You are on page 1of 3

LIBERTE

Jeudi 27 novembre 2014

UNIVERSITÉ DE TIZI OUZOU

BRÈVES du Centre

Le syndicat des
fonctionnaires tire
la sonnette d’alarme

TIPASA

Arrestation d’un groupe
de malfaiteurs

n La BMPJ de Tipasa a procédé, lundi
vers 21h30, à l’arrestation d’un
dangereux groupe composé de quatre
malfaiteurs en possession d’armes
blanches, a indiqué le représentant
de la cellule de communication de la
sûreté de la wilaya. Agissant sur
informations, les éléments de la BMPJ
ont repéré un véhicule suspect de
marque Toyota Hilux avec à bord
trois individus (T. F., B. L. et Y. A.) dont
l’âge varie entre 26 et 28 ans,
originaires de la commune de Tipasa,
a précisé la même source. Lors de la
fouille dudit véhicule par la police
judiciaire, un harpon, une bombe
lacrymogène, deux barres de fer et
une longue épée ont été découverts,
dissimulés à l’intérieur du véhicule.
Les quatre malfaiteurs ont été placés
sous mandat dépôt par le procureur
du tribunal de Tipasa à la maison
d’arrêt de Hadjout pour constitution
d’un groupe de malfaiteurs avec port
d’armes prohibées, a précisé la même
source.

Analysant ce qu’il qualifie de marasme, le même syndicat a expliqué que sur le plan
pédagogique, l’anarchie qui règne à l’université a réduit la qualité de l’enseignement à
son niveau le plus bas qu’a connu l’université depuis sa création.
e syndicat autonome des
fonctionnaires de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou a
dressé, mardi, un tableau
des plus sombres sur la situation pédagogique et administrative
qui prévaut au sein de cette institution
de l’enseignement supérieur dans la
wilaya. “Depuis quatre ans, l’université de Tizi Ouzou vit dans un marasme qui s’amplifie à une échelle vertigineuse sur le plan pédagogique,
gestion administrative, relation et
conditions de travail” lit-on dans la déclaration rendue publique par ce
syndicat qui dit être persuadé que la
solution à cette situation ne peut venir que du départ immédiat du recteur et la démission de tous les responsables qui ont cautionné cette
faillite. Tout en estimant que cette situation ne saurait durer plus longtemps et que la majorité silencieuse
doit prendre conscience et réagir, le
syndicat des fonctionnaires de l’université, jusque là inconnu sur la scène syndicale, dit n’avoir cessé d’alerter la communauté universitaire sur
les dérives à bannir pour permettre à
cette institution qui porte le nom de
l’illustre Mouloud Mammeri de reprendre la place qui doit être la sienne, à savoir une université performante et innovatrice. Analysant ce
qu’il qualifie de marasme, le même

L

B. BOUZAR

VOL DE CHEPTEL À EL-AZIZIA (MÉDÉA)

D. R.

4 individus arrêtés par
la Gendarmerie nationale

Le syndicat est persuadé que la solution à cette crise ne peut venir qu’après le départ immédiat du recteur et la démission
de tous les responsables qui ont cautionné cette faillite.

syndicat a expliqué que sur le plan pédagogique, l’anarchie qui règne à
l’université a réduit la qualité de l’enseignement à son niveau le plus bas
qu’a connu l’université depuis sa
création. Sur le plan de la gestion administrative, dénoncent les auteurs de

la déclaration, “les prérogatives de
tout un chacun sont bafouées au point
où une administration parallèle a vu
le jour”. “Concernant les conditions de
travail, c’est une politique de division
qui a été mise en place pour mieux régner et détruire toute relation entre les

différentes composantes de l’université, à savoir les étudiants, enseignants
et les ATS”, a dénoncé encore le syndicat dans son document.
SAMIR LESLOUS

TAMANRASSET

Ouverture du 1er séminaire sur la dimension
africaine de la guerre de libération
a dimension africaine de la résistance et
la guerre de libération nationales” est
l’intitulé du séminaire organisé, lundi et
mardi derniers, à la maison de la Culture de la wilaya de Tamanrasset. Cet événement historique, initié par le ministère des Moudjahidine, entre dans
le cadre de la célébration du 60e anniversaire du déclenchement de la guerre contre le joug colonial
français.
Dans son allocution d'ouverture, le ministre des
Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a, en présence des
autorités locales, de la famille révolutionnaire et des
notables de l’Ahaggar, mis en exergue l'importance de cette rencontre dans la relation des épopées
réalisées pendant la Révolution, mais aussi la détermination de l'Etat à dépoussiérer des pans entiers de l'histoire nationale. Pour porter leurs té-

“L

moignages, les compagnons d'armes des commandants du front du Sud, en l'occurrence Ahmed
Draïa, Mohamed Chérif Messadia, Goumama
Illou, Abdellah Belhouchet et Hadj Bensebgag
ont également pris part à ce rendez-vous auquel ont
été conviés d'éminents chercheurs et historiens universitaires.
Ces derniers ont animé plusieurs conférences sur
la thématique. Mohamed Hoggari, enseignant au
centre universitaire de Tamanrasset, a, dans son exposé, évoqué les positions indéfectibles de l'Algérie de soutien aux causes justes et à l'autodétermination des peuples, en plus de ses positions relatives
au développement de l'Afrique. De son côté, Mohammed-Lahcen Zeghidi, professeur à l’université d’Alger, a axé son intervention sur les visées de
la France coloniale et sa stratégie menée au Saha-

ra algérien durant la période s’étalant entre 1947 et
1962. Tout en rappelant le rôle du front du Sud, qui,
faut-il le rappeler, constituait la base arrière de l'Algérie avec les pays voisins, Mahmoud Guemmama,
moudjahid et membre du comité central du FLN,
est revenu, pour sa part, sur la résistance de l’Ahaggar et la mobilisation des enfants du Grand-Sud
dans les rangs de l'Armée de libération nationale
à l'effet de contrecarrer les desseins du colonialisme. Une exposition de photos et des projections de
films et documentaires ont aussi été au menu de cette rencontre, ponctuée par des sorties dans les endroits où se sont déroulées les plus importantes batailles de l'histoire de l'Ahaggar comme Tahart et
Tenessa.
RABAH KARECHE

PROBLÈME DES ORDURES A AKBOU

Le wali appelle les habitants de Biziou à la raison
e problème des ordures dans la
ville d’Akbou en raison de la fermeture de la décharge située à
Biziou dans la commune d’Amalou
par des citoyens, a été au menu d’une
réunion avant-hier, au siège de l’APC
d’Akbou. Une réunion à laquelle ont
pris part le wali de Béjaïa, des élus locaux, des membres de l’APW et des directeurs de wilaya.

L

9

L’Algérie profonde

Le wali de BéjaÏa, qui a appelé en l’occasion les auteurs de la fermeture de
cette décharge à la raison, a réitéré sa
promesse que cette dernière sera fermée définitivement dans les mois à venir puisqu’un centre d’enfouissement
technique verra le jour à Akbou.
Dans ce sillage une décision a été prise pour entamer une opération de nettoyage durant trois jours dans la vil-

le d’Akbou en procédant au transfert
des ordures à la décharge de Boulimat.
En attendant, une visite du chef de
l’exécutif dans la localité de Biziou
pour tenter de dénouer la situation est
prévue dans les prochains jours. Ahmed Hamou Touhami a affirmé
qu’une enquête a été ouverte par la
gendarmerie de Béjaïa pour déterminer quels sont les instigateurs à

l'origine de la fermeture de la décharge
de Biziou.
Il a annoncé par ailleurs qu’une station d’épuration et un projet de centre
de récupération et de recyclage des ordures ménagères confié à une entreprise coréenne verront le jour à Akbou.
H. KABIR

n Un groupe de voleurs de cheptel
composé de 4 individus a été mis hors
d'état de nuire, à l'issue d'une
opération de recherche menée par les
éléments de la Gendarmerie
nationale relevant de la compagnie
d'El-Azizia, 100 km à l'est du chef-lieu
de wilaya. C'est à la suite d'une
plainte faisant état du vol de neuf
ovins de l'étable appartenant au
citoyen B. M., âgé de 90 ans, que
l’affaire a été prise en main par les
enquêteurs. Mais les soupçons de la
victime sur l’auteur du vol se sont
vite avérés fondées, après avoir
remarqué l’absence de son fils aîné,
âgé de 41 ans, du domicile familial
depuis le jour du forfait. En effet,
l’épouse de la victime, qui avait
constaté la disparition des clés de
l’étable, habituellement accrochées
au mur de la cuisine, a signalé à son
vieil époux que ses ovins ont été
volés. Arrêté par les enquêteurs, le
fils aîné a fini par avouer être
l’auteur du vol en compagnie de
quatre autres complices âgés entre 22
et 35 ans. Présentés devant le
procureur de la République près le
tribunal de Tablat, trois des prévenus
ont été placés en détention
préventive, alors que pour les deux
autres, l’un a été mis sous
surveillance judiciaire, et l’autre a
bénéficié de la citation directe.
M. EL BEY

BLIDA

Clôture des portes ouvertes
des CRMA

n A l’issue des portes ouvertes
organisées par les CRMA de la wilaya
de Blida (El Affroun, Boufarik et
Larba) du 23 au 27 courant, la clôture
de cet évènement qui rassemblera les
agriculteurs, éleveurs et
professionnels de la corporation
agricole de la wilaya, a lieu
aujourd’hui à la ferme pilote
Mohamed Ben Abdelkader de
Mouzaïa, à vocation céréalière et qui
compte des céréaliculteurs ayant
dépassé l’objectif du seuil de
production des 50qx/ha. La journée
d’information et de sensibilisation
sera animée par des spécialistes des
assurances et des experts agricoles. Le
directeur de la CRMA d’El Affroun,
Youcef Menad, qui parle d’important
évènement à propos de ces portes
ouvertes, indique que “tous les
facteurs sont réunis pour la réussite
de cette journée de clôture, tant sur le
plan humain que matériel, en vue de
contribuer à l’amélioration du secteur
agricole”.
FATIHA SEMAN

10 L’Algérie profonde

Jeudi 27 novembre 2014

LIBERTE

POUR PRÉVENIR LES DANGERS DU GAZ À GUELMA…

BRÈVES de l’Est
BORDJ BOU-ARRERIDJ

Les habitants de Machraâ bloquent la RN106 

Des dizaines d’habitants du village d’ElMachraâ, dans la commune de Medjana, une
quinzaine de kilomètres au nord du chef-lieu de la
wilaya de Bordj Bou-Arréridj, ont bloqué, hier
matin, la RN106 qui mène vers Béjaïa, en signe de
protestation contre le manque de gaz naturel. Des
barricades ont été dressées, des pneus et autres
objets hétéroclites ont été brûlés et la circulation
routière a été bloquée. Dans une plateforme de
revendications (copie remise à notre bureau de
rédaction), les contestataires reprochent aux
responsables la situation précaire dans laquelle ils
vivent depuis des années. Ils citent, entre autres, le
manque de gaz naturel. “Nous avons contacté les
responsables à plusieurs reprises mais en vain. Avec
la saison du froid, les vendeurs de gaz butane
doublent et parfois triplent les prix”, disent les
protestataires qui réclament le raccordement de
leur localité au réseau de gaz naturel.

Campagne de sensibilisation
pour éviter d’autres drames
L’opération est appelée à se poursuivre dans les autres daïras de la wilaya de Guelma
durant les semaines prochaines.

CHABANE BOUARISSA

TÉLÉGHMA (MILA)

Le maire suspendu de ses fonctions

D. R. 

Conformément aux dispositions du code
communal, le wali de Mila a décidé, ce lundi, de la
suspension du maire de la commune de Téléghma,
poursuivi en justice dans plusieurs affaires. En
effet, le P/APC de la commune de Téléghma,
d’obédience FFS, vient d’être relevé de ses fonctions
à cause de ses démêlés avec la justice. Le wali de
Mila a, en effet, décidé de sa suspension suite à
une note émanant du procureur général du
tribunal d’El-Khroub, à Constantine, selon laquelle
le maire concerné est poursuivi en justice dans de
nombreuses affaires. A souligner que, suivant les
dispositions du code communal, est passible de
suspension de ses fonctions tout élu municipal
ayant des problèmes avec la justice. Rappelons que
le maire de Téléghma est le deuxième président
d’APC à Mila à être relevé de ses fonctions en
l’espace d’un mois, après celui de Oued Athmania.

Chaque saison hivernale, des drames causés par inhalation de monoxyde de carbone endeuillent de nombreuses familles.

K. B.

SPÉCIALISÉE DANS LES AGRESSIONS ET LE TRAFIC DE
DROGUE

Une bande de malfaiteurs neutralisée
à El-Tarf 

Les éléments de la brigade de lutte contre les
stupéfiants ont mis hors d’état de nuire, avanthier, une bande organisée spécialisée dans le trafic
de drogue et les agressions, et qui activait sur l’axe
El-Tarf-Annaba. Composée de trois individus
originaires de la wilaya d’Annaba, la bande ciblait,
selon des sources concordantes, les collégiens au
sortir des lycées. Les trois mis en cause ont été
arrêtés, alors qu’ils étaient à bord d’un véhicule, en
possession de 15,5 grammes de kif et 39 boîtes de
psychotropes Rimofed. Les enquêteurs ont
également saisi des armes blanches utilisées dans
les agressions ainsi que la somme de 37 646 dinars.
Par ailleurs, lors de la perquisition du domicile de
l’un des trois dealers, situé à Annaba, les policiers
découvrent 1 kilo de kif traité. Les trois mis en
cause ont été écroués.
TAHAR B.

CHELGHOUM-LAID (MILA)

Alerte à la jaunisse dans les établissements
scolaires 

Certains établissements du secteur éducatif
sont en proie, depuis quelques semaines, à la
jaunisse, une maladie qui a motivé l’alerte donnée
aux unités de dépistage scolaire (UDS) pour
circonscrire le mal, d’une part, et identifier les
facteurs pathogènes qui en sont la cause, d’autre
part. En effet, de nombreux cas de jaunisse ont été
enregistrés, ces dernières semaines, en milieu
scolaire à Chelghoum-Laïd, une dizaine au total,
selon le directeur du secteur, ce qui a nécessité le
renvoi chez eux des élèves malades. Selon des
textes publiés sur la page facebook Chelghoum
Laïd news, “la maladie s’est répandue tant dans les
écoles primaires que dans les collèges et les lycées, et
que le facteur pathogène le plus suspecté reste l’eau
qui coule des robinets de ces établissements
scolaires”. Le directeur de la santé publique de Mila
a confirmé, pour sa part, ce lundi, l’apparition de la
maladie à Chelghoum-Laïd en expliquant,
toutefois, que la situation n’a rien d’inquiétant et
que les unités de dépistage scolaire sont à pied
d’œuvre sur place. Signalons qu’en guise de
mesure préventive, de nombreux établissements
scolaires de la ville interdisent carrément à leurs
élèves, depuis plus d’une semaine, de consommer
l’eau de robinet dans leurs écoles.
KAMEL B.

es responsables de la SDE
(ex-Sonelgaz) organisent
avec le concours des services de la Protection civile, de la direction de la
santé, de la direction de
l'éducation et du Croissant- Rouge algérien, une vaste campagne de sensibilisation aux dangers du gaz. À l'approche de la saison hivernale, les citoyens recourent au chauffage en utilisant des appareils alimentés par le gaz
de ville, et des drames ont endeuillé
beaucoup de familles ! Un cadre de la
SDE nous confie : “Ces drames auraient pu être évités si les usagers
avaient respecté les consignes de sécurité. De nombreux cas d'asphyxie ont
causé des victimes dans les zones urbaines et rurales, car les appareils
n'ont pas été contrôlés par des professionnels, et ce laisser-aller a été fatal !”.
Dans ce contexte, la SDE a entamé,
cette semaine, une tournée de sensibilisation et de prévention dans la daïra de Bouchegouf, puisque depuis
dimanche, des équipes pluridisciplinaires sont  dans  des établissements
scolaires pour inculquer aux élèves des
trois cycles les précautions à prendre
pour se prémunir d'une catastrophe

L

due à l'inhalation de monoxyde de
carbone. Des explications détaillées
par le biais de data-show et des démonstrations sont exposées aux enfants qui les transmettront à leurs parents et proches. Les premiers gestes
de secours sont initiés au secteur éducatif qui a le devoir de vulgariser ces
messages cruciaux aux familles, car il
suffit d'un simple geste pour sauver
des vies humaines. La radio régionale médiatise cette campagne, et des auditeurs interviennent pour s'enquérir
des mesures préventives qui s'imposent. Une mère de famille est formelle : “Avant l'entame de l'hiver, nous faisons appel à un professionnel qui
contrôle tous nos appareils ménagers,
chauffage, chauffe-bain et autres, et les
met en service pour s'assurer de leur
bon état de fonctionnement. D'autre
part, tous les deux ans, nous ramonons
les gaines de cheminées par mesure préventive. Nous préférons dépenser
quelques centaines de dinars et nous
permettre une sécurité totale dans
notre foyer”. Cette campagne est appelée à se poursuivre dans les autres
daïras de la wilaya de Guelma durant
les semaines prochaines.

… et à Constantine 

Comme chaque année, la Protection civile, en
coordination avec la Société de distribution
d’électricité et du gaz (SDE) de l’Est a lancé sa
campagne de sensibilisation et de prévention sur le
danger de l’asphyxie au monoxyde de carbone,
provoquée par le gaz naturel et le gaz butane. Cette
compagne durera tout au long de la période hivernale
et touchera les 12 communes de la wilaya de
Constantine, a-t-on appris, hier, auprès du responsable
de la prévention, le capitaine Lagraâ Abderrahmane.
Des visites de sensibilisation sur les risques d’asphyxie
au gaz sont prévues pour les localités ayant
récemment bénéficié d’une mise en service du gaz de
ville, des logements récemment livrés et au sein des
établissements scolaires et des centres de formation.
“La plupart des décès par inhalation du monoxyde de
carbone sont dus à des erreurs de sécurité et la
mauvaise ou le manque d’aération et la non-conformité
des équipements de chauffage”, a précisé le capitaine
Lagraâ. Pour rappel, les services de la Protection civile
de Constantine ont enregistré au cours des 10 premiers
mois de l’année en cours, un total de 36 interventions
spécifiques aux accidents domestiques dus au gaz. Ces
interventions ont permis de secourir 33 personnes,
alors que durant la période de l’année 2013, les mêmes
services ont malheureusement recensé 2 décès et 56
personnes secourues dans 43 interventions.
HOUDA CHIED

HAMID BAALI

LUTTE CONTRE LES INONDATIONS À OUM EL-BOUAGHI

La qualité des études et réalisations :
une nécessité
e dossier relatif aux grands
risques des inondations
dans la wilaya  d'Oum ElBouaghi a fait l'objet d'une séance de travail mardi, au siège de la
wilaya. La séance de travail présidée par Med Tahar Mélizi, délégué national  aux grands risques
et inspecteur au ministère de
l'Intérieur et des Collectivités locales, a porté sur la situation du
plan de protection des agglomé-

L

rations de la wilaya contre les
inondations. Lors de son intervention, le secrétaire général de la
wilaya a mis en exergue l'inscription de 28 opérations, parmi
lesquelles 9 ont été réalisées, 10
sont en cours et 9 autres à l’étude.
De son côté, le directeur de la Protection civile a révélé le bilan de
la dernière décennie, où 167
inondations ont été enregistrées.
Le directeur de l'hydraulique a,

quant à lui, saisi l'occasion pour
présenter des statistiques de son
secteur tout en énumérant les
communes soumises aux risques
des inondations et les efforts déployés par les pouvoirs publics
pour atténuer le phénomène. Enfin, le délégué national aux grands
risques, tout en insistant sur l'importance de la qualité des réalisations, notamment les études, faisant allusion à la possibilité de fai-

re appel à des bureaux d'études
étrangers si nécessité oblige, a révélé l'existence d’un programme
ambitieux pour la protection des
agglomérations contre les inondations. Dans le même cadre, il insistera sur l'importance  de la
concertation et la complémentarité entre les divers secteurs, notamment l'habitat, les forêts et les
collectivités locales.
K. M.

LIBERTE

Jeudi 27 novembre 2014

L’Algérie profonde 11
ORAN

ZET de Mers El-Hadjadj :
un projet mort-né !

BRÈVES de l’Ouest
RELIZANE

Une agence de location délestée
de 2 voitures

n C’est suite à une plainte pour vol,
déposée par le propriétaire d’une agence
de location de véhicules que les
éléments de la 1re Sûreté urbaine de
Relizane ont interpellé 2 individus. Selon
le plaignant, l’un des auteurs s’est
présenté à l’agence afin de louer une
voiture pour deux mois. Quelques
semaines plus tard, le même individu se
présenta de nouveau afin d’avertir le
gérant que la voiture louée avait été
endommagée suite à un accident et
qu’elle avait été confiée à un mécanicien
pour réparations. En attendant, le client
manifesta son désir de louer un second
véhicule, ce qui lui fut accordé sur le
champ. Après deux mois, son client ne
s’étant pas manifesté, le gérant a déposé
plainte pour vol. Suite à l’information
judiciaire ouverte, les policiers ont mis
le grappin sur le client indélicat et sur
un complice. Les 2 véhicules ont été
récupérés. Présentés devant le magistrat
instructeur près le tribunal de Relizane
pour abus de confiance, complicité et
non-dénonciation, les 2 prévenus ont été
placés sous mandat de dépôt.

“La superficie initiale était de 410 ha, mais aujourd’hui ce n’est plus le cas”, dira le
maire de Mers El-Hadjadj. Du coup, l’assistance exige une enquête.
nnoncé en grande
pompe en 2008, le
projet de la zone d’expansion touristique
de Mers El-Hadjadj,
ex-Port-aux-poules,
une localité balnéaire, n’arrive pas à
voir le jour. Lors de la présentation
de la 3e étape du projet d’aménagement proposée par le bureau d’études
pour une estimation financière de 20
milliards de centimes, les intervenants ont mis à nu un projet mortné, selon les termes du chef de daïra de Bethioua.
En effet, l’étude proposée n’a
convaincu personne puisque l’assiette d’aménagement ne dépasse
guère les 18 ha (sur les 410 ha) dont
4 ha sont des propriétés privées, et où
les infrastructures proposées assurent
une activité touristique de deux mois
seulement, soit la saison estivale.
“La superficie initiale était de 410 ha,
mais aujourd’hui ce n’est plus le cas”,
dira le maire de Mers El-Hadjadj. Du
coup, l’assistance exige une enquête
sur la partie dilapidée de l’assiette de
la ZET puisque certains parlent déjà
des 270 ha restants.
De son côté, le SG de la wilaya a mis
le doigt sur les insuffisances de l’étude présentée de ce grand projet environnemental qui sert de devanture à la wilaya d’Oran et qui se situe
dans un carrefour stratégique menant
vers 4 wilayas de l’ouest du pays.
D’autre part, l’APW s’inquiète de la
pollution puisque la ZET est mi-

A

M. SEGHIER

Saisie de 1070 comprimés
de psychotropes

D.R.
Une enquête concernant la partie dilapidée de l’assiette de la ZET a été exigée.

toyenne avec deux complexes industriels polluants, celui du dessalement de l’eau de mer et le second de
production d’ammoniac. En aparté,
un cadre d’Etat n’a pas mâché ses
mots : “Si on veut une ZET de cabarets et night-club, je refuse catégori-

quement de transformer un espace naturel, poumon d’une partie de la wilaya d’Oran, en un espace de jeux et
de nuisance”. Quant au 2e site, la ZET
de Aïn El-Franine, le représentant du
wali a soulevé un point juridique.
“Pour l’espace forestier, il faut un dé-

cret présidentiel pour toute expropriation. Sans ce permis, nous ne pouvons
entamer un débat inutile”, a déclaré
le SG de la wilaya d’Oran en clôturant
le débat. Notons que la forêt en
question dépasse les 87 ha.
NOUREDDINE BENABBOU

Sept ans de réclusion pour trafic d’ecstasy

S

rendant à Alger. Lors de la fouille du véhicule, les
douaniers ont découvert 200 pilules d’ecstasy dissimulées sous la garniture de la porte avant-droite. Le conducteur, D.Y., et son compagnon, G.M.A.,
ont été arrêtés et la marchandise saisie.
Lors des différentes étapes de l'instruction, les trois
prévenus avaient tous nié les faits retenus contre
eux. Cependant, à la barre D.Y. et B.C. ont tenté
de se disculper, surtout du chef d’inculpation lié
à “la bande criminelle organisée”, en déclarant successivement, chacun en ce qui le concerne “qu’ils
n’ont aucune relation avec le trafic de drogue”.
Quant à G.M.A., il a été le seul à reconnaître avoir
acheté la marchandise à Maghnia à l’insu de D.Y.
qui est resté à l’hôtel. Pour ce qui est de B.C., il a

déclaré qu’il se trouvait à Tlemcen lors de la transaction.
Le représentant du ministère public a requis, à l’issue de son réquisitoire, et au regard de la gravité
des charges pesant sur les trois mis en cause, 20 ans
d’emprisonnement assortis d’une amende de 100
000 dinars à l’encontre de chacun des prévenus.
Quant aux cinq avocats de la défense, en tentant
de minimiser la gravité des faits, ils ont tous rejeté le grief de “bande criminelle organisée” porté
contre leurs mandants en insistant sur le fait
qu’il s’agit d’un simple flagrant-délit et ont plaidé
des circonstances atténuantes.
A. BOUSMAHA

D

Drou (un CET à caractère intercommunal) qui assurera la collecte et
le traitement des déchets des communes d’El-Karimia, de Harchoune,
de Ouled Abbès, de Oued Fodda et
d’Oum Drou. Quant aux trois autres
projets dont les travaux de réalisation
vont bon train, leur implantation
est prévue à Boukadir, Ténès et Zeboudj.
En inspectant ces chantiers, Dalila
Boudjemaâ a beaucoup insisté auprès
des entreprises réalisatrices sur la
qualité de leurs travaux et du respect
des normes exigées en la matière afin
que le traitement des déchets se fas-

M. S.

21 g de cocaïne saisis et deux
personnes arrêtées

Insistance sur l’importance
de la qualité des CET
wilaya, elle a déclaré en direction des
cadres locaux de son secteur : “Vous
devez indéniablement jouer parfaitement votre rôle en tant que coordinateurs entre les différentes structures
chargées des opérations relatives au
traitement des déchets du début jusqu’à la fin pour augmenter leur taux
de capacité.” Le centre d’enfouissement de Meknassa est, pour le moment, la seule infrastructure du genre opérationnelle dans la wilaya de
Chlef en attendant la réalisation des
quatre autres projets similaires, actuellement en chantier ou en voie
d’achèvement. Il s’agit de celui d’Oum

n Les éléments de la police judiciaire
d’Oued-R’hiou ont interpellé, cette
semaine, un dealer et procédé à la saisie
de 200 g de kif traité, apprend-on de
bonnes sources. Âgé de 41 ans, l’individu
s’adonnait à la commercialisation de
produits stupéfiants dans sa ferme. Lors
de la perquisition de son lieu de
résidence, les policiers ont découvert,
outre la quantité de kif citée plus haut,
plusieurs armes blanches. Lors de son
audition, le dealer a dévoilé l’identité de
son fournisseur, âgé de 43 ans. Ce
dernier sera interpellé également.
Déférés devant le parquet d’Oued-R’hiou
pour détention et commercialisation de
produits stupéfiants et détention
d’armes blanches de 6e catégorie, ils ont
été écroués.

SAÏDA

LA MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT À CHLEF

alila Boudjemaâ, la ministre
de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, a
expliqué qu’une coordination entre
les différents intervenants est obligatoire afin de mener à bien les tâches
qui consistent à réaliser un traitement
efficace des déchets dans leurs nombreuses étapes.
Lors de la visite de travail et d’inspection qu’elle a effectuée mardi dans la
wilaya de Chlef, précisément sur le
site du centre d’enfouissement technique (CET) de Meknassa, dans la
commune de Oued Sly, à une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la

M. S.

Arrestation d’un dealer à Oued-R’hiou

TRIBUNAL CRIMINEL DE SIDI BEL-ABBÈS

ept ans de réclusion assortie d’une amende de
50 000 dinars a été prononcée, mardi dernier,
par le tribunal criminel de Sidi Bel-Abbès à
l’encontre de trois prévenus : G.M.A., D.Y. et B.C,
âgés respectivement de 21, 25 et 32 ans pour détention, transport et trafic de drogue et psychotropes dans le cadre d’une bande criminelle organisée. Selon l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation, les faits de cette affaire remontent au 26
mai 2014, lorsque les éléments des Douanes algériennes ont intercepté, à 20h, un véhicule de location de marque Renault Symbol au niveau de
l’échangeur de l’autoroute Est-Ouest menant à la
commune de Sidi Ali-Boussidi avec à son bord
deux individus en provenance de Maghnia et se

n Agissant sur renseignements, les
éléments de la Brigade de recherche et
d’investigation (BRI), relevant de la
Sûreté de wilaya de Relizane a arrêté,
cette semaine, 2 individus et procédé à la
saisie de 1070 comprimés de
psychotropes, apprend-on de sources
crédibles. C’est suite à des investigations
que les narcotrafiquants ont été
interpellés en possession de leur
marchandise délictueuse. Suite à leur
comparution devant le procureur de la
République pour détention et
commercialisation de comprimés de
psychotropes, ils ont été incarcérés.

se d’une manière qualitative à tous les
niveaux. Selon la ministre, la wilaya
de Chlef connaît une avancée considérable et sensible dans le domaine
de la protection et de la préservation
de l’environnement “grâce aux multiples campagnes de sensibilisation
menées par le mouvement associatif
local et la société civile à plusieurs niveaux. Et une fois les projets de réalisation des centres d’enfouissement actuellement en cours seront terminés, on
aura à traiter annuellement 1,25 millions de m3 de déchets pour l’ensemble de la wilaya”, dira-t-elle.
AHMED CHENAOUI

n Les éléments de la brigade de
recherche et d’investigation (BRI) de la
Sûreté de wilaya de Saïda ont
appréhendé un trafiquant de drogue,
résidant en France et son complice, tous
deux âgés de 20 ans, en possession de
21,2 g de cocaïne. L’arrestation est
survenue suite à des informations
faisant état de la présence de deux
dealers commercialisant de la drogue au
quartier El-Badr, non loin du centre-ville
de Saïda. Après avoir été placés sous
surveillance, les deux suspects ont été
arrêtés à bord d’un véhicule léger,
stationné dans le quartier El-Badr. Lors
de la fouille du véhicule, les policiers ont
découvert 21,2 g de cocaïne. Le dealer a
été placé en détention préventive tandis
que son complice a été placé sous
contrôle judiciaire.
F. Z.