de
l’homme constituent les axes de la Charte.
Plusieurs documents préparatoires à la Charte étaient consacrés presque exclusivement au
patrimoine européen de diversité culturelle (voir notes de bas de page 4, 5, 6, 8, 9). La défense du
patrimoine d’Europe est utilisée souvent dans la rhétorique des discussions de la Charte. Le rapport de
l’assemblée parlementaire sur le projet de charte exprime que « l'optique de la charte est la défense de la

18
ROSS, Stephen. Commission de la culture de l’éducation. 38
e
session – deuxième partie, 11 septembre 1986.
Rapport sur la protection du patrimoine culturel contre les catastrophes. Conseil de l’Europe, 1986. Doc. 5624.
19
Conseil de l’Europe Assemblée Parlementaire, Recommandation 1043 (1986) relative au patrimoine linguistique
et littéraire de l’Europe (Adopté par l’Assemblée le 19 septembre 1986, 12
e
séance).
20
Conférence permanente des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil l’Europe, 23
e
session, 15-17 mars 1988.
Résolution 192 (1988) sur les langues régionales ou minoritaires en Europe.
21
DE PUIG, Lluís Maria. Commission de la culture et de l’éducation. 40
e
session, 14 septembre 1988. Rapport
portant avis sur la Résolution 192 (1988) sur les langues régionales ou minoritaires en Europe, adoptée par la
Conférence permanente des pouvoirs locaux et régionaux de l’Europe. Conseil de l’Europe, 1988. Doc. 5933.
22
Conseil de l’Europe Assemblée Parlementaire. Avis 142 (1988) sur Résolution 192 relative aux langues
régionales ou minoritaires en Europe, adoptée par la CPLRE (Adopté par l’Assemblée le 4 octobre 1988, 11
e

séance).
23
Pour voir plus d’info et de statistiques sur la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, voir son
site-web http://www.coe.int/t/dg4/education/minlang/default_fr.asp

8
diversité linguistique européenne en tant que dimension culturelle »
24
et que elle est « un instrument
essentiellement culturel»
25
. Même le rapport explicatif sur la Charte exprime que c’est «bien précisé dans
le préambule, l'objectif dominant de la charte est d'ordre culturel»
26
. Le corps de la Charte déclare
comme un objectif et un principe «la reconnaissance des langues régionales ou minoritaires en tant
qu'expression de la richesse culturelle»
27
. Plus récemment, un rapport sur la protection des langues
gravement menacées expose que « l’uniformisation linguistique est une menace pour l’identité culturelle
de l’Europe. »
28
On peut soutenir que l’intérêt culturel de la Charte est le motif le plus fort ; c’était sans
aucune doute l’intention des concepteurs.
Malgré la rhétorique des droits de l’homme ancrée dans tous les documents s’occupant des LRM,
le rapport explicatif de la Charte explique qu’elle ne vise pas à « protéger les droits d'une minorité
nationale, ethnique ou linguistique en général. »
29
Mais les références aux droits de l’homme sont
omniprésentes dans le dossier de la Charte.
30
Le préambule lui-même reconnaît que pratiquer une LRM
est « un droit imprescriptible »
31
et fait précisément référence aux conventions, actes, documents et droits
de l’homme.
32
Article 7.2 de la Charte
33
reflète le langage utilisé dans l’article 14 de la Convention de
droits de l’homme. Les créateurs veuillent expliquer que cette Charte n’est pas au fond une défense des
minorités, une cause inextricablement encadrée dans les droits de l’homme ; ils veulent plutôt s’occuper
du niveau culturel. Mais on ne peut pas dire que la Charte protège exclusivement la culture de l’Europe ;
on peut faire les musées pour cette même raison. Il faut qu’il existe un fondement plus profond que cela :
la défense d’un patrimoine vivant. On peut accepter que ce ne soit pas une convention en soi qui ne
s’occupe que des droits de l’homme, mais c’est plutôt un outil pour renforcer les exigences linguistiques
dans l’article sur la non-discrimination de la Convention des droits de l’homme.
A la fin, ces deux niveaux se réfèrent au début de l’histoire de la Charte. Ils reflètent les réactions à
partir de la deuxième guerre mondiale aux actions des Nazis qui ont tenté d’éliminer la diversité culturelle
de l’Europe au moyen notamment de la suppression de la diversité linguistique et de l’imposition de la
langue allemande. Depuis la fin de la guerre, à cause des évènements et des atrocités humaines, le droit à

24
DE PUIG, 1988 p.3.
25
Ibid., p.4
26
Conseil de l’Europe, Rapport explicatif sur la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Adopté
le 5 novembre 1992 à Strasbourg), alinéa 10.
27
Conseil de l’Europe, STE n˚ 148 Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Adopté le 5
novembre 1992 à Strasbourg), Article 7.1.a.
28
KUMCUGLU, Ertuğrul. Commission de la culture, de la science et de l’éducation. 2010 – Commission permanente
de novembre, 21 octobre 2010. Renforcer les mesures de protection et de relance des langues gravement menacées.
Conseil de l’Europe, 2010. Doc 12423.
29
DE PUIG, 1988 p.4.
30
Voir Extraits B.1-B.3
31
Conseil de l’Europe, STE n˚148, préambule.
32
Voir Extrait B.11
33
Conseil de l’Europe, STE n˚148, Article 7.2.

9
sa propre langue est maintenant lié aux droits de l’homme. Les pouvoirs ne veulent pas définir cette
Charte comme une protection des minorités parce que la défense des minorités s’occupe de bien plus que
la diversité linguistique. Cette Charte vise à protéger la richesse culturelle en souvenance des violations
possible des droits de l’homme.
2.2 MECANISME DE LA CHARTE
Une fois qu’on comprend les motifs et le fondement pour la création de la Charte, il faut connaître
les exigences de la Charte et comment elle encadre l’application de ces demandes pour mieux comprendre
les obstacles auxquels la Charte fait face. Cette partie expliquera des dispositifs de la Charte, les
obligations des états signataires, et le mécanisme de suivi par le Conseil de l’Europe
34
.
2.2.1 Définitions importantes
Comme pour tout document juridique il faut choisir méticuleusement les mots et la structure de
législation pour mieux effectuer les buts. Il faut éviter l’ambiguïté et bien préciser les définitions prévues.
Cette Charte ne s’occupe des langues en général ; elle traite des LRM qui sont bien définies et très
spécifique. Dans contexte de la Charte des LRM sont « pratiquées traditionnellement sur un territoire
d'un Etat par des ressortissants de cet Etat qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de
la population de l'Etat. »
35
Elles n’incluent ni les langues officielles ni les langues des migrants. Cette
définition précise soutient la fonction culturelle globalement de la Charte qui protège essentiellement un
patrimoine menacé. En incluant les spécifications ‘minoritaires’ la Charte ne protège pas seulement des
langues comme l’alsacien ou le breton mais aussi des langues qui font partie de la majorité ailleurs,
comme le finnois en Suède ou l’allemand en au Danemark, en Hongroie, ou en Suisse. ‘Minoritaires’ se
réfère aussi aux langues « dépourvues de territoire »
36
qui vise à protéger les langues des Tziganes et gens
du voyage. Ces définitions présente un cadre clair pour soutenir les buts culturels de la Charte.
Une autre définition importante est l’encadrement de la Charte comme une charte.
Traditionnellement une charte se compose des règles d’un organe (comme la Charte des Nations Unis)
pour définir le fonctionnement mais le sens des textes dénommées ‘chartes’ évolue actuellement. Il
n’existe pas une distinction précise entre les chartes et les conventions du Conseil de l’Europe, mais on
peux faire des comparaisons entre les traitements des deux types de document. La convention la plus
connue est la Convention européenne des Droits de l’Homme (CEDH) qui font l’objet principal de
travaux de la Cour européenne des Droits de l’Homme. Cette convention était la première du Conseil de

34
Toutes les références dans cette partie faites référence à la partie indiquée du STE n˚ 148 du Conseil de l’Europe.
35
Conseil de l’Europe, STE n˚ 148, Article 1.a.i.
36
Ibid. Article 1.c.

10
l’Europe et a fait un précédent pour les conventions suivantes. Par contre, les textes appelés ‘chartes’ ne
attirent pas la même vigilance. On voit bien que la Charte ne paraît pas similaire à la Charte des Nations
Unis. Le rapport explicatif de la Charte éclaire cette différence : « dans sa Résolution 192 (1988), la
Conférence permanente a proposé le texte d'une charte qui était destinée à avoir le statut d'une
convention. »
37
Pourquoi ne l’appellent-ils pas la Convention des langues régionales ou minoritaires ?
On peut glaner en gros une définition, ou plutôt un comportement attendu des Etats membres, d’une
‘charte’ en regardant la jurisprudence des autres chartes du Conseil de l’Europe. Il y a seulement 3 textes
adoptés par le Conseil de l’Europe qui s’appellent chartes et le plus connu et la Charte sociale
européenne
38
. Adopté en 1961, uniquement 5 états membres ont ratifié cette charte. Si la CEDH fait
l’exemple des conventions, la Charte sociale européenne fait l’exemple des chartes et on attend le même
comportement pour les Chartes ultérieures. Bien que la structure de la Charte ressemble à laquelle d’une
convention, elle est encadrée pour ne pas porter autant d’autorité.
2.2.2 Sommaire des exigences de la Charte
L’Article 7 présente les objectifs et principes de la Charte. Il prévoit une compréhension et
sensibilité de l’état envers les LRM et affirme que l’état signataire s’engage aux motifs et
mérites de la Charte.
L’Article 8 traite de l’éducation. Il stipule que l’Etat doit assurer dans une certaine marge de
manœuvre, une éducation préscolaire, un enseignement primaire et secondaire, un
enseignement technique, professionnel, universitaire, et d'autres formes d'enseignement
supérieur dans les langues régionales ou minoritaires ainsi que l’histoire et la culture
reflétée par la langue.
L’Article 9 traite de la justice. Il stipule que l’Etat doit traduire toutes les procédures pénales,
civiles et administratives, les documents juridiques, et les textes législatifs nationaux les
plus importants dans la langue régionale ou minoritaire sans frais pour les intéressés et
qu’il accepte des actes juridiques rédigés dans une langue régionale ou minoritaire.
L’Article 10 traite des autorités administratives et prévoit les mesures qui assurent l’usage par les
fonctionnaires ou la validité de l’usage par les citoyens des LRM dans l’administration de
l’Etat.
L’Article 11 traite des médias audio-visuel pour assurer que l’état soutient (encore avec une
certaine flexibilité) l’usage des LRM dans les émissions de radio et de télévision.
L’Article 12, un article très flexible, s’occupe du domaine culturel. Il souligne une protection des
cultures des LRM au moyen « de bibliothèques, de vidéothèques, de centres culturels, de
musées, d'archives, d'académies, de théâtres et de cinémas, ainsi que de travaux littéraires
et de production cinématographique, d'expression culturelle populaire, de festivals,
d'industries culturelles, incluant notamment l'utilisation des technologies nouvelles. »
39


37
Conseil de l’Europe Rapport explicatif… alinéa 7
38
Conseil de l’Europe, STE n˚35 Charte sociale européenne (Adopté le 18 octobre 1961 à Turin).
39
Conseil de l’Europe STE n˚148, Article 12.1

11
L’Article 14 a trait à la vie économique et sociale. Il exige que l’état supprime les
réglementations qui déterminent les langues obligatoires dans ces domaines et soutienne
si possible l’usage des LRM.
L’Article 15 reconnaît que LRM ne sont pas nécessairement limitées aux frontières nationales et
encourage une diffusion des LRM et des cultures associées au-delà des frontières.
2.2.3 Application de la Charte
Toutes les exigences de la Charte ne sont pas égales selon les fondateurs de la Charte. L’article 2
alinéa 2 stipule que les états participants doivent « appliquer un minimum de trente-cinq paragraphes ou
alinéas choisis parmi les dispositions de la partie III de la présente Charte, dont au moins trois choisis
dans chacun des articles 8 et 12 et un dans chacun des articles 9, 10, 11 et 13 » pour chaque langue
identifié comme régionale ou minoritaire. En faisant cette distinction, ainsi qu’en prévoyant 98 mesures
possibles dont seulement 35 sont obligatoires, la Charte crée une hiérarchie qui privilégie les actions
éducatives et culturelles aux actions dans les milieux juridiques, administratifs, médiatiques, économiques
et sociaux, et plus encore aux échanges transfrontaliers, qui sont uniquement suggérés. En plus des
marges de manœuvre dans les alinéas du dispositif de la Charte, ces exigences permettent une certaine
flexibilité pour les états participants qui peuvent choisir dans cette liste les mesures qui leur semblent les
plus pertinentes ou exécutoires dans le cadre de leur système de gouvernance.
Après la signature et la ratification par un état, quelques mesures périodiques doivent être prises
pour assurer la continuité de la protection des LRM. Les articles 15, 16, et 17 établissent le système
selon lequel suit à l’entrée en vigueur de la Charte, l’état participant doit publier un premier rapport qui
définit leur conformité aux motifs et quelles mesures du dispositif il va prendre ; après le premier rapport
l’état doit rédiger un rapport périodique tous les trois ans. Ces rapports sont revus par un comité
d’experts, lequel comprend un membre pour chaque état participant, qui rédige ensuite son propre rapport
et le remet au Comité des ministres qui à son tour publie une réponse. De plus, le Secrétaire Général du
Conseil de l'Europe publie un rapport pour l’Assemblée parlementaire qui résume l’application de la
Charte en général. Même si ‘il n’est pas prévu des sanctions financières pour les états, le caractère public
de tous ces rapports établit en pratique une surveillance de l’application rigoureuse de la Charte.

12
2.3 LA SITUATION EUROPEENNE ACTUELLE
2.3.1 Chiffres et graphiques
A ce jour, 25 états membres
40
du Conseil de l’Europe ont ratifié la Charte, 8
41
ont signé mais pas
ratifié, et 14
42
n’ont pas encore signé la Charte. Le cas de chaque état est unique, et de plus le cas de
chaque LRM est unique. Néanmoins on tentera ici d’opérer une comparaison et de mettre en évidence
des types de comportements européens face à la Charte.
A la lecture des tableaux détaillés des engagements des états
43
, on peut observer quelques stratégies
et schémas suivis par les états. Le premier est le plus simple : un démarche de série où l’état applique la
même mesure pour chaque LRM reconnue dans tout le territoire (un cas particulier est l’Espagne qui
applique les mêmes mesures pour chaque LRM mais fait une distinction régionale). Une deuxième
approche, semblable à la premier, traite la plupart des LRM de la même façon sans restriction régionale
mais ils changent les mesures prises pour des LRM dans des cas particuliers (notamment selon le taux de
locuteurs plus haute ou plus bas). Le troisième est une approche régionale ; les locuteurs des LRM sont
concentrés dans une région de l’état et la Charte est appliqué différemment selon la région et les besoins
de la LRM. Deux cas uniques sont l’Autriche et l’Allemagne. Pour le tchèque, le slovaque, le romani, le
slovène, et le hongrois en Autriche et ainsi que le romani et le bas-allemand dans plusieurs régions
d’Allemagne, seuls les motifs de partie II sont reconnus par l’état et il ne promet pas d’adhérer au nombre
des mesures de partie III exigé par la Charte (quand même, dans plusieurs cas les régions adoptent des
mesures de parti III pour la LRM concernée).
Dans l’annexe A on trouve des graphiques
44
qui montrent les engagements pris par les états qui ont
ratifié la Charte. Les mesures prises par état viennent des premiers rapports publiés par les états précisant
une liste de 35 mesures prévues (ou plus) parmi les 98 mesures possibles. Une mesure est comptée pour
chaque LRM dans chaque état (et dans chaque région si l’état a choisi de déléguer la responsabilité aux
régions où la langue est parlée). Chaque région était traitée comme un état. Ceci signifie que pour un
alinéa de la Charte, si en Allemagne le romani est protégé par plusieurs régions dans le cadre de cet
alinéa, chaque fois par région est comptée comme une mesure prise en faveur de cette langue. Ces

40
Allemagne, Arménie, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Chypre, Danemark, Espagne, Finlande, Hongrie,
Liechtenstein, Luxembourg, Monténégro, Norvège, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Roumanie, Royaume-
Uni, Serbie, Slovénie, Suède, Suisse, Ukraine
41
Azerbaïdjan, France, Islande, Italie, L’ex-République yougoslave de Macédoine, Malte, Moldova, Russie
42
Albanie, Andorre, Belgique, Bulgarie, Estonie, Géorgie, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Monaco, Portugal,
Saint-Marin, Turquie
43
« Summary tables on the undertakings entered into by States Parties. » Database for the European Charter for
Regional or Minority Languages. 2006-2007 Public Foundation for European Comparative Minority Research.
<http://languagecharter.eokik.hu/sites/BasicData/Summary_tables_undertakings.htm>. 20 avril 2014.
44
Donnés prises des tableaux de note de base page n˚33.

13
graphiques résument le comportement des états par rapport à chaque mesure possible exposée par la
Charte. Les couleurs des barres séparent les mesures connexes. Un gradient de couleur représente une
variation évidente d’obligation de l’état des mesures concernant le même but (plus foncé étant plus
exigeant, plus clair étant moins exigeant).
Ces graphiques illustrent les principaux types de comportement. On constate partout que les
mesures les moins exigeantes ou les plus symboliques sont les plus populaires pour les états. Les deux
parties de l’article 13 sont consacrées à des mesures symboliques (1a-1d) et des mesures concrètes (2a-
2e). La figure A.6 montre bien que le nombre de mesures symboliques est plus élevé. Article 14
(figure A.7) suit le même modèle à cause probablement des termes «à appliquer les accords…existants »
et « à faciliter et/ou à promouvoir »
45
de partie A et B respectivement. Une divergence intéressante est
montrée par la figure A.4 alinéas 1ei et 1eii qui illustre la préférence pour la création d‘un journal unique
dans une LRM, apparemment plus exigeant, plutôt que de promouvoir la publication d’articles en LRM
dans des journaux déjà existants, solution a priori plus simple. Malgré cette anomalie, le modèle marche.
On peut dire que les articles 8 et 12 (montré par les figures A.1 et A.5) sont les plus chers aux
créateurs de la Charte parce qu’ils ont le nombre minimum de mesures à adopter le plus haut (trois). Il y
a une hiérarchie claire des parties d’article 8 consacrés aux différents niveaux d’éducation. Pour la
plupart article 8 adhère à la tendance générale, mais on est étonné par la tendance dans les premières
quatre parties à préférer la première mesure d’une partie (la plus exigeante) à la deuxième (moins
exigeante). Le moins exigeant est encore pris le plus fréquemment, mais on voit que les états préfèrent en
général la première mesure plus que la deuxième. Les dernières quatre parties d’article 8 ne sont pas
forcements liées mais en voyant les spécifiques des mesures on marque une augmentation d’obligations
de ressources et finalement une grande assertion généralisée et vague qui peut être interprété d’une façon
gênante pour les états qui préfèrent les alinéas plus concrètes. Il n’y a pas de telle hiérarchie pour article
12 dont les alinéas sont moins exigeants d’argent ou d’autres ressources. Figure A.8 montre le
pourcentage des mesures possible prise par les états et on marque que bien qu’ils doivent prendre le
même minimum de mesures, les états ont préféré les mesures d’article 12 deux fois plus que ceux
d’article 8 (64.6% comparé à 31.7%).
Ces graphiques montrent des comportements typiques des états qui s’engagent des conventions
supranationales. Il y a toujours les parties plus exigeantes, plus concrètes qui peuvent faire plus de
change et de bon pour la société et ils sont toujours les moins suivis. Ces graphiques exhibent un
problème répandu pour les documentes supranationaux européens. Bien que les états s’engagent des
organes supranationaux, ils veulent garder une mesure de souveraineté. Plus d’obligations européennes,

45
Conseil de l’Europe STE n˚148, Article 14

14
moins de souveraineté et flexibilité. Les états sont toujours consciencieux à s’engager des obligations pas
trop exigeant mais toujours symbolique pour assurer leur accordance avec des organes européens. La
Charte est une victime des difficultés typiques supranationales.
2.3.2 Développements récents selon les rapports du Secrétaire Général
Selon article 16.5, «le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe fera un rapport biannuel détaillé à
l'Assemblée parlementaire sur l'application de la Charte. »
46
Désormais il a publié sept rapports qui
discutent la situation de la Charte en général d’après les rapports des états et du comité d’experts. Cette
partie explique les problèmes récurrents concernant la Charte. Bien marqué par le Secrétaire Général, les
situations qui empêchent la mise en œuvre de la Charte pour chaque langue dans chaque état sont
indéniablement uniques ; néanmoins il faut considérer les problèmes qui englobent son application et les
répétitions qui se dessinent en voyant les rapports biannuels. Les intérêts des rapports ont changé tout au
long des années, mais Figure A.9 montre les mots les plus souvent utilisés dans le rapport biannuel du
Secrétaire Général à l’Assemblée parlementaire en 2013. En voyant les mots les plus grands, on peut
visualiser les issues qui concernent le Conseil de l’Europe.
Le Secrétaire Général affirme que le mécanisme de suivi de la charte a un effet généralement
positif, mais au niveau de l’état, beaucoup manquent « d’une approche structurée de l’application de
l’ensemble des engagements ».
47
Comme plusieurs documents supranationaux sans répercussions
concrètes, la Charte risque être convenable en principe mais pas en pratique. Selon la Charte, il ne suffit
pas de reconnaître l’existence d’une LRM. Le manque d’une approche structurée contribue au retard
régulier des rapports périodiques au Conseil de l’Europe et aussi à la mise en œuvre pratique dans les
milieux traités par la Charte. Ce problème est répandu et il n’est pas limité à cette Charte.
Dans les rapports les plus récents le Secrétaire Général a appelé les états à accroître le niveau de
sensibilisation de la population majoritaire aux LRM. Dans quelques cas le peuple n’est pas conscient de
la Charte ou le droit de langue, d’autrefois les LRM sont vues comme inférieur et les locuteurs sont
victimes de discrimination. Article 7.3 de partie II exige que les états promeuvent « la compréhension
mutuelle entre tous les groupes linguistiques du pays » précisément « la compréhension et la tolérance à
l'égard des langues régionales ou minoritaires. »
48
Bien qu’il ne soit pas exigé précisément dans les
mesures de partie III qui peuvent être prises par l’état, toutes les mesures l’ont pour but et les rapports le
rappellent aux états.

46
Conseil de l’Europe STE n˚148, Article 16.5.
47
Conseil de l’Europe Secrétaire Général, 3 mars 2014, pplication de la Charte européenne des langues régionales
ou minoritaires Rapport biennal du Secrétaire énéral du Conseil de l’Europe l’ssemblée parlementaire.
Strasbourg : Conseil de l’Europe, 2014. Doc. 13436. p. 4.
48
Conseil de l’Europe STE n˚148, Article 7.3.

15
Plus concrète et évidemment plus important pour le comité d’experts, comité des ministres, et le
Secrétaire Général, l’éducation est un problème répétitif pour les états participants qui a plusieurs niveaux
de difficulté. Quelques cas illustrent le manque d’enseignement des/en LRM dans les niveaux divers de
scolarité. D’ailleurs il y a une pénurie des enseignants ou formation pour les enseignants actuels en LRM
et de matériels pédagogiques adaptés. Récemment les rapports ont marqué une amélioration de quelque
cas, mais ce milieu reste l’un des plus importants et le centre d’attention des rapports.
2.3.3 Le Problème de ratification
Outre les états participants, pour adresser tous niveaux d’impact de la Charte, les rapports du
Secrétaire Général traitent aussi les états qui ont signé mais pas ratifié et les qui n’ont pas encore signé. Il
y a six états
49
pour lesquels la ratification de la Charte était une stipulation d’engagement post-adhésion
mais qui ne l’ont pas encore ratifié. Les situations de la Charte au niveau national pour ces états sont tous
variées, mais le Conseil de l’Europe réaffirme qu’il a des outils disponibles pour les états visant ratifier la
Charte. Pour les états qui se sont intéressé à ratifier la Charte, le rapport cite des obstacles politiques
nationaux qui empêchent la mise en œuvre de la Charte. De plus le rapport explique que treize états
50

n’ont montré aucun signe envers la signature ou la ratification de la Charte. En 2010 le Conseil de
l’Europe a commandé un rapport du Commission des questions juridiques et des droits de l'homme sur La
Charte
51
et puis il a adopté la recommandation
52
et la résolution
53
suivant. Ces documents ont appelé pour
les états membres de l’Assemblée parlementaire à ratifier et mettre en œuvre la Charte dès que possible et
pour le Comité des Ministres à intensifier les efforts visant à ratifier et bien appliquer la Charte. Au
même temps un autre rapport a été commandé du Commission de la culture, de la science et de
l'éducation pour renforcer les mesures de protection et de relance des langues gravement menacées
54
et à
la suite sa résolution
55
et recommandation
56
ont été adoptés aussi. Ce rapport et documents suivants

49
Albanie, Azerbaïdjan, Géorgie, République de Moldova, Fédération de Russie, “l’ex-République yougoslave de
Macédoine”; Albanie ne l’ont pas encore signé.
50
Andorre, Belgique, Bulgarie, Estonie, Grèce, Islande, Irlande, Lettonie, Malte, Monaco, Portugal, Saint-Marin et
Turquie.
51
BERENYI, Jósef. Commission des questions juridiques et des droits de l’homme. Commission permanente de
novembre, 21 octobre 2010. La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Conseil de l’Europe,
2010. Doc. 12422.
52
Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Recommandation 1944 (2010) sur la Charte européenne des
langues régionales ou minoritaires (Adopté par la Commission permanente de novembre le 12 novembre 2010).
53
Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Résolution 1770 (2010) sur la Charte européenne des langues
régionales ou minoritaires (Adopté par la Commission permanente de novembre le 12 novembre 2010).
54
KUMCUOGLU, 2010.
55
Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Résolution 1769 (2010) Renforcer les mesures de protection et de
relance des langues gravement menacées (Adopté par la Commission permanente de novembre le 12 novembre
2010).

16
traitent de tous les pays du Conseil de l’Europe, qu’ils l’aient signé ou non. Pour ces cas,
malheureusement il semble que ces mesures sont l’étendue des pouvoirs du Conseil de l’Europe qui peut
faire peu plus pour convaincre ces états restants à ratifier la Charte.
3. LE CAS FRANÇAIS – ENTRE SIGNATURE ET RATIFICATION
3.1 HISTOIRE LINGUISTIQUE EN FRANCE
3.1.1 Avant la Révolution française
La France, comme tous pays d’Europe, est née d’un ensemble de ces groups de locuteurs. Au
Moyen Âge, bien qu’il ait existé un grand nombre de dialectes, il y avait une division distinctive entre le
Nord, qui parlait principalement la langue d’oïl, et le Sud, qui parlait la langue d’oc. Pendant la
monarchie capétienne et l’unification graduelle de la France l’oïl s’est imposé dans tout le territoire.
A l’époque, car il était parlé dans les églises et les universités, le latin restait la langue des échanges
intellectuels, mais le français a continué à se diffuser et à aider à la construction de l’état français. En
1539, sous François 1
er
, les articles 110 et 111 de l’ordonnance de Villers-Cotterêts stipulent au nom de la
clarté la publication de« tous arrêts, ensemble toutes autres procédures...en langage maternel français et
non autrement. »
57
Cette mention, consacrant le français comme langue de justice, a marqué le début de
la transition du français d’une langue des masses à une langue d’intellect et de raison. Une série suivante
d’événements, avec le Discours de la Méthode de Descartes et la création de l’cadémie française d
Richelieu, a contribué à faire du français la langue des élites. Bien que les patois restent utilisés par le
prolétariat, le français a remplacé le latin et est devenu une langue des gens raffinés, la lingua franca des
XVIIe et XVIII siècles, la langue de la diplomatie, utilisée dans les cours des aristocraties nord-
européennes. A la fin du XVIIe siècle, le français jouissait d’un certain prestige.
3.1.2 Après la Révolution française
Le français n’a pas été exclu de la ferveur révolutionnaire. Au nom de la devise ‘liberté, égalité,
fraternité’ les révolutionnaires ont chercé a unifier le peuple au moyen de la langue française. Langue de
raison et de la justice, le français est devenu aussi celle de la liberté et de l’égalité, posant les fondations
d’une nation égalitaire. Marquant la disparité entre les classes, la révolution a établi que l’état n’était pas

56
Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Recommandation 1943 (2010) Renforcer les mesures de protection
et de relance des langues gravement menacées (Adopté par la Commission permanente de novembre le 12
novembre 2010).
57
« Le français aujourd’hui. » Académie française. L’Académie française. <http://www.academie-francaise.fr/la-
langue-francaise/le-francais-aujourdhui>. 15 avril 2014.

17
juste à cause de l’exclusion du peuple de la langue de raison et elle a dénoncé l’usage des patois pour
soulever les paysans et les faire passer de la féodalité à la démocratie
58
. Des rapports de Barrère et de
l’Abbé Grégoire
59
en 1794 ont reconnu expressément l’importance d’une langue universelle pour les
idées progressives de la révolution.
Pour assurer l’égalité scolaire en France, les républiques qui ont suivi la révolution ont établi une
normalisation de la langue française avec une codification et des grammaires publiées et utilisées dans les
écoles. En 1851 la loi Falloux exige que« le français sera seul en usage dans l’école. »
60
L’Académie
Française et les organes dirigeants de l’éducation en France ont adopté une démarche de grammaire
prescriptive et non descriptive. C’est cette approche normative, et non un attribut de la langue elle-même,
qui a assuré l’unification idéologique du pays
61
. L’établissement unilatéral du français comme obligation
pour entrée dans le monde intellectuel a désigné la langue française comme supérieure aux patois.
Pendant la deuxième moitié du XXe siècle, face à l’unification de l’Europe et souhaitant préserver
au sein de l’Europe la diversité culturelle et linguistique, les pouvoirs publics français ont noté une
infiltration d’anglicismes dans la langue française, à laquelle ils sont énormément attachés. En 1975 la loi
Bas-Lauriol rend obligatoire l’usage du français sur les affichages publics et les publicités commerciales
et interdit les termes ou expressions étrangères.
62
Une révision constitutionnelle en 1992 ajoute à l’article
II l’affirmation que « la langue de la république est le français. »
63
La loi Toubon
64
de 1994 relative à
l'emploi de la langue française déclare que le français est un élément fondamental du patrimoine de la
France et exige son usage dans l’enseignement, le travail, les échanges et les services publics. Visant
principalement à protéger la pureté de la langue française, ces lois auront un effet important sur l’état des
LRM.
3.1.3 Entre adoption et ratification
Lors de l’adoption de la Charte par le Conseil de l’Europe en juin 1992 la France s’est abstenue.
Tout en réaffirmant son engagement pour les idéaux et les traités du Conseil de l’Europe, la France a
demandé un délai de réflexion, considérant qu’une signature rapide entrainerait des conflits et ferait face à

58
ACHARD, Pierre, Susan BULLOCK, Michael IGNATIEFF, « History and the Politics of Language in France : A
Review Essay, » History Workshop, n˚10, automne 1980, pp.175-183. p.176.
59
Ibid.
60
BREILLAT, Dominique, « La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : le cas français. » Revue
Juridique Themis, n˚35(2), 2001, pp.697-737. p.709.
61
ACHARD, 1980 p.179.
62
« Le français aujourd’hui. » Académie français.
63
La Constitution de la République française du 4 Octobre 1958. Article 2
64
« Terminologie et néologie. » Académie française, l’Académie française. < http://www.academie-francaise.fr/la-
langue-francaise/terminologie-et-neologie>. 15 avril 2014.

18
des obstacles. Après l’adoption, des groupes d’intérêt et nombre de députés ont fait pression sur
parlement et le gouvernement français pour qu’il signe et ratifie la Charte.
Cependant, l’histoire de la Charte en France est marquée par un conflit entre le Premier ministre,
Lionel Jospin, et le Président de la République, Jacques Chirac. En 1997 Jospin s’est penché sur la
question de la Charte en chargeant Bernard Poignant
65
de remettre un rapport sur les LRM et Guy
Carcassonne
66
d’une expertise juridique sur la compatibilité de la Charte avec les principes
constitutionnels français. Leurs rapports ont établi que les LRM ne sont assez protégées en France et que
52 des 98 mesures proposées sont compatibles avec la constitution. Le 7 mai 1999, Jospin a signé la
Charte et le 20 mai Chirac a saisi le Conseil constitutionnel
67
. A pein un mois plus tard, le Conseil
constitutionnel a déclaré la Charte non constitutionnelle, en citant des atteintes portées aux principes
constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité et d’unicité du peuple français, au premier
alinéa de l’article 2 de la Constitution, et à l’usage du français dans les services publics.
68
Jospin a
proposé de modifier la Constitution avec un article mentionnant « la France est autorisée à ratifier la
Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires » mais suite au refus de Chirac le débat sur la
question a cessé.
3.2 CONTRE LA CHARTE
Pendant le délai de réflexion pris par le gouvernement français pour réfléchir à la Charte, les
ministres concernés ont soulevé les problèmes possibles (ou bien inévitable) liés à la Charte. En réponse
au député Jean-Jacques Weber, le Ministère d’affaires étrangères explique,
« Ce texte ne constitue pas en effet une simple déclaration de principe : il s'agit d'une
convention a la carte dont l'Etat signataire s'engage a appliquer au moins trente-cinq
dispositions dans des domaines tels que l'enseignement, les medias, la justice, les
administrations et la vie économique et sociale. Compte tenu des problèmes en suspens,
le Gouvernement français, comme celui d'autres Etats membres du Conseil de l'Europe, a
souhaité se donner un délai de réflexion. »
69

En soulignant les exigences concrètes de la Charte, plusieurs problèmes et arguments contre la
ratification de la Charte en France sont soulevés notamment du point de vue du droit. Cette partie est
consacrée à ces controverses.

65
POIGNANT, Bernard. Langues et Cultures régionales : rapport au Premier Ministre, La Documentation française,
1 juillet 1998.
66
CARCASSONE, Guy. « Etude sur la compatibilité entre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires
et la Constitution », rapport au Premier ministre, La Documentation française, octobre 1998.
67
GAQUIN, Audrey. « Une France plurilingue ? » The French Review, n˚79(2), décembre 2005, pp.278-294. p.278.
68
Conseil constitutionnel. (1999) Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. (Décision n 99412
DC du 15 juin 1999).
69
Ministère d’affaires étrangères, Réponse la question n˚1761 de M. Jean-Jacques Weber, 10
e
législature. 21
février 1994, p.840.

19
3.2.1 Contradiction constitutionnelle
Il est explicitement dit dans la constitution que la langue de la république est le français. Ceci pose
immédiatement problème dans le cadre d’une Charte qui vise à promouvoir l’usage des autres langues.
Mais en France, dans la vie publique, notamment dans le monde juridique et administratif, on utilise le
français comme il est exigé par la Constitution et les lois de l’état. La loi Toubon qui exige l’usage du
français est en contradiction directe avec les articles 9, 10, 11, et 13 de la Charte. Le Ministère de
l’éducation nationale et de la culture, dans ce texte de 1993, fait même référence à l’ordonnance de
Villers-Cotterêts de 1539.
70
Les cours, les greffes, les avocats, le parlement, la mairie, les policiers, les
médecins, la poste, ainsi que l’ensemble des instituts nationaux et des fonctionnaires doivent utiliser le
français selon la loi française.
La Constitution française garantit le droit à parler la langue de son choix préférée dans la vie
privée, mais exige l’usage du français dans la vie publique. A ce sujet, la Charte relève qu’une langue
reléguée à la vie privée devient moins valorisée et court le risque de disparaître. Le conflit entre les deux
positions est de toute évidence infranchissable. Pour réconcilier la Charte et la loi française, une révision
de la constitution est absolument nécessaire.
3.2.2 Conséquences budgétaires et temporelles
Au-delà des problèmes constitutionnels, la situation actuelle de l’économie française reste en
conflit avec les exigences de la Charte. Le Ministère de l’éducation nationale et de la culture a rappelé
que « les engagements contenus dans la Charte impliquent des réaménagements importants dans les
services publics qui entraineraient nécessairement une augmentation du coût des présentations
publiques. »
71
Les articles 8 et 10 de la Charte demandent la formation des enseignants ou fonctionnaires
aux LRM pour les interactions avec des locuteurs. L’article 9 oblige l’état à fournir « un recours à des
interprètes et à des traductions n’entrainant pas de frais additionnels pour les intéressés, »
72
dans les
procédures juridiques. Les alinéas les plus souhaitables de l’article 11 concernent le financement par
l’Etat d’ouvrages culturels et audiovisuels dans les LRM.
Au niveau temporel, la mise en œuvre de la Charte nécessite la traduction de nombreux documents.
La Charte en effet « propose que les Etats s'engagent à rendre accessibles dans les langues régionales les
textes législatifs les plus importants au risque d'accroitre les délais et d'alourdir les couts. »
73
Toutes les
procédures de la Charte prennent du temps et de l’argent. Il faut créer les matériels d’enseignement,

70
Ministère d’éducation nationale et culture, Réponse à la question n˚ 63214 de M. André Berthol, 9
e
législature. 25
janvier 1993, p.304.
71
Ibid.
72
Conseil de l’Europe, STE n˚148, Article 9.
73
Ministère d’éducation nationale et culture, Réponse… 1993.

20
trouver et former les enseignants et fonctionnaires en LRM, produire les œuvres en LRM pour la radio et
télévision. Après la récession il est difficile de trouver les fonds ou le temps pour les injustices plus
pressant, comme les violations de droits de l’homme par exemple, beaucoup moins que pour une Charte
encore débattu.
3.2.3 Redondance et pertinence
L’analyse des articles et mesures de la Charte compatibles avec la Constitution française pose la
question de redondance et de la pertinence de certaines de ces dispositions. Les Ministères de l’éducation
nationale et de la culture et des affaires étrangères ont affirmé que le gouvernement français a déjà mis en
œuvre des mesures concrètes permettant le développement des LRM,
74
principalement dans les domaines
de l’éducation et des médias, qui se trouvent être les domaines estimés les plus importants par la Charte.
En particulier, la loi Deixonne du 11 janvier 1951 permet l’enseignement public du breton, du catalan, de
l’occitan et du basque
75
. Certains opposants à la Charte affirment donc que ses exigences sont déjà
appliquées et que cela la rend redondante, inutile, et inadapté au cas français ; selon eux il s’agit
simplement d’imposer une volonté supranationale sur l’état.
3.2.4 Egalité et unité
On arrive à l’objection la plus profonde à la ratification française de la Charte. Les notions
d’égalité et d’unité sont les idées essentielles, nées de la révolution, de l’état actuel français. Elles sont à
la fois strictement encadrées et nuancées. Le premier article de la Déclaration des droits de l’homme et
du citoyen de 1789 déclare que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les
distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »
76
A cet égard, on ne peut faire
aucune distinction entre des citoyens français, y compris la langue qu’ils parlent. Ce même concept a
posé problème aussi dans le cas de parité entre les sexes. En 1998, avant la signature de la Charte, le
Ministère de la culture et de la communication a rappelé que « le français fonde depuis des siècles l'unité
nationale et l'égalité des citoyens devant la loi, l'administration et la justice, ainsi que les accès aux
charges publiques. » Tous les citoyens sont au même niveau dans la vie publique en employant la même
langue. Si on reconnaît les LRM, on donne des droits particuliers à des groupes, et non à des individus,
ce qu’est contraire à la conception française de l’égalité.
De plus, certains affirment qu’une reconnaissance des LRM fait peser une véritable menace pour
l’unité française. Cas unique en Europe, la France a toujours fondé son pouvoir sur un état centralisé.

74
Voir notes de base page n˚59 et n˚60.
75
« La politique des langues régionales et minoritaires. » L’aménagement linguistique dans le monde. 16 février
2014. <http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/france-3politik_minorites.htm >. 3 avril 2014.
76
Assemblée nationale française, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Article 1.

21
L’histoire de l’expansion du français montre que la langue a considérablement contribué à la diffusion des
idées et idéaux de la nation. Dans la même perspective d’égalité, l’unité française s’est forgée par l’usage
du français. La France a établi un état cohérent en centralisant les organes de l’état autour de l’usage de
français. Dans un état divisé linguistiquement, une hypothèse suggère que l’état se déstabiliserait, les
mouvements indépendantistes deviendraient plus forts (comme en Bretagne ou en Corse), et l’état
français chuterait. Cette hypothèse soutient que l’unité linguistique française maintient l’état français.
Ces objections au nom de l’unité et de l’égalité sont les plus profondes des partes du droit qui se présent
le plus fort et le plus souvent contre la Charte.
3.3 POUR LA CHARTE
3.3.1 Hypocrisie
Depuis sa naissance, les Français ont aimé et défendu le français contre toutes les menaces ; ils
veulent le propager à travers le monde et le protéger contre les changements, ce qui est la grand mission
de l’Académie française. Ils sont parfaitement sensibles à sa fragilité en tant que langue mondiale et à
l’importance du français pour le patrimoine d’une Europe de plus en plus unifiée. Si les Français
reconnaissent ainsi que leur langue doit être protégée au niveau international, on peut toutefois appliquer
le même raisonnement aux LRM. A la lumière des égards au français, l’ignorance et la dévalorisation des
LRM de la France paraissent un peu hypocrite.
Comment lutte-on pour une langue au niveau international quand dans le même temps il y a des
langues étouffées au niveau national? Les arguments avancés pour défendre, sinon exiger la protection du
français en Europe et dans le monde sont les mêmes que ceux des défenseurs des LRM au sein des
territoires. Selon la député Colette Capdevielle, « la défense du français au sein des institutions
internationales, et face à l’hégémonie des langues de la mondialisation » deviendra plus crédible quand la
France aura prouvé son « ouverture à toutes les langues, de métropole et d’outre-mer. »
77
Actuellement le
français est une langue de travail dans la plupart des institutions européennes, mais comme le dit
Capdevielle, la diversité des langues dans le monde entier et dans les institutions est menacée, y compris
le français. En reconnaissant l’attachement des français envers leur langue, le député Paul Molac explique
aussi que la Charte « ne donnera que plus de poids à la France quand notre pays voudra défendre le
français dans les relations internationales et défendre les minorités linguistiques françaises, assez

77
CAPDEVIELLE, Colette. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu
intégral, Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).

22
nombreuses de par le monde. »
78
Plus concrètement, Paul Giacobbi constate que « pour la France, ne pas
reconnaître ses propres langues, secrétées par son territoire et ses enfants au fil des siècles, c’est
condamner le français à subir le même sort au plan international. »
79
Trois partis au parlement français
arrivent à la même conclusion : le défense des LRM françaises aide le plaidoyer pour le français comme
langue mondiale et la refuser est une hypocrisie sur une échelle globale.
3.3.2 Patrimoine du pays
Le préambule et le rapport explicatif de la Charte expliquent bien l’importance des LRM pour le
patrimoine culturel européen et la richesse culturelle européenne. Récemment, une révision
constitutionnelle française (voir les parties suivantes) déclare que « Les langues régionales appartiennent
au patrimoine de la France. »
80
Ce fait est indiscutable : les motifs de la Charte et de la constitution
française envers les LRM sont en accord sur le principe. Aussi Les défenseurs de la Charte notent par
ailleurs que « pour la France comme pour l’Europe, les langues régionales et minoritaires constituent une
richesse ; »
81
et la ratification « permettra de sauvegarder autant que de valoriser notre patrimoine
linguistique et de le faire reconnaître comme le plus riche d’Europe. »
82
La Charte et la Constitution
reconnaissent toutes les deux l’importance des LRM pour le patrimoine de l’Europe et de la France
respectivement.
Les défenseurs français de la Charte ont relevé les autres mesures prises par la France pour protéger
son patrimoine : le député Thierry Benoit rappelle que la France « a ratifié la Convention pour la
sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en 2003, ou encore la Convention sur la protection et la
promotion de la diversité des expressions culturelles en 2005. »
83
La Charte est une mesure
supplémentaire qui affirme et protège le patrimoine du pays, en cohérence avec ces textes précédents. Ne
pas ratifier la Charte, selon ses défenseurs, serait une déroger à la position historique de la France sur la
protection du patrimoine national.
3.3.3 L’esprit de la République : droits et égalité
Il peut paraître surprenant que les principales arguments pour et contre la Charte sont presque les
mêmes. Mais il ne s’agit que de mots: l’utilisation des mêmes mots au nom de luttes différentes reflète

78
MOLAC, Paul. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu intégral,
Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).
79
GIACOBBI, Paul. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu intégral,
Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).
80
Loi constitutionnelle n°2008-724 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République. Article
40.
81
BENOIT, Thierry. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu intégral,
Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).
82
CAPDEVIELLE, 2014.
83
BENOIT, Explications de vote, 2014.

23
les évolutions des concepts. Cette question de l’égalité et de comment l’appliquer aux citoyens n’est pas
nouvelle pour la France, mais elle soulève encore des points de conflit importants et répandus qui se
manifestent répétitivement tout au long de l’histoire.
Depuis sa naissance la France s’est engagée à protéger les droits de l’homme, mais au fil de temps
cette notion a fait l’objet de modifications et d’adaptations. La Charte n’est que la prochaine étape dans
une tendance européenne récente à reconnaître une nouvelle catégorie de droits de l’homme : les droits
culturels. Mais ce n’est pas forcement récent ; la député Capdevielle rappelle la naissance du pays et
l’esprit de la République en expliquant que « dans la reconnaissance des langues de France, il y a la
fidélité au principe républicain qui fond la citoyenneté sur le partage des valeurs républicaines, quelle que
soit la langue qui exprime ces valeurs. »
84
Cette notion se traduit par un droit de parler sa propre langue,
quel que soit le nombre de ses locuteurs. Le député Molac rappelle le contrat social de Rousseau, « pour
qui la république ne repose pas sur une langue ou une culture, mais sur la démocratie, sur les droits de
l’homme et sur le désir de vivre ensemble.»
85
Dans l’esprit de la République, les défenseurs de la Charte
affirment qu’il n’est pas nécessaire de refouler les différences au nom de l’unité.
86

Du point de vue de la Charte, la notion française d’égalité pose également problème pour les
minorités françaises. Même si elle ne figure pas parmi les motifs exprimés de la Charte, et même si son
objectif est principalement culturel, la Charte pose bien la question des minorités en creux ; cette question
est en réalité le point central du problème auquel la Charte vise à remédier. Traditionnellement, au nom
de l’égalité, l’existence des minorités a été en pratique ignorée en France. Comme l’expliqué la ministre
de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, les défenseurs de la Charte déclarent que,
contrairement à la notion traditionnelle, « l’égalité, à laquelle nous sommes profondément attachés, ne
consiste pas à nier la différence de l’autre, mais plutôt à reconnaître l’autre dans sa différence, au sein
d’une communauté citoyenne. »
87
C’est pour cela que les opposants et défenseurs de la Charte peuvent
employer ‘l’égalité’ comme raison en même temps pour et contre la Charte. Mais cette nouvelle
définition se présente comme un recours pour les minorités françaises. En reconnaissant l’aspect
inextricable de minorités, la députée Capdevielle fait référence aux pays qui n’ont pas signé la Charte « à
l’instar de la Turquie, de la Grèce ou de la Russie, dont nous dénonçons régulièrement les carences en
matière de respect des minorités. »
88
La France refuse d’être associée avec ces pays et la France pour
cette raison. La France est souvent fière de sa protection des droits de l’homme ; mais aujourd’hui il faut

84
CAPDEVIELLE, 2014.
85
MOLAC, Explications de vote, 2014.
86
Député Capdevielle va jusqu’à dire que « Le seul prétexte d’une menace contre l’unité de la République ne tient
pas. C’est une posture, un ethnocentrisme jacobin, un vrai chiffon rouge ! » 2014.
87
FILIPPETTI, Aurélie, Ministre de la culture et de la communication. Assemblée nationale XIVe législature session
ordinaire de 2013-2014. Compte rendu intégral, Présentation (première séance du mercredi 22 janvier 2014).
88
CAPDEVIELLE, 2014.

24
reconnaître les minorités pour bien protéger ces droits. Dans ce contexte, la reconnaissance des minorités
et de leurs valeurs au nom de l’égalité se prête aux motifs de la Charte.
3.4 LA SITUATION FRANÇAISE ACTUELLE
3.4.1 Disparition et réapparition
Après le refus du Conseil constitutionnel, le débat sur la Charte s’est éteint, mais celui sur les LRM
a continué. Comme nous l’avons indiqué, le 23 juillet 2008 une loi constitutionnelle a introduit l’article
75-1, stipulant que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France »
89
(on peut
remarquer l’absence du terme ‘minoritaire’). Mais en 2012, pendant sa campagne présidentielle, François
Hollande a publié une liste d’engagements dont celui-ci (n˚56) : « Je ferai ratifier la Charte européenne
des langues régionales ou minoritaires. »
90
En mars 2013, Aurélie Filippetti, sa ministre de la Culture et
de la Communication, a créé le Comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la
pluralité interne. La question de la Charte est encore vivante.
Malgré la volonté du président, le Conseil d’Etat a exprimé un avis négatif à cause des problèmes
juridiques et de l’obligation de modifier la constitution. En 2013, plusieurs propositions de loi
91
ont visé
à réviser la constitution pour permettre la ratification de la Charte, déjà signée. Initialement centré sur la
reconnaissance des mérites de la Charte, le débat désormais tourne autour des moyens pour la mettre en
œuvre. Le 14 janvier 2014, le député Jean-Jacques Urvoas a enregistré un rapport
92
sur la proposition de
loi constitutionnelle n˚1618 visant à ratifier la Charte et le 28 janvier, après le scrutin n˚774 avec 361

89
La Constitution de la République française du 4 Octobre 1958. Article 75-1.
90
« La politique des langues régionales et minoritaires. »
91
MOLAC, Paul, et alii. Proposition de loi Constitutionnelle tendant à ratifier la Charte européenne des langues
régionales ou minoritaires n˚1508. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la Présidence de l’Assemblée
nationale le 31 octobre 2013).
LE ROUX, Bruno, et alii. Proposition de loi Constitutionnelle tendant à ratifier la Charte européenne des langues
régionales ou minoritaires n˚1618. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la Présidence de l’Assemblée
nationale le 10 décembre 2013).
GIACOBBI, Paul, et alii. Proposition de loi Constitutionnelle tendant à ratifier la Charte européenne des langues
régionales ou minoritaires n˚1638. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la Présidence de l’Assemblée
nationale le 13 décembre 2013).
MARC, Alain, et alii. Proposition de loi constitutionnelle visant permettre l’inscription de la Charte européenne
des langues régionales dans la Constitution n˚1656. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la Présidence
de l’Assemblée nationale le 17 décembre 2013).
BENOIT, Thierry, et alii. Proposition de loi Constitutionnelle tendant à ratifier la Charte européenne des langues
régionales ou minoritaires n˚1675. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la Présidence de l’Assemblée
nationale le 6 janvier 2014).
92
URVOAS, Jean-Jacques. Rapport fait au nom de la commission des lois constitutionnelles de la législation et de
l’administration de la république, sur la proposition de loi constitutionnelle (n˚1618) visant ratifier la Charte
européenne des langues régionales et minoritaires. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la Présidence
de l’Assemblée nationale le 14 janvier 2014).

25
votes pour, 149 contre, et 19 abstentions, cette proposition est devenue le texte adopté n˚283 qui modifie
la constitution pour permettre la ratification de la Charte.
3.4.2 Proposition de la loi pour permettre la ratification
Cette petite loi adoptée par l’Assemblée parlementaire autorise la ratification de la Charte, mais
elle doit d’abord être validée par le Sénat. Elle crée l’article 53-3 qui autorise la ratification de la Charte
avec des stipulations qui assurent une interprétation compatible avec la Constitution, notamment
l’affirmation que le terme ‘groupes de locuteurs’ ne crée pas des droits collectifs au nom de l’égalité et la
déclaration que la Charte (spécifiquement les articles 7, 9, et 10) est interprété d’une manière où l’usage
du français s’impose toujours dans certains lieux publics tels que l’administration et les services publics.
La plupart des 149 votes contre l’adoption du texte n˚283 proviennent de membres du parti UMP.
Dans son explication de vote, le député Guy Geoffroy explique cette opposition qui a surtout trait à la
manière employée. Il affirme que les « concitoyens doivent savoir que cette proposition de loi … n’ira
pas devant le peuple qui devrait, seul, pouvoir l’approuver, s’agissant d’une proposition de loi. »
93
Il
s’agit selon lui d’une corruption de la constitution, et d’une dégradation du moyen de réglementer.
Aujourd’hui l’objection ne concerne pas les mérites de la Charte, mais la structure et le système de
gouvernance qui autorise son adoption. Selon ces opposants, modifier la constitution pour un tel sujet
crée un précédent dangereux. Le débat actuel va donc au-delà de la Charte en soi.
Le soutien à la Charte est actuellement mené par le député Thierry Benoit qui précise que « la
France ne s’est engagée à appliquer que trente-neuf des quatre-vingt-dix-huit engagements prévus par la
Charte en faveur de l’emploi des langues régionales ou minoritaires, ceux qui ont été déclarés conformes
à la Constitution par la décision du Conseil constitutionnel du 15 juin 1999. »
94
Après la décision du
Conseil constitutionnel, il est devenu évident que le seul moyen d’adopter la Charte serait de modifier la
constitution, une mesure bien notée et prise par les défenseurs, pour qui l’importance du sujet justifie la
modification de la constitution.
3.4.3 Une vois vers la ratification ?
Le Conseil d’état a publié un avis qui recommande que François Hollande ne suive pas son
engagement 56 à cause des difficultés constitutionnelles. Bien que la révision constitutionnelle ait été
adoptée par l’Assemblée nationale, il s’agit seulement d’une première étape. Malgré la déclaration de
Guy Geoffroy pendant l’explication de vote, la proposition de loi n’a pas été soumise au Sénat. Elle doit

93
GEOFFROY, Guy. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu intégral,
Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).
94
BENOIT, Explications de vote, 2014.

26
encore y être validée puis ratifiée formellement par le président de la République qui peut choisir aussi de
la soumettre au peuple par voie de référendum. Elle n’est pas encore à l’ordre du jour du Sénat français.
Même si l’adoption par l’Assemblée nationale ne mène pas vers la ratification de la Charte, il s’agit
d’une action symbolique et significative. Avant le vote en 2014, Ministère Filippetti a créé un Comité
consultatif qui propose des mesures à prendre pour les régions de France malgré l’absence de ratification
de la Charte. Il n’est en effet pas nécessaire d’attendre la ratification de la Charte pour reconnaître
l’importance des LRM et mettre en œuvre des mesures de la Charte.
4. CONCLUSION
Après ces deux cas d’études il faut se rappeler la problématique originale : quels sont les obstacles
particuliers qui empêchent la mise en œuvre de la Charte Européenne des Langues Régionales
ou Minoritaire et comment sont-ils surmontés ? Toutes situations de toutes LRM sont uniques ; on peut
leur répondre individuellement au niveau technique national, mais ce n’est pas toujours efficace. Pour
cultiver les réussites naturelles, on doit soigner les racines. Avec un socle fondé sur une philosophie sûre
un état peut construire une législation fiable et pour le peuple. Bien qu’elle ait ses propres problèmes, il y
a des obstacles plus grands et plus profonds qui préviennent le bon fonctionnement de la Charte et une
protection à grande échelle des LRM. Dans cette partie on traitera de ces obstacles importants qui vont
au-delà de la Charte, résumera les circonstances actuelles des LRM du monde, et enfin dépeindra la
situation linguistique possible de l’avenir.
4.1 OBSTACLES
4.1.1 Problèmes inhérents supranationaux
Certains prétendent que les organisations internationales (OIs) sont anormales, que les humains se
regroupe typiquement dans des communautés plus petites où ils fonctionnent mieux, que « l’expérience à
ce jour a montré qu’une organisation politique sur une échelle mondiale ne peut pas avancer toute seule
au-delà l’état d’état-nation : son sort est lié à l’état-nation. »
95
L’oscillation continuelle entre une Europe
unifiée et une Europe des nations nuit aux relations internationales. L’Europe n’est pas un état qui peut
exercer son pouvoir au même niveau qu’un état. Il n’y a pas une identité européenne qui réunit tout
l’Europe d’une fierté et solidarité commune. Quelque fois les OIs apparaissent en désaccord

95
HOFFMAN, Stanley. « The Role of International Organizations: Limits and possibilities. » International
Organization, n˚10(3) August 1956, pp.357-372. p.364. Traduit par l’auteur, texte originel: « Experience to date has
shown that political organization on a world scale cannot, by itself, advance beyond the stage of the nation-state: its
fate is linked to the nation-state. »

27
fondamentalement avec les états en se trouvant en concurrence avec les états pour le pouvoir. L’ONU,
son prédécesseur la Société des Nations, l’Union Européen, l’OTAN ; tous ont leurs limites et le Conseil
de l’Europe ne fait pas l’exception. En étudiant les structures et les mécanismes qui facilitent les relations
internationales on voit des limites de ces organes.
On marque premièrement la préférence accordée aux états en comparaison avec les OIs. Même si
une OI comprend des états elle est un acteur elle-même et secondaire, l’état étant ‘primaire’
et ‘premier.’
96
Elles ne visent pas à créer une sorte de fédération. Vu des états elles sont des acteurs
différents qui « cherchent à atteindre leurs propres fins. »
97
A cet égard les états se retranchent dans les
notions de souveraineté et d’indépendance. Cette rébellion n’est pas vue plus que dans le sentiment
croissant d’anti-européanisme. C’est l’un des obstacles qui empêchent la ratification de la Charte des 22
états restants du Conseil de l’Europe. En général les états ne valorisent pas les directives européennes
aussi chère que lesquels de l’état, y compris particulièrement la Charte.
En revanche, même si l’état valorise les fins des OIs, souvent « la gestation supranationale est soit
redondante ou un source d’inefficacité dans les relations entre nations. »
98
C’est bien vu dans le cas
français. Les OIs s’occupent de plusieurs états avec plusieurs systèmes de valeurs, et quelquefois ces
valeurs sont incompatibles. Souvent des résolutions ou documents dirigeants sont rédigés en vue de faire
se conformer les états en retard, mais même pour les états plus développés cela pose problème. Les états
ne sont pas tous les même et ils ne peuvent pas être traités de la même façon. Bien noté par les secrétaires
généraux les cas des LRM dans les nations signataires de la Charte sont tous différents et pour mieux
comprendre, on doit traiter chaque cas individuellement. Mais la Charte s’occupe de tous ! Le Conseil
de l’Europe n’en a pas tenu compte l’article 2 de la constitution française ; la France n’est qu’un état.
Quand même c’est un problème récurrent : parce qu’ils se chargent des fins uniques, les ouvrages des OIs
ne sont pas toujours compatibles ou complémentaires aux législations de l’état.
En outre, la Charte est devenue un outil de diplomatie. Comme indiqué précédemment, après la
chute du rideau de fer elle était une condition préalable pour l’entrée de plusieurs états dans le Conseil de
l’Europe. Dans un effort d’accueillir les états de l’est et d’assurer leur authenticité aux principes
fondamentaux le Conseil a obligé les états entrants à accepter plus que les états membres existants. Dans
ce sens-là, la Charte a perdu sa sensibilité et son importance. Il existait bien plus d’enjeux que la Charte

96
VIRALLY, Michel. « Le rôle des organisations internationales dans l’atténuation et le règlement des crises
internationales, » Politique étrangère, n˚6 1976, pp. 529-562. p. 530.
97
Ibid.
98
GALLAROTTI, Giulio M. « The limits of international organization: systemic failure in the management of
international relations. » International Organization, n˚ø(2) mars 1991, pp. 183-220. p.190. Traduit par l’auteur,
texte originel : « supranational management is either redundant or the source of inefficiencies in the relations
between nations. »

28
et ses propres mérites. Pour ces états elle représente un conflit perpétuel dans les relations internationales
entre l’est et l’ouest.
4.1.2 Deux notions d’égalité: la question des minorités
Le Conseil de l’Europe se focalisait toujours sur la question des minorités dans le cadre des droits
de l’homme depuis sa naissance, mais une attention directe à ses particularités n’était fait que récemment.
Pendant les années quatre-vingt-dix il y avait une tendance dans les organes internationaux à reconnaître
les droits de minorités comme des groupes malgré la législation existante qui vise à protéger les droits de
tous. En 1992, l’année de la sortie de la Charte, l’ONU a signé la Déclaration des droits des personnes
appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques
99
. Sortie du Conseil de
l’Europe en 1995, la Convention-Cadre pour la protection des minorités nationales
100
réitère
l’appartenance des droits précisés des minorités aux droits de l’homme et que tous les droits de l’homme
constituent un domaine de la coopération internationale. Un nouveau précédent est créé. Ces ouvrages
reconnaissent des droits collectifs au lieu des droits individuels et s’aliènent quelques états membres.
Cette tendance reflète un changement graduel de la notion d’égalité. Un premier sens plus ancien
d’égalité veut que tout le monde soit le même. Ce sens penche pour une appréciation et préférence de
l’unité du peuple pour assurer l’égalité. Cette notion a bien fonctionné dans une Europe de reconstruction
qui se réunit autour d’une solidarité nationale et moins de mobilité. Un deuxième sens veut que tout le
monde soit soi-même ; il reconnaît la diversité du monde et rejette l’idée que le monde peut être traité
toujours de la même manière. Cette notion est née d’une société de plus en plus globalisée. En
reconnaissant les différences du monde on peut mieux améliorer les inégalités répandues. La
discrimination positive est fondée sur cette notion d’égalité et elle a rencontré des opposants forts tout au
long des années. Parce qu’elle reconnaît des minorités individuellement comme citoyens qui viennent des
situations fondamentalement différentes du reste du pays, cette notion d’égalité est préférable pour les
situations désespérées des minorités. L’évolution d’égalité n’est pas universelle et elle pose toujours des
problèmes juridiques dans le cadre juridique du sens originel du mot.
En particulier l’état français n’a pas un bon rapport avec la reconnaissance des minorités ; la France
était depuis longtemps un défenseur dévoué du premier sens d’égalité et au nom du principe de l’unité des
français « la France a ignoré l’existence de minorités nationales sur son territoire.»
101
. Cette tendance est
constatée dès la Révolution française (voir extrait B.4 de la Déclaration des droits de l’homme et du

99
Assemblée générale de l’ONU. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou
ethniques, religieuses et linguistiques, (Adoptée par l'Assemblée générale dans sa résolution 47/135 du 18 décembre
1992).
100
Conseil de l’Europe Comité des Ministres, la Convention-Cadre pour la protection des minorités nationales
(Adopté par le Comité des Ministres le 10 novembre 1994 à Strasbourg).
101
BREILLAT, 2001 p.697

29
citoyen de 1789 et extrait B.5 de la Constitution de 1791) qui « prône l’unité du peuple français…qui
passe par l’unité linguistique. »
102
Cette vision individualiste des droits de l’Homme fait une tradition en
France et une « impossibilité intellectuelle de penser juridiquement la notion de minorité, et pas
seulement le refus – politique – de reconnaître les minorités. »
103
Elle ne veut pas donner de droits
collectifs à aucun groupe, y compris les groupes distincts religieux, ethniques, linguistiques,
philosophiques, etc. Cela n’était jamais plus apparent que dans sa déclaration-réserve au Pacte de 1966
sur les droits civils et politiques (voir extraites B.6 et B.7) qui disait effectivement « qu’il n’y a pas de
minorités en France. »
104
En principe ce sens d’égalité s’agit de ne donner aucun privilège aux groupes
particuliers mais en pratique il s’agit de nier les différences inhérentes des citoyens. Mais en voyant la
politique visant à améliorer la parité des sexes on voit un changement de mentalité et une sensibilités des
inégalités en France (il faut dire que cela ne soit pas un exemple paraît bien sûr, les femmes ne composent
pas du tout une minorité du monde, mais c’est l’un des premiers fois que le gouvernement français a
reconnu juridiquement un groupe unique). Bien dépeint par le cas français, une interprétation stricte
d’égalité conduit à l’habitude de nier l’existence des minorités qui nuit à la mise en œuvre de la Charte.
4.1.3 Une langue comme droit de l’homme?
La plupart des réussites du Conseil de l’Europe se trouvent dans le travail s’occupant des droits de
l’Homme et dans la Cour européenne des droits de l’Homme. Enoncé expressément dans le rapport
explicatif de la Charte, elle veut bien éviter la question de l’appartenance d’une langue aux droits de
l’homme et que ses buts sont culturels dans l’ensemble. Hormis le droit généralement accepté de la liberté
d’expression, une langue comme droit de l’homme est reconnu par plusieurs organisations
supranationales
105
, y compris le Conseil de l’Europe (voir extrait B.8). Donc, les fondateurs de la Charte,
pourquoi évitent-ils une discussion des droits de l’homme ?
On peut trouver plusieurs hypothèses peu satisfaisantes. Hypothèse une : un démarche de droits de
l’homme a déjà été prise et il a réussi ; plus de législation serait redondante et elle ajouterait au
bureaucratie supranationale. Cette charte vise à promouvoir un autre but du Conseil de l’Europe qui
protège la culture d’Europe. Hypothèse deux : une démarche de droits de l’homme a déjà été prise et elle
a échoué ; ils l’approche au moyen différent en exploitant la rhétorique d’un patrimoine européen.
Hypothèse trois : la question des droits de l’homme des minorités est bien plus complexe et les fondateurs
admettent que les LRM ne font pas de priorité. Hypothèse quatre : en concédant une propre langue
comme droit de l’homme on doit aller au-delà des LRM et concéder aussi les langues des immigrés.

102
Ibid. p.707
103
Ibid. p.706
104
Ibid. p.714
105
Assemblée générale de l’ONU, 1992.

30
Dans cette hypothèse une langue n’appartiendrait qu’aux droits de l’homme des minorités nationales ; les
immigrés n’auront pas le droit de leur propre langue. Cette dernière semble l’hypothèse la plus probable.
Dans le cadre du Conseil de l’Europe la question des minorités et celle des immigrés sont bien
séparées. De facto il s’agit de différencier les minorités nationales et les minorités extranationales. Les
deux groupes ont leur propre culture avec une langue qui la comprend. Le droit de sa propre culture est
reconnu pour les minorités nationales, mais appartient-il aussi aux immigrés ? Les droits des immigrés
ferait un mémoire soi-même et cela n’est pas le sujet de ce mémoire, mais en parlant des langues il existe
des similitudes inextricables. Une différence tient au fait que les LRM existait longtemps dans un pays et
la langue de l’état n’a pris de pouvoir que récemment. C’est plus facile à parler de la protection d’une
culture dans un contexte de droits collectifs. Si on parle des LRM comme droit de l’homme il semble
parler un droit de l’homme comme droit collectif. Autrement dit, une langue est un droit de l’homme
mais pas pour tout le monde, explicitement contraire au principe des droits de l’homme. Encore, la
Charte est touchée par un conflit plus grand.
Cela étant donné, bien qu’une langue appartienne aux droits de l’homme des minorités nationales,
les fondateurs de la Charte ne pouvaient pas encadrer la Charte dans un contexte de droits de l’homme, et
par la suite ils l’ont encadrée dans un contexte culturel, pour éviter le débat inévitable des droits des
immigrés. Quand même il reflète un comportement atypique du Conseil de l’Europe. Les réussites du
Conseil de l’Europe se situent dans les droits de l’homme. Il fallait se focaliser sur les aspects culturels
de la Charte, mais l’évitement de l’approche de droits de l’homme diminue l’urgence de la mettre en
œuvre du point de vue des états membres.
4.2 L’AVENIR DE LA CHARTE
L’empêchement de la mise en œuvre de la Charte est ancrée dans la bureaucratie supranationale,
elle est coincée entre deux notions d’égalité, et il lui est interdit à utiliser l’approche le plus pertinente
pour réussir. Elle est peu valorisée dans la conscience globale. Elle paraît paralysée. Mais c’est une vue
trop pessimiste. La Charte continue à acquérir des signatures. Les sentiments sont bien reconnus (deux
états qui n’ont pas de LRM l’ont signée !). Les états originellement peu conciliants à la Charte sont plus
obligeants aujourd’hui. Il semblait que elle ne serait jamais signée en France, mais cette année elle a été
mise sur la voie vers la ratification. Elle faisait partie des conditions d’entrée des états de l’est après la
chute du rideau de fer ; même si la plupart de ces états ne l’ont pas encore ratifiée, il faut du temps. On
admet que il y a des stipulations plus urgentes. Après l’adhérence aux valeurs plus fondamentales du
Conseil de l’Europe, la Charte reste toujours.
Mais outre l’approche juridique, si une LRM se trouve dans un état centralisé qui pose des
problèmes juridiques elle n’est pas forcement destinée à disparaître. Hélas presque personne en France ne

31
sait que la Charte existe, même si elle comprenait un engagement du président actuel! Même si le cadre
juridique pose un problème, les motifs sont toujours véritables et valables. Les états qui ont rencontré
plus de sucés ont pris une approche régionale. L’état travaille pour le peuple, idéalement, mais il faut le
faire savoir les valeurs du peuple. Les locuteurs des LRM doivent prendre l’initiative de sensibiliser leurs
représentants. La menace la plus forte aux LRM est le manque d’une sensibilité commune. La Charte
souligne les raisons pourquoi les LRM sont importantes ; ils peuvent être utilisés par n’importe qui,
soutenu par l’état ou pas. En gardant l’esprit de la Charte, les locuteurs des LRM doivent poursuivre une
campagne de sensibilisation.
4.3 COMMENTAIRE FINAL – UNE EUROPE PLURILINGUISTIQUE
4.3.1 Le grand problème : communication dans une société mondiale
Ce mémoire ne traite pas des mérites ou des fautes de la mondialisation, néanmoins elle est souvent
dénommée à juste titre comme l’une des menaces les plus grandes pour la diversité linguistique. Aux fins
de l’argument présent, on l’approche comme une fin inévitable ; le monde est en train de se globaliser et
tout le monde entier doit finalement travailler ensemble. Les cultures du monde rapprochent aujourd’hui.
La question se pose : comment est-ce qu’une société globale peut fonctionner quand tout le monde parle
des langues différentes ? Parfois il semble que globalisation et diversité linguistique ne sont pas
compatibles, qu’on cherche le rapprochement du monde au détriment de la diversité de langage.
Il y a des perspectives peu réjouissantes, mais il existe aussi des résultats possibles plus optimistes
d’un monde multiculturel, tolérant, et intelligent qui exigent que le monde connaît les problèmes
possibles et participe à leurs solutions. L’UNESCO détaille plusieurs façons de réconcilier la diversité
linguistique et la société moderne. Contrairement aux intuitions, globalisation et diversité linguistique ne
sont pas forcément incompatibles. Si le peuple du monde s’engage à l’échelle mondiale, on peut sauver
les langues en danger tout en profitant d’une société mondialisée.
4.3.2 Aujourd’hui et l’avenir : plurilinguisme
Le talent linguistique humain nous distingue des animaux. C’est inextricable de la situation
humaine. Il faut communiquer. Mais notre diversité s’importe aussi. Il faut ne pas dire le moyen de
communication. Les LRM sont menacés intensément. Il n’existe pas de sensibilité globale de la diversité
linguistique du monde et sur le chemin présent le sort des LRM semble affreux. Bien qu’elles soient des
victimes de politique et bureaucratie, les LRM trouveront finalement une protection sûre. Malgré les
controverses, il y a un type de comportement récurrent dans les organisations internationales à reconnaitre
les LRM comme droit de l’homme. Les droits de l’homme ne sont pas des luxes.

32
On rêve d’un monde plurilinguistique. Cette rêve ne comprend qu’une multitude de langues
globales, mais une société emboitée où tout le monde parle deux (ou plus !) langues. On peut garder sa
propre culture et en même temps participer à la sphère mondiale. Aujourd’hui la lingua franca est
anglaise. Mais dans le XVIII siècle elle était française. Et même avant elle était latin. Dans 100s ans (ou
bien plus tôt) elle sera probablement chinoise. Les langues changent; c’est leur nature. Mais il faut
toujours défendre la diversité du monde.



I
BIBLIOGRAPHY
Articles et Ouvrages Scolaires
ACHARD, Pierre, Susan BULLOCK, Michael IGNATIEFF, « History and the Politics of Language in
France: A Review Essay, » History Workshop, n˚10, automne 1980, pp.175-183.

BREILLAT, Dominique, « La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : le cas français. »
Revue Juridique Themis, n˚35(2), 2001, pp.697-737.

EVERETT, Caleb. Linguistic Relativity: Evidence across Languages and Cognitive Domains.
Berlin/Boston: De Gruyter, 2013.

GALLAROTTI, Giulio M. « The limits of international organization: systemic failure in the management of
international relations. » International Organization, n˚ø(2) mars 1991, pp. 183-220.

GAQUIN, Audrey. « Une France plurilingue ? » The French Review, n˚79(2), décembre 2005, pp.278-294.

HOFFMAN, Stanley. « The Role of International Organizations: Limits and possibilities. » International
Organization, n˚10(3) August 1956, pp.357-372.

RISAGER, Karen. Language and Culture: Global Flows and Local Complexity. Clevedon, England:
Multilingual Matters Ltd., 2006.

VIRALLY, Michel. « Le rôle des organisations internationales dans l’atténuation et le règlement des crises
internationales, » Politique étrangère, n˚6 1976, pp. 529-562.

WOLDRING, Henk E.S. « Political Integration and Linguistic Plurality. » History of European Ideas,
n˚20(1-3) 1995, pp. 109-14.

WHORF, Benjamin L. 1956. Language, thought, and reality; selected writings (Edited by John B. Carroll).
Cambridge, MA: MIT Press. Cited by Caleb Everett. Linguistic Relativity: Evidence across
Languages and Cognitive Domains. Berlin/Boston: De Gruyter, 2013.

YAMAMOTO, Akira Y., Matthias Brenzinger, and Maria Villalon. "Vitalité Et Revitalisation Des Langues
: Une Place Pour Chacune D’elles." Museum International 60(3) 2008, pp. 64-75.

Documents du Conseil de l’Europe
BERENY, Jósef. Commission des questions juridiques et des droits de l’homme. Commission permanente
de novembre, 21 octobre 2010. La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.
Conseil de l’Europe, 2010. Doc. 12422.

CIRICI PELLICER, Alexandre. Commission de la culture, de la science, et de l’éducation. 33
e
session –
deuxième partie, 12 juin 1981, Rapport sur les problèmes d’éducation et de culture posés par les
langues minoritaires et les dialectes en Europe. Conseil de l’Europe, 1981. Doc. 4745.

Conférence permanente des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil l’Europe, 23
e
session, 15-17 mars
1988. Résolution 192 (1988) sur les langues régionales ou minoritaires en Europe.

Conseil de l’Europe, STE n˚1 Statut du Conseil de l’Europe (Adopté le 5 mai 1949 à Londres).

II

Conseil de l’Europe, STE n˚5 Convention européenne des droits de l’homme (Adopté le 4 novembre 1950
à Strasbourg).

Conseil de l’Europe, STE n˚35 Charte sociale européenne (Adopté le 18 octobre 1961 à Turin).

Conseil de l’Europe, STE n˚ 18 Convention culturelle européenne (Adopté le 19 Décembre 1954 à
Strasbourg).

Conseil de l’Europe, STE n˚148 Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Adopté le 5
novembre 1992 à Strasbourg).

Conseil de l’Europe, Rapport explicatif sur la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires
(Adopté le 5 novembre 1992 à Strasbourg).

Conseil de l’Europe Assemblée Parlementaire. Avis 142 (1988) sur Résolution 192 relative aux langues
régionales ou minoritaires en Europe, adoptée par la CPLRE (Adopté par l’Assemblée le 4 octobre
1988, 11
e
séance).

Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Recommandation 928 (1981) relative aux problèmes
d’éducation et de culture posés par les langues minoritaires et les dialectes en Europe (Adopté par
l’Assemblée le 7 octobre 1981, 18
e
séance).

Conseil de l’Europe Assemblée Parlementaire, Recommandation 1043 (1986) relative au patrimoine
linguistique et littéraire de l’Europe (Adopté par l’Assemblée le 19 septembre 1986, 12
e
séance).

Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Recommandation 1943 (2010) Renforcer les mesures de
protection et de relance des langues gravement menacées (Adopté par la Commission permanente de
novembre le 12 novembre 2010)

Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Recommandation 1944 (2010) sur la Charte européenne
des langues régionales ou minoritaires (Adopté par la Commission permanente de novembre le 12
novembre 2010).

Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Résolution 1769 (2010) Renforcer les mesures de
protection et de relance des langues gravement menacées (Adopté par la Commission permanente de
novembre le 12 novembre 2010).

Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Résolution 1770 (2010) sur la Charte européenne des
langues régionales ou minoritaires (Adopté par la Commission permanente de novembre le 12
novembre 2010).

Conseil de l’Europe Comité des Ministres, la Convention-Cadre pour la protection des minorités
nationales (Adopté par le Comité des Ministres le 10 novembre 1994 à Strasbourg).

Conseil de l’Europe Secrétaire Général, 3 mars 2014, pplication de la Charte européenne des langues
régionales ou minoritaires Rapport biennal du Secrétaire énéral du Conseil de l’Europe
l’ssemblée parlementaire. Strasbourg : Conseil de l’Europe, 2014. Doc. 13436.

DE PUIG, Lluís Maria. Commission de la culture et de l’éducation. 40
e
session, 14 septembre 1988.
Rapport portant avis sur la Résolution 192 (1988) sur les langues régionales ou minoritaires en

III
Europe, adoptée par la Conférence permanente des pouvoirs locaux et régionaux de l’Europe.
Conseil de l’Europe, 1988. Doc. 5933.

KUMCUOGLU, Ertuğrul. Commission de la culture, de la science et de l’éducation. 2010 – Commission
permanente de novembre, 21 octobre 2010. Renforcer les mesures de protection et de relance des
langues gravement menacées. Conseil de l’Europe, 2010. Doc 12423.

ROSS, Stephen. Commission de la culture de l’éducation. 38
e
session – deuxième partie, 11 septembre
1986. Rapport sur la protection du patrimoine culturel contre les catastrophes. Conseil de l’Europe,
1986. Doc. 5624.

Références au Gouvernement Français
Assemblée nationale française, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

BENOIT, Thierry. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu
intégral, Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).

BENOIT NOIT, Thierry, et alii. Proposition de loi Constitutionnelle tendant à ratifier la Charte
européenne des langues régionales ou minoritaires n˚1675. Assemblée nationale, 40
e
législature
(enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 6 janvier 2014).

CAPDEVIELLE, Colette. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte
rendu intégral, Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).

CARCASSONE, Guy. « Etude sur la compatibilité entre la Charte européenne des langues régionales ou
minoritaires et la Constitution », rapport au Premier ministre, La Documentation française, octobre
1998.

Conseil constitutionnel. (1999) Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. (Décision n
99412 DC du 15 juin 1999).

FILIPPETTI, Aurélie, Ministre de la culture et de la communication. Assemblée nationale XIVe législature
session ordinaire de 2013-2014. Compte rendu intégral, Présentation (première séance du mercredi 22
janvier 2014).

GEOFFROY, Guy. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu
intégral, Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).

GIACOBBI, Paul. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu
intégral, Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).

GIACOBBI, Paul, et alii. Proposition de loi Constitutionnelle tendant à ratifier la Charte européenne des
langues régionales ou minoritaires n˚1638. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la
Présidence de l’Assemblée nationale le 13 décembre 2013).

La Constitution de la République française du 3 septembre 1791.

La Constitution de la République française du 4 Octobre 1958.

Loi constitutionnelle n°2008-724 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République.


IV
MARC, Alain, et alii. Proposition de loi constitutionnelle visant permettre l’inscription de la Charte
européenne des langues régionales dans la Constitution n˚1656. Assemblée nationale, 40
e
législature
(enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 17 décembre 2013).

Ministère d’affaires étrangères, Réponse la question n˚1761 de M. Jean-Jacques Weber, 10
e
législature.
21 février 1994, p.840.

Ministère d’éducation nationale et culture, Réponse la question n˚ 63214 de M. André Berthol, 9
e

législature. 25 janvier 1993, p.304.

MOLAC, Paul. Assemblée nationale XIVe législature, Session ordinaire de 2013-2014, Compte rendu
intégral, Explications de vote (deuxième séance du mardi 28 janvier 2014).

MOLAC LAC, Paul, et alii. Proposition de loi Constitutionnelle tendant à ratifier la Charte européenne
des langues régionales ou minoritaires n˚1508. Assemblée nationale, 40
e
législature (enregistré à la
Présidence de l’Assemblée nationale le 31 octobre 2013).

POIGNANT, Bernard. Langues et Cultures régionales : rapport au Premier Ministre, La Documentation
française, 1 juillet 1998.

URVOAS, Jean-Jacques. Rapport fait au nom de la commission des lois constituionnelles de la législation
et de l’administration de la république, sur la proposition de loi constitutionnelle (n˚1618) visant
ratifier la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Assemblée nationale, 40
e

législature (enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 14 janvier 2014).

Sites-web
« La politique des langues régionales et minoritaires. » L’aménagement linguistique dans le monde. 16
février 2014. <http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/france-3politik_minorites.htm >. 3 avril 2014.

« Langues En Danger: Organisation Des Nations Unies Pour L'éducation, La Science Et La Culture. »
UNESCO. <http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/endangered-languages/>. 11 Apr. 2014.

« Le français aujourd’hui. » Académie française. L’Académie française. <http://www.academie-
francaise.fr/la-langue-francaise/le-francais-aujourdhui>. 15 avril 2014.

« Présentation » SAGE, UNISTRA.
<http://sage.unistra.fr/presentation/?option=com_jce&task=plugin&plugin=imgmanager&file=imgma
nager&method=form&action=upload>. 3 mai 2014.

« Summary tables on the undertakings entered into by States Parties. » Database for the European Charter
for Regional or Minority Languages. 2006-2007 Public Foundation for European Comparative
Minority Research.
<http://languagecharter.eokik.hu/sites/BasicData/Summary_tables_undertakings.htm>. 20 avril 2014.

« Terminologie et néologie. » Académie française, l’Académie française. < http://www.academie-
francaise.fr/la-langue-francaise/terminologie-et-neologie>. 15 avril 2014.


Autres documents


V
Assemblée générale de l’ONU. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités
nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques, (Adoptée par l'Assemblée générale dans sa
résolution 47/135 du 18 décembre 1992).

Secrétaire général de l’ONU, Pacte international relatif aux droits civils et politiques (Adopté le 16
décembre 1966 à New York) < https://treaties.un.org/doc/Treaties/1976/03/19760323%2006-
17%20AM/Ch_IV_04.pdf>.

OJ 1981 C 287 : Resolution on a Community charter of regional languages and cultures and on a charter
of rights of ethnic minorities. Resolution prepared by Mr Gaetano Arfé and adopted by the European
Parliament on 16 October 1981. In OJ C 287, 09.11.1981, 106.
<http://www.ciemen.org/mercator/UE18-GB.HTM>. 20 avril 2014.


VI
Annexe A. Graphiques
Figure A.1
106
- La mise en œuvre d’article 8 en Europe

Figure A.2 – La mise en œuvre d’article 9 en Europe


106
*Par langue par état (par région le cas échéant)
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
1
a
i
1
a
i
i
1
a
i
i
i
1
a
i
v
1
b
i
1
b
i
i
1
b
i
i
i
1
b
i
v
1
c
i
1
c
i
i
1
c
i
i
i
1
c
i
v
1
d
i
1
d
i
i
1
d
i
i
i
1
d
i
v
1
e
i
1
e
i
i
1
e
i
i
i
1
f
i
1
f
i
i
1
f
i
i
i
1
g
1
h
1
i
2
D
é
c
l
a
r
a
t
i
o
n
s

d
e

m
i
s
e

e
n

o
e
u
v
r
e
*

Section d'article
0
10
20
30
40
50
60
70
80
1ai 1aii 1aiii 1aiv 1bi 1bii 1biii 1ci 1cii 1ciii 1d 2a 2b 2c 3
D
é
c
l
a
r
a
t
i
o
n
s

d
e

m
i
s
e

e
n

o
e
u
v
r
e
*

Section d'article

VII

Figure A.3 – La mise en œuvre d’article 10 en Europe

Figure A.4 – La mise en œuvre d’article 11 en Europe

0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
D
é
c
l
a
r
a
t
i
o
n
s

d
e

m
i
s
e

e
n

o
e
u
v
r
e
*

Section d'article 10
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
1ai 1aii 1aiii 1bi 1bii 1ci 1cii 1d 1ei 1eii 1fi 1fii g 2 3
D
é
c
l
a
r
a
t
i
o
n
s

d
e

m
i
s
e

e
n

o
e
u
v
r
e
*

Section d'article

VIII
Figure A.5 – La mise en œuvre d’article 12 en Europe

Figure A.6 – La mise en œuvre d’article 13 en Europe


0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
1a 1b 1c 1d 1e 1f 1g 1h 2 3
D
é
c
l
a
r
a
t
o
n
s

d
e

m
i
s
e

e
n

o
e
u
v
r
e
*

Section d'article
0
10
20
30
40
50
60
70
80
1a 1b 1c 1d 2a 2b 2c 2d 2e
D
é
c
l
a
r
a
t
i
o
n
s

d
e

m
i
s
e

e
n

o
e
u
v
r
e
*

Section d'article

IX
Figure A.7 – La mise en œuvre d’article 14 en Europe

Figure A.8 – Pourcentage des mesures prises en Europe

62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
a b
D
é
c
l
a
r
a
t
i
o
n
s

d
e

m
i
s
e

e
n

o
e
u
v
r
e
*

Section d'article
0,00%
10,00%
20,00%
30,00%
40,00%
50,00%
60,00%
70,00%
80,00%
8 9 10 11 12 13 14
P
o
u
r
c
e
n
t
a
g
e

d
e
s

m
e
s
u
r
e
s

p
r
i
s
e
s

s
u
r

d
e
s

m
e
a
s
u
r
e
s

p
o
s
s
i
b
l
e
s

Article

X

Figure A.9 Mots Clés du Rapport biennal du Secrétaire Général à l’Assemblée parlementaire –
2013


XI
Annexe B. Extraits
Extrait B.1 – « Le droit de s’exprimer librement dans sa propre langue, y compris dans une langue moins
répandue (à savoir une langue régionale ou minoritaire), fait partie intégrante des droits de l’homme
garantis par les instruments internationaux, tels que le droit d’accès à un tribunal et à un procès équitable,
la liberté d’expression ou le droit à l’éducation. Il est en particulier étroitement lié au principe de non-
discrimination, un droit de l’homme fondamental consacré à l’article 14 de la Convention européenne des
droits de l’homme (STE no 5), au Protocole no 12 de la Convention européenne des droits de l’homme
(STE no 177) et à l’article 4 de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales (STE no
157). »

BERNYI, Jósef. Commission des questions juridiques et des droits de l’homme. Commission
permanente de novembre, 21 octobre 2010. La Charte européenne des langues régionales ou
minoritaires. Conseil de l’Europe, 2010. Doc. 12422.

Extrait B.2 – « Toute personne a un droit inaliénable d’employer sa propre langue et chaque langue
représente un savoir historique, social, culturel et écologique particulier, ainsi qu’une expérience humaine
et une vision du monde uniques. »

KUMCUOĞLU, Ertuğrul. Commission de la culture, de la science et de l’éducation. 2010 – Commission
permanente de novembre, 21 octobre 2010. Renforcer les mesures de protection et de relance des
langues gravement menacées. Conseil de l’Europe, 2010. Doc 12423.

Extrait B.3 – « Ainsi, l’article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques dispose:
«Dans les Etats où il existe des minorités (…) linguistiques, les personnes appartenant à ces minorités ne
peuvent être privées du droit d’avoir, en commun avec les autres membres de leur groupe, leur propre vie
culturelle (…) ou d’employer leur propre langue.» L’article 30 de la Convention relative aux droits de
l’enfant des Nations Unies contient une disposition similaire, aux termes de laquelle un enfant autochtone
ou appartenant à une minorité linguistique ‘ne peut être privé du droit d’avoir sa propre vie culturelle (…)
ou d’employer sa propre langue en commun avec les autres membres de son groupe.’ »

Conseil de l’Europe Assemblée parlementaire, Résolution 1769 (2010) Renforcer les mesures de
protection et de relance des langues gravement menacées (Adopté par la Commission permanente de
novembre le 12 novembre 2010).

Extrait B.4 – « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne
peuvent être fondées que sur l'utilité commune. »

Assemblée nationale française, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Article 1.

Extrait B.5 - « L'Assemblée nationale voulant établir la Constitution française sur les principes qu'elle
vient de reconnaître et de déclarer, abolit irrévocablement les institutions qui blessaient la liberté et
l'égalité des droits. - Il n'y a plus ni noblesse, ni pairie, ni distinctions héréditaires, ni distinctions d'ordres,
ni régime féodal, ni justices patrimoniales, ni aucun des titres, dénominations et prérogatives qui en
dérivaient, ni aucun ordre de chevalerie, ni aucune des corporations ou décorations, pour lesquelles on
exigeait des preuves de noblesse, ou qui supposaient des distinctions de naissance, ni aucune autre
supériorité, que celle des fonctionnaires publics dans l'exercice de leurs fonctions. - Il n'y a plus ni
vénalité, ni hérédité d'aucun office public. - Il n'y a plus, pour aucune partie de la Nation, ni pour
aucun individu, aucun privilège, ni exception au droit commun de tous les Français. - Il n'y a plus ni

XII
jurandes, ni corporations de professions, arts et métiers. - La loi ne reconnaît plus ni voeux religieux, ni
aucun autre engagement qui serait contraire aux droits naturels ou à la Constitution.

La Constitution de la République française du 3 septembre 1791. Préambule.

Extrait B.6 – « Dans les États où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques, les
personnes appartenant à ces minorités ne peuvent être privées du droit d’avoir, en commun avec les autres
membres de leur group, leur propre vie culturelle, de professer et de pratiquer leur propre religion ou
d’employer leur propre langue. »

Secrétaire général de l’ONU, Pacte international relatif aux droits civils et politiques (Adopté le 16
décembre 1966 à New York).

Extrait B.7 – « Le gouvernement déclare, compte tenu de l’article 2 de la Constitution de la République
française, que l’article 27 n’a pas lieu de s’appliquer en ce qui concerne la République. »

Secrétaire général de l’ONU, Pacte international relatif aux droits civils et politiques (Adopté le 16
décembre 1966 à New York). Déclarations et Réserves.


Extrait B.8 – « Les Parties s'engagent à promouvoir les conditions propres à permettre aux personnes
appartenant à des minorités nationales de conserver et développer leur culture, ainsi que de préserver les
éléments essentiels de leur identité que sont leur religion, leur langue, leurs traditions et leur patrimoine
culturel. »

Conseil de l’Europe Comité des Ministres, la Convention-Cadre pour la protection des minorités
nationales (Adopté par le Comité des Ministres le 10 novembre 1994 à Strasbourg). Article 5.1.

Extrait B.9 – « La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être
assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion,
les opinions politiques ou toutes autres opinions, l’origine nationale ou sociale, l’appartenance à une
minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation. »

Conseil de l’Europe, STE n˚5 Convention européenne des droits de l’homme (Adopté le 4 novembre 1950
à Strasbourg). Article 14.

Extrait B.10 – « Chaque Partie contractante, dans la mesure du possible: a. encouragera chez ses
nationaux l'étude des langues, de l'histoire et de la civilisation des autres Parties contractantes, et offrira à
ces dernières sur son territoire des facilités en vue de développer semblables études; et b. s'efforcera de
développer l'étude de sa langue ou de ses langues, de son histoire et de sa civilisation sur le territoire des
autres Parties contractantes et d'offrir aux nationaux de ces dernières la possibilité de poursuivre
semblables études sur son territoire. »

Conseil de l’Europe, STE n˚ 18 Convention culturelle européenne (Adopté le 19 Décembre 1954 à
Strasbourg). Article 2.

Extrait B.11 – « Considérant que le droit de pratiquer une langue régionale ou minoritaire dans la vie
privée et publique constitue un droit imprescriptible, conformément aux principes contenus dans le Pacte
international relatif aux droits civils et politiques des Nations Unies, et conformément à l'esprit de la
Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales du Conseil de l'Europe ;

XIII
Prenant en compte le travail réalisé dans le cadre de la CSCE, et en particulier l'Acte final d'Helsinki de
1975 et le document de la réunion de Copenhague de 1990. »

Conseil de l’Europe, STE n˚148 La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Adopté le
5 Novembre 1992 à Strasbourg). Préambule.