You are on page 1of 3

La hiérarchie des sources du droit pénal après l'entrée en vigueur de la

question prioritaire de constitutionnalité.
Dans le système juridique d’un État de Droit, la hiérarchie des normes est un principe
qui détermine l’importance et la place hiérarchique de l’ensemble des normes qui le
gouvernent afin d'en garantir la cohérence juridique . Ce principe repose sur le
principe qu’une norme juridique doit respecter celles qui se trouvent à un niveau
supérieur à la sienne. Dans notre système juridique, la hiérarchie des normes est un
principe fondamental qui organise et régit le droit français. Cependant , la hiérarchie
des normes rencontrent certaines difficultés mais celles ci ont notamment été
surmontés par la mise en place de la question prioritaire de constitutionnalité . La
question prioritaire de constitutionnalité a été instaurée par la réforme
constitutionnelle du 23 juillet 2008. Avant la réforme, il n'était pas possible de
contester la conformité à la Constitution d'une loi déjà entrée en vigueur.
Désormais,c'est le droit reconnu à toute personne qui est partie à un procès ou une
instance de soutenir qu'une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés
que la Constitution garantit .(Article 61-1 de la Constitution). Si les conditions de
recevabilité de la question sont réunies, il appartient au Conseil constitutionnel, saisi
sur renvoi par le Conseil d'État et la Cour de cassation de se prononcer et, le cas
échéant, d'abroger la disposition législative. Cette Qpc permet ainsi un renforcement
et un contrôle de la hiérarchie des normes mais cette apport positif reste restreint .
Donc ce qui nous amène à étudier quel est l'apport de la qpc après son entrée en
vigueur dans la hiérarchie des normes? Il s'agira alors de voir la question prioritaire de
constitutionnalité comme le facteur d'une nouvelle hiérarchie des normes (I)
cependant cet impact positif reste limité (II)
I- La question prioritaire de constitutionnalité: une remise en forme de la
Hiérarchie des normes
Il conviendra dans cette partie d'étudier la revalorisation de la prééminence de la
constitution (A) ainsi qu'une progression de la qualité de la loi (B)
A)Réaffirmation de la primauté de la constitution
Cette réforme relative à la question prioritaire de constitutionnalité a un triple objectif
en effet elle permet de donner un droit nouveau au justiciable en lui permettant de
faire valoir les droits qu'il tire de la Constitution , de purger l'ordre juridique des
dispositions inconstitutionnelles mais aussi d'assurer la prééminence de la Constitution
dans l'ordre interne. C'est ce dernier objectif de l'introduction de la QPC qui est de
réaffirmer la prééminence de la Constitution dans la hiérarchie des normes .
Celle ci a rencontré des difficultés notamment par la montée du droit
international, et notamment du droit européen à travers la CEDH. La QPC est
"prioritaire" car elle doit être examinée en priorité, c’est-à-dire avant le contrôle de
conventionnalité c'est-à-dire de l'examen de la conformité de loi française aux traités
internationaux mais aussi au sujet des questions préjudicielles . Le principal intérêt de
cette réforme est de permettre au conseil constitutionnel de mettre le droit français en
conformité avec la conception contemporaine des droits et libertés. En effet lorsque la
question prioritaire de constitutionnalité est posée soit le Conseil déclare la disposition
législative conforme à la Constitution donc cette disposition conserve sa place dans
l'ordre juridique interne ; soit le Conseil déclare la disposition législative contraire à la
Constitution .La décision du Conseil constitutionnel a pour effet d'abroger cette
disposition qui disparaitra de l'ordre juridique. La déclaration d'inconstitutionnalité
bénéficie en principe à la partie qui a présenté la QPC, à toutes celles qui ont des QPC
pendantes sur la même disposition ou à celles qui avaient des instances en cours

à travers la mise en place de la question prioritaire de constitutionnalité nous ne retenons pas que l'aspect positif car cette nouvelle procédure qui confère un droit plus étendu aux justiciables reste assez restreinte .On parle de purge de l'ordre juridique des dispositions législatives inconstitutionnelles.cette procédure conduit à l'abrogation par le conseil constitutionnelles des dispositions contraires à la constitution. L'article 222-33 du code pénal a donc été abrogé et s'est vu ajouté de nouveaux termes précis et claires . . En effet dans cette décision .Un impact positif sur la hiérarchie des normes mais limité Il conviendra dans cette seconde partie d'étudier les conditions d'acceptation de la question prioritaire de constitutionnalité (A) mais également les critiques faites sur celle ci notamment avec certains vide juridique qu'elle créée (B).mettant en jeu cette disposition. En droit général erga omnes veut dire qu'un acte.Pour être recevable. II. La QPC peut être soulevée au cours de toute instance devant toute juridiction. la réaffirmation de la constitution n'est pas le seul résultat de cette qpc mais il y a aussi une certaine amélioration de la loi qui en ressort. une décision ou un jugement a un effet à l'égard de tous. Ce moyen peut être soulevé pour la première fois en appel ou en cassation mais ne peut en aucun cas être relevé d'office par le juge. et non seulement à l'égard des personnes directement concernées. Ce fut la première fois que le sages ont eu à examiner la constitutionnalité de cette loi étant donné qu'à l'époque les parlementaires n'avaient pas pris de décision. En outre. d'éclaircir une loi notamment comme dans la décision du 4 mai 2012 (n°11-8577) . Elle peut ainsi être mieux appréciée par le juge et interprétée. B) Amélioration de la qualité de la loi Ce principe de question prioritaire de constitutionnalité qui permet un contrôle à postériori permet de préciser . La question prioritaire de constitutionnalité permet donc un éclaircissement et une précision de la loi. Néanmoins . le conseil constitutionnel dans sa décision du 4 mai 2012 a déclaré que les critres de l'article 222-33 du code pénal étaient flous et pas assez explicites . Pour éviter tout utilisation abusive. Néanmoins. qu'elle relève du Conseil d'État ou de la Cour de cassation. des conditions doivent être remplies pour poser une question prioritaire de constitutionnalité. . Ainsi. l’instauration de la QPC a permis de « purger » les lois inconstitutionnelles . L’ajout en droit interne de cette procédure de contrôle de constitutionnalité a posteriori a permis la réalisation d’un contrôle total de la constitutionnalité des lois . A)Accès à la qpc limité par des conditions de recevabilité Effectivement. le justiciable accusé de harcèlement sexuel sur plusieurs de ses secrétaires a posé une question prioritaire de constitutionnalité en précisant que l'article 222-33 du code pénal relatif au harcèlement sexuel n'était pas assez clair et précis puisque le citoyen en savait pas ce qu'il pouvait ou ne pouvait pas faire . Le Conseil Constitutionnel se retrouve donc aux dessus des Cours suprêmes de chaque ordre sans créer toutefois une hiérarchie. En effet ce contrôle à posteriori montre une progression de la qualité de la loi . mais qui risque tout de même de créer des conflits de compétence. le juge ne transmet la question prioritaire de constitutionnalité à la juridiction suprême de son ordre juridictionnel que si 3 . la question prioritaire de constitutionnalité doit être présentée dans un écrit motivé et distinct des conclusions au fond. Ces décisions produisent un effet erga omnes . le constituant a voulu réaffirmer la place de la Constitution au sommet de la hiérarchie des normes.

elle a aussi fait polémique. les classant ainsi sans suite . Le conseil constitutionnel dispose d'un délai de 3 mois pour évaluer la question posée . Donc aspect d'une question nouvelle . par exemple quand le CC a décidé que l'article 222-33 du code pénal relatif à harcèlement sexuel n’était pas conforme à la constitution et qu'il l'a abrogé en mai 2012 on s'est trouvé dans un vide juridique jusqu'à ce qu'une nouvelle loi soit votée et promulguée en août 2012. nous pouvons constaté une limite de la question prioritaire de constitutionnalité qui ne peut ainsi pas être posé de façon abusive . et une précision . la disposition doit présenter un caractère sérieux ou nouveau . A travers ces trois conditions de recevabilité .la disposition contestée est applicable au litige ou à la procédure. en non-lieu ou en relaxe mais également de nombreux dépôts de plaintes ou encore des manifestations. Tout d'abord . Les associations réclamaient un différé avant que la loi ne soit votée afin de ne pas stopper les affaires en cours . de plus l'article avait été reconnu comme inconstitutionnel. Mais le caractère immédiat de la question prioritaire de constitutionnalité ne le permettait pas . Bien souvent la QPC a fait progresser le droit des justiciables. soit d'une date ultérieure qu'il fixera. le conseil constitutionnel a déclaré que l'article était inconstitutionnel car sa définition était trop floue .conditions sont remplies. Comme avec l'abrogation de l'article 222-33 du code pénal relatif au harcèlement sexuel créé une polémique. un vide apparaît puisque cette abrogation du 4 mai 2012 a eu pour conséquence d'annuler toutes les procédures pénales en cours . En effet au niveau juridique . Malgré le vide juridique que celle ci a créé montrant une limite du caractère immédiat de la qpc. Enfin . ce caractère immédiat de la qpc n'est pas toujours bien percu . B) Conséquence de la qpc: création d'un vide juridique Comme nous l'avons vu ci dessus . ou constitue le fondement des poursuites . Ensuite . La qpc a permit l'élargissement du droit du justiciable mais aussi une clarté de la loi . Si le juge du conseil constitutionnel décide que la disposition législative critiquée est contraire à la Constitution. la troisième étant remplacée par l'examen du caractère nouveau ou sérieux de la question. Cette décision rendue a montré que la qpc avait pour but de purger l'ordre juridique des dispositions législatives inconstitutionnelles . Comme cela a été décidé le 4 mai 2012 avec l'abrogation de l'article 222-33 du code pénal relatif au harcèlement sexuel . Cependant . . Par la suite ce sont le Conseil d'Etat et la Cour de Cassation qui examineront ces conditions. la question prioritaire de constitutionnalité a un caractère immédiat puisque celle-ci est prioritaire . celle ci reste très populaire.la disposition contestée n'a pas déjà fait l'objet d'une déclaration de conformité à la Constitution dans les motifs et le dispositif d'une décision du Conseil Constitutionnel. afin de déterminer si la question doit être adressée au Conseil Constitutionnel. En effet . sauf changement des circonstances de fait ou de droit. il décidera de son abrogation à compter soit de la publication de sa décision.