You are on page 1of 23

En route vers la dissertation

Conceptualisation, problématisation,
thèse et argumentation

Savoir-faire à développer
Comment faire un texte argumentatif?
1)
2)
3)
4)
5)
6)

7)
8)

Formuler une problématique à partir de la question initiale.
Formuler une thèse en un seul énoncé et l’expliquer.
Établir un plan d’argumentation.
Énoncer chaque argument appuyant la thèse en un seul énoncé et
le développer de façon rationnelle.
Juger de la pertinence, de la cohérence et de la suffisance de
l’argumentation.
Choisir une objection contredisant un argument, remettant en
questions la thèse ou appuyant une thèse différente.
Formuler chaque objection en un seul énoncé et la développer de
façon rationnelle.
Prenez position: réfuter chaque objection pour défendre une thèse
qui vous semble « rationnellement justifiée ».

La définition
Conceptualiser consiste à développer sa
capacité de définir de façon claire et précise les
notions importantes qui résident dans la
question posée.
Ce nécessaire travail de précision du sens des
mots est une opération intellectuelle qui mène à
leur définition.

Conceptualisation
Attention: définir un mot ne revient pas à
reprendre ce que le dictionnaire en dit, car le
mot s’inscrit dans un contexte d’une controverse
sur une question sujette à discussion ou à débat.
Ex. Si vous parlez d’une droite ou de la droite, il
peut s’agir d’une ligne en géométrie ou de la
main droite, ou d’une tendance politique, etc.

Conceptualiser
C’est un effort de dépassement des idées floues
ou spontanées afin de cerner l’attribut essentiel
d’une chose en soi (ce par quoi elle se définie
fondamentalement) et les attribut propres du
sujet (telle chose en particulier).
Il faut s’entendre, selon le contexte, sur l’objet
ou le sujet du débat ou de la discussion.

La problématisation
La capacité de bien poser un problème est un
élément important. Il s’agit d’exposer le
problème philosophique impliqué dans une
affirmation ou une question incontournable
pour quiconque veut pratiquer la philosophie.
Problématiser, c’est formuler de manière
différente et plus précise l’objet du débat et le
sens de la question débattue.

La problématisation (théorie)
La problématisation est:
1) une opération intellectuelle qui consiste à
faire découvrir la question sous-jacente d’une
controverse;
2) en révélant les positions divergentes sur le
sujet
3) ou enchaînant une série de questions liées
4) visant à mettre en évidence les enjeux
fondamentaux de la controverse.

Problématisation (étapes)
La production d’une bonne problématique
comporte les étapes suivantes:
1) Nommer la nature de la controverse
2) Reconnaître et décrire les positions divergentes
en présentant les camps qui s’opposent
3) Montrer les conséquences et les enjeux de
chaque position
4) Reformuler la question initiale par une question
nouvelle, plus significative, plus précise et plus
claire, afin d’engager le débat avec plus
d’information.

Exemple de controverse et de question
de départ
Controverse:
La hausse des frais de scolarité.

Question:
Faut-il être pour ou contre la hausse des frais de
scolarité?

Problématisation possible
Une des questions sous-jacentes est celle de savoir :
« Est-ce que la hausse des frais de scolarité est une bonne
ou mauvaise décision politique? »
Positions divergentes:
Certains sont pour d’autres sont contre la hausse des frais.
D’une part, il y a ceux qui sont pour et qui considèrent que
les étudiants doivent tous payer davantage pour leurs
études et que ce n’est pas à la société ou au gouvernement
de payer pour eux .
D’autre part, il y a ceux qui sont contre et qui croient que le
gouvernement et l’ensemble des citoyens doivent
contribuer à ce que l’accès aux études soit le plus universel
possible et le moins cher pour l’étudiant.

Enchaînement de questions
On peut se demander:
Est-ce que l’éducation coûte trop cher à la société
et au gouvernement? Est-ce vrai que les étudiants
ne paient pas assez pour leurs études?
Pouvons-nous nous permettre collectivement
d’offrir un accès universel à l’éducation par la
gratuité scolaire?
Pouvons-nous permettre aux gens des classes
moyenne et pauvre de ne pas trop s’endetter
personnellement et trouver une autre solution?

Position 1
Si on ne permet pas à tous d’avoir accès à
l’éducation, n’y a-t-il pas ici une forme
d’injustice? Est-ce qu’on respecte l’égalité des
chances et l’accès aux professions importantes?
N’est-ce pas une forme de régression, un retour
aux sociétés aristocratiques où seuls les riches
pouvaient envoyer leurs enfants aux études
supérieures?

Position 2
Par ailleurs, qui va payer pour les étudiants qui
échouent leurs cours, qui vont à l’école à rabais
sur le bras des contribuables? Qui doit financer
les universités? Pourquoi les étudiants
québécois ne payeraient-ils pas leurs études à la
hauteur des étudiants des autres provinces?
D’un point de vue pragmatique, diplômer
quelqu’un, ça coûte cher, et il faut payer pour ça
non?

Enjeux fondamentaux:
Quelle est notre conception de l’éducation et de son
importance pour le développement de la société?
Dans quelle société nous voulons vivre?
De quelle manière nous devons envisager l’accès aux
études post-secondaire?
Devons-nous considérer l’éducation comme un privilège,
un droit, un bien de consommation, et l’étudiant comme
un client ou un membre à part entière d’une société de
citoyens ayant tous la chance d’être également éduqués?
Hausser les frais de scolarité est-ce une bonne chose du
point de vue de la justice et des valeurs d’équité des
chances?
Il s’agit d’une question à la fois politique et morale.

Reformulation de la question initiale:
« Comment doit-on envisager le financement de
l’éducation et l’accès à l’éducation?
Important:
Il n’existe pas qu’un seul chemin menant à la découverte
des divergences et des enjeux de la controverse. Pour
formuler une question personnelle, donc reformuler la
question initiale de manière moins générale et plus
significative, il faut penser à la chose sur laquelle on veut
réfléchir et connaître des positions divergentes. Ça prend
un minimum de discussions, de lectures et de réflexions
personnelles.

Thèse
La thèse est l’énoncé qui exprime le point de vue
que l’on entend défendre; elle est la conclusion
à laquelle l’ensemble du propos doit nous
conduire.
Identifier ou choisir la thèse est la première
étape de l’analyse ou de l’élaboration d’un
discours argumentatif:
1) De quoi l’auteur veut-il me convaincre?
2) De quoi dois-je tenter de convaincre?

Jugement et démonstration
La thèse se présente comme un jugement de
réalité, de valeur ou de prescription. Il faut prendre
parti sur une questions philosophiques. Il ne faut
défendre qu’une seule thèse par dissertation.
Selon la nature de l’énoncé, la thèse sera défendue
et appuyée en démontrant l’existence du fait
affirmé, en justifiant la valeur défendue ou en
fondant la prescription suggérée.

Définition et clarification
Il faut porter attention aux mots qui énoncent la
thèse et saisir les nuances qu’ils transmettent.
Ex1: « On doit accepter de mourir pour ses
idées » n’équivaut pas à « On peut mourir pour
ses idées ».
Ex2: « Jamais le corps humain ne doit faire
l’objet de rapports marchands » et « Il faut
éviter le plus possible que le corps humain
puisse faire l’objet de rapports marchands ».

Argumentation
Chaque argument doit être formulé en un seul
énoncé. Il s’agit encore soit d’un jugement
d’observateur, d’un jugement d’évaluateur ou
d’un jugement de prescripteur.
Le développement de l’argument vise à établir le
bien-fondé de l’énoncé en l’expliquant, le
démontrant et l’illustrant (images et exemples),
et à convaincre rationnellement de sa force pour
faire accepter la thèse.

Les arguments 1
Énoncé d’un fait:
1) Exposition du fait.
2) Preuve de son existence.
3) Preuve de son observation.
4) Valeur du témoignage.
5) Valeur de la connaissance.
6) Justification de l’interprétation du fait.
7) Valeur probante au soutien de la thèse.

Les arguments 2
Énoncé portant sur une valeur:
1) Justification du choix de cette valeur.
2) Définition et interprétation adoptées.
3) Valeur et pertinence de cette définition ou
interprétation par rapport aux autres
définitions et interprétations possibles.
4) Lien entre cette valeur et la thèse.

Les arguments 3
Énoncé portant sur une prescription:
1) Identification du jugement initiant la
prescription.
2) Justification de ce jugement selon qu’il est un
jugement de réalité ou un jugement de valeur.
3) Valeur de la justification d’un point de vue de
son fondement épistémologique (niveau
universitaire)
4) Lien entre le jugement de prescription et la
thèse.

Récapitulatif
1. Une question initiale: une controverse.
2. Reformulation de la question initiale dans le cadre d’une
problématique.
3. Produire une thèse: votre opinion à défendre, votre
solution au problème.
4. Produire un argument pour justifier votre thèse.
L’argument est une raison invoquée qui fait accepter la
thèse.
5. Utiliser une source comme fondation pour appuyer votre
argument et lui donner plus de crédibilité.
6. Produire une objection et une réplique. Objecter consiste
à opposer un argument à la thèse que l’on entend
défendre pour en vérifier le bien-fondé.