You are on page 1of 46

Institut Galilée

Sciences et technologies
Licence 1
i ` ere
année
Optique Géométrique
WIT-ISPG
Yann Charles & Gabriel Dutier
c INSTITUT GALILEE, 99 avenue Jean-Baptiste-Clément 93430 VILLETANEUSE 2010 / 2011
1
Table des matières
1 Introduction 4
1.1 La lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 Les sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2 Optique géométrique 5
2.1 Principes et définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.2 Le miroir plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.3 Lois de Snell-Descartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.4 Remarques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.4.1 Angles limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.4.2 Retour inverse de la lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.5 Construction géométriques des rayons réfléchis et réfractés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.6 Réfraction dans des milieux non-homogènes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3 Objets et images 11
3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.2 Nature des objets et des images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.3 Image d’un objet étendu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.4 Conditions de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.4.1 Cas d’un objet à une distance infinie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.4.2 Cas d’un objet à une distance finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.4.3 Les conditions de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
4 Les lentilles 15
4.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
4.2 Types de lentilles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
4.3 Propriétés des lentilles convergentes et divergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
4.3.1 Distances focales, plan focaux et foyers d’une lentille convergente . . . . . . . . . . . 16
4.3.2 Distances focales, plan focaux et foyers d’une lentille divergente . . . . . . . . . . . . 17
4.4 Construction d’une image pour une lentille convergente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.4.1 Rayons lumineux particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.4.2 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.5 Construction d’une image pour une lentille divergente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.6 Prolongement d’un rayon quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.7 Aberrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.7.1 Aberrations géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.7.2 Aberration chromatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.8 Formules de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.8.1 Grandissement linéaire γ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.8.2 Formule de Descartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.8.3 Vergence de la lentille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.9 Miroir sphérique concave . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
5 L’œil 26
5.1 Description d’un œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
5.1.1 Grandeur de l’image rétinienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
5.2 Les défauts de l’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
5.2.1 Myopie et hypermétropie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
5.2.2 L’astigmatie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
5.2.3 La presbytie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
5.2.4 Correction de la myopie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2
6 Les instruments d’optique : associations de lentilles 30
6.1 Propriétés des instruments d’optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6.1.1 Puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6.1.2 Grossissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6.2 Cas général : association de deux lentilles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
6.3 La loupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
6.4 Le microscope . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
6.5 Les moyens d’observations astronomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
6.5.1 La lunette astronomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
6.5.2 Le télescope à miroir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
6.5.3 Principales grandeurs de systèmes d’observation astronomiques . . . . . . . . . . . . 36
7 Annexes 38
7.1 Détermination expérimentale de la distance focale d’une lentille . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7.1.1 Autocollimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7.1.2 Méthode de Bessel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7.1.3 Méthode de Silbermann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
7.2 Pouvoir séparateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
7.3 Les fibres optiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
7.3.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
7.3.2 Théorie du guidage : réflexion totale interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.3.3 Théorie du guidage : pertes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
7.4 Lexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3
1 Introduction
L’optique est historiquement la science des phénomènes perçus par l’œil grâce à la lumière. Celle-ci est
émise par la matière jusqu’à son absorption par divers récepteurs comme l’œil, une pellicule photographique
ou une caméra.
1.1 La lumière
Une description complète de la lumière nécessite la théorie de la "mécanique quantique". Néanmoins,
la lumière peut s’interpréter simplement comme des "grains de lumière" appelés photons mais aussi comme
étant composée d’ondes électromagnétiques de différentes longueur d’onde λ. Plusieurs domaines sont définis :
– inférieur à 10
−11
m : ondes γ,
– de 10
−11
m à 10
−8
m : rayons X,
– de 10 nm à 400 nm : ultra-violet,
– de 400 nm à 700 nm : lumière visible (toutes les couleurs),
– de 1 µm à 500 µm : infra-rouge,
– de 1 mm à 10 cm : micro-onde et radar,
– supérieur à 10 cm : ondes radio.
1.2 Les sources
Les sources de lumière sont très variées. Il y a deux grandes catégories de sources : primaires et secondaires.
– Les sources primaires correspondent aux objets qui produisent de la lumière. Ainsi le soleil par fusion
thermonucléaire, les ampoules par échauffement électrique, les lasers, les radiateurs par rayonnement
thermique, ...).
– Les sources secondaires correspondent aux objets qui réfléchissent la lumière qui vient d’une source
extérieure (le soleil éclaire la lune, ...).
4
2 Optique géométrique
2.1 Principes et définitions
L’optique géométrique repose sur le principe de Fermat (année 1657) : "La lumière suit le trajet le plus
court en temps".
Définissons un milieu (une zone de l’espace) homogène et isotrope :
– homogène : la vitesse de la lumière est la même en tous points du milieu ;
– isotrope : la vitesse de la lumière est indépendante de sa direction de propagation.
Dans ce milieu, d’après le principe de Fermat, la lumière se déplace en ligne droite. On définit alors "le rayon
lumineux" comme étant la courbe suivant laquelle se propage la lumière. Les rayons lumineux n’interagissent
pas entre eux. Dans tout ce cours, sauf précision, nous considérerons uniquement des milieux homogènes iso-
tropes.
La vitesse de propagation V de la lumière dépend de sa longueur d’onde et de la nature du milieu :
V =
c
n
,
où c est la vitesse de la lumière dans le vide
c = 299792458 m.s
−1
.
n est appelé indice de réfraction du milieu de propagation. Sa valeur dépend du milieu de propagation mais
aussi de la longueur d’onde du rayon lumineux. Par exemple :
– le vide : n=1 ;
– l’air : n= 1,00029 ;
– l’eau : n = 1,33 ;
– le verre : n= 1,5.
Nous appellerons "faisceaux lumineux" un ensemble de rayons lumineux.
Si l’on considère deux milieux homogènes et isotropes (1) et (2) d’indice de réfraction respectivement n
1
et n
2
,
on dit que le milieu (2) est plus réfringent que le milieu (1) si n
1
< n
2
.
Nous appellerons dioptre l’interface entre deux milieux.
Nous appellerons objet l’origine de la lumière que l’on va observer (source primaire ou secondaire).
Nous appellerons image le résultat de la transformation de la lumière venant de l’objet à travers une lentille ou
un miroir.
2.2 Le miroir plan
Un miroir est une surface capable de réfléchir pratiquement la totalité de la lumière incidente quelque soit
l’angle d’incidence. Si cette surface est plane, nous appellerons le miroir un "miroir plan".
L’image formée par un miroir est le symétrique de l’objet par rapport au plan du miroir. (figure 1)
L’angle de réflexion r est égal à l’angle d’incidence i par rapport à la normale au miroir.
On définit le "champs d’un miroir plan" par l’ensemble des points de l’espace vus par un observateur
dans le miroir. C’est un cône s’appuyant sur le contour du miroir (figure 2). Dans cette configuration le point
A est dans le champs du miroir. Les points hors du miroir ne peuvent être vu par l’observateur : c’est ainsi que
l’on définit l’angle mort lorsque l’on est au volant d’une voiture.
5


FIGURE 1 – Réflexion sur un miroir plan.
Observateur
Miroir
A
Conducteur
Angle
mort
FIGURE 2 – Champs du miroir.
2.3 Lois de Snell-Descartes
Les lois de Snell-Descartes ont été établies en Angleterre par SNELL en 1621 puis retrouvées indépen-
damment en 1637 par DESCARTES.
Considérons l’espace constitué de deux milieux isotropes et homogènes. Nous appellerons "rayon inci-
dent" (figure 3) le rayon lumineux se propageant dans le premier milieu.
A l’interface de ces deux milieux, deux nouveaux rayons sont créés : un "rayon réfléchi" et un "rayon
transmis" ou "rayon réfracté". Le rayon réfléchi se propage dans le même milieu que le rayon incident,
tandis que le rayon réfracté se propage dans le deuxième milieu.
Les rayons incident, réfléchi et réfracté sont alors contenus dans un plan normal à la surface de séparation
des deux milieux homogènes et isotropes. Ce plan est appelé "plan d’incidence".
On considère la normale au plan de séparation (le dioptre), on note :
– i
1
: l’angle que fait le rayon incident avec la normale ;
– i
2
: l’angle que fait le rayon réfracté avec la normale ;
– r : l’angle que fait le rayon réfléchi avec la normale.
Les deux lois de Snell-Descartes sont (pour une lumière monochromatique : une seule longueur d’onde) :
1) les angles i
1
et r sont égaux ;
6
2) les angles i
1
et i
2
sont tels que
n
1
sin(i
1
) = n
2
sin(i
2
)
où n
1
et n
2
sont respectivement les indices de réfraction des milieux où les rayons incident et réfracté se pro-
pagent.
L’intensité du rayon incident est la somme des intensités des rayons réfléchi et réfracté. Par exemple, dans le
cas du verre, l’intensité du rayon réfléchi est 4 % de celle du rayon incident.
Séparation entre
les deux milieux
i
1
i
2
r
milieu 1
n1
milieu 2
n2
FIGURE 3 – Rayon incident arrivant sur un dioptre avec ses rayons réfléchi et réfracté.
2.4 Remarques
2.4.1 Angles limites
Dans le cas général, les rayons réfléchi et réfracté existent. Cependant, dans le cas où le milieu incident
d’indice n
1
est plus réfringent que le milieu réfracté d’indice n
2
(c’est à dire n
1
> n
2
) et si l’angle d’incidence
i
1
est tel que
1 = sin(i
1
) =
n
2
n
1
,
alors nous aurions sin(i
2
) =1, ce qui est impossible. Dans ces conditions, le rayon réfracté n’existe pas, il s’agit
du cas de la "réflexion totale" : la surface de séparation agit comme un miroir (figure 4).
A l’inverse, si le rayon incident rase la surface de séparation (i
1
= π/2) et que le milieu de réfraction est plus
réfringent que le milieu incident, le rayon réfracté fait un angle limite maximal avec la normale au plan de
séparation tel que
sin(i
2
) =
n
1
n
2
.
Le rapport n
1
/n
2
est appelé indice relatif du milieu 2 par rapport au milieu 1. Si ce dernier est l’air (indice
n = 1), alors l’indice relatif de tous milieux est 1/n.
7
n
1
n
2
≤ n
1
i
1
=asin
n
2
n
1
( )
n
1
n
2
≥ n
1
( )
i
2
=asin
n
1
n
2
réfléxion
totale pas de
réfraction
FIGURE 4 – Angles limites.
Séparation des
milieux
i
1
i
2
n
1
n
2
i
1
i
2
n
1
n
2
FIGURE 5 – Principe du retour inverse de la lumière.
2.4.2 Retour inverse de la lumière
Le trajet suivit par la lumière est indépendant de son sens de propagation (figure 5).
2.5 Construction géométriques des rayons réfléchis et réfractés
Soit un dioptre dont les indices des milieux incident et réfracté sont respectivement n
1
et n
2
. Nous nous
placerons dans le plan d’incidence. Le rayon incident fait un angle i
1
avec la normale à la surface de séparation
donc l’angle réfléchi fait également un angle i
1
avec la normale.
Soit deux demi-cercles de rayon R
1
et R
2
proportionnels aux indices de réfraction n
1
et n
2
(figure 6).
Nous savons que
n
1
sin(i
1
) = n
2
sin(i
2
).
Or, nous pouvons exprimer sin(i
1
) en fonction des données géométriques :
sin(i
1
) =
IH
IA
.
8
n
1
n
2
i
1
n
1
n
2
i
1
i
2
i
2
H
H
A
I
I
A
B
B
FIGURE 6 – Construction géométrique des rayons réfractés.
et donc
sin(i
2
) =
n
1
n
2
IH
IA
.
Comme de plus

R
1
= αn
1
R
2
= αn
2
,
et que IA = R
1
, alors
R
2
=
n
2
n
1
IA,
et nous en déduisons que
sin(i
2
) =
IH
R
2
.
L’angle i
2
est donc l’angle au sommet d’un triangle dont I et H sont deux points, et qui est rectangle en H. Le
troisième point de ce triangle est donc le point B, intersection des droites (AH) et du cercle associé à n
2
.
Nous pouvons aussi visualiser et dessiner les angles limites en fonction de la réfringence relative du milieu
2 (figure 7).
2.6 Réfraction dans des milieux non-homogènes
Dans certains cas, la lumière se propage dans des milieux dont l’indice de réfraction varie rapidement (mi-
lieux non-homogènes). La lumière est donc déviée au fur et à mesure de sa propagation, et non ponctuellement
comme dans le cas des dioptres.
Pour comprendre la progression des rayons lumineux dans ces milieux, nous considérerons une succession
de milieux homogènes et isotropes d’indices différents (figure 8). A chaque changement d’indice, le rayon
lumineux est dévié, pouvant éventuellement atteindre l’angle limite de réfraction et ne produire qu’un rayon
réfléchi.
Ce phénomène est à l’origine des mirages : les rayons lumineux sont déviés au voisinage du sol du fait
d’une variation de l’indice de réfraction. L’observateur reçoit donc des rayons lumineux qui proviennent d’un
objet qui n’est pas face à lui, bien qu’il le "voit" devant lui.
.
9
n
1
n
2
n
1
n
2
H=A
H=B
I
I
A
B
FIGURE 7 – Construction géométrique des angles limites.
n
1
n
2
n
3
n
4
n
5
n variable
Mirage
Observateur
Objet
FIGURE 8 – Propagation dans des milieux non homogènes.
10
3 Objets et images
3.1 Définitions
– Objet et image :
Soit un point A : si tous les rayons lumineux issus de A et passant au travers du système optique ar-
rivent en un point B, alors B est appelé image de l’objet A. Du fait du principe de retour inverse, A et
B peuvent changer de rôle (l’objet devient l’image et réciproquement) : on dit que A et B sont conjugués.
– Stigmatisme :
Lorsque tous les rayons issus de A passent en B après un système optique, on dit que l’on réalise le
"stigmatisme rigoureux" pour le couple AB. Cette propriété est très difficile à obtenir dans la réalité,
même pour des systèmes simples.
– Aplanétisme :
Soit un système optique possédant un axe de symétrie ou axe optique ; le système est dit centré si cette
symétrie est de révolution. On dit que le système est aplanétiste si tout objet plan orthogonal à l’axe
optique possède une image plane et normale également à cet axe. En général, les systèmes optiques
possèdent cette propriété.
3.2 Nature des objets et des images
On distingue, en optique, deux types d’objets et d’images : "réels" et "virtuels".
On prend le sens de propagation de la lumière pour définir "l’amont" (le départ) et "l’aval" (l’arrivé) du
système optique (miroir, lentilles,...).
– Un objet situé en amont du système optique est réel. S’il est en aval alors l’objet est virtuel.
– Une image située en aval du système optique est réelle. Si elle est en amont alors elle est virtuelle.
Par exemple, les systèmes représentés figure 9.
Sytème
optique
A B
(1)
Sytème
optique
A
(2)
B
Sytème
optique II
C
Sytème
optique I
A B
(3)
FIGURE 9 – Nature des objets et des images.
11
Pour le système (1), le point A est un objet réel et le point B une image réelle.
Pour le système (2), le point A est un objet réel et le point B une image virtuelle.
Pour le système (3-I), le point A est un objet réel et le point B une image réelle.
Pour le système (3-II), le point B est un objet virtuel et le point C une image réelle.
Pour le système (3-I + 3-II), le point A est un objet réel et le point C une image réelle.
3.3 Image d’un objet étendu
Dans le cas général, un objet n’est pas un point mais un ensemble de points. L’image est alors définie
comme l’ensemble des points images.
Prenons l’exemple d’une chambre noire : toute la lumière passe par un orifice qui constitue le système
optique (figure 10).
Objet
Image
Objet
ponctuel
Image
FIGURE 10 – Chambre noire.
Chaque point de l’objet possède un conjugué sur le plan de l’image et l’ensemble correspond à l’image
de l’objet. Ce dispositif est appelé sténopé ; il a été beaucoup utilisé par les peintres du XVIIème siècle pour
définir un guide pour leurs peintures.
Si le trou est petit, alors pour chaque point image un seul rayon passera par le trou et l’image associée sera
ponctuelle. En revanche, la quantité de lumière sera faible au niveau de l’image. A l’inverse, un trou important
illuminera le plan image, mais l’image sera flou, car à chaque point objet correspondra une tache (plusieurs
rayons peuvent partir de l’objet, figure 10).
Ce système est astigmate : les rayons issus d’un point ne se rencontrent jamais après être passés au travers
du système optique.
3.4 Conditions de Gauss
Soit un système "optique centré" (qui possède un axe de symétrie) constitué d’un dioptre. Nous allons
déterminer les conditions pour lesquelles ce système possède un stigmatisme rigoureux et réalise l’aplanétisme.
3.4.1 Cas d’un objet à une distance infinie
Comme l’objet est à l’infini, tous les rayons sont parallèles les uns aux autres en arrivant sur la surface de
séparation des deux milieux : ils sont donc réfractés de la même manière et resterons parallèles dans le milieu
2. Un observateur verra donc l’image de l’objet à l’infini (figure 11a). Dans ces conditions, tous les rayons issus
12
de l’objet à l’infini se croiserons en un même point image également à l’infini : ce système optique réalise un
stigmatisme rigoureux.
n
1
n
2
≥ n
1
Objet
Observateur
Image
n
1
n
2
≥ n
1
Observateur
A
B
H
i
2
i
1
I
(a) Objet à une distance inifinie (b) Objet à une distance finie
FIGURE 11 – Stigmatisme d’un dioptre.
3.4.2 Cas d’un objet à une distance finie
Soit un objet A situé à une distance donnée de la surface de séparation des deux milieux réfringents (figure
11b).
La droite (AH) est normale au dioptre : le rayon lumineux suivant (AH) n’est pas dévié lors du passage
d’un milieu à un autre. L’image B du point A est alors nécessairement sur la droite (AH).
Considérons à présent un second rayon lumineux issu de A, faisant un angle i
1
avec la normale à la surface
de séparation des deux milieux. Soit B le point d’intersection du rayon réfracté avec la normale (AH) : si
le système possède un stigmatisme rigoureux, alors B doit être indépendant de l’angle d’incidence du rayon
lumineux.
Nous pouvons déduire géométriquement les relations entres les différentes distances







tan i
1
=
HI
AH
tan i
2
=
HI
BH
,
et nous en déduisons
BH = AH
tan i
1
tan i
2
.
Comme le rapport sin i
1
/sin i
2
est constant d’après les lois de Descartes, alors tan i
1
/tan i
2
varie et B n’est pas
indépendant de l’angle d’incidence.
Le système n’a pas de stigmatisme rigoureux pour des points à distance finie de la surface de sépa-
ration : il est astigmate.
13
3.4.3 Les conditions de Gauss
Comme nous l’avons vu, les conditions pour qu’un système centré vérifie les conditions de stigmatisme et
d’aplanétisme approchés sont :
– les points de l’objet ne sont pas trop éloignés de l’axe optique ;
– les rayons lumineux sont peu inclinés par rapport à l’axe optique.
Ces deux conditions constituent les conditions de Gauss. .
14
4 Les lentilles
4.1 Définitions
– Lentille
Une lentille est un milieu homogène, isotrope, transparent, dont au moins l’une des faces n’est pas plane.
On peut interpréter une lentille comme une somme de différents prismes (figure 12).
– Lentille mince
Une lentille est dite mince lorsque son épaisseur est faible comparée au rayon de courbure de ses faces.
Dans le cadre des conditions de GAUSS, les lentilles minces sphériques réalisent un stigmatisme et un
aplanétisme approchés.
– Centre optique
On désigne par centre optique le point de l’axe optique au centre de la lentille : c’est l’axe passant par
les deux centres des dioptres formant la lentille. On le note O.
Le prisme
La lentille vue comme une
superposition de prismes
FIGURE 12 – Une lentille comme plusieurs prismes.
4.2 Types de lentilles
Il existe deux types de lentilles optiques : les lentilles convergentes et les lentilles divergentes.
Les lentilles convergentes transforment un faisceau de rayons parallèles en un faisceau qui converge vers un
point en aval de la lentilles ; les lentilles divergentes transforment un faisceau de rayons parallèles en un faisceau
qui converge vers un point en amont de la lentille (figure 13)
(a) Lentille convergente (b) Lentille divergente
Axe optique
FIGURE 13 – Lentilles convergentes et divergentes.
15
Ces deux types de lentilles se décomposent en plusieurs sous-types selon la forme de leurs deux faces
(figure 14). Cependant, chaque sous-type est schématisé de la même manière.
FIGURE 14 – Différents types de lentilles.
4.3 Propriétés des lentilles convergentes et divergentes
4.3.1 Distances focales, plan focaux et foyers d’une lentille convergente
"Distance focale objet" : OF. Tous les rayons qui passent par F ("foyer objet") ressortent parallèles.
(figure 15)
!
#
FIGURE 15 – Distance focale objet d’une lentille convergente.
"Distance focale image" : OF

. Tous les rayons qui arrivent parallèles passent par F

("foyer image").
(figure 16)
16
!
#$
FIGURE 16 – Distance focale image d’une lentille convergente.
"Plan focal image". Tous rayons qui arrivent parallèles se croisent sur le plan focal image. (figure 17)
"Plan focal objet". Tous rayons qui se croisent dans le plan focal objet repartent parallèles entres eux.
!
#$
%&'( )!*'&
+,'-.
FIGURE 17 – Plan focal image d’une lentille convergente.
On notera les deux distances focales ainsi (valable pour les lentilles convergentes et divergentes) :



f = OF
f

=−f = OF

.
OF est ici la "distance algébrique" entre les points O et F ; cette distance est positive si F est en aval de O, et
négative sinon. Pour les systèmes optiques dont les milieux d’entrée et de sortie sont identiques, les distances
focales deviennent égales en valeur absolue : F est donc le symétrique de F

par rapport à O.
4.3.2 Distances focales, plan focaux et foyers d’une lentille divergente
"Distance focale objet" : OF. Tous les rayons qui passent par F ("foyer objet") ressortent parallèles.
(figure 18)
"Distance focale image" : OF

. Tous les rayons qui arrivent parallèles passent par F

("foyer image").
(figure 19)
"Plan focal image". Tous rayons qui arrivent parallèles se croisent sur le plan focal image. (figure 20)
"Plan focal objet". Tous rayons qui se croisent dans le plan focal objet repartent parallèles entres eux.
17
!
#
FIGURE 18 – Distance focale objet d’une lentille divergente.
!
#$
FIGURE 19 – Distance focale image d’une lentille divergente.
!
FIGURE 20 – Plan focal objet d’une lentille divergente.
4.4 Construction d’une image pour une lentille convergente
4.4.1 Rayons lumineux particuliers
Il existe trois types de rayons lumineux aux propriétés simples que l’on utilisera pour la modélisation gra-
phique pour une lentille convergente.
– Tous les rayons incidents passant par O ne sont pas déviés.
– Tous les rayons incidents parallèles à l’axe optique passent par F

(foyer image).
– Tous les rayons incidents passant par F (foyer objet) ressortent parallèle à l’axe optique.
18
!
#
#$
%
%$
FIGURE 21 – Rayons particuliers pour la construction de l’image A’ de A (lentille conver-
gente).
4.4.2 Cas général
Soit un objet en amont de la lentille. Pour un point quelconque de l’objet, tous les rayons issus de ce point
convergent en un point de l’image. C’est vrai pour deux rayons particuliers :
– le rayon passant par le centre optique ;
– le rayon parallèle à l’axe optique.
Le premier ne sera pas dévié par la lentille, et le second passe par le foyer image F

(figure 22). Le point d’in-
tersection de ces deux rayons est le point image du point objet.
F’
O
B
F
A
F’
O
B
F
A
FIGURE 22 – Construction d’une image dans un cas général.
4.5 Construction d’une image pour une lentille divergente
La construction des images pour une lentille divergent est similaire à celle des lentilles convergentes sauf
que les foyers images et objets sont inversés (figure 23).
19
F
O
B
F’
A
F
O
B
F’
A
FIGURE 23 – Construction d’une image avec une lentille divergente.
4.6 Prolongement d’un rayon quelconque
La méthode pour déterminer le prolongement d’un rayon se déduit des méthodes de construction des
images. En effet, un faisceau de rayons parallèles réfracté converge vers un même point situé sur le plan focal
image. Ce point sera donc l’image d’un objet à l’infini dans la direction du rayon incident que l’on souhaite
prolonger.
Cette prolongation est donc le rayon passant par ce point image (figure 24).
4.7 Aberrations
Les lentilles optiques ne forment pas des images parfaites : l’image d’un point n’est généralement pas un
point, mais une tache (un paquet de points). Ces défauts sont des aberrations ; il y a les aberrations chroma-
tiques et les aberrations géométriques.
Ces aberrations n’existent pas pour les miroirs car la lumière n’est que réfléchie et ne passe pas par des
milieux différents.
4.7.1 Aberrations géométriques
Ces aberrations sont dues à l’écart des conditions de Gauss : à mesure que les rayons s’éloignent de l’axe
optique, le système optique devient astigmate et le foyer image disparaît. Un faisceau de rayons parallèles
venant d’un objet placé à l’infini ne donnera pas une image ponctuelle sur le plan focal image, mais une tache
(figure 25).
20
B
F’
O F
F’
O F
FIGURE 24 – Prolongation d’un rayon.
Plan focal image
FIGURE 25 – Aberration géométrique.
4.7.2 Aberration chromatique
Dans les matériaux usuels, tel que le verre, l’indice de réfraction vu par un rayon lumineux dépend de sa
longueur d’onde, comme représenté sur la figure 26.
La loi de variation de n en fonction de λ est connue sous le nom de "loi de Cauchy" :
n(λ) = A+
B
λ
2
,
où A et B sont des constantes dépendant du matériaux.
On constate que, si un rayon polychromatique est réfracté par une lentille, les différentes longueurs d’ondes
ne suivront pas le même trajet : à chaque longueur d’onde correspondra un foyer et un plan focal image dif-
férent. Si l’on considère le plan focal image idéal, au lieu d’un point, nous verrons une tâche colorée (figure
27).
21
Indice
n
400
(bleu)
800
(rouge)
Longueur
d’onde (mm)
FIGURE 26 – Variation de l’indice optique en fonction de la longueur d’onde.
L
u
m
i
è
r
e

b
l
a
n
c
h
e
FIGURE 27 – Aberration chromatique.
4.8 Formules de conjugaison
4.8.1 Grandissement linéaire γ
Le "grandissement γ" est le rapport entre les longueurs algébriques des images BB

et des objets AA

(figure 28).
!
#
!$
#$
FIGURE 28 – Détermination du grandissement d’une lentille.
22
D’après le théorème de Thalès pour les triangles (OAB) et (OA

B

) :
A

B

AB
=
OA

OA
= γ.
γ est le grandissement ; sa valeur est positive ou négative car les longueurs sont algébriques.
4.8.2 Formule de Descartes
Soient un objet et son image (figure 29). Le raisonnement suivant est vrai pour des lentilles convergentes
ou divergentes.
F’
O
B’
F
B
Objet
Image
A
A’
FIGURE 29 – Formule de Descartes.
D’après le théorème de Thalès :
A

B

AB
=
F

A

F

O
soit
A

B

F

A

=
AB
F

O
.
Or, nous pouvons écrire plus simplement FO =−f

, soit avec γ
−f

=
AB
A

B

F

A

=
F

A

γ
.
De plus
F

A

= OA

−OF

= OA

− f ,
et donc
−f

=
OA

− f
γ
.
On en déduit donc que
f

(OA−OA

) = OA

OA.
La formule de Descartes donne la position de l’image sur l’axe optique en fonction de la position de
l’objet :
1
OA


1
OA
=
1
f

23
4.8.3 Vergence de la lentille
La vergence V est l’inverse de la distance focale ; elle s’exprime en dioptrie (ou m
−1
).
On peut montrer que
V =
1
f

=
n−1
R
1
−R
2
,
avec n l’indice de la lentille, et R
i
= OC
i
, où C
i
est le centre du cercle de la face i (avec i = 1 pour la face amont
et i = 2 pour la face aval).
Soit les lentilles représentées figure 30 : les rayons des deux faces sont de 12 mm, donc R
1
= OC
1
=−12
et R
2
= OC
2
= 12. Avec n = 1.67, nous obtenons pour la lentille divergente :
1
f

≈−
1
90
,
soit f

≈90mm. Il s’agit du même calcul dans le cas de la lentille convergente avec le signe opposé.
O
C
2
C
1 O
C
1
C
2
FIGURE 30 – Calcul de la distance focale d’une lentille.
4.9 Miroir sphérique concave
Les miroirs sphériques concaves sont des portions de sphères creuses dont le centre est C. On positionne
le miroir sur l’axe optique pour être dans les conditions de Gauss, c’est à dire passant par C. Le point S est l’in-
tersection de l’axe optique et du miroir. Un rayon qui arrive sur le miroir est réfléchi avec un angle Θ identique
à l’angle d’incidence par rapport à la normale au point d’impact (figure 31). Les rayons qui arrivent parallèles à
l’axe optique passent par le foyer image qui est confondu avec le foyer objet (figure 32). On a par construction :
FS =
CS
2
Pour les miroirs sphériques tous les phénomènes sont identiques à ceux des lentilles minces (formules de conju-
gaison) sauf que les rayons changent de sens de propagation. .
24
FIGURE 31 – Miroir concave : principe.
FIGURE 32 – Miroir concave ; foyers.
25
5 L’œil
5.1 Description d’un œil
L’œil est un système optique convergent permettant de former sur une membrane photosensible, la rétine,
une image réelle renversée des objets vus par l’observateur. La rétine est tapissée de cellules sensibles à la
lumière (les cônes et les bâtonnets) qui transmettent les informations au cerveau via le nerf optique. L’ensemble
rétine-nerf optique code cette image sous forme d’influx nerveux et le transmet au cerveau qui l’interprète :
retournement de l’image, correction de la distorsion, impression de relief grâce aux informations transmises
par les deux yeux. Plus le nombre de cellules touchées par la lumière est grand, plus l’information transmise
au cerveau est précise. L’œil n’est sensible qu’à certaines radiations du spectre visible, dont les longueurs
d’onde sont comprises approximativement entre 0,4 et 0,7 µm. Sa sensibilité varie avec la longueur d’onde
dans ce domaine (maximum de sensibilité à λ=0,557 µm). La pupille joue le rôle d’un diaphragme en limitant
l’intensité lumineuse pénétrant dans l’œil.
FIGURE 33 – Description d’un œil.
Nous assimilerons l’œil à un système optique composé d’une lentille mince convergente, le cristallin, et
d’un écran, la rétine. La distance cristallin-rétine est constante (voisine de 1,5 cm). Pour former l’image d’un
objet, dont la position varie, à distance constante d’une lentille, il faut que la vergence de celle-ci varie : c’est
le phénomène d’accommodation. L’augmentation de la vergence de l’œil se fait par déformation du cristallin à
l’aide des muscles qui l’entourent.
On appelle Punctum Remotum (PR), le point le plus éloigné visible par l’œil sans accommodation. On
appelle Punctum Proximum (PP), le point le plus proche de l’œil pouvant être perçu nettement. L’œil à ce
moment accommode et la vergence du cristallin est maximum. La distance du Punctum Proximum à l’œil
s’appelle la distance minimum de vision distincte (dm). Le Punctum Remotum et le Punctum Proximum varient
avec l’œil de chaque observateur. Pour un œil normal, dit emmétrope, le Punctum Proximum est à 25 cm et le
Punctum Remotum est à l’infini. La rétine est alors dans le plan focal de l’œil (cristallin non déformé). Pour
une observation à l’infini, l’œil est au repos ce qui correspond à la situation la plus souhaitable pour le confort
de l’observateur : il faudra donc toujours s’arranger pour former une image à l’infini quand on observera à
travers un instrument.
5.1.1 Grandeur de l’image rétinienne
Nous définissons le "diamètre apparent", ou diamètre angulaire, l’angle sous lequel est vu un objet. Si
l’objet est à l’infini, le diamètre apparent sera fonction de la distance, de la taille réelle de l’objet, et de sa forme.
26
Soit un objet, placé à une distance D de la lentille. α est l’angle d’incidence selon lequel le rayon passant
par le centre optique est tangent à l’objet. L’image du point de tangence est alors à une distance d en aval de la
lentille, de hauteur h

(figure 34).
F’
O
B
α
d D
h
h’
FIGURE 34 – Diamètre apparent.
Nous pouvons écrire :
tan α =
h
2D
=
h

2d
,
avec tan α ≈α (approximation de Gauss). Le diamètre apparent est deux fois α, soit
2α = D
apparent
=
h
D
=
h

d
.
5.2 Les défauts de l’œil
5.2.1 Myopie et hypermétropie
La myopie et l’hypermétropie sont deux défauts comparables dans la mesure où ils sont liés à un défaut de
convergence du cristallin.
L’œil myope est un œil dont le cristallin est trop convergente (distance focale au repos trop courte), ce qui
fait que l’image d’un objet à l’infini se forme avant la rétine. Inversement, l’œil myope peut être un œil trop
grand (distance cristallin-rétine trop importante) avec un cristallin normal.
Un œil myope ne peut pas voir à l’infini ; son punctum remotum est inférieur à l’infini. Cependant, un œil
myope peut voir des objets placés très près si ses capacités d’adaptations sont normales. Son punctum proxi-
mum est plus faible que celui d’un œil normal.
L’œil hypermétrope est un œil dont le cristallin est trop peu convergent (distance focale au repos trop
grande), ce qui fait que l’image d’un objet à l’infini, lorsque l’œil n’accommode pas, se forme après la rétine.
Inversement, l’œil hypermétrope peut être un œil trop petit (distance cristallin-rétine trop faible) avec un cris-
tallin normal.
Un œil hypermétrope doit ainsi accommoder pour voir nettement un objet situé à l’infini. Son punctumremotum
reste infini, mais s’il n’accommode pas, il voit flou. S’il possède des capacités d’accommodation moyennes,
la distance focale minimale (à accommodation maximale) de l’œil hypermétrope, c’est-à-dire la valeur de son
punctum proximum, est plus grande que celle d’un œil normal : il voit flou des objets proches qu’un individu
normal ou myope voit nettement.
5.2.2 L’astigmatie
Un œil astigmate est un œil qui a perdus sa symétrie de révolution : la cornée est en forme d’ellipsoïde et
possède deux axes principaux : le cristallin possédera donc des foyers images différents pour chaque angles.
27
Myopie
Hypermetropie
FIGURE 35 – Myopie et hypermétropie
Cela entraîne une vision brouillée, déformée, imprécise pour toute les distances, avec un brouillage sélectif
des lignes verticales ou horizontales ou obliques et la confusion de lettres proches comme le H le M et le N le
E et le B ou le 8 et le 0.
FIGURE 36 – Astigmatie
5.2.3 La presbytie
La presbytie est un trouble de la vision qui rend difficile l’adaptation de la focale image du cristallin pour
voir de près. En effet, pour un objet proche, le cristallin se courbe pour augmenter la réfraction et permettre
que l’image se forme sur la rétine ; un œil presbyte ne permet plus cette accommodation.
Ce n’est pas un défaut de l’œil mais un processus de vieillissement normal du cristallin qui se sclérose en se
durcissant. Ce phénomène touche en général les gens de plus de quarante-cinq ans, car le cristallin commence
alors à perdre de sa souplesse.
5.2.4 Correction de la myopie
La myopie se corrige en insérant avant l’œil une lentille divergente. Le système optique équivalent est un
système convergent de longueur focale image plus importante que la longueur focale image de l’œil (figure
28
37).
F’
c
F’
d
FIGURE 37 – Correction de la myopie.
La position du foyer image de la lentille correctrice F

d
doit être déterminée de façon à compenser la mau-
vaise position du foyer image de l’œil F

c
.
29
6 Les instruments d’optique : associations de lentilles
Nous allons décrire le fonctionnement de systèmes optiques destinés à transformer un objet réel en une
image virtuelle aussi grande que possible. Le but recherché est d’obtenir l’image d’un objet qu’il est difficile
d’observer directement, de manière la plus la plus fidèle possible. Le choix d’un instrument dépendra essen-
tiellement de l’objet lui-même (objet rapproché ou éloigné, petit ou grand).
6.1 Propriétés des instruments d’optique
Les instruments d’otiques peuvent être classés en deux catégories :
– les systèmes optiques donnant une image réelle, tels que les objectifs des appareils photos, les systèmes
de projection, les caméras ;
– les systèmes optiques donnant une image virtuelle ayant un diamètre apparent plus grand que l’objet
observé à l’œil nu, comme les loupes, les microscopes, ou les systèmes astronomiques.
Nous nous intéresseront aux systèmes de la deuxième catégorie.
6.1.1 Puissance
La puissance P d’un instrument est le rapport de l’angle sous lequel on voit l’image virtuelle donnée par
l’instrument et de la longueur de l’objet (figure 38) :
P =
α

AB
,
où AB est la longueur algébrique de l’objet, et α

l’angle d’observation de l’image virtuelle. Cet angle varie
selon la position de l’observateur.
La puissance s’exprime en dioptries, α

en radians et AB en mètres.
F’
O
F
A
B
A’
B’
α'
FIGURE 38 – Puissance d’un système optique : P = α

/AB
6.1.2 Grossissement
Le grossissement est le rapport entre les diamètres apparents sous lequel on voit l’objet à l’œil nu α et sous
lequel on voit l’image virtuelle α

G =
α

α
.
30
Cette grandeur est sans dimension.
Le grossissement caractérise l’amplification du système optique : on voit G fois plus gros.
Dans le cas d’un objet proche et de petite dimension, on détermine le diamètre apparent de l’objet à la
distance minimum de vision distincte égale par convention à 25 cm. Alors
tan α =
AB
0, 25
.
On peut alors définir le grossissement commercial G
c
défini par
G
c
=
α

arctan

AB
0, 25
.
Si α est faible, alors
α ≈
AB
0, 25
.
et
G
c
=
0, 25α

AB
.
Comme
P =
α

AB
,
alors
G
c
=
P
4
.
6.2 Cas général : association de deux lentilles
Pour résoudre un système à deux lentilles quelconques, il faut considérer que l’image de la première len-
tille est l’objet de la seconde lentille : image de L
1
= objet de L
2
.
Considérons deux lentilles (figure 39), et déterminons le résultat final. Sur l’exemple de la figure 39, le
résultat final est équivalent à une lentille divergente.
6.3 La loupe
Le système le plus simple de grossissement est constitué d’une lentille épaisse convergente, la loupe. Ce
système permet l’observation d’objets rapprochés de faibles dimensions. Nous considérerons que la lentille de
la loupe est mince.
L’idéal est de placer l’objet dans le plan focal objet pour que l’observation se fasse sans accommodation de
l’œil (les rayons transmis étant alors parallèles) (figure 40) ; dans ces conditions, l’image virtuelle est à l’infini.
Soit α et α

les diamètres apparents respectivement de l’objet et de l’image. Calculons le grossissement
commercial d’un tel dispositif.
La puissance de ce dernier est, comme nous l’avons vu,
P =
α

AB
,
31
F
1

F
1
F
2

F
2
F’
F
2

F
2
F
1

F
1
F’ F
F’ F
Système optique global
f ’ f
O’ O
O’ O
FIGURE 39 – Détermination de la position des foyers d’un système composé de plusieurs
lentilles.
F’
O
F
A
B
α'
FIGURE 40 – Principe de la loupe.
avec ici,
tan α

=
AB
f
,
où f est la distance focale objet. Si α

est petit, alors AB ≈ f α

et donc
P =
1
f
.
32
Nous en déduisons que
G
c
=
1
4 f
.
6.4 Le microscope
Le microscope sert à l’observation de très petits objets ; sa puissance est donc beaucoup plus grande que
celle d’une loupe, soit de l’ordre de 100 à 6000 dioptries.
FIGURE 41 – Description d’un microscope.
Un microscope est composé de deux lentilles convergentes. La première, devant laquelle est placée l’objet
à observer, est appelée objectif. Elle donne une image réelle de l’objet. La seconde est l’oculaire, elle est
placée de telle manière que les rayons lumineux transmis par l’objectif soient parallèles entre eux afin d’éviter
l’accommodation de l’œil (image virtuelle à l’infini). La première image est placée dans le plan focal objet de
l’oculaire (figure 42).
La distance entre l’oculaire et l’objectif est fixée pour que l’intervalle entre le foyers image de l’objectif et
le foyer objet de l’oculaire soit fixée à 15 cm par les constructeurs.
Calculons le grossissement commercial d’un tel instrument :
G
c
=
0, 25α

AB
,
33
F
1

F
1
Objectif
Image réelle
inversée
F
2

F
2
Oculaire
Image virtuelle
à l’infinis
Objet
α'
FIGURE 42 – Principe d’un microscope.
si α

est le diamètre apparent de l’image au travers du microscope, et AB la longueur de l’objet. Cette grandeur
peut se réécrire comme
G
c
=
0, 25α

A

B

A

B

AB
,
où A

B

est la longueur de l’image par l’objectif. Nous pouvons alors dissocier G
c
en deux. Nous avons le
grandissement de l’objectif
γ
1
=
A

B

AB
,
et le grossissement commercial de l’oculaire
G
c2
=
0, 25α

A

B

,
Ainsi, nous pouvons écrire :
G
c
= γ
1
.G
c2
.
6.5 Les moyens d’observations astronomiques
6.5.1 La lunette astronomique
Une lunette astronomique est dédiée à l’observation d’objets situés à l’infini, et à augmenter la luminosité
des objets sans diamètres apparent (comme les étoiles).
Une lunette astronomique simple est constituée de deux lentilles convergentes, un objectif à grande dis-
tance focale et un oculaire à faible distance focale ; le foyer image de la première correspond au foyer objet de
la seconde (la lunette est alors dite afocale). Les rayons en provenance de l’objet arrivent parallèles et ressortent
du télescope parallèles entre eux, ce qui permet une observation sans accommodation de l’œil (figure 43).
Un tel dispositif possède un rôle de collecteur de lumière, afin de pouvoir observer des objets faiblement
lumineux. C’est pour cela que le diamètre de l’objectif doit être le plus grand possible.
Calculons le grossissent de ce système optique. Le diamètre apparent de l’objet au travers de la lunette est
α

, tandis que son diamètre apparent sans la lunette est α très faible. Le grossissement est alors le rapport de
34
Objectif
Image réelle
inversée
F
1
’=F
2
Oculaire
Image virtuelle
à l’infinis
Objet
à l’infinis
α'
F
2

α
FIGURE 43 – Principe d’une lunette astronomique.
ces deux diamètres. On peut écrire que
tan α ≈α =
A

B

f
1
,
et
tan α

≈α

=
A

B

f
2
,
où f et f

sont les distances focales respectivement de l’objectif et de l’oculaire et A

B

la longueur de l’image
due à l’objectif. On en déduit le grossissement
G =
α

α
=
f
1
f
2
.
Pour augmenter le grossissement, il faut donc diminuer la focale de l’oculaire ou augmenter celle de l’objectif.
Les lunettes modernes ont toutes des objectifs et des oculaires composés de plusieurs lentilles d’indices
différents, de manière à corriger certains défauts, tels les aberrations chromatiques.
6.5.2 Le télescope à miroir
Comme pour les lunettes astronomiques, les télescopes à miroir servent à observer des objets à de très
grandes distances ; les rayons incidents sont parallèles entre eux. Les télescopes sont constitués de deux sys-
tèmes optiques : l’objectif et l’oculaire.
L’objectif est un miroir concave, souvent parabolique, où la surface réfléchissante est située en avant (de
manière à ne pas faire transiter la lumière par le milieu support). Cette partie permet de concentrer les rayons
lumineux arrivant parallèles au niveau du foyer image du miroir, rayons qui peuvent être déviés par un autre
miroir vers l’objectif.
L’oculaire permet d’agrandir l’image produite par l’objectif au niveau du foyer image de ce dernier. Les
oculaires sont interchangeables, ce qui permet de modifier les caractéristiques du télescope (figure 45).
De manière théorique, un tel instrument est afocal ; son grand avantage est surtout que la lumière est
simplement réfléchie et non réfractée, ce qui supprime les aberrations chromatiques. L’achromatisme des téles-
copes est total.
35
(a) (b)
FIGURE 44 – Exemple de télescope à miroir : (a) réplique du télescope de Newton, (b)
télescope moderne.
Objet
à l’infinis
F’
1
Objet
à l’infinis
Oculaire
F
2
Observateur
Miroir
primaire
Miroir
secondaire
FIGURE 45 – Principe d’un télescope à miroir (de type Newton).
6.5.3 Principales grandeurs de systèmes d’observation astronomiques
– Le diamètre : Il correspond à la dimension de l’objectif ou du miroir primaire. C’est lui qui condi-
tionne la quantité de lumière qui va rentrer dans l’instrument et par conséquent dans notre œil ou dans
le capteur photographique.
– La distance focale :
Il s’agit de la distance qui sépare le centre de la lentille ou de la surface du miroir et du point appelé
36
Foyer Image. Celui-ci étant le point de convergence des rayons lumineux. On peut également appeler
ce point, point de netteté. Cette grandeur est inhérente à toute lentille ou miroir. La distance focale entre
pour partie dans la puissance de grossissement de l’instrument. Ce qu’il faut retenir, c’est que plus la
distance focale est grande, plus les grossissements sont théoriquement grands. Bien s˚r, il existe des
limites à ces grossissements que nous aborderons un peu plus loin.
– Le rapport f /D :
C’est le rapport de deux grandeurs, à savoir la focale et le diamètre. Ce rapport nous indique la lumino-
sité de l’instrument. Autrement dit sa capacité à "voir" les faibles luminosités. D’une manière générale,
un rapport F/D faible indique un instrument adapté à l’observation du ciel profond, car très lumineux ;
un rapport f /D important désigne les instruments adaptés aux observations planétaires.
– Le grossissement :
Le grossissement d’un instrument d’astronomie se détermine tout simplement par le rapport des dis-
tances focales de l’objectif et de l’oculaire. Prenons une lunette type de 60 mm de diamètre d’objectif
et de 900 mm de longueur focale. Si on l’équipe d’un oculaire "fort", de 6 mm de focale par exemple,
le grossissement obtenu sera de : 900/6, soit 150 fois. Par contre, un oculaire "faible" de 30 mm de
focale on aura seulement : 900/30, soit 30 fois. On voit par conséquent que pour un objectif donné, le
grossissement varie suivant l’oculaire choisi.
37
7 Annexes
7.1 Détermination expérimentale de la distance focale d’une lentille
Il existe différentes méthodes expérimentales de focométrie parmi lesquelles on peut citer :
– la méthode d’autocollimation ;
– la méthode de Bessel pour déterminer la focale d’une lentille convergente ;
– la méthode de Silbermann ;
– la méthode de Badal pour déterminer la focale d’une lentille divergente.
7.1.1 Autocollimation
L’autocollimation permet de déterminer la distance focale objet d’une lentille convergente.
Cette méthode consiste à utiliser une source de lumière ponctuelle et un miroir en aval d’une lentille.
Les rayons issus de la source seront réfractés puis réfléchis sur le miroir. Si la source correspond au foyer
objet de la lentille, les rayons réfractés seront parallèles entre eux et parallèles à l’axe optique : ils arriveront
orthogonalement au miroir et seront donc renvoyés par le même chemin. Sur le plan objet, l’image finale se
superposera à la source exactement (figure 46).
F’
O
F
Mirroir
Source
Image
Distance variable
F’
O
F
Mirroir
Source
Image
FIGURE 46 – Méthode d’autocollimation pour déterminer le point focal objet.
7.1.2 Méthode de Bessel
Cette méthode permet de déterminer la distance focale image d’une lentille convergente.
On considère un objet et un écran placés à une distance D l’un de l’autre. Entre les deux, nous plaçons une
lentille convergente dont on ne connais pas la longueur focale image. En faisant varier la position de la lentille,
nous pouvons trouver deux positions où l’image sur l’écran est nette. Ces deux positions sont distantes de d
38
(figure 47).
Nous savons que AA

est une constante et égale à D. D’après la formule de Descartes, nous avons
F’
O
F
Ecran
D
F’
O
F
d
Ecran
A
A
A’
A’
FIGURE 47 – Méthode de Bessel pour déterminer la distance focale image.
1
OA


1
OA
=
1
f

,
et donc
OA

−OA = D.
Si l’image est réelle, cela signifie que OA <−f

.
Cherchons les positions du point O telles que A et A

soient conjuguées ; pour cela, posons x =−OA. Nous
pouvons donc écrire
1
D−x

1
x
=
1
f

,
soit
x
2
−Dx −Df

= 0.
Le discriminent de cette équation est
∆ = D
2
−4Df

,
qui doit être positif (ce qui est vrai si D > 4 f

. Les solutions sont donc
x =

D
2
−4Df

2
.
La différence entre les deux solutions est telle que
x
+
−x

= d =

D
2
−4Df

,
et on en déduit donc
f

=
D
2
−d
2
4D
.
39
7.1.3 Méthode de Silbermann
Cette méthode est un cas particulier de la méthode de Bessel.
On considère une lentille convergente placée à mi-chemin entre un objet et un écran (figure 48). Soit D la
F’
O
F
Ecran
D variable
F’
O
F
Ecran
D variable
A A’
FIGURE 48 – Méthode de Silbermann pour déterminer la distance focale image.
distance entre l’objet et la lentille telle que l’image est nette sur l’écran. Dans ces conditions, on sait que la
distance entre la lentille et l’image est également D. D’après la formule de Descartes, nous avons
1
OA


1
OA
=
1
f

,
avec
OA

=−OA = D.
On en déduit donc que
f

=
D
4
.
7.2 Pouvoir séparateur
Le pouvoir séparateur qualifie l’aptitude d’un système optique à discerner des détails sur les objets obser-
ver : il est caractérisé par par la plus petite distance entre deux points de l’objet que l’on peut voir séparément
sur l’image. Cette distance est linéaire si l’objet est à une distance finie du système optique, et angulaire si il
est une distance infinie.
Un système optique parfait doit réaliser le stigmatisme approché pour les objets observés. Le pouvoir
séparateur est alors limité par la limite de résolution de l’œil ou par la diffraction. En effet, dans ce dernier cas,
le point image est remplacé par une tache circulaire dont le rayon est fonction de la longueur d’onde de l’onde
lumineuse, de l’indice de réfraction du milieu image et de l’angle d’incidence du rayon lumineux. Si ce rayon
40
Plan objet
Plan image
Plan image
Taches distinctes
Taches indistinctes
FIGURE 49 – Pouvoir séparateur d’un système optique en fonction du rayon des taches de
diffraction.
est plus grand que la distance entre les centre des taches, alors ces dernières deviennent indifférenciées dans le
plan image (figure 49).
Pour un système optique de diamètre D, le pouvoir de séparation maximum θ, en radian, est
θ =
1, 2λ
D
,
où λ est la longueur d’onde du rayon de lumière incident.
Ainsi, pouvoir séparateur de l’œil est au maximum de 0,5 minutes d’arc (1 minute d’arc est égale à un
soixantième de degré) pour une pupille dilatée à 5 mm de diamètre, soit environ 1/7000 de radian. Cela im-
plique que la distance minimum entre deux points qu’un œil peut distinguer est L/7000, si L est la distance de
l’objet par rapport à l’œil. Cependant, en pratique, le pouvoir séparateur de l’œil est plus proche de 1/3000 rd
ou 1/1500 rd.
7.3 Les fibres optiques
7.3.1 Principe
Une fibre optique est un guide d’ondes lumineuses basée sur la propriété de réflexion totale de la lumière.
Elle est constituée d’un fil en verre ou en plastique très fin.
Une fibre optique est habituellement constituée d’un cœur entouré d’une gaine de plusieurs indices de ré-
fraction différents assurant le confinement de la lumière au voisinage du centre ; la différence d’indice entre le
cœur n
c
et la gaine n
g
, notée ∆ = n
c
−n
g
, est très faible (environs 10
−3
). Dans une fibre optique la lumière est
confinée dans la zone centrale et guidée grâce à la gaine optique. Le plus souvent le cœur et la gaine optique
sont en silice ou en verre spécial tandis que la gaine de protection est plus généralement en plastique. Pour
obtenir des indices de réfraction différents entre le cœur et la gaine on procédera le plus souvent par dopage
(injection d’impuretés pour augmenter légèrement l’indice dans le cœur).
On distingue deux types de fibres selon la manière dont la lumière est déviée (figure 50) :
41
– la fibre à "saut d’indice" : la fibre est constituée de deux zones concentriques homogènes avec un saut
brutal d’indice à l’interface, la zone centrale est le cœur et la couche périphérique est appelée gaine
optique. La lumière est entièrement réfléchie au niveau de l’interface entre les deux zones homogènes ;
– la fibre à "gradient d’indice" : spécialement conçues pour les télécommunications, ces fibres possèdent
un cœur non homogènes dont l’indice de réfraction varie en fonction de la position par rapport à l’axe
de révolution, de manière à dévier progressivement l’onde incidente.
Gaine Optique
Gaine de protection
Coeur
Signal
Gaine Optique
Gaine de protection
Coeur
Signal
Fibre à saut d’indice
Fibre à gradient d’indice
FIGURE 50 – Fibres optiques.
Suivant les dimensions du cœur, la fibre optique peut être unimodale (la lumière se propage selon un seul
mode spatial ; le diamètre du cœur est de quelques µm), ou multimodale, où la propagation de la lumière est
plus complexe avec des phénomènes de dispersion plus importants (diamètre du cœur jusqu’à 100 µm).
7.3.2 Théorie du guidage : réflexion totale interne
La théorie du guidage peut se comprendre avec l’optique géométrique, mais nécessite la théorie ondulatoire
et les équations de Maxwell pour être totalement exacte, en particulier pour les cœurs de faibles dimensions.
Lorsqu’un rayon lumineux entre dans une fibre optique à l’une de ses extrémités avec un angle suffisam-
ment petit, il subit de multiples réflexions totales internes. Ce rayon se propage alors jusqu’à l’autre extrémité
de la fibre optique sans perte, en empruntant un parcours en zigzag. La propagation de la lumière dans la fibre
peut se faire avec très peu de pertes même lorsque la fibre est courbée. On définit alors le cône d’acceptante qui
caractérise l’ensemble des rayons effectivement transmis par la fibre. Tout rayon hors de ce cône est définitive-
ment perdus pour la transmission (figure 51). Un rayon situé dans le cône d’acceptante est appelé rayon guidé,
tandis que les autres, qui occasionnent des pertes de propagation, sont dit non guidés.
42
FIGURE 51 – CÙne d’acceptante.
On définit également l’ouverture numérique de la fibre θ
0
qui dépend des indices respectifs des deux
couches optiques :
sin θ
0
=

n
2
c
−n
2
g

2n
g
∆.
Pour une fibre en silice, telle que celle utilisée pour les télécommunications, n
c
≈1, 5 et ∆ ≈0, 005.
Pour que la lumière entre dans le cœur, il faut faire converger la lumière dans le cône et réaliser une image
de la source de dimension inférieure ou égale à celle du cœur sur l’entrée de la fibre. Il faut donc une grande
convergence, ce qui peut être obtenu grâce à un laser et un objectif de microscope approprié. Ceci est plus
facile à réaliser pour une fibre multimodale (le cœur est plus grand), ou en augmentant l’angle du cône (en
augmentant ∆), mais cela entraîne une augmentation des modes, et donc des pertes.
Dans une fibre, on peut distinguer deux types de rayons (figure 52) :
– les rayons hélicoïdaux qui ne coupent jamais l’axe ;
– les rayons méridionaux qui coupent l’axe périodiquement.
(a) (b)
FIGURE 52 – Projection sur une section droite de la fibre du tracé des rayons (a) helicoïdaux
et (b) méridionaux.
La plupart des rayons dans une fibre multimode sont hélicoïdaux. A chaque inclinaison d’entrée θ cor-
respond un groupe de rayons auquel on peut associer un mode. Chaque mode est caractérisé par sa vitesse de
phase V
p
liée à l’angle θ par
V
p
=
c
n
c
cos θ
,
où c est la vitesse de la lumière dans le vide. Il y a ici autant d’inclinaisons que de modes.
43
7.3.3 Théorie du guidage : pertes
Lorsqu’on injecte, à l’entrée d’une fibre optique, une puissance P
e
= P(L = 0) sous forme d’une onde
électromagnétique, cette puissance décroît avec la longueur L de la fibre optique en fonction de l’atténuation
linéique a
dB/km
, et à la sortie, on récupère la puissance Ps = P(L).
Soit :P(L) = P(0).e
−aL
, où a est le coefficient d’absorption et est exprimé en m
−1
ou en cm
−1
. Il dépend
du matériau (plastique, silice,...) et de la longueur d’onde λ.
On utilise très souvent les décibels, ou dB pour mesurer des pertes : On définit l’atténuation en dB par
A
dB
= 10log(η) = 10log(P
L
/P
0
). Si η = 1, il n’y a pas de pertes (100 % de transmission) et A
dB
= 0dB. De
même, comme Log(0, 5) =−0.3, si on ne transmet que la moitié de la puissance (η = 0, 5) alors A
dB
=−3dB.
On montre expérimentalement que les fibres présentent une atténuation minimale (environ 0, 2dB/km)
pour une longueur d’onde optique de 1550 nm (figure 53) : c’est pour cela que les diodes lasers utilisées en
télécommunications optiques émettent à la longueur d’onde de 1550 nm.
α (dB/km)
λ (µm)
0,6 0,8 1 1,2 1,4 1,6 1,8
1
2
3
0,5
FIGURE 53 – Atténuation en fonction de la longueur d’onde.
Les causes des pertes dans les fibres sont multiples. On distingue généralement :
– l’absorption par les impuretés, en effet une fibre de silice quoique très purifiée n’est pas parfaite et les
impuretés vont avoir plusieurs effets perturbateurs dont l’absorption purement et simplement du photon
par un électron de l’atome avec transformation finale de l’énergie lumineuse du photon en chaleur. C’est
cette absorption, qui dépend de la longueur d’onde, qui est représentée sur la figure ci-dessus ;
– la diffusion par les impuretés ou par les défauts d’interface cœur-gaine et la diffusion Rayleigh qui est
la diffusion de la lumière sur les molécules du matériau (la silice), due à des variations locales de l’in-
dice de réfraction créées par des changements de densité ou de composition apparus au moment de la
solidification du matériau ;
– les courbures et les micro-courbures de la fibre, la fibre ne peut pas dans une application réelle être,
sauf exception, exempte de courbures et dans ces zones le risque pour un rayon lumineux de ne plus
satisfaire la condition de réflexion totale est inévitable ce qui se traduit par une perte dans la gaine par
simple réfraction.
– la diffusion et la réflexion aux épissures.
44
7.4 Lexique
Français Chinois
Aberration j¿, )j
Accommodation de l'œil ¶þµ适¹
Amont ±]
Angle mort ¸)
Aval ¯]
Chambre noire ¦¬
Concave E®
Condition ¡¦
Converger ¦)|¸
Convexe ç®
Cristallin §¢]
Dioptre (y|µ)¡¡¶
Diverger ¿¸
Fini ||
Flou ®离
Fur et à mesure ¸¸
Grandissement ]|(|)
Grossissement ],(|)
Homogène |_
Infini ;[
Influx nerveux ¦¸,¸
Inverse |]
Isotrope ±¦[j
Longueur d'onde ¡|
Membrane @
Milieu (matériau) ])(|¦)
Milieu réfringent |¡])
Mirage µm§¶
Monochromatique ֦
Nerf ¦¸¡
Nerf optique ¡¦¸
Net (netteté) ¡¸
Normal ±¶
45
Orifice ¡
Orthogonal ±5
Parallèle ÷|
Photosensible ¡¢
Point d'intersection 5¡
Polychromatique ¸¶
Ponctuel )[
Prolongement Q|
Propagation |@
Proportionnel |]
Rayon issu de j...¿±[¡
Réflexion ¡¸
Rétine ¡¦]
Source §
Symétrie ¸|
Symétrie de révolution ¦¸|
Trajet [¦
Usuel ®¶
Variation ¸¡
Varier ¸¡


46