You are on page 1of 19

 

 
 

Novembre  2014  

Lutter  contre  la  déflation  en  Europe  :  
Le  plan  européen  d’investissements  d’avenir    

 

Mémorandum    
 
«  Quiconque  pense  que  l’Europe  pourrait  se  remettre  de  la  crise  seulement  en  réalisant  
des   économies   budgétaires,   devrait   étudier   la   conséquence   fatale   de   la   politique   de  
déflation   d’Heinrich   Brüning   en   1930/32.   Elle   a   engendré   une   dépression   et   un  
chômage   d’une   ampleur   insupportable   et   a   mené   à   l’effondrement   de   la   première  
démocratie  allemande.  »    
Helmut  Schmidt,  Congrès  du  SPD,  4  décembre  2011  

 
«  Des   investissements   publics   dans   l’infrastructure   plus   importants   et   de   meilleure  
qualité  sont  essentiels  pour  stimuler  l’activité  et  créer  des  emplois  ;  Les  effets  en  sont  
plus  sensibles  en  période  de  ralentissement  économique  et  lorsque  l’investissement  est  
très   efficient  ;   Si   l’investissement   est   correctement   géré,   son   effet   stimulant   sur   la  
production  compense  les  emprunts  contractés  ».  
Perspectives  de  l'économie  mondiale  du  FMI,  Octobre  2014  

Introduction  

 

 
L’Europe,  et  plus  particulièrement  la  zone  euro,  est  au  bord  de  la  déflation.  Même  l’Allemagne  
a   vu   sa   croissance   ralentir   ces   derniers   mois.   Si   nous   voulons   éviter   de   rentrer   dans   une  
spirale   déflationniste   de   laquelle   il   serait   long   et   difficile   de   sortir,   comme   le   montre  
l’expérience   japonaise   des   années   80   et   qui   pourrait   avoir   des   conséquences   économiques,  
sociales   et   politiques   désastreuses,   il   est   urgent   d’agir   et   d’agir   vite.   Une   politique   de   lutte  
contre  la  déflation  par  une  relance  de  l’investissement  public  et  privé  en  Europe  relève  donc  
de  l’intérêt  général.  
 
En  2010  déjà,  lorsque  les  Etats  membres  de  la  zone  euro,  très  majoritairement  conservateurs,  
décidèrent   de   la   fin   des   politique   de   soutien   à   l’économie   européenne   pour   se   concentrer  
exclusivement   sur   la   baisse   des   déficits   et   des   dette   publics,   les   socialistes   et   sociaux  
démocrates   européens   avaient   largement   alerté   sur   les   risques   d’une   telle   politique  
d’austérité  et  de  l’état  de  danger  dans  lequel  se  trouvait  la  zone  euro.  Une  telle  réorientation  
de   politique   économique   n’était   pas   neutre   et   marquait   le   manque   de   compréhension   des  
mécanismes  à  l’œuvre  dans  l’apparition  de  la  crise.    
 
Alors   que   la   crise   financière   qui   a   frappé   l’Europe   en   2007-­‐2008   était   d’abord   le   fait   d’une  
finance  privée  dérégulée  et  de  déséquilibres  des  balances  courantes  insoutenables  au  sein  de  
la   zone   euro,   les   déficits   et   dettes   publics   dans   ce   cadre   étaient   une   conséquence   et   non   la  
cause  de  la  crise.  Les  politiques  d’austérité  menées  en  conséquence  relevaient  davantage  d’un  
parti   pris   idéologique   impulsé   par   le   trio   Merkozy/Barroso,   que   d’une   analyse   rigoureuse   des  
origines  et  des  conséquences  économiques  de  la  crise.  Elles  furent  un  échec.  
L’inflation   a   baissé   continuellement   depuis   2011   et   a   atteint   un   niveau   extrêmement   bas  
(0,3%  en  septembre  2014  en  zone  euro)  alors  que  le  PIB  réel  de  la  zone  euro  en  2013  était  
négatif  à  0,4%  en  glissement  annuel.  Les  politiques  d’austérité  ont  un  effet  déflationniste.  Une  

baisse   des   prix   implique   une   pression   à   la   baisse   sur   les   salaires   et   une   baisse   de   la  
production.   L’investissement   diminue   en   conséquence   mais   aussi   à   cause   d’une   hausse   des  
taux  d’intérêt  réels.  La  «  réduction  les  déficits  à  marche  forcée  »  dans  tous  les  Etats  membres  
sans   relance   parallèle   par   l’investissement   aurait   un   impact   récessif   sur   l’économie  
européenne,   et   doit   de   ce   fait   être   rejetée.   Un   plan   de   relance   européen,   coordonné,   doit   donc  
être  programmé  au  plus  vite.  
 
A   l’heure   où   des   réformes   structurelles   nécessaires   sont   engagées   dans   certains   Etats  
membres   mais   ne   porteront   leur   fruits   que   dans   un   ou   deux   ans   comme   en   attestent   les  
études   de   l’OCDE   pour   la   France,   il   est   urgent   de   ne   pas   sombrer   dans   une   course   à   la  
concurrence  fiscale,  sociale  et  environnementale  vers  le  bas,  mais  au  contraire  d’accompagner  
ses  réformes  par  une  relance  européenne.  
 
Les   dernières   révisions   de   croissance   des   organisations   internationales   (Fonds   monétaire  
international  et  Organisation  de  coopération  et  de  développement  économiques)  pour  la  zone  
euro   et   l’Europe   attestent   d’une   baisse   de   l’activité   et   de   risques   de   déflation.   Même  
l’Allemagne   commence   à   subir   les   conséquences   (-­‐0,2%   de   croissance   au   second   trimestre  
2014)  d’une  austérité  budgétaire  imposée  en  Europe,  sa  production  industrielle  est  en  baisse  
(-­‐4%   en   août   2014)   tout   comme   ses   exportations   (-­‐5,8%   en   août   2014).   Il   ne   s’agit   plus  
désormais   d’opposer   les   pays   du   sud   au   pays   du   nord   de   l’Europe,   mais   de   relever   les   défis  
d’une   baisse   l’activité   au   niveau   internationale   qui   pèse   sur   la   stratégie   exportatrice   de  
l’Europe.    
 
Il  n’est  pas  trop  tard  pour  réagir.  Le  moment  l’impose,  dans  l’intérêt  général  de  l’ensemble  des  
européens.   La   parole   portée   de   manière   continue   par   les   socialistes   et   sociaux   démocrates  
européens   commence   à   être   entendue.   Sous   l’impulsion   de   François   Hollande,   la   France   porte  
depuis   2012   cette   réorientation   des   politiques   européennes,   rejoint   ensuite   par   d’autres,  
comme  l’Italie  de  Matteo  Renzi  ou  le  SPD  en  coalition  en  Allemagne.    
 
Déjà,   la   réorientation   commence   à   porter   ses   fruits.   Des   infléchissements     notables   de   la  
politique  européenne  ont  déjà  été  réalisés  :  la  baisse  de  l’euro,  la  lutte  contre  l’évasion  fiscale  
et   les   paradis   fiscaux   avec   notamment   l’échange   automatique   d’informations,   l’annonce   du  
plan  d’investissements,  l’union  bancaire,  l’accord  sur  le  climat,  la  garantie  jeunesse,  la  réforme  
de  la  directive  sur  les  travailleurs  détachés  …  
 
Aujourd’hui   des   voix   se   font   entendre   au-­‐delà   même   du   camp   progressiste,   comme   le  
témoigne  les  positions  récentes  du  gouvernement  allemand.  La  prise  de  conscience  est  là.  Elle  
doit   maintenant   se   traduire   en   actes.   Il   en   va   de   l’avenir   même   de   l’Union   européenne.   Au  
moment   où   la   nouvelle   Commission   européenne   entre   en   fonction,   sa   responsabilité   est  
grande  de  proposer  rapidement  le  contenu  du  plan  d’investissements  de  300  milliards  qui  a  
été   convenu   au   Conseil   européen   à   la   demande   des   socialiste   et   sociaux-­‐démocrates  
européens.   Ce   plan   devra   être   rapide,     être   constitué   d’investissements   publics   et   privés   issus  
de   fonds   nouveaux,   excluant   le   recyclage   de   programmes   budgétaires   déjà   existants.   La  
responsabilité  des  Etats  membres  sera  de  le  mettre  en  œuvre.  
 
Si   l’Union   européenne   doit   rester   un   ensemble   politique,   économique   et   monétaire   stable,  
durable   et   cohérent,   un   scénario   de   sortie   de   crise   coordonné   au   plan   européen   doit   être  
proposé.    

2

1. La  politique  monétaire  :  outil  d’une  politique  de  relance  
 
L’Europe  est  réellement  touchée  par  la  crise  en  septembre  2008.  En  novembre  2008,  un  plan  
de  relance  budgétaire  est  décidé  au  niveau  européen  pour  les  années  2009-­‐2010.  Il  s’élevait  à  
200  milliard  d’euros  soit  1,5%  du  PIB  d’alors.  170  milliards  d’euros  devaient  être  engagés  au  
niveau   des   Etats   membres   alors   que   l’Union   européenne   engageait   30   milliards   d’euros.   A  
cette   époque   étaient   avancées   les   circonstances   exceptionnelles,   dont   nous   donnerons   la  
définition   dans   la   partie   3,   afin   que   certains   Etats   membres   puissent   déroger   aux   règles  
contraignantes  du  Pacte  de  stabilité  et  de  croissance  et  engager  une  politique  contra-­‐cyclique.  
Au   Etats-­‐Unis   le   plan   de   relance   a   été   plus   marqué   avec   un   stimulus   de   787   milliards   de  
dollars.  
 
Cependant   ces   plans   de   relance,   ajoutés   aux   conséquences   immédiates   de   la   récession   qui  
touchait   l’économie   européenne,   ont   mis   les   finances   publiques   des   Etats   en   situation   de  
vulnérabilité.  A  partir  du  début  de  l’année  2010  certains  Etats  membres  se  sont  vus  infligés  
des   taux   d’intérêt   à   la   hausse   (graphique   1)1   obligeant   l’Europe   à   se   doter   de   nouvelles  
capacités   financières   et   institutionnelles   afin   d’assurer   un   certains   degré   de   solidarité   en  
Europe.  Elle  fut  contrebalancée  par  la  mise  en  place  concomitante  de  la  Troïka  qui  marque  la  
fin   des   plans   de   relances   européens   et   le   début   d’une   période   d’austérité   qui   sera   délétère  
pour   l’économie   européenne.   L’année   2011   est   donc   une   année   extrêmement   délicate   en  
Europe,  elle  est  marquée  par  une  double  crise,  crise  de  l’euro  et  la  crise  de  la  zone  euro.  
 
ü Fin  de  la  crise  de  l’euro  
 
La  crise  de  l’euro,  prend  fin  en  septembre  2012  lors  de  l’intervention  de  M.  Draghi  stipulant  
que   la   Banque   centrale   européenne   fera   tout   ce   qui   sera   nécessaire   pour   sauver   l’euro   et  
achètera,   si   nécessaire,   des   dettes   souveraines   sur   le   marché   secondaire.   Cette   annonce   a  
permis  une  baisse  des  taux  d’intérêt  sur  les  dettes  souveraines  européennes.  
 

ü Adaptation  de  l’économie  européenne  face  à  une  baisse  de  la  demande  intérieure  
 
La  stratégie  de  sortie  de  crise  en  Europe,  marquée  par  des  politiques  de  dévaluations  internes,  
a   eu   pour   conséquence   l’apparition   d’un   surplus   de   la   balance   commerciale,   poussant   l’euro   à  
la   hausse.   La   dégradation   de   la   demande   intérieure   en   zone   euro   a   en   effet   provoqué   un  
mouvement   de   substitution   des   exportations   intra-­‐zone   euro   pour   des   exportations   extra-­‐
zone  euro2  alors  que  les  importations  hors  zone  euro  restaient  stables  ou  orientées  à  la  baisse  
(Graphiques  2,  3  et  4).    
 
C’est   une   stratégie   risquée,   à   laquelle   l’Europe   fait   face,   à   plus   d’un   titre.   Le   devenir  
économique  de  l’Europe  se  trouve  dépendant  à  la  fois  des  politiques  commerciales  du  reste  du  
monde   et   des   politiques   monétaires   pratiquées   par   les   grandes   banques   centrales.   Les   flux   de  
capitaux   internationaux   consécutifs   à   ces   décisions   économiques   ont   un   impact   sur   les  

1  Tous  les  graphiques  sont  en  annexe.  

2   Vers   les   pays   émergents   notamment   qui   souffrent   maintenant   d’une   moindre   croissance,   laissant   penser   que   ce  

mouvement   de   transfert   d’activité   au   profit   des   exportations   vers   les   pays   émergents   ne   durera   pas  
indéfiniment,   qui   plus   est   si   la   Banque   centrale   des   Etats-­‐Unis   termine   son   programme   d’assouplissement  
quantitatif  et  augmente  ses  taux  d’intérêt  directeurs.  

3

fondamentaux   économiques   des   pays   importateurs   mais   aussi   sur   les   valeurs   relatives   des  
devises.  
 
ü Baisse  de  l’investissement  et  des  encours  de  crédit  
 
L’investissement  privé  en  zone  euro  en  pourcentage  du  PIB  continue  sa  chute  après  avoir  été  
stabilisé  entre  2010  et  2011  (Graphique  5).  A  l’échelle  de  l’Union  européenne,  il  est  inférieur  
de  15%  à  son  niveau  d’avant  crise.  
 
De   plus,   l’encours   des   crédits   aux   sociétés   non-­‐financières   ne   cesse   de   chuter,   relevant   les  
limites   des   mécanismes   de   transmission   de   la   politique   monétaire   accommodante   de   la  
Banque  centrale  européenne  (Graphiques  6  et  7).  
 
ü Comparaison  Etats-­‐Unis  /  Europe  
 
Il  a  fallu  attendre  2012  pour  que  la  Banque  centrale  européenne  joue  son  rôle  de  prêteur  en  
dernier   ressort,   rendant   impossible   un   risque   de   défaut   sur   les   dettes   souveraines.   Entre  
temps   les   Etats-­‐Unis,   le   Japon   ou   le   Royaume-­‐Uni   ont   pu   s’endetter   à   10   ans   à   des   taux  
respectivement  de  1,7%,  0,8%  et  1,8%  malgré  des  déficits  et  un  endettement  publics  élevés,  
afin   de   redonner   du   souffle   à   leur   économie.   Les   volumes   d’investissement   productif   n’ont  
donc  pas  chuté  aux  Etats-­‐Unis  fin  2010  comme  ce  fut  le  cas  en  zone  euro  (Graphique  8).  
 
ü Voie  de  sortie  
 
C’est   donc   avec   retard   que   l’Europe   s’engage   dans   une   politique   monétaire   expansionniste  
favorisant   l’investissement   productif,   ce   qui   ne   signifie   pas   qu’il   soit   trop   tard.   L’enjeu   est   que  
des   investissements   massifs,   efficaces   et   sélectionnés   sur   des   projets   de   long   terme   soient  
engagés  rapidement  et  effectivement  même  si  cela  doit  impliquer  une  hausse  des  déficits  dans  
le   court   terme.   La   baisse   de   la   production   industrielle   et   des   exportations   en   Allemagne  
devrait   être   un   argument   de   poids   afin   de   redonner   voix   aux   propositions   de   relance   des  
investissements   publics   et   privés   dans   les   infrastructures   et   les   industries   de   la   transition  
écologique  et  énergétique,  la  recherche,  de  la  mobilité  durable  et  du  numérique3.  Le  marché  
intérieur   européen   retrouverait   un   dynamisme,   l‘investissement   productif   de   l’épargne  
européenne  serait  favorisé  et  contiendrait  de  ce  fait  un  mouvement  déstabilisateur  des  flux  de  
capitaux   vers   les   pays   émergents,   qui   soutiendrait,   il   est   vrai,   les   exportations   européennes,  
mais  de  manière  non  soutenable.    
 
ü Contres-­‐critiques  
 
Certains   objecteront   que   l’injection   de   liquidités   dans   l’économie   pourrait   avoir   des  
conséquences   négatives   sur   l’inflation   (même   si   c’est   bien   la   déflation   qui   guette   l’Europe).  
Cette  idée  doit  être  repoussée  (Graphiques  9,  10  et  11)  pour  deux  raisons  :  1)  Il  faut  relancer  
l’inflation   sous   peine   d’augmenter   les   taux   d’intérêt   réels  ;   2)   la   zone   euro   a   moins   de  
capacités   de   production   depuis   2008   et   le   taux   d’utilisation   de   ces   capacités   est   à   la   baisse.   Ce  
sont   deux   raisons   majeures   de   penser   que   le   risque   d’inflation   dû   à   la   saturation   de  

3  Investissements  d’avenir  par  la  suite.  

4

l’utilisation  des  facteurs  de  production  est  loin  d’être  avéré.  L’Europe  et  l’Allemagne  doivent  
donc  sortir  de  la  crainte  permanente  de  l’inflation.  
 
ü Régulation  bancaire  et  financière  
 
Deux  objections  possibles,  plus  sérieuses,  concernent  la  déstabilisation  du  système  financier  
international   par   la   volatilité   des   flux   de   capitaux   qui   ne   vont   pas   manquer   de   réapparaître  
avec   la   fin   de   l’assouplissement   quantitatif   de   la   Banque   centrale   des   Etats-­‐Unis   et   de   la  
hausse   de   ses   taux   directeurs   en   2015.   Une   seconde   objection   pourrait   s’appuyer   sur   le  
développement   de   bulles   dites   «  spéculatives  »   (mais   qui   peuvent   tout   aussi   bien   être   très  
liées  à  l’économie  réelle,  comme  celle  touchant  l’immobilier  londonien  actuellement),  comme  
en   témoignent   des   indices   boursiers   systématiquement   à   la   hausse   dans   une   économie  
mondiale  qui  peine  à  retrouver  du  souffle.  
 
Une  régulation  sérieuse  des  affaires  financières  doit  donc  accompagner  la  politique  monétaire  
expansionniste  de  la  Banque  centrale  européenne.  Dans  le  cadre  de  la  transition  écologique,  
des   investissements   majeurs   dans   ce   domaine   sont   à   envisager.   Limiter   les   réserves  
obligatoires   («  reserve   requirements  »)   pour   les   investissements   d’avenir   et   les   augmenter  
lorsqu’il  s’agit  de  placements  financiers  déconnectés  de  l’activité  réelle  serait  une  solution  à  
envisager4.   En   outre,   et   suivant   les   recommandations   du   FMI,   il   pourrait   être   opportun   de  
mettre   en   place   un   système   de   régulation   des   flux   de   capitaux   afin   de   prévenir   des  
mouvements  erratiques  dans  les  valeurs  des  devises  et  de  taux  d’intérêt5.  
 
Finalement,   il   apparaît   que   la   politique   monétaire   a   un   rôle   majeur   à   jouer,   non   pas   en  
permettant   une   évolution   de   l’euro   à   la   baisse   face   aux   autres   devises6,   bien   que   cela   soit  
important  mais  difficilement   soutenable  dans  le  long  terme,  mais  en  permettant  une   hausse  
des  investissements  nécessaires  au  redémarrage  de  l’économie  européenne,  de  la  zone  euro  
en   particulier,   par   une   relance   de   se   demande   agrégée   (investissement   public,   privé   et  
consommation)   exsangue   depuis   la   fin   des   stimulus   budgétaire   en   2011.   Cependant,   si   la  
politique   budgétaire   en   Europe   doit   jouer   un   rôle,   la   politique   monétaire   doit   permettre   de  
retrouver   des   marges   de   manœuvre   pour   emprunter   à   faible   coût   afin   de   relancer  
l’investissement   en   Europe.   C’est   un   outil   essentiel   qui   permettra   de   stabiliser   ou   réduire   la  
dette  et  donc  les  déficits,  si  le  taux  de  croissance  est  supérieur  au  taux  d’intérêt.    
 
Il   est   par   ailleurs   opportun   de   noter   que   les   dépenses   publiques   dans   les   pays   membres   ne  
recouvrent   pas   la   même   réalité,   que   certaines   dépenses   sont   socialisées   chez   les   uns   et  
qu’elles   font   partie   des   dépenses   privées   chez   d’autres.   Les   comparer   sans   prise   en   compte  
des  contextes  hétérogènes  peut  donc  ne  pas  s’avérer  un  bon  outil  de  politiques  économiques.  
 
4  

Voir   T.   Palley   (2000),   «  Stabilizing   Finance:   The   Case   for   Asset-­‐Based   reserve   Requirements  »,   Fi-­‐nancial  
Markets  and  Society.  Disponible  à  l’adresse  suivante:    
http://www.thomaspalley.com/docs/articles/macro_policy/stabilizing_finance.pdf  
5  A.  R.  Ghosh,  M.  S.  Qureshi,  and  N.  Sugawara  (2014),  «  Regulating  Capital  Flows  at  Both  Ends:  Does  it  Work?  »,  
IMF  Working  paper  
6   En   mai   2014,   M.   Draghi   a   «  émis   de   sérieux   doute  »   sur   la   valeur   de   l’euro,   notamment   face   au   dollars.   Ces  
déclarations   ajoutées   au   récent   lancement   du   TLTRO   (Targeted   Longer   Term   Refinancing   Operations   ou  
opérations   de   refinancement   ciblées   à   long-­‐terme),   à   la   baisse   des   taux   d’intérêt   directeurs   et   le   passage   en  
territoire  négatif  du  taux  de  dépôt,  a  permis  de  faire  baisser  la  valeur  de  l’euro  dans  l’espoir  de  rendre  l’économie  
européenne  plus  compétitive.  

5

2. La  relance  par  les  investissements  d’avenir  
 
La   nécessité   d’une   relance   des   investissements   publics   d’infrastructure   n’est   pas   seulement   le  
produit   d’une   réflexion   des   socialistes  et  sociaux-­‐démocrates  européens,  c’est  maintenant  la  
stratégie  recommandée  par  le  Fonds  monétaire  international    7  :  «  Des  investissements  publics  
dans   l’infrastructure   plus   importants   et   de   meilleure   qualité   sont   essentiels   pour   stimuler  
l’activité  et  créer  des  emplois  ;  Les  effets  en  sont  plus  sensibles  en  période  de  ralentissement  
économique  et  lorsque  l’investissement  est  très  efficient  ;  Si  l’investissement  est  correctement  
géré,  son  effet  stimulant  sur  la  production  compense  les  emprunts  contractés  ».    
 
Une   hausse   de   1   point   du   PIB   des   dépenses   d’investissement   augmenterait   d’environ   0,4   %   le  
niveau  de  la  production  la  même  année,  et  de  1,5  %  quatre  ans  après.  Qui  plus  est,  note  le  FMI,  
«  les   projets   financés   par   l’emprunt   pourraient   avoir   des   effets   considérables   sur   la  
production   sans   pour   autant   accroître   le   ratio   dette   publique/PIB,   si   les   besoins   clairement  
identifiés   sont   satisfaits   par   des   investissements   efficients  »   et   qu’   «  il   ressort   en   outre   des  
faits  observés  dans  les  pays  avancés  que  l’investissement  public  a  des  effets  plus  sensibles  sur  
la   production   lorsqu’il   est   financé   par   l’emprunt   que   par   une   augmentation   d’impôts   ou   la  
réduction  d’autres  dépenses.  »  Enfin,  il  faut  prendre  en  considération  que  les  effets  positifs  de  
tels  investissements  ne  seront  pleinement  ressentis  que  dans  le  futur.  Le  rejet  de  tels  projets  
se   fondant   sur   l’argument   du   report   des   dettes   sur   les   générations   futures   n’est   donc   pas  
entièrement   justifié,   puisque   que   les   effets   positifs   seront   aussi   au   bénéfice   des   générations  
futures.  
 
Face  au  besoin  évident  d’investissements  coordonnés  dans  l’Union  européennes,  le  président  
de   la   Commission   européenne   a   repris   à   son   compte   le   projet   de   plan   d’investissement  
défendu  par  les  socialistes  et  sociaux-­‐démocrates  européens.  Il  a  ainsi  proposé  un  programme  
d’investissement  de  300  milliards  d’euros  sur  trois  ans.  
 
Ce  plan  doit  maintenant  voir  le  jour  rapidement.  Il  doit  avoir  des  répercussions  tangibles  pour  
les   européens   et   se   traduire   par   le   lancement   d’investissements   dans   les   domaines   qui   font   le  
quotidien   de   tous.   En   outre,   aucun   recyclage   de   fonds   européens   existants,   ne   saurait   être  
accepté.   Les   financements   de   ces   investissements   doivent   être   de   nouveaux   financements,  
publics  ou  privés.    
 
ü Les  investissements  prioritaires  
 
Ce   plan   doit   s’organiser   autour   de   cinq   axes   prioritaires  :   la   transition   écologique   et  
énergétique,   le   numérique,   la   mobilité   durable,   la   recherche,   la   formation   et   l’emploi   des  
jeunes.    
 
Les   investissements   autour   de   ces   5   axes   devront   être   à   fort   potentiel   de   croissance   et  
apporter   une   valeur   ajoutée   importante   en   terme   de   développement   durable   et   de   progrès  
social.  
Des   grands   projets   européens   d’infrastructure,   tels   que   les   réseaux   de   transports,   des  
interconnexions   énergétiques   ou   un   grand   projet   numérique   européen   pourront   être  
7

Perspectives de l'économie mondiale du FMI, Octobre 2014.

 

6

développés.  Mais  l’essentiel,  si  le  plan  doit  être  rapide,  est  de  définir  des  axes  de  projets  qui  
pourront  être  entrepris  à  un  niveau  décentralisé,  et  favoriser  l’implication  des  régions  dans  le  
processus  de  sélection  et  de  financement.  Les  réseaux  de  la  BPI  et  de  la  CDC  pourraient  ainsi  
être  mis  à  profit  en  ce  sens.  
 
A  titre  d’exemple,  il  pourrait  s’agir  de  :    
 
-­‐ plan  de  rénovation  thermique  
-­‐ financement   du   plan   Energie   Méthanisation   Azote   afin   d’augmenter   sensiblement   la  
production  de  biogaz  
-­‐ dotation  aux  lycées  d’outils  de  travail  numériques  
-­‐ plan  de  développement  de  l’accès  au  haut  débit  
-­‐ augmentation  des  dotations  sur  la  recherche  dans  le  domaine  de  la  croissance  bleue  
-­‐ financement   de   projets   de   recherche   sur   la   conception   écologiquement   responsable  
des  technologies  numériques  
-­‐ financement  en  France  des  111  projets  de  centres  de  tri  et  de  valorisation  des  déchets  
-­‐ montée  en  puissance  de  la  garantie  jeunesse  
-­‐ développement  de  l’apprentissage  
 
Cette   ébauche   de   projets   n’est   bien   évidemment   en   rien   exhaustive.   En   outre   un   tel   plan   de  
relance  doit  s’entendre  en  deux  temps  ;  avec  des  projets  qui  doivent  se  mettre  en  place  dans  le  
court  terme  alors  que  d’autres  peuvent  nécessiter  une  mise  en  place  plus  longue.  
 
ü Le  financement  du  plan  d’investissements  
 
L’Union   européenne   doit   disposer   d’une   palette   importante   et   complémentaire   d’outils   lui  
permettant   à   la   fois   de   garantir   des   prêts   du   marché,   de   prêter   et   éventuellement   d’investir  
directement   sur   ses   fonds   propres.   Certains   sont   déjà   mis   en   place   et   devraient   donc   être  
développés,   et   ce   dans   un   délai   court.   Ici   le   problème   réside   dans   la   sécurisation   et   le   partage  
des   risques   des   investissements   pour   lesquels   des   financements   sont   disponibles.   D’autres  
peuvent  ne  nécessiter  que  des  modifications  mineures  si  une  volonté  politique  se  fait  sentir.  
Enfin,  l’Union  européenne  devrait  se  donner  les  moyens  de  se  doter  d’une  force  financière  au  
minimum   pour   «  canaliser  »   les   initiatives   privées   autour   d’une   politique   industrielle  
favorable  à  l’emploi,  cohérente  et  efficiente.  Un  tel  plan  d’investissement  aurait  aussi  comme  
corolaire   de   rediriger   une   partie   des   liquidités   abondantes   sur   les   marchés   financiers   vers  
l’économie  réelle.  
 
ü Développer  le  programme  des  obligations  de  projet  («  projet  bonds  »)  
 
Le  principe  des  obligations  de  projets  est  simple,  il  vise  à  garantir  par  la  Banque  européenne  
d’investissement   (BEI)   les   projets   sélectionnés   afin   de   permettre   aux   porteurs   de   projets  
d’accéder   à   des   financements   peu   onéreux   et   garantis.   Les   critères   de   sélection   pourraient  
ainsi   être   élargis   afin   de   ne   pas   limiter   les   financements   à   des   projets   nécessairement  
transeuropéens   mais   à   certains   projets   d’investissement   locaux   rentrant   dans   les   axes  
prioritaires.    
 
La   BEI   agirait   ainsi,   au   delà   de   son   rôle   de   prêteur   comme   une   agence   de   certification  
permettant   de   garantir   des   prêts   à   des   organismes   publics   ou   privés   ayant   comme   volonté   de  

7

financer   des   projets   ayant   comme   but   de   servir   un   objectif   public.   Le   rôle   de   la   puissance  
publique  serait  ainsi  de  garantir  les  risques.  Les  projets  financés  pourraient  en  outre  ne  pas  
être  seulement  composés  d’un  plan  unique  mais  d’un  portefeuille  de  projets  afin  de  diversifier  
les  risques.  
 
La   sélection   des   projets   pourrait   être   faite   conjointement   entre   la   BEI   et   la   BCE,   la   Banque  
centrale   pourrait   ainsi   éventuellement   se   porter   acheteur   sur   le   marché   secondaires   de   ces  
actifs   afin   d’alléger   les   bilans   bancaires   mais   aussi   d’apporter   une   garantie   supplémentaire.  
Cela   viendrait   ainsi   faciliter   une   prise   de   risque   accrue   de   la   BEI   qui   permettrait   d’augmenter  
l’émission   d’obligations   de   projet.   Une   partie   des   fonds   du   MES   ainsi   que   des   recettes   de   la  
taxe   sur   les   transactions   financières   pourraient   être   utilisées   comme   garantie   des  
investissements   engagés,   et   ainsi   donner   une   capacité   de   garantie   supplémentaire   à   la   BEI  
pour  son  programme  d’obligations  de  projets.  Elle  pourra  également  accroître  cette  capacité  
de   garantie   en   nouant   des   partenariats   avec   ses   homologues   nationaux,   en   France   la   BPI   et   la  
CDC.  
 
ü L’émission  d’obligations  par  la  BEI    
 
Cette  suggestion  a  été  proposée  par  G.  B.  Wolff  du  centre  Bruegel.  Elle  est  un  premier  pas  vers  
la  dotation  de  ressources  propres  de  l’Union  européenne  afin  de  mener  une  politique  contra-­‐
cyclique   en   matière   d’investissement.   Ainsi   la   BEI   emmétrait   des   obligations   par   une  
augmentation  de  sa  prise  de  risque  et  un  effet  de  levier  plus  important.  Ces  fonds  pourraient  
servir  aux  financements  de  projets  sélectionnés  par  la  BEI  mais  aussi  se  substituer  aux  fonds  
publics   qui   devraient   être   investis   par   les   Etats   membres   mais   qui   impliqueraient   une   hausse  
des   déficits   publics   que   certains   d’entre   eux   ne   peuvent   plus   se   permettre.   La   BEI,   en  
partenariat   avec   la   BCE,   et   en   respect   des   axes   d’investissements   prioritaires,   se   verraient  
ainsi   confier   la   tâche   d’une   coordination   de   la   politique   d’investissements   d’avenir.   Comme  
précédemment   la   BCE   pourrait   se   porter   acquéreur   de   ces   actifs   sur   le   marché   secondaire  
favorisant  un  allégement  du  bilan  de  la  BEI  et  des  taux  d’intérêt  bas.  
 
ü Création  d’une  Agence  du  Trésor  européenne  
 
A  plus  long  terme  il  serait  également  possible  de  faire  évoluer  le  MES  en  une  agence  du  Trésor  
européenne.   Cette   dernière   serait   en   charge   de   financer   les   investissements   publics  
européens  à  un  rythme  défini  en  rapport  avec  la  convergence  des  ratios  de  dettes  publiques  
vers  le  60%  des  PIB  nationaux8.  Des  budgets  de  financement  pour  les  investissements  publics  
seraient   alors   alloués   au   Etats   membres   en   fonction   de   leur   poids   économiques   et   de   leurs  
besoins   d’investissement.   Les   remboursements   des   dettes   se   feraient   sur   la   même   base   et  
pourraient   se   faire   par   les   recettes   d’une   taxe   sur   les   transactions   financières   ou   par   le  
versement  d’une  partie  des  impôts  sur  les  sociétés  dont  les  taux  doivent  être  harmonisé  afin  
de   lutter   contre   la   concurrence   fiscale.   Le   manquement   aux   obligations   des   critères   de  
stabilité  budgétaire,  qui  seraient  désormais  uniquement  appliqués  aux  dépenses  courantes  de  
Etats   membres,   les   investissements   publics   étant   financés   par   l’émission   d’obligation   par  
l’agence   du   Trésor,   impliquerait   une   baisse   des   allocations   de   financement   européens   pour  
l’investissement.  
 
8   Voir   J.   Bibow   (2013,   «  Los   tat   Sea  :   The   Euro   Needs   a   Euro   Treasury  »,   LES   Financial   markets   group   special  

paper  series,  Special  paper  227.  

8

Un  tel  schéma  aurait  pour  avantage  de  sanctuariser  les  dépenses  publiques  d’investissement,  
tout  en  maintenant  fermement  la  volonté  de  rigueur  dans  la  gestion  des  affaires  publiques.  En  
outre,   une   telle   agence   ne   pourrait   se   confondre   avec   l’ébauche   d’une   union   de   transfert   et  
n’impliquerait   en   aucun   cas   de   mutualisation   des   dettes   souveraines.   Elle   permettrait   en  
revanche   une   baisse   des   taux   d’intérêt   sur   les   dettes   souveraines   des   pays   en   difficulté.   La  
capacité   fiscale   de   l’agence   européenne   du   Trésor   permettrait   par   ailleurs   un   endettement  
plus   important   en   période   de   crise,   permettant   ainsi   la   mise   en   place   de   politiques   contra-­‐
cycliques.   Enfin,   au-­‐delà   de   la   nécessaire   coordination   des   politiques   économiques   afin   de  
prévenir   des   déséquilibres   macroéconomiques   au   niveau   européen,   l’agence   européenne   du  
Trésor  pourrait  être    un  instrument  utile  de  coopération  face  à  des  chocs  exogènes  touchant  
un  Etat  membre  ou  une  région  de  l’Union.  
 
ü Création  d’un  livret  d’épargne  européen  
 
Il   n’existe   pas   à   ce   jour   de   produit   d’épargne   européen   auquel   les   ménages   de   l’Union  
européenne  peuvent  souscrire.  Les  300  milliards  d’euros  du  plan  de  relance  pourraient  ainsi  
être   en   partie   financés   par   un   livret   d’épargne   européen.   Un   tel   livret   aurait   par   ailleurs  
l’avantage  de  renforcer  l’identité  européenne  et  de  donner  un  visage  concret  à  l’UE  pour  les  
citoyens   européens.   Ce   livret   d’épargne   pourrait   être   investit   dans   des   obligations  
européennes  pour  les  investissements  d’avenir.    

 
3. Les  flexibilités  du  Pacte  de  stabilité  et  de  croissance  et  du  Traité  sur  
la  stabilité,  la  coordination  et  la  gouvernance    
 
Dans   une   union   monétaire,   à   défaut   de   politique   budgétaire   réellement   intégrée,   la  
coordination   budgétaire   entre   les   Etats   membres   est   essentielle.   Toutefois,   des   règles  
budgétaires   appliquées   de   manière   trop   rigides   limitent   la   mise   en   œuvre   des   politiques  
budgétaires  contra-­‐cycliques  nécessaires  en  temps  de  crise  et  représentent  à  terme  un  danger  
pour  la  viabilité  d’une  union  monétaire.  
 
C’est  la  situation  dans  laquelle  se  trouve  aujourd’hui  la  zone  euro.  Le  Pacte  de  Stabilité  et  de  
Croissance   (PSC),   complété   en   2011   par   le   Traité   sur   la   Stabilité,   la   Coordination   et   la  
Gouvernance   (TSCG),   limite   les   déficits   publics   à   3%,   sauf   circonstances   exceptionnelles,   et  
impose   une   dette   publique   inférieure   à   60%,   sauf   si   la   part   de   la   dette   supérieure   à   60%  
baisse  d’un  vingtième  par  an.  
 
La  crise  économique  sévère  que  nous  connaissons  depuis  2008  montre  que  l’application  trop  
rigide   de   ces   règles   empêche   les   politiques   de   relance   massives   et   coordonnées   nécessaires  
pour  écarter  le  risque  de  déflation.  A  l’inverse,  aux  Etats-­‐Unis,  le  déficit  public,  égal  à  un  peu  
plus   de   1%   du   PIB   en   2007,   est   passé   à   plus   de   10%   en   2009,   et   reste   proche,   selon   les  
estimations,  de  4%  en  2013.  Les  résultats  sur  la  croissance  sont  tangibles  (Graphique  12).  
 
En  Europe,  comme  montré  précédemment,  ce  ne  sont  pas  des  politiques  économiques  contra-­‐
cycliques  qui  ont  été  mises  en  place  mais  bien  des  politiques  pro-­‐cycliques.  
 
Il   semble   que   l’application   trop   rigide   et   de   manière   généralisée   des   règles   budgétaires   ces  
dernières  années,  sous  l’impulsion  d’une  vision  économique  conservatrice  et  erronée,  visant  à  
une   baisse   simultanée   des   déficits   publics   en   temps   de   crise,   loin   de   diminuer   les   dettes  

9

publiques   en   pourcentage   du   PIB,   par   un   effet   multiplicateur   supérieur   à   1,   les   aggrave  
(Graphiques  et  13  et  14),  sauf  en  Allemagne,  qui  a  su  profiter  de  l’expansion  salariale  de  ses  
voisins  européens  quand  elle  menait  une  politique  de  rigueur  salariale  avant  la  crise  de  2007-­‐
2008.   L’Allemagne   possède   en   outre   trois   industries   fortes,   l’automobile,   la   chimie   et   la  
production   de   machines-­‐outils,   dont   les   résultats   à   l’exportation   hors   zone   euro,   du   fait   d’une  
hausse   de   la   demande   des   pays   émergents,   domine   largement   tous   les   autres   secteurs   de  
l’industrie  allemande.  
 
Dans  l’état  actuel  des  traités,  les  marges  de  manœuvre  sont  principalement  de  deux  ordres  :  
définition  des  circonstances  exceptionnelles  et  du  rythme  d’ajustement  budgétaire  en  cas  de  
dépassement   des   3%   de   déficit   public,   et   mode   de   calcul   du   déficit   public.   Le   TSCG,   tout   en  
renforçant  le  volet  préventif  et  le  volet  répressif  du  PSC,  a  ouvert  de  nouvelles  perspectives  de  
ce   point   de   vue.   Il   convient   à   présent   d’exploiter   pleinement   toutes   les   flexibilités   prévues  
dans  la  pratique.  
 
ü Définition  des  circonstances  exceptionnelles  
 
Une  première  inflexion  avait  été  donnée  en  2005  ;  le  Conseil  européen  avait  alors  indiqué  que  
les  Etats  membres  de  la  zone  euro  pourraient  désormais  ne  pas  faire  l’objet  d’une  procédure  
de   déficit   excessif   en   cas   de   récession   et   non   uniquement,   comme   c’était   le   cas   auparavant,   en  
cas  de  crise  sévère  engendrant  une  perte  d’au  moins  2%  de  PIB.  
Aujourd’hui,   cette   souplesse   paraît   insuffisante.   La   crise   récente   montre   en   effet   qu’une  
conjoncture  difficile  ne  se  traduit  pas  nécessairement  par  une  récession,  mais  aussi  par  une  
croissance  durablement  proche  de  zéro  et  des  indicateur  d’inflation  alarmant.  C’est  pourquoi  
le  Conseil  et  la  Commission  devraient  acter  de  ce  contexte  économique  nouveau  et  traiter  les  
périodes   de   croissance   nulle   ou   très   faiblement   positive,   et   d’autant   plus   en   temps   de   faible  
inflation,  comme  des  circonstances  exceptionnelles  justifiant  des  déficits  publics  supérieurs  à  
3%.    
 
Dans  une  zone  économiquement  intégrée  comme  la  zone  euro,  les  cycles  économiques  sont  de  
plus  en  plus  interdépendants.  Or  le  TSCG  prévoit  parmi  les  circonstances  exceptionnelles  tout  
«  événement   hors   du   contrôle   de   l’Etat   membre   ayant   un   impact   majeur   sur   sa   situation  
financière  ».  Une  conjoncture  difficile  dans  l’ensemble  ou  dans  de  nombreux  pays  de  la  zone  
euro,   comme   c’est   le   cas   actuellement,   doit   être   considérée   comme   une   circonstance  
exceptionnelle  ouvrant  la  possibilité  pour  les  Etats  membres  de  dépasser  la  limite  des  3%  de  
déficit  public.  
 
Le  TSCG  prévoit  en  outre  dans  les  circonstances  exceptionnelles  une  «  perte  de  richesse  due  à  
une   période   prolongée   de   très   faible   croissance   par   rapport   à   la   croissance   potentielle  »   du  
pays.  Cependant  le  terme  «  croissance  potentielle  »  prête  à  discussion  tant  ce  concept  est  flou.  
Il  convient  toutefois  désormais  que  la  Commission  et  le  Conseil  exploitent  dans  les  faits  cette  
flexibilité  et  qu’ils  ne  tardent  pas,  lorsqu’elles  se  profilent,  à  identifier  les  périodes  prolongées  
de  croissance  faible.  
 
ü Rythme  d’ajustement  
 
Lorsqu’une   procédure   de   déficit   excessif   est   déclenchée,   le   rythme   d’ajustement   budgétaire  
est   depuis   2005   décidé   de   manière   concertée   par   la   Commission,   le   Conseil   et   l’Etat   concerné.  

10

Dans  les  faits,  les  plans  décidés  par  la  Commission  et  le  Conseil  sont  souvent  trop  rapides  eu  
égard  à  la  conjoncture  difficile  dans  laquelle  évoluent  les  pays  concernés.  Par  exemple,  alors  
qu’une  procédure  de  déficit  excessif  a  été  lancée  en  2009  contre  la  France  et  l’Espagne  avec  un  
retour  sous  le  seuil  des  3%  exigé  pour  2012,  une  prolongation  a  dû  être  octroyée  à  ces  deux  
pays   en   2013,   l’objectif   s’étant   avéré   intenable   en   pleine   crise   de   la   zone   euro,   sous   peine  
d’une  récession  encore  plus  forte.  
 
Cependant   les   avenants   du   «  Two-­‐pack  »   mentionnent   le   rythme   d’ajustement   et   prévoient  
«  que  lors  de  la  mise  en  œuvre  de  la  référence  d'ajustement  du  ratio  de  la  dette,  il  convient  de  
tenir  compte  de  l'influence  du  cycle  sur  le  rythme  de  la  réduction  de  la  dette.  Il  ne  sera  donc  
pas  considéré  qu'un  État  membre  a  enfreint  la  règle  en  matière  de  dette  si  ce  non-­‐respect  est  
dû  uniquement  à  une  conjoncture  défavorable  »9.  
 
ü Surveillance  macroéconomique  
 
Il   serait   en   outre   justifié   de   considérer   de   manière   tout   aussi   sévère   dans   la   surveillance  
macroéconomique   des   Etats   opérée   par   le   Semestre   européen   les   déficits   et   les   excédents  
récurrents   :   ce   n’est   que   très   récemment   que   la   Commission   a   demandé   à   l’Allemagne   de  
résorber   son   excédent   commercial   en   accroissant   la   dépense   publique   et   les   salaires.   Cette  
logique   doit   se   poursuivre,   et   le   rythme   auquel   un   Etat   résorbe   ses   excédents   doit   être  
clairement   pris   en   considération   dans   l’appréciation   de   la   situation   économique   de   ses  
principaux   partenaires   de   la   zone   euro.   Si   une   telle   remarque   devait   être   approuvée,   le   même  
raisonnement   devrait   s’appliquer   à   l’échelle   de   la   zone   euro,   en   excédent   commerciale   depuis  
fin  2011.  
 
ü Sélection  des  dépenses  à  inclure  dans  le  calcul  des  déficits  publics  
 
La  seule  flexibilité  en  la  matière  concerne  l’objectif  de  déficit  structurel  de  moyen  terme  :  en  
cas   de   conjoncture   difficile,   les   Etats   membres   peuvent   s’éloigner   de   leur   trajectoire   de  
convergence   vers   l’objectif   de   moyen   terme   s’ils   respectent   par   ailleurs   le   critère   de   3%   du  
déficit  public  et  si  cet  écart  est  en  partie  imputable  à  des  projets  cofinancés  par  l’UE  dans  le  
cadre   de   la   politique   structurelle   et   de   cohésion,   des   réseaux   transeuropéens   ou   du  
mécanisme  pour  l’interconnexion  en  Europe,  et  qu'il  entraîne  une  incidence  budgétaire  à  long  
terme   positive,   directe   et   vérifiable.   Cette   marge   de   manœuvre   ouverte   dans   le   cadre   de  
l’objectif  de  moyen  terme  reste  très  encadrée.  Mais  dans  le  même  esprit,  et  peut-­‐être  de  façon  
moins  restrictive,  certaines  dépenses  pourraient-­‐elles  être  exclues  du  calcul  du  déficit  public  
dans  le  cadre  des  procédures  de  déficit  excessif.  
 
L’approche   la   plus   lisible   afin   d’éviter   des   débats   sans   fin   semble   être   que   seuls   les  
contributions   nationales   au   budget   européen,   les   co-­‐financements   dont   le   taux   devrait   être  
revu   à   la   baisse   aux   projets   européens,   notamment   en   ce   qui   concerne   l’emploi   des   jeunes,   de  
même   que   les   dépenses   qui   seraient   engagées   au   titre   des   investissements   d’avenir,   soient  
exclues  du  calcul  des  déficits,  en  préservant  un  fort  esprit  de  solidarité  européenne.  
9

Résolution législative du Parlement européen du 12 mars 2013 sur la proposition de règlement du Parlement européen
et du Conseil établissant des dispositions communes pour le suivi et l'évaluation des projets de plans budgétaires et pour
la correction des déficits excessifs dans les États membres de la zone euro (COM(2011)0821 – C7-0448/2011–
2011/0386(COD)).

 

11

 
Une  voie  plus  ambitieuse,  mais  sans  doute  également  plus  difficile  à  obtenir,  serait  de  retirer  
du  calcul  des  déficits  les  dépenses  engagées  par  un  Etat  membre  dans  le  cadre  d’une  politique  
bénéficiant  à  l’ensemble  de  l’Union  européenne,  comme  les  dépenses  de  défense  en  France  ou  
celles  liées  à  l’immigration  en  Italie.  
 
ü La  voie  politique  
 
Enfin,   l’article   7   du   TSCG   permet   à   une   partie   contractante   de   ne   pas   appliquer   une  
recommandation  soumise  par  la  «  Commission  européenne  lorsque  celle-­‐ci  estime  qu’un  Etat  
membre  de  l’Union  européenne  dont  la  monnaie  est  l’euro  ne  respecte  pas  le  critère  du  déficit  
dans  le  cadre  d’une  procédure  concernant  les  déficits  excessifs.  Cette  obligation  ne  s  ‘applique  
pas   lorsqu’il   est   établit   que,   parmi   les   parties   contractantes   dont   la   monnaie   est   l’euro,   une  
majorité   qualifiée,   calculée   par   analogie   avec   les   dispositions   pertinentes   des   traités   sur  
lesquels   l’Union   européenne   est   fondée   sans   tenir   compte   de   la   position   de   la   partie  
contractante  concernée,  est  opposée  à  la  décision  proposée  ou  recommandée  ».  
 
Il   s’agit   donc   bien   d’un   processus   politique,   prenant   en   compte   l’ensemble   de   la   situation  
économique   en   Europe   et   dans   la   zone   euro,   qui   doit   prendre   le   pas   sur   une   prétendue  
autorégulation  des  marchés.  Il  appartient  au  politique  de  définir  les  objectifs  économiques  et  
les  moyens  d’y  parvenir.    

 

4. Les  politiques  coordonnées  de  sortie  de  crise  

 
Si    la  hausse  des  investissements  en  Europe  est  nécessaire,  il  ne  s’agit  pas  de  remettre  au  goût  
du  jour  des  déséquilibres  qui  se  sont  révélés  insoutenables.  Ces  déséquilibres  ont  déclenché  
une   crise   de   balance   des   paiements   au   sein   de   la   zone   euro,   qui   s'est   transformée   en   crise   des  
finances  publiques  et  des  dettes  souveraines.    
 
La  coordination  des  politiques  économiques  en  Europe  s’est  jusqu’à  maintenant  traduite  par  
la   conduite   de   politiques   budgétaires   restrictives   dont   les   effets   négatifs   ont   été   analysés   plus  
haut.   A   l’heure   du   ralentissement   de   la   croissance   globale,   et   notamment   dans   les   pays  
émergents,   une   stratégie   de   sortie   de   crise   par   une   hausse   des   exportations   hors   zone   euro  
semble   commencer   à   se   heurter   à   quelques   difficultés.   En   ce   qui   concerne   le   plus   gros  
exportateur   de   la   zone   Euro,   l’Allemagne,   les   statistiques   enregistrées   au   mois   d’août  
corrobore   une   tendance   baissière   qui   a   débuté   au   début   de   l’année   2013   (Graphiques   15   et  
16).    
 
ü Politiques  salariales  et  convergence  fiscale  
 
Les  déséquilibres  de  balance  courante  intra  zone  euro  ont  diminué  depuis  2009,  mais  aux  prix  
d’une   hausse   du   chômage   et   d’une   baisse   globale   de   l’activité   économique.   Une   telle   stratégie,  
si   elle   n’est   pas   accompagnée   d’une   hausse   des   demandes   domestiques   dans   les   pays  
connaissant  de  fort  excédents,  a  un  effet  global  récessif.  
   
Dans  ce  cadre,  dans  l’idée  rééquilibrer  l’économie  européenne,  qui  relève  de  l’intérêt  général  
dans  un  processus  de  relance  économique  évoqué  plus  haut,  un  système  de  salaire  minimum  
et   d’évolution   des   salaires   en   relation   avec   l’évolution   de   la   productivité   et   des   balances  

12

courantes   des   Etats   membres   doit   être   envisagé.   Un   tel   mécanisme   serait   un   outil   puissant  
contre   le   dumping   social   qu’implique   la   mise   en   concurrence   des   salariés.   Dans   ce   cadre,  
comme   les   socialistes   et   sociaux   démocrates   européens   s’y   étaient   engagés,   la   directive  
travailleurs  détachés  doit  encore  être  renforcée.  En  outre,  un  tel  mécanisme  permettrait  par  
ailleurs   de   rediriger   les   investissements   vers   l’économie   réelle   au   détriment   de   la   sphère  
financière.  Il  ne  s’agit  pas  ici  de  pénaliser  les  Etats  membres  connaissant  un  excédent  de  leur  
balance  courante  mais  d’amener  à  un  rééquilibrage  par  une  hausse  des  importations.  Il  n’est  
en   effet   pas   assuré   qu’il   existe   un   lien   déterminant   entre   les   coûts   salariaux   et   les  
performances   à   l’export.   En   revanche   l’évolution   de   la   demande   domestique   est   fortement  
reliée   aux   salaires.   Un   tel   dispositif   pourrait   être   complété   par   la   création   d’une   assurance  
chômage   européenne   qui   serait   un   outil   fort   afin   de   prévenir   des   déséquilibres   trop  
importants.  
   
Enfin,   Il   pourrait   ainsi   être   envisagé   de   créer   une   fiscalité   européenne   sur   les   entreprises   afin  
de   mettre   fin   au   dumping   entre   Etats   membres   en   Europe   et   au   moins-­‐disant   fiscal.   Un  
premier  pas  dans  ce  sens  serait  de  suivre  les  recommandations  de  l’OCDE  afin  de  lutter  contre  
l’évasion  et  l’optimisation  fiscale  des  multinationales.  Un  échange  automatique  d’information  
entre   les   autorités   fiscales   nationales   impliquerait   une   transparence   sur   les   activités   de   ces  
entreprises  et  serait  une  avancée  dans  le  domaine  de  la  justice  fiscale.  En  second  lieu  l’Union  
européenne   pourrait   s’accorder   sur   la   définition   une   assiette   commune   consolidée   pour  
l'impôt  sur  les  sociétés  qui  pourrait  être  assortie  d’un  taux  d’imposition  minimal  et  maximal  
qui  convergerait  dans  le  temps.  

13

Annexe  

 

 
 
 
 
 
 

Taux d’intérêt de long terme (10 ans)

Source : Banque central européenne

 
Graphique  1  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

14

Graphiques  2,  3  et  4  
 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 
Source  :  Source  :  Flash  Economie,  Natixis,  17/04/2013    

 

 

 

Source  :  Eurostat  

 
Exportations  (en  pourcentage  du  PIB  volume)  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Source  :  Flash  Economie,  Natixis,  23/09/2014  

15

 
Graphique  5  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source  :  Eurostat  
 

 
Graphiques  6  et  7  
 
Taux  de  croissance  annuel  des  encours  de  crédit  aux  sociétés  non  financières  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source  :  INSEE,  BCE  

 
 
 
 
 
 
 
 
 

16

Graphique  8  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Graphiques  9,  10  et  11  
 

 
 
 
 

Source  :  Flash  Economie,  Natixis,  23/09/2014  

Source  :  Flash  Economie,  Natixis,  21/03/2014  

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source  :  Flash  Economie,  Natixis,  29/08/2014  

17

Graphique  12  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Graphiques  13  et  14  
 
 
 
 

 
 
 
 
 

Source  :  Flash  Economie,  Natixis,  23/09/2014  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source  :  Eurostat  

18

Graphiques  15  et  16  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source  :  Destatis  

 
 

19