v l E D E sA R T S N .

' / 6 2 7 |

L ' A R TD U MOUVEM NT E
TE ,UsTEAVANT HASARD GUVRES RÉCET,ITE5 D EM r c H E rP T M P A R É A n d r éH é n a u l t/ A r t a c t u e l Du 2 au 30 octobre 0u 3 7 2 ,t u e S a i n t e - C a t h e r i n e e s t E s p a c e5 2 8
Le soletl @u(hont ovont de dispotoître envoyo son oernter royon vet(, rggT T e c h n i q ! em i x t e s u r p a p i e r 5 6x t 6 c m

Rclativenrent siurplcs subtileou tl'élérnents cnrbl:rblcs ruistlifs n nrcnt conrplcxes, formes lcs nrodu' p:ut fér'cnts. princip:rle dc I'honro [;r laircsdc Michel l'inrparé senrblent généjlrr chrrquc piècr lcposc sur d0 (lommc indiridus prcssécs. dcs cLrns v l : r l o n r t l i t t l , ' I ' t ' r t s t ' t t t h(l b'l t , t t t ' r r , d t unc foulcet commcla foulecllcrouge) c0nfinrutntt;u'il s':rgitbicn mônte, fornrcs ces av:Lncent, fuicnt, t l ' u n n r i l i c ro u t l ' r r r r u o n r l tp t l t i c u r ' sc disperscnt, bousculcnt, se sc licl dont un :Lsl)cct scuicnren(, <lonl plpit,r r':rsst'nrblcnt srrrfacc surla du (le un nlonrcntprivilégié l'hisloircou dc la toile. L'arliste le nrouaime justcnlcnl préscntc ccllc t;Lrc l'lrrtislc venrent;enmaîtrisc il I'illusion. Ricn - sontoffcflsi\ ll vrrcrlu sl)cctllcur: dc tcl gucdc iuxtaposcr dc supcrct jusla at:uttl la husurd c<>ttne poseldesrcctlugles rappellcnt qui I ' i n t l i t l u cl c t i t r c d c I ' c \ i ) o s i t i o n . dcs bâtonnels d'inégales longueum Apr'ès. l'irrtislc rléclint' srns doLttc odcntés dansune dilccton et d'y t o u t cr c s p o n s a b i l i t é . . . opposcr fornrcs d'autrcs comparirbles enmoins ntais grand nonrbre pour dirigécs le sens dans contraire suscitcr sensation moulcnrent. la du Pour donner l'in4rrcssion h prode par fondeur, suffit, exemplc, il d'un fondplusclllir stdé dc lignes ver'licalt's. Cesprocédrts sonl bien connus. peintrcs I'abstruction l,cs dc popula\r'ique les ont largernent lisés.L'intérêt acryliques des sur' t o i l e e l d e s p t s t c l sd e t r l i c h c l Pimp'lr'é tient à cc r1u'lucurr rtes nrodLrlcs soitidentiquc l'nrtrc. nc à ll: érttlrrtt'trl rl clrttcttnunLlt'\tr cr(;:l tt'ul siugulicr'. l'urlistrpropo Ainsi sc-t-ildxllschrtcurtc scs(Lu\rl:s dc tunnricÎ0cosrilc Llnique constitué

VIES

D'ARTISTES

D'ICI,

D'AIttEURS

OU

D'AUTRE

PART

Chez lui, lo proximitéovec lo noturese monifeste très fôt por I'opporition de toute une ménogerie peu d'onimouxqui envohissent ô peu sestoiles. Ce riche de significotion, bestioire, constitue lo fois ô une onthropologiedu réel el une porte ouvertesur I'imoginoire. Cetie Jules Arbec mélomorphose r e j o i n tf o c i l e m e n t u r l e t h è m e< M i g r o f i o n >M i c h e l , le fontostique t e P i m p o r én o u s p r é s e n t ej,u s q u ' o u p o u r q u o ip o s u n 17 mors,ou Biodôme l'lleSointe de c e r t oi n s ur r é o H é l è n e , d i x - h u i tt o i l e s q u i n o u s lisme. porlentde lo vie des oiseoux.Avec Dons lq série ces æuvres. véritoble invitotion ou <Migrotions>, l'orvoyoge, I'orfistenous incite ô portir ô nohe tour tiste cultive cette ou, du moins, à suivreces volotilesdu regord m ê m ev i s i o ns u b dons un espoceimoginoire.Dqns ses toiles,de ieclive.ll suspend gronds oiseoux,touiesoiles déployées,prennent le mouvement des l e u r e n v o l v e r s . l e sp o y s m y t h i q u e s o u t e n t oiseoux, ne seroilc o n s e r v o nd e s é v o c o t i o n s i e n c o n c r è t e s u i t q b ce qu'un moment,pour en colquerlo dynomique nouslienlà l'environnemenl. ou moyen de gronds gesteslorges et somptueux, D e p u i sp l u s d e v i n g l o n s , l o n o t u r e f u t e t dont lo liberté reioint le rythmed'un bottement demeure pour lui lo principole source d'oiles,lo legèrefrê envol. d'un d ' i n s p i r o t i o n t s o n m e i l l e u rm o î t r e .D o n s s o n e Avec une gestuelle porticulière,il nous foit pÉnéirer c e u v r e , o b s e r v o t i o n e l t r on s o o s i t i o n s e I'inlérieurmême du mouvement l'æuvre el en de c o n i u g u e n i o n c o u c æ u r d ' u n m ê m ep r o c e s s u s décortiquele rythme,séquenceoprès séquence. d d e c r é o t i o n ,q u i s ' o p p u i ed ' o b o r d s u r u n e Por lo mogie de so ligne, I'ortisle délimiteolorscet s e n s i b i l i t ée t u n e e x p é r i e n c e c o m b i e n espoce et le rend hobitoble. En hit, il lui con{ère p e r t i n e n t e q u i m o r q u e n tl ' é v o l u i i o n e s o s d une respirotion,une sorlede souffiequi seroitlo vie oroduction. mêmede l'æuwe. Ces troitsse déploientô chomp et conhechompdu tobleou,comme ces oiseouxqui en lrocent l'étendue l'ælrwe et invitenldu mêmecoup le de speclotreur en soisirtoutelo profondeur. ô Dons cetle étendue,de petifestouchesnerveuses et incisives iuxtoposent se coniuguent, se et lormont une véritrcble home ou, mieuxencore,un poysoge Bfeidômedc d'onièrefond qui nous donne porfois l'impression MonûÉal d e c r e u s e rl i t t é r o l e m e nIt' e s p o c ep o u r m i e u x Foycr du Caneiour de l'envlronnemcnt cQ;oger I'essentiel lo gestuelle. de Michel Pimporé 4 777, av.cnue rârlise oinsi une sortede fusionentre le fond et lo Plerrc d€ Coubcrdn forme,qui unifiele tobleou. Jusqu'au ma13 17 Cette synihèseest obtenue principolement ou 1996 moyen de ieux d'opproximotion, formes,que de Ouv?rt 7 jou6 / semainsde I'orliste combineovec lo superposition couleurs de thà18h qui lontôtse complètent, tontôis'opposenl. L'ortisie intensifieolors ces différents controstes chromotiques de lorgesempôtements l'huile por ô ou à I'ocrylique ouxquels oiouterodes mélonges il de goudron. Une telle techniqueconfèreô ses tobleoux cette p c o n s i s t o n c e l o s t i q u ee t , é l r o n g e m e n t u n e , honsporence deviennent lo fois une présence qui ô p o u r l e r e g o r d e t u n e f e n ê t r eo u v e r t es u r u n oilleurs. I

MichelPIMPARE
Migrations

En},o.t, 1Yr5, àcrrique sur paplcr fait mrin, 91,4 x 11ô,8cm

t

r N F o R M A r E u R

D E s

A R T s

141

Bibliothèque de ùunhan
!

o
t-

m

O)

o

m
ç o m

exporition au rolo (entre d'art
de.Sales, c'est desgamde chars.Vôije peignais dans maiave, j avars aucun La Salle Normand Gaudreau ac- contact avec aucun artiste de quelclue cueilleunepremièredansla région:une discipline que ce soit. Un bout iie canlexposition solo de Michel Pimparé, in- pagne, des rtrckers. Ils venaient voir. drulee .. je ne fais pasle monde,il esr on parlart " de chars... Moi aussi,ie sedéjà fait.> CettecitarionsuggèreIejeu- rais peut-être mort sansla peintuie.action-rechercheque nous DroDose I'artiste.une explorâtionde I'inviiible ,.Je me voyais pas être peintre pour à même la source-couleur. gagnerma yie. J'ai décidéça quana 1e Occasionunique! André Hénault Art suis arrivé à Montréal à vinei ans... c'éuit fou. Actuel et le Centre d'ar"tde Dunham ont Chcz Robutel,au Gueulart, orcheshé cette pré.sentation pour nous o n p a r l a i t p u d e c h a r s , o n p a r l a i t D pelnture. permettre de découvrir l'æuvre de Michel Pimparé, sescréationsrécentes,de M^ichel Pirnpruéne cesse rayonner de plus en plus épurées,des extraits de au Québecet à l'étranger.de nous inle temps des oiseaux en "Migration-, terpellerde sescouleuË et de sesûrres pafiancedans I'espaceet.la couleur; et vibrants: <Saute-moutonsrr, .Les rode Ia periode ..Juite avant le hasardo, man rose...>, <Le lézard était vertdes momentsde ravissement, d'equili- bleu", <Envolrr,.<Concorder>... etil sebre, avant la nécessité. ra parmi nous,le 5 juin: nousle saluons Michel Pimptué peint depuis trois dé- avec grand plaisir

Michel prôsente Pimparô une
- ';t1.,,ïilil, cennies..Chez nous à Saint-Francois
n' .lymphonir dupnntrmpe,

u$r.lt$ilm

m U' D 3 m

I

(Jl

g z
o o 5
N

c-

LæCentre d'art de Dunham invite par ailleurs !e grand public à visiær "Symphonie du prinremps-. une exposiiion de Mic.helle Fngière.du 5 au 26 1uin. dans la deuxième salle 2 de l'établissement. Michelle FrigièrehabiteSunoner partlclpeaux expositions olleclives u c d Centred'art tle Dunham,depuisquatrc ans. Cette fois, elle nous offrê une .Symphonie du printemps,,en solol 'acryNotreartiste explore I Laquarelle. [que vor I estampe. b,llearumerupour nous.son bouque(aux multiplesct,u. leurs. lors du vemissage. 5 1uin.d, - le l4 heures l6 heures. à [æs deux sa]lesd'exposition sonl accessiblesaux visiteun du ieudi au ttimanche, I I heures l7 hturesetuux de à heuresd'ouverture de la bibliothèque. Pourinformation: 295-262 l.

GAHIER

E

llontréal, mercredi lanvlêr 31
1996

*il\\i,\*\È\\.\\i:\l\\NÈ.io\R$i

rt$

Spectacle
ùililli:$\\\.{i\'$ririi.\\i:}\\l\1.\\.r\lll ,'*

unhnsor

DEs s0cru niltitAux
I Je connais assezbien la peinture de Michel Pimparé; son oeuvre est un joyeux bestiaire imaginaireaux couleurs vives. On devine la rcprésentation d'oiseaux ou de poissons mais sans pouvoir en avecpréidentifier les espèces cision, évidemment puisque I'artiste les invente. Eh bien ! quelle ne fut pas ma surprise,et celle de I'artiste aussi, l'autre soir lors du vernissage de Migration au Biodôme,d'entendre la lecture scientiliquede ses tableaux par un prof de biologie, Luc. Alain Giraldeau. Il y avait de quoi faire ravaler son crayon ( ou plutôt son clavier ) au critique d'art le plus confirme. M. Giraldeau était très emballé de constater que l'éthologie( étude du comportement animal dans son milieu naturel ) et la peinture se rencontrent et arrivent à des théories,I'une picturale, I'autre conceptuelle,qui décrivent, d'un accord surprenant, les multiples facettes d'un même phénomène. Ici c'est la migration. L'animal est saisi,résumédans son caractèr€essentiel.Le mouvement migratoire, et le déracinement qui en résuhe,explF que peut-être, dit-il, de I'evanescence ces migraconstituésde teurs pressés, l'endroit même ou I'instant les place...Comme cela est bien dit. Et iuste! J'ai révisétoute ma lecture. Avec un plaisir plus scrutateur. Ce qui me rassurec'est que Michel Pimparé non plus n'avait pas vu de cellules d ' A D N d a n s s o n t a b l e a u! Cela dit, notre éthologuen'en resterapas là ! C'est le tableau intitulé leux de Michel Pim- l paré qui illustrera la couver- | ture du très sérieux livre sur la théorie de I'approvisionnement social des animaux que M. Giraldeau est en train de rédiger avsc un collaborateur.

l',APPn0ustoiltf EilEill

t^

I

I

I

f L

A./-\.

L_L\_,/

t--\t

I

,/-\.

\_

SILIO|IS
que un sous-titre, comme il convie ainsi le public à voir I'exposition' "ne résistez pas à la tentation". l P o u r I ' o c c a s i o n , a g a l e r i eL ' I magier prenait des allures de monastère: encens, lampions et, à I'instar des ascèies, figues eb dates en guise de nourriture. Quant aux tableaux eux-mêmes, ils présententun aspecthétéroclite. A première vue, ils semblent aussi très chargés.On y retrouve néanmoins les trois éléments du bizarre doni parlait Pimparé. Il convient de dire, compte tenu de ce qui précède, que la manière picturale ,de I'artiste est fort intéressante. Une Iigne ou un tracé à I'huile vient complémenter et rehausser la couleur qui fait, office de canevas de base. Ce que I'artiste entend par le "bizarreo (et non la bizarrerie) semble bien s'inscrire dane le cadre qu'il veut donner à eon oeuvre. Sur le plan purement plastique, il faut bu apectateur un certain recul. Il y a liaison ou mieux intégr4tion du graphisme (la'ligne ou le osoulignér)et de la matière picturale elle-même (la couleur) qui peut ou bieu gê'ner ou être perçue comme une recherche de etyle. Ce souligné .gerait un peu comme une grille de repérage géodéeiquede la topographie picturale; elle'court par-dessus lee formes sinueuses des huiles. Chaque tableau présente une couleur dominante et toujours dans des tons, qui malgré tout, demeureni eobrse danp la mesure où la dominante eert de thème pictural. En plus de présenter see tableaux, Pimparé fait aueei voir des reproductions photographiques de certains détails; elles sont accrochées de chaque côté en retrait dee oeuvres. Ce sont un aperçu fragmentaire d'un es-

La tentation s de
Michel Pimparé a consacré à ce jour, sept années de sa vie au thème de la tentation de saint Anfoinè. Il accorde donc une place prépondérante à saint Antoine dans ses oeuvres de ces dernières années. Le saint Antoine dont il s'agit vécut enre 251 et 356 de notre ère. Originaire de la Thébaide en HauteEgypte, il mena une vie d'ermite dans le désert, en proie à des tentations auxquelles il résista.

par Pierre-Paul Carmier (coll abora t ion spécia Ie)
Pimparé présente ses oeuvres à la galerie L'Imagier d'aylmer jusqu'au 22 avril. Il déclare que sa démarche iepose entièrement sur I'imaginaire. Il délaissetous les aspects qui tiennent du réalisme ou de considérations d'or'dre moral. Pimparé esù un pein"tre qui ee fie surtout à ees élans 'et j motivations intérieurs, lais': 'sant . son imaginaire déborder '. dans le bizarre. Il définit ainsi le ,',.bizarie:' .Le bizarre est une fusion patfaite. de trois formes 'il d'art. ..1.' ,.1e ,fantastique. . . le j''!baif. . -, etlle surréalis;re., Com'd'illustree Drédécesseure, ' . .:ine .l.Boech, .Grùnew-ald ei Ernst ':-.Pirnparé .veut rendre visible ce I j.que'furent'les tentations de I'a- -; nachorète éryptien. . , 't Une affiche haute en couleurs ,' i lut conçue spécialement pour la i venue de I'eroosition dane notre - j'ïegion. On y voit, en toile de . l.fond, le détail d'qn tableau de ' Pimparé oir figure un saint An:. toine aur prises avec la tenta;. tion qui semble prendre la forme i de phanùasme.Pimparé souligne dans un texte,' I'intérêt que pré, sente I'ensemble du phénomène q.'.pour lâ psychanalyse.f,'invita'tionrque lançait I'ariiste était , , tèintée,d un.peu'd'humouq, pres-

Ii.:-', I
i. \*i,

.,if

/.

'

\.{'

,'

il' ;,.

rintAntoine
pace limité ou d'un motif particulier du tableau. En cela, I'artiste fait en même temps oeuvre de documentaliste. Quant au thème d'ensemble des tentations de sainù Antoine, on le retrouve dans ôertains'titres: "La tentation charnelle", .L'attaque des bêtes furieusQso ou encore .Antoine et les posséflss". Quan! à la "petite histoire" de saint Antoine. une foule de détails dans les tableaux traduiraient, par leur côté anecdotique, des épisodes de la vie ou les visions du saint homme. Pour le spectateur moyen, en dépit de I'attrait véritable, , de la facture originale de I'oeuvre, celle-ci demeurehermétique. Au demeurant, oeuvre tout'à ' fait valable. Se confondent.ici deux recherches: une premiëie au niveau.plastique, où I'artiste innove' pour une large part'let : uqe deuxième, celle-lâ à deux . volets, I'un historique, l'autre ,empreint de mysticisme qui let une exploration que I'artist€ lqit -,par choix personnel. Pimpgré 'n'aurait rien lui-même d'un myp- r ti{ue, sauf peut-être I'allure; 'il ' ne.fonde pas d'ailleure eon inÇrêt premier dans cette ephère, mâis sa quête semble déjà I'ehtraîner plus loin que le paller d'un propgs purenent bniriquei Dans un tout aqtre iii"à* dées, signalons que vers la mi. avril, Pimparé sè produira ailr "Foufounes électriques". Il e'àgit d'une soirée de créatiiln spontanée otr dee peintres exécûtent, des bableaux devant un .atrditoire de cabaret de la rue StèCatherine à Montréal. Consiûé . par plusieurs, ce genre d'évàrement semble par ailleurs harrtÈment prisé par des esthètesassis devant unê grosse .molo. QqAi. qu'il en soit, on se demande,ôi ' Pimparé se laisgera cette foir{jlà r tenter par.le même thème? , ,'
ii

tll

lii
ti il

1", .t I i..<, .r'ï.'

,.'*:-

t,
I',i :

i, h. i T

il

,'' 'I

ltl n.

l'r ii
r1
,l

ii

i
I

l

FI
lr

h

È ('

E

ËEE 'sÈ ' È X aI .
ÉÈ I Rjài _'io; -s 5
)<a


q

c o

-e
o

C')

'$l

(t
È È
lO

o
tr U)

o

E

5
5

s
v, .H
È o q

o E
:'

a

s
tl{

g o o c
o tr
3

tt

iËllgiiËË3Ë

tr a
ë

e, o tâ o
!

o

E

F I
5

-g o tr o
L

E

a
o
È Ë {
lrt

o c o

è

o
c o

F
c
lrl

.g
ro
(E

s
s { a
@ C"

ËgliiifttigËË g lïïïgsi,Ëffi ËËl li Ëgiiifi HËIifi

a .9
È {ri
q.

s o
|r| {

=
L

\f

ct z
\t

o

LAPRESSE, MOIYTRÉAL 1996 JEUDI15 FÉVRIER

RTCMARD TÂBBÊ co ll.ûb orotion sp éc iale

Bioilome tln stt ilt
Il n'y a pas que des animaux vivants au Biodôme.Il y a aussides animaux... peints! Et ces animaux sont I'oeuvre de I'artiste Michel Pimparé,qui présente son exposition Migrationau Biodôme jusqu'au l7 mars. Travaillant avec des matériaux comme I'acrylique et I'alkyde, Pimparé nous offre une série d'oeuvresdont la principale thématiqueest, comme le titre de I'expositionI'indique,la migration des animaux. Ces oeuvressont i n s t a l l é e ss u r l e p a r c o u r sh a b i t u e l qu'empruntent les visiteurs du Biodôme. Loin de déstabiliserle visiteur, Ies oeuvresde Pimpare agissentplutôt comme un complémentnaturel aux tÉtes vivantesqui peuventêtre vues tout au long du parcours.
BIODOME : 4777,Pienvde{oubertin
------aa-aa---aaa---a