2. FONCTIONS NUMERIQUES : LIMITES CONTINUITE.

1. DEFINITION.
Etant donné un ensemble quelconque E non vide, on appelle fonction numérique sur E, toute
application de E sur R.
L'ensemble des fonctions de E sur R est noté F(E,R)
Soit f ∈F(E, R) , le plan étant rapporté à un repère cartésien, on appelle courbe représentative
de la fonction f l'ensemble (C) des points M(x,y) du plan tels que: x ∈E, y = f(x) .
On dit aussi que l'équation cartésienne de la courbe (C) est y = f(x)

2. FONCTIONS BORNEES.
Définition :
Soit f ∈F(E, R) .

Si f(E) est majoré, alors f(E) admet une borne supérieure que l'on note sup f(x)
x∈E

ou bien supf(E) .

Si f(E) est minoré, alors f(E) admet une borne inférieure que l'on note inf f(x)
x∈E

ou bien inf f(E) .

Si f(E) est majoré, on dit que f est majorée dans E.

Si f(E) est minoré, on dit que f est minorée dans E.

Si f est à la fois minorée et majorée, on dit que f est bornée dans E.

Théorème :
Si f et g sont majorées dans E et si de plus f ≤ g alors sup f(x) ≤ sup g(x)
x∈ E

x∈ E

U.M.N. 2.

Fonctions numériques. Limite. Continuité

Cours.

Si f et g sont minorées dans E et si de plus f ≤ g alors inf f(x) ≤ inf g(x)
x∈ E

x∈ E

Proposition :
Une application f ∈F(E, R) est bornée sur E s'il existe un réel M > 0 tel que :
∀x ∈ E, f(x) ≤ M
On note B(E,R) l'ensemble des applications bornées de E dans R.

3. FONCTIONS MONOTONES.
Soit E une partie de R non réduite à un point, et F(E,R) l'ensemble des applications de E
dans R.

Définition :
Une fonction f ∈F(E, R) est dite croissante sur E si et seulement si
∀(x,x') ∈E 2 , x < x' ⇒ f(x) ≤ f(x' )
D'après les propriétés d'ordre dans R si f ∈F(E, R) et si, quels que soient x et x' avec
x ≠ x' dans E et on a :
f(x) − f(x')
≥ 0 , alors f est croissante sur E .
x − x'
Une fonction f ∈F(E, R) est strictement croissante sur E si et seulement si
∀(x,x') ∈E 2 , x < x' ⇒ f(x) < f(x' )
Une fonction f ∈F(E, R) est décroissante sur E si et seulement si
∀(x,x') ∈E 2 , x < x' ⇒ f(x) ≥ f(x' )
Une fonction f ∈F(E, R) est strictement décroissante sur E si et seulement si
∀(x,x') ∈E 2 , x < x' ⇒ f(x) > f(x' )
Si une fonction f est croissante sur E ou décroissante sur E , on dit qu'elle est monotone sur
E.

Théorème :
Soit E une partie non vide de R, alors pour toute fonction f ∈F(E, R) strictement monotone
de E sur R est une bijection de E sur F = f(E)
La fonction réciproque f −1 existe :
2

U.M.N. 2.

Fonctions numériques. Limite. Continuité

Cours.

(x ∈E et y = f(x)) ⇔ (x = f −1(y) et y ∈F)
De plus f −1 est strictement monotone sur F , de même sens de variation que f

(et par

conséquent f et f −1 sont toutes les deux strictement croissantes ou strictement décroissantes).
→ →

Dans un repère normé (O, i , j ), les courbes représentatives de f et f −1 sont symétriques
par rapport à la première bissectrice des axes de coordonnées.

4. FONCTIONS PAIRES. FONCTIONS IMPAIRES.
Soit f une fonction définie sur un ensemble E .

f est paire si : ∀x ∈ E, − x ∈ E (E est symétrique / 0) et f(− x) = f(x) .
En repère orthogonal, la courbe (C) admet l'axe des ordonnées Oy comme axe de symétrie
et pour étudier f, il suffit de l'envisager sur E ∩ [ 0, + ∞ [

Plus généralement, la courbe (C) admet comme axe de symétrie la droite d'équation x = a si
et seulement si
∀x∈E, a − x∈ E, a + x ∈E et f(a − x) = f(a + x)
Pour étudier f, il suffit de l'envisager sur E ∩ [ a, + ∞ [ .

f est impaire si : ∀x ∈ E, − x ∈ E (E est symétrique / 0) et f(− x) = −f(x)
La courbe (C) admet l'origine comme centre de symétrie et pour étudier f, il suffit de
l'envisager sur E ∩ [ 0, + ∞ [

Plus généralement, la courbe (C) admet le point de coordonnées I(a, b) comme centre de
symétrie si et seulement si ∀x ∈ E, a + x ∈ E et a − x ∈E et f(a + x) + f(a − x) = 2b
Pour étudier f, il suffit de l'envisager sur E ∩ [ a, + ∞ [ .

5. FONCTIONS PERIODIQUES
Soit f une fonction de E dans R. On dit que f est périodique de période T (ou T périodique), si et seulement si il existe un réel T non nul tel que :
3

U.M.N. 2.

Fonctions numériques. Limite. Continuité

Cours.

∀x ∈ E, x + T ∈ E, f(x + T) = f(x)
Si T est une période pour f, tout multiple de T non nul est aussi une période pour f. Dans les
cas usuels l'une des périodes positives est plus petite que toutes les autres; c'est ce nombre qui
est appelé plus précisément période de la fonction f et sera noté T.
Par exemple, si a ≠ 0 , les fonctions
x a cos(ax + b) et x a sin(ax + b) ont pour période


a

et la fonction
x a tan(ax + b) a pour période

π
a

Pour étudier une fonction de période T, il suffit de l'envisager sur E ∩ [ α ,α + T [ avec α réel
quelconque. Si (Γ) est la courbe représentative de la restriction de f à cet intervalle, la courbe
(C) s'obtient en complétant (Γ) par les arcs de courbe qui s'en déduisent par les translations de

vecteur kV avec V = T i + 0 j et k ∈Z∗ .

6. VOISINAGES DANS R D'UN POINT.
Définition :
Soit a ∈R, on appelle voisinage de a dans R, toute partie de R contenant un intervalle

] a −ε,a + ε [ où ε > 0 .
] a −ε,a + ε [ est encore appelé voisinage fondamental de

a , ou boule ouverte de centre a ,

rayon ε .
Soit a = +∞ ; on appelle voisinage de plus l'infini dans R, toute partie de R contenant un
intervalle ] A, +∞ [ , où A > 0.

] A, +∞ [

est encore appelé voisinage de plus l'infini dans R.

Notations :
a ∈ R =R∪ { - ∞, + ∞ }
∀a ∈R , on note Va ou V(a) l'ensemble des voisinages de a dans R
Remarque : les voisinages sont des parties de R
4

Continuité Cours. et si V ∈Va alors a ∈ V mais si V ∈V+∞ (resp. PROPRIETES DES VOISINAGES • Soit a ∈ R toute partie de R contenant un voisinage de a est un voisinage de a • Soit a ∈ R . noté A . l'intersection de deux voisinages de a est un voisinage de a • Soit (a.a [ = {x ∈R x < a } iii) I = ]−∞.b [ = {x ∈R a < x < b} ii) I = ] a. − ∞ ∉ V−∞ ) Exemples : ] − 2.0 ] ∉ V(0) et ] − 1. Fonctions numériques. il existe V ∈Va et W ∈Vb tels que V ∩ W = ∅ 8. LA TOPOLOGIE DE R. Si a ∈R.b) ∈R 2 avec a ≠ b . + ∞ [ = R Topologie : On appelle topologie de R l'ensemble des ouverts de R Fermé : On appelle fermé de R toute partie de R dont le complémentaire est un ouvert de R Intérieur d'une partie : On appelle point intérieur à une partie A de R tout point x de A tel que A soit voisinage de x.U. Limite. l'ensemble des points intérieurs à A : ο A = {x ∈A A ∈ V(x)} 5 .M. 2. V−∞ ) alors + ∞ ∉ V+ ∞ (resp.N.1 [ ∈ V(0) mais ] − 1. + ∞ [ = {x ∈R a < x} ou I = ] − ∞.1 [ ∉ V(2) 7. ο On appelle intérieur de A. Ouvert : On appelle ouvert de R toute partie qui est voisinage de chacun de ses points Une partie I de R est un intervalle ouvert si elle est l'une des formes suivantes : i) I = ] a.

N. ∃α> 0. LIMITES 9. ∀x ∈E. Adhérence d'une partie (ou fermeture) : On appelle point adhérent à une partie A de R tout point x de R tel que tout voisinage de x ait une intersection non vide avec A On appelle adhérence de A. Continuité Cours. l'ensemble des points adhérents à A et à son complémentaire Fr(A) = A ∩ (R − A) Exemple ο Si A = [ 0. (∃X ∈∆(a)) (f(X ∩ E ⊂ Y) ∆(L) ensemble des ouverts de R qui contiennent L ∆(a) ensemble des ouverts de R qui contiennent a • L ∈R et a ∈R. ∃B ∈R. x − a ≤ α ⇒ f(x) − L ≤ ε • L ∈R et a = +∞ . ∃B ∈R.1 ] puis Fr(A) = { 0.1 [ alors A = ] 0. ∀ε > 0. 2. Limite. x ≥ B ⇒ f(x) ≥ A 6 . ∀x ∈ E. l'ensemble des points adhérents de A A = {x ∈R ∀X ∈ V(x).A ∩ X = ∅ } Frontière d'une partie : On appelle frontière d'une partie A de R.U. un élément a ∈R adhérent à E et un élément L de R.1. ∀ε > 0.M. x ≥ B ⇒ f(x) − L ≤ ε • L ∈R et a = −∞ .1 } 9. notée Fr(A) .1 [ et A = [ 0. notée A . ∃B ∈R. on dira que la fonction f admet pour lim ite (ou tend vers) L quand x tend vers a si et seulement si (∀Y ∈∆(L)). ∀A ∈R. x − a ≤ α ⇒ f(x) ≥ A • L = +∞ et a = +∞ . ∀A ∈R. Soit f : E → F (E et F parties de R). Fonctions numériques. Limites d'une fonction en un point a. ∀x ∈E. ∀ε > 0. x ≤ B ⇒ f(x) − L ≤ ε • L = +∞ et a ∈R. ∀x ∈ E. ∃α> 0. ∀x ∈ E.

on dira que f a une limite à droite au point a. On pourrait avoir lim f = lim f ≠ f(a) + − a a 7 . on se ramène aux trois cas précédents en considérant la limite de (− f) Théorème : unicité de la limite Si f admet L et L' pour limites en a. 2. Fonctions numériques. alors L = f(a) .a [ ∩ E . Limite. on dira que f est continue en a Remarque : f admet une limite à droite en a et une limite à gauche en a égales n'entraîne pas que f admet une limite en a. ∀A ∈R. on dira que f a une limite à gauche au point a. alors L=L' Notations Si f admet L pour limite en a. ∀x ∈E. égale à L. on note lim f(x) = L ⇔ lim f=L − x→a x<a a 2) si a ∈R et si P = E ∩ ] a. +∞ [ . et P une partie de E soit a un point adhérent à P (a ∈R) et un élément L de R. x ≤ B ⇒ f(x) ≥ A • Pour L = −∞ . • L = +∞ et a = −∞ . Continuité Cours.N. égale à L. on dira que f tend vers L lorsque x tend vers a en restan t dans P si et ssi la restriction de la fonction f à l' ensemble P notée f P tend vers L quand x tend vers a 1) si a ∈R et si P = ]−∞.U.M. alors on note lim f(x) = L ou lim f = L ou x→a a f(x) → L ou x→a f(x) → L a Soit f : E → F (E et F parties de R). ∃B ∈R. on note lim f(x) = L ⇔ lim f=L + x→a x>a a Conséquence directe de la définition : Si a est élément de l'ensemble de définition de f et si f admet une limite L en a.

n≥0 x→0 1 − ex = −1 x→0 x ex p = +∞ x→+∞ x lim lim x pe x = 0 x→−∞ 10. ∞ 0 pour ce deuxième type et uniquement dans ce cas. 2. posons u = x − x 0 et lorsque x → x0 alors u → 0 8 . Fonctions numériques. p>0 lim ∀p ∈Z FORMES INDETERMINEES 1er type : 0x∞.U.N. ∞ − ∞. utilisons u v = e vlnu avec u > 0 Forme indéterminée au voisinage de x 0 non nul. 00 . 1 − cosx 1 = 2 x→0 x2 ln(1 + x) lim =1 x x→0 sinx =1 x→0 x lim lim tanx =1 x→0 x lim ln n x p =0 x→+∞ x lim lim + x p lnx = 0 p>0. y ] [ f (a ) 0 a x La limite d'une fonction polynôme en +∞ et en −∞ est la même que celle de son monôme de plus haut degré.M. Limite. Continuité Cours. ∞ 0 . ∞ 0 2ème type : 1∞ . La limite d'une fraction rationnelle en +∞ et en −∞ est la même que celle du quotient des termes de plus haut degré du numérateur et du dénominateur.

a ]∩A ) 11. x − a ≤ α ⇒ f(x) − f(a) ≤ ε Remarques : 1) si f ∈F(A.3.   g(x) = f(x) g(x0 ) = L 11. Cours. Définitions : Soit A une partie non vide de R. x 0 ∈I. Fonctions numériques.2. si et seulement si elle est continue en tout point de A .+∞ [∩A est continue en a (resp f ]−∞. on dit qu'elle est discontinue en a 2) Il existe des fonctions qui ne sont continues en aucun point 3) soit f ∈ F(A. on dira que f est continue à droite (resp à gauche) si et seulement si f [ a. 9 .1.U. On note C(A. R) l'ensemble des fonctions continues sur A . on dit que f est continue sur A .R) et a ∈A . Limite. R) est dite continue au point a de A si et seulement si lim f(x) = f(a) x→a ou si ∀ε > 0. Continuité en un point. Prolongement par continuité.M. posons u = 11. 2. R) n'est pas continue en a ∈ A . Une fonction f ∈F(A. ∃α > 0. Continuité sur un intervalle. ∀x ∈ A. Soit A une partie non vide de R.N. I − {x 0} ≠ ∅ Soit f :I − {x 0} → R telle que lim f(x) = L ∈R x→x 0 On appelle prolongement par continuité de f en x 0 la fonction g définie sur I par : ∀x ∈ I − {x0 }. 1 et lorsque x → ∞ alors u → 0 x FONCTIONS CONTINUES 11. Soit I un intervalle de R. Continuité Forme indéterminée au voisinage de l'infini.

Théorème : Image d'un intervalle par une fonction continue Soit I un intervalle de R. Limite. Théorème : Soit (a. Soit (α.y) ∈I 2 . 10 . Remarques : 1) Si I = [ a.b ] . et f continue sur [ a. f(x) − f(y) ≤ kx − y Proposition : Soit f :I → R et k ∈R*+ . et soit k ∈R*+ . On dit que f est k-lipschitzienne sur I si et seulement si : ∀(x.b) ∈R2 . Lorsque k < 1.1. Continuité Cours. a < b .M. (Lipschitz Allemand 1832-1903) Soit f :I → R où I est un intervalle de R.U. la fonction f est dite contractante 13. et f ∈C(I. 12. c'està-dire un intervalle fermé et borné. Alors f( [ a.N. FONCTIONS k-LIPSCHITZIENNE. PROPRIETES DES FONCTIONS CONTINUES SUR UN INTERVALLE. Si f est k-lipschitzienne sur I . 2.β [ tel que f(x 0 ) = 0 Corollaire 2 Toute fonction polynôme de degré impair admet au moins une racine dans R 13. Fonctions numériques.R). alors f est continue sur I . f(a) et f(b) ne sont pas nécessairement les bornes de f(I) L'intervalle f(I) n'est pas nécessairement du même type que I Corollaire 1 Soit f une fonction continue sur un intervalle I .b ] ) est un segment de R . Image d'un segment par une fonction continue.b ] . alors f(I) est un intervalle de R.β) ∈I 2 tel que f(α )f(β) < 0 alors il existe au moins un réel x 0 ∈ ] α.

N.U. Définition : Une bijection f : I → J telle que f et f −1 soient continues est appelée un homéomorphisme de I dans J . Continuité Cours. alors f est une bijection de I sur l'intervalle J = f(I) . La bijection réciproque f −1 est continue strictement monotone de J sur I et f −1 a le même sens de variation que f . 13. Fonction réciproque d'une fonction continue strictement monotone sur un intervalle. Dans le plan rapporté à un repère orthonormé. Limite.M. Théorème : Soit f une fonction continue strictement monotone sur l'intervalle I . les représentations graphiques de f : I → J et f −1 :J → I sont symétriques par rapport à la première bissectrice.2. 2. Fonctions numériques. 11 .

U.  1 2  − 2 .CONTINUITE. Fonctions numériques. MATH02E01. Exercices corrigés. sin2x lim Etudier la limite suivante : x→0 1− cosx MATH02E05. FONCTIONS NUMERIQUES : LIMITES . x x→0 Etudier les limites suivantes : lim MATH02E03. 1+ x − 1 − x . Etudier la limite suivante : limπ (π − 2x)tan x x→ 2 12 x −1 lim 3 x→1 x − 1 . 1 − cosx x→0 x2 Etudier la limite suivante : lim MATH02E04. 2.Continuité Exercices corrigés.N. x→1 1− x 1 − x  Etudier la limite suivante : lim MATH02E02. Limites .M.

. Peut-on prolonger par continuité en 0 les fonctions : 13 ) x + x +1 − x + x −1 . 2.Continuité Exercices corrigés.N. Fonctions numériques. MATH02E08. Calculer lim x→+∞ 3 x4 4 ( x +1 − 4 x −1 ( x + 1 − (x + 1) et lim x ) MATH02E12.M.U. Limites . 2x − 3 Etudier les limites suivantes : lim x→−∞ x2 − 1 lim x2 − 1 x→−∞ x4 + 1 . 3 3 Etudier les limites suivantes : lim x→+∞ x→+∞ MATH02E10. Etudier les limites suivantes : lim ( x 2 − 1 − x) . x→+∞ x→+∞ MATH02E09. 1− 2cosx π π − 3x x→ Etudier la limite suivante : lim 3 MATH02E07. x+ x+ x+ x − x Déterminer lim x→+∞ MATH02E11. puis lim x( x2 − 1 − x). MATH02E06.

x2 Montrer sans utiliser la limite de f en 2 que la fonction f:x a est continue en x 0 = 2 x+1 MATH02E17.U. Montrer sans utiliser la limite de f en 1 que la fonction f : x a x3 + 2x + 5 est continue en x0 = 1 MATH02E16. Montrer sans utiliser la limite de f en 0 que la fonction f:x a x+1 est continue en x 0 = 0 x−1 MATH02E18. que lim MATH02E14. Vérifier la continuité en un point quelconque x 0 ∈R de la fonction f: x → x2 − 1 14 .N. 2. 3x + 2 3 = x→+∞ 2x − 5 2 Montrer. Limites . 1 x x2 − x b) g: x a 2 x + x MATH02E13. Montrer sans utiliser la limite de f en 2 que la fonction f:x a x2 + 2x + 3 est continue en x0 = 2 MATH02E15.Continuité Exercices corrigés. a) f: x a x 1+ Fonctions numériques.M. en revenant à la définition de la limite.

Fonctions numériques.N.Continuité Exercices corrigés. Etudier la continuité de la fonction f : R → R définie par f(x) = E(x) − [x − E(x) ]2 . MATH02E19.M. MATH02E23. La fonction f : x a xsinx admet − elle une limite (finie ou non) en + ∞ Même question avec g : x a x(2 + sinx) 15 . 2. * Les fonctions suivantes sont-elles lipschitziennes ? x a x2 f: R → R.+∞ [ par f(x) = sin . Peut-on prolonger par continuité les fonctions f et g définies sur R− { 0 } par f(x) = xsin 1 1 1 et g(x) = sin x x x MATH02E24.3 ] MATH02E21. * Vérifier que la fonction f: x a x3 est lipschitzienne sur l'intervalle [ −2. 1 Soit f la fonction définie sur ] 0. Montrer que f n'a pas de limite à droite x en 0. Limites . g: [ 0.1] → R. x a x2 MATH02E22.U. MATH02E20.

Limites . Fonctions numériques.U. 2.Continuité SOLUTION MATH02E01 retour Forme indéterminée "∞ − ∞" Réduisons au même dénominateur   1+ x − 2  x −1 1   −1  = lim = lim  =− 2    2 x→1 1 − x x→1 (1+ x)(1− x)  x→1 1 + x lim 16 Solutions.M. .N.

Limites . retour 0 Formes indéterminées " " 0 Pour la première limite : utilisons la quantité conjuguée et donc l'identité remarquable a 2 − b2 = (a − b)(a + b) L1 = lim x→0 [ 1+x − 1−x [ ][ 1+ x + 1 − x x 1+ x + 1− x ] ] = lim (1+ x) − (1− x) = lim x→0 x 1 + x + 1− x x→ 0 [ ] [ 2 =1 1 + x + 1− x Pour la deuxième limite : utilisons la quantité conjuguée et donc les identités remarquables a 2 − b2 = (a − b)(a + b) [ ][ ][ x−1 x −1 lim 3 = lim 3 x→1 x − 1 x→1 x − 1 [ et a 3 − b 3 = (a − b)(a 2 + ab + b2 ) ][ ] = lim (x − 1)[(3 x )2 + 3 x + 1] = 3 (x − 1)[ x + 1] 2 x + 1][( 3 x ) 2 + 3 x + 1] x→1 x + 1 (3 x)2 + 3 x + 1 17 ] .M. 2.U. Fonctions numériques.N.Continuité SOLUTION MATH02E02 Solutions.

U.N. 2.M. Fonctions numériques. Limites . retour 0 Forme indéterminée " " 0 Utilisons la quantité conjuguée et donc l'identité remarquable a 2 − b2 = (a − b)(a + b) [ ][ ] 1 − cosx 1+ cosx 1 − cosx 1− cosx 1 = lim = lim 2 = 2 2 4 x→0 x x→0 x 1 + cosx x→0 x 1 + cosx lim [ ] 1 − cosx 1 = 2 x→0 x2 puisque lim 18 [ ] .Continuité SOLUTION MATH02E03 Solutions.

2. Limites .Continuité SOLUTION MATH02E04 Solutions. Fonctions numériques.M.N. mais ces deux limites ne sont pas égales donc x a sinx n'admet pas de limite en 0 1 − cosx Remarque : on peut aussi utiliser les formules de l'angle moitié sinu = 2sin u u cos 2 2 et 1− cosu = 2sin 2 19 u 2 . retour 0 Forme indéter minée " " 0 On multiplie par la quantité conjuguée sin2x sin2x 1 + cosx sin2x( 1+ cosx ) sin2x( 1 + cosx ) = lim = lim = lim x→0 1− cosx x→0 1− cosx 1 + cosx x→0 x→0 1− cos2 x sin2 x lim sin2x( 1+ cosx ) sinx x→ 0 = lim sin2x ( 1+ cosx ) sin2x( 1+ cosx ) Si x > 0 alors lim + = lim + 2 2x sinx =2 2 sinx x→0 x→0 x sin2x ( 1+ cosx ) sin2x( 1 + cosx ) 2x Si x < 0 alors lim − = lim − − 2 =− 2 2 sinx − sinx x→0 x→0 x L'expression admet une limite à gauche et une limite à droite.U.

Limites .M.Continuité SOLUTION MATH02E05 lim (π − 2x)tan x x→ π 2 retour Forme indéter minée "0x∞" Pour se ramener à un voisinage de 0. Fonctions numériques. 2 2 π 2t − t ) = lim =2 t → 0 2 tant tant sint 1  = lim  . t →0 π π − x = t ou x = − t .mars 1999 .N. =1 t →0 t t→0  t cost  puisque lim 20 © dpic .inpl -. posons t = lim (π − 2x) tanx = lim( π − π+ 2t)tan( π x→ 2 Solutions.U. 2.

Fonctions numériques.Continuité SOLUTION MATH02E06 Solutions. Limites .N. 3 π 1 − 2cos( + h) 1− 2cosx 1− cosh+ 3 sinh 3 lim = lim = lim π π − 3x −3h h→ 0 π − 3( π + h) h→0 x→ 3 3 un voisinage de en utilisant cos(a + b) = cosacosb − sinasinb 1− cosh 3sinh 3 + lim =− 3 h→0 −3h h→0 −3h sinh 1 − cosh 1 1 − cosh h puisque lim = 1 et lim = ⇒ lim = lim = 0 2 2 h h→0 h h→0 h h→ 0 h→ 0 2 lim 2ème méthode : utilisons la définition de la dérivée(voir UMN3) f(x) − f(x 0 ) x − x0 x→ x0 f'(x 0 ) = lim 1 1 1 2( − cosx) 2(cosx − ) 2 cosx − 1− 2cosx 2 2 = lim 2 lim = lim = lim π π π π π π π π − 3x 3 x→ 3( − x) 3(x − ) x− x→ x→ x→ 3 3 3 3 3 3 3 On reconnaît le nombre dérivé de x a cosx en π 3 1− 2cosx 2 π 2 3 3 = (−sin ) = (− )=− π π − 3x 3 3 3 2 3 x→ lim 3 21 .M. retour 0 Forme indéterminée " " 0 1ère méthode : Effectuons la translation x − π =h 3 ou x = π + h pour ramener la recherche de la limite dans 3 π à un voisinage de 0. 2.U.

N. 2. Limites .M.Continuité SOLUTION MATH02E07 X si X ≥ 0 X2 = X =  − X si X < 0 Rappel : lim x→−∞ lim x→−∞ lim x→−∞ lim x→−∞ retour 2x − 3 x2 −1 Forme indéter minée " ∞ " ∞ 3 3 x(2 − ) (2 − ) x x = −2 = lim = lim = lim − 2 1 1 1 x→−∞ x→−∞ x→−∞ x −1 x2 (1− 2 ) (−x) 1− 2 1− 2 x x x 2x − 3 x2 − 1 x4 + 1 2x − 3 "Forme indéter minée " ∞ " ∞ 1 1 x2 (1− 2 ) x2 (1− 2 ) −1 x x =1 = lim = lim 4 x + 1 x→−∞ x 4 (1+ 1 ) x→−∞ x 2 1 + 1 x4 x4 x2 22 Solutions.U. . Fonctions numériques.

2. Limites .N.M. Fonctions numériques. .U.Continuité SOLUTION MATH02E08 retour lim ( x 2 − 1 − x) Forme indéterminée "∞ − ∞" x→+∞ Utilisons la quantité conjuguée lim ( x 2 − 1 − x) = lim x→+∞ x→+∞ −1 =0 x2 − 1 + x lim x( x2 − 1 − x) Forme indéterminée "0x∞" x→+∞ Utilisons aussi la quantité conjuguée lim x( x2 − 1 − x) = lim x→+∞ x→+∞ −x x2 − 1 + x 23 −x 1 =− 1  2 x→+∞  x  1− 2 + 1 x   = lim Solutions.

M.Continuité SOLUTION MATH02E09 lim retour 3 3 x + 1 − (x + 1) Forme indéter minée "∞ − ∞" x→+∞ lim x3 + 1 − (x + 1)3 3 3 x + 1 − (x + 1) = lim x→+∞ 3 x→+∞ (x3 + 1)2 + 3 (x 3 + 1)(x + 1) + (x + 1)2 3 x 2 (−3 − ) x lim = −1 x→+∞ 2  1 2 3 1 1 1 2 x (1− 3 ) + (1+ 3 )(1+ ) + (1+ )  x x  x x ( lim x x→+∞ x + x +1 − x + x −1 lim ) x(x + x + 1 − x − x − 1) x + x +1 + x + x −1 x(x + 1 − x + 1) = lim  x→+∞ 1 1 1 1   1 1 x  1+ + 2 + 1+ − 2 + x  1 + + 1 −  x x x x x x    x→+∞ ( lim x x→+∞ ) x + x +1 − x + x −1 = 1 2 24 Solutions. 2. Limites . .U.N. Fonctions numériques.

N. 2. Limites .U.M. Fonctions numériques.Continuité SOLUTION MATH02E10 lim x→+∞ Solutions. retour x + x + x + x − x Forme indéter minée "∞ − ∞" lim x→+∞ lim x→+∞ x + x + x + x − x = lim x→+∞ x+ x+ x x+ x+ x+ x + x x+ x+ x+ x −x x+ x+ x+ x + x x 1+ = lim x→+∞ x( 1+ 25 1 + x 1 1 + x x3 1 + x3 1 + 1) x7 = 1 2 .

Continuité SOLUTION MATH02E11 retour Rappels : 1 a4 1 a2 lim x→+∞ 3 x4 [ − 1 b4 − 1 b2 4 = = x +1 lim x→+∞ 3 x4 1 (a 4 1 1 − b 4 )(a 4 + 1 1 4 (a + b 4 ) 1 (a 2 1 1 1 − b 2 )(a 2 + b 2 ) 1 1 (a 2 + b 2 ) +4 = = 1 (a 2 1 (a 4 ][  1 −b2) 1 + b4 ) a−b 1 (a 2 x +1 − x +1 x −1 x + 1 + x −1  1 x4  4 1 +   1 b4 ) 1 +b2) ] 2 1 = 1 1 4 1   1 1  2 + 1 −   x 2  1 + + 1−    x x x x   26 Solutions. Limites .M.U.N. 2. . Fonctions numériques.

0 [ = x  (x + 1) si x ∈ ] 0.M.N. 2.U. on peut prolonger f par continuitŽ ˆ droite en posant f (0) = 1 ou ˆ gauche en ~ posant f ( 0 ) = −1  x + 1 si x ∈ − ∞. Fonctions numŽriques. + ∞ ] [  x + 1 2 alors lim g(x) = −1 x→0 − et lim g(x) = −1 x→0 + ~ On peut prolonger g par continuitŽ en 0 en posant g(0) = −1 © dpic Ð inpl Ð mars 1999 .0 ] [ x − x  x − 1 b) g(x) = 2 = x + x  x − 1 si x ∈ 0. Limites . ~ NŽanmoins. + ∞ [ lim f(x) = −1 x→0 − et lim f(x) = 1 x→0 + f n'est pas prolongeable par continuitŽ en 0.ContinuitŽ SOLUTION MATH02E12 a) f(x) = x alors Solutions. retour x + 1 −(x + 1) si x ∈ ]−1.

5 3x + 2 3 19 on cherche A ∈R tel que ∀x ∈  .U.Continuité SOLUTION MATH02E13 retour 5 Pour tout x ∈  . Limites . . 2. + ∞  . Fonctions numériques.N.+∞  alors x ≥ A ⇒ − = ≤ε 2  2x − 5 2 2(2x − 5) 19 19 5 ≤ 2x − 5 ou x ≥ + 2ε 4ε 2 19 5 Nous pouvons donc choisir A = + 4ε 2 donc que 28 Solutions. nous avons 2  3x + 2 3 19 − = 2x − 5 2 2(2x − 5) Si on se donne ε > 0 .M.

3 ] est continue en x 0 = 2 ⇔∀ε ≥ 0. Fonctions numériques. 2.3 ] .M.U.N. Limites .Continuité SOLUTION MATH02E14 retour f(2) = 11 f définie sur un voisinage de 2. x − 2 ≤ α ⇒ f(x) − f(2) ≤ε x ∈[ 1. . par exemple [ 1. ) ce qui prouve la continuité de f en x 0 = 2 7 REMARQUE : Il n'y a pas unicité du nombre α puisque l'on peut envisager un autre voisinage de 2 29 Solutions. ∃ α > 0 tel que ∀x ∈[ 1.3 ] f(x) − f(2) = f(x) − 11 = x 2 + 2x − 8 = (x − 2)(x + 4) = x − 2 x + 4 1 ≤ x ≤ 3 ⇔ −1 < x − 2 ≤1 ⇔ x − 2 ≤1 1≤ x ≤3 ⇔ 5< x+ 4≤ 7⇔ x +4 ≤ 7 d'où x − 2 x + 4 ≤ 7x − 2 ≤ ε ε On peut choisir α = min(1.

Limites .Continuité SOLUTION MATH02E15 retour f(1) = 8 f définie sur un voisinage de 1.U. . par exemple [ 0.N. 2.2 ] .M.2 ] En appliquant l'inégalité triangulaire x2 + x + 3 ≤ x2 + x + 3 ≤ 4 + 2 + 3 = 9 donc x − 1 x2 + x + 3 ≤ 9x − 1 ≤ ε ε On peut choisir α = min(1.2 ] est continue en x 0 = 1 ⇔∀ε ≥ 0. ) ce qui prouve la continuité de f en x 0 = 1 9 30 Solutions. x − 1 ≤ α ⇒ f(x) − f(1) ≤ ε f(x) − f(1) = f(x) − 8 = x3 + 2x − 3 = (x − 1)(x2 + x + 3) = x − 1 x 2 + x + 3 x ∈[ 0. ∃ α > 0 tel que ∀x ∈[ 0. Fonctions numériques.

3 ] soit x ∈ [ 1. Fonctions numériques. 6ε ) ce qui prouve la continuité de f en x 0 = 2 11 31 Solutions. Limites .3 ] ⇒ 2 ≤ x + 1 ≤ 4 et 1 1 1 1 1 ≤ ≤ soit ≤ 4 x +1 2 x+1 2 ⇒ 5 ≤ 3x + 2 ≤ 11 et 3x + 2 ≤ 11 f(x) − 4 11 ≤ x−2 ≤ ε 3 6 On peut choisir α = min(1.N. 2.U.Continuité SOLUTION MATH02E16 f(2) = retour 4 3 f(x) − f(2) = f(x) − 4 x2 4 3x2 − 4x − 4 x − 2 3x + 2 = − = = 3 x +1 3 3(x + 1) 3x + 1 On choisit comme voisinage de 2 arbitrairement [ 1. .M.

Continuité SOLUTION MATH02E17 La fonction f(x) = retour x +1 est définie sur R− { 1} et f(0) = 1 x −1 f(x) − f(0) = f(x) − 1 = x +1 2x x +1 = =2 x −1 x −1 x −1 On ne peut pas prendre x < 1 à cause du facteur 1 x −1 1 1 On choisit comme voisinage de 0 arbitrairement − . .U. Limites .M.   2 2 alors − et 2 3 1 1 3 ≤ x −1 ≤− ⇒ ≤ x −1 ≤ 2 2 2 2 x ≤ 4x ≤ ε x −1 1 ε On peut choisir α = min( . ) ce qui prouve la continuité de f en x 0 = 0 2 4 32 Solutions. Fonctions numériques. 2.N.

Limites .Continuité SOLUTION MATH02E18 retour La fonction g : x a x est continue sur R et la fonction h : x a x 2 − 1 est continue sur R La fonction composée f = gοh est continue sur R et la fonction f: x → x2 − 1 est continue en tout point x 0 ∈R 33 Solutions. Fonctions numériques. 2.U.M. .N.

N.n + 1 [ n ∈Z et f est continue sur chaque intervalle ] n. . Fonctions numériques. Limites . 2.U.n + 1 [ n ∈Z Etudions maintenant la continuité de f en n Soit n ∈Z Si x → n+ alors E(x) = n et f(x) = n − (n − n)2 = n Si x → n− alors E(x) = n − 1 et f(x) = (n − 1) − (n − (n − 1))2 = n − 2 et donc f est discontinue pour ∀x ∈Z 34 Solutions.M.Continuité SOLUTION MATH02E19 retour f est continue sur R − Z en effet f(x) = n − (x − n)2 si x ∈[ n.

N. 2.M.U.Continuité SOLUTION MATH02E20 Solutions. Limites . Fonctions numériques. retour On a. pour x et x' dans l'intervalle [ −2.3 ] [ f(x) − f(x' ) = x3 − x' 3 = x − x' x 2 + xx' +x' 2 ≤ x − x' x2 + x x' + x' 2 f(x) − f(x' ) ≤ x − x' [ 9 + 9 + 9] = 27x − x' La fonction f est donc 27-lipschizienne sur l'intervalle [ −2.3 ] car: x − x' ≤ ε ⇒ f(x) − f(x') ≤ε 27 35 ] .

on a 0 ≤ g(x) − g(y) = x+y≤2 x−y et la fonction g est 2-lipschitzienne. { } 1 2 et y = 1− alors sup x + y.y) ∈ [0.Continuité SOLUTION MATH02E21 Si x et y sont deux réels distincts. Fonctions numériques. on a retour f(x) − f(y) = x + y et ce rapport peut être rendu aussi x− y grand que l'on veut en fixant par exemple x=0 et en faisant tendre y vers +∞ donc la fonction f n'est pas lipschitzienne En revanche si x et y ∈[ 0.x ≠ y = 2 n n 36 .(x.1 ] avec x ≠ y .N. Remarque : Ce rapport 2 est le meilleur rapport de Lipschitz possible en prenant x =1− Solutions.M.U. 2. Limites .1] 2.

pour toute suite (u n ) de nombres réels non nuls convergeant vers zéro. Fonctions numériques. on aurait lim f(u n ) = L n→+∞ 1 Soit pour tout entier n. 2.Continuité SOLUTION MATH02E22 Solutions.N. Limites .U. retour Si la fonction f admettait une limite L en zéro.M. u n = π + nπ 2 π lim u n = 0 et f(u n ) = sin( + nπ) = (−1)n 2 n→+∞ La suite f(u n ) n'admet pas de limite quand n → +∞ donc f n'admet pas de limite lorsque x → 0+ 37 .

Continuité SOLUTION MATH02E23 ∀x ∈R − { 0 } alors 0 ≤ xsin Solutions.M. Limites .U.N. Fonctions numériques. 2. retour 1 ≤ x x 1 et donc lim (xsin ) = 0 x x→0 On considère la fonction ϕ définie par ϕ(x) = xsin 0 1 si x ≠ 0 x si x = 0 ϕ est le prolongement par continuité de f sur R 1 1 g(x) = sin x x 1 Considérons la suite définie sur N par x n = π + nπ 2 π π π alors lim x n = 0 et g(xn ) = ( + nπ)sin( + nπ) = (−1)n ( + nπ) 2 2 2 n→+∞ g(xn ) n'admet pas de limite lorsque n → +∞ et g(x) n'admet pas de limite lorsque x → 0 La fonction g n' est pas prolongeable par continuité en 0 38 .

2.U.N.M. Fonctions numériques. . Limites .Continuité SOLUTION MATH02E24 retour Soit f(x) = xsinx π . g(x) ≥ x et donc lim g(x) = +∞ x→+∞ 39 Solutions. 2 On a f(x 2n ) = x2n qui tend vers + ∞ et f(x 2n+1 ) = −x2n +1 qui tend vers − ∞ donc f n' admet pas de limite en + ∞ posonsx n = nπ + g(x) = x(2 + sinx) pour tout x > 0.

U. 40 1 n'admet pas de limite x . Exercices supplémentaires. Montrer que la fonction définie pour tout x ∈R∗ par f(x) = cos quand x tend vers 0. Limites.N. Continuité. Déterminer le prolongement par continuité de la fonction définie sur R− { 0 } par f(x) = [ ] 1 n 2 (1+ x) − 1 − nx où n ≥ 2 2x MATH02S02. FONCTIONS NUMERIQUES : LIMITES . Exercices supplémentaires. MATH02S01.CONTINUITE. Fonctions numériques.M. 2.