You are on page 1of 6

!

No"e voca#on est d’a$er, non en une paroisse, ni seulement en un %v&ch%, mais
'ar (u) la )rre ; et quoi faire ? Embraser les c*urs des hommes, faire ce que le
+ils de Dieu a fait, lui qui est venu me,re le feu au monde a-n de l’en.ammer de
/on amour 0. (SV, XII, 262)
ROME, 19 Octobre 2014
Dimanche des Missions
Chers Confrères,
Que la Grâce et la paix de Notre Seigneur Jésus Christ
soient toujours dans nos cœurs !
Alors que l’Eglise nous demande, chaque mois d’octobre, de réfléchir sur notre vocation
missionnaire, c’est le moment, pour nous aussi, de lancer notre Appel Annuel pour la
Mission afin de soutenir nos missions internationales et provinciales. Cet appel encourage
aussi les confrères à soutenir les missions par le volontariat et la prière pour nos
missionnaires et par l’aide financière pour renforcer leurs missions.
Permettez-moi de commencer par une histoire de mission. Le P. Manny Ginete, un
confrère missionnaire au Sud Soudan m’a dit, dans sa dernière lettre, son enthousiasme
pour sa mission. Il était engagé depuis 2011 dans une équipe de solidarité pastorale au Sud
Soudan (SSS). C’est un projet de l’Union des Supérieurs Généraux à Rome qui a envoyé des
religieux expérimentés afin de rebâtir et de renouveler l’Eglise au Sud Soudan. Le P.
Manny m’a invité à venir voir sa vie et son travail là-bas. Après avoir décrit son travail et sa
collaboration avec d’autres religieux, il m’écrit :
« Le plus grand tableau ici est de construire l’Eglise locale – quelque chose
comme ce que les « Padres Paules » avaient minutieusement fait aux
Philippines, en formant le clergé diocésain local et des responsables laïcs. Je ne
vois pas ma mission au Sud Soudan différente de celle de nos chers confrères
espagnols qui ont établi l’Eglise et la Congrégation là-bas. Cela m’a convaincu
que ma mission que j’accomplis ici au Sud Soudan est bel et bien vincentienne. Si
nous voulons vraiment servir les plus pauvres des pauvres, il nous faut venir
ici. »
J’attends impatiemment ma visite au P. Manny et aux autres religieux engagés avec
lui le mois prochain !
C O NG RÉ G A T I O N DE L A MI S S I O N
CURI E GÉNÉRAL
APPEL POUR LA MISSION
2014
J’attends impatiemment ma visite au P. Manny et aux autres religieux engagés avec lui le
mois prochain !
Dans l’Appel pour les Missions de cette année, je suis heureux de vous présenter un
nouveau site internet pour nos Missions Internationales qui porte le nom de « La Joie de
l’Evangile ». Le site est : www.gospel-joy.org . Il fournira une vue d’ensemble sur nos
Missions Internationales et sur les confrères qui y sont engagés. Le site vous donnera aussi
le moyen de contacter individuellement les confrères. Veuillez prendre un moment pour
visiter ce site afin de vous rendre compte du grand effort missionnaire fourni par nos
confrères.
Je voudrais, dans cette lettre aussi, partager avec vous des nouvelles des Missions
Internationales et provinciales de la Congrégation. Tous ont besoin d’une aide financière et
en personnel. Alors veuillez lire et approfondir cet Appel pour la Mission 2014. Demandez
au Seigneur Jésus et à S. Vincent de vous accorder la grâce d’y répondre du mieux que vous
pourrez. A la suite de la liste de ces missions, vous trouverez ce qui suit :

Les critères de sélection des volontaires pour ces missions ;

Des renseignements (deuxième étape) à l’intention de ces volontaires, et

Comment contribuer au Fond de Solidarité Vincentienne.
LISTE DES MISSIONS INTERNATIONALES ACTUELLES
ET DES CONFRERES QUI Y TRAVAILLENT
AFRIQUE

Angola : Etablie en 2012, cette mission de langue portugaise offre du travail pastoral et
d’accompagnement de la Famille Vincentienne. Les confrères qui y travaillent
maintenant sont : José Ramirez Martinez et Jason Christian Soto Herrera. Deux autres
confrères y arriveront bientôt.

Benin : Etablie en 2013, les missionnaires de langue française qui y sont engagés font du
travail pastoral, aident les Sœurs de la Médaille Miraculeuse et accompagnent la Famille
Vincentienne. Les confrères qui y sont maintenant sont : Stanislav Deszcz, Jaroslaw
Lawrenz, Rafael Brukarcyzk.

Tchad : Etablie en 2012 et fournie en personnel par le COVIAM (Conférence des
Visiteurs d’Afrique et de Mozambique), les confrères de langue française y travaillent
dans des paroisses. Ce sont : Roch Alexander Ramilijaona, Onyeachi Sunday Ugwu,
Esigbemi Ambrose Umetietie.

Tunisie : Etablie en 2011, cette mission de langue française, fait du travail paroissial et
travaille avec Caritas dans l’aide matérielle. Les confrères qui y travaillent sont : Firmin
Mola Mbalo, Narcisse Djerambete Yotobumbeti.
2
AMERICA
Amérique Latine

Bolivie, El Alto : Etablie en 1994, cette mission de langue espagnole auprès des
indigènes, est engagée dans le travail pastoral et la formation des laïcs. Les Confrères qui
y travaillent sont : Aidan Roony, Cyrille de Nanteuil, Diego Pla, Janez Cerar.

Bolivie, Cochabamba : Etablie en 2009, cette mission de langue espagnole est
engagée dans le travail pastoral et le ministère paroissial. Les confrères qui y travaillent
sont : David Paniagua, Jorge Manrigue, Luis Miguel Montano Flores.

Chile, Puntas Arenas : Etablie en 2013, cette mission est engagée dans le travail
pastoral à Puntas Arenas, dans la région la plus méridionale du Chili, près de la Terre de
Feu. La langue utilisée est l’espagnol. Voici les confrères qui y sont : Angel Ignacio
Garrido Santiago, Pablo Alexis Vargas Ruiz, Margarito, Martinez Gonzalez
Amérique du Nord

Alaska, USA : Récemment établie, les confrères y travaillent auprès de la communauté
hispanophone grandissante dans l’Archidiocèse d’Anchorage. Les langues utilisées sont
l’espagnol et l’anglais. Les Confrères qui y arriveront bientôt seront : Arnoldo Hernandez
Rodriguez et deux confrères colombiens qui attendent leur visa.
ASIA

Les Iles Salomon : Etablie en 1993, la première mission internationale, la mission est
engagée dans la formation des séminaristes et dans la pastorale paroissiale. La langue
parlée est le Pidgin et English. Voici les Confrères qui y sont : Jose Manjaly, Jeff Harvey,
Raul Castro, Tewolde Negussie Teclemicael, Greg Cooney, Thomas Christiawan,
Varghese Ayyampilly. Antony Punnoth arrivera bientôt.

Papouasie-Nouvelle Guinée: Commencée en 2003, cette mission s’étend sur
plusieurs diocèses. A côté de la formation au Séminaire de Port Moresby, les confrères
sont engagés dans les missions et dans les paroisses rurales. Les confrères qui y
travaillent sont : Vladimir Malota, Georges Maylaa, Homero Marin, Marceliano Oabel,
Justin Eke, Emmanuel Lapaz, Jacek Tendej, Neil Lams.
BESOINS ACTUELS DES MISSIONS PROVINCIALES
En plus des besoins des Missions Internationales, les missions des provinces et vice-
provinces ont aussi besoin de confrères pour les aider dans leur travail missionnaire. En
voici une liste :

Province de Chine : La province de Chine poursuit son travail pastoral auprès du
peuple de Taiwan et de la Chine Continentale. Les confrères y accomplissent divers
ministères. La langue utilisée est le mandarin.

Province de Cuba : Bien qu’elle soit en train d’étudier sa reconfiguration avec d’autres
provinces, la province de Cuba est à court de missionnaires. La langue utilisée est
l’espagnol.
3

Province de Hongrie : Bien que petite en nombre, cette province a le groupe de
confrères le plus jeune de la Congrégation. Ils sont engagés dans divers travaux
pastoraux. La langue est le hongrois.

Vice- Province du Mozambique : Cette Vice-Province missionne en Afrique du Sud
auprès des pauvres et dans la formation des séminaristes. Elle n’en reste pas moins
dépendant des autres provinces pour poursuivre sa mission. Tout nouveau membre y est
le bienvenu. La langue parlée est le portugais.

Vice-Province des Sts. Cyrille et Méthode : Cette vice-province, née et s’est
développée avec des confrères ukrainiens, a trouvé les moyens de répondre aux besoins
pastoraux et matériels des pauvres. Pour sa mission en Ukraine, en Russie et en
Biélorussie, cette vice- province accueille avec plaisir des missionnaires temporaires ou
de nouveaux membres. La langue parlée est le russe.
* * * * * * * * * * * *

Mes Frères, comme l’écrit le Pape François dans Evangelii Gaudium, tous les
membres du Corps du Christ sont appelés à être missionnaires et évangélisateurs. Cet
appel imprègne chacun de nous par la force de notre vocation vincentienne. Comme le
Saint Père l’écrit dans son exhortation apostolique : « J’imagine un choix missionnaire
capable de transformer toute chose, afin que les habitudes, les styles, les horaires, le
langage et toute structure ecclésiale deviennent un canal adéquat pour l’évangélisation
du monde actuel, plus que pour l’auto-préservation. » (Evangelii Gaudium, n° 27)
Cet « élan missionnaire » est inhérent à notre charisme vincentien. Je vous prie de
réfléchir les paroles du Pape François, de revoir les détails de cette Lettre et de consulter le
site internet des Missions Internationales : www.gospel-joy.org. Demandez au
Seigneur d’éveiller en vous le désir de vivre cet élan missionnaire dans la mesure où vous le
pourrez. Voyez si le Seigneur ne vous invite pas à le servir dans l’une de ces missions. Aidez
nos confrères qui sont engagés si généreusement dans ces missions par votre prière,
financièrement et même en leur écrivant à travers le site internet qui a prévu une page à
cet effet.
Pendant ce « mois des Missions » que l’Eglise nous offre, prenons la résolution de faire
ce que S. Vincent nous demande de faire : « Embraser les cœurs des hommes, faire ce que
le Fils de Dieu a fait, lui qui est venu mettre le feu au monde afin de l’enflammer de son
amour ».
Votre frère en S. Vincent
G. Gregory Gay, C.M.
Superior General
4
Critères de sélection des volontaires pour les Missions « ad gentes »
Puisque les réalités de la vie dans les missions internationales sont un défi totalement
différent de celui d’un confrère dans sa propre province, quelques critères sont requis pour
sélectionner les missionnaires qui serviront dans ces endroits. Les volontaires utiliseront
les critères ci-dessous lors de l’entrevue avec un membre du Conseil général ou son
représentant.
1. Les missionnaires doivent faire preuve de stabilité émotionnelle. Le travail missionnaire est
difficile ! Ceux qui pratiquent un ministère interculturel, s’ils veulent être efficaces, doivent apprendre à
parler d’autres langues, à connaître de nouvelles cultures, et à annoncer le message éternel de Dieu
dans des contextes toujours changeants. Les relations interpersonnelles avec des collègues et des
confrères qui subissent eux aussi un stress culturel et l’anxiété du travail sont des facteurs qui
amplifient la tension. Seules les personnes émotionnellement stables pourront s’engager à long-terme
dans les missions interculturelles.
2. Les missionnaires doivent faire preuve de maturité spirituelle. Ils ne peuvent prêcher
l’Évangile de manière effective par leur propre initiative et pouvoir. Ils sont des « vases d’argile » qui
démontrent que « cet excès de puissance » dans le ministère chrétien vient « de Dieu et non pas de
nous » (2 Co 4, 7). Les missions seront donc un « travail surnaturel » ultimement réalisé par la
puissance de Dieu. Par conséquent, les missionnaires devront être des personnes de prière qui «
fléchissent les genoux devant le Père » (Ep 3, 14). Ils doivent aussi s’engager à étudier la Bible, non
seulement dans le but de préparer les homélies et les entretiens, mais pour réfléchir sur la volonté de
Dieu dans leur propre vie.
3. Les missionnaires doivent avoir une relation intime avec Dieu, laquelle influencera leurs
relations avec les autres. En contemplant Dieu, ils seront transfigurés en cette même image (2 Co 3,
18). Leur maturité spirituelle doit les conduire à enseigner efficacement la Parole de Dieu. Enseigner
une vision chrétienne du monde telle que révélée par Dieu dans les Saintes Écritures fait partie de la
tâche missionnaire. Les missionnaires envoyés dans les missions sont ceux qui auront enseigné
l’Évangile dans leur propre pays et culture d’une manière compréhensible jusqu’à la maturité
chrétienne.
4. Les missionnaires doivent posséder des aptitudes et s’entraîner afin de bâtir efficacement la
communauté, mener les nouveaux chrétiens jusqu’à maturité, et équiper les leaders ecclésiaux
nationaux dans le service chrétien. Ce sont des tâches essentielles de la mission. Ceci doit se faire en
tenant compte des réalités locales. Les missionnaires ne doivent pas transporter leur propre église
culturelle dans leur mission, mais plutôt permettre aux valeurs de l’Évangile de s’implanter dans la
culture du lieu où ils servent. Les missionnaires doivent se former pour entrer dans les nouvelles
cultures et poser les bases de l’Évangile.
5. Les missionnaires doivent faire preuve de talents de communication interpersonnelle
efficace. Ces habiletés interpersonnelles sont largement formées par l’influence parentale, familiale et
autres au cours des jeunes années de vie, et elles sont difficiles à acquérir à l’âge adulte. Les
personnalités sont également influencées par la culture et elles varient selon les pays et les
continents. Malgré son type de personnalité, tout missionnaire doit acquérir une habileté empathique
pour entrer dans la culture où il va servir. Ceci inclut la capacité de travailler et de collaborer en
équipe.
6. Le motif des missionnaires doit être pur. Un missionnaire devra posséder une motivation claire
et directe pour l’évangélisation, une vision par rapport à la mission et le service des pauvres ; garder
toujours à l’esprit qu’en fin de compte tout doit être réalisé pour la gloire de Dieu seul. Les motifs
douteux de gain personnel et de vaine gloire détourneront toujours du but et causeront du tort à la
mission et au missionnaire.
5
Prochaines Étapes: Information pour ceux qui se portent volontaires
1. Après une période de grand discernement, si vous vous sentez prêt, veuillez envoyer votre lettre
ou courriel à Rome pour le 23 novembre 2014 ou encore pour le 23 février 2015, afin que nous
puissions réviser les demandes dans nos rencontres du Tempo Forte de décembre 2014 et de mars
2015.
2. Il est utile d’avoir une connaissance préalable de la langue, mais ce n’est pas absolument
nécessaire. Un temps de formation culturel et d’apprentissage de la langue sera fourni à tous les
missionnaires.
3. Nous n’avons pas fixé de limite d’âge, mais il est nécessaire que le missionnaire ait une bonne
santé et une certaine souplesse pour l’inculturation.
4. Les confrères qui se portent volontaires doivent en informer le Visiteur de leur province. Le
Supérieur général dialoguera ensuite avec le Visiteur à ce sujet.
5. Votre lettre doit comporter des données sur vous-même, votre expérience ministérielle, votre
connaissance des langues, et votre formation. Elle doit aussi exprimer vos intérêts particuliers, par
exemple le lieu où vous aimeriez être envoyé.
6. Même si vous avez déjà écrit par le passé, veuillez me contacter à nouveau. L’expérience a
montré que des confrères qui ne sont pas disponibles aujourd’hui peuvent l’être demain.
7. Si vous ne pouvez aller dans les missions, votre contribution financière pourrait certainement
exprimer votre zèle pour nos entreprises missionnaires. Chaque année, plusieurs provinces
cherchent des subsides pour des micro-projets de 5 000$ ou moins du Fonds de solidarité
vincentienne. Ces subsides sont accordés rapidement par le VSO et avec un minimum de
paperasserie. Le VSO publie les fruits merveilleux de ces subsides dans son bulletin trimestriel
(disponible sur www.famvin.org/vso). Les dons faits au Fonds de solidarité vincentienne sont la
seule source de financement pour les subsides de micro-projets.
POUR FAIRE UNE CONTRIBUTION AU FONDS DE SOLIDARITÉ VINCENTIENNE
Contributions provinciales, locales et individuelles :
1. Établir les chèques à l’ordre de : « Congregazione della Missione ». La banque n’acceptera
aucun autre nom. Ils doivent être adressés à :
Économe général / Congregazione della Missione
Via dei Capasso, 30 / 00164 Roma Italy
2. D’autres possibilités pour des virements bancaires peuvent être discutées avec l’Économe
général..
3. Indiquer clairement que le don est pour le Fonds de solidarité vincentienne.
Dans tous les cas :
1. Un accusé de réception sera envoyé pour tous les dons reçus. (Si après un laps de temps
raisonnable vous ne l’avez pas reçu, veuillez nous contacter pour éclaircissement.)
2. Si vous faites un virement bancaire, comme mentionné ci-dessus, veuillez nous en informer.
6