LA PROTECTION DES FEMMES EN TEMPS DE CONFLIT ARMÉ

Par Daniela-Anca Deteşeanu
Motto:
« C’est probablement plus dangereux d’être femme qu’être soldat dans un conflit arm ! "Patric#
Cammart$ ex-Commandant de la Mission des %ations &nies en 'publique Dmocratique du Congo (
M)%&C*
1. INTRODUCTION
Les évolutions de la vie internationale dans le siècle passé ont apporté des
changements dramatiques, notamment à la structure même de la guerre. De nos jours, on parle
non seulement des conflits armés internationaux, mais aussi des conflits armés non
internationaux, des conflits armés internationalisés, des « nouveaux conflits ou de la guerre
as!métrique. "e qui est cependant resté une constante dans ces tourments est la position des
femmes et, plus précisément encore, la position de la femme comme une des victimes les plus
affectées par la guerre. Les femmes et les enfants forment la majorité des populations civiles,
souvent déplacées ou réfugiées
#
. Les statistiques sont révélatrices et effra!antes en même
temps. $elon des estimations, les femmes représentent en temps de guerre environ %&' des
pertes en vies humaines et, au niveau mondial, %&' des réfugiés et des personnes déplacées
dans leur propre pa!s sont des femmes et des enfants. Durant le conflit armé, qu(il soit
international ou non international, les femmes souffrent non seulement des maux qui touchent
l(ensem)le de la population civile, mais elles sont aussi les « victimes privilégiées de
violations spécifiques et graves du droit international humanitaire
*
, comme le viol,
l(esclavage sexuel, la grossesse forcée, la prostitution forcée, etc. +ême si les violences
sexuelles affectent tant les femmes que les hommes, les femmes sont décidément plus visées,
et sont, par ailleurs, exposées à des risques supplémentaires, comme la grossesse forcée
,
. De
plus, ce qui est devenu un trait inquiétant de ces nouvelles guerres est que ces actes ne se
produisent pas de manière sporadique, mais de plus en plus souvent comme des vérita)les
attaques s!stématiques, con-ues comme des stratégies militaires a!ant pour )ut de détruire,
terroriser, humilier ou faire déplacer des communautés entières. .n peut parler de la violence
sexuelle comme arme de guerre. Les statistiques des /ations 0nies montrent que plus de
#
L1/D$234"05626, "., 625"125 7.L$645./2$$, 8l., 9/D25$./, L., « 5épondre aux )esoins des
femmes affectées par les conflits armés 4 0n guide pratique du "1"5 , "1"5, novem)re *&&:.
*
+bid.
,
De 679/, "., $7.56$, 2., « 1nternational "riminal La; and 7uman 5ights , 6homson, $;eet < +ax;ell,
*&&,, p. ,:=.
>&&.&&& femmes ont été violées pendent le conflit du 5;anda. 9u dé)ut des années #??&,
entre *&.&&& et >&.&&& femmes ont su)i des violences sexuelles en @osnie47erAégovine. .n a
estimé que, durant le conflit de $ierra Leone, plus de >&.&&& des femmes ont été des déplacées
internes et ont su)i des violences sexuelles par les com)attants armés, les chiffres montant
jusqu(au B:.&&&.
9près le conflit, les femmes souffrent toujours des conséquences dramatiques
découlant de leur statut et, le plus souvent, du fait qu(elles ont été victimes des violences
sexuelles. Cendant et après la guerre, leur rDle dans la famille et dans la société change
dramatiquement, restant le seul soutien de la famille, ou )ien au contraire, étant rejetées de
leur milieu. Dans certaines sociétés, le fait d(être victime d(un viol entraEne des conséquences
extrêmes, qui incluent l(ostracisme et la perte d(un « statut marital
:
.
L(o)jet de cette étude est d(ouvrir une perspective glo)ale sur le cadre juridique
international tendant à protéger les femmes en temps de conflit armé. L(anal!se prendra en
compte le cadre général de protection, couvert par les règles de Droit international des droits
de l(homme en matière de protection des femmes, mais se concentrera sur « le no!au dur de
cette protection, respectivement sur les normes juridiques destinées spécifiquement à la
protection des femmes en temps de confit armé, respectivement les normes de Droit
international humanitaire, et les normes plus récentes d(incrimination de la violence, !
compris la violence sexuelle, envers de femmes en temps de conflit arme, couvert par le Droit
international pénal. 8inalement, l(article n(a pas pour )ut de présenter d(une manière
exhaustive le cadre normatif international ou les divers s!stèmes régionaux sur la protection
des femmes, mais plutDt de cra!onner la structure générale des normes de protection dans la
matière. Clus spécifiquement, seront prises en compte les instruments et les actions
spécifiques menées dans le cadre de l(.rganisation des /ations 0nies et, concernant les
actions régionales, sera anal!sé 4 à titre d(exemple 4 le cas du "onseil de l(2urope, comme
organisation internationale régionale spécialisée dans le domaine des droits de l(homme
>
.
2. GARANTIES SPECIFIQUES EN DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE
L’HOMME ET DROIT INTERNATIONAL HUMANITAIRE
Le régime juridique spécifique de protection des femmes a évolué sur deux grands
paliers 4 Droit international des droits de l(homme et Droit international humanitaire. $i les
règles du Droit international des droits de l(homme s(appliquent dans des circonstances
:
+bidem,
>
4 sur une anal!se de la protection des droits de l(homme au sein de l(0nion européenne, voir, dans cet ouvrage,
la contri)ution de 8. +2DF.0@9.
*
normales, et le Droit international humanitaire s(applique dans des situations exceptionnelles
Gétat de guerre, conflit armé international ou non internationalH, étant lex specialis, force est de
constater que la pratique, la jurisprudence et la doctrine internationale
B
consacrent la règle
selon laquelle ces deux )ranches de droit ne s(excluent pas, leur action étant régie par le
principe specialia generalibus derogant. Cendant un conflit armé, quelque soit sa nature, les
règles du Droit international de droit de l(homme restent toujours applica)les, mais à ces
règles s(ajoutent les normes spéciales de protection du Droit international humanitaire. Les
études de la doctrine en la matière dévoilent que I « 1l existe une pratique a)ondante des 2tats
qui montre que le Droit des droits de l(homme doit être appliqué en temps de conflit armé
=
.
Les documents rédigées par les organisations internationales vont dans le même sens
%
, de
nom)reuses prises de position des organes onusiens condamnent les « violations Jgraves,
massivesK des droits de l(homme en référence, par exemple, aux situations de l(ex4
3ougoslavie, 9fghanistan, 7aLti, $ierra Leone, $oudan, .uganda.
2.1. Garanties !n!ra"es en #ert$ %$ Dr&it internati&na" %es %r&its %e "’'&((e
Le Droit international des droits de l(homme connaEt des réglementations spécifiques
concernant les femmes, tout en partant du constat qu(elles représentent, de facto, une
catégorie vulnéra)le 4 dans certains sociétés et dans certains contextes, même sans aucun lien
avec les situations du conflit arme 4, étant soumises, par exemple, à des divers formes de
discrimination ou à la violence domestique. Le mouvement féministe, réaffirmé avec force
après la $econde Muerre +ondiale, l(émergence des organisations internationales et la
participation accrue des ./Ms à la vie internationale ont favorisé le processus normatif
international 4 certes, restreint et catégoriel 4 dans le cadre duquel on peut distinguer un
certain régime de protection centré sur les femmes et leurs )esoins spécifiques. Les normes de
protection des femmes dans le Droit international des droit de l(homme et le Droit
international humanitaire ont évolué parallèlement, sous les pressions des réalités sociales, au
niveau intra4 étatique Gdifférentes formes de discriminations, violence domestique, mutilations
génitales, esclavage sexuel, conflits armés non4 internationaux etc.H, comme inter4 étatique
Gtraite des femmes, esclavage sexuel, conflits armés internationauxH.
B
Noir, en ce sens, "1F, -icit de la menace ou de l.emploi d.armes nuclaires, avis consultatif, % juillet #??B,
C,+,/, 'ecueil$ #??B G1H, O *>I « La protection offerte par le Cacte international relatif aux droits civils et
politiques ne cesse pas en temps de guerre J...K. Dans le même sens, 72/"P9256$, F4+., D.$Q9LD4
@2"P, L., Droit +nternational 0umanitaire Coutumier$ 1olume + : '2gles, @ruxelles, @ru!lant, *&&B, p. ,?>.
=
72/"P9256$, F4+., D.$Q9LD4@2"P, L., op, cit,, p. :&&.
%
Car exemple, la résolution *B=> GRRNH de l(9ssem)lée générale des /ations 0nies du ? décem)re #?=&,
prévoit que I « les droits fondamentaux de l(homme, tels qu(ils sont acceptés en droit international et énoncés
dans des instruments internationaux, demeurent pleinement applica)les en cas de conflit armé .
,
*.#.#. Droit international des droits de l(homme et protection des femmes
"ertes, les femmes jouissent de la protection offerte par les réglementations générales
en matière des droits de l(homme, qu(il s(agisse des droits civiles et politiques ou des droits
économiques, sociaux et culturels. "ependant, si la spécificité des droits civils et politiques
impose que le « )énéfice de ces droits soit accorde d(une manière générale, le principe de
non4discrimination sur le critère de sexe étant entièrement opérant
?
, en ce qui concerne les
droits économique, sociaux et culturels, même si la non4discrimination sur le critère de sexe
joue
#&
, force est de constater que la spécificité de certains droits a impose une réglementation
particulière, compte tenu de la situation de femmes. "es premières préoccupations sur la
situation spécifique des femmes ont trouvé une consécration normative dans le Cacte
international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, concernant le conditions de
travail I «Les 2tats parties au présent Cacte reconnaissent le droit qu(a toute personne de jouir
de conditions de travail justes et favora)les, qui assurent notammentI J...K GiH 0n salaire
équita)le et une rémunération égale pour un travail de valeur égale sans distinction aucuneS en
particulier, les femmes doivent avoir la garantie que les conditions de travail qui leur sont
accordées ne sont pas inférieures à celles dont )énéficient les hommes et recevoir la même
rémunération qu(eux pour un même travail Gart. = du Cacte international relatif aux droits
économiques, sociaux et culturelsH, et la situation des mères salariées I «une protection
spéciale doit être accordée J...K pendant une période de temps raisonna)le avant et après la
naissance des enfants. Les mères salariées doivent )énéficier, pendant cette même période,
d(un congé pa!é ou d(un congé accompagné de prestations de sécurité sociale adéquates Gart.
#& du même CacteH.
9u niveau régional européen, dans le cadre du "onseil de l(2urope, la réglementation
a suivi une évolution similaire, respectivement une consécration générale des droits et li)ertés
fondamentaux civiles et politiques qui )énéficient également aux femmes et aux hommes. La
?
4 voire le principe général de non4discrimination consacré par le Cacte international relatif aux droits ci3ils et
politiques$ adopté et ouvert à la signature, à la ratification et à lTadhésion par l(9ssem)lée générale dans sa
résolution **&& 9 GRR1H du #B décem)re #?BB, entrée en vigueurI le , janvier #?=B, art. * alin. # I « Les Utats
parties au présent Cacte s(engagent à respecter et à garantir à tous les individus se trouvant sur leur territoire et
relevant de leur compétence les droits reconnus dans le présent Cacte, sans distinction aucune, notamment de
race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d(opinion politique ou de toute autre opinion, d(origine
nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation . Noir également, dans le même Cacte,
l(art. , I « Les Utats parties au présent Cacte s(engagent à assurer le droit égal des hommes et des femmes de
jouir de tous les droits civils et politiques énoncés dans le présent Cacte .
#&
4 de même, voire art. * du Pacte international relatif aux droits conomiques$ sociaux et culturels : «Les 2tats
parties au présent Cacte sTengagent à garantir que les droits qui ! sont énoncés seront exercés sans discrimination
aucune fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, lTopinion politique ou toute autre opinion,
lTorigine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou toute autre situation et, similairement, l(art , du même
Cacte, le principe de l(égalité entre l(homme et la femme I «Les 2tats parties au présent Cacte sTengagent à
assurer le droit égal quTont lThomme et la femme au )énéfice de tous les droits économiques, sociaux et culturels
qui sont énumérés dans le présent Cacte.
:
"onvention 2uropéenne des Droit de l(7omme et des Li)ertés fondamentales
##
impose le
principe de non4discrimination sur le critère du sexe, par rapport aux droits consacrés par la
"onvention
#*
pour que, ultérieurement, le Crotocole no. #* à la "onvention impose une
interdiction générale de la discrimination, rapportée à l(ensem)le des droits conférés par la
législation nationale des 2tats parties au Crotocole
#,
. "omme dans le cas du s!stème
universel, les droits économiques, sociaux et cultures ont été consacrés dans des traités
distincts. La "harte $ociale 2uropéenne
#:
, ultérieurement la "harte $ociale 2uropéenne
GréviséeH
#>
prévoient quelques règles spécifiques de protection visant les femmes
#B
.
.n peut o)server que les règles juridiques consacrées spécifiquement aux les femmes,
tels que prévues dans les traités générales en matière des droits de l(homme, soit universelles,
soit régionales
#=
, a)ordent quelques aspects pointus, voir la discrimination, le régime de
travail et les droits afférents, la protection de la maternité etc.
9 partir des années TB&, dans le contexte de la décolonisation et de l(affirmation de
courant tiers4mondiste, ! inclus au sein de l(./0, le discours sur la condition de la femme
s(accentue, et, consécutivement, augmente la réglementation internationale dans la matière.
"(est la période quand est adopté la "onvention de /ations 0nies sur l(élimination de toutes
les formes de discrimination à l(égard des femmes
#%
. "omplément nécessaire de la
##
4 traité ouvert à la signature des 2tats mem)res du "onseil de lT2urope, à 5ome, le : novem)re #?>&, entré en
vigueur le , septem)re #?>,.
#*
4 voir art. #: de la "onvention, selon lequel I « La jouissance des droits et li)ertés reconnus dans la présente
"onvention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la
langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l(origine nationale ou sociale,
l(appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation.
#,
4 voir le Crotocole no. #* à la "onvention de sauvegarde des Droits de lT7omme et des Li)ertés fondamentales
traité ouvert à la signature à 5ome, le : novem)re *&&&, entré en vigueur le # avril *&&>, sur l(interdiction
générale de la discrimination, selon lequel I « #. La jouissance de tout droit prévu par la loi doit être assurée, sans
discrimination aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions
politiques ou toutes autres opinions, lTorigine nationale ou sociale, l(appartenance à une minorité nationale, la
fortune, la naissance ou toute autre situation. *. /ul ne peut faire l(o)jet dTune discrimination de la part dTune
autorité pu)lique quelle qu(elle soit fondée notamment sur les motifs mentionnés au paragraphe # .
#:
4 ouverte à la signature des 2tats mem)res du "onseil de lT2urope, à 6urin, le #% octo)re #?B#, entrée en
vigueur le *B février #?B>.
#>
4 ouverte à la signature des 2tats mem)res du "onseil de lT2urope, à $tras)ourg, le , mai #??B, entrée en
vigueur le #er juillet #???.
#B
4 voir, à titre d(exemple, Cartie 1, point % de la "harte $ociale 2uropéenne GréviséeH I « Les travailleuses, en cas
de maternité, ont droit à une protection spéciale , point *& I « 6ous les travailleurs ont droit à lTégalité de
chances et de traitement en matière dTemploi et de profession, sans discrimination fondée sur le sexe , art. :,
consacrent le droit à une rémunération équita)leI « 2n vue dTassurer lTexercice effectif du droit à une
rémunération équita)le, les Carties sTengagentI G,H à reconnaEtre le droit des travailleurs masculins et féminins à
une rémunération égale pour un travail de valeur égale , l(art. % 4 le droit des travailleuses à la protection de la
maternité, l(art. *& 4 droit à lTégalité de chances et de traitement en matière dTemploi et de profession, sans
discrimination fondée sur le sexe, l(art. *B 4 le droit à la dignité au travail etc.
#=
4 voir la "onvention 9méricaine sur les Droits de l(7omme, le Cacte de $an Fosé, adoptée à "osta 5ica, le **
novem)re #?B?, entrée en vigueur le #% juillet #?=%, ou le Crotocole a la "harte 9fricaine sur les Droits de
l(7omme et des Ceuples, concernant les droits des femmes, entré en vigueur le *> novem)re *&&>.
#%
4 adoptée a /e; 3orV le /e; 3orV, #% décem)re #?=?, entrée en vigueur le , septem)re #?%#.
>
"onvention des /ations 0nies sur l(élimination de toutes les formes de discrimination
raciale
#?
, la "onvention sur l(élimination de toutes les formes de discrimination à l(égard des
femmes est le résultat du travail de la "ommission de la condition de la femme, organe fondé
en #?:B par les /ations 0nies, a!ant pour )ut d(examiner la situation des femmes et de
promouvoir leurs droits. La "onvention réaffirme les principes de non4discrimination fondée
sur le sexe, l(égalité entre la femme et l(homme, le droit des femmes de jouir effectivement de
l(ensem)le des droits et li)ertés fondamentaux, imposant aux 2tats des o)ligations en ce sens.
Le premier article de la "onvention prévoit que « aux fins de la présente "onvention,
l(expression Wdiscrimination à l(égard des femmesX vise toute distinction, exclusion ou
restriction fondée sur le sexe qui a pour effet ou pour )ut de compromettre ou de détruire la
reconnaissance, la jouissance ou l(exercice par les femmes, quel que soit leur état
matrimonial, sur la )ase de l(égalité de l(homme et de la femme, des droits de l(homme et des
li)ertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel et civil ou
dans tout autre domaine . La réglementation conventionnelle essa!e de stimuler les 2tats de
prendre les mesures adéquates, ! compris des « mesures positives pour empêcher la
discrimination des femmes
*&
. Le s!stème onusien a offert le cadre propice pour l(adoption des
plusieurs conventions concernant la protection de femmes, comme la "onvention sur les
droits politiques de la femme
*#
, la "onvention sur la nationalité de la femme mariée
**
, ou la
"onvention sur le consentement au mariage, l(Yge minimum du mariage et l(enregistrement
des mariages
*,
.
+ême si, au moins certains de ces conventions n(ont connu qu(un succès limité, elles
ont eu au moins le mérite d(attirer l(attention sur la condition des femmes et leurs )esoins
spécifiques.
#?
4 adoptée par lT9ssem)lée générale des /ations 0nies dans sa résolution *#&B GRRH
*
du *# décem)re #?B>,
entrée en vigueur le : janvier #?B?.
*&
4 il faut mentionner dans ce sens l(art. : de la "onvention sur l(élimination de toutes les formes de
discrimination à l(égard des femmes, selon lequel I « G#H L(adoption par les 2tats parties de mesures temporaires
spéciale visant Z accélérer l(instauration dTune égalité de fait entre les hommes et les femmes nTest pas considéré
comme un acte de discrimination tel quTil est défini dans la présente "onvention, mais ne doit en aucune fa-on
avoir pour conséquence le maintien de normes inégales ou distinctesS ces mesures doivent être a)rogées dès que
les o)jectifs en matière d(égalité de chances et de traitement ont été atteints. G*H L(adoption par les 2tats parties
de mesures spéciales, ! compris de mesures prévues dans la présente "onvention, qui visent à protéger la
maternité n(est pas considérée comme un acte discriminatoire .
*#
4 ouverte à la signature en application de la résolution B:& GN11H
#
, adoptée par lT9ssem)lée générale des
/ations 0nies le *& décem)re #?>*, entrée en vigueur le = juillet #?>:. 8orce est de mentionner qu(une
convention a!ant le même o)jet a été adopte sous les auspice de l(.rganisation 1nter4 9méricaine des Droit de
l(7omme, la "onvention inter4américaine sur les droits politiques de la femme, signée à l(occasion de la
/euvième "onférence 1nternationale des 2tats 9méricaines, @ogota, #?:%.
**
4 ouverte à la signature conformément à la résolution #&:& GR1H
#
adoptée par lT9ssem)lée générale des /ations
0nies le *? janvier #?>=, entrée en vigueur le ## ao[t #?>%.
*,
4 ouverte à la signature conformément à la résolution #=B, GRN11H
#
, adoptée par lT9ssem)lée générale des
/ation 0nies le = novem)re #?B*, entrée en vigueur le ? décem)re #?B:.
B
*.#.*. La violence envers les femmes 4 la nécessite d(une réglementation ponctuelle
Le dé)at centré sur les femmes a identifié avec une certaine rapidité que la violence,
sous ses diverses formes \ violence sexuelle, violence domestique \ représente un pro)lème
endémique et une vérita)le plaque sociale touchant le statut des femmes.
Dans cette perspective, faut4il signaler que la violence envers les femmes a fait l(o)jet
d(une réglementation internationale dans le contexte de la coopération internationale en
matière pénale et de l(émergence d(un ensem)le des traités en matière de criminalité
transfrontalière \ surtout concernant la traite des être humaines, l(esclavage, l(exploitation
sexuelle. 1l s(agit soit des traités à portée universelle, signés sous les auspices de /ations
0nies
*:
, qui concernent surtout la coopération des 2tats en matière de répression de ces
infractions, l(o)ligation aut dedere$ aut 4udicare, l(o)ligation des 2tats d(incriminer les
infractions prévues dans les instruments juridiques internationaux.
Les réactions régionales face au phénomène de violence envers les femmes \ sous la
forme de la réglementation normative \ ont été asseA fai)les.
$ous l(égide du "onseil de l(2urope a été adoptée la "onvention sur la lutte contre la
traite des êtres humains, signée à Narsovie, le #B mai *&&>, entrée en vigueur le #
er
février
*&&%.
0ne initiative plus récente, dans le cadre de la même organisation européenne,
concerne la lutte contre violence \ de toute nature 4 envers les femmes. 0n "omité d(experts a
été désigné pour commencer la rédaction d(un ensem)le des instruments juridiques a!ant pour
)ut de prévenir et com)attre la violence domestique et d(autres formes de violence à l(égard
des femmes. La première réunion
*>
du "omité d(experts pour prévenir et com)attre la
violence à l(égard des femmes a eu lieu du B au % avril *&&?, à $tras)ourg
*B
.
Le s!stème régional inter4américain connaEt une réglementation spécifique \ la
"onvention inter4américaine sur la prévention, la répression et l(éradication de la violence
envers les femmes \ la "onvention de @elem Do Cara
*=
. La convention donne une large
*:
4 voir, à titre d(exemple, la "onvention internationale pour la répression de la traite des femmes et des enfants,
conclue à Menève le ,& septem)re #?*#, sous sa forme amendée par le Crotocole signé à LaVe $uccess, /e;
3orV, le #* novem)re #?:=, la "onvention internationale pour la répression de la traite des femmes et des
enfants, signée à Menève le ,& septem)re #?*#, la "onvention internationale relative à la répression de la traite
des femmes majeures, conclue à Menève, le ## octo)re #?,,, sous sa forme amendée par le Crotocole signé à
LaVe $uccess, /e; 3orV, le #* novem)re #?:=, la "onvention internationale relative à la répression de la traite
des femmes majeures, signée à Menève le ## octo)re #?,,, la "onvention pour la répression de la traite des êtres
humains et de lTexploitation de la prostitution d(autrui, signée à Menève le *# mars #?>&.
*>
4 pour les details, consulter la page 1nternet du "onseil de l(2uropeI
httpsI]];cd.coe.int]Nie;Doc.jsp^
5ef_+9&,#G*&&?H<Language_lan8rench<Ner_original<$ite_D"<@acV"olor1nternet_8>"9=><@acV"olor1
ntranet_8>"9=><@acV"olorLogged_9?@9"2
*B
4 l(0nion 2uropeenne est plus active dans ce domaine. Cour une anal!se de ses initiatives, voire @9$$1.0/1,
+. "herif, « 1nternational "riminal La;, vol. 1 \ « $ources, $u)jects and "ontents , 6hird 2dition, +artinus
/ijhoff Cu)lishers, *&&%, p. >=: 4 >?%.
*=
4 adoptée le B septem)re #??:, entrée en vigueur le , mai #??>.
=
définition à la violence envers les femmes qui représente « tout acte ou action, fondée sur le
critère du sexe, qui cause la mort ou des dommages ph!siques, sexuelles ou ps!chiques ou
souffrances aux femmes, soit dans la sphère pu)lique ou privé et consacre, avec valeur de
principe, la règle selon laquelle « toute femme a le droit d(être li)re de toute forme de
violence dans la sphère pu)lique, comme dans la sphère privé .
"ependant, les formes les plus dramatiques de violence envers les femmes, a!ant des
effets dévastateurs et de longue durée, se sont manifestées pendant les conflits armés, soit
internationaux, soit non internationaux, d(o` la nécessité d(une réglementation sous le Droit
international humanitaire, applica)le dans ces situations exceptionnelles et qui s(applique en
conjonction avec les normes protectrices du Droit international des droits de l(homme.
2.2. Une )r&te*ti&n s)!*i+i,$e et ren+&r*!e- "e Dr&it internati&na" '$(anitaire
Le droit international humanitaire confère aux femmes en période de conflit armé le
même statut qu(aux hommes, qu(elles soient personnes civiles, com)attantes ou personnes
hors de com)at. "e principe fondamental de non4discrimination est prévu dans les
"onventions de Menève et leurs Crotocoles additionnels
*%
.
"ependant, compte tenu de leurs particularités ph!siques et ps!chologiques, les
rédacteurs des "onventions de Menève et de leurs Crotocoles additionnels ont prévu un
régime spécial de protection pour les femmes. Dans ce sens, l(article #* O : de la "onvention
de Menève 1 pour lTamélioration du sort des )lessés et des malades dans les forces armées en
campagne Gci4après la « "M 1 H et l(article #* O : de la "onvention de Menève 11 pour
lTamélioration du sort des )lessés, des malades et des naufragés des forces armées sur mer Gci4
après la « "M 11 H prévoient, en règle générale, que « les femmes seront traitées avec tous les
égards particuliers dus à leur sexe . Dans le même esprit, l(article *= O * de la "M 1N prévoit
que « les femmes seront spécialement protégées contre toute atteinte à leur honneur, et
*%
4 Noir, en ce sens, l(article *= O # de la "onvention de Menève 1N relative à la protection des personnes civiles
en temps de guerre, #* ao[t #?:? Gci4après la « "M 1N HI « Les personnes protégées ont droit, en toutes
circonstances, au respect de leur personne, de leur honneur, de leurs droits familiaux, de leurs convictions et
pratiques religieuses, de leurs ha)itudes et de leurs coutumes. 2lles seront traitées, en tout temps, avec humanité
et protégées notamment contre tout acte de violence ou dTintimidation, contre les insultes et la curiosité
pu)lique . $elon les commentaires du "1"5, l(article *= O # « occupe une position4clef dans le s!stème de la
"onvention. 1l en est la )ase, énon-ant les principes dont sTinspire tout le « droit de Menève . 1l proclame le
respect de la personne humaine et le caractère inaliéna)le de ses droits fondamentaux . Dans le même sens,
l(article => O # du Crotocole additionnel 1 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux, %
juin #?== Gci4après le « C9 1 HI « #. Dans la mesure o` elles sont affectées par une situation visée à lTarticle
premier du présent Crotocole, les personnes qui sont au pouvoir dTune Cartie au conflit et qui ne )énéficient pas
dTun traitement plus favora)le en vertu des "onventions et du présent Crotocole seront traitées avec humanité en
toutes circonstances et )énéficieront au moins des protections prévues par le présent article sans aucune
distinction de caractère défavora)le fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion ou la cro!ance,
les opinions politiques ou autres, lTorigine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou une autre situation, ou
tout autre critère analogue. "hacune des Carties respectera la personne, lThonneur, les convictions et les pratiques
religieuses de toutes ces personnes .
%
notamment contre le viol, la contrainte à la prostitution et tout attentat à leur pudeur . Le
régime spécial de protection s(ajoute aux dispositions générales de protection applica)les à
toutes les catégories de personnes et, de plus, le fait que « les )esoins spécifiques des femmes
touchées par les conflits armés en matière de protection, de santé et d(assistance doivent être
respectés est devenu une règle coutumière
*?
, s(appliquant tant dans les conflits armés
internationaux que non internationaux. "e qui reste une particularité du régime de protection
consacré aux femmes en temps de conflit armé est qu(on a essa!é de déceler des sous
catégories particulières de femmes les plus vulnéra)les, en raison de leur situation )iologique
spécifique I il s(agit des femmes en couche, des femmes qui allaitent et des mères d(enfants en
)as Yge.
Dans ce qui suit, on essa!era d(esquisser un ta)leau général des dispositions
conventionnelles pertinentes à la protection des femmes. .n se penchera ainsi exclusivement
sur les normes prévo!ant expressément la protection des femmes en temps de conflit armé,
distinguant entre les conflits armés internationaux et les conflits armés non internationaux.
2.2.1. N&r(es %e )r&te*ti&n en *as %e *&n+"its ar(!s internati&na$.
La plupart des normes spécifiques régissant la situation des femmes visent deux
situations t!piques \ les femmes comme partie de la population civile et, respectivement, les
femmes privées de li)erté, et concernent des domaines spécifiquesI la sécurité personnelle G!
compris les pro)lèmes de violence sexuelleH, les conditions de vie Gl(existence d(un minimum
des conditions pour une vie décente 4 résidence, nourriture, vêtements, outils, etc.H, santé,
garanties judiciaires.
9insi, l(article #* O :, commun aux "M 1 et "M 11 prévoit le principe fondamental
selon lequel, en temps de conflit armé, les femmes seront traitées avec tous les égards
particuliers dus à leur sexe.
2n matière de sécurité personnelle, les articles #: et #> de la "M 1N stipulent que les
parties au conflit pourront créer des Aones neutralisées ou de sécurité destinées à mettre à
l(a)ri des effets de la guerre la population civile, ! compris en particulier les femmes
enceintes et les mères d(enfants de moins de sept ans.
"ertaines dispositions conventionnelles visent à assurer des conditions minimales de
vie pour la population civile et les catégories de personnes les plus vulnéra)les et, en général,
une protection contre les effets des hostilités. 9insi, l(article =& O # du C9 1 vise les situations
autres que l(occupation, lorsque la population civile d(une partie au conflit est insuffisamment
approvisionnée, situation dans laquelle « des actions de secours de caractère humanitaire et
*?
72/"P9256$, F4+., D.$Q9LD4@2"P, L., op, cit,, p. B*B.
?
impartial seront entreprises, et priorité sera donnée JaK aux femmes enceintes ou en couches
et aux mères qui allaitent . De même, l(article #: de la "M 1N prévoit que « les parties au
conflit pourront conclure des accords pour la création et la reconnaissance de bAones et
localités de sécuritéX de manière à mettre à l(a)ri des effets de la guerre JaK les femmes
enceintes et les mères d(enfants de moins de sept ans , tandis que l(article *, de la "M 1N
impose aux 2tats l(o)ligation d(accorder le li)re passage de tout envoi de vêtements réservés
aux femmes enceintes ou en couche.
2n matière de santé, plusieurs dispositions de la "M 1N et du C9 1 tendent à conférer
aux femmes un régime plus protecteur, à cause de leur vulnéra)ilité ph!sique en certaines
situations. 9insi, l(article #B de la "M 1N prévoit que « les )lessés et les malades, ainsi que les
infirmes et les femmes enceintes seront l(o)jet d(une protection et d(un respect particuliers,
tandis que l(article #= impose aux )elligérants Gil s(agit donc d(une o)ligation qui pèse sur un
cercle de sujets plus large que les 2tats seulsH de s(efforcer de conclure des arrangements pour
l(évacuation d(une Aone assiégée ou encerclée JaK des femmes en couches, et pour le passage
du personnel et du matériel sanitaires à destination de cette Aone . Dans les situations
d(occupation, l(article >& de la "M 1N prévoit que la Cuissance occupante ne devra pas
entraver l(application des mesures préférentielles qui auraient pu être adoptées, avant
l(occupation, en faveur JaK des femmes enceintes et des mères d(enfants de moins de sept
ans, en ce qui concerne la nourriture, les soins médicaux et la protection contre les effets de la
guerre . L(article % GaH du C9 1 inclut expressément dans la définition des )lessés et des
malades « les femmes en couches, les nouveau4nés et les autres personnes qui pourraient avoir
)esoin de soins médicaux immédiats, telles que les femmes enceintes, et qui s(a)stiennent de
tout acte d(hostilité , tandis que l(article =& G#H du même Crotocole dispose que « lors de la
distri)ution des envois de secours, ! compris des articles sanitaires, priorité sera donnée JaK
aux femmes enceintes, aux femmes en couches et aux mères qui allaitent .
1l résulte de l(ensem)le de ces dispositions qu(à travers des règles spécifiques tendant
à protéger certaines catégories des femmes plus vulnéra)les, les "onventions de Menève et
leurs Crotocoles additionnels sauvegardent aussi la maternité et l(unité familiale.
2n ce qui concerne les normes de protection concernant les femmes arrêtées, détenues
ou internées pour des raisons liées à un conflit armé, il ! a aussi des règles protectrices
déterminées. L(article #: de la "M 111 énonce le principe selon lequel les femmes prisonnières
de guerre doivent être traitées avec tous les égards dus à leur sexe et )énéficier en tout cas
d(un traitement aussi favora)le que celui qui est accordé aux hommes.
#&
2n matière de logement et conditions de vie, l(article => G>H du C9 1 prévoit que « dans
les camps de prisonniers de guerre et d(internement de civils et o` les prisonniers de guerre et
les internés civils sont détenus pour peines disciplinaires, les femmes doivent être gardées
dans des locaux séparés de ceux des hommes et placées sous la surveillance immédiate de
femmes Garticle ?= de la "M 111, articles =B et #*: de la "M 1N, article =>G>H du C9 1H. De
même, une femme internée ne pourra être fouillée que par une femme Garticle ?= de la "M
1NH.
2n matière de santé, soins médicaux et h!giène, les "M 111 et 1N contiennent des
dispositions spécifiques. 9insi, l(article *? de la "M 111, faisant référence aux camps de
prisonniers de guerre, impose la règle selon laquelle la Cuissance détentrice sera tenue de
prendre toutes les mesures d(h!giène nécessaires pour assurer la propreté et la salu)rité de ces
t!pes de locaux et pour prévenir les épidémies. Dans les camps o` séjournent des femmes, des
installations séparées devront leur être réservées. "omme mesure spécifique de protection des
personnes civiles en temps de guerre, l(article ?# de la "M 1N prévoit que chaque lieu
d(internement possédera une infirmerie adéquate. Les femmes en couches et les internées
atteintes d(une maladie contagieuse ou dont l(état nécessite un traitement spécial, une
intervention chirurgicale ou l(hospitalisation, devront être admises dans tout éta)lissement
qualifié pour les traiter et ! recevront des soins qui ne devront pas être inférieurs à ceux qui
sont donnés à l(ensem)le de la population, pour que l(article %> G:H de la "M 1N éta)lisse que
« chaque fois qu(il sera nécessaire, à titre de mesure exceptionnelle et temporaire, de loger des
femmes internées n(appartenant pas à un groupe familial dans le même lieu d(internement que
les hommes, il devra leur être o)ligatoirement fourni des lieux de couchage et des installations
sanitaires séparés . Dans les mêmes cas Glieux d(internementH, les femmes enceintes ou en
couches recevront des suppléments de nourriture proportionnés à leurs )esoins ph!siologiques
G"M 1N, article %? O >H. 2n ce qui concerne le transfert des internés, les femmes en couches ne
seront pas transférées tant que leur santé pourrait être compromise par ce déplacement, à
moins que leur sécurité ne lTexige impérieusement G"M 1N, article #*= O ,H. 2nfin, les
autorités détentrices sont vivement encouragées à conclure avec la partie adverse des accords
prévo!ant la li)ération, le rapatriement, le retour au lieu de domicile ou l(hospitalisation en
pa!s neutre des femmes enceintes et des mères avec nourrissons et enfants en )as Yge G"M 1N,
article #,* O *H.
.n peut parler, dans ce cas, d(un ensem)le de normes visant à assurer, d(un cDté, un
standard minimum de civilisation dans des circonstances exceptionnelles liées à la guerre,
voire la coha)itation dans les camps de prisonniers, lieux d(internement, infirmeries et
##
tendant, de l(autre cDté, à éviter que certaines catégories plus vulnéra)les de femmes su)issent
les effets des hostilités.
0n régime de protection tout à fait particulier vise certaines garanties judiciaires en
faveur des femmes. 2n règle générale, en matière d(application des peines, le principe de non4
discrimination des prisonnières de guerre devient opérantI « Les prisonnières de guerre ne
seront pas condamnées à une peine plus sévère ou, pendant qu(elles su)issent leur peine,
traitées plus sévèrement que les femmes appartenant aux forces armées de la Cuissance
détentrice punies pour une infraction analogue. 2n aucun cas, les prisonnières de guerre ne
pourront être condamnées à une peine plus sévère ou, pendant qu(elles su)issent leur peine,
traitées plus sévèrement qu(un homme mem)re des forces armées de la Cuissance détentrice
puni pour une infraction analogue Garticle %% de la "M 111H.
D(autres règles spéciales de protection, prévues par le C9 1 visent les femmes
enceintes et les mères d(enfants en )as Yge a l(encontre desquelles sont initiées des procédures
pénales. "onformément à l(article =B G*H du C9 1, les cas des femmes enceintes et des mères
d(enfants en )as Yge dépendant d(elles, qui sont arrêtées, détenues ou internées pour des
raisons liées au conflit armé seront examinés en priorité a)solue, tandis que l(article =B G,H du
C9 1 dispose que dans toute la mesure du possi)le, les parties au conflit s(efforceront d(éviter
que la peine de mort ne soit prononcée contre les femmes enceintes ou les mères d(enfants en
)as Yge dépendant d(elles pour une infraction commise en relation avec le conflit armé. 0ne
condamnation à mort contre ces femmes pour une telle infraction ne sera pas exécutée.
8orce est de constater qu(un nom)re considéra)le de ces normes sont devenues
normes de droit international humanitaire coutumier, comme la règle selon laquelle les
femmes privées de li)erté doivent être gardées dans des locaux séparés de ceux des hommes,
sauf dans le cas de familles logées en tant qu(unités familiales, et elles doivent être placées
sous la surveillance immédiate de femmes
,&
ou la règle, avec valeur de principe, qui prévoit
que les )esoins spécifiques des femmes touchées par les conflits armés en matière de
protection, de santé et d(assistance doivent être respectés
,#
.
2.2.2. N&r(es %e )r&te*ti&n en *as %e *&n+"its ar(!s n&n internati&na$.
@ien que, généralement, les normes de droit international humanitaire qui
réglementent les conflits armés non internationaux soient moins détaillées, les grands
principes de protection restent les mêmes. Le principe de non4discrimination et la protection
,&
4 Noir 5ègle ##?, 72/"P9256$, F4+., D.$Q9LD4@2"P, L., op, cit,, p. >B%.
,#
4 Noir 5ègle #,:, +bid., p. B#B.
#*
spéciale due aux femmes sont également applica)les dans les situations de conflits armés non
internationaux G"M 1 à 1N, article , O# S C9 11, article * O #H.
.utre l(application de l(article , commun aux "onventions de Menève et des
dispositions du C9 11, on peut ! trouver des normes expresses de protection des femmes
durant les conflits armés non internationaux.
Les femmes qui ne participent pas directement aux hostilités doivent, en toutes
circonstances, être traitées avec humanité, sans aucune distinction de caractère défavora)le
fondée sur le sexe ou sur toute autre considération G"M 1N, article , O #H.
Le viol, « la contrainte à la prostitution et tout attentat à leur pudeur contre les
femmes sont expressément prohi)ées GC9 11, article : O *H. Dans les conflits armés non
internationaux, les femmes seront gardées dans des locaux séparés de ceux des hommes et
seront placées sous la surveillance immédiate de femmes, sauf lorsque les hommes et les
femmes d(une même famille sont logés ensem)les /C9 11, article > O *H. La peine de mort ne
sera pas exécutée contre les femmes enceintes et les mères d(enfants en )as Yge GC9 11, article
B O :H.
"omme dans le cas des conflits armés internationaux, certaines règles de protection
des femmes applica)les en cas de conflit armé international sont devenues aussi des règles
coutumières également applica)les en cas de conflit armé non international, comme par
exemple la règle selon laquelle les )esoins spécifiques des femmes touchées par les conflits
armés en matière de protection, de santé et d(assistance doivent être respectés. Dans les mots
des commentateurs de cette règle, « selon la pratique des 2tats, cette règle constitue une
norme de droit international coutumier applica)le dans les conflits armés tant internationaux
que non internationaux
,*
.
0. LA PROTECTION RENFORCÉE - INCRIMINATION ET REPRESSION EN
1ERTU DU DROIT INTERNATIONAL PÉNAL
$i le régime de protection des femmes en temps de conflit armé couvre, en vertu du
Droit international humanitaire, tant conventionnel que coutumier, un ensem)le de domaines
Glogement, santé, conditions de vie, garanties judiciaires, etc.H, l(aspect le plus sensi)le est
toujours resté celui des agressions sexuelles contre les femmes, durant les conflits armés, quel
que soit leur t!pe. La violence sexuelle a toujours été une pratique usuelle pendant la guerre,
pour des raisons d(ordre social, ps!chologique ou liés à la philosophie de la guerre même.
L(humiliation, la douleur et la terreur infligées par le violeur dégradent non seulement la
,*
72/"P9256$, F4+., D.$Q9LD4@2"P, L., op, cit,, p. B*=.
#,
femme victime, mais tend à humilier le groupe 4 ethnique, social, religieux 4 auquel elles
appartiennent
,,
. Le viol commis pendant la guerre a une longue histoire. Le viol n(est pas une
question de chance, pas moins une question de sexe, mais une question de pouvoir et de
contrDle géré par les hommes 4 soldats
,:
.
"ependant, la communauté internationale a longtemps ignoré cette réalité dramatique
qu(est la violence sexuelle comme arme de guerre et de domination. "(est la découverte, en
#??*, et la forte médiatisation des atrocités sexuelles commises pendant la guerre en ex4
3ougoslavie qui ont provoqué des réactions et actions plus concrètes au niveau international.
9u4delà des normes de protection, l(enjeu était de réprimer efficacement ce t!pe de
comportement pendant les conflits, compte tenu du fait que l(impunité a joué un rDle
important dans la perpétration de ces actes.
0.1. N&r(es *&n#enti&nne""es et *&$t$(i2res %’in*ri(inati&n
1l faut remarquer que l(incrimination des actes de violence sexuelle au niveau
international, contri)ution du droit international pénal à la protection des femmes en temps de
conflit armé, est de date asseA récente. "ertes, les quatre "onventions de Menève et leurs
Crotocoles 9dditionnels contiennent des dispositions expresses sur les actes de violence
sexuelle. 9insi, l(article *= de la "M 1N prévoit que les femmes seront spécialement protégées
contre toute atteinte à leur honneur, et notamment contre le viol, la contrainte à la prostitution
et tout attentat à leur pudeur, et l(article =B du C9 1 dispose que les femmes seront protégées
notamment contre le viol, la contrainte à la prostitution et toute autre forme d(attentat à la
pudeur. "ependant, l(article , commun aux "onventions de Menève ne mentionne pas
explicitement le viol, ni les autres formes de violence sexuelle, interdisant, dans une formule
asseA générale « les atteintes portées à la vie et à l(intégrité corporelle . c juste raison, les
commentateurs des "onventions ont souligné que les actes de violence sexuelle n(occupent
pas, dans l(économie des textes conventionnels, le rDle qui est le leur. +ême si les
"onventions font référence aux actes de violence sexuelle comme aux crimes, elles ne sont
pas énumérées parmi les « violations graves des "onventions. De plus, la description de ces
actes comme des « atteintes à l(honneur diminue en quelque sorte leur gravité \ le viol,
comme les autres actes de violence sexuelle sont premièrement et principalement des actes de
violence
,>
.
,,
/.Q5.F22, @., « $hattered LivesI $exual Niolence during the 5;andan Menocide and its 9ftermath , /e;
3orV, 7uman 5ights Qatch, #??B.
,:
"71/P1/, "., « 5ape and $exual 9)use of Qomen in 1nternational La; , 5,/,+,-,, #??:, nd >, p. ,*B.
,>
De 679/, "., $7.56$, 2., op, cit,, p. ,:?.
#:
Les statuts des tri)unaux de /urem)erg et de 6oV!o ne comprenaient pas de
dispositions sur les violences sexuelles comme crimes de guerre, et même si des tels actes ont
été commis pendant la Deuxième Muerre +ondiale, le viol n(a pas fait l(o)jet de procès pour
crimes de guerre.
Les événements tragiques dans l(espace de l(ex43ougoslavie et, ultérieurement, au
5;anda, impliquant une violence à large échelle envers les femmes, conjointement avec une
forte pression exercée par les ./M, ont provoqué une évolution au niveau normatif, les
statuts de ces deux tri)unaux internationaux ad 6oc incriminant les actes de violence sexuelle
parmi les crimes contre l(humanité et les crimes de guerre, compte tenu des spécificités de
chacun de ces deux conflits. 9insi, le $tatut du 6ri)unal pénal international pour l(ex4
3ougoslavie Gci4après 6C13H, incrimine le viol comme crime contre l(humanité Garticle > gH.
Le $tatut du 6ri)unal pénal international pour le 5;anda Gci4après 6C15H, incrimine de la
même manière le viol comme crime contre l(humanité, si commis « dans le cadre d(une
attaque généralisée et s!stématique dirigée contre une population civile quelle qu(elle soit, en
raison de son appartenance nationale, politique, ethnique, raciale ou religieuse Garticle , gH
et ajoute aux violations de l(article , commun aux "onventions de Menève et du Crotocole
additionnel 11, « les atteintes à la dignité de la personne, notamment les traitements humiliants
et dégradants, le viol, la contrainte à la prostitution et tout attentat à la pudeur Garticle : eH. 1l
en résulte que, même si les deux tri)unaux ad 6oc sont compétents pour juger les violations
graves des "onventions de Menève, dont ceux de l(article , commun, l(article : du $tatut de
6C15 fait mention expresse des crimes revêtant un caractère sexuel, cependant toujours avec
en liaison avec « les atteintes à la dignité de la personne
,B
.
0ne évolution majeure en la matière est opérée avec l(adoption du $tatut de 5ome, le
#= juillet #??%, et la création de la "our pénale internationale Gci4après "C1H, compétente pour
juger les crimes de génocide, crimes de guerre et crimes contre l(humanité. "ependant, pour
la première fois, les actes de violence sexuelle sont distinctement et explicitement incriminés
comme, selon le cas, crimes contre l(humanité ou crimes de guerre. Les commentateurs du
$tatut de 5ome ont o)servé, à juste titre, que ces incriminations ne représentent pas une
codification du droit existant, mais essentiellement, des règles nouvelles
,=
. 9insi,
conformément au $tatut de 5ome, représentent des crimes contre l(humanité « l(un
quelconque des actes ci4après lorsqu(il est commis dans le cadre d(une attaque généralisée ou
s!stématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque I JaK
viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre
,B
Cour cette critique, voir De 679/, "., $7.56$, 2., op, cit,, p. ,>B.
,=
Noir, en ce sens, $"79@9$, Q., An +ntroduction to t6e +nternational Criminal Court, ,
rd
2d., "am)ridge,
"am)ridge 0niversit! Cress, *&&B, p. #*=.
#>
forme de violence sexuelle de gravité compara)le Garticle = O # gH. Car ailleurs, les actes
suivants peuvent être caractérisés comme crimes de guerre, en particulier lorsqu(ils
s(inscrivent dans le cadre d(un plan ou d(une politique ou lorsqu(ils font partie d(une série de
crimes analogues commis sur une grande échelle I « le viol, l(esclavage sexuel, la prostitution
forcée, la grossesse forcée, telle que définie à l(article =, paragraphe *, alinéa fH, la
stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle constituant une infraction grave
aux "onventions de Menève Garticle % O * ) \ xxiiH.
Les apports du $tatut de 5ome à l(incrimination des actes de violence sexuelle dans
les conflits armés, dont ceux commis contre les femmes, sont significatifs et il faut
mentionner
,%
surtout l(éloignement de la conception selon laquelle ces actes représentent
simplement des « atteintes à la dignité de la personne , comme en témoignent leur inclusion
dans la catégorie des actes de violence et l(incrimination des actes de violence sexuelle autre
que le viol, comme l(esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, la
stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité compara)le.
$(ajoutent aussi certaines dispositions procédurales, comme celles concernant la protection
des victimes et des témoins, qui encourage ces personnes à comparaEtre devant la "our
,?
.
Le droit coutumier a suivi, d(une certaine manière, les évolutions des dispositions
conventionnelles. 9insi, l(interdiction du viol et des autres formes de violence sexuelle est
citée comme une norme coutumière, applica)le dans les conflits armés tant internationaux que
non internationaux
:&
. De même, sont considérés crimes de guerre en droit humanitaire
coutumier la stérilisation forcée
:#
, le fait de commettre des violences de caractère sexuel, en
particulier le viol, l(esclavage sexuel, la prostitution forcée et la grossesse forcée
:*
, si
commises dans un conflit armé international ou non international
:,
. 8orce est de constater que,
cette fois4ci, le droit conventionnel et, en particulier, le « droit de 5ome , a déterminé
l(évolution correspondante du droit coutumier dans la matière.
0.2. L’a))&rt 3$ris)r$%entie" 4 s$r "a r!"e(entati&n *&n#enti&nne""e
Les tri)unaux pénaux internationaux ad 6oc se sont confrontés à la tYche de juger des
personnes accusées d(avoir commis des actes de violence sexuelle pendants les conflits en ex4
3ougoslavie et au 5;anda, ce qui a fait que la jurisprudence a ajouté aux incriminations \
,%
De 679/, "., $7.56$, 2., op, cit,, p. ,%#.
,?
9rt. >=S art. B:S art. :, GB&H et art. B% du $tatut de 5ome.
:&
Noir 5ègle ?,, 72/"P9256$, F4+., D.$Q9LD4@2"P, L., op, cit,, p. :*=.
:#
+bid., p. =B&.
:*
+bid., p. =B%.
:,
+bid., pp. =%*4=%,.
#B
asseA succinctes \ incluses dans les $tatuts de 6C13 et 6C15, en les développant et les
interprétant d(une manière souvent extensive. La jurisprudence des 6C13 et 6C15 a été
fondamentale pour le développement de la criminalisation des actes de violence sexuelle dans
le droit international.
9insi, à titre d(exemple, la jurisprudence des deux tri)unaux pénaux a affiné la
définition du viol en droit international. Le 6C13 a estimé dans l(affaire 7urund8i4a, que le
viol exigeait « l(emploi de la force, de la menace ou de la contrainte contre la victime ou une
tierce personne
::
, le jugement revêtant une importance particulière puisqu(il a reconnu le
viol comme crime de guerre. "ette définition a été nuancée avec l(affaire 9unarac, dans le
sens qu(il pourrait ! avoir d(autres facteurs qui feraient « de la pénétration sexuelle un acte
non consensuel ou non voulu par la victime
:>
. Dans l(affaire A#a:esu$ le 6C15 a jugé qu(«en
effet, les viols et violences sexuelles constituent indu)ita)lement des atteintes graves à
l(intégrité ph!sique et mentale des victimes et sont même, selon la "ham)re, l(un des pires
mo!ens d(atteinte à l(intégrité de la victime, puisque cette dernière est dou)lement attaquée I
dans son intégrité ph!sique et dans son intégrité mentale
:B
. De même, ces juridictions ont
éta)li que le viol peut constituer un acte de torture si les autres éléments constitutifs du crime
de torture sont présents Gaffaires du Camp de Celebici ( Delalic
:=
ou 93oc#a
:%
H, ou peut être
qualifié comme génocide dans les mêmes conditions Gaffaire A#a:esuH.
La "C1 n(a pas encore développé sa propre jurisprudence, notamment sur les
dispositions des articles = O * GfH et % O * G)4xxiiH du $tatut de 5ome. "ependant, certaines
affaires qui lui ont été déférées soulèveront à l(avenir des questions en ce sens G"ongo,
5épu)lique "entrafricaine, $oudanH. De plus, l(innovation majeure du $tatut de 5ome \ la
participation des victimes
:?
\ apportera une perspective toute nouvelle sur la violence envers
les femmes en temps des conflits armés, offrant des informations ! compris sur l(ampleur et la
gravité du phénomène, la toile entourant ce phénomène pouvant être \ au moins partiellement
\ relevée grYce aux témoignages des femmes4 victimes.
::
6C13, -e Procureur c, Anto 7urund;i4a, 164?>4#=]#46, /ugement, #& décem)re #??%.
:>
6C13, -e Procureur c, Dragol4ub 9unarac$ 'adomir 9o3ac et <oran 1u#o3ic, 164?B4*,46< 164?B4*,]#46,
/ugement, ** février *&&#, cité dans 72/"P9256$, F4+., D.$Q9LD4@2"P, L., op, cit,, p. :,#.
:B
4 6C15, -e Procureur c, /ean-Paul A#a:esu, 1"654?B4:46, "ham)re de première instance, jugement du *
septem)re #??%, par. =,#. D(ailleurs, la "ham)re a examiné en détail les éléments constitutifs du viol I «le viol
est une forme d(agression dont une description mécanique d(o)jets et de parties du corps ne permet pas
d(appréhender les éléments constitutifs. JaK Cour la "ham)re constitue le viol tout acte de pénétration ph!sique
de nature sexuelle commis sur la personne d(autrui sous l(empire de la coercition. La "ham)re considère la
violence sexuelle, qui comprend le viol, comme tout acte sexuel commis sur la personne d(autrui sous l(empire
de la coercition. L(acte de violence sexuelle, loin de se limiter à la pénétration ph!sique du corps humain peut
comporter des actes qui ne consistent pas dans la pénétration ni même dans des contacts ph!siques .
:=
6C13, -e Procureur c, <e4nil Delalic$ <dra3#o Mucic$ 0a;im Delic$ 5sad -and;o Gaffaire « "ele)ici H, 164?B4
*#46, /ugement, #B novem)re #??%.
:%
6C13, -e Procureur c, Mirosla3 93oc#a et consorts$ 164?%4,&]#, Fugement, * novem)re *&&#.
:?
4 voire art. B% du $tatut de 5ome.
#=
De même, la jurisprudence des autres juridictions 4 internationales, internationalisées,
nationales 4 a!ant compétence de poursuivre et juger des crimes internationaux
>&
, et des autres
juridictions internationales pas spécialisées dans cette matière, mais qui touchant la matière
>#
apportera des clarifications sur les crimes internationaux impliquant des divers formes de
violence sexuelle.
La criminalisation, au niveau international, des actes de violence envers les femmes,
commis pendant les conflits armés, internationaux et non internationaux, parallèlement à la
création des juridictions internationales chargées de juger les auteurs présumés de ces crimes,
représente un élément central dans le s!stème de protection des femmes. "ependant, les
actions concrètes contre l(impunité restent essentielles.
5. LE SOFT LAW OU L’IMPULSION POLITIQUE POUR UNE PROTECTION
PLUS EFFICACE
"omme mentionné auparavant, la question des violences sexuelles envers les femmes
en temps de conflit armé est devenue visi)le et fortement pressante pour les milieux
internationaux dans les années #??&. c partir de cette date, les organisations internationales
ont commencé à réagir, de manière plutDt timide initialement, mais les évolutions les plus
récentes indiquent un ensem)le de mesures plus structurées et, de toute fa-on, une plus forte
détermination à mettre fin à ce t!pe de violations des lois de la guerre. $ur le plan normatif,
les documents émis par les organisations internationales sont surtout des déclarations
politiques, des résolutions sans force contraignante ou des recommandations et, généralement,
des actes de soft la=. "ependant, il ne faut pas minimiser l(importance de ces documents.
Cremièrement, elles expriment la préoccupation de la société internationale face à ce
>&
4 voire, par exemple, le 6ri)unal $pecial pour $ierra LeoneI httpI]];;;.sc4sl.org]S ou les "ham)res
2xtraordinaires au sein des 6ri)unaux "am)odgiensI httpI]];;;.eccc.gov.Vh]french]default.aspx ou les
"ham)re pour les crimes de guerre en @osnie47erAégovine.
>#
4 la décision de la "our 1nternationale de Fustice dans l(9ffaire relative à l(application de la "onvention pour la
prévention et la répression du crime de génocide G@osnie47erAegovine c. $er)ie et +ontenegroH, *B février *&&=
est significative dans ce sens. Dans les paragraphes *?% et suiv. de la décision, la "1F fait une anal!se du viol
comme élément constitutif de génocide, s(appu!ant sur la jurisprudence des tri)unaux ad-6oc6 « *?%. Le
demandeur soutient que, en dehors des massacres, la population non ser)e de @osnie47erAégovine a été victime
d(atteintes graves et s!stématiques à son intégrité. Le demandeur inclut dans cette catégorie d(actes de génocide
la pratique de la terreur, le fait d(infliger des souffrances, ainsi que la torture et les humiliations s!stématiques.
2n outre, le demandeur insiste particulièrement sur la question des viols s!stématiques de femmes musulmanes
commis pendant le conflit, selon lui dans le cadre d(une campagne de génocide à l(encontre des +usulmans de
@osnie. *??. Le défendeur ne conteste pas que, en droit, le crime de viol puisse constituer un acte de génocide,
causant une atteinte grave à l(intégrité ph!sique ou mentale d(une personne. 1l conteste toutefois que les viols qui
ont eu lieu sur le territoire de la @osnie47erAégovine s(inscrivent dans le cadre d(un génocide qui ! aurait été
perpétré. 1nvoquant le rapport de la commission d(experts, le défendeur soutient que les viols et actes de
violences sexuelles commis n(étaient pas des actes de génocide, mais ont été le fait de toutes les parties
)elligérantes, sans intention spécifique "dolus specialis*. ,&&. La "our note que les Carties ne sont pas en
désaccord quant au fait que les viols et violences sexuelles peuvent être constitutifs de génocide s(ils
s(accompagnent d(une intention spécifique de détruire le groupe protégé , pag. #&% et suiv.
#%
pro)lème, démontrent l(importance du sujet et dénotent la volonté des 2tats d(en faire un
sujet des discussions, dé)ats et prises de position. Deuxièmement, ces déclarations constituent
la )ase des futures actions concrètes, menées dans le cadre de différentes organisations.
8inalement, si on étudie le contenu de ces actes, on peut facilement o)server une évolution,
dans le sens o` les dispositions de ces documents sont de moins en moins déclaratives,
« politiques et deviennent plus spécifiques, avec un contenu normatif plus déterminé. De
plus, les documents politiques sont accompagnés de programmes d(action, qui comprennent
des mesures concrètes qui doivent être prises par une variété d(acteurs internationaux G2tats,
organisations internationales, ./M, com)attants, etc.H.
5.1. Un soft law 7 )&"iti,$e 8 - *&n%a(nati&n %es a*tes %e #i&"en*e s9st!(ati,$e
en#ers "es +e((es en te()s %e *&n+"it ar(!
L(impulsion nécessaire pour apporter la pro)lématique des femmes et la violence
envers les femmes sur l(ordre de jour des organes onusiennes a été donnée par les divers
rapports des organes onusiennes sur le sujet
>*
.
8orce est de souligner que, même si la majorité de ces documents représentent, du
point de vue formel, de soft la= elle relèvent la préoccupation de l(organisation sur l(issue et
ont, néanmoins, donné l(impulsion significative programmes d(action concrets \ des
organisations internationales, ./M, 2tats, etc. \ contre la violence envers les femmes dans les
conflits armés.
Les violences sexuelles envers les femmes musulmanes dans le conflit de l(ex4
3ougoslavie 4 l(échelle et la cruauté des traitements infligés 4 ont généré une réaction plus
énergique des organes onusiens concrétisée finalement par la création du 6ri)unal Cénal
1nternational pour l(ex43ougoslavie. 9insi, l(9ssem)le Ménérale, dans la 5ésolution :%]#:,
du *& décem)re #??,, concernant les viols et sévices dont les femmes sont victimes dans les
Aones de conflit armé dans l(ex43ougoslavie, a condamné « énergiquement la pratique
igno)le du viol et des sévices dont les femmes et les enfants sont victimes dans les Aones de
conflit armé dans l(ex43ougoslavie, laquelle constitue un crime de guerre et a réaffirmé que
« tous ceux qui commettent ou autorisent des crimes contre l(humanité et d(autres violations
du droit international humanitaire en sont personnellement responsa)les, et que les détenteurs
>*
4 voire, par exemple, /ations 0nies, 5apport Créliminaire soumis par le 5apporteur $pécial concernant la
violence envers les femmes, ses causes et ses conséquences G2]"/.:]#??>]:*H, #??:S /ations 0nies, le rapport
du $ecrétaire Ménéral concernant les cas de viol et a)uses sur les femmes dans le territoire de l(ex43ougoslavie
G2]"/.:]#??:]>H du ,& juin #??, S /ations 0nies, le rapport du $ecrétaire Ménéral concernant les cas de viol et
a)uses sur les femmes dans les Aones du conflit armé de l(ex43ougoslavie G9]>#]>>=H du *> octo)re#??BS
/ations 0nies, 5apport préliminaire du 5apporteur spécial concernant les situations de viol s!stématique,
esclavage sexuel et pratiques similaires pendant les périodes de conflit armé G2]"/.:]$u).*]#??B]*BH de #B
juillet #??B.
#?
de l(autorité qui n(ont pas fait le nécessaire pour assurer le respect, par leurs su)ordonnés, des
instruments internationaux pertinents sont également responsa)les
>,
. De même, le "onseil
de $écurité dans sa 5ésolution =?% du #% décem)re #??* a condamné toujours fermement les
actes de violence sur les femmes durant le conflit !ougoslave, état « horrifié par les
informations sur la détention et le viol massifs, organisés et s!stématiques des femmes,
notamment des femmes musulmanes, en @osnie47erAégovine, exigeant que tous les camp de
détention, en particulier ceux réservés aux femmes, soient immédiatement fermés
>:
.
Dans ce contexte, une des premières manifestations au niveau international de la
situation préoccupante des femmes dans les conflits armés date de #??,, suite à la "onférence
+ondiale sur les droits de l(homme. Dans le 5apport final
>>
, les 2tats participants ont fait
expressément référence aux violations massives des droits de l(homme qui prennent la forme
de génocide, de « netto!age ethnique et de viol s!stématique des femmes en temps de
guerre, violations « qui sont à l(origine d(exodes massifs de réfugiés et de déplacements de
personnes , tout en condamnant ces pratiques. De même, les 2tats ont exprimé leur
préoccupation concernant les violations des droits de l(homme en période de conflit armé, qui
visent la population civile, en particulier les femmes, les enfants, les personnes Ygées et les
personnes handicapées, et ont invité les 2tats et toutes les parties aux conflits armés à
respecter scrupuleusement le droit humanitaire international, énoncé dans les "onventions de
Menève de #?:? et d(autres règles et principes de droit international, ainsi que les normes
minima de protection des droits de l(homme, énoncées dans les conventions internationales.
Les signataires ont souligné que les violations des droits fondamentaux des femmes dans les
situations de conflit armé contreviennent aux principes fondateurs des droits de la personne
humaine et du droit humanitaire internationalement reconnus. 6outes les violations de cette
nature, ! compris et en particulier le meurtre, le viol s!stématique, l(esclavage sexuel et la
grossesse forcée, exigent des mesures particulièrement efficaces. 8inalement, le rapport
souligne que les organes et mécanismes compétents de l(.rganisation des /ations 0nies
devraient examiner régulièrement et s!stématiquement ces questions. 2n particulier, des
mesures devraient être prises pour accroEtre la coopération entre les divers organes onusiens
a!ant compétence pour surveiller et agir dans ce domaine.
>,
4 voire aussi les résolutions de l(9ssem)lée Ménérale de l(./0 9]52$]:=]#:= G#??*H, 9]52$]:?]#& G#??:H
ou 9]52$]>&]#?* G#??>H, 9]52$]>=],&B G*&&,H, la résolution ,,#% GRR1RH du #: décem)re #?=: 4 la
Déclaration sur la protection des femmes et enfants dans des situations d(urgence ou conflit armé.
>:
4 dans le meme sens, voire les les 5ésolutions du "onseil de $ecurite de l(./0 $]52$]==& G#??*H, $]52$]==#
G#??*H, $]52$]%*& G#??,H, $]52$]%*= G#??,H, $]52$]#&,: G#??>H.
>>
Disponi)le sur la page 1nternet, consultée le *? mars *&&? I httpI]];;;.unhchr.ch]huridocda]huridoca.nsf]
G$!m)olH]9."./8.#>=.*:eGC956e1H.8r^.penDocument
*&
5.2. Un soft law n&r(ati+ - "a r!"e(entati&n )"$s *&n*r2te +a*e a$ )'!n&(2ne %e
"a #i&"en*e en#ers "es +e((es en te()s %e *&n+"it ar(!
0n pas majeur dans le dé)at pu)lic et la création d(un ensem)le de mesures cohérentes
pour lutter contre la violence envers les femmes en temps de conflit armé a été la :
ème
"onférence +ondiale sur les 8emmes, finalisée avec la signature de la Déclaration de @eijing,
le #> septem)re #??>
>B
. Les 2tats signataires ont expressément souligné le fait que, même si
des communautés entières souffrent des conséquences des conflits armés, les femmes et les
jeunes femmes sont particulièrement affectées en raison de leur statut dans la société et de
leur sexe. Les mem)res de forces armées des parties aux conflits violent souvent les femmes
sous le )énéfice de l(impunité, utilisant parfois les viols s!stématiques comme une tactique de
guerre et terrorisme. L(impact de la violence contre les femmes et les violations des droits
fondamentaux des femmes dans ce t!pe de situations sont su)ies par des femmes de tous les
Yges
>=
. La Déclaration de @eijing a été accompagnée par un Clan d(action qui a indiqué des
mesures tangi)les de protection des femmes en cas de conflit armé, comme I
 « 5enforcer la participation des femmes dans le règlement des différends aux
différents niveaux de prise de décision et protéger les femmes vivant dans les situations de
conflit armé ou autre t!pe de conflit ou sous occupation étrangère S
 5éduire les co[ts militaires excessifs et contrDler les possi)ilités d(accès aux
armes S
 Cromouvoir des formes non4violentes de règlement des différends et réduire
l(incidence des a)us sur les droits de l(homme dans les conflits S
 8ournir protection, assistance et enseignement aux femmes réfugiées, aux autres
femmes nécessitant une forme de protection internationale ou aux femmes déplacées interne
JaK .
1nspirés par ces initiatives internationales, les principaux organes onusiens ont adopté
plusieurs documents significatifs dans ce sens. 1l faut surtout souligner toute une série de
résolutions adoptées par le "onseil de sécurité des /ations 0nies. Car la résolution
#,*>G*&&>H, adoptée le ,# octo)re *&&&
>%
, le "onseil de $écurité des /ations 0nies a indiqué
une série de mesures pour agir contre la violence envers les femmes, parmi lesquelles I
 « 9ccroEtre le rDle et la contri)ution des femmes dans les opérations des /ations 0nies
sur le terrain, en particulier en qualité d(o)servateurs militaires, de mem)res de la police
civile, de spécialistes des droits de l(homme et de mem)res d(opérations humanitaires S
>B
4 disponi)le sur la page 1nternet, consultée le *? mars *&&? I
httpI]];;;#.umn.edu]humanrts]instree]e>dpl;.htm
>=
4 voir O #,B de la Déclaration de @eijing.
>%
4 httpI]];;;.un.org]french]ga]search]vie;fdoc.asp^s!m)ol_$]52$]#,*>G*&&&H
*#
 Lors de la négociation et de la mise en guvre d(accords de paix, d(adopter une
démarche soucieuse d(équité entre les sexes, en particulier I
aH De tenir compte des )esoins particuliers des femmes et des fillettes lors du rapatriement
et de la réinstallation et en vue du relèvement, de la réinsertion et de la reconstruction après
les conflitsS
)H D(adopter des mesures venant appu!er les initiatives de paix prises par des groupes
locaux de femmes et les processus locaux de règlement des différends, et faisant participer les
femmes à tous les mécanismes de mise en guvre des accords de paixS
cH D(adopter des mesures garantissant la protection et le respect des droits fondamentaux
des femmes et des fillettes, en particulier dans les domaines de la "onstitution, du s!stème
électoral, de la police et du s!stème judiciaire .
Car la même résolution, le "onseil de sécurité demande à toutes les parties à un conflit
armé de respecter pleinement le droit international applica)le aux droits et à la protection des
femmes et des fillettes, en particulier en tant que personnes civiles, et de prendre des mesures
particulières pour protéger les femmes et les fillettes contre les actes de violence sexuelle, en
particulier le viol et les autres formes de sévices sexuels, ainsi que contre toutes les autres
formes de violence dans les situations de conflit armé et, comme mesure plus concrète,
demande aux 2tats de mettre fin à l(impunité et de poursuivre en justice ceux qui sont accusés
de génocide, de crimes contre l(humanité et de crimes de guerre, ! compris toutes les formes
de violence sexuelle contre les femmes et les fillettes et, à cet égard, fait valoir qu(il est
nécessaire d(exclure si possi)le ces crimes du )énéfice des mesures d(amnistie.
La préoccupation des organes onusiens concernant la situation des femmes en cas de
conflits armés est restée élevée et le sujet a été maintenu sur l(agenda du "onseil de sécurité.
9insi, en *&&%, le "onseil de sécurité a adopté une nouvelle résolution \ #%*&G*&&%H du #?
juin *&&%
>?
\ sur ce pro)lème, introduisant quelques éléments de nouveauté. 5éaffirmant la
volonté d(éliminer toutes les formes de violence à l(égard des femmes et des fillettes,
notamment en mettant fin à l(impunité et en assurant la protection des civils, pendant et après
les conflits armés, la résolution exige que toutes les parties à des conflits armés prennent
immédiatement les mesures voulues pour protéger les civils, notamment les femmes et les
fillettes, contre toutes formes de violence sexuelle, par une série des mesures comme I
 1mposer des sanctions disciplinaires ou militaires appropriées et en o)servant le
principe de la responsa)ilité du supérieur hiérarchiqueS
 $ensi)iliser les soldats à l(interdiction impérative de toutes formes de violence
sexuelle contre des civils, en dénon-ant les préjugés qui alimentent la violence sexuelleS
>?
4 httpI]];;;.un.org]french]docs]sc]*&&%]cs*&&%.htm
**
 Neiller à ce que la composition des forces armées et des forces de sécurité soit
contrDlée en tenant compte des antécédents de viol et d(autres formes de violence sexuelle et
en procédant à l(évacuation vers des lieux s[rs des femmes et des enfants sous la menace
imminente de violences sexuellesS
 $oulignant le fait que le viol et les autres formes de violence sexuelle peuvent
constituer un crime de guerre, un crime contre l(humanité ou un élément constitutif du crime
de génocide, exclure les crimes de violence sexuelle du )énéfice des mesures d(amnistie
prises dans le cadre de processus de règlement des conflitsS
 Coursuivre les auteurs des actes de violence sexuelle.
La résolution #%*&G*&&%H apporte certains éléments nouveaux dans la lutte contre la
violence envers les femmes dans le cadre des /ations 0nies. $elon les termes de la résolution,
le "onseil de sécurité I « 5ntend apprcier, au moment de décréter ou de reconduire un
régime de sanctions visant spécialement tel ou tel Utat, l(opportunité de mesures ci)lées et
graduelles contre les parties à tout conflit armé qui commettent des viols et d(autres formes de
violence sexuelle contre des femmes et des enfants en période de conflit armé . De même, le
"onseil de $écurité détermine quelques actions spécifiques qui devront être adoptées par le
$ecrétaire général I
 éta)lir et exécuter des programmes de formation appropriés à l(intention de tout le
personnel de maintien de la paix et de tout le personnel humanitaire déplo!é par
l(.rganisation des /ations 0nies dans le cadre de missions décidées par le "onseil, pour les
aider à mieux prévenir et constater la violence sexuelle et d(autres formes de violence contre
les civils et à mieux ! faire faceS
 continuer d(appliquer la politique de tolérance Aéro de l(exploitation et de la violence
sexuelle dans les opérations de maintien de la paix des /ations 0niesS
 éta)lir des directives et des stratégies qui permettent aux opérations de maintien de la
paix des /ations 0nies concernées, dans le respect de leur mandat, de mieux protéger les
civils, ! compris les femmes et les fillettes, contre toutes formes de violence sexuelle et de
faire s!stématiquement dans ses rapports écrits sur tel ou tel conflit des o)servations sur la
protection des femmes et des fillettes et des recommandations dans ce sensS
 éta)lir, en consultant le cas échéant les organisations de femmes et les organisations
dirigées par des femmes, des mécanismes qui permettent de soustraire les femmes et les
fillettes à la violence, en particulier la violence sexuelle, dans les camps de réfugiés et de
personnes déplacées ou alentour et à l(occasion de toute opération de désarmement, de
démo)ilisation et de réintégration soutenue par l(.rganisation des /ations 0nies et entrepris
des réformes des secteurs de la justice et de la sécurité.
*,
8inalement, le $ecrétaire général des /ations 0nies est invité à présenter au "onseil
de sécurité, d(ici le ,& juin *&&?, un rapport sur l(application de la résolution #%*& G*&&%H,
« qui comprendrait notamment I des informations sur les conflits armés à l(occasion desquels
des violences sexuelles généralisées ou s!stématiques ont été exercées contre des civilsS une
anal!se de l(incidence et des tendances de la violence sexuelle en période de conflit arméS des
projets de stratégie qui permettent de moins exposer les femmes et les fillettes à ce t!pe de
violenceS des critères permettant de mesurer le progrès accompli dans la lutte contre la
violence sexuelleS des éléments pertinents fournis par les partenaires opérationnels de
l(.rganisation des /ations 0nies sur le terrainS des informations sur les dispositions qu(il
envisage de prendre pour réunir rapidement des informations o)jectives, précises et fia)les
sur la violence sexuelle en période de conflit armé, notamment grYce à une meilleure
coordination des activités que l(./0 mène sur le terrain et au $iègeS et des informations sur
les mesures prises par les parties aux conflits armés pour s(acquitter de leurs responsa)ilités,
telles que définies dans la présente résolution, en particulier en mettant fin immédiatement et
complètement à tous actes de violence sexuelle et l(adoption de mesures voulues pour
protéger les femmes et les fillettes contre toute forme de violence sexuelle .
L(intérêt que suscitera ce rapport est sans doute incontesta)le et il peut être le dé)ut
d(une nouvelle réglementation dans le domaine de la protection des femmes en temps de
conflits armés, de plus que les résolutions mentionnées ci4dessus relèvent des nouvelles aspect
concernant la violence envers de femmes comme la violence perpétrée par les mem)res des
missions de maintien de la paix. 8aut4il mentionner dans ce cadre un des plus récents
rapports, respectivement le rapport du $ecrétaire Ménéral de l(./0 sur les dispositions
spéciales visant à prévenir l(exploitation et les atteintes sexuelles du #= février *&&?, en
application de la « politique de tolérance Aéro
B&
à l(échelle du personel des /ations 0nies
concernant les actes d(exploitation des femmes ou des atteintes sexuelles.
8orce est de constater que les documents des organisations internationales, cités ci4
dessus, même dépouillés d(une vérita)le force juridique, ont donné l(impulsion politique
nécessaire pour déterminer une action internationale pour la protection des femmes en temps
de guerre. 2n ce sens, il faut souligner la création et l(activité de certains organes du s!stème
onusien, comme, par exemple, la "ommission de la condition de la femme, la "ommission
des droits de l(homme, le "omité pour l(élimination de la discrimination à l(égard des
B&
4 le rapport est disponi)le en ligneI
httpI]]daccessdds.un.org]doc]0/D."]M2/]/&?]*,?]=%]CD8]/&?*,?=%.pdf^.pen2lement.
Le rapport définit l(«exploitation sexuelle comme Wle fait d(a)user ou de tenter d(a)user d(un état de
vulnéra)ilité, d(un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, ! compris mais non
exclusivement en vue d(en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique et l(« a)us sexuel comme toute
atteinte sexuelle commise avec force, contrainte ou à la faveur d(un rapport inégal, la menace d(une telle atteinte
constituant aussi l(a)us sexuel.
*:
femmes, le 8onds de développement des /ations 0nies pour la femme, le Crogramme des
/ations 0nies pour le développement.
:. REMARQUES FINALES
$i on examine le cadre normatif actuel, il faut conclure qu(au niveau international, la
réglementation sur la protection des femmes est couverte par le Droit international des droits
de l(homme 4 qui régisse la situation « normale , c(est à dire celle de paix, à qui s(ajoutent,
en cas des situations exceptionnelles 4 conflits armés, de quelque t!pe 4, les normes
protectrices du Droit international humanitaire et les normes d(incrimination du Droit
international pénal. Les règles de protection « catégorielles du Droit international des droits
de l(homme ne couvrent que certains domaines spécifiques, asseA limités, l(évolution majeure
concerne principalement le Droit international pénal, sous deux aspectes I d(un part,
l(incrimination des actes de violence envers le femmes et d(autre part, l(essa!e de mettre fin à
l(impunité, par la création des juridictions chargées de juger les prétendus responsa)les de ces
crimes.
"ependant, l(action internationale reste défaillante sur l(aspect prévention. Le fin de
l(impunité est encore un )ut à atteindre et, les plus souvent, la communauté internationale se
trouve incapa)le à agir, rapidement, concrètement et efficacement dans une situation concrète
de menace ou de commission de ces actes igno)les. "e ne sont pas les normes et les principes
qui manquent nécessairement, mais leur mise en guvre et les actions spécifiques.
/éanmoins, par référence au cadre normatif existant, il faudra aussi tenir compte du
fait que certaines normes \ surtout celles qui se réfèrent aux actions concrètes pour protéger
les femmes pendant la guerre \ se trouvent inclues dans des documents de soft la=
Grésolutions, recommandations des organisations internationalesH, le )esoin de renforcement
étant )ien évident.
$ur le plan des actions concrètes, il ! a toute une série de mesures qui devront être
adoptées et qui sont remarqua)lement s!nthétisées dans les divers documents issus des
organisations internationales ou ./M. 9insi, parmi les mesures les plus importantes il faudra
envisager quelques o)ligations pointues incom)ant aux 2tats, comme l(incrimination de toute
forme de violences à l(égard des femmes perpétrées en situation de conflit, conformément aux
dispositions du droit humanitaire international, en particulier incriminer du viol, de
l(esclavage sexuel, de la grossesse et la stérilisation forcées, quand elles sont perpétrées en
situation de conflit arméS l(exclusion du )énéfice de l(amnistie en cas de crimes de violence
sexuelle S l(octroi le statut de réfugiéGeH ou d(une forme de protection su)sidiaire en raison de
*>
persécutions fondées sur l(appartenance sexuelle et]ou d(octro!er le statut de résidente pour
des motifs humanitaires aux femmes victimes de violences pendant un conflit.
Des autres mesures à prendre et, par conséquence, des o)ligations à assumer,
concernent également les 2tats, et autres acteurs internationaux Gorganisations internationales,
juridictions internationales compétentes dans la matière, ./MsH, comme, par exemple I la
protection des victimes appelées à témoigner devant les tri)unaux nationaux et les tri)unaux
pénaux internationaux jugeant des génocides, des crimes contre l(humanité et des crimes de
guerre S l(octroi d(un un permis de séjour ou d(un titre quelconque, au moins pendant la durée
de la procédureS des mesures de un soutien juridique et social particulier aux femmes qui
peuvent donner des informations sur les personnes s(étant rendues coupa)les de crimes de
guerre et d(atteintes aux droits fondamentaux pendant ou après le conflit, en vue d(engager
des poursuitesS assurer l(assistance sociale et juridique à tous les témoins cités devant les
tri)unaux nationaux et les tri)unaux pénaux internationaux jugeant des génocides, des crimes
contre l(humanité et des crimes de guerreS le soutien, ! compris un financement adéquat aux
./Ms qui conseillent et aident les victimes de violences dans les situations conflictuelles et
post4conflictuellesS dans les situations post4conflictuelles, l(encouragement et la prise en
compte des pro)lèmes spécifiques aux femmes dans le processus de reconstruction et de
renouvellement politique dans les Aones touchéesS offrir aux femmes se remettant de )lessures
et de traumatismes su)is durant la guerre, des soins de santé ph!sique et mentale, ! compris le
soutien de spécialistes pour les femmes dont les enfants ont été con-us lors d(un viol et]ou qui
ont été ostracisées par leur communauté et leur famille pour avoir été violées.
2n cas de conflit armé international ou non international, tous les parties devront
imposer des sanctions disciplinaires ou militaires appropriées contre toute forme de violence à
l(encontre des femmes. 2lles devront également procéder à l(évacuation vers des lieux s[rs
des femmes se trouvant sous la menace de violence, ! compris sexuelle.
8inalement, comme une o)ligation spécifique, l(./0 devra prendre des mesures pour
permettre aux missions de maintien de la paix, dans le respect de leur mandat, de protéger les
femmes contre toutes formes de violence et, en cas d(occurrence des tels actes, transmettre
immédiatement les informations les plus complètes sur les événements, identifier et évacuer
les victimes.
+algré les difficultés du processus normatif en droit international, concernant la
protection des femmes en temps de conflit armé, ce qui reste un « droit gagné est le réveil
de la conscience internationale sur ce phénomène, resté trop longuement dans une silence
honteuse. Ceut4être que les mots du $ecrétaire Ménéral des /ations 0nis, @an Pi4moon,
apporteront l(espoir dans un avenir plus lumineux pour la justice internationale I
*B
« Les violences sexuelles contre les femmes sont un crime contre l(humanité. 2lles
vont à l(encontre de toutes les valeurs défendues par l(.rganisation des /ations 0nies. Leurs
conséquences dépassent de loin ce qui est visi)le et immédiat. La mort, les )lessures, les frais
médicaux et le travail perdu ne représentent que le sommet de l(ice)erg. 1l est impossi)le
d(évaluer l(impact qu(elles ont sur les femmes et les filles, sur leur famille, leur milieu et la
société en termes de vies et de perspectives de travail gYchées. J...K .n dit parfois des femmes
qu(elles font de la tapisserie pendant que, trop souvent, les hommes sont à la guerre. Les
femmes portent nos enfants et s(en occupent. Dans )eaucoup de pa!s, elles cultivent les
plantes qui nous nourrissent. "e sont elles qui entretiennent le tissu social. Les violences dont
elles sont victimes sont donc autant d(agressions à l(encontre de nous tous, qui sapent les
fondements mêmes de la civilisation. J...K @ien trop souvent ces crimes demeurent impunis.
Leurs auteurs circulent en toute li)erté. J...K .n ne saurait tolérer les violences contre les
femmes, sous quelque forme que ce soit, dans quelque circonstance que ce soit, qu(elles
soient commises par quelque dirigeant politique ou gouvernement que ce soit. "(est
aujourd(hui le moment de changer. 8aisons entendre notre voix
B#
.
B#
4 @an Pi4moon, « -e plus 6orrible des crimes , éditorial pu)lié dans l(+nternational 0erald >ribune du B
mars *&&?, disponi)le en ligne I httpI]];;;.un.org]french]sg]pressarticle&?&,&B.shtml

*=