You are on page 1of 23

LES ROUTES DES

BALKANS
ET L’AFRIQUE

TRAFIC DE DROGUES

Préparé et rédigé par Zazmaka

TRAFIC DE DROGUES

INTRODUCTION

Une route très important vers l'UE pour les drogues est l'Afrique. Le continent est attrayant
en raison de ses administrations faibles, la corruption et les relations orientées vers le
développement spécial avec l'UE. En conséquence, il voit le trafic en provenance de
l'Amérique du Sud et de l’Asie. Avec le règlement des familles africaines en Europe après
l'ère coloniale et un courant d'attitudes racistes envers eux, il y a eu des pressions sur ces
minorités dont les organisations de la drogue exploitent à leur avantage.
Ajouté à cela le niveau de pauvreté dans les pays africains est si grave que les gens sont prêts
à risquer l'emprisonnement à gagner un salaire élevé que dans les courriers corpora (en
avalant des sacs d'héroïne).
Le Nigeria est un gros trafiquant et est le plus grand, le plus riche et le plus peuplé de la
région. Les drogues viennent dans le sous-continent indien, puis en Europe. C'est devenu un
problème que vers 2000 Nigérians sont arrêtés pour infractions relatives aux drogues au
Royaume-Uni chaque année.
De plus en plus, l'Afrique est utilisée par les trafiquants de cocaïne. Le trafic de fret
conteneurisé entre l'Amérique du Sud et l'Afrique est pensé pour accueillir des quantités
considérables de cocaïne avec laquelle la douane dans la plupart des pays africains sont mal
équipés pour faire face. Les multiples points de sortie de l'Afrique vers l'Europe - et en
Europe de l'Est - sont tous utilisés.
Dans le même temps, profondément conscient du problème, des nombreux pays africains
cherchent de l'aide pour lutter contre les trafiquants de drogue. Le Ghana, la Guinée, le
Madagascar, le Nigeria, le Sénégal, le Togo, l'Ouganda ont tous ratifié la Convention de 1988
des Nations Unies afin de renforcer leur position et obtenir assistance une plus grande.
L’Afrique de l'Est et de l'Ouest semble gagner en importance à l'égard de routes pour le trafic
maritime. Une nouvelle route maritime vers le sud de l'Afghanistan par les ports de la
République islamique d'Iran ou le Pakistan va de plus en plus utilisée par les trafiquants pour
atteindre les marchés de consommation à travers les ports de l'Afrique de l’Est et de l’Ouest.
Les saisies d'héroïne ont fortement augmenté en Afrique, en particulier en Afrique de l'Est, où
elles ont augmenté de près de 10 fois. Les trafiquants sont de plus en plus à la recherche de
nouvelles routes pour compléter les anciennes: de nouvelles routes terrestres pour trafic
d'héroïne semblent se dessiner, par exemple, en plus de la route des Balkans et les routes du
nord, l'héroïne est transportée vers le sud de l'Afghanistan par la République islamique d'Iran
ou le Pakistan, menant à travers le Moyen-Orient via l'Irak.
2

TRAFIC DE DROGUES
Alors que la route de trafic des Balkans demeure la plus populaire, une diminution de la
quantité d'héroïne trafic sur cette route a été notée.
Il est clair que le continent africain est de plus en plus important et les plus vulnérables en
termes de prolifération des routes du trafic, la disponibilité des données est très limitée.
Afin de contrôler efficacement cette tendance inquiétante, il y a un besoin urgent d'améliorer
la collecte des données et la capacité d'analyse des pays de la région.
Les saisies de cocaïne en Colombie indiquent que la route de l'Atlantique peut être gagnée en
importance par rapport à la route du Pacifique dans le trafic maritime, les liens linguistiques
semblent jouer un rôle dans le trafic de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud.
L'Afrique est en train de devenir un continent de transit pour le trafic et la production de
drogues du monde, selon la Drug Report 2013, publié par le Bureau des Nations Unies contre
la drogue et le crime (ONUDC).
Bien que les données en provenance de l'Afrique sont limitée, l'apparition de nouvelles routes
et des changements dans la production de substances illicites indiquent qu'il est de plus en
plus vulnérables au commerce de la drogue et le crime organisé. Les saisies d'héroïne ont
augmenté depuis 2009, passant de 10 fois en Afrique de l'Est.
Le trafic maritime est particulièrement difficile pour les autorités. Bien que les saisies
maritimes ne représentent pas plus de 11 pour cent de tous les cas, ils sont en moyenne 30 fois
plus importants que ceux impliquant des avions.
L’Afrique de l'Est est en train de devenir une zone de transit pour les opiacés afghans destinés
au marché européen. La plupart des saisies d'héroïne en Afrique ont été effectuées aux
frontières maritimes, les ports, ou sur la mer, pointant à l'augmentation du trafic maritime.
Une nouvelle route pour atteindre les marchés de consommation en Afrique orientale et
occidentale commence en Afghanistan et transite par les ports en Iran ou au Pakistan. Les
trafiquants cherchent constamment de nouvelles routes pour compléter les anciennes.
Les nouvelles routes ont peut-être été provoquées par l'interruption de l'écoulement de
l'héroïne sur la route des Balkans. Le changement pourrait aussi avoir quelque chose à voir
avec les changements de la demande et la nécessité d'atteindre de nouveaux marchés de
consommation.
Ces routes alternatives utilisent l’Afrique ainsi que certains pays du Golf comme des „points
de relais” pour le trafic vers l'Europe.
L’Afrique de l'Est a été un point majeur pour l'héroïne entrant dans le continent africain, un
rôle qui pourrait être de plus en plus importante.
Le Nigéria et la Thaïlande ont identifié l'Éthiopie comme un pays de transit pour l'héroïne.

3

TRAFIC DE DROGUES
Dans le passé, la Thaïlande a fait son marché de l'héroïne fournie par Sud-Est et Asie du Sud.
En plus de l'héroïne, le marché de la cocaïne en Afrique est de plus en plus compliqué
(cocaïne voyage par le chemin inverse.
Les routes de l'Afrique occidentale vers l'Europe sont pensées pour avoir évolué à partir de
l'air et de la mer à la terre des itinéraires de trafic, ce qui peut avoir causé une augmentation
de la consommation de cocaïne dans l'Ouest et en Afrique du Nord entre 2009 et 2011.
L’Algérie, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire et le Maroc ont tous signalé des augmentations de
la consommation de cocaïne et de rapports récents du Ghana et du Togo indiquent également
une augmentation.
Le rapport appelle à une meilleure collecte et analyse des données sur les drogues en Afrique
à la lumière des changements observés à ce jour.

CARACTÉRISTIQUES COMMUN ENTRE LES ROUTES AFRICAINES ET
BALKANIQUE

Comme pour le haschich, l'Afrique du Nord-Ouest joue un rôle clé dans le trafic à destination
de l'Europe, le plus grand marché de consommation de cette substance. Pourtant, le haschisch
arrive aussi en Italie via la route des Balkans (via la Turquie) ou via la Méditerranée, du Liban
à Chypre et en Grèce.
Depuis quelques années, un remarquable trafic de marijuana entre l'Italie et l'Albanie a été
enregistré. La drogue est transportée depuis les ports albanais de Durres et Vlora aux ports des
Pouilles, Bari, Brindisi, et Otrante. Il y a aussi des flux maritimes de cocaïne en provenance
d'Amérique du Sud via l'Afrique de l'Ouest, ainsi que de l'ecstasy produite en Europe à
destination des marchés australiens.
La traite des opiacés et d'héroïne utilise l'important trafic de camions et de véhicules de
passagers pour le transport. De fortes augmentations du trafic régulier sur les autoroutes de la
Turquie vers l'Europe ont été enregistrées. Les policiers allemands ont calculé la circulation
des véhicules le long de la Route des Balkans jusqu'à cinq millions de véhicules en 1998.
Les utilisations de camions TIR (Transport International Routier) qui fonctionnent selon le
système douanier international ne sont pas soumis à un contrôle douanier à des fins fiscales,
sont très fréquentes. La drogue est habituellement caché dans des compartiments secrets ou à
la marchandise elle-même.
Les envois d'héroïne du Croissant d'or qui utilisent la route des Balkans finalement entrer dans
l'UE à différents points. La tâche de l'interception par les douanes et la police est extrêmement
4

TRAFIC DE DROGUES
difficile, pour dire le moins, étant donné les ressources limitées consacrées à des points de
douane externes d'entrée où un très grand nombre de véhicules doivent traverser.
Toutefois, le recours aux livraisons surveillées et l'expertise croissante de la police et des
douanes est d'avoir un effet réel en termes d'arrestations et de saisies.
La route des Balkans classique a néanmoins certaines variantes. Les plus notables sont celles
qui conduisent de l'Iran à travers le sud de la Russie vers la côte de la Baltique à Tallinn, où
les expéditions sont faites en direction de Rotterdam et d'autres ports européens.
La crise yougoslave a perturbé le trafic régulier des Balkans et a donc été détournée par la
Roumanie, la République Tchèque et la Hongrie, où les contrôles douaniers et les contrôles de
police ne sont pas très efficaces en raison des tensions frontalières entre ces pays.
La découverte de drogue et d'armes d'un réseau de contrebande albanais / yougoslave a mis en
lumière un autre exemple de l'utilisation des drogues dans le financement de l'effort de guerre.
Liens croate avec l'Amérique du Sud aussi a apporté son soutien à cette évolution.

Les flux mondiaux d'héroïne

5

TRAFIC DE DROGUES
La route des Balkans et la route du Nord sont les principaux corridors de trafic d'héroïne
reliant l'Afghanistan aux énormes marchés de la Fédération de Russie et de l’Europe de
l'Ouest.
La route des Balkans traverse la République islamique d'Iran (souvent via le Pakistan), la
Turquie, la Grèce et la Bulgarie dans l'Europe du Sud-est au le marché de l'Europe
occidentale, avec une valeur de marché annuel de quelque 20 milliards de dollars.
La route du nord traverse principalement au Tadjikistan et au Kirghizistan (ou l'Ouzbékistan
ou le Turkménistan) au Kazakhstan et la Fédération de Russie. La taille de ce marché est
estimée à 13 milliards de dollars par an
La cocaïne est la traite vers l'Europe principalement par la mer, souvent dans des expéditions
de conteneurs. La Colombie demeure la principale source de la cocaïne a été trouvée en
Europe, mais les livraisons directes en provenance du Pérou et l'État plurinational de Bolivie
sont beaucoup plus fréquents que dans le marché des États-Unis.

Flux mondiales de cocaïne
L’Afrique de l'Ouest continue d'être une région particulièrement préoccupante dans le
phénomène mondial de la drogue, il est confronté à la menace du crime organisé, notamment
le trafic de drogue, qui peut à son tour avoir un effet d'entraînement sur l'ampleur de l'usage
de drogues.
Il existe des preuves qu'un nombre important de lots d'héroïne en provenance d'Afghanistan
ont été l'objet de trafic via le Pakistan au l'Afrique occidentale et centrale, principalement par

6

TRAFIC DE DROGUES
voie aérienne. Dans de nombreux cas, l'héroïne a en outre été l’objet de trafic vers d'autres
marchés de consommation.
Les données des saisies d'héroïne signalées en Afrique de l'Est suggèrent que l'héroïne est
l’objet de trafic vers les frontières maritimes et les ports du Kenya et de la République-Unie
de Tanzanie. Plus tard, il est transporté vers l'Afrique du Sud par la route.
L'information anecdotique révèle que les trafiquants utilisent un certain nombre de navires au
trafic d'opiacés en provenance des ports de la République islamique d’Iran et le Pakistan vers
l'Afrique. Boutres et les conteneurs sont utilisés pour atteindre l’Afrique de l'Est, alors que les
conteneurs sont utilisés plus pour atteindre l’Afrique de l'Ouest, notamment le Bénin et le
Nigeria.
L’Afrique du Sud et le Nigeria ont tous les deux eu un marché de consommation important
pour la cocaïne pendant un certain temps, et ces deux pays jouent également un rôle important
en tant que pays de transit.
L’Afrique de l'Ouest avait acquis un rôle important en tant que centre de transbordement pour
la cocaïne transportée d'Amérique du Sud vers l'Europe. Bien que l'importance de ce rôle peut
avoir reculé depuis, le marché de la cocaïne en Afrique est peut-être devenu plus complexe.
Les routes de l'Afrique occidentale vers l'Europe ont pu se déplacer loin de vols vers les
aéroports européens et les routes maritimes vers le nord le long de la côte africaine à la terre
des itinéraires de trafic.
La disponibilité de la cocaïne en Afrique de l'Ouest et le long des routes de la terre peut aussi
avoir alimenté une augmentation de la consommation de cocaïne dans Afrique de l'Ouest et du
Nord.
L’Algérie, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire et le Maroc ont tous signalé des augmentations de
la consommation de cocaïne fondées sur des perceptions d'experts, et les derniers
changements rapportés par le Ghana et le Togo a également indiqué une augmentation de la
consommation de cocaïne.
En plus de l'Afrique de l'Ouest, la région du Golf avec un marché limité mais peut-être
croissante a également émergé comme une source possible. Les Émirats arabes unis et
l'Arabie saoudite ont eu une augmentation des saisies de cocaïne enregistrés au cours des
dernières années.
L’Ouganda, ainsi que la Pologne et la Thaïlande ont identifié les Émirats Arabes Unis en tant
que pays de transit pour la cocaïne saisie d'atteindre leur territoire et au Yémen identifié les
Comores comme destination.
Le Qatar a également été identifié comme un pays de transit par le Japon, qui a à son tour
augmenté ses saisies de cocaïne.

7

TRAFIC DE DROGUES

MODE DE FONCTIONNEMENT DE LA ROUTE DES BALKANS
Société de clan comme facteur de succès

Le crime organisé dans les Balkans a ses racines dans les structures claniques traditionnelles.
Dans ces pays, principalement ruraux, les gens s'organisent en clans avec de grands liens
familiaux pour la protection et l'assistance mutuelle. À partir du 15e siècle, les relations
claniques exploités sous le kanun, ou code, qui valorise la loyauté et de Besa, ou le secret.
Chaque clan s'est établi dans des territoires spécifiques et contrôlé toutes les activités dans ce
territoire. La protection des activités et des intérêts conduit souvent à la violence entre les
clans. Les éléments inhérents à la structure des clans fourni l'épine dorsale parfaite pour ce qui
est considéré le crime organisé Balkans moderne.
De nombreuses années de régime communiste ont mené à des activités de marché noir dans
les Balkans, mais l'impact de ces activités a été limité à la région. Quand le communisme s'est
effondré à la fin des années 1980 et au début des années 1990, il a mené à l'expansion des
activités du crime organisé dans les Balkans. Les marchés criminels une fois fermés aux
groupes des Balkans s'ouvrirent brusquement, et cela a conduit à la création d'un réseau
international.
Dans les Balkans, les groupes du crime organisé ont infiltré les nouvelles institutions
démocratiques, élargissant ainsi leurs opportunités de profit. Les Activités du crime organisé
albanais par exemple aux États-Unis comprennent le jeu, le blanchiment d'argent, le trafic de
drogue, le trafic d'êtres humains, l'extorsion, l'intimidation des témoins violent, le vol,
tentative d’assassinat et l’assassinat.
Les groupes du crime organisé dans les Balkans ont récemment augmenté dans des crimes
plus sophistiqués, y compris la fraude immobilière.
Une autre caractéristique notable de la route des Balkans est que certains réseaux importants
ont clanique et hiérarchisée des structures. Les groupes albanais en particulier, ont de telles
structures, ce qui les rend particulièrement difficiles à infiltrer. Ceci explique en partie leur
implication continue dans plusieurs marchés européens de l'héroïne.
Les réseaux albanais continuent d'être particulièrement visibles en Grèce, en Italie et en
Suisse. L'Italie est l'un des marchés de l'héroïne les plus importants d'Europe, et souvent
identifiée comme une base d'opération pour les groupes des Balkans qui exploitent la diaspora
locale.
La mafia albanaise est celle qui contrôle complètement la route des Balkans et ça c'est sûr.
Mais nous ne devons pas négliger d'autres groupes criminels tels que l'italien 'Ndrangheta, le
Monténégro clans, les cartels de la drogue turcs, la Russie et les criminels de Kavkaz ainsi
que les groupes de drogues serbes.

8

TRAFIC DE DROGUES
Le rang de la mafia albanaise est cinquième dans le monde en ce qui concerne la notation d'un
groupe criminel organisé, mais en même temps, il se caractérise par un accroissement
potentiel qui empêche la police de briser po.
Certains aspects de ce potentiel sont la langue, les coutumes et les liens de sang.
Ces derniers permettent à la mafia albanaise de créer une chaîne pénale indestructible: les
représentants des clans albanais donnent leurs filles en mariage avec leurs semblables
Afghans et Turcs, protégeant ainsi le lien principal de l’entreprise de drogue; producteur –
entrepôt - consommateur.
C'est de cette façon que les entreprises familiales criminels s'épanouissent et s'élargissent.
Selon les statistiques d'Organisation mondiale des douanes saisie (OMD), les Albanais
constituaient le groupe le plus important (32%) de toutes les personnes arrêtées pour trafic
d'héroïne en Italie entre 2000 et 2008.
Le groupe identifié suivant était le groupe Turc suivie par les Italiens et les citoyens des pays
des Balkans (la Bulgarie, le Kosovo / la Serbie, la Macédoine et dans une certaine mesure la
Grèce).
Le PIB combiné du Kosovo / Serbie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine et de
l'Albanie à 20 milliards de dollars US est équivalent à la valeur du marché de l'héroïne de
Europe de l'Ouest.
Un certain nombre de conflits non résolus et des tensions inter-ethniques le long des sections
de cette route continuent d'empêcher l'émergence de la coopération régionale anti-drogue
efficace et continuent de faciliter le trafic.

Les poulpes des Balkans

La route des Balkans reste l'itinéraire principal pour le trafic d'héroïne et domine terrestres et
maritimes lots de cette drogue, bien que l'Afrique est en train d'émerger comme l'origine
principale des livraisons aériennes d’héroïne produite en Afghanistan, a déménagé à la
République islamique d'Iran et par la suite à la Turquie. A la fin, arrive le continent européen.
D’Istanbul, l'héroïne est introduite clandestinement en Bulgarie, elle passe ensuite par la
Roumanie ou est envoyée dans les Balkans occidentaux. A partir de ces endroits, elle est
dirigée vers les consommateurs finaux dans l'UE.

9

TRAFIC DE DROGUES
Une petite quantité d'héroïne atteint les Balkans également à travers la Grèce à partir de
certains pays africains. La Serbie est un pays de transit important pour l'héroïne ainsi que
d'autres stupéfiants (US DoS).
Les trafiquants les plus éminents de l'héroïne dans les pays de l'UE restent les groupes
criminels turcs et albanais. En particulier, les groupes criminels albanais constituent une
préoccupation grandissante pour l’Europol, Interpol, et pour toutes les forces de police de
l'UE.
Toutefois, l'héroïne n'est pas le seul produit de traite à travers la route des Balkans. La cocaïne
en provenance d'Amérique du Sud est également stockée dans cette région. La mafia serbe
accroît ses liens avec la pègre sud-américaine. Bien que la mafia serbe ne fonctionne pas
essentiellement dans son propre pays, il est une menace croissante pour les autorités
européennes.
Le cannabis destiné à la consommation dans l'UE est aussi cultivé dans les régions qui
appartiennent à la Route des Balkans et cette drogue douce est également passée en
contrebande à travers le territoire serbe (Commission européenne). Les drogues de synthèse
passent par la route des Balkans aussi, mais suivent la direction inverse de l'héroïne.
Au cours des dernières années, la mafia serbe a établi des relations d'affaires vitaux avec les
Forces armées révolutionnaires (FARC) en Colombie et au Mexique avec Sinaloa / Guzman et
Zetas / La Compania, qui dans les interfaces à son tour avec un autre partenaire des Serbes de
la Ndrangheta en Calabre, Italie.
Selon des sources policières, les groupes criminel de Monténégro, de Serbie et de BosnieHerzégovine organisées conjointement, gagne 200 millions d'euros par le commerce de la
cocaïne par an.
L’Islam radical a imposé et élargi leurs activités dans les Balkans durant ces 20 dernières
années. Pendant la guerre de Bosnie de nombreux des islamistes étrangers sont allé combattre
avec la brigade des moudjahidines.
Aussi de nombreuses figures d'Al-Qaïda dont Oussama Ben Laden soutenaient les musulmans
de Bosnie de 1992 à 1995. Les pays occidentaux ont pris la côte avec ces combattants de la
liberté en Bosnie et plus tard au Kosovo contre les Serbes agresseurs.
On croit que les liens entre le trafic de drogue et la fourniture d'armes à l'UCK (Armée de
libération du Kosovo) ont été établis au milieu des années 90 et qui a fait la base de succès des
trafiquants albanais qui contrôlent désormais environ 70% de l'héroïne saisie de l'UE marchés.
Le Kosovo sert de carrefour pour le trafic d'héroïne en provenance d'Afghanistan et d'Afrique
orientale vers l'Europe occidentale par la route des Balkans célèbre. Les trafiquants albanais
sont une „menace pour l'Union européenne” par le Conseil de l'Europe au moins aussi
récemment qu'en 2005. En fait, le trafic d'héroïne d'origine albanaise est sans doute le
problème du crime organisé le plus important et l’unique en l’Europe aujourd'hui.

10

TRAFIC DE DROGUES
Certains critiques n'estiment que la tactique de la politique étrangère occidentale "aidé" en
certains points à créer logistique entre les marchés par la route des Balkans et les producteurs
d'héroïne.
Cette créature a été développé par lui-même et devenu plus forte en lien financier entre les
organisations wahhabites au Kosovo et le terrorisme international et les wahhabites comme an
réservoir potentiel pour les opérations. Ils croient que dans le même temps il y a un lien
historique et social entre les groupes du crime organisé et certains dirigeants politiques du
Kosovo.
Ils croient également que le Kosovo d'aujourd'hui est déjà un refuge pour les criminels de
guerre, les trafiquants de drogue, le blanchiment d'argent international et des wahhabites
radicaux.

LES ROUTES DE BALKAN

Ce document se concentre sur la Serbie qui, compte tenu de son importance géopolitique de la
route des Balkans et d'attribution récente du statut de candidat à l'adhésion à l'UE, est un cas
particulièrement intéressant.
Dans les sections suivantes de la coopération entre la Serbie, l'UE et d'autres partenaires est
analysé afin de comprendre comment la Serbie collabore avec ses partenaires pour
responsabiliser et développer les forces de police serbes en vue de son adhésion à l'UE et à
démanteler la route des Balkans.

11

TRAFIC DE DROGUES
En raison de sa position entre l'Europe, l'Asie centrale et du Proche-Orient, la Turquie est un
chemin transitive central pour le commerce de drogues illicites de l'Iran, l'Afghanistan et
l'Afrique orientale vers les pays européens. Environ 80% de l'héroïne en provenance
d'Afghanistan passe par la Turquie et les Balkans sur la voie de l'Europe de l'Ouest.
Certains groupes criminels organisés fondés sur des critères ethniques, ainsi que leur diaspora
sont notamment les plus grands distributeurs de drogue sur la route des Balkans.

CONNEXION INTRA-AFRICAINNE
Conditions préalables

La communauté internationale a suivi la présence d'Al-Qaïda dans la région du Sahel, la
Somalie et le Yémen. Les développements récents au Mali ont créé une meilleure prise de
conscience de l'influence croissante d'Al-Qaïda gagne toute la région nord de l'Afrique.
La crise du Mali risque de créer un arc d'instabilité qui s'étend de l'ouest en Mauritanie à l'est
par le Niger, le Tchad et le Soudan, dans la Corne de l'Afrique et du Golf d'Aden, caractérisé
par des espaces étendus où l'autorité de l'État faible et les poches de contrôle territorial sont
exercées par des criminels transnationaux.
Le rapport, intitulé „Le terrorisme en Afrique du Nord et au Sahel en 2012, la portée et des
implications mondiales”, publié en Février 2013, a suggéré qu’Al-Qaida au Maghreb
islamique, s’est alignée avec beaucoup d'autres groupes afin d'élargir ses sources de
financement.
Des rapports de renseignement ont dans le passé établi un lien étroit entre AQMI et Boko
Haram avec Ansar Dine. Les principales sources de financement de leurs activités suivantes:
l'enlèvement, la piraterie et le trafic illicite de drogues, humains, véhicules et autres
marchandises de contrebande.
Des rapports de renseignement et d'arrestations ont confirmé qu’AQMI a établi des liens avec
les cartels latino pour la contrebande "drogues pour les armes" en Europe par les réseaux
terroristes trafic dans le Sahel, aidé par la porosité des frontières des pays de la région. Le
statut d'AQMI dans le Sahel a ouvert une nouvelle voie pour le groupe terroriste de déplacer
son centre de gravité de l'Afghanistan et du Pakistan pour une nouvelle demeure.
Avec des évaluations régionales sur neuf pays différents d'Afrique, le rapport indique que
Boko Haram et la participation de Ansar Dine avec AQMI correspond au „modèle
d'internationalisation des mouvements terroristes" dans d'autres parties du monde.

12

TRAFIC DE DROGUES
En Février, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, ONUDC, a estimé que la
contrebande de cocaïne en Afrique occidentale et centrale génère quelque 900 millions de
dollars par an.
L'administration de la US Drug Enforcement, DEA, a déclaré dans un rapport publié l'an
dernier que de nouveaux acteurs, y compris la branche maghrébine d'Al-Qaïda [AQMI] et le
groupe terroriste islamique au Nigeria, Boko Haram, devenaient de plus en plus impliqué dans
le trafic de cocaïne pour amasser des fonds pour leurs activités ou ont été financés par des
trafiquants pour soutien.
En outre, la présence d'AQMI dans le Sahel et le nord du Mali a permis le renforcement des
liens entre Al-Qaïda et des groupes liés aux groupes terroristes nationaux.
Les djihadistes et d'autres militants se développent dans les vides de pouvoir, en particulier
dans les zones où il y a grand nombre d'armes accessibles, comme en Libye, au Mali et en
Syrie.
En Afrique du Nord, les musulmans et les militants islamistes ont profité des récents
bouleversements prospèrent et de plus en plus d'influence, créant ce qui est maintenant connu
comme un „arc d'instabilité” qui s'étend de la côte de l'Afrique de l'Ouest à travers la région
du Sahel dans la Corne de l'Afrique. Sur le continent africain, les liens entre les groupes
radicaux de Boko Haram, Al-Shabaab, al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et ses dérivés,
le Mouvement de l'Unité pour le Jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) et Ansar Dine, sont de
plus en plus fort, de même que les liens avec al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) au
Yémen.
Ceci est très important pour comprendre les liaisons internationales de trafic de drogue et la
connectivité entre les trafiquants de drogue internationaux et des organisations terroristes. Le
gouvernement de transition somalien a également accusé régulièrement des groupes au
Yémen, en Syrie, en Iran et au Qatar de soutenir les activités d'Al-Shabaab.
Pour AQPA, ces dons privés sont un mélange de riches Saoudiens sympathiques à la cause des
AQPA, et ceux qui donnent sans le savoir à des institutions caritatives qui redirigent les fonds,
selon des câbles consultés par le New York Times. On croit qu'Ansar Dine est en grande partie
financée par le Qatar.
Le groupe militant somalien Al-Shabaab a coordonné avec l'AQPA depuis plusieurs années.
Al Shabaab envoie combattants AQPA d'être formés au Yémen qui reviennent ensuite avec le
bon savoir-faire. Environ 300 combattants d'Al-Shabaab ont été envoyés au Yémen en Mars
2012 afin d'aider la lutte contre AQPA l'armée yéménite dans la province d'Abyan, une région
qui AQPA a pris le contrôle pendant plus de troubles politiques au Yémen en 2011.

13

TRAFIC DE DROGUES

Selon Awas, Al-Shabaab a deux types de militants opérant au Yémen. Les premiers sont des
réfugiés économiques venant de Somalie et, une fois au Yémen, sont recrutés par AQPA.
L'autre groupe comprend les "membres préparé recrutés d'Al Shabaab", qui sont arrivés après
l'investiture du président Abd Rabu Mansour Hadi du Yémen en 2012.
Une connexion de trafic de drogue entre les pays d'Afrique orientale, les pays du ProcheOrient et du Golfe peut être vu à partir de quelques exemples.
Une nationalité tanzanienne a été arrêtée récemment au Yémen après que les autorités ont
découvert une cachette énorme de stupéfiants cachés dans deux bateaux de pêche. Le trafic de
drogue est une infraction grave au Yémen, généralement punissable par la mort.
Selon les rapports des médias en provenance du Yémen et selon des sources policières ont dit
que les deux bateaux de pêche ont été appréhendés 13 miles nautiques au large du port de la
ville de Sher dans le Hadramaout ouest de la province. Quand fouillé, ils ont été trouvés
portant un important lot de drogue à un total de 162 sacs. Le ressortissant tanzanien a été
parmi deux Africains, l'autre dit être un Kenyan, pris sur l'un des bateaux.

14

TRAFIC DE DROGUES
Cinq Yéménites ont été arrêtés sur le second bateau. L'identité de la Tanzanie n'a pas encore
été publiée. Lui et le Kenya sont jugées dans leur milieu des années 30, tandis que les cinq
Yéménites étaient âgés entre 19 et 52.

Récemment, les autorités yéménites ont détruit quatre tonnes de haschich et six millions de
pilules d'amphétamines, tout dit avoir une valeur marchande totale de plus de 83m $. Il y avait
environ 75 suspects dont 47 Yéménites, 12 Pakistanais, 10 Iraniens, deux Syriens, deux
Saoudiens, un Erythréen et un éthiopiennes.
Ces est rapporté qu'ils ont fait face à des accusations pour trafic de drogue et le commerce de
la drogue dans les derniers mois. Certains de ces procès ont été achevés avec un certain
nombre de personnes reconnues coupables condamnés à mort et les autres à servir longues
peines de prison. D'autres procès sont toujours en cours.
Selon les autorités yéménites, les trafiquants utilisent souvent des bateaux d'apporter
d'énormes quantités de haschisch et des pilules, principalement des amphétamines, comme il
est facile d'éviter les gardes de sécurité le long de côtes du pays.
L'augmentation du trafic de drogue est attribuée à une hausse de la demande en provenance
des pays du Golfe et en particulier l'Arabie Saoudite.

15

TRAFIC DE DROGUES

Les liens très étroits entre Wahhabites radicales en la Bosnie, au Kosovo et l'Arabie saoudite
ont été expliqués plus tôt, mais le plus important est le fait que ces connexions sont également
des connexions de drogue.
Arabie Saoudite finance officiellement bosniaque, le serbe et le Kosovo mouvement
wahhabite et a construit de nombreux centres culturels islamiques à travers la région. Avec
une aide de connexions officielles de nombreuses connexions privées et professionnelles ont
été établies ainsi que le trafic de drogue et connexions criminelles.
La plupart de la production de cannabis est destiné au trafic local ou régional, cependant, de
nombreux pays, en particulier le Nigeria, le Ghana, le Cameroun, la RDC et la plupart des
pays d'Afrique australe, l'exportation des pourcentages croissants de leur production vers
l'Europe.
Les principaux ports de l'Afrique sub-saharienne sont aussi une voie de transit du haschisch
en provenance d'Asie Sud-Ouest. Bien que les trafiquants ont longtemps préféré le
transbordement dans les ports d'Afrique orientale, en particulier au Kenya et au Mozambique,
où des dizaines de tonnes de cette drogue ont été saisis au cours des dernières années.

16

TRAFIC DE DROGUES
Connexion sur la route des Balkans

La route de la drogue Afrique de l'Est est mis en évidence dans la nouvelle version 2014
Rapport mondial sur les drogues comme un défi aux autorités. Depuis 2009, le rapport
indique, les saisies d'héroïne en Afrique, surtout sur la côte est, ont décuplé.
Le rapport a été publié par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).
Le parcours commence en Afghanistan, premier producteur mondial d'opium, puis passe par
le Pakistan. La prochaine étape du voyage est par la mer à des pays comme la Tanzanie, le
Kenya et le Mozambique avec le Yémen et l'Arabie Saoudite connexions. Bien que cette voie
est principalement utilisé pour l'héroïne, du haschisch et de produits chimiques utilisés pour
fabriquer la méthamphétamine sont également déplacés.
"Les routes du trafic à travers l'Afrique australe ont probablement développé en réponse à
l'amélioration de police le long de la „route des Balkans” vers les marchés européens, ainsi
que la demande accrue au niveau local", a déclaré l'ONUDC.
"Il y a eu un changement dans les routes du trafic à travers un certain nombre de produits.
Trafiquants d'héroïne en essayant d'éviter les groupes turcs désormais également le trafic via
Orient et en Afrique du Sud ou expédier leurs produits directement auprès de l'UE via le
Pakistan ou les Émirats arabes unis ", a déclaré Europol.
Route des Balkans dans l'autre sens est utilisé pour la contrebande d'armes.
Les rapports publiés ont indiqué que les gangs locaux de trafiquants d'armes en Serbie,
Slovaquie, Monténégro, Croatie et au Kosovo ont envoyé des armes à partir des ports du
Monténégro et de la Croatie au Yémen.
De plus certaines armes achetées par l'armée yéménite sont détournées vers le marché noir.
Les numéros de série de deux fusils d'assaut utilisés dans une attaque contre le consulat
américain en Arabie Saoudite ont été tracés au ministère de la Défense du Yémen.
Cinq employés de consulaires américains sont morts dans l'attaque.
Le pipeline d'armes yéménite fournit illégalement des armes à divers groupes au Soudan, en
Somalie, en Palestine, en Érythrée, en Arabie Saoudite, et à Al-Qaïda.
Selon Elaph, un site Web arabe, "Les Saoudiens étaient très furieux que les derniers combats
avec des terroristes en Arabie Saoudite ont révélé que toutes les armes et les explosifs utilisés
par les combattants d'Al-Qaïda ont été achetés et contrebande en provenance des marchés
d'armes yéménites."
Un responsable du renseignement militaire israélien a déclaré: «Les armes sont passées en
contrebande par des bandes privées, mais en pleine connaissance des autorités ...„

17

TRAFIC DE DROGUES
L'Afrique du Sud est devenue une importante plaque tournante pour la distribution d'énormes
quantités d'héroïne, de cocaïne et de matières premières pour la fabrication de drogues de
synthèse qui trouvent finalement leur chemin vers les marchés du monde entier. Cette liaison
sud-africaine de la drogue est devenue une priorité pour les organismes d'application de
drogue internationaux, qui ont lié les trafiquants de drogue opérant dans les pays des Balkans
à l'Afrique du Sud.

Ancien et nouvelles routes d’héroïne et de cocaïne

Selon les sources de renseignement européen, les agences anti-drogue en Europe ainsi que les
États-Unis et certains autres pays du premier monde sont préoccupés par la façon dont
d'énormes lots de drogues trouve leur chemin vers l'Afrique du Sud pour la redistribution à
travers le monde. L'Afrique du Sud est considérée comme exerçant des contrôles laxistes et
les fonctionnaires qui peuvent être facilement soudoyé.
Les enquêtes sont en cours sur les liens présumés entre fugitif milliardaire tchèque Radovan
Krejcir et l'un des principaux syndicats du crime Balkans exploités de la Serbie par une
famille du crime monténégrin dirigée par les frères Darko et Dusko Šarić.

18

TRAFIC DE DROGUES
En Novembre 2009, lorsque la police a arrêté cinq passeurs de drogue serbe dans une
opération antidrogue sous couverture internationale majeure, l'Opération des Balkans
Guerrier.
Dans l'une des plus grandes saisies de drogue de cette année, 492 kg de cocaïne ont été saisis
à Buenos Aires, en Argentine. La drogue étaient en route de l'Uruguay et de l'Argentine à
travers l'Afrique du Sud au nord de l'Italie, la Turquie et ensuite par Route des Balkans sur le
Monténégro, pays de naissance des frères Šaric, qui devint plus tard citoyens serbes.
Donner un discours à la 30e Conférence de la Drug Enforcement internationale annuelle
(IDEC) qui s'est tenue à Moscou, le Premier ministre serbe et ministre de l'Intérieur Ivica
Dacic a déclaré que la saisie de drogues sur le territoire de la Serbie a réduit, ce qui pourrait
s'expliquer par la diffusion de la route des Balkans, qui est également utilisé pour trafic de
cocaïne.
Les groupes criminels albanais constituent une part importante des cartels de la drogue
européens, dont les données des services internationaux montrent clairement, a déclaré Dacic.
Il a souligné que la majorité des groupes du crime organisé en Serbie sont impliqués dans le
trafic de drogue, comme la position géographique de la Serbie, il est le plus court chemin pour
l'héroïne en provenance d'Afghanistan pour atteindre les marchés de l'Europe de l'Ouest.
Une lutte efficace contre le trafic de drogue appelle à la création d'équipes communes
d'enquête au niveau international, a déclaré Dacic.
La Serbie est à la recherche "du monde entier" pour les suspects dans une affaire de trafic de
cocaïne en provenance d'Afrique du Sud - Darko Šarić et Rodoljub Radulović - et le pays
coopère avec les services internationaux à ce sujet, le Premier ministre serbe a également dit à
la conférence.
Lorsqu'on lui a demandé si la Serbie est à la recherche Šarić, Radulović ou quelqu'un des soidisant gangs Šarić en Russie, a déclaré Dacic:
„Nous sommes à la recherche pour eux à travers le monde. Donc, nous sommes certainement
les chercher en Russie. Cela ne ferait aucun sens pour vous en dire plus. Ainsi, nous parlions
que nous cherchions Šarić en Afrique du Sud, qui était un message clair pour lui de quitter
l'Afrique du Sud”.
Dacic a ensuite souligné que „les services russes, britanniques, allemands et américains sont
conscients" que la mafia dite albanaise tient une place importante parmi européennes narcomafias, et a souligné que Naser Kelmendi n'était pas „la seule cachette de justice dans le
territoire du Kosovo”.
Lorsqu'on lui demande pourquoi la Serbie n'a pas réussi à arrêter Kelmendi, un Albanais de
souche du Kosovo qui détient le passeport de Bosnie-Herzégovine, Dacic a déclaré que „le
suspect n'était pas un citoyen de la Serbie, et qu'il se cachait au Kosovo probablement compter
sur pas être extradé, en particulier pour les pays qui ne reconnaissent pas le Kosovo ".

19

TRAFIC DE DROGUES
Nouvelle route de trafic de drogue a été créé par Al-Qaïda au Sénégal et dans le reste du pays
ouest-africains à travers le Mali, l'Algérie et la Libye à les ports des Croatie et Monténégro.
La route a été interrompue par la guerre au Mali et la présence des troupes françaises et il est
allé plus Sud à la Guinée et au Nigeria. Le transfert de ces livraisons sera naturellement suivre
les itinéraires bien établis de contrebande de haschich (Du Maroc à l'Espagne), la route de
l'immigration clandestine (De Tunis et la Libye à l'Italie) et la route stupéfiants Balkans (de la
Turquie, dans les Balkans vers le haut à l'Europe centrale).
Un grand nombre des narcotiques ont été (comme hachage, les amphétamines et la cocaïne)
sont destinés aux marchés lucratifs de l'Europe. En Juillet 2013, les autorités ont saisi un
bateau au large de la côte transportant 25 tonnes de haschich.
La Mauritanie est une plaque tournante pour la contrebande de cigarettes vers l'Algérie. Ces
routes d'évitement fiscal ont eux-mêmes se pencha à l'accroissement du commerce illégal par
les mêmes voies pour la cocaïne sud-américaine vers l'Europe via la Libye et l'Égypte, et vers
l'est de cannabis marocaine à la Libye, l'Égypte et les pays du Golfe.
Ce qui est plus surprenant, c'est que même si la connexion israélienne au trafic de drogue
libanais a été plutôt forte depuis la création d'Israël, il a réussi à rester au-dessous de l'écran
radar.
Une des connexions documentées premiers est que le Mossad avait coopéré et protégé la
contrebande de drogues par les barons de la drogue libanais par Israël à l'Égypte.
Le même genre de coopération existe également avec les Bédouins qui ont fourni à Gaza et le
marché égyptien avec de l'or libanaise.
En Mauritanie, les routes de cigarettes semblent avoir ouvert les routes pour drogues et des
armes, mais il n'est pas clair que le transit est exploité par les mêmes réseaux dans les deux
cas.
Le cannabis est connu pour se rendre au sud de la Mauritanie et du Mali à travers les réseaux
d'origine marocaine, sahraoui et ressortissants mauritaniens, puis à travers le nord du Mali et
du Niger par malien Arabes en Égypte, à travers Israël et le Liban dans les Balkans, ou des
l'État du Golfe à travers le Tchad et le Soudan.
Ce doit être noté que d'autres voies peuvent s'appliquer, si l'on tient compte du fait qu'un
bateau de vitesse qui peut transporter un demi-ton de fret peut atteindre la rive sud de la Grèce
de la Libye en moins d'un voyage de nuit, avec de bonnes chances de n'être pas détectés par
les radars navals, selon les conditions météorologiques.
D'autres voies qui peuvent s'appliquer sont celles de la mer Noire (Turquie à l'Ukraine ou la
Roumanie et la Bulgarie), ou par l'intermédiaire des compagnies maritimes faux, naviguant de
grandes plaques tournantes de la contrebande comme Beyrouth vers le Monténégro, l'Albanie
et de la Croatie.

20

TRAFIC DE DROGUES
Les conflits au Mali, en Syrie et en Palestine sont attisant la demande d'armes libyennes.
Afrique du Nord est devenu plus occupé que d'une route commerciale pour les barons de la
drogue désireux de lier coca terrasses sud-américaines à des clients européens, puisque la
consommation de cocaïne aux États-Unis ont commencé à baisser dans les années 1990.
L'homme front de l'attaque d'une centrale à gaz en Algérie Mokhtar Belmokhtar, surnommé
"le narco-djihadiste”, des liens vers les deux métiers.

En Juillet 2013, l'armée algérienne a dit de sévir à nouveau sur le trafic de drogue. L'opération
sera apparemment impliquer unités transfrontaliers de 25.000 soldats.

Au début de 2013, l'Algérie, la Libye et la Tunisie ont signé un accord de coopération pour
lutter contre le trafic, avec des promesses pour mettre en place des points de contrôle
communs et collaborer plus étroitement aux frontières de police.

21

TRAFIC DE DROGUES
CONCLUSION

Cette émergents crimes organisés; trafic de drogue et la menace du terrorisme dans la région
sans aucun doute est le talon d'Achille de l'Afrique.
Une telle menace a trois types de conséquences: social (faible impact), économique (moyenélevé) et gouvernementales (élevé).
Selon l'avis des experts, a suscité dans l'ONUDC, l'écoulement du trafic de drogue dans la
région est très bien organisé. C'est peu probable que beaucoup de drogues seront "déversé" sur
les marchés locaux, car il y a de fortes incitations économiques pour amener autant de la
drogue que possible de sa valeur plus élevée destination - Europe de l'Ouest.
Réseaux du crime organisé africains sont très orientés vers le profit et il y a un marché de gros
vraiment local dans lequel un ensemble d'acteurs agissent comme intermédiaires et des
courriers.
Le routage de drogue à travers l'Afrique a commencé à décoller sérieusement au cours des
dernières années. Si certaines parties de la région sont devenus actifs dans les marchés de gros
ouverts, l'afflux d'argent pourrait être considérable. Produit de la vente de la drogue en Europe
devraient être transférés à la région afin de payer pour plus de drogue. Cela pourrait se faire
par des virements télégraphiques (envois de fonds), grâce à des investissements et des
transactions commerciales fausses ou par les mouvements de trésorerie en vrac.
Les flux de drogue de cette magnitude sont très susceptibles d'entraîner une incidence plus
élevée de corruption dans l'application de la loi et une atteinte conséquente de l'État de droit.
Dans certains pays africains, il y a répété les allégations selon lesquelles de hauts responsables
du gouvernement et de l'armée sont complices dans le trafic de drogue, et il y a eu un certain
nombre de décisions judiciaires et exécutives douteuses qui semblent être liées à la
corruption.
La corruption de ce genre ne peut que miner la confiance déjà ténu que de nombreux citoyens
de la région ont dans leurs gouvernements. Sur la base des indicateurs internationaux, la
plupart des pays de la région ne peut guère se permettre de subir une nouvelle perte de
crédibilité.
La Banque mondiale crée évaluations de la gouvernance quantifiée pour les pays à travers le
monde. Six indices de gouvernances distinctes sont établis, couvrant Voix citoyenne et
responsabilité, stabilité politique et absence de violence, efficacité du gouvernement, qualité
de la réglementation, la règle de droit et le contrôle de la corruption.

22

TRAFIC DE DROGUES
Évaluations de gouvernance pour les pays d'Afrique ne sont généralement pas très élevées,
avec quelques pays marquant sur la moyenne internationale pour la plupart des indicateurs.
Dans ces circonstances, les États africains ont utilisé différentes approches pour lutter contre
le trafic de drogue et la criminalité organisée.
La mise en place d'équipes de contrôle dans les ports sélectionnés et les aéroports, ainsi que
des capacités médico-légales state-of-the-art et un anti-blanchiment d'argent sophistiqué et des
programmes anti-corruption qui sert maintenant de renforcer les investissements étrangers
dans la région un succès palpable.
Des mesures et des politiques anti-corruption deviennent la priorité dans les agendas
politiques de certains gouvernements africains, fondée sur le principe que la faiblesse de l'État
risque de prises en otage par la corruption, qui sape le développement.
D'autre part, le renforcement de la primauté du droit est de plus en "condition sine qua non"
pour ces pays d'attirer des fonds d'appui budgétaire de la communauté internationale comme
le Bénin, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, Liberia, Nigeria, Togo, Sierra Leone, etc.
L'Union européenne et la Commission européenne sont pleinement conscients de l'enjeu de la
corruption dans toute l'Afrique et comptent sur spécialisés organismes des Nations Unies tels
que l'ONUDC à fournir une assistance technique appropriée aux pays africains bénéficiaires
dans leurs efforts pour s'attaquer au problème. La dimension régionale du problème Sahel est
bien reflétée au Mali.
Approches et des solutions au problème du trafic de drogue et, plus généralement, à des
activités criminelles en Afrique doit être holistique.
Renforcement des frontières et des territoires contrôlent, les capacités opérationnelles des
agences de maintien de l'ordre, des cadres juridiques et des mécanismes d'application contre le
crime organisé, le blanchiment d'argent et la corruption sont toutes les mesures nécessaires
pour rétablir l'autorité de l'État et la primauté du droit.
Soutenir leurs effets nécessitera cependant des réformes du secteur de la justice pénale, et,
dans le cas des pays post-conflit, du secteur de la sécurité.
Développement socio-économique est également un élément clé pour les pays de
reconstruction, mais l'aide au développement doit atteindre ses bénéficiaires.
Transparence et la responsabilité stricte est nécessaire dans l'allocation et l'utilisation de l'aide
au développement.
Dans les pays post-conflit et affaibli, la reconstruction doit commencer par les secteurs de la
sécurité et de la justice et être accompagnée par des investissements économiques.
Le soutien international est nécessaire pour aider les gouvernements dans la région établir
fermement la justice et de la sécurité comme l'une des pierres angulaires du développement de
ces pays.

23