A Casablanca, 24 km de littoral seront dépollués en décembre

De Casa Port à Mohammedia, la côte sera dépolluée grâce à la nouvelle station de prétraitement de Sidi
Bernoussi. La Lydec compte mettre en service l'équipement en décembre, d'un coût de 1,4 milliard de DH.

La station de prétraitement de Sidi Bernoussi est l'un des plus grands chantiers de Casablanca et le plus grand
investissement jamais réalisé par la Lydec, délégataire en charge de l'éclairement, de l'assainissement et de la
distribution de l'eau et de l'électricité à Casablanca.

Sur les 2,8 ha de superficie de la station, 140 salariés de la Lydec sont mobilisés en permanence, 4 grues
mobiles et une grue fixe sont mises en place, 26 entreprises dont 17 marocaines sont présentes sur le chantier.

Les travaux du système antipollution sont avancés à hauteur de 76%, annonce la Lydec, qui assure que le
chronogramme sera respecté et que le projet sera donc opérationnel en décembre 2014.
Une station, un émissaire et des stations de pompage…

Page 1/3

159, Bd. Yacoub El Mansour - Casablanca

Yacoub El Mansour . Surtout que le projet Est est plus important en termes de capacités. sa mise en service permettra d'intercepter les rejets directs existants d'eaux usées situés entre le port de Casablanca et la ville de Mohammedia. « On peut comparer avec la plage de Aïn Diab. Bd. » explique-t-il à Médias 24. rappelant que la zone Est regroupe 55% de la population du Grand Casablanca. observés malgré les marges solides de la Lydec. Ces retards. Pour ce qui est du débit de traitement.500 mm (respectivement à Mohammedia et Casa Port) et de plusieurs stations de pompage dont une à Zenata.La station possède une capacité maximale de 11 m3/s. directeur des grands projets à Lydec. Lors de son fonctionnement en plein régime. chef de projet antipollution Casa Est. d'un dégrillage fin. le projet qui s'étale sur 24 km se compose de deux intercepteurs côtiers de diamètres variant entre 900 mm et 2. Page 2/3 159. d'un dégrillage grossier. mais d'une station de prétraitement qui consiste en trois étapes principales : le dégrillage (qui élimine les déchets volumineux). Pour réaliser cet objectif. Rattraper le retard d'investissement En investissant 1 milliard de DH (le reste est assuré par le Fonds de travaux). d'un pré-dégrillage des effluents. la station est équipée de fosses à bâtards. ont d'ailleurs été soulevés par le dernier rapport de la Cour des Comptes de Casa. de 3 dessableurs et d'un système de déshuilage. Les 45% restant sont traités déjà sur l'émissaire existant à El Hank.2 km. L'ensemble du littoral de Dar Bouazza à Mohammedia sera-t-il complètement assaini et dépollué avec des eaux de baignade conformes aux normes de salubrité ? Oui. l'émissaire de Sidi Bernoussi permettra de traiter 55% du débit global dépollué. donne lieu à un besoin d'investissement de 20 à 24 milliards de DH d'ici 2027. soit 3 camions/jour. de les prétraiter et de les écouler au large à travers un émissaire marin d'une longueur de 2. Concrètement. la côte Ouest est très propre. S'il est vrai que ce système permettra d'avoir des eaux de baignade plus propres. le dessablage (qui permet d'extraire les sables). le déshuilage (qui débarrasse l'eau de ses corps gras). Grâce à la station de prétraitement El Hank et son émissaire marin. à une profondeur de 20 m par rapport au niveau de la mer. » déclare à Médias 24 Hamid Misbahi. la Lydec compte bien rattraper les retards d'investissement par rapport au contrat initial signé en 1997 pour une période de 30 ans. «L'actualisation du programme d'investissement. Outre la station et l'émissaire marin.Casablanca . qui prend en compte l'extension du périmètre de Casa et la croissance démographique. elle traitera un volume total de déchets d'environ 34 tonnes/jour. il ne s'agira nullement d'une station d'épuration (plus efficace mais plus coûteuse). assure Youssef Ettazi.

Bd. Page 3/3 159.Autre argument avancé par M.Casablanca . La future ville de Zenata. le système antipollution s'inscrit dans le vaste projet « éco-cité Zenata ». plusieurs chantiers ont été lancés pour réaliser ce projet. devrait créer à terme 100. Le système antipollution est donc moins cher et n'aura pas de répercussions sur la redevance d'assainissement. la Lydec affirme qu'elle n'arrive pas à trouver le foncier. assure M. » affirme-t-il. Misbahi. considéré comme la future première éco-cité du pays. comme convenu dans le contrat initial et qui aurait coûté entre 4 et 5 milliards de DH. En plus du système antipollution. Il s'agit de l'élargissement de la route côtière entre Mohammedia et Sidi Bernoussi. Misbahi pour expliquer les retards d'investissement : La révision tarifaire qui n'a pas eu lieu à temps. Pourtant. l'envergure du projet laisse à penser qu'il sera important. Pas de répercutions sur les factures Le coût de fonctionnement lié à l'exploitation du système antipollution n'a pas été communiqué. Yacoub El Mansour . Faire de Zenata une éco-cité D'un point de vue plus global.000 emplois et accueillir 300. dont le maître d'ouvrage est la CDG à travers sa filiale Société d'aménagement Zenata (SAZ). ce qui fait que certains projets sont repoussés. le lancement de la zone logistique de Zenata ou la mise en place d'un échangeur pour desservir la voie ANP. Se répercutera-t-il sur les factures ? Non. Surtout.000 habitants. « C'est pour éviter cela que nous avons opté pour ce système au lieu d'une station d'épuration totale.