Shàng hǎi

The two Chinese characters in the name “Shanghai” (see left) literally mean “up, on, or above” and “sea”. The local Shanghainese pronunciation of Shanghai is /zɑ̃.'he/, while the Standard Mandarin pronunciation in Hanyu Pinyin is Shànghǎi. The earliest occurrence of this name dates from the Song Dynasty (11th century), at which time there was already a river confluence and a town with this name in the area. There are disputes as to how the name should be interpreted, but official local histories have consistently said that it means “the upper reaches of the sea” (海之上洋). However, another reading, especially in Mandarin, also suggests the sense of “go onto the sea,” which is consistent with the seaport status of the city. The more poetic name for Shanghai switches the order of the two characters, i.e., Haishang (海上), and is often used for terms related to Shanghainese art and culture. In the West, Shanghai has also been spelled Schanghai (in German), Sjanghai (in Dutch), Xangai (in Portuguese) and Changhaï (in French), but since the 1990s the Hanyu Pinyin spelling of “Shanghai” has become universal in the West. Shanghai’s abbreviations in Chinese are Hù (沪) and Shēn (申). The former is derived from the ancient name Hu Du (沪渎) of the river now known as Suzhou Creek. The latter is derived from the name of Chunshen Jun (春申君), a nobleman of the Chu Kingdom (楚国) in the 3rd century BC whose territory includeed the Shanghai area and has locally been

Origine du nom Le mot « Shanghai » est généralement prononcé /ʃɑ̃.gaj/ en français, mais en chinois mandarin il est prononcé /ʂɑŋ.xaɪ/ ; le deuxième h est prononcé comme la jota espagnole. En dialecte shanghaïen, le nom de la ville est Zanhe /zɑ̃he/, zan, comme français, h prononcé comme h anglaise ou allemande, différente de celle de mandarin, e prononcé entre é et è. Elle possède plusieurs diminutifs : Hu (滬 ou 沪), qui signifie « la palissade en bambou employée pour pêcher des poissons » Shen (申) : durant la période des royaumes combattants, le roi Kaolie du royaume de Chu (楚-考烈王) a donné un domaine à Huang Xie (黃歇), aussi appelé seigneur Chunshen (春申君). Ce domaine était situé près de l’actuelle Shanghai. Shanghai signifie littéralement : « surplombant la mer ». source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Shanghai

revered as a hero. Sports teams and newspapers in Shanghai often use the character Shēn (申) in their names. Shanghai is also commonly called Shēnchéng (申城, “City of Shēn”). The city has had various nicknames in English, including “Paris of the East”, “Queen of the Orient”, and even “The Whore of Asia”, a reference to the widespread corruption, vice, drugs, and prostitution in the 1920s and 1930s. source : http://en.wikipedia.org/wiki/Shanghai L’ennui avec tout instrument de connaissance, c’est qu’il faut que Gros Jean soit de taille à en remontrer à son curé quand il arrive à ce dernier, à l’instar d’Homère vu par Horace, de somnoler. Les encyclopédies ne font pas exception et Wikipedia dans tous les babils de Babel met à rude épreuve la vigilance des profanes, au nombre desquels je me compte. J’ai eu la curiosité de comparer les passages équivalents des notices en anglais et en français que l’encyclopédie collaborative en ligne consacre à Chang-haï/Shanghai. La disparité entre les quantités d’information de part et d’autre est telle que la mentionner suffit. Autre différence frappante dans le recours au pīnyīn : autant l’usage de la transcription phonologique a progressé, autant l’emploi du système de romanisation reste marginal (texte en anglais) ou inexistant (dans l’extrait en français). « Hù » reçoit des explications difficiles à concilier [滬 est la forme traditionnelle, 沪 la forme simplifiée ; cette dernière est l’initiale des plaques d’immatriculation automobile de la ville de Chang-haï et de sa banlieue]. L’absence de références ne permet pas de juger du sérieux respectif des hypothèses (étymologie populaire, flagornerie de lettré, calembour érudit…). (Bref commentaire sur la formule Shanghai « possède plusieurs diminutifs » : 2 n’est pas « plusieurs », et il s’agit de noms de substitution.) Reste la perle. Ou l’écueil. Dans la rubrique Histoire, Les origines, on peut lire ceci :

Shanghai ne s'est pas toujours appelée Shanghai. Jusqu'à la dynastie Sui, c'était le village de Zhongyin Tún Bù (華亭鎮). Sous la dynastie Lā Jī, elle est devenue la préfecture de Huating avant d'avoir son nom actuel sous la dynastie Song.

Remarques : dans Wikipédia, le lien hypertexte affiché en rouge renvoie à une page inexistante ; apparition sporadique et inopinée du pīnyīn. Reprenons :

隋朝 重音 臀部 垃圾 華亭 宋朝

Suí cháo « dynastie Sui » zhòngyīn « accent d’intensité » túnbù « derrière, postérieur, fessier, cul » lājī « ordures, déchets, rebuts » (traditionnel),

华亭 (simplifié)

Huátíng

Sòng cháo « dynastie Song »

Wikipédia a donc été vandalisée (ce n’est pas la première fois) par un(e) quelconque abruti(e). Reste que le profane n’y trouve pas son compte : comment ferait-il pour s’apercevoir du piège qu’un minus habens lui a tendu et qui a échappé à la vigilance — c’est un bien grand mot — des "contributeurs" et du gestionnaire du site ou de l’administrateur ?
***** *** *