Cyril Delacour

Photographe, artiste indépendant
maison Dumarché
rue du Tour
07220 Saint Montan
0665505650
cyril. delacour@floue.net
Direction des services
départementaux de
l'Éducation nationale
Place André-Malraux
BP627
07006 Privas Cedex
Le vendredi 6 décembre 2013
Objet : demande de renseignements sur une activité scolaire
Madame, Monsieur,
Comme père de Mila Delacour née le 25 mars 2007 à Saint Étienne et qui est scolarisée à l'école primai re
publique de la plaine du Cours à Saint Montan où enseigne sa maman Séverine Jullien, je voudrais obtenir
de votre part quelques informations sur une activité qui s'est déroulée dans l 'enceinte de cette école, et
aussi dans l'école primaire publique de la Roubine à Vivars et peut·être d'autres à Bourg Saint Andéol et
dans la Drôme.
Cette activité s'est déroulée en mai 1 juin 2011 . Selon la directrice de l 'école publique de St Montan, il
s'agissait simplement de la projection du film The Kid de Chaplin organisé par Manuel Pradal, et ensuite en
dehors de l 'enceinte scolaire du casting et du tournage du fi lm de fiction .. Tom le cancre». Selon un article
du Dauphiné Libéré ci ·joint, il s'agissait d'un atelier cinéma associatif directement lié au film, comme
continuité de cene activité (non plus une simple projection, mais les enfants jouaient et ont été remarqués).
Or les statuts de l'association liée à cette activité, Lanterna Magica ci -joints, et présidée par le réalisateur
Monsieur Pradal , ont été enregistrés à Paris le 4 juillet 2011 , après J'i ntervention en milieu scolaire.
Ainsi je voudrais être informé précisément de ce en quoi consistait cette activité dans le cadre scolaire, et
qui dépend donc de votre responsabilité: s'agissait-il d'un atelier cinéma (veuillez définir cette activi té, sa
durée, son contenu), d'une simple projection où des intervenants ont pu repérer des enfants à qui proposer
le casting pour le projet cinématographique qui est devenu un film de cinéma réalisé en dehors du cadre
scolaire pendant les vacances d'été, et ayant pris du retard, fait manquer quelques jours de classes à 6
enfants de la région à la rentrée? Est-ce que le projet de réalisation d'une fiction a été communiqué autour
de l'activité scolaire aux parents, aux enseignants? Si oui puis-je obtenir une copie des documents
communiqués?
Ci -joint la correspondance avec la préfecture de l'Ardèche qui comporte une copie d'un courrier de la
OIRECCTE de l'Ardèche et un document rédigé par une spéciali ste des enfants du spectacle à la
DIAECCTE de Paris à propos de la réalisation de cette œuvre cinématographique de fiction et
particulièrement du travail des enfants, ainsi qu'une copie de l 'article du Dauphiné publié il y a un an qui
n'évoque pas ce travail (dont te suis témoin) mais le fruit d'un atelier associatif.
Mon enfant a participé à J'activité qui lui était proposée à l'école, puis au casting à l'i nitiative de sa maman,
votre employée, et ensuite au premier jour de tournage le jeudi 30 juin 20" sans que j'en sois prévenu.
Nous avons ensuite participé au tournage, Mila étant prise comme actrice, moi-même comme photographe
de plateau engagé par Monsieur Manuel Pradal lors du début des" semaines de ce tournage, et Séverine
Jullien pour la réalisation du making· off avec l 'association La Petite Ourse de St Montan et comme figurante
(elle a manqué une ou deux journée de travail à la rentrée de septembre 20" pour y être disponible, en
prétextant qu'un de ses fils était malade, le tournage avait alors lieu proche de la presqu'île de Giens où
nous étions logés au camping Euro Surf). Ainsi j'ignore exactement ce dont je n'ai pas été témoin, ni même
été informé, à propos de cette activité scolaire liée à la réalisation à laquelle nous avons ensuite participé, ce
que je vous demande par la présente d'éclaircir.
Cordialement,
Fait à Saint Montan le 6 décembre 201 3.
RÉAUSÉ PAR MANUEL PRADAL AVEC DES ENFANTS
ilnia
en
<'l U départ, cela ne devait être qu'un atelier de cinéma destiné à des enfants de Saint-Montan, Viviers et
BOurgcSaint-Andéol. Mais, bluffé par le jeu de ces ieunes acteurs, le réalisateur ardéchois Manuel Pradal
en a lait un film, "Tom le Cancre' . En attendant d'etre commercialisé, il fait le tour des festivals.
.
.
,
CINEMA Le film "Tom le Cancre" de Manuel Pradal fait fureur dans les festivals .
Des enfants ardéchois devenus
stars'd'un film inattendu
r T"Y
1 1
1 1
Au départ, cela ne devait être qu'un atelier de p'ti.ts rois pendant \Q tourna- "Quand des professionnels
• d .., d f M· b" ge", sount Céline lantheau- ont vu les Images, ils ont été
cinema estine a es en ants. ais su Jugue me, la mère de Pauline À SIX LE RÉAlISATEUR
(les I,e _ -
h IP d d d -..... ptOductlotl . "'ltmodlitidtrltm. ·.Mblme,I"ldtJalaltIlÇ
-ar\Jec ms anue ra a a ucCi e en lé.tlre un enfants. œlil ilppel il une amie, "une très l',;\rdeche, là où ses racines
long-métrage, "Tom le Cancre". Si le fi lm n'est grande monteusc".-babelle familiales sont bien ancrées,
. EU , 'à notammentàSainl-Montan.Ce
P
as encore commercialisé . il remporte un vif sont lITemp1O.ça es. fi _ L"UlCU. e a no ammen. d·.'
_, . ' bles.lli sont U1ants rleventé. son actif. "Les Invasions I.".,mé de la Fémis a tourné
succes dans les festlyals. se réjouitj\.-lanuelPradai. bdres". "Un sens nouveau a films, doht
Par Robin CHARBONNIER
U
n peu intimide, Matys, 6
ans, ne donne pourtant ·
pas sa première inter-
v:.e,...· il. un jourruiliste. Le jeune
écolier ardêchois de Viviers a
déjà livré ses impressions lorS
d'une conférence de presse à
Rome. Le film "Tom le Can-
cre" a eté une des quatre sé-
lections du presti-
gieux festiva.l in\.eroationa.l.
Chauffeur,lapisrouge,flas-
hs Qlli crépitent ... Matys pou-
vaitjouerla star dans la capita-
le italienne. Mais comme les
autres enfants ardécllois du
loog-métrage, Rouille -le SUI"-'
nom donné par Tum le Can-
cre- garde bien les pieds SUI"
<erre.
O'autant que cette aventure
devait rester confidentielle.
"Cest une success story qu'on
[J'imaginait pas · , confie Ma-
ouel PHldaL Au départ, le réa-
lisateur, qui a towné aupara-
vant avec HMvey Keit el et
Emmdlluelle Béart. avait juste
répondu à l'invitation d'ensei-
gnants ardéchois. "J'ai animé
un atelier de cinéma autour du
"Kid" de Chaplin dans les
êcoles de Saillt-Montan, Vi-
Viers et Bourg-Saint-Andéol",
raronte-t-il.
Le réalisateur a été bluffé
par "I"aptitude artistique pré-
coce et féconde" de
enfants. "J'ai voulu continuer
l'aventure sous le sceau de
l'association "Lanterna Magi-
ca" dVCCune quinzaine d'en:
Ire eUll, accompagnés de leUIS
parents. "
Pmu ce second atelier, Ma·
nuel Pradal fait venir de
grands professi<:mncls du sep-
tième art. Et avec l'aide du
maire et des habitants de
tournéesdansleSud-Ardèche
et aux alentour.>, <lU fil de l'êté
2011.
dite et hors normes . Rien
n'était prémédité· , souligne le
réalisa!ew-.
Les parents s'en souvien-
nent très bien. "C'étaient les
Plu
"·''' •. .,. d ., .......... .... îedesAngesHetuijo
...... ... e e onne nu, .. : avenlULe,
gravl-es dans Id tête de ces très
1eunes acteurs. "J'ai bien aimé
quandonamangédll rizavec
lesmains" ,souffleMatys. "J'ai
adoré rourir apres le train à Vd-
peur", confie, d'une petite
voil:, Pauline.
1
se transfonnait peu
à peu en un coole"
Leur talent a été sublimé
par des intervenants de très
Mut niveau, comme Yorgos
Arvdnitis, "undesplusgrands
directeurs photos au monde".
"Onne savait pas qu'un tour-
nage était si long et compli-
qué. On a été impressionnés." ,
racontent Fabienne et Sylvain
Soboul, les parents de Matys.
"L'lltelier se transfonnaitpeu li
peu en un conte, une fable",
prérise le reil lisilteur.
Mais, màlgré cette bonne
expérience. il pensait que les
bobines alliient resler au pla-
card. Sauf que )'épilorruc n'a
pas eu lieu tout de suite.
proche d'un film de dnéma . • ,
f'-x-plique Ieréalisateur. LES ACTEURS
"Sublimé" par ce conte,
CarlO Crivt>Jli, "grand rompo- • Si Manuel Pradal a tourné
site'uritd!ien", paye lui-même avec une Quinzaine d'enfants,
les70musiCiens de l'orchestre il V a en particulier le Petit Paul
et le "club des cinq". Ils
symphonique "Cina Aperta' avaient bien sûr chacun un
afmderythmeravccpoésicle prénom mais aussi un surnom
·Iong-métrôge. donné par Tom le Cancre.
Lors de la projediOll i!. Rn- _ Mano lavai: Petit Paul
me,J\olatysapuréOCouterœtle _ Matys Soboul:
formidilble bande-son. Et ne JéréniylRouî11e
s'en lasse pas. Le j eune AnIê- • Nicolas Dangles :
chois semble séduit par le JacqueslCrado
grand écran : "Cela permet de - Pauline Lantheaume :
renrontrer d'autres personnes Rose/Schlingue
et, peut-être. voir d ' autres - Ulo ChallYel Retali:
pays." a louis/Crotte
En olnduisant les enfants à. la
rivière, la maîtresse s'éva-
nouit.Les élèves se perdent
dans la nature et rencontrent
Tom le Cancre, UlI fugueur de
14 ans. Débute alors unconte
poétique et initiatique pas
commes les autres.
- Mila Delacour.-j. _<1-_
ZoéIPoussière,
Les adultes: Stéphanie
Crayencour : la maîtresse ;
Steve Le Roi: Tom le cancre;
Sacha Bourdo: l'homme loup.
L'ÉQœtE
• Images: 'l'orgos Arvanitis.
Montage: Isabelle -OedietJ.
Musique: Garfo Crivelli.
"Laventure continue"
P
alU le film, tournê
. dansUllcadreassoc:iatif.ne
peutêtreconunerdalisé. Mais
Manuel Pradal est confiilnt
pour sunnonter les obstacles
juridiques.
En attendant, "TomleCan-
cre ' a bien été vu par tous
les enlants et les parents .
"Célait Irês êmouvant", con-
nent plusieurs d'entre eUl( _
Une fête a meme été orga.ni-
sée dans le château de Saint-
/I.1onlan. "La mWJ..idpalité et
l'association des cl
amis de la commune nous ont
beaucoup ilidés', souligne le
réalisateur.
Le long-métrage vit aussi
une bene histoire au sein des
festivals. na été présenté, pour
la première fois, il Montpellier.
Une soixantaine d'Arrléchois
et.1ient descendus pour J' oc-
casion.Us ont été inlpression-
nés par le chaleureux dCCUeil
du publksuite la projection.
"Pauline il eu peurCIll une da-
me l'avai! ayrippœ !", se sou-
vient s.a maman. Céline Lan-
thea\lJllC.
h'lilnue-J Pradal o'étai! pas
au boutde sessurprisesen ap-
prenant ta sélection de son
opus ilU festival de Rome.
"C'était déjà la consécra-
tion!" se réjouit-il. Plusieurs
enfants. dont Maty; , ,e ,ont
envolés vers ta capitale ita-
lienne_ "Leur qualité de jeu a
été saluL'c". pré<ise le r&tlis.a.-
teur. Depuis, le hlm. est de-
IDtlndé partout dnns le mon-
de. autant à Melbourne en
Australie, à Toronto au ClIill!.-
da, i!. Mons en Belgique qu'à
SI..'<Ittle aux USA" . "L"avcntu-
reconlinue ; - sefélidtele pro·
fessiormel ardéc;hois_
L’auteur de cet article, Robin CHARBONNIER ainsi que sa direction à Grenoble ont été contactés.
J’ai demandé que mon opposition soit communiquée tout en leur transférant les documents des
DIRECCTE de Paris et de l’Ardèche et en dénonçant les nombreux mensonges diffusés. Ils ont
refusé ! IL n’a jamais été question d’un atelier pour les enfants mais bel et bien de la réalisation
d’un long-métrage, d’un film de cinéma !
Cyrll Delacour
photographe, artiste indépendant
maison Dumarchè
rue du Tour
07220 Saint Montan
0665 50 5650
cyril.delacour@floue.net
Monsieur le préfet
Préfecture
Rue Pierre Filliat
BP 721
07007 Privas Cedex
Le 6 mai 2013
Objet : Autorisation du tournage de «TOM LE CANCRE»
Monsieur le Préfet,
L'été 2011 a été tournée une partie du long-métrage «TOM LE CANCRE .. sur la commune de Saint Montan
en Ardèche (l'aulre partie du tournage ayant eu lieu dans le Var à la presqu'ile de Giens et aux marais salins
d'Hyères), film écrit (ce n'était pas un exercice d'improvisation. il y avait un script) et réalisé par Monsieur
Manuel Pradal. La société de production W7 ayant comme gérant Monsieur Ëric Langlois était présentée
sur internet comme production de cene fICtion jusqu'en janvier 2013, puis J'association Lanterna Magica
présidée par Monsieur Manuel Pradal Qui nous avait été présentée pour assurer l'activité des enfants en cas
de problème.
J'ai participé à cette entreprise, engagé au début du tournage par Monsieur Manuel Pradal, comme
photographe de plateau, et comme père d'un des 15 enfants Qui y sont visibles (casting réalisé avec les
enfants des écoles de Bourg-St Andéol, St Montan et Viviers). Ma femme Séverine Jullien en a eu l' initiative
en conduisant notre enfant au casting et au premier jour de tournage sans m'en avertir, elle y a participé en
réalisant un making-off (association La Petite Ourse de St Montan) et comme figurante, intervenant de
temps en temps, notre enfant Mila Delacour née le 25 mars 2007 à St Étienne comme actrice et moi-même
comme photographe duranl11 semaines. Cette activité a pris toutes les vacances scolaires et même un peu
plus car le tournage avait pris du retard, les enfants manquant des jours de classes à la rentrée scolai re.
11 Y a quelques mois j'ai été informé du refus d'accorder à la demande du député Pascal Terrasse
l'autorisation de ce tournage, à posteriori.
Pourrais-je obtenir une copie de ce refus ainsi qu'un état de fait quant à la régularisation de ce
tournage? J'ai eu connaissance que par ailleurs le député Pascal Terrasse s'était aussi adressé à la DRAC
pour régulariser cette œuvre cinématographique, Monsieur Pascal Terrasse est aussi intervenu comme
médiateur à ma demande, jusqu'à ce que je m'oppose à l'utilisation de l'image de mon enfant.
Ci-joint un document rédigé par une spécialiste des enfants à l'inspection du travail en date du 20 juin 2012,
mon opposition à l'utilisation de l'image de mon enfant en date du 17 août 2012 (méprisée à l'occasion des
divers festivals auquel le film a participé ainsi que pour les projections destinées aux acheteurs organisées
par le distributeur chargé des ventes à l'étranger, la société Reel Suspects qui présente le film à son
catalogue, et des extraits visibles sur une vidéo diffusée sur internet avec l'image de mon enfant) , ainsi que
le seul document que j'ai signé sur le plateau au début du toumage de «TOM LE CANCRE .. qui stipule que
.. l'ensemble de l'exercice finalisé sera mis en conformité avec les lois .. alors que le travail des enfants est
interdit en France, sauf sur dérogations" et que celui-ci n'a pas été déclaré, tout comme le mien.
Je témoigne du fait que ce n'était pas un atelier pédagogique associatif tel qu'on peut l'imaginer, mais une
réalisation qui a demandé beaucoup de travail à toute son équipe, ses acteurs et figurants, et aux enfants.
Mon enfant Mila Delacour et moi·même n'avons pas à ce jour de contrats de travail malgré mes demandes
répétées et j'ai besoin de tout document relatif à la régularisation ou non de «TOM LE CANCRE» ou .. TOM
THE TRUANT .. afin de défendre les droits de mon enfant (de ne pas être exploitée) ainsi que des miens.
Fait à mai 2013
\
Prefecture
Cabi net du préfet
AITairc suivie par RoliIIKI RUIZ
Ttl. : 0-1.15.66.50.1 5
prc:f-affam-rescrvees@ardctIK.S'JlIV.fr
Rérérence à ropoeler : RRI201)-176
Monsieur,

PRÉFET DE L'ARDÈCHE
Pri vas, le iI5 . .MAll013
Par courrier du 6 mai 2013, vous avez appelé mon J' attention concernant l' autorisation du
tournage de « Tom le cancre ) qui s' est déroulé à " été 2011 sur la commune de Saint-Montan
avec la participation d' une quinzaine d'enfants.
A ce titre, vous souhaitez obtenir des éléments par rapport au refus rétroactif, de régularisati on
de la demande de dérogation sur le droit au travail pour des enfants.
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la copie du courrier de l'unité territoriale de la
direction régionaJe des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de
l' emploi (DlRECCTE), en charge de l'application de la réglementation du travail en Ardèche.
Tcls sont les éléments que je souhaitais vous transmettre concernant ce dossier.
Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.
M. Cyril DELACOUR
Maison Dwnarché
rue du Tour
07220 ST MONTAN
PJ . .- copie du courrier du 18/01/2013 de , 'UT Direccte
Pour le préfet,
le directeur des services du cabinet
Stéphane BEROUD
l'réfectun:: de l'Ardà:hc _ RI'. 721 - 07007 l'RIVAS CEDEX - Ttl : 04.75.66.50.00
Horaires eljours au public 10U$ ksjours de 8hJO. 11h30 cl de 131100. 17h00 (16h00 le veI1dredi)
www.ardc<:he·loov.rr
Direction régionale
des entreprises
de 1 .. concurrence
de la consommation
du travail et de l'emploi
Unité Territoriale de
l' Ard6che
Affaire suivie Dar:
E. CHAOUIRON
Cournet : dd-07.direction
@direcd:e.gouv.fr
Tél6phorle: 04 75 66 74.79
T6lécople: 04 75 64 7618
Préfet de l'Ardèche
coptE
PREFECTURE DE L'ARDÈCHE
1 2 3 JAN. 2013 1
COURRIER ARRiVÉ
Le Directeur de l'Unité Territoriale Ardèche
à
Monsieur le Préfet
Préfecture de l'Ardèche
5 Rue Pierre Filliat
07000 PRIVAS
Réf.: EC/LKn"6 -2013/ 01
Date 18 jarlvier 201 J
Objet ; Emploi des enfants dans le spectacle
Vous avez sollicité mon avis par rapport à un courrier du 20 décembre 2012 de
M. Pascal TERRASSE, député de l'Ardèche, qui a appelé votre attention concernant
la législation du travail des enfants au cinéma, et plus particulièrement la possibilité
pour le réalisateur M. Manuel PRADAL d'obtenir rétroactivement une dérogation sur
le droit du travail des enfants participants à son tournage l'été dernier.
Aux termes de l'article L7124-1 du code du travail , l'emploi d'un enfant de
moins de 16 ans (âge de fréquentation scolaire obligatoire), à quelque titre que ce
soit, est subordonné à l'obtention d'une autorisation individuelle préalable, pour
être engagé ou produit :
• dans une entreprise de spectacles, sédentaire ou itinérante ;
- dans une entreprise de cinéma, de radiophonie, de télévision ou d'enregistrements
sonores ;
- en vue d'exercer une activité de mannequin.
Cette autorisation est délivrée par le préfet du département dans lequel se
trouve le siège de l'entreprise, après avis conforme d'une commission
consultative.
Dans l'état actuel du dossier aucune demande d'emploi préalable d'enfants de
moins de 16 ans n'a été déposée dans nos services par M. Manuel PRADAL.
D'autre part selon nos informations l'association Lantema Magica à St Montan
n'est pas répertoriée dans l'Ardèche. Son siège se situerait à Paris sûrement à
j'adresse de M. Manuel PRADAL.
En tout état de cause la législation ne prévoit aucune possibilité de délivrer une
autorisation d'emploi d'enfants rétroactivement
{ La régularisation du dossier n'est pas possible. \
Plie Directeur de l'Unité Territoriale Ardèche
L . ctrice Adjoi te
Eliane CHADUIRON
15 avenue Cltrnenl Faugicr - BP 734 - 07007 PRIVAS- Standard : 04 75 66 74 74
: 0 821 347347 (0, 12 !TIC/mn)
.. ,.·l\',dl[('fçlN!nu .... fr .. .... il.I:<!",·.fr
MINISTERE DU TRAVAI L, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOCUE SOCIAL
OO..ction
des Entreprises
de la Concummce
de la
du Tnlvall et de l' Emploi
de la région Ile de France
Tel'l'itoriale de Paris
POle TIGvail
Emploi des Enfants du
Spectacle et des Agences de
Mannequins
(EESAM)
Téléphone: 01 -70-96-18-75
Monsieur Cyril Del acour
Envoi par mai l
Affaire suivie par : Nadine Marzive
Courrid: nadine.marzive@direccle.gouv.fr
RU. :
l') :
Pari s le 20 juin 2012
Obj et : emploi des enfants
Monsieur,
Comme suite à votre demande concernant le travail des enfants en France, vous voudrez
bien trouver, ci-dessous, un état des lieux de la réglementation :
Par principe, le travail des enfants de moins de 16 ans est interdit. Il existe des exceptions
et notamment pour le spectacle et en ce qui vous intéresse le cinéma. En effet, il est
possible d'employer, car dans le cadre de film il s'agit bien d'employer, les enfants doivent
être rémunérés et déclarés auprès des services URSSAF via une déclaration unique
d'embauche.
Le bénévolat ne peut être reconnu que dans le cadre d'association à but non lucratif et où la
fi nalité du fi lm n'est pas un aspect commercial et/ou publicitaire.
Dans le cas que vous m'évoquez, le film «Tom le cancre », il m'apparaît que les acteurs et
techniciens auraient du être payés.
Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail el de l'Emploi (Direccte)
19 rue Madeleine Vionnel - 93300 Aubervilliers
Adresse postale ; 35 rue de la Gare, CS 60003 751 44 PARIS CEDex 19
Travai l lnfo Services : 0821.317.347 (0,12 !TTC/ mn)
www fr - www.minefe.Qouv.1r
Plus particulièrement, les enfants auraient du faire l' objet , par l'entreprise de production,
d'une demande d'emploi auprès de la commission des enfants du spectacle qui aurait
éludiée le dossier fourni el aurait pris une décision (accord ou refus) voire les articles
R7124-1 à R7124-7 du code du travail.
Dans les documents fournis la commission instruit le dossier en appréciant:
Si le rôle proposé peut. compte tenu des difficultés et de sa moralité, être normalement
confié à l'enfant; si compte tenu de son age de l'obligation scolaire et de son état de santé,
l'enfant est en mesure d'assurer le travail. Un examen médical doit être fourni en fonction
des précédents éléments ; si les conditions d'emploi de l'enfant sont satisfaisantes au
regard des horaires de travai l, du rythme des représentations, de sa rémunération, des
congés et temps de repos, de l'hygiène, de la sécurité, de la sauvegarde de sa santé et de
sa moralité et si la famille de l'enfant ou les personnes qui en ont la charge sont en mesure
d'exercer à son égard une surveillance efficace, notamment pendant les heures de repos et
les trajets (article R-7124-5 du code du travail)
Après quoi, en cas d'accord, la production aurait du faire la déclaration d'embauche auprès
de l'URSSAF, fait signer un contrat de travail fixant notamment ta rémunération et te temps
d'emploi. Elle établie des bulletins de salaire et verse le salaire selon la décision de ta
commission qui peut prévoir un versement à la Caisse des Dépôts et Consignations.
Il Y a des règles à respecter en matière de durée du travail , car les enfanls ne peuvent pas
travailler autant que les adultes. Ils doivent bénéficier de douze heures consécutifs de repos
journalier (article L3164-1 du code du travail) ; de deux jours de repos hebdomadaire
consécutifs (article L3164-2 du même code). Pour la durée journalière de travait la
commission des enfants du spectacle de Paris applique la durée du travail prévue pour les
mannequins, faute de réglementation propre, articte R7124-27, R7124-29 et R7124-30 du
code du travail. Le travait de 20h et jusqu'à Oh est possible pour les enfants mais il s'agit de
travail de nuit qui doit faire l'objet d'une demande de dérogation auprès de l'inspecteur du
travail qui remet une décision à t'employeur (article L3163-1 du code du travail) .
En ne faisant pas toutes ces démarches et en n'obtenant pas les autorisations nécessaires
l'entreprise de production commet plusieurs infractions : le travail dissimulé par
dissimulation d'emploi (articles L8221- 1 et suivants du code du travai l) ; el l'interdiction
d'emploi d' enfant de moins de 16 ans prévu par les articles L7124- 13 et suivants du même
code. Chacun de ces délits peut donner lieu à cinq ans d'emprisonnement et 75000!
d'amende.
J'espère avoir répondu à vos attentes.
Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes meilleures salutations.
Signé
Nadine Marzive
Contrôleur du travai l
2
Il JU\L 21\\\
-.--
'\0 '!q •• __
. _ , .... . T .- . ). .... r.". """
.AIS
4WtJ(
N"
[!!J
DÉCLARATION DE LA LISTE DES PERSONNES
CHARGÉES DE L'AOMINISTRATION O"UNE ASSOCIATION
Loi du 1"" juillet 1901, article 5
décret du 16 août 1901 . articl-e
Ce fQfffl(IIRire vous pemret de décJ(lref (a liste des personnes en cha(ge de l'ac;lmi{)istral;o,, de VOIre aSSOciaOOn. L'tJI1iCTe 5
oe 18 foi du r
er
juNIei loot ot l'article 2 de son <Menti d'application impose,,! 18 déc/afa/ion des êhimtnls suivants : Je nom. la
profession. le domICile P.t la naoon;tfife de œlZcs et ceux qui SD/ft Chargés de fadminislratlon de IfOlre associ8lion.
Le.s donnees nomma/Nes pet$Ot)fJelSs contenues c1(i1J$ cette lilS/8119 feront l'objet d'aucune saisie Pf1rmef/an! la cOlIs/nu/ion
d'lin fi Chigr rwminalif.
Cette (hile est commwlicab/9 ;t tOlIte perSQnlle en fatsi:lnf ta demande.
Avant de renseign9f ce documenl, attentivement /es ;"formations contenues dilns Je guide explicatif.
t -IDENTIFICATION DE L'ASSOCIATION 'ft ,
TITRE ACTUEL DE L'ASSOCIATIO'H :
UH.i\ E 'Ct. I..l... '" l'\ G \ c
Numéro d. DOSSIER :
Irtumiro JigIIrérl! sur le œmift rKépiuf
Numéro SlREN/SIRET :
dij_ Me Mtnbué)
AORESSE OU SIÈGE SOCIAL Of: L'ASSOCIATION :
EIiII!i1'" .'calier, epparllment ImtnB\lbIe,
0 bh\g 0 "'-"DE; k\ë=)J " >- \4. 0 {\\).;;.-
N' ËXll':nlion Tyo;)C dl \IOoe NOm de \IOie
3';20\\ ______________ _
Cvdl p<lfiU! 1 ColT'lTlune} Locaij\é
VOUS SOUHAITEZ (VeuIllez eoehItf' 1. C111<tCOlJeapordanle) .
(P faire une première déclaration (creation d'association)
o fainil une déclaration de modificatioo
Veuil leZ indiQuer, dan. le. de\JI( ca., la date do III c'eci.ion de ragane délibérant:
3. SIGNATURE DE LA DÉCLARATION
Oécl",at;on établie le : Z 31 D Eo 1 70 \j
Signature
Veuillez complét9( la page suivante Q 1/3
1-1,,-
Atrfmtion ,' Avanf ' eflseigner les éhffnems c j· deSSOlJ5 (page 1IJ), la PBge 113
puis reproduire cerre page en nombre suffisant pour déclarer l'en.sembl,. de fadministrJlUon votr. lIssoc;arion.
Titr. de l' I5.ocialion :
l :11'" G (L '" l\-
V- '" G 'L ""
Numéto de ;
• Fonction volte aSsociation sect6taoirw. tré.$OI'19t; autre . .) : 5;\. \"""
• Civi l" : 0 Mme o Milo !li M.
• Nom :
t'il fI b !l l..,
Prénom :
• Nationalité . ....
0
0
Profession :
(tg cl ';r;?l e>JJ'--
• Adresse (plécisw f l1(1r{lSS9 cOI11Pfiltfl)
. .,.œJie-r,lPPlJIlelMnt h îf'CUiïïë, bG\ImIfflt, ,1'"Chlnct
..--- Elitef'lI ICn
Oc 'beno.,;.."
Type de voie
0
2
omdll l. Yf)II#!;,-'
Q:" Z"1.O
:II
Lill ... .."it Ol,lllol \e postale COOl peoslal Commu/Wl' / LOCôllile
• FonctiOn dans votr. association secrMa1nl . tréS.rxisr, .• J ', '\ \ ..
, Civilité : 0 Mme o Mlle
• NCh'Tl : L QRe '"
-
Fl renom : \l\
• Nationalité 0 Profession :Dll\Qç'\ M
':7
• Adresse (PrlciSBrfadtBsse oompMtfJ)
;fJlpilrtemeni tmfueû6I • . rh i*rolO8
....
" K'CR5iQl)
O\-\..."q 0 ':ï)c
w TWledeY<lll/' NomOehlvole
5':>011 0\n i ::.
LieuHjt ou boh:e pœ/Mo c ......... eommooe/loc.alil.
• Fonction dan$ Y(I1re associalion (lJ(6sidén1, trésori«. autr& ... ) :
""'" !:: (1 1'1 i Clf
• Civil it é : 0 Mme MU. o M.
• Nom :
\.\ !;\.:' 0 C"'- prénom : E\l

0 Profession ; .....
• Adresse (PrlJcrSfllf comlMle)
EI!1ge. esGall&r. appartl!'meM Immeu6ië, bMiment. résidenr.a
0
(?<l6"
"
(.?BQb \J\
Type de YOoe Hom (1ot la WOÎll
'3't 'x;"c
\.. E <'-I-Lo '- ">
... T
UelHlit otJ !XliII J)04tale Cod" lIOJ1II1
CoITlfT1lll\e I locaUQ
U /CH "'-17 du li j.,..,_ é r jtlOnrtll./lC/tJl!'. !<Ix Ii.:lliel3 fi aux j'tlppiiql,A • ,. dlklaliltion , \'OtI'e eSSIXIII/Oll /1tH'It
SOf'II' J/!'S .. l/tllej !ervralS dtl l'tEr.., Les ltfl/d/llf 39 et .lu./val'ltsde 101 YOUJ un dlDill
CIt dt! POlI' feos oonnee$ 11011$ clYICe'm,,,, aupnls du OU (III <;Je du SIltge d8 "il'notiDfion. •
f
Eva Menzer salariée par la société de production N°7
(voir cession du droit à l’image) pendant le tournage.
Voir son CV.
, . H';t.o::t : ,1J1.t.t,.."-
1 n' dl, , ...
STATUTS DE L'ASSOCIATION LANTERNA MAGlCA
Annexe 1
Article 1
11 est créé entre les adhérents aux présents statuts une association' régÎe par la Joi du 1er juillet
190 1 et le dêctct du 16 août 1901, ayant pour déoominaIion: Associati.on Lantema Magica.
Article 2 objet
Cette a'iSOciation a pour objet de creer des proje1s audiovisuels dans un d'initi ation et de
fannatien. Tous les exercices proposés seront encadrés par des professionnels.
Article 3 - siège iOclal
Le siège de l'association est fixé au 143 boulevard de Ménilmontant 750I 1 Paris.
Il pourra être transféré:
• par simple decision du conseil d'administration;
• par J'assemblée générale;
.. par simple décision du conseil d'adrujnistrati(1n; la ratificalion par rassemblée
générale sera nécessaire.
Artide 4 • durée
La durée de l'association
• est fixee à 1 an à compter du 3 j uillet 2011. Toutefois, J'assemblée générOile
extrdordinaire pourra décider prolonger cene durée selon les modalités prévues
" l'article Il.
Artide 5 .. adhésioD
Pour faire partie de ('association, il faut souscrire un bulletin d'adhêsion puis :
.. a .... oiT acquilté un droit d'entrée; 1 1, • . L
.. être agréé par le conseil d'administration; t:,(it--c..e.. tfVe. '!Hr:
VUS
• Ô, .. parrainé par 1 membre de l'associa'ion :;,colo--,,'sés ,,>11- élê ?
Article (; .. cotisation
Une cotisation annueUe doit être acquittée par l es adhérents. Son montant est fixée par:
• le conseil d'administratKlO;
• J'assemblée
Article 7 .. radiatiOil
La Qualite de membre se perd par:
• le décès;
• ]a démission qui doit être adressée par écrit au comseil d'administration;
• le non paiement de la cotisation dans un délai de 2 mois après sa date d'exigibilüé;
• la radiation pour motif grave. Celle·ci sera prononcée par le cotlSCil
d'administration après B\'\llt entendu les explications de l' intéressé convoque par
lettre recommandée avec accusê de réception.

0' JUIL lt!'1
Article 8 ressources
Les ressources de l'a,s!)ociation comprennent:
• le montant cotisations
• Les suhventions de l'Etat et des collectivités territoriales;
• Les recettes des manifestations ex.ceptionnelles;
• Les ventes faites aux membres.
Anide 9 • conseil d'admiAistratio.
L'association eS( di rigée par un conseil de 3 membres élus pour 1 annee par l'assemblée
générale. Les membres sont téëligibles.
Il élit en son sein un président et un trésorier.
Le Président représente L'association dans les actes de la vie civile, Il a. notamment,
qualité pour rester en justice au nom de l'association.
En CruJ de vacances, le conseil pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres
jusqu'à la prochaine assemblée générale.
Artide 10 - réunion d. conseil d'admini5tration
Le cunseil d'adminislnuion se réunit au moins Wle fois tous les six mois sur convocatÎon du
président. Les décisions sont prises à la majorité des voix, Le président di:spose d'une voix
prépondérante. Les réunions font l'objet d'un procès-verbal.
Article 11 - rémunérililion
Les membres du conseil d'administration ont droit au rembowsement de leurs frais sur
jus[j1icatifs; les frais de déplacement seront remb(1Ursés sur le barème de l'administration
fiscale. Leurs fonctions sont bénévoles.
l2 - Assemblée ordinaire
L'assemblée genêrale comprend touS les membres à jour de leur cotisation. Ils sont convoqués
par :
• vOÎe de
• çonvoc.ation
• affichage dans les Jocaux du club;
• bulletin dinformation.
L'assemblée génêrwe se réunit chaque année dans Je courant du mois de Janvier . Les
dédsions sont prises à la majorité des membres présents ou, représentés.
Le président. assisté des membres du conseil. préside l'assemblée et expose la situation
mord1e de l'association. Le trésorier rend compte de sa gestion el sownet le bilan à
l' approbation de l'assemblée.
L'assemblée élit chaque urmée les dirigeants de J'association,
Article 13 - Assemblée cénérale extraordinain
Sur demande d'au moins un fiers des membres, ou sur demande du conseil, le president peut
convoqucr une assemblée générale extraordinaire selon les modalités de L'articl e 12.
Un procès-verbal la réunion sera établi.
Article 14 Règlement intérxur
Le conseil d'administration peut décider de !'é1ablissement d'un règlement intérieur qui sera
soumis pour approbation à l'assemblée generale,
[J s'impose à tous les membres de
2
Ir;
)
13/14
Ô It JUIL IW' \
Article 15· Dissolution
La dissolution est prononcée par l'assembJ te: générale- extraordinaire Qui nonune un
liquidateur. L'acti f sera dévolu confonnément à l'anide 9 la loi du 1er juillet 1901 à une
association poursuivam un but identique.
J(j\CO--
" ''J.' cl ;:if
(c ""-- r
Sel,"';' 0-..
3
'2
SI
?
, .......::;;""",

direction des safvires
. dépo rlemenlauI<
de 1'&dutoHon na1Îo llole
A,dèche
na/iun ale
Dlvl$lon
de la scolarité
Réf,.,. .. ,
Affaw-e suivie par :
Odi1e l ebral
Té.......
()4 75 66 93 22
.TéIO..ropie.
()475669301
"",
Adresse poslale
Place Aodré Milmrx
B.P. 621
67006 Privas Cedex
FRANÇAISE
Privas, le 13 janvier 2014
La Directrice académique des services de
l'Education nationale de l'Ardèche
à
Monsieur Cyril Delacour
Maison Dumarché
Rue du Tour
07220 SAINT MONTAN
Monsieur,
Par courrier du 6 décembre dernier, vous avez souhaité obtenir des informations sur
une activité ci néma qui s'est déroulée à l'école de Sainl Montan en mai 1juin 2011.
En réponse, je vous informe que l'activité à laquelle vous faites allusion a consisté en
la' projection de' collrts extraits oe films muets mettant en scène des enfants (le kid de
Charlie Chaplin, etc ..) et l'organisation d'une activité d'expression orale et corporelle
en lien avec du français et de l'EPS (de type : mettre des mots sur des scènes du film,
mimer, se déplacer comme le kid •... ).
Il s'est agi d'une activité ponctuelle de courte durée, faisant partie des modalités de
mise en œuvre des programmes scol ai res et courante dans les écoles de ce secteur.
Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.
Christine DODANE
De: Cyril Delacour <cyrild*****@*****.com>
Objet: Activité scolaire cinéma (TOM LE CANCRE) 2011 ST MONTAN /
VIVIERS / BOURG ST ANDEOL
Date: 11 avril 2014 20:12:28 UTC+2
À: mairie.st.montan@wanadoo.fr, Ce.dsden*****@ac-grenoble.fr, bta.bourg-st-
andeol@gendarmerie.interieur.gouv.fr, Tribunal Privas <civil.tgi-
privas@justice.fr>, Séverine Jullien <severine*****@*****.com>, pref-
courrier@ardeche.gouv.fr, jlassalle@assemblee-nationale.fr,
Secretariat.pde@defenseurdesdroits.fr, Préfecture Police Paris <pp-cabinet-sdc-
bis-ag@interieur.gouv.fr>, DIRECCTE Paris <nadine.*****@direccte.gouv.fr>,
Dominique Sénéchal <dominique.senechal@justice.fr>
Cc: Cyril Delacour <cyril.*****@*****.net>
Madame, Monsieur,
En suite au courrier du 13 janvier 2014 de la Directrice académique des services
de l’Éducation nationale de l’Ardèche Christine DODANE je voudrais obtenir de
plus amples informations sur cette « activité cinéma » de 2011 et pour cela je
vous demande de me mettre en contact avec l’inspectrice d’académie évoquée
par la Directrice de l’école publique primaire de la plaine du Cours à St Montan
Audrey FREUND sur cet enregistrement sonore (à 4:05) : Jannine ODIN (je ne
suis pas sûr de l’orthographe).
Des extraits de « THE KID » de CHAPLIN auraient été montrés aux enfants,
voici le résumé de ce film : « La mère d'un jeune enfant, ne pouvant le faire vivre,
décide de l'abandonner dans la voiture d'une famille fortunée. C'est alors que
deux voyous décident de voler cette même voiture. Quelques rues plus loin, les
voleurs entendent pleurer le bambin. Ils l'abandonnent dans une ruelle où passe
un peu plus tard Charlot, un vitrier miséreux. Gêné par sa découverte, il tente
d'abord de s'en défaire, avant de s'attacher à lui. Il l'éduque de son mieux,
malgré les conditions difficiles. Cinq années passent ainsi dans la
débrouillardise, mais surtout l'amour et la tendresse. Malheureusement, les
services sociaux s'en mêlent… De son côté, devenue riche, la mère de l’enfant
cherche à retrouver son fils. » - source
L’enquêteur social Guy FOURNIOL m’a dit qu’il aurait eu des fonctions de
Directeur adjoint dans un collège… J’ai porté plainte contre lui pour FAUX afin de
prévenir de l’usage de ce FAUX par la JAF Caroline OUDOT-DENNES alors que
sa décision est actuellement en délibéré et que la maman de Mila DELACOUR,
Séverine JULLIEN, institutrice en cette même école demande toujours que je ne
vois notre enfant qu’en lieu médiatisé et s’appuie sur cette enquête pour le
justifier. Cette même JAF a avant cela envoyé un courrier afin de m’empêcher de
passer dire « bonjour » à ma fille le matin juste avant que la classe ne
commence, nuisant ainsi au lien entretenu depuis l’ordonnance de non
conciliation du 15 octobre 2012 qui ne nous laisse que des miettes et m’a privé
de l’exercice de l’autorité parentale pour des « conceptions opposées ».
Ainsi j’espère que comme moi vous êtes opposés (en accord avec la Loi) à
l’exploitation des enfants, du moins de leur travail dissimulé comme indiqué et
confirmé par 2 DIRECCTE au sujet de la réalisation du long-métrage de fiction
TOM LE CANCRE. À toute fin utile je vous propose de voir par vous-même le
distributeur de cette œuvre REEL SUSPECTS et ce afin que vous compreniez
bien la nature de mon inquiétude, ce qui motive ma vigilance et me pousse à
vous alerter sur cette situation ou une enseignante agit plus comme prédatrice
que comme protectrice, contrairement à ce qu’elle prétend, caressée dans le
sens du poil, voir manipulée par l’investissement narcissique que représente la
diffusion de ce film de cinéma qui met en scène un homme loup et une
maîtresse amnésique, où elle figure et auquel elle a participé en co-réalisant le
making-off avec l’association LA PETITE OURSE.
Je voudrais aussi obtenir une attestation en justice de la part d’Aurey FREUND
qui confirme ce qu’elle m’a dit lors de ce RDV du 14 janvier 2014 qui est
totalement contradictoire avec ce qu’à écrit cet enquêteur social au sujet de ce
qui serait mon « intrusion » dans l’enceinte scolaire et ce pourquoi Séverine
JULLIEN a porté plainte (y compris contre sa propre fille puisqu’elle me demande
d’y passer lui dire « bonjour »). En effet, ne s’agit-il pas d’une réelle intrusion
que de venir sélectionner des enfants dans des primaires afin de réaliser un film
de cinéma dans le but de le commercialiser comme le laisse penser sa diffusion
sur le marché international du film de cinéma que représentent les festivals
auxquels il a participé en utilisant l’image de mon enfant au mépris de mon
opposition, et ce après m’avoir ruiné, moi qui ait été assez bête pour attendre
que les paroles de son réalisateur soient tenues, c’est à dire qu’il me paye pour
le travail de photographe de plateau pour lequel il m’a engagé et qui a été livré
dès l’automne 2011. De plus comme témoin privilégié de cette entreprise,
j’atteste sur mon honneur qu’il n’était pas question de laisser les bobines au
placard comme c’est écrit sur l’article en Une du Dauphiné Libéré du 4 janvier
2013 et comme l’exprime son acteur principal Steve Leroi sur cette vidéo. Article
de presse contredit par votre dernière réponse.
Je ne doute pas qu’il n’est point nécessaire que l’on vous ruine et que l’on vous
enlève en toute mauvaise foi l’être que vous aimez le plus au monde afin de
comprendre ma situation, et ainsi aider à ce que justice soit rendue (j’aime vivre
avec Mila, sans pour autant vouloir en priver sa maman).
Voici le travail réalisé par Guy FOURNIOL sur la page « Enquête sociale au
FOURNIOL » (lien vers l’enquête)
Plus d’informations ici ou là.
PJ : réponse de l'EN du 13 janvier 2014 à ce courrier.
Cordialement,
Cyril Delacour