You are on page 1of 8

CONSTRUCTIONS CIVILES B1

Conservatoire
National
Des arts et métiers

Mr BENNABI Abdelkrim

Séquence 01 - Corrigé
CORRIGE DES EXERCICES DE LA SEQUENCE N°1

EXERCICE N°1 :

Retour au cours

1 - Vecteurs contraintes :
0 0 0  1 r
r
r
r
T (M , e1 ) = σ ⋅ e1 =  0 0 0   0  = 0
 0 0 σ   0


 0 0 0  0 r
r
r
r
T (M , e2 ) = σ ⋅ e2 =  0 0 0   1  = 0
 0 0 σ  0


 0 0 0  0
r
r
r
r
T (M , e3 ) = σ ⋅ e3 =  0 0 0   0  = σ e3
0 0 σ  1


r
2 - Vecteur contrainte relatif à la facette de normale unitaire n (n1 , n2 n3 ) :

 0 0 0   n1 
r
r
r
r
T (M , n ) = σ ⋅ n =  0 0 0   n2  = σ n3 e3
 0 0 σ   n3 


La contrainte normale relative à cette facette est donnée par la relation suivante :

r
r r
Tn = T (M , n ) ⋅ n
r
r
r
r
d’où : Tn = σ n3 e3 ⋅ (n1 e1 + n2 e2 + n3 e3 ) = σ n32
La contrainte tangentielle relative à cette facette s’obtient par la relation : Tt 2 = T 2 − Tn2
soit : Tt =

(σ n3 )2 − (σ n32 )2

= σ n3 1− n32

3 – Valeur de n3 pour laquelle la contrainte tangentielle est maximale :
Il s’agit de trouver la valeur de n3 telle que : dTt = 0

dn3

CNAM de Basse-Normandie
Reproduction et diffusion interdites sans l’accord de l’auteur

1/8

X3 Tn r n Tt r e3 r e2 X2 r e1 X1 EXERCICE N°2 : 1 – Contraintes s’exerçant sur les quatre faces du carré élémentaire : x2 A B x1 D Séquence 01.er3 ) = (± π4 ± 34π ) r Le vecteur n est donc élément d’un double cône d’angle au sommet π 4 .Conservatoire National Des arts et métiers soit : CONSTRUCTIONS CIVILES B1 Mr BENNABI Abdelkrim dTt = σ 1−n2 − σ n3 n3 = 0 3 dn3 1− n32 ce qui entraîne : 1− n32 = n32 ⇒ n3 = ± 1 2 r r ce qui permet d’obtenir les directions possibles entre les vecteurs n et e3 : (nr.Corrigé C 2/8 .

−1) r Le vecteur contrainte de normale extérieure − e2 est donné par :  1 − 2  0   2     =  − 2 0   −1  0  σ CD =  r Pour la face DA.Corrigé 3/8 .0) r Le vecteur contrainte de normale extérieure e1 est donné par :  1 − 2   1  1     = − 2  − 2 0   0   σ BC =  r Face CD : le vecteur unitaire normal à cette face est le vecteur −e2 = (0. le même procédé donne le vecteur contrainte de normale extérieure − e1 : σ DA =  −1   2   r r Les contraintes sont ici exprimées dans le repère (x1 . nous allons commencer par placer deux points diamétralement opposés (formant avec le centre du cercle – qui se trouve sur l’axe des σ . par les points correspondants sur le cercle de Mohr.1) Le vecteur contrainte  1 − 2 − 2  0  σ AB =  de normale extérieure r e2 est donné par : − 2   0    =   1 0     r Face BC : le vecteur unitaire normal à cette face est le vecteur e1 = (1. celui des contraintes représentées en rouge (contraintes tangentielles) est de 2.un angle de 180 ° . Appelons ces points les points I et J et les contraintes correspondantes les contraintes qui agissent respectivement sur les faces BC et AB.CONSTRUCTIONS CIVILES B1 Conservatoire National Des arts et métiers Mr BENNABI Abdelkrim r Face AB : le vecteur unitaire normal à cette face est le vecteur e2 = (0. avec le centre du cercle. Nous pouvons les représenter sur la figure cidessous : Le module des vecteurs contraintes représentés en vert (les contraintes normales) est de 1 (par exemple 1 MPa). x2 ) . N’oublions pas de prendre une convention de signe concernant le sens positif des contraintes tangentielles : Séquence 01. Ces points seront les points représentatifs des contraintes agissant sur deux faces perpendiculaires. x2 A B x1 M D C 2 – Cercle de Mohr des contraintes en M: Dans le repère (σ .τ ) . formant donc un angle moitié de celui formé.

Cette dernière agit dans le sens positif de la convention choisie. Elle est orientée dans le sens négatif par rapport à la convention choisie (son signe négatif est donc conservé).CONSTRUCTIONS CIVILES B1 Conservatoire National Des arts et métiers Mr BENNABI Abdelkrim r n τ >0 Construction du point I : La contrainte correspondante est : σ BC =  12  . Construction du point J : La contrainte correspondante est : σ AB =  − 2  . Les coordonnées du point J sont 0 et − 2 τ I 1 β -1 0 α 1 2 σ σI = 2. Le point I a par conséquent pour coordonnées 1 et 2 dans le repère de Mohr. de valeur 1. 0   La première composante. La seconde composante est une contrainte de cisaillement.Corrigé 4/8 . σII = -1 -1 J Séquence 01. est une contrainte normale.   La première composante. de valeur − 2 est une contrainte de cisaillement.

Corrigé 5/8 . dans la structure. dans le repère lié à la structure. La facette associée à σII sera celle qui fera un angle égal à la moitié de celui mesuré sur le cercle de Mohr (dans le même sens) . Ces deux points. 2 σII = -1 β/2 A x1 α/2 σI = 2 Pour trouver la direction de la deuxième contrainte principale (σII = -1).25° . Par conséquent. Nous appellerons ces deux contraintes principales σI et σII (σI = 2. Pour obtenir la facette correspondant à σII . les facettes correspondant à ces deux points font entre elles un angle de x2 α = 35. la face BC tourne dans le sens positif (de x1 vers x2 ) de 90 °. Le point I correspondant à la contrainte associée à cette face tourne.Conservatoire National Des arts et métiers CONSTRUCTIONS CIVILES B1 Mr BENNABI Abdelkrim r r Pour se confondre avec la face AB. de mesurer l’angle qui le sépare du point correspondant à σII . il suffit de partir d’un point connu sur le cercle de Mohr (un point dont on connaît la contrainte et la facette associées). Nous pouvons partir du point I. les contraintes principales sont celles qui agissent sur des faces où les contraintes de cisaillement sont nulles. lui. il s’agit donc des points qui ont une ordonnée nulle. Sur le cercle de Mohr. représentent les deux contraintes principales ainsi que les faces sur lesquelles elles agissent. Direction des contraintes principales : Nous allons de nouveau utiliser la propriété de la correspondance entre la rotation dans le repère réel lié à la structure et la rotation double sur le cercle de Mohr. Contraintes principales : Par définition. Séquence 01. d’abcisses –1 et 2. de 180° dans le même sens pour se confondre avec le point J. on tourne à partir de la face BC.5°). 5 °. σII = -1). Sur le cercle de Mohr. de β/2. l’angle α est mesuré avec un rapporteur (α = 70. Cet angle sépare le point I du point représentant la contrainte principale σI (et la facette sur laquelle elle s ‘exerce). L’angle β mesure 109.

Corrigé 6/8 . τ) donnent les valeurs des contraintes normale et tangentielle s’exerçant sur la facette correspondante (point B sur la figure précédente). Le point représentatif de la contrainte cherchée est obtenu en tournant sur le cercle de Mohr de 60° à partir du point I. τ I K 1 60° -1 0 1 2 σ -1 J Séquence 01. x2 B 30° A σ BC x1 est représentée par le point I sur le cercle de Mohr. Il s’agit de trouver la contrainte qui s’exerce sur la facette représentée au point B de la figure ci dessous. c’est le point K.CONSTRUCTIONS CIVILES B1 Conservatoire National Des arts et métiers Mr BENNABI Abdelkrim 3 – Contrainte sur la facette de normale extérieure faisant 30°avec l’axe Mx1 : La propriété de la correspondance entre la rotation dans le repère lié à la structure et la rotation double sur le cercle de Mohr est de nouveau utilisée. Nous connaissons la contrainte qui s’exerce sur la facette BC (facette représentée par le point A sur la figure). Ses coordonnées dans le repère (σ.

on obtient pour a la valeur a = − 2 . Leurs composantes sont données par la relation matricielle : [σ − λi I ] (X i ) = 0 .Corrigé 7/8 . en développant : (1 − λ )(− λ ) − 2 = 0 c’est-à-dire : λ2 − λ − 2 = 0 Les racines de cette équation sont : λ1 = 2 et λ2 = −1 Le tenseur des contraintes diagonalisé s’écrit : σ = 02 −01   Nous retrouvons bien les valeurs des contraintes principales obtenues graphiquement à l’aide de la représentation de Mohr. les composantes a et b sont données par : () () 1 − 2 − 2  a 0  − 2 −2  b = 0   ou :  −a − b 2 = 0  −a 2 − 2 b = 0 Ces deux équations sont identiques et donnent la relation suivante entre a et b : a = − b 2 Posons b = 1 . I étant la matrice unitaire. Les valeurs propres sont obtenues en résolvant l’équation ci-dessous en λ : σ − λ I = 0 . Cette relation s’écrit donc : 1 − λ − 2 = 0 − 2 −λ où. Il suffit par exemple de donner à la première ou à la deuxième composante la valeur 1 et d’en déduire l’autre. Ces dernières représentent les valeurs propres et les vecteurs propres correspondants du tenseur des contraintes. Directions principales : r r Soient X I et X II les directions principales cherchées. Les composantes sont obtenues à une constante près. i = 1 . r Pour la direction X I par exemple. 2 .CONSTRUCTIONS CIVILES B1 Conservatoire National Des arts et métiers Mr BENNABI Abdelkrim 4 – Diagonalisation du tenseur des contraintes : Il s’agit de retrouver analytiquement les contraintes et les directions principales. r   La direction principale cherchée est donc : X I =  − 2   1  Séquence 01.

25° σI = 2 ( r XI ) r r cos (35.414  Le vecteur unitaire de X I est eI =  0.25°) −0.Corrigé 8/8 .577  1   1  Séquence 01.CONSTRUCTIONS CIVILES B1 Conservatoire National Des arts et métiers Mr BENNABI Abdelkrim r  1   1    De même façon.816  =  −1.816 ≡  − 0. En effet.75° r eI 35. le produit scalaire X I ⋅ X II donne : r r X I ⋅ X II =  − 2   1   1  ⋅  2  = − 2 +1 = 0  1  2   r Nous pouvons procéder à une vérification des résultats obtenus graphiquement pour la direction X I : σII = -1 54.25°)  = 0. on trouve pour la seconde direction principale : X II =  2  r r On vérifie aisément que ces deux directions sont orthogonales.577     −sin (35.