LES RADICAUX LIBRES & LES ANTIOXYDANTS

Notes extraites de ‘La Naturopathie au Quotidien’ de Dominick Léaud-Zachoval

L´agression de la membrane cellulaire
La matière vivante est composée de molécules, elles-mêmes constituées d´atomes entourés d
´électrons normalement réunis par paires. Sous l´action de l´oxygène, du tabac, de l´alcool,
des ultraviolets du soleil, de certains médicaments, d´une alimentation déséquilibrée… ces
atomes ou ces molécules peuvent se retrouver provisoirement avec un nombre impair d
´électrons, ce qui les rend ‘instables’ et ‘agressifs’. Ce sont les radicaux libres, qui pour
trouver un électron capable de jouer le rôle d´âme sœur calmante, déclenchent une véritable
réaction en chaîne en attaquant les structures voisines, au niveau de leur membrane cellulaire.
La membrane cellulaire a une importance très grande puisque c´est là que se font les
échange, qu´entrent les nutriments et sortent les déchets, et que se produisent à la fois les
réactions de défense et de régulation générale de l´organisme. Cette membrane fonctionne
grâce aux acides gras essentiels qui la constituent et aux antioxydants qui la protègent. Si
elle est endommagée ou modifiée dans sa structure, elle ne joue plus son rôle protecteur, et la
maladie peut s´installer.
L´oxygène, l´élément déclenchant
L´oxygène intervient dans de nombreuses étapes chimiques essentielles au bon
fonctionnement de l´organisme. Les sucres et les graisses apportés par l´alimentation ont en
particulier besoin de cette réaction avec l´oxygène, pour produire l´énergie indispensable aux
cellules, à leur développement et leur multiplication. Ce contact génère toutefois des radicaux
libres qui sont parfois point de départ d´une réaction en chaîne. Celle-ci peut se propager de
façon irrésistible comme le long d´un cordon de dynamite, ce qui risque de faire exploser au
passage quelques membranes cellulaires, sauf si la mèche est coupée. C´est ce que sont
précisément capables de faire les antioxydants.
L´oxygène peut se montrer redoutable en libérant plusieurs dérivés particulièrement toxiques :
· le radical superoxyde : la combustion des sucres et des graisses sert à fabriquer de l
´énergie mais une partie de l´oxygène peut échapper à ce processus physiologique et
engendrer le (très agressif) radical superoxyde. L´organisme, par l´intermédiaire des globules
blancs, le fabrique parfois volontairement pour se débarrasser d´agents agresseurs (virus,
bactéries). Dans certaines inflammations chroniques, les réactions de défense sont
hypersollicitées, ce qui suractive de nombreux globules blancs. Ceux-ci peuvent déverser de
grandes quantités de ce radical dans la circulation, ce qui entretient et aggrave inéluctablement l
´inflammation.
· le radical peroxynitrite : les globules blancs produisent, en même temps que le radical
superoxyde, beaucoup d´azote qui engendre le radical peroxynitrite, redoutables pour les gènes
et les protéines. C´est lui qui rend compte des maladies dégénératives, qu´elles soient
rhumatismales (polyarthrite), neurologiques (Alzheimer, Parkinson) ou digestives (rectocolite,
maladie de Crohn).
· le radical hydroxile : les rayons gamma du rayonnement solaire, s´ils ne sont pas
correctement arrêtés par la couche d´ozone, ‘cassent’ les molécules d´eau de l´organisme et
produisent ce redoutable radical, responsable par exemple des lésions attribuées au
vieillissement. La présence en excès de fer et de cuivre favorise sa fabrication.
Radicaux libres et antioxydants vivent au cœur de nos cellules en bonne intelligence. C´est à la
fois la guerre qu´ils se livrent en permanence mais surtout leur relation d´équilibre qui définit la
santé.
1) Les radicaux libres
Les radicaux libres constituent un des éléments de la première ligne de défense de l

· ils sont fabriqués en grande quantité par la peau pour la protéger lors d´une exposition au soleil. en s´attaquant aux structures mêmes de l ´organisme. le soleil… peuvent par contre les libérer en très grand nombre. Ils proviennent de 2 sources. · les maladies inflammatoires : elles libèrent des radicaux libres auxquels s´ajoutent ceux produits par les médicaments destinés à les traiter. · le stress . la capture puis élimination des germes para les globules blancs) et ils participent à l´élimination de certains médicaments ‘toxiques’. les rayons X. la pollution. .  Les radicaux de source externe Les facteurs de prolifération de radicaux libres dans l´organisme sont les suivants : · l´âge : les cellules fonctionnent de moins en moins bien et produisent des radicaux libres en plus grand nombre . le tabac . s ´acharnent contre des cellules qu´ils ne reconnaissent plus et considèrent comme étrangères. La majeure partie est synthétisée au niveau de la mitochondrie lors des phénomènes de respiration. Rôle pathologique des radicaux libres Ils ont la particularité de s´attaquer aux graisses des membranes cellulaires. Leur production est constamment régulée par leur destruction au fur et à mesure de leur fabrication et de leur utilisation. L´organisme devient donc plus sensible à l´oxydation. · le surpoids : le bêtacarotène et la vitamine E étant liposolubles. Le mécanisme et la gravité des maladies dites ‘auto-immunes’ peuvent s´expliquer par le phénomène radicalaire : les globules blancs. l´énergie simplement nécessaire au métabolisme. · le soleil . Ils déversent alors dans la circulation de grandes quantités de ces radicaux qui entretiennent ainsi ou aggravent les symptômes de la maladie. ce qui entraîne une inflammation. La formation des radicaux libres n´est donc pas un phénomène pathologique mais elle peut le devenir si leur production est ininterrompue et trop importante. ils sont en partie piégés par le surplus de graisse. l´alcool. aux radicaux libres et par conséquent à la maladie.´organisme dans sa lutte contre les virus ou les bactéries. chargés en principes des réactions de défense. ou pour contrôler. · les substances chimiques de l´alimentation ou de l´environnement . la modification des protéines. · les rayons X (radiographies). qui ne sont alors plus reconnues par l´organisme. des réactions allergiques. Ils sont produits en plus grande quantité pour défendre l´organisme contre une infection ou un tabagisme excessif. · les médicaments . l´une interne et l´autre externe :  Les radicaux de source interne L´organisme fabrique en permanence des radicaux libres lors des réactions chimiques qui définissent son fonctionnement normal. · l´ozone . lors d´un excès alimentaire. · la pollution automobile ou atmosphérique . et surtout si les antioxydants chargés de les freiner ne sont pas présents en quantité et qualité suffisantes. · ils assurent la ‘maintenance’ et la ‘voirie’ pour éliminer les cellules anciennes ou défectueuses que l´organisme remplace en permanence. · l´alcool. · l´eau du robinet : elle contient souvent des métaux lourds (canalisations anciennes ou défectueuses) . Certains facteurs comme le tabac. Rôle physiologique des radicaux libres Ils participent à de nombreuses fonctions de l´organisme : · ils jouent un rôle essentiel dans les réactions de défense de l´organisme : ils sont indispensables pour lutter contre une invasion microbienne (ils participent au processus de phagocytose. gamma ou ultraviolets .

P. La S.  La G.  Les antioxydants de source interne Il s´agit du système des 3 enzymes que nous venons de voir : la S. Toutes les cellules de l´organisme sont pourvues d´un système indispensable de contrôle et de lutte contre les radicaux libres en excès.  La catalase C´est la seconde ligne de défense et elle s´attaque à l´hydrogène peroxydé. ce qui peut permettre au cancer de proliférer. mais l´hydrogène peroxydé.P. elle ne se forme même-pas. les lignes de défense peuvent être soit d´origine interne et déjà présents dans le corps. · l´autre nécessite du cuivre et du zinc. De nombreux capteurs de radicaux libres existent. celle-ci se défend mieux. A et C. augmente dans la cellule. 2) Les antioxydants Toute substance susceptible de prévenir.O. · en s´en prenant au code génétique. Ceci explique qu´il favorise les rides et soit responsable d´un vieillissement prématuré. Celui-ci se dépose alors sur les parois où il forme les plaques d´athérome qui gênent l ´écoulement du sang et risquent de provoquer l´infarctus ou l´accident vasculaire cérébral. Organisation de ce système de défense Tout comme les radicaux libres. ce qui finit son inactivation et permet de l´éliminer. s´il a déjà été formé. existe sous 2 formes : · l´une nécessite du manganèse pour fonctionner de façon optimale .D. la catalase et la G.  Les antioxydants de source externe · La première ligne est constituée par le trio de choc de notre santé : les vitamines E.Conséquences de l´agression par les radicaux libres Elle peut se produire au niveau de toutes les membranes cellulaires. (superoxyde dismutase) Elle est d´une extrême importance car elle est capable de bloquer tout le processus dès le départ.D. Quand la concentration de l´enzyme G. plaquettes) et les lipoprotéines circulantes. (glutathion peroxydase) Elle transforme l´eau oxygénée en eau. persiste et doit être évacué par d´autres systèmes enzymatiques.D.O. soit d´origine externe si apportés par l´alimentation. Le magnésium nécessaire à la fixation de l´énergie au niveau musculaire joue le rôle de catalyseur ou de cofacteur de cette réaction. mais elle nécessite du sélénium pour fonctionner : si celui-ci n´est pas là en quantité suffisante. mais 3 systèmes enzymatiques d´inhibition sont actuellement bien connus et se détachent de façon indiscutable :  La S. Chez .P. réduire ou réparer les dégâts occasionnés par les radicaux libres répond à la définition d´un antioxydant. le soleil s´en prend au collagène qui donne sa souplesse à la peau. entraîner ‘l ´échappement’ de certaines cellules aux systèmes de contrôle habituels.O.O. le tabac déclenche la toux et la fibrose (perte de l´élasticité). Elle attaque et se débarasse de l´ion superoxyde. les radicaux libres s´en prennent au cholestérol qu´ils oxydent.O. Mais si cette eau oxygénée rencontre d´abord du fer ou du cuivre. ils peuvent enfin et c´est le plus grave. ce qui explique leur implication dans de très nombreuses affections : · en endommageant les protéines de la peau. La vitamine E est la plus importante car elle protège de l´oxydation les membranes des éléments du sang (globules rouges et blancs. · en attaquant les vaisseaux. · en dégradant les protéines du tissu pulmonaire.O.. elle engendre des radicaux hydroxyles très agressifs.

est présente en grandes quantités à ce niveau. La vitamine E. · l´acide urique. ce qui lui confère un rôle détoxifiant et une activité dans des affections diverses : asthme.  D´autres substances liposolubles (retrouvées dans les graisses circulantes. Les vitamines A et C jouent simplement un rôle d´allié. possède elle aussi une action préventive ou protectrice qui peut venir en aide à la précédente. les radicaux libres. Les antioxydants possèdent donc une triple fonction : préventive. la lutéine. Certains échappent à cette capture et peuvent s´en prendre aux graisses des membranes. Xxxxxx ? .une personne en bonne santé. les flavonoïdes. dont l´extrait est très actif sur la circulation cérébrale. tabac. le bêtacarotène ou le coenzyme Q10. sa concentration extrêmement importante dans le plasma en fait le principal antioxydant. · la seconde ligne. d ´autres molécules semblent posséder une action antioxydante plus ou moins puissante :  Des hormones antioxydantes · la mélatonine. le coenzyme Q10. · ils restaurent les dégâts produits sur certaines cellules ou molécules et éliminent les déchets formés. s´ils ne sont pas produits en trop grand nombre. très liposoluble. Bien qu´elle soit moins efficace que le lycopène.E. les membranes des cellules…) · · · · · le lycopène.  Des plantes capables de diminuer la production de substances oxygénées actives · surtout le ginkgo biloba. · ils empêchent l´activation d´autres molécules de façon à éviter le début de la réaction en chaîne. ce que fait par exemple le cuivre. · les stéroïdes (avec en particulier le D.H. beaucoup plus puissant que le bêtacarotène. un acide aminé qui participe à la formation du glutathion. constituée principalement de sélénium et à un degré moindre du zinc. Mode d´action et classification des antioxydants Les antioxydants nous protègent de plusieurs façons : · ils peuvent tout d´abord empêcher les radicaux libres de se former en gênant le début de l ´oxydation. immunité… Elle protègerait dans les états précancéreux. A côté des 3 grandes vitamines (A. curative et réparatrice. · les oestrogènes.A. sont quasiment tous ‘piégés’ dès leur formation. l´acide alpha-lipoïque. C et E) et des 2 grands oligo-éléments (sélénium et zinc).  Certaines substances hydrosolubles · la cystéine.). · ils freinent ou arrêtent les dommages occasionnés par les radicaux libres.