You are on page 1of 16

OS ESSÊNIOS

LES ESSENIES

« Les Manuscrits de la Mer Morte »
(première partie)
"L'histoire se déroule et se raconte dans le sens où s'écoule le temps, mais
s'epli!ue en "aisant le chemin in#erse $"
…Lorsqu’un jeune berger bédouin, dont la chèvre s’était égarée dans les rochers, trouva
« par hasard » une grotte recelant des jarres pleines de manuscrits très anciens, il était
bien loin, très loin, de se douter de l’importance qu’allait revtir cette découverte…
!l trouva des jarres dans lesquelles étaient dissimulés des rouleau" de cuir
soigneusement enveloppés dans des tissus de lin# $ien qu’il en emporta quelques
spécimens avec lui, il ne savait pas qu’% cet instant précis, il venait de &aire la plus
grande découverte historique du ''e siècle#
(eu"
$édouins
)a’amiré *
Agauche,
+ohamed
,d-(hib
.ui
découvrit la
première
grotte en
/012#
(Photo :
Millar
Burrows –
Les
Manuscrits
de la Mer
Morte)
(eu" mille ans que ces rouleau" ont été déposés dans des grottes bordant la +er
+orte et soudain, par le plus pur des hasard - diront les archéologues et les historiens -
sont découvert des rouleau" de cuir rédigés en hébreu dont les traductions révéleront au
&ils des années l’e"istence d’une communauté appelée % l’époque « secte des esséniens »
qui s’était établie sur les rives de la +er +orte, non loin de 3éricho, % .4mran#
(bien évidemment le « hasard n!e"istant #as, nous devons voir ici l!intervention
de la main de $ieu a%in &ue cette révélation éclaire d!un 'our nouveau l!origine m(me
du )hristianisme, donnant * #osteriori, et nous allons le voir #lus loin, une seconde
chance au" autorités religieuses d!e%%ectuer un mea+cul#a concernant les origines
réelles du )hristianisme et les erreurs &u!elle véhicula 'us&u!* nos 'ours,)
Les rouleau" découverts
Les rouleau" devinrent célèbres et prirent le nom de « +anuscrits de la +er
+orte »# 5lus tard, en /067, d’autres manuscrits &urent découverts dans une seconde
grotte éloignée de quelques di8aines de mètres de la première, puis des archéologues
e"plorèrent toute la région et trouvèrent plus de di" grottes recelant dans chacune d’entre
elle des &ragments de rouleau"#
La liste et l’étude des di&&érents rouleau" et manuscrits &ont appara9tre qu’un
quart d’entre eu" sont consacrés % des écrits bibliques : il ; a des e"emplaires de chacun
des livres de la $ible juive canonique# , l’e"ception du livre d’<sther, on trouve environ
/1 manuscrits di&&érents du (eutéronome, /6 d’!sa=e, /2 des 5saumes, les livres de
)obie, les livres du >iracide (aussi appelé <cclésiastique), et deu" ouvrages qui ne &ont
pas partie du canon de l’église romaine nommés « deutérocanonique »#
Le reste des manuscrits constitue une vaste collection de livres religieu" jui&s qui
présentent entre eu" une hégémonie de doctrine qui nous &ait admettre qu’ils proviennent
tous d’une mme communauté m;stique#
(epuis cette e"traordinaire découverte, les manuscrits suscitent un intért
toujours grandissant che8 les érudits et les dé&enseurs des valeurs traditionnelles# ?ette
découverte majeure est une aubaine pour qui cherche % établir la vérité historique et
spirituelle des temps messianiques et celle-ci éclaire d’un jour nouveau les origines
mme du christianisme#
>i l’intért porté % cette découverte s’intensi&ie d’année en année c’est sans doute
depuis que les médias se sont &ait l’écho des retards imposés volontairement % la
di&&usion des traductions# >elon les services de presse, ce sont les (ominicains et les
3ésuites de l’<cole $iblique de 3érusalem, spécialistes de langues anciennes, qui ont eu
la charge de traduire ces manuscrits jusqu’en /066#
@n pro&esseur d’université, parmi les rares la=cs a;ant eu accès au" manuscrits, a
déclaré * « les traducteurs de ces rouleau" n!ont 'amais révélé le véritable contenu des
te"tes, celui+ci étant susce#tible de %aire trembler sur leurs bases les religions issues du
)hristianisme »#
(epuis /0AB, tous les spécialistes, érudits, et cherchants de tous hori8ons
s’émeuvent de l’inaccessibilité et du retard dans la publication des traductions intégrales
de tous les documents découverts depuis /012# (epuis /0AB l’accès % ces documents est
de plus en plus restreint, tant ils semblent déranger certaines instances religieuses issues
du christianisme, notamment parce que deu" chercheurs américains ont identi&iés le
« +a9tre de 3ustice » comme étant 3acques le +ineur, &rère cadet de 3ésus, et le « 5rtre
!mpie » comme le Crand 5rtre ,nne# !ls soupDonnaient 5aul d’tre « l’homme de
mensonge » des &ameu" manuscrits# +ais bien entendu, le m;stère reste entier puisque
tous les documents, notamment ceu" de la grotte nE1 n’ont pas encore été publiés# Fous
savons néanmoins qu’il ne contiennent aucune trace des évangiles, des apGtres, pas plus
que de 3ésus et de sa résurrection H
?ela &ait plusieurs décennies que les traducteurs qui ont la charge de révéler le
contenu des rouleau" ne di&&usent qu’au compte goutte les in&ormations qu’ils
contiennent# ?e qui est encore plus grave, c’est que ces manuscrits recèlent surtout une
version di&&érente des origines du ?hristianisme qui remet en cause la version latine du
Fouveau )estament de >aint 3érGme (la Iulgate, en e&&et, remonte % l’an JA6 de notre
ère)# Kn parle donc d’une conspiration et de protectionnisme des autorités religieuses
o&&icielles# !l a été récemment prouvé que les autorités religieuses de 3érusalem
observaient volontairement une rétention d’environ la moitié des documents % traduire#
(ans « Les +anuscrits de la +er +orte » paru en Lrance en /002, Mise et
<isenman, deu" chercheurs américains démontrent que le Iéritable ?hristianisme avait
une visée @niverselle appelant une lutte contre l’injustice et la soumission % l’ordre
établi# Le ?hristianisme des premiers siècles est devenu l’inverse de ce qu’il aurait du
devenir, tronqué et &alsi&ié qu’il n’a cessé d’tre depuis les premiers siècles sous
l’in&luence de Nome#
?omment les romains qui écrasèrent les 3ui&s et détruisirent le )emple de
3érusalem pouvaient-ils prétendre incarner le ?hristianisme 5rimiti& et @niversel en
imposant par la &orce ce que (ieu dispense % tous avec ,mour et +iséricorde O
La ?ommunauté éssenienne
?ette découverte majeure pour l’humanité toute entière et particulièrement pour
tous les chrétiens animés par l’<sprit de la )radition ne manque pas d’intért#
La révélation la plus importante du ''e siècle est celle concernant la ou les
similitudes e"istantes entre l’<ssénisme et le ?hristianisme naissant#
.4mran abritait une communauté composée d’hommes et de &emmes qui, en
raison de leurs divergences d’opinions concernant les pratiques religieuses, s’étaient
éloignés des communautés juives de l’époque# Les emprunts que les évangiles et les
actes des apGtres &ont au" te"tes esséniens sont très nombreu"# ?ependant, un
personnage intrigue toujours les chercheurs, il s’agit de l’identité du « +a9tre de
3ustice »# ?e personnage &ut sans aucun doute l’organisateur et le garant de la « règle »,
qu’il rédigea, tout comme le « +anuel de (iscipline » et les « P;mnes », régissant la vie
de la communauté#

La pureté de ligne des
poteries qu’ils
con&ectionnaient témoigne de
leur simplicité, de leur
humilité, de leur pureté
d’Qme…
<nvo;é che8 les 3ui&s pour leur &aire entendre le langage des prophètes, il &ut
persécuté et trahi par l’un des siens et d4 renoncer et rejoindre son pa;s d’origine# !l est
question, dans les manuscrits, de l’e"istence d’un adversaire, une « langue de vipère » un
« homme du mensonge », un « tra9tre »# ?eci ressemble étroitement % l’histoire de 3ésus,
de 3udas le tra9tre, du grand prtre ?a=phe et de l’adversaire % la langue venimeuse >aRl
(5aul)#
5our 3ean (aniélou S historien catholique, spécialiste du christianisme primiti& S
« cette découverte est la #lus sensationnelle &ui ait 'amais été %aite, mais le Messie
-ssénien n!a rien * voir avec .ésus » H (Les +anuscrits de la +er +orte et les origines
du ?hristianisme, page /7J, paru en /062)# >es recherches l’ont amené % rédiger une
nouvelle histoire de l’<glise oT il &ait cette remarque capitale * « l!-glise #rimitive,
e"clusivement 'uive, 'oua un r/le décisi% 'us&u!en 01 de notre 2re (chute de .érusalem) 3
c!est une vérité histori&ue &ue ne mas&uent #as les documents o%%iciels et &u!il im#orte
de rétablir » .ue s’est-il passé par la suite O
5lus tard, 3# (aniélou et P# +arrou (dans « Fouvelle Pistoire de l’<glise, <d# du
>euil, /0U7 )#/ ?h#J p#J2) écriront * « la crise du .udéo+)hristianisme concerne
l!o##osition entre les 'ui%s du #arti de .ac&ues et les #agano+chrétiens de celui de Paul,
l!a#/tre auto+#roclamé de la lettre au" -#hésiens, .ean $aniélou écrit : « Luc #résente
le #oint de vue de Paul, 4r le #arti de .ac&ues est celui avec &ui Paul n!a cessé d!(tre
en con%lit (5al, 66,78), )omme .ac&ues est %inalement dis#aru a#r2s 01, le souvenir de
ce con%lit s!en est e%%acé, et cet e%%acement %ausse l!histoire des origines chrétiennes ,
« A terme, on aboutira * un renversement de la situation, L!-glise #rimitive
s!e%%ondrera en 01 et le #agano+christianisme #aulinien entamera sa destinée
triom#hante ,
Les similitudes entre esséniens et chrétiens primiti&s sont si &rappantes qu’<usèbe
de ?ésarée pensait que la description qu’en donnait 5hilon concernait la communauté
judéo-chrétienne primitive# Les esséniens se considéraient comme un dernier rempart
contre la corruption et l’impiété de l’aristocratie sacerdotale en charge du )emple, les
5harisiens#
5aul, élève d’un rabbin 5harisien, appelle les esséniens « les pauvres » ou « les
saints », termes esséniens#
La communauté essénienne était un Krdre !nitiatique relié % d’autres
mouvements similaires au +o;en-Krient# 5hilon d’,le"andrie dit que leur con&rérie
comptait près de 1BBB membres qui se préparaient % une guerre sainte contre les romains
et bien évidemment on conna9t la &in désastreuse dont ils &urent victimes#
?o=ncidence, ces documents réapparurent au moment de la déclaration de guerre
des pa;s arabes contre l’état d’!sraVl en /01A, soit pratiquement 7BBB ans plus tard#
(es questions se posent depuis cette mise % jour des documents de .4mran# .ui sont les
auteurs de ces rouleau" et pourquoi ont-ils laissés volontairement ce témoignage au"
générations &utures O
.ui sont les &ondateurs de cette communauté qui après avoir laissé ce témoignage
disparurent de la scène historique O
<n /067, un communiqué très laconique parut dans une revue spécialisée, la
revue biblique, éditée par le père (e Iau"# ?ette revue in&ormait le monde des e"égètes
de lWe"traordinaire découverte de documents inespérés qui, % la réjouissance du monde
scienti&ique, devait apporter un éclairage nouveau sur cette période très controversée
quWétait la naissance du ?hristianisme#
Les documents contenaient plusieurs sortes de te"tes *
- Les +essianiques et Iisionnaires, dont le manuscrit le plus représentati& est XLa
nouvelle 3érusalemX attribué au prophète <8échiel, qui se ré&ère % une apocal;pse
imminente#
- Les te"tes inédits de prophètes connus et des te"tes rédigés dans le st;le de la $ible
(les ,pocr;phes)#
- Les e"égètes bibliques, commentaires et révisions du )estament, rédigés dans lWesprit
spéci&ique de ce groupement jui&#
- Les te"tes dits calendaires et gardes sacerdotales, s;stème de calendriers et
prescriptions sur la rotation des prtres % certaines tQches (les <sséniens avaient adopté le
calendrier solaire alors que le peuple dW!sraVl &onctionnait sur le calendrier lunaire#)
- Les testaments et admonitions que lWon peut dé&inir comme te"tes de sagesse
considérés comme 3ustice, cWest % dire permettre au &idèle dWassurer son >alut#
- Les 5saumes et +;stères#
- Le rouleau de la Cuerre, oT certains principes guerriers nous étonnent et prouvent que
cette ?ommunauté nWétait pas indi&&érente au" événements politiques et militaires qui se
déroulaient dans cette région, sous occupation romaine, comme la version o&&icielle a
bien voulu nous le &aire croire#
- Les te"tes sur la divination, la magie, lWastrologie et lWoccultisme en général que ce
groupe prisait &ort# 5lusieurs rouleau" étaient codés, cWest % dire écrit en langage
Yabbaliste comme lW,pocal;pse de 3ean par e"emple, oT la Cuématria, manipulation des
nombres, est très importante dans ce te"te que lWon peut décr;pter au travers de la
connaissance de la Zabbale juive#
3usquW% plus ample in&ormé, aucun de ces manuscrits ne cite le nom de 3ésus#
)oute&ois le caractère dWun personnage asse8 énigmatique, le +a9tre de 3ustice, peut
évoquer et pré&igurer celui de 3ésus# Les manuscrits de la +er +orte présentent donc un
intért considérable pour les historiens des religions et les historiens générau"# !ls
éclairent un aspect toujours obscur de la naissance du ?hristianisme et de la vie
spirituelle et politique du peuple jui& dans les provinces romaines de la 5alestine, du !er
siècle jusquW% la destruction du )emple de 3érusalem par les troupes romaines en 2B de
notre ère#

Le nombre incalculable dWécrits datant de cette période nous permet de constater que ce
&ut une période proli&ique et pleine dWe&&ervescence spirituelle pour le peuple jui& * la
preuve de la vitalité de la pensée juive et de sa vie spirituelle qui &ut contesté par le
christianisme paulinien#
5ar contre aucune trace historique écrite concernant le ?hristianisme# Le plus étonnant
cWest l’ensemble des témoignages écrits dans les manuscrits# ?eu"-ci se situent
e"actement dans la période du postulat dWun nommé 3ésus dont le nom ne &igure dans
aucun des ABB rouleau" trouvés et dans aucun écrits de lWépoque#
?omment le personnage de 3ésus peut-il tre ignoré sWil a eu lWimpact e"traordinaire que
les évangiles nous rapportent O
?omment ce personnage dont les &aits et gestes ont été magni&iés pouvait-il tre ignoré
dWune secte qui vivait % JB Ym de 3érusalem et qui avait des adhérences et représentations
au travers de toute la 5alestine ainsi que dans tous les pa;s limitrophes (>;rie, <g;pte,
etc… )
%étention et manipulation d&in"ormation
,ussi étrange que cela paraisse, ces manuscrits rédigés en langue hébra=que sacerdotale
et en araméen, langages courants - donc te"tes écrits par des jui&s pour des jui&s - &urent
interdits dWapproche au" e"égètes jui&s qui voulurent les consulter H !l &aut savoir que
lWécole biblique de 3érusalem est lWémanation de lWordre des (ominicains et dépend, %
l’époque, directement de lWautorité de +gr Nat8inger qui, au Iatican, dirigeait au titre de
5ré&et la ?ongrégation pour la doctrine de la &oi # ?ette institution ne date que de /0U6,
mais ses origines remontent au '!!!E et était connue sous lWappellation du >aint K&&ice ou
la terrible !nquisition#
!l est intéressant également de constater que le ministère de +gr Nat8inger
dépendait directement de lWautorité du 5ape, sans intermédiaire# Le degré dWintervention
de lWéglise catholique dans les recherches q4mraniennes ne peut quWéveiller les soupDons#
5eut-on ignorer la possibilité dWune relation de cause % e&&et entre cette intervention et le
gQchis de cette a&&aire qui a consisté pendant des décennies en une rétention et une non-
publication de documents essentiels appartenant % toute la communauté scienti&ique
internationale#
!l semble que les intérts en jeu dépassaient les simples préoccupations de réputations
scienti&iques * le ?hristianisme était mis en cause dans ce quWil a de plus spéci&ique * son
dogme#
(epuis la découverte des premiers manuscrits, une seule question hante les esprits, ces
te"tes trouvés si près de la source, jamais divulgués, % lWinverse du Fouveau testament,
ouvrent-ils de nouvelles perspectives sur les origines du ?hristianisme, sur lW<glise
primitive de 3érusalem, ou bien sur 3ésus lui mme O ?ontiennent-ils des te"tes
compromettants, quelque chose qui remet en cause la )radition O
Les découvertes des documents de Fag ,madi, dans la région du La;oum en <g;pte
(évangiles gnostiques trouvés en /016, lWévangile de )homas, de $arnabé et de +arie)
con&irmeraient les manipulations des <vangiles# Fous vous invitons % lire XLWévangile de
+arieX (traduit par le père Leloup) qui est particulièrement révélateur et serait un
précieu" apport % la thèse du mariage des prtres#
La plupart des documents en provenance de .4mran &urent con&isqués par les
chercheurs de lWécole biblique qui nWavaient pas particulièrement les qualités
universitaires pour les étudier# (epuis très longtemps et malgré les nombreuses
injonctions de la communauté scienti&ique internationale envers lWécole biblique, une &in
de non recevoir &ut toujours opposée# , ce jour la quasi totalité des manuscrits ont été
publiés# Le directeur de lWécole biblique, pour justi&ier ces retards, préte"ta le long travail
de reconstitution et de traduction d4 % l’e"trme dégradation des te"tes#
>i nous étions au début du siècle, nous pourrions accepter les raisons invoquées mais
avec les progrès techniques sophistiqués qui peuvent tre mis % la disposition du monde
scienti&ique aujourd’hui, ce retard incline % la suspicion#
(eu" chercheurs américains en &irent la démonstration il ; a quelques années# !ls &urent
envo;és % 3érusalem par leur université respective auprès du père >trugnel, nouveau
directeur de lW<cole biblique % la mort du 5ère (evau", et seul éditeur e"clusi& mondial
de toute la publication de cette institution# ?es deu" savants &urent % leur tour éconduits
avec lWa&&irmation péremptoire du directeur, que jamais de leur vivant ils ne pourraient
consulter les manuscrits H
5iqués au vi&, ils piratèrent certains documents indispensables pour leurs propres
recherches et, grQce % lWin&ormatique, réussirent % reconstituer certains éléments qui leurs
&aisaient dé&aut# La lecture % lWin&rarouge ne &ut pas négligée# 5uis, par la suite, grQce %
des lambeau" de cuir achetés % pri" dWor % des marchands arabes de $ethléhem, ils purent
reconstituer des rouleau" entiers au travers du code génétique de chaque morceau de
cuir# ?ela leur permit, en moins de deu" ans de présenter au musée du livre de 3érusalem
ces précieu" documents augmentés du Nouleau du )emple, véritable )hora essénienne#
,ujourdWhui, en e&&et les manuscrits de la +er +orte sont su&&isamment connus,
au moins de nom# +me si la plupart des gens nWont quWune vague idée de la question, ils
pressentent que ses rouleau" représentent une source dWune rare authenticité et une
preuve archéologique dWune importance primordiale#
Le silence presque total de la part des détenteurs des manuscrits de lWécole
biblique de 3érusalem para9t pour le moins gnant, pour ne pas dire davantage# <t lWon se
sent bien dans lWobligation de se poser des questions quant au pourquoi dWune rétention de
documents aussi longue#
?e questionnement sWest produit au travers de la grande presse internationale en /00J
après que nos deu" chercheurs eurent publié le résultat de leurs travau", sans
lWautorisation du directeur de lWécole biblique qui se réservait lWe"clusivité de toutes les
publications sur les manuscrits#
Le scandale éclata grQce % lWintervention du directeur dWune revue biblique
américaine dirigée par lWavocat >hanYs# ,près plusieurs demandes réitérées adressées au
nouveau directeur, le Névérend père >rugnel, +onsieur >chanYs &ut % nouveau éconduit#
Le père >trugnel donna % cette occasion une intervie[ % un journal israélien, a&&irmant
que le 3uda=sme était une horrible religion et que le peuple jui&, par sa survie, prouvait
son enttement dans lWerreur puisquWil re&usait de se convertir au ?hristianisme H Le 5ère
>trugnel &ut relevé de ses &onctions, deu" ans plus tard# (’après (upont >ommers, c’est
pour éth;lisme pro&ond, (mais en &ait pour des raisons que nous ne nommerons pas
ici###)#
Les manuscrits, oeuvres juives, % la disposition de gens si mal intentionnés par
rapport au 3uda=sme, comment pouvait-on croire % lWimpartialité de tels traducteurs qui,
en plus, nWavaient pas les compétences nécessaires % une telle recherche#
« Les Manuscrits de la Mer Morte »
(seconde partie et &in)
"L'histoire se déroule et se raconte dans le sens où s'écoule le temps, mais
s'epli!ue en "aisant le chemin in#erse $"
%echerches indépendantes
5lus de 7BBB livres et revues &urent publiés dans cette période de cinquante ans, et les
romans de &ictions &irent &lorès, mais aussi étrange que cela paraisse, trois parmi ces
deu" mille livres &urent très méchamment attaqués par les e"égètes chrétiens *
(Wabord la parution de (upont->ommers pro&esseur % la >orbonne et le seul la=c % tre
autorisé % travailler sur les manuscrits# !l publia son livre en /061, livre très controversé
% lWépoque, car (upont- >ommers &aisait la démonstration de lWorigine du 3uda=sme dans
le ?hristianisme, % lWinstar dW<rnest Nenan qui au cours dWune con&érence chahutée en
>orbonne sWécriait déj%, au '!'ème siècle 9Le christianisme c:est l:-ssénisme &ui a
réussi9,
Le deu"ième est lW,nglais, <dmond Milson journaliste scienti&ique dont lWintégrité
morale (quWil avait déplo;ée dans de précédentes recherches) ne pouvait tre mise en
doute#
Le troisième est 3ohn ,llégro, éminent 5hilologue# !l &ut écarté de la recherche sur les
+anuscrits sous le préte"te que ces conclusions nWallaient pas dans le sens souhaité par le
consensus de lWécole biblique# !l &ut notamment chargé de décr;pter le &ameu" rouleau de
cuivre et les conclusions de son travail le rendit suspect au" ;eu" de lW<cole biblique#
'es trois érudits a""irmaient *
/# que toutes les paraboles contenues dans les <vangiles e"istaient avant dans le
3uda=sme et &aisaient partie intégrante de lWenseignement pharisien H
7# que le +a9tre de 3ustice étant décrit dans les manuscrits, aurait pu servir de modèle au
personnage de 3ésus dans les <vangiles#
J# que lWattente de la résurrection de 3ésus et de la $onne nouvelle dont nous parlent les
<vangiles, e"istait un siècle avant le ?hristianisme parmi ce groupe jui& dissident qui se
retira au bord de la +er morte dans l’attente de la résurrection % la &in des )emps# Cène
des milieu" chrétiens qui par ces preuves écrites, donc documents historiques
irré&utables, attestaient de lWantériorité de cette cro;ance essénienne au christianisme#
!l e"iste pourtant de nombreu" points communs entre les te"tes q4mraniens et
ceu" de lW<glise primitive# ?ertains parallèles sont mme &lagrants, comme on va le
constater plus loin# 5as autre chose que se quWa&&irmaient (upont->ommer, 3ean
?armignac, 3ohn ,llégro, <dmond Milson et bien dWautres qui &urent écartés de la
recherche par manque dWesprit de ralliement % la ligne de conduite et de pensée de lWécole
biblique#
La communauté de .4mran pratiquait un rite proche du baptme, premier
sacrement des ?hrétiens# 3ean le baptiste a probablement appartenu au groupe des
<sséniens de .4mran# >elon lWun des manuscrits intitulé la Nègle * cWest par lWesprit saint
de la ?ommunauté, dans sa vérité, que le novice sera puri&ié de toutes ses iniquités### <t
cWest par lWhumilité de son Qme % lWégard de tous les préceptes de (ieu que sera puri&iée sa
chair, lorsquWil sera aspergé dWeau lustrale# 5ar ailleurs, il est écrit dans les ,ctes des
,pGtres, que lW<glise primitive partage tout * tous les cro;ants ensemble mettaient tout en
commun: ils vendaient leurs biens et partageaient selon les besoins de chacun# 3our après
jour, dWun seul c\ur, ils &réquentaient assid4ment le )emple# ?urieuses co=ncidences H
Kn retrouve le mme état dWesprit dans le rouleau de la Nègle de .4mranH La
nécessité de partage et de &raternité ainsi que de &idélité au culte du )emple: et par dessus
tout, le respect scrupuleu" de la )hora ou Loi de +o=se#
(Waprès les ,ctes des ,pGtres, la première <cclésia de 3érusalem était dirigée par
les dou8e ,pGtres dont trois e"erDaient une autorité particulière * 3acques &rère de 3ésus,
3ean et 5ierre, ceu" que l’on nommait alors Fa8aréens#
5armi les termes utilisés par les scribes de .4mran pour désigner les membres de la
communauté, on trouve très souvent celui de Xgardien de lW,llianceX, en hébreu FK]N<!
P,-$N!))# ?West de ce mot que vient FK]N!+, lWune des premières dénominations
hébra=ques pour la secte connue plus tard sous le nom de XchrétiensX: F,]N,F!, qui
signi&ie chrétien en arabe, est de mme source# ?ette ét;mologie éclaire lWorigine du mot
Xna8aréenX, par lequel se désignent les premiers chrétiens, % la &ois dans les <vangiles et
dans les ,ctes des ,pGtres #
?e quali&icati& nWaurait rien % voir avec une prétendue en&ance de 3ésus % Fa8areth# ?ette
ville nWe"istant pas % lWépoque# Kr on lit dans la règle de la ?ommunauté que le conseil
est composé de /7 hommes dont J prtres# <n&in la ?ommunauté de .4mran et lW<glise
primitive étaient essentiellement messianiques * elles attendaient lWune et lWautre
lWavènement imminent dWun +essie#
)outes deu" se réclamaient dWune &igure charismatique dont la personnalité les
galvanisait et dont lWenseignement &ormait le &ondement de leur doctrine# 5our lW<glise
primitive cette &igure est 3ésus, et dans les te"tes de .4mran on trouve la mention du
+a9tre de justice ou +ore; Pa ]cédeY, prononciation très proche de +elYishédeY#
Certaines descriptions semblent se ré&érer % 3ésus et plusieurs savants ont émis
lWh;pothèse dWune assimilation au personnage du +a9tre de justice# +ais % lWinverse des
<vangiles, le +a9tre de justice des écrits q4mraniens nWest pas une personne divine et
cette pensée était inconcevable dans lWesprit jui&, mme dWun groupe dissident du
juda=sme o&&iciel et sacerdotal#
>i les manuscrits q4mraniens et les te"tes de la première <glise présentent des
principes, des idées, des rites communs, la ressemblance est plus &rappante encore quant
au" images et au vocabulaire emplo;és dans lW<vangile de +arc, qui apparemment est le
plus ancien et le plus proche de la période de .4mran 9 Bien heureu" les dou", 9 dit
3ésus dans lWun des versets les plus célèbres du >ermon sur la montagne, 9 car ils
#osséderont la terre, Mais les humbles #osséderont la terre ré'ouis d:une grande #ai" 9#
?e psaume présentait un intért particulier pour la ?ommunauté de .4mran car
la ?ommunauté se proclamait elle-mme la congrégation des 5auvres : en hébreu" Xles
<bionimX# 3ésus dWaprès les <vangiles, proclame dans son sermon sur la montagne
Xheureu" ceu" qui ont une Qme de pauvre car le ro;aume des cieu" est % eu" X#
?e nWest pas le seul parallèle# )out lW<vangile de +atthieu contient des
métaphores et un vocabulaire presque interchangeables avec le Nouleau de la Nègle#
,insi dans +atthieu, 3ésus parle de la 5er&ection * 9 ;ous donc vous sere< #ar%ait comme
votre #2re céleste est #ar%ait 9,

Le rouleau de la Nègle de la
?ommunauté et un encrier
(Photo : =, >eiss+?a#ho)
Le rouleau de la Nègle évoque 9ceu" &ui marchent dans la voie de la Per%ection
selon ce &ue $ieu a #rescrit 9# La Nègle commence par ces mots * 9Le Ma@tre instruit les
=aints #our &u:ils vivent selon la ?2gle de la )ommunauté3 #our rechercher $ieu,,,et
#our %aire ce &ui est bon et droit devant Lui, selon ce &u:il a #rescrit #ar l:intermédiaire
de tous les Pro#h2tes, -t celui &ui transgressera un #oint &uelcon&ue de la Loi c:est *
dire l:enseignement de la Ahora de MoBse, sera chassé du conseil de la )ommunauté 9#
<n &ait 3ésus réa&&irme sa stricte observance de la Loi mosa=que# )oujours dans le
>ermon, 3ésus déclare 9n:alle< #as croire &ue 'e suis venu abolir la Loi ou les Pro#h2tes,
'e suis venu l:accom#lir, )ar 'e vous le dis, en vérité, avant &ue ne #asse le ciel et la
terre #as un 6, #as un #oint ne #assera de la Loi 9,
La similitude entre les documents de .4mran et les <vangiles se retrouve
également dans le repas de la ?ène, ce qui en hébreu est le repas du >eder, que les 3ui&s
du monde entier &ont en commun pour commémorer la sortie du peuple jui& dW<g;pte,
repas qui est s;mbole de libération de lWesclavage auquel le peuple hébreu était soumis
par les 5haraons dW<g;pte#
Le déroulement de la ?ène, tel quWil est décrit dans les <vangiles présente de
nombreuses similitudes avec le repas rituel de la ?ommunauté de .4mran * 9 6ls
dis#oseront la table #our manger, Le #r(tre étendra en #remier sa main #our &ue l:on
#rononce la bénédiction sur les #rémices du #ain et du vin,9 La Nègle communautaire en
donne une version similaire * 9 Cuand ils se réuniront #our la table et m(leront le boire,
&ue #ersonne n:étende sa main sur les #rémices du #ain et du vin avant le #r(treDet
ensuite le Messie d:6sraEl étendra ses mains sur le Pain X#
Les manuscrits de la +er +orte ne sont pas un livre contemporain qui e"pose
une thèse controversée# ?West un témoignage direct, éta;é par le sérieu" de la recherche
scienti&ique et lWérudition du '' siècle sur des documents en&ouis il ; a 7KKK ans#
<n somme, lWhistoire des +anuscrits de la +er +orte nWest pas terminée# (e
nombreu" rouleau" restent encore % décr;pter…et dWautres ont m;stérieusement
disparus, en particulier certains de ceu" qui pourraient participer % la compréhension de
lWhéritage pharisien rabbinique dans le ?hristianisme naissant# Les te"tes de .4mran
sont-ils en contradiction avec ce qui peut tre cher au" ?hrétiens O
+ilitent-ils contre le caractère XuniqueX de 3ésus O @ne bonne réponse est sans
doute celle du savant jésuite 3oseph Lit8m;er dans son petit ouvrage XNéponse au" /B/
questions sur les rouleau" de la +er +orte (Londres /007) * .ue le +a9tre de justice ait
enseigné quelque chose de proche de ce que 3ésus a enseigné, écrit-il, ne doit pas
troubler un chrétien averti, un chrétien dont la &oi échappe % toute tendance
&ondamentaliste H ###
?West bien le &ond du problème# ?West reconna9tre en mme temps que les te"tes de
.4mran peuvent inquiéter une &oi chrétienne &ondée sur la présentation traditionnelle des
<vangiles comme rapportant les &aits et gestes de 3ésus# ?ertes, les ?hrétiens ne re&usent
nullement dWadmettre que le ?hristianisme soit sorti du moule du 3uda=sme#
+ais che8 nombre dWentre eu" on trouvera, comme lWa écrit <# Milson, quelque réticence
% accepter lWidée que les principes morau" et la m;stique des <vangiles puissent
sWe"pliquer simplement comme la création de plusieurs générations de 3ui&s travaillant
selon leur propre tradition religieuse et quWil nWest pas nécessaire de supposer le miracle
de quelque intervention divine pour sauver la race humaine#
Le regard ne compte pas moins ici que la chose regardée H 5our tous ceu" qui souhaitent
comprendre et mieu" conna9tre les conditions dans lesquelles est né le christianisme, il ;
a 7BBB ans, pour ceu" qui ont le go4t de lWhistoire et de la vérité historique, dans la
mesure ou elle peut tre approchée, les te"tes de .4mran apportent avec une
documentation naguère encore inespérée, un e"traordinaire éclairage sur une période
obscure et lWune des plus dramatique de lWhistoire de lWhumanité#
5ourquoi le gouvernement israélien, devenu autorité de tutelle, après la guerre des si"
jours et la réuni&ication de 3érusalem, nWa-t-il pas &ait pression sur la direction de lWécole
biblique pour obtenir un libre accès au" documents jalousement détenus par cette
institution O
,u risque de vous étonner, la réponse est venue par un communiqué laconique, au cours
de lWénoncé dWun bulletin dWin&ormation % la radio, en +ars /006# Le chroniqueur
annonDait que le Iatican reconnaissait o&&iciellement lWe"istence de lWétat dW!sraVl,
longtemps après que cet état ait été o&&iciellement reconnu par le concert des Fations, en
/01A#
Kn suppose quW!sraVl avait &ait pro&il bas pendant toute cette a&&aire, parce que
politiquement, il était pré&érable dWtre reconnu par quelques millions de ?hrétiens# Le
silence dW!sraVl sur les documents de la ++ a-t-il servi de monnaie dWéchange de la
reconnaissance % son e"istence politique, par le Iatican O
Essénisme et 'hristianisme
Le document qui prouve le lien étroit entre essénisme et christianisme est nommé *
« <crit de la Fouvelle ,lliance au pa;s de (amas »# ?e document de (amas est le mme
qui avait été découvert en /A0U dans une s;nagogue du ?aire par >olomon >chechter,
premier manuscrit essénien découvert témoignant de cette communauté dissidente juive,
bien avant ceu" de la +er +orte# !l est sans doute % l’origine de l’a&&irmation qui dit que
3ésus était un +a9tre <ssénien qui aurait été instruit % l’école du ?armel#
<n ce qui concerne l’assimilation de 3ésus % un essénien, il n’est spéci&ié aucun
rapprochement de cet ordre dans les manuscrits, mais le nom de 3ésus, qui signi&ie
sauveur, n’est probablement que le quali&icati& donné au « +a9tre de 3ustice » dont il est
&ait souvent ré&érence dans les rouleau" de cuir#
3arre a;ant contenu les manuscrits
de la +er +orte et &ragment de
l’un de ces manuscrits, le
commentaire de Pabacuc#
(Musée d!6sraEl, .érusalem, Photo :
Boudot+Lamotte)
(’ailleurs, il n’; a rien d’étonnant % cela, si l’on admet, comme il est écrit dans
les te"tes q4mranniens, que cette communauté attendait un messie et en préparait la
venue : nous sommes donc en présence d’une communauté initiatique dont le secret est
le ma9tre-mot# 5récisons que les évangiles ont été écrits bien plus tard et que seul le
surnom de l’élu, « 3ésus » signi&iant « >auveur », a été transmis et est présent au sein des
écritures canoniques#
<n e&&et, certaines similitudes sont troublantes : on relève, par e"emple, qu’il est
mentionné (dans la pléiade) /7 disciples dont J prtres# Kn pense que ces derniers étaient
5ierre, 3acques et 3ean# !l est certain que cette ressemblance entre le +a9tre de 3ustice et
3ésus-?hrist dérange l’<glise o&&icielle, néanmoins, il e"iste bien d’autres similitudes :
dans les te"tes dit « sectaires » relevés dans les rouleau", les esséniens et les na8aréens
(de Fa8ir, signi&iant prtre) ont tout &ait pour sauver les écritures juda=ques en leur
possession#
?omme d’autres communautés, ils étaient très attachés % la loi mosa=que, ce qui
était également le cas de 3ésus, de 5ierre, de 3acques et de 3ean# Les &aits sont plus que
troublants et inclinent % une étude appro&ondie de l’histoire du ?hristianisme avant sa
naissance, c’est-%-dire dès que cette communauté v9nt s’installer sur les rives de la +er
+orte#
Les esséniens observaient la Loi de &aDon rigoureuse, en cela ils s’opposaient au che&s
religieu" du )emple# !ls dé&endaient un idéal de charité, de pauvreté et re&usaient tout ce
qui pouvait éloigner l’Qme humaine de la vertu et de l’amour &raternel#
Les esséniens nous étaient connus jusqu’% une date asse8 récente, non pas par des te"tes
jui&s o&&iciels mais par des écrivains : 5hilon d’,le"andrie, 5line l’,ncien, et Llavius
3oseph# >elon leurs témoignages, les esséniens étaient des moines travaillant pour leur
subsistance, sans &aire de commerce, en quelque sorte en autarcie# !ls mettaient leur
biens en commun, multipliaient les ablutions et les observances# Leur communauté
principale se situait % <ngaddi, non loin de la +er +orte# !l e"istait une sorte de )iers-
Krdre au sein de chaque communauté essénienne qui accueillait les gens mariés qui
partageaient leur engagement envers (ieu#
L’essénisme et le judéo-christianisme se ressemble énormément : 3ean baptise dans l’eau
du 3ourdain et observe donc un rite de puri&ication# Les membres de la communauté
partageaient le repas &raternel qui était e"clusivement béni par le prtre avant que
quiconque ne pose ses mains sur la nourriture# !ls &urent persécutés par les 5harisiens et
les >adducéens et se ré&ugièrent donc % (amas au environ de /JB av# 3#?# ?e n’est que
vers U6 % UB avant 3#? qu’ils revinrent s’installer près de .4mran# Leur lieu de vie &ut
détruit durant la révolte de 2B après 3#?# et certains s’en&uirent au-del% du 3ourdain#
Les esséniens représentent en réalité un important courant du juda=sme qui a reDu, par
intercession divine, la mission de préserver les écrits traditionnels, c’est-%-dire la Loi
+osa=que# !ls leur &allu pour cela s’éloigner de tout ce qui représentait la corruption,
l’impiété et tous les vices d’une civilisation en évolution qui gangrènent le juda=sme
entre 7BB et /6B av# 3#?#
,ujourd’hui, en 7BBA, les +anuscrits et leurs traductions sont publiés quasi
entièrement (certains ont disparus ou bien n’étaient pas en état d’tre traduit…) et sont
accessibles % un pri" si élevés qu’il découragerait les chrétiens soucieu" de trouver des
preuves qui puissent ren&orcer leurs convictions sur la véritable histoire de la naissance
du christianisme#
(epuis la découverte des rouleau" du ?aire, en passant par l’e"traordinaire
découverte des +anuscrits de la +er +orte et en&in devant la rétention et la lenteur des
traductions qui s’en suivirent, comment de pas déceler ici l’organisation d’une ?ontre-
!nitiation % l’échelle planétaire visant % étou&&er, une &ois de plus, la )radition
5rimordiale O >achant que notre monde a un besoin pressant de Iérité et de Neligion
@niverselle qui relie en&in les hommes au lieu de les diviser…Fous comprenons mieu"
pourquoi &urent créer des écoles de m;stères… (ans ce monde oT nous vivons, l% oT les
Iérités ne semblent pas toujours bonne % dire … au grand jour… ?herche8 et vous
trouvere8 H
(I(LIO)%*+,IE
Les écrits esséniens découverts près de la mer morte , ,ndré (upont->ommer#
Le )emps des )empliers, Les +anuscrits de la +er +orte#
Les +anuscrits de la +er +orte, +illar $urro[s#