You are on page 1of 121

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Dossier pédagogique Marie-Anne Rabouille C.P.A.V. Bassin de Douai

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Sommaire

Présentation

Page

3

L’histoire du costume depuis la préhistoire jusqu’à nos jours

Page

5

Les textes officiels

Page

9

L’histoire des arts

Page 12

En découdre avec les mots

Page 14

La dimension interdisciplinaire

Page 21

Une démarche pour des cheminements

Page

23

Notions et orientations

Page 25

Références symboliques et mythologiques

Page

29

Propositions d’activités Proposer des temps de réception

Page 32

S’intéresser aux fonctions du vêtement

Page

32

Découvrir des types de vêtements

Page

32

Découvrir des collections textiles

Page

32

Découvrir des structures culturelles

Page

33

Réaliser des collections

Page 33

Etablir des relations sensorielles

Page

33

Voyager dans la haute couture Proposer des temps de production

Page 34

Collecter, dessiner, peindre, coller, installer

Page

35

Réaliser une collection de vêtements et de costumes

Page 39

Dans les coulisses d’un défilé de mode

Page

53

Réaliser des collections d’accessoires

Page

56

Les contes de fil en aiguille

Page 62

Le précieux

Page 62

Réaliser une boutique ou une vitrine

Page

66

Le costume de théâtre

Page 68

Le costume de clown

Page 69

Tisser

Page 70

Se déguiser

Page 76

Bibliographie

Page 78

Ressources culturelles : des lieux à visiter

Page

82

Référents culturels : Des œuvres, des artistes, des démarches

Page

84

Les valises de reproductions d’œuvres d’art

Page

87

Le costume dans les œuvres du musée de la chartreuse à Douai

Page

89

Analyse de quelques œuvres du musée de la chartreuse

Page

90

Références littéraires : Extraits littéraires et poésies

Page

99

Vivre un cheminement

Page 117

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Présentation

Pourquoi et comment le vêtement ? La fonction du vêtement

Depuis toujours, l’enfant aime à porter des vêtements, des chaussures, des accessoires, à se parer de bijoux, le plus souvent empruntés aux parents, aux grands frères, aux grandes

sœurs

à se déguiser pour

à se couvrir, se draper dans de vieux draps, de vieilles nappes

jouer des rôles et pour poursuivre des rêveries.

Il s’agit donc de développer cette propension naturelle pour inviter les élèves à s’impliquer dans les diverses situations proposées dans ce dossier.

Le vêtement est un ensemble de différentes pièces d’habillement destiné à couvrir certaines parties du corps pour le protéger et le parer. Depuis des milliers d’années, l’homme a cherché à se vêtir. Les premiers hommes de la Préhistoire s’habillent de peaux de bête. De nos jours, les Inuits portent eux aussi des vêtements en peau de phoque.

A l’origine, la fonction du vêtement est de protéger les individus des agressions du climat, du

froid, de la chaleur, du soleil, de la pluie

Le vêtement cache la nudité et respecte la pudeur. Cette notion de pudeur varie d’une culture à l’autre. Le vêtement, création de l’homme destinée à couvrir le corps, se veut fonctionnel et doit répondre à des exigences liées à son usage. En s’agrémentant d’ornements, le vêtement devient aussi parure, il répond alors à des intentions esthétiques, il habille, révèle le corps, s’enrichit d’accessoires pour mettre en valeur la personne qui le porte. L’histoire du vêtement est étroitement liée à sa fonction, il existe des vêtements adaptés au travail, au sport, à la guerre Le vêtement joue également un rôle social, sorte de « signe » d’une époque et d’une société. Les hommes portent des vêtements qui les distinguent les uns des autres. Cette distinction apparaît également au sein d’une même fonction pour différencier les différents rôles et états. Le vêtement révèle une classe sociale, une corporation, un métier reconnaissable par

l’ensemble des individus d’une société. Il est aussi « signe » politique et religieux, il indique

le rang social de la personne dans sa hiérarchie.

Les religieux portent des vêtements différents en rapport avec leur fonction. Le Pape,

l’évêque, le prêtre

ne portent pas les mêmes vêtements et c’est cette différence qui au

premier regard permet de les reconnaître. Le vêtement qui différencie les sexes est aussi un facteur d’intégration marquant l’appartenance à un groupe. La forme et la couleur de certains vêtements sont porteurs d’une symbolique. Le noir est reconnu en Europe comme étant la couleur du deuil, le blanc celui de la pureté, de la virginité alors qu’en Asie, le blanc est la couleur du deuil.

des intempéries.

L’histoire du vêtement est étroitement associée aux découvertes (le ver à soie

progrès techniques (les premières aiguilles fabriquées dans de l’os i remontant au

Paléolithique, le métier à tisser

artificielles et de teintures chimiques Les codes vestimentaires sont nombreux et traversent l’Histoire.

aux

),

),

aux innovations techniques (la création de fibres

« Propre de l’homme, puisqu’aucun autre animal n’en porte, le vêtement est un des premiers indices d’une conscience de la nudité, d’une conscience de soi, de la conscience morale. Il est aussi révélateur de certains aspects de la personnalité, en particulier de son caractère influençable (modes) et de son désir d’influencer. L’uniforme, ou telle partie du vêtement (casque, casquette, cravate, etc.), indique l’appartenance à un groupe,

l’attribution d’une mission, d’un mérite

»

« Les vêtements nous ont donné l’individualité, les distinctions, les raffinements sociaux ; les vêtements ont fait de nous des hommes, mais ils menacent de faire de nous des mannequins (Carlyle) Extraits de Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Robert Laffont, « Vêtement » page 798

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

L’histoire du costume depuis la préhistoire jusqu’à nos jours

S’intéresser à l’évolution du costume c’est considérer l’histoire du vêtement et de la mode. Les vêtements sont des objets périssables. Les plus anciens ont disparu.

Les œuvres d’art, les découvertes archéologiques habitudes vestimentaires.

apportent des témoignages sur les

Il s’agit de :

- Engager les élèves dans des recherches documentaires.

- Collecter des images de tous types à caractère artistique, historique, géographique

- Proposer des extraits littéraires.

- Repérer et positionner les connaissances sur la frise chronologique.

- Découvrir un vocabulaire spécifique.

Pour chaque période historique, s’intéresser à divers sujets :

-

Les différents types de vêtements et leur fonction

-

Les matières et matériaux

-

Les formes et les couleurs

-

Les ornementations

-

Les accessoires

-

les tendances de la mode

-

les vêtements féminins et masculins, les vêtements des enfants

-

les vêtements et la société

-

Il existe différents types de costumes :

- le costume drapé travaillé autour du corps par recouvrement et enroulement

- le costume que l’on enfile fait d’une seule pièce trouée pour passer la tête

- le costume cousu et fermé composé d’un assemblage de pièces de tissu

- Le costume cousu et ouvert réalisé à partir de plusieurs morceaux d’étoffes assemblés, croisés et superposés à d’autres vêtements

- Le costume fourreau ajusté près du corps et associé à d’autres vêtements

Durant la Préhistoire, les vêtements de fourrure et de cuir sont de rigueur. Des parures de coquillages et d’ambre apparaissent au Paléolithique supérieur. L’utilisation des aiguilles à chas en os témoignent des techniques de couture utilisées pour assembler les différentes parties d’un vêtement. Le tissage des matières est apparu très certainement dès le Néolithique. Les pièces tissées sont assemblées et cousues. La peinture corporelle complète le costume. L’ocre rouge est utilisé durant le Paléolithique. Les colorants utilisés pour les teintures sont essentiellement extraites de plantes. L’ocre provient des terres.

Dans l’Antiquité, la tunique est le vêtement de base.

Les égyptiens portent un vêtement drapé en lin blanc. Les femmes grecques portent le péplos sur le chiton appelé aussi khiton qui est un vêtement de dessus généralement en laine, cousu sur un côté et retenu sur les épaules par une fibule. Le péplos est rectangle de tissu drapé maintenu également sur les épaules par des fibules. L’homme et la femme portent un manteau, l’himation composé d’un rectangle d’étoffe drapée. L’homme grec porte lui aussi un chiton plus court que celui des femmes. Les philosophes, les anciens, les rois quant à eux le portent long. La chlamyde, sorte de manteau drapé et attaché par une fibule forme une capuche à l’arrière de la tête. Le lin est plissé à l’ongle, il est empesé et tordu. Il sèche et blanchit exposé au soleil. Hommes et femmes portent des sandales. Les femmes divisent leur chevelure en deux bandeaux ramenés en chignon sur la nuque. Elles portent aussi des diadèmes. Les romains portent la toge. Ils emprunteront aux gaulois les braies et le capuchon.

Au début du Moyen Age, la tunique reste de rigueur. Au V e siècle, le roi franc Childéric est vêtu d’un manteau brodé d’or et d’une cuirasse, attributs des officiers romains, il porte les cheveux longs et sa tête est nue. Les bijoux de cette époque révèlent l’importance de l’orfèvrerie issue des Germains de l’Est. Le haut Moyen Age est influencé par les coutumes vestimentaires romaines et barbares. Les Barbares qui envahissent l’Europe sont vêtus de tuniques, de braies et portent aussi la cotte de mailles et le casque à cornes. Mérovingiens et Carolingiens s’habillent d’une tunique courte appelée la gonnelle particulièrement pratique pour monter à cheval. La ceinture est utilisée pour attacher l’aumônière qui contient argent et menus objets car les vêtements de l’époque ne possèdent pas de poches. Hommes et femmes adoptent le chainse qui est une longue tunique de lin aux manches étroites et resserrées. Le bliaud, robe aux longues manches et le manteau complètent la tenue. Les vêtements féminins sont très longs et traînent au sol. Le vêtement est porté vers le devant du corps au moment de la marche ce qui oblige les femmes à adopter une posture cambrée. Les coiffures et les coiffes sont extravagantes, le hennin en forme de cône peut atteindre des hauteurs démesurées. Durant le bas Moyen Age, les hommes s’habillent d’une tunique de lin blanc à manches longues et de braies (chausses) portées sous le surcot maintenu à la taille ou sur les hanches par une ceinture brodée. Un manteau de forme rectangulaire ou parfois arrondie complète la tenue. Ils portent les cheveux longs sous des calottes ou des capuchons. Les poulaines sont des chaussures à pointe longue et effilée. Au cours des siècles suivants, les costumes vont s’enrichir d’ornements, les matières vont se diversifier. Les costumes de cour deviennent particulièrement élégants. Au XIV e siècle, on commence à utiliser les boutons et les vêtements sont rembourrés et les différentes pièces sont ajustées, boutonnées, lacées. Au XV e siècle, les pourpoints des hommes raccourcissent et se portent avec des chausses ajustées. Hommes et femmes portent la houppelande, sorte de manteau. Les croisés ramènent de nouvelles étoffes et de nouveaux procédés de teinture.

Soies, fourrures et riches étoffes habillent les nobles quant aux paysans leur tenue plus modeste est confectionnée dans des tissus plus « grossiers ».

Au XV e siècle, la Renaissance italienne influence la mode. L’industrie textile est en plein essor en Italie. Les costumes particulièrement élégants sont taillés dans des tissus richement brodés :

soieries, damas, brocard

couvertes d’une gorgerette. Les jupes sont volumineuses et les manches dites à crevés

les robes décolletées mettent en valeur les poitrines parfois

dévoilent le vêtement du dessous.

Après avoir été influencée par l’Allemagne, la mode se laisse séduire par l’Espagne. Au milieu du XVI e siècle, les hommes portent des pourpoints et des chausses bouffantes rembourrés tous deux de laine et de crin. Les costumes féminins apparaissent particulièrement « rigides ». Le vertugadin qui est un jupon raidi, cerclé de bois ou de fil de fer donne à la jupe la forme d’une cloche ou d’un tonneau. Les fraises tuyautées et amidonnées portées autour du cou deviennent de plus en plus importantes, elles sont renforcées, empesées et plissées au fer chaud. Au XVI e siècle, les dames de la Cour et de la noblesse consultent les premiers « journaux de mode ».

Au XVII e siècle, vertugadins et fraises sont abandonnés, seule la Hollande adopte la fraise en forme de roue. Chaque pays possède sa propre mode. Sous Louis XIV, la mode française rayonne dans toute l’Europe. Une profusion de rubans, de dentelles et de plumes parent les costumes extravagants de la Cour. Les costumes féminins et masculins sont coupés dans des soieries de plus en plus précieuses. L’homme porte une brassière et une chemise blousante ainsi qu’une étonnante culotte largement ornée de volants, de dentelles et de rubans appelée la rhingrave et les célèbres chaussures à talon rouge agrémentées de nœuds. Le chapeau plat est garni de plumes d’autruche. Les cheveux se portent longs et la perruque se généralise.

Au XVIII e siècle, les femmes optent pour différents styles de robe : la robe à la française qui est une robe à paniers et la robe à la polonaise. Les jupes des robes à paniers prennent de l’ampleur, sous celles-ci les armatures peuvent atteindre jusqu’à cinq mètres. La jupe de la robe à la polonaise se compose de trois volants posés sur des paniers circulaires. Les bustiers ajustés sont fermés dans le dos. Les hommes portent des habits dits à la française. C’est la mode des cheveux et des perruques poudrées de craie ou de farine. Les coiffures féminines sont monumentales, elles atteignent des hauteurs vertigineuses.

La révolution entraîne des changements importants. Les vêtements réclament davantage de simplicité et les tissus deviennent plus légers.

Le « sans-culotte » s’habille d’un pantalon qui remplace la culotte et d’une veste courte appelée la carmagnole. Les hommes portent les cheveux courts.

La jeunesse s’habille de manière provocante, les élégants appelés les Incroyables portent des

habits à pans carrés et les élégantes appelés les Merveilleuses de longues robes près du corps, largement décolletées et à la taille haute marquée par un ruban appelée la ceinture-à- la-victime. Elles tiennent à la main un petit sac, le réticule. Après la Terreur, en 1794, la mode opte pour un style inspiré de l’Antiquité.

Au début du XIX e siècle, la femme adopte la crinoline, « cage » faite de cercles flexibles maintenus à la taille, donnant à la jupe une forme circulaire sur laquelle elle superpose plusieurs jupons. Elle porte aussi un corset ou une guêpière pour affiner la taille et accentuer la cambrure. Après la crinoline, les femmes de la Belle Epoque portent des corsages et des jupes à tournure. Le volume de tissu se répartit dans le dos. Les progrès marquent une évolution importante dans la réalisation des vêtements. Le costume masculin d’une grande sobriété se compose d’un pantalon, d’une redingote droite et d’un gilet croisé. Les hommes portent le haut-de-forme et les femmes de coquets chapeaux particulièrement

il n’est pas question de sortir tête

sophistiqués, ornés de dentelles, de plumes, de fleurs nue.

La machine à coudre est inventée en 1850 et bouleverse la mode, les premiers vêtements de

confection apparaissent. En 1857, Charles-Frédéric Worth (1825-1895) crée la première maison de haute couture à Paris, il présente ses collections sur des mannequins vivants.

A l’origine, vêtement de travail confortable et résistant, le Blue-jeans appelé aussi jeans,

vêtement porté par les conquérants de l’Ouest américain au moment de la ruée vers l’or, habille actuellement des hommes et des femmes de tous les âges et de toutes les catégories sociales du monde entier. Il est dit qu’en 1835, Oscar Levi Strauss confectionne des salopettes dans de la toile de tente

pour les travailleurs qui ont besoin de pantalons solides. Plus tard, vers 1860, il remplace la toile de tente par le denim fabriqué à Nîmes, une toile résistante en coton teinté en bleu (blue-jeans) par des bains d’indigo.

Le jeans reste le vêtement emblématique de notre époque. A la fois vêtement de travail, de

loisirs, de mode, le jeans est présent dans toutes les garde-robes. De nos jours, il est devenu un produit de luxe qui figure parmi les créations des plus grands

couturiers et stylistes.

Au début du XX e siècle, les hommes portent le complet : veste, gilet et pantalon assortis. Les femmes abandonnent le corset pour le porte-jarretelles, elles adoptent des vêtements adaptés aux différents besoins de la journée.

Le style garçonne a marqué les années 1920, les femmes portent les cheveux courts.

Les jupes raccourcissent, les femmes portent un soutien-gorge, le maillot de bain une-pièce

devient un vêtement à part entière. Les robes s’allègent, les tissus épousent les courbes du corps.

Le travail féminin explique en grande partie le besoin de libérer le corps et de porter des vêtements adaptés et fonctionnels. Le manteau de fourrure est lancé à Paris par la maison de couture Revlon. Après la guerre, en 1947, un couturier Christian Dior crée le style New-look. La femme qui s’émancipe va porter le pantalon puis la mini-jupe puis le bikini.

De nos jours, nombreux sont ceux et principalement les adolescents qui donnent une importance aux « marques ». Celles-ci sont plus importantes que le vêtement lui-même :

une manière comme une autre de trouver sa place et de revendiquer son identité au sein d’un groupe.

Le vêtement ici et ailleurs, autrefois et aujourd’hui

S’intéresser aux vêtements c’est considérer son évolution au fil du temps, c’est aussi découvrir les différentes coutumes vestimentaires des autres cultures et civilisations. Il conviendra de proposer aux élèves une grande diversité d’images et d’ extraits littéraires

AILLEURS La Chine : La robe dragon de Jainjing « L’empereur Jainjing a régné sur la Chine entre 1796 et 1820. Comme ses ancêtres, il vivait dans la Cité interdite et le cérémonial de la cour lui dictait sa façon de s’habiller. Moi, empereur mandchou qui règne sur la Chine, j’ai imposé officiellement la robe dragon à toute la cour. Elle est longue, croisée sur la poitrine, et fendue pour monter à cheval. Les manches sont serrées aux poignets. Je porte également ce type de robe : celle que j’ai mise aujourd’hui est jaune, la couleur de l’empereur. Elle est magnifiquement décorée de nuages et du dragon impérial à cinq griffes. Mes courtisans se contentent de quatre ! A la cour, chacun doit s’habiller selon son rang. Je sais à peu près à qui j’ai à faire grâce au chapeau et au carré de mandarin. Cousu sur la poitrine de mes fonctionnaires, il est orné d’un animal qui symbolise leur fonction. Ceux des officiers de l’armée sont décorés de bêtes féroces, tandis que les oiseaux sont réservés aux civils. les femmes, elles aussi, sont soumises à des règles. Tout dépend de leur origine : si elles sont chinoises, elles portent une longue robe sur un pantalon, ainsi qu’une veste courte. Mais si elles sont mandchoues, comme moi, elles s’habillent d’une robe fendue et d’un long gilet sans manches. Le décor de leurs vêtements a également sa signification : le papillon, par exemple, est symbole de longue vie ! Tout le monde porte donc la robe, les hommes comme les femmes ! Au fil des siècles, on l’a aimée longue ou courte, à manches très amples ou plus raisonnables, sur des pantalons ou sur des jupes, mais on n’a jamais pu s’en passer ! » Extrait de la revue Dada La route de la soie n°104

Le costume inuit « Les couturières Inuits confectionnent les vêtements en respectant les principes traditionnels

utilisés par leurs ancêtres. Le vêtement conserve la chaleur, chasse l’humidité, empêche l’eau et le

vent de pénétrer et dure longtemps

».

« Le costume inuit consistait en une veste, un pantalon, des mitaines et des bottes. Le caribou, le phoque et les oiseaux marins étaient les principales sources de matériaux pour ces vêtements

légers cousus avec des du fil de tendon. Les vêtements étaient coupés en fonction de qui les

les vestes d’homme avaient des

épaules très amples pour faciliter la chasse

l’un par-dessus l’autre. Le poil du vêtement de dessous était tourné vers l’intérieur, contre le corps,

tandis que le poil du vêtement de dessus était tourné vers l’extérieur

séchée étaient placées à l’intérieur du bas, sous le pied, pour absorber la transpiration, et au fond

de l’amaut en guise de couche

porter jusqu’à cinq couches de peau de caribou ou de phoque sur les pieds : bas, chaussettes,

bottes et chaussons extérieurs Les accessoires du costume inuit étaient fonctionnels, décoratifs et symboliques

(Sources internet : extrait du catalogue de l’exposition Ivalu. Traditions du vêtement inuit, 1988)

Des herbes et de la mousse

En hiver, deux vestes et deux pantalons étaient portés

portait. Les vestes de femme avaient un amaut (poche à enfant)

Pendant les mois froids et secs de l’hiver, les chasseurs peuvent

»

AUTREFOIS La garde-robe des enfants « Dans les civilisations égyptienne, grecque, romaine et byzantine, les enfants étaient vêtus comme leurs parents. Il a fallu attendre le début du XX e siècle pour qu’ils cessent de ressembler à des adultes en miniature et commencent à avoir des vêtements bien à eux. Mais le vrai changement dans la mode enfantine est survenu après la Seconde Guerre mondiale. C’est alors qu’on a créé pour eux un style de vêtement à la fois confortable, pleins de fantaisie, solide et d’un entretien facile. » Extrait de Le costume et la mode, L. Rowland-Warne, Les Yeux de la découverte, Gallimard

Voir textes dans § « Références littéraires : Extraits littéraires et poésies »

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Les Textes officiels

Programmes de l’école maternelle

On peut lire dans la partie « Percevoir, sentir, imaginer, créer » :

- « Les activités visuelles et tactiles, auditives et vocales accroissent les possibilités

sensorielles de l’enfant. Elles sollicitent son imagination et enrichissent ses connaissances et

ses capacités d’expression

l’observation, avec les formes d’expression artistique les plus variées ; ils éprouvent des émotions et acquièrent des premiers repères dans l’univers de la création. Ces activités entretiennent de nombreux liens avec les autres domaines d’apprentissage Le dessin et les compositions plastiques (fabrication d’objets) sont les moyens d’expression privilégiés. Les élèves expérimentent les divers instruments, supports et procédés du dessin. Ils découvrent, utilisent et réalisent des images et des objets de nature variées. Ils construisent des objets en utilisant peinture, papiers collés, collage en relief, assemblage, modelage l’enseignant aide les enfants à exprimer ce qu’ils perçoivent, à évoquer leurs projets et leurs réalisations ; il les conduit à utiliser, pour ce faire, un vocabulaire adapté. Il les encourage à commencer une collection personnelle d’objets à valeur esthétique et affective.

Elles sont l’occasion de familiariser les enfants, par l’écoute et

L’enfant est capable de :

- adapter son geste aux contraintes matérielles

- utiliser le dessin comme moyen d’expression et de représentation

- réaliser une composition en plan ou en volume selon un désir exprimé

- observer et décrire des œuvres du patrimoine, construire des collections

Programmes du CP et CE1

Pratiques artistiques et histoire des arts : arts visuels - « La sensibilité artistique et les capacités d’expression des élèves sont développées par les pratiques artistiques, mais également par des références culturelles liées à l’histoire des arts. Ces activités s’accompagnent de l’usage d’un vocabulaire précis qui permet aux élèves d’exprimer leurs sensations, leurs émotions, leurs préférences et leurs goûts. Un premier contact avec des œuvres les conduit à observer, écouter, décrire et comparer. »

Compétence 5 : La culture humaniste L’élèves est capable de :

- s’exprimer par

- distinguer certaines grandes catégories de la création artistique

- reconnaître des œuvres visuelles

- fournir une définition très simple des différents métiers artistiques

le dessin, la peinture, le volume (modelage, assemblage)

préalablement étudiées

Programmes du CE2, CM1 et CM2

Pratiques artistiques et histoire des arts : arts visuels

« La sensibilité artistique et les capacités d’expression des élèves sont développées par les pratiques artistiques, mais également par la rencontre et l’étude d’œuvres diversifiées relevant des différentes composantes esthétiques, temporelles et géographiques de l’histoire des arts. »

« L’enseignement des arts visuels

Pratiques

régulières et diversifiées et références aux œuvres contribuent ainsi à l’enseignement de l’histoire des arts. »

conduit à l’acquisition de savoirs et de techniques

spécifiques et amène progressivement l’enfant à cerner la notion d’œuvre d’art

« L’histoire des arts porte à la connaissance des élèves des œuvres de référence qui

appartiennent au patrimoine ou à l’art contemporain. Ces œuvres leur sont présentées en relation avec une époque, une aire géographique (sur la base de repères chronologiques et

spatiaux acquis en histoire et en géographie), une forme d’expression (dessin, peinture, sculpture, architecture, arts appliqués, musique, danse, cinéma), et le cas échéant avec une technique, un artisanat, ou une activité créatrice vivante. »

« L’histoire des arts en relation avec les autres enseignements aide les élèves à se situer

parmi les productions artistiques de l’humanité et les différentes cultures considérées dans le temps et dans l’espace.

Confrontés à des œuvres diverses, ils découvrent les richesses, la permanence et l’universalité de la création artistique. »

« rencontres sensibles avec des œuvres

».

L’enseignement d’histoire des arts s’articule sur les six périodes historiques du programme d’histoire ; il prend en compte les six grands domaines artistiques suivants :

- les arts de l’espace : architecture, jardins, urbanisme ;

- les arts visuels : arts plastiques (architecture, peinture, sculpture, dessin et arts graphiques, photographie, etc.), cinéma, photographie, arts numériques

- les arts du langage

- les arts du quotidien

- les arts du spectacle vivant

- les arts du son

Compétence 5 : Culture humaniste « La culture humaniste des élèves dans ses dimensions historiques, géographiques, artistiques et civiques se nourrit aussi des premiers éléments d’une initiation à l’histoire des arts. La culture humaniste ouvre l’esprit des élèves à la diversité et à l’évolution des civilisations, des sociétés, des territoires, des faits religieux et des arts ; elle leur permet d’acquérir des repères temporels, spatiaux, culturels et civiques. »

sont éclairées, dans le cadre de

« Les pratiques artistiques individuelles ou collectives

l’histoire des arts, par une rencontre sensible et raisonnée avec des œuvres considérées dans un cadre chronologique. »

La culture humaniste : compétences attendues à la fin du CM2 (Extrait des nouveaux programmes de l’école primaire) ] - connaître quelques éléments culturels d’un autre pays ;

-

[

- distinguer les grandes catégories de la création artistique (littérature, musique, danse, théâtre, cinéma, dessin, peinture, sculpture, architecture) ;

- reconnaître et décrire des œuvres visuelles ou musicales préalablement étudiées : savoir

les situer dans le temps et dans l’espace, identifier les domaines artistiques dont elles

relèvent, en détailler certains éléments constitutifs en utilisant quelques termes d’un vocabulaire spécifique ; - exprimer ses émotions et préférences face à une œuvre d’art, en utilisant ses connaissances ;

- pratiquer le dessin et diverses formes d’expressions visuelles et plastiques (formes

abstraites ou images) en se servant de différents matériaux, supports, instruments et techniques ; - inventer et réaliser des textes, des œuvres plastiques, des chorégraphies ou des

enchaînements, à visée artistique ou expressive. »

Pour en savoir plus sur l’enseignement de l’histoire des arts à l’école primaire Consulter l’encart du BO n° 32 du 28 août 2008

Extraits « L’enseignement de l’histoire des arts est obligatoire pour tous les élèves de l’École

primaire

des œuvres d’art.

Il s’appuie sur trois piliers : les « périodes historiques », les six grands « domaines artistiques » et la « liste de référence » pour l’École primaire

Les œuvres sont

analysées à partir de quatre critères au moins : formes, techniques, significations, usages. Chaque année, l’enseignement de l’histoire des arts est organisé par l’équipe pédagogique Le volume horaire à partir du cycle 3 est de vingt heures. » « Cycles 1 et 2 : l’enseignement de l’histoire des arts se saisit de toutes les occasions

L’enseignement de l’histoire des arts est fondé sur l’étude des œuvres

C’est un enseignement fondé sur une approche pluridisciplinaire et transversale

d’aborder des œuvres d’art de quelques repères historiques Fondé sur une découverte sensible, cet enseignement construit une première ouverture à l’art. Cycle 3 : L’enseignement de l’histoire des arts se fonde sur les 3 piliers

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Histoire des arts

Se référer aux exemples d’œuvres proposés dans la liste Eduscol « Histoire des arts »

Parmi les différents domaines artistiques cités dans les programmes relatifs à l’enseignement de l’histoire des arts, le vêtement et le costume relèvent des arts du quotidien. Ils peuvent être également abordés dans le cadre de l’étude des arts du spectacle vivant (danse, théâtre) et des arts du visuel (portraits peints, sculptés, photographiés).

Exploiter les ressources locales. S’intéresser à la dimension patrimoniale de la région. Visiter des musées, des écomusées Présenter des reproductions d’œuvres d’art d’époques et de styles différents.

Etudier l’histoire du vêtement à travers les siècles depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours.

Croiser des domaines artistiques et des périodes historiques

-

le costume féminin au Moyen Age

-

le costume des enfants au fil des siècles

-

le costume et la guerre au Moyen Age

-

la mode vestimentaire au siècle des lumières

-

les parures de l’Antiquité gallo-romaine

-

S’intéresser à divers domaines artistiques :

- les arts du quotidien : les costumes d’époques différentes les matériaux textiles les affiches de mode

- les arts du spectacle vivant : le costume et la danse le costume et le théâtre le costume et le masque de carnaval le costume et la fête le costume et le cirque le costume folklorique

- les arts du visuel : le costume dans la peinture le costume dans la sculpture les plis et drapés la fonction sociale du costume les artistes et la création de costumes

- les arts du langage : extraits littéraires (descriptions de costumes) et poésies

Proposer des sujets d’étude en relation avec la thématique

-

le portrait d’apparat aux XVI e , XVII e et XVIII e siècles

-

le costume dans les œuvres d’art du XVIII e siècle

-

le précieux à la Renaissance

-

la parure depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours

-

le costume de théâtre depuis le Moyen Age jusqu’à nos jours

-

les liens entre vêtements, découvertes textiles et progrès techniques

-

l’évolution des techniques : tissages, broderies, dentelles

-

le vêtement et la religion

-

la fonction sacrée du costume

-

le vêtement et la danse

-

Proposer différentes sources documentaires - collections d’images de tous types (reproductions d’œuvres d’art, gravures de mode, images à caractère historique )

- sites et images sur internet,

- catalogues, ouvrages divers (livres d’Histoire

- extraits de films (La Bête et la Belle de Jean Cocteau, Les Visiteurs du Soir de Carné

)

)

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

En découdre avec les mots

Le vêtement L’habit Le costume L’uniforme Le déguisement Les effets L’accessoire La parure Les atours Les dessous Les sous-vêtements La garde-robe La toilette La couture La haute couture La mode La confection Le prêt-à-porter Le stylisme

Le styliste

Le couturier

La couturière

Le chapelier

La modiste

Définitions

Des définitions à nuancer

Le vêtement :

Habillement (comprenant le linge mais non les chaussures) • habillement, habits S’habiller, se vêtir

Le costume :

Pièces d’habillement qui constituent un ensemble • vêtement, tenue Vêtement d’homme composé d’une veste, d’un pantalon et parfois d’un gilet • complet, costard (fam.) Costume habillé • smoking Le costume ou la tenue est un ensemble de vêtements et d’accessoires assortis et faits pour être portés ensemble. Les déguisements sont des habits portés pour le théâtre ou certaines cérémonies.

L’habit :

L’ensemble

des

pièces

qui

composent

l’habillement,

vêtements visibles du dessus

affaire(s), vêtement(s)

L’uniforme :

Costume militaire dont la forme, le tissu, la couleur sont définis par un règlement. Vêtement déterminé, obligatoire pour un groupe.

Le déguisement :

Un vêtement qui déguise. Déguiser : vêtir quelqu’un de manière à le rendre méconnaissable. Modifier pour tromper.

Les atours :

Toilette et parure féminine

Les effets :

Le linge et les vêtements

La toilette :

Manière dont une femme est vêtue et apprêtée • mise, parure, vêtement Les vêtements que porte une femme

Un accessoire :

Elément associé à une toilette Objet nécessaire à une représentation théâtrale, un déguisement

La parure :

Ensemble des vêtements, des ornements, des bijoux d’une personne en grande toilette Ensemble de bijoux assortis Ensemble assorti de pièces de linge

Les dessous :

Sous-vêtements, vêtements de dessous féminins

La garde-robe :

Armoire où l’on range les vêtements Ensemble des vêtements d’une personne

La couture :

Action de coudre Confection professionnelle des vêtements Profession de couturier Assemblage par une suite de points exécutés avec du fil et une aiguille

La haute couture :

La conception et la fabrication de vêtements féminins uniques qui créent la mode

La mode :

Manière, façon Habitudes collectives et passagères en matière d’habillement

A la mode : conforme au goût du jour

La confection ou prêt-à-porter L’industrie des vêtements qui ne sont pas faits sur mesure

Le stylisme :

Le styliste :

Spécialiste de la création de modèles dans la mode

Le couturier : personne qui dirige une maison de couture, crée des modèles La couturière : celle qui coud, qui exécute, à son propre compte, des vêtements La modiste : fabricante de coiffures féminines Le chapelier : personne qui fait ou vend des chapeaux pour hommes

Découvrir un vocabulaire spécifique au fil des activités

Des actions Coudre, tisser, tresser, draper, plisser, plier, froncer, froisser, chiffonner, enrouler, natter, empaqueter, épingler, superposer, trouer, effilocher, franger, découper, tailler, ourler, lier, relier, nouer, ligaturer, agrafer, croiser, entrelacer, enfiler, attacher, ficeler, torsader, découdre, ajourer, tordre, déchirer, découper, lacérer, entortiller, entrelacer Peindre, teinter, amidonner, rigidifier, plâtrer, encoller, maroufler, modeler, façonner, coller

Des objets La bobine, le métier à tisser, l’écheveau, le fuseau, la pelote, la navette Les ciseaux, le dé à coudre, les aiguilles, les épingles, les fils à coudre, à broder, à repriser, à tisser, la machine à coudre, le métier à tisser

Des matériaux textiles Le tissu, l’étoffe, le tissu d’ameublement, le tissu éponge, le tissu imprimé Le tulle, le coton, la soie, le lin, le nylon, le linon, la laine, le polyester, la rayonne, l’acétate, la dentelle, le tricot, le velours, la cotonnade, le drap, le satin, le sisal, le jute, le lainage, la soie, le madras, la toile de Jouy, le coutil, la mousseline, le shirting, le calicot, l’ottoman, la percale, la cretonne, le pilou, la ratine, le damas, le jersey, l’éponge, la gaze, le taffetas

Méli-mélo de mots Des vêtements d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui

La peau de bête, , le complet, l’ensemble, la livrée, la robe, le tailleur la jupe, la jupe-culotte,

le

jupon, la chasuble, la tunique, le kilt, le paréo, le tutu, le fourreau, le peignoir, le pull-over,

le

cardigan, le chandail, le débardeur, le maillot, le tricot, le chemisier, le corsage, le châle, la

chemise, la blouse, le manteau, la redingote, le caban, la cape, le cache-poussière, l’imperméable, le manteau, la casaque, l’anorak, la canadienne, la saharienne, le blazer, le

blouson, la veste, le veston, le spencer, la Jacquette, la redingote, le costume, le frac, la queue-de-pie, la jaquette, la vareuse, le smoking, le spencer, l’aube, le cafetan, la djellaba, la toge, la tunique, le sari, le péplum, le pagne, le péplos, le chiton, la chlamyde, gandoura, la soutane, le pourpoint, le burnous, la casaque, le caftan, le duffle-coat, la gabardine, la houppelande, le macfarlane, le pardessus, la pèlerine, la pelisse, le poncho, le trois-quarts, la layette, la brassière, le tablier, le haïk, les braies, la gonnelle, la chainse, le bliaud, la robe, la pelisse, le chaperon, la cotte, les chausses, le paletot, la houppelande, le verdugo, le vertugadin, les hauts-de-chausses, la fraise, le jabot, le justaucorps, la cravate, le corset, la gourgandine, le gilet, la culotte, la crinoline, le blue-jean, le maillot de bain, le duffle-coat

Voyage dans les mots Les vêtements ailleurs : djellaba, boubou, kilt, poncho, pagne, kimono, sarouel, gandoura

Des tissus Acrylique, laine, soie, lin, cachemire, alpaga, coton, damas, feutre, dentelle, organdi, polyamide, polyester, rayonne, satin, taffetas, stretch, toile, tulle, velours, viscose

Etablir des relations

Le vêtement et le corps Le vêtement et l’espace Le vêtement et le temps Le vêtement et la société Le vêtement et le travail Le vêtement et les loisirs Le vêtement et le sport Le vêtement et la religion Le vêtement et l’Histoire Le vêtement et les civilisations Le vêtement et les domaines artistiques (danse, théâtre, cinéma Le vêtement et les coutumes et traditions

)

Proposer des activités en liaison avec le vocabulaire

Évoquer des métiers et des activités d’hier et d’aujourd’hui La couturière, la brodeuse, la tricoteuse, la fileuse, le tisserand, le lissier, le tapissier, le mannequin, la styliste, la modiste

Lister des matières et des matériaux Le lin, le coton, la soie, la fourrure, le cuir, la toile

Jouer avec les mots Proposer des mots »mystérieux » : abaca, alpaga, bayadère, angora, batiste, bourrette, cachemire

Inventer des définitions. Rechercher les véritables définitions et utiliser les mots à l’oral ou à l’écrit pour en vérifier le sens. (Angora : fil fabriqué à partir du poil du lapin Angora et mélangé à d’autres fibres. Alpaga : étoffe fabriquée avec la laine d’un animal l’alpaga. Abaca : matière textile fabriquée à partir d’une plante appelée abaca qui est utilisée pour réaliser des cordages et des tissus grossiers

Réaliser un abécédaire Proposer un mot ou des mots pour chaque lettre de l’alphabet. Ecrire le nom. Noter sa définition. Représenter en choisissant une technique.

Illustrer avec humour et fantaisie Proposer des mots « amusants ».

Représenter en tirant parti du pouvoir évocateur des mots. Présenter les réalisations plastiques accompagnées du mot. Rechercher les définitions. Rechercher des images pour illustrer les différents mots. Exemple :

Les

oreilles-de-chien : les deux longues boucles qui encadrent le visage des Incroyables.

Les

ailes-de-pigeon : les rouleaux de cheveux qui recouvrent les oreilles des messieurs au

XVII

e siècle.

Les chausses-parties : « collant » qui possède la particularité d’avoir deux jambes de couleurs différentes. Le laisse-tout-faire : tablier élégant porté au XVIII e siècle. Un pet-en-l’air : veste très courte qui s’arrête au dessus des fesses. Une queue-de-pie : veste courte devant et possédant deux longs pans derrière.

Exploiter le pouvoir d’évocation des mots

Proposer des noms étranges de vêtements inconnus.

Inventer des descriptions, des usages

Imaginer et représenter les différents vêtements.

Rechercher le sens exact, proposer la bonne définition et rechercher des illustrations de ces vêtements. Comparer les réalisations des élèves aux documents. Présenter sous la forme d’un mur d’images et en diptyque : les textes, les réalisations

plastiques

Quelques propositions :

décrire oralement et par écrit.

et les différents documents collectés.

-

la Witzchoura

-

le strapontin

-

la culotte à pont

-

les manches à gigot

-

le casaquin

-

Texte de référence extrait de Les mots de la mode, Catherine Join-Diéterle, Paris musées/Actes Sud

« D’origine polonaise, ce manteau à coqueluchon est une pelisse que les dames jettent sur

leurs épaules pour affronter les rigueurs de l’hiver. Elles la préfèrent aux manteaux, et même

aux douillettes, quand le gel fait briller les pavés et que la neige blanchit les toits, quand il

faut, dans le froid d’une antichambre, attendre patiemment son cocher

garnissent de ouate légère ou plus souvent de fourrure qui se cache volontiers sous la doublure pour mieux réapparaître en passepoil, en larges bandes tout au long du

Les couturières la

vêtement

»

Expressions

Rechercher des expressions Pieds et poings liés Lier une sauce Lier ses idées Dans cette affaire tout est lié Lier amitié Lier conversation Être fou à lier Être lié par un serment Cousu de fil blanc Donner du fil à retordre Avoir un fil à la patte Être mince comme un fil Filer doux Se laisser manger la laine sur le dos Se mettre dans de beaux draps Filer un mauvais coton Avoir les jambes en coton En découdre avec Pommes de terre en robe de chambre L’habit ne fait pas le moine Prendre une veste Une main de fer dans un gant de velours Avoir la tête près du bonnet Ne pas faire un pli Porter la culotte Porter le chapeau Manger son chapeau

Chercher une aiguille dans une botte de foin De fil en aiguille

A brûle-pourpoint

Jeter le gant Etre tiré à quatre épingles C’est une autre paire de manches Rire sous cape

En baver des ronds de chapeau Le petit doigt sur la couture du pantalon Chapeau bas Tirer son chapeau Battre à plates coutures Se serrer la ceinture Avoir les deux pieds dans le même sabot Trouver chaussure à son pied Boucler la boucle C’est coton ! Donner du fil à retordre Faire passer un chameau par le chas de l’aiguille Rendre son tablier Tomber la veste Avoir le béguin Examiner sous toutes les coutures Battre à plate couture La griffe d’un couturier

Découvrir le sens de certaines expressions

Illustrer des expressions au pied de la lettre Varier les techniques : dessin, peinture, collage, transformation d’images, technique mixte,

sculpture, gravure, installation, photographie

fantaisie et originalité, les expressions suivantes :

« Avoir un fil à la patte », « cousu de fil blanc », « se laisser manger la laine sur le dos », « des pommes de terre en robe de chambre », « filer un mauvais coton », « avoir les deux pieds dans le même sabot »

pour traduire en image, avec humour,

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

La dimension interdisciplinaire

Les liens avec les autres disciplines et les autres domaines artistiques et culturels

Créer des liens, jeter des passerelles entre les différentes disciplines

Il convient de se référer aux Programmes pour dégager les compétences à faire acquérir aux élèves. Dans une perspective de cohérence et de continuité, il est important d’insister sur les liens, à établir entre les différentes disciplines dans le cadre d’une recherche autour de la thématique retenue.

La langue française et littérature Encourager, diversifier et multiplier les activités langagières et les situations de communication et d’écriture : dire, lire, écrire, exprimer, s’exprimer, raconter, décrire,

interviewer, argumenter, expliquer, justifier, donner son point de vue, rédiger des comptes- rendus, prendre des notes

Écouter, lire

poésies Découvrir des albums, des documentaires Enrichir le vocabulaire spécifique Consulter des documents, préparer des questionnaires de visites, de rencontres

des extraits littéraires, des contes, des légendes, des

des textes, des récits

Le vivre ensemble - L’éducation civique Vivre des situations ancrées dans une dimension citoyenne « le vivre ensemble ». Adopter des comportements, prendre des initiatives, faire des choix. S’impliquer dans des projets collectifs.

L’expression corporelle et la danse Établir une relation : corps / espace, corps / costume. Vivre corporellement des situations : adopter des attitudes, mimer des attitudes, des postures S’aider d’accessoires, d’objets Construire des scénographies, des chorégraphies.

La technologie et les mathématiques

Construire, bâtir, assembler

Aborder les notions de mesure, d’échelle, de proportion. Découvrir et manipuler divers matériaux. Expérimenter des principes.

fabriquer et utiliser des structures.

L’éducation musicale Constituer un répertoire musical : musiques, chansons, comptines. Réaliser des costumes sonores.

La Découverte du monde, l’histoire et la géographie S’intéresser aux différents costumes d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs.

Le patrimoine Engager un travail sur notre identité. Aborder la notion de mémoire. S’intéresser aux traditions et au folklore

Les arts visuels (Voir dossier)

Établir des liens avec les grands domaines artistiques

Dans le cadre d’une culture humaniste, la thématique se nourrit des autres arts dans une recherche esthétique. Elle entretien des liens étroits avec :

- les arts visuels,

- la danse (relation au corps),

- le design (relation à l’objet),

- le théâtre,

- le patrimoine

Elle tisse des liens étroits avec l’histoire, la géographie et le vivre ensemble.

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Une démarche pour des cheminements

Dans le cadre de ce type de projet, il est essentiel de privilégier l’alternance des phases de production et de réception. Les unes interagissent avec les autres et donnent tout son sens au travail de recherche engagé.

Les phases de production trouvent leur ancrage dans l’action, dans le « faire », dans « l’agir » et constituent le fondement d’un parcours authentique riche de temps de pratiques diversifiées : exploration, manipulation, expérimentation, apprentissage, réinvestissement

Les phases de réception permettent aux élèves de constater les effets produits et de dégager avec eux de nouvelles pistes de travail. Elles privilégient des temps d’observation et d’analyse d’œuvres d’art, de créations architecturales qui permettent d’enrichir les recherches en cours et les productions à venir en tirant parti de démarches, de procédés, de techniques.

Des objectifs incontournables Sentir, percevoir, regarder Réaliser des productions Agir Découvrir, explorer et tirer parti de procédés Découvrir, explorer et tirer parti de techniques Acquérir une culture Évaluer

Des étapes à privilégier Le tâtonnement, l’expérimentation La mise en œuvre de projets individuels ou collectifs L’exploration et l’application de techniques, de procédés, de démarches La confrontation des réalisations des élèves avec des œuvres d’artistes L’observation, l’analyse des productions, des démarches des élèves La découverte d’œuvres d’art La recherche de documentation, d’images L’enrichissement du musée personnel, du musée de classe La présentation et l’exposition des réalisations

Il convient de varier :

les situations les formes de travail les types de réalisations (produire en deux et trois dimensions) les plans de travail les supports les médiums

les outils-médiums les matériaux les outils les actions

Quelles opérations plastiques travailler ? Varier les opérations plastiques : isoler, reproduire, associer, transformer Diversifier les actions :

Isoler : choisir, cadrer, recadrer, découper, sortir du cadre, cacher, masquer partiellement, désigner, marquer, souligner, extraire, dissocier, accentuer, contraster, fragmenter, cerner Reproduire : représenter, figurer, répéter, multiplier, copier, imiter, schématiser, styliser Utiliser des techniques pour reproduire : dessiner, calquer, décalquer, tracer les contours d’un gabarit, photocopier, imprimer, photographier Associer : assembler, rassembler, accumuler, rapprocher, ajouter, lier, relier, réunir, combiner, juxtaposer, superposer, chevaucher, intercaler, imbriquer, mêler, unifier, fusionner, empiler, agglomérer, multiplier, composer, agencer, grouper, regrouper, construire Transformer : modifier, déformer, retravailler partiellement ou totalement, changer la couleur, la forme, la matière, la texture, changer la technique, déformer, métamorphoser, agrandir, grossir, rétrécir, rapetisser, étirer, fragmenter, brouiller, déstructurer, morceler, décomposer et recomposer, changer d’échelle, brouiller, rendre flou, exagérer un détail

Possibilité de combiner des opérations plastiques : isoler et reproduire, isoler et transformer, reproduire et transformer, isoler, reproduire et transformer

Quels ancrages et quels déclencheurs privilégier ? Le vécu artistique et culturel, les situations d’apprentissage dans les différentes disciplines, une collection d’images, une œuvre ou un corpus d’œuvres d’art, un ou des extrait(s) littéraire(s), une ou des poésie(s), un ou des album(s), un reportage photographique, des

recherches documentaires, une rencontre avec des professionnels de la mode d’un musée

la visite

Quelles techniques choisir ?

Le dessin, la peinture, le collage, la gravure, les techniques mixtes, le modelage, la sculpture (par retrait, par ajout, par assemblage, par estampage, sculpter des rondes-bosses, des bas- reliefs), la photographie, le photomontage, la transformation d’images, le détournement et la transformation de vieux vêtements, la vidéo, la réalisation de film, de film d’animation,

sans oublier l’utilisation des logiciels de transformation d’image

l’installation

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Notions

A travers la diversité des situations à faire vivre aux élèves, développer des notions

Protection Identité Parure Enveloppe Confort Intimité - pudeur Elégance Apparat Esthétique

Présentation - représentation Corps / œuvre

Matière - texture Couleur Matériau Forme - informe Portable - importable Proportion - échelle

Différenciation Identification Identité sociale - intégration sociale

Brut - précieux Sobriété - surcharge

Voiler - dévoiler Montrer - cacher Masquer Déguiser - travestir Camoufler Transformer Métamorphoser Détourner Théâtraliser Magnifier Sacraliser

Mode Prêt-à-porter Collection Couture et haute couture

Des liens avec d’autres domaines Dimension culturelle, artistique, esthétique, technique, patrimoniale, socio-culturelle Design Histoire Géographie Patrimoine Coutumes et traditions

Orientations de travail

Les fonctions du vêtement Le vêtement, le costume, l’uniforme, le déguisement Les parures et accessoires Le vêtement, le costume à travers les grandes périodes historique, depuis la Préhistoire, jusqu’à nos jours Les vêtements des enfants au fil du temps Les vêtements féminins au fil du temps Les coutumes vestimentaires dans les différentes cultures : la chine, l’Inde, le Japon, l’Afrique L’industrie textile L’industrie de la mode L’histoire d’un vêtement : les différentes étapes de fabrication Fils et textiles Plis et drapés La tradition textile La tradition textile du Nord-Pas-de-Calais L’art du textile, de la tapisserie, de la broderie Les momies égyptiennes Les costumes traditionnels Les images de mode au fil du temps Les créations des grands couturiers Les tapisseries du Moyen Age, de Lurçat, d’Aubusson Les créations des stylistes et des designers L’évolution des techniques de tissage Les matériaux textiles au fil des siècles Les végétaux et les animaux producteurs de fibres textiles La haute couture : créateurs et grands couturiers L’art et le textile

Recentrer les activités autour de thématiques Costume et histoire Costume et civilisation Costume et artistes Costume et danse Costume et théâtre Costumes et détournement d’objets Costume et métamorphose Costume sonore Costume éphémère Costume animé Costume et mouvement Costume et lumière Costume et éléments naturels Costume du futur Costume et transparence Costume et jardin Costumes et contes Costume et voyage

Matériaux de récupération à collecter

Matériaux textiles (pièces, bandes, bandelettes

couettes, bâches, serpillières, tapis, toiles, nappes, serviettes, torchons, mouchoirs, toiles cirées, voiles, voilages Foulards, écharpe, étole Boutons, bobines, perles, plumes Raphia de différentes couleurs, rubans, laines, dentelles, galons, passementeries,

broderies Fils de tous types : fils à coudre, ficelles, cordes, cordelettes, bolduc, lacets, cordons, fils métalliques, fils plastifiés, Pinces, pinces à linge, trombones, élastiques, attaches parisiennes, épingles de nourrice,

agrafes

Bandes ou feuille de plastique Trames, grillages, résilles, canevas, filets Vieux vêtements Eléments naturels et matières végétales (paille, branchages, écorces, graminées, herbes, roseaux, tiges ) Papiers de toutes sortes : papier journal, papier de soie, papier calque Cartons et feuilles cartonnées Objets et matériaux divers de récupération Matériel de couture Matériel et matériaux pour assembler : colle, ruban adhésif, agrafeuse, attaches parisiennes

),

pièces d’étoffe, couvertures, draps,

pour attacher, maintenir

Structures portantes : mannequins, cintres, portants

Agir sur des matériaux textiles

Engager des actions

Envelopper, superposer, recouvrir, découper, nouer, trouer, tisser, tresser, lacérer, franger, torsader, effilocher, ajourer, froncer, plisser, plier, coudre, épingler, amidonner, rigidifier

Encourager une diversité de techniques et de procédés

Réaliser en 2 et 3D.

Varier les techniques en 2D : dessin, peinture, collage, photographie Varier les procédés en 3D :

- Assembler des matériaux pour donner forme

- Transformer des vêtements ou des objets existants

Fabriquer des vêtements, des costumes et des parures portables (possibilité de les enfiler et

de les porter) et d’autres importables (présenter, exposer, installer, mettre en scène

).

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Références symboliques

La symbolique du vêtement

« L’habit monastique

L’habit des moines bouddhistes n’évoque pas que le détachement du monde, la poussière

des haillons ramassés au hasard des chemins. L’investiture du patriarcat zen se fait par la transmission de la robe, de la käsaya

Le pèlerin doit changer ses

vêtements habituels contre un vêtement spécial qui le sacralise. En Chine, le vêtement impérial est rond en haut (au col), carré en bas : il fait donc de celui

qui le porte, le médiateur entre le Ciel et la Terre, le cercle symbolisant le ciel et le carré la terre. La robe ornée d’étoiles, le bonnet pointu et le bâton du magicien, dans l’imagerie occidentale, rappellent le Kaftan du chaman Le vêtement n’est donc pas un attribut extérieur, étranger à la nature de l’être qui le porte ; il exprime au contraire la réalité essentielle et fondamentale. » » Extrait du Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Robert Laffont,

« Vêtement », page 798

Le vêtement hiératique est par excellence celui du pèlerinage

Vêtement

« Au commencement, selon la Bible, Adam et Eve étaient nus au paradis. Ce n’est que

lorsqu’ils eurent fauté, c’est-à-dire lorsque, sur les conseils du serpent, ils eurent goûté au fruit de l’arbre de la Connaissance, qu’ils « connurent qu’ils étaient nus » et qu’ils allèrent se cacher dans les buissons. Exilés sur la terre, ils durent désormais s’habiller, ce qui signifie que l’humanité dut apprendre à maîtriser toutes les techniques qui permettent de fabriquer des

habitats (filages, tissage, teinture, chasse aux animaux à fourrure, etc.). En bref, l’homme a dû passer de l’état de nature (bienheureuse) à l’état de culture. A la suite de la dispersion liée à la Tour de Babel, on peut penser aussi que les peuples finirent par s’habiller différemment : on savait quasiment d’un coup d’œil, dans l’Antiquité, de quel pays ou de quelle région était originaire un homme en considérant sa façon de s’habiller. » Extrait du dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 798

Tissage

« Dans la tradition de l’Islam, le métier à tisser symbolise la structure et le mouvement de

l’univers. En Afrique du Nord, dans les humbles chaumières des massifs montagneux, la maîtresse de maison possède un métier à tisser Le travail du tissage est un travail de création, un enfantement. Lorsque le tissu est terminé, la tisserande coupe les fils qui le retiennent au métier et, ce faisant, prononce la formule de bénédiction que dit la sage-femme en coupant le cordon ombilical du nouveau-né Est-ce par hasard que Platon a recours au tissage pour trouver un symbole capable de

représenter le monde

Tissu, fil, métier à tisser, instruments servant à filer ou à tisser (fuseau, quenouille), sont tous autant de symboles du destin

?

La lune tisse les destins ; l’araignée tissant sa toile est l’image des forces qui tissent nos destinées. Les Moires sont des fileuses, elles nouent le destin, ce sont des divinités lunaires. Tisser, c’est créer des formes nouvelles.

Tisser ne signifie pas seulement prédestiner

mais aussi créer, faire sortir de sa propre substance, tout comme le fait l’araignée, qui bâtit sa toile d’elle-même. D’innombrables déesses, de Grandes Déesses, tiennent en main fuseaux et quenouilles et président, non seulement aux naissances, mais au déroulement des jours et à

l’enchaînement des actes

» Extrait du dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 751

et réunir ensemble des réalités différentes

D’autres définitions Araignée Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 47 Fil Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 347 Fuseau Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 372 Quenouille Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 633 Liens Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 453 Nœud Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 531 Ruban Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 661 Tresse Extrait du dictionnaire des symboles, J. Chevalier, A. Gheerbrant, Robert Laffont, page 764

Références mythologiques

Le fil d’Ariane Ariane est la fille du roi de Crète Minos et de Pasiphaé. Elle est séduite par Thésée qui se rend en Crète pour combattre le Minotaure enfermé dans le labyrinthe. Elle désire l’aider à en sortir et lui donne une pelote de fil. Elle lui conseille d’attacher l’extrémité du fil à l’entrée du labyrinthe et de laisser le fil se dérouler. Thésée tue le Minotaure et parvient à sortir du labyrinthe grâce à ce stratagème. Thésée et Ariane quitte la Crète mais au cours d’une escale dans l’île de Naxos, il l’abandonne. Dionysos (Bacchus) découvre Ariane, il lance la couronne de la jeune fille dans les cieux et crée la constellation d’Ariane. Dionysos épouse Ariane.

Les Parques Les Parques, divinités romaines du Destin, sont au nombre de trois. Elles sont les filles de Jupiter et de Thémis. Les sœurs Atropos, Clotho et Lachésis règlent l’existence des mortels. Elles dévident le fil de la vie humaine. Clotho File le destin et tient la quenouille, Lachésis dévide le fil et tient le fuseau, Atropos tranche le fil du destin humain.

Pénélope Pénélope est la fille d’Icare et de Péribée, elle est aussi l’épouse d’Ulysse et la mère de Télémaque. Après la chute de Troie, Ulysse quitte Ithaque pour exécuter un périple de plus de dix ans en Méditerranée. Six ans après son départ, Ulysse est retenu Sur l’île Ogypie par Calypso. Persuadés qu’Ulysse est mort, de nombreux prétendants pressent Pénélope de choisir un nouvel époux qui deviendra roi à son tour. Fidèle à son époux dont elle attend le retour, Pénélope repousse les prétendants en usant d’un stratagème. Elle doit avant tout achever un tissage destiné à son beau-père Laërte. Toutes les nuits, inlassablement, pénélope défait le travail accompli durant la journée.

Arachné Arachné est une jeune fille lydienne experte dans l’art de tisser. On la dit élève de la déesse Minerve. L’orgueilleuse Arachné défie la déesse prétendant la dépasser en habileté. Minerve souhaite des excuses mais Arachné s’entête. Minerve relève le défi. Arachné tisse une toile représentant les amours des dieux (les métamorphoses de Jupiter ou de Neptune pour séduire les mortelles). Devant la qualité du travail exécuté par la jeune fille, Minerve s’emporte, déchire la toile et frappe Arachné à coup de fuseau. Arachné, frappée par la colère divine, tente de se pendre mais Minerve la métamorphose en araignée pendue à son fil. (Minerve est Athéna en grec est une des douze divinités de l’Olympe, fille de Jupiter.) Représentations :

Des œuvres d’art :

Diego VÉLASQUEZ, La fable d’Arachné, vers 1653 LE TINTORET, Minerve et Arachné, vers 1543-44 VÉRONÈSE, Arachné ou la dialectique, 1575-1577

Pour en savoir plus :

La Mythologie, Edith Hamilton, Marabout Histoire Héros et dieux de l’Antiquité, Guide iconographique, Flammarion

Mythologie du Japon La salle de tissage sacré « Ni dans le Kojiki, ni dans le Nihonshoki n’est précisé la fonction exacte de la salle de tissage sacrée, pas plus que ce qu’Amaterasu et ses compagnes y tissent. Plusieurs possibilités sont néanmoins suggérées.

Amaterasu était une grande prêtresse chargée de tisser les vêtements des dieux, et la salle de tissage était son lieu de travail. Selon certains, elle et ses compagnes tissaient des étoffes destinées aux prêtresses qui accomplissaient les cérémonies liées au culte du Soleil. Une hypothèse d’une plus grande portée suggère qu’elles y bâtissaient la trame de l’univers encore inachevé. Dans cette perspective, les actes de violence perpétrés par Susano-Wo se conçoivent comme autant d’assauts des forces du chaos menaçant l’ordre universel ou cosmique. Cette salle de tissage sacrée, en tant que berceau de la création, est nécessairement le lieu d’affrontements entre les incarnations divines du cosmos (Amaterasu) et du chaos (Susano-Wo). Extrait de Mythologies du monde entier, Roy Willis, Bordas

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Propositions d’activités

Il convient à chaque enseignant en fonction de son projet de classe et du projet d’école, d’adapter les propositions de travail, au contexte pédagogique dans lequel il s’inscrit

(cycle, conditions matérielles, évènements

)

et aux compétences des élèves.

Proposer des temps de réception

S’intéresser aux fonctions du vêtement Découvrir des types de vêtements

Réaliser des collections d’images et de mots Collecter toutes sortes d’images : images de mode, images de magazine, catalogues, reproductions d’œuvres d’art, gravures de mode Inventorier les différents types de vêtements en relation avec leur fonction.

Réaliser des tris et constituer des murs d’images selon des critères : les vêtements qui protègent des intempéries, les vêtements de travail (uniformes, tenues de pompiers, de

policiers, d’infirmiers, de militaires Utiliser un vocabulaire spécifique.

),

les vêtements de sport

et dégager leurs spécificités.

Différencier les différents types de vêtements Inventorier les différences pièces qui constituent les vêtements de travail, de sport, de ville Repérer dans le temps et noter sur la frise chronologique. Réaliser une collection d’images représentant des vêtements spécifiques d’époques et de styles différents. Découvrir les changements, les évolutions au fil du temps (exemples : le costume de bain, les tenues de sport Etudier le rapport entre la fonction, la forme et les matériaux utilisés.

Découvrir des collections textiles

Visiter le musée de Dentelles et Broderies de Caudry Découvrir les collections, les installations et les expositions. S’intéresser aux différentes étapes de la réalisation de la dentelle. Participer à une démonstration du tulliste.

Visiter le musée de la Dentelle à Calais

Découvrir les collections textiles du musée la Piscine à Roubaix, musée d’Art et d’Industrie Découvrir les collections des arts appliqués. S’intéresser à l’histoire de l’industrie textile et de la mode. Consulter la tissuthèque (sur rendez-vous) et les archives textiles. Découvrir la richesse du fonds présenté dans les cabines au premier étage du bassin : pièces

de tissus, livres d’échantillons

depuis l’Egypte copte jusqu’aux créations les plus récentes.

(Des animations et des ateliers sont proposés autour du textile : « le textile et les couleurs », « le textile et les matières », « le textile et les motifs », « le textile et les vêtements »

Découvrir des structures culturelles

Visiter l’écomusée de Fourmies

Découvrir les vitrines du musée de Lewarde Des reconstitutions présentant les divers objets de la vie quotidienne dont des costumes, des vêtements et des accessoires.

Réaliser des collections

Réaliser des collections d’images et d’objets Collecter, récupérer, trier, classer, ranger toutes sortes de matériaux textiles et d’objets : des

pièces de tissu, de drap

des voilages, des

des bâches

rideaux

des fils de qualité et de grosseur différentes, des passementeries, de la dentelle, des

broderies

des torchons, des nappes, des serpillières

de vieux tapis

de vieux vêtements

des toiles cirées

de vieilles couvertures

des filets, des résilles

des ficelles, des cordes et cordelettes, du ruban, du bolduc,

des boutons, du fil à coudre

Réaliser un mur d’images Engager les élèves dans des recherches documentaires. Constituer une collection d’images. Trier selon des critères. Associer les images, les extraits littéraires collectés, les réalisations plastiques des élèves et leurs textes. Privilégier un accrochage mobile afin de faciliter les réaménagements au fil du temps.

Réaliser un musée de classe thématique Présenter, exposer, mettre en scène des images (images publicitaires, reproductions

d’œuvres d’art, photographies de mode, de reportage des ouvrages, des albums, des catalogues d’exposition élèves.

des objets et les réalisations des

des affiches, des cartes postales

),

Etablir des relations sensorielles

Collecter et manipuler des matériaux pour engager des expériences sensibles Créer des situations pour permettre aux élèves de découvrir, de manipuler

les différents

matériaux collectés. Établir des relations au corps et aux objets pour développer des sensations et explorer les

différentes textures. Collecter des matériaux lourds, légers, fluides, rigides, épais, fins, transparents, opaques

Prévoir des rubans, des cordelettes, des foulards, des cravates, des ceintures enrouler, maintenir, nouer, serrer Expérimenter des situations :

pour lier,

Par exemple : Envelopper un objet dans un vieux drap, envelopper un camarade ou s’envelopper dans ce même drap. Varier les actions : (se) protéger, (se) couvrir, (se) recouvrir, (s’) enrouler, (se) cacher, (se) camoufler, (s’) emballer, (s’) envelopper, (s’) emmailloter, (se) draper Varier les matériaux pour explorer des perceptions et des sensations différentes. Découvrir et nommer les qualités, les textures des différents matériaux et différencier :

Transparence / opacité, lourdeur / légèreté, élasticité, souplesse / dureté,

Vivre des situations corporelles dans la salle de jeu : se déplacer voilages, des tapis, de grands draps Adopter des poses, des attitudes, s’aider d’accessoires Photographier les situations. Dessiner, croquer au crayon, à la sanguine, au fusain, au pastel Retravailler les photocopies des photographies. Présenter les réalisations.

danser

en utilisant des

Explorer la notion d’enveloppe : le vêtement « second peau » Proposer aux élèves d’expérimenter des situations au cours desquelles la peau et son enveloppe se « confondent », cacher la partie du corps tout en la laissant deviner. Enserrer un bras, une jambe dans un matériau particulièrement léger, fin et souple de manière à permettre une parfaite « adhérence ». Expérimenter des actions : recouvrement, enroulement Photographier les tentatives.

Voyager dans la haute couture

Découvrir des collections de grands couturiers S’intéresser aux grands noms de la haute couture. Découvrir des créations, sensibiliser aux différents styles de chacun d’entre eux. Réaliser une collection d’images.

Propositions extraites du catalogue Musée de la Mode et du Textile, Beaux Arts Magazine Charles Frédéric Worth (1826-1895) Caroline Reboux (1840-1927), appelée « la reine des modistes » Jacques Doucet (1853-1929) Mario Fortuny (1871-1949) Madeleine Vionet (1876-1975) Jeanne Lanvin (1867-1946) Gabrielle Chanel (1883-1971) Elsa Schiaparelli (1890-1973) Cristobal Balenciaga (1895-1972) Christian Dior (1905-1957) Pierre Cardin né en 1922 André Courrèges né en 1923 Yves Saint Laurent né en 1936 Paco Rabanne né en 1934

D’autres créateurs : Sonia Rykiel, Kenzo, Nina Ricci, Jean Patou, Givenchy, Gianni Versace, Claude Montana, Jean-Paul Gaultier, Thierry Mugler, Emmanuel Ungaro, Karl Lagerfeld, Christian Lacroix, Issey Miyake, Vivienne Westwood, Jean-Charles Castelbajac

Propos de Christian Lacroix recueillis par Myriam Boutoulle « Certaines Propositions des vêtements du XIX e siècle me fascinent, particulièrement durant les périodes transitoires : les épaules et les manches 1830 que l’on retrouve en 1895 ; la crinoline qui, avec la taille haute, connaît son apogée vers 1867 puis, au moment où elle se replie sur elle-même, lorsqu’elle forme la tournure – les « faux-culs » - des années 1870- 1875. M’intéressent également les « visites », ces vestes-capes souvent conçues à partir de châles cachemire pour « rendre visite », qui épousaient la forme des faux-culs, aussi appelés « poufs ». J’aime aussi les subtilités des tissages, des imprimés et des rubans. Si je ne devais retenir qu’un seul moment de cette période, ce serait celui des poufs, qui, avaient atteint au milieu des années 1870 un summum de complication, avec des bouillonnés et des drapés, proches dans leur conception de l’art des tapissiers de la même époque. »

Consulter des ouvrages Christian Lacroix. De fil en aiguille

Découvre la mode de Karl Lagerfeld, Nadine Coleno, éditions du Regard, SCÉRÉN-CNDP

Nadine Coleno, éditions du Regard, SCÉRÉN-CNDP

Déceler les sources d’inspiration Réaliser une collection d’images représentant des créations de la haute couture.

inspirées de vêtements anciens et préciser le rapport à

l’Histoire. Exemple : Certaines robes de Madeleine Vionnet (1876-1976) s’apparentent de part leur forme aux péplos portés par des modèles antiques, d’autres robes drapées évoquent les vêtements grecs En 1965, Yves Saint Laurent crée la collection Mondrian et en 1966, la collection Pop art. En 1979, une partie de sa collection est consacrée à Picasso Les créations de Paco Rabanne sont influencées par l’architecture dont il est issu

Repérer des styles, des formes

Propos de Vivienne Westwood : « Regarder en arrière est le seul moyen de créer le futur ».

Proposer des temps de production

Collecter, dessiner, peindre, coller, installer

Réaliser une tissuthèque Collecter des échantillons de tissus de toutes sortes. Engager les élèves dans des recherches documentaires, s’intéresser aux tissus et aux matières d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui.

Découvrir la fonction et l’utilisation des différents tissus et matières : le coton pour le linge

La paille tressée pour

de maison et de corps

les chapeaux légers et confortables de l’été S’intéresser aux étiquettes des vêtements, découvrir la composition des tissus

Repérer les matières qui sont les plus souvent citées.

La laine utilisée pour les vêtements chauds

Consulter des catalogues de tissus d’ameublement, les collections textiles des musées de notre région Présenter la collection de la classe ou de l’école, varier les formes de présentation :

catalogue, collage

Réaliser des tissus peints

Peindre des draps, des toiles Varier les techniques et les procédés : peindre avec des rouleaux, des grosses brosses, des

éponges

projeter de la peinture Teindre après avoir engagé certaines actions : plisser, nouer, ligaturer, plier

Présenter, mettre en scène les différents tissus.

utiliser des pochoirs, des gabarits, réaliser des empreintes de matériaux, d’objets,

sur le tissu.

Concevoir une collection de tissus Réaliser des petits et des grands formats. Utiliser des matériaux textiles neutres comme supports à peindre, à imprimer.

Varier les techniques et les procédés : peindre, teindre, réaliser des impressions, des frottages.

Fabriquer des séries de pochoirs, de gabarits, de tampons décoratifs.

Peindre à la gouache, aux encres colorées, à la peinture acrylique, à la barbotine, au cirage Varier les outils et les traces. Détourner des objets de leur fonction habituelle (raclettes, spatules S’intéresser aux techniques de teinture.

Découvrir l’origine des teintures* : l’indigo, la garance

minérale). Teindre en utilisant différents colorants : les teintures traditionnelles, les brous de noix ainsi que les colorants naturels fabriqués par les élèves (betterave rouge, café, thé Expérimenter des techniques de teinture et des techniques de batik. Préparer des bains de teinture.

Engager des actions : nouer, ligaturer, plisser, plier

Dessiner en variant les médiums : des lignes droites, courbes, serpentines, entrelacs,

arabesques

Réaliser des frottages : superposer, entrelacer, coller des fils pour obtenir des réseaux,

accumuler des matériaux

pour obtenir des empreintes. Pour animer un grand format, déplacer le support et répéter le frottage. Présenter la collection de tissus. Varier la présentation des grands formats : toiles peintes suspendues, accrochées, drapées Varier la présentation des petits formats : regrouper les échantillons (petits formats identiques) dans un catalogue, les juxtaposer pour réaliser un collage type patchwork Conserver un témoignage de l’activité en réalisant un catalogue d’échantillons. * La garance (rouge) : racine L’indigo (bleu) : plante Le safran (jaune-orange) : fleur Le murex (pourpre) : coquillage La cochenille (rouge) : insecte originaire du Mexique, torréfié et réduit en poudre

Déposer le support textile et frotter

pour multiplier les effets

(Origine

végétale,

animale,

avant de procéder à la teinture.

des motifs figuratifs ou non

pour obtenir des reliefs

Réaliser une collection d’échantillons imprimés Récupérer et collecter toutes sortes de matériaux. Découper des échantillons de format identique. Trier et classer les différents échantillons : les unis et les imprimés. Observer et inventorier les différents types d’imprimés et les motifs décoratifs de la collection de tissus : les lignes, les points, les pois, les bandes, les rayures, les carreaux, les écossais, le motif cachemire, les motifs floraux Etudier leur agencement, leur composition, leur combinaison : répétition, multiplication, symétrie, alternance, inversion

Compléter la collection existante, s’en inspirer pour réaliser des imprimés. Utiliser des techniques et des procédés variés pour imprimer des motifs : des gabarits, des pochoirs, des tampons existants et fabriqués par les élèves (impressions à la pomme de terre, empreintes d’objets, tampons réalisés à partir d’un collage de matériaux) Utiliser de la gouache, de la peinture acrylique, de l’encre Organiser les différents motifs sur le support textile. Présenter les pièces de tissus imprimés. Varier les présentations.

Réaliser des peintures corporelles S’intéresser aux peintures corporelles rituelles. Collecter des images : Présenter différents types de peintures corporelles. Transformer certaines parties du corps : main, bras, jambe, pied. Peindre, dessiner en variant les procédés et les techniques (tampon, pochoir, impression graphisme, dessin ) Photographier les parties du corps. Présenter les photographies.

Réaliser une collection de dentelles Collecter des images et des fragments de dentelles. Engager les élèves dans des recherches documentaires. S’intéresser aux collections des musées de la région. Présenter la collection. Réaliser un musée de la dentelle. Enrichir la collection en réalisant des empreintes de dentelles sur papier et sur tissu (drap blanc). Utiliser les napperons de dentelle en papier et bomber. Fabriquer des napperons en découpant des papiers pliés Réaliser des frottages de dentelles, utiliser des pastels secs, des pastels gras, du fusain Peindre en utilisant le napperon de dentelle comme pochoir. Varier les procédés pour varier les effets. Organiser les empreintes et les impressions pour composer des motifs. Présenter les échantillons.

Variante :

Coller des morceaux de dentelle sur des tampons. Tremper dans de la gouache ou de l’encre colorée.

Réaliser des impressions. Composer des motifs en associant les diverses empreintes. Présenter les échantillons.

Réaliser des empreintes Utiliser des « tampons » réalisés avec des tissus et des fils trempés dans la gouache.

Tirer parti des qualités et des textures des tissus et des fils pour obtenir des effets différents.

Plier, plisser, draper, chiffonner le tissu

Enrouler de la ficelle, de la cordelette, des fils

Utiliser des tissus avec « reliefs », des dentelles

autour du tissu.

Expérimenter différentes traces en variant les gestes : taper, tamponner, essuyer, glisser Jouer sur l’effet d’estompage en répétant l’impression (la trace s’estompe car moins chargée

de peinture). Organiser les traces et les empreintes. Présenter la collection.

Inventer des motifs décoratifs Utiliser des matériaux textiles, des objets ou des fragments d’objets. Combiner différents matériaux, textiles et autres, pour varier les effets. Associer aux empreintes textiles d’autres traces (utiliser des boules de papier journal froissé et trempé dans la gouache, des plaques de carton ondulé, des objets présentant des reliefs Organiser sur le support. Présenter les tissus peints.

Réaliser un répertoire de motifs décoratifs puisés dans la peinture Présenter des reproductions d’œuvres d’art. Pierre BONNARD, Henri MATISSE, Maurice DENIS, Edouard VUILLARD, Gustave KLIMT, Alfons MUCHA Isoler les motifs décoratifs, les photocopier ou les scanner. Présenter sous forme de catalogue. Enrichir le répertoire de motifs. Composer de nouveaux motifs en s’inspirant de la collection : dessiner, peindre Associer, combiner des fragments : découper, coller

Réaliser des patchworks Tirer parti des collections de tissus et des réalisations des élèves. Découper des échantillons de format identique.

Associer, assembler, juxtaposer en collant sur un support rigide. Se donner des règles de composition : juxtaposer, rapprocher des échantillons obligatoirement différents, trier et regrouper les échantillons selon des critères de couleur

(la famille des rouges

associer des échantillons unis et des rayures Réaliser des collages. Présenter et mettre en scène.

tous les bleus

),

selon les motifs décoratifs, le type d’imprimé

Réaliser des sculptures : modeler des matériaux textiles Expérimenter différents procédés pour réaliser des volumes. Associer différents matériaux : pièces de tissus et liens divers.

Tirer parti de structures existantes : bâtons, lattes, cadres, grillages, branchages Bourrer des vêtements, des taies d’oreilles, des bas Déstructurer des vêtements : découper, détricoter

Assembler vêtements, matériaux combinaisons insolites

Transformer les matériaux, changer leur aspect : rigidifier en trempant dans la barbotine, le plâtre, la colle, l’amidon.

des

textiles

pour

faire

surgir

des

associations,

Enfermer, emmailloter

texture, la couleur

Présenter les sculptures sur des socles : mettre en espace et en lumière.

cacher des objets dans des matériaux textiles : changer la forme, la

pour maintenir ensemble les différents éléments.

Ficeler, ligaturer

Réaliser une collection de vêtements et de costumes

Proposer des extraits littéraires Exemple :

« Depuis 1958, Étienne Martin (1913-1995) sculpte des Demeures. Il représente à l’infini la maison de son enfance à Loriol : « cette maison c’est moi ». Ses maisons, objets de réminiscence, sont de toutes tailles. D’abord faites de plâtre et de bois, il les exécute en bronze à partir de 1996. Il réalise également une série de Manteaux-Demeures (des maisons-manteaux imaginaires dont il pourrait se vêtir) avec toutes sortes de tissu et de matériaux. » Extrait de Petit dictionnaire des artistes contemporains, P. Le Thorel-Daviot, Bordas

« La prodigieuse série des « Demeures » dont « Le Manteau » constitue la cinquième, est pour le sculpteur Etienne Martin, le moyen de faire revivre et de perpétuer à jamais la maison de son enfance. Le travail pourrait désigner l’artiste plutôt comme un architecte qui vit actuellement dans le monde qu’il crée. « Je me souviens de mon enfance et j’ai dessiné ma maison. Une maison. Cette maison, c’est moi. Moi, avec mes contradictions, et les pièces sont les cheminements de ma pensée, de ma vie avec toutes ses époques. » Comme l’escargot, il porte tout ce qu’un homme souhaite garder et revêt une de ses plus curieuses créations, « Le Manteau », gigantesque chasuble faite de tissus, de cordes entrelacées, reliquaire couvert d’amulettes. E. Martin construit sa maison, lui donne différentes figures où le corps s’installe, où l’esprit échafaude diverses réflexions. De tout temps, l’homme n’a cessé de construire sa maison à son image. Poète de la forme et de la matière, E. Martin envisage l’architecture comme un « lieu de mystère pour une vie rêvée », à la différence de l’architecte qui privilégie l’aménagement fonctionnel de l’espace. Ainsi la 5 e des « Demeures » témoigne-t-elle du dialogue qu’il a poursuivi en collaborant tout au long de sa vie avec les architectes. » Claire Stoullig Extrait de Fils et textiles, pour une pratique des arts plastiques, Dessain et Tolra

Étudier la fonction du vêtement Réfléchir à la fonction du vêtement : protéger, révéler, magnifier Raconter des histoires, découvrir des contes, présenter des extraits littéraires. Confectionner un vêtement pour une fonction précise. Confectionner un vêtement avec une intention précise : séduire, effrayer, surprendre, étonner, amuser, se cacher, transformer la silhouette, jouer un rôle Insister sur la notion de protection.

Réaliser une collection d’images

Collecter des images représentant des vêtements de tous types : vêtements de travail, de

cérémonie

Classer, trier selon des critères plastiques ou sémantiques (textures, matières, couleurs, vêtements de travail S’intéresser à l’histoire d’un type de vêtement (le maillot de bain, le vêtement de sport S’intéresser au métier de styliste et de couturier. Découvrir des œuvres d’artistes et s’intéresser à leur démarche. Étudier le rapport entre le corps et le vêtement.

de tous les styles et de toutes les époques.

S’intéresser au vocabulaire spécifique Reconnaître les différents types de vêtement : le manteau, la redingote, le caban, la cape la jupe, le jupon, la robe, le corsage Proposer des images représentant les différents vêtements. Présenter de manière scientifique : associer image et cartel précisant le nom du vêtement, la période et tous les renseignements trouvés sur ce type de vêtement au cours des recherches.

S’intéresser à l’histoire et à l’évolution du vêtement au fil des siècles S’engager dans des recherches documentaires. Rechercher les types de vêtements portés au cours des grandes périodes historiques. Enrichir la frise chronologique en plaçant des repères : images de magazine, reproductions d’œuvres d’art

S’intéresser à la dimension patrimoniale Consulter les archives. Réaliser une collection d’images de tous types.

Découvrir des vêtements portés par nos aïeux dans diverses circonstances.

les « habits du dimanche », les vêtements de

tous les jours, les vêtements de travail S’intéresser aux différentes pièces des costumes, aux sous-vêtements des différentes époques, aux accessoires et parures S’intéresser aux vêtements portés par les mineurs, les galibots et les femmes

Différencier les vêtements de fête (mariage

),

S’intéresser à la dimension folklorique Réaliser une collection d’images et de petites poupées folkloriques. Découvrir différents types de costumes folkloriques issus de diverses régions. Détailler les différentes pièces du costume. Etablir des rapprochements, étudier les différences et les similitudes.

S’intéresser aux costumes dits traditionnels Réaliser une collection d’images représentant des costumes de divers pays : le kilt et le plaid écossais, le boubou africain, le kimono et l’obi japonais, le burnous arabe, le sari indien

S’intéresser à des figures emblématiques Réaliser une collection d’images représentant les Gilles de Binche. Observer et décrire le costume. S’intéresser à l’histoire du vêtement et aux traditions qui l’entourent.

S’intéresser à la fonction sociale Etudier des portraits d’époques différentes. S’intéresser aux types de vêtements qui composent les costumes. Etudier des portraits d’apparat d’époques différentes. Analyser les détails vestimentaires qui déterminent la richesse, la puissance S’intéresser aux personnages peints, rechercher leur fonction dans la société dont ils sont issus. Comparer des portraits représentant des personnages issus de différentes classes sociales et repérer les modes vestimentaires.

Découvrir des portraits d’apparat au musée de la Chartreuse à Douai La Famille de Francqueville, 1711, François de TROY, huile sur toile, 175 x 226 cm Portrait équestre de Louis XIV, Charles LE BRUN (1619-1690), huile sur toile, 329 x 257 cm Enfant âgé de deux ans, Albert CUYP (1620-1691), huile sur bois, 80 x 63 cm

Collecter des matériaux Récupérer divers matériaux : tissu, végétaux, plastique, papier, toile cirée, carton, serpillière, toile, bâche, tapis, couverture, filet, voilage, voile, foulard Fil, cordelette, ficelle, ruban, fil de fer, cordon, laine Épingles, épingles à nourrice, ciseaux, agrafeuse, ceintures Matériaux en bande, en fil

Développer les perceptions sensorielles : couleur, matière, texture S’intéresser aux différentes qualités :

Léger/lourd, opaque/transparent, brillant/mat, doux, lisse/rugueux rêche, velouté, pelucheux Uni, à motifs, à carreaux, à rayures, écossais

fin, souple, élastique,

Établir une relation au corps Manipuler des matériaux textiles de toutes sortes. Établir des relations sensorielles. Travailler sur son propre corps ou jouer à tour de rôle au couturier, à la styliste et au modèle. Utiliser des structures portantes (mannequin de couturière, structure de grillage, cintres Diversifier les actions : (se) couvrir, (s’) enrouler, (s’) envelopper, (se) draper, (s’) emmailloter, Expérimenter des associations, des superpositions, des juxtapositions Photographier les réalisations.

Dessiner, réaliser des croquis (fusain, crayon, sanguine, pastel sec Présenter la collection.

).

Variante :

Photocopier et agrandir les photographies. Retravailler les photocopies pour proposer une variété de couleurs, de motifs même vêtement. Présenter les séries.

pour un

Dessiner d’après modèle vivant Choisir un « élève-mannequin » à habiller. Récupérer des matériaux textiles et les draper sur le corps du mannequin. Dessiner en variant les points de vue pour représenter de multiples détails des drapés. Traduire les effets de la lumière par des jeux de contraste. Varier les outils médiums : crayon graphite, crayon de couleur, fusain, sanguine, pastel sec Photographier le modèle en variant les points de vue. Présenter les dessins en relation avec les photographies.

Représenter, dessiner, reproduire Réaliser une collection d’images représentant des collections de vêtements, des costumes d’apparat, des défilés de modes, des photographies d’élèves en situation Dessiner en s’inspirant, en copiant certains détails révélés dans les différentes images pour constituer une collection de vêtements.

Réaliser des photomontages Photocopier des images représentant des pièces de vêtements, des costumes de tous types, d’époques et de styles différents, d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui. Déstructurer et recomposer une nouvelle image en associant des fragments issus d’images différentes. Travailler les liens entre les différents morceaux : continuité des lignes, des formes (Retravailler au crayon si nécessaire).

Coller et retravailler ensuite à la couleur : crayon de couleur, encres colorées, pastel sec,

pastel gras, crayon pastel

Présenter les réalisations épinglées sur un support pour simuler les esquisses des créateurs.

pour unifier plastiquement.

Créer un vêtement en 3D Devenir styliste, couturier Choisir un type de vêtement. Envisager toutes les étapes de la création d’un vêtement : dessins, croquis, échantillons de tissu, gammes de coloris, patron, assemblage des pièces, piquage, essayage Utiliser les compétences et le matériel des mamans ou des grands-mères couturières pour coudre les différentes pièces.

Utiliser un mannequin de couturière Collecter des matériaux divers textiles et autres. Couvrir, draper, plier, plisser, superposer, froisser Photographier les différentes tentatives.

les divers matériaux.

Présenter la collection de photographies.

Utiliser des structures portantes

Récupérer des objets, des structures pouvant être utilisés pour présenter des réalisations :

cintres, portants, tringles, barres, mannequins de couturière

Tirer parti de certains éléments et matériaux : grillage, branchages, manches à balai fabriquer des structures (ossature en grillage ) Créer une installation en variant les procédés.

pour

Fabriquer des mannequins « Robinson le vit revenir en traînant sans douceur une sorte de mannequin. La tête était faite dans une noix de coco, les bras et les jambes dans des tiges de bambou. Surtout il était habillé avec de vieux vêtements de Robinson, comme un épouvantail à oiseaux. Sur la noix de coco, coiffée d’un chapeau de marin, Vendredi avait dessiné le visage de son ancien maître. Il planta le mannequin debout en face de Robinson. » Vendredi ou les limbes du Pacifique, Michel Tournier

Réaliser des structures portantes faisant office de mannequin de couturière ou de mannequin de vitrine. Utiliser ces structures pour présenter les vêtements portables qui peuvent être enfilés et portés et les réalisations importables à exposer. Récupérer des matériaux, des objets de récupération, collecter des éléments naturels :

branchages, tiges, bambous Expérimenter des assemblages pour construire des structures légères et stables à poser au sol, à suspendre, à poser contre un mur

Associer vêtements et mouvement Agir sur des vêtements pour transformer le rapport habituel au corps. Intervenir sur les gestes et les déplacements. Ajouter un manche à balai dans le dos, élargir la carrure en positionnant des morceaux de carton, enfiler des bâtons ou des règles plates dans les manches ou dans les jambes du pantalon Les résultats font que le vêtement dont les formes habituelles se trouvent transformées

« gêne », entrave certains mouvements et déplacements (impossibilité de plier le bras, de

et impose

tourner la tête, de marcher, de se plier, de ramasser quelque chose au sol d’autres gestuelles. Photographier les différentes propositions.

)

Se mettre en scène Réaliser des vêtements pour :

- Se protéger,

- Séduire,

- Tromper,

- Se cacher

- Se différencier

- Se faire remarquer

- Surprendre, étonner

-

Faire peur

-

Réaliser des dessins, des esquisses représentant les vêtements choisis. Noter les intentions du créateur et les effets attendus sur le public. Coller son visage à l’endroit de la tête. Présenter les réalisations.

Transformer des vêtements Récupérer de vieux vêtements.

Transformer en variant les actions : découper et retirer, ajouter, déstructurer, combiner un

peindre pour changer la couleur

partiellement ou totalement Exemples : découper des « fenêtres » et « boucher » les vides avec des matériaux choisis

pour les effets produits, changer les manches de plusieurs vêtements, fixer des objets, des

images

parties appartenant à des vêtements différents

Agir sur les matériaux textiles : découdre, découper, entailler, trouer, effilocher, coller, épingler, coudre, attacher, nouer, tisser Présenter les réalisations.

Associer différentes

ou plusieurs vêtements, associer différentes parties

superposer plusieurs épaisseurs de tissu déchiré en bande

Varier les mises en scène (boîte, vitrine, portant, sur cintre dans des boîtes présentées sur le mur comme des œuvres d’art). Photographier et réaliser un catalogue de la collection.

sur des socles, des sellettes,

Confectionner des vêtements Fabriquer des costumes, des vêtements en variant les procédés : utiliser des matériaux à

assembler, combiner, coudre

Enrichir les réalisations en travaillant la parure.

Jouer au mannequin

A tour de rôle devenir couturier et modèle.

ou transformer des vieux vêtements.

Réaliser un vêtement pour une fonction précise Déterminer le type de vêtement et sa fonction : un vêtement pour se protéger, séduire, se déguiser, surprendre, faire peur, jouer un rôle, se cacher Préciser le projet de fabrication du costume : oraliser et écrire (un vêtement pour qui,

pourquoi, comment,

« Raconter » l’histoire de ce vêtement.

Représenter en 2 et 3D en choisissant les techniques et procédés. Présenter les réalisations en 2D : dessin, collage Présenter et porter le vêtement fabriqué (assemblage de matériaux divers, transformation de vêtements récupérés, utilisation de matériaux et d’objets

sous la forme d’une

Se mettre en scène : exposer ses intentions, se donner à voir

performance. Filmer les différentes performances des élèves individuelles ou de groupes.

?).

Réaliser la garde-robe d’une poupée (3D) Récupérer de vieilles poupées. Utiliser les poupées comme mannequin à habiller. Collecter toutes sortes de matériaux.

Varier les actions : enrouler, draper, plisser, froncer

Utiliser des liens, des rubans, des épingles

Réaliser une garde-robe complète : dessous, maillot de bain, manteau Photographier la collection. Variante :

Utiliser des mannequins en bois (type Beaux Arts)

pour maintenir.

Réaliser la garde-robe d’une poupée en carton (2D) Dessiner ou photocopier une image de poupée ou photographier une poupée. Détourer la silhouette de la poupée. Dessiner une collection de vêtements et d’accessoires. Découper puis coller la silhouette de la poupée et les vêtements sur du carton pour rigidifier. Prévoir des languettes pour attacher les vêtements sur la poupée.

Habiller des corps nus Découvrir la collection de « nus » du musée de la Chartreuse Photographier les sculptures et photocopier les photographies. Transformer les images de nus sculptés en les rhabillant. Varier les techniques : dessiner, peindre, coller des matériaux et/ou des fragments d’images. Présenter la nouvelle collection de sculptures du musée.

Habiller des sculptures de fil de fer Fabriquer des sculptures en fil de fer. Recouvrir les structures de bande plâtrée en alternant les pleins et les vides. Les installer sur un socle pour faciliter leur maniement. Habiller les corps après séchage avec des chutes de tissu et des matériaux divers. Présenter et photographier.

Transformer des poupées Récupérer de vieilles poupées mannequin.

Transformer leur apparence en les recouvrant de bande plâtrée, de bande de tissu enduite

de barbotine

cuite. Figer la « sculpture-poupée » sur un socle. Habiller avec des morceaux d’étoffes. Tirer parti des qualités des différents matériaux textiles pour draper, plisser, froncer rigidifier avec de la colle, de l’amidon pour « appuyer » et intensifier les effets de plis Jouer avec des effets de transparence, enrouler des tissus souples et légers Présenter : mettre en espace et en lumière.

les peindre pour leur donner l’apparence de sculptures en bronze ou en terre

Réaliser un trousseau Définir le mot trousseau. S’inspirer du texte « Trousseau d’une poupée décrit par la comtesse de Ségur dans Les Petites Filles modèles, publié en 1858 ». (Voir § Références littéraires). Composer le trousseau d’une princesse de conte, d’une jeune fille vivant à notre époque, d’un personnage imaginaire Ecrire la liste de vêtements, choisir une technique et représenter certaines pièces de ce trousseau (dessin, transformation d’images

Réaliser des patrons Présenter des patrons de couturière. Lire les indications : lignes de couleurs différentes, pointillés, chiffres Choisir un type de vêtement et réaliser le patron.

Réaliser des pages de magazines Présenter des magazines de mode et de couture d’hier et d’aujourd’hui. Observer, décrire et analyser la composition des différentes pages. Détailler certaines pages composées de patrons et de notes explicatives relatifs à des modèles de vêtements. Expliquer le rôle d’un schéma, d’un croquis Présenter et étudier des patrons de couturière. Utiliser un patron pour la coupe des différentes parties d’un vêtement. Composer des pages de magazines : dessiner le vêtement, représenter le patron annoté et détailler la fiche explicative. Présenter les différentes pages sous la forme d’un catalogue ou d’un magazine. Imaginer le nom de ce magazine et élaborer la couverture.

Réaliser une collection de vêtements pour des êtres de petite taille (2 et/ou 3D)

Choisir parmi les ressources littéraires ou filmographiques (exemples : les Zéfirottes de

Claude Ponti, Poucette d’Andersen

Représenter les différents types de vêtements (vêtements de travail, de fête

des personnages et de leurs caractéristiques). Présenter la garde-robe.

en fonction

les créatures merveilleuses : elfes, fées

)

)

Imaginer une collection de vêtements pour une civilisation ancienne inconnue Découvrir les vêtements portés par des civilisations anciennes (par exemple les civilisations précolombiennes). Réaliser une collection d’images. Imaginer l’existence d’un peuple disparu. Inventer leur histoire, leur donner un nom, décrire leurs conditions de vie, leur type

d’habitat, leurs traditions et coutumes, leur religion

La vie quotidienne, leurs relations

sociales et familiales Décrire leurs vêtements, leurs coiffures, leurs parures et bijoux Justifier les causes de leur disparition de manière scientifique ou au contraire totalement

fantaisiste. Représenter les différents types de vêtements (vêtements quotidiens, de travail, costumes rituels, costumes de fête )

Présenter les réalisations de manière scientifique.

Réaliser des broderies « Broder » certaines parties d’un vêtement : manche, bas de jupe, plastron

« la broderie » sur un tissu qui sera ensuite cousu, coller ou épingler sur le vêtement. Rechercher des motifs, expérimenter des compositions, obtenir des effets.

Inventorier les matériaux à récupérer : perles, rubans, boutons, cailloux, coquillages, galets Varier les techniques et les procédés :

Dessiner des broderies avec des feutres fins et des feutres pour tissus.

Coller, coudre, ligaturer Présenter les réalisations.

ou exécuter

des matériaux et des éléments naturels.

Réaliser une collection de chasubles Réaliser un patron de chasuble à la taille des élèves. Découper et coudre une chasuble pour chaque élève dans un tissu ou une toile neutre. Laisser les élèves choisir librement les techniques, procédés et matériaux : peindre, dessiner,

coller

Epingler des matériaux, des éléments naturels, des objets Présenter les chasubles au cours d’un défilé. Photographier, filmer.

projeter des diapositives et reporter les formes et couleurs

Transformer des chasubles Habiller les élèves de longues chasubles toutes identiques découpées dans de vieux draps. Projeter des diapositives représentant des œuvres d’art sur les chasubles. Jouer sur les couleurs, les lignes, les formes Photographier. Variante :

Projeter et reprendre au feutre ou au crayon ou à la craie les formes Retravailler à la couleur, utiliser la chasuble comme un « tableau » à peindre. Présenter la collection de chasubles dans le cadre d’une exposition ou d’un défilé de mode. Photographier et réaliser un catalogue.

Créer des collections de vêtements Réaliser une collection de tuniques Réaliser une collection de kimonos Réaliser une collection de caftans Réaliser une collection de robe à crinoline Réaliser une collection de robe à vertugadin Réaliser une collection de robe à panier Réaliser une collection de tenues de bain

Choisir un type de vêtement. Réaliser une collection d’images. Analyser les caractéristiques de ce type de vêtement : forme, matière, envergure S’intéresser à l’histoire de ce type de vêtement (par exemple : les robes à crinoline, le vertugadin

Proposer aux élèves de dessiner une collection de vêtements en variant les outils-médiums :

crayon de couleur, crayon aquarelle, le pastel sec, le pastel gras, l’encre colorée (dessin retravaillé au lavis) Présenter les dessins. Choisir un modèle et le réaliser en 3D. Le présenter sur un mannequin ou le porter au cours d’un défilé. Variante :

Réaliser les accessoires et les parures correspondant au type de vêtement. Engager les élèves dans des recherches documentaires.

Réaliser les costumes du futur

S’intéresser aux progrès techniques et technologiques, aux innovations de l’industrie textile (tissus qui filtrent les UV, tissus « qui respirent », qui « tuent les bactéries », tissus

écologiques

leur

attention se porte sur l’aspect fonctionnel, voire multifonctionnel de l’habit, qui participe au

confort

que conceptuelles, se résument en deux mots : la protection du corps. Ainsi, dans le

domaine textile, les tissus multiplient des propriétés nouvelles liées à la santé : antistress,

anti-acariens, antibactériens

corps : crème hydratante, tonique veineux, vitamines

l’idée de seconde peau, au sens propre comme au sens figuré, capable de défendre le corps

contre les agressions extérieures, physiques et psychologiques, devient un leitmotiv Extrait de Le Design, Claire Fayolle, Tableaux Choisis, éditions Scala

s’intéresse à l’intégration dans les fibres de produit pour le

La préoccupation dominante qui se dégage des recherches, tant technologiques

«

).

le vêtement semble être l’objet de l’attention d’un nombre croissant de designers

on

tandis qu’en matière de conception,

»

Il existe des vêtements climatisés, des textiles infroissables, des matériaux parfumés, des maillots de bain qui favorisent le bronzage intégral

Imaginer

vêtements qui n’ont pas besoin de nettoyage

froid et de la chaleur, des vêtements qui soignent certaines maladies Décrire leur aspect, leur texture, leur couleur, leur composition et leur caractère innovant

Réaliser un catalogue.

des

de

nouveaux

matériaux

textiles :

Envisager

des

vêtements

inusables

des vêtements qui protègent à la fois du

Réaliser une ligne de vêtements futuristes. Proposer des vêtements pour le travail, les loisirs, le sport Réaliser des croquis annotés. Présenter la collection.

Confectionner des costumes sonores Collecter divers matériaux présentant un intérêt sur le plan des sonorités. Regrouper des objets identiques en nombre pour constituer des grappes de clous, de

capsules, de coquillages Utiliser une structure portante sur laquelle suspendre, accrocher, lier, ligaturer, nouer matériaux « sonores ».

des

Porter ce costume dans le cadre d’un défilé de mode ou le présenter telle une sculpture à animer si celui-ci est importable de part sa forme ou son poids.

Réaliser des costumes « thématiques » Retenir des sujets, des idées, des

transparence, le jardin, l’animal, le fantastique Réaliser des dessins, des esquisses Choisir une proposition et réaliser le costume à la taille d’un élève. Présenter.

Dessiner des costumes évocateurs (évoquer le jardin : proposer des « costumes fleurs »,

revisiter le « costume du jardinier », réaliser « des costumes des quatre saisons »

Choisir une couleur et décliner une série de costumes : collection de costumes bleus,

collection de costumes rouges

pour réaliser un costume à porter. Collecter des objets et des matières transparents pour fabriquer un costume transparent, des matières et des objets lumineux pour réaliser un costume lumière

thèmes,

des

notions

la

couleur,

la

lumière,

la

).

Collecter des matériaux et des matières de cette couleur

Réaliser des costumes allégoriques Représenter des costumes évoquant les quatre saisons. Varier les techniques : dessin, peinture, collage, photomontage Exemple : habiller la déesse Flore Découper des fleurs dans des magazines. Choisir une figure féminine dans un magazine ou la dessiner. Recouvrir en collant les fleurs découpées. Présenter les différentes réalisations.

Rencontrer des professionnels Rencontrer des professionnels de la couture, de la mode

inviter à venir en classe. Se confronter à des points de vue et à des spécificités de certains métiers. Préparer la rencontre : interview

sur leurs lieux de travail ou les

Privilégier un type de matériau Réaliser un costume fait de plumes ou de ficelle ou de plastique bulle ou de papier journal ou de carton ondulé ou de papier de soie ou de bouteilles en plastique Intervenir sur le matériau pour engager des actions différentes et obtenir des effets Exemple : utiliser le papier journal

Plisser, plier, tordre, nouer, froisser, réaliser des boules costume.

et composer par assemblage un

Confectionner une robe de mariée Réaliser une collection d’images représentant des robes de mariée. Consulter des catalogues. Proposer aux élèves d’observer, de décrire, d’analyser l’œuvre de Niki de SAINT PHALLE, La Mariée ou Eva Maria, 1963

Envisager toutes les étapes de la fabrication de la robe de mariée : dessiner des esquisses, réaliser des photomontages en associant des fragments d’images Retenir un modèle. Réaliser le patron à la taille d’un enfant.

Découper et assembler les pièces de tissu. Présenter la création au cours d’un défilé de mode. Variante :

Transformer des vêtements existants.

Déstructurer, démonter, assembler

une robe. Agrémenter : ajouter des éléments, des accessoires.

des « morceaux » de vêtements pour confectionner

Réaliser un vêtement-refuge S’intéresser à la notion de protection. Inventorier tous les éléments protecteurs du corps : le vêtement en général, l’armure, la cuirasse, la carapace Réaliser une collection d’images.

Collecter divers matériaux à assembler : tissu, végétaux, plastique, papier, toile cirée, carton,

serpillière, toile, bâche, tapis, couverture, filet, voilage, voile, foulard

ruban, fil de fer, cordon, laine Matériaux en bande, en fil

Fil, cordelette, ficelle,

Épingles, épingles à nourrice, ciseaux, agrafeuse, ceintures

S’intéresser aux différents types de manteau : burnous, caban, caftan, cape, capote, casaque, djellaba, duffle-coat, gandoura, gabardine, houppelande, imperméable, macfarlane, paletot, pardessus, pèlerine, pelisse, poncho, redingote, trois-quarts Récupérer de vieux vêtements : manteaux, capes, imperméables Engager des actions de transformation pour personnaliser son « manteau – refuge ». Se mettre en scène. Photographier.

Proposer des référents culturels Les Demeures d’Etienne Martin et les vêtements refuge de Lucy Horta Texte :

« La prodigieuse série des « Demeures » dont « Le Manteau » constitue la cinquième est, pour le sculpteur Etienne Martin, le moyen de faire revivre et de perpétuer à jamais la maison de son enfance. Le travail pourrait désigner l’artiste plutôt comme un architecte qui vit actuellement dans le monde qu’il crée. « Je me souviens de mon enfance et j’ai dessiné ma maison. Une maison. Cette maison, c’est moi. Moi, avec mes contradictions, et les pièces sont les cheminements de ma pensée, de ma vie avec toutes ses époques. » Comme l’escargot, il porte tout ce qu’un homme souhaite garder et revêt une de ses plus curieuses créations, « Le Manteau », gigantesque chasuble faite de tissus, de cordes entrelacées, reliquaire couvert d’amulettes. E. Martin construit sa maison, lui donne différentes figures où le corps s’installe, où l’esprit échafaude diverses réflexions. De tout temps, l’homme n’a cessé de construire sa maison à son image. Poète de la forme et de la matière, E. Martin envisage l’architecture comme un « lieu de mystère pour une vie rêvée », à la différence de l’architecte qui privilégie l’aménagement fonctionnel de l’espace. Ainsi la 5 e des « Demeures » témoigne-t-elle du dialogue qu’il a poursuivi en collaborant tout au long de sa vie avec les architectes. » Claire Stoullig Extrait de Fils et textiles, pour une pratique des arts plastiques, Dessain et Tolra

Réaliser des marionnettes Récupérer des vêtements de bébé type grenouillères, pyjamas Bourrer avec de vieux collants, de la mousse, du kapok Réaliser des têtes et des mains selon divers procédés. Utiliser du polystyrène extrudé, du papier encollé Relier tête et mains au corps bourré. Manipuler la marionnette comme une poupée. Le marionnettiste est alors présent sur scène et anime sa marionnette.

Transformer la forme Transformer une silhouette en ajoutant certains éléments : porter un jupon de grillage, un jupon réalisé à partir d’un enroulement de fil de fer (attention à la protection des élèves). Utiliser des cerceaux pour réaliser un «jupe- panier » attaché aux épaules par des bretelles. Enfiler à la taille un carton d’emballage percé maintenu par des bretelles Elargir une carrure en enfilant un manche à balai. « Epaissir » une carrure en fixant des épaulettes rembourrées. Déstructurer une silhouette en modifiant les proportions habituelles : allonger, étirer, épaissir

Détourner des vêtements Changer la fonction du vêtement, agir sur l’objet, le transformer en engageant diverses actions. Quelques exemples :

Récupérer de vieux vêtements. Etudier leurs formes, leurs matières, leurs textures.

Tirer parti de leurs caractéristiques et les transformer en d’autres objets. Faire preuve de fantaisie : un foulard noué aux quatre coins devient un « sac-baluchon », un

pantalon aux jambes cousues ne peut plus être enfilé mais peut se transformer en bretelles peuvent être enfilées par les bras et être portées sur le dos Se mettre en scène : présenter les nouvelles créations. Photographier.

Des

Réaliser des costumes végétaux éphémères Dessiner des costumes : varier les outils médiums : crayon de couleur, pastel sec, pastel gras, crayon aquarelle, fusain, sanguine Présenter les réalisations.

Récolter des éléments naturels. Utiliser des structures portantes pour tisser des herbes, des tiges Transformer des vêtements : attacher des guirlandes de fleurs, des branchages souples Réaliser des costumes portables ou importables à exposer. Sensibiliser au caractère évolutif. Photographier les changements de couleur, de matière Présenter des séries de photographies en lien avec les costumes.

Réaliser une collection de « vêtements d’artistes » Présenter des reproductions d’œuvres d’art. Observer, décrire, analyser et extraire les dominantes plastiques. Réinvestir en peignant des tissus ou des vêtements existants.

Réaliser un vêtement qui s’inspire des gouaches découpées de Matisse, de la manière de

s’inspirer de la touche picturale

des

impressionniste

peindre de certains artistes : le dripping de Pollock

reproduire

des

détails

selon

le

procédé

pointilliste

Réaliser

monochromes bleus, couleur de prédilection de l’artiste Yves Klein (le bleu Klein)

Présenter les vêtements portables importables.

au

cours

d’un

défilé

et

exposer les vêtements

Réaliser des costumes pour des personnages célèbres Présenter aux élèves des images, des illustrations représentant des personnages illustres de la littérature, de l’Histoire

Proposer des extraits littéraires : contes, légendes

Concevoir la garde-robe de certains personnages : réaliser en 2D et /ou 3D. Habiller Robinson Crusoé, compléter la garde-robe de Peau d’Ane, représenter la robe de bal de Cendrillon, concevoir les costumes des personnages de la Belle et la Bête

des albums de littérature de jeunesse

Réaliser des costumes d’apparat Remonter le temps et choisir une certaine période historique. Réaliser des costumes d’apparat inspirés des œuvres d’art et plus précisément des portraits de cette époque. S’inspirer des modèles peints par les artistes de cette époque (constituer une collection de reproductions d’œuvres d’art). Dessiner et s’attacher à rendre les effets de matière et à reproduire les motifs décoratifs.

Réaliser des vêtements de poupée Récupérer des chutes de tissu et des matériaux divers. Expérimenter des procédés d’assemblage pour fabriquer les vêtements à la taille de la poupée choisie. Réaliser la garde-robe de la poupée. Présenter, mettre en scène et photographier.

Réaliser à partir d’un type de vêtement Récupérer des vêtements en nombre : des pyjamas d’enfants Transformer par ajout et retrait. Présenter la collection.

Réaliser un livre à combinaisons multiples Présenter des livres conçus sur le principe de la combinatoire. Dessiner des silhouettes de mannequins de taille identique habillées différemment. Couper la silhouette dans le sens de la largeur pour dissocier les trois parties du corps : au niveau du cou et de la taille (2 découpes horizontales). Relier les différentes images et expérimenter de multiples combinaisons. Variante :

Collecter des images présentant des personnages en pied de taille identique.

Présenter : Un tutu pour M. Loyal, Anne-Lise Fontan, Irina Karlukovska, Albin Michel jeunesse

Réaliser une collection de vêtements insolites Réaliser une collection d’images représentant des vêtements de tous types, de toutes les époques et de tous les styles. Réaliser des photomontages. Photocopier les images puis les déstructurer. Composer des nouvelles images de vêtements en associant des fragments issus d’images différentes. Jouer sur des rencontres étonnantes. Retravailler à la couleur. Présenter la collection.

Réaliser des costumes « accumulation » Réaliser des costumes imaginaires, insolites, fantaisistes résultant de l’assemblage d’objets récupérés en nombre. Fabriquer un costume « bouteille plastique » (associer des bouteilles transparentes, des bouteilles colorées, des bouteilles compressées Répéter un même objet présentant des formes et des couleurs différentes. Accumuler toutes sortes d’images : se draper dans des affiches, associer des cartes postales, épingler des photographies Associer des objets

Habiller des objets Présenter l’œuvre de Meret OPPENHEIM, Le Déjeuner en fourrure, 1936, Les emballages de CHRISTO, Les œuvres de Joseph BEUYS Découvrir les démarches, les motivations, les intentions des artistes. Différencier les motivations de Christo et d’OPPENHEIM

Récupérer des matériaux textiles de différentes qualités. Choisir des objets à « habiller » et énoncer clairement les intentions :

- Détourner les objets de leur fonction habituelle et les rendre inutilisables

- Imaginer une histoire dans laquelle les objets s’identifiant aux humains cherchent à se protéger des intempéries, à cacher leur pudeur

- Changer les couleurs, les matières, les textures, les volumes pour rompre avec le déterminisme des choses et en faire des réalisations plastiques. Nuancer :

-

Habiller et laisser deviner l’objet pour pouvoir le reconnaître

-

Déguiser

-

Recouvrir pour transformer les caractéristiques plastiques et rendre l’objet méconnaissable

-

Changer certaines composantes : ce qui est dur doit apparaître mou

-

Voiler

-

Transformer partiellement

-

Dans les coulisses d’un défilé de mode

Différencier la haute couture (le vêtement est coupé à la taille de la personne qui doit le porter) et le prêt-à-porter (les vêtements sont fabriqués en série, cousus à la machine et reproduits à de multiples exemplaires).

Réaliser un reportage S’intéresser aux différents métiers de l’atelier de haute couture : le couturier, les mannequins, les petites mains, les premières et secondes mains Découvrir leurs activités. S’intéresser aux différents types d’atelier (atelier tailleur et atelier flou) Rendre compte : réaliser un document associant des dessins, des photographies, des textes

Défiler Installer une relation corps-vêtement, corps-espace et corps-mouvement. Bouger, se mouvoir, marcher, se déplacer Amplifier certains gestes et gestuelles.

Organiser un défilé de mode

S’interroger sur « Comment organiser un défilé de mode ?

Rencontrer des professionnels : stylistes requises. Visionner des extraits de films.

Dégager les principes relatifs à tout défilé, repérer les similitudes et les différences. Noter les grandes lignes du projet :

les interroger sur les conditions et modalités

- la « thématique » retenue pour donner une unité à l’ensemble

- le « détail » qui crée l’identité du couturier (maquillage ou coiffure identiques, accessoire porté par tous les mannequins )

- le lieu à investir

- les estrades ou le « couloir » pour défiler

- l’installation des coulisses

- la musique

- la lumière

- l’installation du public

- les déplacements des mannequins

- l’organisation des activités dans les coulisses

- les coiffures et le maquillage

- les accessoires.

- les types de déambulation : défiler seul(e), à deux, en couple, à plusieurs

- déterminer les allers-retours : copier des mannequins professionnels

- le final

Engager un travail d’expression corporelle pour permettre aux élèves d’acquérir de l’aisance pour les déplacements. Déterminer à l’avance les types de déplacements. Se déplacer sans et avec les costumes Conserver des témoignages de la prestation : photographier et filmer.

Compléter une collection de haute couture Présenter des modèles créés dans le cadre d’un défilé de haute couture. Observer, décrire et analyser les caractéristiques. Dégager les spécificités des modèles. Repérer des dominantes : couleur, forme, matière, inspiration Poursuivre et compléter la collection en proposant d’autres modèles. Dessiner les modèles : crayon de couleur, pastel sec, pastel gras, crayon aquarelle Présenter les réalisations sous la forme d’un mur (épingler dessins et échantillons de tissu).

Jouer au créateur Concevoir une ligne de vêtements (costumes de bain et draps de bain, robe du soir Envisager toutes les étapes de création :

).

- conception des modèles : dessins, esquisses, croquis

- réalisation du patron

- essayage sur mannequin

- coupe et assemblage des différentes pièces

- essayage sur mannequin vivant

Exploiter une source d’inspiration A la manière de certains grands couturiers qui s’inspirent de l’œuvre de certains artistes ou de vêtements appartenant à d’autres civilisations ou qui revisitent des modes anciennes Créer des modèles inspirés d’un artiste, d’une époque historique, d’une œuvre d’art précise, d’un personnage légendaire ou emblématique.

Réaliser une collection insolite Collecter des images de défilés de mode, des gravures de mode

couturiers. Réaliser des photomontages : déstructurer les modèles et en recomposer de nouveaux en associant divers fragments issus d’images différentes. Présenter les réalisations.

de différents grands

Transformer des vêtements de haute couture Proposer des images représentant des vêtements de haute couture. Photocopier les images.

Transformer partiellement ou en totalité en variant les techniques : colorier pour changer les

couleurs, coller des matériaux, des matières gouaché, de papier encré Accentuer le caractère insolite et fantaisiste.

des fragments de papier magazine, de papier

Reproduire et transformer Choisir des créations parmi la collection d’images. Décalquer des tenues. Retravailler en utilisant diverses techniques : peindre, colorier en changeant les couleurs, coller des matériaux pour jouer avec les effets de matière, ajouter des graphismes, dessiner des motifs décoratifs Présenter les différentes propositions.

Réaliser des photomontages Photocopier des images. Déstructurer les différentes tenues. Réaliser un nouveau vêtement en recomposant différents morceaux issus d’images différentes. Présenter les créations.

Créer des illusions Réaliser une collection de vêtements blancs ou de couleur neutre.

Au moment du défilé, projeter des diapositives présentant des effets de couleurs, de lignes,

de matières, de textures

Pour chaque diapositive, envisager le passage de tous les mannequins. A chaque diapositive projetée, les vêtements prennent une nouvelle apparence. Constater les effets. Filmer et photographier.

sur les tissus drapés sur les corps des élèves.

Réaliser des broderies Récupérer des fils de différentes qualités et de différentes grosseurs ainsi que des aiguilles à broder. Tracer un motif à cerner et/ou à remplir. Utiliser différents fils et jouer sur les effets de couleur, de matière, de texture. Broder des parties de vêtements ou des morceaux de tissus qui seront ensuite posés sur les vêtements à porter.

Réaliser des collections d’accessoires

Certains accessoires qui complètent les tenues vestimentaires sont des objets fonctionnels :

les chaussures, les chapeaux, les gants jouent un rôle protecteur. Mais au-delà de leur toute première fonction, ces objets sont aussi fortement chargés d’une dimension esthétique. Nombreux sont les accessoires qui sont choisis pour leur originalité, leur fantaisie voire leur extravagance.

Alors que certains accessoires sont fort utiles : la fibule retient les pans de la toge antique,

les boutons ferment les vêtements, l’épingle maintient le chapeau

compléter les tenues apparaissent superflus : bijoux, parures, colifichets et bibelots

Depuis la nuit des temps, l’homme a porté des parures souvent chargés de symbolique destinées à orner les vêtements dans un souci d’esthétique. L’homme du paléolithique décore les peaux de bêtes dont il s’habille de coquillages. Les bijoux, les pierres rares et les métaux précieux continuent à séduire les hommes.

D’autres destinés à

Réaliser des collections d’images présentant des accessoires d’époques et de styles différents.

Proposer un vocabulaire précis relatif aux chapeaux : le bonnet, le canotier, le béret, le haut- de-forme, la capeline, la cloche, le melon, le hennin, le chapeau claque, le bibi, la capote

les plumes, les perles, les

S’intéresser aux matières utilisées : le feutre, la paille, la laine rubans, les dentelles

Proposer un vocabulaire relatif aux chaussures : les bottes, les chaussons, les pantoufles, les bottines, les mules, les souliers, les mocassins, les sandales, les sandalettes, les tongs, les sabots, les poulaines, les escarpins, les chopines

Collecter des matériaux divers destinés à orner les accessoires. Récupérer des chapeaux, des sacs à main, des gants, des chaussures, des ceintures transformer en variant les actions. Présenter les collections en proposant diverses présentations.

et les

Représenter, dessiner, reproduire

Réaliser une collection d’images représentant divers accessoires. Utiliser ces images pour concevoir une collection d’accessoires. Dessiner en s’inspirant, en copiant, en modifiant certains détails présents dans les différentes images pour réaliser de nouveaux accessoires.

des accessoires

Réaliser des accessoires par photomontage

Photocopier des images représentant divers accessoires : chaussures, chapeaux, sacs à

main

Déstructurer et recomposer une nouvelle image en associant des fragments issus d’images différentes. Travailler les liens entre les différents morceaux : continuité des lignes, des formes (Retravailler au crayon si nécessaire). Coller et retravailler ensuite à la couleur : crayon de couleur, encres colorées, pastel sec, pastel gras, crayon pastel Présenter les réalisations épinglées sur un support pour simuler les esquisses des créateurs.

d’époques et de styles différents.

Transformer des accessoires en 3D

Collecter des bijoux de pacotille, de vieux chapeaux, des sacs à main, des gants, des

ceintures

Transformer par ajout ou par retrait. Transformer les couleurs (peindre, bomber). Transformer les matières et les textures (coller, épingler, coudre, nouer

objets, des fragments d’objets Présenter, mettre en scène les réalisations : expérimenter différentes installations. Se parer, essayer les accessoires et se faire photographier. Présenter la collection de photographies en relation avec les accessoires. Porter ces accessoires au cours d’un défilé de mode. Photographier et filmer.

des matériaux, des

des perles, des rubans, de la passementerie, de la dentelle

Réaliser des parures extravagantes, excentriques S’inspirer de la collection d’images pour inventer de nouveaux objets. Varier les techniques (2D et 3D). Dessiner, coller, réaliser des photomontages, transformer des images Assembler des matériaux et des objets divers pour composer des parures : colliers, broches, bracelets

Réaliser un chapeau Varier les techniques et les procédés. Choisir de transformer un vieux chapeau ou de procéder par assemblage de matériaux divers. Réaliser et porter le chapeau. Photographier les différents essayages.

Porter le chapeau Constituer la collection de portraits des élèves de la classe. Réaliser des chapeaux en 2D. Choisir ses techniques et ses procédés. Réaliser les chapeaux isolément des portraits. Présenter la collection de chapeaux. Procéder à des « essayages » : coiffer chaque portrait d’un chapeau différent et photographier les différentes tentatives. Présenter les photographies.

Transformer des chapeaux Récupérer de vieux chapeaux de toutes sortes. Transformer l’objet pour le rendre « méconnaissable » et « importable » : pour qu’il devienne quelque chose d’autre, tout sauf un chapeau. Travailler par ajout, retrait, déstructuration, combinaison Présenter les réalisations telles des « sculptures » sur des socles, des sellettes

Fabriquer des chapeaux « fous » Réaliser des chapeaux remarquables pour leur extravagance. Imaginer des structures supports pouvant servir de base pour de multiples transformations :

un égouttoir à salade, un abat-jour, une corbeille en vannerie, une casserole à la taille de la tête de l’élève, une lampe chinoise en papier de soie Rivaliser de fantaisies pour tirer parti de la structure. Collecter des matériaux, des objets à associer. Présenter la collection de couvre-chefs. Proposer une mise en scène en adéquation avec le type de réalisations.

Réaliser des chapeaux pour des personnages connus Choisir un personnage historique, un héros de bande dessinée Réaliser un chapeau en étroite relation avec la psychologie du personnage choisi.

Se référer à la mode vestimentaire des différentes époques historiques si le personnage choisi est lui-même historique (exemple : un chapeau pour le roi Soleil, pour Marie- Antoinette, pour Vercingétorix )

Idem, pour les héros des films, des bandes dessinées, des jeux vidéos

l’époque, la fonction du personnage Représenter en 2D et/ou en 3D. Choisir des techniques et des procédés de dessin, de collage, de transformation d’images pour représenter les chapeaux. Retenir divers techniques et procédés pour concevoir les chapeaux en 3D. Présenter les chapeaux en étroite relation avec les images des héros et personnages choisis.

veiller à respecter

Réaliser une page de magazine Etudier différentes pages de magazine de couture présentant des schémas et des notes explicatives pour confectionner des vêtements ou des accessoires. Fabriquer un chapeau, dessiner le patron des différentes pièces à associer, proposer le schéma et rédiger les explications. Porter le chapeau et se faire photographier Réaliser la page en associant la photographie du modèle, le patron, le schéma, les notes Constituer un catalogue en regroupant les différentes pages. Variante :

Possibilité de réaliser les différents modèles de chapeau d’après le contenu des pages.

Réaliser des chapeaux pour des personnages précis Choisir de travailler en 2D et/ou 3D. Revisiter certains types de chapeaux et de coiffes. Imaginer de nouveaux accessoires. Inventer un nouveau chapeau pour le jardinier, une nouvelle toque pour le cuisinier Choisir des matériaux, des objets évocateurs des différents métiers à illustrer. Présenter la collection de chapeaux.

Réaliser des chapeaux pour des fonctions inhabituelles Après avoir réfléchi aux principales fonctions des différents couvre-chefs, proposer aux élèves d’imaginer d’autres fonctions « inhabituelles » : un chapeau pour voir la vie en rose, un chapeau-nichoir, un chapeau pour rêver Présenter les différents projets.

Réaliser des têtes pour présenter les chapeaux S’inspirer des « têtes à coiffer » pour réaliser des têtes à chapeaux. Découvrir les supports utilisés pour les perruques Varier les techniques et les procédés : modeler des têtes en terre, en papier encollé fabriquer des têtes de marottes (bas bourrés de papier journal) Utiliser les structures portantes pour présenter les collections de chapeaux récupérés ou confectionnés.

Réaliser une collection d’ombrelles Collecter des images présentant des ombrelles d’époques et de styles différents. S’intéresser à l’usage de l’ombrelle. Différencier ombrelle et parapluie.

Transformer de vieux parapluies en ombrelle : agir sur la toile imperméable (peindre, coller,

coudre, épingler

dentelles

pour tendre, recouvrir

bandelettes de tissu, de plastique Présenter et mettre en scène la collection d’ombrelles (vitrines de magasins au cours d’un défilé de mode.

des matériaux divers, ajouter des rubans, de la passementerie, des

ou retirer la toile imperméable pour utiliser la structure portante et les baleines

d’autres

matériaux

(tissus,

voilages

),

tisser des fils, des

) ou les porter

Réaliser une collection de foulards Collecter des foulards. Etudier les différents types de motifs. Inventer des « cartons » représentant une grande variété de motifs. Gérer l’espace du support : travailler les quatre cotés, prévoir des frises, des bandes Exploiter des organisations : symétrie, alternance, translation, inversion Présenter les différents « prototypes ».

Variante :

Choisir un motif à reproduire sur du tissu fin et léger.

S’intéresser à l’histoire de la chaussure Découvrir les différentes fonctions de la chaussure :

- protection

- symbole social

- pratiques religieuses

- accessoires de mode

- créations artistiques

Aborder la dimension historique : Découvrir les différents types de chaussures portées par les hommes, les femmes et les enfants au fil des siècles.

Découvrir le vocabulaire spécifique de la chaussure. Les chaussures d’hier et d’aujourd’hui, la chaussure d’ici et d’ailleurs

Les sandales, les souliers, les sabots, les mules, les bottes, les bottillons, les pantoufles, les sandalettes, les chaussons, les tongs, les bottines, les mocassins, les ballerines, les chaussures de sport (chaussures à crampons, patin à glace, chaussures de tennis, chaussures

de bain

),

les babouches, les galoches

S’intéresser à certaines traditions, celle par exemple de la chaussure à semelle compensée. (Les chaussures surélevées portées par les geishas japonaises, les chaussures à plateaux datant des années 1970, les chaussures-échasses portées dans certaines occasions par les femmes turques, les chopines vénitiennes du XVI e siècle, les chaussures des femmes

aristocrates Manchoue de la fin du XIX e siècle, en Chine

).

S’intéresser aux traditions historiques : les chaussures à talon rouge portés par les aristocrates et la cour du roi Louis XIV, les chaussures traditionnelles faites de fourrure d’ours des samouraïs japonais

S’intéresser aux coutumes : le bandage des pieds des femmes chinoises de classe supérieure pour obtenir des pieds dits de lotus (coutume bannie au début du XX e siècle).

S’intéresser aux chaussures des créateurs. Des créateurs : Pinet, Roger Vivier, André Pérugia, Herbert et Beth Levine, Salvatore Ferragamo

Découvrir les différents métiers de la chaussure. Proposer des œuvres d’art représentant des chaussures:

- les Souliers, 1887, Vincent VAN GOGH

- Le Modèle rouge, 1935, René MAGRITTE

Différencier les chaussures : l’objet de consommation et la création Découvrir les liens entre l’accessoire, l’objet de confection et les créations.

Photographier des chaussures Réaliser une collection de photographies représentant des chaussures selon des points de vue et des cadrages différents. Donner à voir des détails imperceptibles, des points de vue inhabituels Présenter les photographies : composer un mur d’images

Transformer des images de chaussures Agir sur des images de magazines ou des photocopies de photographies.

Dessiner : ajouter des détails, prolonger

des fragments d’images des autres. Présenter les réalisations.

Coller des éléments, des fragments de matière,

pour réaliser de nouvelles chaussures plus extravagantes les unes

Transformer des chaussures Récupérer de vieilles chaussures d’enfant, d’homme et de femme. Engager des actions de transformation : changer la couleur partiellement ou totalement (bomber, peindre), changer la matière, coller, ajouter des matériaux Réaliser une collection de chaussures extraordinaires portables ou importables. Présenter en variant les mises en scène : vitrine, accumulation de boîtes à chaussures Photographier les installations.

Détourner des chaussures Détourner l’usage habituel de la chaussure. Transformer en un autre objet utilitaire ou décoratif. Engager diverses actions de transformation. Présenter les réalisations.

Réaliser des types de chaussures (2d ou 3D) Inventer des chaussures pour aller danser, des chaussures pour le sport, des chaussures d’intérieur Dessiner les créations. Fabriquer en volume les chaussures en assemblant divers matériaux ou transformer des chaussures existantes.

Réaliser une collection de cravates Proposer un patron de cravate en papier (gabarit). Réaliser différents motifs sur le patron : jouer sur la répétition, multiplication, effets d’alternance, de symétrie

Privilégier des motifs : des lignes, pois, ronds, carrés, rectangles, losanges

Présenter les différents prototypes. Réaliser une collection de cravate à porter. A partir d’un patron de cravate réaliser un accessoire en tissu et le « décorer ». Utiliser différents médiums : feutre, peinture pout tissu. Présenter la collection de cravates sur des structures portantes ou au cours d’un défilé.

des dessins

Réaliser une collection de collants S’intéresser à la collection dessinée de collants d’Agatha Ruiz de la Prada. Proposer un patron de collants en papier. Varier les propositions : collants unis, à motifs géométriques, à fleurs Présenter les dessins de la collection.

Les contes de fil en aiguille

Proposer des contes S’intéresser aux descriptions et aux illustrations des vêtements et costumes portés par les personnages dans les contes. Proposer différentes éditions d’un même conte et comparer les descriptions et les illustrations. Photocopier ou scanner les images pour réaliser un mur d’images.

Représenter les costumes des héros de conte

Raconter, lire

Varier les techniques : dessiner, peindre, coller

Présenter les réalisations.

et représenter les habits des personnages.

Représenter d’après une description Proposer un extrait littéraire décrivant avec précision un costume ou un détail d’un vêtement. Représenter le plus fidèlement possible. Comparer les différentes réalisations. Présenter les productions en relation avec les textes.

Réaliser la garde-robe de certains personnages de contes

Représenter : la robe de bal de Cendrillon, celles de Peau d’âne : la robe couleur du temps, la

robe couleur de lune, la robe couleur de soleil

le

costume du Marquis de Carabas

Le précieux

Sensibiliser à la notion de précieux Jouer sur les nuances : précieux, riche, de grande valeur

en relation avec les costumes

d’apparat, les vêtements religieux Proposer :

- des reproductions d’œuvres d’art d’époques et de styles différents, des portraits d’apparat

- des images publicitaires, des illustrations, des images de magazines montrant des parures,

des bijoux, des accessoires, des collections de vêtements, des défilés de mode, des créations

de grands couturiers

- des albums de littérature jeunesse, des magazines, des livres d’art

- des textes, des extraits littéraires, des poésies

- des contes

pour enfants.

Présenter des référents culturels Présenter des œuvres d’art des musées du Nord Quelques exemples :

Portrait de femme vers 1565 de Paolo VÉRONÈSE au musée de la Chartreuse Elisabeth de France de Frans II POURBUS au musée de Valenciennes La Marquise d’Anforti, 1873, CAROLUS-DURAN au musée de Cambrai

Engager des activités langagières Découvrir un vocabulaire spécifique : objets, qualités, qualificatifs Précieux, riche Boîte, écrin, coffre, coffret Bijou, parure, collier, bracelet, bague, pendentif, broche, boucle d’oreille Tissu, voile, dentelle, broderie Transparent, léger, brillant, scintillant

Réaliser le musée du « Précieux » Collecter, présenter, mettre en scène :

- des images, des ouvrages

- des objets, des fragments d’objets, des bijoux de pacotille, des accessoires pour les cheveux

- des matériaux, des matières, des papiers d’emballage, des papiers de soie, des papiers argentés, dorés, des papiers de bonbon

- des tissus brillants, damassés, brodés

passementerie, des dentelles, des galons, des lacets, des boutons, des perles

- des coquillages, des cailloux, des pierres, des fleurs en soie

du velours, du voile, du voilage

des rubans, de la

Développer les perceptions sensorielles Décrire avec tous ses sens. Encourager les manipulations, nommer les qualités, les sensations Trier, classer selon des critères précis.

Composer un mur d’images. Associer les images de la collection et les réalisations plastiques des élèves.

Magnifier Présenter, mettre en valeur, exposer les objets et matériaux précieux. Expérimenter des installations, des présentations, des scénographies Utiliser divers contenants : boîtes, bocaux, vitrines

en variant les formes.

Réaliser des bijoux, des parures S’inspirer de la collection de bijoux et des images mises à la disposition des élèves. Observer les formes, les couleurs, les matières Réaliser un mur d’images.

Collecter des matériaux de tous types pour encourager les associations, les rapprochements : des coquillages, des fils de cure-pipe, des cailloux, des pierres, des sables de différentes couleurs, des boutons, du raphia, de la ficelle, de la laine, des perles, des galets, des fils, des bouts de ruban, des fleurs en soie, de petits objets, des papiers fins, du carton, du carton ondulé, des plumes Prévoir les moyens, les outils et le matériel pour fixer, coller, nouer, ligaturer, épingler, enfiler

Varier les techniques :

- Dessiner des bijoux (crayons de couleur, feutres, pastel à l’huile, pastel secs, fusain, sanguine )

- Modeler des bijoux (pâte à modeler, terre qui durcit à l’air, pâte à sel

Exploiter les formes simples : bille, boule, colombin, galette, plaque. Peindre et vernir, cirer et vernir Associer des formes simples: enfiler des boules de terre, des billes, des colombins

- Associer des objets ou des fragments d’objets ou des matériaux divers récupérés.

- Varier l’utilisation des matériaux en fil (enrouler du fil doré autour d’un galet, enfiler des

perles sur un fil de fer, assembler de petits volumes de fil de fer entortillé, enrouler autour

d’un objet ou d’un élément naturel des fils de qualités différentes

- Tremper dans la barbotine, dans le plâtre, recouvrir de bande plâtrée

- Recouvrir de papier encollé, laisser sécher et peindre.

- Emballer dans du papier de soie encollé, froisser, plisser pour obtenir des effets de relief

- Transformer des objets : changer la couleur, la forme, la texture, coller des matières et matériaux

- Enrouler des papiers, les coller pour obtenir des perles allongées et le peindre

- Peindre avec de la gouache dorée et argentée.

)

puis peindre.

Varier les présentations :

- Installer dans des boîtes à bijoux.

- Epingler sur des cartons.

- Réaliser une vitrine de bijoutier

Réaliser la malle de tissus et la collection de bijoux de la vénitienne peinte par VÉRONÈSE et exposée au musée de la Charteuse Etudier le tableau de VÉRONÈSE. Observer, décrire, analyser précisément les étoffes et les bijoux qui parent le modèle. Proposer une malle contenant une grande variété de tissus présentant des qualités, des textures, des couleurs, des motifs différents. Manipuler, décrire les sensations Retrouver dans la malle, des étoffes qui s’apparentent à celles utilisées pour confectionner le somptueux costume du modèle. Justifier les choix.

Idem pour les bijoux. Proposer un coffret à bijoux contenant une grande variété de bijoux fantaisie. Trier et retrouver les bijoux qui ressemblent le plus par leur nature, leur forme, leur

couleur

Photographier les différentes manipulations. Si les échantillons de tissu le permettent, encourager les élèves à établir une relation entre les étoffes et leur corps : se couvrir, se draper, s’enrouler Par exemple : froncer et positionner un lourd velours autour de la taille, habiller un poignet ave une dentelle Photographier et/ou filmer.

à ceux portés par la vénitienne.

Réaliser le musée des bijoux d’une collection d’œuvres d’art Au cours d’une visite au musée, repérer, dessiner, photographier les bijoux et accessoires précieux qui se trouvent dans les tableaux : colliers, bagues, ceintures, bracelets, broches, épingles, peignes, médailles Jouer au faussaire et réaliser des copies des différents accessoires en les reproduisant en 2 ou 3D. Utiliser des matériaux divers pour copier formes et couleurs ou transformer des objets existants. Présenter la collection.

Réaliser une boîte précieuse Pour enfermer, cacher Pour montrer, présenter, mettre en valeur, magnifier Présenter différentes sortes de boîtes à bijoux, des écrins, des coffrets Regarder des vitrines de bijouteries.

Proposer des boîtes différentes : varier taille, forme, aspect Laisser les élèves choisir leur boîte. Mettre à leur disposition tous les matériaux et objets collectés. Prévoir le matériel d’arts plastiques habituel.

,

transparentes ou opaques.

Travailler l’intérieur et l’extérieur de la boîte (contenant et contenu) en variant les techniques et les procédés.

Varier les actions :

Peindre, draper, recouvrir, tapisser, plisser, froisser, superposer Associer des matériaux : coller du papier de soie froissé et des morceaux de dentelle Utiliser des procédés : peindre des trames de dentelle, un napperon de papier, un voilage pour obtenir des impressions Installer le contenant. Présenter les boîtes, mettre en scène les boîtes précieuses, organiser un espace d’exposition. Associer boîtes et images.

Réaliser un trésor Collecter des objets, des accessoires : barrettes, peignes, boutons, perles Bomber, peindre en doré et en argenté.

Réaliser des médailles, des pendentifs, des boucles d’oreilles dans du métal à repousser (or et argent).

Modeler des bijoux dans de la terre, du papier encollé, du plâtre Utiliser des fils dorés pour enfiler Recouvrir avec des fils dorés ou argentés encollés.

Envelopper dans des papiers brillants Présenter, mettre en scène le trésor.

et bomber.

Coller des paillettes

Réaliser la collection d’accessoires d’une princesse Observer, décrire le Portrait de femme de VÉRONÈSE exposé au musée de la Chartreuse. S’intéresser au costume de la riche vénitienne et aux bijoux. Consulter la collection d’images. Proposer aux élèves de compléter la collection d’accessoires de la princesse. Varier les techniques : dessiner, peindre, coller, modeler, transformer des images, des objets Créer ou transformer des objets existants : ceintures, chaussures, sacs, chapeaux, coiffes, accessoires pour les cheveux Présenter les réalisations. Varier les formes de présentation : installer dans des boîtes, des coffres, des coffrets

Réaliser une collection de couronnes

Observer des portraits d’apparat dans lesquels les personnages portent des couronnes (Le

sacre de Napoléon 1 er (1805-1808) peint par Jacques Louis DAVID

Observer et décrire le Portrait de femme de VÉRONÈSE exposé au musée de la Chartreuse

Compléter sa panoplie de princesse et réaliser sa couronne. Varier les techniques et les procédés :

Utiliser des gabarits en carton, peindre, dessiner, coller Récupérer et transformer des accessoires pour cheveux : diadèmes Choisir des dominantes : utiliser des éléments naturels, des matériaux « bruts », des éléments d’une même couleur (collection colorée au départ ou transformation par la couleur) Opter pour des couronnes insolites Présenter la collection.

par exemple).

Réaliser une boutique ou une vitrine

« A mademoiselle Alys marchande de merveilles

Mademoiselle la marchande, On raconte partout, de port en port, de val en val,

de ville en ville que vous êtes marchande d’un magasin extraordinaire.

J’ai entendu dire, sur les chemins de terre, dans les chemins de fer que bientôt c’est votre anniversaire.

On murmure même que le choix de votre cadeau est difficile tant votre magasin enferme de merveilles. » Extrait de Aux Merveilles d’alys, Magasin Zinzin, pour fêtes et anniversaires, Frédéric Clément, Ipomée-Albin Michel

Observer des vitrines Au cours d’une sortie, observer les vitrines des magasins. Repérer leur agencement, leur organisation (installation des objets les uns par rapport aux autres Analyser la circulation du regard dans l’espace d’exposition. Insister sur les caractéristiques, les spécificités et leurs composantes plastiques (espace, plan, couleur, matière, lumière ) Photographier.

Organiser et présenter les collections dans un espace vitrine Collecter des matériaux textiles de toutes sortes, du linge, des vêtements, des objets, du matériel, des ouvrages, des catalogues, des images Choisir des types de présentation adaptés aux matériaux et objets. Utiliser des structures pour organiser l’espace de présentation (boîtes, emballages, mannequin, porte-manteau, fils tendus). Installer, présenter, mettre en espace, mettre en scène. Varier les présentations : pièces de tissu pliées, enroulées, en partie déroulées, drapées, soigneusement plissées, suspendues, tendues Associer des matériaux textiles, tirer parti des effets de transparence de certains tissus

Réaliser une vitrine d’une seule couleur, trier et présenter les matériaux de couleur chaude ou froide, « jouer » avec les motifs décoratifs Associer d’autres éléments : matériel de couture, boîte de boutons, bobines de fil, des

accessoires (gants, chaussettes, chapeaux

et éventuellement des images, des

photographies pour compléter la mise en scène. Mettre en lumière, si possible prévoir un éclairage. Photographier les différentes étapes de la réalisation de la vitrine. Photographier les différentes tentatives.

)

Réaliser une boutique Au cours d’une sortie, visiter des boutiques.

Réaliser une collection d’images de magazine présentant des intérieurs de boutiques, les salons des grands couturiers

Repérer leur agencement, l’espace réservé à la clientèle, les structures portantes, les types

de rangement, la décoration l’esthétique.

ce qui est de l’ordre du fonctionnel, ce qui relève de

Dans l’école, délimiter un espace pour présenter les collections.

Choisir le type de boutique à restituer : la mercerie, le magasin de tissu, la boutique de prêt- à-porter. Prévoir des aménagements pour agencer l’espace boutique (tissu et mercerie) : installer des

prévoir des boîtes, des emballages, des étagères

tables, des tréteaux

Varier les présentations : plier soigneusement dans des boîtes, enrouler des pièces de tissu

Draper sur des mannequins

cartes

et des écheveaux de laine de grosseurs différentes dans des paniers ou des casiers

Associer des torsades et des tresses de laine ou de fils divers valeur les passementeries, les galons et les dentelles

Entasser dans des malles

Présenter des boutons sur des

Disposer des pelotes

Ranger des bobines de fils selon leur couleur dans des boîtes

Mettre en évidence et en

Réaliser une boutique de prêt-à-porter

Collecter des vêtements et associer les réalisations des élèves.

Prévoir le matériel : portants, étagères

de leur fonction habituelle. Suspendre des manches à balai, des branchages

Réaliser un mur de boîtes et l’utiliser comme étagère Photographier en variant les cadrages et les points de vue

possibilité de détourner des objets et du matériel

et les utiliser comme portants.

Inventer des boutiques ambulantes Rechercher des structures et des principes qui permettent à la boutique d’être déplacée (la marchande des quatre saisons, le colporteur d’autrefois Réfléchir aux conditions nécessaires pour déplacer, pour faire rouler, pour pousser, pour ranger et transporter Examiner toutes les contraintes inhérentes aux différentes particularités de cette boutique (le déplacement, le rangement Inventorier les différentes possibilités. Récupérer des objets ou fabriquer des systèmes.

Installer une malle sur un plateau sur

Exemples : Utiliser une brouette, une charrette

lequel des roues sont adaptées Concevoir toutes les étapes de l’invention : dessin, croquis annoté, prototype

Le costume de théâtre

« Le costume est la deuxième peau, l’autre langage, la fonction sociale de l’artiste » Gérard Vicaire Crée en 1927 par Charles Vicaire, l’atelier de couture, situé au 1, rue Richer, va prendre un essor considérable en se spécialisant dans les costumes de spectacle. Les plus grands noms

des scènes parisiennes, françaises et internationales viendront se faire faire des costumes de

» Extrait de Au Cirque. Le Peintre et le saltimbanque, Somogy, Editions d’Art

lumière dans la maison Vicaire

« Le rôle du costume est fondamental pour la construction du personnage

naît d’une série de « réactions en chaîne » entre le costume et l’acteur, entre le geste et la particularité du costume : une manche trop large ou trop étroite, trop longue ou trop courte, peut modifier la projection scénique d’un personnage, demander à l’acteur une modification de son attitude qui provoque ensuite des inventions-constructions pour le costume et ainsi de suite. » Giorgio Strehler, Un théâtre pour la vie

le personnage

« Le costume entretient avec le vêtement des rapports qui, souvent, indiquent la position du théâtre lui-même par rapport au réel, et à sa lisibilité. » Extrait du dossier diapositives Actualité des Arts plastiques n° 52, Le Costume de théâtre, Georges Banu A l’origine était le théâtre

« J’ai toujours été attiré par la création de costumes et peut être même avant de travailler

dans la mode. Cela vient de ma passion pour l’Histoire qui depuis mon enfance accompagne mon imaginaire et mes jeux. J’ai toujours aimé reconstituer ou rechercher en vérité les décors, les meubles et les costumes. Ma famille a encouragé cette affinité et mon grand père a certainement contribué par sa passion pour l’histoire à développer mon lien au passé. Au retour de l’école, du lycée ou même de la fac, c’est dans l’histoire des costumes que je

me plongeais. » Propos de Christian Lacroix, extrait de Christian Lacroix, Costumier, Les Editions du Mécène

« Je fais peu de différence entre mon travail de couturier et mon travail de costumier

se soit pour une cliente anonyme qui achète un de mes jeans ou un acteur, mon devoir et mon plaisir sont de donner à ces caractères une enveloppe dans laquelle j’ai tâché de mettre un plus, un esprit, des racines Mes maquettes de costumes habillent autant le caractère du rôle que l’esprit et le corps de l’acteur. » Propos de Christian Lacroix, extrait de Christian Lacroix, Costumier, Les Editions du Mécène

que

Des costumes d’artistes Proposer des images de costumes réalisées par des artistes : Pablo PICASSO, Sonia DELAUNAY, Fernand LÉGER

Le costume de théâtre dans la peinture Découvrir, présenter, analyser les œuvres de REMBRANDT. Par exemple : Saskia en Flore L’artiste habillait ses modèles de somptueux costumes de scène, lui-même dans de nombreux autoportraits se présente richement vêtu.

Le théâtre et la haute couture Présenter des créations de grands couturiers inspirés par le costume de théâtre et par les courants artistiques.

Le style de Mariano Fortuny (1871-1949) par exemple, est influencé par le théâtre mais aussi par la peinture. Certaines créations s’inspirent de l’Art nouveau, du symbolisme, du Moyen Age

Le costume de clown

Réaliser des costumes de clown (clown blanc) Collecter des images représentant des costumes de clowns blancs.

Observer, décrire, analyser

matière, texture Exploiter la fascination des élèves pour les costumes de paillettes, les costumes de lumière Proposer des gabarits de costume. Colorier, peindre, coller des paillettes, des matériaux colorés et brillants Présenter la collection de costumes.

dégager

les

caractéristiques plastiques :

forme,

couleur,

Réaliser une collection de costumes de clown blanc à porter Proposer un patron. Découper dans du tissu uni, dans de vieux draps blancs

Dessiner, peindre, coller, épingler, coudre

Présenter la collection de costumes au cours d’un défilé.

des matériaux divers.

Tirer parti d’une expression : costume de lumière Collecter des images représentant des costumes de clown blanc. Imaginer des créations qui respectent l’expression au pied de la lettre. Transformer des images par ajout de matières et de matériaux. Présenter les différentes réalisations.

Réaliser des costumes portables dans le cadre d’un défilé à la taille des élèves.

Réaliser la garde-robe des artistes du cirque Réaliser une collection d’images représentant les différents artistes de cirque. S’intéresser plus précisément aux types de costumes portés par : les trapézistes, les dompteurs, les clowns, Monsieur Loyal Concevoir les différents pièces des costumes. Varier les techniques. Réaliser des silhouettes à habiller, les détourer et les coller sur du carton fort. Idem pour les différents vêtements. Prévoir un système de languettes pour maintenir les vêtements sur les silhouettes. Varier les tenues. Photographier. Présenter en série.

Autre piste :

S’intéresser et réaliser des costumes de géants

Tisser

S’intéresser à l’histoire de la tapisserie Se documenter sur l’art de la tapisserie. Replacer la tapisserie dans le contexte artistique du Moyen Âge : les types de représentation, sa fonction Présenter des reproductions de tapisseries d’époques et de styles différents :

La Dame à la licorne, musée de Cluny L’Apocalypse, musée du château d’Angers Les tapisseries du musée d’Aubusson, du musée des gobelins à Paris Les tapisseries de Grau-Garriga

S’intéresser à l’évolution des techniques : matériaux, outils et métiers

S’intéresser aux différentes techniques de tissage utilisées ici et ailleurs, autrefois et aujourd’hui. Découvrir la spécificité de certains métiers, les outils et les matériaux qui leur sont étroitement associés : le tapissier, le lissier, le tisserand, la fileuse

dans La Belle au bois

Cibler certains passages dans la littérature (la quenouille, le rouet dormant, La tapisserie de Pénélope )

Engager les élèves dans des recherches documentaires : réaliser une collection d’images et d’extraits littéraires.

Pour en savoir plus : visiter des musée, rencontrer des artistes textiles qui travaille la tapisserie, visiter des expositions régionales, des ateliers (L’Atelier du Tisserin à Flers).

Découvrir des métiers à tisser et s’intéresser à leur histoire S’intéresser à l’évolution du métier à tisser et aux techniques de tissage au fil des siècles. Consulter une documentation. Visiter le musée de Caudry, le musée de la Dentelle à Calais, des filatures

Observer des tisserands au travail Rencontrer des professionnels.

Découvrir les conditions de travail et les aspects techniques liés au tissage.

Interviewer, questionner

Découvrir différents produits : vêtements, pièces de décoration, d’ameublement

s’intéresser à la dimension technique et artistique.

Fabriquer des métiers à tisser Récupérer ou fabriquer des cadres de bois. Planter des clous en vis-à-vis à intervalles réguliers. Utiliser des cageots sans fond, planter des clous sur deux bords en vis-à-vis à intervalles réguliers. Tendre les fils de la chaîne (fils tendus verticalement) et les attacher solidement. Autre procédé : Coller sur les lattes horizontales (haut et bas) des bandes de carton ondulé. Entourer le cadre d’un fil résistant pour constituer la chaîne en passant et en maintenant le fil dans le creux de la cannelure du carton. Tendre le fil de manière à ce qu’il reste parfaitement maintenu.

Tisser les fils et les bandes à tisser horizontalement pour constituer la trame. Enrouler les fils sur des « navettes » en carton pour faciliter les passages successifs. Rapprocher les fils de la trame pour resserrer le tissage. Lorsque le tissage est terminé, couper et nouer les fils de chaîne deux par deux.

Fabriquer des métiers à tisser

- Varier les techniques et les procédés.

Expérimenter des matériaux, des outils, des supports variés pour s’exercer à la technique du tissage. Varier les actions, diversifier les moyens d’interventions sur les matériaux. Combiner des actions : tisser, nouer, tresser, torsader, effilocher, franger Associer différents matériaux : utiliser des fils de nature, d’épaisseur, de qualité différentes, des laines (fil, écheveau, tresse, torsade), des ficelles, des cordelettes, des

des bandes de plastique, des

bandes de tissu (coton, voilage

bandes de papier, des lanières, des rubans, des lacets, du raphia, de l’osier

- Récupérer de vieux vêtements et de vieux tissus. Déchirer, découper des bandes, tirer des

fils, détricoter de la laine Utiliser des éléments naturels, des matières végétales : des tiges, des herbes hautes, des graminées, des lamelles d’écorces, des branchages flexibles, de la paille - Varier les supports : utiliser des métiers à tisser, des cadres, des grillages, des trames

tendues, des serpillières usagées et tisser dans les parties effilochées, des matériaux textiles usés présentant des trames à investir partiellement

- Détourner des objets de leur fonction : utiliser le fond d’un cageot pour tisser des végétaux,

tendre un filet à légumes pour tisser divers matériaux en fil

grillage comme une trame à tisser.

- Assembler différents types de canevas présentant des trames de différentes grosseurs.

Expérimenter le passage alterné dessus-dessous dans un sens puis dans l’autre pour tisser les différents matériaux.

pour effectuer des

- Combiner différentes actions : tisser, tresser, nouer, enchevêtrer

combinaisons et varier les effets : couleur, matière, texture, relief Présenter et mettre en scène les réalisations. Variante :

Composer des costumes par association des différents tissages ou présenter des tissages sur des parties de costumes

),

des bandes de toile (jute

),

Utiliser les alvéoles d’un

Réaliser des tissages d’herbes Récolter des herbes sèches avec de longues tiges de préférence (céréales, graminées,

joncs

).

Fabriquer des cadres de bois avec des lattes. Planter deux rangées de clous dans deux lattes opposées (intervalle d’environ 2cm). Tendre de la ficelle pour réaliser la chaîne du métier à tisser.

Tisser les différentes espèces végétales. Ajouter d’autres végétaux pour varier les effets. Présenter les cadres tissés verticalement. Mettre en scène les différentes réalisations. S’intéresser aux œuvres de Marinette Cueco.

Réaliser des vêtements « toile d’araignée » Utiliser des structures portantes pour fabriquer des supports de jupe, de tunique, de

kimono

Tisser des fils, des ficelles, des cordelettes différentes. Présenter les réalisations.

des matériaux en fil de qualité et de couleur

(Mailles de canevas, grillages, tiges flexibles

)

S’intéresser à une démarche artistique originale « Jean-Luc Bruniaux crée en collaboration avec les araignées. Avec lui, par lui, sous sa direction, elles participent à ses œuvres tissées, à des textures, à des tressages subtils, à des entrelacs délicats, à des voiles, à des étoffes presque imperceptibles, à des trames très légères, à des réseaux impondérables Jean-Luc Bruniaux est le complice des araignées, leur ami, leur compagnon, leur associé. Il

les guide, les pilote ; il les gouverne. Il installe des sites pour les faire travailler. Il transforme

leurs fils, leurs pièges en des objets esthétiques de leurs constructions presque impalpables. »

il est le maître d’œuvre de leurs activités,

Déjà en 1975, l’artiste utilise des cordes et réalise une toile d’araignée géante. En 1977, il

sculpte une immense toile d’araignée en terre cuite

les angles d’une chambre

Il imagine des fils tendus, placés dans

» Gilbert Lascault

« Non seulement la référence textile de la toile d’araignée est indubitable mais elle est multiple. Extraits du catalogue d’exposition Jean-Luc Bruniaux

Plis et drapés

Explorer plis et drapés Réaliser une collection d’images représentant des plis et drapés : images de tissu ; de vêtements, plis, plissements, papiers pliés, ondulations, reliefs naturels, détails de matériaux, gros plans sur la peau, détails sur des objets, des éléments naturels, des paysages Engager les élèves dans une recherche d’images de tous types : images à caractère scientifique (géologie), reproductions d’œuvres d’art, images publicitaires Photographier des détails dans l’environnement de la classe. Cadrer des fragments d’images. Observer et analyser des œuvres anciennes et contemporaines : statuaire grecque, les architectures emballées de Christo, les compressions d’Arman

S’intéresser aux vêtements grecs Le péplos : tunique en laine L’himation : manteau de laine drapé autour du corps Le chiton : tunique de lin plissée à l’ongle La chlamyde : cape de laine agrafée Le colpos : partie blousante de la draperie obtenue par l’utilisation d’une ceinture

La chlaina : manteau de laine agrafé Les accessoires : la ceinture, la fibule (sorte de broche)

Etablir une relation au corps

Se draper dans des tissus aux qualités différentes pour obtenir des plis « mous », des plis « lâchés », des plis « cassés »

Se draper dans des tissus épais, fins, lourds Photographier.

présentant divers aspects et textures.

Représenter des drapés Collecter des images de mode, des reproductions de sculptures (statuaire grecque). Repérer dans la collection d’images, les plis et drapés mais aussi les plissés, les chiffonnés, les froissés Reproduire par le dessin, varier les médiums : crayon graphite, crayon de couleur, fusain, sanguine, craie d’art, pastel à l’huile Travailler les effets d’ombre et de lumière (contraste, valeur). Présenter les réalisations.

Photographier des drapés Repérer et photographier des plis et drapés : papiers froissés, linges mouillés, vêtements, sols, reliefs Étudier l’incidence de la lumière : contraste de l’ombre et de la lumière, jeu des valeurs

Photographier et/ou filmer des situations vécues corporellement : se couvrir, s’enrouler tissus d’étoffes présentant des qualités différentes, se déplacer, se mouvoir Présenter la collection de photographies.

de

Réaliser des plis et drapés

Proposer une grande variété de matériaux : papiers de différentes qualités (papier journal,

papier nappe, papier de soie, papier calque, papier aluminium, papier cellophane encollé, tissu enduit de colle, d’amidon, de barbotine, de plâtre Modeler les matériaux pour travailler les reliefs et obtenir des effets. Mettre en espace et en lumière. Etudier l’incidence de la lumière. Photographier.

),

papier

Réaliser une collection de plis et drapés en 2 et 3D Repérer dans la collection d’images, les froissés, les plissés, les chiffonnés, les drapés Les reproduire fidèlement par le dessin en ayant le souci du détail. Varier les outils médiums : crayon graphite, crayon de couleur, fusain, sanguine, pastel sec, pastel gras

Modeler des plis et drapés en utilisant des tissus enduits d’amidon ou de colle ou de barbotine ou de plâtre. Installer les modelages sur des supports ou des structures portantes. Présenter la collection de dessins et de sculptures.

Poursuivre une image Isoler et extraire un détail dans une image. Coller ce fragment sur un support. Prolonger, poursuivre ce détail par le dessin. Choisir les médiums en fonction des effets attendus.

Photocopier des plis et drapés. Réaliser des plis et drapés avec divers matériaux : papiers de différentes qualités, tissus Positionner les volumes sur la vitre d’un photocopieur et recouvrir d’un tissu noir. Photocopier en variant les intensités de noir et en jouant sur les agrandissements et les réductions. Retravailler les images photocopiées pour intensifier les effets de plis et drapés. Varier les outils : crayon graphite, fusain, feutre noir, encre de chine Présenter les réalisations.

Créer des sculptures Collecter des matériaux textiles, jouer sur leur diversité (couleur, texture

Manipuler, expérimenter des actions : froisser, tordre, plier, plisser, nouer, franger, découper

Associer, assembler, lier, coudre

Installer, mettre en scène et photographier. Transformer les sculptures molles en les rigidifiant : tremper dans la colle à papier peint ou la colle vinylique diluée ou dans l’amidon. Associer les différentes sculptures pour réaliser une production collective. Présenter sur un socle et mettre en lumière. Variante : tremper les sculptures dans la barbotine ou le plâtre. Les volumes se rigidifient, les couleurs se modifient, la production prend l’aspect d’une sculpture en terre ou en plâtre. Possibilité de peindre les volumes en plâtre.

les formes pour réaliser des sculptures.

Plier et draper des matériaux rigides en feuille

Plier, froisser, plisser

Les matériaux réagissent différemment car les plis restent permanents.

Varier les effets, assembler les différentes pièces (agrafer Photographier en variant les mises en lumière. Étudier l’incidence de la lumière sur les reliefs. Reproduire en dessinant. Traduire le jeu des valeurs, le contraste de l’ombre et de la lumière.

des papiers, du métal à repousser, des feuilles de papier aluminium

).

Réaliser un tableau vivant Choisir une reproduction d’œuvre d’art (peinture ou sculpture) qui donne à voir des plis et drapés. Prendre un ou des élèves comme modèle(s). Choisir les matériaux adéquats pour habiller les modèles. Draper et plisser les tissus en « copiant » le plus fidèlement possible. Reproduire la composition du tableau et les postures des figures sculptées. Mettre en lumière : étudier l’incidence de la lumière en variant les sources lumineuses (nature, position, distance, intensité).

Photographier en reprenant le point de vue et le cadrage de la composition peinte ou en multipliant les points de vue (360°) s’il s’agit d’une sculpture. Présenter la reproduction d’origine et les réalisations.

Habiller un mannequin de couturière

Vêtir le mannequin en drapant, en plissant des textiles divers (toile, drap, voilage, voile Eventuellement, associer d’autres matériaux. Photographier les différentes tentatives. Variantes :

Utiliser des matériaux rigidifiés (trempés dans le plâtre ou la barbotine).

Modeler, façonner, plisser, draper

Ajouter des accessoires : draper des foulards, des châles, des capes Choisir des matériaux textiles présentant des couleurs, des textures, des motifs décoratifs intéressants. Les tremper dans la colle puis draper

).

pour donner forme sur le mannequin.

Se déguiser

J’ai un gros nez rouge Deux traits sous les yeux Un chapeau qui bouge Un air malicieux. Deux grandes savates Un grand pantalon Et quand je me gratte Je saute au plafond. Chanson de Nagy-Boyer Celui qui me parlait avait les pieds nus dans d’énormes ribouis, percés de part et d’autre et

laissant déborder ses doigts de pied. Un pantalon trop large pour lui, descendait en vrille sur ses godasses. Ce pantalon bâillait largement à la place de la ceinture. Mon interlocuteur portait en outre, une redingote verdie et élimée dont les manches recouvraient presque

entièrement les mains et dont les pans frôlaient le sol Nous les Fratellini, Anne Fratellini, Grasset

»

S’intéresser aux circonstances liées au déguisement Inventorier avec les élèves les différentes circonstances et situations qui amènent les

enfants à se déguiser : porter les vêtements et les chaussures trop grandes de sa maman ou

de sa grande sœur, se déguiser en

Donner du sens en insistant sur les différences : s’habiller, se vêtir, se costumer, se déguiser Se déguiser pour surprendre, étonner, changer de personnalité, devenir quelqu’un d’autre, s’identifier à un héros, se dissimuler, se cacher Proposer une malle contenant divers vêtements, accessoires, parures récupérés Se déguiser et se faire photographier.

pour le défilé de Carnaval

Présenter les photographies.

Se déguiser dans le cadre d’un défilé de Carnaval Se déguiser et éventuellement se maquiller, se grimer. Choisir des maquillages particuliers : maquillage de clown

Réaliser des déguisements thématiques Proposer des thèmes ou des sujets : le bestiaire, les héros de bandes dessinées, les personnages de conte, le végétal, les saisons, les dieux et déesses de la mythologie, les personnages historiques, les rois et reines, les quatre éléments, les friandises Collecter des images relatives au thème retenu : observer, analyser les composantes des

costumes portés. Composer un mur d’images. Lister les matériaux à collecter. Rechercher les pièces de vêtements et les divers matériaux nécessaires à la réalisation des déguisements. Varier les actions :

- Transformer des vieux vêtements.

- Déstructurer et recomposer diverses pièces issues de vêtements différents.

- Ajouter des tissus, des accessoires, des matériaux, des objets pour compléter les

déguisements.

- Utiliser des structures portantes ou des trames pour accrocher, tisser, nouer

Exemple : le thème du végétal nécessite la récolte d’éléments naturels éphémères : fleurs,

graminées, branchages, feuilles, lierre

sur des

trames ou supports. Se maquiller si nécessaire. Expérimenter des procédés pour réaliser des coiffures et des coiffes. Se faire photographier. Présenter les déguisements au cours d’une manifestation : défilé ou autre.

qui doivent être maintenus, tissés, ficelés

Vêtements, costumes et parures sous toutes les coutures

Bibliographie

Des ouvrages pour les enseignants Consulter le site du CRDP Christian Lacroix. De fil en aiguille

Découvre la mode de Karl Lagerfeld, Nadine Colene, éditions du Regard, Scéren-CNDP Arts visuels et Habits et habillages, Claude Guillhot, scéren-CRDP de Poitou-Charentes

Arts visuels et Fils, bouts de tissu, Claude Gilhot, scéren-CRDP Poitou-Charentes

Nadine Coleno, éditions du Regard, Scéren-CNDP

L’Atelier des images, La Parure : Vêtements et accessoires Les activités plastiques à l’école, Claude Reyt, A. Colin Plis et drapés dans la statuaire grecque, Musée du Louvre Fils et structures linéaires avec les 5-6 ans, S. Breton, A. Rutily, Nathan Monique Friedman, la couleur tissée, Musée Matisse, le Cateau-Cambrésis Savoir-faire et techniques de la Dentelle Leavers, Musée Caudésien des Dentelles et Broderies Christian Lacroix, Costumier, Les Editions du Mécène Les portemanteaux, 20 monotypes de Sarah D’Haeyer, Ritagada Un jardin de corazones, catalogue d’exposition Agatha Ruiz de la Prada, musée de la Piscine à Roubaix Garde-robes, Union centrale des arts décoratifs, Musée de la mode et du textile Tenues de fête, Michèle Papin, Petites Pratiques Hachette

Art et mode, F. Müller, collection « Mémoire de la mode », Assouline Musée de la mode et du textile, Beaux arts, hors série, n° 134 L’album du Musée de la mode et du textile, RMN Europe 1910-1939, quand l’Art habillait le vêtement, Collectif, catalogue Paris-Musées Dictionnaire de la mode au XX e siècle, Bruno Remaury, éditions du Regard La mode N° 511, Découvertes Gallimard Histoire de mode, Christian Lacroix, Les arts décoratifs Histoire de la mode et du costume, James Lever, l’univers de l’art, Thames & Hudson La Mode, art, histoire et société, Grazietta Butazzi, Hachette Histoire de la mode, Didier Grumbach, Seuil Des modes et des hommes, deux siècles d’élégance masculine, Farid Chenoune, Flammarion Le défilé de mode, petit voyage dans l’histoire du costume féminin, Ch. Flamant, Casterman Le Système de la mode, Roland Barthes, Seuil Art et mode, Valérie de Givry, éditions du Regard L’art contemporain et la mode, Jill Gasparina, éditions du Cercle Se vêtir au XVIII e siècle, Madeleine Delpierre, Adam Biro Les dessus et les dessous de la bourgeoisie : une histoire du vêtement au XIX e siècle, Philippe Perrot, Fayard 100 ans d’illustration de mode, Cally Blackman, Eyrolles Dessiner la mode : tendances et styles de l’illustration de mode aujourd’hui, Laird Borrelli, La Martinière

Dessins de mode des créateurs, Laird Borrelli, La Martinière Créateurs de mode, Pamelin Gobelin, éditions du Chêne Le musée de la mode, Richard Martin, Phaidon

Histoire du costume en Occident, de l’Antiquité à nos jours, François Boucher, Flammarion Les mots du costume, Colette Guillemard, Belin Histoire des costumes du monde, P. Rieff Anawalt, Flammarion Histoire du costume, François-Marie Grau, Que sais-je ? PUF Mille ans de costume français, Jean Cuisenier, éditeur Gérard Klopp Le Costume occidental de l’Antiquité à la fin du XIX e siècle, John Peacock, Chêne Le Costume et la mode, L. Rowland-Warne, Gallimard Le costume. Grammaire des styles, Flammarion L’Aventure du costume, De la feuille de vigne au prêt-à-porter, Casterman Dictionnaire du costume et des accessoires, des armes et des étoffes : des origines à nos jours, Maurice Leloir, André Dupuis, Gründ

Histoire de la chaussure à travers les âges, Bata Shoes Organisation

Fils et textiles, Dessain et Tolra L’art textile, Thomas Michel, Skira La grande histoire des tissus, Caroline Lebeau, Patricia Corbett, Flammarion Histoire des tissus en France, Alexandra Fau, Ouest-France L’Afrique des textiles, Anne Grosfilley, Edisud Dictionnaire culturel du tissu, Régis Debray, Fayard Textiles africains, couleur et créativité à l’échelle d’un continent, John Gillow, Richard Grevier, Regard Dictionnaire historique des étoffes, Elisabeth Hardouin-Fuhier, Bernard Berthood, Martine Chavent-Fusaro, Amateur Tissus indiens : tradition et modernité, Rahul Jain, Charles Moreau Les textiles mayas, Régis Bertrand, Mango Bleus et ocres de Guinée : teintures végétales sur textiles, Anne-Chantal Gravellini, Sepia La révolution textile : au-delà de l’imagination, Elisabeth Frésard, LEP Les routes de la soie, Philippe Lamarque, Romain page Jouer la lumière, catalogue exposition, Musée de la Mode et du Textile, Adam Biro Musée des tissus de Lyon, Guide des collections, Editions Lyonnaises d’Art et d’Histoire Décoration textile, 100 recettes pour teindre, peindre et imprimer le tissu, Tracy Kendall, Eyrolles

Le Tissage, Jacques Anquetil, Dessain et Tolra / Chêne Le Monde du tapis, Maurizio Cohen, La Bibliothèque des Arts

Les Plis, Nadine Vasseur, Seuil

La Tapisserie de Bayeux, David M. Wilson, Flammarion La Tapisserie de Bayeux, Simone Bertrand, Ouest-France La Tapisserie de Bayeux : œuvre d’art et document historique, Lucien Musset, Zodiaque La Tapisserie au Moyen-Âge, Fabienne Joubert, Ouest-France

La Tapisserie médiévale, Musée national du Moyen-Âge, Thermes de Cluny, Fabienne Joubert, RMN Tapisserie flamande, G. Delmarcel, Imprimerie nationale Chagall-Tapisseries, Jacob Baal-Teshuva, Taschen Grau-Garriga à Douai, Musée de la Chartreuse de Douai

Kenzo, Ginette Sanderchin, Thales & Hudson

Des ouvrages pour les élèves Peaux, tissus et bouts de ficelles, Zigzart, Centre Pompidou Les Vêtements, S. Hendra, collection C’est dans la poche, Autrement

Le Costume et la mode, Les yeux de la découverte, Gallimard Le Vêtement, Henri Galeron, Gallimard Les Vêtements, S. Hendra, collection « C’est dans la poche », Autrement Mes vêtements, collection « Un tout premier livre d’images », éditions Manise Le Livre des costumes, tome 1. La mode à travers les siècles, Découverte Cadet, Gallimard Le livre des costumes, tome 3. Les costumes traditionnels, découverte Cadet, Gallimard Coco Chanel, Brigitte Labbé, Michel Puech, Jean-Pierre Joblin, Milan Jeunesse La Mode. Des métiers, une passion, Gentiane Lenhard, Nikita, Sophie Leblanc, Milan Jeunesse Mon carnet de tendances, Sophie Leblanc, Milan Jeunesse

costumes. L’art du vêtement et de la parure à travers les âges, Jacqueline

De mémoire de

Morley, Hachette Jeunesse La mode, collection Autrement Junior-Arts, scéren CRDP

Des albums :

Ermeline et sa Machine, O. Douzou, I. Chatellard, éditions du Rouergue Les Vêtements, S. Hendra, coll. « C’est dans la poche », Autrement La route de la soie, revue Dada, Mango La Semaine de Souris Chérie, Magdalena Guiro Jullien, Maïté Laboudigue, Kaléidoscope, L’Ecole des loisirs Monsieur Monsieur et Mademoiselle : le chapeau à secrets, Claude Ponti, L’Ecole des loisirs La nouvelle casquette de Nisse, Olof et Lena Landstrom, L’Ecole des loisirs Le Chapeau qui dansait, Kéthévane Davrichevy, Alan Mets, L’Ecole des loisirs Le Chapeau volant, Tomi Ungerer, L’Ecole des Loisirs Je m’habille, Mes premières découvertes, Milan Jeunesse Où sont les habits ?, Koji Ishikawa, Mes premières découvertes, Milan Jeunesse Habille-toi Babilou, Pierrick Bisinski, L’Ecole des loisirs Costume de savon, Michel Gay, L’Ecole des loisirs Mon pull, Audrey Poussier, L’Ecole des loisirs Zoé se déguise, Isabelle Bonameau, L’Ecole des loisirs Bon à croquer, Pascale Bourgeault, L’Ecole des loisirs Et si le loup y était, Julia Kaergel, L’Ecole des loisirs Coco Panache, Catharina Valckx, L’Ecole des loisirs Le mouton en habit de loup, Helen Lester, L’Ecole des loisirs Bibou s’habille toute seule, Pierrick Bisinski, L’Ecole des loisirs

Il ne faut pas habiller les animaux, Judi et Ron Barrett, L’Ecole des loisirs La Princesse coquette, Christine Nauman-Villemin, Marianne Barcilon, L’Ecole des loisirs Elise la couturière